Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine 

 visite de Xi en France

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 Page suivante
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 24-03-2019 à 20:34:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La visite de Xi Jinping en Italie, à Monaco et en France est peu évoquée par les médias, sauf pour bâcher le "totalitarisme" chinois. Généralement on accorde peu d'importance aux ballets économico-diplomatiques qui habillent les intérêts des multinationales.
Ici l'enjeu consiste à briser l'isolement que dressent les USA autour de la Chine, en utilisant les contradictions entre les pays occidentaux.
La contradiction entre le premier et le second monde analysée par Mao Tsétoung existe toujours et elle explique les tensions croissantes entre les USA et les autres pays occidentaux, notamment les sanctions financières contre les alliés de Trump.
La Route de la Soie est la matérialisation de ce coin enfoncé dans le camp impérialiste.
En France les milieux impérialistes l'ont parfaitement compris et dénigrent une sorte de cheval de Troie économique qui viendrait piller leurs profits. Mais ils n'ont pas d'autre choix que de se ranger dans le camp des USA ou dans celui de la Chine.



La visite du président chinois, une nouvelle impulsion pour les relations sino-françaises (ambassadeur chinois)



http://french.xinhuanet.com/2019-03/23/c_137918311.htm
French.xinhuanet.com _ Publié le 2019-03-23 à 20:32
Par Ying Qiang et Xu Yongchun

PARIS, 23 mars (Xinhua) -- A l'occasion du 55e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques sino-françaises, la visite d'Etat en France du président chinois Xi Jinping permettra de promouvoir un partenariat stratégique global étroit et durable entre la Chine et la France, d'élaborer le plan pour les relations bilatérales dans les années à venir, et de donner une nouvelle impulsion aux relations sino-françaises, a déclaré Zhai Jun, ambassadeur de Chine en France, lors d'une récente interview à Xinhua.

Cette visite du président chinois revêt deux significations importantes, a indiqué M. Zhai. Au niveau des relations bilatérales, les relations sino-françaises vont connaître un nouveau départ, alors que le président chinois Xi Jinping effectuera une visite d'Etat en France après sa dernière visite en 2014. Cette année marque le 55e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques sino-françaises et le 100e anniversaire du mouvement Travail-Études en France, a-t-il expliqué.

En ce qui concerne les relations internationales, le monde éprouve aujourd'hui un changement jamais connu depuis cent ans, et le multilatéralisme et la gouvernance globale rencontrent des défis, alors que l'humanité se trouve à nouveau à la croisée des chemins. La Chine et la France, membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et grands pays influents sur la scène internationale, se chargent de la responsabilité historique spéciale d'explorer de belles perspectives pour l'humanité, a poursuivi M. Zhai.

M. Zhai a rappelé que, depuis l'établissement des relations diplomatiques sino-françaises il y a 55 ans, les deux pays ont adhéré aux principes de respect mutuel, de recherche d'un terrain d'entente en mettant de côté les divergences, et d'avantages réciproques, tout en oeuvrant à l'élargissement de la coopération bilatérale au profit du bien-être des deux peuples.

M. Zhai a indiqué que la Chine et la France avaient élargi leur coopération dans les domaines nucléaire, aéronautique et spatial, ainsi que sur la santé, le développement "vert" et les services financiers.

D'après des statistiques officielles chinoises, le volume des échanges commerciaux sino-français a dépassé les 60 milliards de dollars en 2018, alors que plus de 2,3 millions de touristes chinois se sont rendus en France pendant la même période. Par ailleurs, quelque 46.000 étudiants chinois poursuivent leurs études en France et presque 110.000 élèves français apprennent le chinois.

"Les liens entre la Chine et la France n'ont jamais été (aussi) étroits (qu')aujourd'hui et la volonté des peuples des deux pays de se familiariser et de se rapprocher n'a jamais été aussi forte", a affirmé M. Zhai.

La France est un membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU et un pays majeur de l'UE, et l'Europe représente un "pôle" important sur la scène internationale, a estimé ce diplomate chinois, affirmant que les relations sino-françaises et sino-européennes, en approfondissement et en développement continus, étaient un modèle de respect mutuel et d'avantages réciproques entre les pays.

D'après M. Zhai, dans les circonstances actuelles, les relations sino-françaises et sino-européennes se dotent de nouvelles caractéristiques et font face à de nouvelles perspectives :

-- Coordination stratégique Chine-France et Chine-Europe plus étroite. Face à divers défis, dont l'unilatéralisme, le protectionnisme, la prolifération nucléaire, le terrorisme et la cyber-sécurité, la Chine, la France et l'Europe ont appelé ensemble à préserver le multilatéralisme et l'ordre économique mondial ouvert et libre, constituant ainsi un facteur de stabilité pour les relations internationales. Les deux pays ont lancé l'Année sino-française de l'environnement en 2018 pour renforcer leur coopération sur le climat et la protection environnementale. En marge du sommet du G20 à Buenos Aires, la Chine et la France ont co-organisé une réunion trilatérale (Chine, France et ONU) dédiée à la lutte contre le changement climatique. Lors du dialogue de dirigeants chinois et européens à Beijing en 2018, les deux parties ont convenu de préserver le système commercial multilatéral basé sur des règles et de s'opposer au protectionnisme et à l'unilatéralisme.

-- Coopération pragmatique approfondie. Ces dernières années, des projets sino-français majeurs ont porté leurs fruits et le potentiel de coopération dans divers domaines, dont les produits agro-alimentaires, la santé, la planification urbaine et le développement durable, a été mis en valeur de manière constante. A l'occasion de sa visite en Chine en janvier 2018, le président français Emmanuel Macron a exprimé clairement son soutien à l'Initiative la Ceinture et la Route (ICR). Les gouvernements chinois et français ont convenu de lancer des projets concrets sur un marché tiers dans le cadre de l'ICR. Aujourd'hui, les trains de fret Chine-Europe desservent 50 villes dans 15 pays européens.

-- Fondement d'amitié consolidé. Les échanges entre les peuples et les régions des deux parties restent très actifs. Il y a plus d'une centaine de villes jumelées entre la Chine et la France. La Chine a établi 131 instituts Confucius dans des pays membres de l'UE. Les étudiants chinois dans l'UE sont au total 300.000, alors que 45.000 étudiants originaires de l'UE étudient actuellement en Chine.


Edité le 24-03-2019 à 20:52:23 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 24-03-2019 à 20:38:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

De la "Route de la Soie" à "la Route du Vin", les trains de fret Chine-Europe apportent de nouvelles opportunités en France


French.xinhuanet.com - Publié le 2019-03-23 à 18:52
Par Xu Yongchun et Tang Ji

http://french.xinhuanet.com/2019-03/23/c_137918187.htm

LYON, 23 mars (Xinhua) -- Après avoir parcouru plus de 10.000 kilomètres en 18 jours pour traverser le continent eurasiatique, un train de fret en provenance de Wuhan, dans le centre de la Chine, est arrivé le matin du 5 mars au terminal ferroviaire de Vénissieux, au sud de Lyon, en France. Ses conteneurs renfermaient des équipements sportifs, des produits électroniques et des objets destinés à une exposition culturelle.

Au XVIe siècle, Lyon était le terminus en Europe occidentale de l'ancienne Route de la Soie, un lien tissé entre l'Orient et l'Occident pour les échanges de produits, d'innovations techniques, de doctrines et de cultures. Aujourd'hui, les trains de fret Chine-Europe (TFCE) apportent de nouvelles opportunités et favorisent la croissance du commerce sino-français, dont le volume a dépassé les 60 milliards de dollars en 2018.

La société allemande DBO Bahnoperator se charge du transit des TFCE de Duisbourg à Lyon. Le responsable de DBO, Marcel Stein, estime que le transport ferroviaire offre aux marchés de nouvelles opportunités d'importation et d'exportation. "Le délai de livraison de la Chine vers la France par fret ferroviaire est d'environ 15 jours, juste entre celui du fret maritime (environ 40 jours) et celui du fret aérien (quelques jours), tandis que les coûts ne représentent qu'une faible partie de ceux du transport aérien et sont similaires à ceux du transport maritime."

" Les trains de fret Chine-Europe représentent une solution idéale" , affirme M. Stein. Pour ceux qui veulent transporter leurs marchandises du continent européen vers la Chine, "l'itinéraire ferroviaire reliant Lyon en France à Wuhan en Chine n'a pas de rivaux sur le marché."

D'après les statistiques officielles chinoises, les TFCE ont connu une progression galopante depuis leur lancement en 2011. Le nombre cumulé d'expéditions de TFCE a dépassé 12.000 fin 2018, desservant 56 villes chinoises et une quarantaine de villes dans 15 pays européens. Soixante itinéraires relient une centaine de villes chinoises et européennes en traversant le continent eurasiatique, constituant aujourd'hui une grande artère pour le commerce international.

En France, les TFCE ne cessent de s'étendre. En avril 2016, le premier itinéraire reliant Lyon et Wuhan a été mis en service. En octobre 2017, un itinéraire "sur mesure" a été lancé entre Wuhan et Dourges (nord de la France) à la demande de Decathlon, groupe français de grande distribution de sport et de loisirs.

La responsable du terminal de Vénissieux, Brigitte Bernard, déclare n'avoir jamais vu de conteneurs venus de Chine avant 2016. Suite à la mise en service de l'itinéraire Wuhan-Lyon, des conteneurs chinois arrivent toutes les semaines dans ce terminal. "Malgré une proportion faible actuelle des conteneurs chinois dans notre terminal, je m'attends à une croissance et espère accueillir davantage de conteneurs venus de la Chine" , indique-t-elle.

Wang Lijun, PDG de la société Wuhan Asia-Europe Logistics (WAE) qui opère des TFCE au départ de Wuhan, précise que deux convois en provenance de Wuhan arrivent chaque semaine à Lyon, d'où les cargaisons sont distribuées et livrées à Paris, à Bordeaux et à Dourges.

Grâce au dynamisme commercial sino-francais, à la promotion de l'Initiative la Ceinture et la Route (ICR) et à la réduction de la durée des trajets, les TFCE ont été choisis par davantage de grandes entreprises françaises dont Peugeot, Citroën et Decathlon, alors que des petites et moyennes entreprises ont commencé à manifester leur intérêt pour ce service.

Dans le même temps, les catégories de cargaisons se diversifient, allant des pièces automobiles et aéronautiques aux produits médicaux et vins français.

Le vice-président du Nouvel Institut franco-chinois Alain Labat estime que le développement du fret sur cet axe ferroviaire dépend essentiellement de deux facteurs. "Le premier est la nécessaire amélioration des capacités exportatrices de la France, afin de rééquilibrer l'ensemble de son commerce extérieur. Le second concerne l'augmentation des importations chinoises depuis la France."

"La première Exposition internationale des importations de la Chine, qui s'est déroulée à Shanghai en novembre 2018 et à laquelle la France a largement participé, laisse espérer des développements favorables" , selon M. Labat.

"Pour aller plus loin, il est nécessaire d'entreprendre une véritable pédagogie interculturelle sur l'Initiative la Ceinture et la Route, afin qu'un maximum de décideurs français, notamment politiques et économiques, prennent toute la mesure de l'initiative chinoise" , préconise-t-il.

Parallèlement, grâce à la montée en gamme des équipements sur les trains, les TFCE pourront satisfaire les demandes diversifiées de clients, avec par exemple le transport frigorifique de produits agro-alimentaires, indique M. Wang.

La société WAE négocie actuellement avec des associations de vins de Bordeaux pour introduire des produits de cette célèbre région viticole française sur une plate-forme d'e-commerce chinoise, où les consommateurs pourront passer leurs commandes, et les vins seront transportés par des conteneurs frigorifiques de TFCE, révèle-t-il.

"Des viticulteurs locaux s'intéressent beaucoup à notre projet. Une fois le service mis en place, la 'Route de la Soie' deviendra une 'Route du Vin'" , prévoit M. Wang.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 24-03-2019 à 20:40:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Pourquoi le président chinois a choisi l'Italie, Monaco et la France comme destinations de son voyage en Europe

http://french.xinhuanet.com/2019-03/20/c_137909209.htm


BEIJING, 20 mars (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping effectuera sa première visite à l'étranger en 2019 en visitant l'Italie, Monaco et la France du 21 au 26 mars. Mais pourquoi ce choix?

Première étape du voyage présidentiel, l'Italie accueillera un chef d'Etat chinois pour la première fois en dix ans. Evoquant les relations sino-italiennes, M. Xi a qualifié les deux pays d'anciennes civilisations, reliées par l'ancienne route de la soie qui servait de pont de communication entre l'Orient et l'Occident.
Ces dernières années, les relations sino-italiennes se sont rapidement développées avec une coopération fructueuse dans la culture, la technologie, l'éducation et l'innovation.
Cette année marque le 15e anniversaire de l'établissement du partenariat stratégique global entre la Chine et l'Italie. L'année prochaine, les deux pays célèbreront les 50 ans de l'établissement de leurs relations diplomatiques. Dans ce contexte, la visite d'Etat du président insufflera un nouvel élan dans les relations bilatérales.

Monaco, ville-Etat sur la côte méditerranéenne, se trouve depuis longtemps sur une voie de développement particulière.
Malgré leurs différences en termes de taille et la distance, la Chine et Monaco maintiennent de très bonnes relations et ont établi un modèle d'amitié et de développement commun entre grand et petit pays.
Le prince Albert II, membre du Comité olympique international, a soutenu la Chine dans l'organisation des Jeux olympiques d'été de Beijing 2008,et a été invité par M. Xi à Beijing pour les Jeux olympiques d'hiver 2022.
Actuellement, la Chine déploie des efforts pour faire avancer la construction de la civilisation écologique, et participe activement au processus de gouvernance climatique mondiale. Monaco, qui forme un concept spécifique de développement urbain, peut partager avec la Chine son expérience en la matière.

La France, dernière étape du voyage de M. Xi, est la première puissance occidentale à établir ses relations diplomatiques avec la Chine. En tant que membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies et pays influents majeurs, la Chine et la France assument une responsabilité particulièrement importante dans le maintien de la paix et le développement dans le monde.
Dans un contexte d'incertitude, la Chine préconise la construction d'une communauté de destin pour l'humanité. La France prône un concept similaire.
De la lutte contre le terrorisme à la construction d'un nouveau type de relations internationales, en passant par la coopération sur la question du changement climatique et du multilatéralisme, les relations sino-françaises sont mutuellement bénéfiques et apportent une contribution considérable au monde.
En mars 2014, le président Xi Jinping s'était rendu en France à l'occasion du 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Cinq ans plus tard, cette nouvelle visite permettra aux relations bilatérales de se renforcer encore.


Edité le 24-03-2019 à 20:40:55 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 24-03-2019 à 20:42:34   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine et l'Italie signent un protocole d'accord sur l'ICR pour améliorer leur connectivité


http://french.xinhuanet.com/2019-03/24/c_137918682.htm

ROME, 23 mars (Xinhua) -- La Chine et l'Italie ont signé samedi à Rome un protocole d'accord visant à faire avancer conjointement l'initiative "la Ceinture et la Route" (ICR), lors de la visite d'Etat du président chinois Xi Jinping dans ce pays européen.
Les deux parties se sont félicitées de la signature du protocole d'accord intergouvernemental sur la promotion conjointe de l'ICR, indique un communiqué conjoint rendu public par les deux pays.
Les deux parties se rendent compte du potentiel énorme de l'ICR dans la promotion de la connectivité et se tiennent prêtes à renforcer l'alignement de l'ICR avec les Réseaux de transport transeuropéen, et à approfondir la coopération, notamment dans les domaines portuaire, de la logistique et du transport maritime, selon le communiqué.
Les deux parties ont aussi exprimé leur volonté de s'associer aux efforts déployés dans le cadre de la Banque asiatique d'investissements pour les infrastructures (BAII), afin de faire progresser la connectivité conformément à la mission et aux fonctions de la BAII.
De nouvelles liaisons aériennes pourraient être ouvertes entre la Chine et l'Italie, les deux parties s'étant mises d'accord pour faciliter l'accès au marché des compagnies aériennes de l'une l'autre, selon le communiqué.

Au cours de sa visite d'Etat en Italie du 21 au 24 mars, M. Xi s'est entretenu avec le président italien Sergio Mattarella et le Premier ministre Giuseppe Conte sur les relations bilatérales, et sur des questions régionales et internationales d'intérêt commun.
Les deux parties sont convenues de faire progresser le partenariat stratégique global sino-italien dans un esprit de respect réciproque et d'avantages mutuels et pour des résultats gagnant-gagnant, selon le communiqué.
Des mesures seront prises pour mettre pleinement en oeuvre l'important consensus auquel sont parvenus les dirigeants des deux pays, indique le communiqué.
Beijing et Rome ont réaffirmé leur détermination à promouvoir le multilatéralisme et à préserver le système international avec l'Organisation des Nations Unies en son centre. Les deux parties sont convenues de s'opposer au protectionnisme sous toutes formes, de promouvoir la libéralisation du commerce et des investissements, de faciliter les échanges, de maintenir le rôle central de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et promouvoir conjointement les réformes nécessaires de l'OMC.
Les deux parties ont accepté de coopérer dans les domaines de l'environnement, des énergies renouvelables, de l'agriculture, de l'urbanisation durable, de la santé, de l'aviation, des technologies spatiales, des infrastructures et des transports, ajoute le communiqué.

La Chine et l'Italie ont aussi exprimé leur volonté de renforcer la coopération culturelle, ce qui englobe la protection du patrimoine et la lutte contre le trafic de reliques, la coopération en matière d'éducation avec un accent sur les études de langues, la coopération judiciaire impliquant le partage d'expériences en matière d'extradition et de lutte contre la corruption, ainsi que la coopération en matière d'application de la loi.
Les deux pays ont signé à cette occasion 19 documents de coopération bilatérale intergouvernementale, précise le communiqué.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 24-03-2019 à 23:36:03   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Figaro publie dans unen tribune un article de Xi Jin ping «La Chine et la France, ensemble vers un développement commun», article réservé aux abonnés .
http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2019/03/22/31007-20190322ARTFIG00155-xi-jinping-la-chine-et-la-france-ensemble-vers-un-developpement-commun.php

On peut retrouver cet article dans Global Times

Texte intégral de l'article signé par Xi dans un journal français


Source: Xinhua Publié le: 2019/3/23 19:15:13

http://www.globaltimes.cn/content/1143137.shtml
Un article signé du président chinois Xi Jinping intitulé "Ensemble pour un développement commun" a été publié samedi dans le quotidien français Le Figaro avant sa visite d'Etat dans le pays européen.

Une version anglaise du texte intégral de l'article est la suivante:

Aller ensemble vers un développement commun


Xi Jinping

Président de la République populaire de Chine

Invité par le Président Emmanuel Macron , je me rendrai bientôt pour la deuxième fois en France.

Il y a cinq ans, au printemps doux, j'ai effectué ma première visite d'État en France alors que les deux pays célébraient le 50e anniversaire des relations diplomatiques. Cela nous a donné l'occasion de passer en revue le passé, de planifier l'avenir et d'ouvrir une nouvelle ère de partenariat stratégique global étroit et durable entre les deux pays. Cinq ans plus tard, alors que le printemps est florissant, je dois effectuer une autre visite en France. Je suis ravi de constater que les relations sino-françaises rayonnent de vigueur et de printemps.

Lors de cette visite, j'apporterai avec moi de la bonne volonté envers la France. Cette bonne volonté repose sur l'admiration du peuple chinois et de moi-même pour la splendide histoire et la culture et le charme unique que la France a à offrir. Il est également inspiré par la manière dont nos deux grandes cultures se sont engagées et s’illuminent. Je vais apporter avec moi une amitié particulière envers les Français. Cette amitié est enracinée dans les liens d'amitié qui existent de longue date entre nos deux pays et est renforcée par la proximité entre nos peuples, dans le respect et la confiance mutuels. J'apporterai avec moi de grandes attentes pour la poursuite de la croissance de nos relations bilatérales. Je trouve les raisons de telles attentes dans nos 55 dernières années d’appui mutuel et de coopération gagnant-gagnant, et plus encore dans le potentiel immense et les perspectives d’avenir de nos relations bilatérales.

- Nous progressons plus régulièrement dans la promotion de nos relations. J'ai noué de bonnes relations de travail avec le président Macron grâce aux échanges de réunions, aux appels téléphoniques et à la correspondance. Les deux parties ont renforcé la confiance politique mutuelle, intensifié les échanges de haut niveau et maintenu une communication et une coordination de qualité grâce aux plus de 30 mécanismes de dialogue et de consultation mis en place dans les domaines stratégique, économique, financier, culturel et autres. Nous avons développé plus de points de vue communs sur les grandes questions internationales et avons mené une bonne coopération dans le cadre des Nations Unies, du G20 et d'autres cadres, et avons collaboré pour le règlement pacifique des points chauds régionaux, jouant notre rôle important dans le maintien de la paix, de la stabilité et du développement mondiaux. En travaillant ensemble pour la conclusion et la mise en œuvre de l’ Accord de Paris historique, nos deux pays ont ouvert la voie dans la riposte mondiale au changement climatique.

- Nous élargissons le gâteau de nos intérêts convergents. En l'espace de cinq ans, nos échanges bilatéraux ont augmenté de plus de 13 milliards de dollars et les investissements réciproques de plus de 20 milliards de dollars. Le bœuf français et d'autres produits agricoles de qualité gagnent en popularité auprès des consommateurs chinois. Le réacteur nucléaire Taishan 1 construit dans le cadre d'une collaboration Chine-France est devenu la première unité EPR (réacteur pressurisé européen) au monde connectée au réseau. La centrale nucléaire de Hinkley Point, un projet trilatéral emblématique entre la Chine, la France et la Grande-Bretagne, a bien démarré. Le satellite océanographique franco-chinois (CFOSat) est entré en orbite. Nous exploitons notre potentiel de coopération dans les domaines du développement durable, des finances, de la médecine et de la santé, etc. À mesure que notre coopération sur les marchés tiers se développe, Initiative de ceinture et de route .

- Nous cimentons les bases de notre amitié. Avec 102 paires de provinces et de villes jumelées, les deux pays ont développé un réseau dense d'échanges et de coopération au niveau infranational. En 2018, près de 40 000 étudiants chinois étudiaient en France, plus de 100 000 étudiants français étudiaient le chinois et un nombre record de touristes chinois se sont rendus en France. Paris a plus de vols directs vers la Chine que la plupart des autres villes européennes. Comme une myriade de petits ruisseaux qui convergent en un puissant fleuve, les divers échanges de personnel et les échanges culturels ont enrichi notre amitié.

Le printemps est la saison des semailles. Au cours de ma visite, en plus de récolter les fruits de nos relations grandissantes au cours des cinq dernières années, j’espère également que les deux parties collaboreront pour semer l’espoir d’une coopération future.

Comme je l'ai dit, la Chine et la France sont des amis privilégiés et des partenaires gagnant-gagnant. Le monde subit des changements majeurs, rarement observés depuis un siècle, et l’humanité se trouve à un stade critique de son développement. Les défis et les risques auxquels nous sommes confrontés sont de plus en plus complexes et les opportunités que nous pourrions saisir sont tout aussi inédites. En tant que partenaire stratégique global de la France, la Chine continuera à aller de l'avant avec la France au coude à coude. J'espère que les deux parties saisiront l'occasion historique, relèveront les défis avec des efforts communs et approfondiront la confiance mutuelle stratégique afin d'élargir l'horizon de notre développement commun et de notre prospérité partagée.

Pour réussir dans cette entreprise, il est primordial que nous appliquions quatre principes clés:

Indépendance. Guidée par un esprit d'indépendance, il y a 55 ans, la Chine et la France ont pris les devants en brisant les barrières de la guerre froide et se sont rapprochées. Nous devons rester fidèles à cet esprit face à une situation internationale instable et à une montée du protectionnisme et de l'unilatéralisme. Nous devons garder le cap au lieu de dériver avec la marée. Nous devons défendre notre indépendance et faire preuve de respect mutuel, et continuer à donner l'exemple aux pays dotés de systèmes sociaux, de contextes culturels et de stades de développement différents, de vivre côte à côte dans l'amitié et la coopération. De cette façon, nous contribuerons à la multipolarité et à une plus grande démocratie dans les relations internationales.

Ouverture et gagnant-gagnant. La Chine et la France sont de grandes nations qui chérissent la tradition d'ouverture et l'esprit de coopération. La Chine procède à des réformes et à une ouverture depuis 40 ans et n'ouvrira que plus largement à l'avenir. J'espère que nos deux pays continueront à s'unir pour rejeter sans équivoque le protectionnisme, défendre une économie mondiale ouverte et rendre la mondialisation économique plus ouverte, inclusive, équilibrée et bénéfique pour tous. La Chine espère collaborer avec la France pour approfondir la coopération dans les domaines traditionnels de l’énergie nucléaire, de l’aviation et de l’aérospatiale, développer de nouveaux domaines de coopération tels que l’agriculture et l’innovation technologique, et renforcer la coopération dans le cadre de l’initiative Belt and Road et sur des marchés tiers. Nous accueillons la France à la China International Import Expo, et voulons importer davantage de produits et de services français de haute qualité pour répondre aux besoins grandissants de la population chinoise en vue d'une vie meilleure. Nous espérons que davantage d'entreprises françaises choisiront d'investir et de faire des affaires en Chine pour partager les opportunités de développement du pays. Nous espérons également que les entreprises chinoises réussiront mieux en France et contribueront davantage au développement économique et social de la France.

Inclusion et apprentissage mutuel. Les progrès de l’histoire humaine montrent que les échanges et l’apprentissage mutuels entre les civilisations ont fait de notre monde un lieu plus coloré et ont fourni un puissant fondement à la coopération entre pays. En tant que représentants des cultures orientales et occidentales, la Chine et la France célèbrent la belle tradition d'ouverture et d'inclusion. J'espère que nos deux pays feront de plus grands progrès dans notre coopération dans les domaines de la culture, du tourisme, de l'éducation, des sports et de la jeunesse, et au niveau sous-national, et j'espère voir notre coopération jouer un rôle exemplaire dans la conduite de la culture et des rencontres interpersonnelles. échanges entre la Chine et l'Occident.

Un fort sens des responsabilités. Ce qui s’est passé au cours des 55 dernières années montre que la Chine et la France pourraient, ensemble, travailler ensemble. À une époque où l’humanité se trouve à un stade critique du développement, les grands pays doivent relever le défi. La Chine et la France sont tous deux membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies. La Chine souhaite renforcer la coordination avec la France afin de préserver le multilatéralisme et de respecter les normes fondamentales régissant les relations internationales, qui sont fondées sur les objectifs et les principes de la Charte des Nations Unies. Nous devons unir nos efforts pour relever les défis, promouvoir la prospérité et la stabilité mondiales et construire une communauté offrant un avenir commun à l’humanité.

Les Chinois pensent qu ' "un voyage de mille milles commence par la toute première étape" , alors que Victor Hugo a déclaré "que peu de temps suffit pour tout changer" . Nous sommes maintenant à un nouveau point de départ. Laissons la Chine et la France unir leurs efforts et entreprendre des démarches concrètes dans un chemin commun vers de nouvelles et plus grandes réalisations dans la coopération Chine-France.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant de valeur
430 messages postés
   Posté le 25-03-2019 à 05:34:28   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Monaco et la Côte d'Azur (de Nice à Menton) sont envahies par les mafias italienne, russe, et saoudienne. Un nouvel entrant chinois pointe son nez. Les concessionnaires BMW, Mercedez se frottent les mains, de même les tenanciers des casinos...
À l'heure où les peuples s'agitent un peu partout dans le monde, venir saluer le prince héritier Grimaldi n'est pas à l'honneur des dirigeants communistes chinois.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 25-03-2019 à 11:46:21   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je ne suis pas sûr que les casinos français soient plus vertueux que ceux de Monaco.
A partir du moment où un pays socialiste commerce avec un pays impérialiste, il traite forcément avec des mafieux.
Dans tous les cas Xi ne vient pas pour les saluer.
Il a obtenu de Monaco la distribution des mobiles 5G chinois alors que Trump veut imposer l'interdiction de Huawei en Europe.
La guerre économique est une forme particulière du conflit entre l'hégémonisme US et le reste du monde, en particulier contre la Chine.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7936 messages postés
   Posté le 25-03-2019 à 12:53:32   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

La théorie des trois mondes n est plus d actualité dans le contexte géopolitique actuel.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 25-03-2019 à 19:21:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

marquetalia a écrit :

La théorie des trois mondes n est plus d actualité dans le contexte géopolitique actuel.


La théorie des trois mondes identifiait trois contradictions et trois pôles à l'échelle mondiale :

- Les deux superpuissances, l'Union soviétique et les Etats-Unis, sont les ennemis communs des peuples du monde, et l'Union soviétique constitue le plus dangereux foyer de guerre mondiale
- Les pays et peuples du tiers monde constituent la force principale dans la lutte contre l'impérialisme, le colonialisme et l'hégémonisme
- Le second monde est une force susceptible d'être ralliée dans la lutte contre l'hégémonisme

Aujourd'hui, et dans le contexte géopolitique actuel il existe une superpuissance hégémonique qui constitue le premier monde.
Des pays impérialistes de second rang parmi lesquels les pays européens, qui sont le second monde.
Et des pays en développement ou émergents, le troisième monde.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7936 messages postés
   Posté le 25-03-2019 à 19:47:31   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Pour Regroupement Communiste à partir de 1985,l URSS était à la tête des forces révolutionnaires mondiales ,le Diplo soutenait surtout la Yougoslavie de Tito,avant de retourner leur veste en appuyant après la mort du maréchal les séparatismes qui ont conduit au dépeçage de la fédération yougoslave,un article sur leur site d il y a un ou deux jours ne met même pas en cause ce que Maurice Lionnet appellait l axe germano vaticanais,qui appuyait,selon ce même Maurice Lionnet,la Slovénie et la Croatie,pays catholiques romains,destinés à rejoindre l Union Européenne.extrapolant,cette revue voyait la Turquie devenir une tête de pont des USA vers les républiques turcophones du Caucase et d Asie Centrale.


Edité le 25-03-2019 à 19:49:50 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 25-03-2019 à 23:30:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

"à la tête des forces révolutionnaires mondiales" six ans avant la chute ...ben tiens, voilà une théorie qui tient bien debout.

Quoi qu'il en soit tu n'as pas démontré que "La théorie des trois mondes n est plus d actualité dans le contexte géopolitique actuel" , ou bien tu as changé d'avis ?

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7936 messages postés
   Posté le 25-03-2019 à 23:40:34   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Les pays du second monde,l impérialisme européen,le Japon et Israël,sont allés aux USA,pays du premier monde,et mènent des guerres à leurs côtés.les pays du troisième monde,les pays émergents, doivent lutter pour prendre la régence du globe,ce qui creera des conditions plus propices à la Révolution Mondiale.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 26-03-2019 à 08:30:16   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ta position est unilatérale. Les pays du second monde sont à la fois alliés et dominés par les USA, c'est-à-dire unis et opposés à eux en même temps.
Le fil sur "l'Europe maillon faible de l'impérialisme" analyse cette situation assez clairement depuis plusieurs années.
https://humaniterouge.alloforum.com/europe-maillon-faible-imperialisme-t3039-1.html

Par exemple la France invite Xi avec faste et les médias ne cessent pas de bâcher la Chine.
La visite se fait pays par pays, et collectivement en même temps pour "faire front commun contre la Chine".
Quant au Brexit c'est une Arlésienne qui tourne à la pantalonnade.

Ces incohérences montrent bien la situation contradictoire où se trouve l'Europe.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 26-03-2019 à 08:35:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A noter les commentaires du Monde

"Macron impose un front commun européen au président chinois Xi Jinping
Le contexte des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis donne à Bruxelles un levier pour mieux négocier." etc.
https://www.lemonde.fr/international/article/2019/03/26/emmanuel-macron-impose-un-front-commun-europeen-a-xi-jinping_5441269_3210.html

A comparer avec cet article de Xinhua :
"Les premières visites à l'étranger de Xi Jinping en 2019 soulignent l'importance des relations sino-européennes"
http://french.xinhuanet.com/2019-03/24/c_137920409.htm

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7936 messages postés
   Posté le 26-03-2019 à 12:32:38   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Il y a de même des rivalités entre la France et l Italie,en Tripolitaine,entre factions soutenues par ces deux impérialismes.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 26-03-2019 à 13:07:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La thèse des trois mondes définit les contradictions principales à l'échelle mondiale, pas celles à l'échelle régionales ou à l'échelle d'un pays.

A l'échelle d'un pays la lutte des classes est la contradiction principale, et en Europe il faut aussi analyser les contradictions inter impérialistes, en particulier entre les pays dominants et dominés.
Le fil signalé plus haut sur "l'Europe maillon faible de l'impérialisme" rend compte aussi de ces aspects.
Si on n'en tient pas compte on ne comprend pas l'attitude différente de Monaco, de l'Italie et de la France envers la Chine, puisque Monaco a passé un accord pour le développement de la 5G, et l'Italie un autre sur la route de la soie. A noter à ce sujet la réaction de Washington affirmant que cela "dégraderait l'image internationale de l'Italie" .
De même l'Italie n'a pas reconnu Guaido au Venezuela contrairement à la France.

Egalement dans ses rapports économiques avec la Russie l'Allemagne s'oppose aux sanctions de Trump. Elle s'est aussi ouverte aux relations financières avec la Chine
"La Chine intensifie sa coopération financière avec l'Allemagne alors que les États-Unis ferment leurs portes"

Mais dans tous les cas, et en tenant compte de leurs spécificités, les pays européens sont tous en butte à l'hégémonisme US et la contradiction principale les oppose à lui. C'est d'ailleurs une expérience qu'ils ont tous subie lors de la crise de l'Euro en 2011.
Et c'est pour cette raison que la Chine encourage l'intégration européenne face aux USA, et non un éclatement de l'Europe comme le prétend l'âne bâté François Godement, "conseiller Asie à l’Institut Montaigne".
Cependant cette "intégration" ne va pas plus loin que le duo franco-allemand.


Edité le 26-03-2019 à 23:19:23 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 26-03-2019 à 18:07:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sputnik commente la rencontre entre Xi Macron, Merkel et Juker :

Quel rôle pour l’UE dans le projet chinois de la route de la soie?
La réponse de Merkel

https://fr.sputniknews.com/international/201903261040502760-merkel-macron-ue-nouvelle-route-soie-xi-juncker/
© AFP 2019 ludovic MARIN
INTERNATIONAL
15:55 26.03.2019

À l’issue de la rencontre entre Xi Jinping et Emanuel Macron, rejoints par Jean-Claude Juncker et Angela Merkel, la chancelière a déclaré que le projet de la route de la soie était très important et que l’UE voulait y jouer un rôle actif. Auparavant, seule l'Italie s’était engagée sur l’ambitieux programme économique du leadeur chinois.

Angela Merkel a déclaré que le projet de la route de la soie était très important et les Européens voulaient y jouer un rôle actif. Cette déclaration a été faite par la chancelière allemande à l'issue de la rencontre entre Emanuel Macron, Xi Jinping, Président de la République populaire de Chine, et Jean-Claude Juncker, chef de la Commission européenne, qui a eu lieu à l'Élysée. La conférence de presse était retransmise en direct sur le site internet de la Commission européenne.

Auparavant, seule l'Italie s'était engagée sur la nouvelle route de la soie, programme économique ambitieux du leadeur chinois.

«Je pense que le projet de la route de la soie est très important. Nous, les Européens, voulons jouer un rôle important dans ce projet et y participer. Cela devrait conduire à une certaine réciprocité» , a déclaré Mme Merkel à l'issue d'une réunion à l'Élysée.
Elle a également ajouté que «le projet lui-même est une très bonne visualisation de ce qui détermine notre dépendance mutuelle et notre relation mutuelle» .

L'annonce de la participation de l'Italie à ce projet d'infrastructures maritimes et terrestres a été fraîchement accueillie par certains partenaires européens, comme l'indique l'AFP. Emmanuel Macron a critiqué le cavalier seul italien, rejoint par des responsables allemands, notamment le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Haas, ou encore le commissaire européen chargé du budget, Günther Oettinger.
[...]

____________________



https://fr.sputniknews.com/france/201903261040497865-macron-chine-partenariat-multilateralisme-union-europenne/
[...]
Bien qu'Emmanuel Macron ait reconnu ce mardi l'existence de rivalités historiques entre l'Union européenne et la Chine, il a prôné un partenariat avec Pékin visant à la construction d'un «multilatéralisme fort en termes de paix et de sécurité internationales» .
«Ce que nous voulons bâtir ensemble, c'est un cadre multilatéral rénové, plus juste, plus équilibré» , a-t-il précisé lors d'une conférence de presse commune avec Angela Merkel, Jean-Claude Junker et Xi Jinping.
Le Président français a déclaré attendre de la part de Pékin le respect de «l'unité de l'Union européenne» .
«Nous respectons la Chine […] et nous attendons naturellement de nos grands partenaires qu'ils respectent eux-aussi l'unité de l'Union européenne comme les valeurs qu'elle porte» , a-t-il indiqué.

Xi Jinping a aussi confirmé sa volonté de renforcer le multilatéralisme au sein des institutions internationales dont l'Onu, l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le Fonds monétaire international (FMI) et le G20.
[...]

On note "qu'ils respectent eux-aussi l'unité de l'Union européenne comme les valeurs qu'elle porte"
Ceci doit être mis en parallèle avec les interventions précédentes de Macron sur la fin de la "naïveté".
La naïveté en question est le vain espoir des puissances impérialistes que la Chine abandonne la voie socialiste et qu'elle adopte la démocratie bourgeoise et la dictature du capital.
Et à présent ce sont les puissances impérialistes qui craignent la remise en cause de la démocratie bourgeoise dans leur propre pays.
La Chine ne s'ingère pas dans les affaires étrangères des autres pays, mais l'exemple de ses succès, notamment dans la lutte contre la pauvreté, contraste avec la dégradation des conditions de vie des masses et la paupérisation dans les pays capitalistes.

Les commentaires agressifs des médias et la menace chinoise agitée sur tous les tons ont un sens, c'est l'affaiblissement des impérialismes occidentaux.



Edité le 26-03-2019 à 18:10:40 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 26-03-2019 à 18:21:44   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un autre aspect de la route de la soie est qu'elle renforce l'unité européenne contre l'hégémonisme US

Airbus remporte un marché géant au milieu des difficultés de Boeing

L'ordre reflète également la demande croissante dans le secteur des avions du pays

Par Tu Lei et Shen Weiduo Source: Global Times Publié le: 2019/3/26 21:53:40

Le 5 mars, un pilote chinois suit une formation dans le simulateur d'un Airbus A350. Photo: VCG

Le groupe français Airbus a signé lundi un contrat avec un acheteur chinois pour un total de 34 milliards de dollars d'avions, un coup dur porté à Boeing dans l'espoir de remporter un marché dans le cadre de la reprise des relations commerciales entre la Chine et les États-Unis.

Le contrat, plus élevé que prévu, concerne 290 appareils de la famille A320 et 10 appareils de la famille A350 XWB. L'acheteur, China Aviation Supplies Holding Co, a indiqué que la transaction valait environ 30 milliards d'euros (33,95 milliards de dollars) à des prix catalogue.
Le dernier contrat géant attribué par la Chine remonte à 2017, lorsque le président américain Donald Trump s'est rendu à Pékin, lorsque l'agence d'achat publique a acheté 300 appareils Boeing d'une valeur de 37 milliards de dollars.
La Chine et la France entretiennent une coopération mutuellement bénéfique à long terme dans le domaine de l'aviation et ont obtenu des résultats fructueux, a déclaré mardi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang.
Il a ajouté que Airbus avait contribué de manière positive à la croissance de la flotte de l'aviation civile chinoise et à la modernisation du transport aérien du pays. Parallèlement, le développement de l'industrie et du marché de l'aviation en Chine a favorisé la croissance d'Airbus.
La Chine continuera à coopérer avec les parties concernées du secteur de l'aviation conformément au développement de son secteur du transport aérien et aux besoins du marché, a-t-il ajouté.

L'accord Airbus a été conclu après l'échec mondial du 737 MAX de Boeing, après que le modèle eut deux accidents en cinq mois, faisant 346 morts au total.
Pour regagner la confiance du marché, M. Boeing a annoncé qu'il accueillera mercredi plus de 200 pilotes, techniciens et régulateurs de ligne, dans le but de relancer les avions MAX.
De nouveau, l’Administration de l’aviation civile de la Chine a suspendu son certificat de navigabilité pour les Boeing 737 MAX, ce qui signifie que les transporteurs chinois, du moins pour le moment, ne peuvent pas introduire de nouveaux aéronefs 737 MAX.

Le fossé s'élargit

À l'heure actuelle, le ratio de 737 MAX de Boeing et de 320 neo d'Airbus, en termes de commandes à fuselage étroit, est de 45:55 et l'écart entre Boeing et Airbus pourrait se creuser après cette grosse commande, Lin Zhijie, observateur du marché , a déclaré au Global Times mardi.

L’A320 neo est considéré comme un concurrent direct du Boeing 737 MAX.

Wang Yanan, rédacteur en chef du magazine Aerospace Knowledge, a démenti les allégations selon lesquelles les commandes d’Airbus avaient pour objet de remplacer la série Boeing après les accidents. "Des contrats d'avion de ce type auraient été étudiés pendant des mois - bien avant l'accident de mars - et les autorités chinoises ont dû effectuer des calculs en fonction de la demande de différentes compagnies aériennes en Chine" , a déclaré Wang au Global Times.

Les experts du secteur ont souligné que cette évolution résultait de la demande croissante en Chine, qui est devenue l'un des plus grands marchés du monde. L'Association du transport aérien international prévoyait en octobre 2018 que la Chine supplanterait les États-Unis, qui constitueraient le plus grand marché de l'aviation au monde à la mi-2020.
"L'accord reflète la forte demande de la part des compagnies chinoises sur le marché national, low-cost, régional et international sur tous les segments du marché" , a déclaré Airbus dans une note au Global Times.

Pour gagner plus de commandes, les deux producteurs mondiaux d'avions ont tous deux ouvert des usines en Chine.
L’usine d’Airbus à Tianjin a livré son 400e avion de la série A320 l’année dernière et l’usine a maintenant commencé à livrer des appareils A330.
L'année dernière, Boeing a livré le premier avion à réaction 737 MAX depuis son usine de Zhoushan, dans la province du Zhejiang, dans l'est de la Chine, la première de ce type à l'extérieur des États-Unis.
Airbus prévoit que la Chine aura besoin d'environ 7 400 nouveaux avions de transport de passagers et de fret d'ici 2037. Cela représenterait plus de 19% de la demande mondiale totale pour plus de 37 400 nouveaux avions.
À la fin du mois de janvier, la flotte d’opérateurs chinois Airbus en service comptait environ 1 730 appareils, dont 1 455 de la famille A320 et 17 avions de la famille A350 XWB, a déclaré Airbus.

Wang a indiqué que les collisions auraient bien sûr une influence sur l'industrie aéronautique mondiale, mais que cette influence ne serait que "à court terme".
"Les ventes d'avions Airbus et de Boeing sont depuis longtemps au coude à coude. En raison des préoccupations suscitées par la série 737 Max de Boeing, Airbus pourrait gagner un peu plus en Chine et sur le marché mondial. Parallèlement, Boeing pourrait également faire face à une énorme indemnisation en raison des accidents, " a déclaré Wang.
L'impact des accidents sur Boeing à long terme dépend des résultats de l'enquête, des problèmes spécifiques de l'avion et de la mesure dans laquelle Boeing peut réparer l'avion, a déclaré Lin, l'observateur du marché.
" Un géant comme Boeing ne sera pas simplement renversé par un seul incident" , a déclaré Wang.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 26-03-2019 à 18:58:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Cinq questions sur la méga-commande de 300 Airbus par la Chine
Airbus et la China Aviation Supplies Holding Company ont signé lundi un accord portant sur l’acquisition de 290 A320 et 10 A350.


https://www.francetvinfo.fr/economie/aeronautique/cinq-questions-sur-la-mega-commande-de-300-airbus-par-la-chine_3250759.html



Un contrat XXL. L'entreprise étatique chinoise Casc a commandé 290 Airbus A320 et 10 A350 au constructeur européen pour un montant théorique estimé à 35 milliards de dollars au prix catalogue – le montant réel n'a pas été communiqué. Ce "contrat pour Airbus est une avancée importante et un excellent signal (...) de la force des échanges" entre la Chine et la France, a salué Emmanuel Macron lors d'une cérémonie à l'Elysée.

Qui achète ces avions ?
Ce ne sont pas directement les compagnies aériennes qui ont passé commande. C'est la China Aviation Supplies Holding Company (Casc), une coopérative d'Etat chinoise, qui gère les achats de 13 compagnies publiques et privées, précise Le Point.

Où seront-ils assemblés ?
"Ces appareils vont être construits, soit en Europe, soit en Chine, dans la chaîne d'assemblage de Tianjin" , répond Guillaume Faury, le patron d'Airbus. En 2008, lors de la construction du site de Tianjin, comme le note Europe 1, les accords prévoyaient que la moitié des avions commandés par la Chine devait être assemblée sur place. En toute hypothèse, 145 A320 seraient donc fabriqués en Chine. Les A350, eux, seront assemblés à Toulouse avant d'être livrés.

Airbus est bien implanté en Chine, puisqu'en 2017, le constructeur a également ouvert une ligne d'assemblage d'A330, toujours à Tianjin. Sa construction avait fait l'objet d'un alinéa dans le contrat portant sur la commande de 75 appareils A330, signée en 2015 lors du passage du Premier ministre chinois à Paris, rappelle L'Usine nouvelle. Un centre de matériaux composites a également été ouvert à Harbin.

Quelle est l'ampleur du marché chinois ?
Cette commande monstre "reflète la forte demande des compagnies chinoises dans l'ensemble des segments du marché, notamment pour les vols intérieurs, low-cost, régionaux et long-courriers internationaux" , précise le communiqué du constructeur. En effet, selon les prévisions d'Airbus, la Chine aura besoin de quelque 7 400 avions passagers et cargos neufs au cours des 20 prochaines années, ce qui représente plus de 19% de l'ensemble de la demande mondiale (37 400 avions neufs).

Avec le développement de ses liaisons aériennes, la Chine devrait devenir le premier marché mondial pour l'aviation entre 2022 et 2024, relève Le Monde, notamment en raison de sa demande intérieure. La quasi-totalité des avions commandés correspond d'ailleurs au moyen-courrier aux dépens du long-courrier, puisque le contrat ne comporte que 10 A350 et aucun A330.

Où en est le C919 chinois ?
A l'avenir, Airbus et Boeing vont affronter un nouveau concurrent sur ce marché, puisque le constructeur chinois Comac prévoit de livrer ses premiers C919 dans deux ans. Le troisième prototype a effectué son vol d'essai en décembre dernier et d'autres prototypes devraient à leur tour prendre leur envol cette année. Au total, 815 commandes ont d'ores et déjà été passées par 28 clients chinois et étrangers, précise L'Usine nouvelle. Gros bémol pour la Chine : cet appareil utilise en grande partie des technologies étrangères.

Quelle est la portée politique de ce contrat ?
"En l'occurrence, il ne s'agit pas d'une commande de compagnies aériennes chinoises mais d'une compagnie détenue par l'Etat chinois" , estime sur franceinfo Loïc Tribot La Spière, délégué général du Centre d'étude et de prospective stratégique (CEPS). "On est donc dans une symbolique totalement politique" . Cette commande est surtout un coup dur pour Boeing, le grand rival d'Airbus. Il n'est pas exclu que ce contrat fasse suite à la politique économique engagée par Donald Trump, d'autant que Boeing traverse une période de turbulences après les crashs de deux 737 Max.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 26-03-2019 à 19:03:56   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La question des droits de l'Homme


Xi Jinping n'a pas évoqué la question des droits de l'Homme en France

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant de valeur
430 messages postés
   Posté le 26-03-2019 à 19:28:56   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Xuan a écrit :

...
Xi Jinping n'a pas évoqué la question des droits de l'Homme en France


Macron et Castaner ont une expérience réussie dans la répression musclée des forces d'opposition, et peuvent essayer d'en profiter à l'exportation.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 27-03-2019 à 08:03:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

une intervention qui n'a pas fait la une des journaux :

Xi Jinping présente une proposition en quatre points sur la gouvernance mondiale


http://french.xinhuanet.com/2019-03/27/c_137927125.htm

(Xinhua/Ju Peng)

PARIS, 26 mars (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a exhorté mardi le monde entier à faire des efforts concertés dans quatre aspects pour façonner conjointement l'avenir de l'humanité face à d'énormes défis mondiaux.
Il a présenté cette proposition lors de la cérémonie de clôture d'un forum sur la gouvernance mondiale co-organisé par la Chine et la France à Paris. Outre M. Xi et son homologue français Emmanuel Macron, la chancelière allemande Angela Merkel et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker y étaient aussi présents.
La Chine et la France, deux grands acteurs de la gouvernance mondiale, partagent un large consensus politique et une base de coopération solide sur de grands dossiers tels que la préservation de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans le monde, la défense du multilatéralisme et du libre-échange, ainsi qu'un soutien à un rôle actif des Nations Unies.
Xi Jinping a noté que Beijing et Paris étaient attachés aux principes de respect et de confiance mutuels, d'égalité, d'ouverture, d'inclusion et de résultats bénéfiques pour tous.
Il a ainsi proposé une approche pour remédier aux "quatre déficits" dans les affaires mondiales.

En premier lieu, le président chinois a appelé à l'équité et à la sagesse pour combler le déficit de gouvernance .
Il est ainsi souhaitable de défendre une vision de la gouvernance mondiale qui comprenne des consultations approfondies, des contributions conjointes, des bénéfices partagés ainsi que le principe selon lequel les affaires mondiales devraient se régler par les peuples du monde par le biais de consultations, a noté M. Xi, appelant à faire progresser activement la démocratisation des règles de gouvernance mondiale.
Il a également appelé à défendre l'ONU, un flambeau du multilatéralisme, à mettre pleinement en valeur le rôle constructif des mécanismes multilatéraux mondiaux et régionaux, ainsi qu'à favoriser conjointement l'édification d'une communauté de destin partagé pour l'humanité.

En second lieu, Xi Jinping a appelé à des consultations et à la compréhension pour remédier au déficit de confiance .
Il est ainsi souhaitable de mettre en avant le respect et la confiance mutuels, de dialoguer, de rechercher un terrain d'entente tout en mettant de côté et réduisant les différends, de renforcer la confiance stratégique et de réduire la suspicion mutuelle, a-t-il déclaré.
Le président chinois a préconisé un dialogue plus étroit entre les différentes civilisations afin de renforcer la compréhension et la reconnaissance mutuelles.

En troisième lieu, M. Xi a appelé à des efforts communs et à une assistance mutuelle pour remédier au déficit de la paix .
Il est ainsi souhaitable de défendre une nouvelle vision d'une sécurité commune, globale, coopérative et durable, d'abandonner les mentalités du jeu à somme nulle et de la guerre froide, de rejeter la loi de la jungle et de régler les conflits de façon pacifique, a-t-il poursuivi.
Il a également appelé à rejeter les positions telles que la recherche d'un bénéfice aux dépens des autres.

En quatrième lieu, le chef de l'Etat chinois a souhaité des bénéfices partagés et des résultats avantageux pour tous en vue de combler le déficit de développement .
Il est ainsi souhaitable de poursuivre une approche fondée sur l'innovation qui soit coordonnée et interconnectée, juste et inclusive, et de forger un modèle de croissance empreint de vitalité, un modèle de coopération reposant sur l'ouverture et des résultats avantageux pour tous, ainsi qu'un modèle de développement équilibré avec des bénéfices communs de sorte que les peuples du monde entier puissent se partager les bénéfices de la mondialisation économique, a souligné M. Xi.
La Chine soutient les réformes nécessaires de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et défend le système commercial multilatéral, a déclaré le président chinois, ajoutant que son pays invitait la France et d'autres pays à participer activement à l'Initiative la Ceinture et la Route (ICR).

____________________


Xi Jinping présente à Angela Merkel une proposition en trois points sur les relations sino-allemandes


http://french.xinhuanet.com/2019-03/27/c_137925708.htm

(Xinhua/Xie Huanchi)

PARIS, 26 mars (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a présenté à la chancelière allemande Mme Angela Merkel une proposition en trois points concernant le développement des relations entre les deux pays, lors de leur rencontre mardi à Paris.
Les deux dirigeants ont eu un entretien en marge d'un forum sur la gouvernance mondiale co-organisé par la Chine et la France.
Malgré la volatilité croissante et les incertitudes de la situation internationale actuelle, la coopération pragmatique sino-allemande a réussi à maintenir une bonne dynamique de développement, s'est félicité M. Xi.
En 2018, la Chine était la première partenaire commerciale de l'Allemagne pour la troisième année consécutive, et avec une augmentation de près de 140% des investissements réels des entreprises allemandes en Chine, a-t-il précisé.

La Chine s'est fixée pour objectifs d'approfondir ses réformes, de renforcer son ouverture et de promouvoir un développement qualitatif de son économie, a expliqué le président Xi à Mme Merkel.
Soulignant la détermination de la Chine à poursuivre sa politique d'ouverture, il a fait remarquer le désir sincère de Beijing de développer et de renforcer sa coopération avec Berlin et l'Union européenne (UE).

La Chine est disposée à travailler de concert avec l'Allemagne pour continuer à élargir et à consolider les bases de la coopération sino-allemande, afin d'apporter de nouveaux profits aux deux peuples, a ajouté M. Xi.
Rappelant que Mme Merkel a exprimé à maintes reprises son adhésion à des principes de coopération mutuellement profitable, il a indiqué que la Chine considérait elle aussi la coopération à bénéfices mutuels et au résultat gagnant-gagnant comme la meilleure manière de résoudre un grand nombre de problèmes mondiaux.
Dans la conjoncture actuelle, le renforcement de la coopération Chine-Allemagne et Chine-UE revêt une importance qui dépasse le simple cadre bilatéral, a dit M. Xi, avant de présenter une proposition en trois points sur l'avenir du développement des relations sino-allemandes.

En premier lieu, les deux pays devraient approfondir leur coopération bilatérale pour donner au monde entier un bon exemple du succès de la coopération mutuellement profitable, a déclaré le président Xi.
Soulignant que la Chine et l'Allemagne ne sont ni rivales ni adversaires, M. Xi a déclaré que coopérer pour avoir un résultat gagnant-gagnant était toujours l'essentiel des relations entre les deux pays. M. Xi a saisi cette occasion pour exhorter les deux parties à renforcer leur coopération dans les domaines de l'intelligence artificielle, de la conduite automatisée, de nouveaux matériaux, de nouvelles énergies, de la science de la vie et des villes intelligentes.
M. Xi a également espéré que l'Allemagne pourrait créer un environnement amical et ouvert pour permettre aux entreprises chinoises d'investir et de se développer en Allemagne.

En second lieu, le président chinois a appelé les deux pays à prendre des initiatives et à jouer un rôle de premier plan au sein de la coopération Chine-UE, afin notamment d'apporter davantage de stabilité au monde.
La Chine considère l'Europe comme une force essentielle pour la promotion d'un monde multipolaire, et soutient toujours fermement les efforts de l'Europe pour s'unir et se renforcer, a déclaré M. Xi.
La Chine et l'Europe sont deux grandes forces de stabilisation et deux principales économies du monde, le développement constant de leurs relations est conforme aux intérêts communs des deux parties et contribue à accroître la stabilité dans un monde complexe et en constante évolution, a affirmé M. Xi.

La Chine espère que l'Allemagne pourra exercer une influence positive sur l'UE, en l'aidant à concentrer ses efforts sur la coopération et à éviter toute perturbation, a ajouté M. Xi.
En troisième lieu, les deux pays devraient travailler ensemble pour faire progresser la gouvernance mondiale et pour mieux préserver le multilatéralisme, a déclaré le président chinois.
La Chine est prête à travailler de concert avec l'Allemagne pour garder le système international centré sur les Nations Unies, a dit M. Xi, exhortant les deux parties à renforcer leur coordination dans le cadre du Groupe des Vingt (G20) en vue de mieux contribuer à l'amélioration de la gouvernance économique mondiale.
L'initiative "la Ceinture et la Route" permettra par ailleurs de promouvoir une meilleure coopération économique internationale et de contribuer à construire une économie mondiale ouverte, a ajouté M. Xi, tout en s'engageant à développer la coopération sino-allemande sur les marchés tiers.

La chancelière allemande a quant à elle affirmé que Berlin et Beijing partageaient de nombreux intérêts communs, notant que leurs relations bilatérales se développaient de manière stable et régulière au cours des dernières années, et que la coopération et le dialogue entre les deux parties étaient étroits à tous les niveaux et dans toutes sortes de domaines.
L'Allemagne souhaite approfondir ses relations économiques et commerciales avec la Chine à l'âge numérique, et est disposée à participer activement au deuxième Forum pour la coopération internationale sur l'initiative "la Ceinture et la Route", a indiqué Mme Merkel.
L'Allemagne se réjouit en outre de pouvoir profiter des opportunités offertes par une plus grande ouverture de la Chine, et veillera à fournir un environnement équitable et favorable aux entreprises chinoises pour qu'elles puissent investir et se développer en Allemagne, a déclaré Mme Merkel.
Mme Merkel a aussi exprimé la détermination de son pays à promouvoir la coopération entre l'UE et la Chine, souhaitant voir l'UE et la Chine conjuguer les efforts pour défendre le multilatéralisme.

Le président Xi est arrivé lundi à Paris pour sa visite d'Etat en France. La France est la troisième et dernière étape de son périple eu Europe, après l'Italie et Monaco.

_______________________


La Chine et la France s'engagent à préserver le multilatéralisme et à améliorer la gouvernance mondiale


http://french.xinhuanet.com/2019-03/27/c_137925701.htm

PARIS, 26 mars (Xinhua) -- La Chine et la France se sont engagées à préserver le multilatéralisme et à améliorer la gouvernance mondiale, selon une déclaration conjointe publiée mardi lors de la visite d'Etat du président chinois Xi Jinping en France.
Les deux pays estiment que dans le contexte actuel, l'attachement au multilatéralisme est la meilleure façon de promouvoir la coopération internationale face à la multiplication des risques et des défis communs, et de préserver la paix et la prospérité dans le monde, indique la déclaration conjointe.
S'agissant de la gouvernance économique internationale, les deux pays préconisent l'évolution de la mondialisation économique vers un système plus ouvert, plus transparent, plus inclusif, non discriminatoire pour préserver le système commercial multilatéral fondé sur des règles et centré sur l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

La Chine et la France entendent poursuivre leurs efforts communs pour bâtir une économie mondiale ouverte et combattre toute forme de protectionnisme, en assurant un cadre de concurrence équitable, ajoute la déclaration conjointe.
Elles soutiennent les travaux en cours entre la Chine et l'Union européenne pour le développement de synergies entre les initiatives de connectivité, notamment la stratégie de l'UE sur la connectivité eurasiatique et l'initiative chinoise "la Ceinture et la Route". Elles souhaitent accélérer les échanges dans le cadre de la Plateforme Chine-UE de connectivité.

Les deux pays soulignent l'interdépendance croissante de la Chine et l'UE et, dans ce contexte, la nécessité de développer le partenariat stratégique global entre la Chine et l'UE. Le partenariat Chine-UE renforcé contribuera à la réforme de la gouvernance mondiale afin de parvenir à un système multilatéral plus efficace qui reflète mieux les principes de l'équité et de la justice et qui soit plus adapté aux enjeux du 21e siècle.
La Chine et la France soutiennent la conclusion rapide d'un ambitieux accord global sur les investissements entre la Chine et l'UE, dans un esprit de bénéfice mutuel et réciproque.

En ce qui concerne le changement climatique, les deux pays s'engagent à appliquer l'Accord de Paris dans toutes ses dimensions.
Les deux pays agiront conjointement pour un sursaut mondial face à l'érosion de la biodiversité, dans la perspective de la 15e Conférence des parties (COP15) de la Convention sur la diversité biologique qui se tiendra fin 2020 en Chine, toujours selon la déclaration conjointe.


Edité le 27-03-2019 à 08:07:07 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 28-03-2019 à 12:48:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Evidemment ce texte n'a pas été rendu public en France, où les médias ont encensé le combat de Macron contre les "ambitions chinoises".


Texte de la Déclaration conjointe entre la République populaire de Chine et la République française


http://french.xinhuanet.com/2019-03/27/c_137927638.htm
PARIS, 26 mars (Xinhua) -- Voici le texte de la "Déclaration conjointe entre la République populaire de Chine et la République française sur la préservation du multilatéralisme et l'amélioration de la gouvernance mondiale" , publié mardi par les deux pays.

A l'invitation de M. Emmanuel Macron, Président de la République française, M. Xi Jinping, Président de la République populaire de Chine, a effectué du 24 au 26 mars 2019 une visite d'Etat en France. Les deux parties ont passé en revue la situation internationale et les questions globales et régionales d'importance majeure et sont convenus de ce qui suit.

1. Membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies, la France et la Chine apportent une contribution active à la paix et à la sécurité internationales. Elles continueront à appliquer une politique étrangère d'indépendance, à poursuivre la voie du développement pacifique et à promouvoir la paix, la prospérité, le développement durable et la sécurité dans le monde conformément aux buts et principes de la Charte des Nations Unies. Elles réaffirment leur attachement au respect du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales et poursuivent leurs efforts pour bâtir ensemble des relations internationales basées sur le respect mutuel, l'équité, la justice et la coopération de bénéfice mutuel.

2. La France et la Chine estiment que dans le contexte actuel, l'attachement au multilatéralisme est la meilleure façon de promouvoir la coopération internationale face à la multiplication des risques et des défis communs, et de préserver la paix et la prospérité dans le monde. Elles s'engagent à promouvoir le multilatéralisme fondé sur le droit international.

3. Les deux pays défendent résolument le système international dont l'Organisation des Nations Unies (ONU) constitue l'élément central ainsi que son autorité et son statut. Ils soutiennent les efforts déployés par le Secrétaire général des Nations Unies en faveur d'une réforme de l'Organisation et souhaitent œuvrer ensemble pour rendre celle-ci plus efficace, plus réactive, et plus à même de relever les défis globaux. Ils continueront à conjuguer leurs efforts en renforçant leur coopération sur les opérations de maintien de la paix des Nations Unies et en soutenant l'initiative portée par l'Union africaine (UA) et l'ONU en faveur du financement durable et prévisible des opérations africaines de paix.

4. Ils réaffirment leur volonté de relever ensemble les défis en ce qui concerne le changement climatique, l'érosion de la biodiversité et la protection de l'environnement. Ils continueront d'assurer, comme ils l'ont fait en marge du G20 de Buenos Aires, un rôle d'impulsion et de mobilisation, sur la base des résultats de la 24ème Conférence des parties (COP24) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui a permis de doter avec succès l'Accord de Paris de règles d'application.

5. Ils agiront ensemble pour assurer le succès du Sommet du Secrétaire général des Nations Unies sur le climat, le 23 septembre 2019, par la mobilisation des différents acteurs, et par le pilotage des travaux préparatoires sur la finance climat et la tarification du carbone, et sur les solutions fondées sur la nature.

6. Les deux pays s'engagent à appliquer l'Accord de Paris dans toutes ses dimensions, à renforcer la capacité d'application des engagements et à communiquer d'ici 2020 leur stratégie à long terme de développement à faible émission de gaz à effet de serre pour le milieu du siècle. Ils s'engagent à travailler ensemble pour favoriser la ratification et la mise en œuvre de l'amendement de Kigali au protocole de Montréal sur la réduction des HFC et promouvoir l'amélioration des standards d'efficacité énergétique dans le secteur du refroidissement.

7. Ils insistent sur l'importance d'une réorientation des flux financiers publics et privés vers la lutte contre le changement climatique et la protection de la biodiversité, en mobilisant des financements climat pérennes pour les pays en développement, en promouvant un alignement des pratiques des institutions de développement avec les objectifs de l'Accord de Paris et des objectifs de la Convention sur la Diversité Biologique, et en œuvrant pour garantir au Fonds vert pour le Climat une reconstitution et une gouvernance efficace.

8. Ils agiront conjointement pour un sursaut mondial face à l'érosion de la biodiversité, dans la perspective de la COP15 de la Convention sur la diversité biologique qui se tiendra fin 2020 en Chine. Ils travailleront à promouvoir l'agenda de l'action "de Charm El Cheikh à Beijing pour la nature et les peuples" en mobilisant l'ensemble des parties prenantes en vue de propositions concrètes. Ils contribueront activement au processus complet et participatif d'élaboration du cadre mondial de la biodiversité pour l'après 2020 lancé lors de la COP14 sur la Convention sur la diversité biologique.

9. Ils s'engagent à renforcer dans le cadre de l'ONU la communication et la coopération au sujet des négociations sur un accord international portant sur la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité marine des zones ne relevant pas de la juridiction nationale et à contribuer activement à sa conclusion. Ils conviennent de poursuivre leurs échanges sur la conservation et l'utilisation durable des ressources biologiques marines de l'Antarctique, y compris par l'établissement d'une aire marine protégée en Antarctique.

10. Les deux pays affirment leur volonté de lutter contre la criminalité environnementale, en particulier le braconnage et le trafic des espèces de la faune et de la flore menacées d'extinction et des produits issus de ces espèces ainsi que le transfert transfrontalier illégal des déchets solides, en interdisant l'entrée et la sortie illégales de ces objets au travers leurs frontières, et marquent l'importance d'une gestion durable des forêts tropicales en tant que puits de carbone et hauts lieux de la biodiversité mondiale.

11. Ils soutiennent résolument l'action internationale contre la pollution plastique de l'océan et des terres à travers le renforcement des dispositifs existants, notamment la Convention de Bâle.

12. Ils poursuivront leurs efforts pour soutenir ensemble le Groupe de travail spécial, créé selon la résolution Vers un pacte mondial pour l'environnement, dans ses travaux menés conformément aux mandats de la résolution de l'Assemblée générale de l'ONU, et rester en étroite communication en vue d'améliorer le droit international de l'environnement et son application.

13. Ils entendent, en tenant compte des accords de coopération et des plans d'action sur la protection de l'environnement conclus entre les départements concernés, promouvoir le dialogue de politiques et les échanges techniques sur l'amélioration de la qualité de l'air, le renforcement de la protection de la biodiversité, la gestion des déchets, la protection des milieux aquatiques et la réhabilitation des sols pollués, encourager la participation des services gouvernementaux, des établissement de recherche et des entreprises concernées, organiser des évènements bilatéraux en marge de conférences internationales et promouvoir activement les processus multilatéraux concernés.

14. Les deux pays préconisent l'amélioration de la gouvernance économique internationale, l'évolution de la mondialisation économique vers un système plus ouvert, plus transparent, plus inclusif, non discriminatoire pour préserver le système commercial multilatéral fondé sur des règles et centré sur l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Ils préconisent le respect par tous les membres de l'OMC de leurs engagements et obligations au sein de l'OMC, afin de maintenir la solidité et la crédibilité du système multilatéral.

15. La France et la Chine entendent poursuivre leurs efforts communs pour bâtir une économie mondiale ouverte et combattre toute forme de protectionnisme, en assurant un cadre de concurrence équitable. Dans cet objectif, elles soutiennent une réforme nécessaire de l'OMC pour renforcer son efficacité et son autorité et mieux faire face aux défis actuels et futurs. Les deux pays appellent au progrès des discussions sur les propositions soumises aux membres de l'OMC sur le renforcement des trois fonctions essentielles de l'OMC que sont le règlement des différends, le contrôle et les négociations. Ils appuient les travaux du groupe de travail UE-Chine sur la réforme de l'OMC qui doivent permettre des avancées, les deux parties ayant des attentes élevées dans ce domaine.

16. Les deux pays soutiennent l'action du G20 en tant que forum principal de coopération économique internationale et appuient son action en faveur d'une économie mondiale ouverte. Ils s'engagent à promouvoir dans ce cadre un système fiscal international moderne, durable et juste et encouragent le dialogue et la coopération notamment en matière de réformes structurelles, d'économie numérique, de lutte contre la corruption, de développement durable, d'architecture financière internationale et d'investissements dans les infrastructures, en lien avec les autres Forums internationaux majeurs.

17. Ils entendent continuer à promouvoir activement le processus de réforme du système monétaire et financier international et à travailler à l'accomplissement, d'ici les assemblées de printemps et au plus tard lors des assemblées annuelles de 2019, de la 15ème révision générale des quotes-parts du Fonds monétaire international (FMI).

18. Les deux pays s'engagent à veiller à la compatibilité des financements internationaux, en particulier s'agissant des infrastructures, avec les objectifs de développement durable ainsi que l'accord de Paris sur le Climat. Ils saluent l'adoption des principes opérationnels du G20 sur les financements soutenables et appellent à leur suivi.*

19. Les deux pays réaffirment leur soutien au Groupe de travail international sur les crédits à l'exportation dans la négociation d'un nouvel ensemble de lignes directrices internationales pour les crédits à l'exportation bénéficiant d'un soutien public.

20. Ils s'attachent à accélérer la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030, et du Programme d'Action d'Addis Abeba ainsi qu'à rendre l'aide plus efficace et plus ciblée. Ils organiseront en 2019 la prochaine réunion du sous-groupe sur le développement dans le cadre du Dialogue stratégique franco-chinois.

21. Ils croient profondément à l'importance de l'éducation. Ils soutiennent les efforts actifs déployés par l'UNESCO et le Partenariat mondial pour l'Education en faveur de la réalisation des objectifs du développement durable des Nations Unies dans ce domaine. Ils continuent à renforcer leur coopération et leur dialogue en matière d'éducation.

22. Les deux pays s'engagent à travailler activement pour éliminer le SIDA, la tuberculose et le paludisme. La Chine salue le rôle important que joue la France aux travaux du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme et souhaite que la 6e conférence de reconstitution du fonds de 2019 soit un succès.

23. Ils estiment que tous les pays doivent poursuivre la voie du développement pacifique, consolider l'architecture de sécurité internationale fondée sur le respect du droit international et sur une approche coopérative et durable, répondre ensemble aux risques et défis sécuritaires conventionnels et non conventionnels en tout genre et construire ensemble un monde de paix durable et de sécurité universelle. La France et la Chine soulignent que la menace terroriste ne connaît pas de frontières. Elles réaffirment leur attachement au rôle central de coordination de l'ONU dans la coopération internationale. Elles continueront de soutenir les initiatives internationales visant, sous l'égide des Nations Unies, à mobiliser l'ensemble des acteurs, dans la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes. Elles rappellent également l'importance qui s'attache à la lutte contre le financement du terrorisme. Elles font part de leur engagement à mettre en œuvre les dix points de l'Agenda de Paris adopté à l'issue de la conférence internationale "No money for Terror" du 26 avril dernier.

24. Les deux pays soulignent que le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) est la pierre angulaire du régime international de non-prolifération nucléaire et une composante majeure du système de sécurité international, et réaffirment leur engagement en faveur du succès de la Conférence d'examen du TNP de 2020.

25. Ils soulignent le rôle central de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) dans la préservation et la mise en oeuvre de la Convention pour l'interdiction des armes chimiques et la nécessité d'engager tous les moyens pour que cette organisation puisse réaliser son mandat conformément aux dispositions de la Convention et faire progresser de manière équilibrée la réalisation des objectifs de la Convention en se dotant de moyens d'enquête et de vérifications solides afin de préserver la paix et la sécurité internationales.

26. Ils s'engagent à travailler au renforcement de la coopération multilatérale, notamment dans le cadre des Nations Unies, pour préserver ensemble la paix, la sécurité et le développement durable dans l'espace extra-atmosphérique.

27. Ils rappellent que le droit international, et en particulier la Charte des Nations Unies, s'applique dans le cyberespace. Ils œuvrent à promouvoir l'élaboration, notamment dans le cadre de l'ONU, de normes internationales en matière de comportement responsable dans le cyberespace universellement acceptées. Ils renforceront leur coopération contre la cybercriminalité, l'utilisation d'internet à des fins terroristes et les autres activités malveillantes dans le cyberespace, y compris les attaques contre les infrastructures clés et le vol de la propriété intellectuelle, à l'aide des technologies de l'information et de la communication, dans l'intention de procurer des avantages concurrentiels. Ils conviennent de continuer à renforcer leurs échanges et leurs coopérations via le dialogue franco-chinois sur les questions cyber.

28. Ils réaffirment l'importance du rôle de l'Union européenne (UE), acteur moteur et indispensable du multilatéralisme. La Chine soutient l'intégration européenne et les efforts de la France visant à promouvoir la réforme de l'UE. Les deux pays soulignent l'interdépendance croissante de l'UE et de la Chine et, dans ce contexte, la nécessité de développer le partenariat global stratégique entre l'UE et la Chine. Le partenariat UE-Chine renforcé contribuera à la réforme de la gouvernance mondiale afin de parvenir à un système multilatéral plus efficace qui reflète mieux les principes de l'équité et de la justice et qui soit plus adapté aux enjeux du XXIème siècle.

29. Les deux pays soutiennent la conclusion rapide d'un ambitieux accord global sur les investissements entre l'UE et la Chine incluant l'accès au marché et la protection des investissements, dans un esprit de bénéfice mutuel et réciproque.

30. Ils appellent à la conclusion de la négociation sur l'accord sur la coopération et la protection des indications géographiques entre l'UE et la Chine. Les deux pays disposent d'une longue tradition de protection du savoir-faire et des produits de qualité. Ils souhaitent l'aboutissement rapide d'un accord ambitieux et équilibré qui permette de conférer à toutes les IG selon les termes de l'accord une protection effective contre les contrefaçons et les usurpations dont elles peuvent faire l'objet.

31. La France et la Chine soutiennent les travaux en cours entre l'UE et la Chine pour le développement de synergies entre les initiatives de connectivité, notamment la stratégie de l'UE sur la connectivité euroasiatique et l'initiative chinoise "La ceinture, la Route". Elles souhaitent accélérer les échanges dans le cadre de la Plateforme UE-Chine de connectivité.

32. Les deux pays soulignent l'importance, pour le développement de chaque pays, de la promotion et de la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales conformément aux buts et principes de la Charte des Nations Unies. Ils réaffirment l'importance de poursuivre le dialogue et les échanges entre l'Union européenne et la Chine sur les droits de l'homme sur la base de l'égalité et du respect mutuel.

33. Ils rappellent que le JCPoA, endossé à l'unanimité par le Conseil de Sécurité des Nations Unies via la résolution 2231, constitue un élément clé du régime de non-prolifération et un facteur important pour la sécurité internationale et régionale. A ce titre l'accord constitue un acquis important de la diplomatie multilatérale. Les deux parties réaffirment leur engagement à préserver le JCPoA et à promouvoir des bénéfices économiques pour l'Iran via le maintien du commerce et des flux financiers conformément au droit international. La France et la Chine s'engagent à pleinement respecter leurs obligations internationales. Sans préjudice du JCPoA, elles réitèrent leur soutien à une approche globale permettant de traiter l'ensemble des sujets de préoccupation par la voie d'un dialogue équilibré.

34. Les deux pays réaffirment leur engagement en faveur de la recherche d'une solution politique crédible et équilibrée de la crise syrienne, sous l'égide des Nations Unies et conformément à la résolution 2254 du Conseil de Sécurité.

35. S'agissant de la Corée du Nord, ils réaffirment leur attachement à une application globale et intégrale des résolutions du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

36. Ils conviennent que seul un règlement politique des conflits peut permettre une stabilisation durable au Sahel. Ils saluent l'esprit de coopération qui règne entre les Etats du Sahel, qui s'incarne notamment par l'action de la Force conjointe du G5 Sahel, soutenue par la France et la Chine. Le soutien international au G5 doit aussi être progressivement renforcé en parallèle de l'opérationnalisation de la Force conjointe du G5 Sahel, avec l'objectif de la doter d'un mandat du Conseil de Sécurité et de ressources prévisibles.

37. Ils rappellent leur ferme attachement à la souveraineté, à l'unité et à l'intégrité territoriale du Mali et leur appui à la MINUSMA, qui assiste, conformément à son mandat, les autorités et le peuple malien dans les efforts qu'ils déploient pour instaurer une paix et une stabilité durables dans leur pays. Ils souhaitent que la MINUSMA continue de s'acquitter de son mandat dans le cadre d'une démarche proactive et robuste, et que son mandat soit assorti des ressources appropriées.


_______________________



La visite réussie de Xi renforce le partenariat avec l'Europe


http://french.xinhuanet.com/2019-03/27/c_137928356.htm

BEIJING, 27 mars (Xinhua) -- La première visite à l'étranger du président chinois Xi Jinping en 2019 a fait franchir un palier aux relations de la Chine avec l'Italie, Monaco et la France et a insufflé un nouvel élan au partenariat stratégique global entre la Chine et l'Europe, selon le conseiller d'Etat chinois et ministre des Affaires étrangères Wang Yi.
Alors que le monde subit ses bouleversements les plus profonds jamais connus depuis un siècle, la visite en Europe de M. Xi, saluée par la communauté internationale, est destinée à approfondir les partenariats de coopération, à améliorer la gouvernance mondiale et à défendre le multilatéralisme, ce qui prouve le sens des responsabilités de la Chine en tant que pays majeur, a ajouté M. Wang.
En six jours, le président chinois a assisté à plus de 40 événements lors de ses visites dans cinq villes, à savoir Rome, Palerme, Monaco, Nice et Paris, a noté M. Wang, ajoutant qu'il s'agissait d'un voyage d'amitié, de coopération et d'exploration qui avait apporté des résultats fructueux.

AMITIE ET AVANTAGES RECIPROQUES


Cette année marque le 15e anniversaire du partenariat stratégique global entre la Chine et l'Italie, et l'année prochaine marquera le cinquantenaire des relations diplomatiques entre les deux pays.
Lors de ses rencontres avec le président italien Sergio Mattarella et le Premier ministre Giuseppe Conte, M. Xi a convenu avec eux d'intensifier les échanges de haut niveau, de consolider la confiance politique mutuelle et d'élever les relations bilatérales, a indiqué M. Wang.

Cette année marque le 55e anniversaire des relations diplomatiques entre la Chine et la France. Lors de leurs rencontres, M. Xi, le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre français Edouard Philippe ont convenu de forger un partenariat stratégique global plus solide, stable et dynamique entre la Chine et la France, a indiqué M. Wang.
Dans le communiqué conjoint publié par la Chine et la France sur la protection conjointe du multilatéralisme et l'amélioration de la gouvernance mondiale, les deux parties se sont engagées à construire des relations internationales caractérisées par le respect mutuel, l'égalité, la justice et la coopération mutuellement bénéfique sur la base du respect du droit international et des principes de base des normes internationales, a ajouté M. Wang.

Evoquant la visite de M. Xi à Monaco, M. Wang a assuré que les dirigeants des deux pays avaient convenu de maintenir fermement le cap des relations bilatérales, de s'attacher aux principes d'ouverture et de coopération, et d'aspirer à davantage de résultats mutuellement bénéfiques, tout en élevant conjointement les relations Chine-Monaco vers une nouvelle ère.
Lors de son entretien avec le prince Albert II, chef d'Etat de la Principauté de Monaco, le président chinois a dit que les deux parties devaient s'attacher aux principes d'ouverture et de coopération, et aspirer à davantage de résultats mutuellement bénéfiques, ajoutant que la Chine souhaitait voir Monaco participer plus activement à la promotion conjointe de l'Initiative la Ceinture et la Route (ICR).

CONSTRUIRE "LA CEINTURE ET LA ROUTE", RENFORCER LA COOPERATION PRATIQUE


M. Wang a salué la prévoyance et le pragmatisme du gouvernement italien dans sa décision d'approuver l'ICR, indiquant que MM. Xi et Mattarella avaient convenu que la Chine et l'Italie, qui se trouvent aux deux extrémités de l'ancienne Route de la soie, étaient des partenaires naturels dans la construction de "la Ceinture et la Route".
M. Conte, selon M. Wang, a déclaré que l'ICR amènerait d'importantes opportunités à l'Italie. Il participera également au 2e Forum de "la Ceinture et la Route" pour la coopération internationale, qui se tiendra à Beijing en avril.

La France est l'un des premiers pays européens ayant exprimé sa volonté de participer à la coopération autour de l'ICR. Au cours de la visite de M. Xi en France, les deux pays ont signé des accords sur le 3e cycle des projets pilotes liés à l'ICR dans des marchés tiers et ont démarré un fonds pour les marchés tiers, a annoncé M. Wang.
Lors de la session de clôture d'un forum sur la gouvernance mondiale co-organisé par la Chine et la France, M. Macron a déclaré que l'ICR était significative et pouvait jouer un rôle important dans la paix, la stabilité et le développement du monde, ajoutant que l'UE pourrait coordonner sa stratégie de développement à l'ICR d'une manière innovante et promouvoir conjointement la connectivité eurasienne.

PROMOUVOIR LES RELATIONS SINO-EUROPEENNES


Après ses visites en Espagne et au Portugal fin 2018, M. Xi est arrivé de nouveau en Europe pour sa première tournée à l'étranger cette année, montrant que la Chine accorde une grande importance à ce continent, a poursuivi M. Wang.
Face à un monde qui connaît des transformations sans précédent, M. Xi a estimé qu'une relation Chine-Europe stable, stratégique et réciproque était urgemment nécessaire.

Lors de sa visite, M. Xi a discuté en profondeur avec les dirigeants européens de la coopération en matière de questions internationales, atteignant d'importants consensus sur le respect du multilatéralisme et l'abandon de l'isolationnisme et des mouvements unilatéraux, selon le chef de la diplomatie chinoise.

Le ministre a également fait savoir que Xi Jinping et les dirigeants européens s'étaient mis d'accord pour renforcer la coordination et la coopération dans le cadre du système de l'ONU, faire jouer pleinement le rôle constructif des mécanismes multilatéraux mondiaux et régionaux tels que l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale, le G20 et l'UE et contribuer activement à la résolution des conflits internationaux, à la lutte contre le changement climatique et à la promotion du développement durable.

Dans son discours introductif dans le forum sur la gouvernance mondiale, M. Xi a évoqué "quatre déficits" dans les affaires mondiales, à savoir de gouvernance, de confiance, de paix et de développement. Pour répondre à ces déficits, il a proposé une approche en quatre volets, comprenant la justice et la raison, la consultation et la compréhension, les efforts communs et l'assistance mutuelle, ainsi que les bénéfices mutuels et les résultats gagnant-gagnant.

Il faut poursuivre une approche stimulée par l'innovation, bien coordonnée, interconnectée, équitable et inclusive et forger un modèle de croissance reposant sur la vitalité, un modèle de coopération basé sur l'ouverture et les résultats gagnant-gagnant, et un modèle de développement fondé sur l'équilibre et les bénéfices communs, pour que tout le monde puisse partager les bénéfices de la mondialisation, a souligné M. Xi.

DES OPPORTUNITES PARTAGEES


Cette année marque le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, a rappelé M. Wang.
Lors de sa visite, M. Xi, sur la base des deux Sessions de la Chine qui se sont achevées plus tôt ce mois-ci, a présenté aux dirigeants européens les excellentes performances de l'économie chinoise qui a relevé de nombreux défis en 2018.
Selon M. Wang, le président Xi a également présenté la loi sur les investissements étrangers récemment adoptée, soulignant qu'il était nécessaire d'utiliser des moyens juridiques pour mieux protéger les droits de propriété intellectuelle et attirer des investissements étrangers.
M. Xi a souligné que la Chine continuerait à faire avancer la réforme et l'ouverture tous azimuts, à promouvoir la libéralisation et la facilitation du commerce et des investissements, afin que les amis européens puissent mieux partager les opportunités de développement de la Chine.

Les dirigeants européens se sont dits heureux de voir un développement accru en Chine et l'UE se félicitent de la volonté de la Chine de partager ses opportunités de développement.
Les entreprises chinoises sont invitées à investir dans les pays européens, ont déclaré les dirigeants européens, ajoutant qu'ils n'adopteraient pas de mesures restrictives à l'encontre de sociétés spécifiques et étaient disposés à créer un environnement commercial équitable, ouvert et transparent pour toutes les entreprises étrangères.

Au cours de cette visite, Peng Liyuan, l'épouse du président Xi, a également participé à un certain nombre d'événements visant à approfondir les échanges culturels et éducatifs entre la Chine et les pays européens.
En tant qu'envoyée spéciale de l'UNESCO pour l'éducation des filles et des femmes, Mme Peng a été invitée à se rendre au siège de l'organisation à Paris.
Selon M. Wang, cette visite de Mme Peng a mis en lumière l'image de la Chine comme grand pays travailleur et responsable qui participe activement à l'éducation internationale, à l'égalité des sexes et à d'autres affaires.


Edité le 28-03-2019 à 12:57:43 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 29-03-2019 à 23:10:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Luxembourg rejoint les rangs des participants à la BRI après l'Italie pour faire partie d'une initiative inclusive

Par Zhang Hongpei et Yang Kunyi Source: Global Times Publié le: 2019/3/28 22:03:41

http://www.globaltimes.cn/content/1143864.shtml

Après l'Italie, un autre membre de l'UE fera partie de l'initiative inclusive

Un autre pays européen - le Luxembourg - a signé un accord avec la Chine sur l' initiative Belt and Road (BRI) à la suite de l'Italie, et davantage de pays de l'UE rejoindront ce cadre et bénéficieront des opportunités de développement à venir, ont indiqué des experts chinois et des fonctionnaires de l'UE au Global Times: Jeudi.

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a signé mercredi un accord avec la Chine pour coopérer dans le cadre de la BRI lors de sa rencontre avec le Premier ministre chinois Li Keqiang au Forum de Boao pour l'Asie, qui se déroule de mardi à vendredi, a rapporté jeudi l'agence de presse Xinhua.

Un mémorandum d’accord sur la construction conjointe de la BRI et des documents de coopération financière a été signé mercredi.

Bettel a déclaré que le Luxembourg soutenait fermement le partenariat stratégique global Chine-UE et la construction de la BRI, et espérait renforcer la coopération mutuellement bénéfique avec la Chine, selon Xinhua.

La Chine est prête à travailler avec le Luxembourg pour élargir l'ouverture bilatérale et approfondir la coopération pragmatique, en particulier la coopération financière.

La Bourse de Shenzhen, en Chine, construit avec la Bourse de Luxembourg un centre d'information central permettant aux investisseurs d'accéder aux obligations vertes négociées en Chine sur une plate-forme unique, renforçant ainsi l'influence internationale des instruments verts à revenu fixe négociés à la Bourse de Shenzhen. site officiel le mercredi.

Le soutien du Luxembourg à la proposition de la BRI par la Chine est intervenu une semaine après que l'Italie eut signé un mémorandum avec la Chine afin de faire avancer la construction de la BRI. L’Italie est officiellement devenue le premier pays du G7 à adhérer à la BRI.

"La visite d'Etat du président Xi Jinping en Italie a indiqué une direction pour les relations sino-italiennes dans la nouvelle ère" , a déclaré Gao Feng, porte-parole du ministère chinois du Commerce , lors d'un point de presse jeudi.

Les entreprises chinoises et italiennes ont signé 10 accords commerciaux dans des secteurs tels que les infrastructures et les équipements. Les deux pays développeront également leur coopération sur les marchés tiers afin de renforcer les échanges et le commerce économiques, a déclaré Gao.

L’Italie participera à la deuxième édition du China International Import Expo qui se tiendra plus tard dans l’année, a déclaré Gao, ajoutant que le marché chinois serait ouvert à l’Italie où de nombreuses bonnes entreprises existent, notamment des PME et des micro-entreprises fournissant des biens et des services de haute qualité.

"De plus en plus de pays européens rejoindront la BRI" , a déclaré jeudi au Global Times Michele Geraci, sous-secrétaire d'État auprès du ministère italien du Développement économique.

Geraci était chargé d'aider l'Italie à adhérer à la BRI.

Chen Xin, chargé de recherche à l'Institut d'études européennes de l'Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré jeudi au Global Times que le BRI se différenciait d'autres projets par sa nature ouverte, inclusive et axée sur le développement.

"Il est important de noter qu'il s'agit d'une initiative qui vise principalement le développement de tous les pays impliqués" , a déclaré Chen. "Ce n'est pas un plan politique, ni un plan pour prendre parti. Il englobe tous les pays qui souhaitent adhérer et est heureux de fournir des opportunités de développement."

En raison de son orientation vers le développement et des opportunités qu’il offre, le BRI jouissait déjà d’une grande popularité auprès des pays d’Europe centrale et orientale, a ajouté Chen, ajoutant que des pays plus développés comme l’Italie et le Luxembourg pourraient persuader d’autres pays encore hésitants.

"La participation de pays comme l'Italie peut renforcer la confiance d'autres pays d'Europe méridionale et occidentale et les encourager à adhérer à la BRI" , a déclaré Chen. "Tout comme la participation à la Banque asiatique d’investissement en infrastructures, les pays ont tendance à faire de même après avoir pris l’initiative."

La BRI représente également de grandes opportunités potentielles pour les pays européens dans de nombreux domaines, a déclaré Chen.

"Alors que les pays européens ont des avantages comparatifs dans de nombreux secteurs, nombre d'entre eux font maintenant face à des problèmes émergents en termes d'infrastructures et d'industries manufacturières" , a déclaré Chen.

En Italie, par exemple, la Chine peut tirer parti de son développement rapide d’infrastructures, où la demande est forte, selon Chen.

Liu Jianying, analyste du ministère du Commerce, a déclaré au Global Times que pour l’Europe, la BRI peut signifier davantage de possibilités et de développement pour les économies locales.

"Cela peut relier le développement économique local en Europe avec d'autres marchés le long de la route BRI, et échanger des ressources, des connaissances et des technologies entre différents marchés. Pour l'Europe, cela représente également un potentiel de marché énorme pour ses économies" , a déclaré Liu.

Chen Qingqing a contribué

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant de valeur
430 messages postés
   Posté le 30-03-2019 à 05:27:05   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

À quand des banques chinoises à Monaco et Luxembourg, les meilleures places financières pour l'évasion fiscale des pays européens environnants? JC. Juncker va trouver un poste à sa "hauteur" quand il quittera la présidence de la Commission européenne.

--------------------
Haut de pagePages : 1 - 2 Page suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine  visite de Xi en FranceNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum