Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 guerre commerciale USA Chine

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12521 messages postés
   Posté le 02-11-2019 à 16:48:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Antidumping: l’OMC autorise Pékin à sanctionner 3,6 milliards USD de produits américains


Depuis 5 heures 1 novembre 2019

L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a autorisé vendredi Pékin à imposer des sanctions sur 3,6 milliards de dollars (3,2 milliards d’euros) de produits américains par an, dans un litige vieux de six ans portant sur des mesures antidumping prises par Washington.

C’est la première fois que l’OMC autorise la Chine à sanctionner des produits américains. Pékin avait toutefois réclamé la possibilité de pouvoir sanctionner jusqu’à plus de 7 milliards de dollars par an.

Source: AFP
https://french.almanar.com.lb/1541608
Read more at http://www.jacques-tourtaux.com//#iSVJZU8VW4iRDrv7.99

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12521 messages postés
   Posté le 09-11-2019 à 23:54:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les récentes discussions amènent les USA à lever progressivement leurs taxations, et la Chine fait de même.
Mais l'objectif de briser l'essor économique et l'avancée technologique de la Chine n'est pas atteint.
Concernant Huawei, le constructeur fait cette déclaration :


https://www.frandroid.com/marques/huawei/638730_pour-huawei-les-etats-unis-peuvent-bien-garder-leur-bannissement-a-vie

Pour Huawei, les États-Unis peuvent bien garder leur bannissement à vie


Huawei ne semble plus le moins du monde inquiété par le bannissement américain. Au contraire : en interview, plusieurs responsables de la marque annoncent ne pas avoir besoin des États-Unis pour grandir.

C’est le feuilleton de plusieurs mois désormais : les États-Unis ont banni le constructeur chinois Huawei. En l’intégrant dans l’Entity List, le gouvernement Trump a fait en sorte d’interdire aux entreprises américaines la moindre interaction avec l’entité chinoise.

Conséquence directe de cela ? L’impossibilité d’utiliser Android pour ses smartphones, et Windows 10 pour ses ordinateurs portables. Si la situation est encore stagnante, et que des solutions ont maintes fois été tentées sans succès, l’entreprise semble s’être résignée et vouloir afficher désormais sa force.

Pas de confrontation, pas besoin

Dans une interview accordée au Wall Street Journal, relayée par Gizmochina, le fondateur de Huawei Ren Zhengfei a déclaré : « Nous pouvons très bien survivre sans les États-Unis. Les accords commerciaux entre la Chine et les États-Unis ne sont pas quelque chose qui nous concerne » . Et pour cause : « nous n’avons virtuellement aucune affaire aux États-Unis ».

Ces déclarations ne sont pour autant pas à lire comme des menaces de guerre. Le fondateur tempère en effet en déclarant qu’il n’y a « pas eu de confrontation avec les États-Unis » et que Donald Trump pourrait leur rendre visite aujourd’hui ou après la fin de son mandat comme il le souhaite.

Si Huawei a bien tenté de commencer à vendre ses smartphones sur le sol américain avant refus du gouvernement, il n’a en effet pas eu besoin de cela pour grimper à la troisième place des vendeurs internationaux. On comprend donc un peu plus la position de Ren Zhengfei sur ces déclarations.

Les États-Unis s’effacent du portfolio Huawei
Ceci étant, ce n’est pas le nœud du problème. L’activité d’équipementier réseau, bien que moins connue du grand public, est la plus touchée par le bannissement américain. Sur ce terrain, c’est l’actuel PDG de Huawei qui déclare : « Nous ne nous attendons pas à ce que les États-Unis retirent Huawei de l’Entity List. Ils peuvent bien nous y garder à vie puisque nous irons très bien sans eux » .

Source d’une telle confiance ? Huawei revoit progressivement son portfolio d’appareil 5G afin d’éliminer toutes technologies américaines, créant 5 000 nouvelles stations par mois. Certaines sont tout de même présentes, comme les puces ARM, mais sont créées dans des usines délocalisées et ne sont donc pas soumises au bannissement. Elles représentent « 70 à 80% » du niveau auquel elles étaient auparavant désormais.

Une balle dans le pied
S’il était admis que Huawei devrait encaisser ce bannissement sur ses affaires… celles-ci se portent très bien pour le moment. Ses derniers résultats montrent que ses ventes continuent d’augmenter et que son bénéfice croît toujours, bien qu’un brin ralenti. Du côté des États-Unis, la question d’un assouplissement est enfin à l’ordre du jour alors que des autorisations spéciales ne devraient plus tarder à être validées par le gouvernement.

Et si les États-Unis s’étaient tiré une balle dans le pied ? Un acteur économique de la trempe de Huawei n’est pas à prendre à la légère. Et si celui-ci continue de grandir et s’épanouir en l’absence du marché américain tout en effaçant progressivement ses acteurs de son portfolio… Les États-Unis ont tout à y perdre. Voilà qui pourrait donc bien changer la donne sur les mois à venir.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12521 messages postés
   Posté le 13-12-2019 à 19:35:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Donald Trump propose une trêve commerciale à Pékin


Les droits de douane américains sur 360 milliards de produits chinois pourraient être réduits de moitié.
Par Pierre-Yves Dugua

Publié hier à 20:52, mis à jour il y a 8 heures
https://www.lefigaro.fr/conjoncture/donald-trump-pret-a-une-treve-dans-la-guerre-commerciale-a-pekin-20191212
De notre correspondant à Washington,

Faute de pouvoir arracher à Pékin l'abandon de ses politiques de subvention de secteurs stratégiques et de transferts forcés de technologie, Donald Trump propose une trêve dans la guerre commerciale avec la Chine, en échange d'achats importants de denrées agricoles américaines.

L'accord commercial limité, baptisé «Phase 1», expliqué dans ses grandes lignes par la Maison-Blanche à plusieurs personnalités importantes, notamment au Congrès, n'a été jeudi soir confirmé officiellement ni par le président Trump, ni par le gouvernement chinois.

Promis déjà depuis le 11 octobre par la Maison-Blanche, l'accord partiel de «Phase 1» n'avait pas encore été totalement rédigé jeudi soir. Deux scénarios de signature sont envisagés. L'ambassadeur chinois à Washington, Cui Tiankai, pourrait parapher dès aujourd'hui à Washington un document avec Robert Lighthizer, le représentant du président Trump pour les Affaires commerciales. Une autre option serait une cérémonie de signature plus tard à Pékin, avec le secrétaire américain au Trésor, et Robert Lighthizer. On ne parle plus en revanche de cérémonie avec les présidents Xi et Trump.

Au grand soulagement de Wall Street et des milieux d'affaires, Donald Trump accepte de réduire de moitié les droits de douane de 15 à 25% qui se sont accumulés sur quelque 360 milliards de dollars d'importations chinoises depuis dix sept mois.

Dans le cadre d'un «accord de principe» avec Pékin, le président américain est disposé en outre à suspendre la mise en oeuvre prévue pour dimanche de nouveaux droits de douane portant sur 160 milliards de dollars de produits chinois, comme les smartphones et les ordinateurs portables et les jeux vidéo. Toutefois les concessions par la Maison-Blanche sont conditionnées à des achats massifs de denrées agricoles américaines par la Chine sur plusieurs années et à des engagements relatifs à la protection de la propriété intellectuelle des investisseurs étrangers en Chine.

Pékin accepterait d'acheter pour 50 milliards de dollars de denrées agricoles et de produits énergétiques américains en 2020. Voilà qui marquerait un doublement du montant d'achats effectués par la Chine avant le déclenchement de la guerre commerciale. La Chine promettrait aussi de ne pas manipuler sa monnaie pour stimuler ses exportations, et d'ouvrir son secteur des financiers aux firmes étrangères. Dans le cas où ces promesses ne seraient pas tenues, les surtaxes américaines seraient réimposées.

Le compromis marquerait une trêve dans la guerre commerciale, mais il ne s'agit que d'un accord commercial partiel. Toutes les sanctions américaines ne seraient pas levées, car Donald Trump continue d'exiger que la Chine élimine de multiples aides directes et indirectes à des secteurs industriels jugés stratégiques, et qu'elle cesse d'imposer aux sociétés étrangères des transferts de technologie à des partenaires chinois. Ces questions fondamentales sont censées être abordées dans une «Phase 2», dont le calendrier de négociation est incertain.

À lire aussi : Guerre commerciale: pourquoi le geste de Trump sonne comme une victoire pour Xi Jinping

___________________________



L'accord commercial de la première phase constitue un pas en avant, un nouveau départ

Source: Global Times Publié: 2019/12/14 1:06:15
https://www.globaltimes.cn/content/1173446.shtml


Le vice-Premier ministre chinois Liu He (à gauche) serre la main du représentant américain au commerce, Robert Lighthizer (au centre), aux côtés du secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, alors que Liu arrive au bureau du représentant américain au commerce pour les négociations commerciales à Washington DC, vendredi. Photo: A P


Vendredi soir, des responsables chinois ont déclaré dans un communiqué que la Chine et les États-Unis se sont mis d'accord sur le texte d'un accord commercial de phase un. En vertu de l'accord, les États-Unis supprimeront progressivement les tarifs sur les produits chinois et passeront de l'augmentation des tarifs à leur abaissement. Sur la base des règles de l'OMC et des principes du marché, les entreprises chinoises augmenteront leurs achats de produits étrangers, y compris ceux des États-Unis, conformément à la demande du marché. La Chine renforcera également la protection des droits de propriété intellectuelle et élargira l'accès aux marchés.

C'est la première fois en 20 mois environ que les deux parties se mettent d'accord sur le texte d'un accord commercial. On pourrait dire que les négociations commerciales sino-américaines ont atteint des résultats périodiques et indiquent que les deux parties ont fait un pas en avant. La communauté internationale attend que les deux parties prennent cette mesure.

La remontée optimiste des marchés boursiers mondiaux de jeudi et vendredi montre que l'accord sino-américain devrait renforcer la confiance du marché mondial et pousser toutes les parties à régler les différends commerciaux de manière gagnant-gagnant.

Rome n'a pas été construite en un jour. Le protectionnisme commercial s'est étendu dans certains endroits du monde, affectant la pensée de certaines personnes. Il n'est pas facile pour la Chine et les États-Unis de s'entendre sur le texte de l'accord. Mais comment définir cet accord et s'il peut conserver ses effets positifs sur le marché mondial et même accumuler plus d'énergie positive dépendra des efforts supplémentaires de la Chine et des États-Unis, car le marché mondial a été perturbé par la guerre commerciale.

Nous devons voir que la première phase de l'accord commercial est un résultat gagnant-gagnant qui apportera des avantages tangibles au monde. La réponse des investisseurs du monde entier est plus réelle car ils n'utiliseraient pas leur propre argent uniquement pour faire un grand geste. Cependant, certaines personnes en Chine et aux États-Unis peuvent exagérer que leur propre pays subit une perte de cet accord. Il s'agit d'un contre-courant naturel de l'opinion publique, mais ne représente pas l'attitude dominante de chaque côté.

La Chine et les États-Unis sont enfermés dans une guerre commerciale depuis environ 20 mois et aucune des deux parties ne pourrait écraser l'autre pour imposer imprudemment sa propre volonté à l'autre. Un tel fait a été compris de façon réaliste par la société dominante des deux pays. La Chine et les États-Unis sont capables de prolonger la guerre commerciale. S'ils veulent empêcher la guerre commerciale de s'étendre davantage et veulent reculer, les deux parties doivent faire des compromis et accepter une condition où les intérêts des deux parties sont maximisés.

La guerre commerciale américano-chinoise se produit à un moment où la réflexion stratégique des États-Unis sur la Chine a changé. Cela nécessite que Washington trouve un élan stratégique pour mettre fin à la guerre commerciale. Alors, quel serait un tel élan stratégique?

Nous pensons que tant que la partie américaine est réaliste, il est possible qu'un tel élan stratégique puisse se former et se développer progressivement. La guerre commerciale n'est pas un moyen efficace de résoudre la concurrence stratégique entre la Chine et les États-Unis. Elle ne peut ni effrayer la Chine ni affaiblir efficacement la Chine, mais entraînera une augmentation progressive du coût de l'économie américaine.

On espère que la Chine et les États-Unis pourront tirer des avantages de l'accord commercial de phase un, et en profiter pour construire une base solide permettant aux deux parties d'éliminer et de réduire les différences et de renforcer la confiance grâce à des négociations patientes.

Le peuple chinois devrait également noter que la guerre commerciale a été déclenchée par les États-Unis et que la Chine a été forcée de répondre. Sous la direction acharnée du Parti et du gouvernement, la partie chinoise a toujours insisté sur le principe "Nous ne voulons pas d'une guerre commerciale, mais nous n'en avons pas peur et, si nécessaire, nous riposterons" . Si nous ripostons résolument, nous ouvrons également la porte aux négociations. Notre front n'a jamais sombré dans le chaos. La Chine est une grande nation dotée de force, de volonté et de sagesse. Tout cela a été prouvé au cours des derniers mois.

La Chine aime la paix et est déterminée à progresser constamment. Nous ne nous plaignons pas d'avoir souffert de la guerre commerciale. Comme chaque pièce a deux faces, nous sommes disposés à examiner la relation positive possible entre cette guerre commerciale et la poursuite des réformes et de l'ouverture de la Chine dans une perspective historique. La mise à niveau de la consommation des Chinois a besoin d'importations américaines telles que des produits agricoles de bonne qualité. Et le renforcement de la protection de la propriété intellectuelle et l'élargissement de l'accès aux marchés sont les orientations de la réforme et de l'ouverture de la Chine. Plus la vision de la Chine est grande, plus le pays peut aller loin.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12521 messages postés
   Posté le 27-12-2019 à 08:06:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La politique américaine sur la Chine ne changera pas

Source: Global Times Publié: 2019/12/26 18:08:40

https://www.globaltimes.cn/content/1174901.shtml

Avec des problèmes profonds apparents dans le monde entier, et une instabilité et des incertitudes croissantes, y aura-t-il un changement de politique fondamentale des États-Unis envers la Chine? Nous avons de très bonnes nouvelles que la Chine et les États-Unis sont parvenus à une conclusion sur un accord commercial de phase un, ce qui est excellent. Mais je suppose que la réponse est "non". Les États-Unis ne changeront pas leur politique fondamentale, que Trump soit réélu ou non.

Permettez-moi d'essayer d'expliquer cela du point de vue fondamental de l'économie américaine. Certains pensent que la grande crise qui a frappé le monde dans les années 1930, la Grande Dépression, a provoqué la Seconde Guerre mondiale. D'un point de vue économique, je suis désolé de dire que c'est irrationnel. Le coût humain de la guerre a été terrible, mais il a produit la croissance la plus rapide de l'histoire de l'économie américaine. Mais après cela, nous pouvons voir que l'économie américaine ralentit depuis 50 ans.

En 1969, le taux de croissance moyen de l'économie américaine était de 4,4% et de 2,1% en 2019, donc toutes les affirmations du président américain Donald Trump selon lesquelles l'économie américaine se porte bien ne sont que des mensonges. Ce qui s'est réellement passé dans l'économie américaine, c'est le cours d'une fluctuation du cycle économique autour d'une moyenne en baisse.

Le taux de croissance de pointe sous Trump était de 3,2% au deuxième trimestre de 2018. C'est plus lent que le taux de croissance de pointe sous Barack Obama, qui était de 4%, plus lent que celui de George W Bush, qui était de 4,3%, et plus lent que cela. sous Bill Clinton, qui était de 5,3 pour cent. Pour tous les présidents du XXIe siècle, leurs taux de croissance moyens de pointe ont été plus lents que ceux des présidents du XXe siècle. C'est la tendance fondamentale de l'économie américaine.

Et l'économie américaine continuera de ralentir, ce qui provoquera des troubles et des tensions sociales aux États-Unis. Il devra faire face à davantage de problèmes internes au cours des prochaines élections. Si le système central fond, il se répandra ensuite dans son environnement.

C'est aussi la raison pour laquelle des émeutes ont eu lieu en Amérique latine, car ces manifestations se sont accumulées contre une croissance lente. On ne le sait généralement pas, mais c'est un fait que la croissance au cours des 11 années après 2008, l'année de la crise financière internationale, a été plus lente que celle des 11 années après 1929. Aussi étonnant que cela puisse paraître, c'est un fait: la croissance pendant la depuis 2008 est plus lente que la croissance à travers la Grande Dépression, et le désordre s'est aggravé.

C'est la cause de la montée du populisme, du protectionnisme et d'autres symptômes. La véritable caractéristique de la situation économique actuelle et du monde est une grande stagnation, car la croissance depuis 2008 est plus lente que pendant la Grande Dépression.

Enfin, ce changement aux États-Unis, même si Trump est réélu? S'il est réélu, il n'y aura évidemment pas de changements fondamentaux. S'il n'est pas réélu, les candidats du Parti démocrate devraient également tenir la politique étrangère dure. Elizabeth Warren a même critiqué Trump pour ne pas avoir suffisamment pris en charge les forces armées américaines.

Par conséquent, il n'y aura pas de changement dans la politique fondamentale des États-Unis envers la Chine, quel que soit le résultat des élections.

L'article est compilé à partir d'un discours prononcé par John Ross, chercheur principal à l'Institut d'études financières de Chongyang à l'Université Renmin de Chine, lors du Symposium international sur «La Chine et le monde à l'ère nouvelle».

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12521 messages postés
   Posté le 08-02-2020 à 20:30:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Huawei n’installera plus les applications Google même si les sanctions sont levées


https://www.phonandroid.com/huawei-refuse-reutiliser-applications-google-meme-sanctions-levees.html
PAR FLORIAN BAYARD, 31/01/2020

Huawei en a définitivement terminé avec les services de Google. Le constructeur chinois refusera de réutiliser les applications et les services de Google même si les sanctions américaines sont finalement levées. Le groupe préfère tout miser sur les Huawei Mobile Services et ne plus dépendre des technologies venant des États-Unis.

Interrogé par nos confrères allemands de Der Standard, Fred Wangfei, responsable de Huawei Autriche, a assuré que Huawei a fait une croix sur les services et applications de la suite Google Mobile Services. Même si les restrictions imposées par Donald Trump sont abandonnées, Huawei continuera de privilégier sa propre suite d’applications, les Huawei Mobile Services. Pour rappel, Huawei teste déjà ses alternatives aux services de Google en Chine.

Huawei veut être indépendant des États-Unis

Andreas Proschofsky, journaliste chez Der Standard, affirme que Fred Wangfei a donné la même réponse à de multiples reprises. Le doute n’est donc pas permis. Selon le média, Huawei est réticent à l’idée de revenir sur les services Google pour une raison bien précise. La firme craint visiblement que des nouvelles restrictions soient promulguées à l’avenir et souhaite « se débarrasser de cette dépendance à la politique américaine » .

Face au tollé provoqué par cette déclaration, un porte parole de Huawei Allemagne est rapidement monté au créneau pour clarifier la situation. Le porte parole affirme que la relation entre Google et Huawei n’a pas changé d’un iota. Dans un autre communiqué relayé par The Verge, la marque souffle le chaud et le froid concernant l’avenir des GMS (Google Mobile Services) sur ses smartphones. « Notre premier choix est l’écosystème Android ouvert, y compris GMS (Google Mobile Services) – c’est ce qui nous a permis de devenir le numéro deux mondial » annonce le communiqué.

« Je crois que Google et Huawei espèrent qu’une licence sera accordée. Suite aux sanctions, nous développons actuellement HMS (Huawei Mobile Services) – invitant les développeurs d’applications à se joindre à nous. Cette offre a suscité beaucoup d’intérêt positif en Europe. Il convient de rappeler que nous avons été l’un des principaux contributeurs au système d’exploitation open source Android au cours des cinq dernières années » souligne Huawei.

Ce communiqué de Huawei vise clairement à apaiser les éventuelles tensions avec son partenaire Google et à rassurer les utilisateurs, qui espèrent toujours que tout rentre dans l’ordre. Néanmoins, Huawei ne nie pas complètement les déclarations de Fred Wangfei et en profite même pour mettre en avant sa propre alternative aux GMS. On peut s’attendre à ce que le constructeur profite donc de l’occasion pour réclamer son indépendance vis à vis des produits américains. Les travaux dans ce sens sont déjà bien avancés. Par exemple, Huawei dispose déjà d’une alternative à Google Maps développée avec TomTom.

Source : Der Standard, The Verge

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12521 messages postés
   Posté le 08-02-2020 à 23:51:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Une interview intéressante sur la guerre commerciale https://youtu.be/yBgylC3dby8

La Chine d'aujourd'hui n'est pas le Japon ...

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12521 messages postés
   Posté le 19-02-2020 à 23:57:36   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ici la guerre commerciale prend la forme de la guerre juridique. En fait il s'agit d'un conflit engagé par les USA et qui correspond à leur perte d'influence, à leur perte du pouvoir et à leurs propres divisions internes.


La
répression des médias chinois augure mal des relations bilatérales

Source: Global Times Publié: 2020/2/19 21:58:02
https://www.globaltimes.cn/content/1180175.shtml

Les États-Unis ont annoncé mardi qu'ils traiteraient cinq grandes agences de presse chinoises avec des opérations américaines comme des missions étrangères, les obligeant à enregistrer auprès du département d'État américain leurs employés et leurs propriétés.
Il reste à voir dans quelle mesure cette décision américaine affectera les cinq entités médiatiques. Les États-Unis ont affirmé que cette désignation n'entraverait pas les activités journalistiques de ces agences. Mais il existe diverses dispositions restrictives dans la loi sur les missions étrangères des États-Unis. Ainsi, les limites auxquelles ces médias seront confrontés à l'avenir seront flexibles. Il peut leur être difficile d'envoyer des journalistes aux États-Unis et d'embaucher du personnel local.
Mercredi après-midi, heure de Pékin, le ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé qu'il révoquerait les pouvoirs de presse de trois journalistes du Wall Street Journal travaillant à Pékin, le WSJ ayant déjà publié un commentaire raciste intitulé "La Chine est le vrai malade de l'Asie" et a refusé de s'excuser. Selon l'auteur, le commentaire a été titré par les rédacteurs du journal, pas lui-même.

Il n'y a aucun lien entre les deux événements, mais ce n'est pas complètement une coïncidence qu'ils se soient produits à peu près au même moment. Ensemble, ils montrent que le conflit idéologique entre la Chine et les États-Unis s'intensifie. Les valeurs des deux pays s'éloignent et agissent de manière plus résolue conformément à leurs propres principes respectifs. Ce n'est pas un bon signe. Cela pourrait être un autre indice d'une relation de grande puissance plus turbulente au 21e siècle.

En général, les États-Unis sont plus agressifs et offensifs. En plus d'empêcher les médias chinois de "pénétrer" les États-Unis comme le prétend, le Département d'État américain utilise sa décision pour déclarer l'opposition de Washington au système politique chinois, amplifier les différences entre les systèmes occidental et chinois et déformer l'image des Chinois. gouvernement.

La Chine a toujours été réservée dans la gestion des frictions avec les États-Unis. Elle garde toujours à l'esprit l'intérêt général et n'a jamais suscité de différends avec les États-Unis. Presque tous les conflits ont été provoqués par les États-Unis.
Au lieu d'exprimer sa sympathie et son aide dans la lutte de la Chine contre le COVID-19, le WSJ a utilisé le racisme pour attaquer la Chine. La Chine a imposé une sanction parce que le journal est allé au-delà du supportable.

Certaines élites politiques américaines ont renforcé la mobilisation politique contre la Chine et tenté de rallier davantage de forces occidentales pour s'opposer à la Chine. Leur acte le plus important est d'attaquer la direction du Parti communiste chinois et de noircir le système politique chinois. Ils espèrent évidemment étouffer le désir des autres pays d'étendre leur coopération avec la Chine en mobilisant l'aversion politique du peuple pour la Chine.

La pratique est le seul critère de vérité. Que la gouvernance de la Chine soit bonne ou mauvaise dépend de ce qu'elle a apporté au peuple chinois. Au cours des dernières décennies, la Chine, le pays le plus peuplé du monde, a réalisé des progrès globaux et visibles. Les moyens de subsistance des Chinois ont été complètement remodelés. Combien il est déraisonnable et impudique de diaboliser le système politique d'un tel pays.

Récemment, certaines élites américaines ont tenté de dégrader les relations entre le peuple chinois et le gouvernement. Ils ont également tenté de renforcer l'alliance des valeurs occidentales. Mais l'égoïsme stratégique non éthique et non dissimulé des États-Unis est beaucoup trop évident. Regardez comment Washington n'a pas réussi à faire refuser Huawei par ses alliés dans la construction 5G. Les gens comprendront à quel point il est impossible pour les États-Unis d'isoler la Chine.

Les États-Unis ne devraient pas provoquer les médias chinois sans limites. Les médias américains doivent également faire des affaires en Chine. Si les États-Unis vont trop loin, les agences de presse américaines en Chine seront les plus inquiètes.
Les relations sino-américaines détermineront les relations internationales au 21e siècle. Les élites dirigeantes aux États-Unis ne devraient pas être des pécheurs au 21e siècle.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  guerre commerciale USA ChineNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum