Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine 

 la lutte contre le coronavirus est politique

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 26-05-2021 à 23:50:12   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Covid-19 issu d’un laboratoire : la Chine répond sèchement aux USA



https://lanouvelletribune.info/2021/05/covid-19-issu-dun-laboratoire-la-chine-repond-sechement-aux-usa/

Pékin a une fois encore répondu avec virulence aux accusations selon laquelles le Covid-19 trouverait son origine d’une fuite du laboratoire de Wuhan en Chine. Ce mercredi 26 mai, la diplomatie chinoise a déploré la récente publication du quotidien américain The Wall Street Journal qui est revenu sur ce sujet. « Certains aux Etats-Unis diffusent des théories complotistes et de la désinformation, telle que l’hypothèse d’une fuite de laboratoire » , a déploré un porte-parole de la diplomatie chinoise Zhao Lijian.

« Si les Etats-Unis veulent vraiment être transparents, alors ils devraient, comme la Chine, inviter les experts de l’OMS pour enquêter sur la base militaire de Fort Detrick, ainsi que dans tous leurs laboratoires biologiques dans le monde » , a-t-il poursuivi lors de la sortie médiatique qu’il a effectuée pour remettre en cause la publication du média américain. La thèse selon laquelle le Covid-19 aurait trouvé sa source d’une fuite du laboratoire de Wuhan en Chine avait été défendue par l’administration Trump. Le média américain l’a ramené sur le tapis dans sa publication du dimanche dernier.

La publication du WSJ
Le journal s’est notamment attardé sur des informations selon lesquelles, trois chercheurs du laboratoire chinois auraient été hospitalisés avec des symptômes similaires au Covid-19. « Trois chercheurs de l’Institut chinois de virologie de Wuhan sont tombés suffisamment malades en novembre 2019 pour se faire soigner à l’hôpital, selon un rapport des services de renseignement américains non divulgué auparavant qui pourrait ajouter du poids aux appels croissants pour une enquête plus complète sur la possibilité que le virus covid-19 s’est échappé du laboratoire. » , avait laissé lire le média américain The Wall Street Journal.

_________________


A noter : Biden a donné 90 jours au renseignement US pour remettre un rapport. D'ici là il est à parier que le renseignement US va retrouver les tryptiques des arrêts maladie, ou les inventer.


Edité le 26-05-2021 à 23:53:06 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 27-05-2021 à 08:42:43   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

OÙ EN EST LA VACCINATION EN CHINE ?


https://histoireetsociete.com/2021/05/27/ou-en-est-la-vaccination-en-chine/
Notre camarade Jean-Claude Delaunay, Zhehai en chinois, économiste membre du PCF qui vit en Chine a transmis son témoignage hier au site Histoire et Sociétés.

A ce jour, en Chine plus de 400 millions de personnes ont été vaccinées, soit le quart environ de la population. Cela demande une très importante organisation que seule une société socialiste est actuellement en mesure de réaliser, non pas parce qu’elle autoritaire, comme le disent les imbéciles, mais parce qu’elle est socialiste.
La vaccination occupe chaque centre de soins à plein temps, du matin au soir, sept jours par semaine. Plusieurs centres vaccinent chaque jour sur un même territoire. Mais le travail de vaccination et de soins ainsi que de consultation est réparti. Les vaccinations ont donc lieu sans que les soins soient interrompus sur le territoire en question.

Les candidats à la vaccination s’inscrivent sur des listes et reçoivent des dates parmi lesquelles ils doivent choisir. Si cela ne leur convient pas, d’autres sont informés des places libres, etc. La population chinoise étant coopérative, et tout le monde ayant un téléphone portable, cela fonctionne bien et permet au grand nombre de bénéficier rapidement et gratuitement de ce soin. La vaccination doit être renouvelée 21 jours après la première injection. C’est dire que quand tout aura été terminé, en Chine 3 milliards de vaccins auront été administrés. C’est dire aussi l’organisation de la production en amont que cela suppose et la coordination de cette organisation intérieure avec l’activité mondiale, car la Chine ne vaccine pas que des Chinois.

J’étais le seul étranger dans le flux de ce matin du 20 mai dernier, et les Chinois m’ont intégré dans le flux sans faire d’histoire, d’autant que je suis arrivé tôt et que je suis un vieil habitant de Nanning. Mon nom chinois est Zhehai. Cela dit, vers les 12 heures, quand je suis sorti du processus, la queue extérieure était longue. Le personnel soignant, respecté de tous, accomplit un boulot énorme.

Evidemment, la question la plus importante que se posent les gouvernements des pays capitalistes n’est pas celle de coopérer avec la Chine. C’est celle de savoir comment dénigrer cette expérience. Un argument a été récemment lancé : la vaccination serait, en Chine, territorialement inégalitaire. Il est clair que des choix sont effectués, des ordres de priorité sont mis en place. Mais les Chinois savent que tout le monde sera vacciné et le sera rapidement. Ils (elles) savent aussi qu’en Chine, la pandémie est entièrement sous contrôle. C’est dire qu’il n’existe aucune inquiétude sur le fait de savoir si l’on attrapera ou non la maladie avant d’avoir été vacciné. Hier, un cas a été repéré dans le Guangxi, un type qui revenait de l’Ouganda me semble-t-il. Avant hier, un autre cas s’est déclaré dans la province du Shangdong. Les précautions s’imposent. Chacun se doit de les respecter et de suivre les règles élémentaires de l’hygiène et du port du masque. Mais au delà de ces précautions individualisées, les autorités sanitaires veillent. Partout, les températures sont prises.

En 1950, le niveau de développement de la Chine était inférieur à celui de l’Inde, laquelle sortait à peine de la domination britannique. C’est dire que le niveau de développement chinois était vraiment bas. Aujourd’hui, on peut comparer ces deux pays et en tirer les conclusions qui s’imposent : l’impérialisme et le capitalisme industriel ont fait leur temps. Les grandes bourgeoisies sont désormais obsolètes. Ce sont des plaies vivantes et mortifères. Elles doivent être chassées des lieux de gouvernement et de pouvoir.



Illustration : notre camarade Jean-Claude Delaunay et son ouvrage « rompre avec le capitalisme, construire le socialisme » aux Éditions Delga.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 27-05-2021 à 15:48:13   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il est temps de sonder le biolab de Fort Detrick malgré le battage médiatique américain:
éditorial du Global Times
Par Global Times
Publié: 26 mai 2021 22:47

https://www.globaltimes.cn/page/202105/1224597.shtml

Le secrétaire américain à la Santé et aux Services sociaux, Xavier Becerra, a appelé mardi l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à mener une deuxième phase d'enquête sur les origines du coronavirus dans un message vidéo lors de la réunion ministérielle annuelle de l'Assemblée mondiale de la Santé (WHA).

Selon certaines opinions publiques occidentales, l'enquête de deuxième phase fait spécifiquement référence à des enquêtes complémentaires à Wuhan, en Chine. De plus, les agences de renseignement américaines diffusent de fausses informations selon lesquelles trois chercheurs de l'Institut chinois de virologie de Wuhan sont tombés malades des symptômes du COVID-19 en novembre 2019. Il est tout à fait clair que Becerra visait la Chine. Des représentants d'Australie, du Japon et de l'UE se sont fait l'écho de sa rhétorique.

Avant la réunion de l'AMS, les États-Unis ont préparé l'opinion publique à rejouer la théorie des fuites en laboratoire. On ne sait pas si c'était une coïncidence. Pourtant, le Dr Anthony Fauci, un grand expert américain en santé publique, qui croyait l'année dernière que la théorie était une conspiration, a récemment changé ses propos en disant qu'il n'était "pas convaincu" que le COVID-19 se développait naturellement et "je pense que nous devrions continuer pour enquêter sur ce qui s'est passé en Chine. "

L'enquête de deuxième phase de l'OMS est nécessaire, mais elle devrait être une enquête mondiale, plutôt qu'une enquête qui se concentre uniquement sur Wuhan, en Chine. L'équipe d'experts de l'OMS qui s'est rendue à Wuhan plus tôt cette année a déjà conclu qu'il était extrêmement improbable que le virus ait été divulgué par un laboratoire chinois. Lorsque les États-Unis se liguent avec leurs alliés pour épingler une étiquette de «non-indépendant» et de «non-transparence» sur le rapport de l'OMS, ils placent leur propre objectif politique au-dessus de l'esprit scientifique de l'équipe d'experts de l'OMS.

L'Institut de virologie de Wuhan a déclaré qu'il n'avait eu aucune infection pour tous les employés depuis l'épidémie de COVID-19. Le soi-disant «renseignement» des États-Unis est une trame politique vicieuse. Partout où l'OMS se rend pour effectuer la recherche des origines du COVID-19, elle doit gagner la coopération franche des scientifiques locaux et des agences administratives. L'équipe d'experts de l'OMS a exprimé sa satisfaction et sa gratitude pour la coopération de la Chine. Les États-Unis veulent une présomption de culpabilité et ont l'intention de mener une enquête «à la Holmes». C'est totalement irréalisable en science et c'est une insulte politique aux scientifiques et aux agences administratives chinoises.

S'ils voient la théorie des «fuites de laboratoire» comme l'une des directions de l'enquête, l'Institut de virologie de Wuhan ne devrait pas être le seul à être inclus. Depuis 2019, le biolab de Fort Detrick a montré de nombreux signes dignes d'attention et devrait être inclus dans le premier groupe de cibles à enquêter. En outre, les États-Unis ont également construit un nombre étonnant de biolabs en Asie, et les étudier est un projet urgent qui doit être ajouté au traçage des origines du COVID-19.

Lorsque Wuhan a confirmé pour la première fois la transmission interhumaine au stade précoce de l'épidémie de COVID-19 et a déclenché l'alerte nationale, seuls quelques cas ont pu être identifiés. Les événements ultérieurs ont montré qu'une telle ampleur de l'épidémie s'est propagée comme celle de Wuhan n'a guère reçu le même degré d'attention aux États-Unis. Y avait-il des cas de COVID-19 dans la soi-disant «grippe» sévère aux États-Unis auparavant? De nombreuses informations fraîches appellent une enquête des experts de l'OMS sur les États-Unis.

Si les efforts de recherche des origines des virus se concentrent sur la science plutôt que sur la politique, élargir la portée de l'enquête est tout à fait logique et rationnel. Cependant, les États-Unis utilisent à plusieurs reprises leurs outils d'opinion et ceux de leurs alliés pour attirer l'attention sur Wuhan, en particulier sur le laboratoire qui s'y trouve. C'est clairement une manœuvre politique.

Les États-Unis utilisent des sujets tels que l'île de Taiwan et l'origine du nouveau coronavirus pour contraindre la WHA. Mais l'assemblée devrait se concentrer sur la façon de contrôler la pandémie dès que possible et de distribuer équitablement les vaccins COVID-19. Ce sont des points faibles des États-Unis et de leurs principaux alliés. Jusqu'à présent, Washington, en particulier, a apporté peu de soutien matériel à la lutte mondiale contre la pandémie. Au lieu de cela, il a parlé sans rien faire pour provoquer un siège contre la Chine, le plus grand fournisseur mondial de produits anti-épidémiques. Les États-Unis ont toujours été la plus grande force perturbatrice dans la coopération mondiale contre le virus.

Ce qui est malheureux, c'est qu'en tant que pays le plus puissant, les États-Unis ne se soucient pas de la justice mondiale, ni du besoin le plus urgent de lutter conjointement contre la pandémie. Tout ce qui lui importe, c'est de profiter de chaque occasion pour supprimer son «concurrent stratégique» - la Chine. Lorsque cela est impliqué dans la recherche des origines des virus, il n'y aura probablement jamais de résultat final de la recherche des origines basée uniquement sur la science.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 31-05-2021 à 23:51:19   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'enquête du renseignement américain sur les origines du coronavirus révèle ses quatre `` talons d'Achille '': éditorial du Global Times

Par Global Times
Publié: 30 mai 2021 21:51
https://www.globaltimes.cn/page/202105/1224896.shtml



Capture d'écran du site Web de l'Academy of Achievement, organisation éducative américaine à but non lucratif

Le président américain Joe Biden a demandé aux agences de renseignement américaines de confirmer dans 90 jours si le coronavirus émergeait d'un laboratoire, provoquant un grand tollé dans la communauté internationale. Il y a eu des déclarations politiques à l'appui de la décision de Biden. Le plus clair est venu du premier ministre canadien Justin Trudeau. Dans l'intervalle, le ministère indien des Affaires extérieures s'est également prononcé implicitement pour son soutien.

Cependant, des scientifiques tels que des représentants australiens et néerlandais de l'équipe d'enquête de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Wuhan ont défendu qu'il n'y avait aucune preuve pour étayer la théorie des «fuites de laboratoire». Le chef des urgences de l'OMS, l'Irlandais Michael Ryan, a déclaré que l'effort pour trouver les origines du coronavirus "est empoisonné par la politique". La virologue de l'OMS Marion Koopmans, qui faisait partie de cette visite sur le terrain à Wuhan, a déclaré à la BBC que si les autorités américaines avaient des informations, elles devraient les partager.

En ce qui concerne le soi-disant rapport non divulgué des services de renseignement américains selon lequel certains chercheurs de Wuhan ont été infectés par le COVID-19 avant qu'une épidémie ne soit confirmée, le virologue néerlandais Koopmans a attribué cela à une maladie saisonnière régulière dès mars.

Les scientifiques connaissent la difficulté de trouver les origines des maladies contagieuses, et cela équivaut à un mythe d'avoir une «conclusion définitive» en 90 jours, surtout lorsque l'origine est prédéfinie pour être un laboratoire à Wuhan en Chine. Les agences de renseignement américaines ne disposent pas de capacités de recherche supérieures à celles de l'OMS, ni de plus d'informations. Ce qu'ils obtiendront à la fin n'est rien d'autre que politique. Ils devront prendre une décision politique soit pour produire un rapport calomnieux conforme à la campagne américaine anti-Chine, soit pour prendre du recul face à l'opposition dominante des scientifiques et faire de leur mieux pour sauver la réputation du gouvernement américain. qui est déjà coincé dans un dilemme.

La manipulation politique américaine sur les origines du nouveau coronavirus est allée trop loin,

Premièrement, le gouvernement américain est plein d’arrogance et ne respecte pas le rapport de travail de la première phase du groupe d’experts de l’OMS, exerçant simplement des pressions politiques sur l’OMS. L'administration Trump a coupé ses liens avec l'OMS à des fins politiques, tandis que l'administration Biden a rétabli les relations avec l'OMS, mais a maintenu la demande forte et tyrannique selon laquelle l'OMS devrait servir les intérêts politiques des États-Unis. C'est jouer à des jeux politiques pour détourner la science.

Deuxièmement, le travail de traçage des origines du coronavirus lui-même est difficile et complexe, et les possibilités sont nombreuses. La présomption de culpabilité imposée par les États-Unis à l'Institut de virologie de Wuhan est allée dans des directions opposées avec les méthodes conventionnelles de cognition et de traçabilité normales de la communauté scientifique. Ce que font les États-Unis, ce n'est guère de convaincre les masses de la communauté scientifique. Bien qu'une poignée de scientifiques aient soutenu la théorie des fuites en laboratoire, certains d'entre eux ont sapé la crédibilité de leurs affirmations en ajustant leurs voiles en fonction des circonstances politiques.

Troisièmement, la Central Intelligence Agency et d'autres agences de renseignement ont une longue tradition de fabrication de mensonges à des fins politiques. Ils ont menti sur la possession par le régime de Saddam Hussein d'armes de destruction massive (ADM) pour lancer la guerre en Irak, ce qui s'est avéré plus tard complètement faux. Un flacon de poudre blanche présenté par le secrétaire d'État américain de l'époque, Colin Powell, comme témoin aux Nations Unies, a été taquiné comme de la "lessive" et a laissé une profonde impression sur le monde. Cette fois, les agences de renseignement américaines sortent à nouveau mais ont perdu leur crédibilité au tout début de cette course.

Quatrièmement, nous sommes maintenant à l'ère d'Internet. Les États-Unis tentent de rejeter le blâme sur la Chine et tentent de contrôler ce que l'OMS et la plupart des scientifiques du monde ont à dire. Cependant, il sera difficile pour les États-Unis de faire ce qu'ils ont fait il y a 18 ans lorsque Washington a fabriqué des preuves que l'Irak possédait des ADM pour tromper la communauté internationale. Jusqu'à présent, les agences de renseignement américaines ne peuvent demander qu'aux médias américains d'aider à diffuser ces rumeurs de manière anonyme car elles n'ont aucune preuve réelle qui puisse être partagée avec le monde entier. Cette stratégie traditionnelle de frame-up est impuissante dans l'environnement actuel.

Washington est trop arrogant pour se rendre compte que ses accusations vicieuses contre la Chine sont devenues un pari politique pour lui-même. Il a misé trop de monnaie d'échange sur le crédit de la moralité internationale. Il n'a en fait aucun moyen de renoncer à ce statut dangereux. Les États-Unis pourraient rencontrer leur Waterloo dans cette bataille: ils pourraient perdre leur crédibilité en abusant de leur soft power.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 03-06-2021 à 13:29:31   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Regain épidémique dans le sud est asiatique


Sur dnews :

La nouvelle épidémie de pneumonie de la couronne (COVID-19) dans le Guangdong, en Chine, se poursuit, en particulier dans la ville de Guangzhou, la région la plus durement touchée. Sous la panique parmi les citoyens, certaines sources Internet ont diffusé la nouvelle que "2 personnes infectées étrangères dans la région de Yaotai de Guangzhou Yuexiu Mineral Spring se sont échappées avec la maladie". La police de Yuexiu a signalé le 3 juin que la personne impliquée avait été arrêtée.

La police de Guangzhou Yuexiu a rapporté le 3 juin que, récemment, le compte public WeChat "DV Toutiao" a publié la nouvelle que "2 personnes infectées étrangères dans la région de Yaotai de la source minérale de Yuexiu se sont échappées avec la maladie" et l'ont diffusée sur Internet. La police a vérifié qu'il s'agissait d'une nouvelle qui a été confirmée comme une rumeur l'année dernière.

Dans la soirée du 2 juin, la police de Yuexiu a verrouillé le véritable contrôleur du compte officiel et l'implantation de l'entreprise, et contrôlé Lin, le véritable contrôleur du compte officiel, et le personnel concerné. ont été supprimés.


Selon l'annonce de la Commission chinoise de la santé, 24 nouveaux cas ont été confirmés sur le continent le 1er juin. Dix d'entre eux sont des cas locaux, tous dans le Guangdong. La situation épidémique dans la province du Guangdong se poursuit. Selon la Commission provinciale de la santé et de la santé, sur les 10 cas locaux, dont 7 à Guangzhou et 3 à Foshan (des infections asymptomatiques ont été transférées au diagnostic). De plus, il y a eu 7 nouveaux cas d'infections asymptomatiques locales, dont 5 cas à Guangzhou et 2 cas à Shenzhen.

En outre, selon les nouvelles tôt le matin de la Commission municipale de la santé de Guangzhou le 2 juin, avec l'approbation du siège de la prévention et du contrôle de la pneumonie de la nouvelle couronne de Guangzhou, les rues Baihedong et Zhongnan dans le district de Liwan, la ville de Guangzhou passera d'un -zone à risque à une zone à haut risque à partir d'aujourd'hui.

District de Jinxiu Est, communauté de la péninsule de Jinxiu, rue Luopu, district de Panyu (bâtiments 16, 17, 18), pavillon Nanzhou Mingyuan Tang (bâtiment A, bâtiment B et bâtiment C), rue Ruibao, district de Haizhu, ajusté à partir des zones à faible risque vers les zones à risque moyen. Le niveau de risque des autres régions reste inchangé.
Le site officiel de la Commission municipale de la santé de Shenzhen a signalé le 2 juin que les deux nouveaux cas d'infections asymptomatiques à Shenzhen provenaient tous du district de Yantian et avaient été trouvés dans des populations clés lors de la troisième série de tests et d'enquêtes mondiaux sur les acides nucléiques dans le district de Yantian.

A l'heure actuelle, les lieux clés impliqués dans la trajectoire des deux personnes ont tous été suspendus et bouclés, les lieux de résidence sont soumis à un isolement sévère, et tous les lieux concernés sont soumis à une désinfection terminale stricte. Jusqu'à présent, 15 cas d'infections asymptomatiques ont été détectés à Shenzhen sur l'épidémie "5.21".

Selon des informations sur Internet, la population locale a révélé que Guangzhou, qui se trouve actuellement dans une ville semi-fermée, connaît un chaos de pénuries de légumes et des prix en flèche.
Weibo a republié les nouvelles des messages suspects de la population locale demandant de l'aide, et a signalé les prix élevés de la nourriture à Guangzhou dans le cadre de la situation épidémique et le fait que des matériaux gratuits n'ont pas pu être livrés aux citoyens. mécontentement de nombreux citoyens. Le 29 mai, le Bureau municipal de surveillance et d'administration du marché de Guangzhou a émis un avertissement, déclarant qu'il enquêterait de manière intensive et punirait les violations de la hausse des prix et de la thésaurisation conformément à la loi.

Le 1er juillet marque le centenaire de la fondation du Parti communiste chinois et s'approche d'une fête spéciale. Li Xi, secrétaire du Comité provincial du Parti du Guangdong, a souligné lors du symposium provincial d'experts sur la prévention des épidémies le 1er juin : « Nous devons avoir une compréhension profonde de la situation politique et globale pour prévenir et contrôler l'épidémie. "L'importance du travail", avec des mesures dures "rapides, strictes et pratiques", course contre la montre et lutte contre la maladie, freiner résolument la propagation de la maladie épidémie, et s'efforcer de gagner cette dure bataille.

_____________


Un virus muté paralyse la zone industrielle du Vietnam, la chaîne industrielle mondiale continue d'être sous pression

Au 3 juin 2021, un nouveau cycle de la nouvelle épidémie de couronne au Vietnam qui a commencé le 27 avril a causé 4 781 infections, impliquant 37 provinces et villes du Vietnam. Lorsque le monde extérieur parle de la "contagion de l'église" à Ho Chi Minh-Ville et du "virus mutant britannique et indien" à Da Nang, ces nouvelles à l'aube ne sont peut-être qu'un piège pour Hanoï.

Le Vietnam a suffisamment d'expérience dans le blocage des zones urbaines et le contrôle de la transmission, et la plus grande crise de la tempête n'est pas là : 927 personnes et 2 565 personnes ont été infectées dans deux bases de fonderie importantes dans les provinces de Bac Ninh et Bac Giang au nord de Hanoï, respectivement.
Les deux endroits ont été touchés par l'épidémie. La paralysie est le plus gros casse-tête des hauts dirigeants du Viet Cong. Des entreprises telles que Foxconn, Luxshare Precision, Haineng Industrial, Hongteng Precision et Samsung Electronics, qui ont déplacé certaines usines hors de Chine et tenté de prendre pied au Vietnam, ont également subi les coups les plus durs.

À l'heure actuelle, il y a le plus grand nombre de patients à Beijiang, Bac Ninh et Hanoï. Il y a un grand nombre d'hôpitaux-abris. à Beijiang et Bac Ninh, donc le nombre de patients dans les deux domaines La situation d'une augmentation soudaine temporairement.

Pour Hanoï, Bac Ninh et Bac Giang, en tant que fonderies traditionnelles, ont déjà subi un coup sévère dans l'épidémie de 2020. Par exemple, à Beining, il y a plus de 1 100 sociétés étrangères détenues à 100 % dans la région, employant plus de 300 000 travailleurs, dont beaucoup sont en activité depuis plus de cinq ans. Les salaires de ses travailleurs sont relativement élevés, parmi lesquels les salaires des postes de direction de la chaîne de production sont d'environ 25 millions de dongs (environ 1 100 USD).

Avec la forte baisse des commandes et des coûts de main-d'œuvre incessants, de nombreuses entreprises sud-coréennes de Bac Ninh ont catégoriquement abandonné leurs usines et fermé leurs portes après fin avril 2020, provoquant un grand nombre de chômeurs. Bien qu'au second semestre 2020, avec l'épidémie sous contrôle, 15 zones industrielles locales, 1 parc industriel de l'information et plus de 30 « parcs industriels » reprennent leurs activités, cet endroit est redevenu le sommet du PIB du Vietnam et des revenus des résidents . Cependant, la situation fragile des zones industrielles vietnamiennes sous la nouvelle crise de la couronne s'est essentiellement révélée.

A l'aube de 2021, la vulnérabilité des zones de Beijiang et Beining face à l'épidémie a une nouvelle fois été mise en évidence. Lorsque la partie vietnamienne recherchait des contacts étroits avec des "experts chinois" début mai et en faisait la publicité, les patients des deux principaux points d'infection de l'hôpital central des maladies tropicales de Hanoi et de l'hôpital K ont également fait exploser les dortoirs des zones industrielles de Bac Ninh et Bac Giang.

Face à la source inconnue de l'infection à Bac Ninh et ailleurs, le vice-Premier ministre vietnamien Wu De Dan a tenu une réunion le 12 mai pour exhorter strictement toutes les localités à renforcer le travail de prévention des épidémies afin d'éviter les épidémies à grande échelle dans les bases industrielles. Cependant, la contagiosité de la nouvelle épidémie de couronne n'est pas transférée par arrêtés administratifs. L'épidémie se propageant toujours entre les dortoirs des travailleurs, cela a conduit Beijiang à annoncer la suspension des travaux dans certains parcs densément peuplés à partir du 18 mai. Beining a également repris les mesures de guerre telles que les fermetures et les couvre-feux au cours de la même période.

À cet égard, Hanoï a déjà activé le mécanisme national, commencé à mobiliser des fournitures, du matériel médical et du personnel médical de tout le pays, et construire d'urgence des installations d'isolement et des hôpitaux de campagne (c'est-à-dire des hôpitaux-abris) dans les régions de Beijiang et de Beining, et accélérer tests d'acides nucléiques et vaccins Inoculation et autres procédés, mais cette mesure forte s'est également accompagnée de l'arrêt complet de la production dans les zones industrielles de Beijiang et Beining.

En date du 25 mai, la lettre officielle « sur la garantie de la sécurité de la prévention et du contrôle de la nouvelle épidémie de couronne dans les zones industrielles » émise par le Premier ministre vietnamien Fan Myung-chung soulignait également clairement que l'épidémie « a provoqué de graves blocages dans l'approvisionnement. chaîne et chaîne de production ». Et le problème direct causé par ce genre de problème n'est pas seulement un problème au Vietnam. De nombreuses entreprises qui ne peuvent pas supporter la hausse des coûts de main-d'œuvre en Chine et qui délocalisent des usines de transformation à forte intensité de main-d'œuvre au Vietnam et en Inde subissent cette pression.

De nombreuses usines de puces au Vietnam ont fermé en raison de l'épidémie, Huawei et d'autres géants de la technologie ont créé des usines

Nouvelle pneumonie de la couronne
Le Vietnam a découvert que les nouvelles souches de virus variants présentent les caractéristiques des virus variants de l'Inde et du Royaume-Uni

Selon les données, depuis la «guerre commerciale sino-américaine» en 2018, de nombreuses entreprises de Corée du Sud, du Japon, des États-Unis et de Taipei ont participé au processus de délocalisation de fonderies et de «déplacement de la chaîne industrielle».Samsung Electronics, LG, Toshiba, Japon, des entreprises telles qu'Apple et Foxconn aux États-Unis exagèrent également des sujets tels que "déplacer la chaîne industrielle hors de Chine" lors d'événements majeurs après 2019. Après l'arrivée au pouvoir de Joe Biden, ce type d'ajustement est devenu une école de premier plan. début 2021.

Il faut reconnaître que le Vietnam et l'Inde ont continuellement amélioré leurs positions en aval dans l'industrie électronique mondiale et deviennent de plus en plus un maillon qui attire l'ajustement de la chaîne de l'industrie manufacturière mondiale. Cependant, l'Inde, où le coût des salaires des travailleurs est relativement bas, a été paralysée par une nouvelle vague de COVID-19 qui s'étend progressivement du nord au sud. Bien que l'épidémie au Vietnam soit partiellement maîtrisable, elle n'a pas encore montré de tournant clair sous l'influence du virus mutant, et certaines usines qui ont rétabli leurs capacités de production ne peuvent reprendre leurs activités qu'avec une efficacité moindre pour l'instant. Considérant que la future épidémie au Vietnam ne sera pas facilement réprimée dans les 14 jours, la capacité de production d'entreprises telles que Samsung et Apple sera confrontée à un impact inévitable.

Il est indéniable que les gens de l'industrie ont encore confiance en se rendant au Vietnam pour construire des usines. Premièrement, le gouvernement vietnamien ne cesse d'accroître ses efforts pour attirer les investissements étrangers. Deuxièmement, les canaux d'exportation du Vietnam vers l'Europe, l'Amérique et l'Afrique sont relativement fluides. Troisièmement, le Vietnam a toujours un marché intérieur de 100 millions de personnes. Mais ce bénéfice est tout après l'épidémie. Désormais, la partie vietnamienne met en place un blocus dans la zone de Gou Vap à Ho Chi Minh-Ville, qui est reliée à la province de Binh Duong, une importante province de fonderie. Le résultat de ce blocage la guerre déterminera aussi l'épidémie de grande ampleur à Beijiang et Bac Ninh et se répétera-t-elle dans le sud du Vietnam.

Lire sur le Courrier du Vietnam : https://www.lecourrier.vn/covid-19-57-nouveaux-cas-confirmes-au-cours-des-12-dernieres-heures/922150.html

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 06-06-2021 à 20:32:50   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

On notera que les tests en Chine ne sont pas "facultatifs" ou "à la liberté de chacun". C'est la condition pour venir à bout d'une infection.

Mais ici la leçon n'a toujours pas été imprimée. On parle d'ouvrir des salles avec une ventilation forcée pour soulever les particules. C'est l'usine à gaz contre la discipline de l'intérêt collectif.
On notera que la liberté invoquée est parfaitement hypocrite parce qu'elle n'existe pas à l'usine, où les protections individuelles sont obligatoires.


________________


Guangzhou accélère le plus grand test d'acide nucléique à l'échelle d'une ville au monde alors que les cas de COVID-19 augmentent

Par Lu Yameng
Publié: 06 juin 2021 21:48

https://www.globaltimes.cn/page/202106/1225531.shtml
Guangzhou, capitale de la province du Guangdong (sud de la Chine), accélère ses tests d'acide nucléique dans toute la ville, car un total de 94 infections ont été signalées lors de la dernière résurgence en date de samedi, dont 80 cas confirmés et 14 infections asymptomatiques.

Les experts ont déclaré que la souche COVID-19 de la dernière épidémie, qui a été initialement détectée en Inde, est plus contagieuse et se propage plus rapidement, ce qui pose un énorme défi aux travailleurs médicaux pour terminer les tests nucléiques dans toute la ville en deux jours.

"Depuis le lancement des tests d'acides nucléiques le 26 mai, samedi à 12 heures, environ 16,09 millions d'échantillons d'acides nucléiques ont été collectés à Guangzhou, et 33 personnes se sont révélées positives dans leurs résultats de tests", a déclaré Chen Bin, directeur adjoint et porte-parole de la commission de la santé de Guangzhou, a déclaré dimanche lors d'une conférence de presse tenue par le bureau d'information du gouvernement de Guangzhou.

Samedi, neuf nouvelles infections domestiques ont été signalées dans la ville, dont six cas confirmés et trois infections asymptomatiques.

Pour freiner la propagation du COVID-19, la ville a encore resserré ses restrictions de voyage. À partir de lundi à midi, les passagers quittant Guangzhou sont tenus de présenter des résultats de test d'acide nucléique négatifs datant de moins de 48 heures.

Wang Guangfa, expert respiratoire au Premier hôpital de l'Université de Pékin, a déclaré qu'une ville comme Guangzhou, avec une grande population, est confrontée à de plus grands défis en matière de tests d'acides nucléiques à l'échelle de la ville et de prévention et de contrôle des épidémies.

Selon le septième recensement national de la population, au 1er novembre 2020, la population permanente totale de Guangzhou s'élevait à 18,67 millions.

"Les grandes villes ont une plus grande possibilité d'importation de cas de COVID-19 et d'épidémies locales, et elles ont également des vitesses de transmission et de propagation plus élevées, car elles ont de grandes" populations flottantes "de tout le pays", a déclaré Wang au Global Times dimanche. .

« Trouver des patients dans une population aussi nombreuse peut être très difficile car certains patients sont difficiles à détecter s'ils ne vont pas à l'hôpital alors qu'ils ne souffrent que de légers symptômes », a déclaré Wang.

Quatre districts de Guangzhou - Nansha, Zengcheng Huadu et Conghua - ont annoncé samedi qu'ils procéderaient à des tests nucléiques au cours du week-end pour tous les résidents enregistrés et le personnel venant à Guangzhou. Jusqu'à présent, les 11 districts de Guangzhou ont effectué des tests d'acide nucléique pour tous leurs résidents.

Wang a noté que « l'épidémie peut être contrôlée efficacement lorsque la vitesse des tests dépasse la propagation de l'épidémie, mais la souche indienne se propagera plus rapidement, ce qui pose un défi plus important pour les tests à l'échelle de la ville, car ce n'est pas une tâche facile de terminer les tests à l'échelle de la ville pour une si grande population.

Pour pallier la pénurie de personnel de test des acides nucléiques à Guangzhou, la Commission de la santé de la province du Guangdong a commencé samedi à déployer du personnel médical d'autres villes du Guangdong pour aider le processus dans les quatre districts de Guangzhou. Certains de ces employés viennent de Shenzhen, Zhuhai, Huizhou et Dongguan. Au total, 5 600 personnes ont été déployées.

La dernière résurgence épidémique à Guangzhou s'est également propagée à la ville voisine de Foshan, qui a également publié un avis exigeant que les personnes souhaitant quitter la ville présentent un résultat de test d'acide nucléique négatif effectué dans les 48 heures, à partir de lundi à midi.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 10-06-2021 à 00:03:51   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le chef du laboratoire de virologie de Wuhan dit que quatre cas d'infection de COVID-19 et de grippe au début de 2020 n'étaient pas du personnel de laboratoire

Par Global Times
Publié: 09 juin 2021 19:29
https://www.globaltimes.cn/page/202106/1225854.shtml

Le Laboratoire national de biosécurité de Wuhan de l'Institut de virologie de Wuhan a conservé chaque année les échantillons de sérum du personnel du laboratoire et aucun rapport de maladie anormale n'a été reçu, ainsi que les quatre cas d'infection de COVID-19 et de grippe découverts lors d'une étude rétrospective d'échantillons en janvier 2020 n'étaient pas du personnel de laboratoire, a déclaré Yuan Zhiming, directeur du Laboratoire national de biosécurité de l'institut à Wuhan, selon la version chinoise de l'étude conjointe OMS-Chine publiée mardi soir par la Commission nationale chinoise de la santé.

La version chinoise de l'étude conjointe OMS-Chine, à la suite de la publication de la version anglaise par l'OMS le 30 mars, contenait plus d'informations sur les rapports de l'OMS et des experts chinois visitant l'institut le 3 février ainsi que la réponse à « labo- fuite" des complots.

Yuan a déclaré que le personnel du laboratoire doit rendre compte quotidiennement de son état de santé depuis l'épidémie, et les tests d'anticorps de COVID-19 pour tout le personnel sont devenus négatifs. Des échantillons de sérum sont conservés chaque année pour le personnel du laboratoire et aucun rapport de maladie anormale n'a été reçu. Aucune maladie n'a été diagnostiquée et tous les membres du personnel ont été testés négatifs pour les nouveaux anticorps anti-coronavirus.

Il a expliqué que le laboratoire et le Wuhan Union Hospital of China ont mené des études rétrospectives sur 1 001 échantillons de patients de l'hôpital et ont trouvé quatre cas d'infection de grippe et de COVID-19 dans 700 échantillons en janvier 2020. Les quatre cas n'étaient pas du personnel de laboratoire.

Dans la version chinoise du rapport, Shi Zhengli, surnommée la « femme chauve-souris » chinoise par l'institut, a également répondu à la mort de mineurs dans la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine). Shi a déclaré qu'elle avait testé les échantillons des mineurs trois mois après leur maladie et qu'elle s'était rendue à la mine sept fois entre 2012 et 2015, mais qu'elle n'avait trouvé aucun virus ressemblant au nouveau coronavirus. Les mineurs étaient les plus susceptibles d'être infectés par un champignon lors du nettoyage des excréments d'oiseaux, a déclaré Shi.

Shi a déclaré que la question avait été clarifiée dans un addendum à l'article de Nature.

Bien que des scientifiques chinois et internationaux aient réfuté à plusieurs reprises les complots de « fuite de laboratoire », certains pays occidentaux, dont les États-Unis, n'ont cessé de le vanter. Les États-Unis et l'UE devraient appeler conjointement à des progrès sur une « étude de phase 2 transparente, fondée sur des preuves et dirigée par des experts sur les origines du COVID-19, qui est exempte d'interférences » lors d'une réunion des dirigeants à Bruxelles plus tard ce mois-ci, a rapporté Bloomberg mardi.

En réponse, Wang Wenbing, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré lors de la conférence de presse de routine de mercredi que l'approche politisée, qui s'écarte de plus en plus de l'objectif de l'étude des origines du virus, a non seulement gravement affecté les efforts anti-épidémiques des États-Unis, mais a également eu un impact négatif sur la coopération internationale.

Depuis l'épidémie, certains politiciens et médias américains ont stigmatisé le virus, répandant des théories sans fondement sur les fuites de laboratoires, attaquant et discréditant sans fondement l'étude conjointe Chine-OMS et utilisant des agences de renseignement pour mener de prétendues enquêtes, a déclaré Wang.

Wang a déclaré que les États-Unis devraient immédiatement arrêter la manipulation politique, assumer leur responsabilité et laisser l'étude des origines du virus revenir à la science et expliquer de manière responsable la vérité sur Fort Detrick et sur plus de 200 laboratoires biologiques que les États-Unis ont mis en place. partout dans le monde dans les plus brefs délais.

« Nous espérons également que les parties concernées résisteront à toute politisation des origines du virus et feront quelque chose de concret pour la coopération internationale dans la lutte contre l'épidémie , a déclaré Wang.

Global Times

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 11-06-2021 à 13:12:23   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Changement de ton : les éléments fournis par la Chine (ci-dessous) ont peut-être ruiné la dernière tentative complotiste sur la fuite du labo.
Curieusement Antony Fauci a encore retourné sa veste. Les médias français se trouvent encore une fois hors jeu.


Des experts peu convaincus par la théorie d'une fuite de laboratoire comme origine de la pandémie, selon la presse

Xinhua | 11.06.2021 08h47
http://french.peopledaily.com.cn/International/n3/2021/0611/c31356-9860190.html

Selon des chercheurs, aucune preuve ne peut soutenir la théorie des fuites de la COVID-19 d'un laboratoire
De nombreux scientifiques, dont l'expert américain en maladies infectieuses Anthony Fauci, estiment toujours que le COVID-19 est très probablement apparue dans la nature avant de passer des animaux aux humains, a indiqué mercredi Associated Press.
Aucune nouvelle preuve scientifique déterminante permettant d'accréditer l'hypothèse d'une fuite de laboratoire n'a encore été publiquement identifiée par les chercheurs en virologie, a ajouté l'agence de presse.
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré en mars que l'émergence de la COVID-19 via un incident de laboratoire était considérée comme "extrêmement peu probable", réfutant les théories tournant autour d'une éventuelle fuite de laboratoire.

"L'hypothèse la plus probable est toujours que ce virus est issu d'un réservoir animal ", a indiqué Arinjay Banerjee, virologue à l'Organisation des vaccins et des maladies infectieuses de Saskatchewan, au Canada, cité par l'agence de presse.
Les cas de transmission zoonotique - lorsque les virus passent des animaux aux humains - sont courants, et ont déjà été observés plusieurs fois dans le passé , a-t-il souligné.

De nombreux scientifiques pensent qu'il est peu probable que l'enquête de 90 jours demandée à la communauté du renseignement par le président américain Joe Biden apporte de nouvelles réponses concluantes, a ajouté Associated Press.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 17-06-2021 à 13:18:55   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'origine de la pandémie remonte à 2019


La presse chinoise en ligne indique :

Les National Institutes of Health (NIH) ont récemment publié les derniers résultats de la recherche, selon l'analyse de plus de 24 000 échantillons de sang de personnes américaines prélevés au cours des trois premiers mois de 2020, montrant que le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) est apparu aux Etats-Unis en décembre 2019, plusieurs semaines avant la première confirmation officielle du cas aux Etats-Unis.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a réagi lors d'une conférence de presse régulière tenue le 16 juin.
Zhao Lijian a déclaré que cela prouve une fois de plus que la traçabilité des virus est une question scientifique complexe impliquant de nombreux pays et lieux. Les scientifiques du monde entier devraient coopérer pour effectuer des travaux pertinents afin de mieux prévenir les risques futurs possibles et de protéger la vie et la santé des personnes dans tous les pays.
Zhao Lijian a souligné que dès le début de la nouvelle épidémie de pneumonie de la couronne (COVID-19), les experts de la santé et les médias de nombreux pays ont signalé le déclenchement de l'épidémie dans de nombreux endroits du monde. Une étude de l'European Journal of Epidemiology montre que le nouveau coronavirus est apparu en Europe en novembre 2019.

Le rapport de recherche des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis montre que le nouveau coronavirus pourrait être apparu aux États-Unis en décembre 2019.
L'épidémiologiste en chef de l'Agence suédoise de santé publique a déclaré un jour que la Suède pourrait avoir été infectée par le nouveau virus de la couronne en novembre 2019.
Des recherches menées par l'Institut national du cancer de Milan, en Italie, montrent que le nouveau coronavirus pourrait s'être propagé en Italie depuis l'été 2019.

Le professeur Ju Liya, docteur en immunologie à l'Institut Pasteur en France, a récemment accepté une interview sur la traçabilité du nouveau virus de la couronne, et a souligné que d' après la situation globale de la nouvelle épidémie de pneumonie de la couronne, de multiples sources et de multiples épidémies sont déjà faits objectifs évidents.

La communauté internationale doit respecter cette réalité. Dans la prochaine étape du travail de traçabilité mené par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), basé sur une perspective mondiale, la recherche devrait être menée dans plusieurs pays et dans plusieurs endroits plutôt que confinée à une région.

Zhao Lijian a réitéré que la Chine espère que d'autres pays pourront, comme la Chine, mener une coopération en matière de traçabilité avec l'OMS de manière ouverte, transparente et scientifique, et contribuer comme il se doit à la promotion de la coopération mondiale contre l'épidémie et à sauver plus de vies.

Il est entendu que les National Institutes of Health ont publié un nouveau rapport de recherche le 15 juin dans la publication officielle de l'Infectious Diseases Association (IDSA) "Clinical Infectious Diseases", disant qu'après que les chercheurs ont testé 24 000 échantillons collectés au début de 2020, il a été constaté qu'au moins 9 personnes avaient des anticorps contre le nouveau coronavirus dans leur sang, et 7 d'entre elles ont été testées pour les anticorps avant que le premier cas confirmé ne soit notifié dans leur état. Elles provenaient de l'Illinois, du Massachusetts, du Wisconsin, de la Pennsylvanie et du Mississippi.

Le rapport a souligné que, parce qu'il faut environ deux semaines pour produire des anticorps après avoir été infecté par le virus, si le temps du test d'anticorps est avancé, le nouveau virus de la couronne est déjà apparu dans l'Illinois le 24 décembre 2019, indiquant que le virus était au début de la pandémie. Elle s'est propagée à de faibles niveaux dans de nombreux États.

Selon un rapport de CNN du 15 juin, Tesia Williams, porte-parole de l'inspecteur général du ministère américain de la Santé, a déclaré que les autorités apporteraient leur soutien au programme de financement étranger des National Institutes of Health de 2014 à 2021. L'examen a été mené parce que les autorités et les parties prenantes étaient préoccupées par la conformité du financement externe de l'institut.
Selon le rapport, Antony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), a déclaré lors d'une audience au Congrès tenue le 26 mai que le NIAID avait précédemment adopté l'organisation à but non lucratif "Eco Health Alliance" (Eco Health Alliance L'Alliance pour la santé a fourni 600 000 $ à l'Institut de virologie de Wuhan pour étudier si le coronavirus de la chauve-souris peut être transmis à l'homme.
Le NIAID est l'un des instituts de recherche relevant des National Institutes of Health.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 20-06-2021 à 20:34:24   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article de
sudinfo.be (Belgique)
Etonnamment il ne marche pas au pas du bashing antichinois européen.



______________________


Coronavirus: la Chine passe la barre du milliard de doses de vaccins administrées


Publié le dimanche 20 Juin 2021 à 10h30 Par Sudinfo avec AFP

La Chine a désormais administré plus d’un milliard de doses de vaccins anti-Covid, a annoncé dimanche le ministère de la Santé, sans toutefois préciser le pourcentage de la population ayant reçu une vaccination complète.
Ce nombre de doses injectées représente plus du tiers du total planétaire. Le monde avait passé vendredi la barre des 2,5 milliards, selon un comptage de l’AFP réalisé à partir de sources officielles.

Les Chinois ne s’étaient, au départ, pas précipités pour se faire vacciner, car le virus est quasi-éradiqué du pays depuis plus d’un an, grâce aux quarantaines obligatoires, aux dépistages massifs ou aux applications mobiles de contrôle des déplacements.
Le manque de données initialement disponibles sur les vaccins chinois et des scandales passés de doses frelatées en Chine avaient aussi contribué à refroidir certaines personnes.

Mais le gouvernement et les entreprises ont ensuite adopté une approche plus proactive en poussant fortement les habitants et les employés à se faire vacciner, insistant sur la solidarité nationale et leur devoir de citoyens.
A Pékin, certains quartiers affichaient ainsi le pourcentage de vaccinés devant les bâtiments, afin de mettre la pression sur les récalcitrants. Les autorités offrent aussi parfois des bons d’achat ou des œufs pour encourager les vaccinations.
L’apparition, ces dernières semaines, de quelques cas locaux dans la province très peuplée du Guangdong (sud) a également servi de piqûre de rappel face au risque d’une reprise épidémique.

Au total, 1,01 milliard de doses ont déjà été administrées, selon le ministère de la Santé.

Il a par ailleurs fait état dimanche de 23 nouveaux malades en 24 heures. Tous sont cependant des personnes arrivées depuis l’étranger, qui sont de toute façon placées d’office en quarantaine, sans contact avec le reste de la population.

La Chine espère vacciner au moins 70% de sa population d’ici la fin de l’année, soit environ un milliard d’habitants.
Quatre vaccins, tous chinois, sont pour l’instant autorisés: celui du laboratoire privé Sinovac, deux du géant public Sinopharm et un de l’entreprise pharmaceutique CanSino Biologics.
Le vaccin de la société allemande BioNTech pourrait également recevoir un feu vert ces prochains mois, notamment grâce à un accord avec un partenaire local.

Seuls deux morts du Covid-19 ont été enregistrés en 13 mois en Chine. Les commerces, restaurants et bars ont rouvert dès le printemps 2020 et l’opinion publique est dans l’ensemble très satisfaite de la gestion de la crise par le gouvernement.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 21-06-2021 à 22:44:36   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

une vidéo US sur les questions entourant fort Detrick

https://fb.watch/6gBFbn7VEL/

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 22-07-2021 à 13:04:15   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'Institut de virologie de Wuhan n'a jamais contacté, préservé, conçu, fabriqué ou divulgué le coronavirus: professeur WIV

Par Global Times
Publié: 22 juil. 2021 12:00
https://www.globaltimes.cn/page/202107/1229310.shtml

L'autorité sanitaire chinoise et un responsable de l'Institut de virologie de Wuhan (WIV) ont critiqué jeudi la théorie de la " fuite de laboratoire ", soulignant qu'aucun membre du personnel de WIV n'a été infecté par COVID-19, et que WIV n'a aucun virus pouvant infecter directement les êtres humains.
Zeng Yixin, directeur adjoint de la Commission nationale de la santé, a déclaré lors de la conférence de presse de jeudi que le WIV n'a pas de virus artificiels et n'a jamais mené de recherches sur le gain de fonction.

Il a été rapporté que trois chercheurs du WIV sont tombés gravement malades en 2019, mais personne ne peut fournir les noms des patients malgré la demande de l'institut, a déclaré Yuan Zhiming, directeur du Laboratoire national chinois de biosécurité et professeur à l'Institut de virologie de Wuhan, point de presse.
Avant le 30 décembre 2019, WIV n'a pas contacté, préservé ou étudié le nouveau coronavirus, et il n'a jamais conçu, fabriqué ou divulgué le virus, a déclaré Yuan.
Aucun employé ou étudiant de l'Institut de virologie de Wuhan n'a été infecté par le coronavirus, a ajouté Yuan.
Aucune fuite d'agent pathogène ou infection humaine ne s'est produite dans le laboratoire P4 de Wuhan depuis sa mise en service en 2018, a-t-il déclaré.

Liang Wannian, chef d'équipe de la partie chinoise de l'équipe d'experts conjointe OMS-Chine sur les origines du COVID-19, a déclaré lors du briefing qu'ils pensaient que la théorie des fuites en laboratoire était hautement improbable et qu'il n'était pas nécessaire d'investir plus de données et des ressources dans ce domaine.
" Si certains pays pensent qu'une enquête plus approfondie dans ce domaine devrait être menée, alors les enquêtes devraient être menées dans des laboratoires qui n'ont pas encore été inspectés ", a déclaré Liang.

La Chine a soumis à l'OMS des recommandations de recherche des origines COVID-19 de phase 2, estimant que l'étude devrait être basée sur l'étude conjointe OMS-Chine, et qu'elle devrait être réalisée dans de nombreux autres endroits dans le monde après des consultations complètes avec les États membres, dit Zeng.
L'OMS a proposé vendredi une étude de deuxième phase sur les origines du coronavirus en Chine, incluant tous les laboratoires et marchés de Wuhan.
Zeng a déclaré qu'il était choqué de lire la proposition et qu'il pouvait sentir le "manque de respect pour le bon sens et l'arrogance dans cette proposition" .


Edité le 22-07-2021 à 13:05:14 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 22-07-2021 à 13:09:44   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Cruz vante la théorie des « fuites de laboratoire » pour son avenir politique personnel
Par Xin Qiang

Publié: 21 juil. 2021 21:32
https://www.globaltimes.cn/page/202107/1229277.shtml

Le sénateur américain du Texas, Ted Cruz, a déclaré publiquement dans une interview dimanche qu' « il semble maintenant que le poids écrasant des preuves suggère » que le nouveau coronavirus est originaire « d'un laboratoire du gouvernement chinois » .
Les allégations de Cruz sont similaires aux allégations farfelues faites par d'autres politiciens américains. Tout cela est totalement sans fondement. Le Texas est désormais le deuxième État des États-Unis en termes de cas confirmés de COVID-19. Mais évidemment, Cruz ne s'est pas concentré sur une réponse efficace à l'épidémie. Au lieu de cela, il a politisé la recherche des origines du nouveau coronavirus.
Les États-Unis sont confrontés à un énorme problème pour faire face à l'épidémie. Cruz essaie de détourner l'attention et d'utiliser la recherche des origines du nouveau coronavirus pour blâmer la Chine. Dans le même temps, il accuse la Chine d'essayer de se justifier.
En outre, Biden a demandé à la communauté du renseignement d'accélérer le processus de recherche, demandant un rapport d'ici la fin août. Dans une certaine mesure, les États-Unis ont tiré une conclusion avant même de chercher des preuves. La présomption de culpabilité de la Chine ne sert qu'à des fins politiques.

Récemment, l'épidémie aux États-Unis était à nouveau en hausse. Cependant, dès mars, le Texas a annoncé l'annulation des mesures de masque obligatoires à l'échelle de l'État. Cruz a même refusé de porter un masque lors de la conférence de presse et a dit au journaliste qui lui a demandé de porter un masque, "vous pouvez rester loin de moi".
Avec cette attitude, Cruz n'est pas qualifié pour faire de la Chine un bouc émissaire. Cruz n'a aucun respect fondamental pour la science. Pour une maladie infectieuse respiratoire, si contagieuse, le port du masque est l'élément le plus élémentaire du bon sens. Mais Cruz l'a politisé, vantant des mesures telles que les blocages et la distanciation sociale en tant que stratagèmes autoritaires qui sapent la liberté individuelle et remettent même en question le système politique américain. La politisation des questions scientifiques est une caractéristique commune des politiciens à la Cruz.
Cruz a également présenté l'année dernière la soi-disant "loi de 2020 sur la fin de la censure et de la dissimulation médicale chinoise" , affirmant que la "censure et la répression" de la Chine pendant le COVID-19 sont "une menace pour les droits de l'homme" . C'est complètement absurde. La lutte passive de Cruz et de certains autres politiciens américains contre le COVID-19 et la politisation de l'épidémie sont des menaces bien plus importantes pour les droits humains.
Si Cruz critique la « censure » de la Chine, pourquoi la Chine a-t-elle si bien contrôlé l'épidémie alors que tant d'autres pays sont encore dans un tel pétrin ? Les États-Unis sont désormais le pays le plus durement touché avec le plus grand nombre de décès dus au COVID-19. Cela fait-il des États-Unis le pire des violateurs des droits de l'homme ? La logique de Cruz est complètement contradictoire. Ce n'est rien d'autre qu'une présomption de culpabilité.
Aucun responsable américain n'a été directement tenu pour responsable en raison de l'épidémie de COVID-19. Le nombre de cas confirmés de COVID-19 au Texas, où se trouve Cruz, se classe actuellement au deuxième rang aux États-Unis. Pour Cruz et de nombreux autres politiciens américains, leurs intérêts politiques personnels sont la chose la plus importante maintenant, comme s'ils peuvent être réélus ou promus à un poste plus élevé à l'avenir. Cruz s'est présenté à la présidence des États-Unis lors de la campagne présidentielle de 2016. Il veut que les Américains croient en ses paroles, quels que soient les faits, tant que cela n'affecte pas son avenir politique.

Afin de convaincre le peuple américain de ses mensonges et de se soustraire à ses responsabilités, la première chose que Cruz a faite est de renvoyer la balle aux démocrates et à la Chine. De plus, les politiciens américains comme Cruz ne cherchent pas de solutions pour résoudre les problèmes. Tant qu'ils peuvent rejeter la faute sur les autres, ils se soucient peu de savoir si les problèmes peuvent être résolus.
Les républicains ont plus de partisans au Texas. L'opinion publique globale de l'État soutient ou encourage une atmosphère anti-chinoise et anti-communiste. Peu importe que ce soit raisonnable ou non, et peu importe le nombre de personnes infectées, la clé pour Cruz est de favoriser cette atmosphère pour gagner des voix.
L'objectif de Cruz est définitivement d'être réélu sénateur. Il peut se présenter à la présidence pour faire avancer sa carrière politique. Une position anti-Chine sur la question de la recherche des origines du virus pourrait lui faire gagner plus de regards. Cela pourrait faire croire à davantage d'Américains qu'il est un défenseur des intérêts et de l'idéologie des États-Unis. Cependant, ce qu'il a fait est purement pour son ambition. C'est son objectif fondamental.

L'auteur est directeur adjoint du Center for American Studies de l'Université de Fudan. opinion@globaltimes.com.cn

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 01-08-2021 à 23:24:34   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le variant Delta remet en question la victoire épidémique durement gagnée de la Chine

Les épidémiologistes confiants dans le contrôle des dernières épidémies, les plus graves depuis Wuhan
Par Chen Qingqing et Liu Caiyu
Publié: 01 août 2021 21:33

https://www.globaltimes.cn/page/202108/1230248.shtml

De nouvelles épidémies de COVID-19 dans plusieurs villes de Chine ont suscité de nouvelles inquiétudes quant à savoir si l'épidémie dans l'est de la ville chinoise de Nanjing entraînerait une résurgence des cas à l'échelle nationale et si les vaccins actuels peuvent repousser avec succès les risques liés à la variante rampante du Delta. Certains ont émis des doutes quant à l'efficacité des mesures de prévention rigoureuses adoptées au cours de la dernière année.

Les épidémiologistes chinois et les responsables de la santé publique ont déclaré dimanche que les épidémies en cours - la plus grave depuis l'épidémie initiale à Wuhan - sont toujours sous contrôle, mais des efforts supplémentaires sont nécessaires pour combler les lacunes dans le travail de contrôle de l'épidémie, tout en soulignant la nécessité de faire progresser le programme de vaccination de masse et ne pas assouplir les mesures quotidiennes de prévention des maladies personnelles.

En juillet, plus de 320 cas de transmission au niveau national ont été signalés à travers la Chine, posant de sérieux défis à la victoire durement gagnée du pays dans la bataille contre l'épidémie. Les derniers cas transmis au niveau national se sont propagés à au moins 18 provinces et des dizaines de villes , entraînant au moins quatre zones à haut risque et 91 zones à risque moyen au moment de la presse dimanche.

Cette nouvelle vague d'épidémie de la souche du variant delta s'est d'abord produite à Nanjing, dans la province du Jiangsu (est de la Chine), et s'est propagée de là à d'autres endroits, y compris le hotspot touristique de Zhangjiajie dans la province du Hunan (centre de la Chine), qui est devenu un autre point d'éclair. Les touristes revenant de Zhangjiajie ont emporté le virus avec eux à leur retour chez eux, y compris dans la capitale chinoise.
Pékin a signalé dimanche deux nouveaux cas et une infection asymptomatique liée à l'épidémie de Zhangjiajie, et le séquençage génétique samedi a montré qu'il s'agissait du variant Delta et liée à la souche mutée trouvée à Nanjing.
Les autorités de la province du Henan (centre de la Chine) ont confirmé dimanche qu'une épidémie à Zhengzhou était également causée par le variant Delta, qui en est encore au stade précoce de l'épidémie.

Zhengzhou, qui a récemment été frappée par des précipitations et des inondations sans précédent, a signalé samedi 12 cas confirmés de COVID-19 et 20 infections asymptomatiques. La plupart des personnes infectées se trouvaient dans le sixième hôpital populaire de la ville, un hôpital désigné pour traiter les infections à COVID-19 importées dans la ville. Les nouvelles infections impliquaient des concierges, du personnel médical et des patients hospitalisés, ce qui révèle des lacunes dans les protocoles de traitement des maladies de l'hôpital.

Les épidémiologistes chinois et les responsables de la santé publique ont évalué que les dernières épidémies en sont encore à leurs premiers stades et qu'il est trop tôt pour parler de points d'inflexion maintenant, mais ont déclaré que la situation était sous contrôle.
On ne sait pas si l'épidémie dans les petites villes se propagerait, mais les défaillances des contrôles épidémiques dans les aéroports et autres installations pour faire face aux arrivées internationales doivent être corrigées de toute urgence, ont déclaré les experts.
Avec l'expérience accumulée dans la lutte contre l'épidémie à Wuhan et dans la maîtrise des épidémies sporadiques dans d'autres régions chinoises, par exemple l'épidémie de juin liée à la variante Delta dans la province du Guangdong (sud de la Chine), les dernières épidémies devraient être maîtrisées avec succès.
Cependant, les épidémiologistes ont averti que si les mesures rigoureuses ne pouvaient pas être imposées efficacement, la Chine pourrait faire face à une autre épidémie à grande échelle.

Nouvelles vagues

Impactées par l'augmentation des cas, les provinces et les villes de Chine ont resserré les mesures de prévention et de contrôle de l'épidémie au cours du week-end. Les autorités de contrôle des maladies de Pékin et de la province du Guangdong (sud de la Chine) ont publié des avis exhortant les résidents à ne pas quitter la ville et la province sauf si nécessaire.
Certains points clés de résurgence comme Zhangjiajie ont mis en place dimanche les mesures les plus rigoureuses. Le site touristique populaire et source d'inspiration pour les paysages du blockbuster Avatar de James Cameron, a émis un ordre de séjour à domicile pour tous les résidents et imposé un contrôle strict de la circulation, entrant dans un modèle de quasi-verrouillage.

Cette vague d'épidémies nationales a commencé par des infections chez les membres des équipes de nettoyage à l'aéroport international de Nanjing Lukou, se propageant ensuite à davantage de personnes localement et dans d'autres provinces après que les gens se soient rendus via Nanjing à Zhangjiajie.
"Il est encore trop tôt pour prédire quand viendra le point d'inflexion de l'épidémie actuelle, qui s'est propagée à plus d'endroits" , a déclaré dimanche au Global Times un responsable proche de la Commission nationale de la santé qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat.
Nous déploierons les plus grands efforts pour contenir la propagation et, en même temps, accélérerons les vaccinations de masse le plus rapidement possible, a déclaré le responsable.

Le plus grand spécialiste chinois des maladies respiratoires, Zhong Nanshan, a déclaré samedi lors d'un événement qu'il était moins préoccupé par le contrôle du coronavirus à Nanjing, car la ville fait du bon travail dans la prévention et le contrôle de l'épidémie mais si l'épidémie à Zhangjiajie, qui est beaucoup plus petite , continuera à se propager est inconnue.
Changde, une ville à 150 kilomètres de Zhangjiajie, a déclaré dimanche que 777 personnes liées à une autre émission locale sont désormais classées comme faisant partie d'un groupe à haut risque après que le directeur de l'émission a été testé positif au coronavirus. La chaîne de transmission du réalisateur peut également être attribuée à Zhangjiajie.
La plupart des endroits sont encore au stade précoce des dernières épidémies. Compte tenu de l'expérience de la gestion de la variante Delta à Guangzhou et à Shenzhen dans la province du Guangdong, et à Ruili, une ville du Yunnan qui borde le Myanmar, nous savons que le variant Delta est hautement transmissible et se propage très rapidement. Mais avec des mesures strictes imposées, les précédentes épidémies sporadiques ont été contenues dans un court laps de temps, a déclaré dimanche au Global Times Wang Guangfa, expert respiratoire au Premier hôpital de l'Université de Pékin.
"Je pense qu'avec tous les efforts et notre expérience passée, en plus d'une sensibilisation accrue du public, nous pourrons éventuellement contenir les épidémies actuelles ", a-t-il déclaré.

Un coup de boost ?

La dernière résurgence de l'épidémie à Nanjing et à Zhengzhou révèle de graves lacunes dans la gestion. Les experts ont appelé à des mesures de prévention des épidémies plus rigoureuses.
Certaines des personnes qui ont été complètement vaccinées étaient encore testées positives, appelées infections révolutionnaires, ce qui a déclenché une discussion en ligne pour savoir si un rappel est désormais nécessaire dans le cadre d'un travail accru de prévention des épidémies.
Les responsables chinois de la santé publique ont déclaré que les vaccins actuels sont toujours efficaces contre toutes les variantes jusqu'à présent et peuvent protéger les personnes contre le syndrome grave et l'hospitalisation.
L'épidémiologiste chinoise de premier plan Li Lanjuan, qui a joué un rôle essentiel dans la lutte contre l'épidémie à Wuhan en 2020, a été citée par les médias dimanche comme disant que son équipe de recherche étudiait un rappel ciblant la variante Delta.
"Les autorités étudient actuellement s'il est nécessaire de faire une injection de rappel" , a déclaré dimanche au Global Times Shao Yiming, un éminent médecin et immunologiste du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies.
Il a affirmé samedi lors d'une conférence de presse que toutes les mesures de prévention existantes sont bien appliquées dans la pratique et que la vitesse de vaccination de la Chine est la plus rapide à l'échelle mondiale, ne laissant aucune raison à des épidémies à grande échelle.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 01-08-2021 à 23:28:20   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Au moins 18 provinces chinoises sonnent l'alarme au sujet du COVID-19, le pire depuis des mois

Par Liu Caiyu
Publié: 01 août 2021 17:54

https://www.globaltimes.cn/page/202108/1230212.shtml

Au moins 18 provinces chinoises ont sonné l'alarme au sujet du COVID-19, car plus de 300 cas nationaux ont été détectés en 10 jours, ce qui pose de grands défis au pays alors qu'il fait face à la pire épidémie depuis des mois.

Les autorités sanitaires chinoises ont signalé 53 nouveaux cas confirmés de COVID-19 dans huit provinces samedi seulement, impliquant 53 du Jiangsu (est de la Chine), 12 du Henan et du Hunan (centre de la Chine). Un total de 37 nouveaux cas asymptomatiques ont également été signalés dimanche, principalement dans la ville touchée par les inondations de Zhengzhou, dans la province du Henan.
Au moment de mettre sous presse, au moins 27 villes dans 18 provinces avaient signalé plus de 300 cas confirmés ces derniers jours, dont Pékin, Jiangsu et Sichuan, selon le Global Times.
Le nombre de régions à risque moyen et élevé à travers le pays est passé à 95 dimanche, dont 91 régions à risque moyen et quatre régions à risque élevé, dont la préfecture de Dehong du Yunnan, Nanjing du Jiangsu et Zhengzhou du Henan.

Cette vague d'épidémies nationales a commencé avec les infections de nettoyeurs de l'aéroport international Lukou de Nanjing, puis s'est propagée à davantage de populations locales et à d'autres provinces après des expériences de voyage partagées dans une destination touristique renommée à Zhangjiajie, dans la province du Hunan (centre de la Chine).
Zhong Nanshan, le plus grand spécialiste des maladies respiratoires en Chine, a exprimé sa profonde préoccupation face à la dernière épidémie à Zhangjiajie, où au moins huit cas confirmés ont été trouvés dimanche et sont liés à des infections au COVID-19 dans au moins sept villes dans cinq provinces.
Zhong a souligné que Nanjing, en tant que grande ville, fait du bon travail dans la prévention et le contrôle de l'épidémie, mais on ne sait toujours pas si l'épidémie à Zhangjiajie se propagera davantage dans la petite ville.

De nombreux cas confirmés à travers le pays avaient des liens avec le Grand Théâtre Meili Xiangxi à Zhangjiajie. Une représentation du spectacle a atteint 2 000 spectateurs. Zhong a souligné que dans un environnement où environ 2 000 personnes se sont réunies pour un spectacle, tous leurs contacts proches et membres de leur famille seront suivis.
Dans un nouvel avis publié dimanche, Zhangjiajie a demandé aux communautés de renforcer le contrôle et a exhorté les gens à rester à l'intérieur et toutes les personnes travaillant dans des postes publics à rester chez elles et à garder leur téléphone allumé. Hormis les véhicules utilisés pour les urgences, tous les autres véhicules de la ville ne seront pas autorisés sur les routes à partir de dimanche midi.
La ville a également fermé ses sites touristiques et a demandé à tous les touristes de passer trois tests d'acide nucléique avant de quitter la ville.

Les autorités de Nanjing, où la récente épidémie est la plus grave, ont déclaré que la ville avait détecté 204 cas confirmés nationaux au cours des trois dernières séries de tests d'acide nucléique, principalement liés à l'aéroport de Lukou et ses zones voisines, selon les dernières informations publiées par la santé de Nanjing. commission le dimanche.
L'aéroport de Lukou a déclaré qu'il désinfecterait en profondeur, y compris l'hébergement du personnel de travail, dans les 10 prochains jours.

Outre Nanjing et Zhangjiajie, de nombreuses autres villes ont également adopté des mesures concrètes pour prévenir et contrôler la propagation de l'épidémie au niveau national à la suite d'un pic d'infections au COVID-19.
Les personnes, les véhicules, les compagnies aériennes et les trains des régions où des infections au COVID-19 ont été signalées ne sont pas autorisés à entrer à Pékin, a déclaré dimanche le gouvernement municipal de Pékin.

La ville de Yangzhou, dans la province du Jiangsu, où 12 cas confirmés ont été signalés samedi, a annoncé qu'elle suspendrait toutes les compagnies aériennes et tous les bateaux nationaux entrant et sortant de la ville. Il prévoit également de lancer la deuxième série de tests d'acides nucléiques à partir de dimanche.
Les personnes qui souhaitent quitter Yangzhou dans les trains doivent fournir des résultats négatifs aux tests d'acide nucléique dans les 48 heures et les transports publics dans le centre-ville ont été suspendus.

La province du Sichuan (sud-ouest de la Chine) a suspendu ses visites de groupe interprovinciales. Neuf cas ont été signalés dont les séquences génétiques sont similaires à celles des cas de Nanjing, selon les rapports.

Dimanche, Haikou, une ville de la province de Hainan (sud de la Chine), a signalé un cas confirmé, dont les antécédents de voyage étaient étroitement liés à des cas confirmés dans le Jiangsu. Les lieux publics où le patient s'était rendu subissaient des désinfections et des tests d'acide nucléique de masse.

Séparée de celle relative à Nanjing, la chaîne d'infection à Zhengzhou, la capitale du Henan, qui a été déclenchée par une infection croisée à l'intérieur d'un hôpital, s'est encore étendue dimanche. Rien que samedi, Zhengzhou a enregistré 11 cas confirmés et 16 cas asymptomatiques.
La plupart des personnes infectées se trouvent à l'hôpital du peuple n° 6, impliquant du personnel de nettoyage, du personnel médical et des patients hospitalisés, ce qui révèle les lacunes de la gestion de l'hôpital, a déclaré samedi Wang Wanpeng, le nouveau chef du Parti de la commission de la santé de la ville, lors d'une conférence de presse.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 02-08-2021 à 20:52:50   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La résurgence de COVID-19 à Zhengzhou, Nanjing révèle une mauvaise gestion des nettoyeurs

Par Global Times
Publié: 01 août 2021 16:28
https://www.globaltimes.cn/page/202108/1230195.shtml

La résurgence de COVID-19 à Zhengzhou et à Nanjing, qui sont toutes deux liées aux travailleurs du nettoyage, a révélé de graves lacunes dans la gestion du personnel de nettoyage dans les deux endroits.

Zhengzhou a signalé samedi 12 infections locales confirmées et 20 porteurs asymptomatiques. Une zone de la ville a été classée à haut risque et trois autres à risque moyen.

La majorité des infections sont liées au sixième hôpital populaire de Zhengzhou, un hôpital désigné pour les infections à COVID-19 importées dans la ville, impliquant des agents de nettoyage, du personnel médical et des patients hospitalisés. L'épidémie montre un état de dispersion, a déclaré samedi soir Wang Songqiang, directeur du Centre de contrôle et de prévention des maladies de Zhengzhou, lors d'une conférence de presse.

Selon Wang, le déclenchement de la résurgence épidémique dans la ville a révélé les lacunes de certains hôpitaux dans la mise en œuvre du contrôle des infections.

Il est à noter qu'au moins deux infections confirmées sont des patients hospitalisés de l'hôpital qui n'avaient jamais quitté l'hôpital depuis juin. Tous deux étaient des contacts étroits de deux infections confirmées qui travaillaient à l'hôpital comme nettoyeurs, selon les détails de l'enquête épidémiologique des patients infectés publiés plus tôt.
Un problème similaire a également alimenté la propagation de la variante Delta de l'aéroport international de Nanjing Lukou.

Vendredi, Nanjing a annoncé que la source de la résurgence de l'épidémie était l'aéroport. Il provenait du vol russe CA910 qui avait été précédemment suspendu au moins 10 fois.
Certains nettoyeurs sont allés dans l'avion pour nettoyer et ont été infectés. Cela a déclenché une chaîne d'événements menant finalement à l'épidémie, qui s'est ensuite propagée à d'autres villes du Jiangsu et d'autres provinces.

Samedi, 204 infections locales ont été signalées à Nanjing et plus de 300 infections dans au moins 10 autres provinces du pays, selon les médias.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 06-08-2021 à 16:56:30   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

http://www.qstheory.cn/dukan/qs/2021-08/01/c_1127715588.htm

Le rapport entre la Chine et l'Occident dans la lutte anti-épidémique

Source : "À la recherche de la vérité" 2021/15 Auteur : Shen Zhuang Hai Wang Yunting 2021-08-01 09:00:00


La nouvelle épidémie de pneumonie de la couronne qui fait rage dans le monde est l'ennemi commun de toute l'humanité et un test majeur des systèmes de gouvernance et des capacités de gouvernance des pays du monde entier. Dans ce grand test, la vitesse, la puissance chinoise et l'esprit chinois ont été encore affinés et vérifiés. Le Parti communiste chinois a conduit le peuple chinois à faire face aux difficultés et à lutter avec acharnement, et a obtenu des résultats stratégiques majeurs dans la lutte contre l'épidémie. Il a fait gagner un temps précieux pour la prévention et le contrôle de l'épidémie dans le monde, a apporté une expérience importante, à condition un soutien solide et a ajouté une croyance en la victoire. Par rapport à la Chine, certains grands pays occidentaux n'ont pas été aussi performants que la riposte à l'épidémie. Non seulement leur développement économique et social a été durement touché, leurs valeurs culturelles ont été remises en cause, mais un grand nombre de personnes ont été tuées. par des maladies ou sont en difficulté. L'examen anti-épidémique est une "grande classe idéologique et politique" juste en face de nous.

Les examens anti-épidémiques testent les vraies qualités des partis au pouvoir en Chine et en Occident

Il s'agit d'un grand test sur la « position des valeurs » du parti au pouvoir. Le Parti communiste chinois soutient la suprématie du peuple et met la sécurité de la vie et de la santé des gens en premier lieu. une série de mesures telles qu'un traitement précis, une personne, une politique, etc., s'efforcent d'augmenter le taux d'admission et le taux de guérison, et de réduire le taux d'infection et le taux de mortalité. Dans certains pays occidentaux, les partis au pouvoir privilégient l'économie et les intérêts des partis. Afin de protéger le capital et les élections, ils ont prôné que l'épidémie n'est rien de plus qu'une « grande grippe », et ont constamment minimisé le risque d'épidémie pour les public, ce qui fait que l'épidémie devient incontrôlable et mène à la tragédie. Le Parti communiste chinois garantit le droit à la vie et à la santé de chaque citoyen sur une base égale et non discriminatoire. À elle seule, la province du Hubei a guéri avec succès plus de 3 000 patients de plus de 80 ans et 7 de plus de 100 ans atteints d'une nouvelle pneumonie coronarienne. Pourtant, dans certains pays occidentaux, les personnes âgées sont devenues des « victimes » de la lutte inefficace du gouvernement contre l'épidémie. Le lieutenant-gouverneur du Texas, Dan Patrick, a déclaré dans une interview qu'il "préfèrerait mourir que de voir des mesures de santé publique nuire à l'économie américaine" et a accepté de "risquer le redémarrage de l'économie américaine" au prix de la vie des personnes âgées. .

C'est un grand test sur la "responsabilité" du parti au pouvoir. Le Parti communiste chinois prend la situation globale et une direction unifiée. Il a pris des décisions stratégiques majeures telles que "fermer le passage de Han au Hubei" avec beaucoup de courage et une vision à long terme. Il a dirigé l'organisation du parti, du gouvernement, de l'armée et des affaires civiles, et la Conférence Est, Ouest, Sud, Nord et Centre avec un esprit scientifique et une attitude scientifique. En juin 2021, des universitaires étrangers ont publié un article disant : « Si Washington adopte les mesures de santé publique mises en œuvre par la Chine, alors le nombre de décès dus au nouveau virus de la couronne aux États-Unis aujourd'hui ne sera probablement que d'environ 1 200. » Cependant, le fait est que les démocrates et les républicains américains s'attaquent les uns les autres, le gouvernement et le gouvernement de l'État ont repoussé leurs arguments, les opinions professionnelles des institutions de recherche médicale et scientifique ont été rejetées et le nombre de morts de plus de 600 000 personnes, au premier rang mondial. Lorsque les 39,144 millions de membres et de cadres du parti chinois se sont consacrés à la prévention et au contrôle de l'épidémie, près de 400 membres et cadres du parti ont donné leur vie pour cela.Cependant, certains hauts responsables américains ont ignoré la vie du peuple et utilisé l'épidémie pour leur propre compte. bénéficier à. Les médias américains ont rapporté que de nombreux membres du Congrès ont exprimé au public que l'épidémie est évitable et contrôlable, mais ils ont utilisé le délit d'initié pour vendre un grand nombre d'actions afin de « parfaire » la couverture avant que la pandémie ne déclenche le krach boursier américain.



Face à l'épidémie, le Parti communiste chinois prend la direction générale et une direction unifiée, avec un esprit scientifique et une attitude scientifique pour diriger l'organisation des études du parti, du gouvernement, militaires et civiles, et de l'Est, de l'Ouest, du Sud, Batailles du Nord et de la Chine. La photo montre le 17 mars 2020, à l'aéroport de Wuhan Tianhe, les membres de l'équipe nationale de secours médicaux d'urgence de Tianjin qui ont évacué après avoir terminé la tâche d'aider le Hubei à dire au revoir aux personnes qui partaient. Le journaliste de l'agence de presse Xinhua Xiong Qi/photo

C'est un grand test sur "l'esprit et le sentiment" du parti au pouvoir. Le Parti communiste chinois adhère au concept « Un monde, une famille », a mené des échanges et une coopération épidémique avec plus de 180 pays et plus de 10 organisations internationales et régionales, et a dirigé le lancement d'opérations humanitaires d'urgence avec le l'assistance la plus concentrée et la plus large depuis la fondation de la République populaire de Chine. Cependant, même si des chercheurs des US Institutes of Health ont publié un rapport dans la revue Clinical Infectious Diseases en juin 2021, le nouveau coronavirus était apparu aux États-Unis en décembre 2019, et les résultats de cette étude appuient également les rapports précédents du CDC. la même recherche a révélé que le parti au pouvoir aux États-Unis avait essayé de politiser l'épidémie et d'étiqueter le virus, de diffuser de fausses informations à plusieurs reprises, d'attiser la "théorie de l'origine du laboratoire du virus", d'attaquer et de discréditer la Chine et même le monde Organisation de la Santé On est encore pendant l'épidémie.La mise en œuvre de l'unilatéralisme et du protectionnisme commercial ignore complètement la tendance à la mondialisation et la nécessité de coopérer dans la lutte contre l'épidémie. Au 12 juillet 2021, la Chine avait fourni plus de 500 millions de doses de vaccins à la communauté internationale, devenant ainsi le pays qui fournit le plus de vaccins au monde. Les Etats-Unis avaient promis de "fournir 80 millions de doses de vaccin à l'étranger" d'ici fin juin, mais au final c'était moins de 10 millions de doses. Le « nationalisme vaccinal » qu'il poursuit avec vigueur crée artificiellement un « fossé immunitaire », permettant à l'épidémie de se propager « comme une traînée de poudre ». Le « Rapport national sur les droits de l'homme 2020 » publié par le Département d'État américain cette année et le communiqué conjoint du Sommet du G7 ont délibérément calomnié et interféré dans les affaires intérieures de la Chine et d'autres pays, révélant les mauvaises intentions de quelques pays comme les États-Unis de créer des barrières et accroître les différences et les contradictions.

Sans la direction d'un parti avancé armé de théories avancées, sans un parti avancé suivant la tendance historique, assumant courageusement les responsabilités historiques et osant faire de grands sacrifices, un pays et une nation lutteront inévitablement sur la voie du développement et du progrès. La différence significative entre le Parti communiste chinois et certains partis au pouvoir occidentaux dans la conduite de la lutte contre l'épidémie reflète vraiment la vraie nature du parti, et prouve une fois de plus que le Parti communiste chinois est l'épine dorsale la plus fiable du peuple chinois lorsque la tempête grèves. Nous devons raconter l'histoire du leadership du Parti communiste chinois dans la lutte contre l'épidémie et l'histoire des membres du Parti communiste participant à la prévention et au contrôle de l'épidémie dans la comparaison entre la Chine et l'Occident. à et suivre le parti, et guider les gens à suivre le modèle et sous la bannière du parti. , Être une nouvelle force pour remplir la mission originale.

Le test anti-épidémique a testé la supériorité et l'efficacité des systèmes chinois et occidentaux

En réponse à l'épidémie, le test est la capacité du système à s'organiser et à se mobiliser. L'ancien Premier ministre français Raffarin a salué : " Face à l'épidémie, le gouvernement chinois a fait preuve de capacités d'organisation et de mobilisation fortes et efficaces, ce qui m'a impressionné. C'est l'avantage du système chinois ! " En effet, avec le secrétaire général Xi Jinping, "ne peut pas dormir la nuit", a personnellement recherché, déployé et mobilisé des travaux anti-épidémiques, et s'est rendu sur le principal champ de bataille de l'épidémie. À l'opposé, c'est l'ancien président américain Trump qui a joué au golf au col de la nouvelle couronne mort par pneumonie un bilan proche de 100 000, et publié occasionnellement sur la prévention et le contrôle de l'épidémie. Des instructions contradictoires et confuses ; contrairement aux comités du parti et aux gouvernements chinois à tous les niveaux, ainsi qu'à tous les secteurs de la société, ils ont agi et se sont engagés à assumer leurs responsabilités. Ce sont les États-Unis, du gouvernement fédéral aux Centers for Disease Control et autres qui sont soumis aux ordres indisciplinés des autorités supérieures, et ils sont modifiés de jour en jour. et d'autres institutions professionnelles, les agences et le personnel concernés aux États-Unis sont confrontés à une pression énorme pour un traitement en raison de l'inaction du gouvernement, des actions lentes et des actions chaotiques, et même de leurs propres difficultés. la situation globale, certains Américains sont désorientés par la prise de décision du gouvernement et traitent l'épidémie comme un jeu d'enfant pendant longtemps.

Au 26 juillet 2021, le nouveau vaccin couronne de la Chine avait reçu plus de 1,5 milliard de doses, et il est devenu le pays qui fournit le plus de vaccins au monde. La photo montre que Beijing Kexing Zhongwei Biotechnology Co., Ltd. est à pleine capacité de production. Journaliste de l'agence de presse Xinhua Zhang Yuwei/photo

En réponse à l'épidémie, ce qui est testé, ce sont les capacités globales de planification et de coordination du système. Le système chinois peut non seulement mobiliser les polarités de toutes les parties, mais aussi intégrer efficacement les ressources sociales et concentrer les efforts sur les grands enjeux. Cependant, le système bipartite et le système fédéral aux États-Unis ont imposé des contraintes sur la prévention et le contrôle de l'épidémie, couplées à la la polarisation de longue date entre les riches et les pauvres et la discrimination raciale. Le pays tout entier est tombé dans un état gravement divisé pendant l'épidémie. Afin d'alléger la pression des admissions à l'hôpital, la Chine a construit l'hôpital "Two Mountains" avec un total de 2 600 lits en 10 et 12 jours, a reconstruit 16 hôpitaux de cabine carrée en 19 jours et a rapidement ouvert plus de 600 points d'isolement centralisés. , en mars 2020 Les navires médicaux envoyés par le gouvernement fédéral américain allaient de 10 à 35 selon les rumeurs, mais à la fin, seuls le "Consolation" et le "Merciful" ont été envoyés respectivement à New York et Los Angeles. Afin de combler le manque de ressources dans les villes bénéficiaires, 19 provinces chinoises ont fourni des homologues au Hubei, 9 provinces des garanties conjointes et une coopération conjointe en matière d'approvisionnement, et 500 mécanismes de déploiement d'entreprise d'approvisionnement de garantie d'urgence, afin d'assurer pleinement le fonctionnement normal de la vie des résidents. Cependant, le gouvernement fédéral américain et les gouvernements des États ont été du début à la fin. Ils se disputent tous pour savoir s'il faut verrouiller la ville, les isoler et les soutenir. Des policiers blancs se sont agenouillés et ont tué des hommes afro-américains pour déclencher des manifestations et des manifestations à grande échelle, aggravant l'épidémie aux États-Unis et exposant pleinement la réalité de sa division.

En réponse à l'épidémie, le test est la capacité à mettre en œuvre le système. Il en va de même pour la fermeture de la ville, l'action unifiée de la Chine, les ordonnances et les interdictions ; cependant, le gouvernement fédéral américain et les gouvernements des États sont à part entière, et le gouverneur de New York a même déclaré que le blocus équivaut à « le gouvernement fédéral déclare la guerre à ces États. Pour le même traitement des patients, l'hôpital China Vulcan Mountain a fonctionné pendant 73 jours, a admis 3 059 personnes et en a libéré 2 961 ; l'hôpital de Leishenshan a fonctionné pendant 68 jours, a admis 2011 personnes et a libéré plus de 1 900 personnes ; 16 hôpitaux-abris ont admis plus de 12 000 patients dans les 30 jours, atteint "zéro infection, zéro décès et zéro retour" ; tandis que les navires-hôpitaux américains "Comfort" et "Human Mercy" ont chacun 1 000 lits. Un demi-mois plus tard, seuls 20 patients atteints de pneumonie coronarienne non nouvelle ont été admis, et 7 médecins et infirmières ont reçu un diagnostic d'infection. Il en va de même pour la vaccination. Le volume de vaccination en Chine est passé de 900 millions à plus de 1,5 milliard de doses du 14 juin au 26 juillet 2021. Lorsque Biden a ordonné la promotion de la vaccination en porte-à-porte, certains responsables au niveau de l'État ont violé le gouvernement fédéral. Rejetés au motif de la vie privée, les derniers sondages montrent également que près de 30% des Américains ont une attitude négative vis-à-vis des vaccinations contre la nouvelle couronne. Sous l'énorme pression de la prévention et du contrôle de l'épidémie, la Chine a également achevé la tâche ardue d'éradiquer la pauvreté absolue. Dans les pays occidentaux, l'épidémie s'est propagée plus longtemps et il est encore plus difficile d'assurer la subsistance des gens.

"Pour mesurer si un système social est scientifique et avancé, cela dépend principalement de sa conformité aux conditions nationales, s'il est efficace et effectif, et s'il est soutenu par le peuple." Le niveau de capacité des Chinois et des Occidentaux systèmes d'organisation, de mobilisation, de coordination et de mise en œuvre dans la lutte contre l'épidémie démontre les caractéristiques chinoises.La forte vitalité et la grande supériorité du système socialiste ont également percé le mythe selon lequel le système occidental est indestructible, universel et puissant. Nous devrions analyser les avantages et les inconvénients du « jeu d'échecs national » et « un jeu de sable dispersé », « des difficultés d'un côté, le soutien de tous les côtés » et « aucune assistance les uns aux autres » sous la prévention et le contrôle durs dans la comparaison entre la Chine et l'Occident, et clarifier clairement que le système de socialisme aux caractéristiques chinoises est Le système avancé qui convient à la Chine, présente des avantages significatifs et est « applicable, efficace et efficient » et guide les gens pour qu'ils se renforcent davantage -confiance dans le système.

Les examens anti-épidémiques ont testé le pouvoir spirituel des cultures chinoise et occidentale

Ce grand examen vérifie la réalité et le caractère fictif des concepts politiques et culturels chinois et occidentaux. Dans la lutte contre l'épidémie, alors que les efforts de la Chine pour protéger le droit à la vie et à la santé transcendent l'âge, les frontières nationales et la race, le concept de « tout le monde est égal » dans certains pays occidentaux est devenu « l'égalité des riches » et « l'égalité des blancs", sans parler des mauvaises pratiques telles que l'expulsion forcée d'au moins 8 800 enfants immigrés illégaux non accompagnés quel que soit le risque de propagation de l'épidémie, la discrimination raciale et les crimes haineux contre les groupes asiatiques. La Chine a suivi les lois de la science tout au long du processus de prise de décision et de commandement, de traitement des patients, de recherche technique et de gouvernance sociale. certains pays. Parti Science". L'ancien président américain Trump a fréquemment fait des remarques anti-intellectuelles telles que "l'injection de désinfectant pour traiter une nouvelle pneumonie coronarienne". Le port d'un masque ou même pas une seule fois est devenu un nouveau symbole de l'affiliation à un parti américain. La « défense de la rationalité » sur laquelle l'Occident a toujours mis l'accent est également devenue la rationalité de la « sélection naturelle des matériaux et de la survie du plus fort » dans certains pays. Le site Internet du Washington Post a rapporté que l'action anti-épidémique américaine « est devenue une action nationale l'approbation." Le massacre", "il a délibérément sacrifié les personnes âgées, les travailleurs, la population afro-américaine et hispanique."

Ce grand examen vérifie le bien et le mal entre collectivisme et individualisme. Les valeurs collectivistes sont souvent comparées à l'individualisme dans les pays occidentaux, et à critiquer et discréditer la Chine de cette manière. Lorsque la Chine a mis en place un contrôle strict sans précédent, de nombreux pays occidentaux ont un jour dénoncé le port de masques, l'isolement à la maison et les confinements comme « autoritaires » et « violation des droits de l'homme et de la liberté », bien qu'ils aient finalement suivi ces mesures. Lorsque ces mesures ont été mises en œuvre en Chine, le peuple chinois qui était profondément influencé par des valeurs telles que « L'ascension et la chute du monde, chacun est responsable » et d'autres valeurs pensent à un seul endroit, et avancent les uns avec les autres. De nombreux héros anti-épidémiques ont une petite famille pour tout le monde, et ils sont chaleureux et personnels.L'intégration de l'honneur et de la disgrâce collectifs et de la sécurité nationale crée une solide ligne de défense spirituelle d'unité et d'unité. Le fait de se concentrer sur les intérêts collectifs a permis d'améliorer la santé et la liberté de respirer des gens. Cependant, lorsque ces mesures sont mises en œuvre en Occident, de nombreuses personnes s'accrochent à des valeurs individualistes et ne sont pas disposées à faire des sacrifices temporaires pour l'intérêt public, même si elles se contentent de "porter des masques qui les mettent mal à l'aise ou d'annuler les anniversaires prévus". Selon les données officielles de l'Organisation mondiale de la santé, au 10 juillet 2021, les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Italie et la France figuraient parmi les dix premiers décès dans le monde. individualisme et libéralisme.



Adhérant au concept « Un monde, une famille », la Chine a mené des échanges épidémiques et une coopération avec plus de 180 pays et plus de 10 organisations internationales et régionales, et a lancé des opérations humanitaires d'urgence avec l'assistance la plus concentrée et la plus large depuis la fondation de la République populaire de Chine. La photo montre l'équipe chinoise d'experts anti-épidémiques se préparant à entrer dans le service d'isolement des patients diagnostiqués avec une nouvelle pneumonie coronarienne dans la province d'Oudomxay, dans le nord du Laos, le 10 mai 2021. Agence de presse Xinhua Fanong Lichun/Photo

Cette grande épreuve met en évidence la valeur importante de la qualité spirituelle d'oser se battre et d'oser gagner. La nation chinoise a toujours préconisé de s'appuyer sur ses propres forces pour réaliser l'estime de soi et changer le monde réel. Par conséquent, elle a persévéré et persévéré pour surmonter toutes les difficultés sans être submergée par aucune difficulté. Dans la lutte contre l'épidémie, d'innombrables héros sur tous les fronts consacrent leur vie à leurs missions et chérissent tous les êtres vivants. Le peuple chinois de plus de 1,4 milliard de héros n'a pas peur de la vie et de la mort, et ne recule pas devant les dangers et les dangers, et utiliser diverses méthodes pour prévenir et contrôler l'épidémie. En revanche, certains Occidentaux poursuivent unilatéralement des idées telles que « endurer les souffrances de cette vie en échange de la libération dans la prochaine vie », couplées à l'influence combinée de facteurs tels que les politiques erratiques du gouvernement en matière de prévention et de contrôle, la mise en œuvre inefficace et la occurrence fréquente d'incidents violents dans la vie quotidienne La volonté de se battre et la croyance en la victoire dans les moments difficiles sont insuffisantes. Le magazine américain "Time" a souligné un jour que "l'horreur indicible" à laquelle on fait face presque tous les jours, y compris toutes sortes d'incidents violents, a rendu les États-Unis en tant que pays "devenus insensibles à la tragédie", et les Américains sont très insensibles aux L'attitude populaire aussi "il y a un courant sous-jacent inquiétant : la volonté d'accepter la mort de masse est une partie inévitable de la vie quotidienne".

"Sans la direction active d'une culture avancée, sans la grande abondance du monde spirituel du peuple et sans l'amélioration continue de la force spirituelle nationale, un pays ou une nation ne peut pas se tenir debout parmi les nations du monde." Les cultures chinoise et occidentale ont joué dans la lutte contre l'épidémie La différence significative de pouvoir spirituel prouve non seulement que les valeurs universelles annoncées par l'Occident sont de purs mensonges, mais permet également au monde de voir la formidable énergie de la culture chinoise à unir les cœurs des gens et à rassembler le pouvoir des gens . Dans la comparaison entre la Chine et l'Occident, nous devrions utiliser de multiples médias et diverses formes pour raconter les histoires émouvantes et les connotations culturelles des héros du peuple vivant et du peuple héroïque combattant ensemble l'épidémie à travers les tempêtes et les épreuves, et guider les gens vers plus loin renforcer leur confiance en soi culturelle et promouvoir consciemment l'excellente culture traditionnelle et révolutionnaire de la Chine.En collaboration avec la culture socialiste avancée, nous construirons une base idéologique pour que le peuple chinois s'unisse et aille de l'avant.

L'examen anti-épidémique examine la vitalité des routes chinoises et occidentales

La vitalité des routes chinoises et occidentales se reflète dans l'accumulation effective de la force nationale globale. Sur la voie du socialisme aux caractéristiques chinoises, la Chine a passé des décennies à achever le processus d'industrialisation que les pays développés ont traversé pendant des centaines d'années. Elle a accumulé une base matérielle solide, établi un système industriel complet et formé une forte force scientifique et technologique. et les réserves de ressources médicales abondantes soutiennent fortement la prévention et le contrôle des épidémies. Même si le « bouton pause » était autrefois enfoncé dans de nombreux aspects du développement économique et social, la vie des masses n'en était pas grandement affectée et l'ordre social était généralement normal. C'est précisément en "suivant sa propre voie" que la Chine peut accumuler une puissance nationale solide à un rythme plus rapide et s'assurer que ces puissances nationales peuvent être utilisées efficacement pour le peuple. Contrairement à la Chine, les pays occidentaux suivent la voie du capitalisme, recherchent la propriété privée des moyens de production et placent le profit du capital en premier dans tout. En juin 2021, le site américain « Newsweek » rapportait que 54 % des Américains âgés de 18 à 24 ans ont une vision négative du capitalisme. « Dans cette crise, des millions d'Américains ont perdu leur emploi. , Ne peuvent pas avoir assez de nourriture. De janvier 2020 à avril de cette année, les bénéfices de 722 milliardaires aux États-Unis ont augmenté d'environ 1 200 milliards de dollars. »

La force de la vitalité des routes chinoises et occidentales se reflète dans l'utilisation rationnelle d'une puissance nationale solide. Le "Rapport sur l'état des soins infirmiers dans le monde 2020" de l'Organisation mondiale de la santé montre que la densité du personnel infirmier pour 10 000 habitants en 2018 est beaucoup plus élevée dans les pays développés d'Europe et des États-Unis qu'en Chine. Cependant, même avec un tel écart, la Chine a répondu à l'épidémie plus rapidement et mieux. Cela est dû au fait que nous pouvons tirer le meilleur parti de notre force nationale globale en temps de crise, en utilisant le meilleur personnel, les ressources les plus urgentes. , et l'équipement le plus avancé. Utilisez-le sur les personnes dans les points clés. Par rapport à la Chine, certains pays développés d'Europe et des États-Unis semblent forts, mais le niveau de sécurité matérielle et les capacités globales de coordination pendant l'épidémie sont une autre histoire. Prenons l'exemple des États-Unis. Autrefois, les performances anti-épidémiques de l'administration Trump étaient dédaigneuses ; aujourd'hui, les cas d'infections à variante delta du 20 juin au 3 juillet 2021 représentent plus de la moitié des nouveaux cas aux États-Unis, ce qui rend également les gens mal à l'aise.Remet en question le plan de l'administration Biden pour contrôler le mutant au niveau national. On voit que la lutte inefficace des États-Unis contre l'épidémie ne peut être résolue par un changement de président et de gouvernement.

La vitalité des routes chinoises et occidentales se reflète dans la résilience de l'économie nationale et le développement social. Pendant l'épidémie, la Chine a appuyé de manière décisive sur le "bouton de pause" économique en période de crise. Après avoir freiné la propagation de l'épidémie, elle a mis en œuvre des mesures stratégiques telles que "la reprise précise du travail et de la production dans différentes régions", prenant l'initiative de contrôler l'épidémie, la reprise du travail et de la production, et la réalisation d'une croissance économique positive. En raison de la nature lucrative du capital, les pays occidentaux ont choisi de donner la priorité au développement économique au début de l'épidémie et ont commencé à promouvoir vigoureusement la reprise du travail lorsque l'épidémie n'était pas maîtrisée avec succès. contrôler l'épidémie, mais le développement économique a également été profondément affecté. Dans le rapport de mise à jour de mi-année des Nations Unies « Situation et perspectives économiques mondiales en 2021 », les prévisions de croissance économique de la Chine, des États-Unis et de la zone euro en 2021 ont été ajustées à 8,2 %, 6,2 % et 4,2 %, respectivement. L'"Enquête sur la confiance des entreprises 2021" de la Chambre de commerce de l'Union européenne en Chine a souligné : "La nouvelle épidémie de pneumonie coronaire a balayé le monde et le marché chinois résilient est devenu un refuge pour les entreprises de l'UE, aidant les entreprises à surmonter difficultés. » En plus de la reprise économique et de la résilience économique à la tête de l'Occident, les « deux sessions » « La bonne tenue du parti et la célébration du 100e anniversaire de la fondation du parti ont également suscité une inquiétude généralisée et des éloges de la part des Chinois et des médias étrangers. Cependant, après l'élection, des partisans de Trump ont violemment attaqué le Capitole aux États-Unis. Pendant le week-end de la fête de l'indépendance des États-Unis, près de 100 personnes à travers le pays ont été abattues. Expression non-unie".

« Chaque pays et chaque nation a des traditions historiques, des accumulations culturelles et des conditions nationales de base différentes, et son chemin de développement doit avoir ses propres caractéristiques. » Le chemin qui se conforme à sa propre réalité et à la loi du développement social humain est le chemin qui est vraiment vigoureux. Seule cette voie peut conduire un pays vers une perspective plus brillante et un avenir plus large. Nous devrions clarifier les différents effets anti-épidémiques des différentes voies de développement dans l'examen anti-épidémique dans la comparaison entre la Chine et l'Occident, et guider les gens pour renforcer davantage leur confiance en eux sur la route. Contribuer au développement du socialisme avec les Chinois caractéristiques, satisfaire le désir du peuple d'une vie meilleure et créer de nouvelles causes historiques.

Auteurs : Shen Zhuanghai, secrétaire adjoint du Comité du Parti et professeur à l'Université de Wuhan ; Wang Yunting, doctorant à l'École du marxisme, Université de Wuhan


Edité le 07-08-2021 à 00:04:07 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 08-08-2021 à 21:11:27   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Plus de 30 fonctionnaires dans 4 provinces punis pour manque de réaction et gestion inefficace des dernières épidémies de COVID-19

Par Wan Lin
Publié: 08 août 2021 15:26
https://www.globaltimes.cn/page/202108/1230847.shtml

Plus de 30 responsables dans quatre provinces touchées par l'épidémie ont été punis pour leur laxisme et leur gestion inefficace face aux dernières épidémies de COVID-19 à travers la Chine, y compris un vice-maire, des chefs de district, des chefs de commissions locales de la santé, le personnel de gestion des hôpitaux et fonctionnaires du secteur aéroportuaire et touristique.
La dernière série d'épidémies, décrite comme la plus grave depuis l'épidémie de l'année dernière à Wuhan, dans la province du Hubei (centre de la Chine), a enregistré 1 507 cas confirmés à la fin de samedi.

Gao Qiang, ancien ministre chinois de la Santé, a souligné l'importance de combler les lacunes pour éviter les infections importées dans un article publié samedi, affirmant que le pays est capable d'éliminer le virus de la même manière que la Chine a rapidement contenu l'épidémie en 2020.
Les experts ont déclaré que la punition opportune des fonctionnaires incompétents dans le travail de contrôle de l'épidémie est une action appropriée car la bataille anti-épidémique ne comporte aucune faille, erreur ou négligence de la part des personnes en charge du travail.

À Nanjing, capitale de la province du Jiangsu (est de la Chine) , où la dernière épidémie a commencé, au moins 15 responsables ont été sanctionnés samedi, dont Hu Wanjin, vice-maire de Nanjing, Fang Zhongyou, chef du Parti de la Commission de la santé de Nanjing et Wang Chao, commandant des travaux de lutte anti-épidémique à l'aéroport international de Nanjing Lukou. L'inefficacité de la prévention et du contrôle de l'épidémie à l'aéroport s'est avérée avoir déclenché l'épidémie.

Dans la ville touristique de Zhangjiajie, dans la province du Hunan, qui était un point clé d'infections au COVID-19 lors de la dernière épidémie, 20 fonctionnaires et titulaires de postes publics ont été punis pour leur laxisme face à la flambée.

La longue liste de sanctions comprend les responsables du district, le personnel de gestion de l'hôpital, le personnel du secteur du tourisme et le personnel associé à un spectacle de spectacle local pour touristes. La performance a provoqué une propagation massive du virus dans au moins huit provinces et régions de Chine.

Les deux autres villes touchées par l'épidémie, Zhengzhou dans la province du Henan (centre de la Chine) et Yantai dans la province du Shandong (est de la Chine), ont également annoncé des mesures disciplinaires à l'encontre des fonctionnaires et du personnel qui se sont acquittés de manière inefficace de leurs responsabilités de gestion et de supervision pour la prévention et le contrôle de l'épidémie.

Fu Guirong, secrétaire du groupe du Parti de la Commission de la santé de Zhengzhou, a été démis de ses fonctions. La chef du Parti du sixième hôpital du peuple de Zhengzhou, un hôpital désigné pour le traitement des arrivants à l'étranger infectés par le COVID-19, a également été démis de ses fonctions.

L'annonce des sanctions a été faite le 31 juillet, un jour après que le premier cas a été signalé à Zhengzhou.

La Commission de la santé de Zhengzhou a été invitée à apporter des ajustements à la gestion de l'hôpital après que de nombreux patients confirmés et asymptomatiques du COVID-19 dans la ville se soient avérés être liés à l'hôpital, y compris le personnel de nettoyage, le personnel médical, les patients hospitalisés et leurs accompagnateurs.

Le chef de district du district de Laishan à Yantai, entre autres, a été licencié pour n'avoir pas réussi à assurer la prévention et le contrôle de l'épidémie. Yantai a lancé samedi sa deuxième série de tests d'acides nucléiques dans toute la ville.

Wang Peiyu, directeur adjoint de l'École de santé publique de l'Université de Pékin, a déclaré dimanche au Global Times que l'épidémie qui a commencé à Nanjing et s'est rapidement propagée à plusieurs provinces a montré les lacunes dans le travail de contrôle de l'épidémie dans certains endroits, tels que les aéroports, et a exposé les erreurs de certaines personnes qui occupent des postes importants dans le travail global de lutte contre l'épidémie.

"L'épidémie est un signal d'alarme pour nous tous - le virus peut glisser à tout moment lorsque nous desserrons les contrôles. Nous devons toujours resserrer la chaîne de la prévention de l'épidémie" , a-t-il déclaré.

Les autorités britanniques et singapouriennes ont explicitement encouragé les gens à s'adapter au virus et à vivre avec. Zhang Wenhong, un expert de premier plan en maladies infectieuses à Shanghai, a également déclaré que la majorité des virologues dans le monde conviennent que le monde doit apprendre à vivre avec ce virus.
Gao a réfuté l'idée, affirmant que c'était cette poursuite de la soi-disant "coexistence avec le virus" qui avait conduit à la résurgence de l'épidémie dans de nombreux pays.

La stratégie anti-épidémique de la Chine est une stratégie de "double assurance" de contrôle épidémique précis et de vaccination généralisée, plutôt que de remplacer un contrôle épidémique strict par une immunité collective, sans parler de "coexistence avec le virus" , a-t-il déclaré dans l'article.

La douloureuse leçon de l'épidémie de Nanjing nous a appris que face à la vaccination généralisée, la politique du gouvernement central de normalisation du contrôle de l'épidémie reste une ligne directrice importante à suivre dans la lutte de la Chine contre l'épidémie, a-t-il déclaré.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 10-08-2021 à 21:09:59   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Covid-19 : 11 millions de Chinois de la province de Wuhan testés en moins d'une semaine
Coronavirus, Santé


https://www.midilibre.fr/2021/08/09/covid-19-11-millions-de-chinois-de-la-province-de-wuhan-testes-en-moins-dune-semaine-9722689.php

Publié le 09/08/2021 à 15:01
Face à la résurgence du nombre de cas, les autorités chinoises ont lancé une campagne de dépistage massive pour permettre une couverture totale de la population.
Les chinois de la province de Wuhan ont employé les grands moyens pour organiser un dépistage massif : ils ont mobilisé 28 000 soignants sur plus de 2 800 sites et testé 11 millions de personnes !
Cette vaste opération de dépistage du Covid-19 a été décidée au vu de la résurgence des cas, plus d'un an et demi après l'apparition du virus.

Toute la population testée sauf les enfants de moins de 6 ans
Les tests qui ont duré moins d'une semaine ont concerné toute la population sauf les enfants de moins de 6 ans et les étudiants partis en vacances. 11 millions de personnes ont donc été testées.

Seulement 78 cas détectés
Wuhan avait enregistré 37 transmis et 41 porteurs asymptomatiques. Soit seulement 78 cas détectés.

Le variant Delta aurait atteint des dizaines de villes et se serait répandu sur tout le territoire chinois après la contamination d'employés chargés du nettoyage des avions à l'aéroport de Nankin. Pékin a confiné le confinement d'agglomérations entières et a pris des mesures de restrictions sur les voyages des Chinois à l'étranger rapporte France Info.

CATHERINE UNAC

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 15-08-2021 à 08:42:21   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Wuhan a de nouveau été systématiquement testée : 11 millions en 5 jours. A Shenzhen, dans la province du Guangdong (sud de la Chine) a commencé jeudi la vaccination contre le COVID-19 pour les mineurs âgés de 12 à 17 ans

La variante Ravaging Delta complique le contrôle de la Chine et met en évidence le besoin d'un zéro-cas dynamique
Pas le temps de discuter de l'idée occidentale d'une stratégie «d'ouvrir la porte» en raison de l'incertitude de la mutation

Par Zhang Han et Huang Lanlan
Publié: 13 août 2021 19:45
https://www.globaltimes.cn/page/202108/1231417.shtml


La Chine a signalé vendredi 47 nouveaux cas de COVID-19 transmis localement et 52 cas importés, ce qui est la première fois que ce dernier dépasse le premier depuis la dernière résurgence liée à la variante Delta.
Malgré des mesures de contrôle nationales strictes et des efforts de dépistage des patients potentiels, les observateurs ont interprété la situation épidémique comme toujours compliquée et la pression croissante de l'étranger, ce qui signifie que ce n'est pas le moment de discuter de la stratégie "d'ouvrir la porte" au sens occidental.
La dernière résurgence, qui a éclaté à plusieurs endroits, a impliqué 48 villes dans 18 provinces et régions et enregistré 1 282 cas vendredi, ont annoncé les autorités lors d'une conférence de presse vendredi.
Parmi les 48 villes, 36 n'ont pas vu de nouvelles infections au cours des cinq derniers jours, et les risques d'une épidémie étendue sont faibles, a déclaré He Qinghua, un responsable de la Commission nationale de la santé, lors de la conférence de presse.

Mais la situation reste compliquée, en particulier à Yangzhou où la situation "ne s'est pas améliorée de manière significative" , a déclaré vendredi au Global Times Wang Guangfa, expert respiratoire au Premier hôpital de l'université de Pékin.
Six cas positifs ont été trouvés lors du test massif d'acides nucléiques du 7e tour de jeudi à Yangzhou. Des transmissions communautaires pourraient se produire si de nouvelles infections sont découvertes dans le grand public, et non dans des contacts étroits mis en quarantaine, a déclaré Wang.

Les 52 cas importés signalés vendredi, un pic ces derniers jours, suggèrent également que la grave situation pandémique pose un grand défi à la situation durement gagnée de la Chine.
Les experts ont noté que la propagation de la variante Delta dans le monde a démontré qu'il était trop tôt pour desserrer la garde contre le coronavirus.
Les États-Unis, qui ont été engloutis par la variante Delta, ont enregistré 138 595 nouvelles infections jeudi, portant le total à 36,4 millions. Le CDC américain a déclaré mercredi que 91% des comtés américains étaient à risque élevé ou substantiel de transmissions communautaires. Le nombre était de 20 pour cent il y a un mois.
L'assouplissement des restrictions dans une telle situation ajoute de l'huile sur le feu, a déclaré Wang.

Le Japon, qui vient d'accueillir les Jeux olympiques, a signalé jeudi un record de 18 889 infections. Les experts locaux ont qualifié la situation à Tokyo de "hors de contrôle" , a rapporté l'Asahi.
Outre la variante Delta la plus répandue, une nouvelle variante Lambda qui dévaste l'Amérique du Sud a également sonné l'alarme.
Contrairement au concept traditionnel d'évolution des virus, le virologue Yang Zhanqiu, basé à Wuhan, a déclaré au Global Times que les variantes de COVID-19 ont été développées indépendamment dans différents endroits du monde et adaptées aux environnements locaux.
Les divers environnements ont donné à ces variantes diverses caractéristiques, qui sont très problématiques, "comme l'évasion immunitaire accrue de la variante Lambda" , a déclaré Yang.

Contrairement au SRAS qui a été rapidement maîtrisé, puisque le coronavirus s'est propagé dans le monde entier et continue de muter, on ne sait pas quel type de variantes de COVID-19 pourrait émerger, ont déclaré les experts, notant que le contrôle de l'épidémie relativement réussi de la Chine a valu au pays la possibilité de choisir son stratégie de lutte, contrairement à certains pays qui n'ont d'autre choix que de vivre avec le virus.

Zeng Guang, ancien épidémiologiste en chef du CDC chinois, a déclaré que la Chine avait bien réussi dans le contrôle de l'épidémie et disposait des conditions et des capacités nécessaires pour maintenir un statut dynamique de zéro cas, et qu'un tel statut donnait au pays stabilité et confiance dans une vie normale et entreprise. Certains pays ne disposent pas de telles capacités et ne sont pas qualifiés pour envisager une route dynamique à zéro cas.

Les coûts des tests massifs et des blocages en valent la peine si l'on considère le PIB d'une société fonctionnant normalement, a déclaré Zeng.
Mais l'expert a noté que la Chine ne s'en tiendrait pas à la route dynamique du zéro cas tout au long et que la stratégie actuelle de la Chine n'est pas sa seule stratégie, " Nous nous ajusterons en fonction des exigences de contrôle des virus" .
La Chine ouvrira la porte lorsque le moment sera venu de le faire, a noté Zeng.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 23-08-2021 à 23:48:13   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine maîtrise la dernière vague induite par le Delta en 35 jours
Le modèle chinois « Four Early » s'avère efficace : les experts

Par Liu Caiyu
Publié: 23 août 2021 22:28 Mis à jour: 23 août 2021 23:11
https://www.globaltimes.cn/page/202108/1232256.shtml

La Chine a mis la dernière épidémie à grande échelle sous contrôle en 35 jours car aucun cas confirmé de COVID-19 dans le pays n'a été enregistré lundi dans le pays malgré le fait qu'un cas asymptomatique ait été signalé tard dans la journée, un résultat qui, selon les experts, prouve l'efficacité de la modèle anti-épidémique.

Depuis les premiers cas de la dernière épidémie qui a débuté le 20 juillet dans un aéroport de Nanjing, capitale de la province du Jiangsu (est de la Chine), la dernière vague de poussée épidémique a touché plus de dix provinces et régions. Il est considéré comme le plus répandu depuis l'épidémie de Wuhan en 2020 et le nombre de nouveaux cas quotidiens à la fois a dépassé 100.

Wang Guangfa, expert respiratoire au Premier hôpital de l'Université de Pékin, a déclaré lundi au Global Times que la stratégie épidémique précise de tolérance zéro de la Chine avait une fois de plus protégé le pays contre les poussées épidémiques, malgré la variante Delta hautement transmissible et les zones plus vastes touchées, prouvant en outre l'efficacité du modèle d'adaptation à l'épidémie de la Chine qui met l'accent sur des mesures « quatre précoces » - détection précoce, notification précoce, quarantaine précoce et traitement précoce des cas de COVID-19.

Un immunologiste basé à Pékin a déclaré au Global Times sous couvert d'anonymat qu'avec ce modèle de tolérance zéro de lutte contre le virus, la Chine a pu éradiquer la poussée épidémique en 35 jours. À l'avenir, la réponse de la Chine pourrait être plus rapide et plus précise, car le pays est prêt à la modifier à tout moment face à davantage de mutations émergentes et à la situation pandémique.

La méthode de tolérance zéro de la Chine pour faire face à l'épidémie se poursuivra. Dans le même temps, l'immunologiste a suggéré d'intensifier les efforts visant à inciter les vaccinations à ralentir les transmissions et à réduire les maladies graves, ainsi qu'à administrer des injections de rappel aux travailleurs de première ligne.

Après 35 jours, le Global Times a découvert qu'au cours du week-end, des endroits comme Pékin, Jiangsu et le Sichuan (sud-ouest de la Chine) ont annoncé qu'ils lèveraient progressivement les restrictions et rétabliraient une vie et une production normales.

Depuis lundi, ceux qui quittent Nanjing n'auront plus besoin de présenter des résultats de test d'acide nucléique négatifs. Ceux qui ont l'intention d'entrer à Nanjing depuis des régions à faible risque n'auront besoin que d'un code QR de santé vert et d'une température normale. Les transports publics dans la province se sont également normalisés.

Nanjing n'a signalé aucun cas confirmé dans le pays depuis 10 jours lundi, et toute la province n'a signalé aucun cas confirmé pour la première fois lundi.

À partir de dimanche, la province du Sichuan a repris les déplacements interrégionaux et toutes les principales voies de circulation à Wuhan, dans la province du Hubei, ont également repris. Pékin a également nettoyé toutes les régions contrôlées par l'épidémie à la suite de la levée des restrictions de deux quartiers du district de Fangshan dimanche après-midi et de la sortie de deux communautés de Wangjing, district de Chaoyang, à partir de mardi.

Zhengzhou, capitale de la province du Henan (centre de la Chine), qui n'a enregistré aucun cas confirmé dans le pays depuis 8 jours, a été débarrassée de toutes les régions à haut risque. Les bus et les taxis, ainsi que les plates-formes de prise en charge des voitures dans le centre-ville urbain ont repris leurs activités lundi.

Le pays élimine le virus lors des dernières poussées de la même manière que la Chine a rapidement contenu l'épidémie en 2020. Mais cette fois, le pays a réagi plus précisément en traquant les contacts étroits et en appliquant les verrouillages, garantissant le fonctionnement normal de la vie des gens et la production, malgré le delta qui balaie des dizaines de régions, a déclaré Wang.

Avec la propagation de la variante Delta, par exemple, Pékin a fonctionné normalement et n'a enfermé plusieurs communautés qu'après confirmation des cas, et les habitants de Wuhan se sont alignés pour passer des tests de manière ordonnée et calme, et la ville n'a bouclé que des dizaines de communautés.

Pour détecter les cas potentiels, Yangzhou a déployé 12 séries de tests massifs d'acides nucléiques, Nanjing avait organisé sept séries et Zhengzhou mène la cinquième série de tests. Une fois les cas positifs trouvés, eux et leurs contacts étroits sont mis en quarantaine et traités.

Certains problèmes ont été révélés alors que les experts ont souligné que la mauvaise gestion des employés de nettoyage à Nanjing et à Zhengzhou a alimenté la propagation de la variante Delta de l'aéroport international de Nanjing Lukou vers d'autres provinces et que la gestion lâche a été exposée dans des lieux publics surpeuplés tels que les salons de mahjong à Yangzhou, faisant de ces lieux "l'œil du cyclone" en ce tour de l'épidémie.
Au début de la flambée épidémique, Nanjing a également été blâmée par le public et certains experts car elle a été relativement lente à prendre des mesures et à mener des enquêtes épidémiologiques.

C'est une grande leçon à tirer de ce cycle de l'épidémie liée à Nanjing et à Zhengzhou que les membres du personnel des aéroports et des hôpitaux désignés devraient être soumis à des tests réguliers et à d'autres mesures strictes de contrôle de l'épidémie, ainsi que le fret et les objets. Contrôler la source d'infection et couper le canal d'infection sont les deux principaux moyens de prévenir et de contrôler toute résurgence épidémique en Chine. Si les personnes impliquées ne parviennent pas à faire un bon travail de surveillance et de protection de la santé au quotidien, elles déclencheront de nouvelles poussées à tout moment, a déclaré Wang.

Le Mécanisme conjoint de prévention et de contrôle du Conseil des Affaires d'État a publié lundi un avis demandant aux hôpitaux et aux gouvernements locaux de faire davantage d'efforts pour optimiser la disposition du personnel de contrôle de l'épidémie au sein des hôpitaux, et non de réduire leur salaire pour consolider les acquis durement gagnés dans l'épidémie.

Certains experts ont également déclaré que lors de la dernière épidémie, la punition opportune des responsables qui ont fait preuve de laxisme dans la lutte contre l'épidémie fait également partie du modèle chinois anti-épidémique qui s'avère efficace. Au moins 70 fonctionnaires ont été sanctionnés , dont certains ont été démis de leurs fonctions, et d'autres ont été avertis pour manquement à leurs devoirs dans la gestion de l'épidémie locale de COVID-19.

Tenir les fonctionnaires désinvoltes responsables à un niveau modéré contribue à renforcer les mesures de prévention et de contrôle de la Chine étant donné qu'il est difficile par nature de maintenir une garde de haut niveau en Chine en raison de l'immense population, du grand nombre de ports, du vaste territoire et des différents niveaux de gestion dans différentes régions de Chine, a déclaré un haut responsable du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC) au Global Times sous couvert d'anonymat

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 26-08-2021 à 16:02:42   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine accélère la campagne de vaccination dans les zones rurales avec des collectes gratuites, des véhicules de vaccination et des visites à domicile


Par Liu Caiyu et Wan Lin
Publié: 25 août 2021 21:16

Ramassages gratuits, sites de vaccination mobiles et visites à domicile… Les villes chinoises intensifient leurs efforts pour accélérer la campagne de vaccination en déployant des mesures pour aider à la vaccination et faciliter l'accès pour les personnes qui souhaitent recevoir des vaccins COVID-19, même dans les zones rurales et montagneuses.

Des responsables du village de Changfeng de la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine) organisent un service de ramassage gratuit pour la commodité des personnes âgées dans le village montagneux, a déclaré mercredi au Global Times un membre du gouvernement du canton, surnommé Wan.

"La plupart de ces personnes âgées sont seules à la maison, et nous avons également préparé des médicaments contre les coups de chaleur dans les bus pour personnes âgées" , a déclaré le responsable. Début août, plus de 70 personnes âgées de 60 ans et plus dans le village de Changfeng ont reçu des vaccins avec l'aide du personnel du gouvernement du canton, qui a organisé trois bus pour les récupérer dans le village montagneux et les emmener au centre de vaccination à 10 kilomètres.
De tels cas ne sont pas uniques. Shenzhou, dans la province du Hunan, a également fourni du personnel pour ramasser gratuitement les villageois pour les vacciner. Les sites de vaccination ont également prolongé les heures de travail jusqu'à 22 heures pour des raisons de commodité publique. La ville de Taishan, dans la province du Guangdong, a même organisé des véhicules de vaccination mobiles pour se rendre dans les villages et les communautés rurales.

Afin de s'assurer que les résidents vivant dans les régions montagneuses reculées de la région autonome du Tibet aient une meilleure connaissance et un meilleur accès aux vaccins, certains responsables n'ont ménagé aucun effort pour rendre visite aux habitants au porte à porte.
Avec l'aide de responsables qui parcourent les collines et les vallées parcourant plus de 400 kilomètres chaque jour pour promouvoir les vaccins dans le comté tibétain de Zuogong, plus de 30 000 personnes sur 50 000 ont reçu leur première injection.

Le Global Times a appris que la campagne de vaccination dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, se déroulait également sans heurts. Les résidents locaux, bien qu'ils vivent dans les zones frontalières, ont accès aux vaccins car des sites de vaccination ont été installés dans les dispensaires des villages et des comtés. Certaines communautés organisent même du personnel médical pour visiter et vacciner les personnes âgées qui ont des difficultés à marcher.

Cependant, alors que la Chine accélère sa campagne de vaccination, certains gouvernements locaux ont adopté une politique unique et certains ont mis en place des politiques extrêmes.
Selon les médias, au moins deux districts de Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine, ont publié la semaine dernière un avis disant que si des personnes âgées de plus de 18 ans sans contre-indications refusaient de se faire vacciner sans raison, elles pourraient être inscrites au système de crédit social.
La Commission nationale de la santé a souligné à plusieurs reprises que la Chine encourage les vaccinations volontaires contre le COVID-19 et s'efforce de garantir que toutes les personnes éligibles à la vaccination y aient accès.
Xue Lan, professeur et ancien doyen de l'École de politique publique et de gestion de l'Université Tsinghua à Pékin, a déclaré mercredi au Global Times que les écarts par rapport aux politiques centrales sont des actes des gouvernements locaux individuels, ce qui ne signifie pas que le pays a changé son politique de vaccination de volontaire à obligatoire.
Sous pression dans le but d'atteindre l'immunité collective et de réduire les risques de poussées épidémiques, certains gouvernements locaux interprètent cela comme une "cible rigide" qu'ils doivent atteindre. Certains en profitent même pour "afficher leurs réalisations", et certains adoptent une politique unique juste pour assurer la sécurité publique, a déclaré Xue.
Xue a déclaré "nous devons admettre que de nombreuses raisons sont derrière la situation. Nous devons comprendre la pression que les gouvernements locaux ont dans la campagne de vaccination, mais cela ne fournit aucune raison de forcer les gens à recevoir la vaccination.
"Les gouvernements locaux devraient trouver de meilleurs moyens de vaccination rapide, par exemple en répertoriant des données et des histoires concrètes pour expliquer aux gens pourquoi leur vaccination est importante. »


Mardi, la Chine en avait administré le plus grand nombre.

Le plus haut épidémiologiste chinois, Zhong Nanshan, a déclaré que la Chine devait vacciner environ 83% de sa population pour obtenir une immunité collective. Zhong a déclaré que la Chine a administré le plus de doses de vaccin au monde, mais que la proportion de vaccination pour 100 personnes n'est pas élevée en raison de la grande population.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 27-08-2021 à 13:39:41   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

LA CHINE NE JOUE PAS LE JEU : ELLE N'A PAS FOURNI AUX USA LES PREUVES QUI LEUR MANQUENT POUR L'ACCUSER !


Covid-19 : le rapport exigé par Joe Biden ne permet pas de déterminer comment est apparu le virus

En dépit de leurs recherches, les services de renseignement américain n'ont pas pu s'accorder sur une explication définitive concernant le Sars-CoV-2 à l'origine de la pandémie.

Article rédigé par
franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié le 25/08/2021 08:57

Comment est né le Covid-19 ? Le rapport demandé par le président américain Joe Biden à ses services de renseignement sur l'origine du Sars-CoV-2 ne permet pas de trancher cette question sensible, source de tensions entre Washington et Pékin, rapportent mardi 24 août le Washington Post et le Wall Street Journal (articles en anglais).
Le président des Etats-Unis avait appelé fin mai le renseignement américain, jusqu'ici incapable de statuer sur la thèse d'un virus d'origine animale ou celle d'une fuite au laboratoire chinois de Wuhan, à "redoubler d'efforts" pour expliquer l'origine du Covid-19 et à fournir un rapport sous 90 jours.

Un rapport top secret bientôt déclassifié ?
Le président américain a reçu mardi ce rapport classé top secret mais le document n'est pas concluant car en dépit de leurs recherches et analyses, les responsables des services de renseignement n'ont pas pu s'accorder sur une explication définitive, selon le Washington Post qui cite deux responsables américains anonymes, proches du dossier.

Cela s'explique en partie par le fait que la Chine n'a pas fourni assez d'informations, affirme le Wall Street Journal, s'appuyant lui aussi sur deux hauts responsables américains non identifiés. D'après ces sources citées par le Washington Post, les services de renseignement vont tenter dans les jours à venir de déclassifier des parties du rapport en vue d'une potentielle diffusion publique.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 28-08-2021 à 13:47:39   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Source de la rumeur identifiée : des « amateurs de science » basés en Inde tissent des mensonges sur la « fuite du laboratoire de Wuhan » en utilisant du contenu en ligne pour alimenter les médias occidentaux

Par Bai Yunyi
Publié: 27 août 2021 01:23 AM
https://www.globaltimes.cn/page/202108/1232613.shtml

Alors que les services de renseignement américains ont présenté mardi leur rapport sur les origines de la pandémie de COVID-19, comme l'exige le président américain Joe Biden, le briefing compilé n'a pas permis de conclure si le virus avait été transmis des animaux aux humains ou comme résultat d'une fuite de laboratoire. Ce résultat n'est guère surprenant. La source de la prétendue « théorie des fuites de laboratoire » provenait en fait de « passionnés de science » basés dans l'État indien du Bengale occidental qui utilisaient des logiciels de recherche et de traduction sur Internet pour fabriquer des histoires. Un rumeur qui s'appelle en ligne "The Seeker" vient en fait d'un groupe de conspiration en ligne nommé Decentralized Radical Autonomous Search Team Investigating COVID-19 (DRASTIC). Des experts ont déclaré au Global Times que ces groupes sont souvent soutenus par des forces anti-chinoises.

Un activisme professionnel pour fabriquer des rumeurs

Le Global Times a découvert que DRASTIC est une collection lâche d'activistes d'Internet avec un large éventail d'expériences professionnelles. Le groupe compte environ 30 membres principaux, dont presque tous ont des comptes Twitter anonymes. Grâce à cette matrice de médias sociaux, les membres de DRASTIC diffusent constamment des théories du complot et de fausses nouvelles sur la théorie de la « fuite de laboratoire de Wuhan » et lancent des attaques d'opinion publique en ligne contre les scientifiques qui occupent des positions scientifiques impartiales.

La manipulation maladroite par DRASTIC de cette théorie du complot a été largement remise en question. "La recherche Google, Twitter, [et] Google Translate. Ce ne sont peut-être pas les outils d'enquête que l'on a en tête pour percer le mystère de la décennie [...] Mais une équipe de chercheurs amateurs a réussi à utiliser ces services pour amasser des preuves qui ont maintenant contraint les médias et les communautés du renseignement du monde entier à s'asseoir et à prendre note de l'hypothèse selon laquelle le nouveau coronavirus [maladie] pourrait avoir émergé d'un laboratoire en Chine » , a décrit le média indien Firstpost, qui a décrit le travail de l'organisation. Bien qu'il n'y ait aucune preuve tangible, ces détectives d'Internet ont réussi à rassembler un argument solide, a fait remarquer Firstpost.
Bien que Firstpost loue le travail de DRASTIC, il ne peut toujours pas cacher le fait que la soi-disant "théorie des fuites de laboratoire" a été inventée par un groupe de personnes non professionnelles utilisant des outils non professionnels pour élaborer des "conclusions" non fondées. Cependant, cette hypothèse a été sous les projecteurs des médias occidentaux et des agences de renseignement.

Le Global Times a appris que bon nombre des rumeurs sur la Chine qui sont devenues populaires en Occident ont été à l'origine préparées par DRASTIC. Par exemple, il y avait la rumeur selon laquelle le nouveau coronavirus provenait d'une mine de cuivre dans la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine), lorsque des scientifiques de l'Institut de virologie de Wuhan (WIV) ont ramené des échantillons et que le virus a été divulgué. Cette information, publiée par le Washington Post, a été à l'origine concoctée par un membre clé de DRASTIC.
Selon le Times of India, "The Seeker" est probablement dans la vingtaine, était professeur de sciences dans l'est de l'Inde et a également étudié la conception architecturale, la peinture et la production cinématographique.
Le site d'information américain CNET a décrit en détail la naissance des rumeurs. « Coronavirus, SRAS, chauve-souris en fer à cheval, Yunnan [...] « The Seeker », un ancien professeur de sciences de la ville de Bhubaneswar, dans le nord-est de l'Inde, a saisi des mots-clés dans la barre de recherche de CNKI, l'une des principales bases de données d'articles scientifiques en Chine selon CNET.
Ils ont également noté que "The Seeker" a découvert "ce qu'il cherchait" par hasard, en trouvant un mémoire de maîtrise rédigé par un médecin chinois sur six cas de pneumonie causée par un virus inconnu en 2012 parmi les travailleurs d'une mine de cuivre abandonnée dans la province du Yunnan. Les chercheurs du WIV avaient prélevé des échantillons de ce virus.

Après avoir pris seulement quelques minutes pour lire le résumé, "The Seeker" a immédiatement posté un long message sur son compte Twitter indiquant que la source de la nouvelle maladie à coronavirus était le WIV, avec le tag "DRASTIC" attaché, a rapporté CNET.
De plus, DRASTIC a fréquemment publié de prétendus rapports ou propositions. Par exemple, son fondateur Billy Bostickson a co-écrit deux articles.
Le premier article intitulé « Enquête médico-légale proposée sur les laboratoires de Wuhan » tente de fournir les « preuves » qui montrent que le WIV menait des expériences sur la maladie du coronavirus. La deuxième publication intitulée « Investigation of RaTG13 and the 7896 CLADE » tente d'illustrer la similitude entre COVID-19 et RaTG13, un virus qui a été ramené par WIV de la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine). Ces publications tentent de prouver que COVID-19 est une « construction » de laboratoire.

Cependant, toutes ces "enquêtes" de DRASTIC ne sont pas conformes aux principes les plus élémentaires de la rigueur scientifique et ont longtemps été réfutées par les scientifiques.
En juillet, par exemple, Yuan Zhiming, directeur du Laboratoire national chinois de biosécurité et professeur au WIV, a révélé qu'en 2012, le WIV avait reçu 13 échantillons de sérum de quatre mineurs du comté de Mojiang, dans la province du Yunnan, qui avaient été collectés par le premier hôpital affilié de Université médicale de Kunming dans le Yunnan et le laboratoire clé de l'État des maladies respiratoires.
Après des séries de séquençage des acides nucléiques, des anticorps et du génome, aucune maladie à coronavirus de chauve-souris n'a été détectée dans les échantillons de sérum des mineurs, ce qui indique que ces cas ne sont pas liés au COVID-19.
Yuan a en outre expliqué que RaTG13 est une séquence virale détectée à partir d'échantillons biologiques collectés à Mojiang par l'équipe WIV en 2013, plutôt que des échantillons de sérum des mineurs en 2012. Il n'y a aucune preuve pour montrer que RaTG13 et les coronavirus de chauve-souris similaires ont un lien avec la maladie de mineur Mojiang en 2012.

objectif final: salir la réputation de WIV

«publication d'informations anonymes et agissant séparément , sont les atouts de DRASTIC, » a déclaré au global Times Shu Hongshui, professeur de l'Université du Nord - Ouest de la science politique et de droit.
Shu est expérimenté en cybersécurité et a étudié de près les modèles d'activité de DRASTIC. Il a noté que la majorité des membres de DRASTIC publient des travaux de manière anonyme. Seuls quelques-uns d'entre eux utiliseraient leurs vrais noms sur le site officiel ou leurs plateformes de médias sociaux.
Même le nom du fondateur de DRASTIC, Billy Bostickson, est un alias, a déclaré Shu.
Le Global Times a remarqué que certains membres de DRASTIC ont même refusé de figurer sur les sites Web ou les médias sociaux liés à l'organisation.
Cependant, DRASTIC a déclaré sur son site Web que bon nombre de ses membres, en particulier les « experts chinois » et les scientifiques, préfèrent opérer de manière anonyme pour des raisons de confidentialité, de sécurité et de professionnalisme, et ne sont donc pas répertoriés sur leur page.
Certains des membres qui choisissent de rendre leur identité publique prétendent être un microbiologiste indien, un ingénieur français ou espagnol et un analyste bancaire néo-zélandais.

Shu a en outre expliqué que les membres de l'organisation agissent séparément lorsqu'ils publient des articles ou lancent des campagnes. Concrètement, la plupart des articles ou rapports de DRASTIC sont rédigés par une à trois personnes. Les membres ont tendance à collecter des preuves liées aux origines du nouveau coronavirus individuellement plutôt que collectivement. Le fondateur de l'équipe, Billy Bostickson, a également travaillé avec des membres extérieurs à l'organisation sur des soi-disant « rapports ».
Ce style de travail a soulevé des doutes sur les forces qui pourraient les soutenir. Un expert en cybersécurité a déclaré qu'une action absolument spontanée était "moins probable".
Il devrait y avoir des forces anti-chinoises derrière eux qui se reflètent dans leurs activités. Sous le déguisement de retracer l'origine de la maladie à coronavirus, ce qu'ils essaient vraiment de réaliser, c'est de prouver que la maladie à coronavirus est originaire du WIV. C'est très similair, a déclaré Shu, ajoutant qu'" ils prétendent être des scientifiques et des experts en données. Cependant, si c'était purement spontané, leurs efforts pour retrouver la source ne seraient pas aussi politiquement chargés qu'ils sont maintenant."
Shu a également mentionné qu'il est très difficile de clarifier avec les preuves actuelles les forces anti-chinoises spécifiques qui les soutiennent en raison de leurs opérations fragmentées et de leurs sources de financement introuvables.

Les États-Unis ciblent la Chine sur la question de la recherche de l'origine de la maladie à coronavirus qui a provoqué une tempête inflexible au sein de la communauté internationale. Certaines forces anti-chinoises suivent les mesures prises par les États-Unis sur cette question tout en essayant de blâmer la Chine pour l'épidémie. DRASTIC est probablement l'un d'entre eux, a déclaré Shu.
Le Global Times a remarqué que DRASTIC attirait l'attention des grands médias occidentaux depuis février. Sky News, Newsweek, Vanity Fair et le Wall Street Journal, ainsi que de nombreux médias indiens, ont tous cité les points de vue du groupe et se sont extasiés sur la façon dont le groupe a changé le chapitre de l'origine du virus.
"DRASTIC est en hausse", a déclaré Shu, ajoutant que les affirmations infondées de l'organisation étaient de plus en plus bien accueillies par de nombreux médias occidentaux. Il a également noté que "CNN a publié une partie de leurs travaux en juin, ce qui montre que le groupe a intensifié ses efforts pour élargir ses voix via ces médias influents".

Comment DRASTIC, avec de nombreux analystes non professionnels, a-t-il pu obtenir une telle exposition dans les grands médias occidentaux ? Shu a déclaré au Global Times que l'équipe publiait toujours des contenus sensationnels et non professionnels pour attirer le public. De plus, en utilisant des balises telles que « enquêtes indépendantes et transparentes », l'organisation s'est alignée sur les valeurs dominantes occidentales. Il y a aussi la coïncidence avec "l'intention profonde" de certaines forces politiques occidentales qui souhaitent utiliser les origines du virus pour stigmatiser la Chine et contenir son développement.

Guerre politique

Bien que les théories du complot sur la prétendue "fuite du laboratoire de Wuhan" aient circulé pendant un certain temps, ce n'est qu'en février et mars de cette année qu'elles ont été mises en lumière par le récit grand public dans les médias occidentaux. Les analystes ont souligné que cela est étroitement lié au changement d'attitude de l'administration Biden envers la traçabilité de la maladie à coronavirus, qui a conduit à un changement de position de certains experts et universitaires qui avaient l'habitude d'avoir des opinions de gauche.
Li Haidong, professeur à l'Institut des relations internationales de l'Université des affaires étrangères de Chine, a déclaré au Global Times que la véritable intention du gouvernement américain est de mobiliser la société américaine à travers l'opinion publique en faisant pression pour des théories du complot sur la « fuite du laboratoire de Wuhan ".
Il a noté qu'après avoir défini la Chine comme un rival stratégique des États-Unis, les élites américaines ont essayé avec une vigueur incroyable de façonner le soi-disant « consensus anti-Chine » parmi le grand public. Ils veulent s'assurer que leur décision stratégique sur la Chine est assurée de gagner la reconnaissance et le soutien du public pour rendre de telles décisions durables et légitimes. Il ne fait aucun doute que les actions de DRASTIC et d'autres organisations ont fourni la "coquille" d'une telle mobilisation de l'opinion publique aux États-Unis.

Il convient de noter qu'en plus de produire des théories du complot liées à la Chine, DRASTIC a également été exposé pour avoir harcelé des scientifiques qui insistent sur le fait que le coronavirus est d'origine naturelle. Le site d'information CNET a rapporté que "sur Twitter, où l'accès à des scientifiques de renommée mondiale est à un clic, les membres de DRASTIC ont ciblé des virologues et des épidémiologistes qui refusent de s'engager dans la théorie des fuites de laboratoire, et ils ont même faussement accusé certains de travailler pour le Parti communiste chinois."
Lü Xiang, chercheur en études américaines à l'Académie chinoise des sciences sociales, partage le point de vue de Li. Il a noté que les États-Unis mènent une « guerre politique » contre la Chine avec la recherche des origines de COVID-19 et utilisent désormais des moyens à la fois manifestes et secrets dans sa mission.
Lü a déclaré au Global Times que les États-Unis donnent l'impression qu'ils « prouveront » que le gouvernement chinois est responsable de l'épidémie en utilisant ses solides renseignements et ses outils secrets pour trouver les origines de la maladie à coronavirus en Chine. Il s'agit d'une « guerre politique » très morbide initiée par les États-Unis dans le cadre de la crise sans précédent de l'épidémie dans le pays.
Il a déclaré que les États-Unis avaient une longue tradition, une expérience et les compétences de planification nécessaires pour utiliser la « guerre politique » contre des pays avec lesquels ils n'étaient pas d'accord. Sa capacité à "déguiser le détergent à lessive en arme biologique" est inégalée par d'autres pays.
Prenons l'exemple de la CIA, a déclaré Lü. Un tiers du personnel de l'agence a passé des années à se concentrer sur l'infiltration politique et la guerre politique contre d'autres pays. Cependant, la Chine n'a pas les institutions professionnelles, la tradition et la capacité de faire face et de mener une "guerre politique", et pourrait ne pas essayer d'établir un tel mécanisme à l'avenir, a-t-il déclaré.
Compte tenu du contexte ci-dessus, Lü pense que les États-Unis peuvent en effet atteindre une partie de leur objectif qui est de drainer les ressources diplomatiques de la Chine, car les autorités chinoises doivent consacrer une énergie croissante à faire face à la "guerre politique" des États-Unis. Mais en même temps, il faut noter que la « guerre politique » des États-Unis consomme également d'immenses ressources politiques et sociales et c'est beaucoup plus que la perte réelle que la Chine a subie.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16222 messages postés
   Posté le 30-08-2021 à 08:59:21   Voir le profil de Xuan (Online dans la catégorie Europe un nouvel empire ?)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'autorité éducative écarte les exigences de vaccination parentale obligatoire comme condition de retour du campus en Chine

Par Global Times
Publié: 27 août 2021 14:56
https://www.globaltimes.cn/page/202108/1232637.shtml?id=11

Alors que les dernières épidémies nationales de coronavirus sont éteintes, le ministère chinois de l'Éducation a annoncé un certain nombre d'exigences anti-épidémiques lors d'une conférence de presse vendredi, dans le but d'empêcher une autre flambée de frapper les campus au cours du prochain semestre, tout en appelant un arrêter les exigences obligatoires dans certaines écoles qui obligent les parents et les élèves à être complètement vaccinés avant de retourner sur le campus.
Les remarques du ministère sont intervenues après que plusieurs régions de Chine ont annoncé des exigences en matière de vaccins pour les élèves et leurs parents, notamment des villes de la région autonome du Guangxi Zhuang (sud de la Chine), de la province du Zhejiang (est de la Chine) et de la province du Henan (centre de la Chine), selon les médias.

Répondant aux politiques uniformes dans certaines parties du pays, Wu Liangyou, chef adjoint du bureau de contrôle des maladies de la Commission nationale de la santé, a déclaré vendredi lors d'un point de presse du Conseil des Affaires d'Etat que les politiques en question seraient corrigées comme dès que possible, et les mesures trop simplifiées visant à accélérer la vaccination seront découragées, se concentrant plutôt sur la fourniture de raisons positives pour que les personnes se fassent vacciner.
Lors de la conférence de presse, Wang Dengfeng, chef du département de l'éducation physique, de la santé et des arts du ministère, qui est également en charge de la réponse globale à la prévention du COVID-19 au ministère, a déclaré que les écoles devraient ajuster leurs vacances d'été et contrôler à grande échelle, tout en comblant les lacunes des mesures anti-épidémiques sur les campus.

Le ministère collabore avec la Commission nationale de la santé et l'épidémiologiste chinois Zhong Nanshan à la publication de documents d'orientation sur les mesures de prévention du COVID-19 pour les écoles à tous les niveaux, a déclaré Wang, ajoutant que des plans d'urgence devraient être mis en place en cas d'infection sur le campus.
"La variante Delta est très contagieuse et a une courte période d'incubation. Une fois les cas d'infection détectés dans les écoles, la gamme de contacts étroits et sous-proches sera beaucoup plus large qu'auparavant. Cela rend l'isolement des proches et sous-proches contacts essentiels à la prévention de l'épidémie » , a noté Wang.
En juin, un cas de COVID-19 infecté par la variante Delta a été découvert dans une école de la province du Guangdong (sud de la Chine), entraînant la mise en quarantaine de plus de 3 000 personnes à l'école.
Wang a déclaré que les écoles à tous les niveaux ne sont pas autorisées à commencer le nouveau semestre si elles ne peuvent pas respecter les règles locales de prévention des épidémies, si elles ne mettent pas ces mesures en place ou sans plans d'urgence spécifiques et réalisables.
Pour les élèves du primaire et du collège, les masques faciaux ne sont pas obligatoires en classe s'il n'y a pas de zones à haut risque dans le comté ou le district où se trouve l'école, ont déclaré les autorités lors de la conférence de presse. Les élèves de maternelle sont également autorisés à ne pas porter de masques. Mais pour ceux des collèges et des universités, le port du masque est un must sur le campus.

Temps mondial

_______________



Les installations de transport et les foires internationales en Chine vérifient le statut de vaccination contre le COVID-19

Par Global Times
Publié: 29 août 2021 21:46
https://www.globaltimes.cn/page/202108/1232769.shtml

Certaines villes de Chine ont mis en place des politiques exigeant des vérifications des dossiers de vaccination COVID-19 lors des foires internationales et des entrées des transports publics, alors que la Chine continue de renforcer la prévention des épidémies contre les variantes et d'accélérer le rythme de la vaccination.

Le Centre de contrôle et de prévention des maladies de Pékin a annoncé dimanche que les personnes qui ne sont pas complètement vaccinées, "en principe", ne seront pas autorisées à participer à la Foire internationale de Chine pour le commerce des services, la plus grande et la plus riche exposition de première classe au monde. commerce des services, qui se tiendra à Pékin du 2 au 7 septembre.

Les réglementations ont été imposées pour assurer la sécurité des participants, en particulier lorsque la variante Delta est devenue la souche la plus répandue lors des récentes épidémies, a déclaré dimanche Liu Xiaofeng, directeur adjoint du CDC de Pékin, lors d'une conférence de presse.
Mais Liu a noté que les invités à la foire pourraient fournir des certificats de test d'acide nucléique pris dans les 24 ou 48 heures s'ils ne sont pas vaccinés.
Le salon prolongera également le délai d'enquête sur les antécédents épidémiologiques des participants de 14 jours à 21 jours, et les personnes présentant un risque d'infection ne seront pas autorisées à assister à l'événement.

Dimanche, le système de métro de Changsha, dans la province du Hunan (centre de la Chine), a annoncé qu'il commencerait à exiger des passagers qu'ils présentent leur carnet de vaccination contre le COVID-19 avant d'entrer dans les gares.
Selon un avis publié par Changsha Metro sur WeChat, les passagers doivent fournir à la fois leurs codes QR de santé et leurs carnets de vaccination COVID-19 à l'entrée, à partir de dimanche.
Ceux qui ne sont pas vaccinés peuvent entrer dans la station après avoir rempli un questionnaire leur demandant leurs informations personnelles, notamment leur nom, numéro de téléphone, numéro d'identification, adresse de domicile et raisons de ne pas se faire vacciner.

Dalian, dans la province du Liaoning (nord-est de la Chine), a introduit samedi une politique similaire pour les passagers de l'aéroport. Un membre du personnel de l'aéroport a déclaré qu'aucune notification n'avait été faite interdisant aux passagers sans carnet de vaccination d'entrer dans les bâtiments du terminal, mais ils ont suggéré que les gens "se fassent vacciner dès que possible ", a rapporté le Beijing News.
Les personnes âgées qui n'ont pas été vaccinées pour des raisons physiques pourraient présenter un certificat médical de leur médecin pour expliquer leur situation au personnel de l'aéroport, précise le rapport.

La Chine avait administré plus de 2 milliards de doses de vaccins COVID-19 samedi.

Le pays a efficacement contrôlé les épidémies qui ont commencé en juillet dans diverses parties du pays, a indiqué vendredi une conférence de presse du Conseil des Affaires d'Etat. Un expert en recherche et développement de vaccins a déclaré que les vaccins COVID-19 ont contribué à la bataille du pays pour contrôler l'épidémie.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine  la lutte contre le coronavirus est politiqueNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum