Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Europe un nouvel empire ? 

 L'Europe, maillon faible de l'impérialisme

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 25 - 26Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 24-11-2022 à 21:39:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les États-Unis peuvent racheter les entreprises du complexe militaro-industriel de la Grande-Bretagne au rabais en raison de la crise.


La crise économique et la baisse du niveau de vie causée par la hausse de l'inflation, l'impact des conséquences du COVID-19 et le retrait de l'Union européenne peuvent conduire à une vague d'acquisitions d'entreprises du complexe militaro-industriel (CMI) de Grande-Bretagne par des sociétés américaines et d'autres sociétés occidentales.
"La capacité des entreprises américaines à acquérir des technologies en devenant propriétaire de l'entreprise d'un concurrent, puis à les transférer à l'étranger, est largement due au fait que le gouvernement britannique a accepté cette pratique."
https://breakingdefense.com/2022/11/economic-troubles-could-put-uk-in-firing-line-of-more-defense-takeovers/
Les difficultés économiques pourraient mettre le Royaume-Uni dans la ligne de mire de nouveaux rachats dans le secteur de la défense
Les nouveaux rachats d'entreprises du secteur de la défense au Royaume-Uni "constituent un danger réel et actuel, en particulier pour les fournisseurs de niveau intermédiaire, qui semblent particulièrement vulnérables", a déclaré Andrew Kinniburgh, directeur général de Make UK Defense, un organisme consultatif sur la fabrication.
21 novembre 2022

BELFAST - Alors que le Royaume-Uni est confronté à un grave ralentissement économique et à une crise du coût de la vie provoqués par la hausse de l'inflation, l'impact du COVID et le Brexit, les observateurs attentifs de l'industrie de la défense britannique se demandent si la situation n'entraînera pas une vague de rachats par des investisseurs américains et étrangers.
L'intérêt d'outre-Atlantique pour les technologies militaires britanniques est évident depuis des décennies, faisant des acquisitions un aspect courant mais non moins inquiétant de la scène de la défense britannique. Quatre rachats très médiatisés ont eu lieu au cours des trois dernières années seulement, et un cinquième est attendu en 2023 si Viasat prend le contrôle d'Inmarsat.
Selon les analystes, la base sous-jacente de cet intérêt peut être largement attribuée au fait que les fournisseurs britanniques sont sous-évalués et considérés comme des cibles faciles pour ceux qui ont les poches profondes et la volonté d'étouffer la concurrence ou de perturber le marché.
Plusieurs entreprises britanniques du secteur de la défense se négocient régulièrement "avec une décote par rapport à leurs homologues américaines", a déclaré Kai Balder, associé chez Roland Berger, une société de conseil en stratégie. "Le cours des actions des entreprises de l'aérospatiale et de la défense qui vendaient principalement au marché américain de la défense a été le moins touché par le COVID, mais les entreprises situées en dehors des États-Unis et qui étaient exposées à l'aérospatiale civile, ont été les plus sévèrement touchées, parmi elles les entreprises britanniques."
Mais la chute de la livre par rapport au dollar, aggravée par les troubles économiques et politiques résultant du mandat catastrophique de six semaines de la première ministre Liz Truss, a exacerbé le problème, entraînant une inquiétude croissante parmi l'industrie et les experts que les entreprises britanniques pourraient de plus en plus se retrouver des cibles de fusions et acquisitions à court terme.
Les nouveaux rachats d'entreprises britanniques du secteur de la défense "constituent un danger réel et actuel, en particulier pour les fournisseurs de niveau intermédiaire, qui semblent particulièrement vulnérables", a déclaré Andrew Kinniburgh, directeur général de Make UK Defense, un organisme consultatif sur la fabrication.
Trevor Taylor, chargé de recherche en gestion de la défense au Royal United Services Institute, un groupe de réflexion britannique, a déclaré : "La faiblesse de la livre fait évidemment du Royaume-Uni une cible plus attrayante pour les investissements étrangers, si l'on pense que le secteur de la défense va bien se porter et que le budget de la défense britannique se maintient."
Conformément aux promesses d'augmentation des dépenses de défense dans toute l'Europe à la suite de la guerre de la Russie en Ukraine, Londres a déclaré qu'elle consacrerait 3 % de son PIB au secteur militaire, contre 2,2 % actuellement. L'incertitude plane sur l'atteinte de cet objectif après que la déclaration d'automne, l'examen annuel du budget britannique publié le 17 novembre, n'a pas proposé d'augmentation des dépenses de défense du Royaume-Uni. Au lieu de cela, toute décision en ce sens sera reportée jusqu'à ce qu'une "Integrated Review Refresh", la mise à jour de la stratégie de défense britannique, soit achevée. (Ce document est attendu avant la fin de 2022).
La manière dont ces problèmes de dépenses clés seront résolus aura naturellement une influence significative sur les investisseurs étrangers qui décideront de nouvelles acquisitions au Royaume-Uni, parallèlement aux tendances plus courantes associées aux fabricants qui cherchent à développer leurs ventes à l'exportation.
"Je pense que ce qui est intéressant maintenant, c'est que certains signes montrent que des entreprises américaines achètent certaines technologies ici [au Royaume-Uni] parce qu'elles reconnaissent le fardeau et l'obstacle que représente ITAR pour leurs opérations", a déclaré M. Taylor. ITAR, International Traffic in Arms Regulations, est un système imposé par les États-Unis qui contrôle l'exportation des biens militaires du pays.
Un problème uniquement britannique
La capacité des entreprises américaines à acquérir des technologies en prenant possession d'une entreprise concurrente, puis à les faire migrer à l'étranger, est due, en grande partie, au fait que le gouvernement britannique accepte cette pratique.
En principe, le Royaume-Uni a toujours dit qu'il souhaitait maintenir sa "souveraineté opérationnelle" sur les technologies critiques, mais dans la pratique, la souveraineté opérationnelle est déterminée par ce que le Royaume-Uni peut se permettre (et non par la criticité de la technologie, qui est le critère utilisé aux États-Unis), et une fois que les entreprises [de défense britanniques] sont rachetées, il y a un fort risque de migration des capacités vers l'étranger", a expliqué M. Balder.
Il a fait remarquer que les entreprises de défense britanniques "présentes aux États-Unis" sont tenues par la loi d'être supervisées par un conseil d'administration mandataire américain ou de se conformer à un arrangement spécial de sécurité (SSA), ce qui signifie que "le contrôle ultime incombe à un conseil d'administration composé de citoyens américains....". Ils auront toujours la propriété ultime de la technologie critique".

Malgré cela, M. Taylor a suggéré que l'impression générale selon laquelle les rachats d'entreprises de défense britanniques sont interprétés comme des opérations de dépouillement d'actifs pour les nouveaux investisseurs s'estompe lorsque l'on considère des cas comme celui de l'américain General Electric, de l'italien Leonardo et du français Thales. Ces trois entreprises ont des activités prospères au Royaume-Uni dans les domaines des moteurs d'avion, des hélicoptères et des radars et sonars, respectivement.
Une maquette à l'échelle 1:10 d'un hélicoptère Sikorsky UH-60 Black Hawk sur le stand de l'entreprise américaine de défense Lockheed-Martin lors du salon aéronautique de Farnborough, le 22 juillet 2022, à Farnborough, en Angleterre. (Richard Baker / In Pictures via Getty Images)
Selon M. Kinniburgh, d'énormes différences entre les industries de la défense du Royaume-Uni et des États-Unis, notamment en ce qui concerne la perception du public, jouent cependant un rôle dans la tendance plus large des rachats. Les entreprises de défense américaines sont perçues comme étant "à l'abri de la récession et comme une industrie formidable à laquelle il faut participer", alors qu'au Royaume-Uni, ce n'est tout simplement pas le cas, a-t-il expliqué.
"Il semble que nous ayons un problème uniquement britannique, en tout cas en ce qui concerne les personnes auxquelles je parle à la City [le quartier financier de Londres] et dans le secteur de la défense, qui ne veulent pas investir dans la défense ", a déclaré M. Kinniburgh à Breaking Defense.
L'accès au capital semble également être un énorme casse-tête, en particulier pour les fournisseurs de défense britanniques de taille moyenne, dont le chiffre d'affaires est de l'ordre de 20 à 30 millions de livres (24 à 35 millions de dollars), qui, selon M. Kinniburgh, se voient refuser des découverts parce que certaines banques refusent les candidats dont plus de 10 % de l'activité globale est liée au secteur militaire.
Face à l'impossibilité d'accéder à de nouvelles lignes de crédit, un fabricant britannique d'équipements d'origine pour véhicules a même envisagé de changer de marque pour devenir une entreprise humanitaire, a affirmé M. Kinniburgh.
"La défense britannique est très respectée dans le monde entier", a déclaré Kevin Craven, PDG d'ADS Group, un organisme britannique de conseil en aérospatiale. "Les forces armées britanniques sont respectées en termes de capacités et, par conséquent, le kit qu'elles utilisent est accompagné d'un cachet d'approbation, ou qui comporte un élément marketing utile."
Malgré cela, il explique que les marchés boursiers britanniques valorisent fondamentalement moins les entreprises de défense britanniques que les entreprises américaines.
"Il y a une sorte de différence structurelle dans les valorisations où, essentiellement, si vous négociez aux États-Unis, les sociétés britanniques sont 10 à 15 % moins chères en termes de valorisation, donc ce niveau de réduction est évidemment incroyablement attrayant pour les gens", a ajouté Krevan.
De manière remarquable, M. Kinniburgh a suggéré que l'un des principaux problèmes auxquels le secteur de la défense britannique est confronté en termes de maximisation du potentiel d'investissement est que l'Église d'Angleterre a tendance à avoir une influence exceptionnelle sur la communauté des investisseurs nationaux, allant jusqu'à "donner le ton" des tendances futures.
"Les investissements de l'Église sont assez dominants au Royaume-Uni, des milliards de dollars sont éparpillés dans les fonds de pension de l'Église et il est clair que, d'un point de vue éthique et moral, ils ne sont pas du tout favorables à l'industrie de la défense", a-t-il déclaré.
Bien sûr, l'évolution de l'économie ne signifie pas que les entreprises américaines chercheront absolument à absorber les sociétés britanniques. S'adressant à Breaking Defense en octobre, Bill Lynn, PDG de Leonardo DRS, a déclaré que si les prix plus bas peuvent inciter une entreprise à passer à l'action dans le cadre d'une fusion-acquisition qui était auparavant de 50-50, les entreprises doivent encore réfléchir stratégiquement à ce qu'elles ajoutent.
"Notre cible n'est pas géographique... Il s'agit plutôt de quatre marchés principaux : la protection des forces, l'informatique en réseau, la détection avancée, l'énergie électrique et la propulsion. C'est là que nous cherchons. Donc vous savez, une entreprise britannique qui s'inscrit dans ces quatre marchés principaux, oui, nous serions intéressés. Une entreprise britannique, juste parce que les prix sont bas ? Non, ce n'est pas comme ça que nous [pensons] - c'est bien, ça peut faire l'affaire, mais nous allons rester dans cette zone des quatre marchés principaux et nous renforcer là."
Une raison de s'inquiéter
Les petites entreprises britanniques ont été prises pour cible ces dernières années, avant même que la situation économique n'évolue. Et le résultat de ces mouvements a laissé les défenseurs locaux ébranlés.
Advent International, une société de capital-investissement dont le siège est à Boston, dans le Massachusetts, a ouvert le bal en finalisant l'acquisition de Cobham, un fournisseur britannique de l'aviation et de l'espace, en janvier 2020, malgré les rapports selon lesquels le ministère britannique de la Défense (MoD) s'est opposé à l'opération au motif que des informations militaires sensibles pourraient être exposées si la nouvelle société mère décidait de "se retirer de certaines parties de l'activité", selon le journal The Guardian.
"Vous pouviez voir venir le rachat depuis un certain temps", a déclaré Balder. "Je me souviens avoir suivi le cours de l'action Cobham pendant très longtemps et il n'a cessé de chuter. J'ai l'impression qu'elle était devenue très complexe à gérer parce qu'elle faisait tellement de choses différentes en même temps.
"À un moment donné, si vous n'avez pas constitué un portefeuille et que vous ne connaissez pas les moindres détails de chacune de vos entreprises, il devient trop difficile de comprendre tous les types de facteurs différents auxquels votre entreprise est exposée."
Bien qu'Advent ait annoncé à grands renforts de messages qu'il allait exploiter le "plein potentiel" de chaque entreprise sous l'égide de Cobham, en 18 mois, il a adopté la ligne de conduite que les opposants à la reprise redoutaient le plus : se débarrasser des morceaux, vente après vente.
Le plus médiatisé de ces désinvestissements a été la décision de vendre Cobham Mission Systems à Eaton Corporation, un fournisseur américano-irlandais de gestion de l'énergie, pour 2,8 milliards de dollars. Cette vente a été suivie de près par l'abandon par Advent de sa participation dans Airtanker, le consortium chargé de fournir le futur programme britannique d'avions ravitailleurs stratégiques.
Avant que la controverse ne s'apaise, Advent (via Cobham) a ensuite acquis Ultra Electronics, un fournisseur de sous-marins et de bouées acoustiques basé au Royaume-Uni, après des mois de débat sur la question de savoir si l'approbation de l'acquisition pourrait compromettre des données navales critiques - notamment en raison de la contribution industrielle d'Ultra au programme britannique de sous-marins nucléaires Trident.
En fin de compte, Kwasi Kwarteng, alors ministre britannique des affaires, a officiellement autorisé le rachat pour un montant de 2,6 milliards de livres sterling (3,1 milliards de dollars) en juillet 2022, mais à condition que deux nouvelles entités juridiques, couvrant les installations britanniques d'Ultra, soient créées afin de poursuivre le partage de "capacités sensibles" avec le gouvernement britannique.
Kwasi Kwarteng, vu sur une photo d'octobre, a approuvé l'accord avec Ultra. (Ian Forsyth/Getty Images)
Treize jours à peine après l'approbation de l'acquisition d'Ultra, le gouvernement britannique a également autorisé le rachat de Meggitt par Parker Hannifin, pour un montant de 6,3 milliards de dollars. Le fournisseur américain de systèmes de commande de vol et d'actionnement a confirmé lors d'une conférence téléphonique sur les résultats du premier trimestre de l'exercice 2023, le 3 novembre, qu'il avait jusqu'à présent injecté 2 milliards de dollars en espèces pour soutenir l'intégration de la nouvelle société, un fabricant de matériaux composites pour l'aéronautique de Dorset, au Royaume-Uni.
L'activité américaine de Meggitt est déjà partenaire d'un large éventail de programmes du Pentagone, notamment les chasseurs F-35, F-22, F-16, F/A-18, les avions de patrouille maritime P-8 et les hélicoptères d'attaque AH-64D Apache.
"Il s'agit d'un cas où une société d'ingénierie en achète une autre et on peut en voir la logique, car les pièces peuvent être produites localement et il y a également des avantages en termes de coûts d'exploitation - c'est vraiment bon pour les affaires du point de vue de la fabrication", a déclaré Mike Rowe, Global Practice Leader for Aerospace and Defense chez Frost and Sullivan, une société de conseil aux entreprises basée à San Antonio, au Texas.
Dans le cas présent, a ajouté M. Rowe, le rachat était probablement plus acceptable pour le gouvernement britannique, car Parker n'avait pas l'intention de démanteler Meggitt.
"Le gouvernement [britannique] sera beaucoup plus heureux de voir des lignes de production étendues que quelqu'un [un investisseur étranger concurrent] qui cherche à prendre un couteau dans une entreprise et à évaluer quelles parties valent la peine d'être gardées et lesquelles ne le valent pas", poursuit M. Rowe. "Cela peut entraîner une perte de contrôle, des risques et des coûts supplémentaires [pour le gouvernement], donc je pense qu'il y avait beaucoup d'encouragement à aller avec Parker."
D'autres ont suivi les traces d'Advent et de Parker, l'israélien Rafael ayant acquis Pearson Engineering, basé à Newcastle, dans le nord de l'Angleterre, dans le cadre d'un accord d'achat d'actions en septembre 2022.
L'accord signifie que les deux parties collaboreront sur le char de combat principal Challenger 3 modernisé du Royaume-Uni, pour lequel Pearson et sa filiale Responsive Engineering (qui appartient désormais aussi à Rafael) fabriquent des structures de tourelle.
En outre, Pearson fabriquera et intégrera localement le système de protection active Trophy de Rafael sur le Challenger 3, selon une déclaration de Pearson publiée au moment de l'annonce de l'acquisition.
"La motivation de Rafael [pour acquérir Pearson] était très claire", a déclaré Yoram Arun, Managing Director de Rafael UK, dans un communiqué. "Pearson est un nom connu au Royaume-Uni et dans le monde entier et il est spécialisé dans un domaine où certaines des technologies les plus sophistiquées de Rafael pour sauver des vies ont été développées. Le travail de Pearson dans le domaine de la robotique ainsi que les systèmes télécommandés constituent un autre domaine où Rafael peut bénéficier des capacités de Pearson."
Il est presque certain que d'autres acquisitions d'entreprises britanniques sont à venir. L'offre de la société californienne Viasat pour l'entreprise de communications mobiles par satellite Inmarsat n'a toujours pas abouti à une prise de contrôle formelle, après que l'intervention de l'autorité britannique de la concurrence et des marchés a retardé l'opération de 7,3 milliards de dollars. Malgré les inquiétudes persistantes de l'organisme de surveillance quant à l'acquisition, qui pourrait influencer de manière déloyale la concurrence sur le marché de la connectivité en vol, le gouvernement britannique pourrait, de manière réaliste, donner son accord au deuxième trimestre 2023.

Si ce genre de révélations témoigne des mesures d'urgence que certains fournisseurs sont tentés de prendre pour maintenir leur activité, de telles extrémités ne sont pas représentatives d'un tableau plus large. Après tout, on estime que le Royaume-Uni est le deuxième plus grand exportateur de biens de défense, derrière les États-Unis - sur la base de la valeur des contrats de commande/contrats signés entre 2011 et 2020 - selon les statistiques de UK Defense and Security Export.
Ces antécédents constituent une bonne lecture en soi, mais pas lorsque les entreprises concernées peuvent si facilement devenir la proie de nouveaux investisseurs.
"Je pense que les conditions sont réunies [pour de futurs rachats], la question est de savoir combien de cibles il reste", a supposé M. Balder.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 28-11-2022 à 23:00:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article de Robert Kissous dans l'Humanité :

Mon article dans l'Huma du 25/11
https://www.humanite.fr/en-debat/allemagne/l-allemagne-un-tournant-solitaire-772399?fbclid=IwAR2lTUNM58jp6-wCg4XUkF8x6242spEHj3YVBVe2n9P9yJdJ8yQ0AbIu65k


D'autres pays que l'Allemagne ont depuis confirmé leur refus du "découplage" avec la Chine : Pays-Bas, Corée du Sud, Hongrie

.
Le voyage d’Olaf Scholz en Chine est un tournant important pour l’Allemagne. Ce n’est pas sans difficultés ni tergiversations. L’économie allemande s’est mobilisée pour refuser le « découplage », entre les économies allemande et chinoise, que veulent imposer les États-Unis. Le patronat allemand, ne pouvant plus disposer d’énergie abondante et bon marché, n’a pas l’intention de s’autosanctionner une seconde fois en se privant des échanges considérables avec son premier partenaire commercial. À titre d’exemple, l’industrie de la construction automobile allemande réalise 30 % de son chiffre d’affaires total en Chine. Les échanges entre l’Allemagne et la Chine s’élèvent à 226 milliards d’euros en 2021. Plus de 10 % des importations allemandes proviennent de Chine.

L’Allemagne ne peut se passer du gigantesque marché chinois, avec une classe moyenne de 400 millions de personnes, ni de ses capacités manufacturières moins coûteuses. Sans compter le rôle de la Chine dans la croissance économique mondiale, indispensable dans le processus d’accumulation du capital et de son recyclage, son réinvestissement dans la lutte pour le climat, pour la stabilité internationale, etc. C’est ce qui explique la présence, dans la délégation accompagnant Scholz, de responsables au plus haut niveau de l’industrie allemande et de la banque. La rencontre avec les autorités politiques et économiques chinoises s’est tenue malgré des pressions venant de toutes parts.

En premier lieu des États-Unis, qui appellent au « découplage », c’est-à-dire à réduire drastiquement les échanges avec la Chine, un terme plus soft que « guerre économique ». Avec le sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et 2, les États-Unis ont signifié à l’Allemagne qu’elle n’aura plus aucun accès au gaz russe, même après une éventuelle paix. Les échanges avec la Chine seraient soumis à l’approbation des États-Unis, avec l’enjeu d’empêcher son évolution technologique comme cela se fait dans le domaine des semi-conducteurs. Un projet états-unien qui ne date pas de la guerre en Ukraine, ni des provocations sur Taïwan.

Les critiques viennent aussi de l’Union européenne, contre le fait que l’Allemagne fait cavalier seul. Emmanuel Macron voulait participer à ce voyage, mais sa « candidature » n’a pas été retenue. L’Allemagne semble décidée à défendre ses propres intérêts. Comme elle le montre dans son refus de partager ses 200 à 300 milliards destinés à compenser les surcoûts énergétiques et à éviter l’effondrement de la compétitivité industrielle.

Les critiques fusent au sein même du gouvernement allemand, avec le ministre des Finances, du parti libéral-démocrate FDP, critiquant la cession d’une participation au chinois Cosco dans les entrepôts de Hambourg, ce que les États-Unis veulent empêcher. Puis avec les ministres Verts, toujours à la pointe des atlantistes. Robert Habeck, vice-chancelier allemand, ministre fédéral de l’Économie et du Climat, et Annalena Baerbock, membre des Verts, ministre des Affaires étrangères, ne ménagent pas leurs critiques. Les arguments, si on peut utiliser ce qualificatif, sont répétés par les uns et les autres : ne soyons pas naïfs comme nous l’avons été avec la Russie, la Chine est passée de l’autoritarisme au totalitarisme ; est responsable du génocide des Ouïgours ; n’a pas nos « valeurs », etc.

Toujours le même fond idéologique : les États-Unis et ses alliés-vassaux décident du bien et du mal. Mais la vassalisation de ces courants atlantistes ne peut effacer une réalité : le découplage avec la Chine signe l’abandon de souveraineté de l’Union européenne, la fin de son autonomie sur le plan stratégique. C’est justement ce que souhaitent les États-Unis : rendre l’Europe dépendante aussi bien pour le gaz que pour le reste. La bataille est rude. Scholz a déclaré, à l’occasion de ce voyage controversé : « Nous ne devons pas nous détacher de certains pays – je dis expressément : également avec la Chine », exprimant le souhait de développer davantage la coopération économique, en dépit de points de vue différents, s’opposant à la politique de blocs de la guerre froide et exprimant la nécessité d’une architecture multipolaire prenant en compte la place des pays émergents.

C’est bien d’un tournant dans la politique allemande qu’il s’agit. Résistera-t-il aux multiples oppositions du milieu politique ? En tout cas, il a le soutien des milieux économiques. Il faudrait plutôt se demander si l’Allemagne a une alternative. Il semble que non, sauf la soumission à l’hégémonie des États-Unis, comme d’autres qui ne voient leur avenir que sous cette « protection ». L’Allemagne y joue sa puissance ­industrielle et la social-démocratie allemande sa crédibilité.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1199 messages postés
   Posté le 29-11-2022 à 05:32:30   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

La crédibilité de la sociale-démocratie? Une façon consensuelle de conclure pour un journaliste communiste (de pacotille) écrivant dans l'Humanité que lisent les socialistes français en restant arrimés à la coalition internationale occidentale contre la la Russie, contre la Chine, contre tous les pays refusant l'ordre américain.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 29-11-2022 à 13:29:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

MERCI QUI ?



La 5G en Europe sans Huawei : 18 mois et 55 milliards d'euros de plus
De la difficulté de se passer du leader du marché

Par
Mathieu Chartier
https://www.lesnumeriques.com/mobilite/5g-en-europe-sans-huawei-18-mois-55-milliards-euros-plus-n87851.html
Publié le 11/06/19 à 16h30
:
Si chaque pays décide en Europe de suivre (ou non) la position américaine et d'exclure Huawei de ses déploiements 5G, les réalités économique et industrielle plaident en faveur de l'acceptation du géant chinois.

La GSMA, association regroupant les principales entreprises de l'industrie des télécoms, estime dans un rapport que déployer la 5G en Europe sans avoir recours aux équipements du chinois Huawei pourrait avoir de lourdes répercussions. Cela allongerait tout d'abord sensiblement le temps nécessaire à la construction des infrastructures, la GSMA évoquant un retard pouvant aller jusqu'à 18 mois par rapport au calendrier que se sont fixé les grands opérateurs. Et cela coûterait sensiblement plus cher puisque le surcoût engendré serait de l'ordre de 55 milliards d'euros à l'échelle de l'Union européenne.

Le Figaro, qui a pu consulter ce rapport, précise que le passage de trois à seulement deux fournisseurs d'équipements 5G serait responsable de cette hausse des coûts, mais aussi le fait que les matériels 5G de Huawei sont meilleur marché. Certains opérateurs se verraient ainsi forcés à revoir une partie de leurs infrastructures, d'ores et déjà prêtes pour accueillir les équipements chinois. Changer de fournisseur les obligerait en effet à repenser certains points de leurs réseaux. En France, ce serait le cas de Bouygues Telecom et de SFR. Quant au retard que prendraient les pays de l'UE, il a lui aussi un coût que la GSMA estime à 15 milliards d'euros en cinq ans (période 2020-2025).

L'UE et ses 200 opérateurs
Dès lors, on comprend aisément qu'il est beaucoup plus délicat d'aborder le virage de la 5G sans Huawei en Europe, un territoire qui compte environ 200 opérateurs, que cela ne peut l'être sur des marchés tels que les États-Unis ou la Chine, qui regroupent certes des centaines de millions d'usagers et sont très vastes, mais qui ont l'avantage de ne compter qu'une poignée d'acteurs télécoms.

Bien entendu, l'UE est également un territoire sur lequel chaque pays décide des contraintes qu'il fait peser, ou non, sur ses opérateurs dans le cadre de ces déploiements, maîtres de leurs choix d'un point de vue économique ou sécuritaire. En France, si une loi “anti-Huawei” est en cours d'élaboration, elle ne devrait pas interdire aux opérateurs de déployer des infrastructures à l'aide d'équipements chinois, mais imposer certaines limites en cherchant à préserver — sur le principe de précaution — les cœurs de réseaux.

il y a 3 ans
Il n'empêche qu'une manne financière énorme s'est ouverte pour les équipementiers européens, à savoir Ericsson et Nokia. Le second fait d'ores et déjà la course aux marchés avec Huawei, tandis que le premier vient, par la voix de son directeur général en France Franck Bouétard, de rassurer les opérateurs quant à sa capacité à répondre à leur demande. Il considère néanmoins qu'à moyen terme cette situation “n'est bonne pour personne”. “Cette industrie s'est construite sur des standards mondiaux, tout le monde serait pénalisé par un morcellement du marché”, a-t-il ajouté.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 29-11-2022 à 23:29:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le président du Conseil européen se rendra en Chine, "une étape importante" dans le retour à la normale des relations

Par Fan Anqi et Du Qiongfang
Publié: 28 nov. 2022 23:13
https://www.globaltimes.cn/page/202211/1280651.shtml


Le président du Conseil européen Charles Michel effectuera une visite en Chine le 1er décembre à l'invitation du président chinois Xi Jinping, a annoncé lundi le ministère chinois des Affaires étrangères.

La visite, qui sera la première rencontre officielle entre les dirigeants de la Chine et de l'UE depuis le 20e Congrès national du Parti communiste chinois, devrait être une étape importante pour que les relations sino-européennes reviennent à une coopération pragmatique ainsi qu'une signe positif pour le développement pacifique des relations, ont déclaré les experts.

Lors d'un point de presse lundi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a noté que Xi s'entretiendrait avec Michel lors de sa visite. Le Premier ministre chinois Li Keqiang et Li Zhanshu, président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale, rencontreront également le dirigeant de l'UE.

Les deux parties auront un échange de vues approfondi sur les relations Chine-UE ainsi que sur les questions internationales et régionales d'intérêt commun, selon M. Zhao.

"La Chine attache une grande importance au développement des relations avec l'Europe et est disposée à renforcer la communication stratégique avec la partie européenne à travers cette visite, à forger un consensus et à promouvoir conjointement le développement durable, sain et stable des relations sino-européennes, et à injecter plus de stabilité. dans la situation internationale complexe et turbulente », a noté le porte-parole.

La visite de Michel sera un geste courageux pour les deux parties pour entrer dans un nouveau chapitre alors que les relations sino-européennes sont arrivées à un carrefour avec de nombreux problèmes survenus cette année, qui ont gravement interrompu le développement normal des relations, a déclaré Sun Keqin, chercheur à les Instituts chinois des relations internationales contemporaines, a déclaré lundi au Global Times.

Sun a expliqué que ces dernières années, l'Europe a eu tendance à se rapprocher des États-Unis et a, ce faisant, considéré la Chine comme un concurrent et un rival systémique, car elle ressentait un sentiment de crise vis-à-vis de la Chine et d'autres pays non occidentaux. ' développement.

Comme l'a rapporté Euro News sous le titre "Charles Michel se dirige vers Pékin alors que l'UE vise à redéfinir ses relations avec la Chine", il a déclaré que Michel pensait "qu'il serait bon de s'engager avec la Chine puisque nous sommes à un moment critique".

Il a déclaré que les deux discuteraient des développements géopolitiques, des liens économiques et commerciaux et d'autres défis mondiaux, notamment le changement climatique, la santé, ainsi que la hausse des prix des aliments et de l'énergie.

Les observateurs ont déclaré que cette réunion portera principalement sur la coopération pragmatique entre les deux parties, notamment sur l'énergie et le climat ainsi que sur la crise ukrainienne.

"L'Europe n'est pas satisfaite du fait que la Chine ne se range pas du côté d'elle sur la question, mais adopte plutôt une position rationnelle. Mais maintenant, ils se rendent compte que le rôle de la Chine devrait être de promouvoir les pourparlers de paix entre la Russie et l'Ukraine, et c'est la position que nous avons. toujours pris », a noté l'expert.

À la nouvelle de la visite, les médias occidentaux ont déclaré que la réunion intervient à un moment où l'UE "se débat avec la manière de traiter la Chine face à la pression pour une approche plus dure de la part des États-Unis".

L'UE espère que Michel ouvrira la voie à des dialogues réguliers avec la Chine. Cela fait suite à un voyage en Chine du chancelier allemand Olaf Scholz au début du mois et aux appels du président français Emmanuel Macron à un engagement avec Pékin, a rapporté Bloomberg.

Pendant ce temps, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte s'est efforcé de se coordonner avec d'autres grands pays producteurs de puces pour résister à la pression des États-Unis d'imposer des restrictions radicales sur les puces à la Chine.

"Des changements dans son attitude envers les États-Unis ont eu lieu depuis la crise ukrainienne, qui a conduit à la crise énergétique et aux troubles politiques en Europe. Il s'est tourné vers les États-Unis pour obtenir de l'aide, mais les États-Unis n'ont déployé qu'une série de mesures pour se protéger. ou renforcer sa propre compétitivité, en ignorant les besoins de l'Europe », a déclaré Sun.

« Ils comprennent que ce que veulent les États-Unis, c'est l'hégémonie, mais l'Europe veut survivre. Et ils ne peuvent pas le faire sans la Chine », a ajouté l'expert.

Aujourd'hui, alors que de nombreux hommes politiques en Europe réexaminent leur attitude envers la Chine, ils ont réalisé que la Chine n'avait jamais constitué une menace pour eux. Pendant ce temps, le commerce entre la Chine et l'Europe a toujours été basé sur l'égalité et les avantages mutuels.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 06-12-2022 à 20:36:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Une position intéressante qui reflète les divisions de la bourgeoisie allemande et les intérêts européens divergents.


Lafontaine : Américains hors d'Europe, démantelez l'OTAN !


http://www.defenddemocracy.press/lafontaine-americans-out-of-europe-dismantle-nato/

12/04/2022


L'homme d'État allemand Oscar Lafontaine s'en prend aux dirigeants de l'UE, de l'OTAN et des États-Unis.
L'Allemagne s'est retrouvée à récolter les conséquences de la crise en Ukraine, confrontée à la flambée des prix de l'énergie et des denrées alimentaires, à la récession et au danger d'une désindustrialisation permanente alors que Washington et Bruxelles continuent d'appeler à de plus en plus de sanctions contre l'énergie russe pour tenter de "punir" Moscou pour son opération militaire en Ukraine.
ANCIEN PRÉSIDENT DU SPD : IL FAUT DEMANDER LE RETRAIT DES TROUPES AMÉRICAINES D'ALLEMAGNE
28 novembre 2022
Selon l'ancien président du Parti social-démocrate d'Allemagne et co-fondateur du parti de « gauche » d'Allemagne, Oscar La Fontaine, des dirigeants européens lâches ont laissé l'Europe se laisser entraîner dans le conflit ukrainien, à l'instar de Washington. Le politicien a déclaré cela dans une interview à l'édition allemande de Deutsche Wirtschafts Nachrichten.
La Fontaine a noté que les Européens ordinaires souffrent des «ambitions de grande puissance des élites folles de Washington», que les dirigeants lâches des pays de l'UE n'ont pas été en mesure de contrer.
Le politicien s'est dit convaincu que les États-Unis étaient à l'origine du sabotage de Nord Stream et l'a qualifié de déclaration de guerre de facto à l'Allemagne. Cette politique de Washington ne doit pas rester impunie. « Il faut demander le retrait des troupes américaines du territoire allemand, ainsi que leurs armes nucléaires » , dit Lafontaine. Au lieu de cela, selon lui, nous devons travailler au renforcement de notre propre sécurité européenne, non liée à l'OTAN, qui est l'outil de Washington.
Rappelons qu'en Allemagne, le nombre du contingent d'occupation américain est d'au moins 40 soldats. Dans les bases en Allemagne, les États-Unis ont déployé des bombes nucléaires d' aviation tactique B61, qui sont maintenant remplacées par des B61-12 améliorés.
Le monde est à un point de basculement géopolitique, et l'Allemagne, avec l'Europe, devrait réfléchir à sa place dans le monde - qu'elle soit un acteur indépendant ou qu'elle reste un vassal américain, se laissant entraîner dans la rivalité de Washington avec Pékin et Moscou, note l'homme politique allemand.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 06-12-2022 à 21:12:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les politiciens européens prennent conscience de l'opportunité de fixer leurs yeux sur la convergence d'intérêts ou les différences idéologiques

Par Global Times
Publié : 06 décembre 2022 20:15 Mis à jour: 06 décembre 2022 20:09

https://www.globaltimes.cn/page/202212/1281240.shtml

L'Europe s'est toujours retrouvée tiraillée entre coopérer avec la Chine ou trouver des failles à la deuxième économie mondiale. Elle définit la Chine comme un « rival systématique », mais ne peut pas ignorer le fait que la Chine est la plus grande source d'importations de l'Europe. Les politiciens européens doivent-ils fixer leurs yeux sur la convergence des intérêts ou les différences idéologiques ? Leur attitude se précise. Le chancelier allemand Olaf Scholz a fourni sa réponse.

Dans un article signé sur le site Web du magazine américain Foreign Affairs, Scholz a évoqué ce qu'il a décrit comme « Zeitenwende » ou « un changement tectonique d'époque ». Dans le long article, il a déclaré que la crise ukrainienne a mis fin à une époque et que de nouvelles puissances, dont la Chine, ont émergé. Il ne pense pas que le monde soit au bord d'une ère de bipolarité dans l'ordre international ; au lieu de cela, différents pays et modèles de gouvernement se disputent le pouvoir et l'influence dans ce nouveau monde multipolaire. Il a également beaucoup parlé de la Chine, affirmant que la montée en puissance de la Chine ne justifie pas de l'isoler ou de freiner la coopération.

Le point de vue de Scholz peut trouver une certaine résonance en Europe, en particulier dans les pays d'Europe occidentale à l'ancienne marque. Alors que la concurrence stratégique entre les grandes puissances s'intensifie, de nombreux politiciens et universitaires européens ne veulent pas voir une nouvelle guerre froide ou une compétition idéologique. Ils veulent plutôt que l'ordre international reste stable. Maintenant que le conflit russo-ukrainien continue de consommer la force de l'Europe, l'Europe est impatiente de trouver une issue.

Song Luzheng, chercheur à l'Université de Fudan, estime que « Zeitenwende », auquel fait référence Scholz, s'inscrit dans le contexte de la montée de l'Est et du déclin de l'Ouest.

« Le bon vieux temps de l'Europe est révolu depuis longtemps. Les États-Unis sont en déclin relatif, tandis que l'Europe est en déclin absolu. Sans l'essor de la Chine, l'Occident aurait conservé son statut hégémonique, même s'il était confronté à de nombreux problèmes. Mais l'essor de la Chine a mis fin à l'ère où l'Occident régnait et a créé un monde multipolaire » , a déclaré Song au Global Times.

Song a noté qu'un autre contexte de l'article de Scholz est la loi sur la réduction de l'inflation promue par l'administration Biden. L'acte américain est une mesure hautement protectionniste visant à défendre les propres intérêts des États-Unis aux dépens de l'Europe. Bien que le président français Emmanuel Macron ait réussi à obtenir la promesse de Biden de le "modifier" lors de sa visite aux États-Unis la semaine dernière, cela n'apaisera évidemment pas les nerfs des dirigeants européens, en particulier pour Macron et Scholz. Par conséquent, en jouant la « carte de la Chine », les élites politiques européennes veulent envoyer un message aux États-Unis : si les États-Unis ne font pas de compromis, l'Europe aura du mal à coopérer avec les États-Unis.

He Zhigao, chercheur à l'Institut d'études européennes de l'Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré au Global Times qu'au cours des deux dernières années, l'Europe a été éclipsée par diverses crises et que les élites européennes recherchent une force motrice pour pousser changements vers l'avant. Alors que d'anciennes crises ne sont pas résolues et que de nouvelles émergent, l'Europe commence à s'inquiéter du déclin de son rôle dans le monde, et un tel sentiment de peur et d'insécurité grandit.

« Le cœur de l'Europe qui se sent en sécurité est de garder son indépendance stratégique et de promouvoir l'intégration européenne. Pendant ce temps, l'Europe devrait jouer un rôle d'équilibriste dans la compétition sino-américaine plutôt que de danser avec le ton américain et de rechercher le "découplage" avec la Chine » , a déclaré He, ajoutant que ce n'est que lorsque l'Europe aura une forte implantation dans le modèle de pouvoir mondial que l'Europe pourra retrouver son sentiment de sécurité.

Le chercheur chinois a noté que l'Allemagne est claire sur le rôle de la Chine en tant que stabilisateur dans les affaires mondiales, telles que le conflit russo-ukrainien et la gouvernance mondiale. Par conséquent, l'Allemagne et le reste de l'Europe devraient mettre de côté leurs différends avec la Chine et laisser la coopération pragmatique dominer les relations sino-européennes.

D'après l'article de Scholz, on peut facilement constater qu'il recherche l'équilibre. Il n'a pas oublié de souligner les « valeurs » que l'Europe vante souvent et de s'inquiéter de la « montée en puissance » de la Chine. Après tout, ce qu'il pense d'abord, ce sont les intérêts de l'Allemagne et de l'Europe. Qu'il s'agisse de la mondialisation qu'il a défendue en octobre avant son récent voyage en Chine ou la coopération avec la Chine qu'il a essayé de promouvoir dans l'article, ils profitent à l'Europe.

Et, naturellement, ils profitent également à la Chine. Ce sont précisément les domaines où les intérêts de la Chine et de l'Europe convergent qui poussent les deux à coopérer. Compte tenu de son rôle central en Europe, l'Allemagne ne manquera pas d'affecter l'attitude générale de l'Europe envers la Chine.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 06-12-2022 à 23:51:34   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un commentaire de Franck Marsal sur le blog de D. Bleitrach

Franck Marsal

Il y a un grand paradoxe dans la politique économique qui est suivie par les grandes puissances capitalises : officiellement, la priorité est donnée à la lutte contre l’inflation. Pour ce faire, on nous explique que les banques centrales augmentent les taux d’intérêt, c’est à dire les taux auxquels elles empruntent de l’argent sur les marchés financiers.
Mais dans le même temps, les gouvernements – qui soutiennent cette position des banques centrales – engagent des plans faramineux de subvention à l’économie et de déficit public : la France et son bouclier tarifaire, l’Allemagne a annoncé en Octobre un plan de soutien de 200 milliards d’euros et les USA ont suivi le mouvement avec l’IRA à 369 milliards. Tout cela s’accompagne de dépenses militaires en hausse vertigineuse, non pas depuis six mois, mais depuis en réalité depuis plusieurs années. Les dépenses militaires sont un bon moyen pour sauver l’éconnomie capitaliste en faillite.

Qu’es-ce à dire ? A mon avis, la réponse est simple, les hausses de taux ne sont pas essentiellement destinées à lutter contre l’inflation. Elle peuvent être au contraire destinées à financer les aides massives que chacun apporte à sa propre industrie pour la sauver de l’effondrement.

La baisse tendancielle du taux de profit a été depuis de longues années masquée par le développement des bulles financières sans précédent, d’une spéculation hors normes, et l’intervention croissante des gouvernements. Cette politique de financiarisation a atteint ses limites. Le goufre est désormais trop grand pour être masqué. Il va falloir tailler dans la masse, détruire du capital sur une échelle gigantesque. Car, dans la crise qui se développe, tout le monde ne pourra pas être sauvé. Il y aura, comme dans toute crise, des gagnants et des perdants. Les gouvernements eux-mêmes ne sont pas tout-puissants. Leur limite est leur capacité à emprunter de l’argent sur les marchés financiers internationaux, qui sont pilotés, pour l’occident, par le grand capital américain, ses banques et ses fonds d’investissements.
Il faut noter que c’est pour un tel plan de soutien (mal ficelé il est vrai) à l’économie que le gouvernement de Liz Truss en Angleterre est tombé quelques semaines après son arrivée au pouvoir. Le plan avait été mal reçu par les marchés financiers. Ceux-ci estimaient que la signature du gouvernement anglais ne suffisait pas à garantir les fonds nécessaires.

La croissance de l’économie chinoise, suivie par d’autres économies asiatiques, Inde, Indonésie, Vietnam notamment est en train de développer une base élargie et modernisée de production industrielle, qui gagne sans cesse des parts de marché face à la base occidentale et même au Japon. La Chine a réussi à développer sa propre structure de financement interne et internationale, et l’internationalisation du Yuan (la monnaie chinoise) va bon train.

Les USA pour faire face ont choisi de sacrifier leurs alliés : en poussant jusqu’à la guerre la confrontation avec la Russie, le capital américain a privé l’Europe de ses sources d’énergie bon marché. Cette politique avait été préparée de longue date. En s’appuyant sur la Pologne, qui leur est acquise, et l’Ukraine, les USA peuvent contrôler les flux qui alimentent l’Europe. C’est pour cela que les gazoducs NordStream leur déplaisaient profondément ! En passant par la Baltique, la Russie et l’Europe pouvait échanger de l’énergie bon marché hors du contrôle américain. Bien sûr, tout cela a été présenté de manière renversée dnas la propagande de l’OTAN : si l’on détruit les gazoducs NordStream, on prétend que c’est pour défendre la souveraineté énergétique de l’Europe ! Quelle belle souveraineté que voici : l’Europe n’a plus d’énergie, elle se prépare aux coupures d’électricité, elle va “souverainement” dans le mur.

Ce faisant, les USA vont pouvoir assécher et sacrifier l’industrie européenne, espérant ainsi sauver leur propre base du naufrage. Ils réalisent la même chose vis à vis de leurs proches alliés asiatique : Taïwan que l’on prétend défendre de la “menace chinoise”, mais aussi la Corée du Sud doivent ainsi transférer leur production de puces électroniques aux USA. Il n’est pas anodin de ce point de vue que le parti pro-américain DPP ait perdu les récentes élections. Ca au fond, Taïwan n’a rien à gagner dans le jeu guerrier des américains. Il peut y perdre sa principale industrie et son avantage technologique majeur. Déjà, les interdictions d’exportation vers la Chine privent une partie de l’industrie de ses débouchés.

Pour tenir ses alliés dans une politique qui les destabilise profondément, les USA usent de tous leurs pouvoirs, et notamment du pouvoir de propagande et de corruption des élites, afin d’imposer une vision unilatérale de la guerre, empêcher tout dialogue et toute perspective de paix, prolonger le conflit et imposer une coûteuse et stupide guerre économique, aujourd’hui contre la Russie, puis progressivement contre la Chine. On nous dit ça et là que “ça râle”, que les “dirigeants européens” considère que le prix du gaz américain est trop élevé etc etc. Mais force est de constater que cela ne dépasse pas le simple agacement. Pour l’instant, c’est “circuler, y a rien à voir”, “les USA sont notre allié” et “il faut soutenir Zelenski”.

Tôt ou tard, il faudra bien que cela sorte et les communistes ont dans leur histoire et leur formation politique tous les éléments pour porter une réorientation politique majeure.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1199 messages postés
   Posté le 07-12-2022 à 05:15:26   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Faut oser pour conclure sur une réorientation politique des dirigeants du parti communiste français. Surtout quand on voit les militants embourgeoisés qui grenouillent Place du Colonel Fabien, en recyclant le bâtiment d'Oscar Niemeyer en hôtel pour jeunes touristes internationaux et concurrencer le Generator lui faisant face.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 07-12-2022 à 21:14:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Réorientation politique, mais il ne parle pas des dirigeants.
A mon avis beaucoup de communistes critiquent leurs dirigeants mais restent attachés à Fabien Roussel. Ils seront déçus.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 14-12-2022 à 21:13:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

14 décembre 2022

Le PDG du fabricant néerlandais d'équipements pour puces ASML remet en question les règles américaines d'exportation vers la Chine -journal - Reuters


https://www.reuters.com/technology/ceo-dutch-chip-equipment-maker-asml-questions-us-imposed-export-rules-china-2022-12-13/?fbclid=IwAR34oiFGW2ck94xbtq0GHF_OsoDt_dnl87Jk_YKphvuxvaMhENehZJTpJ28

AMSTERDAM, 13 décembre (Reuters) - Le directeur général d'ASML Holding NV, le fabricant néerlandais d'équipements pour semi-conducteurs, s'est interrogé mardi sur le bien-fondé d'une initiative américaine visant à faire adopter par les Pays-Bas de nouvelles règles limitant les exportations vers la Chine.
" Ils pensent peut-être que nous devrions nous asseoir à la table, mais ASML a déjà fait des sacrifices ", a déclaré le PDG Peter Wennink dans une interview accordée au journal NRC Handelsblad.
Il a ajouté que, suite à la pression des États-Unis, le gouvernement néerlandais a déjà restreint l'exportation par ASML de ses machines de lithographie les plus avancées vers la Chine depuis 2019, ce qui, selon lui, a profité aux entreprises américaines qui vendent des technologies alternatives.
Il a déclaré que si 15 % des ventes d'ASML se font en Chine, en ce qui concerne les fournisseurs américains d'équipements pour puces, "c'est 25 ou parfois plus de 30 %" [des productions qui vont en Chine].
Un porte-parole d'ASML a confirmé l'exactitude des propos tenus dans l'interview, mais a refusé tout autre commentaire.
L'administration Biden a publié en octobre de nouvelles règles d'exportation pour les entreprises américaines visant à réduire la capacité de la Chine à fabriquer des puces semi-conductrices avancées dans le but de ralentir ses avancées militaires et technologiques.
Washington exhorte les Pays-Bas, le Japon et d'autres pays non spécifiés dont les entreprises fabriquent des équipements de fabrication de pointe à adopter des règles similaires. Le ministre néerlandais du commerce a confirmé que des discussions étaient en cours.
M. Wennink a déclaré qu'il semblait contradictoire que les fabricants de puces américains puissent vendre leurs puces les plus avancées à des clients chinois, alors qu'ASML ne peut vendre que des équipements de fabrication de puces plus anciens.
"Les fabricants de puces américains n'ont aucun problème avec la Chine en tant que client" , a-t-il déclaré.
Par ailleurs, "il est de notoriété publique que la technologie des puces destinées à des applications purement militaires a généralement 10 ou 15 ans. (Pourtant) la technologie utilisée pour fabriquer ces puces peut toujours être vendue à la Chine" , a-t-il ajouté.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10812 messages postés
   Posté le 17-12-2022 à 22:24:30   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Les divergences entre les intérêts allemands et américains, en particulier en ce qui concerne la Russie, a débouché sur une tentative de coup d etat à Berlin pour y mettre au pouvoir un Prince

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10812 messages postés
   Posté le 17-12-2022 à 22:49:03   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

L Allemagne est le maillon faible de l imperialisme, et Xuan avait compris que l absence d un courant communiste puissant profiterait aux courants fascistes. Laissons de côté Die Linke moribonde, qui n a même pas fait 5 pourcents aux dernières élections.


Edité le 17-12-2022 à 22:50:01 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 25-12-2022 à 20:35:48   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

En Europe il est difficile de définir le maillon faible. La pénurie de source d'énergie est un handicap sérieux pour l'Allemagne, mais la France s'est pénalisée à la fois dans le domaine industriel et celui de l'énergie. Puis en Afrique son influence et sa présence sont rejetées.
Ensuite il faudrait étudier l'ensemble des pays d'Europe, les rapports entre eux, les rapports avec les USA d'une part, avec les émergents de l'autre.
C'est un travail très important nécessaire, mais il exigerait de plus la connaissance de la capacité de révolte de chaque peuple, l'état des institutions bourgeoises et le poids de l'avant-garde révolutionnaire.
Mais nous n'en avons qu'une idée très limitée, même en France on ne peut pas dire où en est actuellement cette avant-garde, que l'on parle des groupes qui se réclament du marxisme-léninisme ou des marxistes-léninistes au sein du PCF.
Le suivi des débats en vue de son congrès montre qu'il y a d'une part un progrès politique indéniable pour certains comme le réseau FVR - PCF, mais aussi un retard considérable dans les rangs des militants au vu des contributions envoyées par les sections.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1199 messages postés
   Posté le 26-12-2022 à 05:16:47   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Xuan a écrit :


Mais nous n'en avons qu'une idée très limitée, même en France on ne peut pas dire où en est actuellement cette avant-garde, que l'on parle des groupes qui se réclament du marxisme-léninisme ou des marxistes-léninistes au sein du PCF.
Le suivi des débats en vue de son congrès montre qu'il y a d'une part un progrès politique indéniable pour certains comme le réseau FVR - PCF, mais aussi un retard considérable dans les rangs des militants au vu des contributions envoyées par les sections.

Un sujet n'est jamais évoqué ni étudié : L'âge des militants communistes ou plus clairement marxistes léninistes. Les photos ou vidéos circulant sur Internet montrent quasiment tout le temps des personnes âgées, chevelures éclaircies et grisonnantes. En aucun cas, comparables aux rares photos de l'époque précédent le "Front Populaire" ou les groupes étaient bien plus jeunes, des membres engagés dans le monde du travail, pour l'essentiel ouvrier dans l'industrie.
Aujourd'hui, les assistances aux diverses réunions, manifestations et autres conférences semblent représentatives du monde des retraités, longuement expérimentés dans la phase de retraite.
Evolution un peu parallèle chez les "animateurs" de l'Eglise catholique avec deux papes largement octogénaires.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 26-12-2022 à 16:17:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Tu as entièrement raison, malheureusement.
C'est une génération qui avait 20 ans dans les années 60 et 70, celles de la guerre du Vietnam et de la révolution culturelle, où les usines pétaient le feu.
Arrivé Mitterrand et l'échec du PCF, les générations suivantes ont bu le lait de la social-démocratie, de Bernard Tapie et de l'anticommunisme.
Le corps enseignant a retourné sa veste et les enfants ont avalé leurs nouvelles convictions.

De sorte que la révolte populaire n'a plus de boussole et nage dans la plus grande confusion.
L'état du PCF n'est guère brillant. Il reste sans doute un noyau ml et des groupes ou des individus dispersés.
Mais quand on lit la bouillie de P. Laurent et de Friot sur le communisme déjà là ou pour demain matin, on voit que le niveau théorique est très faible.

Donc les vieux ont une lourde tâche d'éducation tant qu'ils restent en vie.
Heureusement le monde tourne et la lutte des classes se chargera elle-même d'apprendre aux naïfs que la révolution n'est pas le monde merveilleux de Peter Pan.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 12-01-2023 à 18:43:56   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'ego gonflé des politiciens déborde de la déclaration conjointe OTAN-UE

Par Global Times
Publié: 12 janvier 2023 00:30
https://www.globaltimes.cn/page/202301/1283655.shtml

L'OTAN, vestige de la guerre froide, et l'UE, union politique et économique de pays souverains, ont signé mardi une déclaration commune, s'engageant à faire passer leur partenariat stratégique "au niveau supérieur" pour relever les défis communs. Quels défis communs ? La déclaration nommait la Russie par son nom pour le conflit en cours, puis visait la Chine, avec un ton comme celui de la guerre froide.

Signée par Charles Michel, président du Conseil européen, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN, la déclaration stipulait que « nous condamnons dans les termes les plus fermes l'agression de la Russie », et que "L'affirmation et les politiques croissantes de la Chine présentent des défis que nous devons relever."

L'OTAN est pratiquement dominée par les États-Unis. Mais l'UE essaie toujours de poursuivre une diplomatie indépendante. Washington, cependant, a un calcul pieux - émasculer les efforts de l'UE pour sauvegarder sa propre sécurité, y compris l'établissement d'une nouvelle force de réaction rapide, en la liant étroitement à l'OTAN, a déclaré Song Zhongping, un expert militaire chinois et commentateur de télévision, au Global Times.

Washington piétine Bruxelles en nommant la Chine dans la déclaration commune. Les États-Unis considèrent la Chine comme un rival sérieux, mais ils n'envisagent pas de jouer seuls à ce jeu de pouvoir. Il tente donc de faire de l'UE sa base militaire et logistique, et de transférer des capitaux, des ressources, de la main-d'œuvre et même des forces militaires européennes vers la région Asie-Pacifique pour contrer la Chine, a noté Song. Le soi-disant partenariat stratégique n'est qu'un nom accrocheur pour la chasse des États-Unis à l'obéissance de l'UE.

La façon dont la déclaration aborde la Chine est remplie de l'arrogance condescendante du centrisme occidental. Cela montre que certaines élites occidentales veulent "réparer" la politique de la Chine. Quelle ironie que l'Occident, connu pour sa politique de puissance diplomatique de la canonnière, accuse d'autres pays d'être "affirmatifs". Le message tacite de la déclaration est - pourquoi la Chine ne peut-elle pas être soumise lorsqu'elle est intimidée par l'Occident, a déclaré Shen Yi, professeur à l'Université de Fudan.

Mis à part la façon dont l'OTAN a provoqué la Russie en premier lieu avant le conflit, la Chine a-t-elle menacé l'UE ou l'OTAN sous une forme quelconque ? Aucune preuve ne peut être répertoriée. Pourtant, l'OTAN dirigée par les États-Unis semble déterminée à donner une leçon à la Chine tout en menant la guerre par procuration contre la Russie. Aussi rêveur que cela puisse paraître pour Washington, il sait bien qu'il n'a pas une telle force en main.

Certains internautes ont commenté : « L'autonomie stratégique de l'UE, RIP ». Il est évident que les États-Unis paralysent la capacité globale de diplomatie, d'autonomie économique et de puissance militaire de l'UE. C'est la raison pour laquelle Washington continue d'attiser les flammes du conflit russo-ukrainien - pour que les pays européens aspirent au parapluie de sécurité américain, a déclaré Song.

L'OTAN et l'UE sont toutes deux des organisations intergouvernementales, mais la manière montrée dans la déclaration semble provenir d'une "puissance supranationale", qui croit qu'elle peut gouverner le monde et même les mers monteraient quand elle donnerait le mot. C'est un ton avec des ego gonflés. Les trois signataires sont des exemples frappants de centrisme occidental et d'hégémonie.

"La menace russe est la plus immédiate, mais pas la seule. Nous assistons aux tentatives croissantes de la Chine pour remodeler l'ordre mondial à son avantage", a tweeté Von der Leyen après la signature de la déclaration. Par « ordre mondial », elle entend l'ordre constitué par un petit groupe de pays occidentaux dirigés par les États-Unis, et imposé au reste du monde. Ne pas écouter l'ordre occidental reviendrait à "remodeler" l'ordre.

Ce n'est pas surprenant, car Von der Leyen joue depuis longtemps le rôle de porte-parole des intérêts américains. On peut souvent trouver le sens de "l'Amérique d'abord" dans sa déclaration, a déclaré Song au Global Times.

Par exemple, "les sanctions sont là pour rester" est l'un de ses messages les plus forts pendant le conflit russo-ukrainien, même lorsqu'un hiver difficile s'annonçait. Lorsque certains Européens réfléchissent à ce que ces sanctions suicidaires et cette guerre par procuration ont apporté à leur patrie, une réponse s'impose : ils n'ont d'autre choix que de payer quatre fois plus pour le gaz américain.

À l'heure actuelle, les véritables défis auxquels l'UE est confrontée sont censés être la récession, l'inflation, la désindustrialisation et la perte d'autonomie stratégique. L'UE ferait mieux d'être prudente pour ne pas être trompée par des politiciens extrêmement arrogants.

L'OTAN, qui a depuis longtemps perdu la cause de l'existence, ne ménage aucun effort pour prolonger sa vie. Il se crée délibérément des ennemis, alors qu'il ne pourrait en avoir aucun. Mais l'UE pourrait éviter d'être prise en otage par l'organisation militaire ou de devenir un animal de compagnie américain

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 14-03-2023 à 22:31:29   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

BRISER LE LIEN ENTRE L'EUROPE ET LA RUSSIE



A propos du discours de Georges Friedman par Franck Marsal


14 MARS 2023
https://histoireetsociete.com/2023/03/14/a-propos-du-discours-de-georges-friedman-par-franck-marsal/

Je reproduis une fois encore le discours de Georges Friedman et le commentaire qu’en fait Franck Marsal, commentaire avec lequel je suis totalement d’accord. Le discours date de 2015, ce qui prouve à la fois que le plan contre la Russie existait dès cette époque, qu’il a été mené sciemment par les USA contre la Russie mais aussi contre l’Allemagne et contre l’Europe. Mais cela prouve en même temps la capacité de destruction et aussi l’incapacité à l’hégémonie qu’il revendique. Et Biden ne fait que poursuivre, reproduire à l’infini si on ne les arrête pas. (note de Danielle Bleitrach Pour histoireetscociéte)

illustration : la célèbre séquence finale de La Planète des singes (1968) les héros humains découvrent sur une plage les restes à demi enfouis de la statue de la Liberté. Le monde hostile peuplé de singes qu’ils ont “découvert” n’est pas une autre planète mais la Terre bouleversée par un cataclysme passé.



discours de Friedman https://youtu.be/emCEfEYom4A

J’ai écouté son discours jusqu’au bout et ce qui me frappe, il est cynique, mais il est surtout révélateur des limites et des faiblesses de l’impérialisme américain, et de sa stratégie actuelle. Le discours date d’il y a 7 ans, mais en fait, il est la base de la politique de Biden qui n’a donc pas évoluée depuis 7 ans et s’appuie sur une analyse stratégique totalement dépassée.

1. Il prend exemple sur la stratégie de Reagan d’opposer l’Iran et l’Irak et de faire qu’ils se battent entre eux. Cette stratégie cynique des USA a fait des millions de morts dans cette partie du monde. L’accord récemment signé de rétablissement des relations diplomatiques entre l’Arabie et l’Iran (Iran qui est par ailleurs lié à la Chine par un partenariat stratégique de longue durée et qui développe avec la Russie un corridor Nord-Sud passant par la Caspienne) montre que cette stratégie de présence des USA en Asie occidentale est parvenue à son point final. L’Irak lui-même, considérablement affaibli, est désormais très lié à l’Iran et il y a quatre grandes puissances de culture musulmane, 4 futurs géants qui approfondissent peu à peu leurs liens dans la région : la Turquie (80 millions d’habitants), l’Egypte (100 millions d’habitants), l’Iran (85 millions d’habitants) et Arabie (35 millions d’habitants). Ces pays sont des pays jeunes (ils ont les ressources humaines, les ressources matérielles et de plus en plus la science et la technologie pour leur développement) et les USA perdent peu à peu pied dans cette partie de l’Asie, ce qui mènera nécessairement à un réalignement de la politique israélienne qui devra faire des concessions très importantes.

2. Il parle ensuite du risque d’une alliance entre l’industrie allemande et les ressources russes. C’est incontestablement la stratégie de Biden aujourd’hui : empêcher cette alliance en détruisant les nord stream et en créant un cordon militarisé entre la Baltique et la Mer Noire pour isoler l’Allemagne de la Russie. Mais, c’est là qu’on voit que Biden est un homme du passé. L’enjeu aujourd’hui n’est plus là. L’industrie allemande est largement dépassée. L’Allemagne en est au gaz là où l’énergie nucléaire va dominer et demande le maintien du moteur thermique pour sauver son industrie automobile face à l’essor de la voiture électrique. Ce qui est en jeu aujourd’hui, c’est l’alliance entre la Russie, ses ressources, son espace, sa science et sa technologie (notamment militaire, préservée de la chute de l’URSS) avec la Chine et sa puissance industrielle et technique, comme point avancé de l’émergence au premier rang des pays anciennement colonisés ou semi-colonisés, des ex pays du tiers monde, ex pays émergents. Il est évident qu’il y a dans l’alliance russo-chinoise, complétée d’autres pays importants, quelque chose qui prend une dimension toute autre, réellement mondiale et réellement capable de surpasser les USA et leurs vassaux, à la fois en qualité scientifique, technologique et industrielle, et à la fois en volume de production, d’affaires et d’investissements. Le monde a changé de taille en fait. Biden, Macron et consorts ne l’ont encore pas compris.

3. Ces deux aspects se rejoignent dans plusieurs dimensions. La Russie n’a plus seulement comme débouchés maritimes et énergétiques l’Europe et les mers Baltique et Noire. La Russie s’est assurée grâce à une flotte de brise-glace nucléaires (et grâce aussi au réchauffement climatique) un débouché sur l’Océan Arctique que personne ne viendra lui contester avant très longtemps. Elle s’est assurée grâce à son partenariat avec l’Iran un débouché sur l’Océan Indien, via la Caspienne qui la connecte beaucoup plus directement aux marchés asiatiques que les vielles routes Baltiques et Méditerranéennes. Enfin, depuis déjà plusieurs années, tout en continuant à faire illusion avec Nord Stream, la Russie construit des gazoducs la reliant directement à la Chine. Le “Power of Siberia”, atteindra cette année sa pleine capacité, de 38 milliards de m3 par an de gaz livré par la Russie à la Chine (plus 23 milliards de m3 livrés au port russe de Vladivostok). Concernant la mer noire, par ailleurs, les jeux ne sont pas faits. La Turquie a fait le choix d’une indépendance claire par rapport aux USA et c’est en effet son intérêt que de s’appuyer elle aussi sur les ressources énergétiques russes pour son développement. Dès lors, il sera beaucoup plus difficile, tant techniquement que surtout diplomatiquement pour les USA de saboter le Turkish Stream, comme ils ont saboté les Nord Stream. Ce serait un casus belli pour la Turquie qui détient le contrôle de l’accès à la mer Noire. De plus, la Russie a joué un rôle considérable dans la stabilisation en Syrie, et dans l’Asie occidentale.

4. La politique américaine mène donc au sacrifice cynique de l’industrie des pays européens, déjà fort mal en point. Or, cette industrie est un des principaux partenaires et client de l’industrie américaine, la seule à pouvoir encore payer les prix exagérément élevés demandés par les USA. Les pays d’Europe occidentale feront donc face à une grave crise. Ils seront non seulement privés des ressources russes, mais devront également faire face à l’épuisement progressif des gisements de la Mer du Nord (il ne reste que les champs norvégiens encore dynamiques) et ne pourront plus non plus compter sur une Afrique facile à exploiter. Le jeu qui consistait à opposer le Maroc et l’Algérie a tourné court. L’Europe a besoin “en même temps” des phosphates marocains ET du gaz algérien et doit faire profil bas, face aux deux pays, qui lui font payer au juste prix son arrogance (on l’a vu sur l’affaire des visas algériens). La destruction de la Libye n’a rien apporté et la France perd totalement pied en Afrique Subsaharienne, comme Macron lui-même est obligé de le constater. D’où viendront alors les ressources énergétiques et matérielles ? Donc, l’affaiblissement des grands pays européens va s’accélérer et leur crise sociale va s’approfondir. Et ceci ne va rien rapporter à l’industrie américaine, elle-même en crise, de loin trop chère et sans perspective. Le boom récent de l’économie américaine est lui-même largement lié au développement des gaz et pétrole de schiste, mais ces gisements sont coûteux à exploiter et à courte durée de vie. D’ici quelques années, ils vont connaître à leur tour une décroissance rapide de la production.

5. Enfin, il y a l’aspect monétaire qui est la clé de voute de toute la puissance étasunienne. Or la politique de “sanctions” financières, c’est à dire l’utilisation immodérée du contrôle des institutions monétaires comme moyen de contrainte géopolitique a elle-même produit son contraire: l’Iran d’abord, puis la Russie et la Chine aujourd’hui bâtissent patiemment les outils pour se passer purement et simplement du système financier contrôlé par les USA. C’est long à mettre en place, mais aujourd’hui, ce système alternatif est pratiquement achevé et est en phase de déploiement accéléré. Là encore, l’accord signé entre l’Arabie et l’Iran à Beijing, le jour où débutait officiellement le 3ème mandat de Xi Jinping est un signal clair : l’Arabie signifie en même temps qu’elle va abandonner le dollar pour ses ventes de pétrole à la Chine. L’Iran et la Russie l’ont déjà fait. Inéluctablement, la montée en puissance de ces nouveaux circuits financiers va atteindre un seuil de changement qualitatif. C’est à dire que la nouvelle monnaie mondiale va évincer brutalement le dollar. Il y aura un signal que le tremblement de terre arrive et chacun n’aura plus qu’une idée en tête : se débarrasser de ses actifs en dollars le plus rapidement possible, avant qu’ils perdent toute valeur (on verra alors que certains s’y sont préparés alors que d’autres n’ont rien vu venir …). En l’affaire de quelques jours au maximum, les trillions de dollars qui s’échangent frénétiquement sur les marchés ne vaudront plus rien. Alors, cela sera la fin de la toute puissance et le dur retour à la réalité pour les “maîtres du monde”.


Edité le 14-03-2023 à 22:36:13 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 17-06-2023 à 11:28:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Premier ministre Li se rendra en Allemagne et en France lors de son premier voyage à l’étranger

17 JUIN 2023

https://histoireetsociete.com/2023/06/17/le-premier-ministre-li-se-rendra-en-allemagne-et-en-france-lors-de-son-premier-voyage-a-letranger/

Ce qui est incontestable c’est qu’il y a une vitalité, une volonté de trouver une solution aux maux qui accablent y compris le “vieux continent” qui fait plaisir à voir. Une coopération renforcée visait à injecter une énergie positive dans une économie mondiale atone expliquent les Chinois. Un autre aspect positif c’est qu’il semble être convaincu que l’Allemagne, mais aussi la France sont les plus susceptibles d’entendre raison. D. Bleitrach




Par les journalistes du personnel de GTPublié: Jun 15, 2023 10:24 PM Le Premier ministre chinois Li Qiang rencontre la presse après la clôture de la première session de la 14e Assemblée populaire nationale au Grand Palais du Peuple à Beijing, capitale de la Chine, le 13 mars 2023. Photo : cnsphoto

Le Premier ministre chinois Li Qiang rencontre la presse après la clôture de la première session de la 14e Assemblée populaire nationale au Grand Palais du Peuple à Beijing, capitale de la Chine, le 13 mars 2023. Photo : cnsphoto

A l’invitation du chancelier allemand Olaf Scholz et du gouvernement français, le Premier ministre chinois Li Qiang effectuera une visite officielle en Allemagne et tiendra la septième consultation intergouvernementale Chine-Allemagne, effectuera une visite officielle en France et participera au Sommet pour un nouveau Pacte de financement mondial du 18 au 23 juin, a annoncé jeudi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin.

La visite de M. Li est d’une importance vitale car elle contribuera à renforcer la coopération entre la Chine et l’Europe et à clarifier certains malentendus formés pendant la pandémie de COVID-19 au cours des trois dernières années en raison du manque de communication et de la diffamation de la Chine par le camp occidental dirigé par les États-Unis, selon des experts chinois.

Ils croient que la visite sera un voyage utile pour rechercher un consensus. Cela montre la sincérité, la confiance et la forte volonté de la Chine de coopérer non seulement avec l’Europe, mais aussi avec le monde, a déclaré jeudi au Global Times Wang Huiyao, fondateur et président du Centre pour la Chine et la mondialisation basé à Beijing.

Cela injecterait certainement une énergie positive dans l’économie mondiale, qui fait face à une situation internationale turbulente et à une reprise économique lente après la pandémie, ont déclaré des observateurs.

La visite de M. Li a eu lieu après la visite du président français Emmanuel Macron en avril et la visite du chancelier allemand Olaf Scholz en Chine fin 2022, au cours de laquelle la Chine a conclu une coopération et des accords fructueux avec les deux dirigeants.

De plus en plus de dirigeants européens ont réalisé et convenu que le monde devient multipolaire plutôt qu’unipolaire. Les échanges intensifs entre la Chine et le monde après la pandémie de COVID-19 ont démontré les efforts de la Chine pour ramener le monde à un canal correct de communication et de coopération plutôt qu’au conflit, a souligné Wang Huiyao.

Les experts chinois s’attendent à ce que la Chine parvienne à une coopération pratique lors de la visite de M. Li dans divers domaines, allant du commerce et des centrales nucléaires aux prêts aux pays en développement et au changement climatique.

Selon le ministère allemand des Affaires étrangères, M. Li conduira une délégation qui participera au septième cycle de consultations gouvernementales sino-allemandes, examinant de manière approfondie et promouvant la coopération pratique dans divers domaines entre les deux parties.

M. Li participera également au 11e Forum de coopération économique et technologique sino-allemande et aura des échanges approfondis avec des représentants des milieux économiques des deux pays, a annoncé M. Wang.

En ce qui concerne l’agenda en France, M. Wang a indiqué que M. Li se concentrerait sur la mise en œuvre du consensus atteint par les deux chefs d’Etat et se concentrerait sur le 60e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France en 2024.

M. Li aura une communication approfondie avec la partie française sur l’approfondissement global des échanges et de la coopération entre les deux pays dans divers domaines. Il aura également de nombreux contacts avec des personnes issues des milieux économiques des deux pays, ce qui devrait donner un nouvel élan à la coopération pratique post-épidémique entre la Chine et la France.

Une partie importante de la visite de M. Li en France sera sa participation au sommet du Nouveau Pacte mondial sur le financement proposé par Macron, a noté Wang Wenbin.

Dans le monde d’aujourd’hui, les pays sont de plus en plus interconnectés et interdépendants. Face aux crises et aux défis sans fin, toutes les parties doivent travailler ensemble pour y faire face, a-t-il déclaré.

Les experts estiment que le Premier ministre Li s’entretiendra probablement également avec des partenaires allemands et français sur la crise ukrainienne.

Du 15 au 26 mai, le représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires eurasiennes, Li Hui, s’est rendu dans cinq pays d’Europe impliqués dans la crise, dont la Russie et l’Ukraine, pour communiquer sur la question.

La mission de l’envoyé spécial Li est de recueillir les opinions des parties concernées et de communiquer avec elles. Cette fois, M. Li et ses homologues pourraient aborder certains arrangements spécifiques, y compris les méthodes pratiques possibles pour promouvoir les négociations de paix, comment mieux poursuivre la coopération entre la Chine et les pays européens – tels que le service de train de marchandises Chine-Europe – sous l’impact du conflit militaire russo-ukrainien ainsi que l’aide humanitaire à l’Ukraine, Cui Heng, chercheur adjoint au Centre d’études russes de l’Université normale de Chine orientale. a déclaré le Global Times jeudi.


___________________


Commentaire Xuan sur le site (soulignés par moi) :

Un des obstacles à lever est l’obstruction des pires atlantistes au développement de la 5G Huawei.
Thierry Breton se fait épingler sur Global Times :

https://www.globaltimes.cn/page/202306/1292726.shtml

L’obstruction du chef de l’industrie de l’UE sur les opérateurs 5G de la Chine va à contre-courant, et ne mènera l’Europe nulle part: experts
Par Fan Anqi et Liu Yang
Publié le : 16 juin 2023 22:14


Au milieu d’une série d’interactions étroites entre la Chine et l’Europe ces derniers mois, un sous-courant s’est fait jour contre la coopération bilatérale, alors que le chef de l’industrie de l’UE Thierry Breton a exhorté jeudi plus d’États membres à restreindre les réseaux de télécommunications chinois Huawei et ZTE 5G, citant de soi-disant risques pour la sécurité collective du bloc .

Les observateurs estiment que de telles actions vont à contre-courant et ne mèneront nulle part l’Europe, exhortant l’Europe à maintenir son autonomie stratégique et à ne pas laisser le bruit des États-Unis affecter les relations sino-européennes.

Breton a exprimé ces dernières semaines ses inquiétudes sur le fait que certains pays de l’UE perçoivent encore des composants à haut risque dans leurs réseaux centraux 5G, citant “les lois intrusives des pays tiers sur le renseignement national et la sécurité des données” , a rapporté Reuters jeudi, dans une référence voilée à la Chine.

Il y a deux ans, l’Union européenne a adopté des lignes directrices demandant à ses 27 États membres d’évaluer le profil de risque des fournisseurs au niveau national ou européen, et de restreindre ou d’interdire aux fournisseurs 5G à haut risque les parties centrales de leurs réseaux de télécommunications.

Le commissaire européen chargé du marché intérieur a souligné que seuls 10 des 27 ont utilisé ces prérogatives pour restreindre ou exclure les vendeurs “à haut risque”, car la majorité des États membres ont été “trop lents” dans leurs actions, qui a créé une dépendance majeure pour l’UE et de “graves vulnérabilités”.

En réponse à la question, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a dénoncé vendredi l’affirmation de la Commission européenne comme étant une “présomption de culpabilité” typique lorsqu’elle a allégué que Huawei et ZTE posent des risques pour la sécurité sans fournir aucune preuve.

Les fournisseurs de services chinois opèrent en Europe depuis de nombreuses années et non seulement n’ont jamais représenté une menace pour la sécurité de la région, mais ont également joué un rôle important dans la promotion du développement de l’industrie des télécommunications en Europe, créant des avantages économiques et sociaux considérables.

L’allégation de la Commission européenne constitue une violation flagrante de l’État de droit et ne tient pas compte des principes reconnus par l’UE d’économie de marché, de libre-échange et de concurrence loyale, a déclaré M. Wang, exhortant l’UE à éviter la politisation et à s’abstenir de supprimer les entreprises étrangères sous prétexte de sécurité.

Le battage médiatique de la 5G est, en substance, que les États-Unis utilisent la sécurité comme prétexte pour restreindre le développement technologique avancé de la Chine et exigent que l’Europe emboîte le pas en politisant la question, Sun Keqin, chercheur au China Institutes of Contemporary International Relations, a déclaré au Global Times vendredi.

L’Europe a été de plus en plus dépendante des États-Unis en termes de sécurité ces dernières années, en particulier après le conflit entre la Russie et l’Ukraine, et comme un prix pour cela, l’Europe doit faire plus de concessions, a noté Sun, mais l’interdiction de la Chine a été accueillie avec une forte insatisfaction et un débat parmi les membres de l’UE.

Les fournisseurs de télécommunications en Europe sont passés à l’utilisation d’équipements Huawei au cours de la dernière décennie, car la société chinoise a fourni des équipements moins chers mais de haute technologie, selon les experts en télécommunications.

« Le coût du remplacement de Huawei et de ZTE est énorme, et le cycle de remplacement est relativement long. On peut même dire qu’interdire les fournisseurs de services chinois équivaut à couper les possibilités des pays dans le développement de la 5G » , a déclaré Fu Liang, un analyste technologique indépendant, au Global Times vendredi.

On estime qu’il en coûterait des milliards d’euros pour arracher et remplacer les équipements Huawei dans les pays européens, ce qui pourrait alourdir les entreprises de télécommunications déjà assises sur des dettes énormes, selon un rapport de Reuters.

L’Europe ne devrait pas laisser le bruit des Etats-Unis affecter les relations sino-européennes, qui ont connu “un redémarrage complet” depuis la fin de l’année dernière, avec des dialogues et des échanges dans divers domaines ont été encouragés, selon les experts.

Le premier ministre chinois Li Qiang va entreprendre dimanche son premier voyage à l’étranger en Allemagne et en France, renforçant ainsi les liens économiques et commerciaux avec deux des plus grandes économies du continent européen.

En Allemagne, Li doit tenir la septième consultation intergouvernementale Chine-Allemagne, puis se rendre en France pour participer au Sommet pour un nouveau pacte de financement mondial, a annoncé jeudi le ministère chinois des Affaires étrangères.

Le prochain voyage de Li fait suite à une série d’interactions étroites entre les deux parties, avec le président chinois Xi Jinping recevant le chancelier allemand Olaf Scholz à Pékin en novembre 2022 et le président français Emmanuel Macron en avril.

Le vice-président chinois Han Zheng s’est rendu au Portugal et aux Pays-Bas en mai, suivi de près par une visite du conseiller d’État et ministre des Affaires étrangères Qin Gang en Allemagne, en France et en Norvège.

Les échanges fréquents entre les dirigeants des États, les hauts fonctionnaires et les représentants des milieux d’affaires de la Chine et de l’Europe mettent en évidence la grande importance que les deux parties attachent l’une à l’autre, les deux parties s’employant activement à maintenir des échanges et des dialogues à haut niveau et à haute fréquence afin de stabiliser la situation mondiale et de promouvoir la reprise économique, Cui Hongjian, directeur du département d’études européennes de l’Institut chinois d’études internationales, a déclaré au Global Times.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10812 messages postés
   Posté le 27-07-2023 à 13:37:50   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

L impérialisme français se casse la gueule, on le voit bien avec la perte du Niger. En Oceanie, Macron a les yeux plus gros que le ventre, il ne pourra pas refouler l influence chinoise. Aveu d impuissance, il s affiche à Vanuatu aux côtés des indépendantistes kanaks et polynésiens-ou alors, signe que quand ces deux territoires seront indépendants, ils accepteront le maintien de troupes français sur leurs sols ?


Edité le 27-07-2023 à 13:43:28 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10812 messages postés
   Posté le 28-07-2023 à 00:14:28   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Les medias bloqudnt les caméras sur le coup d etar au Niger, occultant celyi qui a eu lieu au Perou à la fin de l année dernière.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 09-08-2023 à 13:04:12   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L’Union européenne n’a plus aucune volonté politique qui lui soit propre…
9 AOÛT 2023


https://histoireetsociete.com/2023/08/09/lunion-europeennena-plus-aucune-volonte-politique-qui-lui-soit-propre/

Voilà à la veille des élections européennes un article qui est tout à fait nécessaire et qui dit bien les enjeux. Non que l’on puisse espérer de ceux qui seront députés un pouvoir quelconque sur cet appendice des USA et de l’OTAN que décrit l’article. La capacité des députés à influer sur cette usine à gaz dont les décisions échappent totalement aux peuples, directement et indirectement, est quasi nulle mais on pourrait espérer utiliser cette élection pour alerter le peuple français sur la réalité de ce vers quoi on les entraîne, en faire le lieu même d’une résistance, comme les partis communistes, le grec, le portugais entre autres… C’est pour cela qu’il nous parait si essentiel que le débat qui a lieu actuellement au sein du PCF se poursuive, ce qui se joue va bien au-delà des seuls communistes cela relève autant des intérêts de classe que d’un modèle de civilisation, d’une identité et d’une perspective pour le devenir de la planète. (note et traduction de Danielle Bleitrach histoire et société
-Union-européenne,-sans-volonté-politique-propre
L’Union européenne, sans sa propre volonté politique

05/08/2023

Le New York Times a mis à nu les objectifs stratégiques fondamentaux de l’Amérique lorsqu’il a noté que : « … L’OTAN fonctionne exactement comme elle a été conçue par les planificateurs américains d’après-guerre, entraînant l’Europe dans la dépendance de la puissance américaine, réduisant ainsi sa marge de manœuvre. Loin d’être un programme caritatif coûteux, l’OTAN fournit une influence américaine en Europe à très faible coût » .

Damas, 5 août (SANA) À la veille du sommet de l’OTAN, le New York Times a publié un article intéressant de deux de ses auteurs (Gray Anderson et Thomas Mini) avec un titre frappant : « L’OTAN n’est pas ce qu’ils disent qu’elle est ».

L’article commence par souligner les derniers développements de l’alliance, y compris l’admission de la Finlande et l’invitation de la Suède, et une révélation extrêmement importante est également faite: « .. Dès le début de son existence, l’OTAN ne s’est jamais fixé comme objectif premier l’accumulation de puissance militaire. Avec 100 divisions au plus fort de la guerre froide, elle ne pouvait pas faire face aux troupes du Pacte de Varsovie, l’alliance n’était pas en mesure de repousser une invasion soviétique et les armes nucléaires du continent étaient sous le contrôle de Washington. L’objectif américain était plutôt de lier l’Europe occidentale à un projet d’établissement d’un ordre mondial beaucoup plus vaste, dirigé par les États-Unis, dans lequel la « protection » du Pentagone ne servait que de levier pour obtenir des concessions sur d’autres questions, telles que le commerce et la politique monétaire, par exemple. Dans cette mission, Washington a connu une étonnante réussite.

Il décrit également comment, malgré la résistance de plusieurs pays d’Europe de l’Est à rejoindre l’OTAN, ils ont finalement été entraînés dans celle-ci en employant toutes sortes d’astuces et de manipulations. Les attentats de New York en 2001, aux mains de la Maison Blanche, ont joué un rôle déterminant. Washington a déclaré une « guerre mondiale contre le terrorisme », établissant un régime de terreur équivalent, au sens littéral, à celui de l’Irak et de l’Afghanistan et, au sens figuré, entraînant de force de nouveaux membres de l’OTAN. Parce que grâce à l’OTAN, ces pays étaient beaucoup plus faciles à contrôler.

Gray Anderson et Thomas Mini dévoilent également les objectifs stratégiques fondamentaux de l’Amérique lorsqu’ils notent que : « … L’OTAN fonctionne exactement comme elle a été conçue par les planificateurs américains d’après-guerre, entraînant l’Europe dans la dépendance de la puissance américaine, réduisant ainsi sa marge de manœuvre. Loin d’être un programme caritatif coûteux, l’OTAN assure l’influence américaine en Europe à très faible coût. Les contributions américaines à l’OTAN et à d’autres programmes d’aide à la sécurité en Europe ne représentent qu’une très petite fraction du budget annuel du Pentagone, moins de 6% selon une estimation récente ».

En Ukraine, le tableau est encore plus clair. Washington sera le garant de la sécurité militaire et ses entreprises bénéficieront d’un grand nombre de commandes de nouvelles armes en provenance d’Europe, tandis que les Européens supporteront les coûts de la reconstruction d’après-guerre, ce à quoi l’Allemagne est mieux préparée que d’augmenter ses forces armées. La guerre sert également de répétition générale pour la confrontation de l’Amérique avec la Chine, dans laquelle le soutien européen n’est pas si facile à obtenir.

En plus de l’OTAN, Washington dispose d’un deuxième outil clé pour contrôler ses alliés européens. C’est l’Union européenne elle-même.

Il y a plus de sept ans, la publication britannique The Telegraph annonçait que l’UE n’était rien de plus qu’un projet de la CIA.

L’article soulignait des faits tels que la « Déclaration Schumann », qui a donné le ton à la réconciliation franco-allemande et a progressivement conduit à la création de l’Union européenne, était une action articulée par le secrétaire d’État américain Dean Acheson lors d’une réunion au département d’État.

La principale organisation coquille de la CIA à l’époque était le « Comité américain pour une Europe unie », présidé par William J. Donovan, un agent de renseignement expérimenté qui, pendant la guerre, dirigeait l’Office of Strategic Services, sur la base duquel la Central Intelligence Agency a émergé en 1947.

Un autre document suggère qu’en 1958, ce comité fournissait 53,5% des fonds du « Mouvement européen », à une époque où son conseil était composé de personnalités telles que Walter Bedell Smith et Allen Dulles, qui dirigeaient la CIA dans les années 50.

Enfin, nous connaissons aujourd’hui le rôle des États-Unis dans la création et l’imposition à l’UE du traité de Lisbonne. Washington en avait besoin pour faciliter la gouvernance de Bruxelles à travers ses marionnettes.

Mais même cela ne suffit pas et les États-Unis ne pensent pas que ce soit suffisant. À la veille du sommet de l’OTAN, l’ancien ambassadeur américain auprès de l’Union européenne, Stuart Eisenstadt, a déclaré dans un article publié dans le journal Financial Times que pour résoudre les problèmes actuels, une nouvelle structure transatlantique entre les États-Unis et l’UE, comparable à l’OTAN, était nécessaire.

Eisenstadt maintient le caractère indispensable de coordonner un nouveau format, en fait, quelque chose comme la création des États-Unis d’Amérique et de l’Europe, où les États européens, bien sûr, seront des appendices des États-Unis, répondant à la volonté politique de Washington.

Par conséquent, toutes les manifestations et déclarations de l’Allemagne et de la France sur l’autonomie stratégique de l’Europe ne sont rien de plus qu’une pure rhétorique creuse.

Ducunt Volentem Fata, nolentem Trahunt, déclare une maxime de la Rome antique. Peut-être que beaucoup d’Européens trouvent désagréable de se rendre compte que les pays d’Europe traînent les pieds dans une direction qu’ils ne veulent pas vraiment.

(Traduction du russe en espagnol par Oscar Julian Villar Barroso. Docteur en sciences historiques et professeur à l’Université de La Havane.)

Par Leonid Savin

Chercheur associé à l’Université russe Facebook (en anglais)GazouillerMessagerie

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18332 messages postés
   Posté le 10-08-2023 à 13:58:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les amis américains flinguent l'industrie européenne


États-Unis : des milliards investis pour leur réindustrialisation et le climat, l'Europe se réajuste

Par Philippe Boulet-Gercourt le 22.04.2023 à 07h30
Lecture 9 min.
Washington a ouvert grand le porte-monnaie pour accélérer dans les technologies vertes et attirer les usines du futur sur son territoire. Une offensive qui a forcé l'Europe à revoir drastiquement sa politique.


ALBERTO MARIANI/AP/SIPA
Joe Biden a une expression pour parler de l'Inflation Reduction Act: le Big Fucking Deal, "un plan sacrément énorme", pour le traduire poliment. Énorme pour le pays et pour lui tant l'IRA fut une victoire improbable, un compromis obtenu à l'arraché au Sénat après des mois de frustration. Depuis, le président, la vice-présidente Kamala Harris, et ses ministres, ne cessent de visiter des chantiers pour vanter les succès de sa politique de réindustrialisation.


Dès son arrivée à la Maison-Blanche, le président démocrate a affiché ses ambitions environnementales et son objectif de créer de bons emplois pour les classes moyennes. Début 2021, il avait concocté un plan Build Back Better de plus de 3.500 milliards de dollars… retoqué par les républicains, appuyés par un sénateur démocrate rebelle, Joe Man-chin. Trop vert, trop cher.

L'administration Biden a cependant réussi à passer l'Infrastructure Law, 1.200 milliards de dollars pour financer des ponts, des routes, etc. Puis le Chips and Science Act, 280 milliards de dépenses, pour booster l'effort de R&D national et subventionner l'investissement dans la production de semi-conducteurs sur le sol américain. Et, enfin, le 16 août 2022, l'IRA, près de 400 milliards de subventions et crédits d'impôts sur dix ans pour accélérer dans les technologies propres, énergies renouvelables, véhicules électriques et batteries, bio-industries.

Subventions sans limite
Au début, son impact a pu être sous-estimé. "L'IRA est d'une portée bien moindre que Build Back Better", avait noté Mark Zandi, l'économiste en chef de Moody's, ajoutant: "Bien que modeste, la loi comporte de nombreux éléments positifs."

Modeste? Ce n'est plus ce que l'on dit de cette loi, fer de lance du come-back de l'Amérique. Avec ces trois textes, 2.000 milliards de dollars de dépenses publiques seront injectés sur dix ans. Enorme! D'autant que les subventions de l'IRA ne sont, en fait, pas limitées: tant que les entreprises investissent, elles sont aidées. La banque Goldman Sachs estime ainsi que, victime de son succès, son coût pourrait tripler, à 1.200 milliards d'ici à 2031.

L'enjeu n'est pas que financier. Pour les Etats-Unis, il s'agit d'une rupture majeure. Certes, "le Congrès s'est intéressé au changement climatique avec les premières grandes auditions parlementaires dès 1988", rappellent les experts du cabinet de conseil Rhodium Group.

Mais, depuis, George W. Bush s'est retiré du Protocole de Kyoto sur les gaz à effet de serre en 2005, et Donald Trump de l'Accord de Paris sur le climat en 2017, tandis que Barack Obama n'a pu prendre que peu d'initiatives, bloqué par les républicains. Aujourd'hui, le pays du pétrole pas cher se convertit - enfin! - à la lutte contre le réchauffement climatique. Un exemple? Lundi 3 avril, Joe Biden visitait une usine du Minnesota où seront bientôt fabriqués des électrolyseurs pour produire de l'hydrogène à partir d'électricité renouvelable.

Grâce à l'IRA, le coût de production de cette énergie propre pourrait devenir quasi nul aux Etats-Unis, par le biais des aides à l'investissement pour l'énergie éolienne et solaire, et des subsides de 4,50 dollars versés pour chaque kilo d'hydrogène vert produit. Les Etats-Unis vont pouvoir rattraper leur retard. Grâce aux investissements liés à l'IRA, Rhodium Group estime que les émissions de gaz à effet de serre américaines pourraient être en 2030 inférieures de 32 à 42% à celles de 2005… pas encore assez pour atteindre l'objectif de 50% de réduction prévu par l'Accord de Paris, mais un pas de géant dans la bonne direction.


Concurrence déloyale
Mais face aux républicains et alors que Joe Manchin est élu dans un Etat producteur de charbon, ce "plan vert" ne serait jamais passé s'il n'était pas aussi une politique industrielle nationaliste. Toutes les aides et subventions ne concernent que les investissements réalisés aux Etats-Unis (et dans les pays qui ont un accord de libre-échange), et réclament que les produits soient fabriqués avec des composants, voire des matières premières du pays. Il s'agit de doper le Made in America, notamment dans les régions dévastées par la mondialisation et la désindustrialisation qui avaient été séduites par les sirènes de Donald Trump. D'ailleurs, si les républicains ont rejeté l'IRA au Parlement, dans leur région, les élus sont devenus accros à ces crédits d'impôts.

En Europe, cette approche protectionniste a causé la sidération. Pire qu'une concurrence déloyale, une trahison. Les industriels européens se débattent déjà, depuis le début de la guerre en Ukraine, avec une flambée des prix de l'énergie, trois fois plus chère qu'outre-Atlantique. Pour cette raison, le chimiste allemand BASF a annoncé vouloir réduire "de manière permanente" ses investissements en Europe, et l'équipementier aéronautique Safran a décidé de "retarder de dix-huit à vingt-quatre mois" sa décision de construire une usine près de Lyon, et d'augmenter sa production aux Etats-Unis. Et voilà maintenant que le cow-boy US dégaine des crédits d'impôts massifs au profit de la production sur son sol national!Dès l'été dernier, le lobby des constructeurs automobiles sonne l'alarme.

LIRE AUSSI"Doctrine Biden", Chips Act, Inflation Reduction Act... Les Etats-Unis toujours première superpuissance mondiale face à Pékin?

Au cours de l'automne puis de l'hiver, les grands patrons, chez Iberdrola, Michelin, Saint-Gobain, Daimler, multiplient les alertes. Eric Niedziela, le président d'ArcelorMittal France, fait passer le message auprès d'Emmanuel Macron: l'IRA déstabilise tous les industriels en Europe. Ilham Kadri, PDG du chimiste belge Solvay, précise la menace. "Avec l'IRA, les Etats-Unis nous disent: 'Venez, investissez, nous vous accompagnerons.' Nous avons reçu une incitation financière pour construire notre usine de matériaux pour batteries en Géorgie."

Délocalisation européenne
Les responsables politiques prennent conscience du risque d'une délocalisation de pans entiers de l'industrie. Selon des estimations de la Commission européenne, près de 25 milliards d'euros d'investissements du Vieux Continent pourraient être siphonnés. S'ouvre alors un ballet de visites à Washington. Emmanuel Macron a fait le déplacement le 30 novembre, pour demander de rogner un plan qui "n'est pas amical et contraire aux règles de l'OMC". Bruno Le Maire et le ministre allemand de l'Economie, Robert Habeck, enchaînent en février.

Puis c'est au tour d'Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission, en mars. Mais à chaque fois, après une aimable conférence de presse commune, l'évidence se confirme: le président américain n'a aucune intention de désarmer. Une négociation est bien en cours, en coulisses, pour permettre à certains produits importés du Vieux Continent de bénéficier à la marge de l'IRA, mais les élus américains y sont hostiles, à droite, comme à gauche: "L'intention de l'IRA était de renforcer l'industrie manufacturière américaine, et aucune réglementation ne devrait affaiblir cet effort", gronde Ro Khanna, député démocrate influent.


Les dirigeants européens, Emmanuel Macron en tête, ont enchaîné les visites pour infléchir une politique défavorable au Vieux Continent. Sans résultat.

Joe Biden et Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, à la Maison-Blanche, le 10 mars. Les dirigeants européens, Emmanuel Macron en tête, ont enchaîné les visites pour infléchir une politique défavorable au Vieux Continent. Sans résultat. (Sarah Silbiger / REUTERS)

Aiguillonnée par ce rouleau compresseur américain, la Commission a donc été forcée de rompre avec son catéchisme d'une politique de libre concurrence basée sur la mondialisation heureuse pour s'atteler à bâtir une politique de planification industrielle fleurant le pompidolisme. Frans Timmermans, le vice-président de la Commission, venu des très libéraux Pays-Bas, fait son mea culpa: "L'erreur que nous avons faite a été de ne pas avoir de politique industrielle. Pendant trop longtemps, nous avons pensé que le marché réglerait tout." "Fini, la naïveté, maintenant c'est l'action!" résume le commissaire au Marché intérieur Thierry Breton.

Déjà, en février 2022, Bruxelles avait promulgué son propre Chips Act pour se placer dans les semi-conducteurs du futur. Son montant? "Seulement" 11 milliards d'euros d'ici à 2030. Et le 14 mars, est arrivé le Net Zero Industry Act (NZIA) pour renforcer les technologies clés de décarbonation. Là encore, pas de bazooka financier, il s'agit juste de débloquer les restes de crédit non utilisés du plan de relance post-Covid à 750 milliards d'euros, en attendant de se mettre d'accord sur un futur fonds souverain européen.

Cependant, Bruxelles a opéré un virage en décidant de lâcher la bride aux Etats membres pour leurs plans nationaux de soutien aux entreprises, malgré la réticence de Margrethe Vestager, la commissaire à la Concurrence. Et ces plans peuvent être massifs, tels ceux de la France, cumulant une centaine de milliards d'euros d'ici à 2030, et de l'Allemagne, de 200 milliards. Dans une note, Antoine Bouët, directeur du centre de recherche Cepii, souligne que, en proportion du PIB, les dépenses annoncées de l'IRA représentent moins de la moitié de celles des plans accumulés par l'Union européenne. Et met en garde contre une course à l'échalote: "L'Union doit se consacrer avant tout à rendre les aides existantes véritablement efficaces."

Millefeuille administratif
Le NZIA comporte des mesures pour simplifier l'accès aux financements et aux permis. Les Etats membres sont tenus de mettre en place un guichet unique pour limiter la paperasse. Reste qu'aux Etats-Unis, pas d'agences multiples ni de millefeuille administratif, contrairement au Vieux Continent qui doit jongler entre les niveaux européen, nationaux et régionaux. Ce qu'Ilham Kadri, de Solvay, traduit avec franchise, dans le Financial Times: "Les Etats-Unis ont adopté une stratégie simple qui encourage à investir alors que l'Union européenne vient avec un canevas politique qui manque d'éléments précis et ne contient pas de raisons limpides pour inciter à l'investissement." Comme souvent, les Américains frappent fort, et les Européens tâchent de suivre, quitte à devoir se réinventer.



Avec trois textes adoptés sous l'administration Biden, 2.000 milliards de dollars de dépenses publiques seront injectés dans l'économie sur dix ans. Dans la plupart des secteurs, les entreprises, américaines ou pas, ont sauté sur l'occasion pour investir.

Mannes financières

435 milliards de dollars d'investissements annoncés par des entreprises depuis février 2021 (au 15 mars).
391 milliards de dollars d'aides sur dix ans promises par l'IRA pour les investissements et la production dans les technologies vertes.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 25 - 26Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Europe un nouvel empire ?  L'Europe, maillon faible de l'impérialismeNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum