Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises 

 offensive généralisée contre les retraites

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 Page suivante
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 20-01-2010 à 00:38:03   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les capitalistes et le Medef reprennent en chœur le grand air de l’allongement de la durée de la vie pour remettre en cause le départ à la retraite à 60 ans.
Le pdg de Rhodia, Clamadieu, défrayait la chronique en annonçant le « congé grand-parental » , permettant selon ses propres commentaires de garder des seniors après l’âge de la retraite sans bourse délier. (*)



L’Union sacrée contre les salariés :


Certains comme Marianne prédisaient que Sarkozy attendrait le résultat des régionales pour annoncer les mauvaises nouvelles sur la retraite, comme si l’enjeu de ces élections pouvait modifier de quelque manière le pouvoir absolu de la bourgeoisie.
En réalité, celle-ci se contrefout du résultat. Elle est tellement pressée de profiter du « sens des responsabilités des partenaires sociaux » qu’elle fait le forcing idéologique pour convaincre les masses que l’allongement de la durée des cotisations est inéluctable.

Pour n’être pas en reste, Martine Aubry s’empresse de hurler avec les loups en déclarant :
«Je pense qu'on doit aller, qu'on va aller très certainement vers 61 ou 62 ans.»

Sous le titre « Retraite : Aubry oblige le PS à se positionner », Le Figaro du 19 janvier ne manque pas l’occasion de féliciter le PS pour son bon positionnement :

« Martine Aubry s'est plutôt attirée un concert de louanges dans son propre camp. (…)
L'ancien premier ministre Michel Rocard a salué son «courage» . Manuel Valls a assuré que «c'est en faisant des propositions innovantes que nous redeviendrons crédibles aux yeux des Français» . Et les députés socialistes se sont dits prêts à lancer les discussions en l'assurant : «aucun débat n'est tabou» . Pour leur porte-parole, Bruno Le Roux, «dans les faits, la question de l'âge est déjà posée. Il faut poser à côté de cela la question des recettes qui pourraient abonder le système des répartitions. » (…)
Chez les Verts, (…) le numéro deux Jean-Vincent Placé juge toutefois que le débat sur l'allongement de la durée du travail est «inéluctable» car il ne faut «pas nier la réalité économique et démographique». (…)
Le seul dogme pour le PS est «le maintien de la retraite par répartition», a-t-elle expliqué. Et une note élaborée par Claude Bartolone a rappelé la position officielle du PS sur le sujet. Rappelant d'abord les deux objectifs prioritaires du parti - pérennité du système par répartition et garantie d'un niveau de pension décent -, cette note décrit ensuite comment y parvenir : extension des sources de financement aux stock-options et aux bonus, et réactivation du fonds de réserve des retraites mis en place par la gauche en 2000. «Dans ce cadre, l'âge de départ à la retraite doit être abordé de manière pragmatique. Rien ne doit être tabou. N'oublions pas que, dans les faits, l'âge légal de 60 ans ne correspond plus à la réalité» , assure la note. «S'opposer ne veut pas dire s'aveugler» , relève un membre de la direction



Le sens des responsabilités des partenaires sociaux

Les uns et les autres ont reçu 5/5 les vœux de Sarkozy et son "hommage particulier aux partenaires sociaux qui ont fait preuve d’un grand sens des responsabilités" !

La CFDT prend les devants.

On lira l’article "Retraites : droite ou gauche, même combat, faire bosser les travailleurs plus longtemps!" sur le blog de Jacques Tourtaux.
Patrice Bardet y écrit notamment :
« la CFDT prône la retraite par points, ce qui serait une véritable catastrophe pour les futurs retraités, puisque là, on prend en compte toute la carrière, avec ses "trous" et ses plus bas salaires » :

"Lundi 11 Janvier 2010
François Chérèque

Le 17 novembre 2009, l'association Réalités du dialogue social (RDS) recevait, pour son petit déjeuner à la Maison de l'Europe de Paris, François Chérèque, président de la CFDT. En parlant de la situation économique et sociale, des défis à relever tant au niveau de la mondialisation, de l'environnement que de l'avenir des systèmes de retraite, le leader de la centrale syndicale nous livre sont point de vue sans détours, ni langue de bois.

Fenêtre sur l'Europe diffuse le résumé de cette intéressant échange avec les adhérents de RDS."

(c'est aux deux tiers de la vidéo)

La CFDT nous avait fait le même "coup" en 1994, quand elle a "cassé" le régime spécial des agents de la Sécurité Sociale, pour l'intégrer à l'ARCCO/AGIRC
Nous pouvions partir avec une retraite à 75% du dernier salaire, après 30 ans de cotisation.
La CFDT osait prétendre que nous allions y gagner.
La CFDT est prête à nous faire la même entourloupe !

Même le patronat n'ose pas demander ça, c'est dire ! sauf le think thank Institut Montaigne présidé par Bébéar, institut où collaborent des pontes de la CFDT, du PS, du MEDEF"



Mais Thibault a encore besoin que cette crapule de Chérèque brandisse le drapeau jaune et prenne la tête de la cinquième colonne. Il défend mordicus « l’unité syndicale » et ne tardera pas à lui emboîter le pas.

Dans les 7 propositions de la CGT, on relèvera quelques morceaux de bravoure :
« La CGT ne se contentera pas d’une « concertation ». Elle réclame l’ouverture de réelles négociations avec le gouvernement »

La Cgt fait 5 propositions pour apporter les ressources complémentaires. Sachant les milliards de cotisation dont les capitalistes se font dispenser, on appréciera la dernière « proposition » :
" 5. Au bout du compte, les salariés pourraient consentir une hausse de leurs cotisations pour permettre l’équilibre des régimes et sécuriser le droit à la retraite pour tous".


Mais s'ils se donnent autant de mal pour faire avaler la pilule, c'est qu'ils s'attendent à un retour de bâton des masses populaires. Le Figaro, bien conscient de l'impopularité de ces mesures titrait le 11 : "Les Français prêts à un recul de l’âge de la retraite" , sondage maison à la clé. C'est dire si tous ces nantis font de l'huile en ce moment. Ils comptent bien sur les compères syndicaux pour les tirer de ce mauvais pas.




______________________________________________________

* Le congé grand-parental, inauguré par Rhodia où un tiers des salariés a plus de 50 ans, (et signé par CGC, CFDT et CFTC), « autorise » les seniors de plus de 50 ans à prendre 20 % de leur temps en congé … mais payés de leur poche en compte épargne temps !
En contrepartie, les "heureux bénéficiaires" de ce cadeau qui ne coûte rien devraient restituer ces 20% en retournant au travail après leur départ à la retraite.
De surcroît, Rhodia envisage une formation réciproque des seniors et des jeunes afin d’échapper aux coûteuses formations en externe.
Enfin ces dispositions permettraient à Rhodia d’échapper à la "punition" de 1% de la masse salariale concernant l’emploi des seniors.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 20-01-2010 à 23:35:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Figaro ne sent plus de joie en citant le discours de Fillon dans la cérémonie des vœux aux parlementaires de la majorité.
«J'entends dire que le PS pourrait participer à la recherche d'une solution consensuelle. Franchement, je m'en réjouis. Si le PS persévère dans cette voie, ce sera le signe que notre démocratie progresse et se modernise».

Le Figaro écrit notamment :

« Artisan de la réforme des retraites de 2003, François Fillon n'avait pas rencontré, à l'époque, pareille bonne volonté. Et il ne s'est pas privé de le rappeler, mercredi, aux parlementaires de l'UMP et du Nouveau Centre : «En 2003, j'avais tendu la main au Parti socialiste en leur proposant de faire ce qui a été fait dans tous les autres pays européens, à savoir un pacte républicain autour de la question des retraites.» Sa proposition de pacte républicain avait fait long feu. »

Sept ans plus tard, le Pacte Républicain va ressortir des cartons.

«On ne pensait pas que le PS lancerait le débat si tôt, admet un conseiller. On sait que Martine Aubry connaît bien le sujet. Le premier ministre est prêt à lui tendre la main.»
Ils ne pensaient pas : non, ils attendaient le lendemain des régionales. Seulement, habituée aux coups fourrés de Ségolène Royal, Martine Aubry avait sans doute juré de ne pas se faire doubler cette fois.
Ségolène Royal voulait s’arranger avec Bayrou…petit bras :
Martine Aubry va plus loin, elle fraye directement avec Sarkozy. Au diable les tabous !

Et voici le PS bien rangé aux côtés de l’UMP pour la croisade anti salariés. Résultat des courses, le Pacte Républicain d’Union sacrée autour du Capital a encore de beaux jours devant lui.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 25-01-2010 à 23:47:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Mais le Pacte Républicain ...

Sarkozy a bien calculé le coup de pouce de Martine Aubry, confirmé dimanche par François Hollande au téléachat de Drucker, et un renvoi d’ascenseur s’imposait ce soir même sur TF1 :

Premièrement ne pas braquer ses interlocuteurs et amis socialistes:
"D'abord, je garantirai la pérennité du régime des retraites". "Deuxièmement, je n'accepterai pas qu'on revienne sur le régime par répartition, je ne remplacerai pas le régime, qui fait la solidarité entre les générations, par un régime où chacun épargnerait de son côté" .

Deuxièmement appeler au "consensus le plus large possible" en rappelant que Martine Aubry "proposait que les Français partent à la retraite à 62 ans" .

Voilà donc un paragraphe de plus dans le roman fleuve des trahisons du PS.


...ça ne prend pas

Mais les ouvriers et les employés sont particulièrement inquiets pour leur avenir, celui de leurs enfants, et voient la perspective apaisante de la retraite s’éloigner plus vite qu’ils avancent en âge. Ce nouveau coup de Jarnac a désappointé tous ceux qui comptaient encore sur la « gauche », et cette phrase est dans toutes les bouches « tu as vu Aubry ? »


La classe ouvrière et les masses populaires ne manquent pas à cette occasion de s’interroger sur l’avenir et sur les moyens de renverser l’oppression et l’exploitation capitaliste, quand chaque jour qui passe révèle la nature réactionnaire des socialos.

C’est l’occasion de refaire le bilan désastreux de l'alliance électoraliste pour "réformer" le capitalisme, et de remettre en question la stratégie « d’Union de la Gauche » amorcée par Georges Marchais.

Seule la révolution prolétarienne peut renverser le capitalisme.


Edité le 26-01-2010 à 01:14:29 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 26-01-2010 à 22:06:17   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

le PS fait machine arrière à toute vapeur !


Pressentant un désaveu mémorable aux prochaines élections, son bureau national se prononce aujourd’hui UNANIMEMENT pour "le maintien de l'âge légal du départ à la retraite à 60 ans, c'est à dire la possibilité de faire valoir ses droits, quel que soit le montant de sa retraite" .
On n’a pas oublié que tous ses ténors avaient auparavant appuyé lourdement le « courage » de Martine Aubry, et clamé haut et fort leur attachement au principe non négociable de la retraite « par répartition »…indiquant par là que tout le reste pouvait fort bien se discuter.
Martine Aubry soutient désormais mordicus qu’elle n’a jamais dit ce que tout le monde a entendu.

Bien évidemment cette volte-face n’abuse personne. Et il ne leur en coûte guère de promettre qu’ils se battront pour ce droit, en sachant que - sans les trimestres nécessaires - plus personne ne pourra se le payer. Car si l’âge légal ne recule pas, rien n’empêche d'allonger la durée de cotisation.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
aile de dragon
l homme ne sera pas homme tant qu il n aura pas tr
Pionnier
5 messages postés
   Posté le 03-02-2010 à 04:28:43   Voir le profil de aile de dragon (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à aile de dragon   

LA RETRAIT EST UN DROIT ABSOLUE DES TRAVAILLEURS QUI J ESPERE UTILISERONT OUTES LES ACTIONS LEGALES OU ILLEGALES POUR SE FAIRE ENTENDRE

--------------------
POUR LA REVOLUTIONHUMAINE
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 14-02-2010 à 00:26:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article de fond sur les retraites sur le blog ouvalacgt :
Retraites : penser plus loin que le bout de son nez...

A lire et à commenter ici, sur le blog ouvalacgt et dans vos sections syndicales.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 15-02-2010 à 20:48:21   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

THIBAULT APPELLE A LA MOBILISATION GENERALE POUR LES RETRAITES !





--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
gorki
Les ouvriers n'ont pas de patrie
Grand classique (ou très bavard)
gorki
835 messages postés
   Posté le 19-02-2010 à 19:01:28   Voir le profil de gorki (Offline)   Répondre à ce message   http://ouvrier.communiste.free.fr/   Envoyer un message privé à gorki   

A lire sur le site de L'ouvrier communiste:

Un positionnement de classe sur la question des retraites.


http://ouvrier.communiste.free.fr/spip.php?article55
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 19-02-2010 à 20:59:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

OK gorki, je retiens ces passages notamment et deux phrases que je souligne :

"Comme depuis toujours, la classe ouvrière et les couches du salariat les plus pauvres ne président pas à leur destiné économique ni même à l’organisation de leur représentation politique (dans l’autonomie de pensée et d’action). Il est donc facile de comprendre à qui profite les catalogues diverses et variés de réformes politiques de gauche et d’extrême gauche et autres cahiers de revendications syndicales… [2]

Dans la grande crise actuelle que traverse le système capitaliste impérialiste mondiale, la bourgeoisie a besoin, face à une concurrence exacerbée, de mobiliser pour son compte les fractions de plus value qu’elle attribue à ses politiques dites sociales. Ainsi aucune couche du salariat n’est épargnée dans la recherche des économies à réaliser. Salariés des secteurs publics [3] à petits ou grands revenus et autres couches intermédiaires deviennent à leur tour les victimes des politiques de réformes mettant à mal les acquis sociaux.

Pour la classe ouvrière et les travailleurs les plus pauvres, le destin fut scellé des l’origine de la création des caisses de retraites, puisque au taux maximum de cotisations correspond toujours de tous petits montants de retraites et pour de toutes aussi petites durées de fin de vie, le plus souvent dans des conditions de santé totalement dégradées.
Aujourd’hui, avec le prolongement des durées de cotisations et l’entrée tardive sur le marché du travail, cette situation, lieu commun de tous les prolétaires, atteint de plus larges couches de travailleurs dans la précarité de l’emploi . Ainsi, de plus en plus nombreux sont ceux et celles qui arrivent aux portes de la retraite avec pour tout revenu les minima sociaux dû à des manques importants sur les durées de cotisation. Dans certains cas, on aboutit même à ce « paradoxe » où l’on peut se voir contraint de demeurer au RSA plutôt que faire valoir un droit à la retraite dès 60 ans, financièrement défavorable …

Durant cette période de grandes manœuvres gouvernementales qui débute, nous assistons à la préparation des opinions publiques via les médias toujours bien disposés. L’objectif est de faire avaler avant la fin de cette année de nouvelles pilules amères aux travailleurs dont une au moins sera le prolongement des durées de cotisations donc l’âge effectif des départs en retraite et pour l’instant les « grandes » mobilisations à venir, comme à l’habitude, s’annoncent comme des journées d’action bien encadrées.

Une chose est certaine, sur le plan revendicatif, les choses n’auront pas bougéd’un iota et nombreux seront ceux qui défileront sous la bannière d’ un mot d’ordre qui dans l’absolu ne veut rien dire du tout, à savoir le maintien du départ à la retraite à 60 ans et le retour aux 37 ½ annuités de cotisations".


A part le lapsus très révélateur de Martine Aubry, le "débat" sur la retraite à 60 ans n'intéresse que les journalistes.
N'a-t-elle pas ajouté en essayant de se rattraper aux branches de la retraite à 60 ans : "la possibilité de faire valoir ses droits, quel que soit le montant de sa retraite"
Que vaut la retraite à 60 ans si on touche une misère ?
Parmi les sous traitants, c'est le troisième ancien que je vois arroser son départ et revenir par la fenêtre en passant par la case Adecco...

Je sens bien qu'ils vont nous cuisiner un petit vaudeville sur l'air du "nous ne cèderons pas".

Quant à la pénibilité , elle est à géométrie variable :
les postés chez nous finissent à 60 ans...quand ils y arrivent.

Les marxistes-léninistes peuvent populariser ces justes revendications immédiates :

"Retraite à 55 ans égale pour tous, français ou immigrés, public ou privé.
A 50 ans pour les travaux pénibles sans conditions d’années de cotisations avec un revenu permettant de vivre une fin vie dans la dignité.
Accès sans restriction aux mêmes biens et services que quiconque …"


Concernant l' Accès sans restriction aux mêmes biens et services que quiconque , c'est aussi légitime, mais peut-on parler d'une revendication immédiate ou bien d'un objectif qui relève de la société communiste ?

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
sti
Grand classique (ou très bavard)
826 messages postés
   Posté le 19-02-2010 à 21:32:50   Voir le profil de sti (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à sti   

Je n'en suis pas l'auteur mais je me permet un commentaire ...

Sur les revendications dite immédiates, il est important, pour le groupe OC, de s'écarter de ce que l'on appel réalisme économique ou revendicatif.
Ce n'est pas à la classe ouvrière de censurer ses besoins de bien être au nom de ce qui serait réaliste ou pas vis-à-vis de la bourgeoisie. Dès ce moment, effectivement, la revendication immédiate a aussi vocation à faire entrevoir les réponses du socialisme.


Sinon, pour parler commerce, si tu veux la main, faut demander le bras, pas juste un doigt

Mais effectivement, "jusqu'au boutiste" ou pas, ces revendications ne peuvent remplacer le programme socialiste.
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 19-02-2010 à 23:01:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je ne veux pas polariser le débat là-dessus, une revendication vaut pour sa nécessité comme pour ce qu'elle laisse entrevoir , comme tu dis.
Mais il faut aussi que les masses veuillent la main ou le doigt.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 19-02-2010 à 23:20:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je ne veux pas polariser le débat là-dessus, une revendication vaut pour sa nécessité comme pour ce qu'elle laisse entrevoir , comme tu dis.
Mais il faut aussi que les masses veuillent la main ou le doigt.


Il y a aussi une réflexion intéressante dans l'article Retraites : penser plus loin que le bout de son nez... :
"Mais sur le fond, la notion même de retraite, de coupure brutale avec le travail, est liée au capitalisme et à la manière dont il traite la force de travail : une source de plus value jetable quand elle n'est plus rentable. La retraite n'est un "progrès social" qu'au sens où elle atténue les effets de ce rejet."

Dans la société communiste, la retraite n'aura plus de raison d'être.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
gorki
Les ouvriers n'ont pas de patrie
Grand classique (ou très bavard)
gorki
835 messages postés
   Posté le 20-02-2010 à 10:51:03   Voir le profil de gorki (Offline)   Répondre à ce message   http://ouvrier.communiste.free.fr/   Envoyer un message privé à gorki   

Xuan a écrit :

Concernant l' Accès sans restriction aux mêmes biens et services que quiconque , c'est aussi légitime, mais peut-on parler d'une revendication immédiate ou bien d'un objectif qui relève de la société communiste ?


Bonjour Xuan, tout d'abord petit rappel. Cette réflexion, sur la façon de poser la question des retraites, en y apportant un point de vue de classe authentique, est le fruit d'une longue période de réflexion, toujours mener à contre courant d’une opinion générale idéologiquement préparer par l’idée du devoir de réalisme dans les volontés revendicatives. C'est un sentiment encore partager aujourd'hui dans le camp de ceux qui se réclament de la lutte des classes et de masse.


Ouvrier toi et moi, nous savons, parce que nous le vivons au quotidien, que pour les bourgeois, le devoir d’être réaliste pour notre classe dans ses désirs de vivre une vie meilleurs, se conjugue toujours avec l’acceptation forcée aux sacrifices pour elle et l’accroissement des profits pour eux.

Maintenant pour répondre à ta question : « peut-on parler d'une revendication immédiate ou bien d'un objectif qui relève de la société communiste ? » je te répondrai qu’à ce titre cela ne veut pas dire grand-chose, parce que la question de la cessation d’activité se pose en régime socialiste totalement différemment. (Et puis, encore heureux que la classe ouvrière au pouvoir puisse disposer à sa guise dans tous les domaines de la vie des fruits de son labeur…).
Détruis le système capitaliste et tu supprimes l’aliénation par le travail, la cessation d’activité ne se pose plus au travailleur en terme de nécessité mais de choix véritable… Quant en ce qui concerne l’accès sans restriction aux mêmes biens et services que quiconque, là encore là il s’agit d’un faux problème parce que tu auras bien compris que derrière le quiconque se cache l’existence de couches sociales plus aisées, le pouvoir ouvrier résout à sa manière cette problématique en mettant en place une redistribution des richesses qui lui correspond. Donc lorsque nous revendiquons un droit égal à la retraite pour tous il va de soi que nous partons du principe qu’il n’appartient pas à la classe ouvrière de revoir à la baisse, au nom de je ne sais trop quel souci de coller aux réalités économique de la nation, le contenu de ces revendications immédiates. Aussi tu sais comme moi que les gains de la lutte, la préservation des acquis sont toujours proportionnels à la capacité d’offensive ou de résistance de notre classe ; et qu’en système capitaliste rien n’est plus éphémère que les acquis sociaux. En conséquence, déjà de ce dernier point de vue, c’est au mieux une niaiserie au pire une manipulation, venue d’intérêts extérieurs à notre classe, que de vouloir restreindre les ambitions de mieux être qui peuvent être formulées ici et là par la classe ouvrière les couches de travailleurs les plus pauvres.

Le problème du contenu de la revendication immédiate et un faux problème qui fait cauchemarder les opportunistes de tous bords. La revendication économique même de caractère politique et une revendication réformiste naturellement. Seul le programme communiste, est, si je peux m’exprimer ainsi, la revendication révolutionnaire du prolétariat parce qu’il pose, sans détours de stratégie à la mode opportuniste, la question du pouvoir. Sans un parti authentiquement dirigé par ce que notre classe contient d’éléments les plus à l’avant-garde, sans un programme, la classe ouvrière et une classe sans boussole, idéologiquement soumise se faisant dicter ses conduites pour des intérêts qui ne sont pas les siens.

C’est Lénine qui raillait ce qu’il appelait la morale pédantesque de certain, par exemple à l’égale d’un Tsérételi disant « une classe doit savoir borner elle-même ses aspirations » (voir Lénine dans l’état et la révolution.

Lénine écrivait aussi : «…Celui qui combat pour le tout, pour la victoire complète, ne peut que veiller à ce que des petits succès ne lient pas les mains, ne détournent pas de la voie tracée, n’entraînent pas l’oubli de ce qui est relativement éloigné et sans lequel, tous les petits succès ne sont que vanités des vanités. »

Autre chose Xuan (je viens juste de m’apercevoir de ton poste) et il m’est venue cette réflexion.
Rapidement un commentaire.
Comment veux-tu que la classe ouvrière y mette le doigt quant idéologiquement elle se fait lier les deux mains et cela principalement par ceux qui ce réclament être de ses amis. Aussi tu sais parfaitement comme moi que le contenu idéologique de telle ou telle revendication peut recouvrer au moins deux dimensions, soit celle qui reflète l’opinion générale soumise à l’idéologie dominante, soit celle que lui donne son avant-garde et quand tu parles de populariser une revendication tu ne fais que te placer sur ce second point de vue, etc…

A+


Edité le 20-02-2010 à 12:27:00 par gorki




--------------------
L'émancipation des ouvriers sera l'œuvre des ouvriers eux-mêmes
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 20-02-2010 à 13:30:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

à + Gorki
et merci pour ces développements.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Membre désinscrit
   Posté le 09-06-2010 à 20:25:14   

Enfin une proposition intéressante, aligner les cotis' du public sur celles du privé... C'est la solution qu'ils ont trouvée pour baisser les salaires des fonctionnaires. Les syndicats vont-ils durcir le ton pour défendre leur bifteak...?
3% de cotis en plus sur la paie d'un buros ou d'un prof, ça fait quand même dans les 100 € de paie en moins...
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 09-06-2010 à 22:58:22   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

PARIS 9 juin (Reuters) - Le gouvernement réfléchit à l'opportunité d'utiliser le Fonds de réserve des retraites pour financer les déficits actuels des retraites, a déclaré mercredi le ministre du Travail, Eric Woerth, chargé de la réforme.
Doté de quelque 35 milliards d'euros, le FRR est censé prendre en charge une partie des dépenses des régimes de base du secteur privé à compter de 2020.
[...]

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Membre désinscrit
   Posté le 11-06-2010 à 11:38:16   

Slogan des militants CFDT à la manif du 24: "On - veut - plus d'années - de co-ti-sa-tion!!!"

C'est clair qu'à côté d'eux les buros de la CGT ou de Sud passent pour des révolutionnaires
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 12-06-2010 à 00:25:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Comme Gribouille se jette à l'eau pour éviter la pluie, le congrès de la CFDT a voté l’allongement de la durée des cotisations.
Chacun sait que les nouvelles générations parvenues sur le marché du travail après 20 ans n’auront mathématiquement pas droit à la retraite à 60 ans.
Chérèque les met donc définitivement hors jeu sans qu’on ne lui ait rien demandé.
Mais ces faux culs n’ont pas honte de faire les mariolles et de prendre des postures « pas touche à la retraite à 60 ans ! »

Chérèque ne nous surprend pas et il n’y a que la presse bourgeoise pour feindre l’étonnement et commenter le « durcissement » et « l’intransigeance » du syndicat qui pourrait "hausser le ton" au sein de l'Unedic et de Pôle emploi !

Jusqu'ici ces tartarinades prêteraient plutôt à rire, mais la médaille des cireurs de pompe revient au canard révisionniste l’Huma, sous la plume de Paule Masson :
La phrase gicle à la fin du discours : « Nous n’accepterons pas la remise en cause de la retraite à soixante ans ! » La claque fuse : les 1500 délégués du 47e Congrès de la CFDT, réunis à Tours jusqu’à vendredi, applaudissent à tout rompre, debout. […]

Qui mérite une claque ici ?


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
sti
Grand classique (ou très bavard)
826 messages postés
   Posté le 12-06-2010 à 10:28:16   Voir le profil de sti (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à sti   

oppong a écrit :

Slogan des militants CFDT à la manif du 24: "On - veut - plus d'années - de co-ti-sa-tion!!!"





Edité le 12-06-2010 à 10:29:04 par sti


Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 25-06-2010 à 00:32:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A qui le tour ?

Tandis que Woerth se fait bêtement pincer les doigts dans la combinaison de Liliane Bettencourt, et que Sarkozy ne sait plus quoi faire pour déguiser tous les signes apparents de pourriture, la meute des chiens du capital se déchaîne pour venir en aide aux plans de la bourgeoisie :

Rocard salue la réforme «non négligeable et courageuse» d’Eric Woerth
Son petit drapeau rose tout juste replié, Martine Aubry déclare : "Nous savons qu'il faut que la majorité des Français travaillent plus longtemps, partent plus tard, mais nous voulons que ceux qui ont commencé à travailler tôt, ont eu des emplois pénibles, qui ont aujourd'hui leur durée de cotisation et sont souvent au chômage puissent partir à 60 ans" .

Quant à Chérèque, après avoir fait adopter l’allongement de la durée de cotisation au congrès de la CFDT, il n’a pas honte de manifester le cul crotté en dénonçant une « provocation » .
Thibault et l’Huma se bouchent le nez, comme si de rien n’était : UNITE camarades !

A qui le tour maintenant ? Qu’on sache à quoi s’en tenir sur tous les faux-culs .

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Komintern
C'est la lutte finale
Grand classique (ou très bavard)
Komintern
501 messages postés
   Posté le 25-06-2010 à 00:39:43   Voir le profil de Komintern (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Komintern   

Moi je te dis qu'il nous faut des mines de sel...
Comme ça ils sauront ce que c'est que la "pénibilité".
Et en plus c'est écologique ça touche pas à la mer

--------------------
Vive le drapeau victorieux de Marx, Engels, Lénine et Staline. Vive le communisme
Membre désinscrit
   Posté le 30-06-2010 à 13:58:48   

Le MSF (Mouvement Syndical Français) vient de communiquer la date des prochaines randonnées urbaines, le 7 septembre, histoire de se remettre dans le bain après les 2 mois de vacances de ses membres. Les aficionados sont invités à se manifester pour proposer de nouvelles dates pour la prochaine saison (le MSF prévoit 5/6 randonnées pour la saison, espacées chacune d'au moins 6 semaines)

En attendant le MSF va mettre à profit les cotisations des pige... de ses adhérents, ainsi que les larges subventions de l'Etat et des entreprises pour prendre 2 mois de vacances bien méritées dans nos colonies.

Bonnes vacances à tous!
PetiteFee
Dieu protège les Justes
Pionnier
PetiteFee
3 messages postés
   Posté le 03-07-2010 à 12:57:07   Voir le profil de PetiteFee (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à PetiteFee   

...


Message supprimé.
Quand tu auras 65 balais et quelques rhumatismes, je ne sais pas si tu auras un peu plus de plomb dans la cervelle mais tu danseras moins.

Au passage, ce forum n'est pas destiné aux de-mon-cul-posé-sur-la-commode.

Tu as bien fait de zapper les présentations, on gagne du temps.
On n'en perdra pas davantage avec toi.



Edité le 03-07-2010 à 13:26:05 par Xuan




--------------------
Un bon tiens vaut mieux que deux tu l'auras
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 12-07-2010 à 00:42:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A propos de l'endettement

On relève dans la presse bourgeoise des articles économiques sur la dette française.
Ainsi le Figaro du 30 juin signale un seuil jamais atteint de la dette française :

La dette de l'Etat passe la barre des 1500 milliards
Par Guillaume Guichard
30/06/2010
L'endettement de la France représente désormais plus de 80% des richesses produites en un an par le pays et plus de 24.000 euros par Français. Selon Bercy, les politiques de sortie de crise ont plombé les comptes.
La dette publique a continué à s'alourdir au premier trimestre. Elle s'élevait, fin mars, à 1535,5 milliards d'euros, soit 80,3% du produit intérieur brut (PIB), contre approximativement 78% fin 2009, selon l'Insee. La dette est en hausse de 46,5 milliards par rapport à décembre et représente plus de 24.000 euros par Français.


On rappellera que la dette est théoriquement fixée par Bruxelles à 3 % …
L’article indique aussi brièvement :

Bercy explique dans un communiqué que «l'augmentation de la dette sur le passé récent est liée aux politiques de relance après la crise»
.


On reste un peu sur sa faim à propos des politiques de sortie de crise qui ont plombé les comptes .
Mais il n’est pas nécessaire de chercher longtemps car on lit également dans les Echos du 29 juin :

Les groupes du CAC 40 ont retrouvé leur structure financière d'avant-crise

[ 29/06/10 - 03H00 - Les Echos - actualisé à 14:53:47 ]
Les ratios d'endettement des quarante sociétés listées dans l'indice phare de la place parisienne ont retrouvé les niveaux d'avant la crise, malgré la détérioration de l'environnement économique, selon l'étude annuelle de Ricol Lasteyrie. Leur niveau d'investissement, en particulier, a baissé.





[...] Enfin, les plans de relance de l'Etat ont aussi soutenu les sociétés : 31 milliards d'euros avaient été injectés dans l'économie à fin janvier, auxquels il faut ajouter les plus de 6 milliards de prêts à l'automobile, selon le pointage de Ricol Lasteyrie sur les chiffres du gouvernement. « L'Etat a en quelque sorte pris le relais des entreprises dans la tempête, appuie Jean-Charles de Lasteyrie. Il n'est pas étonnant dans ces conditions que ce soient les Etats qui se retrouvent en difficulté. Même si on ne peut pas faire de lien direct entre endettement des pays et des entreprises. »


On ajoutera simplement le fait que les plans de réduction des effectifs - qui ont entre autre permis d'augmenter la productivité et les profits en 2009 et 2010 - se traduisent directement par des déficits supplémentaires dans les caisses de la protection sociale.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Membre désinscrit
   Posté le 12-07-2010 à 08:08:21   

Xuan 3% c'est le déficit (pour la dette le critère est de 60%)

Mais sinon on est bien d'accord, les niveaux atteints, et aussi l'augmentation exponentielle de ces 2 dernières années (voir aussi les tableaux sur cette page wiki) sont démentiels et nous mènent droit dans le mur...

D'autant plus que les chiffres sont faussés + ou - légalement par les PPP qui sont difficilement comptabilisables (je sais pas si on en a déjà parlé sur ce forum
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 Page suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises  offensive généralisée contre les retraitesNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum