Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
 
Retour au forum
 

Ajouter une réponse

Pseudo :    S'inscrire ?
Mot de passe :    Mot de passe perdu ?
Icône :
                                
                                
Message :
 
 
 
Smilies personnalisés
 
Options :
Notification par email en cas de réponse
Désactiver les smilies
Activer votre signature
 
 
Dernières réponses
Xuan
Fusils d'assaut à Nantes https://revolutionpermanente.fr/VIDEO-Pour-l-acte-26-les-CRS-ressortent-leur-fusil-d-assaut-a-Nantes
Finimore
Une artiste et des Gilets jaunes

http://editions-proletariennes.fr/



http://editions-proletariennes.fr/IMAGES/artistegiletjaune.htm


Edité le 11-05-2019 à 06:57:42 par Finimore


pzorba75
Xuan a écrit :

Ce n'est l'objet de cette publication si tu lis bien mes commentaires qui précèdent.
Il est indispensable d'étudier l'état d'esprit dans la police, en gardant en tête que certaines bandes fascistes type Benalla ont ouvertement pour but de "casser du gaucho".
De même il faut observer les contradictions au sein de la bourgeoisie, non pour échafauder des "alliances" mais pour mesurer l'isolement de la clique au pouvoir.

1) Je n'ai jamais vu des flics ou des militaires choisir le camp des révolutionnaires, ni soutenir les groupes luttant pour la justice sociale ou la paix entre les peuples. On ne choisit pas le métier de flic ou de militaire par hasard, peut-être sans réfléchir et plutôt pour assouvir de bas instincts de domination, même réduit au rang d'exécuteur.
2) Toutes les formes de pouvoir isolent, aussi bien le pouvoir dans le monde impérialiste que dans le monde "socialiste". Je ne vois pas vraiment de différence entre Trump, Poutine, Xi et le pape sans numéro. Les seules différences proviennent des peuples dirigés qui réagissent ou pas, depuis de nombreuses années le peuple américain ne réagit plus et tant que ceux d'en bas supportent ce que leur imposent ceux d'en haut, rien ne va changer.
Le rôle de l'armée et de la police est d'assurer l'ordre, certainement pas d'aller au-delà.
3) Le perméabilité de la police aux idées et bandes fascistes et réactionnaires est une constante dans notre république, Benalla n'est pas un phénomène nouveau, les mêmes guignols existaient sous Mitterrand (Rainbow Warrior) et sous De Gaulle juqu'à Giscard avec le SAC.
Xuan
Ce n'est l'objet de cette publication si tu lis bien mes commentaires qui précèdent.
Il est indispensable d'étudier l'état d'esprit dans la police, en gardant en tête que certaines bandes fascistes type Benalla ont ouvertement pour but de "casser du gaucho".
De même il faut observer les contradictions au sein de la bourgeoisie, non pour échafauder des "alliances" mais pour mesurer l'isolement de la clique au pouvoir.
pzorba75
Quand on choisit le métier de flic ou de CRS, c'est pour exécuter des ordres donnés par les autorités du pays qui ont toujours protégé l'ordre en place et combattu ceux qui voulaient le changement ou la révolution.
C'est un métier de mercenaire , bien payé avec une carrière courte et une protection en cas d'erreurs professionnelles.
Circulez, il n'y a rien à voir du côté des révolutionnaires.


Edité le 10-05-2019 à 05:21:09 par pzorba75


Xuan
Ci-dessous le témoignage d'un CRS https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/gilets-jaunes-on-atteint-point-rupture-temoigne-crs-toulouse-1666677.html

Ce policier est clairement dans le déni lorsqu'il est question des violences policières. Sans les nommer il accuse d'autres corps de police. D'autre part les illustrations de l'article montrent uniquement des policiers blessés.
Concernant les taux de suicides, on notera qu'il est trois fois plus élevé chez les employés et les ouvriers que chez les cadres. On relève deux suicides par jour chez les agriculteurs en 2018, et 24 depuis le début de l'année (sur trois mois) dans la police soit un tous les 3 à 4 jours.

Mais cette interview est très instructive.
D'une part lorsqu'il dit "Nous accuser d’agresser volontairement les gilets jaunes, c’est n’importe quoi. Les CRS n’interviennent que sur ordre de leur hiérarchie, il ne peut y avoir aucune initiative personnelle." , cela signifie que les agressions bien réelles sont la volonté de la hiérarchie.

D'autre part il dit aussi : "en 20 ans de service, j’ai rarement vu autant de violences à l’encontre des forces de l’ordre. On ressent vraiment une haine anti-flic très profonde" . Ceci signifie que l'état d'esprit du peuple - et non d'un groupuscule - est hostile au rôle répressif de la police, lorsqu'elle sert à protéger les intérêts de la classe bourgeoise contre les intérêts du peuple.

Enfin il dit : "Oui, en fait on se sent dépassé par la haine dirigée contre nous, on ne se sent pas en sécurité. On est en sous-effectif la plupart du temps. Une compagnie de CRS face à 5000 personnes qui veulent casser du flic cela ne suffit plus." , c'est-à-dire que les protections et les moyens techniques de la police n'équilibrent pas la supériorité numérique des masses.

On notera qu'à Toulouse l'unité des GJ et de la CGT a été réalisée assez tôt.

____________________________


Gilets Jaunes : “On a atteint le point de rupture”, témoigne un CRS de Toulouse


En première ligne depuis plus de 6 mois pour assurer le maintien de l’ordre des manifestations, un CRS basé à Toulouse a accepté de témoigner anonymement de son quotidien. Malgré ses 20 ans d’expérience, ce policier expérimenté tire la sonnette d’alarme.

Par Sophie Pointaire
Publié le 09/05/2019 à 11:21

Quel est votre état esprit aujourd’hui ?
Une fatigue physique et psychologique liée à l’intensité de notre travail et surtout aux violences que l’on subi directement. Moi en 20 ans de service, j’ai rarement vu autant de violences à l’encontre des forces de l’ordre. On ressent vraiment une haine anti-flic très profonde.

A quel moment avez-vous senti qu’un palier était franchi ?
Le samedi 1er décembre, il y a vraiment eu une volonté de s’en prendre aux forces de l’ordre directement. Il y a une intention de blesser, d’attenter à la vie des policiers. Je n’avais jamais été confronté à ça. Ce 1er décembre j’étais engagé à Paris et j’ai été extrêmement surpris par la tournure des événements.
Il y a des compagnies qui à 9 heures du matin n’avaient déjà plus de grenades. Elles ont été obligées de renouveler leur stock 3 fois dans la journée, c’est du jamais vu.
Sur les radios des CRS, on entendait des commandants de compagnie qui appelaient à l’aide, demandaient des renforts parce qu’ils étaient débordés et leurs hommes en danger.
On se sent dépassé par cette haine contre nous


Est-ce que personnellement vous vous sentez en danger lors que vous êtes sur le terrain ?
Oui, en fait on se sent dépassé par la haine dirigée contre nous, on ne se sent pas en sécurité. On est en sous-effectif la plupart du temps. Une compagnie de CRS face à 5000 personnes qui veulent casser du flic cela ne suffit plus.

Comment réagissez-vous face aux images qui circulent accusant les forces de l’ordre de violence ?
Très mal… C’est facile d’isoler par une image la réaction d’un fonctionnaire de police qui pendant des heures à pris des barrières et des pavés sur la tête… Quand on montre seulement l’interpellation d’une personne au sol, on ne montre pas tout ce qui s’est passé avant.

Aux accusations de bavures policières, que répondez-vous ?
Oui ça peut exister des fonctionnaires qui se conduisent de manière inadaptée, mais il faut savoir qu’en France la police est l’administration la plus contrôlée et la plus sanctionnée. Nous accuser d’agresser volontairement les gilets jaunes, c’est n’importe quoi. Les CRS n’interviennent que sur ordre de leur hiérarchie, il ne peut y avoir aucune initiative personnelle. On est là pour encadrer les manifestations par pour agresser les manifestants.
Dire aux policiers « Suicidez-vous » c’est intolérable


Il y a des mots qui vous touchent particulièrement ?
Entendre des gens appeler au suicide des policiers quand on sait que la police est la corporation qui a le plus de suicides en France, c’est extrêmement violent. Violent pour nous, mais aussi pour nos familles. Quand vous entendez des phrases comme « CRS…SS », les gens ne se rendent pas compte de ce qu’ils disent. Ils ne voient que le côté répressif, alors que notre mission première est de protéger les gens, on a aucune reconnaissance du travail que l’on accompli au quotidien.
Pour les LBD, la taille du projectile a changé. Aujourd’hui la balle est plus petite, du même diamètre qu’œil. Donc quand le projectile tape accidentellement au niveau du visage les dégâts sont plus importants.


Que pensez-vous de la polémique autour des armes que vous utilisez, notamment les LBD, les Lanceurs de balle de défense ?
Le maintien de l’ordre c’est notre cœur de métier, donc on est plus habitué à l’emploi de ces armes que d’autres collègues policiers parce qu’on a vraiment été entrainé pour ça. Pour les CRS, leur usage est très réglementé, uniquement sur ordre. Il a pu y avoir des tirs inappropriés, mais des fois vous vous sentez tellement acculés, tellement en danger physiquement que vous parez au plus urgent. Vous avez beau être très professionnel, c’est le seul recours pour protéger votre vie.
Mais j’ai remarqué que pour les LBD, la taille du projectile a changé. Aujourd’hui la balle est plus petite, du même diamètre qu’œil. Donc quand le projectile tape accidentellement au niveau du visage les dégâts sont plus importants.
Nos familles vivent très mal cette violence


Vos conditions de travail se sont-elles détériorées ?
Oui complètement, depuis les attentats de 2015, on est sur-employé. En plus des missions de sécurisation, se rajoute les gilets jaunes, on nous maintient en plus des périodes de formation au lieu de nous laisser des moments de repos. Les amplitudes horaires sont énormes. Le stress et l’impact psychologique ne sont pas du tout pris en compte par notre hiérarchie. Depuis le début de l’année, on a eu seulement 2 week-ends de libre avec nos familles.

Comment votre famille vit ces événements ?
Le 1er décembre quand ma famille a vu les images des violences à Paris, j’ai reçu plein de sms parce qu’ils étaient très inquiets pour moi. Vous imaginez pour les enfants qui voient et entendent tout ça à la télévision, j’essaye de les rassurer mais ce n’est pas toujours évident.


Vous êtes inquiet pour la suite?
Là chez nous on a atteint le point de rupture, il faut vraiment que cela s’arrête parce qu’on va tomber malade, il va y avoir des Burn Out, des situations familiales ingérables qui peuvent entrainer des suicides. Personnellement je veux arrêter, pas quitter la police, mais ne plus être CRS. Cela devient trop dur, les conditions ne nous permettent plus d’exercer ce métier correctement.

Propos recueillis par Sophie Pointaire


Edité le 09-05-2019 à 23:21:08 par Xuan


Xuan


commentaire de la photo : Manif Gj 1er Mai a Grenoble.
Ev***** 63 ans ressortie avec 5 points, ils n ont plus aucunes limites n'en n'ayons plus non plus. STOP ça peut plus durer là.
ACAB – très en colère.


Edité le 09-05-2019 à 23:20:23 par Xuan


Xuan
Sur l'intrusion à la Pitié Salpétrière :

https://youtu.be/h27wP80y9Dc
https://www.liberation.fr/checknews/2019/05/02/non-l-hopital-de-la-pitie-salpetriere-n-a-pas-ete-attaque-par-des-black-blocs-ni-degrade_1724493


Edité le 02-05-2019 à 17:35:57 par Xuan


Xuan
Premier mai d'unité contre le grand capital


Sur la Salpétrière :

Les mensonges de France Info https://www.liberation.fr/checknews/2019/05/02/pitie-salpetriere-france-info-a-t-il-illustre-l-intrusion-avec-une-photo-de-casseurs-attaquant-un-co_1724463

Les CRS repoussés face au cortège de la CGT
https://www.facebook.com/LEDOUAISIEN/videos/1338604196286641/

Censure des journalistes
https://mobile.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/tribune-nous-assistons-a-une-volonte-deliberee-de-nous-empecher-de-travailler-plus-de-300-journalistes-denoncent-les-violences-policieres_3416561.html?fbclid=IwAR0CiNe6QHY1i4Swq67UoHYgVdv8X2Mmu4zO4U1RMLOHrw7MDNxJxrw6oI4#xtref=https://www.google.fr/

dictature fasciste en marche
https://www.facebook.com/LEDOUAISIEN/videos/599376340473003/


Edité le 02-05-2019 à 14:02:13 par Xuan


Xuan
Toujours aussi optimiste pzorba75

Non, c'est une bonne vidéo. C'est normal d'aimer le foot même si c'est une pompe à fric, perso je préfère le rugby, mais je respecte les tifosi.
Ce n'est pas nouveau que le stade serve d'exutoire à des slogans politiques, mais ici c'est la haine du chef de l'Etat bourgeois qui s'exprime, et pas des sifflets ou des hurlements.
Tu me diras que le slogan "on t'encule" n'est pas très politique. C'est entièrement exact et en plus on ne sait pas vraiment comment Macro peut le prendre , mais je dis ça, je dis rien.

Juste un reflet du sentiment général des masses. C'est comme le retraité qui va porter des pavés aux BB, dans le zapping de je ne sais plus quelle chaîne.
Des anecdotes, des faits divers comme on dit, en fait l'expression de la colère des masses, profondément enracinée. Et cette colère pèse des dizaines de millions. A comparer aux commentaires des personnes autorisées qui s'autorisent à penser, qui pèsent un quarteron de bavards hors sol dans la société.

Autre aspect qui apparaît depuis la lutte contre la loi travail, mais de plus en plus nettement, c'est la fierté du peuple, ce qu'on appelle en face le "populisme".
Il faut se souvenir des années Thatcher - Mitterrand - Reagan et des décennies qui ont suivi, pendant lesquelles le peuple et les ouvriers en particulier ont été bâchés de façon méthodique, les loosers et les Deschiens de la société.
Tous les médias leur sont tombés dessus, y compris les comiques qui avaient vanné les bourgeois auparavant. Coluche se foutait d'eux "misèèère, misèèère" , Charlie Hebdo représentait les syndicalistes et les flics sous les mêmes traits de beaufs poivrots.
Et j'en passe. Pour les petits-bourgeois se moquer des prolos c'était une façon de ne pas se voir couler. Et c'est toujours le cas pour quelques urbains des couches moyennes ou les lumpen, qui se chauffent la tête en rêvant de tirer sur les "gauchos".
Les chants révolutionnaires ont été ringardisés et remplacés par les bluettes inoffensives de Michel Berger. Les prolos étaient les repoussoirs de la société, et simultanément se déroulait une immense entreprise de propagande anti-communiste sur fond de désagrégation révisionniste de l'URSS. Au nom du pacifisme bourgeois Gold se déchaînait contre les "orgues de Staline", celles-là qui avaient anéanti les armées d'Hitler.
La prétendue "fin de l'histoire" s'est accompagnée d'une vaste entreprise de décervelage dont un des aspect et non des moindres fut d'inculquer au peuple le mépris de lui-même, la honte d'aller au boulot en bleu, la nécessité de planquer son casse-croûte dans un cartable et d'apprendre un métier décent : commercial ou informaticien.

Le gilet jaune ou rouge c'est le costume moche à souhait de tous ceux qui travaillent dehors, pas devant un ordi mais dans la rue, sur les chantiers.
Et non seulement ils n'en ont pas honte mais ils le portent même le samedi, ça veut dire
"quoi ma gueule ! qu'est-ce qu'elle a ma gueule !"
Le rejet des élites c'est les mains blanches de Monthéus.
Ce n'est pas un changement anodin. C'est un renversement idéologique, un bouleversement des mentalités. Il ne se fait pas sans bavures, sans dérapages réactionnaires, ni sans fake news, mais le populisme et le conspirationnisme qui font horreur aux médias et à toute l'intelligentsia bourgeois, c'est une conscience de classe en formation, et c'est la perception de la haine et du mépris de la classe bourgeoise.
Après il revient aux communistes d'appeler les choses par leur nom.
 
Retour au forum
 
créer forum