Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine 

 émeutes ethniques au Xinjiang

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 10-06-2022 à 21:00:22   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La plus haute législature chinoise condamne la résolution du Parlement européen sur le Xinjiang

Par Global Times
Publié: 10 juin 2022 17:22

https://www.globaltimes.cn/page/202206/1267791.shtml

Un porte-parole de la plus haute législature chinoise a déclaré vendredi que la Chine condamnait fermement la soi-disant résolution sur "la situation des droits de l'homme au Xinjiang" adoptée par le Parlement européen, et l'a exhorté à cesser immédiatement de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine.

Le 9 juin, le Parlement européen a adopté une résolution sur "la situation des droits de l'homme au Xinjiang", critiquant la situation des droits de l'homme dans la région chinoise du Xinjiang et alléguant que les mesures pertinentes de la Chine constituent des crimes contre l'humanité et représentent un risque sérieux de "génocide".

La Chine s'oppose fermement à la manipulation politique et à l'ingérence du Parlement européen dans les affaires intérieures de la Chine sous couvert de "droits de l'homme", You Wenze,

"Respecter et protéger les droits de l'homme est un principe important de la Constitution chinoise", a déclaré You. Depuis la fondation de la République populaire de Chine il y a plus de 70 ans, le Xinjiang a fait des progrès dans la promotion des droits de l'homme. La Chine a lancé des campagnes antiterroristes et de déradicalisation conformément à la loi, a efficacement freiné la fréquence des activités terroristes, assuré au maximum la sécurité de la vie et des biens des personnes de tous les groupes ethniques au Xinjiang et apporté des contributions positives à la campagne mondiale pour les droits de l'homme et la lutte contre le terrorisme, a déclaré You.

Un porte-parole de la mission chinoise auprès de l'UE a déclaré jeudi que la résolution pertinente du Parlement européen est au mépris total des faits, notant qu'elle est fabriquée et confond noir et blanc.

De 1955 à 2020, le PIB de la région a été multiplié par 160, son PIB régional par habitant multiplié par 30, apportant une solution historique à la pauvreté absolue. L'espérance de vie au Xinjiang est passée de 30 ans en 1949 à 74,7 ans en 2019.

Il y a une mosquée pour 530 musulmans dans la région du Xinjiang, un ratio supérieur à celui de nombreux pays occidentaux et pays islamiques. À l'heure actuelle, le Xinjiang est entré dans sa meilleure période de l'histoire avec l'harmonie sociale et la stabilité, et une vie heureuse et paisible pour son peuple, a déclaré le porte-parole de la mission chinoise auprès de l'UE.

Le soi-disant "génocide" est un mensonge éhonté du siècle, qui est une vilaine farce dirigée par les forces anti-chinoises, a déclaré le porte-parole.

"L'histoire ne tolère aucune distorsion, la vérité ne peut être niée", a déclaré You. Par intérêt politique, certaines forces anti-chinoises du Parlement européen ne tiennent pas compte des faits objectifs, salissent la politique chinoise au Xinjiang, répandent de manière malveillante des mensonges liés au Xinjiang et politisent les questions des droits de l'homme, a déclaré You.

Leur but est de semer la discorde entre les groupes ethniques en Chine et de diffamer et contenir la Chine, et leurs actions sont vouées à l'échec, selon You.

Les questions liées au Xinjiang ne concernent pas du tout les droits de l'homme, l'ethnicité ou la religion, mais la lutte contre le terrorisme et le séparatisme, a déclaré M. You, notant que les affaires du Xinjiang sont purement des affaires intérieures de la Chine et qu'aucune force extérieure n'est autorisée à intervenir.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17314 messages postés
   Posté le 15-06-2022 à 00:03:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Bachelet cite des raisons personnelles pour ne pas briguer un second mandat dans le contexte de la politisation américaine des droits de l’homme


Par les journalistes du personnel de GT
Publié: Jun 14, 2022 09:13 PM


La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, prononce un discours sur l’évolution mondiale des droits de l’homme lors d’une session du Conseil des droits de l’homme le 21 juin 2021 à Genève. Photo : VCG

L’annonce de la chef des droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, de ne pas briguer un second mandat a attiré une large attention dans le monde entier, et les experts ont noté que, comme la décision de Bachelet a été prise pour des raisons personnelles, le battage médiatique des États-Unis et des forces anti-chinoises sur le sujet vise à poursuivre leur allégation de « génocide » pour contenir la Chine et leurs mesures de pression sur Bachelet sont une honteuse « intimidation politique ».
Alors qu’elle abordait l’évolution mondiale des droits de l’homme lors de la 50e session du Conseil des droits de l’homme lundi, Mme Bachelet a déclaré : « Alors que mon mandat de Haut-Commissaire touche à sa fin, la cinquantième session marquante de ce Conseil sera la dernière que j’informe. »
Elle a ensuite posté sur son compte Twitter que la décision de ne pas briguer un second mandat est due à des « raisons personnelles » et « il est temps de retourner au Chili et d’être avec sa famille ».

L’annonce de Bachelet a attiré l’attention internationale car elle a été placée au centre de la tempête par les forces américaines et anti-chinoises alors qu’elles menaient une campagne pour critiquer Bachelet pour ne pas avoir suivi leur allégation de « génocide » contre la région chinoise du Xinjiang.
Par exemple, Luke de Pulford, conseiller du Congrès mondial ouïghour – un réseau soutenu par les États-Unis qui cherche à séparer la région du Xinjiang de la Chine – a tweeté lundi que la « campagne menée par les Ouïgours » pour empêcher Bachelet d’obtenir un second mandat « a atteint son objectif » et « le temps de trouver quelqu’un qui est à la hauteur du travail ». D’autres séparatistes soutenus par les États-Unis de la région chinoise du Xinjiang, y compris Rushan Abbas, ont été occupés à s’opposer à Bachelet.

Alors que les analystes ont déclaré que Bachelet ne céderait pas aux voix de l’opposition, les forces anti-chinoises utilisent le sujet pour « célébrer une victoire illusoire » et pour poursuivre leurs mensonges sur le Xinjiang.
Jeffrey Sachs, professeur d’économie à l’Université Columbia à New York et également conseiller principal de l’ONU, a déclaré au Global Times que Bachelet avait déclaré qu’elle avait déjà informé le secrétaire général de l’ONU avant son voyage au Xinjiang qu’elle voulait démissionner.
« Elle a 70 ans. C’est un travail difficile. Elle est une leader depuis de nombreuses années. Elle a exprimé sa décision en termes de raisons personnelles. Et j’ai toutes les raisons de le croire », a déclaré Sachs, notant qu’il connaît Bachelet depuis de nombreuses années et l’admire pour « elle gère son bureau et tous les postes avec d’énormes responsabilités ».
Bachelet est une femme politique chilienne et est Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme depuis 2018. Auparavant, elle a été élue présidente du Chili à deux reprises et a servi de 2006 à 2010 et de 2014 à 2018, et a été la première femme présidente du Chili.

En tant que politicienne mature, Bachelet a peut-être décidé de ne pas briguer un second mandat il y a longtemps, et sa visite en Chine en mai a aidé le Haut-Commissariat à en savoir plus sur la situation des droits de l’homme en Chine et dans la région du Xinjiang, ce qui est un signal positif, He Zhipeng, professeur de droit international à la faculté de droit de l’Université du Jilin, au Global Times.
Cependant, la pression exercée par les Forces américaines et anti-chinoises sur Bachelet, qu’il s’agisse de lui demander de se rendre dans la région du Xinjiang, de s’opposer à sa visite et de la critiquer pour ne pas être d’accord avec l’allégation de « génocide », peut être qualifiée d'« intimidation politique » et il est honteux pour eux d’intimider les autres sous le nom des droits de l’homme.

Le 28 mai, après sa visite de six jours en Chine, Bachelet a tenu une conférence de presse en ligne, au cours de laquelle elle a souligné que son voyage dans la région du Xinjiang n’était pas une enquête et que sa mission avait eu des discussions larges et ouvertes avec des personnes de différents secteurs du Xinjiang.

Les analystes ont déclaré que Bachelet avait rejeté la désinformation rampante sur la région du Xinjiang, qui était une gifle pour les États-Unis et certains pays occidentaux, leurs médias et leurs forces anti-chinoises.
Sachs a également déclaré: « Je suis très heureux qu’elle soit allée en Chine, qu’elle ait eu le dialogue. Elle a fait une déclaration franche pour soulever de nombreuses questions. C’est l’approche que nous devrions adopter. Nous ne devrions pas porter d’accusations sans preuves ou porter des accusations provocatrices qui sont scandaleuses pour d’autres parties. »

Sachs a noté que comme l’allégation de « génocide » est un mensonge total fait par les forces américaines et anti-chinoises, plus de gens avec justice et conscience connaîtront la vérité à mesure que la Chine continuera son ouverture sur le monde extérieur.
Cependant, alors que les États-Unis intensifient la concurrence avec la Chine dans tous les domaines, ils exerceront leur influence sur le choix du successeur de Bachelet - c’est ce qu’ils ont fait dans le commerce, l’environnement et d’autres secteurs, a déclaré l’expert.

En octobre 2021, trois ans après que l’ancien président américain Donald Trump se soit retiré du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, les États-Unis ont annoncé qu’ils le rejoindraient et le président Joe Biden a été cité par les médias comme disant qu’il attendait avec impatience que les États-Unis poussent le Conseil à protéger les valeurs des droits de l’homme.
Cependant, depuis leur retour, les États-Unis ont intensifié leurs efforts pour utiliser les droits de l’homme comme un outil pour faire pression sur d’autres pays, en particulier pour pousser des allégations de « génocide » contre la Chine, et de telles mesures ont suscité des inquiétudes parmi les chercheurs.

« En 2006, avant la révolution de la Commission des droits de l’homme de l’ONU, j’ai discuté d’un sujet avec des experts internationaux : la politisation des droits de l’homme. Après 15 ans, le problème existe toujours et s’est détérioré car certains pays ne réfléchissent pas à la manière de protéger les droits de l’homme, mais sont désireux d’utiliser les droits de l’homme pour en contenir d’autres », a-t-il déclaré.
Les États-Unis font pression sur la Chine en faisant le buzz sur les questions des droits de l’homme. Ce qui l’intéresse, ce ne sont pas les questions de droits de l’homme, mais comment maintenir son hégémonie politique, a-t-il déclaré

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 - 4Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine  émeutes ethniques au XinjiangNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum