Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  A bas l'impérialisme français ! 

 Halte à la soumission à l'hégémonisme !

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6Page précédentePage suivante
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 17-12-2020 à 20:36:23   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Le Québec et le Canada anglophone ne sont pas sur la même longueur d'onde au sujet de la confrontation avec la Chine Populaire.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 17-12-2020 à 20:38:07   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

https://www.mondialisation.ca/relations-avec-la-chine-le-quebec-nest-pas-le-canada/5652108

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 17-12-2020 à 20:51:59   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Il y a au Québec une formation marxiste -leniniste apparemment calquée sur le PRCF en France,mais je n arrive pas à trouver leur positionnement sur la Chine.il y a aussi un parti maoïste de type l ex Vp-Partisan,qui prône la lutte armée.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 17-12-2020 à 20:53:07   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

La formation m-l. https://particommunisteduquebec.ca/

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 17-12-2020 à 20:56:19   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

La formation maoïste https://www.pcp-rcp.ca

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 17-12-2020 à 21:13:16   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

@Xuan,il serait peut-être plus intéressant de débattre de la divergence entre Canada et Québec sur la Chine que de s entredechirer sur des sujets macabres,les horreurs de la purification ethnique au Sud Caucase.


Edité le 17-12-2020 à 21:13:42 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 17-12-2020 à 21:53:45   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Un Québec indépendant serait une épine dans le pied du camp impérialiste, pratiquement en Croisade contre la République populaire de Chine.un frein à l hegemonisme,dans les faits.


Edité le 17-12-2020 à 22:47:33 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14829 messages postés
   Posté le 17-12-2020 à 22:49:09   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

marquetalia a écrit :

@Xuan,il serait peut-être plus intéressant de débattre de la divergence entre Canada et Québec sur la Chine que de s entredechirer sur des sujets macabres,les horreurs de la purification ethnique au Sud Caucase.


Il ne s'agit pas de se déchirer, ni d'éviter ce qui fâche. Il s'agit d'accorder nos paroles aux faits et si on se trompe, de rectifier.
On parlera de "purification ethnique" au Sud Caucase quand ce sera démontré. La "purification ethnique" est un plan d'ensemble, pas des actes isolés.


Edité le 17-12-2020 à 22:49:32 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 17-12-2020 à 22:55:18   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Pour en revenir au Québec/Canada,le clivage qui va se creuser entre francophones et anglophones va booster les velléités d indépendance québécois, qu il faut soutenir,même s il reste imprégné de gaullisme.


Edité le 17-12-2020 à 23:01:22 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 18-12-2020 à 15:01:48   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Toujours pas de réponse ?

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14829 messages postés
   Posté le 18-12-2020 à 16:59:20   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je reviens sur le fil :
Pourquoi Huawei a choisi la France pour sa première usine hors de Chine.
L'ouverture de l'usine en Alsace est prévue pour février.

Où l'on voit que l'attitude française est particulièrement irrésolue, tantôt elle s'ouvre aux affaires tantôt elle cède au chantage de Pompeo.
Les communistes doivent se battre pour la sortie de l'OTAN et de l'alliance atlantique.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14829 messages postés
   Posté le 19-12-2020 à 09:11:00   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Parlement européen doit revenir au bon sens sur la Chine: éditorial du Global Times

Source: Global Times Publié: 2020/12/18 21:26:24
https://www.globaltimes.cn/content/1210348.shtml


À un moment où le bilan des décès dus aux coronavirus européens dépassait 500000, le Parlement européen a adopté une résolution sur le Xinjiang, exigeant que les pays de l'UE imposent des sanctions aux responsables du Xinjiang et interdisent les importations, y compris le coton, qui seraient liées au soi-disant "travail forcé".

Raphaël Glucksmann, un membre français du Parlement européen, a imité avec émotion le célèbre romancier français Émile Zola en disant: «J'accuse» à plusieurs reprises lors de son discours au parlement. Quiconque connaît la situation au Xinjiang se sentirait drôle et même un peu dégoûtant en voyant le spectacle.

La Chine n'a pas lancé de guerre depuis des décennies. Il a réalisé de brillantes réalisations en matière de réduction de la pauvreté et d'amélioration des moyens de subsistance des populations au 21e siècle. Il n'a épargné aucun effort pour sauver des vies pendant la pandémie de COVID-19 et a pris les devants en mettant le virus sous contrôle. Il met l'accent sur l'unité nationale, offrant un traitement préférentiel aux minorités ethniques en termes d'accès aux opportunités d'éducation. Comment un tel pays peut-il persécuter l'un de ses groupes ethniques?

Comment Glucksmann peut-il être si arrogant de dépeindre cette puissance orientale en progression si sombre uniquement sur la base de ouï-dire? Monsieur, vous êtes fasciné. Réveillez-vous.

Malgré toutes les controverses, la situation des droits de l'homme en Chine est nettement meilleure que celle de nombreux pays occidentaux au second semestre 2020. Au cours de la période, le nombre de décès chinois dus au nouveau coronavirus est faible, les Chinois jouissent d'une vie comme celle d'avant la épidémie, alors que près de 37 000 personnes sont décédées en Europe la semaine dernière. Au moins pour l'instant, le Parlement européen n'est pas qualifié pour réclamer les droits de l'homme envers la Chine. Ils doivent se concentrer sur eux-mêmes, apporter des contributions pour éviter de tomber dans un hiver de catastrophe humanitaire.

La plupart des résolutions du Parlement européen ne peuvent pas être légalement appliquées et de nombreux pays européens ne suivront pas aveuglément ses projets de loi anti-Chine. Cette dernière résolution sur le Xinjiang a reçu très peu d'attention en Europe et les gens là-bas parlent principalement du diagnostic positif du président Emmanuel Macron concernant le COVID-19. Mais Global Times a décidé d'y répondre parce que nous avons vu une tendance - l'opinion publique occidentale a perdu son objectivité fondamentale sur les questions liées à la Chine, et les étiquettes ont écrasé leur rationalité et leur jugement. L'ignorance et l'arrogance prévalent.

Mettre de côté la moralité des pays occidentaux, calomnier la Chine, pays vigoureux et pacifique qui souligne la coopération avec le monde extérieur, est anti-intellectuel. Certains Occidentaux pensent qu'ils sont plus préoccupés par le bien-être de la population du Xinjiang et qu'ils assument de plus grandes responsabilités morales à cet égard. Ils ne se sont manifestement pas réveillés.

Ils marchandent chaque once de commerce extérieur. Leur sentiment anti-immigration dans la société est à la hausse. Au milieu de la première vague de l'épidémie en Europe, des pays ont intercepté les expéditions de masques d'autres personnes. Et maintenant, ils semblent inconsolables sur les droits de l'homme au Xinjiang. Ne trouvent-ils pas leur logique désordonnée?

Le but de la gouvernance au Xinjiang est de restaurer la paix et la stabilité, d'éradiquer le terrorisme et l'extrémisme, d'arrêter la tragédie comme la décapitation du professeur de français, survenue il n'y a pas longtemps. Des malheurs similaires s'étaient produits trop souvent au Xinjiang. Dans les pires cas, les meurtres aveugles de terroristes ont fait des centaines de morts en une seule attaque. Le Xinjiang est déterminé à changer la situation, et il l'a fait.

Les Occidentaux peuvent avoir des points de vue différents sur la manière dont le Xinjiang réalise la stabilité. Mais l'objet de leur condamnation n'est pas les activités terroristes violentes dans la région, mais les mesures et le processus que la Chine a contrôlés contre le terrorisme et l'extrémisme. Ils ont pris la mauvaise position, du côté opposé de la justice, qui est centrée sur la paix et la tranquillité.

Leur préjugé sur le système politique chinois et le sentiment de crise suscité par la montée en puissance de la Chine ont conduit à la confusion susmentionnée. Les Chinois sont amis de l'Europe et nous ne pouvons pas comprendre pourquoi maudire la Chine est devenu le politiquement correct dans l'opinion publique européenne. Il est à espérer que les élites politiques européennes ne seront pas induites en erreur par les États-Unis, qui dénigrent la Chine dans sa quête de sauvegarde de son hégémonie. Il est temps pour eux de revenir au bon sens et de remodeler leur perception de la Chine.


Edité le 19-12-2020 à 09:11:48 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 19-12-2020 à 18:29:31   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Les séparatistes ouïghours sont liés aux intérêts de la Turquie de l ultranationaliste Erdogan.


Edité le 19-12-2020 à 19:12:46 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14829 messages postés
   Posté le 20-12-2020 à 00:18:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les Ouïghours sont turcophones mais Erdogan ne condamne pas la Chine à propos du Xinjiang :
https://www.lepoint.fr/monde/erdogan-les-gens-vivent-heureux-au-xinjiang-03-07-2019-2322359_24.php

Ne ramène pas Erdogan à tout propos sans réfléchir et simplement parce que tu le considères comme l'ennemi n° 1. L'ennemi n° des peuples est l'hégémonisme US.
Et ce sont les USA qui attisent le terrorisme au Xinjiang.
La condamnation de la Chine sur ce sujet est très occidentale et minoritaire à l'ONU, y compris dans les pays arabes.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14829 messages postés
   Posté le 31-12-2020 à 00:12:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Accord sino-européen :

Un certain nombre de médias américains et européens ont rapporté que l'accord d'investissement Chine-UE a été conclu et devrait être officiellement signé le 30 décembre. Le président chinois Xi Jinping tiendra une vidéoconférence avec les dirigeants de l'UE le 30. Les médias occidentaux ont divulgué de nombreux détails sur l'accord.
...

Le 28 décembre, les ambassadeurs de l'UE ont approuvé le projet de CAI. L'accord d'investissement UE-Chine doit être approuvé par les gouvernements des pays de l'UE et le Parlement européen.

Le 29, le britannique "Guardian" a rapporté dans un rapport intitulé "La Chine et l'UE sont sur le point de signer un accord d'investissement retardé depuis longtemps" que l'accord d'investissement Chine-UE irriterait le nouveau gouvernement Biden. Consultation.

Selon le rapport, la Chine et l'Union européenne semblent avoir résolu leurs différends en matière de protection des droits des travailleurs en Chine et signeront le 30, l'accord d'investissement Chine-UE, longtemps retardé, ce qui pourrait rendre la Chine et l'Union européenne plus interdépendantes.


Edité le 31-12-2020 à 00:13:33 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14829 messages postés
   Posté le 01-01-2021 à 18:16:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Cet article démonte les contradictions matérielles entre les USA et l'UE.
En dernier ressort c'est l'infrastructure qui détermine l'idéologie.


Les États-Unis ont une mentalité de raisins aigres envers le pacte d'investissement Chine-UE: éditorial du Global Times

Par Global Times
Publié: 02 janv.2021 00:52
https://www.globaltimes.cn/page/202101/1211579.shtml



Un train de marchandises Chine-Europe transportant des fournitures médicales à destination de Madrid, en Espagne, part de la ville de Yiwu, dans la province du Zhejiang (est de la Chine), le 5 juin 2020 (photo de Lyu Bin / Xinhua)


Washington a lancé un tollé criblé d'une mentalité de raisins aigres pour l'achèvement des négociations sur l'accord global Chine-UE sur l'investissement. Le conseiller adjoint américain à la sécurité nationale, Matthew Pottinger, a fustigé l'UE pour avoir conclu l'accord avec la Chine malgré la critique de cette dernière en matière de droits humains.
L'UE a "enlevé une feuille de vigne", a déclaré Pottinger. Le conseiller commercial de la Maison Blanche, Peter Navarro, l'a également qualifié de «mauvais accord», ce qui posera un défi géopolitique aux États-Unis. Un universitaire américain conservateur a demandé avec colère: comment les Européens peuvent-ils prendre le parti de la Chine, pas des États-Unis?

L'égoïsme stratégique et l'arrogance semblent avoir brûlé le cerveau de certaines élites politiques américaines. Ils pensent que les intérêts géopolitiques des États-Unis sont identiques à ceux de l'Europe. Ainsi, quand ils gâchent les choses en termes de problèmes liés à la Chine, ils pensent qu'il va sans dire que les Européens devraient faire de même. Ils croient que le lien idéologique entre l'Europe et les États-Unis est suffisamment fort pour que l'UE abandonne les énormes intérêts de faire des affaires avec la Chine, mais agisse de tout cœur en tant qu'admirateur politique du gouvernement américain.

Le 30 décembre, jour où la Chine et l'UE ont rendu public l'achèvement des négociations, le gouvernement américain a annoncé qu'il imposerait des droits de douane supplémentaires sur les produits européens, y compris les pièces liées aux avions et les vins de France et d'Allemagne.
Les États-Unis prétendent vouloir s'associer à l'Europe pour traiter avec la Chine. Mais ils sont réticents à offrir des avantages aux pays européens. En matière de moralité, Washington prétend être un gentleman américain. Quand il s'agit d'intérêts, il négocie chaque once.

En fait, bon nombre d'érudits occidentaux sont sobres. Ils pensent qu'il est très irréaliste pour les États-Unis et l'UE de parvenir à une politique commerciale large et unifiée avec la Chine et les deux peuvent difficilement adopter la même position. Le développement des industries des deux côtés se fait à des niveaux différents, de même que leurs calculs géopolitiques, qui sont basés sur des chiffres économiques de base. Washington veut géopolitiser pleinement ses problèmes économiques avec la Chine et veut que de telles pratiques servent ses objectifs hégémoniques. Mais l'Europe est plus préoccupée par son propre développement et veut résoudre les problèmes économiques par des solutions économiques.

L'économie américaine fait face à de graves problèmes. L'un des plus importants est que sa logique de fonctionnement a été gravement occultée par la politique partisane. Désormais, Washington réfléchit davantage à la manière de frapper la Chine qu'à la manière de s'améliorer. Seuls les États-Unis, à leur apogée, avaient la capacité d'agir conformément à une telle logique d'intimidation, et ils ne pouvaient le faire qu'avec les petites et moyennes économies. Washington a trop de difficultés pour faire face à ses propres problèmes économiques. Si le gouvernement américain se comporte toujours de manière délibérée envers la Chine, qui a une économie avancée et massive, il s'enfoncera certainement dans le mur.

La logique de l'UE d'interagir et de s'engager avec la Chine est justifiée. Elle donne la priorité à ses propres intérêts, plutôt que de nuire à la Chine sans tenir compte du coût potentiel. Jetez un coup d'œil au nombre de Mercedes-Benz, BMW, Audis et Volkswagen qui se précipitent dans les rues des villes chinoises, et comptez combien de produits de mode et de produits de luxe de France et d'Italie sont achetés par une classe moyenne chinoise de plus en plus aisée. Le marché chinois est en plein essor. Si l'UE refuse de renforcer la coopération avec la Chine, le marché américain offrirait-il une marge de manœuvre pour le développement futur de l'Europe?

L'obsession de certaines élites politiques américaines de jouer à des jeux géopolitiques est devenue morbide. C'est le nouveau coronavirus, l'économie touchée par la pandémie et les moyens de subsistance des gens sont ce qui préoccupe les gens. Les habitants de tous les pays pensent d'abord à leur santé, à conserver un emploi bien rémunéré et gagner plus d'argent pour améliorer leur niveau de vie. Ils ont besoin que les économies de leurs pays continuent à se développer. Cela les ennuiera si quelqu'un leur dicte de jouer à la géopolitique tout le temps.

Le gouvernement américain doit rétablir son état d'esprit normal face à une Chine en croissance rapide, dont le développement est dû aux efforts de milliers de millions de Chinois travailleurs et intelligents. Non seulement il devrait reconnaître que l'Europe a conclu un traité bilatéral d'investissement avec la Chine, mais il devrait également changer sa mentalité et être plus pratique pour réfléchir à la manière d'obtenir plus de gains en renforçant la coopération économique et commerciale avec la Chine, au lieu d'attaquer la Chine tout le temps.

Détruire à tout prix l'autre partie est la logique des guerres. C'est l'ère de la paix et du développement. Et notre ennemi commun est le nouveau coronavirus. Washington ne devrait pas mal calculer l'environnement actuel et continuer à lutter dans l'obscurité.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14829 messages postés
   Posté le 01-01-2021 à 20:37:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Accord Chine-Europe | Divulgation du contenu principal

Chine
Écrit par: Bu Lan
2020-12-31 08:16:02
Date de la dernière mise à jour:2020-12-31 10:04

dnews

________________________________________

Les dirigeants de la Chine et de l'UE ont tenu une réunion vidéo le 30 décembre et ont annoncé conjointement que les négociations de l'accord d'investissement Chine-UE s'étaient achevées comme prévu. Par la suite, le contenu de l'accord conclu sur 7 ans a été annoncé, et les deux parties ont exprimé leurs vues. Cet accord a également un impact important sur le commerce Chine-UE, les relations Chine-UE et le développement des entreprises chinoises.
Selon les informations publiées sur le site officiel du ministère chinois des Affaires étrangères le 30 décembre, le président chinois Xi Jinping a souligné lors de la réunion que l'accord d'investissement Chine-UE stimulera fortement la reprise de l'économie mondiale dans la période post-épidémique, renforcera la confiance de la communauté internationale dans la mondialisation économique et le libre-échange, et construira une L'économie mondiale a apporté des contributions importantes aux deux principaux marchés de la Chine et de l'Europe.

Le président chinois Xi Jinping (en haut à gauche) dans la soirée du 30 décembre avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron, le président du Conseil européen Charles Michel et le président de la Commission européenne Von der Lein (Ursula von der Leyen) a tenu une vidéoconférence. (Reuters)
Le contenu essentiel de l'accord Chine-UE comprend quatre aspects: l'un est de garantir la protection des investissements mutuels, de respecter les droits de propriété intellectuelle et d'assurer la transparence des subventions; l'autre est d'améliorer les conditions d'accès au marché pour les deux parties; le troisième est de garantir que l'environnement d'investissement et les procédures réglementaires sont clairs, équitables et transparents; Améliorer les normes du travail et soutenir le développement durable.
Concernant cet accord, selon le site officiel du Conseil européen, la partie européenne estime que l'accord a une importance économique importante et aidera les deux parties à équilibrer leurs relations commerciales et d'investissement sur la base des principes de valeurs et de développement durable. , A apporté un niveau d'accès au marché sans précédent dans l'UE et a fourni aux entreprises européennes plus de certitude et de prévisibilité.

Certains médias ont également dévoilé les détails de "l'accélération soudaine" de l'UE pour promouvoir l'accord. Selon certaines informations, le 28 décembre, heure locale, les ambassadeurs des États membres de l'UE ont tenu une réunion comme initialement prévu. A ce moment, l'Allemagne, la présidence tournante, a soudainement ajouté la question de l'accord d'investissement Chine-UE à l'ordre du jour et a demandé aux ambassadeurs de voter. Bien que l'ambassadeur polonais ait déclaré que "l'UE ne devrait pas agir à la hâte," aucun pays membre "n'a levé une pancarte contre elle" sur le site de vote. L'ambassadeur polonais a également exprimé son approbation.
Le responsable du ministère chinois du commerce a déclaré que l'accord se concentre sur l'ouverture institutionnelle. La promesse d'un accès au marché de haut niveau offrira plus d'opportunités d'investissement aux deux entreprises. Des règles de concurrence loyale de haut niveau offriront un meilleur environnement commercial pour les investissements bilatéraux.

Il a en outre révélé qu'en termes d'accès aux marchés, l'accord adoptait un modèle de traitement national préalable à l'accès plus une liste négative. En outre, les deux parties promettront également de ne pas imposer de restrictions sur le nombre d'entreprises, la production, le chiffre d'affaires, les directeurs et cadres, la R&D locale, les performances à l'exportation, la configuration du siège, etc. dans la plupart des domaines économiques, et autoriseront les transferts de devises liés aux investissements et l'entrée et la résidence du personnel.


Zhang Ming, chef de la mission chinoise auprès de l'Union européenne, a souligné dans une interview que l' accord d'investissement Chine-UE éliminera davantage les barrières bilatérales d'investissement entre la Chine et l'Europe et créera un cycle d'investissement couvrant les extrémités est et ouest de l'Eurasie. Il a également souligné que le délai d'achèvement des négociations sur les accords d'investissement Chine-UE est déterminé par le processus de négociation et n'a rien à voir avec des facteurs externes.
Cet accord a été officiellement lancé en 2013 et a fait l'objet de 35 cycles de négociations, qui ont mis 7 ans à être conclus. Il y a eu plusieurs nœuds importants pendant cette période: en janvier 2014, le premier cycle de négociations sur l'accord d'investissement Chine-UE s'est tenu à Pékin; du 30 novembre au 4 décembre 2015, le huitième cycle de négociations a eu lieu. Des progrès significatifs ont été accomplis et des dispositions ont été prises pour la production du texte de fusion; en juillet 2017, le quatorzième cycle de négociations sur l'accord a eu lieu et les deux parties ont progressé sur certaines questions; en juillet 2018, la Chine et l'UE ont échangé des offres sur la liste Chine-UE La négociation d'accords d'investissement est la priorité absolue.
En avril 2019, les deux parties ont promis de faire avancer les négociations en 2019, notamment en termes d'engagements de libéralisation des investissements; en juin 2020, les dirigeants chinois et européen ont réitéré leur engagement à parvenir à un accord d'investissement Chine-UE en 2020; en septembre 2020, la Chine et l'Allemagne Les dirigeants européens ont tenu une réunion vidéo. La réunion a confirmé que les négociations de l'accord d'investissement Chine-UE avaient fait des progrès significatifs et a réitéré la détermination politique d'achever les négociations dans le courant de cette année.

La Chine et l'UE accélèrent la coopération économique et commerciale, qui aurait un impact substantiel sur la structure mondiale. (Reuters)
L'accord d'investissement UE-Chine élimine les obstacles à l'investissement pour certaines industries de l'UE en Chine, telles que les nouveaux véhicules énergétiques, les services de cloud computing, les services financiers et les industries de la santé. Sur une base de réciprocité, les investissements chinois entreront également davantage en Europe, comme les investissements dans le domaine des énergies renouvelables. Cet accord ouvre un espace d'investissement pour les deux parties, ce qui contribue à améliorer l'inadéquation entre les conditions d'investissement et de commerce des deux parties.
En outre, il fournit non seulement une base «juridique» solide pour la coopération économique et commerciale entre les deux parties, mais sert également de frein pour empêcher le recul des relations Chine-UE.

Xiong Lili, professeur à l’Institut national d’ouverture de l’Université chinoise du commerce international et d’économie, a également analysé que «l’UE devra tôt ou tard discuter d’économie et de commerce avec les États-Unis. Si elle parvient à un accord d’investissement avec la Chine avant cette date, elle optimisera la position de l’UE dans les négociations de jeu avec les États-Unis.»

Zhai Dongsheng, professeur à l'École des relations internationales de l'Université Renmin de Chine, estime que la mise en œuvre à la fois de l'accord de partenariat économique régional global (RCEP) et de l'accord d'investissement Chine-UE peut anéantir l'intention des États-Unis d'isoler la Chine dans le domaine économique et commercial.

Il convient de noter qu'en même temps que l'accord d'investissement Chine-UE a été conclu, les dernières nouvelles ont indiqué que la partie allemande du gazoduc "Beixi-2", un important projet de coopération énergétique entre l'Europe et la Russie, était achevée. Ce projet est également celui que les États-Unis ont tenté d'empêcher.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 02-01-2021 à 20:15:24   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Avec Biden,les Usa vont devenir encore plus agressifs en Europe.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 02-01-2021 à 20:16:37   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

www.lepoint.fr/2407727


Edité le 02-01-2021 à 20:17:43 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14829 messages postés
   Posté le 06-01-2021 à 16:20:49   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Pression sur l'EMA pour qu'elle approuve le vaccin de Pfizer/BioNTech


Par Reuters le 14.12.2020 à 16h31
par Francesco Guarascio
https://www.challenges.fr/top-news/pression-sur-l-ema-pour-qu-elle-approuve-le-vaccin-de-pfizer-biontech_742056

BRUXELLES (Reuters) - Alors que les vaccinations débutent en Grande-Bretagne et aux États-Unis, l'Agence européenne des médicaments (EMA) subit une pression croissante pour approuver le vaccin contre le COVID-19 développé par le laboratoire américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech, selon des responsables.

Quatre sources au sein du bloc ont déclaré à Reuters que la Commission européenne et les États membres de l'Union faisaient pression sur l'EMA afin qu'elle approuve plus rapidement les vaccins, reflet des tensions récurrentes entre régulateurs et gouvernements.
Un responsable de l'EMA a ajouté lundi que la pression exercée sur l'agence par les gouvernements de l'Union européenne à travers les "canaux de communication habituels" s'était notamment accrue après qu'une autorisation d'utilisation d'un vaccin en urgence a été accordée par le Royaume-Uni.
Une deuxième source a également confirmé une plus grande pression à la suite à l'autorisation du vaccin Pfizer et BioNTech par d'autres agences.

"Toutes les données nécessaires sur BioNTech sont disponibles", a écrit dimanche le ministre allemand de la Santé Jens Spahn sur Twitter.
"Le Royaume-Uni et les États-Unis ont déjà accordé leur approbation. Une évaluation des données et une approbation par l'EMA devraient avoir lieu le plus rapidement possible" , a-t-il ajouté.

L'EMA a défendu début décembre sa procédure plus lente, la jugeant aussi plus sûre car basée sur davantage d'éléments et de vérifications que celle de son homologue britannique, effectuée en partie par une analyse "roulante" des données au fur et à mesure de leur disponibilité.
L'agence européenne a précisé dans des déclarations envoyées par e-mail à Reuters ces derniers jours qu'elle ne subissait pas de pression politique, se refusant également à commenter les remarques de Jens Spahn.
La Commission européenne nie quant à elle avoir exercé des pressions sur l'EMA pour une approbation plus rapide d'un vaccin.

(Version française Charles Regnier, édité par Jean-Michel Bélot)


Edité le 06-01-2021 à 16:21:20 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14829 messages postés
   Posté le 06-01-2021 à 18:12:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer « ne semble pas adapté à une vaccination de masse »


https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/11/12/le-vaccin-contre-le-covid-19-de-pfizer-ne-semble-pas-adapte-a-une-vaccination-de-masse_6059498_3244.html

Pour nos journalistes Chloé Aeberhardt et Chloé Hecketsweiler, qui ont répondu à vos questions lors d’un tchat, le vaccin sera coûteux, car les conditions de conservation sont très contraignantes.

Le Monde
Publié le 12 novembre 2020 à 16h00 - Mis à jour le 12 novembre 2020 à 19h29


Alors que le nombre de morts du Covid-19 s’élève à plus de 1,25 million de personnes dans le monde et que les couvre-feux et autres reconfinements se multiplient à travers la planète, le géant américain Pfizer et son partenaire allemand BioNTech ont annoncé, lundi 9 novembre, que leur candidat-vaccin était efficace à plus de 90 %. Mercredi, la Russie a annoncé 92 % d’efficacité pour son vaccin expérimental Spoutnik V.
Dans son dernier point, le 3 novembre, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recense 47 « candidats vaccins » évalués dans des essais cliniques sur l’homme à travers le monde.
En quoi ces annonces sont-elles prometteuses ? Nos journalistes Chloé Aeberhardt et Chloé Hecketsweiler ont répondu aux questions lors d’un tchat.

Silver Chicken : Hier un laboratoire russe déclarait une efficacité de 92 % pour leur vaccin. Est-on en train d’assister une surenchère pour des raisons marketing ou ces résultats peuvent-ils être déjà comparés par des scientifiques indépendants ?
Chloé Aeberhardt : Le laboratoire russe a choisi de publier ses résultats intermédiaires de phase III après seulement vingt infections. Ils ont administré le vaccin ou un placebo à 16 000 volontaires, qui ont ensuite repris leur vie normale. Une fois que vingt cas d’infection au Covid ont été constatés, ils ont regardé qui, parmi ces volontaires, avaient reçu le vaccin et qui avaient reçu le placebo. C’est ainsi qu’ils ont obtenu le score de 92 % d’efficacité. C’est un résultat précoce, dans la mesure où vingt cas, c’est peu…
En comparaison, Pfizer a publié ses résultats après 94 cas d’infection et publiera des résultats complémentaires à 164 cas. Ce sera intéressant, alors, de voir si le score est toujours de 90 %.

HD 2 : Est-il vrai que le patron de Pfizer a vendu toutes ses actions le jour de l’annonce des résultats encourageants ?
Chloé Hecketsweiler : Le PDG de Pfizer a, en effet, vendu pour 5,6 millions de dollars (4,7 millions d’euros) d’actions juste après l’annonce des résultats d’efficacité de son vaccin. La compagnie assure que cette vente était prévue dans le cadre d’un « plan » fixé plusieurs mois à l’avance, mais beaucoup s’interrogent aux Etats-Unis sur les informations dont disposaient les dirigeants de Pfizer au moment où ce plan a été mis en place au mois d’août.
Le bénéfice ainsi empoché apparaît aussi approprié à certains, compte tenu des sommes colossales investies par le gouvernement américain dans le développement du vaccin.
D’autres sociétés, dont Moderna, font l’objet des mêmes critiques : son PDG ainsi que plusieurs de ses dirigeants ont déjà vendu pour plusieurs dizaines de milliers de dollars d’actions.

Roel : J’ai compris que ce vaccin de Pfizer doit être gardé et transporté à température de – 72 °C… C’est quand même très contraignant pour une large diffusion ?
C. A. : Absolument. Ce vaccin, s’il est mis sur le marché, sera le premier vaccin à ARN messager approuvé pour l’homme. Or, l’ARN est une molécule instable qui nécessite d’être conservée dans un environnement très froid. Il faut des congélateurs spécifiques et très onéreux et ni les médecins de ville ni les pharmacies de quartier n’en sont équipés.
C’est également un vaccin coûteux : aux Etats-Unis, le prix actuellement en discussions avec le gouvernement américain est établi à 19,50 dollars (16,51 euros) par dose de vaccin. Soit 39 dollars (33 euros), en supposant l’approbation par les autorités réglementaires du schéma vaccinal à deux doses de vaccin par patient.
Pour ces deux raisons, le vaccin Pfizer ne semble pas adapté à une vaccination de masse, ni dans les pays développés ni, a fortiori, dans les pays en développement.

Le point sur la recherche : Quand peut-on espérer avoir un vaccin ? Qui sera prioritaire ?
Thom : Qu’en est-il du vaccin de Sanofi ?

C. H. : Sanofi développe deux vaccins différents : l’un à partir d’ARN messager, comme celui de Pfizer ou Moderna, l’autre en utilisant une technologie déjà employée pour l’un de ses vaccins contre la grippe, commercialisé sous la marque FluBlock aux Etats-Unis.
Ce dernier est le plus avancé : la phase III — la dernière avant la commercialisation, qui inclut plusieurs milliers de patients — devrait commencer en décembre avec des résultats attendus au début de 2021.
Les Etats-Unis ont conclu un contrat pour l’achat de 100 millions de doses, et l’Europe pour 200 millions de doses.

Solimoes : Où en est l’Institut Pasteur dans cette course au vaccin ? Et AstraZeneca ? Y a-t-il d’autres vaccins européens en phase III actuellement ?
C. H. : L’Institut Pasteur a aussi plusieurs vaccins en développement. Le plus avancé est un vaccin construit à partir du vaccin contre la rougeole modifié pour exprimer un des antigènes du SARS-CoV-2 : la protéine Spike, qui est la clé du virus pour entrer dans nos cellules.
L’Institut Pasteur a conclu un accord avec le grand groupe pharmaceutique américain Merck pour développer ce vaccin. Les essais cliniques ont démarré en août, mais le vaccin ne verra pas le jour avant au moins un an.
Le vaccin d’AstraZeneca est un des plus avancés. Il utilise comme vecteur non pas le virus de la rougeole, mais un virus à l’origine de banals rhumes. Un essai clinique a été lancé au mois de mai et les résultats de phase III portant sur une cohorte de 30 000 personnes sont attendus pour le mois de décembre.
Il n’y a pas d’autres vaccins européens en phase III.

Deutsche : Pourquoi ne parle-t-on que de l’autorisation du vaccin par la FDA ? Quelle est l’institution européenne équivalente ?
C. A. : Au niveau européen, l’organisme réglementaire s’appelle l’Agence européenne du médicament. Il prend en compte sensiblement les mêmes critères d’efficacité et de sécurité que la Food and Drug Administration (FDA), donc on peut raisonnablement penser que, si le vaccin est autorisé par la FDA, il le sera aussi par l’Agence européenne.

François : Y a-t-il en France un plan pour une future campagne de vaccinations avec un vaccin tel que celui de Pfizer ou autre, une fois passé le cap de l’approbation par les autorités sanitaires ?
C. H. : La France a nommé récemment un « M. Vaccin » pour piloter le déploiement des vaccins contre le Covid-19. Nous avons interrogé le ministère de la santé sur son « plan » pour déployer les différents vaccins, mais nous n’avons pas encore eu de réponse. La question de la logistique est très importante, car certains vaccins doivent être conservés et transportés dans des conditions très spécifiques pour garantir leur stabilité.

Ed Dantès : En admettant que le vaccin soit effectivement aussi efficace que Pfizer le prétend, quand pourraient avoir lieu les premières vaccinations en Europe ?
C. H. : La France n’a pas encore communiqué de calendrier pour une campagne de vaccination, mais le premier ministre, Jean Castex, a déjà averti qu’il n’était « pas pour demain matin ». Le ministre de la santé, Olivier Véran, a dit espérer un vaccin pour 2021, mais sans s’avancer sur une date.
La Haute Autorité de santé a proposé plusieurs scénarios de vaccination au mois de juillet : dans tous les cas de figure, les professionnels de santé faisaient partie des cibles prioritaires. Elle a lancé, le 9 novembre, une consultation publique sur ses premières recommandations afin de recueillir des opinions et des avis complémentaires.

Orion : Ce vaccin est-il destiné à empêcher une infection au nouveau coronavirus, ou uniquement à empêcher une aggravation de l’infection ?
C. A. : Le critère d’évaluation principal choisi par Pfizer et BioNTech de l’efficacité de leur vaccin est la diminution des symptômes liés au Covid-19, et non la transmission. Ce que regrettent un certain nombre de chercheurs en santé publique, pour qui ce critère n’est pas satisfaisant, dans la mesure où, s’il protège l’individu vacciné de l’apparition de symptômes, il ne protège pas la population générale.

Alain : Les vaccins à ARN messager et ceux à ADN semblent avoir l’avantage de produire une réponse immunitaire complète. D’où provient le choix de ces techniques ? Le SARS-Cov-2 présentait-il des défis techniques qui ne seraient surmontables qu’avec de nouvelles technologies de fabrication vaccinale ?
C. A. : La technique de l’ARN messager (choisie par Pfizer et BioNTech) consiste à injecter dans l’organisme des brins d’instruction génétique, qui diront aux cellules ce qu’il faut fabriquer – en l’occurrence un antigène spécifique du coronavirus, contre lequel le système immunitaire produira des anticorps.
Cette méthode présente un avantage-clé dans le contexte d’urgence actuel : elle permet de produire des vaccins très rapidement, l’organisme prenant en charge une partie du travail habituellement réalisé en laboratoire.
Le choix de cette technique explique, en partie, l’avance de Pfizer-BioNTech et Moderna (qui devrait présenter des résultats intermédiaires très prochainement) sur les autres fabricants en essais de phase III.

Anouchka : Comment anticiper les effets secondaires si le vaccin est utilisé rapidement ?
C. H. : Il est possible d’anticiper certains effets secondaires en utilisant des modèles animaux, mais cela a, bien sûr, des limites. La phase III des essais cliniques — qui compte plusieurs dizaines de milliers de patients – permet de détecter une grande partie des effets indésirables qui apparaissent au plus tard quelques semaines après la vaccination. Si les plus tardifs apparaissent. Mais il faudra des mois, voire des années pour les évaluer. Il est aussi possible que des effets indésirables rares, indétectables lors des essais cliniques, apparaissent une fois que des millions de personnes auront été vaccinées.

La question pour la société est : quel est le bénéfice apporté par les vaccins (avec la réduction de la mortalité liée au Covid, la diminution des cas graves) versus le risque potentiel de la vaccination (avec l’apparition chez certains individus d’effets secondaires parfois graves) ?
C. A. : On peut estimer que l’interruption des essais cliniques d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson à la suite de l’apparition de maladies inexpliquées chez certains volontaires est rassurante. Cela indique que, malgré l’urgence dans laquelle se déroule la recherche, les mesures de sécurité habituelles sont respectées.
Après, il faudra sans doute appliquer une pharmacovigilance renforcée pendant et après la campagne de vaccination, de façon à identifier des effets indésirables qui n’auraient pas été remarqués pendant les essais cliniques.

Sceptique : A l’inverse, pourquoi me ferais-je vacciner ? Ces vaccins sont développés à des vitesses bien supérieures à la moyenne, les laboratoires ont conclu un accord avec la commission pour être indemnisés en cas de condamnation judiciaire pour des effets secondaires et le vaccin spécifique de Pfizer utilise une technologie expérimentale jamais testée à grande échelle. Je suis « pro-vaccin » mais pas « pro-vaccin bâclé ».
C. A. : La question à laquelle la société sera amenée à répondre est celle du bénéfice-risque. C’est une question complexe, à laquelle il est difficile de répondre de façon binaire. Surtout aujourd’hui, alors que nous disposons d’aussi peu de données, y compris sur le vaccin de Pfizer. Et de quel vaccin parle-t-on ? Car il risque d’y en avoir plusieurs, dont certains seront plus indiqués pour tel ou tel type de population (les personnes âgées, notamment).
Finalement, tout dépendra de la performance des vaccins disponibles et du bénéfice rendu, qui lui-même dépend du profil des individus (une personne à risques aura plus de bénéfice à se faire vacciner qu’un jeune en bonne santé). C’est pourquoi nous sommes très impatients de connaître la stratégie vaccinale qui sera choisie par le gouvernement.
Dans un premier temps, il est possible que le vaccin soit réservé aux soignants et aux personnes à risques, ce qui éviterait aux sceptiques d’avoir à faire un choix !

Glucks : Puisqu’on sait maintenant qu’on peut être de nouveau contaminé par le SARS-Cov-2, après l’avoir été quatre mois plus tôt (environ), quelle sera la fréquence de vaccination nécessaire ?
C. H. : Il est encore trop tôt pour déterminer la durée de la protection offerte par le vaccin. Il peut être efficace à 90 % après quelques semaines… mais bien moins après plusieurs mois. Les laboratoires sont très prudents sur ce sujet et reconnaissent qu’il faudra plusieurs mois, voire plusieurs années pour être fixés. Il n’est pas exclu que la protection soit de courte durée, au moins chez certains individus.

N & K : Cela ne gêne personne qu’on propose d’injecter pour la première fois sur l’homme un vaccin qui repose sur une modification génétique du virus et non plus sur un virus atténué ?
C. H. : Les vaccins ARN ou les vaccins qui utilisent des vecteurs génétiquement modifiés ne constituent pas « une première ». Les deux vaccins contre Ebola qui ont obtenu une autorisation de mise sur le marché utilisent des vecteurs identiques : le virus de la stomatite vésiculaire (VSV) pour celui de Merck et un adénovirus pour celui de Johnson & Johnson.

Par ailleurs, plusieurs milliers de personnes ont déjà été vaccinées avec différents vaccins à ARN dans le cadre d’essais cliniques pour d’autres infections, dont la grippe saisonnière.
Il s’agit de populations limitées à l’échelle de ce qui est requis pour une autorisation de mise sur le marché, mais cela a permis d’écarter certains risques.

Le Monde

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14829 messages postés
   Posté le 06-01-2021 à 18:17:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

marquetalia a écrit :

Avec Biden,les Usa vont devenir encore plus agressifs en Europe.

L'article du Point que tu cites n'existe pas. Je ne vois pas sur quoi tu t'appuies pour dire que les USA vont devenir "plus agressifs en Europe".

L'échec de Trump est qu'il a opposé les USA à ses propres alliés. En toute logique Biden devrait essayer une méthode plus souple.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 06-01-2021 à 19:20:25   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Biden a accusé, pendant sa campagne,Trump d avoir été élu en 2017 avec l appui du Kremlin.de plus,Donald Trump"le Nouvel Hitler",n a pas appuyé les révolutions colorées en cours en Biélorussie et en Moldavie.ce sera bien pire le 20 de ce mois quand Biden sera à la Maison Blanche,il veut"réengager"les Usa en Europe, est a dire mettre des bâtons dans les roues de la Russie en la delogeant d Europe Orientale,prévoyant d incorporer de nouveaux pays dans l OTAN-n oublions pas que Biden a appuyé en 1999 les frappes atlantistes sur la fédération de Yougoslavie,ce qui n est pas le cas de Trump-.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9736 messages postés
   Posté le 06-01-2021 à 19:22:45   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Ill ne faut pas donner un visage angélique au prochain président de la puissance qui constitue le premier ennemi des peuples.


Edité le 06-01-2021 à 19:24:10 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14829 messages postés
   Posté le 06-01-2021 à 20:20:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Personne ne donne "un visage plus angélique..." comme tu le prétends.
D'abord il faut justifier "Avec Biden,les Usa vont devenir encore plus agressifs en Europe" , ce que tu n'as pas fait.
Quand tu parles de l'Europe il faut préciser s'il s'agit de l'Union Européenne ou de l'Europe centrale
Ensuite je dis qu'il pourrait essayer une méthode plus souple, pas qu'il changerait d'objectif.
Les USA ont besoin de rassembler leurs alliés parce que Trump les a menés par les sanctions, le chantage et les menaces et que c'est une méthode qui conduit à l'échec.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6Page précédentePage suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  A bas l'impérialisme français !  Halte à la soumission à l'hégémonisme !Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum