Sujet :

la lutte contre le coronavirus est politique

Xuan
   Posté le 20-01-2020 à 09:28:45   

Ci-dessous je poste un fil sur le coronavirus dit COVID-19. Il ne s'agit pas d'un fait divers ou d'une simple question de santé publique. Au cours du développement de cette épidémie on a assisté à des mesures inédites prise par la Chine, tant pour répondre aux besoins régionaux que pour éviter une contamination à l'échelle mondiale.

Assez rapidement les médias impérialistes sont passés de la description objective à la critique voire à la haine.
Le fond est l'opposition entre deux systèmes, parce que les mesures prises par la Chine, la mobilisation du PCC, sont irréalisables dans un pays capitaliste et montrent en négatif la supériorité du système socialiste.
Certaines chaînes comme FR24 a consacré plusieurs tables rondes à des spéculations sur la possibilité d'un effondrement du "totalitarisme chinois" en le reliant à l'épidémie et à une catastrophe économique.
Des sites pro US comme Libé ou le Monde, l'Obs, Huffington Post, etc. ont repris les attaques américaines en semant la suspicion sur les chiffres fournis par la Chine, en voyant la marque du "totalitarisme communiste" dans les mesures de salubrité publique et la discipline, et notamment à propos du silence imposé au médecin décédé depuis.
La presse impérialiste a accusé le gouvernement chinois d'avoir pratiqué une censure qui se serait soldée par des milliers de morts alors que les responsables locaux ont été identifiés et révoqués, contrairement aux "responsables mais pas coupables" du sang contaminé en France.

On ne sait pas encore si l'épidémie pourra ralentir bien que des indications positives apparaissent depuis les 6 ou 7 février, ni si elle peut toucher sérieusement d'autres pays moins capables de se prémunir.
Le coronavirus est extrêmement contagieux mais le taux de mortalité n'est pas des plus élevés. Les annonces alarmistes sont donc erronées et le virus pourra être éliminé.
Rappelons quand même que la grippe a causé plus de 1100 morts en France cet hiver au 11/02/2020.
Les Centers for Disease Control and Prevention, principal institut national de santé publique des États-Unis, estiment qu'il y a eu jusqu'à présent au moins 22 millions de cas de grippe, 210 000 hospitalisations et 12 000 décès dus à la grippe au cours de la saison 2019-2020.


________________________


Des cas liés au coronavirus de Wuhan trouvés dans plus de villes chinoises

Source: Global Times Publié: 2020/1/20 10:58:40
https://www.globaltimes.cn/content/1177394.shtml



Dimanche, une femme quitte le centre de traitement médical de Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine centrale. L'autorité sanitaire de Wuhan a déclaré dimanche que 717 personnes étaient toujours sous observation médicale au milieu de l'épidémie de pneumonie. Samedi, 41 personnes ont été infectées par le nouveau virus, dont 6 se sont rétablies, 1 morte et 7 gravement malades. Photo: AFP



De nouveaux cas de coronavirus ont été confirmés dans d'autres parties de la Chine, avec deux patients sous traitement dans le district de Daxing à Pékin et un cas confirmé et huit autres cas suspects à Shenzhen, dans la province du Guangdong en Chine du Sud.

Les deux personnes à Pékin s'étaient rendues à Wuhan où elles sont descendues avec de la fièvre. Jusqu'à présent, ils n'ont présenté aucun symptôme respiratoire et sont traités dans des salles d'isolement.

Les personnes qui étaient en contact étroit avec les patients de Pékin sont maintenant sous observation médicale. Aucun d'entre eux n'a montré de signes de fièvre, a déclaré la commission de la santé de Daxing sur Sina Weibo.

Un patient de 66 ans originaire de Shenzhen, province du Guangdong est tombé avec de la fièvre le 3 janvier alors qu'il était à Wuhan en visite chez un membre de sa famille. Le patient est allé à l'hôpital après son retour à Shenzhen et a été mis en quarantaine le 11 janvier. Il est maintenant dans un état stable et ses contacts étroits sont surveillés. Huit autres personnes soupçonnées d'avoir contracté le virus sont sous observation et traitement médicaux à Shenzhen.

Les autorités sanitaires du Guangdong optimisent les procédures hospitalières pour faire face aux cas suspects et ont renforcé les réglementations sur les marchés agricoles.

La province du Zhejiang, dans l'est de la Chine, a signalé cinq cas de personnes souffrant de symptômes respiratoires et de fièvre dans différentes villes. Les patients sont traités à Wenzhou, Zhoushan et Hangzhou et tous sont venus de Wuhan.

Les autorités vérifient maintenant si les patients ont contracté le nouveau coronavirus et fourniront des mises à jour une fois que l'état des patients aura été confirmé, a annoncé lundi la commission de la santé de la province.

Le nouveau coronavirus infectieux a été détecté pour la première fois chez des personnes ayant travaillé ou visité un marché de fruits de mer à Wuhan. Le nombre de cas de coronavirus dans la ville est passé à 198, avec 136 nouveaux cas confirmés au cours du week-end.

Des cas de coronavirus ont également été confirmés au Japon et en Thaïlande. Quatre-vingt-dix cas suspects ont été signalés à Hong Kong, tandis que Singapour et le Vietnam ont également découvert des cas suspects.

Le public s'est déclaré préoccupé par une éventuelle épidémie qui pourrait émerger pendant la ruée vers les voyages en cours au Festival du printemps, qui mettra au défi les autorités de prévention et de contrôle des maladies du pays, qui ont déjà mis en œuvre un certain nombre de mesures pour détecter de nouveaux cas de la maladie.

Global Times


Edité le 13-02-2020 à 23:13:07 par Xuan


Xuan
   Posté le 20-01-2020 à 20:08:36   

Le président chinois ordonne des efforts résolus pour freiner la propagation du virus

French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2020-01/20/c_138721614.htm Publié le 2020-01-20 à 22:05

BEIJING, 20 janvier (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a ordonné des efforts résolus pour freiner la propagation du nouveau coronavirus qui a provoqué des cas de pneumonie.

Donnant des instructions sur le travail lié à la situation de la pneumonie, M. Xi, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, a souligné que la sécurité et la santé du peuple étaient la priorité absolue.

Selon le bilan établi lundi à 18h00, un total de 224 cas de pneumonie provoqués par le nouveau coronavirus ont été signalés en Chine. Parmi eux, 217 sont confirmés et 7 restent suspects.

À l'étranger, un cas a été confirmé au Japon, deux en Thaïlande et un en République de Corée.
Xuan
   Posté le 22-01-2020 à 17:52:10   

La pneumonie de Wuhan: un signal d'alarme pour la recherche fondamentale chinoise



https://www.globaltimes.cn/content/1177748.shtml
Par Ai Jun Source: Global Times Publié: 2020/1/22 23:08:40



Photo: Xinhua



Le magazine Science a publié un article intitulé "China's Missed Chance" en juillet 2003, arguant que la Chine avait perdu une occasion de montrer "des prouesses scientifiques croissantes" en raison de l'absence de mesures médicales rapides pour maîtriser le SRAS. Quelque 17 ans plus tard, la Chine a-t-elle suffisamment de force scientifique pour faire face à la pneumonie de Wuhan avec confiance et efficacité?

L'OMS a noté le 12 janvier que "la Chine partageait la séquence génétique du nouveau coronavirus". Un jour plus tard, l'organisation a publié un rapport sur la détection diagnostique du virus, délivré par un groupe de chercheurs allemands, qui plus tard auraient "mis au point le premier test de diagnostic" pour le virus de Wuhan.

Presque en même temps, la Chine a également développé un appareil de test de diagnostic. Sa vitesse peut être argumentée beaucoup plus rapidement par rapport à l'épidémie de SRAS en 2003. Cependant, la Chine, où le SRAS et le virus de Wuhan sont apparus pour la première fois, n'a pas été la première dans la recherche et le développement diagnostiques (R&D) pertinents dans les deux cas.

La Chine a connu une forte augmentation des cas de nouveau coronavirus au cours des deux derniers jours. Qu'est-ce qui a provoqué l'escalade? Certains disent que cela est dû au fait que la Chine a développé et mis en œuvre des dispositifs de test qui peuvent augmenter l'efficacité des inspections pertinentes. Cependant, le premier patient connu présentant des symptômes apparentés est apparu le 8 décembre 2019. Pourtant, jusqu'au 11 janvier, il avait été qualifié de «pneumonie de cause inconnue». Il n'y avait eu aucune recherche pour déverrouiller le mystérieux virus depuis plus d'un mois. N'est-ce pas une cause majeure de la propagation rapide de la maladie?

La Chine doit avoir entamé des recherches et des analyses pertinentes dès que le nouveau virus a été détecté. Pourtant, la vitesse joue un rôle crucial dans la prévention et le contrôle de l'épidémie. La collecte d'échantillons et la recherche prennent du temps, mais dans une épidémie comme celle-ci, les gens espèrent seulement que les autorités pourront réagir plus rapidement.

Derrière la lutte contre les infections, il y a le développement et la concurrence dans les technologies et la R&D.

La force technologique de la Chine grandit, ce qui est prouvé par le chemin de fer Qinghai-Tibet, la technologie 5G, l'atterrisseur lunaire Chang'e-5 et le submersible Jiaolong. Néanmoins, le pays n'est toujours pas en mesure de produire certains produits chimiques de haute pureté ou des instruments d'analyse haut de gamme. Un seul scientifique chinois, Tu Youyou, a reçu le prix Nobel, où des scientifiques de certains pays occidentaux, dont le Japon, peuvent gagner le prix au cours des années consécutives.

La recherche fondamentale de la Chine, ou recherche scientifique fondamentale, pour améliorer les théories scientifiques est toujours à la traîne. Des rapports ont montré que les investissements chinois dans la recherche fondamentale ne représentent que 5% de l'investissement total du pays dans la R&D. Pourtant, dans les pays développés, la proportion varie de 15 à 20%.

Il faut du temps pour la recherche fondamentale. Mais les temps n'attendent personne. Toute tentative visant à obtenir un succès rapide et des avantages instantanés doit être évitée. Cependant, il est temps que la Chine augmente ses investissements, se concentre sur la formation des talents, la constitution d'équipes et les ajustements politiques dans ce domaine. Au final, un solide soutien scientifique est un facteur crucial pour maintenir le développement stable du pays.
Xuan
   Posté le 22-01-2020 à 17:56:04   

La Chine rapporte 440 cas confirmés de pneumonie causée par le nouveau coronavirus


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2020-01/22/c_138726880.htm Publié le 2020-01-22 à 18:05


BEIJING, 22 janvier (Xinhua) -- Conférence de presse sur la pneumonie causée par le nouveau coronavirus organisée par le Bureau de l'Information du Conseil des Affaires d'Etat à Beijing, capitale de la Chine, le 22 janvier 2020. Les autorités sanitaires chinoises ont annoncé mercredi que 440 cas confirmés de pneumonie causée par le nouveau coronavirus (2019-nCoV) avaient été signalés dans 13 régions de rang provincial à la fin de la journée de mardi. (Photo : Cai Yang)

BEIJING, 22 janvier (Xinhua) -- Les autorités sanitaires chinoises ont annoncé mercredi que 440 cas confirmés de pneumonie causée par le nouveau coronavirus (2019-nCoV) avaient été signalés dans 13 régions de rang provincial à la fin de la journée de mardi.

Parmi ces cas, neuf se sont avérés mortels, tous dans la province centrale du Hubei, a précisé Li Bin, directeur adjoint de la Commission nationale de la santé (CNS), lors d'une conférence de presse.
Au total, 149 nouveaux cas ont été rapportés mardi, selon M. Li.
A l'étranger, un cas a été confirmé au Japon, trois en Thaïlande, et un en République de Corée.
Un total de 2.197 personnes ayant eu des contacts étroits avec les malades ont été retrouvées, selon les chiffres de la commission. Parmi elles, 1.394 sont en observation médicale, tandis que 765 autres ont pu quitter l'hôpital.

Le nombre de cas d'infection a récemment connu une hausse, probablement en raison de l'amélioration des méthodes de diagnostic et de réactifs avancés pour confirmer la pneumonie causée par le nouveau coronavirus, a analysé M. Li.
Selon des experts, la transmission respiratoire est le principal canal de contamination, et le virus devrait connaître des mutations, augmentant le risque de propagation de la pneumonie.
La commission publie des rapports quotidiens sur le nombre de cas confirmés et suspects depuis le 20 janvier.

Les experts ont appelé à la vigilance car la circulation de la population sera accrue durant les vacances du Nouvel An lunaire chinois.
Des mesures strictes ont été adoptées pour prévenir la propagation du virus. Un total de 15 détecteurs thermiques ont été installés à l'aéroport international Tianhe de Wuhan, et 20 autres dans les trois gares ferroviaires principales de la ville.
La ville surveillera et contrôlera strictement les marchés fermiers, les supermarchés, les restaurants et renforcera la lutte contre le trafic d'animaux sauvages, a fait savoir M. Li.
Les rassemblements publics seront restreints et les voyages d'entrée et de sortie non nécessaires de Wuhan seront annulés.

"Nous devons rester strictement sur nos gardes pour que la pneumonie ne se propage pas à l'extérieur de Wuhan" , a ajouté M. Li.
Gao Fu, chef du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, a indiqué qu'il n'y avait jusqu'à présent pas de preuve montrant l'apparition d'une personne hypercontagieuse.
Selon lui, à en juger par les preuves actuelles, le virus provenait des animaux sauvages vendus dans un marché de fruits de mer à Wuhan.

Le 20 janvier, la Chine avait partagé des informations avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), des pays concernés et les autorités locales à Hong Kong, Macao et Taiwan à 15 occasions, a noté M. Li.
La CNS a également organisé quatre réunions avec des experts de l'OMS et les a invités à Wuhan pour obtenir des informations de première main sur l'épidémie, selon M. Li.
"Nous restons en étroite communication avec nos homologues en Thaïlande, au Japon, en République de Corée, aux Etats-Unis et dans d'autres pays, ainsi qu'avec leurs ambassades respectives en Chine, partageant les dernières informations avec eux et leur offrant de l'aide en matière de vérification des cas confirmés et suspects" , a poursuivi M. Li.
La CNS a fourni des kits de diagnostic gratuits aux autorités sanitaires de Hong Kong et de Macao à leur demande, a-t-il ajouté.
Xuan
   Posté le 23-01-2020 à 00:08:56   

Une vidéo sur l'OBS, sur les mesures prises en Chine https://youtu.be/PDfVjGydcpA
Xuan
   Posté le 24-01-2020 à 12:44:33   

La Chine prend des mesures strictes face à l'épidémie

le Quotidien du Peuple en ligne http://french.peopledaily.com.cn/VieSociale/n3/2020/0124/c31360-9651632.html 24.01.2020 11h37




La Chine prend des mesures plus strictes dans les hôpitaux pour protéger les travailleurs de la santé dans le cadre de l'épidémie de pneumonie causée par la nouvelle souche de coronavirus, et la formation de ces employés sera renforcée à l'échelle nationale, a annoncé le 22 janvier la plus haute autorité sanitaire du pays.

Selon Jiao Yahui, directrice adjointe du département d'administration médicale et de supervision de la commission qui s’est exprimé lors d'une conférence de presse, la Commission nationale de la santé a révisé les normes et spécifications de protection des travailleurs médicaux et renforcé les mesures de prévention et de contrôle contre la maladie dans les hôpitaux.

La commission fournit une formation supplémentaire sur le protocole de contrôle des infections requis aux travailleurs de la santé du pays qui traitent les personnes infectées, a déclaré Mme Jiao, ajoutant que les travailleurs médicaux sont en première ligne dans la prévention et le contrôle de l'épidémie. Comme des preuves de la transmission interhumaine ont déjà été observées, y compris parmi les professionnels de la santé, cela montre qu'il existe des lacunes dans les méthodes de traitement, a-t-elle déclaré.

De son côté, CCTV a annoncé le 21 janvier, citant l’hôpital, que Wang Guangfa, directeur du département de médecine pulmonaire du premier hôpital de la Peking University, est soupçonné d'avoir contracté la maladie potentiellement mortelle après avoir visité Wuhan, la capitale de la province du Hubei (centre de la Chine), le 31 décembre.

Le 20 janvier, 15 travailleurs médicaux à Wuhan ont été confirmés atteints et un autre suspecté d'avoir contracté une pneumonie causée par le nouveau coronavirus. L'un de ces 16 patients est dans un état critique et les autres sont dans un état stable. Selon la commission de la santé municipale de Wuhan, tous sont traités isolément.

La contamination de ces travailleurs médicaux a également incité les services et départements hospitaliers indépendants à se montrer très vigilants dans les mesures de prévention de la contagion, et tout membre du personnel hospitalier qui présente des symptômes de la maladie devrait demander un diagnostic et un traitement médicaux immédiats, a indiqué Mme Jiao.

Les hôpitaux de Wuhan ont quant à eux intensifié leurs efforts pour contrôler les infections survenant dans les hôpitaux afin de mieux protéger le personnel médical et les professionnels et de renforcer la surveillance de routine pour détecter les cas suspects le plus tôt possible.

Les médecins portent des vêtements de protection tels que des chapeaux, des masques chirurgicaux, des blouses et des couvre-chaussures pour se protéger des infections, a rapporté CCTV, citant une vidéo sur la plate-forme de médias sociaux Sina Weibo.

Les travailleurs de la santé étant à proximité des patients, ils présentent un risque élevé d'infection. Lors de l'épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) de 2003, le personnel médical avait représenté 19% des 4 948 cas signalés sur la partie continentale de la Chine.

(Rédacteurs : Yishuang Liu)
Xuan
   Posté le 24-01-2020 à 12:51:01   

La Chine construit un nouvel hôpital à Wuhan https://youtu.be/1rkEQIy81Zk
Xuan
   Posté le 25-01-2020 à 19:05:24   

Sur Global Times les infos au fil de l'eau. Utiliser la traduction automatique.
Xuan
   Posté le 25-01-2020 à 19:20:00   

Coronavirus : la situation est « grave » et l’épidémie « s’accélère », affirme Xi Jinping


L’épidémie d’origine chinoise, qui a fait 41 morts, s’étend : des cas ont été détectés dans une douzaine de pays. Trois personnes sont contaminées à Paris et Bordeaux.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 06h40, mis à jour à 15h53
https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/01/25/41-morts-en-chine-premiers-cas-en-australie-et-en-france-l-epidemie-de-coronavirus-s-etend_6027183_3244.html

Depuis un mois, le coronavirus apparu en Chine a fait 41 morts et contaminé près de 1 300 personnes, selon le dernier bilan livré par les autorités chinoises. Sur le total des malades, 237 sont dans un état critique, d’après les chiffres officiels. Transmissible entre humains, il inquiète les autorités du monde entier. Ces derniers jours, des cas ont été détectés dans une douzaine de pays, du Japon à la France en passant par l’Australie et les Etats-Unis. Le point sur la progression de l’épidémie.

La situation est « grave » selon Xi Jinping
« Face à la situation grave d’une épidémie qui s’accélère (...) il est nécessaire de renforcer la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti » , a affirmé samedi le président Xi Jinping lors d’une réunion du comité permanent du Bureau politique du Parti communiste, l’instance de sept membres qui dirige le pays.

La Chine peut « remporter la bataille » contre le nouveau coronavirus, a encore assuré le chef de l’Etat chinois, selon l’agence de presse Chine nouvelle.

Plus tard, la télévision publique a annoncé que le gouvernement chinois allait suspendre les voyages organisés en Chine et à l’étranger en réponse à l’épidémie. A compter de lundi, les agences de voyage chinoises ne pourront plus vendre de réservations d’hôtels ni de voyages à des groupes, a précisé la chaîne de télévision CCTV.

L’armée chinoise déploie du personnel médical à Wuhan
La grande métropole de Wuhan, épicentre de l’épidémie, est depuis jeudi coupée du reste du monde. Samedi 25 janvier, la zone de confinement a même été élargie à 56 millions de personnes, pratiquement toute la province du Hubei. Les trains sont à quai, les autoroutes fermées et à Wuhan, la circulation des véhicules à moteur non essentiels sera interdite à compter de samedi minuit (17 heures, à Paris). En dehors du Hubei, les autorités ont annoncé la mise en place de mesures de dépistage du virus dans tout le pays.

Vendredi, 450 médecins et autre personnel médical de l’Armée populaire de libération (APL) sont arrivés par avion pour intensifier la lutte contre le virus. Certains d’entre eux ont l’expérience du virus Ebola et du SRAS, un virus similaire au coronavirus. L’agence de presse Chine nouvelle a précisé que les militaires, qui appartiennent aux armées de terre, de l’air et à la marine, étaient arrivés vendredi soir. Ils doivent être répartis dans les hôpitaux de la ville qui accueillent un grand nombre de patients atteints de la pneumonie virale. Parmi eux figurent des spécialistes des maladies respiratoires et infectieuses, des maladies nosocomiales et des soins intensifs.

Parmi les victimes du virus, la presse chinoise rapporte la mort d’un médecin de l’hôpital de Hubei. Liang Wudong, qui était en première ligne lorsque l’épidémie s’est déclarée à Wuhan, ville du centre du pays, était âgé de 62 ans, précise sur Twitter la chaîne China Global Television.

Un deuxième hôpital va être spécialement construit « d’ici à deux semaines » dans la métropole pour traiter des patients, a rapporté samedi Le Quotidien du peuple. Il aura une capacité de 1 300 lits, qui s’ajouteront aux 1 000 lits prévus dans un premier hôpital pour les patients atteints du virus dont la construction dans un délai de dix jours avait été annoncée vendredi, précise le journal d’Etat.

En Asie, de nombreux pays touchés, mais pas d’autre foyer de propagation
Deux cas ont été enregistrés en Corée du Sud, deux au Japon, un au Népal, trois à Singapour, un à Taïwan, quatre en Thaïlande, deux au Vietnam, et dans les provinces semi-autonomes chinoises, on en dénombre deux à Hongkong, et deux à Macao. Dans tous les cas, il s’agit de ressortissants chinois ou de personnes ayant voyagé à Wuhan, l’épicentre de l’épidémie.

De son côté, Hongkong a décrété samedi le niveau d’alerte sanitaire maximal sur son territoire et annoncé des mesures drastiques pour endiguer la propagation de l’épidémie : fermeture des écoles, annulation du marathon, vols et trains en provenance de Wuhan annulés…

Trois cas détectés en France, les premiers sur le continent européen
Trois cas ont été confirmés vendredi soir en France, les premiers en Europe, l’un à Bordeaux (sud-ouest), les deux autres à Paris. Les trois patients hospitalisés, qui ont tous séjourné en Chine, ont été placés en isolement. « Nous avons aujourd’hui les premiers cas européens, probablement parce que nous avons mis au point le test très rapidement et que nous sommes capables de les identifier », a estimé la ministre de la santé, Agnès Buzyn.
Contrairement à d’autres pays, la France n’a pas mis en place de mesures particulières aux frontières pour les passagers venant de Chine, avec contrôle de température notamment, méthode jugée peu fiable par la ministre de la santé, mais selon une source aéroportuaire il y a désormais « un accueil spécial pour les vols chinois avec la remise de masque. L’accueil se fait dans le calme ».
Par ailleurs, le ministère des affaires étrangères a annoncé que la France « envisage » de mettre en place des autobus pour que les Français présents à Wuhan, placée en quarantaine par les autorités chinoises pour lutter contre le nouveau coronavirus, puissent quitter la ville.

Un premier cas confirmé en Australie
Un premier cas a été confirmé samedi 25 janvier en Australie. Le patient, un homme sur lequel aucun autre détail n’a été divulgué, a rallié Melbourne il y a une semaine en provenance de la ville de Wuhan, ont communiqué les autorités australiennes. Selon Brendan Murphy, responsable de la santé publique pour le gouvernement australien, les autorités de l’Etat de Victoria ont suivi « strictement les protocoles, y compris la mise à l’isolement de la personne affectée ». « Je crois comprendre que le patient souffre d’une pneumonie et qu’il est dans un état stable », a-t-il relevé.

Deux cas aux Etats-Unis
Un homme d’une trentaine d’années ayant séjourné dans la région de Wuhan a été hospitalisé non loin de Seattle (côte ouest), où il était retourné le 15 janvier, ont annoncé le 21 janvier les autorités. Il avait contacté de lui-même les services de santé le 19 janvier, après l’apparition de symptômes. Son état est jugé satisfaisant. Un deuxième cas a été enregistré le 24 janvier, celui d’une sexagénaire arrivée de Wuhan le 13 janvier et habitant Chicago. « Elle se porte bien cliniquement », d’après les autorités sanitaires locales.

Voir les graphiques ici

Qu’est-ce qu’un coronavirus ?
Les coronavirus forment un groupe de virus dont les premiers représentants ont été identifiés au milieu des années 1960. Leur nom provient des prolongements en forme de couronne situés à leur surface. Ils provoquent des infections respiratoires chez l’homme et chez l’animal, ainsi que des atteintes gastro-entéritiques pour ce dernier.

Selon le type de virus, ces infections sont d’une gravité très variable puisqu’elles vont du simple rhume à des syndromes provoquant une détresse respiratoire et la mort.

La famille des coronavirus ­humains comptait jusqu’à ­présent six membres : quatre donnant des infections respiratoires généralement bénignes et deux provoquant des pneumonies : le SRAS-CoV, ­responsable du syndrome ­respiratoire aigu sévère (SRAS), et le MERS-CoV, à l’origine du ­syndrome respiratoire du Moyen-Orient.


Edité le 25-01-2020 à 19:22:45 par Xuan


Xuan
   Posté le 26-01-2020 à 00:07:56   

Coronavirus: l'épidémie «s'accélère», la situation est «grave», selon Xi Jinping
© CC0 / geralt

15:03 25.01.2020
https://fr.sputniknews.com/international/202001251042958815-coronavirus-lepidemie-saccelere-la-situation-est-grave-selon-xi-jinping/

Le nouveau coronavirus se propageant, la situation en Chine a été qualifiée de «grave» par le Président Xi Jinping qui estime que l'épidémie, qui a déjà fait 41 morts et 1.372 personnes infectées, «s'accélère».

L'épidémie de pneumonie virale qui a déjà fait 41 morts «s'accélère» et la situation en Chine a été qualifiée de «grave» par le Président Xi Jinping, cité par l'agence Sina.

La Chine peut «remporter la bataille» contre le nouveau coronavirus, a-t-il affirmé lors d’une réunion du comité permanent du bureau politique du Parti communiste, a indiqué l'agence de presse Chine nouvelle.

«Lorsqu'une épidémie éclate […] il est de notre responsabilité de la prévenir et de la contrôler», a souligné Xi Jinping.
Il a ordonné aux comités du Parti communiste et aux gouvernements à tous les niveaux de faire une priorité du contrôle de la propagation de l’épidémie et des moyens de l’enrayer.

Selon une décision de la réunion, les responsables de la province du Hubei, où l'épidémie a commencé, doivent accorder une importance primordiale aux moyens de prévention et prendre des mesures plus rigoureuses pour empêcher la propagation du virus, plaçant tous les patients en quarantaine pour traitement.
Une attention particulière devrait être accordée au contrôle et au dépistage, a encore mis en relief la réunion qui a également estimé indispensable de diffuser des informations opportunes, précises et transparentes sur le sujet pour répondre aux préoccupations du pays et de l'étranger.

Dernier bilan
Les autorités sanitaires chinoises ont annoncé ce 25 janvier que, selon un dernier bilan, 1.372 cas confirmés de pneumonie causée par le nouveau coronavirus 2019-nCoV avaient été enregistrés dans le pays.

En outre, 1.965 cas suspects ont été repérés et 38 personnes guéries sont sorties des hôpitaux, indique Chine nouvelle.
Xuan
   Posté le 27-01-2020 à 09:37:37   

Chine : le développement de vaccins contre le nouveau coronavirus est en cours

French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2020-01/26/c_138735050.htmPublié le 2020-01-26 à 15:25
BEIJING, 26 janvier (Xinhua) -- Le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies a amorcé le développement de vaccins pour lutter contre le nouveau coronavirus (2019-nCoV), a annoncé dimanche un responsable du centre.

Le centre a isolé le virus et est en train d'identifier sa souche, a fait savoir Xu Wenbo, directeur de l'Institut national de contrôle et de prévention des maladies virales dépendant du centre, ajoutant que le criblage des médicaments ciblant la pneumonie causée par le nouveau coronavirus est en cours.
Xuan
   Posté le 27-01-2020 à 09:41:46   

La Chine est à un moment crucial de la prévention et du contrôle du nouveau coronavirus


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2020-01/26/c_138735588.htm Publié le 2020-01-26 à 22:45
BEIJING, 26 janvier (Xinhua) -- La Chine est à un moment crucial dans la prévention et le contrôle de l'épidémie du nouveau coronavirus, a déclaré dimanche un haut responsable de la santé.

Les congés d'une semaine du Nouvel An lunaire chinois qui durent du 24 au 30 janvier s'avèrent le meilleur moment pour effectuer l'isolation et la désinfection massives, a indiqué Ma Xiaowei, directeur de la Commission nationale de la santé (CNS) lors d'une conférence de presse.

Des résultats cliniques récents ont montré que le virus est devenu plus contagieux, mais des études sont encore nécessaires pour comprendre sa virulence, a déclaré M. Ma, ajoutant que les mesures de prévention et de contrôle prises à Wuhan jouent un rôle important.

"L'épidémie de pneumonie est encore dans une phase précoce" , a indiqué M. Ma. "Avec des mesures strictes prises par diverses régions du pays, nous serons capables de freiner la propagation du virus à moindre coût et à une vitesse plus rapide."

La pneumonie causée par le nouveau coronavirus s'est d'abord déclenchée dans la ville de Wuhan, capitale de la province centrale du Hubei, avant de se propager rapidement à travers le pays. Samedi, cette épidémie avait déjà causé un total de 56 morts, dont la plupart au Hubei, et 1.975 cas avaient été confirmés.

M. Ma a appelé au renforcement du travail de prévention et de contrôle basé sur les quartiers à travers le pays, ainsi qu'à la gestion des personnes qui, dans les 15 derniers jours, ont voyagé de Wuhan pour d'autres parties du pays.

Il a également mis l'accent sur les efforts visant à renforcer les mesures de surveillance et de prévention afin de contenir l'éventuelle propagation du virus dans les zones rurales.

Le système des transports est une voie possible de transmission du virus, a fait remarquer Liu Xiaoming, vice-ministre des Transports, notant que les restrictions de voyage imposées sur certaines villes étaient nécessaires, car elles peuvent couper de manière efficace la transmission du virus.

Après que Wuhan ait annoncé jeudi la suspension du transport public dans la ville, ainsi que la fermeture des aéroports et des gares ferroviaires aux passagers sortants, plusieurs villes au Hubei et dans d'autres provinces ont adopté la même démarche. Shanghai et Beijing ont également annoncé des restrictions de trafic.

M. Ma a également abordé la question de l'aide médicale au Hubei, indiquant que plus de 900 membres du personnel médical constitués en sept équipes avaient été envoyés dans la province.

Douze équipes supplémentaires de plus de 1.600 membres du personnel médical seront envoyées dans la province du Hubei où le système médical local a été surchargé par la propagation de l'épidémie, a poursuivi M. Ma. Il a ajouté que le personnel médical serait dépêché sous peu et que les autorités coordonneraient également les fournitures nécessaires d'urgence afin de contrôler l'épidémie.

Wuhan aura près de 5.000 lits supplémentaires pour les patients dans les trois prochains jours, a fait savoir M. Ma.

La Chine mettra les patients gravement malades du nouveau coronavirus dans les meilleurs hôpitaux et les soignera avec les meilleures ressources médicales, a souligné M. Ma.

Le Centre de contrôle et de prévention des maladies de Chine a annoncé précédemment avoir lancé le développement de vaccins contre le nouveau coronavirus.

Le pays a accentué ses efforts en matière d'échanges et de coopération internationaux en fournissant de manière opportune des informations à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a indiqué M. Ma. Il a aussi affirmé que la Chine a également partagé des informations technologiques et la séquence du génome complète de certaines souches virales avec l'OMS.

Pour garantir davantage la transparence, la CNS organisera des points de presse quotidiens sur l'épidémie à partir de lundi et des points de presse similaires seront organisés au Hubei et dans d'autres régions gravement touchées, selon le Bureau de l'Information du Conseil des Affaires d'Etat.
Xuan
   Posté le 28-01-2020 à 09:22:11   

Le président chinois appelle à s'appuyer sur le peuple pour remporter la bataille contre l'épidémie


http://french.xinhuanet.com/2020-01/27/c_138737672.htm
BEIJING, 27 janvier (Xinhua) -- La Chine doit s'appuyer sur son peuple pour remporter la bataille contre l'épidémie du nouveau coronavirus, a déclaré lundi le président chinois Xi Jinping.

M. Xi, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président de la Commission militaire centrale, s'est ainsi exprimé dans une instruction aux organisations, membres et cadres du Parti, les exhortant à unir le peuple pour appliquer résolument les décisions et dispositions du Comité central du PCC.

Garder l'intérêt du peuple à l'esprit est la plus grande priorité dans l'actuelle bataille ardue de prévention et de contrôle de l'épidémie de pneumonie causée par le nouveau coronavirus, a souligné M. Xi.

Le président chinois les a exhortés à raffermir leur confiance, à rester unifiés et à prendre des mesures scientifiques et ciblées dans la prévention et le contrôle de l'épidémie afin de permettre au drapeau du Parti de "voler haut sur la ligne de front du champ de bataille".

Les comités du Parti à tous les niveaux doivent porter des jugements scientifiques et précis sur la situation épidémiologique, a fait remarquer M. Xi, demandant l'unité dans la direction, le commandement et l'action concernant le travail de prévention et de contrôle.

M. Xi a exhorté les responsables des organisations du Parti, notamment les responsables principaux, à toujours rester à leur poste, à commander en première ligne et à assumer leurs responsabilités de gouvernance.

Les organisations et membres du Parti au niveau de base doivent jouer le rôle d'avant-garde pour largement mobiliser, organiser et unir le peuple dans la prévention et le contrôle collectifs afin de fortifier une défense puissante basée sur la participation de masse, a poursuivi M. Xi.
Xuan
   Posté le 28-01-2020 à 16:32:54   

Le PCC publie une circulaire sur le soutien politique dans la lutte contre le nouveau coronavirus


http://french.xinhuanet.com/2020-01/28/c_138739918.htm

BEIJING, 28 janvier (Xinhua) -- Le Comité central du Parti communiste chinois (PCC) a publié une circulaire sur le renforcement de la direction du Parti et l'offre d'un soutien politique fort pour lutter contre l'épidémie du nouveau coronavirus.

Diffusée à tous les comités du Parti et à tous les groupes dirigeants du Parti, la circulaire précise leur travail dans le cadre de la lutte contre l'épidémie en cours.

Ils doivent organiser et mobiliser les organisations, les membres et les cadres du Parti pour qu'ils se joignent à la lutte en première ligne contre l'épidémie et transformer les forces politiques et organisationnelles du Parti, ainsi que l'avantage de ses liens étroits avec le peuple en un pouvoir politique fort pour la prévention et le contrôle de l'épidémie, indique la circulaire.

Ils doivent également inspirer et orienter les membres et les cadres du Parti, notamment les responsables principaux pour répondre aux défis et faire face aux épreuves soulevées par la situation actuelle, ajoute le document.

Les organisations et les membres du Parti au niveau de base doivent jouer un rôle d'avant-garde et bâtir un réseau de défense puissant au niveau du quartier, poursuit la circulaire.

En coordination avec les autorités et les établissements sanitaires, tous les comités du Parti et tous les groupes dirigeants du Parti doivent mobiliser et sélectionner les membres et cadres du Parti parmi les experts médicaux et les membres du personnel médical pour jouer un rôle de premier plan dans le traitement des patients, la recherche scientifique et la prévention des maladies au niveau de base, souligne la circulaire.


Edité le 28-01-2020 à 16:33:23 par Xuan


Xuan
   Posté le 29-01-2020 à 22:57:29   

Photos de la construction d'un hôpital temporaire à Wuhan
http://french.xinhuanet.com/photo/2020-01/29/c_138741511.htm
Xuan
   Posté le 29-01-2020 à 23:15:47   

Des vidéos sur les réseaux sociaux
https://youtu.be/ZExo1po0dF0
Xuan
   Posté le 30-01-2020 à 23:42:56   

L'épidémie montre qu'il est possible d'améliorer la gouvernance des mégapoles en Chine

Par Shi Tian Source: Global Times Publié: 2020/1/30 23:03:41
https://www.globaltimes.cn/content/1178040.shtml

Au cours de la semaine dernière, l'épidémie du nouveau coronavirus (2019-nCoV) a affecté tous les niveaux du système de gouvernement chinois. En particulier, il a posé un test majeur de la capacité du pays à gouverner les grandes villes.

La Chine est déjà entrée dans une phase de développement global de l'urbanisation. La supériorité du système du pays est importante - il peut toujours mobiliser la nation tout entière et se concentrer pour aller de l'avant.

Par exemple, à la fin de 2018, le taux d'urbanisation de la Chine avait atteint 59,58%, soit une augmentation de 48,94 points de pourcentage par rapport à la fin de 1949. L'investissement du pays dans les infrastructures chaque année est supérieur à l'Amérique du Nord et à l'Europe occidentale réunies. L'urbanisation et le développement des infrastructures de la Chine sont évidents pour le monde.

En raison de cette supériorité du système chinois, les villes chinoises se sont développées à un rythme époustouflant et sont devenues étroitement liées les unes aux autres. Prenez Wuhan, la province du Hubei en Chine centrale et l'épicentre de l'épidémie de coronavirus. La ville compte plus de 10 millions d'habitants, encore plus que celle de New York. S'il n'y avait pas de coronavirus, on estime que le flux de population vers Wuhan pendant la Fête du Printemps serait d'environ 30 millions.

Avec de tels progrès dans le développement urbain, le pays a accumulé quelques expériences dans la gestion des grandes villes en termes d'administration quotidienne et de fourniture de services, et la population a bénéficié de diverses commodités apportées par de telles expériences.

Mais le déclenchement de la nCoV 2019 nous a fait comprendre qu'il existe encore des difficultés et des défis dans la gouvernance des mégapoles.

Il ne fait aucun doute que l'expansion rapide de l'épidémie est étroitement liée au développement rapide des villes chinoises et à la circulation rapide des facteurs dans l'ensemble de la société. La gouvernance du pays est-elle capable de suivre le niveau élevé de développement? Nos mécanismes de contrôle des maladies peuvent-ils faire face aux énormes défis imposés? Ces questions suscitent la réflexion.

La grande crise de santé publique concerne non seulement la lutte contre les maladies, mais aussi la qualité globale des résidents et les lois et règlements connexes. Face à une telle crise, le gouvernement doit mettre en place des mécanismes plus complets. Et surtout, les gouvernements à tous les niveaux doivent respecter la science.

La gouvernance des grandes villes est un tableau scientifique complexe, et elle nécessite des recherches et des analyses par les services à tous les niveaux. Pour lutter contre les maladies infectieuses, beaucoup de travail doit être fait, y compris la diffusion d'informations en temps opportun, efficace et précise, les préparations quotidiennes pour les grandes flambées de maladies, la fourniture de fournitures de la ville, la vulgarisation complète des connaissances médicales de base, la formation des bénévoles et les dispositions pour les étrangers.

Le contrôle des maladies n'est qu'un exemple. Pour bien gouverner les grandes villes, notamment pour bien gérer les crises publiques dans les mégapoles, une longue route nous attend. Aucun pays au monde ne peut offrir à la Chine des expériences systématiques à cet égard, car le développement et la taille de la Chine sont incomparables. Nous ne pouvons qu'explorer nos propres voies. On espère que la Chine pourra tirer des leçons de cette crise et ouvrir de nouvelles voies pour sa gouvernance métropolitaine.
marquetalia
   Posté le 31-01-2020 à 17:39:42   

Les risques d infections dues au coronavirus provoquent la multiplication des cas de sinophobie et de racisme anti asiatique en France.
Xuan
   Posté le 01-02-2020 à 20:20:02   

Comment les technologies de pointe participent à la lutte contre l'épidémie


http://french.peopledaily.com.cn/n3/2020/0201/c31357-9653143.html
le Quotidien du Peuple en ligne - 01.02.2020 13h57

Comment les technologies de pointe participent à la lutte contre l'épidémie
Alors que les autorités et les entreprises font flèche de tout bois pour tirer parti des prouesses technologiques afin de contenir davantage l'épidémie, le secteur chinois de l'électronique et de l'information a réussi une grande percée dans la lutte contre le nouveau coronavirus.

Le ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information a appelé à des efforts immédiats pour utiliser des technologies avancées, y compris les mégadonnées, pour analyser l'épidémie, surveiller la population flottante et empêcher la propagation durable de l’infection.

« Au moment où la bataille contre le coronavirus est entrée dans une période clé, les technologies de pointe devraient être utilisées pour contenir l'épidémie de manière plus scientifique et efficace », a déclaré Chen Zhaoxiong, vice-ministre de l'Industrie et des Technologies de l'information.

Plus de 50 sociétés d'électronique et d'information ont fourni les équipements informatiques et autres supports technologiques nécessaires aux zones touchées. Selon la Fédération chinoise de l'industrie des technologies de l'information, à la date du 29 janvier, le total des dons avait atteint 3 milliards de yuans (432,5 millions de dollars).

La construction des hôpitaux de Huoshenshan et de Leishenshan à Wuhan, la capitale de la province du Hubei (centre de la Chine), sont de bons exemples montrant la puissance de l'électronique et des technologies de l'information dans la lutte contre la épidémie de nouveau coronavirus.

Parallèlement, il a fallu environ trois jours aux trois principaux opérateurs de télécommunications chinois -China Mobile, China Telecom et China Unicom- pour achever la construction du réseau de communication de l'hôpital de Huoshenshan. La couverture complète de la 5G dans les deux hôpitaux assurera non seulement un environnement de communication fluide et fiable, mais jouera également un rôle essentiel dans le traitement médical intelligent.

De leur côté, les initiés de l'industrie ont souligné que pour faire face à l’épidémie de nouveau coronavirus, la large utilisation de l'électronique et des technologies de l'information est aussi importante que le port d'un masque chirurgical. « L'expérience passée nous a montré que le secteur de l'électronique et de l'information, en particulier le secteur des télécommunications, a joué un rôle important dans la lutte contre ce genre d’urgences », a déclaré Xiang Ligang, un vétéran des télécommunications et directeur général de l'Alliance de consommation de l’information, une association de l'industrie des télécommunications.

Pour soutenir les hôpitaux de Wuhan, Neusoft, une très importante société de logiciels, a fait don d'équipements et de logiciels CT haut de gamme d'une valeur totale de 27 millions de yuans aux hôpitaux. Le fabricant d'ordinateurs Lenovo a quant à lui fait don d'équipements informatiques avancés, notamment d'ordinateurs et de tablettes, tandis que Yonyou Software a proposé sa plate-forme de services en nuage à la ville.

Avec tout cet équipement informatique de pointe, les hôpitaux de Wuhan peuvent désormais collecter, gérer et analyser d'énormes quantités de données en ligne. Ils peuvent également donner des consultations à distance et suivre les patients.

Selon Hao Peng, secrétaire du Parti de la Commission de surveillance et d'administration des biens appartenant à l'État, le rôle de la technologie devrait être porté à un nouveau sommet car cela contribuera à renforcer « la première ligne de défense » contre la nouvelle épidémie de coronavirus.

Plusieurs start-ups technologiques chinoises ont exploité les mégadonnées pour développer des applications, dans lesquelles les gens peuvent saisir un numéro de train ou de vol pour vérifier s'ils ont été exposés à des cas confirmés de coronavirus.

De même, pour éviter une infection potentielle, Meituan-Dianping a annoncé le 30 janvier qu'elle lancerait des casiers de livraison intelligents, qui permettront aux clients de prendre les repas commandés dans un casier au lieu qu’ils leurs soient apportés par des livreurs.

Enfin, des sociétés de cartographie comme Amap et Baidu Map ont ajouté un flux de population en temps réel dans leurs cartes en ligne afin que les gens puissent éviter de se rendre dans des zones densément peuplées.
Xuan
   Posté le 01-02-2020 à 20:25:31   

La Chine signale 11.791 cas d'infection confirmés du nouveau coronavirus, 259 morts


BEIJING, 1er février (Xinhua) -- Les autorités sanitaires chinoises ont annoncé samedi que 11.791 cas confirmés de nouveau coronavirus ont été signalés dans les 31 régions de rang provincial et dans le Corps de production et de construction du Xinjiang vendredi en fin de journée. Un total de 259 personnes sont mortes des suites de cette maladie.
La Commission nationale de la santé a indiqué dans son rapport quotidien que 1.795 patients étaient toujours dans un état critique et que 17.988 personnes étaient soupçonnées d'être infectées par le virus vendredi en fin de journée.
Au total, 243 personnes sont sorties de l'hôpital après leur rétablissement.

Vendredi, les autorités ont annoncé 2.102 nouveaux cas confirmés, 5.019 nouveaux cas suspects, et 46 décès, dont 45 dans la province du Hubei et un dans la municipalité de Chongqing.
Le même jour, 268 patients sont tombés gravement malades, et 72 personnes ont quitté l'hôpital après s'être rétablies.
Selon la commission, au total, 136.987 personnes ayant eu des contacts étroits avec des patients ont été identifiées. Parmi elles, 6.509 sont sorties d'observation médicale vendredi, tandis que 118.478 autres y étaient toujours.
Vendredi en fin de journée, treize cas confirmés avaient été signalés dans la région administrative spéciale de Hong Kong, sept dans la région administrative spéciale de Macao, et dix à Taiwan.

(2019-nCoV) La Chine va renforcer son soutien financier pour la lutte contre l'épidémie

BEIJING, 1er février (Xinhua) -- La Chine va renforcer son soutien financier pour le contrôle de l'épidémie, la lutte contre le nouveau coronavirus se trouvant à un stade critique, ont déclaré samedi les autorités financières du pays.
La Chine s'efforcera de maintenir des liquidités raisonnables et suffisantes, note une circulaire publiée conjointement par la Banque populaire de Chine et plusieurs autres départements.
La banque centrale utilisera des outils de politique monétaire tels que les opérations d'open market pour libérer suffisamment de liquidités sur le marché, et maintiendra les taux d'intérêt à un niveau stable, a déclaré Pan Gongsheng, vice-gouverneur de la banque centrale.
Davantage d'efforts seront déployés pour renforcer le soutien au crédit pour le secteur manufacturier, les petites et micro-entreprises ainsi que les entreprises privées, note la circulaire, ajoutant que certains frais seront réduits ou supprimés pour les sociétés cotées dans les zones les plus touchées par l'épidémie.
M. Pan a fait savoir que la banque centrale débloquerait un fonds de 300 milliards de yuans pour les banques nationales et locales dans les régions les plus touchées, pour que ces dernières proposent des crédits à des taux d'intérêt préférentiels afin de soutenir les producteurs importants de matériel médical et de produits du quotidien.
La banque centrale déploiera divers moyens, tels qu'un soutien financier plus fort, une baisse des taux de crédit et davantage de prêts de moyen et long termes, afin d'aider les entreprises les plus affectées.
La circulaire exige également la création d'un "canal vert" pour rendre plus efficaces les opérations de change et les transactions transfrontalières portant sur le renminbi, appelant à redoubler d'efforts pour faciliter l'importation de matériel anti-virus et soutenir les entreprises dans le financement transfrontalier destiné au contrôle de l'épidémie.
A partir du 3 février, le système de paiement interbancaire transnational reprendra ses services pour les activités commerciales urgentes en lien avec la prévention de l'épidémie.
"L'impact de l'épidémie sur l'économie chinoise sera temporaire, et les fondamentaux de la croissance économique à long terme et de haute qualité restent inchangés", a déclaré la banque centrale.



Xi Jinping ordonne à l'armée de contribuer à la victoire dans la lutte contre l'épidémie

BEIJING, 29 janvier (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a ordonné à l'armée chinoise de garder fermement à l'esprit sa mission et d'assumer la responsabilité de contribuer à la victoire dans la lutte contre l'épidémie du nouveau coronavirus.
M. Xi, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, s'est ainsi exprimé dans une récente instruction à l'armée sur la prévention et le contrôle de l'épidémie de la pneumonie causée par le nouveau coronavirus.
L'armée a résolument appliqué les décisions et les dispositions prises par le Comité central du PCC après que l'épidémie du nouveau coronavirus se soit déclarée à Wuhan, dans la province du Hubei (centre), a indiqué M. Xi, ajoutant que les forces armées avaient rapidement déclenché le mécanisme conjoint de prévention et de contrôle et envoyé des équipes médicales d'élite pour combattre l'épidémie en première ligne.
La situation de la prévention et du contrôle de l'épidémie reste toujours grave et complexe, a déclaré M. Xi, exhortant les forces armées à assumer leurs responsabilités, à remporter ce dur combat et à aider activement les autorités locales dans la lutte contre l'épidémie.
Les forces armées sont chargées de soigner les patients à l'hôpital Huoshenshan, ce qui reflète le haut niveau de confiance que le Parti et le peuple leur accordent, a souligné M. Xi.
Afin de répondre aux attentes et de remplir cette tâche, les militaires doivent renforcer leur leadership, améliorer la coordination avec les autorités locales, procéder à un traitement scientifique et faire attention à leur propre protection, a ajouté M. Xi.
L'hôpital Huoshenshan, en cours de construction, est un hôpital préfabriqué destiné à soigner les malades infectés par le nouveau coronavirus.
M. Xi a ordonné aux hôpitaux militaires engagés dans le contrôle de l'épidémie de soigner les patients avec tous les efforts possibles, et aux institutions de recherche militaires d'intensifier la recherche scientifique afin de contribuer à la victoire dans la lutte contre l'épidémie.

L'Université Tsinghua accélère le développement de vaccins contre le nouveau coronavirus
Xinhua | 31.01.2020 12h18

Des chercheurs de la prestigieuse Université Tsinghua accélèrent le développement de vaccins contre le nouveau coronavirus, déjà responsable de 7.711 cas de pneumonie en Chine selon le bilan en date de jeudi.
Zhang Linqi, chef de l'équipe de recherche et professeur de la faculté de médecine de l'université, a déclaré que le développement d'un vaccin contre le virus serait beaucoup plus facile que la recherche d'un vaccin contre le VIH.
Le VIH varie considérablement, mais pas le nouveau coronavirus. En outre, la plupart des personnes infectées peuvent se rétablir rapidement, ce qui montre que le corps humain peut produire une forte réponse immunitaire à l'infection par le virus, a déclaré Zhang Linqi, également éminent scientifique de la recherche sur le VIH.
"Par conséquent, je pense que le développement d'un vaccin contre le virus sera plus fiable et plus efficace."
Il estime également que l'équipe de recherche mettra au moins 40 jours pour développer un vaccin candidat contre le nouveau coronavirus, à l'aide d'une nouvelle technologie vaccinale.
Les chercheurs collaborent également avec des hôpitaux de toute la Chine pour mener des essais cliniques sur des patients guéris de la maladie.

(Rédacteurs :Yishuang Li


Edité le 01-02-2020 à 20:37:32 par Xuan


Xuan
   Posté le 01-02-2020 à 23:56:14   

La Chine construit plus d'hôpitaux modèles de traitement du SRAS pour lutter contre l'épidémie

Source: Xinhua Publié: 2020/2/1 13:14:34
https://www.globaltimes.cn/content/1178152.shtml



Une photo aérienne prise le 30 janvier 2020 montre des gens de China Construction Third Engineering Bureau Co., Ltd. travaillant sur le site de construction de l'hôpital Leishenshan (Thunder God Mountain) à Wuhan, dans la province centrale du Hubei en Chine. Wuhan construit deux hôpitaux pour traiter les patients atteints de pneumonie infectés par le nouveau coronavirus. Jeudi midi, environ 40% de l'hôpital de Leishenshan a été achevé et devrait être mis en service le 5 février. (Xinhua / Xiao Yijiu)

De plus en plus d'hôpitaux conçus pour reproduire le modèle de traitement du SRAS font leur apparition dans toute la Chine alors que le pays mobilise des ressources médicales à l'échelle nationale pour contenir l'épidémie de coronavirus.
Pékin a commencé à rénover l'hôpital Xiaotangshan de la ville, autrefois utilisé pour mettre en quarantaine et traiter les patients atteints du SRAS, par mesure de précaution face à la nouvelle épidémie de coronavirus.
La mise en service de l'hôpital dépendra de l'évolution future de l'épidémie, ont indiqué des responsables.

Dans le traitement et le contrôle du SRAS, ou syndrome respiratoire aigu sévère, qui s'est propagé rapidement sur le continent chinois en 2003, Pékin a construit l'hôpital Xiaotangshan, un centre médical temporaire dans la banlieue nord de la ville, en seulement une semaine.
L'hôpital a admis un septième des patients atteints du SRAS dans le pays en deux mois.
L'hôpital doit être rénové en raison de certaines installations et pipelines vieillissants.

Maintenant, plusieurs villes construisent leurs propres versions de Xiaotangshan.

Wuhan, par exemple, construit deux hôpitaux pour traiter les patients infectés par le nouveau coronavirus. Les deux installations devraient être mises en service le 3 et le 5 février, respectivement, à l'épicentre de l'épidémie de coronavirus dans le centre de la Chine.
Les travailleurs, les camions et les excavatrices se battent contre la montre pour respecter l'échéance sur les chantiers de construction.
Mercredi, vers 18 heures, la construction des installations électriques s'est terminée à l'hôpital de Leishenshan (Thunder God Mountain), l'un des deux sites de Wuhan.
En seulement trois jours, plus de 300 travailleurs ont travaillé sans relâche pour installer et régler des câbles haute tension de 7 km de long et 26 installations de soutien.

L'hôpital accueillera 1 600 lits, 300 de plus que la conception précédente, à mesure que le nombre de patients locaux augmente. Il s'étendra sur 60 000 mètres carrés et fournira un espace de travail à plus de 2 000 membres du personnel médical.
Pendant ce temps, plus de 4 000 travailleurs peinent jour et nuit sur le site de l'hôpital Huoshenshan (Fire God Mountain). Jusqu'à présent, ils ont terminé environ 400 pièces préfabriquées. Les travaux sont en grande partie achevés sur le pipeline principal du système de drainage sur le site de l'hôpital.

À plus de 900 km, des dizaines de bulldozers et de grues travaillent sur un terrain de 3000 mètres carrés pour un hôpital afin d'isoler et de traiter les patients infectés par le coronavirus dans la banlieue de Fuzhou, capitale de la province du Fujian (est de la Chine).
La première phase comprendra un bâtiment de consultations externes et des salles d'isolement de 200 lits. Il sera prêt à être utilisé le 2 février, a déclaré Liu Yunzhong, président de l'entreprise de construction en charge du projet.
La deuxième phase couvrira une superficie de 5 100 mètres carrés et les travaux seront achevés dans les 20 jours, a déclaré Liu.

"Nous avons mobilisé plus de 100 travailleurs pour travailler par roulement afin d'assurer une construction 24h / 24", a déclaré Liu. "Nous n'épargnons aucun effort pour construire l'hôpital, et je suis convaincu que nous pourrons terminer le travail à temps."
Dans la province du Heilongjiang, dans le nord-est de la Chine, les autorités ont prévu un hôpital similaire dans la capitale provinciale Harbin, ont annoncé jeudi les autorités locales.
Jeudi, Heilongjiang avait signalé 59 cas confirmés, dont 18 à Harbin.
Le gouvernement provincial a décidé de transformer la branche de Hanan du deuxième hôpital affilié, Université de médecine chinoise du Heilongjiang, en une unité dédiée au traitement des patients infectés par le nouveau coronavirus.
L'hôpital est dans le district de Pingfang, ville de Harbin. Il est officiellement entré en service en 2016, avec 500 lits et une surface au sol de 48 900 mètres carrés.
Xuan
   Posté le 01-02-2020 à 23:57:06   

Huanggang punit 337 fonctionnaires pour avoir relâché leur devoir dans la lutte contre le coronavirus

Source: Global Times Publié: 2020/2/1 21:42:39
https://www.globaltimes.cn/content/1178165.shtml

Huanggang, une ville voisine de Wuhan, qui enregistre le deuxième plus grand nombre de nouvelles infections à coronavirus, a puni 337 fonctionnaires pour avoir manqué à leur devoir de combattre le coronavirus. Six d'entre eux ont été démis de leurs fonctions.

Il y aura une augmentation significative des nouveaux cas confirmés d'infection à coronavirus au cours des deux prochains jours à Huanggang: maire

Source: Global Times Publié: 2020/2/1 22:52:43
https://www.globaltimes.cn/content/1178168.shtml
Il y aura une augmentation significative des cas confirmés d'infection à romancoronavirus demain et après-demain dans la ville: le maire de Huanggang. Quelque 600 à 700 000 personnes sont rentrées de Wuhan à Huanggang avant le verrouillage de Wuhan.


Edité le 01-02-2020 à 23:58:10 par Xuan


Xuan
   Posté le 02-02-2020 à 10:06:04   

La construction de l'hôpital de Huoshenshan sera achevée dimanche


Une photo aérienne prise le 1er février 2020 montre le chantier de construction de l'hôpital Huoshenshan (Fire God Mountain) à Wuhan, dans la province centrale du Hubei en Chine. Selon le plan, la construction de l'hôpital sera terminée le 2 février. (Xinhua / Xiao Yijiu)









Xuan
   Posté le 02-02-2020 à 10:17:22   

La Chine critique "les propos hostiles des Etats-Unis" dans le cadre de la lutte contre l'épidémie causée par le nouveau coronavirus


http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2020/0201/c31354-9653128.html

La Chine a critiqué vendredi "les propos hostiles des Etats-Unis" dans le contexte de la lutte contre l'épidémie du nouveau coronavirus, indiquant que ce que la partie américaine avait fait n'était "certainement pas un geste de bonne volonté" .
La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, s'est ainsi exprimée après que certains responsables américains avaient fait des commentaires hostiles alors que la Chine fait de son mieux pour maîtriser l'épidémie.
Le secrétaire américain au Commerce a indiqué que le virus pourrait contribuer à ramener des emplois aux Etats-Unis. En outre, le Département d'Etat des Etats-Unis a publié un avis pour élever l'alerte aux voyageurs au plus haut niveau pour la Chine, le même niveau qui s'applique pour l'Irak et l'Afghanistan.

Actuellement, le peuple chinois met tout en oeuvre pour lutter contre l'épidémie, a indiqué Mme Hua, soulignant qu'en agissant dans un esprit d'ouverture, de transparence et avec un sens élevé des responsabilités, le gouvernement chinois a tenu la communauté internationale, y compris les Etats-Unis, bien informée avec des données partagées et des mises à jour en temps réel.

" Un ami dans le besoin est vraiment un ami. De nombreux pays ont offert leur soutien à la Chine par divers moyens" , a-t-elle poursuivi [voir http://french.xinhuanet.com/2020-02/01/c_138748417.htm]. "En revanche, les propos et les actes de certains responsables américains ne sont ni factuels ni appropriés" .

Au moment où l'Organisation mondiale de la Santé n'a recommandé aucune restriction de voyages, les Etats-Unis se sont empressés d'aller dans la direction opposée, a ajouté Mme Hua, indiquant qu'il ne s'agissait certainement pas d'un geste de bonne volonté.
Avec la direction ferme du Parti communiste chinois, l'énorme force du socialisme à la chinoise et le fort soutien de la communauté internationale, la Chine a toute confiance dans le fait que le peuple chinois remportera la victoire dans la bataille contre l'épidémie.
La Chine surmontera également toutes les difficultés qui peuvent se présenter pour réaliser le grand renouveau de la nation chinoise, a-t-elle ajouté.
Xuan
   Posté le 02-02-2020 à 23:47:40   

Xi Jinping aux commandes de la lutte chinoise contre l'épidémie du nouveau coronavirus


http://french.xinhuanet.com/2020-02/02/c_138750179.htm
BEIJING, 2 février (Xinhua) -- Un nouvel hôpital construit en seulement dix jours à Wuhan, la ville la plus touchée par l'épidémie du nouveau coronavirus en Chine, entrera bientôt en service.
Sur approbation de Xi Jinping, président de la Commission militaire centrale, 1.400 membres du personnel médical des forces armées sont chargés de traiter les patients à l'Hôpital Huoshenshan doté de 1.000 lits, à Wuhan, à partir de lundi.
Il s'agit des derniers développements dans la lutte critique du peuple chinois contre l'épidémie du nouveau coronavirus, le nombre de cas confirmés cumulés sur la partie continentale de la Chine ayant atteint 14.380 samedi en fin de journée.

Aux commandes de cette lutte se trouve le président Xi Jinping, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC).
Sous la direction de M. Xi, la Chine a adopté des mesures sans précédent pour freiner l'épidémie, mobilisant les ressources et le personnel médical du pays vers les régions les plus touchées, construisant de nouveaux hôpitaux, prolongeant les congés du Nouvel An lunaire chinois, reportant la rentrée scolaire et la reprise des activités des entreprises et imposant des restrictions de voyages.
Le pays traverse actuellement une période pic des cas confirmés. Avec la mise en oeuvre des mesures de prévention et de contrôle, le nombre de futures infections sera réduit de manière considérable, a indiqué Li Lanjuan, épidémiologiste chinoise renommée.

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a estimé que les mesures prises par la Chine protégeaient non seulement son peuple, mais aussi le peuple du monde entier.
La direction et le déploiement personnels du président Xi illustrent sa grande capacité de leadership, a noté le directeur général de l'OMS.

PRIORITE ABSOLUE

Au cours des dernières semaines, M. Xi a convoqué plusieurs réunions, écouté des rapports et donné des instructions importantes sur le travail de prévention et de contrôle.
Le message est clair : la priorité est toujours donnée au peuple.
Avant le Nouvel An lunaire chinois, face à la propagation de l'épidémie, M. Xi a ordonné des efforts résolus pour contrôler la propagation, mettant l'accent sur la nécessité d'accorder la priorité absolue à la vie et à la santé du peuple.
Le 25 janvier, premier jour du Nouvel An chinois, M. Xi a présidé une réunion du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC. Il a réaffirmé la priorité absolue accordée à la vie et à la santé du peuple et a ordonné les comités du Parti et les gouvernements à tous les échelons de faire de la prévention et du contrôle de l'épidémie du nouveau coronavirus la tâche la plus importante.
Le 27 janvier, dans une instruction aux organisations, aux membres et aux responsables du Parti, M. Xi leur a demandé de garder à l'esprit que les intérêts du peuple étaient la priorité dans l'actuelle bataille ardue.
Il a indiqué dans une instruction à l'armée que la prévention et le contrôle de l'épidémie restaient difficiles et complexes et a demandé aux forces armées d'assumer leurs responsabilités, de mener la dure bataille et d'aider activement les autorités locales dans la lutte contre l'épidémie.

COMMANDEMENT UNIFIE ET EFFORTS CONJOINTS

Un commandement unifié et une mise en commun des efforts de tous les secteurs sont essentiels à la lutte menée par la Chine contre l'épidémie du nouveau coronavirus.
Lors de la réunion du 25 janvier du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC, un groupe dirigeant central a été mis en place pour former un commandement unifié afin de superviser le travail de prévention et de contrôle dans différentes régions.
Dans l'instruction du 27 janvier, M. Xi a demandé aux organisations, aux responsables et aux membres du Parti d'unifier le peuple dans l'application résolue des décisions et des dispositions du Comité central du PCC, afin de permettre au drapeau du Parti de "voler haut sur la ligne de front du champ de bataille".
Le 28 janvier, M. Xi a indiqué à M. Tedros que la Chine avait une pleine confiance et la capacité pour remporter la bataille contre le virus avec des efforts concertés, un confinement scientifique et des politiques précises sous la direction forte du PCC.
Le mécanisme de travail conjoint a été souligné à plusieurs reprises. Il aidera à fortifier une défense puissante contre l'épidémie par une participation de masse, selon M. Xi.

COOPERATION INTERNATIONALE

Alors que le virus est très contagieux, le monde entier se tourne vers les efforts de prévention et de contrôle de la Chine.
M. Xi a mis l'accent sur la publication d'informations en temps opportun et l'approfondissement de la coopération internationale.
La réunion du 25 janvier du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC a mis l'accent sur une publication rapide, précise et transparente des informations pour répondre aux préoccupations du pays et de l'étranger.
M. Xi a indiqué à M. Tedros que la Chine attachait une grande importance à la coopération avec l'OMS.
La Chine est prête à travailler avec l'OMS ainsi qu'avec la communauté internationale pour sauvegarder la sécurité de la santé publique à l'échelle régionale et mondiale, a déclaré M. Xi.
Xuan
   Posté le 03-02-2020 à 09:05:21   

Premier hôpital en service





Xuan
   Posté le 03-02-2020 à 09:10:39   

L'économie chinoise montre toujours une forte résilience malgré l'épidémie


http://french.peopledaily.com.cn/Economie/n3/2020/0203/c31355-9653683.html

le Quotidien du Peuple en ligne - 03.02.2020 13h27
À lire aussi :
Arrivée à Wuhan du personnel médical militaire
Chine : 475 patients du coronavirus sortent de l'hôpital après leur rétablissement
La Chine reprend 60% de sa capacité de production de masques
La Chine renforce le traitement des eaux usées médicales et urbaines
Selon les experts, à la suite de l'apparition du nouveau coronavirus, la Chine fait à présent face à des obstacles qui risquent d'entraver son développement économique à court terme, mais l'économie du pays fera preuve d'une forte résilience et ne sera pas fortement ralentie.

Un rapport publié par l'Institut d'études internationales de Shanghai a montré que l'épidémie de 2019-nCov nuit directement à trois secteurs majeurs de l'économie chinoise, à savoir premièrement le secteur des services, en particulier les industries de consommation telles que le tourisme, la restauration, le divertissement et la logistique (en particulier pour petites et moyennes entreprises) ; deuxièmement le secteur manufacturier, en particulier la téléphonie mobile, l'automobile et l'électronique, en raison du temps indéfini de remise en service, ce qui peut dans une certaine mesure perturber les chaînes industrielles mondiales ; troisièmement enfin, en tant que pôle manufacturier en Chine, la ville de Wuhan subit un rude coup économique; ainsi que le secteur du commerce, du fait des réductions potentielles, voire de la fermeture des compagnies aériennes, des routes maritimes et des frontières par certains pays en raison de la panique ou des considérations géopolitiques qui prévalent.



Photo/Chinanews.com

Le rapport a également noté qu'il existe trois points de vue principaux, tant en Chine qu'à l'étranger, concernant l'impact négatif de l'épidémie de 2019-nCov sur l'économie chinoise. La théorie de « l'impact critique » tend à penser qu'elle aura un effet sérieux sur l'économie chinoise déjà en train de ralentir, provoquant même une baisse de son taux de croissance et handicapant par contrecoup l'économie mondiale. Sur la base des données sur l'impact économique du SRAS en 2003, la théorie de « l'impact gérable » estime quant à elle que l'épidémie n'aura qu'un effet limité et contrôlable sur l'économie chinoise, et que les performances économiques de la Chine pour toute l'année ne seront pas beaucoup influencées malgré une baisse taux de croissance au cours de la première saison. La théorie de « l'impact incertain » soutient pour sa part que les preuves historiques ne disent pas grand-chose sur la trajectoire économique future, mais que l'impact économique réel dépend de la durée de l'épidémie. Il ne faut ainsi pas oublier qu'après tout, avec ses 99 000 milliards de yuans de PIB, la taille économique de la Chine d'aujourd'hui est 9 fois supérieure à celle de 2003 et ses 11 700 milliards de yuans.

Bien que la Chine ait jugulé plusieurs épidémies au cours des dernières décennies, le rapport a noté que l'impact potentiel de l'épidémie de 2019-nCov pourrait être différent de toutes les épidémies précédentes et d'autres incidents. D'une part, elle se produit alors que l'économie chinoise, au milieu d'une transition d'une croissance rapide vers un développement de haute qualité, fait face à trois lourdes tâches au niveau national, à savoir la protection contre les risques financiers systémiques, le contrôle de la pollution et l'éradication de la pauvreté ; à l'extérieur, avec la mondialisation qui fait face à des défis sans précédent et les frictions commerciales sino-américaines qui commencent seulement à se calmer, l'économie de la Chine sera encore plus touchée si le pays est qualifié de « zone épidémique ». Par ailleurs, l'épidémie actuelle a touché de plus grandes zones et à des degrés plus importants. Non seulement la mise en quarantaine complète de la ville de Wuhan et la réponse de premier niveau appliquée par plus de 30 provinces ou municipalités sont une première dans l'histoire, mais l'épidémie a touché tous les domaines économiques à travers le pays ; son effet sur les petites et moyennes entreprises reste à déterminer, tandis que l'emploi, la dette publique locale et la stabilité de la valeur du Yuan en Chine sont tous mis à rude épreuve. Il est largement prévu que la croissance économique de la Chine diminuera de 1 à 1,5 point de pourcentage. Certains doutent même que l'économie chinoise puisse atteindre une croissance de 5% en 2020.

Néanmoins, la résilience de l'économie chinoise ne peut être sous-estimée. Même à court terme, l'épidémie n'a pas seulement un effet négatif sur l'économie, mais elle a profité à des secteurs tels que le commerce électronique et les jeux et divertissements en ligne. Dans le même temps, le gouvernement chinois possède une forte capacité financière dans la gestion des crises -au 29 janvier 2020, un total de 27,3 milliards de yuans (près de 4 milliards de dollars) avaient été affectés par les gouvernements de tous les niveaux à la lutte contre l'épidémie ; d'autres mesures politiques seront adoptées à mesure que l'épidémie se poursuivra. À moyen terme, certains Américains doutent que la Chine soit en mesure de respecter son engagement pris dans le cadre de l'accord de phase I avec les États-Unis ; cependant, les achats de produits agricoles américains par la Chine devraient atteindre un nouveau sommet, car l'accord a considérablement effacé les incertitudes concernant les relations commerciales sino-américaines ; en outre, en raison de l'épidémie, la Chine est très susceptible d'augmenter les achats d'autres produits, tels que le matériel et les fournitures médicales. De plus, l'épidémie sera notamment prise en considération lors de l'élaboration du 14e Plan quinquennal chinois (2021-2025) et de nouvelles mesures devraient être adoptées pour stimuler l'économie au cours des cinq prochaines années. À long terme, alors que la Chine est devenue la deuxième plus grande économie, l'épidémie ne peut pas miner son énorme potentiel de consommation, d'urbanisation et de nouveaux domaines économiques comme la 5G et l'intelligence artificielle.

(Rédacteurs :Yishuang Liu)
Xuan
   Posté le 03-02-2020 à 15:04:56   

Le Premier ministre chinois inspecte le chantier du nouvel hôpital à Wuhan


vidéo

Le Premier ministre chinois Li Keqiang est à Wuhan, à la demande du président chinois Xi Jinping, afin d'inspecter la réponse apportée au coronavirus. Il a visité le chantier du nouvel hôpital de campagne, destiné à traiter les patients du coronavirus à Wuhan.

"Non seulement les habitants de Wuhan, mais également tout le peuple du pays suivent de près la construction de cet hôpital dont on urgemment besoin. Vous n'avez qu'à dire les difficultés que vous avez rencontrées, vos besoins, les approvisionnements qui vous êtes nécessaires et tout ce qui est important pour assurer la construction" , a affirmé M. Li.

Li Keqiang a déclaré que la nation n'épargnerait aucun effort pour que la construction du nouvel hôpital soit achevée d'ici le 3 février. Le Premier ministre est allé plus tôt visité à l'hôpital Jinyintan et a rendu visite au personnel médical. A Wuhan, il a aussi présidé une réunion sur la prévention et le contrôle de l'épidémie. Li Keqiang dirige le nouveau groupe de travail chargé de coordonner les efforts de lutte contre l'épidémie au niveau national.
Xuan
   Posté le 03-02-2020 à 18:35:15   

Le taux de récupération dépasse le taux de mortalité

Par Chen Qingqing Source: Global Times Publié: 2020/2/3 23:08:40

https://www.globaltimes.cn/content/1178391.shtml


Une patiente de 4 ans quitte l'hôpital avec ses parents dans le comté de Changsha, province du Hunan, dans le centre de la Chine, le 1er février 2020. La jeune fille a été guérie et a quitté l'hôpital. Elle est la première patiente infectée par un coronavirus qui a été guérie dans le comté de Changsha. (Photo de Zhang Di / Xinhua)


Des signes positifs ont émergé de la nouvelle éclosion de coronavirus, car les taux de récupération ont dépassé les taux de mortalité ces derniers jours et les mesures de prévention et de contrôle à l'échelle nationale ont donné des résultats positifs, malgré l'augmentation du nombre de cas confirmés de nouveau coronavirus.

À la fin de dimanche, la Chine a signalé 2 829 nouveaux cas confirmés de coronavirus, dont 2 103 dans la province du Hubei, en Chine centrale, où la maladie mortelle est originaire. Les nouveaux chiffres ont porté le total des cas confirmés à 17 205 le lundi matin, et le nombre de morts a atteint 361, dépassant les décès confirmés de l'épidémie de SRAS.

Le nombre total de cas confirmés dans le Hubei a également dépassé les 10 000, ce qui représente plus de 60% du total des cas de coronavirus en Chine, suivi du Zhejiang de Chine orientale et du Guangdong du Sud de la Chine en termes de cas confirmés actuels.

Les données et les modèles d'analyse conçus pour suivre la propagation du coronavirus de Wuhan en Chine ont montré des signes positifs.

Les taux de récupération au jour le jour ont dépassé les taux de mortalité quotidiens au cours des trois derniers jours, selon les données de la Commission nationale chinoise de la santé.

Bien que les cas confirmés aient fortement augmenté au Hubei, d'autres provinces ont enregistré une croissance légèrement modérée dans les cas confirmés, montrant que le verrouillage de l'épicentre est une contre-mesure efficace pour contenir les flux humains massifs qui sont susceptibles d'augmenter les chances d'accélérer la propagation de la maladie.

"En dehors du Hubei, les signes positifs incluaient également d'autres provinces enregistrant de faibles taux de cas critiques et de décès, et les taux de récupération restent relativement élevés. En outre, nous prévoyons que le nombre de cas confirmés atteindra bientôt son pic", a expliqué Yuan Hongyong, vice-doyen de la L'Institut de recherche sur la sécurité publique de l'Université de Tsinghua, a déclaré lundi au Global Times, citant un modèle d'analyse de données que son équipe avait récemment lancé.

"Le point d'inflexion de la campagne nationale de lutte contre le coronavirus est attendu dans un proche avenir", a-t-il déclaré, notant que le Hubei est toujours confronté à une situation grave alors que le nombre continue d'augmenter, avec à la fois des cas critiques élevés et des taux de mortalité élevés.

Depuis l'épidémie de pneumonie et l'isolement de Wuhan qui a suivi, les résidents ont été encouragés à rester à l'intérieur et les personnes qui étaient allées au Hubei doivent se mettre en quarantaine pendant 14 jours. Le Conseil d'État, le cabinet chinois, a également prolongé les vacances de la Fête du Printemps pour contenir la propagation du coronavirus.

Alors que les gens retournent travailler dans des villes de premier rang comme Pékin et Shanghai, l'augmentation des flux humains peut poser de nouveaux défis à ces villes pour contenir la propagation du virus.

Bien que le nombre de morts du coronavirus ait dépassé celui du SRAS en Chine continentale, les analystes ont déclaré que la nature du coronavirus était différente. "Son infectiosité est beaucoup plus forte que le SRAS, ce qui a conduit à une augmentation significative du nombre d'infections, mais le taux de mortalité est généralement beaucoup plus faible que le SRAS", a déclaré Yuan.

Pendant ce temps, l'épidémie qui s'est étendue pendant les vacances de la Fête du Printemps et la migration massive au cours de cette période ont ajouté des difficultés aux efforts de prévention et de contrôle, a-t-il déclaré. "On pense également qu'avec des mesures appropriées, l'épidémie pourrait être sous contrôle."

En outre, les cas suspects ont fortement augmenté dimanche, avec 5 173 cas signalés, le taux quotidien le plus élevé depuis le 21 janvier. Avec plus de kits de test distribués, aidant les hôpitaux à diagnostiquer des cas plus suspects, le nombre de cas confirmés devrait également augmenter dans le proche avenir, selon les analystes.

La Chine a intensifié ses efforts pour contenir le virus. Le Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) a tenu lundi une réunion, qui a appelé à accélérer les recherches sur la source et à identifier la voie de transmission du coronavirus dès que possible, et a encouragé les efforts visant à étroitement suivre la mutation du virus.
Xuan
   Posté le 03-02-2020 à 20:54:59   

Les pays impérialistes n'ont pas mis longtemps pour instrumentaliser l'épidémie, malgré la transparence des informations et les efforts de la Chine.

Trump a surfé sur la paranoia du virus pour mettre la Chine en quarantaine, certains médias ont encouragé les attitudes racistes, et maintenant la social-démocratie spécule sur une contre-révolution qui s'appuierait sur le mécontentement populaire.

A partir d'un article publié le 31/01 dans The Conversation,
le Monde titrait hier « Wuhan, épicentre du coronavirus, est un lieu très sensible politiquement », interview reprise dès aujourd'uhi par son compère du huffington post Comment le coronavirus peut déstabiliser le pouvoir en Chine

qui conclut "On observe déjà aujourd’hui une concurrence féroce entre différentes villes comme Wuhan, Hongkong et Shanghai, sous la surveillance de Pékin. Alors qu’elles tirent la sonnette d’alarme sur les crises environnementales qui touchent la Chine –provoquées par le développement massif de l’économie chinoise au cours des 50 dernières années–, ces villes pourraient entrer dans une crise politique, illustrant le paradoxe du pouvoir autoritaire néo-libéral que Xi Jinping exerce sur “tout ce qui est sous le ciel”."


Edité le 03-02-2020 à 21:02:34 par Xuan


Xuan
   Posté le 03-02-2020 à 23:09:31   

L'envoyé de l'ONU appelle à la «solidarité» dans la lutte contre l'épidémie de virus


ARTICLE FRANÇAIS ORIGINAL: http://www.china.org.cn/china/2020-01/31/content_75661911.htm

L'Humanité en anglais soutient la Chine

http://www.humaniteinenglish.com/spip.php?article3325&fbclid=IwAR0MVAExSjTKkhYqWYvcHA0TAOU0zZI55lfIrBCuxbtT77fdT_ohC8wQODw
Traduit le lundi 3 février 2020


L'Humanité en anglais exprime sa pleine solidarité avec la Chine, son gouvernement et son peuple dans leur lutte courageuse et certainement victorieuse contre le coronavirus.
Hervé Fuyet, coordinateur

https://fr.sputniknews.com/societe/202002011042988998-hopital-en-15-jours-la-video-impressionnante-de-lavancee-des-travaux-en-chine/

L'envoyé de l'ONU appelle à la «solidarité» dans la lutte contre l'épidémie de virus
lChina Daily, 31 janvier 2020
Jeudi, le principal envoyé de la Chine auprès des Nations Unies a appelé la communauté internationale à la "solidarité" face à l'épidémie de coronavirus.
Zhang Jun, représentant permanent de la Chine auprès de l'ONU, a déclaré qu'en cette période difficile, il est crucial que la communauté internationale soit unie. Il s'est adressé à un grand rassemblement des médias au siège des Nations Unies à New York et a fait un exposé sur les mesures que la Chine a prises pour contrôler et prévenir la propagation du nouveau coronavirus.

Jeudi, le Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que le coronavirus était une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). Vendredi matin, le virus avait tué 213 personnes sur le continent chinois.
Zhang a souligné que le directeur général a déclaré que la principale raison de la déclaration n'était "pas à cause de ce qui se passe en Chine, mais à cause de ce qui se passe dans d'autres pays" .
La plus grande préoccupation de l'organisation est "la possibilité que le virus se propage dans les pays aux systèmes de santé plus faibles et mal préparés à y faire face".
"L'OMS continue de faire confiance à la capacité de la Chine à contrôler l'épidémie" , a déclaré Zhang, citant Tedros, et a déclaré "qu'il n'y a aucune raison pour que des mesures interfèrent inutilement avec les voyages et le commerce internationaux" .

Tedros a également souligné que l'OMS ne recommande pas de limiter le commerce et les mouvements.
Zhang a déclaré que "les recommandations du directeur général devraient être sérieusement prises en compte" .
Zhang a appelé tous les pays à adopter une attitude responsable, à travailler ensemble pour lutter contre le virus et à éviter les réactions excessives.
Il a déclaré aux journalistes que le gouvernement chinois a toujours accordé la priorité à la vie, à la santé et à la sécurité des personnes.
Le gouvernement a déjà adopté des mesures "rapides, puissantes et scientifiques" .
À l'heure actuelle, "toute la nation est en action", a déclaré Zhang, ajoutant que la Chine ne ménagerait aucun effort pour sauver des vies et freiner la propagation du virus.
"Comme l'a dit le directeur général de l'OMS, Tedros, la réponse de la Chine est sans précédent" , a déclaré Zhang. "La Chine a démontré sa rapidité, sa force et son efficacité et a gagné les éloges de la communauté internationale.
"Nous sommes confiants et nous pensons que nous sommes capables de vaincre ce virus et de rendre nos vies normales à nouveau"
, a déclaré l'envoyé.
"Alors que la situation reste difficile, les mesures que nous avons prises deviennent efficaces et nous progressons vraiment" , a-t-il déclaré.

Il a déclaré aux médias que des équipes médicales d'autres provinces sont arrivées dans la province du Hubei, en Chine centrale, dont la capitale provinciale, Wuhan, est l'épicentre de l'épidémie. Des fournitures médicales sont livrées; de nouveaux hôpitaux sont en cours de construction.
Zhang a déclaré que plus de 130 patients ont été traités et libérés, y compris des personnes dans la quarantaine.
De plus, avec des mesures strictes contrôlant la circulation des personnes, l'élan du virus est freiné à l'intérieur et à l'extérieur de la Chine.
Il a dit que la Chine était "ouverte, transparente et responsable" dans les communications sur l'épidémie.
M. Zhang a déclaré que le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères Wang Yi avait eu des conversations téléphoniques avec ses homologues étrangers et que les ambassades et consulats étrangers seraient tenus informés par divers canaux.

Des journalistes de près de 20 médias, dont le China Daily, l'agence de presse Xinhua, The Associated Press, l'AFP, Reuters, Kyodo News, Tass, Bloomberg, Al Jazeera et RIA Novosti ont assisté à la réunion.
Xuan
   Posté le 03-02-2020 à 23:45:42   

France info met en ligne une vidéo sur la construction du premier hôpital et ses installations :

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-visite-de-l-hopital-construit-en-dix-jours-a-wuhan_3810875.html
Xuan
   Posté le 04-02-2020 à 16:38:31   

Le Monde prend encore ses désirs pour des réalités en titrant

Coronavirus : l’économie chinoise est à l’arrêt

Illustrant son propos par un centre commercial vide, le chapeau de l'article :

Usines fermées, réseaux routiers bloqués, chaînes de restauration désertées… l’impact du nouveau virus sur la conjoncture de la Chine commence à se faire sentir. De nombreux patrons de PME redoutent désormais la faillite.

On lit "A chaque jour qui passe, l’inquiétude augmente. "
Puis : "Le cabinet Oxford Economics a abaissé lundi sa prévision de croissance chinoise à 4 % au premier trimestre 2020, contre 6 % prévus initialement. Il table désormais sur une croissance à 5,4 % pour l’ensemble de l’année 2020, loin des 6,1 % enregistrés en 2019".
Par un mystérieux calcul Le Monde nous explique ainsi qu'une économie à l'arrêt peut croître de 4 % selon une expertise anglaise.
Mais ce canard a toujours eu des soucis avec le calcul puisqu'on y trouve davantage de supputations que de chiffres.

Un peu plus loin "L’impact sur l’économie, qui dépend du rythme de propagation du virus et de son traitement, est toutefois difficile à prévoir. "
Suit une série d'exemple d'entreprises en difficulté dont on ne pourra rien conclure sur l'état général de l'économie sinon une impression de difficultés insurmontables qui s'accumulent.
On ne saura donc pas si "l'économie chinoise est à l'arrêt" ou non si on se fie aux effets d'annonce du Monde.

Evidemment l'économie chinoise est gravement affectée par le coronavirus. Elle ne se réduit pas à l'alimentation de 60 millions d'habitants en quarantaine, laquelle se poursuit pourtant parce qu'ils ne meurent pas de faim.

Selon les informations chinoises l'impact économique est limité et l'économie n'est pas à l'arrêt
"L'impact du coronavirus sur l'économie chinoise sera limité".
Selon Global Times, "La Chine devrait fixer un objectif de 6% de PIB pour lutter contre le virus mortel"
et Le PIB chinois du premier trimestre ne tombera pas en dessous de 5% malgré le coronavirus
La Chine élabore des mesures pour les entreprises de commerce extérieur face à l'épidémie du coronavirus
La directrice du FMI confiante dans la résilience de l'économie chinoise malgré l'épidémie

La haine anti-chinoise du Monde s'alimente maintenant du coronavirus, où ce torchon croit trouver un moyen d'écraser le socialisme à la chinoise. C'est le leitmotiv de la social-démocratie.
Ce devrait être chez les marxistes-léninistes un motif sérieux pour remettre en cause la thèse trotskiste d'une Chine capitaliste.
Il n'est pas anodin que les pires impérialistes et leurs larbins en France s'en prennent essentiellement à la Chine, alors que les contradictions entre pays impérialistes se règlent dans les salons et sans excès de langage dans aucune presse.



Edité le 04-02-2020 à 18:48:47 par Xuan


Xuan
   Posté le 04-02-2020 à 18:46:31   

Xi Jinping préside une réunion de la direction sur le contrôle de l'épidémie

http://french.xinhuanet.com/2020-02/03/c_138753394.htm
BEIJING, 3 février (Xinhua) -- Le Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) a tenu lundi une réunion sur la prévention et le contrôle de l'épidémie de pneumonie causée par le nouveau coronavirus.

Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du PCC, a présidé la réunion.

Au nom du Comité central du PCC, M. Xi a exprimé son respect à l'égard de ceux qui se battent sur la ligne de front contre l'épidémie et a adressé ses salutations aux patients et à leurs familles.

Selon lui, depuis le début de l'épidémie, le Comité central du PCC a accordé une grande importance à la question et a dirigé les efforts de tous les secteurs pour mettre pleinement en oeuvre le travail de prévention et de contrôle.

Il a souligné l'importance d'assurer le succès dans cette cause. Les résultats de la prévention et du contrôle de l'épidémie affectent directement la vie et la santé du peuple, la stabilité économique et sociale globale et l'ouverture du pays.

Il a indiqué que la tâche la plus cruciale pour le moment était d'exécuter les dispositions dans les détails et a appelé à des actions rapides et résolues pour contenir la propagation de l'épidémie.

Les comités du Parti et les gouvernements à tous les niveaux doivent respecter fermement le commandement, la coordination et la disposition unifiés du Comité central du PCC, a annoncé M. Xi, appelant à une application stricte des ordres et des interdictions.

D'après lui, la prévention et le contrôle de l'épidémie ne sont pas seulement un problème de santé, mais un travail global qui nécessite un soutien général.

Il a également exigé une opposition résolue au bureaucratisme et au formalisme excessif dans le travail de prévention.

Ceux qui désobéissent au commandement unifié ou se soustraient à leurs responsabilités seront sanctionnés, a noté M. Xi, ajoutant que les dirigeants du Parti et du gouvernement qui les supervisaient seraient également tenus responsables dans les cas graves.
Xuan
   Posté le 04-02-2020 à 19:16:24   

http://french.xinhuanet.com/2020-02/04/c_138755530.htm

(2019-nCoV) La Chine signale une baisse quotidienne du nombre de patients fiévreux sur fond d'épidémie du coronavirus


French.xinhuanet.com -Publié le 2020-02-04 à 20:25
BEIJING, 4 février (Xinhua) -- La Chine a signalé une baisse quotidienne du nombre de patients dans ses cliniques pour fiévreux à travers le pays alors qu'elle continue d'appliquer ses mesures rigoureuses pour lutter contre l'épidémie du nouveau coronavirus, a déclaré mardi une responsable de la santé.

Les données nationales ont montré que les cliniques pour fiévreux du pays ont reçu lundi un total de 220.865 patients, soit une baisse de 7% par rapport à la veille, a indiqué Jiao Yahui, responsable de la Commission nationale de la santé, lors d'une conférence de presse.
Le chiffre est à la baisse depuis quelques jours, a affirmé Mme Jiao, ajoutant que la charge de travail pour le personnel médical des cliniques pour fiévreux diminue progressivement.

D'après Mme Jiao, la situation à Wuhan dans la province du Hubei reste toujours difficile, avec plus de 12.000 patients qui se sont rendus dans les cliniques pour fiévreux lundi dans cette ville où a débuté l'épidémie.
Le nombre quotidien est toujours en hausse à Wuhan mais à un rythme ralenti, a-t-elle ajouté.

La fièvre, la toux et la difficulté à respirer sont les principaux symptômes de l'infection au nouveau coronavirus. Au total, 15.000 cliniques pour fiévreux ont été établies dans la partie continentale de la Chine.
Xuan
   Posté le 04-02-2020 à 23:09:56   

Un débat - interview avec des médecins intéressant sur France Culture, et une comparaison avec ce qui s'est produit en Afrique et en Haïti
https://www.youtube.com/watch?v=EsQKLbWvv2U
Xuan
   Posté le 05-02-2020 à 09:09:51   

Les actions anti-Chine face à l'épidémie devraient être punies


Par Wang Cong Source: Global Times Publié: 2020/2/4 23:32:08
https://www.globaltimes.cn/content/1178524.shtml

La Chine est dans une course contre un virus mortel qui a déjà tué plus de 420 personnes et infecté plus de 20 400 autres. Au milieu de cette lutte, nous avons vu des réactions très différentes de différentes parties du monde.
Nous avons entendu d'innombrables histoires de ressortissants étrangers exprimant leur soutien à la Chine dans sa lutte contre l'épidémie de coronavirus, et beaucoup ont offert un coup de main.
De telles réactions compatissantes - du don d'un dollar à des millions de dollars de fournitures dont nous avons un besoin urgent - devraient et seront chéries.

Cependant, nous avons également vu des développements inquiétants dans certains coins du monde qui sont non seulement contre-productifs pour contenir le virus, mais constituent également de la discrimination et même du racisme contre les ressortissants chinois et les Chinois d'outre-mer.
Malgré la recommandation de l'Organisation mondiale de la santé contre la limitation du commerce et des voyages, certains gouvernements ont interdit aux ressortissants chinois d'entrer à leurs frontières. Sans connaissance adéquate du virus, certains individus et groupes étrangers ont répandu des rumeurs et des théories du complot à connotation raciste sur la Chine, et ont discriminé les ressortissants chinois en leur interdisant l'accès aux magasins, restaurants et autres établissements.
Bien que les mesures nécessaires prises par des gouvernements, des groupes et des individus étrangers pour se protéger contre le virus soient compréhensibles, la Chine devrait être alarmée par toute action malveillante et se préparer à prendre des contre-mesures si nécessaire.

Il est important de noter que le gouvernement américain a joué un rôle majeur - sinon le principal - en incitant à de telles actions. Les États-Unis ont été les premiers à interdire aux citoyens chinois d'entrer sur ses frontières.
Le gouvernement américain n'a fourni aucune assistance substantielle à la Chine dans sa lutte contre le virus, selon des responsables chinois. Certains responsables américains ont même doublé leur sinistre campagne de diffamation contre la Chine en cette période critique, et ont semé la panique dans le monde.
Il serait irresponsable de blâmer le gouvernement américain pour toutes les actions malveillantes dans le monde à la suite de l'épidémie de coronavirus. Mais à tout le moins, il a donné un mauvais exemple aux autres pays.

Cependant, il est également important de faire une distinction entre les réponses du gouvernement américain et de la société américaine. Il n'y a pas de pénurie de citoyens et de professionnels ordinaires américains qui ont exprimé leur soutien à la Chine ou même se sont joints à la lutte. Au 29 janvier, les entreprises américaines avaient fait don de plus de 155 millions de yuans (22,15 millions de dollars) aux efforts de la Chine pour lutter contre l'épidémie, selon certaines estimations.

Alors que la bataille totale contre le virus chez nous continue de s'intensifier, il est crucial que la Chine soit consciente de l'importance de protéger ses intérêts nationaux et ses citoyens à l'étranger et qu'elle prenne des mesures concrètes pour y répondre en récompensant les bonnes actions et en punissant les actions malveillantes.
Xuan
   Posté le 05-02-2020 à 09:12:09   

Les États-Unis cherchent des gains égoïstes alors que la Chine met tout en œuvre pour limiter la propagation du coronavirus

Source: Global Times Publié: 2020/2/4 20:28:42

https://www.globaltimes.cn/content/1178494.shtml

Alors que la Chine organise un effort collectif pour lutter contre l'épidémie de nouveau coronavirus (2019-nCoV), certains pays occidentaux, dirigés par les États-Unis, saisissent l'occasion de provoquer des troubles et d'attaquer le système chinois.

La vérité est que le système américain n'est pas aussi efficace que le système chinois. La méthode américaine de résolution des problèmes consiste à tergiverser. Par exemple, l'administration du président américain Donald Trump choisit simplement de construire un mur frontalier pour résoudre les problèmes d'immigration illégale.

Trump voulait construire le mur, mais les démocrates du Congrès américain s'y opposent. Une telle situation conduit à la procrastination et aux plaintes du public. Différents groupes d'intérêt ont souvent des demandes et des objectifs différents sur des questions majeures. Ainsi, les États-Unis sont souvent inefficaces pour résoudre les problèmes, y compris la propagation de la grippe aux États-Unis.

Les États-Unis calculent toujours le coût économique lorsqu'ils répondent aux problèmes de santé publique et aux urgences. Par exemple, lorsque les incendies de forêt ont balayé la Californie en 2018, le gouvernement local n'a payé aux détenus que 1 $ de l'heure pour lutter contre les incendies. Dans de nombreuses régions des États-Unis, même les pompiers ont été privatisés et remis à des sociétés à but lucratif. Ce service de base dépend maintenant du montant que les gens peuvent payer. Pour le gouvernement chinois, la sécurité des personnes est une priorité absolue. Ce n'est qu'en éliminant complètement la propagation du virus que le gouvernement chinois pourra assumer ses responsabilités.

Les États-Unis ont également tendance à exagérer la question des droits de l'homme. Le New York Times a affirmé que le verrouillage par la Chine de la ville de Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine centrale, "entraînerait presque certainement des violations des droits de l'homme".

La déclaration est immorale et déforme la vérité. Essentiellement, les questions de santé publique ne sont pas une question de droits de l'homme. Il doit y avoir une prévention et un contrôle efficaces.

Lors de la pandémie de H1N1 en 2009, les États-Unis n'ont pas effectué d'inspections dans les aéroports et aux frontières dès que possible, ce qui n'a pas permis de contenir la propagation de la maladie. Lors de l'ouragan Katrina en 2005, les maisons des gens ont été endommagées par les inondations et les vols étaient monnaie courante.

Pourquoi les États-Unis n'ont-ils pas alors parlé des droits de l'homme? Face au défi de la survie, les droits des individus doivent être subordonnés aux besoins de la majorité. C'est la même chose pour l'éthique orientale et occidentale. En ce qui concerne la vie et la mort, nous devons d'abord résoudre le problème de la survie avant d'envisager comment vivre plus confortablement.

Bien que les États-Unis se disent tolérants à l'égard d'opinions diverses, critiquer la Chine est un discours politique dominant. Chaque fois que quelque chose se passe mal en Chine, de nombreux médias et politiciens américains attribuent systématiquement le problème au système chinois.

La Chine lutte avec confiance contre le nCoV 2019. Cependant, certaines remarques émanant des États-Unis sont assez négatives, en raison des préjugés de Washington, des doubles standards et de la mentalité d'opposition binaire.

Certains politiciens américains ont tendance à interpréter les questions non politiques avec une pensée politique. Ils ignorent que ces problèmes nécessitent des efforts mondiaux. Certaines accusations américaines contre la Chine sont moralement indécentes, ce qui peut avoir une influence négative sur les efforts du monde pour s'attaquer conjointement au 2019-nCoV et à d'autres problèmes de santé publique similaires.

Attaquer le système chinois s'écarte clairement de la tendance générale selon laquelle tous les pays du monde se donnent la main pour faire face aux problèmes de santé publique. Une telle décision reflète le fait que certains politiciens américains manquent de conscience et d'un esprit d'auto-réflexion, d'autant plus que si l'on considère que les États-Unis eux-mêmes n'ont pas réussi à gérer correctement des problèmes similaires.

Bien que la nCoV 2019 reste jusqu'à présent incontrôlée, tous les pays et régions devraient coordonner et coopérer pour relever les défis de sa maîtrise. Les États-Unis devraient accorder plus d'attention à l'échange d'expériences avec la Chine pour éviter des épidémies similaires, plutôt que de politiser le problème et de blâmer.

La lutte contre le nCoV 2019 nécessite une approche systématique et des efforts internes et externes doivent être faits conjointement. La Chine devrait d'abord gérer ses affaires intérieures. Au cours de la lutte contre l'épidémie, malgré quelques rebondissements, l'orientation générale du pays est très claire: vaincre le virus et restaurer la confiance du public.

Cette crise nécessite un effort national. Des politiques et des ressources pertinentes devraient être élaborées et allouées étape par étape, conduisant à un cycle durable et vertueux. C'est la direction fondamentale à laquelle nous devons répondre en cas de doute extérieur.

Entre-temps, nous devons également faire connaître notre travail fructueux de manière efficace et donner à la communauté internationale plus de confiance dans les actions de la Chine.

La Chine devrait travailler avec d'autres pays et régions pour faire face à la nCoV 2019 et mener des contre-attaques rapides et rapides contre des forces mal intentionnées. De cette façon, le monde verra quels pays travaillent réellement sur les questions de santé publique et qui ont des arrière-pensées. C'est également un moyen efficace de répondre aux attaques sans fondement de certains politiciens américains contre la Chine, afin que leurs accusations s'effondrent sur elles-mêmes.

L'article a été compilé par les journalistes du Global Times Li Qingqing et Yan Yunming sur la base d'une interview avec Li Haidong, professeur à l'Institut des relations internationales, Université des affaires étrangères de Chine. opinion@globaltimes.com.cn
Xuan
   Posté le 05-02-2020 à 17:22:51   

La chute de nouveaux cas suspects suscite l'optimisme

Par Xu Keyue Source: Global Times Publié: 2020/2/5 21:53:59
https://www.globaltimes.cn/content/1178650.shtml


Les patients guéris (2e R à 3e L) posent pour une photo avec le personnel médical du premier hôpital affilié de l'Université de Zhengzhou à Zhengzhou, dans la province centrale du Henan en Chine, le 4 février 2020. Cinq patients atteints de pneumonie infectés par le nouveau coronavirus ont été guéris et libérés de l'hôpital mardi. (Xinhua / Li An)

Des signes positifs qui ont émergé récemment de la nouvelle épidémie de coronavirus en cours ont incité certains experts de la santé publique à prédire que le point d'inflexion de l'épidémie pourrait être vu dans un proche avenir après la chute de nouveaux cas suspects pour une deuxième journée consécutive.

Mercredi, la Commission nationale de la santé de la Chine a déclaré que 3 971 nouveaux cas suspects avaient été confirmés mardi à minuit sur le continent, dont 1 957 à l'épicentre de l'épidémie, dans la province du Hubei en Chine centrale. Il y a eu 5 072 cas supplémentaires lundi (3 182 au Hubei) et 5 173 dimanche (3 260 au Hubei).

La forte baisse de mardi est considérée comme un signe que des mesures de contrôle strictes ont progressivement donné des résultats positifs, a déclaré mercredi au Global Times Zhou Zijun, expert en santé publique à l'Université de Pékin.
"Si de nouveaux cas suspects continuent de chuter dans les prochains jours, le point d'inflexion [pour l'épidémie nationale de coronavirus] est attendu dans un proche avenir" , a noté Zhou.

Cette baisse est principalement due à l'amélioration des capacités de détection, qui a permis de confirmer ou d'exclure des cas suspects dans des délais plus courts, a déclaré Song Shuli, porte-parole de la Commission nationale de la santé de la Chine lors d'une conférence de presse mercredi.
Cela a permis aux patients confirmés d'être traités en temps opportun, tandis que les cas exclus peuvent reprendre leur vie normale, a déclaré Song.
Le soutien de tout le pays, y compris le personnel et les fournitures médicales, a contribué à contenir la propagation du virus, a déclaré Zhou, citant l'hôpital de Huoshenshan à titre d'exemple.
L'hôpital de 1 000 lits a été achevé en 10 jours et a reçu le premier groupe de patients mardi.
Zhou a également noté que l'amélioration de la sensibilisation du public et la réduction des activités de plein air ont contribué à la baisse des nouveaux cas suspects.
"Le public doit rester vigilant mais n'a pas besoin de paniquer" , a déclaré mercredi Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères , lors d'une conférence de presse. On espère que le point d'inflexion arrivera bientôt lors de la suppression de nouveaux cas suspects.

Un autre signe positif est que les taux de récupération quotidiens ont dépassé les taux de mortalité quotidiens ces derniers jours, ont montré des données de la Commission nationale de la santé de la Chine.
Selon les données actuelles, le taux de mortalité du nouveau coronavirus est de 2,1% à l'échelle nationale, bien inférieur à celui du SRAS.
Xuan
   Posté le 06-02-2020 à 20:19:13   

Information au fil de l'eau sur le coronavirus :
https://www.globaltimes.cn//content/1177737.shtml
Xuan
   Posté le 06-02-2020 à 23:04:54   

Un médecin dénonciateur d'un virus à Wuhan décède d'un coronavirus


[voir vidéo sur le site]
Source: Globaltimes.cn Publié: 2020/2/7 4:00:08
https://www.globaltimes.cn/content/1178814.shtml
00:00:00 / 00:36



[trad. D. Bleitrach]

le médecin chinois Li Wenliang, l’un des huit « dénonciateurs » qui a tenté d’avertir d’autres médecins de l’épidémie de coronavirus mais a été réprimandé par la police locale, est décédé vendredi des suites d’un coronavirus, à l’hôpital où il a été soigné .

L’hôpital central de Wuhan a révélé sur son compte Weibo que Li est décédé vendredi à 2h58 du matin après un traitement d’urgence.

Li a reçu un traitement d’urgence avec ECMO (oxygénation de la membrane extra-corporelle) après que son cœur ait cessé de battre vers 21h30 jeudi, selon les médias.Li, un médecin qui travaillait pour l’hôpital central de Wuhan où il a également été traité pour l’infection à coronavirus, a d’abord mis en garde ses camarades de l’hôpital sur le virus mortel en décembre 2019, les exhortant à faire attention. Le 30 décembre, il a établi un rapport complet suggérant des signes positifs pour le coronavirus de type SRAS. Il a ensuite publié des informations dans un forum disant qu’il y avait eu sept cas confirmés de « SRAS », selon l’un de ses messages sur Weibo. Le 3 janvier, la police locale l’a réprimandé pour avoir diffusé des « rumeurs en ligne » et l’a obligé à signer une lettre de contrition..Après cela, il est retourné au travail, a indiqué la notificatiion de l’hôpital . Après avoir accueilli des patients infectés par un coronavirus, il a commencé à tousser le 10 janvier, puis à avoir de la fièvre le lendemain. Il a ensuite été hospitalisé le 12 janvier.
Li faisait partie des huit habitants de Wuhan qui ont été réprimandés par la police locale au début de janvier pour avoir répandu des « rumeurs » sur l’épidémie du nouveau coronavirus.
Les informations diffusées en ligne ont révélé que des cas de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), la maladie respiratoire virale qui avait frappé la Chine au printemps 2003, avaient été détectés dans certains hôpitaux de Wuhan.
De nombreuses déclarations se sont appuyées sur l’expérience des huit « dénonciateurs » pour établir la preuve de l’incompétence des autorités locales à lutter contre un virus contagieux et mortel.
Un épidémiologiste de haut niveau du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CCDC) a déclaré dans une récente interview avec le rédacteur en chef du Global Times, Hu Xijin, que nous devons féliciter vivement les huit habitants de Wuhan.
« Ils étaient sages devant l’épidémie », a déclaré Zeng Guang, épidémiologiste en chef au CCDC, ajoutant que tout jugement doit être étayé par des preuves scientifiques.
Certains internautes chinois ont déclaré que les autorités locales lui devaient des excuses officielles, affirmant que c’était une nouvelle déchirante. « Nous avons perdu un héros », a déclaré un internaute dans un message sur WeChat, notant que si son avertissement avait pu envoyer une alarme, l’épidémie n’aurait peut-être pas continué à s’aggraver.
Le médecin de 34 ans, originaire de la province du Liaoning (nord-est de la Chine), était inscrit à l’Université de Wuhan en 2004, avec une spécialisation en médecine clinique, selon les médias. Après trois ans de travail à Xiamen, dans la province du Fujian (est de la Chine), il est retourné à Wuhan et travaillait depuis à l’hôpital central de Wuhan.
Les médias ont également indiqué que sa femme, qui était enceinte, était elle-même atteinte. Li a déclaré sur son compte Weibo qu’elle avait reçu un diagnostic d’infection à coronavirus samedi.
Li a déclaré aux médias dans des rapports antérieurs que « alors que le coronavirus continue de se propager, je ne veux pas partir. Je travaillerai sur la ligne de front lorsque je récupérerai »
.
Virus ‘whistleblower’ doctor in Wuhan dies from coronavirus – Global Times


Edité le 07-02-2020 à 08:45:05 par Xuan


Xuan
   Posté le 06-02-2020 à 23:19:17   

Le Monde et la presse antichinoise française sont au diapason des Médias US :

Vanter l'effondrement de la Chine au milieu d'un virus sinistre

Par Zhang Yansheng Source: Global Times Publié: 2020/2/7 1:10:06

https://www.globaltimes.cn/content/1178813.shtml


Alors que le nouveau coronavirus pose un grand défi à la Chine, toutes sortes de théories du complot et de "l'économie chinoise condamnée" sont revenues. Parmi eux, le plus accrocheur est un article intitulé "La Chine est le vrai malade de l'Asie" de Walter Russell Mead publié par le Wall Street Journal.
L'article a vanté l'effondrement hypothétique de l'économie chinoise avec des termes très offensants. L'article, qui regroupe toutes sortes de situations effrayantes, est ridicule.

L'épidémie atteindra probablement son apogée avant le 15 février et commencera à s'atténuer. Quand nous regardons en arrière, nous saurons que le pire moment est passé. Ceux qui prônent l'effondrement de l'économie chinoise seront facilement vaincus par des faits concrets. Une fois le virus réprimé, son impact limité sur l'économie sera bientôt réparé.
Même le point de vue le plus pessimiste est que le PIB chinois restera à un taux de croissance de 5,6-5,8% cette année. En ce sens, l'économie chinoise affiche toujours une croissance robuste.

L'épidémie ne durera pas éternellement; le virus peut être complètement contenu à la mi-mai.
De plus, l'épidémie de coronavirus en Chine n'est peut-être pas plus dangereuse que la grippe aux États-Unis si l'on considère le taux de mortalité. À la fin de mercredi, le nombre total de cas confirmés dans le pays était de 28 018 avec un nombre de morts de 563. La mortalité n'est que d'environ 2%, un cinquième de celle du SRAS.
De plus, l'épidémie est en grande partie un événement régional à court terme. Environ 70% des plus de 28 000 cas confirmés à travers le pays se trouvent dans la province du Hubei en Chine centrale, où se trouve Wuhan. Le reste des provinces et des villes ne représentent que 30% des cas. Le nombre de décès au Hubei représente 97 pour cent du total, ce qui signifie que les cas confirmés et les décès sont principalement concentrés dans la province. La province de Zhejiang, dans l'est de la Chine, compte le plus grand nombre de cas confirmés en dehors du Hubei, à moins de 1 000 mercredi. Malgré l'importante population migrante, Pékin et Shanghai n'ont signalé qu'un seul décès chacun. Même avec tout le battage médiatique de certains médias occidentaux, la vérité est la vérité. Les mesures actuellement prises pour couper la source de l'infection contiendront l'épidémie de la mi-février à la fin février.

En termes d'impact économique, le scénario de référence est que la croissance du PIB de la Chine sera maintenue à 5,2% au premier trimestre et à 5,8% pour toute l'année. Dans le scénario optimiste, le PIB augmentera de 5,5% au premier trimestre et de 6% en 2020. Dans un scénario baissier, il sera de 4,8% au premier trimestre et de 5,5% pour toute l'année.
L'ensemble de l'économie chinoise est toujours sur une tendance régulière et à la hausse. La consommation et les services sont parmi les secteurs qui souffrent le plus. Alors que la consommation de tourisme, de nourriture, de divertissement, de restauration et de nécessités quotidiennes a été considérablement affectée, si le développement de l'épidémie se stabilise d'ici la fin février, les gens retrouveront une vie normale et la consommation et les services redeviendront également normaux. L'impact durera tout au plus au premier trimestre, voire en janvier et février.

Quant aux industries, les automobiles, l'électronique des télécommunications et la biomédecine sont les principales industries de Wuhan. Mais la chaîne industrielle de Wuhan est différente de celle de la province du Guangdong en Chine du Sud ou de la province du Jiangsu en Chine orientale. Les industries de Wuhan se concentrent généralement sur le bas de gamme dans la division internationale du travail. L'avantage de la ville réside dans son accès à neuf provinces, permettant la connectivité du commerce, de la logistique, des flux de capitaux, des flux d'informations et des talents. Ainsi, une fois l'épidémie contenue, les autorités devraient tout mettre en œuvre pour assurer la circulation de la logistique, du commerce, des capitaux, des informations et des talents pour la normalisation de sa politique, de son économie et de sa vie.

En termes de commerce, Wuhan est une ville importante du centre de la Chine. Elle s'est principalement engagée dans le commerce des services comme le tourisme. La Chine a un déficit de 100 milliards de dollars dans le commerce des services. L'épidémie peut orienter certains des échanges de services vers la consommation intérieure.

Il y a deux changements à l'investissement étranger en Chine. Le premier est le passage d'un investissement axé sur les coûts à un investissement axé sur le marché. Comment les investisseurs axés sur le marché pourraient-ils quitter un marché aussi vaste comme la Chine? La seconde est que 70% des investissements étrangers ont été transférés du secteur manufacturier au secteur des services, y compris les services financiers, les services d'assurance, les services de R&D, les services techniques, les services de conseil et les services de talents. Le marché de ces entreprises est en Chine. Une fois l'épidémie contenue, l'investissement étranger en Chine atteindra certainement un nouveau sommet. Dans cette perspective, nous devons rester calmes, car l'impact sera de courte durée et limité.

De plus, la Chine pourrait utiliser cette épidémie pour transformer de mauvaises choses en bonnes choses en améliorant sa capacité de gouvernance sociale et publique et en améliorant les niveaux d'hygiène pour les individus, les familles et la société. Le système chinois est la continuation d'une civilisation de 5000 ans, et seul le temps peut dire si c'est bon ou pas, pas les médias occidentaux.

Si la Chine était un homme malade d'Asie de l'Est, l'homme s'est déjà levé, riche et fort. Le virus ne le renversera pas.

_________________


Lire aussi :
Face à l'épidémie, on mesure bien le sens moral de chacun


Edité le 06-02-2020 à 23:34:50 par Xuan


Xuan
   Posté le 07-02-2020 à 09:09:50   




De 'Le Monde' à Pompeo, le choeur du catastrophisme anti communiste :

Le fatalisme antichinois est malade, pas l'économie chinoise


Source: Global Times Publié: 2020/2/7 2:24:22
https://www.globaltimes.cn/content/1178817.shtml



Des travailleurs fabriquent une ambulance dans la base de fabrication de la société Brilliance Auto à Shenyang, dans la province du Liaoning, dans le nord-est de la Chine, le 3 février 2020. Ces derniers jours, la société s'est précipitée pour produire des ambulances à pression négative pour lutter contre la nouvelle épidémie de coronavirus. La production du premier lot de 10 ambulances à pression négative sera terminée le 5 février, puis mise en service. (Xinhua / Pan Yulong)


L'incertitude demeure au sujet de l'épidémie du nouveau coronavirus, mais une prédiction qui a depuis été vérifiée est de savoir comment l'épidémie a revitalisé le chœur de fonctionnaires, d'experts et de journalistes étrangers dans leur propagation incessante de théories du complot concernant l'effondrement de la Chine et de son économie, en bref les « doomers chinois» ou "fatalistes antichinois".

La majorité de ce que ce chœur étranger chante consiste en de vieilles chansons sur la façon dont l'effondrement imminent de l'économie chinoise se produira en raison des systèmes politiques et économiques du pays.
La façon dont ils remontent une fois de plus sur scène après que leurs théories de «l'effondrement de la Chine» se sont avérées erronées dépasse l'imagination. À leur crédit, ils ne manquent jamais de surprendre et de choquer avec leur dernière rhétorique alarmiste, «preuves» et «contexte» créés dans le but d'attirer l'attention dont ils ont désespérément besoin.

Entre dans cette arène Walter Russel Mead, professeur au Bard College de New York. Mead, un catastrophiste antichinois avéré, qui a récemment écrit un article pour le Wall Street Journal avec le titre extrémiste : "La Chine est le vrai malade de l'Asie."
Pour ceux qui ne connaissent pas le contexte historique de l'expression «homme malade d'Asie», elle reflète ce que les impérialistes japonais utilisaient pour désigner le pays avant et pendant leur invasion de la Chine.

L'utilisation de cette phrase tord les tripes des Chinois, surtout pendant une période aussi sensible où la Chine se bat pour sauver des vies du coronavirus.
Comme prévu, à part le titre profondément insensible, l'article de Mead présente des critiques habituelles et sans fondement sur la Chine, plein de prédictions exagérées sur la disparition du pays.
Mead fait valoir que l'épidémie de coronavirus révèle la fragilité de la Chine et comment le marché financier et l'économie du pays sont au bord de l'effondrement. L’article mentionne également l'impact de la chute sur l'économie mondiale et la communauté internationale. Mead ne parvient pas à fournir des données ou des preuves à l'appui de ses théories et n'offre à la place que des mots vides et fantaisistes.

Pour être franc, réfuter un tel travail mal dégrossi de cette ampleur, écrit par une marionnette stupide des médias en quête d'attention, serait une perte de temps. Mais Mead est maintenant rejoint par des responsables étrangers comme le secrétaire d'État américain Mike Pompeo, ainsi que des experts et des médias dans leur attaque contre la Chine pendant cette période délicate. Leur véritable objectif est d'affaiblir la Chine et son économie. Des efforts concertés de cette nature ne doivent pas rester incontrôlés.

En effet, des failles ont été révélées à la suite de l'épidémie et l'économie en subira quelques coups. La Chine, qui a soulagé plus de 800 millions de personnes de la pauvreté et s'est améliorée au cours des 70 années qui ont suivi sa fondation et avec 2,5 fois la population américaine, n'abandonnera pas son véritable cours en raison de difficultés à court terme.

L'économie chinoise, qui est passée de presque rien à la deuxième économie mondiale avec un PIB d'environ 27,31 billions de dollars en 2019 et a contribué à 30% à la croissance du PIB mondial, ne chutera pas.

Si des preuves sont nécessaires, regardez comment la Chine a continué à progresser après l'épidémie de SRAS en 2003, qui a également mis le pays au point mort. Le pays a continué de grimper après un tremblement de terre dévastateur dans le Sichuan au sud-ouest de la Chine en 2008, lorsque le monde a été confronté à une crise financière mondiale causée, comme nous l'avons découvert plus tard, par le système financier américain corrompu.

En 70 ans, la Chine a dû faire face à sa part de difficultés, mais à chaque fois elle s'est renforcée. C'est précisément le système chinois qui a amené le pays là où il se trouve aujourd'hui. Il n'y a aucune raison de croire que cette fois ce sera différent.
En fait, des signes positifs sont déjà apparus pour l'économie, bien que la lutte contre le virus se poursuive. Depuis l'article de Mead lundi, les marchés boursiers chinois ont rebondi, l'indice de référence de Shanghai est en hausse de 5,44% cette semaine. Certaines entreprises devraient également reprendre leurs activités dès la semaine prochaine.

Une fois que la poussière sera retombée et que tout redeviendra normal, les prédictions du fatalisme antichinois redeviendront la risée du monde. Il est peu probable qu'ils arrêtent d'inventer des nouveautés pour malmener la Chine, mais soyez assurés que l'économie chinoise n'arrêtera pas d'avancer.


Edité le 07-02-2020 à 09:40:36 par Xuan


Xuan
   Posté le 07-02-2020 à 20:31:16   

La Chine appelle les entreprises à reprendre en ordre leurs activités


http://french.xinhuanet.com/2020-02/07/c_138762799.htm

BEIJING, 7 février (Xinhua) -- Les autorités chinoises ont demandé jeudi aux entreprises en dehors de la province du Hubei de reprendre en ordre leurs activités tout en continuant à lutter contre l'épidémie du nouveau coronavirus.

Cela donnera une meilleure garantie pour le travail de prévention et de contrôle et aidera à maintenir un ordre économique et social normal, selon une réunion de haut niveau présidée par le Premier ministre Li Keqiang, également membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC).
La réunion du groupe dirigeant du Comité central du PCC sur la prévention et le contrôle de l'épidémie du nouveau coronavirus, a également mis l'accent sur le maintien des efforts concertés sur le contrôle de l'épidémie au Hubei, notamment dans sa capitale Wuhan, la ville la plus touchée.
Diverses mesures devraient être mises en place pour augmenter le nombre de lits d'hôpital et du personnel médical au Hubei, selon la réunion.

Les entreprises en dehors du Hubei sont encouragées à s'arranger pour que leurs lieux de travail soient moins peuplés et permettre aux employés de travailler en roulement pour atteindre leur pleine capacité de production. La pénurie des machines, du personnel et des fonds devrait être gérée à travers la coordination, afin de faire fonctionner normalement l'ensemble de la chaîne industrielle, a-t-on appris de la réunion.

Les écoles sont appelées à reporter la rentrée pour le nouveau semestre de manière appropriée.
Les autorités des chemins de fer et de l'aviation civile devraient adopter des mesures pour que les passagers s'assoient moins densément durant leurs voyages de retour des congés, et éviter le pic de voyages pour réduire le risque de propagation du virus, d'après la réunion.
Wang Huning, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC et chef adjoint du groupe dirigeant, a assisté à la réunion.

______________________


La Chine prend des mesures pour aider les entreprises à reprendre leurs activités malgré l'épidémie


Par Wang Cong Source: Global Times Publié: 2020/2/7 23:06:07
https://www.globaltimes.cn/content/1178854.shtml

Vendredi, les responsables du gouvernement central et local de la Chine ont mis en place une série de mesures pour soutenir les entreprises à travers le pays, alors qu'ils se préparent à reprendre leurs activités bientôt malgré les efforts continus pour contenir le virus mortel.

Les politiques fiscales, monétaires et autres qui soutiennent les entreprises participant à la lutte contre le coronavirus et d'autres qui ont été touchés par un verrouillage marquent également le début de l'intensification des efforts des autorités pour repousser les coups potentiels causés à l'économie par l'épidémie.

Vendredi matin, la nouvelle vague de mesures de soutien a débuté lors d'une conférence de presse tenue par des représentants du gouvernement central, lorsqu'ils ont annoncé diverses politiques fiscales et monétaires non seulement pour aider les entreprises à se joindre à la lutte contre le virus, mais aussi pour aider d'autres entreprises, en particulier les petites entreprises. et moyennes entreprises (PME), pour faire face à l'impact potentiel.
Parmi les mesures prises par les fonctionnaires du gouvernement central figurent la réduction des coûts de financement, la baisse des impôts et des frais administratifs et l'augmentation des liquidités pour le système financier. Lors de la réunion d'information, le vice-ministre des Finances, Yu Weiping, a promis davantage de politiques pour se concentrer sur la lutte contre l'épidémie et aider les entreprises à reprendre leurs activités.

Bien qu'une campagne nationale visant à contenir l'épidémie de coronavirus, qui reste une priorité absolue, doive se poursuivre, les entreprises de certaines régions devraient reprendre leurs activités dès la semaine prochaine et les appels à la reprise rapide des activités économiques se multiplient.

"Nous devons prendre des mesures immédiatement pour reprendre nos opérations afin de maintenir notre position dans la chaîne d'approvisionnement mondiale" , a déclaré vendredi au Global Times Wang Wen, doyen exécutif du Chongyang Institute for Financial Studies de l'Université Renmin de Chine (RDCY). "Nous devons aborder ces deux problèmes simultanément et fermement. Nous ne pouvons pas nous concentrer uniquement sur la bataille [contre l'épidémie] et sur la sécurité et abandonner la production."

Vendredi, les autorités se dirigeaient dans cette direction. À la suite de la conférence de presse tenue vendredi matin par des représentants du gouvernement central, un nombre croissant de provinces, du Fujian de Chine orientale au Guangdong de Chine méridionale, en passant par le Sichuan du sud-ouest de la Chine, ont également emboîté le pas en annonçant leurs propres mesures pour aider les entreprises à se remettre sur pied.

Le gouvernement provincial du Fujian, par exemple, a déployé 24 mesures pour "soutenir pleinement tous les types d'entreprises" afin de reprendre la production. Conformément aux mesures générales du gouvernement central, les efforts du Fujian visent également à alléger le fardeau financier des entreprises, notamment en créant un fonds spécial de 500 millions de yuans (71,58 millions de dollars) pour offrir des prêts à escompte aux entreprises concernées.

Dans le Guangdong, les autorités ont publié une ligne directrice détaillée pour aider les entreprises à reprendre leurs activités et leur production et à alléger leur travail et leur charge financière. Les autorités locales ont été invitées à prendre des mesures de précaution pour garantir la sécurité des entreprises et élargir le marché du travail. Guangzhou, la capitale du Guangdong, a également déployé vendredi ses propres mesures similaires.

Des responsables de provinces comme la région autonome de Guangxi Zhuang en Chine du Sud et le Liaoning en Chine du Nord-Est, ont également publié des mesures similaires pour aider les entreprises à reprendre leurs activités.

Les mesures interviennent alors que les préoccupations concernant l'impact négatif potentiel de l'épidémie sur l'économie chinoise continuent de s'intensifier, de nombreuses entreprises et usines restant fermées et que les attaques étrangères malveillantes contre le système de gouvernance économique de la Chine et la santé de l'économie s'intensifient.
Wang a déclaré qu'une étude récente menée par le RDCY a montré que, bien que les efforts pour combattre l'épidémie méritent le crédit, il existe des signes de "réaction excessive" dans certaines régions où les industries ont "perdu des commandes" . Des secteurs tels que la restauration,

Cependant, il y a des signes positifs pour la deuxième économie mondiale. La bourse chinoise a connu un solide rebond au cours des derniers jours après de lourdes pertes lundi, premier jour de bourse depuis le nouvel an chinois.
Défiant les sombres prédictions, l'indice composite de Shanghai a clôturé en hausse de 0,33% vendredi, contribuant à un gain de 5,83% au cours de la semaine dernière. Le plus petit indice des composants de Shenzhen a gagné environ 9,3% cette semaine.


Edité le 07-02-2020 à 20:41:49 par Xuan


Xuan
   Posté le 07-02-2020 à 20:48:51   

(2019-nCov) Augmentation stable du nombre de patients guéris en Chine


http://french.xinhuanet.com/2020-02/07/c_138764343.htm

BEIJING, 7 février (Xinhua) -- La Chine a vu une augmentation constante du nombre de patients qui se sont rétablis de l'infection du nouveau coronavirus depuis le 30 janvier, ont déclaré vendredi les autorités sanitaires.

Un total de 1.540 personnes infectées ont été soignés et sont sorties de l'hôpital dans la lutte contre le virus en Chine, selon un bilan établi jeudi, a déclaré Guo Yanhong, une responsable de la Commission nationale de la santé (CNS) lors d'une conférence de presse.
Une analyse d'expert a été commandée par les autorités sur plus de 500 cas guéris, y compris les cas qui présentaient des symptômes légers et ceux dont les symptômes étaient graves. Certains ont même eu des complications, a fait savoir Mme Guo.
Le temps moyen d'hospitalisation de ces cas est d'environ 10 jours, a- t-elle noté.

En résumant les méthodes de traitement pour les patients guéris, les experts ont noté que certaines méthodes de traitement antiviral, y compris le traitement symptomatique et les thérapies de soutien, en particulier l'utilisation de la médecine traditionnelle chinoise, avaient produit de bons effets, a fait savoir Mme Guo.
Selon Wang Guiqiang, directeur du département des maladies infectieuses du Premier Hôpital de l'Université de Pékin, les données de Wuhan, l'épicentre de l'épidémie, ont montré que les cas graves, même les patients gravement malades, peuvent être guéris à travers un traitement raisonnable et actif.
"Cela a beaucoup renforcé notre confiance ", a-t-il souligné lors de la même conférence de presse, convaincu que les récents renforts de professionnels de la santé, en particulier du personnel de soins intensifs, contribueront largement à améliorer le taux de guérison et à réduire le taux de mortalité des cas graves.
Xuan
   Posté le 08-02-2020 à 10:54:37   

Quand les États-Unis franchissent la ligne rouge de la bassesse de la civilisation humaine


le Quotidien du Peuple en ligne - 07.02.2020 13h06

http://french.peopledaily.com.cn/Horizon/n3/2020/0207/c31362-9655283.html
À lire aussi :
La Chine réduira de moitié les droits de douane supplémentaires sur certains produits américains
La Chine fait des représentations solennelles auprès des Etats-Unis concernant la visite d'un responsable de Taiwan
La partie continentale de la Chine critique et qualifie de 'méprisable' la visite de Lai Ching-te aux Etats-Unis

C'est une bataille entre les humains et un virus. Le gouvernement et le peuple chinois sont à l'avant-garde de la lutte contre l'épidémie de pneumonie à nouveau coronavirus et ont écrit un émouvant chant de défense de la vie. C'est également un champ de bataille où on trouve toutes les opinions, bonnes et mauvaises. D'une part, les forces de la justice internationale et la Chine travaillent ensemble pour lutter contre l'épidémie, racontant des histoires de souffrance et révélant les vrais sentiments, et ont fait entendre la voix de l'ère de la destinée humaine. D'un autre côté, certains pays occidentaux ont réagi de manière excessive et certains politiciens occidentaux ont même franchi allègrement la ligne rouge de la morale et rêvent de profiter de l'opportunité.

« Des précautions sont nécessaires, mais aucune réaction excessive ne se justifie. L'Organisation mondiale de la santé ne recommande pas aux pays de prendre des restrictions de voyage ou de commerce et appelle les pays à prendre des mesures convaincantes sur la base de preuves » . Lors de la 146e session de l'OMS, le directeur général de l'organisation, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a expliqué de manière approfondie et professionnelle ce qui devrait être fait maintenant et ce qui ne devrait pas être fait, appelant les gens à ne pas paniquer. Les participants de dizaines de pays ont salué « les mesures exemplaires de prévention et de contrôle et de diagnostic et de traitement de la Chine » et ont exprimé « leur volonté de travailler avec le peuple chinois pour gagner la bataille contre cette épidémie » . Il ne fait aucun doute que la propagation de la panique est plus terrible que la propagation de l'épidémie, et il est vital de renforcer la confiance.

Selon les médias, la grippe H1N1 qui a débuté aux États-Unis en 2009 a causé l'infection d'1,632 300 personnes, 284 500 personnes en sont mortes et le taux de mortalité a atteint 17,4%. En revanche, grâce aux efforts inlassables de la Chine, le taux de mortalité des patients atteints de pneumonie infectés par le nouveau coronavirus dans le pays est d'environ 2,1%, ce qui est beaucoup plus bas que les autres épidémies précédentes.
Depuis le 1er février, le nombre de guérisons a commencé à dépasser le nombre de décès. Cela montre pleinement que l'épidémie est gérable et guérissable.

Cependant, alors que l'Organisation mondiale de la santé vient de préciser qu'il n'y a aucune raison de prendre des mesures inutiles interférant avec les voyages internationaux et qu'elle ne préconise pas -et s'oppose même- aux restrictions de voyage en Chine, les États-Unis ont pris l'initiative de porter le conseil de ne pas voyager en Chine au plus haut niveau, comme les mesures concernant certains pays déchirés par la guerre.
A ce niveau, les citoyens américains se voient interdits de voyager en Chine et les étrangers qui sont allés en Chine au cours des 14 derniers jours n'ont pas le droit d'entrer aux États-Unis. Les États-Unis ont été les premiers à rapatrier leur personnel consulaire de Wuhan, les premiers à faire revenir certains membres de leur ambassade et les premiers à annoncer des restrictions globales à l'entrée des citoyens chinois... quand on sait qu'aux États-Unis, le département de la Sécurité intérieure a également dit dans le même temps que l'épidémie « présente un risque toujours relativement faible pour le public américain » , on voit que l'approche américaine manque manifestement de base factuelle et scientifique. Des experts américains compétents estiment également que les États-Unis « passent de la confiance excessive à la panique et à la réaction excessive » et que « cette décision n'a ni fondement scientifique ni avantage » , recommandant de la « retirer le plus tôt possible » .

L'épidémie est l'ennemi commun du monde et face à elle, ni la compassion ni la justice ne doivent manquer. Mais malheureusement, alors que les forces de la justice internationale travaillent ensemble pour lutter contre le fléau, certains politiciens aux États-Unis sont en train de travailler pour leur propre intérêt politique, et leurs agissements sont tombés sous le seuil de la civilisation humaine.
Tout d'abord, le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross a déclaré publiquement que l'épidémie contribuerait à accélérer le retour des opportunités d'emploi aux États-Unis, puis ce fut au tour du secrétaire d'État américain Mike Pompeo d'utiliser ouvertement l'épidémie pour se livrer à une provocation à l'égard des relations de la Chine avec les pays voisins lors de sa récente visite en Asie centrale. De plus, le sénateur américain Tom Cotton a récemment calomnié la Chine à plusieurs reprises, appelant à « bloquer la Chine » et à ce que « tous les Américains quittent la Chine » . Le pitoyable spectacle de ces politiciens américains fait autant preuve de laideur que d'ignorance. De nombreux internautes américains ont d'ailleurs souligné que les remarques de Tom Cotton « sont beaucoup plus dangereuses que le nouveau coronavirus » .

Face à une épidémie, que faut-il faire ? Tendre la main pour lutter contre l'épidémie, ou chercher à tirer avantage du péril ? C'est une question de choix. La conscience et la justice croient fermement que la puissance de la compréhension, de la sympathie, du soutien et de la solidarité est le courant dominant après que de nombreux pays et organisations internationales ont activement collecté et transporté du matériel médical et de lutte contre l'épidémie vers la Chine, et au niveau international, de nombreux amis de la Chine la soutiennent de diverses manières dans sa lutte contre l'épidémie, et de partout s'élèvent des messages comme « Courage, Wuhan ! » ou « Courage, la Chine ! » . Qu'il s'agisse d'une aide matérielle ou d'un soutien émotionnel, tout cela montre l'énergie positive du travail commun pour surmonter les difficultés. C'est une magnifique scène que la société humaine devrait partager les uns avec les autres.

Face à l'épidémie, il existe une règle de mesure de la moralité.

Par Zhong Shen, Zhong Shen est un pseudonyme souvent utilisé par le Quotidien du Peuple pour exprimer son point de vue sur la politique étrangère

(Rédacteurs :Yishuang Liu
Xuan
   Posté le 08-02-2020 à 10:59:27   

Mise à jour en temps réel sur l'épidémie de coronavirus

Source: Global Times Publié: 2020/1/22 21:15:00 Dernière mise à jour: 2020/2/8

https://www.globaltimes.cn//content/1177737.shtml

17 h 26, 8 février

La Chine va sévèrement réprimer les activités illégales telles que la thésaurisation et la hausse des prix des fournitures médicales comme les masques, les tenues de protection et les désinfectants, a déclaré samedi l'Administration d'État pour la réglementation des marchés.


17h08, 8 février

Le gouvernement chinois a pris des mesures opportunes pour stabiliser son économie en réponse à la nouvelle épidémie de pneumonie à coronavirus, et sa croissance économique ne s'arrêtera pas en raison de l'épidémie nCoV2019, ont déclaré des informations financières provenant de nombreux pays, a rapporté CCTV.

16 h 56 8 févr.

La demande en ligne de plaques d'immatriculation temporaires est lancée afin d'assurer la demande nécessaire de conduite pendant la période de prévention et de contrôle de la nouvelle épidémie de pneumonie à coronavirus, a annoncé samedi le ministère de la Sécurité publique .

16 h 29

, 8 février Shenzhen, Sud de la province du Guangdong, en Chine, a proposé le samedi 16 étapes, dont l'exemption du loyer de 2 mois pour la location publique et le logement des talents, le report du paiement de la prime d'assurance sociale et la réduction de la proportion des fonds de l'entreprise de logement pour faire face à la nouvelle pneumonie à coronavirus déclenchement.

16 h 22 8 févr.

La Chine accélérera l'examen technique des médicaments et des dispositifs médicaux nouvellement développés qui pourraient être efficaces contre la nouvelle pneumonie à coronavirus et s'efforcera de les mettre sur le marché dès que possible: a annoncé samedi la National Medical Products Administration.

16 h 01 8 février La

Chine décide d'interdire complètement le commerce des espèces sauvages pendant la période de prévention et de contrôle de la nouvelle épidémie de pneumonie à coronavirus, a annoncé samedi l'Administration d'État pour la réglementation des marchés.

15 h 00 8 février

Un Japonais dans la soixantaine est décédé samedi à Wuhan après une grave pneumonie. Bien que sa cause de décès soit fortement suspectée d'être la nouvelle pneumonie à #coronavirus; pour l'instant, aucune conclusion définitive n'a pu être tirée: Ministère des Affaires étrangères du Japon

14 h 21, 8 février

Un citoyen américain est décédé des #coronavirus à #Wuhan, rapporte l'AFP, citant un porte-parole de l'ambassade américaine en Chine.

13 h 51 Le 8 février

L'équipe d'enquête de la Commission de surveillance de la Chine vient d'arriver à Wuhan pour enquêter sur les questions liées au médecin «dénonciateur» Li Wenliang, dont la mort a déclenché l'indignation du public en Chine.

13 h 04 8 février

Soixante et un touristes chinois de la province du Hubei en Chine centrale sont rentrés à Wuhan à bord d'un vol affrété au départ de Bali, en Indonésie, samedi, a rapporté la télévision centrale de Chine.

12:38 pm 8 février

Comme l'épidémie actuelle de nCoV2019 a montré une nouvelle tendance de contagion des villes aux zones rurales et de mutation de l'infection importée à l'infection communautaire, elle exige une surveillance plus complète basée sur la communauté du réseau, a déclaré le gouverneur de la province du Hubei, Wang Xiaodong, a rapporté le Hubei Daily samedi

11 h 44. 8 Le
Japon est prêt à combattre tous les efforts contre la nouvelle pneumonie à coronavirus avec la Chine, a déclaré vendredi

11 l'
ambassadeur de Chine au Japon Kong Xuanyou, Toshihiro Nikai, secrétaire général du Parti libéral démocrate, et Tetsuo Saito, secrétaire général du Nouveau parti Komeito. : 40 h le 8 février
L'usine de Tesla à Shanghai reprendra ses activités à partir de lundi: un fonctionnaire du gouvernement

11 h 15 le 8 février

Wang Hesheng, un vétéran avec une expérience abondante de la gouvernance médicale, a été nommé membre du Comité permanent du Comité provincial du PCC Hubei. Son dernier poste était à la Commission nationale de la santé de la Chine.

10 h 10, 8 février

Le bateau de croisière Diamond Princess au Japon signale trois nouveaux cas confirmés de nouvelle pneumonie à coronavirus, portant le total à 64 sur le navire: le ministère japonais de la Santé, du Travail et du Bien-être a confirmé samedi.


10 h 03, 8 février

Pour contenir la propagation du nouveau coronavirus, Hangzhou suspend la vente de médicaments contre la fièvre et la toux dans toutes les pharmacies locales depuis samedi, pour pousser les résidents présentant ces symptômes à consulter immédiatement des médecins au lieu de prendre eux-mêmes des médicaments.

08:18 am 8 févr.

86 nouveaux décès, 3 399 nouveaux cas confirmés ont été signalés le 7 février dans la partie continentale de la Chine, a indiqué la Commission nationale chinoise de la santé. Le nombre total d'infection a grimpé à 34 546, avec 722 décès au 7 février.

6 h 20 le 8 février Le

Hubei a signalé 2 841 nouveaux cas de nouveau coronavirus le 7 février, avec 81 nouveaux décès; le nombre total d'infection dans la province est passé à 24 953, avec 699 morts et 1 115 récupérés.

00:20 am 8 février

Le géant chinois de la technologie Tencent a annoncé qu'il mettra en place un fonds d'une valeur de 1,5 milliard de yuans pour lutter contre la nouvelle pneumonie à coronavirus. 300 millions de yuans seront utilisés pour saluer les personnes qui apportent une contribution spéciale en première ligne de cette bataille.
Xuan
   Posté le 08-02-2020 à 20:02:26   

Le nombre de cas de personnes atteintes par le nouveau coronavirus en Chine rapportés chaque jour «se stabilise»
,

a indiqué ce samedi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), tout en restant prudente sur l'avenir. Cela constitue une «bonne nouvelle», a estimé l'agence spécialisée de l'ONU, tout en indiquant qu'il était encore trop tôt pour prédire un déclin ou non de l'épidémie.

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/nouveau-coronavirus-717-morts-en-chine-20200207

«Il y a eu une stabilisation du nombre des cas rapportés de Hubei» , la province chinoise la plus touchée et où la maladie est apparue, a déclaré le responsable des programmes sanitaires d'urgence de l'OMS Michael Ryan, lors d'un point de presse à Genève. Cette province est soumise à des mesures drastiques d'isolement par les autorités chinoises pour tenter de contenir la diffusion de l'épidémie. «Nous enregistrons une période de stabilité de quatre jours, où le nombre de cas rapportés n'a pas progressé. C'est une bonne nouvelle et cela pourrait refléter l'impact des mesures de contrôle qui ont été mises en place» , a-t-il ajouté.

M. Ryan a toutefois estimé qu'il était encore trop tôt «pour faire quelque prédiction que ce soit» sur l'évolution de l'épidémie. Le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a quant à lui ajouté que la tendance «n'était pas à l'accélération» de la propagation du virus, mais il a lui aussi appelé à la «prudence» . Un total de 34.546 personnes ont été contaminées en Chine continentale, dont 722 sont mortes. Ce chiffre est supérieur au nombre des personnes mortes du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère, une pneumonie atypique) - environ 650 - dans la partie continentale du territoire chinois et à Hong Kong en 2002-2003.

Pour l'heure, seuls deux cas mortels du coronavirus 2019-nCoV ont été signalés hors de Chine continentale, à Hong Kong et aux Philippines. Par ailleurs, un Américain de 60 ans porteur du virus est décédé jeudi dans un hôpital de Wuhan, a révélé à l'AFP l'ambassade des Etats-Unis, sans fournir davantage de détails. Il s'agirait du premier mort non Chinois. Un Japonais sexagénaire est également mort de pneumonie dans un hôpital de la ville, a indiqué le ministère japonais des Affaires étrangères, mais il a précisé qu'il était «difficile» de dire si sa maladie était due au coronavirus.

Les Etats-Unis ont annoncé vendredi l'envoi d'aide médicale à la Chine, quelques heures après un entretien entre Donald Trump et Xi Jinping durant lequel le président chinois a assuré à son homologue américain que Pékin faisait tout son possible pour venir à bout de l'épidémie. A Genève, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déploré vendredi que la demande de matériel de protection sanitaire a été multipliée par 100 et que les prix ont grimpé en flèche, provoquant une grave pénurie.

En France, 5 nouveaux cas ont été confirmés samedi, sans que leur état ne présente de gravité. Ils ont été hospitalisés à Lyon, Saint-Etienne et Grenoble. Au total, 11 personnes sont infectés par le virus en France. Paris déconseille désormais de se rendre en Chine, à l'exception de raisons impératives, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Alors que la piste d'un coronavirus provenant initialement de chauve-souris semble se confirmer, des scientifiques chinois ont annoncé que le pangolin, un petit mammifère, pourrait être «l'hôte intermédiaire» ayant, le dernier, transmis l'agent infectieux à l'être humain.
Xuan
   Posté le 08-02-2020 à 20:20:56   

Un récit de première ligne de la prévention et du contrôle de l'épidémie à Wuhan : ces actions extraordinaires qui freinent la maladie


le Quotidien du Peuple en ligne - 07.02.2020 13h29
http://french.peopledaily.com.cn/VieSociale/n3/2020/0207/c31360-9655295.html


Le 23 janvier, à 2 heures du matin, le 29e jour du calendrier lunaire traditionnel chinois, le quartier général de la prévention et du contrôle de l'épidémie de pneumonie à nouveau coronavirus de la ville de Wuhan a publié la circulaire n° 1 : à partir de 10h00 le 23 janvier, les opérations de transport de passagers des bus, métros, ferry et bus à longue distance de la ville sont suspendues ; les habitants de la ville ne devront pas quitter Wuhan sans raison particulière ; les aéroports et les gares menant au couloir de circulation de Wuhan sont temporairement fermés.


Ces jours-ci, Wuhan, naguère « carrefour des neuf provinces » ne connaît plus son agitation du temps ordinaire. Plus de 9 millions de personnes restent confinées dans la ville, mais si la vie quotidienne a changé, elle reste aussi parfois la même.

« Infirmière en chef, j'ai annulé mon mariage prévu le 30 janvier. Je peux rester à Wuhan pendant la Fête du Printemps. Veuillez prendre les dispositions pour m'envoyer dans une clinique en première ligne ! » . Ce soir-là, une infirmière nouvellement recrutée du Département de médecine traditionnelle chinoise de l'hôpital Tongji de l'Université des sciences et technologies de Huazhong faisant partie du département a demandé de participer à la bataille.

« Frrr... frrr... ». Le 23 janvier, sur Guigui Road, froide et déserte et alors que l'aube n'est même pas encore levée, une fine silhouette en rouge orangé agite vigoureusement son balai. Li Lanping, employée de l'assainissement, a déclaré qu'il y avait une situation d'épidémie et que les travaux d'assainissement ne pouvaient pas être arrêtés. Elle s'est levée à 4 heures du matin, balayant le sol et nettoyant les poubelles jusqu'à 8h. « Soyez propre, et personne ne sera malade ! » , a-t-elle ajouté.

Le 24 janvier, la veille du nouvel an, Liu Wuqiao, un policier de la circulation en service, est resté à son poste. La gare de Wuchang où il travaille est la « porte sud » de Wuhan et l'un des plus grands centres de distribution de passagers du centre de la Chine. Ce jour là, la gare et les routes vides l'ont mis un peu mal à l'aise. « Mais la réduction du flux de personnes en ce moment est la plus grande contribution à Wuhan. Qu'il y ait ou non quelqu'un, nous devons rester à nos postes » . Il a également déclaré que ses collègues et lui mesureront en temps opportun la température des piétons passant par le poste, fermes à leur poste et faisant leur part dans la lutte contre le virus.

À 10 heures du matin ce 24 janvier, bien que la rue soit froide et déserte, il y avait encore de nombreux habitants qui venaient faire des achats au supermarché Hema Xiansheng de Zhangzhidong Road, dans le district de Wuchang. Qiu Jun, qui habite à proximité, choisit des fruits et légumes devant les étagères. « Aujourd'hui à la maison, c'est le réveillon du Nouvel An, je viens ici acheter quelques légumes » , a déclaré Qiu Jun, notant que les prix ne sont pas très différents par rapport à d'habitude, et que les produits sont riches tant en variété qu'en abondance.

« L'approvisionnement actuel de Wuhan est la première priorité, et nous nous engageons pleinement à assurer un approvisionnement stable en légumes, viande, œufs, lait et autres produits de base. Tous les magasins fournissent gratuitement aux clients des masques jetables et des désinfectants pour les mains », a indiqué un responsable du supermarché Hema Xiansheng. Après avoir garanti la publicité et l'orientation sous divers aspects, l'approvisionnement en biens est revenu à la normale.

Le 24 janvier, un train à grande vitesse « Toujours de l'avant » est entré dans Wuhan. Ceux qui vont « Toujours de l'avant » à bord de ce train à grande vitesse, c'est le premier groupe de médecins de Shanghai venant apporter leur aide à Wuhan. Le premier groupe d'équipes médicales de Shanghai recruté comprenait 135 membres du personnel médical. A ce jour, 68 équipes médicales et plus de 8 310 membres des services médicaux de 29 provinces, régions et municipalités et de l'armée sont arrivés dans le Hubei. De partout, des experts et d'excellentes équipes d'infirmières des départements de médecine respiratoire, infectieuse et intensive sont sélectionnés par toutes les parties prenantes.

Depuis le 26 janvier minuit, à l'exception des véhicules de transport autorisés, des véhicules de transport gratuits et des véhicules officiels, une interdiction des véhicules à moteur a été mise en œuvre dans la zone urbaine centrale de Wuhan.

Afin de résoudre le problème des inconvénients pour les citoyens de se déplacer de chez eux, la ville de Wuhan a sollicité de toute urgence 6 000 taxis et les a affectés à la zone urbaine centrale, avec 3-5 taxis pour chaque communauté, qui ont été uniformément expédiés et utilisés par les comités de quartier de la communauté, et ont commencé à circuler pour les résidents de la région depuis le 25 janvier midi, offrant des services gratuits. Ces véhicules fourniront principalement au personnel médical des services de navette et de vie quotidienne, transporteront les patients atteints de fièvre vers les hôpitaux et assureront des services de livraison à domicile tels que la livraison de repas, la livraison de nourriture et la livraison de médicaments aux résidents dont la vie est perturbée.

En réponse à l'épidémie de pneumonie due à l'infection à nouveau coronavirus, la prévention et le contrôle communautaires constituent la première ligne de défense. La communauté de Duowen dans le district de Jianghan est une ancienne communauté qui compte une forte population flottante. Depuis le 28 janvier, Tian Lin, un cadre communautaire, a appelé de maison en maison sur la base du registre communautaire. Après les appels téléphoniques, il a contrôlé les ménages, collecté des informations telles que le fait de savoir si des résidents sont allés à l'hôpital après avoir ressenti de la fièvre, où ils sont allés, et le rapport de test de l'hôpital, faisant des signalements en temps opportun. Pour faire face aux urgences, les cadres communautaires sont en service 24 heures sur 24, répondant à tout moment aux appels ainsi qu'aux urgences.

Le 29 janvier, Luo Juan qui vivait avec son enfant dans la communauté de Jiqing, dans le district de Jiang'an, a fait part de sa tristesse après avoir été isolé à cause de la fièvre : que faire pour son enfant Luo Xiaoxiao, seul à la maison et laissé sans surveillance ? Le comité de quartier communautaire a appris cette situation lors de l'enquête sur les patients atteints de fièvre et a immédiatement inclus Luo Xiaoxiao dans sa liste de soins, mobilisant deux membres de son réseau pour qu'ils livrent les repas à tour de rôle. En tenant compte des besoins de l'enfant, du lait et des collations sont également ajoutés dans ses boîtes-repas. Ouvrant les portes et les fenêtres pour ventiler, plaçant la nourriture sur la table, le membre du réseau a de nouveau sorti son thermomètre et a pris la température du petit Luo, 7 ans, une petite température, soulagé et rassuré.

Au cours des derniers jours, Hu Mingrong, secrétaire du comité du Parti de la communauté de Jiangxinyuan dans le district de Hanyang, et des travailleurs communautaires, ont quotidiennement vérifié et organisé des visites aux patients atteints de fièvre, livré des repas aux personnes âgées seules, aux patients suspects d'infection, aux enfants sans surveillance et aux personnes handicapées, leur apportant nourriture et médicaments. Pour les résidents qui doivent être envoyés dans des cliniques de traitement de la fièvre et des hôpitaux désignés pour y subir un examen et un traitement approfondis, Hu Mingrong les aide à prendre rendez-vous à temps et est responsable de l'assistance au transport.

Hu Mingrong a déclaré : « Nous devons rester fermement à nos postes et être les gardiens des résidents. Les 1 287 communautés de Wuhan ont toutes fait comme ça, et ainsi la victoire contre l'épidémie sera plus rapide » .

Le 31 janvier 2020, septième jour du premier mois du calendrier lunaire, de nombreux habitants se sont rendus au supermarché pour acheter de la nourriture. Afin d'empêcher la propagation de la pneumonie à nouveau coronavirus, le personnel d'un supermarché de Hankou effectue des tests de température sur des clients venus acheter des produits alimentaires.

Dans la soirée du 31 janvier 2020, sur les façades des bâtiments des deux fleuves et quatre rives de Wuhan, s'affichent des slogans comme « Courage, Wuhan ! » et « Debout, Jianghan ! » et bien d'autres encore, pour aider Wuhan à surmonter l'épidémie de pneumonie due à l'infection à nouveau coronavirus.

Un comptoir spécial pour les articles de prévention et de contrôle de l'épidémie communautaires a été mis en place dans la communauté de Badali, dans le district de Jianghan, à Wuhan. Lorsque les résidents de la communauté ont besoin d'articles de prévention et de contrôle de l'épidémie, ils peuvent immédiatement envoyé quelqu'un pour distribuer les fournitures nécessaires, qui soulagent les inquiétudes des résidents.

Rédacteurs : Yishuang Liu
Xuan
   Posté le 09-02-2020 à 11:43:29   

Les femmes brillent dans la campagne anti-épidémique de Chine


Source: Xinhua Publié: 2020/2/9 10:56:46
https://www.globaltimes.cn/content/1178908.shtml


Les travailleuses de la santé d'une équipe de 101 membres du personnel médical prêtent serment avant de partir pour la province du Hubei, dans le centre de la Chine, pour combattre la nouvelle pneumonie à coronavirus, à Nanchang, dans la province du Jiangxi (est de la Chine), le 4 février 2020. (Xinhua / Wan Xiang)


Dans la bataille de la Chine contre la nouvelle épidémie de coronavirus, les femmes ont montré leur puissante volonté, leur professionnalisme, leur dévouement altruiste et leur grande résilience aux côtés de leurs pairs masculins.
Au 2 février, environ 3 476 travailleuses médicales de tout le pays avaient été dépêchées dans la province centrale du Hubei en Chine pour aider à lutter contre l'épidémie, selon la China Medical Women's Association.

DÉVOUEMENT EN PREMIÈRE LIGNE


Avant de partir pour Wuhan, Liu Lu, une infirmière de l'hôpital populaire provincial du Jiangxi, dans l'est de la Chine, s'est fait couper les cheveux jusqu'aux épaules.
"Bien voir est plus important en ce moment, je dois être responsable de la sécurité de mes patients et de moi-même ", a expliqué l'infirmière de 30 ans.
Elle a été affectée au troisième groupe de traitement à l'hôpital n ° 5 de Wuhan, où elle ne connaissait personne et ne pouvait identifier ses collègues que par les plaques d'identité sur leurs combinaisons de protection.
Liu travaille dans la zone nouvellement ouverte pour les maladies infectieuses. "Tout ici est nouveau et inconnu, sauf l'agitation et la tension" , a-t-elle déclaré.
Liu prend un quart de quatre heures par jour, et s'habiller et se déshabiller de son costume de protection prend encore deux heures. Elle porte généralement cinq couches de vêtements sous la robe, mais elle se sent toujours glacée assise dans la salle non chauffée. Mais quand elle bouge, la robe hermétique la fait vite transpirer.


Des marques causées par des masques sont visibles sur le visage d'une travailleuse médicale à l'hôpital pulmonaire de Fuzhou du Fujian à Fuzhou, dans la province du Fujian (sud-est de la Chine), le 31 janvier 2020 (photo de Wang Yi / Xinhua) .

Après une journée de travail, quand elle enlève son masque, son visage laisse des traces rouge sang et la peau de beaucoup de ses collègues est irritée par les boutons. Beaucoup d'entre elles crient en se voyant dans le miroir.
Le cinquième jour de son arrivée à Wuhan, elle a présenté une demande d'adhésion au Parti. "Quelle que soit la durée du combat, je continuerai sans hésiter" , a-t-elle déclaré.

Vendredi dernier, le nouveau coronavirus avait fait 722 morts sur le continent chinois et en avait atteint des dizaines de milliers, Wuhan, l'épicentre, étant le plus durement touché.

Liu fait partie des 88 femmes du premier groupe de 138 membres du personnel médical du Jiangxi pour aider Wuhan, selon les données du comité provincial de la santé du Jiangxi.
Le personnel médical féminin représentait environ la moitié du personnel de première ligne impliqué dans la lutte contre l'épidémie à l'hôpital populaire provincial de Jiangxi. Parmi eux, 11 infirmières travaillent dans les services d'isolement et 20 dans la clinique de la fièvre.
Et parmi le deuxième lot de 101 travailleurs médicaux du Jiangxi pour aider Wuhan, 97 sont des femmes.


Des travailleuses communautaires sélectionnent et emballent des marchandises pour les résidents d'un immeuble maintenu en quarantaine lors de la nouvelle épidémie de coronavirus à Nanchang, dans la province du Jiangxi (est de la Chine), le 5 février 2020. (Xinhua / Peng Zhaozhi)


La même chose peut être observée dans les hôpitaux à travers le pays et presque tous les départements impliqués dans la lutte contre le virus.

MOBILISATION DES MASSES


Pour contrôler la propagation du nouveau coronavirus, de nombreuses villes chinoises ont adopté un système communautaire de prévention et de contrôle, qui peut soulager la pression sur les hôpitaux, bloquer la source de transmission et prévenir les infections croisées. Et la majorité des travailleurs à la base sont des femmes.
"La communauté est la pierre angulaire de la prévention et du contrôle des épidémies" , a déclaré Zhao Yongmei, secrétaire du comité du parti de la communauté n ° 3 du village de Gongrenxin à Shenyang, dans la province du Liaoning en Chine du nord-est.
"Nous procédons à l'enregistrement à domicile, effectuons des visites régulières, rapportons des informations en temps opportun au gouvernement local et affichons des avis dans chaque quartier" , a-t-elle déclaré.
Pendant les vacances de la Fête du Printemps, Zhao, avec sept autres femmes, travaillait tous les jours jusque tard dans la nuit.
Dans la communauté Chang'er de Wuhan, district de Jianghan, il y a 3 104 ménages de 7 333 habitants. Cependant, son comité communautaire ne compte que 16 employés, dont 14 femmes.
"Je reçois des dizaines d'appels téléphoniques chaque jour, et parfois plus de 100" , a déclaré Hua Qing, chef du comité communautaire de Chang'er.


Une travailleuse communautaire (L) et sa collègue informent de la situation les résidents du district de Caidian à Wuhan, épicentre de la nouvelle épidémie de coronavirus, dans la province du Hubei, dans le centre de la Chine, le 7 février 2020. (Xinhua / Cheng Min)

Hua a déclaré que les appels entrants sans arrêt ne lui laissaient souvent pas le temps "de prendre une gorgée d'eau jusqu'à 13 heures."
"Les gens appellent généralement pour signaler leurs conditions physiques et demander du matériel médical" , a déclaré Zhu Xuan au comité communautaire.

Selon Zhu, le personnel du comité est également chargé d'appeler les résidents malades précédemment enregistrés pour s'enquérir de leurs conditions physiques et organiser l'hospitalisation des personnes dans le besoin.
De plus, le comité communautaire est chargé d'acheter et d'envoyer des médicaments et des produits de première nécessité aux patients et aux personnes âgées vivant seules.
"Pendant des semaines, tous les membres du comité ont laissé leur téléphone allumé 24h / 24, communiquant avec les résidents. De nombreux membres du personnel ont perdu la voix" , a déclaré Hua.

Inquiets d'être infectés, certains résidents font preuve d'impatience et même de colère. "Nous les comprenons tous" , a déclaré Hua. "Beaucoup de gens expriment leur gratitude et certains appellent par la suite à s'excuser pour leurs propos inappropriés."
"Bien que ce soit un travail difficile, cela en vaut la peine car nous protégeons la sécurité des résidents de notre communauté, et ce serait un grand réconfort pour moi même de résoudre les problèmes d'un seul résident chaque jour" , a-t-elle ajouté.


Edité le 09-02-2020 à 12:40:39 par Xuan


Xuan
   Posté le 09-02-2020 à 18:13:35   

Sur la mort du jeune Dr Li


En France les médias ont a fait leurs gros titres sur le sujet en reprenant les informations données par la Chine elle-même. Certains comme le Monde, le Huffington Post ou Libé spéculaient sur la possibilité d'une révolte populaire "contre le régime" .
Le Point titrait le 7 Coronavirus : le docteur Li, martyr de la liberté" , annonçant "un raz-de-marée de critiques contre le régime" et "Le Parti communiste chinois croyait être maître de la vérité. La mort du docteur Li Wenliang, dans la nuit du 6 au 7 février, sonne le glas de cette velléité totalitaire."

Le Huffington Post du lendemain En Chine, l'épidémie de coronavirus peut-elle mener à vraie contestation du pouvoir? se désolait que ce ne soit qu'une illusion :
"Manque de matériel, pénurie de masques de protection, épuisement des médecins et personnels de santé... le pays est pointé du doigt par les pays étrangers pour sa gestion de la crise, mais aussi de l’intérieur par ses citoyens de plus en plus remontés.
Alors que certains spécialistes et médias se questionnent sur un éventuel soulèvement contre le régime, Julie Remoiville, docteure associée au laboratoire du Groupe Sociétés Religions Laïcités (GSRL/CNRS), se dit très pessimiste quant à cette éventualité, même si les esprits s’échauffent en Chine"
.

"Sur Le HuffPost, Frédérik Keck, directeur du laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France affirme même pour sa part que le coronavirus a carrément le pouvoir de déstabiliser le régime"

Mais le HP cite aussi l'anthropologue Julie Remoiville, qui craint que rien de tel ne puisse arriver :
"Les Chinois n’ont pas oublié ce dont est capable le Régime, surtout avec ce nouveau Xi Jinping au pouvoir” . Et ce dernier est encore bien pire que ces prédécesseurs, note la spécialiste: “Certains historiens le comparent à Mao Zedong, tant sa répression est forte. Il n’a peur de rien, il a tous les pouvoirs, il s’est installé à vie. Il commande l’armée, la police... Ce n’est pas quelques milliers d’internautes en colère qui vont lui faire peur. De toute manière, le gouvernement intervient systématiquement bien avant qu’une réelle menace de contestation ne se crée” .
Par ailleurs, au vu de la propagation du coronavirus, les Chinois ne sont pas non plus pressés de se retrouver tous ensemble dans la rue pour manifester contre l’oppression du régime.


Au passage on peut se demander à quel titre et au nom de quelle démocratie "quelques milliers d'internautes" pourraient légitimement renverser le gouvernement chinois dans un pays de 1 milliard 400 millions.

Pour finir, tout en insinuant que la police de Wuhan n'a pas sermonné le lanceur d'alerte sans en avoir reçu l'ordre en haut lieu (on y croît), elle conclut à une fine opération de propagande :
le gouvernement a pointé du doigt les forces de l’ordre à Wuhan et on annoncé l’envoi d’une équipe “pour mener une enquête exhaustive sur les circonstances entourant le docteur Li Wenliang, tel qu’elles ont été rapportées par les masses” .

En fait les critiques officielles contre l'administration de Wuhan n'ont pas attendu le décès du Dr Li.

L'Humanité du 22/01 signalait :
"Les autorités mettent en garde les responsables qui retiendraient des informations sur la propagation de la mystérieuse pneumonie"
et
"Le président chinois, Xi Jinping, est d’ailleurs intervenu en personne pour réclamer que "la propagation de l’épidémie soit résolument enrayée" .

"Le souvenir de la mauvaise gestion de l’épidémie de Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2002-2003, qui avait fait 774 morts dans le monde, a cette fois poussé Pékin à une réaction rapide pour éviter la défiance qui s’était installée à l’époque vis-à-vis des autorités et avait conduit aux limogeages du maire de Pékin et du ministre de la Santé. La Commission centrale aux affaires politiques et juridiques a ainsi averti que les responsables qui retiendraient des informations sur la propagation du virus seraient "cloués sur le pilier de la honte pour l’éternité" et passibles de sanctions.


Global Times dénonce la propagande organisée par les USA et les forces sécessionnistes de Hong Kong, pour utiliser la mort du Dr Li comme outil de subversion.
L'article de GT https://www.globaltimes.cn/content/1178876.shtml signale notamment que Li était membre du PCC et non un "dissident".


_____________________




La mort du médecin ne doit pas servir à l'Occident pour attaquer la Chine


Par Wang Wenwen Source: Global Times Publié: 2020/2/9 21:36:37

________________________________________




Docteur Li Wenliang (photo Web)



Mort d'un héros malheureux. Vendredi matin, la mort de Li Wenliang, un ophtalmologiste de 34 ans à l'hôpital central de Wuhan, causée par l'infection d'un nouveau coronavirus, a déclenché un tollé général du jour au lendemain. Il a été grandement pleuré par le peuple parce qu'il était parmi le premier groupe de personnes à avertir de la prochaine épidémie de virus et que ses préoccupations sont restées lettre morte.

Il est en effet regrettable que son avertissement ait été réduit au silence et n'ait pas motivé diverses autorités à prendre des mesures, qui ont partiellement conduit à la lutte nationale en cours contre le virus mortel.

Les autorités de Wuhan doivent des excuses à Li, et les responsables de Wuhan et de la province du Hubei doivent des excuses aux habitants de Wuhan et de tout le pays. Si la gravité du nouveau coronavirus avait été réalisée et que des mesures préventives aient été prises plus tôt, l'épidémie n'aurait peut-être pas provoqué une telle panique nationale et le travail et la vie des Chinois n'auraient pas été bouleversés à ce point. Le regret est mêlé au deuil public de Li.

Au cours des 20 derniers jours, tous les Chinois ont enduré beaucoup de difficultés alors que le pays est engagé dans la lutte contre le virus. Bien qu'ils aient naturellement des plaintes car des malheurs arrivent en temps de crise, ils ont toujours confiance en leur gouvernement, comme toujours. C'est un moment où ils ont besoin de plus d'informations et d'une plus grande transparence et de vérité dans chaque mise à jour sur la propagation de la maladie.

Au début, lorsque la connaissance du coronavirus était limitée, il est compréhensible que les autorités n’aient pas voulu créer de panique. C'est peut-être la raison pour laquelle Li a été réprimandé. C'est ainsi que la Chine a géré les rumeurs en ligne ces dernières années, ce qui s'est avéré dans une certaine mesure efficace.

Mais Li ne répandait pas de rumeurs. Il exprimait son jugement professionnel (bien qu'il soit ophtalmologiste), ce qui devrait amener les autorités de Wuhan à réfléchir sur elles-mêmes et à lui présenter des excuses sincères ainsi qu'au public. Si elles le faisaient, au moins le peuple serait réconforté émotionnellement.

Dans un geste rassurant, la Commission centrale du pays pour l'inspection disciplinaire a envoyé des enquêteurs à Wuhan pour examiner les "questions soulevées par le peuple" après la mort de Li. Les autorités comprennent qu'elles ne peuvent laisser les émotions du public déborder.

Les circonstances de la mort de Li sont en effet très tristes, amenant le public à exprimer son chagrin et sa colère quant à la façon dont Li a été traité après avoir averti ses amis sur WeChat. Lorsque les gens ont partagé les paroles que Li avait dites avant sa mort - "Une société saine ne devrait pas avoir une seule voix" - il est peut-être temps d'adopter des approches plus sages dans notre gouvernance sociale. À l'ère d'Internet, les rumeurs doivent être supprimées, pas la vérité.

Néanmoins, les médias occidentaux appellent rapidement Li "un martyr de la liberté d'expression en Chine" . Certains Chinois libéraux l'ont même salué comme un symbole anti-système. Les manifestants de Hong Kong, qui sont descendus dans la rue depuis plus de six mois, ont sensationnalisé l'histoire de Li pour diffuser une publicité négative sur le continent afin de poursuivre leur soi-disant mouvement démocratique.

Une telle politisation n'est certainement pas la volonté de Li. Il était membre du Parti communiste chinois et souhaitait être un pionnier dans la lutte de première ligne contre le coronavirus. Lorsqu'il a mis en garde contre le virus, il ne s'opposait pas au système. Qualifier Li de martyr n'est rien d'autre qu'une tentative malveillante d'exagérer les circonstances malheureuses de son traitement et de sa mort.

Bien que Li ait reçu une énorme attention des médias occidentaux, le premier médecin qui a signalé le nouveau coronavirus aux autorités supérieures avant son apparition à Wuhan est Zhang Jixian, qui est rarement mentionné dans les reportages occidentaux. Zhang, médecin pneumologue dans un hôpital de Wuhan, est resté ferme en signalant la maladie infectieuse aux autorités, qui ont reçu l'attention qu'elle méritait et ont aidé à freiner la propagation du virus.

Réfléchir sur les erreurs passées et vaincre l'épidémie est sûrement ce que Li aurait voulu. Li sera respecté et retenu par le public chinois pour sa contribution à une meilleure gouvernance du pays, mais il ne devrait jamais être utilisé comme un outil par l'Occident pour calomnier la Chine.


Edité le 09-02-2020 à 21:02:15 par Xuan


Xuan
   Posté le 09-02-2020 à 23:58:52   

La Chine mérite des éloges et non de la mauvaise volonté pour ses efforts visant à limiter la propagation du coronavirus


le Quotidien du Peuple en ligne http://french.peopledaily.com.cn/Horizon/n3/2020/0209/c31362-9655824.html 09.02.2020 18h46


Des travailleurs médicaux posent pour une photo à l'hôpital Huoshenshan (« Montagne du Dieu du Feu » à Wuhan, capitale de la province du Hubei (centre de la Chine), le 4 février 2020 (Fan Xianhai / Xinhua)

La nouvelle flambée de coronavirus à Wuhan, la capitale de la province du Hubei (centre de la Chine), est devenue le centre d'attention internationale. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré le 30 janvier l'urgence épidémique de santé publique de portée internationale. Au cours des derniers jours, les dirigeants de divers pays et les dirigeants de nombreuses organisations internationales ont montré leur sympathie et leur soutien à la lutte de la Chine contre l'épidémie et ont généreusement fourni de l'aide, notamment des fournitures médicales indispensables.

Cependant, les hauts responsables et les médias de certains pays occidentaux ont ignoré les énormes efforts de la Chine pour lutter contre l'épidémie et ont même lancé des attaques contre elles. Leurs actes ne tiennent pas compte des faits et sont particulièrement immoraux, et reviennent, comme le décrit un proverbe chinois, à « jeter des pierres sur quelqu'un qui est déjà tombé dans un puits » .

Les catastrophes majeures sont le test le plus sévère de la nature humaine. Les violations des droits de l'homme à l'encontre de Chinois, ou même de personnes d'aspect asiatique, telles que la discrimination raciale et le refus d'entrée aux frontières, méritent la vigilance de la communauté internationale.

Les maladies infectieuses, qui peuvent éclater dans n'importe quelle région d'une nation, sont un des pires ennemis de l'humanité. Folke Henschen, l'auteur de « The History and Geography of Disease » (« Histoire et géographie de l'humanité »), a dit un jour : « l'histoire humaine est aussi l'histoire des maladies ». Dans l'histoire de l'humanité, la variole, la peste, le choléra, la lèpre, la tuberculose, la rougeole, la rage, le paludisme, la fièvre jaune et d'autres maladies infectieuses ont tous constitué de grandes menaces pour l'homme.

La peste d'Athènes (430-427 av. JC) a dévasté l'ambitieuse ville-État d'Athènes. La peste Antonine (165-180) a tué près d'un tiers de la population de l'Empire romain. La peste noire qui a éclaté en 1347 a balayé l'Europe, entraînant la mort d'environ 25 à 30 millions de personnes. Avant son éradication, la variole a tourmenté l'humanité pendant au moins 3 000 ans. Au 18e siècle, le nombre d'Européens morts de la variole a été estimé à plus de 150 millions. Et rien qu'au 20e siècle, la variole a encore coûté la vie à plus de 300 millions de personnes.

Le nombre de morts de la pandémie de grippe de 1918 est estimé à 50 millions, tandis que la Première Guerre mondiale a fait environ 40 millions de morts. L'épidémie de sous-type H1N1 du virus de la grippe A au Mexique et aux États-Unis en mars 2009 a duré plus d'un an, affectant 214 pays et régions et entraînant environ 284 500 décès. En 2014, la maladie à virus Ebola s'est propagée à plusieurs pays en quelques mois, tuant plus de 7 000 personnes en Afrique de l'Ouest. Les maladies infectieuses ont tué plus de personnes que les guerres et les catastrophes naturelles.

Pour lutter contre les maladies infectieuses, l'humanité n'a cessé d'améliorer les technologies médicales et l'assainissement public, ce qui a assuré la sécurité sanitaire et favorisé le progrès scientifique et technologique. En ce sens, la lutte contre les maladies, en particulier les maladies infectieuses, est l'un des moteurs du développement de la civilisation humaine. Des récits d'inoculation contre la variole en Chine peuvent être trouvés dès la fin du 10e siècle, et la procédure était largement pratiquée au 16e siècle.

À la fin du 18e siècle, le médecin britannique Edward Jenner a créé et favorisé le vaccin contre la variole, ce qui a considérablement freiné la possible éclosion du virus variolique et réduit le taux de mortalité. En 1928, le bactériologiste britannique Alexander Fleming a découvert la pénicilline, un puissant médicament antibactérien, mettant fin à l'époque où les maladies infectieuses étaient incurables. En 1972, la scientifique chinoise Tu Youyou a réussi à extraire l'artémisinine pour le traitement du paludisme, ce qui a permis de sauver des millions de vies dans le monde, en particulier dans les pays en développement. Elle en a été récompensée par le prix Nobel de physiologie ou médecine en 2015.

Depuis le 18e siècle, certains pays européens ont pris les devants dans la construction d'installations d'assainissement urbain, l'amélioration des systèmes d'aqueducs et d'égouts ainsi que la centralisation du traitement et de la désinfection des déchets. Toutes ces mesures ont empêché de manière efficace les maladies infectieuses telles que la peste d'exercer leurs ravages. Dans les temps modernes, les efforts concertés de la communauté internationale ont éradiqué certaines maladies infectieuses autrefois endémiques. Par exemple, l'Organisation mondiale de la santé a annoncé en décembre 1979 que le monde était désormais exempt du virus de la variole.

L'épidémie en cours de pneumonie liée au nouveau coronavirus est un autre exemple de maladie infectieuse qui alarme l'humanité. Face à cette grande urgence de santé publique, le Parti communiste chinois (PCC) conduit le peuple chinois dans la guerre pour prévenir et contrôler la propagation de l'épidémie. Le Comité central du PCC, avec le camarade Xi Jinping en son centre, attache une grande importance à la prévention et au contrôle de l'épidémie et aux intérêts de la population. Il a constitué un groupe de premier plan pour répondre à l'épidémie de pneumonie et a mis en place un système complet de prévention et de contrôle des épidémies à plusieurs niveaux. Toutes les mesures pertinentes sont mises en œuvre de manière ordonnée et efficace.

Une intervention d'urgence de niveau I comprenant des mesures rapides a été activée dans 31 provinces, municipalités et régions autonomes de Chine. Chaque autorité n'a ménagé aucun effort pour allouer des ressources médicales conformément à la politique de « collecte des patients, rassemblement des experts, centralisation des ressources et focalisation sur le traitement ». Le pays a dépêché des groupes de travail pour guider les autorités locales en termes d'amélioration du diagnostic, des traitements, de la surveillance d'urgence, des enquêtes épidémiologiques et de l'échantillonnage et des tests.

Des milliers de membres du personnel médical se sont précipités à Wuhan pour apporter leur aide. Partout, les employés des usines ont travaillé 24 heures sur 24 pour produire des fournitures médicales telles que des masques et des tenues de protection. De même, des informations faisant autorité sur la prévention et la lutte contre les épidémies ont été publiées en temps opportun et l'interprétation des politiques et mesures pertinentes a été renforcée.

La Chine sensibilise également le public à la maladie et à la capacité des populations à se protéger contre l'infection. L'hôpital Huoshenshan et l'hôpital Leishenshan ont été construits en quelques jours. Des canaux verts ont été ouverts par les douanes dans toute la Chine pour assurer l'entrée rapide des matériaux pour la prévention et le contrôle de l'épidémie. Des vols charters civils ont ramené chez eux des citoyens chinois bloqués à l'étranger. Le gouvernement chinois a promis de couvrir les frais médicaux des patients infectés par le virus. Des Chinois de tous milieux donnent de l'argent et du matériel pour lutter contre l'épidémie.

Lorsque l'épidémie a été découverte pour la première fois, la Chine a fait tout son possible pour mettre en œuvre des mesures de prévention, de contrôle et de sauvetage de l'épidémie, maximisant ainsi la protection de la vie et de la santé des populations. La Chine a également notifié à l'OMS et aux pays concernés en temps opportun, encouragé de manière proactive la coopération internationale et adopté des mesures pour réduire la propagation de l'épidémie au-delà de sa frontière. La Chine a traité les étrangers résidant sur son territoire avec gentillesse, démontrant ainsi sa responsabilité.

La détermination, les mesures et l'efficacité de la Chine ont été une réponse proactive à l'épidémie et ont été universellement saluées par la communauté internationale. Le 30 janvier, le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a félicité le gouvernement chinois pour les mesures extraordinaires qu'il a prises pour freiner la propagation du coronavirus, affirmant que « la Chine mérite notre gratitude et notre respect », et ajoutant que « Nous aurions vu beaucoup plus de cas en dehors de la Chine maintenant -et probablement des morts- sans les efforts du gouvernement et les progrès qu'il a accomplis pour protéger ses propres citoyens et les citoyens du monde entier ».

L'OMS a confiance dans la capacité de la Chine à contrôler l'épidémie et n'a recommandé aucune restriction de voyage ou de commerce en réponse à l'épidémie. De nombreux pays, tels que l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni, la Russie, la Thaïlande, le Népal, la Tunisie, le Cambodge, la Corée du Nord et Cuba, et des organisations internationales, dont l'Union européenne, la Banque mondiale, l'Organisation de coopération de Shanghai, ont exprimé leur appréciation et leur soutien aux efforts de la Chine pour prévenir et contrôler le nouveau coronavirus.

Le 5 février, le président russe Vladimir Poutine a salué les mesures prises par la Chine pour lutter contre le virus, déclarant : « Les autorités chinoises prennent des mesures décisives et vigoureuses pour mettre fin à l'épidémie ». Jiji Press, une agence de presse japonaise, a écrit que la lutte contre le virus ne concernait pas seulement la Chine. Silk Road Today, un média kazakh, a déclaré que les mesures prises par la Chine pour lutter contre le virus la protégeaient non seulement elle-même, mais aussi le reste du monde.

Cependant, il y a encore quelques pays qui prennent des mesures hostiles envers la Chine. Un média étranger a même insulté le drapeau national chinois sous prétexte de la pneumonie. Des réactions excessives à l'égard des citoyens chinois ont également été constatées à l'étranger. N'importe qui dans n'importe quel pays peut être victime de l'épidémie, quelle que soit sa race ou sa nationalité. Quiconque adopte une position rationnelle, objective et juste approuvera et respectera pleinement les efforts inlassables déployés par le gouvernement et le peuple chinois pour lutter contre l'épidémie, et sera profondément compatissant et soutiendra fermement le peuple chinois.

Face à cette grave situation, le gouvernement chinois a toujours accordé la priorité à la sécurité et à la santé de ses citoyens. La Chine comprend les préoccupations de certains pays au sujet du virus, mais la communauté internationale doit faire pleinement confiance à la capacité du gouvernement chinois à faire face aux urgences. Les efforts de la Chine pour prévenir et contrôler le coronavirus ont donné des résultats efficaces. Avec l'enrichissement continu des ressources de santé locales et l'optimisation des plans médicaux, le nombre de patients nouvellement guéris sortant des hôpitaux augmente chaque jour. Dans cette lutte pour mettre fin à l'épidémie, le peuple chinois est uni et n'épargne aucun effort pour sauver des vies. La Chine finira par gagner la bataille contre la maladie, tout comme elle a vaincu le SRAS il y a 17 ans.

L'auteur est Mao Junxiang, directeur exécutif et professeur au Centre d'études des droits de l'homme de l'Université du Centre-Sud.

(Rédacteurs :Yishuang Liu)
Xuan
   Posté le 10-02-2020 à 18:36:46   

Qui falsifie les chiffres ?


Le site investig.com annonce Coronavirus: Les chiffres officiels sont-ils fiables? Non, selon 2 estimations

[Ce site prend ses sources sur https://moneymaven.io/mishtalk/economics/wuhan-crematory-127-yesterday-this-is-4-5-times-normal-rate-hcpFWN-1pEKCzCo26oPXLA]

Les "estimations" en question proviennent de Guo Wengui, milliardaire chinois exilé aux États-Unis et Adam Kucharski, professeur associé d'épidémiologie des maladies infectieuses, de la London School of Hygiene & Tropical Medicine, auprès de Bloomberg.
Le premier comptabilise 1,5 million de cas de coronavirus en Chine, et 50 000 décès par coronavirus rien qu'à Wuhan et le second 500.000 personnes qui pourraient être infectées au pic de l’épidémie, qui devrait arriver d’ici la fin du mois.
Le premier base ses "calculs" sur l'activité du crematorium (Guo Wengui sait lire les signaux de fumée...) et le second sur une série d'hypothèses calculées sur le nombre d'habitants à Wuhan.
Passons sur les détails et l'accumulation de conditionnels, qui permet de raconter à peu près n'importe quoi sans avoir rien à prouver. Déterminer un nombre de victimes en fonction de calculs de ce genre n'a rien à voir avec une comptabilisation effective, mais relève de la méthode Stéphane Courtois, qui consiste à ajouter des zéros sans tenir compte des faits.
On se doute qu'un milliardaire chinois exilé aux États-Unis ne cherche qu'à noircir le tableau uniquement pour démontrer que la Chine dissimulerait le nombre de morts. Pour quelle raison ? Parce que le régime est par nature sournois et dissimulateur évidemment.

Or le 25 janvier Xi Jinping a annoncé que l'épidémie était "grave" et qu'elle s'accélérait. Il avait auparavant avec le CC appelé à prendre des mesures immédiates. Ces mesures sont les plus drastiques possibles dans un cas pareil. Quel pays pourrait faire mieux que mettre en quarantaine toute la population d'une ville et construire aussi vite que possible des hôpitaux ?
Précisément ce sont ces mesures que les médias impérialistes veulent faire oublier.

Même voix de son maître dans L'épidémie qui ébranle la Chine , l'édito de Jacques Hubert-Rodier dans les Echos "Le pouvoir absolu de Xi Jinping, déjà contesté à Hong Kong, est fragilisé par l'absence de transparence face à l'épidémie du coronavirus."
Dans l'édition d'hier son comparse Frédéric Schaeffer écrivait Le système Xi Jinping mis à l'épreuve du coronavirus "L'épidémie du nouveau coronavirus est désormais largement plus meurtrière que celle du SRAS. La crise sanitaire est une épreuve politique majeure pour le régime communiste chinois alors que la colère monte dans la population face à des autorités ayant commencé par masquer la vérité" .

Dans Libération, Laurence Defranoux écrit "Mensonges, peur, surveillance généralisée : la chape de Pékin".

Elle reprend la thèse "Il ne fait plus de doutes que les chiffres de contamination au coronavirus en Chine sont sous-estimés par les autorités" , prétend que Libération a recueilli "de nombreux témoignages" sème la suspicion sur le moyens de contrôle et prétend en citant une revue de Honkong "le nombre de personnes infectées à Wuhan pourrait avoir été de 75 800 dès le 25 janvier" . Conditionnel là aussi.

Laurence Defranoux affirme que le taux de mortalité est deux fois celui annoncé, "selon le réseau scientifique Jama" [Journal of the American Medical Association].
Et plus loin que "le tout-puissant leader Xi Jinping a disparu des radars" , ce qui est manifestement faux comme plusieurs articles cités ici le montrent, ses contacts successifs avec les présidents étrangers au sujet de l'épidémie et une photo prise lundi dans un hôpital de Pékin où il a appelé à des mesures plus fortes contre "2019-nCoV".



Dernier argument massue et conclusion de Chloé Frossart, actuellement directrice du Centre Franco-Chinois en sciences sociales à l’Université Tsinghua à Pékin,
"On ne peut pas s’extasier sur les moyens totalitaires développés par un régime totalitaire. Cela ne fait qu’entretenir une peur panique, poursuit Chloé Froissart. Ce n’est pas en violant les droits humains qu’on gère une épidémie. C’est avec la liberté d’information et d’expression, la démocratie, la transparence, la justice sociale. L’Occident a vanté la transparence chinoise. Mais les Chinois ne sont pas dupes. Ils savent qu’ils ne peuvent faire aucune confiance à leur gouvernement sur ce plan-là."

Comme on le voit notre pays envoie en Chine ses plus acharnés antichinois. Et nos médias se calquent sur la propagande US, imaginant pouvoir se servir de l'épidémie pour abattre la Chine.
L'article de Global Times ci-dessous épingle très précisément la propagande atlantiste du genre Libération et répond de la façon la plus simple aux allégations de Chloé Froissart.

On note que tous ces articles ont oublié de rappeler comme ils le font habituellement que "la Chine est hyper capitaliste", à présent elle est "totalitaire" ou "communiste", ce qui revient au même.

_________________________


La sympathie est-ce trop à demander aux médias occidentaux?

Par Wang Wenwen Source: Global Times Publié: 2020/2/9 14:58:39

https://www.globaltimes.cn/content/1178926.shtml

Les vies chinoises ont subi des changements soudains à la suite de la nouvelle épidémie de coronavirus. Au niveau national, Wuhan, capitale de la province du Hubei en Chine centrale et épicentre de l'épidémie, a annoncé au plus tôt une fermeture à l'échelle de la ville pour contenir le virus.
De nombreuses provinces et villes ont mis en œuvre des mesures préventives dures mais efficaces. On a dit aux gens de rester à l'intérieur et, dans certains endroits, un seul membre de chaque famille est autorisé à sortir pour acheter les nécessités quotidiennes tous les deux jours ou plus.

À Pékin, les communautés de résidents sont restées en état d'alerte.
Les portes d'entrée sont fermées toute la journée, sauf une dans ma communauté. Ceux qui ne vivent pas dans la communauté n'ont pas le droit d'entrer. Les livreurs doivent attendre l'ouverture de la porte d'entrée Mes amis qui vivent ailleurs à Pékin ont dit que leurs communautés avaient appliqué les mêmes règles.

Tout le monde en Chine participe à la lutte contre le nouveau coronavirus. Les gens qui marchent dans les rues portent des masques faciaux et ceux qui ne le sont pas sont critiqués par les autres. Les employés de bureau ont été invités à travailler à domicile. Les cours en ligne sont offerts gratuitement ou à des tarifs réduits aux étudiants pendant que les écoles restent fermées. Chaque membre de la société apportant une contribution, l'objectif est de freiner la propagation du virus, de maintenir l'ordre et de faire en sorte que la société fonctionne aussi normalement que possible.

Au cours de cette période, des inconvénients quotidiens sont apparus et les déplacements ont été limités, mais nous savons que de telles mesures et efforts sont absolument nécessaires pour notre propre sécurité. C'est avec une telle endurance que nous vaincrons le virus. C'est ainsi qu'agit le collectif chinois.
Un récent rapport de Bloomberg a noté que la Chine avait sacrifié une province pour sauver le monde du coronavirus. Non seulement la province du Hubei a dû faire de grands sacrifices, mais les Chinois d'autres parties du pays ont partagé les souffrances de ceux de la province et ont fait des sacrifices similaires.

Alors que la nation se bat à travers cette épreuve pour elle-même et pour le monde, il est malveillant pour certains Occidentaux de dénoncer les efforts de la Chine sans exprimer ni sympathie ni éloges.
En lisant certains reportages des médias occidentaux sur la lutte de la Chine contre l'épidémie, je n'en ai guère trouvé qui soient encourageants et empathiques. Au lieu de cela, j'ai découvert la discrimination et les jubilations.
Beaucoup de rapports m'ont donné l'impression que tous les Chinois vivent dans le désespoir et ne veulent pas suivre les mesures gouvernementales, qui ont été qualifiées de violations des droits de l'homme. Cependant, ce n'est pas le cas. La peur ou l'anxiété des gens ne vient pas des mesures gouvernementales, mais de l'épidémie elle-même, contrairement à plusieurs rapports des médias.
Un dernier article du New York Times pointe un doigt accusateur sur Wuhan, après plusieurs rapports similaires. Il a déclaré que les mesures plus sévères imposées par les autorités chinoises, y compris les contrôles à domicile et le placement des personnes potentiellement infectées dans des centres de quarantaine, ont conduit à une crise humanitaire.

Lorsque la crise des réfugiés européens était en cours en 2017, comment les dirigeants européens ont-ils réagi? Les discussions n'ont pas porté sur l'importance de sauver des vies, mais sur la façon de réduire le nombre de personnes entrant dans leur pays, sapant ainsi les revendications de l'Union européenne en tant que porte-étendard des droits de l'homme.

La situation étant devenue grave en Chine en général et à Wuhan en particulier, lorsque des mesures sévères ont été retardées et que de nouveaux dommages sociaux ou mondiaux pouvaient survenir, le gouvernement chinois devrait-il organiser un référendum pour laisser le public décider? Si c'est le cas, le nombre de personnes infectées se multiplierait par rapport aux chiffres actuels, ce qui aurait provoqué une plus grande panique en Chine et dans le monde. D'ici là, nous ne pouvions qu'anticiper des critiques plus dures et plus inhumaines de la part de l'Occident.
Avec la rhétorique occidentale, les droits de l'homme concernent la liberté absolue, y compris la liberté de parole et de mouvement. Mais il ignore que le droit humain le plus fondamental est le droit à la vie.
Alors que les élites occidentales se livrent à l'égoïsme psychologique et à la partisanerie, la Chine s'attaque aux problèmes sociaux en développant le collectivisme. C'est ainsi que nous comprenons la gestion actuelle du verrouillage imposée aux les communautés résidentielles et aux villes, comme un moyen de freiner la propagation du virus. C'est aussi la raison pour laquelle les Chinois font leur part pour aider leur pays à revenir à la normale le plus rapidement possible.

Les Chinois ne veulent pas qu'une autre province ou ville soit sacrifiée. Avant cela, nous devons rester déterminés à atteindre notre objectif. Si les pays occidentaux ne peuvent pas nous aider, le moins qu'ils puissent faire est de s'abstenir d'utiliser un ton sarcastique lorsqu'ils écrivent sur la façon dont la Chine et les Chinois combattent le virus.

L'auteur est journaliste au Global Times. wangwenwen@globaltimes.com.cn


Edité le 10-02-2020 à 23:26:11 par Xuan


Xuan
   Posté le 10-02-2020 à 21:17:23   

Coronavirus : pourquoi fermer les marchés aux animaux en Chine serait une très mauvaise idée



https://theconversation.com/coronavirus-pourquoi-fermer-les-marches-aux-animaux-en-chine-serait-une-tres-mauvaise-idee-130960
3 février 2020, 21:21 CET

Auteurs
Christos Lynteris Senior Lecturer, anthropologist, University of St Andrews
Frédéric Keck Directeur du laboratoire d'anthropologie sociale, Collège de France
Lyle Fearnley Assistant Professor, Singapore University of Technology and Design (SUTD)

Déclaration d’intérêts
Christos Lynteris est financé par le Wellcome Trust et a reçu des fonds du Conseil européen de la recherche, de la Brocher Foundation, du Russell Trust, du National Endowment for the Humanities, du Carnegie Trust for the Universities of Scotland, du Cambridge Humanities Research Grant Scheme de l'université de Cambridge, de la Rockefeller Foundation, du Roddan Trust et du Ladislav Holy Memorial Trust. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Frédéric Keck a reçu des financements du Fonds Axa pour la recherche pour ses travaux sur les zoonoses. (https://www.axa-research.org/fr/news/anthropologie-des-zoonoses).
Lyle Fearnley ne travaille pas, ne conseille pas, ne possède pas de parts, ne reçoit pas de fonds d'une organisation qui pourrait tirer profit de cet article, et n'a déclaré aucune autre affiliation que son poste universitaire.
Partenaires
University of St Andrews
University of St Andrews apporte un financement en tant que membre adhérent de The Conversation UK.

Voir les partenaires de The Conversation France



Un ouvrier pousse un chariot devant les étals de Gage street, le site de l'un des plus anciens wet markets de Hong Kong. Anthony Wallace / AFP

Depuis quelques semaines une épidémie due à un nouveau coronavirus (baptisé 2019-nCoV en attendant que l’OMS lui trouve un nom approprié se propage en Chine et affecte désormais d’autres régions du monde. Des milliers d’infections ont eu lieu, entraînant plus de 300 décès, et le virus s’est répandu dans de nombreux pays.

Les recherches anthropologiques que nous menons en Chine depuis de longues années sur les maladies transmises aux humains par les animaux (zoonoses) peuvent nous éclairer sur la crise actuelle. Il est en effet très probable que cette nouvelle forme de coronavirus, responsable de pneumonies parfois mortelles, soit apparue au début du mois de décembre 2019 à la suite d’une propagation zoonotique : le virus aurait « sauté » d’un animal (qui reste à identifier) à l’être humain.

Des scientifiques chinois ont remonté la piste de ce nouveau coronavirus jusqu’à sa source potentielle. Celle-ci se situerait au Huanan Seafood Wholesale Market de Wuhan, qui avait été visité par 27 des 41 patients hospitalisés. Toutefois, le premier patient enregistré n’a pas déclaré avoir fréquenté ce marché.

On peut acheter sur le Huanan Seafood Wholesale Market non seulement des fruits de mer (seafood en anglais), mais aussi une grande variété d’animaux sauvages. Les scientifiques soupçonnent que c’est à partir de l’une de ces espèces animales que le virus aurait « sauté » vers l’être humain. Contrairement à une hypothèse précédente, selon laquelle le virus aurait été issu de serpents, les analyses génétiques actuelles suggèrent que son émergence est survenue chez les chauves-souris. Celles-ci sont moins fréquemment vendues sur les marchés chinois, mais sont généralement considérées comme le réservoir animal de nombreuses maladies infectieuses transmissibles aux humains. Les autorités de Wuhan ont fait fermer et désinfecter le marché le 1er janvier. Trois semaines plus tard, le 22 janvier, la Chine a interdit temporairement tout commerce de produits d’animaux sauvages.

À lire aussi : Qu’a-t-on appris de l’analyse génétique du coronavirus?

Dans le sillage de l’épidémie de coronavirus, les images de marchés d’animaux vivants sont elles-mêmes devenus « virales », faisant la une des médias du monde entier. Un article du New York Times, par exemple, a délibérément dépeint les marchés « omnivores » chinois d’une manière qui paraît scandaleuse pour le public occidental : description de poulets entiers plumés avec tête et bec ; présentation d’un florilège d’animaux sauvages sélectionnés pour choquer le lecteur : cigales, tortues et serpents vivants, cobayes, rats de bambou, blaireaux, hérissons, loutres, civettes palmistes, et même louveteaux…

Cet accent mis sur la consommation d’aliments exotiques en Chine reprend des clichés orientalistes sur le « péril jaune », et se teinte parfois de racisme anti-chinois.

Comment monte la panique morale
La nécessité, pour des raisons épidémiologiques, de déterminer précisément quelles espèces se trouvaient réellement sur le Huanan Seafood Wholesale Market, et à quelle fréquence, est sapée par l’insistance des médias qui demandent à longueur de sujets l’interdiction, voire l’abolition de ces « wet markets » (« marchés humides » en français). Ce terme, qui a émergé en anglais à Hongkong et de Singapour, est employé pour distinguer les marchés vendant de la viande, des poissons et des légumes des marchés « secs », vendant des biens durables comme les textiles, ou des supermarchés, où la viande est réfrigérée et emballée. Le terme « humide » renvoie non seulement aux nettoyages au jet d’eau dont ils font régulièrement l’objet, mais aussi au fait que l’on peut y acheter des produits appréciés pour leur « fraîcheur », perçue comme favorable pour la santé.

Les reportages produits par les médias s’appuient souvent sur des montages d’images réalisées sur différents marchés chinois, mais ne donnent généralement que peu d’informations sur le lieu précis ou le moment où ces prises de vues ont été faites. Qui plus est, ils ne tiennent pas compte des variations importantes qui peuvent exister dans les pratiques culinaires des différentes régions du pays.

Ces images communiquent un sentiment de dégoût envers les habitudes alimentaires des Chinois et reflètent en même temps les craintes suscitées par l’interconnexion de deux types d’« émergence » en cours en Chine : l’émergence virale et l’émergence économique.

Les anthropologues ont examiné en détail la façon dont le modèle de développement chinois (autrement dit, l’émergence économique de la Chine au XXIe siècle) a été perçu comme une menace en Occident, tant en termes politiques, à cause de la rapidité du développement économique de la Chine et de la concurrence qu’il représenterait pour les économies américaine ou européenne, que culturels, parce que les réformes semblent incompatibles avec les attentes occidentales en matière de modernisation. Pour résumer, ce n’est pas tant la Chine qui s’adapte au capitalisme que le capitalisme qui s’adapte à la Chine.


Volailles vendues sur un wet market à Canton en 2007. Frédéric Keck, Author provided

La consommation alimentaire de la Chine est emblématique de ce processus. Si les consommateurs chinois ont adopté les supermarchés et les aliments préemballés, le développement économique de la Chine n’a pas entraîné la disparition des formes de consommation chinoises, comme le montre par exemple la persistance de l’attrait pour la « viande chaude », expression désignant la viande d’animaux fraîchement abattus, consommée sans réfrigération ou congélation. Les consommateurs chinois n’ont pas adopté les normes culturelles européennes et américaines concernant ce qui est mangeable et ce qui ne l’est pas.

À Hongkong, la recherche menée par Frédéric Keck a montré que malgré les tentatives du gouvernement de racheter les licences des éleveurs et des vendeurs de volailles en vue de remplacer le « poulet vivant » (huoji) par de la viande réfrigérée, les consommateurs urbains ont continué à acheter des races de volailles élevées localement, à un prix deux fois supérieur aux poulets importés de Chine. Dans un autre ordre d’idée, les bouddhistes achetaient des oiseaux vivants sur les marchés pour les relâcher, en guise de geste compassionnel producteur de mérites (fangsheng). Lorsque les ornithologues ont montré que cette pratique augmentait le risque de transmission de la grippe aviaire, les bouddhistes ont cessé de relâcher des oiseaux mais ils se sont tournés vers les marchés aux poissons, remplaçant ainsi une « fraîcheur » par une autre.

Dans les médias occidentaux, les wet markets sont présentés comme des emblèmes de l’altérité chinoise : versions chaotiques des bazars orientaux, zones de non-droit où des animaux qui ne devraient pas être mangés sont vendus comme nourriture, et où se côtoie ce qui ne devrait pas être mélangé (fruits de mer et volailles, serpents et bétail). Ces images sinophobes s’enracinent dans ce que l’anthropologue Mary Douglas a appelé « la matière mal placée » (matter out of place) : les classifications symboliques des sociétés déterminent par des interdictions et des prescriptions quels aliments peuvent être consommés sans « pollution ».

Cette description anthropologique est cependant insatisfaisante, non seulement parce qu’elle s’appuie sur les sensibilités occidentales pour déterminer ce qui est mangeable et ce qui ne l’est pas (ce qui mène à qualifier de « traditionnelle » une forme moderne de commerce et de consommation alimentaire chinoise), mais aussi, plus concrètement, parce qu’elle déforme la réalité matérielle et économique de ces marchés.

Des marchés très divers
La plupart des marchés de fruits de mer, d’animaux vivants et de gros en Chine contiennent beaucoup moins de produits exotiques qu’on ne l’imagine. L’expression wet markets désigne en réalité une grande variété de marchés de diverses sortes, confusément regroupés sous cette appellation.

Or les différences sont souvent cruciales pour évaluer précisément l’importance relative de chaque marché en termes de risque d’émergence de virus. Aujourd’hui, plusieurs axes permettent de faire la distinction entre les différents types de wet markets que l’on trouve en Chine : l’échelle (vente en gros ou au détail), les produits vendus (animaux vivants, viande abattue et légumes frais uniquement, fruits de mer vivants uniquement), les types d’animaux (domestiques uniquement ou sauvages).

Sur les marchés, la majorité des animaux dépeints par de nombreux médias occidentaux comme des « animaux sauvages » (tels que les canards, les grenouilles ou les serpents) sont en fait reproduits et élevés en captivité. Seule une petite proportion d’animaux est braconnée dans la nature pour être vendue.

Le combat des agriculteurs chinois
Les discussions sur les wet markets chinois confrontent le plus souvent les consommateurs et les experts, et laissent de côté les points de vue des agriculteurs, des producteurs et des vendeurs. Lyle Fearnley a appris grâce une enquête menée auprès d’éleveurs d’oies sauvages (dayan) dans la province de Jiangxi, que deux facteurs ont amené la plupart des agriculteurs à se lancer dans l’élevage d’oies sauvages à la fin des années 1990. Premièrement, cette activité constituait une opportunité de répondre à la demande des consommateurs sans se livrer au braconnage illégal dans la nature. Deuxièmement, l’élevage d’oies sauvages ouvrait aux petits exploitants ruraux une voie vers une production à plus forte valeur ajoutée, à une époque où ils étaient confrontés à une pression économique croissante de la part des grands producteurs industriels d’aliments.

En Chine, au cours des réformes économiques qui ont débuté en 1978 après la mort de Mao Zedong, les terres agricoles collectives ont été redistribuées aux ménages individuels, ce qui a entraîné une explosion du nombre de petits exploitants agricoles. Ceux-ci étaient dits « spécialisés » (zhuanyehu) parce qu’ils se concentraient sur des cultures de rente ou sur l’élevage d’un certain type de bétail en particulier, notamment les poulets, les canards ou les porcs. Mais dans les années 1990, la Chine s’est lancée dans un « deuxième grand bond en avant » pour augmenter l’échelle de la production agricole. Les « entreprises à tête de dragon » (longtou qiye), des conglomérats industriels de production alimentaire, ont construit des chaînes d’approvisionnement intégrées, souvent centrées sur les abattoirs et les installations de transformation, et ont sous-traité l’élevage du bétail à des agriculteurs familiaux.


Tortues et scorpions vendus sur un wet market à Canton en 2007. Frédéric Keck, Author provided

Après la révolution de l’élevage industriel
Les élevages industriels se sont développés lorsque les petits exploitants indépendants furent progressivement écartés de l’élevage, en particulier dans des secteurs comme le porc ou la volaille, parce que les prix étaient trop bas et que le coût des intrants augmentait. Les maladies du bétail, telles que la maladie de Newcastle (maladie virale qui touche les oiseaux et notamment les volailles) et le syndrome reproducteur et respiratoire porcin (ou « maladie de l’oreille bleue », due à un virus), ont également joué un rôle dans l’éviction des petits exploitants de ces secteurs. Incapables de survivre en tant que petits exploitants indépendants, de nombreux agriculteurs ont dû faire un choix drastique : se lancer dans l’agriculture sous contrat avec un conglomérat alimentaire industriel, ou abandonner complètement l’élevage de porcs ou de volailles.

Certains d’entre eux ont découvert une troisième voie, en choisissant d’élever des races locales et des animaux sauvages qui pouvaient être vendus à un prix plus élevé sur des marchés de niche. Bon nombre de ces espèces se sont avérées moins touchées par les maladies que le bétail ordinaire, souvent simplement en raison du petit nombre d’animaux élevés.

Le fait que la viande d’animaux sauvages soit plus chère que celle des animaux domestiques a conduit à penser que sa consommation est un choix alimentaire indépendant des revenus. Mais le cas des agriculteurs est différent : pour eux, l’élevage d’animaux sauvages constitue un moyen d’accéder à un revenu stable, alors que vivre de la terre dans la Chine rurale demeure une lutte.

La grande diversité des wet markets – dont cette expression ne rend pas compte – et l’élevage d’animaux sauvages ont fourni aux petits exploitants agricoles indépendants d’importants moyens de subsistance. Les wet markets s’appuient également souvent sur des chaînes d’approvisionnement informelles qui permettent aux petits exploitants de transporter les animaux au marché sans l’intervention des grandes entreprises de transformation alimentaire, lesquelles possèdent des abattoirs et contrôlent les contrats avec les supermarchés. Cependant, « informel » n’est pas synonyme d’absence de réglementation. Les recherches de Christos Lynteris ont ainsi montré que les wet markets font l’objet d’inspections régulières de la part du Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et des autorités sanitaires municipales, mises en place après l’épidémie de SRAS en 2003.

Les wet markets font partie intégrante de l’économie et de la société chinoise. En se basant sur des données récentes qui suggèrent que de nombreux cas précoces d’infection par le 2019 – nCoV n’ont pas pu être reliés au Huanan Seafood Wholesale Market, plusieurs experts en maladies infectieuses ont émis des doutes sur le fait que ce wet market ait été à la source de l’émergence du nouveau coronavirus. Quoi qu’il en soit, si la fermeture temporaire des wet markets et la réduction du commerce d’animaux sauvages ont des avantages en termes de prévention des maladies, leur fermeture permanente, ou leur abolition pure et simple, aurait un impact immense et imprévisible sur la vie quotidienne et le bien-être des Chinois.

La façon dont une fermeture permanente affecterait les modes de consommation alimentaire est difficile à appréhender, mais une telle décision serait potentiellement nuisible à la santé publique. Elle priverait en effet les consommateurs chinois d’un secteur qui représente 30 à 59 % de leurs approvisionnements alimentaires. En raison du grand nombre d’agriculteurs, de commerçants et de consommateurs concernés, l’abolition des wet markets risquerait également d’entraîner l’explosion d’un marché noir incontrôlable, comme cela a été le cas lors de la tentative d’interdiction de 2003, en réponse au SRAS, et lors de celle de 2013-14, en réponse à la grippe aviaire H7N9.

Cette situation exposerait la santé publique chinoise, ainsi que la santé publique mondiale, à un risque bien plus grand que celui que représentent les marchés d’animaux vivants, légaux et réglementés, qui existent en Chine aujourd’hui. Par ailleurs, les marchés des volailles et d’animaux vivants ont une autre utilité : en matière de surveillance virale, ils constituent depuis longtemps des sites cruciaux « d’alerte précoce », y compris aux États-Unis.

Plutôt que de prohiber les wet markets et de les pousser vers la clandestinité, mieux vaudrait mettre en place une réglementation plus scientifique, davantage fondée sur des preuves.
Xuan
   Posté le 10-02-2020 à 22:23:40   

La Chine mise sur les avantages de son système social pour vaincre le nouveau coronavirus


vidéo

Actualisé 14:28, 04 fév. 2020
https://francais.cgtn.com/n/BfJAA-IA-BAA/BaJDAA/index.html

Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a présidé le 3 février une réunion du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC portant sur la lutte contre l'épidémie de la pneumonie causée par le nouveau coronavirus, durant laquelle le groupe dirigeant central sur la lutte contre l'épidémie et d'autres départements concernés ont rendu compte des derniers efforts contre le fléau et le travail de prévention et de contrôle de l'épidémie pour la prochaine étape a été étudié.

Lors de cette réunion, M. Xi a souligné la nécessité de perfectionner la mise en œuvre des mesures contre le nouveau coronavirus, indiquant que la mise en œuvre des mesures est le travail le plus important pour l'heure.
Il a décrit cette épidémie comme une épreuve sérieuse pour le système et la capacité de la gouvernance chinoise.
Actuellement, la mission prioritaire est de déployer tous les efforts nécessaires pour soigner et sauver les patients atteints du virus 2019-nCoV. Il faut garantir l'approvisionnement du matériel médical, augmenter le taux de guérison et réduire le taux d'infection et de mortalité liées au nouveau coronavirus.
Dans le même temps, il exige, lors de la réunion, la garantie de l'approvisionnement des produits de première nécessité : légumes, viande, œufs, lait et autres aliments de consommation courante, tout en assurant et renforçant la distribution de matériels sur le marché.

Cela montre clairement que les avantages du système socialiste aux caractéristiques chinoises sont en train de se transformer en capacité de gouvernance, et cela nous permet de régler les problèmes et relever les défis liés au processus de la mise en œuvre des décisions et du déploiement. Ce qui facilitera la progression du travail de prévention et de contrôle de l'épidémie.
Les avantages institutionnels font des atouts indispensables dont dispose un pays. Cela fait 70 ans que la Chine nouvelle a bâti son système socialiste et son système de gouvernance à partir de ses propres caractéristiques. Les avantages de son système social ont offert des garanties fondamentales aux progrès et développement de la Chine, ce qui constitue à ce jour un appui solide pour la prévention et le contrôle de l'épidémie.
Pour la Chine, la lutte contre cette épidémie est un combat d'interception. Comment faire pour gagner ce combat ?
Voici la réponse de Xi Jinping : il faut mettre pleinement en valeur les avantages du système socialiste aux caractéristiques chinoises sous la direction solide du Parti communiste chinois, s'appuyer sur les masses populaires, renforcer la confiance, rester solidaire, prévenir scientifiquement et prendre des mesures pertinentes.

Sous la direction du groupe dirigeant du travail sur l'épidémie, groupe dirigé par le Premier ministre Li Keqiang, les problèmes sont en train d'être résolus quant à la fourniture du matériel médical et du matériel de subsistance, qui restent au cœur de la préoccupation de tous. Le prix est le critère le plus important pour juger l'approvisionnement du matériel de subsistance. Or, actuellement, le prix des marchandises sur le marché reste stable, cela montre que l'approvisionnement des produits de première nécessité est garanti.
Actuellement, la situation de prévention et de contrôle de l'épidémie reste préoccupante et il existe encore des problèmes à régler. Nonobstant la dureté de la tâche, en mettant pleinement en valeur les avantages institutionnels et s'appuyant sur les masses populaires, la Chine remportera la bataille contre l'épidémie.


______________


Xi Jinping : la Chine peut certainement obtenir "une victoire complète" dans la lutte contre l'épidémie


http://french.xinhuanet.com/2020-02/10/c_138771714.htm
BEIJING, 10 février (Xinhua) -- Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, a déclaré lundi que la Chine pouvait certainement obtenir une victoire complète dans la lutte contre l'épidémie de pneumonie causée par le nouveau coronavirus.
La situation reste très grave pour le moment, a indiqué M. Xi, qui est également président chinois et président de la Commission militaire centrale.
S'exprimant lors d'une inspection à Beijing sur le travail de prévention et de contrôle de l'épidémie, M. Xi a indiqué que l'ensemble du Parti, les forces armées et le peuple de tous les groupes ethniques en Chine étaient solidaires des habitants du Hubei et de Wuhan.
La province du Hubei, dont Wuhan est la capitale, est au centre de l'épidémie.

M. Xi a indiqué que le Hubei et Wuhan étaient la priorité absolue pour la prévention et le contrôle de l'épidémie.
" Wuhan est une ville héroïque, et les habitants du Hubei et de Wuhan sont un peuple héroïque qui n'a jamais été écrasé par quelque difficulté ou danger que ce soit dans l'histoire. Tant que nos camarades travaillent ensemble, luttent courageusement et surmontent les difficultés, nous pouvons certainement obtenir une victoire complète dans la lutte contre l'épidémie" , a indiqué M. Xi.


Edité le 11-02-2020 à 00:17:29 par Xuan


Xuan
   Posté le 10-02-2020 à 23:23:21   

Reportage sur le travail des soignants à Wuhan https://www.youtube.com/watch?v=MZhuhcvupL8
Xuan
   Posté le 11-02-2020 à 15:50:08   

L'éducation en matière de santé publique est nécessaire au milieu d'une épidémie de virus


Par Wang Wenwen Source: Global Times Publié: 2020/2/10 21:49:45
https://www.globaltimes.cn/content/1179110.shtml


Alors que la Chine s'engage toujours dans la lutte ardue contre la nouvelle flambée de coronavirus, certaines personnes ont déjà commencé à réfléchir à la faiblesse de la Chine dans l'éducation de base en santé publique.
Si nous analysons comment la nouvelle épidémie de coronavirus a éclaté et quelles mesures les gouvernements à différents niveaux ont prises pour lutter contre le virus mortel au cours du dernier mois, nous pourrions trouver un large manque de connaissances en santé publique et, par conséquent, des insuffisances dans notre gestion des l'épidémie.
La plupart d'entre nous ont peut-être oublié le prix cher que la Chine et le peuple chinois ont payé pour l'épidémie de SRAS de 2003. Si la Chine avait mis en œuvre une éducation à la santé publique à l'échelle nationale, y compris des connaissances sur les maladies infectieuses, la nation entière n'aurait peut-être pas été si mal préparée à l'épidémie du nouveau coronavirus cette fois.

La mort de l'ophtalmologiste Li Wenliang, décédé du virus et qui a été parmi le premier groupe de professionnels à mettre en garde contre le virus avant son apparition, a déclenché la douleur et la colère du public. Certaines personnes regrettent que son avertissement précoce ait été quelque peu négligé, car un scénario différent aurait pu se produire si les autorités locales étaient suffisamment informées pour être sensibles à son avertissement, de sorte que Wuhan, l'épicentre de l'épidémie, et tout le pays auraient été plus prêt à freiner la propagation du virus.
Et après l'épidémie, la panique publique a également révélé un manque de connaissances en santé publique. Comment porter des masques? Dans quelle mesure les masques aident-ils? Les gens ordinaires devraient-ils porter des tenues de protection et des lunettes de protection dans des endroits ordinaires? Lorsque toutes sortes d'informations flottent dans les médias sociaux, il n'y a pas beaucoup de canaux faisant autorité facilement accessibles au public pour obtenir des informations correctes, ce qui rend la lutte nationale contre l'épidémie encore plus ardue et compliquée.
Après l'épidémie de SRAS en 2003, la Chine a professionnalisé son système de santé publique en construisant des infrastructures d'urgence et de préparation ainsi qu'en formant des professionnels de la santé publique en épidémiologie et dans les domaines scientifiques connexes. Il s'agit là d'étapes «dures» nécessaires pour faire face à d'éventuelles urgences de santé publique.

Mais ce qui manque ici, c'est l'approche "douce" - l'éducation. L'éducation à la santé publique peut donner aux gens des connaissances sur des questions liées à leur santé et à leur vie et leur donner les bonnes approches face à eux. C'est la leçon que la Chine aurait dû tirer après l'épidémie de SRAS de 2003.
En plus des connaissances requises en santé publique, le peuple chinois doit également réfléchir à certaines de ses habitudes qui ne correspondent pas au 21e siècle. Bien qu'il soit trop raciste de faire des vidéos suggérant des habitudes alimentaires "sales" des Chinois, en particulier la consommation d'animaux sauvages, une cause supposée de l'épidémie de virus, certains Chinois doivent respecter les normes de l'alimentation humaine. En outre, les coutumes désagréables et non civilisées telles que le crachat ne peuvent être corrigées qu'avec une éducation répétée, peut-être dans plus d'une génération.
Xuan
   Posté le 11-02-2020 à 15:53:00   

Deux fonctionnaires limogés - Ouest France

..."La colère est vive depuis quelques semaines dans la province du Hubei, les autorités étant accusées par une grande partie des citoyens d’avoir tardé à réagir face aux premiers cas du coronavirus, apparu en décembre à Wuhan, le chef-lieu. Un mécontentement qui s’est transformé en fureur après la mort, vendredi, de Li Wenliang, 34 ans, l’un des premiers médecins à avoir alerté sur l’émergence de l’épidémie. Réprimandé par la police qui l’accusait de propager des « rumeurs », il avait lui-même été contaminé.

Dans cette ambiance, Zhang Jin, le principal responsable communiste à la Commission provinciale de la Santé, et Liu Yingzi, la directrice, ont été démis de leurs fonctions sur décision du comité permanent du Parti communiste chinois (PCC) pour le Hubei, a annoncé ce mardi la télévision d’État CCTV. Un ancien vice-ministre de la Commission nationale (ministère) de la Santé, Wang Hesheng, remplace les deux responsables limogés."...

_____________________


Le mécontentement du public


https://www.globaltimes.cn/content/1179239.shtml

[...]L'incompétence et la lenteur de la réponse à la crise au début de l'épidémie ont mis les autorités locales de Wuhan et du Hubei sous les projecteurs, tandis que le public a demandé instamment que les fonctionnaires qui n'ont pas tiré la sonnette d'alarme et rempli leurs fonctions soient tenus responsable de la souffrance des personnes, dont certaines ont perdu leurs proches.

Zhang Jin, secrétaire du Parti du comité provincial de la santé du Hubei, et Liu Yingzi, directeur du comité, ont tous deux été démis de leurs fonctions, a rapporté mardi la Télévision centrale de Chine. Wang Hesheng, un vétéran de la santé dont le dernier poste était au NHC, est désormais affecté à ces deux postes. Wang est également l'un des membres du groupe du gouvernement central chargé de prendre en charge le travail de lutte contre les épidémies.

Wang Hongwei, professeur à la Renmin University School of Public Administration and Policy, a déclaré au Global Times que le limogeage de deux hauts fonctionnaires de la commission de la santé du Hubei est une réponse au sentiment du public, qui fermentait après que leurs vacances annuelles du Festival du printemps ont été ruinés et la vie des gens ordinaires perturbée par l'épidémie virale. "Ils croient que quelqu'un devrait être tenu responsable et prendre le blâme."

Certaines voix en ligne sont allées plus loin pour exiger que davantage de fonctionnaires du Hubei soient punis pour "leur mauvaise appréciation et leurs mauvaises performances" , mais Wang a critiqué une telle suggestion comme une "demande irrationnelle" .
Il a convenu que le gouvernement du Hubei, bien qu'informant le virus, n'a pas répondu en temps opportun. D'autres relâchement du devoir, comme l'ignorance de la quantité de ressources médicales lors de la conférence de presse, méritent l'indignation. Mais le gouvernement central a déjà envoyé des équipes d'enquête pour enquêter sur cette affaire, les décisions concernant la nomination et la révocation des fonctionnaires devraient être basées sur les résultats de leurs enquêtes, a déclaré Wang.
La tâche la plus urgente à l'heure actuelle n'est pas de revendiquer le crédit ou de porter des accusations à l'encontre de certains fonctionnaires, c'est la lutte contre le virus. La majorité des responsables travaillant en première ligne de la prévention virale avaient besoin de plus de soutien de la part du public, pas de la critique, selon les analystes.


Edité le 11-02-2020 à 23:47:54 par Xuan


Xuan
   Posté le 11-02-2020 à 20:24:52   

Réflexions sur l'infrastructure des soins de santé en Chine au milieu d'une épidémie

Source: Global Times Publié: 2020/2/10 21:59:44
https://www.globaltimes.cn/content/1179111.shtml

La Chine a encore un long chemin à parcourir en termes de construction de son système médical, comme en témoigne l'épidémie de nouvelle pneumonie à coronavirus (PCN), malgré le fait que son PIB par habitant vienne de franchir la barre des 10000 $.
Alors que le gouvernement central a mobilisé des ressources médicales à l'échelle nationale pour aider Wuhan - l'épicentre de l'épidémie dans la province du Hubei en Chine centrale - et que deux hôpitaux spéciaux ont été chargés de traiter les patients du PCN, le système médical de la ville peut encore faire face à une forte pression en raison de la pénurie de ressources médicales. L'hôpital Huoshenshan de 1 000 lits et l'hôpital Leishenshan de 1 600 lits ont été construits en moins de deux semaines.

Bien que la vitesse de construction des infrastructures en Chine soit impressionnante, il n'y a pas de solution miracle pour ses problèmes médicaux qui se font ressentir intensément au milieu de l'épidémie actuelle. Le système de santé chinois subit depuis longtemps une pression énorme, et la situation de Wuhan n'est peut-être qu'une manifestation de cette pression.
Comment renforcer la construction du système médical chinois est un problème sur lequel nous devons réfléchir tout en recherchant la croissance économique. Bien que la Chine ait réformé son système de santé au fil des ans, les résultats n'ont jusqu'à présent pas été encourageants, avec le mécontentement des patients et des médecins.
Sans l'apport de ressources médicales suffisantes, y compris du personnel médical, de l'équipement et des infrastructures, le système médical chinois ne peut pas être réformé.
La croissance des ressources médicales a toujours été à la traîne de la croissance de la demande médicale en Chine. Au cours des 10 années allant de 2008 à 2017, le nombre de visites à l'hôpital en Chine a doublé, passant de 1,78 milliard à 3,44 milliards. Cependant, le nombre de médecins n'est passé que de 1,58 pour 1 000 personnes à 2,44 au cours de la même période, soit une augmentation de seulement 54%.
Fondamentalement, la pénurie de ressources en soins de santé a entraîné une pénurie de services médicaux et la seule façon de résoudre les problèmes actuels est d'améliorer le déséquilibre entre l'offre et la demande.

En ce sens, la Chine devrait renforcer son infrastructure sanitaire dans un proche avenir, en particulier dans les zones rurales et isolées. L'épidémie de PCN a déjà montré que les installations médicales dans certaines régions sont dépassées et ne peuvent pas répondre aux besoins médicaux de la population locale.
Ainsi, le nombre d'hôpitaux en Chine devrait croître aussi rapidement que d'autres projets d'infrastructure comme les autoroutes. On espère qu’après l’épidémie, divers gouvernements locaux accéléreront leurs investissements dans l’augmentation des services médicaux, notamment la construction d’hôpitaux et l’achat de matériel médical dont les hôpitaux et les cliniques ruraux ont un besoin urgent.


Edité le 11-02-2020 à 20:25:09 par Xuan


Xuan
   Posté le 11-02-2020 à 23:32:24   

Un article révélateur de la nature politique de la lutte sanitaire, tout aussi politique que les commentaires négatifs des médias impérialistes US et de ses larbins.
Il s'agit d'un combat entre deux systèmes. Un article de Md Enamul Hassan dans Global Times dit :

"Bien que l'Occident ait réagi de manière excessive à l'épidémie de coronavirus, il est resté silencieux sur la gravité de la grippe commune aux États-Unis. Les Centers for Disease Control and Prevention, principal institut national de santé publique des États-Unis, estiment qu'il y a eu jusqu'à présent au moins 22 millions de cas de grippe, 210 000 hospitalisations et 12 000 décès dus à la grippe au cours de la saison 2019-2020.

L'Occident n'a pas fait autant de raffut à propos des épidémies de virus Ebola et de la grippe porcine, même si le taux d'infections et de décès de ces virus était bien plus élevé que celui du nouveau coronavirus. Un tel traitement à double standard si vif de l'Occident prouve qu'il souffre d'angoisse dans l'attente d'être évincé par l'ascension de la Chine."


_________________________________


La Chine accélère sa réponse à l'épidémie

le Quotidien du Peuple en ligne http://french.peopledaily.com.cn/Horizon/n3/2020/0211/c31362-9656501.html 11.02.2020 13h43

Allez Wuhan, allez la Chine ! Dans la lutte contre l'épidémie de coronavirus, des nouvelles passionnantes arrivent encore et encore. Le 6 février, l'hôpital Leishenshan de Wuhan a reçu son acceptation officielle et le transfert a commencé le transfert progressif des patients. Après sa mise en service officielle, l'hôpital offrira 1 600 lits et pourra accueillir plus de 2 000 membres du personnel médical. Les hôpitaux Huoshenshan et Leishenshan de Wuhan ont été successivement achevés, avec une vitesse incroyable qui a stupéfié le monde. Dans le cadre de la retransmission en direct mondial du « superviseur du cloud », plus de 10 000 ouvriers de la construction ont été vus travaillant ensemble, se battant jour et nuit, luttant contre la propagation de l'épidémie et illuminant l'espoir de la vie. L'opinion publique internationale a fait l'éloge du « pouvoir organisationnel de la Chine », celui des avantages institutionnels de la Chine de se concentrer sur les événements majeurs. « Seule la Chine peut le faire ! » est devenu un message en ligne universellement répandu sur les réseaux sociaux à l'étranger.


L'épidémie est un test des systèmes et des capacités de gouvernance nationale. La construction efficace de deux hôpitaux n'est qu'un microcosme de la lutte de la Chine contre l'épidémie au cours de cette période. De la détection rapide des séquences du gène du virus et de son partage avec le monde aux mesures d'accélération de la réponse les plus importantes de l'histoire pour isoler la source de la maladie, le gouvernement chinois a adopté une stratégie de prévention et de contrôle sans précédent et rare d'une manière très responsable pour la sécurité et la santé des personnes. Beaucoup des mesures de sauvetage adoptées dépassent de loin les exigences du Règlement sanitaire international. « Cette cohésion du haut vers le bas est impressionnante » « cela montre l'extraordinaire solidarité et l'action de la Chine »... La forte capacité organisationnelle de la Chine lui a valu un large respect et une grande confiance dans le monde.

Pourquoi la « vitesse chinoise » est-elle si rapide et pourquoi la « puissance chinoise » ne s'épuise jamais ? En ce moment, de nombreuses personnes dans le monde se sentent obligées d'y penser.

La communauté internationale se rend de plus en plus compte que la réponse réside dans les avantages du système chinois qui reflète la volonté du peuple, protège ses droits et intérêts et stimule sa créativité. Les aspirations du haut en bas sont invincibles.
À l'heure actuelle, la lutte contre l'infections à nouveau coronavirus et la sauvegarde de la vie des patients sont entrées dans une phase critique. En particulier, elles doivent s'appuyer sur la force de la solidarité. En Chine, il existe un système institutionnel et un environnement social qui peuvent mieux consolider la force nationale et rassembler les moyens les plus efficaces d'appliquer les ressources humaines, financières et matérielles à la prévention et au contrôle des épidémies, sous le commandement, la coordination et l'envoi unifiés du Comité central du Parti.
« Renforcer la confiance, s'entraider, assurer la prévention et le contrôle scientifiques et une politique précise » ... le « jeu d'échecs national » a libéré une puissance de combat sans fin. Pour cette raison, la voix internationale qui dit être « fermement convaincue que la Chine peut faire jouer pleinement les avantages de son système unique pour vaincre l'épidémie » devient de plus en plus représentative, et le représentant de l'Association médicale équatorienne, Ernesto Carrasco, est tout à fait représentatif de cette tendance : la Chine prend les mesures nécessaires et une action rapide pour répondre à l'épidémie et fait preuve d'un leadership qui correspond à son statut de grande puissance, une leçon qui mérite d'être apprise dans le monde entier.


Il s'agit forcément d'une page extraordinaire de l'histoire humaine. L'éloge du concept d'assistance mutuelle par lequel « Quand un endroit est en difficulté, l'aide arrive de partout » se répand dans toute la Chine, et la guerre populaire contre la prévention et le contrôle de l'épidémie a une nouvelle fois montré au monde la volonté indestructible du peuple chinois et son esprit d'aller toujours plus de l'avant malgré les difficultés croissantes.
Pendant les vacances du Nouvel An lunaire, des milliers de travailleurs médicaux se sont précipités vers le Hubei, les fabricants de masques sont retournés au travail de toute urgence, les ouvriers des sites de construction sont restés 24 heures sur 24 et les autorités des transports se sont strictement gardées contre la propagation de l'épidémie... tout cela montre l'efficacité et le pouvoir du système de gouvernance national et l'exploration de nouvelles façons de répondre aux urgences de santé publique. L'opinion internationale loue le fait qu' « aucun pays au monde ne peut agir aussi efficacement » , soulignant que « Chaque fois que la Chine fait face à une menace, sa détermination à surmonter les difficultés peut surmonter presque tous les obstacles » .

Au moment critique, chacun peut voir les avantages institutionnels de la Chine. Grâce à la puissante direction du Parti communiste chinois, aux formidables avantages du système socialiste à caractéristiques chinoises et au fort soutien de la communauté internationale, la Chine gagnera sans le moindre doute cette bataille de prévention et de contrôle de l'épidémie !

Par He Yin, journaliste au Quotidien du Peuple
Xuan
   Posté le 12-02-2020 à 09:48:41   

Un tournant épidémique imprévisible à ce jour: un épidémiologiste de haut niveau


Par des journalistes de GT Source: Global Times Publié: 2020/2/11 23:23:40
https://www.globaltimes.cn/content/1179247.shtml
[vidéo sur le site]



Le célèbre pneumologue chinois Zhong Nanshan reçoit un entretien avec Xinhua à Guangzhou, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine, le 28 janvier 2020. (Xinhua / Liu Dawei)


Le tournant très attendu de la nouvelle épidémie de coronavirus n'est pas prévisible, a déclaré mardi l'épidémiologiste chinois Zhong Nanshan.
L'équipe médicale des soins intensifs de Guangdong, qui soutient la lutte contre la nouvelle épidémie de pneumonie à coronavirus à Wuhan, a tenu mardi une consultation vidéo avec son équipe de secours, le premier hôpital affilié de l'Université médicale de Guangzhou.
En réponse à une question du Global Times sur le tournant de la nouvelle épidémie actuelle de pneumonie à coronavirus, Zhong, qui a participé à la consultation, a déclaré que personne ne pouvait prédire le tournant maintenant.
Zhong, qui a acquis une renommée pour avoir révélé l'ampleur de l'épidémie de SRAS, a déclaré que l'infection virale devrait culminer à la mi-février ou à la fin de février sur la base des données actuelles, des recherches et des mesures de contrôle.
Il existe un modèle mathématique, qui est continuellement rectifié en fonction de la situation réelle, et les facteurs climatiques sont pris en compte. La mise en œuvre stricte de "détection précoce, traitement précoce" contribue également à contrôler l'épidémie, a noté Zhong.

Actuellement, les nouveaux cas confirmés montrent une tendance à la baisse, et le modèle mathématique a prédit que le tournant arrivera à la mi-février ou à la fin février dans le sud de la Chine, a déclaré Zhong.
Les nouveaux cas confirmés de la nouvelle pneumonie à coronavirus ont vu leur septième jour consécutif de déclin dans le continent chinois à l'extérieur de la province du Hubei en Chine centrale, mardi, selon les données de la plus haute autorité sanitaire de Chine.
Selon les données de la Commission nationale de la santé, un total de 381 personnes ont été ajoutées à de nouveaux cas confirmés de la nouvelle infection à pneumonie à coronavirus en dehors du Hubei à la fin de lundi. Les chiffres des jours précédents étaient de 890, 731, 707, 696, 558, 509 et 444.
Face à la crainte que la reprise du travail puisse provoquer une large propagation de l'épidémie en dehors des régions fortement touchées, Zhong a déclaré que cette possibilité est faible car la plupart des porteurs de virus devrait avoir montré des symptômes après les semaines de vacances et les systèmes de transport ont un mécanisme de contrôle pour détecter les anomalies.

Quant à l'épicentre de l'épidémie Wuhan, Zhong a souligné que les deux tâches les plus cruciales pour la ville étaient de mettre en quarantaine toutes les personnes suspectées d'infection, ce qui aurait dû être fait plus tôt; et l'augmentation des capacités de traitement pour sauver les patients dans un état critique.
Xuan
   Posté le 12-02-2020 à 18:05:21   

La Chine se prépare à des attaques sur le front financier et économique et relance l'activité :

Les vendeurs à découvert spéculatifs ne vaincront pas les préparatifs de la Chine conte l'épidémie

Source: Global Times Publié: 2020/2/12 21:48:40

https://www.globaltimes.cn/content/1179372.shtml
L'épidémie de nouvelle pneumonie à coronavirus (COVID-19) en Chine pourrait exacerber les turbulences sur les marchés financiers alors que des signes d'une potentielle guerre financière émergent, certaines forces spéculatives étant prêtes à travailler contre la deuxième plus grande économie du monde.

Il est indéniable que l'épidémie actuelle va infliger une certaine douleur à l'économie chinoise à court terme, mais cela ne devrait pas devenir une opportunité pour certains d'attaquer le marché financier chinois en semant une panique malveillante parmi les investisseurs. Par exemple, dans une récente interview avec Institutional Investor, le polémiste antichinois de longue date Kyle Bass de Hayman Capital Management a prédit "une baisse du PIB à deux chiffres" pour l'économie chinoise à la suite de l'épidémie de COVID-19.
Les spéculateurs internationaux ont en fait joué un rôle dans le déclenchement ou l'aggravation de nombreuses crises économiques à travers l'histoire. Ils ont souvent exagéré les crises et créé la panique à travers des commentaires alarmistes, afin d'utiliser l'anxiété du public pour récolter d'énormes gains. La Chine doit se méfier de ces forces spéculatives et de leur rhétorique sur "l'effondrement de la Chine" , car les turbulences sur les marchés financiers peuvent causer encore plus de dommages à l'économie du pays que l'épidémie de COVID-19.

De telles attaques se produisent souvent de manière inattendue, mais ne réussissent pas facilement. Comme la Chine est déjà alerte et préparée, les vendeurs à découvert spéculatifs n'obtiendront pas beaucoup.
Pour commencer, le marché des actions A continentales n'est pas encore complètement ouvert et les régulateurs financiers chinois ont suspendu les activités de vente à découvert pour éviter la volatilité, de sorte que la probabilité de court-circuiter le marché boursier chinois n'est pas élevée.

Cependant, sur le marché offshore, il est toujours possible que certaines forces spéculatives propagent délibérément la peur de l'épidémie, provoquant la panique chez les investisseurs et faisant pression sur le taux du yuan offshore. Bien que la Chine dispose de vastes réserves de change pour stabiliser son marché offshore, elle doit encore procéder avec prudence pour éviter que les risques ne se propagent des marchés des changes étrangers aux marchés financiers nationaux. À la fin de janvier, les réserves de change de la Chine avaient légèrement augmenté pour atteindre 3,12 billions de dollars.
En raison de l'impact de l'épidémie de COVID-19 sur l'économie chinoise, la demande de produits de base devrait diminuer à court terme et a conduit à une récente baisse continue des prix des produits de base mondiaux comme le pétrole et le cuivre. Les prix du brut Brent et du pétrole brut West Texas Intermediate ont baissé de plus de 20% depuis début janvier.
Il convient de noter que les grandes entreprises d'État chinoises doivent rester vigilantes pour éviter de devenir une cible potentielle des spéculateurs internationaux, en particulier en ce qui concerne les contrats de couverture à l'étranger. Par le passé, Sinopec et China Aviation Oil (Singapour) ont toutes deux subi de lourdes pertes dans le commerce des dérivés pétroliers.
Les entreprises publiques engagées dans le négoce de produits dérivés à l'étranger devraient renforcer la gestion de leurs systèmes de contrôle des risques, en éliminant toute stratégie inappropriée ou risquée. Les autorités publiques compétentes en matière de surveillance des actifs devraient également procéder à des contrôles des risques sur les transactions de produits dérivés par des entreprises publiques sur une base régulière.

_______________________________


Il est temps de reprendre les vols actuellement suspendus vers la Chine


Source: Global Times Publié: 2020/2/12 22:09:33


Un équipage de China Southern Airlines tient une bannière "Restez fort Wuhan" avant leur vol dimanche vers la ville de Chine centrale, épicentre du coronavirus mortel. Quatre vols ont transporté 502 membres du personnel médical et 20 tonnes de fournitures médicales de Shenyang dans la province du Liaoning, dans le nord-est de la Chine, jusqu'à la ville de la province du Hubei. Photo: cnsphotos


Cela fait huit jours consécutifs que le nombre de cas confirmés de la nouvelle pneumonie liée au coronavirus diminue dans les zones situées en dehors de la province du Hubei en Chine centrale. Cela montre clairement que les mesures préventives de haut niveau adoptées à travers le pays ont pris effet et que cette grave épidémie a été maîtrisée. Bien que les experts soient prudents dans la prévision d'un point d'inflexion, nous avons vu un peu de lumière. La société chinoise s'efforce de renverser la situation sous la direction du gouvernement.
À l'exception de la province du Hubei et de certaines villes où la situation est toujours grave, les transports interprovinciaux et interurbains ont repris. Les aéroports et les gares des métropoles comme Pékin et Shanghai sont de nouveau occupés et les métros ne sont plus vides comme nous l'avons vu il y a quelques jours.

Le travail préventif dans chaque domaine n'a pas été assoupli. Un système de gestion complet a été mis en place et continue de s'améliorer dans chaque ville et comté. La plupart des communautés résidentielles appliquent des mesures de verrouillage strictes. Les personnes infectées peuvent être localisées très rapidement, ainsi que les personnes avec lesquelles elles ont eu des contacts. Un réseau a été formé pour lutter contre le nouveau coronavirus.

Dans de telles circonstances, nous pensons qu'il est grand temps que les pays qui ont imposé des restrictions de voyage à leurs citoyens reconsidèrent cette mesure. Le Hubei et sa capitale Wuhan ainsi que certaines villes dans une situation grave ont été verrouillés et le nombre de nouveaux cas infectés dans d'autres endroits a été faible.
Lorsque l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé que l'épidémie de coronavirus en Chine était une urgence de santé publique de portée internationale, elle n'a recommandé aucune restriction de voyage ou de commerce contre la Chine. Ceci est basé sur le fait que le gouvernement chinois a adopté des mesures de contrôle fortes et efficaces. La Chine n'a pas failli à la confiance de l'OMS et a mis en place le contrôle le plus strict du virus.

Certains pays ont complètement coupé les communications de trafic avec la Chine et ont même interdit aux non-ressortissants qui se sont rendus en Chine au cours des 14 derniers jours d'entrer dans leur pays. Il s'agit d'une violation grave des recommandations de l'OMS. La situation s'étant considérablement détendue ces derniers jours, ces pays devraient reconsidérer et révoquer ces pratiques.
La Chine est la plus grande usine de fabrication au monde, et l'un des endroits avec le plus grand flux humain sur la Terre. L'annulation des vols à destination et en provenance de la Chine a fait de nombreuses compagnies aériennes subir d'énormes pertes, ce qui porte également un coup dur aux performances de l'économie mondiale au premier trimestre. Si tous les pays maintiennent leurs mesures inchangées, cela signifie que toutes les parties paieront plus cher de l'épidémie.

Le coronavirus, qui vient d'être nommé COVID-19 par l'OMS, est nocif. Mais tant que les mesures de contrôle nécessaires sont mises en place, le préjudice réel qu'il peut causer est très limité. Jusqu'à présent, dans les grandes villes chinoises comme Pékin et Shanghai, le nombre de personnes décédées à cause de COVID-19 est pour la plupart inférieur à 10. À Pékin, trois personnes sont mortes du virus mardi. Mais aux États-Unis, la grippe cette année a fait beaucoup plus de morts dans les grandes villes.
Comme la Chine a fait beaucoup d'efforts et d'explorations pour contrôler COVID-19, il est complètement irrationnel de mettre en œuvre l'isolement inter-pays pour empêcher la propagation de la maladie. Elle n'est pas scientifique et viole également les intérêts de tous les pays.


Edité le 12-02-2020 à 18:09:01 par Xuan


Xuan
   Posté le 12-02-2020 à 18:18:29   

Reprise controversée a Wuhan

Les entreprises de Wuhan attendent des conseils officiels sur la reprise des opérations


Par des journalistes de GT Source: Global Times Publié: 2020/2/12 18:46:16
https://www.globaltimes.cn/content/1179332.shtml


Les chauffeurs de bus nettoient le bus à Wuhan, dans la province du Hubei, dans le centre de la Chine, le 11 février 2020. Après que Wuhan ait suspendu les transports publics, le bus de Wuhan a déployé des bus pour faire la navette entre le personnel médical et les personnes travaillant dans les secteurs nécessaires. (Xinhua / Wang Yuguo)

Les entreprises et les travailleurs de Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine centrale, à l'épicentre de l'épidémie mortelle de coronavirus, attendent avec impatience que les autorités locales clarifient les politiques quant au moment où elles pourront reprendre leurs activités et travailler, alors que la fin initiale de la période de fermeture approche.
Compte tenu des circonstances encore graves entourant l'épidémie et de l'intensification des efforts pour contenir le virus, de nombreuses entreprises, travailleurs et analystes demandent aux responsables de retarder le plan de reprise des activités.

Le gouverneur du Hubei, Wang Xiaodong, a déclaré lors d'une conférence de presse le 29 janvier que les entreprises de la province ne pourraient pas reprendre leurs activités avant la fin de jeudi. Beaucoup ont interprété le commentaire comme signifiant que la reprise de l'activité économique pourrait avoir lieu à partir de vendredi. Certaines entreprises prévoient même de reprendre la production vendredi.
Vendredi, le fabricant chinois d'ordinateurs Lenovo prévoit de reprendre la production dans son usine de Wuhan, après avoir entièrement préparé la sécurité de la production.
Cependant, de nombreuses entreprises attendent toujours les conseils officiels des autorités, selon des initiés de l'industrie. "On ne sait toujours pas si nous pouvons commencer la production le 14 février. Nous attendons toujours un avis [du gouvernement]" , a déclaré un initié au Global Times.
Un producteur d'engrais à Wuhan attend également la confirmation des autorités avant de décider quand reprendre la production, a déclaré un représentant de la société. "Je ne pense pas que nous reprendrons la production le 14 février" , a déclaré le représentant au Global Times.

Mercredi, à l'heure de la presse, les responsables du Hubei n'avaient publié aucune nouvelle information concernant la reprise des opérations commerciales. Au lieu de cela, ils ont intensifié leurs efforts pour contenir l'épidémie en imposant de nouvelles restrictions à la circulation des personnes à l'intérieur et à l'extérieur des communautés.
Le manque de clarté sur la question de la part de responsables de la province, qui ont été critiqués par le public pour leur réponse initiale à l'épidémie, a également suscité de vives critiques et de nombreux appels en ligne pour retarder davantage les activités des entreprises.
Un sujet exhortant les responsables de Wuhan à retarder la reprise des opérations sur Sina Weibo avait attiré plus de 8 millions de vues et plus de 3 000 commentaires mercredi à l'heure de la presse.
"Le Hubei compte plus de 30 000 cas confirmés et le nombre augmente d'environ 2 000 chaque jour, et nous reprenons toujours la production le 14. C'est complètement déraisonnable" , a commenté un utilisateur de Weibo. "J'exige fortement une reprise de la production retardée."
Certains ont également souligné l'incohérence des mesures prises par les autorités pour imposer des restrictions aux mouvements, tout en permettant la reprise des activités commerciales. "Sans transports publics, cela signifie-t-il que nous devons marcher pour aller au travail? J'ai même peur de descendre" , a déclaré un autre utilisateur de Weibo.

Un éminent professeur d'immunologie de Pékin a déclaré que Wuhan et même tout le Hubei n'étaient pas en bon état pour que des industries autres que le secteur pharmaceutique reprennent leurs activités.
"Comme le nombre de cas confirmés continue d'augmenter, la reprise de la production créera un risque de transmission" , a déclaré mercredi au Global Times le professeur, qui a parlé sous couvert d'anonymat. "De manière optimiste, Wuhan et Hubei peuvent reprendre leurs activités commerciales après un mois.
Wuhan Yuechao Power Equipment Manufacturing Co a déclaré qu'il n'y avait pas de précipitation pour que l'entreprise reprenne ses activités. " La ville a été verrouillée, il n'y a aucun moyen de reprendre les opérations. . Sauver des vies est la tâche la plus urgente à l'heure actuelle " , a déclaré la société privée au Global Times.

_________________


La plupart des employés de Pékin continuent de travailler à domicile

Faits saillants : Malgré le début du troisième jour de reprise du travail mercredi, la plupart des employés de Pékin ont continué de travailler à distance depuis leur domicile pour éviter les risques de contracter des infections à la suite de l'épidémie de coronavirus. Le journaliste de GT a visité Sanlitun, Wangjing, Shangdi et d'autres régions où l'agitation habituelle manquait. Des mesures rigoureuses de contrôle et d'enregistrement de la température ont été postées à l'entrée des immeubles de bureaux.


Edité le 12-02-2020 à 18:21:55 par Xuan


Xuan
   Posté le 12-02-2020 à 19:29:04   

A propos des hôpitaux temporaires dans les sites publics


vidéo https://youtu.be/7lizf6KXfy4
A Wuhan pour répondre à la diversité des cas, des hôpitaux "de fortune" temporaires sont installés dans les bâtiments publics en l'espace d'une journée, pouvant être démontés après la crise. Ces hôpitaux sont destinés à des symptômes légers pour soulager les hôpitaux équipés pour des soins lourds.

Chen Qiushi, la "mouche du coche" -


Les médias s'inquiètent à propos du sort de l'avocat Chen Qiushi, débarqué le 23 janvier à Wuhan pour "enquêter" sur les carences des hôpitaux dans la lutte contre le coronavirus
« J’ai peur. En face de moi il y a la maladie, et le virus qui se répand, derrière moi la toute-puissance de l’administration chinoise, mais tant que je vivrai, je témoignerai et parlerai de ce que j’ai vu et entendu à Wuhan. Je n’ai pas peur de mourir. Pourquoi devrais-je avoir peur de vous, parti communiste ? »
Le Monde écrit "Les autorités chinoises affirment qu’il a été « mis en quarantaine » pour avoir passé trop de temps dans les hôpitaux de Wuhan. Mais cela ressemble fort à une détention au secret."

Dans une vidéo il se met effectivement en scène dans un hôpital de campagne de Wuhan où il filme les ouvriers qui dressent des cloisons et installent des lits dans un bâtiment public. Puis il fait le procès des installations en signalant que les mesures de prophylaxies sont insuffisantes pour séparer les patients gravement atteints et les autres, alors que ces hôpitaux sont réservés au patients légers.

La presse bourgeoise est friande de ce genre de "reportage" qui pointent des défauts réels ou inventés, n'ont que faire des efforts acharnés des travailleurs de la santé et se donnent des airs importants de spécialiste en se promenant les mains dans les poches pendant que les prolos travaillent, vont fouiner dans une ville en quarantaine et dans les hôpitaux en se pleurnichant qu'ils risquent leur vie, mais n'ont rien fait d'autre que de dénigrer le peuple, le véritable héros, ceux et celles qui dorment à peine, sont marqués par les tenues de protection, ont travaillé onze heures d'affilée, se retiennent de manger ou de pisser pour ne pas refaire tout le mode opératoire d'équipement.
Bref ce lanceur d'alerte encensé par les médias réactionnaire n'est rien d'autre que la mouche du coche de la Fontaine, qui emmerde tout le monde puis se glorifie du succès de ceux qui ont bossé malgré elle.
..."Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
S'introduisent dans les affaires :
Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés".



Edité le 12-02-2020 à 20:11:05 par Xuan


Xuan
   Posté le 13-02-2020 à 07:48:30   

(COVID-19) Le Hubei rapporte plus de 14.000 nouveaux cas de COVID-19 après un amendement des critères diagnostiques


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2020-02/13/c_138780200.htm Publié le 2020-02-13 à 13:33

WUHAN, 13 février (Xinhua) -- La province chinoise du Hubei, épicentre de l'épidémie du nouveau coronavirus (COVID-19), a signalé mercredi 14.840 nouveaux cas confirmés et 242 nouveaux décès, la plus importante hausse quotidienne à ce jour, ont déclaré jeudi les autorités sanitaires locales.

La Commission provinciale de la santé du Hubei a fait savoir que ce nombre de nouveaux patients comprenait 13.332 cas cliniquement diagnostiqués, qui ont été considérés comme des cas confirmés à partir jeudi.

Cet ajustement porte le total des cas confirmés dans la province la plus touchée par l'épidémie à 48.206, avec 1.310 décès, selon un bilan dressé mercredi.

L'inclusion du nombre de cas cliniquement diagnostiqués est appliquée uniquement au Hubei, entraînant une augmentation statistique des nouveaux cas confirmés.

Tous les cas suspects de pneumonie détectés par tomodensitométrie sont comptés comme cas cliniquement diagnostiqués, selon la dernière version du plan de diagnostic et de traitement publié par la Commission nationale de la santé.

La commission provinciale de la santé a indiqué que l'amendement des critères diagnostiques visait à permettre aux patients cliniquement diagnostiqués de recevoir rapidement le traitement standard des cas confirmés, afin d'améliorer davantage le taux de réussite du traitement.

Selon un bilan établi mercredi, un total de 3.441 patients ont pu quitter l'hôpital après leur rétablissement dans la province. Parmi 33.693 patients hospitalisés, 5.647 étaient dans un état grave et 1.437 dans un état critique.

______________________


Jiang Chaoliang, secrétaire du Parti communiste chinois (PCC) pour la province située dans le centre du pays, a été remplacé par le maire de Shanghai, Ying Yong.
http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2020/0213/c31354-9657415.html

Le secrétaire du PCC pour la ville de Wuhan, Ma Guoqiang, qui s'était lui-même reproché fin janvier une réaction trop lente à l'apparition du virus, a également été limogé.
Les dirigeants de Wuhan ont été particulièrement brocardés pour avoir laissé se dérouler un banquet géant, réunissant 40 000 familles, dans les jours qui ont précédé le bouclage de la ville.


Edité le 13-02-2020 à 17:30:14 par Xuan


Xuan
   Posté le 13-02-2020 à 17:33:59   

Remplir les missions ensemble et montrer le meilleur de la civilisation

le Quotidien du Peuple en ligne http://french.peopledaily.com.cn/Horizon/n3/2020/0213/c31362-9657379.html 13.02.2020 14h05

He Yin

Quand la communauté internationale s'unit dans la lutte contre l'épidémie de pneumonie causée par le nouveau coronavirus, il faut aussi réfléchir sur une solution à long terme pour renforcer la coopération internationale en matière de santé publique. Du 11 au 12 février, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a organisé le Forum mondial de la recherche et de l'innovation pour endiguer coronavirus à Genève, pour coordonner la communauté scientifique afin de trouver plus vite des traitements plus efficaces et accélérer la mise au point d'un vaccin sûr et efficace. Face à une urgence de santé publique de portée internationale, la communauté internationale doit remplir ses devoirs et ses missions, qui consistent à améliorer et à renforcer la gouvernance mondiale pour protéger et renforcer l'intérêt commun du monde.



L'épidémie met à l'épreuve non seulement le système et la capacité de gouvernance d'un pays, mais également le système et la capacité de gouvernance du monde. Ces dernières années, toutes les urgences de santé publique de portée internationale nécessitent l'esprit de coopération de chaque pays pour relever le défi ensemble. Cette épidémie nous rappelle que dans l'ère de la mondialisation, l'unilatéralisme et le protectionnisme vont à l'encontre de l'intérêt du monde. On ne peut pas se protéger en s'occupant seulement de soi-même au détriment des autres. C'est seulement quand on s'unit, coopère et marche en avant que l'on peut protéger au maximum les intérêts de chacun et l'intérêt commun.

Nos destins sont interdépendants les uns des autres. Chaque pays doit respecter les valeurs de la communauté de destin pour l'humanité. Depuis l'éclatement de l'épidémie, l'ensemble de la Chine est unie pour y faire face. Ces efforts ont sonné la charge de la protection de la vie et de la santé de la population dans la guerre du peuple contre l'épidémie. Avec des mesures proactives, efficaces, transparentes et publiques, la Chine a apporté une contribution majeure à la défense de la santé publique mondiale et régionale. Face à l'épidémie, la Chine a montré non seulement ses atouts institutionnels en concentrant toute sa force pour accomplir des tâches importantes, mais elle est aussi guidée par ses valeurs, celles qui consistent à placer avant tout l'intérêt commun de l'humanité. Comme l'a dit l'OMS, la Chine s'efforce de contrôler l'origine du virus afin de contenir la propagation de l'épidémie et de gagner du temps précieux pour que d'autres régions du monde organisent la prévention et le contrôle. « Sans efforts de la Chine, le nombre de cas serait nettement plus élevé. » Des chefs d'État et des dirigeants des organisations internationales ont exprimé le soutien et la sympathie à la Chine, non seulement parce que la Chine a donné l'espoir et la confiance au monde pour remporter la bataille, mais aussi pour confirmer et saluer les valeurs que la Chine respecte.



Se conformer à la tendance générale que représente la communauté de destin pour l'humanité et prendre des actions responsables pour le monde, c'est ce que l'on observe généralement dans le monde après l'éclatement de l'épidémie. Cette tendance se traduit non seulement par des dons monétaires et des matériels médicaux de prévention et de contrôle donnés par quelques dizaines de pays et d'organisations internationales, mais aussi par les mots de soutien comme « Courage Chine » et « Courage Wuhan » dans le monde entier. La tendance se traduit également par la voix de la justice qui s'élève contre la discrimination et la stigmatisation, et par la clarification quand il y a de fausses informations. Des actions de soutien, grandes ou petites, montrent que nous sommes guidés par les valeurs qui nous demandent d'être responsables pour l'intérêt commun de l'humanité. L'énergie positive converge en faveur de la construction de la communauté de destin pour l'humanité. « Le seul moyen de vaincre l'épidémie de pneumonie causée par le nouveau coronavirus, c'est que tous les pays travaillent ensemble dans un esprit de solidarité et de coopération. » La recommandation cordiale des experts médicaux de renom du monde s'est déjà traduite par les actions volontaires de beaucoup de pays et de peuples. Nous sommes persuadés que le jour où nous allons fêter la victoire dans la bataille contre l'épidémie, le monde sera fier de cet esprit de solidarité et de coopération.

L'urgence de santé publique de portée internationale révèle bien sûr les maillots faibles de la gouvernance mondiale. Quand la plupart des pays mettent en œuvre les recommandations professionnelles de l'OMS, qui est l'autorité en la matière, et restent calmes, raisonnables et respectueux de la science, certains pays, dans une surréaction, ont pris des mesures excessives. Certaines personnes ont même sombré dans l'angoisse, la confusion, et même la lâcheté liées à la mondialisation. Cela montre que les pensées de certains pays et individus n'arrivent pas à suivre l'évolution du temps et que la gouvernance mondiale nécessite le renforcement et l'amélioration. Comme l'a dit Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l'OMS, le contrôle des maladies infectieuses tantôt bénéficie des ressources abondantes, tantôt souffre de la pénurie de ressources. Quand l'épidémie éclate, ce qui inquiète les gouvernements, des pays investissement des ressources considérables. Alors qu'après la fin de l'épidémie, les ressources deviennent de nouveau insuffisantes. Dans ce sens, cette épidémie évoque de nouveau le dilemme de la gouvernance d'un pays, voire le dilemme de la gouvernance mondiale qui mérite la réflexion par le monde entier: comment continuer à surveiller et à contrôler les maladies infectieuses? Comment faire en sorte que la préparation et les matériels sur le plan médical soient suffisants pour répondre aux besoins imprévus? Cette année marque le 75e anniversaire de la fondation de l'ONU. L'ONU a déjà lancé un dialogue mondial sur les perspectives de l'humanité. Réfléchir sur les leçons que la société humaine peut tirer de l'épidémie de pneumonie causée par le nouveau coronavirus doit être partie intégrante de la réflexion sur les réformes et l'innovation de la gouvernance mondiale.

L'être humain remportera sûrement la victoire dans cette bataille contre le virus. Il faut tirer la leçon et chérir la force mondiale solidaire contre l'épidémie. Il faut également bien connaître nos défauts pour trouver ensemble la solution de nos problèmes. On reste uni dans les difficultés et s'entraide contre vents et marées. La solidarité, la coopération et le développement commun sont le bijou éblouissant de la civilisation dans l'histoire humaine. L'être humain partage le même sort et avance ensemble pour lutter contre l'épidémie, ce qui va sûrement insuffler une nouvelle dynamique à la civilisation humaine et à la construction d'une communauté de destin pour l'humanité.

(Rédacteurs :Yishuang Liu)
Xuan
   Posté le 13-02-2020 à 17:44:48   

Sur le nouveau mode de diagnostic : le nombre de nouveaux cas décroît à 312 en dehors du Hubei et il augmente dans cette province après inclusion du diagnostic clinique comme norme de confirmation. Il faut ici distinguer les "patients diagnostiqués cliniquement" et les "cas confirmés" indiquant la présence du COVID-19.

NB : " les critères de diagnostic clinique incluent l’historique, les symptômes, les signes épidémiologiques, ainsi que la tomodensitométrie.
Dans le cas d’une pneumonie le diagnostic le plus couramment utilisé est le diagnostic clinique parce que seulement 20 à 30 % des cas normaux ont une étiologie (causes déterminées connues), ce qui signifie que la plupart des patients dépendent du diagnostic clinique"
. [directeur adjoint de l'hôpital de Beijing - vidéo]


__________________


Un épidémiologiste fait avancer le Hubei dans la bonne direction après de nouvelles méthodes de diagnostic clinique

Source: Global Times Publié: 2020/2/13 18:33:40
https://www.globaltimes.cn/content/1179472.shtml


Le personnel médical reçoit un patient infecté par le nouveau coronavirus à l'hôpital temporaire converti du centre sportif de Wuhan à Wuhan, dans la province du Hubei en Chine centrale, le 12 février 2020. Photo: Xinhua


Le Hubei, victime d'une épidémie, va dans la bonne direction pour inclure des méthodes de diagnostic clinique dans la confirmation des patients, a déclaré Zeng Guang, épidémiologiste en chef au Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC chinois), dans une interview accordée au rédacteur en chef du Global Times. Le chef Hu Xijin jeudi, après que la province a signalé une soudaine augmentation de plus de 14 000 nouveaux cas confirmés de COVID-19 le même jour.

Selon les données de la Commission nationale chinoise de la santé, jeudi matin, les cas confirmés de patients atteints de COVID-19 ont atteint 15 152 mercredi, dont 13 332 patients diagnostiqués cliniquement au Hubei. Un total de 312 nouveaux cas ont été confirmés mercredi en dehors de la province du Hubei, touchée par l'épidémie, montrant un neuvième jour consécutif de déclin.
Le Hubei a signalé 14 840 nouveaux cas confirmés après que la province a inclus le diagnostic clinique comme norme de confirmation. Les cas diagnostiqués cliniquement sont uniques au Hubei statistiquement. L'inclusion de ces cas entraîne une augmentation du nombre de nouveaux cas confirmés.

Le rapport d'un si grand nombre de patients est une bonne chose, car il révèle des lacunes dans l'ancien système de prévention et de contrôle de la province, a déclaré Zeng.
Ces patients peuvent également recevoir un traitement plus facilement après avoir été signalés, ce qui est très important pour réduire le nombre de patients dans un état grave et abaisser le taux de mortalité, selon Zeng.
Le Hubei va dans la bonne direction, a-t-il noté.

Bien que les cas confirmés aient diminué dans certaines régions, Zeng a averti que le risque d'une augmentation existe toujours, compte tenu du pic de voyage de retour d'une longue fête du printemps.
Si une personne est infectée pendant un voyage, il faut en moyenne 10 jours avant que les symptômes ne se manifestent. "Nous ne pouvons donc pas décider si l'épidémie s'atténue réellement jusqu'à au moins 10 jours après le pic de retour" , a noté Zeng.
Selon Zeng, le travail le plus vital au stade actuel est toujours la prévention et le contrôle de l'épidémie, pour laquelle il appelle à la diffusion rapide des informations sur l'épidémie et à une communication directe entre les responsables et les épidémiologistes pour gagner du temps lors de la bataille contre le nouveau coronavirus.

C'est une bonne chose que chaque ville chinoise ait créé son propre centre de commandement pour lutter contre l'épidémie, mais je recommande fortement que des épidémiologistes soient inclus dans le centre pour élaborer des plans plus professionnels pour faire face à l'épidémie, a-t-il déclaré.
Selon Zeng, des communiqués d'information opportuns contribueront également à apaiser l'anxiété du public.
Sur la question des responsables des gouvernements locaux se concentrant davantage sur la prévention et le contrôle du COVID-19 plutôt que sur la reprise de la production dans un climat de peur du public, Zeng a déclaré que les gouvernements à tous les niveaux en Chine doivent trouver un équilibre entre l'orientation de la reprise du travail et la prévention et le contrôle du COVID-19.
Il a appelé différents endroits à lancer des mesures en fonction de leur situation locale, ajoutant qu'il n'est pas nécessaire que chaque région mette en œuvre des mesures aussi strictes que le Hubei.
Dans certains endroits où l'épidémie n'est pas si grave, l'autorité devrait se concentrer sur la population migrante d'autres provinces et régions, en particulier dans les zones touchées par l'épidémie, a noté Zeng, ajoutant qu'il n'est pas nécessaire de donner des tests d'acide nucléique à toute personne fiévreuse. .

En ce qui concerne la décision de Shiyan, une ville de la province à moins de cinq heures de route de Wuhan, de lancer des contrôles en temps de guerre, Zeng a refusé de faire un commentaire car il ne connaissait pas la situation spécifique de Shiyan, mais a déclaré qu'il ne recommandait pas que d'autres endroits emboîtent le pas, car cela pourrait être un gaspillage de ressources publiques.

_________________



(COVID-19) Le Hubei rapporte plus de 14.000 nouveaux cas de COVID-19 après un amendement des critères diagnostiques


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2020-02/13/c_138780200.htm

WUHAN, 13 février (Xinhua) -- La province chinoise du Hubei, épicentre de l'épidémie du nouveau coronavirus (COVID-19), a signalé mercredi 14.840 nouveaux cas confirmés et 242 nouveaux décès, la plus importante hausse quotidienne à ce jour, ont déclaré jeudi les autorités sanitaires locales.
La Commission provinciale de la santé du Hubei a fait savoir que ce nombre de nouveaux patients comprenait 13.332 cas cliniquement diagnostiqués, qui ont été considérés comme des cas confirmés à partir de jeudi.
Cet ajustement porte le total des cas confirmés dans la province la plus touchée par l'épidémie à 48.206, avec 1.310 décès, selon un bilan dressé mercredi.
L'inclusion du nombre de cas cliniquement diagnostiqués est appliquée uniquement au Hubei, entraînant une augmentation statistique des nouveaux cas confirmés.

Tous les cas suspects de pneumonie détectés par tomodensitométrie sont comptés comme cas cliniquement diagnostiqués, selon la dernière version du plan de diagnostic et de traitement publié par la Commission nationale de la santé.
La commission provinciale de la santé a indiqué que l'amendement des critères diagnostiques visait à permettre aux patients cliniquement diagnostiqués de recevoir rapidement le traitement standard des cas confirmés, afin d'améliorer davantage le taux de réussite du traitement.

Selon un bilan établi mercredi, un total de 3.441 patients ont pu quitter l'hôpital après leur rétablissement dans la province. Parmi 33.693 patients hospitalisés, 5.647 étaient dans un état grave et 1.437 dans un état critique.


Edité le 13-02-2020 à 23:19:17 par Xuan


Xuan
   Posté le 13-02-2020 à 18:07:29   

Près de 6 000 travailleurs médicaux sont arrivés en une seule journée à Wuhan

le Quotidien du Peuple en ligne http://french.peopledaily.com.cn/VieSociale/n3/2020/0213/c31360-9657253.html 13.02.2020 09h37

Le 9 février à 1h50 du matin, des vols charters se sont lentement et successivement posés à l'aéroport Tianhe de Wuhan et un nouveau groupe d'équipes d'aide médicale est arrivé. L'un après l'autre, quand s'est posé le 41e et dernier appareil, il était 23h50. Les équipes médicales, comptant près de 6 000 personnes de plus de 10 provinces de toute la Chine se sont précipitées vers le Hubei pour y apporter leur aide. Ce jour là fut celui où l'aéroport Tianhe de Wuhan accueillit en sécurité le plus grand nombre d'équipes médicales depuis le début de l'épidémie.

Le huitième groupe d'équipes médicales de la province du Shandong en fait partie. A Wuhan, 303 travailleurs médicaux provenant de 153 hôpitaux de la province travailleront dans un hôpital provisoire. « Bien que les malades accueillis à l'hôpital provisoire soient tous des patients légers, en raison du grand nombre de personnes, l'isolement et la protection sont confrontés à de grands défis ». Avant de partir, le chef de l'équipe, Lü Yongtao a dit aux membres de son groupe de faire particulièrement attention.

À l'heure actuelle, près de 20 000 membres du personnel médical ont été envoyés à Wuhan et dans d'autres régions du Hubei pour assurer des traitements médicaux. Ces « combattants en blanc », une véritable troupe d'élite, se tiennent fermes à leur poste dans les endroits les plus dangereux.



Le 9 février à midi, dans la ville de Huai'an, dans la province du Jiangsu (est de la Chine), le deuxième groupe d 'équipes médicales de soutien au Hubei s 'apprête à partir, un mari dit au revoir à sa femme. (Wang Hao / le Quotidien du Peuple)

Wuhan est la priorité absolue de la campagne nationale de prévention et de contrôle de l'épidémie. Cependant, dans le même temps, le nombre de cas confirmés dans les villes de niveau préfecture autour de Wuhan a augmenté. Dans ces villes, les ressources médicales sont plus rares et l'attention sociale est relativement faible. Il y a eu une ruée vers les secours et certains ont même émis des appels d'urgence.

Le 7 février, le nouveau mécanisme conjoint de prévention et de contrôle de la pneumonie à nouveau coronavirus du Conseil des affaires de l'État a tenu une conférence de presse. En réponse à la contradiction entre les ressources médicales de la province du Hubei et les besoins des patients, la Commission nationale de la santé et de la santé a établi des relations de soutien entre les provinces du pays et a apporté son plein soutien au traitement des patients se trouvant dans toutes les villes et parties du Hubei en dehors de Wuhan. Ce soutien ciblé peut non seulement mieux répartir la pression de la lutte contre l'épidémie avec l'ensemble du pays, résoudre les besoins urgents de la province du Hubei et freiner la propagation de l'épidémie plus rapidement ; il peut également intégrer efficacement les ressources médicales internes et externes et améliorer rapidement les capacités de résistance de 16 villes et préfectures du Hubei en peu de temps.



L'après-midi du 9 février 2020, le cinquième groupe de 958 travailleurs médicaux de la province du Jiangsu (est de la Chine) à destination de la province du Hubei est parti de l'aéroport Lukou de Nanjing et de l'aéroport Shuofang de Wuxi pour le Hubei. À ce jour, la province du Jiangsu a envoyé 1 438 travailleurs médicaux au Hubei, où ils participent aux travaux de prévention et de contrôle des épidémies. (Shao Dan / le Quotidien du Peuple en ligne)

« N'ayez pas peur le Hubei, le Guizhou est là ! », « Merci au Sichuan, quand l'épidémie sera passée, nous irons certainement déguster davantage de fondue » ... Beaucoup de ces messages chaleureux témoignent l'union de l'ensemble du peuple chinois face à l'épidémie.

Depuis longtemps déjà, les Chinois n'ignorent plus rien de l' « assistance mutuelle » . Après le tremblement de terre de Wenchuan, dans la province du Sichuan, Beijing, le Guangdong, le Shandong, le Zhejiang et d'autres provinces et villes se sont mobilisées rapidement pour aider les cadres locaux et les gens à reconstruire leurs maisons sur les ruines. Pour lutter contre la pauvreté dans tout le pays, il existe à la fois une coopération pour la réduction de la pauvreté entre les provinces et les régions de l'est et de l'ouest, ainsi qu'une assistance mutuelle à tous les niveaux des organes officiels, entreprises et institutions, qui fournissent un soutien humain, financier et matériel aux zones touchées par la pauvreté.



L e 11 février à midi, dans la ville de Mengzi, dans la préfecture autonome Hani et Yi de Honghe, dans la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine), deux membres du personnel médical qui s 'apprêtent à partir pour le Hubei saluent le personnel qui reste sur place. (Zhang Hongke / le Quotidien du Peuple en ligne)

Les faits ont prouvé que le mécanisme de soutien de contrepartie est une stratégie efficace face à des tâches majeures. La mise en place de cet ensemble de mécanismes a aidé à surmonter les difficultés du pays et reflète les capacités de gouvernance de premier plan de la Chine. Pouvoir se concentrer sur les événements majeurs est un avantage significatif du système chinois et du système de gouvernance national, et ce sera également une arme véritablement « magique », importante pour gagner la bataille de la prévention et du contrôle de l'épidémie.

Avec le développement rapide de l'épidémie de pneumonie à nouveau coronavirus, toute la Chine est mobilisée pour participer à cette campagne de prévention et de contrôle. Dans une guerre où la défaite est inenvisageable et la victoire certaine, en rassemblant davantage de forces et en faisant des efforts plus solides, la victoire ne sera pas loin.

(Rédacteurs : Yishuang Liu)


Edité le 13-02-2020 à 18:09:23 par Xuan


Xuan
   Posté le 13-02-2020 à 19:01:58   

Les conditions complexes de la reprise du travail :

Double tâche : lutte contre les virus et reprise du travail


Source: Global Times Publié: 2020/2/13 22:17:39
https://www.globaltimes.cn/content/1179521.shtml


Un travailleur désinfecte l'atelier de Faurecia (Chongqing) Automotive Parts Co., Ltd, une coentreprise sino-française, dans la zone de développement de l'aéroport de Chongqing dans la municipalité de Chongqing, dans le sud-ouest de la Chine, le 12 février 2020. Sous la direction des autorités compétentes, l'entreprise la production a repris récemment avec des mesures de prévention des épidémies. (Xinhua / Tang Yi)

La bataille contre la nouvelle pneumonie à coronavirus (COVID-19) a atteint la période la plus intense et la plus compliquée. La province du Hubei, en Chine centrale, a exigé l'admission et le traitement de tous les patients nécessitant une assistance médicale. Le Hubei a annoncé jeudi 14 840 nouveaux cas, dont 13 332 cas diagnostiqués cliniquement, mercredi à minuit. La flambée du nombre correspond à estimation exhaustive des cas. En dehors du Hubei, les nouveaux cas confirmés annoncés jeudi ont diminué pour la neuvième journée consécutive. Le contrôle national de l'épidémie a donné des résultats.
Dans des endroits en dehors du Hubei, les Chinois retournent au travail par les trains et les avions. Ils apportent une impulsion économique ainsi que des défis à la consolidation de la prévention dans ces villes.
Le travail de santé publique et de prévention des épidémies n'a jamais été réalisé dans un environnement idéal et statique, mais dans un flux complexe de personnes. À l'heure actuelle, la période est très compliquée.

Le déclin des nouveaux cas à travers la Chine est le résultat de l'isolement du Hubei et des mesures décisives de prévention et de contrôle prises par chaque endroit il y a plus de 10 jours. Maintenant, les gens retournent au travail et il faut plus de 10 jours pour montrer pleinement comment cela affectera la prévention et le contrôle du virus. Telle est la vraie complexité de la situation: notre politique de prévention et de contrôle doit-elle être basée sur les résultats actuels ou sur les risques liés au retour des personnes?

C'est comme un pari. Conserver la mesure de prévention la plus sévère sans aller au travail retardera la propagation de l'épidémie, mais cela signifie également que nous perdrons quelques jours. Mais si le travail reprend maintenant, nous subirons moins de pertes économiques, mais nous courrons un risque accru de propagation de l'épidémie.
Que doit faire chaque endroit? Nous suggérons d'insister sur la science. Nous devons insister sur la prise de décisions scientifiques et nous débarrasser de toutes sortes de pensées distrayantes et de la mentalité de premier ministre pour assurer la sécurité des personnes et le développement sain de l'économie.

> Premièrement, le système de prévention et de contrôle ne doit pas être affaibli. Nous devons prêter une grande attention au risque de propagation épidémique causé par le retour des populations.
> Deuxièmement, la prévention et le contrôle devraient être davantage axés sur le suivi et la surveillance épidémiologiques scientifiques, au lieu de mettre en œuvre aveuglément des mesures générales.
> Troisièmement, la reprise des activités liées à la production et au fonctionnement de la ville doit s'accélérer à condition que des mesures préventives strictes soient mises en œuvre. Le travail à domicile devrait être encouragé dans tous les secteurs, y compris la fabrication. Au cours des deux prochaines semaines, diverses entreprises et organisations devraient adopter le principe de minimiser le nombre d'employés au bureau tant qu'ils peuvent fonctionner normalement afin de réduire le risque de propagation de l'épidémie provoquée par la reprise du travail.
> Quatrièmement, le transport doit rouvrir et le réseau de logistique sociale de base doit reprendre. Il ne devrait pas y avoir de cas où les matériaux ou les produits de certaines entreprises ne peuvent pas entrer ou sortir. Cinquièmement, le grand public devrait également limiter autant que possible les contacts extérieurs.

Le réseau national de prévention et de contrôle a été créé et fonctionne efficacement. Comme la Chine attache une grande importance à la lutte contre l'épidémie, la possibilité d'une nouvelle flambée incontrôlée est très faible. Mais nous devons rester vigilants. Nous devons accélérer la reprise de la production et consolider la prévention et le contrôle, afin de remporter la victoire à venir.
Xuan
   Posté le 13-02-2020 à 20:12:34   

Info au fil de l'eau (Global Times) :

00h30 le 14 février

Plus de 10 patients dans des conditions graves se sont apparemment améliorés après avoir pris des produits contenant du plasma sanguin contenant des anticorps donnés par des patients guéris. Les produits s'avèrent actuellement le moyen le plus efficace de traiter le COVID-19 car il n'existe aucun médicament ou vaccin efficace. 22h18

13 février

Zhang Dingyu, directeur de l'hôpital Jinyintan à Wuhan, a déclaré que les patients infectés par COVID-19 qui se sont rétablis ont un grand nombre d'anticorps complets, qui peuvent combattre le virus. Il les a invités à venir donner du plasma aux patients qui sont toujours en difficulté.

22 h 09 13 février

La détection du nouveau coronavirus vivant dans les excréments d'un patient ne suggère pas que la principale méthode de transmission du virus a changé, ce qui passe par les voies respiratoires et de contact: Commission nationale de la santé de la Chine

21 h 48 13 février

L'infection par un coronavirus fait plus de mal au cœur que le SRAS et provoque une maladie cardiaque plus rapidement que le SRAS, explique le directeur de l'hôpital Jinyintan, principal endroit désigné pour traiter les patients atteints de COVID-19.

21h40, le 13 février.

La plus haute autorité disciplinaire du PCC a exhorté l'application stricte de la loi dans la bataille du COVID-19, et les fonctionnaires qui ne remplissent pas leurs fonctions doivent être tenus responsables. Plus d'efforts devraient être faits pour corriger le bureaucratisme et le formalisme dans l'intérêt de la formalité à Wuhan et au Hubei.

21:13 13 févr.

Le comté de Dawu de la ville de Xiaogan dans la province du Hubei lance l'ordonnance de contrôle de campagne pour mieux contrôler l'épidémie de COVID-19 en cours après le premier ordre de contrôle de campagne du pays de Shiyan.

21 h 05 13 février

Huanggang, une ville voisine de l'épicentre du coronavirus Wuhan, a mis jeudi toutes les communautés résidentielles sous contrôle pour contenir l'épidémie.

20 h 42 13 février

La police de Hong Kong a arrêté 12 suspects pour avoir fraudé plus d'un million de dollars de Hong Kong (128 756 $) en faisant semblant de vendre des masques en ligne, profitant de la pénurie de masques à travers la Chine lors de la nouvelle épidémie de coronavirus.

20 h 30, 13 février

Le coronavirus est un vent contraire pour de nombreuses industries chinoises, mais pas pour les géants en ligne comme Alibaba. Les revenus d'Alibaba ont augmenté de 38% au troisième trimestre de l'exercice en cours. Le volume de transactions et les utilisateurs actifs sur Taobao en direct ont plus que doublé en décembre: rapport financier d'Alibaba

20h19 13 février

Le Japon annonce le premier décès d'une personne infectée par COVID19. La victime était une femme de 80 ans vivant dans la préfecture de Kanagawa: rapport

19 h 42 13 février

Le groupe de travail du gouvernement central a appelé à accélérer la distribution de médicaments efficaces, ce qui est crucial pour traiter le coronavirus et augmenter le taux de récupération.

19 h 36 13 févr.

Xiaogan, Huanggang et d'autres endroits du Hubei pour mettre en œuvre le même niveau de quarantaine et de mesures de traitement médical que l'épicentre CODIV-19 Wuhan au milieu de l'épidémie de COVID-19: le groupe de travail du centre govt à Hubei

16 h 45 le 13 février

Les sept premiers nouveaux coronavirus récupérés les patients ont été libérés de l'hôpital Huoshenshan à Wuhan jeudi après-midi.

16 h 38 13 février

À l'heure actuelle, la Chine a mobilisé plus de 20 000 membres du personnel médical et formé plus de 180 équipes médicales pour soutenir l'épicentre Hubei et Wuhan. Jeudi, les militaires ont également envoyé 2600 membres du personnel médical à Wuhan, reflétant ainsi le soutien national à la région: NHC

16h30 13 février

Jeudi, plus de 5 000 patients COVID19 étaient sortis des hôpitaux, 90% d'entre eux présentaient des symptômes légers et 10% des symptômes graves. Environ 500 patients ont quitté les hôpitaux chaque jour depuis le 7 février. Ces patients sont restés en moyenne à l'hôpital pendant dix jours: NHC

4:21 pm 13 février

312 nouveaux cas d'infection à COVID-19 ont été confirmés à l'extérieur de la province du Hubei le 12 février, montrant un 9ème jour de déclin consécutif.

16 h 00 le 13 février 15

152 nouveaux cas confirmés ont été signalés dans le continent chinois fin mercredi, dont 13 332 patients diagnostiqués cliniquement au Hubei: Commission nationale de la santé

15 h 39, 13 février

Une équipe de techniciens de laboratoire dirigée par le meilleur épidémiologiste chinois Zhong Nanshan, a détecté un nouveau coronavirus vivant dans les selles d'un patient, suggérant un nouveau moyen de transmission possible. Une étude plus approfondie est nécessaire pour déterminer si elle entraînera une transmission interhumaine: rapports

15 h 08, 13 février.

L'autorité du Hubei a en outre reporté la réouverture des entreprises locales au 20 février au plus tôt, sans savoir quand les cours pourront reprendre. Les responsables ont déclaré que la date serait déterminée en fonction de la situation épidémique.

12h34 13 février

Jusqu'au 12 février 17h00, Wuhan a inspecté 10,6 millions de personnes dans 4,243 millions de familles. D'après les résultats des visites à domicile, Wuhan a
-16 568 patients coronavirus confirmés
-14 596 patients suspects
-17 473 personnes exposées au virus
-7 961 patients atteints de fièvre

11h51 13 février

COVID-19
44 autres personnes à bord du bateau de croisière Diamond Princess ont été testées positives pour le roman #coronavirus, a confirmé jeudi le ministre japonais de la Santé. Le nombre total d'infections s'élève à 218.

10 h 51 13 fév.

Après l'approbation de Xi Jinping, président de la Commission militaire centrale du PCC, l'APL envoie 2 600 personnels médicaux supplémentaires pour soutenir la lutte contre le COVID-19 à Wuhan. Le premier groupe de 1 400 personnes arrive à Thur. Les travaux de traitement devraient commencer au plus tôt.

10 h 21, 13 février

Le nombre de personnes susceptibles d'être infectées par le COVID-19 à Wuhan pourrait encore être relativement élevé, a estimé Chen Yixin, chef adjoint d'un groupe du gouvernement central chargé de guider les travaux de lutte contre les épidémies dans la province du Hubei.

9 h 41 13 févr.

Il a été confirmé qu'un travailleur de l'assainissement d'un train à grande vitesse était infecté par un coronavirus dans le Jiangsu d'E. Chine. Elle avait travaillé sur 15 trains à grande vitesse pendant la période d'incubation.

9 h 13 fév 13

province du Hubei, l'épicentre de l'épidémie de coronavirus, signale un stupéfiant 14 840 nouvelles infections après des recherches porte-à-porte et la modification de sa norme pour examiner les cas suspects

7 h 42 13 fév 13

province du Hubei a signalé 14 840 nouveaux cas ( dont 13 332 cas diagnostiqués cliniquement) de nouvelle pneumonie à coronavirus le 12 février, avec 242 nouveaux décès et 802 cas de guérison. Le nombre total d'infections dans la province a atteint 48 206, avec 1 310 décès et 3 441 cas de guérison.

00:23 am 13 févr.

Les comités du parti et les gouvernements à tous les niveaux sont instamment invités à gagner la guerre populaire contre l'épidémie et à s'efforcer d'atteindre les objectifs et les tâches de développement économique et social de cette année: le président Xi Jinping

00h22 13 février 13

La prévention et le contrôle des épidémies en Chine sont entrés dans une phase critique étape qui nécessite des efforts rigoureux: le président Xi Jinping

00h20, le 13 février

. Des mesures de contrôle de campagne sont mises en œuvre dans le district de Zhangwan à Shiyan, dans la province du Hubei, à partir de jeudi, ce qui signifie que tous les bâtiments seront entièrement fermés dans les 14 prochains jours. La poursuite ou la poursuite des contrôles dépend de l'effet de prévention de l'épidémie.
Xuan
   Posté le 13-02-2020 à 21:05:01   

Une vidéo sur une zone d'isolement dans un hôpital de Wuhan

https://francais.cgtn.com/n/BfJAA-IA-DAA/BbADEA/index.html
Xuan
   Posté le 14-02-2020 à 00:11:32   

Un article de La Tribune, repris de Conversation



COVID-19 : l’heure de vérité pour le système de santé chinois

Par Nicolas Petit - 13/02/2020, 16:36 -1641 mots


(Crédits : China Daily CDIC (via Reuters))

IDEE. Mis en place après l’avènement de la République populaire, le système de santé chinois a pâti de l’ouverture économique. En 2003, le SRAS a contraint les autorités à le réformer. Est-ce suffisant ? Par Nicolas Petit, Kedge Business School
L'épidémie de coronavirus COVID-19 (anciennement dénommé 2019-nCoV) en cours en Chine met à rude épreuve le système de santé de la République populaire.

En 2003 déjà, un autre coronavirus, celui du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), faisait prendre conscience aux dirigeants chinois que la « réforme et ouverture » économique enclenchée par Deng Xiaoping en 1978, après la mort de Mao, n'avait pas amélioré l'accès aux soins.
Au contraire, en même temps qu'elle permettait une croissance économique à deux chiffres, accompagnant un important développement commercial et technologique, ladite ouverture économique détricotait la couverture sociale de la population.
Depuis l'épisode du SRAS, les autorités sanitaires chinoises ont mis en place une série de réformes visant à restaurer un accès au soin décent pour les citoyens, en particulier dans les zones rurales. Seront-elles suffisantes pour faire face à cette nouvelle épidémie ?

Les « médecins aux pieds nus »

En août 1950, l'année suivant l'arrivée au pouvoir du Parti communiste chinois, la première conférence nationale sur la santé a permis de poser les bases de la politique nationale à ce sujet. Il s'agit alors d'appliquer les ambitions du Parti, libération du peuple et mise en place du collectivisme en Chine, à l'ensemble des secteurs de la société.
Un système d'assurance santé à trois niveaux est alors instauré. L'un de ces niveaux, le « système de médecine rural coopérative », permet de déployer un système de santé dans les milieux défavorisés ruraux qui en étaient jusqu'alors dépourvu. Il s'agit d'une médecine financée par fonds commun reposant sur une organisation collectiviste : en fermes, en brigade de village ou encore en communauté régionale.

Les soins sont fournis aux membres des différentes collectivités par des hôpitaux aux échelles correspondantes : postes de soins, centres de santé communautaires ou hôpitaux de « comté », le tout formant un réseau rural de soins. Celui-ci repose alors sur la création d'un corps de « médecins aux pieds nus ». Formés de manière succincte, en quelques mois, leur fonction est de mailler le réseau de santé rural.
Il est estimé qu'au milieu des années 1970, plus de 90 % de la population rurale bénéficiait de ce système de santé. Il atteint alors nombre de ses objectifs, éradiquant certains fléaux endémiques de l'époque, permettant des campagnes de vaccination de grande échelle, et favorisant les soins préventifs et l'hygiène. L'espérance de vie, inférieure à 40 ans au début des années 50, est évaluée à 68 ans en 1981.

Une décentralisation génératrice d'inégalités

Les choses changent avec l'arrivée de Deng Xiaoping au pouvoir en 1978, et le début des réformes économiques. La Chine passe alors d'un modèle d'économie planifiée à ce qui sera qualifié a posteriori d'« économie sociale de marché ».
Décentralisation des politiques de santé au niveau provincial et désinvestissement des pouvoirs publics dans les établissements de soins sont enclenchés. Le marché des produits pharmaceutiques est libéralisé et les hôpitaux privés se multiplient. Cette approche décentralisée a fortement façonné le paysage du système de soin en Chine, créant de fait des inégalités entre provinces riches et pauvres, mais également une certaine adaptabilité aux conditions locales.

Il ne s'agit plus, alors, de proposer à l'ensemble de la population une équité absolue, objectif utopique sur un territoire aussi vaste et hétérogène, mais de permettre de répondre de manière plus pertinente à des défis de natures différentes. Par exemple les prix des actes de soins réalisés au sein des établissements hospitaliers sont décidés au niveau de chaque province par le bureau des prix de la province.
Ce fonctionnement permet un ajustement en fonction du niveau de développement économique et de la richesse des populations de provinces différentes.

Un système en crise budgétaire

La fin de l'économie collectivisée chinoise a cependant eu des conséquences délétères. La remise à plat du système d'assurance santé universel chinois a fait disparaître le niveau de médecine rurale coopérative, qui garantissait un accès aux soins à la population rurale.
Les établissements hospitaliers ont désormais été incités à se financer auprès de leurs patients, dont les niveaux de couverture santé ont par ailleurs diminué... Cette situation ne pouvait que déboucher sur une période de crise budgétaire.
La population rurale couverte par l'assurance santé qui leur était dédiée serait passée de plus de 90 % en 1970 à environ 5 % en 1985. La prise en charge du coût de leurs soins par les patients est quant à elle passée de 20 % du coût du soin en 1978 à 60 % en 2000.

Un système malade, ébranlé par le SRAS

En 2003, lorsque s'est déclarée l'épidémie de SRAS, ces dysfonctionnements ont été révélés au grand jour, en particulier la faible capacité des infrastructures des régions rurales à faire face à de telles urgences.
Devant les risques nouvellement perçus, Pékin a réagi en remettant la politique de santé parmi les éléments centraux de son agenda. Cela s'est traduit par une augmentation de l'investissement financier de l'État dans le développement des établissements publics de santé.
Au début des années 2000, après avoir laissé pendant près de 20 ans la situation dériver, le gouvernement chinois a réagit par une série de mesure visant à rectifier les dérives apparues à la fin du XXe siècle, puis à transformer le système de santé chinois en un système digne d'un pays développé, en parallèle de l'essor économique du pays. En 2003, une réforme a par exemple instauré un financement reposant pour deux tiers sur les autorités gouvernementales et locales, et pour le tiers restant sur l'assuré. Destiné à la population rurale, ce système est basé sur une adhésion et une cotisation volontaire.
Sur la période 2000-2012, ces réformes ont permis à la Chine de mettre en place la plus importante réduction des dépenses prises en charge par le patient de toute la zone Asie-Pacifique. Selon les chiffres de l'OMS, en 2011 la couverture de la population atteignait à nouveau 95,7 % pour les dépenses médicales basiques, les dépenses prises en charge par le patient ne représentant alors plus que 34,3 % du montant total. L'OMS a montré la Chine en exemple pour l'efficience de ses réformes.

Le baptême du feu du COVID-19

Ces développements et réformes sont encore en cours à l'heure actuelle. Le gouvernement central chinois opère par expérimentation, sur un territoire ou sur un échantillon d'établissements conséquents, ce qui est permis par l'échelle du pays. Ces expérimentations sont inscrites au sein de stratégies à long terme : des plans santé sont établis avec un horizon de 10 ans. Ils sont régulièrement révisés afin de promouvoir cette modernisation.
La survenue, en décembre, d'un nouveau coronavirus, 16 ans après celui qui avait provoqué l'épidémie de SRAS, constitue un test d'ampleur pour le système de santé chinois.
Il est encore trop tôt pour faire un bilan de sa capacité à affronter la crise du COVID-19, mais on peut affirmer sans trop s'avancer que peu de pays auraient été capable de fournir les efforts considérables déployés par la Chine pour endiguer cette nouvelle épidémie : fermeture des entreprises et des services publics non nécessaires, mise en quarantaine de villes de plusieurs millions d'habitants, filtrage très strict des déplacements de la population, assignation à résidence ou dans des centres spéciaux des personnes ayant pu être en contact avec des personnes contaminées, relevé de température quotidienne de la population...

Ces mesures, de la plus radicale à la plus légère, montrent l'ampleur de la capacité de réaction du pays face à une crise sanitaire d'ampleur. Il est encore trop tôt pour évaluer leur efficacité, cependant le COVID-19 semble avoir un taux de contagion élevé. Si ces mesures n'avaient pas été prises, la situation aurait peut-être été plus grave.

Un changement de doctrine depuis 2003

La Chine avait été fortement critiquée lors du SRAS pour sa tentative de dissimulation de l'ampleur de la crise. Aujourd'hui, bien que certains chiffres soient remis en questions et que des doutes subsistent sur la rapidité initiale de la réaction, il semble que la collaboration avec la communauté internationale est réelle. Il s'agit là d'un changement de doctrine notable.
Il est indispensable de se rendre compte du chemin parcouru durant ces quarante ans qui nous séparent de la « réforme et ouverture » économique de Deng Xiaoping. Cette dernière, encensée par le monde entier, avait mis à mal le système de santé chinois. Elle a cependant aussi permis à la Chine de bénéficier de collaborations avec les pays occidentaux, dont elle a pu observer les échecs et succès afin de se construire et d'atteindre un niveau de modernité de premier rang.

Aujourd'hui que la Chine est en passe de devenir le leader économique mondial. Le reste du monde gagnerait peut-être à s'intéresser au système de santé chinois, à étudier les réformes qui l'ont mis en place, sa décentralisation, ses forces et ses faiblesses. Surtout s'il passe l'épreuve du feu de ce nouveau coronavirus.

Par Nicolas Petit, Kedge Business School

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.


Edité le 14-02-2020 à 00:12:20 par Xuan


Xuan
   Posté le 14-02-2020 à 13:09:01   

(COVID-19) La Chine met l'accent sur des mesures différentiées pour combattre le nouveau coronavirus


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2020-02/14/c_138782656.htm Publié le 2020-02-14 à 10:13

BEIJING, 14 février (Xinhua) -- Les autorités chinoises ont mis l'accent sur des mesures différentiées dans les diverses régions pour lutter contre l'épidémie du nouveau coronavirus lors d'une réunion de haut niveau présidée par le Premier ministre Li Keqiang.
Le groupe dirigeant du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) sur la prévention et le contrôle de l'épidémie du nouveau coronavirus a également ordonné des efforts pour améliorer le traitement des patients et accélérer la recherche sur les médicaments.
La prévention et le contrôle de l'épidémie dans la province du Hubei, en particulier à Wuhan, capitale provinciale, restent la plus grande priorité, a expliqué le groupe, dont M. Li est à la tête. M. Li est également membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC.

Tout en exhortant Wuhan à accélérer l'admission des patients à l'hôpital et la mise en quarantaine des cas suspects, le groupe dirigeant a demandé aux autres villes fortement touchées au Hubei, dont Xiaogan et Huanggang, d'adopter des mesures aussi strictes qu'à Wuhan, en termes de surveillance, de quarantaine et de traitement.
Il est nécessaire de répondre à la demande de davantage de docteurs à Wuhan, alors que les voies de départ de la ville et de la province doivent être davantage contrôlées, a-t-on appris de la réunion.
Diverses approches, telles que l'étalement des voyages de retour, ont évité de grands afflux de personnes après la fête du Printemps, a-t-on appris de la réunion.

Chaque province a la responsabilité de formuler des stratégies de prévention et de contrôle différentiées sur la base de ses propres conditions.
Aucune approche universelle ne doit être adoptée, et les pratiques injustes et extrêmes doivent être immédiatement rectifiées, a exigé le groupe dirigeant lors de la réunion.

Wang Huning, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et chef adjoint de ce groupe dirigeant, était aussi présent à la réunion.
Xuan
   Posté le 14-02-2020 à 13:24:19   

10 h 50, 14 février Le nombre de nouvelles infections à coronavirus signalées quotidiennement à l'extérieur de l'épicentre de la province du Hubei a diminué pour la 10e journée consécutive, comme indiqué vendredi, avec 267 nouveaux cas.

10:37 am 14 févr. 121 nouveaux décès, 5 090 nouveaux cas confirmés ont été signalés le 13 février dans la partie continentale de la Chine, a indiqué la Commission nationale chinoise de la santé. Le nombre total d'infection a grimpé à 63 851, avec 1 380 décès au 13 février.

7h 40 le 14 février. La province du Hubei a signalé 4 823 nouveaux cas de nouvelle pneumonie à coronavirus (dont 3 095 cas diagnostiqués cliniquement) le 13 février, avec 116 nouveaux décès et 690 cas. de récupération. Le nombre total d'infections dans la province a atteint 51 986.


Edité le 14-02-2020 à 13:41:18 par Xuan


Xuan
   Posté le 14-02-2020 à 15:32:48   

L'attitude américaine de spectateur qui se réjouit du malheur des autres doit cesser



le Quotidien du Peuple en ligne 14.02.2020 11h43

En réponse à l'utilisation par les médias américains de l'épidémie actuelle de pneumonie à nouveau coronavirus pour faire des remarques irresponsables sur le système chinois, un récent commentaire de l'épouse du Premier ministre de Singapour, Mme He Jing, sur les réseaux sociaux a suscité beaucoup d'attention. « Qu'est-ce que les cas américains de décès par la grippe de type B ont révélé ? » . Comme le montre ce commentaire, face à l'urgence de santé publique de la épidémie de pneumonie à nouveau coronavirus, la mentalité malsaine de certains Américains suscite de plus en plus de ressentiment dans la communauté internationale.

Afin de freiner la propagation de l'épidémie de pneumonie à nouveau coronavirus au plus vite, la Chine a lancé une guerre populaire, une guerre générale et une tactique d'isolement pour prévenir et contrôler résolument l'épidémie et adopté les mesures de prévention et de contrôle les plus strictes et les plus approfondies qui soient. De nombreux gouvernements travaillent ensemble et des gens de divers pays ont spontanément participé à la lutte contre l'épidémie de diverses manières. L'Organisation mondiale de la santé et des experts mondiaux de la santé publique contribuent activement à la prévention et au contrôle de l'épidémie.

En contraste frappant avec cet effort mondial, certains politiciens et certains médias américains se sont comportés de manière irresponsable avec leurs propos insidieux, voire malveillants sur l'épidémie. Ils ont mis sur pied une sorte de secte d' « observateurs », et leurs mots vont jusqu'à exprimer une forme de joie. Certaines personnes profitent même de l'occasion pour participer à des spectacles politiques sans aucun égard pour leur bassesse morale que constitue leur attitude qui les voit vouloir tirer profit du malheur des autres.

L'arrogance de certaines personnes aux États-Unis est vraiment pitoyable. Ils ne semblent jamais y réfléchir sérieusement, ou ils ne semblent jamais intéressés à se pencher sur leurs propres antécédents en matière de défis de santé publique tels que les maladies infectieuses. En 2016, le virus Zika sévissait sur le continent américain et un grand nombre de cas d'infection se sont produits aux États-Unis. Afin de freiner la propagation du virus, le gouvernement américain a demandé au Congrès d'allouer 1,9 milliard de dollars de fonds d'urgence en février de la même année, mais s'est vu opposer un différend partisan aux caractéristiques bien américaines. Les deux parties étaient clairement convenues de l'importance des fonds, mais en raison de la concurrence dans leur stratégie électorale, les factures de financement pertinentes ont été retardées, jusqu'à ce que le premier 1,1 milliard de dollars soit alloué sept mois plus tard. À cette époque, plus de 23 000 personnes, dont plus de 2 000 femmes enceintes, avaient été infectées par le virus Zika à Porto Rico, sur le territoire américain et à l'étranger. En outre, plus de 20 nourrissons avaient été atteints de malformations congénitales liées au virus Zika.

L'action à un moment critique de la lutte contre l'épidémie peut en effet refléter la grande capacité d'un État à gouverner. La gouvernance nationale doit être basée sur les besoins de la population, et les attentes de la population doivent être l'urgence d'un gouvernement. Mais les États-Unis ont retardé leur réponse à l'épidémie en raison de divergences politiques entre partis, ce qui est déraisonnable et intenable. En 2009, le gouvernement américain a fait face à l'épidémie de grippe H1N1 et a d'abord annoncé qu'il n'y avait « pas besoin de sonner l'alarme » , puis a soudainement annoncé un état d'urgence. De nombreux experts pensaient que cela avait « induit le monde en erreur ». Au final, la grippe H1N1 s'est propagée à 214 pays et régions. Le gouvernement américain a également tiré un « coup à vide » sur la question de la fourniture de vaccins au public. Premièrement, il a promis qu'en octobre de la même année, 160 millions de vaccins contre la grippe H1N1 seraient disponibles, mais moins de 30 millions ont vraiment été livrés à l'heure. En décembre de la même année, un rapport du U.S. Health Trust a déclaré que les réductions d'effectifs et de dépenses par le département de la Santé publique avaient affaibli la prévention et le contrôle de la grippe aux États-Unis.

Certains aux États-Unis ont accusé d'autres pays de toujours se vanter et plastronner, mais ils ne se soucient eux-mêmes pas de la fragilité de leur pays face à l'épidémie. Les États-Unis ne sont pas parfaits et, comme l'ont souligné de nombreux experts américains en santé publique, les États-Unis ne sont pas pleinement préparés au défi des grandes maladies infectieuses. Le Dr Ashish Gija, directeur du Harvard Institute for Global Health, a averti : « De toutes les choses qui peuvent tuer rapidement et accidentellement des millions d'Américains, les épidémies sont probablement les plus probables ... C'est aussi l'un des investissements les moins importants que nous faisons dans la prévention » .

Face aux urgences de santé publique, les pays devraient s'entraider et tirer des enseignements de leurs forces respectives. Les pratiques réussies dans d'autres pays peuvent être une référence utile pour d'autres. Récemment, un Américain, Ma Yijun, a écrit un article comparant la grippe A H1N1 de 2009 à l'épidémie actuelle de pneumonie à nouveau coronavirus, ce qui a suscité de nombreuses inquiétudes sur les réseau social mondial LinkedIn. Ma Yijun a souligné qu'il a fallu six mois au gouvernement américain pour déclarer une urgence nationale en 2009, et que les décès causés par la grippe H1N1 ont également été largement sous-estimés, et il n'a été mis à jour que trois ans plus tard. Selon lui, par rapport à la situation de 2009, certaines personnes remettent actuellement en question les efforts de la Chine pour lutter contre l'épidémie, qui est « bizarre » . Le monde devrait pourtant, dit-il, applaudir la réponse sans précédent, étendue et puissante de la Chine.

Lorsque certaines personnes aux États-Unis mettent en doute les efforts de défense nationale de la Chine de lutte contre l'épidémie avec arrogance et indifférence, ce qui leur importe vraiment, ce n'est pas la façon de contrôler l'épidémie le plus tôt possible, ni la sécurité de la vie des peuples de tous les pays. Derrière le comportement de « spectateur » de ces personnes, il y a des comptes secrets qui calculent les « points gagnés » et les « points perdus » qui ne peuvent pas être exposés à la vue de tout le monde. Cependant, finalement, ceux qui violent la morale perdront leur temps. Face aux défis mondiaux communs en matière de santé, persister dans des opérations « politisées » impopulaires et des attaques malveillantes qui détruisent l'humanité ne leur fera que perdre beaucoup d'estime dans l'esprit des gens du monde.

Par Zhong Sheng, Zhong Sheng est un pseudonyme souvent utilisé par le Quotidien du Peuple pour exprimer son point de vue sur la politique étrangère

(Rédacteurs :Yishuang Liu)
Xuan
   Posté le 14-02-2020 à 19:00:31   

Xi insiste sur l'amélioration du système de prévention et de contrôle des maladies


Le président chinois Xi Jinping a mis l'accent vendredi sur l'importance de renforcer les systèmes de prévention et de contrôle des maladies dans le pays lors d'une réunion du Comité central pour l'approfondissement global de la réforme, organe de consultation et de coordination du Comité central du Parti communiste chinois. Xi a déclaré que combattre le coronavirus était un test pour le système de gouvernance de la Chine et aussi pour sa capacité de gouvernance. Il a souligné l'importance d'améliorer la législation du pays en matière de santé publique.
Par exemple réviser et modifier la loi de prévention et de contrôle des maladies infectieuses et la loi de la protection de la faune sauvage. Etablir un système de gestion unifié et hautement efficace du haut vers le bas nécessite des réformes du système de prévention et de contrôle des grandes maladies ainsi que dans les systèmes de réponse aux urgences a déclaré Xi.
Par ailleurs le pays a besoin d’améliorer le système de livraison de produits et la chaîne d’approvisionnement pour assurer la fourniture logistique des produit durant l’épidémie

vidéo CGTN


Edité le 14-02-2020 à 19:00:46 par Xuan


Xuan
   Posté le 15-02-2020 à 00:00:57   

(COVID-19) La transparence de la Chine dans la lutte contre l'épidémie ne doit pas être mise en doute


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2020-02/14/c_138784061.htm Publié le 2020-02-14 à 18:53
BEIJING, 14 février (Xinhua) -- Le nombre nettement plus élevé de 15.152 nouveaux cas confirmés d'infection par le nouveau coronavirus rapporté jeudi dans la partie continentale de la Chine peut avoir surpris certaines personnes et suscité un scepticisme inutile au sujet de la transparence des données épidémiologiques de la Chine.
Il est vrai que la vérification est complexe et que la gravité de l'épidémie n'a pas encore été déterminée, mais il n'y a aucune raison de douter de la transparence des informations du pays comme l'a fait un responsable de la Maison Blanche.

Lorsqu'il y a un manque de confiance mutuelle, voire des réactions excessives, comment peut-il y avoir une coopération dans la lutte contre l'épidémie, ennemi commun de l'humanité ?
La Chine chérit "la recherche de la vérité à partir des faits", soulignant la nécessité d'explorer les faits et de s'assurer que toutes les décisions et tous les jugements soient fondés sur la réalité. Cela exige d'être honnête avec les faits et de considérer les faits comme les critères ultimes pour évaluer l'exactitude des politiques.
Au lieu de dissimuler l'ampleur de l'épidémie, le pays a tout fait pour comprendre et diffuser chaque fait concernant le virus COVID-19.

L'augmentation du nombre de nouveaux cas confirmés est survenue après un changement pour inclure tous les cas suspects avec des résultats de tomographie informatisée liés à la pneumonie, plutôt que de s'appuyer sur des tests de laboratoire pour confirmer les cas.
Ces chiffres semblent sombres, mais la vie est la priorité absolue. Basée sur une meilleure connaissance du virus, la procédure diagnostique révisée vise à aider les patients à obtenir un traitement plus rapidement et à améliorer les chances de guérison. Ce pic "ne représente pas un changement significatif dans la trajectoire de l'épidémie" , a déclaré Michael Ryan, directeur exécutif du programme des urgences sanitaires de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Depuis le début de l'épidémie, la Chine a adopté une attitude ouverte, transparente et hautement responsable pour protéger la sécurité de la santé publique nationale et mondiale.
Le gouvernement organise des séances d'information quotidiennes, mettant à jour en détail le nombre de nouveaux cas confirmés, de décès et de rétablissements.
La Chine a communiqué les informations sur l'épidémie à l'OMS et aux pays et régions concernés le plus tôt possible. Une mission conjointe Chine-OMS aura une communication approfondie sur la prévention et le contrôle et proposera des conseils pour la Chine et les autres pays touchés.
La Chine identifie également rapidement ses lacunes dans les efforts de contrôle, tels que la gestion des urgences, la collecte d'informations et le retour d'informations. Elle fait preuve de courage dans la recherche de la vérité et de détermination à tirer les leçons de l'épidémie pour améliorer son système de gouvernance et ses capacités.

La lutte contre le coronavirus est une bataille mondiale. Elle a besoin d'ouverture, de transparence et de confiance mutuelle. Le scepticisme, la panique et les réactions excessives ne feront que saper les efforts conjoints mondiaux et aggraver les choses, médicalement, socialement et économiquement. Fin


Edité le 15-02-2020 à 00:01:22 par Xuan


Xuan
   Posté le 15-02-2020 à 18:18:42   

Suppression des péages autoroutiers pour le retour des migrants en ville
destruction des monnaies papiers susceptibles de transporter le virus
Xuan
   Posté le 17-02-2020 à 09:21:02   

Catastrophisme de rigueur pour la presse réactionnaire.


Depuis le début de l'épidémie, les médias bourgeois n'ont eu de cesse d'aligner les cas et les décès nouveaux, donnant l'impression que l'épidémie allait s'enfler jusqu'à l'infini sans jamais être maîtrisée.
En réalité le nombre de nouveaux cas diminue régulièrement, y compris après le changement de mode de calcul.

Lorsque la Chine sanctionne des officiels responsables de manquements, c'est une opération de propagande destinée à protéger le pouvoir central.
La mise en quarantaine, une censure déguisée, etc.

Mais le pompon de la catastrophe en ligne revient au "petit journal" et à un toubib de Hong Kong :

https://lepetitjournal.com/hong-kong/le-virus-pourrait-infecter-les-23-de-la-population-mondiale-274179
"Le virus pourrait infecter les 2/3 de la population mondiale"



Le Professeur Gabriel Leung, de Hong Kong University, a déclaré en début de semaine dernière, “Il y a une possibilité que 60% de la population mondiale finisse par contracter le virus” . Le taux de propagation est tel, selon lui, que même si les mesures actuelles de contingentement s’avèrent nécessaires et efficaces aux premiers stades de l’épidémie, celle-ci risque de se propager bien au delà des pays actuellement touchés.

Propagation rapide
Une statisticienne et conseillère de l’OMS, Ira Longini, a également corroboré l'hypothèse émise par le Professeur Leung. "Avec une contamination moyenne de 2,5 personnes par cas, explique-t-elle, le taux de contagion du coronavirus COVID-19 peut atteindre 60 à 80%" . L’effet des mesures actuelles est, selon cette autre spécialiste, de ralentir la propagation, mais celle-ci est inéluctable, compte-tenu de la nature même de la menace.


Pays déjà touchés par le COVID-19

Forme atténuée du virus
La particularité d’un coronavirus étant en effet de pouvoir passer d’une espèce à l’autre, la capacité de transformation du COVID-19 est grande, lui permettant de s’acclimater en permanence à de nouveaux types d’organismes. La phase de la contagion à l’homme a donc consisté pour le virus à réagir violemment aux nouvelles défenses qu'il a rencontré. Statistiquement, les effets mortels ne profitent pas à un virus qui tend à s’éteindre par diminution du nombre de porteurs. Ce sont par conséquent les formes les plus bénignes qui auront au final tendance à survivre, en continuant à se répandre via des sujets dont elles n’affectent pas trop l'état de santé. On pourrait donc s’acheminer progressivement, selon les scientifiques vers des formes moins fortes du coronavirus, une nouvelle grippe en quelque sorte.

S’installer dans la durée

Pour l’instant, ces hypothèses ne peuvent être vérifiées car les chiffres progressent encore et les modes de contagion évoluent, mais de nombreux scientifiques commencent y attacher de plus en plus d'importance. Ainsi Marc Lipsitch, éminent épidémiologiste de l’Université de Harvard, affirmait-il il y a quelques jours: "Ce virus va probablement nous accompagner au delà de cette saison et peut être de cette année, en trouvant naturellement des groupes favorables” . Si tel est le cas, les recherches ne devraient pas s’orienter vers l’éradication de la maladie mais les moyens d’en atténuer les symptômes. Le monde apprendrait dans ce cas à vivre avec ce nouveau virus, comme il l'a déjà fait dans le cas de la grippe ou du Sida.

______________________


Comme on peut le constater le seul chiffre avancé est "contamination moyenne de 2,5 personnes par cas". Comment est-il calculé ? Mystère et boule de gomme.
Il ne tient aucun compte des mesures de quarantaine et fonctionne comme si le virus était laissé à lui-même.
Même dans ce cas il ne tient pas compte non plus de la densité de population ni des échanges.
L'article prétend qu'on ne peut que contenir, atténuer les symptômes et que les mesure de quarantaine n'empêchent pas la propagation.
En réalité les mesures de quarantaine sont très efficaces si on compare l'évolution à Wuhan et dans le reste de la Chine. Puis l'article ne cite aucun cas de guérison.
Enfin les malades rétablis produisent des antivirus qui sont prélevés et favorisent la guérison.
Bref un tissu de mensonges.

Mais le Monde n'est pas loin du compte si on suit la série d'articles que ce torchon a consacrés au coronavirus.


Edité le 17-02-2020 à 09:22:13 par Xuan


Xuan
   Posté le 17-02-2020 à 17:39:50   

Impressions de la bataille sur la ligne de front
le Quotidien du Peuple en ligne http://french.peopledaily.com.cn/VieSociale/n3/2020/0212/c31360-9657031.html 12.02.2020 16h2

L'antenne de Xianghu du premier hôpital affilié à l'Université de Nanchang est l'un des hôpitaux désignés de la province du Jiangxi pour traiter les patients sévères atteints de pneumonie à nouveau coronavirus. Dans les services d'isolement et les soins intensifs, les travailleurs médicaux portent des vêtements de protection, des masques chirurgicaux, des lunettes et des gants jetables. Après un quart de travail, les masques et les lunettes laissent de lourdes empreintes sur leurs visages.










Edité le 17-02-2020 à 17:40:17 par Xuan


Xuan
   Posté le 17-02-2020 à 20:51:05   

Lire aussi :

(COVID-19) Des approches variées adoptées dans la mise au point d'un vaccin contre le COVID-19

(COVID-19) La Chine développe la thérapie de plasma en phase de convalescence pour les patients atteints du nouveau coronavirus

(COVID-19) Les patients recevant une thérapie au plasma en convalescence se rétablissent, l'un d'entre eux est sorti de l'hôpital

(COVID-19) Des experts chinois confirment l'effet curatif d'un antipaludéen sur le COVID-19

(COVID-19) La médecine traditionnelle chinoise montre de bons effets dans le traitement de l'épidémie

(COVID-19) Chine : les médecins de quartier contribuent à freiner l'épidémie

(COVID-19) Plusieurs médicaments contre le COVID-19 déjà en essais cliniques en Chine
Xuan
   Posté le 17-02-2020 à 21:01:33   

Depuis plusieurs semaines Xi Jinping s'entretient avec une série de chefs d'état étranger sur la propagation du virus et les mesures de traitement, ce que Le Monde et Libé ont traduit par "Xi a disparu des radars" , jusqu'à ce qu'il apparaisse lors d'une tournée d'inspection à Pékin.
Dans le même esprit la Chine a communiqué très tôt le génome du virus.
Cette démarche vise évidemment à prévenir une pandémie ou à la combattre de façon concertée. Elle s'inscrit aussi dans la conception chinoise de la "communauté de destin".


_______________________


http://french.xinhuanet.com/2020-02/16/c_138789117.htm

(COVID-19) Les experts affirment que l'endiguement du coronavirus nécessite une coopération globale


French.xinhuanet.com - Publié le 2020-02-16 à 20:33
NEW YORK, 16 février (Xinhua) -- La coopération globale est essentielle pour combattre l'épidémie du nouveau coronavirus, ont estimé plusieurs experts.

Les experts en santé publique du monde entier doivent renforcer les échanges d'informations sous l'étroite coordination de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a indiqué Huang Yanzhong, expert en santé mondiale du groupe de réflexion à but non lucratif Council on Foreign Relations (CFR), lors d'un récent entretien avec Xinhua.

Alors que l'on comprend encore assez mal ce nouveau virus, les experts sanitaires doivent rapidement identifier différents facteurs clés, comme l'origine du virus, la population la plus susceptible et sa période d'incubation, afin d'accélérer le développement de médicaments et d'un vaccin, a estimé M. Huang, également professeur et directeur du centre d'études sanitaires globales de l'école de Diplomatie et de Relations internationales de l'université Seton Hall.
"Il est désormais impératif pour l'OMS d'assurer un rôle directeur" , a estimé M. Huang, ajoutant qu'il y avait "beaucoup de choses que l'OMS pouvait faire" , y compris fournir des lignes directrices et un soutien consultatif sur la gestion de l'épidémie.

Selon les experts, le confinement de la ville de Wuhan, l'épicentre de l'épidémie, ainsi que d'autres villes où le nombre d'infections est élevé, a été efficace étant donné le nombre total de nouveaux cas confirmés dans le pays ces derniers jours.
"La réponse du gouvernement chinois en termes de mobilisation sociale et de coordination a été extraordinaire. Très peu de pays, sinon aucun, auraient pu adopter ce type de réponse" , a estimé M. Frieden, ancien directeur du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).
"Je pense qu'il ne fait aucun doute que cela a ralenti la propagation du (nouveau) coronavirus" , a déclaré M. Frieden dans un panel organisé aux quartiers généraux du CFR à Manhattan cette semaine.

Jennifer Nuzzo, professeure associée à l'école Johns Hopkins Bloomberg de santé publique, a déclaré devant le même panel que les Etats-Unis devraient réexaminer leur approche d'endiguement du virus, notamment les restrictions des voyages et la suspension de vols, qui ne correspondent pas aux recommandations de l'OMS.
Mme Nuzzo a estimé que ces mesures avaient peu de chances d'être efficaces pour empêcher le virus d'entrer dans le pays mais auraient un impact sur l'économie et le commerce.
" Si nous interrompons les vols, que ce soit pour des raisons politiques ou parce que plus personne ne vole en raison des restrictions, il y aura des conséquences pour les mouvements de marchandise, en particulier de biens essentiels, alors que nombre d'entreprises dépendent des vols commerciaux" , a-t-elle déclaré.

MM. Frieden et Huang ont souligné l'importance de renforcer la confiance entre les agences sanitaires comme le CDC, essentiellement via la communication sur les risques.
Ces agences pourraient lancer des campagnes de sensibilisation à la sécurité publique en partageant en temps opportun des informations avec le public, a estimé M. Huang.


Edité le 17-02-2020 à 21:04:05 par Xuan


Xuan
   Posté le 18-02-2020 à 19:10:04   

Sur le site du PRCF https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/la-chine-combat-le-coronavirus-sur-fond-de-campagne-mediatique-raciste-et-anticommuniste/?unapproved=4911&moderation-hash=cbc63d07f235fe0868bd9ea2a9e21abf#comment-4911

La Chine combat le coronavirus sur fond de campagne médiatique raciste et anticommuniste.




En plus de devoir lutter contre le risque d’une épidémie de coronavirus, la Chine doit faire face à une campagne de propagande, aux relents racistes et à la motivation anticommuniste. C’est ce que dénonce dans une prise de parole l’ambassadeur de Chine en France. Faisant d’ailleurs écho aux prises de parole de nos compatriotes d’origines asiatiques, choqués par l’encouragement des paroles racistes lorsqu’un quotidien régional se croit malin de titrer “Alerte jaune”. Et le diplomate de rappeler les efforts faits par la Chine communiste pour endiguer l’épidémie, en comparaison de la catastrophe de la grippe A (H1N1) qui avait causé 280 000 morts.

Si l’épidémie continue de faire des nouveaux cas et des victimes ( 72 436 cas confirmés et 1868 mort selon le bilan des autorités de santé chinoise au 17 février 2020), la Chine a mis en oeuvre des mesures exceptionnelles pour empécher la propagation de l’épidémie. Avec notamment de spectaculaires, mais habituelles, mesures de quarantaine. Mais également la construction d’hôpitaux de plusieurs centaines de lits. En A peine 10 jours un hôpital vient d’être construit à Xi’an. 9 hopitaux temporaire totalisant 6960 ont ainsi ouvert dans la région de Hubei, acceuillant d’ores et déjà 5606 malades du coronavirus. Pékin a dépéché en urgence 25 000 personnels de santé pour renforcer les équipes médicales du Hubei.

Des mesures qui portent leurs fruits puisqu’en dehors de la province du Hubei, ces 14 derniers jours le nombre nouveaux cas déclarés chaque jour sont en diminution ( 79 cas le 17 février).

Si pour le moment la Chine n’a pas réellement pu compter sur l’aide des pays occidentaux capitalistes, tout juste préocuppé de rappartrier leurs ressortissants alors que Pékin s’activait pour mettre en place une quarantaine efficace, elle peut en revanche compté sur celle de Cuba socialiste qui comme toujours mobilise ses laboratoires de recherche de pointe pour apporter son appui. C’est un médicament d’origine cubain qui est utilisé pour combattre le coronavirus en renforcement le système imunitaire des malades : l’Interferon Alfa 2B, un médicament antiviral développé par cuba et déjà utilisée pour des infections virales provoquées notamment par le VIH, le papillomavirus ou encore dans certains cas de cancers et d’hépatites.

La dernière pandémie enregistrée par l’Organisation Mondiale de la Santé est la grippe H1N1 en 2009. Elle s’était déclarée au Mexique avant de se développer aux USA. Le gouvernement Obama avait attendu le 25 octobre 2009 pour déclarer une urgence nationale alors que les premiers cas étaient enregistrés le 24 avril 2009. Les USA ne mettront pas en oeuvre de mesure de quarantaine ni de contrôle des déplacements. Cette maladie pour laquelle il existait un vaccin aura fait 12000 morts, causé 265 000 hospitalisations et touché 59 millions d’américains d’après le Centre pour le controle des maladies et la prévention (US CDC).

JBC pour www.initiative-communiste.fr

l’ambassadeur de Chine en France met les points sur les i contre le racisme et l’anticommunisme prenant pretexte de la crise du coronavirus


Ces derniers temps, l’Organisation Mondiale de la Santé, de nombreux Gouvernements ainsi que de nombreux experts étrangers ont largement salué et soutenu les efforts du Gouvernement et du peuple chinois dans leur lutte contre l’épidémie de Covid-19, dit l’Ambassadeur dans une déclaration du 14/02/2020.

Mais par ailleurs, nous avons également découvert des accusations gratuites et malveillantes. Certains se sont délectés avec un malin plaisir des insuffisances et des erreurs commises par les Autorités chinoises au début de l’épidémie, les imputant au « caractère totalitaire du régime chinois » . Très franchement, qui au monde, pourrait faire face à une épidémie d’une telle soudaineté et prétendre en venir à bout dans la décontraction ? Dans leur gestion de l’ouragan Katrina de 2005 et de l’épidémie de Grippe A de 2009, les Autorités américaines ont dû faire face à d’innombrables problèmes. Pourtant, personne n’a alors songé à les imputer à leur régime politique ou au Capitalisme.

D’autres blâment « l’absence totale et délibérée de transparence du Gouvernement chinois dans sa communication sur l’épidémie » alors que c’est exactement le contraire. La cellule de coordination interministérielle de notre Gouvernement tient des points de presse quotidiens et rapporte au peuple chinois comme à la communauté internationale, avec la plus grande transparence et la plus grande rigueur, les chiffres et l’évolution en temps réel de l’épidémie. Ces données portent sur tous les types de cas : infections confirmées, cas suspects, cas graves, guérisons, décès et personnes placées en quarantaine. Si on considère que tout cela est de la «rétention d’information » , quid de l’attitude de l’administration américaine qui a attendu trois ans après la fin de l’épidémie de Grippe A pour reconnaître avoir sous-estimé sa gravité, et qui s’en est sorti par une pirouette en invoquant un « problème de statistique » ?

Lorsque le Gouvernement chinois enquête sur les défaillances de certains fonctionnaires, certains l’accusent encore de rechercher des « boucs émissaires » . Oui, des enquêtes ont été diligentées dans plusieurs provinces chinoises sur les manquements de certains responsables dans la lutte contre le virus. Certains sont poursuivis et d’autres déjà révoqués. C’est l’illustration de la forte capacité du système socialiste chinois à corriger ses erreurs.
Lors de l'incendie de forêt en Australie de 2019, qui donc, parmi les hommes politiques ou les responsables de ces pays, a été poursuivi ou limogé ? Rien de tout cela n’a troublé les vacances du président américain, ni celles du premier ministre australien.

Certains reprochent au Gouvernement chinois de « renforcer la censure » . Selon eux, la fermeture -dans le respect du droit- de comptes Wechat diffusant des rumeurs, revient à signer « l’arrêt de mort sociale » de leurs propriétaires. Je rappelle que sur Facebook, rien que sur les trois derniers trimestres de l’année dernière, 5,4 milliards de comptes ont été supprimés pour diffusion de rumeurs. Est-ce que cela signifie que Facebook a prononcé 5,4 milliards d’arrêts de mort ? Pourquoi le même phénomène est-il qualifié en Occident de « lutte contre les fake news » et d’ « écrasement de la liberté d’expression » quand il se produit en Chine ?

La logique à l’œuvre, derrière ces absurdités, est en fait très simple : c’est le fameux « deux poids deux mesures » qui permet d’interdire aux Chinois ce que s’autorisent les Occidentaux. Certains problèmes, de nature technique en Occident, deviennent politiques dès qu’ils concernent la Chine. Rien d’étonnant à cela. Au fond, c’est l’ « égocentrisme occidental » qui s’exprime. La Chine a mis quelques décennies pour accomplir le parcours de développement réalisé par l’Occident en quelques siècles. Sa classe moyenne est aujourd’hui plus nombreuse que l’ensemble de la population américaine. Certains ont du mal à accepter le fait qu’un pays appauvri et affaibli en un siècle ait pu émerger, sans emprunter le modèle occidental. Ça les dérange et ils ne le digèrent pas. Par conséquent, dès que la Chine fait face à des difficultés, on les voit bondir et s’ingénier à l’accabler davantage à coups de discours méphitiques. On a vu fleurir dans les médias des titres comme : « China Is the Real Sick Man of Asia », « Coronavirus Made in China », « Alerte jaune » et « Péril jaune » , tous faisant l’amalgame entre l’épidémie, la Chine, le peuple chinois, voire la communauté asiatique toute entière. Si des Occidentaux étaient victimes de ce type de discours humiliant, ils les jugeraient contraires au droit et à la morale. S’ils visaient des Africains ou des Arabes, ils seraient considérés comme politiquement incorrects. Mais s’ils visent des Chinois, alors, c’est la « liberté d’expression » .

Chez certains médias, la critique-réflexe de tout ce qui est chinois confine à la paranoïa. Ces soi-disant sinologues, plongés dans leurs études de la Chine depuis des dizaines d’années sans finalement n’y rien comprendre, sont pathétiques. Ils ne s’intéressent qu’aux « problèmes » du pays, espérant y trouver les moindres prémices du fiasco chinois, au lieu d’essayer de réfléchir aux ressorts de son émergence rapide. Ainsi, ils continuent d’aller d’erreur en erreur. Ils s’attendent sans doute à ce que cette grande épidémie provoque l’effondrement de la Chine socialiste dirigée par le PCC.
En se voilant la face, ces gens-là trompent leurs opinions publiques avec des fariboles auxquelles eux-mêmes ne croient pas, le tout au préjudice des nations et des peuples. Inutile de dire combien le Gouvernement et le parti communiste chinois sont vigilants face à la survenue de cette épidémie. Ils y ont réagi avec tout le sérieux qui s’imposait. Dans une éthique de responsabilité, tant vis-à-vis des Chinois que de la communauté internationale, les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes et les plus strictes ont été prises, dont beaucoup bien plus draconiennes que les exigences du Règlement sanitaire international (RSI) et des recommandations de l’OMS.
En décidant des mesures de contrôle strictes à Wuhan, ville de plus de 10 millions d’habitants et au Hubei, province de 59 millions d’habitants, nous avons consenti à d’énormes sacrifices. Certains disent que ces mesures « violent les droits de l’Homme » . Mais, pardon de vous le rappeler ! C’est vous qui bénéficiez des bienfaits de ces mesures ! Selon les chiffres de l’OMS, jusqu’au 10 février, on ne comptait que 319 cas confirmés et 1 seul décès hors de Chine. Alors qu’en 2009, après le déclenchement de l’épidémie de Grippe A aux États-Unis, le Gouvernement américain n’avait adopté aucune mesure stricte de contrôle et de prévention pendant 6 mois, de sorte que l’épidémie s’est propagée dans 214 pays et régions, infectant plus de 1,6 millions de personnes et causant plus de 280 000 morts. Sans l’immense sacrifice consenti par le peuple chinois, le tableau épidémiologique mondial serait bien différent. Nous n’attendons pas des médias occidentaux qu’ils nous encensent, mais simplement qu’ils nous traitent en égal et sans parti pris.


Edité le 18-02-2020 à 19:10:43 par Xuan


Xuan
   Posté le 19-02-2020 à 20:53:13   

Une vidéo sur l'aide psychologique aux travailleurs médicaux https://www.youtube.com/watch?v=mFUf0xqoF5U
Xuan
   Posté le 19-02-2020 à 20:55:52   

A noter pour la Chine continentale : pour la première fois le nombre journalier de guérisons (1 824) dépasse celui des nouveaux cas enregistrés qui descend en dessous de 1800 (1749).
Douze hôpitaux temporaires et deux hôpitaux militaires ont été ouverts à Wuhan.


Wuhan lance une campagne de dépistage de trois jours


le Quotidien du Peuple en ligne http://french.peopledaily.com.cn/VieSociale/n3/2020/0218/c31360-9659216.html 18.02.2020 16h43

Les autorités de Wuhan, capitale de la province du Hubei (centre de la Chine) et épicentre de l'épidémie de pneumonie à nouveau coronavirus, ont lancé le 17 février une campagne de dépistage de trois jours afin de ne laisser personne sans surveillance et de freiner la propagation de la contagion.
Ce travail de dépistage est intervenu après que la ville a publié le 14 février un avis public exigeant que toutes les communautés résidentielles soient mises à l'isolement et que les déplacements des personnes soient réduits pour limiter la transmission de la maladie.
Toutes les communautés résidentielles de la ville doivent être contrôlées en porte à porte pour identifier les personnes infectées, les cas suspects et ceux qui sont en contact étroit avec les personnes infectées, a déclaré Wang Zhonglin, secrétaire du Parti de Wuhan, lors d'une vidéoconférence organisée le 16 février.
M. Wang a exhorté les responsables à se montrer hautement responsables de la santé des gens et à « ne laisser aucun ménage ou personne abandonnée » pendant le processus de dépistage. Les patients atteints de fièvre, les personnes qui ont été en contact étroit avec des cas confirmés et des cas suspects d'infections doivent subir des tests d'acide nucléique en temps opportun tandis que ceux qui ont des cas confirmés doivent être hospitalisés, a-t-il ajouté.

Le 17 février, alors qu'il présidait une réunion sur la prévention et la lutte contre l'épidémie, M. Wang a demandé des efforts pour fournir davantage de lits aux hôpitaux afin d'admettre plus de patients. Il a également indiqué aux responsables présents à la réunion que tout devait être fait pour améliorer les taux d'admission et de récupération et réduire les taux d'infection et de mortalité.
Parallèlement, tout en soulignant que les violations des règlements sur l'isolement des communauté seront punies, M. Wang a également souligné la nécessité d'améliorer les systèmes de livraison pour garantir l'approvisionnement des résidents en produits de première nécessité.

Conformément aux instructions du gouvernement, les communautés résidentielles ont renforcé le contrôle de leurs entrées. Tian Ming, chef d'un comité de quartier dans la zone de développement de haute technologie du Lac de l'Est de Wuhan, a ainsi mobilisé 30 agents communautaires pour effectuer le dépistage tôt le 17 février matin.
« Nous avons 1 315 ménages dans la communauté. Nous allons leur rendre visite en porte à porte, compter combien de personnes il y a dans les logements, noter leurs numéros de téléphone, vérifier leur température et voir s'ils ont des problèmes de santé » , a déclaré M. Tian.
De leur côté, les travailleurs communautaires opèrent par roulement pour fournir des services 24 heures sur 24 aux résidents afin de s'assurer qu'ils peuvent être joints à tout moment pour une assistance en cas de problèmes de santé ou pour les fournitures quotidiennes, a-t-il ajouté.
Wang Qiong, secrétaire du Parti de la communauté Zhongda, située dans le district de Hanjiang, a quant à lui indiqué que la communauté avait une population flottante massive en raison de sa proximité avec les marchés.

Comme de nombreuses personnes sont rentrées chez elles avant le Nouvel An lunaire, 1 159 personnes dans 644 ménages de la communauté ont été contactées pour établir leur état de santé en passant des appels, en les contactant sur WeChat ou en envoyant des messages par téléphone mobile, a déclaré M. Wang, ajoutant que les personnes âgées ou les personnes handicapées seraient contactées par des visites à domicile.
Wu Hanyun, un homme de 62 ans vivant dans la communauté avec sa femme, a déclaré qu'il comprenait la mise à l'isolement des communautés de la ville. « Le fait que nous ne sortions pas à l'extérieur est notre contribution aux efforts de la nation pour lutter contre la pneumonie à nouveau coronavirus » , a-t-il confié.
Selon M. Wu, les travailleurs communautaires aident beaucoup sa famille pour ses besoins quotidiens. « Je crois que nous pourrons triompher des difficultés grâce à des efforts unis. Restez forts, Wuhan ! » , a-t-il ajouté.

(Rédacteurs : Yishuang Liu)


Edité le 19-02-2020 à 21:03:37 par Xuan


Xuan
   Posté le 19-02-2020 à 22:35:59   

Sonner l'alarme



Par Fan Wei, Yang Cheng et Cui Meng à Wuhan Source: Global Times Publié: 2020/2/6 19:33:43

Un médecin de Wuhan récompensé pour avoir fait le premier avertissement d'une nouvelle maladie avant l'épidémie



Zhang Jixian, directrice du département de médecine respiratoire et de soins intensifs de l'hôpital provincial de médecine intégrée chinoise et occidentale du Hubei Photo: Cui Meng / GT

Zhang Jixian est considérée comme le premier médecin à signaler le nouveau coronavirus avant son apparition. Elle travaille comme directrice du département de médecine respiratoire et de soins intensifs de l'hôpital provincial de médecine intégrée chinoise et occidentale du Hubei.
Le gouvernement du Hubei a décerné un grand mérite à Zhang le 6 février pour ses contributions.
Pendant une courte pause dans le traitement des patients atteints de pneumonie à Wuhan, Zhang a expliqué au Global Times comment elle avait découvert l'un des premiers cas signalés de nouvelle infection à coronavirus il y a un peu plus d'un mois.

Un couple de personnes âgées vivant dans la communauté résidentielle près de l'hôpital de Zhang est allé la voir pour leur fièvre et leur toux le 26 décembre 2019. En observant leurs images thoraciques CT, Zhang a trouvé des différences par rapport à la pneumonie causée par des virus courants.
Zhang a demandé au couple de faire examiner leur fils à l'hôpital. Elle a trouvé que l'image pulmonaire de son poumon était semblable à celle de ses parents.
Ce jour-là, un patient du Huanan Seafood Market à Wuhan qui avait de la fièvre et de la toux avait également une image CT similaire du poumon.
Le marché des fruits de mer à Wuhan a été largement considéré comme la source de la nouvelle épidémie de coronavirus, qui a d'abord frappé Wuhan puis s'est propagée à travers la Chine.
"Habituellement, une famille vient à l'hôpital et il y a peu de chance pour tous les membres de la famille d'avoir la même maladie à l'exception des maladies infectieuses" , a déclaré Zhang qui a donné à la famille du couple et au patient des tests du marché des fruits de mer niant la possibilité de la grippe.

Alors que la situation continuait de troubler Zhang, elle l'a signalée au directeur de l'hôpital le 27 décembre et l'hôpital l'a ensuite signalée au centre de prévention et de contrôle des maladies du district de Jianghan à Wuhan.
Les 28 et 29 décembre, l'hôpital a emmené trois patients du Huanan Seafood Market. Ils ont montré des symptômes similaires à ceux des quatre patients de Zhang quelques jours plus tôt. Zhang a suggéré à l'hôpital de consulter des médecins de différents départements.

Xia Wenguang, un doyen de l'hôpital, a appelé 10 experts de différents départements, notamment respiratoire, cardiovasculaire, USI et infection, pour discuter des symptômes des sept patients. Ils ont conclu que la situation était inhabituelle et méritait une attention particulière.
Après avoir appris qu'il y a deux patients similaires dans deux autres hôpitaux de Wuhan et que leurs adresses sont situées sur le marché des fruits de mer, Xia a décidé de signaler la situation au centre provincial de contrôle et de prévention des maladies. Le centre a ensuite commencé la recherche épidémiologique à l'hôpital.

Zhang a dit qu'elle pensait que la situation était urgente. Elle et son hôpital ont poussé leurs autorités locales à agir.
« Nous, les médecins, avons une compréhension différente de« urgent ». C'est comme si nous devions immédiatement appliquer les conseils d'un médecin. Nous ne pouvons pas attendre plus d'une ou deux heures. Mais pour d'autres, prendre des mesures après une ou deux heures peut être considéré comme "rapide" " , a déclaré Zhang au Global Times.


Zhang Jixian, directrice du département de médecine respiratoire et de soins intensifs de l'hôpital provincial de médecine intégrée chinoise et occidentale du Hubei Photo: Cui Meng / GT

Expérience de la lutte contre le SRAS

Après avoir admis le vieux couple et leur fils à l'hôpital, Zhang a divisé une zone de la salle pour créer une zone de quarantaine avec neuf lits.
L'hôpital de Zhang est l'un de ceux situés le plus près du marché aux fruits de mer de Huanan et elle a reçu plus tard de nombreux patients présentant des symptômes similaires aux sept premiers patients.
Après avoir reçu le vieux couple et leur fils, Zhang a demandé à tous les médecins et infirmières de son département de porter des masques N95. Elle a également demandé au personnel de son département de commander 30 ensembles d'uniformes blancs en fine toile et a demandé aux médecins et aux infirmières de les porter à l'intérieur de leurs uniformes de travail.
"Porter plus peut nous donner plus de protection" , a déclaré Zhang.
Ces uniformes en toile ont finalement été remplacés par des combinaisons de protection professionnelles après que Zhong Nanshan, un spécialiste renommé des sciences respiratoires en Chine, a déclaré au public le 22 janvier que le nouveau coronavirus pouvait être transmis de personne à personne.
Grâce à la précaution de Zhang, même si l'hôpital a accueilli un nombre croissant de nouveaux patients atteints de coronavirus, aucun personnel médical du département de Zhang n'a été infecté.
Zhang a dit que sa forte sensibilisation à la protection venait de son expérience de la lutte contre le SRAS en 2003 - elle faisait partie de l'équipe d'experts qui se rendait chaque jour dans les communautés résidentielles pour vérifier les cas suspects.
"Depuis lors, j'ai une meilleure compréhension de ce qu'est une urgence de santé publique" , a déclaré Zhang.

Elle a noté que les médecins doivent connaître les professions et les adresses des patients. Quatre patients venaient d'un marché de fruits de mer et présentaient des symptômes similaires. "Comment ne peut-il y avoir de problème dans une telle situation? C'est le schéma de réflexion que j'ai eu en luttant contre le SRAS."

Après l'éclosion du nouveau coronavirus, Zhang et ses collègues se sont consacrés à la lutte contre la maladie. Elle a parfois pleuré après des journées bien remplies.
"Il y a trop de patients et le personnel médical est épuisé. J'ai presque versé le plus de larmes dans ma vie ces jours-ci" , a-t-elle déclaré.
Elle a dit qu'ils n'avaient jamais vu le nouveau coronavirus auparavant et qu'ils n'avaient jamais vu autant de patients envahir les hôpitaux. Elle a pleuré lorsque la maladie a coûté la vie à certains patients, lorsque les combinaisons de protection étaient faibles et quand il n'y avait pas de masques faciaux.
Mais après avoir pleuré, elle retournait chez ses patients et travaillait. Zhang a noté que la lutte contre le coronavirus est importante et qu'il y a beaucoup de travail à faire dès que possible.

"Pour changer la situation actuelle, nous devons donner un traitement aux patients qui présentent des symptômes bénins et les séparer des cas graves. Recevoir des patients sévères et leur offrir un meilleur traitement médical pourrait aider à réduire le taux de mortalité. Si le taux de mortalité est trop élevé , cela peut provoquer la panique dans le public - les gens peuvent penser qu'ils mourront une fois qu'ils seront infectés par la maladie. Les patients seraient également paniqués et se tourneraient vers différents médecins, ce qui les rend porteurs de virus mobiles et susceptibles de propager le virus plus rapidement et largement, " a dit Zhang.

Zhang a dit qu'elle pensait qu'il était important de donner confiance aux gens. "Pour les patients légers, nous devons les recevoir et leur proposer un traitement en cas de panique. C'est ce que nous devons faire de toute urgence" , a déclaré Zhang.

Wuhan Evening News a contribué à cette histoire
Xuan
   Posté le 19-02-2020 à 23:31:28   

Vidéo : 80 % des entreprises d'état ont repris leur activité
Xuan
   Posté le 19-02-2020 à 23:46:03   

Une épidémie de grippe révèle les vraies couleurs des États-Unis

Par He Weiwen Source: Global Times Publié: 2020/2/19 13:19:11
https://www.globaltimes.cn/content/1180096.shtml

Alors que les habitants de Chine et du monde entier coopèrent activement pour lutter contre la nouvelle épidémie de pneumonie à coronavirus (COVID-19), certains politiciens et médias américains portent des accusations contre la Chine, remettant en question l'efficacité de sa réponse à l'épidémie. Cependant, les États-Unis constatent de fréquentes poussées de grippe, et leur gouvernement non seulement réagit avec une efficacité extrêmement faible mais reste également silencieux. Le contraste a révélé un double standard américain.

Les États-Unis ont un petit gouvernement et une grande société. Son gouvernement réagit à peine à des problèmes comme la grippe. Selon les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, environ 35,5 millions de personnes ont contracté la grippe au cours de la saison 2018-19 et 34200 décès à la suite de la grippe ont été enregistrés.
Le gouvernement fédéral américain n'a ni la capacité ni le pouvoir de mobiliser toute la nation pour soutenir des emplacements individuels, ordonner des fermetures ou exiger que tout le monde porte des masques. Ses capacités de lutte contre les épidémies sont faibles. Les États-Unis promettent à leurs citoyens des libertés personnelles et des droits démocratiques. Il n'a aucune base légale pour s'immiscer dans le comportement de son peuple. Les États-Unis croient plutôt que la Chine porte atteinte aux droits individuels. Cependant, au milieu d'une épidémie, l'état d'esprit américain n'est pas approprié car la vie et la santé des gens sont devenues des priorités. Il semble que ceux qui accusent la Chine aux États-Unis ne voient pas la situation dans son ensemble. Leurs opinions ne peuvent expliquer une situation compliquée.

Depuis que le gouvernement central a été informé de l'épidémie de COVID-19, il a pris des mesures pour contrôler la propagation de l'infection. En seulement un mois, la situation a été maîtrisée. Les États-Unis ont fermé les yeux sur la vitesse et l'efficacité de la Chine dans la lutte contre le virus. Construire un hôpital en une semaine, rassembler des ressources à l'échelle nationale et les envoyer à l'épicentre de l'épidémie sont des choses que le gouvernement américain, avec ses faibles capacités de secours en cas de catastrophe, ne pourrait jamais faire.

La société internationale jugera si les États-Unis sont ou non qualifiés pour critiquer la Chine à cet égard. La réponse du gouvernement chinois à l'épidémie de virus devrait être évaluée par des organes compétents comme l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plutôt que par des pays ou des individus.

De nombreux pays à travers le monde ont prêté main forte à la Chine. Bien que des entreprises américaines aient fourni une assistance, le gouvernement américain a offert un soulagement limité. De plus, le président américain Donald Trump cherche à réduire de plus de 50% le financement américain de l'OMS. Cela a montré que les États-Unis se soucient peu non seulement de la sécurité de leur propre peuple, mais aussi de la sécurité des personnes dans le monde. Les politiciens américains ne valorisent que les bulletins électoraux.

Les dépenses de santé publique du gouvernement américain sont en baisse. Trump a non seulement aboli Obamacare, mais a également réduit le budget de l'industrie de la santé publique. Il semble qu'il préfère dépenser de l'argent pour la défense et son mur frontalier.
Le président américain aurait pu déclarer l'état d'urgence national afin de faire adopter des mesures administratives pour empêcher la propagation de l'épidémie aux États-Unis, mais il ne l'a pas fait car une urgence de santé publique ne devrait pas lui gagner des suffrages. La réponse des États-Unis est motivée par des considérations politiques et ne sert que les individus et les groupes d'intérêt.

En revanche, la Chine a mobilisé sa population et l'a servie en combattant l'épidémie de COVID-19. Mais la Chine a également une leçon à tirer: elle doit améliorer son mécanisme de défense de la santé publique et sa capacité de gouvernance. Le pays devrait former une force régulière pour réduire les coûts et accroître l'efficacité.

L'auteur est un ancien conseiller économique et commercial des consulats généraux de Chine à San Francisco et à New York, et chercheur principal au Chongyang Institute for Financial Studies de la Renmin University of China. bizopinion@globaltimes.com.cn
Xuan
   Posté le 19-02-2020 à 23:49:21   

Comme dans l'article précédent, on voit que la lutte contre le covid-19 n'est jamais éloignée de celle contre l'impérialisme.
La presse chinoise publié d'autres articles qui révèlent une offensive des USA tant sur le plan économique qu'idéologique ou technologique, et ceci à la faveur de la lutte populaire contre le covid-19.



Deux champs de bataille cruciaux pour la transformation économique de la Chine


Source: Global Times Publié: 2020/2/19 20:58:40
https://www.globaltimes.cn/content/1180161.shtml



Dimanche, à Binzhou, dans la province du Shandong, en Chine, des travailleurs de Yuyue Home Textile Co produisent des masques avec un nouveau matériau antibactérien et un tissu filtrant auto-développés. Le nouveau matériau peut à la fois prévenir les bactéries et les virus. Plus de 3 000 entreprises en Chine ont ajouté des "masques, des vêtements de protection, des désinfectants et des thermomètres" à leur champ d'activité entre le 1er janvier et le 7 février, selon l'agence de presse Xinhua. Photo: cnsphotos


Pendant cette période critique de la bataille de la Chine contre la nouvelle pneumonie à coronavirus (COVID-19) et alors que le pays tente de relancer ses activités commerciales, les États-Unis n'ont pas relâché leur pression sur l'économie chinoise, compliquant la bataille contre les pressions à la baisse.

Bien que la Chine concentre actuellement la majeure partie de son attention sur le front intérieur, cela ne signifie pas que les récents gambits américains - tels que la révocation des subventions de l'OMC et le dépôt de nouvelles accusations contre le géant chinois de la technologie Huawei - devraient être pris à la légère. De plus, l'administration Trump envisage peut-être de nouvelles mesures pour limiter l'accès de la Chine à l'équipement américain de fabrication de puces, selon les médias.

Sans aucun doute, l'économie chinoise est confrontée à une situation sombre sur deux champs de bataille. Il a non seulement besoin de redémarrer son économie en raison de l'épidémie, mais doit également briser le seuil de haute technologie imposé par les États-Unis.

La Chine doit définir ses résultats avant d'avancer dans ces batailles.

Afin d'assurer la stabilité de l'ensemble de l'économie, le gouvernement central déploiera certainement une série de politiques d'assouplissement monétaire dans les mois à venir. Cependant, il convient de noter que nous devons faire bon usage de la politique monétaire souple pour encourager et accélérer la recherche et le développement, afin de promouvoir la modernisation et la transformation de l'industrie manufacturière, au lieu de continuer à construire des industries bas de gamme.

Même face à des mesures de confinement américaines persistantes, la Chine devrait maintenir la modernisation et la transformation industrielles comme principale voie vers une croissance de haute qualité. Après tout, le progrès technologique continu est la clé pour maintenir la dynamique de croissance endogène d'une économie.

Pendant ce temps, des investissements modérés dans les infrastructures sont toujours essentiels pour relancer l'économie en ces temps difficiles, même s'ils doivent être effectués de manière précise et ciblée. Dans le passé, les inondations d'investissements ont entraîné des retombées économiques éventuelles, ce qui devrait être évité cette fois-ci.

Mais en termes de projets de mise à niveau technologique et de rattrapage, l'investissement doit toujours être augmenté. Par exemple, nous devons encore investir massivement dans le développement de nouvelles infrastructures de télécommunications, qui peuvent non seulement accélérer le développement des industries concernées, mais aussi accélérer le rythme de l'avancement de la technologie 5G.

Enfin, des mesures devraient être prises pour empêcher les autorités locales d'améliorer les performances économiques locales en stimulant les secteurs immobiliers ou en dépensant pour d'autres projets non essentiels.

À l'heure actuelle, la transformation économique de la Chine est à son moment le plus critique. Tout comme il l'a fait pour la prévention et la maîtrise des épidémies, le gouvernement central devrait intensifier ses efforts de contrôle pour faire avancer son économie malgré les batailles acharnées.


Edité le 19-02-2020 à 23:52:16 par Xuan


Plaristes
   Posté le 20-02-2020 à 06:40:56   

Il me semble que le capitalisme affaibli le système de santé chinois déjà en 2002 juste avant l'épidémie il avait tenté une privatisation...

Je crois que le PCC a perdu le cap il y a 3 ans de celà et qu'ils n'ont plus le contrôle sur le capitalisme, la chine va devenir le modèle autoritaire qui permettra la sauvegarde mondiale du capitalisme... Déjà certain pas capitalistes sont en train de copier le modèle chinois.

On est arrivé au point où ils n'ont plus besoin du capitalisme pour continuer à développer leur force productives.


Edité le 20-02-2020 à 06:41:54 par Plaristes


Xuan
   Posté le 20-02-2020 à 14:32:38   

Plaristes a écrit :

On est arrivé au point où ils n'ont plus besoin du capitalisme pour continuer à développer leur force productives.


Le PCC utilise le capitalisme, y compris les investissements étrangers, précisément dans la mesure où il permet de développer les forces productives. Et c’est toujours le cas.
Par contre le secteur public est dominant.
Le capital financier est orienté vers les investissements productifs, l’économie réelle, et non vers la spéculation, contrairement à ce qui se passe ici.

L’Etat chinois contrôle effectivement l’économie , ce qui lui permet de faire des plans et de prévoir à long terme, ce que tous les économistes reconnaissent.

Face à l’épidémie plusieurs aspects sont apparus liés au développement de la Chine, d’une part à la réforme et d’autre part aux transformations sociales comme les mégalopoles.
La Chine n’est plus dans la situation du SRAS, et sa réponse - notamment le confinement - a été beaucoup plus rapide et efficace même en considérant le nombre de morts (800 pour le SRAS et plus de 2000 ici), parce que le Covid-19 se transmet beaucoup plus vite.
Hong Kong compte 7,5 millions d'habitants contre 11 à Wuhan et le SRAS s'est répandu dans de nombreux pays.

Je te rappelle ces articles :
Réflexions sur l'infrastructure des soins de santé en Chine au milieu d'une épidémie [en ligne ici le 11/02]
L'épidémie montre qu'il est possible d'améliorer la gouvernance des mégapoles en Chine [en ligne ici le 31/01]
L'éducation en matière de santé publique est nécessaire au milieu d'une épidémie de virus [en ligne ici le 11/02]

Plaristes a écrit :

la chine va devenir le modèle autoritaire qui permettra la sauvegarde mondiale du capitalisme... Déjà certain pas capitalistes sont en train de copier le modèle chinois.

Il faudrait citer ces pays pour le démontrer. Ce qu’on peut dire est que le modèle du libéralisme absolu est fictif puisque Trump peut obliger les entreprises US à rompre les relations économiques avec la Chine, et il fait aussi pression dans ce sens sur les autres pays occidentaux.
Ce qu'on a appelé néo libéralisme ou ultra-libéralisme concerne en fait une période où le camp occidental s'est retrouvé entièrement à la botte des USA et où cette liberté absolue consistait à épouser leurs desiderata.

Que signifie « modèle autoritaire » ?
On ne peut pas parler de « l’autorité » de façon abstraite tant que les classes existent.
Les médias bourgeois opposent la dictature de la Chine et la démocratie ici.
En réalité tous les pays pratiquent à la fois la démocratie et la dictature mais pas au service des mêmes classes.
Que la Chine puisse orienter momentanément les ressources du pays vers la production de matériel médical, qu’elle puisse mettre près de 50 millions d’habitants en quarantaine et interrompre temporairement une partie de son économie, qu’elle soit capable de monter deux hôpitaux en temps record, de contrôler les cas résiduels chez 11 millions de personnes en trois jours à l'aide des comités de quartier...
Tout cela montre que la Chine maîtrise son économie d’une part, d’autre part que l’autorité en Chine sert les intérêts du peuple et nom ceux d’une minorité.
Ici lorsque l’autorité et même la force sont utilisées, c’est pour servir les intérêts d’un petit nombre et non les intérêts des masses.

La Chine ne sauvegarde pas le capitalisme. En s’appuyant sur les pays émergents et même sur des pays impérialistes du second monde, elle est en train d’abattre l’hégémonie des USA, et c’est la raison essentielle de la guerre économique et multiforme des USA contre elle.
Après la fin de l’hégémonie US quel pays impérialiste pourrait prendre cette place ? Aucun.
Xuan
   Posté le 20-02-2020 à 20:14:53   

(COVID-19) La Chine supprime la catégorie des infections à nouveau coronavirus diagnostiquées cliniquement


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2020-02/20/c_138802846.htm Publié le 2020-02-20 à 20:13

BEIJING, 20 février (Xinhua) -- Le dernier schéma chinois de diagnostic et de traitement du nouveau coronavirus (COVID-19) a supprimé la catégorie des cas cliniquement diagnostiqués.

Les cas cliniquement diagnostiqués, ajoutés à la 5e version du programme précédemment ce mois-ci et uniquement pour la province du Hubei, la plus durement touchée, se réfèrent à des cas suspects dont les résultats de scanners sont similaires à une pneumonie.
Lors d'une conférence de presse jeudi à Beijing, Wang Guiqiang, directeur du département des maladies infectieuses de l'hôpital N°.1 de l'Université de Beijing, a expliqué les changements apportés au 6e programme.
M. Wang a déclaré que la catégorie avait été créée pour offrir aux patients en attente du dépistage d'acide nucléique un traitement en temps utile afin de réduire le taux de mortalité.
La situation dans la province, cependant, a changé, et la capacité des tests d'acide nucléique a été grandement améliorée, a déclaré M. Wang, ajoutant que la dernière norme de diagnostic est maintenant la même dans tout le pays : cas suspects et cas confirmés.
Selon un bilan établi mercredi en fin de journée, le Hubei comptait 49.665 cas confirmés et 3.456 cas suspects.

La nouvelle version ajoute également qu'une personne peut être infectée par le nouveau coronavirus si elle est exposée à de fortes concentrations d'aérosol dans un environnement relativement fermé pendant une longue période
"La transmission par aérosol se fait sous certaines conditions", a expliqué M. Wang, soulignant qu'il était très important de savoir que la transmission par aérosol n'était pas toujours possible.
La transmission par aérosol se réfère au mélange du virus avec des gouttelettes dans l'air pour former des aérosols, qui peuvent flotter sur de longues distances et causer une infection après inhalation.

Le nouveau schéma a également souligné l'importance de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) dans le traitement des patients.
Combinée à un traitement complet et un traitement antiviral, la MTC aidera à réduire le taux de mortalité du virus, a affirmé M. Wang.

En ajoutant la prise en charge des patients qui sont sortis de l'hôpital, le nouveau schéma conseille aux patients de rester à la maison et de prendre leur température corporelle régulièrement pendant deux semaines après avoir quitté l'hôpital.
Les patients rétablis se rendront à l'hôpital pour des examens de santé dans les deuxième et quatrième semaines après avoir quitté l'hôpital, a-t-on appris du schéma.
Xuan
   Posté le 21-02-2020 à 09:04:17   

En dehors de Hubei, le nombre de nouvelles infections a rebondi après une baisse consécutive de 16 jours. Jeudi, Shandong a signalé 202 nouveaux cas, dont 200 dans la prison de Rencheng. Le Zhejiang en a signalé 28 dont 27 de la prison de Shilifeng. Les nouveaux cas dans ces deux provinces représentaient 89% du total.
Deux fonctionnaires ont été démis de leurs fonctions dans une prison du Zhejiang qui a signalé 27 cas confirmés de COVID-19. Jeudi, 28 nouveaux cas de COVID-19 ont été confirmés dans la province de Zhejiang, dans l'est de la Chine, dont 27 dans la prison de Shilifeng, portant le nombre total de cas dans la province à 1203. Le nombre total de cas confirmés de COVID19 dans la prison de Shilifeng a atteint 34.
Xie Weijun, chef du Parti du département de la justice de la province du Shandong, a été démis de ses fonctions pour avoir manqué à ses devoirs de prévention et de contrôle du COVID-19 dans une prison locale de Rencheng.
Le directeur de la prison pour femmes de Wuhan a été démis de ses fonctions pour ne pas avoir rempli ses fonctions au milieu de l'épidémie de COVID-19 après que 230 cas d'infection ont été découverts dans la prison: Hubei Daily
Xuan
   Posté le 21-02-2020 à 19:28:10   

447 nouveaux cas dans les prisons révèlent des zones aveugles dans la lutte COVID-19

Source: Global Times Publié: 2020/2/21 11:00:08

https://www.globaltimes.cn/content/1180334.shtml


Les médecins vérifient l'image tomodensitométrique des poumons d'un patient à l'hôpital de Leishenshan (Thunder God Mountain) à Wuhan, capitale de la province du Hubei (centre de la Chine), le 9 février 2020. (Photo de Gao Xiang / Xinhua)


Vendredi, près d'une douzaine de responsables des services pénitentiaires et de la justice de trois provinces chinoises ont été démis de leurs fonctions, après que les prisons aient signalé au total 447 nouveaux cas d'infection à COVID-19 la veille, selon des experts, révélant les zones aveugles de la campagne nationale contre l'épidémie.
La Commission centrale des affaires politiques et juridiques du Parti communiste chinois a formé une équipe d'enquête, comprenant des responsables du Parquet populaire suprême, du ministère de la Sécurité publique et du ministère de la Justice , pour enquêter sur l'épidémie de COVID-19 dans la prison du Shandong.
Jeudi, Shandong a signalé 202 nouveaux cas, dont 200 dans la prison de Rencheng. Le Zhejiang en a signalé 28 dont 27 dans la prison de Shilifeng. Les nouveaux cas dans ces deux provinces représentaient 89% du total, ce qui, selon les analystes, a montré que les risques de transmission de virus par regroupement ont été exposés en Chine, car les prisons avec des espaces fermés et un grand nombre de détenus pourraient facilement entraîner de multiples infections.

L'épicentre de COVID19 dans la province du Hubei a révisé vendredi ses nouvelles données d'infection de 411 à 631 jeudi, ajoutant 220 nouvelles infections dans ses prisons, a annoncé vendredi la commission de la santé locale.
La commission a déclaré avoir reçu jeudi soir un rapport manuscrit du département pénitentiaire car il n'y a pas de système de communication des données sur Internet du système pénitentiaire du Hubei. Après des vérifications minutieuses, la commission a ajouté ces cas dans les données globales.
Huit fonctionnaires impliqués dans la province du Shandong, dont le chef du parti du ministère de la Justice de la province du Shandong et le chef du parti du département provincial de gestion des prisons ont été démis de leurs fonctions. Deux responsables de la prison de la province du Zhejiang ont été démis de leurs fonctions et un policier faisait l'objet d'une enquête. Le directeur de la prison pour femmes de Wuhan a également été renvoyé après que 230 cas d'infection aient été découverts dans la prison.

Un responsable d'une prison du sud-ouest de la Chine qui a demandé l'anonymat a déclaré au Global Times que les prisons sont vulnérables aux épidémies en raison du regroupement de détenus dans de petits espaces fermés et de la faiblesse des services médicaux.
"Il n'est pas facile de détecter les patients suspects et de couper les canaux de transmission en temps opportun avec les mauvaises installations médicales dans les prisons" , a déclaré le responsable.
Les responsables ont déclaré que les prisons doivent empêcher la flambée de la source afin de réduire le risque d'importation du virus. Des mesures telles que la suspension temporaire du transport de marchandises et l'utilisation de la vidéo et d'autres technologies pour effectuer des essais à distance devraient être adoptées.
Les prisons doivent renforcer la coopération avec les établissements médicaux extérieurs pour compenser la pénurie de ressources médicales et améliorer la qualité des services médicaux,

Au Zhejiang, tous les patients confirmés dans la prison ont été envoyés à l'hôpital pour traitement et aucun décès n'a été signalé dans la prison, selon le gouvernement provincial du Zhejiang. La prison a été fermée pour empêcher une nouvelle propagation du virus.
Selon le Beijing News, un policier surnommé Luo dans la prison a rendu visite à une famille à Wuhan et a été diagnostiqué avec le virus par la suite.

La prison de Rencheng, dans la province du Shandong, en Chine orientale, a signalé un total de 207 patients confirmés - sept policiers et 200 prisonniers. Parmi eux, 200 ont été signalés jeudi seulement, et le total des nouveaux cas confirmés dans toute la province s'élevait à 202 jeudi.
À l'heure actuelle, sur 200 détenus dont l'infection par le virus a été confirmée, 125 sont légers et 75 normaux. Il n'y a pas de cas graves et critiques. Les policiers diagnostiqués sont également légers, normaux et tous les patients ont des signes vitaux stables, a déclaré vendredi le directeur de la commission de la santé du Shandong lors d'une conférence de presse.
Lors de la conférence de presse, Wu Lei, vice-secrétaire du Parti du ministère de la Justice de la province du Shandong et directeur de l'administration pénitentiaire du Shandong, a déclaré qu'un policier de garde à la prison de Rencheng recevait un traitement et était mis en quarantaine par un hôpital après une toux le 12 février. et a été confirmé infecté le lendemain. Un autre officier en préparation a également été confirmé infecté le même jour.

Après la mise en quarantaine des deux officiers, la prison a procédé à une vérification globale de tous les officiers, de ceux qui purgeaient des peines et des personnes qui avaient des contacts étroits avec les deux officiers, selon Wu, ajoutant que des mesures de verrouillage avaient été imposées dans les zones concernées.
Les nouveaux cas signalés dans les prisons déclenchent une alerte pour l'ensemble du pays afin de renforcer les mesures de protection dans les prisons et autres lieux densément peuplés, ont déclaré des experts.
Xuan
   Posté le 21-02-2020 à 19:49:06   

NB : si on tient compte de l'article précédent la tendance reste inchangée.
Il vient 1 336 nouveaux cas au total et 2 109 rétablissements


Chine : le nombre de patients nouvellement guéris dépasse celui de nouveaux cas confirmés pour la 3e journée consécutive

Xinhua http://french.peopledaily.com.cn/VieSociale/n3/2020/0221/c31360-9660414.html 21.02.2020 11h15

En Chine, le nombre quotidien de patients du nouveau coronavirus nouvellement guéris a dépassé celui de nouveaux cas confirmés pour la troisième journée consécutive, a annoncé vendredi la Commission nationale de la santé.
Jeudi, 2.109 personnes ont quitté l'hôpital après leur convalescence. Le chiffre est supérieur au nombre de nouveaux cas confirmés enregistrés le même jour, qui était de 889, d'après les données publiées par la commission.
Un total de 18.264 patients infectés par le nouveau coronavirus avaient quitté l'hôpital après leur rétablissement jeudi en fin de journée, a indiqué la commission.
Xuan
   Posté le 22-02-2020 à 14:35:18   

Parmi les faits divers sur le déroulement de la lutte contre le COVID-19, sur Global Times (Mise à jour en temps réel sur l'épidémie de coronavirus) :

"23 h 15, 18 février
Des patrouilles de volontaires pour la lutte contre l'épidémie dans un comté du Hubei sont critiquées pour avoir giflé un résident local et détruit leur table de mahjong après avoir échoué à persuader les membres de la famille de cesser de se rassembler. Les autorités locales ont ensuite rendu visite à la famille à deux reprises pour présenter des excuses"
marquetalia
   Posté le 23-02-2020 à 15:07:46   

La crise du coronavirus va affecter durablement l économie chinoise https://asialyst.com/fr/2020/02/comment-coronavirus-chine-chaines-approvisionnement-mondiale/
marquetalia
   Posté le 23-02-2020 à 15:11:09   

A cela s ajoute les incertitudes sur la création de la nouvelle route de la soie qui s explique par la montée de la sinophobie au Kazakhstan,pays turcophone, due à la répression accrue menée par Pékin au Xinjiang, cela d autant plus que le ressentiment antichinois va aller crescendo avec la montée du nationalisme d Erdogan.
Xuan
   Posté le 23-02-2020 à 20:01:31   

Xi Jinping appelle à des efforts énergiques lors d'une réunion sans précédent


Par des journalistes de GT Source: Global Times Publié: 2020/2/23 19:06:02 Dernière mise à jour: 2020/2/23 20:17:38
https://www.globaltimes.cn/content/1180504.shtml



Dimanche, les principaux dirigeants chinois ont tenu une réunion de masse sans précédent. Des responsables du Bureau politique du Comité central du PCC aux responsables du Parti au niveau du comté et des responsables militaires du niveau correspondant ont assisté à la réunion par vidéophone.
Le président Xi Jinping a organisé et coordonné la prévention des épidémies et le développement social et économique au cours de la réunion.
Quelque 170 000 fonctionnaires ont participé à la réunion, ont indiqué les participants.
Les analystes ont déclaré qu'une telle réunion officielle du Parti de haut en bas était inhabituelle, soulignant sa grande importance.

Xi a souligné que la nation chinoise a connu de nombreuses épreuves dans l'histoire, mais n'a jamais été écrasée. Au lieu de cela, la Chine est devenue de plus en plus courageuse et a continué de croître et de sortir des épreuves.
La situation épidémique actuelle est toujours sombre et complexe, et le travail de prévention et de contrôle est au stade le plus critique, a-t-il noté.
Les comités du parti et les gouvernements à tous les niveaux doivent tenir fermement à leur croyance en la victoire et continuer à travailler sur diverses tâches de prévention et de contrôle, a déclaré M. Xi.
Xi a promis de corriger les comportements de formalisme et de bureaucratisme. Il a également appelé à mobiliser l'ensemble de la société pour participer aux travaux de confinement des virus.
Les lacunes révélées dans le travail de riposte aux épidémies devraient être considérées comme des leçons pour l'avenir, a noté M. Xi, et devraient être utilisées pour aider à améliorer la capacité du pays à faire face à l'urgence de santé publique.
Le président a exhorté la pression à se transformer en motivation et la crise en opportunité pour une restauration ordonnée de la production et de l'ordre de la vie des gens.

Outre les travaux sur l'épidémie et la lutte, M. Xi a fait des remarques sur les questions sociales et de développement, notamment la garantie des activités agricoles et la stabilisation du commerce et des investissements étrangers, ainsi que l'élargissement de l'ouverture du secteur des services financiers dans le cadre des efforts de réforme et d'ouverture.

Un événement de grande importance

Ce fut vraiment un événement historique et remarquable de gouvernance politique non seulement pour la Chine mais aussi pour le monde, a déclaré Lu Keli, professeur agrégé de l'école des études de marxisme à l'Université Renmin de Chine à Pékin.
Il n'y a jamais eu de pays ou de parti politique ayant la capacité et la motivation de tenir une réunion aussi massive pour discuter et donner des instructions du haut dirigeant à plus de 170 000 officiels, a déclaré Lu.
"Cela a montré que le PCC détient un avantage unique pour mobiliser un grand pays avec 1,4 milliard d'habitants pour contrer l'urgence massive" , a déclaré Lu, notant qu'il s'agit d'un parti géant avec une direction puissante qui a également ses antennes pour atteindre tous les coins du pays. .
"Cela montre également que le PCC est très clair que sa priorité et son devoir est de protéger la santé et la sécurité du peuple chinois" , a déclaré l'expert.

Dimanche, la Chine a signalé 76 936 infections au total, dont 4 148 cas suspects.
Dimanche, 21 régions en dehors du Hubei ont signalé zéro nouveau cas, tandis que toutes les provinces et municipalités en dehors du Hubei ont 18 nouvelles infections au total, selon les données officielles.
Un secrétaire du Parti d'un comté de la province du Hubei, en Chine centrale, qui a également assisté à la réunion, a déclaré dimanche soir au Global Times qu'il était très motivé par le discours de Xi qui lui a donné plus de confiance dans la lutte contre l'épidémie.
"Le président Xi comprend très bien la situation de première ligne, qui est également impressionnante" , a-t-il déclaré. Le fonctionnaire a demandé à ne pas être identifié en raison de la sensibilité de l'affaire.

Les analystes chinois ont noté que la chaîne vidéo ciblait le gouvernement au niveau du comté: le niveau de gouvernance local du pays.
Le niveau local du gouvernement est directement lié à la vie, au travail et à la production des gens, tandis que l'exécution des politiques et des instructions du gouvernement central est assurée par les gouvernements locaux, ont déclaré les analystes.
Le gouvernement du comté gère en grande partie les affaires du village, qui est la section la plus faible et la plus importante de la lutte contre la propagation du virus, a déclaré Wang Hongwei, professeur à l'école d'administration publique et de politique de l'Université Renmin.
Si à la fois le confinement du virus et le travail de reprise du développement économique et social ne peuvent pas être gérés correctement dans les zones rurales, a déclaré Wang, les efforts antérieurs pour réaliser l'objectif d'éliminer complètement la pauvreté d'ici la fin de cette année seraient vains.

Importance du travail à la base

Les zones rurales ont vu une amélioration de la situation dans la lutte contre le coronavirus, a déclaré dimanche au Global Times Zeng Guang, épidémiologiste en chef du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies à Pékin.
La plupart des villages ont signalé zéro nouvelle infection ces derniers jours, reflétant des progrès visibles dans le travail de prévention et de contrôle de COVID-19, a déclaré Zeng.
L'épidémie s'est propagée principalement dans les zones urbaines, avec moins de cas signalés dans les villages et les comtés du pays, a-t-il déclaré.

Cependant, il convient de rester prudent dans la prévention et le contrôle dans ces domaines en raison d'un manque de sensibilisation à la santé et de ressources médicales, a noté Zeng.
Les grappes d'infection dans certaines zones rurales ont montré que les villageois n'ont pas pleinement pris en compte le virus mortel, a estimé Zeng.
Certains ont assisté à des réunions de famille ou pris des repas avec leurs proches et les autorités locales ont dû redoubler d'efforts pour sensibiliser les résidents à l'importance de la prévention et du contrôle.
L'identification et la confirmation des cas d'infection doivent être effectuées "le plus tôt possible" , a-t-il dit, en particulier dans les zones rurales.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) "apprécie hautement les efforts considérables déployés par la Chine pour contenir l'épidémie" , a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un rapport de l'agence de presse Xinhua du 16 février.
Ghebreyesus a noté que la Chine protège non seulement son propre peuple mais aussi des gens d'autres pays du monde, et l'OMS continuera de défendre la vérité, d'adhérer aux principes, de rester fermement avec la Chine et de fournir toute l'aide possible,

Les analystes chinois ont déclaré que la réunion sans précédent montrait la grande capacité de mobilisation sociale de la Chine, le gouvernement central accordant une grande attention non seulement à son propre peuple mais aussi à la communauté internationale au milieu de l'épidémie, qui constitue désormais un défi mondial.


Edité le 23-02-2020 à 20:10:21 par Xuan


Xuan
   Posté le 23-02-2020 à 20:19:47   

La prudence est toujours recommandée pour le covid-19


Par Zhang Hand et Zhao Yusha Source: Global Times Publié: 2020/2/23 23:48:40
https://www.globaltimes.cn/content/1180542.shtml

Une vague secondaire de COVID-19 reste possible




Les touristes prennent des photos de fleurs de prunier sur la montagne Meihua à Nanjing, dans la province du Jiangsu en Chine orientale, jeudi, lorsque le parc de la montagne a commencé à ouvrir aux touristes. Les touristes doivent porter des masques et faire vérifier leur température avant d'entrer. Photo: cnsphoto


Après avoir été mis en quarantaine à domicile pendant près d'un mois, certains Chinois, encouragés par les signes étincelants du ralentissement de la propagation du COVID-19, ont commencé à relâcher leur vigilance et se sont dépêchés de se faire plaisir dans les centres commerciaux et les restaurants. Cependant, les autorités et les observateurs ont insisté sur le fait qu'il était encore trop tôt pour reprendre la vie d'avant l'épidémie, car tout relâchement entraînerait une contagion accrue et ferait reculer les réalisations durement gagnées du pays dans son ensemble pour contenir la propagation du virus.

La commission chinoise de la santé a confirmé 648 nouvelles infections - plus élevées qu'un jour plus tôt - mais seulement 18 étaient à l'extérieur de la province du Hubei. Un total de 21 provinces, municipalités et régions autonomes n'ont enregistré aucun cas de nouvelle infection samedi, et le nombre de nouveaux cas confirmés en dehors du Hubei, le centre épidémique, a diminué pendant des jours consécutifs.

Après l'apparition de signes positifs de contrôle du virus, certains endroits ont commencé à assouplir les mesures de contrôle "les plus strictes" et ont ouvert certains endroits au public, tels que des restaurants et des centres commerciaux.
Les buveurs de thé en pointillés se baignant de soleil sur une place de la ville, la consommation de représailles de grand volume dans un centre commercial de Hangzhou, et les congestions de la circulation à Pékin… suggèrent des signes que certains Chinois se livrent déjà à la "victoire de la bataille contre le COVID- 19. "
Un habitant de Pékin, surnommé Mu, s'est rendu dans un petit parc près de chez lui au cours du week-end. "Ma famille a tiré au sort pour décider qui promènera le chien dans le complexe résidentiel, ce qui a été une rare occasion de respirer l'air frais au cours des dernières semaines. Ce week-end, nous avons finalement décidé de sortir dans un parc voisin, comme un prisonnier libéré de la prison " , a déclaré Mu, notant que le chien Yuanbao était encore plus heureux.
"J'ai vu de plus en plus de gens affluer dans les restaurants et les supermarchés ces jours-ci, et des personnes âgées dans la rue sans masque. Il semble que ces personnes aient été dévorées par de bonnes nouvelles" , a déclaré Tang Jia, un résident de Shanghai.

Mais les observateurs ont averti que l'infection n'avait pas encore diminué, et que nous n'avions pas une compréhension complète du virus, donc toute relaxation à ce stade est assez dangereuse et provoquerait une vague secondaire d'infections.
Zhang Wenhong, directeur du département des maladies infectieuses de l'hôpital Huashan de Shanghai, a déclaré que bien que la possibilité de tomber sur une personne ayant contracté le virus soit faible au stade actuel, le public devrait toujours rester vigilant. Bien que la situation de propagation virale reste stable, nous devons encore «faire tout le nécessaire».

Après l'inquiétude suscitée par la contagion secondaire, de nombreux gouvernements locaux ont de nouveau pris des mesures complémentaires par rapport aux mesures de contrôle autrefois assouplies.
Neuf responsables de Guangyuan, dans la province du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine, ont été punis pour avoir omis d'évaluer correctement le risque de transmission et de prendre des précautions après que les médias ont rapporté qu'un grand nombre de personnes se sont rassemblées devant la place de la ville pour boire du thé et discuter, ont rapporté dimanche les médias.
Vendredi, le gouvernement local de Guangyuan a réitéré que la province était toujours sous la plus haute alerte concernant l'épidémie et a demandé aux habitants de rester à l'écart des rassemblements. L'avis du gouvernement sur son site Web exigeait également que les chefs d'entreprise organisent des sièges à au moins 1,5 mètre les uns des autres et effectuent les travaux de désinfection correctement.
Le géant américain des supermarchés COSTCO a décidé de restreindre le flux quotidien des acheteurs à 2000 personnes dans son magasin de Shanghai et a exigé des consommateurs qu'ils portent des masques en permanence dans le supermarché, selon un avis de COSTCO dimanche.
La nouvelle mesure est intervenue après que le supermarché a reçu un avertissement oral du gouvernement du district de Shanghai, Minhang, après qu'une grande foule de clients se soient rassemblés dans le magasin samedi.
Il est bon d'assouplir prudemment les mesures de contrôle si les mesures les plus strictes continuent, mais les coûts économiques et sociaux seraient énormes. Il n'est pas temps de lever l'alerte, a déclaré Zhou Zijun, professeur à l'École de santé publique de l'Université de Pékin, notant que les centres commerciaux doivent adopter des méthodes pour restreindre la foule et que les gens ne devraient pas traîner sans masques.

Le réchauffement climatique affaiblit l'activité du virus, mais le risque d'une nouvelle infection existe toujours. Certaines petites épidémies isolées peuvent durer encore un à deux mois, a déclaré dimanche au Global Times Yang Zhanqiu, directeur adjoint du département de biologie des agents pathogènes de l'Université de Wuhan.

Le gouvernement devrait surveiller de près la reprise des activités dans différents secteurs et suspendre les activités qui menacent la lutte contre l'épidémie, a déclaré Zhou, notant que les autorités peuvent également divulguer davantage d'informations et avertir les résidents des risques.
Le hashtag "ce n'est pas le moment d'enlever les masques et de se retrouver" a reçu 120 millions de vues sur Sina Weibo, la plate-forme chinoise Twitter. De nombreux internautes ont exhorté le petit groupe de personnes à ne pas s'assembler et à ne pas gaspiller les efforts précédents, "ne laissez pas ces travailleurs médicaux de première ligne payer le prix" .

Les experts ont également souligné qu'il existe toujours un risque d'infections en grappes alors que davantage d'entreprises et d'entreprises reprennent leurs activités.
Au moins 12 cas collectifs de coronavirus ont été confirmés dans les entreprises après le retour des employés au travail à travers la Chine, avec 15 infections confirmées parmi les employés et 514 personnes en quarantaine, selon les médias.
Différents endroits devraient ajuster les politiques en fonction de la lutte contre l'épidémie. Pour les grandes villes comme Pékin, la pression reste énorme, ont averti les experts, notant que les centres de transport internationaux devraient être prudents face aux afflux de patients d'autres pays car le COVID-19 a montré des signes d'épidémie mondiale.
Les entreprises devraient cesser d'utiliser la climatisation centrale et faire attention aux services de cantine. Les employeurs ne devraient pas demander à tout le personnel de retourner au travail, a déclaré Zhou.
La mission clé pour la prochaine phase est de détecter et de mettre en quarantaine de nouveaux cas isolés en temps opportun pour prévenir les petites épidémies, a-t-il déclaré.


Edité le 23-02-2020 à 20:22:58 par Xuan


Xuan
   Posté le 23-02-2020 à 20:26:45   

Certains pays tardent à réagir au virus

Source: Global Times Publié: 2020/2/23 23:43:40
https://www.globaltimes.cn/content/1180541.shtml

Vendredi, un responsable de la santé sud-coréen pulvérise un désinfectant devant un hôpital où 16 infections à COVID-19 ont été signalées, dans le comté de Cheongdo, près de la ville de Daegu. Le nombre total d'infections en Corée du Sud a atteint 602 dimanche à 22 heures. Photo: AFP



L'épidémie de nouveau coronavirus (COVID-19) perce le système de prévention des épidémies dans le monde. Le risque de propagation incontrôlée de l'épidémie dans le monde augmente. Hormis la Chine, les pays les plus touchés, pour le moment, sont le Japon, la Corée du Sud, l'Iran et l'Italie. La taille de la population de chacun de ces pays est à peu près équivalente à celle d'une province en Chine. La situation dans ces pays, par rapport aux provinces chinoises autres que le Hubei, est déjà grave.

Ces pays accordent désormais une attention croissante aux risques posés par l'épidémie et ont pris certaines mesures. Par exemple, la Corée du Sud a reporté la nouvelle année scolaire, l'Italie a verrouillé certaines villes où la situation épidémique est grave. Certains matches de Serie A en Italie ont été suspendus. L'Iran a annulé tous les événements artistiques et cinématographiques jusqu'à la fin de la semaine.

Il est cependant inquiétant que les mesures de prévention et de contrôle adoptées par les pays susmentionnés soient insuffisantes. La situation en Chine a montré que le virus est extrêmement contagieux: il peut facilement se propager dans les lieux publics et dans les communautés. Il est difficile depuis le début ou devient difficile pour les gens d’observer où et par quels moyens le COVID-19 se propage dans ces pays. Peut-être que le virus s'est propagé de manière invisible ces derniers jours.

À Wuhan, capitale de la province du Hubei, il n'a fallu que quelques semaines aux gens pour réaliser la gravité de l'épidémie et à la situation dans laquelle le virus s'est propagé de manière incontrôlable. Heureusement, la Chine possède un énorme système médical et peut rapidement mobiliser plus de 40 000 personnels médicaux pour soutenir Wuhan et Hubei. Si un deuxième épicentre comme Wuhan devait émerger dans un autre pays, il est difficile d'imaginer qu'une assistance aussi massive puisse être mobilisée.

De plus, l'épidémie dans d'autres pays n'a peut-être pas été entièrement surveillée. Il est possible que certains cas de COVID-19 dans certains pays aient été traités simplement comme des patients souffrant d'un mauvais rhume. Aux États-Unis, le nombre de personnes infectées et tuées au cours de cette saison de la grippe est particulièrement élevé. La télévision japonaise Asahi a même soulevé une spéculation audacieuse, affirmant que de nombreux décès dus à la grippe aux États-Unis auraient pu en fait résulter de COVID-19.

Espérons qu'aucun pays ne partagera le sort de Wuhan. La période d'incubation de COVID-19 peut être trompeuse. Dans les pays où la situation est déjà grave, des mesures plus résolues doivent être prises pour arrêter la propagation non détectée qui pourrait être en cours. Si ces pays prennent des mesures avant la propagation, alors ils auront plus d'initiative.

Confrontés au risque de propagation mondiale du COVID-19, les pays qui ne sont pas encore gravement touchés par l'épidémie devraient également prendre des précautions, notamment en renforçant la capacité de détection des personnes infectées, en augmentant la production et le stockage de fournitures médicales pour permettre la prévention des infections. et le contrôle, comme les masques chirurgicaux et les tenues de protection.

L'épidémie n'a pas encore tourné au mieux en Chine, mais nous avons traversé la période la plus difficile. Dans des endroits en dehors de la province du Hubei, alors que les gens font encore de gros efforts pour prévenir l'épidémie, le travail et la production reprennent également. Dans la lutte contre le virus, la Chine a fourni des enseignements et une expérience précieuse, qui peut être une référence pour d'autres pays du monde.
Plaristes
   Posté le 24-02-2020 à 19:25:38   

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-18-fevrier-2020

Moi à votre place je commencerai à parler des points négatifs...
Si on ne veut pas se taper une dictature autoritaire.
Xuan
   Posté le 24-02-2020 à 20:56:00   

Je ne vois pas très bien le rapport. De quelle dictature autoritaire parles-tu ?
Le lien - que tu n'as pas rendu cliquable comme je te l'ai demandé - porte sur la capacité de la France à faire face à l'épidémie :
Olivier Véran sur le coronavirus : "La France est prête car nous avons un système de santé extrêmement solide"
Quand on sait la situation des urgences, les manifestations et les grèves qui se sont succédé depuis plusieurs mois il n'y a pas de quoi pavoiser.


La Chine a adressé au plus tôt le génome du coronavirus à la communauté internationale.
Elle a mis en place, dès que les erreurs initiales ont été corrigées, une quarantaine sévère concernant plusieurs dizaines de millions d'habitants, assortie du contrôle de température dans les transports et les lieux publics, puis de consignes de déplacement.
Elle a construit plusieurs hôpitaux préfabriqués et monté des hôpitaux de campagne dans les bâtiments publics.
Plusieurs milliers de travailleurs médicaux civils ou militaires ont été envoyés dans l'épicentre de l'épidémie.
La Chine a réorganisé ses chaînes de fabrication pour produire des protections en grand nombre.
Elle a aussi interrompu la production et les transports à grande échelle, démontrant par là que suivant le mot de Staline "l'homme est le capital le plus précieux".

Certains médias occidentaux ont critiqué la censure de certains "lanceurs d'alerte" (je ne parle pas de l'ophtalmologue décédé, qui n'était pas un lanceur d'alerte et qui a été injustement censuré par les autorités locales).
Les deux personnes, qui ont été présentées comme des témoins gênants et des défenseurs de la liberté, écartées par le pouvoir totalitaire chinois, ne sont que des mouches du coche. Les médics chinois n'ont pas besoin d'avoir des "lanceurs d'alerte" dans les jambes pour savoir qu'ils manquent de lits, de personnel et de médicaments.
Mais l'objectif des médias occidentaux était avant tout de discréditer la Chine, incapable de maîtriser une épidémie inexorable et de gérer une situation de crise.
En fait il y a bien eu une crise très difficile mais elle est surmontée et l'épidémie est en train d'être jugulée.

L'indifférence, le laxisme et aussi le bureaucratisme ont été punis ou dénoncés, conformément aux critiques des masses ou suite à des désordres sanitaires, y compris en limogeant des officiels de haut rang.
Des consignes de prophylaxie ont été lancées, accompagnées de formation par exemple sur la procédure d'habillage et de déshabillage.
Les comités de quartier ont organisé des équipes de volontaires pour relever les besoins des habitants dans la mégalopole de Wuhan, assurer le suivi des livraisons, signaler tous les cas de contagion.
La Chine développe actuellement des traitements ainsi qu'un vaccin.
Progressivement les procédures de sécurité sont allégées en fonction des régions, la production est relancée selon les régions et les besoins, en appliquant des règles de protection, etc.
La Chine associe une direction centralisée et des applications différenciées selon les situations locales.

Je ne crois pas que notre pays puisse en faire autant parce que le système de santé part en brioche et que le système capitaliste n'est pas capable de diriger de façon centralisée l'orientation économique dans une telle situation, encore moins de l'adapter aux spécificités régionales. La réduction de vitesse à 80 km/h et ses avatars en est un exemple flagrant.
On voit en Italie des gens se promener indifféremment avec ou sans masque et se précipiter dans les supermarchés encore ouverts. Aucun contrôle de température n'est effectué à la frontière non plus alors que les chinois ont utilisé des portiques et des contrôles manuels dans les aéroports.
Bien qu'il n'existe pas en France de mégalopole comparable à Wuhan, une quarantaine de ce type dans une de nos grandes villes, ça craint.
Fin janvier P. Pelloux appelait à ne pas paniquer, mais il a mis en garde le 24 février : contre les conséquences d’une éventuelle épidémie en région parisienne
Xuan
   Posté le 24-02-2020 à 21:00:26   

Suite à l'observation faite par Xi et le CC du PCC, des dispositions sont en cours sur les espèces sauvages.

L'interdiction complète du commerce illégal d'espèces sauvages de la Chine tombe à point nommé au milieu de COVID19

Par Liu Caiyu Source: Global Times Publié: 2020/2/24 21:23:41 Dernière mise à jour: 2020/2/25 0:17:42
https://www.globaltimes.cn/content/1180632.shtml


Un pangolin de contrebande est vu à l'intérieur d'une cage à Dumai, dans la province de Riau, en Indonésie, le 25 octobre 2017. Les autorités indonésiennes ont saisi plus de 100 pangolins en danger critique d'extinction lors d'un raid en octobre, selon un responsable. Photo: Xinhua


Les législateurs chinois ont convenu lundi d'interdire complètement le commerce illégal d'espèces sauvages et d'éliminer les mauvaises habitudes de manger des animaux sauvages en Chine, la décision a été saluée comme "opportune" et démontre un "impact mondial" selon les experts.

La décision "interdira complètement le commerce illégal d'espèces sauvages et éliminera les mauvaises habitudes de manger des animaux sauvages pour protéger la santé et les moyens de subsistance des gens" . La décision a été prise lors de la session bimestrielle de lundi du Comité permanent du Congrès national du peuple, la plus haute législature de Chine.

La décision élargit la sphère juridique et établit un système pour l'avenir de «l'interdiction complète des animaux sauvages» . La loi actuelle sur la protection de la faune n'est limitée qu'aux animaux protégés nationaux ou à d'autres animaux sauvages qui n'ont pas de source légale et n'ont pas passé l'inspection de quarantaine, selon le législateur.

Mais une révision complète de la loi sur la protection de la faune sauvage nécessite un processus. La décision spéciale prise lundi est d'interdire clairement et complètement la consommation d'animaux sauvages en temps opportun avant que les lois pertinentes ne soient modifiées. Cela fournit des garanties législatives solides pour gagner la guerre contre l'épidémie et protéger la vie et la santé des individus, ont déclaré les législateurs chinois.

Les contrevenants à la loi sur la protection de la faune sauvage seront punis plus sévèrement et feront face à des mesures de répression et à une surveillance plus stricte, ont déclaré les législateurs.

Certains sites de la faune illégale ne sont toujours pas interdits et les marchés de la faune sauvage dans certains endroits sont prévalents pendant l'épidémie. Les experts consultés par le Global Times ont déclaré que la décision aide à réprimer ces comportements illégaux et à lutter contre les maladies d'origine animale qui peuvent être transmises aux êtres humains.

"C'est un grand pas vers l'interdiction totale du commerce des espèces sauvages en Chine. Il devrait aider certaines régions à modifier leurs mauvaises habitudes de manger des animaux sauvages et à changer fondamentalement l'industrie" , a déclaré un chercheur de l'Université forestière de Beijing. Le College of Nature Conservation Wildlife Institute a déclaré au Global Times sous couvert d'anonymat.

Le chercheur a suggéré que le gouvernement publie des listes spécifiques sur les animaux qui sont inclus dans l'interdiction et mettent en évidence les animaux sauvages qui peuvent présenter des risques pour la santé des êtres humains.
La décision n'inclut pas les produits de la faune et la faune dans l'utilisation des médicaments. Les animaux sauvages tels que les écailles de pangolin sont couramment utilisés en médecine traditionnelle chinoise pour favoriser la lactation et l'impuissance.

Depuis l'éclosion du nouveau coronavirus, les problèmes concernant les animaux sauvages et leurs dangers cachés pour la sécurité de la santé publique ont attiré une large attention. Beaucoup pensent que le coronavirus a été transmis par des animaux sauvages, tels que les chauves-souris et les pangolins, avant de se propager à l'homme.
"L'interdiction complète du commerce illégal d'espèces sauvages fournira un exemple aux pays voisins, les forçant à changer leur point de vue sur l'industrie des animaux sauvages dans son ensemble. Cela renforcera la gouvernance écologique et environnementale mondiale de Chi-na" , Sophia Zhang, secrétaire générale adjointe de La China Biodiversity Conservation and Green Development Foundation, a déclaré au Global Times.

Avant l'interdiction nationale du commerce illégal d'espèces sauvages, de nombreux gouvernements locaux, y compris la municipalité de Tianjin, dans le nord de la Chine, et les provinces du Guangdong et du Fujian, dans le sud-est de la Chine, ont annoncé une interdiction du commerce et de la consommation aveugle d'animaux sauvages après l'épidémie de coronavirus.
La loi sur la protection des animaux sauvages, publiée en 1989 et modifiée en 2018, interdit la consommation d'animaux protégés. Selon l'agence de presse Xinhua, la loi interdit de chasser et de tuer les principaux animaux protégés, ainsi que de vendre, acheter et utiliser ces animaux et leurs produits.

ARTICLES LIÉS:
Les pangolins, un hôte intermédiaire potentiel d'un nouveau coronavirus: étude
Le nombre d'animaux sauvages augmente en raison de l'amélioration de l'environnement écologique à Nagqu, dans le sud-ouest du Tibet chinois

Lire aussi l'article de The Conversation mis en ligne ici le 10/02 Coronavirus : pourquoi fermer les marchés aux animaux en Chine serait une très mauvaise idée


Edité le 24-02-2020 à 21:03:56 par Xuan


Grecfrites
   Posté le 24-02-2020 à 21:24:12   

Interdire complètement un commerce illégal ?
Plaristes
   Posté le 25-02-2020 à 11:31:56   

Je n'ai pas de sympathie envers les gugus de Honk-Kong financés par soros et tous les paradis fiscaux des capitalistes occidentaux qui y sont présents....

Mais il faut admettre que la chine et la démocratie ça fait 2, ça fait 2 ans que ce système néo-impérial commence à partir en couille.....
La démocratie ce n'est pas quelque qui se base sur le rituel électorale je vous l'accorde. Mais depuis que le capitalisme a cessé d'être une nécessité au développement de la chine.
Le PCC devient de plus en plus corrompu.

Destruction des normes sanitaires tentatives répétées de privatisation du système de santé.
La manipulation médiatique est devenue vital pour que l'autocratie chinoise tienne debout.

La censure en chine ne relève en rien d'une censure populaire.


Edité le 25-02-2020 à 11:32:43 par Plaristes


Xuan
   Posté le 25-02-2020 à 15:55:52   

"Interdiction d'un commerce illégal" en effet, ça signifie qu'il existait une tolérance.
Dans un pays comme la Chine, comme dans tous les pays, on ne peut pas éradiquer en quelques décennies des traditions de plusieurs siècles.
C'est un équilibre entre la contrainte, l'argumentation et l'acceptation de mœurs plus adaptées à notre époque. On a tendance à oublier que la Chine était encore au stade féodal il y a moins de cent ans.
L'épidémie de coronavirus permettra à la Chine de progresser sur ce terrain-là, comme sur l'habitude de cracher par-terre.
On se rappelle que les passagers des avions ont été sanctionnés pour ce genre d'habitude, qui donne une image particulièrement mauvaise dans d'autre pays où ce n'est pas toléré.
Chez nous l'hygiène a prohibé le crachat depuis le siècle dernier. Cependant ce comportement revient chez certains jeunes.
Comme on voit la dictature du prolétariat ne vise pas seulement la grande bourgeoisie mais aussi les comportements anti-sociaux dans le peuple. Après il y a façon et façon de corriger. D'après cet article le système chinois est plutôt patient.

_____________________


Plaristes a écrit :

Mais il faut admettre que la chine et la démocratie ça fait 2


En effet ça fait deux parce que la démocratie se divise en 2.
Puisque tu es marxiste-léniniste ça ne doit pas t'échapper. De quelle démocratie parles-tu ?
Tu continues d'affirmer que "le capitalisme a cessé d'être une nécessité au développement de la chine" sans rien avoir démontré d'ailleurs.
C'est faux. La Chine a encore besoin de capitaux étrangers pour investir par exemple. Et c'est le cas de quasiment tous les pays émergents.


Depuis deux ans Xi Jinping a mis l’accent sur plusieurs points :
Remettre le marxisme à l’honneur y compris dans les écoles et chez les journalistes.
Combattre la corruption à tous les niveaux
Eradiquer la pauvreté
Ne pas oublier la cause communiste

Il y a un fil sur le sujet avec de nombreux exemples pour illustrer ce que j'avance.
Et j'aimerais bien que tu en fournisses de temps en temps avant de former des jugements à l'emporte-pièce sans la moindre démonstration, directement inspirés de la propagande bourgeoise.


Edité le 25-02-2020 à 16:12:27 par Xuan


Xuan
   Posté le 25-02-2020 à 18:49:16   

Voir sur ce fil La Chine combat le coronavirus sur fond de campagne médiatique raciste et anticommuniste.
L'article vient du site du PRCF .
Il a été repris sur le site "faire vivre"


On lira notamment la déclaration de l’ambassadeur de Chine en France sur plusieurs critiques faites à la Chine.
Citée par le PRCF et le réseau faire vivre , elle l'est aussi sur le blog réveil communiste de G. Questiaux.

Les attaques et les critiques qu'il relève ont été reprises des semaines durant par Le Monde, Libé, Le Huffington Post, France Info, France 24, etc. et j'en passe, aussi bien avec des articles que des vidéos , en s'appuyant sur des chiffres incomplets (comme l'accroissement du nombre total de cas en ignorant la diminution du nombre de cas journaliers au fil des jours ainsi que l'accroissement du nombre de guérisons).
Le Monde s'est fait une spécialité du commentaire fataliste visant à prouver que la Chine était incapable de gérer l'épidémie.
Cette presse et ces médias se sont particulièrement déchaînés sur le "sort" de deux mouches du coche baptisés "citoyens journalistes", infiltrés dans les jambes des médecins pour leur apprendre qu'ils manquent de lits, pitoyables pantins du libéralisme.
Ces vidéos ont attiré des centaines de commentaires haineux, anticommunistes, racistes ou simplement stupides. Mais aucune modération n'a été effectuée.
Lorsque j'ai cité des chiffres et des faits pour démentir je me suis fait évidemment insulter.


Je reproduis ci-dessous cette déclaration :

l’ambassadeur de Chine en France met les points sur les i contre le racisme et l’anticommunisme prenant prétexte de la crise du coronavirus


Ces derniers temps, l’Organisation Mondiale de la Santé, de nombreux Gouvernements ainsi que de nombreux experts étrangers ont largement salué et soutenu les efforts du Gouvernement et du peuple chinois dans leur lutte contre l’épidémie de Covid-19, dit l’Ambassadeur dans une déclaration du 14/02/2020.

Mais par ailleurs, nous avons également découvert des accusations gratuites et malveillantes. Certains se sont délectés avec un malin plaisir des insuffisances et des erreurs commises par les Autorités chinoises au début de l’épidémie, les imputant au « caractère totalitaire du régime chinois » . Très franchement, qui au monde, pourrait faire face à une épidémie d’une telle soudaineté et prétendre en venir à bout dans la décontraction ?
Dans leur gestion de l’ouragan Katrina de 2005 et de l’épidémie de Grippe A de 2009, les Autorités américaines ont dû faire face à d’innombrables problèmes. Pourtant, personne n’a alors songé à les imputer à leur régime politique ou au Capitalisme.

D’autres blâment « l’absence totale et délibérée de transparence du Gouvernement chinois dans sa communication sur l’épidémie » alors que c’est exactement le contraire.
La cellule de coordination interministérielle de notre Gouvernement tient des points de presse quotidiens et rapporte au peuple chinois comme à la communauté internationale, avec la plus grande transparence et la plus grande rigueur, les chiffres et l’évolution en temps réel de l’épidémie.
Ces données portent sur tous les types de cas : infections confirmées, cas suspects, cas graves, guérisons, décès et personnes placées en quarantaine. Si on considère que tout cela est de la «rétention d’information » , quid de l’attitude de l’administration américaine qui a attendu trois ans après la fin de l’épidémie de Grippe A pour reconnaître avoir sous-estimé sa gravité, et qui s’en est sortie par une pirouette en invoquant un « problème de statistique » ?

Lorsque le Gouvernement chinois enquête sur les défaillances de certains fonctionnaires, certains l’accusent encore de rechercher des « boucs- émissaires » . Oui, des enquêtes ont été diligentées dans plusieurs provinces chinoises sur les manquements de certains responsables dans la lutte contre le virus. Certains sont poursuivis et d’autres déjà révoqués.
C’est l’illustration de la forte capacité du système socialiste chinois à corriger ses erreurs. Des forêts en Australie en 2019, qui donc, parmi les hommes politiques ou les responsables de ces pays, a été poursuivi ou limogé ?
Rien de tout cela n’a troublé les vacances du président américain, ni celles du premier ministre australien.

[Note Xuan : pour ne pas s'ingérer, l'ambassadeur de Chine n'a pas cité l'épisode "responsable mais pas coupable" qui a conclu l'affaire du sang contaminé dans notre pays]

Certains reprochent au Gouvernement chinois de « renforcer la censure » . Selon eux, la fermeture -dans le respect du droit- de comptes Wechat diffusant des rumeurs, revient à signer « l’arrêt de mort sociale » de leurs propriétaires. Je rappelle que sur Facebook, rien que sur les trois derniers trimestres de l’année dernière, 5,4 milliards de comptes ont été supprimés pour diffusion de rumeurs. Est-ce que cela signifie que Facebook a prononcé 5,4 milliards d’arrêts de mort ? Pourquoi le même phénomène est-il qualifié en Occident de « lutte contre les fake news » et d’ « écrasement de la liberté d’expression » quand il se produit en Chine ?

La logique à l’œuvre, derrière ces absurdités, est en fait très simple : c’est le fameux « deux poids deux mesures » qui permet d’interdire aux Chinois ce que s’autorisent les Occidentaux. Certains problèmes, de nature technique en Occident, deviennent politiques dès qu’ils concernent la Chine. Rien d’étonnant à cela.
Au fond, c’est l’ « égocentrisme occidental » qui s’exprime.

La Chine a mis quelques décennies pour accomplir le parcours de développement réalisé par l’Occident en quelques siècles. Sa classe moyenne est aujourd’hui plus nombreuse que l’ensemble de la population américaine. Certains ont du mal à accepter le fait qu’un pays appauvri et affaibli en un siècle ait pu émerger, sans emprunter le modèle occidental. Ça les dérange et ils ne le digèrent pas. Par conséquent, dès que la Chine fait face à des difficultés, on les voit bondir et s’ingénier à l’accabler davantage à coups de discours méphitiques. On a vu fleurir dans les médias des titres comme :
« China Is the Real Sick Man of Asia », « Coronavirus Made in China », « Alerte jaune » et « Péril jaune » , tous faisant l’amalgame entre l’épidémie, la Chine, le peuple chinois, voire la communauté asiatique toute entière. Si des Occidentaux étaient victimes de ce type de discours humiliant, ils les jugeraient contraires au droit et à la morale. S’ils visaient des Africains ou des Arabes, ils seraient considérés comme politiquement incorrects. Mais s’ils visent des Chinois, alors, c’est la « liberté d’expression » .

Chez certains médias, la critique-réflexe de tout ce qui est chinois confine à la paranoïa. Ces soi-disant sinologues, plongés dans leurs études de la Chine depuis des dizaines d’années sans finalement n’y rien comprendre, sont pathétiques.
Ils ne s’intéressent qu’aux « problèmes » du pays, espérant y trouver les moindres prémices du fiasco chinois, au lieu d’essayer de réfléchir aux ressorts de son émergence rapide. Ainsi, ils continuent d’aller d’erreur en erreur.
Ils s’attendent sans doute à ce que cette grande épidémie provoque l’effondrement de la Chine socialiste dirigée par le PCC. En se voilant la face, ces gens-là trompent leurs opinions publiques avec des fariboles auxquelles eux-mêmes ne croient pas, le tout au préjudice des nations et des peuples.

Inutile de dire combien le Gouvernement et le parti communiste chinois sont vigilants face à la survenue de cette épidémie. Ils y ont réagi avec tout le sérieux qui s’imposait. Dans une éthique de responsabilité, tant vis-à-vis des Chinois que de la communauté internationale, les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes et les plus strictes ont été prises, dont beaucoup bien plus draconiennes que les exigences du Règlement sanitaire international (RSI) et des recommandations de l’OMS.
En décidant des mesures de contrôle strictes à Wuhan, ville de plus de 10 millions d’habitants et au Hubei, province de 59 millions d’habitants, nous avons consenti à d’énormes sacrifices.

Certains disent que ces mesures « violent les droits de l’Homme » .
Mais, pardon de vous le rappeler ! C’est vous qui bénéficiez des bienfaits de ces mesures ! Selon les chiffres de l’OMS, jusqu’au 10 février, on ne comptait que 319 cas confirmés et 1 seul décès hors de Chine. Alors qu’en 2009, après le déclenchement de l’épidémie de Grippe A aux États-Unis, le Gouvernement américain n’avait adopté aucune mesure stricte de contrôle et de prévention pendant 6 mois, de sorte que l’épidémie s’est propagée dans 214 pays et régions, infectant plus de 1,6 millions de personnes et causant plus de 280 000 morts. Sans l’immense sacrifice consenti par le peuple chinois, le tableau épidémiologique mondial serait bien différent. Nous n’attendons pas des médias occidentaux qu’ils nous encensent, mais simplement qu’ils nous traitent en égal et sans parti pris.
Plaristes
   Posté le 25-02-2020 à 18:52:00   

Vous avez du mal à le concept de dictature culturelle.. Pourtant vous êtes les premiers à lutter contre l'hégémonie culturelle américaine et hégémonie bourgeoise.

Vous devriez savoir qu'une culture saine, est une culture permettant une intersubjectivité saine où tout le monde peut y participer, même Staline incarnation du dogmatisme marxiste absolu qui n’avait pas compris que le problème politique n’est pas seulement de changer le monde en soi mais de permettre aussi, à chaque subjectivité, de changer le monde pour soi. Avait finalement compris en fin de vie qu'il était bon de laisser part à tout le monde, en autorisant ancien koulaks garde blancs etc etc à se présenter aux élections....

Regardez ma vidéo sur la polémique des art martiaux en chine (Stagnation de la culture chinoise).... vous verrez que ça coince !!! (Vous comprenez pourquoi on dit que c'est Black Mirror)


Ensuite il y a la position du PCC par rapport à l'état... Là aussi même Staline avait compris qu'il fallait séparer parti et appareil d'état. (19° congrès du parti...)

Clouscard ajoutera :

"Michel Clouscard – Cette dictature est une concentration et confusion des pouvoirs. Il s’agit d’identifier l’appareil du PC à l’appareil d’état, puis de proclamer celui-ci état de droit: l’U.R.S.S. De cette confusion peut naître un énorme pouvoir politique mais qui va conjuguer deux effets pervers. D’une part, il provoque un dédoublement progressif de la conscience de classe (parti, appareil d’état) et de la réalité (sociologique) de classe. Cet éloignement en vient même à une rupture."

Alors on peut pardonner des nations comme Cuba d'avoir tardé à ce concept, et de maintenir toujours aujourd'hui une étanchéité culturelle étouffante, avec la proximité de leur voisin américain assez intrusif et envahissant et à cause du manque de ressources... (Ce qui 'nest aps le cas pour la chine...

Mais quand cuba a fait son ouverture sur l'occident suite à la chutte de l'URSS et la crise il avait déjà depuis belle lurette un parti qui obéissait à ce principe d'organiser la vie politique plutôt que la politique en elle même.
Et il on inventé un système politique qui fait fureur en Amérique Latine...


On ne peut pas en dire autant du PCC chinois qui tempe de la corruption incluant du trafique d'organe des triades.... Ce n'est pas sans rappeler les année Brenjnev avec la mafia Russe.

Concernant la pauvreté... Alors on peut vanter le développement des forces productives magnifiques... Mais je vous invites à regarder africa town en chine.. Guangzhou pour être plus précis, il y a un sous prolétariat chinois, qui n'est pas sans rappeler la nature du sous prolétariat immigré ici en France.

Ensuite pour le marxisme si c'est un marxisme dogmatique ça ne va pas nous emmener bien loin et donc le point suivant sera une impossibilité...

Et pour en revenir à l'éradication de la pauvreté je pense qu'on arrive dans une société qui porte les mêmes travers que la société Française des années 70's... Et l'ouverture d'un marché du désir...
Couplé à un marché de l'image de marque... On est encore dans l'idéologie de l'image de marque mais ça va rapidement tourner à l'idéologie du désir.


Ironiquement les restrictions du PCC sur le capitalisme uniques à la chine feront que la Chine sera peut--être el dernier pays capitaliste sur terre.


Duc moins si nos gouvernements n'ont pas l'idée de faire la même chose avec les réseaux sociaux (ce qui serait bien possible.... voir certains scandales sur ces derniers en occidents et voir comment en europe de l'est ces derniers sont utilisés...)
Xuan
   Posté le 25-02-2020 à 21:00:13   

L'hégémonie US et bourgeoise reposent sur la domination de la classe des exploiteurs.
Le prolétariat doit exercer sa propre hégémonie pour parvenir à une société sans classe.
C'est toi qui as beaucoup de mal à envisager la notion de dictature et de démocratie autrement que sous une forme absolue.

La vidéo que tu mets en ligne est franchement inepte. Tu résumes la culture chinoise à des combats de kung fu simulés et tu en conclus à la "stagnation de la culture chinoise"...

Primo la culture chinoise embrasse de très nombreux domaines et sur une très vaste période, des soldats de terre cuite préservée et restaurés, jusqu'à la version de la jeunesse de Marx en dessin animé.
L'art traditionnel est préservé y compris celui des minorités, contrairement à l'accusation de "génocide culturel".
Quant à l'art contemporain chinois, il est très riche et varié, beaucoup plus que ce qu'on peut voir en occident, bien souvent vide de sens, d'une portée dérisoire, voire scatologique, animé par les toquades financières des grands salons. Du reste l'art des pays émergents en général a beaucoup à apprendre à l'occident maintenant.

Secondo les masses aiment aussi les films d'action avec de faux combats, y compris avec des scènes fantastiques et des effets spéciaux, et ça n'a rien de réactionnaire.
Tu n'acceptes pas ça mais tu parles d'intersubjectivité et "de laisser part à tout le monde" mais en fait tu vis en vase clos et tu rejettes la subjectivité populaire.

_______________________


Le rapport du PCC et de l'Etat est très simple : le PCC est l'avant-garde de la société chinoise. Et c'est la seule manière d'aboutir au but final qui est l'extinction de l'Etat.
Les idéologues de la bourgeoisie font une fixette sur l'Etat (bourgeois mais présenté comme un modèle universel) qui serait une garantie des libertés, tandis que la direction d'un parti constituerait une dictature.
L'Etat est toujours l'instrument d'oppression d'une classe sur une autre, y compris durant la transition du socialisme.
L'indépendance de l'état par rapport au parti communiste ne peut être que formelle : qui serait aux postes de direction de l'Etat sinon des communistes ?
De même ceux qui dirigent l'Etat bourgeois ne peuvent être qu des représentants des monopoles capitalistes et en aucun cas des représentants du peuple.

_______________________


En ce qui concerne la corruption, due à l'intrusion du libéralisme et des sociétés étrangères notamment, c'est un des principaux chevaux de bataille de Xi.
Le Monde et d'autres en ont fait des tonnes sur le sujet.
Lorsque Xi a entrepris avec une grande vigueur la lutte contre la corruption ces feuilles de chou l'ont accusé de faire grimper ses copains.
Mais je n'ai pas vu beaucoup d'articles pour détailler les faits incriminés comme l'a fait la presse chinoise.
De même dans la lutte contre le coronavirus les mêmes canards atlantistes calqués sur la presse US ont repris la thèse du lampiste, comme si Xi décidait d'une convocation et d'une réprimande à un commissariat de police.
Aucun n'a indiqué les faits reprochés aux responsables locaux, comme le banquet de nouvel an de 40 000 personnes organisé à Wuhan. Critique largement reprise sur les réseaux sociaux et prise en compte pour le limogeage du maire.
Aucun n'a cité les reproches très précis faits aux responsables des prisons qui ont été sanctionnés, etc.
J'ai publié un certain nombre de faits sur ce sujet dans ce fil. Merci de t'y reporter.

_______________________


En ce qui concerne l'éradication de la grande pauvreté, elle est à l'échelle des dizaines de millions de paysans, sans précédent dans l'histoire mondiale tant pour le nombre de gens concernés que pour le peu de temps dans sa réalisation, qui est en voie d'achèvement. C'est une réalité reconnue sur la scène internationale.

Régulièrement depuis des années Xi Jinping et d'autres cadres du gouvernement central visitent des hameaux déshérités et rencontrent directement les habitants pour en évaluer l'évolution, demander combien ils gagnent, si le médecin est loin, combien coûtent les médicaments s'ils sont correctement habillés, si les enfants sont bien nourris et vont à l'école.
Les médias impérialistes feignent d'ignorer d'où vient la Chine et imputent la misère au communisme. Est-ce que non seulement la misère mais aussi les crimes et les génocides sont dus au communisme en Afrique ou en Amérique du sud ?

_______________________


La ligne du PCC est précisément à l'inverse du dogmatisme, elle est très pragmatique au contraire. Elle consiste à "tâter les pierres du ruisseau du bout du pied pour avancer" , pour une simple raison :
le socialisme dans un pays pauvre et colonisé, à peine industrialisé n'a jamais existé et tout est à inventer.

_______________________


Je suis surpris que tu te dises marxiste-léniniste et que tu reproduises aussi fidèlement la propagande antichinoise des médias atlantistes et de la social-démocratie, sans le moindre filtre, sans esprit critique, sans te demander s'il n'y a aucun parti pris, si les images reflètent toute la réalité, et surtout sans chercher à connaître le point de vue du PCC et les réalisations de la Chine, sinon à travers cette présentation déformée.


Edité le 25-02-2020 à 22:40:09 par Xuan


Xuan
   Posté le 25-02-2020 à 21:20:17   

Concernant le ligne pratique et non dogmatique du PCC dans le traitement du coronavirus, cet article concernant la situation dans le Hubei, l'épicentre de l'épidémie.
Il faut garder à l'esprit que cette région comptabilisait au lundi 24 février 64 786 cas contre 77 658 cas pour la Chine continentale (83 %), et 2563 morts sur un total de 2589 (99 %). Lundi également 499 cas nouveaux sur 508 (98 %).
Comme dans le reste de la Chine la situation évolue de façon positive puisque depuis le 19 février le nombre de guérisons journalières est supérieur au nombre de cas nouveaux : le 24février 2113 guérisons soit 5 fois plus.
Ceci étant la concentration très importantes des malades implique la nécessité de maintenir un contrôle strict, contrairement à d'autres régions.



Wuhan continue d'être astreinte aux mesures «les plus strictes»

Par Zhang Han et Chen Qingqing Source: Global Times Publié: 2020/2/25 20:38:40
Dernière mise à jour: 2020/2/25 21:58:40
https://www.globaltimes.cn/content/1180756.shtml


Malgré des signes positifs, les autorités sanitaires chinoises ont annoncé mardi que la prévention et le contrôle des épidémies de COVID-19 dans l'épicentre de Wuhan continueront de prendre les mesures "les plus strictes jamais appliquées" , tandis que les hauts responsables de la province du Hubei ont averti que la situation épidémique complexe exigeait que les autorités compétentes soient prudent plutôt que de faire confiance à la chance.
Au niveau de la communauté, les tâches urgentes telles que le dépistage des porteurs potentiels de virus et la sauvegarde de l'approvisionnement médical et des nécessités quotidiennes rencontrent toujours des difficultés dans la pratique.
La Commission nationale de la santé a annoncé mardi que les mesures "les plus strictes à ce jour" se poursuivraient au Hubei et que les canaux de sortie quittant Wuhan et le Hubei resteraient sous contrôle strict.
Lundi, les autorités de Wuhan ont annulé une politique d'assouplissement des heures de verrouillage de la ville après son annonce. Le communiqué précédent aurait été signé par un adjoint au maire de Wuhan avant d'être approuvé par les hauts responsables du centre de commandement pour la prévention et le contrôle des épidémies de la ville.
Les experts chinois prennent cette décision comme un signe de gestion lâche au sein du gouvernement de Wuhan alors que la situation épidémique est toujours difficile dans la ville, avertissant qu'il est trop tôt pour que les gouvernements locaux se relâchent.
En réaction rapide à la décision et aux critiques des experts et des internautes, Ying Yong, chef du Parti de la province du Hubei, a déclaré lors d'une réunion de travail lundi après-midi que les communautés devraient continuer à dépister les infections suspectées et les contacts étroits de façon dragnet.
Ying a demandé aux gens de rester prudents et d'éviter de faire confiance à la chance ou de relâcher la vigilance. Il a souligné que les points clés résidaient dans le sauvetage des patients critiques afin de réduire les décès, l'augmentation de la production de fournitures médicales dans la province et la garantie des nécessités de la vie dans le cadre du strict verrouillage.
La remarque de Ying a été suivie de rapports mardi disant que Wang Zhonglin, le nouveau chef du Parti de Wuhan, a enquêté sur certaines communautés de Wuhan, qui devraient mettre en œuvre une gestion fermée stricte 24h / 24, en secret - pour découvrir que de nombreuses lacunes existaient toujours dans leur gestion .
Par exemple, les voitures ont pu pénétrer dans les communautés sans faire l'objet d'une enquête par les travailleurs communautaires, et les résidents âgés qui vivent seuls ne pouvaient se faire livrer du matériel vivant qu'une fois par semaine.
Wang a critiqué une gestion aussi détendue et a appelé chaque individu à assumer ses responsabilités.
"Nous avons payé beaucoup dans cette guerre et arrivons à un moment vital où nous devons persister, sinon nous manquerions de succès faute d'un effort final" , a noté Wang.

La pénurie de personnel médical a été relativement atténuée tandis que l'hospitalisation des patients et des cas suspects est plus rapide, a déclaré un médecin local qui a requis l'anonymat.

Certains résidents du Hubei à l'extérieur de Wuhan ont appelé à un assouplissement des politiques de contrôle après avoir constaté une diminution des infections au cours de la semaine dernière. Mais Yang Zhanqiu, directeur adjoint du département de biologie des agents pathogènes à l'Université de Wuhan, a déclaré que la suggestion était "prématurée car le virus pourrait ressusciter avec un peu de relâchement."
Le dépistage des porteurs potentiels de virus n'a pas été achevé à Wuhan, et le relâchement des mesures de contrôle à l'extérieur de Wuhan pourrait entraîner une résurgence du virus dans ces endroits, a déclaré Yang au Global Times.
" Il est compréhensible que les responsables locaux soient confrontés à une forte pression dans la bataille à long terme contre le virus, mais comme il s'agit d'une guerre, ils devraient mobiliser toutes les ressources possibles pour terminer le travail et faire de leur mieux pour gagner le soutien des gens" , Ren Jianming, Le professeur de gestion publique basé à Pékin a déclaré mardi au Global Times.
Certains fonctionnaires et résidents ont peut-être pensé que la situation s'améliorait après avoir vu moins de cas d'infection et plus d'hôpitaux avec des travailleurs médicaux de tout le pays venant offrir leur soutien. Mais ces signes positifs ne peuvent être maintenus que sur la base d'un contrôle réussi des communautés, sinon la situation pourrait remonter à il y a un mois avec des transmissions interhumaines à grande échelle, a déclaré Ren.

__________________


L'article suivant montre un traitement différencié dans la reprise des activités, en fonction des risques et des besoins.
Xi a insisté sur la sécurité comme une priorité, particulièrement dans les régions les plus touchées.
Dans le domaine économique, il a mis l'accent sur l'emploi et la poursuite de la réduction de la pauvreté.

NB : La Foire de Canton, devrait se dérouler comme prévu le 15 avril à Guangzhou, capitale de la province du Guangdong (sud de la Chine).

Xi Jinping met l'accent sur la reprise ordonnée du travail et de la production



(COVID-19) Xi Jinping met l'accent sur la reprise ordonnée du travail et de la production

Xinhua 25.02.2020

Le président chinois Xi Jinping a mis l'accent, dimanche, sur la reprise ordonnée du travail et de la production, avec des exigences spécifiques à cet effet.

Chaque région doit adopter une approche précise dans l'avancement de la reprise du travail et de la production sur la base des risques sanitaires locales, a indiqué M. Xi, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale. Il a fait ces remarques dans un important discours prononcé lors d'une réunion à Beijing pour faire avancer les travaux de coordination de la prévention et du contrôle du COVID-19 et du développement économique et social.

> Les régions avec des risques relativement bas doivent réorienter leurs stratégies de prévention et de contrôle de l'épidémie le plus vite possible pour se concentrer sur la prévention des cas importés et la restauration globale de l'ordre de production et de vie, a poursuivi M. Xi.
> Les régions à risques moyens doivent promouvoir la reprise du travail et de la production de manière ordonnée en vertu des situations locales de contrôle de l'épidémie,
> alors que les régions à risques élevés doivent continuer à s'engager pleinement à faire du bon travail dans la prévention et le contrôle de l'épidémie, a-t-il indiqué.

>Il a souligné le renforcement du rôle de régulation des politiques macroéconomiques, appelant à plus de positivité dans la politique budgétaire proactive et à l'adoption de plus de politiques intérimaires plus ciblées dans la réduction des taxes et de frais afin d'aider les micro, petites et moyennes entreprises à surmonter les difficultés.
En outre, la politique monétaire prudente doit présenter plus de flexibilité et de modération, a indiqué M. Xi, appelant à faire un bon usage des politiques existantes de soutien financier et à introduire de nouvelles politiques et mesures en temps voulu.

>La Chine renforcera ses efforts pour maintenir la stabilité du marché de l'emploi avec des mesures globales pour réduire les charges des entreprises, préserver la stabilité de la masse salariale, retenir et créer des emplois, a fait remarquer M. Xi, ajoutant que dans la résolution des problèmes subsistants de pénurie grave de travailleurs dans certaines entreprises, la forte pression pour maintenir la stabilité de la masse salariale et la difficulté des groupes clés à obtenir un emploi, des efforts doivent être faits pour soutenir l'emploi flexible au moyen de multiples canaux et faciliter l'emploi des nouveaux diplômés.

>Le pays doit accomplir résolument la tâche de réduction de la pauvreté malgré l'impact de l'épidémie, a poursuivi M. Xi, demandant des efforts pour aider les ouvriers pauvres à retrouver leurs postes de manière ordonnée, de soutenir les grandes entreprises et les ateliers de réduction de la pauvreté à reprendre les activités au plus vite, et d'améliorer les mécanismes visant à empêcher les gens de retomber dans la pauvreté.

M. Xi a souligné les efforts à déployer pour la reprise du travail et de la production avec des stratégies précises de prévention et de contrôle de l'épidémie, tout en fluidifiant les canaux de voyage et de logistique et en levant les interdictions au transport de fret pour que tous les maillons des chaînes industrielles reprennent le travail et la production de manière coordonnée.
Le pays doit accroître activement la demande intérieure effective, accélérer le progrès des projets en construction et des nouveaux projets, ainsi que renforcer les garanties pour la main-d’œuvre, la terre, les fonds et d'autres facteurs de production.

>Dans la même lancée, la Chine assurera le travail agricole printanier de manière opportune, a indiqué M. Xi.
Ce faisant, il a encouragé des efforts pour résoudre les problèmes saillants dans la préparation de la campagne agricole printanière et assurer une production, un transport et un approvisionnement bien organisés des matériels agricoles.
M. Xi a également noté que les moyens de subsistance de la population devraient être garantis, notamment l'approvisionnement en aliments de base et autres aliments. Des efforts accrus devraient être fournis pour prendre soin des nécessiteux ainsi que de ceux qui ont perdu des membres de leur famille en raison de l'épidémie. Des efforts devraient également être faits pour coordonner le traitement médical des patients souffrant d'autres maladies.

Le pays doit maintenir la stabilité du commerce extérieur et des investissements dans le contexte de l'épidémie, a souligné M. Xi.
Les outils de politique de commerce extérieur, tels que les remises de taxes à l'exportation et les assurances de crédit à l'exportation, doivent être mis à profit pour assurer le bon fonctionnement des chaînes industrielles de commerce extérieur et des chaînes d'approvisionnement.
Les grands projets d'investissement étranger doivent être bien mis en œuvre, tandis que l'ouverture des services financiers et des autres services doit être élargie. L'environnement commercial doit continuer d'être optimisé pour renforcer la confiance des entreprises étrangères dans les investissements et l'exploitation à long terme en Chine, a indiqué M. Xi.

(Rédacteurs : Yishuang Liu)


Edité le 25-02-2020 à 23:28:32 par Xuan


Xuan
   Posté le 25-02-2020 à 22:43:52   

L'OMS qualifie les efforts de lutte contre le coronavirus de la Chine d'"ambitieux, agressifs et agiles"


le Quotidien du Peuple en ligne 25.02.2020 15h35
http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2020/0225/c31354-9661863.html

Bruce Aylward, chef du panel d'experts étrangers de la mission conjointe OMS-Chine sur le COVID-19, présente un graphique montrant les résultats des efforts de lutte contre l'épidémie de la Chine lors d'une conférence de presse le 24 février à Beijing. (Wang Zhuangfei / China Daily)


Alors que le récent ralentissement substantiel de la propagation du nouveau coronavirus en Chine est réel et qu'il est désormais raisonnable de rétablir progressivement les activités professionnelles, les experts de la santé ont toutefois averti que les risques de réapparition du virus sont nombreux et ont mis en garde contre toute complaisance, a déclaré la mission conjointe OMS-Chine sur le COVID-19 lors d'une conférence de presse après ses enquêtes sur le terrain d'une semaine en Chine.
Selon l'équipe conjointe de responsables de la santé chinois et de l'OMS, les mesures de contrôle "ambitieuses, agiles et agressives" prises par la Chine pour maîtriser l'épidémie de pneumonie à nouveau coronavirus, soutenues par une solidarité nationale et des recherches scientifiques avancées, ont modifié la courbe de l'épidémie pour le mieux, évité un grand nombre de cas potentiels et offert une expérience précieuse dans l'amélioration de la réponse mondiale à la maladie.

Bruce Aylward, conseiller principal auprès du directeur général de l'OMS et chef du panel d'experts étrangers, a déclaré que des mesures telles que l'isolement de masse, l'arrêt des transports et la mobilisation du public pour respecter les pratiques d'hygiène se sont révélées efficaces pour lutter contre une maladie contagieuse et mystérieuse, en particulier lorsque l'ensemble de la société applique consciencieusement lesdites mesures.
"Cette approche du gouvernement et de la société dans son ensemble est très 'à l'ancienne' et a probablement évité au moins des dizaines de milliers voire des centaines de milliers de cas ", a-t-il dit. "C'est extraordinaire".
M. Aylward a également déclaré qu'il se souvenait d'un fait particulièrement frappant de son voyage en Chine : à Wuhan, la capitale de la province du Hubei, épicentre de l'épidémie et sous une forte pression médicale, des lits d'hôpitaux se libèrent et les institutions médicales ont la capacité et l'espace pour recevoir et soigner tous les patients pour la première fois depuis le début de l'épidémie.
"Habitants de Wuhan, il est reconnu que le monde est votre débiteur. Lorsque cette maladie aura pris fin, nous espérons que nous aurons l'occasion de remercier les habitants de Wuhan pour le rôle qu'ils ont joué" , a-t-il dit.

Avec l'émergence de groupes d'infection dans les pays étrangers, a-t-il poursuivi, les stratégies adoptées par la Chine pourront être mises en œuvre sur d'autres continents, notamment la localisation et la mise en quarantaine de contacts étroits, la suspension des rassemblements publics et le renforcement des mesures de santé de base telles que le lavage régulier des mains.
Xuan
   Posté le 26-02-2020 à 09:18:08   

Sur France Info La Chine interdit "complètement" le commerce et la consommation d'animaux sauvages
Cette décision a été prise par le comité permanent du Parlement.
Plaristes
   Posté le 26-02-2020 à 12:39:00   

Reste à voir comment vont gérer les marchés noirs.....

Ça sera une indication du niveau de corruption de l'état chinois.... Pour voir s'ils ne sont pas comme la Russie de Brenjnev...
Xuan
   Posté le 26-02-2020 à 13:26:17   

Le marché noir et la corruption sont deux choses différentes.
Le marché noir concerne des réseaux mafieux ou des particuliers et la corruption concerne des membres du PCC ou les fonctionnaires.
Ensuite il peut exister des liens entre les deux mais ils ne sont pas systématiques.
Si le tabac est interdit en France on aura une inflation du marché noir existant et, bien qu'il existe des ripoux, cette inflation ne donnera aucun idée de la corruption.

A propos de la lutte contre la pauvreté dont tu as parlé, voir la série d'articles la lutte contre la pauvreté, "droit de l'homme"
Grecfrites
   Posté le 26-02-2020 à 20:42:02   

Xuan a écrit :


Aucun n'a indiqué les faits reprochés aux responsables locaux, comme le banquet de nouvel an de 40 000 personnes organisé à Wuhan. Critique largement reprise sur les réseaux sociaux et prise en compte pour le limogeage du maire.


Aurais-tu des sources concernant ceci ? Cela me paraît irréel !
Plaristes
   Posté le 26-02-2020 à 22:10:17   

Oui sauf que les triades chinoises ont pris du poids récemment elles sont bien plus puissantes et sans pitié que la mafia locale qu'on a ici...

Elles sont dans du trafique d'humain et du trafique d'organe à grande échelle les tarés du kosovos, loups gris, et d'albanie sont des amateurs à côté qui profitent d'état mafieux...

Les triades chinoises opèrent leur trafique avec la complicité de beaucoup de membre du PCC les avantages offerts par les triades ne sont pas simplement monétaires, ils offrent aux membres corrompus leur services et s'accorde avec les politiques chinois quelle population va $être victime de leur commerce.

La mafia Russe et ses magouilles au KGB c'est de la rigolade à côté... On avait jamais atteins de tel degré de complicité dans l'URSS décadente...


Si ces triades prennent intérêt dans ce petit marché noir en essayant de le protéger et de l'encadrer contre des frais de protection.... On pourra mesurer l'ampleur de la corruption....
Xuan
   Posté le 27-02-2020 à 00:14:22   

Grecfrites a écrit :

…Aurais-tu des sources concernant ceci ? Cela me paraît irréel !

J'ai lu cette info et je l'ai notée mais sans la référence malheureusement.
L’info est sortie je crois dans le bulletin des nouvelles au fil de l’eau de Global Times.
https://www.globaltimes.cn//content/1177737.shtml
Un site réactionnaire a prétendu 100 000. En réalité 40 000 pour une ville de plus de 10 millions d’habitants c'est possible compte tenu des festivités du nouvel an.

Les premières sanctions contre des officiels sont tombées le 1er février, bien avant le décès du Dr Li :
Huanggang punit 337 fonctionnaires pour avoir relâché leur devoir dans la lutte contre le coronavirus
Source: Global Times Publié: 2020/2/1 21:42:39

Huanggang, une ville voisine de Wuhan, qui enregistre le deuxième plus grand nombre de nouvelles infections à coronavirus, a puni 337 fonctionnaires pour avoir manqué à leur devoir de combattre le coronavirus. Six d'entre eux ont été démis de leurs fonctions.


En ce qui concerne Wuhan, ce sont le maire qui avait organisé le banquet, et le responsable du PCC qui ont été limogés.


Edité le 27-02-2020 à 10:40:33 par Xuan


Xuan
   Posté le 27-02-2020 à 14:11:37   

Plaristes a écrit :

les triades chinoises ont pris du poids récemment elles sont bien plus puissantes et sans pitié que la mafia locale qu'on a ici...
Elles sont dans du trafique d'humain et du trafique d'organe à grande échelle les tarés du kosovos, loups gris, et d'albanie sont des amateurs à côté qui profitent d'état mafieux...
Les triades chinoises opèrent leur trafique avec la complicité de beaucoup de membre du PCC les avantages offerts par les triades ne sont pas simplement monétaires, ils offrent aux membres corrompus leur services et s'accorde avec les politiques chinois quelle population va $être victime de leur commerce.
La mafia Russe et ses magouilles au KGB c'est de la rigolade à côté... On avait jamais atteins de tel degré de complicité dans l'URSS décadente...
Si ces triades prennent intérêt dans ce petit marché noir en essayant de le protéger et de l'encadrer contre des frais de protection.... On pourra mesurer l'ampleur de la corruption....


D'où tiens-tu qu' elles ont pris du poids récemment ?
La plus importante des triades comporte 50 000 membres répartis aux Etats-Unis, en Australie, à Macao, en ThaÏlande, au Vietnam, au Canada et en République Dominicaine.

Les triades sont plusieurs sociétés secrètes qui se sont développées contre le colonialisme. Su Yat Sen y était aussi affilié.
Après la révolution une frange nationaliste est restée mais des gangsters ont encore subsisté, y compris issus de certains "gardes rouges".
La RPC punit toutes les activités qui troublent l'ordre social et les triades ne sont pas plus épargnées que les gangs et les voyous sous Staline, lesquels ont constitué l'essentiel des candidats au goulag.
Les triades chinoises sont originaires et concentrées à Hong Kong et Taiwan, c'est-à-dire là où la loi du continent ne s'applique pas, suivant le principe "un pays deux systèmes" . En d'autres termes là où le libéralisme est appliqué.


Edité le 27-02-2020 à 14:38:17 par Xuan


Plaristes
   Posté le 27-02-2020 à 16:01:40   

Oui et elles ont des liens avec l'abanie...

Mais dans les zones libérales ce sont les triades types Sun Yee On, mais il y a d'autre triades qui opèrent en dehors des zones libérales.... C'est plus proche de la corruption française, quand on balance une prime 160 000€ ici en France à un policier pour "bon résultat", c'est totalement légal, on appelle pas ça corruption. Pourtant ça en est.. Insi les ripoux pullulent grâce aux institutions.
Pareil en chine dans les zones moins libérales...

Je vous invites à lire :
Organes à tous les coups
De Denis Alamercery

Ça parle du trafique d'organe en Asie, au Japon des triades dans les zones libérales, Indes Népal... De 1945 jusque dans les années 2 000.

Et de de reconversion institutionnelles.

On apprends au passage plein de chose sur Israël états-unis et leur magouilles en république populaire de chine sous Mao......
Xuan
   Posté le 27-02-2020 à 18:05:04   

C'est un polar !





Résumé :

Après avoir déjoué l’opération Goliath, Arno Fugiers revient, plus fort, plus beau et plus intelligent que jamais !
Une fois encore, il se retrouve embarqué, malgré lui dans une aventure dans laquelle il devra déjouer les plans macabres de réseaux criminels internationaux. Pour quelle raison ces mexicains avec lesquels il a eu le malheur de jouer au poker ne le lâchent-ils pas d’une semelle ? Avec une équipe de choc constituée de Gino, le mafieux sicilien plein de ressources, d’Anna, agent secret espagnol « rejeton issu d’une nuit d’amour trop arrosée entre Obélix et une pelleteuse Caterpillar », et la charmante commandant Moreau, agent de la DGSE (Fugiers aurait-il trouvé plus forte tête que lui ?), notre superhéros va-t-il réussir à déjouer tous les pièges que lui tendent les truands ?



C'est ça tes références, tes chiffres, tes preuves, tes démonstrations, tes arguments ?
Tu te fous du monde.
Xuan
   Posté le 27-02-2020 à 23:45:53   

Les communistes ne se distinguent pas des autres parce qu'ils ne se trompent jamais, mais parce qu'ils peuvent corriger leurs erreurs.
Des leçons sont tirées des retards dans la lutte contre le covid-19 et cet article indique des remèdes à apporter.


Des failles révélées dans le système de réponse virale

Par des journalistes de GT Source: Global Times Publié: 2020/2/28 0:48:40
https://www.globaltimes.cn/content/1181047.shtml


Alors que le travail de lutte contre les épidémies en Chine a progressé dans la prévention de la propagation du coronavirus, le principal conseiller médical du gouvernement central a déclaré que la situation aurait dû être meilleure si des mesures de lutte avaient été prises plus tôt, soulignant certaines des principales lacunes de la maladie fortement investie du pays. système de prévention mis en place suite à l’épidémie de SRAS.

Plusieurs autorités descendantes, se rejetant constamment la faute pour avoir mal géré l'épidémie plus tôt, ont maintenant été englouties dans une crise d'opinion publique, le public exhortant à l'amélioration du processus décisionnel dans le système de santé du pays.

Zhong Nanshan, un épidémiologiste de premier plan qui faisait également partie des groupes d'experts dépêchés par le gouvernement central à l'épicentre de Wuhan, dans le Hubei, en Chine centrale, a déclaré trois grandes épidémies liées aux coronavirus au 21e siècle - SRAS, MERS et COVID-19 - a offert une leçon: les pays devraient agir rapidement pour empêcher sa propagation.

"L'épidémie aurait été beaucoup moins grave si nous avions pris des mesures de contrôle strictes début décembre, voire début janvier" , a déclaré Zhong lors d'une conférence de presse jeudi. "Nous avons estimé que le nombre de patients atteindrait plus de 100 000 si nous prenions des mesures [telles que le verrouillage de la ville] après le 25 janvier."

Manquer la fenêtre d'opportunité est devenu un regret majeur au milieu de l'épidémie de COVID-19, non seulement pour le conseiller médical vétéran, mais aussi pour de nombreux médecins et fonctionnaires de première ligne au sein des centres centraux et régionaux de contrôle et de prévention des maladies (CDC), en plus une réponse rapide à l'épidémie dès que le virus aurait été détecté aurait conduit à un résultat différent, étant donné que la maladie hautement contagieuse a causé plus de 78 000 infections dans le pays et la mort de 2 747 dans le continent.
"Nous devons prendre des mesures immédiates dès que nous détectons le virus. C'est une leçon que nous devons apprendre" , a déclaré Zhong.

Lors de la conférence de presse de jeudi, Zhong a également noté qu'en Chine, le système CDC n'est qu'un "service technique" de statut limité lorsqu'il a mentionné les lacunes révélées au cours de l'épidémie. Et le CDC devrait avoir plus d'autorité et son importance devrait être davantage soulignée.
Debout en première ligne pour alarmer le public sur d'éventuelles crises majeures de santé publique, le CDC, en tant qu'affilié de la Commission nationale de la santé (NHC), devrait faire des recherches et offrir des conseils, mais en fin de compte, ce n'est pas un organe décisionnel en Chine, contrairement au sommet et les commissions régionales de la santé, selon les analystes. Et il est urgent de comprendre comment le CDC pourrait jouer un plus grand rôle dans les questions de santé publique ou avoir "un plus grand mot à dire" en alertant le peuple chinois sur les risques épidémiques potentiels et en envoyant des avertissements au lieu de se concentrer uniquement sur la recherche ou la publication d'articles dans revues médicales.

Échec du mécanisme

Après l'épidémie de SRAS de 2002 à 2003 qui a causé plus de 5000 infections et tué 349 personnes dans le pays, la Chine a mis en place un système de déclaration directe descendante sur les maladies infectieuses et les événements critiques de santé publique, qui aurait coûté 730 millions de yuans (104 millions de dollars), dans le but de signaler et d'examiner rapidement toute épidémie après avoir reçu des informations sur les patients confirmés et suspects dans les hôpitaux. Ce système massif de collecte d'informations aurait dû couvrir techniquement l'ensemble du pays, auquel même les cliniques de santé au niveau des comtés ont accès et pourraient partager les informations avec les autorités sanitaires à un niveau supérieur.
Le premier cas confirmé de «pneumonie inconnue» à l'époque s'est produit le 8 décembre à Wuhan, tandis que le premier résultat d'un échantillon d'agent pathogène, prélevé sur un homme de 65 ans, a prouvé que la «pneumonie inconnue» découverte dans la ville était due à un coronavirus, qui est similaire à 80% au virus du SRAS, ont rapporté les médias.
Et un autre échantillon testé par une société de biotechnologie basée à Pékin, alors que des sociétés tierces coopèrent avec les hôpitaux pour effectuer le séquençage des gènes, a montré des résultats inexacts et a été décrit comme un coronavirus du SRAS.
Peu de temps après, Li Wenliang, un médecin local de Wuhan considéré comme le "lanceur d'alerte" de la crise imminente, a partagé les informations sur le "coronavirus de type SRAS" trouvé dans les hôpitaux de Wuhan sur les réseaux sociaux, qui est devenu le premier avertissement du système de santé à le public à titre non officiel.
Le troisième échantillon a été examiné dans un laboratoire du Centre de santé publique de Shanghai, qui coopère avec l'hôpital central de Wuhan et le CDC de Wuhan. Le résultat suggérant un virus inconnu de la même famille que le coronavirus du SRAS a été signalé à Shanghai et aux commissions nationales de la santé le 5 janvier, ont rapporté les médias.
Du premier cas confirmé à Wuhan à l'avertissement officiel concernant les transmissions interhumaines de COVID-19, il a fallu plus d'un mois avant que des mesures énergiques soient adoptées. Cependant, un verrouillage de la ville mis en place dans l'épicentre a été considéré comme une réponse retardée, ce qui soulève des questions sur les lacunes du système de réponse aux urgences sanitaires de la Chine et pourquoi ce système de rapports directs fortement investi n'a pas fonctionné.
Un expert en médecine respiratoire et un médecin de première ligne d'un hôpital de Wuhan qui a demandé l'anonymat ont déclaré au Global Times que les médecins n'osaient pas parler de la maladie en public car ils seraient enquêtés comme des "fabricants de rumeurs" .
La question de savoir si les hôpitaux ou les gouvernements locaux de Wuhan et du Hubei ont délibérément caché les flambées à un stade très précoce reste une question majeure. Cependant, certains analystes ont suggéré que de telles dissimulations s'il y en avait étaient fondées sur des intérêts économiques.
"Une fois que les hôpitaux ont signalé des maladies infectieuses, les organes de santé locaux doivent informer le public. Les hôpitaux craignaient que les patients ne viennent pas s'ils savaient que leurs hôpitaux recevaient des patients infectés confirmés.
Le gouvernement craignait la panique publique et une perte d'investissement, sans parler de la nécessité pour maintenir la stabilité sociale pour les "deux sessions" provinciales, les réunions annuelles de la législature du Hubei et de l'organe consultatif politique à partir du 11 janvier, a indiqué l'expert.
Certains médecins de première ligne avaient même peu de compréhension de ce soi-disant système de rapportage descendant lorsqu'ils ont été interrogés par le Global Times jeudi.
Un médecin de première ligne à Wuhan a déclaré jeudi au Global Times que les médecins locaux n'avaient entendu parler que de son existence. "Cela ressemble plus à un ornement sans aucune utilisation pratique."
"Seuls les cas confirmés de maladies infectieuses sont signalés par le biais du système, mais fin décembre, il était très difficile de confirmer un cas, car on nous a dit verbalement que nous ne pouvions demander des kits de test d'acide nucléique qu'avec l'approbation d'au moins deux médecins. experts " , a déclaré le médecin.
En outre, les normes de définition d'un cas confirmé à un stade précoce étaient trop strictes, voire rigoureuses et têtues, ont déclaré certains médecins dans des articles de presse. Par exemple, un patient présentant des symptômes de type coronavirus aurait dû se rendre au marché des fruits de mer de Huanan où le virus était supposé se produire avant que le patient ne soit confirmé par une infection au COVID-19. Le premier lot d'experts dépêchés par le NHC, y compris des experts du CDC, est arrivé à Wuhan le 31 décembre, qui a reçu des informations sur des cas de pneumonie non identifiés.

Le CDC national aurait relevé son niveau d'alerte au deuxième plus haut le 6 janvier. Cependant, la plupart des Chinois n'ont reçu un avertissement sur la gravité de la maladie que le 20 janvier sous le nom de Zhong, qui faisait également partie des experts envoyés par les autorités centrales à Wuhan. , a révélé publiquement la transmission interhumaine dans une interview télévisée.
Un expert en santé publique basé à Pékin a déclaré jeudi au Global Times que les experts du CDC à Wuhan n'avaient pas jugé la situation à l'avance et n'avaient pas donné de conseils précis sur les mesures de prévention et de contrôle alors qu'il existait déjà des preuves d'une forte infectiosité et de transmissions humaines.
"Bien que ces experts aient étudié les échantillons de virus, ils manquent d'enquêtes épidémiologiques et de compréhension pour détecter la situation au début de l'épidémie" , a déclaré l'expert.
La situation est conforme à certains rapports des médias suggérant que les commissions centrales et régionales de la santé - des organes gouvernementaux importants pour divulguer des informations critiques au public - ne sont généralement pas présidées par des fonctionnaires ayant des antécédents médicaux. Mais ces fonctionnaires jouent généralement un rôle majeur dans le processus décisionnel, a déclaré l'expert.
Le pouvoir exécutif limité dans la prise de décision et le manque de compréhension de la maladie sont devenus des obstacles majeurs pour les CDC de conseiller le NHC plus rapidement, en fournissant des conseils précis pour des mesures de prévention et de contrôle efficaces.

Cependant, la question de savoir si les commissions de la santé au niveau régional du Hubei et de Wuhan adopteraient ces mesures est également devenue une autre question, car il y a eu des divergences sur la manière de traiter la question entre les responsables locaux de la santé, les maires et les experts.
Les lacunes révélées au sein du système des CDC entravent également sa capacité à rendre compte aux autorités à un niveau supérieur, car ses services de conseil peuvent ne pas être directement liés au gouvernement central, tandis que ses suggestions n'ont pas pu être adoptées par les gouvernements provinciaux car le CDC est à un niveau exécutif inférieur. , ce qui limite sa puissance à l'intérieur du système CDC, selon les analystes.
"Une réforme de ce système descendant de notification et d'alerte des maladies est nécessaire" , a déclaré l'expert, notant que le système devrait permettre aux autorités compétentes d'émettre des alertes, quel que soit son pouvoir exécutif, en disant au public de se préparer, tandis que des informations limitées mènent à la panique et aux rumeurs.
Xuan
   Posté le 27-02-2020 à 23:50:13   

La campagne nationale vise à retirer les animaux sauvages de la table

Par Liu Caiyu Source: Global Times Publié: 2020/2/27 20:08:40 Dernière mise à jour: 2020/2/28 0:21:26
https://www.globaltimes.cn/content/1181008.shtml


Des policiers montrent des animaux sauvages saisis dans la ville frontalière sino-vietnamienne de Fangchenggang, dans la région autonome de Guangxi Zhuang, dans le sud de la Chine, le 28 février 2017. La police locale a saisi 70 tortues de bassin asiatiques géantes et 33 kilogrammes de produits en ivoire, corne de rhinocéros, corne d'antilope et pangolins dans deux cas de transport illégal d'espèces sauvages et de produits de la faune. (Photo: China News Service / He Qiuhong)

Plus de 39 000 animaux sauvages ont été confisqués mercredi lors d'une campagne nationale contre l'habitude de consommer aveuglément des espèces sauvages, ce que les experts chinois considèrent comme un geste responsable de la part des autorités dans le cadre de la lutte contre le nouveau coronavirus.
Tous les sites où les animaux sauvages sont élevés artificiellement devraient être fermés et mis en quarantaine, et le commerce et le transport des animaux sauvages devraient cesser, selon la National Forestry and Grassland Administration (NFGA) jeudi.

La NFGA renforcera sa surveillance des maladies des animaux sauvages et demandera aux départements concernés de signaler quotidiennement la mort ou la maladie anormale des animaux sauvages.
Les certificats délivrés aux opérateurs commerciaux qui élèvent, vendent et transportent des animaux sauvages à des fins alimentaires seront retirés et annulés, a indiqué la NFGA.

Selon des responsables de la NFGA, depuis mercredi, plus de 350 000 lieux d'exploitation tels que des restaurants et des marchés, et 153 000 lieux de reproduction artificielle, ont été nettoyés par les autorités chinoises. Plus de 39 000 animaux sauvages et 1 080 kilogrammes de produits d'animaux sauvages ont été confisqués.
Jusqu'à présent, les services de surveillance du marché ont inspecté 4,6 millions de sites commerciaux et surveillé 1,4 million de plateformes de commerce électronique, les invitant à retirer, supprimer et bloquer les informations pertinentes sur la faune. On a demandé à environ 11 000 exploitants d'entreprises de fermer.

La campagne nationale visant à éliminer l'habitude de consommer aveuglément des espèces sauvages est intervenue après que les législateurs chinois ont convenu d'interdire complètement le commerce illégal d'espèces sauvages lundi.
Cela signifie qu'à partir de maintenant, les animaux sauvages terrestres, qu'ils soient capturés dans la nature ou élevés artificiellement, ne seront plus comestibles et que les industries connexes seront fermées, ont noté les experts, ce qui devrait résoudre le chaos de longue date dans le domaine de la protection de la faune et refléter La détermination de la Chine à mettre fin à la mauvaise habitude de consommer sans discrimination des espèces sauvages.

Plusieurs ministères continueront de mener conjointement des visites inopinées sur les marchés et restaurants de commerce d'espèces sauvages, de surveiller et de suivre les plateformes de commerce en ligne et les itinéraires de transport, d'interdire complètement la faune à des fins alimentaires et de couper la chaîne d'intérêts dans le commerce illégal d'espèces sauvages.
Cette action est une autre mesure majeure pour la protection de la faune après l'interdiction du commerce de l'ivoire par la Chine en 2017. Elle bénéficiera non seulement à la faune de la Chine, mais aura également un impact profond sur la protection internationale de la faune, Sun Quanhui, un scientifique de World Animal Protection, une organisation des Nations Unies organisation consultative générale, a déclaré jeudi au Global Times.

L'interdiction complète du commerce et de la reproduction illégaux d'espèces sauvages devrait mettre fin au chaos à long terme dans le domaine de la protection de la faune, comme l'abus de licences pour la reproduction artificielle d'animaux sauvages, le blanchiment illégal de l'industrie et le manque de supervision, a déclaré Sun.
L'interdiction de la consommation d'animaux sauvages élargit la portée de l'interdiction initiale de la seule faune sauvage protégée à la faune terrestre, mais la faune aquatique comme les poissons n'était pas incluse dans l'interdiction.

Les habitants du sud de la Chine ont l'habitude de manger des animaux sauvages. Dans des endroits comme les provinces du Jiangxi et du Hunan, certains croient que manger des hiboux et des aigles pourrait guérir les maux de tête. Les habitants de la province du Hubei pensent que manger des serpents pourrait renforcer leur corps.
Des sangliers, des civettes, des mulets et des lièvres sont couramment observés sur les tables de certains restaurants. Certaines personnes pensent que c'est une chose à la mode de manger des animaux sauvages, selon des rapports.
Il est temps d'abandonner la mauvaise habitude de manger de la faune, car près de 80 pour cent des maladies découvertes au cours des dernières décennies sont d'origine animale, a déclaré jeudi Zhong Nanshan, spécialiste chinois des poumons, lors d'une conférence de presse.
Xuan
   Posté le 29-02-2020 à 11:26:50   

Epicentre - 24h à Wuhan


Un reportage rétrospectif très factuel et précis sur l'épidémie de coronavirus à Wuhan, l'épicentre de l'épidémie.

https://www.youtube.com/watch?v=VBhdzlg04F4


Edité le 29-02-2020 à 11:28:25 par Xuan


Xuan
   Posté le 29-02-2020 à 11:51:53   

Les hôpitaux de fortune


Une description détaillée de la fonction de ces hôpitaux, de leurs équipements et de la vie des patients à l'intérieur

https://www.facebook.com/CocoStudioenChine/videos/196322454938621/
Xuan
   Posté le 29-02-2020 à 11:54:47   

Trois leçons pratiques sur le coronavirus :

Lutter contre le Covid-19 : expériences tirés jusqu'au présent


La Chine partage déjà ces 3 expériences suivantes : premièrement, mobiliser le grand public. Mises en quarantaine, les agglomérations au cœur du coronavirus établissent un système de quadrillage pour renforcer la prévention et le contrôle au niveau des quartiers et des villages : les habitants ne sont pas autorisés à sortir de chez eux sans masque et des volontaires participent à l'administration locale pour aider les familles en difficulté. Au niveau national, le retour des vacances de la Fête du printemps est échelonné et le dépistage dans les moyens de transport est disponible. Toutes les personnes ayant voyagé doivent observer un confinement à domicile pour 14 jours et le rythme normal des activités économiques est loin d'être repris, le télétravail est privilégié. #Coronavirus #COVID19 https://francais.cgtn.com/n/BfJAA-IA-HAA/BbcBAA/index.html


La Chine partage déjà ces 3 expériences suivantes : deuxièmement, concentrer les ressources médicales. Pour les cas confirmés, 2 hôpitaux nouveaux (Leishenshan et Huoshenshan) offrant 2 600 lits à l'incroyable construction express qui accueillent déjà des patients, pris en charge par des groupes militaires. Pour les cas suspects et légers, plusieurs « hôpitaux de fortune » traitent des dizaines de milliers de patients : les conditions « déplorables » au début ont été rapidement améliorées ; ayant accès à des repas nourrissants et à des soins de base, des patients font du sport, voire dansent ensemble et se créent graduellement des amis. Le traitement là-bas donne déjà des résultats encourageants : 197 hommes et femmes ont quitté les 3 « hôpitaux de fortune » de Wuhan le 21 février. En compagnie de volontaires de quartier, ils rentrent chez eux pour se mettre en quarantaine à la maison pendant encore 14 jours. #Coronavirus #COVID19 https://francais.cgtn.com/n/BfJAA-IA-HAA/BbcBAA/index.html


La Chine partage déjà ces 3 expériences suivantes : troisièmement, s'appuyer sur des pratiques et des acquis scientifiques. Les « soins de support » considérés comme efficaces au traitement des cas légers, la médecine traditionnelle chinoise (MTC) joue un rôle important. Selon des sources officielles, la MTC pouvant empêcher les cas bénins de se transformer en cas graves, a contribué au traitement de plus de 60 000 patients atteints. Les souches du coronavirus isolées et cultivées par des organismes scientifiques plus tôt, il faut encore plusieurs mois pour en espérer un vaccin, mais les patients ne peuvent plus attendre. Les médecins, combinant la MTC et la médecine occidentale, travaillent jour et nuit pour réduire les taux d'infection et de mortalité. De nouvelles technologies portent aussi leur contribution : par le réseau 5G, des experts de haut niveau arrivent facilement à communiquer avec leurs homologues effectuant des enquêtes dans les villages reculés. Grâce à un moteur de recherche récemment développé, des gens peuvent savoir s'ils ont voyagé avec une personne atteinte du coronavirus dans des moyens de transport. #Coronavirus #COVID19 https://francais.cgtn.com/n/BfJAA-IA-HAA/BbcBAA/index.html


Edité le 29-02-2020 à 11:55:50 par Xuan


Xuan
   Posté le 29-02-2020 à 22:37:25   

Comment les villes étrangères peuvent s'inspirer de l'approche de Shanghai contre le coronavirus


le Quotidien du Peuple en ligne http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2020/0229/c31354-9663383.html 29.02.2020 13h07

La propagation mondiale du nouveau coronavirus devrait être maîtrisée dans les six mois, car la plupart des cas d'infection à l'étranger sont importés et la Chine a acquis de l'expérience pour faire face à l'épidémie, a déclaré le 26 février à Shanghai un expert de premier plan.

Selon Zhang Wenhong, chef de l'équipe d'experts de Shanghai dans le traitement des cas de pneumonie à nouveau coronavirus, la clé du contrôle de la propagation du virus réside dans les mesures préventives ainsi que dans la réduction et l'annulation des rassemblements publics dans les grandes villes.

« Toute ville avec des cas importés de virus est confrontée à un risque élevé car la capacité de transmission du virus est assez forte, beaucoup plus forte que le virus du SRAS, comme en témoignent les événements de Wuhan, où le nombre de cas confirmés a grimpé à environ 48 000 après que les premiers patients ont été identifiés en décembre » , a indiqué M. Zhang, qui est également directeur du département des maladies infectieuses de l'hôpital Huashan de Shanghai affilié à l'Université de Fudan.
À ce jour, le nouveau coronavirus a infecté des personnes dans plus de 40 pays et régions. Plus tôt cette semaine, au moins 11 villes du nord de l'Italie ont été verrouillées, et les habitants ont été invités à s'isoler chez eux après que le nombre de cas confirmés a rapidement augmenté en quelques jours.
M. Zhang a suggéré que tous les pays et régions étrangers avec des cas importés prennent des mesures de précaution « pour aller de l'avant » et empêchent une propagation à grande échelle parmi la communauté. « Lorsqu'il y a un nombre considérable de cas d'infection secondaire et tertiaire ou d'origine inconnue dans une ville, la situation devient dangereuse car il est alors difficile de procéder à un traçage. De plus, très peu de pays peuvent adopter une stratégie de confinement aussi agressive que celle de la Chine » , a-t-il dit.

Shanghai donne l'exemple

M. Zhang a indiqué que certains pays étrangers pourraient toutefois suivre l'approche de Shanghai pour contrôler la propagation du virus. Il a ainsi noté que Shanghai, l'une des plus grandes villes de Chine avec une population de près de 25 millions d'habitants, ne comptait que 337 cas d'infection confirmés à la date du 27 février, ce qui est bien inférieur à ce que certains chercheurs étrangers avaient prédit. De plus, il n'y a eu aucun patient dont les sources d'infection n'aient pas été clairement identifiées.
Il a souligné que la municipalité a fait un « excellent travail » pour empêcher la propagation du virus en exigeant que ceux qui revenaient de régions gravement touchées par le virus s'isolent chez eux pendant 14 jours. Les autorités de Shanghai ont également rapidement interdit les rassemblements publics et fermé les sites touristiques et les lieux publics.
« Nous avons vu des épidémies dans certains pays étrangers où les rassemblements publics n'ont pas été suspendus » , a-t-il déclaré. « Ce genre d'épidémie est étroitement lié au fait que les opérations d'une ville ou d'un pays se déroulent comme d'habitude » .

La mise en place d'un hôpital et d'un système social capable d'identifier rapidement les patients suspects s'est également avérée essentielle dans la lutte de Shanghai contre la propagation du virus, a poursuivi M. Zhang. Il a expliqué que ce système implique d'avoir des services de traitement de la fièvre désignés pour ceux qui souffrent de symptômes typiques tels que de la fièvre ou des difficultés respiratoires, et de mettre en quarantaine les personnes malades et celles avec lesquelles elles sont en contact étroit depuis 14 jours.
« La prévention précoce et la maîtrise de la propagation de la maladie ont contribué à un pronostic favorable pour les patients. Le taux de personnes atteintes de coronavirus qui se sont rétablies et sont sorties des hôpitaux de Shanghai a dépassé 80% et le taux de mortalité est inférieur à 1% » , a-t-il souligné.

Cependant, alors que le travail reprend progressivement, il a réitéré que la Chine doit encore porter une attention particulière à la contagion pour les un à deux prochains mois et réduire les rassemblements à grande échelle. Des mesures telles que celles exigeant une quarantaine de 14 jours pour les personnes retournant dans les grandes villes doivent se poursuivre, a-t-il déclaré.
« Si nous mettons correctement en œuvre ces mesures préventives et que le nombre de nouveaux cas d'infection reste nul pendant un certain temps, dans un ou deux mois, il sera alors temps de retirer les masques » , a conclu M. Zhang.

(Rédacteurs : Yishuang Liu)
Xuan
   Posté le 02-03-2020 à 16:44:45   

La mission conjointe OMS-Chine sur le coronavirus publie ses résultats de recherche

le Quotidien du Peuple en ligne | 02.03.2020 16h16

À lire aussi :
La Chine donne des leçons vitales sur le contrôle de l'épidémie pour la réponse mondiale
La Chine a fait preuve de la capacité incroyable d'action collective et de l'esprit de coopération
Selon l'OMS, la Chine a changé le cours de l'épidémie de COVID-19 grâce à une approche pragmatique
L'OMS qualifie les efforts de lutte contre le coronavirus de la Chine d'"ambitieux, agressifs et agiles"

Des informations clés sur le nouveau coronavirus figurant dans le rapport de la mission conjointe OMS-Chine sur la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) viennent d'être diffusées :

L'agent pathogène

Le virus possède les caractéristiques typiques de la famille des coronavirus et appartient à la lignée Betacoronavirus 2b. L'analyse complète de la séquence du génome du nouveau coronavirus a révélé que son parent le plus proche est la souche de coronavirus de type SRAS BatCov RaTG13 provenant de chauves-souris, et que son matériel génétique est identique à 96%.
Le COVID-19 provient d'animaux, mais on ne sait pas lesquels. Des preuves semblent toutefois indiquer que les chauves-souris sont des porteurs naturels de ce virus. Les hôtes intermédiaires entre les chauves-souris et les humains n'ont toutefois pas encore été identifiés.
Selon toute probabilité, les premiers cas identifiés à Wuhan, la capitale de la province du Hubei (centre de la Chine) et épicentre de l'épidémie, ont contracté l'infection à partir d'une source animale, car beaucoup de patients ont déclaré avoir visité ou travaillé au marché de gros de fruits de mer de Huanan.

La transmission du virus

Le nouveau coronavirus est transmis par des gouttelettes et des objets porteurs du virus lors de contacts étroits et non protégés. La propagation par voie aérienne du COVID-19 n'a pas été signalée et il ne semble pas qu'il s'agisse d'un mode de transmission majeur.
Dans les établissements de santé, des gens peuvent attraper le virus s'ils respirent des gouttelettes contaminées par le virus et en suspension dans l'air.
Le virus peut être trouvé dans des échantillons fécaux de certains patients, toutefois la voie fécale-orale ne semble pas être le moteur de la transmission du COVID-19.

Les symptômes

Les symptômes du COVID-19 peuvent aller de l'absence de symptômes à une pneumonie grave. Sur la base de 55 924 cas confirmés, la fièvre (87,9%) et la toux sèche (67,7%) demeurent les plus typiques. La période d'incubation moyenne est de 5 à 6 jours.
La plupart des personnes infectées par le virus développent une maladie bénigne et peuvent récupérer. Environ 80% ont présenté une maladie légère à modérée, 13,8% une maladie grave et environ 6,1% ont été touchés de manière critique. Par ailleurs, des patients confirmés ne présentant aucun symptôme ont été rapportés.

La démographie de l'épidémie

L'âge médian des patients est de 51 ans, la majorité des cas (77,8%) ayant entre 30 et 69 ans.
Les personnes les plus exposées au risque de maladie grave sont les personnes de plus de 60 ans et les personnes souffrant d'affections sous-jacentes telles que l'hypertension, le diabète, les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires chroniques et le cancer. La maladie est relativement rare chez les enfants.

Le taux de mortalité

A la date du 20 février, le taux de mortalité brut des cas confirmés en laboratoire était d'environ 3,8%. Les chiffres varient selon le lieu (5,8% à Wuhan contre 0,7% dans le reste de la Chine), et la moralité augmente avec l'âge.
Le taux de mortalité est plus élevé chez les hommes que chez les femmes (4,7% contre 2,8%), et les patients ayant des problèmes de santé sous-jacents présentent également des taux plus élevés : 13,2% pour ceux qui sont atteints de maladies cardiovasculaires, 9,2% pour ceux ayant du diabète, 8,4% pour ceux ayant de l'hypertension, 8,0% pour ceux atteints de maladies respiratoires chroniques et 7,6% pour les malades du cancer.

(Rédacteurs : Yishuang Liu)


Edité le 02-03-2020 à 16:45:14 par Xuan


Xuan
   Posté le 02-03-2020 à 16:53:15   

Le premier hôpital provisoire de Fangcang à Wuhan a fermé ses portes !

Plus de 1.000 patients sortent du plus grand hôpital temporaire de Wuhan
Xuan
   Posté le 04-03-2020 à 09:28:09   

La lutte contre l'épidémie a besoin du phare de l'égalité


le Quotidien du Peuple en ligne | 03.03.2020 11h01
http://french.peopledaily.com.cn/Horizon/n3/2020/0303/c31362-9664181.html


À lire aussi :

(COVID-19) La Chine va offrir des kits de diagnostic à l'Iraq pour l'aider à lutter contre le coronavirus
(COVID-19) Les membres du PCC des organes centraux et d'Etat font des dons pour la lutte contre le virus

Le concept d'égalité est un phare qui illumine la civilisation moderne. Face à l'épidémie de pneumonie à nouveau coronavirus, le monde ne peut se passer de cette lumière. Des gens de différents pays, races et nationalités partagent un destin commun, travaillent ensemble pour lutter contre ce fléau et écrivent un chapitre civilisé de l'égalité, de l'entraide et de la coopération.

Sur terre, face au droit à la vie, toutes les nations, races et nations sont égales. Quel que soit le pays, la sécurité des personnes et la santé physique doivent être préservées et garanties. Quel que soit le pays dans lequel vous vous trouvez, le racisme et la stigmatisation sont intolérables et inacceptables. Le monde se trouve aujourd'hui à un moment spécial où la compassion et l'empathie sont nécessaires pour aller au-delà des frontières nationales, des races et des nations, et pour briller. Tous les pays ont l'obligation d'assurer la vie et la santé de leur peuple tout en préservant la sécurité et la santé des autres peuples et en contribuant à la sécurité et la santé publiques du monde. C'est le sens même de la construction d'une communauté de destin humain ouverte et inclusive.

Se traiter de manière égale est la voie de la rectitude et de la justice. Depuis le début de l'épidémie, la Chine a toujours adhéré au concept d'une communauté d'avenir commun pour l'humanité, partagé des informations avec l'OMS et la communauté internationale en temps opportun, d'une manière ouverte, transparente et responsable, répondu activement aux préoccupations de toutes les parties, renforcé la coopération internationale et empêché la propagation de l'épidémie dans le monde.

La Chine a adopté les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes, les plus strictes et les plus approfondies qui soient, permettant de gagner un temps précieux pour vaincre l'épidémie. Les modèles de données fournis par certains experts collaborateurs de l'OMS montrent que les mesures prises par la Chine pour contrôler la circulation des personnes ont retardé la propagation des foyers en Chine de deux à trois jours et retardé la propagation des foyers à l'extérieur de la Chine de deux à trois semaines. Bruce Eylward, conseiller principal auprès du Directeur général de l'OMS, a souligné que la réponse sans précédent de la Chine en matière de santé publique a permis d'éviter ou du moins retardé des centaines de milliers de nouveaux cas de pneumonie. Faire bien ce qu'on a à faire, restez fidèle au principe d'altruisme et de rectitude et faire face au monde avec un esprit d'égalité : voici comment a agi la Chine, la plaçant au sommet de la morale.

L'égalité et l'entraide sont une des plus belles vertus de de la nature humaine. Au moment critique de la lutte de la Chine contre l'épidémie, les dirigeants de plus de 170 pays et les chefs de plus de 40 organisations internationales et régionales ont exprimé leur sympathie et leur soutien par téléphone, lettres, déclarations et autres moyens. Des personnes et des entreprises de tous les pays ont soutenu la Chine par des mesures pratiques. De son côté, la Chine continue de fournir une assistance à d'autres pays et régions touchés par l'épidémie alors même qu'elle se trouve à un moment où la bataille pour la prévention et le contrôle de l'épidémie est toujours en cours : la Chine a ainsi fait don d'un lot de kits de test au Japon lorsqu'elle a appris que les réactifs de test d'acide nucléique du virus à nouveau coronavirus étaient insuffisants ; sachant qu'à Daegu, en Corée du Sud, la situation épidémique est grave, la Chine a préparé de toute urgence un grand nombre de masques médicaux ; face aux ravages de l'épidémie en Iran, la Chine a fait un don urgent d'un lot de kits de détection d'acide nucléique et d'équipements médicaux, et a envoyé un groupe d'experts chinois... cet amour sans frontières rassemble des vagues de chaleur bienvenue et afflue vers les endroits du monde qui ont besoin d'aide, montrant d'une façon éclatante la belle image de l'entraide dans les moments difficiles.

La coopération dans un esprit d'égalité est l'outil clé de la victoire. « La sécurité de la santé publique est un défi commun auquel l'humanité est confrontée, et les nations doivent travailler ensemble pour y faire face » . Les idées exposées par le Secrétaire général Xi Jinping sont devenues un consensus international. Cette course contre la montre contre le virus, c'est aussi une bataille de l'humanité pour lutter pour le droit à la vie. Plus les moments critiques pour surmonter les difficultés sont importants, plus nous devons nous regarder les uns les autres dans une perspective égale et inclusive, unir notre volonté de solidarité et d'union et renforcer notre force de coopération marquée par l'égalité et le bénéfice mutuel. La Chine n'a cessé d'élargir sa coopération internationale et régionale, a continué de maintenir une bonne communication avec l'OMS, a partagé son expérience en matière de prévention de l'épidémie avec les pays concernés et a renforcé sa coopération internationale dans le développement de médicaments antiviraux et de vaccins. « La lutte contre les grands événements de santé publique tels que l'épidémie de pneumonie a nouveau coronavirus requiert la sagesse collective et la coopération de toute l'humanité, soulignant l'importance de bâtir une communauté d'avenir commun pour l'humanité » , a dit Martin Albrough, l'un des premiers chercheurs à avoir proposé le concept de « mondialisation » et membre de l'Académie des sciences sociales du Royaume-Uni. Son appel mérite l'attention universelle de la communauté internationale et chaque pays devrait faire preuve de responsabilité.

La lutte contre l'épidémie a besoin du phare de l'égalité. C'est en sauvegardant la voie de la justice et de la rectitude, en défendant la beauté de la nature humaine et en forgeant les outils de la victoire que nous pourrons continuer à ouvrir un avenir meilleur à la société humaine.

Par He Yin du Quotidien du Peuple
Xuan
   Posté le 05-03-2020 à 20:03:25   

(COVID-19) Un hôpital de Beijing confirme des infections du système nerveux par le nouveau coronavirus


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2020-03/05/c_138846525.htm Publié le 2020-03-05 à 17:24

BEIJING, 5 mars (Xinhua) -- Des médecins chinois ont prouvé pour la première fois que le nouveau coronavirus peut causer des dommages au système nerveux central des patients.
Le virus a été trouvé dans le liquide céphalo-rachidien d'un patient guéri de COVID-19, ont annoncé jeudi des médecins de l'hôpital Ditan de Beijing affilié à l'Université médicale de la Capitale, établissement désigné pour le traitement du COVID-19.
Des études antérieures montrent que le COVID-19 peut attaquer plusieurs organes tels que les reins, le foie et le coeur, mais il n'existe aucune donnée sur les dommages au système nerveux central.
Le patient, âgé de 56 ans, a été diagnostiqué infecté par le COVID-19 le 24 janvier à l'hôpital. Il avait des symptômes graves et ne répondait pas au traitement habituel, selon un communiqué de l'hôpital.
Dans l'unité de soins intensifs, le patient a développé des symptômes associés à une diminution de la conscience, bien qu'il n'y ait pas eu de signes anormaux sur les images de son scanner crânien.
Le personnel médical a alors procédé au séquençage génétique sur des échantillons de son liquide céphalorachidien et a confirmé l'existence du nouveau coronavirus, diagnostiquant chez le patient du COVID-19 une encéphalite, une inflammation du cerveau.
Après le traitement ciblé de l'encéphalite virale, les symptômes neurologiques du patient ont progressivement disparu.
Ce patient a été transféré dans le service des maladies infectieuses le 18 février et a quitté l'hôpital le 25 février.

Une fois qu'un patient est découvert avec des troubles de la conscience, le personnel médical doit penser à la possibilité d'infections du système nerveux et effectuer en temps opportun des tests sur le liquide céphalorachidien, pour éviter un diagnostic tardif et réduire davantage le taux de mortalité des patients dans un état critique, a indiqué Liu Jingyuan, directeur de l'unité de soins intensifs de l'hôpital et médecin traitant du patient.
Xuan
   Posté le 05-03-2020 à 23:18:37   

(COVID-19) L'ECMO et l'appareil mobile de tomodensitométrie jouent un rôle majeur dans le traitement des patients du COVID-19


http://french.xinhuanet.com/2020-03/05/c_138846525.htm

(Xinhua/Zhang Yuwei)

BEIJING, 4 mars (Xinhua) -- Les équipements de haute technologie comme l'oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO) et les appareils mobiles de tomodensitométrie sont essentiels dans le traitement des patients du COVID-19, a déclaré mercredi un responsable sanitaire chinois.

Le ventilateur et l'ECMO sont utilisés pour soutenir les systèmes respiratoires des patients en état grave, a indiqué Mao Qunan, chef du département de planification de la Commission nationale de la santé (CNS) lors d'une conférence de presse.
Les appareils mobiles de tomodensitométrie permettent de faire un examen thoracique en moins de trois minutes aux patients dans les hôpitaux temporaires, tandis que les laboratoires mobiles P3 rendent possible une détection instantanée d'acide nucléique, a noté M. Mao.

Notant l'équilibre entre l'offre et la demande de dispositifs médicaux dans la province du Hubei, M. Mao a ajouté que la CNS accordait une attention particulière aux besoins de la ligne de front contre le COVID-19.
La CNS prévoit une réserve à long terme de matériel médical en travaillant de concert avec d'autres départements, selon M. Mao.
La Chine a expédié 67 ECMO au Hubei, a déclaré Luo Junjie du ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information, ajoutant que le ministère importerait plus d'ECMO pour le Hubei et Wuhan, sa capitale.
Xuan
   Posté le 05-03-2020 à 23:31:32   

Dans quelles conditions reprend le trafic aérien :

https://www.facebook.com/CGTNFrancais/videos/3059588504065004/
Xuan
   Posté le 06-03-2020 à 09:14:32   

Xi Jinping préside une réunion de dirigeants sur le contrôle du COVID-19 et la stabilisation de l'économie


http://french.xinhuanet.com/2020-03/04/c_138843761.htm

BEIJING, 4 mars (Xinhua) -- Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a présidé mercredi une réunion de dirigeants pour étudier les tâches principales en matière de prévention et de contrôle de la maladie à nouveau coronavirus (COVID-19) et de stabilisation du développement économique et social.

M. Xi a prononcé mercredi un discours important lors de la réunion du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC.
Après les efforts acharnés de tout le pays, une tendance positive est apparue, la situation en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie s'améliorant constamment et la reprise en ordre du travail et de la vie s'accélérant, a déclaré M. Xi.
Il a appelé à accélérer la mise en place d'un ordre économique et social compatible avec la prévention et le contrôle de l'épidémie, appelant à consolider et à étendre la tendance positive durement acquise, à ramener rapidement le développement économique et social du pays sur la voie normale, et à créer les conditions pour assurer une victoire décisive dans la construction d'une société modérément prospère à tous égards et dans l'élimination de la pauvreté.
M. Xi a souligné l'importance d'une compréhension claire de la complexité de la situation actuelle en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie, ainsi que de développement économique et social.
Alors que la tâche de contenir l'épidémie reste ardue et onéreuse au Hubei et à Wuhan, le risque de la propagation de l'épidémie augmente dans d'autres régions à mesure de la multiplication des déplacements et des rassemblements de personnes, a indiqué M. Xi, ce qui ne tolère aucun relâchement dans la préparation de la réponse à l'épidémie.
Notant que la Chine devait jouer son rôle en tant que pays majeur et responsable, M. Xi a demandé une plus grande coopération internationale en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie.
M. Xi a demandé des mesures ciblées et solides pour faire progresser la reprise du travail afin de minimiser les pertes causées par l'épidémie.
Les comités du Parti et les gouvernements de tous les niveaux doivent mettre en œuvre les politiques et les décisions prises par le Comité central du PCC, a déclaré M. Xi, appelant à rechercher la vérité à partir des faits et à se prémunir résolument contre la pratique des formalités inutiles et le bureaucratisme.
Xuan
   Posté le 06-03-2020 à 09:18:25   

66 % des malades enregistrés en Chine continentale sont sortis des hôpitaux


Le 5 mars on dénombre un total de 80 552 entrées et de 53 394 guérisons.


Edité le 06-03-2020 à 09:56:52 par Xuan


Xuan
   Posté le 07-03-2020 à 07:31:17   

Xi souligne la nécessité de surmonter l'impact du COVID-19 pour gagner la lutte contre la pauvreté

Source: Xinhua Publié: 2020/3/7 0:24:40
https://www.globaltimes.cn/content/1181831.shtml



Photo: Xinhua


Vendredi, le président Xi Jinping a souligné la nécessité de surmonter l'impact de la nouvelle maladie à coronavirus (COVID-19) pour remporter une victoire complète dans la lutte contre la pauvreté.
Xi, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président de la Commission militaire centrale, a fait ces remarques lors d'un symposium sur l'obtention d'une victoire décisive dans la lutte contre la pauvreté.
Xi a souligné que sortir tous les habitants des zones rurales vivant en dessous du seuil de pauvreté actuel d'ici 2020 est une promesse solennelle faite par le Comité central du PCC, et elle doit être tenue à temps.
Il a appelé à des efforts inlassables sur la réduction de la pauvreté, affirmant que c'est une bataille difficile à laquelle une plus grande importance doit être attachée dans la poussée finale.


Photo: Xinhua

Xi a exhorté les comités du Parti et les gouvernements à tous les niveaux à faire progresser la lutte contre la pauvreté avec plus de détermination et d'intensité, à surmonter l'impact du COVID-19 pour remporter une victoire complète dans l'éradication de la pauvreté et à accomplir la grande cause qui est d'une importance capitale tant pour le Nation chinoise et humanité.
Notant que ce symposium est le plus important du genre depuis le 18e Congrès national du PCC, M. Xi a déclaré que sa tâche principale était de mobiliser toutes les ressources pour gagner la bataille contre la pauvreté, et de veiller à ce que l'objectif d'éradication de la pauvreté soit atteint comme prévu afin de construire une société modérément prospère à tous égards.
Les tâches de lutte contre la pauvreté du pays sont presque terminées, le nombre de personnes pauvres étant tombé à 5,51 millions fin 2019, contre 98,99 millions fin 2012. Le taux de pauvreté est tombé à 0,6% contre 10,2% au cours de la période, avec une pauvreté globale globalement éradiquée, a déclaré M. Xi.
Une fois la tâche d'élimination de la pauvreté achevée cette année, la Chine atteindra les objectifs fixés dans le Programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies avec 10 ans d'avance sur le calendrier, ce qui revêt une grande importance pour la Chine et le monde, car aucun pays au monde ne l'a fait. jamais sorti autant de personnes de la pauvreté en si peu de temps, a-t-il dit.
Les réalisations sans précédent de la Chine dans la lutte contre la pauvreté démontrent les avantages politiques de la direction du PCC et du système socialiste, a-t-il noté.

ARTICLES LIÉS:
Xi préside une réunion de dirigeants sur le contrôle du COVID-19 et la stabilisation de l'économie
M. Xi insiste sur l'avancement de la recherche scientifique sur le COVID-19


Edité le 07-03-2020 à 07:34:08 par Xuan


Xuan
   Posté le 08-03-2020 à 14:46:17   

La Chine débloque des millions de dollars à l’OMS pour lutter contre le coronavirus
© Sputnik . Alexandre Iouriev

19:38 07.03.2020
https://fr.sputniknews.com/international/202003071043212127-la-chine-debloque-des-millions-de-dollars-a-loms-pour-lutter-contre-le-coronavirus/

La Chine, premier pays où le coronavirus a été détecté, débloquera 20 millions de dollars pour que l’Organisation mondiale de la santé puisse combattre l’épidémie, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.
Les autorités chinoises ont décidé de verser 20 millions de dollars à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour lutter contre le Covid-19, a annoncé samedi 7 mars le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.
«Une bonne nouvelle du gouvernement chinois: il verse 20 millions de dollars à l'OMS pour renforcer la lutte mondiale contre le Covid-19», a indiqué M.Ghebreyesus sur Twitter.
​Il a remercié le représentant permanent de la Chine auprès de l’Onu, Chen Xu, qui avait «transmis la bonne nouvelle au nom du Président Xi Jinping, du gouvernement et du peuple chinois».
Xuan
   Posté le 13-03-2020 à 15:16:16   

(COVID-19) La Chine annonce que son pic du COVID-19 est passé


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2020-03/12/c_138870776.htm

BEIJING, 12 mars (Xinhua) -- La Chine a déclaré jeudi que le pic de l'épidémie de maladie à nouveau coronavirus (COVID-19) en Chine est passé, quelques heures après que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait qualifié l'épidémie d'une "pandémie".

Les nouveaux cas continuent de baisser, et la situation épidémiologique globale reste à un niveau bas en Chine, a déclaré Mi Feng, porte-parole de la Commission nationale de la santé, lors d'une conférence de presse à Beijing.

M. Mi a indiqué que le nombre de nouveaux cas à Wuhan, épicentre de l'épidémie dans la province centrale du Hubei, était tombé à moins de dix, avec seulement huit cas rapportés mercredi. Aucun nouveau cas n'a été signalé dans les autres villes du Hubei pendant une semaine, a déclaré Mi.
Seuls sept nouveaux cas ont été signalés sur la partie continentale de la Chine à l'extérieur du Hubei, dont six sont des cas importés de l'étranger, a précisé M. Mi.
M. Mi a déclaré que la priorité absolue devait être donnée au traitement des patients et a promis de ne pas relâcher les efforts dans le travail de prévention et de contrôle de l'épidémie.
Cette annonce intervient alors que l'OMS a déclaré que l'épidémie de COVID-19 pouvait être qualifiée de "pandémie", car le virus se propage fortement à l'échelle internationale.

Plus de 118.000 cas confirmés ont été signalés dans 114 pays et régions, et 4.291 personnes ont perdu la vie, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, lors d'une conférence de presse à Genève, notant que le nombre de cas de coronavirus, de décès et de pays touchés augmenterait encore dans les jours et les semaines à venir.
L'OMS a appelé en qualifiant l'épidémie de COVID-19 d'une "pandémie" ses membres une fois de plus à prendre un engagement politique plus important et à mettre plus de ressources pour renverser la vapeur dans la lutte contre la maladie, selon M. Mi.

Depuis le déclenchement du COVID-19, la Chine a pris les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes, les plus strictes et les plus minutieux, ce qui lui a permis de gagner un temps précieux pour elle-même et pour d'autres pays et régions pour mettre en place leur propre prévention et contrôle, a-t-il ajouté.
"La Chine porte une attention particulière à la propagation mondiale rapide actuelle de l'épidémie et sympathise avec d'autres pays en termes de pression en matière de prévention et de contrôle" , a déclaré M. Mi.
Xuan
   Posté le 15-03-2020 à 00:01:14   

COVID-19) Xi Jinping s'entretient au téléphone avec le chef de l'ONU et appelle à une action internationale urgente contre le COVID-19

Xinhua - 13.03.2020 08h34
http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2020/0313/c31354-9667768.html

Le président chinois Xi Jinping s'est entretenu jeudi au téléphone avec le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, exhortant la communauté internationale à prendre une action urgente dans la lutte contre l'épidémie de COVID-19.

M. Xi a rappelé qu'à la suite de l'apparition de l'épidémie du nouveau coronavirus, M. Guterres lui a écrit pour transmettre sa sympathie et exprimer son appréciation des mesures de prévention et de contrôle prises par la Chine, et a publiquement fait part à plusieurs reprises de son soutien aux efforts de lutte de la Chine contre l'épidémie.
Le président chinois a exprimé sa gratitude au chef de l'ONU, soulignant que, comme le disent souvent les Chinois, c'est dans le besoin que l'on reconnaît ses vrais amis.
Grâce à des efforts inlassables, la Chine a vu chez elle une tendance dans laquelle la situation de la prévention et du contrôle de l'épidémie progresse de façon soutenue et l'ordre de la vie et de la production se rétablit à un rythme croissant, a déclaré le président chinois.
Dans la prochaine étape, a-t-il ajouté, la Chine agira avec autant de prudence à la fin qu'au début, et poursuivra ses efforts de prévention et de contrôle de manière implacable, solide et méticuleuse, tout en faisant progresser de manière sérieuse tous les aspects du travail dans le domaine du développement économique et social.
Le peuple chinois l'emportera sans aucun doute sur l'épidémie de COVID-19 et atteindra aussi assurément ses objectifs fixés en matière de développement économique et social, a déclaré M. Xi. "J'en suis pleinement convaincu" , a-t-il dit.

Le chef de l'Etat chinois a souligné que le travail acharné du peuple chinois a permis de gagner un temps précieux et a apporté une contribution importante à la prévention et au contrôle de l'épidémie dans d'autres pays.

Notant que le COVID-19 est récemment apparu et s'est répandu dans un certain nombre de pays et que la situation est préoccupante, il a exhorté la communauté internationale à prendre des mesures urgentes et à mener une coopération internationale efficace en matière de prévention et de contrôle conjoints, afin de former une force concertée puissante pour vaincre la maladie.
La Chine est prête à partager ses expériences avec d'autres pays, à mener des activités conjointes de recherche et de développement sur les médicaments et les vaccins et à offrir autant d'aide que possible aux pays où la maladie se propage, a assuré M. Xi.
Il a ajouté que la Chine soutient les Nations Unies et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans leurs efforts visant à mobiliser la communauté internationale pour améliorer la coordination des politiques, accroître les ressources investies et aider en particulier les pays en développement avec des systèmes de santé publique faibles à se préparer à la prévention et à la riposte.
La Chine, a-t-il dit, a annoncé un don de 20 millions de dollars américains à l'OMS pour soutenir ses efforts visant à organiser des actions internationales contre l'épidémie.

L'épidémie a une fois de plus démontré que l'humanité est une communauté de destin qui partage les joies et les peines, a souligné M. Xi, notant qu'à l'ère de la mondialisation économique, le COVID-19 ne sera pas la dernière grande urgence mondiale, et que divers problèmes de sécurité traditionnels et non traditionnels entraîneront constamment de nouvelles épreuves.
La communauté internationale doit considérer l'humanité comme une communauté de destin, s'occuper l'un de l'autre et unir toutes les forces pour faire face aux risques et défis et construire une belle planète, a affirmé le président chinois.
Rappelant également que cette année marque le 75e anniversaire de la fondation des Nations Unies, M. Xi a déclaré que la Chine soutient la communauté internationale en saisissant cette occasion pour réaffirmer son engagement en faveur du multilatéralisme et pour renforcer et améliorer le système de gouvernance mondiale avec les Nations Unies en son centre.

La Chine, a-t-il enfin assuré, continuera de soutenir le travail de l'ONU.

De son côté, M. Guterres s'est dit très satisfait et a félicité la Chine pour la diminution significative des cas de contamination au nouveau coronavirus dans le pays.
Le secrétaire général de l'ONU s'est dit convaincu qu'avec une ferme détermination et une forte résilience, la Chine va à la fois surmonter l'épidémie et rétablir l'ordre économique rapidement, ce qui est non seulement favorable aux intérêts du peuple chinois, mais représente aussi une contribution importante au monde.
Les Nations Unies remercient la Chine d'avoir aidé les pays actuellement en difficulté à lutter contre le COVID-19, a poursuivi M. Guterres, ajoutant que l'organisation mondiale salue le fait que la Chine partage ses expériences en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie avec les pays en développement et apporte une assistance précieuse en fournissant des matériels médicaux, des vaccins et des médicaments.

Il a enfin indiqué que le soutien de la Chine est essentiel au multilatéralisme, ajoutant que les Nations Unies espèrent approfondir leur coopération avec la Chine dans les domaines du changement climatique, du développement durable et de divers autres domaines, et attendent avec intérêt que la Chine joue un rôle de moteur majeur dans les affaires internationales.

(Rédacteurs : Yishuang Liu)
Xuan
   Posté le 16-03-2020 à 06:58:47   

Infos au fil de l'eau :
Les chiffres économiques de la Chine de janvier à février affichant une baisse à deux chiffres sont conformes aux attentes. En sacrifice de deux mois d'activités économiques au profit de la population, elle est nécessaire et n'endommagera pas la base industrielle chinoise pour une croissance à long terme: les économistes COVID-19

L'économie chinoise en janvier-février: -Ventes au détail: plongé de 20,5% à 5213 milliards de dollars (744 milliards de dollars) -Production industrielle à valeur ajoutée: -13,5% -Investissement en immobilisations: -24,5% à 3 332 milliards de yuans -Taux de chômage urbain en Fév: 6,2%
Xuan
   Posté le 16-03-2020 à 23:53:31   

La Chine réussira la prochaine étape du virus


Source: Global Times Publié: 2020/3/16 22:43:41
https://www.globaltimes.cn/content/1182808.shtml

L'Europe est devenue le nouvel épicentre de l'épidémie de coronavirus. Le virus se propage également rapidement en Amérique du Nord. Un nombre croissant de scientifiques ont vu que la pandémie risque de se poursuivre cet été. Nous devons être bien préparés pour la pandémie qui se poursuivra à l'automne et à l'hiver à venir.

La Chine a déjà contenu l'épidémie. Mais le nombre de cas importés augmente. Pendant ce temps, la tâche ardue de reprendre le travail est confrontée au pays. La Chine est-elle capable de faire face aux deux défis en même temps?
De nombreux experts et médias étrangers ont prédit que la Chine risquait une deuxième épidémie. Nous ne pouvons certainement pas transformer cette prédiction en réalité, ni nous résigner aux circonstances pour maintenir les réalisations que nous avons accomplies. Dans ce cas, la sécurité serait insoutenable à la fois économiquement et politiquement.
La Chine a été pleinement et rapidement mobilisée pour freiner la propagation virale. Nous pourrons également restaurer pleinement les activités économiques tout en veillant à maîtriser l'épidémie. Ce n'est qu'en atteignant cet objectif que nous pourrons finalement triompher du virus.

Bien que ce soit difficile, il ne sera en aucun cas plus difficile d'accomplir cette tâche que notre lutte acharnée contre le virus mortel à l'étape précédente. Depuis fin janvier, la Chine a rapidement mobilisé l'ensemble de la société et construit un système de gestion basé sur le réseau avec une couverture universelle pour les unités de base. Beaucoup de gens ont fait d'énormes sacrifices en se confinant à l'intérieur. De nombreuses entreprises ont payé d'énormes coûts économiques par des fermetures et des suspensions de production. Nous avons surmonté ces difficultés, alors pourquoi ne pouvons-nous pas gérer des tâches à l'étape suivante?
Bien que les deux défis - prévention des épidémies et reprise du travail - se chevauchent, ils peuvent être traités séparément.

La clé pour empêcher les cas importés est de garder notre frontière nationale. Le gouvernement municipal de Pékin a annoncé dimanche que toutes les arrivées de la ville en provenance de l'étranger seront mises en quarantaine dans un centre d'isolement centralisé pendant 14 jours, et les coûts seront à la charge des passagers eux-mêmes.
Si de telles mesures sont déployées à travers le pays, les risques seront concentrés aux points d'entrée et le pays pourra les résoudre. Et l'énorme fardeau économique sera également digéré à long terme.

En outre, les communautés en Chine doivent surveiller en permanence les conditions de santé des personnes venues de l'étranger. Ce n'est pas grave pour le système de prévention et de contrôle qui existe déjà dans ces communautés.
Tant que le canal des infections importées est sous contrôle, la reprise du travail ne sera pas gravement affectée par l'épidémie dans le monde. Le risque d'infections croisées a été essentiellement contenu en Chine, ce qui rendra les déplacements d'une province à l'autre plus sûrs. Il est fondamentalement impossible de voir des grappes de cas au sein d'une entreprise.

Bien que les États-Unis et certains pays européens comptent moins de personnes que la Chine, leur prévention des épidémies est un gâchis. Mais la Chine a combattu le virus avec des mesures claires. La Chine reste vigilante. Il est donc peu probable que la reprise du travail déclenche une nouvelle épidémie virale.
Franchement, il est assez difficile de tout faire parfaitement dans un si grand pays comme la Chine. Néanmoins, ce n'est pas effrayant s'il y a de nouvelles infections ou même des grappes de cas. Tant que le système de prévention et de contrôle est toujours en place, toute nouvelle infection sera rapidement identifiée et traitée correctement avant de faire boule de neige dans une épidémie.
L'épidémie de coronavirus est un défi sans précédent auquel sont confrontés tous les pays. La Chine a pris le dessus dans la lutte contre le virus et elle bénéficiera à la fois économiquement et politiquement si la reprise du travail et la prévention des infections importées sont correctement réalisées.
Plaristes
   Posté le 18-03-2020 à 22:14:09   

https://youtu.be/quBiZOEt6mI

Bon visionnage.
Xuan
   Posté le 18-03-2020 à 22:59:52   

Le vaccin chinois est en phase d'essais cliniques


vidéo

Les autorités chinoises de réglementation pharmaceutique ont donné leur feu vert aux essais cliniques pour un vaccin contre le nouveau coronavirus.
Le vaccin a été développé par l'Académie des sciences médicales militaires à Beijing, qui assure que la sûreté du médicament a été la priorité dans la recherche et le développement.
Xuan
   Posté le 19-03-2020 à 21:16:16   

La déclaration de l'ambassadeur rappelle la "communauté de destin pour l'humanité" . Cette communauté de destin est liée à une nouvelle mondialisation de type multipolaire. Elle s'oppose à la mondialisation hégémoniste.
D'autre part elle s'adresse en priorité au Tiers Monde dans le but d'aider leur développement, mais aussi au Second Monde afin d'isoler l'hégémonisme.
Lorsque Trump coupe les voyages en provenance de l'Europe, comme lorsqu'il essaie de s'approprier un labo Allemand, il s'isole encore davantage.



(COVID-19) Un million de masques donnés par la Chine arrivent en Belgique en route pour la France


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2020-03/19/c_138892912.htmPublié le 2020-03-19 à 04:44


(Xinhua/Zheng Huansong)

LIEGE (Belgique), 18 mars (Xinhua) -- Un lot d'un million de masques a été acheminé par avion en Belgique mercredi, en route pour la France. Le matériel médical a été mobilisé par deux organisations caritatives chinoises pour aider à combattre la propagation du COVID-19.
Un avion cargo transportant le lot a décollé de Hangzhou, dans l'est de la Chine, plus tôt dans la journée et est arrivé à l'aéroport de Liège vers 12H45, heure locale (11H45 GMT).
Les marchandises seront remises au ministère français des Solidarités et de la Santé, a indiqué un communiqué de presse de la Fondation Alibaba et de la Fondation Jack Ma.
L'avion contenait également des biens médicaux donnés à d'autres pays européens, dont la Belgique et la Slovénie.
Cette opération de secours est la plus récente d'une série d'initiatives lancées par les deux organisations caritatives pour aider l'Europe à faire face à la crise sanitaire actuelle.
Les deux organisations chinoises ont livré du matériel médical aux pays européens les plus touchés comme l'Italie et l'Espagne, depuis que l'Organisation mondiale de la santé, la semaine dernière, a identifié l'Europe comme "l'épicentre" de la pandémie de COVID-19 en cours.
Mercredi également, un autre lot de matériel médical envoyé par la Chine est arrivé à l'aéroport de Paris Roissy-Charles de Gaulle.
Ce lot d'aide médicale comprend des masques de protection, des masques chirurgicaux, des combinaisons de protection et des gants médicaux, comme l'a demandé la partie française, selon Lu Shaye, l'ambassadeur de Chine en France.

"Au moment crucial où la Chine est entrée en guerre contre l'épidémie, la France nous a apporté un soutien et une aide précieux" , a déclaré M. Lu. "Maintenant que la France et l'ensemble de l'Europe sont confrontés au grave défi de la pandémie, la Chine est prête à apporter son aide dans la mesure du possible" .

Mercredi matin, 70.989 infections ont été signalées dans la zone UE/EEE et au Royaume-Uni, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.
Pour faire face à la pénurie aiguë d'équipements de protection individuelle, l'UE a lancé une procédure d'achat conjointe et imposé une restriction à l'exportation de produits médicaux.

__________________



La Chine a accordé son aide en fournitures médicales à la France

le Quotidien du Peuple en ligne http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2020/0319/c31354-9669811.html 19.03.2020 08h34

Un lot de fournitures médicales accordé par la Chine est arrivé à l'aéroport RCG (Crédit : Ambassade de Chine en France)

La Chine a accordé son aide en fournitures médicales à la FranceLa Chine a accordé son aide en fournitures médicales à la FranceLa Chine a accordé son aide en fournitures médicales à la FranceLa Chine a accordé son aide en fournitures médicales à la France

L'Ambassadeur Lu Shaye a affirmé dans une interview que les fournitures médicales accordées par la Chine comprennent des masques de protection, des masques chirurgicaux, des combinaisons de protection et des gants médicaux, conformément au besoin de la partie française.
L'Ambassade de Chine en France a indiqué qu'au moment crucial de la lutte de la Chine contre l'épidémie, la France a apporté du soutien et de l'aide précieux. Actuellement, alors que la France et l'Europe toute entière font face au sérieux défi de la pandémie, la Chine est disposée à accorder de l'aide dans la mesure de ses possibilités. « Cela illustre la solidarité aux moments les plus difficiles, et montre l'excellence des relations d'amitié et de coopéraiton sino-françaises » , a évoqué le communiqué de l'Ambassade.

L'Ambassadeur Lu Shaye a souligné que la santé et la médecine constituent l'un des domaines les plus dynamiques de la coopération scientifique et technologique sino-française. « Nos deux pays mènent une coopération étroite en matière de maladies infectieuses émergentes. Après le déclenchement de l'épidémie de COVID-19, nos institutions de recherches scientifiques, en étroit contact, ont mené conjointement des R&D sur les réactifs de diagnostic rapide du virus. Actuellement, des scientifiques des deux pays sont en train de mener des études de faisabilité sur le développement de médicaments à base d'anticorps » , a-t-il indiqué.

S'agissant du traitement clinique, début février, des experts des deux pays ont téléconsulté ensemble des patients. M. Alain Mérieux, Président de la Fondation Mérieux, a fourni à la Chine de multiples suggestions sur le diagnostic, le traitement et la coopération sur le développement de vaccins. Des institutions chinoises de recherche scientifique et l'Institut Pasteur explorent activement les moyens de créer un fonds de recherche conjoint sino-français qui soutiendra prioritairement le développement de nouveaux médicaments ainsi que la recherche de vaccins contre le COVID-19.
La Chine a aussi invité la France à participer à la vidéo-conférence entre la Chine et des pays européens, dédié à la présentation des plans chinois de prévention, contrôle, diagnostic et traitement, en vue de partager les expériences et de faire les échanges avec la communauté internationale dont la France. Selon l'Ambassade de Chine en France, si la France en a besoin, la Chine est prête à organiser des échanges à distance et téléconsultations, même à envoyer une équipe d'experts médicaux en France.

L'Ambassade de Chine en France a souligné que « nous en sommes convaincus, tant que la Chine, la France et la communauté internationale sont animées de l'idée de la communauté de destin pour l'humanité, que nous menions un combat solidaire côte à côte, nous arriverons certainement à vaincre le démon du virus » .

Source : Ambassade de Chine en France

(Rédacteurs :Yishuang Liu)


Edité le 19-03-2020 à 22:27:27 par Xuan


Xuan
   Posté le 20-03-2020 à 23:26:15   

L'article est optimiste, ou bien Le Drian n'a pas bien écouté les dernières déclarations d'E. Philippe rejetant la prévention systématique.

(COVID-19) La France prête à tirer des enseignements de l'expérience de la Chine dans la lutte contre le nouveau coronavirus (ministre)



BEIJING, 19 mars (Xinhua) -- Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré jeudi lors d'une conversation téléphonique avec Wang Yi, conseiller d'Etat chinois et ministre des Affaires étrangères, que la France tirera des enseignements de l'expérience de la Chine dans la lutte contre le COVID-19.

M. Le Drian a salué la victoire fondamentale de la Chine dans la bataille contre le nouveau coronavirus, a sincèrement remercié celle-ci pour l'envoi de fournitures médicales à la France et la mobilisation de ressources pour répondre aux besoins de la France en matière d'approvisionnement en fournitures médicales, et a évalué en termes positifs la coopération entre les deux pays dans le domaine de la lutte contre l'épidémie.

La situation épidémique en France s'aggrave, a-t-il dit, ajoutant que son pays est disposé à tirer parti de l'expérience de la Chine pour prévenir et contenir la propagation du coronavirus et adopter des mesures fortes et efficaces pour vaincre l'épidémie le plus rapidement possible.

Pour sa part, M. Wang a déclaré que l'épidémie est apparue dans plusieurs pays et régions du monde, que la France est également confrontée au défi du COVID-19, et que la Chine a exprimé sa sincère sympathie sur ce point.

Le chef de la diplomatie chinoise a exprimé sa conviction que sous la direction du président Emmanuel Macron, la France gagnera finalement et définitivement la bataille contre le virus.

La Chine et la France peuvent s'enorgueillir d'une tradition de soutien mutuel, a également noté M. Wang, ajoutant que la Chine n'oubliera jamais le précieux soutien et l'aide de la France au peuple chinois dans sa lutte contre le nouveau coronavirus.

Agissant au nom de l'amitié sino-française, la Chine a surmonté ses propres difficultés pour envoyer un lot de fournitures médicales en France, a déclaré M. Wang. Sur les contenants de ces fournitures médicales, il est écrit en chinois : "Bien qu'elles soient éloignées l'une de l'autre, l'amitié qui lie la Chine et la France est plus solide que l'or et la pierre", ce qui illustre clairement l'amitié entre les deux pays, qui consiste à partager les souffrances et la joie, et à s'entraider, a-t-il ajouté.

La Chine mettra tout en oeuvre pour offrir à la France l'assistance nécessaire à ses besoins en matière d'approvisionnement, renforcera le partage d'expériences dans le domaine de la santé et de la prévention de l'épidémie par le biais de vidéoconférences et d'autres moyens, et développera la coopération bilatérale dans la prévention et le contrôle des maladies infectieuses émergentes, la virologie, la recherche sur les vaccins et d'autres domaines, a indiqué le ministre chinois.

M. Wang a également rappelé que l'épidémie est l'ennemi commun de l'humanité, et que cela nécessite une réponse conjointe de la communauté internationale.

Depuis le tout début, la Chine a partagé des informations sur la lutte contre l'épidémie avec la communauté internationale dans un esprit d'ouverture et de transparence et avec une attitude responsable, permettant de gagner un temps précieux pour que les autres pays puissent prévenir et contrôler l'épidémie, a-t-il souligné.

Désormais, a-t-il poursuivi, la Chine, qui défend l'esprit d'une communauté de destin pour l'humanité, fournit de différentes formes de soutien à près de 100 pays pour lutter contre l'épidémie, notamment en faisant don de fournitures médicales indispensables, en partageant son expérience en matière de prévention et de contrôle, et en envoyant des équipes d'experts.

Malheureusement, a-t-il ajouté, certains pays ont tenté de politiser l'épidémie, d'étiqueter le virus et de stigmatiser la Chine. De tels actes ne sont pas propices à l'unité de la communauté internationale et entraveront gravement les efforts conjoints de tous les pays pour lutter contre l'épidémie. Ils doivent donc faire l'objet d'une opposition ferme, a-t-il déclaré.

Dans le même temps, M. Wang a rappelé qu'un grand nombre de Chinois d'outre-mer, et notamment des étudiants, travaillent, étudient et vivent en France. En tant que messagers de l'amitié sino-française, ils sont prêts à contribuer à la promotion de la coopération bilatérale, a-t-il assuré.

Face aux défis posés par l'épidémie, l'Ambassade de Chine en France leur a fourni et continuera de leur fournir des soins et une assistance, a déclaré M. Wang, qui a aussi exprimé l'espoir que le gouvernement français accordera une attention particulière à leur santé et à leur sécurité, leur fournissant toute l'assistance nécessaire en matière de protection et de garantie médicale.

Pour sa part, Jean-Yves Le Drian a déclaré que la France attachait une grande importance à la santé et à la sécurité des Chinois d'outre-mer et leur fournira sans le moindre doute assistance et soins, en particulier aux étudiants chinois.
Xuan
   Posté le 21-03-2020 à 16:18:02   

Quelques précisions sur l'alerte du Dr Li Wenliang


Un rapport d'enquête sur le dénonciateur Li Wenliang révèle un processus d'alerte au début de l'épidémie à Wuhan


https://www.globaltimes.cn/content/1183157.shtml

Par des journalistes de GT Source: Global Times Publié: 2020/3/19 20:53:27 Dernière mise à jour: 2020/3/20 0:43:21

Le rapport publié jeudi par le plus haut organe de surveillance de la Chine sur l'affaire liée à la mort de Li Wenliang, le médecin "dénonciateur" de Wuhan, après une enquête de 42 jours, a révélé le processus d'alerte initial au tout début de la lutte contre l'épidémie de coronavirus en la ville.

Le rapport indique que l'équipe d'enquête a découvert en décembre 2019 que certains hôpitaux de la province du Hubei en Chine centrale recevaient des patients atteints de pneumonie de causes inconnues. Le 27 décembre, Zhang Jixian, un médecin de l'hôpital du Hubei de médecine traditionnelle chinoise et occidentale intégrée a signalé à l'hôpital trois patients souffrant de pneumonie de causes inconnues. Le Centre de contrôle et de prévention des maladies de Wuhan a organisé une enquête épidémiologique et des tests le même jour.

Le 29 décembre, l'hôpital a signalé quatre autres cas de pneumonie de causes inconnues, provenant du marché des fruits de mer de la ville de Huanan.

Des experts de la commission de la santé de Wuhan ont ouvert une enquête et publié deux documents internes vers 15 h 10 et 18 h 50, respectivement, le 30 décembre, demandant de traiter les patients atteints de pneumonie pour des causes inconnues.

Les documents ont également ordonné une enquête globale sur la pneumonie, y compris une recherche de cas et une enquête rétrospective.

Les deux documents ont ensuite été téléchargés en ligne par certaines personnes plusieurs minutes après leur publication.
Vers 17 h 30 le 30 décembre 2019, le Dr Li Wenliang a reçu un message de ses collègues.
À 17h43, Li a transmis le message de "sept cas de SRAS ont été confirmés sur le marché des fruits de mer de Huanan" et "les patients ont été isolés au service d'urgence de notre hôpital" dans son groupe WeChat.
À 18h42, Li a publié un autre message disant que "les dernières nouvelles sont que l'infection à coronavirus a été confirmée et que le virus est en cours de classification. Veuillez ne pas diffuser les informations et laisser les membres de la famille faire attention à la prévention" .

Li a été réprimandé par la police locale le 3 janvier pour avoir répandu des "rumeurs" sur l'épidémie du virus.
La police de Wuhan a été invitée à révoquer l'ordonnance de réprimande contre Li, décédé le 7 février de COVID-19 pour présomption de rumeur, a indiqué l'équipe d'enquête dans le rapport.
L'équipe d'enquête envoyée par le gouvernement central le 7 février après le décès de Li a également demandé à l'organe de surveillance local de superviser la rectification de l'affaire, de tenir le personnel concerné responsable et d'annoncer les résultats en temps opportun.

La police de Wuhan révoque l'ordre de réprimande du "dénonciateur" du virus à la suite de l'enquête de Li Wenliang, présente ses excuses à la famille de Li
Source: Global Times Publié: 2020/3/19 21:02:15
Xuan
   Posté le 22-03-2020 à 09:31:38   

14 h 59 21 mars

Samedi, la Chine a injecté son premier vaccin contre le coronavirus à des volontaires. Le premier groupe de volontaires pour l'expérience est limité aux résidents permanents de Wuhan, âgés de 18 à 60 ans.
Grecfrites
   Posté le 22-03-2020 à 13:06:19   

Xuan a écrit :

Quelques précisions sur l'alerte du Dr Li Wenliang


Un rapport d'enquête sur le dénonciateur Li Wenliang révèle un processus d'alerte au début de l'épidémie à Wuhan


https://www.globaltimes.cn/content/1183157.shtml

Par des journalistes de GT Source: Global Times Publié: 2020/3/19 20:53:27 Dernière mise à jour: 2020/3/20 0:43:21

Le rapport publié jeudi par le plus haut organe de surveillance de la Chine sur l'affaire liée à la mort de Li Wenliang, le médecin "dénonciateur" de Wuhan, après une enquête de 42 jours, a révélé le processus d'alerte initial au tout début de la lutte contre l'épidémie de coronavirus en la ville.

Le rapport indique que l'équipe d'enquête a découvert en décembre 2019 que certains hôpitaux de la province du Hubei en Chine centrale recevaient des patients atteints de pneumonie de causes inconnues. Le 27 décembre, Zhang Jixian, un médecin de l'hôpital du Hubei de médecine traditionnelle chinoise et occidentale intégrée a signalé à l'hôpital trois patients souffrant de pneumonie de causes inconnues. Le Centre de contrôle et de prévention des maladies de Wuhan a organisé une enquête épidémiologique et des tests le même jour.

Le 29 décembre, l'hôpital a signalé quatre autres cas de pneumonie de causes inconnues, provenant du marché des fruits de mer de la ville de Huanan.

Des experts de la commission de la santé de Wuhan ont ouvert une enquête et publié deux documents internes vers 15 h 10 et 18 h 50, respectivement, le 30 décembre, demandant de traiter les patients atteints de pneumonie pour des causes inconnues.

Les documents ont également ordonné une enquête globale sur la pneumonie, y compris une recherche de cas et une enquête rétrospective.

Les deux documents ont ensuite été téléchargés en ligne par certaines personnes plusieurs minutes après leur publication.
Vers 17 h 30 le 30 décembre 2019, le Dr Li Wenliang a reçu un message de ses collègues.
À 17h43, Li a transmis le message de "sept cas de SRAS ont été confirmés sur le marché des fruits de mer de Huanan" et "les patients ont été isolés au service d'urgence de notre hôpital" dans son groupe WeChat.
À 18h42, Li a publié un autre message disant que "les dernières nouvelles sont que l'infection à coronavirus a été confirmée et que le virus est en cours de classification. Veuillez ne pas diffuser les informations et laisser les membres de la famille faire attention à la prévention" .

Li a été réprimandé par la police locale le 3 janvier pour avoir répandu des "rumeurs" sur l'épidémie du virus.
La police de Wuhan a été invitée à révoquer l'ordonnance de réprimande contre Li, décédé le 7 février de COVID-19 pour présomption de rumeur, a indiqué l'équipe d'enquête dans le rapport.
L'équipe d'enquête envoyée par le gouvernement central le 7 février après le décès de Li a également demandé à l'organe de surveillance local de superviser la rectification de l'affaire, de tenir le personnel concerné responsable et d'annoncer les résultats en temps opportun.

La police de Wuhan révoque l'ordre de réprimande du "dénonciateur" du virus à la suite de l'enquête de Li Wenliang, présente ses excuses à la famille de Li
Source: Global Times Publié: 2020/3/19 21:02:15


Donc on a eu un « lanceur d’alerte » dès décembre, avec la personne de Zhang Jixian.
Et autocritique de la police de Wuhan sur la diabolisation de Li Wenliang, mais quid de l’autorité fédérale ?
Grecfrites
   Posté le 22-03-2020 à 16:37:17   

En ce moment grosse offensive d’anti-chinois issus, entre autres de HK, avec la théorie du trucage du nombre de décès liés au Covid-19 en Chine.
Le tout en s’appuyant sur des baisses d’abonnements à China Mobile, de 8 millions de personnes. Assez saugrenue comme thèse, cependant nombre de gens remettent en cause les chiffres chinois car jugés trop faibles en comparaison à leur population totale.
Xuan
   Posté le 22-03-2020 à 18:07:41   

J'ai eu un écho en provenance d'une expat. parlant d'une "nouvelle quarantaine" .
Je crois qu'elle concerne plutôt touristes étrangers et HK.

Le risque de recrudescence est dû essentiellement aux cas importés d'où un contrôle plus sévère des arrivants. La quasi totalité des cas son importés, sauf un cas contaminé par une importation en provenance de Turquie dans le Guangdong http://french.xinhuanet.com/2020-03/22/c_138904919.htm.
Les Chinois évoquent la possibilité d'une nouvelle épidémie dans un an https://www.globaltimes.cn/content/1183387.shtml

De toutes façons il existe un lien direct entre la situation sanitaire et l'activité économique.
Or la reprise économique s'effectue progressivement et avec des précautions sanitaires, en priorité : les matériels de soins et de prévention, l'objectif d'éradiquer la pauvreté redémarré par Xi dès que l'épidémie a été jugulée, et les projets d'infrastructure relancés à 90 % actuellement.

La Chine se bat sur le front intérieur pour éviter une rechute, et sur le front extérieur, à la fois contre les USA qui poursuivent leurs attaques permanentes, et dans le soutien sanitaire aux nations et aux peuples vers l'Afrique et vers l'Europe (Italie, Espagne, France, Serbie, Pakistan, Iran, etc.). Je ne publie pas tous les articles mais il y a des exemples tous les jours.
La Chine avertit aussi sur le risque de récession en provenance des USA et cherche à s'en prémunir.

Nous sommes vraiment à un tournant historique de l'équilibre mondial, j'insiste sur l'accélération induite par le covid-19.
Xuan
   Posté le 22-03-2020 à 18:37:00   

Grecfrites a écrit :


Donc on a eu un « lanceur d’alerte » dès décembre, avec la personne de Zhang Jixian.
Et autocritique de la police de Wuhan sur la diabolisation de Li Wenliang, mais quid de l’autorité fédérale ?

Lanceur d'alerte oui mais pas au sens occidental.

Global Times en signalait huit au départ, je pense qu'il s'agit de Li et de ses amis qui ont laissé fuiter l'info sur des réseaux :
Li faisait partie des huit habitants de Wuhan qui ont été réprimandés par la police locale au début de janvier pour avoir répandu des « rumeurs » sur l’épidémie du nouveau coronavirus.
Les informations diffusées en ligne ont révélé que des cas de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), la maladie respiratoire virale qui avait frappé la Chine au printemps 2003, avaient été détectés dans certains hôpitaux de Wuhan.
De nombreuses déclarations se sont appuyées sur l’expérience des huit « dénonciateurs » pour établir la preuve de l’incompétence des autorités locales à lutter contre un virus contagieux et mortel.
Un épidémiologiste de haut niveau du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CCDC) a déclaré dans une récente interview avec le rédacteur en chef du Global Times, Hu Xijin, que nous devons féliciter vivement les huit habitants de Wuhan.

Voir page 2 dans ce fil.
Page suivante Global Times écrit :
Les autorités de Wuhan doivent des excuses à Li, et les responsables de Wuhan et de la province du Hubei doivent des excuses aux habitants de Wuhan et de tout le pays. Si la gravité du nouveau coronavirus avait été réalisée et que des mesures préventives aient été prises plus tôt, l'épidémie n'aurait peut-être pas provoqué une telle panique nationale et le travail et la vie des Chinois n'auraient pas été bouleversés à ce point. Le regret est mêlé au deuil public de Li.

Il y a eu deux limogeages, celui du responsable administratif et celui du responsable du PCC.
Quant au maire de Wuhan il a été aussi dénoncé pour avoir organisé un banquet de nouvel an de 40 000 personnes.

Enfin le 1er février :
"Huanggang, une ville voisine de Wuhan, qui enregistre le deuxième plus grand nombre de nouvelles infections à coronavirus, a puni 337 fonctionnaires pour avoir manqué à leur devoir de combattre le coronavirus. Six d'entre eux ont été démis de leurs fonctions.
...Quelque 600 à 700 000 personnes sont rentrées de Wuhan à Huanggang avant le verrouillage de Wuhan."


En fait les réseaux sociaux sont actifs en Chine, actifs mais contrôlés lorsqu'il s'agit d'attaques contre le PCC et le socialisme, ou de rumeurs infondées.
La critique des autorités incompétentes existe. Ensuite il y a une lutte d'idées parfois violente sur des sites théoriques, sur la question du secteur public et sur le libéralisme bourgeois. Je crois que cette lutte d'idées s'est accentuée récemment.


Edité le 22-03-2020 à 18:40:26 par Xuan


Xuan
   Posté le 24-03-2020 à 13:56:00   

Critique et autocritique de la bureaucratie : la révolution culturelle est toujours présente en Chine !

La bureaucratie peut tuer comme un virus


Par Cao Siqi Source: Global Times Publié: 2020/3/23 23:38:40

https://www.globaltimes.cn/content/1183520.shtml

Le journal du conseiller politique relate le verrouillage de Wuhan pendant 60 jours
________________________________________



Photo: fournie par Ye Qing


Ye Qing, directeur adjoint du Bureau des statistiques de la province du Hubei en Chine centrale, enregistre les histoires à Wuhan depuis 60 jours consécutifs depuis que la ville a été verrouillée le 23 janvier.

Dans ses journaux, il a critiqué la bureaucratie et le formalisme après avoir été témoin des problèmes au début du gouvernement local face à l'épidémie et a souligné que le bureaucratisme peut tuer des gens tout comme le virus, et qu’il est plus terrible que le virus dans une certaine mesure. Alors que davantage d'efforts ont été déployés pour contenir le virus, cette bureaucratie et ce formalisme ont été corrigés, mais certains problèmes subsistent.

Le Hubei n'a vu aucun nouveau cas confirmé de COVID-19 pendant cinq jours consécutifs lundi, ce qui pourrait prouver que la situation à Wuhan est fondamentalement sous contrôle.
"Soixante jours se sont écoulés depuis le verrouillage et par rapport à avant, nous nous sentons beaucoup plus en sécurité et mieux. L'épidémie de Wuhan a été maîtrisée comme un cheval sauvage a été apprivoisé. Le défi restant est de s'assurer que tous les patients du les hôpitaux pourraient être bien traités, sans plus de rechutes " , a déclaré Ye.

Cependant, des rumeurs récentes allèguent que certaines communautés de Wuhan ont trouvé des cas confirmés et que l'hôpital de Tongji a confirmé plus de 100 cas de COVID-19, que le gouvernement de Wuhan a rejeté dimanche matin.
Ye a dit que c'est parce qu'il y a des controverses sur la question de savoir si les critères pour les nouveaux cas confirmés devraient inclure les rechutes et les rechutes asymptomatiques. Le gouvernement a déclaré que non, mais des inquiétudes ont surgi quant à savoir si ces cas infecteront d'autres personnes. Cela a également montré que la reconnaissance des critères par les gens est différente. Il est impossible pour le gouvernement local de cacher les cas une fois qu'ils sont révélés, et la punition sera très lourde.

Les gouvernements du Hubei et de Wuhan ont été interrogés pour ne pas avoir prêté suffisamment d'attention à l'épidémie au début en maintenant les deux sessions locales, ce qui, selon beaucoup, a retardé la réponse de la province à l'épidémie.
Ye, également conseiller politique provincial qui a assisté aux deux sessions provinciales du 11 au 15 janvier, a déclaré qu'il ne savait pas à quel point la situation épidémique était grave à l'époque. Au cours des deux séances, il a vu des conseillers politiques de la région administrative spéciale de Hong Kong portant des masques faciaux.
"Depuis que Hong Kong a commencé à entrer dans la période d'alerte le 4 janvier, ils ont été très prudents et ont pris le risque de venir à Wuhan pour la réunion. Comme beaucoup d'autres, j'ai commencé à réaliser la gravité de l'épidémie lorsque [le plus grand spécialiste respiratoire de Chine] Zhong Nanshan est venu à Wuhan et a déclaré que le virus pouvait être transmis de personne à personne " , a déclaré Ye.

La réponse précoce à l'épidémie a été passive. À la fin du mois de décembre 2019, certains services et personnels médicaux avaient obtenu des informations sur le virus, mais ils n'y ont pas prêté beaucoup d'attention.
Dans le journal de Ye à Wuhan, il a mentionné à plusieurs reprises que le bureaucratisme peut tuer des gens autant que le virus, et même pire que le virus dans une certaine mesure.
Il a partagé sa pensée sur la tragédie avec le Global Times, la tragédie de l'hôtel de Quanzhou, dans la province du Fujian en Chine orientale, qui a été utilisée comme installation de quarantaine contre les coronavirus mais s'est effondrée, faisant 29 morts.
"Une famille de cinq personnes, dont trois enfants, est décédée dans l'accident. Ils n'ont pas été tués par le virus, mais par la bureaucratie et le formalisme, car l'enquête a montré que l'hôtel avait été construit illégalement, ce qui a révélé que le gouvernement local n'avait pas assumé ses responsabilités en matière de sécurité. . Il en va de même à Wuhan. Au début de l'épidémie, les responsables de certains hôpitaux n'ont pas autorisé les médecins à porter des masques faciaux pour éviter de provoquer la panique, mais d'autres hôpitaux ont mieux géré l'épidémie. Cette comparaison montre une bureaucratie typique " , m'a dit.

Ye a déclaré que la bureaucratie et le formalisme étaient un problème qui est apparu dans les hôpitaux, le service de sécurité publique et l'administration pénitentiaire. Mais il a souligné qu'il était également lié au processus de compréhension d'un nouveau coronavirus. Au tout début, les gens ont commis des erreurs bureaucratiques car ils ne s'en tenaient pas au scientisme et recherchaient la vérité dans les faits.
Si les communautés et les supermarchés pouvaient être fermés à clé le même jour que la ville, Ye a estimé que la situation aurait été bien meilleure.

"Zhong Nanshan a déclaré dans une interview que si le verrouillage avait été mis en œuvre cinq jours plus tôt, il aurait pu économiser une grande partie de la charge de travail de prévention, et une fois le verrouillage mis en œuvre cinq jours plus tard, il a augmenté la charge de travail à trois reprises. Pourquoi les dirigeants de Wuhan et le Hubei remanié? En raison de la procrastination dans la prise de décision. Ils n'ont pas réussi à suivre efficacement les instructions du gouvernement central " , a déclaré Ye.

La bureaucratie exposée lors de l'épidémie de Wuhan est un microcosme de tout le pays. Le gouvernement devrait nommer un sous-gouverneur ou un maire adjoint en charge de la santé, qui doit être un professionnel du système de santé; sinon, l'incident comme le chef de la commission de la santé de Huanggang, la deuxième ville de coronavirus la plus touchée du Hubei, qui a été punie en raison d'un manque de connaissances sur les capacités et les ressources de traitement de la maladie de la ville, se reproduirait, a-t-il souligné.


Les deux derniers hôpitaux de fortune de Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine centrale, sont fermés mardi, marquant la fermeture des 16 hôpitaux improvisés de la ville. Photo: Cui Meng / GT


Ye a souligné que la critique des résidents locaux contre la bureaucratie venait de plusieurs incidents importants.
Premièrement, huit médecins qui ont essayé d'avertir d'autres médecins au sujet de COVID-19 mais ont été réprimandés par les autorités locales faisaient partie de ces incidents bureaucratiques.
Deuxièmement, quatre académiciens, dont Zhong Nanshan et le meilleur épidémiologiste chinois Li Lanjuan, ont défié la bureaucratie dans un esprit scientifique.
Le troisième était le 24 janvier, le journaliste du Hubei Daily, Zhang Yizhong, a déclaré à Sina Weibo que Wuhan devait prendre une décision rapide pour changer le chef de la ville.

Les résidents locaux ont également exprimé leur mécontentement à l'égard de la bureaucratie. Par exemple, le 24 février, un clip audio d'une femme de Wuhan giflant des fonctionnaires de la communauté locale et un supermarché local est devenu viral pour son expression franche exprimée avec un accent de Wuhan. La catharsis émotionnelle a reçu les applaudissements des internautes, illustrant comment la supervision de l'opinion publique a eu un impact positif sur Wuhan.

Le 7 mars, une vidéo avec quelqu'un criant "C'est faux! C'est faux!" est devenu virale sur la plate-forme de médias sociaux de la Chine. Les résidents criant haut et fort de leurs fenêtres pour accuser la gestion immobilière de les avoir trompés en ne semblant fournir les nécessités promises que lorsque le groupe de guides du gouvernement central a inspecté la communauté.

La situation s'est beaucoup améliorée depuis que les autorités ont puni des centaines de hauts fonctionnaires pour négligence dans leurs fonctions. Ces fonctionnaires se concentrent davantage sur les actions que sur les mots, a-t-il noté.

La police de Wuhan a révoqué jeudi une ordonnance de réprimande contre Li Wenliang, le médecin "dénonciateur" à Wuhan décédé de COVID-19, et deux policiers impliqués dans le traitement du cas de Li ont été punis pour manquement à leurs devoirs, à la suite des recommandations d'une enquête minutieuse par le principal organe de surveillance de la Chine.

Vous pensiez que ce n'était qu'une partie des résultats de l'enquête. Des responsables de la commission locale de la santé, de l'hôpital et du bureau de la sécurité publique seront traités ultérieurement. "L'annonce ne signifie pas que les enquêtes s'arrêteraient là. Une plus grande responsabilisation des fonctionnaires suivra ,
Vous pensiez également que les principaux responsables de la ville et de la province avaient été remaniés. Une fois l'épidémie entièrement maîtrisée, davantage de fonctionnaires seraient tenus pour responsables des manquements et des mauvaises performances.

Alors que la situation épidémique mondiale est entrée dans une période très difficile, Ye a déclaré que les leçons et l'expérience tirées de Wuhan et du Hubei dans la gestion de l'épidémie peuvent être partagées avec d'autres pays qui luttent pour contrôler la propagation du virus.
"Nous pouvons appeler cela l'expérience de Wuhan. Premièrement, ils pourraient apprendre à diviser les gens en quatre catégories: cas confirmés, cas suspects, cas montrant des symptômes de fièvre et cas avec des contacts étroits. Nous l'avons fait à Wuhan au début et d'autres pays, qui sont maintenant dans une situation similaire à celle de Wuhan, peuvent le faire.
Deuxièmement, des hôpitaux d'isolement et des hôpitaux de fortune pourraient être créés.
Troisièmement, ils pourraient demander l'aide du personnel médical d'autres villes pour sauver l'endroit le plus durement touché par l'épidémie. Enfin, ils pourraient également apprendre à verrouiller les villes, les communautés et les supermarchés
, a déclaré Ye.

Pendant ce temps, alors que le gouvernement provincial du Hubei exhorte activement les résidents locaux à retourner travailler dans d'autres villes, les employés du Hubei sont toujours victimes de discrimination. Il a noté qu'il est compréhensible que certaines villes, en particulier les métropoles, fassent attention aux travailleurs du Hubei car ils ont du mal à faire face aux cas d'infection importés. Mais certaines discriminations rapportées dans les médias sont trop extrêmes.

"Comme la situation au Hubei s'est améliorée et que ceux qui peuvent aller travailler dehors sont fondamentalement en sécurité, il n'est pas nécessaire de les discriminer" , a-t-il déclaré.

Étant donné que la plupart des grandes entreprises du Hubei ont repris leurs activités et qu'un nombre croissant d'entreprises technologiques redémarrent également leurs activités, Ye a déclaré qu'il était convaincu que l'économie du Hubei pourrait se redresser au cours du second semestre.


Edité le 24-03-2020 à 17:43:01 par Xuan


Xuan
   Posté le 25-03-2020 à 20:09:43   

Intelligence artificielle, 5G: Comment Pékin prépare son redémarrage économique post-coronavirus

© REUTERS / Thomas Peter

18:26 25.03.2020
Par Hakim Saleck

Avec l’ouverture de la province de Hubei ce 25 mars, la Chine confirme qu’elle a bientôt fini avec la paralysie créée par le coronavirus. Elle serait même en train de reprendre du poil de la bête et pourrait profiter de la situation pour prendre de l’avance dans certains domaines stratégiques sur ses plus gros concurrents.
La Chine bientôt sortie de la crise du Covid-19? Tout porte à le croire, si l’on se fie aux déclarations officielles de Pékin. Le gouvernement chinois a annoncé ce 24 mars qu’il allait lever les restrictions de déplacement le 8 avril dans la ville de Wuhan, berceau de l’épidémie. Cela va déjà être le cas à Hubei, la région dans laquelle se situe Wuhan, qui bénéficie de cette mesure dès ce 25 mars.
​Un pas de géant vers une sortie de crise pour l’Empire du Milieu, qui porte désormais toute son attention sur le redémarrage de son économie, comme l’explique au micro de Sputnik, Mary-Françoise Renard, économiste, professeur à l’Université d’Auvergne et responsable de l’Institut de recherche sur l’économie de la Chine:

«C’est une réalité. Le travail reprend un peu partout. Même à Wuhan, les gares vont être utilisées à partir du 8 avril. Il y aura toujours des contrôles de santé et d’autres mesures, mais il y aura une plus grande mobilité des gens. Il y a aussi une reprise de la production qui est certaine.»
D’après un haut responsable de la Banque centrale chinoise, la Chine, qui pèse 16% de l’économie mondiale, reviendra très vite à des taux de croissance équivalents à ceux de l’avant-coronavirus. Pour de nombreux analystes, en Chine comme ailleurs, le redémarrage de l’économie dépendra en grande partie de la volonté des ménages à consommer une fois la crise sanitaire passée.

«En Chine, où le nombre de personnes contaminées par le coronavirus est en forte baisse, on voit que la consommation reprend rapidement et que la confiance des ménages est au rendez-vous» , explique Pascal Cotte, l’un des responsables mondiaux de la plateforme Covid-19 mise en place par le Boston Consulting Group.

​En avance dans cette sortie de crise, la Chine peut-elle réellement se relever économiquement, alors que le reste du monde est toujours confiné? En 2018, les exportations de biens et services chinois représentaient tout de même 19,5% de son PIB, une part non négligeable, mais qui est en diminution depuis 2006. Pourtant, selon Mary-Françoise Renard, le manque de la demande extérieure ne devrait pas poser de problème majeur à Pékin.

«La Chine est évidemment pénalisée par la baisse de la demande extérieure et par l’existence de chaînes de valeur. Néanmoins, elle dépend désormais beaucoup moins de cette demande extérieure, mais plus de sa demande interne. L’objectif du gouvernement depuis quelques années est de développer la consommation, et aujourd’hui, c’est encore plus le cas. On a vu des bons être remis aux particuliers pour pouvoir consommer. Il y aura donc certainement un rebond de la consommation» , souligne la chercheuse.

Première grande puissance bientôt débarrassée du Covid-19

Cette sortie de crise précoce pourrait même constituer une occasion en or pour Pékin. Alors que les pics épidémiques n’ont pas encore été atteints en Europe et aux États-Unis, il est difficile de mesurer l’impact économique que le SARS-COV-2 aura sur ces régions. Une aubaine pour la Chine qui pourrait prendre de l’avance dans certains domaines stratégiques, notamment les technologies de pointe.
«Ce qui sera intéressant de voir, c’est que la Chine profitera très certainement de la situation pour se renforcer dans les domaines de l’intelligence artificielle et la 5 G. Elle prévoit d’ailleurs d’augmenter ses investissements dans la 5G à des niveaux jamais atteints jusqu’à présent. Cela s’inscrit dans une stratégie à long terme, qui vise à faire évoluer son modèle économique, en améliorant la qualité de sa production et son niveau technologique. Et elle peut profiter de la situation pour parvenir à ses fins» , confie Mary-Françoise Renard.
Xuan
   Posté le 25-03-2020 à 20:14:00   

Huawei va lancer un nouveau smartphone P40 à Paris malgré le coronavirus

Source: Global Times Publié: 2020/3/25 17:43:40

https://www.globaltimes.cn/content/1183733.shtml


Huawei lancera sa série de téléphones P40 à Paris lors d'un événement en ligne jeudi, et les analystes de l'industrie ont déclaré que le lancement pourrait aider à augmenter les expéditions de téléphones de Huawei à court terme et même dépasser ceux d'Apple concurrent, dont les problèmes d'approvisionnement persistent alors que la pandémie de coronavirus se propage globalement.
Le nouveau combiné attire beaucoup l'attention dans l'industrie, car les prochains appareils de la série P devraient être livrés avec une version mise à jour d'Emotion UI, EMUI10.1, sauvegardée par l'écosystème auto-développé de Huawei.
Des applications et des fonctions auto-développées telles que la carte Huawei Hetu à l'appui d'un environnement d'intelligence artificielle (AI), les services mobiles Huawei (HMS) qui remplacent le GMS de Google et Huawei Search devraient être installés sur l'EMUI10.1, selon les médias rapports.

Le lancement prévu de Huawei jeudi intervient au milieu d'une pandémie de coronavirus en expansion qui a réduit la demande et perturbé les chaînes d'approvisionnement, ce qui a réduit la production de nombreux fabricants de smartphones dans le monde.
Par exemple, Foxconn n'a pas trouvé suffisamment de travailleurs dans son usine de Shanghai, qui abrite les chaînes de montage d'ordinateurs d'Apple.
Il doit transporter quotidiennement des travailleurs de son usine de Zhengzhou pour répondre à cette pénurie, a déclaré mercredi au Global Times un responsable des ressources humaines (RH) de l'usine de Zhengzhou à Foxconn, dans la province du Henan, en Chine centrale.

Cependant, le problème n'affecte pas Huawei, car avec son avantage dans les ressources intérieures et une large reprise du travail en Chine, la production de la société se redresse rapidement et elle sera prête à commencer la production de masse de ses nouveaux téléphones, Xiang Ligang, un Pékin- Mercredi, un analyste vétéran de l'industrie, a déclaré au Global Times.
Huawei a été parmi les premières entreprises chinoises à reprendre la production après les vacances prolongées du Festival du printemps chinois - beaucoup plus tôt que la plupart de ses homologues - selon Xiang.

Alors que la demande intérieure se redresse progressivement alors que l'épidémie de coronavirus se stabilise en Chine et que la chaîne d'approvisionnement d'Apple n'a pas encore repris, la nouvelle série de téléphones de Huawei aidera à augmenter ses expéditions, et pourrait même dépasser Apple à court terme, selon les analystes.
Cependant, la société chinoise n'a toujours pas accès à certains logiciels américains cruciaux tels que les mises à jour du système d'exploitation Android de Google et des services GMS sur sa dernière série de téléphones, ce qui affecte considérablement les ventes à l'étranger des téléphones.
L'EMUI10.1 est toujours susceptible d'être conçu, basé sur le système d'exploitation Android au lieu du très attendu HarmonyOS, car il existe un besoin urgent d'attirer davantage de développeurs de logiciels pour créer des applications pour le système, a déclaré Xiang, notant que la société chinoise peut encore devoir compter sur un boom des ventes intérieures à court terme.
L'HarmonyOS est déjà installé sur les téléviseurs et montres intelligents de Huawei, mais pas encore sur ses smartphones, a ajouté Xiang.

Lire aussi sur tech advisor : Huawei P40 : date de sortie, prix et autres rumeurs


Edité le 25-03-2020 à 20:18:12 par Xuan


Xuan
   Posté le 25-03-2020 à 23:45:00   

Des failles pourraient conduire à une seconde vague de COVID-19 en Chine


le Quotidien du Peuple en ligne | 25.03.2020 16h18

Des lacunes dans les processus de dépistage aux douanes et des mesures de quarantaine inadéquates à l'entrée dans les villes chinoises, ainsi qu'une forte proportion de cas asymptomatiques rendent une seconde vague de nouveau coronavirus très probable, voire inévitable, alors que la pandémie continue de s'aggraver dans le monde. Après qu'un nouveau cas local transmis dans le sud de la Chine a été signalé -le premier du genre à révéler des lacunes dans le travail de prévention dans certaines villes chinoises- le principal département du travail du gouvernement central a proposé le 23 mars une nouvelle stratégie pour prévenir les cas importés ainsi qu'un éventuel rebond, malgré la maîtrise de la transmission intérieure.

Bien qu'une baisse du nombre de nouveaux cas soit signalée quotidiennement, tous les nouveaux cas sont désormais des infections importées, ce qui suscite de graves inquiétudes concernant l'imminence d'une seconde flambée en Chine.
Li Lanjuan, épidémiologiste chinois de renom, a déclaré le 23 mars que la Chine était toujours confrontée à une situation grave en raison de la forte augmentation des cas importés d'autres pays et régions.
La province du Hubei (centre de la Chine), où le premier cas confirmé de coronavirus a été signalé dans le pays, n'a signalé aucun nouveau cas depuis mercredi, marquant ainsi des progrès significatifs dans la lutte contre la maladie dans le pays. Depuis cette date, tous les nouveaux cas de coronavirus sont des infections importées et la Chine a jusqu'à présent signalé 353 infections importées de pays comme le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Iran.

Des risques croissants

« La Chine fait déjà face au risque d'une seconde flambée alors que le nombre de cas importés a déjà atteint un petit pic » , a déclaré le 23 mars Zeng Guang, épidémiologiste en chef du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC), qui a également demandé aux services gouvernementaux compétents de n'épargner aucun effort pour rassembler ces cas importés et tester tous les voyageurs internationaux, afin d'empêcher la transmission secondaire de ces cas.

Comme de nombreuses infections importées sont asymptomatiques, avec l'apparition de symptômes ressemblant à ceux du rhume, cela suggère que d'autres pays ne prêtent pas l'attention que la pandémie mérite, a de son côté déclaré Zhong Nanshan, le principal expert chinois du COVID-19, lors d'une conférence au début du mois.
Selon un article publié le 20 mars dernier par Nature, à l'étranger, certains experts ont également averti que des infections secrètes à coronavirus pourraient entraîner de nouvelles épidémies, tandis que les scientifiques multiplient maintenant les efforts pour estimer la proportion de personnes présentant des symptômes légers ou inexistants susceptibles de propager le pathogène. Certains ont également estimé que ces cas secrets pourraient représenter environ 60% de toutes les infections.
De son côté, le département de travail pilote du gouvernement central chinois pour la direction de la prévention du COVID-19, présidé par le Premier ministre Li Keqiang, a demandé lors de sa réunion du 23 mars le déploiement de politiques de prévention qui visent désormais la prévention à la fois des rechutes de cas domestiques et de l'augmentation des cas importés.

Une accélération des efforts

Wu Zunyou, expert en épidémiologie au Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, a déclaré le 21 mars à la Télévision centrale chinoise que la Chine avait mis en place trois « étapes » pour lutter contre les infections importées.

La première étape comprend le contrôlé de la température et des symptômes aux entrées frontalières, ainsi qu'un examen des antécédents de voyage au cours des 14 derniers jours. « Cela pourrait filtrer environ un tiers des infections » , a expliqué M. Wu. Une quarantaine de 14 jours après l'arrivée marque la deuxième étape, et la troisième étape est l'inspection des organisations médicales sur les patients en quarantaine.

Dans un contexte de pression croissante pour contenir les cas importés, l'Administration générale des douanes de Chine a annoncé le 23 mars que les ressortissants étrangers qui cachent des informations et fournissent de fausses informations aux agents des frontières lorsqu'ils entrent en Chine se verront refuser l'entrée à titre de sanction. Dans le même temps, les douanes surveillent de près les véhicules provenant des principaux pays et régions touchées par la pandémie, et les voyageurs doivent subir des examens de santé dans des endroits désignés.
Les villes chinoises prennent désormais des mesures énergiques pour suivre au cas par cas, se concentrant principalement sur l'isolement des patients confirmés et suspects tout en les traitant en temps opportun et en recherchant les contacts étroits par tous les moyens possibles.

(Rédacteurs :Yishuang Liu)


Edité le 25-03-2020 à 23:45:23 par Xuan


Xuan
   Posté le 25-03-2020 à 23:50:52   

Le développement de la Chine doit être considéré dans une perspective dialectique globale


le Quotidien du Peuple en ligne - 25.03.2020 13h38

À l'heure actuelle, la situation de la prévention et de la lutte contre l'épidémie de COVID-19 en Chine continue de s'améliorer et l'ordre de la production et de la vie s'est accéléré. Mais, dans le même temps, la propagation de la maladie à l'étranger a un impact négatif sur l'économie mondiale et posé de nouveaux défis au développement économique de la Chine. À cette occasion, nous devons garder à l'esprit la « perspective globale, dialectique et à long terme du développement de la Chine » soulignée par le Secrétaire général Xi Jinping, comprendre avec précision la situation économique complexe actuelle et avoir une confiance inébranlable dans un développement solide .


Des ouvriers de la société Hanjiang Heavy Industry Co., Ltd., du 11e Bureau Group de China Railway, fabriquent un outil de construction ferroviaire à grande vitesse, une nouvelle grue à pont de 40 mètres et 1 000 tonnes. Photo prise le 19 mars 2020. (Wang Hu / Pic.people)

Affectée par divers facteurs tant en Chine qu'à l'étranger, la pression à la baisse sur l'économie chinoise continue d'augmenter et l'épidémie a eu un impact considérable sur les opérations économiques. Pour autant, dans l'ensemble, la sécurité de base des moyens d'existence de la Chine est solide, la situation sociale globale reste stable, les fondamentaux économiques à long terme et les tendances internes à la hausse n'ont pas changé, et l'impact de l'épidémie est à court terme, externe et contrôlable. La lutte acharnée que mène la Chine contre l'épidémie montre qu'elle a une base matérielle et technologique solide et de solides capacités d'approvisionnement, d'adaptation et de récupération. L'économie chinoise a résisté à l'impact de l'épidémie et sa force nationale globale a résisté au « test de résistance ». C'est un fait fondamental.


U n ouvrier fabrique un treillis d'acier cylindrique destiné à la construction de piles de pont sur le chantier de construction d'un pont fluvial dans la section de Zhujiacun de la rue Lubei, dans le district de Luqiao de la ville de Taizhou, dans la province du Zhejiang (est de la Chine). Photo prise le 19 mars 2020. (Jiang Youqing / Pic.people)

Pour avoir une vision globale du développement de la Chine, il est nécessaire de bien comprendre l'ensemble et les points clés. Malgré l'impact évident de l'épidémie, la valeur de la production totale des entreprises industrielles au-dessus de la taille désignée au cours des deux premiers mois a encore atteint 11 500 milliards de yuans, le total des ventes au détail de biens de consommation a dépassé 5 200 milliards de yuans et l'achèvement des investissements en immobilisations a dépassé 3 300 milliards de yuans, ce qui indique que les avantages du modèle économique extra-large n'ont pas changé. Parallèlement, pendant la période de prévention et de contrôle du COVID-19, l'industrie et les matériels de prévention de l'épidémie ont été bien protégés et la production dans d'importantes industries liées à l'économie nationale et aux moyens de subsistance des populations n'a pas été interrompue. Certaines industries ont également maintenu une croissance relativement bonne, en particulier, la capacité de production de matériel d'urgence et médical représenté par des masques et des vêtements de protection a augmenté rapidement. De même, l'approvisionnement suffisant en produits de première nécessité et services publics, la protection efficace des moyens de subsistance de base d'1,4 milliard de personnes, la bonne croissance globale des biens de consommation et l'équilibre global entre l'offre et la demande indiquent que la résilience d'un développement économique solide de la Chine n'a pas changé.


Des ouvriers fabriquent et assemblent des éléments d'ascenseur dans l'atelier de production d'ascenseurs de la zone de développement économique et technologique de Haian, dans la province du Jiangsu (est de la Chine). Photo prise le 19 mars 2020. (Zhai Huiyong / Pic.people)

Pour considérer de manière dialectique le développement de la Chine, nous devons considérer le problème sous l'angle du développement et bien comprendre les opportunités en jeu. Sous l'effet de l'épidémie, certaines industries, en particulier les nouveaux formats, les nouveaux modèles et les nouveaux produits, se sont développées contre la tendance.
Les achats en ligne, le commerce électronique de produits frais, l'éducation en ligne, les consultations à distance, les bureaux à distance et d'autres services émergents ont connu une augmentation rapide de la demande.
La production de certains produits à contenu technologique élevé a également augmenté contre la tendance.
Cela montre que l'élan de la croissance rapide de la nouvelle énergie cinétique n'a pas changé, et qu'il est tout à fait possible de transformer la pression à court terme en un moteur de transformation et de modernisation. Dans le même temps, une fois que l'efficacité de la prévention et de la lutte contre l'épidémie sera consolidée, la force motrice endogène du développement de la Chine continuera d'être libérée. Certaines activités économiques qui avaient précédemment appuyé sur le « bouton de pause » appuieront alors sur le « bouton de redémarrage » et le « bouton d'avance rapide ».


Une rame de train UEM « Fuxing » conçu pour une vitesse de 350 km/h a vu tous les processus de fabrication achevés dans l'usine de CRRC Sifang Co., Ltd. située dans le district de Chengyang de la ville de Qingdao, dans la province du Shandong (est de la Chine) et est officiellement sorti des lignes de fabrication. Cinq autres UEM « Fuxing » du même lot sont également en cours de mise en service. Il s'agit du premier lot d'EMU « Fuxing » fabriqué par l'entreprise depuis la reprise de la production. (Zhang Jingang / Pic.people)

Pour considérer le développement de la Chine à long terme, il est nécessaire d'avoir une réflexion stratégique et de voir la tendance générale. Les principes fondamentaux de l'amélioration à long terme de l'économie chinoise sont déterminés conjointement par les conditions nationales de base, les fondements du développement, les étapes du développement, l'environnement de développement, le potentiel et l'élan de développement, les systèmes et les conditions institutionnelles, les stratégies de développement, les politiques macroéconomiques et les objectifs de développement ne changeront pas du fait de l'impact de l'épidémie.
L'agrégat économique de la Chine est proche de 100 000 milliards de yuans, avec le plus grand groupe à revenu intermédiaire du monde et plus de 100 millions d'acteurs sur le marché. C'est aussi le seul pays qui possède tous les secteurs industriels. L'épidémie n'ébranlera pas les bases solides de développement stable à long terme de la Chine.
Sur la voie à suivre, il y a la forte direction du Parti communiste chinois, l'avantage institutionnel de pouvoir se concentrer sur les événements majeurs, l'esprit national d'unité et de détermination, la solide base matérielle et technique accumulée depuis la réforme et l'ouverture, l'avantage commercial à très grande échelle et le potentiel de demande intérieure.
Avec un capital humain et des ressources humaines énormes, une riche expérience en macro-contrôle et un espace politique suffisant, la Chine est pleinement qualifiée, capable et confiante pour surmonter les divers risques et défis, et saisir fermement l'initiative du développement.

L'économie chinoise est une vaste mer. Même après de nombreuses tempêtes, l'économie chinoise présente toujours les caractéristiques d'un énorme potentiel de ressources, d'une force motrice endogène suffisante et d'une forte vitalité de développement.
Elle a une tendance à une amélioration constante et à une amélioration à long terme. Face à l'avenir, tant que nous renforcerons notre confiance, que nous transformerons la pression en élan et que nous réussirons à transformer la crise en opportunité, et que nous libérerons pleinement l'énorme potentiel et la puissante énergie cinétique de développement, il sera possible de surmonter toutes sortes de défis difficiles et d'aider l'économie chinoise à surmonter le vent et les vagues, à se stabiliser et à aller plus loin.

Source : Le Quotidien du Peuple

(Rédacteurs : Yishuang Liu
Xuan
   Posté le 26-03-2020 à 20:10:43   

La Chine a déjà fourni une assistance d'urgence à plus de 80 pays et organisations


le Quotidien du Peuple en ligne 26.03.2020 15h31
http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2020/0326/c31354-9672880.html

Le gouvernement chinois a déjà fourni à 83 pays et organisations internationales une aide d'urgence pour lutter contre le nouveau coronavirus, a annoncé le 26 mars le vice-ministre des Affaires étrangères Luo Zhaohui, qui a fait ces remarques lors d'une conférence de presse sur la coopération de la Chine avec la communauté internationale dans la lutte contre le COVID-19.
La Chine travaille en étroite collaboration avec le reste du monde, fournissant assistance et expérience, a de son côté déclaré Zeng Yixin, directeur adjoint de la Commission nationale de la santé, notant qu'elle a partagé des informations sur le COVID-19 et renforcé les échanges technologiques avec des experts internationaux. La Chine a également envoyé des experts dans d'autres pays pour l'aider dans sa réponse, a-t-il ajouté.
Interrogé par CGTN sur le type d'expérience spécifique que la Chine peut partager avec le reste du monde, M. Luo a indiqué que la Chine était entièrement dédiée à la lutte contre le COVID-19 et avait acquis une expérience précieuse.
D'une part, a-t-il noté, la Chine continue de travailler dur pour assurer le confinement de la contagion chez elle. De l'autre, la Chine a partagé ses expériences avec plus de 100 pays et organisations pour lutter contre le virus. « Nous avons organisé près de 20 vidéoconférences d'experts avec plus de 100 pays » , a expliqué M. Luo. « Nous avons également envoyé des équipes médicales dans des pays gravement touchés par le coronavirus » .
La première équipe d'aide médicale chinoise a été envoyée le 27 février en Iran. La Chine a ensuite envoyé sept équipes médicales en Iran, en Irak, en Italie, en Serbie et au Cambodge. Parallèlement, a-t-il ajouté, la Chine a également activement partagé un plan de diagnostic avec les pays concernés de manière opportune et transparente.

(Rédacteurs :Yishuang Liu)
Xuan
   Posté le 26-03-2020 à 20:27:50   

La Chine va mettre en place un week-end de 2,5 jours pour stimuler la consommation après le COVID-19


le Quotidien du Peuple en ligne http://french.peopledaily.com.cn/VieSociale/n3/2020/0326/c31360-9672909.html 26.03.2020 15h55

À lire aussi :
Les réductions, cadeaux et coupons dynamisent le marché de la consommation
(COVID-19) La Chine développe de nouveaux moteurs de consommation
(COVID-19) L'épidémie ne changera pas la stabilité à long terme et la modernisation continue de la consommation de la Chine
La Chine publie une ligne directrice pour la production et la consommation vertes

Un week-end de 2,5 jours va finalement être mis en place en Chine après que trois provinces et villes ont annoncé leur intention de mettre en œuvre des horaires de travail plus flexible pour stimuler la consommation après l'épidémie de COVID-19. Cette décision intervient dans un contexte de ralentissement économique déclenché par l'épidémie à l'échelle nationale.

Ce sont les autorités de la province du Jiangxi (est de la Chine) qui ont pris l'initiative et prévu de mettre en place un week-end de 2,5 jours à partir du mois d'avril pour encourager davantage d'employés à partir en vacances pendant les week-ends et les jours fériés.
Selon le document officiel publié par les autorités locales le 20 mars, d'autres nouvelles incitations comprennent l'offre de billets à moitié prix aux touristes dans certains sites touristiques locaux et de bons de voyage aux employés. Néanmoins, ces nouvelles mesures se font entièrement sur la base du volontariat et les entreprises ont le droit de décider comment les mettre en œuvre selon les règles et la situation, a expliqué un responsable du département local de la culture et du tourisme.

Le week-end de 2,5 jours est plus flexible que les longues vacances et permet aux employés de partir pour des vacances de courte durée le week-end, ce qui peut stimuler la consommation touristique dans les régions environnantes et stimuler l'économie locale, a ajouté le responsable.
Les autorités de la province du Zhejiang (est de la Chine), et de la ville de Longnan, dans la province du Gansu (nord-ouest de la Chine), ont emboîté le pas au Jiangxi et proposé de mettre en œuvre un week-end de 2,5 jours pour encourager la consommation.
L'annonce a suscité des discussions animées sur les réseaux sociaux chinois, de nombreux internautes ayant exprimé leur enthousiasme pour cette nouvelle mesure. Certains pensent que la politique devrait être mise en œuvre à l'échelle nationale tandis que d'autres craignent que certaines petites et moyennes entreprises ne mettent pas en œuvre l'initiative afin de maintenir des profits maximaux.

La Chine a été presque complètement fermée lorsque l'épidémie a commencé à travers le pays fin janvier. Pour contenir la propagation de la maladie alors que la vague de voyages de la Fête du Printemps battait son plein, de nombreuses entreprises non essentielles ont dû fermer leurs portes au public, notamment les restaurants, les cinémas et les centres commerciaux. Les industries du tourisme et des compagnies aériennes ont également été durement touchées, car beaucoup ont annulé leurs voyages en raison de l'épidémie.
Aujourd'hui, alors que la situation de l'épidémie de coronavirus s'améliore progressivement en Chine et que de nombreuses villes et provinces n'ont signalé aucun nouveau cas depuis des semaines, les autorités locales mettent en place des politiques pour stimuler la consommation afin de relancer l'économie.

Selon les données publiées par l'Académie du tourisme de Chine, les arrivées de touristes nationaux devraient diminuer respectivement de 56% et 15,5% au premier trimestre et sur l'année 2020, et les recettes touristiques intérieures diminueront respectivement de 69% et 20,6%. Le nombre total d'arrivées de touristes devrait chuter de 932 millions par rapport à l'année précédente et les revenus devraient diminuer de 1 180 milliards de yuans (167 milliards de dollars).

(Rédacteurs : Yishuang Liu)
Xuan
   Posté le 26-03-2020 à 20:31:01   

(COVID-19) Chine : promotion de la construction du réseau 5G sur fond d'épidémie


Xinhua 25.02.2020 09h07
http://french.peopledaily.com.cn/Economie/n3/2020/0225/c31355-9661583.html

Le ministère chinois de l'Industrie et des Technologies de l'information a exhorté les principaux opérateurs de télécommunications à évaluer en temps opportun les impacts de l'épidémie de coronavirus et à accélérer la construction sur le réseau 5G.
Les entreprises de télécommunications doivent optimiser les plans de construction du réseau 5G et de faire jouer pleinement leur rôle dans la stabilisation des investissements et la stimulation du développement de la chaîne industrielle connexe, selon un communiqué publié à l'issue d'une conférence de travail du ministère organisée samedi.
Stimulés par cette information, les actions liées à la 5G ont progressé lundi à la bourse.
La Chine a étendu l'utilisation de la technologie 5G dans la lutte en cours contre l'épidémie, avec de larges applications dans la reprise du travail, le diagnostic des maladies à longue distance et le contrôle de la température dans les réseaux de transport.
Le ministère a indiqué que les entreprises devaient tirer parti des opportunités commerciales dans des secteurs tels que l'éducation en ligne et les services de santé pour promouvoir la consommation de l'information.

(Rédacteurs : Yishuang Liu)
Grecfrites
   Posté le 27-03-2020 à 17:47:50   

Plusieurs vidéos tournent sur Twitter relayant des affrontements entre habitants de la province du Jiangxi qui s’opposeraient à la lever du confinement de la province du Hubei.

Auriez-vous des informations à ce sujet ? Sur les sites chinois tel que globaltimes, xinhua je ne trouve rien.
Xuan
   Posté le 27-03-2020 à 20:32:43   

Global Times se fait habituellement l'écho de certains incidents, par exemple dans la rubrique société
Au début de la quarantaine certains villages s'étaient barricadés contre l'intrusion de citadins soupçonnés d'être contagieux. Ce sont des contradictions au sein du peuple.

Peut-être s'agit-il de ça :
Le Hubei et le Jiangxi enquêtent sur le conflit policier à la frontière provinciale

Source: Global Times Publié: 2020/3/27 22:50:16

Vendredi, les autorités des provinces du Hubei en Chine centrale et du Jiangxi en Chine orientale enquêtent sur un incident à la frontière provinciale, dans lequel des policiers des deux côtés ont été impliqués.
Concernant l'affirmation sur Internet selon laquelle la police de Jiujiang du Jiangxi aurait battu la police de Huangmei du Hubei, les responsables de Jiujiang ont déclaré que la situation réelle et celle qui circule en ligne sont différentes, et les détails de cette chicane sont toujours en cours de clarification.
L'incident s'est produit sur un pont sur le fleuve Yangtze, qui relie Jiujiang et le comté de Huangmei. Plusieurs clips vidéo circulant sur les plateformes sociales chinoises montrent des rencontres entre la police des deux côtés, avec l'implication de résidents locaux.
Des témoins ont affirmé que la police de Jiujiang avait franchi la frontière provinciale et mis en place un blocus à la tête de pont du côté de Huangmei, ce qui a provoqué l'incident. Un magnétoscope a montré que l'incident s'était produit après que la police de la circulation du côté de Jiujiang eut interdit aux véhicules et au personnel du Hubei d'entrer à Jiujiang.
Les Huangmei qui doivent reprendre le travail après que Hubei a levé le verrouillage doivent prendre un train depuis Jiujiang, de l'autre côté de la rivière, car il n'y a pas de gare dans le comté.
Vendredi, les autorités de Jiujiang ont organisé une navette pour ramasser les Huangmei et les envoyer directement à la gare, selon les médias.
Un responsable de Jiujiang a déclaré que les Huangmei pouvaient traverser le pont tant qu'ils avaient les certifications correspondantes.
Les clips vidéo ont déclenché l'indignation d'Internet. Certains internautes ont accusé la police de Jiujiang de discriminer les Hubei en raison de la pandémie de COVID-19 tandis que certains ont nié cela.
L'incident a déclenché une grande confrontation. Les vidéos montrent que certaines personnes ne portaient pas de masques. Dans une vidéo, un responsable du comté de Huangmei a déclaré à la foule que les gouvernements des deux côtés étaient en discussion dans le but de résoudre leurs problèmes.
Il a persuadé la foule de quitter les lieux et d'attendre chez soi, affirmant qu'il était très dangereux de se rassembler sur le pont et qu'il y avait un risque d'infection croisée de coronavirus.
Xuan
   Posté le 27-03-2020 à 22:51:59   

Reprise de la vie à Wuhan
vidéo
Grecfrites
   Posté le 29-03-2020 à 18:34:21   

http://www.asianews.it/news-en/Wuhan,-endless-queues-for-ashes-of-coronavirus-dead-cast-doubts-on-numbers-49673.html

Un article dont je ne connais pas la fiabilité de l’auteur, indique des énormes files d’attente à Wuhan pour récupérer les urnes de personnes incinérés pendant l’épidémie. Ce qui pourrait permettre de réévaluer les décès, bien que tous les décès ne sont pas forcément à attribuer à la seule épidémie.
Xuan
   Posté le 30-03-2020 à 17:53:02   

Putain les glandes...je passe une heure à te répondre et Google me plante avant de poster "site inaccessible!"

On trouve la même "info" reprise en france sur https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-la-chine-accusee-d-avoir-volontairement-minimise-son-nombre-de-morts_3890243.html
...
Davantage de morts déclarés en Italie et en Espagne qu'en Chine
Selon les autorités chinoises, seules 2 535 personnes sont mortes de l'épidémie à Wuhan, et 3 295 dans toute la Chine continentale. D'autres pays, comme l'Italie (plus de 10 000 morts) ou l'Espagne (plus de 6 500 morts), comptabilisent donc désormais beaucoup plus de morts.

Ce qui fait dire à Patrick Berche, professeur émérite de microbiologie et ancien directeur de l'Institut Pasteur, que le bilan chinois est probablement "sous-estimé". "Il y avait une mortalité annoncée par les Chinois qui, a mon avis, a été certainement sous-estimée. On a beaucoup de mal à croire qu'un pays, même avec des mesures de confinement, ait si peu de morts" , a-t-il estimé dimanche sur Europe 1.


Cette espèce de crétin émérite peut faire le calcul que le Hubei confiné compte 59,2 millions d'habitants et l'Italie 59,6.
De sorte que les populations sont comparables.
Le nombre de cas dans le reste de la Chine a été très faible, c'est-à-dire que le confinement a été maîtrisé dès que l'épidémie a été identifiée.

Deuzio le confinement beaucoup plus strict n'est qu'une mesure appliquée en Chine. Il faut lui ajouter le port systématique des masques, les mesures de température, les tests systématiques, l'approvisionnement à domicile, les volontaires de quartiers, les hôpitaux temporaires et de campagne...

Tertio, Xi a indiqué "c'est une guerre populaire" et "Wuhan vaincra ! le Hubei Vaincra ! la Chine vaincra ! " : le PCC a isolé le Hubei et concentré les forces de toute la Chine pour sauver l'épicentre. Des équipes médicales y ont été envoyées, les usines ont rapidement redéfini leurs chaînes de production pour fabriquer le matériel nécessaire, etc.
C'est une stratégie militaire qui a été adoptée, concentrer ses forces sur un objectif réduit, qui rappelle la guerre populaire menée par Mao d'ailleurs.

Inversement l'Italie a confiné en cédant du terrain petit à petit pour finir avec tout le pays.
On peut parler des autres pays impérialistes ou du Brésil : c'est partout une retraite pied à pied face à la pandémie au lieu d'une offensive.

La volonté des idéologues bourgeois est de dissimuler l'échec sanitaire des pays capitalistes en dénigrant la Chine, parce que les masses commencent elles à faire des comparaisons.

Maintenant que se passera-t-il ici à la fin du confinement, alors que le principe "des masques pour tous" est toujours rejeté ainsi que la généralisation des tests et la prise des températures ?
A titre d'exemple, cette vidéo de la CGTN montre comment la Chine vérifie les passagers venant de l'étranger. Entre parenthèses, la chinoise qui raconte son voyage est plutôt indulgente et ne crache pas sur nos serial killers comme le crétin émérite Patrick Berche et France Info.


Edité le 30-03-2020 à 17:53:17 par Xuan


Xuan
   Posté le 31-03-2020 à 10:01:26   

Grecfrites a écrit :

bien que tous les décès ne sont pas forcément à attribuer à la seule épidémie.

Ben non, Wuhan compte 11 millions d'habitants. Pour info 600 000 décès en France en 2018 soit 100 000 sur deux mois, soit 17 000 pour 11 millions d'habitants.



La photo ne montre pas des milliers et des milliers de gens et leur calcul est très approximatif.
Le tout sur un site catho anticommuniste qui essaime partout dans la presse occidentale, laquelle se garde bien d'afficher ses sources.


Edité le 31-03-2020 à 11:09:34 par Xuan


Xuan
   Posté le 31-03-2020 à 11:32:41   

Le refrain anti-chinois ne peut pas masquer les contributions du pays à la lutte contre les virus: éditorial du Global Times



Source: Global Times Publié: 2020/3/30 21:53:40
https://www.globaltimes.cn/content/1184227.shtml


Les États-Unis et certains autres pays occidentaux ont récemment lancé des attaques continues de l'opinion publique contre la Chine dans des perspectives changeantes. Ils ont accusé la Chine de dissimuler des données sur le nombre d'infections et de décès dus au COVID-19, politisé les différends concernant la qualité de certains produits médicaux expédiés de Chine vers l'Occident, jeté de la boue sur la diplomatie chinoise et exigé que la Chine soit tenue responsable de l'épidémie de coronavirus, en phase avec un nouveau refrain anti-Chine.

Il y a trois raisons à l'émergence de ce refrain. Premièrement, certaines forces ayant une position paranoïaque inhérente à l'égard de la Chine réagiront inévitablement de cette manière dans les circonstances actuelles. Deuxièmement, ils se sentent frustrés car la Chine a maîtrisé l'épidémie, tandis que les États-Unis et les pays européens sont gravement touchés. Troisièmement, les élites dirigeantes et idéologiques de certains pays n'ont pas expliqué au public la situation critique de leurs États, recourant ainsi à détourner la colère intérieure en faisant de la Chine un bouc émissaire.

D'autres attaques contre la Chine devraient se produire à l'avenir. Mais nous ne pensons pas qu'ils vont contraindre la Chine. La Chine doit poursuivre ses efforts de prévention et renforcer sa coopération avec d'autres pays pour faire face à la pandémie. Les mensonges seront finalement révélés et ils ne peuvent pas dominer la compréhension mondiale de la lutte contre les virus.

Trois faits méritent d'être soulignés. Premièrement, la Chine a fait un excellent travail pour contenir l'épidémie. Nous avons renversé la situation en deux mois. Le nombre d'infections et de décès en Chine, une société gigantesque avec une population de plus d'un milliard d'habitants, constitue un contraste impressionnant avec les chiffres à l'extérieur du pays. Cela montre les capacités de mobilisation extraordinaires du gouvernement et du peuple chinois à tout le monde dans le monde et est un fait suffisamment puissant pour écraser tout frottis politique sur la Chine.

Deuxièmement, la Chine est devenue une force de soutien dans la lutte contre la pandémie mondiale après avoir surmonté sa situation difficile initiale. Elle a envoyé des fournitures médicales et des experts dans d'autres pays, une contribution à la communauté internationale qui ne peut être niée, quelle que soit l'insistance de certaines forces à blâmer la Chine. La réponse la plus puissante de la Chine à la calomnie est d'offrir un soutien plus sincère aux pays en difficulté. L'action a plus de poids que les mots.

Troisièmement, la Chine est le premier pays à avoir commencé la reconstruction post-épidémique. Bien que l'épidémie de coronavirus ait été maîtrisée, elle n'est pas complètement terminée. Il y a encore de nombreux risques à venir et il est difficile de coordonner la reprise du travail et de la production, de redémarrer la consommation et de continuer la lutte contre les virus à ce moment critique. L'exploration de la Chine est d'une grande valeur pour le monde, qu'elle soit fluide ou non.

Face aux attaques de l'opinion publique extérieure, la Chine dispose d'un nombre de faits sans précédent. D'une part, la Chine doit résolument riposter à la logique défectueuse et aux défauts factuels des attaquants. D'autre part, la Chine doit rester convaincue que les absurdités seront écrasées par les faits en ce qui concerne certains points d'inflexion.

Le mensonge selon lequel la Chine a fait des États-Unis le pays le plus touché par la pandémie sera rejeté avec colère par le public américain à un moment donné. Si les États-Unis ne peuvent pas se concentrer sur la lutte contre la pandémie, qui pourrait provoquer entre 100 000 et 200 000 décès selon les estimations de l'expert américain en maladies infectieuses Anthony Fauci, pourtant la Chine a bien géré la situation en même temps, les mensonges ne seront pas maintenus à terme.

Bien que le système chinois présente des lacunes, il sert la population et donne toujours la priorité à la vie et à la sécurité des personnes pendant les crises. Cela a été rendu clair maintenant.

Le président américain Donald Trump a déclaré que le fait de maintenir à 100 000 le nombre de morts dans le COVID-19 américain serait un "très bon travail". Tout officiel chinois prononçant les mêmes mots lors de l'éclosion de la Chine serait submergé de malédictions.

De nombreuses incertitudes nous attendent. La Chine doit les traiter avec solidarité et confiance. Nous sommes la plus grande société au monde, diligente, généreuse, énergique et positive. Tant que nous traitons bien chaque affaire et traitons les autres avec sérieux, aucune force ne peut nous contraindre ou nous blesser.
Xuan
   Posté le 31-03-2020 à 23:07:47   

L'ambassadeur de Chine indique qu'en 2019 les statistiques de Wuhan ont comptabilisé 51 200 décès soit en moyenne 4000 par mois et 5000 en hiver.
Ce qui donne à peu près 10 000 morts hors covid-19 entre le 23 janvier et le 23 mars.
L'info signalant de très longues files d'attente est démentie par la photo et le chiffre de 45 500 urnes avancé par asianews est dans tous les cas une pure spéculation.
Xuan
   Posté le 01-04-2020 à 10:18:26   

France Inter annonce maintenant
59 000 morts, en partant des mêmes "sources"
Même procédé que les crimes de Staline, d'ici peu on rajoutera des zéros histoire de rattraper le désastre sanitaire des pays occidentaux.

la lecture de l'article est édifiante :

"pour l'ensemble de la Chine, ce sont pas moins de 97.000 personnes qui seraient décédées. En ce qui concerne le nombre de contaminés, il pourrait y avoir "1, 2 millions de Chinois touchés".
On savait déjà que la Chine avait menti sur les dates du début de l’épidémie, et il est de plus en plus évident aujourd’hui qu’elle a aussi menti sur le nombre de victimes. Et il n'y a pas que les lanceurs d'alerte qui en sont convaincus : médecins, ONG, institution internationale, tous disent la même chose.
La semaine dernière, dans une déclaration, les pays du G7 ont accusé le régime chinois d’avoir mené une campagne intentionnelle de désinformation. Ils ont également accusé la Chine d'être, avec cette attitude, une menace pour la santé mondiale.
Même tonalité pour Reporter sans frontière : l’ONG estime que la dictature chinoise est responsable de la situation actuelle, et explique que cette censure chinoise a provoqué et amplifié la crise.

L'outil d'une propagande à échelle mondiale

Une attitude qui vient renforcer la stratégie diplomatique de la Chine partie à la conquête du monde. L'histoire retiendra qu’il y aura eu, dans cette épidémie, des dizaines de milliers de morts en Europe, des centaines de milliers dans le monde.... pour 3200 victimes seulement en Chine. Et ce, au service d'un message inconscient : celui qu'une dictature protègerait mieux ses concitoyens que les démocraties.
Un message de propagande qui en rappelle un autre : à l'époque des manifestations de la place Tian'anmen, au printemps 1989, la dictature chinoise avait annoncé que les affrontements avaient fait 241 victimes, alors que de nombreux observateurs parlaient déjà de plusieurs milliers de morts.


L'objectif est clairement politique et anticommuniste : s'il y a plus de 10 000 décès aux USA il leur faudra recalculer cette diffamation pour sauver le "monde libre".

Voir l'article de Global Times La critique de la transparence reflète la mentalité des «raisins aigres» de l'Ouest en traduction auto Google


Edité le 01-04-2020 à 14:15:06 par Xuan


Xuan
   Posté le 01-04-2020 à 20:50:13   

Li Keqiang demande davantage de dépistages des cas asymptomatiques de COVID-19


le Quotidien du Peuple en ligne 31.03.2020 16h38

Selon une décision prise lors d'une réunion présidée le 30 mars par le Premier ministre Li Keqiang, la Chine va intensifier le dépistage des patients asymptomatiques au COVID-19 et étendre les tests aux contacts étroits des patients infectés afin d'empêcher un éventuel rebond de l'épidémie dans le pays.

La réunion du groupe dirigeant du Comité central du Parti communiste chinois sur la lutte contre la pneumonie à nouveau coronavirus a souligné l'importance de donner la priorité à la surveillance, au suivi, à l'isolement et au traitement des cas asymptomatiques pour consolider les efforts de confinement des épidémies dans le pays.
Les cas asymptomatiques, après avoir été testés positifs, doivent être placés en isolement et soumis à une observation médicale, a déclaré le groupe, ajoutant que les autorités doivent diffuser les informations publiques de manière transparente et éviter de sous-déclarer ou de retarder les rapports de cas confirmés.
Il est important, a encore indiqué le groupe, de déterminer la source de l'infection dès que possible dans les cas individuels et de lancer des procédures d'isolement et d'observation médicale pour les contacts étroits.
Il a fallu accélérer les étapes pour recueillir un certain pourcentage d'échantillons de cas asymptomatiques dans les zones durement touchées pour la recherche et l'analyse épidémiologique -une condition préalable à l'amélioration des mesures de confinement.

La réunion a également demandé un réexamen des patients après leur sortie et à une prise en charge médicale renforcée pour les patients rétablis dont le test est à nouveau positif.
Du fait que la contagion se propage maintenant dans le monde et qu'aucun pays n'est capable d'affronter le virus seul, le groupe a souligné la nécessité d'un état d'esprit sobre et d'une pleine reconnaissance des risques, des pressions et des défis auxquels sont confrontés les pays dans les efforts de contrôle et de prévention des épidémies.

Selon le communiqué, les autorités doivent garantir le traitement approprié des patients dans un état grave, assurer l'isolement et les visites de suivi pour les patients guéris, améliorer le suivi des cas pertinents dans les services de traitement de la fièvre et améliorer la notification des nouvelles flambées de la maladie.
Le groupe a également exhorté à redoubler d'efforts pour empêcher l'importation et l'exportation de cas de COVID-19, affirmant que les autorités doivent renforcer la capacité et les installations de test afin que toute personne entrant en Chine puisse recevoir des tests d'acide nucléique.

De leur côté, les missions diplomatiques chinoises à l'étranger et les départements concernés devront renforcer la protection, les conseils et le soutien matériel aux citoyens chinois pour protéger leur santé et leur sécurité, a ajouté le groupe.

(Rédacteurs :Yishuang Liu)
Xuan
   Posté le 02-04-2020 à 13:24:41   

Xi Jinping met l'accent sur la coordination du contrôle épidémique et du travail économique et la réalisation des objectifs de développement


French.xinhuanet.com

HANGZHOU, 1er avril (Xinhua) -- Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, a souligné l'importance de coordonner les efforts pour le contrôle de la maladie à nouveau coronavirus (COVID-19) et le développement économique et social, et de s'efforcer d'atteindre les objectifs de développement économique et social de l'année.
M. Xi, qui est également président chinois et président de la Commission militaire centrale, a fait ces remarques lors d'une tournée d'inspection dans la province du Zhejiang, dans l'est de la Chine, de dimanche à mercredi.

Dimanche, M. Xi a visité la zone portuaire de Chuanshan du port de Ningbo-Zhoushan, dont le débit est revenu à la normale grâce à des mesures adoptées en temps opportun pour reprendre la production.
Le port de Ningbo-Zhoushan a pris les devants dans la reprise de la production, ce qui s'est avéré d'une grande importance pour encourager les entreprises chinoises à reprendre le travail et la production ainsi que pour restaurer le système logistique et les chaînes industrielles mondiales, a déclaré M. Xi.
Il a appelé à des efforts pour affronter et atténuer l'impact négatif sur le transport de marchandises causé par les mesures restrictives adoptées par divers pays en vue de lutter contre le coronavirus.
Il a également exhorté à faciliter les échanges commerciaux du pays.
M. Xi a indiqué que le port de Zhoushan jouait un rôle important dans l'édification de "la Ceinture et la Route", le développement de la Ceinture économique du fleuve Yangtsé et l'intégration du delta du fleuve Yangtsé.

Après avoir quitté le port, M. Xi a visité un parc industriel fabriquant des pièces et des moules automobiles haut de gamme à Ningbo, où il a inspecté la reprise du travail et de la production chez un fabricant privé.
A côté de la chaîne de montage, M. Xi a demandé aux travailleurs s'ils avaient rencontré des difficultés sur le chemin du retour au travail ou dans leur vie quotidienne, et s'ils avaient reçu leur salaire à temps.
" La production normale des entreprises peut maintenir l'économie nationale sur la bonne voie et créer des opportunités d'emploi pour le public" , a-t-il noté.
Soulignant que les petites et moyennes entreprises (PME) chinoises étaient intelligentes, pleines de vitalité et capables de relever les défis et visaient l'excellence, M. Xi a indiqué que les PME surmonteraient certainement cette période difficile et jouiraient d'un meilleur développement avec le soutien du Parti, du gouvernement et de la société.
Xuan
   Posté le 03-04-2020 à 08:59:24   

Le directeur de l'OMS réfute les doutes sur les chiffres du COVID-19 en Chine


le Quotidien du Peuple en ligne - 02.04.2020 14h56

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a réfuté le 1er avril certains rapports des médias accusant les chiffres du COVID-19 en Chine d'être « opaques ».
Il a déclaré lors de la réunion quotidienne d'information de l'OMS que des experts de la Chine et d'autres pays asiatiques ont partagé les dernières informations avec l'organisation basées sur la science.
Il a également exhorté tous les pays à s'unir en ce moment pour renforcer la coopération et a remercié les pays qui ont partagé leurs premières données avec l'OMS.

(Rédacteurs : Yishuang Liu)

____________________


Voir sur le même sujet cette vidéo de Zheng Ruolin
Xuan
   Posté le 03-04-2020 à 13:30:47   

Le Huffington Post s'interroge sur le fondement des accusations américaines :

https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-etats-unis-chine_fr_5e85cedac5b6f55ebf48abf3

_________________________



La Chine réfute les accusations des responsables américains de dissimuler l'étendue du virus


BEIJING, 3 avril (Xinhua) -- La Chine a réfuté jeudi les accusations de plusieurs responsables des renseignements des Etats-Unis selon lesquels la Chine avait dissimulé l'ampleur de l'épidémie de coronavirus et sous-estimer le nombre de cas et de décès dus au COVID-19, et a noté que ces remarques étaient "indécentes et immorales."
La porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hua Chunying, a tenu ces propos lors d'un point de presse en répondant à une question pertinente.
"La Chine a donné au monde des informations ouvertes, transparentes et opportunes, comme le montrent clairement les détails que mes collègues et moi avons présentés à plusieurs reprises au sujet de la réponse de la Chine" , a déclaré Mme Hua.

En ce qui concerne la sécurité de la santé publique internationale, c'est l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et des experts en épidémiologie et en lutte contre les maladies qui ont le droit de porter un jugement, plutôt que des politiciens qui sont des menteurs habituels, a indiqué Mme Hua.
Elle a déclaré qu'un haut responsable de l'OMS avait réfuté mercredi les accusations injustifiées contre les données épidémiques de la Chine lors d'une conférence de presse à Genève.
La Chine a toujours été ouverte, transparente et responsable dans tous ses efforts, a déclaré Mme Hua. " Les mesures décisives et fortes prises par le gouvernement chinois ont assuré dans la mesure du possible la vie, la sécurité et la santé du peuple chinois et ont gagné du temps précieux pour endiguer la propagation mondiale du virus."
"Nous comprenons que les Etats-Unis sont confrontés à des difficultés et que certains responsables américains sont sous pression, et nous nous compatissons profondément aux difficultés du peuple américain"
, a déclaré Mme Hua. "Par esprit humanitaire, nous aimerions apporter aux Etats-Unis une aide et un soutien en matière de lutte contre la pandémie au mieux de nos capacités."

Cependant, Mme Hua a déclaré que les remarques de ces quelques politiciens américains étaient tout simplement indécentes et immorales. "La calomnie, la diffamation et le blâme ne peuvent pas ramener le temps perdu et davantage de mensonges ne feront que perdre plus de temps et entraîner la perte de plus de vies."
"Nous conseillons à ces politiciens qu'en ce moment, ils devraient mettre la sécurité de la vie et de la santé des gens avant la politique"
, a déclaré Mme Hua. "Il est immoral et inhumain de continuer à politiser la question de la santé publique, ce qui devrait être condamné par tous les peuples du monde, y compris le peuple des Etats-Unis."
Xuan
   Posté le 03-04-2020 à 21:05:10   

Les politiciens qu idénigrent devraient enquêter sur les échecs des États-Unis dans la lutte contre le virus


https://www.globaltimes.cn/content/1184509.shtml
Par Li Qingqing Source: Global Times Publié: 2020/4/2 13:18:40 Dernière mise à jour: 2020/4/3 0:05:31


Photo de Rick Scott: Xinhua

Le sénateur américain Rick Scott a tweeté mercredi que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait aidé la Chine à "couvrir une pandémie mondiale ". Il a dit qu'il appelait à " une enquête du Congrès sur ce que l'OMS savait et quand elle le savait" .

L'épidémie de COVID-19 fait rage aux États-Unis, mais Scott continue d'attaquer la Chine et l'OMS au lieu de faire quelque chose d'utile pour les États-Unis qui luttent contre le virus. S'il a autant de temps libre, il aurait dû appeler à une enquête du Congrès sur le CDC américain et d'autres ministères fédéraux. Le Congrès devrait peut-être le nommer chef de l'équipe d'inspection.
Scott pourrait aussi enquêter sur "ce que le gouvernement américain savait et quand il le savait" avant que l'épidémie de COVID-19 ne sévisse dans le pays. Le gouvernement américain ne savait-il vraiment rien du virus, ou a-t-il caché les informations à dessein?

La Chine a partagé la séquence génétique du nouveau coronavirus avec l'OMS début janvier. L'épidémie de COVID-19 aux États-Unis est survenue près de deux mois plus tard, mais sa gravité et son nombre de morts ont dépassé de loin ceux de la Chine, qui n'avait pas d'alerte avancée. Scott ne veut-il pas enquêter sur la façon dont les États-Unis ont raté l'occasion - la précieuse fenêtre de temps donnée par les grands sacrifices de la Chine au monde - pour empêcher l'épidémie qui fait rage dans son pays?
L'ancien chef du CDC américain, le Dr Thomas Frieden, a déclaré que le dépistage robuste du virus aux États-Unis était absent jusqu'à ce qu'il soit "beaucoup trop tard" , reflétant les échecs de tout le gouvernement américain. En vertu des directives de dépistage précédentes du CDC, seuls ceux qui venaient récemment de Chine ou avaient eu des contacts avec des personnes infectées pouvaient se qualifier pour le test.
En raison de cette arrogance, le virus s'est probablement propagé aux États-Unis pendant un certain temps avant que le gouvernement n'agisse. Scott ferait mieux d'enquêter sur ces faits surprenants, notamment sur la façon dont quatre sénateurs américains ont vendu leurs actions peu de temps après les séances d'information sur les coronavirus à la fin janvier, puis ont manqué à leur devoir de protéger la santé publique.

Lorsque l'épidémie a éclaté en Chine, le pays était confronté à un virus totalement inconnu. Par rapport aux États-Unis, la réponse de la Chine a été plus rapide. Après que les hauts responsables politiques américains eurent pris conscience de la situation, ils ont choisi de cacher les informations avancées, au lieu de diffuser des avertissements au peuple. Comment le soi-disant système de renseignement efficace des États-Unis pourrait-il être si inutile?
Aux États-Unis, certains sans-abri dormaient toujours dans un parking en plein air, selon un rapport de CNN mardi. Où sont leurs "droits de l'homme" ? Comment les riches et les pauvres peuvent-ils être traités si inégalement dans cette lutte contre le COVID-19? C'est quelque chose sur quoi des politiciens comme Scott devraient enquêter.

Pour les politiciens américains, attaquer la Chine est devenu une routine quotidienne visant à renforcer leur propre capital politique. Ces politiciens élus partagent une profonde responsabilité pour les plus de 210 000 personnes infectées aux États-Unis, mais, encore aujourd'hui, ils font toujours la différence, salissent et stigmatisent la Chine au lieu d'avoir une auto-réflexion. Ce serait absurde, si ce n'était pas si triste.

Les réalisations de la Chine pour contenir l'épidémie sont évidentes pour quiconque possède la sagesse conventionnelle, mais certains politiciens américains ont choisi de lutter sur le plan de l'idéologie plutôt que de préserver la vie humaine. C'est une question de vie ou de mort, et ces politiciens américains devraient concentrer leurs efforts sur la sauvegarde de la vie du peuple américain, au lieu de s'occuper des autres. Dénoncer le modèle chinois et noircir le système chinois ne fera rien pour éliminer le virus et ne fera que discréditer le soi-disant "système démocratique américain transparent et avancé".
Xuan
   Posté le 03-04-2020 à 22:41:04   

Une video : comment la Chine a combattu le coronavirus

https://www.facebook.com/CGTNFrancais/videos/654465388702302/
Selon le Global Health Security Index le système sanitaire US est en tête, noté 84,5 / 100
La Chine est à la 51e place avec une note de 48,2 /100

Le 8 mars 42600 soignants sont venus de toute la Chine pour épauler Wuhan.