Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises 

 criminelle incurie face au coronavirus en France

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5Page précédentePage suivante
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 18-03-2020 à 23:37:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ci-dessous un témoignage du journaliste reporter de "Le média indépendant", quelques heures avant d'avoir été pris en charge par le personnel soignant et transporté à l'hôpital. Nos pensées l'accompagnent.

vidéo

Plutôt désolant de le voir dans cet état. Il dénonce la situation réelle, l'absence de prévention, l'arrêt des tests sauf dans les cas graves, l'absence de prise en charge et l'abandon des malades jusqu'à un stade avancé de l'infection, et il appelle à se protéger, à mettre des masques.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 19-03-2020 à 18:21:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je signale le Compte-rendu de la CGT, suite aux réunions avec ls ministères, et les questions à la ministre du Travail


Compte-rendu des réunions entre les différents ministères des 17 et 18 mars 2020



Note aux organisations - Montreuil, le 18 mars 2020

Une réunion téléphonique a eu lieu hier soir (17/03/20) entre les Organisations Syndicales et patronales, la ministre du Travail et le ministre de l’Economie.

La ministre du Travail a rappelé les mesures déjà prises (voire la précédente note) concernant le chômage partiel et les arrêts maladie ou pour garde-d ‘enfants. La seule nouveauté étant l’annonce du maintien de droits pour les chômeurs arrivant à échéance et cela jusqu’à nouvel ordre.
Par contre le ministre de l’Economie a lourdement insisté sur la nécessité que tout le monde aille travailler hormis les possibilités de télétravail.

Il a refusé de faire la distinction des secteurs clés, pour faire face aux besoins vitaux et aux autres, affirmant que tout était imbriqué. Il a fait référence sur l’image de la France vis à vis des marchés financiers et de la banque mondiale pour garder ses taux d’intérêt les plus bas possibles.
La CGT a protesté contre ce discours et a rappelé l’ambiguïté des annonces gouvernementales où l’on passe de « tout le monde reste confiné à la maison » à « tout le monde va au boulot ».

La CGT a de nouveau insisté sur le besoin de distinction des secteurs essentiels (santé, alimentation…) et d’autres comme l’industrie qui ne nécessite pas d’activités.

Des entreprises comme dans l’automobile ou l’aéronautique ont annoncé des fermetures de sites (pas tous), quid de la sous-traitance ? D’autres secteurs sont maintenus en activité, sans aucune mesure de protection des salariés sur les postes de travail ou dans les parties communes (vestiaires, sanitaires etc.).

Ce manque de protection est par ailleurs identique dans des secteurs clés comme le commerce, la logistique, les transports ou le nettoiement (sous-traitance à l’hôpital par exemple) et d’autres.

Nous avons ensuite listé toute une série de questions très pratiques sans réponses (voir liste ci-jointe). La ministre du Travail a promis des réponses rapides. A voir !

Une réunion en visioconférence a eu lieu ce matin avec la présence du Premier Ministre, les ministres du Travail, de la Santé et de l’Economie, les Organisations syndicales et patronales ainsi que la FNSEA.

Le Premier Ministre a rappelé la situation sanitaire qui se dégrade notamment dans certaines régions comme le Grand Est. Les premiers effets du confinement ne seront visibles que dans 12 jours à minima, référence à la situation italienne. Il a ensuite insisté sur la nécessité de poursuivre les activités économiques, d’aller au travail pour ceux qui ne peuvent le faire de chez eux en évoquant un message mal compris sur la notion de confinement.

Il a évoqué les 3 projets de loi qui seront présentées au Sénat jeudi puis à l’Assemblée Nationale vendredi.

Une loi sur les institutions et notamment sur le report du second tour des élections municipales.
Une loi sur la mise en place de l’état d’urgence sanitaire permettant au gouvernement de légiférer par ordonnances avec les pleins pouvoirs.

Une loi de finance rectificative concernant les mesures pour accompagner les entreprises et les salariés.

Le ministre de l’Economie a donné les prévisions de croissance négative pour 2020 estimées à -1% et un déficit public à 3,9%. Il a détaillé les mesures chiffrées d’aides de l’Etat soit 45 milliards d’euros d’aides économiques et sociales et 100 milliards d’aides et de garanties de crédits pour les entreprises. Il a ensuite refait son couplet sur le besoin de poursuivre l’activité et son refus d’inciter les entreprises à stopper leur activité. Il a annoncé qu’en matière de protection, le gel hydro alcoolique était produit en quantité suffisante et qu’il restait un problème sur les masques, des entreprises du textile et du plastique allant être « réquisitionnées »

Le ministre de la Santé a fait un point sanitaire. Il a annoncé l’ouverture sur le site « déclare-ameli.fr », la possibilité pour les salariés et les employeurs de déclarer directement les demandes d’arrêt de travail en fonction des situations.

La ministre du Travail a annoncé que des mesures de flexibilité d’horaires, de temps de repos hebdomadaires ou entre deux séances de travail, de réquisitions d’entreprises et de salariés, allaient être inscrites dans la loi. Suite à notre demande de la veille, elle a indiqué que des mesures pour faciliter les déplacements des représentants syndicaux à tous les niveaux, pourraient être prises en lien avec le ministère de l’Intérieur.

Les organisations patronales se sont félicitées des annonces du gouvernement évoquant la solidarité nationale, la FNSEA a demandé de la souplesse pour l’embauche de saisonniers à « cause de la pénurie » de travailleurs détachés.

La CGT a de nouveau insisté sur l’arrêt des activités dans certains secteurs non liés à la crise sanitaire comme par exemple les chantiers navals fermés en Italie et pas à Saint-Nazaire, une situation que l’on retrouve dans de nombreux groupes.

Idem pour la sous-traitance et les donneurs d’ordres. Nous avons insisté sur la situation dans le Grand Est où des salariés sont contraints de travailler malgré une situation sanitaire gravissime. Le manque de protection ou de respect des consignes par les employeurs, est également très grave y compris dans des secteurs qualifiés de prioritaire par le gouvernement comme par exemple le commerce, les transports, La Poste ou les banques. Cette situation est encore plus dramatique pour tous les salariés précaires.

Nous avons pointé la situation chez Amazon qui agit en dehors de toutes les règles, le MEDEF se contentant de répondre qu’il n’était pas adhérent chez eux, et le gouvernement, lui, qu’il allait les sermonner !

Nous avons insisté sur le respect des règles en matière d’arrêt maladie et sur le gel de toutes les procédures de licenciement individuel ou collectif (restructuration, disciplinaire etc.) Enfin, nous avons demandé que des contacts réguliers soient mis en place dans chaque département entre les préfectures et les Unions Départementales pour évoquer localement un certain nombre de problèmes. Nous alertons l’ensemble des camarades des organisations sur l’extrême dangerosité de la loi qui va être adoptée au parlement et qui laisse la porte ouverte à tous les excès en matière principalement de dérogations au Code du travail sur le temps et la santé des travailleurs, quels que soient les secteurs d’activités. Par ailleurs, nous invitons tous les syndicats à faire des demandes de CSE extraordinaires et d’inciter les salariés à faire valoir leur droit de retrait selon les situations.

Un communiqué confédéral est en cours de rédaction pour caractériser la situation.


-----------------------



Questions posées à la ministre du travail le 17 mars 2020


1- Pour les salariés :

- Salariés en contrat court

De nombreux salariés intérimaires voient depuis aujourd'hui et dans nombre d'entreprises leurs contrats arrêtés sur des motifs de force majeure. Nous constatons également des pratiques frauduleuses d’un certain nombre d’entreprises utilisatrices et d’entreprises de Travail Temporaire qui, d’un commun accord, et se retranchant derrière le cas de « force majeure », s’arrangent pour annuler ou rompre, avant leur terme, les contrats de mission des intérimaires, les renvoyant chez eux sans salaire.
Un des cas de rupture du CDD / CTT est la force majeure. Est-ce que les employeurs pourront considérer que l’épidémie de coronavirus est un cas de force majeure permettant de rompre les CDD ?
Que se passe-t-il pour les conventions de stage ?

- Problématique de la force majeure :
Des PME demandent la reconnaissance d’une catastrophe sanitaire. Cela aura un impact pour les assurances mais nous concernant, cela permet-il d’invoquer la notion de force majeure dans les situations évoquées ci-dessus ?

- Chômage partiel (activité partielle) :
Pourquoi les salariés ne sont pas tous indemnisés de la même manière (3 régimes différents sont envisagés à ce jour) : 84% du salaire net environ en cas d’activité partielle / 90% du revenu net pour les parents qui gardent les enfants (brut ou net à confirmer par le Ministère) / 80% pour les salariés à domicile ? (+ éventuellement des IJSS).

Pour les personnes travaillant à domicile : le gouvernement prévoit de mettre en oeuvre un dispositif équivalent au chômage partiel. Les travailleurs percevraient 80% de leur salaire sans aller travailler : pourquoi une telle différence avec les autres salariés ?
Ne faudrait-il pas que les salariés soient à l’origine de la demande d’activité partielle, pour éviter que les particuliers employeurs ne se séparent de leurs salariés sans faire de demande ?
Les salariés à domicile pourraient-ils exercer leur droit de retrait ?

> Note aux organisations

Montreuil, le 18 mars 2020
- Télétravail :

Que se passe-t-il si les salariés ne sont pas équipés ?
Si un salarié est considéré comme vulnérable (voir ce qui est couvert on non par IJSS), que son poste n’est pas ouvert au télétravail, pouvez-vous nous confirmer qu’il peut rester chez lui ? Que son salaire est maintenu ?
Faut-il distinguer selon l’activité, selon qu’elle soit nécessaire à la vie de la société (et non pas celle de l’entreprise) ?
Une entreprise qui refuserait le télétravail à un salarié, lui imposant ainsi de se rendre sur son lieu de travail quand ce n’est pas nécessaire, pourrait-elle être sanctionnée ?
Qui doit démontrer l’impossibilité du télétravail ?

- Droit de retrait :
Si un salarié est considéré comme vulnérable, mais qu’il travaille dans un service qui doit rester ouvert (notamment les commerces alimentaires), que le télétravail n’est pas possible, pouvez-vous nous confirmer qu’il peut rester chez lui ? qu’il peut exercer son droit de retrait ? que son salaire sera maintenu ?
S’il peut télétravailler mais que son employeur ne veut pas le mettre en télétravail, peut-il exercer son droit de retrait ?

- Réquisitions
Certaines entreprises semblent vouloir y recourir. Quelles sont les conditions à cela (urgences, production d’aliments, de médicaments…) ? Selon la Ministre et la décision de l'OIT va-t-elle être appliquée (concertation avec les syndicats avant mise en place des réquisitions) ?
Un système de garde d’enfant par exemple sera-t-il mis en place pour les salariés réquisitionnés ?

- Salariés qui travaillent (commerce, aide à domicile, santé, production…)
Est-ce les gants, masques et le gel deviennent des EPI (équipement de protection individuelle) ? Pris en charge par l’employeur ? Les employeurs doivent-ils s’assurer qu’ils sont portés ?

- Action de formation :
Existe-t ‘il un dispositif spécifique pour inciter aux formations à distance ?
Qu’en est-il des formations certifiantes (titre appartenant aux organismes de formation) qui ont été interrompues du fait de la pandémie ?
Comment les titres sont validés ?

- Comment la formation est reconduite ou financée ?

2. Pour les privés d'emploi

- Quel report de l’assurance chômage ?
Selon le Président, personne ne va perdre de pouvoir d’achat.
Est-ce que cela signifie que les personnes au chômage bénéficieront d’une période «blanche» pendant toute la durée du confinement ?
Et ceux qui n’ont pas droit au chômage, comment leur reprocher cette situation, alors même que personne n’embauche en ce moment ?
Quelque chose est-il prévu pour tous les précaires qui ne touchent pas le chômage ou le RSA (notamment les - de 25 ans) ?
Est-ce qu’un revenu de solidarité est envisagé ?

- Quelle extension du chômage partiel ?
Plusieurs questions se posent :
Pour les salariés en activité partielle, quel pourcentage de leur salaire sera maintenu et pris en charge par la solidarité nationale ?
Dans quelles conditions les contrats de travail précaires sont-ils éligibles au dispositif (CDD ou Interim) ? S’agit-il uniquement des contrats en cours ou bien une mesure est-elle prévue pour les personnes dont le contrat était annoncé mais a été annulé compte tenu des circonstances ?

- Et les précaires en emploi ?
Il parait pertinent de revoir avec précision la liste des entreprises autorisées à maintenir leur activité et de renforcer drastiquement les contrôles au sein de ces entreprises, afin que les salariés (et notamment les précaires qui viennent remplacer les travailleurs absents) ne soient pas mis en danger.

3. Pour les travailleurs des plateformes:
Les livreurs à vélo sont, d'ores et déjà dans une situation difficile à la fois parce que leur revenu baisse considérablement (la livraison des restaurants a été maintenue mais de nombreux restaurants n'ont pas souhaité y recourir ce weekend) et ça ne devrait pas s'arranger avec les mesures de confinement.
Mais aussi parce qu'ils disent qu'en travaillant, ils sont des vecteurs du virus, les plateformes donnent des consignes sanitaires (dont l'efficacité est discutable selon les livreurs) mais n'arrêtent pas les livraisons de façon à faire porter la responsabilité de l'arrêt de travail aux livreurs.
Nos syndiqués souhaitent obtenir l'application du chômage partiel (à défaut certain revendiquent aussi de pouvoir "utiliser" le droit de retrait)
Au vu des décisions de justice, il est clair que ce sont des salariés, donc c’est un argument fort pour leur appliquer les mêmes solutions qu'aux salariés (et pas le fonds de solidarité destiné aux indépendants et qui est encore très obscur pour le moment).

4. interdiction des licenciements
La ministre du Travail a annoncé une interdiction des licenciements. Quelle serait la période envisagée, sachant que pour être vraiment efficace, il faudrait que cette interdiction dépasse la durée de confinement, sinon un employeur pourrait mettre en place un PSE dès la levée des mesures de confinement.

5. Autres :

- Justice du travail :
Le ministère de la Justice prévoit que les tribunaux soient fermés, et que seuls les contentieux essentiels soient maintenus :
- Qu’en est-il pour les Conseils de prud’hommes ?
- Est-ce que les procédures de référé (procédure d’urgence) sont maintenues ?
- Est-ce que des aménagements des règles de prescriptions sont envisagés ? Il ne faudrait pas que le ralentissement de l’activité (postes, tribunaux) et le confinement privent les salariés de leur droit de saisir le juge.

- IJSS pour garde d’enfant :
Comment faire pour passer d’un parent à l’autre pour le bénéfice des IJSS pour garde d’enfant ?
Vérifier qu’on va bien avoir 90% du net (comme le dit la presse, alors que le texte tel qu’il est rédigé aujourd’hui parle de 90% du brut) pour tous sans condition d’ancienneté, pendant toute la durée de la fermeture des écoles. Sinon, on basculerait à ⅔ du brut après 30 jours.

- Sur les laissez-passer :
Doit-on remplir le formulaire du ministère de l’Intérieur, en cas d’urgence sur un site, pour un responsable syndical ? (UL ? UD ? National ?)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 19-03-2020 à 23:31:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'interview du Dr Klein resté volontairement à Wuhan :
Quelles sont les mesures fondamentales à prendre.


https://www.facebook.com/infomed.senegal/videos/200087021322639/

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 19-03-2020 à 23:38:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur le manque de masques, un article de France Info :

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-pourquoi-la-france-manque-t-elle-de-masques-respiratoires_3871243.html

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2297 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 07:07:12   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Michel Midi : Michel Collon décode l'actualité (investig'action) 16 mars 2020

Spécial Coronavirus (n°2) : Chiffres faussés, retards coupables

Plusieurs experts l’ont dit et une étude nouvelle le confirme avec des stats révélatrices : les gouvernements français, belges et européens ont minimisé l’ampleur des chiffres en Europe. Ils n’ont pas écouté la communication très précise du bilan établi par les Chinois. Et ils ont retardé – pourquoi ?- les mesures urgentes qui auraient sauvé

https://www.youtube.com/watch?v=I0ze4t9hC0s

Michel Midi : Michel Collon décode l'actualité (investig'action) 18 mars 2020

Spécial Coronavirus (n°3) : La dégradation néolibérale des soins de santé nous a-t-elle affaiblis ?

https://www.youtube.com/watch?v=NMZ2T1TTHQA

Privatisations, coupes budgétaires, recherche du profix maixmum… Quel impact les politiques néolibérales ont-elles sur notre système de soin de santé aujourd’hui mis à rude épreuve pour affronter la crise

Michel Midi : Michel Collon décode l'actualité (investig'action) 19 mars 2020
Spécial Coronavirus (n°4) : Un complot ?

https://www.youtube.com/watch?v=BO09GIIicrs

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 11:31:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le témoignage alarmant d'une infirmière


https://www.facebook.com/101064291255438/videos/889918314754455/

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Plaristes
Communiste et Français !
Militant de valeur
354 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 11:55:40   Voir le profil de Plaristes (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Plaristes   

Bon après discussion avec les camarades et enquêtes dievrses il s'agirait d'un échec de confinement..

Mais le brevet (300 pages pas les 70 premières) implique déjà un vaccin pour le srars cov 1 et 2 ! Donc on est à des niveau d'incompétence criminels.

Donc on va voir ce que dit Collomb.


Edité le 20-03-2020 à 11:57:45 par Plaristes




--------------------
https://humaniterouge.alloforum.com/image/7img.net/users/4212/27/99/67/avatars/3-76.png
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 13:49:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

"il s'agirait d'un échec de confinement" tu parles de la vidéo de l'infirmière ou de ce qui précède ?

La vidéo de cette infirmière montre que rien n'a été fait ni prévu, à mettre en regard avec les déclarations de Macron :
Selon le Figaro, Macron, agacé par ceux qui critiquent la gestion de la crise par l'exécutif, déclare à la cellule de crise «Je félicite ceux qui avaient prévu la crise une fois qu'elle a eu lieu» . Prévoir la crise après c’est déjà mieux que pas du tout semble-t-il.

Puis «La France a activé ses dispositifs d'alerte avant même que l'OMS sonne le tocsin» . C'est pas la honte qui l'étouffe :
Le 11 mars l’OMS reclassifiait l’épidémie en pandémie, le lendemain le directeur de l’OMS s’inquiétait des "niveaux alarmants d’inaction de la communauté internationale" .
Le 13 mars il ajoutait :
"L'Europe est à présent devenue l'épicentre de la pandémie
On ne peut pas combattre un virus si l'on ne sait pas où il se trouve. Trouvez, isolez, testez et traitez chaque cas, afin d'interrompre les chaînes de transmission."

Et non seulement "Les soignants du grand est n’ont pas été écoutés" comme dit cette infirmière, mais les municipales étaient maintenues et la quarantaine n'était appliquée que le 16 mars.


Edité le 20-03-2020 à 15:28:29 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Plaristes
Communiste et Français !
Militant de valeur
354 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 14:04:24   Voir le profil de Plaristes (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Plaristes   

A wuhan. Ils expérimentaient sur les divers mutations du virus après passage d'animaux en animaux, afin d'avoir des kits de prévention et des vaccins à l'avance et il ont mit au point un vaccin pour le srars cov 2...

Ce qui rend le cas de Buzin encore plus criminel.

Apparemment le terme P4 est un peu exagéré vu qu'on a un niveau de sécurité de p1 !
(Le labo aurait été construit à la vite pour délocaliser l'installation de Hanoï dans un endroit plus sûr...)

--------------------
https://humaniterouge.alloforum.com/image/7img.net/users/4212/27/99/67/avatars/3-76.png
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 15:45:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Monde et les fake news


Ou l'arroseur arrosé


https://fakenewsfrance.com/2020/03/18/le-monde-qui-accusait-le-pr-didier-raoult-de-fake-news-au-sujet-des-effets-de-la-chloroquine-contre-le-covid-19-publie-un-article-lui-donnant-raison/


Le Monde qui accusait le Pr Didier Raoult de fake news au sujet des effets de la chloroquine contre le covid-19 publie un article lui donnant raison
PAR . le 18 MARS 2020
Ce sera peut-être la plus grosse erreur commise à ce jour par un média de fact-checking, à savoir les Décodeurs du Monde, les jours qui viennent devraient nous le dire.

Le 25 février 2020, le Pr Raoult publie une vidéo intitulée alors « Coronavirus : fin de partie! » et renommée depuis « Coronavirus : vers une sortie de crise. »
https://youtu.be/8L6ehRif-v8

Suite à cette vidéo, de nombreux articles sont parus dans les médias, accueillant avec scepticisme mais de façon plutôt positive la nouvelle.

Toutefois, les Décodeurs du Monde ont publié un article à charge d’Hervé Morin sur le Pr Raoult, l’accusant même de « fake news ».



Suite à cela, la vidéo a été indiquée comme « partiellement fausse » sur Facebook :



Le site de l’Institut que dirige le Pr Raoult avait alors publié un article faisant le point sur la littérature scientifique sur le sujet, intitulé : « Chloroquine et Coronavirus, vraie ou fake news. »

Le Pr Raoult vient de révéler, dans une vidéo, sa surprise à la lecture de cet article (à partir de la 11ème minute) :
https://youtu.be/n4J8kydOvbc

« Sur Facebook où ça avait été rapporté il y a marqué « fake news », c’était quelqu’un du Monde qui avait décidé que ce que je disais, en rapportant ce qu’avaient publié les Chinois n’était pas vrai. Il y a même eu Fake news pendant 36h sur le ministère de la santé ! […] Du coup ça a donné une publicité considérable et ça a été vu 450 000 fois. J’espère qu’ils vont encore dire des horreurs parce que ça mobilise les gens. »

Didier Raoult vient d’annoncer que 75% des malades sont guéris au bout de six jours : « Le Pr Didier Raoult vient d’annoncer les premiers résultats sur l’essai clinique concernant 24 patients positifs au Covid-19, traités à l’hydroxychloroquine à l’IHU de la Timone. Au bout de six jours de traitement au Plaquénil (le nom commercial de la molécule, ndlr), 75% des porteurs ont une charge virale négative. »

Depuis on apprend que « au regard d’une étude aux résultats encourageants menée sur cette molécule, « Sanofi s’engage à mettre son traitement à la disposition de la France et à offrir plusieurs millions de doses qui pourraient permettre de traiter 300.000 patients » , a indiqué à l’AFP mardi un porte-parole du laboratoire, tout en précisant que le groupe se tient prêt à travailler avec les autorités de santé françaises « pour confirmer ces résultats ». »

Parmi les résultats donnés par le Pr Raoult :


Aucune excuse ni aucun rectificatif n’a été publié par le Monde, par contre le quotidien a publié un article le 16 mars 2020 faisant l’apologie des effets de la chloroquine : « En France, une étude clinique vient d’être lancée par le professeur Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée Infection (Marseille).Evoqués lundi 16 mars dans une vidéo par ce dernier, les résultats préliminaires semblent spectaculaires. »



Réponse des Décodeurs aux twittos qui les accusent de fake news (l’arroseur arrosé donc) :


Mais en fait les accusations étaient plus graves que cela. Le Pr Raoult rappelait les faits dans un interview accordée à Marianne :



Par ailleurs il y a l’article de Frédéric Lewino paru dans le Point du 15 mars 2020 mettant carrément en garde contre la chloroquine : « Le retour de bâton pour le Pr Didier Raoult est cinglant. Le directeur de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection avait clamé il y a quinze jours, dans une vidéo retentissante, la « fin de partie » pour l’épidémie de coronavirus grâce à un traitement miraculeux, la chloroquine, un antipaludéen commercialisé en France à la fin des années 1940. »

Ironie du sort, le Point est le magazine qui publiait en 2017 un dossier sur les bêtises qu’on nous raconte dans le domaine de la santé, tout en faisant la promotion d’un certain professeur Didier Raoult :



De même on pourra écouter la déclaration de Martin Hirsch sur Europe 1 le 1er mars 2020 : « Coronavirus : « la chloroquine n’a jamais marché chez un être vivant », rappelle Martin Hirsch » (pour voir le contexte de cette déclaration lisez cet excellent article)

Le Pr Raoult indique qu’il s’agit d’ « un des médicaments les plus prescrits au monde depuis 70 ans », alors qu’il ne coûte que quelques euros :


Attention toutefois, l’auto-médication est strictement déconseillée, car les effets secondaires sont réels et la substance a été classée vénéneuse par un arrêté de janvier 2020.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8721 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 21:06:11   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

https://www.lesechos.fr/monde/europe/monde/europe/coronavirus-la-lombardie-demande-laide-de-la-chine-de-cuba-et-du-venezuela-1187398


Edité le 20-03-2020 à 21:20:55 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8721 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 21:07:39   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

La Chine,le Venezuela et Cuba sont appelés à l aide par l Italie.


Edité le 20-03-2020 à 21:07:59 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8721 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 21:18:55   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Du coup,l Italie ne participera pas au charcutage du Venezuela aux côtés de Macron,Trump et Bolsonaro.

--------------------
Plaristes
Communiste et Français !
Militant de valeur
354 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 22:29:12   Voir le profil de Plaristes (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Plaristes   

C'était claire depuis le départ ça.

--------------------
https://humaniterouge.alloforum.com/image/7img.net/users/4212/27/99/67/avatars/3-76.png
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8721 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 22:48:38   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

C est un comble,cette connerie de construction supranationale qu est l Ue,les pays européens laissent le peuple italien dans la merde,c est à des pays stigmatisés de venir en aide à l Italie.dans leurs malheurs,les Italiens ne diaboliser ont plus les pays du"Latin Axis or Evil"

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 23:28:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il n'y a pas plus de "construction supranationale" que de beurre en branche, ou alors il faut parle de la domination de certains pays européens sur d'autres , car c'est bien de cela qu'il s'agit, l'expérience de l'Italie confirmant celui de la Grèce, mais on pourrait trouver d'autres exemples.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 20-03-2020 à 23:44:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Puisque la question du labo de Wuhan a encore été soulevée, avec cette réflexion de Plaristes "Donc on va voir ce que dit Collomb."

Voici le commentaire de Michel Collon sur le sujet. Il confirme nos critiques précédentes. Rien ne prouve que le document, qui n'a rien de secret, soit en lien avec l'épidémie.
La maladie à coronavirus a été identifiée depuis les années 60. Il est normal que des études l'aient étudié dans le passé. L'expression "inventé" ou "découvert" est commune à toutes les découvertes scientifiques, et il est tout aussi naturel qu'un document parle du virus "actuel" à la date du document de l'époque, ce qui signifie qu'il ne l'est plus ensuite.
Là je crois que le nazbol de la vidéo est un peu limité.

Le covid-19 a d'abord été nommé par les chinois "nouveau coronavirus" parce que c'était une version mutée encore inconnue. Ils en ont dressé le génome spécifique et l'ont transmis aussitôt à toute la communauté scientifique.
Si ç'avait été un virus déjà ancien ils seraient passés pour des billes.
Et heureusement comme le dit Collon qu'il existe un labo de recherche à Wuhan.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2297 messages postés
   Posté le 21-03-2020 à 07:04:26   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Plaristes a écrit :

Donc on va voir ce que dit Collomb.


Ne pas confondre Collomb (Gérard ou Christophe -sinistres individus) et Collon Michel excellent journaliste et analyste des médias et fondateur du site Investig'action.

Ceci dit, Collon fait bien de rectifier et de dénoncer les bobards, médiamensonges et autres fakes news, car en ces temps ou la peur existe chez certaines personnes, il est très facile pour certains d'utiliser la situation de crise pour faire passer des théories fantaisistes ou complotistes.
Michel Collon à donc bien raison d'insister sur cet aspect, car le complotisme et sa théorie, n'ont rien à voir avec le Marxisme.

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 21-03-2020 à 08:05:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je reviens sur l'incurie de nos serial killers.
Voir l'article ci-dessous. La situation des anciens dans les EPHAD est critique, la police réclame vainement des masques.
Voir aussi dans le fil le covid-19 accélère l'histoire le post "Dépistage systématique ! Deux voies dans la lutte contre le covid-19"


https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200320.OBS26322/coronavirus-des-medecins-portent-plainte-contre-edouard-philippe-et-agnes-buzyn.html

Coronavirus : des médecins portent plainte contre Edouard Philippe et Agnès Buzyn


Les médecins s’appuient sur des déclarations d’Agnès Buzyn au « Monde », dans lesquelles elle affirmait avoir alerté dès janvier le Premier ministre sur la gravité de l’épidémie de coronavirus.
Par L'Obs avec AFP

Trois médecins, représentants d’un collectif de soignants, ont porté plainte jeudi 19 mars contre le Premier ministre Edouard Philippe et l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn, les accusant de s’être « abstenus » de prendre à temps des mesures pour endiguer l’épidémie de Covid-19, a annoncé leur avocat.
Cette plainte, que l’AFP a pu consulter, a été envoyée dans la journée à la commission des requêtes de la Cour de Justice de la République (CJR), seule instance habilitée en France à juger des actes commis par des membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions, selon Me Fabrice Di Vizio.
Les trois plaignants – Philippe Naccache, Emmanuel Sarrazin et Ludovic Toro, tous trois médecins – ont saisi la CJR au nom du collectif C19, récemment créé. Ils estiment qu’Edouard Philippe et Agnès Buzyn « avaient conscience du péril et disposaient des moyens d’action, qu’ils ont toutefois choisi de ne pas exercer » .
Ils s’appuient notamment sur des déclarations d’Agnès Buzyn au « Monde », qui a affirmé, après le premier tour des municipales, avoir alerté dès janvier le Premier ministre sur la gravité de l’épidémie de coronavirus et l’avoir averti que « les élections ne pourraient sans doute pas se tenir ».
Dès lors, les plaignants accusent Philippe et Buzyn, médecin de profession, de s’être abstenus « volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant […] de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes » , en l’occurrence l’épidémie de Covid-19, ce qui est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

Des mesures qui auraient dû être prises plus tôt
A partir du 13 mars, le gouvernement a pris plusieurs mesures, avec en dernier lieu le confinement généralisé de la population, soulignent-ils. Si celles-ci avaient été prises avant, cela « aurait sans nul doute permis de juguler l’épidémie en réduisant le nombre de personnes contaminées, et donc de personnes susceptibles de contaminer les autres », jugent-ils, regrettant notamment que dans l’Oise, un des foyers du Covid-19 en France, « aucune mesure particulière, autre que la fermeture des établissements scolaires », n’ait été mise en place.

Face au coronavirus, de jeunes avocats demandent une « libération massive » de détenus
Mardi soir, Edouard Philippe a tenté d’évacuer la polémique née des propos d’Agnès Buzyn. « Si nous n’avions pas pris au sérieux cet événement sanitaire, je n’aurais pas organisé une réunion dès le mois de janvier » et « pris des décisions lourdes », a-t-il déclaré sur France 2.

« Il y a quelques mois, il y a des gens qui disaient “vous en faites trop” ou “vous n’en faites pas assez”. Dans quelques mois, certains diront : “Il aurait fallu faire autrement”. Ces polémiques, je les connais, je les assume » , a-t-il ajouté.

Mercredi, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a de son côté assuré que l’Etat ne savait pas en février que l’épidémie de coronavirus allait conduire la France à connaître la situation actuelle, assurant qu’aucune décision prise par l’Etat n’avait été « contraire aux choix des scientifiques ».


L'Obs avec AFP

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 22-03-2020 à 09:18:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Xi appelle à la construction d'une communauté de la santé commune pour l'humanité


BEIJING, 21 mars (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a déclaré que la Chine était prête à travailler avec la France pour renforcer la coopération internationale en matière de prévention et de contrôle des épidémies et construire une communauté de santé commune pour l'humanité.

M. Xi a fait ces remarques dans un message récemment adressé au président français Emmanuel Macron, dans lequel il a présenté ses sincères sympathies au nom du gouvernement et du peuple chinois, au gouvernement français et au peuple français pour l'épidémie de COVID-19 dans le pays.

La Chine et la France ont une belle tradition d'entraide et de partage du bonheur et du malheur dans les relations bilatérales, a indiqué M. Xi, qui a remercié la société et le gouvernement français pour leur soutien et leur solidarité dans la lutte acharnée de la Chine contre la maladie à nouveau coronavirus.

Soulignant que la sécurité sanitaire publique était un défi commun auquel l'humanité était confrontée, il a affirmé que le gouvernement et le peuple chinois soutenaient fermement les efforts de la France contre le COVID-19, et se tenaient prêts à renforcer la coopération avec la France pour remporter conjointement la bataille par le biais d'un soutien réciproque et d'une aide mutuelle.

En tant que membres permanents du conseil de sécurité de l'ONU, la Chine et la France partagent l'importante responsabilité de sauvegarder la vie et la santé de l'ensemble de l'humanité, a souligné M. Xi.

La Chine, a-t-il ajouté, est prête à faire des efforts concertés avec la France pour renforcer la coopération internationale en matière de prévention et de contrôle des épidémies, soutenir les Nations Unies et l'Organisation mondiale de la Santé qui jouent un rôle fondamental dans l'amélioration de la gouvernance de la santé publique mondiale, et construire une communauté de santé commune pour l'humanité.

M. Xi a affirmé attacher une grande importance au développement des relations sino-françaises, et se tenir prêt à travailler avec M. Macron pour coordonner correctement tous les aspects du travail liés à la lutte contre les épidémies et aux relations bilatérales, afin de s'assurer que le partenariat stratégique global Chine-France permette d'éliminer le COVID-19 et de continuer d'aller de l'avant.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 22-03-2020 à 11:01:13   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Prise de conscience tardive ? Apparemment les tests ne seraient réalisés massivement qu'après le confinement, ce qui exclut un dépistage systématique actuellement


(COVID-19) "La France doit faire évoluer rapidement sa stratégie de dépistage", selon le ministre de la Santé


http://french.xinhuanet.com/2020-03/22/c_138903209.htm
PARIS, 21 mars (Xinhua) -- "La France doit faire évoluer rapidement sa stratégie de dépistage" , a déclaré le ministre de la Santé, Olivier Véran, lors d'une conférence de presse organisée samedi.

"La doctrine d'usage rationnel et raisonné des tests doit évoluer. Ce n'est pas là une simple hypothèse de travail, c'est un impératif de santé publique" , a expliqué le ministre, citant le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui a dit "testez, testez, testez". "La France doit donc suivre cette voie" , a souligné le ministre Véran.

L'objectif des autorités sanitaires françaises est d'être en mesure "de multiplier les capacités de tests au moment où sera levé le confinement" , a fait savoir M. Véran et de préciser : "Quand je dis multiplier, cela veut dire multiplier, pas juste augmenter". Le gouvernement travaille "avec l'ensemble des industriels en France et à l'étranger pour augmenter ces capacités de tests dans les plus brefs délais" , a-t-il poursuivi.

"L'espoir est aussi tourné vers la recherche qui pourrait nous permettre, d'ici quelques semaines, de disposer d'une nouvelle méthode diagnostique plus simple, plus rapide et plus largement diffusable du territoire national" , a expliqué le ministre français. "C'est sur la base d'un dépistage massif que nous pourrions être amenés à accroître notre surveillance une fois le confinement levé. Au moment où nous permettrons à chacune et à chacun de reprendre le cours normal de sa vie, nous devrons pouvoir vérifier que les personnes pour lesquelles il y avait un doute présentaient ou non la maladie" , a dit M. Véran.

Actuellement, la France peut effectuer jusqu'à 4 000 tests par jour : "Nous souhaitons monter en puissance. 70 laboratoires, en plus des 50 déjà équipés, sont en capacité de réaliser des tests" , a affirmé le ministre.

Alors que le manque de masques pour le personnel soignant est dénoncé depuis plusieurs jours par des médecins, chefs de services hospitaliers et syndicats, Olivier Véran a également annoncé que la France avait commandé "plus de 250 millions de masques" alors que le stock d'État n'est actuellement que de 86 millions de masques, pour une consommation prévue de "24 millions de masques par semaine."

Le dernier bilan de l'épidémie de COVID-19 en France communiqué ce samedi par le ministère de la Santé s'élève à 14 459 cas et 562 décès soit 112 de plus en 24 heures. Il y a 6 172 personnes hospitalisées et 1 525 en réanimation dont 50% ont moins de 60 ans.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Plaristes
Communiste et Français !
Militant de valeur
354 messages postés
   Posté le 22-03-2020 à 14:41:59   Voir le profil de Plaristes (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Plaristes   

Finimore a écrit :

[citation=Plaristes]Donc on va voir ce que dit Collomb.


Ne pas confondre Collomb (Gérard ou Christophe -sinistres individus) et Collon Michel excellent journaliste et analyste des médias et fondateur du site Investig'action.

Ceci dit, Collon fait bien de rectifier et de dénoncer les bobards, médiamensonges et autres fakes news, car en ces temps ou la peur existe chez certaines personnes, il est très facile pour certains d'utiliser la situation de crise pour faire passer des théories fantaisistes ou complotistes.
Michel Collon à donc bien raison d'insister sur cet aspect, car le complotisme et sa théorie, n'ont rien à voir avec le Marxisme.[/citation]

Oui la fatigue...

Sinon, le ministre de la santé français parlait longtemps de copier la chine (pour justifier des mesures anti-démocratiques, pas pour endiguer l'épidémie....)

--------------------
https://humaniterouge.alloforum.com/image/7img.net/users/4212/27/99/67/avatars/3-76.png
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 23-03-2020 à 18:21:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   




Edité le 23-03-2020 à 18:23:33 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 23-03-2020 à 18:43:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Déclaration du PCRF - IC


"Etat d’urgence sanitaire" : de nouveaux coups contre les travailleurs !

samedi 21 mars 2020

Déclaration du Parti Communiste Révolutionnaire de France

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France dénonce l’adoption par le Sénat d’une loi (dite « d’état d’urgence sanitaire »), défendue ce samedi 21 mars 2020 devant l’Assemblée nationale par le 1er Ministre, visant à imposer de nouvelles restrictions du droit du travail, en particulier la prise d’une partie des congés payés pendant la période du confinement et la remise en cause des 35 heures hebdomadaires.

Cela montre que dans la bourgeoisie, certains vont tenter, d’une manière ou d’une autre, de profiter de la situation créée par la présence de la pandémie, pour prolonger les mauvais coups contre les travailleurs.

On se préoccupe beaucoup de la comptabilité des entreprises et de leur devenir, des sommes faramineuses destinées au patronat défilent sous nos yeux, mais...
- le chômage partiel n’est pas indemnisé à 100% !
- on laisse des milliers de travailleurs subir la pression patronale et le risque de tomber malades, pour maintenir la production, y compris dans des secteurs non indispensables comme celui de l’armement, par exemple !
- le gouvernement tarde à engager la stratégie de dépistage et de généralisation de traitements, (tels que ceux de l’équipe de chercheurs à Marseille) qui ont fait leurs preuves en Asie !

Et au bout du compte, ceux qui vont devoir rembourser les sommes investies pour « soutenir le capital », ce sont encore les travailleurs et eux seuls !

C’est la raison pour laquelle, malgré le covid19, il est nécessaire de maintenir la vigilance.

Dans ce contexte, le PCRF condamne la signature, par la direction de la CGT, d’une déclaration commune avec le MEDEF et la CFDT, qui inscrit la mobilisation contre le covid19 dans la collaboration de classe.

_______________________



Union sacrée avec le MEDEF et Macron, c’est NON !

samedi 21 mars 2020

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France s’associe pleinement à la vive protestation exprimée ci-dessous par des organisations de la CGT, et relayées par le Front Syndical de Classe (FSC), contre la scandaleuse déclaration commune cosignée par la direction confédérale de la CGT, qui acte une "union sacrée" entre les ennemis de classe que sont les exploité-e-s et leurs exploiteurs.

LES ORGANISATIONS CONSTITUTIVES DE LA CGT SE DISSOCIENT ET CONDAMNENT LA « DÉCLARATION COMMUNE » DES CONFÉDÉRATIONS SYNDICALES ET PATRONALES DU 19 MARS 2020

Hier soir, les 5 confédérations syndicales et les 3 patronales ont validé un texte commun que nous ne reproduirons pas puisqu’il est disponible par exemple, sur le site de certaines confédérations.

Nous retenons que les signataires :

« entendent affirmer le rôle essentiel du dialogue social » :

L’heure serait au dialogue social, pendant que les patrons sont prêts à faire mourir des travailleurs plutôt qu’à renoncer à leurs marges ?

« mettre en œuvre tous les moyens indispensables à la protection de la santé et de la sécurité des salariés devant travailler. » :

Ce qui ne dit rien sur, donc valide, le maintien des activités non strictement indispensables à la lutte contre la pandémie et la vie quotidienne.

« saluent l’engagement (..) des salariés indispensables à la continuité d’approvisionnement. » :

A l’approvisionnement en pneus militaires ? en gazole alors que les stocks stratégiques sont pleins ? En rouges à lèvres ? etc.

Cette déclaration est un coup de poignard dans le dos des militants, des travailleurs qui se battent pied à pied contre les employeurs sans scrupules, pour arrêter des activités non indispensables et pour mettre à l’abri les salariés chez eux.

On parle de la vie des travailleurs, non pas de quelques-uns, mais des milliers ! La parole des patrons, comme celle des politiques, Macron compris, est complètement discréditée par leur acharnement à poursuivre les activités de toutes les entreprises.

C’est la même chose avec les signataires de ce texte. Tous se retrouvent dans l’union sacrée convoquée par Macron, alors que ceux qui trinquent, ce sont les salariés et leurs familles ! La seule parole crédible est celle des gens de terrain, les médecins, infirmières, urgentistes : Tous et toutes disent qu’il faut absolument stopper toutes les activités mettant les personnes en contact les unes avec les autres, et qu’ensuite, il faut n’autoriser que celles strictement indispensables.

La réalité de terrain, c’est qu’en règle générale, les patrons obligent les gens à travailler bien avant de se préoccuper, au coût minimum, de mettre en place les mesures nécessaires pour protéger les travailleurs. Pendant ce temps, les marges continuent de tomber mais le virus, lui, peut se transmettre en une seule minute ! Il y a donc urgence à stopper tout ce qui n’est pas nécessaire. Le coup d’état d’urgence sanitaire ouvre un régime d’exception pour les employeurs où tout est permis pour eux. Le rôle de la CGT dans la période est de se trouver auprès des travailleurs, et non signataire d’une déclaration en collaboration avec ceux qui nous font face.

Les organisations qui s’expriment par cette adresse publique invitent toutes les organisations de la CGT, du syndicat à la confédération, à condamner cette « position commune » qui rend complices ses signataires des drames humains consécutifs à la crise sanitaire en cours, et à exiger le retrait de sa validation par la CGT.

Premières organisations : UD 13, FNIC, UD 94, UD 82, UD 18, SERVICES PUBLICS, UD 59, UD 04
Membres de la direction confédérale : B. Amar, M. Blanco, P. Bonnet, B. Talbot,

Déclaration du FSC (20 mars 2020)

Une déclaration commune de 5 confédérations et des organisations patronales vient d’être publiée sur le site confédéral de la CFDT à l’adresse :
https://www.cfdt.fr/portail/actualites/crise-du-covid-19/covid-19-declaration-commune-des-organisations-syndicales-et-patronales-representatives-srv1_1101524

La direction confédérale de la CGT ne doit pas valider la signature de cette déclaration !

A l’heure où le pouvoir macronien et les patrons exercent chantage et promesses pour contraindre les salariés à travailler dans les secteurs non-indispensables à la vie de la nation sans assurer leur sécurité l’appel à l’union sacrée et à un dialogue social si cher au jaune Laurent BERGER constituerait une véritable trahison.

Alors que cette exigence du pouvoir est en totale contradiction avec les exigences du confinement pour venir à bout de la pandémie, preuve que ce qui prévaut dans ses décisions, c’est la défense des marchés financiers et du profit !

Par ailleurs, la discussion actuelle à l’Assemblée nationale sur l’examen du projet de loi sur l’état d’urgence sanitaire montrant que la majorité macronienne s’oppose à tout amendement au texte qui propose dans le contexte actuel soit d’interdire les licenciements soit même de les encadrer !

La direction confédérale de la CGT ne doit pas valider la signature de cet appel et dans l’organisation doit monter fortement cette exigence.


Edité le 23-03-2020 à 18:44:48 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13047 messages postés
   Posté le 23-03-2020 à 19:30:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je reprends ici la déclaration du PCOF :

Le confinement ne s’applique pas aux exigences ouvrières et populaires


Publié par Pcof à 18 mars 2020

Dans notre prise de position du 13 mars, nous avons dit que l’épidémie ne gommait pas la lutte de classe. Mais les mesures de confinement, les mesures économiques, politiques… prises au niveau national et international, restreignent les possibilités d’expression du mouvement ouvrier et populaire. Elles limitent ses moyens de lutte, pour défendre la santé des couches populaires, et pour faire en sorte que ce soit le Capital qui paie le coût de cette crise sanitaire, sur fond de crise économique et non les travailleurs, les précaires, jeunes et moins jeunes.
Depuis le 16 mars, nous sommes soumis à un « confinement » sévère, qui limite considérablement les déplacements et les contacts, sans parler des réunions et des activités annulées.

Nous ouvrons une rubrique pour rendre compte des conséquences pour le peuple et pour les peuples de cette crise qui a une dimension internationale et qui est « gérée » par des gouvernements, des institutions, les Etats au service des monopoles. Nous voulons aussi rendre compte des résistances des travailleurs, les prises de position des organisations et personnalités démocratiques, des organisations syndicales, des partis politiques… mais aussi des associations, en première ligne pour venir en aide aux plus fragiles, à celles et ceux qui vivent « en marge » des systèmes de protection sociale. Et à l’opposé du repli nationaliste, à coups de fermetures de frontières, nous voulons faire connaître les combats des travailleurs et des peuples, confrontés aux mêmes politiques.

On nous enjoint de « rester chez nous » : nous refusons que cela conduise au « chacun pour soi », nous disons qu’il faut au contraire ouvrir des espaces d’expression, donner des moyens de faire connaître et développer les solidarités, les initiatives collectives et refuser de suivre l’appel à l’unité nationale autour de la défense d’un système capitaliste impérialiste responsable de la crise générale qui le secoue et qui veut nous faire payer cette crise sanitaire. Celle-ci jette aussi une lumière crue sur les faiblesses de ce système, et met sur la table des questions de fond, comme celle des conséquences dramatiques de la loi du profit maximum, de la concurrence, de l’austérité et de la casse des services publics, notamment de santé, et de l’individualisme poussé à l’extrême par ce capitalisme. Elle met en lumière la nécessité de rompre avec ce système et sa logique.


« Nous sommes en guerre ».


Répétée à plusieurs reprises dans l’intervention de Macron, le 15 mars, cette phrase voulait marquer les esprits et montrer que l’exécutif prenait les choses en mains, pour faire oublier son cafouillage du premier tour des élections municipales. C’est Macron lui-même qui a créé la plus grande confusion en appelant à participer en masse ( !) à ces élections, en contradiction avec l’annonce, à la veille du scrutin des premières mesures de confinement. Dès lors, comment s’étonner que des dizaines de milliers de personnes aient voulu avoir une journée « normale », avant « confinement ? Comme si le fait d’aller voter dans des lieux où il y a beaucoup de monde, serait plus « sûr » que d’aller dans un parc, où on n’est pas forcément entassé. Comment justifier le maintien d’un scrutin, alors que le second tour était déjà compromis ? Comment prétendre tenir compte des recommandations d’experts et ne pas suivre leur avis quand ils disent qu’il faut reporter les élections ? Comment continuer à asséner des décisions avec aplomb, sans jamais reconnaître la moindre erreur et responsabilité ?
Le taux très élevé d’abstention sonne d’abord comme un refus de suivre l’injonction macronienne en faveur du « vote », qui est venu s’ajouter aux colères accumulées dans les milieux ouvriers et populaires qui se sont encore plus abstenus à ces élections qu’aux précédentes.

Mais l’intervention télévisée de Macron, du 15 mars, a surtout voulu culpabiliser les larges masses, en les accusant d’irresponsabilité, pour leur imposer un confinement quasi général, sous le contrôle de 100 000 policiers et gendarmes.
Castaner, promu gardien de la santé publique, multiplie les explications sur les contrôles, détaillant les étapes pour parvenir à l’augmentation des amendes, à hauteur de 135 €. Si le gouvernement continue à saluer l’implication des personnels de santé, il met de plus en plus l’accent sur le rôle de la police, de la gendarmerie et de l’armée. Il communique beaucoup sur le déploiement d’un hôpital militaire dans l’Est, alors que le nombre de lits supplémentaires est de l’ordre de 30 !

Plus fondamentalement, le climat qui est en train de se mettre en place, encourage la délation de celles et ceux qui ne respecteraient pas à la lettre les consignes, dont beaucoup sont laissées à l’appréciation des policiers et des gendarmes, qui, de leur côté, se plaignent de ne pas être suffisamment protégés pour effectuer les contrôles. Les témoignages de citoyens outrés par le manque de civisme des autres passent en boucle.

A l’inverse, on entend très peu de voix qui dénoncent la situation faite aux travailleurs et surtout travailleuses de la grande distribution, sommés de travailler, sans aucune protection. Des responsables de magasins ont dissuadé les femmes de se mettre en congé de maladie, comme elles en ont le droit, pour garder les enfants. Les pressions sont très fortes pour empêcher le droit de retrait, sous prétexte qu’il n’y aurait pas de danger grave et imminent ! Il faut rétablir les comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) avec toutes les prérogatives, une exigence qui a déjà été mise en avant suite à l’incendie de l’usine chimique Lubrizol.

Les monopoles de la distribution réalisent d’importants profits, de même que les grands groupes pharmaceutiques. Il n’est pas question que les actionnaires profitent de cet « effet d’aubaine » : ils doivent être taxés et les sommes doivent être allouées aux aides sociales et pour la remise en état du système de santé public.

L’Etat s’apprête à « nationaliser » de grands groupes, comme Air France-KLM, mais ce n’est qu’une mesure « préventive » et temporaire, qui ne vise qu’à éviter leur faillite, en aucun cas, une nationalisation avec expropriation des actionnaires privés.
La situation des ouvriers dans les entreprises qui continuent à tourner est grave car il y a peu de mesures pour assurer leur protection. Et déjà, des projets de restructurations, de suppressions de postes et des licenciements se multiplient, en prévision de « la crise qui vient ». C’est notamment le cas dans le secteur de l’automobile, où les directions des groupes ont décidé la fermeture de dizaines d’entreprises, en attente d’un recul drastique des ventes.

Cela pose notamment la question de l’interdiction des licenciements dans les groupes et les sous-traitants, une exigence qui avait été mise en avant au moment des « licenciements boursiers » et qui devient une exigence concrète aujourd’hui.
Le confinement ne s’applique pas aux exigences ouvrières et populaires !








Edité le 23-03-2020 à 19:34:16 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5Page précédentePage suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises  criminelle incurie face au coronavirus en FranceNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum