Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 guerre commerciale USA Chine

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 10-08-2018 à 18:33:21   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Puissance énergétique mondiale? La Chine pourrait mettre fin aux rêves de Washington


http://fr.sputniknews.com/analyse/201808061037533553-puissance-energetique-chine-guerre-usa/ 15:07 06.08.2018

Maria Tonkova

Le géant pétrolier chinois Sinopec aurait suspendu ses achats de pétrole américain pour ses raffineries sur fond de montée des tensions commerciales entre les USA et la Chine, selon des médias. Ce n’est pas l’unique preuve démontrant que Pékin peut miser sur le secteur énergétique comme levier dans ses relations avec Washington.
La compagnie pétrolière Sinopec, principal raffineur de pétrole en Chine, ne prévoit pas d'acheter du pétrole américain au moins avant le mois d'octobre, fait savoir Reuters en se référant à des sources informées.

Cette nouvelle est apparue juste après que le ministère chinois du Commerce a proposé le 3 août d'augmenter les droits de douane sur 60 milliards de dollars d'importations américaines, dont le pétrole, si Washington impose de nouveaux tarifs douaniers sur les produits chinois.

Il s'agit donc d'une autre répercussion à la guerre commerciale que se livrent Pékin et Washington, susceptible d'être assez dramatique pour ce dernier, qui entend jouer le rôle de l'un des principaux acteurs du secteur énergétique mondial, en devenant exportateur net de ressources énergétiques d'ici 2022. Selon l'analyse des flux des échanges de Thomson Reuters Eikon, les importations de pétrole américain vers la Chine, qui est le deuxième plus grand importateur de cette ressource après le Canada, peuvent diminuer de 40% en septembre par rapport aux mois précédents.

Levier iranien

Afin de remplacer les livraisons américaines les entreprises chinoises peuvent tourner leurs regards vers d'autres grands producteurs, dont l'Iran. Selon Bloomberg, Pékin n'a pas obéi aux appels de Washington de mettre fin aux achats de pétrole iranien. Le média indique qu'une délégation de responsables américains s'est rendue la semaine dernière en Chine afin de persuader les autorités locales de soutenir les sanctions américaines contre Téhéran, qui doivent entrer en vigueur début novembre.
Même si Pékin a présumément consenti à ne pas augmenter ses importations de pétrole iranien, le maintien de ces livraisons peut diminuer l'impact des restrictions américaines sur l'économie du pays. Les exportations vers la Chine représentent environ un quart des exportations pétrolières iraniennes.

Il est à noter que le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien a contribué au développement des relations économiques sino-iraniennes. Le chef de la diplomatie iranienne, Javad Zarif, s'est rendu en Chine quelques jours après l'annonce du rétablissement des sanctions américaines contre son pays. Ce déplacement a notamment conduit au lancement du projet d'une voie ferroviaire reliant la Chine à l'Iran dans le cadre de la nouvelle Route de la Soie.

Le GNL américain pris en otage

Un autre secteur qui peut être touché par la guerre commerciale est celui du gaz naturel liquéfié, qui figure également sur la liste du 3 août des biens menacés par une augmentation des tarifs douaniers. Étant donné que la Chine est le troisième consommateur de GNL américain, cette mesure peut être néfaste pour les États-Unis.
Par ailleurs, les sociétés chinoises peuvent refuser d'investir dans les projets des États-Unis visant à augmenter leurs capacités d'exportations de GNL. En novembre dernier Sinopec, la Bank of China et China Investment Corporation ont signé un accord non contraignant avec l'Alaska Gasline Development Corporation sur des investissements dans la construction d'Alaska GNL ainsi que sur de futures livraisons du gaz liquéfié produit par cette usine.

Néanmoins, la décision finale sur ce projet n'a pas encore été prise. Selon Hugo Brennan, de la société de conseil britannique Verisk Maplecroft, ce projet peut être victime de «la détérioration des liens bilatéraux».

En revanche, la Chine, qui a pour but de diminuer son empreinte écologique, pourrait renforcer ses liens avec d'autres producteurs de GNL, comme la Russie. En juin, le ministre russe de l'Énergie Alexandre Novak a déclaré que Moscou discutait avec ses partenaires chinois dont la CNPC, qui possède une part de 20% dans le projet Yamal LNG lancé en décembre 2017, de leur participation au projet Arctic LNG-2.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 11-08-2018 à 20:52:00   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les sanctions de Trump contre l'Iran aboutissent ici à pénaliser le second monde et favoriser la Chine. Ce n'était pas nécessairement le but recherché.


Le chinois CNPC récupère les parts de Total dans le gisement iranien de South Pars


http://fr.sputniknews.com/economie/201808111037621397-total-iran-chinois-cnpc-gisement-gazier/

19:45 11.08.2018

Le chinois CNPC a pris la part de Total dans le gisement gazier iranien de South Pars après que le géant énergétique français a annoncé son intention de se retirer du pays pour ne pas subir les sanctions américaines.

La compagnie nationale chinoise CNPC a repris les parts détenues par le français Total dans le gisement gazier iranien de South Pars, annonce samedi l'agence de presse iranienne Irna.
Total avait fait savoir qu'il se retirerait de ce projet de plusieurs milliards de dollars s'il n'obtenait pas une dérogation aux sanctions américaines.

«La China National Petroleum Corp (CNPC) a remplacé le français Total avec une participation de 80,1% dans la phase 11 de South Pars» , a déclaré Mohammad Mostafavi, directeur des investissements de la compagnie pétrolière iranienne Nioc, cité par Irna.

Pressentie dès le mois de mai pour se substituer à Total, CNPC n'a pas pour l'heure confirmé cette information.
Le 8 mai dernier, le Président américain Donald Trump a annoncé que son pays se retirait de l'accord signé en 2015 entre des grandes puissances et l'Iran, qui avait alors accepté de brider son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales.

Les États-Unis ont alors décidé de rétablir leurs sanctions visant l'Iran ainsi que les entreprises ayant des liens avec Téhéran. Ces dernières ont jusqu'au 4 novembre 2018 pour se retirer de la République islamique si elles ne veulent pas être soumises aux mesures américaines.
Le 6 août, le Président Trump a signé un décret réinstaurant un certain nombre de sanctions à l'encontre de l'Iran, en affirmant chercher à imposer une «pression économique maximale» sur la République islamique. Sur sa page Twitter, le locataire de la Maison-Blanche a promis que toute personne faisant affaire avec l'Iran «ne le ferait pas avec les États-Unis» .

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 12-08-2018 à 19:46:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Une usine de téléviseurs américaine ferme à cause des droits de douane


le Quotidien du Peuple en ligne
http://french.peopledaily.com.cn/Economie/n3/2018/0809/c31355-9489440.html

Le constructeur automobile suédois Volvo a récemment mis en garde contre les licenciements dans son usine américaine de Caroline du Sud, en raison des nouveaux droits de douane imposés par l'administration Trump sur les produits chinois. Le géant automobile allemand BMW a également lancé un avertissement similaire. Mais aujourd'hui, les choses vont plus loin : un fabricant de téléviseurs de cet Etat vient d'annoncer qu'il fermait purement et simplement son usine à cause de l'augmentation des droits.

Element TV Co va permettre à 126 employés de partir, principalement le 5 octobre. Elle gardera toutefois huit employés dans l'usine du comté de Fairfield, dans l'espoir de pouvoir rouvrir dans trois à six mois, a indiqué l'entreprise dans une lettre adressée le 6 août aux responsables locaux de l'emploi.

L'administration Trump a imposé en juillet une taxe à l'importation de 25%, comprenant notamment les composants chinois pour téléviseurs et les équipements vidéo.

« Les licenciements et fermetures résultent des nouveaux droits imposés récemment et de manière inattendue à de nombreuses marchandises importées de Chine, et notamment les principaux composants de télévision utilisés dans nos opérations d'assemblage à Winnsboro » , a écrit la société au département de l'emploi dans une lettre obtenue par le journal The State à Columbia.
Element TV Co avait ouvert il y a environ cinq ans. Nikki Haley, alors gouverneur de Caroline du Sud et maintenant ambassadrice des Etats-Unis aux Nations Unies, avait réalisé un flux vidéo en direct de l'usine pour célébrer son ouverture.
« Nous voulons être sûrs que le gouvernement sera le premier groupe à vous aider, pas à vous porter préjudice » , avait déclaré Mme Haley. Elle avait promis 500 emplois, soit environ le quart des employés actuellement présents dans l'usine.

Selon le gouverneur de Caroline du Sud, Henry McMaster, l'un des premiers partisans du Président américain Donald Trump, les autorités fédérales et de l'Etat ont discuté de la manière dont l'augmentation des droits pourrait nuire à celui-ci.
« Nous ne les avons pas convaincus de notre point de vue sur tous les points, et ils ne nous ont pas convaincus non plus » , a déclaré M. McMaster à l'Associated Press.

L'usine Element est située à environ 50 kilomètres au nord de Columbia, la capitale de l'Etat. Selon le journal The State, c'est l'un des plus gros employeurs existant encore à Fairfield.
D'après le journal, le comté a perdu environ 5 000 emplois l'été dernier lorsque deux réacteurs nucléaires ont été arrêtés, mettant fin à une manne économique promise à ce comté rural pauvre.

De leur côté, les constructeurs automobiles ayant des usines dans l'Etat ont averti que les nouveaux droits pourraient entraîner davantage de pertes d'emplois.
La société suédoise Volvo a ainsi affirmé que les nouveaux droits pourraient l'empêcher d'atteindre son objectif de 4 000 employés d'ici 2021 dans son usine automobile tout juste ouverte près de Charleston.
Le constructeur automobile allemand BMW a quant à lui averti les responsables de l'administration Trump que certains de ses 10 000 employés de son usine située près de Spartanburg et des 35 000 autres travaillant chez des fournisseurs BMW pourraient être menacés dans la poursuite de leurs activités si l'imposition des droits se poursuivait.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 12-08-2018 à 20:07:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Commentaire : derrière les nouvelles surtaxes douanières américaines

http://french.cri.cn/news/world/686/20180808/167965.html 2018-08-08


Les Etats-Unis ont annoncé leur intention d'imposer une surtaxe douanière de 25% sur 16 milliards de dollars de produits chinois à partir du 23 août. Un acte décrit comme déraisonnable par le porte-parole du ministère chinois du Commerce, qui a déclaré le 8 août que les États-Unis avaient à nouveau "placé le droit national au-dessus du droit international". La Chine ripostera en imposant des droits de douane supplémentaires de 25% sur environ 16 milliards d'importations américaines à partir du 23 août pour sauvegarder ses droits légitimes et défendre le système commercial multilatéral.

En effet, après plus de 4 mois de confrontation avec les Etats-Unis, la Chine est préparée à une pression américaine. Face à l'escalade des différends commerciaux, la Chine maintient la même position : elle ne veut pas d'une guerre commerciale, mais elle n'a pas peur pour autant d'une guerre commerciale et se défendra si nécessaire.

Les États-Unis ont justifié la guerre commerciale au nom de la sécurité américaine, en souhaitant faire revenir des usines aux États-Unis et en créant plus d'emplois pour les Américains. Mais le résultat n'est pas probant.

Prenons l'exemple de la nouvelle liste de 16 milliards de dollars de produits chinois qui seront assujettis à la surtaxe douanière. Le bureau du représentant américain au Commerce a tenu une réunion au cours de laquelle des représentants des secteurs de la chimie, de l'électronique ou du photovoltaïque ont exprimé leur crainte que la surtaxe douanière n'entraîne une augmentation des coûts de production et des pertes d'emplois, ce qui pourrait nuire à l'économie américaine. Enfin, seuls 7 % des représentants ont voté en faveur de l'imposition de nouveaux droits de douane.

Pour les responsables du gouvernement américains, les tarifs douaniers ne sont pas seulement un moyen de restreindre le développement de la Chine et de mettre en avant "l'Amérique d'abord", mais aussi une méthode rapide et efficace pour réaliser des intérêts personnels.

Selon le New York Times, depuis mai, le département au Commerce des États-Unis a reçu près de 20 000 demandes d'exemption tarifaire sur les produits sidérurgiques de la part d'entreprises, mais aucune demande n'a été approuvée à ce jour. Dans le même temps, les deux plus grandes entreprises sidérurgiques ont aidé avec succès l’administration américaine à refuser les demandes d'exemption tarifaire d'une centaine d'entreprises, sous prétexte de sécurité nationale, et à stimuler la production d'acier aux États-Unis.

Selon le rapport, certains hauts fonctionnaires du gouvernement américain entretiennent des relations étroites avec l'industrie sidérurgique. Le secrétaire au commerce des États-Unis M. Ross a acheté et vendu plusieurs entreprises sidérurgiques. Et Robert Lighthizer, représentant au Commerce, avait des clients de l'industrie sidérurgique lorsqu'il travaillait comme avocat. Quant à Peter Navarro, il a reçu une somme d'un million de dollars de Nucor Corporation, la deuxième entreprise sidérurgique américaine, lors du tournage de son documentaire "La mort de la Chine".

Est-il vraiment possible de protéger la sécurité nationale des États-Unis après l'imposition de nouveaux tarifs douaniers ? Les fonctionnaires n'en sont pas sûrs. Mais ils pensent que cette mesure peut déboucher sur des avantages. Au mépris de la souffrance des entreprises et des consommateurs américains, ils maintiennent leur position.

Ces derniers jours, de mauvaises nouvelles sont apparues aux États-Unis :

Les sociétés américaines d'électronique de base ont déclaré le 6 août qu'au cours des deux prochains mois, elles fermeront une usine de fabrication de télévisions en Caroline du Sud et supprimeront 126 emplois. Ceci est dû à une augmentation des coûts de production liée aux tarifs douaniers imposés sur les pièces détachées en provenance de Chine.

Selon une enquête dévoilée par la Banque fédérale de réserve à Atlanta le 7 août dernier, les inquiétudes au sujet des tarifs douaniers ont forcé un cinquième des entreprises américaines à réévaluer, reporter ou abandonner leurs projets d'investissement. Cette banque a indiqué que les conflits commerciaux actuels avaient des effets négatifs en particulier sur le secteur manufacturier. Si ces tensions s’aggravent, les effets négatifs sur les investissements des entreprises américaines seront plus graves.

Pour le marché américain du lait, qui dépend fortement des exportations, le prix a déjà chuté à 15 $ les cent livres. Un producteur de lait de l'État du Wisconsin a expliqué aux médias que sa famille compte environ 100 fermes laitières et que ses pertes s’élèvent à présent à 30 000 $ mensuellement.

Du coca cola aux camping-cars, des jouets à l'habillement, le marché américain a vu les prix augmenter sous l'ombre de la "sécurité nationale américaine". Après l'annonce par le gouvernement américain d'imposer de nouveaux tarifs de 25% sur les produits chinois importés, certains internautes américains ont indiqué que les coûts de production pourraient augmenter de 25%. Ce nouveau fardeau sera supporté par les personnes à faible revenu, parce qu'elles achètent davantage de produits chinois.

Dans la vague d'opposition contre ces tarifs, le gouvernement américain pourrait-il faire quelque chose de bien pour son peuple ?

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 16-08-2018 à 20:41:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L’Amérique risque de perdre sa guerre commerciale, par Joseph E. Stiglitz


https://www.les-crises.fr/lamerique-risque-de-perdre-sa-guerre-commerciale-par-joseph-e-stiglitz/
Joseph E. Stiglitz, 09-08-2018

Le déficit budgétaire américain atteint de nouveaux sommets ce qui signifie qu’il se creusera encore, quelle que soit l’issue de la guerre commerciale.


© Keystone

Ce qui apparaissait dans un premier temps comme une simple escarmouche commerciale – après l’imposition de droits de douanes par le président américain Donald Trump sur l’acier et l’aluminium – semble s’être rapidement changé en une guerre commerciale totale contre la Chine. Si la trêve convenue entre l’Europe et les États-Unis est maintenue, l’Amérique se retrouvera principalement en conflit avec la Chine, plus qu’avec le reste du monde (le litige commercial avec le Canada et le Mexique étant bien entendu voué à perdurer, compte tenu d’exigences américaines qu’aucun des deux pays ne peut ou ne devrait accepter).

La macroéconomie l’emporte toujours.

Au-delà de l’assertion exacte, mais désormais commune, selon laquelle tous les acteurs risquent de finir perdants, que pouvons-nous affirmer quant aux conséquences potentielles de la guerre commerciale menée par Trump? Premièrement, la macroéconomie l’emporte toujours: si l’investissement intérieur de l’Amérique continue d’excéder son épargne, le pays sera contraint d’importer des capitaux et d’enregistrer un déficit commercial important. Pire encore, en raison des réductions d’impôts adoptées en fin d’année dernière, le déficit budgétaire américain atteint de nouveaux sommets – récemment estimé à plus de 1000 milliards de dollars d’ici 2020 – ce qui signifie que le déficit commercial se creusera très certainement, quelle que soit l’issue de la guerre commerciale. L’Amérique ne pourra y échapper que si Trump plonge son pays dans la récession, et que le revenu chute à tel point que l’investissement et les importations s’effondrent.

La «meilleure» issue de l’accent étroit placé par Trump sur le déficit commercial vis-à-vis de la Chine consisterait en une amélioration de la balance bilatérale, associée à une augmentation de même ampleur du déficit vis-à-vis d’un autre pays (ou de plusieurs autres). Les États-Unis pourraient vendre davantage de gaz naturel à la Chine et lui acheter moins de machines à laver, mais ils vendraient alors moins de gaz naturel à d’autres pays, et achèteraient davantage de machines à laver en Thaïlande ou dans un autre État ayant échappé à la colère instable de Trump. Or, l’Amérique ayant interféré avec le marché, elle est vouée à payer plus cher ses importations – et à obtenir moins pour ses exportations – que cela aurait pu être le cas dans d’autres circonstances. Autrement dit, même dans le meilleur des cas, les États-Unis se retrouveront dans une situation plus défavorable qu’aujourd’hui.

Le problème des États-Unis ne se situe pas du côté de la Chine. Le problème est d’ordre intérieur: l’Amérique n’épargne pas suffisamment. Comme un grand nombre de ses compatriotes, Trump adopte une vision de trop courte vue. S’il comprenait un tant soit peu l’économie et la nécessité d’une vision à long terme, il se serait efforcé d’accroître l’épargne nationale, ce qui aurait permis d’atténuer le déficit commercial multilatéral.

Une réduction véritablement conséquente du déficit commercial bilatéral s’avérera difficile.

Des correctifs rapides et évidents existent: la Chine pourrait acheter davantage de pétrole américain, puis le revendre à d’autres. La différence produit serait infime, avec peut-être une légère augmentation des coûts de transaction. Mais Trump pourrait au moins se targuer d’avoir éliminé le déficit commercial bilatéral.

En réalité, une réduction véritablement conséquente du déficit commercial bilatéral s’avérera difficile. À mesure de la diminution de la demande en produits chinois, le taux de change du renminbi s’affaiblira – même sans aucune intervention du gouvernement. Ceci compensera partiellement les effets des droits de douanes américains, en renforçant dans le même temps la compétitivité de la Chine vis-à-vis des autres pays, et cela même si la Chine n’utilise pas les autres instruments dont elle dispose, tels que le contrôle sur les salaires et les prix, ou qu’elle n’œuvre pas activement pour des hausses de productivité. Comme celle des États-Unis, la balance commerciale globale de la Chine est déterminée par la macroéconomie.

Si la Chine intervient plus activement et riposte plus agressivement, l’évolution de la balance commerciale Amérique-Chine pourrait se révéler encore plus infime. La douleur infligée par un camp à l’autre est difficile à déterminer. La Chine exerce un plus grand contrôle sur son économie, et entend évoluer vers un modèle de croissance axé davantage sur la demande intérieure que sur l’investissement et les exportations. Les États-Unis ne font qu’aider la Chine sur cette voie. En revanche, les manœuvres américaines interviennent à l’heure où la Chine s’efforce de gérer son excès d’endettement et de capacité; à tout le moins dans certains secteurs, l’Amérique ne devrait pas lui faciliter la tâche.

Une chose est sure: si Trump entend empêcher la Chine d’appliquer sa politique «Made in China 2025» – adoptée en 2015 pour progresser dans son objectif sur 40 ans consistant à réduire l’écart de revenu entre la Chine et les pays développés – le président américain échouera très certainement. En effet, les démarches de Trump ne pourront que renforcer la volonté des dirigeants chinois consistant à dynamiser l’innovation et à atteindre la suprématie technologique, puisqu’ils réaliseront ne pas pouvoir compter sur autrui, et comprendront que l’Amérique leur est activement hostile.

L’incompétence de l’équipe économique de Trump est sans équivalent au niveau mondial.

Lorsqu’un pays entre en guerre, qu’elle soit commerciale ou autre, il lui faut s’assurer de la présence de généraux compétents à ses côtés – aux objectifs clairement définis, à la stratégie viable, et recueillant le soutien de la population. C’est ici que les différences entre la Chine et les États-Unis apparaissent le plus manifestement. L’incompétence de l’équipe économique de Trump est sans équivalent au niveau mondial, et la plupart des Américains ne soutiennent pas la guerre commerciale.

Le soutien populaire diminuera encore davantage à mesure que les Américains réaliseront être doublement perdants dans cette guerre: des emplois disparaîtront non seulement en raison des mesures de représailles chinoises, mais également parce que les droits de douanes américains élèveront le prix des exportations américaines et les rendront moins compétitives, de même qu’augmenteront les prix des produits qu’achèteront les Américains. Ceci pourrait provoquer la chute du taux de change du dollar, et accentuer encore davantage l’inflation aux États-Unis, le tout suscitant toujours plus d’opposition. La Fed rehausserait alors probablement les taux d’intérêt, conduisant à moins d’investissement, moins de croissance et plus de chômage.

Nous savons désormais comment Trump réagit lorsque ses mensonges sont exposés, et que ses politiques échouent: il double la mise. À plusieurs reprises, la Chine a proposé à Trump des options permettant au président américain de quitter le champ de bataille sans perdre la face, et de proclamer la victoire. Il les a toutes refusées. Peut-être l’espoir réside-t-il dans trois de ses traits de personnalité: sa préférence pour le paraître plutôt que la substance, son imprévisibilité, et son amour pour la politique des «grands hommes». Peut-être qu’à l’occasion d’une rencontre majeure avec le président Xi Jinping, il déclarera le problème résolu, avec quelques ajustements mineurs ici et là en matière de droits de douanes, et quelque geste inédit en direction d’une ouverture du marché déjà annoncée dans les plans de la Chine, de sorte que chacun puisse rentrer satisfait chez lui.

Dans une tel scénario, Trump aura alors «résolu» de manière imparfaite un problème créé par le président américain lui-même. Mais le monde issu de cette guerre stupide n’en demeurera pas moins différent: plus incertain, moins confiant dans l’État de droit à l’international, et présentant des frontières plus dures. Trump a changé le monde de manière définitive, et pour le pire. Même dans le meilleur des cas, seul Trump en sortira gagnant – son égo surdimensionné encore un peu plus gonflé.

Traduit de l’anglais par Martin Morel

Copyright: Project Syndicate, 2018.

Source : www.project-syndicate.org, Ali News, Joseph E. Stiglitz, 09-08-2018

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 09-09-2018 à 23:58:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les poids lourds américains ne changeront pas leur stratégie commerciale à long terme malgré les efforts du président américain Donald Trump pour créer des frictions commerciales


Par Xie Jun Source: Global Times Publié: 2018/9/9 20:58:39

http://www.globaltimes.cn/content/1118929.shtml

L'investissement se poursuit malgré les tensions commerciales


Le géant pétrolier américain ExxonMobil Corp prévoit d’investir 10 milliards de dollars dans un projet chimique dans la province du Guangdong (sud), et des experts américains affirment que les poids lourds américains ne changeront pas leur stratégie commerciale malgré les efforts du président américain Donald Trump les frictions entre les deux pays.

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a déclaré vendredi lors d'une réunion avec le président d'ExxonMobil, Darren Woods, qu'ExxonMobil était "plus que bienvenu" à réaliser d'importants investissements dans des projets d'ingénierie pétrochimique en Chine, selon un communiqué publié vendredi sur gov.cn.

Mercredi, ExxonMobil Corp a annoncé avoir signé un accord-cadre de coopération avec le gouvernement provincial du Guangdong pour la construction d’un complexe chimique dans un parc industriel local.

Le projet, qui devrait débuter en 2023, fait encore actuellement l'objet d'une «décision d'investissement finale», a déclaré ExxonMobil dans un communiqué. La société n'a pas répondu aux demandes de commentaires du Global Times en temps presse.

ExxonMobil a également annoncé son intention de participer au terminal de réception de GNL de Huizhou, un projet actuellement en cours à Guangdong.

Lin Boqiang, directeur du Centre chinois de recherche sur l’économie d’énergie de l’Université de Xiamen, a déclaré que les États-Unis regardaient de plus en plus le marché chinois des exportations de gaz naturel liquéfié (GNL) et de la construction d’infrastructures de GNL. C'est en partie parce que les marchés locaux aux États-Unis sont de plus en plus saturés, et aussi parce que le gouvernement chinois encourage les réformes axées sur le marché dans le secteur du gaz naturel, a déclaré Lin.

En février, la société américaine Cheniere Energy Inc a signé un accord portant sur la vente de GNL à China National Petroleum Corp, premier contrat à long terme d’importation de GNL en Chine à partir des États-Unis, selon les médias nationaux.

Un intérêt plus large

Outre la coopération énergétique, les entreprises américaines d'autres secteurs déploient également des efforts croissants pour investir sur le marché chinois, malgré la détérioration des relations commerciales entre les deux pays.

Le constructeur automobile américain Tesla, par exemple, a augmenté le capital enregistré de sa filiale de Shanghai à 4,67 milliards de yuans (683 millions de dollars), contre 100 millions de yuans, selon le système national de publicité. Tesla a annoncé en juillet qu'elle construirait une usine de fabrication de voitures électriques à Shanghai.

Les investissements en Chine des entreprises américaines ont augmenté de 12% sur une base annuelle de janvier à juillet, selon des données publiées le 16 août par le Ministère du commerce (MOFCOM).

Bai Ming, chercheur à l’Académie chinoise du commerce international et économique La coopération, a déclaré que cette tendance des investissements montre que la Chine est de plus en plus attrayante pour les entreprises étrangères, compte tenu de l’ampleur de la demande et de l’amélioration du climat des affaires sur le marché intérieur.

"Les entreprises américaines sont rationnelles. Elles ne changeront pas leur stratégie commerciale à long terme en raison de certaines politiques commerciales contre la Chine", a déclaré Bai au Global Times dimanche.

Lin a également noté qu'en créant des sociétés en Chine, les sociétés américaines pouvaient contourner les risques tarifaires causés par les frictions commerciales.

La Chine montre une attitude accueillante vis-à-vis des investissements des États-Unis et d’autres pays, indiquant qu’elle s’en tiendra au processus d’ouverture malgré les tensions commerciales, a noté M. Lin.

"Je ne pense pas que le différend commercial changera fondamentalement la tendance des échanges commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis; cela ne changera pas non plus le réchauffement des investissements entre les deux pays", a-t-il déclaré.

Au total, 35 239 entreprises à participation étrangère ont été créées en Chine au cours des sept premiers mois de l’année, en hausse de 99,1% par an, selon les données du MOFCOM.


Titre de journal: Les entreprises américaines regardent toujours la Chine

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 18-09-2018 à 23:02:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine va contrer les tarifs américains

Par Wang Cong Source: Global Times Publication: 2018/9/18 22:58:41

http://www.globaltimes.cn/content/1120147.shtml

La Chine ne peut pas accepter l'invitation aux négociations commerciales, dit un expert
Défiant les pressions intenses des Etats-Unis, la Chine a déclaré mardi qu’elle ne reculerait pas face à un différend commercial croissant avec les Etats-Unis, promettant de prendre des mesures pour contrer le dernier cycle de tarifs américains sur des milliards de dollars de marchandises chinoises. .

Défiant l’opposition généralisée dans le pays et à l’étranger et les règles et règles commerciales mondiales, les Etats-Unis ont annoncé mardi de nouveaux tarifs sur les produits chinois de 200 milliards de dollars tout en menaçant d’imposer des droits supplémentaires sur tous les produits chinois.

L'annonce a immédiatement suscité une réponse brève mais ferme de la part de la Chine. Dans une déclaration en ligne, le ministère chinois du Commerce (MOFCOM) a déclaré que la Chine devrait prendre des contre-mesures.

"Pour sauvegarder ses droits et intérêts légitimes et l'ordre de libre échange mondial, la Chine devra contrer au même rythme", indique le communiqué. "Nous espérons que les Etats-Unis réalisent que ce type de comportement pourrait conduire à des résultats négatifs et exiger des moyens convaincants pour le corriger à temps".

En réponse aux tarifs américains, la Chine a annoncé mardi qu'elle imposerait des droits de douane de 5 et 10% sur des biens américains d'une valeur de 60 milliards de dollars dans plus de 5 000 catégories, également à compter du lundi 24 septembre. a déclaré dans un communiqué.

"La partie chinoise réitère une fois de plus que les mesures tarifaires susmentionnées visent à limiter les tensions commerciales et qu’elles constituent une réponse forcée à l’unilatéralisme américain et au protectionnisme commercial", ajoute le communiqué.

La Chine a également déposé mardi une plainte à l'OMC contre le dernier cycle de tarifs américains, a indiqué le MOFCOM.

Tandis que les responsables chinois se sont abstenus d’annoncer des contre-mesures spécifiques mardi, les analystes ont déclaré que la Chine avait des options pour infliger des souffrances à l’économie américaine dans la défense de ses intérêts économiques.

La Chine a déjà annoncé des tarifs sur des produits américains d'une valeur de 60 milliards de dollars en réponse aux tarifs américains de 200 milliards de dollars de produits chinois, qui, selon les analystes, entreraient immédiatement en vigueur après l'imposition des tarifs américains.

Les analystes ont suggéré que la Chine pourrait également imposer des restrictions sur les pièces, matériaux et équipements fabriqués en Chine et dont dépendent les États-Unis, prendre des mesures réglementaires contre les produits et les sociétés américaines et décharger ses énormes avoirs du Trésor américain.

"Bien que nous ne puissions pas discuter ouvertement de nombreuses options, la Chine a certainement plusieurs moyens de contrer les Etats-Unis", a déclaré Huo Jianguo, vice-président de la Société chinoise pour les études de l'OMC. "Peut-être que certaines de ces options ne sont pas idéales et nuiraient aux deux parties, mais pour défendre nos propres intérêts, nous devrions le faire".

Huo a fait remarquer qu'en imposant les nouveaux tarifs, le président américain Donald Trump essaie de tirer parti des récentes pressions à la baisse sur l'économie chinoise et de projeter des forces personnelles dans les turbulences politiques au pays.

Alors que la Chine a connu un ralentissement de la croissance des investissements et de la consommation, "notre système rend l'économie beaucoup plus résiliente", a-t-il déclaré, "[Trump] gaspille la crédibilité et les intérêts de l'ensemble des Etats-Unis".





Le dernier cycle de tarifs américains, qui devrait entrer en vigueur lundi, est intervenu quelques jours après que les autorités chinoises ont confirmé que les autorités américaines les avaient invitées à un nouveau cycle de négociations à Washington.

Bien qu'il n'y ait pas de mot officiel sur la question de savoir si la Chine a accepté l'invitation, la déclaration du MOFCOM a indiqué que les droits de douane ont apporté de "nouvelles incertitudes" aux négociations commerciales.

"La Chine a souligné à plusieurs reprises que le dialogue et les consultations fondées sur l’équité, l’intégrité et le respect mutuel sont la seule solution pour régler les problèmes économiques et commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis", a déclaré Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères . a déclaré mardi lors d'un point de presse de routine. "Actuellement, les actions américaines ne reflètent pas la sincérité et la bonne volonté".

Huo a déclaré qu'il n'y avait aucune chance que la Chine accepte une invitation à des négociations commerciales avec l'imposition de nouveaux tarifs.

"Ca ne marche pas comme ça: me montrer une arme à la tête et me forcer à négocier", a déclaré Huo au Global Times mardi. "Une telle tactique va au-delà du bon sens et pourrait fonctionner avec d'autres pays, mais pas avec la Chine."

He Weiwen, ancien conseiller économique et commercial des consulats chinois à San Francisco et à New York, a déclaré que l’intention des Etats-Unis n’avait pas changé, qu’elle oblige la Chine à concessions.

"Les Etats-Unis doivent comprendre qu’ils ont choisi la mauvaise cible. La Chine ne peut pas et ne veut pas reculer", at-il déclaré mardi au Global Times, notant que la Chine devait être prête pour les pourparlers et la lutte.

Bien que les frictions commerciales avec les États-Unis s'intensifient, le gouvernement chinois renforce son engagement avec les sociétés étrangères en Chine.

Lundi, le ministre chinois du Commerce, Zhong Shan, a rencontré des dirigeants de six sociétés étrangères, dont deux entreprises américaines. Lors de la réunion, Zhong a rassuré les dirigeants que la Chine continuerait à s'ouvrir, à améliorer la protection de la propriété intellectuelle et à créer un meilleur environnement commercial, a lu une déclaration publiée sur le site Web du MOFCOM.

Cela montre la confiance de la Chine dans son économie et sa détermination à pousser l'ouverture pour compenser les tarifs américains, de sorte que cela pourrait offrir de plus grandes opportunités aux entreprises et investisseurs étrangers en Chine, selon les analystes.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 20-09-2018 à 07:47:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Guerre commerciale : Jack Ma tire la sonnette d’alarme


http://histoireetsociete.wordpress.com/2018/09/19/guerre-commerciale-jack-ma-tire-la-sonnette-dalarme/


Une des choses les plus difficiles à comprendre sur la Chine est de savoir comment se répartissent les pouvoirs entre le monde entrepreneurial et celui du parti, voire de l’armée. La clé qui nous manque tient sans doute au socialisme chinois original, à la longue marche qu’il a entamé entre développement et parti communiste. J’ai déjà connu à Cuba un rôle spécifique de l’armée qui non seulement s’autofinançait en s’appuyant sur des entreprises mais formait des cadres de direction qui dès qu’un secteur posait problème en prenaient la tête. Autre dimension le patriotisme chinois qui s’est construit depuis des millénaires en articulant des aspects contradictoires. Ce personnage Jack Ma, le célèbre patron d’Ali Baba, est à la fois un capitaliste et un politique, peut-être même un militaire qui remplit une mission et joue un rôle directement politique. Son estimation de la guerre commerciale que Trump a déclaré à la Chine n’est pas seulement celle d’un milliardaire. Il va quitter ses fonctions à la fin de l’année. Pourquoi faire? Alors qu’en 2016, il a pris des parts importantes dans les médias, en mai 2018, il prenait la tête de 300 acteurs du web regroupés en une fédération pour soutenir les « valeurs centrales du socialisme » et donc du Parti communiste au pouvoir. Robin Li (patron de Baidu), Jack Ma et Pony Ma (patron de Tencent) en sont nommés vice-présidents. Tout cela pose tant de questions et celles-ci sont cruciales, parce qu’effectivement cette guerre nuira à tout le monde en particulier à l’Europe et à nous Français. Ils sont prêts, mais je n’en dirais pas autant de nous (note de Danielle bleitrach).
RAPHAEL BLOCH Le 18/09 à 16:29
Jack Ma 2008.jpg


« Il nous faut des règles commerciales, il faut moderniser l’OMC », a déclaré Jack Ma (photo) lors d’une journée investisseurs. – AFP PHOTO/Lillian SUWANRUMPHA
Pour le patron d’Alibaba, les tensions entre la Chine et les Etats-Unis pourraient durer encore « 20 ans ».

Les tensions commerciales entre Washington et Pékin inquiètent de plus en plus. Et bien au-delà des chancelleries. Ce mardi, c’est Jack Ma, le célèbre patron d’Alibaba, qui est sorti de son silence pour s’inquiéter des conséquences des nouvelles hausses des barrières tarifaires.

Lors d’une journée investisseurs, le futur ex-patron du géant chinois a expliqué que les tensions auraient un impact économique pour toutes les parties. « Vous gagnerez peut-être la bataille mais vous perdrez la guerre », a-t-il affirmé sans cité directement Washington, soulignant que cette bataille pourrait durer « plus de 20 ans ».

« Moderniser l’OMC »
Pour le patron du géant de l’e-commerce, la clé résulte entre autres d’une réforme des institutions internationales. « Même si Donald Trump s’en va, un nouveau président lui succédera et cela continuera […]. Il nous faut des règles commerciales, il faut moderniser l’OMC », a-t-il dit au sujet de l’Organisation mondiale du Commerce, dont les Etats-Unis ont paralysé le fonctionnement.
http://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0302173336343-les-etats-unis-menacent-de-paralyser-lomc-2200509.php

À LIRE AUSSI
Pékin cherche à amadouer les banquiers de Wall Street
http://www.lesechos.fr/monde/chine/0302261705899-pekin-cherche-a-amadouer-les-banquiers-de-wall-street-2205453.php

Jack Ma s’exprimait pour la dernière fois devant les actionnaires d’Alibaba en tant que président du géant chinois de l’internet qu’il a fondé en 1999. Il a annoncé la semaine dernière qu’il quitterait ses fonctions d’ici un an en laissant les commandes du groupe à l’actuel directeur général, Daniel Zhang.
http://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/0302225735945-jack-ma-emblematique-fondateur-de-lempire-alibaba-prend-sa-retraite-2203392.php#xtor=CS1-25

Jack Ma avait rencontré l’an dernier Donald Trump en promettant de créer un million d’emplois aux Etats-Unis grâce aux vendeurs tiers accueillis sur les plates-formes d’Alibaba. Les relations entre la Chine et les Etats-Unis se sont depuis fortement dégradées avec l’escalade des droits de douane et les représailles chinoises.

Raphaël Bloch


Edité le 20-09-2018 à 07:48:02 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 28-09-2018 à 22:29:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un déficit commercial croissant montre que les États-Unis s'automutilent

Source: Global Times Publié: 2018/9/28 22:13:42

http://www.globaltimes.cn/content/1121384.shtml

Les données publiées jeudi par le Département du commerce des États-Unis montrent qu'en raison de la baisse des exportations de denrées alimentaires, de fournitures industrielles et de véhicules automobiles, le déficit commercial international du pays a atteint 75,8 milliards de dollars en août. Les médias du monde entier croient que l'escalade de la guerre commerciale du président américain Donald Trump entraîne la chute de l'économie américaine.

Le déficit plus profond rend les décideurs politiques de Washington mal à l'aise. Les droits de douane n’ont pas empêché le déficit commercial croissant et la Maison-Blanche se sent de plus en plus pressée d’avoir mal compris la nature et les effets des droits de douane.

Huo Jianguo, chercheur à l’Académie chinoise de commerce international et de coopération économique, a déclaré au Global Times qu’un dollar américain plus fort contribuait à environ 30% du déficit et que la reprise économique américaine s’élevait à environ 40%. La guerre commerciale a formé les 30% restants.

JPMorgan Chase & Co a réduit ses estimations pour la croissance du PIB au troisième trimestre après la publication des données de jeudi. La Banque centrale européenne a également déclaré que les Etats-Unis auraient le plus à perdre s'ils entamaient une guerre commerciale avec d'autres pays, estimant que la croissance américaine serait réduite de plus de 2 points de pourcentage.

Les déficits qui ne cessent de s’aggraver en juillet et en août ont servi de rebuffade aux politiques commerciales radicales des États-Unis. Washington s'attendait apparemment à ce que la Chine ne supporte pas la pression d’une guerre commerciale. Elle était ravie de voir la bourse chinoise dégringoler, estimant qu'une victoire américaine était en vue. Mais les experts américains ne connaissent pas la Chine du tout.

La Chine était déjà préparée au pire. La Chine avance vers un avenir meilleur. Maintenant, ce sont les États-Unis qui font face à un défi. Washington a promis au peuple américain que la guerre commerciale serait une victoire écrasante, mais cela n’était pas réaliste.

Nous ne pensons pas que Washington changera sa politique à cause de données de deux mois. Il faudra plus de temps, plus de signes de ralentissement économique et plus d'opinions opposées pour que la Maison-Blanche change d'attitude. Mais les lois de l'économie sont plus fiables. Une guerre commerciale est une guerre d'usure dans laquelle les deux parties perdent. Alors que la Chine paie son prix, les États-Unis payent plus.

Washington comprend mal la nature d'un déficit commercial. L'administration Trump ne dit pas la vérité à propos d'une guerre commerciale et en sous-estime les conséquences.

Bien que la Chine ne veuille pas de guerre commerciale, Pékin reste calme en cas de besoin et essaie de minimiser les pertes. L'attitude de la Chine résistera à l'épreuve du temps.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 06-10-2018 à 18:49:17   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Guerre commerciale: Pékin tire une salve contre le pétrole américain



http://fr.sputniknews.com/economie/201810061038396362-guerre-commerciale-chine-etats-unis/

16:58 06.10.2018(mis à jour 18:22 06.10.2018)URL courte
Olga Lechtchenko

Sur fond de guerre commerciale avec les États-Unis, la Chine a arrêté en septembre ses importations du brut américain qui avaient été multipliées par sept en moins de deux ans. Ce geste sera-t-il sensible pour le pétrole américain et où le géant asiatique assoiffé d’hydrocarbures ira-t-il désormais s’approvisionner?
Éléments de réponse.


Le pétrole américain ne semble plus être le bienvenu en Chine. Xie Chunlin, président de l'entreprise chinoise de transport maritime China Merchants Energy Shipping (CMES), a annoncé mercredi que les livraisons du brut en provenance des États-Unis avaient été «entièrement arrêtées» en septembre sur fond de guerre des tarifs douaniers avec Washington. Le même constat a été fait par la plateforme de données Refinitiv Eikon, indiquait Reuters.

Ce n'est qu'en 2016 que les États-Unis ont commencé à vendre leur pétrole à l'Empire du milieu. «Pour Pékin, c'était alors un geste politique censé montrer à Washington que la Chine était prête à faire des concessions et à contribuer à réduire le déficit commercial américain» , explique à Sputnik Sergueï Loukonine, responsable du secteur Économie et politique de la Chine, au sein de l'Institut de l'économie mondiale et des relations internationales, basé à Moscou (IMEMO).

Un an plus tard, en 2017, le géant asiatique était déjà le deuxième importateur de l'or noir américain, en consommant 20% annuellement et ne cédant le terrain qu'au Canada, selon les chiffres de l'Agence d'information sur l'énergie (EIA).

Si en février 2017, la Chine importait près de 2 millions de barils par mois, ce chiffre a en peu de temps été multiplié par sept pour atteindre en juin 2018 14 millions de barils avant de chuter en septembre jusqu'à 0,6 million de barils, découle-t-il des données diffusés par Reuters.

«Le refus du pétrole américain cause des dégâts minimaux à la Chine» , poursuit M.Loukonine. «En revanche, pour les États-Unis, cela pose un problème, car ils cherchent à se placer sur le marché avec leur pétrole, leur gaz de schiste, et ils sont intéressés à augmenter leurs débouchés. Ils comptaient sur Pékin, et maintenant Pékin refuse.»

Si l'Empire du milieu prend officiellement la décision de renoncer au pétrole américain, il ne devrait pas patienter longtemps pour trouver d'autres sources d'approvisionnement. Pékin pourrait notamment se tourner vers son voisin russe, dont le rapprochement inquiète déjà depuis longtemps Washington. S'ajoute ici l'option d'augmenter les importations depuis l'Afrique ou encore celles en provenance de ses partenaires traditionnels en la matière, soit les pays du Proche-Orient.

Premier acheteur au monde de pétrole iranien, la Chine pourrait ainsi augmenter encore davantage ses importations en provenance de la République islamique. Or, la perspective de sanctions américaines attendues en novembre fait quand même réfléchir à deux fois ses sociétés avant de se lancer dans l'aventure.

«Les décisions seront prises dans chaque cas individuel, avec l'évaluation des risques et des bénéfices, mais j'estime que la coopération avec l'Iran sera maintenue, d'autant que la Russie, la Chine et l'UE cherchent à mettre en place une entité pour échapper aux sanctions américaines» , conclut Sergueï Loukonine.
Rappelons dans ce contexte qu'en mai dernier, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin avait prévu dans une interview à Fox News que les ventes des hydrocarbures américains vers le marché chinois doubleraient d'ici trois à cinq ans.


Edité le 06-10-2018 à 18:50:23 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 06-10-2018 à 22:17:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Dans les Echos du mardi 2 octobre :

La drôle de guerre de Trump contre la Chine


FINANCIAL TIMES

Conséquence inattendue de la décision de Donald Trump de déterrer la hache de guerre commerciale contre la Chine, des montagnes de surplus alimentaires s’accumulent aux Etats- Unis. Du coup, Washington envisage d’acheter pour 1,2 milliard de dollars de produits alimentaires l’année prochaine afin de soutenir le revenu des agriculteurs américains touchés de plein fouet par les droits de douane imposés par Pékin sur leurs exportations en Chine. Ces produits seront ensuite donnés aux banques alimentaires et autres ONG. Reste affirme le " Financial Times" que ce soudain afflux pose un problème immense de logistique.

« Les récipiendaires de ces surplus doivent se lancer dans une complexe recherche de camions, de chauffeurs et de travailleurs dans les entrepôts pout livrer cette nourriture avant qu'elle ne se gâche » , écrit le journal. Cet afflux crée pour la Houston Food Bank, qui aide quelque 800 000 personnes par an à Houston un «défi particulier » , souligne son président Brian Greene, Feeding America, un réseau de 200 banques alimentaires, estime que la distribution de ces produits alimentaires pourrait coûter jusqu’à 400 millions de dollars et vient de demander au département de l'Agriculture une aide financière.

Pour compenser les effets sur les agriculteurs américains, le gouvernement prévoit au total une aide de 12 milliards de dollars, dont 1,2 milliard pour les produits alimentaires. La moitié environ sera consacrée à l’achat de produits porcins. En tout cas, si Donald Trump pense qu’il peut gagner les guerres commerciales, elles seront vraisemblablement perdues à terme par les agriculteurs américains. Subventions ou pas.- J. H.-R,

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 06-11-2018 à 11:14:36   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

http://www.globaltimes.cn/content/1125995.shtml

Texte intégral: Discours liminaire du président Xi Jinping à la cérémonie d’ouverture de la 1ère China International Import Expo.


Source: Xinhua Publié le: 2018/11/5 19:56:31

________________________________________

Travailler ensemble pour une économie ouverte mondiale novatrice et inclusive





Discours de Son Excellence Xi Jinping
Président la République de Chine populaire
à la cérémonie d'ouverture de la première Chine International Import Expo


5 Novembre 2018 Shanghai,

Excellences , chefs d'Etat et de gouvernement, votre Altesse Royale,
Excellences Chefs d'organisations internationales,
Excellences Chefs de délégation, Mesdames et Messieurs les invités,
Mesdames et Messieurs,
Mes amis,

En mai 2017, j’ai annoncé la décision de la Chine d’organiser à compter de 2018 le salon China International Import Expo (CIIE). Aujourd’hui, après plus d’un an de préparatifs et Avec le soutien de diverses parties, le premier CIIE est officiellement ouvert.

Tout d'abord, je souhaite exprimer, au nom du gouvernement et du peuple chinois et également en mon nom propre, un accueil chaleureux, des salutations sincères et des meilleurs vœux à vous tous.

La CIIE est la première exposition d'importations au monde organisée au niveau national, une innovation dans l'histoire du commerce mondial. C'est une décision importante prise par la Chine de poursuivre une nouvelle vague d'ouverture au plus haut niveau. Il s'agit de la principale initiative de la Chine visant à élargir encore l'accès des marchés au reste du monde. Cela montre la position constante de la Chine consistant à soutenir le système commercial multilatéral et à promouvoir le libre-échange. Il s’agit d’une action concrète de la Chine visant à promouvoir une économie mondiale ouverte et à soutenir la mondialisation économique.

Sous le thème «Nouvelle ère, avenir partagé», le CIIE aidera des amis du monde entier à saisir les opportunités offertes par le développement de la Chine dans la nouvelle ère et à nous offrir une plate-forme pour approfondir la coopération commerciale internationale en vue d'une prospérité partagée et du progrès. L'événement réunira 172 pays, régions et organisations internationales, plus de 3 600 entreprises pour une surface d'exposition totale de 300 000 mètres carrés et plus de 400 000 acheteurs chinois et étrangers qui sont ici pour explorer des accords commerciaux.

Je souhaite à tous les amis participant à cette exposition une expérience des plus agréables et enrichissantes.

Mesdames et Messieurs,
Mes amis,

Le monde traverse une nouvelle phase de développement, de transformation et d’ajustement majeurs. Le bien-être économique et social des pays du monde est de plus en plus interconnecté. La réforme du système de gouvernance mondiale et de l'ordre international s'accélère. D'autre part, l'économie mondiale traverse un profond ajustement et le protectionnisme et l'unilatéralisme renaissent. La mondialisation économique fait face à des obstacles et le multilatéralisme et le système de libre-échange sont menacés. Les incertitudes et les instabilités abondent encore, et les risques et les défis augmentent. Vivant dans un monde aussi complexe, nous devons voir la tendance sous-jacente, renforcer la confiance en notre avenir grâce à l’ouverture et à la coopération et travailler ensemble pour faire face aux risques et aux défis.

Les personnes qui ont une vision dans le monde conviendraient que la mondialisation économique, en tant que tendance historique irréversible, a fortement stimulé la croissance mondiale. C'est une tendance générale, indépendante de la volonté des gens. Ce que l’humanité peut faire, c’est comprendre, s’adapter et appliquer la loi de l’histoire au lieu d’essayer de la prévenir. La roue de l'histoire, en effet, continuera d'avancer quoi qu'il arrive.

L’histoire nous dit que l’ouverture et la coopération sont un moteur majeur des activités économiques et commerciales internationales dynamiques. La situation actuelle appelle à l'ouverture et à la coopération pour favoriser une reprise mondiale soutenue. Pour l’avenir, l’ouverture et la coopération resteront essentielles au progrès humain continu.

Une grande vision, simple et pure, nécessite des actions crédibles. Compte tenu des profonds bouleversements du paysage économique international, la vision d'un monde meilleur pour tous appelle les pays à faire preuve de plus de courage et à défendre activement l'ouverture et la coopération pour assurer un développement partagé.

- Il est important que tous les pays s'ouvrent plus largement et élargissent les possibilités de coopération mutuellement bénéfique.
L'ouverture apporte le progrès tandis que l'isolement conduit au retard. Le commerce et les investissements mondiaux sont motivés par le besoin des pays d’échanges mutuels et de complémentarité. L’histoire de la coopération économique et du commerce international atteste du droit selon lequel «les économies progressent grâce aux échanges et à l’inter-connectivité et accusent un retard en raison de leur isolement et de leur fermeture». Les efforts visant à réduire les barrières tarifaires et à s’ouvrir plus largement mèneront à l’inter-connectivité dans la coopération économique et le commerce mondial, tandis que les pratiques consistant à mendier son voisin, l’isolement et la réclusion ne feront qu’entraîner une stagnation des échanges et une économie mondiale malsaine. Les pays doivent mener une politique d'ouverture, s'opposer explicitement au protectionnisme et à l'unilatéralisme et s'efforcer d'accroître le niveau d'ouverture aux niveaux multilatéral et bilatéral. Afin que nous puissions rendre nos économies interconnectées et construire une économie mondiale ouverte. Nous devons améliorer la coordination macroéconomique et réduire les retombées négatives des politiques nationales afin de promouvoir conjointement la croissance économique mondiale. Nous devons établir un ensemble de règles économiques et commerciales mondiales équitables, raisonnables et transparentes, et promouvoir la libéralisation et la facilitation du commerce et des investissements afin de rendre l’économie mondiale plus ouverte grâce à des échanges et une intégration renforcés.

- Il est important que tous les pays poursuivent leur croissance innovante et accélèrent la transformation des facteurs de croissance.
L'innovation est le premier moteur du développement. Seules une innovation audacieuse et des réformes peuvent permettre de surmonter les obstacles de la croissance mondiale. L’économie mondiale vient de sortir de l’ombre de la crise financière internationale et la reprise reste instable. Les pays du monde ont un besoin urgent d’efforts concertés pour promouvoir l’innovation scientifique et favoriser de nouveaux relais de croissance. Le bien-être de l'humanité est le principal moteur de l'innovation scientifique. Dans notre village mondial interconnecté, partager le fruit de l'innovation est l'aspiration commune et le choix naturel de la communauté mondiale. Nous devons saisir les opportunités offertes par le nouveau cycle de révolution technologique et industrielle, renforcer la coopération dans les secteurs frontières tels que l’économie numérique, l’intelligence artificielle et la nanotechnologie.

- Il est important que tous les pays poursuivent un développement inclusif dans l’intérêt de tous.
Comme le dit un proverbe chinois: «Toutes les fleurs en pleine floraison font un beau printemps». Vivre une vie heureuse est l’aspiration commune des gens du monde entier. Le progrès de la société humaine exige des efforts continus de tous les pays pour faire progresser l’ouverture, la coopération et un développement gagnant-gagnant, au lieu de la réclusion, de la confrontation et du monopole. Dans un monde caractérisé par une mondialisation économique de plus en plus profonde, les pratiques de la loi de la jungle et de la victoire totale ne représentent qu'une impasse. Une croissance inclusive pour tous est certainement la bonne voie à suivre. Les pays doivent surmonter les différences et exploiter leurs atouts respectifs pour poursuivre une croissance inclusive face aux risques et aux défis communs. Nous devons mettre en œuvre le Programme de développement durable à l'horizon 2030, réduire les déséquilibres du développement mondial et rendre la mondialisation économique plus ouverte, plus inclusive et plus économique. équilibré et bénéfique pour tous. Ainsi, les peuples de tous les pays pourront profiter des avantages de la mondialisation économique et de la croissance mondiale.

Mesdames et Messieurs,
Mes amis,

Les quatre dernières décennies de réforme et d'ouverture en Chine ont été un voyage épique pour le peuple chinois. Forts de notre détermination, de notre autonomie et de notre dur labeur, nous avons progressé sur la voie du développement et des progrès nationaux. La Chine a poursuivi son développement en ouvrant ses portes et a réussi à transformer une économie fermée et semi-fermée en une économie entièrement ouverte. L'ouverture est devenue une marque de commerce de la Chine. La Chine a grandi en embrassant le monde, et le monde a également bénéficié de son ouverture.

Comme je l'ai expliqué au Forum de Boao pour l'Asie en avril, la croissance économique de la Chine au cours des 40 dernières années a été réalisée avec un engagement en faveur de l'ouverture. Dans le même ordre d'idées, un développement de grande qualité de l'économie chinoise à l'avenir ne peut être garanti qu'avec une plus grande ouverture. J'ai clairement indiqué à maintes reprises que la porte de la Chine ne sera jamais fermée. Elle ne fera que s'ouvrir encore plus largement. La Chine n'arrêtera pas ses efforts pour poursuivre une ouverture de meilleure qualité ! La Chine n'arrêtera pas ses efforts pour poursuivre une économie mondiale ouverte ! Et la Chine n'arrêtera pas ses efforts pour poursuivre une communauté qui partage l'avenir de l'humanité !

La Chine suivra indéfectiblement une stratégie gagnant-gagnant d’ouverture, adoptera des politiques de haute qualité pour faire progresser la libéralisation et la facilitation des échanges et des investissements et s’acheminera vers une ouverture nationale coordonnant les zones côtières et intérieures et reliant les régions orientale et occidentale. La Chine restera un ardent défenseur de l’ouverture au niveau mondial et continuera d’agir comme un moteur stable de la croissance mondiale, un grand marché offrant d’énormes possibilités et un partisan actif de la réforme de la gouvernance mondiale.

Pour élargir son ouverture, la Chine intensifiera ses efforts dans les domaines suivants:

Premièrement, nous stimulerons le potentiel d'augmentation des importations.
L'initiative de la Chine d'accroître ses importations n'est pas un choix d'opportunité. C'est une étape tournée vers l'avenir qui vise à embrasser le monde et à promouvoir le développement commun. Pour faire face à la tendance à la hausse de la consommation, nous prendrons des mesures plus volontaristes pour accroître le revenu et le pouvoir d'achat de la population, favoriser de nouvelles zones de croissance de consommation à moyen et haut niveau, continuer à libérer le potentiel du marché intérieur et à élargir le champ des importations. Nous prendrons d'autres mesures pour réduire les tarifs, faciliter le dédouanement, réduire les coûts institutionnels d'importation et intensifier le commerce électronique transfrontalier ainsi que d'autres formes et modèles commerciaux nouveaux. La Chine a un grand marché de plus de 1,3 milliard de personnes et notre engagement sincère d’ouvrir le marché chinois. Le CIIE, un événement annuel, présentera de bonnes performances,

Deuxièmement, nous continuerons d'élargir l'accès au marché.
Les mesures d'accès aux marchés que j'ai annoncées en avril ont été essentiellement mises en place. La Chine a raccourci la liste négative des investissements étrangers afin de réduire les restrictions à l'investissement et de promouvoir la libéralisation de l'investissement. Nous augmentons progressivement l'ouverture du secteur financier, continuons à ouvrir le secteur des services et travaillons à une plus grande ouverture dans les secteurs de l'agriculture, des mines et de la fabrication. Nous accélérons notre ouverture dans des domaines tels que les télécommunications, l’éducation, les services médicaux et la culture. En particulier, les plafonds en actions étrangères vont être relevés dans les secteurs de l’éducation et des services médicaux, qui suscitent à la fois un vif intérêt chez les investisseurs étrangers et une pénurie d’offre sur le marché intérieur. Au cours des 15 prochaines années, les importations de biens et de services de la Chine devraient dépasser respectivement 30 000 milliards de dollars américains et 10 000 milliards de dollars américains.

Troisièmement, nous favoriserons un environnement commercial de classe mondiale.
La Chine présentera la loi sur les investissements étrangers à un rythme plus rapide et instituera un système ouvert et transparent de lois relatives aux affaires étrangères. Nous allons mettre en œuvre, à tous les niveaux, le système de gestion basé sur le traitement national pré-établissement et la liste négative. Nous respectons les règles et les pratiques commerciales internationales et fournissons un traitement égal à tous les types d'entreprises enregistrées en Chine. Nous protégeons les droits et intérêts légitimes des sociétés étrangères et sommes résolus à sanctionner de manière juridiquement contraignante les violations des droits et intérêts légitimes des investisseurs étrangers, en particulier des atteintes aux DPI. Nous renforcerons la crédibilité et l'efficacité de l'examen de la propriété intellectuelle et mettrons en place un système d'indemnisation punitif afin d'augmenter considérablement le coût pour les contrevenants. L’amélioration de l’environnement des entreprises est un processus continu. Et il y a toujours place pour que les choses s'améliorent. Les pays doivent améliorer leur environnement commercial en s'attaquant à leurs problèmes. Ils ne doivent pas simplement pointer du doigt les autres pour qu'ils passent sous silence leurs propres problèmes. Ils ne doivent pas tenir une «lampe de poche» en main et ne rien faire d'autre que de vérifier la faiblesse des autres et non d'eux-mêmes.

Quatrièmement, nous explorerons de nouveaux horizons d’ouverture.
La Chine aidera ses zones franches pilotes à approfondir les réformes et l'innovation, à poursuivre leurs explorations en fonction de leurs conditions différentes et à intensifier les tests de résistance, de manière à jouer pleinement leur rôle de terrain pilote pour des réformes et une ouverture. La Chine s'empressera de proposer des politiques et des institutions pour la construction d'un port de libre-échange à Hainan, étape par étape et par étapes, afin d'accélérer l'exploration du développement de ports de libre-échange présentant des caractéristiques chinoises distinctes. Il s’agit d’un mouvement important de la Chine pour s’ouvrir plus largement au monde. Elle établira un nouveau modèle et ouvrira de nouvelles perspectives de réforme et d'ouverture à un niveau supérieur.

Cinquièmement, nous allons promouvoir la coopération internationale aux niveaux multilatéral et bilatéral.
La Chine estime que les règles de l'OMC doivent être respectées, que les réformes nécessaires doivent être soutenues et que le système commercial multilatéral doit être défendu. La Chine s'efforcera de conclure rapidement le partenariat économique global régional et d'accélérer les négociations sur un accord d'investissement Chine-UE et une zone de libre-échange Chine-Japon-République de Corée. La Chine mettra en œuvre avec sérieux les huit initiatives majeures annoncées lors du Sommet du Forum sur la coopération sino-africaine de Beijing (FOCAC) de cette année. La Chine soutient des mécanismes tels que le G20 , l'APEC, la SCO (Organisation de coopération de Shanghai) et les BRICS, qui jouent un rôle plus important dans la mise en place d'un système de gouvernance économique mondiale plus juste et plus équitable. La Chine continuera à faire avancer la ceinture et la routeInitiative à travers la coopération internationale dans un esprit de consultation et de collaboration pour des bénéfices partagés. Nous travaillerons avec les pays participants sur de grands projets, créerons davantage de plateformes de promotion du commerce et encouragerons les entreprises chinoises bien établies et bien placées à investir dans les pays susceptibles d'améliorer la coopération dans les domaines de l'écologie, de la science et de la technologie, de la culture et des moyens de subsistance.
Nous espérons ainsi créer pour le monde entier une plate-forme de coopération ouverte.

Mesdames et Messieurs,
Mes amis,

L’économie chinoise est dans l’ensemble stable et progresse bien. Au cours des trois premiers trimestres de cette année, le PIB de la Chine a augmenté de 6,7%, ce qui correspond à la croissance de 6,5% enregistrée au troisième trimestre, ce qui correspond à notre objectif de croissance. La production céréalière pour l'ensemble de l'année devrait dépasser les 1 200 milliards de jin (ou 600 millions de tonnes). Environ 11,07 millions de nouveaux emplois ont été créés dans les villes et ont atteint notre objectif annuel plus tôt que prévu. À en juger par les principaux indices économiques, que ce soit la croissance du PIB, la création d’emplois, les prix à la consommation, la balance des paiements internationale, les marges bénéficiaires des entreprises, les recettes fiscales de l’État et la productivité, l’économie chinoise se comporte réellement dans une fourchette raisonnable. Cela nous a fourni une base solide pour atteindre les objectifs de développement pour toute l'année, et par rapport aux autres grandes économies,

Ainsi, lorsque vous parlez de l'avenir de l'économie chinoise, vous avez toutes les raisons d'être confiant. Les fondements d’une croissance saine et stable de l’économie chinoise demeurent inchangés. Les facteurs de production nécessaires pour un développement de haute qualité restent inchangés. Et la dynamique globale de stabilité et de progrès à long terme reste inchangée. La capacité de la Chine en matière de réglementation macro-économique augmente, les efforts visant à approfondir la réforme dans son ensemble ayant déclenché de nouveaux moteurs de croissance. Avec la mise en œuvre de l’initiative Belt and Road, les investissements et le commerce bilatéraux entre la Chine et les pays partenaires de la BRI ont continué de progresser. Globalement, les conditions favorables à la croissance à long terme, saine et stable de l’économie chinoise sont réunies.

Bien sûr, tout a deux côtés. La situation économique dans le pays et à l'étranger a créé des défis importants pour l'économie chinoise, tels que plus d'incertitude dans certains secteurs, plus de difficultés pour certaines entreprises et des risques croissants dans certains secteurs. Ces défis, en général, sont naturels au cours du développement. Et nous prenons des mesures actives pour les résoudre. Nos efforts portent déjà leurs fruits.

La Chine est la deuxième plus grande économie du monde. Nous avons un marché de plus de 1,3 milliard de consommateurs qui vivent sur une superficie de plus de 9,6 millions de kilomètres carrés. Pour utiliser une métaphore, l'économie chinoise n'est pas un étang, mais un océan. L'océan a peut-être ses jours calmes, mais on ne peut que s'attendre à de gros vents et tempêtes. Sans eux, l'océan ne serait pas ce qu'il est. Les grands vents et les tempêtes peuvent bouleverser un étang, mais jamais un océan. Après avoir subi de nombreux vents et tempêtes, l’océan sera toujours là ! C'est pareil pour la Chine. Après 5 000 ans d’épreuves et de tribulations, la Chine est toujours là ! À l'avenir, la Chine sera toujours là !

Je suis convaincu que tant que nous aurons une confiance stratégique, approfondirons et approfondissons les réformes, intensifions les réformes structurelles du côté de l'offre et redoublons d'efforts pour résoudre les problèmes en suspens, l'économie chinoise procédera sûrement à une transition plus rapide développement de la qualité, le peuple chinois surmontera sûrement tous les défis qui nous attendent et la Chine s’engagera certainement dans un avenir meilleur pour le développement.

Mesdames et Messieurs,
Mes amis,

Chaque ville a son caractère. Situé à l'endroit où le fleuve Yangtsé se jette dans l'océan Pacifique, Shanghai a été un pionnier de l'ouverture en Chine. Le développement de la ville est rendu possible par son caractère, son avantage concurrentiel et ses avancées vers une plus grande ouverture. Ayant moi-même travaillé ici, je sais personnellement à quel point il est important que Shanghai soit ouverte et que la Chine maintienne la ville ouverte. En effet, l'ouverture, l'innovation et l'inclusivité sont devenues la marque de fabrique de Shanghai. Elles reflètent également de manière vivante la Chine dans la nouvelle ère et son engagement en faveur du développement et du progrès.

Pour capitaliser sur le rôle important de Shanghai et d’autres régions dans l’ouverture de la Chine, nous avons pris les décisions suivantes: premièrement, nous élargirons la zone de libre-échange pilote de Chine (Shanghai) pour y inclure une nouvelle section, et nous encouragerons et soutiendrons et des mesures novatrices prises par Shanghai pour faire progresser la libéralisation et la facilitation des investissements et du commerce, de sorte que davantage de pratiques fructueuses puissent être reproduites dans d’autres régions de la Chine. Deuxièmement, nous allons lancer un conseil de l'innovation scientifique et technologique à la Bourse de Shanghai et expérimenter un système d'enregistrement pour les sociétés cotées. Nous aiderons également Shanghai à consolider sa position de centre financier international et de plaque tournante de la science et de l’innovation, et à améliorer progressivement les institutions fondamentales de son marché des capitaux. Troisième, nous soutiendrons le développement intégré de la région du delta du Yangtsé. Nous allons en faire une stratégie nationale et mettre en œuvre notre nouvelle philosophie de développement avec sérieux. Nous construirons un système économique moderne et adopterons des normes plus strictes en matière de réforme et d'ouverture. La région se développera de concert avec l'Initiative Ceintures et routes, la zone de développement coordonné Beijing-Tianjin-Hebei, la ceinture économique du fleuve Yangtze et la région de la grande baie de Guangdong-Hong Kong-Macao, et contribuera à améliorer le schéma général de la réforme en Chine. et ouverture.

Mesdames et messieurs,

Mes amis, Le CIIE est un événement organisé par la Chine avec le soutien de l’OMC, d’autres organisations internationales et d’un grand nombre de pays participants. Ce n'est pas l'exposition solo de la Chine, mais plutôt un chœur impliquant des pays du monde entier. J'espère que lors du Forum économique et commercial international de Hongqiao, vous réfléchirez à des idées pour réformer le système de gouvernance économique mondiale, pour protéger conjointement le libre-échange et le système commercial multilatéral, et pour travailler ensemble à la promotion d'une économie mondiale ouverte, novatrice et inclusive. . Ensemble, contribuons à nos efforts communs pour construire une communauté avec un avenir commun et inaugurer un avenir encore meilleur pour l’humanité !

Je vous remercie.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 17-11-2018 à 13:50:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine coupe son apport de 13,7 milliards de dollars à l’économie américaine


http://fr.sputniknews.com/economie/201811171038932645-chine-diminue-obligations-americaines/

17.11.2018


En septembre, Pékin a procédé à une nouvelle vente de ses obligations américaines pour un montant de 13,7 milliards de dollars. Depuis le début de cette année, l’empire du Milieu a considérablement réduit ses investissements dans la dette américaine.

La Chine, qui est le plus grand possesseur d'obligations du Trésor américain, continue de se débarrasser de ces actifs. En septembre, elle a vendu des obligations pour un montant de 13,7 milliards de dollars, d'après les données du ministère américain des Finances.

Depuis le début de l'année, le volume des obligations américaines détenues par la Chine a baissé de 30 milliards de dollars jusqu'à représenter un total de 1.151 milliards.
Le Japon, qui occupe le deuxième rang après la Chine, a également réduit ses investissements dans la dette publique américaine de 1,9 milliards de dollars.

Quant à la Russie, elle aussi a fortement restreint son portefeuille d'obligations américaines depuis le début de l'année. En septembre, Moscou a toutefois racheté de ces actifs pour un montant de 419 millions de dollars.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 02-12-2018 à 09:34:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'accord temporaire et conditionné sur le commerce sino-US devrait être relié à l'intense activité diplomatique de la Chine en direction de nombreux pays.

L'accord sino-américain est un pas en avant important

Source: Global Times Publié le 2018/12/2 10:45:41

http://www.globaltimes.cn/content/1129902.shtml

Lors de discussions samedi à Buenos Aires en Argentine, le président chinois Xi Jinping et le président américain Donald Trump ont dégagé un consensus important sur la stabilisation des relations commerciales entre la Chine et les États-Unis. Les deux pays intensifieront les négociations en vue de l'élimination de tous les droits de douane supplémentaires et s'attaqueront aux problèmes d'intérêt commun.

Sur la base des informations reçues par le Global Times, la Chine et les États-Unis discuteront plus en détail des mesures visant à élargir l'accès aux marchés, à protéger la propriété intellectuelle, à éviter les transferts de technologie obligatoires et à contrôler conjointement la cybercriminalité. Les deux parties conviennent qu'elles s'efforceront de mener à bien cette transaction dans les 90 prochains jours. Si, à la fin de cette période, les parties ne parviennent pas à un accord, les droits de douane de 10% seront portés à 25%.

Les progrès réalisés lors des pourparlers à Buenos Aires revêtent une importance capitale depuis que les frictions commerciales sino-américaines s'intensifient cette année. On espère que l'accord conclu samedi sera mis en œuvre par les deux parties et que les équipes de travail chinois et américaines répondront aux attentes de leurs dirigeants, normalisant ainsi les relations commerciales entre les pays.

L'année a été riche en événements pour les relations sino-américaines qui ont connu des bouleversements économiques et politiques mondiaux. Les deux plus grandes économies devraient rester stables, les intérêts communs des deux puissances mondiales ayant jeté les bases des derniers progrès.

La Chine accélère sa réforme et son ouverture. Depuis l’année dernière, plusieurs mesures importantes ont été prises pour élargir l’ouverture. Pendant le boaoForum en avril, la Chine a annoncé une série de mesures proactives du marché ouvert qui ont été bien accueillies par le monde. Le 1er juillet, des réductions tarifaires ont été appliquées à un grand nombre de produits importés. En novembre, la Chine a organisé sa première exposition internationale sur l'importation. On peut voir que le pays tourne une nouvelle page en s'ouvrant.

Dans l’histoire, l’intégration des pays et même des cultures a souvent été réalisée par des frictions et même des conflits. En fin de compte, les différences mènent à l'intégration plutôt qu'à l'isolement. Lorsque ce moment historique arrivera, il est inévitable que les deux côtés favorisent davantage d'échanges.

L'intensification des échanges et de la communication est destinée à tracer la voie à suivre pour le commerce sino-américain. Même s'il peut y avoir des frictions ou des conflits, causant des inconvénients et même de la douleur, ils aident les deux côtés à mieux comprendre les besoins de chacun. L'essence de l'accord commercial est que tant que cela peut être réalisé, c'est raisonnable. Il n'y a pas de gagnant dans une guerre commerciale et le résultat n'est jamais aussi simple que de gagner ou de perdre.

L'accord entre la Chine et les États-Unis offre un potentiel énorme en matière de commerce équitable. On espère que les équipes commerciales des deux pays parviendront à autant d'accords pratiques que possible et le plus rapidement possible pour accélérer la coopération sino-américaine.

Le marché boursier américain instable devrait réagir positivement à l'accord sino-américain. L'accord permet également aux Chinois de réaliser que les deux pays peuvent encore trouver un terrain d'entente malgré leurs différences.

Les États-Unis doivent maintenir un volume important d'importations pour soutenir leur économie. La stratégie de la Chine visant à approfondir les réformes et l’ouverture exige de la Chine qu’elle abaisse le seuil du marché et protège les droits de propriété intellectuelle. Les besoins des deux parties ne se gênent pas et une guerre commerciale n'est pas une option viable.

Le public chinois doit garder à l'esprit que les négociations commerciales sino-américaines fluctuent. La vaste perspective de la réforme et de l'ouverture de la Chine reconnaît que le reste du monde fait les choses différemment. À mesure que la situation s'agrandit, nous pouvons accepter ces différences tout en les reconnaissant de manière pacifique, et être plus actives et plus ouvertes d'esprit pour résoudre les problèmes par le biais d'une interaction.

L'objectif de la Chine est d'obtenir en permanence des résultats économiques et sociaux de qualité et de répondre aux besoins sans cesse croissants d'une vie meilleure. Toute décision qui profite au développement de la Chine est juste.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 06-12-2018 à 11:57:17   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Avec l'arrestation de l'exécutif, les États-Unis veulent étouffer Huawei

Source: Global Times Publié le 2018/12/6 16:23:40

http://www.globaltimes.cn/content/1130636.shtml
Meng Wanzhou, directeur financier de Huawei Technologies, a été arrêté par le Canada le 1er décembre à la demande des États-Unis. Meng est également la fille du fondateur de l'entreprise, Ren Zhengfei. De toute évidence, Washington a recours à une approche ignoble car il ne peut empêcher la progression de Huawei en 5G sur le marché.

Les États-Unis cherchent à obtenir l'extradition de Meng pour faire face à des accusations non spécifiées dans le district est de New York. Selon les médias canadiens, les États-Unis pourraient être accusés d'avoir violé les sanctions américaines imposées à l'Iran par Huawei.

Huawei a nié l'accusation dans un communiqué. L'ambassade de Chine au Canada a exprimé mercredi sa ferme opposition à l'arrestation de Meng, affirmant qu'il s'agissait d'une "violation flagrante des droits de l'homme".

Malgré des informations incomplètes sur l'incident, la décision des États-Unis va à l'encontre du consensus auquel sont parvenus les chefs d'État chinois et les États-Unis en Argentine. L'incident montre que la Chine fait face à une concurrence compliquée avec les États-Unis. Beijing a besoin de détermination et de sagesse pour protéger ses propres intérêts.

Avec cette arrestation, les États-Unis envoient des signaux à la communauté internationale qu'ils visent Huawei. Il est clair que Washington trouve avec malveillance la faute de Huawei et tente de mettre la société en péril avec les lois américaines. Washington tente de nuire à la réputation internationale de Huawei et s'attaque au marché mondial du géant de la technologie au nom de la loi.

Nous appelons le gouvernement et la société chinois à offrir un soutien moral à Huawei et aux diplomates chinois afin qu'ils apportent une assistance rapide à Meng. Nous soutenons également Huawei dans sa bataille juridique avec les États-Unis pour prouver son innocence et contrecarrer le complot de certains Américains visant à jeter la société hors de propos.

Huawei a connu une croissance constante en suivant strictement les lois. Il tire son expérience de la gestion de toutes les sociétés transnationales et maintient les normes les plus élevées à cet égard. Il est impossible que Huawei veuille violer délibérément la réglementation américaine. Il sera difficile pour les États-Unis de condamner l'exécutif de Huawei.

Huawei devrait essayer de vaincre les accusateurs dans le cadre juridique américain. Dans le cas où les États-Unis poursuivraient Huawei avec une accusation injustifiée, l'affaire se compliquerait, mais Huawei aura encore beaucoup de marge de manoeuvre.

Il n’est pas très probable que Huawei devienne le prochain ZTE. Huawei est technologiquement plus fort que ZTE et la situation est différente de celle à laquelle ZTE faisait face à la répression aux États-Unis. Huawei a la capacité et la sagesse de faire face aux risques actuels et de minimiser les dommages causés par le mouvement américain.

Le gouvernement chinois devrait sérieusement contrer la tendance américaine à abuser des procédures légales pour supprimer les entreprises de haute technologie en Chine. Cela devrait augmenter les interactions avec les États-Unis et exercer une pression au besoin. La Chine a fait preuve de retenue, mais les États-Unis ne peuvent agir de manière imprudente. Le président américain Donald Trump devrait mettre un frein aux activités hostiles de certains Américains qui pourraient mettre en péril les relations sino-américaines.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 06-12-2018 à 23:55:36   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article des Echos fait un point qui éclaire la trêve temporaire :

Malgré la guerre commerciale, le déficit américain atteint de nouveaux records

NICOLAS RAULINE Le 06/12 à 15:43Mis à jour à 17:40

http://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0600292726470-malgre-la-guerre-commerciale-le-deficit-americain-atteint-de-nouveaux-records-2227867.php

Le pays est pénalisé par une baisse de ses exportations, alors que la forte demande intérieure continue de soutenir les importations.

Est-ce l'une des raisons qui pousse Washington à négocier avec Pékin? Toujours est-il que la guerre commerciale enclenchée par Donald Trump tarde à démontrer son efficacité. En octobre, le déficit commercial américain des biens et services a atteint un nouveau record, à 55,5 milliards de dollars, selon les chiffres publiés ce jeudi par le Département du Commerce. C'est près d'un milliard de plus par rapport au mois de septembre et bien au-dessus des prévisions.

Le déficit a retrouvé, et même dépassé le niveau qui était le sien en début d'année, avant les mesures décrétées sur l'acier et l'aluminium. C'est tout simplement un nouveau record depuis dix ans et le cinquième mois consécutif de hausse.
Cette nouvelle augmentation est due essentiellement à des importations qui bondissent de nouveau, à 266,5 milliards de dollars. Le pays est confronté à une explosion de la demande, qui tire les importations de biens de consommation (+ 2 milliards de dollars). La production domestique n'est pas en mesure de répondre à cette demande.

Des tarifs peu efficaces

Les exportations sont, en outre, à la baisse. Les produits agricoles sont les plus durement touchés, avec un recul des exportations de soja de 0,8 milliard de dollars, par exemple.
Les mesures de rétorsion chinoises, sur l' agriculture notamment, apparaissent ainsi plus efficaces que les tarifs mis en place par les Etats-Unis.
Un exemple significatif: l'acier. Taxé à 25% depuis le mois de mars, le métal continue d'entrer de manière massive sur le territoire. Les industriels américains ne produisent pas suffisamment pour alimenter la demande. Des projets d'extension d'usines sont bien en cours, mais le temps qu'ils soient mis en oeuvre, la conjoncture peut se retourner... En octobre, deux millions de tonnes d'acier ont ainsi été importées dans le pays, 7% de plus qu'en septembre.

Et une étude récente du «New York Times » mettait en évidence le nombre croissant d'exemptions. Les entreprises peuvent demander une permission spéciale pour importer des métaux sans être taxées à hauteur de 25%. L'administration américaine en aurait déjà accordé plus de 3.000 sur de l'acier ou de l'aluminium chinois. C'est plus que les exemptions accordées sur des pays alliés, comme le Japon ou le Canada.

Le déficit se creuse avec la Chine

Les Etats-Unis ont accru leur déficit avec toutes les régions où ils souhaitent le réduire. Un nouveau record a ainsi été atteint en octobre sur les biens avec la Chine, à 43,1 milliards de dollars (+7,1%), sous l'effet conjugué d'une baisse des exportations et d'une hausse des importations. Le déficit avec l'Union européenne n'est pas en reste : il s'est établi sur le mois d'octobre à 17,6 milliards de dollars, malgré une légère baisse des importations.

Et, alors que les constructeurs automobiles européens et asiatiques attendent fébrilement la décision de Washington, les chiffres publiés ce mois-ci n'incitent pas à l'optimisme. Les importations de voitures ont en effet, elles aussi, atteint un nouveau record, à 14,6 milliards de dollars. Donald Trump pourrait donc être tenté d'imposer de nouveaux tarifs sur les véhicules pour favoriser des constructeurs américains en proie à de nouvelles difficultés.

Nicolas Rauline
Bureau de New York

______________________


L'article du NYT :
Les métaux chinois gagnent des dérogations tarifaires avec peu de résistance


Des piles de lingots d'aluminium à Wuxi, en Chine. Les tarifs du président Trump sur l'acier et l'aluminium visaient à réduire le flux d'importations bon marché en provenance de pays comme la Chine.CréditQilai Shen / Bloomberg


Des piles de lingots d'aluminium à Wuxi, en Chine. Les tarifs du président Trump sur l'acier et l'aluminium visaient à réduire le flux d'importations bon marché en provenance de pays comme la Chine. CréditCréditQilai Shen / Bloomberg

Par Jim Tankersley
28 novembre 2018

WASHINGTON - Lorsque Mandel Metals, un distributeur d'aluminium situé à Chicago, a découvert que ses activités étaient menacées par les droits de douane appliqués par le président Trump sur les métaux étrangers, il a déposé des centaines de demandes auprès de l'administration pour exclure ses importations des prélèvements.
Encore et encore, l'administration a dit oui, permettant ainsi à Mandel d'importer - s'il le voulait - jusqu'à 600 millions de livres d'aluminium exempt de droits de douane en provenance de Grèce, d'Italie, de France, de Norvège et, ce qui est peut-être le plus surprenant, de Chine.

M. Trump a imposé des droits de douane considérables sur l'acier et l'aluminium afin d'empêcher la Chine et d'autres pays d'inonder le marché américain de métaux bon marché, une menace à la sécurité nationale en "dégradant" la base industrielle. Selon une analyse du Congrès commune avec le New York Times, son administration a toutefois accepté près de 3 000 demandes susceptibles d'exempter des produits métalliques fabriqués en Chine des droits de douane.

Depuis le mois de mars, lorsque les droits de douane de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium sont entrés en vigueur, le Département du commerce a approuvé un nombre plus important de demandes d'exclusion incluant des importations en provenance de Chine par rapport à des alliés américains comme le Japon et le Canada.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  guerre commerciale USA ChineNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum