Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises 

 criminelle incurie face au coronavirus en France

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 13-11-2021 à 13:31:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un commentaire du site dnews sur le rebond du coronavirus en Europe :

[...] "Selon les données, à partir du 9 juin, le gouvernement français a stipulé que les personnes qui ont été vaccinées avec Pfizer, Modène, AstraZeneca et Johnson & Johnson dans plus de 20 "pays à faible risque" tels que l'Union européenne peuvent être exemptées de quarantaine. . Cette méthode consistant à ne regarder que les vaccins et à ignorer la quarantaine a permis au nouveau coronavirus muté de se propager rapidement en France. Début juillet, le ministère français de la Santé s'est exclamé que "le taux de croissance était sans précédent". En août, le nombre de nouveaux patients par jour était 10 fois celui de juin, jusqu'à 30 000 personnes au maximum,

Fin septembre, le nombre de personnes infectées avait diminué. Cependant, alors que le gouvernement français a levé l'injonction du masque dans 47 provinces hors de Paris à partir du 30 septembre, la France, qui a un taux de vaccination de 75 %, a connu une nouvelle vague de rebond épidémique le 29 octobre."

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 25-11-2021 à 11:15:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La gouvernance inepte de l'Europe crée un cercle vicieux
dans la lutte contre le COVID-19

Par Global Times Publié: 22 novembre 2021

Le récent rebond de l'épidémie de COVID-19 en Europe a conduit de nombreux pays à durcir les mesures de quarantaine, mais ces mesures ont été fortement opposées par certains de ses citoyens. Des manifestations ont lieu dans de nombreux pays européens, dont les Pays-Bas, la Belgique et l'Autriche, et l'Europe est remplie de feux d'artifice dans les rues.

Des manifestations continues et une violence accrue ont mis en évidence le dilemme caché de la gouvernance dans la société européenne depuis le début de l'épidémie de COVID-19. Le nombre de cas de coronavirus a de nouveau augmenté dans l'Union européenne malgré des taux de vaccination élevés dans tout le bloc. À l'approche de l'hiver et du déclin de l'économie, le concept de « liberté » et « d'égalité » prôné par la plupart des pays européens est devenu le plus grand obstacle à la gouvernance sociale européenne.

Les raisons de l'augmentation de la violence dans les manifestations de prévention contre les épidémies en Europe sont complexes.
Elle est d'abord le résultat de l'épuisement progressif de tous dans la durée de l’épidémie.
Deuxièmement, le public devient déçu en raison du manque d'attention et de mesures correctives prises par les gouvernements européens au début de l'épidémie, et leur confiance envers le gouvernement s'est progressivement effondrée.
De plus, les échéances électorales ont conduit certains extrémistes à utiliser des marches de protestation pour créer le chaos. L'Allemagne vient de terminer ses élections et la France et la Hongrie organiseront des élections l'année prochaine. L'épidémie de COVID-19 en constituent forcément un problème majeur. Les restrictions cette fois, au risque de heurter les nerfs les plus sensibles des électeurs, reflètent le manque de résilience des économies européennes.

Les manifestants dans les pays européens ont déjà franchi les limites des "manifestations pacifiques", avec violence et effusion de sang depuis mars. Ces extrémistes de la prévention anti-épidémique ne se battent pas vraiment pour la sécurité et le développement de l'Europe, mais expriment leur frustration face au déclin économique et à l'incompétence politique de l'Europe.

"Le cycle politique, le cycle économique et le cycle de prévention des épidémies de l'Europe sont totalement incompatibles" , a déclaré au Global Times Wang Yiwei, directeur de l'institut des affaires internationales de l'Université Renmin de Chine à Pékin. Il a déclaré : « L'Europe, d'une part, s'est moquée de la politique dynamique de zéro cas de la Chine et, d'autre part, paie un prix énorme pour son propre système d'"immunité collective". L'Europe veut la "liberté", "l'égalité" et la "liberté d’expression » pour chacun, mais il s’avère qu’elle n’y parvient pas.

La montée de la violence en Europe est aussi le résultat d'une confusion idéologique sur fond de « liberté d'expression » excessive. Sous couvert de « liberté d'expression », une « théorie du complot épidémique » et une « théorie des vaccins inutiles » prévalent. La "maladie" démocratique représentée par les partisans de "l'innocence anti-intellectuelle" a sérieusement affecté la formation d'efforts conjoints dans la société européenne pour lutter contre l'épidémie et a continuellement retardé la reprise économique dans l'ère post-épidémique. La lenteur de la reprise économique a conduit à un mécontentement croissant de la population. Ensuite, cela a créé un cercle vicieux.

L'épidémie a poussé tous les aspects du système de santé européen à ses limites. Si la situation perdure, les pays européens seraient pris au en tenaille entre les récriminations populaires et l’augmentation du nombre de morts.

En d'autres termes, la violence croissante des manifestants est une protestation contre le système européen. Le système électoral en Europe, où plusieurs partis se relaient au pouvoir, le populisme et la récession économique ont déterminé que les gouvernements de ces pays n'ont pas la capacité de coordonner la gestion et de faire coopérer les gens ordinaires aux décisions du gouvernement. Sans un parti politique fort, les politiciens jouent au tyran, donc toutes les politiques sont à court terme sans considération à long terme.

A l'approche de l'hiver, l'Europe pourra-t-elle résister à la nouvelle épreuve ? Peut être pas. « Les pays européens sont à court d'options autres que les vaccinations. On s'attend à ce que l'Europe continue de minimiser le nombre de morts et l'impact du COVID-19, et qu’elle ait du mal à trouver un équilibre entre le confinement total et le politiquement correct dans les vagues successives d'épidémies » , a souligné Wang.


Edité le 25-11-2021 à 11:16:17 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 29-11-2021 à 09:24:01   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Une situation qui n'est pas limitée au 93 mais qu'on voit aussi à Lyon et d'autres métropoles régionales.

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/troisi%c3%a8me-dose-de-vaccin-contre-le-covid-19-je-suis-atterr%c3%a9-par-ce-niveau-dimpr%c3%a9paration-d%c3%a9nonce-le-pr%c3%a9sident-de-la-seine-saint-denis/ar-AARcDYl?ocid=sf

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1120 messages postés
   Posté le 29-11-2021 à 10:45:31   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Xuan a écrit :

Une situation qui n'est pas limitée au 93 mais qu'on voit aussi à Lyon et d'autres métropoles régionales.

Troussel comme de nombreux dirigeants de la gauche "molle" perd une occasion de se taire quand on connaît qui a préparé et soutenu l'équipe actuellement au pouvoir, en majorité issue du parti socialiste, à l'image de O. Véran qui ne dépareille pas après A. Buzyn ou M. Touraine.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 04-12-2021 à 15:52:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

https://www.francetvinfo.fr/sante/hopital/les-soignants-a-bout-descendent-dans-la-rue-pour-alerter-sur-l-etat-du-systeme-de-sante_4868219.html

Le délabrement des services de santé s'ajoute aux crispations avec le public, aux bas salaires, et aux impératifs capitalistes y compris face au covid.
La politique du vaccin avant tout échoue mais aucune correction n'est apportée.
Par démagogie l'exécutif repousse une prévention drastique et des confinements stricts.
Les soignants quittent ce métier laissant les autres encore plus démunis.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 17-12-2021 à 20:45:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La nouvelle vague accentue la querelle idéologique sur la vaccination.

Les dernières décisions du gouvernement imposent la vaccination pour bénéficier d'un pass sanitaire. Les règles "démocratiques" parlementaires en repoussent l'application à deux ou trois mois.

Ceci traduit deux choses :

> D'une part l'échec de la politique "vivre avec le virus" au lieu de l'éradiquer et de la politique zéro covid déployé avec succès en Chine Populaire.
La ligne du tout vaccin échoue parce que tout le monde n'est pas vacciné, que le vaccin n'est pas fiable à 100 % (mais c'est le cas de tous les vaccins en fait) et que les variants se développent rapidement.
Ce dernier fait est dû à la mondialisation, au caractère pandémique de l'épidémie et à l'égoïsme des pays riches.

> D'autre part l'individualisme et le complotisme particulièrement incubé dans les milieux fascistes aboutit déjà à des menaces et des agressions physiques contre des pharmaciens et des soignants. La population vaccinée avale mal la nécessité de nouveaux vaccins tandis que certains passent à travers les contrôles. S'y ajoutent les incohérences nullement résolues des transports publics et l'absence de contrôle de t° ou collectifs dans ces zones, la réglementation dogmatique indifférenciée pour tout le pays, l'impréparation et l'inorganisation, l'absence de prise en charge solidaire par le peuple puisqu'elle irréalisable dans un pays capitaliste, sauf de façon spontanée et isolée.

Les dernières mesures entraînent nécessairement l'aiguisement des contradictions et parallèlement des changements d'état d'esprit sur le rapport entre l'intérêt individuel et l'intérêt collectif.
Il est possible qu'un retournement s'opère dans l'opinion publique, comme sur la définition des droits de l'homme. Entre l'action collective en Chine socialiste et l'incapacité "démocratique" des pays occidentaux, le virus impose un choix cornélien.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 03-01-2022 à 17:48:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Pour mémoire :
Le 30 janvier, l’OMS décrétait l’urgence sanitaire mondiale.
Le 26 février Aurore Berger, porte-parole de LREM déclarait «on est extrêmement prêts » …il n’y a « pas de raison de céder à une quelconque panique » , alors que les stocks de masques avaient été détruits. Le même jour un match se déroulait à Lyon en présence de 3000 supporters italiens, alors que plusieurs municipalités de Lombardie étaient déjà en quarantaine.
Le 7 mars Macron, fanfaronnant comme Trump, déclarait « La vie continue. Il n’y a aucune raison, mis à part pour les populations fragilisées, de modifier nos habitudes de sortie » .
Le 15 mars Jean Michel Blanquer défendait sur France Info le principe criminel de l’immunité collective.
Selon Agnès Buzyn « tous les experts » parlaient alors de « grippette » . Le 26 janvier elle déclarait face à la presse qu’il ne fallait « surtout pas » acheter des masques en pharmacie, d’ailleurs « totalement inutile » pour les non-malades et assurait que « des dizaines de millions de masques » étaient en stock. Vidéo interview

C'est le 16 mars, à la veille du second tour qui fut reporté et non mi-février comme le dit l'article, qu'Agnès Buzyn démissionna « en raison de la situation sanitaire » , et déclara « je savais que la vague du tsunami était devant nous » . Sa mise en examen le 10 septembre pour « mise en danger de la vie d’autrui » créait un « précédent dangereux » selon Aurore Berger. Laurent Berger patron du syndicat jaune CFDT craignait lui aussi une « dérive de la démocratie » .


___________________


Agnès Buzyn, mise en examen et décorée : les légions du déshonneur


Lundi 3 Janvier 2022
Benjamin König
https://www.humanite.fr/politique/legion-dhonneur/agnes-buzyn-mise-en-examen-et-decoree-les-legions-du-deshonneur-732891

La nouvelle cuvée de la décoration est marquée par son attribution à Agnès Buzyn et par des cadeaux aux amis de la Macronie.
Il est rare qu’une promotion de la Légion d’honneur ne prête pas le flanc à quelque polémique et ne vienne apparaître comme une distribution de petits cadeaux aux affidés et aux amis. Mais, sur les 547 personnes à avoir reçu la distinction à l’occasion de cette cuvée du 1er janvier, le gouvernement s’est surpassé.

Aussi placée sous le statut de témoin assisté
La décoration la plus problématique reste celle d’Agnès Buzyn, l’ancienne ministre de la Santé, qui avait démissionné alors que la pandémie s’apprêtait à déferler sur la France, en février 2020, pour se lancer dans une candidature à la mairie de Paris.
Nommée depuis directrice exécutive de l’Organisation mondiale de la santé, Agnès Buzyn est toujours mise en examen par la Cour de justice de la République – qui juge les ministres en exercice – pour «mise en danger de la vie d’autrui» .
Elle est également placée sous le statut de témoin assisté dans une enquête pour «abstention volontaire de combattre un sinistre» .
Cette distinction passe d’autant plus difficilement qu’Agnès Buzyn avait enfoncé le clou, assurant avoir alerté l’exécutif dès janvier, déclarant notamment: « Je savais que la vague du tsunami était devant nous.»

«Les cadeaux pour les potos»
L’ex-ministre n’est pas la seule personnalité dont la nomination fait réagir: dans le domaine politique, ont été décorés notamment Gérard Collomb et François Rebsamen. Le premier est un soutien de la première heure d’Emmanuel Macron et son ancien ministre de l’Intérieur, tandis que le second, maire PS de Dijon et proche de François Hollande, a récemment affiché son soutien à l’aile gauche de la Macronie.
«Ça sent la fin de règne et les cadeaux pour les potos avant de quitter l’Élysée. Affligeant mais pas étonnant» , a pointé sur Twitter Antoine Léaument, le responsable numérique de la campagne de la France insoumise. Un bon résumé de cette dernière cuvée de la rosette, dans laquelle figure également un certain… Pierre Gattaz.


Edité le 03-01-2022 à 18:00:39 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 05-01-2022 à 18:16:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La dernière sortie de Macron a secoué le petit monde des politiciens, mais sa façon Sarkozy prend le côté cynique d'un grand bourgeois méprisant.
Un commentaire de D. Bleitrach :



TROP C’EST TROP… La phrase de MACRON c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase…


DANIELLE BLEITRACH 5 JANVIER 2022
https://histoireetsociete.com/2022/01/05/trop-cest-trop-la-phrase-de-macron-cest-la-goutte-deau-qui-fait-deborder-le-vase/

Comme je le dis par ailleurs, tout choix de pédagogie rationnelle devient de plus en plus difficile ; en proclamer la nécessité, si cela reste la seule solution valide, devient impossible… D’abord face à MACRON, avec son attitude indigne d’un chef d’ETAT. Soyons clair, il faut que vous compreniez pourquoi sa phrase me choque alors que je peux plus les blairer ces débiles anti-vax et ceux qui de fait les soutiennent. Je les vomis parce qu’à Marseille, dans cette malheureuse ville, chez les plus pauvres les plus démunis, cette bande de demeurés fascisants qui se vante et fait campagne contre la vaccination, jouit du soutien de toute une bande de raclures.
Non seulement nous avons la ville la moins vaccinée de France, surtout les quartiers pauvres mais elle a son fan club des bobos verts, jeunes, des petits salauds qui placardent contre les murs des fausses informations sur les gens qui seraient morts du vaccin…Il y a aussi les crétins diplômés sociologues ou psychologues, qui croient être des révolutionnaires en suivant la France Insoumise et ceux qui dans les syndicats votent pour ces gens-là… Des gens qui ont réussi à rendre les transports collectifs infréquentables avec leur tarés fumant le joint sans masque dans le métro avec des flics qui refusent de s’en mêler… je n’invente rien allez voir votre œuvre … Vous êtes en parfait accord d’ailleurs avec la quasi totalité du spectre politicard de cette ville, de l’extrême-droite à la FI et à MARSEILLE, il y a aussi une bonne partie du PCF… Tous derrière RAOULT votre mégalomane de choc… Et ça depuis le début de l’affaire, pas un jour sans que la classe politique de cette ville se soit illustrée dans ce délire collectif… Dont les victimes sont ceux là mêmes que Macron n’a jamais cessé de mépriser…

Donc je devrais être d’accord avec MACRON, qui veut “emmerder” les non vaccinés et bien non, à l’inverse de vous tous écœurants personnages, moi je peux être secouée par la colère devant le spectacle que vous offrez, la manière dont vous faites monter l’irresponsabilité collective, oui mais moi mon job c’est pas d’être président de la République. Et le dit MACRON, Il a calculé son coup, lu et relu l’article, il veut que le débat porte là-dessus et pas sur sa politique de classe. Il va à la pêche aux voix, il déshonore un peu plus la fonction si besoin était mais ce n’est pas son problème, il n’espère pas convaincre un seul non vacciné, il veut sauver le capital, son bailleur de fond … il tente pour des raisons minablement électorales de faire monter la haine contre ceux qui ne sont pas vaccinés.
Et vous croyez que celui qui feint de s’opposer à lui, les clowns d’extrême-droite, n’en parlons pas, la PECRESSE, mais la “gôche”, les radicaux à la Mélenchon, qui tout en s’affirmant eux vaccinés, ce qui est une circonstance aggravante à leur démagogie, vont chercher le peuple là où ils pensent qu’il est : dans le caniveau … A vomir… parce que les pauvres cons qui refusent les vaccins, j’en connais quelques-uns ce sont des victimes, enfantines, à qui vous faites perdre la tête, tous tant que vous êtes… C’est vous les responsables…

Qu’est-ce que vous voulez face à ce que vous avez créé depuis tant d’années, faire voter suivant le QI ? il suffit de déclarer que vous êtes pauvre cons et moches pour vous priver de la citoyenneté… ça va avec ceux qui disent “excusez-les ils sont pauvres, cons et moches, pas comme moi qui suis vacciné, j’ai des revenus confortables mais j’ai la mentalité d’une dame patronnesse puisque c’est eux qui crèvent..
Les deux discours se valent… Moi ce que je veux ce sont des pouvoirs publics qui prennent leurs responsabilité et s’ingénient pour que cela ne pèse pas sur les plus faibles, parce que ce sont des citoyens à part entière… Soigner, éduquer, quitte à obliger à se vacciner… Mais en ayant multiplié les explications…

Bref, La proposition du PCF d’envoyer des médecins expliquer un par un aux réfractaires pourquoi il faut se vacciner serait effectivement une solution pour une grande partie de la population, dans l’esprit de ce qui se fait à Cuba et le contraire de chez nous où on utilise une peur mauvaise conseillère… Quoiqu’il “en coûte” ça rapporte à certains. MAIS est-ce encore possible ? je n’y crois plus… Pas un pour sauver l’autre…

Face à cette pédagogie de bon sens, on ne sait qui on doit le plus considérer comme des salauds, Macron déjà nommé et ceux qui lui emboîtent le pas ou les minables comme Mélenchon, Le PEN et autres ZEMMOUR qui sont prêts à faire crever n’importe qui pour défendre leur pré-carré, sans parler des autres dans les médias, qui ne craignent pas de transformer les frères Bogdanov, qui sont à la science ce que HANOUNA est à la culture et Luc FERRY à la philosophie, en caution scientifique… les frères Bogdanov qui lisaient toutes les conneries et les déversaient dans des diners en ville sont encore des disciples de RAOULT…

Non! je n’ai pas envie d’emmerder ces pauvre gens que vous avez emplis de confusion et de peur, mais vous qui êtes vacciné et qui les envoyez à l’abattoir… Vous qui avez détruit l’hôpital public et tant de choses vous qui vous vous êtes succédés au pouvoir, pas vous emmerder, vous virer à coup de pied dans le cul…

Le spectacle donné à l’assemblée nationale est immonde. Tous ces gens-là qui entretiennent le doute et la peur et cautionnent les fausses rumeurs mériteraient d’être virés et interdits de publicité et même d’élection, les crétins qui ont peur du vaccin, comme ceux qui n’osent plus mettre le nez dehors sont leur œuvre. Ils abaissent le peuple, détruisent les droits des citoyens et après c’est la morgue de l’insulte et la démagogie qu’ils baptisent démocratie.

Vivre dans un tel pays et dans une ville qui parait sa caricature est un Cauchemar dont vous êtes les monstres… je ne sais pas où en est l’électeur moyen mais moi je puis vous assurer qu’au deuxième tour je m’abstiens quel que soit le cas de figure parce que vous vous valez tous…

DANIELLE BLEITRACH

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 05-01-2022 à 18:19:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Commentaire de Jeanne Labaigt. Le lien qui figure à la fin dirige vers le rapport du député PCF Sébastien Jumel sur les déserts médicaux :

Vers 1350 des gens lépreux sont arrivés aux portes des villages dans les Pyrénées et leur Piémont, on ne sait pas bien qui ils étaient, en tous les cas des pauvres.

On les a mis à l’écart, empêché de toucher la nourriture donc de cultiver la terre, remisés, ils n’entraient pas à l’église par la même porte que les autres habitants, portaient une patte d’oie sur leurs habits, ne pouvaient avoir de métier que ceux du bois tonneliers, charpentiers et même dans la mort ils ne pouvaient être enterrés au même cimetière que les autres habitants, se mariaient entre eux. Cela a duré jusqu’au milieu du 18ème siècle cinq siècles !!! …et après ; j’en témoigne : on connaissait dans les villages les “maisons” des descendants.

Ces gens là on les a tellement emmerdés qu’on les a appelé “les Merdeux” pendant des siècles, les “CAGOTS” de caguer, déféquer.
Nous avons secrété des “castes” d’intouchables et cela repart … du moins dans le vocabulaire et l’expression de l’exclusion.

Qu’on en arrive à cela, que cet histrion plastronnant que nous avons comme président de la République reprenne les termes des Paysans illettrés et exploités de nos campagnes, que le Roi pourtant à coup d’édits a essayé d’émanciper en interdisant aux curés de noter sur les registres l’état de cagots ..

Et ce, dans un temps où rien n’est organisé dans la médecine: il faut absolument lire le rapport à l’assemblée nationale de Sébastien Jumel PCF, et voir les votes qui ont suivi de la majorité lèche-cul de l’Emmerdeur en chef !!!’j’en devient grossière).

Oui, nous sommes dans ce cas de figure, la santé, l’éducation à la santé sont négligées, on balance la peur, l’invective, l’insulte vulgaire comme programme politique, on refuse toutes les mesures collectives de bon sens.

J’habite le Loiret, on en parle dans la discussion du rapport…peut-être est-ce pour cela que j’y suis sensible, quand il est impossible de se faire vacciner chez son médecin traitant ou par un type compétent, quand on ne peut avoir de RV chez un pharmacien, quand on ne peut plus se déplacer à pied, qu’on ne conduit pas qu’on a de toute façon la co-morbidité de la vieillesse on fait quoi ?

Lisez vraiment ce rapport jusqu’au bout il dit tout de la façon pour laquelle rien ne peut être compris et pourquoi les gens dansent au dessous du volcan … en fumant, faisant des faux passes, crachant, buvant propageant des idées fascistes…

https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cion-soc/l15b4711_rapport-fond


Edité le 05-01-2022 à 18:48:17 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 06-01-2022 à 00:00:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les révolutionnaires doivent servir le peuple.

à propos de la « polémique sur la grande crise impérialiste »
PAR LES EDITIONS PROLETARIENNES


Le « cercle ouvrier Léo Frankel » publie en octobre 2021 une brochure « Polémique sur la grande crise impérialiste» qui se veut « un appel à la révolution en menant premièrement une analyse marxiste de la situation et, d’autre part, construire, sur la base de ces connaissances, une perspective de renversement du capitalisme par les prolétaires organisés en Parti Communiste qui fait défaut aujourd’hui dans ce pays. »
Disons tout de suite qu’il est difficile « sans parti communiste » de construire quoi que ce soit, y compris l’analyse marxiste de la situation , et a fortiori une perspective de renversement du capitalisme , et que se vouloir un appel à la révolution dans ces conditions est aujourd’hui extrêmement prématuré et vaniteux.

Le but final des révolutionnaires c’est la société communiste, une société d’abondance, de paix, où la santé et la sécurité du peuple seront assurées.
Bien que cette société ne soit pas réalisable maintenant, et encore moins « déjà là » dans la société capitaliste, les révolutionnaires mettent en accord les actes et les souhaits affichés, en défendant en toutes occasions les intérêts du peuple et afin de l’organiser pour prendre le pouvoir, car le peuple seul crée l’histoire.

Lorsque la crise économique, l’inflation, les dévaluations, la hausse des prix, le blocage des salaires et des pensions grèvent le budget des gens ordinaires et appauvrissent le plus grand nombre au profit d’une poignée de spéculateurs et de rentiers, les révolutionnaires se battent pour la hausse des salaires et des retraites, afin d’organiser les masses pour la révolution prolétarienne et pour le socialisme.

Lorsque les pays impérialistes menacent d’une guerre d’autres pays, d’autres peuples, les révolutionnaires se battent pour la paix et contre la guerre, par tous les moyens (tracts, pétitions, interventions parlementaires, manifestations, etc.), mais aussi toutes les formes d’action légale et illégale selon la situation : grève des dockers pour empêcher les livraisons d’armes, distributions de papillons au sein de l’armée, guerre de libération nationale, soutien aux nations et aux peuples colonisées, guerre de résistance anti fasciste ou guerre à la guerre et révolution. Là encore à travers ces diverses actions les révolutionnaires ont pour finalité l’établissement du socialisme.

Et lorsqu’un désastre écologique ou sanitaire menace la sécurité ou la santé du peuple, amplifié voire déclenché par la soif de profit ou l’incurie criminelle de l’Etat bourgeois, les révolutionnaires doivent encore se tenir en première ligne pour organiser l’action collective, appuyer les mesures de prévention scientifiques, dénoncer le je-m’en-foutisme de la bourgeoisie. Là encore les révolutionnaires doivent d’abord servir le peuple et l’organiser pour la révolution.

Sur la question sanitaire

Le « cercle ouvrier » écrit :
« Depuis plus d’un an maintenant s’opère l’une des plus grande mystification politique jamais connue. Depuis plus d’un an, la quasi-totalité de ceux qui se revendiquent révolutionnaires ont acceptés ce que l’on nomme le « deal du confinement ». Ce deal revient à reconnaitre l’existence d’une crise sanitaire mondiale, et qu’en ces temps pandémiques, la priorité serait de « tordre le cou » au coronavirus avant celui du capitalisme, comme si la lutte de classes pouvait se mettre sur pause selon les circonstances. Ce deal amène à accepter, sans ouvertement revendiquer l’union nationale avec le gouvernement, mais au nom de la « santé de tous », d’accepter toutes les offensives politiques contre le prolétariat (confinement, couvre-feu, etc.) au nom de la lutte contre le COVID19. »
Egalement
« Ce qui est véritablement nouveau, c’est le confinement mondial (le « lock-down » comme l’on appelé les commentateurs anglophones). C’est donc un point de vue purement impérialiste, engendré par le développement inégal des nations, que de considérer que le monde doit tourner autour de la « lutte » contre la pandémie actuelle et qu’en elle réside la contradiction principale de notre temps, pour tous les pays du monde. »

Rappelons d’abord, pour couper court à certaine comparaison frauduleuse reprise innocemment par le « cercle ouvrier », que les accidents du travail et les accidents routiers ne sont pas contagieux, contrairement à une épidémie. Quand celle-ci s’abat sur une cité, si rien n’est fait elle est menacée dans son existence. L’expérience historique des peuples face aux épidémies a montré la nécessité d’isoler, soigner et vacciner, et cela indépendamment des gouvernements et des modes de production.
Et ce qui est « véritablement nouveau » c’est que la mondialisation des échanges économiques fait de l’épidémie une pandémie dont aucun pays ne peut s’isoler. Quant à l’impérialisme et l’inégalité des nations, il ressort que l’avenir de cette pandémie dépend du pays le plus faible, quelle que soit la puissance et le nombre de vaccins des pays impérialistes.

Deux voies face au virus

« Ecartons d'emblée, toute raisons "sanitaires" au confinement chinois » écrit le « cercle ouvrier » , puis un peu plus loin « Nous voyons là, à quel point nos bourgeois français n'ont fait que reprendre à leur sauce la gestion de crise telle qu'orchestrée par la Chine » .

Le PCC n’a jamais pris à la légère la mise en danger du peuple chinois. Alors que l’épidémie, était déjà aussi présente aux USA et en Italie, la Chine Populaire fut le premier pays à identifier puis établir le génotype du virus. Dès que la transmission d’humain à humain fut assurée la bataille contre le virus commença. Le même jour Agnès Buzyn prétendait « Le risque d’importation depuis Wuhan est quasi nul. Le risque de propagation du coronavirus dans la population est très faible. » . Le 26 janvier elle déclarait face à la presse qu’il ne fallait « surtout pas » acheter des masques en pharmacie, d’ailleurs « totalement inutiles » pour les non-malades et assurait que « des dizaines de millions de masques » étaient en stock.

Alors que 3 cas étaient déclarés en France et que la Chine comptait 41 morts, Xi Jinping déclara le 24 janvier « la situation est grave » . Dès le lendemain un hôpital se construisait, puis un second, en dix jours chacun. Des mesures très strictes étaient prises pour confiner la population, alimenter tous les habitants, désinfecter les lieux publics, prendre la température des passants, protéger les personnels en contact avec le public. Les comités de quartier dirigés par le PCC assuraient l’approvisionnement et l’enquête sur la santé des habitants, des hôpitaux de campagne furent organisés dans les lieux publics pour soigner les cas légers, le développement de vaccins fut mis en route et 40 000 soignants dépêchés à Wuhan. Chaque jour, Global Times annonçait le décompte des nouveaux cas, des décès et des guérisons.
Le 30 janvier, l’OMS décrétait l’urgence sanitaire mondiale.

Le 26 février Aurore Berger, porte-parole de LREM déclarait « on est extrêmement prêts » …il n’y a « pas de raison de céder à une quelconque panique » , alors que les stocks de masques avaient été détruits. Le même jour un match se déroulait à Lyon en présence de 3000 supporters italiens, alors que plusieurs municipalités de Lombardie étaient déjà en quarantaine.
Le 7 mars Macron, fanfaronnant comme Trump, déclarait « La vie continue. Il n’y a aucune raison, mis à part pour les populations fragilisées, de modifier nos habitudes de sortie » .
Le 15 mars Jean Michel Blanquer défendait sur France Info le principe criminel de l’immunité collective. Selon Agnès Buzyn « tous les experts » parlaient alors de « grippette » . L’exécutif martelait l’inutilité du masque, l’inefficacité des mesures de température, rejetait le suivi sur mobile et ironisait sur la désinfection des rues. Pour ne pas créer de psychose le personnel des hôpitaux et les médecins était incité à ne pas porter le masque.
Alors que les hôpitaux étaient saturés en Italie, et sur décision du Conseil Constitutionnel, du supporter d’Al Nosra Laurent Fabius et de Gérard Larcher, décision par ailleurs approuvée par tous les partis, les élections municipales furent maintenues sans port du masque, Le virus se répandit comme un raz-de-marée jusque dans des villages d’une centaine d’habitants.
La fermeture des lits d’hôpitaux s’est poursuivie en pleine épidémie : 118 000 lits depuis 1996, dont plus de 5700 en 2020, en même temps qu’une centaine d’hôpitaux et la suppression de 60 000 postes en dix ans, que la CGT dénonçait à la mi-mars.

Tandis que la Chine Populaire déploie à chaque rebond de l’épidémie le principe zéro covid, teste systématiquement toute la population concernée, isole et soigne les malades, en France le 18 mars 2020, Edouard Philippe a rejeté le dépistage systématique, laissant les tests à la convenance personnelle, dilapidant ainsi l’argent de la sécu pour l’équivalent de deux fois un test collectif, mais en pure perte. Puis ils sont devenus payants de sorte que le seul moyen de mesurer l’ampleur d’une recrudescence reste l’encombrement des hôpitaux et l’épuisement du personnel soignant, tandis que les plans blancs viennent annuler les opérations programmées.
Contrairement au « zéro covid » la voie adoptée par la bourgeoisie consiste à repousser les pics , c’est-à-dire vivre avec l’épidémie en laissant l’hôpital se débattre contre la noyade, et faire subir au peuple les conséquences.

Elus et révocables ou bien « responsables mais pas coupables »

A Wuhan, 337 fonctionnaires furent sanctionnés pour avoir relâché leur devoir dans la lutte contre le coronavirus, le maire ainsi que le dirigeant local du PCC limogés. Et la police de Wuhan dut présenter ses excuses à la famille de Li Wenlian, proclamé héros du 4 mai.
Lors du sursaut d’épidémie en décembre 2021 à Xi’an, 26 personnes et quatre organisations locales du PCC ont été sanctionnées, dont 10 pour non-respect strict des protocoles et leur gestion chaotique qui a entraîné la contamination du personnel travaillant dans un hôtel de quarantaine pour voyageurs d'outre-mer, et obligeant à tester 12 millions d’habitants à plusieurs reprises. Le 29 décembre à Jiangxi, ceux qui avaient « mis en péril les règles anti-covid » ont été humiliés publiquement.

En France, le 16 mars à la veille du second tour qui fut reporté, Agnès Buzyn démissionna « en raison de la situation sanitaire » et déclara « je savais que la vague du tsunami était devant nous » . Sa mise en examen le 10 septembre pour « mise en danger de la vie d’autrui » , assortie d’un placement en tant que témoin assisté dans une enquête pour « abstention volontaire de combattre un sinistre » , créait un « précédent dangereux » selon Aurore Berger. Laurent Berger patron du syndicat jaune CFDT craignait lui aussi une « dérive de la démocratie » .
Elle est promue « pour son action contre le Covid » chevalier de la légion d’honneur au 1er janvier 2022.

La « copie » à la sauce capitaliste de la lutte contre le covid en Chine n’est qu’une sombre caricature de l’original. L’incohérence et l’incurie sanitaires criminelles ne sont pas fortuites. Elles pèsent lourdement sur les épaules du peuple, elles relèvent du capitalisme lui-même et doivent être combattues à ce titre.


Un « deal » du confinement ?

Le « cercle ouvrier » écrit :
« Depuis plus d’un an maintenant s’opère l’une des plus grande mystification politique jamais connue. Depuis plus d’un an, la quasi-totalité de ceux qui se revendiquent révolutionnaires ont acceptés ce que l’on nomme le « deal du confinement ». Ce deal revient à reconnaitre l’existence d’une crise sanitaire mondiale, et qu’en ces temps pandémiques, la priorité serait de « tordre le cou » au coronavirus avant celui du capitalisme, comme si la lutte de classes pouvait se mettre sur pause selon les circonstances. Ce deal amène à accepter, sans ouvertement revendiquer l’union nationale avec le gouvernement, mais au nom de la « santé de tous », d’accepter toutes les offensives politiques contre le prolétariat (confinement, couvre-feu, etc.) au nom de la lutte contre le COVID19.
Tous ces militants sont restés piégés dans ce deal en se limitant à la critique de la gestion de la « crise sanitaire » par le gouvernement et relayé par la cour de récré des grands médias. Plus aucune lucidité lorsque l’on sort de l’analyse concrète d’une situation concrète. Si ces camarades s’étaient sortis du carcan de la « crise sanitaire » imposé par la propagande bourgeoise et de la seule critique de sa gestion (ce qui est l’alpha et l’oméga du réformisme), ils comprendraient que ce « deal du confinement » masque en réalité la véritable crise : la crise de surproduction du capitalisme d’une hauteur rarement égalé sur fond de tensions accrues entre les puissances impérialistes (USA, Chine, Russie, France, Allemagne, etc.).»
.

Depuis le début de l’épidémie l’apparente incohérence des mesures prises par l’exécutif reflète les contradictions entre les exigences des lobbies capitalistes et les jeux d’influence électoraux. Des mesures annoncées sont retirées suite aux pressions de groupes d’intérêts et le déroulement de la campagne électorale bénéficie de dispenses par rapport aux règles de protection sanitaire.
L’incurie sanitaire n’est pas une simple « mauvaise gestion » . Elle signifie au sens strict se foutre du peuple. Elle reflète le mépris de classe pour les masses, la priorité au profit capitaliste, et leurs conséquences criminelles ont plombé le bilan de plus de 120 000 morts dans notre pays à ce jour.
Le 13 avril 2020, Roux de Bézieux prétendait faire travailler plus après le déconfinement, et Agnés Pannier Runacher, Secrétaire d’état auprès du ministre de l’économie et des finances, assurait le 10 mars 2020, « c’est le moment de faire des bonnes affaires en bourse aujourd’hui » .
Le confinement de mars à mai 2020 a entraîné l’appauvrissement d’un quart des ménages dont 7 % ont dû s’endetter (INSEE 14/10/2020), frappé les plus pauvres et les jeunes, et prioritairement les précaires, ce qui est une conséquence directe, non pas des méfaits d’une mesure sanitaire, mais des contradictions du mode de production capitaliste. En 2020 également, le redoux hivernal suivi d’un gel précoce a détruit les fruits dans plusieurs régions, ce qui a privé de revenu les producteurs, mais aussi tous les saisonniers. Mais cette situation est possible à cause du système capitaliste, par exemple à l’impossibilité pour les arboriculteurs de s’assurer systématiquement.
De même la crise sanitaire s’est combinée à ces contradictions ainsi qu’à la guerre froide initiée par Trump et poursuivie par Joe Biden, mais également à l’arrêt de centrales nucléaires, en désorganisant les échanges mondiaux, en créant la pénurie de certaines marchandises, accroissant les dettes, l’inflation et une grave hausse des prix.
Mais au fond, tandis que la presse bourgeoise reprenait tous les mensonges déversés par Trump sur la véracité des chiffres en rêvant d’un « Tchernobyl chinois » , les USA laissaient le virus se propager chez eux, comptabilisant plus de 820 000 morts au 1er janvier 2022, contre moins de 5000 en Chine Populaire, et 8300 à Cuba malgré l’embargo US sur les médicaments.


Le chauvinisme vaccinal revient comme un boomerang

Les pays impérialistes ont accaparé les vaccins et cumulé les injections au détriment des pays pauvres, dont 7% seulement ont reçu une dose. Les USA ont détruit 15 millions de doses qu’ils avaient gardées « en réserve » et 240 millions de doses détenues par les USA et leurs partenaires sont près d’expirer. A l’exception de trois fabricants chinois (Sinovac Biotech, Sinopharm Group, Clover Biopharmaceuticals) et Johnson & Johnson, qui ont accepté d'assumer les risques juridiques, de nombreux fabricants des vaccins ont exigé que les pays paient les risques des effets secondaires, de sorte que l’exécutif ici a inventé plusieurs stratagèmes pour imposer le vaccin sans le rendre obligatoire. Pour le même mobile, l’accès aux vaccins est limité pour près de 167 millions de migrants.
Le 22 décembre au Nigeria plus d’un million de doses Atra Zeneca périmées ont dû être détruites. Faisal Shuaib, chef de l'Agence nationale de développement des soins de santé primaires du Nigeria, a condamné que « Nous avions des pays développés qui se procuraient ces vaccins et les accumulaient. Au moment où ils étaient sur le point d'expirer, ils les ont offerts en don » . Le Malawi a brûlé près de 20 000 doses de vaccin périmé en mai et la République démocratique du Congo a renvoyé en avril 1,3 millions de doses pour le même motif. De sorte que de nombreux pays en développement non seulement ne reçoivent pas l'aide dont ils ont tant besoin, mais doivent également devenir des « usines de traitement des déchets de vaccins à grande échelle » pour les États-Unis et l'Occident.

A l’inverse, la Chine Populaire accusée de pratiquer une « diplomatie vaccinale » a fourni plus de 180 millions de doses - synchronisées à la fabrication nationale - à 53 pays africains et à la Commission de l’Union africaine. À ce jour, la Chine a fourni près de 2 milliards de doses de vaccins COVID-19 à plus de 120 pays et organisations internationales. C’est le plus grand fournisseur mondial de vaccins à l’étranger.

Mais l’accès aux vaccins des migrants ou des pays pauvres n’intéresse pas le « cercle ouvrier » :
« Parmi les défenseurs de gauche du confinement, il a souvent été argumenté comme devant servir de caution à sa légitimité, que l’épidémie touchait principalement les immigrés. Bien sur une telle affirmation est totalement démagogique du même style que lorsque le sort des immigrés est mis en avant pour inciter à voter lors des élections nationales pour le candidat qui se tiendra en face de Le Pen. Une telle affirmation est bien entendu aussi ridicule que si l’on se fatiguait à argumenter que l’épidémie tue plus de pauvres que de riches. Ce qui revient tout simplement à perdre son temps à rappeler qu’il y a plus de pauvres que de riches dans le monde »
Et encore moins l’exigence d’un vaccin « bien commun de l’humanité » :
« la science aujourd’hui ne sert pas l’humanité, il n’est pas simplement question du brevet des vaccins anti-covid, car même publics, la plus-value générée dans le process de production serait accaparée de manière privée, comme cela est le cas pour toutes marchandises dans le capitalisme, produit ou pas de manière ‘’public’’ » .
Conclusion l’humanité devrait rejeter les vaccins puisque les labos en font leur beurre. Et réclamer un vaccin bien commun de l’humanité serait donc a fortiori faire le jeu du capital puisque les profits seraient encore plus grands.

Or la mondialisation a produit ceci que l’avenir de la pandémie dépend en dernier ressort du pays sanitairement le plus faible, et comme un boomerang le chauvinisme vaccinal impérialiste a causé dans les pays démunis des variants insensibles aux vaccins, qui reviennent infecter les métropoles occidentales à grande échelle et prolonger la pandémie.

Contrôle sanitaire ou policier ?

"CETC propose une application croisant différentes bases de données afin de permettre aux utilisateurs d’identifier les personnes à risque avec lesquelles ils auraient pu être en contact dans un environnement personnel, professionnel, ou même dans les transports..."
Ce qui deviendra chez nous "Stop Covid" puis « Tous Anti-Covid », et enfin le Passe policier. C'est l'émergence de ce qui, des années en arrière aurait été évoqué seulement dans les oeuvres de sciences-fictions. Sous prétexte sanitaire, on se dirige vers le flicage généralisé de la quasi-totalité des individus de la planète »
.
Rappelons que l’application utilisée en Chine permet à chaque utilisateur de savoir si une zone présente un risque ou d’informer son voisinage si lui-même constitue pour autrui un danger d’infection. Or cette méthode permettant de se protéger soi-même et de protéger les autres n’a pas été retenue ici, parce que jugée trop intrusive, et remplacée par le « Tous anti-covid » qui permet seulement de savoir si une personne a réalisé des tests ou si elle est vaccinée. Et c’est cette dernière application qui est contrôlée ici soit par la police soit par des employés dans un lieu public.
Affirmer «Sous prétexte sanitaire, on se dirige vers le flicage généralisé de la quasi-totalité des individus de la planète » est mensonger.
Qu’une société puisse savoir qui est contagieux est qui ne l’est pas dans une épidémie ne constitue pas un flicage répressif mais une nécessité vitale. Et ceux qui veulent échapper à cette surveillance mettent en danger la santé d’autrui. Il faut à un moment donné s’interroger sur les conséquences des déclarations d’un groupe qui se dit « révolutionnaire » mais qui défend face à une épidémie le droit pour un contagieux de circuler dans un lieu public, sans aucun contrôle ni condition. Ce comportement ne diffère en rien de celui des Proud Boys de Trump qui défendaient leur « liberté » les armes à la main.

Que doivent faire les révolutionnaires ?

Soit dénoncer la « dictature du masque » , la « dictature vaccinale » comme les fascistes, ou comme le « cercle ouvrier » une « grande mystification politique » et nier l’existence d’une crise sanitaire mondiale.
Soit se battre par tous les moyens pour préserver la santé et la sécurité du peuple, face au virus et face à la rapacité, à l’hypocrisie et au cynisme des capitalistes, relier la crise sanitaire à la crise économique, à la hausse des prix, à la nécessité de la révolution prolétarienne et du socialisme, s’opposer à la guerre des USA et de ses alliés.
Les révolutionnaires doivent servir les intérêts du peuple, la santé collective, et non rejoindre la chorale de la petite-bourgeoisie pleurant sa liberté individuelle menacée.

_____________________



Edité le 06-01-2022 à 00:10:38 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 06-01-2022 à 00:09:20   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

(suite)

Sur « l’orchestration de la crise » : qui détruit les forces productives ?

Selon le « cercle ouvrier », « Quant à la décision de la Chine impérialiste d'orchestrer ce grand lock-down, en voici les raisons :
C'est sa réponse à la crise de surproduction pour assainir le capital par la destruction forcée des forces productives. Par effet domino, elle a entrainé toutes les nations industrielles dans son orbite. Toutes devaient imiter la Chine par nécessité, afin de faire face à la crise de surproduction la plus spectaculaire de notre histoire. »
« Le confinement fut une mesure politique pour affaiblir ses principaux concurrents et visant à se repartager les marchés, cette crise intervenant dans le contexte d'une nouvelle révolution industrielle où qui ne se plie pas à la productivité suscitée par le numérique et les nouvelles technologies sera refoulé en tant que grande puissance. Le confinement chinois s'inscrit dans une vision stratégique d'offensive de l'impérialisme, c'est une forme de la guerre économique dans le but de repartage du monde (c'est-à-dire des marchés, des sphères d'influences). »


Dans une économie mondialisée caractérisée par la division du travail, l’arrêt d’une phase du process de production ne résout pas la surproduction d’un pays. Il accentue la surproduction en amont et provoque la pénurie en aval.

Prenons les chiffres de 2020.
Wuhan est une ville de sidérurgie qui fabrique produit 60 % des rails de chemins de fer à grande vitesse, également la high tech, allant des microprocesseurs à la biomédecine.
C’est aussi un centre majeur de l'industrie automobile où a été fondée Dongfeng, qui comprend dix usines de production de voitures, et 500 équipementiers, et de nombreux fabricants étrangers.
Le confinement de Wuhan a donc temporairement bloqué la construction des voies ferrées, secteur toujours en investissement et en développement, tant en Chine qu’en Afrique, et qui n’a nul besoin d’être entravé et encore moins détruit. Au contraire, La section du chemin de fer à grande vitesse Anqing-Jiujiang a été récemment mise en service, portant le réseau de chemins de fer à grande vitesse à plus de 40 000 km et la longueur totale du réseau ferré a plus de 150 000 km.
En 2020 la production de véhicules en Chine a diminué de 10% dans les premiers mois de 2020. Après son redressement la baisse annuelle a été limitée à 2 %.
La Chine s’est donc empressée de rattraper le retard, et malgré la pandémie c’est l’Asie qui a produit le plus de véhicules avec 57 % de la production mondiale, et une baisse de la production de 10 % seulement, comparée à l’Europe -21 %, au trio Mexique- Canada-USA (NAFTA) - 20 %, à l’Amérique du sud – 30 %, dont - 32 % au Brésil, et au continent africain - 35 %.
Par contre la baisse des ventes en occident se poursuit et s’aggrave tandis que le parc des véhicules chinois est loin d’être saturé, parce que le prix des voitures en occident a augmenté de 16% entre 2011 et 2019 et d’autant entre 2018 et 2021. En France où la baisse des ventes est la plus remarquable, « Le prix de vente moyen d’un véhicule neuf s’élève à 26 000 euros alors que le salaire moyen n’est que de 2 500 euros nets par mois » (observatoire Cetelem).
Les coûts ont bondi notamment à cause des modèles « écologiques » et de la pénurie de circuits intégrés, et l’âge moyen du parc est passé de 7,5 ans en 2000 à 10,8 ans en 2020.

La pénurie des puces qui entrave toujours la production mondiale de véhicules a trois causes :
- La crise coronavirus en Asie du sud-est et le variant delta, étant donné qu’une grande partie des usines sont installées au Vietnam, en Malaisie, en Thaïlande ou en Indonésie. La plus grande partie des puces fabriquées en Chine se trouve à Taïwan chez TSMC, pour la moitié des parts mondiales.
- L’augmentation de la demande des puces à cause des confinements et du télétravail
- Le blocus exercé par l’impérialisme US sur l’utilisation des brevets US, sous prétexte d’une possible utilisation militaire par la Chine.

Sur ce dernier point, il ressort que ce sont les USA qui font des pieds et des mains pour entraver le développement technologique de la Chine, afin de préserver le monopole mondial des GAFAM. Mais le « cercle ouvrier » est indifférent à la domination hégémoniste des USA.

Qui est donc « dans une vision stratégique d'offensive de l'impérialisme ? »

En ce qui concerne le « partage du monde » , ce sont les pays impérialistes qui ont par pure cupidité déplacé leur production en Asie du sud-est, et plombé eux-mêmes leurs balances commerciales. On se souvient du slogan « America first » et du protectionnisme de Trump, destiné à réindustrialiser le USA et contenir la Chine. La réindustrialisation n’a pas vraiment eu lieu, et compte tenu de l’interpénétration du commerce international, sa guerre commerciale s’est retournée contre les industriels US délocalisés en Chine d’une part, et de l’autre contre les consommateurs américains qui ont dû payer la hausse des droits de douane.

Le « cercle des ouvriers » insinue que l’épidémie est arrivée à Wuhan à point nommé dans une période de vacances, « Si nous étions complotistes, nous dirions que jamais virus n'a été aussi soucieux de la bonne marche de l'économie ! »
Et que dans le seul but d’assurer la concurrence la Chine a voulu reprendre son activité le plus tôt possible, mais cite " Les secteurs essentiels à la subsistance de la population sont priorisés et les entreprises concernées sont appelées à reprendre leurs activités immédiatement. Il s'agit notamment de chaines d'approvisionnement logistiques, de la production et la vente de nourriture et de matériel médical, de la production énergétique ou encore des "grands projets" de construction."
Il est clair que les secteurs essentiels à la subsistance de la population n’ont rien à voir avec la concurrence internationale dont le « cercle ouvrier » accuse la Chine. Le « cercle ouvrier » ne cite d’ailleurs aucune date et pour cause, mais la reprise partielle de l’activité industrielle s’est effectuée le 11 mars, c’est-à-dire alors que les entrées en hospitalisation étaient tombées à 15 pour toute la Chine et à moins de 100 depuis le 6 mars. Ce n’est pas la concurrence internationale qui a donné le signal de la reprise mais bien la maîtrise et la fin de l’épidémie.

Non seulement la Chine n’avait aucun intérêt à pratiquer volontairement un lock-down à Wuhan, mais elle a relancé rapidement la production partout où elle le pouvait, et cherché d’autres voies pour sa production. Alors que toutes les grandes économies ont été en récession, celle de la Chine a été de 2,3 %.
La Chine Populaire n’avait aucun besoin de confiner ses industries, alors qu’elle vient de lancer la Ceinture et la Route de la Soie.
Lorsque ses exportations ont été entravées par la guerre commerciale de Trump, elle a développé le concept de double circulation, associant l’ouverture commerciale et le développement du marché intérieur.
Et face au blocus US sur les puces, y compris les machines à graver, la Chine a massivement investi afin de se rendre indépendante dans ce domaine.
C’est la Chine qui continue de tirer l’économie mondiale vers le développement. Prétendre qu’elle aurait voulu la destruction forcée des forces productive est un mensonge absolu.

« La bourgeoisie chinoise a aussi son grand "problème de la main d'œuvre". Contrairement à la France et à l'Allemagne par exemple, elle possède encore de nombreuses usines concentrant des dizaines de milliers de prolétaires. Or, dans la bataille pour la domination des nouvelles technologies, elle est engagée dans une automatisation toujours plus importante de son économie. Le résultat doit nécessairement être la création d'une surpopulation ouvrière ne trouvant plus à s'employer...mais sur laquelle le régime braque milles yeux numériques, exerce un contrôle policier très efficace (Ce que veulent imiter nos bourgeois français). »
Le principal problème de main d’œuvre de la Chine Populaire n’est pas la surpopulation ouvrière mais le vieillissement de la population, qui fait suite à la politique de l’enfant unique, et contre lequel elle encourage les familles de trois enfants. D’autre part créer du chômage irait directement à l’encontre de la double circulation et du développement du marché intérieur.
Au contraire, le « contrôle policier » et la prétendue « surpopulation ouvrière » n’ont nullement empêché la hausse régulière des salaires, aujourd’hui plus élevés que ceux de l’Europe de l’Est. De 2003 à 2013, le salaire moyen a été multiplié par 4,5 afin d’accroître la consommation intérieure. Le salaire moyen en 2021 est supérieur à 900 €.
La Chine Populaire veut se développer pour sortir son peuple de la misère, et les USA s’y opposent parce que leur domination impérialiste est en péril.
En accusant spécifiquement la Chine Populaire d’une « logique offensive de l'impérialisme » , le « cercle ouvrier » inverse l’agresseur et l’agressé, et se situe délibérément dans le camp des néocons les plus bellicistes.

Les pays impérialistes n’ont pas suivi « l’orbite de la Chine » et ils en pâtissent

Contrairement aux pays impérialistes, la Chine Populaire confine strictement et uniquement les zones infectées, et non l’ensemble du pays de façon relâchée.
Rappelons que le confinement de la Chine, limité à Wuhan, n’a pas été imité par les pays capitalistes, qui ont soit confiné tout leur pays comme la France, soit refusé de le faire.
Et les résultats parlent d’eux-mêmes :
Au Brésil les confinements ont été organisés par des gouverneurs locaux contre la volonté de Bolsonaro et ses manifestants. Aux USA Trump et ses sbires se sont aussi opposés au confinement, exclu au niveau national. En Inde où l’infrastructure médicale est très faible, le premier confinement s’est traduit par un exode massif vers les campagnes car tout était fermé ; puis le rassemblement du Kumb Mela au bord du Gange a été maintenu, ainsi que les meetings électoraux et les matchs de criquet.

« De manière générale, si tant est qu'on soit honnête, il faut reconnaître qu'il n’y a aucun lien de causes à effets entre le nombre de morts du coronavirus dans les différents pays et le type de mesures prises ou pas pour enrayer l'épidémie. »
Le « cercle ouvrier » ment effrontément. Les pays où le nombre de morts a été le plus élevé sont les USA, le Brésil et l’Inde. Respectivement 826 000, 619 000 et 481 000 : ce sont ceux où les morts ont été jetés dans des fosses communes, à New York, à Manaus, à Bangalore.

Il est symptomatique que le « cercle ouvrier » accuse la Chine d’avoir voulu « la destruction forcée des forces productive» , là où le nombre de morts a été le plus faible, là où les mesures sanitaires ont été les plus strictes, où la mobilisation du PCC et des comités de quartier a permis d’organiser l’approvisionnement de 11 millions de citadins, de soigner les malades, de tester tous les habitants, et de redémarrer en bon ordre la machine économique.
Mais inversement le « cercle ouvrier » ne dit pas un mot de la gestion macabrement caricaturale de Trump, soutenu par des bandes fascistes, et dont le nom ne figure nulle part dans le texte d’ailleurs, à la tête de la première puissance impérialiste du monde, imposant son hégémonie à tous et initiateur de la guerre commerciale ouverte avec la Chine.
Le « cercle ouvrier » accuse la Chine d’avoir voulu détruire les forces productives. Trump l’avait accusée d’être responsable de la pandémie au lieu de prendre les mesures de protection sanitaire chez lui, et il réclamait des indemnités pharaoniques pour les dégâts causés par lui-même. Lorsque l’épidémie s’est déclenchée il a déclaré « quoi qu’il arrive, nous sommes totalement préparés » .
Dès 2017 Donald Trump a fait sauter la loi Dodd-Frank de surveillance des banques, et initié un tournant protectionniste dont le « cercle ouvrier » ne parle nulle part. Puis l’année suivante déclenché une guerre commerciale avec la Chine, qui l’en a dissuadé jusqu’au bout en répétant qu’elle serait nuisible à tous. Tous les alliés des USA ont pâti de ses frasques et finalement la guerre commerciale a échoué comme la guerre contre le covid.


Qui détruit les forces productives, et qui protège « l’homme, le capital le plus précieux » ?

Comme Trump et son successeur, le « cercle ouvrier » inverse les responsabilités, affirme qu’il faudrait au ratio du nombre d’habitants aux USA « relativiser ses 561 000 morts du Covid 19 » en mai 2021 et - pour ce qui concerne la crise économique - ne parle nulle part de la guerre commerciale des USA contre la Chine, déjà durement payée par les consommateurs et les paysans américains.
« puisque la crise est décrite comme étant ‘’sanitaire’’, il faudrait en conclure que si le système de soins français avait été doté de suffisamment de lits et de moyens divers pour la santé, la France aurait été épargné par la crise mondiale. Les réformistes en tout genre (même ceux avec un vernis révolutionnaire comme Révolution Permanente, PCOF, etc.) ont osé revendiqués des lits dans les hôpitaux comme une perspective politique de sortie de crise ! »
Le « cercle ouvrier » s’est bien gardé de réclamer des lits d’hôpitaux pour ne pas tomber dans le réformisme, en rappelant que les cotisations sociales servent à « financer notamment la santé de la classe ouvrière. Ceci dans le strict intérêt du capitalisme : celui de faire en sorte que chaque ouvrier puisse continuer de travailler et donc qu’il ait pour cela la force physique pour permettre la création de plus-value »
Que faut-il comprendre par là ? Que la préservation de la santé des masses sert « le strict intérêt du capitalisme » ?


Ici le « groupe ouvrier » touche le fond. Son appel à la révolution n’est qu’une pantalonnade qui révèle sa nature essentielle, nullement « ouvrière » mais anti-ouvrière, pro hégémoniste, et réactionnaire.

EDITIONS PROLETARIENNES

http://www.editions-proletariennes.fr/Actu/analyse.htm

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 09-01-2022 à 17:45:41   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Evolution des lits d'hôpitaux - privé / public
Comment la France a perdu près de 80 000 lits d'hospitalisation publics en vingt ans

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 09-01-2022 à 17:55:16   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

NB : le SMG est un syndicat minoritaire (non représentatif) qui veut "S’opposer à l’emprise du profit sur la médecine" .
L'écriture "non genrée" jusqu'à écrire individu.e.s est grotesque mais la revendication de l'accès au soin est légitime.


___________________


Continuer à accueillir et soigner les non vacciné·e·s

Publié le mercredi 22 décembre 2021, par SMG (Syndicat de la Médecine Générale)

https://smg-pratiques.info/continuer-a-accueillir-et-soigner-les-non-vaccine-e-s

Récemment, l’Autriche a décidé un confinement sélectif épargnant les vacciné·e·s. Singapour a quant à elle décidé de dérembourser les soins des patient·e·s hospitalisé·e·s pour Covid et non vacciné·e·s. En France, les non vacciné·e·s ayant besoin d’une consultation dans un établissement de santé seront bientôt refoulé·e·s. (avec la mise en place du passe vaccinal à la place du passe sanitaire). Attention : limiter les droits fondamentaux et les soins aux non vacciné·e·s n’arrêtera pas la pandémie de Covid 19. Continuons à soigner les non vacciné·e·s et refusons de les discriminer.

Toute personne infectée par la Covid doit pouvoir bénéficier efficacement de soins, qu’elle soit vaccinée ou non : conseils, isolement, surveillance ou traitements spécifiques. Empêcher l’accès aux soins et au dépistage des non vacciné·e·s ne mènera qu’à l’augmentation des contaminations.

Les structures hospitalières sont sous pression à cause de restrictions de capacités d’accueil et d’hospitalisation, organisées par les décideurs·euses depuis plusieurs années sur des bases économiques de rentabilité sans lien avec les besoins de la population. Les fermetures de lits se poursuivent sur ordre du gouvernement, alors que nous sommes en période épidémique. Et le départ des personnel·les soignant·e·s de l’hôpital qui s’opère depuis plusieurs années est dû à des causes structurelles (manque de moyens, bas salaire, heures supplémentaires non payées...). Les personnes non vaccinées ne sont pas responsables de ça. L’argument de la vaccination indispensable pour « soulager l’hôpital public » est dangereux. Les difficultés d’accès aux soins ne relèvent pas de la responsabilité des individu·e·s : ce sont les gouvernant·e·s qui dégradent les services publics.

Notre système est (encore) basé sur la mutualisation des moyens et le partage des risques. Ce qui fait par exemple qu’une personne atteinte d’un cancer du poumon n’avance pas de frais liés à sa maladie, peu importe qu’elle ait fumé, ou été exposée à l’amiante ou autre. Se désolidariser de celles et ceux qui sont malades et qui ont besoin de soins revient à détruire les fondements de Sécurité sociale de l’assurance maladie : si chacun·e est responsable de lui/elle-même, alors pas besoin de mettre dans un pot commun pour couvrir les soins de tous et toutes. Chacun·e serait alors obligé·e de payer pour son propre compte en fonction des « risques » pris au cours de la vie, auprès de systèmes assurantiels qui n’attendent que ça. Il est illusoire de croire que nous pouvons individuellement nous assurer pour des risques qui représentent des sommes astronomiques (3 000 € la journée en soins intensifs, 30 000 € certaines lignes de chimiothérapie) La police d’assurance sera salée, plus salée que la cotisation solidaire qui est versée à l’Assurance maladie aujourd’hui.

La Covid met à mal notre système de soins, mais menace aussi notre système de protection qu’est l’Assurance maladie.
Restons vigilant·e·s : non à toute discrimination dans le soin et le remboursement concernant les personnes non vacciné·e·s ! Non au pass vaccinal, en particulier dans les lieux de soins !
Oui à un véritable service public dans le soin, comme dans la protection sociale, seule garantie possible pour le droit à la santé de tous et toutes. Rendez-nous la Sécurité sociale, rendez ses moyens à l’hôpital public !

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 09-01-2022 à 20:35:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Depuis le 1er janvier 20 à 50 % des opérations sont suspendues.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2643 messages postés
   Posté le 11-01-2022 à 07:42:49   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Xuan a écrit :

NB : le SMG est un syndicat minoritaire (non représentatif) qui veut "S’opposer à l’emprise du profit sur la médecine" .
L'écriture "non genrée" jusqu'à écrire individu.e.s est grotesque mais la revendication de l'accès au soin est légitime.


En effet l'écriture inclusive c'est illisible, en général quand c'est ce type d'écriture je zappe !

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 12-01-2022 à 17:26:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Jusqu'à 9'15 l'intervention du professeur André Grimaldi : « Une personne revendiquant le libre choix de ne pas se faire vacciner ne devrait-elle pas assumer en cohérence son libre choix de ne pas se faire réanimer ? »

https://www.facebook.com/watch/?v=1058293608359866

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 13-01-2022 à 11:26:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Lire : Quand en 1991 le gouvernement socialiste décidait la baisse du numerus clausus.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 18-02-2022 à 09:06:49   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

NB : Elon Musk a soutenu les convois de la paix et comparé Trudeau à Hitler

A PROPOS DES "CONVOIS DE LA LIBERTE" : QUOI DE NEUF AU CANADA ?
Le mouvement ouvrier canadien uni contre l’insurrection réactionnaire des camionneurs



DANIELLE BLEITRACH
18 FÉVRIER 2022CIVILISATION


https://histoireetsociete.com/2022/02/18/le-mouvement-ouvrier-canadien-uni-contre-linsurrection-reactionnaire-des-camionneurs/?fbclid=IwAR1J6Om9HHQnRjMcvhj4JTDBJGfeTkwN5P2Eh1Sx8ON2UafbnZAmUHC54Do

En contrepoint de l’intervention d’ELON MUSK en leur faveur les camionneurs et leur insurrection sont dénoncés comme de la graine de fascisme par le parti communiste des USA et celui du Canada, ces deux partis comme les forces syndicales et progressistes notent la différence de traitement de ces mouvements facistes par les gouvernements libéraux avec la violence qu’ils exercent contre d’autres mouvements. (note et traduction de danielle BLEITRACH pour histoireetsociete)
14 Février 2022 13 H 20 HNC PAR DARRELL RANKIN

Partager
Le mouvement ouvrier canadien uni contre l’insurrection réactionnaire des camionneursUn résident participant à une contre-manifestation donne le pouce à un camion circulant dans un convoi en route vers la Colline du Parlement, au 17e jour d’une manifestation contre les mesures liées à la COVID-19 à Ottawa, au Canada, le dimanche 13 février 2022. | Justin Tang / La Presse canadienne via AP

WINNIPEG (Manitoba) — Les Canadiens en ont de plus en plus assez des manifestations réactionnaires des gros camionneurs de plates-formes qui bloquent les routes commerciales entre les États-Unis et le Canada et ferment les rues principales de plusieurs villes. Les usines ferment des deux côtés de la frontière, laissant des dizaines de milliers de travailleurs sans emploi.

À l’heure actuelle, il est clair que le gouvernement libéral minoritaire de Justin Trudeau traite les insurrectionnistes avec des moufles très douces et permet aux dirigeants d’extrême droite d’enfreindre la loi et de travailler pour renverser les élections de l’automne dernier.

Jusqu’à présent, la réponse est très différente de la façon dont les gouvernements fédéral et provinciaux du Canada déploient des forces contre les manifestants des droits des Autochtones et les travailleurs en grève, qui ont été confrontés à divers moments à des arrestations massives, des tireurs d’élite, des mines terrestres, des gaz lacrymogènes et des tronçonneuses. Pourtant, alors que les protestations des camionneurs continuent de s’éterniser, les gouvernements n’utilisent envers aux que les traitements les plus doux.

Les partis conservateur et populaire du Canada, l’ancien président américain Donald Trump, les médias de droite des deux pays et des éléments désarticulés connexes appuient les manifestations, tous liés à de puissants intérêts commerciaux.


Des membres du Syndicat canadien des travailleurs et travailleuses des postes lors d’une contre-manifestation contre le convoi de camions à Winnipeg. | Darrel Rankin / Monde des peuples
Le danger d’une insurrection de droite est dans l’air. Plus de 320 000 personnes ont approuvé un document rédigé par les principaux organisateurs de la manifestation pour exiger du gouvernement qu’il annule toutes les exigences en matière de vaccins ou qu’il « démissionne immédiatement de leurs positions légales d’autorité ». Ce chiffre représente environ la moitié des votes reçus par le Parti populaire d’extrême droite, qui a fait du masquage et d’autres mesures de santé publique son principal objectif lors des élections générales d’octobre.

Le mouvement ouvrier canadien et la gauche se manifestent en force contre les blocages de camions et contestent leur représentation comme des manifestations de la classe ouvrière.

Le Congrès du travail du Canada met en garde : « Les dirigeants de cette occupation comprennent des personnes qui épousent la haine islamophobe, antisémite et raciste sur les médias sociaux, des organisateurs des manifestations notoires des gilets jaunes d’extrême droite et des personnes qui propagent des théories du complot extrêmes et des appels à la violence. »

Représentant plus de 55 000 chauffeurs professionnels, dont environ 15 000 sont des chauffeurs de camions longue distance, Teamsters Canada déclare : « Le soi-disant « convoi de la liberté » et l’étalage méprisable de haine mené par la droite politique et honteusement encouragé par des politiciens conservateurs élus ne reflètent pas les valeurs de Teamsters Canada, ni la grande majorité de nos membres, et ont en fait servi à délégitimer les préoccupations réelles de la plupart des camionneurs d’aujourd’hui. »

Unifor, le plus grand syndicat industriel du Canada, mais qui n’est pas affilié au CTC, déclare : « Les rapports selon lesquels cette campagne maintient une association étroite avec des extrémistes de droite connus, tolère des symboles haineux, des théories du complot et utilise d’anciens agents militaires et policiers brossent tous le tableau d’une insurrection – remontant à l’attaque contre le Capitole des États-Unis l’année dernière.

« Unifor exhorte tous les ordres de gouvernement à prendre des mesures immédiates et raisonnables pour assurer la reprise des biens et des personnes qui traversent les frontières. Nous nous attendons à ce que les gouvernements traitent cette situation croissante comme une urgence nationale.

« En outre, et pendant trop longtemps, les gouvernements à tous les niveaux ont ignoré la menace posée par les organisations d’extrême droite qui cherchent à infiltrer les mouvements ouvriers légitimes et à faire passer des messages de haine et de division. Ils leur ont permis de diffuser des messages haineux, de collecter des fonds et d’agir en toute impunité à grands frais pour les travailleurs, les communautés de couleur, les peuples autochtones, les membres de la communauté LGBTQ et bien d’autres.

« Nous ne pouvons pas et ne laisserons pas la haine et la division façonner l’avenir de ce pays. Nous devons nous organiser contre ces groupes et travailler ensemble pour plaider en faveur d’un Canada progressiste, où tout le monde est inclus, où la justice économique et raciale est atteinte.

Le Parti communiste du Canada note qu’il existe « des liens clairs entre les organisateurs du convoi et les réseaux d’extrême droite » et qu’« il faudra une action politique de masse des mouvements syndicaux et populaires pour… vaincre la montée de l’ultra-droite. »

À en juger par les actions du gouvernement jusqu’à présent, les capitalistes libéraux et leurs représentants politiques ont plus peur des travailleurs et des manifestants des droits des Autochtones que des fascistes qui sont les leaders efficaces de l’insurrection des camionneurs.

Plutôt que de combattre les fascistes, la classe impérialiste du Canada s’incline devant eux en laissant les manifestations en grande partie intactes, pendant deux semaines jusqu’à présent.

Les députés du Parti conservateur – l’opposition officielle à la Chambre des communes – ont destitué leur chef, Erin O’Toole, au moins en partie pour ne pas avoir appuyé les camionneurs. Il a été remplacé par une dirigeante intérimaire, Candice Bergen, qui est connue pour porter un chapeau « Make America Great Again ».


Des militants syndicaux se rassemblent contre le convoi de camions, qui, selon eux, compte des fascistes parmi ses dirigeants, se rassemblent à Winnipeg. | Darrel Rankin / Monde des peuples
Les gouvernements de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba, quant à eux, ont tous levé d’importantes mesures de santé publique pendant les manifestations. À Ottawa, deux députés libéraux ont rompu avec leur parti au sujet des mesures de santé, révélant la bonne faction au sein du gouvernement Trudeau.

Chargés d’argent et réussissant dans leur tactique de blocus, les fascistes font des gains dans leur lutte (jusqu’à présent) pour que les gouvernements capitalistes de tous bords jettent les vaccins, le masquage et la science en général.

Beaucoup d’argent américain a peut-être afflué au Canada pour ces manifestations réactionnaires, de la même manière que la CIA a financé les manifestations des camionneurs avant le coup d’État fasciste du Chili en 1973 – secrètement et de manière significative.

Une partie importante des 10,1 millions de dollars collectés via GoFundMe pour la manifestation des camionneurs provenait des États-Unis. L’effort GoFundMe et une autre campagne sur une plate-forme basée aux États-Unis (utilisée pour collecter des fonds pour les Proud Boys et Kyle Rittenhouse) ont été fermés, mais les manifestations se poursuivent.

La menace qui pèse sur la souveraineté du Canada est réelle. Une déclaration de solidarité des mouvements syndicaux du Canada et des États-Unis contre la menace insurrectionnelle commune fournirait un leadership bien nécessaire en ce moment pour les travailleurs des deux pays.

Les organisateurs américains d’extrême droite commencent à planifier un convoi similaire de camionneurs à travers le pays visant Washington, D.C. Des manifestations d’imitation ont déjà lieu en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans plusieurs pays européens.

L’échec de Trudeau et des libéraux à freiner la manifestation souligne l’importance de construire une opposition de masse aux forces d’extrême droite derrière l’insurrection.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 18-02-2022 à 21:02:44   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le "convoi de la liberté" n'est pas de même nature que le mouvement des gilets jaunes.
Les GJ se sont peu à peu orientés vers un programme revendicatif essentiellement social, malgré des liens avec le souverainisme.

Par contre le "convoi de la liberté" copie celui du Canada, se bat essentiellement pour la "liberté", du point de vue soit des souverainistes soit de libertaires, et ceux qui se plaignent de leurs bas salaires - il y en a - n'y ont aucune place ni aucune expression collective. Fondamentalement ils sont antivax.

Le mouvement antivax est né fondamentalement de l'incurie des pays capitalistes face au virus et de la politique du tout vaccinal. Et au lieu de réclamer davantage d'isolement, de lits, de soins, etc. Il s'est focalisé sur la "liberté" contre la "dictature des masques", la "dictature vaccinale", etc.

Marianne a pondu un article sur un des dirigeants Rémi Monde qui est un petit entrepreneur et bien qu'il se plaigne de la situation économique, le fond est la "liberté". On y trouve aussi Oliv Oliv Gilet Jaune, etc. Enfin il n'y a aucune perspective.

https://www.marianne.net/societe/remi-monde-porte-parole-du-convoi-de-la-liberte-le-mouvement-pourrait-renaitre#:~:text=Le%20%C2%AB%20convoi%20de%20la%20Libert%C3%A9,arriv%C3%A9%20l%C3%A0%20presque%20par%20hasard.
https://www.franceculture.fr/emissions/les-enjeux-des-reseaux-sociaux/qui-sont-les-leaders-des-convois-de-la-liberte.

Philippot s’est incrusté dedans aussi.
Enfin on y trouve aussi le site Réinformation néofasciste catho https://reinformation.tv/coronavirus-rapport-onu-globalisation-smits-90558-2/

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 17-08-2022 à 20:21:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

RETOUR VERS L'IMMUNITE COLLECTIVE


Chacun a pu constater que les mesures de protection sanitaires collectives ont été abandonnées, histoire de faire taire les critiques.

Or tous les pronostics annoncent une reprise des contagions.
Covid-19 : "Il est quasi certain qu’il y aura une vague à l’automne", estime Brigitte Autran, immunologue nommée présidente de l'héritier du Conseil scientifique

Conclusion : "Aujourd'hui, il faut aller vers le vivre avec."

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1120 messages postés
   Posté le 18-08-2022 à 05:01:32   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Autre bilan : pour la première fois dans l'histoire de la médecine moderne, l'inefficacité d'un médicament est imputée à ceux qui ne le prennent pas ou vous pouvez transmettre une maladie que vous n'avez pas à ceux qui sont vaccinés contre elle.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17731 messages postés
   Posté le 16-10-2022 à 00:03:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Covid-19 : le parquet européen enquête sur l’achat de vaccins par l’Union européenne


Covid-19 : le parquet européen enquête sur l’achat de vaccins par l’Union européenne
https://www.sudouest.fr/justice/covid-19-le-parquet-europeen-enquete-sur-l-achat-de-vaccins-par-l-union-europeenne-12611635.php
Par SudOuest.fr avec AFP
Publié le 14/10/2022

Le BPGE, est une instance supranationale chargée d’enquêter mais aussi de poursuivre et traduire en justice les auteurs d’infractions financières et de lutter contre la fraude aux fonds de l’Union
Le parquet européen a annoncé vendredi avoir ouvert une enquête sur l’achat de vaccins anti-Covid dans l’Union européenne, sans plus de précisions. « Le bureau du procureur général européen (ou EPPO en anglais, European Public Prosecutor’s Office) confirme avoir une enquête en cours sur l’acquisition des vaccins anti-Covid dans l’UE », a-t-il indiqué dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux.

« Cette confirmation exceptionnelle intervient en raison d’un intérêt extrêmement élevé du public (sur cette question). Aucun autre détail ne sera rendu public à ce stade », ajoute l’EPPO.

Face aux ravages de la pandémie de coronavirus qui a atteint l’Europe début 2020, la Commission européenne avait décidé de procéder à l’achat groupé de vaccins pour le compte des 27 États membres. Plus de la majorité des doses ont été achetées ou réservées au duo américano-allemand Pfizer/BioNTech, mais cinq autres fabricants ont vu leurs vaccins être homologués par le régulateur européen (Moderna, AstraZeneca, Janssen, Novavax et Valneva).

Des SMS tenus secrets

Des ONG et des eurodéputés ont critiqué le fait que les aspects clés des contrats restent confidentiels. Un échange de SMS entre la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le PDG de Pfizer Albert Bourla, révélé par le New York Times, a suscité une polémique et même conduit la médiatrice de l’UE à intervenir.

Face au refus opposé par les services de la Commission à un journaliste qui demandait à en connaître la teneur, la médiatrice, Emily O’Reilly, a estimé cet été que le public devait pouvoir avoir accès aux textos échangés par les institutions de l’UE dans les mêmes conditions que pour les autres documents de travail européens.

Le parquet européen, officiellement institué en 2021, est un organe indépendant de l’UE chargé de lutter contre la fraude aux fonds de l’Union, et toute autre infraction portant atteinte à ses intérêts financiers (corruption, blanchiment de capitaux, fraude transfrontière à la TVA). Il dispose d’un pouvoir inédit dont ne disposait pas notamment l’Office européen de lutte antifraude (Olaf).

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises  criminelle incurie face au coronavirus en FranceNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum