Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Afrique en marche 

 coopération sino-africaine

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 29-11-2021 à 14:17:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Lancé en 2013, Financial Afrik est un magazine panafricain spécialisé dans l’information financière et économique, dont la direction est basée à Dakar, Douala et Lomé. Il revendique une ligne éditoriale panafricaine, et propose à ses lecteurs un site francophone (financialafrik.com) et une version anglophone (kapitalafrik.com)

Lire également sur courrierinternational

________________


Quand le succès de la Chine en Afrique dérange Paris et Washington


By
ADAMA WADE
21 NOVEMBRE, 2021


Retardée par la chute de Kaboul, la tournée africaine (Nigeria, Sénégal et Kenya) du secrétaire d’Etat américain aux affaires étrangères Antony Blinken a enfin eu lieu, parsemée de petites piques envers le géant chinois et de déclarations d’intentions. Alors que Pékin envisage des concertations concrètes sino-africaines à Dakar, Washington promeut un sommet virtuel sur les démocraties et Paris s’émeut, via son ministre des Affaires Etrangères Jean-Yves Le Drian, appelant à la création d’un « new deal » avec l’Afrique pour lequel il n’y a ni schéma ni chiffres. «Nos concurrents n’ont ni tabous, ni limites» a affirmé Jean-Yves Le Drian, en désignant la Chine et la Russie, taxées de partenaires « prédateurs ».

Une manière, vieille, pour l’Occident d’enrober ses intérêts stratégiques (sécuriser ses sources d’énergie et s’assurer l’accès aux mineras et terres rares) derrière les belles intentions civilisatrices et démocratisantes et son messianisme droit-de-lhommique.

En face, la Chine, destinataire du cinquième des exportations mondiales de matières premières, avance démasquée, le chéquier à la main. Lors du septième forum sino-africain en 2018, le président Xi Jinping avait promis 60 milliards de dollars à l’Afrique dont une ligne de crédit de 20 milliards de dollars, un fonds de 15 milliards de dollars de financement des importations africaines, 15 milliards de dollars d’aide gratuite et de prêts sans intérêts, assortis d’un engagement à annuler la dette des pays les plus pauvres, des pays insulaires et enclavés. Pendant ce temps, le locataire de la Maison Blanche traitait l’Afrique de « pays de merde » et tentait, entre autres, de mettre le Rwanda au pas pour avoir envisagé d’interdire les friperies américaines dans le cadre de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA), une loi Bill Clinton lancée en 2000 et à l’efficacité discutable.

Alors que les grandes institutions financières occidentales réduisent la voilure sur l’Afrique (Barclays, BNP Paribas), les chinoises continuent de planter leur fanion en prévision de la Route de la soie. Les entreprises de l’Empire du Milieu dominent le secteur des infrastructures où elles sont concurrencées non pas par leurs homologues d’Europe et d’Amérique mais par les groupes turcs et brésiliens. Mais si l’Occident a perdu le match sur le terrain des infrastructures et du financement, il peut toujours le gagner sur le tapis vert à travers un arbitre comme le FMI, épouvanté par l’augmentation de l’endettement des pays africains vis-à-vis de Pékin. Le Ghana a eu à s’en expliquer. Le Congo et le Mozambique aussi. Le Djibouti beaucoup plus, lui qui a vu sa dette envers le pays de Confucius passer de 50 à 85% du PIB en deux ans.

Selon le cabinet américain China Africa Research Initiative (Cari), basé à Washington, la Chine a prêté à l’Afrique un total de 125 milliards de dollars entre 2000 et 2016. C’est plus que ce que toutes les initiatives de la Banque Mondiale, du FMI et du G20 promettent à l’Afrique à longueur des forums et des initiatives. En fait, le continent africain a affaire à deux concurrents: d’abord un partenaire pragmatique, qui a une surface financière intéressante et qui ne s’embarrasse pas de principes. Puis, en face, un ancien partenaire donneur de leçons et gardien des normes financières et commerciales mondiales (qui peuvent toujours être brandies) qui prétend voler au secours de l’Afrique. Sans opter forcément pour l’un ou l’autre, à concurrence de la sauvegarde de ses intérêts, l’Afrique doit poursuivre son travail d’intégration, sa logique horizontale qui lui permettra, à travers la Zone de libre -échange continental (ZLECA), de parler d’une seule voix face aux logiques verticales de ses partenaires qui veulent la cantonner dans son rôle de réservoir de réserves pétrolières et minières et, tout au plus, d’enjeu géopolitique à l’heure où les carottes semblent cuites sur la mer de Chine. Les réactions des officiels africains sont en tout cas explicites.

La Chine offre « une grande opportunité » pour un pays ayant besoin d’infrastructures, a dit le ministre nigérian des Affaires Etrangères, Geoffrey Onyeama, en échos aux déclarations du secrétaire d’Etat américain aux Affaires Etrangères. Et d’enfoncer le clou: « Nous serions allés avec n’importe qui d’autre fournissant quelque chose à un taux compétitif pour nous ». Une déclaration à rattacher à celle du président rwandais Paul Kagame lors de la World Policy Conférence au Maroc en octobre 2019: « L’Afrique n’est le prix à gagner ou à perdre pour personne. Pas du tout (…). Il est de notre responsabilité, en tant qu’africains, de prendre en charge nos propres intérêts et de développer notre continent à son plein potentiel. En réalité, cela a toujours été la question principale. Nous avons attendu beaucoup trop longtemps, en fait pendant des siècles ».

Limités dans leurs capacité d’endettement et ne pouvant plus donner de garanties souveraines aux bailleurs occidentaux (intransigeants sur cette question), les pays africains se tournent de plus en plus vers les BRICS. Et ce ne sont pas les cris d’orfraie à propos du « piège de la dette » qui les retiendront vu que, pour le moment, les principaux « pièges » semblent être les contrats signés avec certaines multinationales du Nord à travers les zones exclusives de règlement des différends que sont les tribunaux londoniens ou américains. Le cas du dossier du « Tchad face à Glencore » est suffisamment illustrateur de la théorie du « piège de la dette », théorie nourrie par la mauvaise gouvernance de nos Etats combinée à l’appétit vorace et sans pitié des partenaires.


__________________


Voir sur France Info
https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-club-des-correspondants/le-forum-sur-la-cooperation-sino-africaine-vu-de-chine-et-d-afrique_4841995.html


Edité le 29-11-2021 à 14:22:56 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 29-11-2021 à 14:22:15   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Face à l'insécurité au Sahel : le soutien de la Chine est sollicité




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 08-06-2022 à 22:16:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

"On dit que la Chine développe un projet néo colonial en Afrique ..."

https://fb.watch/dwKC6G5zxY/

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 22-06-2022 à 17:43:22   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Jeune Afrique publie sur la dette africaine. Pendant des années ce site éreintait la Chine, mais le ton change petit à petit. Ici la parole est donnée à la Chine Populaire sur le sujet.

De Robert Kissous :
"Tout d’abord, dans la classification de la dette, la Banque mondiale n’identifie pas l’objectif de la dette, que ce soit pour soutenir la consommation, la sécurité sociale, les allocations de chômage, etc. Comme nous l’avons indiqué précédemment, l’investissement utilisé pour supprimer le goulot d’étranglement de la croissance (investissement dans la construction des infrastructures) augmentera la dette pendant la période de mise en place, mais lorsque la construction sera terminée, la capacité de remboursement du pays augmentera et la dette diminuera. Si les institutions financières internationales tenaient compte de cette nécessité d’infrastructures) des pays en développement, davantage de soutien au crédit pourrait être apporté.
Deuxièmement, la Banque mondiale calcule le montant total de la dette. Elle ne prévoit pas si la dette se transformera ou non en actif. Si la dette est utilisée pour soutenir les dépenses publiques, qu’il s’agisse des allocations de chômage ou des opérations gouvernementales, cette dette ne produira pas de valeur nouvelle. Au contraire, si l’on investit dans une infrastructure qui constituera un actif, cet actif sera rentable, donc la dette nette sera inférieure à la dette totale. "


_______________



Relations internationales : la dette chinoise et l’Afrique


https://www.jeuneafrique.com/brandcontent/1349301/relations-internationales-la-dette-chinoise-et-lafrique/?fbclid=IwAR2FzcfyXsmXg2GagBndUMHV6LVtUXHFHkq0m6NZ9GY7t54piX55ISMdx3g

Des critiques accusent la Chine de faire tomber les pays africains dans le “piège de la dette”. L’ancien vice-président de la Banque mondiale apporte son point de vue concret.


© Justin Yifu Lin (photo : People.cn)
« Il n’y a pas de piège de la dette chinoise ! » par Justin Yifu Lin, ancien vice-président de la Banque mondiale

Alors que la coopération entre la Chine et l’Afrique ne cesse de progresser, des critiques continuent de mettre en cause l’aide au développement pratiquée par la Chine, accusant celle-ci de faire tomber les pays africains dans le « piège de la dette ». Justin Yifu Lin, doyen de l’Institut de la nouvelle économie structurelle de l’Université de Beijing, apporte ici des réponses théoriques et concrètes à ces critiques injustifiées. Pour lui, c’est l’insuffisance de développement qui est le plus grand piège pour l’Afrique

Fin novembre 2021, des progrès importants ont été enregistrés lors de la 8ème réunion ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine. La Chine et l’Afrique ont formulé conjointement la Vision 2035 de la coopération sino-africaine, avec dès la première période triennale la mise en œuvre de « neuf programmes » dans les domaines de la lutte contre le covid, l’agriculture, l’environnement, l’éducation.

Malgré ces avancées, on entend encore sur la scène internationale des analyses douteuses sur « le piège du port de Hambantota au Sri Lanka », « la prise de contrôle de l’aéroport d’Entebbe en Ouganda » et autres théories sur une « diplomatie de la dette chinoise ». En fait, la Chine a formé un nouveau concept d’aide au développement qui est différent de celui de l’Occident depuis la Seconde Guerre mondiale. Voici le point de vue de M. Justin Yifu Lin, ancien vice-président de la Banque mondiale, tiré d’une interview à Maku Insigts/Observer[1].

Le financement chinois contribue à atténuer la crise de la dette, au lieu de la créer
Il est vrai que de nombreux pays en développement ont des problèmes d’endettement, mais ce sont des dettes accumulées sur une longue période dans le passé. Bien que les projets chinois augmentent les dettes pendant le temps de la réalisation, celles-ci représentent une proportion relativement faible du total de l’endettement du pays.

Par exemple, dans le fameux « piège de la dette du port de Hambantota », la Chine a construit de nombreuses infrastructures dans le pays, notamment le port de la capitale Colombo et le port de Hambantota, dans le sud de l’île. Mais ces constructions ne représentent que 10 % de la dette totale du pays. Les 90 % restants sont apportés par d’autres pays.

Le Sri Lanka a loué les droits d’exploitation de 99 ans du port de Hambantota à une société chinoise, obtenant ainsi un fonds pour rembourser ses dettes. Ainsi, ce que le Sri Lanka paye, ce ne sont pas les dettes de la Chine, mais les dettes passées. S’il y a un piège, c’est bien l’ancien piège de la dette. D’une part, l’investissement de la Chine aide le pays à bâtir ses infrastructures ; d’autre part, la Chine fournit aussi des fonds pour aider le Sri Lanka à rembourser ses anciennes dettes. Alors comment peut-on dire qu’il s’agit d’un « piège de la dette » qui serait fabriqué par la Chine ?

En ce qui concerne les « pays très endettés » d’Afrique, la dette causée par les infrastructures chinoises ne représente en moyenne que 15 % de la dette totale de ces pays, c’est-à-dire une proportion très faible. Les autres 85% de la dette sont dus à d’autres pays, en particulier les pays occidentaux, au cours des années passées.

Mais il faut avouer que ces pays ont une faible capacité de remboursement. Pourquoi ? Parce que les dettes contractées par les pays africains dans le passé n’ont pas été utilisées pour résoudre le « goulot d’étranglement » du développement : difficultés d’augmenter l’emploi, de promouvoir le développement économique, d’accroître les recettes fiscales du gouvernement, d’exporter les marchandises pour gagner des devises, etc.

A l’inverse, si l’aide extérieure de la Chine a été approuvée par de nombreux pays en si peu de temps, c’est parce que les idées et les pratiques de la Chine peuvent vraiment aider ces pays.

L’aide occidentale : une conception ancienne et inefficace du développement
Pourquoi l’aide occidentale n’est-elle ni efficace ni suffisante pour aider les pays en développement à surmonter les « goulots d’étranglement » de leur croissance ? Parce que les théories économiques dominantes à l’Ouest ignorent la nécessité de la transformation structurelle de la société. Investir dans l’éducation, la santé, les droits de l’homme, la transparence politique, tous ces facteurs ne suffisent pas à alimenter les moteurs de la croissance et à créer des emplois, sauf en les combinant avec des actifs productifs et du capital humain. Selon la nouvelle approche que nous soutenons, la construction des infrastructures doit être associée à des zones économiques spéciales ou au développement urbain, en respectant notamment la transformation structurelle de ces régions.

Le « consensus de Washington » et les institutions financières américaines ont donné trop d’importance à la libéralisation des capitaux. La plupart des pays en développement ont suivi les conseils du FMI et de la Banque mondiale depuis les années 1990 pour réduire l’intervention gouvernementale, tout en renforçant le rôle du marché. Cependant, les résultats ont été décevants. Les performances économiques de la plupart des pays en développement ont continué de se détériorer au cours de cette décennie.

De plus, l’aide « conditionnelle » occidentale n’incite pas les pays bénéficiaires à saisir les opportunités de développement. Un exemple en est ce ministre des Finances du Burkina Faso qui s’est un jour plaint que les exigences de réformes imposées par le Fonds monétaire international impliquaient près de 500 réformes par an, soit une moyenne de 1,5 par jour ! L’une des leçons importantes à tirer des économies émergentes telles que la Chine est que ces pays en développement ont toujours été maîtres de leurs réformes et de leur développement, en mobilisant leurs propres ressources tout en saisissant les opportunités.

Les critères contestables des institutions financières internationales
La Banque mondiale utilise une série d’indicateurs pour évaluer la soutenabilité de la dette des pays en développement. Par exemple, l’un des indicateurs est le ratio dette/PIB des pays en développement. Lorsqu’il atteindra un certain niveau, la Banque mondiale considérera que la capacité future de remboursement de la dette est insuffisante et cessera de prêter à ces pays. Or, il faut noter que le système d’évaluation de ce cadre soi-disant « durable » n’est pas assez scientifique.

Tout d’abord, dans la classification de la dette, la Banque mondiale n’identifie pas l’objectif de la dette, que ce soit pour soutenir la consommation, la sécurité sociale, les allocations de chômage, etc. Comme nous l’avons indiqué précédemment, l’investissement utilisé pour supprimer le goulot d’étranglement de la croissance (investissement dans la construction des infrastructures) augmentera la dette pendant la période de mise en place, mais lorsque la construction sera terminée, la capacité de remboursement du pays augmentera et la dette diminuera. Si les institutions financières internationales tenaient compte de cette nécessité d’infrastructures) des pays en développement, davantage de soutien au crédit pourrait être apporté.

Deuxièmement, la Banque mondiale calcule le montant total de la dette. Elle ne prévoit pas si la dette se transformera ou non en actif. Si la dette est utilisée pour soutenir les dépenses publiques, qu’il s’agisse des allocations de chômage ou des opérations gouvernementales, cette dette ne produira pas de valeur nouvelle. Au contraire, si l’on investit dans une infrastructure qui constituera un actif, cet actif sera rentable, donc la dette nette sera inférieure à la dette totale.

Ainsi, lorsque j’ai été vice-président de la Banque mondiale, j’avais déjà préconisé que, pour repenser le cadre de viabilité de la dette, on puisse savoir la dette peut être utilisée pour investir afin d’éliminer les « goulots d’étranglement » de la croissance, ou simplement pour soutenir les dépenses et la consommation. Lorsque l’on prend en considération la soutenabilité de la dette, les deux ont des significations tout à fait différentes.

Je suis heureux de voir que les institutions internationales de développement, telles que le FMI et la Banque mondiale, ont commencé à changer d’orientation. Lorsqu’on mesure la dette d’un pays emprunteur, il faut tenir compte non seulement de la dette totale, mais aussi des actifs. Car avec actifs, la dette nette sera plus faible. Il faut aussi prendre en considération l’objectif de l’emprunt : est-ce pour la consommation ou l’investissement ? S’il s’agit d’un projet de dette d’investissement, non seulement la dette n’augmentera pas à l’avenir, mais la dette passée pourra être remboursée en même temps.

Le modèle d’aide chinois comparé au consensus de Washington
Tout d’abord, le Consensus de Washington estime que le marché prendra soin tout seul de l’investissement des infrastructures. Pour donner un exemple, après la Seconde Guerre mondiale, la Banque mondiale a fait des infrastructures le plus grand secteur de ses investissements. Cependant, lorsque je suis allé à la Banque mondiale en tant qu’économiste en chef en 2008, le secteur des infrastructures avait disparu. En raison de la montée du néolibéralisme après les années 1980, les pays occidentaux pensaient que le marché résoudrait le problème du goulot d’étranglement de la croissance.

Mais en fait, après les années 1980, sans le soutien des gouvernements et des institutions internationales, les pays en développement ont très peu investi eux-mêmes dans les infrastructures. Seul le secteur des infrastructures de communication mobile a intéressé le marché. Or, d’autres infrastructures, telles que l’irrigation, l’électricité, les routes, ne peuvent pas être financées par le marché : c’est pourquoi les pays en développement ont rencontré beaucoup d’obstacles en matière d’infrastructures. Comme je l’ai déjà mentionné, les pays en développement ont deux avantages : les ressources et la main-d’œuvre. Pour développer les industries à forte intensité de main-d’œuvre, il faut d’abord avoir des routes, des réseaux d’électricité et d’autres infrastructures. Or, ces infrastructures ne peuvent pas être déployées en peu de temps à travers tout le pays. La solution chinoise consiste à construire d’abord un parc dans une zone économique spécifique, puis à le moderniser pour mettre en valeur la main-d’œuvre locale. Ce parc permettra de créer rapidement des emplois, d’accroître les exportations et les recettes fiscales de l’État. Une fois que le gouvernement a perçu des impôts, il peut rembourser la dette, tout en disposant de davantage de fonds pour de nouveaux investissements. Ceci est complètement différent du consensus de Washington sur l’aide au développement.

Les critiques internationales sur l’aide de la Chine sont non fondées
Il est important aussi de clarifier la nature de l’infrastructure. Tous les investissements dans les infrastructures ne sont pas bons. Lorsque la Chine investit à l’étranger, elle tient compte du choix du lieu, de la méthode de construction, des industries sur lesquelles l’installation peut avoir un effet positif, du temps nécessaire pour mener à bien l’opération. Nous regardons aussi si le revenu de la dette dépend de la fiscalité de l’État, ou d’autres charges après investissement Nous évaluons le temps nécessaire pour rembourser la dette, etc.

La Chine préconise des projets d’infrastructure de haute qualité, ce qui exige que l’investissement soit soigneusement conçu au stade initial. C’est ainsi que le gouvernement chinois laisse souvent le pays où les projets d’infrastructure sont envisagés– considérer avec soin s’il a la capacité de rembourser la dette.

En outre, la Chine promeut le concept de développement vert et durable. Nous suivons les principes mis en avant par l’initiative « la Ceinture et la Route » : « co-consultation, co-construction, partage, ouverture, transparence, souci écologique et durabilité ». Ces principes doivent être pris en compte lors de la réalisation de projets d’infrastructures. De nombreuses critiques internationales sur la Chine s’appuient sur des expériences dogmatiques du passé, incohérentes avec la réalité. La Chine prend ces critiques comme un rappel bienveillant.

Le plus grand piège de la dette, c’est que les pays en développement ne parviennent pas à se développer. L’initiative « la Ceinture et la Route » prend l’interconnexion des infrastructures comme point de départ pour construire une communauté de destin pour l’humanité. Elle reflète, par l’efficacité de son concept et de son fonctionnement, les aspirations, les expériences et les objectifs communs des pays du Sud.

[1] Cet article est basé sur « Justin Yifu Lin, ancien vice-président de la Banque mondiale : Piège de la dette ? Non, le manque de développement est le plus grand piège pour l’Afrique », rédigé par Gao Yanping, Shen Yumeng et Huangyan Yuanzhi , disponible sur : https://mp.weixin.qq.com/s/tBsZ-as6k5nQi53PtOzqZA .
Voir ci-après.


Edité le 23-06-2022 à 12:36:22 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 22-06-2022 à 17:50:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Justin Yifu Lin : Il n'y a pas de soi-disant « piège de la dette » en Chine, et le manque de développement est le plus grand piège


original Justin Yifu Lin réflexion sur le fond 2022-04-16 05:02
https://mp.weixin.qq.com/s/tBsZ-as6k5nQi53PtOzqZA


Le 6 février , l'Argentine s'est jointe à l'initiative chinoise "Une ceinture, une route". Les deux parties se sont engagées à coopérer dans divers domaines, à explorer de nouvelles opportunités de coopération bilatérale et à parvenir à un développement et à une prospérité communs. Jusqu'à présent, au cours des huit années qui ont suivi le lancement de l'initiative "la Ceinture et la Route", la Chine a signé plus de 200 documents de coopération sur la construction conjointe de la Ceinture et la Route avec 148 pays et 32 organisations internationales.

Non seulement cela, mais fin novembre 2021, il n'y a pas si longtemps, des progrès importants ont également été signalés dans la coopération sino-africaine. La Chine et l'Afrique ont conjointement formulé la Vision 2035 de la coopération sino-africaine. En tant que premier plan triennal de la vision , la Chine travaillera en étroite collaboration avec les pays africains pour mettre en œuvre conjointement les "neuf projets". Il s'agit notamment de dons de vaccins, 60% de la population africaine sera vaccinée contre la nouvelle couronne d'ici 2022, 10 projets de réduction de la pauvreté et agricoles, 10 projets verts de protection de l'environnement et de changement climatique, et 10 écoles nouvelles ou modernisées.

Face à des défis tels que l'altermondialisme et les épidémies mondiales, l'initiative chinoise "One Belt, One Road" et le développement outre-mer sont montés à contre-courant, ce qui a véritablement favorisé le développement commun de la Chine et des pays co-construits. Mais dans le même temps, les grands médias étrangers, en particulier occidentaux, continuent de salir le développement de la Chine à l'étranger, comme la soi-disant « diplomatie du piège de la dette de la ceinture et de la route », la « théorie du piège de la dette » du port de Hambantota au Sri Lanka et la « Théorie de la prise de contrôle par la Chine de l'aéroport d'Entebbe en Ouganda". "Attendez l'un après l'autre.

En tant que retardataire dans l'aide au développement à l'étranger, la Chine a formé un concept d'aide au développement traditionnel différent de celui de l'Occident depuis la Seconde Guerre mondiale. Comment aller plus loin dans la co-construction et le partage avec les pays partenaires, le développement vert et durable, et comment briser l'hégémonie du discours occidental sur le développement outre-mer ? Observer.com a interviewé le professeur Justin Yifu Lin, doyen de l'Institut de nouvelle économie structurelle de l'Université de Pékin, qui travaille depuis longtemps dans les domaines théoriques et pratiques du développement international de la Chine.

- Entretien / Gao Yanping -

Le financement chinois aide à atténuer la crise de la dette, pas à la créer

Observer.com : Nous avons vu les grandes réalisations de la Chine dans l'initiative "la Ceinture et la Route", la coopération sino-africaine et d'autres domaines. En même temps, nous avons également vu la distorsion des projets d'aide au développement à l'étranger de la Chine par l'opinion publique occidentale de temps en temps. au temps. Vous pouvez également être confronté à de telles questions de la part de personnes à l'étranger lorsque vous êtes à l'étranger, comment répondez-vous ?

Justin Lin : Je ne pense pas que nous devrions suivre les pas des autres. Nous devons juste être réalistes et parler de ce que la Chine a fait ? Quelles sont les idées et les mesures que la Chine a suivies dans la construction de "la ceinture et la route" et la coopération internationale au développement ? D'après l'expérience de la Chine, si un pays veut bien se développer, quels goulots d'étranglement doivent être résolus dans son développement ?

En tant que pays en développement, le plus gros goulot d'étranglement auquel la Chine a été confrontée en matière de développement est l'infrastructure. Sans infrastructure, comme l'agriculture sans infrastructure comme les systèmes d'irrigation, il n'y a aucun moyen d'utiliser les techniques agricoles modernes pour augmenter les rendements et augmenter les revenus des agriculteurs.

Et l'agriculture seule ne suffit pas, la Chine doit donc développer l'industrie manufacturière. Cependant, lors du développement de l'industrie manufacturière, il n'y a aucun moyen d'utiliser des machines et des équipements modernes sans électricité ; s'il n'y a pas de route, il est impossible de vendre des produits sur le marché intérieur et sur le marché international, et il ne peut pas se développer. D'après l'expérience de la Chine, pour se développer, nous devons d'abord surmonter le goulot d'étranglement des infrastructures. Nous appelons cette idée "pour s'enrichir, construisons d'abord des routes".

Mais en fait, pour construire des routes, il faut investir. Lorsque les routes seront construites, l'économie croîtra plus rapidement, créera des emplois, augmentera les niveaux de revenu, augmentera les recettes fiscales du gouvernement et gagnera des devises grâce aux exportations. Cela rembourse non seulement la dette pour investir dans les infrastructures, mais crée également plus de ressources pour le prochain cycle d'investissement.

Nous pouvons clairement voir que lorsque la Chine mène une coopération internationale de cette manière, elle a besoin de beaucoup d'investissements en capital au début. De plus, il n'y a pas de revenu au début de l'investissement en capital, seulement l'augmentation de la dette. Mais ce que nous apprécions, c'est le cercle vertueux induit par la croissance économique après l'achèvement des infrastructures.

Il est vrai que de nombreux pays en développement ont des problèmes d'endettement, mais les problèmes d'endettement se sont accumulés sur une longue période dans le passé. Bien que les projets chinois aient augmenté leurs dettes pendant la construction, ces dettes représentent une proportion relativement faible du total du pays. dette.de.

Par exemple, dans le fameux "piège de la dette du port de Hambantota au Sri Lanka", la Chine a en effet construit de nombreuses infrastructures au Sri Lanka, notamment le port de Colombo et le port de Hambantota. Mais l'infrastructure de la Chine au Sri Lanka ne représente que 10 % de la dette totale du Sri Lanka, et les 90 % restants de la dette sont apportés par d'autres pays. (Pour plus de détails, veuillez vous référer à "Taking Sri Lanka as an Example to Look at the "Debt Trap Theory"" par Sha Baili et Yan Hairong https://research.hktdc.com/tc/article/MzYyOTQyMDc4)


La Chine et le Sri Lanka ont officiellement signé l'accord de concession du port de Hambantota. Source de l'image : Visual China

Le Sri Lanka a loué les droits d'exploitation de 99 ans du port de Hambantota à une société chinoise, obtenant ainsi un fonds pour rembourser ses dettes. Mais ce qu'ils paient, ce ne sont pas les dettes de la Chine, mais les dettes passées. S'il y a un piège de la dette, c'est aussi un ancien piège de la dette. D'une part, l'investissement de la Chine leur fournit des fonds pour les aider à construire ; d'autre part, il fournit des fonds pour les aider à rembourser leurs dettes, alors comment peut-on dire qu'il s'agit d'un "piège à dettes" fabriqué par la Chine ?

En ce qui concerne les "pays très endettés" d'Afrique, la dette causée par les infrastructures chinoises ne représente que 15% de la dette de ces pays en moyenne, c'est-à-dire que 85% de la dette était due à d'autres pays, en particulier les pays développés dans le passé .


Les agriculteurs de la République centrafricaine transforment les arachides pour joindre les deux bouts. Source de l'image : Visual China

Par conséquent, la proportion de dette que les projets de la Chine apportent à ces pays est très faible, mais il est un fait que ces pays ont une faible capacité de remboursement de la dette. Pourquoi la capacité de remboursement de la dette est-elle faible ? Parce que les dettes contractées par les pays africains dans le passé n'ont pas été utilisées pour résoudre le goulot d'étranglement du développement : incapables d'augmenter l'emploi, incapables de promouvoir le développement économique, incapables d'augmenter les recettes fiscales de l'État et d'exporter des devises, la dette est donc remboursée. Cependant, l'investissement de la Chine dans les infrastructures peut aider les "pays très endettés" à résoudre les goulots d'étranglement du développement du pays et à améliorer leur capacité à rembourser leurs dettes.

Par conséquent, pour faire face à ces malentendus, le plus important est de clarifier les faits, mais cela dépend aussi de l'effet réel. Je crois que tant qu'ils n'ont pas d'arrière-pensées, ils devraient savoir face aux faits que la raison pour laquelle l'aide extérieure de la Chine a été soutenue par de nombreux pays en si peu de temps est que les idées et les pratiques de la Chine peuvent vraiment aider ces pays. .

L'inefficacité de l'aide occidentale traditionnelle est causée par le problème de la pensée du développement

Observer.com : Vous avez mentionné que 85 % de la dette des pays africains très endettés a été apportée par d'autres pays dans le passé, en particulier les pays développés. Je me souviens que vous avez mentionné une donnée auparavant. Depuis la Seconde Guerre mondiale, les diverses aides fournies par les pays développés et les institutions financières multilatérales ont atteint 4,7 billions de dollars américains, mais les pays en développement sont toujours dans la pauvreté. Quelle est la cause de l'inefficacité de l'aide occidentale traditionnelle ?

Justin Yifu Lin : Pourquoi l'aide occidentale traditionnelle n'est-elle ni efficace ni suffisante pour aider les pays en développement à résoudre leurs goulots d'étranglement de croissance parce que l'économie dominante ignore la transformation structurelle. Investir dans l'éducation, la santé, les droits de l'homme, la transparence politique, etc. ne suffit pas à lui seul à alimenter les moteurs de la croissance et à créer des emplois s'il n'est pas combiné avec des actifs productifs et du capital humain. Selon la nouvelle économie structurelle, nous soutenons que les infrastructures doivent être liées à des zones économiques spéciales ou au développement urbain et à la transformation structurelle.

Le « Consensus de Washington » et les institutions basées à Washington ont donné trop de mauvais conseils sur la libéralisation du compte de capital, et la plupart des pays en développement ont suivi les conseils du FMI et de la Banque mondiale depuis les années 1990 pour réduire l'intervention gouvernementale et renforcer la Réforme du rôle des le marché. Cependant, les résultats ont été décevants. Les performances économiques de la plupart des pays en développement ont continué de se détériorer au cours de cette période.

De plus, l'aide « conditionnelle » traditionnelle occidentale n'incite pas les pays bénéficiaires à saisir les opportunités de développement. Un exemple précis est que le ministre des Finances du Burkina Faso s'est un jour plaint que selon les différentes réformes institutionnelles exigées par le Fonds monétaire international, il y a près de 500 réformes par an, soit une moyenne de 1,5 par jour ! Une leçon importante à tirer des économies émergentes prospères, telles que la Chine, est que ces pays en développement ont toujours été en charge de leurs propres programmes de réforme et de développement, mobilisant les ressources disponibles pour saisir les opportunités à mesure qu'elles se présentent. Lors de nos discussions avec les décideurs africains, ils ont tous souligné l'importance cruciale d'un partenariat de développement efficace avec l'Afrique. Pour faire de l'Afrique un moteur, l'un d'entre eux consiste à renoncer à une aide conditionnelle indépendante, une leçon que les agences internationales de Washington ont apprise au fil des ans.

Observer.com : Dans votre publication de 2016 "Au-delà de l'aide au développement", vous avez évoqué le fait que l'un des problèmes d'efficacité de l'aide publique dominée par les pays occidentaux traditionnels pendant longtemps est la négligence à résoudre les goulots d'étranglement des infrastructures. aider les pays en développement à résoudre le problème des goulots d'étranglement des infrastructures, quel est le nœud du problème ?

Justin Yifu Lin : Je pense que la chose la plus importante est que lorsqu'ils font de la recherche sur le développement international, les pays développés jugent souvent ce qui est important sur la base de leur propre expérience, plutôt que du point de vue des pays en développement et considèrent ce dont ils ont vraiment besoin dans les pays en développement. . de.

Ils apprennent souvent de ce que les pays développés ont, de ce qu'ils peuvent bien faire et de ce qu'ils apprécient, puis comparent avec les pays en développement, c'est-à-dire que les pays en développement devraient avoir ce que les pays développés ont, faire ce que font les pays développés et prêter attention à ce que valeur des pays développés. Ces points de départ sont très bons, mais les résultats réels ne sont pas idéaux et il y a un grand écart avec les attentes initiales.

Par exemple, les pays développés mettent l'accent sur la santé, l'éducation et la transparence, qui sont toutes importantes. Même si les pays développés ont fourni beaucoup d'aide pour améliorer la santé et l'éducation dans les pays en développement, mais ils n'ont pas augmenté les opportunités d'emploi ou apporté la croissance économique, le problème existe toujours. S'il n'y a pas d'opportunités d'emploi dans les pays en développement, le chômage augmentera et les relations de classe sociale seront tendues ; le gouvernement empruntera des dettes pour compenser les dépenses publiques et résoudre des problèmes tels que la stabilité sociale intérieure parce que l'économie ne croît pas et qu'il n'y a pas augmentation des recettes fiscales et fiscales.

Cependant, la dette empruntée ne peut pas non plus promouvoir l'emploi et la croissance économique, et les recettes fiscales du gouvernement n'ont pas augmenté, et il n'y a pas d'exportation pour gagner des devises, donc cela deviendra un fardeau de la dette.

Si les pays en développement veulent changer le statu quo, ils doivent changer leur façon de penser en matière de développement. Nous devons envisager les choses sous un angle différent. Selon ce que les pays en développement ont et ce qu'ils ont, ils peuvent bien faire, et rendre ce qu'ils peuvent faire plus grand et plus fort est ce dont les pays en développement ont le plus besoin.

Ce que les pays en développement pauvres ont, ce sont des ressources naturelles et de la main-d'œuvre, et ce qu'ils peuvent bien faire, ce sont des industries à forte intensité de ressources et de main-d'œuvre.


Le nombre cumulé de cas confirmés de la nouvelle couronne en Afrique dépasse les 9 millions, et la quatrième vague de l'épidémie se propage. Source de l'image : Visual China

Comment rendre ces choses plus grandes et plus fortes ? Pour que l'agriculture se développe, il est nécessaire de disposer d'infrastructures d'irrigation afin d'utiliser des variétés modernes et d'augmenter la productivité agricole et les agriculteurs. Il est également nécessaire de passer en permanence de l'agriculture à l'industrie manufacturière moderne. Pour développer l'industrie manufacturière, l'électricité doit être disponible, ainsi que des infrastructures de transport et des ports, afin que l'industrie manufacturière moderne puisse réaliser des économies d'échelle. Tout cela fait des industries des avantages comparatifs. plus grand et plus fort facteurs nécessaires requis.

Cadre de viabilité des institutions financières internationales Cadre de la dette Inconvénients

Observer.com : Lorsque vous évoquiez les prêts de la Banque mondiale dans « Au-delà de l'aide au développement », vous pointiez les lacunes des cadres de viabilité de la dette des institutions financières internationales telles que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. de l'aide au développement traditionnelle dirigée par l'Occident ?

Justin Yifu Lin : Oui, la Banque mondiale utilisera une série d'indicateurs pour évaluer si la dette des pays en développement est soutenable. Par exemple, l'un des indicateurs est que lorsque le ratio dette/PIB des pays en développement atteindra une certaine norme, ils considéreront que la capacité future de remboursement de la dette du pays est insuffisante et cesseront d'emprunter à ces pays. . Mais le système d'indices d'évaluation de ce cadre durable n'est pas scientifique.

Tout d'abord, dans la classification de la dette, la Banque mondiale ne distinguera pas l'objet de la dette. Par exemple, il est utilisé pour soutenir la consommation, y compris la sécurité sociale et les allocations de chômage, par exemple, pour soutenir le fonctionnement du gouvernement, ou pour éliminer les goulots d'étranglement de la croissance économique. Comme nous l'avons dit précédemment, l'investissement utilisé pour supprimer le goulot d'étranglement de la croissance (investissement dans la construction de projets d'infrastructure) augmentera progressivement la dette pendant la période de construction, mais lorsque la construction sera terminée, la capacité de remboursement de la dette du pays augmentera et la dette diminuera. Si les institutions financières internationales tiennent compte des particularités des dettes des pays en développement, telles que l'investissement dans les infrastructures, davantage de soutien au crédit peut être obtenu.

Deuxièmement, la Banque mondiale calcule le montant total de la dette. Elle ne distinguera pas si la dette constituera un actif ou non. Si elle est utilisée pour soutenir les dépenses publiques, qu'il s'agisse des allocations de chômage ou des opérations gouvernementales, elle sera inutile. . Mais si vous investissez dans l'infrastructure, cela constituera un actif, et l'actif sera rentable, donc la dette nette sera inférieure à la dette totale.

Ainsi, à la Banque mondiale, j'ai commencé à préconiser que pour repenser le cadre de la viabilité de la dette, nous devons distinguer si la dette peut être utilisée pour investir afin d'éliminer les goulots d'étranglement de la croissance ou pour soutenir les dépenses et la consommation. Par conséquent, lorsque l'on considère la soutenabilité de la dette, les deux ont des significations différentes et doivent être distinguées.

Je suis heureux de voir que les institutions internationales de développement, dont le FMI et la Banque mondiale, ont commencé à changer d'orientation. Lorsqu'on mesure la dette d'un pays emprunteur, il faut tenir compte non seulement de la dette totale, mais aussi des actifs, car avec actifs, la dette nette sera plus faible ; et Cela dépend aussi de l'objet de l'emprunt, est-ce pour la consommation ou l'investissement ? S'il s'agit d'un projet de dette d'investissement pour emprunter de l'argent, non seulement la dette n'augmentera pas à l'avenir, mais la dette passée pourra être remboursée.

Le modèle d'aide à l'étranger de la Chine s'écarte du consensus de Washington

Observer.com : Vous avez mentionné qu'indépendamment des idées traditionnelles de développement de l'aide publique ou des aspects techniques spécifiques de la mise en œuvre, il n'y a aucun moyen de jouer un rôle important et efficace dans l'aide aux pays en développement. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'aide chinoise aux infrastructures à l'étranger gagne progressivement en popularité sur la scène internationale. L'aide extérieure de la Chine, comme vous l'avez mentionné plus tôt, combine infrastructure et transformation économique, et développe progressivement un modèle de zone de coopération. Vous pensez que le modèle d'aide extérieure de la Chine qui transcende la tradition s'écarte du consensus de Washington. Comment comprenez-vous cela ? ?

Justin Yifu Lin : Tout d'abord, le consensus de Washington estime que le développement des infrastructures est un investissement et que le marché le résoudra tout seul. Par exemple, la Banque mondiale a aidé les pays à se redresser après la Seconde Guerre mondiale. À cette époque, les infrastructures était le plus grand département de la Banque mondiale. Cependant, lorsque je suis allé à la Banque mondiale en tant qu'économiste en chef en 2008, les infrastructures, le secteur le plus important, avaient disparu. En raison de la montée du néolibéralisme après les années 1980, les pays occidentaux pensaient que le marché résoudrait le problème du goulot d'étranglement des investissements dans les infrastructures.

Mais en fait, sans le soutien des gouvernements et des institutions internationales, les pays en développement n'ont que très peu investi dans les infrastructures après les années 1980, et seul le marché des investissements dans les infrastructures de communications mobiles serait intéressé. Pourquoi? Il y a deux raisons : premièrement, le monopole naturel et deuxièmement, la facilité de facturation. Par conséquent, si la communication mobile est entièrement ouverte, différents acteurs du marché investiront vraiment activement.

Et d'autres infrastructures, telles que l'irrigation, l'électricité, les routes, ne peuvent fondamentalement pas être résolues par le marché, c'est pourquoi les pays en développement sont pleins de goulots d'étranglement infrastructurels. La raison de la désuétude est principalement le problème du développement des idées.

Comme je l'ai déjà mentionné, les pays en développement ont deux avantages, l'avantage des ressources et l'avantage de la main-d'œuvre. Si le développement des industries à forte intensité de main-d'œuvre, il est nécessaire d'avoir des routes, l'électricité et d'autres infrastructures. Ces infrastructures ne peuvent pas être entièrement déployées à travers le pays en peu de temps. Ensuite, notre solution consiste à "concentrer des forces supérieures pour combattre la guerre d'anéantissement", comme l'a dit le président Mao : construisez d'abord un parc dans une zone, et laissez d'abord l'infrastructure du parc répondre aux normes, afin que nous puissions rapidement combiner la main-d'œuvre locale L'industrie, lorsqu'elle est développée, peut créer des emplois, accroître les exportations et les recettes fiscales de l'État.

Une fois que le gouvernement a perçu des impôts, il peut rembourser l'investissement dans la construction d'infrastructures et, deuxièmement, il peut disposer de plus de fonds pour de nouveaux investissements. Nos projets de développement d'infrastructures à l'étranger combinent les avantages et les besoins locaux, afin d'aider les pays donateurs étrangers à créer des emplois, les gens à obtenir plus de revenus et les entreprises liées réussissent, grandissent et deviennent plus fortes, ce qui est complètement différent des deux idées du Consensus de Washington.


Bureau d'information du Conseil des affaires d'État : En 2021, le volume des échanges de marchandises avec les pays situés le long de la « la Ceinture et la Route » a atteint 11 600 milliards de yuans. Source de l'image : Visual China

La critique internationale de la Chine est basée sur une expérience dogmatique

Observer.com : L'investissement dans la construction d'infrastructures est une expérience importante dans le développement de la Chine. Même ainsi, il y a encore beaucoup de gens (y compris nationaux) qui ont de bonnes opinions sur l'investissement dans les infrastructures, comme « construire en avance sur le calendrier » et « grand et inapproprié ». ". Nous avons investi et construit un grand nombre de projets d'infrastructure en coopération avec des pays étrangers, et nous avons également été critiqués par certains médias étrangers. Nous savons que c'est un peu cliché, mais il semble que nous devions continuer à leur expliquer afin que plus de gens comprennent, qu'en pensez-vous ?

Justin Yifu Lin : La raison est très simple : nous devons clarifier le rôle de l'infrastructure. Les investissements dans les infrastructures sont faits pour supprimer les goulots d'étranglement de la croissance, mais si les projets ne sont pas construits pour supprimer les goulots d'étranglement de la croissance, ils peuvent devenir un fardeau. Par conséquent, tous les investissements dans les infrastructures ne sont pas bons.Lors de l'investissement, vous devez tenir compte du site de construction et de la méthode de construction du projet, ainsi que des industries sur lesquelles l'installation peut avoir un effet positif après l'achèvement, et combien de temps il faudra pour la promouvoir ; en même temps ; , mais aussi d'étudier si le revenu de la dette dépend de la fiscalité de l'État, ou de charges d'utilisation après investissement ? Combien de temps faudra-t-il pour rembourser la dette ? et beaucoup plus.

La qualité du projet ne peut être élevée que lorsque le projet d'investissement est soigneusement conçu au stade initial, car la Chine préconise des projets d'infrastructure de haute qualité. Par conséquent, nous devons laisser le pays où le projet d'infrastructure a atterri considérer clairement s'il a la capacité de rembourser la dette.

La Chine promeut le concept de développement vert et durable, et ce concept doit également être mis en œuvre dans le processus de mise en œuvre des projets. L'infrastructure des pays en développement a beaucoup d'arriérés et il y a des goulots d'étranglement partout. Ce n'est pas la force d'un pays ou d'une institution qui peut éliminer ces goulots d'étranglement. Cela doit être fait par plusieurs forces. Par conséquent, nous devrions accueillir la coopération de plusieurs parties avec une attitude ouverte.

Nous devons suivre les principes mis en avant par la "Belt and Road" : "co-consultation, co-construction, partage, ouverture, transparence, écologisation et durabilité." Ces principes doivent être soigneusement pris en compte lors de la réalisation de projets d'infrastructure. De nombreuses critiques internationales s'appuient sur des expériences dogmatiques du passé, incohérentes avec la réalité, face à ces critiques, nous n'avons qu'à les prendre comme un rappel bienveillant.

Plus important encore, si les pays en développement ne parviennent pas à se développer, c'est le plus grand piège. Parce qu'un pays n'a aucun espoir de développement, cela conduira à des problèmes d'emploi, qui affecteront la stabilité sociale et politique, et les gens ordinaires en souffriront. Même dans les pays développés, si un endroit est instable, il se propagera à d'autres endroits.

Pour les pays en développement, le plus gros problème est le piège du développement. Ils doivent surmonter le piège du développement et stimuler le développement par la construction d'infrastructures, qui est le goulot d'étranglement le plus critique à l'heure actuelle.

Tant que nous sommes vraiment préoccupés par le développement des pays en voie de développement, même si nous sommes critiqués, nous devrions avoir l'esprit de « reculer, même s'il y a des dizaines de millions de personnes, j'irai ». Et je crois que les yeux des masses sont aiguisés. Tant que notre construction peut vraiment aider les pays en développement et résoudre leurs problèmes urgents, au final, les faits valent toujours plus que les mots.

Le plus important pour les pays du Sud est de trouver une voie qui convienne à leur propre développement

Observer.com : Vous avez mentionné que "l'apprentissage conjoint et la transformation coordonnée" est un moyen plus efficace de coopération au développement Sud-Sud, qui s'applique également à la coopération entre la Chine et les pays le long de "la Ceinture et la Route". Ce concept est tout à fait conforme à ce qu'a déclaré le secrétaire général Xi : "La "ceinture et la route" n'est pas un chemin privé pour une partie, mais une route ensoleillée pour que chacun avance main dans la main". À votre avis, comment la Chine devrait-elle bénéficier à la fois à la Chine et aux pays donateurs tout en fournissant une aide étrangère et une coopération à l'étranger ?

Justin Yifu Lin : Dans le passé, les pays du Sud ont appris les théories et les expériences des pays du Nord. Ces théories et expériences s'appuient en réalité sur la culture économique, sociale et politique des pays développés du Nord.

L'industrie, la technologie, le stade de développement, la culture socio-politico-juridique, etc. des pays du Nord deviennent la prémisse implicite de ces théories. Dans la coopération internationale à l'étranger, si ces théories et expériences sont apportées aux pays en développement, la prémisse implicite sera différente et le problème "Huainan est orange et Huaibei est orange" se posera. Bien que le point de départ soit très bon, l'effet qu'il apporte est loin de l'attente initiale.

Les pays du Sud doivent donc tirer les raisons de leurs succès et les leçons de leurs échecs de leurs propres succès et échecs. Les peuples des pays du Sud ont la même aspiration, et nous espérons tous que notre pays pourra se développer et que la vie des gens pourra être continuellement améliorée et améliorée. Pour réaliser ce désir commun, le plus important est de trouver de nouvelles idées pour notre propre développement.

L'initiative "la Ceinture et la Route" prend l'interconnexion des infrastructures comme point de départ pour construire une communauté de destin pour l'humanité et reflète, par l'effet de son fonctionnement, les aspirations, les expériences et les objectifs communs des pays du Sud.

[Organisation/Réseau d'observateurs Shen Yumeng, Huang Yanyuanzhi]

(Cet article est un manuscrit conjoint de Maku Insights et Observer. Maku Insights est une marque de groupe de réflexion de Maku Culture, qui se concentre sur la diffusion des pensées et des voix chinoises à l'étranger, en particulier dans les pays du sud du monde, et sur la véritable Chine.)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 22-06-2022 à 17:56:45   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Lire également (en anglais) : Gyude Moore : « La Chine en Afrique : une perspective africaine »
https://wufu777.blogspot.com/2021/03/gyude-moore-china-in-africa-african.html?fbclid=IwAR1g4rGTxza7k16Xw8pKHSz0R9A534sv21YTzuWvyDECL3520Iyc7YHjr8Y

Dette : le casse-tête chinois sur Jeune Afrique

_________________


Robert Kissous
cet article de Jeune Afrique est également bien documenté
Le chemin de fer Tanzanie-Zambie : une aide historique chinoise face aux conceptions occidentales
Construite dans les années 1970, la ligne ferroviaire entre la Zambie et la Tanzanie est entrée dans l’histoire des chemins de fer mondiaux. Elle symbolise à la fois la longévité de la coopération entre la Chine et l’Afrique, les différences avec les conceptions occidentales de l’aide au développement, les défis des transports au sein du continent africain. Un livre passionnant de l’universitaire Chen Xiaochen retrace cette histoire.
« À la recherche de l’Afrique – La mémoire de la Chine sur les rails » de Chen Xiaochen[1] est un livre appuyé à la fois sur des archives et de précieux matériaux historiques et sur des enquêtes de terrain de première main qui permettent de comprendre la grande aventure économique et humaine que fut la construction de cette ligne légendaire[2].
Il offre un point d’entrée tout à fait unique : quel rôle direct ou indirect ont joué les pays occidentaux pour aider ou contrecarrer la construction et l’exploitation de ce chemin de fer destiné à ouvrir au commerce mondial, via le littoral de la Tanzanie, un pays enclavé comme la Zambie.

© À la recherche de l’Afrique – La mémoire de la Chine sur les rails de Chen Xiaochen
https://www.jeuneafrique.com/brandcontent/1349599/chemin-de-fer-tanzanie-zambie-aide-chinoise-relation-chine-afrique/?fbclid=IwAR2gEcpHw4KDe3zRLyrIYI4aeDmsKuIwTv06lYPyapV5n8PUnpvqmDJoJG8

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 02-07-2022 à 20:59:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Vers une communauté de destin sino-africaine plus forte

Source : Xi Jinping La gouvernance de la Chine III Mise à jour : 2022-07-01

Vers une communauté de destin sino-africaine plus forte*
3 septembre 2018
http://en.qstheory.cn/2022-07/01/c_759266.htm

Pour citer un dicton chinois, "L'océan est vaste parce qu'il ne rejette aucun fleuve." La Chine est le plus grand pays en développement du monde et l'Afrique est le continent qui compte le plus grand nombre de pays en développement. La Chine et l'Afrique ont depuis longtemps forgé une communauté de destin, et nous grandissons et tombons ensemble. La Chine travaillera en étroite collaboration avec les nations africaines pour construire une communauté de destin encore plus forte et en faire un pionnier de la construction d'une telle communauté pour l'humanité.

Tout d'abord, construisons une communauté de destin sino-africaine plus forte qui assume nos responsabilités communes. Renforçons le dialogue politique et politique à différents niveaux, renforçons la compréhension et le soutien mutuels sur les questions touchant à nos intérêts fondamentaux et à nos préoccupations majeures, et renforçons la coordination sur les grandes questions internationales et régionales. Ces efforts serviront nos intérêts communs et ceux d'autres pays en développement.

Deuxièmement, construisons une communauté de destin sino-africaine plus forte qui recherche une coopération gagnant-gagnant. Tirons parti de la complémentarité entre nos stratégies de développement respectives et saisissons les opportunités offertes par l'initiative "la Ceinture et la Route". Nous devons veiller à ce que l'initiative "la Ceinture et la Route" et l'Agenda 2063 de l'UA, l'Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable et les programmes de développement des pays africains se complètent mieux. Grâce à ces efforts, nous pouvons consolider nos domaines de coopération traditionnels, nous développer dans de nouveaux domaines, libérer de nouveaux potentiels et favoriser de nouveaux domaines de croissance dans l'économie.

Troisièmement, construisons une communauté de destin sino-africaine plus forte, qui apporte le bonheur à tous. Une vie meilleure pour notre peuple est l'objectif ultime du développement de nos relations, nous devons donc nous assurer que notre coopération offre des avantages tangibles aux peuples chinois et africain. L'entraide et la solidarité ont été la marque des relations sino-africaines au fil des ans. La Chine, pour sa part, fera davantage pour aider les pays africains à réduire la pauvreté, à poursuivre leur développement, à accroître l'emploi et les revenus et à améliorer la vie de leurs peuples.

Quatrièmement, bâtissons une communauté de destin sino-africaine plus forte qui favorise la prospérité culturelle. La Chine et les pays africains ont tous créé de splendides civilisations dont nous pouvons être fiers. Nous sommes prêts à apporter une plus grande contribution à la diversité culturelle dans le monde. Nous allons promouvoir les échanges, l'apprentissage mutuel et l'harmonie entre nos civilisations, et ainsi revigorer nos civilisations et nos cultures, enrichir nos arts et apporter une riche nourriture culturelle à la coopération sino-africaine. Avec davantage d'échanges interpersonnels dans les domaines de la culture et des arts, de l'éducation, du sport et entre nos groupes de réflexion, les organisations médiatiques, les femmes et les jeunes, les liens entre les peuples de Chine et d'Afrique se renforceront.

Cinquièmement, construisons une communauté de destin sino-africaine plus forte et jouissant d'une sécurité commune. Ceux qui apprécient le plus la paix sont ceux qui ont traversé l'adversité. La Chine défend une nouvelle vision de la sécurité pour poursuivre une sécurité commune, globale, coopérative et durable. La Chine soutient fermement les pays africains et l'Union africaine ainsi que d'autres organisations régionales en Afrique dans la résolution des problèmes africains à la manière africaine. La Chine soutient également l'initiative africaine "Faire taire les armes en Afrique". La Chine est prête à jouer un rôle constructif dans la promotion de la paix et de la stabilité en Afrique et soutient les pays africains dans le renforcement de leur propre capacité à préserver la stabilité et la paix.

Sixièmement, construisons une communauté de destin Chine-Afrique plus forte qui favorise l'harmonie entre l'homme et la nature. La Terre est le seul endroit où nous pouvons nous sentir chez nous. La Chine travaillera avec l'Afrique pour poursuivre un développement vert, à faible émission de carbone, circulaire et durable et protéger nos montagnes luxuriantes et nos eaux limpides et tous les êtres vivants de notre planète. La Chine renforcera les échanges et la coopération avec l'Afrique sur le changement climatique, l'énergie propre, la prévention et le contrôle de la désertification et de l'érosion des sols, la protection de la faune et d'autres domaines de préservation écologique et environnementale. Ensemble, nous pouvons faire de la Chine et de l'Afrique de beaux endroits où vivre en harmonie avec la nature.

Depuis le sommet du FOCAC de Johannesburg en 2015, la Chine a pleinement mis en œuvre les 10 plans de coopération adoptés lors du sommet. Un grand nombre de projets d'infrastructures ferroviaires, routières, aéroportuaires, portuaires et autres ont été achevés ou sont en cours de construction, ainsi qu'un certain nombre de zones de coopération économique et commerciale. Notre coopération dans les domaines de la paix et de la sécurité, de la science, de l'éducation, de la culture, de la santé, de la réduction de la pauvreté et des interactions interpersonnelles s'est approfondie. Le financement de 60 milliards de dollars américains promis par la Chine a été livré ou arrangé. Ces 10 plans ont apporté d'énormes avantages aux peuples africains et chinois. Ils démontrent amplement la créativité, le pouvoir de ralliement et l'efficacité de la coopération sino-africaine, et ont élevé le partenariat stratégique et coopératif global sino-africain vers de nouveaux sommets.

Comme étape vers une communauté de destin sino-africaine encore plus forte dans la nouvelle ère, la Chine s'appuiera sur ces 10 plans de coopération et lancera huit nouvelles initiatives en étroite collaboration avec les pays africains au cours des trois prochaines années et au-delà.

Premièrement, une initiative de promotion industrielle. Nous allons ouvrir une exposition économique et commerciale Chine-Afrique en Chine ; nous encourageons les entreprises chinoises à accroître leurs investissements en Afrique et construirons et moderniserons un certain nombre de zones de coopération économique et commerciale en Afrique. La Chine soutient l'Afrique dans la réalisation de la sécurité alimentaire générale d'ici 2030 et travaillera avec l'Afrique pour formuler et mettre en œuvre un programme d'action visant à promouvoir la coopération sino-africaine dans la modernisation de l'agriculture. La Chine mettra en œuvre 50 programmes d'assistance agricole et fournira 1 milliard de RMB d'aide alimentaire humanitaire d'urgence aux pays africains touchés par des catastrophes naturelles. Nous enverrons 500 spécialistes agricoles de haut niveau en Afrique et offrirons une formation aux jeunes leaders de la science et de la recherche agricoles et aux jeunes agriculteurs qui peuvent conduire les autres vers une vie meilleure. Nous aiderons les entreprises chinoises en Afrique à forger des alliances de responsabilité sociale des entreprises. Nous continuerons à renforcer la coopération avec les pays africains en matière de règlement en monnaie locale et à faire bon usage du Fonds de développement sino-africain, du Fonds sino-africain pour la coopération industrielle et du prêt spécial pour le développement des PME africaines.

Deuxièmement, une initiative de connectivité des infrastructures. La Chine travaillera avec l'Union africaine pour formuler un plan de coopération sino-africaine en matière d'infrastructures. Nous aidons les entreprises chinoises à participer à des projets de développement d'infrastructures dans les pays africains dans le cadre d'un modèle d'investissement-construction-exploitation ou d'un autre modèle applicable, en mettant l'accent sur la coopération dans les domaines de l'énergie, des transports, de l'informatique, des télécommunications et des ressources en eau transfrontalières. Nous travaillerons avec les pays africains pour entreprendre un certain nombre de projets de connectivité clés. Nous soutenons le développement du marché unique du transport aérien en Afrique et ouvrirons davantage de vols directs entre la Chine et l'Afrique. Nous faciliterons l'émission d'obligations par les pays africains et leurs institutions financières en Chine. Conformément aux règles et procédures multilatérales,

Troisièmement, une initiative de facilitation des échanges. Nous augmenterons les importations en provenance d'Afrique, en particulier les produits autres que les ressources. Nous soutenons la participation des pays africains à la China International Import Expo. Les pays africains les moins avancés participant à l'Expo seront exemptés des frais de stand d'exposition. Nous continuerons à renforcer les échanges et la coopération sur la régulation des marchés et entre les autorités douanières, et à mettre en œuvre 50 programmes de facilitation des échanges pour l'Afrique. Sur une base régulière, nous organiserons des activités de marketing pour les produits de marques chinoises et africaines. Nous soutenons la construction de la zone de libre-échange continentale africaine et continuerons à mener des négociations de libre-échange avec les pays et régions africains intéressés, et nous mettrons en place des mécanismes pertinents pour promouvoir la coopération en matière de commerce électronique avec l'Afrique.

Quatrièmement, une initiative de développement vert. La Chine lancera 50 projets de développement vert et de protection écologique et environnementale en Afrique afin d'élargir les échanges et la coopération avec l'Afrique sur le changement climatique, les océans, la prévention et le contrôle de la désertification et la protection de la faune. Un centre de coopération environnementale Chine-Afrique sera mis en place, et davantage de dialogue politique et de recherche conjointe sur les questions environnementales seront menés. Le programme des émissaires verts Chine-Afrique sera mis en œuvre pour renforcer les capacités humaines de l'Afrique en matière de gestion de l'environnement, de prévention et de contrôle de la pollution et de développement vert. Un centre Chine-Afrique du bambou sera créé pour aider l'Afrique à fabriquer des produits en bambou et en rotin. La Chine travaillera également avec l'Afrique pour sensibiliser le public à la protection de l'environnement.

Cinquièmement, une initiative de renforcement des capacités. La Chine partagera davantage son expérience de développement avec l'Afrique et soutiendra la coopération avec l'Afrique dans la planification du développement économique et social. Dix Ateliers Lu Ban seront créés en Afrique pour offrir une formation professionnelle aux jeunes Africains. La Chine soutiendra un centre de coopération d'innovation Chine-Afrique pour promouvoir l'innovation et l'entrepreneuriat chez les jeunes. Un programme sur mesure sera réalisé pour former 1 000 talents africains. La Chine fournira à l'Afrique 50 000 bourses gouvernementales et 50 000 opportunités de formation pour des séminaires et des ateliers, et invitera 2 000 jeunes Africains à visiter la Chine pour des échanges.

Sixièmement, une initiative de soins de santé. La Chine mettra à niveau 50 programmes d'aide médicale et sanitaire pour l'Afrique, en particulier des projets phares tels que le siège du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies et les hôpitaux de l'amitié sino-africaine. Une coopération d'échange et d'information sera menée sur la santé publique. Des programmes de coopération seront lancés sur la prévention et la lutte contre les maladies transmissibles émergentes et ré-émergentes, la schistosomiase, le VIH/SIDA et le paludisme. La Chine formera davantage de spécialistes médicaux pour l'Afrique et continuera d'envoyer des équipes médicales qui répondent le mieux aux besoins de l'Afrique. Davantage de services médicaux mobiles seront fournis aux patients pour le traitement de la cataracte, des maladies cardiaques et des malformations dentaires, et des services de soins de santé ciblés seront fournis aux femmes et aux enfants des groupes vulnérables en Afrique.

Septièmement, une initiative d'échange entre les peuples. La Chine créera un institut d'études africaines pour renforcer les échanges inter-civilisationnels avec les nations africaines. Le plan conjoint de recherche et d'échange Chine-Afrique sera amélioré. Une cinquantaine d'événements culturels, sportifs et touristiques communs seront organisés. La Chine salue la participation de l'Afrique à la Ligue internationale des théâtres de la Route de la soie, à l'Alliance internationale des musées de la Route de la soie et au Réseau des festivals d'art de la Route de la soie. Un réseau de coopération médiatique sino-africain sera mis en place. Plus de centres culturels africains seront ouverts en Chine et plus de centres culturels chinois en Afrique. Les instituts d'enseignement africains qualifiés sont les bienvenus pour accueillir les instituts Confucius. Davantage de pays africains sont les bienvenus pour devenir des destinations pour les groupes de touristes chinois.

Huitièmement, une initiative de paix et de sécurité. La Chine créera un fonds Chine-Afrique pour la paix et la sécurité afin de renforcer notre coopération dans les domaines de la paix, de la sécurité, du maintien de la paix et de l'ordre public. La Chine continuera de fournir une aide militaire à l'UA et soutiendra les pays de la région du Sahel et ceux riverains du golfe d'Aden et du golfe de Guinée dans le maintien de la sécurité et la lutte contre le terrorisme dans leurs régions. Un forum Chine-Afrique sur la paix et la sécurité sera mis en place en tant que plate-forme pour davantage d'échanges dans ce domaine. Cinquante programmes d'assistance à la sécurité seront lancés pour faire progresser la coopération sino-africaine dans le cadre de l'initiative "la Ceinture et la Route", et dans le domaine de l'ordre public, des missions de maintien de la paix des Nations Unies, de la lutte contre la piraterie et de la lutte contre le terrorisme.

Pour s'assurer que ces huit initiatives sont mises en œuvre sur le terrain, la Chine accordera 60 milliards de dollars de financement à l'Afrique sous la forme d'une aide gouvernementale ainsi que d'investissements et de financements par des institutions financières et des entreprises. Cela comprendra 15 milliards de dollars de subventions, de prêts sans intérêt et de prêts concessionnels, 20 milliards de dollars de lignes de crédit, la mise en place d'un fonds spécial de 10 milliards de dollars pour le financement du développement et d'un fonds spécial de 5 milliards de dollars pour le financement des importations en provenance d'Afrique. Nous encourageons les entreprises chinoises à réaliser au moins 10 milliards de dollars d'investissements en Afrique au cours des trois prochaines années. En outre, pour ceux des pays les moins avancés d'Afrique, des pays très endettés et pauvres, des pays en développement sans littoral et des petits pays insulaires en développement qui entretiennent des relations diplomatiques avec la Chine,

L'avenir des relations sino-africaines réside dans nos jeunes. Bon nombre des mesures des huit initiatives que je viens d'annoncer visent à aider les jeunes en Afrique. Ces mesures offriront aux jeunes Africains plus de possibilités de formation et d'emploi et ouvriront plus d'espace pour leur développement. En octobre dernier, j'ai répondu aux étudiants d'échange de l'Institut de coopération Sud-Sud et de développement. La plupart d'entre eux venaient d'Afrique. Je les ai encouragés à tirer le meilleur parti de ce qu'ils ont appris, à viser haut et à continuer à travailler dur pour promouvoir la coopération sino-africaine et la coopération Sud-Sud. Je crois qu'ils ont de nouveaux rôles à jouer et de nouvelles réalisations à faire à cet égard.

"Le soleil levant rouge éclairera la route à venir." Je suis convaincu que le relais de l'amitié sino-africaine sera transmis d'une génération à l'autre et que la Chine et l'Afrique, en travaillant ensemble, bâtiront une communauté de destin encore plus dynamique. Le jour viendra sûrement où la nation chinoise réalisera son rêve de renouveau national et l'Afrique réalisera son rêve d'unité et de revigoration.



* Extrait du discours d'ouverture de la cérémonie d'ouverture du Sommet de Pékin 2018 du Forum sur la coopération sino-africaine.

(Ne pas être republié à des fins commerciales ou autres.)


Edité le 02-07-2022 à 20:59:26 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 22-08-2022 à 17:32:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine annule 23 prêts pour 17 pays africains et développe des projets commerciaux et d’infrastructure « gagnant-gagnant »

22 AOÛT 2022

https://histoireetsociete.com/2022/08/22/la-chine-annule-23-prets-pour-17-pays-africains-et-developpe-des-projets-commerciaux-et-dinfrastructure-gagnant-gagnant/

Tandis que la propagande nous inonde de bulletins de triomphe concernant la victoire imaginaire des Ukrainiens, leur contre-offensive qui en fait se résume à quelques actions terroristes, ou encore le pari perdu de Poutine qui aurait réussi à faire grandir l’OTAN et l’unité du camp occidental, l’unité non seulement de la Chine et de la Russie s’accroit mais désormais comme ici en Afrique se met en place un mode anti-impérialiste, multipolaire, négociant le gagnant-gagnant. La présence ensemble de Poutine et de Xi au G20 traduit l’existence de ce nouveau rapport des forces que l’entrée de la Russie en Ukraine pour y affronter l’OTAN a accéléré. Ceux qui pleurnichent sur le tort que se serait causé Poutine à lui-même par pur opportunisme semblent ignorer deux faits : que ce soit en Ukraine ou à Taiwan, partout l’Occident, sa guerre médiatique et l’installation de ses missiles a été l’agresseur et il y a un moment où la riposte s’impose. En outre partout l’occident n’a rien d’autre à offrir au peuple que du sang et des larmes et un discours sur les libertés qui en fait revient à défendre la liberté sans limite de l’exploitation et de la répression de ses capitalistes. (note de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)


La Chine annule 23 prêts sans intérêt pour 17 pays africains, après avoir déjà annulé 3,4 milliards de dollars et restructuré 15 milliards de dollars de dette de 2000 à 2019. Pékin a promis davantage de projets d’infrastructure et a proposé des accords commerciaux favorables dans un modèle « gagnant-gagnant » de « coopération mutuellement bénéfique ».


Par Benjamin Norton


Le gouvernement chinois a annoncé qu’il accordait 23 prêts sans intérêt à 17 pays africains, tout en s’engageant à approfondir sa collaboration avec le continent.
Cela s’ajoute à l’annulation par la Chine de plus de 3,4 milliards de dollars de dette et à la restructuration d’environ 15 milliards de dollars de dette en Afrique entre 2000 et 2019.
Alors que Pékin a une histoire répétée de renonciation à des prêts comme celui-ci, les gouvernements occidentaux ont multiplié des accusations sans fondement et politiquement motivées selon lesquelles la Chine utilise la « diplomatie du piège de la dette » dans les pays du Sud.

Les États-Unis ont transformé l’Afrique en champ de bataille dans leur nouvelle guerre froide contre la Chine et la Russie. Et Washington a armé les affirmations douteuses de « pièges de la dette » chinois pour tenter de diaboliser Pékin pour ses projets d’infrastructure substantiels sur le continent.

Pour sa part, la Chine a repoussé la nouvelle guerre froide américaine.
Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a tenu une réunion avec des dirigeants de divers pays africains et de l’Union africaine le 18 août.
Lors de la conférence, M. Wang a condamné la « mentalité de guerre froide à somme nulle » de l’Occident. Il a plutôt proposé un modèle basé sur la « coopération multipartite » avec l’Afrique qui apporte des « résultats gagnant-gagnant » pour toutes les parties.
« Ce que l’Afrique accueillerait favorablement, c’est une coopération mutuellement bénéfique pour le plus grand bien-être des peuples, et non une rivalité entre grands pays pour des gains géopolitiques » , a-t-il déclaré.

M. Wang a révélé que Pékin soutiendrait l’Union africaine dans ses efforts pour rejoindre le G20.
Le ministre des Affaires étrangères a également annoncé que « la Chine renoncera aux 23 prêts sans intérêt pour 17 pays africains qui étaient arrivés à échéance d’ici la fin de 2021 » .
Pékin s’est engagé à renforcer le commerce avec l’Afrique et a conclu des accords avec 12 pays du continent pour supprimer les droits de douane sur 98% des produits qu’ils exportent vers la Chine, augmentant ainsi la compétitivité des produits africains.
M. Wang a déclaré que Pékin continuerait à fournir une aide alimentaire, économique et militaire à l’Afrique, tout en offrant une assistance dans la lutte contre le covid-19.
Soulignant l’importance de la « coopération au développement » , la Chine a offert des milliards de dollars d’investissements dans des projets d’infrastructure comme « un fort coup de pouce au processus d’industrialisation de l’Afrique » .

L’Afrique joue un rôle important dans l’initiative « la Ceinture et la Route » de Beijing, un projet d’infrastructure mondial visant à interconnecter les pays du Sud et à déplacer le centre de l’économie mondiale vers l’Est.
« Face aux diverses formes de pratiques hégémoniques et d’intimidation, la Chine et l’Afrique se sont épaulées » , a souligné M. Wang, appelant à « sauvegarder l’équité et la justice internationales » .

Des diplomates américains visitent l’Afrique et font pression sur elle pour qu’elle coupe les liens avec la Chine et la Russie
Les commentaires et les promesses de la Chine d’approfondir la « coopération mutuellement bénéfique » avec l’Afrique n’auraient guère pu être plus différents de ceux faits par les hauts diplomates américains.

L’ambassadrice des États-Unis aux Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, s’est rendue en Ouganda et au Ghana au cours de la première semaine d’août. Là, elle a menacé le continent, disant aux pays africains qu’ils ne peuvent pas faire de commerce avec la Russie, sinon ils violeront les sanctions occidentales.

Thomas-Greenfield a averti en Ouganda: « En ce qui concerne les sanctions que nous avons contre la Russie – par exemple, les sanctions pétrolières – si un pays décide de s’engager avec la Russie là où il y a des sanctions, alors ils enfreignent ces sanctions; ils enfreignent nos sanctions et, dans certains cas, ils enfreignent les sanctions de l’ONU avec d’autres pays, et nous avertissons les pays de ne pas enfreindre ces sanctions parce que, s’ils le font, ils ont la chance d’avoir des mesures prises contre eux pour avoir enfreint ces sanctions.
Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est ensuite rendu en Afrique du Sud, en République démocratique du Congo et au Rwanda du 7 au 11 août, dans le cadre d’un voyage visant à affaiblir les relations de l’Afrique avec la Chine et la Russie.

« Le “piège de la dette” chinois est un mythe »
L’une des armes les plus puissantes de Washington dans sa guerre de l’information contre la Chine est ses accusations sans preuves selon lesquelles Pékin est censé piéger les pays africains dans la dette.

Pourtant, comme [urlX=https://multipolarista.com/2022/07/11/debt-trap-sri-lanka-west-china/https://multipolarista.com/2022/07/11/debt-trap-sri-lanka-west-china/Multipolarista l’a déjà signalé dans une analyse de la crise économique du Sri Lanka[/url], les gouvernements occidentaux, les institutions financières, les banques et les fonds vautours sont responsables de la grande majorité de la dette dans laquelle les pays du Sud sont piégés.

Le média d’État du gouvernement britannique, la BBC, a enquêté sur les allégations de « diplomatie du piège de la dette » au Sri Lanka et a conclu à contrecœur qu’elles étaient fausses.
« La vérité est que de nombreux experts indépendants disent que nous devrions nous méfier du récit du piège de la dette chinoise, et nous avons trouvé beaucoup de preuves ici au Sri Lanka qui le contredisent » , a déclaré le journaliste de la BBC Ben Chu dans une dépêche.

De même, des universitaires de l’Université Johns Hopkins et de la Harvard Business School ont reconnu dans le magazine the Atlantic de l’establishment de Washington que « le ‘piège de la dette’ chinois est un mythe » .
L’universitaire Deborah Brautigam a écrit que le récit parrainé par le gouvernement américain est « un mensonge et un récit puissant ».
« Nos recherches montrent que les banques chinoises sont disposées à restructurer les conditions des prêts existants et n’ont jamais saisi un actif d’aucun pays » , a-t-elle ajouté.
Brautigam a constaté qu’entre 2000 et 2019, la Chine a annulé plus de 3,4 milliards de dollars et restructuré ou refinancé environ 15 milliards de dollars de dette en Afrique, renégociant au moins 26 prêts individuels.

Cette annulation de dette passée s’ajoute aux 23 prêts sans intérêt pour 17 pays africains que Pékin a annoncé qu’il gracierait.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Afrique en marche  coopération sino-africaineNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum