Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  les luttes du Maghreb 

 Obama Sarkozy bas les pattes devant la Libye !

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6Page précédentePage suivante
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 13-09-2011 à 11:20:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Selon l’agence Reuters citée par le site 20’ , Abdeljalil a affirmé que la loi islamique de la charia constituera la principale source d'inspiration du nouveau droit libyen .
«Nous devons instaurer un Etat de droit et de prospérité dans lequel la charia est la principale source réglementaire, ce qui exige de nombreuses conditions» .


D’autre part le CNT a établi un calendrier prévoyant la rédaction d'une nouvelle Constitution et la tenue d'élections dans un delai de 20 mois à partir du moment où la Libye sera déclarée «libérée» .
Pour l'instant, cette notion de «libération» n'a pas été établie alors que plusieurs régions dans le sud du pays ainsi que trois villes importantes, Bani Walid, Syrte et Sabha, se trouvent toujours sous le contrôle des forces loyales à Kadhafi.


Selon Algeria ISP, Moustapha Abdeljalil serait sous protection française à bord du navire militaire LE MISTRAL.


Edité le 13-09-2011 à 11:28:35 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 13-09-2011 à 13:52:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Trois raisons pour tuer Kadhafi


Quelques détails sur une question clé de la guerre en Libye : empêcher à tout prix l’unité et l’émergence de l’Afrique.

Sur cette vidéo :
Les 3 raisons de tuer Kadhafi.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 13-09-2011 à 17:32:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Pour Chavez, ils ont déjà essayé évidemment.

AlterInfo publie des photos de la manifestation parisienne contre les bombardements en Libye. Peu de monde malheureusement, mais il faut rendre hommage à ceux qui ont eu l’honneur d’y participer :




Des extraits du premier discours public du président du CNT Abdeljalil « à Tripoli » sur cette vidéo. Malheureusement... on ne le voit pas simultanément avec la foule ???

Pour faire bonne mesure les grandes lignes du discours de Kadhafi le 8 septembre sur InfoAbidjan ou bien entier et en anglais sur Mathaba
Dans un courrier adressé le 12 au peuple libyen sur la chaîne syrienne Al-Rai, il déclare notamment :
"Nous assistons à une révolte contre Al-Fateh et le pouvoir des comités du peuple. Ceci est une nouvelle tentative de retour en Libye, à la période de Al-Fateh, des sociétés occidentales colonisant le peuple libyen.
Il s’agit d’une tentative de remettre en esclavage, le peuple libyen. Le forcer à revenir à la période coloniale, après sa libération par notre héros Al-Fateh."

source.

Quelques infos en provenance de l'armée libyenne sur la guerre coloniale en Libye :
Le Temps d’Algérie.
et Mathaba
On y apprend notamment que des soldats algériens épauleraient l’armée libyenne. Des volontaires militaires nigériens seraient également en route pour la Libye.

Le gouvernement égyptien ferme la chaîne de tv Al Jazeera .
Les liens USA-Al Jazeera sont connus, un exemple cité par wikileaks révèle un cas d'autocensure pratiquée déjà en 2005 par cette chaîne basée à Doha au Qatar.

[Liens publiés sur le blog d'Allain Jules]


Edité le 13-09-2011 à 17:39:33 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 16-09-2011 à 23:49:09   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Actualité en Libye :

Le porte-parole de Mouammar Kadhafi, Ibrahim Moussa, a déclaré que les villes libyennes de Beni Walid, Syrte et Sabha sont privées de fournitures médicales pour les blessés.
La vie quotidienne dans ces provinces est "très difficile" dit-il, "En violation de toutes les normes internationales, les rebelles nous coupent l'eau et l'électricité" .
Un journaliste d'Associated Press aurait signalé l'utilisation de phosphore blanc à Beni Walid.

L'annonce officielle du début de la colonisation

Dans Le Temps d’Algérie, on peut lire le commentaire d'Ibrahim Moussa sur
la visite éclair jeudi de Nicolas Sarkozy et David Cameron en Libye, les accusant de vouloir «transformer la Libye en fief de l'Occident». «La France tente de renforcer ses agents (en Libye) et la Grande-Bretagne à favoriser des figures politiques qui lui sont alliées, face à ceux qui tournent autour des Etats-Unis et du Qatar» , afin de «transformer la Libye en fief pour l'Occident».
« La visite inaugure un projet de colonisation en Libye et constitue l'annonce officielle du début de son application »
, a-t-il poursuivi dans la nuit de jeudi à vendredi, lors d'une intervention par téléphone sur la chaîne Arraï basée en Syrie et qui diffuse également régulièrement des messages du dirigeant déchu. Moussa Ibrahim a en outre accusé le président français et le Premier ministre britannique de «se dépêcher de récolter les fruits de la chute de Tripoli (...) car ils craignent évidemment l'arrivée de l'Amérique et d'autres Etats pour prendre leur part du gâteau».
«Ils parlent à présent de la reconstruction de la Libye pour des centaines de milliards de dollars (...) ils la détruisent et la reconstruisent avec l'argent des Libyens»
, a-t-il dénoncé. «Ils se sont dépêchés de venir à Tripoli pour conclure des accords secrets avec les collaborateurs et les traîtres et mettre la main sur le pétrole et les investissements sous prétexte de la reconstruction»
.

Effectivement Sarkozy a nié très lourdement dans son discours "à Tripoli" que le partage du gâteau ait été au menu. On observe dans la vidéo qu'il n'a pas honte de rappeler les appétits des monopoles français ni de réclamer des "appels d'offre" pour faire les choses comme on le fait dans tous les états de droit ...
On le voit aussi exiger la tête de Kadhafi « il ne peut pas y avoir de pardon s’il y a le sentiment de l’impunité » comme s'il occupait déjà le siège du procureur.

Après ce magistral numéro de faux cul, la prise de Syrte annoncée comme la cerise sur le gâteau s’est soldée par de lourdes pertes selon Le Parisien et les rebelles ont dû battre en retraite.
Quelques détails sur ce blog russe (à traduire avec Google).


Edité le 17-09-2011 à 00:17:33 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 17-09-2011 à 23:24:48   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A lire :

Sous le titre « Libye : un avenir incertain
Compte-rendu de missions d’évaluation auprès des belligérants libyens »
,

Le CIRET-AVT Centre de Recherches et d’Etudes sur le Terrorisme et d’Aide aux Victimes a publié en mai 2011 le résultat d’une enquête réalisée en avril sur le sol libyen, conjointement avec le Centre Français de Recherche sur le Renseignement.

Les conclusions sont extrêmement instructives, font un sévère ménage dans la propagande des médias occidentaux et relèvent des mensonges patents du CNT.
Elles redressent nombre de contre-vérités sur la société Libyenne de Kadhafi.
L’intervention de l’Otan est signalée dès le siège de Benghazi.
Le document s’étend aussi sur la présence de terroristes islamiques dans le CNT :

http://fr.calameo.com/read/00000977924fa42ccfb6e

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 20-09-2011 à 23:41:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Résumé du dernier discours de Kadhafi sur Arrai Tv, face à la présentatrice Mishaan al Jabouri :

1- Ce qui se passe en Libye est une farce lorsque l’OTAN parle de nouveau gouvernement. Seuls les bombardements de l’OTAN donne une légitimité à ce qu’ils appellent nouveau gouvernement.
2- Il est très difficile de faire tomber le régime libyen parce qu’il représentent des millions de Libyens.
3- depuis 1975 je ne représente plus le pouvoir. Ce sont les Comités populaires qui ont le pouvoir. 2000 tribus se sont réunis à Tripoli pour l’affirmer.
4- Seul le pouvoir des Comités populaires est légitime en Libye. Toute autre initiative est une falsification et est considérée comme nulle et sans effet.


La bande-son


Edité le 20-09-2011 à 23:55:08 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 24-09-2011 à 20:08:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article intéressant du Petit Blanquiste :


La "méthode libyenne"



Dans une interview au magazine Foreign Affairs [1], Ben Rhodes, vice-chef du Conseil de sécurité nationale des Etats-Unis [2], a déclaré que la « méthode » utilisée par l’administration d’Obama en Libye est « plus efficace » que le grand déploiement de troupes appliqué par Bush en Irak et en Afghanistan.

Pour lui, la forme d’intervention de l’OTAN en Libye - avec quelques variantes - pourrait constituer un nouveau modèle applicable à d’autres pays. On se trouve donc en présence d'une menace de répétition du même type d'intervention contre d’autres pays . Que ceux-ci représentent, par leurs ressources, un intérêt stratégique pour Washington et ses alliés ou qu'ils revendiquent une autonomie politique inacceptable - comme certains pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

Selon Rhodes, dès le début de l’intervention, Obama a mis l’accent sur le fait qu’il était beaucoup « plus légitime et efficace » pour le « changement de régime » que celui-ci soit recherché par un mouvement « autochtone » - et non par les États-Unis. Rhodes avoue ainsi que la zone d’exclusion aérienne pour « protéger la population » - réclamée avec par Obama, Sarkozy et Cameron afin d’obtenir l’approbation de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU – n’était qu’un grossier mensonge et que leur véritable objectif était le changement de régime .

Une fois la résolution arrachée, l’OTAN a pu mettre en œuvre des bombardements non autorisés et détruire une grande partie des infrastructures de la Libye massacrant au passage de nombreux civils . Il s'agissait de raser les lieux par lesquels devaient passer les « rebelles » de Benghazi.

Parallèlement, l’OTAN est passé outre une interdiction expresse de la résolution, en entraînant et armant les « rebelles » et en entrant en guerre avec des moyens militaires terrestres des États-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne, des monarchies jordaniennes et du Conseil de coopération du Golfe. [3]

En résumé, la prétendue intention de protéger la population libyenne s’est convertie en une intervention militaire étrangère d’une ampleur considérable contre cette même population .

Barack Obama a, lui-même, exprimé tout le bien qu’il pensait de la « méthode libyenne » décrite par Ben Rhodes – à savoir le scénario d’une « rébellion réprimée par un dictateur » suivie d’une intervention militaire occidentale destinée à « protéger la population ». En marge de l’Assemblée générale de l’ONU, il a déclaré contre toute évidence : « Ce sont les Libyens qui ont libéré la Libye » et ajouté : « En même temps, la Libye représente une leçon sur ce que la communauté internationale peut réussir lorsque nous sommes solidaires ».

Ces propos doivent alerter tous ceux qui refusent que les Etats-Unis et leurs alliés - dont la France - poursuivent et amplifient leurs guerres prédatrices .

JPD

Source : cubadebate

[1] Foreign Affairs est un bimestriel publié à New York depuis 1922 et diffusé à environ 100 000 exemplaires en 2004. (Wikipedia)

[2] Le Conseil de sécurité nationale (National Security Council ou NSC) est une organisation administrative dépendant directement du président des États-Unis.

[3] Le Conseil de coopération des États arabes du Golfe ou Conseil de coopération du Golfe (CCG) est une organisation régionale regroupant six pétromonarchies du golfe Persique : Arabie saoudite, Oman, Koweït, Bahreïn, Émirats arabes unis et Qatar. Les royaumes du Maroc et de Jordanie sont en cours d’adhésion. (Wikipedia)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 25-09-2011 à 23:11:36   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A lire : interview d'Allain Jules à la Nouvelle République

«En Libye, il ne s’agit plus d’une révolution, mais d’un coup d’Etat»

Egalement sur le site de Nouvelle République
[NB : Nouvelle République est un quotidien algérien]

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 28-09-2011 à 14:37:14   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur les raisons de la guerre, un article publié par Info Palestine



La Grande-Bretagne et la France mènent la charge coloniale en Libye


lundi 26 septembre 2011
Peter Symonds

________________________________________

La visite du premier ministre britannique David Cameron et du président français Nicolas Sarkozy en Libye jeudi dernier rappelle toutes les traditions sordides et sanguinaires de l’impérialisme : l’hypocrisie patente, le pillage économique et le recours impitoyable à la force pour arriver à ses fins.


Bombardements "démocratiques" de l’OTAN sur la Libye... - Photo : fr.altermedia.info

Cameron et Sarkozy ont été fêtés par les dirigeants du client local de l’OTAN - le Conseil national de Transition (CNT) - à Tripoli d’abord à grand renfort de mesures de sécurité puis ils ont été rapidement transportés au bastion du CNT à Benghazi. Sous les vivats de la foule rassemblée, Cameron a salué « la Libye libre ». « La France, la Grande-Bretagne, l’Europe seront toujours aux côtés du peuple libyen, » a déclaré Sarkozy.

Le faux prétexte de l’aventure néocoloniale de l’OTAN - soi-disant pour protéger des vies libyennes contre le régime de Mouammar Kadhafi - a pratiquement été abandonné. Les avions de combat de l’OTAN continuent de bombarder des cibles autour des villes pro-Kadhafi restantes de Syrte et de Bani Walid au mépris de la vie des civils alors que le CNT et les partisans de l’OTAN essaient de contrôler le pays entier. Les médias occidentaux qui avaient promu l’intervention impérialiste en lançant des avertissements soi-disant de massacres imminents de la part du régime Kadhafi, gardent un silence réservé sur les centaines, si non les milliers de civils qui ont été tués lors des bombardements de l’OTAN.

Cameron a déclaré que Benghazi « a été une inspiration pour le monde entier, et vous avez renversé un dictateur et vous avez choisi la liberté. »
Sur la tribune se trouvaient à côté de lui le président du CNT, Moustapha Jalil, ancien ministre de la Justice de Kadhafi, et le « premier ministre » du CNT, Mahmoud Jibril qui avait présidé le conseil national pour le développement économique. Les deux hommes portent la responsabilité des crimes du régime Kadhafi et ne seront pas moins impitoyables dans leur traitement de l’opposition politique contre le nouvel ordre de l’OTAN nouvellement créé.

Cameron et Sarkozy, ont bien sûr rejeté toute suggestion que leur visite en Libye était liée à des intérêts mercenaires. Aucune promesse n’a été faite ou recherchée a dit le président français aux reporters en ajoutant : « Ce que nous avons fait, nous l’avons fait pour des raisons humanitaires. Il n’y avait pas d’agenda caché. »
Jalil s’est empressé d’affirmer que la France et la Grande-Bretagne « auront une influence future » . Il a poursuivi en disant : « Nous allons honorer les anciens contrats, et nos amis auront un rôle initiateur conformément à leurs efforts dans le soutien de la Libye. »

En d’autres termes, le butin du pétrole appartient aux vainqueurs.
La ruée néocoloniale sur la Libye est tellement évidente qu’elle est ouvertement reconnue par la presse de l’establishment. En commentant ceci cette semaine, Simon Tisdall du Guardian a remarqué : « En vérité, à la manière des héros conquérants de l’histoire, les dirigeants britanniques et français sont arrivés, à la recherche des lauriers de la victoire qui produiront peut-être avec le temps un rendement financier appréciable. Il s’agit, d’abord et avant tout, du butin de guerre de Dave et de Sarko. »

La visite de Cameron et de Sarkozy marque le début d’une compétition féroce pour l’influence politique, la position stratégique et les profits en Libye. Hier, le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, est arrivé à Tripoli pour déclarer que « l’ère des régimes oppresseurs est révolue. »
Avant le déclenchement de la guerre civile en février, les avoirs de la Turquie en Libye s’élevaient à quelque 15 milliards de dollars en Libye, et qu’Erdogan était soucieux de sécuriser.

En début de semaine, le PDG du géant énergétique italien ENI, Paolo Scaroni était à Tripoli pour discuter la reprise des exportations de gaz de la Libye. ENI était le plus important producteur d’énergie de la Libye avant la guerre et est évidemment très soucieux de défendre sa position dominante. La Libye dispose des plus importantes réserves d’énergie connues en Afrique - 46,4 milliards de barils de pétrole et 55 pieds cubes de gaz naturel. Les responsables libyens ont rapporté aux « Amis de la Libye » qui s’étaient réunis à Paris le 2 septembre que cinq grandes entreprises étrangères d’énergie étaient revenues dans le pays.

Malgré toutes les affirmations hypocrites que la guerre pour un « changement de régime » concernait uniquement la protection de vies humaines, les objectifs de l’impérialisme britannique et français en Libye, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ne sont pas plus humanitaires aujourd’hui qu’elles ne l’étaient ces 200 dernières années.
Il suffit d’examiner brièvement l’histoire de la Libye et de ses voisins directs. Soixante-dix ans de domination coloniale britannique en Egypte ont débuté en 1882 avec un bombardement maritime d’Alexandrie et une force expéditionnaire pour réprimer brutalement une opposition nationaliste. La Grande-Bretagne a envahi le Soudan voisin sous la bannière humanitaire de répression de la traite des esclaves partout dans le pays.
La France a un long passé de domination coloniale en Algérie, au Tchad, au Niger et en Tunisie. Dans les années 1940 et 1950, pour conserver le contrôle de l’Algérie elle avait mené une longue guerre sanglante durant laquelle les forces françaises devinrent tristement célèbres pour l’usage de la torture, de représailles et de massacres de masse. Le gouvernement post-colonial avait estimé que jusqu’à 1,5 million d’Algériens avaient été tué durant la lutte contre la domination française.
La Libye elle-même était sous le joug de l’Italie qui avait justifié son invasion comme étant une mission « civilisatrice. » De l’avènement de la domination italienne jusqu’à la déroute de l’armée italienne durant la Deuxième Guerre mondiale, la moitié de la population libyenne a été assassinée, affamée ou poussée à l’exil. La résistance à la domination italienne a été réprimée par des bombardements aériens systématiques et, dans les années 1930, par la rafle de 100.000 personnes, dont la plupart des nomades, et leur déportation dans des camps de concentration où au moins la moitié d’entre elles sont mortes.
Alors que tous ces pays étaient devenus officiellement indépendants après la Deuxième Guerre mondiale, les anciennes puissances coloniales ont maintenu indirectement leurs intérêts économiques et stratégiques par le biais des divers régimes nationalistes qui avaient émergé. C’est précisément cet échec abject du nationalisme bourgeois de mettre fin à la domination impérialiste ou de satisfaire les besoins sociaux pressants et les aspirations démocratiques des masses qui a ouvert la voie aux nouvelles interventions coloniales. Confrontées à la pire crise économique depuis les années 1930, les puissances américaines, européennes et les puissances émergentes comme la Chine et la Russie sont toutes engagées dans une course effrénée contre leurs adversaires pour la domination de l’Afrique, du Moyen-Orient et internationalement.
Durant son voyage en Libye, Sarkozy a même indiqué la prochaine « mission humanitaire » de la France, en déclarant qu’il dédiait sa visite « à tous ceux qui espèrent que la Syrie soit un jour un pays libre. » Le contrôle de la Syrie et du Liban avait été alloué à la France après la Première Guerre mondiale dans le cadre des accords Sykes-Picot signés avec la Grande-Bretagne et qui partageaient l’ancien empire ottoman entre les deux puissances impérialistes. Ne voulant pas être en reste, le premier ministre turc Erdogan, a réclamé pour sa part le lendemain que « ceux qui oppriment le peuple de Syrie » devraient être conscients que « leur temps était écoulé. »

Source : info-palestine.net


Edité le 28-09-2011 à 15:06:13 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 28-09-2011 à 15:05:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

et un autre publié par mondialisation.com

La guerre de l’OTAN contre la Libye est dirigée contre la Chine


AFRICOM et la menace sur la sécurité énergétique nationale de la Chine


par F. William Engdahl



La décision prise de Washington pour l’OTAN de bombarder la Libye de Kadhafi et de la soumettre à ses diktats ces derniers mois, ceci à un coût estimé d’au moins un milliard de dollars qui seront épongés par le contribuable américain, n’a pas grand chose à voir avec ce que le gouvernement d’Obama proclame être une “mission de protection de civils innocents”. En réalité, ceci fait partie d’un plus vaste plan stratégique de l’OTAN et du Pentagone en particulier de contrôler le talon d’Achille de la Chine, à savoir sa dépendance stratégique en de grands volumes d’importation de pétrole brut et de gaz. Aujourd’hui, la Chine est le second importateur de pétrole au monde derrière les Etats-Unis et le fossé se comble rapidement.

Si nous regardons attentivement une carte de l’Afrique et si nous observons l’organisation africaine du nouveau commandement africain du Pentagone AFRICOM, il émerge que le stratégie est de contrôler une des ressources stratégiques les plus importantes de la Chine en ce qui concerne le pétrole et les matières premières.

La campagne de Libye de l’OTAN est au sujet du pétrole et rien que du pétrole; mais pas à propos de contrôler le brut de haute qualité libyen (demandant peu de rafinage), parce que les Etats-Unis sont nerveux à propos de sources d’approvisionnement étrangères. C’est plutôt au sujet du contrôle de l’accès de la Chine à des importations de brut de longue durée depuis l’Afrique et le Moyen-Orient. En d’autres termes, tout ceci est au sujet de contrôler la Chine elle-même.

La Libye est bordée au nord par la Mer Méditérannée, directement de l’autre côté de l’Italie, dont la compagnie pétrolière ENI a été le contracteur étranger le plus important en Libye pendant des années. A l’Ouest, la Libye est bordée par la Tunisie et l’Algérie; au sud par le Tchad, à l’Est, elle est bordée par à la fois l’Egypte et le Soudan (aujourd’hui le Soudan et le Soudan du sud). Ceci devrait en dire long sur l’importance stratégique à long terme de la Libye pour l’AFRICOM et le Pentagone quant à leur possibilité de contrôle de l’Afrique et de ses ressources et quel pays est capable d’obtenir ces ressources.

La Libye de Kadhafi a maintenu un contrôle étatique strict sur ses réserves très importantes de pétrole brut de haute qualité. D’après des données d’étude datant de 2006, la Libye possède les plus grosses réserves pétrolières du continent africain, environ 35% de plus que celles estimées du Nigéria. Les concessions d’exploitation de ce pétrole ont été étendues aux compagnies pétrolières d’état chinoise et russe ainsi qu’à d’autres ces dernières années.

De manière attendue, un porte-parole de la soi-disante opposition qui clâme victoire sur Kadhafi, Abdel Jalil Mayouf, le représentant en Relation Publique de la firme pétrolièee libyenne AGOCO, a dit à l’agence Reuters: “Nous n’avons aucun problème avec les pays entreprises occidentales comme celles de l’Italie, la France ou du Royaume-Uni; mais nous pourrions avoir quelques problèmes politiques avec celles venant de Russie, de Chine et du Brésil.” La Chine, la Russie et le Brésil se sont soit opposés aux sanctions de l’ONU sur la Libye ou on fait pression pour la résolution du conflit en interne et un arrêt des bombardements de l’OTAN.

Comme je l’ai déjà détaillé auparavant,1. Kadhafi, ancien adhérent du socialisme pan-arabe dans la ligne de l’Egyptien Gamal Nasser, a utilisé les revenus du pétrole pour améliorer de beaucoup les conditions de vie de ses compatriotes. Les soins médicaux étaient gratuits tout comme l’était l’éducation. Chaque famille libyenne recevait une bourse d’état de 50 000 US$ afin d’acheter une nouvelle maison et tous les prêts bancaires étaient en accord avec les lois anti-usurières de l’islam, et donc sans taux d’intérêt. L’état n’était pas non plus endetté. Ce n’est seulement qu’au prix d’une corruption forcenée et d’une infiltration massive dans l’Est du pays, que la CIA, le MI6 et les autres agences de renseignement de l’OTAN ont pu, au coût de plus d’un milliard de dollars et de bombardements massifs des populations civiles par les forces de l’OTAN, déstabiliser les liens entre Kadhafi et son peuple.

Pourquoi donc l’OTAN et le pentagone ont-ils mené une campagne si meurtrière sur un pays souverain ? Une évidence est que cela servait à encercler les ressources énergétiques et de matières premières de la Chine sur le continent en en Afrique du nord.

L’alerte du Pentagone à propos de la Chine

Pas à pas depuis ces dernières années, Washington a commencé à créer la perception que la Chine, qui était “le très cher ami et allié de l’Amérique” il y a encore moins de dix ans, était en train de devenir la plus grande menace pour la paix mondiale le tout à cause de son énorme expansion économique. Dépeindre la Chine comme le “nouvel ennemi” a été compliqué car Washington est dépendant de la Chine pour qu’elle achète la part du lion de sa dette gouvernementale sous forme d’obligations et bons du trésor.

En Août, le pentagone a publié pour le congrès son rapport annuel sur le statut militaire de la Chine.2 Cette année, ce rapport a déclenché des sonnettes d’alarme stridentes à travers la Chine. Le rapport stipule entr’autres choses, que “depuis la dernière décennie, l’armée chinoise a bénéficié d’investissements robustes en terme de matériel moderne et de technologie. Bon nombre de systèmes modernes ont atteint un bon niveau de maturité et d’autres seront opérationnels dans quelques années”, a dit le pentagone dans ce rapport. Il a aussi ajouté qu’ “il y a une certaine incertitude sur le comment la Chine va utiliser ses capacités croissantes… La Chine comme majeur acteur international peut très bien se dresser comme une caractéristique stratégique de ce début de XXI ème siècle.”3

Dans un intervalle de peut-être deux à cinq ans, selon comment le reste du monde réagit et joue ses cartes, la République Populaire de Chine émergera dans les médias européens sous contrôle comme étant la nouvelle “Allemagne hitlérienne”. Si cela est peut-être difficile à croire aujourd’hui, réfléchissez un peu comment cela a été fait avec l’ancien allié et ami de Washington Hosni Moubarak et même auparavant avec Saddam Hussein. En Juin de cette année, l’ancien secrétaire d’état à la marine et maintenant Sénateur américain pour la Virginie, James Webb, a surpris beaucoup de monde à Pékin quand il déclara à la presse que la Chine était en train d’approcher ce qu’il appelait “un moment de Munich”, quand Washington devra décider de garder un équilibre stratégique, ce en référence à la crise de 1938 sur la Tchécoslovaquie, quand Chamberlain opta pour l’apaisement avec Hitler sur la question des Sudètes. Webb ajouta: “Si vous regardez les dix dernières années, le vainqueur stratégique a été la Chine”.4

Le même rouleau compresseur propagandiste du pentagone, emmené par CNN, BBC, le New York Times et le Guardian de Londres, va obtenir les ficelles subtiles de la part de Washington pour “peindre la Chine et ses leaders en noir”. La Chine devient bien trop puissante et bien trop indépendante pour beaucoup à Washington et à Wall Street. Pour contrôler cela et par dessus tout la dépendance énergétique de la Chine, ses imports de pétrole ont été identifiés comme étant son talon d’achille. L’affaire libyenne est un coup monté directement pour frapper ce talon d’Achille.

L’introduction de la Chine en Afrique

L’implication des compagnies énergétiques et d’imports de matières premières chinoises à travers le continent africain est devenue une cause majeure de souci pour Washington où une attitude de négligence maligne a dominé la politique africaine depuis l’ère de la guerre froide. Comme ses besoins énergétiques futurs étaient devenus évidents depuis plusieurs années, la Chine a commencé une véritable et dominante diplomatie économique en Afrique, qui s’est vraiment développée depuis 2006 lorsque Pékin a littéralement déroulé le tapis rouge pour les chefs d’état de plus de quarante pays africains et discuté de très larges sections de relations commerciales avec ces pays. Rien n’était plus important pour Pékin que de sécuriser de futures ressources pétrolières pour la forte industrialisation de la Chine dans son ensemble. La Chine fit donc mouvement vers des pays abandonnés par leurs anciennes puissances coloniales européennes comme la France, le Royaume-Uni ou le Portugal.

Le Tchad par exemple est un cas d’école. Un des pays les plus pauvres et les plus isolés d’Afrique; le Tchad fut courtisé par Pékin qui rétablit les relations diplomatiques avec ce pays en 2006.



En Octobre 2007, le géant du pétrole d’état chinois CNPC signa un contrat pour construire une rafinerie de pétrole en conjonction avec le gouvernement tchadien. Deux ans plus tard, ils commencèrent la construction d’un pipeline pour amener le pétrole d’un nouveau champs d’exploitation chinois dans le sud à quelques 300 km de la rafinerie. Les ONG supportées par les gouvernements occidentaux commencèrent à crier au loup concernant l’impact écologique de pipeline chinois. Ces mêmes ONG étaient curieusement silencieuses lorsque Chevron découvrit du pétrole au Tchad en 2003.

En Juillet 2011, les deux pays, le Tchad et la Chine célébraient l’ouverture de la rafinerie commune sino-tchadienne juste à côté de la capitale N’djamena.5

Les activités pétrolières tchadiennes chinoises sont également très proches d’un autre projet pétrolier majeur chinois, celui de la région du Darfour au Soudan, limitrophe au Tchad.

Le Soudan a été une source très importante et grandissante de pétrole pour la Chine depuis le début d’une coopération entre les deux pays au début des années 1990, après que Chevron eut abandonné ses options là-bas. Dès 1998, CNPC construisait un pipeline pétrolier de 1500 km depuis les champs d’exploitation du sud-Soudan jusqu’à Port Soudan sur les rives de la Mer Rouge ainsi qu’une rafinerie près de Khartoum. Le Soudan fut la première grande opération pétrolière gérée à l’étranger par la Chine. Au début 2011, le pétrole soudanais, en provenance de la zone de conflit du sud, couvrait environ 10% des imports pétroliers de la Chine en prenant plus de 60% de la production quotidienne du Soudan de 490 000 barils / jour. Le Soudan est devenu un point vital de la sécurité énergétique nationale chinoise.

D’après des estimations géologiques, le sous-sol qui va du Darfour, dans ce qui était le sud du Soudan, jusqu’au Cameroun en passant par le Tchad est un immense champ pétrolier d’une ampleur telle que cela pourrait bien être une nouvelle Arabie Saoudite.

Contrôler le sud-Soudan, ainsi que le Tchad et le Cameroun est vital pour la stratégie du pentagone de “refus stratégique” à la Chine de futurs approvisionnements en pétrole. Aussi loin qu’un régime fort et robuste de Kadhafi demeurait en place à Tripoli, le contrôle de cette région demeurait un problème majeur. La séparation quasi-simultanée du sud-Soudan d’avec le Soudan et le renversement de Kadhafi en faveur de rebelles faibles et dépendants du support du pentagone était une priorité stratégique de première importance pour le plan de domination totale du pentagone.



L’AFRICOM répond

La force principale derrière la récente vague d’attaques contre la Libye ou les changements de régimes plus discrets en Tunisie, en Egypte et le fameux referendum sur le Soudan du sud qui a maintenant fait de cette région pétrolière, une région “indépendante”, a été l’AFRICOM, le commandement spécial de l’armée américaine établi par le gouvernement Bush en 2008 explicitement pour contrer spécifiquement l’influence chinoise sur les réserves de pétrole et de matières premières en Afrique.

Fin 2007, Le Dr. Peter Pham, un initié de Washington qui conseille les départements d’état et de la défense américains, explique de manière ouverte que “parmi les buts ultimes de l’AFRICOM , était le but de protéger les accès en hydrocarbures et autres ressources stratégiques dont l’Afrique est riche, une tâche qui incluait de s’assurer contre la vulnérabilité de ces richesses naturelles et de s’assurer qu’aucunes tierces parties comme la Chine, L’inde, le Japon ou la Russie, ne puissent obtenir un monopole ou des traitements de faveur.”6

Témoignant devant le congrès américain pour soutenir le projet de création de l’AFRICOM, Pham, qui est associé avec la fondation néo-conservatrice pour la défense des démocraties a déclaré:

“Ces ressources et richesses naturelles font de l’Afrique une cible facile pour les attentions de la République Populaire de Chine, dont la dynamique économique… a une soif quasi insatiable de pétrole et de besoins pour d’autres ressources naturelles. La Chine importe à l’heure actuelle aproximativement 2,6 millions de barils de pétrole brut par jour, environ la moitié de cette consommation, de l’ordre de 765 000 barils par jour, environ un tiers de ses importations, proviennent de ses sources africaines, spécialement du Soudan, de l’Angola et du Congo (Brazzaville). Est-ce étonnant donc par conséquent qu’aucune région du monde autre que l’Afrique ne rivalise avec l’intérêt stratégique de la Chine ces dernières années… De manière intentionnelle ou non, beaucoup d’analystes attendent que l’Afrique, spécifiquement les états du long de sa très riche côte occidentale, va devenir le théâtre d’une concurrence stratégique entre les Etats-Unis et sa seule réelle concurrence à l’échelle globale, la Chine, alors que les deux pays cherchent à étendre leur influence et sécuriser l’accès aux ressources.”7

Il est très opportun ici de se rappeler la séquence des révolutions “Twitter” téléguidées depuis Washington dans le mouvement toujours actif de ce que l’on a appelé le printemps arabe. D’abord la Tunisie, un bout de terrain en apparence insiginifiant d’Afrique du Nord sur les bords de la Méditérannée. Quoi qu’il en soit, la Tunisie se situe sur la frontière Ouest de la Libye. Le second domino qui tomba fut l’Egypte de Moubarak. Ceci créa une instabilité majeure au Moyen-Orient et en Afrique du Nord car Moubarak, malgré ses grands défauts, avait résisté à la politique moyen-orientale de Washington; Israël perdît aussi un précieux allié lorsque Moubarak tomba.

Puis en Juillet 2011, le sud-Soudan se déclare lui-même la République indépendante du Sud-Soudan, se séparant du Soudan après des années d’insurrection soutenues par les Etats-Unis contre le régime de Khartoum. La nouvelle république prend avec elle la grande majorité des ressources pétrolières, ce qui ne réjouit pas Pékin bien évidemment. L’ambassadrice états-unienne à l’ONU Susan Rice, mena la délégation américaine pour la célébration de l’indépendance. L’appelant un “testament pour le peuple du sud-Soudan”. Elle ajouta, afin d’entériner le processus de sécession que “les Etats-Unis ont été aussi actifs que tout le monde”. Le président Obama ouvertement supporta la sécession du sud. Celle-ci était un projet guidé et financé depuis Washington depuis que le gouvernement Bush eut décidé d’en faire une priotité en 2004.8

Maintenant, le Soudan a perdu d’un seul coup ses revenus du pétrole. La sécession du sud où les trois-quarts des 490 000 barils / jour sont produits, a aggravé les problèmes économiques de Khartoum en coupant d’un coup environ 37% des revenus nationaux. Les rafineries du Soudan et la seule route d’exportation va des champs d’exploitation du sud vers Port Soudan sur la Mer Rouge au Nord du Soudan.
Le sud-Soudan est maintenant encouragé par Washington de bâtir un nouveau pipeline d’exportation indépendant de celui de Khartoum en passant par le Kenya. Le Kenya est une des zones d’influence américaines très forte en Afrique.9

Le but du changement de régime en Libye, supporté par les Etats-Unis, ainsi que de tout le projet pour le Moyen-Orient qui repose derrière le printemps arabe, est de pouvoir contrôler à termes les champs pétroliers les plus importants connus à ce jour et ainsi de contrôler la politique future, surtout dans des pays comme la Chine. Comme le secrétaire d’état des années 1970 Henri Kissinger a déclaré, quand il était à l’époque plus puissant que le président des Etats-Unis lui-même: “Si vous contrôlez le pétrole, vous contrôlez les nations ou des groupes de nations”.

Pour le futur du plan de sécurité national énergétique de la Chine, la réponse ultime est de trouver des réserves énergétiques en Chine. Fort heureusement, il existe de nouvelles méthodes révolutionnaires pour détecter et évaluer quantitativement la présence de pétrole et de gaz, là où la géologie actuelle dit qu’il n’est pas possible de trouver du pétrole à ces endroits. Là est peut-être la sortie logique du piège pétrolier qui a été placé pour la Chine, Dans mon nouveau livre “Les guerres pour l’énergie”, je détaille ces méthodes pour ceux qui sont intéressés.

Article original en anglais : NATO's War on Libya is Directed against China: AFRICOM and the Threat to China's National Energy Security, publié le 25 septembre 2011.

Traduction par Résistance 71.


F. William Engdahl est l’auteur de Full Spectrum Dominance: Totalitarian Democracy in the New World Order

Notes

1 F. William Engdahl, Creative Destruction: Libya in Washington’s Greater Middle East Project–Part II, March 26, 2011, accessed in http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=23961
2 Office of the Secretary of Defense, ANNUAL REPORT TO CONGRESS: Military and Security Developments Involving the People’s Republic of China 2011, August 25, 2011, accessed in www.defense.gov/pubs/pdfs/2011_cmpr_final.pdf.
3 Ibid.
4 Charles Hoskinson, DOD report outlines China concerns, August 25, 2011, accessed in http://www.politico.com/news/stories/0811/62027.htmlhttp://www.politico.com/news/stories/0811/62027.html
5 Xinhua, China-Chad joint oil refinery starts operating, July 1, 2011, acessed in http://english.peopledaily.com.cn/90001/90776/90883/7426213.html. BBC News, Chad pipeline threatens villages, 9 October 2009, accessed in
http://news.bbc.co.uk/2/hi/8298525.stm.
6 F. William Engdahl, China and the Congo Wars: AFRICOM. America’s New Military Command, November 26, 2008, accessed in http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=11173
7 Ibid.
8 Rebecca Hamilton, US Played Key Role in Southern Sudan’s Long Journey to Independence, July 9, 2011, accessed in
http://pulitzercenter.org/articles/south-sudan-independence-khartoum-southern-kordofan-us-administration-role
9 Maram Mazen, South Sudan studies new export routes to bypass the north, March 12, 2011, accessed in http://www.gasandoil.com/news/2011/03/south-sudan-studies-routes-other-than-north-for-oil-exports


F. William Engdahl est un collaborateur régulier de Mondialisation.ca.
Articles de F. William Engdahl publiés par Mondialisation.ca

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 29-09-2011 à 13:32:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'OTAN bombarde un site classé par l'UNESCO :

source

Leptis Magna en Libye - Les avions de l’OTAN ont bombardé mercredi la ville antique de Leptis Magna (ouest de Tripoli), placée sous la protection de l'UNESCO.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 30-09-2011 à 18:23:44   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Actu.trambwe publie une interview sur les règlements de compte dans le camp CNT / OTAN.

Gilles Munier à El Khabar

Abdeljalil serait peut être la prochaine victime après Younes


Gilles Munier, journaliste indépendant et écrivain, a vécu une grande partie de sa jeunesse en Algérie et au Maroc, où sa famille soutenait le FLN. Il s’est engagé dans la vie militante à Alger, de 1962 et 1970, en soutenant la lutte du peuple palestinien, et a approfondi sa perception de l’islam grâce à Malek Bennabi. Il est l’auteur du Guide de l’Irak (Jean Picollec Ed. 2000), des Espions de l’or noir (Alphée-Koutoubia, 2009) et a coordonnée la traduction en français de Zabiba et le roi (Ed. du Rocher, 2003), roman écrit par Saddam Hussein qu’il a rencontré à cinq reprises. Il collabore aujourd’hui au mensuel Afrique Asie et rédige le blog France-Irak Actualité.

par Ramdane Belamri
El Khabar : Où va la Libye ? A votre avis, vers un avenir de paix comme le proclame Nicolas Sarkozy, ou vers des luttes de clans entre membres du CNT, et entre le CNT et l’AQMI ?

Gilles Munier : Malheureusement, l’avenir de la Libye est sombre et incertain. La guerre entre clans du CNT, entre le CNT et le Groupe islamique de combat, derrière lequel se profile l’AQMI, a commencé avec l’intervention de l’OTAN. Ces luttes se sont manifestées lors de l’assassinat du général Younès. Qui sera la prochaine victime :
Mustapha Abdeljalil, président du CNT ? Mahmoud Djibril, son n°2 ? Ali al-Issaoui, chargé des Affaires étrangères ? Des personnalités comme Abdel Hafiz Ghoga, avocat militant des droits de l’homme, ou le cheikh salafite Ali Salabi qui font aussi partie du CNT ont évidemment plus de légitimité que les agents occidentaux.
Dernièrement, tandis que le CNT annonçait la constitution prochaine d’un gouvernement « de crise », les chefs des combattants de terrain créaient à Misrata une Union des Bataillons Révolutionnaires. Aujourd’hui, les commandants des conseils militaires de Tripoli et de Benghazi – membres du Groupe islamique de combat libyen (GICL) - estiment ne pas avoir de comptes à rendre au ministre de la défense du CNT, désigné parmi les membres de la tribu du général Younès pour calmer son désir de vengeance.
On a tort de mettre le GICL et l’AQMI dans le même sac. La première n’est pas inféodée à l’autre, mais il existe des passerelles entre les deux organisations qui se sont trouvées, comme l’a dit Abdelkrim Belhadj, commandant militaire de Tripoli, « au même endroit, au même moment ».
Ce qui est certain, c’est que les services occidentaux ont profité de la guerre de Libye pour nouer des contacts avec les organisations islamiques, dresser des listes de leurs membres, dans la perspective de les utiliser ou de les éliminer.
Les militants du GICL savent par expérience qu’ils n’ont aucune illusion à se faire sur les arrière-pensées occidentales. Leur sort dépendra du timing des prochains pays à déstabiliser. Après la Libye et la Syrie, qui ? L’Algérie peut-être.
La récente déclaration attribuée à Sarkozy – « dans un an l’Algérie, dans trois l’Iran » - et les propos « off » tenus par ambassadeurs français sur l’état de l’Algérie – « pays pathétique », « bloc monolithique »…etc… -, obligeamment diffusés par le magazine pro-israélien Valeurs Actuelles, le laissent penser.
La livraison d’armes aux rebelles berbéristes du djebel Nefoussa en Libye, n’était certainement pas innocente.

El Khabar : Sur le plan sécuritaire, pensez-vous que Kadhafi puisse résister longtemps ?

Gilles Munier : Khadafi n’a pas les moyens de résister longtemps frontalement. Le rapport de force est trop inégal.
Mais, quelle que soit la suite des événements, le combat des Libyens hostiles à l’occupation de leur pays par l’OTAN se poursuivra. Si les Occidentaux parviennent à arrêter ou à tuer Kadhafi, d’autres leaders prendront sa suite.
A Tripoli, la résistance s’organise, les pro-CNT rasent les murs. Le « cirque Sarkozy », avec ses 160 CRS en civil, n’a planté sa tente que quelques heures en Libye pour des raisons de sécurité. Pas très glorieux pour un « vainqueur » ! Cela rappelle George W. Bush sur son porte-avion, déclarant qu’il a gagné la guerre d’Irak… On connaît la suite.

El Khabar : Justement, selon vous qui suivez depuis des années l’évolution de la situation en Irak, peut-on comparer les guerres du Golfe et celle de Libye ?

Gilles Munier : Oui et non. En Irak, l’intervention militaire occidentale terrestre et aérienne était massive. Le pays, sous embargo depuis 13 ans, était sur les genoux. Bagdad est tombé après l’utilisation par les Américains d’une arme nouvelle – probablement à neutrons – dans la bataille de l’aéroport.
L’opposition financée par la CIA est arrivée dans les fourgons de l’armée d’occupation.
Saddam Hussein a été arrêté et exécuté, mais la résistance n’a pas cessé. Les victimes civiles se comptent par centaines de milliers.
Selon des statistiques officielles américaines et irakiennes, plus de 2.600 civils, policiers et militaires irakiens, ainsi que 35 soldats américains, ont été tués en Irak depuis un an.
Ce qui n’empêche pas le Premier ministre Nouri al-Maliki de déclarer que l’Irak « est la région la plus sûre du monde arabe » ! En fait, le pétrole coule à flot. Ses revenus font de l’Irak un des quatre pays les plus corrompus du monde.
Les Irakiens manifestent tous les vendredis pour réclamer de meilleures conditions de vie et des élections réellement démocratiques, dans l’indifférence des médias occidentaux. Le label médiatique « révolution arabe » n’est alloué qu’en fonction des intérêts occidentaux. En Libye, ce sont les bombardements de l’OTAN, les livraisons d’armes, les valises d’euros et l’intervention au sol des forces spéciales françaises et britanniques, et des sociétés militaires privées, qui ont permis aux opposants de progresser et de prendre Tripoli.
Le CNT tiendra-t-il la promesse d’allouer 35% du pétrole libyen à la France ? J’en doute. Achètera-t-il les avions Rafales et la centrale nucléaire refusés par Kadhafi ?
En Irak, les copains de Bush s’en sont mis plein les poches ; en Libye ceux de Sarkozy attendent qu’on leur renvoie l’ascenseur. Quant au coût de l’opération pour les Français, Alain Juppé s’en moque, « c’est un investissement sur l’avenir », dit-il. A voir…

Interview de Gilles Munier par Ramdane Belamri
Source : El Khabar on line


Edité le 30-09-2011 à 18:24:34 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 01-10-2011 à 13:50:03   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Ligue des Droits de l'Homme finit par s'inquiéter des sévices pratiqués par les harkis de l'OTAN :





"Libye: Cessez les arrestations arbitraires et les mauvais traitements des détenus"


" [...]Un autre libyens peau foncée, Juma, a montré à Human Rights Watch ses blessures et a parlé de son interrogatoire à une grande prison de Tripoli:

Ils ont utilisé des câbles et courroies du moteur [pour me battre] .... Ils m'ont frappé tous les jours. Les premiers jours, ils m'ont battu pendant six à sept heures. Je me suis évanoui. Ils m'ont battu jusqu'à ce que je perde conscience. Ils étaient encore à me battre, mais je ne pouvais pas le sentir. Ils ont versé un seau d'eau sur ma tête deux fois, alors je me suis réveillé. Lorsque je me suis réveillée, ils me laisser tranquille, mais ensuite ils ont commencé à me battre à nouveau. ... Ils ont mis le bâton électrique sur mes côtés, mes cuisses, mon épaule, mon dos. Si vous tombez, ils l'ont mis sur votre corps, n'importe où. Ils l'utilisent tout de suite quand vous tombez. Je ne peux pas vous dire combien de fois ils ont fait cela. [...]"


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 06-10-2011 à 09:56:14   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le blog Solidarité Internationale PCF publie un article du Morning Star :

Une ONG américaine épingle les pseudo-démocrates du CNT Libyen, soutenus par l'OTAN, pour usage répété de la torture et de l'esclavage sur ses détenus



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Un organisme américain de protection des droits de l'Homme a appelé le nouveau régime Libyen à mettre fin aux rafles orchestrées par ses partisans envers les forces d'opposition, exposées à la pratique de la torture et de l'esclavage.

Human Rights Watch(HRW) a annoncé vendredi dernier que des miliciens fidèles au Conseil national de transition, soutenu par l'OTAN, ont enfermé des milliers de personnes soupçonnées de soutenir l'ancien leader Muhammar Kaddafi, y compris des femmes et des enfants – et aucun n'a été traduit devant un juge.

L'organisme a déclaré que certains détenus avaient fait état de bastonnades et de chocs électriques qu'ils pouvaient prouver par les cicatrices dont leur corps est couvert.

Les activistes d'HRW ont visité 20 camps de détention à Tripoli et interrogé 53 prisonniers, dont 37 citoyens Libyens et 16 Africains sub-sahariens.

Les enquêteurs ont découvert que les hommes armés, rangés du côté du CNT, ont forcé certains Libyens et immigrés de couleur à réaliser du travail manuel, y compris à porter du matériel lourd, à nettoyer et à rénover des bâtiments autour de Tripoli ou au sein des bases militaires.

Les détenus qui ont dénoncé ces mauvais traitements ont affirmé que les gardes les battaient, parfois quotidiennement.

Le HRW n'a pas communiqué le nom des détenus et des installations en question par peur des représailles contre les détenus interrogés.
Un homme d'Afrique sub-saharienne, identifié seulement sous le nom de Mohammed, a fondu en larmes lorsqu'il a montré aux enquêteurs de HRW les marques sur ses bras et son cou des coups infligés par les gardes d'un petit camp de détention.

Et sept prisonniers dans deux camps, y compris des femmes, ont déclaré que des gardes les ont soumis à des chocs électriques.

Le directeur régional d'HRW, Joe Stork, a déclaré : « Après tout, les Libyens ont souffert dans les prisons de Muhammar Kaddafi, il est triste de voir que les nouvelles autorités soumettent désormais les détenus à des arrestations arbitraires et aux bastonnades ».

Le CNT a du mal à former un nouveau gouvernement au milieu des querelles autour des postes gouvernementaux et de la résistance acharnée à sa domination dans plusieurs villes.


[Article publié initialement par le Morning Star, quotidien du Parti communiste de Grande-Bretagne]

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Morgan
Pionnier
41 messages postés
   Posté le 07-10-2011 à 20:40:11   Voir le profil de Morgan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Morgan   

A quel stade de l’horreur les Libyens vont-ils comprendre :
- Que leur pays est victime d’un complot international préparé par la France
- Que Pour les occidentaux un libyen ne vaut pas plus qu’un autre libyen, seul leurs intérêts compte.
- Que dans cette zizanie qu’on leur à imposé il n y aura pas de vainqueur, il n’y aura qu’un grand perdant le peuple Libyen.
- Que les étrangers armés impliqués dans le conflit ne servent que les intérêts de leur pays.
- Que le but de l’OTAN n’est pas de protéger des populations mais de créer le chaos dans le pays afin de bien mieux profiter de ses richesses.
- Que leur ennemi commun ce sont les néocolonisateurs (USA – France – GB…)

En conclusion Les criminels de l’OTAN ont atteint un de leurs objectifs majeurs la déstabilisation du pays qui ne se remettra de cette tragédie qu’après plusieurs décennies.
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 09-10-2011 à 14:25:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le site géostratégie publie une intéressante interview de Jacques Borde.

[NB : Jacques Borde est un historien et journaliste conservateur nationaliste issu du « gaullisme de gauche »]


Libye – Bienvenue dans la « Somalie de la Sarkozie » !


Verbatim Lundi, 3 octobre 2011 Jacques Borde

Q – L’Otan et ses alliés n’ont-ils pas crié victoire trop tôt après la chute de Tripoli ?

Jacques Borde – Assurément. C’est une évidence ! Ce d’autant que si Tripoli a été prise, et si l’essentiel des villes du pays sont bien en train de passer dans le camp des insurgés pro-occidentaux, cette mainmise n’est, encore aujourd’hui, que partielle. Rien ne nous dit, d’ailleurs, qu’elle puisse être, à court et moyen terme, autre chose ! Certains sites et repassant même pour un temps sous le contrôle de la Résistance kadhafiste. Comme cela a été le cas pour pour Ras-Lanouf et Bréga. Or, évidemment, ça n’est pas comme ça qu’on se remplit le mieux les poches ! Du coup, du côté des dépeceurs (occidentaux) de la Libye, et en dépit des apparences, le moral n’est pas au beau fixe. Loin de là. Mais, ça n’est pas moi qui en parle le mieux, mais l’un des plus forcenés interventionnistes sur ce dossier. J’ai nommé le controversé – et assez peu à sa place – ministre français de la Défense, Gérard Longuet.

Q – Par « assez peu à sa place », vous voulez dire peu compétent ?

Jacques Borde – Oui. Pour ne pas dire complètement dépassé. L’ancien d’Occident 1, ressorti du placard par Nicolas Sarkozy, a – par ses propos de plus en plus creux, son manque de vision à long terme, sa piètre connaissance des choses militaires – démontré qu’il n’avait rien à faire à la tête d’un ministère de force, comme disaient les Soviétiques, aussi important que celui de la Défense.

Q – Militairement parlant, la situation n’est pas stabilisée ?

Jacques Borde – Tout dépend de ce que vous entendez par stabilisation. Bien sûr, si – comme à Kaboul – contrôler une partie du pays suffit à vos ambitions, oui ! Évidemment, si vous entendez remettre en route l’économie libyenne, pour vous en mettre plein les poches, là, non !

Q – Pourquoi cela ?


Jacques Borde – Parce que, territorialement parlant, le nouveau pouvoir ne contrôle pas grand-chose. Et fort mal, en plus. Au point – c’est Allain Jules qui s’en fait l’écho sur lavoixdelalibye.co – qu’un chef d’État, partie au conflit aurait dit aux insurgés occidentaux : « Si on tue tous les Libyens, vous pensez gouverner des arbres (…) ? L’heure pour la paix a sonné et vous avez la responsabilité de pacifier votre pays au lieu de compter sur les armes » .
Contrairement aux allégations du CNT, Khamis Kadhafi, est, bel et bien, vivant. Il a même donné au CNT, à côté de ses entretiens réguliers à des media arabes, un ultimatum pour quitter… Tripoli ! Évidemment, c’est, avant tout, de la guerre psychologique. Mais, imaginez l’effet, sur une population à qui on ne cesse d’annoncer sa mort tous les deux ou trois jours !

Q – Quid des engagements sur le terrain ?

Jacques Borde – Dans la capitale, il y a eu des attaques visant les bureaux, officieux, de l’Otan et de la CIA, et du CNT. Tout cela ne fait pas très sérieux de la part d’autorités qui demandent qu’on leur confie les milliards confisqués à la Libye.
Pire, Misrata, si affrontements il y a, ceux-ci se déroulent entre fractions rebelles. Sans parler d’action de la, désormais, Résistance loyaliste.
À Benghazi, il n’est même pas certain que Moustapha Abdeljalil soit, de manière permanente, là où il affirme être. On le comprend : une fatwa contre sa personne a été émise. Il va, à terme, sans doute, faire comme Karzaï à Kaboul : s’offrir – si l’Occident, bien sûr, lui en donne les moyens – une garde prétorienne. Des Contractors qu’il lui faudra, probablement, payer rubis sur l’ongle. La privatisation de la guerre reste, avant tout, un business !

Q – Mais Benghazi est sous contrôle du CNT, non ?

Jacques Borde – Pour partie, seulement. Les plus pessimistes – mais ce sont les plus pessimistes, évidemment – affirment que 50% des quartiers de la vile échappent aux insurgés pro-occidentaux. Qui, de toute manière, ne s’entendent pas entre eux. Là, c’est Beyrouth, années 70-80 ! Dans certains quartiers, le drapeau vert est, à nouveau, hissé. Sans; bien sûr, qu’on sache qu’il s’agit de véritables ralliements ou de simples provocations. Beyrouth, je vous dis !
À Zawiya, le dépôt d’armes et de munitions installé par l’Otan, fort mal gardé par les insurgés pro-occidentaux, a été « visité » (sic), par les loyalistes qui ont récupéré nombre d’armes.
En fait, dans la région, la seule véritable zone réellement sous contrôle insurgé est l’Aéroport de Tripoli. Quelque part, tout cela rappelle confusément le Liban (des années 80) où les différents camps se servaient allègrement dans les stocks mis à disposition de l’Armée libanaise par les États-Unis. Mais, aussi, Bagdad, où, longtemps, les seules zones véritablement sous contrôle des l’occupant, étaient l’aéroport et la Zone verte. Point barre !

Q – Pour vous, quel est le plus gros problèmes du nouveau pouvoir ?

Jacques Borde – Au plan militaire, vous voulez dire ? Le problème des effectifs. Les insurgés n’ont jamais eu vraiment de forces régulières.
Si vous voulez, cela rappelle – toutes proportions gardées, bien sûr – la Vendée militaire, où des irréguliers, certes motivés, prenaient les armes mais repartaient chez eux, quand bon leur semblait. Il y a bien des combattants. Mais pas d’unités régulières et enrégimentées. Ou beaucoup trop peu. Quant à l’expérience !… Et puis, contrairement aux Vendéens, il n’y a guère de chefs militaires dignes de ce nom.

Un exemple significatif vous permettra de mieux comprendre. Quelque 1.000 combattants du CNT sont toujours introuvables depuis les revers enregistrés à Syrte et Bani Walid. Ce ne sont pas des tués ou des blessés, dans leur majorité. Ni même des déserteurs, au sens de troupiers régnicoles délaissant les rangs d’unités militaires traditionnelles aux effectifs et missions clairement définis. Mais des gens qui ont dû, tout simplement, rentrer chez eux ! Normal, après HUIT mois de conflit (mars, avril, mai, juin, juillet, août, septembre, octobre).
Conscient de la chose, le CNT voudrait bien recruter des….mercenaires. Mais, là, chasse gardée ! C’est Washington qui décide de l’implication des Sociétés militaires privées (SMP) !

Q – Et Syrte ?

Jacques Borde – L’intéressant, à Syrte, est que les Otaniens y commettent strictement les exactions qu’ils prétendaient – je parle, là, des raisons officiellement avancées à la via vactis sur la Libye, bien sûr – empêcher à Benghazi. À savoir l’épuration politico-ethnique de la ville.
Même l’hôpital de la ville aurait vu son alimentation en eau coupée suite aux Guernica des armées de l’air occidentales.

Q – Et Kadhafi ?

Jacques Borde – Après avoir affirmé que Kadhafi se trouvait, sans autre précisions, à Gadhamès, retranché dans la mosquée de la ville, le CNT a demandé à l’Otan de bombarder le site !
Les Otaniens ont, bien évidemment, refusé ! Craignant, surtout, que les loyalistes ne choisissent, alors, de passer en Tunisie et/ou en Algérie, toutes proches…

Q – Sinon, qu’a donc dit Longuet sur la Libye ?

Jacques Borde – Peu de choses sensées en vérité. Mais, avec une naïveté désarmante, il nous a, malgré lui, fourni un compte-rendu, des plus révélateurs, de la récente réunion des ministres de la Défense de l’Union européenne à Wroclaw (Pologne), où, selon lui, l’ambiance était « un peu pesante »2.
En fait, au sortir du dîner, Gérard Longuet, s’est confié à quelques journalistes, dont Bruxelles2.eu.
À l’entendre, la réunion avait un côté assez surréaliste. « On avait l’impression, à entendre l’ordre du jour, qu’il ne s’était rien passé » 3.

Q – Diable, rien passé en Libye ! Le constat est amer ?

Jacques Borde – Amer, mais pas aussi faux qu’il pourrait paraître. En effet, que nous dit encore le Longuet-à-la-triste figure ? Que « La plupart des pays n’ont pas joué de rôle dans la Libye. Et chacun regardait un peu ses chaussures – sauf la France, les Britanniques, la Belgique… les Pays-Bas – en se disant qu’ils étaient passés, à un moment, à côté de l’histoire, se demandant comment ils pourraient faire maintenant, sans vraiment savoir comment faire » 4.
Passons sur le couplet de « passés (…) à côté de l’Histoire », qui n’est jamais qu’une forme d’onanisme géopolitique aggravé, dont nous laissons l’entière responsabilité à ceux qui s’y prêtent.
Quelques-uns ont, à l’évidence, revisité la via factis otanienne sur la Libye, comme un occasion de revivre, à revers, leurs fantasmes les plus rances de l’aventure algérienne.
Hélas, que leur dire ? Sinon que la Libye de 2011 n’a que peu de rapport avec que que fut la Guerre (dite) d’Algérie.

Mais que nous rappellent les propos de Longuet ? Qu’à l’évidence :

1.Du point de vue de ceux qui se sont jetés, un peu vite, sur la proie libyenne, il ne s’est, effectivement, « rien passé » ! Ou, pour le moins RIEN passé comme prévu. Dans la mesure où RIEN n’est réglé en Libye. Au point que l’Otan a dû prolonger ses opérations d’un trimestre supplémentaire. Cela sans jamais dire que ce trimestre permettrait de clore le dossier libyen aux mieux des ses dépeceurs. Oui. De ce point de vue-là, il ne s’est « rien passé » en Libye…

2.Du côté, des convives aux agapes de Wroclaw, l’ambiance avait, effectivement, de quoi être « pesante » ; privés qu’ils étaient, à l a fois, de leur plat de résistance et de leur dessert : le pétrole, le gaz et l’eau libyens. Et, pour ceux, s’étant joints (un peu vite) à la curée, la perspective de continuer des opérations militaires assez douteuses, à l’éclairage d’insurgés pro-occidentaux, rentrant chez eux – qui à Benghazi, qui à Misrata – au motif que les loyalistes leur tendent de coûteuses embuscades. Évidemment, lorsque les mots-clés revenant sur le tapis, sont « enlisement », « bourbier », le convive a moins l’esprit à la fête…

3. « La plupart des pays n’ont pas joué de rôle dans la Libye » . L’avantage des incapables est qu’il sont, souvent, aussi des candides.

Et, là, tirons notre chapeau à Gérard Longuet ! Eh, oui ! Merci de nous rappeler que la Guerre Libye n’est pas celle de l’Europe dans son entier, mais seulement celle d’une poignée d’État (moins de CINQ sur VINGT-SEPT), auxquels il convient d’ajouter les deux monarchies – comprendre tout sauf des démocraties – qatarie et émiratie (ou émirienne). Et le Canada5 qui n’est pas une puissance européenne, sauf mouvement tectonique de grande ampleur. Mais, là, on en aurait entendu parler !

4. Et Longuet, histoire de ne pas en rater une d’ajouter qu’il faut être conscient que « la Politique européenne de sécurité et de défense n’est pas sortie par le haut de cette épreuve » .
Merci, M. le ministre de m’ôter, ainsi, les mots de la bouche : « On ne peut dire qu’une initiative bilatérale, pour appliquer la résolution des Nations-unies, soit vraiment la consécration de la politique de défense européenne » . Qu’ajouter de plus, en effet ?

Q – Doit-on ramener le sommet dînatoire de Wroclaw à ces seuls aspects ?

Jacques Borde – Oui et non, j’en ai peur. Car, pour l’avenir, la montagne eurolandienne a accouché d’une souris, maigrelette qui plus est ! Ceci dit, écouter Longuet n’est pas sans intérêt, loin s’en faut. En effet, que nous a encore dit le ministre français de la Défense, à propos de la Libye ? Que « Pour faire émerger un État de droit complet, durable c’est autre chose. Et ce n’est pas le rôle de l’Otan » .
J’aimerai que l’on s’arrête sur cette phrase qui est, certainement, l’une des plus importantes jamais prononcées à propos de la via factis occidentale sur la Libye, depuis le début des opérations ! Car, si ça n’est pas le rôle de l’Otan que de « faire émerger un État de droit complet, durable – et, encore une fois, ça n’est pas moins qui le dit mais Candide Longuet, affligeant de franchise – :

1.Que fiche donc l’Alliance atlantique en Libye, puisqu’à l’évidence LA protection des populations civiles de villes comme Benghazi, Misrata, etc (raison même de son engagement en Libye, rappelons-le) n’est plus d’actualité, ayant laissé place, depuis plusieurs semaines déjà, à des frappes massives et indiscriminées sur des populations que rien de menaçait, puis que majoritairement acquises au régime et n’ayant pas pris les armes (contre qui que ce soit, d’ailleurs) ?

2.Plus important encore, que cherche-t-elle à y « faire émerger », si ça n’est pas un « État de droit complet, durable » ? Une monarchie ? Un Émirat islamique ? Une clérouquie à la solde de la thalassocratie états-unienne ? Un État de non droit, alors ? Calqué sur ces banlieues françaises où les forces de l’ordre n’osent plus pénétrer, sauf à mobiliser des centaines d’hommes ? Les citoyens des puissances engagées dans la via factis contre la Libye ont, tout de même, le droit de savoir que que nous faisons là-bas, si ça n’est même pas pour y jeter les bases d’un « État de droit ». Non ?

Autre chose à noter : les agapes indigestes de Wroclaw, auraient eu raison de la nouvelle mission européenne en Libye, imaginée par certains. Apparemment, le sujet ne serai plus de la brulante actualité dont nous parlaient certains.
Or si pour Longuet, « Il faut accompagner la Libye, dans la mesure où elle le demande, dans le respect de la pleine responsabilité du CNT à qui il appartient ses objectifs » , le ministre n’a « pas ressenti le besoin du CNT de voir quiconque se mêler des moyens d’autorité. Il ne veut même pas de forces de police » . Résultat, « On en reste aux vœux pieux » , car, dixit Longuet, « l’UE n’est pas un acteur de complicité immédiate du nouveau pouvoir » . C’est, curieux, c’est pourtant l’impression que cela donne à beaucoup de gens !

Q – Mais, au fond, sur le dossier libyen, tout le monde semble tirer la couverture à lui ?

Jacques Borde – C’est tout à fait exact. Et, là, pas de quartier, il s’agit, d’abord, de penser à soi. Et seulement à soi.
Ainsi, le Globe & Mail n’a pas manqué de noter que le président américain, Barack H. Obama, évoquant à l’Onu la Guerre de Libye, s’il n’a pas manqué de de féliciter ses alliés au sein de l’Otan et « plus particulièrement la Grande Bretagne, la France, le Danemark et la Norvège » 6, a omis – tout comme le leader du CNT libyen – de mentionner le rôle du Canada.
Ce alors que l’intervention de l’Otan a bien été placé sous la direction d’un officier supérieur canadien, le lieutenant-général Charles Bouchard, et que les CF-18 frappés de la feuille d’érable ont bien été responsables de 8% des missions d’attaque.
Ficelle un peu grosse, direz-vous ! Certes. À cela près qu’elle offre le mérite de limiter le rôle des Nord-Américains à cette guerre aux seuls États-Unis. Toujours ça de pris !

Q – Pourquoi, ce comportement ?

Jacques Borde – Mais tout simplement parce que les places seront chères, dans la nouvelle Libye, quel que puisse être son visage !
Gardez à l’esprit que cette guerre n’a pas été faite pour les Libyens, leur bien -être, leurs aspirations. Mais pour leurs richesses ! Plus précisément, celles de son sous-sol.
C’est bien pour ça, que Barack H. Obama, s’empresse de faire oublier le rôle des Canadiens. Inutile de faire quoi que ce soit pour les Libyens aient les yeux fixés sur le pays au monde – qui, avec la France – dispose de la meilleure expertise en matière de gestion des ressources en eau, la troisième des richesses libyennes, ne l’oublions pas.
Or, nous savons, d’ores et déjà, que les rebelles – visiblement plus « cigales » que « fourmis » – ont passablement endommagé les structures de la Grande rivière, projet kadhafiste par excellence !
Mais, après tout, ceux-ci n’ont qu’à s’en prendre qu’à eux-mêmes. Rien n’obligeait vraiment les Canadiens à ce rôle de harkis de l’hegemon états-unien…

Q – Quant aux appétits US, puisque nous y sommes, y-a-t-il une différence entre Démocrates et Républicains ?

Jacques Borde – L’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette. Et encore ! Contrairement aux idées (fausses) que nourrit le boboland germanopratin à l’endroit de l’actuel président américain, Barack H. Obama – relativement à son prédécesseur, George W. Bush, je veux dire – l’approche géopolitique de n’importe quel locataire de la Maison-Blanche sera toujours la défense la plus acharnée des intérêts US, tels que définis sur les rives du Potomac. Et pas ailleurs, contrairement à ce que croient quelques conspirationnistes.
De plus, les États-Unis n’ont pas habitude faire marche-arrière.
La progression hégémonique est constante : Reagan était plus dur que Carter ; William J. Clinton plus tenace que Bush Sr. ; George W. Bush plus menteur que Clinton et Obama se montrera plus intraitable que ses prédécesseurs auraient pu l’être sur la question de la Libye. C’est la marche (toujours) en avant de l’hegemon.

Q – Quel rôle rôle joue Hillary Clinton ?

Jacques Borde – Celui qui lui a été dévolu dans le partage des tâches avec Barack H. Obama. Pas vraiment le rôle d’un Bisounours.
En fait, davantage celui d’un pitbull femelle.
Je sais, des analystes mal-informés nuanceraient probablement le portrait du US Secretary of State (chef de la diplomatie), la Sénatrice Hillary D. Rodham Clinton. Mais ne nous leurrons pas. Dès qu’il s’agira de préserver les acquis US en Libye – qui, contrairement à ce que croient beaucoup, ne datent pas d’hier – Dame Hillary ne lâchera rien. Ses admirateurs devraient méditer les propos de l’ancien vice-président US, Richard Dick Cheney, qui s’exprimant au micro de Fox News Sunday 7, déplorait qu’Hillary Clinton ne soit pas présidente des États-Unis en lieu et place de Barack Obama !

Qui plus est, ne nous trompons pas sur le personnage. Elle a les dents aussi longues que les néo-cons, dont elle partage une partie non négligeable des convictions.
Un petit exemple, si vous le voulez bien, qui vous éclairera sur le personnage : qui Erik Prince, le patron de Blackwater (Xe, désormais) – passant devant le House Oversight & Government Reform Committee présidé par Henry Arnold Waxman, en 2007 – prendra-t-il pour l’assister ? BKSH, la société de conseil politique dirigée par Mark Penn ? Ce nom ne vous dit rien ? Dommage ! Mark Penn avait été le stratège en chef de Hillary Clinton. Certains spécialistes le surnommant le « Rove de Hillary »8.
Penn, pourtant clintonien pur jus, défendant Blackwater, la plus grosse Société militaire privée (SMP) US du moment, dans une sordide affaire de massacres de civils irakiens (l’Affaire de la Place Nissour). Gageons que lorsqu’il s’agira de lâcher plus encore les chiens de guerre des SMP US sur la Libye, pour s’y réserver l’essentiel des richesses, le US Secretary of State Hillary D. Rodham Clinton n’aura pas beaucoup d’états d’âme. Ni à trop farfouiller dans son carnet d’adresses !…

Q – Quid de la reconstruction de la Libye, alors ?

Jacques Borde – Parmi les mauvaises fées à se pencher sur la Libye, tout le monde a fait mine d’oublier un acteur-clé : le FMI. Certes, l’attention a été, pour partie, détournées, par les foucades sexuelles (et printanières) de son ex-directeur-général, Dominique Strauss-Khan, mais tout de même. Or, guère de doutes à avoir : le FMI, fera tout pour que la Libye, franchisse les étapes nécessaires à son asservissement, c’est-à-dire :

1.Ouvre grandes ses portes aux multinationales, US de préférence ;

2.Privatise les entreprises publiques les plus rentables ;

3.Endette un pays qui ne l’avait plus été depuis la (vraie) révolution des Officiers libre et l’arrivée au pouvoir du plus emblématique d’entre eux, Mouammar Kadhafi ;

4.Mette à bas l’État providence qui assurait éducation, santé et emploi aux Libyen lambda.

Q – Vous ne noircissez pas le tableau ?

Jacques Borde – Non. Pas le moins du monde. Prenez le Nigeria. Une éponge à pétrole. Mais, aussi, l’un des pays les plus pauvres au monde. Ce qui attend les Libyens est, je le crains du même tonneau. Un pillage systématique, des plans structuraux imposés par le FMI. Et soupe à la grimace – voire : pas de soupe du tout – pour la population.

Q – Vous avez, brièvement, évoqué la question de l’eau..

Jacques Borde – Tout à fait. Mais permettez-moi de vous citer ce qu’en dit, Manlio Dinucci, « En plus de l’or noir, les multinationales européennes et étasuniennes visent l’or blanc libyen : l’immense réserve d’eau fossile de la nappe nubienne (estimée à 150.000 km3), qui s’étend sous la Libye, l’Égypte, le Soudan et le Tchad. Les possibilités de développement qu’elle offre ont été démontrées par la Libye, qui a construit un réseau d’aqueducs de 4.000 km de long (qui a coûté 25 Md$US) pour transporter l’eau, extraite en profondeur par 1.300 puits dans le désert, jusqu’aux villes côtières (Benghazi ayant été une des premières servies) et à l’oasis de Koufra, en fertilisant les terres désertiques. Ce n’est pas un hasard si, en juillet, l’Otan a bombardé l’aqueduc et détruit la fabrique, près de Bréga, qui produisait les conduites nécessaires aux réparations » 9.

Q – Mais pourquoi les détruire ?

Jacques Borde – Mais, comme en Irak, pour mieux reconstruire (en se faisant payer fort cher) ce qui a été détruit ! Et, « C’est sur ces réserves hydriques, en perspective plus précieuses encore que les pétrolifères, que veulent mettre la main -à travers les privatisations promues par le FMI – les multinationales de l’eau, surtout françaises (Suez, Veolia et autres) qui contrôlent presque la moitié du marché mondial de l’eau privatisée. Et pour réparer l’aqueduc et les infrastructures, les multinationales étasuniennes comme Kellogg Brown & Root, spécialisées dans la reconstruction de ce que les bombes USA/Otan détruisent, sont prêtes à s’en occuper : en Irak et Afghanistan elles ont reçu en deux années des contrats d’un montant d’environ 10 milliards de dollars » 10.

Q – Mais qui va payer ?

Jacques Borde – Les Libyens, pardi ! Avec les fonds souverains libyens, d’abord. Manlio Dinucci les estime à, « environ, 70 milliards de dollars plus d’autres investissements extérieurs pour un total de 150 Md$US »11. Une fois « décongelés », et avec les nouveaux revenus de l’exportation pétrolière (environ 30 Md$US annuels avant la guerre), « Ils seront gérés par la nouvelle Central Bank of Libya , qui avec l’aide du FMI sera transformée en une filiale de HSBC (Londres), de Goldman Sachs (New York) et d’autres banques multinationales d’investissement. Elles pourront de cette façon pénétrer encore plus en Afrique, où ces fonds sont investis dans plus de 25 pays, et miner les organismes financiers indépendants de l’Union africaine – la Banque centrale, la Banque d’investissement et le Fonds monétaire – nés surtout grâce aux investissements libyens.

Q – Mais les Libyens ne seront, sans doute, pas d’accord ?

Jacques Borde – Mais, d’où sortez-vous que quelqu’un leur demandera leur avis ! Primo, les fonds souverains libyens sont déjà sous tutelle occidentale. Ils ne seront donc, réellement, restitués qu’au coup à coup et en fonction des contrats signés. Un scenario type : Xe (la SMP de Prince, défendue par un ancien proche d’Hillary D. Rodham Clinton, je vous le rappelle) « obtient » (sic) la sécurité de la présidence libyenne. Un fromage, disons de 250 M$US ! Miracle ! Le pseudo État libyen verra aussitôt une somme, peu ou prou équivalente, revenir dans son escarcelle…

Secundo, à qui croyez-vous que sera confié l’économie libyenne, si ce n’est à des obligés de Washington ? Que nous encore rappelé Manlio Dinucci ? Que « La « saine gestion financière publique », que le FMI s’engage à réaliser, sera garantie par le nouveau ministre des finances et du pétrole Ali Tarhouni, ancien enseignant de la Business School de l’Université de Washington, autrement dit nommé par la Maison-Blanche » 12.
Le reste, croyez-moi, c’est l’écume des jours. Et rien, d’autre…

Q – Et le terrorisme, vous n’en parlez plus ?

Jacques Borde – Pour l’instant, non. Remarquez, cependant, que, selon des estimations de la communauté du Renseignements, une bonne dizaine de millier de missiles sol/air – de type Sol/air à très courte portée (Satcp) – auraient disparu des dépôts de l’armée libyenne ! Mais, il me semble que je vous en avais déjà parlé.
Je me souviens qu’en son temps, un diplomate US blanchi sous le harnais, avait tenu, en substance, ces propos : « Vous avez aimé Beyrouth ? Vous aimerez Bagdad » ! Si vous le voulez bien, plagions-le, pour conclure : « Vous avez aimé l’Afghanistan ? Vous aimerez la Somalie de la Sarkozie » ! La Libye, je veux dire…

___________________________________________


Notes

[1] Groupuscule d’extrême-droite, nés des décombres de l’OAS, farouchement anticommuniste et hostile à l’indépendance de l’Algérie.
[2] Bruxelles2.eu.
[3] Bruxelles2.eu.
[4] Bruxelles2.eu.
[5] Et dont les forces armées restent, statutairement en raison des liens toujours existant avec Sa Très Gracieuse Majesté britannique, « royales ».Cela vous semblera plus évident lorsque je vous citerai de cette autre spécificité canadienne : la RCMP. Autrement dit la Royal Canadian Mounted Police, dont la terminologie, en français, est Gendarmerie Royale Canadienne (GRC).
[6] Globe & Mail (21 septembre 2011).
[7] Fox News Sunday (4 septembre 2011).
[8] Karl Rove est l’ancien conseiller en chef de George W. Bush. Il dût rendre son tablier lors de l’Affaire Plame. Encore appelée Affaire Plame-Wilson. Karl Rove aurait dévoilé l’identité d’un agent de la CIA, Valerie Plame, épouse, par ailleurs, d’un ambassadeur américain, Joseph Wilson, qui avait démenti la vente d’uranium par le Niger à l’Irak, ce qui mettait en difficulté George W. Bush.
[9] Il Manifesto (13 septembre 2011).
[10] Il Manifesto (13 septembre 2011).
[11] Il Manifesto (13 septembre 2011).
[12] Il Manifesto (13 septembre 2011).

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Morgan
Pionnier
41 messages postés
   Posté le 09-10-2011 à 15:42:03   Voir le profil de Morgan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Morgan   

http://www.dailymotion.com/video/xlk3ma_manifestation-samedi-a-zawya-pour-le-retour-de-kadhafi-et-contre-l-agression-de-l-otan-et-ses-rebell_news

Manifestation samedi à Zawiyah contre l’OTAN en Libye.
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 10-10-2011 à 14:53:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Encore un repli stratégique : l'aéroport de Bani Walid :

« Nous avons perdu 17 combattants lors de violents combats dimanche » , a déclaré Salem Gheith, chef de la chambre des opérations du CNT à Tripoli.
Nos forces se sont retirées tard dimanche soir de l’aéroport (qu’elles avaient pris quelques heures plus tôt) et de positions avancées conquises dans la ville, mais il s’agit d’un repli tactique , a dit ce responsable, sans autre précision.
Nous avons reçu des renforts de Tripoli et de djebel Nefoussa (ouest) et allons reprendre l’offensive , at-il ajouté.
Le commandant Moussa Younès, chef des forces du CNT à Bani Walid, avait affirmé dimanche que ses forces s’étaient emparées de l’aéroport situé dans le sud-ouest de la ville.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 31-10-2011 à 23:55:22   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les avions s'en vont les piétons arrivent


Selon certaines sources, 4000à 4500 militaires français, US, allemands et anglais seraient à pied d'oeuvre à Tripoli.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 31-10-2011 à 23:58:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Libye/CPI: Seif al-Islam dément les informations sur sa reddition


MOSCOU, 31 octobre – RIA Novosti
Seif al-Islam, un fils du feu leader libyen déchu Mouammar Kadhafi, a démenti lundi les informations sur son intention de se rendre à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, a annoncé le portail Al-Bawaba se référant à un message diffusé en ligne par Seif al-Islam.
Selon le site, Seif al-Islam a appelé ses partisans à ne pas croire les informations selon lesquelles l’ex-chef du renseignement libyen Abdallah al-Senoussi et lui-même étaient en train de négocier leur reddition à la Cour pénale internationale.
Seif al-Islam Kadhafi a confirmé qu’il ne trahirait jamais son père et a appelé les Libyens « fidèles à Kadhafi » à continuer la lutte. « Nous ne nous rendrons jamais. Nous gagnerons ou mourrons », a déclaré le fils de Kadhafi cité par Al-Bawaba.
Le 27 juin, la Chambre préliminaire de la CPI a émis des mandats d’arrêt contre Mouammar Kadhafi, son fils Seif al-Islam ainsi qu’Abdallah al-Senoussi, soupçonnés d’avoir commis une série de crimes, notamment de crimes contre l’humanité. Mouammar Kadhafi a trouvé la mort le 20 octobre des suites de ses blessures, après avoir été capturé par des combattants du nouveau gouvernement libyen alors qu’il tentait de fuir sa ville natale de Syrte.
Les médias internationaux ont récemment rapporté que le procureur général de la Cour pénale internationale, Luis Moreno-Ocampo, affirmait avoir été « en contact avec Seif al-Islam via des intermédiaires ». Selon l’agence Reuters, M.Moreno-Ocampo ne savait pas où se trouve actuellement Seif al-Islam. D’après différentes sources, le fils du colonel Kadhafi se trouverait au Niger ou au Mali.
Source :
http://fr.rian.ru/world/20111031/191758001.html

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 03-11-2011 à 00:20:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un nouveau premier ministre plus présentable :


Mustafa Abdul-Jalil, descend les marches, Abdurrahim el-Keib prend sa place.
International (LVO) : Associated Press a récemment rapporté que les rebelles de l’OTAN ont nommé un nouveau « premier ministre » cette semaine.
Il s’agirait d’un « universitaire progressiste » qui a passé plusieurs décennies à enseigner à l’université d’Alabama. Un "islamiste libéral".
AP Mentionne brièvement que son ancien employeur est la Petroleum Institute, basé à Abu Dhabi, à Dubaï et parrainé par la British Petroleum (BP), Shell, Total France, la Société japonaise de développement du pétrole, et Abu Dhabi National Oil Company.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
zorba
Militant de valeur
zorba
366 messages postés
   Posté le 03-11-2011 à 04:28:36   Voir le profil de zorba (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à zorba   

Normal, quand le sioniste BHL et ses copains défendent les droits de l'homme, les multinationales américaines sont derrière la porte.
Pour piller les richesses naturelles, pour piller les élites formées dans les écoles des pays libérés des influences socialisantes où l'école, l'université et la santé étaient bien entendu imposées. Pas naturelles comme chez les juifs et les blancs impérialistes qui eux ne se dopent pas et sont élus à vie pour dominer et écraser les opposants.

--------------------
On se lasse de tout excepté d'apprendre. Virgile
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 24-01-2012 à 20:16:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Libye: des pro-Kadhafi prennent le contrôle de Bani Walid


Source :MOSCOU, 23 janvier - RIA Novosti

"Des forces fidèles à l'ancien leader libyen Mouammar Kadhafi ont pris le contrôle de la ville de Bani Walid (ouest), rapportent les médias occidentaux citant les autorités locales.

Des affrontements avaient éclaté lundi entre des partisans du régime déchu et des anciens rebelles libyens à Bani Walid, bastion de Mouammar Kadhafi. Quatre personnes ont été tuées et vingt autres blessées.

Les pro-Kadhafi ont ensuite pris le contrôle de plusieurs quartiers importants de la ville et ont même hissé un drapeau vert.
"[...]


Un article d'Allain Jules sur le même sujet :

Moustafa Abdel Jalil menacé par ses propres renégats


“Kadhafi c’est fini !”
C’est le cri de ralliement depuis des lustres des ennemis de la Libye et de l’Afrique, comme si la mort de Mouammar Kadhafi pouvait changer, à terme, la vraie aspiration des Libyens, la donne sociétale de la Jamahiriya. Avec une facilité déconcertante, certains nigauds, puisqu’ils ne suivent que les médias “mainstream” n’ont pas hésité à dire de nous que nous étions des mythomanes quand nous disions que tout allait mal, puisque “leurs” médias n’en parlaient pas.

Avec la bénédiction des soi disant grandes démocraties, la Libye s’enfonce. Alors que le projet de loi électorale scélérate indique que, “quiconque ayant des liens avec Mouammar Kadhafi ou le précédent gouvernement souverain libyen sera interdit de se présenter aux élections” , une démocratie d’exclusion comme nous l’avons toujours dit, tout va mal. Hier c’était à Benghazi, où les renégats se faisaient face, on a appris que ce matin que la résistance avait causé le chaos au sein des félons du CNT, traîtres à leur propre pays, à Bani Walid.

Selon les informations que nous venons de recueillir et contrairement aux affirmations de l’AFP, ce sont plutôt 11 renégats qui sont tombés ce matin et non 4, après une attaque fulgurante de l’armée de libération de la Jamahiriya. La base des renégats est encerclée et, le bilan des combats devrait apporter ce soir des informations catastrophiques pour le CNT. Avec plus de 30 blessés graves, et ceux qui priaient les pro-Kadhafi de leur laisser la vie sauve en échange de les rallier contre le CNT, nul ne sait où va la Libye.


http://allainjules.com/2012/01/23/libye-le-retour-petaradant-de-la-resistance-verte-a-bani-walid/

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 26-01-2012 à 16:58:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

pratique «généralisée» de la torture en Libye


Plusieurs partisans ou combattants de l'ancien régime ont été torturés à mort sur leur lieu de détention, selon l'ONG.

Plusieurs combattants ou partisans présumés de l'ancien régime libyen ont été torturés à mort dans leur lieu de détention, a déploré jeudi Amnesty international, faisant état d'une pratique «généralisée» de la torture.
«Plusieurs détenus sont morts sous la garde de milices armées dans et autour de Tripoli et Misrata dans des circonstances qui suggèrent la torture» , a indiqué l'organisation des droits de l'Homme dans un communiqué.

L'organisation humanitaire Médecins sans frontières (MSF) a annoncé de son côté jeudi la suspension de ses activités dans les centres de détention à Misrata, à 215 km à l'est de Tripoli, en raison de «la torture sur les détenus et l'impossibilité de leur fournir des soins médicaux d'urgence» .

Amnesty International affirme avoir rencontré des détenus à Tripoli, Misrata et Gharyan, «qui présentaient des marques visibles de tortures infligées au cours de ces derniers jours et semaines» .
«Ils avaient notamment des plaies à la tête, aux membres, au dos et sur d'autres parties du corps.»
Selon Amnesty, «la torture est menée par des militaires reconnus officiellement et des organismes de sécurité ainsi que par plusieurs milices armées opérant en dehors de tout cadre légal» .

Les autorités avaient promis de mettre les centres de détention sous leur contrôle. «Mais il est horrifiant de constater qu'il n'y a eu aucun progrès pour arrêter le recours à la torture» , a regretté Amnesty.

(AFP)


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16303 messages postés
   Posté le 04-02-2012 à 23:02:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le 26 janvier 2012 à Benghazi , manifestation khadafiste.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6Page précédentePage suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  les luttes du Maghreb  Obama Sarkozy bas les pattes devant la Libye !Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum