Sujet :

USA vs Chine Populaire : la guerre hors limites

Xuan
   Posté le 20-07-2018 à 19:59:17   

Je remplace le titre de ce sujet "de la guerre économique à la guerre tout court".
Les USA se lancent dans une guerre multiforme qui peut devenir militaire, mais couvre absolument tous les domaines, économique, technologique, médiatique, diplomatique juridique, scientifique, et s'étend aux alliances, à la subversion, etc.
La Chine est devenue un concurrent direct des USA comme aucun pays ne l'avait fait dans le passé.
L'émergence de la Chine menace l'existence même de l'hégémonisme US sur lequel repose la pyramide de Ponzi de cet impérialisme, et notamment la monnaie de singe du dollar.
De surcroît la Chine repose sur le modèle d'une économie fondamentalement publique, dirigée par l'Etat et planifiée, et sur le principe de la dictature du prolétariat, c'est-à-dire un modèle qui est aux antipodes du capitalisme libéral. Son existence même est une menace pour le néo libéralisme parce qu'elle montre qu'une autre société est possible.
La crise du capitalisme mondial, la crise sanitaire ont accentué ces contradictions, et les contradictions internes aux USA, non seulement politiciennes mais sociales et raciales, sont exacerbées par le calendrier électoral.
Enfin les USA disposent d'un créneau de deux ans pendant lequel ils conservent une supériorité militaire.



_____________________


Global Times alerte sur la continuation de la guerre économique par d'autres moyens, et compare les forces en présence.

Le respect de Trump pour la Russie peut instruire la Chine


Source: Global Times Publié le: 2018/7/20 23:23:42

http://www.globaltimes.cn/content/1111711.shtml

________________________________________


Au milieu de la fureur persistante des médias américains sur le sommet du président américain Donald Trump avec le président russe Vladimir Poutine à Helsinki, la Maison Blanche a annoncé jeudi que Trump avait invité Poutine à se rendre à Washington cet automne. L'attitude de Trump a été ferme sur l'amélioration des relations américano-russes. En dépit d'une opposition farouche, il est fort probable que les relations américano-russes vont arrêter leur dérapage pendant la présidence de Trump.

Trump a souligné à maintes reprises que la Russie et les États-Unis sont les deux plus grandes puissances nucléaires du monde, avec leur arsenal nucléaire combiné représentant 90% du total mondial, et que les États-Unis doivent vivre en paix avec la Russie. Sur les relations américano-russes, Trump est lucide.

L'économie de la Russie est faible. Son PIB ne figure pas parmi les 10 premiers du monde, mais son armée, en particulier sa puissance nucléaire, a maintenu son statut de l'une des nations les plus influentes du monde. La Russie et les Etats-Unis ont de graves conflits géopolitiques au Moyen-Orient et en Europe, mais Trump a soudainement renversé la position américaine ferme et a donné une réponse discrète à Poutine. C'est probablement parce que, comme l'a dit Trump, la Russie est une puissance nucléaire.

Nous savons que les relations entre les États-Unis et la Russie ne peuvent s'améliorer du jour au lendemain parce qu'il est difficile pour les deux pays de faire des compromis stratégiques en Europe et au Moyen-Orient. Même si leurs relations s'améliorent, d'autres frictions peuvent apparaître, provoquant de nouvelles fractures dans les relations bilatérales.

Pourtant, le respect de Trump envers la Russie vaut la peine d'être mentionné. Trump est un homme qui valorise la force, et il attache une grande importance à la force militaire, en particulier la force nucléaire.

Les Etats-Unis ont défini la Chine comme leur concurrent stratégique et exercent davantage de pression. La guerre commerciale n'est peut-être qu'un début. Les tensions entre les deux nations peuvent s'étendre à d'autres régions. Nous croyons que pendant ce processus, la Maison Blanche continuera d’évaluer, y compris en appréciant l'arsenal nucléaire de la Chine.

La Chine est différente de la Russie. La Chine a une économie robuste et dispose de nombreux outils, ce qui est un avantage. Pourtant, la Chine est relativement faibles sous l’angle militaire, en particulier son arsenal nucléaire, qui est en retard sur les États-Unis, ce qui constitue un point stratégique majeur.

Une opinion populaire parmi les stratèges chinois est que nous n'avons besoin que d'un nombre suffisant d'armes nucléaires. Trop d'armes nucléaires coûtent plus cher et peuvent déclencher une alarme extérieure, menant à une incertitude stratégique. Ceux qui soutiennent ce point de vue croient que la Chine n'a pas besoin d'augmenter ses armes nucléaires stratégiques et devrait plutôt se concentrer sur la modernisation de ses armes nucléaires pour sécuriser la capacité du pays à répondre à une autre frappe nucléaire. Nous pensons que ce point de vue constitue une interprétation erronée de la situation nucléaire des principaux pays.

La Chine n'est pas un petit pays qui n'a besoin que de quelques armes nucléaires pour faire peur à une intimidation dans un moment critique. L’influence de la Chine est devenue mondiale, faisant face à des risques et des pressions plus grands que les petits pays. Nous devons reconsidérer ce qui constitue "suffisant" en termes d'armes nucléaires.

Les armes nucléaires de la Chine doivent non seulement assurer une deuxième frappe, mais aussi jouer le rôle de pierre angulaire pour former une forte dissuasion afin que les puissances extérieures n'osent pas intimider militairement la Chine. Une fois que les principaux pays sont engagés dans des conflits militaires, chaque partie doit évaluer la détermination de l'autre et voir le conflit sous cet angle. L'énergie nucléaire est le pilier de cette détermination. L'une des principales raisons pour lesquelles les Etats-Unis ont utilisé la méthode du "saucissonnage" pour pousser l'OTAN vers l'est, mais a refusé de s'engager dans un conflit ouvert en Ukraine et en Syrie avec la Russie est probablement parce qu'elle était préoccupée par l’arsenal de Moscou.

En examinant l'attitude agressive des États-Unis dans la question de la mer de Chine méridionale et de Taiwan, nous savons que la puissance nucléaire de la Chine est «loin d'être suffisante». Une partie de l'arrogance stratégique des États-Unis peut provenir de son avantage nucléaire absolu. Nous craignons que peut-être un jour, Washington transformera cette arrogance en une provocation militaire, dans laquelle la Chine fera face à des défis très graves.

La Chine doit accélérer son processus de développement de l'énergie nucléaire stratégique. Les missiles avancés tels que le Dongfeng-41 devraient se matérialiser le plus rapidement possible. Non seulement nous devrions posséder un arsenal nucléaire solide, mais nous devons aussi faire savoir au monde extérieur que la Chine est déterminée à défendre ses intérêts nationaux fondamentaux avec la puissance nucléaire.

Bien sûr, nous ne croyons pas que le développement de la puissance nucléaire doive l'emporter sur tous les autres ou que son développement devrait se faire au détriment d'autres grands intérêts de développement. Mais ce travail doit être une priorité absolue. Nous devons reconnaître le besoin urgent pour la Chine de renforcer ses forces nucléaires.


Edité le 02-07-2020 à 07:10:42 par Xuan


Xuan
   Posté le 24-07-2018 à 23:34:48   

Les États-Unis intensifient leur présence militaire dans l'Indo-Pacifique

Par Han Xudong Source: Global Times Publié le: 2018/7/24 15:38:39

http://www.globaltimes.cn/content/1112119.shtml


Cela fait un certain temps que le terme Indo-Pacific a été officiellement adopté par les États-Unis. Mais beaucoup de gens croient que Washington a fait peu de progrès substantiels dans sa stratégie indo-pacifique, en plus de renommer le Commandement Pacifique américain en tant que Commandement de l'Indo-Pacifique en mai. Cependant, du point de vue du déploiement militaire, les grandes lignes et la structure de la présence militaire américaine sont en train de se former. Cette présence militaire comprend du matériel et de l'équipement, des exercices militaires, des échanges militaires et l'établissement de bases militaires, ce qui peut permettre aux troupes américaines de se muscler.

La création du commandement indo-pacifique indique que l'océan Indien n'est plus accessoire à la stratégie globale des États-Unis dans le Pacifique, mais constitue une partie cruciale de toute la région indo-pacifique. La position stratégique de l'océan Indien a ainsi été élevée. Le mouvement montre également que l'orientation stratégique des États-Unis passe de la mer à la terre. Guam dans le Pacifique occidental, Darwin Harbour dans le nord de l'Australie et Diego Garcia dans le centre de l'océan Indien apporteront leur soutien à la nouvelle stratégie indo-pacifique. La présence militaire aux trois endroits sera la clé de la future stratégie indo-pacifique des États-Unis.

Les rôles des trois endroits sont différents. Guam et Diego Garcia seront des centres d'opérations militaires et Darwin Harbour sera un centre de soutien.

Situé dans l'océan Pacifique occidental, Guam est plus proche de l'Asie du Sud-Est avec de grands aéroports, des postes d'amarrage et des entrepôts. Il peut non seulement stocker de l'équipement militaire, mais également réagir rapidement à une crise dans les régions frontalières et ajuster la présence militaire américaine en se concentrant sur l'Asie du Nord-Est et l'Asie du Sud-Est.

Dans l'océan Indien, Diego Garcia est une base américaine depuis 2007. Son statut sera élevé avec le changement de nom du Commandement.

Au cours des dernières années, les États-Unis ont accordé une importance croissante à Darwin Harbour tout en renforçant leur présence militaire dans cette base. Cependant, bien que l'Australie soit un allié de Washington, elle ne veut pas être servile aux États-Unis. Cela signifie que Canberra restreindra le rôle de Darwin Harbour dans la stratégie Indo-Pacifique. Il appuiera Guam et Diego Garcia, mais il n'y aura peut-être aucune opération militaire directe au départ de Darwin Harbour.

En dehors des bases, les exercices militaires sont une autre forme de démonstration de la puissance de défense. L'exercice naval de Malabar a été initialement effectué par les États-Unis et l'Inde dans l'océan Indien. Mais plus tard, ils ont apporté au Japon et élargi la zone des jeux de guerre vers le Pacifique occidental. Cette année, les exercices ont eu lieu au large des côtes de Guam.

Avec les États-Unis faisant la promotion de la stratégie Indo-Pacifique, il y aura plus de jeux de guerre comme l'exercice Malabar. Ils auront lieu à la fois dans l'océan Indien et dans l'océan Pacifique. Des pays non seulement de la région Pacifique mais aussi de l'océan Indien y participeront. Les États-Unis domineront les exercices, mais se retireront dans les coulisses. Les pays de la région y joueront un rôle de plus en plus crucial. En outre, il y aura plus d'exercices impliquant les forces aériennes et les marines.

Alors que les États-Unis renforcent leur dissuasion aérienne et maritime dans la région, ils renforcent également leur présence militaire en Asie du Sud-Est, Asie du Sud et Asie centrale en établissant des bases militaires et en augmentant l'ampleur et l'intensité des exercices militaires.

Les États-Unis renforceront inévitablement leur présence militaire dans la région indo-pacifique à l'avenir. Que ce soit la mise en place de bases militaires, des exercices militaires, des échanges militaires ou des tests d'armes, ces activités sont entreprises dans le seul but de cibler la Chine. Un tel mouvement compromettrait la paix et la stabilité régionales.

L'auteur est professeur à l'Université de la Défense Nationale de l'APL. opinion@globaltimes.com.cn
Xuan
   Posté le 10-08-2018 à 23:40:56   

A propos de la "force de l'espace" annoncée par Trump


L'US Space Force ne devrait pas être autorisée à dominer l'espace

Source: Global Times Publié: 2018/8/10 21:28:40
http://www.globaltimes.cn/content/1114832.shtml

Le vice-président américain Mike Pence a annoncé jeudi au Pentagone que les Etats-Unis avaient l'intention de créer une sixième branche de l'armée américaine d'ici 2020, connue sous le nom de Force spatiale. M. Pence a indiqué que la Chine et la Russie mènent des activités hautement sophistiquées en orbite qui pourraient présenter de nouveaux dangers sans précédent pour les systèmes spatiaux américains. Le président des États-Unis, Trump, a tweeté plus tard "La Force spatiale tout au long du processus!"

Le nouveau projet de la Force spatiale a des implications plus larges par rapport à l'initiative Star Wars de Ronald Reagan. La mission de la nouvelle branche est unique parmi les forces militaires mondiales. Son ambition est non seulement de frapper une cible terrestre depuis l’espace ou de frapper un missile ennemi, mais aussi de contrôler tout l’espace extérieur, établissant ainsi une hégémonie absolue aux États-Unis et la capacité de conquérir d’autres grands pays de l’espace.

Jusqu'à aujourd'hui, l'espace extra-atmosphérique était un lieu de paix. L’ONU s’oppose résolument à la militarisation de l’espace et tous les pays sont restés limités dans leurs recherches sur les systèmes spatiaux militaires. En créant une force spatiale, les États-Unis ont entamé une course aux armements dans l’espace.

Les États-Unis possèdent la technologie la plus avancée en matière de recherche spatiale. Ses véhicules spatiaux ont voyagé plus loin dans l'espace que ceux de tout autre pays. Washington a des avantages à militariser l’espace.

Cependant, d'autres pays ne resteront pas les bras croisés. Ce que les États-Unis ne parviennent pas à réaliser sur terre, en mer et dans l’air ne peut être réalisé dans l’espace. Au lendemain de la guerre froide, les États-Unis ont conservé leur avantage absolu en matière de force nationale, mais ils se sentent toujours peu en sécurité. Le type de sécurité recherché par Washington n'existe pas. Sa quête de sécurité absolue ne fait qu'augmenter l'instabilité dans le monde et crée un dilemme de sécurité inhabituel avec des risques et des incertitudes plus importants.

Citer la Chine et la Russie pour des raisons de construire une force spatiale ne fera qu’exercer des pressions sur les deux pays pour qu’ils prennent des contre-mesures pertinentes pour protéger leurs actifs spatiaux.

Du point de vue de la Chine, nous recommandons que le pays procède immédiatement à une évaluation stratégique de la manière dont une force spatiale américaine aura un impact sur la sécurité nationale de la Chine. La stratégie de la Chine devrait être fondée sur deux principes.

Premièrement, la Chine doit abandonner toutes ses illusions et développer résolument ses capacités à résister à l’hégémonie américaine dans l’espace. Nous devons accorder une grande importance à cette initiative et reconnaître que le développement futur de la Chine est une question de vie ou de mort. L’espace extra-atmosphérique est l’avenir de l’humanité et la Chine a besoin de sa propre clé de l’espace. S'assurer que l'espace n'est pas dominé par les États-Unis est l'intérêt commun de tous.

Deuxièmement, nous ne devrions pas participer à une course aux armements dans l’espace avec les États-Unis, car cela ne correspond pas à la force nationale de la Chine. Nous devrions développer un atout pour former une dissuasion asymétrique, une démarche visant à établir d’abord un bilan de sécurité afin que Washington n’ose pas lancer une offensive spatiale sur la Chine. Ce travail doit être effectué avec rapidité et la Chine devrait fournir un soutien financier prioritaire. D'autres constructions spatiales devraient être prévues conformément au développement économique de la Chine.

Avec la technologie spatiale avancée des États-Unis, la Chine et la Russie possèdent également des technologies similaires. Une force spatiale américaine pourrait stimuler un nouveau cycle de développement de la technologie spatiale. La Chine doit mobiliser suffisamment de ressources pour mener des recherches sur les technologies spatiales pertinentes et réaliser des percées aussi rapidement que possible sur des technologies fondamentales telles que les grosses fusées pour ouvrir la voie au développement de futures technologies spatiales.

Le gouvernement chinois doit mener des efforts pertinents, mais le gouvernement seul ne suffira pas. La technologie spatiale future nécessite la participation des secteurs privé et civil. Le développement économique de la Chine ces dernières années devrait également donner un nouvel élan au développement de la technologie spatiale dans le pays.

Aucune puissance dans le monde ne peut empêcher les États-Unis de prendre une décision extrême. Ce que chaque pays peut faire est de former sa propre réponse. La décision des États-Unis aura un impact profond sur l’avenir de l’humanité et Washington a la responsabilité de ne pas détourner la civilisation humaine. Malheureusement, la mentalité politique des États-Unis est extrême et hautement égoïste. Comment restreindre un Américain entêté est devenu le plus grand défi de la communauté internationale.


Edité le 10-08-2018 à 23:41:17 par Xuan


Xuan
   Posté le 13-08-2018 à 13:08:25   

La création d'une Force spatiale vue d'Amérique


Par Liu Xin Source: Global Times Publié: 2018/8/10 23:33:41
http://www.globaltimes.cn/content/1114853.shtml

Un plan qui peut déclencher une nouvelle course aux armements
L'administration du président américain Donald Trump a annoncé un plan ambitieux visant à introduire une nouvelle force spatiale en tant que sixième branche de l'armée américaine d'ici 2020, une décision que les experts chinois ont déclaré vendredi susceptible de déclencher une concurrence féroce dans le développement des armes spatiales.

Jeudi, le vice-président américain Mike Pence a annoncé qu'il allait faire face à de nouvelles menaces sur un nouveau champ de bataille, a rapporté CNN.
"Le moment est venu de créer la Force spatiale américaine" , a-t-il déclaré lors d'un discours au Pentagone.
Ce serait la sixième branche militaire du pays. M. Pence a déclaré que l’objectif était de mettre en place la Force spatiale américaine d’ici 2020. Il a cité l’augmentation de l’activité spatiale des pays rivaux comme étant la clé de la décision, en désignant deux pays en particulier, la Chine et la Russie.

Le président américain Donald Trump a suivi l’annonce de Pence avec un tweet vendredi, écrivant "Force Spatiale jusqu'au bout !"

Wang Ya'nan, rédacteur en chef adjoint du magazine Aerospace Knowledge, a déclaré vendredi au Global Times que "la proposition de Star Wars du président Ronald Regan n’était qu’un plan qui n’a jamais été mis en œuvre. Mais Trump dispose des ressources nécessaires pour faire avancer l’idée de la Force spatiale. "

En 1983, Reagan proposa une initiative de défense stratégique ambitieuse dans l'espace, connue sous le nom d'initiative "Star Wars" .
"Les Etats-Unis ont acquis de nombreuses réalisations dans la recherche et le développement de technologies spatiales, notamment des véhicules hypersoniques et des émetteurs laser avancés. La création de la Force spatiale contribuerait à la production d'équipements spatiaux pouvant être utilisés dans les combats. stratégies d'étude à utiliser dans les guerres possibles dans l'espace " , a déclaré Wang.
Même si Trump utilise Space Force pour son propre battage politique, cela créera une nouvelle situation pour l'armée américaine une fois que la proposition aura été adoptée par le Congrès américain, a déclaré Wang.

Li Haidong, professeur à l’Institut des relations internationales de l’Université des affaires étrangères de Chine, a déclaré que Trump souhaitait faire avancer le plan de la Force spatiale, certains de ses partisans venant de l’armée américaine et faisant de ce pays le leader absolu dans le domaine militaire. sa popularité politique au niveau national.

La campagne de réélection de Trump en 2020 a envoyé hier un e-mail de collecte de fonds demandant aux supporters de voter sur leur logo préféré de la Force spatiale pour les thèmes futurs de la campagne Trump, en proposant six choix.
"Les Etats-Unis veulent conserver leur position de pointe dans la concurrence militaire avec d’autres pays du monde et dans l’espace. C’est la stratégie de sécurité traditionnelle des Etats-Unis" , a déclaré Li au Global Times vendredi.

Mais les critiques considèrent la création d’une force spatiale comme une entreprise inutile et coûteuse.
Le sénateur démocrate Brian Schatz, qui fait partie du sous-comité des crédits de la Défense, a tweeté que la Force spatiale est une "idée stupide" .

Le ministère de la Défense a fourni un rapport au Congrès américain, appelant à la création du US Space Command, a rapporté CNN.
Les officiels ont déclaré jeudi à CNN que le commandement inclurait probablement des ressources et du personnel militaires existants, comme le commandement spatial de l'US Air Force.
La création d’un nouveau service militaire axé sur l’espace serait une entreprise de grande envergure et nécessiterait des mesures de la part du Congrès pour établir le service et fournir des fonds, a rapporté CNN jeudi.

La Chine et la Russie ne suivraient pas

Pence déclarait à CNN que "la Chine et la Russie ont mené des activités hautement sophistiquées en orbite qui pourraient leur permettre de manœuvrer leurs satellites à proximité les nôtres" , ajoutant que "cela représente de nouveaux dangers sans précédent pour nos satellites"

Li a déclaré que "si les Etats-Unis veulent lancer une course aux armements spatiaux qui considère la Chine et la Russie comme des ennemis, ces deux derniers pays ne suivront pas" .

"La Chine accorde plus d'attention au développement économique, à la stabilité nationale et aux moyens de subsistance des populations. Et nous avons tiré les leçons de la course aux armements entre les Etats-Unis et l'Union soviétique" , a déclaré Li.
Il a noté que les forces armées russes et chinoises ont développé une expertise dans l’espace ces dernières années, mais qu’elles sont toujours à la traîne des États-Unis.
"Les dépenses de la Chine sur le terrain ont été inférieures à celles des Etats-Unis" , a déclaré M. Li.

Wang a déclaré que le plan des Etats-Unis pour une force spatiale ne changerait pas les stratégies actuelles de la Chine en matière de développement spatial.
Cependant, Li a déclaré qu'une force spatiale américaine attirerait certainement l'attention d'autres grandes puissances et créerait une concurrence féroce.
Xuan
   Posté le 17-08-2018 à 23:40:23   

Un rapport américain sur l'armée chinoise révèle la mauvaise conscience des USA


Source: Global Times Publié: 2018/8/17 21:53:40
http://www.globaltimes.cn/content/1115891.shtml

Selon un rapport du Pentagone sur les développements militaires et sécuritaires en Chine publié jeudi, la Chine poursuit la capacité nucléaire de ses bombardiers à longue portée et l'Armée populaire de libération chinoise (APL) s'entraînera probablement pour des frappes contre des cibles américaines et alliées. Le rapport a également affirmé que l'APL préparait probablement une éventualité pour unifier de force Taiwan avec le continent chinois.

Toute armée doit être préparée au pire scénario auquel la nation pourrait être confrontée. Si la Chine publiait un rapport sur les développements militaires américains qui détaillent la capacité d'attaque de l'armée américaine contre la Chine, le rapport serait encore plus alarmant.

En tant que deuxième économie mondiale confrontée à des risques stratégiques importants, la Chine développera certainement sa capacité de triade nucléaire. La dissuasion nucléaire sert non seulement de pierre angulaire à la sécurité nationale de la Chine, mais aussi d’équilibre essentiel pour assurer la paix dans le monde. La capacité nucléaire d'un grand pays représente la force militaire du pays et sa force politique. La capacité nucléaire de la Chine n'est pas conçue pour être utilisée en temps de guerre mais pour prévenir toute possibilité de guerre.

Au début, la Chine ne disposait que d’une capacité nucléaire terrestre avant de mettre au point des sous-marins à propulsion nucléaire. Le développement de sa capacité nucléaire aéroportée n’est qu’une étape suivante nécessaire et une direction de la construction nucléaire pour laquelle la Chine n’a pas besoin de se dissimuler.

L'APL développera sûrement sa force aérienne avec une capacité de frappe à longue portée. Le Pentagone soupçonne que l'APL s'entraîne pour des frappes contre des bases américaines dans la région du Pacifique. Cela montre que les bases américaines dans la région sont très probablement formées à des actions contre le continent chinois et craignent d'être victimes de représailles en temps de guerre.

Il y a beaucoup d'autres pays et cibles potentielles dans le rayon des opérations à longue distance des forces aériennes chinoises, mais aucun d'entre eux ne montre de signes d'inquiétude. Pourquoi est-ce que seules les bases américaines du Pacifique s'inquiètent de la menace potentielle de l'APL? La mauvaise conscience des États-Unis est évidente.

En ce qui concerne la réunification de Taiwan avec la Chine continentale par la force, c'est le dernier recours du continent pour résoudre la question de Taiwan, mais aussi l'une des principales tâches stratégiques de l'APL dans le renforcement de ses capacités.
La condition préalable à la réunification pacifique de Taiwan est la capacité du continent à utiliser la force pour lancer l’action. Sinon, tous les vœux merveilleux sont réduits à un discours vide.
Plus la capacité de réunification de Taiwan par la force continentale est incontestable, moins les forces de "l'indépendance de Taiwan" sont en mesure de créer des troubles. A l'inverse, les forces "d'indépendance de Taiwan" peuvent prendre des risques. Cela est évident pour le continent ainsi que pour les États-Unis et Taiwan.

Au 21ème siècle, la Chine a pour priorité absolue le développement ininterrompu et le rajeunissement de la nation chinoise. Ce serait parfait pour la Chine d’éviter la guerre. Au cours des trois dernières décennies, la Chine n’a jamais connu de conflit militaire majeur avec d’autres pays et régions. Nous espérons que la paix pourra durer encore trois décennies ou plus. Le renforcement des capacités militaires de la partie continentale de la Chine vise principalement à empêcher la guerre.

Tandis que la Chine développe sa capacité nucléaire stratégique, le pays respecte également le principe de non-utilisation en premier des armes nucléaires. Si tous les pays dotés d’armes nucléaires n’annonçaient pas d’utilisation d’armes nucléaires, le monde serait différent.

L'analyse technique de la capacité de l'APL par les États-Unis est une chose, la publication de l'analyse par le Pentagone pour faire ressortir la "menace chinoise" en est une autre. En tant que grande puissance disposant de loin du budget de défense le plus important au monde, les États-Unis n’ont aucune justification à médiatiser la menace militaire des autres nations. Si les États-Unis s'empressent de médiatiser cette menace, cela prouve que Washington a totalement perdu toute vergogne et toute conscience.


Edité le 17-08-2018 à 23:40:45 par Xuan


Xuan
   Posté le 04-09-2018 à 19:33:10   

Face aux menaces de l'OTAN la Russie et la Chine renforcent leur alliance y compris sur le plan militaire

Russie : manœuvres militaires d’envergure et rapprochement avec la Chine



Interview3 septembre 2018 sur IRIS
Le point de vue de Arnaud Dubien


C'est un exercice militaire d'envergure qui se prépare en Russie, dans le centre et l'Est du pays : « Vostok 2018 » devrait réunir près de 300 000 soldats entre le 11 et le 15 septembre prochain. Il s’agit de l'exercice le plus imposant depuis la fin de la guerre froide, a affirmé ce mardi 28 août le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou. La Russie entend montrer ses muscles jusqu'en Asie, tandis que ses relations avec l'Europe sont mal en point et celles avec les États-Unis au plus bas. Alors que le Japon s'est récemment plaint du renforcement militaire russe en Extrême-Orient, la Chine, elle, participera à l'exercice.

Quels sont les objectifs russes avec cet exercice militaire d’envergure qu’est « Vostok 2018 » ? Pourquoi la Chine y participe-t-elle ?

Les objectifs de cet exercice sont multiples. Tout d’abord, vérifier la préparation des unités concernées ; ensuite, tester leur aptitude au combat ; enfin, améliorer la coordination entre les différentes armes et éléments engagés. Ce sont là des objectifs propres à tout exercice militaire, en Russie ou ailleurs. Il y a bien évidemment des objectifs plus politiques : faire une démonstration de force (notons qu’en parallèle, le ministère russe de la Défense a annoncé des exercices navals importants en Méditerranée) et montrer que la Russie est capable de mener des exercices de grande ampleur, de coordination de ses hommes tout en impliquant des pays étrangers dans ses manœuvres.

L’élément le plus significatif d’un point de vue diplomatique est la participation de la République populaire de Chine à cet exercice stratégique conduit par la Russie. Ce n’est évidemment pas anodin : la relation russo-chinoise, dans tous les domaines, y compris militaro-stratégique, se renforce depuis déjà quelques années - plus précisément depuis 2014 et le début d’une période de confrontation avec l’Occident. Cette relation a également franchi un cap sur les questions énergétiques et diplomatiques. Russes et Chinois ont jusqu’à présent réussi à rendre leurs positions compatibles sur des sujets où a priori leurs intérêts ne coïncidaient pas, comme les nouvelles « routes de la soie » chinoises et les divers projets russes en ex-URSS.

Cette participation chinoise à un exercice d’ampleur sur le théâtre asiatique est un signal très fort en direction des États-Unis. Elle s’inscrit dans un contexte très incertain en Asie du Nord-Est malgré le sommet de Singapour. Bien évidemment, ce signal peut être diversement perçu par d’autres pays, notamment par le Japon qui s’inquiète de la montée en puissance des relations militaires russo-chinoises. Or il se trouve qu’une rencontre entre le président russe et le Premier ministre japonais est prévue à Vladivostok lors du forum économique international, précisément pendant « Vostok 2018 ».

Cette démonstration militaire russe s’effectue-t-elle en réaction à la posture de l’OTAN ? Comment l’OTAN et l’Europe réagissent-elles à ces manœuvres ?

Jusqu’à présent, Européens et Américains ne se sont pas exprimés sur le sujet. Cela contraste avec les réactions alarmistes des Polonais et des Baltes l’an dernier lors des manœuvres « Zapad 2017 ». Il faut dire qu’il serait plutôt surprenant que l’OTAN s’émeuve d’exercices à la frontière mongole.

La Russie envoie un signal aux Américains : elle compte également en Asie, et, dans cette région, elle peut s’appuyer sur la Chine, même si cette dernière n’est pas à proprement parler un allié de Moscou. Ces deux puissances nucléaires, membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, ont décidé pour la première fois de s’engager dans un exercice stratégique commun. Néanmoins, ce ne sont pas les premières manœuvres auxquelles Russes et Chinois participent ensemble. Par exemple, les Chinois avaient envoyé des observateurs lors de plusieurs entrainements russes. Les Russes avaient de leur côté participé à plusieurs exercices en Chine. Cependant, l’ampleur de ces préparatifs était bien moindre. Là, nous avons une réelle montée en puissance. C’est d’autant plus remarquable qu’il y a cinquante ans, Moscou et Pékin étaient à deux doigts d’un conflit nucléaire. Si nous mettons en perspective ce qui se passe, c’est tout à fait spectaculaire.

Quel est aujourd’hui l’état des armées russes ? Engagées sur plusieurs fronts depuis plusieurs années, arrivent-elles à maintenir l’effort de guerre et à intervenir de manière efficace ?

L’état des armées russes en général est bien meilleur aujourd’hui qu’il y a 5 ans, 10 ans et, a fortiori, 20 ans. Là encore, il faut essayer de voir d’où l’on part. En 1989, l’URSS disposait d’une armée puissante, bien équipée, massivement déployée dans les pays du pacte de Varsovie, mais également présente à la frontière sino-soviétique, avec plusieurs dizaines de divisions. Cette armée s’est très rapidement délitée au début des années 1990 du fait notamment d’un sous financement chronique et d’un rapatriement chaotique des unités stationnées en Europe de l’Est. La première guerre de Tchétchénie (1994-1996) avait mis en évidence la décomposition de l’outil militaire russe – en tout cas, de sa composante conventionnelle. Depuis une quinzaine d’années, Vladimir Poutine a accordé une très grande attention à la remise à niveau de l’armée. Un effort significatif a été engagé, en particulier depuis la guerre en Géorgie de 2008 qui avait révélé d’inquiétantes faiblesses. De vastes programmes de rééquipement ont été lancés, avec des budgets d’acquisition de plusieurs centaines de milliards d’euros, qui concernent aussi bien l’armée de terre, la marine de guerre que les forces aérospatiales. Il s’agit d’un vaste rattrapage, après une quinzaine d’années de sous-investissements. Une partie de l’effort a par ailleurs consisté à augmenter très sensiblement les soldes des officiers et des engagés sous contrats pour rendre plus attractif le service dans les forces armées. L’accent a également été mis sur les casernes, les logements et d’autres aspects de la vie quotidienne des militaires et de leurs familles. Aujourd’hui, être militaire en Russie, c’est appartenir à la classe moyenne - voire à la classe moyenne supérieure en province -, ce qui n’était pas le cas il y a 10 ans, et encore moins il y a 20 ans. Être militaire en Russie est de nouveau considéré comme prestigieux.

L’intervention en Syrie, lancée en septembre 2015 et qui a impliqué 63 000 hommes à ce jour, donne une idée du chemin parcouru. L’armée russe a su conduire une opération complexe, de grande ampleur, loin du territoire national, et atteindre les objectifs fixés par la direction politique du pays. Elle l’a fait avec des moyens assez modestes, et pour des coûts financiers qui restent très raisonnables, surtout si on les compare à ceux des opérations américaines en Afghanistan et en Irak. La Russie est aujourd’hui une puissance militaire de premier plan. Son arsenal nucléaire stratégique est équivalent à celui des États-Unis. Les forces conventionnelles, qui étaient en très mauvais état pendant une quinzaine d’années, montrent qu’elles sont capables d’actions ambitieuses. Ce qui ne veut pas dire que les Russes sont au niveau des Américains ou de l’OTAN, qui disposent de forces et de moyens conventionnels beaucoup plus importants. Mais la Russie est de nouveau perçue comme un acteur crédible, capable de se projeter au-delà de ses frontières et, ainsi, de protéger ses intérêts dans son environnement géopolitique immédiat.


Edité le 04-09-2018 à 19:33:45 par Xuan


Xuan
   Posté le 21-10-2018 à 10:55:22   

Trump demande aux Etats-Unis de se retirer du traité nucléaire avec la Russie


Source: Xinhua Publié le: 2018/10/21 7:41:22

http://www.globaltimes.cn/content/1123747.shtml

Dossier Photo: Le Président américain Donald Trump (à gauche) rencontre son homologue russe Vladimir Poutine à Helsinki, en Finlande, le 16 juillet 2018. Etats-Unis (Xinhua / Lehtikuva / Heikki Saukkomaa)


Le président des États-Unis, Donald Trump, a déclaré samedi que son pays allait se retirer du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF) avec la Russie, un pacte vieux de plusieurs décennies limitant le développement des armes stratégiques.

Trump a fait ces remarques aux journalistes après avoir assisté à un rassemblement dans l'état du Nevada. Il a accusé la Russie d'avoir violé le traité de 1987 sans fournir aucune preuve.

"L'accord a été violé pendant de nombreuses années", a-t-il déclaré.

"Nous devrons développer ces armes", a ajouté Trump.

Les paroles de Trump ont été prononcées alors que son conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, se rendait en Russie samedi, qui aurait informé les dirigeants russes du projet américain de résilier l'accord historique.

Le traité INF, signé par l'ex-Union soviétique et les États-Unis, interdit la mise au point, le déploiement et les essais de missiles balistiques ou de croisière lancés depuis le sol dont la portée est comprise entre 300 milles (483 km) et 3 400 milles (5472 km).

Moscou et Washington se sont mutuellement accusés à plusieurs reprises de violer le traité.

En mai, un responsable militaire russe a déclaré que les États-Unis continuaient à tester leurs systèmes de défense antimissile et à produire des missiles interdits par le traité INF.
Xuan
   Posté le 27-12-2018 à 18:02:53   

La guerre économique n'a pas d'issue et peut se transformer en guerre tout court à brève échéance.
Danièle Bleitrach met en ligne cet article :
http://histoireetsociete.wordpress.com/2018/12/27/que-cache-le-retrait-des-troupes-americaines-de-syrie/?fbclid=IwAR1pIy2O6SHyJVIB312gr5NqXnejPhUSwAfavicYA6IAT7WlAUNQBtHA8Zc


Que cache le retrait des troupes américaines de Syrie ?


27
DÉC

http://mouvementcommuniste.over-blog.com/2018/12/que-cache-le-retrait-des-troupes-americaines-de-syrie.html
on pourrait se rejouir du retrait des troupes américaines si ce retrait était en concordance avec d’autres choix américains, mais à aucun moment Trump ne l’assortit d’une saine réflexion sur le rôle impérialiste des Etats-unis sur le terrain du Moyen orient et surtout dans sa relation avec la Chine, sa priorité. La seule solution n’est pas de se battre pour que les Etats-Unis et la France restent sur le terrain où ils sont en dehors de toute légalité internationale mais se battre partout pour la paix et contre la guerre sous toutes ses formes y compris commerciales. (note de Danielle Bleitrach)

24 Décembre 2018


Par Martha Andrès Román

Washington, 21 décembre (Prensa Latina) Le président des États-Unis, Donald Trump, fait aujourd’hui l’objet de nombreuses critiques de la part d’hommes politiques de son pays en raison de sa décision de retirer les troupes nord-américaines de Syrie. Les motivations qu’ils proposent sont diverses.

La Syrie a dénoncé à maintes reprises la présence de militaires nord-américains sur son territoire ainsi que les bombardements de la coalition menée par Washington, bombardements qui ont provoqué la mort de nombreux civils.

Les deux mille soldats que les États-Unis ont envoyés en Syrie sont restés dans le pays sans le consentement de Damas, sans même l’autorisation du Conseil de Sécurité de l’ONU, mais aucun de ces motifs n’a été avancé par le président républicain lorsqu’il a annoncé avant-hier que le contingent nord-américain allait rentrer au pays.

Selon lui, si les soldats rentrent, c’est uniquement parce que l’organisation terroriste État Islamique (EI) a été vaincue; il n’y a donc aucune excuse pour justifier la présence nord-américaine dans le pays.

Toutefois, cette affirmation semble être démentie par les réactions de nombreux hommes politiques nord-américains, y compris des alliés très proches du président, qui ont fait savoir leur préoccupation sur les conséquences de ce retrait sur le rôle que peuvent jouer les Etats-Unis au Moyen-Orient.

Les sénateurs républicains Lindsey Graham, Joni Ernst, Tom Cotton et Marco Rubio, la démocrate Jeanne Shaheen et Angus King (indépendant), ont adressé une lettre au chef de la Maison Blanche pour lui dire que ce retrait des troupes laisse la voie ouverte à des pays que Washington considère comme une menace pour ses intérêts dans la région, comme l’Iran ou la Russie.

Alors, comment expliquer ce pari de Donald Trump lorsqu’il prend une mesure qui provoque tant de réactions négatives, même parmi les plus hauts responsables militaires du pays, si l’on en croit la presse?

Les spéculations à ce sujet fusent, depuis celles qui jugent qu’il s’agit d’une tentative de diversion au moment où ce dirigeant est assailli par d’autres problèmes de politique intérieure, jusqu’à celles qui estiment que la mesure ne cherche qu’à remplir l’une des promesses de campagne du président.

Selon le journal Army Times, cette décision de Trump pourrait s’expliquer par les tensions entre Ankara et Washington en raison de la volonté de la Turquie d’intervenir militairement en Syrie alors que les kurdes, soutenus par les États-Unis, font tout leur possible pour les en tenir éloignés.

Une confrontation entre la Turquie et les États-Unis, tous deus membres de l’OTAN, créerait une crise géopolitique au cœur même de celle alliance, la plus puissante au monde, estime le Army Times.

De là à ce que ce journal, et d’autres avec lui, émettent l’hypothèse d’un entretien téléphonique, la semaine dernière, entre le président républicain et son homologue turc, entretien qui se serait soldé par un accord entre Washington et Ankara, il n’y a qu’un pas.

Mais, peut-être, la raison principale du retrait des troupes américaines, a été fournie par le président lui-même sur son compte Twitter. Son but est de faire passer les États-Unis d’abord, ce qui explique toutes ces mesures nationalistes qui provoquent tant de critiques au niveau national et international.

“ Pourquoi les États-Unis devraient-ils être le gendarme du Moyen-Orient, sans d’autre gain que d’y laisser des vies précieuses et des milliards de dollars pour protéger des gens qui, dans presque la totalité des cas, n’apprécient pas ce que nous faisons?” , demande-t-il.

Pour justifier ce retrait, Donald Trump n’hésite pas non plus à affirmer que la Russie, l’Iran et la Syrie se plaignent du départ de l’armée nord-américaine parce qu’ils ne veulent pas affronter seuls l’État Islamique, oubliant que Vladimir Poutine lui-même s’est félicité de ce départ et a déclaré que la présence des États-Unis n’était pas nécessaire.

Le Los Angeles Times, quant à lui, estime que cet ordre de retrait correspond tout-à fait aux idées de Trump, qui n’a pas oublié les applaudissements ayant accueilli l’un de ses discours de 2017 quand il déclara que les présidents l’ayant précédé “s’étaient engagés à construire une nation à l’étranger, alors qu’ils étaient incapables d’en construire une à l’intérieur de leurs propres frontières”.

Pour sa part, Fox News, la chaîne télévisée si prompte à défendre bruyamment les positions du président, considère que l’apport le plus important de ce retrait de Syrie est peut-être celui dont on parle le moins.

“En abandonnant ces terrains de combat lointains qui s’étendent de l’Afghanistan à la Libye, les États-Unis renforcent leur pouvoir militaire pour se concentrer sur la menace principale à laquelle ils doivent faire face: la Chine” , telle est la conclusion d’un article publié sur le site web de Fox News.

peo/oda/mar

source: http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=881693:que-cache-le-retrait-de-syrie-des-troupes-americaines&opcion=pl-ver-noticia&catid=19&Itemid=101
Xuan
   Posté le 08-01-2019 à 00:18:28   

Xi Jinping ordonne aux forces armées de renforcer leur état de préparation au combat


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2019-01/04/c_137720246.htm

(Xinhua/Li Gang)

BEIJING, 4 janvier (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a ordonné vendredi aux forces armées chinoises de renforcer leur état de préparation au combat à partir d'un nouveau point de départ et d'ouvrir un nouvel horizon pour le développement d'une armée puissante.

M. Xi, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale (CMC), a donné cette instruction lors d'une réunion de la CMC à Beijing.

Saluant les réalisations militaires emblématiques, pionnières et historiques depuis le 18e Congrès national du PCC, M. Xi a indiqué que les forces armées avaient résolument sauvegardé la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays et résisté aux situations complexes et aux luttes sévères.

L'ensemble des forces armées doit avoir une compréhension correcte des tendances de la sécurité et du développement de la Chine, renforcer sa conscience du danger, des crises et des guerres et faire des efforts solides en matière de préparation au combat afin d'accomplir les missions assignées par le Parti et le peuple, a souligné M. Xi.

Considérant la capacité de combat comme le seul et fondamental critère, M. Xi a ordonné à ce que tout le travail, toutes les forces et toutes les ressources se focalisent sur l'état de préparation au combat afin de réaliser un progrès considérable dans ce domaine.

Xu Qiliang, un vice-président de la CMC, a présidé la réunion, et Zhang Youxia, l'autre vice-président de la CMC, a annoncé la décision de citer en exemple dix unités modèles et 20 individus modèles.

M. Xi a également signé un ordre de mobilisation pour l'entraînement des forces armées, soit le premier ordre de la CMC en 2019.
Xuan
   Posté le 08-01-2019 à 00:19:15   

La Chine s'oppose à la provocation américaine dans ses eaux territoriales


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2019-01/07/c_137726733.htm

BEIJING, 7 janvier (Xinhua) -- La Chine a exprimé lundi son opposition ferme à l'intrusion d'un navire de guerre américain dans les eaux territoriales de la Chine au large des îles Xisha, et a exhorté la partie américaine à cesser immédiatement ce type de provocations.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, a indiqué lors d'une conférence de presse que l'USS McCampbell s'était introduit dans les eaux territoriales de la Chine, au large des îles Xisha, lundi matin, sans autorisation du gouvernement chinois. La Chine a aussitôt déployé des navires et des avions militaires pour identifier le navire de guerre américain, émis un avertissement et exigé qu'il quitte la zone.

La Chine a déposé des représentations solennelles aux Etats-Unis à cet égard, a déclaré M. Lu, notant que cet acte avait violé les lois chinoises et internationales en rapport, enfreint la souveraineté de la Chine et nuit à la paix, la sécurité et l'ordre de la région.

"La Chine s'oppose fermement et exhorte la partie américaine à cesser ce genre de provocations immédiatement", a souligné le porte-parole, ajoutant que la Chine continuerait à prendre les mesures nécessaires pour défendre sa souveraineté et sa sécurité nationales.

En réponse aux questions sur l'impact de telles actions sur les consultations commerciales sino-américaines en cours, M. Lu a déclaré qu'il serait bénéfique pour les deux pays, ainsi que le monde, de résoudre correctement divers problèmes entre la Chine et les Etats-Unis, y compris les questions commerciales.

"Les deux parties ont à charge de créer une bonne atmosphère pour cela", a-t-il indiqué.
Xuan
   Posté le 05-02-2019 à 08:48:33   

La Chine s'oppose au retrait des Etats-Unis d'un traité sur les armes nucléaires


BEIJING, 3 février (Xinhua) -- La Chine s'oppose au retrait des Etats-Unis du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, conclu avec la Russie il y a plusieurs décennies, a déclaré samedi Geng Shuang, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

"La Chine s'oppose au retrait des Etats-Unis et exhorte les Etats-Unis et la Russie à règler de manière appropriée leurs différends à travers un dialogue constructif", a indiqué M. Geng.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a annoncé vendredi que les Etats-Unis suspendraient leur application du traité nucléaire à partir de samedi, enclenchant un compte à rebours de six mois qui conduira à une sortie définitive de l'accord conclu en 1987 entre les Etats-Unis et l'Union soviétique.

"En tant que traité bilatéral majeur en matière de désarmement et de contrôle des armes, le traité revêt une grande importance pour améliorer les relations entre les puissances majeures, promouvoir la paix régionale et internationale et sauvegarder la stabilité et l'équilibre stratégique dans le monde", a souligné M. Geng, exprimant son regret face à ce retrait.

Le retrait unilatéral des Etats-Unis entraînerait une série de résultats négatifs, et la Chine suivra de près l'évolution de la situation, a-t-il ajouté.

En réponse à une question sur la position de la Chine quant à la négociation d'un nouveau traité multilatéral sur le contrôle des armes, M. Geng a fait remarquer que la Chine était opposée à la multilatéralisation du traité.

D'après lui, la multilatéralisation du traité implique une série de questions politiques, militaires et juridiques complexes, et de nombreux pays sont profondément concernés.

"La priorité absolue est de correctement sauvegarder et appliquer le traité existant, au lieu d'en élaborer un nouveau pour le remplacer", a-t-il indiqué.
Xuan
   Posté le 26-03-2019 à 23:04:59   

Un intéressant article paru sur les Crises
https://www.les-crises.fr/les-etats-unis-et-la-chine-redefinissent-les-termes-de-la-guerre/


Les États-Unis et la Chine redéfinissent les termes de la guerre


Source : Consortium News, Michael T. Klare, 19-02-2019

Le 19 février 2019

Aujourd’hui, la guerre signifie tellement plus que le combat militaire, écrit Michael T. Klare. Elle peut avoir lieu alors même que les dirigeants des puissances belligérantes se réunissent pour négocier.

Dans son livre encensé de 2017, « Destined for War » [Destinés à la guerre NdT], le professeur de Harvard Graham Allison a évalué la probabilité que les États-Unis et la Chine se retrouvent un jour en guerre. En comparant les relations américano-chinoises aux rivalités entre grandes puissances depuis la guerre du Péloponnèse au Ve siècle avant J.-C., il a conclu que le risque futur d’une conflagration était considérable. Comme beaucoup d’analyses actuelles des relations américano-chinoises, cependant, il a manqué un point crucial : à toutes fins utiles, les États-Unis et la Chine sont déjà en guerre l’un contre l’autre. Même si leur conflit actuel à feu couvant ne produit pas la dévastation immédiate d’une guerre chaude conventionnelle, ses conséquences à long terme pourraient s’avérer tout aussi désastreuses.

Suggérer cela, signifie réévaluer notre compréhension de ce qu’est la guerre. Du point de vue d’Allison (et de celui de tant d’autres à Washington et ailleurs), « paix » et « guerre » sont des opposés polaires. Un jour, nos soldats sont dans leurs garnisons à s’entraîner et nettoyer leurs armes ; le lendemain, ils sont appelés au combat et envoyés sur un champ de bataille. Dans ce modèle, la guerre commence lorsque les premiers coups de feu sont tirés.


L’auteur Graham Allison, à gauche, animant une discussion avec le ministre de la Défense Ash Carter au Forum John F. Kennedy Jr. de l’Université Harvard à Cambridge, Mass. 2015. (Photo du DoD prise par le sergent Clydell Kinchen, 1re classe de l’armée américaine)

Eh bien, réfléchissez encore à cette nouvelle ère de lutte et de concurrence grandissante entre les grandes puissances. Aujourd’hui, la guerre signifie tellement plus que des combats militaires et peut avoir lieu alors même que les dirigeants des puissances belligérantes se réunissent pour négocier et partager de la viande séchée affinée et de la mousseline de pommes-de-terre (comme les présidents Donald Trump et Xi Jinping à Mar-a-Lago en 2017). C’est exactement là où nous en sommes lorsqu’il s’agit des relations sino-américaines. Considérez ça comme une guerre sous un autre nom, ou peut-être, pour reprendre un terme à la retraite depuis longtemps, une version brûlante d’une nouvelle guerre froide.

Avant même que Trump n’entre dans le Bureau ovale, l’armée américaine et d’autres branches du gouvernement se préparaient déjà à une quasi-guerre à long terme, impliquant une pression économique et diplomatique croissante sur la Chine et un renforcement des forces militaires à la périphérie de ce pays. Depuis son arrivée, de telles initiatives ont dégénéré en combats de type guerre froide sous un autre nom, son administration s’étant engagée à vaincre la Chine dans une lutte pour la suprématie économique, technologique et militaire mondiale.

Il s’agit notamment de la « guerre commerciale » du président avec la Chine, dont on a beaucoup parlé, qui vise à entraver la croissance future de ce pays ; d’une techno guerre destinée à l’empêcher de dépasser les États-Unis dans des domaines technologiques clés ; d’une guerre diplomatique visant à isoler Beijing et à déjouer ses plans grandioses d’ouverture mondiale ; d’une guerre informatique (largement cachée au public) et d’une série de mesures militaires aussi. Ce n’est peut-être pas une guerre au sens traditionnel du terme, mais pour les dirigeants des deux camps, ça en a le même aspect.

Pourquoi la Chine ?

Les médias et de nombreux politiciens continuent de mettre l’accent sur les relations américano-russes, en grande partie à cause des révélations sur l’ingérence de Moscou dans les élections présidentielles américaines de 2016 et de l’enquête Mueller en cours. Dans les coulisses, cependant, la plupart des hauts responsables militaires et de la politique étrangère à Washington considèrent la Chine, et non la Russie, comme le principal adversaire du pays. Dans l’est de l’Ukraine, dans les Balkans, en Syrie, dans le cyberespace et dans le domaine de l’armement nucléaire, la Russie constitue en effet une menace sérieuse pour les objectifs et les désirs de Washington. Pourtant, en tant qu’État pétrolier entravé sur le plan économique, il n’a pas la force qui lui permettrait de contester véritablement le statut de puissance dominante mondiale de ce pays. La Chine est une toute autre histoire. Avec sa vaste économie, ses prouesses technologiques croissantes, son projet d’infrastructure intercontinental « Belt and Road » (nouvelle route de la soie, NdT) et sa modernisation militaire rapide, une Chine enhardie pourrait un jour égaler ou même dépasser la puissance américaine à l’échelle mondiale, un résultat que les élites américaines sont déterminées à éviter à tout prix.

Les craintes de Washington face à la montée de la Chine ont été pleinement mises en évidence en janvier avec la publication, en 2019, de l’Évaluation mondiale de la menace pour la communauté du renseignement des États-Unis, une synthèse des points de vue de l’Agence Centrale du Renseignement (CIA) et d’autres membres de cette « communauté ». Sa conclusion : « Nous estimons que les dirigeants chinois tenteront d’étendre la portée économique, politique et militaire mondiale du pays tout en utilisant les capacités militaires de la Chine et ses investissements dans les infrastructures et l’énergie à l’étranger dans le cadre de l’initiative Belt and Road pour diminuer l’influence américaine. »

Pour contrer ces efforts, on s’attend maintenant à ce que chaque branche du gouvernement mobilise ses capacités pour renforcer le pouvoir américain – et diminuer celui de la Chine. Dans les documents du Pentagone, cette position est résumée par le terme « overmatch », qui se traduit par la préservation éternelle de la supériorité globale américaine vis-à-vis de la Chine (et de tous les autres rivaux potentiels). « Les États-Unis doivent conserver leur faculté à surclasser », insiste la Stratégie de sécurité nationale de l’administration, et préserver « une combinaison de capacités à une échelle suffisante pour empêcher le succès de l’ennemi », tout en continuant « à façonner l’environnement international pour protéger nos intérêts ».


Un micro-robot exposé en 2017 à Aberdeen Proving Ground, Maryland, dans la vitrine des microsystèmes autonomes et de la technologie, ou MAST, collaboration entre l’industrie, la recherche universitaire et l’armée. (Photo de l’armée américaine par Jhi Scott)

En d’autres termes, il ne peut jamais y avoir de parité entre les deux pays. Le seul statut acceptable pour la Chine est celui d’une puissance nettement inférieure. Pour assurer un tel résultat, les responsables de l’administration insistent sur le fait que les États-Unis doivent prendre des mesures quotidiennes pour contenir ou entraver leur ascension.

Dans les époques précédentes, comme Allison l’indique clairement dans son livre, cette équation – une puissance dominante cherchant à conserver son statut dominant et une puissance montante cherchant à surmonter sa subordination – a presque toujours abouti à un conflit classique. Dans le monde d’aujourd’hui, cependant, où le combat armé des grandes puissances pourrait se terminer par un échange nucléaire et l’anéantissement mutuel, le conflit militaire direct est une option nettement peu attrayante pour toutes les parties. Au lieu de cela, les élites dirigeantes ont développé d’autres moyens de guerre – économiques, technologiques et secrets – pour atteindre de tels objectifs stratégiques. Vu sous cet angle, les États-Unis sont déjà en mode de combat presque total par rapport à la Chine.

Guerre commerciale

Lorsqu’il s’agit d’économie, le langage trahit trop clairement la réalité. La lutte économique de l’administration Trump avec la Chine est régulièrement décrite, ouvertement et sans réserve, comme une « guerre ». Et il ne fait aucun doute que les hauts fonctionnaires de la Maison-Blanche, à commencer par le président et son représentant commercial en chef, Robert Lighthizer, voient les choses de cette façon : comme un moyen de pulvériser l’économie chinoise et de réduire ainsi la capacité de ce pays à concurrencer les États-Unis dans tous les autres domaines du pouvoir.

Ostensiblement, l’objectif de la décision de Trump de mai 2018 d’imposer 60 milliards de dollars de droits de douane sur les importations chinoises (augmentés en septembre à 200 milliards de dollars) était de corriger un déséquilibre commercial entre les deux pays, tout en protégeant l’économie américaine contre ce qui est décrit comme le comportement malsain de la Chine. Ses pratiques commerciales « constituent manifestement une grave menace pour la santé et la prospérité à long terme de l’économie des États-Unis », comme l’a déclaré le président lors de l’annonce de la deuxième session des tarif douaniers.

L’examen des demandes présentées aux négociateurs chinois par la délégation commerciale américaine en mai dernier donne toutefois à penser que l’intention première de Washington n’a pas été de corriger ce déséquilibre commercial, mais d’entraver la croissance économique de la Chine. Parmi les dispositions auxquelles Pékin doit acquiescer avant de recevoir un allégement tarifaire, selon des documents divulgués par des négociateurs américains qui ont été diffusés sur les médias sociaux chinois :

> l’arrêt de toutes les subventions gouvernementales aux industries manufacturières de pointe dans le cadre de son programme Made in China 2025, une initiative qui couvre 10 secteurs économiques clés, dont la construction aéronautique, les voitures électriques, la robotique, les puces informatiques et l’intelligence artificielle ;
> accepter les restrictions américaines sur les investissements dans les technologies sensibles sans mesures de rétorsion ;
> l’ouverture de ses activités tertiaires et agricoles – domaines dans lesquels les entreprises chinoises ont un avantage indéniable – à la pleine concurrence américaine.

En fait, cela devrait être considéré comme une pure et simple déclaration de guerre économique. Accepter de telles demandes signifierait accepter un statut de subordination permanent vis-à-vis des États-Unis dans l’espoir de poursuivre une relation commerciale profitable avec ce pays. Eswar Prasad, professeur d’économie à l’Université Cornell, a décrit avec précision ces développements en ces termes : « La liste se lit comme les termes d’une reddition plutôt que comme une base de négociation ».


Réunion de Trump avec des industriels américains au sujet de son décret exécutif pour « acheter et embaucher des Américains » 31 janvier 2019, Bureau ovale. (Photo Maison Blanche par Shealah Craighead)

Guerre technologique

Comme le suggèrent les exigences commerciales des États-Unis, l’intention de Washington n’est pas seulement d’entraver l’économie de la Chine aujourd’hui et demain, mais pour les décennies à venir. Cela a donné lieu à une campagne intense et de grande envergure visant à la priver de l’accès aux technologies de pointe et à paralyser ses principales entreprises technologiques.

Les dirigeants chinois ont compris depuis longtemps que, pour que leur pays atteigne la parité économique et militaire avec les États-Unis, ils doivent maîtriser les technologies de pointe qui domineront l’économie mondiale du XXIe siècle, notamment l’intelligence artificielle (IA), les télécommunications de cinquième génération (5G), les véhicules électriques et la nanotechnologie. Il n’est donc pas surprenant que le gouvernement ait investi de façon importante dans l’enseignement des sciences et de la technologie, subventionné la recherche dans des domaines novateurs et aidé à lancer des entreprises prometteuses, entre autres, tout comme Internet et d’autres innovations informatiques et aérospatiales américaines ont été financés et encouragés par le Département de la défense.

Les entreprises chinoises ont également exigé des transferts de technologie lorsqu’elles investissent dans des entreprises étrangères ou établissent des partenariats industriels avec elles, une pratique courante en matière de développement international. L’Inde, pour ne citer qu’un exemple récent de ce phénomène, s’attend à ce que d’importants transferts de technologie de la part d’entreprises américaines soient l’un des résultats de ses achats convenus d’armes américaines de pointe.

En outre, des entreprises chinoises ont été accusées d’avoir volé la technologie américaine par le biais du vol cybernétique, ce qui a provoqué une indignation généralisée dans ce pays. D’un point de vue réaliste, il est difficile pour les observateurs de l’extérieur de déterminer dans quelle mesure les progrès technologiques récents de la Chine sont le produit d’investissements courants et légitimes dans les sciences et la technologie et dans quelle mesure ils sont attribuables au cyber-espionnage. Compte tenu de l’investissement massif de Pékin dans l’enseignement des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques dans les cycles supérieurs et post-universitaires, on peut toutefois supposer que la plupart des progrès réalisés par ce pays sont le résultat d’efforts nationaux.

Il est certain que, compte tenu de ce qui est connu publiquement au sujet des activités de cybercriminalité en Chine, il est raisonnable que les autorités américaines exercent des pressions sur Beijing pour qu’elle mette un frein à cette pratique. Cependant, la volonté de l’administration Trump d’émousser le progrès technologique de ce pays vise également des activités parfaitement légitimes. Par exemple, la Maison-Blanche cherche à interdire les subventions du gouvernement de Beijing pour le progrès de l’intelligence artificielle au moment même où le ministère de la Défense investit des milliards de dollars dans la recherche sur l’IA au pays. L’administration agit également pour bloquer l’acquisition par la Chine d’entreprises technologiques américaines et l’exportation de composants de pointe et de savoir-faire.

Pour illustrer cette guerre technologique qui a récemment fait la une des journaux, Washington cherche activement à saboter les efforts de Huawei, l’une des entreprises de télécommunications les plus importantes de Chine, pour devenir le leader mondial dans le déploiement des communications sans fil 5G. Ces systèmes sans fil sont importants en partie parce qu’ils transmettront des quantités colossales de données électroniques à des débits beaucoup plus rapides que ce que l’on peut imaginer, ce qui facilitera l’introduction de voitures auto-dirigées, une automatisation généralisée et une application universelle de l’IA.


Huawei Ascend P7 à droite, 2014. (Karlis Dambrans via Flckr)

Deuxième après Apple en tant que fournisseur mondial de smartphones et producteur majeur d’équipements de télécommunications, Huawei a cherché à prendre la tête de la course à l’adaptation 5G dans le monde entier. Craignant que cela puisse donner à la Chine un énorme avantage dans les décennies à venir, l’administration Trump a essayé d’empêcher cette éventualité. Dans ce qui est largement décrit comme une « guerre froide technologique », elle a exercé d’énormes pressions sur ses alliés asiatiques et européens pour qu’ils interdisent à l’entreprise de faire des affaires dans leur pays, alors même qu’elle demandait l’arrestation au Canada de Meng Wanzhou, directeur financier de Huawei, et son extradition aux États-Unis pour avoir incité des banques américaines à aider des entreprises iraniennes (en violation des sanctions imposées par Washington à ce pays). D’autres attaques contre Huawei sont en cours, y compris une éventuelle interdiction de vente de ses produits dans ce pays. De telles mesures sont régulièrement décrites comme visant à renforcer la sécurité des États-Unis et de leurs alliés en empêchant le gouvernement chinois d’utiliser les réseaux de télécommunications de Huawei pour voler des secrets militaires. La vraie raison – à peine déguisée – est simplement d’empêcher la Chine d’atteindre la parité technologique avec les États-Unis.

Cyberguerre

Il y aurait beaucoup à écrire sur ce sujet, si seulement il n’était pas encore caché dans l’ombre du conflit croissant entre les deux pays. Il n’est toutefois pas surprenant de constater que peu d’informations sont disponibles sur la cyberguerre entre les États-Unis et la Chine. Tout ce que l’on peut dire avec certitude, c’est qu’une guerre intense se déroule actuellement entre les deux pays dans le cyberespace. Les responsables américains accusent la Chine de s’engager dans un cyber-assaut à grande échelle sur le pays, impliquant à la fois le cyber-espionnage pur et simple pour obtenir des secrets militaires et d’entreprise et une ingérence politique généralisée. « Ce que les Russes font est peu de choses par rapport à ce que fait la Chine », a déclaré le vice-président Mike Pence en octobre dernier lors d’un discours prononcé à l’Institut Hudson, bien que, typiquement concernant ce sujet, il n’ait pas fourni la moindre preuve à l’appui de ses affirmations.

Ce que ce pays fait pour combattre la Chine dans le cyberespace n’est pas rendu public. Tout ce que l’on sait d’après les informations disponibles, c’est qu’il s’agit d’une guerre à deux camps dans laquelle les États-Unis mènent leurs propres attaques. « Les États-Unis imposeront des conséquences rapides et coûteuses aux gouvernements étrangers, aux criminels et aux autres acteurs qui entreprennent d’importantes cyber-activités malveillantes » , a affirmé la Stratégie de sécurité nationale de 2017. La forme que prennent ces « conséquences » n’a pas encore été révélée, mais il ne fait guère de doute que les cyber-guerriers américains ont été actifs dans ce domaine.


Xi et Trump au Grand Hall du Peuple de Pékin, 2017. (Photo Maison Blanche par Andrea Hanks)

Contrainte diplomatique et militaire

Pour compléter le tableau de la guerre en cours entre l’Amérique et la Chine, des pressions féroces s’exercent sur les fronts diplomatique et militaire pour contrecarrer les ambitions géopolitiques de Pékin. Pour faire avancer ces aspirations, le leadership de la Chine s’appuie fortement sur un programme très médiatisé, la Belt and Road Initiative, un plan d’un milliard de dollars pour financer et encourager la construction d’un nouveau vaste réseau routier, ferroviaire, portuaire et par pipeline en Eurasie, au Moyen Orient et en Afrique. En finançant – et, dans de nombreux cas, en construisant – de telles infrastructures, Pékin espère lier les économies d’une multitude de pays lointains et les rapprocher de plus en plus de la sienne, tout en augmentant son influence politique sur le continent eurasiatique et en Afrique. De l’avis des dirigeants de Pékin, du moins en ce qui concerne l’orientation de l’économie future de la planète, son rôle serait similaire à celui du plan Marshall qui a renforcé l’influence des États-Unis en Europe après la Seconde Guerre mondiale.

Et compte tenu de cette possibilité, Washington a commencé à chercher activement à saper la Belt and Road partout où il le pouvait – décourageant les alliés de participer, tout en suscitant un mécontentement dans des pays comme la Malaisie et l’Ouganda face aux énormes dettes qu’ils pourraient avoir contractées envers la Chine et à la manière autoritaire dont les entreprises de ce pays mènent souvent ces projets de construction outremer. (Par exemple, ils font généralement appel à des travailleurs chinois pour faire la plupart du travail, plutôt que d’embaucher et de former des gens du pays.)

« La Chine a recours à des pots-de-vin, à des accords opaques et à l’utilisation stratégique de la dette pour maintenir les États africains captifs des souhaits et des exigences de Pékin » , a déclaré le conseiller à la sécurité nationale John Bolton dans un discours prononcé en décembre sur la politique américaine sur ce continent. « Ses investissements sont entachés de corruption et ne répondent pas aux mêmes normes environnementales ou éthiques que les programmes de développement des États-Unis » , a-t-il ajouté. Bolton a promis que l’administration Trump offrirait une meilleure alternative pour les pays africains à la recherche de fonds de développement, mais – et c’est un peu toujours la même chose – aucune aide de ce genre ne s’est encore matérialisée.

Outre le retrait diplomatique, l’administration a entrepris une série d’initiatives visant à isoler militairement la Chine et à limiter ses options stratégiques. En Asie du Sud, par exemple, Washington a abandonné sa position passée de maintenir une parité approximative dans ses relations avec l’Inde et le Pakistan. Ces dernières années, elle s’est fortement orientée vers une alliance stratégique avec New Dehli, tentant de l’enrôler pleinement dans les efforts des États-Unis pour contenir la Chine et, vraisemblablement, dans ce processus punissant le Pakistan pour son rôle de plus en plus enthousiaste dans l’Initiative Belt and Road.

Dans le Pacifique occidental, les États-Unis ont intensifié leurs patrouilles navales et conclu de nouveaux accords de base avec les puissances locales, le tout dans le but de confiner les militaires chinois dans des zones proches du continent. En réponse, Beijing a cherché à échapper à l’emprise de la puissance américaine en établissant des bases miniatures sur des îles revendiquées par les Chinois dans la mer de Chine méridionale (ou même en construisant des îles artificielles pour y installer des bases) – des mesures largement condamnées par les faucons à Washington.

Pour démontrer sa colère face à l’effronterie de Beijing dans le Pacifique (autrefois connu sous le nom de « lac américain »), la Maison-Blanche a ordonné l’accélération des opérations dites de liberté de navigation (FRONOPs). Les navires de guerre de la marine naviguent régulièrement à portée de tir de ces mêmes bases insulaires, ce qui suggère une volonté américaine d’employer la force militaire pour résister aux futurs mouvements chinois dans la région (et crée également des situations dans lesquelles un faux pas pourrait mener à un incident militaire qui pourrait mener… enfin, n’importe où).


Carte approximative du Département de la Défense 2010 de la République populaire de Chine et d’autres revendications régionales.

À Washington, les avertissements concernant l’empiétement militaire de la Chine dans la région atteignent déjà leur paroxysme. Par exemple, l’amiral Philip Davidson, commandant des forces américaines dans le Pacifique, a décrit la situation dans cette région dans un récent témoignage au Congrès : « Bref, la Chine est maintenant capable de contrôler la mer de Chine méridionale quel que soit le scénario, sauf dans le cas d’une guerre avec les États-Unis. »

Une longue guerre d’usure

Ainsi que le suggère l’amiral Davidson, l’un des résultats possibles de la guerre froide en cours avec la Chine pourrait être un conflit armé de type traditionnel. Une telle rencontre, à son tour, pourrait s’intensifier jusqu’au niveau nucléaire, entraînant un anéantissement mutuel. Une guerre qui n’impliquerait que des forces « conventionnelles » serait en soi dévastatrice et entraînerait des souffrances généralisées, sans parler de l’effondrement de l’économie mondiale.

Même si une guerre sans merci n’éclate pas, une guerre géopolitique d’usure à long terme entre les États-Unis et la Chine aura, en fin de compte, des conséquences débilitantes et peut-être catastrophiques pour les deux parties. Prenons l’exemple de la guerre commerciale. Si ce problème n’est pas résolu rapidement et de manière positive, le maintien des droits de douane élevés imposés par les États-Unis sur les importations chinoises freinera gravement la croissance économique chinoise et affaiblira ainsi l’économie mondiale dans son ensemble, ce qui pénalisera tous les pays du monde, y compris celui-ci. Les droits de douane élevés augmenteront également les coûts pour les consommateurs américains et mettront en danger la prospérité et la survie de nombreuses entreprises qui dépendent des matériels et des composants chinois

Cette nouvelle forme de guerre conduira également à ce que les dépenses de défense déjà vertigineuses continueront d’augmenter, détournant les fonds des besoins vitaux comme l’éducation, la santé, l’infrastructure et l’environnement. Entre-temps, les préparatifs d’une future guerre avec la Chine sont déjà devenus la priorité numéro un au Pentagone, évinçant toute autre considération. « Alors que nous nous concentrons sur les opérations en cours » , aurait déclaré Patrick Shanahan, secrétaire à la Défense par intérim, à ses cadres supérieurs lors de sa première journée au pouvoir en janvier, « souvenez-vous de la Chine, de la Chine et de la Chine » .

La plus grande victime de ce conflit en cours sera peut-être la planète Terre elle-même et toutes les créatures, y compris les humains, qui l’habitent. En tant que principaux émetteurs de gaz à effet de serre, les États-Unis et la Chine doivent travailler ensemble pour mettre un terme au réchauffement de la planète, faute de quoi nous sommes tous condamnés à un avenir infernal. Avec une guerre en cours, même si elle n’a pas lieu d’être, les chances d’une telle collaboration sont pratiquement nulles. La seule façon de sauver la civilisation est que les États-Unis et la Chine déclarent la paix et se concentrent ensemble sur le salut de l’humanité.

Michael T. Klare, un permanent de TomDispatch, est professeur émérite d’études sur la paix et la sécurité mondiale au Hampshire College et chercheur invité principal à l’Arms Control Association. Son livre le plus récent est « La course pour ce qu’il reste » . Son prochain livre, « All Hell Breaking Loose : Climate Change, Global Chaos, and American National Security » , sera publié en 2019. [ « L’enfer se déchaîne : changement climatique, chaos mondial et sécurité nationale américaine » NdT]

Source : Consortium News, Michael T. Klare, 19-02-2019

Traduit par les lecteurs du site [url]www.les-crises.fr.[/url] Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.
Xuan
   Posté le 03-08-2019 à 22:39:19   

Washington se retire officiellement vendredi du traité de désarmement nucléaire FNI entre la Russie et les États-Unis. La fin de cet accord, conclu pendant la Guerre froide, devrait entraîner une nouvelle course aux armements.

https://www.france24.com/fr/20190802-etats-unis-sortent-officiellement-traite-desarmement-armes-nucleaires-fni

C'est la fin du contrôle traditionnel des armes nucléaires hérité de la guerre froide. Les États-Unis sortent officiellement vendredi 2 août du traité de désarmement FNI, accusant Moscou de l'avoir violé pendant des années, ce qui ouvre la voie à une nouvelle course aux armements dirigée contre la Russie, mais surtout contre la Chine.

"Le traité FNI nous a été utile, mais il ne fonctionne que si les deux parties le respectent" , a indiqué récemment le nouveau chef du Pentagone, Mark Esper. "Les États-Unis vont respecter le traité et toutes leurs obligations jusqu'au 2 août, après quoi nous ferons ce qui est dans notre intérêt" , a-t-il précisé devant les élus du Sénat.

La France a affirmé vendredi "regretter" qu' "aucune solution n'ait pu être trouvée pour maintenir en vigueur" le traité nucléaire, dont la fin, selon Paris, "accroît les risques d'instabilité en Europe et érode le système international de maîtrise des armements" .

Le 1er février, les États-Unis avaient lancé la procédure de retrait de cet accord bilatéral signé pendant la Guerre froide, procédure qui s'étend sur six mois.
Xuan
   Posté le 03-08-2019 à 23:07:02   

Les Etats-Unis développeront "pleinement" des missiles lancés depuis le sol après la sortie du traité INF: le chef du Pentagone


Source: Xinhua Publié le: 2019/8/3 9:53:21

http://www.globaltimes.cn/content/1160171.shtml

Les États-Unis développeront pleinement les missiles conventionnels lancés depuis le sol après s'être retirés du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF), a annoncé vendredi le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper.

"Maintenant que nous nous sommes retirés, le ministère de la Défense poursuivra pleinement le développement de ces missiles classiques lancés au sol" , a déclaré Esper, soulignant que cette initiative constituait "une réponse prudente aux actions de la Russie" .

Selon le communiqué, les États-Unis ont déjà entamé des activités de recherche et développement pour les missiles lancés au sol en 2017. Les efforts initiaux du département en matière de recherche et développement se sont concentrés sur les systèmes de missiles balistiques et de croisière classiques et mobiles lancés au sol.

Pour se conformer aux obligations du traité INF, ces programmes en sont à leurs débuts, selon la déclaration.

Esper a publié la déclaration le même jour où les États-Unis se sont officiellement retirés du traité.

Plusieurs médias américains ont annoncé que les États-Unis envisageaient de tester un nouveau missile de croisière lancé par un mobile non nucléaire dans les semaines à venir, à titre de démonstration de force contre Moscou.

L'effondrement du traité INF ainsi que les affrontements ont déjà fait craindre aux analystes qu'une nouvelle vague de course aux armements se profile.

"La perte totale de transparence et de prévisibilité sera la plus pressante et la plus gênante à moyen terme" , a déclaré Ulrich Kuehn, expert en contrôle des armements au Carnegie Endowment for International Peace, "cette combinaison de" cécité stratégique "et de méfiance combinée à la le risque de malentendus alimentera la nouvelle course aux armements " .

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé jeudi les États-Unis et la Russie à rechercher d'urgence un accord sur "une nouvelle voie commune" pour le contrôle international des armements.

"Quand il expirera demain, le monde perdra un frein précieux sur la guerre nucléaire. Cela va probablement augmenter, et non réduire, la menace posée par les missiles balistiques" , a-t-il déclaré.

Le traité INF a été signé par l'Union soviétique et les Etats-Unis au bain 1987.

Moscou et Washington se sont mutuellement accusés d'avoir violé l'accord historique de maîtrise des armements alors que les tensions augmentaient.
Le secrétaire d'Etat américain Pompeo a annoncé le 1er février que les Etats-Unis suspendraient le respect du pacte bilatéral de maîtrise des armements avec la Russie et se retireraient officiellement dans six mois si Moscou ne mettait pas fin à sa violation présumée du pacte.
Xuan
   Posté le 08-12-2019 à 23:32:18   

La Chine produit en masse des avions de mission spéciale

Par Liu Xuanzun Source: Global Times Publié: 2019/12/8 23:31:10
http://www.globaltimes.cn/content/1172715.shtml


Des avions de mission spéciale, y compris des avions anti-sous-marins, sont en cours de construction dans une chaîne d'assemblage d'impulsions à AVIC Shaanxi Aircraft Industry (Group) Corporation Ltd. Photo: Capture d'écran de China Central Television

La Chine produit des avions de mission spéciale en série, notamment des avions anti-sous-marins, des avions d'alerte rapide, des avions de surveillance et des avions de guerre électronique, un genre d'avions de guerre qui, selon les experts chinois, aideront à créer un système d'information complet permettant à l'armée chinoise de reconnaître chaque mouvement hostile et même saboter les communications ennemies.

Shaanxi Aircraft Industry (Group) Corporation Ltd (SAIC), appartenant à la société d'État Aviation Industry Corporation of China (AVIC), fabrique des avions de missions spéciales avec sa chaîne d'assemblage d'impulsions, a rapporté samedi China Central Television (CCTV).

La chaîne de montage avancée a été récemment construite, a une taille de plus de deux terrains de football et des concepts numériques, orientés information et intelligence fusionnés, a déclaré CCTV, notant que par rapport aux ateliers de montage traditionnels de SAIC, la nouvelle ligne de montage par impulsions est de 30 pour cent plus efficace dans la fabrication d'avions et nécessite moins de travailleurs.

La chaîne d'assemblage d'impulsions à SAIC a cinq stations, chacune est affectée à des tâches d'assemblage de certains composants à ses avions, a déclaré Peng Fei, ingénieur en chef à SAIC, sur CCTV.

Les composants entreront à partir de la station un, s'arrêtant à chaque station et quitteront la station cinq comme des avions entièrement assemblés prêts à être livrés, a déclaré Peng, notant que le prochain avion entrera dans la ligne lorsque le précédent ira à la station suivante, permettant une fabrication très efficace modèle.

La mise en place d'une ligne d'assemblage d'impulsions indique que les avions de la mission spéciale de la Chine sont entrés dans une phase de production de masse, a déclaré dimanche au Global Times un expert militaire qui a demandé à ne pas être nommé.

"Une ligne d'assemblage d'impulsions n'est rentable que lorsqu'elle produit un certain type d'avion en grand nombre, car la construction d'une telle ligne est coûteuse", a déclaré l'expert.

Par exemple, jusqu'à 10 avions de mission spéciale entièrement assemblés, y compris des avions d'alerte précoce KJ-500 et d'autres avions de surveillance, peuvent être vus stationnés dans une zone dégagée du SAIC sur une seule capture d'écran du rapport officiel de la vidéosurveillance. Ils devraient subir des vols d'essai et être livrés aux militaires.

La plupart des avions de mission spéciale de la Chine sont conçus sur la base de l'avion de transport Y-8 en raison de sa grande capacité de charge utile et de son utilité, a rapporté CCTV.

La Chine a présenté pour la première fois sa flotte d'avions de mission spéciale lors du défilé militaire de la fête nationale le 1er octobre. La flotte comprenait des avions anti-sous-marins Y-8, des avions d'alerte précoce KJ-500, des avions de surveillance Y-8, une guerre psychologique Y-9 des avions, des avions de contre-mesures de communication Y-9, des avions de contre-mesures électroniques Y-8 et des avions de commande et de communication Y-8, selon le magazine Weapon.

Une flotte massive de ces avions de guerre tissera un système d'information complet dans la guerre moderne basée sur l'information et donnera aux militaires chinois un avantage en saisissant tous les détails sur le champ de bataille et en perturbant les communications hostiles, a déclaré l'expert.
Xuan
   Posté le 29-12-2019 à 11:26:06   

Face à la guerre froide occidentale dirigée par les USA, un front défensif est en train d'émerger :

Le commandant adjoint de l’armée iranienne précise si son pays entend former une coalition avec Moscou et Pékin
© Sputnik . Igor Zarembo

https://fr.sputniknews.com/international/201912281042675453-le-commandant-adjoint-de-larmee-iranienne-precise-si-son-pays-entend-former-une-coalition-avec/

La Chine, l'Iran et la Russie ont lancé à partir de vendredi 27 décembre des manœuvres navales dans la partie nord de l’océan Indien et en mer d'Oman, non loin du détroit d'Ormuz. Selon un haut gradé iranien, de tels exercices se poursuivront à l’avenir, sans que cela signifie pour autant la formation d’une coalition tripartite.

Les manœuvres navales conjointes menées à présent par l’Iran, la Russie et la Chine dans la partie nord de l’océan Indien permettent à ces trois pays d’élaborer des méthodes et des approches pour de tels exercices à l’avenir, a déclaré l'amiral Amir Habibullah Sayari, commandant adjoint et chef d'état-major des Forces armées iraniennes, cité sur le site Internet de l’armée de la République islamique.

«L’exercice naval mené par l’Iran, la Russie et la Chine dans la partie nord de l’océan Indien ne sera pas le dernier» , a souligné l’amiral.
Cet exercice naval conjoint de l’Iran, de la Russie et de la Chine dans la partie nord de l’océan Indien ne signifie toutefois pas l’intention de ces États de former une coalition, a-t-il déclaré.

La sécurité dans cette région est très importante
«Bien des pays européens et ceux d’Asie du Sud-Est ont besoin du pétrole du Golfe, et pour cette raison, la sécurité de cette région est très importante» , a expliqué M.Sayari.
La Chine, l'Iran et la Russie effectuent à partir du vendredi 27 décembre un exercice naval, baptisé Ceinture de sécurité maritime, dans l'océan Indien et en mer d'Oman, non loin du détroit stratégique d'Ormuz, par où transite une part importante du pétrole mondial. Cette manœuvre se poursuivra jusqu’au 30 décembre.

Cet entraînement ne vise pas d’autres pays mais est censé lutter contre les terroristes et les pirates, a souligné le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, lors de sa visite à Moscou.
Xuan
   Posté le 26-01-2020 à 00:01:02   

Stars War la suite ...

La US Space Force ne peut pas être prise à la légère

Par Yang Chengjun Source: Global Times Publié: 2020/1/25 13:41:46

https://www.globaltimes.cn/content/1177832.shtml

La création de l'US Space Force en tant que sixième branche des forces armées américaines a suscité des inquiétudes dans le monde entier. Le président américain Donald Trump a signé fin 2019 la loi sur l'autorisation de la défense nationale pour l'exercice 2020, qui a approuvé 40 millions de dollars pour les opérations et la maintenance de la Force spatiale. On estime qu'environ 13 milliards de dollars seraient dépensés au cours des cinq premières années depuis 2020 pour créer la Force spatiale.

Cependant, armer l'espace est une violation des résolutions de l'ONU.

L'Assemblée générale des Nations Unies a créé le Comité des utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique en 1959 pour régir l'exploration et l'utilisation de l'espace au profit de toute l'humanité. En outre, selon le Traité sur l’espace extra-atmosphérique, qui a été approuvé par l’Assemblée générale et est entré en vigueur le 10 octobre 1967, les États parties au traité, y compris les États-Unis, ont reconnu "l’intérêt commun de toute l’humanité au progrès de l'exploration et l'utilisation de l'espace à des fins pacifiques. "

Le traité appelle tous les États parties à «s'abstenir de placer en orbite autour de la terre tout objet portant des armes nucléaires» et interdit «l'établissement de bases, d'installations et de fortifications militaires».

La création de l'US Space Force et l'intention de Washington de déployer des forces militaires dans l'espace ont violé les traités des Nations Unies sur l'espace.

Néanmoins, la décision américaine n'a pas été prise sous l'impulsion du moment. L'ancien président américain Ronald Reagan a lancé le 23 mars 1983 l'Initiative de défense stratégique, également connue sous le nom de "Star Wars", avec l'intention de développer un système pour détruire les missiles entrants.

Les États-Unis ont déclaré que leur Force spatiale était conçue pour se défendre contre les menaces militaires d'autres pays. Mais sa véritable intention est de rechercher un avantage militaire absolu dans l'espace et l'hégémonie. Le 18 juin 2018, Trump a appelé à la création de la Force spatiale en tant que service armé distinct des cinq branches traditionnelles du Pentagone en uniforme, malgré la résistance de l'Air Force, qui supervisait les programmes spatiaux militaires à l'époque, a rapporté le magazine Time.

L'US Space Force injectera plus d'incertitude dans le monde. Comme l'a dit le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, le maintien de la domination dans l'espace est désormais la mission de la Space Force. Washington vise non seulement à protéger ses propres satellites, mais souhaite également renforcer sa capacité à détecter les mouvements d'autres pays et à lancer des frappes militaires depuis l'espace.

Cela rendra l'espace plus dangereux et déclenchera inévitablement une course aux armements, certains pays envisageant d'améliorer leur propre sécurité spatiale. Par exemple, le gouvernement japonais a approuvé un projet de budget de défense record pour l'exercice 2020 totalisant 48,5 milliards de dollars, renforçant les capacités de défense du pays dans l'espace et le cyberespace.

Lors d'un sommet à Londres qui a marqué le 70e anniversaire de l'OTAN en décembre 2019, Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'organisation, a déclaré que "l'espace était le cinquième domaine opérationnel de l'OTAN, aux côtés de la terre, de l'air, de la mer et du cyber".

Par conséquent, la stabilité stratégique mondiale sera gravement menacée, l'équilibre actuel étant rompu.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré début décembre 2019 que Moscou s'opposait catégoriquement à la militarisation de l'espace, mais les mesures américaines ont obligé la Russie à développer davantage son propre secteur spatial, a rapporté Reuters. "La situation nous oblige à accorder une attention accrue au renforcement du groupe orbital, ainsi que de l'industrie des fusées et de l'espace dans son ensemble", a déclaré M. Poutine dans un rapport CNBC.

Par conséquent, l'espace serait ainsi transformé en baril de poudre, où de plus en plus d'armes seront placées et menaceront toute l'humanité sur la Terre.

La Chine est attachée au développement pacifique de l'espace et s'oppose à son militarisation. Bien que l'US Space Force puisse avoir besoin de plus de 10 ans pour développer ses véritables capacités de combat, personne ne devrait le prendre à la légère mais plutôt se préparer dès maintenant.

Il faut garder un œil sur l'US Space Force, en particulier sur la frontière de la recherche et du développement ainsi que sur ses capacités de combat.

Dans ce contexte, la Chine doit accélérer le développement de ses propres armes antimissiles et antisatellites. En outre, la Chine doit avoir une stratégie efficace et détaillée pour faire face aux menaces potentielles de l'espace extra-atmosphérique en termes de structure des autorités compétentes et de mesures qu'elle peut utiliser. Enfin et surtout, la Chine doit être préparée aux situations d'urgence afin d'être capable de gérer efficacement les provocations d'autres pays et même les frappes militaires depuis l'espace.

L'auteur est un expert chinois de la technologie des missiles et de la stratégie nucléaire. opinion@globaltimes.com.cn
Xuan
   Posté le 05-04-2020 à 17:34:34   

Méfiez-vous de la décision des États-Unis d'attiser les troubles en mer de Chine méridionale


Par Shi Tian Source: Global Times Publié: 2020/1/14 21:38:41
https://www.globaltimes.cn/content/1176816.shtml


Le secrétaire de l'armée américaine Ryan McCarthy. Photo de fichier: Xinhua


Le début de 2020 a vu des turbulences dans la mer de Chine méridionale.
Le secrétaire à l'Armée américaine, Ryan McCarthy, a déclaré vendredi que d'ici à l'exercice 2021, "l'armée placera une force opérationnelle multi-domaines dans l'Indo-Pacifique" et qu'elle en "déploiera une deuxième" au cours de l'exercice 2022. Face à la Chine vue comme menace stratégique de "l'Amérique" la disposition des forces pourrait être les îles « Senkaku »- les îles Diaoyu en Chine - ou « quelque part dans la mer de Chine méridionale » .

À un tel moment, les paroles du secrétaire de l'armée américaine pourraient viser à perturber les situations environnantes de la Chine et à ébranler les partenariats de la Chine avec ses voisins. Le dernier scénario que les États-Unis espèrent voir en mer de Chine méridionale est que tout se passe bien. Si les eaux sont calmes, Washington aura hâte de faire bouger les choses. S'il y a des conflits, elle n'attendra pas pour ajouter de l'huile sur le feu. La question de la mer de Chine méridionale est déjà devenue un outil pour les États-Unis pour contenir l'ascension de la Chine et pratiquer l'hégémonie.

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a déclaré en novembre 2018 que la Chine était prête à conclure les négociations avec les pays d'Asie du Sud-Est sur le Code de conduite (COC) en mer de Chine méridionale dans un délai de trois ans. En d'autres termes, le délai fixé par la Chine est la fin de 2021.
Les efforts de la Chine ont reçu une réponse positive. L'ASEAN a maintenu une communication étroite avec la Chine sur cette question, et les pays concernés d'Asie du Sud-Est ont également reconnu l'importance de parvenir à l'accord. Il y aura une série de consultations pour promouvoir le développement du COC cette année.
Plus les pourparlers du COC avanceront, plus ce sera difficile. La situation globale en mer de Chine méridionale étant stable, les parties concernées sont prêtes à faire monter les enchères au dernier souffle.
Accusant la Chine d'intrusion dans sa zone économique exclusive (ZEE) dans les îles Natuna, l'Indonésie a déployé quatre avions de combat F-16 en mer de Chine méridionale la semaine dernière, et le président indonésien Joko Widodo a affirmé que la souveraineté de l'Indonésie était "non négociable" . Il n'y a pas longtemps, la Malaisie et le Vietnam ont également pris des positions fermes contre la Chine concernant les différends en mer de Chine méridionale.

Les forces extérieures chercheront également à interférer. La force militaire de la Chine peut garantir la souveraineté et l'intégrité de son territoire et de ses eaux, et convaincue que les problèmes régionaux peuvent être résolus par les pays de la région. Toute provocation par l'armée américaine sera vaine. Les États-Unis savent que toute collision avec la Chine aura un prix. Ce qu'ils font maintenant, c'est déstabiliser la région.
Quelle que soit la situation à laquelle la Chine est confrontée et quelles provocations les États-Unis font, la Chine devrait toujours garder un rythme raisonnable et maintenir une orientation politique claire en cette année critique de 2020. Rien ne peut détourner le pays du règlement des différends en mer de Chine méridionale et autres questions régionales.

C'est exactement ce que fait la Chine. Par exemple, la diplomatie de voisinage de la Chine sera relativement active cette année. La prochaine visite du président Xi Jinping au Myanmar vendredi et samedi marquera sa première visite à l'étranger de l'année. Et plus tard au printemps, Xi devrait visiter le Japon.

Outre des échanges de haut niveau étroits avec ses voisins, la Chine poursuivra également ses efforts pour maintenir la stabilité régionale, promouvoir la coopération et le développement avec les pays de la région et gérer les différences par le biais de négociations.
Xuan
   Posté le 07-04-2020 à 08:47:10   

La Chine signale le danger de guerre. Je souligne un passage en rouge

Le défi ne fait que commencer alors que les tempêtes nous attendent: éditorial du Global Times


Source: Global Times Publié: 2020/4/6 22:48:40
https://www.globaltimes.cn/content/1184832.shtml


Mercredi, les gens achètent de la nourriture à Wuhan, capitale de la province du Hubei, dans le centre de la Chine. La vie à Wuhan est progressivement revenue à la normale à mesure que l'épidémie de coronavirus diminue. Photo: Xinhu a

La crise déclenchée par l'épidémie de COVID-19 ne fait que commencer: la pandémie et la situation politique internationale augurent de défis encore plus graves. En tant que pays majeur qui a également été parmi les premiers à maîtriser le nouveau coronavirus, la Chine doit se préparer à faire face à une situation extrêmement compliquée.

Il est peu probable que la pandémie se termine rapidement. L'épicentre a changé car le coronavirus s'est propagé à travers le monde.
De plus, certains animaux en contact étroit avec les êtres humains deviennent de nouveaux hôtes du virus. Selon toute probabilité, le coronavirus attaquera à plusieurs reprises la société. Elle ne peut être maîtrisée que si elle est supprimée.

Le nombre et le taux d'infections et de décès en Chine sont inférieurs à ceux des États-Unis et de l'Europe. Cependant, en supposant que la pandémie se poursuive pendant une longue période, les sociétés qui souffrent actuellement de taux d'infection élevés et de nombreux décès pourraient développer une adaptabilité correspondante. À ce moment-là, la bataille contre COVID-19 va également changer. La Chine doit donc accélérer la R&D des vaccins et des médicaments thérapeutiques afin d'aider toute l'humanité à remporter la prochaine étape de la course contre le coronavirus.

Après que la Chine eut maîtrisé le virus, la tâche principale du pays semblait être la reprise économique. Mais alors que l'ombre de la pandémie se propage à travers l'Europe et les États-Unis, une récession économique mondiale est devenue une fatalité. Des turbulences sans précédent attirent l'attention sur la structure économique mondiale. La synchronisation de la reprise du travail en Chine est désormais liée à la fois à la santé publique et à la politique internationale.
La Chine a deux objectifs majeurs dans la reprise du travail. Premièrement, il s'agit de maintenir une vie normale en assurant le fonctionnement de base de l'économie du pays, en réduisant le nombre de faillites et en garantissant autant que possible l'emploi.

Deuxièmement, la Chine doit assurer la reprise économique afin de maintenir le statut du pays en tant que centre de l'industrie manufacturière mondiale. Ces objectifs définissent le travail stratégique actuel de la Chine.

La pandémie de COVID-19 aura un impact sur l'ordre mondial et déclenchera des troubles. Les nationalistes et les populistes peuvent avoir plus de place pour attiser les flammes et la Chine est susceptible de devenir la cible de certains dirigeants occidentaux pour déplacer la colère et la déception de leurs peuples. L'impulsivité et l'irrationalité peuvent remplacer la réflexion appropriée en Occident, et ainsi la Chine peut faire face à des risques beaucoup plus graves dans l'arène de la politique internationale.
Des préparatifs complets doivent être faits dès maintenant, en particulier en termes de pouvoir stratégique qui peut forcer les adversaires à rester calmes. La Chine n'a pas beaucoup de temps pour cela.


Au niveau national, le travail le plus important de la Chine consiste à accroître la solidarité et la cohérence dans l'ensemble de la société, qui devra résister à des pressions sans précédent. L'insatisfaction manifestée au cours de cette crise doit être prise en compte, tandis que les problèmes pertinents doivent être résolus pour remédier aux cicatrices cachées laissées depuis l'épidémie de COVID-19.
Il convient de noter que les changements inattendus dans la propagation mondiale du virus ont continuellement mis à jour la compréhension du peuple chinois de la crise et son évaluation des efforts de prévention des épidémies en Chine. La Chine est dans une position très avantageuse pour résoudre les problèmes en recherchant la vérité à partir des faits et pour construire un consensus et une confiance dans toute la société chinoise.
Il existe de grandes incertitudes, mais la Chine a maîtrisé le coronavirus et a prouvé la force de sa capacité de mobilisation nationale. Le pays possède également la base industrielle nationale la plus complète au monde. La Chine est en mesure de surmonter tous les défis qu'elle rencontre, de sauvegarder sa sécurité stratégique et de protéger les intérêts de son peuple.


Edité le 07-04-2020 à 08:48:34 par Xuan


Xuan
   Posté le 09-04-2020 à 21:05:24   

Un site chinois signale qu'un grand nombre d'agences étrangères et d'agences gouvernementales de Pékin et de Shanghai ont été attaquées et que des intrusions de réseaux à grande échelle ont commencé.

Elles ont visé un grand nombre d’agences chinoises à l’étranger, puis propagées aux agences gouvernemantales à Beijing et Shanghai, selon la société de cybersécurité 360.

« En fait, la société a annoncé le 4 mars que la Central Intelligence Agency des États-Unis avait attaqué les organisations aérospatiales et pétrochimiques chinoises pendant 11 ans. C'est à cette époque que j'ai vu un article écrit par le commandant américain du cyberespace et directeur de l'Agence de sécurité nationale: L'armée américaine a construit une unité de cyber-guerre de «combat de longue durée».

Récemment, nous avons tous été très vigilants quant aux signes de préparatifs de guerre tels que le rappel d'urgence des États-Unis, le recrutement d'un million de forces de réserve, le lancement du << modèle apocalyptique >> et les fréquentes activités militaires.
En fait, c'est précisément le cyberespace qui est le plus susceptible de s'engager dans des invasions à grande échelle sans se battre.
Les virus Internet, similaires aux virus biologiques, ont des mécanismes techniques, des modes de propagation et des échelles de dégâts similaires, qui peuvent tous paralyser la société tout entière et faire stagner l'économie nationale....
Xuan
   Posté le 13-04-2020 à 00:04:04   

Je cite un extrait d'article http://www.cwzg.cn/politics/202004/56551.html :

...
Signal 1: The Stars and Stripes, fondé par l'armée américaine, a publié un rapport selon lequel Jane Van Thor de l'US Naval Research Institute a proposé que les officiers et soldats du porte-avions soient "à l'abri des groupes" et ne soient pas autorisés à débarquer. La raison en est qu'une fois que les militaires américains "Roosevelt" et "Reagan" auront quitté la mer de Chine méridionale, ils donneront aux "forces extérieures une chance". La «force extérieure» que Thor a dite est la Chine.

Les points clés sont les mots suivants de Thor:

["La préparation à la guerre doit être une priorité absolue. Pour les navires de guerre déployés dans le Pacifique occidental, la discipline doit être maintenue à tout moment. Même si les officiers et les soldats tombent malades, ils doivent toujours être prêts à combattre."]
Les informations fournies par ce rapport sont un signal dangereux: les États-Unis préfèrent rendre les officiers et les soldats de leur porte-avions malades plutôt que de débarquer, car ils doivent être prêts à combattre à tout moment et la cible est la Chine.

Cela montre qu'avec la grave épidémie aux États-Unis, les États-Unis ont resserré leur volonté de faire la guerre.

Signal 2: l'Iran a annoncé au monde extérieur que l'armée iranienne avait trouvé un déploiement anormal de l'armée américaine.

Signal 3: la Russie a découvert par satellites qu'un grand nombre d'avions militaires ont soudainement décollé et atterri sur plusieurs bases militaires américaines.

Certains matériaux militaires scellés tels que des chars ont également été mis en service d'urgence.

Signal 4: L'armée russe a découvert qu'un grand nombre de bases de missiles nucléaires militaires américains ont également subitement subi de nombreux changements.

Signal 5: les membres du Congrès américain font actuellement avancer le projet de loi anti-Chine. Le contenu principal est de tenir la Chine responsable de la nouvelle épidémie de couronne, de compenser les pertes mondiales causées par l'épidémie, et la forme de compensation pour la Chine comprend la compensation avec la dette nationale en dollars américains détenue par la Chine.

Signal 6: quatre résidents et une entreprise des États-Unis en Floride ont intenté un recours collectif contre certaines agences gouvernementales chinoises, exigeant que la Chine soit responsable du nouveau virus de la couronne des États-Unis, et réclamant une indemnité d'un montant de 1 milliard USD. Une action lente a conduit à une pandémie mondiale du virus. Cette affaire a non seulement été acceptée par le tribunal de Miami des États-Unis, mais a également publié une mise en demeure le 1er mai.

Signal 7: Le Congrès américain utilise une fenêtre temporelle spéciale de prévention et de contrôle des épidémies pour passer la "Loi de Taipei" afin de défier la ligne rouge des relations sino-américaines sur la question de Taiwan. Les États-Unis ont joué à plusieurs reprises la carte taïwanaise, démontrant que les États-Unis sont déterminés à contenir la Chine comme leur principal adversaire stratégique.

Signal 8: Selon les informations publiées par Reuters, les États-Unis préparent le dernier plan pour sanctionner Huawei et augmenter directement la norme pour inclure la technologie américaine, ce qui limitera les exportations vers Huawei.

La combinaison des signaux ci-dessus confirme également en grande partie notre analyse précédente. À mesure que la gravité de l'épidémie aux États-Unis a augmenté, les États-Unis ont déplacé leur attention intérieure vers l'extérieur, et plus leur volonté de répercuter les coûts est forte.


3. La nature des États-Unis ne peut être oubliée. L'arrivée au pouvoir de Trump a renforcé la possibilité de la nature des États-Unis.
Lénine a un dicton: l'impérialisme est la guerre. La Seconde Guerre mondiale dans l'histoire humaine s'est produite lorsque le capitalisme est entré dans l'ère de l'impérialisme. La raison pour laquelle l'humanité n'a pas éclaté des trois guerres est que la naissance des armes nucléaires a donné aux grandes puissances un équilibre nucléaire terroriste qui se détruit mutuellement.

Lorsqu'une crise grave survient au sein de l'impérialisme et ne peut être résolue ou atténuée par des moyens internes, la guerre est le choix, déterminé par la nature du capital.

À en juger par les pertes causées par cette épidémie, il s'agit du test le plus sérieux auquel les États-Unis soient confrontés après la fondation des États-Unis et depuis la guerre civile.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis étaient loin de la guerre et sont devenus le plus grand arrière du monde. Les États-Unis ont pu faire fortune dans la guerre. Cette fois, les États-Unis sont déjà l'épicentre de l'épidémie mondiale. Si la Seconde Guerre mondiale est une opportunité pour l'économie nationale américaine, cette épidémie est une crise pour l'économie américaine, et elle risque d'être une crise grave. Lorsque l'épidémie est sévère, la plupart des secteurs de l'industrie tertiaire sont fermés, et seuls les secteurs qui maintiennent les opérations sociales de base sont conservés, et les secteurs qui garantissent que la société ne s'effondre pas sont à peine maintenus. Beaucoup dans le secteur industriel ont également dû fermer. Aux États-Unis, le secteur des services est très présent et l'épidémie sera particulièrement puissante et destructrice pour l'économie américaine.

La capacité de la société américaine à traverser une crise est très faible. Le député californien Katie Porte a déclaré lors de l'audience du Congrès américain le 12 mars: "En réalité, 40% des Américains ne peuvent pas se permettre 400 $ de dépenses d'urgence, et en 2019 seulement, 33% des Américains Abandonnez le traitement ". L'épidémie a provoqué une fermeture à grande échelle, qui entraînera un grand nombre de chômeurs aux États-Unis, et leurs moyens de subsistance de base auront bientôt des problèmes.

Ce que les capitalistes américains ont, c'est de l'argent, mais les États-Unis ne voleront pas les riches et n'aideront pas les pauvres. Il semble que le transfert de la crise vers le monde extérieur soit la seule option pour le gouvernement américain.

Trump est peut-être le président avec l'idéologie nationaliste la plus lourde depuis la fondation des États-Unis. Trump est en fait un nationaliste et un raciste. Une telle personne, une fois confrontée à une pression interne excessive, est plus encline à choisir le mode de guerre que n'importe quel président précédent.
...
marquetalia
   Posté le 05-05-2020 à 18:11:58   

Des diplomates américains veulent désormais que Taiwan soit reconnu à l Onu en tant que pays souverain.


Edité le 05-05-2020 à 18:30:01 par marquetalia


pzorba75
   Posté le 05-05-2020 à 18:29:28   

marquetalia a écrit :

Des diplomates américains veulent désormais que Taiwan soit reconnu à l Onu en tant que pays souverain.s en suivront Hong Kong et le Tibet?


Un rêve d'abrutis. Ou un slogan de campagne électorale présidentielle. Aucune issue possible sans passer par la guerre générale.
marquetalia
   Posté le 05-05-2020 à 18:30:50   

Effectivement,un rêve d abrutis,tout comme les prétendues visées françaises au Maghreb qui viseraient à l indépendance des Amazighs.


Edité le 25-08-2020 à 19:42:19 par marquetalia


Xuan
   Posté le 05-05-2020 à 23:30:31   

Un fauve acculé est dangereux


Il est clair que les USA se trouvent dans une situation très compliquée sur le plan économique, sanitaire et social.
Et la dette US est une épée de Damoclès qui leur interdit de renoncer à leur hégémonie.
Mais Trump lui-même est dans une situation encore plus délicate.
Son incapacité à diriger la lutte contre le covid commence à lui faire perdre des intentions de vote.
Maintenant il accuse "tout le monde" d'avoir minimisé la gravité du virus.
Il invente un vaccin disponible dans très peu de temps, affirme avoir des preuves "immenses" contre la Chine. Ses déclarations ressemblent aux mouvements désespérés de quelqu'un qui se noie.
Et même en Europe des économistes commencent à s'inquiéter des foucades de Trump : "il est prêt à tout" .

Les accusations contre le labo de Wuhan ne visent à rien d'autre qu'à ruiner la Chine. Peu importe que le prétexte tienne ou qu'il soit abracadabrant, du moment que d'autres pays emboîtent le pas de Trump.
Et tant qu'il y a du blé à se faire...



Edité le 05-05-2020 à 23:44:25 par Xuan


Xuan
   Posté le 10-05-2020 à 13:09:59   

La Chine appelée à étendre son arsenal nucléaire pour dissuader les bellicistes américains


DANIELLE BLEITRACH 9 MAI 2020ACTUALITÉ

http://histoireetsociete.com/2020/05/09/la-chine-appelee-a-etendre-son-arsenal-nucleaire-pour-dissuader-les-bellicistes-americains/?unapproved=748&moderation-hash=889bdcb45403f7710a3609a84972ada2#comment-748


Si jeudi 8 mai, la Chine fait état d’une conversation téléphonique de Xi Jinping avec Vladimir Poutine dans lequel le premier félicite le second pour la victoire de la seconde guerre mondiale, la conversation a également porté sur les accusations des Etats-Unis concernant le coronavirus. Poutine a manifesté une solidarité pleine et entière. Mais dans le même temps, tout en disant que ni sur le plan économique, ni sur le plan militaire, la Chine n’attaquerait, la puissance de dissuasion est renforcée. Ce sont les experts militaires qui ont réclamé ce renforcement et le refus d’une quelconque signature de limitation (note et traduction de Danielle Bleitrach).
Par Liu Xuanzun Source: Global Times Publié: 2020/5/8 16:23:4041

Le développement de bombardiers et de missiles équipés de missiles nucléaires est important pour protéger la sécurité nationale: experts


La Chine dévoile son missile balistique intercontinental à armement nucléaire le plus avancé, le DF-41, lors du défilé de la fête nationale à Pékin le 1er octobre 2019. Photo: Fan Lingzhi / GT

Face aux menaces stratégiques croissantes des États-Unis, la Chine doit augmenter son nombre d’ogives nucléaires et achever une triade nucléaire technologiquement avancée en développant le bombardier furtif stratégique H-20 et les missiles balistiques lancés par sous-marins JL-3 pour dissuader une éventuelle action militaire impulsive des États-Unis bellicistes, ont déclaré des experts vendredi.
Disposer d’un arsenal nucléaire adapté à la position chinoise aidera à établir un ordre mondial plus stable et pacifique, ce qui sera bénéfique pour le monde entier, ont-ils déclaré.

Cette année, les États-Unis ont exercé une pression militaire accrue sur la Chine, envoyant toutes sortes de navires de guerre et d’avions de guerre à une fréquence croissante dans des régions telles que la mer de Chine méridionale, la mer de Chine orientale et le détroit de Taïwan.
Le Pentagone prévoit également de déployer des installations de missiles de croisière Tomahawk lancées au sol sur la première chaîne insulaire pour contenir le développement militaire de la Chine, ce qui n’aurait pas été possible si les États-Unis n’avaient pas quitté le traité INF, a rapporté mercredi Reuters.
Depuis le 1er mai, les États-Unis ont envoyé des bombardiers stratégiques B-1B en mer de Chine orientale à au moins trois reprises, en bordure de l’île de Taïwan.
Le 15 mars, le groupe de frappe du porte-avions à propulsion nucléaire de l’ USS Theodore Roosevelt et le navire d’assaut amphibie USS America ont effectué des exercices dans la mer de Chine méridionale. Après l’éclatement de COVID-19 sur le porte-avions, les États-Unis ont provoqué des provocations militaires encore plus fréquentes afin de montrer que la puissance militaire américaine n’avait pas été entravée.
Pour aggraver les choses, les États-Unis ont préconisé le développement et l’utilisation réelle d’armes nucléaires à faible rendement, affirmant qu’elles sont “plus sûres” que des armes plus destructrices.

Les experts militaires chinois ont exhorté le pays à étendre son arsenal nucléaire pour dissuader les États-Unis de son ambition de contenir la Chine par des moyens militaires et dissiper les pensées d’une action militaire irrationnelle de la part des bellicistes américains.
La Chine doit augmenter le nombre de ses ogives nucléaires à 1 000 dans un délai relativement court et disposer d’au moins 100 missiles stratégiques DF-41 pour freiner les ambitions stratégiques et les impulsions américaines vers la Chine, a déclaré vendredi le rédacteur en chef du Global Times, Hu Xijin.
Vendredi, Song Zhongping, expert militaire chinois et commentateur de télévision, a déclaré au Global Times que les États-Unis faisaient pression et menaçaient la Chine dans tous les domaines. Étant donné que les États-Unis ne considèrent plus les armes nucléaires comme une simple dissuasion – les considérant désormais comme déployables sur le champ de bataille – la Chine devra étendre son arsenal nucléaire en réponse à cette énorme menace.
Lorsqu’on lui a demandé de commenter si la Chine construirait plus d’ogives nucléaires et de missiles DF-41 et si la Chine rejoindrait un traité sur les armes avec les États-Unis, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying a déclaré lors d’une conférence de presse régulière vendredi que les principaux pays auraient dû prioriser la responsabilité et l’obligation de réduire les armes nucléaires stratégiques.

La Chine opère toujours selon une politique de “non-premier usage” en ce qui concerne les armes nucléaires, et la politique connexe de la Chine est modérée et responsable, a déclaré Hua.
La Chine ne considère les armes nucléaires que comme une dissuasion stratégique, mais toute dissuasion doit être suffisamment forte pour mettre fin à l’agression militaire contre la Chine, selon les analystes. Si une arme nucléaire est larguée sur la Chine, les armes nucléaires chinoises doivent être suffisantes pour anéantir l’ennemi en représailles, ont déclaré des experts.
La Chine a révélé son arme nucléaire la plus avancée lors du défilé militaire de la fête nationale qui s’est tenu à Pékin le 1er octobre 2019. Le missile balistique intercontinental DF-41 (ICBM), lancé sur route, est capable de frapper la patrie américaine avec plusieurs ogives nucléaires.

La Chine serait en train de tester le missile balistique lancé par sous-marin JL-3 (SLBM) et de développer le sous-marin stratégique à propulsion nucléaire de type 096 pour lancer le missile. Le bombardier furtif stratégique H-20 est également en développement, comparable au B-2 américain.
L’expert militaire basé à Pékin, Wei Dongxu, a déclaré vendredi au Global Times que la prochaine génération de SLBM chinois aura une portée plus longue et transportera plus d’ogives nucléaires, offrant des capacités de dissuasion et de contre-attaque plus puissantes. Le bombardier H-20 selon la rumeur peut transporter des armes nucléaires et conventionnelles, survoler les continents et mener des missions de dissuasion stratégiques, ce qui en fait un atout pour l’armée de l’air chinoise.

M. Song a déclaré que le développement complet d’une triade nucléaire – des capacités de lancement d’armes nucléaires par mer, terre et air – est nécessaire pour la Chine, car les armes stratégiques des États-Unis constituent une menace pour la Chine, et la Chine doit constamment améliorer son arsenal nucléaire.

Des experts militaires ont déclaré qu’il était possible que la Chine et les États-Unis se lancent dans un conflit régional.
Par exemple, cela pourrait devenir une réalité si les États-Unis continuent de contester les résultats de la Chine sur la question de Taïwan, a déclaré Song, notant que la Chine devait maintenir ses résultats sur ses intérêts fondamentaux. La source de la confrontation sino-américaine proviendrait de la provocation continue des États-Unis en utilisant les intérêts principaux de la Chine, a-t-il dit.
Le développement d’armes nucléaires peut dissuader les guerres, mais elles peuvent également être utilisées dans des guerres, et c’est pourquoi les conflits futurs peuvent être imprévisibles, a déclaré Song.

La Chine ne possède qu’un petit nombre d’armes nucléaires, beaucoup moins que les États-Unis en quantité et en qualité, mais les États-Unis demandent à la Chine de se joindre aux pourparlers stratégiques sur la réduction des armements. Il s’agit d’un traité auquel la Chine ne se joindra pas à moins qu’elle ne soit en possession du même niveau d’armes nucléaires que les États-Unis, a déclaré Song.
La Chine n’a pas l’intention de lancer une course aux armements nucléaires avec les États-Unis, mais l’expansion modérée de son arsenal nucléaire en quantité et en qualité est conforme aux exigences de la sécurité nationale, a déclaré Song.
“Le développement de nouvelles armes stratégiques par la Chine ne signifie pas qu’elle attaquera ou menacera activement un pays. Au lieu de cela, elle veut augmenter ses propres capacités de défense stratégique, dissuadant les autres grandes puissances de prendre des mesures imprudentes” .

La Chine, en tant que grand pays responsable dans le monde, devrait disposer de capacités de dissuasion nucléaire adaptées à sa position et à ses intérêts stratégiques, a affirmé Wei.
La modernisation de ses armes nucléaires par la Chine contribuera également à l’établissement d’un nouvel équilibre stratégique, a déclaré Wei, notant que si la Chine a des capacités de dissuasion stratégique plus fortes, les pays qui ont tendance à mener des guerres seront moins susceptibles d’en déclencher. “Ce sera bon pour le monde entier” , a-t-il déclaré.
Xuan
   Posté le 14-05-2020 à 18:16:00   

L'attitude ambigüe voire hostile à la réunification de l'administration taiwanaise se conjugue avec la situation actuellement périlleuse de Trump, pouvant déclencher un conflit armé dans la région afin de refaire sa base électorale.
Au même moment la France renouvelle un contrat militaire avec Taiwan.
La Chine se prépare à une agression.




Exercice militaire chinois en mer de Chine


source https://www.dwnews.com/ 14/05/2020

Le 14 mai, heure de Pékin, l'APL tiendra un exercice militaire de deux mois et demi dans le port de Tangshan dans le port de Tangshan sur la baie de Bohai. Les spécialistes compétents prédisent que l'exercice militaire prendra beaucoup de temps et que la zone de guerre aura une longue durée. L'APL assurera plusieurs services militaires, atterrissage amphibie entre théâtres, capture d'îles, anti-atterrissage, anti-missile antiaérien et autres sujets pratiques d'entraînement au combat. Son objectif comprend la dissuasion de l'indépendance de Taiwan. Activités pour préparer le règlement de la question de Taiwan par la force si nécessaire.


Taïwan mène des exercices militaires presque chaque année pour résister aux attaques de l'APL. (Reuters)

L'Administration chinoise de la sécurité maritime a annoncé le 11 mai que du 14 mai au 31 juillet 2020, la zone portuaire de Tangshan Port Jingtang organisera des exercices militaires et des tirs à balles réelles, et tous les navires et le personnel non liés seront évacués à l'avance vers une zone de sécurité. Il est interdit aux navires non pertinents d'entrer dans la zone de contrôle, qui est une zone maritime en forme d'éventail d'un rayon de 25 kilomètres.

Le 14 mai, Lianhe Zaobao, de Singapour, a cité Song Zhongping, un célèbre universitaire militaire chinois, disant que l'exercice militaire de l'APL sur la mer de Bohai étaient très inhabituels en ce moment.
Il a indiqué que le gouvernement taïwanais de Tsai Ing-wen tiendra une cérémonie d'inauguration le 20 mai et que les autorités taiwanaises iront de plus en plus sur la voie de l'indépendance de Taiwan. On s'attend à ce que cet exercice militaire se concentre sur les opérations conjointes de multiples services et armes dans des environnements de combat réels, les débarquements amphibies, les saisies d'îles, la défense aérienne et anti-missile, la confrontation électronique, etc. Visant à résoudre le problème de Taiwan par des moyens non pacifiques.

Certains chercheurs ont également analysé que cet exercice militaire était principalement en réponse à la possible action risquée des États-Unis contre la Chine.
L'épidémie de nouvelle pneumonie coronarienne (COVID-19) aux États-Unis ne montre toujours aucun signe de contention. La décision de réélire le président Donald Trump lors des élections de 2020 est sujette à des changements importants. Trump n'a pas joué aux cartes selon le bon sens, et fait maintenant de son mieux pour "gratter la casserole" et blâmer la Chine pour l'épidémie. S'il est désespéré pour sa réélection, il est difficile de garantir qu'il ne prendra pas de mesures folles contre la Chine.

L'expert chinois en équipement naval Wang Yunfei pense que l'APL a choisi de s'exercer sur la mer de Bohai cette fois-ci. Les troupes chargées de défendre la capitale peuvent tester et améliorer le plan de combat dans des conditions proches du combat réel; troisièmement, elles peuvent exercer presque toutes les tâches clés de la mission, telles que les opérations de porte-avions, les opérations de défense aérienne et les opérations d'information électronique dans la bataille contre des ennemis puissants. Le blocus aérien naval, les attaques au feu, les opérations à terre et sur la plage, les opérations de débarquement en trois dimensions, les opérations portuaires urbaines, etc. dans les opérations anti-sécession; quatrièmement, les forces terrestres, maritimes, aériennes et de roquettes sont mobiles et le soutien est extrêmement pratique.

Tsai Ing-wen entrera en fonction pour son deuxième mandat le 20 mai.
Il est entendu que dans son discours inaugural du 20 mai, la section sur les politiques trans-détroit maintiendra les concepts et attitudes proposés dans le passé de « respect des principes mais pas d'agressivité » et « paix, réciprocité, démocratie, dialogue »
Selon le rapport du "Freedom Times" à Taïwan, Ding Yungong , porte - parole du Palais présidentiel de Taïwan, a déclaré le 10 mai que le discours inaugural de Tsai Ing-wen était en cours de discussion et d'écriture. Quant aux politiques trans-détroit, elles sont toutes stables et cohérentes.

Concernant les relations inter-détroit, Tsai Ing-wen a souligné qu'il est impossible pour Taiwan d'accepter "un pays, deux systèmes" dans le discours du Nouvel An le jour du Nouvel An 2020, et a appelé le PCC à faire face aux "quatre moûts" tels que l'existence d’une "République de Chine".
En outre, Tsai Ing-wen a appelé à "la paix, la réciprocité, la démocratie et le dialogue" lors de la conférence de presse de la réélection du 11 janvier, qui est la clé pour relancer une interaction positive et un développement stable à long terme entre les deux côtés du détroit.
Par la suite, Tsai Ing-wen a également mentionné dans une interview à la BBC le 14 janvier que la politique de maintien du statu quo n'a pas été changée de bonne foi en Chine continentale.
Selon un rapport de l'agence de presse japonaise Kyodo du 12 mai, l'APL prévoit d'organiser un exercice de débarquement en août dans le but imaginaire de "prendre les îles Dongsha sous la juridiction de Taiwan".
L'exercice sera effectué par le théâtre sud de l'APL et enverra des navires de débarquement, des aéroglisseurs, des hélicoptères et des marines, "à une échelle sans précédent".
Il semblerait que l'APL s'inquiète des activités militaires de plus en plus actives de l'armée américaine en mer de Chine méridionale. Cet exercice pourrait entraîner une augmentation des tensions entre la Chine, les États-Unis et Taïwan.
L'armée taïwanaise a également fait une déclaration urgente le 12 juillet selon laquelle "elle peut assurer la sécurité de Dongsha." Les chercheurs de Taïwan pensent que la décision de l'APL est "l'intention d'ouvrir au porte-avions le canal Pacifique" et "la préparation de la zone d'identification de défense aérienne de la mer de Chine méridionale".
Song Zhongping a souligné que pour la Chine, la question de Taiwan est d’un intérêt central et celle de la mer de Chine méridionale d’un intérêt majeur. Dans le même temps, les questions de Taïwan et de la mer de Chine méridionale sont très liées.
Dans la situation de plus en plus complexe du détroit de Taiwan et de la mer de Chine méridionale, la Chine continentale est susceptible de les considérer comme deux pièces d’un "jeu d'échecs" et de lesutiliser comme un projet de système de sécurité nationale pour le résoudre de manière coordonnée.
Les îles Dongsha sont l'un des quatre principaux archipels de la mer de Chine méridionale, situés à environ 260 kilomètres au sud de la ville de Shanwei, dans la province du Guangdong. C'est un point stratégique pour la marine chinoise de l'île de Hainan à l'océan Pacifique via le détroit. Elle est actuellement sous le contrôle réel de l'armée taïwanaise.

_____________________


Passe d'armes entre la Chine et la France sur un nouveau contrat d'armement, renouvelant ceux passés par Mitterrand en 91 et 92.
La France dans le style faux cul se défend de contredire le principe d'une seule Chine


Mise en garde de Pékin à Paris sur un contrat d'armement avec Taiwan

Reuters Reuters13 mai 2020

https://fr.news.yahoo.com/mise-garde-p%C3%A9kin-%C3%A0-paris-114040418.html

PEKIN (Reuters) - La Chine a exhorté mercredi Paris à ne pas vendre d'armes à Taiwan, dans le cadre de la modernisation de navires acquis il y a trente ans auprès de la France.
Pour Pékin, qui considère l'île comme une province sécessionniste, il n'existe qu'"une seule Chine" et ce principe doit être accepté par tous les pays avec lesquels elle entretient des relations diplomatiques. Les ventes d'armes à Taiwan sont un sujet sensible, qui provoque généralement le courroux de Pékin.

Taiwan s'est essentiellement doté d'armes de fabrication américaine, mais en 1991, l'île a acheté à la France six frégates Lafayette, ce qui avait suscité la colère de la Chine. La France a également vendu 60 avions de combat Mirage à Taiwan en 1992.
Taiwan a annoncé le mois dernier son intention d'acquérir du matériel militaire français afin d'améliorer ses navires.
Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré que la Chine était résolument opposée à toute vente d'armes à Taiwan.
"Nous avons déjà exprimé notre grave préoccupation à la France", a-t-il déclaré lors d'un point de presse.
"Nous exhortons à nouveau la partie française à respecter le principe d'une seule Chine et à renoncer à ce projet de vente d'armes à Taiwan pour ne pas nuire aux relations franco-chinoises".

"Dans le cadre de la déclaration franco-chinoise de 1994, la France met en œuvre la politique d’une seule Chine et continue d’appeler au dialogue entre les deux rives du détroit", assure de son côté le ministère français des Affaires étrangères.
"La France respecte strictement dans ce contexte les engagements contractuels qu’elle a formés avec Taiwan et n’a en rien changé sa position depuis 1994", ajoute-t-il.
Le ministère taïwanais de la Défense s'est contenté de déclarer que la marine suivait les procédures relatives aux acquisitions d'armes pour répondre à ses "besoins en matière de défense".
Taiwan estime devoir moderniser ses forces armées pour faire face à la menace croissante de la Chine, qui a intensifié ces derniers mois ses manoeuvres militaires à proximité de l'île.

(Gabriel Crossley; avec Yimou Lee à Taipei; version française Claude Chendjou, édité par Jean-Philippe Lefief)


Edité le 15-05-2020 à 11:49:30 par Xuan


Xuan
   Posté le 19-05-2020 à 20:23:28   

Des chercheurs américains: les États-Unis encerclent et isolent la Chine en termes militaires, économiques et politiques


Heure: 2020-05-19 10:06
Source: WorldCommunistParties http://www.cwzg.cn/theory/202005/57723.html
Auteur: CCNUMPFC - Des chercheurs américains : "les États-Unis encerclent et isolent la Chine en termes militaires, économiques et politiques"

Les groupes démocrates soutiennent pleinement le mouvement anti-chinois, en fait ils ont cherché le soutien de Trump. Par exemple, l’équipe de campagne présidentielle de Joe Biden a récemment publié une nouvelle accusant l’administration Trump d’être [i]«proche des Chinois» et d’autoriser trop de Chinois à entrer aux États-Unis. Du fait de cette atmosphère hostile sans fin, les incidents de discrimination et de violence raciste contre les communautés chinoises et asiatiques aux États-Unis ont considérablement augmenté. Les faucons de guerre veulent que le public croie que la Chine intimide et menace les États-Unis. Les gens ne peuvent pas être dupes, le contraire est vrai. Aujourd'hui plus que jamais, le monde a besoin d'une coopération et d'un dialogue internationaux, plutôt que d'une «concurrence des grandes puissances» qui mène à des conflits potentiellement destructeurs. [/i]



La photo montre les navires de guerre de l'US Navy participant à l'exercice

[Note de l'éditeur] Ces dernières années, l'hostilité et les critiques des États-Unis contre la Chine se sont produits fréquemment, en particulier depuis le déclenchement de la nouvelle pneumonie à coronavirus : "Virus de la Chine", "fuite de laboratoire chinois", "Homme malade d'Asie de l'Est" et d'autres propos ont été entendus.

Le 14 mai 2020, le site Web Liberation News créé par le Parti américain pour le socialisme et la libération a publié un article du critique de gauche Walter Smolarek (initialement intitulé "Pourquoi la Chine n'est pas un envahisseur"), Réfutant la théorie de l’agression chinoise par les médias occidentaux et appelant le peuple américain à reconnaître les faits. Le monde a maintenant besoin de la coopération et du dialogue internationaux, plutôt que de «la concurrence des grandes puissances» qui mène à des conflits destructeurs.

La télévision, Internet, le Palais des Congrès, la Maison Blanche, le groupe de réflexion et les élites qui façonnent l'opinion publique répètent jour après jour le même message: la Chine est un agresseur sur la scène mondiale.
Ceci est un mensonge. Afin d'inverser le développement imprudent du Pentagone dans une direction qui pourrait conduire à un conflit catastrophique, le peuple américain doit comprendre la vraie nature des relations américano-chinoises. En fait, les États-Unis utilisent l'agression militaire, économique et politique pour entourer et isoler complètement la Chine.

La machine de guerre du Pentagone déplacée dans le Pacifique
Face au développement rapide de l'économie chinoise, l'administration Obama a estimé que sa domination dans la région du Pacifique diminuait, de sorte qu'elle considérait le "retour en Asie" comme le cœur de sa vision de la politique militaire et étrangère. Cette politique implique le redéploiement de la plupart des machines de guerre américaines du Moyen-Orient vers la côte ouest du Pacifique. Cela a été clairement indiqué dans un article de la secrétaire d'État Hillary Clinton en 2011. À cette époque, le gouvernement chinois Hu Jintao a suivi le principe de la "montée pacifique", c'est-à-dire en mettant l'accent sur une coopération mutuellement bénéfique avec tous les pays, et le désir de la Chine de développer l'économie et d'améliorer le niveau de vie des gens ne dépendait d'aucun objectif hégémonique.

Pour en revenir au début de la guerre froide au début du 20e siècle, le gouvernement américain a essayé de faire des pays d'Asie de l'Est un lieu de rassemblement pour les guerres mondiales. Les planificateurs ont élaboré des stratégies basées sur les installations militaires de la "chaîne insulaire" le long de la côte extrême-orientale de la Chine et de l'Union soviétique.
Ces dernières années, les États-Unis ont cherché à étendre leur présence militaire sur ces chaînes insulaires. Au Japon, des dispositifs radar avancés en bande X ont été déployés et de nouvelles installations ont été construites près des bases existantes en réponse aux protestations des résidents locaux, notamment la préfecture d'Iwakuni et la préfecture d'Okinawa. Des bombardiers à longue portée dotés de capacités nucléaires ont été déployés à Guam.
Les habitants de Guam vivent sous la domination coloniale américaine depuis la fin du XIXe siècle. Les États-Unis s'opposent fermement à «l'accord de garnison» pour mettre fin au néocolonialisme aux Philippines. Bien qu’il ne se trouve pas sur une île, le déploiement du système de missiles THAAD en Corée du Sud en 2017 a également été un élément clé du siège militaire chinois.

L'administration Trump s'est retirée du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire en 2018 sous prétexte que la Russie a violé les termes du traité, mais en fait, son motif était de déclencher une course aux armements potentiellement catastrophique dans le Pacifique.
N'étant plus limité par le "Guide du Traité", le Pentagone prévoit désormais de déployer des missiles capables de détruire leurs cibles en Chine en quelques minutes. Les missiles conventionnels font également partie du plan - un récent article de Reuters a révélé que l'armée a l'intention d'équiper des missiles de croisière Tomahawk dans l'océan Pacifique et de renforcer le déploiement de missiles anti-navires à longue portée.

L'US Navy a ridiculement invoqué la «liberté de navigation» et envoyé des navires de guerre pour patrouiller dans les eaux contestées du sud de la Chine. Cette décision visait à irriter la Chine et à accroître les tensions avec les pays voisins. La Chine et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) mènent des efforts diplomatiques pour aider à résoudre les différends territoriaux dans certaines petites îles de la région, mais les États-Unis n'ont pas le droit d'intervenir dans les différends entre pays voisins.

Front économique
Bien que les États-Unis oscillent entre l'orthodoxie néolibérale du «marché libre» et le protectionnisme commercial, leur objectif reste le même: isoler la Chine économiquement et faire en sorte que Wall Street et les grandes multinationales américaines dominent.

Pendant l'administration Obama, les États-Unis ont activement promu l'Accord de partenariat transpacifique (TPP). Le TPP est appelé "ALENA sur les stéroïdes" par les progressistes et les militants syndicaux. Il tente d'affaiblir la réglementation, les normes du travail et tous les autres obstacles à la libre circulation des capitaux entre les signataires. Comme le déclarait un communiqué officiel publié par la Maison Blanche en février 2016: "Le TPP permet aux États-Unis - pas à un pays comme la Chine - d'écrire le code de la route du 21e siècle."

Pour des raisons indéterminées, l'administration Trump a changé de stratégie et a lancé une guerre commerciale contre la Chine. Des tarifs élevés ont été imposés et de grandes entreprises chinoises comme Huawei ont été sévèrement restreintes et persécutées judiciairement. Cela n'a pas ramené les emplois manufacturiers aux États-Unis, mais cela a affaibli l'économie chinoise et augmenté les prix à la consommation pour les consommateurs américains.

Selon les données de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, un tiers du commerce maritime mondial et 64% des expéditions commerciales chinoises passent par la mer de Chine méridionale. Si l'on considère d'autres eaux autour de l'Asie, cette zone représente 60% du commerce maritime mondial. Le déploiement militaire à grande échelle du Pentagone dans la région du Pacifique vise non seulement l’armée chinoise, mais aussi le renforcement des capacités militaires qui couperont la Chine de l’économie mondiale.

Complot de la guerre froide et hystérie
L'agression du gouvernement américain contre la Chine a également de forts facteurs politiques et diplomatiques. Les élites des deux partis aux États-Unis ont convenu à l'unanimité de créer des divisions et du chaos en Chine, tout en créant une atmosphère d'hostilité extrême contre la Chine, le peuple chinois et tout le peuple asiatique aux États-Unis.

Tout comme l'empire colonial européen au XIXe siècle, les institutions politiques et militaires américaines voulaient diviser la Chine afin de faciliter le contrôle de la Chine. Le gouvernement américain et les médias d'entreprise soutiennent sans condition les organisations séparatistes dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, bien que bon nombre de ces organisations soient liées à des organisations que les États-Unis prétendent participer à la «guerre terroriste». Donald Trump a publiquement publié des discours et des politiques islamophobes dans le pays, mais il prétend toujours être un défenseur de la population musulmane chinoise et diffuse des rapports unilatéraux non confirmés, affirmant que la Chine possède un énorme réseau de "camps de concentration" .

De même, à Hong Kong, les États-Unis soutiennent un mouvement de protestation qui vise à éloigner davantage la ville semi-autonome du reste de la Chine, voire à la séparer complètement. Malgré l'apparence «pro-démocratie» , les manifestants de Hong Kong ont commis de terribles actes de violence et d'intimidation contre leurs opposants, tout en défendant la nostalgie de l'ère de la domination coloniale britannique.

Après la fondation de la République populaire de Chine en 1949, l'île de Taiwan a été politiquement séparée du continent. Le dictateur pro-américain vaincu Chiang Kai-shek s'est retiré à Taiwan et s'est déclaré le véritable gouvernement de la Chine. Pékin a toujours insisté pour que Taiwan reste une partie inaliénable du territoire chinois. Dans le cadre de ses opérations anti-Chine, l'administration Trump a vendu à grande échelle des avions de chasse, des missiles et des chars de combat à Taïwan tout en effectuant des patrouilles maritimes et aériennes provocantes dans le détroit de Taïwan.

Chez eux, les faucons savent que le seul moyen pour le peuple américain d'accepter des guerres avec la Chine qui pourraient avoir des conséquences désastreuses c'est de continuer à les promouvoir. Ces derniers jours, l'administration Trump a travaillé pour promouvoir la théorie du complot à 100% sans preuves, selon laquelle le gouvernement chinois a délibérément répandu le nouveau virus de la couronne dans le monde. Les grands médias ont donné de la crédibilité à ces affirmations ridicules et ont joué un rôle comme toujours: agissant comme une salle d'écho pour le Pentagone.

Les établissements démocrates soutiennent pleinement le mouvement anti-chinois, en fait ils ont cherché le soutien de Trump. Par exemple, l’équipe de campagne présidentielle de Joe Biden a récemment publié une nouvelle accusant l’administration Trump d’être «proche des Chinois» et d’autoriser trop de Chinois à entrer aux États-Unis. Du fait de cette atmosphère hostile sans fin, les incidents de discrimination et de violence raciste contre les communautés chinoises et asiatiques aux États-Unis ont considérablement augmenté.

Les faucons de guerre veulent que le public croie que la Chine intimide et menace les États-Unis. Les gens ne peuvent pas être dupes, le contraire est vrai. Aujourd'hui plus que jamais, le monde a besoin d'une coopération et d'un dialogue internationaux, plutôt que d'une «concurrence des grandes puissances» qui mène à des conflits potentiellement destructeurs.

[ Compilé par Yan Liping, Centre de recherche pour les partis politiques marxistes à l'étranger, Université normale de Chine centrale; cet article contenait à l'origine le compte public WeChat "WorldCommunistParties", autorisé à être publié par Chawang. Titre original "Les États-Unis encerclent et isolent la Chine de manière militaire, économique et politique "


Edité le 19-05-2020 à 20:36:10 par Xuan


marquetalia
   Posté le 21-05-2020 à 22:23:06   

Les Etats Unis vont ils tomber dans le piège de Thucydide,plus de cent vingt ans après l Espagne declinante par rapport à l impérialisme naissant américain ?


Edité le 21-05-2020 à 23:10:13 par marquetalia


Plaristes
   Posté le 21-05-2020 à 23:39:56   

Il faut espérer des guerres par proxy...

Elle ne peut pas vraiment gagner làdessus, elle ne peut gagner que sur le plan économique


Xuan a écrit :

Ces derniers jours, l'administration Trump a travaillé pour promouvoir la théorie du complot à 100% sans preuves, selon laquelle le gouvernement chinois a délibérément répandu le nouveau virus de la couronne dans le monde. Les grands médias ont donné de la crédibilité à ces affirmations ridicules et ont joué un rôle comme toujours: agissant comme une salle d'écho pour le Pentagone.


Et le service com a répondu avec des théorie du complot tout aussi bidon. Je veux dire la théorie du complot impliquant Buzin, que je vous avait montré c'est du béton à côté.

Ont voit la différence avec RT. Espéront que ça passe quand même par effet de l'absurde.

Aujourd'hui plus que jamais, le monde a besoin d'une coopération et d'un dialogue internationaux, plutôt que d'une «concurrence des grandes puissances» qui mène à des conflits potentiellement destructeurs.

Impossible tant que l'hégémon américain tient debout et que la lutte à mort n'a pas été gagné.


Xuan a écrit :

Tout comme l'empire colonial européen au XIXe siècle, les institutions politiques et militaires américaines voulaient diviser la Chine afin de faciliter le contrôle de la Chine. Le gouvernement américain et les médias d'entreprise soutiennent sans condition les organisations séparatistes dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, bien que bon nombre de ces organisations soient liées à des organisations que les États-Unis prétendent participer à la «guerre terroriste». Donald Trump a publiquement publié des discours et des politiques islamophobes dans le pays, mais il prétend toujours être un défenseur de la population musulmane chinoise et diffuse des rapports unilatéraux non confirmés, affirmant que la Chine possède un énorme réseau de "camps de concentration" .


Sans oublier le Tibet, qui pourrait servir de base lance missile, et donnerait à l'hégémon le moyen d'empoisonné les fleuves chinois.


Mais il faut absolument que la Chine maintenant la guerre sur le front économique le plus longtemps possible.
pzorba75
   Posté le 22-05-2020 à 07:19:11   

Plaristes a écrit :


Mais il faut absolument que la Chine maintenant la guerre sur le front économique le plus longtemps possible.

Conclusion incompréhensible , comme souvent dans tes messages rédigés à la va vite et sans penser aux lecteurs qui volent plus bas que toi.
Plaristes
   Posté le 22-05-2020 à 20:12:25   

L'impérialisme U.S est lancé jusqu'au bout, il est prêt à risquer la mort pour gagner la guerre, il a lancé une guerre pour la domination mondiale qui ne s'arrêtera jamais mais il la perd sur le front économique.


De l'autre côté les seules chances que la Chine a de gagner militairement c'est par l'arme nucléaire, et personne ne veut de l'holocauste.
Xuan
   Posté le 22-05-2020 à 23:32:03   

Je signale que l'article cité est traduit de l'américain au chinois puis au français avec un traducteur auto Google. Donc certaines phrases doivent être réinterprétées d'après le sens général.

Les Chinois se préparent à la guerre en sachant qu'ils ne la déclencheront pas les premiers. D'ores et déjà ils subissent cette guerre sous une forme ou une autre, et ils répondent par des avertissements pour commencer.
L'expérience de la guerre commerciale a montré qu'après un certain nombre d'avertissements, et lorsque les mesures US sont appliquées, le Chine réalise ce qu'elle avait annoncé. Avec pour résultat un premier round de négociations.

Mais elle rappelle quand même chaque fois que la négociation est la meilleure solution et que "le monde a besoin d'une coopération et d'un dialogue internationaux" , surtout en ce moment, d'abord parce que pour elle le monde a une communauté d'intérêt, une "communauté de destin", et ensuite parce qu'elle s'adresse autant aux USA qu'au reste du monde.
Ce discours relève d'une stratégie qui est l'isolement des faucons US.


Edité le 22-05-2020 à 23:34:55 par Xuan


Plaristes
   Posté le 23-05-2020 à 01:59:03   

Durant la guerre froide l'hégémon U.S était puissance ascendante, il pouvait négocier surtout quand il y avait cette carpette de Khrouchtchev en Face ! (On lui dira merci d'avoir été un paillasson durant la crise des missiles cubains, pour un fois que con ôté capitulard aura servit à quelque-chose.)


Aujourd’hui l'impérialisme U.S est acculé, il souffre de sur-extension, un maillon qui craque c'est tout l'édifice qui s'effondre, effet domino garanti.

Il met son existence en jeu dans la bataille, pour survivre il doit rester sur l'offensive, il ne doit jamais ua grand jamais être attaqué, il doit mener la danse, il doit toujours être l'agresseur.

(Voir la dialectique du maître et de l'esclave d'Hegel.)


Donc je en suis pas aussi optimiste que vous, il faut donc vraiment prier pour que la guerre militaire soit retardée assez longtemps pour que le prolétariat américain aille dire à ses dirigeant d'aller se faire foutre, et ça sera pas joli à voir.


Edité le 23-05-2020 à 01:59:58 par Plaristes


pzorba75
   Posté le 23-05-2020 à 07:52:27   

Plaristes a écrit :


Aujourd’hui l'impérialisme U.S est acculé, il souffre de sur-extension, un maillon qui craque c'est tout l'édifice qui s'effondre, effet domino garanti.
.... il faut donc vraiment prier pour que la guerre militaire soit retardée assez longtemps pour que le prolétariat américain aille dire à ses dirigeant d'aller se faire foutre, et ça sera pas joli à voir.

Affirmer que l'impérialisme US est acculé reste une opinion , pas vraiment un fait quand on analyse les déploiements militaires et les échanges économiques des Etats-Unis vis à vis des peuples et pays qui résistent et de ceux qui suivent, le monde anglo-saxon au sens large et l'Union européenne dirigée par Macron, Merkel est les pays dits du nord. Les guerres américaines en Asie, au Moyen Orient, Syrie incluse, se terminent par des destructions considérables suives de l'accroissement de la pression économique au profit de l'impérialisme américain, y compris en Syrie où ils volent le pétrole avec leurs complices turcs.
Le peuple américain est largement infantilisé, TV, sports, Internet, voir son état d'obésité, et sous contrôle des sectes religieuses, il y a un sacré chemin d'instruction et de formation à bâtir pour faire naître un mouvement révolutionnaire au sein des populations exploitées aux États-Unis, seul espoir de voir tomber les classes dirigeantes du système militaro industriel qui dirige le pays depuis... qu'il existe.
marquetalia
   Posté le 23-05-2020 à 11:34:40   

Le Japon participe aussi au pillage neo-colonial des pays du Sud.
Plaristes
   Posté le 24-05-2020 à 02:48:03   

pzorba75 a écrit :

[citation=Plaristes]
Aujourd’hui l'impérialisme U.S est acculé, il souffre de sur-extension, un maillon qui craque c'est tout l'édifice qui s'effondre, effet domino garanti.
.... il faut donc vraiment prier pour que la guerre militaire soit retardée assez longtemps pour que le prolétariat américain aille dire à ses dirigeant d'aller se faire foutre, et ça sera pas joli à voir.
[ c i tation]
Affirmer que l'impérialisme US est acculé reste une opinion , pas vraiment un fait quand on analyse les déploiements militaires et les échanges économiques des Etats-Unis vis à vis des peuples et pays qui résistent et de ceux qui suivent, le monde anglo-saxon au sens large et l'Union européenne dirigée par Macron, Merkel est les pays dits du nord. Les guerres américaines en Asie, au Moyen Orient, Syrie incluse, se terminent par des destructions considérables suives de l'accroissement de la pression économique au profit de l'impérialisme américain, y compris en Syrie où ils volent le pétrole avec leurs complices turcs.
Le peuple américain est largement infantilisé, TV, sports, Internet, voir son état d'obésité, et sous contrôle des sectes religieuses, il y a un sacré chemin d'instruction et de formation à bâtir pour faire naître un mouvement révolutionnaire au sein des populations exploitées aux États-Unis, seul espoir de voir tomber les classes dirigeantes du système militaro industriel qui dirige le pays depuis... qu'il existe.


Les U.S.A sont une économie vampire qui plus elle grandie plus elle a besoin de sucer dur.
Et là ça ne suffit plus, ils sucent beaucoup, mais plus assez, d'où la stratégie du chaos, pour ça qu'il ne pouvaient tolérer que Bachar ne tourne pas pro occidental et surtout pro U.S assez vite

La baisse tendancielle du taux de profit et la crise fait que c'est la misère, certes les grand capitalistes se gavent sur la crise, mais toutes leur filiales sont niquées.

Concernant les américains.. Ce sont souvent dans les pays les plus arriérés que les révolutions ont lieu. Je connais les dégâts de la pratique libérale j'ai lu Clouscard, je sais ce qu'est le dressage anthropologique.
Mais souvenez-vous de la Russie, en bon léniniste vous devriez le savoir, au départ les gens en Russie défilaient et manifestaient avec des portraits du Tsar pas de K.Marx. Durant les révolution la conscience de classe rattrape 3 siècles de retard !


Il va il y avoir un renversement au U.S.A C'est dialectique. Ce qui est craindre c'est que l'avant-garde aux U.S.A est complètement pourrie de gauchisme anarcho-trotskard, donc ça va être le bordel, 3 ans de guerre civile armée, la plus sanglante et brutale possible.


Edité le 24-05-2020 à 02:49:15 par Plaristes


Finimore
   Posté le 24-05-2020 à 07:11:01   

Plaristes a écrit :

Ce qui est craindre c'est que l'avant-garde aux U.S.A est complètement pourrie de gauchisme anarcho-trotskard, donc ça va être le bordel, 3 ans de guerre civile armée, la plus sanglante et brutale possible.


Sur quoi et sur quelles sources tu t'appuies pour affirmer ça ?
Plaristes
   Posté le 24-05-2020 à 22:19:56   

Le contact avec les américains, les léninistes aux U.S.A existent et reprennent du terrain mais c'est une force minoritaire ayant un faible appuie populaire.

Et même dans les milieux léniniste ont retrouve les dérives gauchisantes du PCM, j'en ai vu une bonne majorité insulter "ces salaud de dengistes chinois".


Concernant la guerre civile qui vient. Mes sources sont diverses et pas forcément marxistes. Avec le COVID les fachos dans la rue, et l'impasse électorale elle n'a jamais été aussi proche.
Xuan
   Posté le 25-05-2020 à 07:48:08   

Il faut être factuel. Personne ne peut dire s'il y aura une guerre civile aux USA ni une guerre mondiale.
J'ai écrit que les Chinois se préparent à la guerre. Simultanément ils essaient de l'éviter.
Pour ce qui nous concerne il faut aussi s'opposer au déclenchement d'une guerre, et mobiliser contre les faucons US, réclamer la sortie de l'OTAN.
Xuan
   Posté le 25-05-2020 à 15:58:47   

Un article d'Entelekheia tiré de 'Moon of Alabama'.
Ce dernier site ou Saker francophone a publié depuis longtemps des articles contre les USA, mais parfois depuis des sources antisémites ou souverainistes, c'est pourquoi on ne reprend pas systématiquement.
Ici des arguments intéressants factuels sur la question de la guerre ou de la paix dans la conflits USA Chine.
A lire aussi La loi sur la sécurité nationale est un «glas de la mort» pour l'intervention américaine à Hong Kong: éditorial du Global Times
A noter : l'article est repris sur Palestine Solidarité


____________________


L’action de la Chine à Hong Kong illustre la fin de la supériorité des USA


PAR ADMIN • PUBLIÉ 24 MAI 2020 • MIS À JOUR 24 MAI 2020

Par B

Paru sur Moon of Alabama sous le titre China’s Move In Hong Kong Illustrates The End Of U.S. Superiority

________________________________________


Blâmer la Chine pour la pandémie de Covid-19 est mensonger. Mais les États-Unis continueront de le faire dans le cadre de leur stratégie sinophobe.
Pendant que les États-Unis combattent l’épidémie chez eux, la Chine l’a déjà surmontée à l’intérieur de ses frontières. Elle met ce moment à profit pour éliminer une question que les États-Unis ont longtemps utilisée pour la harceler. Hong Kong sera enfin libérée des racistes déguisés en libéraux soutenus par les États-Unis.
A la fin 1984, la Grande-Bretagne et la Chine ont signé un accord pour la restitution de la colonie britannique de Hong Kong à la Chine en 1997. La Grande-Bretagne a dû accepter le pacte parce qu’elle avait perdu sa capacité à défendre la colonie. La déclaration conjointe sino-britannique stipulait que la Chine créerait une règle de droit qui permettrait à Hong Kong de largement se gouverner elle-même.

La ‘Loi fondamentale de la région administrative spéciale de Hong Kong de la République populaire de Chine’ est une Constitution de facto de la Région administrative spéciale de Hong Kong. Mais c’est une loi nationale de Chine adoptée par l’Assemblée Nationale Populaire Chinoise en 1990 et introduite à Hong Kong en 1997, après la fin de la gestion britannique. Si nécessaire, la loi peut être modifiée.
Le chapitre II de la Loi fondamentale régit les relations entre les Autorités centrales (Pékin) et la Région administrative spéciale de Hong Kong. L’article 23 de la Loi fondamentale stipule que Hong Kong doit mettre en œuvre certaines mesures de sécurité intérieure :

La Région administrative spéciale de Hong Kong promulguera ses propres lois pour interdire tout acte de trahison, de sécession, de sédition, de subversion contre le Gouvernement populaire central, ou le vol de secrets d’État, pour interdire à des organisations ou entités politiques étrangers de mener des activités politiques dans la Région, et pour interdire à des organisations ou entités politiques de la Région d’établir des liens avec des organisations ou entités politiques étrangers » .

Hong Kong n’a promulgué aucune des lois exigées par l’article 23. Chaque fois que son gouvernement a tenté de mettre en œuvre, même en partie, des lois de ce type, en 2003, 2014 et 2019, des protestations et des émeutes à grande échelle dans les rues de Hong Kong l’en ont empêché.

La Chine s’est toujours inquiétée des troubles soutenus par l’étranger à Hong Kong, mais elle n’a pas insisté sur cette question pendant qu’elle dépendait encore de Hong Kong pour son accès à de l’argent et à des marchés.

En 2000, le PIB de Hong Kong s’élevait à 171 milliards de dollars, alors que celui de la Chine continentale était seulement sept fois plus élevé, soit 1 200 milliards de dollars. L’année dernière, le PIB de Hong Kong a presque doublé, pour atteindre 365 milliards de dollars. Mais dans le même temps, le PIB de la Chine a plus que décuplé pour atteindre 14 200 milliards de dollars, soit près de 40 fois plus que celui de Hong Kong. En termes de parité de pouvoir d’achat, la différence est encore plus grande. En tant que débouché économique pour la Chine, Hong Kong a perdu son importance.

Un autre facteur qui empêchait la Chine de contrôler davantage Hong Kong était sa crainte de conséquences négatives de la part des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Mais sous l’administration Trump, les États-Unis ont introduit de plus en plus de mesures destinées à contenir le développement de la Chine. Le Hong Kong Human Rights and Democracy Act, adopté l’année dernière par le Congrès américain, exige que le gouvernement des USA surveille la situation à Hong Kong et sanctionne ceux qu’il tiendra pour responsables de violations des droits de l’homme. Les sanctions contre des entreprises chinoises et notamment Huawei, récemment étendues à un blocus économique total des livraisons de puces 5G à cette compagnie, démontrent que les États-Unis feront tout leur possible pour contrecarrer la réussite économique de la Chine.
Le « pivot vers l’Asie » de l’administration Obama était déjà une mesure plus ou moins déguisée contre la Chine. La National Defense Strategy (Stratégie de défense nationale) de l’administration Trump a ouvertement déclaré que la Chine est un « concurrent stratégique utilisant des mesures économiques prédatrices pour intimider ses voisins, tout en militarisant des infrastructures dans la Mer de Chine Méridionale » .

Le Corps des Marines des États-Unis est en train d’être reconfiguré en unités spécialisées conçues pour interdire l’accès de la Chine à la mer :

Ainsi, de petites forces de Marines se déploieraient autour de la First island chain [qui se compose des Kouriles, de l’archipel japonais, des îles Ryukyu, de Taïwan, du nord des Philippines et de l’île de Bornéo, NdT] et de la Mer de Chine méridionale, chaque élément ayant la capacité de fermer l’espace aérien et naval environnant en utilisant des missiles anti-aériens et anti-navires. Collectivement, ces forces affaibliraient les forces chinoises, les empêcheraient de se déployer vers l’extérieur et, finalement, dans le cadre d’une campagne commune, les repousseraient vers le territoire chinois. »



La ‘Guerre Froide 2.0’ que les USA ont lancée contre la Chine va maintenant connaître d’importantes contre-attaques.

Les émeutes violentes de l’année dernière à Hong Kong, applaudies par le borg de Washington D.C, ont démontré que les développements à Hong Kong sont sur une trajectoire qui pourrait mettre la Chine en danger.
La Chine n’a plus de raison de se retenir de contrer ces stupidités. L’économie de Hong Kong n’est plus pertinente. Des sanctions américaines sont imposées quoi que la Chine fasse ou ne fasse pas à Hong Kong. Les plans militaires américains constituent désormais une menace directe évidente.

Comme les lois que Hong Kong était censée mettre en œuvre ne l’ont pas été, la Chine va maintenant les promulguer et les appliquer elle-même :
Le gouvernement central doit déposer une résolution vendredi pour permettre au sommet de son organe législatif supérieur, le Comité Permanent de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), de concevoir et d’adopter une nouvelle loi de sécurité nationale taillée sur mesure pour Hong Kong, a-t-il annoncé dans la soirée de jeudi.
Des sources ont déclaré précédemment au SCMP que la nouvelle loi interdirait toutes activités sécessionnistes et subversives, ainsi que les ingérences étrangères et le terrorisme dans la ville – tous développements qui inquiétaient Pékin depuis un certain temps, mais surtout depuis l’année dernière, quand les manifestations contre le gouvernement sont devenues de plus en plus violentes.
Selon une source continentale bien informée des affaires de Hong Kong, Pékin est arrivée à la conclusion qu’il était impossible au Conseil législatif de la ville d’adopter une loi de sécurité nationale dans le cadre de l’article 23 de la Loi fondamentale de la ville, étant donné le climat politique. C’est pourquoi il s’est tourné vers l’APN pour en prendre la responsabilité »
.

Le 28 mai, l’APN votera une résolution demandant à son Comité permanent de rédiger la loi pertinente pour Hong Kong. Elle devrait être promulguée à la fin du mois de juin. La loi fera partie de l’annexe III de la Loi fondamentale, qui donne la liste des « Lois nationales à appliquer dans la Région administrative spéciale de Hong Kong » .

Sous la nouvelle législation, les États-Unis devront cesser leur financement d’organisations étudiantes, de syndicats anti-gouvernement et de médias à Hong Kong. Les partis d’opposition ne seront plus autorisés à se mettre en relations avec les opérations d’influence des USA.

Le Département d’État Américain a rapidement condamné cette mesure :

Hong Kong a prospéré en tant que bastion de la liberté. Les États-Unis exhortent vivement Pékin à reconsidérer sa proposition désastreuse, à respecter ses obligations internationales et à respecter le haut degré d’autonomie, les institutions démocratiques et les libertés civiles de Hong Kong, qui sont essentielles à la préservation de son statut spécial au regard du droit américain. Toute décision empiétant sur l’autonomie et les libertés de Hong Kong, telles que garanties par la déclaration conjointe sino-britannique et la Loi fondamentale, aurait inévitablement un impact sur notre évaluation du principe « un pays, deux systèmes » et sur le statut du territoire.
Nous sommes aux côtés du peuple de Hong Kong ».


Il ne s’agit pas (encore ?) de La Guerre à Venir Contre la Chine [vidéo, documentaire du journaliste John Pilger, NdT], mais de quelques moulinets dans le vide assortis de mots très forts, mais avec peu d’effet à en espérer. Aucune action américaine ne peut empêcher le gouvernement chinois de sécuriser son territoire. Hong Kong est une ville chinoise où les lois de la Chine sont souveraines, et non les dollars américains.
Les États-Unis semblent penser qu’ils peuvent gagner une guerre froide avec la Chine. Mais cette croyance est malavisée.

Sur le front économique, ce ne sont pas les États-Unis qui sont en train de gagner en se découplant de la Chine, mais l’Asie en se découplant des États-Unis :

Depuis que la guerre technologique entre les États-Unis et la Chine a commencé en avril 2018, avec l’interdiction par Washington des exportations de puces à la société chinoise ZTE, la « désaméricanisation des chaînes d’approvisionnement » est l’expression consacrée dans l’industrie des semi-conducteurs.
Taiwan, le Vietnam, la Thaïlande et l’Indonésie ont acheté environ 50% de produits chinois de plus en avril 2020 qu’au cours du mois précédent. Le Japon et la Corée ont engrangé une hausse des gains de 20%. Les exportations vers les États-Unis ont augmenté sur l’ensemble de l’année, mais à partir d’une base très faible en 2019.
Les importations chinoises en provenance d’Asie ont également fortement augmenté. »


Quand les États-Unis interdisent à des entreprises qui utilisent des logiciels ou des machines américaines de concevoir des puces et de les vendre à la Chine, ces entreprises cherchent à acheter leurs logiciels et machines ailleurs. Lorsque les États-Unis tentent d’entraver l’accès de la Chine aux puces électroniques, la Chine bâtit sa propre industrie de puces. Dans dix ans, ce seront les États-Unis qui auront perdu l’accès aux puces les plus modernes, car elles proviendront de Chine. Aujourd’hui déjà, c’est la Chine qui domine le commerce mondial.
La façon chaotique dont les États-Unis gèrent leur crise du Covid est observée avec attention à l’étranger. Ceux qui voient clair ont reconnu que c’est la Chine, et non les États-Unis, qui est aujourd’hui la superpuissance responsable. Les États-Unis sont dépassés et continueront de l’être pendant longtemps :

C’est pourquoi je ne considère pas le débat sur une éventuelle « Guerre froide 2.0 » comme significatif ou pertinent. Pour qu’il y ait une sorte de « Guerre froide » entre les États-Unis et la Chine, encore faudrait-il que les leaders politiques américains soient toujours en mesure de planifier de manière crédible la gestion de leur relation complexe avec la Chine. Mais en réalité, les options de « gestion » du cœur de cette relation sont pitoyablement réduites, puisque la tâche principale de tout dirigeant américain qui émergera du cauchemar du Covid sera de gérer l’effondrement de l’empire planétaire sur lequel les États-Unis sont assis depuis 1945.
Alors, ici à Washington, au printemps 2020, je dis : « Laissez-les brasser du vent et pleurnicher dans leur sinophobie puérile ». Laissez-les menacer la Chine de tel ou tel type de nouvelle « Guerre froide ». Laissez-les concourir aux élections – si elles ont lieu – en comparant leur « fermeté avec la Chine ». Mais la froide réalité montre que, comme l’a dit Banquo, « C’est une histoire dite par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien ».

Dans son livre de 2003 Après l’Empire, Emmanuel Todd a décrit les raisons pour lesquelles les États-Unis allaient vers la perte de leur statut de superpuissance :
Todd fait calmement et franchement le point sur de nombreuses tendances négatives, notamment l’affaiblissement de l’engagement des États-Unis dans l’intégration socio-économique des Afro-Américains, une économie boulimique qui repose de plus en plus sur de la poudre aux yeux et la bonne volonté d’investisseurs étrangers, et une politique étrangère qui dilapide les réserves de « soft power » du pays, pendant que son comportement militariste de pompiers-incendiaires se heurte à une résistance croissante » [Extrait du quatrième de couverture de l’édition anglophone, NdT].

La crise du Covid-19 a dévoilé tout cela aux yeux de tous.

Les États-Unis, comme l’avait prédit Todd, devront-ils maintenant renoncer à leur statut de superpuissance ? Ou déclencheront-ils une grande guerre contre la Chine pour détourner l’attention et prouver leur supériorité supposée ?

Traduction Corinne Autey-Roussel pour Entelekheia
Illustration Gordon Johnson / Pixabay


Edité le 25-05-2020 à 16:41:49 par Xuan


Finimore
   Posté le 27-05-2020 à 14:28:28   

26 mai 2020

Les Etats-Unis menacent de "déconnecter" l’Australie si elle s’écarte du conflit avec la Chine (WSWS)

Mike HEAD

Alors que la propagande des médias et de l’establishment politique contre la Chine s’intensifie, accusant cette dernière de tenter de "tyranniser" l’Australie sur des questions commerciales, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a lancé une menace brutale dimanche.
Les Etats-Unis "déconnecteraient tout simplement" l’Australie de ses réseaux de télécommunications, militaires et de renseignement si un gouvernement australien concluait un accord avec la Chine jugé dangereux pour la "sécurité nationale" des Etats-Unis, a-t-il déclaré.
Pompeo a lancé l’avertissement de Washington dans une interview sur la chaîne Sky News appartenant à Murdoch, rendant ainsi explicite et public le type de menaces qui sont généralement faites à huis clos.
Interrogé sur un vague "protocole d’accord" signé en 2018 par le gouvernement de l’État de Victoria pour participer au projet d’infrastructure global de la Chine dans le cadre de l’Initiative « La nouvelle route de la soie » (Belt and Road Initiative, BRI), M. Pompeo a déclaré qu’il n’était pas au courant des détails spécifiques de l’accord. Néanmoins, il a lancé un ultimatum de grande envergure.
"Chaque nation a son propre droit souverain de prendre des décisions pour elle-même, et je suppose que l’État de Victoria a certains droits... mais chaque citoyen australien doit savoir que chacun de ces projets de BRI doit être examiné de très près", a-t-il déclaré à Sky News.
Pompeo a déclaré : "Nous ne prendrons aucun risque pour notre infrastructure de télécommunications, aucun risque pour les éléments de sécurité nationale de ce que nous devons faire avec nos partenaires de Five Eyes." Il s’agit d’une référence au réseau de surveillance mondial dirigé par les États-Unis qui comprend le Royaume-Uni, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie.
Alors que Pompeo a allégué que les projets de BRI pouvaient causer un "préjudice" non spécifié dans la région, sa véritable préoccupation est de protéger les opérations d’espionnage massives et en expansion menées par les États-Unis et leurs partenaires, comme l’ont exposé Edward Snowden et Julian Assange, fondateur de WikiLeaks.
L’intervention de Pompeo s’inscrit dans le cadre d’une campagne de plus en plus intense menée par l’administration Trump, avec le soutien bipartite des démocrates américains, pour confronter la Chine sur le plan économique et militaire, notamment en cherchant à lui faire porter la responsabilité de l’aggravation de la pandémie mondiale de COVID-19.
Cette offensive est en partie motivée par les efforts désespérés de la Maison Blanche pour se soustraire à sa responsabilité pénale pour avoir ignoré les avertissements de santé publique, ce qui a conduit les États-Unis à devenir le pays le plus infecté de la planète, avec un bilan de 100 000 morts. Mais ses racines sont plus profondes, dans la volonté des gouvernements américains successifs, portée à un nouveau niveau par l’administration Obama, d’empêcher la Chine de contester la domination économique et militaire mondiale des États-Unis.
Pompeo n’est pas seulement le chef de la politique étrangère de l’administration Trump. Il s’exprime également au nom de l’appareil de renseignement militaire américain, ayant été officier de l’armée américaine puis directeur de la CIA en 2017-18.
Dans ce que certains médias ont appelé à tort "le contrôle des dégâts" pour se défaire de la menace trop publique de Pompeo, l’ambassadeur américain en Australie, Arthur Culvahouse Jr, a publié une clarification tout aussi menaçante.
"Nous sommes convaincus que l’Australie, en tant qu’allié proche et partenaire de Five Eyes, prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de ses réseaux de télécommunications", a déclaré M. Culvahouse. C’était un avertissement pas trop subtil pour ne pas s’écarter de l’engagement envers l’alliance militaire américaine qui a été maintenu par chaque gouvernement australien depuis la Seconde Guerre mondiale.
Le Premier ministre libéral national Scott Morrison a également pris la parole, déclarant que le gouvernement du parti travailliste de Victoria n’aurait jamais dû signer le protocole d’accord avec la Chine. Morrison a accusé le gouvernement de l’État de porter atteinte à "l’intérêt national" et à la "politique étrangère" fédérale.
Le premier ministre de l’État de Victoria, Daniel Andrews, a été qualifié de "camarade Dan" sur la "route de la soie" par les médias de Murdoch. Il a rapidement renoncé à toute suggestion d’affaiblissement de l’alliance américaine, à laquelle le parti travailliste s’est engagé inconditionnellement depuis sept décennies. Andrews a refusé de commenter la menace de Pompeo et sa porte-parole a déclaré : "Victoria n’a pas accepté, et n’acceptera pas à l’avenir, des projets de télécommunications dans le cadre du BRI".
La riposte de Pompeo était sa deuxième intervention en rapport avec l’Australie en trois jours. Jeudi dernier, lors d’une attaque de grande envergure contre la Chine, prononcée au Département d’Etat à Washington, il a déclaré que les Etats-Unis "se tiennent aux côtés de l’Australie" contre les prétendues intimidations de la Chine.
"Le Parti communiste chinois a choisi de menacer l’Australie de représailles économiques pour le simple fait de demander une enquête indépendante sur les origines du virus. Ce n’est pas juste", a déclaré Pompeo.
Cela est contraire à la réalité. La Chine a coparrainé le vote de l’Assemblée mondiale de la santé de la semaine dernière en faveur d’une enquête sur la pandémie, qui sera organisée par l’Organisation Mondiale de la Santé. La résolution était très différente de l’appel anti-Chine et anti-OMS lancé par le gouvernement australien. De plus, le gouvernement Morrison a manifestement été le fer de lance d’un "appel américain", comme l’a maintenant admis Pompeo.
Des éléments de la classe dirigeante australienne, en particulier ceux qui dépendent le plus des marchés chinois, ont exprimé leur inquiétude face à la mise à nu du rôle de figure de proue que Canberra joue pour les États-Unis et aux accusations discréditées de "laboratoire de Wuhan" contre Pékin. Mais l’élite financière dominante et ses fonctionnaires parlementaires sont étroitement liés aux États-Unis, dont ils dépendent pour leurs investissements et leur soutien militaire.
Les commentaires de Pompeo surviennent alors que le président Donald Trump ne cesse de diaboliser la Chine, accusant la semaine dernière Pékin de "massacres mondiaux" via le coronavirus.
Lors de l’événement organisé la semaine dernière par le Département d’État, Pompeo a souligné les calculs qui se cachent derrière ces allégations incendiaires. Il a déclaré un nouveau changement hostile de la politique américaine, en disant que les États-Unis avaient supposé à tort que la Chine, au fur et à mesure de sa croissance économique, deviendrait davantage comme les "nations libres", c’est-à-dire les puissances occidentales contrôlées par les entreprises.
Les stratèges du Pentagone ont déjà déclaré en janvier 2018 que la "guerre contre le terrorisme" d’après 2001 avait été remplacée comme principal objectif des interventions militaires américaines par un "conflit entre grandes puissances", en particulier contre la Chine et la Russie. L’impérialisme américain est déterminé à réaffirmer militairement son hégémonie sur la région indo-pacifique et sur la planète entière.
Cela met les États-Unis et leurs plus proches alliés, notamment l’Australie, sur la voie d’une guerre nucléaire potentiellement cataclysmique avec la Chine. Mais les travailleurs en Australie, aux États-Unis et en Chine seraient les premières victimes. Pour mettre un terme à la guerre, ils doivent rejeter tous les efforts visant à les diviser selon des critères raciaux, ethniques et nationaux. Ils ont un intérêt commun à unifier leurs luttes contre le système de profit capitaliste, qui se dirige vers une autre guerre mondiale, et pour le socialisme.

Mike Head

26 mai 2020

Traduction "quand on est le larbin d’un Empire, on se fait traiter comme tel" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles
»» https://www.wsws.org/en/articles/2020/05/26/pomp-m26.html
URL de cet article 36173
https://www.legrandsoir.info/les-etats-unis-menacent-de-deconnecter-l-australie-si-elle-s-ecarte-du-conflit-avec-la-chine-wsws.html
Xuan
   Posté le 27-05-2020 à 16:31:52   

Un bel exemple des contradictions au sein de l'impérialisme en fait, une unité fondée sur l'oppression c'est-à-dire la division.
Ci-dessous un article majeur sur la préparation à la guerre, et un modèle de matérialisme-dialectique



Fondamental: La Chine est en position de gagner. Entretien avec le Général Qiao Liang


• DANIELLE BLEITRACH
• 27 MAI 2020

https://histoireetsociete.com/2020/05/27/fondamental-la-chine-est-en-position-de-gagner-entretien-avec-le-general-qiao-liang/#comment-896

dernièrement sur ce blog, nous avions dénoncé un article paru dans comité Valmy qui déformait complètement la teneur du livre “la guerre hors limite” et le contenu d’une interview de l’un des auteurs Qiao Lang. Nous avions vainement cherché l’interview de Qiao Liang dont il était question, voici sa traduction publiée par Conflits. Mais dans son titre , ses sous-titres et con chapeau la traduction et la présentation de l’interview en déforme encore sciemment le contenu en notant -comble de manipulation- que Qiao Liang est lui d’accord avec les autorités chinoises. Comble de la manipulation puisqu’on le verra dans l’interview Qiao Liang est un penseur raffiné et non un “suiviste”. (donc nous nous sommes permis à notre tour de rétablir la présentation et de ne pas suivre celle orientée de “conflits” mais ce que dit réellement Qiao Liang,
1- d’abord que ce qui fait la force de la Chine c’est qu’elle tient tous les bouts de la production, du high tech au manufacturier, c’est à-dire de la conception à la réalisation et il explique que la guerre est aussi une industrie manufacturière L’occident et les USA découvrent leur erreur, mais ils ne peuvent plus la réparer
2. La réunification de taïwan est une bonne chose, mais est-ce un moment opportun, faire une bonne chose au mauvais moment devient une mauvaise chose.
3- L’épidémie est-elle un événement aux conséquences historiques comparables à la première guerre mondiale, à l’apparition de l’URSS ou à sa chute. C’est vraisemblable et cela devrait consacrer la victoire de la Chine. (note de Danielle Beitrach)


L’auteur : Qiao Liang est un général de l’armée de l’air à la retraite. Il est professeur à l’Université et il a publié de nombreux ouvrages de stratégie, dont un a été traduit en français : La guerre hors limite. Il est directeur du Conseil pour les Recherches sur la Sécurité Nationale et membre de l’Association des Écrivains Chinois. Il s’exprime ici à titre privé et sa parole n’engage pas le gouvernement chinois. Toutefois, ce qu’il dit est dans la ligne de ce que pensent les plus hautes autorités chinoises.

1- Ne sous-estimez pas l’industrie manufacturière bas de gamme, et ne considérez pas l’industrie manufacturière haut de gamme comme le seul objectif du développement manufacturier de la Chine. Vous ne pouvez pas vous passer des compétences en matière d’entretien et de gestion ménagère.

Le Général Qiao Liang est interviewé par les reporters Wei Dongsheng et Zhuang Lei dans le numéro de mai 2020 du magazine Bauhinia (Zijing), revue chinoise publiée à Hong Kong.

Actuellement, la situation épidémique de la Nouvelle Pneumonie coronarienne a été essentiellement contrôlée en Chine. Mais ce que l’on ne peut ignorer, c’est que la propagation de l’épidémie mondiale et la réaction en chaîne qui en résulte pourraient provoquer une deuxième « onde de choc » énorme pour la Chine. Récemment, les États-Unis ont lancé des opérations d’évacuation dans de nombreux pays et ont appelé toutes les entreprises américaines en Chine à évacuer. M. Trump a signé le « Taipei Act »[1] lorsque la nouvelle épidémie de pneumonie américaine a fait rage. Comme le dit le proverbe, si quelque chose tourne mal, il doit y avoir un démon. Quelle conspiration se cache derrière ces comportements anormaux aux États-Unis ? Quel impact majeur l’épidémie aura-t-elle sur le schéma mondial ? Y aura-t-il des conflits entre la Chine et les États-Unis et entre les deux parties ? Dans le contexte actuel, comment la Chine devrait-elle réagir ? Notre reporter a récemment interviewé le général Qiao Liang, professeur à l’université de la défense nationale et célèbre expert militaire, sur ces questions brûlantes.

Les États-Unis face à la Chine

Journaliste : Récemment, les États-Unis ont commencé à évacuer les Chinois d’outre-mer dans de nombreux pays. De plus, l’armée américaine a également mobilisé la base militaire de Cheyenne Mountain, a fait appel à des millions de forces de réserve et a mis en garde les citoyens et les soldats américains à l’étranger. La réalité est que les États-Unis sont devenus le pays le plus sévère du monde, et il est évidemment plus sûr pour les Américains de rester dans des pays étrangers que dans leur propre pays. Pourquoi est-il nécessaire de déclencher l’évacuation des Chinois à l’étranger dans de telles circonstances ? Ces circonstances indiquent-elles que la « guerre mondiale est sur le point d’éclater », ce que certains médias estiment non sans fondement ?

Qiao Liang : Mon opinion est exactement l’inverse sur cette question. Les États-Unis ont pris ces mesures alors que l’épidémie se contracte complètement. Les États-Unis sont un pays très vigilant, et je pense que ces pratiques sont des mesures de précaution opportunes, visant à empêcher les gens de profiter de l’occasion pour « conspirer » contre les États-Unis. Cela semble un peu ridicule, car aucun pays ne prend prétexte actuellement du danger que représentent les États-Unis pour les inquiéter. Bien sûr, on ne peut pas exclure que des organisations terroristes puissent faire quelque chose, mais il est peu probable que la plupart des pays aient la capacité de viser les États-Unis. Bien qu’il soit certain que personne n’attaquera les États-Unis, ces derniers doivent cependant prendre des précautions.

Les États-Unis sont actuellement dans un moment d’épidémie, et non de crise économique ou autre crise intérieure. La guerre extérieure ne peut pas résoudre le problème de l’épidémie ni détourner l’attention de la crise intérieure. Qui plus est, les États-Unis mobilisent actuellement les quatre principaux secteurs économiques, plus de 150 bases sont infectées, et quatre porte-avions et un sous-marin nucléaire se trouvent à quai. Certains disent qu’il faut empêcher une montée aux extrêmes. Mais le problème est-il vraiment qu’il soit possible de monter ? Quelle montée ? Cela peut-il atténuer l’épidémie aux États-Unis ?


Général Qiao Liang

Certains disent que la guerre d’aujourd’hui est une question de haute technologie. Les États-Unis ont une avance incontestable en matière de haute technologie. Il n’est donc pas exclu qu’ils puissent encore mener une guerre de haute technologie face à l’épidémie. Cela semble tout à fait raisonnable, et même irréfutable. Mais la haute technologie dépend de l’industrie manufacturière. Avoir des capacités de R&D ne se traduit par automatiquement par des capacités high-tech, et la transformation de capacités de R&D en moyens high-tech est indispensable et dépend de l’un des facteurs les plus importants qui sont les capacités de fabrication. En d’autres termes, la bataille finale reste la fabrication. À en juger par la situation actuelle de l’industrie manufacturière américaine, qui est en déclin, si elle veut aujourd’hui faire la guerre à un pays quelconque, elle est en train de manger son stock d’armes et d’équipements. Si les États-Unis veulent se battre contre le plus grand pays manufacturier alors que l’industrie manufacturière s’est vidée, comment vont-ils combattre ? Ils épuisent leurs stocks, et comment faire s’il n’y a pas d’augmentation ultérieure ? C’est ce dont les Américains, y compris ceux qui sont optimistes à l’égard des États-Unis, doivent vraiment s’inquiéter aujourd’hui.

Beaucoup de gens ne le voient pas, pensant que la force de la science et de la technologie américaines peuvent leur permettre de tout faire. La puissance scientifique et technologique des États-Unis est effectivement importante, mais si la recherche et le développement ne peuvent pas être convertis en produits à grande échelle, cela équivaut en fait à se décerner un diplôme de puissance technologique et scientifique sans résoudre le problème. Par exemple, aux États-Unis, la détection des acides nucléiques du nouveau coronavirus permettrait de moderniser six générations d’équipement médical, et d’instruments qui sont plus perfectionnés de génération en génération. On peut donc constater que la puissance scientifique et technologique des États-Unis est effectivement avancée, mais combien de ces appareils peuvent-ils produire ? Cet équipement peut-il être utilisé par les Américains ? Même si le matériel de test est très avancé, qu’en est-il du système médical ? Pour détecter ces patients, s’il n’y a pas assez de matériel médical et pas assez de ventilateurs, le problème ne peut être résolu et des milliers de personnes devront mourir.

À cette occasion, la société américaine Medtronic a complètement violé ses droits de propriété intellectuelle pour leur respirateur et a laissé d’autres pays le produire, notamment la Chine. Pourquoi ? Est-ce parce que les considérations humaines et morales ont prévalu dans ce cas ? Je ne nie pas qu’il y ait une telle possibilité, mais ce qui est plus important c’est que les Américains n’ont pas la capacité de produire de respirateurs dont ils possèdent les brevets. Sur 1 400 pièces du ventilateur, plus de 1 100 doivent être produites en Chine, y compris l’assemblage final. C’est le problème des États-Unis aujourd’hui. Ils disposent d’une technologie de pointe, mais n’ont pas de méthodes et de capacité de production, ils doivent donc s’appuyer sur la production chinoise.

La guerre reste une industrie manufacturière

Il en va de même pour la guerre. Aujourd’hui, la guerre est toujours une industrie manufacturière. Certains disent que la guerre aujourd’hui est une confrontation de réseaux, la puce est reine. Oui, les puces jouent un rôle irremplaçable dans les guerres modernes de haute technologie. Mais la puce elle-même ne peut pas combattre, la puce doit être installée sur diverses armes et équipements, et toutes sortes d’armes et d’équipements doivent d’abord être produits par une industrie manufacturière forte. On admet que les États-Unis se sont appuyés sur une industrie manufacturière forte pour gagner la Première et la Seconde Guerre mondiale.


Acheter le livre

Il n’y a rien de mal à cela. Mais les États-Unis disposent-ils encore d’une industrie manufacturière assez forte pour gagner la Première et la Seconde Guerre mondiale ? Depuis un demi-siècle, après que le dollar se soit séparé de l’or, les États-Unis ont progressivement utilisé le dollar pour profiter du monde. De fait, ils ont abandonné leur industrie manufacturière bas de gamme et se sont progressivement transformés en un pays d’industries fantômes. Si le monde est en paix et que tout le monde est en paix avec les autres, il n’y a pas de problème. Les États-Unis impriment des dollars américains pour acheter des produits du monde entier, et le monde entier travaille pour les États-Unis. Tout cela est très bien. Mais en cas d’épidémie ou de guerre, un pays sans industrie manufacturière peut-il être considéré comme un pays puissant ? Même si les États-Unis continuent à disposer de la haute technologie, à avoir des dollars et à avoir des troupes américaines, tous ces éléments ont besoin d’un soutien manufacturier. Sans industrie manufacturière, qui soutient votre haute technologie ? Qui soutient votre dollar ? Qui soutient votre armée américaine ?

Pour parer à cela, la réponse de la Chine est de continuer à maintenir, développer et améliorer son industrie manufacturière, non seulement pour améliorer, mais aussi pour maintenir la fabrication traditionnelle. Il est impossible de moderniser toutes ces capacités de production. Si toutes devaient être mises à niveau et remplacées, l’industrie manufacturière traditionnelle serait abandonnée. Lorsque les États-Unis ont besoin d’un grand nombre de masques comme aujourd’hui, le pays tout entier ne dispose même pas d’une chaîne de production complète. Dans de telles circonstances, ils ne peuvent pas réagir à l’épidémie aussi rapidement et avec autant de force que la Chine. Par conséquent, ne sous-estimez pas l’industrie manufacturière bas de gamme, et ne considérez pas l’industrie manufacturière haut de gamme comme le seul objectif du développement manufacturier de la Chine. Vous ne pouvez pas vous passer des compétences en matière d’entretien et de gestion ménagère.

Pour gérer l’épidémie, la Chine a utilisé à plein une invention américaine, l’internet mais elle lui a donné sa véritable dimension de réponse à des besoins humains .

En outre, nous devons également voir que l’efficace campagne antiépidémique de la Chine, en plus des mesures introduites par le gouvernement, donne à voir que les mesures correctives furent très opportunes et que les gens ont été très coopératifs, et qu’une chose venue des États-Unis a été bénéfique, c’est l’Internet. Des choses comme le paiement en ligne, la livraison du commerce électronique et les services de courrier sont toutes originaires des États-Unis, mais où ces inventions américaines ont-elles finalement prospéré ? En Chine. La Chine a adopté l’Internet, et l’Internet des Objets, mettant l’Internet, en particulier le cloud pour l’e-commerce, au service de la production et de la vie dans la société moderne et on peut dire qu’elle est en tête dans ce domaine. Bien que la propriété intellectuelle ne soit pas entre nos mains et que le serveur racine ne soit pas entre nos mains, cela ne nous empêche pas de l’utiliser au mieux.

Il y a de nombreuses raisons à cela, qui sont complexes. Cependant, on peut effectivement constater que nous sommes meilleurs que d’autres pays dans l’utilisation de la haute technologie et des nouvelles technologies, ce qui est dû aux forte capacités d’apprentissage des Chinois. Nous devrions continuer à cultiver notre avance à cet égard. En plus des qualités du système national, nous devons également apprendre des autres puis appliquer ce que nous avons appris pour en tirer avantage. C’est là notre force face à un avenir imprévisible si une nouvelle épidémie se déclare. Nous devons la maintenir.

Industrie et délocalisation

Journaliste : Certains médias ont rapporté que M. Kudlow, président de la Conférence économique nationale de la Maison-Blanche, a appelé au retrait de toutes les entreprises américaines en Chine, et a déclaré que le gouvernement américain rembourserait à 100 % les frais de retour de Chine. Cela signifie-t-il que les États-Unis se préparent à se « découpler » de la Chine et à accélérer progressivement le rythme ? Les États-Unis joueront-ils un rôle positif dans la mise à niveau de l’industrie manufacturière locale ? Quel est l’objectif réel derrière le fait d’encourager les entreprises nationales à quitter la Chine ?

Vous pouvez tenter de relocaliser mais jamais vous ne trouverez des salaires équivalents chez vous et si vous les trouvez en Inde, au Bangladesh, ils n’auront pas la qualification chinoise. En effet le seul pays compétitif est un autre pays socialiste parce que seule la planification permet d’organiser cela. les robots entraînent un problème social en occident, le chômage.

Qiao Liang : À mon avis, il n’est pas si facile pour les pays développés de se « découpler » de la Chine et de reprendre la fabrication locale. Le dilemme est que si vous voulez reprendre la fabrication, vous devez être mentalement préparé, ou partager les mêmes difficultés et douleurs avec la Chine, et recevoir un salaire égal pour un travail égal, afin que les produits et la main-d’œuvre soient au même prix que la Chine (sinon les produits ne seront pas plus compétitifs que la fabrication chinoise). Cela équivaut à renoncer à l’hégémonie de la monnaie et au pouvoir de fixer les prix des produits et à descendre du sommet de la chaîne alimentaire ; ou à continuer à être au sommet de la chaîne alimentaire, de sorte que le revenu des employés continue à être plus de 7 fois supérieur à celui de la Chine, ce qui rend le produit non compétitif et les entreprises peu rentables. Si le premier objectif est recherché, les États-Unis et l’Occident devront revenir au niveau des pays ordinaires, en particulier les États-Unis. Si cela n’est pas possible, le retour des industries manufacturières aux États-Unis et en Occident ne sera qu’une vue de l’esprit.

L’argument selon lequel le Vietnam, les Philippines, le Bangladesh, l’Inde et d’autres pays sont susceptibles de devenir des substituts à la main-d’œuvre bon marché en Chine ne consiste en fait qu’à compter la population, mais réfléchissez au fait de savoir lequel des pays susmentionnés compte plus de travailleurs formés que la Chine ? Même avec l’augmentation des revenus des Chinois d’année en année, le dividende du travail est épuisé, mais combien de ressources humaines de milieu et de haut de gamme ont été produites en Chine au cours des 30 dernières années ? Qui a formé plus de 100 millions d’étudiants de premier cycle et de niveau universitaire ? L’énergie de cet ensemble de personnes est encore loin d’être libérée dans le développement économique de la Chine. Par conséquent, laisser la main-d’œuvre bon marché d’autres pays se substituer au made in China est un vœu pieux.

Quant à ceux qui disent que l’Occident peut utiliser beaucoup de robots pour compléter la localisation de la fabrication, on ne peut pas dire que cette possibilité est inexistante, mais si les robots sont vraiment utilisés pour restaurer la fabrication locale des États-Unis ou d’autres pays occidentaux, y compris le Japon, comment résoudre le problème du taux d’emploi ? L’utilisation d’un grand nombre de robots signifie qu’une plus grande partie de la main-d’œuvre est au chômage. La population active a diminué. Que devrait faire le gouvernement américain ? Qu’en est-il des gouvernements des pays occidentaux ? Ont-ils vraiment les moyens financiers de nourrir en vain l’armée de chômeurs de ces différents pays ? Mais si vous ne les soutenez pas, qui votera pour votre arrivée au pouvoir ? De toute évidence, Trump et Abe n’ont pas bien réfléchi à la question en soutenant le retour de leurs entreprises respectives en Chine sur le marché local.

Les Occidentaux sont tous conscients de l’importance de restaurer l’industrie manufacturière et sont conscients de l’état de détresse dans lequel se trouve leur économie réelle. Que cette prise de conscience soit réelle c’est une autre question. Ce qui importe c’est de se demander : lorsqu’un pays comme les États-Unis se rend compte que l’industrie manufacturière doit reprendre, peut-il réellement reprendre la fabrication ? C’est en fait très difficile.

En fait, après la crise financière internationale de 2008, les États-Unis ont déjà pris conscience des conséquences de l’effondrement de l’industrie. L’épidémie actuelle n’a pas plus mis en lumière l’absence douloureuse d’industries manufacturières qui manquent plus cruellement aux moyens de subsistance des gens, mais dans quelle mesure est-il facile de reprendre la fabrication ? Où sont les entrepreneurs, les ingénieurs et les travailleurs qualifiés ? Le coût de la main-d’œuvre aux États-Unis est 7 fois plus élevé qu’en Chine. Comment les bénéfices des entreprises peuvent-ils être créés ? Même si le gouvernement réduit les impôts et que les employés diminuent automatiquement leurs salaires de moitié, ce sont autant de mesures d’urgence à court terme. Parce que les taxes seront réduites, les recettes fiscales américaines le seront aussi. Comment maintenir une puissance nationale et militaire forte ? Les salaires bas, c’est possible en période extraordinaire, est-ce que ça l’est en temps normal ? De plus, les revenus des particuliers seront réduits de moitié, et la consommation sera également réduite de moitié. Comment stimuler la production ? Si la production n’augmente pas, le PIB diminuera, les États-Unis peuvent-ils alors conserver leur position de leader mondial ? Ces questions, M. Trump n’a pas dû y penser lorsqu’il a fait les promesses évoquées ci-dessus. De plus, si l’industrie manufacturière repart, les produits doivent être vendus, et un excédent sera généré, et l’hégémonie du dollar ne peut être obtenue qu’en fournissant des liquidités au monde, c’est-à-dire qu’elle doit être acceptée par le biais du déficit. Comme les autres pays n’accepteront pas l’hégémonie du dollar s’ils n’utilisent pas de dollars, les États-Unis doivent également faire avec une économie déficitaire.

La canne à sucre n’est pas douce aux deux bouts, et pour fournir des liquidités aux autres, il est nécessaire d’acheter les produits des autres. Mais si vous relancez l’industrie manufacturière, vous n’avez pas besoin d’acheter les produits des autres. De cette façon, il y aura moins de dollars qui circuleront vers les autres pays, et lorsque d’autres pays commercent entre eux, ils devront trouver d’autres devises. Y aura-t-il encore une hégémonie du dollar ? Plus important encore, le rétablissement de l’industrie manufacturière portera gravement atteinte aux intérêts des groupes de capitaux financiers américains. Que peut faire Wall Street ? Que peut faire la Fed ? L’approche de Trump est différente de celle des précédents présidents américains depuis 50 ans. Les précédents présidents américains depuis 50 ans maintenaient tous l’hégémonie du dollar, et Trump veut maintenant relancer l’industrie manufacturière. Avec un tel coup d’éclat subversif aux États-Unis, il y a une plus grande possibilité que la finance et l’économie virtuelle n’en reviennent pas. En conséquence, l’empire est en danger.

Taïwan est une question complexe, la Chine ne renoncera pas à l’unité de son territoire national, mais elle fera en fonction d’autres variables qu’il lui faut maîtriser y compris dans la situation complexe d’aujourd’hui. Réunifier Taïwan est “une bonne chose”, mais une “bonne chose peut-être une mauvaise chose si elle se fait au mauvais moment.

Journaliste : Récemment, Trump a signé le « Taipei Act »[2], qui a été signé au moment où la nouvelle épidémie américaine de pneumonie coronaire faisait rage. Ils ont choisi d’intervenir dans la question de Taïwan à cette époque. Qu’est-ce qui les a poussés à s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine ? Quel impact cela aura-t-il sur les relations entre la Chine et les États-Unis et sur les relations entre les deux rives du détroit ? Certains médias pensent que l’épidémie actuelle aux États-Unis est grave et que nous n’avons plus le temps pour l’automédication. Il faut saisir l’opportunité offerte pour résoudre la question de Taïwan. Qu’en pensez-vous ?

Qiao Liang : Est-ce le meilleur moment pour résoudre la question de Taïwan ? La première chose à considérer est de savoir si la Chine se trouve actuellement à un point critique dans le processus de renaissance nationale. En ce moment, la Chine est confrontée à une situation complexe qui n’a jamais été vue dans le monde moderne, en particulier dans une situation où les États-Unis ignorent totalement la Chine. Si nous nous employons à résoudre la question de Taïwan, est-il possible que nous nous perdions de vue et que cela puisse interrompre le processus de redressement de la Chine ?

Deuxièmement, la solution de la question de Taïwan est-elle en relation partielle ou globale avec la grande revitalisation de la nation chinoise ? Si elle n’est elle pas résolue immédiatement, cela ne laisse-t-il pas le temps de pousser plus avant le processus de rajeunissement national ?

Troisièmement, la question de savoir si le détroit de Taïwan entrera en guerre dépend-il du nombre de mesures prises par les États-Unis sur la question de Taïwan ou de l’attitude de la Chine ? Cela dépend-il du jugement que la Chine porte sur la situation internationale et sur la situation intérieure (à mon avis, le jugement sur la seconde est meilleur que sur le premier) ? Quatrièmement, la nature de la question de Taïwan est-elle une question de relations sino-américaines, ou s’agit-il simplement de relations entre les deux pays ? La question de Taïwan peut-elle être entièrement résolue avant que le conflit entre la Chine et les États-Unis ne soit soldé ? Si elle est réglée à l’avance, maintenant, le prix que la Chine aura à payer sera-t-il plus ou moins élevé, et quel sera l’impact sur les transports chinois ?

Même si nous avons compris les questions ci-dessus, il y aura une d’autres questions qui se poseront, ce qui nous oblige à continuer à réfléchir et à y répondre. Bien que les États-Unis soient en situation d’épidémie et de difficultés économiques, ils disposent encore d’une puissance militaire pour s’ingérer directement ou indirectement dans la question du détroit de Taiwan, choisir Wutong[3] donnerait aux États-Unis une bonne excuse pour bloquer et sanctionner la Chine et la couper du monde occidental, tout en donnant l’occasion aux Américains de mettre leurs propres difficultés de côté et de nous affaiblir parce que les États-Unis et la Chine sont bien conscients que la Chine est toujours fortement dépendante des ressources et des marchés étrangers. En tant que pays producteur, nous ne pouvons pas encore satisfaire notre industrie manufacturière avec nos propres ressources et nous reposer sur notre propre marché pour digérer nos produits. Donc, à l’heure actuelle, si nous pensons que c’est la meilleure occasion de reconquérir Taïwan, est-ce que ce ne sera pas une bonne chose également pour les États-Unis et certains pays mal intentionnés ? Ces facteurs externes sont également des facteurs dont nous devons tenir pleinement compte lors de la prise de décisions.

C’est sans aucun doute une bonne chose à faire pour les Chinois de mener à bien la grande cause de la réunification, mais c’est toujours une erreur si la bonne chose est faite au mauvais moment. Nous ne pouvons agir qu’au bon moment. Il ne faut pas prendre une décision stupide qui fera perdre tout le temps. Nous ne pouvons pas laisser notre génération commettre le péché d’interrompre le processus de renaissance de la nation chinoise. En ce qui concerne la question territoriale, la plupart des gens ont encore une pensée traditionnelle, c’est encore la sensibilité des petits agriculteurs qui aiment la terre qui prédomine en dernière analyse. Élargie, la souveraineté territoriale est considérée comme un synonyme de souveraineté nationale, pourtant elle ne peut englober à elle seule le sens complet de la souveraineté nationale moderne.

Dans le monde actuel, la souveraineté économique, la souveraineté financière, la cyber-souveraineté, la souveraineté de la défense, la souveraineté des ressources, la souveraineté alimentaire, la souveraineté des investissements, la souveraineté biologique, la souveraineté culturelle, la souveraineté du discours et d’autres aspects liés aux intérêts et à la survie des pays font tous partie de la souveraineté nationale. Ne pensez pas que seule la souveraineté territoriale est liée aux intérêts fondamentaux du pays. D’autres souverainetés sont également des intérêts fondamentaux majeurs, parfois plus prioritaires encore que la souveraineté territoriale, déterminant aussi la vie ou la mort.

Par exemple, afin de sauver leur propre économie, les États-Unis n’hésitent pas à vendre des billions de devises, de sorte que leurs réserves de change sont diluées avec de l’eau. La guerre commerciale vous a obligé à faire usage des produits physiques contre les profits et à être volé en retour par le biais de tarifs douaniers plus élevés. Les intérêts économiques de la Chine ont été grandement atteints et la souveraineté économique a été gravement affaiblie, mais vous êtes également incapable de la protéger. À l’heure actuelle, même si vous avez le pouvoir de protéger l’intégrité territoriale, pensez-vous que tout va bien, ne pouvez-vous pas envisager d’autres questions de souveraineté qui sont tout aussi importantes, voire plus importantes encore ? Qui connaît le problème de cette façon n’est pas une personne vraiment moderne.

Je ne dis pas cela pour dire que la question territoriale n’est pas importante, mais pour souligner qu’en tant que personne moderne, on doit comprendre que d’autres souverainetés du pays sont aussi importantes que l’intégrité territoriale, et ne pas les perdre de vue. La question territoriale ne peut pas être mise en avant à un degré plus élevé que les autres souverainetés même si elle ne doit pas être négligée. Mais en même temps, nous devons aussi nous demander si la question de « l’indépendance de Taïwan » ne risque pas de nous entraîner trop loin si nous envisageons la guerre pour résoudre cette question. Face au soutien des États-Unis et des pays occidentaux, pouvons-nous seulement faire quelque chose ? Pas nécessairement. Pour freiner « l’indépendance de Taïwan », en plus des options de guerre, davantage d’options doivent être prises en considération. Nous pouvons penser à des moyens d’agir dans l’immense zone grise entre la guerre et la paix, et nous pouvons même envisager des moyens plus particuliers, comme lancer des opérations militaires qui ne déclencheront pas de guerre, mais qui peuvent consister en un usage modéré de la force modérée pour dissuader « l’indépendance de Taïwan ».

A lire aussi : La Russie et la Chine en Eurasie

Certains demandent si l’usage de la force n’est pas une guerre. Je pense qu’il s’agit d’un malentendu évident. Lorsque les États-Unis ont bombardé l’ambassade de Chine en Yougoslavie, ou ont décapité le commandement des Gardiens de la Révolution[4] , pouvait-on dire qu’il s’agissait d’une guerre contre la Chine ou l’Iran ? Non. Mais n’était-ce pas une opération militaire ? Oui. Parce qu’elle utilise la force. Pour résoudre les problèmes liés aux « opérations militaires non guerrières », nous devrions vraiment apprendre des Américains avec un esprit ouvert. Il y a toujours plus de solutions que de problèmes. Il y a un problème, et il peut y avoir dix solutions. La clé est de savoir comment nous choisissons la meilleure solution.

Pourquoi formuler l’analyse et le jugement ci-dessus ? C’est parce que, à mon avis, le Congrès américain et le gouvernement ont introduit la « loi de Taipei »[5] à ce moment précis. L’intention n’est pas de pousser la Chine dans ses retranchements. C’est principalement parce que le gouvernement américain, le Congrès et les décideurs politiques sont en difficulté aux États-Unis, que ce soit face aux problèmes de l’épidémie ou à ceux du manque de fabrication, qu’il est nécessaire de se débarrasser de leur propre dilemme, et il n’y a pas de solution du tout, donc les États-Unis ne peuvent pas laisser la Chine « en paix », ils veulent rallier ses opposants, créer des sujets de préoccupation, occasionner des dépenses d’énergie, l’amener à se disperser et utiliser cette méthode pour se donner à lui-même des occasions de respirer et de gagner du temps. En même temps, cette méthode de dispersion de l’énergie et du pouvoir conduit à affaiblir notre force nationale et à entraver la marche du progrès. Telle est la principale intention des États-Unis en continuant à ajouter du chaos pour la Chine.

Quant à l’impact sur la Chine, je pense que si nous devons danser avec les loups, nous ne devons pas danser au rythme des États-Unis. Nous devons avoir notre propre rythme, et même essayer de casser son rythme, afin de minimiser son influence. S’il le pouvoir américain a retourné son bâton, c’est qu’il est dans le piège. Nous ne pouvons pas permettre aux États-Unis de creuser des fosses une par une pour nous (le Taipei Act est la dernière fosse pour la Chine), et sauter dans les fosses un par un. Au lieu de sauter dans la fosse, il faut compenser son impact. Il y a des choses que nous pouvons ignorer, d’autres que nous pouvons ignorer d’une manière que les Américains n’aiment pas. Les Américains nous posent des questions maintenant et nous y répondons. Mais nous ne pouvons pas changer notre façon de penser, poser nous aussi des questions et laisser les Américains y répondre ? Ces méthodes sont autant de moyens de compenser l’influence des États-Unis, y compris la façon dont ils utilisent la question de Taïwan pour nous affecter.

L’influence de l’attitude des politiciens américains sur les relations entre les deux rives du détroit va sans aucun doute réjouir les autorités de Tsai Ing-wen[6]. Mais les Taïwanais, y compris Tsai Ing-wen, ne se racontent-ils pas des histoires ? Dans quelle mesure les Américains vont-ils tenir leurs promesses envers Taïwan ? Les Américains encouragent l’indépendance de Taïwan, mais y aura-t-il vraiment un risque de guerre pour Taïwan quand l’indépendance de Taïwan sera punie alors que le Congrès américain proclame « nous ne laisserons jamais notre jeunesse saigner pour la question de Taïwan » ? Sans compter que même si les Américains laissent vraiment leur jeunesse saigner pour la question de Taïwan, cela ne suffira peut-être pas à contrer la détermination et la capacité de la Chine à réunifier Taïwan. Qu’arrivera-t-il à l’indépendance de Taïwan si les Américains ne saignent pas pour Taïwan ? Qu’arrivera-t-il aux autorités anglaises de Taïwan ? À ce stade, je pense que Tsai Ing-wen a en fait beaucoup de choses à l’esprit. Ainsi, à ce jour, elle n’ose toujours pas tirer ouvertement le drapeau de l’indépendance de Taïwan et n’ose faire qu’un petit pas en avant, en disant que Taïwan est en fait un pays. Elle a seulement osé aller jusque-là, mais pas plus loin. Parce qu’aller plus loin, mettra en colère 1,4 milliard de personnes, cela peut avoir des conséquences inimaginables et désastreuses pour n’importe quel pays ou région.

La Chine doit d’abord faire preuve de détermination stratégique pour résoudre la question de Taïwan, et ensuite de patience stratégique. Bien entendu, cette prémisse est que nous devons développer et maintenir notre force stratégique pour résoudre la question de Taïwan par la force à tout moment.

Épidémie et nouvel ordre du monde, sommes nous en un moment dont l’impact serait l’équivalent de la première guerre mondiale, de la création ou de la chute de l’uRSS, l’événement est “en fermentation”, il reste à apprécier mais tout laisse à penser qu’il en est ainsi et que cela va accélérer la montée en puissance de la Chine.

J ournaliste : Tout le monde parle de l’impact de l’épidémie sur le monde, en évoquant des événements aussi importants que la Première et la Deuxième Guerre mondiale et la désintégration de l’Union soviétique. Que pensez-vous de cette déclaration ? Comment l’épidémie va-t-elle changer le schéma mondial ?

Qiao Liang : L’impact de l’épidémie de Nouvelle Pneumonie coronarienne sur le monde, parce qu’il s’agit d’un événement actuel et qu’il est encore en fermentation, peut être considéré comme un événement aussi déterminant que ceux connus par le passé, et on peut même le décorréler de la Première Guerre mondiale, de la Seconde Guerre mondiale et de la chute de l’Union soviétique. Tous ces événements sont à la même hauteur. Je pense qu’un tel jugement est fondamentalement conforme aux faits, et il n’est pas exagéré, mais la plupart des gens ne le voient pas.

En fait, le nouveau coronavirus lui-même n’a pas un effet si important. Au moins jusqu’à présent, il n’a pas été aussi tragique que la Première et la Deuxième Guerre mondiale qui n’ont cependant pu changer le paysage international du jour au lendemain, comme l’effondrement de l’Union soviétique. Ce n’est pas la première fois que l’homme est confronté à une épidémie, et toutes les épidémies n’apportent pas un changement aussi important. Pour tout changement, la cause externe est le facteur déclenchant, et la cause interne est le facteur décisif. Cette épidémie n’est que la dernière goutte d’eau qui viendra écraser ce cycle de mondialisation et la force motrice de la mondialisation.

Si cette épidémie se produisait dans les années 1950 et 1960, penserait-on vraiment qu’elle mettrait les États-Unis dans un tel embarras, et l’Europe dans un tel embarras ? Pourquoi l’épidémie qui se produit aujourd’hui embarrasse autant l’ensemble du monde occidental ? L’essentiel n’est pas de savoir à quel point l’épidémie est terrible, mais de réaliser que les États-Unis et l’Occident ont tous deux connu leur heure de gloire, et qu’ils sont confrontés aujourd’hui à cette épidémie alors qu’ils déclinent. L’épidémie arrive à ce moment, et même si ce n’est qu’une brindille, elle peut faire briser le dos du chameau qui a déjà du mal à marcher. C’est la raison la plus profonde.

Pourquoi les pays occidentaux ont-ils franchi ce pas ? Nous pouvons y réfléchir. Au cours du dernier demi-siècle, les États-Unis ont ouvert la voie, puis l’Europe et les pays occidentaux ont suivi, ils se sont engagés dans une voie économique virtuelle et ont progressivement abandonné l’économie réelle. Pour ces pays, cette tendance peut sembler être un avantage que les pays développés obtiennent pour rien, mais en fait, elle a entamé leurs forces vives. C’est en fait la même raison pour laquelle la Rome antique s’est progressivement effondrée au cours de la période ultérieure en raison de son arrogance et de son extravagance, qui a finalement conduit à l’effondrement de l’empire.

Je pense qu’après l’épidémie, les États-Unis et les pays occidentaux vont certainement essayer de se remettre sur pied. Beaucoup de gens ont encore confiance dans les États-Unis et les pays occidentaux, c’est-à-dire qu’ils croient qu’ils ont une forte capacité à corriger les erreurs, mais il n’est possible de corriger les erreurs qu’avec une force économique et une confiance suffisante. Dans le passé, les Américains corrigeaient les erreurs et ne se plaignaient jamais des autres. Maintenant que les Américains ne peuvent plus corriger leurs propres erreurs, ils commencent à faire porter la responsabilité sur les autres. Les pays occidentaux ont également renvoyé la balle à la Chine, et même certains de nos pays amis d’origine se sont trouvés dans la même situation et ont agi de même. La raison fondamentale en est que quiconque n’a pas la capacité de corriger ses erreurs aime automatiquement renvoyer la balle. Ils fantasment qu’il est tout simplement impossibles de restaurer leur propre économie et renvoient les responsabilités afin de pouvoir les réparer et les corriger. En fait, les Occidentaux devraient réfléchir à de nombreux aspects de cette séquence, y compris à leur système médical et à leur système de valeurs. Lorsqu’ils ont été confrontés à l’épidémie, ces systèmes étaient presque impuissants et sans défense. Quelle en est la raison ? Si vous n’arrivez pas à le comprendre, pouvez-vous résoudre le problème en rejetant simplement la responsabilité sur la Chine ? Tout comme la guerre ne peut pas être utilisée pour vaincre l’épidémie, il est également impossible de renvoyer la balle pour corriger ses propres erreurs.

Je pense que l’Occident passera au moins une douzaine de mois à deux ans après l’épidémie pour réparer sa propre économie et réparer son propre traumatisme. Dans ce processus, les soi-disant responsabilités et revendications envers la Chine sont toutes fantaisistes, et finiront par disparaître face à la une situation post-épidémique plus grave. La Chine devrait avoir suffisamment confiance en elle pour savoir que tant qu’elle pourra rester suffisamment forte et maintenir avec ténacité ses capacités de production, personne ne pourra lui porter atteinte.

Quand les États-Unis sont forts, qui peut les accuser de la propagation du sida ? Les gens n’ont pas accusé les États-Unis parce que les forces expéditionnaires américaines ont apporté en Europe la grippe qui a éclaté aux États-Unis à la fin de la Première Guerre mondiale et qui a finalement été appelée grippe espagnole. Pourquoi personne n’a mis en cause les États-Unis ? C’était à cause de la force des États-Unis à cette époque. Tant que la Chine restera forte et se renforcera, personne ne pourra la faire tomber avec des prétendues revendications de responsabilité. La Chine devrait avoir confiance en elle.

Source : Cet article a été publié dans le numéro de mai 2020 du magazine Bauhinia
Notes
[1] https://en.wikipedia.org/wiki/Taiwan_Allies_International_Protection_and_Enhancement_Initiative_Act
[2] https://www.congress.gov/bill/116th-congress/senate-bill/1678/text
[3] Le Mont Wutong, culminant à 944m, situé dans la province de Guangdong, sur la côte, près de Shenzen, fait géographiquement face à Hong-Kong Taïwan, en mer de Chine du sud. L’expression peut ici faire référence au fait de rester les yeux fixés vers Taïwan, voire d’y intervenir.
[4] On peut supposer qu’il s’agit ici d’une référence à l’élimination par drone de Qassem Soleimani le 3 janvier 2020 par l’armée américaine
[5] Parallèlement à l’initiative américaine, on peut également évoquer la loi adoptée à Taïwan en janvier 2020 : https://www.asie21.com/2020/03/10/taiwan-etats-unis-chine-les-etats-unis-tissent-leur-toile-pour-un-decouplage-total/#more-16985
[6] Présidente de la République de Taïwan depuis le 20 mai 2016 et bête noire de Pékin
Vous appréciez nos articles ? Partagez-les sur vos réseaux sociaux !

De Laurent Gayard7 mai 2020 Dans Asie, Asie de l’Est - La Chine veut toujours dominer le monde
Écouter ce que dit la Chine pour comprendre ce pays, sa vision du monde et son système de pensée est une nécessité pour affronter le nouvel ordre mondial. La Chine souhaite envahir Taïwan et assurer son hégémonie sur le monde. C’est ce que dit le Général Qiao Liang, dans un entretien publié en chinois. Un document exceptionnel, à lire pour comprendre.

Tags:Chineguerre commerciale

Laurent Gayard
Docteur en études politiques du centre Raymond Aron de l’EHESS. Professeur à l’Institut Catholique de Paris.
Xuan
   Posté le 15-06-2020 à 00:14:47   

Une étonnante déclaration, qui peut être interprétée comme un redéploiement, mais il s'agit ici des guerres militaires et non de la guerre en général.


Donald Trump annonce "la fin de l'ère des guerres sans fin" devant les diplômés de West Point


French.xinhuanet.com | Publié le 2020-06-14 à 04:44
http://french.xinhuanet.com/2020-06/14/c_139137004.htm
WASHINGTON, 13 juin (Xinhua) -- Le président américain Donald Trump a annoncé samedi dans ses remarques aux diplômés de l'Académie militaire des États-Unis que son pays allait "mettre fin à l'ère des guerres sans fin".

"Nous finissons l'ère des guerres sans fin. À sa place se trouve un accent renouvelé et clairvoyant sur la défense des intérêts vitaux de l'Amérique", a dit Donald Trump devant plus de 1.000 cadets de l'Académie, plus connue sous le nom de West Point.

Selon Donald Trump, il n'est pas dans les tâches de l'armée américaine de reconstruire des nations étrangères ni de "résoudre d'anciens conflits dans des pays lointains dont beaucoup de gens n'ont jamais entendu parler".

"Nous ne sommes pas les policiers du monde", a-t-il ajouté.

Le discours de Donald Trump intervient à un moment où son administration élabore des plans pour retirer les troupes américaines de divers endroits du monde.

Selon un communiqué conjoint publié jeudi par Washington et Bagdad, les États-Unis continueront de réduire leur présence militaire en Irak au cours des prochains mois.

Dans le même temps, Donald Trump aurait ordonné au Pentagone de réduire de près de 9.500 soldats les effectifs de 34.500 soldats américains affectés en permanence en Allemagne, provoquant une levée de boucliers chez certains législateurs Républicains. La semaine dernière, 22 membres Républicains du Congrès ont écrit au président des États-Unis, l'avertissant qu'un important retrait de forces en Europe servirait les intérêts de la Russie au détriment de la sécurité nationale américaine.

D'autres rapports affirment aussi que l'administration Trump envisage une gamme d'options pour retirer toutes les troupes américaines d'Afghanistan à une date rapprochée, avec une option possible pour le mois de novembre de cette année.

L'accord de paix signé fin février entre les États-Unis et les talibans afghans prévoit le retrait complet de l'armée américaine du pays déchiré par la guerre d'ici mai 2021 si les talibans ne soutiennent plus les groupes terroristes.

"Si les conditions le permettent, nous sommes prêts à revenir à zéro", a déclaré mercredi le chef du commandement central américain, Kenneth McKenzie, lors d'une rencontre avec un groupe de réflexion, ajoutant toutefois que "ces conditions ne sont pas pleinement remplies".
Xuan
   Posté le 18-06-2020 à 07:11:53   

Un autre commentaire qui resitue la question par rapport aux contradictions internes des USA - Le rôle de gendarme du monde est aussi déterminé par la nécessité de conserver l'hégémonisme, sur lequel repose le déficit incommensurable des USA.


Les États-Unis peuvent-ils vraiment arrêter d’être le flic du monde?

DANIELLE BLEITRACH 17 JUIN 2020

https://histoireetsociete.com/2020/06/17/les-etats-unis-peuvent-ils-vraiment-arreter-detre-le-flic-du-monde/

Une fois encore le diagnostic sur l’impossible changement des Etats-Unis est posé. Parce que l’analyse de la crise qui secoue les USA, et plus généralement le monde occidental, ne se limite pas au fait que se trouve à la direction du pays l’individu le plus délirant, le plus incontrôlé qu’il n’y ait jamais eu, mais bien que les structures économiques et sociales soient sous l’effet de dissolution de la phase néo-libérale du capitalisme et que la nécessité du changement est beaucoup plus fondamentale qu’un simple changement de président (note et traduction de Danielle Bleitrach).
Source: Global Times Publié: 2020/6/15 20:48:405


Photo: Une capture d’écran d’une vidéo de Xinhua montre le discours de West Point du président américain Donald Trump. ”Nous ne sommes pas le policier du monde”, a déclaré le président américain Donald Trump alors qu’il exposait sa vision de l’utilisation de l’armée américaine lors du discours d’ouverture à West Point samedi.

“Le travail du soldat américain n’est pas de reconstruire des nations étrangères, mais de défendre et de défendre fermement notre nation contre les ennemis étrangers. Nous mettons fin à l’ère des guerres sans fin”, a déclaré le président.

Ce n’est pas la première fois que Trump déclare que les États-Unis ne sont plus le policier du monde. Lors de son voyage en Irak en décembre 2018, Trump a défendu sa décision de retirer des troupes de la Syrie déchirée par la guerre en faisant les mêmes remarques.

Les gémissements de Trump sur l’engagement des États-Unis à l’étranger et les remarques selon lesquelles le pays devrait cesser d’être le flic du monde sont conformes à sa philosophie diplomatique qui met l’accent sur “l’Amérique d’abord”. À un moment où ses relations avec les hauts responsables militaires sont tendues et les tensions raciales bouillonnent dans le pays, Trump espère apaiser le public américain, en particulier ses partisans, en portant son attention sur les questions intérieures. De cette façon, il met l’accent sur le rôle de l’armée américaine dans la protection de la sécurité intérieure.

Mais les États-Unis peuvent-ils vraiment arrêter de jouer au policier du monde? Il n’y a aucune preuve suffisante dans l’histoire ou maintenant pour indiquer que les États-Unis sont disposés à, ou pourraient, cesser de surveiller le monde. Au lieu de cela, les problèmes intérieurs n’ont pas empêché les États-Unis d’intervenir à l’étranger.

Ceci est inévitable et déterminé par la nature hégémonique du pays. Afin de maintenir son hégémonie, les États-Unis doivent étendre leur influence à l’étranger. Les États-Unis considèrent également depuis longtemps qu’il s’agit d’une noble mission de promouvoir les soi-disant valeurs démocratiques et la liberté dans le monde entier.

Par conséquent, le rôle des États-Unis en tant que policier du monde fait partie, voire est un symbole, de l’hégémonie américaine. Tant que les États-Unis resteront une puissance hégémonique ou tenteront de maintenir leur puissance, leurs actions policières mondiales ne changeront pas. Les États-Unis peuvent-ils retirer toutes leurs troupes de l’étranger? Les États-Unis renonceront-ils à leurs tentatives d’inciter à des révolutions de couleurs dans d’autres pays? La réponse est définitivement «non». Il est donc peu probable que les États-Unis abandonnent leur statut de policier mondial.

En fait, ce que Trump a dit lors du discours d’ouverture ne doit pas être pris au sérieux. Ce n’est qu’une simple tentative de réduire l’insatisfaction au sein de l’armée au milieu d’une rupture grandissante entre Trump et les troupes.

En plus de prétendre que l’armée américaine n’est pas le policier du monde, Trump a hautement apprécié les contributions que les soldats ont apportées au pays. Il s’est vanté des réalisations de son administration dans le domaine militaire, telles que la création d’une force spatiale et l’investissement de 2 000 milliards de dollars pour les dépenses de défense.

Depuis que Trump a pris ses fonctions, l’armée américaine s’est progressivement éloignée du président. Que ce soit les conflits entre Trump et les hauts responsables militaires américains, y compris l’ancien secrétaire à la défense Jim Mattis, ou la controverse et les différences sur le rôle que l’armée américaine devrait jouer dans les émeutes en cours aux États-Unis, cela montre que la perception de Trump du rôle de l’armée américaine est différent de la façon dont les militaires se perçoivent.

Trump, en tant que président et commandant en chef de l’armée, estime que l’armée devrait obéir à tous ses ordres. Ce n’est apparemment pas ce que pensent certains hauts responsables militaires.

Les menaces de Trump d’utiliser des troupes pour réprimer les émeutes nationales déclenchées par la mort de George Floyd ont rendu les conflits entre Trump et l’armée plus évidents. Il y a maintenant un fossé profond entre les deux côtés. Cela ne peut pas être comblé par des discussions vides et des paroles douces.

L’article a été compilé par le journaliste du Global Times Yu Jincui sur la base d’une interview avec Zhang Tengjun, chercheur adjoint au China Institute of International Studies. yujincui@globaltimes.com.cn


Edité le 18-06-2020 à 07:15:31 par Xuan


Xuan
   Posté le 02-07-2020 à 07:14:03   

A nouveau la Chine répond aux mesures discriminatoires des USA en matière de journalisme. Le découplage s'étend donc aussi à ce domaine.

La Chine annonce des contre-mesures face aux restrictions imposées aux médias chinois aux Etats-Unis


French.xinhuanet.com | Publié le 2020-07-01 à 20:03 http://french.xinhuanet.com/2020-07/01/c_139180997.htm

BEIJING, 1er juillet (Xinhua) -- Quatre médias américains ont reçu pour consigne de déclarer à la Chine, sous forme écrite, des informations concernant leur personnel, leurs finances, leurs activités et leurs biens immobiliers en Chine dans les sept jours calendaires, à compter de mercredi.

Selon le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian, les quatre organisations américaines sont l'Associated Press (AP), United Press International (UPI), le Columbia Broadcasting System (CBS) et la National Public Radio (NPR).

M. Zhao a fait cette annonce lors d'un point de presse quotidien mercredi, en réponse à l'annonce par les Etats-Unis le 22 juin que la Télévision centrale de Chine, le Quotidien du Peuple, le Global Times et le China News Service avaient été désignés comme missions étrangères aux Etats-Unis.

"Les mesures susmentionnées de la Chine sont des contre-mesures tout à fait nécessaires et réciproques en réponse à l'oppression déraisonnable exercée par les Etats-Unis contre les filiales de ces médias chinois aux Etats-Unis" , a indiqué M. Zhao, soulignant que les mesures de la Chine étaient une défense entièrement justifiée.
Plaristes
   Posté le 02-07-2020 à 22:35:28   

Considérant leur crédibilité c'est pour le mieux !

Regain de crédibilité garanti !
Xuan
   Posté le 12-07-2020 à 12:59:22   

Les restrictions technologiques américaines risquent de perdre le marché chinois

Source: Xinhua Publié: 2020/7/11 21:20:20

https://www.globaltimes.cn/content/1194201.shtml


Le gouvernement américain a constamment resserré ses restrictions technologiques à l'égard de la Chine au cours des derniers mois, malgré la crainte généralisée que de telles mesures ne perturbent la chaîne d'approvisionnement mondiale.

Bien que ces sanctions puissent entraver le développement de la haute technologie en Chine, elles coûteront également cher aux entreprises technologiques américaines et risquent de perdre le marché chinois, qui pourrait être le plus grand du monde.

Le 30 juin, la Commission fédérale des communications des États-Unis a désigné Huawei et ZTE, les deux principales entreprises de télécommunications chinoises, comme menaces à la sécurité nationale et a interdit aux opérateurs ruraux de leur acheter du matériel et des services avec des fonds publics.

Le 15 mai, le département américain du Commerce (DOC) a modifié la soi-disant règle du produit direct pour restreindre les ventes de tout produit utilisant même une portion minimale de technologies d'origine américaine à Huawei et ses filiales. Un an plus tôt, le DOC a inclus Huawei dans une liste noire d'entités, obligeant les entreprises américaines à obtenir la ratification du gouvernement avant de vendre des produits à l'entreprise.

Les États-Unis sont maintenant allés encore plus loin pour imposer des restrictions de visa aux étudiants chinois et aux universitaires invités, et ont lancé une enquête plus approfondie sur les scientifiques sino-américains travaillant dans le secteur de la haute technologie.

Les États-Unis ont également pressé ou même menacé d'autres pays de cesser de coopérer avec Huawei sur la 5G, essayant de construire un blocus mondial pour étouffer le leader mondial des technologies 5G et entraver le développement de la haute technologie en Chine.

Ce faisant, la partie américaine cite souvent des "menaces à la sécurité nationale" des produits chinois, qui sont infondées et partiales, car il n'y a jamais eu de preuve crédible de telles allégations. Au contraire, il existe de nombreux cas où les États-Unis utilisent leurs avantages technologiques pour espionner le monde, y compris les dirigeants de leurs pays alliés.

Les restrictions technologiques américaines visent toutes les entreprises étrangères qui mettent en cause les avantages technologiques du pays, et leurs tactiques pourraient être extrêmement peu scrupuleuses si nécessaire.

Le conglomérat français Alstom a été l'une des victimes en 2013, lorsqu'il a été inculpé de délits de corruption, condamné à une lourde amende par le ministère américain de la Justice et contraint de se restructurer, l'essentiel de son activité étant acquis par une société américaine, simplement parce qu'il était prêt à défier la position de leader de l'Amérique dans les mêmes domaines d'activité.

Il ne fait aucun doute que les restrictions technologiques américaines auront un impact grave sur les opérations normales de Huawei et d'autres sociétés chinoises, ainsi que perturberont la chaîne d'approvisionnement mondiale. Une interdiction brutale des approvisionnements coûtera également considérablement aux entreprises de haute technologie américaines.

Il convient de noter qu'aucune entreprise de la chaîne d'approvisionnement n'est insensible aux restrictions, y compris les entreprises américaines. Un récent rapport du Boston Consulting Group a révélé que si les États-Unis interdisaient totalement les exportations de semi-conducteurs vers la Chine, les sociétés américaines de semi-conducteurs pourraient perdre 18% de la part mondiale et 37% de leurs revenus en trois à cinq ans.

Même si les États-Unis ne maintiennent que les restrictions déjà en vigueur, les entreprises américaines pourraient perdre 8% de la part mondiale et 16% de leurs revenus, selon le rapport.

La dernière interdiction imposée par le DOC à Huawei a été largement remise en question par des groupes industriels américains, avertissant que l'interdiction nuirait gravement à l'industrie américaine de la fabrication de puces.

Doug Jacobson, un avocat spécialisé dans le commerce international, a été cité dans des articles de presse disant que cette décision aurait "un impact beaucoup plus négatif sur les entreprises américaines que sur Huawei, car Huawei développera sa propre chaîne d'approvisionnement" et trouvera éventuellement des alternatives .

La Chine s'oppose fermement à la répression irrationnelle des États-Unis contre les entreprises chinoises et essaie de chercher des solutions dans l'esprit de la coopération et de la distribution internationales.

Andrew Polk, économiste au sein du cabinet de conseil Trivium, estime que le fait de mettre Huawei sur la liste des entités "a accéléré la montée en puissance de la Chine". "Cela va finalement prouver le moment où nous avons allumé un feu sous la Chine. Et cela ne va pas tuer Huawei. Cela va faire le contraire", a déclaré Polk cité par Quartz en 2019 à la suite de la liste noire américaine de Huawei.

Il convient de noter que les sanctions américaines ne feront que motiver la capacité d'innovation des entreprises chinoises. De plus en plus de rapports indiquent que les principales sociétés technologiques chinoises ont fortement augmenté leurs investissements dans le développement de semi-conducteurs.

Avec une population de 1,4 milliard d'habitants et une capacité de consommation en croissance rapide, la Chine possède un énorme marché pour presque toutes les industries, en particulier les industries de haute technologie. Les pratiques fanatiques américaines contre la Chine risquent de perdre le marché chinois à long terme.
Xuan
   Posté le 25-07-2020 à 00:12:05   

Le ministère chinois des Affaires étrangères informe les États-Unis de fermer le consulat américain à Chengdu



24 juillet 2020 17:00:29 Source: Xinhua http://www.qstheory.cn/qshyjx/2020-07/24/c_1126281968.htm

Agence de presse Xinhua, Pékin, 24 juillet. Le matin du 24 juillet, le Ministère chinois des affaires étrangères a notifié à l'ambassade des États-Unis en Chine que la Chine avait décidé de révoquer l'autorisation de création et de fonctionnement du consulat général des États-Unis à Chengdu, et a fait des suggestions spécifiques sur la suspension de toutes les opérations et activités du consulat général.

Le 21 juillet, les États-Unis ont provoqué unilatéralement l'incident et ont soudainement exigé que la Chine ferme le consulat général à Houston, ce qui a gravement violé le droit international et les normes fondamentales des relations internationales et les dispositions pertinentes du traité consulaire sino-américain, et gravement endommagé les relations sino-américaines. Les mesures susmentionnées de la Chine sont une réponse légitime et nécessaire aux actions déraisonnables des États-Unis. Elles sont conformes au droit international et aux normes fondamentales des relations internationales, ainsi qu'aux pratiques diplomatiques.

La situation actuelle entre la Chine et les États-Unis est quelque chose que la Chine ne veut pas voir, et la responsabilité incombe entièrement aux États-Unis. Nous exhortons une fois de plus les États-Unis à révoquer immédiatement la décision erronée de créer les conditions nécessaires au retour à la normale des relations bilatérales.

________________


Les États-Unis perdent leurs `` intérêts de renseignement stratégique '' avec la fermeture du consulat de Chengdu

Par Yang Sheng et Bai Yunyi Source: Global Times Publié: 2020/7/24 18:36:29

https://www.globaltimes.cn/content/1195554.shtml

Les activités des diplomates américains à Chengdu `` incompatibles avec leur identité ''

Le consulat américain à Chengdu. Photo: AFP



Lors du dernier cycle de conflit diplomatique entre la Chine et les États-Unis, les deux parties ont ordonné à l'autre de fermer un consulat général. Les experts des relations et du renseignement sino-américains ont déclaré que les pertes pour les deux parties sont généralement équivalentes, mais la fermeture du consulat américain à Chengdu entraînera des pertes plus stratégiques du côté américain, car Washington a longtemps utilisé ses diplomates à Chengdu pour infiltrer le Tibet. et d'autres régions du sud-ouest de la Chine, interférant dans les affaires intérieures de la Chine.

Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré vendredi lors d'une conférence de presse de routine que certains diplomates du consulat américain à Chengdu avaient entrepris des activités "incompatibles avec leur identité" pour interférer dans les affaires intérieures de la Chine et nuire à la sécurité nationale de la Chine, et la Chine a fait de nombreuses représentations aux États-Unis sur ce front.

Li Haidong, professeur à l'Institut des relations internationales de l'Université des affaires étrangères de Chine, a déclaré vendredi au Global Times que le consulat américain à Chengdu couvrait les affaires du Tibet chinois et de nombreuses régions ethniques du sud-ouest de la Chine, ce qui signifie qu'il jouait un rôle stratégique important. pour les États-Unis en Chine.

Le consulat général des États-Unis à Chengdu a été créé en 1985 et couvre des régions telles que les provinces du Sichuan, du Yunnan et du Guizhou, la municipalité de Chongqing et la région autonome du Tibet, selon le site Web du consulat.

Un expert des relations et du renseignement sino-américains qui a demandé l'anonymat a déclaré au Global Times que les États-Unis avaient utilisé leur consulat à Chengdu pour infiltrer la région du Tibet et s'immiscer dans les affaires ethniques et religieuses de la Chine pendant très longtemps.


Edité le 25-07-2020 à 00:17:03 par Xuan


Xuan
   Posté le 25-07-2020 à 08:23:58   

Moscou répond à la proposition de Pompeo d’une «alliance de démocraties» contre la Chine

© Sputnik . Ilya Pitalev

18:52 24.07.2020

https://fr.sputniknews.com/international/202007241044158436-moscou-repond-a-la-proposition-de-pompeo-dune-alliance-de-democraties-contre-la-chine/

S’étonnant du ton de la déclaration faite le 23 juillet par Mike Pompeo au sujet de la Chine, la porte-parole de la diplomatie russe a souligné que Moscou envisageait de poursuivre son partenariat avec Pékin, qu’elle considère comme un facteur important de stabilisation de la situation internationale.

Moscou perçoit les propos du secrétaire d’État américain Mike Pompeo, qui avait proposé le 23 juillet de créer «une nouvelle alliance de démocraties» pour contrer la Chine, comme une tentative d’«enfoncer un coin» entre la Russie et l’empire du Milieu, a déclaré la porte-parole de la diplomatierusse, Maria Zakharova.

Pour rappel, Pompeo avait en outre estimé que «si le monde libre ne change pas, la Chine communiste nous changera à coup sûr».

Or, selon Maria Zakharova, Moscou envisage de continuer à renforcer sa coopération avec Pékin, qu’elle perçoit comme un facteur de grande importance concernant la stabilisation de la situation dans le monde.
Elle s’est étonnée du ton des déclarations de Pompeo «contenant des indélicatesses à l’encontre de la Chine, de son système politique et social et à l’encontre des autorités du pays».

« Les tensions dans les relations avec Pékin, provoquées par Washington, ne nuisent pas qu’aux États-Unis et à la Chine, mais compliquent sérieusement la situation internationale dans son ensemble », a-t-elle fait remarquer.
Et de rappeler que les deux pays étaient membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu et, en conséquence, comme tous les membres de ce «quintet», assumaient une responsabilité accrue dans le maintien de la stabilité à l’échelle internationale.

Réaction du Kremlin
Les propos prononcés le 23 juillet par Pompeo en Californie ont également suscité la réaction du Kremlin. Le porte-parole de la présidence russe a souligné que jamais la Russie ne nouerait d’alliances contre un autre pays.

Et de rappeler que la Russie développait des relations de partenariat particulières avec la Chine.
Xuan
   Posté le 25-07-2020 à 08:27:21   

HSBC obtient l'autorisation de fermer une sous-succursale de Shenzhen


Source: Global Times Publié: 2020/7/24 23:34:16
https://www.globaltimes.cn/content/1195565.shtml

Vendredi, les autorités chinoises ont approuvé une demande de la banque britannique HSBC de fermer sa succursale dans le district de Longgang à Shenzhen.

Le bureau de Shenzhen de la Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances a accédé à la demande de la banque de fermer sa sous-succursale locale dans le district de Longgang, qui compte plus de 2 millions d'habitants, selon une circulaire de la banque locale et autorité des assurances.

L'annonce, datée du 17 juillet mais publiée vendredi, est intervenue alors que de nouvelles preuves apparaissaient sur la façon dont le prêteur était impliqué dans un stratagème conçu par les États-Unis pour fabriquer des preuves et encadrer de manière malveillante le directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou.

Il a été demandé à la banque de restituer la licence financière de la sous-succursale locale dans les 15 jours, de faire une divulgation publique et d'annuler l'enregistrement industriel et commercial.

HSBC possède un total de 10 succursales et sous-succursales bancaires à Shenzhen.
La banque, qui génère près de 80% de ses bénéfices en Chine, a soulevé beaucoup d'émotion et de colère du public en Chine en raison de son rôle dans l'arrestation de Meng au Canada.

Global Times
Xuan
   Posté le 25-07-2020 à 09:00:14   

Il est possible que Pompeo réussisse son pari quant au changement, pas dans le sens souhaité, mais plutôt dans l'éviction du courant libéral au sein du PCC.


Pompeo demande à «induire» des changements au sein du Parti communiste chinois | Monde


24 juillet 2020

https://www.actualites-sante.com/actualites/2557/pompeo-demande-a-induire-des-changements-au-sein-du-parti-communiste-chinois-monde/

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a déclaré jeudi dans un discours sévère contre Pékin que l’objectif de Washington était « d’induire le changement » en Chine, car le monde ne peut être considéré comme sûr tant qu’il n’y a pas de changements dans ce pays, avec laquelle Washington entretient des relations de plus en plus tendues.
«Les nations libres du monde doivent induire un changement dans le comportement du Parti communiste chinois (PCC) de manière plus créative et plus affirmée, car les actions de Pékin menacent notre peuple et notre prospérité» , a déclaré Pompeo dans un discours à la bibliothèque. du président Richard Nixon en Californie.
Xuan
   Posté le 26-07-2020 à 10:14:46   

Pompeo appelle “le monde libre” à “triompher” de la “nouvelle tyrannie” chinoise

DANIELLE BLEITRACH 25 JUILLET 2020 https://histoireetsociete.com/2020/07/25/pompeo-appelle-le-monde-libre-a-triompher-de-la-nouvelle-tyrannie-chinoise/

Voilà qui explique la campagne mensongère à l’instar de ce que nous avons connu pour nous faire accepter la guerre d’Irak et d’autres. Les Etats-Unis dans le contexte d’une campagne présidentielle, incapables de faire face à leur problèmes internes et externes, se lancent dans une croisade avec “coalisés”. Alors que le monde vit une crise économique, sociale, sanitaire, au lieu de rechercher les coopérations, le système capitaliste fou ne voit d’issue que dans la guerre, la xénophobie et les mensonges pour justifier (note de Danielle Bleitrach).
WASHINGTON (AFP) 24.07.2020 – 00:49

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a appelé jeudi “le monde libre” à “triompher” de la “nouvelle tyrannie” incarnée selon lui par la Chine communiste, après la fermeture du consulat chinois à Houston décrit comme “ une plaque tournante de l’espionnage”.
“La Chine d’aujourd’hui est de plus en plus autoritaire à l’intérieur du pays, et plus agressive dans son hostilité face à la liberté partout ailleurs”, a-t-il déclaré en Californie lors d’un discours dont la tonalité rappelait plus que jamais la Guerre froide avec l’Union soviétique.

Dans une attaque d’une rare virulence contre le président d’une des principales puissances mondiales, il a aussi accusé Xi Jinping d’être un “adepte sincère d’une idéologie totalitaire en faillite ”, en faisant référence uniquement à ses fonctions de “secrétaire général” du Parti communiste.
Le discours entendait détailler la stratégie de fermeté du président Donald Trump face au géant asiatique, présenté à plusieurs reprises comme une “menace” ou un “danger”.

Il intervient au lendemain de l’annonce spectaculaire de la fermeture du consulat chinois dans la grande ville du Texas, imposée par Washington en franchissant un nouveau pallier dans l’escalade sans précédent entre les deux grandes puissances rivales.

– “Vieux paradigme” –

Dénonçant jeudi une “calomnie malveillante”, Pékin a promis des représailles contre cette décision inédite depuis l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays en 1979.

“Nous avons fermé le consulat de Chine à Houston car c’était une plaque tournante de l’espionnage et du vol de propriété intellectuelle”, a dit Mike Pompeo, sans préciser clairement les faits reprochés à ses diplomates.
Signe de la méfiance ambiante, la police américaine soupçonne en outre une chercheuse chinoise, accusée d’avoir dissimulé ses liens avec son armée pour obtenir un visa américain, de s’être réfugiée au consulat chinois de San Francisco afin d’échapper à son arrestation.
Le secrétaire d’Etat, un faucon qui sonne depuis plusieurs mois la charge contre la Chine, a plus généralement accusé les Chinois de “voler” de “précieux secrets commerciaux” aux Américains.
Mike Pompeo avait choisi la bibliothèque présidentielle Richard Nixon à Yorba Linda pour formuler son réquisitoire.
Tout un symbole, puisqu’il s’agissait d’acter l’échec de la stratégie engagée il y a plus de 40 ans par l’ex-président républicain lorsqu’il avait entamé le dialogue avec la Chine communiste, dans l’espoir que son intégration au sein de la communauté internationale favorise une certaine normalisation.

Ce “vieux paradigme” ne “marche tout simplement pas”, a tranché le ministre.

“L’heure est venue pour les nations libres de passer à l’action”, a-t-il martelé, appelant de ses voeux “une nouvelle alliance des démocraties” .
Objectif: faire “changer d’attitude” à Pékin, a-t-il plaidé, sans aller jusqu’à prôner un changement de régime, même s’il a salué publiquement plusieurs dissidents chinois.

– “Se méfier, et vérifier”

“Si nous nous inclinons maintenant, nos petits-enfants pourraient être à la merci du Parti communiste chinois, dont les actes constituent le premier défi du monde libre”, a-t-il insisté. “Xi n’a pas vocation à semer éternellement la tyrannie en Chine et à l’étranger, à moins qu’on le laisse faire.”
Mike Pompeo a multiplié les références à la Guerre froide, exhortant le reste du monde à “choisir son camp” entre “la liberté et la tyrannie”.

Il a certes salué le “réveil” de certains pays, notamment européens, mais a aussi regretté la “timidité” d’autres, comme cet “allié au sein de l’Otan” , qu’il n’a pas nommé, réticent selon lui à défendre l’autonomie de Hong Kong par crainte de perdre son accès au vaste marché chinois.
Un reproche également adressé aux entreprises américaines qui se plient aux exigences chinoises et soutiennent, “sciemment ou à leur insu” , de “graves violations” des droits humains.

Il a d’ailleurs estimé qu’il ne s’agissait pas de revenir à “l’endiguement” (ou “containment”) en vigueur contre l’URSS, car “la Chine communiste est déjà chez nous” . Et contrairement à la doctrine “faire confiance mais vérifier” défendue par un autre ex-président républicain, Ronald Reagan, face à Moscou, il a suggéré de “se méfier, et vérifier”.

Au-delà de cet appel, Mike Pompeo a reconnu que la “fermeté” n’était pas suffisante, alors que les démocrates, mais aussi certains républicains, jugent que cette diplomatie musclée n’a pas permis jusqu’ici de contenir les ambitions chinoises.

“Nous devons parler et donner du pouvoir au peuple chinois” , a-t-il lancé, en estimant que le régime redoutait “les opinions” de ses concitoyens “plus que tout adversaire étranger”.


Edité le 26-07-2020 à 10:15:10 par Xuan


Xuan
   Posté le 26-07-2020 à 17:28:17   

Les officiers fédéraux US pénètrent dans le consulat chinois de Houston comme des voleurs



La guerre diplomatique sino-américaine s'est intensifiée. Le consulat de Chine à Houston a été fermé de force par les États-Unis dans l'après-midi du 24 juillet. Au même moment, des membres du gouvernement américain ont également enfoncé de force la porte et sont entrés dans le consulat de Chine à Houston. La Chine est très mécontente de cela.
Le 26 juillet, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a publié sur les réseaux sociaux américains Twitter (Twitter): «Le consulat général chinois à Houston est la propriété nationale de la Chine. L’entrée forcée des États-Unis n’a pas seulement violé La Convention de Vienne sur les relations consulaires a également violé la Constitution américaine et la "Diplomatic Corps Act" des États-Unis. "Cette action n'est pas différente du cambriolage."

Elle a également partagé une photo prise par l'Associated Press, qui montrait un fonctionnaire fédéral américain et un serrurier essayant d'ouvrir une porte et d'entrer dans le bâtiment du consulat chinois évacué.
Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a également publié une déclaration le 25 juillet, critiquant les États-Unis pour leur entrée de force dans le consulat chinois à Houston. Le communiqué indique que le bâtiment du consulat général de Chine à Houston est un bâtiment du consulat diplomatique et une propriété nationale de la Chine. Selon la Convention de Vienne sur les relations consulaires et le Traité consulaire sino-américain, les États-Unis ne doivent en aucun cas empiéter sur les locaux du consulat chinois à Houston.

Le communiqué indique également que la Chine a exprimé son mécontentement et sa ferme opposition à l'entrée forcée des États-Unis au consulat général de Chine à Houston et a déposé des représentations solennelles. La Chine apportera une réponse appropriée et nécessaire à cet égard.

_______________________


The premises of China's Consulate General in #Houston are the Chinese government's property. The US' break-in is in violation of the #ViennaConventiononConsularRelations as well as the #USConstitution and the #ForeignMissionsAct. It is no different from burglary.



Xuan
   Posté le 28-07-2020 à 21:06:19   

Voir sur ce site : Les chambres de torture de la guerre économique

La guerre hors limites dépasse le conflit US / RPC et touche l'Europe.
Xuan
   Posté le 02-08-2020 à 00:23:08   

La Chine se prépare à la guerre


Une série de vidéo sur CGTN met l'accent sur l'armée et la préparation à la guerre, sur le lien entre l'armée du peuple et le peuple, sur la direction du PCC :

Le Commandant en chef se soucie des millions de soldats
L'Armée populaire de libération a accompli un glorieux parcours et a maintenu la paix
Suivez Xi Jinping pour apprendre l'histoire militaire chinoise
https://www.youtube.com/watch?v=xAxB7SMBcbk
https://www.youtube.com/watch?v=OmTSvKJQrls
https://www.youtube.com/watch?v=jUFyTUnq3t0
https://www.facebook.com/watch/?v=3731068320254674


Edité le 02-08-2020 à 07:52:48 par Xuan


Xuan
   Posté le 02-08-2020 à 07:50:01   

Xi insiste sur la modernisation de la défense nationale et des forces armées

Source: Xinhua Publié: 2020/8/1 9:12:21

https://www.globaltimes.cn/content/1196320.shtml



Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a souligné l'avancement de la modernisation de la défense nationale et des forces armées.

M. Xi a fait ces remarques alors qu'il présidait une session d'étude de groupe du Bureau politique du Comité central du PCC sur le renforcement de la modernisation de la défense nationale et des forces armées, qui s'est tenue jeudi.

Pour soutenir et développer le socialisme aux caractéristiques chinoises et parvenir à un rajeunissement national, M. Xi a souligné le fait de garantir à la fois le développement et la sécurité, et de veiller à ce que les efforts visant à rendre le pays prospère et les efforts visant à rendre l'armée forte vont de pair.

La modernisation de la défense nationale et des forces armées doit être en phase avec le processus de modernisation du pays, et les capacités militaires doivent répondre aux besoins stratégiques nationaux, a déclaré M. Xi.

M. Xi a déclaré que le PCC s'était toujours efforcé de construire une défense nationale forte et des forces militaires puissantes, et avait réalisé de grandes réalisations à cet égard.

Au cours de cette année, la Chine atteindra les objectifs et les missions de renforcement de la défense nationale et des forces armées pour 2020, et se lancera dans un nouveau voyage pour achever fondamentalement la modernisation de la défense nationale et des forces armées, et pour transformer l'armée chinoise en monde. forces de classe, a déclaré Xi.

M. Xi a appelé à des efforts pour mettre en œuvre les plans stratégiques et les dispositions prises par le Comité central du PCC et la Commission militaire centrale sur la modernisation de la défense nationale et des forces armées, afin de s'assurer que les objectifs et les missions à cet égard sont atteints.

Notant que le monde d'aujourd'hui subit des changements profonds et en évolution rapide qui n'ont pas été observés depuis un siècle, et que la pandémie de COVID-19 exerce une influence considérable sur le paysage international, M. Xi a déclaré que la situation en matière de sécurité en Chine était confrontée à des incertitudes croissantes et à des facteurs de déstabilisation.

Il a appelé à un sens plus fort de la mission et de l'urgence et à davantage d'efforts pour parvenir à un développement progressif dans la modernisation de l'armée chinoise.

Xi a souligné la mise en œuvre de la ligne directrice stratégique militaire pour la nouvelle ère, la formulation du 14e plan quinquennal (2021-2025) pour la construction de l'armée, l'élaboration d'une feuille de route scientifique et la culture d'un nouveau type de talents militaires de haut calibre et professionnels.

Soulignant les efforts conjoints civilo-militaires visant à faire progresser la modernisation de la défense nationale et des forces armées, M. Xi a appelé les institutions centrales du Parti et de l'État, ainsi que les comités du Parti et les gouvernements à tous les niveaux locaux, à renforcer leur conscience de la défense nationale et à faire avancer le développement. de la défense nationale et des forces armées.
Plaristes
   Posté le 02-08-2020 à 09:48:24   

Il va falloir faire un choix, il va falloir des éclaireurs marqueurs, et il va falloir choisir entre infanterie, ou véhicules légers avec équipement high tech et grand vitesse de déplacement.

Il va choisir entre masse de tanks chassi légers et canon lourd style AMX-30, où des monstres de guerre moderne comme les Russes et les américains, ce genre de tank qui peut manger du RPG toute la journée.



Ça c'est pour le terrestre, l'important c'est le naval, les avions, les missiles, les systèmes anti missiles, et surtout les navires de défense boucliers anti missiles lasers.
Ainsi que des portes hélicoptère capables de transporter des hélicos avec des boués sonars et des torpilles et faire de la guerre electronique.

Et des gens formés à utiliser ce genre d’engin. Au lieu d'investir dans des masses de sous-marins d'attaque, investir dans des casseurs tueurs diesels. Il n'y a rien de mieux en défense côtière, le facteur de terreur total que sont ces monstres est une force dissausive considérable, la plus part des politicards ne veulent pas que dans les news ils aient perdu tout un tas de navire et d'hommes pour rien.

Les exercices de simulations militaires contre l'Iran avec l'équipe rouge dirigé par un vétéran de la guerre du vietnam qui avait beaucoup appris des vietcongs... Avait coulé dans l'exercice 2 porte avions avec des missiles sol mer, sans que l'ennemi ne puisse rien faire en retour car utilisait des messager à moto au lieu de communications électroniques inacceptables.
L'opération a été abordé....

Les équipements de détection des sous marins et des contacts goblins sont sous développés de nos jours la présence d'un nombre conséquent de ces bijoux de mort présente donc une force de dissuasion encore plus grande !
Xuan
   Posté le 03-08-2020 à 07:33:59   

propose tes services au consulat de Chine ou à l'ambassade, ton aide est indispensable.
Xuan
   Posté le 04-08-2020 à 23:58:33   

La `` tactique de style mafieux '' américaine sur TikTok dépouille la dernière couche de décence

Par Wang Cong Source: Global Times Publié: 2020/8/4 20:33:41 Dernière mise à jour: 2020/8/4 22:33:41

https://www.globaltimes.cn/content/1196697.shtml
La Chine doit répondre ou Trump deviendra plus agressif au milieu des élections: analyste



La dernière décision du président américain Donald Trump de forcer ByteDance basée en Chine à vendre son application de partage de vidéos TikTok à une société américaine et à payer au gouvernement américain une part de la transaction a été ridiculisée par de nombreux Chinois - experts et citoyens ordinaires - comme " vol à nu "en utilisant des tactiques de style mafieux qui enlèvent la dernière couche de décence aux États-Unis, qui prétendent être un marché libre qui soutient la primauté du droit.

Le gouvernement chinois a averti mardi les Etats-Unis de "conséquences" s'il ouvre la "boîte de Pandore" avec ce qu'un responsable chinois a appelé "manipulation politique" et une répression contre une entreprise chinoise.

Alors qu'elle faisait suite à une répression radicale de l'administration Trump contre une liste croissante d'entreprises technologiques chinoises, la décision "illégale et immorale" contre TikTok marque une étape sans précédent dans l'arène juridique et commerciale et a sonné un avertissement terrible sur la façon dont davantage d'entreprises chinoises pourraient être. ciblé par une administration américaine "sans vergogne" avant l'élection présidentielle, ont noté des experts chinois.

Une escalade aussi dangereuse justifie de sévères représailles de la part du gouvernement chinois, y compris la prise d'une contre-mesure proportionnée et réciproque contre les entreprises américaines sur le marché chinois, pour faire comprendre à l'administration américaine que son comportement imprudent ne restera pas incontrôlé, ont exhorté les experts, ajoutant que sans contre-mesures concrètes, le président américain pourrait encore intensifier la répression contre davantage d'entreprises chinoises et pourrait même mener des combats dans d'autres domaines géopolitiques.

Vol à nu '' Trump lundi a doublé ses commentaires précédents sur la vente de TikTok à une entreprise américaine, suggérant que la transaction potentielle doit être conclue d'ici le 15 septembre, sinon il pourrait interdire complètement l'application populaire de partage de vidéos utilisée par environ 100 personnes. millions d'utilisateurs aux États-Unis.

Le président américain a également réitéré sa demande antérieure que le gouvernement américain obtienne une réduction de l'accord, affirmant que "les États-Unis pourraient et devraient obtenir un très grand pourcentage de ce prix parce que nous le rendons possible".

Les remarques de Trump ont immédiatement envoyé des ondes de choc sur les plateformes de médias sociaux chinoises mardi, où beaucoup ont déclaré la fin des États-Unis comme un marché libre et un pays gouverné par la loi, qualifiant le mouvement de «vol à nu» d'une entreprise chinoise.

"C'est une façon pure et simple de faire les choses à la mafia de Chicago: pointer une arme sur votre tête et vous ordonner de conclure un accord" , Shen Yi, professeur à la School of International Relations and Public Affairs de Fudan University, a déclaré jeudi au Global Times, "il ne sert à rien de discuter de la légalité du mouvement car il n'y en a pas. C'est totalement immoral ".

A Pékin, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a qualifié la répression américaine de TikTok de "pure manipulation politique" basée sur des accusations "sans fondement". "En fait, il n'y a pas eu de pénurie d'exemples où les États-Unis ont utilisé leur machine d'État pour sévir contre les entreprises d'autres pays. Les États-Unis doivent cesser d'ouvrir la" boîte de Pandore ", sinon ils récolteront ce qu'ils ont semé," Wang Wenbin , le porte-parole,

Utilisant des allégations de problèmes de sécurité nationale et autres, l'administration Trump a intensifié sa répression contre un nombre rapidement croissant d'entreprises chinoises, y compris la campagne de plusieurs années contre le géant chinois des télécommunications Huawei. Mais beaucoup en Chine considèrent la décision contre TikTok comme la preuve ultime de ce qu'ils appellent une administration américaine "sans vergogne" qui ferait tout pour servir ses propres intérêts.

"C'est au-delà de l'absurdité. Cela est vraiment descendu au-dessous du fond" , a déclaré mardi Fang Xingdong, fondateur du groupe de réflexion technologique basé à Pékin ChinaLabs, au Global Times, ajoutant que les Etats-Unis "n'ont plus de fondement moral" dans leurs affirmations. d'un marché libre et d'un pays respectueux de l'état de droit. "Il a montré sa volonté de ne reculer devant rien pour ses propres intérêts."

La demande formulée par Trump, connu pour ses commentaires erratiques, a été confirmée dimanche par une déclaration de Microsoft, dans laquelle le géant américain de la technologie a déclaré qu'il poursuivait les discussions avec ByteDance sur l'achat de TikTok à la suite d'une conversation entre son PDG Satya Nadella et Trump.

Pour apaiser clairement le président américain, Microsoft a déclaré qu ' "il s'est engagé à acquérir TikTok sous réserve d'un examen de sécurité complet et à fournir des avantages économiques appropriés aux États-Unis, y compris au Trésor américain" . Microsoft, qui lorgne les plus jeunes utilisateurs de TikTok, n'a pas précisé comment ces «avantages économiques» seraient fournis.

À Pékin, Zhang Yiming, fondateur de ByteDance, a indiqué que la société pourrait devoir se conformer à l'ordre de Trump. "Bien que ce ne soit pas raisonnable, cela fait partie du processus juridique et qu'en tant qu'entreprise, nous n'avons pas d'autre choix que de suivre la loi" , a écrit Zhang dans une note interne largement diffusée en ligne.

Signe de la situation politique extrêmement difficile dans laquelle Trump a mis TikTok, Zhang a été critiqué par beaucoup sur les réseaux sociaux chinois après la publication d'un précédent mémo interne. Certains ont souligné que la note soulignait TikTok en tant qu'entreprise mondiale et ne mentionnait ni la Chine ni le gouvernement chinois, contrairement à la déclaration de Microsoft qui remerciait le gouvernement américain.

Dans le deuxième mémo dévoilé mardi après-midi, Zhang a cherché à répondre à ces critiques, affirmant qu'il "comprend que les gens ont des attentes très élevées pour une entreprise qui a été fondée par un Chinois et qui se répand dans le monde, mais ils ne disposent pas des informations complètes et exactes. et la colère existe parmi le public face aux nombreuses actions du gouvernement américain. "

Les notes consécutives de Zhang ont également montré que la société, qui a été prise dans la rivalité stratégique sino-américaine, faisait un dernier effort pour atténuer l'hostilité américaine et les contrecoups intérieurs. Mais les experts ont déclaré que face à l'intimidation des États-Unis, un tel effort est naïf, illusoire et voué à être futile.

Représailles nécessaires

Alors que certains experts ont également critiqué la réponse de TikTok à la répression américaine comme un manque de "bravoure" et de "plein d'opportunisme", d'autres disent que les entreprises chinoises ne peuvent pas faire grand-chose face à un gouvernement américain puissant et que la Chine doit mettre en œuvre "sévèrement des représailles "contre les actions des États-Unis, sinon davantage d'entreprises chinoises seront ciblées.

"Si nous ne ripostons pas, alors les États-Unis deviendront encore plus agressifs, ils cibleront plus d'entreprises chinoises et ils pourraient même agir dans d'autres domaines, y compris Taiwan" , a déclaré Shen, ajoutant que ce serait "très facile". pour que la Chine riposte. "Nous pouvons également dire à une entreprise américaine qu'elle doit vendre ses activités en Chine ou elle sera interdite."

Certains en Chine ont appelé la décision de Trump concernant TikTok uniquement visant à stimuler sa campagne de réélection, qui est troublée par une épidémie de COVID-19 et des données économiques historiquement basses, et une réponse sévère de la Chine ne pourrait servir qu'à aider Trump dans l'élection au milieu de -Le sentiment chinois aux États-Unis.

Mais les experts ont déclaré qu'une telle évaluation ne permettait pas de comprendre correctement à quel point la décision du gouvernement américain et d'autres de cibler les entreprises et les intérêts chinois était dangereuse.

"Il est important que le gouvernement chinois fasse des efforts pour s'assurer que les États-Unis paieraient le prix d'un tel comportement" , a déclaré Fang, ajoutant que compte tenu de l'intensification de la répression contre les entreprises technologiques chinoises, la Chine devrait traiter et protéger le secteur de la haute technologie. en tant que domaine d’intérêt principal.

Certains experts ont également suggéré que la Chine pourrait continuer à ouvrir le marché financier intérieur aux entreprises étrangères d'autres régions, mais empêcher les entreprises américaines d'entrer jusqu'à ce que le gouvernement américain mette fin à sa répression contre les entreprises chinoises.
marquetalia
   Posté le 07-08-2020 à 17:20:00   

Selon le premier ministre australien,une confrontation militaire directe entre la République populaire de Chine et les Usa peut se produire.


Edité le 07-08-2020 à 19:05:53 par marquetalia


marquetalia
   Posté le 07-08-2020 à 17:22:03   

https://www.capital.fr/economie-politique/un-conflit-militaire-pourrait-eclater-entre-la-chine-et-les-etats-unis-1377375


Edité le 07-08-2020 à 17:23:01 par marquetalia


marquetalia
   Posté le 07-08-2020 à 19:06:21   

A méditer.
marquetalia
   Posté le 07-08-2020 à 19:16:06   

https://www.i24news.tv/fr/actu/international/1596638260-l-idee-d-une-guerre-entre-les-usa-et-la-chine-est-desormais-envisageable-selon-le-pm-australien
marquetalia
   Posté le 08-08-2020 à 09:02:17   

Soixante quinze ans après avoir réduit le Japon en cendres,les Etats Unis vont ils mettre à genoux la Chine Populaire ?-cf.la capitulation nippone a eu lieu le 2 septembre 1945.
Xuan
   Posté le 08-08-2020 à 16:05:41   

Aux USA l'échec contre l'épidémie, la récession, le cours de l'or qui flambe, la menace qui pèse sur le dollar, les conflits internes et la proximité des élections sont autant d'éléments qui poussent Trump vers la guerre, Mais c'est une entreprise risquée.

C'est pour ça que je n'ai pas cité ces deux articles, je les avais lus aussi ;ils n'apportent pas d'éléments vraiment nouveaux et le contenu est en deçà des titres :
L'article de Capital parle des think tanks et des officiers chinois comme si la direction du PCC était aveugle et ignorante du risque de guerre.
Quant au premier australien "optimiste" c'est un âne, il se conduit comme un larbin des USA au détriment des intérêts australiens. Son impression personnelle ne vaut pas un clou.

Sur le plan stratégique la Chine vise la fin de l'hégémonisme et des relations d'égal à égal dans un monde multipolaire, mais sur le plan tactique elle s'attend à une agression depuis un certain temps et elle s'y prépare.
Elle a construit 2 porte-avions coup sur coup et deux autres sont en chantier.
La presse chinoise aborde régulièrement les questions militaires, d'autant plus que les incursions US en mer de Chine sont fréquentes et juste interrompues à cause de l'épidémie sur deux porte-avions. Au premier semestre 2020, les avions militaires américains ont réalisé plus de 2000 sorties dans la mer de Chine méridionale. Dont une reconnaissance pendant 12 jours consécutifs du 15 au 28 juillet.
Parallèlement Modi continue de menacer la frontière chinoise et s'est livré à plusieurs agressions militaires récemment.

Xi Jinping a plusieurs fois insisté sur la préparation à la guerre et procédé à une réforme et une réorganisation dans l'armée.
Par exemple tout récemment l'Armée populaire de libération a déployé un nouveau système puissant de lance-roquettes multiples "PCL191" dans l'équipe du théâtre oriental. Ces roquettes ont une portée de 350 kilomètres et peuvent couvrir toute la partie ouest de Taiwan. , Y compris Taipei, et le détroit de Taiwan est à seulement 180 kilomètres. Ces armes peuvent être connectées au système de navigation par satellite Beidou récemment lancé pour détruire avec précision toutes les bases militaires et les bâtiments gouvernementaux de Taiwan.

Mais pour le PCC la raison du succès ou de l'échec dans un conflit repose avant tout sur les atouts de chaque belligérant, c'est pourquoi on ne voit jamais Xi s'exprimer directement sur les agressions US, mais sur la lutte contre la pauvreté, le développement économique, l'industrialisation de l'agriculture, etc. et faire des tournées sur le terrain directement liées à ces sujets.
L'objectif sur le plan idéologique vise à unifier la nation et assurer le rôle dirigeant du PCC.
C'est tout le contraire aux USA : divisions multiples de la nation et remise en cause de sa direction.


Voici ce qu'écrit hier le rédacteur en chef de GB (trad. Gogle):

Si la guerre éclate entre la Chine et les États-Unis, quelle partie aura le dessus?


Par Hu Xijin Source: Global Times Publié: 7/8/2020 12:02:24
https://www.globaltimes.cn/content/1197027.shtml


Le destroyer à missiles guidés Huhhot (Hull 161) attaché à une flottille de destroyers avec la marine sous le commandement du théâtre sud de l'APL vole dans les eaux de la mer de Chine méridionale lors d'un exercice d'entraînement maritime à la mi-juillet 2019. Photo: Militaires chinois



Les gens me demandent souvent, si un affrontement militaire éclate entre la Chine et les États-Unis, quel camp sera le vainqueur?

En termes de force militaire globale, qui est le plus puissant, la Chine ou les États-Unis? Ce doit être les États-Unis. Cependant, en ce qui concerne les eaux côtières de la Chine, la force maritime de la Chine plus la puissance de combat terrestre contre la force maritime des États-Unis, il est difficile de dire de quel côté est le plus puissant. Si vous ne l'avez pas essayé, il y aura de l'incertitude.

S'il s'agit des intérêts fondamentaux de la Chine, Taiwan, par exemple, franchit la ligne sous l'encouragement des États-Unis et conduit à une confrontation militaire, alors il y aura à ce moment-là un concours de volontés ainsi qu'un concours de force. Qui a le dessus dans cette situation? C'est une combinaison de force militaire, du moral et de volonté de se battre. Selon vous, qui serait le plus fort dans une guerre au large des côtes chinoises?

Il faut donc rappeler aux États-Unis de se distancer des intérêts fondamentaux de la Chine. Ne jouez pas avec le feu au large des côtes chinoises, ne suscitez pas vraiment de conflit sur la question de Taiwan et n'en faites pas trop dans la mer de Chine méridionale. Si l'administration Trump veut juste créer des tensions sino-américaines pour aider sa campagne de réélection, et n'est pas vraiment prête pour une confrontation militaire,

La Chine ne veut certainement pas de guerre. Ma suggestion est qu'en aucun cas les militaires chinois ne devraient tirer le premier coup de feu. Mais je suis convaincu que la Chine sera bien préparée à tirer un deuxième coup en réponse au premier coup. Concernant les intérêts fondamentaux, la Chine ne recule pas. La position de la Chine est claire pour tous. Le meilleur moyen est que la Chine et les parties concernées respectent les intérêts fondamentaux de chacun. Si les intérêts fondamentaux des deux parties se chevauchent, le différend doit être géré avec soin, ne pas laisser fermenter et devenir incontrôlable.

Ayant connu plusieurs guerres et bouleversements, je sais que la paix est vraiment la chose la plus précieuse et défendre la paix n'est pas facile. À un moment où les relations entre la Chine et les États-Unis se détériorent rapidement et où certaines forces sont sur le point de profiter des changements de vue d'ensemble, la volonté, la sagesse et la capacité de la Chine à maîtriser la situation seront testées au fil du temps.

L'auteur est rédacteur en chef du Global Times. opinion@globaltimes.com.cn


Edité le 08-08-2020 à 17:13:07 par Xuan


Xuan
   Posté le 08-08-2020 à 17:04:58   

Encore Hu Xijin, rédacteur en chef de GB, a déclaré dans un tweet que l'appel du secrétaire d'État américain Mike Pompeo finira par couper la connexion Internet entre la Chine et les États-Unis. Cette décision entraînera une grave conséquence dans la division de l'humanité. Avec la disparition complète de la coopération et des échanges entre la Chine et les États-Unis les deux pays évolueront vers la confrontation et feront face au risque de guerre.

Selon le site officiel du département d'État américain, les cinq nouvelles mesures du "Clean Network Plan" sont:
> interdire aux opérateurs chinois de se connecter aux réseaux de télécommunications américains et de fournir des services de télécommunications internationaux,
> supprimer les applications chinoises de la boutique d'applications mobile américaine
> interdire aux smartphones chinois tels que Huawei de préinstaller les applications américaines,
>interdire aux entreprises chinoises de fournir des services cloud aux entreprises et institutions américaines,
> et interdire aux entreprises chinoises de soumissionner pour des projets de câbles optiques sous-marins.

Dans sa déclaration, le département d'État américain a également appelé les alliés américains et les partenaires des gouvernements et des industries du monde entier à se joindre à eux pour veiller à ce que les données ne soient pas violées de manière malveillante et à maintenir la sécurité nationale.

D'un autre côté, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Wang Wenbin a déclaré lors d'une conférence de presse régulière tenue le 6 août que de nombreuses entreprises chinoises actuellement sanctionnées unilatéralement par les États-Unis sont innocentes. Les technologies et les produits de ces entreprises sont sûrs. Il n'y a pas eu d'incident de cybersécurité tels que le "Snowden Incident" et WikiLeaks, ni de comportement de surveillance du réseau tel que "Prism Gate", "Formula Organization" et "Echelon System".
Parler de «nettoyer Internet» alors qu'il est couvert de saleté est complètement absurde.
Xuan
   Posté le 08-08-2020 à 20:18:18   

Un article de Pepe Escobar cité par la même source que le post précédent https://www.dwnews.com/


Le cœur du problème dans la mer de Chine méridionale

Par Pepe Escobar

Mondialisation.ca, 04 août 2020
Asia Times 30 juillet 2020

Lorsque les groupes d’attaque des porte-avions Ronald Reagan et Nimitz se sont récemment engagés dans des « opérations » en Mer de Chine Méridionale, beaucoup de cyniques ont pensé que la Flotte du Pacifique américaine faisait de son mieux pour transformer la théorie infantile du Piège de Thucydide en une prophétie autoréalisatrice.

La version officielle pro forma, par l’intermédiaire du Contre-Amiral Jim Kirk, commandant du Nimitz, est que les opérations ont été menées pour « renforcer notre engagement en faveur d’un Indo-Pacifique libre et ouvert, d’un ordre international fondé sur des règles, et de nos alliés et partenaires » .

Personne ne prête attention à ces clichés, car le véritable message a été délivré par un agent de la CIA se faisant passer pour un diplomate, le Secrétaire d’État Mike « Nous Mentons, Nous Trompons, Nous Volons » Pompeo : « La RPC n’a aucun fondement juridique pour imposer unilatéralement sa volonté à la région » , en référence à la Ligne en Neuf Tirets. Pour le Département d’État, Pékin ne déploie que des « tactiques de gangsters » dans la Mer de Chine Méridionale.

Une fois de plus, personne n’y a prêté attention, car les faits réels en mer sont frappants. Tout ce qui se déplace en Mer de Chine Méridionale – l’artère commerciale maritime cruciale de la Chine – est à la merci de l’Armée populaire de libération (APL), qui décide si et quand elle doit déployer ses missiles mortels DF-21D et DF-26 « tueur de porte-avions » . Il n’y a absolument aucun moyen pour la Flotte du Pacifique américaine de gagner une guerre de tirs en Mer de Chine Méridionale.


Source de la carte : Dix questions pour comprendre le conflit en mer de Chine méridionale

Brouillage électronique

Un rapport chinois crucial, non disponible et non mentionné par les médias occidentaux, et traduit par l’analyste Thomas Wing Polin, basé à Hong Kong, est essentiel pour comprendre le contexte.

Le rapport fait référence aux avions de guerre électroniques américains Growler rendus totalement incontrôlables par des dispositifs de brouillage électronique placés sur des îles et des récifs de la Mer de Chine Méridionale.

Selon le rapport, « après l’accident, les États-Unis ont négocié avec la Chine, exigeant que celle-ci démantèle immédiatement le matériel électronique, mais cela a été rejeté. Ces dispositifs électroniques sont une partie importante de la défense maritime de la Chine et ne sont pas des armes offensives. Par conséquent, la demande de démantèlement de l’armée américaine est déraisonnable » .

Il y a mieux : Le même jour, l’ancien commandant Scott Swift de la Flotte du Pacifique américaine a finalement reconnu que l’armée américaine avait perdu la meilleure occasion de contrôler la mer de Chine méridionale. Il estime que la Chine a déployé un grand nombre de missiles de défense aérienne Hongqi 9, de bombardiers H-6K et de systèmes de brouillage électronique sur les îles et les récifs. On peut dire que la défense est solide. Si les avions de chasse américains se précipitent dans la Mer de Chine Méridionale, ils risquent de connaître leur « Waterloo ».

Le fait est que les systèmes – notamment le brouillage électronique – déployés par l’APL sur les îles et les récifs de la Mer de Chine Méridionale, qui couvrent plus de la moitié de la surface totale, sont considérés par Pékin comme faisant partie du système de défense nationale.

J’ai déjà détaillé ce que l’Amiral Philip Davidson a déclaré au Sénat américain lorsqu’il était encore candidat à la tête du Commandement Américain du Pacifique (PACOM). Voici ses trois principales conclusions :

1) « La Chine cherche à se doter de capacités avancées (par exemple, des missiles hypersoniques) contre lesquelles les États-Unis n’ont actuellement aucune défense. Alors que la Chine poursuit ces systèmes d’armes avancés, les forces américaines dans l’ensemble de l’Indo-Pacifique seront de plus en plus exposées à des risques ».

2) « La Chine sape les règles de l’ordre international ».

3) « La Chine est maintenant capable de contrôler la Mer de Chine Méridionale dans tous les scénarios, sauf en cas de guerre avec les États-Unis. »


Le « secret » de la stratégie indo-pacifique est implicite dans tout ce qui précède : au mieux un exercice d’endiguement, alors que la Chine continue de consolider la Route de la Soie Maritime reliant la Mer de Chine Méridionale à l’Océan Indien.

Se rappeler les Nusantao

La Mer de Chine Méridionale est et continuera d’être l’un des principaux points chauds géopolitiques du jeune 21e siècle, où se jouera une grande partie de l’équilibre des pouvoirs entre l’Est et l’Ouest.

J’ai déjà abordé ce sujet dans le passé de manière assez détaillée, mais un bref rappel historique est une fois de plus absolument essentiel pour comprendre la situation actuelle, car la Mer de Chine Méridionale ressemble et se sent de plus en plus comme un lac chinois.

Commençons en 1890, lorsque Alfred Mahan, alors Président du Collège Naval des États-Unis, a écrit l’ouvrage fondateur « Influence de la Puissance Maritime dans l’Histoire : 1660-1783 » . La thèse centrale de Mahan est que les États-Unis devraient s’internationaliser à la recherche de nouveaux marchés, et protéger ces nouvelles routes commerciales grâce à un réseau de bases navales.

C’est l’embryon de l’Empire des Bases Américaines – qui reste en vigueur.

C’est le colonialisme occidental – américain et européen – qui a donné naissance à la plupart des frontières terrestres et des frontières maritimes des États bordant la Mer de Chine Méridionale : Philippines, Indonésie, Malaisie, Vietnam.

Nous parlons de frontières entre différentes possessions coloniales – et cela impliquait dès le départ des problèmes insolubles, hérités ensuite par les nations post-coloniales.

Historiquement, cela a toujours été une histoire complètement différente. Les meilleures études anthropologiques (celles de Bill Solheim, par exemple) définissent les communautés semi-nomades qui ont réellement voyagé et commercé à travers la Mer de Chine Méridionale depuis des temps immémoriaux comme les Nusantao – un mot composé austronésien pour « île du sud » et « peuple ».

Les Nusantao n’étaient pas un groupe ethnique défini. Ils étaient un Internet maritime. Au fil des siècles, ils ont eu de nombreux centres clés, depuis le littoral entre le centre du Vietnam et Hong Kong jusqu’au delta du Mékong. Ils n’étaient rattachés à aucun « État ». La notion occidentale de « frontières » n’existait même pas. Au milieu des années 1990, j’ai eu le privilège de rencontrer certains de leurs descendants en Indonésie et au Vietnam.

Ce n’est donc qu’à la fin du XIXe siècle que le système westphalien a réussi à geler la Mer de Chine Méridionale dans un cadre immuable.

Ce qui nous amène au point crucial qui explique pourquoi la Chine est si sensible à ses frontières ; parce qu’elles sont directement liées au « siècle de l’humiliation » – lorsque la corruption et la faiblesse internes de la Chine ont permis aux « barbares » occidentaux de prendre possession des terres chinoises.

Un lac japonais

La Ligne en Neuf Traits est un problème immensément complexe. Elle a été inventée par l’éminent géographe chinois Bai Meichu, un nationaliste féroce, en 1936, initialement dans le cadre d’une « carte de l’humiliation nationale chinoise » sous la forme d’une « ligne en U » qui engloutit la Mer de Chine Méridionale jusqu’au Shoal James, situé à 1 500 km au sud de la Chine mais à seulement plus de 100 km de Bornéo.

Dès le début, la Ligne en Neuf Traits a été promue par le gouvernement chinois – souvenez-vous, à l’époque pas encore communiste – comme la lettre de la loi en termes de revendications chinoises « historiques » sur les îles de la Mer de Chine Méridionale.

Un an plus tard, le Japon a envahi la Chine. Le Japon avait déjà occupé Taïwan en 1895. Le Japon a occupé les Philippines en 1942. Pour la première fois dans l’histoire, la quasi-totalité du littoral de la Mer de Chine Méridionale était donc contrôlée par un seul empire. La Mer de Chine Méridionale était devenue un lac japonais.

Cela n’a duré que jusqu’en 1945. Les Japonais ont occupé Woody Island dans les Paracels et Itu Aba (aujourd’hui Taiping) dans les Spratlys. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale et le bombardement nucléaire du Japon par les États-Unis, les Philippines sont devenues indépendantes en 1946 et les Spratlys ont immédiatement été déclarés territoire philippin.

En 1947, toutes les îles de la Mer Méridionale ont reçu des noms chinois.

Et en décembre 1947, toutes les îles ont été placées sous le contrôle de Hainan (elle-même une île du sud de la Chine.) De nouvelles cartes ont dûment suivi, mais maintenant avec des noms chinois pour les îles (ou récifs, ou hauts-fonds). Mais il y avait un énorme problème : personne n’expliquait la signification de ces tirets (onze à l’origine).

En juin 1947, la République de Chine a revendiqué tout ce qui se trouvait à l’intérieur de la ligne – tout en se déclarant ouverte à négocier des frontières maritimes définitives avec d’autres nations par la suite. Mais, pour l’instant, il n’y avait pas de frontières.

Et c’est ce qui a ouvert la voie à « l’ambiguïté stratégique » immensément compliquée de la Mer Méridionale qui perdure encore aujourd’hui – et qui permet au Département d’État d’accuser Pékin de « tactique de gangster ». Le point culminant d’une transition millénaire entre « l’internet maritime » des peuples semi-nomades et le système westphalien n’a fait qu’engendrer des problèmes.

L’heure du COC

Qu’en est-il de la notion américaine de « liberté de navigation » ?

En termes impériaux, la « liberté de navigation », de la côte ouest des États-Unis à l’Asie – en passant par le Pacifique, la mer de Chine Méridionale, le détroit de Malacca et l’océan Indien – est strictement une question de stratégie militaire.

La marine américaine ne peut tout simplement pas imaginer de s’occuper des zones d’exclusion maritime – ou de devoir demander une « autorisation » chaque fois qu’elle doit les traverser. Dans ce cas, l’Empire des Bases perdrait « l’accès » à ses propres bases.

À cela s’ajoute la paranoïa du Pentagone, qui joue une situation où une « puissance hostile » – à savoir la Chine – décide de bloquer le commerce mondial. Cette prémisse est en soi ridicule, car la Mer de Chine Méridionale est la première artère maritime vitale pour l’économie mondialisée de la Chine.

Il n’y a donc aucune justification rationnelle pour un programme de liberté de navigation. À toutes fins utiles, ces porte-avions comme le Ronald Reagan et le Nimitz qui font des allées et venues en Mer de Chine Méridionale relèvent de la diplomatie des canonnières du 21e siècle. Et Pékin n’est pas impressionné.

En ce qui concerne les dix membres de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), il s’agit maintenant d’élaborer un Code de Conduite (COC) pour résoudre tous les conflits maritimes entre les Philippines, le Vietnam, la Malaisie, le Brunei et la Chine.

L’année prochaine, l’ANASE et la Chine fêteront 30 ans de relations bilatérales fortes. Il est fort possible qu’elles soient élevées au rang de « partenaire stratégique global ».

En raison du Covid-19, tous les acteurs ont dû reporter les négociations en deuxième lecture du projet unique de COC. Pékin voulait que celles-ci se déroulent en face à face – car le document est ultra-sensible et pour le moment, secret. Pourtant, ils ont finalement accepté de négocier en ligne – via des textes détaillés.

Ce sera une tâche ardue, car comme l’a clairement indiqué l’ANASE lors d’un sommet virtuel fin juin, tout doit être conforme au droit international, y compris à la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (UNCLOS).

S’ils parviennent tous à s’entendre sur une convention sur le droit de la mer d’ici à la fin de 2020, un accord final pourrait être approuvé par l’ANASE à la mi-2021. L’histoire ne commence même pas à le décrire – car cette négociation dure depuis pas moins de deux décennies.

Sans parler du fait qu’un COC invalide toute prétention des États-Unis à garantir la « liberté de navigation » dans une zone où la navigation est déjà libre.

Pourtant, la « liberté » n’a jamais été l’enjeu. Dans la terminologie impériale, « liberté » signifie que la Chine doit obéir et maintenir la Mer de Chine Méridionale ouverte à la marine américaine. C’est possible, mais il faut bien se comporter. Arrivera le jour où la marine américaine se verra « refuser » la Mer de Chine Méridionale. Il n’est pas nécessaire d’être Mahan pour savoir que cela signifiera la fin impériale de la domination des sept mers.

Pepe Escobar

Article original en anglais : The heart of the matter in the South China Sea,
Traduit par Réseau International
La source originale de cet article est Asia Times
Xuan
   Posté le 08-08-2020 à 20:35:37   

Xi Jinping: Un pays fort doit avoir une armée forte, et une armée forte peut assurer la sécurité nationale

Source: Xinhuanet 2020-07-31 17:56:41

http://www.qstheory.cn/yaowen/2020-07/31/c_1126310588.htm

Agence de presse Xinhua, Pékin, 31 juillet.
Le Bureau politique du Comité central du PCC a tenu la 22e étude collective sur le renforcement de la défense nationale et la modernisation militaire dans l'après-midi du 30 juillet. Lorsqu'il a présidé l'étude, Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, a souligné qu'un pays fort doit être une armée forte et qu'une armée forte peut assurer la sécurité nationale. Pour maintenir et développer le socialisme aux caractéristiques chinoises et réaliser le grand rajeunissement de la nation chinoise, nous devons coordonner le développement et la sécurité, enrichir le pays et renforcer l'armée pour faire en sorte que la modernisation de la défense nationale et de l'armée soit compatible avec la modernisation du pays et que les capacités militaires soient compatibles avec les besoins stratégiques nationaux. La période actuelle et future est une période critique pour la modernisation de la défense nationale et des forces armées. Il est nécessaire d'unifier la réflexion, de renforcer la confiance, de rassembler de l'énergie et de travailler dur pour faire progresser la défense nationale et la modernisation militaire.

Le camarade Chen Rongdi, chercheur à l'Académie des sciences militaires, a expliqué cette question et a discuté de ses opinions et suggestions. Des camarades du Bureau politique du Comité central ont écouté attentivement ses explications et en ont discuté.

Xi Jinping a prononcé un discours tout en présidant l'étude. Il a souligné que construire et consolider la défense nationale et une armée forte sont les objectifs assidus de notre parti. Dans la pratique à long terme, notre parti a persisté à placer la défense nationale et la modernisation militaire dans une position importante dans la cause globale du parti et du pays, a déployé des efforts ardus et réalisé de grandes réalisations. Depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois, nous nous sommes concentrés sur la réalisation du rêve chinois du grand rajeunissement de la nation chinoise. Nous avons proposé une série de politiques et de principes majeurs, pris une série de décisions et de déploiements majeurs, avancé une série de tâches majeures et créé Une situation nouvelle dans la cause d'une armée forte. Cette année, nous atteindrons les objectifs et les tâches 2020 de la défense nationale et de la construction de l'armée, et profiterons de l'élan pour commencer un nouveau voyage consistant essentiellement à réaliser la modernisation de la défense nationale et de l'armée, puis à transformer notre armée en une armée de classe mondiale.

Xi Jinping a souligné que depuis le 19e Congrès national du Parti communiste chinois, le Comité central du Parti et la Commission militaire centrale ont élaboré de nouveaux plans et arrangements stratégiques pour la défense nationale et la modernisation militaire. Nous devons persister à bâtir l'armée par la politique, réformer l'armée, renforcer l'armée avec la science et la technologie, renforcer l'armée avec des talents et gouverner l'armée conformément à la loi. Nous devons promouvoir globalement la modernisation de la théorie militaire, de l'organisation de l'armée, du personnel militaire, des armements et du matériel, accélérer l'intégration de la mécanisation, de l'informatisation et du renseignement, et renforcer globalement la formation militaire. Préparez-vous à la guerre pour assurer la réalisation des objectifs et des tâches de défense nationale et de modernisation militaire.

Xi Jinping a souligné qu'à l'heure actuelle, les changements majeurs dans le monde, invisibles depuis un siècle, s'accéléraient, et la nouvelle épidémie de pneumonie de la couronne avait un impact profond sur la situation internationale, et la situation sécuritaire de la Chine est devenue plus incertaine et instable. Le développement rapide de la nouvelle révolution militaire dans le monde nous a fourni des opportunités rares et en même temps fait face à de graves défis. Nous devons renforcer notre sens de la mission et de l'urgence, et nous efforcer de réaliser un développement accéléré de la modernisation de notre armée.

Xi Jinping a souligné qu'il était nécessaire de se coordonner avec le plan de développement du pays, de mettre en œuvre les orientations stratégiques militaires pour la nouvelle ère, de mettre en œuvre la stratégie de développement de la modernisation de notre armée, d'élaborer un «14e plan quinquennal» pour notre construction militaire et de former une feuille de route scientifique et une carte de construction. Nous devons suivre la même direction, une voie impartiale et une force non diminuée, souligner le point clé de la politique militaire et de la réforme du système, coordonner et promouvoir diverses réformes, et constamment libérer et développer l'efficacité au combat, libérer et renforcer la vitalité de l'armée. Nous devons adhérer à la base stratégique de l'innovation indépendante, renforcer la recherche fondamentale et l'innovation originale, accélérer les percées dans les technologies de base clés, accélérer le développement de technologies stratégiques, de pointe et de rupture, accélérer la mise en œuvre de grands projets stratégiques dans les technologies de défense et l'armement, et améliorer en permanence le contenu scientifique et technologique de notre construction militaire. . Il est nécessaire de mettre en œuvre la politique d'éducation militaire dans la nouvelle ère, d'améliorer le système de formation du personnel militaire trois-en-un, d'innover dans la gestion des ressources humaines militaires, de former un nouveau type de personnel militaire de haute qualité et professionnel doté à la fois de compétences et d'intégrité politique, et de recruter des talents exceptionnels dans tous les domaines pour rejoindre l'armée. Il est nécessaire de mettre à jour les concepts de gestion, d'améliorer l'alphabétisation stratégique, d'améliorer les systèmes et les mécanismes, de débloquer les liens de gestion stratégique, de faire progresser substantiellement la révolution de la gestion militaire et d'améliorer l'efficacité opérationnelle des systèmes militaires et l'utilisation des ressources de défense.

Xi Jinping a souligné qu'il était nécessaire d'adhérer à l'ensemble du parti et au pays, et que les forces militaires et locales devraient travailler ensemble pour faire progresser la défense nationale et la modernisation militaire. Les organes centraux et étatiques, les comités locaux du parti et les gouvernements à tous les niveaux doivent renforcer la sensibilisation à la défense nationale, exécuter sérieusement les tâches pertinentes et apporter un soutien solide à l’innovation technologique de la défense nationale, à la construction de l’ingénierie de la défense nationale, à la défense nationale et à la réforme militaire, etc., et fournir un soutien aux membres des familles militaires pour l’emploi et la scolarisation des enfants. L'inscription, la mise en œuvre de politiques de soins préférentiels et la protection des anciens combattants, etc. résolvent activement les problèmes. L'armée doit communiquer et se coordonner avec les agences centrales et étatiques pour faire progresser conjointement la défense nationale et la construction de l'armée.


Edité le 08-08-2020 à 20:36:38 par Xuan


marquetalia
   Posté le 12-08-2020 à 21:15:21   

Une idée me traverse l esprit.si Trump attaque des positions de l armée chinoise dans les îles de mer de Chine du Sud,par représailles,Pékin pourrait bloquer l approvisionnement en pétrole du Japon,qui contribuait au début du premier mandat de Shinzo Abe à 92.5% des besoins énergétiques nippones,ce qui entraînerait l entrée en guerre de Tokyo contre la Chine Populaire, où il y a de surcroît l essentiel des troupes u.s en Asie Orientale.et ce pourcentage a certainement augmenté depuis, Fukushima étant passé par là.le détroit de Mallaca est "sécurisé" pour le Japon par la soldatesque américaine basée à Singapour,pays à forte population chinoise Han,et qui serait peut être tentée de se rallier à l Empire du Milieu.
marquetalia
   Posté le 12-08-2020 à 21:18:48   

Pour rappel,le Japon et la Chine sont des puissances rivales,qui ont de plus un différend territorial pour les îles Diaoyu/Senkaku,que Pékin veut récupérer.
Xuan
   Posté le 12-08-2020 à 22:41:54   

Le partage de la mer de Chine peut être résolu pacifiquement si les USA ne sèment pas la discorde évidemment.

Sur le rapport des forces, les USA ne sont pas chez eux, tandis que les îles sont à deux pas du continent.
pzorba75
   Posté le 13-08-2020 à 05:28:34   

Xuan a écrit :

Le partage de la mer de Chine peut être résolu pacifiquement si les USA ne sèment pas la discorde évidemment.

Sur le rapport des forces, les USA ne sont pas chez eux, tandis que les îles sont à deux pas du continent.


Certes la distance permet de rejeter les militaires américains d'où ils sont venus.
Sans oublier, que M. Thatcher a voulu, et réussi à, conserver les Îles Malouines, loin de la Grande Bretagne, la distance permettait de rattacher logiquement ces îles à l'Argentine.

Ces querelles de territoires sont des querelles inter-impérialistes, les dominants ne lâchant pas facilement leurs possessions.
marquetalia
   Posté le 13-08-2020 à 09:32:09   

Je veux bien que la Chine soit une puissance impérialiste,mais pas l Argentine,dont les îles Malouines lui reviennent de droit!
marquetalia
   Posté le 13-08-2020 à 09:33:37   

Le rattachement des Malvines à l Argentine est un processus de décolonisation.
pzorba75
   Posté le 13-08-2020 à 09:45:21   

marquetalia a écrit :

Je veux bien que la Chine soit une puissance impérialiste,mais pas l Argentine,dont les îles Malouines lui reviennent de droit!

Certes, mais qui en sous main titillait les dirigeants argentins pour qu'ils réclament ces îles et cherchait à affaiblir ce qui restait de l'impérialisme anglais?
marquetalia
   Posté le 13-08-2020 à 15:18:47   

L Union soviétique.
marquetalia
   Posté le 13-08-2020 à 15:28:48   

La frange la plus réactionnaire de la bourgeoisie japonaise n a été jugée par les Américains,Hiro Hito est resté au pouvoir à Tokyo,car les Usa craignaient que le Empire du Soleil Levant ne tombe entre les mains du communisme-ce qui explique que les crimes de guerre nippons , notamment à Nankin,soient peu évoqués, même en Occident.et cela, à l inverse de l Allemagne après son écrasement,les Ricains ont éliminés les responsables nazis dans la partie occidentale du pays,ils avaient des comptes à rendre aux tortionnaires qui ont perpétré l Holocauste-il y a aux États Unis la plus forte communauté israelite au monde.ce qui explique que le courant fasciste est la première force au Japon,et que cette fascisation conduit au réarmement nippon,qui veut avoir un rôle primordial en Asie,ce pays voulant même avoir une place au sein des membres permanents du Conseil de Sécurité de l Onu agitant l épouvantail chinois.tel n est pas le cas de l Allemagne,qui,avec le prochain retrait des forces étrangères en Afghanistan n aura plus, à l étranger,que 1.000 soldats en Lituanie-et ce sous le commandement u.s...
marquetalia
   Posté le 13-08-2020 à 15:32:00   

Quand j étais en Seconde,un camarade de classe a fait venir son correspondant de Sarre à un cours d allemand.celui ci s est exprimé en cours d allemand,il a affirmé qu il souhaitait que l Allemagne n ai plus d armée....les Allemands ont apparemment mauvaise conscience pour leur passé...ce qui n est pas le cas des Japonais...


Edité le 13-08-2020 à 15:33:49 par marquetalia


marquetalia
   Posté le 13-08-2020 à 15:36:03   

Évitez vos accusations délirantes sur l "impérialisme allemand",ou sur les prétendus "impérialistes germano-americans",les conneries à Mélenchon...les Américains s appuient principalement sur la Pologne,pas sur l Allemagne,d où Trump vient de retirer une partie des troupes qui y sont déployées.donc,ce serait plutôt les "impérialistes polono-americains".c est Varsovie qui est à l oeuvre au Belarus.


Edité le 23-08-2020 à 15:19:43 par marquetalia


pzorba75
   Posté le 13-08-2020 à 17:57:15   

Dans le délire, tu as encore fait des progrès (4 messages vides de sens et hors sujet en 18 minutes).

Prends un peu de repos et mets toi au frais, personne n'ira te déranger pendant ta période d'abstinence.
marquetalia
   Posté le 13-08-2020 à 18:07:39   

Ok.
Xuan
   Posté le 13-08-2020 à 20:53:12   

Merci de revenir sur la guerre hors limites
Xuan
   Posté le 17-08-2020 à 23:04:10   

Les USA ont menacé les pays occidentaux de les priver d'informations stratégiques, pour qu'ils rejettent l'implantation de la 5G chinoise.
Parallèlement Trump coupe toutes les sources d'approvisionnement de la téléphonie Huawei.




Les États-Unis jouent la `` dernière carte '' pour bloquer l'approvisionnement de Huawei et obligent la Chine à riposter


Par des journalistes du personnel du GT Source: Global Times Publié: 18/08/2020 0:14:14
https://www.globaltimes.cn/content/1198038.shtml


Le gouvernement américain a joué lundi ce que les analystes chinois appellent sa «carte finale» en restreignant davantage les approvisionnements en puces à semi-conducteurs de Huawei - une décision qui, selon les analystes, justifie des représailles concrètes de la Chine.

Une source proche du gouvernement a déclaré en mai que la Chine était prête à riposter contre les États-Unis en ciblant des entreprises américaines comme Apple, Qualcomm et Boeing, si le gouvernement américain décide de couper les approvisionnements en puces à Huawei.

Le département américain du commerce a annoncé qu'il étendrait les restrictions existantes en empêchant Huawei d'acquérir des puces fabriquées en dehors des États-Unis mais développées ou produites avec un logiciel ou une technologie américaine. Il a également ajouté 38 autres filiales Huawei dans 21 pays à sa liste d'entités.

En vertu de l'amendement aux restrictions imposé en mai, Huawei n'a pas le droit d'acheter des puces de fabrication étrangère "au même degré que des puces américaines comparables" , a déclaré le département dans un communiqué.

À la suite d'une décision antérieure d'autoriser l'expiration d'une licence générale temporaire jeudi, la nouvelle règle de lundi marque une nouvelle escalade dans la campagne de répression des États-Unis contre la société chinoise.

La nouvelle règle pourrait poser de sérieux défis à Huawei, car la société pourrait être coupée de tous les fournisseurs de puces étrangers, ont noté les analystes chinois.
"Les nouvelles restrictions ont fermé toutes les routes pour Huawei" , a déclaré lundi soir Ma Jihua, un analyste chevronné du secteur et proche de Huawei, au Global Times, ajoutant que des fournisseurs tels que MediaTek basé sur l'île de Taiwan et Samsung en Corée du Sud. pourrait ne plus être en mesure de vendre des puces à Huawei.
Malgré la campagne incessante des États-Unis, la production par Huawei de smartphones et d'autres produits reposant sur certains composants étrangers n'a pratiquement pas été affectée en raison des canaux restants. Mais le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a clairement indiqué lundi que les États-Unis cherchaient à combler ces «échappatoires ».

Huawei n'a pas répondu à une demande de commentaire du Global Times à l'heure de la presse lundi soir. Mais un initié proche de la firme a déclaré que Huawei avait déjà prévu la "règle la plus stricte de tous les temps" et s'était préparé au pire des cas. "C'est dans l'attente" , a déclaré lundi l'initié, qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat, au Global Times.

Alors que Huawei pourrait avoir besoin d'ajuster certains plans commerciaux pour faire face à la nouvelle règle, la dernière décision a également mis en évidence l'incapacité du gouvernement américain à fermer la société chinoise malgré sa campagne mondiale pluriannuelle et maintenant les États-Unis sont à court de cartes à jouer, ont souligné les analystes.
"La nouvelle règle signifie également que les précédentes astuces des États-Unis n'ont pas fonctionné sur Huawei et que les États-Unis ont pratiquement joué toutes leurs cartes contre Huawei" , a déclaré Ma, notant que Huawei est resté résilient face à la répression américaine.
Malgré la campagne des États-Unis à travers le monde pour forcer ses alliés à interdire Huawei, la société basée à Shenzhen est restée le plus grand fournisseur mondial d'équipements 5G, avec une part de marché de près de 40% au premier trimestre de 2020.
En tirant sa «carte finale» sur Huawei, le gouvernement américain risque également de faire face à un contrecoup de fournisseurs du monde entier qui vendent des composants d'une valeur de centaines de milliards de dollars à l'entreprise chinoise et pourraient attirer des représailles du gouvernement chinois, ont déclaré des analystes.
"Si les États-Unis poussent Huawei dans le coin, le gouvernement chinois ripostera sans hésitation" , a déclaré Ma.

Tout en exprimant à plusieurs reprises son indignation face à la répression américaine et en promettant de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les intérêts chinois, la Chine n'a pris aucune contre-mesure directe contre les États-Unis à propos de Huawei. Les responsables chinois ont annoncé en mai 2019 la création d'une «liste d'entités non fiables » à la suite de l'affaire Huawei, mais n'ont pas révélé publiquement la liste.

En mai, une source proche du gouvernement chinois a déclaré au Global Times que la Chine était prête à prendre une série de contre-mesures contre les États-Unis, si ces derniers décidaient de bloquer les livraisons de puces à Huawei,
La nouvelle décision des États-Unis rend urgente le déploiement de la liste par la Chine, ont déclaré des observateurs. "Il est temps que la partie chinoise prenne des contre-mesures strictes" , a déclaré lundi un observateur au Global Times.


Edité le 17-08-2020 à 23:04:27 par Xuan


Xuan
   Posté le 19-08-2020 à 20:57:19   

Dix découplages

Huang Qifan: la Chine fait face à une embuscade de toutes parts, la Chine doit être préparée

2020-08-19 19:34:01 https://www.dwnews.com/
________________________________________


En parlant de la friction sino-américaine, Huang Qifan a souligné que la Chine doit jeter ses illusions et se préparer à la lutte. (AFP)
Lors du sommet China Life Insurance 100 du 8 août, Huang Qifan, vice-président du China International Economic Exchange Center, a prononcé un discours, soulignant que la Chine est actuellement confrontée à des embuscades de toutes parts.
Dans un contexte de frictions commerciales, l'économie américaine veut se découpler de la Chine en 2020, et le contenu du découplage devient de plus en plus abondant.
En résumé, il y a en fait dix aspects du découplage, un peu comme «embuscade de tous côtés».

Le premier est le découplage du commerce et du non-commerce mutuel, signe qui se manifeste sous tous ses aspects.

Le second est le découplage de l’investissement. Les entreprises américaines en Chine exigent le retrait des capitaux, et l’investissement de la Chine aux États-Unis crée divers obstacles et empêche les entreprises chinoises d’investir aux États-Unis. Il s’agit d’un découplage des investissements.

Le troisième est le découplage du marché des capitaux. Plus de 200 valeurs conceptuelles chinoises qui ont été cotées aux États-Unis ont été retirées de la cote pour diverses raisons, ou qu'il y a maintenant de nouvelles sociétés chinoises en bourse aux États-Unis, et il y a aussi beaucoup de résistance. Finalement, il peut être découplé des marchés financiers extrêmes.

Le quatrième est le découplage de la finance et de l'assurance: les banques et les compagnies d'assurance américaines ne peuvent pas fournir de prêts de financement ou des activités d'assurance aux entreprises chinoises.

Le cinquième est la technologie, en particulier la haute technologie. Les mesures américaines contre les entreprises chinoises Huawei et ZTE peuvent déjà voir ce signe.

Sixièmement, les étudiants étrangers entreront également dans un état de découplage: la Chine compte maintenant 360 000 étudiants étrangers aux États-Unis, et elle est actuellement dans un état relativement difficile. Il existe de nombreux obstacles dans tous les aspects des visas.

Sept est le découplage du réseau, y compris le découplage d'Internet.

Huitièmement, SWIFT est également une option de découplage. Une fois le découplage de l'environnement commercial mondial et de l'environnement de compensation, l'environnement de compensation centré sur le dollar américain, si le découplage entraîne des difficultés dans le règlement des échanges, il y aura De nombreux problèmes surviennent.

Neuvièmement, l'État et diverses négociations commerciales, y compris des négociations commerciales, des négociations économiques, etc., et la prochaine étape consiste à trouver des raisons de geler des propriétés ou d'imposer d'énormes amendes à diverses entreprises chinoises à l'étranger.

Dixièmement, le lien entre les devises et le RMB est également découplé. Par exemple, le dollar de Hong Kong est indexé sur le dollar américain.
Xuan
   Posté le 19-08-2020 à 23:25:59   

Le découplage de la technologie américaine masque la restructuration

Source: Global Times Publié: 2020/8/19 23:01:51

https://www.globaltimes.cn/content/1198287.shtml

Alors que l'économie américaine est durement touchée par la pandémie de coronavirus, les principaux indices boursiers américains semblaient ignorer les fondamentaux économiques malmenés et se redresser pour atteindre de nouveaux sommets. Mardi, l'indice S&P 500 a terminé à 3389,78, marquant un sommet de clôture historique, tandis que l'indice composite NASDAQ a également marqué une clôture record à 11210,84.

Pourquoi Wall Street a-t-il refusé de prendre en compte la récession à laquelle son économie est confrontée? Une explication pourrait être que la valeur marchande des entreprises technologiques américaines a grimpé en flèche pendant l'épidémie, ramenant la plupart des indices boursiers à leurs niveaux d'avant la pandémie.

À l'heure actuelle, cinq géants de la technologie - Apple, Microsoft, Amazon, Alphabet et Facebook - représentent désormais plus d'un cinquième du S&P 500. Une telle concentration est compréhensible étant donné que ces géants du numérique ont largement surperformé le marché cette année grâce à leur robustesse croissance des entreprises pendant la pandémie de coronavirus.

Néanmoins, il y a un message encore plus important derrière la récente performance du marché boursier américain, à savoir que la structure économique américaine subit une transformation majeure pendant la pandémie. Même l'économie mondiale verra probablement le secteur technologique jouer un rôle majeur dans la stimulation de la croissance économique dans un proche avenir.

Dans un tel contexte de transformation économique profonde, la récente poussée de l'administration Trump en faveur du découplage technologique pourrait avoir des implications stratégiques encore plus profondes. Dans le passé, le gouvernement américain a fortement soutenu les géants de la fabrication nationale tels que Boeing, malgré les critiques de divers milieux. Maintenant que les entreprises de haute technologie deviennent la nouvelle source de croissance économique, le gouvernement américain tentera certainement d'assurer la domination des entreprises américaines lors du prochain cycle de transformation économique mondiale.

En ce sens, la répression de l'administration Trump contre les entreprises technologiques chinoises peut également être considérée comme faisant partie d'un effort visant à renforcer l'avantage concurrentiel des entreprises américaines de haute technologie afin qu'elles soient en mesure d'accélérer l'expansion mondiale et la domination technologique.

Les États-Unis ont annoncé lundi qu'ils resserraient les restrictions sur Huawei afin de couper ses approvisionnements en puces disponibles dans le commerce. Le gouvernement a également ordonné à la populaire plateforme de médias sociaux chinoise TikTok de vendre ses entreprises américaines à un acheteur américain avant une date limite. De toute évidence, toutes ces mesures visaient à étouffer le développement et la croissance des entreprises technologiques les plus prospères de Chine.

Si la répression américaine des entreprises chinoises se poursuit dans les mois à venir, quel que soit le résultat de l'élection présidentielle, les entreprises de haute technologie américaines obtiendront de grands avantages concurrentiels, favorisant ainsi une restructuration économique plus douce. Et si les entreprises chinoises sont durement touchées par les attaques américaines, le futur écart technologique entre les États-Unis et la Chine pourrait être utilisé comme levier de concessions par la partie chinoise dans le secteur technologique. En tant que tel, la poursuite par les États-Unis du découplage technologique de la Chine pourrait être un stratagème politique pour viser une plus grande part de marché à l'avenir.

Dans de telles circonstances, en plus d'exiger un traitement équitable pour ses entreprises, la Chine doit promouvoir le développement de ses propres entreprises technologiques. Après tout, il est devenu plus urgent que jamais pour les entreprises technologiques chinoises d'améliorer leur compétitivité technologique afin de se sortir des affrontements technologiques de plus en plus féroces entre les deux pays.


Edité le 19-08-2020 à 23:26:11 par Xuan


Xuan
   Posté le 21-08-2020 à 13:09:05   

L'affaire Bannon est liée à la guerre USA vs RPC


L'ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon, a été arrêté pour fraude sur le yacht de luxe de Guo Wengui, un homme d'affaires chinois en exil aux États-Unis.

La veille de l’arrestation de Bannon, le Wall Street Journal a révélé en exclusivité que, selon des personnes proches du dossier, GTV Media Group, une société de médias associée à Bannon et Guo Wengui, avait levé plus de 300 millions de dollars américains par placement privé ce printemps.



Des tricheurs comme Bannon sont dans le `` business anti-Chine ''
Par Shen Yi Source: Global Times Publié: 2020/8/21 10:04:41


Photo du dossier Steve Bannon: Xinhua

Le 13 août, l'ambassadeur chinois aux États-Unis, Cui Tiankai, a prononcé un discours liminaire lors d'un webinaire à l'invitation du président John R. Allen de la Brookings Institution. Cui a déclaré qu'au milieu de tâches majeures et de défis de taille, la Chine et les États-Unis devraient faire le bon choix et «construire une relation plus tournée vers l'avenir, plus forte et plus stable entre nos deux grands pays».

Cui a souligné que certaines personnes aux États-Unis sont obsédées par la concurrence de grandes puissances et la rivalité stratégique, ajoutant que certains Américains estiment que «faire monter» la confrontation pourrait ralentir et contenir le développement de la Chine, et peut-être même entraîner un «changement de régime» . Il est évident qu'il faisait référence aux initiateurs de la soi-disant nouvelle guerre froide. Dans son discours, Cui a mis en garde ces individus qui sont manifestement désireux de lancer la «nouvelle guerre froide» d'une manière sans précédent, affirmant qu'ils « doivent peser les coûts qu'ils paient et les conséquences pour le monde » . Pour qui sonne la cloche, il y aura un jour de jugement.

Peut-être est-ce une pure coïncidence mais son discours est devenu réalité. Peu de temps après que Cui ait fait ses commentaires, Steve Bannon, ancien stratège en chef du président américain Donald Trump, qui était autrefois surnommé le «président fantôme», a été arrêté jeudi pour fraude financière. Bannon a été accusé d'avoir fraudé des donateurs dans le cadre d'un programme de collecte de fonds en ligne appelé «We Build the Wall», qui visait à soutenir l'initiative du président américain le long de la frontière mexicaine. Selon le Wall Street Journal, la campagne de financement a collecté plus de 300 millions de dollars et l'argent - principalement donné par les partisans de Trump - n'était qu'une imposture pour tromper les gens. Ils ont en fait construit une «clôture frontalière», mais elle a déjà montré des signes d'érosion quelques mois seulement après son achèvement.

Ironiquement les nouvelles révèlent que des gens comme Bannon sont commis à la fraude et recherchent des avantages en incitant à la panique, à la tension et aux frictions entre la Chine et les États-Unis pour attirer le soutien et l'attention du public américain. Il répond à une question qui a longtemps laissé perplexe : pourquoi certains Américains sont-ils si obsédés par la dégradation des relations sino-américaines? Il est maintenant évident que ces personnes sont dans le «business anti-Chine».

L'arrestation de Bannon a en outre confirmé l'affirmation de Cui selon laquelle les relations sino-américaines vont dans la mauvaise direction en raison de la manipulation par certains Américains avec des arrière-pensées. Si cela continue, non seulement la Chine et les États-Unis, mais aussi d'autres pays du monde qui s'attendent à ce que les deux plus grandes puissances du monde combattent conjointement la pandémie et redressent l'économie mondiale, seront lésés. Le seul groupe qui en bénéficiera est un petit nombre d'escrocs et de fous.

La partie chinoise a récemment envoyé une série de signaux clairs sur les relations sino-américaines. Dans un article signé, Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et directeur du Bureau de la Commission des affaires étrangères du Comité central du PCC, a exposé ses vues sur les relations sino-américaines dans une perspective historique.
Le conseiller d'État et ministre des Affaires étrangères Wang Yi a également réitéré l'engagement ferme de la Chine à promouvoir le développement sain des relations sino-américaines dans de multiples discours et entretiens. En tant que tel, la balle est évidemment dans le camp des États-Unis. Les États-Unis devraient répondre activement et de manière constructive aux propositions de la Chine. La promotion de relations positives sino-américaines est le bon choix.
L'auteur est professeur à l'École des relations internationales et des affaires publiques de l'Université de Fudan. opinion@globaltimes.com.cn
Xuan
   Posté le 21-08-2020 à 23:22:31   

USA : l'activité économique déçoit https://www.capital.fr/entreprises-marches/etats-unis-les-inscriptions-hebdomadaires-au-chomage-repassent-au-dessus-de-la-barre-du-million-1378370
Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage repassent au-dessus de la barre du million, tandis que l'indice manufacturier Philly Fed est ressorti moins bon que prévu.

plongeon historique de la production industrielle
l'emploi déçoit aux USA
Xuan
   Posté le 24-08-2020 à 18:01:00   

Sur l'aspect militaire un article de la presse chinoise :


Situation militaire cette semaine - Les exercices spéciaux «Frontline» du PCC dans le détroit de Taiwan donnent un signal


Écrit par: Chu Wen
2020-08-24 22:02:01

Les observations militaires de cette semaine se sont concentrées sur les tensions entre la Chine et les États-Unis. La Chine a lancé des exercices militaires à grande échelle dans ses eaux environnantes, qui ont choqué l'opinion publique. Derrière elle, il y a à la fois une épée pointant vers le détroit de Taiwan et l'intention d'empêcher les aventures militaires américaines; des différends territoriaux sino-indiens sont en cours. Pékin est pleinement préparé à la guerre pour empêcher des attaques soudaines.

Focus sur les informations militaires: émission fréquente de signaux de haut niveau pour les exercices multi-mer de l'APL

Cette semaine, le sujet du jeu militaire sino-américain s'est poursuivi. Le 23 août, les responsables chinois ont annoncé quatre activités militaires offshore consécutives, qui ont enflammé l'opinion publique. Du sud au nord, l’Armée populaire de libération à Hainan (24 au 29 août), Guangdong (24 au 29 août), Shandong (22 au 26 août), Liaoning (24 août à Dalian) Du 24 août au 30 septembre, Tangshan a organisé des exercices militaires dans les eaux voisines, couvrant la mer de Chine méridionale, la mer Jaune et la mer de Bohai.

En raison du lancement initial de l'exercice, les détails officiels n'ont pas été divulgués, mais l'exercice dans la mer de Chine méridionale couvre 33 000 kilomètres carrés, ce qui est plus que la superficie de l'île de Hainan. On suppose que l'exercice peut inclure des opérations navales et aériennes conjointes, et la participation des forces de fusée n'est même pas exclue; l'exercice au large du Guangdong; La zone fait directement face à l'île de Dongsha, qui est en fait contrôlée par Taiwan, avec une distance de moins de 200 kilomètres; les exercices à grande échelle dans la mer Jaune ont une portée beaucoup plus large que les exercices dans la mer de Chine méridionale. En raison du tir à balles réelles, des activités de test similaires aux missiles anti-navires et aux missiles balistiques anti-navires ne sont pas exclues; Bohai Les missions militaires près du détroit peuvent être liées au porte-avions. Après tout, le navire du Liaoning est resté dans les eaux voisines pendant de nombreux jours; les exercices près de Tangshan sont principalement liés au tir réel des forces de missiles sol-air. Du 14 mai au 31 juillet, la zone Similaire aux exercices de tir.

Par convention, l'armée chinoise répondra et annoncera les détails une fois l'exercice militaire terminé. Par conséquent, il est actuellement inconnu si ces exercices sont des arrangements de routine.

Selon les statistiques, l'APL a mené de nombreuses activités militaires depuis août. Par exemple, le 6 août, l’Armée populaire de libération a organisé un entraînement au tir réel dans les eaux de Huangdayang à Zhoushan, dans le Zhejiang; le 8 août, la 73e brigade d’armée et de navigation de l’APL et les navires de la marine ont coordonné la formation; le 13 août, l’armée chinoise a annoncé l’achèvement de plusieurs services dans le théâtre oriental. Le système a mené de véritables exercices de combat dans le détroit de Taiwan et aux extrémités nord et sud; le 16 août, la garnison de l'APL de Hong Kong a organisé un entraînement, etc.

Il est rare que l'Armée populaire de libération mène des activités militaires aussi intensives. Cependant, alors que les tensions entre la Chine et les États-Unis continuent d'augmenter, en particulier lorsque l'armée américaine continue d'intervenir dans la mer Jaune, la mer de Chine orientale, la mer de Chine méridionale et le détroit de Taiwan, ces opérations à haute fréquence ne sont pas surprenantes. Car dès le 6 août, Wei Fenghe, le ministre chinois de la Défense, a averti l'armée américaine de mettre un terme à ses mauvaises paroles et ses mauvaises actions dans la mer de Chine méridionale et à Taiwan et d'éviter des actions dangereuses. Cependant, l'armée américaine peut être décrite comme "faisant la sourde oreille et agissant à sa guise" et continue d'attaquer la Chine sur les problèmes de la mer de Chine méridionale et du détroit de Taiwan, la Chine doit donc prendre des contre-mesures.

Les nombreuses activités militaires de l’armée de Chine continentale en août sont considérées comme liées au détroit de Taiwan, et elles sont aussi la manifestation la plus directe des «préparatifs de la lutte militaire contre Taiwan». De nos jours, dans le contexte du déséquilibre de la puissance militaire inter-détroit, il est de peu d'importance pratique de parler de la façon d'attaquer et de défendre. De toute évidence, le monde extérieur est plus préoccupé par «quand le continent va agir». Si vous voulez vous rapprocher de ce nœud important, observer les activités militaires de l'armée continentale contre Taiwan devient la meilleure fenêtre.

En plus de continuer à construire du matériel pour les opérations de débarquement, l'armée continentale, sous la direction de la stratégie d'intégration militaro-civile, a commencé à utiliser des navires semi-submersibles civils à grande échelle pour renforcer ses capacités de combat trans-maritime. Les écrans de vidéosurveillance de la Chine ont montré que des hélicoptères militaires tels que Zhi-8, Zhi-10 et Zhi-19 ont atterri l'un après l'autre sur des navires semi-submersibles pour effectuer «le décollage et l'atterrissage de plates-formes offshore, l'approvisionnement en bombes pétrolières et les réparations d'urgence». Cette décision d'apprendre de l'expérience de l'armée américaine serait un exercice pour les futures opérations à travers le détroit de Taiwan.

Une autre information intéressante cette semaine est que l'armée de l'APL a mené la première formation de service médical interarmées, brigade et bataillon à trois niveaux dans la 73e armée du commandement du théâtre oriental, en se concentrant sur «comment soutenir efficacement en temps de guerre». Au cours de l'exercice, les «explosions et flux sanguins continus» ont fait ressentir aux médecins militaires un «très grand impact», ce qui montre que l'entraînement de performance précédent était hors du combat réel depuis longtemps. En raison de la préparation du détroit de Taiwan et de la réponse aux menaces de l'armée américaine, l'armée continentale n'a fait que continuer à renforcer l'entraînement au combat de son armée. Les images de l'exercice ont également révélé pour la première fois que l'Armée populaire de libération avait utilisé un appareil d'exosquelette, qui permettait à une infirmière de courir avec un 140-jin blessé.

En outre, dans l'exercice de test du "niveau de sauvetage en temps de guerre", le général du Parti communiste chinois et commandant de l'armée Han Weiguo est également apparu. Étant donné que la 73e station de l’armée est située à Xiamen - en face de l’île de Kinmen, qui est en fait contrôlée par Taiwan, et est connue comme le «pionnier de l’attaque de Taiwan», la présence de Han Weiguo ici est considérée comme d’une grande importance et pourrait permettre d’évaluer les futures opérations contre Taiwan. Victimes et ambulances dans les informations antérieures ont montré que l'APL a construit plusieurs nouveaux navires médicaux.

En ce qui concerne la situation actuelle dans le détroit de Taiwan, l'hostilité imprègne les deux côtés du détroit de Taiwan. Xiamen, qui est proche du détroit de Taiwan, est naturellement connue comme la "ligne de front". Peu de temps avant l'arrivée du général du PCC sur la "ligne de front" pour superviser la ligne de front, le président de la Commission militaire du PCC Xi Jinping est venu en "première ligne". «À l'arrière de l'Anhui, j'ai visité le symbolique« Crossing the River Memorial Hall »pendant cette période. Certaines voix apparaissant sur Internet chinois le relient à la situation dans le détroit de Taiwan.

Le 21 avril 1949, Mao Zedong et Zhu De, alors hauts dirigeants de l’armée du Parti communiste chinois, ont publié «l’ordre de marcher dans le pays», ordonnant à l’armée populaire de libération de «combattre le fleuve Yangtsé et de libérer toute la Chine». Combinant ce contexte, des messages tels que «traversez le détroit, libérez l'île de Taiwan» sont apparus sur Internet chinois. Cependant, jusqu'à présent, Zhongnanhai a déclaré publiquement qu'il chercherait à la réunification pacifique; de &#8203;&#8203;plus, à un moment où la situation internationale devient de plus en plus défavorable à la Chine, le début de la guerre pourrait mettre Pékin sous plus de pression.

En ce qui concerne «l'offensive» du continent, bien que Taiwan y ait répondu et bénéficie du soutien de l'aide étrangère comme les États-Unis et le Japon, les hauts dirigeants militaires de Taiwan savent que leur force n'est pas aussi bonne, ils ont donc ordonné l'interdiction du premier coup de feu, ou ils ont été transférés à la justice. Pendant cette période, Hu Xijin, rédacteur en chef du média d'Etat chinois "Global Times", a été critiqué par la population du continent pour avoir appelé "l'APL à ne pas tirer le premier coup de feu".

Situation militaire de la Chine: le J-20 est apparu à la frontière sino-indienne tout droit -8L pour compenser la vacance

Bien que la Chine et les États-Unis continuent de se concurrencer à l'extrémité orientale du continent et de dominer les manchettes de l'opinion publique, la fusion potentielle du conflit entre la Chine et l'Inde en raison de différends territoriaux est encore susceptible de réapparaître. Afin d'éviter que l'Inde n'ait des problèmes à la frontière en raison du transfert de pression intérieure, la Chine y a également prêté toute son attention à la frontière. Cette semaine, des photos satellites de l’Inde et de l’Occident ont montré que la Chine a non seulement déployé temporairement le chasseur furtif J-20 le plus avancé de son pays dans un aéroport proche de la frontière, mais a également continué à construire de grands aéroports sur le plateau. Parallèlement, en première ligne de la confrontation, l’APL construisait également. Il y a des installations radar, des positions d'artillerie, etc.

Le 17 août, des images satellites diffusées sur Internet ont montré que deux chasseurs J-20 sont apparus à l'aéroport de Hotan au Xinjiang. Auparavant, l'Inde avait importé cinq chasseurs Rafale de France, et les médias indiens avaient vanté sa capacité à vaincre le J-20. Cette fois, le J-20 stationné à l'aéroport de Hotan, qui semble être tit-for-tat. Après tout, l'aéroport n'est qu'à 300 kilomètres de la frontière et à moins de 400 kilomètres de Leh, une importante ville indienne du Ladakh. En outre, l'aéroport de Hotan a déployé la série de chasseurs lourds J-11 et l'avion d'alerte précoce Air Police-500. Une autre photo satellite montre que l'aéroport de Hotan agrandit sa deuxième piste, qui pourra transporter plus de forces militaires à grande échelle à l'avenir. L'aéroport de Damxung au Tibet est également en construction.

Le 18 août, le Quotidien du Peuple, le porte-parole du Parti communiste chinois, a publié une vidéo disant que la nouvelle force de combat de la région militaire du Tibet se prépare à la guerre - un exercice de munitions réelles multi-armes et multi-armes dans les hautes terres au milieu de l’Himalaya à une altitude de plus de 4600 mètres. L'équipement lourd utilisé dans l'exercice comprenait le lance-roquettes à longue portée PHL-03 avec une portée maximale de plus de 150 kilomètres; l'obusier de 122 mm monté sur véhicule PLC-161, qui est la dernière version du système d'artillerie numérique, a une forte capacité de réaction rapide; le missile de défense aérienne Hongqi-16, Il peut être utilisé pour intercepter des chasseurs, des missiles de croisière, etc., avec une portée maximale de 70 kilomètres; le missile antichar Red Arrow-10 peut attaquer des chars, des véhicules blindés et des hélicoptères à basse altitude, avec une portée maximale de plus de 10 kilomètres.

L'Armée populaire de libération lance des exercices de munitions à grande échelle avec une variété de nouvelles armes et de nouveaux équipements [photo]
Le Shandong chinois a publié un avis d'interdiction aérienne indiquant que l'APL mènera des activités militaires majeures [Photo]
La rare exposition publique du Pentagone à des avions militaires américains volant dans la mer du Vietnam [Photo]
L'échelle de la marine chinoise en cinq ans a attiré l'attention, les médias américains ont souligné que 055 a des faiblesses
Au cours de l’exercice, l’unité de défense aérienne a d’abord utilisé le drapeau rouge-16 pour intercepter et abattre le missile entrant. Ensuite, l’artillerie à longue portée a tiré des missiles guidés de précision pour simuler des attaques contre le poste de commandement profond de l’ennemi, les lanceurs de missiles, les centres de communication, etc., et a complètement détruit les communications de commandement arrière et les communications importantes de l’ennemi. Contre les armes. Par la suite, des obusiers remorqués, des obusiers montés sur véhicule, des lance-roquettes, etc. ont utilisé des salves, des tirs rapides et d'autres méthodes pour mettre en œuvre une couverture de tir sur les positions de simulation avancées de l'ennemi, les bunkers, les casernes et autres cibles. Ensuite, le lanceur de missiles a effectué une destruction précise des cibles solides restantes de l'ennemi. Il ressort de cet exercice qu’une fois la guerre sino-indienne commencée, l’armée chinoise interceptera et détruira d’abord les cibles de reconnaissance aérienne et d’attaque de l’armée indienne, puis utilisera l’avantage de la puissance de feu à longue portée pour couper les liaisons de commandement et de communication entre l’arrière et l’avant de l’armée indienne. , Et ensuite mis le feu pour attaquer les positions avancées de l'armée indienne jusqu'à ce qu'elle soit anéantie.

L'industrie militaire chinoise a également inauguré de lourdes nouvelles. Le 17 août, le compte officiel WeChat de China Ordnance Test a révélé l'hélicoptère à fuselage large Z-8L développé pour la première fois. Cet hélicoptère compense la vacance de l'hélicoptère de 15 tonnes de l'APL et peut améliorer les capacités de transport et de combat globales de l'armée. Le Zhi-8L est une version profondément améliorée du Zhi-8. Le système d'alimentation en carburant passe du dessous du pont de chargement aux côtés du fuselage pour réduire la garde au sol; en même temps, il est équipé de dispositifs d'avertissement radar et de bombes anti-brouillage infrarouges. À l'avenir, le Zhi-8L sera principalement utilisé pour transporter du matériel lourd, notamment des véhicules d'assaut «Lynx» et divers modèles améliorés.

Une fois l'avion en service, la brigade de l'armée de l'air de l'APL peut projeter une force de combat à haute mobilité de niveau bataillon à la fois avec la mise en place de trois bataillons de transport Z-8L. Le groupement tactique au niveau du bataillon est centré sur le véhicule mécanisé «Lynx», qui peut utiliser des mortiers, des roquettes, des missiles antichars et des obus fraisés pour améliorer la capacité de combat du bataillon d'infanterie léger et très mobile. Cependant, le Zhi-8L utilise toujours des moteurs PT-6 importés, et la production de masse pourrait être affectée à l'avenir, mais les entreprises militaires chinoises recherchent également des moteurs d'hélicoptère autoproduits.

Situation militaire internationale: le Pakistan se renforce facilement contre l'Inde

Tout en concurrençant la frontière indienne, la Chine n'a cessé de renforcer son assistance militaire au Pakistan. Le 22 août, la première frégate 054A / P construite par la Chine pour le Pakistan a été lancée au chantier naval de Shanghai Hudong Zhonghua. Le 054A / P est un modèle d'exportation du 054A équipé par la marine chinoise. Il a un déplacement de plus de 4 000 tonnes, une longueur de navire de 135 mètres, 4 moteurs diesel, une vitesse maximale de 28 nœuds, un canon naval de 76 mm et deux "Eagle Strike-" 4 pièces Lanceur de missiles anti-navires de 83 ", lanceur vertical de 32 unités, transportant le missile navire-air" Hongqi-16 "et le missile anti-sous-marin.

Le Pakistan a commandé deux 054A / P à la China Shipbuilding and Trade Corporation en juin 2018, puis en a ajouté deux autres, d'une valeur totale de 1,4 milliard de dollars américains. Il prévoit de les recevoir tous en 2023. À l'heure actuelle, la marine pakistanaise possède des navires de fabrication chinoise, dont 4 frégates F-22P, 3 bateaux lance-missiles de classe Azmat et 1 navire d'approvisionnement en pétrole et en eau Nasr. Le Pakistan a également commandé des sous-marins S-20 à la Chine, mais ils n'ont pas encore été livrés.

La Chine se précipite pour aider la marine pakistanaise à renforcer la puissance militaire de cette dernière et à renforcer sa force dans le nord de l'océan Indien pour correspondre aux stratégies de la Chine à l'étranger telles que l'initiative «Belt and Road»; deuxièmement, elle peut également contenir la marine indienne et réduire la pression maritime à laquelle la Chine est confrontée dans l'océan Indien.

Depuis le 17 août, 22 navires, 1 sous-marin, plusieurs avions et 5300 militaires de 10 pays dont les États-Unis, l'Australie, le Brunei, le Canada, la France, le Japon, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande, les Philippines et Singapour Pearl Harbor dans les eaux hawaïennes a commencé le 27e exercice militaire Rim Pacific-le 2020 Rim Pacific Military Exercise. Cependant, en raison de divers facteurs tels que la nouvelle épidémie de pneumonie de la couronne (COVID-19), l'ampleur de cet exercice a considérablement diminué, les sujets de l'exercice sont limités à la mer et le temps est également réduit de moitié.

Selon le communiqué officiel, cet exercice vise à promouvoir et à maintenir des relations de coopération, à renforcer la dissuasion, la résilience et l'agilité de la force conjointe pour prévenir et vaincre l'agression des grandes puissances dans divers domaines et niveaux. À l'heure actuelle, l'exercice comprend la guerre anti-sous-marine multinationale, l'interception maritime, les activités d'entraînement à la munition réelle et d'autres formations coopératives. Pour cet exercice, les experts chinois estiment qu'il s'agit toujours d'un drame de "mise en place militaire et de chant idéologique", mais au moment où la capacité de contrôle des États-Unis diminue et la crédibilité du pays est constamment compromise, on ne sait toujours pas si les différents alliés sont unis, mais Face à la force de plus en plus forte de la Chine, les alliés des États-Unis peuvent «avoir des fantômes».
Xuan
   Posté le 10-09-2020 à 08:31:10   

La Tribune : la Chine est-elle déjà la première puissance mondiale ?

DANIELLE BLEITRACH10 SEPTEMBRE 2020


Excellent article de la revue financière qui démontre comment premièrement la Chine a déjà dépassé les USA dans les domaines les plus stratégiques. Pour autant elle ne revendique pas l’hégémonie mais réserve d’incontestables surprises de résistance si les Etats-Unis poursuivent leur attaque et en cas d’agression militaire. Article à ne pas rater (note de Danielle Bleitrach).
Par Eric Martel (*) | 09/09/2020, 10:00 | 1791 mots

https://histoireetsociete.com/2020/09/10/la-tribune-la-chine-est-elle-deja-la-premiere-puissance-mondiale/

OPINION. Les États-Unis redoutent de voir la Chine leur passer devant et s’imposer comme la première puissance mondiale. Pourtant, dans bien des domaines, c’est déjà le cas… Par Eric Martel, Docteur en Sciences de Gestion/Chercheur associé au LIRSA au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) (*)

Les tensions entre la Chine et les États-Unis se sont intensifiées depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump. Aux accusations américaines d’espionnage et d’agressivité militaire en mer de Chine méridionale s’ajoute l’escalade des sanctions commerciales à l’égard de plusieurs entreprises chinoises.

Pour les médias anglo-saxons, il ne fait aucun doute que l’« Empire du milieu » essaye de ravir aux États-Unis leur statut de première puissance mondiale afin d’asseoir son hégémonie planétaire.

In fine, les ambitions chinoises ne peuvent que conduire à un conflit entre ces deux acteurs majeurs, selon la théorie très médiatique du piège de Thucydide de Graham Allison. L’historien fait référence à la guerre entre Athènes et Sparte, provoquée par le refus de cette dernière de perdre son hégémonie sur la Grèce face à une Athènes alors en pleine expansion.

Ce raisonnement, tout à l’avantage des États-Unis, souffre néanmoins d’une faille majeure : de nombreux indices nous montrent qu’il est fort probable que la Chine soit déjà la première puissance mondiale.

La puissance, oui ; l’hégémonie mondiale, non
Cet état de fait n’est pas sans conséquence et rend la situation beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît.

Il est de coutume d’associer au statut de « première puissance mondiale » un rôle hégémonique. Affirmer que les États-Unis ne sont que seconds, c’est, d’une certaine manière, les délégitimer dans cette fonction. Pour ce dernier pays, dont la prospérité repose en grande partie sur le contrôle de la monnaie mondiale de référence, le dollar, les répercussions sont loin d’être négligeables.

C’est ainsi que toute une littérature, principalement américaine, va insister sur l’agressivité chinoise, en essayant de montrer comment ce pays cherche par tous les moyens à dérober aux États-Unis leur rôle d’hégémon planétaire. Il s’agit, incidemment, de souligner qu’un acteur légitime, de surcroît grand défenseur de la démocratie, les États-Unis, se voit menacé par un usurpateur dont il se doit de stopper les ambitions.

Pourtant, la réalité est fort différente. Si la Chine s’efforce par tous les moyens de renforcer son rôle de leader industriel et technologique et d’acquérir la primauté dans ces domaines, l’hégémonie mondiale est loin de l’intéresser. En cela elle suit, de façon plus modeste, l’exemple des États-Unis d’avant la Seconde Guerre mondiale, qui se contentèrent d’une hégémonie sur les Amériques, en dépit du fait que leur prééminence économique au niveau mondial était déjà écrasante.

Des capacités sous-estimées
Ce n’est pas la première fois que l’on se méprend sur les puissances respectives de deux grands acteurs mondiaux. L’exemple de l’Allemagne et de l’Union soviétique en 1941 est emblématique.

Lorsque les Allemands envahirent l’URSS, ils envisageaient une guerre facile et courte. Leur supériorité militaire, industrielle et technologique ne faisait aucun doute ; et l’Union soviétique était totalement isolée et ne disposait pas d’un réseau d’alliances. Quelques mois plus tard, la Wehrmacht faisait connaissance avec le T34 soviétique, l’un des meilleurs chars de l’époque, puis avec les katiouchas, de redoutables lance-roquettes. Dès 1942, les Soviétiques arrivaient à produire plus de chars que les Allemands. En 1944, l’URSS était devenue la première puissance militaire mondiale ; elle le restera jusqu’à l’explosion de la première bombe atomique en septembre 1945.

Qui aurait pu imaginer qu’un pays sous-développé, au réseau routier quasiment inexistant, à l’industrialisation récente et dont l’armée était inexpérimentée, désorganisée et encombrée d’armements obsolètes aurait pu se révéler un opposant aussi dangereux ? Certainement pas les généraux allemands, grisés par leur supériorité tactique et leurs armements sophistiqués.

Cette erreur d’analyse n’est pas sans rappeler la manière dont les think tanks américains envisagent l’issue d’un conflit militaire qui opposerait la Chine aux États-Unis. La victoire américaine leur paraît évidente. Pourtant, si l’armée chinoise est loin d’égaler l’armée des États-Unis, ses atouts industriels et technologiques sont loin d’être négligeables.

Les atouts chinois
Si l’on compare la puissance respective de ces deux États à travers le prisme du PIB, la supériorité américaine est incontestable. Mais si la comparaison se fait en termes de PIB en parité de pouvoir d’achat (PPA), la Chine a dépassé les États-Unis depuis 2014. Et si l’on y regarde de plus près on s’aperçoit que le PIB manufacturier américain ne représentait, en 2017, qu’un peu moins de 77 % de celui de la RPC (République populaire de Chine). En fait ce chiffre plutôt avantageux doit être relativisé, en dollars constants de 2010, le PIB industriel américain ne représente plus que 69 % de celui de la Chine, si la comparaison est établie en termes de PIB en PPA, celui-ci n’est plus que de 38 %.

Un tel écart, difficilement rattrapable, ne peut qu’inviter à remettre en question la supériorité économique américaine. Car ce qui fait la force d’une nation, c’est sa capacité à soutenir un conflit de longue durée avec un opposant ; or, pour cela, les capacités de production sont fondamentales.

Aujourd’hui, la RPC maîtrise de nombreuses filières industrielles essentielles. Le coronavirus a été à cet égard un révélateur des capacités de son industrie, lorsque les pays occidentaux se sont retrouvés dépendants d’importations de fournitures médicales en provenance de Chine. Cette supériorité se traduit aussi en termes de recherche et développement : la Chine a déposé en 2019 plus de brevets que les États-Unis. Dans un domaine d’avenir, l’intelligence artificielle, ses investissements représentent déjà 60 % des dépenses mondiales.

Néanmoins, les États-Unis maîtrisent des filières technologiques stratégiques telle l’industrie spatiale, mais comme dans le cas du Royaume-Uni des années 1930, cette supériorité technologique concentrée sur quelques domaines peut s’amenuiser plus vite qu’on ne le croit. Au-delà de ces quelques avantages, ce pays détient, on l’a dit, la monnaie d’échange internationale et possède la première armée mondiale. À ce titre, il dispose d’un réseau d’alliances étendu.

Mais la Chine est loin d’être ce pays isolé qu’était l’URSS de 1941. Elle dispose elle aussi d’alliés solides comme la Russie et ses nombreux pays limitrophes, quoique méfiants à son égard, sont hostiles à toute intervention militaire américaine. Quant à l’infériorité militaire, l’exemple des États-Unis et de l’URSS lors de la Seconde Guerre mondiale nous montre qu’elle peut être rapidement comblée lorsque l’on dispose d’une supériorité industrielle.

À quel point la Chine est-elle agressive ?
Revenons à cet élément de poids qu’est le contrôle de la monnaie de référence. Il reste corrélé à une prééminence économique, technologique et militaire qui, dans le cas des États-Unis, est fragile, même si elle est loin d’être aussi précaire que celle de l’Angleterre des années 1930. Les dirigeants américains en sont parfaitement conscients. Ils savent que leur avance dans ces domaines n’est que provisoire.

Cette inquiétude se manifeste, entre autres, par une abondante production de rapports issus de think tanks liés au Pentagone qui insistent sur l’expansionnisme chinois. La comparaison avec la notion du piège de Thucydide n’est pas anodine : il s’agit d’identifier la Chine à Athènes, à savoir une puissance montante agressive. S’y ajoutent moult ouvrages faisant référence à ce même piège et dont l’objet sous-jacent est d’avertir les Américains sur les conséquences négatives d’un éventuel conflit, même victorieux, avec la Chine. Et, nous l’avons évoqué, de nombreux articles dénoncent l’agressivité militaire chinoise en mer de Chine méridionale.

Cette agressivité doit toutefois être relativisée. À l’instar de l’URSS qui, en 1940, avait envahi la Finlande pour établir un glacis défensif, la RPC est obsédée par une menace très réelle : le blocus de ses lignes d’approvisionnement par la marine américaine. En fait, 40 % de son commerce extérieur transite à travers la mer de Chine méridionale. À ce titre, elle établit des bases sur les îles Spratley et renforce ses positions, acquises en 1974, dans les îles Paracels afin de pouvoir se protéger. Elle n’est pas la seule à le faire : le Vietnam est lui aussi très actif et occupe ainsi vingt-six îles des Spratley, là où la Chine en détient huit. Cet archipel est l’objet de toutes les convoitises car les Philippines occupent également une dizaine de ces îles, Taiwan deux et la Malaisie cinq.

Quels scénarios d’avenir ?
On peut se demander, à la lecture des rapports américains, si les États-Unis ne sont pas tentés par une guerre préventive sous prétexte de contrer l’« agressivité immodérée » de la Chine. Ainsi, le rapport de la Rand insiste sur l’effet de surprise, élément essentiel de la victoire qu’il attribue, bien entendu, à la doctrine militaire chinoise.

Les Américains savent pertinemment que pour réussir à surprendre leur adversaire, ils devront lancer une attaque massive avec, entre autres, des missiles balistiques sur le territoire chinois. Interprétée comme une attaque nucléaire, la Chine riposterait immédiatement déclenchant une guerre atomique.

Existe également l’option d’un conflit conventionnel, mais les Américains pressentent également qu’à l’instar de la guerre du Vietnam, plus celui-ci durera, plus leur propre défaite sera inéluctable. Avec le temps, la supériorité industrielle chinoise ne fera que réduire l’avantage militaire tactique des États-Unis.

Enfin, le blocus des routes maritimes de la mer de Chine apparaît comme une solution facile à mettre en œuvre, mais qui rencontrerait probablement l’hostilité des pays de la région. Car si la Corée du Sud, Taiwan, le Vietnam et les Philippines ont des relations difficiles avec l’Empire du milieu, ils ne perçoivent pas ce pays comme une nation militairement agressive et sont soucieux de préserver leurs relations économiques intenses avec lui. Le cas du Japon est particulier : son alliance avec les États-Unis tend à prendre le dessus sur ses relations avec la Chine.

Reste donc la solution actuellement pratiquée de sanctions économiques croissantes, avec leurs effets pervers induits : elles ne peuvent qu’inciter la Chine à développer les technologies qui lui font défaut. C’est ainsi que la volonté américaine d’empêcher le devenir hégémonique de la Chine pourrait, paradoxalement, l’accélérer…

______

(*) Par Eric Martel, Docteur en Sciences de Gestion/Chercheur associé au LIRSA, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM).

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.
Xuan
   Posté le 16-09-2020 à 20:09:23   

La coupure de l'approvisionnement en puces de Huawei



Écrit par: Zhang Yi
2020-09-16 19:29:01

TSMC a cessé de produire des puces Kirin pour Huawei, et Qualcomm, Samsung, SK Hynix, Micron, etc. ne fournira plus de puces à Huawei - du 15 mai au 15 septembre, après 120 jours de mise en mémoire tampon, la société de communication chinoise Huawei va enfin Cela inaugure également un autre moment le plus sombre du développement de l'entreprise: l'ordre du gouvernement américain de mettre à niveau le contrôle des puces de Huawei a officiellement pris effet.

La situation difficile qui nous attend

Il y a toujours eu des voix selon lesquelles Huawei a un plan de «roue de secours» face à l'approvisionnement en puces. Parce qu'en 2004, Huawei a commencé à développer des puces pour téléphones mobiles grâce à la création de Huawei HiSilicon et au cours des dix dernières années, Huawei a investi des dizaines de milliards de fonds pour cela. Même ainsi, HiSilicon est bon dans la conception de puces et n'a pas la capacité de produire des puces. De sorte qu'aujourd'hui, les puces Kirin, comparables aux plus grandes entreprises internationales telles que Samsung, Qualcomm et Apple, doivent être fabriquées par des fonderies.

Comme de nombreux médias l'ont signalé, l'industrie des puces peut être divisée en quatre grands maillons: la conception, la fabrication, l'emballage et les tests. La Chine est très forte dans le domaine de l'emballage et des tests. Huawei HiSilicon a également une certaine compétitivité dans la conception de puces, mais il existe des lacunes évidentes dans plusieurs autres liens, en particulier le lien de fabrication.

Initialement sous la mondialisation, la division du travail dans la chaîne industrielle pouvait avoir ses propres forces et coopération. Par conséquent, la Chine avait la mentalité d '"acheter mieux que de fabriquer" dans l'industrie des puces. Cependant, aux États-Unis, la démondialisation et la confrontation avec la Chine dans les domaines du commerce et de la haute technologie
Après la répression, non seulement Huawei, mais aussi les lacunes de la fabrication de haute technologie qui embarrassaient la Chine dans son ensemble sont devenues évidentes. Le PDG de l'activité grand public de Huawei, Yu Chengdong, a récemment déclaré qu'au cours des dix dernières années, l'exploration de Huawei dans le domaine des puces était passée de très en retard, à relativement en retard, pour aboutir, à être bloquée. "Nous avons investi d'énormes efforts de recherche et développement, mais malheureusement, Huawei n'a pas participé à la fabrication de semi-conducteurs. Nous ne faisons que la conception de puces, pas la fabrication de puces. Beaucoup de nos puces très puissantes ne peuvent pas être fabriquées. Nous avons dit que pour résoudre ces problèmes, l'innovation technologique était nécessaire. , Technologie, technologie, technologie. "

Le processus de fabrication des puces est très compliqué: une ligne de production implique plus de 50 industries et 2 000 à 5 000 processus, parmi lesquels l'outil le plus connu est la machine de lithographie. La plupart des machines de lithographie les plus avancées sur le marché international sont produites par la société néerlandaise ASML. SMIC a introduit une machine de lithographie DUV d'ASML au début de 2020, mais la machine de lithographie EUV la plus avancée qui peut produire des puces de 7 nm et 5 nm a été Achat infructueux. Par conséquent, SMIC, qui est actuellement leader dans le domaine de la fabrication de puces en Chine, ne produit que des puces de 14 nanomètres (le téléphone mobile Play4T de Huawei Honor est équipé de la puce Kirin 710A de la société et utilise la technologie occidentale. . Les technologies de TSMC et de Samsung ont été en mesure de produire en masse des puces avec un processus de 7 nm, voire 5 nm.

À l'heure actuelle, la dernière puce des smartphones Huawei est Kirin 9000, et la technologie de processus est le processus 5 nm de TSMC; la puce de la génération précédente, Kirin 990, utilise le processus 7 nm de TSMC; le processeur Kirin 820 utilisé dans les téléphones mobiles moyen et bas de gamme de Huawei est également le processus 7 nm de TSMC. . La seule exception est le Honor Play4t d'entrée de gamme de mille yuans. Afin de renforcer la substitution nationale, Huawei utilise la technologie de processus 14 nm de SMIC.

Avec la perte du traitement à l'étranger et l'incapacité de réaliser l'auto-fabrication en peu de temps, l'approvisionnement en puces Kirin de Huawei ne peut être garanti et son activité de smartphones est vouée à être grandement affectée! Le PDG des entreprises grand public de Huawei, Yu Chengdong, a déclaré lors de la Conférence sur l'informatisation des centaines de Chine 2020 (appelée sommet des centaines) qui s'est ouverte le 7 août: «En raison des sanctions américaines, les puces ne peuvent pas être produites et sont actuellement en rupture de stock. Il peut s'agir de Kirin. Les puces haut de gamme sont épuisées, la dernière génération. "

Les derniers rapports publics montrent que les derniers stocks de Kirin 9000 de Huawei sont d'environ 10 millions d'unités, il y a donc environ 10 millions de téléphones mobiles qui peuvent utiliser le Kirin 9000, qui peut durer environ six mois. Certains médias chinois ont cité les éco-partenaires de Huawei, le 5 septembre, disant que Huawei n'a actuellement pas de plan de pneus de secours. À l'avenir, Huawei pourrait "réduire la dimensionnalité" des téléphones mobiles haut de gamme aux voitures et aux pilotes d'écran OLED. Dans le même temps, des logiciels et des produits périphériques de téléphonie mobile seront utilisés pour combler les trous. Apparemment, les agents actuels ont signalé qu'il est difficile d'obtenir des téléphones mobiles Huawei, à moins qu'ils ne soient synchronisés avec des montres, des bracelets, des lunettes, des tablettes, des haut-parleurs, des écouteurs et d'autres produits, et que les prix des produits externes sont des centaines à des milliers plus élevés.

Préparations et problèmes révolutionnaires

Cette crise de Huawei a fait de la substitution nationale de l'industrie chinoise des semi-conducteurs un centre d'attention nationale. Début septembre 2020, le concept de semi-conducteurs de troisième génération était fréquemment évoqué dans le domaine de la science et de la technologie chinoises et était recherché par les fonds de marché. Selon les médias, la Chine prévoit d'inclure son ferme soutien au développement de l'industrie des semi-conducteurs de troisième génération dans le "14e plan quinquennal" en cours de formulation, ce qui signifie qu'entre 2021 et 2025, la Chine prévoit de fournir un investissement majeur dans l'éducation, la recherche scientifique, le développement, le financement et l'application. Et ainsi de suite, soutenir vigoureusement le développement de l'industrie des semi-conducteurs de troisième génération afin d'atteindre l'indépendance de l'industrie.

La troisième génération de semi-conducteurs fait référence au changement de matériaux semi-conducteurs, de la première et de la deuxième génération à la troisième génération. Les matériaux semi-conducteurs de première génération sont représentés par le silicium (Si) et le germanium (Ge). Actuellement, la plupart des semi-conducteurs sont à base de silicium. Les matériaux semi-conducteurs de deuxième génération sont représentés par l'arséniure de gallium (GaAs) et le phosphure de gallium (GaP), qui sont des matériaux pour la plupart des équipements de communication à l'ère 4G. Les matériaux semi-conducteurs de troisième génération sont représentés par le nitrure de gallium (GaN), le carbure de silicium (SiC), l'oxyde de zinc (ZnO) et le diamant, qui sont les principaux matériaux de l'ère 5G. Les avantages de performance des semi-conducteurs de troisième génération se reflètent dans: résistance à haute tension, résistance à haute température, puissance élevée, résistance au rayonnement, forte conductivité électrique, vitesse de travail rapide et faible perte de travail.

Les industries de pointe telles que les puces "doivent avoir l'initiative et ne peuvent plus être contrôlées par d'autres." Est devenu le consensus du gouvernement chinois et de l'opposition. Le 4 août 2020, le Conseil d'État chinois a publié «Plusieurs politiques visant à promouvoir le développement de haute qualité de l'industrie des circuits intégrés et de l'industrie du logiciel dans la nouvelle ère» , qui est considérée comme la nouvelle augmentation du soutien du gouvernement chinois à l'industrie des puces.

La nouvelle politique se concentre sur la résolution de problèmes où les technologies de base sont restreintes par d'autres, comme la prise en charge de processus avancés. La nouvelle politique propose que la technologie de traitement inférieure à 28 nanomètres soit exonérée de l'impôt sur les sociétés pendant 10 ans. Cette politique s'adresse aux entreprises du secteur de la fabrication de circuits intégrés, qui est également une lacune de la chaîne industrielle chinoise. Il convient de noter qu'en termes de recherche et développement de technologies de base, le nouveau document propose «d'explorer et de construire en permanence un nouveau système national de recherche sur les technologies de base dans les conditions d'une économie de marché socialiste». Cette formulation est venue pour la première fois de la quatrième session plénière du 19e Comité central du PCC en octobre 2019.

Plus important encore, l'industrie chinoise des puces se développe rapidement grâce au soutien des politiques et des capitaux. Les actions du Fonds national d'investissement dans l'industrie des circuits intégrés (ci-après dénommé "la première phase du grand fonds" spécialement créé pour soutenir le développement de l'industrie nationale des semi-conducteurs, plus la deuxième phase du Big Fund, le capital social total pouvant être mobilisé devrait dépasser 1 billion de RMB (1 yuan équivaut à environ 0,14 dollar US), ce qui fournit un soutien financier suffisant pour le développement des semi-conducteurs chinois.

En plus du financement gouvernemental et du soutien politique, le soutien du marché des capitaux aux puces nationales dépasse largement l'imagination. En 2020, des sociétés de puces telles que SMIC, Cambrian et d'autres sociétés de puces ont levé de nombreux fonds grâce à la cotation des actions A. Au 5 juillet, les sociétés chinoises de semi-conducteurs ont levé environ 144 milliards de yuans en 2020, ce qui atteindra l'année 2019 dans seulement six mois. 2,2 fois.

En plus de parier fortement sur l'industrie des puces, les entreprises chinoises ont également ciblé l'industrie des puces relativement développée de Taiwan. Le "Business Weekly" de Taiwan a rapporté qu'en décembre 2019, plus de 3 000 ingénieurs en puces de l'île de Taiwan s'étaient installés en Chine continentale pour se développer. Des entreprises chinoises telles que SMIC et Ziguang ont également recruté des experts tels que Jiang Shangyi, Liang Mengsong et Gao Qiquan auprès de géants de l'industrie tels que TSMC pour servir de cadres.

Cependant, la Chine fait face à un manque ou à un retard dans de nombreux maillons de la chaîne de l'industrie des puces, et rattraper son retard n'est pas facile. L'arrêt de l'approvisionnement en puces de Huawei est un «avertisseur» pour l'ensemble de la population chinoise, rappelant à la Chine de reconnaître les lacunes de son industrie des puces et la nécessité de rattraper son retard. Pour surmonter avec succès cet obstacle pour réaliser des percées technologiques, certains disent que l'industrie chinoise des puces doit être préparée pour le «banc pendant dix ans», et certains analystes estiment que la Chine peut réussir à rattraper son retard en cinq ans. Cinq ou dix ans, seule une prise de conscience rationnelle de cet écart peut former une force pour inspirer Huawei et l'industrie chinoise des puces à se lancer dans un nouveau voyage.
Xuan
   Posté le 17-09-2020 à 20:47:33   

Vente forcée de Tik tok à Oracle : Trump rencontre quelques obstacles :

https://www.globaltimes.cn/content/1201251.shtml
Xuan
   Posté le 20-09-2020 à 00:01:35   

Suite à l'interdiction de Tik Tok et à l'étranglement technologique de Huawei, la Chine riposte :


La Chine publie des règles pour une liste d'entités non fiable au milieu de la répression américaine

Source: Global Times Publié: 2020/9/19 10:48:54
https://www.globaltimes.cn/content/1201366.shtml

Le ministère chinois du Commerce (MOFCOM) a publié samedi des règles pour un mécanisme de liste d'entités peu fiable largement attendu qui pourrait punir sévèrement les entités étrangères et les individus qui portent atteinte aux intérêts nationaux de la Chine, dans une mesure qui est censée contrer la campagne de répression incessante des États-Unis contre les Chinois. entreprises.

La liste comprendrait les entités ou individus étrangers qui portent atteinte à la souveraineté, à la sécurité et aux intérêts de développement de la Chine et ceux qui violent les principes du marché en interrompant les transactions normales avec des entreprises, organisations ou particuliers chinois, conformément aux règles édictées par le MOFCOM.

Le ministère n'a pas libéré des entités ou des particuliers étrangers spécifiques qui seront inscrits sur la liste.

Les entités étrangères ajoutées à la liste des entités non fiables pourraient être restreintes ou interdites de s'engager dans des activités d'importation ou d'exportation liées à la Chine et d'investir en Chine, conformément aux dispositions.

Le personnel concerné de l'entité peut également être empêché ou interdit d'entrer en Chine et son permis de travail et son statut de résident peuvent également être restreints ou révoqués. Les entités étrangères pourraient également faire face à une amende et à d’autres «mesures nécessaires».

La Chine mettra en place un mécanisme de travail interdépartemental pour gérer la liste des entités non fiables, notamment en enquêtant sur les entités étrangères sur la base de suggestions et de rapports, en déterminant les entités à inclure sur la liste et en appliquant les sanctions.

Les règles marquent une étape majeure dans les efforts de la Chine pour protéger ses intérêts, car de nombreuses entreprises chinoises sont confrontées à un environnement extérieur de plus en plus hostile et risqué, en particulier aux États-Unis, qui a ouvert la voie à la Chine pour prendre des contre-mesures, ont noté des experts.

"Cela deviendra la base légale pour que la Chine prenne des mesures ou des actions spécifiques à l'avenir", a déclaré samedi Gao Lingyun, un expert de l'Académie chinoise des sciences sociales de Pékin, au Global Times, ajoutant que bien que cette décision ne soit pas spécifiquement visant un seul pays, il est lié à la série d'actions récentes des États-Unis.

Les responsables chinois ont annoncé l'année dernière qu'ils mettraient en place un mécanisme de liste d'entités peu fiable pour protéger les intérêts chinois, le gouvernement américain ayant imposé des sanctions à de nombreuses entreprises chinoises. Les nouvelles règles de samedi sont intervenues alors que les États-Unis intensifiaient leurs mesures de répression contre les entreprises chinoises.

Invoquant des problèmes de sécurité nationale, le gouvernement américain a imposé des sanctions à plus de 300 entreprises chinoises, allant des géants de la technologie comme Huawei aux entreprises de construction en passant par les usines textiles du Xinjiang.

Le département américain du commerce a réitéré vendredi qu'il interdirait les applications mobiles chinoises WeChat et TikTok des magasins d'applications américains. L'administration Trump a également ordonné une interdiction de vendre des micropuces à la société chinoise de télécommunications Huawei.

Les experts chinois ont souligné que le mécanisme de liste d'entités non fiables de la Chine était une mesure strictement défensive qui vise à protéger les intérêts chinois et que la politique d'ouverture de longue date de la Chine et les efforts visant à améliorer le climat des affaires pour les entreprises étrangères n'ont pas changé.

«La mise en place du mécanisme de liste d'entités non fiables vise à protéger de nombreuses entreprises qui respectent strictement les règles du marché et l'esprit contractuel. Ce mécanisme ne vise que certaines entités étrangères et ne signifie pas que la position du gouvernement chinois d'accueillir et de protéger les investissements étrangers a changé » , a déclaré Liao Shiping, professeur à l'Université normale de Pékin qui a étudié en profondeur le mécanisme de liste d'entités peu fiable, dans un communiqué sur le site Web du MOFCOM samedi.
Xuan
   Posté le 20-09-2020 à 07:17:51   

Il faut noter que certaines entreprises visées sont déjà pénalisées par les décisions de Trump mettant fin à leurs débouchés en Chine. La bulle spéculative qui les a propulsées tout récemment risque d'en prendre un vieux coup.


La première liste d'entités chinoises pourrait cibler des entités étrangères bloquant l'approvisionnement des entreprises chinoises: experts


Par des journalistes du personnel du GT Source: Global Times Publié: 2020/9/19 14:41:23
https://www.globaltimes.cn/content/1201374.shtml


La Chine a publié samedi des dispositions pour sa très attendue liste d'entités non fiables, jetant ainsi les bases juridiques et réglementaires de futures contre-mesures contre des entités et des individus étrangers qui nuisent aux intérêts chinois, alors que le gouvernement américain continue d'intensifier sa campagne de répression agressive contre des centaines d'entreprises chinoises.
Bien que cette décision ne vise pas ouvertement les États-Unis et que le premier lot d'entités sur la liste n'ait pas été publié, le moment de l'annonce suggère que les États-Unis et d'autres entités étrangères qui ont cherché à bloquer et à couper les approvisionnements aux entreprises chinoises pourraient être ciblés et font face à une punition sévère, ont noté les experts.
Après avoir annoncé l'introduction du mécanisme de liste des entités non fiables en mai 2019, le Ministère du commerce (MOFCOM) a publié samedi les dispositions les plus détaillées à ce jour pour la liste des entités non fiables.
La liste est destinée aux entités étrangères qui s'engagent dans des actions qui mettent en danger la souveraineté nationale, la sécurité ou les intérêts de développement de la Chine et suspendent les transactions commerciales normales ou prennent des mesures discriminatoires à l'encontre d'une entreprise, organisation ou individu chinois, conformément aux dispositions.

La Chine mettra en place un mécanisme de travail interdépartemental pour gérer la liste des entités non fiables, notamment en enquêtant sur les entités étrangères sur la base de suggestions et de rapports, en déterminant les entités à inclure sur la liste et en appliquant les sanctions.
Les entités étrangères ajoutées à la liste des entités non fiables pourraient être restreintes ou interdites de s'engager dans des activités d'importation ou d'exportation liées à la Chine et d'investir en Chine, conformément aux dispositions.
Le personnel concerné de l'entité peut également être empêché ou interdit d'entrer en Chine et son permis de travail et son statut de résident peuvent également être restreints ou révoqués. Les entités étrangères pourraient également faire face à une amende et à d'autres "mesures nécessaires".
Les dispositions marquent une étape majeure dans les efforts de la Chine pour protéger ses intérêts, car de nombreuses entreprises chinoises sont confrontées à un environnement extérieur de plus en plus hostile et risqué, en particulier aux États-Unis, qui a ouvert la voie à la Chine pour prendre des contre-mesures, ont noté des experts.

"Cela deviendra le fondement juridique pour que la Chine entreprenne des actions ou des mesures spécifiques à l'avenir" , a déclaré samedi Gao Lingyun, un expert de l'Académie chinoise des sciences sociales de Pékin, au Global Times, ajoutant que bien que cette décision ne soit pas spécifiquement visant un seul pays, il est lié à la série d'actions récentes des États-Unis.
La publication des dispositions intervient alors que les États-Unis sont devenus de plus en plus agressifs dans leur campagne de répression contre les entreprises chinoises, ayant imposé des sanctions à plus de 300 entreprises chinoises.

Dans le dernier développement, le gouvernement américain a pris cette semaine de nouvelles mesures pour couper les fournitures cruciales de micropuces aux télécommunications chinoises Huawei, cherchant essentiellement à paralyser la société chinoise. Vendredi, le département américain du Commerce a annoncé qu'il interdirait les applications mobiles chinoises WeChat et TikTok des magasins d'applications américains.
"Les États-Unis nous frappent très fort et [la liste des entités non fiables] ajoute des suppléments positifs et offre une base juridique puissante à la Chine pour intensifier certaines contre-mesures contre les États-Unis" , Huo Jianguo, vice-président de la China Society for World Trade Organization Studies, a déclaré samedi au Global Times.

Bien que le MOFCOM n'ait pas annoncé samedi quelles entités figuraient sur la liste, les experts ont déclaré que la première liste était peut-être déjà terminée et pourrait être publiée prochainement, si les États-Unis continuent d'intensifier leur campagne de répression. La première liste d'entités se concentrera probablement sur les entités étrangères qui cherchent à bloquer et à interrompre l'approvisionnement des entreprises chinoises.
En mai, une source proche du gouvernement chinois a déclaré au Global Times que la Chine était prête à inscrire les entreprises américaines sur sa liste d'entités non fiables, en imposant des restrictions ou en sondant des entreprises américaines comme Qualcomm, Cisco et Apple et en suspendant les achats d'avions à Boeing , en réponse à des menaces américaines de couper l'approvisionnement en puces étrangères à Huawei.
D'autres entités étrangères - y compris le service de messagerie américain FedEx , qui a été fortement critiqué pour avoir détourné des colis envoyés à Huawei vers les États-Unis, la banque britannique HSBC , qui a été critiquée pour avoir prétendument aidé à l'arrestation de Huawei CFO Meng Wanzhou au Canada - ont également été sujets de nombreux reportages des médias comme candidats possibles pour la liste.
Outre les entreprises directement impliquées dans des actions portant atteinte aux intérêts chinois, celles qui poussent vicieusement les gouvernements étrangers à réprimer les entreprises chinoises seront également visées par la liste des entités non fiables, selon Gao. "Parfois, si nous ne prenons pas de contre-mesures appropriées, alors la partie adverse pensera qu'elle peut continuer à sévir contre les entreprises chinoises" , a-t-il déclaré.

Les experts chinois ont souligné que cette décision était une mesure strictement défensive qui cherche à protéger les intérêts chinois et que la politique d'ouverture de longue date de la Chine et les efforts visant à améliorer le climat des affaires pour les entreprises étrangères n'ont pas changé.

"La mise en place du mécanisme de liste d'entités non fiables vise à protéger de nombreuses entreprises qui respectent strictement les règles du marché et l'esprit contractuel. Ce mécanisme ne vise que certaines entités étrangères et ne signifie pas que la position du gouvernement chinois d'accueillir et de protéger les investissements étrangers a changé, " Liao Shiping, professeur à l'Université normale de Pékin qui a étudié en profondeur le mécanisme de liste d'entités non fiable, a déclaré samedi dans un communiqué publié sur le site Web du MOFCOM.


Edité le 20-09-2020 à 07:23:42 par Xuan


Xuan
   Posté le 20-09-2020 à 11:24:06   

ON apprend aujourd'hui que TikTok obtient un sursis aux États-Unis, un nouvel accord sur la table
L'application pourra être téléchargé au moins jusqu'au 27 septembre, pendant que les autorités étudient un accord avec Oracle et Walmart.

“Je pense que ce sera un accord fantastique” , a déclaré Trump...

Dans le même article une vidéo des utilisateurs de Tik Tok aux USA montre qu'ils se sont vengés sur l'appli perso de Trump en sanctionnant les avis et en monopolisant les places dans ses meetings pour les laisser vides.


Edité le 20-09-2020 à 11:31:06 par Xuan


Xuan
   Posté le 21-09-2020 à 07:36:49   

Sur la négociation Tik Tok :

https://www.globaltimes.cn/content/1201484.shtml

Le président américain Donald Trump a déclaré samedi qu'il avait approuvé, "en théorie", un accord dans lequel Oracle et Walmart s'associeraient avec TikTok aux États-Unis, selon les médias américains. La nouvelle société s'appellera TikTok Global, a déclaré le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. TikTok Global aura probablement son siège au Texas et embauchera "au moins" 25 000 personnes, a déclaré Trump. Trump a également ajouté que la nouvelle société "n'aura rien à voir avec la Chine" et sera entièrement contrôlée par Walmart et Oracle.

Mais selon les médias américains, ByteDance conserve la majorité des actions de TikTok et le contrôle de l'algorithme, Oracle et Walmart détenant jusqu'à 20% des actions. Oracle aura un accès complet au code source et aux mises à jour de TikTok pour garantir que la société mère chinoise de la société n'utilise pas de porte dérobée pour surveiller les utilisateurs américains, a déclaré une source informée.

Selon le rapport, le plan actuel permettra à TikTok de continuer à fonctionner aux États-Unis et l'empêchera d'être fermé ou entièrement vendu à une entité américaine. Sa société mère, ByteDance, n'est pas en reste.

ByteDance restera l'actionnaire majoritaire avec les algorithmes de base restant entre ses mains.

Dimanche, ByteDance a affirmé qu'Oracle deviendrait le partenaire de TikTok pour la conformité de la sécurité des données. Les deux parties mèneront une coopération en matière de conformité de la sécurité des données similaire à celle entre iCloud et Guizhou-Cloud Big Data Industry Development Company en Chine. Puisque TikTok a un bureau à Los Angeles, en Californie, l'accord est également surnommé «California Cloud Big Data».

En ce qui concerne les rapports américains selon lesquels TikTok mettra en place un fonds pour l'éducation de 5 milliards de dollars, ByteDance a répondu dimanche qu'il avait entendu parler pour la première fois de la proposition dans les nouvelles. Cette clarification est intéressante.

Bien que toujours injuste, le nouvel accord rapporté par les médias américains est toujours un accord imposé avec force à TikTok sans le droit international ou les règles commerciales générales comme base. Mais il faut noter que le plan est moins coûteux pour ByteDance qu'un arrêt ou une vente complète à des entreprises américaines. Ce plan est relativement plus raisonnable pour ByteDance. Le plan montre que les mesures prises par ByteDance pour défendre ses droits légitimes ont dans une certaine mesure fonctionné. Les dernières restrictions du gouvernement chinois sur les exportations de technologies, y compris les algorithmes d'IA, ont considérablement influencé le résultat.

L'affaire TikTok n'aurait pas dû se produire en premier lieu. Mais ça l'a fait. Une certaine flexibilité a été façonnée dans le contraste entre les demandes initiales faites par Trump et l'accord actuel. Cela reflète qu'il y a de la place pour le jeu avec les États-Unis, malgré le fait que l'approche décisionnelle du côté américain est autoritaire. Les entreprises chinoises devraient étudier le cas TikTok. Dans de futurs conflits, ils pourraient rechercher des leviers d'intérêt susceptibles d'affecter la décision des États-Unis en fonction de leur propre situation, dans le but de réduire les pertes des entreprises chinoises.

Les rapports américains mentionnent généralement que l'accord TikTok doit être approuvé par le gouvernement chinois, dévoilant le poids de Pékin sur l'affaire. De toute évidence, le gouvernement chinois n'a jamais été un étranger du début à la fin de cet accord. Washington ne peut pas obtenir unilatéralement ce qu'il veut sur les questions liées aux entreprises chinoises.

Suite à l'annonce faite vendredi par Washington de son intention d'interdire les téléchargements de TikTok et WeChat Global, la Chine a publié samedi des dispositions détaillées pour sa liste d'entités non fiables. La communauté économique américaine attache une grande importance à la liste, tandis que l'opinion publique américaine a fait pas mal de conjectures.

L'affaire TikTok reflète la «limite» de la tolérance américaine pour les applications Internet chinoises. Les exigences de sécurité formulées par Washington sont bien plus élevées que les exigences similaires d'autres pays. Si une entreprise Internet américaine veut pénétrer le marché chinois, accepte une restructuration similaire de ses capitaux propres et de son conseil d'administration comme Washington l'a fait à TikTok et est prête à céder complètement sa supervision et son contrôle de la sécurité à la partie chinoise, alors ils doivent être les bienvenus ici. Google, Facebook et Twitter ont des succursales dans le monde entier, et tous les pays ont le droit d'augmenter les exigences pour réorganiser les succursales. Le gouvernement américain devrait interagir de manière proactive avec les demandes susmentionnées de pratiquer la réciprocité et l'équité dont Washington a récemment mentionné à plusieurs reprises.

Lire aussi avec la trad Google :

Pourquoi les entreprises technologiques chinoises doivent-elles «sortir»?

Le sort de la puce Kirin 5 nm de Huawei en jeu dans le contexte de l'interdiction américaine: analystes

Huawei s'associe à CAS sur le développement technologique

__________________


L'Académie chinoise des sciences va renforcer la recherche sur le calcul intensif

L'Académie chinoise des sciences a annoncé qu'elle allait renforcer la recherche sur les systèmes de calcul intensif et les matériaux clés après avoir vu de grandes réalisations scientifiques et technologiques au cours des six dernières années.

« Étant donné que la Chine est confrontée à une transformation des sciences et technologies pour répondre aux normes de développement économique de haute qualité du pays et qu'elle fait face à la pression des entreprises de haute technologie des États-Unis, nous espérons faire plus pour aider à résoudre des problèmes critiques dans ces aspects au cours des 10 années suivantes » , a déclaré Bai Chunli, le président de l'Académie chinoise des sciences.

Il a fait ces remarques lors d'une conférence de presse tenue le 16 septembre par le Bureau d'information du Conseil des affaires d'État -le gouvernement chinois- ajoutant que l'Académie se concentrera sur les systèmes de calcul intensif et la recherche sur les matériaux clés, tels que ceux servant pour les pneus d'avion et l'acier à roulement, dans la deuxième phase d'un effort connu sous le nom d'« Initiative Pionnière ».

En 2013, le président Xi Jinping a demandé à l'Académie d'être un pionnier dans la réalisation de grands progrès scientifiques et technologiques, en produisant des talents plus innovants, en devenant un groupe de réflexion scientifique influent pour la Chine ainsi qu'une institution de recherche de classe mondiale. Un an plus tard, l'Initiative pionnière, composée de réformes et de plans, a été lancée pour mettre en œuvre les demandes de Xi Jinping d'ici 2030.

Cette année marque la fin de la première phase de l'initiative, « et nous avons accompli avec succès les objectifs et les tâches de la période, grâce à une vaste collection de réalisations scientifiques et technologiques dans diverses industries, notamment l'information quantique et la physique de la matière condensée » , a dit M. Bai, ajoutant que ces réalisations, qui ont joué un rôle plus important dans la construction d'un pays axé sur l'innovation et d'une nation forte de la science et de la technologie, constitueront une base solide pour mener à bien cette initiative.

Selon un communiqué publié le 16 septembre par l'Académie, lors de la première phase de l'initiative, l'Académie a obtenu 59 réalisations scientifiques et technologiques majeures ainsi que des progrès historiques. En janvier, par exemple, le télescope sphérique à ouverture de cinq cents mètres FAST, le plus grand radiotélescope à parabole unique au monde, a passé l'évaluation nationale et a officiellement commencé à fonctionner. La sensibilité supérieure du télescope devrait conduire les scientifiques à de grandes avancées scientifiques dans la recherche sur les phénomènes astronomiques, notamment les pulsars, l'hydrogène dans la Voie lactée et les galaxies voisines, et les sursauts radio rapides.

Compte tenu de la pandémie COVID-19 en cours, M. Bai a également déclaré aux médias que l'Académie continuerait de contribuer davantage à la recherche sur les vaccins pour protéger la santé et la sécurité des personnes.

Après que l'épidémie a frappé la Chine, près de 3 000 chercheurs de l'Académie se sont consacrés à la prévention technologique et au contrôle de la maladie, avec des recherches sur le traitement des patients dans des situations critiques grâce à la technologie des cellules souches et à la collecte à distance d'échantillons biologiques, a également indiqué M. Bai.


Edité le 21-09-2020 à 07:44:46 par Xuan


Xuan
   Posté le 21-09-2020 à 18:25:08   

La guerre hors limite a pris la forme de la guerre technologique, où les USA possèdent la supériorité mondiale, ainsi que monétaire au moment où le dollar commence à se déprécier.
Sur un site libéral nationaliste chinois :dnews


Trump n'a pas réussi à bloquer la technologie, le yuan a fortement augmenté, le "découplage Chine-États-Unis" a raté la meilleure opportunité
Écrit par: Yu Xiaolong
2020-09-21 22:40:01
________________________________________


Le 20 septembre, l'administration américaine Donald Trump n'a pas réussi à forcer les entreprises chinoises Bytedance à vendre les principaux actifs de TikTok aux États-Unis. Trump a déclaré qu'il accepterait la société américaine Oracle en tant que partenaire de conformité de la sécurité des données de la succursale américaine TikTok de la société chinoise ByteDance, et une alternative au premier achat de capitaux propres. La société chinoise Huawei n'est pas tombée après que les sanctions américaines sont entrées en vigueur le 15 septembre et que l'approvisionnement en puces a été interrompu. Au lieu de cela, elle a publié un nouveau plan de produits écologiques. Les sanctions technologiques des États-Unis contre la Chine sont menacées d'échec. Le «découplage sino-américain» que Trump menaçait autrefois de mettre en œuvre a perdu sa brusquerie stratégique et rate le meilleur moment.

Trump a menacé de bloquer les activités américaines de TikTok et de forcer les entreprises chinoises à vendre des actifs de base a échoué.
Dans les domaines de haute technologie tels que les puces, bien que les États-Unis aient interrompu l'approvisionnement en puces de Huawei le 15 septembre, Huawei n'est pas tombé dans une crise de suspension de la production. D'une part, Huawei a au moins stocké un grand nombre de puces haut de gamme qui peuvent être poursuivies au premier trimestre de l'année prochaine, ce qui suffit à retarder les élections générales américaines de novembre et à regarder le changement de politique américaine. D'autre part, Huawei a réorienté son marché vers les stations de base 5G et les nouveaux produits écologiques IoT.
Le propre système d'exploitation de Huawei et un grand nombre de puces de niveau process de 14 nm et 28 nm produites par la Chine sont suffisants pour soutenir la production de produits connexes et le marché chinois.

Dans le secteur des nouveaux médias et des données, en réponse à l'acquisition obligatoire par les États-Unis d'entreprises et de technologies chinoises, le 28 août, le ministère du Commerce et le ministère chinois de la Science et de la Technologie ont ajusté et publié la dernière version du "Catalogue des technologies interdites et restreintes à l'exportation en Chine".
Le 13 septembre, ByteDance a déclaré qu'elle refuserait de vendre la succursale américaine de Tik Tok et "ne remettrait le code source à aucun acheteur américain" . En fin de compte, le 20 septembre, Trump a dû accepter qu'Oracle ne soit utilisé que comme partenaire de conformité de la sécurité des données TikTok et comme alternative à l'achat d'actions en premier. La demande déraisonnable de l'administration Trump pour Bytedance de céder complètement les activités de TikTok dans les 90 jours a cessé.

Suite à l'échec de la stratégie américaine de «menaces tarifaires et chantage commercial» contre la Chine en 2019, un autre cycle de confinement technique et de blocus de la Chine par les États-Unis échoue également en septembre 2020. Au contraire, cela inspire le courage des Chinois à «surmonter les difficultés ensemble». À l'heure actuelle, non seulement le soi-disant «projet Tashan» de Huawei a été exposé, mais il devrait construire une ligne de production de puces de 45 nanomètres sans technologie américaine à la fin de cette année, et Huawei explore également la coopération avec les fabricants nationaux pour établir une ligne de production de puces de 28 nanomètres avec une technologie indépendante.

La Chine transforme la liste des sanctions technologiques américaines en ses propres projets de recherche scientifique et technologique. Selon le jugement de l'autorité chinoise de la technologie des puces et de l'académicien de l'Académie chinoise d'ingénierie de Ni Guangnan, la Chine peut non seulement utiliser les puces existantes pour surmonter le blocus temporaire grâce à l'optimisation du système, mais également achever le remplacement et l'ajustement des puces américaines en une douzaine de semaines, sauf pour les téléphones mobiles.
Sur la base de la production indépendante de la Chine de puces nano et 28 nanomètres, elle prend en charge le fonctionnement du réseau chinois et la production de la plupart des produits. Même si la Chine achète moins ou même pas de nouveaux processeurs aux États-Unis au cours des prochaines années, cela n'aura peut-être pas un impact significatif sur l'économie chinoise. "L'intimidation américaine tente d'étouffer le développement de l'industrie chinoise des puces, et je crains qu'elle ne s'étouffe d'elle-même à la fin."

À cet égard, le célèbre Institut européen d'études sur la Chine, le Mercator Center for China Studies (MERICS) de Berlin, estime également que les États-Unis n'empêcheront probablement pas la Chine d'investir dans les semi-conducteurs. À moyen et long terme, la Chine remplacera probablement la technologie américaine et développera une chaîne d'approvisionnement nationale complète en semi-conducteurs.

La stratégie de l'administration américaine Trump de menacer la Chine par le «découplage sino-américain» a perdu sa brutalité stratégique. L'économie chinoise stabilise progressivement sa position dans le double confinement du commerce et de la technologie américains. En outre, la macro-économie globale de la Chine s'est remise de l'épidémie de COVID-19 et l'économie chinoise a réalisé une croissance annuelle positive cumulative en août. Tout cela a non seulement donné au peuple chinois une grande confiance, mais a également rendu l'économie mondiale pleine de confiance en la Chine.

Renchérissement du renminbi

Le début du «cycle interne» économique de la Chine a rendu l'émission du renminbi et la formation de capitaux chinois libres de toute dépendance vis-à-vis du dollar américain et du marché américain. (Visuel Chine)
Depuis le 17 septembre, le renminbi a de nouveau marqué le début d'une nouvelle vague d'appréciation: la parité centrale avec le dollar américain a autrefois été augmentée de 150 points de base et le renminbi offshore contre le dollar américain est passé à 6,7675.
Si le taux de change du RMB a augmenté auparavant, c'était toujours à cause de la politique irresponsable d '«assouplissement quantitatif» de la Fed et de la forte baisse de l'indice du dollar américain. Ensuite, le nouveau cycle d'appréciation du RMB est soutenu par l'amélioration des fondamentaux économiques de la Chine.

En août, la croissance du financement social chinois de 13,3% a dépassé le taux de croissance de la masse monétaire au sens large (M2) de 10,4%. Cela montre que l'économie chinoise est en train de se débarrasser d'une économie stimulant les fonds. L'impact de la «crue» du dollar a déjà produit une inflation importée qui est en train d'être freinée.
Surtout après que le gouvernement chinois a mis en avant la politique économique intérieure du «grand cycle», le RMB met fin à sa résonance avec le dollar américain. Le gouvernement chinois adopte une série de politiques pour réduire l'expansion des plus-values financières et de la dette, en particulier pour freiner la spéculation sur les investissements immobiliers, afin de «pousser» plus de fonds dans l'économie réelle et l'innovation technologique.
La Chine a l'intention d'utiliser le début du «cycle interne» économique pour réduire sa dépendance au «cycle externe», en particulier la formation de capital. Il semble que les premiers résultats aient été atteints.

Les États-Unis ont l'intention de couper le mécanisme international de formation du capital chinois grâce au «découplage sino-américain» , et leur stratégie d'isolement complet du renminbi a raté la meilleure fenêtre de mise en œuvre. À l'heure actuelle, ce n'est pas que les États-Unis quittent la Chine, mais que la Chine se débarrasse de sa dépendance au marché américain et au dollar américain en termes de politiques macroéconomiques telles que la technologie, l'industrie et les investissements.

Si l’appréciation du renminbi rendra les exportations chinoises plus difficiles, elle contribuera également à accélérer le processus d’internationalisation du renminbi et à accroître l’attractivité du marché chinois. Tant que l'appréciation et la vitesse du renminbi sont contrôlées dans une certaine fourchette, ce changement de force de la monnaie aidera la Chine à importer des capitaux et des industries d'un grand pays, et à la transformer progressivement en un exportateur majeur de capitaux et d'industrie; il est bénéfique pour les industries mondiales haut de gamme. Le transfert de la chaîne en Chine.
À long terme, une appréciation appropriée du renminbi profitera au développement économique de la Chine. De plus, si la Chine peut persister à construire une «boucle interne» de l'économie, elle limitera à son tour la «décharge» du dollar américain et empêchera les États-Unis de transmettre la crise au monde. C'est aussi l'espoir que la Chine peut apporter à l'économie mondiale.
Xuan
   Posté le 22-09-2020 à 06:46:52   

Changement de ton sur le Global Times, qui répond au dernier revirement de Trump


Dis non!' au vol américain de TikTok: éditorial du Global Times

Source: Global Times Publié: 2020/9/21 23:53:29

https://www.globaltimes.cn/content/1201625.shtml
Il a été rapporté dimanche, heure de Pékin, que le président américain Donald Trump avait approuvé un accord de principe entre la société mère de TikTok, ByteDance, et Oracle et Walmart. Le contenu principal de l'accord a ensuite été divulgué. D'après les informations fournies par les États-Unis, l'accord était injuste. Il répond aux demandes déraisonnables de Washington. Il nous est difficile de croire que Pékin approuvera un tel accord.

Bien que les gens puissent avoir diverses interprétations, certains articles de l'accord montrent quels sont les problèmes.

Par exemple, les citoyens américains occuperont quatre des cinq sièges du conseil d'administration de TikTok Global et un seul pourra être chinois. Le conseil d'administration de TikTok Global comprendrait un directeur de la sécurité nationale, qui devra être approuvé par les États-Unis.

Oracle aura l'autorité de vérifier le code source de TikTok USA et les mises à jour. Comme TikTok et Douyin devraient avoir le même code source, cela signifie que les États-Unis peuvent apprendre à connaître les opérations de Douyin, la version chinoise de TikTok

TikTok Global contrôlera les activités de TikTok dans le monde entier sauf en Chine. Il bloquera l'IP du continent chinois pour y accéder. Cela signifie que les Américains peuvent prendre le contrôle des activités mondiales de TikTok et rejeter les Chinois pour y accéder.

Il est clair que ces articles montrent largement le style d'intimidation de Washington et sa logique de voyou. Ils portent atteinte à la sécurité nationale, aux intérêts et à la dignité de la Chine. ByteDance est une entreprise ordinaire en Chine. Les États-Unis le répriment de toute leur force nationale et l'obligent à signer un accord sous la contrainte. La Chine, également un pays majeur, ne cédera pas à l'intimidation américaine et n'acceptera pas un traité inégal qui cible les entreprises chinoises.

Lorsque Trump a déclaré qu'il avait approuvé le nouvel accord TikTok, il a noté que la nouvelle société n'aurait «rien à voir» avec la Chine et serait entièrement contrôlée par les États-Unis. Lundi, il a déclaré qu'Oracle et Walmart auraient le contrôle total du service; sinon, "nous n'approuverons pas l'accord".

Il semble que ce ne soit pas son langage de campagne, mais l'attitude réelle de l'administration Trump envers la restructuration de TikTok. Washington est beaucoup trop confiant et a sous-estimé la détermination de la Chine à défendre ses droits fondamentaux et sa dignité.

Les États-Unis sont un grand marché. Si la réorganisation de TikTok sous la manipulation américaine devient un modèle, cela signifie qu'une fois qu'une entreprise chinoise prospère étend ses activités aux États-Unis et devient compétitive, elle sera ciblée par les États-Unis et transformée en une entreprise sous contrôle américain par la tromperie et la coercition, ce qui ne sert finalement que les intérêts américains.

Si la Chine se rend, quel pays du monde peut résister? L'encerclement américain de TikTok et la traque mondiale de Huawei étouffent les espoirs des entreprises de haute technologie du monde entier d'avoir des technologies de classe mondiale et un développement indépendant. Une fois que Washington réussira, les États-Unis bénéficieront pour toujours de l'hégémonie technologique mondiale.

La Chine n'acceptera pas ce genre d'arrangement d'intimidation des États-Unis. Les États-Unis prennent des mesures discriminatoires pour faire pression sur TikTok. À une époque où les pays s'inquiètent de la sécurité des données réseau, les géants américains de l'internet ont créé des succursales dans le monde entier. Mais l'un d'entre eux cède-t-il son contrôle aux entreprises du pays d'accueil? Quels membres du conseil d'administration de l'entreprise doivent être approuvés par le gouvernement du pays hôte?

La traque de Washington sur TikTok crée des problèmes pour les sociétés Internet américaines du monde entier. La cybersécurité devenant de plus en plus un problème courant, il doit y avoir des pays qui imiteront les États-Unis pour prendre des mesures contre les entreprises américaines. Le précédent établi par les États-Unis finira par nuire à ses propres entreprises.

Les questions relatives à la sécurité mondiale des données sur Internet doivent être traitées de manière équitable, raisonnable et efficace. La Chine a présenté une proposition en huit points à cet égard. Les États-Unis cherchent leurs propres intérêts de manière hégémonique et tentent de maintenir leur hégémonie technologique sous le couvert de la cybersécurité. Cela ne peut être accepté par la société internationale, y compris la Chine. On espère que les États-Unis reviendront à la mondialisation depuis «l'Amérique d'abord» et reprendront les valeurs commerciales universelles qui profiteront non seulement à eux-mêmes, mais aussi aux autres.
Xuan
   Posté le 30-09-2020 à 14:31:34   

Un article assez documenté du Diplo, non seulement sur la 5G mais essentiellement sur la guerre commerciale +++ déclenchée par Trump, et ses conséquences.
https://www.monde-diplomatique.fr/2020/10/MOROZOV/62292

________________________


Qui contrôlera les technologies d’Internet ?

Bataille géopolitique autour de la 5G


À la veille de son déploiement, la téléphonie mobile de cinquième génération — la 5G — suscite un flot de questions liées à son impact écologique, sanitaire et, plus fondamentalement, aux développements technologiques hors de contrôle. Mais le « grand jeu » de la 5G se mène aussi sur le terrain géopolitique avec, en toile de fond, l’affrontement toujours plus âpre entre les États-Unis et la Chine.

En 1994, alors que Huawei n’est encore qu’un petit vendeur de commutateurs téléphoniques, son fondateur, M. Ren Zhengfei, s’entretient avec le président chinois de l’époque, M. Jiang Zemin. Cet ancien ingénieur de l’armée reconverti dans l’électronique grand public joue la carte patriotique : « Les télécommunications sont une affaire de sécurité nationale. Pour une nation, ne pas posséder ses propres équipements dans ce domaine, c’est comme ne pas avoir d’armée (1). » Ce sage précepte a finalement été adopté par d’autres pays, États-Unis en tête. Ironie de l’histoire, ce sont eux aujourd’hui qui voient dans Huawei et son emprise sur la technologie de la 5G une menace pour leur sécurité nationale.

Détenue par ses salariés, l’entreprise se caractérise par son système atypique de direction tournante, son mépris pour les marchés publics — jugés « cupides » par M. Ren —, son culte des valeurs maoïstes et son attachement à l’idée d’innovation nationale pour briser la dépendance de la Chine à l’égard des entreprises étrangères « impérialistes ». Le groupe gère désormais des réseaux dans 170 pays et emploie plus de 194 000 personnes. Depuis 2009, il compte au nombre des principaux acteurs du développement de la 5G, tant au plan industriel qu’au sein des divers organismes internationaux de normalisation. À l’été 2020, Huawei a détrôné Samsung en devenant le premier vendeur de smartphones du monde. Considérée comme l’une des entreprises chinoises les plus innovantes, sa filiale HiSilicon a conçu la puce Kirin, qui propulse des applications d’intelligence artificielle parmi les plus évoluées du marché.

Ce succès remarqué s’explique en partie par un engagement indéfectible en faveur de la recherche et développement (R&D), à laquelle l’entreprise consacre plus de 10 % de ses bénéfices annuels, soit plus de 15 milliards de dollars en 2019 — 20 milliards escomptés en 2020 —, devant Apple et Microsoft. À titre de comparaison, l’ensemble du secteur automobile allemand a investi environ 30 milliards de dollars en R&D en 2018.

Au-delà de ces chiffres, Huawei représente un étendard pour la société chinoise : l’exemple rare d’une entreprise qui, partie du bas de la chaîne avec des produits rudimentaires et ultrastandardisés, tutoie à présent Apple ou Samsung. Sa trajectoire illustre les hautes aspirations du gouvernement pour le secteur des technologies. La Chine a longtemps été cantonnée dans la fonction d’usine de montage pour produits étrangers, comme le rappelle de façon humiliante la mention qui figure au dos de tous les appareils Apple : « Conçu en Californie, assemblé en Chine ». La destinée de Huawei démontre qu’une nouvelle ère pourrait s’ouvrir sous le slogan : « Conçu en Chine, assemblé au Vietnam ».

Si d’autres entreprises chinoises venaient à suivre cet exemple, la domination américaine sur l’économie mondiale pourrait s’en trouver sérieusement ébranlée. Certes, par le passé, des pays solidement ancrés dans la sphère d’influence des États-Unis ont connu un décollage économique fulgurant — Allemagne, Japon, « tigres » asiatiques —, mais le processus restait plus ou moins téléguidé par Washington. Au début du XXIe siècle, les Américains supportent mal de voir la Chine se hisser au sommet par ses propres moyens, en poursuivant ses propres objectifs géopolitiques, pendant qu’eux-mêmes semblent s’assoupir au volant.

En cela, les enjeux du débat actuel sur la 5G dépassent de beaucoup la question d’une domination chinoise sur cette norme de téléphonie. La 5G est cette technologie qui devrait permettre une plus grande rapidité de connexion sur un plus grand nombre d’appareils, eux-mêmes connectés et interconnectés, tout en rapprochant les opérations de traitement des données de leur source, à savoir l’utilisateur final. Mais le matraquage publicitaire qui l’entoure fait oublier les nombreux obstacles à son application industrielle. Pour la plupart des usagers, l’impact de la 5G se limitera à des vitesses de téléchargement accrues et, peut-être, à l’avènement de l’Internet des objets, annoncé depuis si longtemps.

L’armée des grille-pain connectés
Bien sûr, la montée en gamme des réseaux et des appareils réclame des investissements colossaux, et la bataille fait rage pour conquérir le marché. Mais Huawei et la 5G ne sont que la partie émergée de l’iceberg. En toile de fond se joue un affrontement économique et géopolitique beaucoup plus vaste dans lequel les Chinois tentent de prendre l’avantage sur les Américains. Si la 5G met ces derniers dans tous leurs états, c’est parce qu’ils n’ont pas de champion à envoyer au front. L’Europe se montre plus sereine, car elle abrite deux équipementiers — Nokia et Ericsson.

L’offensive de Washington contre la haute technologie chinoise frappe un large éventail d’entreprises, de l’équipementier ZTE (propriété de l’État et très actif également sur le terrain de la 5G) à WeChat, en passant par TikTok et beaucoup d’autres moins connues. Mais Huawei en est indiscutablement la cible principale, parce qu’il incarne aux yeux de la Maison Blanche la quintessence d’une Chine sans scrupule, dont les États-Unis ne cessent de condamner et de sanctionner les forfaits, à Hongkong, dans le Xinjiang, en mer de Chine méridionale (2), etc., au point que M. Donald Trump désigne l’entreprise par l’un de ces petits surnoms qu’il affectionne : « l’Espion » (« the Spyway »).

Vu du bureau Ovale, Huawei symbolise ces coups bas que le monde regarde à tort comme des succès commerciaux mérités. Il viole les droits de propriété intellectuelle, tyrannise ses partenaires, profite des généreuses aides de l’État pour casser ses prix et écraser la concurrence. En construisant des réseaux de télécommunications dans les pays du Sud, il les enferme dans une relation de profonde dépendance, participant ainsi de la « diplomatie de l’endettement » de Pékin, déployée notamment à travers son projet de nouvelles routes de la soie. Plus grave, Huawei équiperait ses produits de « portes dérobées » (backdoors) pour permettre au régime chinois d’étendre ses activités de surveillance. À en croire ses détracteurs les plus imaginatifs, le groupe sera bientôt capable de retourner contre nous nos réfrigérateurs et nos grille-pain connectés en 5G.

À l’appui de ces critiques, on cite souvent la loi sur le renseignement national promulguée par Pékin en 2017, qui impose aux entreprises (et aux citoyens) de coopérer avec les autorités en leur fournissant des informations si demande leur en est faite. Autre motif d’inquiétude : l’accélération de la « fusion civilo-militaire », un effort qui vise à fluidifier les relations entre le secteur des technologies et l’armée… et qui s’inspire de l’exemple américain (3). Huawei, pour sa part, dément catégoriquement les accusations d’espionnage, soulignant que le gouvernement chinois ne prendrait pas le risque de ruiner son crédit international.

Comme de coutume, les allégations de l’administration Trump reposent sur des preuves fort minces, voire inexistantes. Cela ne l’a pas empêchée de chercher à rallier à sa croisade plusieurs pays amis, notamment le Royaume-Uni, la France, l’Italie et de nombreux États d’Europe de l’Est, en les « incitant » à bannir Huawei de leurs réseaux 5G — un euphémisme, tant sont fortes les pressions économiques et diplomatiques exercées par le département d’État via ses ambassades. Et il en va de même sur tous les continents.

À la suite d’un intense lobbying du secrétaire d’État Michael Pompeo, le gouvernement chilien a dû se résoudre à écarter Huawei de son projet de câble sous-marin transpacifique. En Inde, où Huawei est très présent, le premier ministre Narendra Modi joue du choix ou non de l’équipementier chinois comme d’un instrument de représailles contre Pékin au lendemain d’affrontements frontaliers violents (lire « Pourquoi la Chine et l’Inde s’affrontent sur le Toit du monde »). Bien qu’aucune interdiction officielle n’ait encore été annoncée, New Delhi envisagerait de recourir à une entreprise nationale, Reliance Industries.

Le Royaume-Uni, pourtant quelque peu engourdi en ces temps de Brexit, a frappé un grand coup en juillet dernier en exigeant de ses opérateurs de téléphonie mobile qu’ils retirent de son réseau l’ensemble des équipements Huawei existants d’ici à 2027. La décision a surpris, tant ce pays fait figure de pivot de la stratégie européenne du groupe, Londres accueillant son siège régional. C’est aussi au Royaume-Uni que Huawei a ouvert, en 2010, en partenariat avec les services de renseignement britanniques, un Centre d’évaluation de la cybersécurité (HCSEC) chargé d’analyser et de corriger les failles de sécurité identifiées dans ses réseaux. Mais ces bonnes relations n’ont pas pesé lourd face aux intimidations de Washington et aux critiques du Parti conservateur, dans les rangs desquels s’est constitué un groupe parlementaire hostile à la Chine — la grande mode du moment.

L’Union européenne, elle, n’est pas parvenue à définir une politique commune sur la 5G, principalement parce que la question a été abordée en termes de sécurité nationale, un domaine dans lequel les États membres sont souverains. Il eût été plus judicieux de l’appréhender sous l’angle de la politique industrielle et des relations internationales. Un géant européen unique de la 5G, rejeton de Nokia et d’Ericsson, aurait ainsi pu voir le jour, généreusement subventionné et avec pour mission d’égaler les efforts de Huawei en matière de R&D. On peut douter que les choses évoluent dans cette direction, même si la Commission européenne, sous la pression des Français et des Allemands, a récemment montré des velléités de délaisser sa marotte — la compétitivité — pour tenir compte du contexte géoéconomique.

L’Allemagne, seul grand pays européen à ne pas avoir encore dévoilé son plan pour la 5G, a promis de trancher à l’automne 2020. La classe politique est divisée sur la question, et même le parti de Mme Angela Merkel se déchire. Les diplomates américains en poste à Berlin, eux, ne manquent jamais une occasion de rappeler à leurs interlocuteurs ce que pourrait leur coûter leur indulgence à l’égard de Huawei.

Diplomatie de l’endettement
Si, dans la légende écrite par M. Trump, l’entreprise de Shenzhen incarne le « communisme de connivence » à la chinoise, le phénomène Huawei appelle d’autres lectures. L’une des plus convaincantes est celle que propose l’économiste Yun Wen (4). Derrière ses fanfaronnades, son goût pour les aphorismes maoïstes et ses penchants nationalistes, M. Ren, l’actuel président de la société, apparaît comme un fin connaisseur des subtilités de la géopolitique. Sous sa houlette, Huawei s’est implanté dans des régions difficiles — les campagnes chinoises dès les années 1990, puis certains pays du Sud où les perspectives de profit étaient maigres — et en a fait des têtes de pont pour partir à l’assaut de marchés plus prometteurs. À mesure que la Chine étendait ses tentacules en Afrique et en Amérique latine, Huawei et son compatriote ZTE se greffaient sur le mouvement pour venir construire leurs réseaux, ces chantiers bénéficiant indirectement des prêts accordés par Pékin aux gouvernements locaux pour les aider à financer de grands projets d’infrastructure.

Selon Yun Wen, dans le cas de Huawei, cette diplomatie de l’endettement n’aurait pas eu que des effets néfastes. Non seulement les revenus générés par le groupe dans les pays du Sud sont relativement modestes comparés à d’autres marchés, mais son déploiement dans ces régions, en partie animé par l’esprit d’« internationalisme tiers-mondiste » cher à Mao Zedong, l’a conduit à former sur place un nombre appréciable d’ingénieurs et de techniciens qualifiés.

Les États-Unis ont toujours constitué pour Huawei une zone à haut risque, bien avant la présidence de M. Trump et même celle de M. Barack Obama. En 2003, l’équipementier chinois est attaqué par son principal concurrent américain d’alors, Cisco, pour violation de brevet. Ce premier revers sera suivi de beaucoup d’autres. Après s’être vu interdire toute prise de participation ou de contrôle dans des entreprises américaines, Huawei pourrait bien aujourd’hui perdre la faculté de servir ses propres clients et de lancer de nouveaux produits aux États-Unis. Depuis le début, une accusation revient comme un refrain : Huawei travaillerait main dans la main avec l’armée chinoise. En 2011, une révélation du Wall Street Journal (27 octobre) selon laquelle l’entreprise aurait commercé avec l’Iran, au mépris des sanctions américaines en vigueur contre ce pays, a alourdi le dossier. Dès 2013, Huawei a annoncé son retrait du territoire américain, et sa présence à Washington se résume désormais à une armée de lobbyistes.

On peut raisonnablement se demander pourquoi, les premières salves ayant été tirées il y a dix-sept ans, la campagne américaine anti-Huawei ne s’est intensifiée que récemment. Fin 2018, le gouvernement américain a ordonné l’arrestation de la fille de M. Ren, Mme Meng Wan- zhou, directrice financière de Huawei, lors d’une escale au Canada. Depuis, Washington a entrepris de démolir le groupe en édictant des sanctions toujours plus dures. M. Trump a demandé au fonds de pension officiel du gouvernement de ne pas investir dans des sociétés chinoises. Les sous-traitants de l’État fédéral doivent prouver qu’ils n’ont aucun lien commercial avec Huawei. Quant aux entreprises chinoises cotées en Bourse aux États-Unis, elles sont sommées de publier leurs comptes et de déclarer tout contact avec le gouvernement de Pékin. Plusieurs facteurs économiques et géopolitiques se conjuguent pour expliquer l’offensive de Washington.

Sur le plan géopolitique, les révélations de M. Edward Snowden en 2013 sur les activités de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) fournissent une piste intéressante, comme le rappelle Yun Wen. En 2010, sous le nom de code d’opération « Shotgiant », la NSA a piraté les serveurs de Huawei dans un double objectif : trouver trace des liens éventuels de l’entreprise avec l’armée chinoise — la pêche n’a pas dû être bonne, étant donné qu’aucun document n’a filtré dans les médias — et identifier les failles de sécurité de ses équipements afin de permettre aux services de renseignement américains d’espionner certains de ses États clients, comme l’Iran ou le Pakistan. Dans les documents divulgués par M. Snowden, la NSA ne fait pas mystère de ses intentions : « La plupart de nos cibles communiquent à l’aide d’appareils fabriqués par Huawei. Nous voulons nous assurer de bien connaître ces produits pour pouvoir les exploiter et avoir accès à ces lignes. » En février 2019, M. Guo Ping, président de Huawei par rotation, a formulé ce commentaire plutôt sensé : « [Huawei] est une épine dans le pied de Washington, parce qu’il l’empêche d’espionner qui bon lui semble. »

De fait, si Huawei gagnait la course à la 5G, la suprématie américaine dans le domaine du renseignement se verrait fortement compromise, ne serait-ce que parce que l’entreprise chinoise serait probablement moins disposée à coopérer de manière informelle avec les agences américaines que, par exemple, ses concurrentes européennes.

Sur le plan économique, au-delà des infrastructures matérielles que requiert la 5G, il faut s’intéresser au maillage de droits de propriété intellectuelle qu’elle implique. Avant toute chose, la 5G est une norme. Chaque réseau ou appareil qui entend l’exploiter doit respecter ses spécifications techniques, ce qui passe nécessairement par l’utilisation de technologies brevetées. Un smartphone moderne avec Wi-Fi, écran tactile, processeur, etc., est protégé au bas mot par 250 000 brevets (ce chiffre de 2015 est vraisemblablement plus élevé aujourd’hui). Selon une estimation de 2013, 130 000 de ces brevets seraient des « brevets essentiels à une norme » ou BEN (en anglais Standard-Essential Patents, SEP), ainsi qu’on qualifie ceux qui permettent de se conformer à une norme technique comme la 5G.

Dans le domaine des technologies mobiles, le nombre et la distribution géographique de détenteurs de BEN ont évolué aux dépens de l’Amérique et de l’Europe occidentale, et au profit des pays asiatiques (5). Qui dit brevet dit redevances. Ainsi, l’américain Qualcomm, grand gagnant de la 2G et de plusieurs autres normes importantes, tire deux tiers de son chiffre d’affaires de la Chine, majoritairement de Huawei. À lui seul, ce dernier a dépensé depuis 2001 plus de 6 milliards de dollars en redevances, dont 80 % sont allés à des entreprises américaines. Ces montants disproportionnés ont fini par faire réagir Pékin. Après avoir infligé à Qualcomm une amende de 975 millions de dollars pour abus de position dominante en 2015, il est parvenu, trois ans plus tard, à bloquer sa tentative de rachat par le néerlandais NXP, faisant valoir que l’opération réduirait encore la marge de manœuvre de ses entreprises.

« Nous sommes en guerre »
Les choses ont changé. Huawei compte désormais parmi les plus gros détenteurs de BEN liés à la 5G. Cela ne l’empêche d’ailleurs pas de rester très critique à l’égard du système mondial de propriété intellectuelle — M. Guo a appelé à une révision des règles de ce « club international » dans un sens plus équitable et profitable à tous, comparant les redevances à « un droit de passage imposé par des bandits de grand chemin » . Certes, le caractère « essentiel » des brevets détenus par le groupe est sujet à caution. Comme l’a souligné un analyste, si le smartphone était un avion, les brevets de Nokia et Ericsson couvriraient le moteur et le système de navigation, tandis que ceux de Huawei ne protégeraient que les sièges et les chariots repas… Mais, quelle que soit la puissance de ses brevets, Huawei est parvenu à s’extraire de sa situation de dépendance.

Pour la Chine, chercher à devenir un prêteur de brevets (plutôt qu’un emprunteur) est économiquement sensé. C’est ainsi qu’elle a réussi à combler l’immense fossé qui la séparait des États-Unis en termes de droits nets perçus : si, en 1998, les entreprises américaines touchaient 26,8 fois plus de redevances que leurs homologues chinoises, en 2019 le rapport n’était plus que de 1,7 (6). Logiquement, Pékin commence aussi à peser davantage dans les organismes mondiaux de normalisation (7). La Commission électrotechnique internationale (IEC) et l’Union internationale des télécommunications (ITU) sont dirigées par des Chinois, et le mandat de trois ans du premier président chinois de l’Organisation internationale de normalisation (ISO) a pris fin en 2018.

À l’Organisation des Nations unies (ONU), la Chine s’est montrée très active dans la définition des normes entourant les technologies de reconnaissance faciale. Au sein de l’ISO, elle s’est particulièrement intéressée aux villes connectées, terrain de prédilection d’Alibaba, ce qui n’a pas manqué d’inquiéter le Japon (8). Enfin, à travers son ambitieux programme China Standards 2035, lancé en grande pompe en 2020, elle entend améliorer la coopération entre les compagnies de technologie et les agences gouvernementales pour encourager l’élaboration de normes internationales favorables à ses intérêts.

Et maintenant, que vont faire les États-Unis ? Certains observateurs établissent un parallèle entre la campagne antichinoise actuelle et les années 1980, quand Washington tentait de dompter les géants industriels japonais. En 1986, bien des membres de l’administration Reagan et des industriels ont cru s’étrangler quand Fujitsu a annoncé son intention de racheter Fairchild Semiconductor, légendaire fabricant américain de semi-conducteurs. Un cadre du secteur résumait le sentiment général : « Nous sommes en guerre contre le Japon — pas une bataille avec des armes et des balles, mais une guerre économique dans laquelle les munitions sont la technologie, la productivité et la qualité » (Los Angeles Times, 30 novembre 1987). Quelques années plus tôt, les sanctions commerciales encouragées par la Maison Blanche avaient réussi à empêcher Toshiba, un autre mastodonte japonais, de vendre ses ordinateurs sur le marché américain.

« Nous sommes en guerre » : le slogan n’a pas vraiment changé. Le conflit commercial américano-japonais a connu un dénouement pacifique — au prix de la croissance nippone ; beaucoup en Chine ont voulu croire qu’il en irait de même et qu’un accord durable finirait par se dessiner au prix de quelques concessions. Mais cette issue paraît de plus en plus improbable. À ce sujet, l’administration Trump se divise en trois camps. Le premier est celui du président lui-même. Tout laisse à penser que ses attaques contre Huawei et consorts s’inscrivent dans une stratégie plus vaste visant à s’assurer un avantage commercial sur Pékin. En effet, si l’objectif était réellement d’empêcher l’hégémonie de la Chine sur la 5G, ZTE, entreprise d’État, ferait un bien meilleur punching-ball que Huawei — or il s’en tire actuellement sans plus de dommages qu’une amende de 1 milliard de dollars. Pour M. Trump, Huawei est une monnaie d’échange dans les négociations commerciales — et aussi un slogan de campagne.

Le deuxième camp est celui des « faucons », menés par MM. Peter Navarro, conseiller du président au commerce, et Robert Lighthizer, représentant américain au commerce. À leurs yeux, contenir la montée en puissance de la Chine relève d’un impératif vital, et ils n’hésiteraient pas à frapper Huawei encore plus fort que cela n’a été fait. Ils sont derrière toutes les propositions qui visent à élargir l’éventail des entreprises chinoises touchées par les sanctions. Enfin, il y a le troisième camp, celui du complexe militaro-industriel, qui préfère jouer les « colombes ». Et pour cause : la Chine représente un marché lucratif. À lui seul, en 2019, Huawei a acheté pour 19 milliards de dollars de matériel électronique à des fabricants américains. Empêcher les industriels nationaux de commercer avec la Chine revient à favoriser leurs concurrents étrangers.

Tant qu’a subsisté l’espoir d’une mise en œuvre complète de l’accord commercial sino-américain signé en janvier dernier, le camp des « colombes », qui inclut notamment le ministre des finances Steven Mnuchin, a réussi à tempérer les ardeurs antichinoises de MM. Navarro et Lighthizer. Avec la détérioration de la situation géopolitique et la crise du Covid-19 — dont M. Trump impute la responsabilité à la Chine —, cette perspective faiblit. Aussi Huawei risque-t-il de rester une monnaie d’échange dans des échanges qui n’auront jamais lieu.

En attendant, les mesures de rétorsion se multiplient. Début août dernier, M. Pompeo a annoncé le renforcement du programme Réseau propre (Clean Network), qui vise à purger Internet de l’« influence néfaste » du Parti communiste chinois. Quelques jours plus tard, Washington retirait à Huawei toute possibilité de recourir à des technologies impliquant de près ou de loin des entreprises américaines, ce qui lui promet un beau casse-tête pour continuer à fabriquer ses produits. Car, en dépit des sommes colossales investies dans la R&D, des bataillons d’ingénieurs et de l’apologie de l’innovation maison, il est des composants que Huawei ne peut ni produire lui-même, ni se procurer en Chine.

C’est le cas des puces ultramodernes Kirin, conçues en Chine mais gravées à l’étranger, cruciales pour les fonctionnalités reposant sur l’intelligence artificielle. Engagée dans une course avec la Silicon Valley depuis une quinzaine d’années, la Chine a fait des progrès considérables dans ce domaine, au point de dominer nettement certaines technologies, comme la reconnaissance faciale. Cependant, son principal atout résidait jusqu’à présent dans sa capacité à récolter de gigantesques masses de données pour alimenter et entraîner les algorithmes d’apprentissage automatique — une collecte effectuée par ses géants du numérique, mais aussi rendue possible par l’exploitation d’une main-d’œuvre étudiante bon marché. Or ce modèle était conçu pour le monde d’avant, un monde où la Chine pouvait compter sur des livraisons ininterrompues de matériels de haute performance fabriqués à Taïwan ou aux États-Unis. Aujourd’hui, la rupture de ces chaînes d’approvisionnement met en péril l’intelligence artificielle chinoise dans son ensemble (9). En déclarant la guerre à Huawei, les Américains cherchent peut-être tout autant à l’empêcher de disposer de ses propres semi-conducteurs à travers sa filiale HiSilicon qu’à freiner son avance dans la 5G.

En matière de politique industrielle aussi, l’heure est à l’offensive américaine. Les parlementaires ont décidé de réserver des fonds pour la construction de réseaux en architecture ouverte qui pourraient, à terme, se substituer à ceux de Huawei et de ses concurrents. Parallèlement, l’enveloppe budgétaire allouée aux fabricants américains de semi-conducteurs dans le cadre du Chips for America Act, actuellement en discussion au Congrès, a été portée à 10 milliards de dollars. Washington semble avoir compris que la période de tensions géopolitiques n’est pas le moment idéal pour affaiblir ses hérauts du numérique. La Silicon Valley en profite : ce serait sur les conseils du patron de Facebook que M. Trump a décidé de s’en prendre à l’application TikTok.

Dans l’ensemble, la réaction de Pékin a été moins agressive. Il faut dire que la Chine n’a pas attendu l’assaut américain pour renforcer sa souveraineté technologique à coups de milliards de dollars d’argent public, même si, entre-temps, la crise sanitaire a accaparé une partie de ces fonds (le déploiement de la 5G, notamment, a pris du retard). En mai, juste après l’annonce par l’administration Trump de nouvelles restrictions touchant Huawei et ses fournisseurs, M. Xi Jinping a dévoilé un plan de 1 400 milliards visant à assurer le leadership chinois sur plusieurs technologies-clés à l’horizon 2025. Les deux expressions les plus en vogue en Chine en ce moment sont « désaméricanisation » — de la chaîne d’approvisionnement et de l’infrastructure technologique — et « économie de double circulation » — une nouvelle orientation politique qui consiste à articuler le recentrage sur le marché intérieur et le développement de technologies de pointe susceptibles d’être exportées.

Alors que les discussions vont bon train autour de la vente prochaine par TikTok de ses activités américaines, Pékin a allongé la liste des technologies dont il entend contrôler l’exportation, y incluant les algorithmes de recommandation de contenu, la reconnaissance vocale et bien d’autres applications d’intelligence artificielle. En réaction au programme américain Réseau propre, la Chine vient également d’annoncer le lancement de son propre réseau international, la Global Data Security Initiative, destinée à contrer la surveillance et l’espionnage américains.

Pour l’instant, Huawei tient bon. Dès l’arrestation de Mme Meng, anticipant un durcissement des sanctions, l’entreprise avait commencé à amasser des stocks, qui peuvent durer entre dix mois et deux ans — mais certaines pièces seront obsolètes d’ici là. Elle a aussi dans sa besace une ribambelle de contrats de réseaux 5G. Enfin, consciente que ses appareils n’auront bientôt plus accès aux mises à jour d’Android, elle a résolu de mettre au point son propre système d’exploitation : Harmony OS.

Quel que soit le sort de Huawei dans un avenir proche, le message a été reçu cinq sur cinq par Pékin, Moscou et d’autres capitales : la souveraineté technologique est un impératif. La Chine l’avait compris bien avant la déclaration de guerre de M. Trump, qui n’a fait que renforcer encore le sentiment d’urgence. Paradoxalement, c’est donc Washington qui aura poussé Pékin à mettre en pratique l’une des nombreuses maximes de M. Ren : « Sans indépendance [technologique], il n’y a pas d’indépendance nationale. » L’ironie serait que la bataille de l’Amérique contre Huawei donne naissance à une Chine bien plus avancée et autonome sur le plan technologique, qui aurait complètement éliminé les fournisseurs américains de ses chaînes d’approvisionnement.

Evgeny Morozov

Fondateur et éditeur du portail The Syllabus. Auteur de Pour tout résoudre cliquez ici. L’aberration du solutionnisme technologique, FYP Éditions, Limoges, 2014.

(1) Cité dans Yun Wen, The Huawei Model. The Rise of China’s Technology Giant, University of Illinois Press, Champaign (Illinois), à paraître en novembre 2020. Les citations suivantes de dirigeants de Huawei proviennent de cet ouvrage.

(2) Lire « Chine - États-Unis, le choc du XXIe siècle », Manière de voir, n° 170, avril-mai 2020.

(3) Cf. Linda Weiss, America Inc. ? Innovation and Enterprise in the National Security State, Cornell University Press, Ithaca, 2014.

(4) Yun Wen, op. cit.

(5) Dieter Ernst, « China’s standard-essential patents challenge : From latecomer to (almost) equal player ? », Centre for International Governance Innovation, juillet 2017, Waterloo (Canada).

(6) Gregory Shaffer et Henry Gao, « A new Chinese economic order ? », Journal of International Economic Law, Oxford, à paraître.

(7) John Seaman, China and the New Geopolitics of Technical Standardization, Institut français des relations internationales, Paris, janvier 2020.

(8) « Japan grows wary of China’s smart-city global standards », Nikkei Asian Review, Tokyo, 11 août 2020.

(9) Cf. Paul Triolo et Kevin Allison, « The geopolitics of semiconductors », Eurasia Group, New York, septembre 2020, et Dieter Ernst, « Competing in artificial intelligence chips : China’s challenge amid technology war ».


Lire aussi Une course à l’innovation menée par la Chine
Xuan
   Posté le 01-10-2020 à 20:45:07   

Un article de la presse chinoise (dnews) montre la faiblesse structurelle de l'investissement privé dans les infrastructures. Inversement en Chine les investissements dans les infrastructures sont publics.
L'expression "argent intelligent" signifie que dans l'économie capitaliste, l'argent se dirige tout seul vers la meilleure source de profit.


Pourquoi «l'argent intelligent» limite-t-il la fiabilité du marché américain des infrastructures?


2020-10-02 00:45:01

Au deuxième trimestre de 2020, le produit intérieur brut (PIB) réel des États-Unis a chuté de 9,1% d'une année sur l'autre et l'économie est tombée dans une grave dépression. Afin de relancer l'économie, le gouvernement américain a jeté son dévolu sur la construction d'infrastructures. Le 21 septembre, la Federal Railroad Administration a approuvé la construction d'une liaison ferroviaire à grande vitesse entre Houston et Dallas. Le chemin de fer à grande vitesse a un kilométrage de construction de 386 kilomètres et l'ensemble du trajet est situé au Texas. Il devrait être achevé et ouvert à la circulation en 2027, ce qui peut réduire le temps de trajet entre les deux endroits de 4 heures à 90 minutes.

En fait, dès février 2018, l'administration Donald Trump a publié le plan législatif pour la reconstruction de l'infrastructure en Amérique (plan législatif pour la reconstruction de l'infrastructure en Amérique, appelé le plan). Bien que le moment de l'esquisse soit plus proche de celui proposé par la stratégie de «nouvelles infrastructures» de la Chine, ce cycle de construction d'infrastructures aux États-Unis met l'accent sur la «reconstruction» et se concentre sur les infrastructures traditionnelles.

Les États-Unis ont commencé plus tôt la construction d'infrastructures à grande échelle, de sorte que de nombreuses constructions d'infrastructures sont déjà très anciennes et doivent être entretenues et mises à jour d'urgence. Trump a promis aux électeurs d'améliorer l'infrastructure américaine au cours de sa campagne de 2016, mais comme le gouvernement ne voulait pas dépenser trop d'argent, la progression de l'esquisse n'a pas été fluide.


Les projets ferroviaires à grande vitesse nécessitent des investissements importants et des cycles longs, et sont généralement dominés par des fonds publics. La photo montre la vue intérieure du projet de train à grande vitesse Jakarta-Bandung en Indonésie, qui a été construit par China Railway Third Bureau Group Co., Ltd., lorsque le tunnel Valini a été achevé le 14 mai. (Agence de presse Xinhua)

Contrairement à la Chine, le gouvernement américain était très superstitieux sur le rôle du marché après la fin de la guerre froide et a toujours espéré introduire davantage d'investissements privés lors de l'investissement dans les infrastructures. Par exemple, l '«aperçu de la législation pour la reconstruction des infrastructures aux États-Unis» a utilisé beaucoup d'espace pour décrire les options de financement. Selon le plan du gouvernement américain, en plus des 200 milliards de dollars américains alloués par le gouvernement, la plupart des 1,5 billion de dollars américains de fonds de construction d'infrastructures proviennent d'investissements d'entreprises privées et d'obligations, et la construction d'infrastructures spécifiques est également entreprise par des entreprises privées.

Le temps de planification de l'esquisse est de dix ans, c'est-à-dire que s'il n'y a pas d'investissement privé, l'administration Trump ne peut allouer chaque année qu'environ 20 milliards de dollars américains à la construction d'infrastructures. Il s’agit sans aucun doute d’une goutte d’eau pour l’énorme échelle d’infrastructure envisagée. Alors, le secteur privé américain est-il intéressé par les investissements dans les infrastructures?

Dans un environnement d'économie de marché, la nature de recherche de profit du capital ne changera pas. Si le retour sur investissement dans les infrastructures est particulièrement élevé, une grande quantité de capitaux privés ira naturellement dans les projets d'infrastructure du gouvernement. Cependant, les investissements dans les infrastructures se caractérisent par de longues périodes, des risques élevés et des rendements faibles. Le capital privé participe rarement activement à de tels projets.

Le projet de train à grande vitesse californien lancé en 2008 a été retardé de dix ans sans progrès en raison d'une rupture de la chaîne de financement et d'autres raisons. En février 2019, le gouvernement californien a officiellement annoncé l'abandon du projet de train à grande vitesse, et l'investissement initial du gouvernement fédéral de 3,5 milliards de dollars américains a également été vain. Bien que le problème de financement ne soit pas la seule raison de la mort du train à grande vitesse en Californie, c'est certainement la raison la plus importante. Dans l'environnement du marché des capitaux, il y a peu de problèmes que le capital ne peut pas résoudre, principalement dus au manque de participation au capital.

Le capital privé est de «l'argent intelligent», et les projets d'infrastructure comportent des risques élevés et de faibles profits. Naturellement, cet «argent intelligent» ne peut pas être attiré. En raison de l'introduction forcée de capitaux privés par le gouvernement américain, les budgets des projets continuent d'augmenter. Cette scène s'est produite fréquemment lors de la construction du train à grande vitesse de Californie. Le but du capital privé est de réaliser un profit. Depuis son adhésion au projet d'infrastructure, il recherchera inévitablement le meilleur rendement. Si le gouvernement ne peut pas répondre aux exigences du capital privé, il ne peut qu'être séparé. On peut dire que le soi-disant «argent intelligent» est devenu le plus gros obstacle sur la route des infrastructures américaines.

Selon les données du Bureau of Investment Analysis (BEA) du Département américain du commerce, depuis la «Grande Dépression» des années 1930, les investissements américains dans les infrastructures se sont progressivement transformés en investissements publics. En 1964, la proportion des investissements publics dans les infrastructures atteignait 61,9%. Cette période est la période la plus glorieuse des infrastructures américaines: le réseau routier intercontinental et un grand nombre d'aéroports aux États-Unis ont été construits pendant cette période.

Cependant, après la désintégration de l'Union soviétique, le gouvernement fédéral américain n'avait pas besoin de continuer à conserver la capacité de «concentrer ses forces pour faire de grandes choses». L'économie néolibérale était de plus en plus acceptée par le gouvernement, et le rôle du marché était infiniment amplifié. Bien que «l'argent intelligent» sur le marché soit bon en termes de concurrence et d'innovation, il nécessite également un retour sur investissement élevé. Les projets d'utilité publique tels que les infrastructures ne sont évidemment pas le premier choix pour «l'argent intelligent».

Cependant, la détérioration budgétaire a laissé le gouvernement américain choisir de continuer à croire au marché. Depuis la crise financière de 2008, la dette du gouvernement fédéral américain a augmenté rapidement et la dette envers le secteur public (dette détenue par le public) représente près de 100% du PIB. Les deux parties se contraignant mutuellement, le gouvernement américain endetté peut difficilement investir beaucoup d'argent dans la construction d'infrastructures. Par conséquent, même s'il s'est rendu compte que l'infrastructure ne peut pas être complètement dépendante de «l'argent intelligent», le gouvernement américain n'a pas d'autre choix.


Edité le 01-10-2020 à 22:38:11 par Xuan


Xuan
   Posté le 01-10-2020 à 22:48:28   

Une vidéo très intéressante de sur Xavier Boniface sur l'affaire Tik Tok.
Il indique que les USA sont peut-être en train de perdre la guerre du numérique.
X. Boniface fait cette observation : la guerre froide USA /Chine Populaire ressemble à celle entre USA et URSS, à cette différence près que leurs comportements sont inversés...


https://www.youtube.com/watch?v=MpVP0aTiUl0&feature=share&fbclid=IwAR2Bv5kzQ3q6D0B_kN-zMjgaP73VjieeDMs0a_0s7tT2TsHEj5BYjdrsXuU
Xuan
   Posté le 10-10-2020 à 13:51:41   

David Firestein est président et chef exécutif de la fondation George H. W. Bush pour les relations Chine /U.S.A.
On trouve un de ses sites ici. Je pense que sa position est ultra minoritaire aux USA, par contre ses arguments sont factuels.



La politique commerciale américaine à l'égard de la Chine est un échec, selon un expert


French.xinhuanet.com | Publié le 2020-10-02 à 11:20 http://french.xinhuanet.com/2020-10/09/c_139428906.htm

HOUSTON, 1er octobre (Xinhua) -- Des données issues de l'administration Trump montrent que la politique commerciale américaine envers la Chine ne marche pas, a déclaré jeudi un expert américain de la Chine, David Firestein.

PDG de la Fondation George H. W. Bush pour les relations sino-américaines, il a estimé lors d'une conférence en ligne organisée par le Centre Folks pour le commerce international de l'Université de Caroline du Sud que cette politique "détruit des emplois américains" et "nuit à l'économie américaine" .

"Le déficit commercial des Etats-Unis avec la Chine est plus important que jamais" , a noté M. Firestein, ajoutant que "les emplois manufacturiers dans ce pays ont été perdus, et non gagnés" .

Prenant l'agriculture comme exemple, le chercheur a observé que les Etats-Unis ont désormais un déficit commercial agricole avec la Chine en raison de cette politique, "alors qu'avant le président Trump, on avait un excédent en matière de produits agricoles avec la Chine" .

Pour traiter correctement cette question commerciale, David Firestein a proposé que les droits de douane soient supprimés. De plus, les Etats-Unis et la Chine devraient s'asseoir autour d'une table et "avoir des négociations discrètes" .
Xuan
   Posté le 10-10-2020 à 17:00:18   

Guerre commerciale : 3 500 entreprises américaines attaquent l’administration Trump en justice


28 sept. 2020,

Frappées par les droits de douanes sur des produits d’importation chinoise, des milliers d’entreprises basées aux Etats-Unis ont déposé plainte au cours des 15 derniers jours. Parmi elles des géants de la distribution ou de l'industrie automobile.

Près de 3500 entreprises américaines, et non des moindres ont déposé des recours contre l’administration Trump au cours des deux dernières semaines. Parmi elles, les constructeurs automobiles Tesla et Ford, et les entreprises de grande distribution Target Corp, Walgreen et Home Depot, contestent les droits de douane sur plus de 300 milliards de dollars de produits fabriqués en Chine.
Les poursuites déposées devant le Tribunal International du Commerce à New York citent le représentant américain au commerce Robert Lighthizer et l'agence des douanes et de la protection des frontières, et contestent ce qu'ils estiment être «l'escalade illégale» de la guerre commerciale des Etats-Unis avec la Chine qui se traduit par des séries successives d’augmentation des droits de douane.

Les contestations judiciaires reposent sur l’irrespect allégué des procédures administratives. Les entreprises contestent la «guerre commerciale illimitée de l'administration ayant un impact sur des milliards de dollars de marchandises importées de la République populaire de Chine par des importateurs aux Etats-Unis» , selon une plainte déposée par le fabricant de pièces automobiles Dana Corp. Les poursuites contre les droits de douane sont divisées en deux groupes distincts connus sous les nom de Liste 3 et Liste 4A. «La liste 3 comprend des droits de douane de 25% sur environ 200 milliards de dollars d'importations, tandis que la liste 4A comprenait des droits de 7,5% sur 120 milliards de dollars de marchandises. Une plainte fait valoir que l'administration ne peut pas étendre les droits de douane à d'autres importations chinoises, «pour des raisons indépendantes des politiques et pratiques déloyales en matière de propriété intellectuelle sur lesquelles elle avait initialement enquêté.» Taxes sur les sols en bambou et les fournitures de bureau
Parmi les entreprises plaignantes on trouve aussi le fabricant de camions Volvo Amérique du Nord, le détaillant américain de pièces automobiles Pep Boys, la société de vêtements Ralph Lauren, les magasins d’alimentation Sysco Corp et Dole, le fabricant de guitares Gibson, Lenovo usa, et la filiale américaine du conglomérat industriel japonais Itochu.

Les plaintes soulignent aussi la très grande variété de produits d’importation chinois soumis à des droits de douane. Ainsi, la société Home Depot spécialisée dans le bricolage a expliqué à Reuters qu’elle était soumise à des taxes sur des produits comme les revêtements de sol en bambou et les perceuses électriques sans fil.
Le distributeur Walgreen a pour sa part confié qu’il acquittait des droits de douanes en augmentation pour des confiseries, des fournitures de bureau et des articles ménagers. Le bureau du représentant au commerce Robert Lighthizer n'a pour le moment pas répondu aux demandes de commentaires.

Le 15 septembre, l'Organisation mondiale du commerce avait déjà estimé que les Etats-Unis avaient enfreint les règles commerciales mondiales en décrétant des droits de douane sur des centaines de milliards de dollars de produits importés de Chine. L’administration Trump avait justifié ses mesures en arguant que la Chine volait la propriété intellectuelle des entreprises américaines et les obligeait à des transferts de technologie pour accéder aux marchés chinois.

sur RT France : https://francais.rt.com/economie/79202-guerre-commerciale-3500-entreprises-americaines-attaquent-administration-trump-en-justice
Xuan
   Posté le 27-10-2020 à 19:56:39   

Sur la tentative d'encerclement de la Chine :

L’ennemi de mon ennemi est mon ami: face à Pékin, Washington s’allie à New Delhi
Xuan
   Posté le 28-10-2020 à 17:09:50   

Vaccination de rappel sur l'hégémonie US :


L'ingérence autoritaire des Etats-Unis démontre un fanatisme hégémonique
(COMMENTAIRE)


French.xinhuanet.com | Publié le 2020-10-27 à 22:25
http://french.xinhuanet.com/2020-10/27/c_139471428.htm

BEIJING, 27 octobre (Xinhua) -- Certains responsables politiques américains n'ont cessé de longue date de dénigrer la Chine pour son développement pacifique. Or, c'est Washington qui est tristement connu pour avoir mis en danger la paix mondiale en se mêlant des affaires d'autres pays et en incitant à la violence pour renverser des gouvernements qualifiés d'hostiles.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis, afin de poursuivre leur domination mondiale, ont essayé par divers moyens de transformer ou de subvertir des gouvernements étrangers qui, aux yeux de Washington, ne se conformaient pas aux intérêts américains.

En recourant à des mesures disruptives telles que l'intervention armée, l'invasion militaire, les sanctions économiques, l'infiltration culturelle, l'incitation à l'émeute et les campagnes de désinformation, Washington est devenu le plus grand perturbateur de la sécurité politique mondiale.

Les Etats-Unis aiment à se présenter comme le leader du monde libre et le gardien de la démocratie à l'occidentale. Pourtant, le linguiste et politologue renommé Noam Chomsky a dit un jour que l'histoire contemporaine de la politique étrangère américaine était "à peu près définie par la subversion, le renversement des régimes étrangers et le recours à la violence pour détruire des organisations populaires qui auraient pu offrir à la majorité de la population une opportunité d'entrer dans l'arène politique".

Selon un décompte de Lindsey O'Rourke, professeur adjoint de sciences politiques au Boston College et auteur de "Covert Regime Change: America's Secret Cold War" (Changement de régime clandestin : la Guerre froide secrète de l'Amérique), les Etats-Unis ont mené 64 opérations secrètes de changement de régime entre 1947 et 1989.

Outre celles-ci, Washington a violé de manière flagrante et répétée le droit international en envahissant des pays comme le Panama, la Grenade et l'Irak. Sa guerre des drones qui a duré dix ans en Asie du Sud, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient illustre également le mépris choquant de Washington pour les vies humaines.

L'Amérique latine, qui figure parmi les victimes de l'hégémonie de l'Oncle Sam, porte les marques de ses interventions. Selon John Coatsworth, ancien administrateur de l'Université de Columbia et historien spécialiste de l'Amérique latine, Washington est intervenu avec succès pour opérer des changements de gouvernement en Amérique latine au moins 41 fois entre 1898 et 1994.

Ces interventions américaines "ont remis en question l'engagement américain en faveur de la démocratie et de la primauté du droit dans les affaires internationales", a écrit M. Coatsworth dans un article publié sur ReVista, la revue de l'Université de Harvard sur l'Amérique latine.

Les interventions militaires américaines ont également joué un rôle majeur dans la perpétuation de la menace que représentent les extrémistes violents pour la paix et la sécurité dans le monde.

Depuis l'invasion américaine en 2003, l'Irak a plongé dans l'abîme et été transformé en une zone de conflit permanent. L'occupation militaire étrangère a également fait de la région un terreau fertile pour le terrorisme extrémiste.

Ces dernières années, l'Europe a connu le plus grand afflux de réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale. Il est largement admis que la cause profonde réside dans les actions interventionnistes menées par Washington au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Plus récemment, les Etats-Unis ont approuvé des ventes d'armes à Taiwan d'une valeur d'environ 1,8 milliard de dollars, ce qui enfreint gravement le principe d'une seule Chine, ainsi que les trois communiqués conjoints sino-américains. Cette vente a pour effet de saper la souveraineté et les intérêts de sécurité de la Chine.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a annoncé lundi que son pays avait décidé d'imposer des sanctions aux entreprises américaines concernées, notamment Lockheed Martin, Boeing Defence et Raytheon, ainsi qu'aux individus et entités jouant un "rôle infâme" dans ce processus. Ce sont là des "mesures nécessaires" pour protéger ses intérêts nationaux.

"L'arrogance, le fait de toujours en faire à sa guise, les actes d'hégémonie, de domination ou d'intimidation ne mèneront nulle part", a déclaré vendredi dernier le président chinois Xi Jinping lors d'une réunion marquant le 70e anniversaire de l'entrée des Volontaires du peuple chinois en République populaire démocratique de Corée (RPDC) pour combattre dans la Guerre de résistance à l'agression américaine et d'aide à la RPDC (1950-1953).

Dans le monde d'aujourd'hui, les normes régissant les relations internationales, telles que l'égalité souveraine et la non-ingérence dans les affaires intérieures de chacun, sont profondément enracinées dans le cœur des peuples du monde entier. En imposant sa volonté hégémonique aux autres et en agissant au mépris du droit international, Washington se transforme en paria.
Xuan
   Posté le 29-10-2020 à 00:12:01   

Les récents discours de Poutine, Lavrov et Xi signalent des changements fondamentaux à venir dans un futur proche


DANIELLE BLEITRACH
28 OCTOBRE 2020
https://histoireetsociete.com/2020/10/28/les-recents-discours-de-poutine-lavrov-et-xi-signalent-des-changements-fondamentaux-a-venir-dans-un-futur-proche/


Cet article a le mérite d’opérer une synthèse éclairante sur la manière dont un occident en perte de vitesse refuse de corriger son mode de domination alors qu’il s’agit purement et simplement d’une aberration qui parce qu’elle dure depuis plus de 300 tend vers la norme pour ceux qui en bénéficient. Nous commençons à percevoir les outrances, les ridicules criminels d’un TRUMP et en faisant un léger effort nous Français devrions considérer ceux de nos gouvernants, il serait temps parce que comme le soulignent la Russie et la Chine cela ne peut plus durer (note de Danielle Bleitrach, traduction de Catherine Winch)

James O’Neill

https://journal-neo.org/2020/10/26/recent-speeches-by-putin-lavrov-and-xi-signal-fundamental-changes-in-the-pipeline/

Trois récents discours et interviews de grands hommes politiques ont contribué à aiguiser le débat politique qui fait actuellement rage dans les médias occidentaux. Ironiquement, aucun des trois discours n’a bénéficié d’une couverture médiatique significative dans les médias occidentaux. Ironiquement, malgré le manque de couverture médiatique occidentale, tous trois marquent une évolution significative du dialogue géopolitiquemondial.

Deux des discours ont eu lieu lors de la même réunion du groupe de discussion Valdai, une organisation créée en 2004 et modifiée pour devenir une fondation en 2011. Le président russe Poutine a été l’un des premiers fondateurs du groupe et a pris la parole à chaque réunion depuis lors.

Lors de la réunion de cette année, Poutine a de nouveau prononcé un discours d’ouverture et bien que, comme à son habitude, il ait parlé en termes conciliants à l’égard du principal ennemi géopolitique de la Russie, les États-Unis, le tranchant de ses remarques était sans équivoque.

Poutine a parlé d’une nouvelle ère qui, selon lui, était sur le point de commencer. Le monde n’était pas seulement au seuil de changements spectaculaires, mais dans ce qu’il a décrit comme une “divergence tectonique” qui allait affecter tous les domaines de la vie. Le processus de changement a été le plus marqué au cours des 40 dernières années. La Russie a été et continuera d’être une force majeure dans le processus de changement, au grand dam de ses ennemis politiques, sans aucun doute.

Pour ceux qui, en Occident, attendaient, et espéraient sans doute, le déclin de la Russie après la disparition de l’Union soviétique, Poutine a déclaré que pour ceux qui attendent encore le déclin de la Russie, “la seule chose qui pourrait nous inquiéter serait d’attraper froid à vos funérailles à vous”.

Poutine a indiqué que la Chine se dirigeait rapidement vers le statut de superpuissance, bien que certains, dont moi-même, affirment qu’elle a déjà atteint ce statut. Les Etats-Unis qu’il a identifiés comme ayant à un moment donné (la période 1990-2008 ?) dominé absolument la scène internationale, mais “ne peuvent plus guère prétendre à l’exceptionnalité”. Le monde court donc un risque énorme.

Bien que Poutine n’y ait pas fait référence, le refus des États-Unis de reconnaître et d’accepter les changements fondamentaux de leur statut mondial constitue une menace très grave pour la planète. Il a qualifié d'”attristantes” les institutions internationales faisant autorité (non spécifiées) qui suivent les intérêts égoïstes d’une certaine entité. C’est pire que cela. Non seulement cela discrédite ces institutions (et le récent fiasco de l’affaire Navalny me vient à l’esprit), mais cela exacerbe, selon Poutine, la crise de l’ordre mondial.

Pour le côté positif du bilan, Poutine a identifié la Shanghai Corporation Organisation comme ayant passé près de 20 ans à contribuer au développement et au règlement pacifique des différends enAsie centrale. Elle façonne, a-t-il dit, “un esprit de partenariat unique dans cette partie du monde”. C’est précisément en raison de ce succès que les efforts de déstabilisation des États-Unis dans la région se sont fortement accélérés ces dernières années, y compris, mais sans s’y limiter, l’effort diplomatique dans la région (pour utiliser un terme poli) du secrétaire d’État américain Pompeo.

Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a également pris la parole lors de la réunion et a donné des entretiens approfondis à la suite de son discours. Alors que Poutine s’est exprimé avec sa politesse habituelle, Lavrov n’a pas tenté de dissimuler sa colère. Dans son discours principal, Lavrov a posé la question, qui n’était pas entièrement rhétorique : “quand l’Union européenne s’adresse à nous comme à des inférieurs, la Russie veut savoir comment la communication peut avoir lieu avec l’Europe.

Dans une interview radiophonique ultérieure, M. Lavrov a ajouté que “quoi que nous fassions, l’Occident fera tout pour nous entraver, nous restreindre et saper nos efforts dans les domaines de l’économie, de la politique et de la technologie”. Bien qu’il n’ait pas utilisé cetexemple, la réaction de l’Occident à l’empoisonnement présumé d’Alexei Navalny en est un exemple classique. La stupidité, l’illogisme et la pure absurdité inhérents aux attaques occidentales contre la Russie, non seulement dans l’affaire Navalny mais aussi dans les allégations tout aussi ridicules concernant la maladie du père et de la fille Skripal, ont récemment été brillamment ridiculisés par l’ancien diplomate et commentateur britannique Craig Murray.

L’Occident ne peut pas vaincre militairement la Russie, ce qui conduit, comme le souligne M. Lavrov, à “un harcèlement et un minage incessants de la Russie”. Il poursuit en citant plusieurs exemples récents de cette situation dans des pays comme le Belarus, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et le Kirghizstan.

Lavrov a fait référence au “partenariat stratégique global” qui a émergé, notamment pour se défendre de cette attaque économique et politique occidentale soutenue, avec la Chine. Il a fait référence à ce développement qui a “un sens total pour l’Eurasie, géopolitiquement et géo économiquement”.

Il y a plusieurs années, Vladimir Poutine a fait référence au fait que l’Occident n’était “pas capable de conclure de vrais accords”. Lavrov a appliqué la même description à l’Union européenne. La Russie, a-t-il soutenu, devrait cesser de s’orienter vers les pays européens et de se soucier de leurs avis.

Dans le récent discours du président chinois Xi Jinping, on observe un niveau similaire d’exaspération croissante face aux techniques de déstabilisation continuelle de l’Occident et à l’état de guerre généralisé bien qu’encore limité.

Dans un important discours prononcé pour commémorer le 70e anniversaire de la participation de la Chine à la guerre de Corée (une autre opération de changement de régime montée par l’Occident sous d’autres prétextes), Xi a carrément averti que la Chine ne devait pas se laisser prendre au piège et qu’elle ne resterait pas les bras croisés pendant que sa souveraineté était attaquée. Il a spécifiquement fait référence aux efforts actuels des Etats-Unis pour attiser les tensions entre la Chine et Taiwan. Prétendre que Taïwan est un État souverain distinct est une tactique occidentale de longue date qui remonte à 1949, lorsque les nationalistes ont fui vers ce qui s’appelait alors Formose.

Une partie de la fiction entretenue par les États-Unis et leurs alliés consiste à ignorer le fait que les revendications de la Chine dans la mer de Chine méridionale sont non seulement antérieures à l’arrivée au pouvoir du parti communiste en 1949, mais que les mêmes revendications territoriales sont faites par Taïwan, un fait jamais mentionné dans les médias occidentaux.

Xi a accusé les États-Unis de tenter de déclencher une guerre entre la Chine et Taïwan, ce à quoi Xi a répondu sans ambages : leur politique étrangère (des États-Unis) n’ira nulle part. La Chine ferait ce qu’il a appelé une “frappe silencieuse” en représailles sans préciser exactement ce qu’il voulait dire.

Il ressort clairement du discours de Xi qu’il considère la politique étrangère des États-Unis (et il n’est pas le seul à penser ainsi) comme ayant été accaparée par le contingent d’extrême droite des États-Unis. Peu importe lequel de Trump ou de Biden réussit à remporter l’élection présidentielle de novembre, il serait extrêmement naïf d’anticiper un quelconque changement significatif de la politique étrangère des États-Unis à l’égard de la Russie ou de la Chine.

Les deux pays ont pris des mesures importantes ces dernières années pour se préparer au réalignement fondamental des affaires géopolitiques actuellement en cours. La réémergence de la Chine en tant qu’entité économique la plus puissante du monde est essentiellement un redressement de l’aberration historique que les 300 dernières années ont montré.

Le grand danger pour le monde vient de l’incapacité et de la réticence de l’Occident à reconnaître que ces 300 ans ont été une aberration, et non un modèle pour l’avenir. La manière dont l’Occident s’adaptera à cette réaffirmation de l’ordre ancien pourrait bien déterminer l’avenir de notre planète.

James O’Neill, un ancien avocat basé en Australie, en exclusivité pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook”.
Xuan
   Posté le 29-10-2020 à 20:12:20   

Quel que soit le résultat des élections américaines, nous devons écarter les illusions sur les relations sino-américaines.


dnews

Écrit par: Zhu Feng
2020-10-29 02
________________________________________


L'élection présidentielle américaine de 2020 aura lieu le 3 novembre. La politique intérieure actuelle aux États-Unis est toujours chaotique. Trump a rapidement quitté l'hôpital après avoir été diagnostiqué avec le nouveau virus de la couronne, et a même menacé de «rendre compte» de la Chine. Quel que soit le résultat des élections générales, remédier aux torts causés par l'administration Trump aux États-Unis et au monde est devenu un sujet incontournable dans la société américaine. Mais qui guérira les relations sino-américaines gravement blessées, endommagées et frustrées est également un sujet lourd.

La tendance générale de la confrontation sino-américaine est irréversible.


Les facteurs structurels derrière le conflit
La nouvelle épidémie de couronne sans précédent a posé des défis sans précédent au développement économique, politique et social du monde. L'économie mondiale a reculé de près de 15% au deuxième trimestre 2020. Il s'agit de la plus forte baisse de l'économie mondiale depuis la Grande Dépression de 1929.
Face à la nouvelle épidémie de couronne, les États-Unis et la Chine, en tant que plus grande et deuxième plus grande économie du monde, auraient dû travailler ensemble, renforcer l'unité et promouvoir conjointement la coopération anti-épidémique mondiale. Cependant, l'administration Trump et certaines élites politiques aux États-Unis considèrent la nouvelle pandémie de la couronne comme un moment décisif dans le jeu stratégique des grandes puissances. Des changements substantiels.

Pour cette raison, les élites politiques américaines veulent désespérément réprimer la Chine pendant l'épidémie. Le conflit sino-américain est passé d'une guerre commerciale, d'une guerre médiatique et d'une guerre scientifique et technologique à une guerre diplomatique et une guerre des talents. Les États-Unis ont violé les principes de base de l'OMC en imposant des sanctions à près de 300 entreprises chinoises, menaçant de bloquer Huawei, ByteDance et WeChat, et ont même classé l'Institut Confucius comme une "agence gouvernementale étrangère".
Ces pratiques visent à rompre substantiellement les liens entre les grandes entreprises chinoises et le marché américain et l'innovation technologique, en cherchant à «dé-siniser» la chaîne industrielle mondiale, et en affaiblissant considérablement les liens entre la Chine et les institutions universitaires américaines.
La déclaration de politique du secrétaire d’État américain Mike Pompeo à la bibliothèque Nixon le 23 juillet a même ignoré l’histoire fondamentale de la coopération sino-américaine et du développement commun depuis la visite du président Nixon en Chine en 1972, et visait le Parti communiste chinois. La légitimité de la gouvernance a arbitrairement écarté le principe politique le plus important de «respecter le statu quo de l'autre» dans le développement des relations sino-américaines au cours des 50 dernières années.
La relation sino-américaine n'est vraiment qu'à un pas de la nouvelle guerre froide.
Dans son discours sur l'état de l'Union en février de cette année, Trump a fièrement déclaré qu'il ferait «revenir la grande Amérique». Sa confiance vient du fait que le taux de chômage aux États-Unis en janvier de cette année était le plus bas depuis 40 ans. Mais aussi parce que Trump a qualifié l'épidémie de «grande grippe» et s'est concentré sur les élections générales, la gestion de la nouvelle épidémie de la couronne aux États-Unis a été relâchée. L'épidémie américaine d'aujourd'hui, les conditions sociales, les conditions politiques et les conditions économiques ont fait perdre à Trump ses avantages antérieurs aux élections générales. En conséquence, l'administration Trump a non seulement continué à «casser du sucre» sur la Chine à cause de l'épidémie, mais elle a également mis en œuvre frénétiquement des «représailles» contre la Chine.

Plus dangereux encore est que l'administration Trump adopte maintenant fréquemment de nombreuses actions dans le Pacifique occidental pour renforcer les provocations militaires et les menaces militaires contre la Chine, dans une tentative d'intensifier la confrontation entre les États-Unis et la Chine, et de transformer le «sujet de la Chine» en un moyen qui se permet de recueillir un consensus national et de transcender La «crise chinoise» dans laquelle les partis politiques et la société sont divisés et les mesures de gouvernance interne obligatoires sont en outre mises en œuvre. À l'approche du jour des élections pour le transfert du pouvoir le 20 janvier de l'année prochaine, plus la division intérieure aux États-Unis sera sévère, moins la répression de la Chine par l'administration Trump s'arrêtera.

Les relations sino-américaines ne peuvent pas revenir en arrière
Le fait que les relations sino-américaines en soient arrivées à ce point n'est pas seulement dû à la personnalité de Trump, mais aussi à la logique selon laquelle les faucons anti-chinois aux États-Unis veulent profiter de l'occasion pour faire «souffrir» la Chine de manière globale. L'épidémie a provoqué une montée des sentiments sociaux tels que l'anti-Chine, la haine et l'aversion de la Chine aux États-Unis, et elle a fait des propositions dures et impitoyables contre la Chine presque universellement «politiquement correctes».
En tant que parti d'opposition aux États-Unis, le Parti démocrate a également supprimé la "politique d'une Chine" à laquelle il avait adhéré dans sa plate-forme de parti 2020 sur les questions liées à Taiwan. L'équipe de campagne de Joe Biden a également commencé à "ne pas être en reste" en termes de déclaration de politique chinoise. La candidate démocrate à la vice-présidence Kamala Harris a délibérément évité le sujet de l'hôte de savoir si la Chine est un «ennemi» ou un «concurrent» lors du débat avec Mike Pence. Certes, même si Biden remporte les élections générales américaines le 3 novembre, la possibilité d'une amélioration rapide des relations sino-américaines à l'avenir est très mince.
La relation entre la Chine et les États-Unis ne peut pas remonter au passé. Le facteur américain peut être le plus grand facteur environnemental externe dans le processus historique de l'essor de la Chine. Les changements qualitatifs des relations sino-américaines nous obligent à réfléchir et à répondre aux relations entre la Chine et le monde dans le processus de développement futur de la Chine. Nous devons rejeter nos illusions sur les relations sino-américaines.

Tout d’abord, la politique d’engagement avec la Chine mise en avant par le gouvernement américain avant l’administration Trump reposait sur la reconnaissance des différents systèmes des deux pays, l’acceptation de la réalité selon laquelle la Chine et les États-Unis sont des pays en développement et développés, et le maintien d’un certain degré de montée en puissance de la Chine. Stratégiquement compatible ". Une telle Amérique peut ne peut plus exister pour la Chine.

Deuxièmement, le précédent gouvernement américain n'a jamais relâché sa garde stratégique et sa vigilance stratégique contre la Chine, mais au moins il adhérait à la "politique d'une seule Chine" sur la question de Taiwan et n'intervient pas activement dans les différends concernant la souveraineté insulaire et les droits et intérêts maritimes sur la question de la mer de Chine méridionale. Ce qui a précédé était la défense de «l'ordre américain» en Asie de l'Est. À l'avenir, avec la mise en œuvre de la stratégie indo-pacifique comme force motrice, les États-Unis interviendront pleinement dans les relations de voisinage de la Chine.
Isoler, diviser et contenir la Chine est devenu l'objectif central de la stratégie des États-Unis pour la Chine.

Troisièmement, le précédent gouvernement américain a mis l'accent sur les valeurs communes des intérêts commerciaux sino-américains, de la coopération scientifique et technologique et des échanges interpersonnels et culturels.L'interdépendance croissante des relations sino-américaines est devenue une base importante pour que les deux pays poursuivent leur coopération et travaillent ensemble pour la paix et la prospérité mondiales. Mais aujourd'hui, la «dé-sinisation» se poursuivra sur tous les fronts aux États-Unis. La suppression de l'innovation technologique et de la fabrication de la Chine dans le bas de gamme et le moyen à haut de gamme, et empêchant l'innovation technologique et la fabrication de la Chine de se déplacer vers le milieu et le haut de gamme, seront le lien essentiel pour les États-Unis pour élargir à nouveau l'écart de puissance avec la Chine.

L’administration Trump est au pouvoir depuis moins de quatre ans, et le concept de la Chine en tant que «concurrent stratégique numéro un» des États-Unis s’est matérialisé comme jamais auparavant. Le «changement de visage» des États-Unis vis-à-vis de la Chine n'est pas seulement le résultat du manque de freins et contrepoids efficaces de l'hégémonie unipolaire des États-Unis, mais reflète également la laideur de la «politique de puissance» dans les relations internationales.

Rechercher "une coopération forte, une confrontation faible"
Même ainsi, la Chine ne peut toujours pas relâcher ses efforts pour stabiliser, améliorer et contrôler les relations sino-américaines, sans parler d'abandonner l'imagination et la poursuite de la re-promotion des relations complexes entre la Chine et les États-Unis qui sont "compétitives et coopératives, conflictuelles et communicantes".
Grâce aux efforts conjoints des gouvernements, des sociétés, des entreprises et des individus des deux côtés, les relations sino-américaines peuvent encore abandonner le nouveau modèle d'affrontement de la guerre froide consistant à "se séparer", réduire la possibilité d'une "coopération faible et d'une forte confrontation", et renforcer et garantir "une coopération forte et une confrontation faible". «La vision idéale de la relation future ». C’est non seulement dans l’intérêt des deux peuples dans la plus grande mesure, mais c’est aussi la responsabilité de la Chine en tant que puissance montante qui exige un engagement en faveur de la paix, de la coopération et de la prospérité mondiales.

Les problèmes mondiaux du XXIe siècle, tels que l'épidémie, la dégradation de l'environnement, le terrorisme et les forces extrémistes, sont toujours des défis communs auxquels la société humaine doit coopérer pour faire face. Bien que le soi-disant «piège de Thucydide» créé par la concurrence entre les grandes puissances puisse être difficile à éliminer, la politique des grandes puissances au 21e siècle doit montrer la sagesse, la confiance et la conscience des êtres humains au 21e siècle.

Le déclin actuel de l'administration Trump a prouvé que le soutien hégémonique des combats acharnés et de l'égoïsme ne gagnera pas vraiment un soutien durable, même parmi le peuple américain. L’association de la Chine et des États-Unis peut véritablement représenter les aspirations communes de la communauté internationale en matière de liberté, d'ouverture, de coopération et de prospérité dans le futur, elle aura le dernier mot dans l'arène de la concurrence entre les grandes puissances.

(Cet article a été publié pour la première fois dans le Global Times, avec le titre original "Relations sino-américaines: il est temps de se débarrasser de la fantaisie". L'auteur Zhu Feng est le directeur exécutif du Nanhai Research Collaborative Innovation Center de l'Université de Nanjing et le doyen de l'Institut des relations internationales de l'Université de Nanjing.)


Edité le 29-10-2020 à 20:13:45 par Xuan


Xuan
   Posté le 31-10-2020 à 07:19:21   

Deux articles du Quotidien du Peuple sur les conséquences de l'hégémonisme dans le monde. On remarque que Trump n'est pas visé individuellement mais que les articles dénoncent l'hégémonisme indifféremment sous la direction des républicains et des démocrates :

Comment les États-Unis menacent la sécurité politique mondiale en interférant dans les affaires intérieures d'autres pays

le Quotidien du Peuple en ligne | 29.10.2020 10h58
http://french.peopledaily.com.cn/Horizon/n3/2020/1029/c31362-9774450.html
(Xinhua/Liu Jie)

Aucun acte pervers ne peut gagner le cœur des gens. Tout acte qui porte atteinte à la sécurité politique mondiale se retournera contre son auteur. Quiconque persiste dans l'hégémonie, l'intimidation ou la domination finira immanquablement par en payer le prix du sang.

Qu'est-ce que la sécurité et qu'entend-on par-là ? Il y a un vieux et célèbre dicton en Occident qui dit : « Il est dangereux et imprudent de faire les choses sans conscience ». Cependant, certains politiciens américains n'ont manifestement aucune idée de ce qu'est la conscience. Serrant dans leurs bras une sorte de « bible de la sécurité » absurde, ils n'épargnent aucun effort pour attaquer et discréditer d'autres pays sous le prétexte de la soi-disant sécurité nationale des États-Unis. Un exemple plus récent est la présentation du soi-disant « projet de loi du groupe de travail sur la Chine » par la Chambre des représentants des États-Unis, qui exagère sans la moindre honte la pseudo « menace de la Chine » et interfère grossièrement dans les affaires intérieures du pays.

Ce n'est pas la première fois que les États-Unis tentent de faire passer des mensonges fabriqués de manière malveillante sur des questions de sécurité internationale devant l'Assemblée générale des Nations Unies. Cependant, les miasmes suscités par ces manipulations politiques, quoi qu'on en dise, ne pourront pas couvrir la main noire hégémonique que les États-Unis ont étendue sur le monde. Les faits incontestables ont montré à maintes reprises que les États-Unis sont le principal coupable qui menace la sécurité politique mondiale. Ils utilisent fréquemment l'intervention et la subversion des régimes d'autres pays comme outil de politique étrangère et ont causé un grand nombre de tragédies humaines qui ont entraîné la destruction d'un grand nombre de vies humaines.

Depuis plus de 200 ans, l'histoire des États-Unis a accumulé un nombre incalculable d'histoires honteuses d'ingérence hégémonique à l'étranger. L'ancien président américain Jimmy Carter a souligné un jour que les États-Unis étaient le pays le plus vindicatif de l'histoire du monde parce qu'ils veulent imposer leurs valeurs à d'autres pays. Le monde n'oubliera jamais que les États-Unis ont présenté la « doctrine Monroe » en 1823, citant ouvertement les Amériques comme leur seule sphère d'influence et poursuivant de manière agressive fusions et expansion. Ce sur quoi il faut se montrer vigilant, c'est que bien que la communauté internationale ait depuis longtemps perçu la nature hégémonique de la « doctrine Monroe », certains politiciens américains l'ont aujourd'hui ouvertement blanchie, emballée dans une « nouvelle doctrine Monroe » et accru les ingérences des États-Unis à l'étranger. Prenons l'exemple de l'Afghanistan, de l'Irak, de la Libye, de la Syrie et d'autres pays. Des années de guerres sans fin ont montré au monde que les États-Unis sont toujours en train d'étendre leur main noire et de susciter des troubles dans ces endroits. Le monde sait fort bien qui a « contrôlé à distance » les troubles en Asie occidentale et en Afrique du Nord dans ces années-là, et qui a dirigé les « révolutions des couleurs », qui a laissé de nombreux pays sans paix pendant longtemps.

Dans ce monde, les États-Unis, sous couvert d'« humanitarisme », utilisent le bâton de l'hégémonie pour semer le désordre, ce qui conduit à des catastrophes humanitaires. La recherche sur le projet « Les coûts de la guerre » du Watson Institute of International and Public Affairs de l'Université Brown a révélé que depuis 2001, les États-Unis ont mené des opérations antiterroristes dans 80 pays à travers le monde et que le coût de ces guerres a dépassé 6 400 milliards de dollars. Plus de 800 000 personnes sont mortes des suites des violences de guerre directe, dont environ 335 000 civils, et le nombre de morts indirectes pourrait être plusieurs fois plus élevé. Environ 21 millions de personnes en Afghanistan, en Irak, en Syrie et dans d'autres pays ont été déplacées ou vivent dans des conditions extrêmement précaires. Face à une telle perte de vies et de biens, comment calculer et rembourser cette lourde note ?

Isolés dans leur tour d'ivoire, certains politiciens américains sont pleins de prétention et d'arrogance. Ils utilisent souvent l'ingérence dans les affaires intérieures d'autres pays et les guerres d'exportation pour répondre aux besoins politiques intérieurs des États-Unis. Ils ont l'illusion de maintenir l'hégémonie en intervenant et en « réformant » d'autres pays, devenant le plus grand facteur d'instabilité pour la sécurité politique mondiale. Stephen Waterheim, directeur adjoint de l'Institut de stratégie nationale de l'Université Quincy, estime que la stratégie consistant à faire passer l'armée au premier plan après la guerre froide a fait des États-Unis un pays avec un rôle destructeur dans le monde.

Partout, l'ingérence brutale des États-Unis dans les affaires intérieures d'autres pays s'accumule et suscite la colère du public.

Le Centre de recherche sur les politiques arabes, dont le siège est à Doha, la capitale du Qatar, a récemment annoncé les résultats d'un sondage. Plus de 70% des Arabes interrogés sont en désaccord avec la politique américaine à l'égard de la Palestine, de la Syrie, de l'Irak, de la Libye et du Yémen. 81% des personnes interrogées estiment que la politique américaine au Moyen-Orient constitue une menace pour la sécurité et la stabilité régionales. Constance Steelzenmiller, chercheuse principale au Centre américano-européen de la Brookings Institution, a quant à elle souligné qu'« au cours des 30 dernières années, nous avons assisté à une série d'échecs moraux, diplomatiques et militaires des États-Unis ». En fait, il y a près d'un demi-siècle déjà, en réfléchissant sur la relation entre l'« épée » et la « charrue », le général Maxwell Taylor avait averti que les États-Unis « couraient un risque sérieux de laisser leur système démocratique être détruit par leurs propres atrocités ».

La tendance générale de l'histoire et la tendance de l'époque sont inarrêtables. Certains politiciens américains, aveuglés par leur arrogance et leurs préjugés, perdent leur sens des réalités. Il y a un esprit de justice dans le monde et aucun acte pervers ne pourra gagner le cœur des gens. Aucun acte pervers ne peut gagner le cœur des gens. Tout acte qui porte atteinte à la sécurité politique mondiale se retournera contre son auteur. Quiconque persiste dans l'hégémonie, l'intimidation ou la domination finira immanquablement par en payer le prix du sang. Le développement pacifique et la coopération gagnant-gagnant sont la seule bonne voie dans le monde.

( Par Zhong Sheng, Zhong Sheng est un pseudonyme souvent utilisé par le Quotidien du Peuple pour exprimer son point de vue sur la politique étrangère)

(Rédacteurs : Yishuang Liu)

_____________________


En brandissant le gros bâton des sanctions, les États-Unis menacent la sécurité économique mondiale

le Quotidien du Peuple en ligne | 30.10.2020 11h15
http://french.peopledaily.com.cn/Horizon/n3/2020/1030/c31362-9775011.html

Le jeu à somme nulle n'a pas d'issue et il n'y a pas de marché pour la pensée hégémonique. Les États-Unis s'opposent à la tendance générale de la mondialisation économique, agissent obstinément comme une pierre d'achoppement au développement de l'économie mondiale et menacent frénétiquement la sécurité économique mondiale, suscitant le dégoût des gens.

Dans la dernière édition de son rapport sur les Perspectives de l'économie mondiale, le Fonds monétaire international a souligné qu'en 2020, l'économie mondiale est entrée dans une profonde récession, avertissant que des restrictions accrues au commerce et aux investissements et la montée des incertitudes géopolitiques nuiront toutes à la reprise économique. Cependant, même à un moment aussi critique lié au développement mondial, les États-Unis poursuivent toujours une politique économique et commerciale du chacun pour soi, s'engagent vigoureusement dans le protectionnisme et l'unilatéralisme, et brandissent le gros bâton des sanctions, menaçant gravement la sécurité économique mondiale.

Ces dernières années, les États-Unis ont fréquemment provoqué et intensifié unilatéralement des frictions économiques et commerciales, utilisé les droits de douane comme une arme, sapé le processus de libéralisation et de facilitation du commerce et des investissements et engendré des coûts élevés pour l'économie mondiale. Environ 3 400 entreprises américaines, notamment le fabricant de voitures électriques Tesla, ont récemment poursuivi le gouvernement américain pour avoir imposé des droits de douane à la Chine, arguant que le mépris des faits et les politiques tarifaires erratiques des États-Unis ont augmenté les coûts commerciaux et provoqué de graves pertes économiques, exigeant que le gouvernement américain rembourse les taxes acquittées. Il s'agit ni plus ni moins que d'une accusation contre les actions préjudiciables de Washington contre les autres. Les faits ont montré que les États-Unis réclament un « découplage », construisent des barrières élevées, imposent des droits de douane et se livrent à des violations des lois économiques qui ont ralenti le rythme de la reprise économique mondiale. Selon les « Perspectives et données du commerce mondial » publiées par l'Organisation mondiale du commerce, le commerce mondial des marchandises a baissé de 0,1% en 2019, et les tensions commerciales en sont l'une des principales raisons.

Les États-Unis imposent depuis longtemps des sanctions unilatérales et recourent à une certaine « juridiction à bras long » contre d'autres pays conformément à leurs lois nationales. Même les entreprises de pays a priori alliés de Washington, comme les Japonais de Toshiba, les Allemands de Siemens et les Français d'Alstom, ont été les cibles de leurs actes de « piraterie contemporaine ». Le haut représentant de l'Union européenne pour la politique étrangère et de sécurité, Josep Borell, a récemment publié une déclaration indiquant que les États-Unis imposaient de plus en plus de sanctions ou menaçaient de sanctions les projets de gazoduc « North Stream-2 » et « Turkish Stream ». L'Union européenne s'oppose aux sanctions imposées par des pays tiers aux entreprises européennes exerçant des activités légitimes, estimant que l'application extra-territoriale de sanctions viole le droit international. La communauté internationale est de plus en plus consciente que ce que l'on appelle la « juridiction à bras long » des États-Unis est une logique hégémonique de prétention et d'égoïsme. Si on laisse porter atteinte aux droits et intérêts légitimes d'autres pays et fouler aux pieds le droit international et les normes fondamentales des relations internationales, le résultat final entravera inévitablement le développement commun de tous les pays.

À l'heure actuelle, les États-Unis continuent de généraliser le concept de « sécurité nationale », essayant de lancer une « guerre froide technologique », abusant de leur pouvoir national pour persécuter des entreprises technologiques spécifiques dans d'autres pays, et même continuant à organiser de vilains jeux de supercherie, menaçant gravement le rôle de l'innovation en tant que premier moteur du développement. Il est particulièrement important de noter que les États-Unis violent les principes de l'économie de marché et les principes d'ouverture, de transparence et de non-discrimination de l'OMC, confinant et réprimant frénétiquement des entreprises chinoises spécifiques dans le but de couper artificiellement les flux de capitaux, de technologies, de produits, d'industries et de personnes dans le monde, causant de graves dommages. La chaîne d'approvisionnement de la chaîne industrielle mondiale est stable. La Commission fédérale des communications américaine a calculé que le remplacement des équipements Huawei et ZTE coûterait à certaines petites entreprises de communication américaines plus de 1,8 milliard de dollars américains. Les États-Unis continuent pourtant d'exercer des pressions politiques sur d'autres pays, les obligeant à cesser d'utiliser les équipements des entreprises chinoises même s'ils paient le prix du retard de la construction et du développement économique de la 5G. De toute évidence, les États-Unis font du tort à autrui et se désavantagent eux-mêmes, et ils n'ont aucune considération pour la sécurité économique mondiale.

En tant que première économie mondiale et pays qui contrôle la monnaie mondiale, le dollar américain, les États-Unis auraient dû présenter une image telle que « plus les capacités sont grandes, plus les responsabilités le sont » dans le monde. Mais au contraire, les États-Unis ont abusé à plusieurs reprises de leur pouvoir économique et de l'hégémonie du dollar américain, et ont pris des mesures coercitives unilatérales telles que des blocus économiques et des sanctions financières contre d'autres pays, portant gravement atteinte à la capacité des pays sanctionnés à développer leur économie et à améliorer les moyens de subsistance des populations. Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodríguez Parilla, s'est récemment plaint qu'à la date de mars 2020, le blocus américain de Cuba au cours des 60 dernières années a causé des pertes cumulées de plus de 144,4 milliards de dollars à Cuba ; si l'on tient compte de la dévaluation du dollar américain par rapport au prix de l'or sur le marché international, ce chiffre a dépassé 1 000 milliards de dollars a causé un lourd fardeau à Cuba. Même pendant l'épidémie de COVID-19, les États-Unis ont continué d'annoncer des sanctions unilatérales contre la Syrie, Cuba, l'Iran et d'autres pays. Il est évident pour tous que la dépendance aux sanctions est devenue un fléau majeur des États-Unis qui menace la sécurité économique mondiale.

Il convient de souligner que l'épidémie de COVID-19 qui sévit actuellement pose de graves problèmes au développement économique mondial et que tous les pays ont un besoin urgent d'unité, de coopération et d'actions coordonnées. Le jeu à somme nulle n'a pas d'issue et il n'y a pas de marché pour la pensée hégémonique. Les États-Unis s'opposent à la tendance générale de la mondialisation économique, agissent obstinément comme une pierre d'achoppement au développement de l'économie mondiale et menacent frénétiquement la sécurité économique mondiale, suscitant le dégoût des gens. Ceux qui violent la moralité s'aliéneront le cœur des gens et les intimidations sont vouées à l'échec.

(Par Zhong Sheng - Zhong Sheng est un pseudonyme souvent utilisé par le Quotidien du Peuple pour exprimer son point de vue sur la politique étrangère)


Edité le 31-10-2020 à 07:25:31 par Xuan


Xuan
   Posté le 31-10-2020 à 15:38:14   

La peste ou le choléra

Les élections aux USA vont se conclure dans quelques jours, bien qu'elles puissent être remises en cause et ce ne serait pas étonnant vu la tournure qu'elles ont pris.
La Chine ne fait pas de différence importante entre l'un et l'autre, du point de vue de leur politique extérieure, antichinoise en particulier.

Les deux articles précédents montrent que l'hégémonisme et son cortège d'ingérences et d'agressions ne datent pas de Trump, et qu'il n'est pas le fait exclusif des républicains.
Ceci tranche avec chroniques des dernières années, où la collaboration avec les USA était valorisée et associée à l'avenir commun de l'humanité.
Cet avenir commun reste d'actualité mais temporairement, la fin et les soubresauts de l'hégémonisme le retardent. Par la même occasion le courant libéral en Chine et dans le PCC a dû faire profil bas.
Un article de Global Times se conclut ainsi :


"La victoire de quel candidat est meilleure pour la Chine? Fondamentalement, ils sont tout aussi mauvais pour la Chine. Ce n'est pas un ton officiel. C'est la vérité. Regardez à quel point les médias traditionnels comme le New York Times et CNN ont été vicieux envers la Chine, même s'ils sont tous de fervents partisans du Parti démocrate. Les Chinois ne peuvent pas du tout les distinguer de Trump, Mike Pence et Mike Pompeo. La Chine ne peut pas compter sur les États-Unis pour trouver sa meilleure nature. L'essentiel de l'attitude américaine envers la Chine ne peut être façonné que par nous-mêmes."

A n'en pas douter, non seulement aux USA mais aussi en France, la social-démocratie est en mode insomnie et espère beaucoup des élections.
Pour elle la réélection de Trump est la fin du monde et celle de Biden une résurrection.
Nous nous doutons bien que Biden ne renversera pas la vapeur de la politique anti-chinoise.
Par contre il pourrait se montrer beaucoup moins direct et beaucoup plus hypocrite, par exemple en améliorant les relations avec l'UE.
Cependant ces relations elles-mêmes dépendent davantage des intérêts rivaux que de la diplomatie.
En cas de victoire du candidat démocrate on peut s'attendre à ce que les sociaux-démocrates de notre pays et avec eux la quasi totalité des médias plongent dans un atlantisme sans bornes.

Quoi qu'il en soit l'hégémonisme US reste l'ennemi n° 1 des peuples du monde.



Edité le 31-10-2020 à 17:32:23 par Xuan


pzorba75
   Posté le 31-10-2020 à 17:46:41   

Le pantin qui deviendra président pour 4 ans sera l'exécutant du système militaro industriel étasunien.
Pour quelles raisons objectives, ce système changerait-il de politique?
À ce jour, il assure la domination de l'impérialisme américain quasiment partout dans le monde, voire en Chine où les entreprises américaines sont nombreuses, pas pour faire du social mais d'abord et avant tout des profits.
La politique étasunienne peut évoluer pour maintenir le taux de profit de ses entreprises pour servir leurs actionnaires, soit pas la négociation et des accords commerciaux plus favorables (ce qu'a fait Trump), soit par la violence et les interventions militaires (ce qu'ont souvent fait les présidents américains aussi bien républicains que démocrates).
On peut espérer que la situation économique de la Chine, sa puissance industrielle et technologique retiendront américains les plus téméraires avant de se lancer militairement dans une guerre qui ne produira pas forcément les victoires attendues. Les guerres en cours ont montre les limites des capacités des armées américaines et les adversaires n'avaient pas et loin s'ne faut la taille et l'organisation de la Chine.
Pour mémoire et Xi l'a rappelé il y a quelques jours, les américains n'ont pas attaqué le Chine pendant la guerre de Corée, ils avaient pourtant l'appui de l'ONU et un brillantissime général qui est rentré bredouille!
Xuan
   Posté le 06-11-2020 à 17:11:43   

USA : adieu, démocratie

PUBLIÉ 4 NOVEMBRE 2020 · MIS À JOUR 5 NOVEMBRE 2020
http://www.entelekheia.fr/2020/11/04/usa-adieu-democratie/

Par Pepe Escobar
Paru sur Asia Times sous le titre Bidding farewell to America’s failed democracy

Quelles que soient les conséquences géopolitiques et géo-économiques de la spectaculaire dystopie américaine, le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine, dans leurs propres registres légèrement différents, a déjà voté sur la voie à suivre.

Voici comment j’ai défini [lien en français] ce qui est au cœur du plan quinquennal chinois 2021-2025, approuvé lors du plénum à Pékin la semaine dernière.

Voici l’interprétation standard d’un groupe de réflexion chinois. [Voir note 1]

Et voici un contexte particulièrement pertinent qui montre à quel point la sinophobie est omniprésente face à un modèle de gouvernance « made in China » extrêmement efficace. Cette étude montre comment l’histoire, la culture et les axiomes civilisationnels complexes de la Chine ne peuvent tout simplement pas s’inscrire dans la vision du monde hégémonique occidentale. [Voir note 2]

Le « secret » pas si caché du plan quinquennal 2021-2025 de la Chine – que le Global Times a décrit comme « l’autonomie économique » – est de fonder le poids géopolitique croissant de l’État-civilisation sur ses percées technologiques.

Il est essentiel que la Chine soit sur une voie « autonome », c’est-à-dire qu’elle ne dépende que très peu, voire pas du tout, d’apports étrangers. Un horizon clair – « pragmatique » – a même été fixé : 2035, à mi-chemin entre aujourd’hui et 2049. D’ici là, la Chine devrait être à égalité, voire dépasser les États-Unis en termes de puissance géopolitique, géo-économique et technologique.

C’est la raison pour laquelle les dirigeants chinois étudient activement la convergence de la physique quantique et des sciences de l’information – ce qui est considéré comme l’épine dorsale de la poussée du Made in China vers la quatrième révolution industrielle.

Le plan quinquennal indique clairement que les deux vecteurs clés sont l’intelligence artificielle et la robotique, domaine dans lesquels la recherche chinoise est déjà très avancée. Les innovations dans ces domaines donneront lieu à une matrice d’applications dans tous les domaines, des transports à la médecine, sans même parler de l’armement.

Huawei est essentiel dans ce processus en cours, car il ne s’agit pas d’un simple mastodonte de données, mais d’un fournisseur de hardware qui crée des plates-formes et l’infrastructure physique nécessaire à une foule d’entreprises pour développer leurs propres versions de villes intelligentes, de villes sûres – ou de médicaments.

Le grand capital – de l’Orient et de l’Occident – est en phase avec la direction que prend tout cela, un processus qui implique également les principaux centres des nouvelles Routes de la soie. En accord avec le scénario de la « terre d’opportunité » du XXIe siècle, le grand capital migrera de plus en plus vers l’Asie de l’Est, la Chine et ses pôles de la Route de la soie.

Cette nouvelle matrice géo-économique s’appuiera principalement sur les retombées de la stratégie « Made in China 2025 ». Un choix clair se présentera à la plus grande partie de la planète : « gagnant-gagnant » ou « jeu à somme nulle ». [3]

Les échecs du néolibéralisme
Après avoir observé le puissant affrontement, renforcé par le Covid-19, entre le paradigme néolibéral et le « socialisme avec des caractéristiques chinoises », le Sud global commence seulement à en tirer les conclusions qui s’imposent.

Aucun tsunami de propagande occidentale ne peut édulcorer ce qui est en fait un effondrement idéologique dévastateur.

L’échec du néolibéralisme dans le traitement du Covid-19 est manifeste dans tout l’Occident.

La dystopie électorale américaine est en train de sceller l’échec de la « démocratie » libérale occidentale : quel genre de « choix » offre Trump-Biden ?

Cela se produit au moment même où le « Parti communiste chinois », ultra-efficace et implacablement diabolisé, déploie sa feuille de route pour les cinq prochaines années. Washington n’est même pas capable de planifier ce qui se passera le jour suivant.

L’idée originale de Trump, suggérée par Henry Kissinger avant l’investiture de janvier 2017, était de jouer – quoi d’autre – au jeu de la division pour régner, en séduisant la Russie contre la Chine.

C’était inconcevable pour l’État profond et ses sbires Démocrates. D’où la diabolisation impitoyable de Trump qui s’en est suivie, notamment avec le Russiagate. Et puis Trump a unilatéralement choisi de sanctionner et de diaboliser la Chine quand même.

Dans l’hypothèse d’une victoire des Démocrates, le scénario se tournera vers une diabolisation de la Russie sous stéroïdes, alors même que la guerre hybride hystérique contre la Chine persistera sur tous les fronts – Ouïghours, Tibet, Hong Kong, mer de Chine méridionale, Taïwan.

Comparons maintenant tout ce qui précède avec la feuille de route russe.

Elle a été clairement énoncée dans les interventions du ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov et du président Poutine, lors des récentes discussions du Club Valdai.

Poutine a fait une affirmation clé sur le rôle du Capital, en soulignant la nécessité « d’abandonner la pratique de la consommation effrénée et illimitée – la surconsommation – au profit d’une consommation judicieuse et raisonnable, où on ne vit pas seulement pour aujourd’hui mais où l’on pense aussi à demain ».

Poutine a de nouveau souligné l’importance du rôle de l’État : « L’État est un élément nécessaire, il n’y a pas moyen […] de se passer du soutien de l’État. »

Et, de concert avec les expérimentations chinoises quotidiennes, il a ajouté qu’en fait, il n’y a pas de règles économiques gravées dans le marbre : « Aucun modèle n’est pur ou rigide, ni l’économie de marché ni l’économie planifiée aujourd’hui, mais nous devons simplement déterminer le niveau d’implication de l’État dans l’économie. Sur quoi nous fondons-nous pour prendre cette décision ? L’efficacité. Nous devons éviter d’utiliser des modèles, et jusqu’à présent, nous avons réussi à les éviter ».

Poutine, pragmatique, a défini la manière de déterminer le rôle de l’État comme « une forme d’art ».

Et il a donné l’exemple suivant : « En maintenant l’inflation un peu plus élevée, il sera plus facile pour les consommateurs et les entreprises russes de rembourser leurs emprunts. C’est économiquement plus sain que les politiques déflationnistes des sociétés occidentales ».

Conséquence directe des politiques pragmatiques de Poutine – qui comprennent des programmes sociaux de grande envergure et de vastes projets nationaux – l’Occident ignore que la Russie pourrait bien être en passe de dépasser l’Allemagne en tant que cinquième économie mondiale.

En fin de compte, le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine offre, en particulier aux yeux du Sud global, deux approches radicalement distinctes du dogme néolibéral occidental standard. Et cela, pour l’ensemble de l’establishment américain, est inconcevable.

Ainsi, quel que soit le résultat du « choix » Trump-Biden, le conflit entre la puissance hégémonique et les deux principaux pays souverains ne peut que devenir plus incandescent.

Traduction Entelekheia
Photo Kalhh / Pixabay

Notes de la traduction :

[1] Résumé en quelques mots du ton de l’article du think tank chinois Center for China and Globalization donné en lien : Les USA croient, selon l’auteur, à une superstition primitive selon laquelle un système de libre marché fonde la meilleure forme de gouvernement possible, et la plus morale. Mais cela n’est pas vrai. Quarante ans de réformes en Chine ont démontré que le socialisme avec des caractéristiques chinoises donne de bien meilleurs résultats. Par exemple, selon la Banque mondiale, le PIB par habitant est passé de l’équivalent de 89,5 dollars en 1960 à 10 262 dollars en 2019, soit une multiplication par 115…
[2] Court résumé de l’essai donné en lien : La Chine est une société traditionnelle, dont la pensée et le pragmatisme s’ancrent dans ses millénaires d’histoire. Elle est avant tout préoccupée de synchroniser ses actions avec le « chemin » (tao) de la nature et le « chemin » (tao) de la vie. « Le fait est que la sagesse de son savoir hérité et de son domaine culturel, est ce qui a rendu possible le miracle économique chinois de ces 40 dernières années ».
De sorte que la Chine ne peut en aucun cas se laisser imposer le paradigme libéral occidental, selon elle parce que c’est un modèle perdant.
[3] La stratégie « gagnant-gagnant », à savoir un schéma d’échanges et de commerce où tout le monde gagne, est prônée par le président chinois Xi Jinping contre le modèle « jeu à somme nulle » des USA, dans lequel ce que l’un gagne, l’autre le perd.
Xuan
   Posté le 09-11-2020 à 19:33:21   

Biden affectera les relations de la Chine avec l'UE; 'mais ne vous inquiétez pas'


https://www.globaltimes.cn/content/1206246.shtml
Par Yang Sheng Source: Global Times Publié: 2019/11/9 20:32:37 Dernière mise à jour: 2020/11/9 20:59:37

Les actes des États-Unis en mer du sud de la Chine sont vains, tant que la Chine reste amie avec les pays de la région


Après que Joe Biden a annoncé sa victoire à l'élection présidentielle américaine, de nombreux dirigeants des grandes puissances du monde entier ont envoyé leurs félicitations, y compris des dirigeants de l'UE et de l'Inde. Les experts chinois estiment que le changement que Biden pourrait apporter aux relations internationales aura sûrement un impact sur les relations de la Chine avec les autres , mais il n'y a "pas lieu de s'inquiéter".

Pour l'Union européenne (UE), la plupart des pays s'attendent à ce que Biden répare les dommages que Donald Trump a causés à l'alliance transatlantique, et Biden continuera de contester la souveraineté de la Chine dans la mer de Chine méridionale et d'utiliser l'Inde pour contenir la Chine, mais dans quelle mesure Cela pourrait apporter des défis à la Chine dépend de la patience et de la diplomatie de la Chine, et dans certains domaines, Biden pourrait apporter des changements qui favorisent les intérêts de la Chine, ont déclaré lundi des analystes chinois.

"Bienvenue en Amérique!" est le titre utilisé par de nombreux médias américains pour les reportages sur les félicitations des dirigeants mondiaux pour la victoire de Biden. Selon le rapport de CNBC, la chancelière allemande Angela Merkel a déclaré qu'elle avait hâte de travailler avec Biden et a déclaré que la relation transatlantique était "irremplaçable".

Le président français Emmanuel Macron a écrit dans un tweet que "les Américains ont choisi leur président. Nous avons beaucoup à faire pour surmonter les défis d'aujourd'hui. Travaillons ensemble!"

Cui Hongjian, directeur du département d'études européennes de l'Institut chinois d'études internationales, a déclaré lundi au Global Times: "Ces réactions ne signifient pas nécessairement à quel point ils aiment Biden, mais reflètent que les membres de l'UE ne peuvent pas supporter L'administration Trump plus. "

Mais que pourrait faire Biden pour réparer les liens transatlantiques reste à voir, et les membres de l'UE gardent en fait un optimisme prudent, a noté Cui.

Lü Xiang, chercheur sur les études américaines à l'Académie chinoise des sciences sociales de Pékin, a déclaré qu'après la prise de fonction formelle de Biden, la question ne sera pas de savoir si les États-Unis ont de nouvelles exigences envers l'UE, mais dans quelle mesure "les États-Unis. pourrait apporter des changements ou des compromis pour satisfaire les demandes de l'UE. "

Avec une société américaine de plus en plus conservatrice, ce qui était évident lors des votes lors des élections américaines, la nouvelle administration américaine aura beaucoup de mal à faire des ajustements complets pour annuler toutes les politiques adoptées pendant le mandat de Trump, a déclaré Lü au Global Times lundi.

Jin Canrong, doyen associé de l'École d'études internationales de l'Université Renmin de Chine à Pékin, a déclaré lundi au Global Times que "le rétablissement des relations entre les États-Unis et l'UE n'est pas en contradiction avec le développement des relations Chine-UE. des relations stables entre les États-Unis et l'UE. Mais si les États-Unis et l'UE parviennent à un terrain d'entente pour contenir la Chine, la Chine ripostera sûrement. "

Ainsi, l'impact que la nouvelle administration américaine pourrait avoir sur les relations Chine-UE dépend du sang-froid et de la politique indépendante des dirigeants européens, a déclaré Jin.

Bonnes nouvelles, mauvaises nouvelles

Selon l'agence de presse Xinhua, le président chinois Xi Jinping a déclaré mercredi par vidéo lors de la cérémonie d'ouverture de la troisième exposition internationale d'importation de Chine que la Chine accélérerait les négociations sur un traité d'investissement Chine-UE.

Cui a déclaré que le traité d'investissement Chine-UE était largement impacté par l'accord commercial Chine-États-Unis de phase deux, car il couvre des questions similaires telles que les subventions aux entreprises d'État, de sorte que l'UE attendra de voir ce que l'administration Biden ferait pour réparer les États-Unis. Les relations commerciales avec l'UE et les changements qui auront lieu dans les relations commerciales entre les États-Unis et la Chine.

Apparemment, la victoire de Biden apportera plus de poids à l'UE, a noté Cui. "Dans le passé, l'unilatéralisme et le protectionnisme adoptés par l'administration Trump ont laissé l'UE avec un espace limité pour négocier. Après que Biden soit officiellement devenu président, l'UE peut utiliser les conditions et les compromis qu'elle obtient des États-Unis et de la Chine pour servir ses intérêts en ce jeu de triangle. "

Biden et ses démocrates auront plus de points communs avec les valeurs et les idéologies politiques occidentales dominantes, ils seront donc plus unis que par le passé, et la pression sur la Chine augmenterait, a ajouté Cui.

Mais d'un autre côté, Biden apportera également des changements positifs dans les domaines du commerce et de l'économie. Par exemple, sans la pression de l'administration Trump pour exhorter sans pitié les pays européens à interdire la coopération avec des entreprises chinoises, comme Huawei sur le réseau 5G, la coopération Chine-UE dans les domaines de la haute technologie et des infrastructures sera plus facile et plus fluide, ont déclaré des analystes.

Jin a déclaré que ce serait un changement positif, et les forces conservatrices de l'UE qui veulent utiliser la tentative de découplage de Trump avec la Chine pour faire pression pour le découplage Chine-UE échoueront après que Trump perdra le pouvoir, et "nous espérons que les dirigeants européens pourront maintenir leur indépendance. dans l'élaboration des politiques et prendre des décisions fondées sur les propres intérêts de l'UE lorsqu'elle coopère avec la Chine. "

Le Royaume-Uni, qui a subi d'énormes pressions de la part des États-Unis sur la question de Huawei, pourrait envisager de procéder à des ajustements sur sa politique annoncée, et la porte de nouvelles discussions est toujours ouverte du côté de la Chine, a déclaré Lü.

"Il n'est pas très réaliste de s'attendre à ce que l'administration Biden annule toutes les politiques élaborées par Trump. Il n'est donc pas très réaliste de savoir si Biden supprimera les demandes de Trump aux alliés américains d'interdire Huawei. Avant de traiter les problèmes liés à la Chine, Biden et ses homologues européens devraient travailler sur les problèmes entre eux en premier, comme les tarifs sur les importations d'automobiles fabriquées en Allemagne ", a déclaré Cui.

Sur d'autres questions comme la réforme de l'OMC, la lutte contre le COVID-19 dans le cadre de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le changement climatique, la Chine, l'UE et les États-Unis relanceront la coopération et la négociation, car ce sont tous des défis que ces grandes puissances devraient coopérer pour surmonter, ont déclaré des experts chinois.

Mais depuis que les États-Unis se sont officiellement retirés de l'Accord de Paris et ont déclaré leur décision de se retirer de l'OMS, la Chine et l'UE pourraient demander aux États-Unis de prendre des mesures concrètes pour réparer ces dommages, a noté Cui.

«Indo-Pacifique» et mer de Chine méridionale

Outre l'Europe, la transition énergétique des États-Unis pourrait également apporter des changements à la géopolitique dans les régions autour de la Chine, et les experts chinois estiment que Biden changera le nom de la «stratégie indo-pacifique» comme c'est une idée avancée par l'administration Trump, mais la nature de la stratégie américaine d'utiliser ses partenaires et alliés en Asie pour contenir la Chine ne changera pas trop.

Dans une paire de tweets publiés dimanche, le Premier ministre indien Narendra Modi a également félicité Biden et Harris. "Je suis convaincu que les liens dynamiques entre l'Inde et les États-Unis deviendront encore plus forts avec votre soutien et votre leadership", a écrit Modi.

Jin a déclaré que les États-Unis et l'Inde devenaient des semi-alliés pendant le mandat de Trump et qu'une série de documents avaient été signés, et il est peu probable que cela change.

Les États-Unis veulent que l'Inde achète plus d'armes et attire l'attention de la Chine vers l'ouest, et l'Inde veut que les États-Unis fassent pression sur la Chine de l'est afin qu'ils puissent s'attendre à un compromis de la Chine sur la question de la frontière, "alors en fait, Washington et New Delhi veulent juste d'utiliser les uns les autres, et dans un vrai combat, il n'y a pas de traité juridiquement contraignant qui puisse les obliger à se battre les uns pour les autres, et ils ne veulent pas du tout de tels liens juridiquement contraignants car ils ont tous peur d'une guerre avec la Chine, "Dit Lü.

Dans la mer de Chine méridionale, les États-Unis poursuivront leur position pour contester les revendications de souveraineté de la Chine sur les îles et récifs concernés, et les actions consistant à envoyer des navires et des avions militaires pour exécuter la soi-disant liberté de navigation se poursuivront, a déclaré Jin.

Biden pourrait revenir à l'approche utilisée par l'administration Obama - utilisant des pays de la région, comme les Philippines et le Vietnam, pour faire pression sur la Chine, mais dans quelle mesure il peut réussir dépend des liens de la Chine avec les membres de l'ASEAN dans la région, a noté Jin.

Lü a fait écho à ce point de vue, notant que tant que la Chine n'intimide pas et ne menace pas ces pays de la région et continue les négociations sur les différends de souveraineté, et continue de renforcer la coopération pragmatique et l'assistance économique, les États-Unis n'ont pas de ressources pour rompre leurs liens avec la Chine, la région les pays ne seront pas dupés et utilisés par Washington facilement.
Xuan
   Posté le 11-11-2020 à 08:44:50   

Commandant américain: les troupes doivent être prêtes pour un conflit avec la Chine

11/09/2020

http://www.defenddemocracy.press/us-commander-troops-must-be-ready-for-conflict-with-china/
Le commandant des forces aériennes américaines du Pacifique a déclaré que les aviateurs devaient être prêts à se battre

6 novembre 2020

Avec des tensions entre les États-Unis et la Chine plus élevées qu'elles ne l'ont été depuis des décennies, la rhétorique hostile des responsables militaires américains visant Pékin ne manque pas. Vendredi, le commandant des forces aériennes américaines du Pacifique a poussé les choses à un autre niveau et a déclaré que les troupes de la région devaient être prêtes pour un conflit avec la Chine .

Le général Kenneth Wilsbach a déclaré lors d'un appel en direct sur Facebook avec des aviateurs américains que la Chine était le plus grand défi pour les États-Unis dans la région. "Nous devons les défier et les concurrencer conformément à la stratégie nationale (de défense), mais nous devons également être prêts au cas où nous serions appelés à nous battre ce soir", a-t-il déclaré.

La stratégie de défense nationale de 2018 décrit le passage de l'armée américaine de la lutte contre le terrorisme au Moyen-Orient et en Afrique à une soi-disant «compétition de grande puissance» avec la Chine et la Russie.

Les tensions sont particulièrement fortes entre les États-Unis et la Chine sur la mer de Chine méridionale, où les États-Unis naviguent régulièrement sur des navires de guerre pour contester les revendications de Pékin sur les eaux. Cette année a également vu une augmentation significative des vols militaires américains dans la région.

Wilsbach a critiqué la Chine pour avoir «menacé une action» lorsque des avions et des navires militaires américains s'approchent «même pas du territoire chinois de 12 milles». Les eaux territoriales d'un pays s'étendent jusqu'à 12 milles marins en vertu du droit international.

Les États-Unis naviguent régulièrement sur des navires de guerre et font voler des avions dans la zone de 12 milles des îles Paracel, un archipel contesté que Pékin revendique dans la mer de Chine méridionale. Mais il y a également eu des rapports d'aéronefs militaires américains volant dans la zone de 12 milles de l'île chinoise de Hainan , et il n'y a pas de débat pour savoir si Hainan est ou non un territoire chinois.

Le sergent-chef en chef des Forces aériennes du Pacifique. David Wolfe a également pris la parole lors de l'appel. Wolfe a déclaré que les opérations américaines dans le sont menées pour retarder les «objectifs ultimes» de la Chine. «Si vous ne pensez pas que vous participez à un conflit, vous savez, en quelque sorte en dessous de ce niveau cinétique en ce moment - vous l'êtes», dit-il. "Vous l'êtes absolument."

Publié sur news.antiwar.com
Xuan
   Posté le 11-11-2020 à 09:15:20   

Bolsonaro saisit le prétexte d'un décès controversé pour interdire les essais d'un vaccin chinois.

COVID-19: LE BRÉSIL SUSPEND SES ESSAIS DE VACCIN CHINOIS APRÈS UN "INCIDENT GRAVE"

S.B.-E. avec AFP
Le 10/11/2020 à 11:17

https://www.bfmtv.com/sante/covid-19-le-bresil-suspend-ses-essais-de-vaccin-chinois-apres-un-incident-grave_AD-202011100146.html

Le laboratoire chinois Sinovac Biotech qui produit le vaccin CoronaVac s'est dit "confiant dans la sûreté du vaccin", affirmant que l'incident en question au Brésil était "sans rapport" avec le vaccin.
L'autorité sanitaire du Brésil a annoncé avoir suspendu les essais cliniques d'un vaccin expérimental chinois contre le coronavirus après "un incident grave" constaté chez un volontaire, mais le laboratoire chinois s'est dit ce mardi confiant dans la sûreté de son produit.

Ce coup d'arrêt pour le vaccin CoronaVac est survenu le jour même où le géant pharmaceutique américain Pfizer a annoncé que son vaccin contre le coronavirus avait atteint une efficacité de 90%.

Des incidents pouvant inclure la mort
L'Agence de vigilance sanitaire (Anvisa) du Brésil "a décidé d'interrompre l'essai clinique du vaccin CoronaVac après un incident grave" le 29 octobre, a-t-elle annoncé dans un communiqué lundi. Elle n'a pas fourni de détails sur ce qui s'est passé, mais a indiqué que ce type d'incidents pouvaient inclure la mort, des effets secondaires potentiellement fatals, une invalidité grave, une hospitalisation et d'autres "événements cliniquement significatifs". L'organisme public qui coordonne les essais vaccins au Brésil, l'Institut Butantan, s'est dit "surpris" par cette décision. Il doit donner une conférence de presse ce mardi à 14h00 GMT (15h en France).

Dans un communiqué mardi, le laboratoire chinois Sinovac Biotech qui produit le CoronaVac s'est dit "confiant dans la sûreté du vaccin", affirmant que l'incident en question au Brésil était "sans rapport" avec le vaccin. Les candidats vaccins de Pfizer et Sinovac sont en phase 3 des essais, le dernier stade avant qu'ils n'obtiennent le feu vert ou non des autorités réglementaires. Les deux sont à l'essai au Brésil, deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie, avec plus de 162.000 morts.

Pour les Américains, qui ont précommandé 100 millions de doses de vaccins de Pfizer, cela signifie que les premières vaccinations pourraient commencer avant la fin de l'année, à condition que l'innocuité soit confirmée, d'ici la semaine prochaine. Pfizer a alors prévu de déposer une demande d'autorisation à l'Agence américaine des médicaments (FDA), qui devra trancher si le vaccin est sûr et efficace.

Jair Bolsonaro rejette le vaccin chinois
Le CoronaVac a été l'objet d'une bataille politique au Brésil entre l'un de ses plus grands partisans, le gouverneur de Sao Paulo, Joao Doria, et son principal adversaire politique, le président Jair Bolsonaro. Le chef d'Etat d'extrême droite a parlé du vaccin de Sinovac en disant qu'il venait de "cet autre pays", et a plutôt promu celui développé par l'Université d'Oxford avec la société pharmaceutique britannique AstraZeneca. Le mois dernier, Bolsonaro a annulé un accord d'achat de 46 millions de doses du vaccin chinois qui avait été annoncé par son propre ministre de la Santé. Evoquant "une Chine très discréditée" car "le virus y est né", le président a assuré que son pays n'allait "pas acheter un vaccin qui n'intéresse personne".

Lundi, Joao Doria avait annoncé que les 120.000 premières doses de CoronaVac allaient arriver à Sao Paulo le 20 novembre. L'Etat de Sao Paulo a un accord avec Sinovac pour acquérir 46 millions de doses (6 millions produites en Chine, les autres au Brésil).

Suspendu pour des raisons politiques?
Dans un communiqué, le gouvernement de cet Etat "regrette d'avoir eu connaissance de la décision par la presse, au lieu d'en avoir été informé directement par l'Anvisa", et espère avec l'Institut Butantan en savoir davantage sur "les vraies raisons de la suspension".

"Les responsables du gouvernement de l'Etat craignent que Bolsonaro utilise des décisions techniques pour retarder le calendrier de vaccination pour des raisons politiques", a rapporté le journal Folha de Sao Paulo, citant des proches de Joao Doria.
Un autre candidat vaccin a été un temps suspendu: celui développé par le groupe AstraZeneca avec l'université britannique d'Oxford, à la suite de l'apparition d'une maladie chez l'un des participants. L'essai avait été suspendu mondialement le 6 septembre, mais avait repris au bout de quelques jours au Royaume-Uni et dans les semaines suivantes en Afrique du Sud, au Brésil au Japon et enfin aux Etats-Unis, les diverses autorités sanitaires estimant que le vaccin était sans danger, la maladie n'étant apparemment pas liée au vaccin.

_________________


Politique brésilienne, pression américaine probable derrière la suspension du vaccin chinois: experts

Par Xu Keyue et Hu Yuwei Source: Global Times Publié: 10/11/2020 21:28:40
sept
`` Politique intérieure, les États-Unis sont probablement derrière l'arrêt du procès ''

Le ministère chinois des Affaires étrangères, le producteur chinois de vaccins et un institut brésilien ont précisé que la décision du régulateur brésilien de la santé d'arrêter les essais d'un vaccin COVID-19 produit en Chine au Brésil n'est pas liée au vaccin lui-même, après que les médias étrangers ont déclaré que la suspension était intervenue à la suite d'un «événement indésirable grave».

Les experts chinois ont déclaré que la politisation des problèmes de vaccination par certains politiciens brésiliens en était probablement la raison. Ils ont déclaré que la question des essais de vaccins, qui est un travail qui sauve des vies au milieu de la pandémie de COVID-19, ne devrait pas être influencée par les conflits politiques brésiliens ou la pression américaine.

Ils ont souligné que le vaccin est essentiel pour lutter contre le virus, mais la suspension sans excuse raisonnable pourrait ralentir le processus de développement du vaccin.

Wang Wenbin, porte-parole du ministère, a déclaré lors d'une conférence de presse mardi que nous remarquons que l'Institut Butantan, partenaire de Sinovac Biotech en Chine au Brésil, a conclu que l '«événement indésirable» signalé qui a amené le régulateur de la santé brésilien lundi à suspendre les essais d'un Le vaccin fabriqué en Chine au Brésil n'était pas lié au vaccin produit par Sinovac.

Sinovac continuera à communiquer avec le Brésil à ce sujet, a noté Wang.

Les remarques de Wang sont intervenues après que les médias aient rapporté que le Brésil avait suspendu les essais cliniques du vaccin après un "incident indésirable" impliquant un receveur volontaire, le qualifiant de "coup dur" pour l'un des vaccins candidats les plus avancés.

Sinovac a déclaré dans un communiqué envoyé au Global Times que "nous sommes confiants dans la sécurité du vaccin", ajoutant que l'incident indésirable n'était "pas lié au vaccin".

L'institut de Sao Paulo, au Brésil, a également précisé dans un communiqué envoyé au Global Times mardi qu'il avait été "surpris" par la décision de l'Agence nationale de surveillance de la santé (Anvisa), et il enquête sur ce qui s'est passé avec les progrès des études cliniques de Coronavac.

Butantan a noté qu'il était à la disposition de l'agence de réglementation brésilienne pour fournir les clarifications nécessaires concernant tout événement indésirable que les études cliniques auraient pu présenter jusqu'à présent.

Le gouvernement de Sao Paulo a déclaré qu'il "regrette d'avoir été informé par la presse et non directement par Anvisa comme c'est normal dans les procédures cliniques de cette nature", ont rapporté les médias locaux.

Un professeur chinois d'immunologie qui a demandé l'anonymat a déclaré mardi au Global Times qu'il était trop tôt pour déterminer la cause du soi-disant effet indésirable, car il n'y avait pas d'informations détaillées sur ce que et quand l'effet était.

L '«effet indésirable» a été publié alors que le fabricant américain de médicaments Pfizer a déclaré que son candidat vaccin à ARNm est efficace à plus de 90%, ce qui, selon l'expert, est très probablement une coïncidence.

Cependant, le moment ne pouvait être exclu. Si tel est le cas, cette décision vise probablement à enduire le vaccin chinois, poussant les autorités brésiliennes à cesser de coopérer avec la Chine et à se tourner vers le vaccin fabriqué aux États-Unis, a déclaré l'expert.

Mais une telle possibilité est faible, a-t-il noté.

Jiang Shixue, directeur du Center for Latin American Studies de l'Université de Shanghai, a déclaré mardi au Global Times que, étant donné que la suspension n'est pas liée au vaccin lui-même, la décision est apparemment basée sur des préoccupations politiques.

Les médias étrangers ont rapporté que le promoteur le plus visible du vaccin chinois au Brésil est le gouverneur du grand et riche État de Sao Paulo, Joao Doria, qui se trouve également être l'un des principaux opposants à Bolsonaro.
Doria est largement citée comme une candidate probable à la réélection de Bolsonaro pour 2022, a déclaré Jiang. Il a noté que Bolsonaro avait manifestement attrapé les problèmes de vaccins dans une tempête idéologique alimentée par la course à l'élection présidentielle brésilienne de 2022.

Jiang a déclaré que la suspension pourrait être le résultat non seulement de la situation politique intérieure, mais aussi de la pression américaine.
Les médias ont déclaré que les relations américano-brésiliennes se réchauffaient après que le Brésil ait reçu un coup de pouce avec une mise à jour d'un accord commercial bilatéral existant en octobre.

Le vaccin produit en Chine pourrait être une victime car le Brésil veut flatter les États-Unis, ont noté les experts.
Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a averti le mois dernier que les États-Unis et le Brésil devaient réduire leur dépendance à l'égard des importations en provenance de Chine pour leur propre sécurité.

Anvisa a maintenu des tests après le décès d'un volontaire participant au vaccin COVID-19 développé par l'Université d'Oxford et le laboratoire AstraZeneca en raison d'effets indésirables.

Le Brésil a signalé le troisième plus grand nombre d'infections - 5 675 032 - au moment de la publication, après les États-Unis et l'Inde, selon les données de l'Université Johns Hopkins.
Xuan
   Posté le 12-11-2020 à 00:06:10   

Les régulateurs brésiliens reprennent les essais cliniques du nouveau vaccin couronne chinois


Écrit par: Gao Jiangjin
2020-11-12 01:08:01
Date de la dernière mise à jour:2020-11-12 01:14

"L' Agence brésilienne de surveillance de la santé (Anvisa) suspend les tests du biovaccin Coxing"Les derniers développements en la matière sont apparus. Le 11 novembre, heure locale, les autorités brésiliennes ont publié une déclaration sur le site officiel pour reprendre l'essai clinique du nouveau vaccin couronne au Brésil par l'Instituto Butantan des sciences et de la technologie.

Selon le communiqué, afin de respecter le principe de transparence, Anvisa a autorisé l'Institut Butantan à mener des essais cliniques sur le vaccin «CoronaVac».

Bien que le communiqué ne mentionne pas directement le nom de Kexing Biological, selon les informations publiques, le vaccin «CoronaVac» est un nouveau vaccin inactivé par la couronne développé par la société, et le Butantan Institute est responsable des essais cliniques de ce vaccin localement.

Le 9 novembre, le jour même où la société pharmaceutique américaine Pfizer a annoncé que «le nouveau candidat vaccin couronne de la société est efficace à plus de 90%», Anvisa a arrêté de toute urgence les essais cliniques du vaccin Kexing en raison de «réactions indésirables graves».

Cependant, on a appris par la suite que le soi-disant effet indésirable était la mort tragique d'un volontaire qui avait participé au test. Selon le dernier rapport de police, le défunt était un homme de 32 ans résidant à Sao Paulo. La médecine légale a confirmé que la cause du décès était un suicide.
Xuan
   Posté le 12-11-2020 à 13:54:40   

les derniers efforts de Pompeo pour discréditer la Chine ne bouleversent pas Pékin

DANIELLE BLEITRACH 12 NOVEMBRE 2020

Cet éditorial de Global Times se moque de l’attitude de Pompeo mais le fait avec hauteur. Non seulement la coalition qu’il a prétendu former face à la Chine est fragile tant les intérêts sont divergents, mais quand il veut que la Chine renonce au socialisme, il ferait mieux de s’inquiéter des bouleversements intervenus dans son propre pays. La transition dans laquelle ce dernier est entré est en train d’en finir avec la suprématie des siens.(note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireet societe)
Source: Global Times Publié le: 2020/11/11 22:58:4014
https://histoireetsociete.com/2020/11/12/les-derniers-efforts-de-pompeo-pour-discrediter-la-chine-ne-bouleversent-pas-pekin/

Dans un discours prononcé mardi au Centre pour la liberté et la démocratie de l’Institut Ronald Reagan, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré que l’administration Trump n’en avait « pas encore terminé » en matière de durcissement de la situation en Chine. Il a utilisé sa rhétorique la plus vicieuse à ce jour, accusant le Parti communiste chinois d’être un « monstre marxiste-léniniste » dont le système politique est « autoritaire, brutal ». Il semble que ce maniaque idéologique qui va perdre son emploi en tant que secrétaire d’État utilisera son ultime effort pour discréditer la Chine et façonner l’ordre du jour anti-Chine comme la marque la plus importante de son mandat.

Pompeo a admis dans son discours de mardi que son attitude envers la Chine a été formé quand il était le directeur de la Central Intelligence Agency (CIA).

Cela est conforme au jugement général, effectivement il se comporte toujours comme un directeur de la CIA. Dans la plupart des pays, les organes de renseignement convergent vers le conflit. En revanche, les services diplomatiques représentent davantage l’ouverture et l’inclusion d’un pays. Pompeo a bouleversé cet équilibre en transformant le département d’État en un ennemi frontal plus combatif et conflictuel – encore que la CIA.

Pompeo a offensé et humilié les diplomates en donnant le mauvais exemple. On peut l’appeler le « guerrier du loup no 1 » de la diplomatie mondiale. Quand il est forcé de se retirer de battre en retraite, plus ses cris sont forts et pervers, et plus ils sonnent comme des lamentations.

Pompeo est obsédé par l’idée de transformer la Chine en ennemi. Il a ajouté beaucoup de ses propres fantasmes dans la confrontation sino-américaine qu’il a créée. Selon sa description de la Chine, les deux pays auraient dû couper tout échange, et même les militaires des deux pays auraient dû se préparer à une guerre. Mais la structure des relations sino-américaines est compliquée. Tout en restant vigilants l’un contre l’autre, les deux pays ont maintenu le plus grand commerce bilatéral du monde. Beaucoup d’intérêts enchevêtrés ne peuvent pas être coupés.

Pompeo finira par être un perdant. Il appartient à une partie de l’élite dirigeante américaine qui a le plus de haine contre la Chine, ce qui détermine sa fausse représentation de la Chine et lui suggère des politiques extrêmes qui ne pourraient ne pas être largement suivies par d’autres. Une grande partie de son discours fanfaron anti-Chine est un ballon gonflé d’air et quand il s’en va, le ballon prêt à éclater, comme toutes les choses irréalistes qu’il a promu, sera pris pour ce qu’il est.

Par exemple, il a déclaré que près de 50 pays et 170 entreprises de télécommunications ont rejoint le programme Clean Network dirigé par les États-Unis qu’il a largement conçu, mais tous ces pays et entreprises forcés d’exclure les éléments de télécommunications de la Chine l’ont fait à contre coeur et avec des contrats, dans lesquels il y a suffisamment de variables pour en faire un cauchemar pour Pompeo.

L’affirmation de Pompeo selon laquelle le système politique chinois doit cesser sonne comme une volonté politique. Cependant, nous voulons lui dire que la Chine socialiste met les intérêts du peuple au centre, de sorte qu’il durera aussi longtemps que le peuple désire une vie meilleure. La Chine a survécu à beaucoup de ses adversaires politiques qui ont fui aux Etats-Unis, et Pompeo aurait la même fin s’il vit pour cet objectif.

Nous tenons à rappeler aux élites de droite, blanches, américaines que c’est leur propre pays qui est le plus susceptible de « changer de couleur » . La suprématie blanche touche à sa fin, et la connotation et la direction de la « démocratie » sont vouées à changer de forme. Mais cela n’aura rien à voir avec la Chine. Au contraire, les changements démographiques aux États-Unis continueront d’évoluer, ce qui entraînera une détérioration du système de valeurs et des intérêts existants aux États-Unis.

Si Pompeo vit plus longtemps que l’espérance de vie moyenne, il verra ce point critique dans les deux prochaines décennies où les États-Unis ne seront plus majoritairement blancs, et toutes sortes de restructurations que ce changement apportera. C’est le véritable défi politique aux États-Unis. Il devrait simplement s’occuper des affaires des États-Unis et faire face à l’équilibre politique dans lequel va l’entrainer le grand changement du pays. Affronter la Chine n’aidera pas les Etats-Unis dans cette transition.
Xuan
   Posté le 21-11-2020 à 23:52:52   

A l'occasion de l'anniversaire de la guerre de Corée, le discours de Xi Jinping est sans ambiguïté. La Chine est pacifique mais ne fléchira pas.


https://www.les-crises.fr/guerre-de-coree-xi-jinping-declare-que-la-chine-est-toujours-determinee-a-vaincre-les-envahisseurs/

« Il y a soixante-dix ans, les envahisseurs impérialistes ont ouvert le feu à la porte d’une nouvelle Chine, a-t-il déclaré. Le peuple chinois a compris qu’il fallait utiliser le seul langage que les envahisseurs peuvent comprendre – répondre à la guerre par la guerre et arrêter toute invasion par la force, en gagnant la paix et le respect par la victoire. Le peuple chinois ne créera pas de problèmes, mais n’a pas peur d’eux non plus, et quelles que soient les difficultés ou les défis auxquels nous sommes confrontés, nous ne tremblerons pas et nous ne plierons pas. »
Xuan
   Posté le 24-11-2020 à 21:15:49   

Un tournant


L’échec de Trump est une défaite face à la pandémie, aux contradictions de classes et à l’émancipation des noirs.
C’est aussi une défaite contre le multilatéralisme et contre la Chine Populaire.
Et en un sens du libéralisme face au socialisme.
Et toutes les bourgeoisies impérialistes ont bien enregistré ce coup de semonce.

La victoire de Biden ouvre une phase nouvelle de la guerre hors limites anti Chine, où les USA doivent s’entourer d’une coalition réactionnaire sous l’apparence du multilatéralisme.

Nous devons étudier avec soin ces changements auxquels notre politique nationale est liée.

On observe que, depuis le début de l’année plus particulièrement, la fachosphère a ôté son masque anti « Empire » et battu le rappel contre la Chine « communiste » de Xi Jinping.
Un discours conspirationniste s’est développé en parallèle contre la protection sanitaire du peuple, la « dictature du masque », le virus « fabriqué en Chine », reprenant mot pour mot Pompeo. Ce discours inspire il faut le dire des gilets jaunes, qui ont échoué dans leur combat sans perspective révolutionnaire contre le capital.

De son côté la social-démocratie salue avec enthousiasme le nouveau président, un « ami de la France ». Mais elle s'était déjà fait l'écho des fake news made in USA "la Chine ment", "la Chine réprime des démocrates", "la Chine massacre les Ouïgours", etc.
Le Drian a convoqué l'ambassadeur de Chine sur des prétextes ridicules, et pour finir la France a renié son engagement envers la 5G chinoise juste après la visite et les menaces de Pompeo.
Macron démontrait par là que sa troisième voie "indépendante" des grandes puissances tombait directement dans la poche de Trump.
Bien que l'intérêt bien compris des capitalistes français ne soit pas de ramper devant l'hégémonisme US, leur soutien contre la Chine est acquis dans son principe.

Dans le même temps la fascisation a progressé d’un grand pas avec la loi sur la sécurité globale, alors que les contradictions de classe sont exacerbées par la crise économique.
Ainsi les deux visages de la réaction et de l’anticommunisme peuvent se fondre dans la guerre anti chinoise sous la direction des USA.

_______________


Le soutien à la Chine contre l’hégémonisme apparaît de plus en plus une nécessité, liée à notre propre objectif d’un socialisme en France .
Les marxistes-léninistes ne doivent pas considérer ce conflit comme une guerre inter-impérialiste. Ce qui est en jeu n'est pas seulement la défense du socialisme mais la fin de l'hégémonisme US, du pilier de l'impérialisme mondial.
C'est la raison fondamentale de l'appui qu'il conserve chez ses "alliés" occidentaux, tout en les tondant comme des moutons.
Toute la bourgeoisie a parfaitement compris que la fin de ce protecteur et de son racket signifie aussi la fin de ses petits commerces crapuleux et de ses zones de non droit dans des pays du Tiers Monde.


Edité le 24-11-2020 à 23:36:23 par Xuan


Xuan
   Posté le 25-11-2020 à 13:31:19   

Continuité dans le changement


Les Etats-Unis sont «prêts à guider le monde», affirme Joe Biden

24 nov. 2020, 19:37

Source: Reuters Joe Biden présente son équipe diplomatique lors de l'annonce du 24 novembre Joe Biden a présenté l'équipe diplomatique et de sécurité nationale de son futur cabinet.

Il en a profité pour annoncer les grandes lignes de sa politique étrangère, assurant que les Etats-Unis étaient de retour. Les Etats-Unis sont «prêts à guider le monde», a affirmé Joe Biden, en présentant l'équipe diplomatique et de sécurité nationale de son futur gouvernement le 24 novembre dans son fief de Wilmington.

« C'est une équipe qui reflète le fait que l'Amérique est de retour, prête à guider le monde et pas à s'en retirer» , a-t-il affirmé, signalant le virage qu'il entend faire prendre à la politique étrangère américaine. Joe Biden a également assuré qu'il ne souhaitait pas que sous sa présidence les Etats-Unis s'engagent dans des conflits inutiles.
C'était une occasion pour le rival de Donald Trump de présenter certains membres de son futur cabinet, dont Antony Blinken, pressenti pour prendre la tête du département d'Etat américain. Joe Biden a déclaré que son futur secrétaire d'Etat pourrait reconstruire la confiance dans la diplomatie américaine. Antony Blinken a pour sa part prôné une coopération internationale pour «résoudre les problèmes du monde». «Nous ne pouvons pas résoudre seuls les problèmes du monde, nous devons travailler avec les autres pays» , a affirmé le diplomate désigné par Joe Biden, soulignant le besoin de coopération et de partenariat avec les pays étrangers.
Cap sur la lutte contre le changement climatique Joe Biden a notamment rappelé sa détermination à lutter contre le changement climatique, en présentant son futur émissaire spécial en charge de cette «menace existentielle», selon les propos du candidat démocrate, John Kerry. «Je veux être clair. Je ne sous-estime pas une seule seconde les difficultés à respecter mes engagements audacieux pour combattre le changement climatique. Mais en même temps, personne ne devrait sous-estimer une seule seconde ma détermination à le faire» , a déclaré le démocrate depuis Wilmington, dans le Delaware, en présentant l'équipe diplomatique et de sécurité nationale de son futur gouvernement.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/81047-etats-unis-sont-prets-a-guider-le-monde-selon-joe-biden?fbclid=IwAR0tZmtj03DIrGePtETblzyeZVgxPLBd6CQ8WlN4IURz75vli4qjKsNNa10
Xuan
   Posté le 26-11-2020 à 23:01:37   

Où l'administration Biden veut-elle diriger le monde?: Éditorial du Global Times


Source: Global Times Publié: 2020/11/26 17:33:15
https://www.globaltimes.cn/content/1208154.shtml


Le président élu américain Joe Biden a déclaré mardi que les Etats-Unis sont "prêts à diriger le monde, pas à s'en éloigner" tout en présentant ses équipes de politique étrangère et de sécurité nationale. Ses propos ont été largement diffusés et considérés comme une déclaration selon laquelle il apportera des changements majeurs à la diplomatie. De toute évidence, l'équipe de Biden cherchera à modifier les relations avec ses alliés pour restaurer le leadership mondial des États-Unis.

Étant donné l'insistance de l'administration Trump sur la doctrine de «l'Amérique d'abord» et les pratiques isolationnistes de se retirer de divers groupes et traités internationaux, il y aura de nombreuses façons pour Biden de restaurer le leadership mondial des États-Unis. Il ne sera pas non plus très difficile pour les États-Unis et l'Europe de créer une atmosphère plus harmonieuse que l'ère Trump. Mais l'équipe de Biden doit répondre à une question: que veulent-ils faire "diriger le monde"?

Si l'équipe de Biden veut renforcer la domination américaine sur le monde et unir les alliés contre la Chine en renforçant les relations extérieures, en particulier les relations avec les alliés pour consolider l'hégémonie américaine, elle s'écartera considérablement des tendances internationales. Ce qu'ils feront ne sera qu'une réplique du stratagème «America First».

Pour jouer un rôle de premier plan, l'équipe Biden doit d'abord aider le monde à résoudre de vrais problèmes. Il devrait donner la priorité aux questions urgentes concernant la société internationale au lieu d'attirer le monde pour répondre à ce dont l'Amérique a le plus besoin. Les dirigeants doivent apporter davantage de contributions et promouvoir le bien-être public, plutôt que de rassembler tout le monde pour des intérêts privés égoïstes.

Les États-Unis doivent vraiment aider la communauté internationale à éradiquer la pandémie du COVID-19. C'est la question la plus urgente du moment. Les politiques malavisées de l'administration Trump ont conduit la pandémie à faire rage aux États-Unis. Washington a également esquivé ses responsabilités dans la lutte mondiale contre la pandémie. Tout cela oblige le gouvernement Biden à investir des ressources pour apporter des remèdes un par un. En matière de changement climatique, la situation est similaire.

Outre la lutte contre la pandémie, un autre désir commun et écrasant de tous les pays du monde est de parvenir à un meilleur développement. Le risque de guerre ayant été considérablement réduit face à l'opposition mondiale contre la force, le développement est devenu une question plus urgente que la sécurité pour de nombreux pays. Les États-Unis doivent aider d'autres pays à créer de meilleures conditions de développement et servir de moteur. Elle ne doit pas susciter partout des conflits géopolitiques et forcer des affrontements sécuritaires qui pourraient être évités.

Les États-Unis doivent également reprendre leur soutien à la mondialisation. Il devrait consulter d’autres pays sur les règles de la mondialisation et ne pas placer avec arrogance ses propres intérêts au-dessus des intérêts communs du monde. La mondialisation a conduit à des enchevêtrements complexes et étroits liés aux intérêts nationaux et internationaux. Les États-Unis ne peuvent que «conduire le monde» à avancer sur la base de l'intégration des intérêts de tous les pays.

L'équipe de Biden sera jugée en fonction de son degré de constructivité avec la compétition sino-américaine. Les relations sino-américaines concernent la paix et la stabilité de la région Asie-Pacifique et du monde entier. Les principaux alliés américains entretiennent tous une coopération approfondie avec la Chine. Si les relations sino-américaines ne se fragmentent pas davantage, elles auront la possibilité de défendre leurs propres intérêts nationaux. Le renforcement des alliances avec les États-Unis ne signifie pas qu'ils doivent interrompre la coopération avec la Chine.

Une majorité de pays ne veut pas que le monde sombre dans une nouvelle guerre froide. L'équipe Biden doit faire face à la situation internationale - ce n'est pas la même chose qu'il y a quelques décennies. Les États-Unis devront explorer de nouvelles façons de gérer les différences, rechercher la coexistence et des stratégies gagnant-gagnant avec des pays comme la Chine et la Russie. Il doit éviter d'intensifier imprudemment la confrontation entre les grandes puissances, comme l'a fait l'administration Trump. L'Amérique doit se rendre compte qu'elle doit construire une ligne de fond pour la paix mondiale, en faisant en sorte que tous les pays se sentent assurés. En d'autres termes, un plus grand rôle des États-Unis dans le monde devrait apporter plus de paix et de prévisibilité. Il doit éviter de créer de nouvelles turbulences et des confrontations stratégiques avec le monde. Ce n'est que par cela que les propositions des États-Unis pourront être mieux acceptées.

Les États-Unis accusent souvent la Chine d'essayer de remplacer la domination des États-Unis en matière de réglementation. La Chine n'a jamais eu un tel état d'esprit à somme nulle. Avec l'expansion de l'économie chinoise, la Chine a le droit inaliénable de participer à l'élaboration des règles avec d'autres pays. Le processus de formulation des règles ne peut être exclusif. Peu importe comment cela pourrait être fait, les efforts pour isoler la Chine sont voués à être vains.
Xuan
   Posté le 04-12-2020 à 19:57:22   

Le département d'État publiera un article à la Kennan sur la Chine


12/02/2020

Par Bethany Allen-Ebrahimian http://www.defenddemocracy.press/state-department-to-release-kennan-style-paper-on-china/
17 novembre 2020

Le Bureau de la planification politique du département d'État américain est sur le point de publier un plan pour la réponse américaine à la montée de la Chine en tant que superpuissance autoritaire, a appris Axios.

Pourquoi c'est important: Le long document appelle à des alliances fortes et au rajeunissement de la démocratie constitutionnelle. Axios en a obtenu une copie .

Le document non classifié, intitulé «Les éléments du défi chinois», s'inspire d'un article influent publié en 1947 par le fondateur de l'équipe de planification politique, le diplomate américain George Kennan, dans lequel il a introduit l'idée de confinement comme stratégie pour faire face à la Union soviétique.
Détails: Le document, qui compte plus de 70 pages, examine la conduite néfaste du Parti communiste chinois et ses sources idéologiques, les vulnérabilités auxquelles la Chine est confrontée et la manière dont les États-Unis et leurs alliés devraient réagir.

«Relever le défi de la Chine exige que les États-Unis reviennent aux fondamentaux» , déclare le journal. Les États-Unis doivent élaborer «des politiques solides qui se tiennent au-dessus des querelles bureaucratiques et des batailles interinstitutions et transcendent les cycles électoraux à court terme. L’objectif primordial des États-Unis devrait être de garantir la liberté. »
Le plan directeur: Le document définit «dix tâches» que les États-Unis doivent accomplir.

> Promouvoir le gouvernement constitutionnel et la société civile au pays.
> Maintenir l'armée la plus puissante du monde.
> Renforcer l'ordre international fondé sur des règles.
> Réévaluer son système d'alliance.
> Renforcer son système d'alliance et créer de nouvelles organisations internationales pour promouvoir la démocratie et les droits de l'homme.
> Coopérer avec la Chine lorsque cela est possible et contraindre Pékin le cas échéant.
> Éduquer les Américains sur le défi chinois.
> Former une nouvelle génération de fonctionnaires qui comprennent la concurrence des grandes puissances avec la Chine.
> Réformer le système éducatif américain pour aider les étudiants à comprendre la responsabilité de la citoyenneté à l'ère de l'information complexe.
> Défendre les principes de la liberté en paroles et en actes.

Entre les lignes: Le document ne met pas en valeur l'unilatéralisme qui a caractérisé certains éléments de la politique étrangère du président Trump. Il maintient des nuances conservatrices, y compris un accent sur la liberté économique et une armée forte.

L'administration Trump «a conclu que la conduite résolue et les objectifs autoproclamés du PCC obligent les États-Unis et d'autres pays à réviser leurs hypothèses et à développer une nouvelle doctrine stratégique pour aborder la primauté et l'ampleur du défi chinois» , indique le document.
Ce qu'ils disent: «Alors que la pandémie a ouvert les yeux du monde sur le défi de la Chine, beaucoup aux États-Unis et dans d'autres pays ne parviennent toujours pas à apprécier la détermination du PCC à refaire l'ordre mondial dans sa quête de la prééminence mondiale» , un haut responsable américain. a déclaré un officiel à Axios.

Avis d'expert: "Une caractéristique unique de la note est son accent sur la façon dont la vision du monde du PCC façonne son comportement, ce qui est rare dans les documents du gouvernement américain et devrait être une plus grande partie des débats politiques américains ", a déclaré Rush Doshi, directeur de Brookings. China Strategy Initiative, qui en a révisé une copie.

Mais le document néglige principalement certains sujets clés, notamment la politique industrielle alliée, les flux de données transfrontaliers et les nouvelles coalitions technologiques, a déclaré Doshi. Et «l'économie et la technologie sont au centre de la concurrence américano-chinoise, mais elles apparaissent à peine dans les prescriptions du mémo» , a-t-il ajouté.
À noter: les arguments contenus dans le document contrastent fortement avec ceux de Kiron Skinner, ancien directeur de la planification des politiques au département d'État, qui a initialement dirigé l'effort pour formuler ce qu'elle a décrit comme un document de style Kennan axé sur la Chine.

Skinner a fait face à de vives critiques après avoir affirmé en avril 2019 que la montée en puissance de la Chine était «un combat avec une civilisation vraiment différente» et « la première fois que nous aurons un concurrent de grande puissance qui n'est pas caucasien» . Elle a quitté le département d'État quelques mois plus tard.
Le document obtenu par Axios déclare ostensiblement sur la première page que «la Chine est un défi en raison de son comportement» . Il n’exprime pas la concurrence des grandes puissances en termes civilisationnels ou raciaux.

Note de l'éditeur: Cette histoire a été mise à jour pour clarifier comment le document s'inscrit dans la politique étrangère plus large de l'administration Trump.
Xuan
   Posté le 08-12-2020 à 07:42:01   

Les États-Unis ont annoncé des sanctions contre SMIC, une entreprise chinoise qui pourrait fournir des processeurs au géant des smartphones Huawei.
Xuan
   Posté le 08-12-2020 à 07:55:33   

Pompeo condamne au nom de l'intégrisme religieux


Pompeo a publié une déclaration pour inclure la Chine sur la liste des pays qui violent la liberté religieuse
dnews
Écrit par: Nie Zhenyu
2020-12-08 10:00:02
Date de la dernière mise à jour:2020-12-08 11:36
________________________________________


Après que le département américain du Trésor a inclus 14 représentants de l'Assemblée populaire nationale chinoise sur la liste des sanctions, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a annoncé le 8 décembre que 10 pays, dont la Chine, seraient inclus dans la liste des pays qui «violent la liberté religieuse».

Pompeo a critiqué à plusieurs reprises la Chine pour "violer la liberté religieuse".
Selon un rapport de l'agence de presse satellite russe du 8 décembre, les États-Unis ont inclus 10 pays dont la Chine sur la liste des pays "violant la liberté religieuse", tandis que la Russie figurait sur la "liste de surveillance" sur le même sujet.

Pompeo a déclaré dans une déclaration écrite: "Les États-Unis ont décidé que le Myanmar, la Chine, l'Érythrée, l'Iran, le Nigéria, la Corée du Nord, le Pakistan, l'Arabie saoudite, le Tadjikistan et le Turkménistan sont conformes à la définition de l'International Religious Freedom Act de (États-Unis) de 1998 pour attirer une attention particulière. Pays parce qu'ils se livrent ou permettent des violations systématiques, continues et flagrantes de la liberté religieuse. »
7
Pompeo a souligné que "les États-Unis ont également inclus les Comores, Cuba, le Nicaragua et la Russie sur une liste de surveillance spéciale, et que leur gouvernement participe ou tolère de graves violations de la liberté religieuse".
L'agence de presse Sputnik a mentionné que la liste comprend également des organisations terroristes et extrémistes, notamment Al-Qaida et l'État islamique (ISIS), Al-Shabaab et Boko Haram.
Le 7 décembre, le département américain du Trésor vient d’annoncer des sanctions à l’encontre de 14 responsables de Pékin pour punir la «version de Hong Kong de la loi sur la sécurité nationale» de la Chine.
+ 8
Bloomberg a déclaré le 7 décembre que les 13 hommes et 1 femme dont les avoirs avaient été gelés et les déplacements interdits étaient tous vice-présidents du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale de Chine. Ces sanctions reflétaient le ciblage progressif de l'administration Donald Trump. De plus en plus de hauts fonctionnaires chinois appliquent des sanctions.
La British Broadcasting Corporation (BBC) a déclaré que les fonctionnaires sanctionnés dans ce cycle étaient tous les cadres dirigeants du deuxième plus haut niveau et ne comprenaient pas les plus hauts fonctionnaires chinois. Les analystes estiment que cela montre que Washington ne veut pas de coup dur pour les relations entre les deux pays.
Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a répondu le 7 décembre que les actions de la Chine sont légales et raisonnables et ne devraient pas être contestées. Aucun pays étranger n’a le droit de faire des remarques irresponsables ou d’intervenir. Il a également averti que la Chine continuerait de prendre des contre-mesures résolues pour sauvegarder la souveraineté nationale et les intérêts de sécurité et sauvegarder les droits et intérêts légitimes du personnel chinois.
Xuan
   Posté le 20-12-2020 à 07:08:40   

Suite à l'élargissement de la liste noire à des dizaines d'entreprises chinoises par Trump :

Les États-Unis font des erreurs de calcul stratégiques sur les questions chinoises: le FM chinois Wang Yi

Source: Global Times Publié: 2020/12/19 12:07:50
https://www.globaltimes.cn/content/1210375.shtml

Malgré les efforts sérieux de la Chine pour construire les relations sino-américaines sur la base de la coordination, de la coopération et de la stabilité, certains politiciens américains continuent de faire des erreurs de calcul stratégiques, a déclaré vendredi le conseiller d'État chinois et ministre des Affaires étrangères Wang Yi.

«Ce que nous voyons et entendons chaque jour de la part de presque tous les hauts fonctionnaires du gouvernement américain, ce sont des attaques et des accusations contre la Chine sans preuves réelles. Certaines attaques contiennent la présomption de culpabilité ou sont utilisées comme une sorte de catharsis émotionnelle », a déclaré Wang lors d'une réunion vidéo avec la US Asia Society.

Wang a déclaré que certains politiciens américains avaient fait une série de mauvais jugements stratégiques sur des questions liées à la Chine.

Ils ont négligé les vastes intérêts communs et la marge de coopération en énumérant la Chine comme un «concurrent majeur», voire une «menace».

«C'est une erreur. La Chine n'est pas une menace pour les États-Unis. Cela n'a pas été dans le passé et ne le sera pas dans le futur », a déclaré Wang.

Le dénigrement du Parti communiste chinois (PCC) découle d'un état d'esprit idéologique. En tant que principal parti chinois déterminé par la Constitution chinoise, le PCC est étroitement lié au peuple chinois et partage son destin commun. Les attaques contre le Parti équivalent à une attaque contre 1,4 milliard de Chinois et sont vouées à l'échec, a-t-il déclaré.

Ils ont également tenté de mettre la Chine à genoux en exerçant une pression extrême. La Chine a été intimidée par des puissances étrangères à travers l'histoire, mais l'ère de l'humiliation est révolue depuis longtemps. La tentative des États-Unis d'exercer un pouvoir sur la Chine ne fera qu'inciter le peuple chinois à riposter plus fermement, a-t-il déclaré.

Les tentatives américaines de créer une coalition anti-chinoise sur la scène internationale sont également erronées, a déclaré Wang. «C'est l'ère de la mondialisation, et les intérêts de tous les pays sont interdépendants», a noté Wang.

Wang a déclaré que la Chine et les États-Unis ne sont pas dans une relation de confrontation dans la région Asie-Pacifique, où les États-Unis ont des alliés, et la Chine a des partenaires. Les deux parties sont membres de la famille Asie-Pacifique et peuvent avoir un «cercle d'amis» partagé.

Wang a déclaré que la Chine respectait l'influence traditionnelle et les intérêts pratiques des États-Unis dans la région et était prête à vivre en paix avec les États-Unis, à coopérer et à faire jouer pleinement leurs forces respectives pour sauvegarder la paix et la stabilité dans la région.

Il y a de nombreux problèmes dans la région Asie-Pacifique qui doivent être résolus grâce à la coopération entre la Chine et les États-Unis, a déclaré Wang, appelant les États-Unis à ne pas provoquer les droits et intérêts légitimes de la Chine de manière militaire.

La Chine est prête à discuter avec les États-Unis d'un code de conduite pour des interactions solides et une confiance mutuelle dans la région Asie-Pacifique, a-t-il souligné.

Global Times


Edité le 20-12-2020 à 07:32:12 par Xuan


Xuan
   Posté le 20-12-2020 à 22:38:54   

Sur l'élargissement de la liste noire : https://fr.sputniknews.com/international/202012191044958486-les-etats-unis-portent-un-coup-au-cur-de-leconomie-chinoise/
marquetalia
   Posté le 28-01-2021 à 19:35:53   

Biden est encore plus menaçant contre la République populaire de Chine que ne l était Trump.
marquetalia
   Posté le 28-01-2021 à 19:38:46   

https://www.lepoint.fr/monde/mer-de-chine-premiers-avertissements-de-l-administration-biden-a-pekin-27-01-2021-2411601_24.php
Xuan
   Posté le 29-01-2021 à 14:05:08   

Biden n'a pas adressé la parole à Xi depuis qu'il est investi.
Les hauts fonctionnaires de son administration sont pour la plupart des spécialistes de la Chine et viennent de l'équipe Obama.

Sur le plan militaire, après le Liaoning et le Shandong, le troisième porte-avion 003 est en cours de construction.
En février 2020, l'agence de renseignement américaine a relevé que la marine chinoise avait ajouté plus de 100 navires de guerre en cinq ans. Le nombre de navires a atteint 350 contre 255 en 2015. Il y aura 425 navires en 2030.
Les États-Unis prévoient que d'ici 2030, le nombre total de sous-marins chinois passera à 76. En revanche, entre 2020 et 2030, la flotte sous-marine américaine est quasiment à l'arrêt, et le nombre de sous-marins de tous types a légèrement diminué de 68 à 66.
Un article de dnews :


________________________


Le dernier rapport américain parle de la marine chinoise et des forces américaines face aux défis du siècle

Écrit par: Li Ting
2021-01-29 16:41:00

Le Congressional Research Service (CRS), connu sous le nom de "U.S. Congressional Think Tank ", a publié un rapport déclarant que la marine chinoise est devenue le plus grand défi pour la marine américaine pour maintenir le contrôle du Pacifique occidental.

Selon un rapport de Voice of America du 29 janvier, le dernier rapport du CRS du Congressional Research Office américain indiquait que la marine chinoise conteste les éléments clés de la principale puissance militaire américaine à long terme dans le Pacifique occidental. C'est la première fois que la marine américaine fait face à une telle situation depuis la fin de la guerre froide.

Parlant des efforts de la Chine pour construire des porte-avions ces dernières années, le rapport estime que même si cela peut avoir une certaine valeur dans les scénarios de conflit avec Taiwan, Taiwan est déjà à portée des avions terrestres chinois. Par conséquent, la plupart des observateurs estiment qu'il pourrait montrer davantage le statut de la Chine en tant que puissance régionale de premier plan et puissance mondiale.

Le rapport analysait la force de la marine chinoise en missiles anti-navires, sous-marins, porte-avions, navires de surface et navires amphibies. Il a également comparé le nombre de navires de la marine chinoise et de la marine américaine. Le rapport indique que le nombre de navires de guerre chinois a dépassé celui de l'armée américaine et que la marine chinoise est actuellement la plus grande marine du monde.

En février 2020, l'agence de renseignement américaine a enquêté sur le fait que la marine chinoise avait ajouté plus de 100 navires de guerre en cinq ans. Le nombre de navires a atteint 350 contre 255 en 2015. Il y aura 425 navires en 2030.
Les États-Unis prévoient que d'ici 2030, le nombre total de flottes de sous-marins chinois augmentera à 76 navires. En revanche, entre 2020 et 2030, la flotte sous-marine américaine est quasiment à l'arrêt, et le nombre de sous-marins de tous types a légèrement diminué de 68 à 66.

Le rapport a également souligné que certains observateurs ont exprimé de vives inquiétudes au sujet des missiles anti-navires chinois, qui, combinés à des systèmes de surveillance et de positionnement maritimes, ont permis à la Chine d'attaquer les navires de guerre américains et les navires d'autres pays opérant dans le Pacifique occidental.
Selon le rapport, "la marine américaine n'a jamais été confrontée à la menace de missiles balistiques très précis capables de frapper des navires en mouvement en mer. Certains observateurs qualifient les missiles balistiques anti-navires d'armes" qui changent la donne ".
Les données montrent que le missile balistique anti-navire est un système de missile balistique militaire. À l'heure actuelle, il n'existe pas de système de défense antimissile embarqué capable d'intercepter simultanément un grand nombre de missiles balistiques anti-navires.
Selon des rumeurs extérieures, en août 2020, la Chine a lancé deux missiles balistiques anti-navires dans la mer de Chine méridionale et a réalisé des frappes précises sur des cibles mobiles. Selon des informations connexes, l'Armée populaire de libération a lancé le missile Dongfeng-26B depuis Qinghai, et l'autre missile Dongfeng-21D, lancé depuis Zhejiang.

Le rapport a souligné que pour le Congrès américain, la plus grande préoccupation est de savoir si la marine américaine répond de manière appropriée aux efforts de modernisation de la marine chinoise.
Le rapport mentionne que ces dernières années, la marine américaine a pris une série de mesures pour répondre à la modernisation navale de la Chine, y compris le déploiement d'une plus grande partie de sa flotte, des navires, des aéronefs et des meilleurs talents les plus avancés dans le Pacifique. Soit par les forces existantes, soit en renforçant la présence militaire dans la région, soit en renforçant la formation et les exercices, en contactant et en coopérant avec les alliés et autres marines de la région indo-pacifique, en augmentant la taille prévue de la marine, en lançant, en augmentant ou en accélérant de nombreux projets pour développer de nouveaux technologies militaires et acquérir de nouveaux navires, avions et véhicules et armes sans pilote, en commençant à développer de nouveaux concepts de combat pour contrer les forces s’opposant ou refusant l’accès dans la mer chinoise.


Edité le 29-01-2021 à 14:11:03 par Xuan


Xuan
   Posté le 03-03-2021 à 14:43:16   

Le PCC ne prend pas à la légère le risque d'une troisième guerre mondiale.
Les contradictions entre les USA et la Chine (mais aussi avec la Russie, l'Iran, etc.) deviennent antagoniques non seulement à cause du rééquilibrage et de la fin de l'hégémonie, non seulement parce que la Chine est socialiste et les USA le chef de file du capitalisme, mais parce que l'exportation des capitaux dans le pays pauvres, pour y faire un profit maximum, a plombé la balance des pays riches et détruit l'infrastructure industrielle.
Depuis 2020 les bourses atteignent des valorisations affolantes tandis que la production réelle continue de stagner. Que deviendront ces milliards de dollars si les investissements se font en d'autres monnaies ? C'est de cette inflation jamais atteinte auparavant que découle aussi le risque d'une guerre.


_________________


Xi Jinping signe un ordre de mobilisation pour les entraînements des forces armées


French.xinhuanet.com | Publié le 2021-01-04 à 18:54
http://french.xinhuanet.com/2021-01/04/c_139640846.htm

BEIJING, 4 janvier (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a signé lundi un ordre de mobilisation pour les entraînements des forces armées, le premier ordre de la Commission militaire centrale (CMC) en 2021.

Signé par M. Xi, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président de la CMC, cet ordre met l'accent sur le renforcement des entraînements militaires dans des conditions de combat réel et la compétence à gagner.

L'ordre exhorte les forces armées à renforcer les entraînements dans des conditions de combat réel afin de garantir la préparation au combat à tout moment.

Il appelle à déployer des efforts dans les opérations conjointes de combat et d'entraînements, mettant l'accent sur les entraînements sous commandement conjoint, ainsi que ceux sur l'entraînement dans tous les domaines et les services.

Il demande également que des efforts soient faits pour améliorer largement l'utilisation de la technologie dans les entraînements, et orienter ces derniers conformément à la loi.

Tous les officiers et les soldats des forces armées doivent renforcer leur volonté de combattre, améliorer leurs compétences et accomplir résolument les missions et les tâches confiées par le Parti et le peuple dans la nouvelle ère afin de saluer le centenaire du PCC avec des résultats exceptionnels, d'après l'ordre.


Edité le 03-03-2021 à 14:43:37 par Xuan


Xuan
   Posté le 09-03-2021 à 17:56:36   

Sur dnews : ... ".Selon un rapport du "Daily Mail" britannique du 8 mars, Xu Qiliang, vice-président de la Commission militaire centrale du Parti communiste chinois, a déclaré en participant aux deux sessions nationales il y a quelques jours qu'après l'ancien président américain Donald Trump était au pouvoir et l'épidémie de COVID-19, les relations entre la Chine et les États-Unis sont de plus en plus tendues, et il est difficile pour les deux parties d'échapper au «piège de Thucydides». La Chine devrait augmenter son budget de défense pour moderniser son armée et se préparer à l'inévitable guerre... "

NB : Le piège de Thucydide est, en matière de relations internationales, une situation historique qui voit une puissance dominante entrer en guerre avec une puissance émergente poussée par la peur que suscite chez la première le surgissement de la seconde.
Ce concept polémologique a été nommé par Graham T. Allison en référence à un passage de La Guerre du Péloponnèse dans lequel Thucydide considère comme un casus belli majeur – bien que non avoué – de ladite guerre du Péloponnèse l'inquiétude que développèrent les Lacédémoniens en constatant le rapide développement d'Athènes.
Pour le spécialiste américain, l'histoire du monde depuis ce conflit antique regorge d'affrontements armés déclenchés par la paranoïa d'un acteur établi face à l'hybris d'un nouveau rival et il considère que les États-Unis et la Chine, du fait du développement de cette dernière, sont d'ores et déjà, au début du xxie siècle, engagés dans une pente presque inéluctable qui les mènera à se mesurer militairement. Il expose d’ailleurs sa pensée et son concept au cours d’une conférence TedX intitulée « Une guerre entre la Chine et les États Unis est-elle inévitable ?

Voir la vidéo de Pascal Boniface sur ce thème : https://youtu.be/0-wxZz-NXmM


Edité le 09-03-2021 à 18:17:12 par Xuan


Xuan
   Posté le 12-03-2021 à 20:25:23   

L'arène politique américaine lève le boycott des Jeux olympiques d'hiver de Pékin de 2022, le Comité olympique américain envoie un signal clair


Écrit par: Chen Wei - dnews
12/03/2021 08:09:02


Face aux voix aux États-Unis appelant au boycott des Jeux olympiques d'hiver de Pékin de 2022, le Comité olympique et paralympique des États-Unis (USOPC) a donné une réponse claire, déclarant qu'il ne boycotterait pas les Jeux olympiques d'hiver de Pékin.

L'Agence France-Presse a rapporté le 11 mars que Susanne Lyons, présidente du Comité olympique et paralympique des États-Unis, a réitéré le 10 mars s'être opposée au boycott des Jeux olympiques d'hiver de Pékin 2022 parce que le boycott est invalide et que le duo le fait depuis toujours. C'est une «punition injuste» pour les athlètes qui se préparent pour les Jeux olympiques.

Lyons a déclaré: "Nous pensons que ce type de boycott est un boycott inutile, et il ne fera de mal qu'aux athlètes qui ont consacré toute leur vie à l'entraînement afin de représenter leur pays dans cette compétition." Elle a également déclaré: " Bien que nous ne l'ayons jamais fait Je ne veux pas minimiser les problèmes des droits de l'homme en Chine, mais je ne soutiendrai pas les athlètes qui boycottent cet événement. "

Dans l'histoire moderne, les États-Unis n'ont boycotté qu'un seul Jeux Olympiques, qui étaient les Jeux Olympiques d'été organisés à Moscou en 1980. La raison de la résistance était que l'Union soviétique avait envahi l'Afghanistan à ce moment-là.

Il est rapporté que le membre du Congrès américain John Katko a écrit au président américain Joe Biden en février pour exprimer son soutien au boycott des Jeux olympiques. Certains sénateurs américains ont également présenté une motion en février pour chercher à changer le pays hôte des Jeux olympiques d'hiver.

Des politiciens multinationaux appellent au boycott des Jeux olympiques d'hiver de Pékin
La Maison Blanche répond une fois de plus aux remarques de boycotter les Jeux Olympiques d'hiver, Pékin rappelle de ne pas politiser.
Un porte-parole de la Maison Blanche a déclaré que les États-Unis n'avaient pas encore pris de décision finale sur leur participation aux Jeux olympiques d'hiver de Pékin.
De plus, le président du Comité International Olympique (CIO) Thomas Bach a clairement indiqué dans une interview exclusive à l'émission "Today's Topics" de l'Union de Radiodiffusion publique allemande le 10 mars qu'il s'opposait au boycott des Jeux Olympiques d'hiver de Pékin.

Bach a déclaré: "L'histoire a montré que le boycott est une mauvaise réponse à ces problèmes. Il n'apportera aucune amélioration." Il estime que le Comité international olympique n'est "pas un gouvernement mondial" et a une influence politique limitée. Le Conseil de sécurité et les présidents de divers pays " sont incapables de résoudre le problème et le Comité international olympique ne peut pas donner de réponse. "Nous ne pouvons pas imposer nos règles à des nations souveraines en dehors du cœur des Jeux olympiques. Ce qu'il faut ici, c'est une politique, et la politique doit tirer parti de toutes les possibilités."

Lors de la conférence de presse régulière du ministère chinois des Affaires étrangères le 8 mars, le ministère chinois des Affaires étrangères s'est exprimé sur la question : «dans certains pays occidentaux, en particulier les États-Unis, il y a des discussions politiques sur l'opportunité de boycotter Pékin. Les Jeux olympiques d'hiver en raison de problèmes liés aux droits de l'homme. »
Zhao Lijian a répondu: « La Chine s'oppose fermement à la politisation du sport et à l'utilisation des droits de l'homme pour interférer dans les affaires intérieures d'autres pays. Les pays que vous avez mentionnés sont politiquement motivés pour essayer d'interférer, d'entraver, ou perturber la préparation et la tenue des Jeux olympiques d'hiver de Pékin. C'est une pratique très irresponsable. Cette pratique fait mal aux athlètes. Sans le soutien de la communauté internationale, elle est vouée à l'échec. "
Xuan
   Posté le 14-03-2021 à 00:01:02   

Des activités militaires américaines en mer de Chine méridionale en 2020 sans précédent
Tendance à se poursuivre pour le confinement maritime de la Chine: groupe de réflexion


Par Guo Yuandan et Liu Xuanzun
Publié: 12 mars 2021 16:48
https://www.globaltimes.cn/page/202103/1218193.shtml

Dans des mesures sans précédent visant à dissuader la Chine, l'armée américaine a déployé à plusieurs reprises des plates-formes d'armes stratégiques, y compris des groupes d'attaque de porte-avions, dans la mer de Chine méridionale en 2020. Il est probable qu'elle continuera à rallier les alliés et partenaires régionaux pour qu'ils s'immiscent dans les affaires régionales. et renforcer sa présence militaire frontalière, ainsi que l'intensité de son activité dans la région dans un effort de confinement maritime de la Chine, montre un récent rapport d'un groupe de réflexion axé sur la mer de Chine méridionale.

C'est la troisième année consécutive que l'Initiative de sondage stratégique de la situation en mer de Chine méridionale (SCSPI), basée à Pékin, publie des rapports sur les activités militaires américaines dans la mer de Chine méridionale, alors que l'armée américaine a augmenté la fréquence, l'intensité et la concentration des opérations dans la région ces dernières années.

Selon le SCSPI, les États-Unis ont envoyé des groupes d'attaque de porte-avions, des groupes amphibies prêts, des sous-marins à propulsion nucléaire et des bombardiers B-52H et B-1B en mer de Chine méridionale en 2020.

En termes d'échelle, de nombre et de durée d'activité, le L'intensité élevée des activités militaires américaines en 2020 est extraordinaire par rapport aux années précédentes. En raison de l'impact de la pandémie de COVID-19, elle a augmenté l'intensité et la fréquence des activités aériennes et sous-marines pour compenser le manque de force de surface et maintenir et renforcer sa présence militaire dans la région, a déclaré Hu Bo, directeur du SCSPI. Global Times avant la publication du rapport.

En juillet 2020, les États-Unis ont mené deux exercices de groupe de porte-avions à deux reprises en l'espace d'un demi-mois, ce qui est largement considéré par les analystes comme une opération rare.

Il a montré quelques nouvelles caractéristiques du déploiement de groupes de transporteurs américains dans la mer de Chine méridionale et dans les eaux environnantes, a souligné M. Hu.

«Premièrement, il était très axé sur le combat. Par exemple, le porte-avions USS Ronald Reagan s'est déplacé à plusieurs reprises vers et depuis la mer de Chine méridionale rapidement et a coordonné des attaques de flanc avec d'autres groupes d'attaque de porte-avions. Deuxièmement, les transporteurs américains ont opéré dans une zone plus large. Par exemple, le groupe de frappe porte-avions USS Theodore Roosevelt a pratiqué pour la première fois l'application opérationnelle des forces expéditionnaires près des îles Zhongsha. L'Armée de libération (PLA) près des îles Xisha et les exercices de Han Kuang par les militaires sur l'île de Taiwan » , a expliqué Hu.

Selon des statistiques incomplètes recueillies par le groupe de réflexion grâce à des informations librement disponibles, les États-Unis ont envoyé plusieurs types d'avions d'espionnage, y compris des avions de patrouille anti-sous-marins P-8A et des avions de reconnaissance électronique EP-3E, dans la mer de Chine méridionale près de mille fois. pour une reconnaissance rapprochée de la Chine.

Le groupe de réflexion a souligné que les États-Unis augmentaient considérablement la fréquence et l'intensité de leurs activités de reconnaissance chaque fois que les navires de surface de l'US Navy menaient des opérations majeures telles que les opérations dites de liberté de navigation près des îles Xisha et Nansha, ou que la Chine menait des opérations majeures. activités militaires, ce qui signifie que les États-Unis se concentrent fortement sur la coopération des forces maritimes et aériennes, a déclaré M. Hu, notant que les principaux sujets de la reconnaissance aérienne américaine comprennent les zones sensibles le long de la côte sud de la Chine, en particulier les principales installations militaires.

Les États-Unis ont utilisé de nouvelles approches de reconnaissance en 2020, notamment l'utilisation de faux codes d'identification d'aéronefs pour déguiser les avions de reconnaissance en avions de passagers civils de pays comme la Malaisie, ce qui a perturbé l'ordre de l'aviation et la sécurité des vols et a entraîné des risques majeurs pour les aéronefs civils. Les États-Unis ont également utilisé des avions de reconnaissance d'entreprises privées de défense.

Qualifiant ces mouvements d '«opérations grises», M. Hu a déclaré que les États-Unis augmentaient le risque d'erreur de jugement entre les militaires chinois et américains.

Mercredi, le département américain de la Défense a publié son rapport annuel sur la liberté de navigation pour l'exercice 2020, affirmant que l'armée américaine avait mené une soi-disant liberté de navigation dans la mer de Chine méridionale et la mer de Chine orientale, sans publier le nombre d'opérations. Les données SCSPI précédentes montrent que les États-Unis ont mené de telles opérations dans la mer de Chine méridionale cinq fois en 2018 et huit fois en 2019.

Hu a révélé qu'en 2020, l'armée américaine avait mené un grand nombre d'activités d'intrusion d'îles ou de récifs dans la mer de Chine méridionale. , et les transits du détroit de Taiwan, au nom de la "liberté de navigation" et du "survol", et ils ont marqué les chiffres les plus élevés de ces dernières années en termes de fréquence et d'intensité.

Les États-Unis ont mené neuf activités d'intrusion d'îles ou de récifs dans la mer de Chine méridionale, à savoir cinq près des îles Xisha et quatre près des îles Nansha, a détaillé Hu.

Les navires de surface américains ont également effectué 13 transits du détroit de Taiwan en 2020, a déclaré M. Hu, notant que ces mesures encourageaient les forces sécessionnistes sur l'île de Taiwan et envoyaient des signaux très dangereux aux forces de "l'indépendance de Taiwan", posant une très grande menace pour la paix et la stabilité. dans la région.

Le COVID-19 a ravagé le monde en 2020 et plusieurs navires de guerre américains ont été frappés par le coronavirus.

Bien que cela ait entraîné une diminution significative de l'échelle et du nombre d'exercices américains dans la mer de Chine méridionale, cela ne l'a pas empêché de rallier ses alliés pour la diplomatie de la canonnière. Il a mené à plusieurs reprises des exercices bilatéraux et multilatéraux avec des pays comme le Japon et l'Australie dans la mer de Chine méridionale dans le but de continuer à renforcer la présence régionale, à faire avancer la coopération militaire avec les alliés régionaux et à étendre la dissuasion militaire sur la Chine, a déclaré M. Hu.

Avec Joe Biden devenant le nouveau président américain, Hu a prédit que l'administration Biden ne changerait pas le cours de la concurrence stratégique contre la Chine, que ce soit politiquement ou militairement. Cela signifie que la tendance des tensions militaires entre les deux pays dans les régions autour de la Chine, y compris la mer de Chine méridionale, perdurera probablement, car les navires de guerre et les avions de guerre américains continueront d'entrer fréquemment dans la région pour différents types d'activités, a-t-il déclaré.

Les États-Unis rallieront également davantage leurs alliés et partenaires régionaux pour qu'ils interfèrent avec les affaires de la mer de Chine méridionale, car, bien que les États-Unis conservent toujours un avantage militaire significatif dans le monde, cet avantage se perd progressivement dans le Pacifique occidental, alors que les contre-mesures de la Chine sont en cours. grandement amélioré, a déclaré Hu.

Les provocations militaires et la dissuasion des États-Unis aggraveront sans aucun doute les tensions régionales, et sous le slogan de la concurrence des grandes puissances, l'armée américaine continuera d'augmenter l'intensité et la fréquence des opérations en mer de Chine méridionale, a prédit M. Hu. " Les seules choses qui pourraient changer sont les tactiques et les approches individuelles."
Xuan
   Posté le 16-03-2021 à 08:44:50   

Guerre hors limites : la géopolitique passe avant la santé publique


L'Occident utilise l'"arme" des vaccins pour diviser le monde dans le but de maintenir l'hégémonie

Par Wang Wenwen
Publié: 15 mars 2021 23:12
https://www.globaltimes.cn/page/202103/1218482.shtml

L'indulgence et le zèle de l'Occident à l'époque de la guerre froide se manifestent par sa politisation des vaccins. Les États-Unis, en particulier, pratiquent leur égoïsme même dans les distributions de vaccins et exploitent les vaccins comme une arme géopolitique, ce qui, par conséquent, divise le monde en deux camps - l'un représenté par des pays vaccinés avec des vaccins chinois et russes et l'autre par des États-Unis et Vaccins européens.

Depuis que les grandes puissances mondiales telles que la Chine, la Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni ont produit leurs propres vaccins, les pays occidentaux et les médias ont mis les vaccins dans deux «camps». Comme ils se vantent de leurs propres vaccins, ils remettent en question l'innocuité et l'efficacité des vaccins chinois et qualifient la Chine et la Russie de pionniers de la campagne mondiale de «diplomatie des vaccins». Le choix des vaccins par les pays est devenu la quintessence de la géopolitique mondiale.

Les vaccins Pfizer et AstraZeneca fabriqués au Royaume-Uni sont principalement utilisés aux États-Unis et dans les pays européens riches. Les vaccins chinois et russes sont utilisés par les pays en développement et à faible revenu dans certaines régions d'Asie, d'Europe, d'Afrique et d'Amérique latine. De nombreux pays européens sont hantés par un fort sentiment de nationalisme vaccinal et attendent les vaccins occidentaux, malgré le fait que les États-Unis n'ont pas encore autorisé le vaccin AstraZeneca et ne font que le stocker en réserve, tandis qu'un certain nombre de pays européens ont approuvé le vaccin AstraZeneca. mais ne l’avez pas encore. Pendant ce temps, apparemment pour des raisons politiques, le Japon attend de recevoir le vaccin Pfizer et la Corée du Sud a approuvé les vaccins AstraZeneca et Pfizer. Le ministère américain de la Santé et des Services sociaux a admis avoir utilisé "

L'Occident n'a même pas l'intention de cacher sa mentalité de petit cercle. L'UE devrait présenter mercredi une proposition visant à introduire son "passeport vaccinal" pour aider à la libre circulation au sein du bloc, qui ne sera toutefois valable qu'avec les vaccins approuvés par l'EMA, à savoir Pfizer / BioNtech, AstraZeneca, Moderna et Johnson & Johnson. Cela a été accueilli par le président serbe Aleksandar Vucic qui a déclaré que c'était une " décision mauvaise et scandaleuse ".

Comme la Serbie, de nombreux pays ne veulent pas choisir un camp dans leur choix de vaccins simplement pour répondre à l'Occident. Lorsque les pays choisissent un vaccin, ils sont censés prendre en compte des facteurs tels que la science et la sécurité publique plutôt que des éléments géopolitiques non pertinents.

Interrogé par la BBC, le Premier ministre de Singapour, Lee Hsien Loong, a déclaré: "Nous utiliserons des vaccins de n'importe quelle source. Les vaccins n'ont pas de nationalité. Est-ce bon ou n'est-ce pas bon? Est-ce que ça marche? Si c'est le cas, alors nous le ferons utilise le."

Une série d'événements montre que lorsque l'Occident ou les États-Unis dénoncent la Chine pour une certaine question, la question doit être quelque chose qu'il veut faire, a déclaré Zuo Xiying, professeur associé à l'École d'études internationales de l'Université Renmin de Chine.

"L'Occident ne voit pas les vaccins d'un point de vue professionnel et scientifique et veut maintenant utiliser ses avantages technologiques pour presser la Chine. Alors que l'Occident accuse la Chine de s'engager dans la diplomatie vaccinale, celui-là même qui veut s'engager dans la diplomatie vaccinale est l'Occident, "dit Zuo.

Ce qui est encore plus ironique, c'est que l'UE a publiquement rejeté l'approvisionnement mondial en vaccins de la Russie, mais s'est tournée vers les tirs de Spoutnik V dans les coulisses, selon les médias. De toute évidence, l'UE ne peut pas se permettre le jeu géopolitique auto-inventé impliquant les vaccins.

Étant une puissance majeure, l'offre de vaccins de la Chine à d'autres pays est hors de la responsabilité et de la moralité sans attachement politique. C'est pourquoi de nombreux pays ont accueilli et défendu les vaccins chinois. Si l'influence de la Chine se développe, c'est un résultat naturel. Il est même difficile pour les États-Unis, qui ne regardent que la concurrence géopolitique et l’intérêt personnel, de faire valoir qu’aider ceux qui en ont besoin est en soi une mauvaise chose.

Après tout, ces pays ne viennent jamais à l'esprit des États-Unis, mais uniquement pour leur propre intérêt. Les États-Unis sont un maître de la manipulation géopolitique qui utilise tout comme une arme géopolitique. Ce qu'il peut faire maintenant, c'est pleurer son déclin d'influence en raison de son égoïsme. Comme Zuo l'a noté, "America First" n'a jamais disparu.

La lutte politique provoquée par la pandémie est loin d’être terminée. D'où l'intention de l'Occident de diviser le monde avec des vaccins pour maintenir son hégémonie. Cependant, les États-Unis et le reste de l'Occident ne se retrouveront que dans un cocon auto-imposé. Imaginez, si l'approvisionnement mondial en vaccins est monopolisé par les États-Unis, combien de personnes supplémentaires mourraient? Les États-Unis s'en soucient-ils? La réponse est claire.

L'auteur est rédacteur au Global Times. wangwenwen@globaltimes.com.cn


Edité le 16-03-2021 à 08:52:12 par Xuan


Xuan
   Posté le 19-03-2021 à 15:52:05   

"DIALOGUE" CHINE USA - CHAUDE AMBIANCE EN ALASKA

extrait :
« Traiter avec la Chine doit être conduit sur la base d'un respect mutuel."
" Les États-Unis ne sont pas qualifiés pour parler avec condescendance avec la Chine ".
"Nous, la Chine, pouvons survivre."
"Vous n'êtes pas qualifié pour dire cela devant la Chine. Vous parlez à la Chine en fonction de votre force et de votre statut."


Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Parti communiste chinois chargé des affaires étrangères
Xuan
   Posté le 19-03-2021 à 18:47:30   

A noter sur le contexte de cette réunion :
le 16 mars la France, l' Allemagne et le diplomate britannique ont réaffirmé au téléphone l'importance durable de l'alliance transatlantique pour faire face aux défis de la sécurité mondiale.
Le 17 les USA ont décidé de nouvelles sanctions, à la veille de la rencontre donc.

Puis les États-Unis et le Japon ont tenu une réunion entre les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, et ont publié une « déclaration conjointe » déclarant que « les actions de la Chine sont incompatibles avec l'ordre international actuel et constituent un défi pour la communauté internationale , que «L'alliance américano-japonaise pose un défi» , et a également réaffirmé que «l'engagement de défense des États-Unis envers le Japon comprend les îles Diaoyu» . La déclaration a également exprimé des inquiétudes concernant Taiwan, les problèmes liés à Hong Kong et les problèmes liés au Xinjiang.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a fait de vives remarques contre la « déclaration conjointe » entre les États-Unis et le Japon implicant la Chine : «C'est un acte perfide, quelle que soit la vérité » .
Il a également vivement exhorté les États-Unis et le Japon à "cesser immédiatement de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, à cesser immédiatement de cibler les petits cercles chinois et à cesser immédiatement de perturber la situation globale de paix et de stabilité régionales" .

Le secrétaire d'État et secrétaire à la Défense Bulin Ken Austin est arrivé sans escale en Corée du Sud le 17. Lors de sa rencontre avec le ministre sud-coréen de la Défense Xu Xu, Austin a déclaré: «Face aux défis sans précédent de la Chine et de la Corée du Nord, l'alliance américano-coréenne du sud est devenue plus importante que jamais. » Il a également déclaré que « l'alliance des deux pays est de parvenir à la paix, la sécurité et la prospérité en Asie du Nord-Est. "

Ces préparatifs agressifs avaient pour objectif de situer les USA en position de force.
En fait leurs alliés sont incapable de prendre une initiative militaire contre la Chine, voire d'y participer, sauf de façon symbolique et dans une déclaration d'intention, ce dont la Chine est bien consciente.

Sur le plan militaire les USA savent qu'une confrontation serait très douloureuse. Xi Jinping appelle régulièrement l'armée à se tenir prête et les soldats à ne pas craindre les sacrifices. Les forces navales chinoises circulent fréquemment en mer de Chine, l'aviation tourne régulièrement autour de Taïwan y compris lors de la tempête de sable récente, effectuant des exercices à tirs réels.

Enfin sur le plan économique, la Chine a repris la course en tête depuis plusieurs mois.

D'où la "diplomatie à tête haute" , qui répond à ces préparatifs inconséquents de Biden.
Xuan
   Posté le 19-03-2021 à 19:03:21   

A propos des crimes racistes anti asiatiques aux USA :

collectif QIAO: USA, Occident, de l’assassinat à la guerre


Edité le 19-03-2021 à 19:03:53 par Xuan


Xuan
   Posté le 22-03-2021 à 08:38:00   

La tentative d'union occidentale des USA va se manifester par la visite de Blinken à Bruxelles. Elle doit être dénoncée comme une menace contre la paix.


Les États-Unis obtiendront un `` découvert stratégique '' s'ils affrontent la Chine et la Russie en même temps

L'administrateur de Biden obtiendra un `` découvert stratégique '' pour affronter deux grandes puissances nucléaires


Par Yang Sheng et Liu Caiyu
Publié: 21 mars 2021 22:37
https://www.globaltimes.cn/page/202103/1219009.shtml


Deux jours après un dialogue extrêmement intense mais impressionnant avec les États-Unis en Alaska, la Chine accueillera chez lui son partenaire stratégique proche et puissant, la Russie, pour partager des informations et renforcer la coopération alors que les experts chinois ont déclaré que l'administration Biden poussait les deux grandes puissances nucléaires à se rapprocher, ce qui obligera les États-Unis à faire face à un «découvert stratégique».

Les experts chinois ont déclaré qu'inviter la Russie à se rendre en Chine juste après la réunion d'Alaska montre que la confiance mutuelle stratégique entre Pékin et Moscou est très élevée. Alors que les relations russo-américaines deviennent tendues après que la Russie a récemment rappelé son ambassadeur aux États-Unis, la Russie doit se coordonner avec la Chine sur la façon de traiter avec les États-Unis ainsi que sur les problèmes régionaux tels que l'accord sur le nucléaire iranien, la question nucléaire de la péninsule coréenne,
À l'invitation du conseiller d'État chinois et ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie Lavrov Sergueï Viktorovitch effectuera une visite en Chine de lundi à mardi, selon le ministère chinois des Affaires étrangères.

Lorsque les ministres des Affaires étrangères chinois et russe auront leur réunion, le secrétaire d'État américain Antony Blinken se rendra à Bruxelles, en Belgique, du lundi au jeudi pour assister à une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN et dialoguer avec les dirigeants de l'UE, selon le département d'État américain.
Pendant le voyage, Blinken consultera les responsables de l'UE pour voir comment ils peuvent «travailler ensemble sur la base de nos valeurs communes pour relever les défis mondiaux qui viennent d'Iran, de Russie et de Chine» .
Certains observateurs craignent que cela n'augmente le danger d'une nouvelle guerre froide alors que les États-Unis s'associent à l'UE et la Chine est aux côtés de la Russie, mais les analystes chinois ont déclaré que la mondialisation rendait une nouvelle guerre froide très improbable, mais une concurrence de grande puissance est inévitable. Les États-Unis commettront une grave erreur s'ils choisissent d'affronter la Chine et la Russie en même temps.

Li Haidong, professeur à l'Institut des relations internationales de l'Université des affaires étrangères de Chine, a déclaré qu'il était trop tôt pour dire qu'une nouvelle guerre froide était arrivée. Cependant, cela ne peut être exclu et la possibilité augmente en raison de la politique étrangère erronée et dangereuse des États-Unis.

"Les États-Unis veulent une nouvelle guerre froide pour sévir contre leurs concurrents la Chine et la Russie, et sa politique diplomatique avec les autres grandes puissances se concentre toujours sur la confrontation, mais la Chine et la Russie veulent que les relations entre les grandes puissances soient coopératives et plus inclusives. Nous espérons que les États-Unis sont conscients du danger que cela pourrait être s'ils poursuivent leur mauvaise politique " , a déclaré Li.

Dans le passé, certains stratèges américains ont suggéré que Washington devrait amener Moscou à affronter Pékin ensemble.
Mais il semble que l'administration Biden a a abandonné toute tentative de ce type et cherche à confronter ensemble la Chine et la Russie, ont déclaré des analystes chinois, notant qu'un tel ajustement n'est qu'une autre erreur, et la bonne façon est de réinitialiser les politiques problématiques sur la Chine et la Russie pour se concentrer sur la coopération plutôt que sur la concurrence.

"Cette stratégie a fonctionné dans le passé parce que le partenariat entre la Chine et l'Union soviétique n'était pas égal, donc s'il y avait un conflit, les États-Unis pourraient l'exploiter. Mais aujourd'hui, la Chine et la Russie se traitent sur un pied d'égalité" , Yang Jin, un expert de l'Institut d'études russes, d'Europe de l'Est et d'Asie centrale de l'Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré dimanche au Global Times.
Le partenariat Chine-Russie est complémentaire, et en particulier après la pandémie, ils doivent s'entraider pour stimuler la reprise économique, a déclaré Yang, ajoutant qu'ils faisaient face à une menace commune des États-Unis, il n'y a donc aucune chance que les États-Unis puissent les diviser.

Les États-Unis commettent la même erreur que l'Union soviétique pendant la guerre froide en refusant de traiter la Chine de manière égale. L'Union soviétique a tenté d'affronter la Chine et les États-Unis en même temps, ce qui a fait échouer et finalement s'effondrer. Aujourd'hui, la Chine est de plus en plus puissante et la puissance de la Russie reste importante, de sorte que l'administration Biden pourrait faire face à un "découvert stratégique" , a déclaré Yang.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré lors d'une conférence de presse au début du mois que la Chine et la Russie continueraient de coopérer dans la lutte contre les révolutions de couleur et la désinformation et la sauvegarde de la sécurité politique ensemble en 2021.
Yang a déclaré que les révolutions de couleur concernant la Chine et la Russie étaient principalement à l'origine ou créé par les États-Unis et leurs alliés, et pas seulement à l'intérieur de la Chine et de la Russie, mais dans les pays d'Europe de l'Est, d'Asie centrale et d'Asie du Sud-Est ayant des liens étroits avec la Chine et la Russie.
<< Combattre les révolutions de couleur est une tâche importante pour la Chine et la Russie non seulement pour se protéger mais aussi pour sauvegarder la paix et la stabilité régionales. Les deux pays pourraient coopérer sur le partage de renseignements, des opérations conjointes contre les ONG occidentales illégales qui créeraient de la désinformation pour promouvoir l'instabilité, la cybersécurité et ainsi de suite » , a noté Yang.

Lavrov et d'autres délégués russes deviendront la première délégation étrangère de haut niveau à visiter la Chine en 2021, et en plus de discuter de leurs opérations conjointes pour traiter avec les États-Unis, ils discuteront également de la façon d'améliorer les relations bilatérales dans les domaines du commerce, de l'investissement, de la science et la technologie et l'armée et la sécurité, ont déclaré des experts.
<< Cette année revêt une importance capitale dans les relations sino-russes car elle marque le 20e anniversaire du Traité de bon voisinage et de coopération amicale entre la Chine et la Russie . Dans ce contexte, il est important que les deux parties intensifient la communication pour jeter les bases de la croissance des relations bilatérales cette année » , a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian lors de la conférence de presse de jeudi.
Xuan
   Posté le 26-03-2021 à 08:49:36   

Le ministre chinois de la Défense se rend en Europe pour renforcer les liens militaires, `` futurs exercices militaires conjoints, échanges probables ''

Par Liu Xuanzun
Publié: 25 mars 2021 23:00
https://www.globaltimes.cn/page/202103/1219500.shtml


Le conseiller d'État chinois et ministre de la Défense Wei Fenghe est actuellement en visite dans quatre pays européens pour renforcer la coopération avec leurs armées, à un moment où d'autres pays européens envoient des navires de guerre en mer de Chine méridionale.

Étant donné que les analystes étrangers relieront probablement les deux événements, les experts chinois ont déclaré jeudi que la Chine avait un potentiel élevé en matière de coopération militaire avec les pays européens, mais qu'elle répondrait également aux mouvements provocateurs des autres.

Wei est en visite en Hongrie, en Serbie, en Grèce et en Macédoine du Nord du mercredi au 31 mars à l'invitation des ministres de la Défense des quatre pays, a révélé le colonel Ren Guoqiang, porte-parole du ministère chinois de la Défense nationale, lors d'une conférence de presse de routine. jeudi.

La visite renforcera l'amitié traditionnelle de la Chine et la coopération pragmatique avec les autorités de défense et les armées de ces pays, poussant à un développement sain et stable des relations entre militaires, a déclaré Ren.

Les médias ont rapporté que certains membres de l'OTAN ont récemment déployé ou annoncé des plans de déploiement de navires de guerre dans la mer de Chine méridionale pour des opérations dites de liberté de navigation. Cela comprend la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni.

Les analystes étrangers auront tendance à relier la visite de Wei aux projets de ces membres de l'OTAN en mer de Chine méridionale, ont déclaré des observateurs chinois.

La visite de Wei dans les quatre pays est basée sur les bonnes relations bilatérales de la Chine avec eux, et les échanges militaires ont toujours été en cours, a déclaré jeudi Cui Hongjian, directeur du département des études européennes de l'Institut chinois des études internationales au Global Times.

Il existe un potentiel élevé de coopération militaire avec les pays européens dans les domaines de la sécurité traditionnels et non traditionnels, comme la consolidation du désarmement, la non-prolifération nucléaire, les technologies militaires avancées comme les drones et l'IA, et la cybersécurité, a déclaré Cui, notant que dans le à l’avenir, il pourrait y avoir des exercices militaires conjoints et des visites d’échange.

La coopération dans la lutte contre la pandémie de COVID-19 pourrait également être mise en avant, ont déclaré des analystes.

Certains membres de l'OTAN tentent de jouer certains rôles en matière de sécurité dans la région dite «indo-pacifique». La Chine peut réagir en s'impliquant dans les affaires de sécurité à travers l'Europe et permettre à l'OTAN de mieux comprendre la Chine en tant qu'acteur de la sécurité mondiale, a déclaré Cui.

Certaines des destinations de Wei sont également des pays membres de l'OTAN, et l'OTAN n'est pas du même avis sur la Chine, beaucoup recherchant la coopération plutôt que la confrontation, ont déclaré des analystes.

La Chine doit renforcer les échanges militaires et la coopération en matière de sécurité avec les pays européens, a déclaré Cui, notant que la marine chinoise pourrait également envoyer des navires de guerre pour mener des missions et visiter des pays amis là-bas.

"S'ils peuvent venir en mer de Chine méridionale, nous pouvons également aller en Méditerranée", a déclaré Cui.
marquetalia
   Posté le 26-03-2021 à 11:30:55   

Si la Serbie,la Grèce et la Macédoine du Nord se rapprochent de la Chine Populaire,les Etats Unis vont appuyer l irredentisme albanais contre Belgrade, Athènes et Skopje,la vallée du Presevo,pour la Serbie.dans un tel cas de figure,la Macédoine serait entièrement dépecée,la partie occidentale rattachée à la Grande Albanie,et le reste à la Bulgarie.Concernant la Hongrie,les Etats Unis ne peuvent s opposer à sa revendication de la Ruthenie subcarpathique,en Ukraine,qui est de rite calviniste,et bien que le président autoritaire magyar Victor Orban bloque l entrée de Kiev dans l Alliance atlantique.


Edité le 29-03-2021 à 15:22:19 par marquetalia


Xuan
   Posté le 28-03-2021 à 08:32:25   

Parallèlement au Xinjiang, Taïwan est sur la sellette dans la politique séparatiste des USA.
Le conflit diplomatique qui a secoué les puces de Le Drian était lié à la visite d'un parlementaire français à Taïwan.
Niall Ferguson écrit le 21 mars :

Une crise à Taiwan pourrait marquer la fin de l'empire américain

L'Amérique est un renard diplomatique, tandis que Pékin est un hérisson fixé sur la grande idée de la réunification.


.. .Peut-être que Taiwan deviendra pour l'empire américain ce que Suez était pour l'empire britannique en 1956 : le moment où le lion impérial apparut comme un tigre de papier. Lorsque le président égyptien Gamal Abdel Nasser a nationalisé le canal de Suez, le Premier ministre Anthony Eden s'est associé à la France et à Israël pour tenter de le reprendre par la force. L'opposition américaine a précipité une course à la livre et l'humiliation britannique.

Pour ma part, j'ai du mal à voir l'administration Biden répondre à une attaque chinoise contre Taiwan avec la combinaison de la force militaire et des sanctions financières envisagées par Blackwill et Zelikow. Sullivan a écrit avec éloquence sur la nécessité d'une politique étrangère que l' Amérique centrale peut soutenir. Être incendié pour Taipei ne semble pas correspondre à ce projet de loi...
Xuan
   Posté le 28-03-2021 à 23:37:52   

Le plus grand exercice de l'APL à proximité de Taïwan met en scène des bombardiers à l'est de l'île et `` bloque les interventions étrangères ''


Par Liu Xuanzun
Publié: 29 mars 2021 00:27

https://www.globaltimes.cn/page/202103/1219679.shtml

L'armée de l'air de l'Armée populaire de libération (APL) a mené une formation de patrouille au-dessus de l'île chinoise de Taiwan ce jour-là. Des avions de combat Su-35 ont survolé le canal de Bashi en formation avec les H-6K pour la première fois, ce qui marque une nouvelle percée dans les patrouilles insulaires, a déclaré Shen Jinke, porte-parole de l'armée de l'air de l'APL.

L'exercice d'avions de guerre de l'Armée populaire de libération de la Chine (APL) près de l'île de Taiwan vendredi est non seulement le plus important depuis que l'APL a commencé des exercices de routine dans la région l'année dernière, mais aussi un exercice rare qui a vu des bombardiers voler vers le côté est de l'Ile.

L'exercice à grande échelle a montré que l'APL est capable d'encercler l'île de Taiwan et de l'empêcher de recevoir des renforts étrangers, et a également envoyé un avertissement fort à l'accord de garde-côtes que les États-Unis ont signé vendredi avec l'île, ont déclaré des analystes.

Quelque 20 avions PLA, dont deux avions de guerre anti-sous-marins Y-8, un avion d'alerte rapide KJ-500, quatre bombardiers H-6K, 10 avions de combat J-16, deux avions de combat J-10 et un avion de reconnaissance Y-8 est entré vendredi dans la zone d'identification autoproclamée de défense aérienne du sud-ouest de Taiwan, ont annoncé tard dans la journée les autorités de défense de l'île.

Il s'agit du plus grand exercice aérien de l'APL depuis que les autorités de défense taïwanaises ont commencé à divulguer presque quotidiennement l'APL près de l'île l'année dernière, a rapporté Reuters vendredi.

Taiwan a une coopération plus officielle avec les États-Unis, maintenant même dans le domaine des garde-côtes, qui est une pure provocation contre le principe d'une seule Chine, a déclaré dimanche Song Zhongping, un expert militaire et commentateur de la télévision sur le continent chinois. .

Contrairement aux exercices quotidiens de l'APL qui comportent souvent un petit nombre d'avions de reconnaissance, l'exercice de vendredi mettait en vedette une grande flotte d'avions de guerre avec plusieurs types d'avions, pointant du doigt un conflit militaire potentiel contre Taïwan, a déclaré Song, notant que si cela se produisait vraiment, beaucoup plus de PLA les avions de guerre participeraient.

Selon les trajectoires de vol des avions de combat de l'APL libérés par les autorités de défense de l'île, certains bombardiers H-6K et un avion de guerre anti-sous-marin Y-8 ont traversé le canal de Bashi et ont volé vers le côté est de l'île, plutôt que seulement vers le côté ouest habituel, avant de revenir.

À partir de cette position, l'APL peut non seulement frapper des installations militaires à l'est de l'île, mais également verrouiller complètement l'île, ont déclaré des analystes.

Dans un scénario de conflit militaire, l'APL encerclera probablement l'île de Taiwan de toutes les directions avec de grandes flottes, y compris des groupes de combat de porte-avions, puis attaquera d'éventuels renforts des États-Unis et du Japon, a déclaré Song, notant que l'île est très proche. vers le continent chinois, ce qui signifie qu'il est entièrement couvert par la portée de frappe de l'APL.

L'exercice de vendredi a probablement pratiqué ce blocus, dans lequel l'APL a saisi la supériorité aérienne et le contrôle de la mer des forces de Taiwan, puis s'est défendue contre les interventions étrangères, a déclaré Song.