Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  A bas l'impérialisme français ! 

 Halte à la soumission à l'hégémonisme !

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 26-01-2022 à 21:01:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un courrier de Gilbert Remond sur le vote à l'Assemblée condamnant le "génocide" au Xinjiang.


l'impérialisme partout a l'offensive, bas les pattes sur la Chine et la Russie


bonjour

Le groupe socialiste a fait voter il y a quelques jours, un texte pour condamner la Chine accusée de génocide.
Les députés communistes ont quasiment avalisé cette agression puisque sur deux présents l' un a voté pour et l'autre s'est abstenu.
Est-ce à des parlementaires, de se substituer a l'ONU en décidant a partir d'informations unilatérales, partielles et tronquées de ce qui se passe à des milliers de kilomètre dans une région, que la plupart seraient bien incapables de situer ou de contextualiser? Cette agression contre la Chine vient après le vote au parlement européen d'une motion assimilant le communisme au nazisme, la condamnation pour atteinte aux droits de l'homme en biélorusse et au Kazakhstan.
A Chaque fois, ce sont les mêmes qui sont a la manœuvre et pour quels profits? Je vous propose de prendre connaissance de la position des communistes du réseau faire vivre le PCF ainsi que de deux articles sur ces sujets.
L'un traite de la situation aux Kazakhstan l'autre en Ukraine et les négociation en cours entre la Russie et les États-Unis.

A vous de juger qui sont les fauteurs de guerre? Les munichois sont de retour prêt a tout céder aux exigences de ceux qui petit a petit grignote le monde a leur profits Ce sont ceux là qui vingt ans plus tôt votaient les crédits de guerre et l'union sacrée engager les peuples dans une des guerres les plus meurtrières connue.
L'impérialisme se substituait au capitalisme classique pour porter partout ou le profit le guide mort et destruction. Il n'a pas changé, la guerre est sont projet, sa logique. Nous devons plus que jamais le combattre, le condamner sans ambiguïté. Lénine disait:
là ou il y a une volonté il y a un chemin. Nous sommes des communistes qui pensons de surcroit que "s'il y a un chemin il n'implique pas que l'on se taise en cas de forfaiture'. Le vote de l'assemblée national est une forfaiture

Fraternellement
Gilbert


https://lepcf.fr/Ouighours-l-assemblee-nationale-deshonore-la-France-et-prepare-la-guerre?fbclid=IwAR074FagjgLrTx6vXkTN6aHVCdEIEeIRm_o5wJUIWCCVIRVEYmUi_jAIEUg

https://histoireetsociete.com/2022/01/26/kazakhstan-une-defaite-significative-de-loccident-en-asie-centrale/?fbclid=IwAR0ChrJP-1hoHDAUpiK_3WMJPGXwh_LtnhxUOJJuxnn4ZheibLC0vCOheGE

https://www.les-crises.fr/ukraine-2022-ou-l-annee-d-un-conflit-majeur-entre-puissances/?fbclid=IwAR3vr3L2BzqIc1vcT8T5CS8XhzLeSAgg6s8-H5cLobpewiGY5pKk1nsLDm4

https://histoireetsociete.com/2022/01/26/il-y-a-un-chemin-mais-il-nimplique-pas-que-lon-se-taise-en-cas-de-forfaiture/?fbclid=IwAR3xybfh_t0-I0InwiR4YtJQcPCP0mZNdKrDi4DJxsJX06sPKyb3oC9Xz94

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 22-02-2022 à 23:12:14   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

LES VÉRITABLES ADVERSAIRES DE L’AMÉRIQUE SONT SES ALLIÉS EUROPÉENS ET D’AUTRES PARTENAIRES.

DANIELLE BLEITRACH 22 FÉVRIER 2022

2012 – 2022. Voici venue du VENEZUELA une analyse qui explique pourquoi et comment Biden veut imposer à l’EUROPE, mais aussi à l’ASIE et à l’Amérique du sud, le maintien de son hégémonie et lui faire doublement payer son armada guerrière. l’OTAN, malgré toutes les promesses dans son avancée ne dépend pas des Européens mais ils ne sont qu’un pion peu fiable et que l’on manœuvre contre leur intérêt. Macron qui a cru pouvoir jouer le double jeu sort de là pour ce qu’il est ici et en Afrique, quelqu’un dont les propos contradictoires ne sont pas fiables et qui se montre incapable de défendre ceux qu’il est sensé représenter, les Européens comme les Français. Le pire étant sans doute le fait que les marchés financiers ont choisi l’affaire ukrainienne pour faire crever la bulle et à partir de là faire monter les taux d’intérêt et accroitre l’inflation, ce qui va créer une situation qui doublera contre l’UE les effets nocifs. Cet article remet en perspective la manière dont les Etats-Unis prétendent non seulement traiter les Russes mais l’ensemble de l’Europe. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

https://histoireetsociete.com/2022/02/22/les-veritables-adversaires-de-lamerique-sont-ses-allies-europeens-et-dautres-partenaires/

Michael Hudson

17 févr. 2022, 7h10

LES ÉTATS-UNIS CHERCHENT À LES ÉLOIGNER DU COMMERCE AVEC LA CHINE ET LA RUSSIE
Le rideau de fer des années 40 et 50 était apparemment conçu pour isoler la Russie de l’Europe occidentale, pour empêcher l’idéologie communiste et la pénétration militaire. Le régime de sanctions actuel se dirige vers l’intérieur, pour empêcher l’OTAN et d’autres alliés occidentaux des États-Unis d’ouvrir davantage le commerce et les investissements avec la Russie et la Chine.

L’objectif n’est pas tant d’isoler la Russie et la Chine que de maintenir ces alliés fermement dans l’orbite économique de l’Amérique. Les Alliés doivent renoncer aux avantages de l’importation de gaz russe et de produits chinois, pour l’achat de GNL et d’autres exportations américaines à des prix beaucoup plus élevés, accompagnés de plus d’armes américaines.

Les sanctions que les diplomates américains veulent que leurs alliés imposent contre le commerce avec la Russie et la Chine visent ostensiblement à dissuader un renforcement militaire. Mais ce renforcement ne peut pas vraiment être la principale préoccupation de la Russie et de la Chine. Ils ont beaucoup plus à gagner en offrant des avantages économiques mutuels à l’Occident. La question sous-jacente est donc de savoir si l’Europe trouvera son avantage à remplacer les exportations américaines par des approvisionnements russes et chinois et les liens économiques mutuels associés.

Ce qui inquiète les diplomates américains, c’est que l’Allemagne, d’autres pays de l’OTAN et les pays sur la route de la Ceinture et de la Route comprennent les gains qui peuvent être réalisés grâce à l’ouverture du commerce et des investissements pacifiques. S’il n’y a pas de plan russe ou chinois pour les envahir ou les bombarder, quel besoin y a-t-il pour l’OTAN ? Quel besoin y a-t-il pour les riches alliés de l’Amérique d’acheter autant d’équipement militaire ? Et s’il n’y a pas de relation intrinsèquement défavorable, pourquoi les pays étrangers doivent-ils sacrifier leurs propres intérêts commerciaux et financiers en s’appuyant exclusivement sur les exportateurs et les investisseurs américains?

Telles sont les préoccupations qui ont conduit le Premier ministre Macron à invoquer le fantôme de Charles de Gaulle et à exhorter l’Europe à s’éloigner de ce qu’il appelle la guerre froide « sans cervelle » de l’OTAN et à rompre avec les accords commerciaux pro-américains qui imposent des coûts croissants à l’Europe tout en lui refusant des profits potentiels du commerce avec l’Eurasie. Même l’Allemagne résiste aux demandes de gel pour mars prochain en se passant de gaz russe.

Plutôt qu’une menace militaire réelle de la Russie et de la Chine, le problème pour les stratèges américains est l’absence d’une telle menace. Chaque pays s’est rendu compte que le monde a atteint un point où aucune économie industrielle n’a la main-d’œuvre et la capacité politique de mobiliser une armée permanente de la taille qui serait nécessaire pour envahir ou même mener une bataille majeure avec un adversaire majeur. Ce coût politique rend non rentable pour la Russie de riposter contre l’aventurisme de l’OTAN qui tente d’inciter à une réponse militaire à sa frontière occidentale. Cela ne vaut pas la peine de prendre le contrôle de l’Ukraine.

La pression croissante des États-Unis sur ses alliés menace de les sortir de l’orbite. Pendant plus de 75 ans, ils ont eu peu d’alternatives pratiques à l’hégémonie américaine. Mais cela est en train de changer maintenant. Les États-Unis n’ont plus le pouvoir monétaire ou l’excédent apparemment chronique du commerce et de la balance des paiements qui leur a permis d’élaborer les règles mondiales en matière de commerce et d’investissement en 1944-45. La menace pour la domination américaine est que la Chine, la Russie et le cœur de l’île Eurasie mondiale selon Mackinder offrent de meilleures opportunités de commerce et d’investissement que les États-Unis offrent avec leur demande de plus en plus désespérée de sacrifices de la part de leur OTAN et d’autres alliés.

L’exemple le plus flagrant est la pression des États-Unis pour empêcher l’Allemagne d’autoriser le gazoduc Nord Stream 2 pour obtenir du gaz russe pour l’arrivée du froid. Angela Merkel a convenu avec Donald Trump de dépenser 1 milliard de dollars pour construire un nouveau port de GNL afin de s’appuyer davantage sur le GNL américain à prix élevé. (Le plan a été annulé après que les élections américaines et allemandes ont changé les deux dirigeants.) Mais l’Allemagne n’a pas d’autre moyen de chauffer beaucoup de ses maisons et de ses immeubles de bureaux (ou d’approvisionner ses entreprises d’engrais) qu’avec du gaz russe.

Le seul moyen qui reste aux diplomates américains de bloquer les achats européens est d’inciter la Russie à une réponse militaire et de prétendre ensuite que la vengeance de cette réponse l’emporte sur tout intérêt économique purement national. Comme l’a expliqué la secrétaire d’État adjointe aux Affaires politiques, Victoria Nuland, lors d’une conférence de presse du département d’État le 27 janvier : « Si la Russie envahit l’Ukraine, d’une manière ou d’une autre, Nord Stream 2 n’ira pas de l’avant. » Le problème est de créer un incident convenablement offensif et de présenter la Russie comme l’agresseur.

Nuland a exprimé qui a dicté succinctement les politiques des membres de l’OTAN en 2014 : l’UE. Elle a déclaré cela tout en disant à l’ambassadeur des États-Unis en Ukraine que le département d’État soutenait la marionnette Arseni Iatseniouk en tant que Premier ministre ukrainien (évincé après deux ans à cause d’un scandale de corruption), et que les agences politiques américaines soutenaient le massacre sanglant de Maïdan qui a inauguré ce qui est maintenant huit ans de guerre civile. Le résultat a dévasté l’Ukraine tout comme la violence américaine en Syrie, en Irak et en Afghanistan. Ce n’est pas une politique de paix ou de démocratie mondiale que les électeurs européens soutiennent.

Les sanctions commerciales imposées par les États-Unis à leurs alliés de l’OTAN s’étendent à l’ensemble du spectre commercial. La Lituanie austère a abandonné son marché de fromages et produits agricoles en Russie et empêche son chemin de fer d’État de transporter de la potasse de Biélorussie vers le port baltique de Klaipeda. Le propriétaire majoritaire du port s’est plaint que « la Lituanie perdra des centaines de millions de dollars pour avoir arrêté les exportations biélorusses via Klaipeda » et « pourrait faire face à des réclamations légales d’une valeur de 15 milliards de dollars pour des contrats violés » . La Lituanie a même accédé à la demande des États-Unis de reconnaître Taïwan, ce qui a incité la Chine à refuser d’importer des produits allemands ou d’autres produits comprenant des composants fabriqués en Lituanie.

L’Europe imposera des sanctions au détriment de la hausse des prix de l’énergie et de l’agriculture, en donnant la priorité aux importations en provenance des États-Unis et en renonçant aux liens russes, biélorusses et autres en dehors de la zone dollar. Comme l’a dit Sergueï Lavrov : « Quand les États-Unis pensent que quelque chose est dans leur intérêt, ils peuvent trahir ceux avec qui ils étaient amis, avec qui ils ont coopéré et qui se sont occupés de leurs positions dans le monde entier. »

LES SANCTIONS AMÉRICAINES CONTRE LEURS ALLIÉS NUISENT À LEURS ÉCONOMIES, PAS À CELLES DE LA RUSSIE ET DE LA CHINE
Ce qui semble ironique, c’est que ces sanctions contre la Russie et la Chine ont fini par les aider plutôt que de leur nuire. Mais l’objectif principal n’était pas de nuire ou d’aider les économies russe et chinoise. Après tout, c’est un axiome que les sanctions forcent les pays touchés à devenir plus autosuffisants. Privés de fromage lituanien, les producteurs russes ont produit le leur et n’ont plus besoin de l’importer des pays baltes. La rivalité économique sous-jacente de l’Amérique vise à maintenir les pays européens et leurs alliés asiatiques dans leur propre orbite économique de plus en plus protégée. On dit à l’Allemagne, à la Lituanie et à d’autres alliés d’imposer des sanctions dirigées contre leur propre bien-être économique en ne commerçant pas avec des pays en dehors de l’orbite du dollar américain.

Mis à part la menace d’une guerre réelle résultant du bellicisme de l’Amérique, le coût pour les alliés de l’Amérique de se rendre aux exigences américaines en matière de commerce et d’investissement devient si élevé qu’il est politiquement inabordable. Pendant près d’un siècle, il n’y a pas eu d’autre alternative que d’accepter des règles de commerce et d’investissement qui favorisent l’économie américaine comme un prix pour le soutien financier et commercial des États-Unis et même la sécurité militaire. Mais maintenant, une alternative menace d’émerger, une alternative qui offre les avantages de l’initiative chinoise « Belt and Road » et le désir de la Russie de recevoir des investissements étrangers pour l’aider à moderniser son organisation industrielle, comme cela semblait avoir été promis il y a trente ans, en 1991.

Depuis les dernières années de la Seconde Guerre mondiale, la diplomatie américaine a cherché à enfermer la Grande-Bretagne, la France, et surtout l’Allemagne et le Japon vaincus, afin qu’ils deviennent des dépendances économiques et militaires des États-Unis. Comme je l’ai documenté dans Super-Imperialism, les diplomates américains ont dissous l’Empire britannique et absorbé sa zone sterling par les conditions onéreuses imposées d’abord par le prêt-bail, puis par l’accord de prêt anglo-américain de 1946. Les conditions de ce dernier ont forcé la Grande-Bretagne à renoncer à sa politique de préférence impériale et à débloquer les soldes en livres sterling que l’Inde et d’autres colonies avaient accumulés pour leurs exportations de matières premières pendant la guerre, ouvrant ainsi le Commonwealth britannique aux exportations américaines.

La Grande-Bretagne s’est engagée à ne pas récupérer ses marchés d’avant-guerre en dévaluant la livre sterling. Les diplomates américains ont ensuite créé le FMI et la Banque mondiale dans des conditions qui ont favorisé les marchés d’exportation américains et dissuadé la concurrence de la Grande-Bretagne et d’autres anciens rivaux. Les débats à la Chambre des lords et à la Chambre des communes ont montré que les politiciens britanniques reconnaissaient qu’ils étaient relégués à une position économique servile, mais estimaient qu’ils n’avaient pas d’alternative. Et une fois qu’ils se sont rendus, les diplomates américains ont eu les mains libres pour affronter le reste de l’Europe.

La puissance financière a permis aux États-Unis de continuer à dominer la diplomatie occidentale malgré le fait qu’ils aient été contraints d’abandonner l’or en 1971 en raison des coûts de balance des paiements de leurs dépenses militaires à l’étranger. Au cours du dernier demi-siècle, les pays étrangers ont maintenu leurs réserves monétaires internationales en dollars américains, principalement en titres du Trésor américain, en comptes bancaires américains et en autres investissements financiers dans l’économie américaine. La norme des obligations du Trésor oblige les banques centrales étrangères à financer le déficit de la balance des paiements des États-Unis et, accessoirement, le déficit budgétaire du gouvernement intérieur.

L’Amérique n’a pas besoin de ce recyclage pour créer de l’argent. Le gouvernement peut simplement imprimer de l’argent, comme l’a montré le MMT. Mais les États-Unis ont besoin de ce recyclage des dollars par les banques centrales étrangères pour équilibrer leurs paiements internationaux et soutenir le taux de change du dollar. Si le dollar devait baisser, les pays étrangers trouveraient beaucoup plus facile de rembourser les dettes internationales en dollars dans leur propre monnaie. Les prix à l’importation aux États-Unis augmenteraient et les investisseurs américains trouveraient plus coûteux d’acheter des actifs étrangers. Et les étrangers perdraient de l’argent sur des actions et des obligations américaines libellées dans leur propre monnaie, et les abandonneraient. Les banques centrales, en particulier, subiraient des pertes sur les bons du Trésor en dollars qu’elles détiennent dans leurs réserves monétaires et seraient intéressées à sortir du dollar. Ainsi, la balance des paiements des États-Unis et le taux de change américains sont menacés par la belligérance et les dépenses militaires des États-Unis dans le monde entier, mais ses diplomates tentent de stabiliser la situation en augmentant la menace militaire aux niveaux de crise.

Les efforts des États-Unis pour maintenir leurs protectorats européens et d’Asie de l’Est enfermés dans leur propre sphère d’influence sont menacés par l’émergence de la Chine et de la Russie indépendamment des États-Unis, tandis que l’économie américaine se désindustrialise à la suite de ses propres décisions politiques délibérées. La dynamique industrielle qui a rendu l’Amérique si dominante de la fin du XIXe siècle aux années 1970 a cédé la place à l’évangélisation de la financiarisation néolibérale. C’est pourquoi les diplomates américains doivent serrer la main de leurs alliés pour bloquer leurs relations économiques avec la Russie post-soviétique et la Chine socialiste, dont la croissance dépasse celle des États-Unis et dont les accords commerciaux offrent plus d’opportunités d’avantages mutuels.

Ce qui est en jeu, c’est combien de temps les États-Unis peuvent empêcher leurs alliés de profiter de la croissance économique de la Chine. L’Allemagne, la France et d’autres pays de l’OTAN chercheront-ils la prospérité pour eux-mêmes au lieu de laisser l’étalon dollar et les préférences commerciales américaines détourner leur excédent économique ?

LA DIPLOMATIE PÉTROLIÈRE ET LE RÊVE DE L’AMÉRIQUE POUR LA RUSSIE POST-SOVIÉTIQUE
Gorbatchev et d’autres responsables russes s’attendaient en 1991 à ce que leur économie se dirige vers l’Occident pour se réorganiser selon les lignes qui avaient rendu les économies des États-Unis, de l’Allemagne et d’autres pays si prospères. L’attente mutuelle en Russie et en Europe occidentale était que les investisseurs allemands, français et autres restructureraient l’économie post-soviétique de manière plus efficace.

Ce n’était pas le plan de l’Amérique. Lorsque le sénateur John McCain a qualifié la Russie de « station-service avec des bombes atomiques » , c’était le rêve de l’Amérique de ce qu’elle voulait que la Russie soit : que les compagnies gazières russes soient contrôlées par des actionnaires américains, à commencer par l’achat prévu de Ioukos, comme convenu avec Mikhaïl Khordokovsky. La dernière chose que les stratèges américains voulaient voir était une Russie prospère et ressuscitée. Les conseillers américains ont tenté de privatiser les ressources naturelles et autres actifs non industriels de la Russie, en les remettant à des kleptocrates qui ne pouvaient « encaisser » la valeur de ce qu’ils avaient privatisé qu’en le vendant aux États-Unis et à d’autres investisseurs en échange de devises étrangères. Le résultat a été un effondrement économique et démographique néolibéral dans tous les États post-soviétiques.

D’une certaine manière, les États-Unis sont devenus leur propre version d’une station-service avec des bombes atomiques (et des exportations d’armes). La diplomatie pétrolière américaine vise à contrôler le commerce mondial du pétrole afin que ses énormes profits aillent aux grandes compagnies pétrolières américaines. C’est pour garder le pétrole iranien entre les mains de British Petroleum que Kermit Roosevelt de la CIA a travaillé avec la British Petroleum’s Anglo-Persian Oil Company pour renverser le dirigeant élu de l’Iran, Mohamed Mossadegh, en 1954, lorsqu’il a tenté de nationaliser la société après qu’elle ait refusé décennie après décennie d’apporter ses contributions promises à l’économie. Après avoir installé le Shah, dont la démocratie était basée sur un État policier féroce, l’Iran a de nouveau menacé d’agir en tant que propriétaire de ses propres ressources pétrolières. Il a donc de nouveau fait face aux sanctions parrainées par les États-Unis, qui sont toujours en vigueur aujourd’hui. L’objectif de ces sanctions est de maintenir le commerce mondial du pétrole fermement sous le contrôle des États-Unis, car le pétrole est une énergie et l’énergie est la clé de la productivité et du PIB réel.

Dans les cas où des gouvernements étrangers, tels que celui de l’Arabie saoudite et des pétro-États arabes voisins, ont pris le contrôle, les revenus de leurs exportations de pétrole doivent être déposés sur les marchés financiers américains pour soutenir le taux de change du dollar et la domination financière des États-Unis. Lorsque les prix du pétrole ont quadruplé en 1973-74 (en réponse au quadruplement des prix à l’exportation des céréales américaines), le département d’État américain a établi la loi et a dit à l’Arabie saoudite qu’il pouvait facturer autant qu’il le voulait pour son pétrole (augmentant ainsi le parapluie de prix pour les producteurs de pétrole américains), mais qu’elle devait payer pour cela : recycler ses bénéfices de l’exportation de pétrole vers les États-Unis en titres libellés en dollars, principalement dans des titres du Trésor américain et des comptes bancaires américains, ainsi que dans certaines participations minoritaires dans des actions et des obligations américaines (mais uniquement en tant qu’investisseurs passifs, sans utiliser ce pouvoir financier pour contrôler la politique des entreprises).

La deuxième façon de recycler les revenus des exportations de pétrole était d’acheter des exportations d’armes américaines, et l’Arabie saoudite est devenue l’un des plus gros clients du complexe militaro-industriel. En réalité, la production d’armes américaine n’est pas principalement de nature militaire. Comme le monde le voit maintenant dans la tourmente autour de l’Ukraine, les États-Unis n’ont pas d’armée de combat. Ce qu’il a, c’est ce qu’on appelait autrefois une « armée de consommation ». La production d’armes américaine emploie de la main-d’œuvre et produit des armes comme une sorte de prestige dont les gouvernements peuvent se vanter, pas pour la lutte réelle. Comme la plupart des produits de luxe, la marge bénéficiaire est très élevée. C’est l’essence de la haute couture et du style, après tout. Le MIC utilise ses bénéfices pour subventionner la production civile américaine d’une manière qui ne viole pas la lettre des lois commerciales internationales contre les subventions gouvernementales.

Parfois, bien sûr, la force militaire est utilisée. En Irak, d’abord George W. Bush puis Barack Obama ont utilisé l’armée pour s’emparer des réserves de pétrole du pays, ainsi que de celles de la Syrie et de la Libye. Le contrôle du pétrole mondial a été le pilier de la balance des paiements de l’Amérique. Malgré la pression mondiale pour freiner le réchauffement climatique, les responsables américains considèrent toujours le pétrole comme la clé de la suprématie économique américaine. C’est pourquoi l’armée américaine continue de refuser d’obéir aux ordres de l’Irak de quitter son pays, en gardant ses troupes au contrôle du pétrole irakien, et pourquoi elle a convenu avec la France de détruire la Libye et continue d’avoir des troupes dans les champs pétrolifères syriens. Plus près de nous, le président Biden a approuvé le forage en mer et appuie l’expansion par le Canada de ses sables bitumineux de l’Athabasca, le pétrole le plus sale au monde d’un point de vue environnemental.

Avec les exportations de pétrole et de produits alimentaires, les exportations d’armes soutiennent le financement des dépenses militaires américaines dans ses 750 bases à l’étranger. Mais sans un ennemi permanent menaçant constamment aux portes, l’existence de l’OTAN s’effondre. Quel besoin auraient les pays d’acheter des sous-marins, des porte-avions, des avions, des chars, des missiles et d’autres armes?

À mesure que les États-Unis se sont désindustrialisés, leur déficit commercial et de balance des paiements est de plus en plus problématique. Ils ont besoin de ventes d’armes à l’exportation pour aider à réduire leur déficit commercial croissant et aussi pour subventionner leurs avions commerciaux et les secteurs civils connexes. Le défi est de savoir comment maintenir leur prospérité et leur domination mondiale alors qu’ils se désindustrialisent à mesure que la croissance économique progresse en Chine et maintenant même en Russie.

Les États-Unis ont perdu leur avantage en termes de coûts industriels en raison de la forte hausse du coût de la vie et des affaires dans leur économie rentière post-industrielle. De plus, comme l’expliquait Seymour Melman dans les années 1970, le capitalisme du Pentagone est basé sur des contrats à coûts accrus : plus les coûts de l’équipement militaire sont élevés, plus ses fabricants reçoivent de profits. Ainsi, les armes américaines sont surdimensionnées – d’où les sièges de toilette à 500 $ au lieu d’un modèle à 50 $. Après tout, l’attraction principale des produits de luxe, y compris l’équipement militaire, est leur prix élevé.

C’est le contexte de la colère de l’Amérique face à son échec à s’emparer des ressources pétrolières de la Russie – et de voir la Russie se libérer militairement pour créer ses propres exportations d’armes, qui sont maintenant généralement meilleures et beaucoup moins chères que celles de l’Amérique. Non seulement ses ventes de pétrole rivalisent avec celles du GNL américain, mais la Russie conserve ses recettes d’exportation de pétrole chez elle pour financer sa réindustrialisation, afin de reconstruire l’économie qui a été détruite par la « thérapie de choc » parrainée par les États-Unis dans les années 1990.

La ligne de moindre résistance à la stratégie américaine qui cherche à maintenir le contrôle de l’approvisionnement mondial en pétrole tout en maintenant son marché d’exportation d’armes de luxe par l’intermédiaire de l’OTAN est de crier au loup et d’insister sur le fait que la Russie est sur le point d’envahir l’Ukraine, comme si la Russie avait quelque chose à gagner d’une guerre de bourbier sur l’économie la plus pauvre et la moins productive d’Europe. L’hiver 2021-2022 a été témoin d’une longue tentative des États-Unis d’inciter l’OTAN et la Russie à se battre, sans succès.

LES ÉTATS-UNIS RÊVENT D’UNE CHINE NÉOLIBÉRALE EN TANT QUE FILIALE CORPORATIVE DES ÉTATS-UNIS
Les États-Unis se sont désindustrialisés comme une politique délibérée de réduction des coûts de production, car leurs entreprises manufacturières ont cherché de la main-d’œuvre bon marché à l’étranger, en particulier en Chine. Ce changement n’était pas une rivalité avec la Chine, mais était considéré comme un avantage mutuel. On s’attendait à ce que les banques et les investisseurs américains s’assurent le contrôle et les profits de l’industrie chinoise pendant ses échanges. La rivalité était entre les hommes d’affaires et les travailleurs américains, et l’arme de la guerre de classe était la délocalisation et, ce faisant, la réduction des dépenses sociales du gouvernement.

Semblable à la poursuite par la Russie du commerce du pétrole, des armes et de l’agriculture indépendamment du contrôle américain, l’offensive de la Chine consiste à conserver les avantages de son industrialisation chez elle, à conserver la propriété d’État des grandes entreprises et, surtout, à maintenir la création monétaire et la Banque de Chine en tant que service public pour financer sa propre formation de capital plutôt que de laisser les banques et les maisons de courtage américaines fournir leur financement et détourner leur excédent sous forme d’intérêts, de dividendes et de frais de gestion. La seule grâce salvatrice pour les planificateurs d’entreprise américains a été le rôle de la Chine dans la dissuasion de la hausse des salaires américains en fournissant une source de main-d’œuvre à bas prix qui permet aux fabricants américains de délocaliser et d’externaliser leur production.

La guerre de classe du Parti démocrate contre les travailleurs syndiqués a commencé dans l’administration Carter et s’est énormément accélérée lorsque Bill Clinton a ouvert la frontière sud avec l’ALENA. Une chaîne de maquiladoras a été établie le long de la frontière pour fournir de la main-d’œuvre artisanale à bas prix. C’est devenu un centre de profit d’entreprise si prospère que Clinton a poussé à admettre la Chine à l’Organisation mondiale du commerce en décembre 2001, dans le dernier mois de son administration. Le rêve était qu’elle devienne un centre de profit pour les investisseurs américains, produisant pour les entreprises américaines et finançant leur investissement en capital (ainsi que leurs dépenses en logement et en gouvernement, comme prévu) en empruntant des dollars américains et en organisant leur industrie en un marché boursier qui, comme la Russie en 1994-96, serait devenu l’un des principaux fournisseurs de gains en capital financiers pour les investisseurs américains et étrangers.

Walmart, Apple et de nombreuses autres entreprises américaines ont organisé des installations de production en Chine, ce qui impliquait nécessairement le transfert de technologie et la création d’une infrastructure efficace pour le commerce d’exportation. Goldman Sachs a mené l’incursion financière et a aidé le marché boursier chinois à s’envoler. Tout cela était ce que les États-Unis avaient exhorté.

Où le rêve néolibéral américain de la guerre froide a-t-il mal tourné ? Pour commencer, la Chine n’a pas suivi la politique de la Banque mondiale consistant à ordonner aux gouvernements d’emprunter en dollars pour embaucher des sociétés d’ingénierie américaines pour gérer les infrastructures d’exportation. Elle s’est industrialisée un peu comme les États-Unis et l’Allemagne l’ont fait à la fin du XIXe siècle : grâce à de lourds investissements publics dans les infrastructures pour couvrir les besoins de base à des prix subventionnés ou gratuits, de la santé et de l’éducation aux transports et aux communications, afin de minimiser le coût de la vie que les entrepreneurs et les exportateurs devaient payer. Plus important encore, la Chine a évité le service de la dette extérieure en créant sa propre monnaie et en gardant les installations de production les plus importantes entre ses mains.

LES EXIGENCES AMÉRICAINES SORTENT LEURS ALLIÉS DE L’ORBITE COMMERCIALE ET MONÉTAIRE DU DOLLAR-OTAN.
Comme dans une tragédie grecque classique, la politique étrangère américaine apporte précisément le résultat qu’elle craint le plus. En exagérant avec leurs propres alliés de l’OTAN, les diplomates américains provoquent le scénario cauchemardesque de Kissinger, en unissant la Russie et la Chine. Alors que les alliés des États-Unis sont invités à supporter les coûts des sanctions américaines, la Russie et la Chine bénéficient d’être forcées de se diversifier et de rendre leurs propres économies indépendantes à l’égard des fournisseurs américains de nourriture et d’autres produits de première nécessité. Surtout, ces deux pays créent leurs propres systèmes de crédit et de compensation bancaire dédollarisés, et maintiennent leurs réserves monétaires internationales sous forme d’or, d’euros et de devises respectives pour mener à bien leur commerce et leurs investissements mutuels.

Cette dédollarisation offre une alternative à la capacité unipolaire des États-Unis d’obtenir un crédit étranger gratuit par le biais de la norme du Trésor américain pour les réserves monétaires mondiales. Alors que les pays étrangers et leurs banques centrales se dédollarisent, qu’est-ce qui soutiendra le dollar ? Sans la marge de crédit gratuite fournie par les banques centrales qui recycle automatiquement les dépenses militaires étrangères des États-Unis et d’autres dépenses à l’étranger pour les rendre à l’économie américaine (avec un rendement minimal), comment les États-Unis peuvent-ils équilibrer leurs paiements internationaux face à leur désindustrialisation?

Les États-Unis ne peuvent pas simplement inverser leur désindustrialisation et leur dépendance à l’égard de la main-d’œuvre chinoise et asiatique en ramenant la production dans leur pays. Ils ont ajouté à leur économie une surcharge de rentiers trop élevée pour que leur main-d’œuvre puisse être compétitive à l’échelle internationale, compte tenu des exigences budgétaires des salariés américains pour payer les coûts élevés et croissants du logement et de l’éducation, du service de la dette et de l’assurance maladie, ainsi que pour les services d’infrastructure privatisés.

La seule façon pour les États-Unis de maintenir leur équilibre financier international est de fixer des prix de monopole sur leurs exportations d’armes, de produits pharmaceutiques brevetés et de technologies de l’information, et d’acheter le contrôle des secteurs de production les plus lucratifs et potentiellement extorqués de rentes à l’étranger ; en d’autres termes, en diffusant la politique économique néolibérale dans le monde entier d’une manière qui oblige d’autres pays à compter sur les prêts et les investissements américains.

Ce n’est pas une façon pour les économies nationales de croître. L’alternative à la doctrine néolibérale ce sont les politiques de croissance de la Chine qui suivent la même logique industrielle de base par laquelle la Grande-Bretagne, les États-Unis, l’Allemagne et la France sont montés en puissance industrielle lors de leurs propres décollages industriels avec un fort soutien gouvernemental et des programmes de dépenses sociales.

Les États-Unis ont abandonné cette politique industrielle traditionnelle depuis les années 1980. Ils imposent à leur propre économie les politiques néolibérales qui ont désindustrialisé le Chili de Pinochet, la Grande-Bretagne thatchérienne et les anciennes républiques soviétiques post-industrielles, la Baltique et l’Ukraine depuis 1991. Leur prospérité, fortement polarisée et grevée par la dette, repose sur l’inflation des prix de l’immobilier et des titres et sur la privatisation des infrastructures.

Ce néolibéralisme a été une voie pour devenir une économie défaillante et, en fait, un État défaillant, forcé de souffrir de la déflation de la dette, de la hausse des prix des logements et des loyers à mesure que les taux d’occupation des propriétaires diminuent, ainsi que des coûts médicaux et autres exorbitants résultant de la privatisation de ce que d’autres pays fournissent gratuitement ou à des prix subventionnés, en tant que droits de l’homme: soins de santé, éducation, assurance maladie et pensions.

Le succès de la politique industrielle de la Chine, avec une économie mixte et un contrôle étatique du système monétaire et de crédit, a conduit les stratèges américains à craindre que les économies d’Europe occidentale et d’Asie ne trouvent leur avantage dans une intégration plus poussée avec la Chine et la Russie. Les États-Unis ne semblent pas avoir d’autre réponse à ce rapprochement mondial avec la Chine et la Russie que les sanctions économiques et la belligérance militaire. Cette position de la nouvelle guerre froide coûte cher, et d’autres pays sont réticents à supporter le coût d’un conflit qui ne leur profite pas et qui, en fait, menace de déstabiliser leur propre croissance économique et leur indépendance politique.

Sans subvention de ces pays, d’autant plus que la Chine, la Russie et leurs voisins dédollarisent leurs économies, comment les États-Unis peuvent-ils maintenir les coûts de la balance des paiements de leurs dépenses militaires à l’étranger ? Réduire ces dépenses, et même retrouver l’autosuffisance industrielle et la puissance économique compétitive, nécessiterait une transformation de la politique américaine. Ce changement semble peu probable, mais sans lui, combien de temps l’économie rentière post-industrielle américaine parviendra-t-elle à forcer d’autres pays à lui fournir la richesse économique (littéralement, un afflux) qu’elle ne produit plus chez elle ?

Michael Hudson est un économiste américain, universitaire et auteur de plusieurs livres sur l’économie et l’histoire économique, axés sur la recherche sur la dette sous ses nombreuses formes et la critique de l’impérialisme financier américain et occidental. Il est joignable à mh@michael-hudson.com.

Cet article a été initialement publié en anglais sur CounterPunch le 11 février 2022, la traduction de Misión Verdad a été faite par José Aponte.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 26-02-2022 à 18:07:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur RT : Vente-rachat d’Alstom: "Les Américains ont maintenant connaissance de tous les brevets français"

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 26-04-2022 à 23:59:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Macron a-t-il envoyé des soldats du 13e RDP en Ukraine ?

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  A bas l'impérialisme français !  Halte à la soumission à l'hégémonisme !Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum