Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Europe un nouvel empire ? 

 L'Europe, maillon faible de l'impérialisme

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 05-04-2022 à 21:38:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur svpressa

Zelensky giflé sur le nez: Merkel a rompu son vœu de silence sur l’Ukraine
4 avril 2022
14:57

Angela Merkel. Illustration : welt.de
L’ancienne chancelière allemande Angela Merkel a commenté pour la première fois la situation liée à l’opération spéciale russe sur la dénazification et la démilitarisation de l’Ukraine.

Merkel est restée silencieuse pendant plus d’un mois, ne commentant pas l’ossov russe en Ukraine et irritant ainsi l’élite politique polonaise et ukrainienne. Enfin, hier, le 3 avril, le président de l’Ukraine Volodymyr Zelenskyy n’a pas pu le supporter et a invité Merkel à visiter la ville de Bucha, où le régime de Kiev a falsifié des crimes à grande échelle commis par des soldats prétendument russes (ministre russe des Affaires étrangères) Sergueï Lavrov Ont déjà Appelé mise en scène à Bucha avec « une autre fausse attaque »).

Merkel a répondu par l’intermédiaire de sa porte-parole. En réponse à la demande de l’agence DPA, l’ex-chancelier s’est exprimé de manière très intéressante :

« L’ancienne chancelière fédérale Angela Merkel soutient ses décisions dans le cadre du sommet de l’OTAN de 2008 à Bucarest. »

« Lors du sommet de 2008, les pays de l’OTAN ont promis à l’Ukraine d’adhérer à l’alliance, mais se sont ensuite retirés [du programme]. Angela Merkel et Nicolas Sarkozy a bloqué les demandes des autres partenaires de l’OTAN pour l’adhésion rapide de l’Ukraine. »
Puis, en avril 2008, le forum de l’OTAN a été surnommé « un sommet de grands espoirs et de grands scandales ». Le programme d’admission de nouveaux membres à l’OTAN s’appelait le « Plan d’action pour l’adhésion » (en abrégé MAP). En 2008 sous la présidence Viktor Iouchtchenko les dirigeants ukrainiens ont envoyé une lettre à Bruxelles au sujet de l’inclusion de l’Ukraine dans le MAP, mais les présidents de l’Allemagne et de la France ont bloqué cette idée. Déjà en 2010, le nouveau président de l’Ukraine Viktor Ianoukovitch éliminé la commission interdépartementale sur la préparation du pays à l’adhésion à l’OTAN et le centre national pour l’intégration euro-atlantique.

Comme on peut le constater, 14 ans plus tard, Angela Merkel a diplomatiquement mis à sa place l’Ukraine agressive, dont les dirigeants admettent aujourd’hui qu’ils étaient pleinement conscients du risque d’un affrontement avec la Russie en cas de tentative d’intégration dans le pays. Bloc de l’Atlantique Nord. Ainsi, l’odieux conseiller de Zelensky... Alekseï Arestovitch Il a déclaré directement il y a des années que l’Ukraine ne pourrait devenir membre de l’OTAN qu’après la victoire sur la Russie dans une guerre à grande échelle.


D’ailleurs, l’édition américaine du Wall Street Journal publiée le 1er avril matériau volumétrique sur les causes de la crise ukrainienne, dont il s’ensuit que Volodymyr Zelensky a eu une chance d’éviter un conflit militaire. La publication cite un initié en marge de la Conférence de Munich sur la sécurité, où le président ukrainien est arrivé le 19 février. Selon le WSJ, l’Allemagne en la personne de la chancelière a tenté de résoudre l’affaire pacifiquement Olaf Scholz.

Scholz a fait une dernière tentative pour résoudre le conflit entre Moscou et Kiev. Il a déclaré à Zelenskiy à Munich le 19 février que l’Ukraine devait abandonner ses aspirations à l’OTAN et déclarer la neutralité dans le cadre d’un accord de sécurité européen plus large entre l’Occident et la Russie.

Selon la proposition de Berlin, après cela, il était nécessaire de signer une sorte de pacte dans lequel les États-Unis et la Russie garantiraient conjointement la sécurité de l’Ukraine. « Zelensky a dit que À Poutine on ne peut pas non plus faire confiance à un tel accord et à la majorité des Ukrainiens qui veulent rejoindre l’OTAN. Sa réponse inquiétait les responsables allemands que les chances de paix s’amenuisaient.

Rappelons que les autorités ukrainiennes ont fixé la clause d’adhésion à l’OTAN dans la Constitution de l’Ukraine, sans tenir de référendum et sans préciser la véritable position de leurs citoyens. La déclaration de Zelensky sur le soutien de la majorité des Ukrainiens à l’adhésion à l’OTAN est un mensonge pur et simple

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 05-04-2022 à 23:44:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Une nouvelle division européenne ? La contradiction entre l'Allemagne et le reste de l'Europe, notamment, Pologne, Lithuanie, etc. devient de plus en plus aigüe à cause des sanctions ordonnées par les USA.

Selon le Politologue Marat Bashirov : Le gouvernement allemand tentera de créer un circuit fermé de gaz pour son industrie et ses consommateurs domestiques, laissant les autres pays de l'UE à leur sort, c'est-à-dire que tout gaz qu'ils pourront apporter sur le territoire allemand devra être distribué uniquement aux consommateurs allemands. La décision est compréhensible, c'est la mobilisation et l'urgence dans son essence. L'image du leader de l'Union européenne sera la dernière chose à laquelle penseront les Allemands. Où cela mène-t-il ? À l'effondrement du marché unique du gaz en Europe, puis à l'effondrement de l'UE.

16h40 https://svpressa.ru/war21/article/330411/

______________


Ci-après une très importante étude sur les chiffres énergétiques en Europe


Que faut-il pour se débarrasser de la "confiance" de la Russie ? Une liste des fondamentaux énergétiques européens

à l'échelle mondiale Écrit par : Gigi Mao
2022-04-05 20:35:01
Date de la dernière mise à jour :2022-04-05 20:35

graphiques à voir sur dnews

L'opération militaire de la Russie en Ukraine est terminée depuis un mois. Les États-Unis ont annoncé il y a deux semaines des sanctions énergétiques contre la Russie, interdisant l'importation de pétrole et de gaz naturel russes. Cependant, les alliés en Europe ont toujours été profondément dépendants de l'énergie russe, et le le degré de dépendance varie selon les pays, l'UE sanctionne, il n'y a toujours pas de consensus sur la force.

Des sanctions globales contre l'énergie russe ? Pas de fioul ou pas de gaz ? Chaque État membre a ses propres plans. Surtout dans la promotion de la réduction du carbone en Europe, le gaz naturel importé reste un pilier important dans la structure énergétique de nombreux pays. Les pays font la course contre la montre pour trouver des solutions alternatives, mais est-ce facile ?

Cet article se concentre sur le tri des données sur le mix énergétique et les sources des pays européens.
chiffres de 2019
Introduction : Profil énergétique de l'Union européenne :

En 2019, 39 % de l'énergie utilisée dans l'UE était produite par elle-même et les 61 % restants étaient importés par des pays tiers. La structure énergétique est principalement composée de cinq sources, dont 36 % de produits pétroliers (dont l'essence, le diesel, fioul, etc.), 22 % de gaz naturel, 15 % d'énergies renouvelables, 13 % d'énergie nucléaire et 13 % d'énergies fossiles solides.

Les produits pétroliers représentent les deux tiers des importations énergétiques de l'UE, suivis du gaz naturel à 27 % et des combustibles fossiles solides à 6 %. La Russie est le plus grand fournisseur de ces trois sources d'énergie. En prenant les données de 2019 comme exemple, le pétrole brut représentait 27 %, le gaz naturel 41 % et les combustibles fossiles solides (principalement le charbon) 47 %. Vient ensuite le pétrole brut et le gaz naturel norvégiens.

En 2019, sur les importations de gaz naturel de l'UE, 41,1 % provenaient de Russie, 16,2 % de Norvège, 7,6 % d'Algérie et 5,2 % du Qatar. (eurostat)
En 2019, 46,7 % des combustibles fossiles solides importés par l'UE provenaient de Russie, 17,7 % des États-Unis, 13,7 % d'Australie, 8,2 % de Colombie et 2,8 % d'Afrique du Sud. (eurostat)
En 2019, 26,9 % des importations de pétrole brut de l'UE provenaient de Russie, 9 % d'Irak, 7,9 % du Nigéria, 7,7 % d'Arabie saoudite et 7,3 % du Kazakhstan. (eurostat)

Dans quelle mesure l'UE dépend-elle de l'énergie importée ? Le taux de dépendance est la proportion des importations nettes dans la consommation énergétique brute globale. La dépendance de l'UE vis-à-vis de l'énergie extérieure a augmenté au cours des deux dernières décennies, passant de 56 % en 2000 à 61 % en 2019. Les 27 États membres de l'UE varient dans leur dépendance à l'égard des importations énergétiques étrangères.

À l'exception de petits pays comme Malte, le Luxembourg et Chypre qui ont un taux de dépendance élevé (tous trois importent plus de 90 % de l'énergie), ceux qui ont une forte proportion d'énergie importée sont l'Italie (77 %), la Belgique (77 %), La Lituanie (75%), l'Espagne (75%), la Grèce (74%), le Portugal (74%), l'Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, l'Irlande, l'Allemagne et les Pays-Bas dépassent également les 64%. La Norvège dans les pays nordiques est un exportateur net d'énergie, tandis que le taux d'utilisation des énergies renouvelables de la Suède a atteint 40 %, et l'utilisation de 30 % de l'énergie nucléaire la rend moins dépendante de l'énergie importée.

Comparaison des taux de dépendance énergétique des États membres de l'UE en matière d'importations en 2000 (ligne bleue) et 2019 (ligne jaune). (eurostat)

La proportion d'énergie varie considérablement d'un État membre à l'autre. Certains pays sont fortement dépendants des produits pétroliers, comme Chypre (90%), Malte (87%) et le Luxembourg (65%) ; le gaz naturel en Italie et aux Pays-Bas représente plus d'un tiers du mix énergétique ; l'Estonie et la Pologne utilisent des combustibles fossiles solides Ils représentent respectivement 60 % et 43 % ; la France et la Suède sont de grands pays producteurs d'énergie nucléaire, et l'énergie nucléaire est la principale source d'électricité ; la Suède et la Lettonie sont en tête de l'utilisation des énergies renouvelables dans l'UE, représentant respectivement 41 % et 37 %.

Il ne sera pas facile pour l'Europe de s'engager sur la voie de l'autonomie énergétique. Comparée à d'autres régions en termes d'énergie fossile, elle peut être qualifiée de "famille faible". Selon les données de BP, à partir de 2020, parmi les réserves mondiales d'énergie fossile prouvées, l'Europe possède les plus petites réserves d'énergie fossile au monde, et les réserves de pétrole et de gaz naturel ne représentent respectivement que 1% et 2% des réserves mondiales. En revanche, les réserves de pétrole et de gaz au Moyen-Orient représentent respectivement 46 % et 40 %, et les réserves de pétrole et de gaz en Amérique du Nord représentent respectivement 15 % et 8 %.

Ces dernières années, afin de rattraper son retard sur l'objectif de neutralité carbone, l'UE a activement développé les énergies renouvelables et s'est engagée à éliminer progressivement la production d'électricité au charbon. pilier" dans le mix énergétique des différents pays à ce stade. . De plus, les pays ont des attitudes différentes vis-à-vis de l'utilisation de l'énergie nucléaire : en dehors de la France et de la Suède, les « grands géants de l'énergie nucléaire », seuls 10 États membres de l'UE utilisent encore l'énergie nucléaire (principalement des pays d'Europe de l'Est), et certains d'entre eux sont plus intéressés. en l'éliminant progressivement à l'avenir. Cependant, ce conflit entre la Russie et l'Ukraine pourrait bouleverser les plans énergétiques de l'Europe et inverser la tendance générale à la dénucléarisation.

Par conséquent, dans cette crise ukrainienne, ce n'est probablement pas seulement l'Ukraine qui est gravement blessée, mais aussi l'Europe, qui a toujours beaucoup compté sur l'énergie russe, a également été "tuée". Dans la partie suivante de l'article, nous présenterons la structure énergétique et la situation des importations dans différentes parties de l'Europe :

1. Allemagne : "dépendance tous azimuts" vis-à-vis de la Russie

Mix énergétique de base : énergies fossiles solides (20%), pétrole (36%), gaz naturel (24%), nucléaire (6%), énergies renouvelables (14%)

Le charbon, le pétrole et le gaz naturel représentent 80 % de la structure énergétique de l'Allemagne, et les trois sont d'égale importance. Cependant, la Russie est le plus grand fournisseur de l'Allemagne pour ces trois sources d'énergie. Les produits pétroliers représentaient 30 % et le gaz naturel 66 %.

En Allemagne, qui a été frappée à plusieurs reprises par des conditions météorologiques extrêmes et de graves inondations ces dernières années, la réduction des émissions et le changement climatique ont attiré l'attention du public. Le gouvernement allemand s'était fixé pour objectif d'éliminer progressivement la production d'électricité au charbon d'ici 2030. De plus, en raison de l'impact de la catastrophe nucléaire de Fukushima au Japon en 2011, les voix anti-nucléaires se sont élevées en Allemagne.

Par conséquent, au cours des dix dernières années, l'augmentation de l'apport de gaz naturel et le développement des énergies renouvelables sont devenus la direction de la transformation de la structure énergétique de l'Allemagne. Initialement, avec l'ouverture de Nord Stream 2 avec la Russie cette année, l'importation de gaz naturel devrait doubler, et les deux objectifs de sortie du nucléaire et du charbon devraient être atteints. Cependant, la question ukrainienne a renversé le déploiement du gouvernement allemand.

En 2020, pas moins de 65 % des importations de gaz naturel de l'Allemagne provenaient de Russie, et le reste provenait principalement de Norvège (20,5 %) et des Pays-Bas (12,7 %). (eurostat)

Il convient de noter que 60 % du gaz naturel allemand est fourni par la Russie, tandis que les deuxième et troisième fournisseurs sont la Norvège (21 %) et les Pays-Bas (12 %). C'est très difficile, car une fois que la Russie a contrecarré l'UE, la Norvège et les Pays-Bas doivent également étendre leur soutien à l'ensemble de l'Europe. À l'heure actuelle, ces trois principaux fournisseurs travaillent ensemble pour répondre à 99 % de la demande de gaz naturel de l'Allemagne, et la source est relativement unique. Pour remplacer le gaz naturel, je crains qu'un grand nombre de nouvelles sources d'approvisionnement ne soient à développer. Après de nombreuses années, le Parti vert, qui s'est à nouveau regroupé au pouvoir et a prôné l'énergie verte, ne peut-il faire que des concessions temporaires au nucléaire et à la combustion du charbon ?

2. La France : le "maître nucléaire" de l'Europe

Mix énergétique de base : énergies fossiles solides (4%), pétrole (31%), gaz naturel (14%), nucléaire (41%), énergies renouvelables (11%)

La France est le deuxième consommateur d'énergie en Europe après l'Allemagne et dépend principalement des importations en raison de ses très faibles réserves de pétrole et de gaz naturel. Mais la France est aussi le deuxième producteur mondial d'énergie nucléaire après les États-Unis et un exportateur net d'électricité. La grande majorité de l'électricité provient du nucléaire, suivi de l'hydroélectricité, qui est relativement autosuffisante.

Quant aux importations de pétrole et de gaz, la France est plus diversifiée que l'Allemagne. En 2020, la France a importé plus de produits pétroliers que de pétrole brut, principalement du Kazakhstan (16%), des États-Unis (16%) et de l'Arabie saoudite (13%). Les produits à base d'essence sont principalement importés de Russie (18 %) et de Belgique (13 %). Dans l'ensemble, la Russie reste le premier fournisseur unique d'importations françaises de pétrole brut et de produits à base d'essence.Les principaux fournisseurs restants sont les États-Unis, l'Arabie saoudite, l'Algérie et le Kazakhstan, et plusieurs autres fournisseurs soutiennent 50 % de la demande française.

Les cinq principaux fournisseurs de produits pétroliers et essence importés par la France en 2020, la Russie, les États-Unis, l'Arabie saoudite, l'Algérie et le Kazakhstan, représentaient la moitié, et les autres petits fournisseurs représentaient l'autre moitié, ce qui est assez diversifié. (eurostat)

La première source de gaz naturel en France est la Norvège (36%), suivie de la Russie (17%) et de l'Algérie (8%) ; le gaz naturel liquéfié (GNL) provient principalement d'Algérie (21%), de Russie (21%), Le Nigeria (20 %) %), les États-Unis et le Qatar représentaient également environ 10 % de l'offre totale.

Par conséquent, par rapport à l'Allemagne, les contre-mesures russes auxquelles la France est confrontée ne sont pas si importantes. Le gouvernement Macron a indiqué qu'il était prêt à augmenter les sanctions énergétiques contre la Russie. Par ailleurs, fort de la « confiance » du nucléaire, le gouvernement français favorisera pleinement les mesures de réduction du recours aux énergies fossiles. Après le déclenchement de la guerre d'Ukraine, d'une part, la France a rapidement demandé à d'autres fournisseurs d'augmenter l'approvisionnement en pétrole et en gaz, et d'autre part, elle a lancé diverses mesures de réforme énergétique chez elle. qu'il suspendrait les subventions pour les chauffages résidentiels au gaz naturel nouvellement installés et augmenterait le soutien au chauffage à énergie renouvelable, en ajoutant une subvention de 1 000 € aux ménages qui installent des pompes à chaleur et des chauffages à la biomasse. Le gouvernement va également allouer 150 millions d'euros pour aider les entreprises et les communes à passer aux énergies renouvelables pour le chauffage.

3. Italie : « s'asseoir sur le même bateau » avec l'Allemagne

Mix énergétique de base : énergies fossiles solides (5%), pétrole (36%), gaz naturel (39%), nucléaire (0%), énergies renouvelables (19%), autres (2%)

En 1987, un an après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en Ukraine, les Italiens ont voté à une écrasante majorité la suspension du développement de l'énergie nucléaire lors d'un référendum. L'Italie est devenue la plus grande économie d'Europe qui n'utilise pas l'énergie nucléaire et dépend toujours de l'énergie importée Pays d'Europe occidentale avec le taux le plus élevé (2019, 77,5%).

En 2020, 43 % des importations de gaz naturel de l'Italie proviendront de Russie. Comme l'Allemagne, elle est confrontée au problème des sources d'importation biaisées. (eurostat)

Actuellement, le gaz naturel couvre 40 % des besoins énergétiques du pays. Cependant, plus de 40 % du gaz naturel provient de Russie, ce qui équivaut à 3 milliards de mètres cubes par an. Il est aussi difficile que l'Allemagne de se débarrasser de ses dépendance vis-à-vis de la Russie. Outre la recherche d'un approvisionnement accru en gaz auprès des deuxième et troisième fournisseurs, l'Algérie (23%) et la Norvège (11%), l'Italie prévoit désormais de construire deux unités flottantes de stockage et de regazéification (FSRU) pour augmenter les importations de GNL.

Deux méthaniers d'une capacité totale de plus de 10 milliards de mètres cubes seront disposés dans la mer Tyrrhénienne et la mer Adriatique, à proximité des ports disposant d'une infrastructure de pipelines existante en Italie. On pense que le Qatar, les États-Unis, le Mozambique et d'autres endroits cherchera les importations de gaz naturel liquéfié. Le ministre italien de la transition énergétique, Roberto Cingolani, a déclaré plus tôt en mars qu'il faudrait au moins trois ans pour remplacer complètement les importations russes de gaz naturel, mais qu'il devrait en remplacer certaines à court ou moyen terme en augmentant les importations de gaz naturel liquéfié.2 milliards de mètres cubes.

En 2020, la production d'énergie renouvelable (38 %) dans les pays de l'UE a dépassé pour la première fois les combustibles fossiles (34 %), mais la proportion d'énergie renouvelable en Italie est encore relativement faible, inférieure à la moyenne européenne de 22 %. Les autorités italiennes ont accéléré les approbations de projets d'énergie renouvelable à grande échelle à mesure que la guerre en Ukraine et les sanctions se déroulent, mais cela prendra du temps. Le Premier ministre italien Mario Draghi ne s'est pas encore prononcé sur la question de savoir si l'Union européenne va imposer des sanctions à l'énergie russe, il est plus probable qu'il n'accepte que l'interdiction du pétrole.Pour l'Italie, la priorité immédiate est toujours de trouver des sources d'énergie alternatives. "Malheureusement, c'est quelque chose qui ne peut pas être corrigé en un jour", a déclaré Singorani.

4. Pologne : Les médias, le gaz et le pétrole dépendent tous de la Russie, est-ce vraiment calme ?

Mix énergétique de base : énergies fossiles solides (42%), pétrole (30%), gaz naturel (15%), nucléaire (0%), énergies renouvelables (12%), autres (1%)

En tant que bon voisin de l'Ukraine, la réponse de la Pologne à la guerre ukrainienne peut être considérée comme la plus forte. Des millions de réfugiés ont afflué dans la région et chaque foyer l'a accueillie à bras ouverts. Le gouvernement polonais est même en « première ligne de l'anti-Russie » et demande instamment à l'UE d'interdire complètement les importations énergétiques russes. Cependant, en tant que cinquième pays le plus peuplé de l'UE, la confiance énergétique de la Pologne semble légèrement insuffisante. L'une des caractéristiques du mix énergétique du pays est que l'utilisation du charbon reste élevée, représentant 42 % en 2019, juste derrière l'Estonie (60 %) parmi les États membres de l'UE. L'approvisionnement en électricité de la Pologne provient à 70 % de la production d'électricité au charbon.

La Pologne est la plus dépendante de la production d'électricité au charbon dans l'UE, avec une proportion allant jusqu'à 70 %, ce qui entraîne des problèmes d'émissions de carbone et de pollution. La photo montre la centrale électrique de Belchatow à Rogowitz. (Getty Images)

À l'heure actuelle, le gaz naturel russe représente environ 55 % des importations de la Pologne, tandis que le pétrole et le charbon russes représentent également respectivement environ 67 % et 75 % de ses importations, ce qui montre que la demande énergétique de base de la Pologne dépend également fortement de la Russie. Afin de rattraper les objectifs de réduction des émissions fixés par l'Union européenne, la Pologne a cherché cette décennie à introduire davantage de gaz naturel pour remplacer le charbon. cette année, la Pologne a déjà fait certains préparatifs. En plus d'augmenter les importations de gaz naturel liquéfié américain, un gazoduc reliant la Norvège sera achevé en novembre de cette année.

Dans la réforme énergétique à plus long terme, l'énergie nucléaire sera le pilier. Les autorités de Varsovie prévoient de démarrer sa première centrale nucléaire l'année prochaine et s'attendent à ce que le pays produise 6 à 9 gigawatts (GW) d'énergie nucléaire d'ici 2043, ce qui représente 10 % de la production totale d'électricité, tandis que l'investissement total dans la construction de réacteurs nucléaires devrait atteindre 22,5 milliards d'euros.

Bien que l'ombre de la Pologne sur la catastrophe nucléaire de Tchernobyl dans les années 1980 soit plus profonde que celle de nombreux pays européens, il semble impératif de développer l'énergie nucléaire, et le gouvernement actuel considère l'énergie nucléaire comme un élément clé pour se débarrasser de sa dépendance au charbon. Parmi eux, la centrale nucléaire polonaise est située près de la région de l'Oder, à la frontière entre l'Allemagne et la Pologne. L'Allemagne, qui envisage de dénucléariser l'électrification, s'inquiète pour les centrales nucléaires. Steffi Lemke, ministre allemande de l'Environnement du Parti des Verts, " L'énergie nucléaire n'est ni bonne ni sûre aux yeux de Berlin. " Si un réacteur doit être construit en Pologne, nous allons faire un suivi avec les documents juridiques appropriés... Au niveau européen, cela va sans dire", a déclaré Lemke.

5. Pays-Bas : la « deuxième génération riche » a aussi des problèmes énergétiques

Mix énergétique de base : combustibles fossiles solides (11 %), pétrole (35 %), gaz naturel (38 %), nucléaire (3 %), énergies renouvelables (8 %), autres (5 %)

Comme mentionné ci-dessus, l'Europe possède les plus petites réserves d'énergie fossile au monde, mais il y a une « deuxième génération riche » parmi elles, et ce sont les Pays-Bas. D'une part, il partage les champs pétrolifères de la mer du Nord avec le Royaume-Uni, la Norvège et le Danemark, et possède le "plus grand champ gazier de l'Union européenne" à Groningen, donc il ne manque pas d'énergie. Cependant, en raison de la surexploitation du champ gazier de Groningen depuis les années 1960, de l'affaissement des terres dans la province et de l'intensité et de la fréquence croissantes des tremblements de terre dans la région nord au cours des dernières décennies ont menacé la vie des résidents locaux. La décision prise en 2019 de fermer le champ en 2022 est huit ans plus tôt que prévu en 2030. Depuis 2018, les Pays-Bas sont passés d'exportateur net de gaz naturel à importateur net.

La ville de Groningue, où se trouve le plus grand champ gazier de l'UE, a décidé de fermer le champ au début de 2022. La photo montre le champ gazier de Scheemderzwaag aux Pays-Bas. (Getty Images)

Par rapport à 2000, la dépendance des Pays-Bas vis-à-vis de l'énergie importée n'était que de 38 %, mais elle est passée à 64 % en 2019, juste derrière l'Allemagne en termes de taux de dépendance en Europe, et même Shell aujourd'hui doit le faire. Le gaz et le pétrole russes pour "continuer sa vie", le gaz russe représente jusqu'à 30% des importations de gaz naturel des Pays-Bas.

À l'heure actuelle, les Pays-Bas ne disposent que d'une centrale nucléaire et d'un terminal méthanier.Depuis deux ans, les autorités ont rattrapé leur retard dans le développement des énergies renouvelables, espérant réduire progressivement l'utilisation du gaz naturel.Les dernières données en 2020 montre que la part des énergies renouvelables aux Pays-Bas a atteint 11,1 %.

En 2020, 36 % du gaz naturel importé par les Pays-Bas provenait de Norvège et 30 % de Russie. (eurostat)

Depuis le déclenchement du conflit en Ukraine de l'année dernière à cette année, et la hausse sans précédent des prix du gaz naturel en Europe, le gouvernement néerlandais est toujours très prudent quant à la réouverture du champ gazier de Groningen. 200 000 personnes sont plus exposées aux tremblements de terre. " Mais il est resté en ligne et n'a pas exclu de changer de position : "Mais c'est la dernière, la dernière, la dernière situation, et la dernière, la dernière, la dernière scène inattendue : tout à coup aucun gaz ne sort des tuyaux dans la maison."

Rutte a également exprimé son opposition aux sanctions de l'UE contre l'énergie russe. Avant que ces six "dernières" n'apparaissent, les Pays-Bas ont probablement encore tendance à compter sur les importations pour répondre à la demande, et la Russie est un membre indispensable.

6. Mer Baltique : le "Brexit Russia into Europe" est déjà déployé

Mix énergétique de base de la Lituanie : énergies fossiles solides (3 %), pétrole (40 %), gaz naturel (23 %), nucléaire (0 %), énergies renouvelables (20 %), autres (14 %)

Comme les pays de l'ex-Union soviétique, les trois pays baltes luttent politiquement jusqu'au bout avec le gouvernement russe de Poutine, mais l'offre et la demande d'énergie sont toujours inextricables. Géographiquement, les pays d'Europe du Nord-Ouest disposent de gazoducs reliant directement les grands fournisseurs comme la Norvège, ainsi que de multiples terminaux méthaniers, tandis que l'Europe de l'Est, la mer Baltique et les Balkans ont plus de mal à se débarrasser de leur dépendance aux gazoducs russes.

Parmi eux, la Lituanie est l'un des pays européens les plus dépendants de l'énergie russe. L'année dernière, l'importation de pétrole, de gaz et d'électricité russes a coûté 3 milliards d'euros. Jusqu'à 69 % du pétrole importé provenait de Russie, et le gaz naturel russe représentait 42% des importations.

Depuis le déclenchement du conflit russo-ukrainien, la Lituanie est l'un des pays qui se fait le plus entendre en faveur de l'Ukraine et, ces dernières années, elle s'est également efforcée de se débarrasser de sa dépendance vis-à-vis de la Russie. (Presse associée)

Mix énergétique de base de la Lettonie : énergies fossiles solides (2 %), pétrole (37 %), gaz naturel (22 %), nucléaire (0 %), énergies renouvelables (37 %), autres (2 %)
Mix énergétique de base de l'Estonie : combustibles fossiles solides (60 %), pétrole (4 %), gaz naturel (8 %), nucléaire (0 %), énergies renouvelables (24 %), autres (4 %)

Au cours des dernières années, la Commission européenne a alloué un total de 1,6 milliard d'euros par tranches pour aider les pays baltes à se déconnecter du réseau russe et à se connecter à l'Union européenne à la place. Outre la préparation du réseau électrique pour "Brexit Russie et adhésion à l'Union européenne", les trois petits pays vivant sous le brouillard de l'Union soviétique ont commencé à se déployer pour réduire leur dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie après l'incident de Crimée en 2014. Par exemple, le terminal GNL flottant de Klaipeda en Lituanie, qui est opérationnel depuis 2014, soutient la moitié de la demande sur les marchés gaziers de la Baltique et de la Finlande.

Quant à la Lettonie, 90% des importations de gaz naturel du pays l'année dernière provenaient également de Russie, mais les autorités ont souligné que l'importation de grandes quantités de gaz russe est basée sur des prix bon marché, non sans autres options. Avec une bonne planification, le terminal GNL de Kalipeda est suffisant pour approvisionner les trois pays baltes. En outre, l'Estonie a annoncé ce mois-ci qu'elle allait de l'avant avec un projet énergétique prévu sur dix ans, un terminal flottant pour le GNL. Les autorités estiment que le coût d'achat d'un méthanier est d'environ 300 millions d'euros.

7. Quatre pays d'Europe centrale : la République tchèque, la Slovaquie, l'Autriche et la Hongrie ont leurs propres positions

Mix énergétique de base tchèque : combustibles fossiles solides (34 %), pétrole (23 %), gaz naturel (17 %), nucléaire (18 %), énergies renouvelables (11 %)

Le gouvernement tchèque n'a pas encore pris position sur une éventuelle interdiction de l'UE sur les importations d'énergie en provenance de Russie, le Premier ministre Petr Fiala affirmant à plusieurs reprises que le bloc doit réduire sa dépendance aux importations russes de combustibles fossiles, mais ne soutenant pas une interdiction d'importer. Environ 90 % du gaz naturel de la République tchèque est importé de Russie ; 50 % de sa consommation de pétrole est importée de Russie ; le pays possède ses propres mines de charbon et importe du charbon supplémentaire, principalement de Pologne. Les économistes tchèques estiment qu'une interdiction de Gazprom est dangereuse pour l'économie tchèque, mais une interdiction du pétrole peut être traitée plus facilement.

Mix énergétique de base en Slovaquie : énergies fossiles solides (17%), pétrole (21%), gaz naturel (24%), nucléaire (13%), énergies renouvelables (13%), autres (1%)

Le Premier ministre slovaque Eduard Heger a déclaré que la Slovaquie soutenait l'interdiction par l'UE de tous les produits russes, y compris le pétrole et le gaz. 87% de la consommation de gaz naturel de la Slovaquie provient de Russie. Le ministre de l'Economie, Richard Sulíkr, a averti que l'interdiction pourrait avoir des conséquences pour les industries slovaques et européennes. Pour l'instant, l'une des contre-mesures slovaques est d'importer du GNL par tankers, le premier tanker est arrivé en mars et suffit à couvrir les besoins de la Slovaquie pendant une semaine. "Bien sûr, il est plus cher d'expédier du gaz des États-Unis par pétrolier que de la Russie par pipeline, mais c'est la vie et nous devons apprendre à vivre avec", a déclaré Sulik.

Le 8 mars, le Premier ministre slovaque Eduard Heger a discuté de la coopération militaire, énergétique et économique avec Johnson à Londres. (Getty Images)

Mix énergétique de base de l'Autriche : énergies fossiles solides (10 %), pétrole (37 %), gaz naturel (22 %), nucléaire (0 %), énergies renouvelables (30 %), autres (1 %)

L'Autriche, comme l'Allemagne, est très dépendante des énergies fossiles russes. Le nouveau chancelier Karl Nehammer s'est engagé à soutenir les sanctions de l'UE contre la Russie, mais a averti qu'il pourrait y avoir des "conséquences" pour l'Autriche. 80 % du gaz naturel autrichien est importé de Russie, 10 % et 5 % respectivement de Norvège et d'Allemagne, ce qui fait que la dépendance de l'Autriche vis-à-vis de Gazprom est supérieure à celle de l'Allemagne. Le gouvernement fédéral élabore également des plans pour développer rapidement les énergies renouvelables et explore des sources alternatives de gaz naturel au Moyen-Orient, ainsi que des approvisionnements en GNL, notamment depuis la mer Adriatique italienne via le gazoduc Adria-Vienne de la côte nord transporté vers l'Autriche.

Mix énergétique de base de la Hongrie : énergies fossiles solides (8 %), pétrole (31 %), gaz naturel (32 %), nucléaire (15 %), énergies renouvelables (11 %), autres (4 %)

La Hongrie importe la majeure partie de son pétrole et de son gaz de Russie. Le Premier ministre Viktor Orbán a déclaré qu'il s'opposerait aux sanctions énergétiques au niveau de l'UE : "Alors que nous condamnons l'agression militaire russe, nous condamnons la guerre, nous ne ferons pas payer la famille hongroise". contrat d'approvisionnement. Néanmoins, Budapest a commencé à diversifier ses importations ces dernières années, y compris l'accès aux approvisionnements en GNL à partir des terminaux GNL en Croatie.

8. Royaume-Uni : Plus d'indépendance énergétique après le Brexit

Mix énergétique de base : énergies fossiles solides (3%), pétrole (40%), gaz naturel (36%), nucléaire (6%), énergies renouvelables (15%)

Le Royaume-Uni, qui a quitté l'Union européenne, n'est plus lié par l'Union européenne quant à l'opportunité de sanctionner l'énergie russe. En effet, sa dépendance vis-à-vis des importations énergétiques étrangères est faible, avec un taux de dépendance de seulement 35 % en 2019. Premièrement, la moitié de son approvisionnement en gaz naturel provient du pays, et les importations proviennent principalement de la Norvège et du Qatar. Du côté du pétrole, les importations russes représentent 8 % de la demande totale de pétrole du Royaume-Uni, bien que le Royaume-Uni soit lui-même un important producteur de pétrole brut et de produits pétroliers, et puisse également augmenter les importations de pétrole des Pays-Bas, d'Arabie saoudite et des États-Unis.

Selon l'Agence américaine du commerce international (ITA), l'industrie de l'énergie est l'industrie la plus prometteuse du Royaume-Uni en termes d'aperçu du marché et de données sur les transactions. Le Royaume-Uni a un marché de l'énergie florissant, le secteur de l'énergie générant plus de 130 milliards de dollars d'activité économique. Le secteur de l'énergie soutient 738 000 emplois au Royaume-Uni, soit l'équivalent de 1 emploi sur 49. Le gouvernement Johnson a poussé le Royaume-Uni à s'orienter vers une économie à faible émission de carbone.En 2019, le Royaume-Uni est devenu la première grande économie à adopter une législation visant à atteindre zéro émission nette d'ici 2050 et à développer pleinement les énergies renouvelables.

Par conséquent, Johnson peut être décrit comme confiant dans la fuite du Royaume-Uni de l'énergie russe : "Le gouvernement Poutine a illégalement envahi l'Ukraine, et nous leur porterons un autre coup économique - le Royaume-Uni se débarrassera de sa dépendance au pétrole russe au cours de cette année, et sous de sévères sanctions internationales. Une autre ville.

9. Petits pays européens : peuvent-ils attendre que l'UE les sauve ?

Certains petits pays européens sont complètement dépendants du gaz russe, notamment la Slovénie, la Serbie, la Macédoine du Nord, la Bosnie (Bosnie-Herzégovine), la Moldavie, la Roumanie, la Bulgarie, etc. La plupart d'entre eux sont membres de l'ex-Yougoslavie ou de l'ex-Union soviétique, et la plupart d'entre eux ne sont pas membres de l'UE, donc je pense qu'elle continuera à importer de l'énergie russe.

Quant aux membres de l'UE comme la Roumanie et la Slovénie, ils ne se sont pas prononcés en faveur de sanctions contre l'énergie russe, mais les discussions portent à ce stade sur l'exploration d'autres sources d'importation et la réduction de la dépendance vis-à-vis de la Russie.

D'autre part, après la fusion de la Russie avec la Crimée depuis l'Ukraine en 2014, l'Ukraine a cessé d'acheter du gaz naturel à la Russie depuis 2015 et a plutôt acheté du gaz naturel à l'UE, mais cela signifie qu'elle n'a réimporté Gazprom que via l'UE. Dans le même temps, cela reflète le fait que de nombreux pays européens ne dépendent pas de la Russie pour leurs importations, mais qu'en fait ils viennent toujours de Russie.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 06-04-2022 à 16:12:15   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Approfondissement des contradictions au sein de l'UE :

Etat de droit : Bruxelles engage des mesures de rétorsion contre la Hongrie


https://www.lesechos.fr/monde/europe/etat-de-droit-bruxelles-engage-des-mesures-de-retorsion-contre-la-hongrie-1398678

Deux jours après des élections marquées par la victoire éclatante du dirigeant hongrois, Viktor Orbán, la Commission lance contre lui une procédure qui risque potentiellement de le priver des fonds européens pour violation avérée de l'Etat de droit. La procédure est inédite et la Hongrie en est la première cible.

C'est devant le Parlement européen qui s'impatientait que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé le lancement de la nouvelle procédure contre la Hongrie. (Jean-Francois Badias/AP/Sipa)
Par Catherine Chatignoux

Publié le 5 avr. 2022 à 18:56

L'absence de félicitations traditionnellement adressées au vainqueur d'élections législatives n'était pas bon signe. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, n'a manifestement pas apprécié les déclarations de Viktor Orbán, dimanche, à peine sa réélection assurée.

Se félicitant de sa large victoire , le dirigeant nationaliste s'en était pris aux « bureaucrates » de Bruxelles, passe encore, mais surtout à celui qu'il a qualifié d'adversaire, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Sa position plus qu'ambiguë depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie et sa tiédeur à accepter les sanctions européennes contre son « modèle » en politique, Vladimir Poutine, a poussé la Commission européenne à accélérer le tempo face à ce leader qui se joue des valeurs européennes. Elle a dégainé sa dernière arme législative qui pourrait potentiellement priver la Hongrie de 40 milliards d'euros de fonds européens.

C'est devant le Parlement de Strasbourg et sous ses applaudissements qu'Ursula von der Leyen a annoncé mardi l'activation contre la Hongrie d'un mécanisme de «conditionnalité», visant à priver de fonds un pays où sont constatées des violations de l'Etat de droit. Le dispositif vise plus précisément les atteintes à l'Etat de droit qui compromettraient la bonne utilisation des fonds européens dans un Etat membre.

Conflits d'intérêts et corruption
Le commissaire européen au Budget, Johannes Hahn, « a parlé aujourd'hui avec les autorités hongroises et les a informées que nous allions maintenant envoyer la lettre de mise en demeure pour activer le mécanisme » , a déclaré Ursula von der Leyen.

Lire aussi La victoire de Viktor Orban pose un problème politique majeur à l'Union européenne
Budget européen : le bras de fer autour de l'état de droit en quatre questions

Le dossier contre la Hongrie était prêt mais la Commission a préféré laisser passer les élections législatives pour ne pas interférer dans le scrutin et éviter de donner au Premier ministre sortant des arguments dans sa guerre contre les institutions européennes. Dans un précédent courrier envoyé en novembre à Budapest, la Commission avait exprimé ses inquiétudes à propos de problèmes de passation de marchés publics, de conflits d'intérêts et de corruption.

Le Parlement européen s'impatientait depuis l'entrée en vigueur de cet instrument, au 1er janvier dernier. Reprochant à la Commission européenne son inaction, il avait même introduit un recours devant la Cour de justice européenne, en octobre 2021, pour manquement à son obligation à appliquer le règlement et sa tentative de « jouer la montre ».

La Commission plaidait de son côté qu'elle s'était engagée à attendre l'avis de la Cour de justice européenne sur ce dispositif - sollicité par Varsovie et Budapest - avant de l'appliquer. La Cour a donné son feu vert le 18 février mais la Commission a souhaité alors peaufiner ses « lignes directrices » c'est-à-dire les conditions dans lesquelles elle pourrait activer ce mécanisme. L 'exécutif européen voulait sécuriser juridiquement ce nouvel outil avant de le déployer contre la Hongrie et la Pologne pour ne pas subir de camouflet au cas où le pays attaqué lui ferait un procès.

Six à neuf mois
Le processus amorcé mardi va prendre du temps. C'est d'ailleurs sous la pression de la Pologne et de la Hongrie qui menaçaient d'y mettre leur veto qu'il a été rallongé et complexifié. La procédure permet à l'Etat pointé du doigt de répondre voire de corriger les déficiences relevées. La procédure devrait s'étaler sur six à neuf mois. A la fin, une éventuelle suspension ou une réduction des paiements européens doit être endossée par au moins 15 Etats membres sur 27.

L'idée de ce nouvel instrument est née de l'impuissance des institutions communautaires à faire respecter les valeurs fondamentales de l'Union européenne, notamment dans des domaines tels que la corruption et l'indépendance de la justice. L'article 7 des traités européens a bien été déclenché contre la Hongrie - et la Pologne, mais il bute sur l'unanimité exigée pour sanctionner un Etat.

Ce nouveau chapitre s'ouvre avec la Hongrie dans un contexte lourd de conflits et de désaccords sur l'indépendance de la justice, l'emprise du pouvoir sur les médias, et son refus d'accepter la supériorité de l'ordre juridique européen sur le droit national.

Catherine Chatignoux

_-----------

A noter sur svpressa :

Le premier ministre de Hongrie Victor Orbán a déclaré qu’il avait invité le président russe Vladimir Poutine aux pourparlers de paix dans son pays.
Selon Reuters, Orban a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il s’était entretenu avec Poutine mercredi.
Orban a déclaré qu’il avait invité Poutine à des pourparlers de paix en Hongrie avec la participation des présidents ukrainien et Français, ainsi que de la chancelière allemande. Il a dit que la réponse de Poutine était positive, mais Poutine a dit qu’il aurait des conditions », a déclaré l’agence dans un communiqué. NSN (en anglais seulement).
L'ancien vice-Premier ministre de l’Ukraine Irina Vereschuk dit que la position des autorités hongroises sur la situation autour de « l’indépendant » est proche de la position pro-russe et a suggéré que Budapest par ses actions veut obtenir du « gaz russe bon marché » et la « Transcarpatie ukrainienne ».

La Hongrie a aussi accepté de payer le gaz russe en roubles.
Et elle a refusé d'envoyer des armes en Ukraine.


Edité le 06-04-2022 à 18:44:03 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 06-04-2022 à 22:22:16   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur RT :

Bruxelles commet une erreur» : la Hongrie dénonce une nouvelle procédure de l'UE à son encontre
Publié le 05/04/2022 à 22h00
«Bruxelles commet une erreur» : la Hongrie dénonce une nouvelle procédure de l'UE à son encontre
AFP Attila KISBENEDEK / Ronald WITTEK / POOL
Alors que la Commission européenne a annoncé vouloir bloquer le versement d'aides à la Hongrie deux jours après la victoire de Viktor Orban, Budapest a exhorté l'UE à «revenir au bon sens et au dialogue».

Budapest a appelé le 5 avril à «ne pas punir les électeurs hongrois» qui ont permis le 3 avril une nouvelle victoire du dirigeant souverainiste Viktor Orban, après le lancement d'une procédure permettant de suspendre le versement de fonds européens.

«Bruxelles commet une erreur», a réagi Gergely Gulyas, le chef de cabinet de Viktor Orban. «Les règles de base de la démocratie doivent être acceptées par la Commission», a-t-il ajouté, avant d’exhorter l'UE à «revenir au bon sens et au dialogue» et à ne pas sanctionner le peuple hongrois «pour ne pas avoir exprimé une opinion au goût de Bruxelles lors des élections [législatives]», largement remportées par le parti au pouvoir.

Régulièrement accusé par l'UE de commettre des atteintes à l'Etat de droit, Viktor Orban avait attaqué, dans son discours de victoire, les «bureaucrates de Bruxelles».

Le 5 avril, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a annoncé l'activation contre Budapest d'un mécanisme de «conditionnalité», visant à priver de fonds un pays où sont constatées des violations de l'Etat de droit. L'annonce a été accueillie par des applaudissements au Parlement européen.

Le commissaire européen au Budget, Johannes Hahn, «a parlé aujourd'hui [le 5 avril] avec les autorités hongroises et les a informées que nous allions maintenant envoyer la lettre de mise en demeure pour activer le mécanisme. Cela déclenche une procédure comportant des échéances précises», a déclaré Ursula von der Leyen au Parlement européen. Elle n'a pas précisé quel était le contenu de cette lettre. Néanmoins, dans un précédent courrier envoyé en novembre à Budapest, la Commission avait exprimé ses inquiétudes à propos de problèmes de passation de marchés publics, de conflits d'intérêts et de corruption.

La Hongrie n'a en effet toujours pas reçu les 7,2 milliards d'euros du plan de relance post-Covid ; Bruxelles évoque des problèmes de passation de marchés publics, de conflits d'intérêts et de corruption. Budapest a pour sa part réagi en rétorquant qu'il s’agissait d'une «décision politique», contestant les «abus de pouvoir [de] l'élite bureaucratique [contre] le peuple hongrois». Une éventuelle suspension ou une réduction des paiements doit être endossée par au moins 15 États membres sur 27, et un telle procédure devrait prendre entre six et neuf mois.

La Cour de justice de l'UE a confirmé la légalité de ce règlement mi-février, en rejetant les recours en annulation de la Hongrie et la Pologne. Le Parlement européen pressait depuis des mois la Commission d'activer ce mécanisme, mais cette dernière avait décidé d'attendre le feu vert de la Cour avant d'agir.


Edité le 06-04-2022 à 22:24:11 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 07-04-2022 à 00:09:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A noter le 4 avril : Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, exige de nouvelles sanctions contre la Russie et interpelle le président français. “Monsieur le Président Macron, combien de fois avez-vous négocié avec Vladimir Poutine ? Qu’avez-vous obtenu ? Personne n’aurait négocié avec Hitler. Auriez-vous négocié avec Staline ?”

_______________


https://www.huffingtonpost.fr/entry/macron-denonce-les-critiques-scandaleuses-du-premier-ministre-polonais_fr_624de3a6e4b068157f7fa63d
GUERRE EN UKRAINE - Emmanuel Macron a qualifié ce mercredi 6 avril sur TF1 d’“infondées” et “scandaleuses” les critiques du Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki sur ses entretiens téléphoniques avec Vladimir Poutine concernant la guerre en Ukraine.
“Ces propos sont à la fois infondés et scandaleux, mais ils ne m’étonnent pas”, car Mateusz Morawiecki, soutenu par “un parti d’extrême droite”, “s’immisce dans la campagne politique française” après avoir “plusieurs fois reçu madame (Marine) Le Pen”, qu’il “soutient”, a déclaré le président-candidat français, adressant au passage un tacle discret à sa principale adversaire politique en vue du scrutin présidentiel.
“J’assume totalement d’avoir constamment, au nom de la France, parlé au président de la Russie pour éviter la guerre et construire une nouvelle architecture de paix en Europe il y a plusieurs années”, s’est défendu Emmanuel Macron....

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1059 messages postés
   Posté le 07-04-2022 à 04:48:50   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Pour résumer l'ambiance,
- l'allemande Von der Leyen signe avec Pfizzer des contrats avec des clauses secrètes et décide de bloquer les versements aux hongrois qui ont réélu Orban, applaudie par les godillots européistes du Parlement de l'UE;
- le mini-président Macron traite les dirigeants polonais d'extrême droite, ce qu'ils sont, et les laisse acheter des avions de guerre américains.
Je comprends mieux la forte abstention aux élections européennes et nationales dans la démocrature très germanique qu'est l'Union européenne.
Finalement, il faut dire OUI aux européistes et à Notre Europe.
J'avais pourtant appris sur les bancs de mon lycée que : "Penser, c'est dire NON".

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 07-04-2022 à 20:56:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Oui, bonjour l'ambiance.
Et curieusement la Pologne a un lourd passif avec les nazis ukrainiens puisqu'en 1943, l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) massacre entre 40 000 et 60 000 civils polonais en copiant les méthodes des nazis sur la purification ethnique.
Nous avons déjà vu à plusieurs occasions les divisions européennes. Des divisions fondées sur des intérêts divergents et non sur de simples divergences d'opinion.

Il faut ajouter que l'Allemagne s'est fait tordre le bras : 15.30h Le Parlement européen, par une majorité de 413 voix, a soutenu la résolution appelant à un embargo complet et immédiat sur l’importation des ressources énergétiques russes: pétrole, gaz, charbon et combustible nucléaire. [svpressa]

Et GT remet le couvert sur l'hypocrisie US :


Les États-Unis augmentent leurs importations de pétrole en provenance de Russie et poursuivent leurs propres intérêts aux dépens de leurs alliés européens dans le contexte de la crise ukrainienne

ParWang WenwenetHu Yuwei
Publié: 04 avril 2022 19:45
https://www.globaltimes.cn/page/202204/1257500.shtml

Contrairement à sa pression sur les alliés européens pour qu'ils n'achètent pas de pétrole russe dans le contexte de la crise ukrainienne en cours, les États-Unis ont augmenté l'approvisionnement en pétrole brut de la Russie de 43% , soit 100 000 barils par jour, au cours de la semaine dernière, Conseil de sécurité russe Le secrétaire adjoint Mikhail Popov a déclaré dimanche aux médias russes, les critiques soulignant que les États-Unis poursuivaient leurs propres intérêts aux dépens de leurs alliés européens.

Selon le responsable russe, l'Europe devrait s'attendre à des "surprises" similaires de la part des États-Unis.
"De plus, Washington a autorisé ses entreprises à exporter des engrais minéraux de Russie, les reconnaissant comme des biens essentiels", a ajouté Popov.

Les alliés américains et européens envisagent d'interdire les importations de pétrole russe depuis le début du conflit russo-ukrainien, malgré le fait que l'Europe dépend de la Russie pour le pétrole brut et le gaz naturel.
L'Europe fait face à la pression des États-Unis et du Royaume-Uni pour imposer une interdiction du pétrole russe. La Grande-Bretagne a annoncé qu'elle éliminerait progressivement les importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année.

Pendant ce temps, le Trésor américain a fixé la date limite pour mettre fin aux accords sur les importations de pétrole et de charbon en provenance de Russie jusqu'au 22 avril.
Cui Heng, chercheur adjoint au Centre d'études russes de l'Université normale de Chine orientale, a déclaré au Global Times que la politique américaine envers la Russie est centré sur deux aspects - l'un étant le libéralisme pour contrer le système politique et l'idéologie collective de la Russie et l'autre étant le pragmatisme pour servir les intérêts nationaux américains.

"Par nécessité d'affronter idéologiquement la Russie, les États-Unis courtisent des alliés pour sanctionner la Russie, tandis que par besoin de réalité, les États-Unis achètent l'énergie russe à un prix moins cher et la vendent à l'Europe à un prix plus élevé pour servir les intérêts du pays. groupes d'intérêts pétroliers. En fin de compte, l'Europe devient la victime - la richesse européenne afflue vers les États-Unis et aide à consolider l'avantage du dollar par rapport à l'euro", a déclaré Cui.

Les exportations américaines de gaz naturel liquéfié ont augmenté de près de 16% le mois dernier pour atteindre un niveau record, selon les données préliminaires de Refinitiv, les expéditions vers l'Europe continuant de dominer.

Le GNL américain est en forte demande alors que les pays européens tentent de réduire les importations de gaz russe après son opération militaire en Ukraine, tout en cherchant à reconstituer des stocks en baisse.
Les médias locaux ont rapporté que l'Europe a été le premier importateur de GNL américain pendant quatre mois consécutifs, absorbant environ 65 % des exportations américaines.
Dans un accord conjoint, les États-Unis ont annoncé le 25 mars qu'ils fourniraient au moins 15 milliards de mètres cubes supplémentaires de gaz naturel liquéfié à l'Europe cette année, cherchant à mettre fin à la dépendance du bloc vis-à-vis des exportations énergétiques russes. Ces volumes supplémentaires de GNL devraient augmenter à l'avenir, a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

Mick Wallace, membre du Parlement européen, a tweeté une vidéo de son discours parlementaire, affirmant que l'Europe devrait en effet se sevrer de sa dépendance à l'égard de l'énergie russe, mais ne doit pas la remplacer par le "sale gaz fracturé" des États-Unis, qui a envahi d'autres pays plus que tout autre pays au monde, selon les médias.
Les analystes ont déclaré que les États-Unis étaient le plus grand bénéficiaire de la crise russo-ukrainienne et de l'interdiction du pétrole russe, tandis que certains internautes se sont moqués de la décision américaine de piéger ses alliés européens.
"Je crois que la cible des États-Unis [en sanctionnant la Russie] n'est pas du tout la Russie, mais les pays européens" , a commenté un internaute chinois.

En achetant du pétrole à la Russie et en le revendant à l'Europe, les États-Unis peuvent réaliser des bénéfices, ont déclaré certains utilisateurs de Twitter.


Edité le 07-04-2022 à 21:31:42 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 12-04-2022 à 20:50:03   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Quelques remarques sur les fissures au sein de l'UE :

BERLIN, 12 avril — Ria Novosty
Le président allemand Frank-Walter Steinmeier a déclaré qu’il était prêt à se rendre à Kiev avec des collègues de Pologne, de Lituanie, de Lettonie et d’Estonie, mais ils ont estimé que sa présence n’était pas souhaitable.
« Le président polonais Andrzej Duda il y a quelques jours, j’ai proposé que nous nous joignions aux présidents Estonie, Lettonie et Lituanie a fait un voyage à Kievd’y envoyer un signal fort de solidarité européenne commune avec Ukraine. J’étais prêt pour cela, mais <... > je dois prendre note que ce n’était pas souhaitable à Kiev » , a-t-il déclaré aux journalistes.

Maintenant, Steinmeier est en visite à Pologne. Comme l’a écrit le tabloïd Bild, il prévoyait de se rendre en Ukraine le 13 avril, mais Volodymyr Zelenskyy a refusé de l’accepter « en raison de ses liens étroits avec la Russie » .
Dans le même temps, il a été dit que d’autres politiciens de l’Union européenne pourraient arriver à Kiev
les « liens étroits de Steinmeier avec Russie" fait référence au fait que, "alors qu’il était encore ministre des Affaires étrangères, il a rencontré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov » , écrit Bild. En outre, "le président allemand était un grand partisan du gazoduc.Nord Stream 2» et est considéré comme l’architecte de la politique favorable à la Russie du gouvernement fédéral.

Egalament l'échange venimeux entre les autorités polonaises et Macron : "le premier ministre polonais est un antisémite d’extrême droite qui, en plus, combat les personnes LGBT. (…) Il soutient Marine le Pen, qu’il a reçue à de nombreuses reprises. » « Ne soyons pas naïfs, il veut l’aider avant l’élection » . Le lendemain, vendredi 8 avril, l’ambassadeur de France à Varsovie, Frédéric Billet, s’est vu convoquer au ministère des affaires étrangères polonais.

Le 4 avril, s’exprimant sur les massacres de civils "perpétrés par l’armée russe" dans les faubourgs de Kiev, M. Morawiecki s’en était pris ouvertement aux dirigeants français et allemands, critiquant leur politique vis-à-vis de la Russie. « Monsieur le président Macron, combien de fois avez-vous négocié avec Poutine ? Avez-vous obtenu quelque chose ? Il n’y a pas à négocier avec des criminels. Est-ce que vous négocieriez avec Hitler, Staline ou Pol Pot ? »


Nous voyons ici - mais ce ne sont pas les seuls exemples - que les fractures qui
existaient déjà depuis des décennies sont accentuées par la crise en Ukraine et tout particulièrement par les sanctions exigées par les USA et l'OTAN.

D'une part l'UE est devenue le bras armé de l'OTAN en participant activement à la guerre économique, idéologique, monétaire, et en livrant des armes "jusqu'au dernier ukrainien".
D'autre part cette position sape la reprise économique et dope l'inflation, accentue les divisions existantes et créée les conditions de conflits futurs, dont naturellement la lutte des classes, mais aussi nationalistes.

Enfin selon le Député à la Douma d’État du Parti communiste de la Fédération de Russie Denis Parfenov :
"Les nazis ukrainiens commencent à menacer les partis communistes européens. A Lisbonne, devant le bâtiment du Parti communiste portugais, un rassemblement anticommuniste s’est tenu sous les drapeaux ukrainien et rouge noir de l’UPA. Les locaux de l’UCP à travers le pays ont été vandalisés par des vandales."
Ce qui signifie que les fuyards néonazis se répandent en Europe de l'ouest pour y semer la haine et la violence anti communistes. Ces individus comparables aux terroristes islamistes peuvent être manipulés par les gouvernements bourgeois. On se souvient comment De Gaulle avait recyclé la pègre pour commettre des assassinats politiques.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 12-04-2022 à 23:16:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le PIB de l’Ukraine va s’effondrer (-45%), mais la Banque mondiale voit un scénario plus sombre encore

12 AVRIL 2022

https://histoireetsociete.com/2022/04/12/le-pib-de-lukraine-va-seffondrer-45-mais-la-banque-mondiale-voit-un-scenario-plus-sombre-encore/

Comme cela est dit par ailleurs : si le conflit ukrainien et la manière dont les Etats-Unis rejouent par procuration une guerre dans laquelle ils voient un remake de ce qui dans la deuxième guerre mondiale a permis leur hégémonie, apparaît aux yeux de la majorité des peuples comme une affaire européenne, il est un accélérateur des tendances. La chute de l’empire occidental et la manière dont il se débat en noyant vassaux, alliés autant qu’adversaires risque d’avoir de terribles conséquences et les campagnes électorales européennes dans un tel contexte témoignent hélas globalement de l’incapacité à endiguer la débâcle.
Parce que ce que veulent les USA, un abcès de fixation, un enlisement et surtout pas de négociations de paix ne fait qu’accélérer l’ampleur de la crise. Effectivement on ne peut pas assurer une retraite digne à 60 ans, une santé et une éducation publique de haut niveau en acceptant ce scénario de l’OTAN. (note de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

L’économie de l’Ukraine va se contracter de 45,1% cette année en raison de la guerre menée par la Russie dont le PIB devrait lui-même s’effondrer de 11,2%, selon les dernières prévisions de la Banque mondiale publiées dimanche. Toute la région sera affectée, et une aggravation de ces prévisions pessimistes est à redouter alors que le bilan des destructions humaines et matérielles ne se cessent de s’alourdir et qu’une offensive massive est en préparation.



La Banque mondiale vient de balayer toutes les prévisions économiques, déjà très pessimistes, élaborées depuis un mois sur la santé économique de l’Ukraine en raison de l’invasion russe.
Il y a un mois, le Fonds monétaire international (FMI) avait calculé une baisse du PIB entre 10% à 35%, et il y a moins de deux semaines (le 31 mars), la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) prévoyait une baisse de 20%.

Un effondrement du PIB de l’Ukraine de 45,1% en 2022

Hier dimanche, la Banque mondiale a annoncé un effondrement catastrophique, prévoyant que le PIB de l’Ukraine plongerait de 45,1% en 2022. Tandis que la Russie verrait son PIB chuter de 11,2%.
Depuis le début de cette guerre débutée le 24 février par la Russie, plus de quatre millions d’Ukrainiens ont quitté le pays, fuyant vers la Pologne, la Roumanie et la Moldavie, et les prix de l’alimentation comme ceux de l’énergie n’ont cessé de grimper.
La situation de l’Ukraine pâtit gravement de la fonte des recettes fiscales du gouvernement, les entreprises ayant fermé ou n’étant que partiellement opérationnelles tandis que le commerce des marchandises est extrêmement perturbé. Les exportations de céréales sont devenues impossibles “dans de vastes étendues du pays en raison de lourds dommages aux infrastructures”, a noté par exemple Anna Bjerde, la vice-présidente de la Banque mondiale chargée de cette région lors d’une conférence téléphonique.

De fait, la Banque mondiale a calculé les conséquences de ce conflit pour toute la région.

Le PIB de l’Europe de l’Est chuterait de -30,7%
La seule Europe de l’Est devrait voir son PIB s’effondrer de 30,7% contre une croissance de 1,4% attendue avant l’invasion. Ce calcul intègre les conséquences des sanctions qui ont été imposées à la Biélorussie, alliée de la Russie, pour son rôle dans la guerre. Sans oublier que cette partie de l’Europe est tributaire du gaz naturel pour répondre à ses besoins énergétiques.
Dans le détail, la Moldavie pourrait devenir l’un des pays les plus durement touchés par le conflit, non seulement en raison de sa proximité géographique avec la guerre, mais encore de ses vulnérabilités inhérentes en tant que petite économie étroitement liée aux deux pays, l’Ukraine et la Russie.

Une récession pire que celle provoquée par la pandémie de Covid

Plus largement, l’institution de Washington annonce tabler sur une contraction de 4,1% du PIB cette année pour l’ensemble des pays émergents et en développement d’Europe et d’Asie centrale, alors qu’elle s’attendait avant la guerre à une croissance de 3%. C’est aussi bien pire que la récession provoquée par la pandémie en 2020 (-1,9%).
Et, alors que le bilan des destructions humaines et matérielles ne se cesse de s’alourdir et qu’une offensive massive russe est en préparation, l’institution explique que pour élaborer ses prévisions, la Banque a pris comme hypothèse que la guerre va se poursuivre encore “quelques mois”.

Le scénario encore plus sombre envisagé par la Banque mondiale

Mais elle met en garde contre un scénario encore plus sombre si le conflit s’enlisait.
« Les résultats de notre analyse sont très sombres » , a souligné Anna Bjerde, la vice-présidente de la Banque mondiale chargée de cette région lors d’une conférence téléphonique.
Elle ajoutait:
« Il s’agit du deuxième choc majeur frappant l’économie régionale en deux ans et il survient à un moment très précaire, car de nombreuses économies luttaient encore pour se remettre de la pandémie. »
Cette responsable de la Banque mondiale reconnaît que ces dernières prévisions sont sujettes “ à une grande incertitude ” avec une inconnue, l’impact réel de la guerre en zone euro.
C’est pourquoi l’institution a donc aussi envisagé un scénario plus pessimiste prenant en compte un impact plus fort sur la zone euro, une escalade des sanctions et un choc sur la confiance financière.
C’est en substance ce que disaient il y a une semaine les autorités de régulation qui scrutent avec attention la situation des banques européennes depuis le début du conflit en Ukraine et la mise en place des sanctions à l’encontre de la Russie. Leur message se voulait optimiste mais seulement à court terme : pour l’heure disaient-elles, l’exposition des banques au risque russe est globalement limitée mais il ne faudrait pas que la guerre s’éternise trop.

Un scénario pire que celui de la crise financière de 2008

Or, selon ce scénario plus sombre d’une guerre qui s’éternise, la Banque mondiale a calculé que le PIB de la région se contracterait alors de près de 9%, soit bien plus que les 5% subis pendant la crise financière mondiale de 2009 et davantage que la récession de 2% induite par la pandémie en 2020, rappelle la Banque mondiale.
Pour la Russie, le plongeon en 2022 ne serait plus de -11,2%, évoqué plus haut dans cet article, mais serait de -20%. Pour l’Ukraine, il tomberait de -45,1% à -75%.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1059 messages postés
   Posté le 13-04-2022 à 06:23:49   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

L'Ukraine va devenir un pays pauvre où les pays occidentaux viendront piller les dernières ressources humaines présentes sur place quand les armes se seront tues. Tout bénéfice pour les pays occidentaux, des recrutements de personnes prêtes à l'emploi, pardon à l'exploitation, sans supporter les charges d'éducation et d'instruction. Opportunité comparable avec les quatre à cinq millions d'ukrainiens ayant déjà quitté le pays pour les mirages de l'occident.

Poutine aura de ce point de vue perdu la guerre, la Russie ne sera pas vraiment attractive et les combats dans le Donbass vont le laisser en ruines. Situation comparable à celle de 1945 quand l'URSS a occupé l'Allemagne de l'Est reste bien plus pauvre et plus détruite que la partie occidentale occupée par les américains et leurs valets.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 14-04-2022 à 23:06:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les médias russes parlent déjà de la reconstruction, par exemple de l'usine d'Azovstal.
Elle faisait concurrence avec la production d'acier russe.
Mais il semble qu'elle sera reconstruire plus moderne.
Il faudrait étudier la question dans le détail des différentes zones, leurs productions, les investissements récents ou le délabrement, etc.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 14-04-2022 à 23:13:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Entretien exclusif avec Qiu Shiqing : Russie-Ukraine "La bataille décisive du Donbass" ne peut être négociée que lorsque le résultat est imminent



Écrit par : Qi Binhong
2022-04-14 13:15:00
Date de la dernière mise à jour :2022-04-14 15:37
dnews
________________________________________


Le conflit entre la Russie et l'Ukraine se développe depuis plus d'un mois. On pensait à l'origine que cette guerre avait une forte probabilité de se terminer par une "blitzkrieg", mais en raison des changements survenus sur le champ de bataille et la situation politique, elle a été repoussée jusqu'à nos jours. Maintenant que l'armée russe s'est retirée de l'encerclement de Kiev et s'est déplacée vers la région du Donbass, la Russie et l'Ukraine semblent avoir une bataille décisive. En réponse à ce développement, "Multidimensional News" a interviewé le commentateur militaire Qiu Shiqing pour discuter de la réalité militaire du champ de bataille russo-ukrainien.

Duowei : Le 24 février, Poutine a annoncé le lancement d'une « opération militaire spéciale » contre l'Ukraine, et le conflit dure depuis plus d'un mois. Pourriez-vous nous parler un peu de la situation actuelle ? L'armée russe a-t-elle capturé Marioupol ?
Qiu Shiqing : Selon le communiqué officiel du ministère russe de la Défense, le 12 avril dans la zone de l'aciérie d'Ilyich dans la ville de Marioupol, en Ukraine, en raison du succès des opérations offensives des forces armées russes et de la police de la République populaire de Donetsk , les 1 026 premiers militaires ukrainiens du 36 Corps des Marines ont volontairement déposé les armes et se sont rendus. Parmi les soldats des Forces armées ukrainiennes qui se sont rendus, il y avait des officiers 162 et des femmes soldats 47. Parmi eux, des soldats ukrainiens blessés 151 ont reçu des soins médicaux primaires sur place, puis tous ont été transférés à l'hôpital de la ville de Marioupol pour y être soignés.
Si la déclaration du ministère russe de la Défense est vraie, l'Ukraine a effectivement perdu le contrôle de la ville de Marioupol, et la seule zone de défense restante est une petite zone près de la gare dans la zone terminale, et l'usine sidérurgique d'Azovstal. travaux) seul. Bien que pas tout, la zone urbaine de Marioupol a été en grande partie capturée par les forces russes.

Duowei : Le monde extérieur est très préoccupé par le but des actions de l'armée russe cette fois. Après le début de l'opération le 24 février, les résultats des prédictions du monde extérieur se situaient généralement entre deux extrêmes : l'un était de capturer Kiev et de détruire l'Ukraine, et l'autre était de stabiliser la situation dans l'est de l'Ukraine. bombardé en continu à cette époque. Le 26 mars, l'armée russe a annoncé que "la première phase des opérations militaires en Ukraine" était à peu près achevée et que l'accent serait mis sur la "libération totale" de la région du Donbass à l'avenir. . Quelle est votre opinion sur cette évolution ? Selon vous, quel genre d'objectifs militaires l'armée russe veut-elle atteindre en Ukraine ?

Qiu Shiqing : Pour autant que je sache, l'objectif fixé par l'état-major russe pour la première phase de l'"opération militaire spéciale" est principalement d'affaiblir le potentiel militaire et de combat national de l'Ukraine et, deuxièmement, de cibler le groupe militaire lourd ukrainien dans le Région du Donbass. .
De mon point de vue, la Russie a fait un effort audacieux dans la première phase. Lorsque les troupes aéroportées russes ont réussi à s'emparer de l'aéroport d'Hostomel et que la 36e armée a assiégé Kiev depuis la Biélorussie, on devrait s'attendre à ce que la Russie obtienne deux résultats majeurs : premièrement, contenir l'armée ukrainienne à l'ouest de Kiev, rendant impossible l'attaque de Kiev. groupe d'armées; deuxièmement, tester s'il est possible d'utiliser cette dissuasion militaire pour forcer Kiev à négocier ou à se rendre.

À en juger par le moment actuel, il est évident que le deuxième effet n'a pas été atteint, et ne s'appuie que sur la 36e armée, et plus tard sur la première armée blindée de la garde russe de la région de Soumy à l'ouest, un total de plus de 40 000 personnes , et non Le pouvoir de capturer Kiev. Par conséquent, après avoir réussi à contenir et à affaiblir 80 % des avions de combat ukrainiens et 81 % de ses capacités de défense aérienne, il est sage de supprimer définitivement l'encerclement de Kiev. En plus de récupérer plus de 40 000 soldats dans la région de Kiev, cette décision peut également concentrer ces troupes sur la région du Donbass pour préparer la deuxième phase de l'objectif.

Je crois que l'objectif stratégique de cette « opération militaire spéciale » russe est, avant tout, de désarmer les capacités militaires de l'Ukraine par des moyens militaires, forçant ainsi l'Ukraine à accepter les conditions politiques de la Russie et à atteindre l'objectif de dénazification. Pour cette raison, les objectifs stratégiques de la Russie dans la deuxième phase sont très importants.
Si la Russie parvient à anéantir le groupe ukrainien lourdement armé dans la région du Donbass, cela signifie que l'Ukraine perdra 70 à 75 % de sa force militaire nationale. À moins que l'Ukraine ne mobilise la milice, il sera difficile pour les forces armées ukrainiennes restantes de défendre le centre de l'Ukraine. Avec une ligne de défense aussi longue à Kiev, la Russie peut choisir de négocier ou de continuer à attaquer, créant une situation favorable pour que la Russie mette fin à la guerre.

Duowei : Après le déclenchement du conflit, l'Ukraine a longtemps été considérée comme difficile à résister, mais la guerre a continué jusqu'à ce jour. Certains commentateurs pensent que l'armée russe a sous-estimé l'ennemi et que la "Blitzkrieg" a échoué. Je me demande ce que vous pensez de cette affirmation ? Comment l'armée russe s'est-elle comportée cette fois-ci, sous-estime-t-elle vraiment l'ennemi ?
Qiu Shiqing : Mon opinion personnelle sur cette question est que l'Ukraine a une armée permanente de 250 000 personnes. Que ce soit le nombre d'équipements ou la volonté du peuple, cela ne peut être sous-estimé. D'autant plus que la ligne de défense ukrainienne est opérationnelle depuis 2014, ses fortifications sont exploitées.Depuis 8 ans, les médias étrangers qualifient même sa force de "Ligne Maginot". Aussi optimiste soit-il, il est difficile d'utiliser la "blitzkrieg" pour prédire que "l'opération militaire spéciale" de la Russie se terminera bientôt.
Les forces armées russes n'ont pas été aussi performantes que prévu au début de la guerre. Outre le manque d'approvisionnements faibles dû à l'adoption du groupement tactique du bataillon (BTG) dans la réforme militaire en 2008, la guerre précipitée et l'absence d'un système efficace de gestion du champ de bataille sont également une raison majeure.
Dans la première étape, les effectifs investis par l'armée russe étaient à peu près égaux à ceux de la partie ukrainienne, environ 100 000 personnes ; après la première semaine, les volontaires mobilisés de Tchétchénie, d'Ossétie du Sud et d'autres lieux ont lentement rejoint le champ de bataille pour suppléer à la pénurie en Russie troupes. Donc, je ne pense pas que la Russie ait sous-estimé l'ennemi, mais elle n'avait que peu de ressources à l'époque.

Duowei : Le 19 mars, l'armée russe a utilisé pour la première fois le missile hypersonique "Dagger" pour frapper l'arsenal souterrain dans le sud-ouest de l'Ukraine et détruire la ligne d'approvisionnement. Que pensez-vous de cette action ? Pourquoi la Russie déploie-t-elle des armes hypersoniques ? Quel genre de tendance guerrière le « poignard » reflète-t-il ?
Qiu Shiqing: L'énorme énergie cinétique du missile hypersonique, couplée à sa propre puissance explosive, est très appropriée pour faire face aux fortifications ennemies enfouies profondément sous terre ou renforcées de béton armé, en raison de l'énorme puissance de pénétration et de la puissance explosive, Il peut détruire des cibles que les obus d'artillerie ordinaires et même les missiles ne peuvent pas atteindre.
Étant donné que les missiles de défense aérienne actuels ne disposent pas de capacités d'interception et de défense importantes pour les missiles hypersoniques, la capacité d'oppression des missiles hypersoniques obligera le défenseur à envisager de transférer des cibles et des actifs de grande valeur vers des missiles ennemis hors de portée. Sinon, ils seront exposés à la menace de l'attaque de l'adversaire. Pour d'autres champs de bataille possibles à l'avenir, les pays belligérants doivent également déterminer si leurs déploiements militaires, tels que des avions ou de précieux porte-avions, sont à portée de frappe de l'adversaire. À moins qu'ils ne disposent déjà de la technologie pour intercepter des missiles hypersoniques, ils doivent soigneusement déterminer si déplacer pour réduire le risque d'autodestruction.

Duowei : Bien que l'Ukraine ait continué à négocier avec la Russie, elle n'a jamais fait de percée.La Russie et l'Ukraine sont tombées dans un état de négociations entremêlées. Je me demande comment vous évaluez les performances de l'armée ukrainienne sur le champ de bataille ?
Qiu Shiqing : Notre évaluation du champ de bataille doit aller au-delà de la position subjective et de l'idéologie. Nous ne pouvons évaluer la performance d'une armée qu'en fonction de la réalisation réelle de l'objectif, sinon il est facile de tomber dans la situation déformée de "voir l'arbre". mais pas la forêt".

Depuis le début de la guerre le 24 février, malgré la supériorité locale de l'Ukraine dans certaines parties du Donbass, nous n'avons pas vu les forces armées ukrainiennes tenter une offensive agressive à grande échelle au niveau de la brigade, ni l'anéantissement spécifique du bataillon russe. niveau Les résultats des forces ci-dessus. Nous ne pouvons que voir d'après les résultats que l'armée ukrainienne a mené des embuscades, des tirs d'élite et des raids à petite échelle, ou a transféré des troupes dans des villes telles que Marioupol, Mykolaïv, Kharkov (Kharkiv), Samui, etc.

La raison pour laquelle l'armée ukrainienne s'appuie sur les villes pour mener la guerre urbaine est liée à la perte d'un grand nombre d'avions de combat et de systèmes de défense aérienne en Ukraine au début de la guerre. Cependant, même lorsque l'Ukraine n'a pas complètement perdu sa supériorité aérienne, l'armée ukrainienne a rarement pris des mesures tactiques pour éliminer l'armée russe à grande échelle. Cependant, ces résultats affaiblissent difficilement le potentiel de combat et la volonté de l'armée russe, mais se placent plutôt dans une situation de combat passif.
J'ai donc des réserves sur les performances de l'armée ukrainienne sur le champ de bataille. Je n'ai aucun doute sur la détermination des soldats ukrainiens à défendre le pays, et la raison de mes réserves est que j'ai des doutes sur la stratégie, le commandement et la capacité de l'armée ukrainienne à atteindre ses objectifs.

La Russie est bien consciente que des négociations sérieuses ne peuvent avoir lieu tant que l'Ukraine n'est pas durement touchée ; de même, l'Ukraine sait que la Russie ne peut pas battre en retraite tant qu'elle n'est pas durement touchée économiquement ou militairement. Par conséquent, les négociations entre les deux parties peuvent encore être dans l'impasse, car aucune des parties n'a de raison de faire des concessions pour le moment.

Duowei : Cette fois, les États-Unis et l'OTAN ont continué à transporter des armes de "combat de rue" telles que des aiguilles et des missiles antichars Javelin en Ukraine, et des "volontaires étrangers" sont également entrés sur le champ de bataille en Ukraine. Je ne sais pas ce que vous pensez de ces aides étrangères ? Peut-il vraiment jouer un rôle et affecter la situation de guerre ?
Qiu Shiqing : Les armes que l'OTAN et les États-Unis ont aidées à l'Ukraine ont une caractéristique commune : elles sont légères et petites, et conviennent aux opérations de défense dans les villes et les positions. Mais pour l'aide de l'offensive, c'est beaucoup moins efficace que les armes lourdes à longue portée.
Il est impossible de gagner une guerre uniquement en s'appuyant sur la défense de la ville ou la guerre de position.En fin de compte, il est nécessaire d'éliminer la puissance de combat vivante de l'ennemi dans le processus de bataille pour gagner. Étant donné que l'Ukraine a perdu sa supériorité aérienne, compter uniquement sur des missiles antichars ou des missiles antiaériens à courte portée pourrait ne pas être en mesure d'inverser le cours de la guerre et n'avoir aucune chance de victoire décisive.
Le niveau des volontaires étrangers varie, ce qui peut être incompatible avec les habitudes d'intégration ou de commandement de l'armée ukrainienne, voire affecter l'efficacité au combat. Pour cette raison, presque tous ces volontaires étrangers sont désignés comme unités de combat indépendantes, et les tâches qu'ils peuvent entreprendre sont également limitées. Mon opinion est que ces volontaires étrangers sont utiles à l'Ukraine, mais il s'agit davantage de l'effet obtenu par la propagande ou les médias que du nombre de résultats riches qui peuvent être obtenus après leur mise sur le champ de bataille.

Multidimensionnel : Après le déclenchement du conflit russo-ukrainien, des discussions sur la « reprise du système de conscription » et la « guerre asymétrique » ont de nouveau émergé à Taïwan. La chercheuse du groupe de réflexion américain Bonnie S. Glaser a directement suggéré dans une interview que Taïwan devrait adopter une "stratégie du porc-épic", c'est-à-dire utiliser un grand nombre d'armes petites et bon marché, y compris des missiles de croisière de défense côtière, à courte portée, mobiles C'est difficile pour que l'APL débarque, et il est encore plus nécessaire de mobiliser les civils pour mener une contre-attaque de type guérilla de toute la société pour empêcher l'APL d'avancer. Je ne sais pas ce que vous pensez de telles remarques ? Existe-t-il une possibilité ou un signe que Taiwan pousse dans cette direction ?
Qiu Shiqing : Je pense que la « stratégie du porc-épic » suggérée par Gracie, qui est actuellement utilisée par l'Ukraine, est de dissuader la guerre en augmentant le prix que l'adversaire doit payer dans la guerre. Je ne peux pas trop parler de la stratégie de défense de Taïwan, mais vu cette guerre russo-ukrainienne, je pense que nous devons approfondir la question de savoir si la "stratégie du porc-épic" fonctionne vraiment à Taïwan ? Tirer des troupes vers les défenses urbaines, au détriment de l'initiative et mobilité, va-t-on créer un Marioupol après l'autre dans différentes villes de Taïwan ? C'est pourquoi nous devons observer attentivement et étudier cette guerre.


Edité le 22-04-2022 à 23:05:46 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 22-04-2022 à 23:05:12   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Charbon, pétrole, gaz de Russie : les nouveaux « führers » d'Allemagne provoquent une dépression nerveuse chez les bourgeois


Berlin devra à Moscou un montant record pour le carburant

Youri Yentsov

https://svpressa.ru/economy/article/332152/

Les Allemands peuvent payer trois milliards d'euros de plus pour notre pétrole cette année que l'année dernière. Peuvent-ils payer ou non ? Nos partenaires ponctuels ont l'habitude de compter chaque pfennig, dans le sens d'un centime d'euro. Pas étonnant que leurs économistes se grattent la tête.

Greenpeace ne s'est pas non plus écarté, dans lequel ils ont calculé que la République fédérale paierait à la Fédération de Russie près de 34 milliards d'euros - c'est un record. Des militants écologistes au service des grandes entreprises ont proposé une taxe sur le gaz russe. C'est juste intéressant en roubles ou en euros ?
La publication allemande Deutsche Wirschafts Nachrichten, qui se traduit par German Economic News, a réimprimé un rapport de Greenpeace détaillant que les paiements pour le pétrole russe passeront de 11 milliards d'euros l'an dernier à 14 milliards d'euros cette année. Les dépenses pour le gaz russe doubleront - de 9 milliards d'euros à 18 milliards d'euros. L'Allemagne dépensera 2 milliards d'euros supplémentaires pour le charbon russe - ces données sont citées par RIA Novosti.

Le directeur du Fonds de développement énergétique, Sergey Pikin , estime que Greenpeace reste prudent, mais en fait, l'Allemagne peut payer davantage la Russie, car le prix du gaz est aujourd'hui d'un dollar par mètre cube :
- Objectivement, tout s'explique simplement - la hausse des prix a commencé l'été dernier. La situation des sanctions occidentales contre la Russie n'a fait qu'aggraver le tout. Les prix du pétrole et du gaz sont à leur maximum. Pour cette raison, les consommateurs du monde entier surpayent : l'Allemagne, la Pologne et les Pays-Bas.
Tout! Mais cet argent supplémentaire est également reçu par tous les pays qui fournissent des ressources énergétiques - pas seulement la Russie. À cet égard, la même Norvège et l'Algérie (si nous parlons de gaz) et l'Arabie saoudite (si nous parlons de pétrole) reconstitueront leurs budgets à cet égard.

Cela ne vaut donc pas la peine de blâmer la Russie pour tout cela. Bien que nous soyons un fournisseur majeur, nous ne sommes pas les seuls. Notre part dans le monde global n'est pas si grande. Mais le fait que les consommateurs soient obligés de payer trop cher à cause de la décision de leurs politiciens est un fait.

« SP » : - Le flux de trésorerie réel continuera-t-il, les sanctions interféreront-elles ? Les acheteurs de ressources énergétiques russes ont-ils compris la nouvelle procédure de paiement ?

- On ne sait pas encore comment ils réagiront à notre décision de convertir les paiements en roubles. Mais en termes de gaz, ils n'ont objectivement tout simplement aucune option. Quant au pétrole, ils sont prêts à passer à un autre fournisseur. Bien qu'elle soit difficile, gênante et coûteuse, elle entraînera une nouvelle hausse des prix du pétrole, puis de l'essence, et ainsi de suite.
En ce qui concerne le gaz, les Européens ne peuvent pas le faire du fait qu'il n'y a pas d'autres fournisseurs et aucune structure qui pourrait accepter ce gaz s'ils trouvaient soudainement des fournisseurs. Mais il n'y a pas non plus d'excès de gaz dans le monde.

"SP": - Il s'avère que les politiciens déclarent quelque chose à haute voix, et les artistes interprètes ou exécutants, les entreprises - vont lentement tout faire, n'est-ce pas?

« Les politiciens ne disent rien sur le gaz. Ils disent tous ensemble qu'il est impossible de se passer du gaz russe. Une discussion furieuse dans l'Union européenne est menée uniquement sur notre pétrole - est-il nécessaire d'imposer un embargo sur le pétrole russe ou non ? Quelqu'un est « pour », quelqu'un est « contre », mais aucun consensus n'a encore été formé.
Le prochain paquet de sanctions anti-russes pourrait inclure des mesures similaires. Il y a eu des débats sur le charbon, et il a été convenu de refuser. Et puis avec un délai de quatre mois pour trouver des fournisseurs - tout n'est pas si simple...
Les Allemands ordinaires sont très préoccupés par les projets de leurs "fuhrers" de refuser d'importer du gaz russe, selon l'édition faisant autorité du Financial Times. Jusqu'à présent, une seule discussion sur un éventuel embargo conduit les Allemands à l'épuisement nerveux. La part du gaz russe sur le marché allemand est supérieure à la moitié. Si vous l'éteignez brusquement - cela paralysera la majeure partie de l'industrie - n'allez pas chez une diseuse de bonne aventure.

L'embargo sur le pétrole russe touchera sans aucun doute non seulement les géants, mais aussi les moyennes et petites entreprises. Les petites entreprises ne concluent pas de contrats à long terme pour la fourniture d'énergie. La hausse des prix les affectera directement. La moitié des petites entreprises utilisent le gaz comme principale source d'énergie et un quart utilisent le pétrole.
L'Occident, ayant imposé des sanctions à grande échelle, souffre déjà, mais, néanmoins, en Europe, ils continuent d'appeler à l'abandon des ressources énergétiques russes. Berlin jusqu'à la fin de cette année refusera d'importer du charbon et du pétrole. Et après deux ans d'essence, c'est comme couper la queue d'un chat morceau par morceau.

L'expert principal du Fonds national de sécurité énergétique, Igor Yushkov , suggère que, selon des signes indirects, les entreprises semblent commencer à passer à un nouveau système de paiement pour les roubles, bien que personne ne l'ait officiellement confirmé :

- Selon le nouveau système de paiement, nous avons exigé que les pays hostiles passent aux roubles pour les ressources énergétiques, et les pays amis le font. L'Arménie a déclaré qu'elle est passée au règlement en roubles, et pas tout à fait - est-elle passée au nouveau régime ou a-t-elle simplement payé en roubles ?
Déjà au milieu de ce mois, certains paiements anticipés pour les futures livraisons de mai de nos vecteurs énergétiques devaient être effectués. Et à partir de ce moment-là, le rouble a commencé à se renforcer fortement face à l'euro, puis face au dollar. Il s'ensuit que quelqu'un entre sur le marché des changes avec une grande masse de dollars ou d'euros, en les échangeant contre de l'argent russe. En conséquence, la demande de roubles augmente.
Jusqu'à présent, nous ne pouvons analyser que de cette manière, en observant des "flashs" - la hausse ou la baisse de la différence de taux de change. Donc, quelqu'un achète une partie des roubles. Sur la base de ces signes indirects, on peut dire que quelqu'un est passé au système de paiement en roubles pour les vecteurs énergétiques russes.

En fait, cela ne concerne pas exactement combien l'Allemagne et d'autres pays paieront pour l'approvisionnement en gaz russe. Selon le schéma proposé par les dirigeants russes, les entreprises étrangères ne s'en soucient pas du tout - elles-mêmes ne touchent pas nos roubles.
Selon le nouveau schéma, une société étrangère n'ouvre un compte en devises auprès de Gazprombank qu'en dollars et en roubles. Et transférez de l'argent sur ce compte. Et Gazprombank elle-même change de l'argent en bourse, agissant en tant qu'agent. Après avoir changé, il le met sur un compte en roubles puis tout est transféré à Gazprom.
La différence de taux de change devrait préoccuper notre fournisseur et non les entreprises étrangères qui achètent du gaz. Sa valeur a été calculée en dollars et est calculée. La formule de tarification ne change pas en principe, les roubles n'y sont pas écrits. Tout est en dollars. Mais ces dollars étaient autrefois donnés à Gazprom, et maintenant à Gazprombank - c'est tout.

Ainsi, pour les entreprises étrangères, le régime ne change pas fondamentalement. Il leur suffit de signer un accord supplémentaire, qui stipule que la monnaie de règlement est désormais le rouble et d'ouvrir un compte.
Cependant, ce nouveau régime renforce le rouble. Après tout, la Banque centrale réduit le contrôle des changes. Jusqu'à récemment, les exportateurs, ayant reçu des recettes en devises dans les trois jours, étaient tenus d'en vendre 80 % sur le marché. Maintenant, ce n'est plus obligatoire, la durée a été prolongée - vous pouvez vendre dans les 60 jours. Mais en même temps, tous les revenus en dollars du gaz vont immédiatement sur le marché des changes, le remplissant.

"SP": - Mais si les mêmes Allemands veulent soudainement payer le gaz russe selon le schéma précédent, les nôtres, probablement, ne refuseront pas non plus, tant qu'ils paient vraiment et ne gardent pas l'argent pour eux-mêmes sous de loin -des prétextes récupérés ? Ou vont-ils refuser ?

- Au départ, Vladimir Poutine était assez catégorique et a déclaré que nous n'envisagerions pas de payer Gazprom dans le cadre de l'ancien régime en dollars ou en euros, uniquement dans le cadre du nouveau.
Dans le même temps, formellement, même Gazprom n'est pas impliqué dans les exportations, mais sa filiale Gazprom-export. Si auparavant ses comptes étaient placés dans des banques étrangères, cela est maintenant transféré à la juridiction russe. L'essentiel est de sécuriser l'argent qui nous revient pour le gaz fourni. Juste au cas où, car si l'argent était vraiment arrêté, nous arrêterions instantanément de fournir du gaz.
Par conséquent, tout doit maintenant être transféré en Russie - à la fois les enregistrements et les comptes. En Occident, ils sont arrêtés sans procès ni enquête simplement parce qu'ils ont quelque chose à voir avec la Russie. Ils ont même arrêté les comptes d'opposants russes partis depuis longtemps en Europe ou aux États-Unis - personne ne regarde rien. Par conséquent, il est logique que la Russie transfère toutes les transactions aux banques russes.
Voyons à quel point les positions de la Russie et de l'Europe vont s'assouplir et converger à l'avenir. Il est logique que si un ultimatum est posé, il faut alors parvenir à sa mise en œuvre. De plus, rien ne change pour les entreprises, et cela ne les dérange pas vraiment. Les politiciens ont protesté en criant : « Nous ne savons pas du tout à quoi ressemble votre rouble ! Ils étaient contre simplement parce que la déclaration de notre président semblait très dure.
L'Allemagne et d'autres pays ne veulent pas renoncer au gaz russe. L'aggravation n'est observée que dans les organes supranationaux - des déclarations négatives sont reçues de Bruxelles, siège de l'Union européenne.
De plus, des pays comme la Pologne et la Lituanie sont intransigeants. Le contrat de la Pologne avec Gazprom se termine à la fin de cette année, il est donc possible que les Polonais rompent l'accord. Et la Lituanie a réduit le volume de consommation, car les prix du gaz dans le monde sont trop élevés pour ce pays, l'industrie s'arrête et le gaz qui entre dans le terminal de réception de GNL est suffisant pour la population et les projets sociaux.
Quant à l'Allemagne et aux autres pays européens développés, je pense qu'ils passeront à un nouveau système de rouble ...

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 24-04-2022 à 23:32:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L’Occident fait à contrecœur un compromis sur le rouble



Evgueni Bersenev
24 avril source svpressa
L'interview est commentée par
Igor Iouchtkov
Les États européens devront encore accepter les conditions russes et accepter de payer le gaz russe en roubles, les premiers signes de compréhension de la réalité changeante de leur part sont déjà apparus.
Selon Reuters, la Commission européenne (dont la présidente Ursula von der Leyen). Plus récemment, elle a catégoriquement rejeté une telle possibilité a envoyé des lettres aux États membres de l’UE, dans lesquelles elle a décrit l’option de payer le carburant de la Fédération de Russie en roubles, sans violer les sanctions imposées.
Le document indique que le paiement du gaz en roubles « permet l’inclusion de la Banque centrale de la Fédération de Russie dans le schéma de transaction, ce qui constituera une violation des sanctions de l’UE », mais la lettre note que les sociétés gazières européennes peuvent accepter le système de règlement proposé par la Russie.
La lettre de la Commission européenne contient l’un des systèmes possibles de paiement du carburant fourni à la Fédération de Russie, selon lequel les sociétés bénéficiaires du gaz ouvrent des comptes dans une banque russe, à laquelle la monnaie convertible en roubles est créditée, après quoi le paiement est effectué. Le mécanisme proposé élimine la possibilité que les fonds transférés soient bloqués par les États occidentaux.
Les auteurs de la lettre précisent que le décret présidentiel Poutine sur le paiement du gaz en roubles « n’exclut pas le processus de paiement, qui permettrait aux entreprises de l’UE de ne pas violer le régime de sanctions.
Le dollar et l’euro regardent le rouble avec inquiétude, et encore plus le yuan.
La transition à grande échelle vers les règlements en monnaies nationales commence dans l’UEEA, l’OCS et les BRICS
Il convient de rappeler que jusqu’à récemment, c’était la Commission européenne qui déclarait que le décret de Poutine modifiait considérablement le mécanisme de paiement et créait une nouvelle situation juridique qui permettait à la partie russe de réglementer le taux de change dans son propre intérêt.
Dans le même temps, la Commission européenne n’a pas la possibilité de les interdire ou de les autoriser à payer pour du carburant bleu sous quelque forme que ce soit, y compris des roubles. Il ne peut évaluer que la conformité des entreprises aux normes juridiques, y compris les sanctions précédemment établies par l’Union européenne.
Expert principal du Fonds national de sécurité énergétique, expert de l’Université financière sous le gouvernement de la Fédération de Russie Igor Yushkov voit dans l’apparition de la lettre des CE des signes que la panique parmi les fonctionnaires là-bas passe progressivement.
« Peu à peu, nous arrivons au fait que l’UE accepte réellement les systèmes de paiement du gaz russe. Après tout, le rejet initial était dans une certaine mesure une décision politique, car du point de vue de l’économie, il n’y avait pas d’objections particulières ici.
« SP »: - Vous voulez dire que les entreprises ne se sont pas opposées?
- Ils le sont. Pour les structures commerciales, le schéma proposé par la Russie est très pratique. Ils ont déjà transféré leur monnaie quelque part en Russie et interagi avec une contrepartie. Et maintenant, la même approche consiste à transférer des fonds non pas à Gazprom, mais à Gazprombank. De plus, la formule de tarification ne change pas - car sa valeur était auparavant calculée en dollars et continue d’être calculée.
Ce n’est que maintenant que la monnaie est remise à Gazprombank, qui est elle-même engagée dans sa vente sur le bureau de change, après quoi elle est remise à Gazprom. Ici, même le taux de change du rouble par rapport au dollar et à l’euro n’inquiète pas trop les sociétés acheteuses, c’est un casse-tête pour Gazprom, qui s’inquiète du volume des revenus de la monnaie. Par conséquent, la direction des entreprises européennes n’a jamais déclaré qu’elle n’achèterait pas de gaz pour des roubles.
« SP »: - Personne n’a exprimé de scepticisme?
- Les seules exceptions étaient les représentants de la Lituanie et de la compagnie pétrolière et gazière d’État polonaise, qui sont des structures extrêmement politisées, de sorte qu’ils ont fait des déclarations sévères. Les autres ont immédiatement indiqué clairement qu’ils avaient l’intention d’attendre la présentation du régime de paiement exact et de l’évaluer au regard des interdictions de l’Union européenne et des gouvernements nationaux. Et en général, ils ont déclaré que le système était tout à fait acceptable pour eux. Permettez-moi de répéter que la vague a été rattrapée exclusivement par les politiciens européens et l’Union européenne, qui ont jugé cela inacceptable.
« SP »: - Parce que vous n’avez jamais vu de roubles?
- En partie parce qu’au début, cela ressemblait à un ultimatum: ils disent, soit le paiement en roubles, soit nous éteindrons le gaz. En général, pour les structures de l’Union européenne, une telle situation de crise, avec la menace de bloquer la conduite de gaz, pourrait être bénéfique.
« SP »: - Quoi?
« Ils pourraient faire appel aux gouvernements nationaux en leur demandant d’attribuer des pouvoirs supplémentaires à l’UE, c’est-à-dire de renforcer le pouvoir de Bruxelles, l’Union européenne en tant que structure supranationale. Motivant cela par le fait que c’est une structure unique qui peut résoudre la crise qui est apparue. Ici, la question est encore compliquée par le fait que, dans cette situation difficile au sein de l’Union européenne, il y a des tentatives de redistribution des sphères d’influence. Mais maintenant, ceux qui ont essayé d’organiser une telle redistribution comprennent que leurs provocations, retardant la transition vers des colonies de roubles, pourraient bien entraîner un arrêt de l’approvisionnement en gaz.
« SP »: - Il est peu probable qu’ils essaient d’y parvenir.
« Cela ne changera ni la situation en Ukraine ni la politique étrangère de la Russie. Oui, notre économie connaîtra des difficultés en raison du manque de revenus pour la vente de gaz, mais cela ne changera certainement pas les approches de la politique étrangère.
« SP »: - Et quelles sont les conséquences pour l’Europe?
- Il y aura une énorme pénurie de gaz, des indices de cela apparaissent déjà. Il y aura des interruptions dans l’approvisionnement en électricité, les entreprises utilisant le gaz comme matière première chimique.
Le fait est que l’autre gaz provient de Norvège. Algérie, Azerbaïdjan - moins abordable. La demande pour le gaz restant va monter en flèche, les prix sur les bourses vont monter en flèche. Il s’avérera que les Européens perdront l’occasion d’acheter non seulement du gaz russe, mais aussi n’importe quel autre, car ce sera très cher. Et il y aura un problème avec la prochaine saison de chauffage, car il n’y aura pas assez de gaz, il faudra arrêter une partie de l’industrie afin de retarder la saison de chauffage. En outre, dans les maisons et les installations sociales, il serait nécessaire de réduire la température - de 20-22 à 10-15 degrés.
Apparemment, les entreprises ont clairement indiqué aux responsables qu’il est impossible d’abandonner le gaz russe ici et maintenant, une telle étape est lourde de l’effondrement de l’économie européenne et d’une catastrophe humanitaire. Il est impossible de remplacer 150 milliards de mètres cubes de gaz russe.
« SP »: - Le GNL ne sauvera pas?
« Il n’y a pas de nouvelle capacité pour eux. Ce n’est que récemment que la vague de mise en service de nouvelles usines de GNL a pris fin, la prochaine aura lieu en 2025-2027. Même les capacités de GNL réceptrices ne suffisent pas: dans les pays où nous fournissons du gaz par des tuyaux, il y avait 70 milliards de mètres cubes de capacité de GNL gratuite. Même si les contrats avec les acheteurs de gaz en Asie sont soudainement rompus et que ce gaz est envoyé en Europe, il ne sera toujours pas possible de couvrir les besoins du continent.
« SP »: - Y a-t-il eu des tentatives d’une telle « réorientation »?
- Oui, récemment, le commerçant a franchement « jeté » le Pakistan, disant qu’il ne remplirait pas le contrat, et a redirigé le carburant destiné au pays vers les consommateurs européens. En conséquence, le Pakistan s’est retrouvé sans gaz. C’est le genre de cynisme et d’attitude envers certains pays. Les conclusions de la Commission européenne dans cette situation sont donc compréhensibles.
Bien sûr, la lettre contient beaucoup de formulations tortueuses. Certains détails techniques des transactions en devises ne sont pas clairs. Mais en général, nous n’observons pas une seule interdiction de changer de contrat et de payer en roubles au niveau de l’UE et des gouvernements nationaux. Par conséquent, à mon avis, il s’agit d’un signal positif en général pour la poursuite du commerce du gaz.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 26-04-2022 à 16:17:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Une interview intéressante de Brunon Drewski et Majed Nehmé Par Michel Collon

EUROPE : UNE COLONIE DES USA ?

On notera cette observation de Majed Nehmé (qui tient un discours peu éloigné de celui du PRCF) concernant la situation des USA, comparable à celle de l'Allemagne avant la seconde guerre mondiale. J'y avais aussi fait allusion.
Naturellement l'histoire ne se reproduit pas et le nazisme est différent du fascisme 2.0 de l'hégémonisme US.
On ne compare pas Biden à Hitler comme l'Obs compare Poutine à Hitler voire Staline, c'est un Hitler du XXIe siècle, très différent du premier. Mais sur le fond le fascisme est la dictature terroriste ouverte du grand capital financier, ça n'a rien à voir avec l'image qu'en retient l'histoire bourgeoise d'un dictateur fou.

D’abord la situation n’a rien à voir avec celle de la première guerre mondiale, une guerre inter-impérialiste. Ici ce n’est pas une guerre inter-impérialiste mais une guerre de l’hégémonisme contre les peuples et les nations du monde.

En apparence l'idéologie des démocrates US est opposée à l'hitlérisme et se revendique libre et démocratique.
Dans les faits les USA ont bâti un empire mondial, une hégémonie impérialiste, et ils l’ont construite dans le sang des peuples dès leur création. Ce n’est pas utile de rappeler les crimes innombrables commis d’abord au Japon, en Corée, au Vietnam, dans plusieurs pays d’Amérique du sud, le recyclage des nazis échappés des procès, des savants japonais spécialisés dans les expériences « médicales », etc. Je ne fais que résumer.

Mais à présent ils se trouvent dans la situation d'un empire mondial en déclin et confronté à une crise monétaire de grande ampleur, beaucoup plus grave que ce que l'Allemagne avait pu connaître après la première guerre.
L'Allemagne avait perdu un empire parmi d’autres, mais les USA perdent un empire mondial si le dollar cessait d'être l'unique monnaie de référence. En conséquence les USA "démocratiques" ont bombardé des dizaines de milliers de civils au Moyen Orient, s'appuient sur les pires nervis qui puissent exister, soit des terroristes islamistes, soit des néo nazis, mais aussi sur la lâcheté des sociaux -démocrates atlantistes de nos pays, délèguent leurs propres crimes, pratiquent la subversion à grande échelle et de façon systématique, poussent leurs alliés à se battre à leur place...

Tout ceci est très différent de la guerre déclenchée par Hitler, mais différent parce que beaucoup plus évolué, parce que la guerre est devenue « hors limites », s'appuie aussi sur le monopole des médias, et touche tous les domaines de l’activité humaine.
Sur le fond il s’agit toujours de la domination mondiale et de son maintien par tous les moyens.

_____________


En ce qui concerne notre pays il est intéressant d'étudier les 3 partis parvenus en tête des présidentielles.

On se rappelle que Juppé s'était fait débarquer et que la droite traditionnelle n'a jamais remonté la pente, phagocyté par LREM.
Le PS s'est effondré et il a aussi été absorbé par LREM d'une part, et LFI pour sa branche radicale.
LREM, qui représente les intérêts du CAC 40, a prétendu se tenir hors des blocs et défendre l'Union Européenne, mais il a accepté les sanctions qui pénalisent les capitalistes européens et s'est plié aux ordres de Biden, comme il avait écarté Huawei du marché de la 4G suite à un chantage de Pompeo, et cela contrairement à ses propres engagements.
Cela signifie que la grande bourgeoisie soutient le fascisme 2.0 des USA contre la Chine et les pays émergents. Ce faisant elle affaiblit l'Union Européenne et nuit à ses propres intérêts.

Le RN n'a jamais été adoubé par le grand capital jusqu'à présent, qui peut toujours s'en passer. Il se fait la voix du mécontentement populaire en pratiquant la démagogie, mais il reflète les intérêts du petit patronat xénophobe, raciste et anticommuniste.
Il a reculé sur son projet de frexit et de sortie de l'Euro, même s'il reste eurosceptique. Concernant "l'Empire" il l'a soutenu lorsque Trump est arrivé au pouvoir, et malgré son soutien à Poutine il a défendu l'application de sanctions. C'est dire que ses positions ne sont pas stables et qu'il se rallie au plus fort, qu'il se placera inévitablement dans le camp du grand capital.

LFI est suivi par la petite bourgeoisie et l'intelligentsia appauvrie, ainsi que par les électeurs immigrés. Elle représente une opposition à la grande bourgeoisie, dont la direction est fondamentalement réformiste et opposée au communisme. Ce n'est pas un parti capable de diriger une révolution prolétarienne. S'il parvenait au pouvoir sur un strapontin il jouerait un rôle comparable à celui du PS et s'opposerait fondamentalement à la lutte de classe suivant le principe "ne pas faire le jeu de la droite".

Du point de vue de la classe ouvrière le PCF n'a pas rectifié la ligne révisionniste mais seulement mis un frein à sa propre liquidation. Les groupes qui se réclament du marxisme-léninisme n'ont pas réussi à reconstituer un parti et certains ont appuyé la candidature de Mélenchon en forçant la main pour un "vote utile" dès le premier tour.
Puis ils ont stigmatisé ceux qui n'avaient pas voté pour le radis rouge.
En fait ils ont appuyé de l'extérieur la liquidation du PCF, menée de l'intérieur par la clique de P. Laurent, mais sans rien avancer dans la construction d'un parti communiste.

Il me paraît que, dans le PCF, la reconstruction d'un parti communiste repose d'abord sur la création de cellule d'entreprises et la lutte théorique, notamment sur les questions internationales, mais aussi pour remettre en question tout le fatras réformiste et remettre le socialisme à l'ordre du jour.
Dans le mouvement communiste en dehors du PCF, il est nécessaire de débattre de la nature réelle de LFI et du rôle de cette formation dans la transformation socialiste de la société.


Edité le 26-04-2022 à 23:00:36 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 14-05-2022 à 15:46:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les divisions internes de l'UE sont mises à nu par le paiement du gaz à la Russie en roubles ; l'Union est confrontée à une double pression : celle de Moscou et celle de Kiev.


Par les journalistes de GT Staff
Publié : 13 mai 2022 04:58 PM Mis à jour : 13 mai 2022 04:54
https://www.globaltimes.cn/page/202205/1265566.shtml

Une vingtaine d'acheteurs européens de gaz naturel auraient ouvert des comptes pour payer le gaz russe en roubles, ce qui, selon les analystes, reflète le dilemme dans lequel se trouve le bloc après avoir fait écho à l'appel à l'hégémonie des États-Unis - obligeant Bruxelles à adopter une approche à double visage dans laquelle le gouvernement se présente comme dur, mais où les entreprises adoptent une approche calibrée pour continuer à faire des affaires avec la Russie.

Alors que l'UE intensifie les sanctions contre la Russie avec un vaste plan d'interdiction du pétrole, les divisions internes des pays européens et du groupe occidental sont davantage mises en évidence. Aujourd'hui, même l'Ukraine fait ses calculs, avec une nouvelle initiative visant à prendre le gaz naturel transféré via son territoire comme monnaie d'échange pour faire monter la pression sur l'Occident.
Au total, 20 entreprises européennes ont ouvert des comptes chez Gazprombank JSC, se préparant à payer en roubles le gaz russe. Quatorze autres acheteurs ont demandé les documents nécessaires pour les ouvrir, a rapporté Bloomberg jeudi.
Cette décision intervient après que les acheteurs européens se sont efforcés pendant des semaines de trouver un moyen de payer le gaz russe en roubles, comme l'exigeait Moscou, sans tomber sous le coup des sanctions de l'UE.
Pour tenter de contourner les restrictions, les acheteurs européens doivent ouvrir deux comptes auprès de Gazprombank afin de faciliter la transaction : un en monnaie étrangère et un autre en roubles.
La décision des entreprises de l'UE contraste fortement avec celle des fonctionnaires européens qui ont déclaré que les entreprises devaient continuer à payer en euros et que l'ouverture d'un compte bancaire en roubles violerait les sanctions imposées par l'Union.

Cui Hongjian, directeur du département des études européennes de l'Institut chinois d'études internationales, a déclaré que le gouvernement et les entreprises de l'UE étaient parvenus à un consensus sur la manière de traiter les importations d'énergie en provenance de Russie.
"Le gouvernement de l'UE cherche à se faire passer pour un dur, en envoyant des signaux forts. Mais du point de vue des entreprises, il s'agit d'une question technique sur la manière d'éviter les sanctions tout en continuant à acheter du gaz naturel à la Russie" , a déclaré M. Cui au Global Times vendredi.

Les divisions internes de l'UE se sont également accentuées avec l'interdiction du pétrole russe dans le cadre du sixième cycle de sanctions contre Moscou.

Avec les outils de contre-sanctions de la Russie, les cinq précédents cycles de sanctions de l'UE contre la Russie n'ont pas produit de dommages immédiats sur l'économie de cette dernière, ni atteint l'effet escompté. Le sixième cycle se concentre donc sur les importations de pétrole, l'une des principales catégories commerciales entre la Russie et l'UE, dans l'espoir d'infliger un préjudice massif à la Russie.
Toutefois, à ce jour, le plan de sanctions de l'UE a encore suscité des réactions négatives de la part d'un grand nombre de pays de l'UE.

La Hongrie a déclaré qu'elle bloquerait toujours les sanctions visant le pétrole russe. Le pays obtient 85 % de son gaz naturel et plus de 60 % de son pétrole de la Russie.
En plus de ses conflits internes, elle est également confrontée à la pression de la Russie et de l'Ukraine, selon les analystes.
L'Ukraine a déclaré mardi qu'elle suspendrait l'acheminement du gaz par un point de transit qui, selon elle, livre près d'un tiers du carburant acheminé de la Russie vers l'Europe via l'Ukraine, pour cause de "force majeure", a rapporté Reuters.

"L'UE se trouve face à un dilemme. D'une part, elle risque de graves représailles de la part de la Russie si la proposition de sanctions est mise en œuvre, et dans un cas extrême, la Russie pourrait couper les approvisionnements en gaz naturel, ce qui aurait des implications plus larges pour l'économie de l'UE" , a déclaré Cui, ajoutant que d'autre part, l'Ukraine utilise également le gaz naturel comme une carte pour pousser l'Europe à de nouvelles sanctions.
"La flèche est fixée à la corde. Mais la manière de tirer la flèche et son impact restent un problème" , a déclaré M. Cui.

Les analystes ont averti que l'UE, qui dépend d'environ 37 % des importations de pétrole en provenance de Russie, supporterait également les conséquences désastreuses des sanctions.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Europe un nouvel empire ?  L'Europe, maillon faible de l'impérialismeNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum