Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  la crise du capitalisme 

 Trump nouvel Hitler !

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13Page précédentePage suivante
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 18-07-2020 à 21:26:09   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La souveraineté nationale est conditionnée par le socialisme et la contradiction principale oppose bourgeoisie et prolétariat en France.
Cesse de te justifier avec le PRCF tu n'es même pas sur leurs positions. Tu.défends Asselineau et à ce titre tu n'as rien à faire ici.

En ce qui concerne "la France est dominé par les ricains, ou les atlantistes si vous préférez, bien plus qu'on ne l'a jamais été sous l'allemagne nazi." il ne reste plus beaucoup de survivants de cette époque, s'il voyaient ça ils t'emmèneraient illico faire un tour à Dachau ou sur un mémorial du Vercors pour te rafraîchir la mémoire.


Edité le 21-07-2020 à 12:04:34 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Plaristes
Communiste et Français !
Militant expérimenté
867 messages postés
   Posté le 24-07-2020 à 07:07:06   Voir le profil de Plaristes (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Plaristes   

https://youtu.be/i8l-UxhFew0


Comment l'anarchocommunisme est instrumentalisé par Soros Jeff Besos et les tenants du capital?

Ou le besoin du léninisme.


Edité le 24-07-2020 à 07:15:01 par Plaristes




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 06-08-2020 à 23:36:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un acte de piraterie



Après avoir annoncé le 4 août que si Microsoft achète le réseau social TikTok au Chinois ByteDance, "une très grosse proportion du prix doit revenir au Trésor des Etats-Unis" ,
Trump a aussi déclaré qu'il bannissait ce réseau social très populaire chez les jeunes, pour des raisons de "sécurité nationale" , et qu'il s'opposait à un rachat. Il s'est finalement déclaré favorable à une acquisition par Microsoft ou une autre société américaine, d'ici le 15 septembre au plus tard.
"J'ai dit à Microsoft que s'ils acquièrent juste la partie américaine de TikTok ou toute l'entreprise, c'est grâce à nous, parce que nous les laissons opérer ici. Donc les Etats-Unis devraient en bénéficier aussi, pas juste les vendeurs" , a-t-il développé pendant une conférence de presse. Une transaction qu'il a, de fait, rendue obligatoire, menaçant l'application d'interdiction totale si elle ne passait pas entre des mains américaines. Washington accuse en effet la plateforme d'espionner ses utilisateurs pour le compte de Pékin.
"C'est comme pour un propriétaire et un locataire : c'est le bail qui donne la valeur. Nous sommes le bail, en quelque sorte" , avait déjà expliqué Donald Trump lundi pour justifier sa position. "TikTok est un succès formidable. Mais une part importante de ce succès est dans ce pays", a-t-il détaillé, estimant qu'il était "juste" que l'Etat reçoive une partie de la somme de la vente.

"C'est le genre de tactique mafieuse qu'on pourrait voir en Russie" , analyse pour l'AFP James Lewis, directeur des technologies au Center for Strategic and International Studies. "Je ne pense pas que ce soit constitutionnel."
Le terme de mafieux n’est pas tombé du ciel puisque la fortune immobilière de Trump s’est effectivement bâtie avec la mafia.
Et certaines critiques ont commencé à fuser :

La suggestion du président est "grossièrement inappropriée et n'a aucune base légale" , a commenté Bobby Chesney, un professeur de droit de l'université du Texas, spécialisé dans les questions constitutionnelles et de sécurité nationale.
L'ancien procureur Michael Bromwich a même assimilé la demande de Donald Trump à du racket, en référence à une loi fédérale sur les organisations criminelles, le Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act (RICO). "Quand l'extorsion et la corruption deviennent un art de vivre..." a-t-il tweeté lundi.
Microsoft, de son côté, semble avoir reçu le message cinq sur cinq. "Ils ont compris. Ils sont d'accord avec moi. Ils sont tout à fait d'accord avec moi" , a assuré Donald Trump mardi. Le patron du groupe, Satya Nadella, s'est entretenu dimanche avec le président pour le convaincre d'approuver les négociations, déjà bien avancées. Dans la foulée, Microsoft a publié un communiqué expliquant que l'acquisition serait soumise "à une évaluation complète de la sécurité et devrait apporter des bénéfices économiques aux Etats-Unis, y compris au Trésor américain" .

D’ores et déjà de nouvelles applications sont en ligne de mire, comme WeChat, l’objectif étant d’écarter les logiciels chinois de tous les portables US.

Que devient la « communauté de destin » face à la guerre hors limites ?
Réponse symétrique et asymétrique de la Chine


Bien que la Chine ait généralement riposté du tac-au-tac, sa réponse invite encore à « un dialogue constructif » .

Il est intéressant de voir que la Chine répond à le fois de façon symétrique et asymétrique, soit en prenant du tac-au-tac des mesures équivalentes, soit ou simultanément, en préconisant l'apaisement comme dans cette vidéo mise en ligne aujourd'hui :L'apaisement et l'appel à la négociation font aussi partie de la guerre hors limite, il ne faut pas se méprendre, mais d'une part cela vise à isoler l'équipe de Trump, et d'autre part relève du projet stratégique de la communauté de destin, qui n'est pas un élément de propagande mais une analyse de la fin de l'hégémonisme et de l'impérialisme, et de l'avènement du monde multipolaire. Voir les commentaires de Pascal Boniface par exemple, qui explique comment l'unilatéralisme US isole les USA et renforce la Chine.

La loi des GAFA


Suite à une nouvelle déclaration de Trump affirmant que les enfants sont " presque totalement " immunisés contre le Covid-19, Facebook et Twitter ont supprimé la vidéo.
"Cette vidéo inclut de fausses affirmations selon lesquelles un certain groupe de personnes n'est pas susceptible d'attraper le Covid-19, ce qui enfreint notre règlement sur la désinformation dangereuse autour de la maladie" , a expliqué à l'AFP un porte-parole de Facebook. C'est la première fois que le groupe censure directement Donald Trump.
Twitter est allé encore plus loin. Le réseau a interdit au compte de campagne du chef de l'Etat de continuer à tweeter tant qu'il ne retirait pas l'extrait de l'interview.

Mis à part les mensonges récurrents et les énormes bourdes répétées de Trump, une question se pose sur la légitimité des réseaux sociaux à censurer des fake news de leur propre chef, et de s'attribuer un droit régalien qui n'existe pas aux USA.
On peut se demander si cette censure n'est pas avant tout un épisode de la guerre électorale entre démocrates et républicains, voire un conflit d’intérêt entre deux fractions des monopoles, pétrolier et Silicon Valley, un conflit qui menace même la paix mondiale dans ses débordements.
Sachant que l’hégémonisme américain est aux abois, et pourrait basculer dans l’agression militaire, il vient un autre question : le fascisme aux USA pourrait-il se réduire à Trump ?


Edité le 07-08-2020 à 13:30:21 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 07-08-2020 à 23:22:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La marine américaine saisit un navire transportant des fournitures de la Chine vers l'Iran

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 08-08-2020 à 23:36:19   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La marine américaine saisit un navire transportant des fournitures de la Chine vers l'Iran

07/08/2020

6 août 2020 http://www.defenddemocracy.press/us-navy-seizes-ship-carrying-supplies-from-china-to-iran/

Les navires de guerre américains près du port chinois de Qingdao ont saisi un navire qui transportait la zéolite nécessaire à la fabrication de concentrateurs d'oxygène pour les patients atteints de coronavirus.
«Il y a quelques jours, nous avons reçu une lettre disant que notre navire avait été saisi par un navire de guerre américain au port de Qingdao, nous livrant la cargaison sous un point d'interrogation, ce qui nous a donné un mauvais choc» , Peyman Bakhshandeh-Nejad , a déclaré mercredi à la FNA le PDG de la société Zist Tajhiz Danesh Pouya en Iran.

«Pour produire des concentrateurs d'oxygène, nous devons importer une seule partie qui est de la zéolite et nous sommes obligés de l'acheter à la France et de l'importer dans le pays par le biais de plusieurs intermédiaires» , a-t-il ajouté, expliquant la cargaison.
Il a déclaré que le navire qui transportait de la zéolite pour fabriquer les concentrateurs d'oxygène pour les patients atteints de coronavirus a été saisi au port de Qingdao, ajoutant que la cargaison pourrait conduire à la production de 4000 à 5000 systèmes de concentrateur d'oxygène à utiliser par les patients.

Bakhshandeh-Nejad a rejeté les affirmations selon lesquelles les sanctions américaines ne laissent pas d'impacts sur les secteurs médical et sanitaire de l'Iran.

Un concentrateur d'oxygène est un dispositif qui concentre l'oxygène d'une alimentation en gaz (généralement l'air ambiant) en éliminant sélectivement l'azote pour fournir un courant de gaz de produit enrichi en oxygène.
Une entreprise pionnière basée sur la connaissance en Iran avait également produit en avril un système spécial de concentrateur d'oxygène qui peut être utilisé par les patients atteints de coronavirus à domicile.
«Le concentrateur d'oxygène est le produit basé sur la connaissance de l'entreprise. Lorsque les poumons ne sont pas assez puissants pour pomper l'oxygène nécessaire dans le sang, le système peut augmenter la pureté de l'oxygène des poumons » , a déclaré Ali Ebrahimi, PDG de l'entreprise.
Il a ajouté que le système a été fabriqué en trois versions domestique, centrale et portable.

Ebrahimi a déclaré que l'une des applications les plus importantes des systèmes de concentrateur d'oxygène est destinée aux patients atteints de coronavirus qui peuvent l'utiliser à la maison sans avoir besoin de se rendre à l'hôpital.

Source: Fars

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 22-08-2020 à 09:31:32   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Trump restera-t-il dans le cadre institutionnel de la démocratie américaine et peut-il en sortir ?


Je reviens sur ce sujet bien que cela paraisse "excessif", limite conspirationniste.
Après avoir mis en question le résultat des élections pour une "terrible fraude électorale" qui serait due au vote par correspondance, après une réponse évasive d'une porte-parole à la question Trump respectera-t-il le résultat ?
Trump en remet une couche :



Donald Trump avertit que le résultat pourrait tarder à être connu

Le président américain estime que le vote par correspondance, probablement massif en raison de l'épidémie de coronavirus, pourrait poser un problème logistique pour le pays.
...Donald Trump, a mis en garde, vendredi 21 août, sur le fait qu'il faudrait peut-être des semaines, voire des mois, pour connaître le résultat de l'élection présidentielle du 3 novembre qui l'opposera au démocrate Joe Biden.
"On n'aura jamais un résultat de l'élection le 3 novembre" , a-t-il déclaré vendredi lors d'un discours près de Washington. "On ne va selon moi pas pouvoir savoir comment se termine cette élection pendant des semaines, des mois, peut-être jamais" .
A la traîne dans les sondages derrière Joe Biden, Donald Trump accuse les démocrates de pousser au vote par correspondance pour pouvoir manipuler les résultats. Mais il a aussi évoqué un problème logistique si le nombre de bulletins envoyés par courrier explosait comme attendu, dans ce pays à l'histoire déjà marquée par des résultats controversés et de longues journées de comptage.

"Nous n'y sommes pas préparés, 51 millions de bulletins. Cela va être extrêmement humiliant pour notre pays", a ajouté le président américain. "C'est un problème très grave pour la démocratie" .


Il est très clair que Trump veut préparer l'opinion à un déni du résultat de ces élections.
Les USA sont coutumiers du fait quand il s'agit de pays étrangers, mais pourraient-ils appliquer à eux-mêmes cette sorte de coup d'Etat ?
L'arrestation au Canada de Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, à la demande des USA, en vue de son extradition aux USA et en refusant de fournir les raisons exactes, montre que même la légalité internationale ne les embarrasse pas et Trump s'est fait une spécialité du mensonge. Pompeo s'est même vanté d'avoir été formé pour ça.

On ne peut pas anticiper mais mesurer les forces en présence, d'abord ce que veut le peuple américain, notamment les américains pauvres qui ont voté pour Trump, mais aussi ce que veulent les monopoles US.

Le découplage USA/Chine entamé par Trump pèse sur certains monopoles du secteur numérique, c'est-à-dire sur l'économie montante.
Par exemple Qualcomm a demandé des dérogations sur la vente des chipsets à Huawei. 8 milliards de dollars sont en jeu pour cette entreprise.
Mais d'un autre côté ces monopoles doivent se douter que la Chine ne s'arrêtera pas au premier rand de la 5G, au premier rang de l'IE et au premier rang de la téléphonie, et qu'elle veut aussi prendre la tête dans la conception et la fabrication des puces.

Parallèlement les Démocrates ne seraient pas davantage complaisants avec la Chine et iraient probablement plus loin que Trump s'ils parvenaient au pouvoir.
Il s'agit de la première place mondiale. La perdre signifie perdre l'hégémonie du dollar.
Et perdre l'hégémonie du dollar signifie payer sa dette. Et cette perspective est inacceptable. Cela signifierait non pas descendre d'un cran dans le classement mondial, mais briser l'empire et ébranler le capitalisme à la fois, avec un déchaînement des contradictions internes à un degré inégalé.


On a dit que la démocratie ne serait jamais menacée aux USA parce que "tous les américains possèdent une arme à feu" .
C'est une pure illusion.
Précisément, 7,7 millions d'Américains possèdent entre huit et 140 armes. Il existe près de 55 millions de propriétaires d'armes à feu aux Etat-Unis - sur 319 millions de personnes - mais la plupart possède en moyenne une à trois armes. Près de la moitié en possède seulement une ou deux.


Aux Etats-Unis, la moitié des armes à feu détenue par 3% des Américains

Qui sont les 30% d’Américains propriétaires d’une arme à feu ?




...Le possesseur d’armes type serait un homme blanc proche des Républicains
L'institut de recherche observe que les hommes sont presque deux fois plus nombreux que les femmes à posséder une arme (39% contre 22%). Et plus particulièrement, les hommes blancs : 39% des hommes blancs possèdent une arme; contre 28% des hommes de couleur.

Cet écart ethnique se retrouve aussi chez les femmes. 24% des femmes blanches américaines sont armées, contre 16% des femmes de couleur.

Les "musées à selfie" font un malheur aux Etats-Unis
Notre possesseur d’armes type aurait en outre de fortes chances d’être proche du Grand Old Party (GOP). 41% de ceux qui se déclarent officiellement Républicains possèdent une arme contre 16% des Démocrates affirmés. Un décalage qui se retrouve auprès des simples sympathisants du GOP, avec 44% des “tendance-Républicains” détenant une arme. C’est plus du double de ceux se disant proches des Démocrates.

Le Nord-Est des Etats-Unis boude les armes à feu
Aux frontières politiques se superposent celles de la géographie étatsunienne. Le Nord-Est américain est beaucoup moins féru d’armes (16% de ses habitants en ont) que le reste du pays. Ses habitants y sont deux fois moins nombreux à posséder une arme que dans le Midwest, le Sud et l’Ouest (respectivement 32%, 36% et 31%).

On retrouve ici une fracture historique propre à l’histoire américaine : les colons européens s’implantent initialement le long de la côte nord-est : là se développent la haute bourgeoisie immigrée, les institutions fédérales, et les centres marchands, financiers et politiques, tandis que le mid-west, le sud et l’ouest font l’objet d’une colonisation plus tardive.

...


Edité le 22-08-2020 à 11:19:19 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 22-08-2020 à 23:04:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'équipe de gangsters qui a soutenu Trump
extrait de la presse chinoise en ligne :


Le 20 août, Steve Bannon, ancien conseiller du président américain Donald Trump et «stratège en chef», a été arrêté sur le yacht de luxe de Guo Wengui, un homme d'affaires chinois en exil aux États-Unis, soupçonné de fraude. Bannon a ensuite payé une caution et a été temporairement libéré, mais il était déjà soupçonné de fraude et de blanchiment d'argent. S'il est reconnu coupable, il risque jusqu'à 20 ans de prison pour chaque crime.
Pendant un certain temps, même si la culpabilité de Bannon doit encore être jugée, aux yeux du «Capitol Hill», du «Washington Post», de la British Broadcasting Corporation (BBC) et d’autres médias, en raison de la collecte de fonds politiques en ligne et de la fraude impliquées ces dernières années. La plupart du temps, l'intimidation n'est «qu'une ligne mince», ce qui signifie non seulement que Bannon, la «principale figure controversée» de la Maison Blanche, ne pourra peut-être pas éviter la vie derrière les barreaux. Il déclare également que les dirigeants qui ont planifié l'élection de Trump en 2016 sont sur la sellette. Contestation. Il semble que Trump puisse également avoir des risques considérables autour de lui.
Qui dans le camp Trump a souffert en prison?
En regardant autour de la trajectoire de Trump depuis sa victoire aux élections générales de 2016, de nombreuses personnes ont été emprisonnées dans son voisinage. Trois de ses quatre directeurs de campagne étaient soupçonnés d'enquêtes criminelles: à l'exception de sa troisième directrice de campagne, Kellyanne Conway, qui n'a pas fait face à un procès, le premier directeur de campagne Corey Lewandowski n'a été impliqué qu'avec le journaliste. En dehors du «contact», l'expérience des autres est accrocheuse.
L'emprisonnement des collaborateurs de Trump est lié à la lutte politique à Washington après son élection: la plupart de ces personnes ont été arrêtées par l'ancien FBI en raison de l'enquête «Tong-Rumen» qui a débuté en mai 2017 et s'est terminée en mars 2019. L'enquête menée par le directeur du FBI Robert Mueller a été envoyée en prison.
Parmi les poursuites judiciaires de Trump, qui ont fait l'objet d'une enquête de Mueller et ont été envoyées en prison, la plus importante était son deuxième directeur de campagne, Paul Manafort. L'affaire Manafort impliquait trois personnes à la fois, et c'était également la première affaire qui a été déposée par l'équipe Mueller et le tribunal fédéral jugé.
Dans le procès intenté par Mueller le 30 octobre 2017, l'ancien directeur de campagne adjoint Rick Gates et l'ancien conseiller de campagne George Papadopoulos ont rejoint Manafort pour «blanchiment d'argent, complot contre les États-Unis, Les accusations de «falsification de témoignages, fausses déclarations et dissimulation d'informations bancaires» ont été rigoureusement recherchées par des agents du FBI.
Depuis lors, l'équipe Mueller a profité de la victoire et le 1er décembre 2017, a d'abord ordonné à Flynn (Michael Flynn), qui était alors l'assistant des affaires de sécurité nationale de l'administration Trump, d'admettre avoir donné un faux témoignage au FBI lors de «l'enquête russe», et en 2018 En janvier 1999, une percée a été ouverte du stratège de la politique étrangère de Trump (George Nader) pour lui permettre de jouir du droit d'être dispensé d'enquêter sur les informations. Nader s'est donc tourné vers l'équipe d'enquête "TongRumen" et en est devenu le témoin. Gates a également admis les crimes de "conspiration contre les États-Unis" et de "parjure" en février de cette année-là, et a conclu un accord de coopération avec l'équipe Mueller.
Le 21 août 2018, l'équipe Mueller a également ordonné à l'ancien avocat personnel de Trump, Michael Cohen, de se rendre au FBI pour "évasion fiscale et fraude". Le même jour, Manafort a également été reconnu coupable de huit chefs d'accusation. En septembre de la même année, Papadopoulos a été condamné à 14 jours de prison; comme Cohen a plaidé coupable en novembre 2018, l'affaire semblait terminée.
Cependant, après 2019, alors que les feux de la rampe de l'affaire «Tong-Rumen» passaient progressivement, le sort des personnes impliquées dans l'affaire précédente a également changé. Bien que Manafort ait dû purger sept ans et demi de prison pour deux procès en mars 2019, sa peine a été calculée à partir du moment où il a été détenu en 2017, et sa peine est bien inférieure aux 19-24 ans initialement prévues par l'équipe Mueller. En mai 2020, Manafort est également passé à "purger sa peine à domicile" en raison de la possible propagation de l'épidémie en prison.
De même, lorsque Washington a condamné en février 2020 l'ami proche et consultant de Trump, Roger Stone, à des accusations de parjure au Congrès, d'ingérence avec des témoins et d'obstruction à l'enquête de la Chambre des représentants et de Mueller sur le «lien russe». Après trois et quatre mois de prison, le politicien vétéran a même obtenu une commutation de sa peine arrangée personnellement par Trump en juillet 2020. Cependant, Nader, qui est tombé aux mains de Mueller, a été découvert en 2020 dans un scandale de "pornographie enfantine" et a été condamné à 10 ans de prison en juin 2020.
À l'heure actuelle, diverses enquêtes du côté de Trump se poursuivent. Par exemple, le procureur du district sud de New York, Geoffrey Berman, a enquêté sur diverses affaires de l'avocat personnel de Trump, Rudy Giuliani. Mais avec le procureur général des États-Unis qui a également occupé le poste de procureur général Barr (William Barr), Berman a été démis de ses fonctions en juin. Le monde extérieur peut également trouver une autre tendance plus évidente.
En effet, de nombreux membres clés de l'administration Trump ont des problèmes dans le contexte actuel, ce qui a déclenché des «drapeaux rouges», mais ils sont toujours liés à l'environnement général de la lutte politique américaine. Sans oublier que les anciens départements du gouvernement américain ont fait face à moins d'accusations criminelles qu'à l'époque Trump, et ce n'est que parce que les procureurs n'étaient pas actifs. Par conséquent, les dignitaires de Trump peuvent subir certains coups en raison des luttes politiques, mais tant qu'ils restent fermes, la catastrophe doit être temporaire.


Edité le 23-08-2020 à 22:14:53 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 23-08-2020 à 23:48:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Guerre Démocrates vs Républicains. Facebook vise ici Qanon, un groupe d'extrême droite, mais aussi des groupes anti-fa. On notera que FB a déjà censuré des messages de Trump.
A noter le commentaire de Valeurs Actuelles, où les activistes sont exclusivement anti-fa.
D'une manière ou d'une autre FB fait maintenant la loi dans l'expression et la censure politiques :


Facebook supprime des centaines de groupes liés au mouvement complotiste Qanon


https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/facebook-supprime-des-centaines-de-groupes-lies-au-mouvement-complotiste-qanon_4079437.html
Le réseau social précise avoir aussi imposé des restrictions à 1 950 groupes publics et privés liés au mouvement, en cessant notamment de les recommander à ses utilisateurs et en réduisant la probabilité qu'ils apparaissent dans des résultats de recherche.

publié le 19/08/2020 | 23:53


Le réseau social Facebook a annoncé, mercredi 19 août, avoir supprimé près de 800 groupes liés au mouvement complotiste QAnon après la publication de messages glorifiant la violence, suggérant l'intention d'utiliser des armes ou cherchant à attirer de nouveaux membres en faisant la promotion de comportements violents.

L'entreprise américaine précise avoir aussi imposé des restrictions à 1 950 groupes publics et privés liés au mouvement, en cessant notamment de les recommander à ses utilisateurs et en réduisant la probabilité qu'ils apparaissent dans des résultats de recherche.

Le réseau social a aussi supprimé 980 groupes qui, selon lui, font la promotion d'émeutes, dont une majorité semblent liés à des groupes d'extrême-droite mais dont un nombre non négligeable sont proches du mouvement de gauche "antifa".

Un risque potentiel de violence, selon le FBI
Le mouvement QAnon est apparu dans le sillage de la théorie dite du "pizzagate" durant la campagne pour l'élection présidentielle de 2016, une théorie selon laquelle de hauts responsables du Parti démocrate américain dirigeaient un réseau pédophile depuis la cave d'une pizzeria de Washington.

Ce mouvement s'appuie sur des publications anonymes mais attribuées à un prétendu haut responsable de l'administration Trump surnommé Q, selon lesquelles des responsables démocrates et des stars d'Hollywood vouent un culte au diable, mangent des enfants ou auraient été remplacés pour certains par des comédiens après avoir été exécutés sur ordre de tribunaux militaires secrets.

Le FBI considère ce mouvement comme un risque potentiel de violence sur le sol américain, certains de ses partisans ayant commis des meurtres et des enlèvements.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 24-08-2020 à 22:32:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   



Le 22 août, une capture d'écran d'une émission en direct de Fox News aux États-Unis a provoqué une discussion animée dans les médias. La capture d'écran montre les principaux orateurs du Congrès du Parti républicain, et la famille Trump est devenue le sujet d'un débat houleux. (Twitter @ Reed Gaken)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 25-08-2020 à 14:30:22   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Garde nationale déployée dans une ville US où la police avait tiré à plusieurs reprises dans le dos d'un Noir

© AFP 2020 KAMIL KRZACZYNSKI

08:06 25.08.2020(mis à jour 08:09 25.08.2020)URL courte191318
https://fr.sputniknews.com/international/202008251044309169-la-garde-nationale-deployee-dans-une-ville-us-ou-la-police-avait-tire-a-plusieurs-reprises-dans-le/

Le gouverneur du Wisconsin a ordonné lundi 24 août que des soldats de la Garde nationale soient envoyés à Kenosha, alors que des échauffourées ont opposé manifestants et forces de l'ordre pour une deuxième nuit consécutive après que la police a tiré à plusieurs reprises dans le dos d'un homme noir dimanche.

À Kenosha, pour une deuxième nuit consécutive, des affrontements ont éclaté entre des manifestants et la police anti-émeute. Appelant à manifester de façon pacifique, le gouverneur Tony Evers a annoncé que 125 militaires de la Garde nationale seraient déployés dans la ville afin d'y faire respecter l'ordre.

Au moment de son annonce lundi après-midi, le gouverneur a dénoncé ce qu'il a décrit comme un recours excessif à la force lors de la fusillade de dimanche et a appelé à la tenue d'une session parlementaire extraordinaire pour envisager des réformes de la police, indique Reuters.
Environ une heure plus tard, le maire de Kenosha, ville située sur la rive du lac Michigan à 65 km au sud de Milwaukee, s'est retrouvé face à des dizaines de manifestants qui ont demandé l'arrestation des policiers impliqués dans la fusillade.

Certains contestataires ont tenté d'entrer de force dans le bâtiment de la sûreté. Peu après la tombée de la nuit, des manifestants défiant le couvre-feu nocturne imposé par les autorités se sont rassemblés devant le tribunal pour crier leur colère et ont lancé des bouteilles d'eau contre des adjoints du shérif, qui ont répondu par des gaz lacrymogènes.
Quelques instants plus tard, plusieurs camions de la Garde nationale ont été aperçus près du centre-ville, à proximité du tribunal et du bâtiment de la sûreté publique.

Sept coups de feu dans le dos
Jacob Blake, 29 ans, qui a été transporté d'urgence à l'hôpital dimanche, se trouve dans un état stable après avoir subi une intervention chirurgicale, a déclaré lundi à la presse le père de Blake.

D'après l'avocat de la famille, les trois jeunes fils de Blake ont assisté à la fusillade alors qu'ils se trouvaient à moins d'un mètre de leur père, dans la voiture familiale.
Une vidéo filmée par un témoin montre Blake marcher vers le côté conducteur d'un SUV gris, suivi par deux officiers de police pointant leurs armes dans son dos. Sept coups de feu sont entendus lorsque Blake, qui semble être non armé, ouvre la portière avant du véhicule.
On ignore si les officiers ont vu quelque chose à l'intérieur du véhicule qui pourrait expliquer leur geste et si un seul ou les deux policiers ont fait usage de leurs armes.

Les policiers impliqués dans la fusillade ont été placés en congé administratif le temps de l'enquête, a indiqué lundi le département de la Justice du Wisconsin.
Cette fusillade est survenue trois mois presque jour pour jour après la mort de George Floyd, un homme afro-américain âgé de 46 ans, lors de son interpellation par la police de Minneapolis, qui a provoqué de vastes manifestations contre les violences policières et les discriminations raciales à travers les Etats-Unis.

Voir sur RT https://francais.rt.com/international/78212-manifestations-emeutes-etats-unis-affaire-jacob-blake-ravive-tensions

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 02-09-2020 à 09:47:45   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Dans le registre de la fascisation des USA sous la direction de Trump, je reprends le lien déjà mis en ligne sur le fil "le covid accélère l'histoire" :

soutien de Trump au fasciste qui avait tué des manifestants lors de la manifestation de Kenosha :
https://www.youtube.com/watch?v=IMpR_xjs6LY
Je crois qu'on a ici l'affirmation de la frange la plus réactionnaire, fasciste et raciste de la bourgeoisie US.
Simultanément Trump poursuit une politique belliqueuse en Asie avec des provocations répétées en Mer de Chine et des tentatives d'alliances avec le Japon, l'Inde et l'Australie, et au Moyen Orient, où les USA interviennent de nouveau militairement.
Que se passera-t-il lors des élections ?
La crise économique très grave qui se profile peut être à l'origine d'une troisième guerre mondiale.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant expérimenté
978 messages postés
   Posté le 02-09-2020 à 10:44:20   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Xuan a écrit :


La crise économique très grave qui se profile peut être à l'origine d'une troisième guerre mondiale.

Après les guerres mondiales du XXe siècle, ce fut aussi le temps des révolutions : bolchévique en Russie, puis "maoiste" en Chine et de grands territoires dégagés du capitalisme et de l'emprise américaine sur des millions de kilomètres carrés. Victoire militaire mais défaite idéologique, et de la décolonoisation longue, sanglante mais quasi accomplie de nos jours.
Alors pour l'après prochaine guerre générale, je ne formule aucun pronostic...

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 02-09-2020 à 10:59:48   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'incapacité de la gauche à reconnaître un paysage économique profondément modifié donne à Trump une réelle chance de remporter cette élection

30/08/2020

http://www.defenddemocracy.press/the-lefts-failure-to-recognise-a-massively-changed-economic-landscape-gives-trump-a-real-chance-of-winning-this-election/
Par Glenn Diesen
19 août, 2020

Malgré quelques défauts très évidents, le président Trump présente toujours une option viable pour de nombreux Américains laissés pour compte économiquement par le nouvel ordre mondial et un parti démocrate qui ne reconnaît même pas qu'il y a un problème.

Pourquoi les Américains voteraient-ils pour Trump? L'ancienne star de télé-réalité est vulgaire, bruyante, a un rapport lâche avec les faits et ne se comporte pas de manière présidentielle par un effort d'imagination.

Sur le plan intérieur, la société se polarise sous son administration et l'électorat craint que le pays ne se dirige dans la mauvaise direction. Sur le plan international, les alliés sont aliénés et les adversaires sont provoqués, tandis que les traités internationaux cruciaux s'effondrent à gauche et à droite. Pourtant, la tendance de l'establishment politique des médias à rejeter ses électeurs comme étant xénophobes et imbéciles est une erreur.

Comme pour toutes les élections américaines, l'économie a tendance à être la question centrale. Le cas de Trump est qu'il semble être la seule alternative au statu quo à un moment où l'économie néolibérale s'effondre. La classe politique reconnaît que de nombreux Américains ont été laissés pour compte pendant la mondialisation, mais on a généralement pensé que cela pourrait être résolu dans le format néolibéral. C'est une erreur, car l'effondrement de l'industrie manufacturière américaine - au grand désarroi des cols bleus - était en grande partie intentionnel.

À la fin des années 80 et au début des années 90, l'économie américaine a subi un changement radical, la société devant être façonnée presque uniquement par le marché. Les activités à faible profit dans les chaînes d'approvisionnement ont été externalisées vers des pays à bas salaires, et les multinationales occidentales ont absorbé et consolidé le contrôle de la recherche, du développement, du marketing et des droits de propriété intellectuelle.

Les accords commerciaux axés sur la libéralisation du commerce et l'extension des droits de propriété intellectuelle ont été conçus pour une division internationale radicale du travail. Dans la nouvelle division internationale du travail de l'ère numérique, les technologies américaines pourraient saturer les marchés étrangers et en retour ouvrir sa fabrication à la concurrence du reste du monde. En termes simples, le leadership économique américain reposait sur une division du travail où les États-Unis inventeraient le smartphone et les Chinois pourraient le fabriquer.

La stratégie était un cadeau pour l'industrie numérique, mais les cols bleus de l'industrie manufacturière ont été jetés sous le bus. Les régions métropolitaines de la côte ouest et de la côte est ont explosé, tandis que le reste du pays était creusé. Le gouvernement américain n'a pas répondu de manière significative à la polarisation socio-économique croissante du pays.

Traditionnellement, la gauche politique préconisait la redistribution des richesses comme limitation du libre-échange, tandis que la droite politique chercherait à protéger les communautés et les valeurs traditionnelles des forces du marché sans entraves. Dans le cadre du consensus néolibéral, la classe politique est largement impuissante car le marché est censé résoudre toutes les perturbations sociétales.

Pour aggraver les choses, la division internationale du travail qui a favorisé l'industrie de la technologie semble s'effondrer. La Chine a progressivement gravi les chaînes de valeur mondiales et remet en question le leadership technologique et économique des États-Unis. Les smartphones du futur seront inventés et fabriqués par la Chine. Le leadership américain ne semble plus viable sous le format libéral de la mondialisation.

Trump a puisé dans ces puissants courants sous-jacents de la société et de l'économie américaines, ce qui l'a conduit à la Maison Blanche. Comment Trump a-t-il joué? Pauvrement. Ses politiques sont incohérentes, contradictoires et semblent souvent servir uniquement sa vanité ou ses efforts de réélection. La reprise économique chancelante a toujours reposé sur une relance artificielle, Trump s'est plongé dans le «marais» qu'il avait l'intention de drainer, et il semble y avoir une absence de réflexion stratégique dans son engagement avec le monde au sens large.

Lisez aussi:
> Le projet américano-néo-conservateur d'une guerre mondiale contre la Russie et la Chine et ses implications pour l'Europe
> Michael Moore prévient que Donald Trump est sur le point de répéter la victoire de 2016

En 1998, près de deux décennies avant que Trump ne remporte l'élection présidentielle, le philosophe américain Richard Rorty a fait une prédiction sur la voie du néolibéralisme de son pays: « Les membres des syndicats, et les travailleurs non organisés et non qualifiés, réaliseront tôt ou tard que leur gouvernement est n'essayant même pas d'empêcher les salaires de baisser ou d'empêcher l'exportation d'emplois. À peu près au même moment, ils se rendront compte que les cols blancs des banlieues - qui ont désespérément peur d'être réduits - ne vont pas se laisser imposer pour fournir des avantages sociaux à qui que ce soit. À ce stade, quelque chose va craquer

«L'électorat non suburbain décidera que le système a échoué et commencera à chercher un homme fort pour lequel voter - quelqu'un prêt à leur assurer qu'une fois élu, les bureaucrates suffisants, les avocats délicats, les vendeurs d'obligations surpayés et les professeurs postmodernes ne le feront pas plus de coups de feu… Une fois que l'homme fort prend ses fonctions, personne ne peut prédire ce qui va se passer.

La réélection éventuelle de Trump ne sera pas le résultat de sa capacité à résoudre les problèmes socio-économiques, mais plutôt l'échec de l'opposition à les reconnaître. La gauche politique, attachée à l'économie néolibérale, est réticente à envisager des réformes économiques. Le résultat a été une plate-forme politique dénuée de sens et destructrice composée de politiques identitaires qui divisent, de théories du complot anti-russes et d'une concentration sur les personnalités plutôt que sur le contenu. Le billet Joe Biden-Kamala Harris incarne parfaitement le vaisseau vide qu'est devenu le Parti démocrate.

La réticence à reconnaître pourquoi les gens ont voté pour Trump jouera donc un rôle déterminant dans sa possible réélection.

* Glenn Diesen , est professeur agrégé à l'Université du sud-est de la Norvège et rédacteur en chef de la revue Russia in Global Affairs. Suivez-le sur Twitter @glenndiesen

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 03-09-2020 à 00:02:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sept balles dans le dos de Jacob Blake : "...ils manquent un putt d’un mètre" dit Trump


Le mépris du peuple et des noirs en particulier s'étale au grand jour.

https://twitter.com/i/status/1300639524159193090

Dans une interview accordée à la chaîne Fox News, lundi 31 août, Donald Trump était interrogé sur le climat tendu autour de la police ces derniers mois aux Etats-Unis. Le président américain s'est notamment exprimé sur l'affaire Jacob Blake, cet Afro-Américain touché de sept balles tirées dans le dos par des policiers fin août. Il a alors comparé les coups de feu tirés par les policiers à un coup de golf raté.

"Tirer sur un gars dans le dos plusieurs fois... Ils n’auraient pas pu faire quelque chose de différent ? Ils n’auraient pas pu le combattre ? Je veux dire, en attendant, il aurait pu chercher une arme. (...) Ils ont craqué, comme dans un tournoi de golf, ils manquent un putt d’un mètre" , a déclaré Donald Trump.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 04-09-2020 à 13:36:41   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Première allusion de Xi Jinping à la guerre déclenchée par l'hégémonisme US.
Le parallèle avec la résistance au nazisme n'est pas fortuit :




Xi Jinping met l'accent sur la perpétuation du grand esprit de la résistance à l'agression


French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-04 à 10:47

(Xinhua / Xie Huanchi)
http://french.xinhuanet.com/2020-09/04/c_139342060.htm

BEIJING, 4 septembre (Xinhua) -- Le président chinois, Xi Jinping, a appelé jeudi à perpétuer le grand esprit de la résistance à l'agression dans la nouvelle ère et à s'efforcer de réaliser le renouveau national.

M. Xi, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président de la Commission militaire centrale (CMC), a prononcé un discours important lors d'un symposium commémorant le 75e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise et de la Guerre anti-fasciste mondiale.

Prenant la parole lors du symposium organisé par le Comité central du PCC, le Conseil des Affaires d'Etat et la CMC, M. Xi a indiqué que le peuple chinois avait démontré au monde son patriotisme, son caractère national, son héroïsme et sa forte volonté de l'emporter pendant la guerre.

Le grand esprit de la résistance à l'agression né pendant la guerre est une source inestimable d'inspiration et encouragera toujours le peuple chinois à surmonter toutes les difficultés et tous les obstacles et à s'efforcer de réaliser le renouveau national, a indiqué M. Xi.

M. Xi a déclaré qu'il y a 75 ans, le 3 septembre, le peuple chinois avec le reste de l'humanité, avait finalement remporté une victoire totale contre le fascisme grâce à une volonté inébranlable et à un combat courageux. C'était une grande victoire sur le mal, l'obscurité et la réaction.

Ce jour a également marqué une grande victoire pour le peuple chinois inflexible qui s'est battu avec ténacité pendant quatorze ans et qui a finalement vaincu les agresseurs militaristes japonais, a souligné M. Xi.

Cette guerre est le plus long et le plus important combat du peuple chinois contre l'agression étrangère des temps modernes, qui a exigé le plus grand des sacrifices mais qui a conduit à la première victoire complète du peuple chinois dans la libération nationale, a-t-il réaffirmé.

Cette grande victoire a constitué un tournant historique au cours duquel la nation chinoise s'est relevée d'une grave crise des temps modernes et s'est engagée dans une expédition vers le grand renouveau, a déclaré M. Xi, ajoutant qu'elle faisait également partie intégrante du triomphe mondial sur le fascisme.

Cette victoire appartient au peuple chinois, mais aussi à tous les peuples du monde. Elle restera dans l'histoire de la nation chinoise ainsi que dans l'histoire de la lutte de l'humanité pour la justice, a indiqué M. Xi.

Au nom du Comité central du PCC, de l'Assemblée populaire nationale, du Conseil des Affaires d'Etat, du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois et de la CMC, M. Xi a salué les vétérans et les patriotes qui avaient combattu pendant la guerre, ainsi que les Chinois, dans leur pays et à l'étranger, qui avaient contribué à la victoire finale.

M. Xi a exprimé sa sincère gratitude aux gouvernements étrangers et aux amis du monde entier pour leur soutien et leur aide à la Chine dans la guerre contre l'agression japonaise. Il a également présenté ses profondes condoléances aux martyrs qui ont donné leur vie pour la victoire finale, et aux victimes qui ont été brutalement massacrées par les agresseurs.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 04-09-2020 à 19:04:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Xi Jinping déclare que la Chine est prête à défendre l’histoire de la Seconde Guerre mondiale avec la Russie


DANIELLE BLEITRACH 4 SEPTEMBRE 2020



https://histoireetsociete.com/2020/09/04/xi-jinping-declare-que-la-chine-est-prete-a-defendre-lhistoire-de-la-seconde-guerre-mondiale-avec-la-russie/


Le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, a déclaré jeudi qu’il était prêt à travailler avec le président russe Vladimir Poutine pour protéger l’issue de la Seconde Guerre mondiale et la justice internationale. C’est ce que déclare le télégramme de félicitations de Xi Jinping à V. Poutine à l’occasion du 75e anniversaire de la victoire dans la guerre antifasciste mondiale. Notons également qu’à cette occasion, Xi pour la première fois a répondu aux attaques contre le parti communiste Chinois (note et traduction de Danielle Bleitrach).

“Je suis prêt, avec vous, à continuer à faire des efforts […] pour que les générations futures puissent vivre sur une planète où règnent la paix, la sécurité et la prospérité” , a déclaré l’agence de presse Xinhua en rapportant les propos de Xi Jinping.

Comme l’a noté le dirigeant chinois, Pékin a l’intention d’approfondir les relations d’un partenariat stratégique global avec Moscou, afin de protéger les résultats de la Seconde Guerre mondiale et un ordre international équitable. «Je suis prêt à contribuer activement à la préservation des mécanismes multilatéraux d’interaction, à promouvoir la formation d’une humanité avec un destin commun» , a souligné Xi Jinping.
«Les deux peuples se sont battus côte à côte et ont formé avec leur sang une grande amitié indestructible, jetant une base solide pour le développement des relations bilatérales à un niveau élevé» , cite l’agence.
Le président de la RPC a également qualifié la Russie et la Chine de «principaux champs de bataille en Asie et en Europe» .

Auparavant, la télévision centrale chinoise avait rapporté que Xi Jinping et Poutine avaient échangé jeudi des télégrammes de félicitations à l’occasion du 75e anniversaire de la Victoire de la Seconde Guerre mondiale.
Comme le rapporte l’agence, Poutine a également envoyé un télégramme de félicitations au chef de la RPC. Dans ce document, il a noté que la Chine et la Russie ont fait d’énormes sacrifices pour la victoire, ce qui a renforcé leur «amitié militaire» . Selon le politicien russe, ces États doivent ensemble préserver la vérité sur les événements de cette époque, résister aux distorsions de l’histoire et aux justifications du nazisme.

Xi Jinping et les dirigeants chinois ont également assisté à une cérémonie de dépôt de gerbes au Musée commémoratif de Pékin sur la guerre du peuple chinois contre le Japon en l’honneur des héros qui ont sacrifié leur vie pour la liberté et l’indépendance de leur patrie. L’événement dédié au 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale a été retransmis en direct sur les chaînes de télévision locales.

En avril 2020, Poutine a signé une loi sur le report du jour de la gloire militaire – le jour de la fin de la Seconde Guerre mondiale du 2 au 3 septembre. Le 3 septembre, la RPC célèbre le jour de la victoire sur le Japon militariste.

La Seconde Guerre mondiale a commencé le 1er septembre 1939 avec l’invasion de l’Allemagne nazie en Pologne et s’est terminée par la défaite et l’occupation du Japon militariste par les forces des puissances alliées le 2 septembre 1945.

Le 3 septembre, la RPC célèbre le jour de la victoire sur le Japon militariste.

***



Le président chinois Xi Jinping, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président de la Commission militaire centrale (CMC), prend la parole lors d’un colloque commémorant le 75e anniversaire de la victoire dans la guerre de résistance du peuple chinois contre l’agression japonaise et la guerre antifasciste mondiale à Pékin, capitale de la Chine, le 3 septembre 2020. Le symposium a été organisé par le Comité central du PCC, le Conseil d’État et le CMC dans le Grand Hall du Peuple. (Xinhua / Xie Huanchi)

Le peuple chinois ne sera jamais d’accord sur aucune tentative de toute personne ou force de déformer l’histoire du Parti communiste chinois (PCC) et de salir la nature et le but du PCC, le président chinois Xi Jinping, qui est également le secrétaire général du le Comité central du PCC et président de la Commission militaire centrale, a déclaré lors d’un symposium commémorant le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. C’était la première fois que le principal dirigeant chinois répondait indirectement aux attaques menées par les États-Unis contre le parti au pouvoir en Chine.

Xi a également souligné que toute personne ou toute force qui a l’intention de déformer et de changer le socialisme aux caractéristiques chinoises, ou de nier et de dégrader les grands progrès que le peuple chinois a réalisés dans la construction du socialisme, ne sera pas tolérée. Et le peuple chinois ne sera d’accord sur personne ni sur aucune force qui sépare le PCC et le peuple chinois et les oblige à s’affronter, a déclaré le président chinois.
De plus, toute personne et toute force qui essaie d’imposer sa volonté à la Chine par des tactiques d’intimidation et des tentatives de changer la voie de développement du pays, d’entraver les efforts du peuple chinois pour se créer une vie meilleure, ne sera pas tolérée.
Toute personne ou force qui tente de saper le droit du peuple chinois à vivre dans la paix et le développement, de saper les échanges et la coopération entre le peuple chinois et le peuple d’autres pays, et de saper la paix et le développement de l’humanité, ne sera pas non plus acceptée, a déclaré Xi.

Xi a souligné lors du 75e anniversaire de la victoire de la Seconde Guerre mondiale que le rôle du PCC était la clé de la victoire dans la guerre de résistance du peuple chinois contre l’agression japonaise.
Il a également mentionné que le peuple chinois a fait preuve d’un grand esprit de résistance pendant la guerre, et qu’un tel esprit inspirera toujours le peuple chinois à lutter pour le grand rajeunissement de la nation.

C’est la première fois que le principal dirigeant chinois fait des remarques d’autorité complètes face à une série d’accusations et d’attaques sans fondement contre la Chine, en particulier la campagne de diffamation constante contre le PCC, a déclaré Li Haidong, professeur à l’Institut des relations internationales de la Chine, Université des affaires étrangères, jeudi au Global Times.
“Cela montre également que le gouvernement chinois tient une position très ferme sans crainte de se battre. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le pays a remporté la victoire grâce à la direction du PCC et au pouvoir du peuple” , a déclaré Li, notant que sous la direction du PCC, la Chine a non seulement remporté une bataille acharnée contre l’agression japonaise, mais a également ouvert une nouvelle page pour le développement et l’ouverture accélérés du pays,

L’administration Trump des États-Unis traite désormais le PCC comme une menace majeure et de telles initiatives mal intentionnées visant à créer une confrontation idéologique avec la Chine font désormais partie de la stratégie géopolitique américaine. Le gouvernement américain a également proposé certaines mesures telles qu’une interdiction pour les membres du PCC à l’entrée aux États-Unis, ce qui est considéré comme l’une des approches les plus difficiles que Washington envisage d’adopter alors que les relations américano-chinoises glissent dans une situation historiquement intense.

Cependant, certains politiciens américains ont intentionnellement pris la confrontation idéologique comme un moyen majeur de mener une guerre froide initiée par les États-Unis contre la Chine, car elle ne peut pas supprimer l’économie, la culture ou le système de son principal rival, ont déclaré certains experts. Il est également largement considéré comme une mesure inutile des États-Unis dans une tentative de maintenir son hégémonie à travers le monde


Edité le 04-09-2020 à 19:04:57 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 20-09-2020 à 19:36:16   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ci-dessous un texte de Chomski critiqué par Danielle Bleitrach.
L'internationale progressiste est très en deçà des besoins des classes ouvrières et des peuples.
Il présente quand même un intérêt : récapituler l'ascension fasciste de Trump.

Noam Chomsky: “L’Internationale progressiste a un rôle crucial à jouer pour déterminer la direction que prendra l’histoire”

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 24-09-2020 à 14:27:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Trump nouvel Hitler !


Pour la troisième fois Trump refuse de s'engager à un transfert pacifique du pouvoir

La presse bourgeoise s'en émeut (ci-dessous le Figaro). Le PC américain avait averti sur le danger fasciste et nous avons déjà lancé le slogan "Trump nouvel Hitler !" sur ce fil.
On peut considérer qu'il ne s'agit que d'un bluff dont il est coutumier, Trump est un provocateur.
Mais les faits ont montré que ses provocations sont toujours suivies d'effets et que seule une riposte ferme peut les refreiner et ce n'est pas dans les capacités de Biden.

CNN a commenté le 23 que Trump avait refusé de s'engager à un transfert pacifique du pouvoir après le jour du scrutin. S'il perd en Chine, il ne peut pas démissionner.
Compte tenu du déploiement par Trump d'organismes fédéraux d'application de la loi pour réprimer les manifestations dans les villes américaines, ses opposants sont déjà sous pression.



Trump refuse de s'engager à un transfert pacifique du pouvoir


Dans la même intervention, le président américain a suggéré de se «débarrasser» des bulletins de vote par correspondance envoyés pour le scrutin présidentiel du 3 novembre.

Par Le Figaro avec AFP
Publié il y a 10 heures

Le président américain a refusé mercredi de s'engager à un transfert pacifique du pouvoir en cas de défaite à l'élection du 3 novembre, s'attirant les réactions outrées de son adversaire démocrate et jusque dans son propre camp. «Il va falloir que nous voyions ce qui se passe» , a déclaré Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche. Il avait été interrogé par un journaliste qui lui demandait de prendre l'engagement d'assurer un transfert sans violence du pouvoir quel que soit le résultat de l'élection qui l'oppose au démocrate Joe Biden.

Actuellement en retard dans les sondages, le président républicain se plaint régulièrement des conditions d'organisation du scrutin et affirme que le vote par correspondance est source de fraudes potentielles. Cette assertion n'est pas démontrée, mais le vote par courrier devrait être beaucoup plus utilisé cette année du fait de la pandémie de Covid-19. Donald Trump a semblé mercredi appeler à une annulation des bulletins envoyés par la poste. «Débarrassons-nous de ces bulletins et ce sera très pacifique, il n'y aura pas de transfert vraiment, ce sera une continuation» , a-t-il dit.

Joe Biden a immédiatement réagi à ces propos du milliardaire républicain qui joue régulièrement avec l'idée de ne pas reconnaître les résultats de l'élection. Il avait formulé la même menace lors du scrutin de 2016 qu'il avait remporté face à Hillary Clinton. «Dans quel pays vivons-nous ? Je plaisante à peine. Je veux dire, dans quel pays sommes-nous ? Il dit les choses les plus irrationnelles, je ne sais pas quoi dire» , a déclaré le candidat démocrate.

«C'est la Biélorussie»
Le sénateur républicain Mitt Romney, qui s'oppose régulièrement au président, s'est également insurgé. «Le transfert pacifique du pouvoir est fondamental pour notre démocratie; sans cela, c'est la Biélorussie. Toute suggestion par un président qu'il puisse se soustraire à cette garantie constitutionnelle est à la fois impensable et inacceptable» , a-t-il affirmé sur Twitter.

Ces déclarations ambiguës de Donald Trump s'inscrivent dans un contexte tendu aux Etats-Unis. La mort vendredi dernier de la juge à la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg offre au président la possibilité de nommer un nouveau juge au sein de cette institution fondamentale dans la démocratie américaine, puisqu'elle tranche les grandes questions de société, comme le droit à l'avortement, le port d'arme ou la couverture santé de millions d'Américains. La haute cour, qui arbitre aussi les litiges lors de l'élection présidentielle, devrait ainsi s'ancrer durablement dans le camp conservateur avec trois nominations effectuées par Donald Trump.

____________________



Un article reprend l'image du "scorpion d'Esope" pour illustrer la nature belliciste des USA :

Par leur refus de prolonger le New Start, les USA sont-ils sur la voie du suicide ?

PAR ADMIN · PUBLIÉ 22 SEPTEMBRE 2020
http://www.entelekheia.fr/2020/09/22/refus-de-prolonger-le-new-start-les-usa-sur-la-voie-du-suicide/

Ceci est un texte sombre qui peut refléter ou non la réalité. Les USA semblent certes enfermés dans une bulle d’omnipotence sans rapport avec la réalité, or ces bulles narcissiques, quand elles explosent parce que l’illusion n’est plus soutenable, peuvent faire de gros dégâts. A un niveau individuel, le narcissique dont la bulle d’illusions sur sa toute-puissance explose face à la réalité est confronté à un danger majeur : le suicide. D’où une volonté têtue, voire désespérée, de maintenir sa bulle coûte que coûte. Quid d’un pays entier ? A quel point les USA sont-ils encore rationnels, à quel point ont-ils décroché ? Quand leur bulle explosera comme elle y est vouée, chercheront-ils à entraîner le reste du monde dans leur chute ou seront-ils paralysés par la peur de subir le traitement qu’ils souhaitent infliger aux autres, comme ils l’ont été tout au long de la Guerre froide ?

Si l’auteur est pessimiste, nous le sommes moins.

Par Scott Ritter
Paru sur RT sous le titre In refusing to extend New START, the US puts the world on the path of collective suicide

Les déclarations de l’envoyé en chef américain pour le contrôle des armements montrent clairement que les États-Unis sont engagés dans une course aux armements nucléaires sans s’encombrer du traité New START. Cependant, c’est une course qu’ils ne peuvent pas gagner et le monde n’y survivra pas.

Dans une fable attribuée au fabuliste et conteur de la Grèce antique Ésope, un scorpion et une grenouille se rencontrent au bord d’une rivière. Le scorpion demande à la grenouille de l’emmener sur l’autre rive. La grenouille refuse la demande du scorpion, notant que celui-ci va le piquer à mi-chemin et le tuer. Le scorpion lui répond que cela signifierait une mort certaine pour les deux, et que, par conséquent, cela serait illogique. La grenouille accepte de porter le scorpion. Comme elle le craignait, le scorpion la pique, les envoyant tous les deux à la mort. Avant qu’elle ne coule, la grenouille demande au scorpion pourquoi il a fait cela, à quoi le scorpion répond : « C’est ma nature ».

J’utilise cette fable dans l’introduction de mon livre ‘Scorpion King: America’s Suicidal Embrace of Nuclear Weapons from FDR to Trump’ (‘Le Roi Scorpion : L’étreinte suicidaire de l’Amérique avec les armes nucléaires de FDR à Trump’). Il a été publié au printemps dernier, alors qu’il y avait encore de l’espoir pour que l’administration actuelle reste raisonnable et accepte une prolongation de cinq ans du dernier traité de contrôle des armements encore en vigueur, le New START qui limitait les ambitions nucléaires des États-Unis et de la Russie.

Les récentes déclarations de Marshall Billingslea, l’envoyé spécial du président américain pour le contrôle des armements, dans une interview au journal russe Kommersant, ont clairement démontré que l’administration Trump n’a pas l’intention de demander une prolongation du programme New START, qui expirera en février 2021.

Tout d’abord, Billingslea a déclaré que les États-Unis ne cherchent pas à obtenir la prolongation automatique de cinq ans prévue par le traité, mais plutôt un « mémorandum d’intention » d’une durée inférieure à cinq ans qui présente aux Russes une proposition « à prendre ou à laisser » : accepter un accord qui n’impose aucune contrainte aux armes nucléaires de l’OTAN, sans quoi les États-Unis iront de l’avant avec un programme de modernisation nucléaire sans la contrainte d’accords de contrôle des armements. En outre, la Russie a jusqu’aux élections présidentielles américaines de novembre pour accepter l’accord ou, comme Billingslea a menacé, « après la réélection de Trump, le « péage », comme on dit aux États-Unis, augmentera ».

Sans surprise, l’ultimatum américain ait été rejeté par la Russie, le vice-ministre des affaires étrangères Sergey Rybakov déclarant « Nous [la Russie] ne pouvons pas parler de cette manière » et notant que la position américaine ne constituait guère plus qu’un ultimatum qui a finalement réduit toute chance pour que les deux nations parviennent à un accord sur la prolongation du New START.

En plus de fixer des conditions inacceptables concernant l’arsenal nucléaire de l’OTAN, l’insistance américaine sur des négociations trilatérales a également été considérée comme mort-née par la Russie et la Chine. L’effort visant à transformer le traité bilatéral New START en accord trilatéral a pratiquement anéanti les perspectives d’une extension du New START, ouvrant la porte à la perspective d’une nouvelle course aux armements à un moment où les États-Unis et la Russie cherchent à se doter d’armes nucléaires stratégiques avancées. Cette réalité n’a pas semblé stopper Billingslea, qui a noté « la Russie a largement achevé la modernisation de son arsenal nucléaire ».

Nous commençons tout juste le nôtre. Et nous serons extrêmement heureux de le poursuivre sans les restrictions du programme START », a-t-il ajouté.

La plupart des experts en matière de contrôle des armements s’accordent presque unanimement à dire que l’extension du nouveau traité START est une étape essentielle pour assurer un minimum de stabilité au regard des positions nucléaires stratégiques des États-Unis et de la Russie, en particulier à un moment où les relations entre ces deux nations se sont détériorées dans tous les domaines. La décision de l’administration Trump de se retirer du traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI) en août 2019 a encore compliqué l’équilibre stratégique entre les États-Unis et la Russie. En éliminant de l’Europe les armes à portée intermédiaire susceptibles de frapper Moscou dans les minutes suivant leur lancement, le traité FNI contribuait à réduire la possibilité d’un conflit nucléaire à grande échelle entre les États-Unis et la Russie.

Le nouveau traité START est la dernière contrainte qui pèse encore sur les armes nucléaires stratégiques américaines et russes, tant en termes de nombre que de capacité. S’il venait à expirer, les États-Unis et la Russie iraient de l’avant avec le déploiement de nouveaux systèmes avancés, y compris de nouveaux vecteurs nucléaires hypersoniques, ce qui ne ferait qu’exacerber les positions nucléaires de la part des deux nations qui fonctionnent déjà à un niveau d’alerte proche du seuil de déclenchement.

L’histoire pourrait très bien montrer un jour que le point de bascule concernant la viabilité de l’expérience démocratique américaine se sera produite lorsqu’elle a tenté de financer une course inutile aux armements nucléaires à un moment où l’économie et la société américaines, affaiblies par des années de négligence, et encore fracturées par les tensions imposées par la pandémie de Covid-19, étaient déjà au bord de l’effondrement. Déjà, l’administration Trump a été contrainte de réduire les dépenses de défense pour 2021 en raison des exigences imposées au budget global par la pandémie. L’attitude cavalière de Billingslea à l’égard du financement de la prochaine course aux armements – « nous pouvons nous le permettre » – ne reflète pas la réalité.

L’économie américaine est en train de subir un réalignement fondamental, tant en ce qui concerne son fonctionnement interne que ses interfaces avec le reste du monde. Les demandes sociales créées par une économie qui ne peut fonctionner que grâce à des injections massives d’apports gouvernementaux et un système de santé qui, pour de nombreux Américains, brille par son absence, ne peuvent pas être financées par des emprunts ad vitam æternam, surtout lorsque l’un des plus grands consommateurs de dette américaine, la Chine, est engagé dans une guerre commerciale dans laquelle le dumping de dette américaine est très présent.

Dans un avenir très proche, les politiciens américains feront face au type de crise existentielle à laquelle tous les empires en déclin finissent par être confrontés, où, quelle que soit la décision prise, il n’y a rien à faire pour se relever du gâchis qu’ils ont eux-mêmes créé. L’idée selon laquelle le Congrès américain continuera à financer une nouvelle génération d’armes nucléaires stratégiques dans ces conditions est absurde. Cela ne signifie pas pour autant que la crise a été évitée, loin de là.

Comme je l’écris dans la conclusion du « Roi Scorpion » :

Le monde vit sur la croyance erronée selon laquelle les États-Unis sont un acteur rationnel, et donc non enclin au type d’actions irrationnelles qui mèneraient à un échange nucléaire apocalyptique. Mais les faits disponibles ne permettent pas d’étayer cette conclusion. La désinvolture avec laquelle les États-Unis se sont débarrassés de l’encombrement des traités et accords contraignants de contrôle des armes nucléaires tout en s’engageant dans une course aux armements nucléaires où les armes acquises sont considérées comme un élément viable de projection de puissance militaire suggère que les États-Unis endossent le rôle du scorpion d’Ésope.

Ayant adopté l’idée selon laquelle la sécurité américaine est fondée sur une nouvelle génération d’armes nucléaires, non limitée par les restrictions imposées par les accords de contrôle d’armements, le fait de pouvoir se procurer ces armes malgré l’effondrement social et financier ne fait qu’exacerber la menace que ces armes étaient censées dissuader. Peu importe qu’une telle menace n’existe pas ; la perception crée sa propre réalité, et la perception de ceux qui, comme le maréchal Billingsley, plaident en faveur de nouvelles armes nucléaires est qu’une telle menace existe.

Comme la grenouille d’Ésope, le reste du monde cherchera plus que probablement à aider les États-Unis à naviguer dans les temps troublés qui s’annoncent. Et comme le scorpion d’Ésope, les États-Unis récompenseront très probablement cette gentillesse en s’engageant dans des politiques irresponsables basées sur l’armée et destinées à compenser leurs propres défaillances sociales et économiques, et à déclencher un conflit nucléaire qui les détruira, eux et le reste du monde.

Parce que c’est notre nature.

Scott Ritter est un ancien officier du renseignement du corps des Marines américains. Il a servi en Union soviétique en tant qu’inspecteur chargé de la mise en œuvre du traité FNI, dans l’état-major du général Schwarzkopf pendant la guerre du Golfe et de 1991 à 1998, il était inspecteur en désarmement aux Nations-Unies.

Traduction et note d’introduction Entelekheia
Illustration Mohamed Hassan / Pixabay


Edité le 24-09-2020 à 15:01:08 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 27-09-2020 à 13:10:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le remplacement de la juge Ginsberg prépare un coup d'état


Le président américain Trump a officiellement nommé la juge ultra conservatrice Amy Coney Barrett (Amy Coney Barrett) de la Cour d'appel fédérale, âgée de 48 ans, pour siéger à la Cour suprême le 26 septembre pour succéder au juge libéral Ginsberg, décédé il y a une semaine. Ruth Bader Ginsburg). Après l'annonce de la nomination, Lindsey Graham, président du Comité judiciaire du Sénat responsable de l'audience d'examen des candidatures, a immédiatement déclaré qu'il prévoyait d'ouvrir l'audience le 12 octobre et de tenir un vote en commission le 22 octobre.
Bien que le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, n'ait pas encore déterminé ce jour, à en juger par le degré de coordination entre le Parti républicain et la Maison Blanche, cela a été fondamentalement approuvé par le parti.

Trump avait dit en 2016 et 2018 que «s'il y avait un poste vacant au cours de la dernière année du mandat du président, le prochain président devrait être responsable de la nomination.» Maintenant qu'il s'est dédit, si Trump est réélu, il peut également devenir procureur général.

Mais surtout cette nomination illégale a pour objectif de faciliter le déni du résultat des élections, en particulier en justifiant le classement vertical des votes par correspondance.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 27-09-2020 à 14:24:52   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Pour revenir sur le nom du topic,"Trump nouvel Hitler",n est pas approprié,l actuel président des États-Unis fait essentiellement la guerre pour les intérêts sionistes,les pays qu il a renversé-ou veut renverser-comme le Venezuela,Cuba,la RPD de Corée et l Iran ,ne reconnaissent pas Israël,et Donald Trump est en train de faire reconnaître l entité sioniste à une flopée de pays arabes.De plus,lors des accords de reconnaissance mutuelle et entre Pristina et Belgrade,Trump a fait pression pour que la Serbie et le Kosovo déplacent leurs ambassades respectives à Jérusalem.il ne fera jamais la guerre à la Chine Populaire, contrairement à ce que vous affirmez, puisque Pékin a des liens diplomatiques avec l Etat Hébreu,ni contre le Vietnam et le Laos,qui ont reconnu Israël en 1993.l Algerie,pays soutenant les Palestiniens jusqu'au bout des ongles,verra une contrepartie pour l aide que lui proposent les Usa: reconnaître Israel-cf.Alger veut se détourner de la France-pour le passé colonial- au profit des États Unis et de l Allemagne,deux bastions du sionisme.


Edité le 27-09-2020 à 15:41:51 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 27-09-2020 à 14:55:12   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

https://www.middleeasteye.net/fr/opinion-fr/venezuela-pourquoi-israel-veut-voir-maduro-renverse

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 27-09-2020 à 14:57:32   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

J espère que vous n allez passer traîter de "nationaliste révolutionnaire",...car,il se trouve que le Nicaragua,qui est dans le viseur de Trump,a reconnu Israel il y a quelques années...De même,le Pakistan et l Indonésie, alliés historiques des USA,ne reconnaissent pas l entité sioniste.


Edité le 27-09-2020 à 15:48:12 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 27-09-2020 à 19:52:55   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

marquetalia a écrit :

Pour revenir sur le nom du topic,"Trump nouvel Hitler",n est pas approprié,l actuel président des États-Unis fait essentiellement la guerre pour les intérêts sionistes...


C'est du grand n'importe quoi marquetalia.
Qui sert les intérêts de qui ? Les USA servent les intérêts d'Israël ou bien Israël sert les intérêts des USA ?
Quelle est la première puissance mondiale ? Israël ou les USA ?
Qui domine qui ? Israël ou les USA ?

Je rappelle à ton attention ceci : la fachosphère prétend depuis des années que le "lobby juif" fait la pluie et le beau temps à Washington. La finalité de cet argument foireux c'est l'antisémitisme.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 27-09-2020 à 20:14:42   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

J ai anticipé que vous me traiteriez de "nationaliste révolutionnaire",ou un truc dans le genre,et que je m étais planté,puisque l Indonésie et le Pakistan, alliés des USA,ne reconnaissent pas Israël, et qu à l inverse,le Nicaragua,qui est dans le viseur de Washington,a noué des liens diplomatiques avec Tel Aviv.les thèses rouges-brunes d Alain Soral ont du me contaminer,espérons que je ne vais pas finir comme lui....


Edité le 27-09-2020 à 20:23:52 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10200 messages postés
   Posté le 27-09-2020 à 20:19:10   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

En même temps,affirmer que Trump serait un "Nouvel Hitler" est exagéré,le petit caporal de l Enfer était un néo-paien,et Trump un évangéliste.evidemment,le président américain est le dirigeant le plus réactionnaire du capitalisme etats unien,mais franchement,crois tu vraiment qu'il veuille commencer une carrière de dictateur à son âge ?


Edité le 27-09-2020 à 20:24:43 par marquetalia




--------------------
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13Page précédentePage suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  la crise du capitalisme  Trump nouvel Hitler !Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum