Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Subversion, balkanisation et guerre en Europe 

 Expansion de l'OTAN et guerre en Ukraine

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 14-06-2022 à 13:44:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article du Guardian, centre-gauche et pro US :

Les appels de l’Occident à une victoire totale en Ukraine ne peuvent mener qu’à une escalade ruineuse, par Simon Jenkins

10 JUIN 2022



Catherine Winch, “notre correspondante à Londres” a traduit pour les lecteurs d’histoire et societe cet article de Simon Jenkins, et elle nous signale qu’il s’agit de l’ancien éditeur du Times, qui ne suit pas Johnson dans le jusqu’au-boutisme.
https://histoireetsociete.com/2022/06/10/les-appels-de-loccident-a-une-victoire-totale-en-ukraine-ne-peuvent-mener-qua-une-escalade-ruineuse-par-simon-jenkins/?fbclid=IwAR0XoWrjBvxQbfRaug65f-u3YwCzjeyR3Kwp0PxCvwTpTr4AXNZbV7PEYeA

Simon Jenkins

https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/jun/09/west-victory-in-ukraine-escalation-war?CMP=share_btn_link

Alors que la guerre en Ukraine s’éloigne des gros titres, elle atteint un point de danger maximal. Les parties peuvent-elles être amenées à un compromis et à un règlement, ou leur désespoir, associé à la fièvre de guerre des non-participants, conduira-t-il le conflit à une escalade plus large et au risque de catastrophe ?

Le gouvernement britannique a offert à Kiev ce qu’il appelle un soutien indéfectible. Boris Johnson a ainsi délégué sa politique sur l’Ukraine au président de Kiev, Volodymyr Zelenski. Celle-ci comprend l’ambition de chasser les troupes russes de tout le sol ukrainien, y compris la Crimée et le Donbass. Le poids des chiffres de la Russie rend déjà de moins en moins plausible une telle victoire totale et un retour aux frontières d’avant 2014. Cela nécessiterait également une augmentation massive de l’aide occidentale sur une longue période. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déjà qualifié cette guerre de guerre par procuration des États-Unis contre la Russie.

À ce stade de la guerre, les enjeux sont d’une autre nature. Lorsque l’Ukraine a repoussé la première avancée russe, l’aide occidentale est apparue à la fois cruciale et glorieuse. Ces derniers mois, l’équilibre de la puissance militaire s’est transformé en impasse. La France et l’Allemagne font maintenant preuve de prudence. Comme la plupart des pays de l’OTAN, elles apportent à Kiev une aide militaire et humanitaire, tout en considérant à juste titre que la guerre est celle de l’expansion russe. Elles n’utilisent pas le langage de Joe Biden et Johnson, qui parlent d’un grand conflit impliquant l’ensemble de l’Occident.

Alors que des armes “défensives” de plus en plus meurtrières sont livrées par les puissances occidentales à l’Ukraine, la plainte de la Russie qu’il s’agit d’une guerre par procuration semble de plus en plus plausible, et Vladimir Poutine va continuer à agiter son arsenal nucléaire. S’il peut raser des villes ukrainiennes entières avec des bombes, pourquoi pas avec des obusiers nucléaires ? Les faucons occidentaux ont passé leur vie à s’entraîner pour une telle confrontation. On sent qu’ils sont impatients de tester le courage de Poutine, à une distance sûre de chez eux. Les faucons doivent savoir qu’il ne se retirera pas de toute l’Ukraine. Alors pourquoi ne pas voir dans quelle mesure son bluff nucléaire peut être relevé ?

À mesure que les guerres d’aujourd’hui s’éternisent, leur effet sur l’émotion du public va et vient, tandis que les intérêts particuliers font jouer leurs muscles. Lorsque les Soviétiques ont occupé l’Europe de l’Est après la Seconde Guerre mondiale, la discipline de l’Ouest était absolue. Elle a suivi la doctrine de George Kennan, à savoir l’endiguement et non le retour en arrière. La répression soviétique de la Hongrie en 1956 et de la Tchécoslovaquie en 1968 ne furent pas contestées. Une confrontation nucléaire était considérée comme impensable. La crise des missiles de Cuba en 1962 et le moment de folie du vieillissant Andropov en 1983 (lorsque le Kremlin, alarmé par un exercice de l’OTAN, a failli lancer une attaque nucléaire) ont provoqué une excitation paralysante chez les chefs militaires. Des études récentes ont montré à quel point le monde est passé près de la catastrophe, qui n’a pu être évitée que grâce à des échanges frénétiques, des compromis secrets et des décisions prises en une fraction de seconde.

Si la guerre des Malouines de 1982 avait été réglée par la mise sous tutelle des Nations unies avant le débarquement de San Carlos – comme cela a failli être le cas après le naufrage du HMS Sheffield – des centaines de vies auraient pu être sauvées, sans parler des 60 millions de livres sterling par an encore dépensés pour la forteresse Malouines. En Afghanistan, en 2001, le secrétaire américain à la défense de l’époque, Donald Rumsfeld, a conseillé au président George W. Bush d’entrer dans le pays, de punir le régime et d’en sortir immédiatement. Il a été ignoré par les “bâtisseurs de nation”, qui ont entrepris d’imposer un vaste appareil impérial en Afghanistan et de le détruire. Ces tournants critiques sont oubliés dans les histoires de guerre.

Dès qu’un conflit devient brûlant, la fièvre de la guerre déforme la raison par l’émotion. Alimentée par les médias, elle empoisonne toute tentative de paix avec le cri “trop de gens sont morts pour permettre un compromis”. La stratégie est également déformée. Tout comme on nous a dit en 2003 que l’Irak préparait une attaque de missiles contre la Grande-Bretagne, nous devons maintenant croire que Poutine représente une menace similaire pour notre sécurité.

La doctrine de l’endiguement de la guerre froide, acceptée tacitement par Moscou et Washington, consistait à éviter scrupuleusement une confrontation est-ouest entre les grandes puissances. Tout le reste était subordonné. Nous sommes aujourd’hui à un tel tournant.

Quel que soit l’accord conclu dans l’est de l’Ukraine, il s’agira d’un compromis. Johnson et la Grande-Bretagne ont fait leur devoir d’humanité commune en aidant un État étranger, et non un allié, à résister à une odieuse agression russe. Poutine a à peine avancé sur son incursion de 2014, bien qu’il ait avancé. C’est là que doit se trouver le domaine du compromis. Si Johnson se sent incapable de plaider pour la paix, il devrait au moins cesser de crier à la guerre. Le prochain chapitre des relations entre la Russie et l’Ukraine doit être décidé par ces deux pays.


Edité le 14-06-2022 à 13:53:30 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 14-06-2022 à 23:56:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un dossier remarquable sur la censure concernant l'Ukraine, et les pressions sur les journalistes. Il faut noter que la presse chinoise est lue dans le monde entier et qu'elle commence à faire contrepoids aux médias mainstream en dehors de l'occident :


Global Times dénonce la propagande et la censure occidentales dans la guerre en Ukraine.


GT enquête:
Des journalistes indépendants occidentaux dénoncent la propagande de l’OTAN fomentant la crise ukrainienne et subissent des attaques impitoyables de l’Occident « civilisé »

Toile de tromperie
Par les journalistes du personnel de GT
Publié: Jun 14, 2022 11:37 PM
https://www.globaltimes.cn/page/202206/1268125.shtml

Situations d’urgence Les pompiers du ministère éteignent un incendie à la suite d’un récent bombardement dans le district de Kievsky à Donetsk, en Ukraine, le 13 juin. Photo : VCG
Récemment, des rapports sont devenus viraux sur les plateformes de médias sociaux selon lesquels un haut responsable ukrainien a été licencié en raison de plusieurs accusations, parmi lesquelles la rhétorique qu’elle a utilisée pour décrire les agressions sexuelles contre des enfants prétendument par des Russes sans preuves vérifiées. Cela a suscité la dernière série d’inquiétudes concernant la montée de la désinformation dans le conflit russo-ukrainien.
Lyudmila Denisova, commissaire aux droits de l’homme du Parlement ukrainien, a été relevée de ses fonctions le 31 mai pour avoir traité des rapports détaillant des allégations d’agression sexuelle portées contre des Russes en Ukraine, a rapporté Newsweek le 31 mai.
Selon Newsweek, cette décision a été prise après l’indignation suscitée par la formulation qu’elle a utilisée dans les rapports publics sur les agressions sexuelles présumées commises par des Russes, mais par le défaut de fournir des preuves tangibles ainsi que la diffusion présumée dans ces rapports d’informations non vérifiées.
Dans le paysage actuel de l’opinion publique sur le conflit russo-ukrainien, il n’est pas rare que les parties semant le chaos s’engagent dans la diffusion de fausses nouvelles. Alors que l’expansion imprudente de l’OTAN reste la principale cause profonde du conflit russo-ukrainien en cours, les États membres de l’OTAN, en tant que vétérans de la concoction et de la diffusion de la désinformation, et certains médias occidentaux ont discrètement fait leur part en employant des tactiques de désinformation et en attisant les flammes.
Lors de la réunion de l’ONU sur la situation en Ukraine le 6 mai, des journalistes indépendants de nombreux pays, dont la France, l’Italie, les Pays-Bas, la Bulgarie et l’Irak, ont critiqué les médias occidentaux pour la propagande utilisée lors des reportages sur le conflit russo-ukrainien.

« J’ai vu la guerre, mais nous ne pouvons pas dire la vérité », a déclaré Sonja van den Ende, une journaliste d’investigation néerlandaise lors de la réunion. « Nous sommes censurés en Europe. »

Le Global Times s’est entretenu avec Sonja van den Ende, le photojournaliste italien Giorgio Bianchi qui a assisté à la réunion de formule Arria, et John Mark Dougan, un journaliste américain qui couvre toujours l’Ukraine, qui viennent tous de sociétés occidentales « démocratiques » mais ont été attaqués de toutes parts pour avoir raconté des histoires et partagé des opinions qui ne sont pas alignées sur le « politiquement correct » de diffamer la Russie en Occident sur la crise ukrainienne.
« L’Occident accuse la Russie de générer de fausses nouvelles, alors qu’ils sont eux-mêmes accros à l’utilisation de faux récits et à la tromperie comme arme », a déclaré van den Ende au Global Times.
« Le titre de 'Terre des Libres' a été retiré à l’Occident il y a longtemps », a déclaré Dougan.

Quand le « bureau de presse » de l’OTAN enveloppe l’Europe

« C’est difficile de jouer la victime tout en agissant comme un méchant. »
Après avoir conclu une conférence sur l’Ukraine boycottée par certains enseignants et élèves d’une école locale en Italie et déformée par les médias et devant endurer le barrage actuel de critiques et d’abus de la part de la « société civilisée et pacifique » dans laquelle il vit, Bianchi, qui est retourné en Italie après avoir couvert et filmé dans la région du Donbass, a fait un post passionné sur sa page Facebook.
« En ce moment en Italie, mais plus généralement dans toute l’Europe, encourager le raisonnement sur les motivations de la Russie dans ce conflit et les fautes de l’Union européenne et de l’OTAN signifie être qualifié de 'poutinisme' », a déclaré Bianchi au Global Times, notant qu’en plus de la condamnation et de la censure habituelles sur le réseau social, « les invités non alignés invités dans les émissions de télévision subissent de véritables « lynchages » médiatiques et des attaques de type escouade par des journalistes et des intellectuels ».

Parce qu’il a courageusement témoigné que les grands médias européens diffusent de la propagande sur le conflit russo-ukrainien, Bianchi a déclaré qu’il avait été la cible d’une campagne de diffamation menée par les principaux journaux italiens.
Le 5 juin 2022, le Corriere Della Sera, l’un des quotidiens italiens les plus influents, a publié une liste de leaders d’opinion, de politiciens, de journalistes et d’influenceurs, accompagnée de photos et prétendument compilée par les services de renseignement italiens, qui comprend également les informations personnelles de Bianchi.
Selon le Corriere Della Sera, le nom de Bianchi apparaît à plusieurs reprises dans les dossiers d’information que les services de renseignement soumettaient quotidiennement au gouvernement. Cela se fait sous l’affirmation de mener des « activités de propagande politique pro-russes ».

« Toutes ces hypothèses sont absolument fausses et manquent de preuves. C’est une tentative maladroite de museler quiconque désapprouve les politiques folles d’un gouvernement qui fait payer au peuple italien le coût de sanctions arbitrairement imposées contre la Russie », a déclaré Bianchi, notant que ce climat de chasse aux sorcières a intimidé la plupart des journalistes et des intellectuels, qui ont en fait de plus en plus tendance à ne pas s’exposer et à exprimer leurs opinions sur l’escalade du conflit. pour éviter le risque de nuire à leur image publique ou de subir un assassinat de carrière.

En tant que photojournaliste, photographe documentaire et cinéaste, Bianchi a couvert des histoires dans des points chauds de l’actualité internationale comme la Syrie, le Burkina Faso, le Myanmar et le Vietnam. Ses photographies ont été présentées dans des journaux occidentaux grand public, des magazines et des expositions internationales et ont remporté de nombreuses distinctions et récompenses.

Depuis 2013, Bianchi a effectué plusieurs expéditions de reportage en Ukraine, où il a suivi de près les crises ukrainiennes, des manifestations de l’Euromaïdan en 2014 à l’éruption du conflit russo-ukrainien.

Bianchi a noté que dans les reportages des médias occidentaux, pendant le conflit actuel qui s’est déroulé sur cent jours, certaines affirmations non fondées telles que les Russes auraient massacré des groupes vulnérables, la déportation par l’armée russe de millions de personnes en Sibérie, ou l’armée ayant été repoussée et perdu un tiers de ses forces de campagne... étaient largement diffusés.
Ce que Bianchi a vu sur le champ de bataille, cependant, c’est le fait que l’Occident avait provoqué et exacerbé le conflit en 2014 et même plus tôt, transformant finalement des quartiers pacifiques en camps de réfugiés et en monticules de décombres.
« De nos jours, il est courant de voir des centaines d’armes levées, saisissant désespérément la nourriture jetée des camions humanitaires. L’Ukraine est une énorme tragédie et tire la sonnette d’alarme à tous ceux qui veulent croire que la paix, la richesse et la fraternité peuvent durer éternellement », a-t-il déclaré.
En raison de l’absence d’une véritable évaluation croisée compte tenu de la censure imposée aux médias russes et de l’absence presque totale de médias indépendants en Europe et en particulier en Italie, une campagne de diabolisation de l’armée russe est en cours, a noté Bianchi. « Ces organes de presse sont en fait devenus le bureau de presse de l’OTAN. »

« Les gens veulent entendre les récits de première main de témoins et non les opinions d’individus mal informés payés par de grands groupes d’édition pour agir comme des larbins d’un gouvernement qui fait des choix très impopulaires », a-t-il déclaré.
Selon Euractiv, un réseau de médias paneuropéen spécialisé dans les politiques de l’UE, près de la moitié des Italiens préféreraient ne pas envoyer d’armes en Ukraine, et seulement 29 % des personnes interrogées sont d’accord avec l’envoi d’armes.
À l’heure actuelle, il vaut la peine de réfléchir à qui sont la victime et le méchant.
Mensonges et néonazisme sévissent sur le champ de bataille
« Il y a beaucoup de mensonges, surtout quand il s’agit du champ de bataille. Lorsque les pays occidentaux perdent le contrôle, ils deviennent agressifs dans leur propagande », a déclaré van den Ende, qui a effectué trois voyages en mars dans les régions orientales de Donetsk et de Lougansk, d’où elle a fait des reportages pendant plus d’un mois, au Global Times.

Il est doublement regrettable pour van den Ende qu’en Ukraine, par son expérience personnelle, la tendance idéologique néonazie, nourrie et facilitée par l’Occident, se soit répandue dans le domaine de l’opinion publique et de la diffusion de la propagande.
« Dans un bastion de Lougansk, avec des collègues d’Allemagne et de France, nous avons vu des biens de soldats néo-nazis du bataillon Azov, y compris des manuels de l’OTAN et des preuves de leur idéologie d’extrême droite. Cependant, ils [la société occidentale] ont ridiculisé mon rapport sur les résultats, et j’étais dans presque tous les journaux réguliers aux Pays-Bas, où j’ai été dépeint comme un théoricien du complot et a maintenant été transformé en un 'propagandiste' pour les Russes », a déclaré van den Ende.
Van den Ende a noté qu’en plus des médias, les soi-disant organisations de défense des droits de l’homme financées par l’Occident sont tout aussi occupées à jouer un rôle vicieux sur le champ de bataille actuel.
Amnesty International, par exemple, a publié le 6 mai un rapport documentant des crimes de guerre présumés commis par les forces russes lorsqu’elles occupaient une zone au nord-ouest de Kiev, y compris la ville de Bucha.

« L’incident de Bucha est enveloppé de mystère, la véritable recherche qui doit être menée implique les deux parties, l’Ukrainien, le Russe, et bien sûr parmi les civils, cependant, nous voyons ici qu’Amnesty International n’est pas une organisation « indépendante », mais payée par l’UE et les gouvernements occidentaux pour faire pression sur les témoins pour qu’ils disent qu’ils ont été blessés par les Russes. » », a déclaré van den Ende.
La campagne de propagande occidentale et la répression des journalistes ressemblent à l’idéologie nazie, sous les fausses bannières de la liberté, de la démocratie et des droits de l’homme. La vague de ce genre de pensée est cachée sous les forces d’extrême droite en Ukraine, une influence maligne qui se fomente davantage, a souligné van den Ende.

« Votre destin est entre vos mains », peut-on lire dans une lettre de menace que van den Ende a montrée au Global Times, peut-être d’extrémistes, qui ont exigé qu’elle cesse immédiatement ses reportages actuels, sinon elle serait doxxée, rendant publiques ses « informations spécifiques circulant dans le Darknet », l’exposant au poids de la crise dans la zone de guerre et de la croisade en ligne qui s’ensuivit.
Bien qu’il soit impossible de déterminer l’origine de cette lettre, van den Ende a noté que presque tous les journalistes et les activités politiques qui ne sont pas souhaitables pour les forces extrémistes en Ukraine, ont été répertoriés dans une véritable liste de sanctions sur le site ukrainien « Myrotvorets » [le (Peacemaker], un site Ukrainien ayant des liens étroits avec les forces de l’ordre et les pirates.

Autoproclamée organisation non gouvernementale indépendante, Myrotvorets publie des informations personnelles appartenant à ceux qui sont considérés comme des « ennemis de l’Ukraine ». Allant à l’encontre de tous les principes de confidentialité, d’informations personnelles et de données, des informations telles que les numéros de téléphone, les adresses résidentielles, les liens de profil social et les noms des enfants et des parents, sont consultables publiquement via le portail de recherche.
En 2015, des membres de Myrotvorets ont créé un faux site Web pour les forces pro-russes, où les noms, courriels, numéros de téléphone et adresses de plus de 4 000 journalistes internationaux ont été publiés peu après que des milliers de personnes se soient inscrites, a rapporté Al Jazeera.

Quelques jours seulement après que leurs informations personnelles ont été rendues publiques, deux personnalités pro-russes ont été abattues à Kiev. Un groupe nationaliste ukrainien a revendiqué la responsabilité des deux meurtres, selon le rapport.
En 2017, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a appelé à une enquête ukrainienne sur le site contenant la liste noire numérique, ont rapporté les médias.

Mais van den Ende a déclaré qu’elle est toujours en charge de son propre destin, parce que ses reportages sont des expériences de première main pures et qu’il y a beaucoup plus de journalistes sur le terrain qui essaient de démanteler le système occidental basé sur le mensonge et la guerre.

Dans ses interviews sur le terrain, van den Ende a déclaré qu’elle avait constaté que les Ukrainiens avaient été privés de beaucoup de choses depuis la « deuxième révolution de couleur » en Ukraine en 2014, lorsque l’Occident soutenait l’Ukraine occidentale et encourageait la prolifération de l’idéologie fasciste, et espérait que la population locale rejetterait tout ce qui concerne la Russie.
« Les pays occidentaux veulent détruire la Russie, comme ils l’ont essayé à plusieurs reprises dans l’histoire, mais ils finiront par découvrir qu’il n’y a pas de vrais gagnants dans le gâchis », a déclaré van den Ende.
De vrais fauteurs de troubles

Récemment, une vidéo du journaliste américain John Mark Dougan couvrant la centrale hydroélectrique de Kakhovka en Ukraine est devenue virale sur les médias sociaux.
Dans une vidéo largement diffusée, Dougan a visité la centrale hydroélectrique le 25 mai, où, selon les médias occidentaux, l’armée ukrainienne avait chassé les troupes russes, mais ce que Dougan a dit avoir vu, c’est que l’armée russe contrôlait réellement la centrale et a même empêché certaines forces armées de tenter de l’attaquer avec des missiles. sauver la vie des gens des deux côtés du Dniepr de la menace de la rupture d’un barrage.

Le vétéran du Corps des Marines des États-Unis et ancien officier de police a été étiqueté comme un « participant au projet de propagande soutenu par le Kremlin » par les médias occidentaux lorsqu’il a documenté son voyage dans la zone de guerre et a montré visuellement ses expériences en Ukraine à travers des vidéos sur les plateformes de médias sociaux occidentales.
Dougan a déclaré au Global Times qu’il ne se souciait pas de la façon dont il était défini par l’Occident, car il parlait directement aux gens qui vivaient dans des villes comme Marioupol et Donetsk.

« Ma confiance en leur crédibilité est à 100%, parce que ce sont les gens qui souffrent, et ils ne vont pas être malhonnêtes pour protéger le coupable. Cependant, la plupart des journalistes des grandes agences, en particulier les agences occidentales, n’ont pas cette opportunité. On leur donne des points de discussion, une direction à suivre. »
Sur le champ de bataille, Dougan a déclaré qu’il avait découvert que des acteurs de mauvaise foi avaient aggravé le conflit déjà sanglant.
Les politiciens occidentaux seront payés par le projet de loi d’aide supplémentaire de 40 milliards de dollars à l’Ukraine signé par Biden le 21 mai. Ceci, en fait, provoquera une impasse à long terme en Ukraine, en Russie et même dans toute l’Europe, a déclaré Dougan.

« Cependant, beaucoup de gens prennent ces Armes aidées par les États-Unis et les vendre à des organisations terroristes sur le marché noir. En conséquence, ces armes seront utilisées à l’avenir pour tuer des gens en Europe et ailleurs », a déclaré Dougan, notant qu’il est presque impossible de surveiller la circulation de ces armes.
« Ce sont les méchants qui ont poussé pour cette guerre qui vont s’enrichir de cette guerre. Mais à l’avenir, ces fauteurs de troubles finiront par le regretter », a-t-il déclaré.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10247 messages postés
   Posté le 15-06-2022 à 18:44:35   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Le boutefeu Macron est allé jusqu'à Chisinau pour intégrer la Moldavie à l Union européenne, prélude à l entrée de ce pays dans l Alliance Atlantique, cette poussée vers l Est des États-Unis, qui veulent endiguer la Fédération de Russie.


Edité le 16-06-2022 à 04:00:16 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 16-06-2022 à 07:56:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les infos télévisées de ce matin révèlent pour la première fois le bombardement de la maternité de Donetz par l'armée ukrainienne ! ...

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 16-06-2022 à 14:36:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ce matin pour la première fois me semble-t-il, la télé publique passait une vidéo sur le bombardement de Donetz lundi, par l'armée ukrainienne, qui s'est abattu notamment sur une maternité.
La veille elle relevait la proposition russe d'un couloir humanitaire à Severodonetk, tandis que la demande de Zelensky d'évacuer les militaires n'était pas citée.

sur le replay de Télématin - l'enregistrement commence à 41'40 - l'envoyé spécial passe vers 43 ' un film sur les blessés, les dégâts dans les appartements et les femmes de la maternité.

Le commentaire dit "...Les Russes et leurs alliés pointent même du doigt les armes de plus longue portée fournies par les pays de l'OTAN. Les habitants y croient et pensent reconnaître leur calibre spécifique.

[une femme montre des débris] : - c'est du 155 mm, les fenêtres ont volé en éclat chez nos voisins. C'est horrible.

Il est certain qu'il se passe quelque chose.
L'opinion publique ne se mobilise pas et se méfie des infos, les mensonges commencent à devenir des secrets de Polichinelle.
Aucun résultat militaire, les armes sophistiquées sont utilisées comme des tromblons et Zelensky se paie le luxe de sermonner les bourgeoisies occidentales...qui commencent à trouver la note salée sans rien rapporter.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 18-06-2022 à 00:05:20   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Russie coupe le gaz vers la France.


Réponse à la visite de Macron à Kiev et à l'envoi de 6 canons supplémentaires, également échec des sanctions économiques.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 18-06-2022 à 23:26:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'arroseur arrosé...
Le 21 mai Challenges titrait Comment l'Europe s'organise pour couper le gaz russe
Après plusieurs pays dont la Pologne, c'est au tour de la France de jouer les arroseurs arrosés.

La stratégie du boycott de l'énergie russe, imposée par les USA à l'Europe, s'est d'abord retournée contre les pays européens, les a divisés, et pour finir son inanité apparaît au grand jour lorsque la Russie coupe elle-même le gaz à un pays qui s'est trouvé à la tête du boycott.
La stratégie de Macron de la négociation et de la guerre en même temps est un échec total. La 3e voie est un échec total, et à travers elle on mesure à quel point la ligne trotskiste "tous des impérialistes" va droit dans un mur.
Il n'y a pas de troisième voie. D'un côté l'hégémonisme, et de l'autre le multilatéralisme.


______________


La Chine et la Russie signent un nouvel accord commercial sur l'énergie et l'alimentation, qui devrait libérer davantage de potentiel


Par Yin Yeping
Publié: 17 juin 2022 22:07

Les entreprises chinoises et russes ont conclu des accords sur des industries clés telles que l'énergie, l'alimentation et d'autres produits de base en marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) du 15 au 18 juin, alors que les deux pays libèrent un plus grand potentiel dans le commerce bilatéral pour dynamiser l'économie régionale.

Le directeur général adjoint de la China National Petroleum Corporation, Huang Yongzhang, a tenu jeudi une conversation vidéo avec le vice-président de la société russe Gazprom, au cours de laquelle ils ont signé un accord technique sur un projet d'approvisionnement en gaz de l'Extrême-Orient entre la Russie et la Chine afin de renforcer la coopération énergétique, selon la China National Petroleum Corporation. vendredi, une décision qui, selon les experts, serait une nouvelle expansion des approvisionnements énergétiques russes en Chine.

Bien qu'il n'y ait pas eu d'autres détails sur l'accord, les experts ont déclaré que l'accord porterait davantage sur l'expansion de la capacité du commerce de l'énergie sur la base des pipelines déjà en service.

Le gazoduc "Power of Siberia 1" a été ouvert entre la Chine et la Russie dès décembre 2019, avec une capacité de transport de gaz portée à 53 milliards de mètres cubes en 2021.

Les deux parties ont conclu une intention de coopération pour les projets énergétiques en Chine. -L'Extrême-Orient russe l'année dernière, et la signature de l'accord vise à préciser le plan avec plus de détails réalisables, ce qui est très important pour la coopération énergétique sino-russe, a déclaré Li Ziguo, chercheur principal à l'Institut chinois des études internationales. le Global Times vendredi.

La dernière signature des accords d'approvisionnement en gaz entre les grandes entreprises des deux pays rendra l'approvisionnement et les prix plus durables et stables, a déclaré vendredi Song Kui, président de l'Institut de recherche sur l'économie régionale Chine-Russie contemporaine au Global Times.

La Chine dépend actuellement des importations pour environ 45 % de sa consommation de gaz naturel, principalement de la Russie, du Myanmar, des pays d'Asie centrale et des projets de GNL offshore avec l'Australie et le Qatar, l'Australie étant l'un des plus grands fournisseurs de gaz naturel de la Chine, représentant près de la moitié de la Chine. importations, selon les médias.

Le renforcement du commerce du gaz entre la Chine et la Russie vise à diversifier davantage les sources d'approvisionnement au lieu de trop dépendre d'une source particulière, ont déclaré des experts.

"Mais au lieu d'ajouter de nouveaux pipelines, il pourrait y avoir une plus grande expansion de la capacité commerciale via l'actuel, 'Power of Siberia 1'", a déclaré Lin Boqiang, directeur du Centre chinois de recherche sur l'économie de l'énergie à l'Université de Xiamen. Global Times vendredi, ajoutant qu'il existe un plus grand potentiel prévisible pour les deux parties d'explorer le secteur du commerce de l'énergie propre.

En 2021, les importations chinoises de produits énergétiques en provenance de Russie ont atteint 334,29 milliards de yuans, soit une augmentation de 47,4% en glissement annuel, représentant 65,3% des importations totales de la Chine en provenance de Russie cette année-là, selon l'Administration générale des douanes. Les experts estiment qu'à mesure que les liens commerciaux s'approfondissent et s'élargissent, cette tendance pourrait se poursuivre cette année.

Outre la signature d'un accord de coopération énergétique, les entreprises chinoises et russes ont également signé un certain nombre de mémorandums de coopération concernant le commerce de denrées alimentaires et d'autres produits de première nécessité, les deux parties cherchant à libérer le potentiel de la chaîne d'approvisionnement transfrontalière.

Poussées par l'élargissement des potentiels de coopération, la Chine et la Russie s'orientent vers une coopération dans l'ensemble de la chaîne industrielle, y compris les transports, ont déclaré des experts.

"La Russie est confrontée au rétrécissement de la coopération vers l'ouest, et la Chine et la Russie auront besoin d'un immense espace pour s'améliorer dans le domaine du transport et de la logistique, y compris la poursuite de l'amélioration de la capacité des trains de fret Chine-Europe", a déclaré M. Li.
Un membre du personnel travaille à la station de compression de Yongqing de la section Changling-Yongqing du gazoduc Chine-Russie de l'est dans le comté de Yongqing, dans la province du Hebei (nord de la Chine), le 3 décembre 2020. Photo : Xinhua
https://www.globaltimes.cn/page/202206/1268392.shtml

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 18-06-2022 à 23:34:14   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur BFMTV :
Ukraine: des rues qui portent les noms de nazis et qui posent problème en vue d'une adhésion à l'Union européenne

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 19-06-2022 à 20:53:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

un point de vue (trad auto sur svpressa)




Pourquoi Aidar s'est-il rendu ?

19 juin 17:50
Les commandants Aidar * levèrent la main

En rendant la Garde nationale,Zelensky "J’ai tout compris, désolé, je vais corriger »

Igor Nikolaïtchouk
Oleg Ivanov

Dans la soirée du 18 juin, le chef de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov a rapporté dans son tg-channel que les unités des forces spéciales « Akhmat » ainsi que le deuxième corps de la milice populaire de la RPL ont libéré des formations armées ukrainiennes le village de Metelkino, adjacent à la ville de Severodonetsk. « Il convient de noter que dans les batailles pour ce règlement au cours de la semaine dernière, la partie ukrainienne a perdu de 600 à 700 de ses combattants tués et blessés. En ce moment, la colonie est en train d’être nettoyée des mines et des vergetures », a-t-il déclaré.

Quelques heures plus tard, des informations sont apparues dans toutes les agences de presse selon lesquelles, dans le processus de ce ratissage, des militants du bataillon nationaliste « Aidar » * (interdit dans la Fédération de Russie) se sont rendus, et ils l’ont fait volontairement.

Comme spécifié par des sources dans les structures de pouvoir du Donbass, il y avait beaucoup de prisonniers de « Aidar », et parmi eux non seulement des militants ordinaires, mais aussi la direction du bataillon national punitif.

« Plus récemment, les « nazis invincibles » témoignent de leurs exploits et dessinent sur des cartes l’emplacement de leurs « villes jumelles » à Lysychansk et dans les banlieues », a confirmé plus tard l’ambassadeur de la RPL en Fédération de Russie. Rodion Mirochnik.

Comment cet événement affectera-t-il la suite de toute notre opération spéciale en Ukraine, étant donné que ce ne sont pas les gens qui se sont volontairement rendus à la captivité, mais le commandement de l’Armée nationale, qui était la « colonne vertébrale » du nationalisme radical ukrainien actuel ?

Peut-être que cette information finira par saper « l’humeur de combat » des forces armées ukrainiennes, dont les conseillers du président ukrainien dans son bureau aiment parler ?

« Pour nous, sans aucun doute, c’est une nouvelle très positive, qui contribue certainement à accroître la confiance de la nation dans notre gouvernement et nos forces armées, ainsi qu’à son ralliement autour du leader national », a-t-il partagé avec le « SP » Chef du Centre pour la résolution des conflits sociaux, Expert du Centre PRISP Oleg Ivanov. Mais, d’un autre côté, n’oublions pas que la récente reddition de plus de deux mille combattants d’Azov ** à Marioupol, franchement parlant, n’a pas particulièrement affecté le moral des forces armées ukrainiennes.

En ce qui concerne l’impact négatif sur les partisans du régime de Kiev, tout d’abord en Ukraine même, nous perdons clairement au profit de spécialistes professionnels des relations publiques et de gestionnaires de médias. Zelensky. Ils ont appris à engendrer de tels faux sur la Russie que nous ne pouvons pas encore les suivre. Ici, les déclarations extrêmement contradictoires des dirigeants ukrainiens eux-mêmes, qu’ils font en raison de la scission croissante au sein des élites dirigeantes ukrainiennes, qui sont de plus en plus conscientes que, au sens figuré, la matière sent de plus en plus fortement le kérosène, font toujours le jeu de nos mains.

« SP »: - Les nationalistes, il s’avère, ont subi un tel « lavage de cerveau »?

- Hélas, oui. En ce sens, ils sont capables de présenter même une situation pessimiste pour eux-mêmes. C’est encore une question d’avenir, bien que pas loin – quand nous reprendrons le Donbass, quand la capitulation massive et généralisée commencera. C’est à ce moment-là que la société ukrainienne passera à un état socio-psychologique différent.

« SP »: - Et stratégiquement cet événement peut avoir un impact sur le déroulement de l’opération spéciale?

« Moralement, cela n’assommera pas trop les soldats ukrainiens, mais d’un point de vue militaire, cet événement n’est certainement pas ordinaire », a-t-il conclu. expert militaire indépendant Igor Nikolaichuk. Peut-être que cela n’affectera pas beaucoup la situation opérationnelle actuelle dans cette région, mais les informations sur la reddition du commandement du bataillon Aidar sont tout à fait correctement présentées par nos agences de presse comme une autre victoire des armes russes lors de notre opération spéciale contre les nationalistes radicaux ukrainiens.

En outre, il y a un autre aspect important dans cet événement. Il existe de nombreuses preuves que le régime nationaliste actuel de Kiev repose uniquement sur de tels groupes armés illégaux, auxquels Zelensky, qui a en fait été nommé par l’Occident pour les désarmer, a plutôt donné l’apparence de légitime, les transformant d’une « garde nationale » incompréhensible. Eh bien, que puis-je faire, je ne l’ai pas fait, mais si je l’avais désarmé, nous n’aurions pas vu toutes les horreurs actuelles dans le Donbass.

Ainsi, la « Natsbatovshchina » ne convient pas du tout à l’Occident. Ce que l’Ukraine a arrangé comme un État pro-occidental, même s’il est complètement corrompu, sous le protectorat des États-Unis ou, au pire, de l’Allemagne, mais ne convenait pas du tout comme un État nationaliste ultra-radical.

« SP »: - Et qu’en découle-t-il?

- Tout d’abord, le fait que sans compter sur des nationalistes radicaux, les gars de Bankova ne dureront pas longtemps dans le régime actuel. Les forces régulières des forces armées de l’Ukraine ne les aideront pas à tenir le coup, les officiers de carrière sont tous diplômés des écoles militaires russes, parlent russe et, en général, en fait, russes. Et les fanatiques radicaux haïssent tout le monde, des Juifs aux oligarques, ne partagent aucune valeur démocratique et n’aiment que la « nenka-Ukraine », qu’ils n’ont pas été autorisés à créer. Vladimir Lénine dans les années 20 lointaines du siècle dernier.

Tous ces « Aidaro-Azov pupsiki » avec tout du paganisme et du culte du nazisme rêvaient de construire un « indépendant » selon les alliances. Petliuri et Banderace qui a horrifié même l’Occident qui les a élevés. Quelle bouche Macron, Cher, Scholz Et avec eux, il a commencé à chanter dans les oreilles de Zelensky « nous vous aiderons autant que nous le pouvons, nous essaierons de faire en sorte que personne ne soit pendu publiquement sur les places de Marioupol, seulement enlever ces connards pour le bien de tout ce qui est saint du champ politique, nous n’avons pas besoin d’une Ukraine nationaliste radicale qui promeut la terreur mondiale, mais seulement une orientation pro-occidentale en tant que fournisseur de main-d’œuvre bon marché. » Et quelque chose me dit que la reddition actuelle d’Aidar n’était pas spontanée, mais délibérément sanctionnée par Kiev avec des objectifs de grande portée.

« SP »: - Lesquels? Après tout, vous avez dit plus tôt que le régime actuel de Kiev ne durera pas longtemps sans compter sur des militants radicaux.

« Je pense que c’est un signal à l’Occident que Kiev a entendu le message des dirigeants européens. Dans la presse contrôlée, Kiev déploiera la rhétorique déjà familière de Marioupol - disent-ils, le commandant en chef protège la vie des Ukrainiens, Aidar est sorti avec des banderoles déployées et ainsi de suite.

Mais en fait, le président de l’Ukraine laisse ainsi non seulement l’Occident, mais même la Russie comprendre qu’il a tout compris et a tiré des conclusions, en rendant Aidar comme s’il confirmait que l’ère des « nazis au pouvoir » en Ukraine est terminée, que la queue - « Aidar » - ne remue plus le chien - le Kiev officiel. Et que les cadres des forces armées ukrainiennes sont maintenant susceptibles de finalement retourner leurs baïonnettes contre les nazis. Parce que personne – ni l’Occident, ni surtout la Russie et le peuple ukrainien lui-même – n’a besoin des fanatiques de Petlyuro-Bandera-Aidar.

Alors maintenant, la solution opérationnelle-tactique, et ensuite - la solution stratégique de la crise ukrainienne au profit de la Russie n’est pas loin.

* Interdit en Fédération de Russie

** Par la décision du tribunal Frunzensky de Vladimir du 30.11.2015 les images des chevrons du bataillon Azov sont reconnues comme extrémistes et sont incluses dans la Liste fédérale des matériels extrémistes en vertu du paragraphe 3269.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 24-06-2022 à 20:12:13   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le deuxième Azovstal a échoué : Azot dépose les armes
LES NAZIS SE RENDENT EN MASSE À SEVERODONETSK ET LISICHANSK

Dmitri Rodionov
Les soldats du bataillon ukrainien "Aidar *" de l'usine "Azot" de Severodonetsk se sont déclarés prêts à arrêter la résistance et à se rendre. Selon une source TASS , les militaires du bataillon ont également mis en avant les conditions dans lesquelles ils sont prêts à déposer les armes. Ils ont notamment exigé un cessez-le-feu et une sortie sûre de la zone industrielle pour les civils.
Auparavant, l'armée de la LPR avait suggéré qu'une reddition massive de soldats du bataillon ukrainien Aidar de l'usine d'Azot à Severodonetsk pourrait avoir lieu en fin d'après-midi du 23 juin.

Au début de la semaine, le NM LPR Andrey Marochko a rapporté qu'il y avait jusqu'à un millier de civils sur Azot. Des unités distinctes des Forces armées ukrainiennes défendant l'usine ont commencé à lever des drapeaux blancs et à présenter des propositions de négociations, car la situation de l'armée ukrainienne encerclée est déplorable - selon ses mots, "littéralement, la terre est en feu sous leurs pieds. "

Il est également rapporté que plus de 800 militaires des Forces armées ukrainiennes se sont rendus dans la poche de Gorskoye-Zolotoye, plus d'un millier ont été détruits.
Plus tôt, on a appris que des unités militaires ukrainiennes se rendaient massivement aux forces alliées près de Severodonetsk et Lisichansk, Ivan Filiponenko , un représentant officiel de la milice populaire de la LPR, en a parlé .
"Toute la situation vise le fait que le territoire de la LPR, à en juger par la tendance, sera libéré, je crois, dans un avenir proche" , a-t-il déclaré aux journalistes.
Selon lui, les positions avancées de l'armée ukrainienne sont repoussées "de plus en plus loin", et la défense ennemie dans cette zone ne pourra pas tenir longtemps.
Comme l'a rapporté plus tôt l'ambassadeur de la LPR en Russie , Rodion Miroshnik , environ 2 000 soldats ukrainiens ont été encerclés près de Gorsky et de Zolote au sud de Lisichansk. Ils donnent des signaux sur le désir de déposer les armes et de se rendre.
Quelque chose n'a pas fonctionné pour les bataillons nationaux du deuxième Azovstal.
"Il est impossible d'extrapoler aveuglément l'image d'une bataille militaire à une autre" , est convaincu l'historien, publiciste, expert permanent du club d'Izborsk Alexander Dmitrievsky.

- La bataille de Marioupol est un assaut classique contre une citadelle bien fortifiée, la bataille de Severodonetsk et Lisichansk est une guerre mobile.

"SP": - Pourquoi abandonnent-ils si vite ? Ils auraient exigé un cessez-le-feu et une sortie sûre de la zone industrielle pour les civils. D'une certaine manière trop noble pour les nazis. Y a-t-il un piège ici?
« Parce qu'ils ne se font pas d'illusions sur leur sort et comprennent que la volonté de tenir jusqu'au bout n'est pas un facteur atténuant la responsabilité. Ils essaient donc de négocier pour eux-mêmes au moins certaines préférences.

"SP": - "Aidar" en général est en quelque sorte différent de "Azov" ** en termes de qualités professionnelles, de moral? ..
- Moins de publicité et un plus petit volume de toutes sortes de projets parallèles comme une force politique ou une aile jeunesse. Sinon, "Aidar" est un bataillon punitif nazi typique.

"SP": - Ivan Filiponenko a annoncé la reddition massive des combattants des Forces armées ukrainiennes près de Lisichansk. Pourquoi? Ont-ils un endroit où aller ?
« Ils sont faits prisonniers dans un seul but : sauver leur vie. Apparemment, ils comprennent que sinon ils affronteront certainement la mort, mais ailleurs. Et personne ne vous forcera à vous battre en captivité.

"SP": - Où pensez-vous que le reste va se retirer ?
- Après Severodonetsk, le sort d'Artemovsk, Slaviansk et Kramatorsk sera décidé, les troupes ukrainiennes s'y replieront donc. Et un nouveau «chaudron» y apparaîtra, offrant aux forces alliées une marge de manœuvre opérationnelle pour vaincre le groupe Avdiivka de punisseurs ukrainiens.

"SP": - Dans quelle mesure, à votre avis, la libération complète de la LPR après la prise de Lisichansk affectera-t-elle le moral des forces armées ukrainiennes et la rhétorique officielle de Kiev?
- Je ne me ferais pas d'illusions sur la baisse de moral des punisseurs ukrainiens même après la perte de tout le Donbass. Le groupement Donbass est un matériel sacrificiel qui permet à Kyiv de gagner du temps, de mener une nouvelle vague de mobilisation et de préparer la défense de la ligne Kharkiv-Dnepropetrovsk-Zaporozhye-Nikolaev. Quant à la rhétorique de Kyiv, elle ne changera pas : ils sont bons pour faire passer les défaites pour des victoires.

"Les combattants ennemis, bloqués à l'usine d'Azot, connaissent bien le sort des nazis d'Azov", explique l' ancien milicien de la LPR, secrétaire du conseil politique de l'Autre Russie E.V. Limonov "*** Alexandre Averine .

« Si le peuple d'Azov croyait encore au déblocage, au pape de Rome, à la procédure d'extraction, alors le peuple d'Aïda s'est rendu compte que la seule issue pour lui était de se rendre. Cependant, il est possible qu'ils essaient encore d'entrer à Lisichansk, en se cachant derrière des civils. C'est pourquoi ils mènent de telles négociations.
Les défenses ennemies au sud de Lisichansk sont tout simplement écrasées. Une telle défaite ne pouvait qu'affecter le moral des réservistes ukrainiens nouvellement recrutés. S'ils battent en retraite, le commandement les enverra à nouveau au combat. Et s'ils se rendent, ils sont assurés de rester en vie. De plus, les soldats ennemis qui sont encerclés dans le chaudron de Zoloto-Gorsky se rendent. Aucun d'entre eux, bien sûr, ne croit au déblocage.

"SP": - Sur quoi d'autre le commandement ukrainien peut-il compter ?
La Russie est en train de gagner la bataille du Donbass. Au lieu de battre en retraite et de manœuvrer tout en maintenant l'armée, l'ennemi a choisi une stratégie de défense obstinée mais passive avec de rares contre-attaques dans des directions secondaires. Les forces armées ukrainiennes subissent d'importantes pertes de main-d'œuvre. Et les pertes de l'ennemi en équipement militaire semblent complètement irremplaçables. Notre armée avance comme une patinoire en asphalte - pas rapidement, mais inexorablement.
Comme on peut le voir, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Kuleba a déjà déclaré qu'il était prêt à discuter d'une trêve aux termes de la "reconnaissance des frontières le 24 février". Cependant, le train était déjà parti. Maintenant, l'État ukrainien lui-même est en question.
"Je pense qu'avec un certain retard, exactement ce sur quoi nous comptions tous au fond de nos âmes lors du démarrage de l'opération spéciale se produit", déclare l'observateur politique Sergueï Veselovsky .

- Le moral de l'armée ukrainienne est gravement miné.
Premièrement, les soldats et commandants les mieux entraînés par des instructeurs occidentaux et motivés par la propagande sont « multipliés » par 200 et 300. Des milliers - souvent contre leur gré - de civils mobilisés qui ne savent pas manier les armes sont envoyés au front pour les remplacer.

Deuxièmement, les chaînes logistiques ont été perturbées, ce qui permettait jusqu'à récemment d'approvisionner le front en tout le nécessaire, des munitions aux sous-vêtements en passant par les articles d'hygiène.

Troisièmement, à l'arrière ukrainien, notre VKS a détruit des raffineries de pétrole, des bases, des entrepôts et des usines de réparation. Et sans arrière, il n'y a pas d'avant. Par conséquent, les soldats ukrainiens démoralisés s'enfuient dans la panique ou se rendent, laissant leurs armes derrière eux.

Je suis sûr qu'après la libération de Lisichansk, la boule de neige roulera encore plus vite. Les restes de nationalistes têtus, par exemple, à Avdiivka se tiendront jusqu'à la mort, sachant avec certitude qu'ils ne seront pas capturés après tout ce qu'ils ont fait. Mais dans les territoires à l'ouest de la LDNR, où il n'y a pas tant de champs de mines et de zones fortifiées, l'armée alliée peut aller très loin sans rencontrer de résistance.
Quant à la rhétorique du Kyiv conditionnel, elle ne changera pas même après le déménagement des locuteurs de l'ukrainien à Lviv, voire à Varsovie.

*, ** organisations interdites en Russie
*** L'organisation n'est pas enregistrée par le ministère de la Justice de Russie.
source svpressa

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 26-06-2022 à 23:05:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Gazprom : l’échec de l’embargo – Michel Collon

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10247 messages postés
   Posté le 28-06-2022 à 09:44:37   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Exceptés la Corée du Sud, Singapour et Taïwan-qui n est reconnu que par 13 pays membres de l Onu+le Vatican-, aucun pays du Sud n a voulu mettre en place de sanctions économiques contre la Russie. Seuls le bloc Otan/Ue,-sauf la Turquie-, l Australie, la Nouvelle Zélande et le Japon ont voté des ukases dans ce sens.


Edité le 28-06-2022 à 18:08:36 par marquetalia




--------------------
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1078 messages postés
   Posté le 28-06-2022 à 09:58:19   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Relis toi avant de poster, et rectifie le nom du pays frappé de sanctions.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10247 messages postés
   Posté le 28-06-2022 à 11:54:17   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

C est rectifié. Merci d avoir noté cette erreur de frappe.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10247 messages postés
   Posté le 28-06-2022 à 22:53:59   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Même Israël à refusé la mise en place de sanctions contre la Fédération de Russie.-la plupart des Juifs qui s installent en Palestine viennent de Russie.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 01-07-2022 à 19:55:55   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'ambassadeur d'Ukraine à Berlin prend la défense du dirigeant pro-nazi Bandera responsable de massacres de masse de Juifs et de Polonais pendant la deuxième guerre mondiale

https://www.facebook.com/1389938299/videos/546835830451119/

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 01-07-2022 à 22:55:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Christelle Néant écrit dans Donbass insider, qui est souverainiste :

LA RUSSIE A RÉCUPÉRÉ DEUX CANONS AUTOMOTEURS FRANÇAIS CAESAR REVENDUS PAR L’UKRAINE
29/06/2022
Confirmant des rumeurs qui circulaient depuis plusieurs jours, la chaîne Telegram Rybar et des sources militaires françaises ont confirmé que deux canons automoteurs Caesar français fournis par Paris à l’Ukraine avaient été revendus par cette dernière, et qu’ils ont fini en Russie où ils sont actuellement décortiqués.

Le 20 juin 2022, l’avocat français Régis de Castelnau publiait sur Twitter un post annonçant que la Russie avait mis la main sur deux canons automoteurs Caesar que la France avait fournis à l’Ukraine.

Sur le coup l’information semblait trop énorme, et il n’y avait pas de confirmation, jusqu’au 23 juin, lorsque la compagnie Ouralvagonzavod citée dans le tweet de Régis de Castelnau a répondu avec son compte officiel sur la chaîne Telegram de l’avocat français.

Ouralvagonzavod confirme réception des canons automoteurs Caesar
« Bonjour, Monsieur Régis.
Veuillez transmettre nos remerciements au Président Macron pour le don des canons automoteurs.
Ce matériel n’est bien sûr pas tip top… pas comme notre MSTA-S !
Mais néanmoins, il sera utile. Envoyez-en plus – nous les démonterons. »


Le ton ironique du post laissait planer un doute, d’où le fait que je n’avais pas relayé cette information. Jusqu’au 29 juin, lorsque j’ai reçu conjointement confirmation des faits à la fois par Rybar (qui est toujours bien informé), et de sources militaires françaises.

Ainsi on apprend par Rybar comment la Russie a mis la main sur les deux canons automoteurs français Caesar qui avaient été fournis à l’Ukraine. Sur l’ensemble des canons Caesar qui ont été fournis à Kiev, il s’avère que trois ont été détruits lors de frappes aériennes sur Kourakhovo, un a été détruit sur la presque-île de Koubanski dans la région d’Odessa et deux ont été vendus pour le prix ridicule de 120 000 dollars pièce !
Pour information un canon automoteur Caesar vaut environ 7 millions d’euros ! Donc la France a fourni pour 14 millions d’euros deux canons automoteurs Caesar qui ont été revendus pour 240 000 dollars. Les contribuables français apprécieront de savoir que leurs impôts servent à payer une telle gabegie !

Il y a fort à parier que les canons ont été revendus à un intermédiaire (groupe armé ou marchand d’armes) qui a lui même revendu les canons automoteurs à la Russie, qui peut maintenant les démonter, et les analyser. Ce qui présente un intérêt pour Moscou c’est le système de guidage et de coordination des tirs du canon automoteur Caesar.

Voilà à quoi a mené la bêtise des autorités françaises couplée à la corruption endémique en Ukraine : la Russie va pouvoir analyser et potentiellement copier les systèmes de guidage et de coordination du canon automoteur Caesar. Bravo !!!
Et cerise sur le gâteau non seulement cette fourniture de canons automoteurs a dépouillé plusieurs unités françaises de leur artillerie (certaines n’ont plus qu’un Caesar en leur possession), mais en prime, une partie de ces pièces d’artillerie étaient destinées au Maroc dans le cadre de contrats gouvernementaux, et le reste avait été retiré du service.

Voilà le niveau d’incompétence d’Emmanuel Macron ! Non seulement il a achevé de détruire les relations franco-russes en disant d’un ton méprisant à Vladimir Poutine quatre jours avant le lancement de l’opération militaire russe qu’il s’en foutait des propositions des séparatistes (violant ainsi les accords de Minsk) et qu’il ne savait pas où son juriste a appris le droit – alors que je rappelle que le Président russe est titulaire d’un diplôme en droit de l’université de Leningrad (!!!) – mais en plus il a dépouillé l’armée française pour permettre à quelques Ukrainiens de se remplir les poches et à la Russie de pouvoir faire de la rétro-ingénierie sur les canons automoteurs Caesar !!!

Eh bien heureusement que le surnom d’Emmanuel Macron c’est le « Mozart de la finance », parce que sinon je ne vous raconte pas ce qui se serait passé ! Je rappelle que la France s’est déjà rendue complice des crimes de guerre de l’Ukraine en fournissant à Kiev des canons automoteurs Caesar utilisés contre les zones résidentielles du Donbass, et maintenant grâce à son incompétence crasse, le Président français vient d’offrir sur un plateau d’argent ces mêmes canons à un pays désigné par l’OTAN comme une menace ! Bravissimo !

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir averti depuis des années, et encore plus depuis le lancement de l’opération militaire spéciale russe, sur le niveau de corruption stratosphérique en Ukraine et le fait que les armes occidentales fournies à Kiev finissent souvent revendues ! Là où les Américains avaient eu l’intelligence de mettre en place un système d’audit régulier des armes qu’ils fournissaient à l’Ukraine avant l’opération militaire spéciale russe, la France a donné ces canons automoteurs Caesar sans aucune mesure de surveillance ! Et encore heureux que c’est la Russie qui les a acquis et pas je ne sais quel groupe terroriste ! Sans cela je vous laisse imaginer ce que ça aurait pu donner ! Voilà le gouvernement d’incompétents pour lequel les Français ont voté pour cinq ans de plus…

Christelle Néant

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Subversion, balkanisation et guerre en Europe  Expansion de l'OTAN et guerre en UkraineNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum