Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  la crise du capitalisme 

 Nouveau développement de la crise

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18426 messages postés
   Posté le 24-03-2023 à 22:51:05   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Deutsche Bank peut-il subir le sort de Credit Suisse et SVB?

Par Challenges.fr le 24.03.2023 à 21h25


La première banque allemande a tremblé sur fond de montée de la défiance dans le secteur. Christine Lagarde, Olaf Scholtz et Emmanuel Macron sont intervenus pour éteindre l'incendie. Selon le marché, Deutsche Bank à plus d'une chance sur quatre de faire faillite. Ce qui est beaucoup.
SIMON DAWSON


Après les américaines SVB et Signature Bank, l'helvète Credit Suisse, l'allemande Deutsche Bank sera-t-elle la prochaine sur la liste? L'action de cette banque a été "massacrée" en Bourse ce vendredi alors que que le rendement de sa dette Additional Tier 1 (AT1) et le coût d'assurance contre un risque de défaut de paiement (CDS) ont fortement augmenté. L'action a clôturé en baisse de 8,53% à 8,54 euros, après avoir plongé jusqu'à 14% dans la journée, enchaînant une troisième séance de baisse d'affilée à la Bourse de Francfort.

Probabilité de faille de plus de 27%

L’outil de couverture de la dette de Deutsche Bank indique désormais une probabilité de défaut de la première banque allemande de 27,4 % dans les cinq prochaines années. Cette probabilité est de 19,3 % pour Commerzbank, selon l’agence d’informations financières Bloomberg. Le coût de l’assurance en cas de défaut de paiement de la dette a augmenté pour la plupart des banques européennes, mais moins que pour Deutsche Bank. Si bien que pour Barclays et Société Générale, la probabilité de défaut se situe autour de 13 %, selon ces outils.

Face au regain de stress sur les marchés, la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde, a assuré dans la journée que les banques dans la zone euro étaient robustes et disposaient de positions solides en termes de capital et de liquidités. Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président Emmanuel Macron, réunis à Bruxelles à l'occasion d'un sommet des dirigeants de l'Union européenne, ont abondé dans le même sens. Il est vrai qu'un défaut de ce groupe bancaire serait une déflagration de premier ordre, susceptible de mettre en danger, via le "risque systémique", la solidité de l'ensemble de la zone euro. A noter que veille, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, avait réaffirmé être prête à prendre de nouvelles mesures sur les dépôts bancaires des Américains alors que l'incendie n'est pas tout à fait éteint outre-Atlantique.

La peur des investisseurs

"Il est certain que les régulateurs mondiaux et les banques centrales essaient de dissiper toutes les inquiétudes, mais je ne suis pas certain que les gens soient tout à fait convaincus", a souligné Brandon Pizzurro, directeur des investissements chez Guidestone Capital Management. "Les investisseurs ont peur, constate Céline Weill-Alliel, gérante d'Uzès Gestion, ile monde bancaire est hyper scruté et les gens ont tendance à avoir moins confiance. "Nous sommes loin d’être sortis d’affaire", prévient de son côté Fiona Cincotta, analyste de City Index. "Alors que les taux d’intérêt continuent , les craintes concernant le secteur bancaire risquent de s’accroître".

Hausse des taux déstabilisante

Le remontée des taux d'intérêts, piloté par les banques centrales au nom de la lutte contre l'inflation, est en train déstabiliser le secteur. Après la BCE et la Fed (Etats-Unis), Royaume-Uni, la Norvège ont également relevés leurs taux directeur, ce qui "augmente la pression sur les banques", selon Jochen Stanzl, analyste de CMC Markets.

UBS et Credit Suisse en forte baisse

Signe de la nervosité, l'indice mesurant la volatilité aux Etats-Unis s'affichait à 22,67 points, tandis que son équivalent européen a fini sur un bond de 15,36% à 24,88 points. Le compartiment bancaire en Europe (-3,78%) a accusé la plus forte baisse sectorielle et un troisième repli hebdomadaire consécutif (-1,58%) avec notamment Deutsche Bank qui a dévissé de 8,53%. Credit Suisse et UBS ont cédé respectivement 5,19% et 3,55%, pénalisées en outre par une information quant à une possible enquête des autorités américaines sur des aides présumées à des oligarques russes. A Paris, Crédit agricole, BNP Paribas et Société générale ont abandonné de 2,06% à 6,13%.
Avec AFP et Reuters

https://www.challenges.fr/finance-et-marche/deutsche-bank-peut-il-subir-le-sort-de-credit-suisse-et-svb_850086


Edité le 24-03-2023 à 22:51:51 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1200 messages postés
   Posté le 25-03-2023 à 16:05:20   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

On comprend mieux l'empressement des médias français sur les problèmes écologiques, la taille des bassines dans le sud-ouest et le silence complet des européistes sur le système bancaire allemand, trop souvent présenté comme la référence indépassable.
La cris est vraiment profonde et "on" creuse encore. Au secours EELV pour faire basculer la jeunesse et les étudiants dans la lutte contre le climat.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18426 messages postés
   Posté le 25-03-2023 à 17:59:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A noter : le plafond infranchissable des 3% est crevé depuis un bon moment !

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18426 messages postés
   Posté le 26-03-2023 à 14:14:48   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Voir
Les problèmes bancaires américains annoncent la fin du système de réserve en dollars



à lire sur le site pour voir les graphiques
https://histoireetsociete.com/2023/03/26/les-problemes-bancaires-americains-annoncent-la-fin-du-systeme-de-reserve-en-dollars/

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18426 messages postés
   Posté le 26-03-2023 à 23:06:34   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

SILICON VALLEY BANK, CRÉDIT SUISSE, ETC : TOUT LE SYSTÈME BANCAIRE EST INSTABLE

https://elucid.media/economie/silicon-valley-bank-credit-suisse-etc-tout-le-systeme-bancaire-est-instable/?mc_ts=crises

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18426 messages postés
   Posté le 16-06-2023 à 21:28:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Crash immobilier : les prix chutent rapidement - la plus grande vague de faillites au monde a commencé
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/other/crash-immobilier-les-prix-chutent-rapidement-la-plus-grande-vague-de-faillites-au-monde-a-commenc%C3%A9/ar-AA1cDLTr?ocid=Huawei&appid=hwbrowser&ctype=news
© Fournis par fr.investing.com
Investing.com -
Le secteur immobilier se dirige vers une crise sans précédent. Le secteur a déjà connu de nombreuses phases difficiles, mais le potentiel de krach est désormais décuplé.

Les crédits immobiliers de ces dix dernières années, accessibles à presque tout le monde, ont fait grimper les prix de l'immobilier à des niveaux insoupçonnés. Pendant cette période, des rendements élevés à un chiffre, voire à deux chiffres, ont pu être réalisés chaque année, surtout dans les agglomérations.

Mais la hausse de l'inflation et le durcissement de la politique monétaire de la BCE, la Fed & Co qui l'accompagne mettent brutalement fin à cette tendance. Les prix de l'immobilier s'effondrent dans le monde entier et c'est là où les plus grosses bulles s'étaient formées que la chute est désormais la plus brutale.

En Europe, les prix réels de l'immobilier n'ont nulle part autant chuté au quatrième trimestre par rapport à l'année précédente qu'en Suède (-13,7 %) et en Allemagne (-12,1 %). Au niveau international, les prix n'ont chuté plus fortement qu'en Nouvelle-Zélande (-16,5 %) et à Hong Kong (-15,1 %), comme le montrent les données de la Banque des règlements internationaux. Pour la première fois depuis 12 ans, les prix de l'immobilier ont chuté dans le monde entier.

Cette tendance négative devrait se poursuivre aussi longtemps que les banques centrales maintiendront des taux d'intérêt élevés pour lutter contre l'inflation.

L'institut allemand Ifo confirme la tendance à la baisse avec ses dernières prévisions concernant la construction de nouveaux logements. Alors que 295.300 logements ont été achevés l'année dernière, ce chiffre devrait chuter à 200.000 d'ici 2025. Cela est directement dû à la chute de la demande en raison des coûts élevés.

Et là où la demande s'effondre, les prix baissent également. Parallèlement, l'offre de biens immobiliers à vendre augmente, car de moins en moins de personnes peuvent se permettre le coûteux financement de suivi.

Le secteur de la construction et les banques seront touchés de la même manière par cette évolution. Ces dernières, parce que les taux de défaillance des crédits augmentent et que les garanties déposées dans les bilans doivent être corrigées en raison de la baisse de l'évaluation des biens immobiliers. C'est un signe annonciateur clair de la récession qui nous attend, car l'économie manquera d'argent pour investir. Se procurer de l'argent devient de plus en plus cher et les instituts de crédit prêtent moins pour tenir compte du risque immobilier dans leurs bilans.

Comment le gouvernement fédéral allemand parviendra-t-il dans ces conditions à atteindre son objectif de 400.000 logements par an, cela reste un mystère. Le chancelier Olaf Scholz a déclaré à ce sujet le mois dernier:

"Même si les temps sont actuellement très tumultueux en ce qui concerne cet objectif, nous n'y renonçons pas, même face à la hausse des taux d'intérêt".

Aux États-Unis, la menace d'un effondrement se dessine déjà. Les investisseurs ont acheté 48,6% de biens immobiliers en moins au premier trimestre 2023 par rapport au même trimestre de l'année précédente. Au cours de la même période, les taux d'intérêt hypothécaires à 30 ans sont passés de 3,2 pour cent à plus de 7,0 pour cent. Selon Goldman Sachs (NYSE :GS), cette situation ne changera pas de sitôt, puisque les prévisions pour 2024 font état d'un taux d'intérêt hypothécaire de 5,9 pour cent. Un niveau qui n'est pas attractif pour les investisseurs, compte tenu de la baisse continue des prix.

Afin d'éviter que le marché immobilier ne déclenche une nouvelle crise financière comme en 2007, l'autorité fédérale américaine du logement a proposé que les banques puissent récupérer les montants des paiements de crédit non effectués auprès d'un fonds fédéral. En outre, les débiteurs devraient avoir la possibilité de réduire leurs paiements hypothécaires mensuels pendant cinq ans au maximum.

A San Francisco, la situation continue de s'aggraver. Une semaine seulement après que Park Hotels & Resorts (NYSE :PK) a suspendu les paiements du crédit de 725 millions de dollars pour le Hilton San Francisco Union Square (NYSE :SQ) and Parc 55, le plus grand centre commercial de la ville a annoncé qu'il ne pourrait plus honorer le crédit de 558 millions de dollars.

La situation est similaire à New York, la ville des tours de bureaux. L'auditeur de la ville, Brad Lander, a dû inévitablement se pencher sur les conséquences de l'effondrement du marché de l'immobilier commercial. Le scénario apocalyptique qu'il a élaboré prévoit un ralentissement de 40 % de ce secteur. La perte de revenus qui en résulterait pour la ville augmenterait d'année en année et atteindrait déjà 1,2 milliard de dollars en 2027.

Mais là où il n'y a plus d'employés de bureau, l'économie locale manque également de clients, ce qui entraîne la fermeture de restaurants, de bars, de salons de manucure, etc.

Loin d'être des cas isolés, les exemples présentés sont représentatifs d'un problème systématiquement répandu dans le monde entier. Personne n'est au courant des petites faillites immobilières qui ont déjà lieu en grand nombre, car elles sont insignifiantes pour faire les bons gros titres.

Ce qui est inquiétant, c'est que l'assainissement du marché, déclenché par les taux d'intérêt élevés, ne fait que commencer.

Ce qui est fou, c'est que ce sont les taux d'intérêt élevés qui sont à l'origine de ces perturbations. Des taux qui ont dû être augmentés en raison de l'inflation élevée - une inflation qui n'est devenue un problème qu'en raison de la période beaucoup trop longue de taux bas.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18426 messages postés
   Posté le 16-06-2023 à 22:42:13   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les avoirs du Trésor américain de la Chine chutent en avril en raison des fluctuations du taux de change et de la baisse du crédit en dollars américains (expert)
Par Global Times
Publié: 16 juin 2023 16:47
https://www.globaltimes.cn/page/202306/1292712.shtml

Les avoirs du Trésor américain de la Chine ont chuté de 400 millions de dollars à 868,9 milliards de dollars en avril, continuant de maintenir leurs avoirs en dessous de 1 billion de dollars pour le 13e mois consécutif depuis avril de l'année dernière, selon les données de Treasury International Capital (TIC), système de rapport des États-Unis, publié le Jeudi (heure des États-Unis).

Le Royaume-Uni, en tant que troisième plus grand créancier des États-Unis, a également réduit ses avoirs à 680,7 milliards de dollars en avril, en baisse de 30,4 milliards de dollars par rapport au mois précédent.

Comparé à la Chine et au Royaume-Uni, le plus grand créancier des États-Unis, le Japon, a augmenté de 39,3 milliards de dollars les avoirs du Trésor américain à 1,13 billion de dollars.

"Les fluctuations à court terme des avoirs du Trésor américain ont tendance à être liées aux taux de change, mais avec la baisse de la solvabilité du Trésor américain, la forte inflation et sa non-viabilité financière, les pays créanciers ont tendance à long terme à réduire leurs avoirs", a déclaré Dong. Shaopeng, chercheur principal à l'Institut Chongyang d'études financières de l'Université Renmin de Chine, a déclaré vendredi au Global Times.

Le Japon et la Chine ont tous deux réduit la dette américaine en 2022, les données de TIC ont montré. Le Japon a réduit ses avoirs de 224,5 milliards de dollars et la Chine de 173,2 milliards de dollars.

Les experts ont noté que le déchargement des créanciers est également enraciné dans les préoccupations selon lesquelles les États-Unis ont utilisé ces dernières années le dollar, les systèmes financiers américains et les biens publics basés aux États-Unis comme des armes, et ils ont commencé à diversifier les actifs en dollars.

Avec l'approbation de l'accord sur le plafond de la dette américaine, le Trésor américain émettra une grande quantité de bons du Trésor pour reconstituer la ligne de trésorerie, et on s'attend à voir un afflux de milliards de dollars de bons du Trésor sur le marché au cours de l'année, ont rapporté certains médias.

Dong a déclaré que si les États-Unis continuaient d'émettre des bons du Trésor, le coût de leur croissance serait partagé par le monde.

"En tant que plus grande économie du monde et émetteur d'une devise internationale majeure, la position budgétaire des États-Unis et ses choix politiques ont des retombées importantes sur l'économie mondiale, et il devrait adopter des politiques budgétaires et monétaires responsables", a déclaré Wang Wenbin, porte-parole de la Chine. Ministère des Affaires étrangères, a déclaré lors d'une conférence de presse régulière le 8 juin

. La Chine exhorte les États-Unis à adopter sérieusement des politiques budgétaires et monétaires responsables, à renforcer la coordination des politiques macroéconomiques avec d'autres économies, à préserver conjointement la stabilité économique et financière internationale et à promouvoir la reprise économique mondiale, dit Wang.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  la crise du capitalisme  Nouveau développement de la criseNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum