Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises 

 la révolte des gilets jaunes est juste !

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5Page précédentePage suivante
pzorba75
Jeune Communiste
244 messages postés
   Posté le 05-12-2018 à 06:22:27   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Finimore a écrit :

Les messages d'insultes de machintruc n'ont aucun intérêt et n'ont rien à faire sur le forum.
Je pense qu'on doit faire le ménage !!!

Et d'urgence , ici on parle des faits en expliquant ses propres analyses pour changer l'ordre du monde par la lutte des classes et l'installation de la dictature (souveraine) du prolétariat.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 05-12-2018 à 09:07:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

machintruc est banni du forum.

Il s'est présenté comme "communiste depuis 1978 et membre du pcf depuis 1998" mais ignorait le nom de son propre dirigeant.

Suite à ses déclarations provocatrices "qu'est-ce qu'on en a à foutre que des gens ne terminent pas leurs mois en gagnant 1200 euros ?
très franchement rien !"
et "le combat des smicards pour gagner plus ne me concerne pas en dehors du fait que si Macron vous refuse de gagner plus c'est en rapport avec sa psychopathie" ,
il s'avère qu'il s'agit d'un troll facho qui n'a pas sa place ici.

Les posts qui suivent, mes réponses, ainsi que le fil de sa présentation sont supprimés.
Le 6/12/18 Xuan



Edité le 06-12-2018 à 23:28:04 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 05-12-2018 à 09:10:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Qui confirme ce qui est dit plus haut sur les cotisations sociales :
http://www.francebleu.fr/infos/economie-social/gilets-jaunes-le-medef-envisage-une-baisse-du-smic-et-reclame-un-moratoire-sur-les-augmentations-de-1543907225

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
244 messages postés
   Posté le 05-12-2018 à 10:06:51   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   


Le MEDEF ne perd pas le sens de ses intérêts. Son objectif permanent est la baisse des salaires, toutes cotisations sociales comprises. Augmenter le salaire versé et supprimer les cotisations est une baisse du salaire total, c'est l'objectif du MEDEF, souvent atteint avec la complicité des dirigeants au pouvoir, de droite (classique) comme de la fausse gauche. Et Macron est tout à fait digne pour faire ce travail, sa formation et son passage chez Rothschild l'avaient préparé pour cette besogne. Pas sûr qu'il soit assez solide pour mener ce projet à terme. Si c'est le cas, le MEDEF lui trouvera un remplaçant plus présentable.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 05-12-2018 à 13:24:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Bien sûr, le mouvement des gilets jaunes va se trouver à la croisée des chemins.

D'une part Wauquiez réclame l'état d'urgence
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/12/05/97001-20181205FILWWW00076-gilets-jaunes-wauquiez-lr-reclame-l-etat-d-urgence.php
pour contraindre le mouvement à se plier aux règles de la bourgeoisie, ce qui peut faire céder les moins déterminés, ceux de la petite bourgeoisie.

D'autre part les PME et TPE, eux-mêmes touchés par le ralentissement économique, sont toujours enclins à se payer sur le dos des salariés et il leur sera difficile d'admettre qu'ils doivent accepter les augmentations de salaire et s'opposer au grand capital.

Mais les masses populaires sont à bout et la contradiction de classe avec la grande bourgeoisie est devenue antagonique.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 05-12-2018 à 18:05:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

http://www.francebleu.fr/infos/economie-social/la-cgt-et-fo-appellent-les-transporteurs-routiers-a-la-greve-1543952202?fbclid=IwAR0RGSMrJlTnN6RU2l-Zey6qmpWXFHBkyJN6BTF09J6YqWC6AfwFGAbvCpo
A signaler les coups de klaxon systématiques des routiers aux points tenus par les gilets jaunes.


Un article sur France bleu :
La CGT et FO appellent les transporteurs routiers à la grève à partir de dimanche soir


Mardi 4 décembre 2018 à 20:43 -
Par Viviane Le Guen, France Bleu

Les routiers sont à leur tour appelés à se mobiliser à partir de dimanche soir, 22h, pour une durée indéterminée. Qualifiant de "miettes" les mesures annoncées par le Premier ministre ce mardi, la CGT et FO appellent les professionnels du secteur à se mettre en grève pour leur pouvoir d'achat.


Manifestation de routiers à Clermont-Ferrand (Auvergne-Rhône-Alpes) en 2015 © Maxppp - Richard BRUNEL


Les fédérations CGT et FO du secteur du transport routier ont appelé à la grève à partir de dimanche soir 22h et pour une durée indéterminée, rapporte l'AFP ce mardi.

Qualifiant de "miettes" les mesures annoncées par le Premier ministre, les deux syndicats appellent à se mobiliser pour le pouvoir d'achat.

Une décision du Conseil d'État sur les heures supplémentaires en cause
FO et la CGT sont par ailleurs mécontents d'une récente décision du Conseil d'État qui a annulé les dispositions d'un décret de 2016 fixant des majorations de 25% et 50% aux heures supplémentaires des chauffeurs routiers. Les deux fédérations réclament "une réunion en urgence" au ministère des Transports.

"Nous sommes persuadés que depuis la décision du Conseil d'Etat, le verrou des heures supplémentaires majorées a sauté pour le transport routier de marchandises" , ajoutent les syndicats. Le ministère des Transports a immédiatement réagi : "Les deux organisations syndicales concernées prennent un mauvais prétexte pour lancer un appel à une grève qui n'a aucune raison d'être" , affirme-t-il dans un communiqué, alors que le gouvernement est englué dans le conflit des gilets jaunes.

Pour le ministère, le décision du Conseil d'État ne change rien
La décision du Conseil d'Etat, ramenant à 10% les majorations des heures supplémentaires des routiers, leur ferait "perdre entre 300 et 1.200 euros par mois" , avait déclaré lundi à l'AFP Patrice Clos, secrétaire général de FO Transports et Logistique. En début de semaine, le ministère avait affirmé à l'AFP que cette décision, datée du 28 novembre et annulant un décret du 17 novembre 2016, "n'aura aucune conséquence et ne change rien en pratique". "Elle était attendue pour des raisons juridiques et avait été parfaitement anticipée par le gouvernement" , selon le ministère. "Un article du projet de loi d'orientation des mobilités (article numéro 42), qui vient d'être présenté en Conseil des ministres, prévoit de sécuriser la primauté de l'accord de branche pour déterminer les taux de majoration des heures supplémentaires. Cela restera donc toujours l'accord de branche qui s'appliquera en la matière, aujourd'hui comme demain" , a expliqué le ministère. C'est ce qu'a confirmé la ministre dans un courrier aux organisations patronales et syndicales du secteur en date du 4 décembre.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 05-12-2018 à 18:14:23   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La déclaration de la CGT transports. Il apparaît d'une part la contradiction entre patronat routier et salariés, et d'autre part la volonté de la base d'engager le syndicat dans la lutte du peuple contre les monopoles.


http://www.transports.cgt.fr/index.php/2018/12/04/le-conseil-detat-met-sous-etat-durgence-les-conducteurs-routiers/


Le Conseil d’État met sous état d’urgence les conducteurs routiers !

Déc 4, 2018

En ce lundi 3 décembre 2018, et après 3 semaines de revendications diverses et variées des gilets jaunes, certains de nos militants se sont posés la question de l’implication de la CGT dans ce mouvement.

Certaines revendications ne sont pas recevables pour nous et d’autres recueillent toute notre attention, notamment celle portant sur le pouvoir d’achat.

C’est sur celles-ci que nous avons eu la surprise d’avoir un cadeau de noël en avance de la part du patronat routier.
Le 28 novembre 2018, une décision du Conseil d’État risque d’avoir des répercussions négatives sur notre pouvoir d’achat.
Lors des manifestations contre la Loi travail, nous avions obtenu une sécurisation de la majoration des heures supplémentaires via une inscription dans le Code des transports. D’ailleurs, à l’époque, les organisations professionnelles (FNTR et TLF) en tête, avaient dit que cela ne servait à rien car les entreprises ne se permettraient pas de faire baisser ce taux de modulation.

C’est pourtant eux, en catimini, qui ont déposé un recours au Conseil d’État.
Quel en est le but, sinon pouvoir déroger aux 25 % et 50 % de majoration sur les heures supplémentaires dans la branche transports routiers ?
Ils ont obtenu ce qu’ils étaient venus chercher ce 28 novembre : le retrait du R3312-47 du Code des transports qui sécurisait nos rémunérations.

La FNST CGT rappelle aussi que l’accord du 4 octobre 2017, qui devait sécuriser les frais de route et les autres éléments de rémunération, n’est toujours pas transposé dans le marbre de la loi et laisse libre cours, comme sur les heures supplémentaires, à l’employeur de les moduler comme il l’entend…
La FNST CGT alerte donc l’ensemble des composantes de sa branche route à organiser des mouvements de manifestations, de blocages, pour que les entreprises ne puissent déroger à cette disposition ….

Faisons la convergence des luttes partout où c’est possible pour la défense de nos revendications.
La CGT appelle d’ores et déjà à des journées d’actions à partir du 14 décembre 2018 sur l’ensemble du territoire pour une augmentation immédiate des salaires, des pensions et de la protection sociale ! Voici le lien vers le Conseil d’Etat qui annule les dispositions du décret n° 1550-2016 du 17 novembre 2016 : http://arianeinternet.conseil-etat.fr/arianeinternet/

Montreuil, le 3 décembre 2018

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 05-12-2018 à 21:05:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La CGT PSA appelle à la grève le 14 décembre les CDI, intérimaires et sous traitants pour l'augmentation immédiate des salaires.

http://www.facebook.com/photo.php?fbid=817194448618676&set=gm.1963559820614900&type=3&eid=ARA3JYaJkGH5l_xg_EhbLIdrgIAZT2jRiiRzttRfjdBlZaQt6BX991iaV4tteylNjfgnfoHN_QYXcHL9

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 05-12-2018 à 21:11:44   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

COMMUNIQUE DE PRESSE


Réforme des allocations logement : Macron dégoupille une nouvelle bombe sociale (Ian Brossat - PCF)

Le Canard Enchaîné de ce matin révèle la nouvelle réforme des aides sociales au logement, prévue pour 2019. Elle impactera 1,2 million de Français, qui perdront chacun 1000€ en moyenne. C’est une nouvelle attaque d’une violence inouïe contre le pouvoir d’achat des classes moyennes et des familles modestes.

En modifiant le mode de calcul des aides au logement, Emmanuel Macron compte récupérer 1,2 milliard d’euros dans les poches de ceux qui ont besoin des aides au logement pour vivre dignement. En effet, le montant des aides sera désormais calculé en fonction des revenus actuels des demandeurs, et non plus de leurs revenus antérieurs. Conséquences : les salarié-es les plus jeunes et les plus précaires, en contrats courts, seront les plus grands perdants. Un jeune de 24 ans vivant en foyer de jeune travailleur avec un salaire de 750€ perdrait ainsi plus de 1200€ par an.

Cette baisse des aides s’ajoute à la baisse des APL qui frappe déjà les familles les plus en difficulté, dans un contexte de montée générale des colères et de mobilisation des gilets jaunes contre les mesures gouvernementales qui diminuent le pouvoir d’achat. Cette réforme est totalement irresponsable. Il s’agit d’une véritable bombe sociale que le gouvernement s’apprête à dégoupiller.

Ian Brossat, tête de liste du PCF aux élections européennes
Paris, le 5 décembre 2018.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 05-12-2018 à 22:47:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Fédération CGT des Services Publics


http://www.cgtservicespublics.fr/les-luttes/actualites-des-luttes-2018/preavis-de-greve-2018/article/preavis-de-greve-preavis-de-greve-de-0-h-a-24-h-pour-les-journees-des-9-10-11?fbclid=IwAR0o04BK66LWdNbpBQfeixBgdEXHUoQXBXY-BfCU_dl5c9ux7lHliQuarys

Préavis de grève de 0 h à 24 h du 9 au 31 décembre 2018

Madame et Messieurs les Ministres,

La situation actuelle démontre le profond rejet de la politique régressive de votre gouvernement.

Dans ce contexte, et dans le cadre du processus de mobilisation engagé par la CGT pour faire de décembre un mois de lutte, la Fédération CGT des Services publics estime nécessaire d’agir.

Depuis de trop longues années, nous avons dénoncé les conséquences des politiques des gouvernements successifs.

La réforme des collectivités entamée par la loi du 16 décembre 2010 puis les lois HPST, MAPTAM et NOTRe de 2012, 2014 et 2016 n’ont eu de cesse de détruire les services publics de proximité : dans nos collectivités, dans les hôpitaux, dans les services de l’État…

Parallèlement les services publics : transports en commun, eau, logement, services de santé, aides à la personne, aide sociale à l’enfance, services culturels, sports, nettoiement, etc. sont détruits ou privatisés. Ils disparaissent au détriment d’une grande partie de la population qui vit en périphérie des grands centres urbains et dans les zones rurales.

Les salaires sont gelés depuis trop longtemps et la création de richesses est réservée aux « premiers de cordée ».

Les conditions de travail et de vie ne cessent de se dégrader.

Les projets gouvernementaux sur la Fonction publique et concernant notre système de retraite sont porteurs de reculs dramatiques. Nous rejetons en bloc les annonces du président de la République devant les maires visant à renforcer les pouvoirs de gestion des élus sur les personnels et à rompre avec l’unicité de la Fonction publique.
Aussi pour toutes ces raisons, nous revendiquons :
- Le dégel immédiat du point d’indice de la Fonction publique et l’augmentation des salaires du public et du privé sur la base du SMIC à 1 800 €, des pensions et des minimas sociaux ;
- Le rétablissement de l’Impôt Sur la Fortune ;
- Un moratoire sur l’augmentation des taxes ;
- L’arrêt des suppressions de postes et fermetures des services publics, la réouverture de services publics et sociaux de proximité pour répondre aux besoins des populations dans une organisation équilibrée et écologiquement responsable des territoires, qui passe notamment par un développement du transport ferroviaire ;
- Le recrutement massif d’emplois statutaires et l’ouverture de postes nécessaires, à l’opposé des régressions contenues dans le plan Action Publique 2022 ;
- L’arrêt de toute augmentation du temps de travail et la réduction du temps de travail à 32h ;
- La sauvegarde et le développement de notre système de protection sociale et de notre système de retraite, à l’inverse du système par points voulu par le gouvernement ;
- Un aménagement équilibré du territoire qui passe par la lutte contre la concentration de l’activité sur les métropoles, véritables « territoires entreprises » au seul service des grands groupes donneurs d’ordres et de leurs actionnaires, par le maintien des départements et des compétences communales, et par le réengagement financier de l’État à hauteur des besoins exprimés.

Afin de permettre aux personnels d’exprimer leurs revendications, la Fédération CGT des Services publics dépose des préavis de grève de 0 h à 24 h pour les journées des 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20 ,20 ,21 ,22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30 et 31 décembre 2018 pour l’ensemble des agents de la Fonction publique territoriale et les salariés relevant de la partie privée de notre champ fédéral (entreprises de l’eau et de l’assainissement, thanatologie, secteur privé du logement social).

Notre organisation reste disponible pour toutes négociations sur les revendications du personnel, tant sur le plan national que local.

Nous vous adressons, Madame et Messieurs les Ministres, nos sincères salutations.
Pour la Fédération CGT des Services publics,
Baptiste TALBOT
Secrétaire général

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 05-12-2018 à 23:09:21   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le syndicat Vigi rejoint le mouvement des gilets jaunes en appelant à une grève illimitée à partir de samedi, jour de l'acte 4 de la mobilisation .

http://www.bfmtv.com/police-justice/gilets-jaunes-un-syndicat-de-police-depose-un-preavis-de-greve-a-partir-de-samedi-1582326.html

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 06-12-2018 à 00:02:57   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il apparaît maintenant que des grèves prennent le relais des blocages routiers.
Encore une fois ce sont les masses qui font l'histoire et nous avons de nombreuses leçons à en tirer.

Les dirigeants syndicaux ont pris le train en marche.
L'esprit " je ne marche pas avec le FN " ou " je ne manifeste pas à côté de mon patron " est à l'origine de cette attitude sectaire, favorisée par la démagogie de politiciens néofascistes dits "populistes", l'existence réelle de groupuscules fachos, de revendications patronales anti ouvrières et par le rejet des partis et syndicats par les gilets jaunes.
Il aura fallu l'action obstinée de milliers d'opprimés, soutenus par la quasi totalité de la population, l'émergence de revendications légitimes et l'initiative des syndicalistes de la base pour briser cette ligne suicidaire.
Ainsi la situation diffère fondamentalement de celle des bonnets rouges où Mélenchon et la direction CGT avaient brisé l'action des masses aux mêmes motifs.

Les besoins des masses et l'exploitation capitaliste de plus en plus accentuée entraînent nécessairement la révolte du plus grand nombre contre le grand capital, et dessinent les contours de notre révolution, du Front Uni populaire qu'elle rassemblera. Il doit apparaître que le prolétariat est la seule classe capable de la conduire, en entraînant derrière lui les classes petites-bourgeoises ainsi qu'une fraction du petit patronat, s'il accepte de se placer sous cette direction.
Le déclenchement de grèves ouvrières porte en lui une orientation nouvelle du mouvement en cours, qui renforce la revendication majoritaire d'augmentation du SMIC, des retraites et des aides sociales.

Le mouvement des gilets jaunes a déjà montré que le peuple relève la tête après des décennies d'humiliation sous les quolibets de looser et d'assisté .
A présent c'est le rôle dirigeant du prolétariat qui peut apparaître.
Les jours qui viennent seront instructifs sous cet aspect.

Sur la question de la violence de classe, de l'action illégale et de la dégradation des symboles de la République bourgeoise, le soutien réaffirmé du peuple malgré un intense bourrage de crâne a plongé le personnel politique bourgeois dans un immense désarroi, le contraignant à changer de ton ou à dévoiler sa véritable nature fascisante, comme Wauquiez ou Hollande. On ne peut pas anticiper la suite des événements ni la forme que prendra très probablement la violence de la bourgeoisie, mais la notion de la juste violence des masses contre ses oppresseurs est apparue en se dégageant des scories des minorités agissantes et des pillards.

Enfin l'idée de la démocratie populaire a aussi émergé, et avec elle le principe de la révocabilité des élus. Pour l'heure le cadre institutionnel n'est pas remis en question, sauf partiellement comme pour le Sénat.
Le caractère de classe de l'Etat n'est pas apparu au grand jour non plus puisque seul Macron est rendu responsable et qu'on demande sa démission, ce qui implique son remplacement et non celui de la machine d'Etat.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
244 messages postés
   Posté le 06-12-2018 à 05:21:23   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

L'entrée en lice des syndicats compréhensifs, comme la CGT de Martinez, fait craindre pour la suite du conflit en cours. Les dirigeants des syndicats ont une telle habitude des coups tordus pour faire capoter les luttes, prôner le retour au calme et la reprise du travail sans rien obtenir de durable qu'il est prioritaire de les laisser à l'écart du mouvement Gilets Jaunes et attendre le recul complet de l'équipe au pouvoir, la Macronie étant maintenant complètement déconsidérée à gauche par sa position de classe et à droite par sa faiblesse et ses reculs devant la rue.
D'accord avec les syndicalistes, drapeaux rouges et poings levés en tête des manifestations, rien à attendre des palabres des Martinez, Berger et autres virus patronaux pour gangrener ceux qui luttent et terminer avec un Noël réussi et des voeux pour une bonne année 2019.
C'est vrai que c'est révolutionnaire de fêter Noël.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 06-12-2018 à 17:06:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Tous les forums doivent se plier à la netiquette, ce qui veut dire pas d'insulte, et ceci vaut pour chacun d'entre nous.

Ensuite Macron serait homosexuel et se déhancherait en bas résilles sur le perron de l'Elysée, ça ne ferait ni chaud ni froid : il a été élu par une minorité d'électeurs et ne représente qu'une fraction infime de la population, la grande bourgeoisie.
Quant à l'Elysée c'est le symbole d'une république que nous récusons et qui sera remplacée par une démocratie populaire.

Sur la question des immigrés noirs ou de quelque origine que ce soit, l'immigration est une conséquence de l'impérialisme et la politique de Macron en matière d'accueil des réfugiés est particulièrement hypocrite puisqu'il stigmatise l'Italie mais refuse de laisser accoster le bateau qui les transporte.

Que Macron ait invité des pseudos "militants" de l'oppression des LGBT noirs est grotesque parce que la grande bourgeoisie prétend défendre ce genre de cause, mais elle piétine le droit au travail de l'immense majorité, ceux que tu appelles des zombies semble-t-il. Et j'aimerais que tu en dises davantage sur les gilets jaunes parce que c'est le fil.

Cependant une question, tu nous a signalé ce lien mais pas celui-ci :
http://www.youtube.com/watch?v=-ePhSnHvAeA
Quel est ton avis sur Virginie Franc et sur la cause qu'elle défend ?

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 06-12-2018 à 19:57:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'intervention de Xavier Mathieu le 5/12 explose le plateau de BFMTV :

http://www.youtube.com/watch?v=CtraDxv4m8o&feature=share&fbclid=IwAR3zyuQsl4kFPiW99K7jerceUUn3sqtAfGFywdcutBKB3YETgKk9KXM2KhI

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 06-12-2018 à 20:09:38   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Figaro ulcéré que Martinez n'appelle pas les gilets jaunes au calme

http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2018/12/06/29002-20181206ARTFIG00161-gilets-jaunes-le-double-jeu-scandaleux-et-irresponsable-de-la-cgt.php

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 06-12-2018 à 22:52:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/12/05/la-cgt-de-lafarge-rejoint-les-gilets-jaunes_5392860_3224.html?fbclid=IwAR0cmWebeiXNmLgtrhIdT_J9yF-mjebBGCFuJqxzGas3xLx2SqE6k04OG1o

... « Nous appelons à rejoindre les “gilets jaunes” dans toutes les manifestations prévues en France samedi 8 décembre » , a annoncé, mercredi 5 décembre, l’Union CGT Lafarge...

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 06-12-2018 à 22:56:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur son blog, http://patrick-le-hyaric.fr/la-passion-de-legalite/?fbclid=IwAR3dCtdp1FFDOyH7Sqa1JNBIssXesL0sXS18d5cYQoOYRhIV6KMw_PZ4CEM Le Hyaric écrit :
"La sortie de cette crise majeure ne peut être que sociale et démocratique. Les « gilets jaunes » et les syndicats doivent être enfin entendus. A moins de rechercher le chaos, le gouvernement n’a plus le choix." ...
"Une conférence sociale déclinée dans chaque département et bassin d’emploi sur la fiscalité, les salaires et la transition environnementale devrait être convoquée avec les élus, les syndicats, les associations, des représentants organisés des « gilets jaunes » et déboucher sur des mesures concrètes pour revaloriser les salaires, les pensions et prestations sociales, mettre en débat notre système fiscal et dégager des pistes pour un nouveau modèle de développement social, démocratique et écologique. Les multinationales donneuses d’ordres aux PME comme les banques doivent y être mises au pied du mur. La situation appelle à faire preuve d’audace, à la hauteur de cette autre ambition qui inonde le mouvement : la maîtrise de son destin".

Mettre les multinationales au pied du mur par une conférence sociale est d'une naïveté crasse et on ne peut pas être plus aveugle.

vidéo de l'arrestation des lycéens à Mante-la-Jolie : http://www.facebook.com/zoneinsoumise/videos/534263573715297/

Le Figaro annonce http://etudiant.lefigaro.fr/article/entre-200-et-300-lycees-bloques-aujourd-hui-dans-toute-la-france_489c5656-f971-11e8-b708-809203d3fe49/?fbclid=IwAR1yk7oIz2sLYKhghw5Bt7UlbDrRQz3TR47TUySqRtVyC9u5m93yti0fm8M plus de 700 arrestations de lycéens.

La présence annoncée d'une douzaine de blindés samedi montre que la bourgeoisie n'est pas ébranlée malgré les pertes commerciales et les cafouillages de ses pantins.

Cette situation est inédite. Mai 68 n'était pas parvenu à ce point d'antagonisme, qui dessine la porte de sortie choisie par le gouvernement : l'instauration d'un état de dictature ouverte pour faire plier le peuple.


Edité le 06-12-2018 à 23:39:11 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 07-12-2018 à 09:02:19   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

«Gilets jaunes»: ces manifestants blessés ou mutilés par la riposte policière


PAR KARL LASKE ARTICLE PUBLIÉ LE JEUDI 6 DÉCEMBRE 2018 - Mediapart

Trois lycéens ont été grièvement blessés au visage, mardi et mercredi, par des tirs de flashball, lors de manifestations. Des plaintes doivent être déposées jeudi par les avocats des gilets jaunes blessés par des éclats de grenades assourdissantes GLI-F4, les 24 novembre et 1er décembre à Paris.

Silencieusement, l’escalade a donc commencé. Débordé par la foule des « gilets jaunes » qui a déferlé, samedi 1er décembre, sur Paris, Bordeaux, Toulouse, Marseille et de nombreuses autres villes, le gouvernement se prépare à durcir la réponse des forces de sécurité sur le terrain.

Les lycéens, qui ont multiplié les blocages depuis lundi, viennent d’en avoir un aperçu. Mardi, une lycéenne de 16 ans a été grièvement blessée au visage, touchée à la mâchoire par un tir de flashball lors d’une manifestation à Grenoble (38). Mercredi, deux autres lycéens ont été blessés par des tirs au visage lors de rassemblements devant leurs établissements, au lycée Simone-de-Beauvoir de Garges-lès-Gonesse (95) et au lycée de Saint-Jeande- Braye, près d’Orléans (45). Trois blessés graves pour les balbutiements d’une mobilisation. Ces tirs injustifiés sur des groupes d’élèves en disent long sur l’aveuglement et la nervosité des forces de l’ordre.

Les 24 novembre et 1er décembre, en dépit du déluge de grenades lacrymogènes déversées sur les cortèges, de nombreux manifestants refusant la dispersion ont déjà été touchés par des plots de grenades de désencerclement, des éclats de grenades assourdissantes GLI-F4 et des tirs de flashball. Faute d’organisation centralisée, les gilets jaunes ne disposent d’aucun bilan global, mais leurs comptes Facebook et Twitter ou des blogs locaux indiquent que la répression a été dure, partout. Selon un message posté par les personnels médicaux parisiens, « plus de 162 personnes ont été prises en charge à l'AP-HP » le soir du 1er décembre. Des photos prises et postées avec l’accord des patients illustrent « les blessures que causent les armes des forces de l'ordre » (à suivre
ici
, attention images choquantes).

Le ministère de l’intérieur a quant à lui répertorié 263 blessés au niveau national. Un groupe d’avocats, Mes Aïnoha Pascual, Chloé Chalot, William Bourdon, Raphaël Kempf et Arié Alimi, doit annoncer jeudi le dépôt simultané de plaintes de victimes blessées ou mutilées par des grenades lancées par les forces de l’ordre lors des manifestations des gilets jaunes. Vendredi, ils avaient déjà demandé par un courrier au ministre de l’intérieur de « renoncer à l’usage des grenades GLI-F4 » . Les avocats rappelaient que « la GLI-F4, grenade lacrymogène instantanée qui comporte une charge explosive de 25 grammes de TNT » , est « utilisée en France contre les foules » , et « ce malgré le risque de blessures mortelles » .

La France est par ailleurs le seul pays d’Europe « à utiliser des munitions explosives en opération de maintien de l’ordre » , ont-ils précisé. Parmi les victimes qui s’apprêtent à déposer plainte, plusieurs gilets jaunes grièvement blessés à Paris. D’abord Gabriel, 21 ans, qui a eu la main arrachée le 24 novembre, avenue Franklin-Roosevelt.
Sa mère, Dominique, a déjà rapporté à Mediapart dans quelles circonstances la grenade GLI-F4 avait été lancée aux pieds de ses deux fils et de son neveu, alors qu’elle se trouvait à proximité et qu’aucun affrontement n’était en cours.
Autre manifestant blessé le 24 novembre, Antonio se trouvait lui aussi vers le bas des ChampsÉlysées, vers 17 heures, lorsqu’il a été touché par une grenade GLI-F4. « Les gendarmes ont lancé plein de grenades, explique Antonio à Mediapart. Une grenade est tombée à mon pied et je n’ai pas eu le temps de réagir. J’ai senti que mon pied me brûlait et ce sont les gens autour de moi qui m’ont dit que j’étais en train de saigner. J’avais la chaussure explosée, un gros trou dans le pied, et un morceau de grenade à l’intérieur. Je ne suis pas près de remarcher… » Antonio a 21 jours d’arrêt de travail. Samedi 1er décembre, plusieurs manifestants ont été blessés grièvement à Paris.
C’est le cas de Philippe, 41 ans, venu avec un groupe d’une quarantaine de gilets jaunes de Roanne et grièvement blessé par un éclat de grenade, une demi-heure après son arrivée place de l’Étoile. « On s’était retrouvés au pied de l’Arc de triomphe vers 10 heures du matin, explique sa femme, Vanessa, à Mediapart. Et tout d’un coup, les policiers se sont mis à tirer des grenades lacrymogènes. On était noyés dans la fumée blanche, quand une grenade a explosé près de nous. J’ai vu Philippe revenir vers moi en se tenant le côté gauche du thorax. Et lorsqu’il a retiré sa main, elle était couverte de sang. Un ami lui a fait un point de compression et on l’a amené aux pompiers. Il avait reçu un éclat de cette grenade en plein thorax et ça lui avait sectionné une artère. Les médecins l’ont opéré dans la nuit de samedi. Ils ne savaient pas s’ils pourraient sauver son poumon. »
Alors qu’il est toujours sous oxygène, Vanessa s’apprête elle aussi à déposer plainte. Ces tirs de grenades sur des manifestants, au début de la journée et alors qu’aucune barricade n’est encore apparue dans la capitale, montrent bien que les consignes des forces de l’ordre samedi 1er décembre visaient à empêcher tout rassemblement en dehors du périmètre contrôlé, que Christophe Castaner a défini comme une « fan zone », avenue des ChampsÉlysées. Même si des manifestants étaient prêts à en découdre, ces attaques sur les gilets jaunes sont largement responsables de l’embrasement qui a suivi. Dans la soirée, des unités de CRS et de compagnies de sécurisation et d’intervention (CSI) ont poursuivi indistinctement tout ce qui bougeait encore dans le quartier : manifestants, émeutiers et « casseurs » présumés.

« Nous aurons besoin de personnes solides pour pouvoir évacuer rapidement les blessés »
C’est ainsi que des images diffusées par Hors-Zone Press montrent des CRS investir un Burger King, avenue de Wagram, et matraquer au sol, gratuitement, des manifestants gilets jaunes qui s’étaient réfugiés à l’intérieur. Sur d’autres images, filmées rue de Berri, l’on voit un groupe de policiers d’une CSI poursuivre, puis frapper au sol à de multiples reprises un individu qui tente de leur échapper.

Dans le même quartier, un jeune qui suivait en curieux les événements, Mehdi, a subi un traitement similaire et a déposé plainte, mercredi, au parquet de Paris pour violences. « Mon client indique qu’il a été roué de coups lors de son interpellation, explique son avocat, Me Yassine Bouzrou. Il a été sévèrement touché à l’oeil et déjà opéré, mais il doit être réopéré, et les médecins ne savent pas si son oeil pourra refonctionner. Il a également la mâchoire déboitée. »
Mais la violence ne s’est pas limitée à Paris, loin de là. À Toulouse, non loin de la gare Matabiau, le 1er décembre vers 15 heures, Benoît, un manifestant, s’est écroulé lors d’une charge policière, vraisemblablement victime d’un tir de flashball. Il a été mis à l’abri dans un commerce puis exfiltré, avant de perdre connaissance. « Il était encore conscient quand je l’ai vu et il avait l’oeil tuméfié, explique Hugo, un jeune journaliste arrivé sur place, et qui filme une courte séquence. On ne l’a pas remarqué tout de suite, mais il avait du sang qui coulait de son oreille. » Benoît est hospitalisé en neurochirurgie.
« Son état s'est aggravé dimanche de façon critique » , a fait savoir la préfecture de Haute-Garonne, mais se serait stabilisé depuis, selon une information communiquée par sa famille mardi.
À Bordeaux, où plus de deux mille gilets jaunes ont manifesté, les forces de l’ordre sont intervenues à proximité de l’hôtel de ville. Un manifestant a eu la main arrachée par une grenade GLI-F4, tandis qu’un autre a eu la joue déchirée par un tir de flashball.
Un blog de soutien a été ouvert pour aider Guy, 60 ans, touché au visage, à couvrir ses soins médicaux et juridiques. Selon sa belle-fille, « il a obtempéré à l'ordre des CRS de quitter les lieux, mais en se retournant à mi-chemin, il a reçu un tir de flashball dans la joue » .

Dans la ville, la violence des affrontements du 1er décembre provoque une mobilisation chez les personnels de santé proches des gilets jaunes dans la perspective de samedi prochain. Un réseau de « street medics » s’est mis en place. Mercredi, le groupe compte déjà six infirmiers aides-soignants, sept pompiers, dix ambulanciers, dix-sept secouristes du travail et trente-six secouristes inscrits. « Nous aurons besoin de tout le monde, des personnes solides pour pouvoir évacuer rapidement les blessés, a détaillé une animatrice du réseau, des secouristes et membres hospitaliers évidemment, ainsi que des personnes pour surveiller l’environnement lors des interventions et éviter que des curieux n’entravent le bon déroulement des soins. Encore une fois, nous rappelons que la manifestation sera certainement dangereuse et préférons avertir les gens qui n'ont pas d’expérience que les violences sur place peuvent choquer. »

Parmi les nombreux commentaires et échanges d’expérience, une infirmière en pédopsychiatrie explique que samedi dernier était sa « première expérience dans un environnement violent » : « Même si ça m'a pas mal secouée, je serai présente pour aider. » Un secouriste explique qu’il n’a « pas peur de la foule et des situations comme samedi dernier » : « Je peux faire un bandage d'urgence, un point de compression, des palpations pour vérifier d'éventuels saignements, les premiers gestes d'urgence : je suis assez costaud pour évacuer ou protéger d'éventuelles victimes. Bref, je suis là pour vous aider et je ferai ce qui vous semble utile. »

À Tours, la violence policière a été également extrême. Selon le site collaboratif local, La Rotative, le bilan établi par les « street medics » fait état dans l’après-midi d’une trentaine de blessés côté manifestants. Parmi eux, on compte encore une personne qui a eu la main arrachée par une grenade, une femme qui a eu l’oreille déchirée par un tir de flashball, ainsi qu’un adolescent grièvement blessé à la mâchoire.
Deux manifestants ont aussi été blessés aux testicules. « La brasserie du Palais transformée en centre de soins pour que les pompiers débordés prennent en charge les victimes de la police. Des tirs de flashball qui blessent des adolescents au visage. Une main arrachée. Des déflagrations de grenades entendues jusqu’à Saint-Pierre-des-Corps […]. La violence d’État monte d’un cran » , résume La Rotative. Le site Lundi matin a aussi relayé d’autres récits et témoignages de la journée du 1er décembre et des affrontements à Tours et dans d’autres villes de province.
À Marseille, une dame de 80 ans, Zineb Redouane, grièvement blessée au visage par une grenade lacrymogène lancée par des policiers dans son appartement, est décédée dimanche à l’hôpital, ainsi que Mediapart l’a
rapporté. Le procureur de Marseille a reconnu que « des plots de grenades » avaient été « retrouvés chez elle », mais il a prétendu qu’« à ce stade », on ne pouvait « pas établir de lien de cause à effet entre la blessure et le décès » .


Lire aussi Une répression massive, à coups de flashball, provoque des blessés graves chez les lycéens -( Bastamag


Edité le 07-12-2018 à 13:57:01 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
244 messages postés
   Posté le 07-12-2018 à 09:16:15   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

L'an dernier Macron a mis le général P. de Villiers en réserve. Ce dernier, payé par le Boston Consulting Group, est actuellement sur de nombreux médias et explique comment l'autorité doit être exercée, en rappelant son expérience de 40 années au service de la France.
Ce personnage est un danger pour le peuple, comme le le furent et le demeurent tous les sauveurs passés par les écoles militaires, l'histoire de France des deux derniers siècles est riche d'exemples.
Seul le peuple peut mettre un terme à ses illusions de solutions, que Macron ou n'importe quel autre président peut proposer comme issue à la crise actuelle.
Les dernières solutions militaires en France avec De Gaulle en 1944 et en 1958 n'avaient pas résolu la crise, seulement fait taire ceux qui résistaient et permis la restauration complète de l'ordre antérieur, la conduite des affaires du pays par ceux d'en haut pour les profits de ceux d'en haut.
Les Gilets Jaunes et ceux qui s'y rallient par opportunisme feraient bien de s'en souvenir.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 07-12-2018 à 13:41:20   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Tu as raison de soulever le sujet, mais "en Réserve" c’est beaucoup dire, au placard plutôt.
A part une poignée de gilets jaunes de la fachosphère et le site officiel de la Chambre de commerce France-Israël, on ne peut pas dire que De Villiers soit porté par le peuple. Sa pseudo candidature a aussi été agitée comme un épouvantail.
Or ‘C’est à vous’ l’a invité hier pour l’entendre désavouer les ultras. Il l’a fait bien évidemment, en soulignant qu’il était un militaire et pas un politique et que ce n’était pas son métier, tout en continuant d’envoyer quelques piques discretos au père Macron.

Photo du 24 novembre


Du point de vue du rapport des forces, je ne crois pas que les gilets jaunes l’emportent parce que l’armée est toujours un recours et que le peuple n’est pas armé.
On sait que tous les projets de démission, d’assemblée constituante ou de référendum, voire simplement de « conférence sociale » ne peuvent pas voir le jour dans de telles conditions. De plus CGT et FO renoncent à la grève des routiers car des garanties ont été apportées sur les heures supplémentaires.
http://www.lemonde.fr/economie/article/2018/12/07/la-cgt-et-fo-levent-leur-appel-a-la-greve-des-routiers_5394091_3234.html
L’absence de grève à l’échelle nationale condamne tout espoir de relever les bas salaires et les pensions.

Ceci ne nous empêche pas de débattre d’une société future ni de faire progresser l’idée de la dictature du prolétariat, mais aucun politicien, aucun parti n’est en mesure d’entraîner les masses, désavoué d'avance par les gilets jaunes qui se refusent à suivre parti ou syndicat.

C’est un pas en avant par rapport aux illusions électoralistes et à la social-démocratie, mais un obstacle à la direction prolétarienne de la révolution, qui n’a elle-même aucun parti reconnu.

Les gilets jaunes sont donc politiquement divisés et par conséquent la grande bourgeoisie ne se séparera pas de Macron, y compris pour installer un souverainiste ce qui n’est pas son objectif.
Par contre la colère des masses n'est nullement apaisée, Macron et Cie vont devoir ramer d'ici les européennes. Je crois que si le résultat ne répondait pas à leurs attentes ils sont capables de fouler les élections au pied, d'ailleurs ils l'ont déjà fait.


Edité le 07-12-2018 à 13:53:24 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 07-12-2018 à 13:54:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Tous ensemble pour faire reculer Macron et son gouvernement
Communiqué de presse de la section PCF Vénissieux


http://levenissian.fr/Communique-de-presse-du-PCF-Venissieux

Le moratoire sur les hausses de prix de l’énergie, devenu une annulation dans la plus grande confusion entre Elysée et Matignon, ne suffira pas à calmer la colère, ni à faire oublier le mépris de ce pouvoir envers les salariés, les retraités, les sans emplois, les étudiants et lycéens, ni à faire oublier la priorité qu’il accorde aux plus riches pendant qu’il refuse d’entendre l’exigence d’une augmentation du pouvoir d’achat, ni à faire oublier son incapacité à répondre au besoin d’avenir exprimé par les jeunes qui remettent en cause la réforme des lycées ou parcoursup.

Depuis de long mois une multitude de luttes se développe en France, c’est en faisant converger celles-ci que nous arriverons à faire reculer véritablement ce gouvernement. C’est possible. Nous appelons à cette convergence.

Mais les violences, même quand elles sont l’expression d’une colère qui déborde, sont un piège qui permet au pouvoir de jouer le pourrissement, la division, puis l’isolement de ceux qui luttent mais se retrouvent associés aux casseurs et aux désordres.

C’est pourquoi nous lançons un appel pressant à tous ceux qui luttent, notamment aux lycéens que tant de dirigeants voudraient présenter comme des casseurs de banlieue et qui découvrent l’action collective, pour refuser le piège de la violence et des affrontements avec la police.

Nous comprenons la colère et l’exaspération de ceux qui dans l’action, découvrent avec étonnement le dédain et le mépris dont sont capables ces gouvernements.

Mais nous les appelons à réfléchir et à prendre le temps de la discussion avec tous ceux qui luttent pour décider de formes d’action qui rassemblent, qui ne donnent pas prise aux provocations et aux récupérations, tout faire pour élargir et renforcer les mouvements et ne jamais diviser ni opposer.

Tous ensemble pour faire reculer Macron et son gouvernement, c’est notre responsabilité collective !

lire en ligne « Tous ensemble pour faire reculer Macron et son gouvernement »

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
244 messages postés
   Posté le 07-12-2018 à 14:05:19   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Compte tenu du personnage P. De Villiers, je ne fais pas de différence entre placard et réserve. Surtout la réserve des militaires passés par St-Cyr qui honorent chaque 2 décembre aux Invalides la victoire d'Austerlitz et les putschs qui vont avec. Toute honte bue.
Macron n'aura pas son avis à donner si ceux qui le manipulent décident de le remplacer, et ils ont intérêt à y réfléchir rapidement, tant le camp macronien est divisé et finalement faible en ayant reculé devant des escarmouches qui n'ont quand même pas ébranlé le pouvoir d'Etat et aucunement celui des patrons.
Il sera très difficile pour Macron d'être le vecteur de l'idéal européiste, des droits de l'homme et de tout le bla-bla droits de l'hommiste, en ce sens les gilets jaunes ont tiré un trait sur sa carrière jusqu'ici de premier de la classe auquel tout a réussi.
Il sera la risée des grands dirigeants du monde, qui poliment lui rappelleront qu'il a mieux à faire dans son territoire que de s'occuper des affaires partout ailleurs pour le compte des impérialistes français ou pourront lui donner un coup de main pour rétablir l'ordre intérieur si les désordres continuent, ce qui n'est pas exclu à priori.
Les années restantes de son quinquennat ne vont pas être celles annoncées l'an dernier. Tant mieux.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 07-12-2018 à 16:00:49   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Peut-être mais ce n'est pas un homme politique, il n'a pas d'équipe derrière lui, pas de soutien populaire, pas d'entregent parmi les grands capitalistes, pas de programme non plus sinon quelques réserves sur celle de Macron.

Celui-ci avait paraît-il passé son séjour au ministère - transformé en cabinet de campagne - à rencontrer tous ceux qui devaient le porter au pouvoir. Par contre son mouvement est inexpérimenté, sans idéologie unifiée et se conduit comme des jeunes chiens fous.
S'il n'arrivait pas à rétablir l'ordre, Wauquiez pourrait le remplacer. Sauf que celui-là n'a guère plus de popularité et qu'il ne rassemble pas non plus les Républicains.
Alors quitte à imposer il suffit de garder le même.

Note que la presse de la grande bourgeoisie ne mène aucune campagne pour le virer.

> Voir le Figaro
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/12/07/25001-20181207ARTFIG00028-emmanuel-macron-s-exprimera-debut-de-semaine-prochaine-annonce-richard-ferrand.php
Le gilet jaune Eric Drouet est incapable de dire quelle peut être la suite d'une incursion à l'Elysée et se fait clouer le bec comme un enfant par Bruce Toussaint.
Le débat est très instructif des différents avis au sein de la bourgeoisie.

> L'Obs "il faut sauver le soldat Macron"
http://www.nouvelobs.com/politique/20181207.OBS6746/il-faut-sauver-le-soldat-macron.html
Sauf Mélenchon qu ijoue encore une fois les Tartarin de Tarascon, il n'y a aucun parti qui appelle à prendre le pouvoir et les critiques bourgeoises qui s'adressent à Macron reprochent en fait le manque de fermeté samedi dernier. D'où la présence de près de 90 000 policiers accompagnés de blindés.


Edité le 07-12-2018 à 16:48:27 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
244 messages postés
   Posté le 07-12-2018 à 16:56:46   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

L'Obs, du jus radical socialiste européiste, juste bon à traiter les problèmes sociétaux, certainement pas le social ni la justice. Un renfort foireux pour Macron, Bayrou ou autres Hamon - Jadot.

--------------------
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5Page précédentePage suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises  la révolte des gilets jaunes est juste !Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum