Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  la crise du capitalisme 

 Biden, nouvel Hitler!

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16600 messages postés
   Posté le 28-12-2021 à 23:15:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je conserve le titre "Biden nouvel Hitler", non pas à cause de sa personnalité mais de l'enlisement des USA. Lui ou un autre est susceptible de déclencher une guerre mondiale.


"Pas de solution fédérale" met en lumière les promesses creuses de Biden et la mauvaise gouvernance

Par Global Times
Publié: 28 déc. 2021 18:16 Mis à jour: 28 déc. 2021 18:11


https://www.globaltimes.cn/page/202112/1243586.shtml

Les promesses des politiciens américains lors des élections présidentielles américaines avaient-elles un sens ? " Je vais arrêter le virus, pas le pays" , a déclaré avec ambition le président américain Joe Biden lors de sa campagne présidentielle en octobre 2020. Cependant, à en juger par l'attitude actuelle de Biden envers la lutte contre le COVID-19, des promesses similaires faites par des politiciens américains ne sont que des slogans creux utilisés pour attaquer d'autres candidats et recueillir des voix.

"Regardez, il n'y a pas de solution fédérale… Cela est résolu au niveau de l'État" , a déclaré Biden lundi, faisant référence à l'arrêt de la propagation du COVID-19 aux États-Unis. De nombreux Américains se sont moqués de ses propos et le tag "#NoPlanJoe" est devenu viral sur Twitter. Les gens se souviennent encore de la façon dont Biden a publié son " plan en sept points pour vaincre COVID-19 " l'année dernière et a déclaré " Nous en sommes à huit mois de cette pandémie, et Donald Trump n'a toujours pas de plan pour maîtriser ce virus. Je faire. " Ironiquement, il ne le fait pas.

Il est au-delà de l'imagination des gens que le président d'une superpuissance ne dispose pas d'une directive unifiée au niveau fédéral dans la lutte contre le COVID-19. " Les gens pensaient auparavant que n'importe qui ferait un meilleur travail que l'ancien président américain Donald Trump dans la lutte contre l'épidémie. Mais pour être honnête, Biden n'a pas pris de mesures remarquables au niveau fédéral, à part encourager les gens à se faire vacciner et à porter des masques. États américains travaillent de manière indépendante et le gouvernement fédéral n'a pas fait d'efforts pour les garder unifiés » , a déclaré au Global Times Lü Xiang, chercheur à l'Académie chinoise des sciences sociales.

En fait, les vaccins COVID-19 des États-Unis ont été développés sous l'administration Trump. Biden n'a fait aucun mouvement pratique, ce qui est une régression.

L'épidémie aux États-Unis devient de plus en plus grave, avec une augmentation spectaculaire des cas confirmés de COVID-19. Les États-Unis enregistrent désormais en moyenne 198 404 nouveaux cas de COVID-19 chaque jour, selon les données de l'Université Johns Hopkins dimanche. La variante Omicron a été confirmée dans les 50 États moins d'un mois après son entrée aux États-Unis. Un autre problème est que les capacités de test COVID-19 du pays ont été poussées à leur limite en raison de l'augmentation du nombre de cas.

Cela étant, au lieu de s'attaquer sérieusement à l'épidémie, le gouvernement fédéral et les gouvernements locaux semblent être perdus lorsqu'il s'agit d'actions efficaces. La situation ne reflète pas la promesse précédente de Biden de « arrêter le virus ».
"Quiconque est responsable d'autant de décès ne devrait pas rester président des États-Unis d'Amérique ", a déclaré Biden lors de son dernier débat présidentiel avec Trump en octobre 2020. Cependant, les décès dus au COVID-19 aux États-Unis ont atteint 400 000 lorsque Trump a quitté ses fonctions, et depuis que Biden a pris ses fonctions, le nombre a atteint plus de 810 000. Le nombre de morts au cours de chacune des parties est comparable. Comment Biden peut-il expliquer cela et qui devrait être tenu responsable de la mort de ces innocents ?

Lors des élections présidentielles de 2020, de nombreux Américains attendaient beaucoup de Biden car ils étaient convaincus qu'il pourrait freiner l'épidémie qui fait rage. En fait, c'était aussi l'une de ses principales plateformes. Malheureusement, depuis que les élections américaines sont devenues des manifestations de conflits bipartites et de slogans vides de sens, c'est toujours le peuple américain qui en souffre en fin de compte.

« Presque tous les présidents américains ont tendance à oublier ce qu'ils ont dit lors de l'élection présidentielle après leur entrée en fonction. C'est déjà devenu une norme aux États-Unis. ", a déclaré Lu.
Si le leader de la seule superpuissance au monde est aujourd'hui incapable de formuler une politique unifiée pour faire face à la crise de santé publique et ne se vante que d'objectifs pour gagner plus de voix, alors le système et le leadership des États-Unis sont douteux.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16600 messages postés
   Posté le 29-12-2021 à 23:32:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'augmentation du budget militaire américain pour "soutenir Taiwan" aura peu de répercussions dans le Pacifique
, selon l'éditorial du Global Times

Par Global Times
Publié: 28 déc. 2021 23:46 Mis à jour: 29 déc. 2021 00:04

https://www.globaltimes.cn/page/202112/1243638.shtml

Le président américain Joe Biden a promulgué lundi la National Defense Authorization Act (NDAA) pour l'exercice 2022. La loi autorise 768 milliards de dollars de dépenses de défense, en hausse d'environ 5 % par rapport à l'année précédente. Dans le contexte de la dette élevée des États-Unis et du fait qu'ils doivent relever le plafond de la dette pour éviter les fermetures du gouvernement, les dépenses militaires du pays ont augmenté pour la sixième année consécutive. Cela souligne la vision tordue et déformée des États-Unis de la sécurité nationale et met à nu la mentalité de guerre froide de certains politiciens américains.

Le chiffre de 768 milliards de dollars est supérieur au PIB de nombreux pays. Il représente environ 40 % des dépenses militaires mondiales, ce qui équivaut à la somme des dépenses militaires des neuf pays derrière les États-Unis. Néanmoins, pour Washington qui souffre du trouble anxieux de rechercher la « sécurité absolue », c'est loin d'être suffisant. Il est largement rapporté que de nombreux législateurs républicains, qui se sont plaints que la proposition initiale de Biden n'était pas assez élevée, ont poussé à ajouter près de 25 milliards de dollars au budget de la défense. Le Congrès américain a le pouvoir de la bourse et est connu pour ses calculs et sa pingrerie dans l'appropriation des dépenses gouvernementales. Il est difficile pour les projets de loi liés aux moyens de subsistance d'être adoptés. Mais le Congrès a été de plus en plus généreux envers les dépenses militaires.

Sous cette vision déformée de la sécurité, certains groupes d'intérêt américains tels que le complexe militaro-industriel et les groupes de pression font de leur mieux pour obtenir une plus grande part du gâteau. En 2021, les États-Unis ont retiré leurs troupes d'Afghanistan à la hâte et ont officiellement mis fin à leur mission de combat en Irak. Les dépenses militaires américaines sont censées baisser. Mais au lieu de cela, il a augmenté. A quoi servira l'argent ? La NDAA l'a dit sans ambages, une grande partie sera dépensée contre la Chine et la Russie, en particulier la Chine.

Nous avons remarqué que la NDAA de cette année de plus de 1 300 pages mentionne la Chine sous de nombreux aspects, y compris la recherche et le développement technologiques, les comparaisons militaires, la prévention et le contrôle de l'épidémie de COVID-19, ainsi que l'influence internationale. Parmi eux, la soi-disant Initiative de dissuasion du Pacifique (PDI) et une déclaration de soutien du Congrès à la défense de Taiwan ont attiré le plus d'attention. Le projet de loi comprend 7,1 milliards de dollars pour le PDI afin d'aggraver l'environnement autour de la Chine en créant des affrontements et des divisions et appelle à développer une "grande stratégie" à l'égard de la Chine. Il encourage également l'amélioration des « capacités défensives asymétriques de Taïwan » et appelle à la participation de l'île de Taïwan à l'exercice Rim of the Pacific 2022. Les médias américains ont fait la promotion de ces sujets,

Pour la Chine, nous n'avons pas besoin d'être affectés par l'avidité effrénée des États-Unis pour la « sécurité », ou de tomber dans le bourbier d'une course aux armements avec les États-Unis. La Chine a maintenu stable le ratio des dépenses de défense au PIB. L'augmentation de ses dépenses militaires et la croissance de sa puissance militaire sont le résultat naturel du développement social global de la Chine. La Chine n'a pas l'idée de déclencher une guerre contre les États-Unis quelque part dans le monde, mais elle ne permettra pas aux États-Unis d'agir sans raison dans le Pacifique occidental, en particulier sur des questions qui concernent les intérêts fondamentaux de la Chine. Une telle détermination et volonté ne peuvent pas être influencées, peu importe combien d'argent les États-Unis dépensent pour l'armée. Les faits leur diront que l'augmentation de leurs dépenses militaires qui vise la Chine fera peu de vagues dans le Pacifique.

L'Associated Press a rapporté le mois dernier que 29% des soldats américains dans les rangs les plus juniors ont été confrontés à l'insécurité alimentaire au cours de l'année écoulée, et jusqu'à 160 000 militaires américains en service actif ont du mal à nourrir leur famille. C'est incroyable, mais c'est pourtant l'une des vérités étranges sur l'armée américaine. Comme le dit un vieil adage chinois, "La cupidité est comme une vallée qui ne peut jamais être comblée." Les États-Unis ne peuvent pas trouver la sécurité dont ils ont besoin même s'ils doublent leurs dépenses militaires ; il ne peut pas non plus résoudre ses problèmes intérieurs même s'il se fait des ennemis étrangers plus imaginaires. En ce qui concerne le budget de la défense, ce qui peut vraiment sécuriser les États-Unis, c'est la rationalité politique. Et s'agissant de la question de Taiwan, plus Washington dépensera, plus il s'attirera facilement le feu.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16600 messages postés
   Posté le 04-01-2022 à 17:44:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Washington, Pékin, Moscou, Londres et Paris s'engagent contre la dissémination nucléaire


https://www.youtube.com/watch?v=-nxr3VVtMks
https://www.youtube.com/watch?v=7-3aXcBZbWA

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1001 messages postés
   Posté le 04-01-2022 à 18:34:37   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Ce sont des déclarations analogues aux bons voeux.
Si vis pacem, para bellum!

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
16600 messages postés
   Posté le 19-01-2022 à 22:47:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

KPRF : le regain de tension sur la scène internationale est le reflet de la crise générale du capitalisme

DANIELLE BLEITRACH 19 JANVIER 2022


https://histoireetsociete.com/2022/01/19/kprf-le-regain-de-tension-sur-la-scene-internationale-est-le-reflet-de-la-crise-generale-du-capitalisme/

Face aux tensions et menaces de guerre qui ne cessent de monter dans le monde et même en Europe, il y a quelque chose de totalement onirique dans cette campagne présidentielle; non seulement Macron assume la présidence de l’UE dans un tel contexte, après l’urgence et l’union sacrée autour de l’épidémie va-t-il nous imposer celle des guerres de l’OTAN ? Rien ne met en cause aujourd’hui l’idée consensuelle que nous serions des “démocraties” confrontées à des “régimes autoritaires” et subissant leur menace, même la campagne de Roussel n’affronte pas la réalité belliciste du capitalisme, le pas important en matière de dimension de classe et de souveraineté nationale, demeure encore en retrait par rapport aux dangers de l’heure décrit ici. L’influence du trotskisme -dans ses meilleurs aspects- est manifeste, tant dans l’absence de création d’un parti communiste militant, le rôle des minorités agissantes et occultes dans ladite organisation et plus largement la haine de tout ce qui est léninisme et la sous-estimation de ce qu’est réellement l’impérialisme. (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop)

Le premier vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, Youri Afonine, a participé à l’émission “60 minutes” sur la chaîne de télévision Russia-1.

https://kprf.ru/party-live/cknews/207927.html

Le sujet de l’émission était la réaction occidentale aux demandes russes de garanties de sécurité, en particulier la demande de ne pas inclure les États limitrophes de la Russie, comme l’Ukraine et la Géorgie, dans le bloc de l’OTAN.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré dans une interview accordée au journal italien La Repubblica que l’Alliance de l’Atlantique Nord avait déjà décidé d’admettre l’Ukraine et la Géorgie dans ses rangs, bien qu’il ne soit pas prêt à donner de date exacte pour l’entrée de ces États dans le bloc militaire. M. Stoltenberg a également déclaré que l’OTAN avait l’intention de se concentrer sur l’assistance militaire à ces pays.

Afonine a noté que, bien sûr, les propos de Stoltenberg semblent jusqu’à présent de nature purement déclarative. En l’absence d’un calendrier précis pour l’adhésion de l’Ukraine et de la Géorgie à l’OTAN, ce processus pourrait être retardé indéfiniment. Néanmoins, il est clair que l’Occident est enclin à donner à la Russie une réponse négative et agressive. Sous nos yeux, on assiste à une nette escalade des enjeux de la confrontation sur la scène internationale.

Le premier vice-président a suggéré d’examiner le contexte économique dans lequel cela se produit. En décembre 2021, les États-Unis ont enregistré le taux d’inflation le plus élevé depuis 40 ans, soit environ 7 % en glissement annuel. Ce chiffre est inhabituellement élevé pour l’économie américaine. Même pendant la crise de 2008-2009, l’inflation était presque deux fois moindre. Cela dit, les États-Unis sont la plus grande économie du monde capitaliste et le noyau du système financier du capitalisme mondial. À partir de ce noyau, les problèmes financiers se propagent comme des vagues dans tout le système. Les autorités américaines doivent répondre à ces problèmes d’une manière ou d’une autre. Il est évident que le choix a été fait de déplacer l’attention de sa population vers la prétendue “menace russe”.

Le régime de Zelenski en Ukraine tente de manière encore plus flagrante de résoudre ses problèmes en attisant l’hystérie militaire et en militarisant le pays jusqu’à l’absurde : toutes les Ukrainiennes âgées de 18 à 60 ans ont été obligées de se présenter au bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire en 2022. A court terme, cette hystérie militaire permet de fermer les médias d’opposition et de harceler les politiciens d’opposition. Mais à long terme, cela se retournera contre Zelenski. Après tout, la Russie n’attaquera pas l’Ukraine. Et tôt ou tard, les Ukrainiens se rendront compte qu’ils ont été trompés. Cela pourrait conduire à l’effondrement définitif de la cote de Zelenski.

Youri Afonine a également commenté la déclaration du vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Riabkov, concernant la possibilité de déployer des infrastructures militaires russes à Cuba et dans d’autres pays amis d’Amérique latine, en réponse au refus de l’Occident de satisfaire la Russie sur la question des garanties de sécurité. Youri Viatcheslavovitch a noté que le déploiement des installations militaires russes serait déterminé par la position de ces pays. Mais il s’agit d’une tournure parfaitement envisageable. Parce que Cuba et un certain nombre d’autres pays de la région sont soumis à une forte pression économique et politique de la part des États-Unis. La présence russe pourrait renforcer leur sécurité.

Dans le même temps, il n’existe aucune norme internationale interdisant le déploiement de bases russes dans des États amis d’Amérique latine. Et ce n’est certainement pas aux États-Unis de faire remarquer à la Russie l'”inadmissibilité” de telles actions. Après tout, les États-Unis eux-mêmes ont acquis des centaines de bases militaires dans d’autres pays, y compris en Europe de l’Est, à proximité des frontières de la Russie.

Le premier vice-président du comité central du KPRF a déclaré qu’en fait, l’Occident a déjà franchi toutes les “lignes rouges” du périmètre de sécurité russe. Pendant 30 ans, l’impérialisme occidental a encerclé notre pays de toutes parts. Il aimerait continuer à le faire discrètement. Mais les demandes de garanties de sécurité désormais avancées par la Russie empêchent l’Occident de poursuivre cette tactique. Si l’Occident rejette les demandes russes, il devient évidemment l’initiateur d’une nouvelle escalade de la tension internationale.

Youri Afonine a déclaré que la Russie pouvait et devait répondre à la situation actuelle en poursuivant le développement de la Crimée et de Sébastopol, en apportant un soutien économique au Donbass (à ce sujet la décision d’autoriser les marchandises du Donbass à accéder aux marchés publics russes était très utile), et en reconnaissant les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. Le projet de loi en question a été préparé de longue date par le groupe du KPRF à la Douma d’État.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  la crise du capitalisme  Biden, nouvel Hitler!Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum