Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 USA vs Chine Populaire : la guerre hors limites

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6Page précédentePage suivante
pzorba75
Militant expérimenté
908 messages postés
   Posté le 13-08-2020 à 09:45:21   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

marquetalia a écrit :

Je veux bien que la Chine soit une puissance impérialiste,mais pas l Argentine,dont les îles Malouines lui reviennent de droit!

Certes, mais qui en sous main titillait les dirigeants argentins pour qu'ils réclament ces îles et cherchait à affaiblir ce qui restait de l'impérialisme anglais?

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10093 messages postés
   Posté le 13-08-2020 à 15:18:47   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

L Union soviétique.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10093 messages postés
   Posté le 13-08-2020 à 15:28:48   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

La frange la plus réactionnaire de la bourgeoisie japonaise n a été jugée par les Américains,Hiro Hito est resté au pouvoir à Tokyo,car les Usa craignaient que le Empire du Soleil Levant ne tombe entre les mains du communisme-ce qui explique que les crimes de guerre nippons , notamment à Nankin,soient peu évoqués, même en Occident.et cela, à l inverse de l Allemagne après son écrasement,les Ricains ont éliminés les responsables nazis dans la partie occidentale du pays,ils avaient des comptes à rendre aux tortionnaires qui ont perpétré l Holocauste-il y a aux États Unis la plus forte communauté israelite au monde.ce qui explique que le courant fasciste est la première force au Japon,et que cette fascisation conduit au réarmement nippon,qui veut avoir un rôle primordial en Asie,ce pays voulant même avoir une place au sein des membres permanents du Conseil de Sécurité de l Onu agitant l épouvantail chinois.tel n est pas le cas de l Allemagne,qui,avec le prochain retrait des forces étrangères en Afghanistan n aura plus, à l étranger,que 1.000 soldats en Lituanie-et ce sous le commandement u.s...

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10093 messages postés
   Posté le 13-08-2020 à 15:32:00   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Quand j étais en Seconde,un camarade de classe a fait venir son correspondant de Sarre à un cours d allemand.celui ci s est exprimé en cours d allemand,il a affirmé qu il souhaitait que l Allemagne n ai plus d armée....les Allemands ont apparemment mauvaise conscience pour leur passé...ce qui n est pas le cas des Japonais...


Edité le 13-08-2020 à 15:33:49 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10093 messages postés
   Posté le 13-08-2020 à 15:36:03   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Évitez vos accusations délirantes sur l "impérialisme allemand",ou sur les prétendus "impérialistes germano-americans",les conneries à Mélenchon...les Américains s appuient principalement sur la Pologne,pas sur l Allemagne,d où Trump vient de retirer une partie des troupes qui y sont déployées.donc,ce serait plutôt les "impérialistes polono-americains".c est Varsovie qui est à l oeuvre au Belarus.


Edité le 23-08-2020 à 15:19:43 par marquetalia




--------------------
pzorba75
Militant expérimenté
908 messages postés
   Posté le 13-08-2020 à 17:57:15   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Dans le délire, tu as encore fait des progrès (4 messages vides de sens et hors sujet en 18 minutes).

Prends un peu de repos et mets toi au frais, personne n'ira te déranger pendant ta période d'abstinence.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10093 messages postés
   Posté le 13-08-2020 à 18:07:39   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Ok.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 13-08-2020 à 20:53:12   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Merci de revenir sur la guerre hors limites

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 17-08-2020 à 23:04:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les USA ont menacé les pays occidentaux de les priver d'informations stratégiques, pour qu'ils rejettent l'implantation de la 5G chinoise.
Parallèlement Trump coupe toutes les sources d'approvisionnement de la téléphonie Huawei.




Les États-Unis jouent la `` dernière carte '' pour bloquer l'approvisionnement de Huawei et obligent la Chine à riposter


Par des journalistes du personnel du GT Source: Global Times Publié: 18/08/2020 0:14:14
https://www.globaltimes.cn/content/1198038.shtml


Le gouvernement américain a joué lundi ce que les analystes chinois appellent sa «carte finale» en restreignant davantage les approvisionnements en puces à semi-conducteurs de Huawei - une décision qui, selon les analystes, justifie des représailles concrètes de la Chine.

Une source proche du gouvernement a déclaré en mai que la Chine était prête à riposter contre les États-Unis en ciblant des entreprises américaines comme Apple, Qualcomm et Boeing, si le gouvernement américain décide de couper les approvisionnements en puces à Huawei.

Le département américain du commerce a annoncé qu'il étendrait les restrictions existantes en empêchant Huawei d'acquérir des puces fabriquées en dehors des États-Unis mais développées ou produites avec un logiciel ou une technologie américaine. Il a également ajouté 38 autres filiales Huawei dans 21 pays à sa liste d'entités.

En vertu de l'amendement aux restrictions imposé en mai, Huawei n'a pas le droit d'acheter des puces de fabrication étrangère "au même degré que des puces américaines comparables" , a déclaré le département dans un communiqué.

À la suite d'une décision antérieure d'autoriser l'expiration d'une licence générale temporaire jeudi, la nouvelle règle de lundi marque une nouvelle escalade dans la campagne de répression des États-Unis contre la société chinoise.

La nouvelle règle pourrait poser de sérieux défis à Huawei, car la société pourrait être coupée de tous les fournisseurs de puces étrangers, ont noté les analystes chinois.
"Les nouvelles restrictions ont fermé toutes les routes pour Huawei" , a déclaré lundi soir Ma Jihua, un analyste chevronné du secteur et proche de Huawei, au Global Times, ajoutant que des fournisseurs tels que MediaTek basé sur l'île de Taiwan et Samsung en Corée du Sud. pourrait ne plus être en mesure de vendre des puces à Huawei.
Malgré la campagne incessante des États-Unis, la production par Huawei de smartphones et d'autres produits reposant sur certains composants étrangers n'a pratiquement pas été affectée en raison des canaux restants. Mais le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a clairement indiqué lundi que les États-Unis cherchaient à combler ces «échappatoires ».

Huawei n'a pas répondu à une demande de commentaire du Global Times à l'heure de la presse lundi soir. Mais un initié proche de la firme a déclaré que Huawei avait déjà prévu la "règle la plus stricte de tous les temps" et s'était préparé au pire des cas. "C'est dans l'attente" , a déclaré lundi l'initié, qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat, au Global Times.

Alors que Huawei pourrait avoir besoin d'ajuster certains plans commerciaux pour faire face à la nouvelle règle, la dernière décision a également mis en évidence l'incapacité du gouvernement américain à fermer la société chinoise malgré sa campagne mondiale pluriannuelle et maintenant les États-Unis sont à court de cartes à jouer, ont souligné les analystes.
"La nouvelle règle signifie également que les précédentes astuces des États-Unis n'ont pas fonctionné sur Huawei et que les États-Unis ont pratiquement joué toutes leurs cartes contre Huawei" , a déclaré Ma, notant que Huawei est resté résilient face à la répression américaine.
Malgré la campagne des États-Unis à travers le monde pour forcer ses alliés à interdire Huawei, la société basée à Shenzhen est restée le plus grand fournisseur mondial d'équipements 5G, avec une part de marché de près de 40% au premier trimestre de 2020.
En tirant sa «carte finale» sur Huawei, le gouvernement américain risque également de faire face à un contrecoup de fournisseurs du monde entier qui vendent des composants d'une valeur de centaines de milliards de dollars à l'entreprise chinoise et pourraient attirer des représailles du gouvernement chinois, ont déclaré des analystes.
"Si les États-Unis poussent Huawei dans le coin, le gouvernement chinois ripostera sans hésitation" , a déclaré Ma.

Tout en exprimant à plusieurs reprises son indignation face à la répression américaine et en promettant de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les intérêts chinois, la Chine n'a pris aucune contre-mesure directe contre les États-Unis à propos de Huawei. Les responsables chinois ont annoncé en mai 2019 la création d'une «liste d'entités non fiables » à la suite de l'affaire Huawei, mais n'ont pas révélé publiquement la liste.

En mai, une source proche du gouvernement chinois a déclaré au Global Times que la Chine était prête à prendre une série de contre-mesures contre les États-Unis, si ces derniers décidaient de bloquer les livraisons de puces à Huawei,
La nouvelle décision des États-Unis rend urgente le déploiement de la liste par la Chine, ont déclaré des observateurs. "Il est temps que la partie chinoise prenne des contre-mesures strictes" , a déclaré lundi un observateur au Global Times.


Edité le 17-08-2020 à 23:04:27 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 19-08-2020 à 20:57:19   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Dix découplages

Huang Qifan: la Chine fait face à une embuscade de toutes parts, la Chine doit être préparée

2020-08-19 19:34:01 https://www.dwnews.com/
________________________________________


En parlant de la friction sino-américaine, Huang Qifan a souligné que la Chine doit jeter ses illusions et se préparer à la lutte. (AFP)
Lors du sommet China Life Insurance 100 du 8 août, Huang Qifan, vice-président du China International Economic Exchange Center, a prononcé un discours, soulignant que la Chine est actuellement confrontée à des embuscades de toutes parts.
Dans un contexte de frictions commerciales, l'économie américaine veut se découpler de la Chine en 2020, et le contenu du découplage devient de plus en plus abondant.
En résumé, il y a en fait dix aspects du découplage, un peu comme «embuscade de tous côtés».

Le premier est le découplage du commerce et du non-commerce mutuel, signe qui se manifeste sous tous ses aspects.

Le second est le découplage de l’investissement. Les entreprises américaines en Chine exigent le retrait des capitaux, et l’investissement de la Chine aux États-Unis crée divers obstacles et empêche les entreprises chinoises d’investir aux États-Unis. Il s’agit d’un découplage des investissements.

Le troisième est le découplage du marché des capitaux. Plus de 200 valeurs conceptuelles chinoises qui ont été cotées aux États-Unis ont été retirées de la cote pour diverses raisons, ou qu'il y a maintenant de nouvelles sociétés chinoises en bourse aux États-Unis, et il y a aussi beaucoup de résistance. Finalement, il peut être découplé des marchés financiers extrêmes.

Le quatrième est le découplage de la finance et de l'assurance: les banques et les compagnies d'assurance américaines ne peuvent pas fournir de prêts de financement ou des activités d'assurance aux entreprises chinoises.

Le cinquième est la technologie, en particulier la haute technologie. Les mesures américaines contre les entreprises chinoises Huawei et ZTE peuvent déjà voir ce signe.

Sixièmement, les étudiants étrangers entreront également dans un état de découplage: la Chine compte maintenant 360 000 étudiants étrangers aux États-Unis, et elle est actuellement dans un état relativement difficile. Il existe de nombreux obstacles dans tous les aspects des visas.

Sept est le découplage du réseau, y compris le découplage d'Internet.

Huitièmement, SWIFT est également une option de découplage. Une fois le découplage de l'environnement commercial mondial et de l'environnement de compensation, l'environnement de compensation centré sur le dollar américain, si le découplage entraîne des difficultés dans le règlement des échanges, il y aura De nombreux problèmes surviennent.

Neuvièmement, l'État et diverses négociations commerciales, y compris des négociations commerciales, des négociations économiques, etc., et la prochaine étape consiste à trouver des raisons de geler des propriétés ou d'imposer d'énormes amendes à diverses entreprises chinoises à l'étranger.

Dixièmement, le lien entre les devises et le RMB est également découplé. Par exemple, le dollar de Hong Kong est indexé sur le dollar américain.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 19-08-2020 à 23:25:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le découplage de la technologie américaine masque la restructuration

Source: Global Times Publié: 2020/8/19 23:01:51

https://www.globaltimes.cn/content/1198287.shtml

Alors que l'économie américaine est durement touchée par la pandémie de coronavirus, les principaux indices boursiers américains semblaient ignorer les fondamentaux économiques malmenés et se redresser pour atteindre de nouveaux sommets. Mardi, l'indice S&P 500 a terminé à 3389,78, marquant un sommet de clôture historique, tandis que l'indice composite NASDAQ a également marqué une clôture record à 11210,84.

Pourquoi Wall Street a-t-il refusé de prendre en compte la récession à laquelle son économie est confrontée? Une explication pourrait être que la valeur marchande des entreprises technologiques américaines a grimpé en flèche pendant l'épidémie, ramenant la plupart des indices boursiers à leurs niveaux d'avant la pandémie.

À l'heure actuelle, cinq géants de la technologie - Apple, Microsoft, Amazon, Alphabet et Facebook - représentent désormais plus d'un cinquième du S&P 500. Une telle concentration est compréhensible étant donné que ces géants du numérique ont largement surperformé le marché cette année grâce à leur robustesse croissance des entreprises pendant la pandémie de coronavirus.

Néanmoins, il y a un message encore plus important derrière la récente performance du marché boursier américain, à savoir que la structure économique américaine subit une transformation majeure pendant la pandémie. Même l'économie mondiale verra probablement le secteur technologique jouer un rôle majeur dans la stimulation de la croissance économique dans un proche avenir.

Dans un tel contexte de transformation économique profonde, la récente poussée de l'administration Trump en faveur du découplage technologique pourrait avoir des implications stratégiques encore plus profondes. Dans le passé, le gouvernement américain a fortement soutenu les géants de la fabrication nationale tels que Boeing, malgré les critiques de divers milieux. Maintenant que les entreprises de haute technologie deviennent la nouvelle source de croissance économique, le gouvernement américain tentera certainement d'assurer la domination des entreprises américaines lors du prochain cycle de transformation économique mondiale.

En ce sens, la répression de l'administration Trump contre les entreprises technologiques chinoises peut également être considérée comme faisant partie d'un effort visant à renforcer l'avantage concurrentiel des entreprises américaines de haute technologie afin qu'elles soient en mesure d'accélérer l'expansion mondiale et la domination technologique.

Les États-Unis ont annoncé lundi qu'ils resserraient les restrictions sur Huawei afin de couper ses approvisionnements en puces disponibles dans le commerce. Le gouvernement a également ordonné à la populaire plateforme de médias sociaux chinoise TikTok de vendre ses entreprises américaines à un acheteur américain avant une date limite. De toute évidence, toutes ces mesures visaient à étouffer le développement et la croissance des entreprises technologiques les plus prospères de Chine.

Si la répression américaine des entreprises chinoises se poursuit dans les mois à venir, quel que soit le résultat de l'élection présidentielle, les entreprises de haute technologie américaines obtiendront de grands avantages concurrentiels, favorisant ainsi une restructuration économique plus douce. Et si les entreprises chinoises sont durement touchées par les attaques américaines, le futur écart technologique entre les États-Unis et la Chine pourrait être utilisé comme levier de concessions par la partie chinoise dans le secteur technologique. En tant que tel, la poursuite par les États-Unis du découplage technologique de la Chine pourrait être un stratagème politique pour viser une plus grande part de marché à l'avenir.

Dans de telles circonstances, en plus d'exiger un traitement équitable pour ses entreprises, la Chine doit promouvoir le développement de ses propres entreprises technologiques. Après tout, il est devenu plus urgent que jamais pour les entreprises technologiques chinoises d'améliorer leur compétitivité technologique afin de se sortir des affrontements technologiques de plus en plus féroces entre les deux pays.


Edité le 19-08-2020 à 23:26:11 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 21-08-2020 à 13:09:05   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'affaire Bannon est liée à la guerre USA vs RPC


L'ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon, a été arrêté pour fraude sur le yacht de luxe de Guo Wengui, un homme d'affaires chinois en exil aux États-Unis.

La veille de l’arrestation de Bannon, le Wall Street Journal a révélé en exclusivité que, selon des personnes proches du dossier, GTV Media Group, une société de médias associée à Bannon et Guo Wengui, avait levé plus de 300 millions de dollars américains par placement privé ce printemps.



Des tricheurs comme Bannon sont dans le `` business anti-Chine ''
Par Shen Yi Source: Global Times Publié: 2020/8/21 10:04:41


Photo du dossier Steve Bannon: Xinhua

Le 13 août, l'ambassadeur chinois aux États-Unis, Cui Tiankai, a prononcé un discours liminaire lors d'un webinaire à l'invitation du président John R. Allen de la Brookings Institution. Cui a déclaré qu'au milieu de tâches majeures et de défis de taille, la Chine et les États-Unis devraient faire le bon choix et «construire une relation plus tournée vers l'avenir, plus forte et plus stable entre nos deux grands pays».

Cui a souligné que certaines personnes aux États-Unis sont obsédées par la concurrence de grandes puissances et la rivalité stratégique, ajoutant que certains Américains estiment que «faire monter» la confrontation pourrait ralentir et contenir le développement de la Chine, et peut-être même entraîner un «changement de régime» . Il est évident qu'il faisait référence aux initiateurs de la soi-disant nouvelle guerre froide. Dans son discours, Cui a mis en garde ces individus qui sont manifestement désireux de lancer la «nouvelle guerre froide» d'une manière sans précédent, affirmant qu'ils « doivent peser les coûts qu'ils paient et les conséquences pour le monde » . Pour qui sonne la cloche, il y aura un jour de jugement.

Peut-être est-ce une pure coïncidence mais son discours est devenu réalité. Peu de temps après que Cui ait fait ses commentaires, Steve Bannon, ancien stratège en chef du président américain Donald Trump, qui était autrefois surnommé le «président fantôme», a été arrêté jeudi pour fraude financière. Bannon a été accusé d'avoir fraudé des donateurs dans le cadre d'un programme de collecte de fonds en ligne appelé «We Build the Wall», qui visait à soutenir l'initiative du président américain le long de la frontière mexicaine. Selon le Wall Street Journal, la campagne de financement a collecté plus de 300 millions de dollars et l'argent - principalement donné par les partisans de Trump - n'était qu'une imposture pour tromper les gens. Ils ont en fait construit une «clôture frontalière», mais elle a déjà montré des signes d'érosion quelques mois seulement après son achèvement.

Ironiquement les nouvelles révèlent que des gens comme Bannon sont commis à la fraude et recherchent des avantages en incitant à la panique, à la tension et aux frictions entre la Chine et les États-Unis pour attirer le soutien et l'attention du public américain. Il répond à une question qui a longtemps laissé perplexe : pourquoi certains Américains sont-ils si obsédés par la dégradation des relations sino-américaines? Il est maintenant évident que ces personnes sont dans le «business anti-Chine».

L'arrestation de Bannon a en outre confirmé l'affirmation de Cui selon laquelle les relations sino-américaines vont dans la mauvaise direction en raison de la manipulation par certains Américains avec des arrière-pensées. Si cela continue, non seulement la Chine et les États-Unis, mais aussi d'autres pays du monde qui s'attendent à ce que les deux plus grandes puissances du monde combattent conjointement la pandémie et redressent l'économie mondiale, seront lésés. Le seul groupe qui en bénéficiera est un petit nombre d'escrocs et de fous.

La partie chinoise a récemment envoyé une série de signaux clairs sur les relations sino-américaines. Dans un article signé, Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et directeur du Bureau de la Commission des affaires étrangères du Comité central du PCC, a exposé ses vues sur les relations sino-américaines dans une perspective historique.
Le conseiller d'État et ministre des Affaires étrangères Wang Yi a également réitéré l'engagement ferme de la Chine à promouvoir le développement sain des relations sino-américaines dans de multiples discours et entretiens. En tant que tel, la balle est évidemment dans le camp des États-Unis. Les États-Unis devraient répondre activement et de manière constructive aux propositions de la Chine. La promotion de relations positives sino-américaines est le bon choix.
L'auteur est professeur à l'École des relations internationales et des affaires publiques de l'Université de Fudan. opinion@globaltimes.com.cn

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 21-08-2020 à 23:22:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

USA : l'activité économique déçoit https://www.capital.fr/entreprises-marches/etats-unis-les-inscriptions-hebdomadaires-au-chomage-repassent-au-dessus-de-la-barre-du-million-1378370
Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage repassent au-dessus de la barre du million, tandis que l'indice manufacturier Philly Fed est ressorti moins bon que prévu.

plongeon historique de la production industrielle
l'emploi déçoit aux USA

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 24-08-2020 à 18:01:00   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur l'aspect militaire un article de la presse chinoise :


Situation militaire cette semaine - Les exercices spéciaux «Frontline» du PCC dans le détroit de Taiwan donnent un signal


Écrit par: Chu Wen
2020-08-24 22:02:01

Les observations militaires de cette semaine se sont concentrées sur les tensions entre la Chine et les États-Unis. La Chine a lancé des exercices militaires à grande échelle dans ses eaux environnantes, qui ont choqué l'opinion publique. Derrière elle, il y a à la fois une épée pointant vers le détroit de Taiwan et l'intention d'empêcher les aventures militaires américaines; des différends territoriaux sino-indiens sont en cours. Pékin est pleinement préparé à la guerre pour empêcher des attaques soudaines.

Focus sur les informations militaires: émission fréquente de signaux de haut niveau pour les exercices multi-mer de l'APL

Cette semaine, le sujet du jeu militaire sino-américain s'est poursuivi. Le 23 août, les responsables chinois ont annoncé quatre activités militaires offshore consécutives, qui ont enflammé l'opinion publique. Du sud au nord, l’Armée populaire de libération à Hainan (24 au 29 août), Guangdong (24 au 29 août), Shandong (22 au 26 août), Liaoning (24 août à Dalian) Du 24 août au 30 septembre, Tangshan a organisé des exercices militaires dans les eaux voisines, couvrant la mer de Chine méridionale, la mer Jaune et la mer de Bohai.

En raison du lancement initial de l'exercice, les détails officiels n'ont pas été divulgués, mais l'exercice dans la mer de Chine méridionale couvre 33 000 kilomètres carrés, ce qui est plus que la superficie de l'île de Hainan. On suppose que l'exercice peut inclure des opérations navales et aériennes conjointes, et la participation des forces de fusée n'est même pas exclue; l'exercice au large du Guangdong; La zone fait directement face à l'île de Dongsha, qui est en fait contrôlée par Taiwan, avec une distance de moins de 200 kilomètres; les exercices à grande échelle dans la mer Jaune ont une portée beaucoup plus large que les exercices dans la mer de Chine méridionale. En raison du tir à balles réelles, des activités de test similaires aux missiles anti-navires et aux missiles balistiques anti-navires ne sont pas exclues; Bohai Les missions militaires près du détroit peuvent être liées au porte-avions. Après tout, le navire du Liaoning est resté dans les eaux voisines pendant de nombreux jours; les exercices près de Tangshan sont principalement liés au tir réel des forces de missiles sol-air. Du 14 mai au 31 juillet, la zone Similaire aux exercices de tir.

Par convention, l'armée chinoise répondra et annoncera les détails une fois l'exercice militaire terminé. Par conséquent, il est actuellement inconnu si ces exercices sont des arrangements de routine.

Selon les statistiques, l'APL a mené de nombreuses activités militaires depuis août. Par exemple, le 6 août, l’Armée populaire de libération a organisé un entraînement au tir réel dans les eaux de Huangdayang à Zhoushan, dans le Zhejiang; le 8 août, la 73e brigade d’armée et de navigation de l’APL et les navires de la marine ont coordonné la formation; le 13 août, l’armée chinoise a annoncé l’achèvement de plusieurs services dans le théâtre oriental. Le système a mené de véritables exercices de combat dans le détroit de Taiwan et aux extrémités nord et sud; le 16 août, la garnison de l'APL de Hong Kong a organisé un entraînement, etc.

Il est rare que l'Armée populaire de libération mène des activités militaires aussi intensives. Cependant, alors que les tensions entre la Chine et les États-Unis continuent d'augmenter, en particulier lorsque l'armée américaine continue d'intervenir dans la mer Jaune, la mer de Chine orientale, la mer de Chine méridionale et le détroit de Taiwan, ces opérations à haute fréquence ne sont pas surprenantes. Car dès le 6 août, Wei Fenghe, le ministre chinois de la Défense, a averti l'armée américaine de mettre un terme à ses mauvaises paroles et ses mauvaises actions dans la mer de Chine méridionale et à Taiwan et d'éviter des actions dangereuses. Cependant, l'armée américaine peut être décrite comme "faisant la sourde oreille et agissant à sa guise" et continue d'attaquer la Chine sur les problèmes de la mer de Chine méridionale et du détroit de Taiwan, la Chine doit donc prendre des contre-mesures.

Les nombreuses activités militaires de l’armée de Chine continentale en août sont considérées comme liées au détroit de Taiwan, et elles sont aussi la manifestation la plus directe des «préparatifs de la lutte militaire contre Taiwan». De nos jours, dans le contexte du déséquilibre de la puissance militaire inter-détroit, il est de peu d'importance pratique de parler de la façon d'attaquer et de défendre. De toute évidence, le monde extérieur est plus préoccupé par «quand le continent va agir». Si vous voulez vous rapprocher de ce nœud important, observer les activités militaires de l'armée continentale contre Taiwan devient la meilleure fenêtre.

En plus de continuer à construire du matériel pour les opérations de débarquement, l'armée continentale, sous la direction de la stratégie d'intégration militaro-civile, a commencé à utiliser des navires semi-submersibles civils à grande échelle pour renforcer ses capacités de combat trans-maritime. Les écrans de vidéosurveillance de la Chine ont montré que des hélicoptères militaires tels que Zhi-8, Zhi-10 et Zhi-19 ont atterri l'un après l'autre sur des navires semi-submersibles pour effectuer «le décollage et l'atterrissage de plates-formes offshore, l'approvisionnement en bombes pétrolières et les réparations d'urgence». Cette décision d'apprendre de l'expérience de l'armée américaine serait un exercice pour les futures opérations à travers le détroit de Taiwan.

Une autre information intéressante cette semaine est que l'armée de l'APL a mené la première formation de service médical interarmées, brigade et bataillon à trois niveaux dans la 73e armée du commandement du théâtre oriental, en se concentrant sur «comment soutenir efficacement en temps de guerre». Au cours de l'exercice, les «explosions et flux sanguins continus» ont fait ressentir aux médecins militaires un «très grand impact», ce qui montre que l'entraînement de performance précédent était hors du combat réel depuis longtemps. En raison de la préparation du détroit de Taiwan et de la réponse aux menaces de l'armée américaine, l'armée continentale n'a fait que continuer à renforcer l'entraînement au combat de son armée. Les images de l'exercice ont également révélé pour la première fois que l'Armée populaire de libération avait utilisé un appareil d'exosquelette, qui permettait à une infirmière de courir avec un 140-jin blessé.

En outre, dans l'exercice de test du "niveau de sauvetage en temps de guerre", le général du Parti communiste chinois et commandant de l'armée Han Weiguo est également apparu. Étant donné que la 73e station de l’armée est située à Xiamen - en face de l’île de Kinmen, qui est en fait contrôlée par Taiwan, et est connue comme le «pionnier de l’attaque de Taiwan», la présence de Han Weiguo ici est considérée comme d’une grande importance et pourrait permettre d’évaluer les futures opérations contre Taiwan. Victimes et ambulances dans les informations antérieures ont montré que l'APL a construit plusieurs nouveaux navires médicaux.

En ce qui concerne la situation actuelle dans le détroit de Taiwan, l'hostilité imprègne les deux côtés du détroit de Taiwan. Xiamen, qui est proche du détroit de Taiwan, est naturellement connue comme la "ligne de front". Peu de temps avant l'arrivée du général du PCC sur la "ligne de front" pour superviser la ligne de front, le président de la Commission militaire du PCC Xi Jinping est venu en "première ligne". «À l'arrière de l'Anhui, j'ai visité le symbolique« Crossing the River Memorial Hall »pendant cette période. Certaines voix apparaissant sur Internet chinois le relient à la situation dans le détroit de Taiwan.

Le 21 avril 1949, Mao Zedong et Zhu De, alors hauts dirigeants de l’armée du Parti communiste chinois, ont publié «l’ordre de marcher dans le pays», ordonnant à l’armée populaire de libération de «combattre le fleuve Yangtsé et de libérer toute la Chine». Combinant ce contexte, des messages tels que «traversez le détroit, libérez l'île de Taiwan» sont apparus sur Internet chinois. Cependant, jusqu'à présent, Zhongnanhai a déclaré publiquement qu'il chercherait à la réunification pacifique; de ​​plus, à un moment où la situation internationale devient de plus en plus défavorable à la Chine, le début de la guerre pourrait mettre Pékin sous plus de pression.

En ce qui concerne «l'offensive» du continent, bien que Taiwan y ait répondu et bénéficie du soutien de l'aide étrangère comme les États-Unis et le Japon, les hauts dirigeants militaires de Taiwan savent que leur force n'est pas aussi bonne, ils ont donc ordonné l'interdiction du premier coup de feu, ou ils ont été transférés à la justice. Pendant cette période, Hu Xijin, rédacteur en chef du média d'Etat chinois "Global Times", a été critiqué par la population du continent pour avoir appelé "l'APL à ne pas tirer le premier coup de feu".

Situation militaire de la Chine: le J-20 est apparu à la frontière sino-indienne tout droit -8L pour compenser la vacance

Bien que la Chine et les États-Unis continuent de se concurrencer à l'extrémité orientale du continent et de dominer les manchettes de l'opinion publique, la fusion potentielle du conflit entre la Chine et l'Inde en raison de différends territoriaux est encore susceptible de réapparaître. Afin d'éviter que l'Inde n'ait des problèmes à la frontière en raison du transfert de pression intérieure, la Chine y a également prêté toute son attention à la frontière. Cette semaine, des photos satellites de l’Inde et de l’Occident ont montré que la Chine a non seulement déployé temporairement le chasseur furtif J-20 le plus avancé de son pays dans un aéroport proche de la frontière, mais a également continué à construire de grands aéroports sur le plateau. Parallèlement, en première ligne de la confrontation, l’APL construisait également. Il y a des installations radar, des positions d'artillerie, etc.

Le 17 août, des images satellites diffusées sur Internet ont montré que deux chasseurs J-20 sont apparus à l'aéroport de Hotan au Xinjiang. Auparavant, l'Inde avait importé cinq chasseurs Rafale de France, et les médias indiens avaient vanté sa capacité à vaincre le J-20. Cette fois, le J-20 stationné à l'aéroport de Hotan, qui semble être tit-for-tat. Après tout, l'aéroport n'est qu'à 300 kilomètres de la frontière et à moins de 400 kilomètres de Leh, une importante ville indienne du Ladakh. En outre, l'aéroport de Hotan a déployé la série de chasseurs lourds J-11 et l'avion d'alerte précoce Air Police-500. Une autre photo satellite montre que l'aéroport de Hotan agrandit sa deuxième piste, qui pourra transporter plus de forces militaires à grande échelle à l'avenir. L'aéroport de Damxung au Tibet est également en construction.

Le 18 août, le Quotidien du Peuple, le porte-parole du Parti communiste chinois, a publié une vidéo disant que la nouvelle force de combat de la région militaire du Tibet se prépare à la guerre - un exercice de munitions réelles multi-armes et multi-armes dans les hautes terres au milieu de l’Himalaya à une altitude de plus de 4600 mètres. L'équipement lourd utilisé dans l'exercice comprenait le lance-roquettes à longue portée PHL-03 avec une portée maximale de plus de 150 kilomètres; l'obusier de 122 mm monté sur véhicule PLC-161, qui est la dernière version du système d'artillerie numérique, a une forte capacité de réaction rapide; le missile de défense aérienne Hongqi-16, Il peut être utilisé pour intercepter des chasseurs, des missiles de croisière, etc., avec une portée maximale de 70 kilomètres; le missile antichar Red Arrow-10 peut attaquer des chars, des véhicules blindés et des hélicoptères à basse altitude, avec une portée maximale de plus de 10 kilomètres.

L'Armée populaire de libération lance des exercices de munitions à grande échelle avec une variété de nouvelles armes et de nouveaux équipements [photo]
Le Shandong chinois a publié un avis d'interdiction aérienne indiquant que l'APL mènera des activités militaires majeures [Photo]
La rare exposition publique du Pentagone à des avions militaires américains volant dans la mer du Vietnam [Photo]
L'échelle de la marine chinoise en cinq ans a attiré l'attention, les médias américains ont souligné que 055 a des faiblesses
Au cours de l’exercice, l’unité de défense aérienne a d’abord utilisé le drapeau rouge-16 pour intercepter et abattre le missile entrant. Ensuite, l’artillerie à longue portée a tiré des missiles guidés de précision pour simuler des attaques contre le poste de commandement profond de l’ennemi, les lanceurs de missiles, les centres de communication, etc., et a complètement détruit les communications de commandement arrière et les communications importantes de l’ennemi. Contre les armes. Par la suite, des obusiers remorqués, des obusiers montés sur véhicule, des lance-roquettes, etc. ont utilisé des salves, des tirs rapides et d'autres méthodes pour mettre en œuvre une couverture de tir sur les positions de simulation avancées de l'ennemi, les bunkers, les casernes et autres cibles. Ensuite, le lanceur de missiles a effectué une destruction précise des cibles solides restantes de l'ennemi. Il ressort de cet exercice qu’une fois la guerre sino-indienne commencée, l’armée chinoise interceptera et détruira d’abord les cibles de reconnaissance aérienne et d’attaque de l’armée indienne, puis utilisera l’avantage de la puissance de feu à longue portée pour couper les liaisons de commandement et de communication entre l’arrière et l’avant de l’armée indienne. , Et ensuite mis le feu pour attaquer les positions avancées de l'armée indienne jusqu'à ce qu'elle soit anéantie.

L'industrie militaire chinoise a également inauguré de lourdes nouvelles. Le 17 août, le compte officiel WeChat de China Ordnance Test a révélé l'hélicoptère à fuselage large Z-8L développé pour la première fois. Cet hélicoptère compense la vacance de l'hélicoptère de 15 tonnes de l'APL et peut améliorer les capacités de transport et de combat globales de l'armée. Le Zhi-8L est une version profondément améliorée du Zhi-8. Le système d'alimentation en carburant passe du dessous du pont de chargement aux côtés du fuselage pour réduire la garde au sol; en même temps, il est équipé de dispositifs d'avertissement radar et de bombes anti-brouillage infrarouges. À l'avenir, le Zhi-8L sera principalement utilisé pour transporter du matériel lourd, notamment des véhicules d'assaut «Lynx» et divers modèles améliorés.

Une fois l'avion en service, la brigade de l'armée de l'air de l'APL peut projeter une force de combat à haute mobilité de niveau bataillon à la fois avec la mise en place de trois bataillons de transport Z-8L. Le groupement tactique au niveau du bataillon est centré sur le véhicule mécanisé «Lynx», qui peut utiliser des mortiers, des roquettes, des missiles antichars et des obus fraisés pour améliorer la capacité de combat du bataillon d'infanterie léger et très mobile. Cependant, le Zhi-8L utilise toujours des moteurs PT-6 importés, et la production de masse pourrait être affectée à l'avenir, mais les entreprises militaires chinoises recherchent également des moteurs d'hélicoptère autoproduits.

Situation militaire internationale: le Pakistan se renforce facilement contre l'Inde

Tout en concurrençant la frontière indienne, la Chine n'a cessé de renforcer son assistance militaire au Pakistan. Le 22 août, la première frégate 054A / P construite par la Chine pour le Pakistan a été lancée au chantier naval de Shanghai Hudong Zhonghua. Le 054A / P est un modèle d'exportation du 054A équipé par la marine chinoise. Il a un déplacement de plus de 4 000 tonnes, une longueur de navire de 135 mètres, 4 moteurs diesel, une vitesse maximale de 28 nœuds, un canon naval de 76 mm et deux "Eagle Strike-" 4 pièces Lanceur de missiles anti-navires de 83 ", lanceur vertical de 32 unités, transportant le missile navire-air" Hongqi-16 "et le missile anti-sous-marin.

Le Pakistan a commandé deux 054A / P à la China Shipbuilding and Trade Corporation en juin 2018, puis en a ajouté deux autres, d'une valeur totale de 1,4 milliard de dollars américains. Il prévoit de les recevoir tous en 2023. À l'heure actuelle, la marine pakistanaise possède des navires de fabrication chinoise, dont 4 frégates F-22P, 3 bateaux lance-missiles de classe Azmat et 1 navire d'approvisionnement en pétrole et en eau Nasr. Le Pakistan a également commandé des sous-marins S-20 à la Chine, mais ils n'ont pas encore été livrés.

La Chine se précipite pour aider la marine pakistanaise à renforcer la puissance militaire de cette dernière et à renforcer sa force dans le nord de l'océan Indien pour correspondre aux stratégies de la Chine à l'étranger telles que l'initiative «Belt and Road»; deuxièmement, elle peut également contenir la marine indienne et réduire la pression maritime à laquelle la Chine est confrontée dans l'océan Indien.

Depuis le 17 août, 22 navires, 1 sous-marin, plusieurs avions et 5300 militaires de 10 pays dont les États-Unis, l'Australie, le Brunei, le Canada, la France, le Japon, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande, les Philippines et Singapour Pearl Harbor dans les eaux hawaïennes a commencé le 27e exercice militaire Rim Pacific-le 2020 Rim Pacific Military Exercise. Cependant, en raison de divers facteurs tels que la nouvelle épidémie de pneumonie de la couronne (COVID-19), l'ampleur de cet exercice a considérablement diminué, les sujets de l'exercice sont limités à la mer et le temps est également réduit de moitié.

Selon le communiqué officiel, cet exercice vise à promouvoir et à maintenir des relations de coopération, à renforcer la dissuasion, la résilience et l'agilité de la force conjointe pour prévenir et vaincre l'agression des grandes puissances dans divers domaines et niveaux. À l'heure actuelle, l'exercice comprend la guerre anti-sous-marine multinationale, l'interception maritime, les activités d'entraînement à la munition réelle et d'autres formations coopératives. Pour cet exercice, les experts chinois estiment qu'il s'agit toujours d'un drame de "mise en place militaire et de chant idéologique", mais au moment où la capacité de contrôle des États-Unis diminue et la crédibilité du pays est constamment compromise, on ne sait toujours pas si les différents alliés sont unis, mais Face à la force de plus en plus forte de la Chine, les alliés des États-Unis peuvent «avoir des fantômes».

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 10-09-2020 à 08:31:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Tribune : la Chine est-elle déjà la première puissance mondiale ?

DANIELLE BLEITRACH10 SEPTEMBRE 2020


Excellent article de la revue financière qui démontre comment premièrement la Chine a déjà dépassé les USA dans les domaines les plus stratégiques. Pour autant elle ne revendique pas l’hégémonie mais réserve d’incontestables surprises de résistance si les Etats-Unis poursuivent leur attaque et en cas d’agression militaire. Article à ne pas rater (note de Danielle Bleitrach).
Par Eric Martel (*) | 09/09/2020, 10:00 | 1791 mots

https://histoireetsociete.com/2020/09/10/la-tribune-la-chine-est-elle-deja-la-premiere-puissance-mondiale/

OPINION. Les États-Unis redoutent de voir la Chine leur passer devant et s’imposer comme la première puissance mondiale. Pourtant, dans bien des domaines, c’est déjà le cas… Par Eric Martel, Docteur en Sciences de Gestion/Chercheur associé au LIRSA au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) (*)

Les tensions entre la Chine et les États-Unis se sont intensifiées depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump. Aux accusations américaines d’espionnage et d’agressivité militaire en mer de Chine méridionale s’ajoute l’escalade des sanctions commerciales à l’égard de plusieurs entreprises chinoises.

Pour les médias anglo-saxons, il ne fait aucun doute que l’« Empire du milieu » essaye de ravir aux États-Unis leur statut de première puissance mondiale afin d’asseoir son hégémonie planétaire.

In fine, les ambitions chinoises ne peuvent que conduire à un conflit entre ces deux acteurs majeurs, selon la théorie très médiatique du piège de Thucydide de Graham Allison. L’historien fait référence à la guerre entre Athènes et Sparte, provoquée par le refus de cette dernière de perdre son hégémonie sur la Grèce face à une Athènes alors en pleine expansion.

Ce raisonnement, tout à l’avantage des États-Unis, souffre néanmoins d’une faille majeure : de nombreux indices nous montrent qu’il est fort probable que la Chine soit déjà la première puissance mondiale.

La puissance, oui ; l’hégémonie mondiale, non
Cet état de fait n’est pas sans conséquence et rend la situation beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît.

Il est de coutume d’associer au statut de « première puissance mondiale » un rôle hégémonique. Affirmer que les États-Unis ne sont que seconds, c’est, d’une certaine manière, les délégitimer dans cette fonction. Pour ce dernier pays, dont la prospérité repose en grande partie sur le contrôle de la monnaie mondiale de référence, le dollar, les répercussions sont loin d’être négligeables.

C’est ainsi que toute une littérature, principalement américaine, va insister sur l’agressivité chinoise, en essayant de montrer comment ce pays cherche par tous les moyens à dérober aux États-Unis leur rôle d’hégémon planétaire. Il s’agit, incidemment, de souligner qu’un acteur légitime, de surcroît grand défenseur de la démocratie, les États-Unis, se voit menacé par un usurpateur dont il se doit de stopper les ambitions.

Pourtant, la réalité est fort différente. Si la Chine s’efforce par tous les moyens de renforcer son rôle de leader industriel et technologique et d’acquérir la primauté dans ces domaines, l’hégémonie mondiale est loin de l’intéresser. En cela elle suit, de façon plus modeste, l’exemple des États-Unis d’avant la Seconde Guerre mondiale, qui se contentèrent d’une hégémonie sur les Amériques, en dépit du fait que leur prééminence économique au niveau mondial était déjà écrasante.

Des capacités sous-estimées
Ce n’est pas la première fois que l’on se méprend sur les puissances respectives de deux grands acteurs mondiaux. L’exemple de l’Allemagne et de l’Union soviétique en 1941 est emblématique.

Lorsque les Allemands envahirent l’URSS, ils envisageaient une guerre facile et courte. Leur supériorité militaire, industrielle et technologique ne faisait aucun doute ; et l’Union soviétique était totalement isolée et ne disposait pas d’un réseau d’alliances. Quelques mois plus tard, la Wehrmacht faisait connaissance avec le T34 soviétique, l’un des meilleurs chars de l’époque, puis avec les katiouchas, de redoutables lance-roquettes. Dès 1942, les Soviétiques arrivaient à produire plus de chars que les Allemands. En 1944, l’URSS était devenue la première puissance militaire mondiale ; elle le restera jusqu’à l’explosion de la première bombe atomique en septembre 1945.

Qui aurait pu imaginer qu’un pays sous-développé, au réseau routier quasiment inexistant, à l’industrialisation récente et dont l’armée était inexpérimentée, désorganisée et encombrée d’armements obsolètes aurait pu se révéler un opposant aussi dangereux ? Certainement pas les généraux allemands, grisés par leur supériorité tactique et leurs armements sophistiqués.

Cette erreur d’analyse n’est pas sans rappeler la manière dont les think tanks américains envisagent l’issue d’un conflit militaire qui opposerait la Chine aux États-Unis. La victoire américaine leur paraît évidente. Pourtant, si l’armée chinoise est loin d’égaler l’armée des États-Unis, ses atouts industriels et technologiques sont loin d’être négligeables.

Les atouts chinois
Si l’on compare la puissance respective de ces deux États à travers le prisme du PIB, la supériorité américaine est incontestable. Mais si la comparaison se fait en termes de PIB en parité de pouvoir d’achat (PPA), la Chine a dépassé les États-Unis depuis 2014. Et si l’on y regarde de plus près on s’aperçoit que le PIB manufacturier américain ne représentait, en 2017, qu’un peu moins de 77 % de celui de la RPC (République populaire de Chine). En fait ce chiffre plutôt avantageux doit être relativisé, en dollars constants de 2010, le PIB industriel américain ne représente plus que 69 % de celui de la Chine, si la comparaison est établie en termes de PIB en PPA, celui-ci n’est plus que de 38 %.

Un tel écart, difficilement rattrapable, ne peut qu’inviter à remettre en question la supériorité économique américaine. Car ce qui fait la force d’une nation, c’est sa capacité à soutenir un conflit de longue durée avec un opposant ; or, pour cela, les capacités de production sont fondamentales.

Aujourd’hui, la RPC maîtrise de nombreuses filières industrielles essentielles. Le coronavirus a été à cet égard un révélateur des capacités de son industrie, lorsque les pays occidentaux se sont retrouvés dépendants d’importations de fournitures médicales en provenance de Chine. Cette supériorité se traduit aussi en termes de recherche et développement : la Chine a déposé en 2019 plus de brevets que les États-Unis. Dans un domaine d’avenir, l’intelligence artificielle, ses investissements représentent déjà 60 % des dépenses mondiales.

Néanmoins, les États-Unis maîtrisent des filières technologiques stratégiques telle l’industrie spatiale, mais comme dans le cas du Royaume-Uni des années 1930, cette supériorité technologique concentrée sur quelques domaines peut s’amenuiser plus vite qu’on ne le croit. Au-delà de ces quelques avantages, ce pays détient, on l’a dit, la monnaie d’échange internationale et possède la première armée mondiale. À ce titre, il dispose d’un réseau d’alliances étendu.

Mais la Chine est loin d’être ce pays isolé qu’était l’URSS de 1941. Elle dispose elle aussi d’alliés solides comme la Russie et ses nombreux pays limitrophes, quoique méfiants à son égard, sont hostiles à toute intervention militaire américaine. Quant à l’infériorité militaire, l’exemple des États-Unis et de l’URSS lors de la Seconde Guerre mondiale nous montre qu’elle peut être rapidement comblée lorsque l’on dispose d’une supériorité industrielle.

À quel point la Chine est-elle agressive ?
Revenons à cet élément de poids qu’est le contrôle de la monnaie de référence. Il reste corrélé à une prééminence économique, technologique et militaire qui, dans le cas des États-Unis, est fragile, même si elle est loin d’être aussi précaire que celle de l’Angleterre des années 1930. Les dirigeants américains en sont parfaitement conscients. Ils savent que leur avance dans ces domaines n’est que provisoire.

Cette inquiétude se manifeste, entre autres, par une abondante production de rapports issus de think tanks liés au Pentagone qui insistent sur l’expansionnisme chinois. La comparaison avec la notion du piège de Thucydide n’est pas anodine : il s’agit d’identifier la Chine à Athènes, à savoir une puissance montante agressive. S’y ajoutent moult ouvrages faisant référence à ce même piège et dont l’objet sous-jacent est d’avertir les Américains sur les conséquences négatives d’un éventuel conflit, même victorieux, avec la Chine. Et, nous l’avons évoqué, de nombreux articles dénoncent l’agressivité militaire chinoise en mer de Chine méridionale.

Cette agressivité doit toutefois être relativisée. À l’instar de l’URSS qui, en 1940, avait envahi la Finlande pour établir un glacis défensif, la RPC est obsédée par une menace très réelle : le blocus de ses lignes d’approvisionnement par la marine américaine. En fait, 40 % de son commerce extérieur transite à travers la mer de Chine méridionale. À ce titre, elle établit des bases sur les îles Spratley et renforce ses positions, acquises en 1974, dans les îles Paracels afin de pouvoir se protéger. Elle n’est pas la seule à le faire : le Vietnam est lui aussi très actif et occupe ainsi vingt-six îles des Spratley, là où la Chine en détient huit. Cet archipel est l’objet de toutes les convoitises car les Philippines occupent également une dizaine de ces îles, Taiwan deux et la Malaisie cinq.

Quels scénarios d’avenir ?
On peut se demander, à la lecture des rapports américains, si les États-Unis ne sont pas tentés par une guerre préventive sous prétexte de contrer l’« agressivité immodérée » de la Chine. Ainsi, le rapport de la Rand insiste sur l’effet de surprise, élément essentiel de la victoire qu’il attribue, bien entendu, à la doctrine militaire chinoise.

Les Américains savent pertinemment que pour réussir à surprendre leur adversaire, ils devront lancer une attaque massive avec, entre autres, des missiles balistiques sur le territoire chinois. Interprétée comme une attaque nucléaire, la Chine riposterait immédiatement déclenchant une guerre atomique.

Existe également l’option d’un conflit conventionnel, mais les Américains pressentent également qu’à l’instar de la guerre du Vietnam, plus celui-ci durera, plus leur propre défaite sera inéluctable. Avec le temps, la supériorité industrielle chinoise ne fera que réduire l’avantage militaire tactique des États-Unis.

Enfin, le blocus des routes maritimes de la mer de Chine apparaît comme une solution facile à mettre en œuvre, mais qui rencontrerait probablement l’hostilité des pays de la région. Car si la Corée du Sud, Taiwan, le Vietnam et les Philippines ont des relations difficiles avec l’Empire du milieu, ils ne perçoivent pas ce pays comme une nation militairement agressive et sont soucieux de préserver leurs relations économiques intenses avec lui. Le cas du Japon est particulier : son alliance avec les États-Unis tend à prendre le dessus sur ses relations avec la Chine.

Reste donc la solution actuellement pratiquée de sanctions économiques croissantes, avec leurs effets pervers induits : elles ne peuvent qu’inciter la Chine à développer les technologies qui lui font défaut. C’est ainsi que la volonté américaine d’empêcher le devenir hégémonique de la Chine pourrait, paradoxalement, l’accélérer…

______

(*) Par Eric Martel, Docteur en Sciences de Gestion/Chercheur associé au LIRSA, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM).

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 16-09-2020 à 20:09:23   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La coupure de l'approvisionnement en puces de Huawei



Écrit par: Zhang Yi
2020-09-16 19:29:01

TSMC a cessé de produire des puces Kirin pour Huawei, et Qualcomm, Samsung, SK Hynix, Micron, etc. ne fournira plus de puces à Huawei - du 15 mai au 15 septembre, après 120 jours de mise en mémoire tampon, la société de communication chinoise Huawei va enfin Cela inaugure également un autre moment le plus sombre du développement de l'entreprise: l'ordre du gouvernement américain de mettre à niveau le contrôle des puces de Huawei a officiellement pris effet.

La situation difficile qui nous attend

Il y a toujours eu des voix selon lesquelles Huawei a un plan de «roue de secours» face à l'approvisionnement en puces. Parce qu'en 2004, Huawei a commencé à développer des puces pour téléphones mobiles grâce à la création de Huawei HiSilicon et au cours des dix dernières années, Huawei a investi des dizaines de milliards de fonds pour cela. Même ainsi, HiSilicon est bon dans la conception de puces et n'a pas la capacité de produire des puces. De sorte qu'aujourd'hui, les puces Kirin, comparables aux plus grandes entreprises internationales telles que Samsung, Qualcomm et Apple, doivent être fabriquées par des fonderies.

Comme de nombreux médias l'ont signalé, l'industrie des puces peut être divisée en quatre grands maillons: la conception, la fabrication, l'emballage et les tests. La Chine est très forte dans le domaine de l'emballage et des tests. Huawei HiSilicon a également une certaine compétitivité dans la conception de puces, mais il existe des lacunes évidentes dans plusieurs autres liens, en particulier le lien de fabrication.

Initialement sous la mondialisation, la division du travail dans la chaîne industrielle pouvait avoir ses propres forces et coopération. Par conséquent, la Chine avait la mentalité d '"acheter mieux que de fabriquer" dans l'industrie des puces. Cependant, aux États-Unis, la démondialisation et la confrontation avec la Chine dans les domaines du commerce et de la haute technologie
Après la répression, non seulement Huawei, mais aussi les lacunes de la fabrication de haute technologie qui embarrassaient la Chine dans son ensemble sont devenues évidentes. Le PDG de l'activité grand public de Huawei, Yu Chengdong, a récemment déclaré qu'au cours des dix dernières années, l'exploration de Huawei dans le domaine des puces était passée de très en retard, à relativement en retard, pour aboutir, à être bloquée. "Nous avons investi d'énormes efforts de recherche et développement, mais malheureusement, Huawei n'a pas participé à la fabrication de semi-conducteurs. Nous ne faisons que la conception de puces, pas la fabrication de puces. Beaucoup de nos puces très puissantes ne peuvent pas être fabriquées. Nous avons dit que pour résoudre ces problèmes, l'innovation technologique était nécessaire. , Technologie, technologie, technologie. "

Le processus de fabrication des puces est très compliqué: une ligne de production implique plus de 50 industries et 2 000 à 5 000 processus, parmi lesquels l'outil le plus connu est la machine de lithographie. La plupart des machines de lithographie les plus avancées sur le marché international sont produites par la société néerlandaise ASML. SMIC a introduit une machine de lithographie DUV d'ASML au début de 2020, mais la machine de lithographie EUV la plus avancée qui peut produire des puces de 7 nm et 5 nm a été Achat infructueux. Par conséquent, SMIC, qui est actuellement leader dans le domaine de la fabrication de puces en Chine, ne produit que des puces de 14 nanomètres (le téléphone mobile Play4T de Huawei Honor est équipé de la puce Kirin 710A de la société et utilise la technologie occidentale. . Les technologies de TSMC et de Samsung ont été en mesure de produire en masse des puces avec un processus de 7 nm, voire 5 nm.

À l'heure actuelle, la dernière puce des smartphones Huawei est Kirin 9000, et la technologie de processus est le processus 5 nm de TSMC; la puce de la génération précédente, Kirin 990, utilise le processus 7 nm de TSMC; le processeur Kirin 820 utilisé dans les téléphones mobiles moyen et bas de gamme de Huawei est également le processus 7 nm de TSMC. . La seule exception est le Honor Play4t d'entrée de gamme de mille yuans. Afin de renforcer la substitution nationale, Huawei utilise la technologie de processus 14 nm de SMIC.

Avec la perte du traitement à l'étranger et l'incapacité de réaliser l'auto-fabrication en peu de temps, l'approvisionnement en puces Kirin de Huawei ne peut être garanti et son activité de smartphones est vouée à être grandement affectée! Le PDG des entreprises grand public de Huawei, Yu Chengdong, a déclaré lors de la Conférence sur l'informatisation des centaines de Chine 2020 (appelée sommet des centaines) qui s'est ouverte le 7 août: «En raison des sanctions américaines, les puces ne peuvent pas être produites et sont actuellement en rupture de stock. Il peut s'agir de Kirin. Les puces haut de gamme sont épuisées, la dernière génération. "

Les derniers rapports publics montrent que les derniers stocks de Kirin 9000 de Huawei sont d'environ 10 millions d'unités, il y a donc environ 10 millions de téléphones mobiles qui peuvent utiliser le Kirin 9000, qui peut durer environ six mois. Certains médias chinois ont cité les éco-partenaires de Huawei, le 5 septembre, disant que Huawei n'a actuellement pas de plan de pneus de secours. À l'avenir, Huawei pourrait "réduire la dimensionnalité" des téléphones mobiles haut de gamme aux voitures et aux pilotes d'écran OLED. Dans le même temps, des logiciels et des produits périphériques de téléphonie mobile seront utilisés pour combler les trous. Apparemment, les agents actuels ont signalé qu'il est difficile d'obtenir des téléphones mobiles Huawei, à moins qu'ils ne soient synchronisés avec des montres, des bracelets, des lunettes, des tablettes, des haut-parleurs, des écouteurs et d'autres produits, et que les prix des produits externes sont des centaines à des milliers plus élevés.

Préparations et problèmes révolutionnaires

Cette crise de Huawei a fait de la substitution nationale de l'industrie chinoise des semi-conducteurs un centre d'attention nationale. Début septembre 2020, le concept de semi-conducteurs de troisième génération était fréquemment évoqué dans le domaine de la science et de la technologie chinoises et était recherché par les fonds de marché. Selon les médias, la Chine prévoit d'inclure son ferme soutien au développement de l'industrie des semi-conducteurs de troisième génération dans le "14e plan quinquennal" en cours de formulation, ce qui signifie qu'entre 2021 et 2025, la Chine prévoit de fournir un investissement majeur dans l'éducation, la recherche scientifique, le développement, le financement et l'application. Et ainsi de suite, soutenir vigoureusement le développement de l'industrie des semi-conducteurs de troisième génération afin d'atteindre l'indépendance de l'industrie.

La troisième génération de semi-conducteurs fait référence au changement de matériaux semi-conducteurs, de la première et de la deuxième génération à la troisième génération. Les matériaux semi-conducteurs de première génération sont représentés par le silicium (Si) et le germanium (Ge). Actuellement, la plupart des semi-conducteurs sont à base de silicium. Les matériaux semi-conducteurs de deuxième génération sont représentés par l'arséniure de gallium (GaAs) et le phosphure de gallium (GaP), qui sont des matériaux pour la plupart des équipements de communication à l'ère 4G. Les matériaux semi-conducteurs de troisième génération sont représentés par le nitrure de gallium (GaN), le carbure de silicium (SiC), l'oxyde de zinc (ZnO) et le diamant, qui sont les principaux matériaux de l'ère 5G. Les avantages de performance des semi-conducteurs de troisième génération se reflètent dans: résistance à haute tension, résistance à haute température, puissance élevée, résistance au rayonnement, forte conductivité électrique, vitesse de travail rapide et faible perte de travail.

Les industries de pointe telles que les puces "doivent avoir l'initiative et ne peuvent plus être contrôlées par d'autres." Est devenu le consensus du gouvernement chinois et de l'opposition. Le 4 août 2020, le Conseil d'État chinois a publié «Plusieurs politiques visant à promouvoir le développement de haute qualité de l'industrie des circuits intégrés et de l'industrie du logiciel dans la nouvelle ère» , qui est considérée comme la nouvelle augmentation du soutien du gouvernement chinois à l'industrie des puces.

La nouvelle politique se concentre sur la résolution de problèmes où les technologies de base sont restreintes par d'autres, comme la prise en charge de processus avancés. La nouvelle politique propose que la technologie de traitement inférieure à 28 nanomètres soit exonérée de l'impôt sur les sociétés pendant 10 ans. Cette politique s'adresse aux entreprises du secteur de la fabrication de circuits intégrés, qui est également une lacune de la chaîne industrielle chinoise. Il convient de noter qu'en termes de recherche et développement de technologies de base, le nouveau document propose «d'explorer et de construire en permanence un nouveau système national de recherche sur les technologies de base dans les conditions d'une économie de marché socialiste». Cette formulation est venue pour la première fois de la quatrième session plénière du 19e Comité central du PCC en octobre 2019.

Plus important encore, l'industrie chinoise des puces se développe rapidement grâce au soutien des politiques et des capitaux. Les actions du Fonds national d'investissement dans l'industrie des circuits intégrés (ci-après dénommé "la première phase du grand fonds" spécialement créé pour soutenir le développement de l'industrie nationale des semi-conducteurs, plus la deuxième phase du Big Fund, le capital social total pouvant être mobilisé devrait dépasser 1 billion de RMB (1 yuan équivaut à environ 0,14 dollar US), ce qui fournit un soutien financier suffisant pour le développement des semi-conducteurs chinois.

En plus du financement gouvernemental et du soutien politique, le soutien du marché des capitaux aux puces nationales dépasse largement l'imagination. En 2020, des sociétés de puces telles que SMIC, Cambrian et d'autres sociétés de puces ont levé de nombreux fonds grâce à la cotation des actions A. Au 5 juillet, les sociétés chinoises de semi-conducteurs ont levé environ 144 milliards de yuans en 2020, ce qui atteindra l'année 2019 dans seulement six mois. 2,2 fois.

En plus de parier fortement sur l'industrie des puces, les entreprises chinoises ont également ciblé l'industrie des puces relativement développée de Taiwan. Le "Business Weekly" de Taiwan a rapporté qu'en décembre 2019, plus de 3 000 ingénieurs en puces de l'île de Taiwan s'étaient installés en Chine continentale pour se développer. Des entreprises chinoises telles que SMIC et Ziguang ont également recruté des experts tels que Jiang Shangyi, Liang Mengsong et Gao Qiquan auprès de géants de l'industrie tels que TSMC pour servir de cadres.

Cependant, la Chine fait face à un manque ou à un retard dans de nombreux maillons de la chaîne de l'industrie des puces, et rattraper son retard n'est pas facile. L'arrêt de l'approvisionnement en puces de Huawei est un «avertisseur» pour l'ensemble de la population chinoise, rappelant à la Chine de reconnaître les lacunes de son industrie des puces et la nécessité de rattraper son retard. Pour surmonter avec succès cet obstacle pour réaliser des percées technologiques, certains disent que l'industrie chinoise des puces doit être préparée pour le «banc pendant dix ans», et certains analystes estiment que la Chine peut réussir à rattraper son retard en cinq ans. Cinq ou dix ans, seule une prise de conscience rationnelle de cet écart peut former une force pour inspirer Huawei et l'industrie chinoise des puces à se lancer dans un nouveau voyage.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 17-09-2020 à 20:47:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Vente forcée de Tik tok à Oracle : Trump rencontre quelques obstacles :

https://www.globaltimes.cn/content/1201251.shtml

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 20-09-2020 à 00:01:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Suite à l'interdiction de Tik Tok et à l'étranglement technologique de Huawei, la Chine riposte :


La Chine publie des règles pour une liste d'entités non fiable au milieu de la répression américaine

Source: Global Times Publié: 2020/9/19 10:48:54
https://www.globaltimes.cn/content/1201366.shtml

Le ministère chinois du Commerce (MOFCOM) a publié samedi des règles pour un mécanisme de liste d'entités peu fiable largement attendu qui pourrait punir sévèrement les entités étrangères et les individus qui portent atteinte aux intérêts nationaux de la Chine, dans une mesure qui est censée contrer la campagne de répression incessante des États-Unis contre les Chinois. entreprises.

La liste comprendrait les entités ou individus étrangers qui portent atteinte à la souveraineté, à la sécurité et aux intérêts de développement de la Chine et ceux qui violent les principes du marché en interrompant les transactions normales avec des entreprises, organisations ou particuliers chinois, conformément aux règles édictées par le MOFCOM.

Le ministère n'a pas libéré des entités ou des particuliers étrangers spécifiques qui seront inscrits sur la liste.

Les entités étrangères ajoutées à la liste des entités non fiables pourraient être restreintes ou interdites de s'engager dans des activités d'importation ou d'exportation liées à la Chine et d'investir en Chine, conformément aux dispositions.

Le personnel concerné de l'entité peut également être empêché ou interdit d'entrer en Chine et son permis de travail et son statut de résident peuvent également être restreints ou révoqués. Les entités étrangères pourraient également faire face à une amende et à d’autres «mesures nécessaires».

La Chine mettra en place un mécanisme de travail interdépartemental pour gérer la liste des entités non fiables, notamment en enquêtant sur les entités étrangères sur la base de suggestions et de rapports, en déterminant les entités à inclure sur la liste et en appliquant les sanctions.

Les règles marquent une étape majeure dans les efforts de la Chine pour protéger ses intérêts, car de nombreuses entreprises chinoises sont confrontées à un environnement extérieur de plus en plus hostile et risqué, en particulier aux États-Unis, qui a ouvert la voie à la Chine pour prendre des contre-mesures, ont noté des experts.

"Cela deviendra la base légale pour que la Chine prenne des mesures ou des actions spécifiques à l'avenir", a déclaré samedi Gao Lingyun, un expert de l'Académie chinoise des sciences sociales de Pékin, au Global Times, ajoutant que bien que cette décision ne soit pas spécifiquement visant un seul pays, il est lié à la série d'actions récentes des États-Unis.

Les responsables chinois ont annoncé l'année dernière qu'ils mettraient en place un mécanisme de liste d'entités peu fiable pour protéger les intérêts chinois, le gouvernement américain ayant imposé des sanctions à de nombreuses entreprises chinoises. Les nouvelles règles de samedi sont intervenues alors que les États-Unis intensifiaient leurs mesures de répression contre les entreprises chinoises.

Invoquant des problèmes de sécurité nationale, le gouvernement américain a imposé des sanctions à plus de 300 entreprises chinoises, allant des géants de la technologie comme Huawei aux entreprises de construction en passant par les usines textiles du Xinjiang.

Le département américain du commerce a réitéré vendredi qu'il interdirait les applications mobiles chinoises WeChat et TikTok des magasins d'applications américains. L'administration Trump a également ordonné une interdiction de vendre des micropuces à la société chinoise de télécommunications Huawei.

Les experts chinois ont souligné que le mécanisme de liste d'entités non fiables de la Chine était une mesure strictement défensive qui vise à protéger les intérêts chinois et que la politique d'ouverture de longue date de la Chine et les efforts visant à améliorer le climat des affaires pour les entreprises étrangères n'ont pas changé.

«La mise en place du mécanisme de liste d'entités non fiables vise à protéger de nombreuses entreprises qui respectent strictement les règles du marché et l'esprit contractuel. Ce mécanisme ne vise que certaines entités étrangères et ne signifie pas que la position du gouvernement chinois d'accueillir et de protéger les investissements étrangers a changé » , a déclaré Liao Shiping, professeur à l'Université normale de Pékin qui a étudié en profondeur le mécanisme de liste d'entités peu fiable, dans un communiqué sur le site Web du MOFCOM samedi.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 20-09-2020 à 07:17:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il faut noter que certaines entreprises visées sont déjà pénalisées par les décisions de Trump mettant fin à leurs débouchés en Chine. La bulle spéculative qui les a propulsées tout récemment risque d'en prendre un vieux coup.


La première liste d'entités chinoises pourrait cibler des entités étrangères bloquant l'approvisionnement des entreprises chinoises: experts


Par des journalistes du personnel du GT Source: Global Times Publié: 2020/9/19 14:41:23
https://www.globaltimes.cn/content/1201374.shtml


La Chine a publié samedi des dispositions pour sa très attendue liste d'entités non fiables, jetant ainsi les bases juridiques et réglementaires de futures contre-mesures contre des entités et des individus étrangers qui nuisent aux intérêts chinois, alors que le gouvernement américain continue d'intensifier sa campagne de répression agressive contre des centaines d'entreprises chinoises.
Bien que cette décision ne vise pas ouvertement les États-Unis et que le premier lot d'entités sur la liste n'ait pas été publié, le moment de l'annonce suggère que les États-Unis et d'autres entités étrangères qui ont cherché à bloquer et à couper les approvisionnements aux entreprises chinoises pourraient être ciblés et font face à une punition sévère, ont noté les experts.
Après avoir annoncé l'introduction du mécanisme de liste des entités non fiables en mai 2019, le Ministère du commerce (MOFCOM) a publié samedi les dispositions les plus détaillées à ce jour pour la liste des entités non fiables.
La liste est destinée aux entités étrangères qui s'engagent dans des actions qui mettent en danger la souveraineté nationale, la sécurité ou les intérêts de développement de la Chine et suspendent les transactions commerciales normales ou prennent des mesures discriminatoires à l'encontre d'une entreprise, organisation ou individu chinois, conformément aux dispositions.

La Chine mettra en place un mécanisme de travail interdépartemental pour gérer la liste des entités non fiables, notamment en enquêtant sur les entités étrangères sur la base de suggestions et de rapports, en déterminant les entités à inclure sur la liste et en appliquant les sanctions.
Les entités étrangères ajoutées à la liste des entités non fiables pourraient être restreintes ou interdites de s'engager dans des activités d'importation ou d'exportation liées à la Chine et d'investir en Chine, conformément aux dispositions.
Le personnel concerné de l'entité peut également être empêché ou interdit d'entrer en Chine et son permis de travail et son statut de résident peuvent également être restreints ou révoqués. Les entités étrangères pourraient également faire face à une amende et à d'autres "mesures nécessaires".
Les dispositions marquent une étape majeure dans les efforts de la Chine pour protéger ses intérêts, car de nombreuses entreprises chinoises sont confrontées à un environnement extérieur de plus en plus hostile et risqué, en particulier aux États-Unis, qui a ouvert la voie à la Chine pour prendre des contre-mesures, ont noté des experts.

"Cela deviendra le fondement juridique pour que la Chine entreprenne des actions ou des mesures spécifiques à l'avenir" , a déclaré samedi Gao Lingyun, un expert de l'Académie chinoise des sciences sociales de Pékin, au Global Times, ajoutant que bien que cette décision ne soit pas spécifiquement visant un seul pays, il est lié à la série d'actions récentes des États-Unis.
La publication des dispositions intervient alors que les États-Unis sont devenus de plus en plus agressifs dans leur campagne de répression contre les entreprises chinoises, ayant imposé des sanctions à plus de 300 entreprises chinoises.

Dans le dernier développement, le gouvernement américain a pris cette semaine de nouvelles mesures pour couper les fournitures cruciales de micropuces aux télécommunications chinoises Huawei, cherchant essentiellement à paralyser la société chinoise. Vendredi, le département américain du Commerce a annoncé qu'il interdirait les applications mobiles chinoises WeChat et TikTok des magasins d'applications américains.
"Les États-Unis nous frappent très fort et [la liste des entités non fiables] ajoute des suppléments positifs et offre une base juridique puissante à la Chine pour intensifier certaines contre-mesures contre les États-Unis" , Huo Jianguo, vice-président de la China Society for World Trade Organization Studies, a déclaré samedi au Global Times.

Bien que le MOFCOM n'ait pas annoncé samedi quelles entités figuraient sur la liste, les experts ont déclaré que la première liste était peut-être déjà terminée et pourrait être publiée prochainement, si les États-Unis continuent d'intensifier leur campagne de répression. La première liste d'entités se concentrera probablement sur les entités étrangères qui cherchent à bloquer et à interrompre l'approvisionnement des entreprises chinoises.
En mai, une source proche du gouvernement chinois a déclaré au Global Times que la Chine était prête à inscrire les entreprises américaines sur sa liste d'entités non fiables, en imposant des restrictions ou en sondant des entreprises américaines comme Qualcomm, Cisco et Apple et en suspendant les achats d'avions à Boeing , en réponse à des menaces américaines de couper l'approvisionnement en puces étrangères à Huawei.
D'autres entités étrangères - y compris le service de messagerie américain FedEx , qui a été fortement critiqué pour avoir détourné des colis envoyés à Huawei vers les États-Unis, la banque britannique HSBC , qui a été critiquée pour avoir prétendument aidé à l'arrestation de Huawei CFO Meng Wanzhou au Canada - ont également été sujets de nombreux reportages des médias comme candidats possibles pour la liste.
Outre les entreprises directement impliquées dans des actions portant atteinte aux intérêts chinois, celles qui poussent vicieusement les gouvernements étrangers à réprimer les entreprises chinoises seront également visées par la liste des entités non fiables, selon Gao. "Parfois, si nous ne prenons pas de contre-mesures appropriées, alors la partie adverse pensera qu'elle peut continuer à sévir contre les entreprises chinoises" , a-t-il déclaré.

Les experts chinois ont souligné que cette décision était une mesure strictement défensive qui cherche à protéger les intérêts chinois et que la politique d'ouverture de longue date de la Chine et les efforts visant à améliorer le climat des affaires pour les entreprises étrangères n'ont pas changé.

"La mise en place du mécanisme de liste d'entités non fiables vise à protéger de nombreuses entreprises qui respectent strictement les règles du marché et l'esprit contractuel. Ce mécanisme ne vise que certaines entités étrangères et ne signifie pas que la position du gouvernement chinois d'accueillir et de protéger les investissements étrangers a changé, " Liao Shiping, professeur à l'Université normale de Pékin qui a étudié en profondeur le mécanisme de liste d'entités non fiable, a déclaré samedi dans un communiqué publié sur le site Web du MOFCOM.


Edité le 20-09-2020 à 07:23:42 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 20-09-2020 à 11:24:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

ON apprend aujourd'hui que TikTok obtient un sursis aux États-Unis, un nouvel accord sur la table
L'application pourra être téléchargé au moins jusqu'au 27 septembre, pendant que les autorités étudient un accord avec Oracle et Walmart.

“Je pense que ce sera un accord fantastique” , a déclaré Trump...

Dans le même article une vidéo des utilisateurs de Tik Tok aux USA montre qu'ils se sont vengés sur l'appli perso de Trump en sanctionnant les avis et en monopolisant les places dans ses meetings pour les laisser vides.


Edité le 20-09-2020 à 11:31:06 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 21-09-2020 à 07:36:49   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur la négociation Tik Tok :

https://www.globaltimes.cn/content/1201484.shtml

Le président américain Donald Trump a déclaré samedi qu'il avait approuvé, "en théorie", un accord dans lequel Oracle et Walmart s'associeraient avec TikTok aux États-Unis, selon les médias américains. La nouvelle société s'appellera TikTok Global, a déclaré le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. TikTok Global aura probablement son siège au Texas et embauchera "au moins" 25 000 personnes, a déclaré Trump. Trump a également ajouté que la nouvelle société "n'aura rien à voir avec la Chine" et sera entièrement contrôlée par Walmart et Oracle.

Mais selon les médias américains, ByteDance conserve la majorité des actions de TikTok et le contrôle de l'algorithme, Oracle et Walmart détenant jusqu'à 20% des actions. Oracle aura un accès complet au code source et aux mises à jour de TikTok pour garantir que la société mère chinoise de la société n'utilise pas de porte dérobée pour surveiller les utilisateurs américains, a déclaré une source informée.

Selon le rapport, le plan actuel permettra à TikTok de continuer à fonctionner aux États-Unis et l'empêchera d'être fermé ou entièrement vendu à une entité américaine. Sa société mère, ByteDance, n'est pas en reste.

ByteDance restera l'actionnaire majoritaire avec les algorithmes de base restant entre ses mains.

Dimanche, ByteDance a affirmé qu'Oracle deviendrait le partenaire de TikTok pour la conformité de la sécurité des données. Les deux parties mèneront une coopération en matière de conformité de la sécurité des données similaire à celle entre iCloud et Guizhou-Cloud Big Data Industry Development Company en Chine. Puisque TikTok a un bureau à Los Angeles, en Californie, l'accord est également surnommé «California Cloud Big Data».

En ce qui concerne les rapports américains selon lesquels TikTok mettra en place un fonds pour l'éducation de 5 milliards de dollars, ByteDance a répondu dimanche qu'il avait entendu parler pour la première fois de la proposition dans les nouvelles. Cette clarification est intéressante.

Bien que toujours injuste, le nouvel accord rapporté par les médias américains est toujours un accord imposé avec force à TikTok sans le droit international ou les règles commerciales générales comme base. Mais il faut noter que le plan est moins coûteux pour ByteDance qu'un arrêt ou une vente complète à des entreprises américaines. Ce plan est relativement plus raisonnable pour ByteDance. Le plan montre que les mesures prises par ByteDance pour défendre ses droits légitimes ont dans une certaine mesure fonctionné. Les dernières restrictions du gouvernement chinois sur les exportations de technologies, y compris les algorithmes d'IA, ont considérablement influencé le résultat.

L'affaire TikTok n'aurait pas dû se produire en premier lieu. Mais ça l'a fait. Une certaine flexibilité a été façonnée dans le contraste entre les demandes initiales faites par Trump et l'accord actuel. Cela reflète qu'il y a de la place pour le jeu avec les États-Unis, malgré le fait que l'approche décisionnelle du côté américain est autoritaire. Les entreprises chinoises devraient étudier le cas TikTok. Dans de futurs conflits, ils pourraient rechercher des leviers d'intérêt susceptibles d'affecter la décision des États-Unis en fonction de leur propre situation, dans le but de réduire les pertes des entreprises chinoises.

Les rapports américains mentionnent généralement que l'accord TikTok doit être approuvé par le gouvernement chinois, dévoilant le poids de Pékin sur l'affaire. De toute évidence, le gouvernement chinois n'a jamais été un étranger du début à la fin de cet accord. Washington ne peut pas obtenir unilatéralement ce qu'il veut sur les questions liées aux entreprises chinoises.

Suite à l'annonce faite vendredi par Washington de son intention d'interdire les téléchargements de TikTok et WeChat Global, la Chine a publié samedi des dispositions détaillées pour sa liste d'entités non fiables. La communauté économique américaine attache une grande importance à la liste, tandis que l'opinion publique américaine a fait pas mal de conjectures.

L'affaire TikTok reflète la «limite» de la tolérance américaine pour les applications Internet chinoises. Les exigences de sécurité formulées par Washington sont bien plus élevées que les exigences similaires d'autres pays. Si une entreprise Internet américaine veut pénétrer le marché chinois, accepte une restructuration similaire de ses capitaux propres et de son conseil d'administration comme Washington l'a fait à TikTok et est prête à céder complètement sa supervision et son contrôle de la sécurité à la partie chinoise, alors ils doivent être les bienvenus ici. Google, Facebook et Twitter ont des succursales dans le monde entier, et tous les pays ont le droit d'augmenter les exigences pour réorganiser les succursales. Le gouvernement américain devrait interagir de manière proactive avec les demandes susmentionnées de pratiquer la réciprocité et l'équité dont Washington a récemment mentionné à plusieurs reprises.

Lire aussi avec la trad Google :

Pourquoi les entreprises technologiques chinoises doivent-elles «sortir»?

Le sort de la puce Kirin 5 nm de Huawei en jeu dans le contexte de l'interdiction américaine: analystes

Huawei s'associe à CAS sur le développement technologique

__________________


L'Académie chinoise des sciences va renforcer la recherche sur le calcul intensif

L'Académie chinoise des sciences a annoncé qu'elle allait renforcer la recherche sur les systèmes de calcul intensif et les matériaux clés après avoir vu de grandes réalisations scientifiques et technologiques au cours des six dernières années.

« Étant donné que la Chine est confrontée à une transformation des sciences et technologies pour répondre aux normes de développement économique de haute qualité du pays et qu'elle fait face à la pression des entreprises de haute technologie des États-Unis, nous espérons faire plus pour aider à résoudre des problèmes critiques dans ces aspects au cours des 10 années suivantes » , a déclaré Bai Chunli, le président de l'Académie chinoise des sciences.

Il a fait ces remarques lors d'une conférence de presse tenue le 16 septembre par le Bureau d'information du Conseil des affaires d'État -le gouvernement chinois- ajoutant que l'Académie se concentrera sur les systèmes de calcul intensif et la recherche sur les matériaux clés, tels que ceux servant pour les pneus d'avion et l'acier à roulement, dans la deuxième phase d'un effort connu sous le nom d'« Initiative Pionnière ».

En 2013, le président Xi Jinping a demandé à l'Académie d'être un pionnier dans la réalisation de grands progrès scientifiques et technologiques, en produisant des talents plus innovants, en devenant un groupe de réflexion scientifique influent pour la Chine ainsi qu'une institution de recherche de classe mondiale. Un an plus tard, l'Initiative pionnière, composée de réformes et de plans, a été lancée pour mettre en œuvre les demandes de Xi Jinping d'ici 2030.

Cette année marque la fin de la première phase de l'initiative, « et nous avons accompli avec succès les objectifs et les tâches de la période, grâce à une vaste collection de réalisations scientifiques et technologiques dans diverses industries, notamment l'information quantique et la physique de la matière condensée » , a dit M. Bai, ajoutant que ces réalisations, qui ont joué un rôle plus important dans la construction d'un pays axé sur l'innovation et d'une nation forte de la science et de la technologie, constitueront une base solide pour mener à bien cette initiative.

Selon un communiqué publié le 16 septembre par l'Académie, lors de la première phase de l'initiative, l'Académie a obtenu 59 réalisations scientifiques et technologiques majeures ainsi que des progrès historiques. En janvier, par exemple, le télescope sphérique à ouverture de cinq cents mètres FAST, le plus grand radiotélescope à parabole unique au monde, a passé l'évaluation nationale et a officiellement commencé à fonctionner. La sensibilité supérieure du télescope devrait conduire les scientifiques à de grandes avancées scientifiques dans la recherche sur les phénomènes astronomiques, notamment les pulsars, l'hydrogène dans la Voie lactée et les galaxies voisines, et les sursauts radio rapides.

Compte tenu de la pandémie COVID-19 en cours, M. Bai a également déclaré aux médias que l'Académie continuerait de contribuer davantage à la recherche sur les vaccins pour protéger la santé et la sécurité des personnes.

Après que l'épidémie a frappé la Chine, près de 3 000 chercheurs de l'Académie se sont consacrés à la prévention technologique et au contrôle de la maladie, avec des recherches sur le traitement des patients dans des situations critiques grâce à la technologie des cellules souches et à la collecte à distance d'échantillons biologiques, a également indiqué M. Bai.


Edité le 21-09-2020 à 07:44:46 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 21-09-2020 à 18:25:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La guerre hors limite a pris la forme de la guerre technologique, où les USA possèdent la supériorité mondiale, ainsi que monétaire au moment où le dollar commence à se déprécier.
Sur un site libéral nationaliste chinois :dnews


Trump n'a pas réussi à bloquer la technologie, le yuan a fortement augmenté, le "découplage Chine-États-Unis" a raté la meilleure opportunité
Écrit par: Yu Xiaolong
2020-09-21 22:40:01
________________________________________


Le 20 septembre, l'administration américaine Donald Trump n'a pas réussi à forcer les entreprises chinoises Bytedance à vendre les principaux actifs de TikTok aux États-Unis. Trump a déclaré qu'il accepterait la société américaine Oracle en tant que partenaire de conformité de la sécurité des données de la succursale américaine TikTok de la société chinoise ByteDance, et une alternative au premier achat de capitaux propres. La société chinoise Huawei n'est pas tombée après que les sanctions américaines sont entrées en vigueur le 15 septembre et que l'approvisionnement en puces a été interrompu. Au lieu de cela, elle a publié un nouveau plan de produits écologiques. Les sanctions technologiques des États-Unis contre la Chine sont menacées d'échec. Le «découplage sino-américain» que Trump menaçait autrefois de mettre en œuvre a perdu sa brusquerie stratégique et rate le meilleur moment.

Trump a menacé de bloquer les activités américaines de TikTok et de forcer les entreprises chinoises à vendre des actifs de base a échoué.
Dans les domaines de haute technologie tels que les puces, bien que les États-Unis aient interrompu l'approvisionnement en puces de Huawei le 15 septembre, Huawei n'est pas tombé dans une crise de suspension de la production. D'une part, Huawei a au moins stocké un grand nombre de puces haut de gamme qui peuvent être poursuivies au premier trimestre de l'année prochaine, ce qui suffit à retarder les élections générales américaines de novembre et à regarder le changement de politique américaine. D'autre part, Huawei a réorienté son marché vers les stations de base 5G et les nouveaux produits écologiques IoT.
Le propre système d'exploitation de Huawei et un grand nombre de puces de niveau process de 14 nm et 28 nm produites par la Chine sont suffisants pour soutenir la production de produits connexes et le marché chinois.

Dans le secteur des nouveaux médias et des données, en réponse à l'acquisition obligatoire par les États-Unis d'entreprises et de technologies chinoises, le 28 août, le ministère du Commerce et le ministère chinois de la Science et de la Technologie ont ajusté et publié la dernière version du "Catalogue des technologies interdites et restreintes à l'exportation en Chine".
Le 13 septembre, ByteDance a déclaré qu'elle refuserait de vendre la succursale américaine de Tik Tok et "ne remettrait le code source à aucun acheteur américain" . En fin de compte, le 20 septembre, Trump a dû accepter qu'Oracle ne soit utilisé que comme partenaire de conformité de la sécurité des données TikTok et comme alternative à l'achat d'actions en premier. La demande déraisonnable de l'administration Trump pour Bytedance de céder complètement les activités de TikTok dans les 90 jours a cessé.

Suite à l'échec de la stratégie américaine de «menaces tarifaires et chantage commercial» contre la Chine en 2019, un autre cycle de confinement technique et de blocus de la Chine par les États-Unis échoue également en septembre 2020. Au contraire, cela inspire le courage des Chinois à «surmonter les difficultés ensemble». À l'heure actuelle, non seulement le soi-disant «projet Tashan» de Huawei a été exposé, mais il devrait construire une ligne de production de puces de 45 nanomètres sans technologie américaine à la fin de cette année, et Huawei explore également la coopération avec les fabricants nationaux pour établir une ligne de production de puces de 28 nanomètres avec une technologie indépendante.

La Chine transforme la liste des sanctions technologiques américaines en ses propres projets de recherche scientifique et technologique. Selon le jugement de l'autorité chinoise de la technologie des puces et de l'académicien de l'Académie chinoise d'ingénierie de Ni Guangnan, la Chine peut non seulement utiliser les puces existantes pour surmonter le blocus temporaire grâce à l'optimisation du système, mais également achever le remplacement et l'ajustement des puces américaines en une douzaine de semaines, sauf pour les téléphones mobiles.
Sur la base de la production indépendante de la Chine de puces nano et 28 nanomètres, elle prend en charge le fonctionnement du réseau chinois et la production de la plupart des produits. Même si la Chine achète moins ou même pas de nouveaux processeurs aux États-Unis au cours des prochaines années, cela n'aura peut-être pas un impact significatif sur l'économie chinoise. "L'intimidation américaine tente d'étouffer le développement de l'industrie chinoise des puces, et je crains qu'elle ne s'étouffe d'elle-même à la fin."

À cet égard, le célèbre Institut européen d'études sur la Chine, le Mercator Center for China Studies (MERICS) de Berlin, estime également que les États-Unis n'empêcheront probablement pas la Chine d'investir dans les semi-conducteurs. À moyen et long terme, la Chine remplacera probablement la technologie américaine et développera une chaîne d'approvisionnement nationale complète en semi-conducteurs.

La stratégie de l'administration américaine Trump de menacer la Chine par le «découplage sino-américain» a perdu sa brutalité stratégique. L'économie chinoise stabilise progressivement sa position dans le double confinement du commerce et de la technologie américains. En outre, la macro-économie globale de la Chine s'est remise de l'épidémie de COVID-19 et l'économie chinoise a réalisé une croissance annuelle positive cumulative en août. Tout cela a non seulement donné au peuple chinois une grande confiance, mais a également rendu l'économie mondiale pleine de confiance en la Chine.

Renchérissement du renminbi

Le début du «cycle interne» économique de la Chine a rendu l'émission du renminbi et la formation de capitaux chinois libres de toute dépendance vis-à-vis du dollar américain et du marché américain. (Visuel Chine)
Depuis le 17 septembre, le renminbi a de nouveau marqué le début d'une nouvelle vague d'appréciation: la parité centrale avec le dollar américain a autrefois été augmentée de 150 points de base et le renminbi offshore contre le dollar américain est passé à 6,7675.
Si le taux de change du RMB a augmenté auparavant, c'était toujours à cause de la politique irresponsable d '«assouplissement quantitatif» de la Fed et de la forte baisse de l'indice du dollar américain. Ensuite, le nouveau cycle d'appréciation du RMB est soutenu par l'amélioration des fondamentaux économiques de la Chine.

En août, la croissance du financement social chinois de 13,3% a dépassé le taux de croissance de la masse monétaire au sens large (M2) de 10,4%. Cela montre que l'économie chinoise est en train de se débarrasser d'une économie stimulant les fonds. L'impact de la «crue» du dollar a déjà produit une inflation importée qui est en train d'être freinée.
Surtout après que le gouvernement chinois a mis en avant la politique économique intérieure du «grand cycle», le RMB met fin à sa résonance avec le dollar américain. Le gouvernement chinois adopte une série de politiques pour réduire l'expansion des plus-values financières et de la dette, en particulier pour freiner la spéculation sur les investissements immobiliers, afin de «pousser» plus de fonds dans l'économie réelle et l'innovation technologique.
La Chine a l'intention d'utiliser le début du «cycle interne» économique pour réduire sa dépendance au «cycle externe», en particulier la formation de capital. Il semble que les premiers résultats aient été atteints.

Les États-Unis ont l'intention de couper le mécanisme international de formation du capital chinois grâce au «découplage sino-américain» , et leur stratégie d'isolement complet du renminbi a raté la meilleure fenêtre de mise en œuvre. À l'heure actuelle, ce n'est pas que les États-Unis quittent la Chine, mais que la Chine se débarrasse de sa dépendance au marché américain et au dollar américain en termes de politiques macroéconomiques telles que la technologie, l'industrie et les investissements.

Si l’appréciation du renminbi rendra les exportations chinoises plus difficiles, elle contribuera également à accélérer le processus d’internationalisation du renminbi et à accroître l’attractivité du marché chinois. Tant que l'appréciation et la vitesse du renminbi sont contrôlées dans une certaine fourchette, ce changement de force de la monnaie aidera la Chine à importer des capitaux et des industries d'un grand pays, et à la transformer progressivement en un exportateur majeur de capitaux et d'industrie; il est bénéfique pour les industries mondiales haut de gamme. Le transfert de la chaîne en Chine.
À long terme, une appréciation appropriée du renminbi profitera au développement économique de la Chine. De plus, si la Chine peut persister à construire une «boucle interne» de l'économie, elle limitera à son tour la «décharge» du dollar américain et empêchera les États-Unis de transmettre la crise au monde. C'est aussi l'espoir que la Chine peut apporter à l'économie mondiale.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 22-09-2020 à 06:46:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Changement de ton sur le Global Times, qui répond au dernier revirement de Trump


Dis non!' au vol américain de TikTok: éditorial du Global Times

Source: Global Times Publié: 2020/9/21 23:53:29

https://www.globaltimes.cn/content/1201625.shtml
Il a été rapporté dimanche, heure de Pékin, que le président américain Donald Trump avait approuvé un accord de principe entre la société mère de TikTok, ByteDance, et Oracle et Walmart. Le contenu principal de l'accord a ensuite été divulgué. D'après les informations fournies par les États-Unis, l'accord était injuste. Il répond aux demandes déraisonnables de Washington. Il nous est difficile de croire que Pékin approuvera un tel accord.

Bien que les gens puissent avoir diverses interprétations, certains articles de l'accord montrent quels sont les problèmes.

Par exemple, les citoyens américains occuperont quatre des cinq sièges du conseil d'administration de TikTok Global et un seul pourra être chinois. Le conseil d'administration de TikTok Global comprendrait un directeur de la sécurité nationale, qui devra être approuvé par les États-Unis.

Oracle aura l'autorité de vérifier le code source de TikTok USA et les mises à jour. Comme TikTok et Douyin devraient avoir le même code source, cela signifie que les États-Unis peuvent apprendre à connaître les opérations de Douyin, la version chinoise de TikTok

TikTok Global contrôlera les activités de TikTok dans le monde entier sauf en Chine. Il bloquera l'IP du continent chinois pour y accéder. Cela signifie que les Américains peuvent prendre le contrôle des activités mondiales de TikTok et rejeter les Chinois pour y accéder.

Il est clair que ces articles montrent largement le style d'intimidation de Washington et sa logique de voyou. Ils portent atteinte à la sécurité nationale, aux intérêts et à la dignité de la Chine. ByteDance est une entreprise ordinaire en Chine. Les États-Unis le répriment de toute leur force nationale et l'obligent à signer un accord sous la contrainte. La Chine, également un pays majeur, ne cédera pas à l'intimidation américaine et n'acceptera pas un traité inégal qui cible les entreprises chinoises.

Lorsque Trump a déclaré qu'il avait approuvé le nouvel accord TikTok, il a noté que la nouvelle société n'aurait «rien à voir» avec la Chine et serait entièrement contrôlée par les États-Unis. Lundi, il a déclaré qu'Oracle et Walmart auraient le contrôle total du service; sinon, "nous n'approuverons pas l'accord".

Il semble que ce ne soit pas son langage de campagne, mais l'attitude réelle de l'administration Trump envers la restructuration de TikTok. Washington est beaucoup trop confiant et a sous-estimé la détermination de la Chine à défendre ses droits fondamentaux et sa dignité.

Les États-Unis sont un grand marché. Si la réorganisation de TikTok sous la manipulation américaine devient un modèle, cela signifie qu'une fois qu'une entreprise chinoise prospère étend ses activités aux États-Unis et devient compétitive, elle sera ciblée par les États-Unis et transformée en une entreprise sous contrôle américain par la tromperie et la coercition, ce qui ne sert finalement que les intérêts américains.

Si la Chine se rend, quel pays du monde peut résister? L'encerclement américain de TikTok et la traque mondiale de Huawei étouffent les espoirs des entreprises de haute technologie du monde entier d'avoir des technologies de classe mondiale et un développement indépendant. Une fois que Washington réussira, les États-Unis bénéficieront pour toujours de l'hégémonie technologique mondiale.

La Chine n'acceptera pas ce genre d'arrangement d'intimidation des États-Unis. Les États-Unis prennent des mesures discriminatoires pour faire pression sur TikTok. À une époque où les pays s'inquiètent de la sécurité des données réseau, les géants américains de l'internet ont créé des succursales dans le monde entier. Mais l'un d'entre eux cède-t-il son contrôle aux entreprises du pays d'accueil? Quels membres du conseil d'administration de l'entreprise doivent être approuvés par le gouvernement du pays hôte?

La traque de Washington sur TikTok crée des problèmes pour les sociétés Internet américaines du monde entier. La cybersécurité devenant de plus en plus un problème courant, il doit y avoir des pays qui imiteront les États-Unis pour prendre des mesures contre les entreprises américaines. Le précédent établi par les États-Unis finira par nuire à ses propres entreprises.

Les questions relatives à la sécurité mondiale des données sur Internet doivent être traitées de manière équitable, raisonnable et efficace. La Chine a présenté une proposition en huit points à cet égard. Les États-Unis cherchent leurs propres intérêts de manière hégémonique et tentent de maintenir leur hégémonie technologique sous le couvert de la cybersécurité. Cela ne peut être accepté par la société internationale, y compris la Chine. On espère que les États-Unis reviendront à la mondialisation depuis «l'Amérique d'abord» et reprendront les valeurs commerciales universelles qui profiteront non seulement à eux-mêmes, mais aussi aux autres.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 30-09-2020 à 14:31:34   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article assez documenté du Diplo, non seulement sur la 5G mais essentiellement sur la guerre commerciale +++ déclenchée par Trump, et ses conséquences.
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/10/MOROZOV/62292

________________________


Qui contrôlera les technologies d’Internet ?

Bataille géopolitique autour de la 5G


À la veille de son déploiement, la téléphonie mobile de cinquième génération — la 5G — suscite un flot de questions liées à son impact écologique, sanitaire et, plus fondamentalement, aux développements technologiques hors de contrôle. Mais le « grand jeu » de la 5G se mène aussi sur le terrain géopolitique avec, en toile de fond, l’affrontement toujours plus âpre entre les États-Unis et la Chine.

En 1994, alors que Huawei n’est encore qu’un petit vendeur de commutateurs téléphoniques, son fondateur, M. Ren Zhengfei, s’entretient avec le président chinois de l’époque, M. Jiang Zemin. Cet ancien ingénieur de l’armée reconverti dans l’électronique grand public joue la carte patriotique : « Les télécommunications sont une affaire de sécurité nationale. Pour une nation, ne pas posséder ses propres équipements dans ce domaine, c’est comme ne pas avoir d’armée (1). » Ce sage précepte a finalement été adopté par d’autres pays, États-Unis en tête. Ironie de l’histoire, ce sont eux aujourd’hui qui voient dans Huawei et son emprise sur la technologie de la 5G une menace pour leur sécurité nationale.

Détenue par ses salariés, l’entreprise se caractérise par son système atypique de direction tournante, son mépris pour les marchés publics — jugés « cupides » par M. Ren —, son culte des valeurs maoïstes et son attachement à l’idée d’innovation nationale pour briser la dépendance de la Chine à l’égard des entreprises étrangères « impérialistes ». Le groupe gère désormais des réseaux dans 170 pays et emploie plus de 194 000 personnes. Depuis 2009, il compte au nombre des principaux acteurs du développement de la 5G, tant au plan industriel qu’au sein des divers organismes internationaux de normalisation. À l’été 2020, Huawei a détrôné Samsung en devenant le premier vendeur de smartphones du monde. Considérée comme l’une des entreprises chinoises les plus innovantes, sa filiale HiSilicon a conçu la puce Kirin, qui propulse des applications d’intelligence artificielle parmi les plus évoluées du marché.

Ce succès remarqué s’explique en partie par un engagement indéfectible en faveur de la recherche et développement (R&D), à laquelle l’entreprise consacre plus de 10 % de ses bénéfices annuels, soit plus de 15 milliards de dollars en 2019 — 20 milliards escomptés en 2020 —, devant Apple et Microsoft. À titre de comparaison, l’ensemble du secteur automobile allemand a investi environ 30 milliards de dollars en R&D en 2018.

Au-delà de ces chiffres, Huawei représente un étendard pour la société chinoise : l’exemple rare d’une entreprise qui, partie du bas de la chaîne avec des produits rudimentaires et ultrastandardisés, tutoie à présent Apple ou Samsung. Sa trajectoire illustre les hautes aspirations du gouvernement pour le secteur des technologies. La Chine a longtemps été cantonnée dans la fonction d’usine de montage pour produits étrangers, comme le rappelle de façon humiliante la mention qui figure au dos de tous les appareils Apple : « Conçu en Californie, assemblé en Chine ». La destinée de Huawei démontre qu’une nouvelle ère pourrait s’ouvrir sous le slogan : « Conçu en Chine, assemblé au Vietnam ».

Si d’autres entreprises chinoises venaient à suivre cet exemple, la domination américaine sur l’économie mondiale pourrait s’en trouver sérieusement ébranlée. Certes, par le passé, des pays solidement ancrés dans la sphère d’influence des États-Unis ont connu un décollage économique fulgurant — Allemagne, Japon, « tigres » asiatiques —, mais le processus restait plus ou moins téléguidé par Washington. Au début du XXIe siècle, les Américains supportent mal de voir la Chine se hisser au sommet par ses propres moyens, en poursuivant ses propres objectifs géopolitiques, pendant qu’eux-mêmes semblent s’assoupir au volant.

En cela, les enjeux du débat actuel sur la 5G dépassent de beaucoup la question d’une domination chinoise sur cette norme de téléphonie. La 5G est cette technologie qui devrait permettre une plus grande rapidité de connexion sur un plus grand nombre d’appareils, eux-mêmes connectés et interconnectés, tout en rapprochant les opérations de traitement des données de leur source, à savoir l’utilisateur final. Mais le matraquage publicitaire qui l’entoure fait oublier les nombreux obstacles à son application industrielle. Pour la plupart des usagers, l’impact de la 5G se limitera à des vitesses de téléchargement accrues et, peut-être, à l’avènement de l’Internet des objets, annoncé depuis si longtemps.

L’armée des grille-pain connectés
Bien sûr, la montée en gamme des réseaux et des appareils réclame des investissements colossaux, et la bataille fait rage pour conquérir le marché. Mais Huawei et la 5G ne sont que la partie émergée de l’iceberg. En toile de fond se joue un affrontement économique et géopolitique beaucoup plus vaste dans lequel les Chinois tentent de prendre l’avantage sur les Américains. Si la 5G met ces derniers dans tous leurs états, c’est parce qu’ils n’ont pas de champion à envoyer au front. L’Europe se montre plus sereine, car elle abrite deux équipementiers — Nokia et Ericsson.

L’offensive de Washington contre la haute technologie chinoise frappe un large éventail d’entreprises, de l’équipementier ZTE (propriété de l’État et très actif également sur le terrain de la 5G) à WeChat, en passant par TikTok et beaucoup d’autres moins connues. Mais Huawei en est indiscutablement la cible principale, parce qu’il incarne aux yeux de la Maison Blanche la quintessence d’une Chine sans scrupule, dont les États-Unis ne cessent de condamner et de sanctionner les forfaits, à Hongkong, dans le Xinjiang, en mer de Chine méridionale (2), etc., au point que M. Donald Trump désigne l’entreprise par l’un de ces petits surnoms qu’il affectionne : « l’Espion » (« the Spyway »).

Vu du bureau Ovale, Huawei symbolise ces coups bas que le monde regarde à tort comme des succès commerciaux mérités. Il viole les droits de propriété intellectuelle, tyrannise ses partenaires, profite des généreuses aides de l’État pour casser ses prix et écraser la concurrence. En construisant des réseaux de télécommunications dans les pays du Sud, il les enferme dans une relation de profonde dépendance, participant ainsi de la « diplomatie de l’endettement » de Pékin, déployée notamment à travers son projet de nouvelles routes de la soie. Plus grave, Huawei équiperait ses produits de « portes dérobées » (backdoors) pour permettre au régime chinois d’étendre ses activités de surveillance. À en croire ses détracteurs les plus imaginatifs, le groupe sera bientôt capable de retourner contre nous nos réfrigérateurs et nos grille-pain connectés en 5G.

À l’appui de ces critiques, on cite souvent la loi sur le renseignement national promulguée par Pékin en 2017, qui impose aux entreprises (et aux citoyens) de coopérer avec les autorités en leur fournissant des informations si demande leur en est faite. Autre motif d’inquiétude : l’accélération de la « fusion civilo-militaire », un effort qui vise à fluidifier les relations entre le secteur des technologies et l’armée… et qui s’inspire de l’exemple américain (3). Huawei, pour sa part, dément catégoriquement les accusations d’espionnage, soulignant que le gouvernement chinois ne prendrait pas le risque de ruiner son crédit international.

Comme de coutume, les allégations de l’administration Trump reposent sur des preuves fort minces, voire inexistantes. Cela ne l’a pas empêchée de chercher à rallier à sa croisade plusieurs pays amis, notamment le Royaume-Uni, la France, l’Italie et de nombreux États d’Europe de l’Est, en les « incitant » à bannir Huawei de leurs réseaux 5G — un euphémisme, tant sont fortes les pressions économiques et diplomatiques exercées par le département d’État via ses ambassades. Et il en va de même sur tous les continents.

À la suite d’un intense lobbying du secrétaire d’État Michael Pompeo, le gouvernement chilien a dû se résoudre à écarter Huawei de son projet de câble sous-marin transpacifique. En Inde, où Huawei est très présent, le premier ministre Narendra Modi joue du choix ou non de l’équipementier chinois comme d’un instrument de représailles contre Pékin au lendemain d’affrontements frontaliers violents (lire « Pourquoi la Chine et l’Inde s’affrontent sur le Toit du monde »). Bien qu’aucune interdiction officielle n’ait encore été annoncée, New Delhi envisagerait de recourir à une entreprise nationale, Reliance Industries.

Le Royaume-Uni, pourtant quelque peu engourdi en ces temps de Brexit, a frappé un grand coup en juillet dernier en exigeant de ses opérateurs de téléphonie mobile qu’ils retirent de son réseau l’ensemble des équipements Huawei existants d’ici à 2027. La décision a surpris, tant ce pays fait figure de pivot de la stratégie européenne du groupe, Londres accueillant son siège régional. C’est aussi au Royaume-Uni que Huawei a ouvert, en 2010, en partenariat avec les services de renseignement britanniques, un Centre d’évaluation de la cybersécurité (HCSEC) chargé d’analyser et de corriger les failles de sécurité identifiées dans ses réseaux. Mais ces bonnes relations n’ont pas pesé lourd face aux intimidations de Washington et aux critiques du Parti conservateur, dans les rangs desquels s’est constitué un groupe parlementaire hostile à la Chine — la grande mode du moment.

L’Union européenne, elle, n’est pas parvenue à définir une politique commune sur la 5G, principalement parce que la question a été abordée en termes de sécurité nationale, un domaine dans lequel les États membres sont souverains. Il eût été plus judicieux de l’appréhender sous l’angle de la politique industrielle et des relations internationales. Un géant européen unique de la 5G, rejeton de Nokia et d’Ericsson, aurait ainsi pu voir le jour, généreusement subventionné et avec pour mission d’égaler les efforts de Huawei en matière de R&D. On peut douter que les choses évoluent dans cette direction, même si la Commission européenne, sous la pression des Français et des Allemands, a récemment montré des velléités de délaisser sa marotte — la compétitivité — pour tenir compte du contexte géoéconomique.

L’Allemagne, seul grand pays européen à ne pas avoir encore dévoilé son plan pour la 5G, a promis de trancher à l’automne 2020. La classe politique est divisée sur la question, et même le parti de Mme Angela Merkel se déchire. Les diplomates américains en poste à Berlin, eux, ne manquent jamais une occasion de rappeler à leurs interlocuteurs ce que pourrait leur coûter leur indulgence à l’égard de Huawei.

Diplomatie de l’endettement
Si, dans la légende écrite par M. Trump, l’entreprise de Shenzhen incarne le « communisme de connivence » à la chinoise, le phénomène Huawei appelle d’autres lectures. L’une des plus convaincantes est celle que propose l’économiste Yun Wen (4). Derrière ses fanfaronnades, son goût pour les aphorismes maoïstes et ses penchants nationalistes, M. Ren, l’actuel président de la société, apparaît comme un fin connaisseur des subtilités de la géopolitique. Sous sa houlette, Huawei s’est implanté dans des régions difficiles — les campagnes chinoises dès les années 1990, puis certains pays du Sud où les perspectives de profit étaient maigres — et en a fait des têtes de pont pour partir à l’assaut de marchés plus prometteurs. À mesure que la Chine étendait ses tentacules en Afrique et en Amérique latine, Huawei et son compatriote ZTE se greffaient sur le mouvement pour venir construire leurs réseaux, ces chantiers bénéficiant indirectement des prêts accordés par Pékin aux gouvernements locaux pour les aider à financer de grands projets d’infrastructure.

Selon Yun Wen, dans le cas de Huawei, cette diplomatie de l’endettement n’aurait pas eu que des effets néfastes. Non seulement les revenus générés par le groupe dans les pays du Sud sont relativement modestes comparés à d’autres marchés, mais son déploiement dans ces régions, en partie animé par l’esprit d’« internationalisme tiers-mondiste » cher à Mao Zedong, l’a conduit à former sur place un nombre appréciable d’ingénieurs et de techniciens qualifiés.

Les États-Unis ont toujours constitué pour Huawei une zone à haut risque, bien avant la présidence de M. Trump et même celle de M. Barack Obama. En 2003, l’équipementier chinois est attaqué par son principal concurrent américain d’alors, Cisco, pour violation de brevet. Ce premier revers sera suivi de beaucoup d’autres. Après s’être vu interdire toute prise de participation ou de contrôle dans des entreprises américaines, Huawei pourrait bien aujourd’hui perdre la faculté de servir ses propres clients et de lancer de nouveaux produits aux États-Unis. Depuis le début, une accusation revient comme un refrain : Huawei travaillerait main dans la main avec l’armée chinoise. En 2011, une révélation du Wall Street Journal (27 octobre) selon laquelle l’entreprise aurait commercé avec l’Iran, au mépris des sanctions américaines en vigueur contre ce pays, a alourdi le dossier. Dès 2013, Huawei a annoncé son retrait du territoire américain, et sa présence à Washington se résume désormais à une armée de lobbyistes.

On peut raisonnablement se demander pourquoi, les premières salves ayant été tirées il y a dix-sept ans, la campagne américaine anti-Huawei ne s’est intensifiée que récemment. Fin 2018, le gouvernement américain a ordonné l’arrestation de la fille de M. Ren, Mme Meng Wan- zhou, directrice financière de Huawei, lors d’une escale au Canada. Depuis, Washington a entrepris de démolir le groupe en édictant des sanctions toujours plus dures. M. Trump a demandé au fonds de pension officiel du gouvernement de ne pas investir dans des sociétés chinoises. Les sous-traitants de l’État fédéral doivent prouver qu’ils n’ont aucun lien commercial avec Huawei. Quant aux entreprises chinoises cotées en Bourse aux États-Unis, elles sont sommées de publier leurs comptes et de déclarer tout contact avec le gouvernement de Pékin. Plusieurs facteurs économiques et géopolitiques se conjuguent pour expliquer l’offensive de Washington.

Sur le plan géopolitique, les révélations de M. Edward Snowden en 2013 sur les activités de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) fournissent une piste intéressante, comme le rappelle Yun Wen. En 2010, sous le nom de code d’opération « Shotgiant », la NSA a piraté les serveurs de Huawei dans un double objectif : trouver trace des liens éventuels de l’entreprise avec l’armée chinoise — la pêche n’a pas dû être bonne, étant donné qu’aucun document n’a filtré dans les médias — et identifier les failles de sécurité de ses équipements afin de permettre aux services de renseignement américains d’espionner certains de ses États clients, comme l’Iran ou le Pakistan. Dans les documents divulgués par M. Snowden, la NSA ne fait pas mystère de ses intentions : « La plupart de nos cibles communiquent à l’aide d’appareils fabriqués par Huawei. Nous voulons nous assurer de bien connaître ces produits pour pouvoir les exploiter et avoir accès à ces lignes. » En février 2019, M. Guo Ping, président de Huawei par rotation, a formulé ce commentaire plutôt sensé : « [Huawei] est une épine dans le pied de Washington, parce qu’il l’empêche d’espionner qui bon lui semble. »

De fait, si Huawei gagnait la course à la 5G, la suprématie américaine dans le domaine du renseignement se verrait fortement compromise, ne serait-ce que parce que l’entreprise chinoise serait probablement moins disposée à coopérer de manière informelle avec les agences américaines que, par exemple, ses concurrentes européennes.

Sur le plan économique, au-delà des infrastructures matérielles que requiert la 5G, il faut s’intéresser au maillage de droits de propriété intellectuelle qu’elle implique. Avant toute chose, la 5G est une norme. Chaque réseau ou appareil qui entend l’exploiter doit respecter ses spécifications techniques, ce qui passe nécessairement par l’utilisation de technologies brevetées. Un smartphone moderne avec Wi-Fi, écran tactile, processeur, etc., est protégé au bas mot par 250 000 brevets (ce chiffre de 2015 est vraisemblablement plus élevé aujourd’hui). Selon une estimation de 2013, 130 000 de ces brevets seraient des « brevets essentiels à une norme » ou BEN (en anglais Standard-Essential Patents, SEP), ainsi qu’on qualifie ceux qui permettent de se conformer à une norme technique comme la 5G.

Dans le domaine des technologies mobiles, le nombre et la distribution géographique de détenteurs de BEN ont évolué aux dépens de l’Amérique et de l’Europe occidentale, et au profit des pays asiatiques (5). Qui dit brevet dit redevances. Ainsi, l’américain Qualcomm, grand gagnant de la 2G et de plusieurs autres normes importantes, tire deux tiers de son chiffre d’affaires de la Chine, majoritairement de Huawei. À lui seul, ce dernier a dépensé depuis 2001 plus de 6 milliards de dollars en redevances, dont 80 % sont allés à des entreprises américaines. Ces montants disproportionnés ont fini par faire réagir Pékin. Après avoir infligé à Qualcomm une amende de 975 millions de dollars pour abus de position dominante en 2015, il est parvenu, trois ans plus tard, à bloquer sa tentative de rachat par le néerlandais NXP, faisant valoir que l’opération réduirait encore la marge de manœuvre de ses entreprises.

« Nous sommes en guerre »
Les choses ont changé. Huawei compte désormais parmi les plus gros détenteurs de BEN liés à la 5G. Cela ne l’empêche d’ailleurs pas de rester très critique à l’égard du système mondial de propriété intellectuelle — M. Guo a appelé à une révision des règles de ce « club international » dans un sens plus équitable et profitable à tous, comparant les redevances à « un droit de passage imposé par des bandits de grand chemin » . Certes, le caractère « essentiel » des brevets détenus par le groupe est sujet à caution. Comme l’a souligné un analyste, si le smartphone était un avion, les brevets de Nokia et Ericsson couvriraient le moteur et le système de navigation, tandis que ceux de Huawei ne protégeraient que les sièges et les chariots repas… Mais, quelle que soit la puissance de ses brevets, Huawei est parvenu à s’extraire de sa situation de dépendance.

Pour la Chine, chercher à devenir un prêteur de brevets (plutôt qu’un emprunteur) est économiquement sensé. C’est ainsi qu’elle a réussi à combler l’immense fossé qui la séparait des États-Unis en termes de droits nets perçus : si, en 1998, les entreprises américaines touchaient 26,8 fois plus de redevances que leurs homologues chinoises, en 2019 le rapport n’était plus que de 1,7 (6). Logiquement, Pékin commence aussi à peser davantage dans les organismes mondiaux de normalisation (7). La Commission électrotechnique internationale (IEC) et l’Union internationale des télécommunications (ITU) sont dirigées par des Chinois, et le mandat de trois ans du premier président chinois de l’Organisation internationale de normalisation (ISO) a pris fin en 2018.

À l’Organisation des Nations unies (ONU), la Chine s’est montrée très active dans la définition des normes entourant les technologies de reconnaissance faciale. Au sein de l’ISO, elle s’est particulièrement intéressée aux villes connectées, terrain de prédilection d’Alibaba, ce qui n’a pas manqué d’inquiéter le Japon (8). Enfin, à travers son ambitieux programme China Standards 2035, lancé en grande pompe en 2020, elle entend améliorer la coopération entre les compagnies de technologie et les agences gouvernementales pour encourager l’élaboration de normes internationales favorables à ses intérêts.

Et maintenant, que vont faire les États-Unis ? Certains observateurs établissent un parallèle entre la campagne antichinoise actuelle et les années 1980, quand Washington tentait de dompter les géants industriels japonais. En 1986, bien des membres de l’administration Reagan et des industriels ont cru s’étrangler quand Fujitsu a annoncé son intention de racheter Fairchild Semiconductor, légendaire fabricant américain de semi-conducteurs. Un cadre du secteur résumait le sentiment général : « Nous sommes en guerre contre le Japon — pas une bataille avec des armes et des balles, mais une guerre économique dans laquelle les munitions sont la technologie, la productivité et la qualité » (Los Angeles Times, 30 novembre 1987). Quelques années plus tôt, les sanctions commerciales encouragées par la Maison Blanche avaient réussi à empêcher Toshiba, un autre mastodonte japonais, de vendre ses ordinateurs sur le marché américain.

« Nous sommes en guerre » : le slogan n’a pas vraiment changé. Le conflit commercial américano-japonais a connu un dénouement pacifique — au prix de la croissance nippone ; beaucoup en Chine ont voulu croire qu’il en irait de même et qu’un accord durable finirait par se dessiner au prix de quelques concessions. Mais cette issue paraît de plus en plus improbable. À ce sujet, l’administration Trump se divise en trois camps. Le premier est celui du président lui-même. Tout laisse à penser que ses attaques contre Huawei et consorts s’inscrivent dans une stratégie plus vaste visant à s’assurer un avantage commercial sur Pékin. En effet, si l’objectif était réellement d’empêcher l’hégémonie de la Chine sur la 5G, ZTE, entreprise d’État, ferait un bien meilleur punching-ball que Huawei — or il s’en tire actuellement sans plus de dommages qu’une amende de 1 milliard de dollars. Pour M. Trump, Huawei est une monnaie d’échange dans les négociations commerciales — et aussi un slogan de campagne.

Le deuxième camp est celui des « faucons », menés par MM. Peter Navarro, conseiller du président au commerce, et Robert Lighthizer, représentant américain au commerce. À leurs yeux, contenir la montée en puissance de la Chine relève d’un impératif vital, et ils n’hésiteraient pas à frapper Huawei encore plus fort que cela n’a été fait. Ils sont derrière toutes les propositions qui visent à élargir l’éventail des entreprises chinoises touchées par les sanctions. Enfin, il y a le troisième camp, celui du complexe militaro-industriel, qui préfère jouer les « colombes ». Et pour cause : la Chine représente un marché lucratif. À lui seul, en 2019, Huawei a acheté pour 19 milliards de dollars de matériel électronique à des fabricants américains. Empêcher les industriels nationaux de commercer avec la Chine revient à favoriser leurs concurrents étrangers.

Tant qu’a subsisté l’espoir d’une mise en œuvre complète de l’accord commercial sino-américain signé en janvier dernier, le camp des « colombes », qui inclut notamment le ministre des finances Steven Mnuchin, a réussi à tempérer les ardeurs antichinoises de MM. Navarro et Lighthizer. Avec la détérioration de la situation géopolitique et la crise du Covid-19 — dont M. Trump impute la responsabilité à la Chine —, cette perspective faiblit. Aussi Huawei risque-t-il de rester une monnaie d’échange dans des échanges qui n’auront jamais lieu.

En attendant, les mesures de rétorsion se multiplient. Début août dernier, M. Pompeo a annoncé le renforcement du programme Réseau propre (Clean Network), qui vise à purger Internet de l’« influence néfaste » du Parti communiste chinois. Quelques jours plus tard, Washington retirait à Huawei toute possibilité de recourir à des technologies impliquant de près ou de loin des entreprises américaines, ce qui lui promet un beau casse-tête pour continuer à fabriquer ses produits. Car, en dépit des sommes colossales investies dans la R&D, des bataillons d’ingénieurs et de l’apologie de l’innovation maison, il est des composants que Huawei ne peut ni produire lui-même, ni se procurer en Chine.

C’est le cas des puces ultramodernes Kirin, conçues en Chine mais gravées à l’étranger, cruciales pour les fonctionnalités reposant sur l’intelligence artificielle. Engagée dans une course avec la Silicon Valley depuis une quinzaine d’années, la Chine a fait des progrès considérables dans ce domaine, au point de dominer nettement certaines technologies, comme la reconnaissance faciale. Cependant, son principal atout résidait jusqu’à présent dans sa capacité à récolter de gigantesques masses de données pour alimenter et entraîner les algorithmes d’apprentissage automatique — une collecte effectuée par ses géants du numérique, mais aussi rendue possible par l’exploitation d’une main-d’œuvre étudiante bon marché. Or ce modèle était conçu pour le monde d’avant, un monde où la Chine pouvait compter sur des livraisons ininterrompues de matériels de haute performance fabriqués à Taïwan ou aux États-Unis. Aujourd’hui, la rupture de ces chaînes d’approvisionnement met en péril l’intelligence artificielle chinoise dans son ensemble (9). En déclarant la guerre à Huawei, les Américains cherchent peut-être tout autant à l’empêcher de disposer de ses propres semi-conducteurs à travers sa filiale HiSilicon qu’à freiner son avance dans la 5G.

En matière de politique industrielle aussi, l’heure est à l’offensive américaine. Les parlementaires ont décidé de réserver des fonds pour la construction de réseaux en architecture ouverte qui pourraient, à terme, se substituer à ceux de Huawei et de ses concurrents. Parallèlement, l’enveloppe budgétaire allouée aux fabricants américains de semi-conducteurs dans le cadre du Chips for America Act, actuellement en discussion au Congrès, a été portée à 10 milliards de dollars. Washington semble avoir compris que la période de tensions géopolitiques n’est pas le moment idéal pour affaiblir ses hérauts du numérique. La Silicon Valley en profite : ce serait sur les conseils du patron de Facebook que M. Trump a décidé de s’en prendre à l’application TikTok.

Dans l’ensemble, la réaction de Pékin a été moins agressive. Il faut dire que la Chine n’a pas attendu l’assaut américain pour renforcer sa souveraineté technologique à coups de milliards de dollars d’argent public, même si, entre-temps, la crise sanitaire a accaparé une partie de ces fonds (le déploiement de la 5G, notamment, a pris du retard). En mai, juste après l’annonce par l’administration Trump de nouvelles restrictions touchant Huawei et ses fournisseurs, M. Xi Jinping a dévoilé un plan de 1 400 milliards visant à assurer le leadership chinois sur plusieurs technologies-clés à l’horizon 2025. Les deux expressions les plus en vogue en Chine en ce moment sont « désaméricanisation » — de la chaîne d’approvisionnement et de l’infrastructure technologique — et « économie de double circulation » — une nouvelle orientation politique qui consiste à articuler le recentrage sur le marché intérieur et le développement de technologies de pointe susceptibles d’être exportées.

Alors que les discussions vont bon train autour de la vente prochaine par TikTok de ses activités américaines, Pékin a allongé la liste des technologies dont il entend contrôler l’exportation, y incluant les algorithmes de recommandation de contenu, la reconnaissance vocale et bien d’autres applications d’intelligence artificielle. En réaction au programme américain Réseau propre, la Chine vient également d’annoncer le lancement de son propre réseau international, la Global Data Security Initiative, destinée à contrer la surveillance et l’espionnage américains.

Pour l’instant, Huawei tient bon. Dès l’arrestation de Mme Meng, anticipant un durcissement des sanctions, l’entreprise avait commencé à amasser des stocks, qui peuvent durer entre dix mois et deux ans — mais certaines pièces seront obsolètes d’ici là. Elle a aussi dans sa besace une ribambelle de contrats de réseaux 5G. Enfin, consciente que ses appareils n’auront bientôt plus accès aux mises à jour d’Android, elle a résolu de mettre au point son propre système d’exploitation : Harmony OS.

Quel que soit le sort de Huawei dans un avenir proche, le message a été reçu cinq sur cinq par Pékin, Moscou et d’autres capitales : la souveraineté technologique est un impératif. La Chine l’avait compris bien avant la déclaration de guerre de M. Trump, qui n’a fait que renforcer encore le sentiment d’urgence. Paradoxalement, c’est donc Washington qui aura poussé Pékin à mettre en pratique l’une des nombreuses maximes de M. Ren : « Sans indépendance [technologique], il n’y a pas d’indépendance nationale. » L’ironie serait que la bataille de l’Amérique contre Huawei donne naissance à une Chine bien plus avancée et autonome sur le plan technologique, qui aurait complètement éliminé les fournisseurs américains de ses chaînes d’approvisionnement.

Evgeny Morozov

Fondateur et éditeur du portail The Syllabus. Auteur de Pour tout résoudre cliquez ici. L’aberration du solutionnisme technologique, FYP Éditions, Limoges, 2014.

(1) Cité dans Yun Wen, The Huawei Model. The Rise of China’s Technology Giant, University of Illinois Press, Champaign (Illinois), à paraître en novembre 2020. Les citations suivantes de dirigeants de Huawei proviennent de cet ouvrage.

(2) Lire « Chine - États-Unis, le choc du XXIe siècle », Manière de voir, n° 170, avril-mai 2020.

(3) Cf. Linda Weiss, America Inc. ? Innovation and Enterprise in the National Security State, Cornell University Press, Ithaca, 2014.

(4) Yun Wen, op. cit.

(5) Dieter Ernst, « China’s standard-essential patents challenge : From latecomer to (almost) equal player ? », Centre for International Governance Innovation, juillet 2017, Waterloo (Canada).

(6) Gregory Shaffer et Henry Gao, « A new Chinese economic order ? », Journal of International Economic Law, Oxford, à paraître.

(7) John Seaman, China and the New Geopolitics of Technical Standardization, Institut français des relations internationales, Paris, janvier 2020.

(8) « Japan grows wary of China’s smart-city global standards », Nikkei Asian Review, Tokyo, 11 août 2020.

(9) Cf. Paul Triolo et Kevin Allison, « The geopolitics of semiconductors », Eurasia Group, New York, septembre 2020, et Dieter Ernst, « Competing in artificial intelligence chips : China’s challenge amid technology war ».


Lire aussi Une course à l’innovation menée par la Chine

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15274 messages postés
   Posté le 01-10-2020 à 20:45:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article de la presse chinoise (dnews) montre la faiblesse structurelle de l'investissement privé dans les infrastructures. Inversement en Chine les investissements dans les infrastructures sont publics.
L'expression "argent intelligent" signifie que dans l'économie capitaliste, l'argent se dirige tout seul vers la meilleure source de profit.


Pourquoi «l'argent intelligent» limite-t-il la fiabilité du marché américain des infrastructures?


2020-10-02 00:45:01

Au deuxième trimestre de 2020, le produit intérieur brut (PIB) réel des États-Unis a chuté de 9,1% d'une année sur l'autre et l'économie est tombée dans une grave dépression. Afin de relancer l'économie, le gouvernement américain a jeté son dévolu sur la construction d'infrastructures. Le 21 septembre, la Federal Railroad Administration a approuvé la construction d'une liaison ferroviaire à grande vitesse entre Houston et Dallas. Le chemin de fer à grande vitesse a un kilométrage de construction de 386 kilomètres et l'ensemble du trajet est situé au Texas. Il devrait être achevé et ouvert à la circulation en 2027, ce qui peut réduire le temps de trajet entre les deux endroits de 4 heures à 90 minutes.

En fait, dès février 2018, l'administration Donald Trump a publié le plan législatif pour la reconstruction de l'infrastructure en Amérique (plan législatif pour la reconstruction de l'infrastructure en Amérique, appelé le plan). Bien que le moment de l'esquisse soit plus proche de celui proposé par la stratégie de «nouvelles infrastructures» de la Chine, ce cycle de construction d'infrastructures aux États-Unis met l'accent sur la «reconstruction» et se concentre sur les infrastructures traditionnelles.

Les États-Unis ont commencé plus tôt la construction d'infrastructures à grande échelle, de sorte que de nombreuses constructions d'infrastructures sont déjà très anciennes et doivent être entretenues et mises à jour d'urgence. Trump a promis aux électeurs d'améliorer l'infrastructure américaine au cours de sa campagne de 2016, mais comme le gouvernement ne voulait pas dépenser trop d'argent, la progression de l'esquisse n'a pas été fluide.


Les projets ferroviaires à grande vitesse nécessitent des investissements importants et des cycles longs, et sont généralement dominés par des fonds publics. La photo montre la vue intérieure du projet de train à grande vitesse Jakarta-Bandung en Indonésie, qui a été construit par China Railway Third Bureau Group Co., Ltd., lorsque le tunnel Valini a été achevé le 14 mai. (Agence de presse Xinhua)

Contrairement à la Chine, le gouvernement américain était très superstitieux sur le rôle du marché après la fin de la guerre froide et a toujours espéré introduire davantage d'investissements privés lors de l'investissement dans les infrastructures. Par exemple, l '«aperçu de la législation pour la reconstruction des infrastructures aux États-Unis» a utilisé beaucoup d'espace pour décrire les options de financement. Selon le plan du gouvernement américain, en plus des 200 milliards de dollars américains alloués par le gouvernement, la plupart des 1,5 billion de dollars américains de fonds de construction d'infrastructures proviennent d'investissements d'entreprises privées et d'obligations, et la construction d'infrastructures spécifiques est également entreprise par des entreprises privées.

Le temps de planification de l'esquisse est de dix ans, c'est-à-dire que s'il n'y a pas d'investissement privé, l'administration Trump ne peut allouer chaque année qu'environ 20 milliards de dollars américains à la construction d'infrastructures. Il s’agit sans aucun doute d’une goutte d’eau pour l’énorme échelle d’infrastructure envisagée. Alors, le secteur privé américain est-il intéressé par les investissements dans les infrastructures?

Dans un environnement d'économie de marché, la nature de recherche de profit du capital ne changera pas. Si le retour sur investissement dans les infrastructures est particulièrement élevé, une grande quantité de capitaux privés ira naturellement dans les projets d'infrastructure du gouvernement. Cependant, les investissements dans les infrastructures se caractérisent par de longues périodes, des risques élevés et des rendements faibles. Le capital privé participe rarement activement à de tels projets.

Le projet de train à grande vitesse californien lancé en 2008 a été retardé de dix ans sans progrès en raison d'une rupture de la chaîne de financement et d'autres raisons. En février 2019, le gouvernement californien a officiellement annoncé l'abandon du projet de train à grande vitesse, et l'investissement initial du gouvernement fédéral de 3,5 milliards de dollars américains a également été vain. Bien que le problème de financement ne soit pas la seule raison de la mort du train à grande vitesse en Californie, c'est certainement la raison la plus importante. Dans l'environnement du marché des capitaux, il y a peu de problèmes que le capital ne peut pas résoudre, principalement dus au manque de participation au capital.

Le capital privé est de «l'argent intelligent», et les projets d'infrastructure comportent des risques élevés et de faibles profits. Naturellement, cet «argent intelligent» ne peut pas être attiré. En raison de l'introduction forcée de capitaux privés par le gouvernement américain, les budgets des projets continuent d'augmenter. Cette scène s'est produite fréquemment lors de la construction du train à grande vitesse de Californie. Le but du capital privé est de réaliser un profit. Depuis son adhésion au projet d'infrastructure, il recherchera inévitablement le meilleur rendement. Si le gouvernement ne peut pas répondre aux exigences du capital privé, il ne peut qu'être séparé. On peut dire que le soi-disant «argent intelligent» est devenu le plus gros obstacle sur la route des infrastructures américaines.

Selon les données du Bureau of Investment Analysis (BEA) du Département américain du commerce, depuis la «Grande Dépression» des années 1930, les investissements américains dans les infrastructures se sont progressivement transformés en investissements publics. En 1964, la proportion des investissements publics dans les infrastructures atteignait 61,9%. Cette période est la période la plus glorieuse des infrastructures américaines: le réseau routier intercontinental et un grand nombre d'aéroports aux États-Unis ont été construits pendant cette période.

Cependant, après la désintégration de l'Union soviétique, le gouvernement fédéral américain n'avait pas besoin de continuer à conserver la capacité de «concentrer ses forces pour faire de grandes choses». L'économie néolibérale était de plus en plus acceptée par le gouvernement, et le rôle du marché était infiniment amplifié. Bien que «l'argent intelligent» sur le marché soit bon en termes de concurrence et d'innovation, il nécessite également un retour sur investissement élevé. Les projets d'utilité publique tels que les infrastructures ne sont évidemment pas le premier choix pour «l'argent intelligent».

Cependant, la détérioration budgétaire a laissé le gouvernement américain choisir de continuer à croire au marché. Depuis la crise financière de 2008, la dette du gouvernement fédéral américain a augmenté rapidement et la dette envers le secteur public (dette détenue par le public) représente près de 100% du PIB. Les deux parties se contraignant mutuellement, le gouvernement américain endetté peut difficilement investir beaucoup d'argent dans la construction d'infrastructures. Par conséquent, même s'il s'est rendu compte que l'infrastructure ne peut pas être complètement dépendante de «l'argent intelligent», le gouvernement américain n'a pas d'autre choix.


Edité le 01-10-2020 à 22:38:11 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6Page précédentePage suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  USA vs Chine Populaire : la guerre hors limitesNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum