Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 guerre commerciale USA Chine

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 Page suivante
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 13-08-2017 à 23:59:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Après les rodomontades de Trump contre la Corée du nord, puis ses menaces d'intervention au Venezuela, puis les incursions aériennes et navales en mer de Chine, ce dernier s'avise d'attaquer la Chine pour pillage des technologies :



La guerre commerciale de Trump pourrait faire boomerang


Source: Global Times Publié: 2017/8/13

________________________________________


La Maison Blanche a déclaré que le président Donald Trump annoncera lundi après-midi (EST) que les États-Unis chercheront une enquête sur l'article 301 sur les pratiques commerciales de la Chine, y compris le prétendu transfert de technologie forcé et le vol de propriété intellectuelle.

L'article 301 a été utilisé pour imposer des tarifs sur les motos et l'acier japonais dans les années 80. Les États-Unis examinent également les quatre «petits dragons» d'Asie, à savoir Hong Kong, Taiwan, Singapour et la Corée du Sud, en vertu de la section 301.

Trump a une vision simpliste des relations internationales, en particulier des liens entre la Chine et les États-Unis. Il croit obstinément que les États-Unis ont subi des pertes du système actuel du commerce international alors que la Chine a gagné un avantage. Le déficit commercial global des États-Unis en 2016 était de 502,3 milliards de dollars, Le déficit de la Chine dépassant 300 milliards de dollars. Peut-être cela a-t-il irrité Trump, ce qui le rend impatient de saisir un scénario précis du commerce sino-américain.

Mais le chapitre 301 est une loi américaine et ne peut pas réglementer le commerce international. Aucun gouvernement américain n'aime voir un énorme déficit commercial. Mais le déficit augmente, ce qui indique un déséquilibre domestique. Trump ne peut pas utiliser la Section 301 à volonté en tant que levier contre la Chine, un autre géant du commerce.

Pékin ne doit pas être trop préoccupé par un conflit commercial avec les États-Unis. Des économies plus petites ont résisté aux pressions de la section 301, et encore moins le continent chinois qui possède un énorme volume commercial.

Les «quatre petits dragons» du Japon et de l'Asie dépendent de Washington politiquement et économiquement. Stratégiquement, leur prospérité est un sous-produit de la prospérité américaine. Les États-Unis n'ont rien à redouter lorsqu'ils privent ces pays de leurs droits.

Mais le continent chinois est indépendant politiquement et économiquement. Une fois que le chapitre 301 est appliqué, la Chine prendra des mesures de répression. L'administration Trump devrait penser à la pression exercée par la Chine sur le commerce et éviter une douloureuse guerre commerciale.

La Chine devrait utiliser le mécanisme de l'OMC pour poursuivre les États-Unis pour protectionnisme commercial. Les politiques commerciales de l'administration Trump ont été largement critiquées. Bien que le dépôt d'un procès avec l'OMC prenne beaucoup de temps, il est très probable que la Chine gagne.

Washington est plus expérimenté que la Chine dans les guerres commerciales. Mais la société et l'opinion américaines peuvent difficilement supporter leurs propres pertes. Si une guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis commence, Beaucoup de ceux qui soutiennent maintenant une ligne dure envers la Chine se tourneront contre l'administration Trump.

Les États-Unis ont lié le problème commercial sino-américain à la question nucléaire de la Corée du Nord , ce qui est illogique. Une guerre commerciale entre les deux affectera le climat général des liens bilatéraux, mais une guerre commerciale est loin de l'intégralité des liens sino-américains. Les deux continueront à maintenir leurs relations bilatérales complexes.

Les États-Unis envoient souvent des navires de guerre pour patrouiller la mer de Chine méridionale, et maintenant ils augmentent la pression commerciale sur la Chine. La Chine devrait transformer sa passivité. La Chine n'agira pas comme un provocateur agressif, mais nous devrions faire en sorte que Washington se rende compte que la Chine n'est pas la seule à être dérangée.


Edité le 14-08-2017 à 00:02:41 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 23-10-2017 à 09:12:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Canal de Panama: la Chine défie les USA



© AP Photo/ Arnulfo Franco, File

19:03 22.10.2017 Sputnik

La Chine vient de lancer le chantier d'un port de croisières au Panama, premier projet depuis l'établissement de relations diplomatiques avec ce pays centraméricain en juin dernier. C’est une démarche politique très forte de Pékin sur fond d’aggravation du conflit entre le Panama et les États-Unis, ont indiqué des experts à Sputnik.


Ce projet confirme le principe d'une seule Chine et contribue à la promotion des liens entre la Chine et le Panama, a déclaré dans un entretien accordé à Sputnik le directeur du Centre d'étude de la mondialisation et de la modernisation de la Chine, Wang Zhiming.

«De longues années durant, le problème taïwanais ne permettait pas au Panama de profiter des avantages que lui promettait la coopération avec le continent [la Chine continentale, ndlr]» , a relevé l'interlocuteur de l'agence.
Et d'ajouter que Panama pourrait par ailleurs participer au projet la nouvelle route de la soie.

Les observateurs constatent qu'un nouveau précédent vient d'être créé au Panama quand Washington ne pourra tout simplement plus ne pas compter avec le renforcement du rôle de la Chine dans le monde et des positions du capital chinois en Amérique latine.

Le Président panaméen Juan Carlos Varela, qui se prépare à se rendre sous peu en Chine, a souligné lors du lancement du chantier que l'établissement de relations diplomatiques avec la Chine avait ouvert de belles perspectives de coopération.

Panama avait si longtemps entretenu des liens officiels avec Taïwan au lieu de coopérer avec Pékin, parce que telle était tout simplement la volonté des États-Unis qui avaient auparavant interdit à Panama d'avoir des rapports avec l'URSS, a expliqué à Sputnik Alexandre Kharlamenko, de l'Institut russe de l'Amérique latine.

«Le fait que Panama a bravé cette fois l'interdiction américaine témoigne, d'une part, de l'influence croissante de la Chine dans le monde et, de l'autre, du renforcement des positions du Panama après la rénovation du canal et suite au redressement général de l'Amérique latine ces 15 dernières années» , a retenu le politologue.

Et de conclure que le conflit entre le Panama et les États-Unis était déjà allé si loin que le gouvernement panaméen n'avait tout bonnement rien à perdre dans ses relations avec Washington.

Le futur port sera situé à Amador, à l'entrée côté Pacifique du canal de Panama. En vue de ce chantier qui devrait coûter 165 millions de dollars (140 M EUR) et être bouclé dans un an et demi, un consortium lie le groupe China Harbour Engineering Company (CHEC) et la société belge Jan de Nul. Ce chantier est le premier depuis l'établissement en juin 2017 de relations diplomatiques entre Pékin et le Panama qui avait alors rompu ses relations avec Taïwan.

La Chine est le deuxième plus important utilisateur du canal de Panama après les États-Unis.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 15-01-2018 à 00:10:44   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

les coups de menton de Trump n'empêchent pas le déséquilibre commercial américano-chinois de se creuser


FRÉDÉRIC SCHAEFFER Le 12/01 à 06:38


Les Echos

article repris sous le titre :
La Chine renforce son excédent commercial avec les Etats Unis.




Ce creusement de l'excédent commercial chinois fait d'autant plus mauvaise figure pour le président américain qu'il s'inscrit à rebours de la tendance générale – AFP


L'excédent commercial de la Chine avec les Etats-Unis s'est encore accentué de 10 % au cours de l'année 2017, à 276 milliards de dollars, indiquent les Douanes chinoises.

Ce n'est certainement pas le genre de chiffres dont Donald Trump risque de se vanter sur Twitter. Un an après son arrivée à la Maison Blanche, l'excédent commercial de la Chine avec les Etats-Unis s'est encore accentué de 10 % au cours de l'année 2017, à 276 milliards de dollars, indiquent les statistiques publiées vendredi par les Douanes chinoises.

Si les Etats-Unis ont récemment durci le ton à l'égard de la Chine, les menaces de guerre commerciale proférées par l'ancien candidat républicain américain ne se sont pas encore matérialisées. Ce creusement de l'excédent commercial chinois fait d'autant plus mauvaise figure pour le président américain qu'il s'inscrit à rebours de la tendance générale : toujours gigantesque, l'excédent commercial chinois a baissé globalement de 17 % pour s'établir à 422 milliards de dollars (2,9 milliards de yuans). Dans le même temps, l'excédent chinois avec l'UE a reculé de 2,9 %, à 127 milliards de dollars.

Rebond vigoureux

Dans le détail, le commerce extérieur du géant asiatique a rebondi vigoureusement en 2017. Les exportations chinoises exprimées en dollars ont augmenté de 7,9 %, dans le sillage de la reprise de la demande mondiale, remontant de façon spectaculaire après s'être effondrées de 7,7 % en 2016. De leur côté, les importations chinoises se sont envolées de 15,9 % en 2017 (après une chute de 5,5 % l'année précédente), stimulée par le vif renforcement de la demande intérieure.

Le PIB a progressé d'environ 6,9 % l'année dernière , selon le Premier ministre Li Keqiang, cité hier par l'agence de presse officielle Xinhua, mettant fin à un ralentissement continu depuis près d'un quart de siècle.

« Perspectives radieuses »
« Nos perspectives pour 2018 sont radieuses »
, s'est félicité le porte-parole des Douanes chinoises, Huang Songping, lors d'une conférence de presse. Concernant les exportations, une incertitude majeure concerne toutefois les frictions commerciales potentielles entre la Chine et les Etats-Unis.

Par ailleurs, les économistes anticipent un ralentissement modéré de l'économie chinoise l'an prochain, qui pourrait peser sur les importations. « Contrairement à 2017, nous prévoyons que les exportations se porteront mieux que les importations cette année, car les livraisons à l'étranger continuent d'être soutenues par une forte demande étrangère, tandis que le ralentissement des investissements et la faiblesse de l'activité industrielle pèsent sur les importations » , estime Julian Evans, chez Capital Economics.


Edité le 15-01-2018 à 00:19:00 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 15-01-2018 à 00:13:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

NB : lire aussi Les USA bloquent leur marché des communications à la Chine

La coercition n'aidera pas les États-Unis à équilibrer leur commerce


Source: Global Times Publié: 2018/1/14 23:13:40


Au début de la nouvelle année, les entreprises chinoises ont été opprimées par les États-Unis à plusieurs reprises. Taobao du groupe Alibaba, la plus grande plate-forme de commerce électronique en Chine, a été mis sur liste noire par le représentant américain au commerce vendredi pour la deuxième année consécutive sur les ventes de contrefaçons présumées. Plus tôt ce mois-ci, les États-Unis ont rejeté un plan d'Ant Financial, également sous Alibaba, visant à acquérir la société de transfert d'argent américaine MoneyGram International. Et l'accord prévu entre Huawei et le transporteur américain AT & T pour vendre ses smartphones dans le pays s'est récemment effondré. Les deux plans ont échoué en raison des préoccupations de sécurité américaines.

Washington a montré une ingérence politique croissante, sinon déchaînée, dans la coopération commerciale sino-américaine. L'objectif ultime de la mise sur liste noire de Taobao et, de la même manière, en invoquant les préoccupations de sécurité nationale, est de protéger les entreprises américaines. Les États-Unis ont imprudemment appliqué leur hégémonie dans le secteur économique et commercial en utilisant outrageusement des moyens non marchands.

Mais le commerce avec la coercition ne fonctionnera pas. En 2017, Washington a démontré une forte insistance sur la réduction des déficits commerciaux et a fortement fait pression sur ses principaux partenaires commerciaux. Pourtant, son déficit commercial a encore augmenté de 50,5 milliards de dollars au cours des 11 premiers mois, avec une augmentation de 25 milliards de dollars de son déficit commercial avec la Chine sur l'ensemble de l'année. Apparemment, si les États-Unis ne mettent pas plus d'efforts dans la réforme économique nationale et rendent les produits américains plus compétitifs, les mesures punitives envers les partenaires commerciaux ne seront pas très efficaces.

Alibaba et Taobao ont passé des tests sur le marché chinois et sont devenus un moteur essentiel du développement économique régional. Huawei s'est bâti une réputation mondiale grâce à des technologies de pointe et à des pratiques commerciales «play-by-the-rules». Il est inacceptable que les Etats-Unis rendent délibérément les affaires difficiles pour Huawei, et Washington paiera le prix tôt ou tard.

Ces cas sont survenus lorsque de nombreuses analyses ont révélé que les États-Unis feraient une politique commerciale plus dure envers la Chine cette année. C'est alarmant.

Une guerre commerciale va-t-elle se produire entre la Chine et les États-Unis? La réponse peut être «non», rationnellement parlant, alors que le volume des échanges des deux pays approche les 600 milliards de dollars, ce qui indique une forte interdépendance. Les ventes au détail sur le marché chinois dépassant celles des Etats-Unis, les deux pays sont proches de rivaux en cas de guerre commerciale, ne laissant aucune raison à Washington de rester pompeux.

Sur le plan politique, l'administration du président Donald Trump ne peut pas se permettre de voir les relations économiques et commerciales sino-américaines devenir tendues. La Chine est plus résistante à une guerre commerciale. Si les liens économiques voient le tumulte et les tensions sont déclenchées dans les relations politiques bilatérales, l'administration Trump, déjà sous le feu, va inviter plus d'attaques. L'approche discrète de la Chine à l'égard de ses différends commerciaux avec les États-Unis ne signifie pas qu'elle tolérera des contestations injustes. Pékin va fermement prendre des contre-mesures pour sauvegarder les règles de base et l'ordre dans sa coopération économique avec Washington.

L'excédent commercial de la Chine avec les États-Unis est un résultat naturel, non imposé par le gouvernement chinois. Pour réduire le déficit commercial, la société américaine doit être plus travailleuse et efficace, et faire des réformes pour se tenir au courant de l'époque, plutôt que de simples modifications aux dispositions commerciales par l'administration.

Washington devrait renoncer à sa frustration d'être exploité par son principal partenaire commercial. Il devrait investir plus d'énergie pour rendre ses produits plus populaires dans le monde.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 30-01-2018 à 15:07:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Face à la Chine, Trump lance une guerre commerciale perdue d'avance?


sputnik
11:57 30.01.2018


L'administration du président américain Donald Trump, disposée de manière protectionniste depuis son entrée en fonctions, est passée des paroles aux actes dans sa campagne médiatisée pour la protection des travailleurs américains contre les «terribles transactions commerciales» que Donald Trump considère comme une «atrocité» .

Stephen Roach, chercheur à l'université de Yale et longtemps directeur de Morgan Stanley Asia, pense que cette approche est pour le moins «tardive». Dans son article pour Project Syndicate, il note qu'au pire des cas cela pourrait tout à fait provoquer des contre-mesures qui ne feraient qu'aggraver la situation déjà difficile pour les consommateurs américains de la classe moyenne. C'est ainsi que commencent les guerres commerciales, selon Vestifinance.ru.

Il est évident que la cible de la Maison blanche est la Chine. L'adoption, le 23 janvier, de taxes dites protectionnistessur les importations de panneaux solaires et de machines à laver conformément à l'article 201 de la loi sur le commerce des USA de 1974 est dirigée avant tout contre la Chine et la Corée du Sud. Surtout, cette démarche pourrait constituer la première salve d'une série de contre-mesures.
En août dernier, un représentant américain au commerce a ouvert une enquête en vertu de l'article 301 visant la Chine dans trois grands domaines: le droit de propriété intellectuelle, les innovations et la conception de technologies. Ce qui sera probablement suivi par des sanctions. De plus, l'enquête dans le cadre de l'article 232 sur la menace à la sécurité nationale provoquée par les importations déloyales d'acier vise également la Chine dans la mesure où elle est le premier producteur mondial d'acier.

Ces actions ne sont probablement pas étonnantes pour le président, qui avait promis dans son discours d'investiture il y a un an de «protéger les frontières [américaines] contre les invasions d'autres pays qui produisent les mêmes marchandises que nous, volent nos compagnies et détruisent nos emplois» . Mais c'est précisément le problème.
En dépit du cri du cœur de l'administration Trump — «l'Amérique avant tout» — les USA pourraient parfaitement sortir perdants de la guerre commerciale.
Premièrement, les taxes sur les panneaux solaires et les machines à laver sont une mesure désespérément en retard sur les transformations à l'œuvre au niveau des chaînes mondiales de distribution dans ces deux secteurs. La production de panneaux solaires est transférée depuis longtemps de Chine vers des pays comme la Malaisie, la Corée du Sud et le Vietnam qui représentent actuellement près de deux tiers du total des importations américaines de panneaux solaires. Et la compagnie Samsung, principal fournisseur étranger de machines à laver, a récemment ouvert une nouvelle usine en Caroline du Nord.

De plus, la fixation de l'administration de Trump sur le déséquilibre excessif dans le commerce bilatéral avec la Chine ne prend toujours pas en compte les forces macroéconomiques plus larges qui ont engendré le déficit multilatéral du commerce extérieur des USA avec 101 pays. Éprouvant une pénurie d'épargnes intérieures tout en voulant consommer et croître, l'Amérique est contrainte d'importer les excès d'épargne de l'étranger et de se résigner à un immense déficit du compte courant et du commerce pour attirer le capital étranger.

Par conséquent, organiser des attaques contre la Chine ou un autre pays sans pour autant s'occuper de l'origine du niveau bas de l'épargne à l'intérieur du pays revient à presser un ballon rempli d'eau d'un côté: l'eau transite simplement de l'autre côté. Étant donné que le déficit du budget américain devrait augmenter d'au moins 1.000 milliards de dollars d'ici dix ans à cause de la récente baisse des impôts, la pression sur les épargnes intérieures ne fera qu'augmenter. Dans ce contexte, une politique protectionniste est une sérieuse menace pour les besoins de financement extérieur déjà importants de l'Amérique, avec un impact sur les taux d'intérêt aux USA, le cours du dollar ou les deux.

Par ailleurs, on peut également s'attendre à ce que les partenaires commerciaux de l'Amérique réagissent de la même manière, ce qui créera une sérieuse menace pour la croissance économique des USA orientée sur les exportations. Par exemple, l'éventuelle adoption de taxes par la Chine — troisième marché d'exportation pour les USA, de surcroît affichant la plus forte croissance — pourrait effectivement dresser une barrière aux principaux produits américains exportés: les fèves de soja, les avions, les différents équipements et les pièces de rechange pour les voitures. Et, bien sûr, la Chine pourra toujours réduire l'achat d'obligations du Trésor américain, ce qui aurait de sérieuses conséquences pour le prix des actifs financiers.

Enfin, il faut tenir compte du changement de prix éventuel à cause de l'inertie des flux commerciaux existants. La pression concurrentielle des produits étrangers bon marché a entraîné aux USA une baisse du coût moyen des panneaux solaires de 70% depuis 2010. Les nouvelles taxes provoqueront une augmentation des prix sur les panneaux solaires importés, ce qui conduira à une hausse des impôts pour les consommateurs d'énergie et enterrera les efforts pour le passage aux carburants non hydrocarbures. On peut également s'attendre à une telle réaction de la part des producteurs de machines à laver importées: la compagnie LG Electronics, principal fournisseur étranger, vient d'annoncer une augmentation du prix de chaque machine à laver de 50 dollars après l'adoption des taxes américaines. Les altercations avec l'administration Trump viennent de commencer, mais les consommateurs américains sont déjà perdants.

Quoi qu'en dise le président des USA, il n'y a pas de stratégie gagnante dans cette guerre commerciale. Cela ne signifie pas que les politiciens américains ne doivent pas prendre de mesures par rapport aux pratiques commerciales déloyales. Le mécanisme de règlement des litiges de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) a été élaboré avec cet objectif précis et a fonctionné durant de longues années au profit des USA. Depuis la création de l'OMC en 1995, les USA ont initié 123 des 537 litiges dans le cadre de cette organisation, dont 21 concernant la Chine. Bien que le règlement d'un litige via l'OMC nécessite du temps et des efforts, la plupart des verdicts prononcés étaient favorables aux USA.

En tant qu'État de droit les USA, ne peuvent certainement pas se permettre d'agir en dehors du système commercial mondial basé sur des règles. Quoi qu'il en soit, cela souligne la tragédie que représente la sortie de l'administration de Trump du Partenariat transpacifique qui aurait garanti une base solide pour régler les problèmes liés à la pratique commerciale chinoise.

Dans le même temps, les USA ont parfaitement le droit d'insister sur un accès égal de leurs multinationales aux marchés extérieurs: ces dernières années, plus des 3.000 accords d'investissement bilatéraux garantissant cette attitude juste ont été signés dans le monde entier. L'absence d'un tel accord entre les USA et la Chine est une exception scandaleuse qui limite, malheureusement, les possibilités de participation de compagnies américaines à la rapide expansion du marché de consommation intérieur de la Chine. Dans ces conditions de tension croissante des relations commerciales, il n'y a pratiquement pas d'espoir de progrès radical concernant un accord d'investissement sino-américain.

Les guerres commerciales sont pour les ratés. C'est probablement le sommet de l'ironie pour le président qui a promis à l'Amérique qu'il recommencerait à «gagner». Le sénateur Reed Smoot et le membre de la chambre des représentants Willis Hawley avaient également fait une telle promesse vide en 1930, ce qui avait conduit aux taxes protectionnistes qui ont aggravé la Grande dépression et ont déstabilisé l'ordre international. Malheureusement, l'une des leçons les plus douloureuses de l'histoire contemporaine est déjà presque oubliée.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 03-02-2018 à 00:17:24   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Réponse à la taxe anti-solaire de Trump : la Chine construit une énorme usine de panneaux photovoltaïques en Inde


Posté le 2 février 2018 par Pierre Thouverez dans Énergie

L’usine (1 GW) sera opérationnelle pour le premier trimestre de 2019. Dans seulement un an. Il n’existe en France aucune usine capable de produire une telle quantité de panneaux PV.

Le président américain, qui veut préserver l’industrie du charbon américaine, a décidé d’adopter une politique protectionniste en taxant à hauteur de 30% les panneaux solaires importés de Chine, de Corée du sud et du Mexique.

L’Inde n’est pas concernée par la taxe anti-solaire bon marché de Trump. La Chine a donc décidé de construire en Inde une usine capable de produire 500 MW de cellules PV et 500 MW de modules PV chaque année. Elle sera installée à Sri City dans l’état d’Andhra Pradesh.

« Longi Solar a confirmé qu’elle sera la première entreprise solaire chinoise à implanter des une usine de fabrication en Inde » a souligné le site spécialisé PV Magazine. « Cette annonce arrive juste un mois après que la compagnie ait annoncé qu’elle investirait 300 millions de dollars dans une usine de 5 GW en Chine. »

Selon le lobby du solaire PV aux USA (SEIA) la politique anti-solaire bon marché menée par Donald Trump pourrait se solder par une perte nette de 23.000 emplois américains. A l’inverse l’usine chinoise en Inde sera fortement créatrice d’emplois.

Pour de nombreux analystes le comportement de Trump est nuisible aux intérêts économiques et géopolitiques des USA. Trump a notamment insulté les pakistanais début 2018, ce qui a renforcé l’amitié sino-pakistanaise et la cohérence du projet du China–Pakistan Economic Corridor (CPEC) entre le port pakistanais de Gwadar (à la frontière avec l’Iran) et la ville chinoise de Kashgar, un élément central du projet de la « nouvelle route de la soie » (One Belt, One Road), un gigantesque projet d’infrastructures à 900 milliards de dollars. Après Djibouti (Afrique) la Chine construit une base militaire à Gwadar.

A parité de pouvoir d’achat le PIB chinois a déjà dépassé celui des USA. L’administration Trump vient de publier un rapport où la Chine et la Russie sont considérés comme des menaces plus importantes que le terrorisme islamiste.

D’après Nikkei Asian Review des parades militaires conjointes des marines japonaises et françaises ont été organisées en mer de Chine du sud dans le but de tenter d’intimider la Chine. La diplomatie française suit-elle celle de Donald Trump ? Ce dernier cherche à réveiller le sentiment nationaliste et la peur des japonais en instrumentalisant la question nord-coréenne.

Alors que Barack Obama avait mis en place un accord de partenariat trans-pacifique entre les USA et la Chine (accord éliminé par Trump peu après son arrivée au pouvoir), une ambiance de nouvelle guerre froide est en train d’émerger.

L’Inde et la Chine font partie des BRICS aux côtés du Brésil, de la Russie et de l’Afrique du sud. 3 milliards de personnes, soit 42% de la population mondiale (contre moins d’un milliard pour les pays membres de l’OTAN), vivent dans ces 5 pays qui constituent le moteur des deux tiers de la croissance économique mondiale. Ils possèdent leur propre banque de développement, basée à Shangaï.

Jean-Gabriel Marie

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
198 messages postés
   Posté le 03-02-2018 à 04:20:47   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

BRICS est un ensemble hétérogène aux intérêts contradictoires, la survie pour la Russie ex soviétique, la domination durable pour la Chine. L'Inde est le concurrent de demain pour la Chine et la pièce américaine pour faire chavirer le bazar BRICS. L'addition de ces composantes ne fait pas très solide, l'empire américain ne semble pas inquiet des règles que ces cinq pays n'arrivent pas à mettre en place.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 03-02-2018 à 09:14:34   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il existe des contradictions entre tous les pays et une contradiction principale entre la domination US et le reste du monde.
Les BRICS et les pays du Tiers Monde ont tous des intérêts opposés à l'hégémonisme, et même les impérialistes européens s'opposent à lui.

De même il y a de nombreuses contradictions en France, mais une contradiction antagonique entre la bourgeoisie et le prolétariat, et les monopoles s'opposent à l'immense majorité du peuple.


Edité le 03-02-2018 à 09:17:36 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
198 messages postés
   Posté le 04-02-2018 à 04:51:50   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Au regard des mobilisations récentes en France pour défendre le code travail, je m'interroge sur la contradiction antagonique entre la bourgeoisie et le prolétariat qui semble faible. Les représentants de la bourgeoisie et du prolétariat étant de plus en plus partenaires et associés aux mesures gouvernementales, c'est-à-dire issues de l'européisme manipulé en sous main par l'impérialisme américain.
Dans ce cadre, un partenariat selon certains prolétaires en recherche d'évolution bourgeoise, les monopoles, ramenés aux grandes familles riches siphonnant les entreprises et celles du CAC 40 en priorité, ne semblent pas avoir d'adversaires les menaçant dans leur prédation.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 04-02-2018 à 12:35:38   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La contradiction est antagonique parce qu'elle désigne des intérêts antagoniques, mais la conscience de cette contradiction n'est est que le reflet. De même la lutte des classes ne prend la forme antagonique que dans les conflits ouverts, voire seulement lors de la révolution.
Tu écris que
"Les représentants de la bourgeoisie et du prolétariat étant de plus en plus partenaires et associés aux mesures gouvernementales" . Ce n'est pas mon avis, la "concertation" est de plus en plus réduite et la bourgeoisie fait de moins en moins de compromis.

Mais dans tous les cas nous sommes dans une période où la capitalisme entraîne non seulement les ouvriers mais aussi les catégories intermédiaires dans la paupérisation.
Les "prolétaires en recherche d'évolution bourgeoise" peuvent être très nombreux mais c'est une issue de plus en plus étroite, par conséquent la conscience finissant par s'adapter à la situation, les masses s'opposent inévitablement et violemment à la bourgeoisie.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 24-03-2018 à 00:11:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Après que Trump ait déclenché les premières mesures de la guerre commerciale, la réponse chinoise :
Pékin à Trump : “Nous n’avons pas peur d’une guerre commerciale !"


Sans délai, Pékin a répondu aux annonces de sanctions commerciales américaines à venir par des intentions similaires. La presse officielle chinoise menace Trump d’avoir à encaisser tous les dommages politiques et économiques d’un conflit.

“Dès que les mesures américaines annoncées seront appliquées, la Chine répliquera sans hésitation” , a annoncé brièvement le ministère chinois du Commerce sur son site officiel. “La Chine ne le désire pas, mais elle n’a pas peur d’une guerre commerciale.”

C’est d’une manière inhabituellement prompte que Pékin a réagi aux sanctions commerciales américaines que le président américain a annoncées le 22 mars pour protester contre le vol de propriété intellectuelle par la Chine. Trump a évoqué l’imposition de tarifs douaniers sur des importations d’un montant de 60 milliards de dollars par an à l’encontre de la Chine, pour son vol de technologies et de secrets commerciaux.

Trump prêt à engager un bras de fer commercial avec la Chine

Pour Pékin, les États-Unis ont tout à perdre à engager une guerre commerciale, vu l’importance prise par l’économie chinoise. “En 40 ans, la coopération commerciale sino-américaine a fait émerger un marché colossal, un très grand nombre d’opportunités, et très objectivement, a fait considérablement baisser le budget des foyers américains” , a souligné le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hua Chunying. “La Chine ne désire pas une guerre commerciale, mais si on nous y force, nous ne la craignons pas, et nous ne nous y déroberons pas.”

Les États-Unis ne resteront pas indemnes

En imposant ces nouvelles taxes et en limitant les possibilités d’investissement chinois aux États-Unis, Washington utiliserait des méthodes protectionnistes dépassées, commente un éditorial de l’agence officielle Xinhua. L’agence démontre l’interdépendance des deux économies en prenant l’exemple des produits d’Apple, dont les pièces détachées sont importées de divers pays en Chine et réexportés une fois montés aux États-Unis. Ceux-ci “ne resteront pas indemnes en cas d’utilisation de l’arme du protectionnisme” .

En réponse, Pékin envisage donc l’imposition de taxes sur les produits d’importation américaine tels que les produits agricoles et les produits manufacturés en acier, détaille le South China Morning Post. “Une taxe de 15 % sera appliquée à 120 produits américains, tels que les fruits, le vin et les tubes en acier, pour un total de 977 millions de dollars. Il [le ministère] projette également une taxe de 25 % sur huit autres catégories de produits, dont le porc et l’aluminium recyclé, pour 2 milliards de dollars” . Ces mesures ont été dévoilées juste après que Trump a rendu public sa réponse au rapport sur le vol de propriété intellectuelle américaine par la Chine, souligne le quotidien hongkongais.

“Trump ne pourra plus quitter le dos du tigre”

Embrayant sur son ton polémique habituel, le quotidien officiel Huanqiu Shibao estime que “Trump doit mettre un frein à son arrogance, et la Chine va répliquer sans faiblir” . En parlant d’imposer des surtaxes à 1 300 produits d’importation chinoise, Trump a pris des mesures d’une ampleur sans précédent, souligne le journal. “Mais l’arrogance ne paie pas. En ouvrant la guerre commerciale sino-américaine, l’administration Trump va vite comprendre qu’elle ne peut plus descendre du dos du tigre.”

Car l’idée de rééquilibrer à tout prix les relations économiques avec la Chine ne convainc pas tous les Américains, estime le quotidien. De plus, les Chinois, voyant leur pays attaqué par les États-Unis, vont se rassembler face à l’agression. Et surtout, “celui qui ne gagnera pas la guerre la perdra politiquement” . En Chine comme aux États-Unis, les dommages seront attribués à Trump. Et de conclure : “La Chine ne cédera pas aux États-Unis, Washington doit sortir de cette impasse. La Chine ne brandira pas le drapeau blanc, elle agitera plutôt le chiffon rouge au taureau.”

La guerre commerciale de Trump va lui coûter cher, avertit également le site officiel Zhongguo Xinwen Wang, qui souligne la chute des valeurs américaines dès l’ouverture des hostilités. “Si la Chine réplique, alors Boeing, Apple, Intel et les grandes compagnies cotées sur le marché international vont souffrir, car elles ont une activité en Chine” , poursuit le commentaire. Au premier trimestre 2018, Apple a retiré 18 milliards de dollars du marché chinois, soit 20 % de ses revenus nets, affirme le site. En 2017, les ventes de Boeing en Chine ont approché les 12 milliards de dollars, et ont représenté 13 % de ses revenus nets.

Le site va plus loin en rappelant les conclusions d’une étude américaine sur l’impact probable d’une taxe de 25 % que Trump imposerait sur l’importation des produits de haute technologie et de communication venus de Chine : “Les États-Unis perdraient 332 milliards de dollars sur dix ans.”

Les États-Unis plus vulnérables que la Chine, dit Lin Yifu

La hausse américaine des tarifs n’est pas dans l’intérêt des États-Unis, corrobore l’économiste Lin Yifu, ancien vice-président de la Banque mondiale, et actuellement directeur du Centre de recherche sur les nouvelles structures économiques de l’université de Pékin. Le site du quotidien économique 21 Shiji Jingji Daobao réagit aux annonces de Trump en relatant les déclarations de Lin sur une possible guerre des taxes avec les États-Unis, lors d’un colloque tenu le 29 janvier à Pékin. “L’imposition de fortes taxes aux produits chinois serait une mesure à visées électoraliste, elle ne correspond pas aux principes de bénéfices mutuels du commerce” , avait déclaré l’économiste. Il ajoutait que cela serait contre-productif pour les États-Unis, et préconisait si cela arrivait une réponse “mesurée” de la Chine. En effet, selon Lin Yifu :

Les États-Unis importent des dizaines de milliers de produits différents de Chine, dans de faibles quantités chacun. Nous importons essentiellement quatre produits des États-Unis, dont le soja, le maïs, et les puces informatiques. Une petite augmentation des taxes sera plus sensible pour les producteurs américains que pour les producteurs chinois.

Pour l’heure, à Hong Kong, le quotidien Ming Pao estime que la réaction chinoise est “plus forte verbalement que dans les faits” , les représailles envisagées ne portant que sur une petite partie des importations américaines. “Est-ce pour conserver la possibilité d’une réaction plus forte, on ne le saura que plus tard, mais les commentateurs estiment qu’il n’y a que 20 à 30 % de chances que la Chine n’emploie des mesures de rétorsion aux effets dévastateurs” .

Agnès Gaudu

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 25-03-2018 à 00:13:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine se battra jusqu'au bout en cas de guerre commerciale


(Source de photo: fmprc.gov.cn)

BEIJING, 24 mars (Xinhua) -- Le ministère chinois des Affaires étrangères a réaffirmé vendredi sa position sur les récentes décisions américaines en matière de commerce, affirmant que la Chine se battrait jusqu'au bout en cas de guerre commerciale.

La Chine exhorte les Etats-Unis à prendre des décisions prudentes, a indiqué la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hua Chunying lors d'une conférence de presse régulière.
Ignorant les vigoureuses mises en garde des groupes et experts commerciaux, le président américain Donald Trump a signé jeudi un mémorandum susceptible d'imposer des droits de douane pouvant atteindre 60 milliards de dollars sur les importations chinoises et des restrictions sur les investissements chinois aux Etats-Unis.
Un conseiller de la Maison Blanche pour les questions commerciales a en outre confié aux journalistes qu'il serait difficile pour la Chine d'adopter des mesures de représailles.

En réponse, Mme Hua a noté que ces remarques révélaient une mauvaise appréciation de la situation, de la détermination et de la capacité de la Chine à sauvegarder ses intérêts légitimes et du prix que les Etats-Unis auraient à payer pour leurs actions arbitraires.
Selon Mme Hua, les Etats-Unis ont importé de grandes quantités de produits fabriqués en Chine à bas coût et à forte intensité de main-d'oeuvre, ce qui a considérablement abaissé les coûts pour les consommateurs et augmenté leur surplus. Cela a en fait amélioré le bien-être des consommateurs et a aidé les Etats-Unis à réduire leur inflation.
Les Etats-Unis ont ainsi largement bénéficié du commerce avec la Chine aux niveaux micro et macro, a fait savoir Mme Hua, ajoutant que l'entêtement des Etats-Unis à mener une enquête au titre de la Section 301 et d'en publier les soi-disant résultats afin de déclencher une guerre commerciale nuirait sans aucun doute directement aux intérêts des consommateurs, des entreprises et du marché financier américains.

Evoquant la chute brutale enregistrée jeudi par les indices boursiers aux Etats-Unis, Mme Hua a indiqué que cela représentait un vote de défiance du marché financier vis-à-vis des politiques et des démarches erronées de la partie américaine.
Le maintien de relations économiques et commerciales solides et stables entre la Chine et les Etats-Unis est favorable à la stabilité économique mondiale et à l'ordre normal du commerce international, a-t-elle ajouté.

Les problèmes concernés doivent être résolus de manière appropriée, via des consultations et un dialogue constructifs, a fait savoir Mme Hua, ajoutant que cela était dans l'intérêt des deux parties.
A la question de savoir si une guerre commerciale nuirait au développement national de la Chine, Mme Hua a indiqué que le gouvernement chinois avait clairement identifié ses objectifs de développement.
"Nous continuerons inébranlablement à oeuvrer en faveur des objectifs et à suivre la voie fixés, et aucune force ni aucun incident extérieur ne saurait perturber notre rythme" , a souligné Mme Hua.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 25-03-2018 à 00:18:15   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine est prête à la fois pour une guerre commerciale et pour des pourparlers


Source: Global Times Publié: 2018/3/24 17:54:02

Le vice-Premier ministre chinois Liu a eu une conversation téléphonique avec le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, samedi matin. Les pourparlers ont attiré beaucoup d'attention à l'époque où Washington a imposé des tarifs douaniers élevés pour des produits chinois de 50 milliards de dollars, et Beijing a décidé de riposter par des mesures de rétorsion.
L'administration Trump avait espéré submerger la Chine de la menace d'une guerre commerciale. Ils avaient pensé que la Chine ferait l'objet de pressions pour faire des concessions en vue du commerce sino-américain et des relations bilatérales globales.
Après avoir annoncé les tarifs restrictifs sur les produits chinois, Washington a tenté d'apaiser Pékin en affirmant qu ' "il n'y aurait pas de guerre commerciale avec la Chine" . Il espère que Pékin acceptera les mots réconfortants et abandonnera ses intérêts commerciaux selon la volonté de Washington. Cependant, la réponse de la Chine est résolue et claire qu'elle n'acceptera pas l'extorsion américaine. La Chine ne veut pas de guerre commerciale, mais elle n'aura pas peur si les États-Unis le déclenchent.

Le plan que la Chine a dévoilé vendredi pour imposer des droits de douane sur des produits américains d'une valeur de 3 milliards de dollars est en représailles aux droits américains sur les produits chinois en acier et en aluminium. Plus important encore, les représailles de la Chine contre l'enquête 301 viseront des produits américains valant des dizaines de milliards de dollars. Les contre-mesures de Pékin sont attendues.

Intimider la Chine ne marchera pas. Si Washington va de l'avant avec une guerre commerciale, il va se perdre dans une grande perte. Un jour après que le président Trump a signé le mémorandum exécutif, la perspective d'une offensive commerciale américaine contre la Chine est claire.

La Chine et les Etats-Unis peuvent choisir de négocier après que les deux aient souffert considérablement d'une guerre commerciale. Ils peuvent également commencer à parler maintenant après avoir pesé l'effet de levier de l'autre et en en déduisant avec soin. La Chine dit constamment qu'elle est prête à parler et prête à se battre à tout moment.

Mnuchin a appelé Liu et les deux parties ont convenu de maintenir des communications sur la question. Nous espérons que l'appel téléphonique de Mnuchin à ce moment critique peut rendre la partie américaine plus rationnelle, au lieu de mener à des enjeux plus élevés.

Il est difficile de prévoir l'impact qu'une guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis aura sur leur économie, leur vie sociale et leur politique. Mais il y a quelques choses qui sont claires :

Premièrement, la société chinoise sera plus unie que la société américaine face à la guerre commerciale. La plupart des Chinois soutiendront fermement toutes les contre-mesures du gouvernement chinois, sachant qu'elles sont essentielles à la sauvegarde de leurs intérêts. Les États-Unis sont déjà divisés sur la question. Cette opposition augmentera quand les Etats-Unis souffriront plus de la guerre commerciale.

Deuxièmement, la Chine a un avantage systémique qui permet au pays d'être plus résistant à l'impact d'une guerre commerciale que la société américaine. La Chine ne craint pas une longue guerre commerciale avec les Etats-Unis et ne sera jamais la première à reculer.

Troisièmement, la Chine a été bien préparée à d'éventuelles tensions croissantes avec les États-Unis provoquées par la guerre commerciale. La Chine a la force de riposter résolument si les Etats-Unis utilisent des moyens non-économiques pour aider la guerre commerciale.

La Chine ne soutient pas une guerre commerciale, mais elle est déterminée et préparée à ne pas perdre. Avoir une guerre commerciale ou des pourparlers, c'est le choix des États-Unis.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7175 messages postés
   Posté le 25-03-2018 à 10:25:23   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

il est possible qu en meme temps,les Etats Unis veuillent faire éclater la Chine,en sachant que les minorités ethniques sont huit fois plus prolifiques que la majorité Han.et l extreme droite japonaise reve toujours de recréer la Manchukuo et le Menjiang,ses anciens états satellites,tout comme l Allemagne pour la Slovénie et la Croatie.


Edité le 07-04-2018 à 17:11:49 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7175 messages postés
   Posté le 04-04-2018 à 19:55:06   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Les minorités ethniques n ont pas été concernées par le politique de l enfant unique,la population ouighoure devrait doubler voir tripler d ici 2050.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 07-04-2018 à 22:20:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le peuple chinois est uni à comparer avec les contradictions aux USA.

Il faut comparer l'économie US avec celle de l'Allemagne par exemple qui exporte en Chine avec un excédent commercial.
L'économie US est moins compétitive, notamment l'automobile. En fermant leurs frontières les USA ne vont pas gagner sur ce terrain bien au contraire.



La Chine devrait combattre la guerre commerciale comme elle l'a fait la guerre de Corée

Source: Global Times Publié: 2018/4/7 23:18:40

6
Les tensions autour d'une guerre commerciale en cours entre la Chine et les Etats-Unis ne cessent de s'intensifier avec Washington et Pékin se mobilisant chez eux. Il n'y a pas eu de négociations et les différences s'élargissent dans la façon dont chaque camp voit le conflit. La probabilité d'une guerre commerciale augmente.

L'administration Trump persiste avec l'idée que les Etats-Unis subissent des pertes. Trump a tweeté jeudi, qualifiant la Chine de "grande puissance économique" et a déclaré qu'il était injuste pour les Etats-Unis que l'OMC traite la Chine comme un pays en développement. Larry Kudlow, le meilleur conseiller économique de Trump, a soutenu cette idée, disant que la Chine n'est plus un pays du tiers-monde et devrait être tenue aux mêmes normes que les autres puissances économiques.

Dans le même temps, les États-Unis continuent d'accuser la Chine de voler les propriétés intellectuelles américaines. Le plan de Washington d'attaquer la capacité croissante de la Chine à innover en provoquant une guerre commerciale est devenu clair. L'action des États-Unis a renforcé une notion en Chine selon laquelle il ne s'agit pas d'une guerre commerciale ordinaire, mais d'un geste stratégique pour contrer l'ascension de la Chine et perpétuer l'avantage global des États-Unis.

Dans un tel cas, la nature de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis a changé, ce qui fait qu'il est difficile pour les deux parties de régler les différends selon le même modèle que celui adopté par les États-Unis et le Japon par le passé. La Chine et les États-Unis croient que leurs actions affecteront l'avenir de leur pays et leur statut dans les économies mondiales. Les deux parties peuvent exercer leur plus grand pouvoir pour mener une guerre commerciale à tout prix.

Nous ne sommes pas absolument sûrs que Washington pense de cette façon. Mais les informations du côté américain ont poussé les Chinois à croire qu'il en était ainsi. Les débuts de la guerre commerciale sont fondés dans de multiples rapports de Washington qualifiant la Chine de concurrent stratégique tout en mettant l'accent sur un jeu stratégique important sur la puissance. Il n'y a aucune raison pour que les Chinois ne se préparent pas au pire.

En tant que puissance montante, la Chine a toujours été douce. La Chine est également un défenseur actif des relations constructives sino-américaines. Mais les signaux de Washington selon lesquels les Etats-Unis changent leur stratégie à l'égard de la Chine ont donné l'alerte. Cette guerre commerciale a été initiée par les Etats-Unis d'une manière particulièrement brutale et le prix qu'elle exige est insupportable pour la Chine. Les Etats-Unis n'ont donné à la Chine d'autre choix que de lancer une résistance globale.

Une résolution stratégique est en train d'être mise en place en Chine, qui vise à combattre l'agression commerciale de l'administration Trump de la même manière que le pays a combattu les troupes américaines pendant la guerre de Corée (1950-53). La guerre de Corée a causé beaucoup de pertes à la Chine, mais elle a contraint les États-Unis à signer un armistice, ce qui a porté atteinte à l'arrogance stratégique de Washington et a permis de gagner de nombreuses années de respect stratégique pour Pékin. Nous devrions combattre la guerre commerciale d'aujourd'hui avec le même esprit stratégique qui ne craint aucun sacrifice ou perte, et forcer les États-Unis à brûler le bâton qu'elle exerce en Chine.

La participation de la Chine à la guerre de Corée était due à l'approche de l'armée américaine à la rivière Yalu, qui est la frontière chinoise. La guerre commerciale d'aujourd'hui est également due à des actes américains qui nuisent aux intérêts fondamentaux de la Chine. Un sentiment de crise que nous n'avons aucun endroit pour battre en retraite unit la société chinoise. Nous savons qu'il y aura des sacrifices mais nous comprenons mieux qu'il n'y a pas de limite à la cupidité de l'hégémonie. Si nous ne construisons pas notre défense commerciale aujourd'hui, nous ne saurons jamais ce que nous allons perdre demain.

Nous devons souligner que l'équilibre des pouvoirs a changé depuis six décennies. La guerre commerciale d'aujourd'hui se livrera entre deux puissances relativement égales. L'avantage absolu est le bluff de Washington. Pékin est capable de blesser Washington dans toutes les batailles commerciales, faisant subir aux Etats-Unis les mêmes pertes que la Chine.

Nous avons des preuves suffisantes pour croire que cette guerre commerciale nuira également aux États-Unis. "La Chine se cachant dans les tunnels des bombardements américains" n'est pas la façon dont cette guerre commerciale sera menée. La Chine a suffisamment de munitions pour mener cette guerre commerciale. La douleur causée par cette guerre commerciale pourrait stimuler la transformation économique de la Chine et pourrait devenir une opportunité pour la Chine de rattraper les États-Unis dans la force nationale globale.

Nous laisserons les États-Unis réévaluer comment le système chinois mobilise ses citoyens pour contrer les défis d'une puissance économique extérieure. Nous retournerons toute pression venant des États-Unis dans cette guerre commerciale. Laissez les deux systèmes s'engager dans cette compétition de guerre commerciale. Quand le combat commencera, nous verrons lequel est le plus capable de persister.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 11-04-2018 à 23:11:01   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La politique dure de la Chine révèle la nervosité américaine


Interview - Source: Global Times Publié: 2018/4/11 21:18:40

Alors que les tensions sur les relations commerciales sino-américaines deviennent de plus en plus aiguës, une guerre commerciale entre les deux plus grandes économies du monde prend forme. La relation sino-américaine semblait prometteuse lors de la première année de mandat du président américain Donald Trump. Pourtant, les contradictions entre les deux ont brusquement augmenté avec la publication de la dernière stratégie de sécurité nationale et de la stratégie de défense nationale de Washington. Qu'est-ce qui a provoqué le virage serré? Où vont les conflits commerciaux actuels et les relations sino-américaines? Les journalistes de Global Times ( GT ) Li Aixin, Luan Xuan et Yu Tianjiao ont interviewé Jin Canrong ( Jin ), doyen associé de l'Ecole des études internationales de l'Université Renmin de Chine, à propos de ces questions.


GT: Qu'est-ce qui a provoqué le virage serré de la politique américaine en Chine cette année?

Jin:Les changements de personnel parmi les décideurs politiques américains sont l'une des raisons. Auparavant, Trump ne faisait pas confiance à l'établissement. Au cours de sa première année au bureau ovale, il n'a fait confiance qu'à deux groupes de personnes - des membres de sa famille, comme son gendre Jared Kushner, et à ceux qui ont joué un rôle clé dans l'élection présidentielle, notamment Steve Bannon, L'ancien stratège en chef de Trump. Mais la lutte pour le pouvoir interne entre deux groupes a entraîné de lourdes pertes. Bannon a été expulsé de la Maison Blanche et Kushner a été marginalisé. Pendant ce temps, les élites traditionnelles, qui sont surtout vigilantes envers la Chine, ont profité de l'occasion pour prendre le pouvoir. Par conséquent, un groupe de politiciens hostiles à Pékin avec un état d'esprit de la guerre froide formulent la politique américaine envers la Chine.

La deuxième raison est que Washington est nerveux à l'égard de la Chine, surtout après le 19e Congrès national du Parti communiste chinois. Le peuple chinois est mû par les énergies positives du discours du président Xi Jinping au 19ème Congrès national, mais tous les Etats-Unis voient des défis.

GT: Certains analystes disent qu'il y a peu de sens rationnel dans les cercles stratégiques américains sur sa politique envers la Chine. Que penses-tu de ce point de vue?

Jin: Les Etats-Unis diront que c'est très rationnel. Kurt M. Campbell, ancien secrétaire d'Etat américain adjoint pour l'Asie de l'Est et confident de Hillary Clinton, a publié un article avec Ely Ratner, ancien conseiller de Joe Biden, intitulé "The China Reckoning" aux Affaires étrangères. Il a essentiellement dit que Pékin a trompé Washington en faisant croire à ce dernier que la Chine était faible et voulait garder un profil bas. Ils croyaient que la Chine était si puissante et tentait de remplacer les États-Unis en tant que numéro 1 mondial. Washington devait donc entasser la pression sur Pékin alors que les Etats-Unis avaient encore quelques avantages.

De notre point de vue, les États-Unis sont agressifs. Mais Campbell estime que les États-Unis auraient dû être si longtemps. Maintenant, Washington est anxieux et évolue rapidement. Il nous semble donc que ces mesures américaines sont désorganisées et irrationnelles.

GT: L'article de Campbell représente-t-il le point de vue dominant dans les cercles stratégiques américains?

Jin: Oui c'est le cas. Les liens entre les partis démocrates et républicains ont souvent été tendus et parfois même antagonistes. Ils menacent fréquemment une fermeture du gouvernement, mais quand il s'agit de leur politique en Chine, ils partagent un consensus. Ces généraux à la Maison Blanche sont maintenant si partiaux envers la Chine. En plus d'analyser les mouvements de Trump et de ses collaborateurs, il convient de noter que l'ensemble de l'establishment américain adopte une position ferme à l'égard de la Chine. L'article de Campbell montre le terrain d'entente partagé par les deux parties. Il indique qu'une politique dure envers la Chine a une base politique solide aux États-Unis.

GT: Où pensez-vous que le conflit commercial sino-américain se dirige?

Jin: Le Bureau du représentant américain au commerce (USTR) a estimé une fois que la Chine et les Etats-Unis sont étroitement liés dans leurs intérêts, Washington a du mal à trouver des remplacements pour certains produits importés de Chine. Washington a du mal à faire du mal uniquement à Pékin tout en protégeant les intérêts américains. J'ai entendu dire qu'il a fallu beaucoup d'efforts pour que l'USTR présente une proposition tarifaire qui pourrait finir par toucher 30 milliards de dollars d'importations chinoises. Si cela porte le chiffre à 50 milliards de dollars, les intérêts américains en souffriront. La demande de Trump d'identifier des tarifs douaniers sur 100 milliards de dollars de plus en importations chinoises sera donc assez difficile à réaliser.

Mais une fois que le plan de Washington visant à augmenter les tarifs sur 50 milliards de dollars de produits chinois sera atteint et que les plans de la Chine visant à augmenter les taxes sur 50 milliards de dollars de produits américains seront également appliqués, cela totalisera 100 milliards de dollars. Ensuite, le conflit entre les deux peut être considéré comme une guerre commerciale.

Cependant, un grand nombre de pauvres aux États-Unis comptent sur les produits chinois pour leurs bas prix et leur qualité. Les États-Unis peuvent bien sûr trouver des solutions de rechange au Mexique et en Inde, mais ces produits sont définitivement défectueux, coûteux et peuvent difficilement être livrés à temps. Comme les produits chinois ont survécu au marché mondial très concurrentiel, ils ont pris pied sur le marché américain.

Les États-Unis sont vigilants à l'égard de Made in China 2025, une initiative visant à moderniser complètement l'industrie chinoise au niveau mondial, en particulier dans 10 secteurs de haute technologie, notamment l'équipement médical, les machines-outils, les puces et l'aérospatiale. Les États-Unis sont si effrayés par cela. Washington estime que le ring de boxe le plus crucial pour la future compétition sino-américaine est dans le domaine de la haute technologie.

Par conséquent, l'administration Trump a demandé au gouvernement chinois de ne pas soutenir le secteur de la haute technologie et de laisser les entreprises chinoises développer des technologies haut de gamme par leurs propres moyens. Nous voulons améliorer la structure industrielle vers le haut de gamme de la chaîne industrielle. C'est un souhait commun de 1,4 milliard de Chinois. Comment les États-Unis peuvent-ils exiger que nous fassions des travaux bas de gamme pour toujours? Nous avons le droit de promouvoir notre industrie. La Chine ne reculera certainement pas sous sanctions. Vous imposez des sanctions? Nous vous combattons plus fort.

Contrairement aux précédents différends commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis, Washington a adopté cette fois une nouvelle tactique: forger un front uni pour contenir la Chine. Le mois dernier, Trump a signé une ordonnance qui édicte des tarifs sur les importations d'acier et d'aluminium aux États-Unis. Les gens sont déconcertés, car le volume des produits chinois en acier et en aluminium exportés vers les États-Unis est plus petit que celui du Mexique, du Canada, de l'UE et du Japon. Plus tard, il a commencé à accorder des exemptions. Par exemple, l'UE et six autres pays, y compris la Corée du Sud, seront exemptés des tarifs. Trump exerce une pression sur ces nations pour les forcer à prendre son parti. Se ranger aux côtés des États-Unis pour sanctionner la Chine est la condition préalable à ces pays pour obtenir des exemptions. C'est le bluff de Washington.

Dans un sens, le front uni a déjà été formé. La Chine devrait être prudente envers la nouvelle tendance.

Les rebondissements sont en avance sur les relations sino-américaines, car Pékin rattrape Washington. Les États-Unis, déjà fatigués, se sentent nerveux à l'approche de la Chine. Par conséquent, Washington sera colérique et la future relation sino-américaine fera face à plus d'obstacles sur la route.

La Chine ne devrait pas toujours faire des ouvertures, mais riposter si nécessaire. Les politiques américaines de la Chine pourraient de plus en plus entraîner une riposte. Les Anglo-Saxons sont de nature pragmatique. Ce n'est que lorsqu'ils subissent des pertes qu'ils peuvent apprendre une leçon.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 20-04-2018 à 22:53:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Nouvel épisode de la guerre commerciale USA / RPC : les semi conducteurs.
Trump interdit tout commerce avec la société d'état chinoise ZTE, fabriquante de composants conçus aux USA.

Dans un premier temps ceci porte un coup à la réorientation chinoise dans le sens fabriqué en Chine > conçu en Chine, parce que la conception technologique fait encore défaut.

Par contre cette offensive dirige la Chine vers la voie du développement, de la conception et de la création autonome. Outre les retombées économiques pénalisant les entreprises US elles-mêmes, la Chine est amenée à réaliser rapidement un nouveau bond qualitatif qui pourrait la placer d'une situation dominée à une situation dominante dans la conception des composants électroniques.

Ceci rappelle la crise de 2008 après laquelle la Chine avait réorienté son économie de la production pour l'exportation vers la production pour la consommation intérieure. Avec pour corollaire et pour conséquence la hausse des salaires et la maîtrise de la production sur le plan quantitatif (par la limitation des productions excédentaires) et qualitatif (sous la forme de l'écologie et des produits de gamme supérieure).


Le business américain à la peine dans l’affaire ZTE


________________________________________


Source: Global Times Publié le: 2018/4/20 6:41:31



L'interdiction par le gouvernement américain de vendre des composants américains à la société ZTE va sûrement causer des dommages importants à cette société. Cependant, le modèle de la mondialisation montre que non seulement les États-Unis ne parviendront pas à une victoire, mais qu’ils subiront également un dur revers. Le marché boursier américain est arrivé à une conclusion similaire, et les médias du monde entier ont calculé que les pertes futures des États-Unis seraient importantes.

Qualcomm est un important fournisseur de puces mobiles pour les téléphones mobiles ZTE. Selon Reuters, Qualcomm sera atteint lors de cette attaque parce que ZTE est un client important, et que ses concurrents pourraient tirer parti de ZTE en choisissant d’autres fabricants. En outre, Qualcomm pourrait subir davantage de revers lorsque la Chine ripostera aux États-Unis pour cette interdiction.

Selon des études de divers médias, la mise en œuvre complète de l'interdiction de vente de sept ans sur ZTE entraînera une perte combinée de 6,8 milliards de dollars pour Qualcomm, Acacia Communications et Oclaro Inc. Elle touchera également plus de 32 000 employés. En raison de cette estimation, les actions d'Acacia Communications ont chuté de 35,95% cette semaine. En outre, Intel et Microsoft seront touchés par les ondes de choc dans l'industrie de la technologie.

Au fil des années, la Chine est devenue le plus grand marché de vente de puces électroniques américaines, fournissant aux entreprises américaines des fonds importants pour la recherche et le développement. Perdre le marché chinois pourrait faire baisser la qualité de ces entreprises américaines, ce qui pourrait entraîner un avenir financier sombre. Les entreprises de semi-conducteurs US font face à de réelles menaces car elles seront probablement reprises par leurs adversaires.

Les États-Unis seront également lésés par l'augmentation des soupçons à l'égard de leur environnement commercial. Le gouvernement américain a mis fin aux relations commerciales de ZTE avec les entreprises américaines par la force, en raison de «problèmes de primes de 35 employés» pour une entreprise de 80 000 salariés. L'environnement des affaires américain est-il toujours digne de confiance? Cela n'implique-t-il pas que le gouvernement américain peut intimider qui il veut? La coopération avec les entreprises américaines est déjà difficile et l'examen du «politiquement correct » par le gouvernement américain ne facilitera pas les choses.

Certains Occidentaux critiquent le risque de faire des affaires avec des entreprises chinoises, mais aucune entreprise multinationale n'a subi les mêmes mauvais traitements que ZTE. Le cas de ZTE pourrait s’intituler «crise des 35 personnes» et si c'est cela qui déclenche la rupture entre les États-Unis et la Chine ou la mondialisation en général, ce serait l'une des ironies les plus étonnantes de l'histoire.

La Chine ripostera de la meilleure façon possible et infligera des pertes aux entreprises américaines en Chine. Washington ne devrait pas s’illusionner sur la tolérance de la Chine après avoir causé de tels dommages à ses entreprises.

Dans cette situation entre la Chine et les États-Unis, l'économie américaine et les relations commerciales plongeront dans le chaos. Les investissements des entreprises américaines en Chine dépassent de loin les entreprises chinoises aux Etats-Unis, ce qui signifie que les Etats-Unis ont plus à perdre car ces investissements ne seront pas épargnés lors de ce combat.

Plus important encore, la société chinoise perdra confiance dans la coopération avec les entreprises américaines de haute technologie. La "crise du bonus des 35 personnes " servira également à pousser la Chine à développer sa propre industrie des semi-conducteurs pour remplacer les composants américains.

La Chine va subir une crise dans la confrontation du secteur de la haute technologie, mais les Etats-Unis vont souffrir durablement. La Chine a mis du temps à développer sa technologie de semi-conducteurs, car il était moins onéreux d'acheter des produits américains dans le passé. Le développement de puces et de systèmes d'exploitation nécessitera un soutien massif du marché et l'importation annuelle de 200 milliards de dollars. La Chine peut certainement couvrir le financement de cette recherche.

Les conséquences de la punition de ZTE est maintenant hors du contrôle de Washington. Les économies interconnectées de la Chine et des États-Unis sont comme des «jumeaux conjoints» et la séparation causera de grandes souffrances aux deux côtés. La pensée de Washington selon laquelle il s'agit d'une punition unilatérale est naïve, et ce jugement à courte vue sera payé aux dépens des entreprises américaines.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 28-04-2018 à 22:50:36   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Danielle Bleitrach publie ici un article où il apparaît que le second monde soutient les USA contre la Chine, quitte à en faire les frais. Ce n'est pas "plutôt Hitler que le Front Populaire" mais plutôt les vexations de Trump que la route de la soie.

L’évolution rapide de la géopolitique pèse sur la stratégie économique de la Chine

28
AVR
http://histoireetsociete.wordpress.com/2018/04/28/levolution-rapide-de-la-geopolitique-pese-sur-la-strategie-economique-de-la-chine/

je vous avais promis de temps en temps un article, en voici un de fond.Le bureau politique du Parti communiste chinois a examiné la situation économique. La croissance reste ferme au premier trimestre. Dans le communiqué optimiste, il y a encore des préoccupations légitimes, notamment sur la géopolitique qui risque de peser sur les projets chinois, la route de la soien sur le développement de son modèle, un socialisme de marché, un marché fortement encadré par un Etat dirigé par un parti communiste qui définit des priorités. Il s’agit d’un article fondamental sur la manière dont les dirigeants chinois sont conscients qu’au delà d’un président fou et irresponsable c’est une véritable guerre qui lui est livrée visant à entraver son essor. Dans celle-ci, l’UE bien qu’elle soit amenée à en souffrir commme la CHine n’est pas prête à faire front commun. L’Allemagne est la France restent malgré tout des vassaux. Voilà qui éclaire le voyage de macron et de Merkel, au delà des âneries superficielles de nos médias (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Frank Willems
Mercredi 25 avril 2018


Que dit le politburo? Avec une croissance de 6,8% au premier trimestre de 2018, la Chine confirme la tendance légèrement à la hausse du quatrième trimestre 2017. La réforme de l’économie progresse en général. De nouvelles industries sont en cours de développement tandis que les anciennes sont modernisées. La demande intérieure augmente. Et il y a une meilleure coordination entre l’industrie et les secteurs de services. Cependant, la tendance à croître plus rapidement n’est que temporaire. Les défis fondamentaux auxquels les réformes font face continuent d’exister.

Le gouvernement central doit accélérer les indicateurs, les stratégies, les normes, les systèmes statistiques et les méthodes pour évaluer les résultats en tant que guide pour les autorités locales et les ministères, afin qu’ils puissent mieux soutenir une économie de haute qualité. Les autorités locales sont encouragées à assurer un développement de qualité correspondant à leur situation locale.

Trois «batailles difficiles» doivent être gagnées: celles de la limitation des risques financiers, de la lutte contre la pauvreté et de l’endiguement de la pollution.

Le gouvernement central maintiendra une politique fiscale volontariste (en influençant l’économie en modulant les règles de crédit pour les banques et les impôts) et une politique monétaire prudente et neutre (maintien de la stabilité du taux de change et des taux d’intérêt). La surcapacité dans certains secteurs sera abordée avec des mesures axées sur le marché (adaptation de l’offre à la demande). De nouveaux secteurs dans l’industrie et de nouveaux modèles d’affaires seront soutenus.

Le politburo appelle également au courage de réformer et de mettre en œuvre rapidement les mesures annoncées pour une plus grande ouverture vers l’extérieur. L’évolution des marchés financiers et du secteur immobilier doit être étroitement surveillée afin d’éviter les risques de déraillement.

Comment les observateurs interprètent-ils le communiqué?
L’agence Bloomberg résume: le politburo est préoccupé par le climat géopolitique. Il veut réduire les coûts de financement des investissements et ouvrir la Chine plus rapidement.

Selon l’agence, le communiqué montre que les dirigeants chinois s’attendent à une croissance moins rapide en raison des problèmes commerciaux et des risques financiers, et qu’ils sont prêts à ajuster leurs politiques afin d’éviter une baisse potentiellement forte de la croissance. Atteindre les objectifs économiques de cette année dans une situation géopolitique de plus en plus complexe devient un enjeu majeur. Les conflits commerciaux et la campagne visant à assainir le secteur financier sont des inhibiteurs potentiels de la croissance.

C’est la première fois depuis 2015 que l’on parle à nouveau de la nécessité de soutenir la consommation intérieure, et non de réduire les dettes. Cela pourrait signifier que le gouvernement est prêt à injecter de l’argent dans l’économie afin de maintenir la croissance. Après tout, la banque nationale chinoise a réduit les réserves obligatoires pour les banques la semaine dernière afin de s’assurer que plus d’actifs liquides soient disponibles et que plus de prêts pourraient être accordés.

L’incertitude quant à l’avenir a augmenté parmi les dirigeants. Après tout, on ne peut prédire comment la relation avec les États-Unis concernant le commerce et les investissements continuera d’évoluer. Les actions des États-Unis contre l’industrie de haute technologie chinoise (la punition très sévère de ZTE ) appellent le politburo à réclamer des percées plus rapides dans la technologie clé et plus de soutien pour de nouveaux secteurs et modèles d’affaires.

La géopolitique américaine est en effet inquiétante
Il y a une pression partout sur les relations entre les États-Unis et la Chine. Certains observateurs supposent que les États-Unis annoncent des sanctions commerciales pour manifester leur fermeté dans la négociation de la réduction du déficit commercial des États-Unis avec la Chine. Mais cela accroît le risque d’une véritable guerre commerciale.

La lourde sanction contre l’entreprise de télécommunication ZTE encourage la réflexion. Depuis 7 ans, ZTE ne peut plus acheter des puces américaines essentielles dans les équipements qu’elle produit. Les États-Unis tentent donc de frapper une société chinoise de haute technologie. La sanction affectera gravement les producteurs de puces américains qui ont fourni ZTE et augmenter encore le déficit commercial. Réduire les progrès technologiques de la Chine est donc plus important pour le gouvernement américain que de réduire le déficit commercial.

Et il y a plus. Les entreprises américaines qui investissent en Chine doivent apporter leur technologie, les étrangers ne sont pas autorisés à investir dans certains secteurs, le gouvernement chinois soutient les entreprises des secteurs émergents, touche le cœur de la Chine en tant que pays socialiste et émergent à revenu moyen: gouvernement sur l’économie, ce qui conduit à des résultats très réussis en Chine. En fait, les faucons américains demandent à la Chine de mettre de côté son «économie de marché socialiste» et d’évoluer vers une économie de marché libérale.

Et l’UE?
Certains rejettent ces faits comme les excès d’un président américain fou. L’UE et le Japon désapprouvent les méthodes brutales du président Trump. Cela sape les règles commerciales de l’ Organisation mondiale du commerce (OMC) . En renonçant aux traités TIPP et TPP , il rompt la coopération avec l’UE et avec le Japon pour contrer la Chine.

Mais le commissaire européen au commerce, Moscovici, a récemment déclaré que l’UE ne choisit pas, en substance, elle ne veut pas prendre partie dans les différends commerciaux entre les États-Unis et la Chine. En langage simple:même si les taxes américaines sur l’acier et si la Chine et l’UE sont affectées de manière similaire et que l’UE ne se porte pas bien, même si cela va à l’encontre des règles de l’OMC.

Récemment, 27 des 28 ambassadeurs des pays de l’UE à Pékin ont signé un rapport confidentiel appelant à un front commun contre l’ Initiative de la ceinture et de la route chinoise (les nouvelles routes secondaires). La nouvelle a été publiée par le Handelsblatt . Selon les ambassadeurs, l’initiative en question crée une infrastructure qui ne profite qu’au commerce chinois. Jusqu’à présent, 90% des contrats iraient à des entreprises chinoises. Et avec ses projets, la Chine obtient des soutiens politique, également en Europe de l’Est et du Sud. De cette façon, elle divise la politique de l’UE et rend les positions unanimes contre la Chine plus difficiles..

Enfin, il y a l’accord d’investissement entre l’UE et la Chine, dont les négociations ne progressent pas. L’Allemagne et la France ont commencé l’année dernière avec des restrictions sur les investissements étrangers dans les secteurs stratégiques. Ici aussi, la Chine n’est pas nommément citée. Dans le même temps, l’UE demande à la Chine d’abandonner les restrictions restantes sur l’investissement étranger. Comme pour les États-Unis, une demande difficile à concilier avec le noyau du système chinois d’économie de marché socialiste, basé sur un contrôle étatique fort de l’économie.

Sources: Xinhua, Bloomberg

Cet article a déjà été publié sur Chinasquare.be

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
198 messages postés
   Posté le 29-04-2018 à 04:51:45   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

"Mais le commissaire européen au commerce, Moscovici, a récemment déclaré que l’UE ne choisit pas, en substance, elle ne veut pas prendre partie dans les différends commerciaux entre les États-Unis et la Chine. En langage simple:même si les taxes américaines sur l’acier et si la Chine et l’UE sont affectées de manière similaire et que l’UE ne se porte pas bien, même si cela va à l’encontre des règles de l’OMC. "
Pas trop claire ta démonstration Tatie D.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 30-04-2018 à 13:24:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

C'est une traduction et en effet ça n'est pas très clair, j'aurais écrit :

Mais le commissaire européen au commerce, Moscovici, a récemment déclaré que l’UE ne choisit pas. En substance, elle ne veut pas prendre partie dans les différends commerciaux entre les États-Unis et la Chine.
Et cela même si la Chine et l’UE sont affectées de manière similaire par les taxes américaines sur l’acier, même si l’UE le supporte mal, et même si cela va à l’encontre des règles de l’OMC.


On mesure dans tous les cas la lâcheté des impérialismes de second rang.
Moscovici nous avait déjà habitués à ces avilissements.
Sur d'autres sujets, la visite de Macron aux USA a été une pantalonnade du dernier ridicule :
les médias bourgeois nous avaient assuré que Fake News allait persuader Trump de ne pas toucher aux accords avec l'Iran. Il a fait le mariole au congrès et devant des étudiants mais...résultat c'est lui-même qui demande à l'Iran de renégocier ces accords !


Edité le 30-04-2018 à 13:29:25 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 30-04-2018 à 13:37:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un flou artistique repris plus récemment après concertation. On note que malgré le Brexit Theresa May continue de participer à la direction conjointe de l'Europe, tandis que d'autres pays comme l'Italie, l'Espagne, etc. n'ont pas voix au chapitre :

Macron, Merkel et May appellent Washington à ne pas prendre de mesures contraires aux intérêts transatlantiques



PARIS, 29 avril (Xinhua) -- Le président français Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel et la Première ministre britannique Theresa May ont souhaité, lors d'un entretien téléphonique tenu samedi, que Washington ne prenne pas de mesures contraires aux intérêts transatlantiques, a fait savoir l'Elysée dans un communiqué publié ce dimanche.

Le président français a "échangé avec la Chancelière allemande et la Première ministre britannique sur les tensions commerciales actuelles entre l'Union européenne et les Etats-Unis", a déclaré l'Elysée.

"L'Union européenne doit se tenir prête à réagir, le cas échéant, avec efficacité et célérité" , souligne le communiqué.

L'Elysée a précisé que cet entretien téléphonique fait suite à la visite d'Etat du président français aux États-Unis (23-25 avril) et au déplacement de la chancelière allemande à Washington vendredi 27 avril. "Le président Emmanuel Macron a présenté à ses homologues les résultats de sa visite d'Etat", indique le communiqué.

"S'agissant de l'avenir de l'accord nucléaire avec l'Iran, le Président français a échangé avec la Chancelière Merkel et la Première ministre May sur la double dynamique affirmée à Washington devant D. Trump : d'une part, la poursuite du travail de conviction jusqu'au 12 mai pour que les États-Unis restent dans l'accord de 2015; d'autre part, un travail à engager, dès à présent, pour intégrer l'acquis de cet accord dans un accord-cadre, plus large, qui couvre aussi la période après 2025, ainsi que les préoccupations des États-Unis et de l'Europe sur l'activité balistique iranienne et les conflits au Moyen-Orient", a poursuivi l'Elysée.

"Dans ce double effort, l'unité des Européens en format E3 (France, Allemagne, Royaume-Uni) sera décisive pour préserver nos intérêts et notre sécurité", a déclaré l'Elysée dans le communiqué.

"Le Président français, la Chancelière allemande et la Première ministre britannique sont convenus de poursuivre leur concertation étroite dans les prochains jours et les prochaines semaines, à leur niveau et entre leurs équipes", conclut le communiqué.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 09-05-2018 à 08:31:14   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Vigilance nécessaire alors que les Etats-Unis montrent le vrai visage de leur capitalisme



Par Liu Zhiqin Source: Global Times Publié: 2018/5/9 13:08:39
http://www.globaltimes.cn/content/1101399.shtml

________________________________________


Deux réunions ont eu lieu à Beijing le 4 mai 2018. L'une était une réunion pour célébrer le 200e anniversaire de l'anniversaire de Karl Marx. L'autre était une plus petite réunion tenue par une délégation de hauts fonctionnaires commerciaux américains avec leurs homologues chinois.

Les deux réunions représentaient deux objets et sujets totalement différents.

Lors de la "grande réunion", plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées dans le Grand Palais du Peuple, et le président Xi Jinping a prononcé un discours appelant la nation à suivre et à respecter fermement les théories du marxisme dans le développement de l'économie. M. Xi a souligné lors de son discours que le marxisme offrait les lignes directrices de la révolution chinoise et la voie vers le socialisme, et il a souligné que la Chine soutiendrait le marxisme pour trouver des solutions à tous les défis, nationaux et internationaux.

Tout le monde sait que le cœur du marxisme est de critiquer le «système capitaliste brutal». Des millions de personnes ont écouté le discours de Xi leur rappelant les vues de Marx sur le capitalisme.

Pendant ce temps, la "petite réunion" montrait au public ce qu'est le capitalisme par nature et ce que cela signifie pour les pays en développement.

Selon certains médias américains, la délégation commerciale américaine a présenté des «suggestions» à la partie chinoise: premièrement, la Chine devrait réduire de 200 milliards de dollars son excédent commercial avec les États-Unis d'ici deux ans; deuxièmement, que le gouvernement américain avait le droit d'interdire aux investisseurs chinois de prendre le contrôle de sociétés technologiques aux États-Unis; et troisièmement, que la Chine ne devrait prendre aucune mesure pour s'opposer ou exercer des représailles contre les États-Unis ou ses sociétés. Il est difficile de croire que des demandes aussi éhontées, avides et arrogantes ont été faites par la délégation américaine, qui prétendait être intéressée par le «commerce équitable».

Cela a rappelé à beaucoup de chinois les guerres de l'opium qui ont commencé en 1839. Les nations capitalistes occidentales ont forcé la Chine à leur ouvrir son marché à travers diverses formes de tricherie et de chantage.

Certaines personnes ont dit que la «petite réunion» était en fait un bon moyen d'enseigner aux jeunes générations à voir la nature du capitalisme et les ruses qui sont parfois jouées. Elle a également prouvé la validité des théories de Marx sur le capitalisme. En outre, elle a montré que la Chine avait parfaitement raison dans les choix qu'elle a faits sur la façon de développer l'économie nationale.

Nous n'oublierons jamais que la Chine a été obligée de payer une punition de 20 milliards de grammes d'argent aux pays occidentaux pendant la guerre de l'opium.

Et aujourd'hui, les États-Unis tentent de réprimer la Chine avec des tarifs plus élevés et des demandes de déficit commercial. C'est l'idée américaine de "l'équité"?

Dans un sens, nous pourrions être reconnaissants au président Donald Trump d'avoir montré le vrai visage des États-Unis et de sa version du capitalisme. Les États-Unis sont allés au-delà du protectionnisme. La tactique utilisée est plutôt une sorte de «terrorisme commercial». Ils font la guerre contre l'ordre commercial international.

Des deux réunions, nous pouvons facilement voir ce que font les deux pays.

La Chine développe sa «nouvelle ère du socialisme avec des caractéristiques chinoises» et les États-Unis poursuivent un «vieux type de capitalisme aux caractéristiques américaines». Mais tout le monde comprend bien que le socialisme chinois a réussi grâce à sa mise en pratique des théories de Marx.

La Chine et les Etats-Unis devraient prendre des mesures constructives pour mettre en place un marché unifié qui pourrait être plus efficace qu'un accord de libre-échange. Dans un tel marché unifié, la Chine et les États-Unis pourraient échanger toutes les technologies et tous les produits librement.

Toutes les frictions et les différends entre les deux nations peuvent être résolus en prenant des mesures sincères, raisonnables, rationnelles et pratiques.

Nous devrions peut-être suggérer au président Trump qu'il apprenne quelque chose du marxisme, et même de la Chine, afin que les deux parties puissent trouver un terrain d'entente pour construire ensemble un avenir commun et un marché mondial.
L'auteur est chercheur principal à l'Institut Chongyang d'études financières de l'Université Renmin de Chine. bizopinion@globaltimes.com.cn

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 14-05-2018 à 23:39:50   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Rétropédalage de Trump dans l'affaire ZTE :

Les États-Unis ne peuvent pas arrêter le processus de mondialisation des entreprises chinoises de plus en plus compétitives


Par Hu Weijia Source: Global Times Publié: 2018/5/14 21:48:40


Le président américain Donald Trump a twitté dimanche sur le fait qu'il avait exhorté le département du Commerce des États-Unis à donner au groupe chinois d'équipements de télécommunications ZTE Corp "un moyen de se remettre rapidement au travail" . Quelques heures après l'annonce, les actions de certains fournisseurs basés aux États-Unis à ZTE ont repris après avoir atteint un point bas en raison d'une interdiction américaine des exportations vers la société chinoise.

ZTE est un important acheteur de matériel et de composants de semi-conducteurs fabriqués aux États-Unis. En avril, le gouvernement américain a imposé une interdiction de sept ans sur les exportations américaines à ZTE, une décision qui a causé de lourdes pertes tant pour l'entreprise chinoise que pour ses fournisseurs américains.

Washington a beaucoup de doutes lorsqu'il gère les relations économiques avec Pékin. D'un côté, les restrictions sur les investissements chinois se sont multipliées aux Etats-Unis depuis l'arrivée de Trump, mais d'autre part, le gouvernement américain n'ose pas porter un coup sévère aux entreprises chinoises en raison de leurs liens étroits avec l'économie américaine.

Les structures économiques des deux pays sont très complémentaires, renforçant l'élasticité des liens économiques bilatéraux. Il y a encore de la place pour le développement ainsi que des opportunités aux Etats-Unis pour les entreprises chinoises, même pour celles des secteurs sensibles.

L'administration Trump pourrait créer des obstacles pour les entreprises chinoises dans l'espoir d'accroître leurs investissements extérieurs, mais tant que ces entreprises géreront leurs difficultés avec détermination et persévérance, elles deviendront éventuellement de grandes multinationales capables de se tenir au courant de leurs concurrents américains.

Au cours des derniers mois, une série de projets d'acquisition chinois aux États-Unis ont été bloqués en raison de prétendus problèmes de sécurité nationale. Les entreprises chinoises devraient tirer les leçons de cette situation, mais les restrictions sur l'investissement ne les empêcheront pas d'accroître leur présence sur le marché mondial. Leurs muscles deviendront plus forts pendant qu'elles s'efforcent d'amortir les attaques frontales données par les Etats-Unis.

La compétitivité internationale des entreprises chinoises a augmenté ces dernières années. Plus tôt ce mois-ci, le fabricant chinois de téléphones portables Xiaomi a remporté l'IPO la plus importante du monde depuis que le géant chinois du commerce électronique Alibaba a levé 21,8 milliards de dollars à New York en 2014. Les entreprises chinoises ont vu leurs parts de marché augmenter considérablement dans le monde. Dans les régions le long du tracé de l' initiative Belt and Road. Cela démontre de nouveau que Washington sera incapable d'arrêter la mondialisation des entreprises chinoises.

L'auteur est journaliste au Global Times. bizopinion@globaltimes.com.cn

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10602 messages postés
   Posté le 17-05-2018 à 13:27:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article de Zheng Ruolin sur le Grand Soir :

14 mai 2018

Une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis aura-t-elle lieu ?


Ruolin ZHENG
La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis aura-t-elle lieu ? Apparemment oui, même si la Chine décidait de rendre coup pour coup afin de défendre ses intérêts légitimes. Car cette guerre est très probablement voulue par Donald Trump, le président américain, soutenu par son entourage, une poignée des conservateurs les plus « durs », qui, âgés souvent plus de soixante ans, avaient dirigé, et surtout gagné auparavant durant des années quatre-vingt du siècle dernier, une guerre similaire contre le Japon...

Bien que je ne puisse pas exclure totalement une autre possibilité : les deux parties font du cinéma, l’un pour gagner les élections de mi-mandat à la fin de l’année, l’autre pour faire semblant de « “résister à une attaque... bidon », un « bluff » de jeu de Poker lancé par la Maison Blanche... Mais il serait plus sérieux, me semble-il, d’envisager une guerre commerciale qui entrainera probablement un conflit total entre les Etats-Unis, un conflit entre la superpuissance en déclin (?) et son challenger potentiel, la Chine.

Après les six « durs » des Américains, du secrétaire américain au Trésor Steven T. Mnuchin, le secrétaire au Commerce Wilbur Ross jusqu’au représentant au Commerce Robert Lighthizer, le conseiller économique du président Larry Kudlow et celui pour le commerce Peter Navarro, précipités par Donald Trump à Pékin pour essayer de négocier, ou plus précisément pour donner un « ultimatum » aux Chinois, cette guerre est devenue de plus en plus concrète. La Chine est prête, je crois. Comme nous disent nos ancêtres, « Il faut prévoir le danger lorsqu’on est en toute sécurité, et si l’on y réfléchit et s’y est préparé, la prévoyance sera mère de sûreté. »

Il faut avouer qu’aucun des deux ne sortirait vainqueur de cette « guerre » absurde. Mais les stratèges chinois sont presque unanimes : la Chine doit relever le défi, car l’Histoire nous a déjà montré un exemple : le Japon, la capitulation du Japon en 1985 dans un conflit commercial entre Tokyo et Washington a entrainé vingt ans de récession du pays. Le Japon était à l’époque un « problème » des Etats-Unis avec un excédent commercial colossal envers les USA. Tout comme la Chine d’aujourd’hui. Les médias américains criaient que le Japon allait « conquérir pacifiquement le nouveau continent ». Alors les Américains, dirigés par justement Wilbur Ross et Robert Lighthizer, avec leurs alliés européens, ont forcé le Japon à signer le fameux « Plaza Accord ». L’un des négociateurs représentant la France s’appelait Pierre Bérégovoy. Le yen japonais était réévalué de près de 50% contre le dollar américain. Le résultat : 5 ans après la signature de « Plaza Accord », la bulle immobilière japonaise éclatait, et le pays a été plongé dans une récession pendant plus de vingt ans.

La Chine n’a pas l’intention de tomber dans le même piège.

Actuellement en Chine une partie de l’opinion publique estime que la Chine doit à tout prix éviter cette guerre commerciale, car ils sont pessimistes pour les conséquences désastreuses d’un affrontement entre les deux géants économiques. Une autre partie ne croit pas à ce bras de fer, car l’interdépendance de deux pays a déjà atteint un tel niveau que ni Washington, ni Pékin ne veulent réellement une « guerre » qui détruirait non seulement les relations commerciales bilatérales, mais aussi le commerce international. Donc ils pensent que la menace de la Maison blanche n’est qu’un chantage pour intimider la Chine dans le but d’obtenir plus de concessions de la part de Pékin. Les deux côtés trouveront un compromis pour justement que la guerre commerciale n’aura pas lieu. Mais la majorité de la population de la Chine est en pleine confiance, estimant que la Chine « va gagner” cette guerre. Certains ont même précipitamment qualifié cette bataille comme « une futur victoire épique”, qui marquerait l’histoire de l’émergence de la Chine.

Les autorités de Pékin sont beaucoup plus prudentes.

Le porte parole du gouvernement chinois Geng Shuang a effectivement déclaré que si les Etats-Unis nous imposent une guerre commerciale, nous allons « leur tenir compagnie jusqu’à la fin” pour « rire le dernier ». Mais en même temps, « la porte de négociation est toujours ouverte », a-t-il réaffirmé. Pour la Chine, les informations venues des Etats-Unis sont très confuses, quelquefois même contradictoires. Le président Trump lui même dit sur Twitter à la fois qu’il va imposer des taxes supplémentaires, de l’ordre de cent mille milliards de dollars, sur les produits importés de la Chine pour contrebalancer les déficits américains, mais il dit en même temps que les relations entre les deux pays sont « excellentes », que « Le président Xi et moi nous sommes toujours très bons amis », et « nos deux pays ont de très grands avenirs ! »

L’entourage du président américain aussi donne en permanence des signaux sens dessus-dessous. Le célèbre économiste américain, lauréat du prix Nobel d’économie, Paul R. Krugman écrit dans le « New York Times » un article critiquant les Trump et ses conseillers « qui ne savent absolument pas ce qu’ils veulent de la Chine »...

Les bourses des deux pays suivent très attentivement les déclarations de Trump, l’indice Dow-Jones flotte en permanence, tantôt elles grimpent, quand les investisseurs croient que les menaces du président américains sont du « cinéma” » tantôt elles plongent quand on est convaincu que Trump va effectivement mettre en exécution ses menace...

Tout montre que nous sommes obligés de subir une époque de Donald Trump, c’est-à-dire une époque d’incertitude. Tout peut arriver.

Pour beaucoup de Chinois, les accusations de Donald Trump, c’est-à-dire que les Chinois ont volé le travail des Américains, est tout simplement inacceptable. Pour beaucoup d’entre eux, la Chine est un ouvrier qui travaille dur, pour vendre ses produits, à un prix très bas, aux USA, grand financier qui ne fait rien d’autres qu’imprimer le dollar, dont la Chine a besoin pour acheter le pétrole et d’autres produits. Et quand les Chinois gagnent un peu plus de dollars, les Américains nous forcent à acheter les trésors publics américains, pour récupérer leurs dollars. Et la Chine est ainsi double perdant. Les Américains ne font rien et ils ont tous les produits made in China, bonne qualité et très bon marché. Et les Chinois, eux, ils bossent durement, et ils ont beaucoup de bons du trésor américains, de l’ordre de 3000 milliards... Et cette dette colossale ne sera probablement jamais remboursée ! Un sentiment d’injustice s’ancre profondément dans l’esprit des Chinois. C’est pour cette raison, que les Chinois incitent leur gouvernement à résister au président Trump, à aller « jusqu’au bout et à tout prix de cette guerre commerciale »...

Il faut savoir que l’histoire montre un fait ignoré par beaucoup d’Américains, surtout par Donald Trump. Chaque fois les Etats-Unis entament une sanction commerciale contre la Chine, au final ce serait toujours une pierre, élevée par les Américains, et tombée sur le pied des... Américains. En 2009, la « guerre des pneus » en est un exemple. Les Etats-Unis d’Obama ont décidé de taxer lourdement (plus de 35% en 3 ans) les pneus importés de la Chine pour sauver 1200 emplois dans le secteur. Mais l’augmentation du prix des pneus condamnait les consommateurs américains à une dépense supplémentaire de 1,1 milliards de dollars pour leurs voitures, équivalent de 90 milles dollars contre un poste sauvé. Et ce n’est pas tout : comme ces consommateurs étaient obligés de payer plus pour leurs pneus, ils consommaient donc moins d’autres produits, et les économistes américains estiment, trois ans après, en 2011, que cette « guerre de pneus » a coûté finalement aux Etats-Unis plus de 2500 postes de travail. Sans compter d’autres pertes dues aux rétorsions de taxes de représailles des Chinois sur des produits américains. Bien évidemment du côté chinois, il y avait aussi une perte de cent milles emplois dans le secteur pendant un certain temps. Mais finalement entre 2009 et 2011, les pneus chinois continuent à s’exporter. Le volume de productions, le nombre d’entreprises et d’emplois, l’exportation, le valeur de production et les bénéfices du secteur ne cessaient de s’accroître. Et ce fait désastreux est presque oublié par les politiciens américains.

Heureusement que Barack Obama n’a eu que deux mandats pour huit ans...

Pourtant, les Chinois sont apparemment assez lucides sur deux points.

Primo, la Chine doit continuer à se développer, elle doit continuer ses politiques d’ouvertures et de réformes pour que son économie ait plus de vivacité et de compétitivité. Depuis plus de quarante ans, l’Histoire a déjà prouvé que c’est une politique efficace à même de changer la Chine, d’apporter la prospérité dans le monde. La Chine n’a aucune raison de changer le cap. C’est justement dans cette direction de cette réflexion, que le président Xi a annoncé une série de mesures au Forum de Boao pour l’Asie, y compris davantage d’ouverture du marché chinois, le marché de voiture et de la finance par exemple, mais aussi l’abaissement, dès l’année 2018, des taxes de douane de certaines marchandises importées.

Apparemment les déclarations du président Xi ont été accueillies favorablement par les marchés financiers internationaux, même par les indices à Wall Street. Les bourses chutent quand le président américain déclare la guerre commerciale, et elles grimpent quand le président chinois annonce plus d’ouverture. Le monde approuve le libre échange et non le protectionnisme. Le temps et l’avenir jouent pour la Chine.

Deuxièmement, le conflit actuel nous apparaît inévitable et sans fin à cause de la nature même de l’économie américaine condamnée au déficit permanent. La Chine sait très bien qu’elle ne peut pas maintenir indéfiniment un commerce trop déséquilibré avec la première puissance économique. Elle souhaite importer plus en provenance des Etats-Unis, mais les Américains interdisent à leurs entreprises d’exporter vers la Chine toutes les hautes technologies, surtout celles à double usage, civil et militaire. Donc ce sont les USA qui ne veulent pas nous vendre plus.

D’autre part, ce déficit commercial n’est pas imputable à la Chine, il est causée par le système monétaire et l’hégémonie du dollar. Les Chinois connaissent très bien « Triffin Dilemma », en français : « Le dilemme de Triffin » ou « Le paradoxe de Triffin ».

Le professeur américain Robert Triffin a révélé dans son livre « L’Or et la Crise du dollar » qu’il existe un paradoxe issu du système de Bretton Woods : le dollar est à la fois une monnaie de paiement et de réserve internationale, et une monnaie nationale américaine. Donc la balance globale des USA est condamnée à être déficitaire, pour permettre aux autres pays de disposer de suffisamment d’instruments de paiement. Car si la balance du pays de la monnaie internationale est en excédent, il manquera au monde entier de liquidités internationales pour la croissance mondiale. Alors la situation actuelle de commerce américain avec la Chine est justement provoquée par la politique monétaire des Etats-Unis, non par la Chine. Il faut souligner que les Etats-Unis bénéficient d’un énorme avantage avec cette situation, qui s’appelle l’hégémonie du dollar. Avec Bretton Woods, et puis le système de Pétrodollar, c’est-à-dire tous les négoces pétroliers doivent être réglés par une seule monnaie : le dollar américain, alors une telle situation monétaire permet aux Américains d’imprimer le dollar pour que les autres lui fournissent leurs produits contre le dollar afin de pouvoir payer le pétrole dont ils ont besoin. C’est ainsi que la balance commerciale des Etats-Unis d’Amérique est toujours, que Trump veuille ou non, en déficit.

Alors il n’y a qu’un seul moyen pour résoudre ce problème : trouver une autre monnaie internationale. Donc cette guerre commerciale est au fond une guerre de monnaie. Monnaie de paiement international et monnaie de réserve internationale. Maintenant on comprend mieux pourquoi en pleine guerre commerciale, la Chine a lancé les premières transactions libellées en yuan, monnaie chinoise, sur le pétrole brut à la Bourse internationale de l’énergie de Shanghai le 26 mars 2018. C’est un petit pas du « Pétrole-yuan », mais ce petit pas montre que la Chine est déterminé à la libéralisation et à l’internalisation de sa monnaie pour qu’un jour le yuan devienne une nouvelle devise international de réserve afin de donner un choix plus grand au monde entier, tout comme certain pays de l’Union européenne le font déjà avec l’euro.

Depuis 2010, la valeur de la production industrielle de la Chine dépasse celle des USA pour devenir le premier pays de produit industriel ; et depuis 2014, en PPP, parité de pouvoir d’achat, la Chine dépasse aussi les Etats-Unis pour devenir la première puissance économique du monde. Pour le produit intérieur brut la Chine est en 2017 au deuxième juste derrière les Etats-Unis d’Amérique. Le PIB des USA : 19362,13 milliards de dollars, et le PIB de la Chine : 12242,77 milliards. Mais la Chine reste un pays en voie de développement. Beaucoup d’Européens ne comprennent pas cette situation aussi absurde que paradoxe. Pourtant c’est un fait incontestable. Le produit intérieur brut par tête de la Chine est loin derrière des pays industrialisés. Le PIB chinois de 2017 est au 70ème rang, de l’ordre de 9482 dollars par tête. Pour comparaison : la France : au 21ème, 39915 dollars, et les USA : 5ème rang pour 60015 dollars.

Pourtant, la Chine est elle-même un « monde » à part. Un monde tout entier. La Chine est le premier consommateur d’oeufs, de lait, de viande du porc, de légumes, de fruits, de voitures, de portables téléphoniques, d’électroménager, de vêtements, de chaussures, d’infrastructures, d’avions de ligne, de Trains à Haute Vitesse, etc., avec d’ailleurs 20000 milliards de yuans de réserves et plus de 3000 milliards de dollars de devises.La Chine n’a aucune raison d’avoir peur d’une « guerre commerciale”.

En réalité, les Américains ne visent pas seulement le déficit commercial avec la Chine, mais bien autre chose beaucoup plus importante et plus fondamentale. Dans leur viseur, le plan de 2025 de la Chine, élaboré par la Chine pour l’innovation dans les technologies de l’informatique, l’aérospatiale, les véhicules propres et l’Intelligence artificielle. Le conseiller au commerce de Donald Trump, chef du service de la politique commerciale et manufacturière de la Maison Blanche, Peter Navarro ne cache pas sa cible, il a déclaré à la télévision américaine, que les mesures de surtaxes visent à empêcher la Chine de prendre le pas sur ces industries naissantes. L’auteur de « The Coming China Wars : Where They Will Be Fought and How They Can Be Won », de « Death by China : Confronting the Dragon - A Global Call to Action », et de « Crouching Tiger : What China’s Militarism Means for the World » est l’un des faucons le plus durs de la Maison Blanche. Il sait très bien de quoi il parle, et ce qu’il vise. Il suffit de jeter un coup d’oeil à la liste des produits chinois surtaxés pour s’en convaincre.

Mais sur ce point, la Chine ne cédera pas un iota. La Chine pourrait importer plus de produits américains (surtout si les Américains levaient l’embargo de la haut technologie contre la Chine, un tiers, même la moitié de déficit américain aura disparu immédiatement) ; la Chine pourrait exporter moins vers les Etats-Unis ; la Chine pourrait ouvrir davantage son marché... mais la Chine continuera à se développer, à avancer vers son objectif : la renaissance de la Chine. Les Peter Navarro seraient déçus.

Dans cette “guerre” entre les deux rives du Pacifique, l’Europe pourrait jouer elle aussi un rôle important. La Chine ressemble à une carte de domino, la première carte. L’Europe pourrait être la suivante, ou la troisième. Le président américain ne s’arrêtera à la Chine. Certain pays européens, surtout l’Allemagne ont également un fort excédent commercial avec les USA. L’Europe aura donc trois possibilités : observer avant d’être attaquée à son tour, se ranger du côté des Américains sous prétexte que la Chine a entretenu une relation commerciale déséquilibrée avec l’Europe, ou dire « non » au protectionnisme et le nationalisme économique.

Ruolin ZHENG

Ancien correspondant à Paris du Wen Hui Bao, quotidien national de Shanghai, et du Wen Wei Po, quotidien publié à Hong Kong, Zheng Ruolin est également écrivain et traducteur.
Voir ici la recension de son livre publié en France : « Les chinois sont des hommes comme les autres ».

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 Page suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  guerre commerciale USA ChineNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum