Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine 

 visite de Xi en France

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2Page précédente 
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8127 messages postés
   Posté le 31-03-2019 à 10:41:34   Voir le profil de marquetalia (Online dans la catégorie les luttes du Maghreb)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

pzorba75 a écrit :

À quand des banques chinoises à Monaco et Luxembourg, les meilleures places financières pour l'évasion fiscale des pays européens environnants? JC. Juncker va trouver un poste à sa "hauteur" quand il quittera la présidence de la Commission européenne.
en effet,la Chine est devenue une puissance capitaliste.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12126 messages postés
   Posté le 31-03-2019 à 13:15:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine est toujours un pays socialiste. La forme dominante de la propriété des moyens de production n'est plus privée, et l'Etat est dirigé par le parti communiste, qui représente les intérêts du peuple, de la classe ouvrière et de la paysannerie.
Contrairement à un pays comme la France, où l'accumulation du capital entraîne la paupérisation des masses, l'accumulation du capital diminue la pauvreté en Chine.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant de valeur
469 messages postés
   Posté le 31-03-2019 à 18:23:58   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Xuan a écrit :

La Chine est toujours un pays socialiste. La forme dominante de la propriété des moyens de production n'est plus privée, et l'Etat est dirigé par le parti communiste, qui représente les intérêts du peuple, de la classe ouvrière et de la paysannerie.
Contrairement à un pays comme la France, où l'accumulation du capital entraîne la paupérisation des masses, l'accumulation du capital diminue la pauvreté en Chine.

Pour être complet et actuel, il faut dire que le parti communiste chinois défend aussi les intérêts des entreprises chinoises à capitaux privés, et ces entreprises sont des entreprises internationales avec des alliances capitalistes. Comme celles de l'industrie automobile et aussi de l'aéronautique.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12126 messages postés
   Posté le 01-04-2019 à 18:53:57   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les entreprises privées ne font pas ce qu'elles veulent, contrairement à celles de nos pays. Celles qui sont prioritairement aidées sont les petites entreprises.

Ce qui n'est pas admis par la "communauté internationale" , c'est l'aide dont bénéficient les entreprises d'Etat et les coopératives d'échelle internationale.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12126 messages postés
   Posté le 01-04-2019 à 23:55:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

https://reseauinternational.net/xi-signe-des-accords-strategiques-entre-lue-et-la-chine-les-tensions-croissent-entre-lue-et-les-etats-unis/?fbclid=IwAR3TTIAWb2UTT9ya712uNiXkAK0deuVQInvJV8nWL28KIrWeIXrDgucJL4Y

"Xi signe des accords stratégiques entre l’UE et la Chine, les tensions croissent entre l’UE et les États-Unis"


Par Alex Lantier

Mardi, le président chinois Xi Jinping a conclu une tournée de six jours en Europe au cours de laquelle les grandes puissances de la zone euro ont conclu des accords commerciaux avec la Chine. Mais, surtout ils ont marqué leur soutien à son Initiative de la ceinture et de la route (BRI) pour les infrastructures en Eurasie. Alors que Washington menace la Chine et ses prétendus alliés de l’Union européenne (UE) de sanctions de guerre commerciale, de profondes divergences apparaissent entre Washington et l’UE sur les relations avec la Chine.

Dans le cadre de son «pivot vers l’Asie» pour isoler diplomatiquement et menacer militairement la Chine, Washington s’est opposé à la BRI. Le vice-président américain, Mike Pence, s’est moqué de la BRI l’année dernière. Il a dit qu’elle était une «ceinture rétrécissant et une route à sens unique» qui permet à la Chine de prendre le monde dans son endettement. En 2015, les puissances de l’UE ont défié les appels des États-Unis à boycotter la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB), l’organe de financement de la BRI. Maintenant, ils ignorent à nouveau Washington.

Le 5 mars, le Financial Times a annoncé que l’Italie signerait un protocole d’accord (MOU) soutenant la BRI, faisant d’elle la première grande puissance européenne à le faire. Le FT a déclaré que cela «soulignerait la pression américaine sur la Chine en matière de commerce et saperait les efforts de Bruxelles pour surmonter les divisions au sein de l’UE sur la meilleure approche à adopter pour traiter les investissements chinois». La Maison-Blanche a déclaré au FT que l’approbation de la BRI «finirait par nuire à la réputation mondiale de l’Italie».

Le Conseil national de sécurité des États-Unis a tweeté qu’en approuvant la BRI, l’Italie légitimerait «l’approche prédatrice de la Chine en matière d’investissement et n’apporterait aucun avantage au peuple italien».

accords de la BRI de Rome 20190331Néanmoins, Rome a accueilli Xi avec tous les honneurs, y compris un garde de cavalerie pour sa voiture, des dîners d’État et un concert du ténor Andrea Bocelli. Rome a ensuite signé le protocole d’accord qui approuve la BRI. Aussi, l’Italie et la Chine ont signé des accords d’une valeur de 2,5 milliards d’euros pour la construction d’oléoducs et d’aciéries et la promotion des exportations agricoles italiennes. L’Italie sera également autorisée à financer sa dette souveraine massive de 2300 milliards d’euros en émettant directement aux citoyens chinois des obligations dites «panda».

Lors du sommet européen de vendredi dernier, le président français Emmanuel Macron a critiqué l’accord unilatéral de Rome avec Pékin, en insistant sur le fait que la période de naïveté européenne est terminée pour la Chine. La chancelière allemande Angela Merkel s’est toutefois déclarée satisfaite des assurances données par le Premier ministre italien Giuseppe Conte. Conte lui a assuré que les accords de la BRI de Rome étaient conformes au droit communautaire: «Pour autant qu’il l’ait expliqué, je n’ai rien à critiquer pour l’instant, mais j’ai déjà dit que c’était mieux d’agir ensemble.»

Le sous-secrétaire d’État italien Michele Geraci a rejeté les commentaires de Macron au South China Morning Post. Macron a dit: «Tous les autres pays (européens) suivront l’Italie et signeront un protocole d’accord, et je peux vous donner deux noms, mais je ne le ferai pas — ils sont en cours de préparation. En réalité, tous les pays européens veulent faire partie de Belt and Road». Il a rejeté les critiques des initiatives de Rome en Europe: «Si l’Italie veut être le terminal de la Route de la Soie en Chine, cela concerne bien sûr Hambourg, Rotterdam, Marseille… C’est une compétition, donc je comprends leur jalousie».

Geraci admitted that “the US was not very happy” about Italy’s decision. But he rejected US warnings that Italy will fall into a Chinese “debt trap,” pointing to the $1.13 trillion of US debt held by China: “The US should worry about having debt in Chinese hands. They are in a situation where they need to be concerned, that’s why maybe they worry.”

Geraci a admis que «les États-Unis n’étaient pas très contents» de la décision de l’Italie. Mais il a rejeté les avertissements américains selon lesquels l’Italie tomberait dans le «piège de la dette» de la Chine. Il. a. souligné que les 1,13 mille milliards de dollars de dette américaine détenus par la Chine: «Les États-Unis devraient s’inquiéter d’avoir des dettes entre les mains des Chinois. Ils sont dans une situation où ils ont besoin d’être inquiets, c’est pourquoi ils s’inquiètent peut-être».

Après que Xi ait fait la promotion des exportations agricoles vers la Chine pendant son séjour en Sicile et visité Monaco, qui mettra en place un service Internet 5G utilisant des produits de la firme chinoise Huawei, un défi aux appels américains à boycotter les produits de Huawei parce qu’ils menacent la sécurité de l’OTAN, Xi s’est rendu à Paris. Là, Macron a abandonné ses critiques à l’égard de Xi et de l’Italie pour avoir brisé l’unité européenne supposée sur la Chine. Prolongeant les honneurs d’État de Xi, Macron a signé sa propre série d’accords avec Xi.

À Paris, des entreprises publiques chinoises ont signé des contrats de plusieurs milliards d’euros pour le transport maritime de conteneurs, l’énergie éolienne et des projets de construction avec des entreprises françaises. Macron et Xi ont signé un accord de 30 milliards d’euros entre la société franco-allemande Airbus et China Aviation Supplies Holding pour 10 A350 et 290 A320neo moyen courriers.

Airbus semble avoir réalisé cet accord aux frais de Boeing, après l’immobilisation récente de ses avions 737 max après deux accidents majeurs qui ont coûté des centaines de vies. Le Point (journal français) écrit: «Depuis la dernière visite du président Macron à Pékin, il y a un peu plus d’un an, il y a eu des discussions régulières pour commander un total de 180 avions de ligne. Maintenant, il y a 120 A320neo de plus. Devrions-nous considérer cela comme une conséquence du B737MAX et du rejet de l’avion de ligne à moyenne distance de Boeing après deux accidents avec Lion Air et Ethiopian Airlines? Ce serait une réaction très rapide.»

Xi accords 20190331Enfin, Macron a invité Merkel et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à Paris pour des entretiens avec Xi. Macron et Xi ont publié une déclaration commune appelant à une «conclusion rapide d’un accord mondial ambitieux en matière d’investissement entre l’UE et la Chine». Merkel pour sa part a déclaré qu’elle ne voyait «rien à critiquer» dans l’accord conclu entre l’Italie et Xi.

«La ceinture et la route, ou la nouvelle route de la soie est un projet important. Nous, Européens, nous voulons jouer un rôle important à cet égard», a ajouté Merkel, tout en exigeant «réciprocité» et concessions aux entreprises européennes en Chine.

Cela met en évidence de profondes contradictions dans le capitalisme mondial et l’effondrement d’alliances de longue date qui laissent entrevoir un risque croissant de guerre.

D’un côté les puissances impérialistes européennes restent avec Washington dans l’alliance de l’OTAN. De l’autre l’impérialisme américain impose des tarifs de guerre commerciale et effectue un renforcement militaire mondial qui vise à la fois la Russie et la Chine. Durant des années Washington a fait la guerre par procuration avec la Russie en Syrie et a organisé des affrontements navals en mer de Chine méridionale. Maintenant, Washington a même rejeté le traité de la Force nucléaire à portée intermédiaire (FNI). Ce rejet lui permet de stationner des missiles nucléaires en Europe et dans le Pacifique, visant la Russie et la Chine.

D’autre part, à mesure que l’économie chinoise se développe et que les relations des puissances européennes avec Washington deviennent de plus en plus tendues, elles s’orientent vers des relations économiques plus étroites avec Beijing. Le Guardian a qualifié la réunion de Paris de Xi de «manifestation d’unité face aux tarifs de Trump qui visent à la fois l’Atlantique et le Pacifique».

Dans cette situation, chaque puissance capitaliste ou bloc de puissances se prépare au conflit contre tous les adversaires potentiels. L’année dernière, le président français Macron a annoncé publiquement que l’Europe devait être prête à affronter militairement la Russie, la Chine ou les États-Unis.

Cette année, même si les puissances européennes ont ignoré les dénonciations américaines de la BRI, elles adoptent en même temps des résolutions qui font de la Chine un ennemi potentiel. Lors d’un récent sommet sur la Chine, l’UE a décidé de cesser de l’appeler «partenaire stratégique». Elle a abruptement changé d’épaule et a décidé de la qu alifier plutô de «rival systémique promouvant des modèles alternatifs de gouvernance» et un «concurrent économique dans la recherche de l’avance technologique.»

source:https://www.wsws.org/fr/articles/2019/03/30/itxi-m30.html

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12126 messages postés
   Posté le 09-04-2019 à 18:21:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Li Kekiang est en Europe, à la suite de la visite de Xi Jin ping

Texte complet de la déclaration commune du sommet Chine-UE

Source: Xinhua Publié le 2019/4/9 22:26:54

On trouvera ci-après le texte intégral d’une déclaration commune publiée mardi par la Chine et l’Union européenne lors de la visite du Premier ministre chinois Li Keqiang.

Sommet Chine-UE Déclaration commune


Bruxelles, le 9 avril 2019

Introduction

1. SE Li Keqiang, Premier ministre du Conseil des Affaires d'Etat de la République populaire de Chine, SE Donald Tusk, président du Conseil européen, et SE Jean-Claude Juncker, président du La Commission européenne s'est réunie aujourd'hui à Bruxelles pour le 21e sommet Chine-UE et a publié la déclaration suivante.

2. La Chine et l'UE réaffirment la force de leur partenariat stratégique global, leur détermination à œuvrer ensemble pour la paix, la prospérité et le développement durable et leur attachement au multilatéralisme, ainsi qu'au respect du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales avec les Nations unies. (ONU) à sa base. Les deux parties s'engagent à respecter la Charte des Nations Unies et le droit international, ainsi que les trois piliers du système des Nations Unies, à savoir la paix et la sécurité, le développement et les droits de l'homme.

L'UE a réaffirmé sa politique d'une seule Chine.

Relations bilatérales

3. Les dirigeants ont réaffirmé leur volonté d'approfondir leur partenariat pour la paix, la croissance, les réformes et la civilisation sur la base des principes de respect mutuel, de confiance, d'égalité et d'avantages mutuels, en mettant en œuvre de manière exhaustive le programme stratégique de coopération Chine-UE 2020. La Chine et l'UE s'engagent à renforcer leur coopération, notamment dans le cadre de leurs dialogues bilatéraux en cours. Les deux parties se félicitent du dialogue stratégique de haut niveau tenu récemment. Afin d'élargir et d'approfondir les échanges et la coopération au-delà de 2020, la Chine et l'UE adopteront un nouvel agenda de coopération d'ici le prochain sommet Chine-UE.

4. La Chine et l'UE s'engagent à fonder leurs relations économiques sur l'ouverture, la non-discrimination et la concurrence loyale, en veillant à l'égalité des conditions de concurrence, à la transparence et à des avantages mutuels. Les deux parties s'engagent à réaliser d'ici 2019 les progrès décisifs requis, notamment en ce qui concerne les engagements de libéralisation, en vue de la conclusion d'un ambitieux accord d'investissement global entre la Chine et l'UE en 2020. Le niveau élevé d'ambition se traduira par une amélioration substantielle l'accès au marché, l'élimination des exigences et des pratiques discriminatoires affectant les investisseurs étrangers, la mise en place d'un cadre équilibré de protection des investissements et l'inclusion de dispositions relatives à l'investissement et au développement durable.

5. La Chine et l'UE s'engagent à assurer une coopération équitable et mutuellement bénéfique dans les domaines du commerce et des investissements bilatéraux. Ils réitèrent leur volonté de renforcer la coopération économique bilatérale, le commerce et les investissements et de se donner mutuellement un accès au marché plus vaste, plus facilité, plus discriminatoire. Gardant cela à l'esprit, la Chine et l'UE vont intensifier leurs efforts pour trouver des solutions mutuellement acceptables à un certain nombre d'obstacles clés identifiés par les deux parties, un bilan étant fait lors du prochain sommet Chine-UE. Dans ce contexte, les deux parties se rencontreront dans les meilleurs délais et travailleront rapidement à la réalisation de progrès concrets par les voies existantes. Les deux parties ont réaffirmé l'importance de respecter les normes scientifiques internationales.

Les deux parties sont convenues de promouvoir leurs échanges bilatéraux de produits agroalimentaires dans le respect des normes internationales en matière sanitaire et phytosanitaire, en particulier du principe de zonage. Les deux parties sont convenues d'explorer l'application du principe de zonage de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) au commerce, sur la base de l'analyse de l'OIE. Les deux parties se sont engagées à élargir l'accès aux marchés des produits alimentaires et agricoles de manière transparente et prévisible. Les deux parties demanderont conseil aux organismes internationaux de normalisation sur la question de la certification officielle des produits alimentaires à faible risque.

6. L'UE soutient la Chine dans ses efforts pour progresser plus rapidement sur la voie de l'adhésion à l'accord sur les marchés publics de l'OMC et est disposée à améliorer son offre de manière ambitieuse. La Chine va activement faire avancer les travaux connexes de manière rapide.

Les deux parties soulignent qu'il est important de respecter les normes internationales en matière de protection et de respect de la propriété intellectuelle. Ils continueront d'œuvrer à l'obtention de résultats tangibles dans les domaines prioritaires convenus d'un commun accord, tels que les enregistrements de mauvaise foi des droits de propriété intellectuelle, les moyens de faire respecter les droits et les secrets commerciaux. Ils s'engagent à créer un environnement juridique dans lequel les créateurs, les inventeurs et les artistes peuvent céder leurs droits aux conditions du marché et les faire respecter efficacement devant les tribunaux et les autorités compétentes.

La Chine et l'UE prennent note des progrès récents des négociations de l'accord Chine-UE sur la coopération en matière de protection des indications géographiques (IG) et se félicitent qu'un accord provisoire ait été conclu sur le texte de l'accord et sur protection pour la majorité des noms d'IG de chaque partie. La Chine et l'UE s'engagent à travailler ensemble dans les mois à venir pour résoudre les problèmes en suspens, notamment en ce qui concerne les IG restantes, ce qui est nécessaire pour pouvoir conclure officiellement les négociations en 2019. La Chine et l'UE attendent avec intérêt le lancement rapide de l'étude de faisabilité conjointe sur le renforcement de la coopération dans le secteur des vins et des spiritueux.

7. La Chine et l'Union européenne se félicitent de la signature du cahier des charges du dialogue sur la politique de concurrence entre la Chine et l'Union européenne et du protocole d'accord sur un dialogue dans le domaine du régime de contrôle des aides d'État et du système d'examen de la concurrence loyale. renforcer la coopération pratique, de manière à favoriser une concurrence loyale sur le marché des opérateurs de tous les pays, y compris les sociétés des deux côtés, et à promouvoir une croissance saine des relations économiques et commerciales bilatérales et mondiales.

8. La Chine et l'UE s'emploient activement à signer l'accord de sécurité de l'aviation civile Chine-UE et l'accord sur certains aspects des services aériens dans les meilleurs délais. La Chine et l'UE se félicitent de la tenue du 8ème dialogue énergétique UE-Chine et de la signature de la déclaration conjointe sur la mise en œuvre de la coopération UE-Chine dans le domaine de l'énergie, ainsi que du lancement de la mise en œuvre de la nouvelle plate-forme de coopération énergétique UE-Chine. La Chine et l'UE s'engagent à s'engager activement dans le dialogue Chine-UE sur la mobilité et les migrations et à conclure rapidement les négociations parallèles sur les accords relatifs à la facilitation du régime de visas et à la coopération en matière de lutte contre l'immigration clandestine.

9. La Chine et l'UE réaffirment leur engagement en faveur de la mise en œuvre du programme de développement durable à l'horizon 2030 et du programme d'action d'Addis-Abeba. Les deux parties intensifieront leurs échanges sur la coopération internationale pour le développement et exploreront la coopération avec d'autres pays partenaires dans le cadre d'un effort conjoint visant à mettre en œuvre le Programme de développement durable à l'horizon 2030.

10. La Chine et l'Union européenne réaffirment que tous les droits de l'homme sont universels, indivisibles, interdépendants et interdépendants. Les deux parties se félicitent de la tenue de leur dialogue régulier sur les droits de l'homme les 1er et 2 avril 2019 et continueront à mener des échanges sur les droits de l'homme aux niveaux bilatéral et international sur la base de l'égalité et du respect mutuel, y compris au sein des mécanismes des droits de l'homme des Nations unies. La Chine et l'UE exploreront les domaines d'une coopération renforcée à l'avenir, en particulier dans les enceintes des Nations unies.

11. Les deux parties se sont félicitées des discussions en cours et sont convenues de continuer à renforcer leurs échanges et leur coopération dans le cadre du groupe de travail sur la cyber-coopération Chine-UE visant à maintenir un environnement de technologies de l'information et de la communication ouvert, sécurisé, stable, accessible et pacifique. Ils rappellent que le droit international, et en particulier la Charte des Nations Unies, est applicable et est essentiel au maintien de la paix et de la stabilité dans le cyberespace. Ils œuvrent à la promotion du développement et de la mise en œuvre, dans le cadre des Nations Unies, de normes de comportement de l'État responsable dans le cyberespace. Ils renforceront leur coopération dans le cadre du groupe de travail cyber-UE Chine-UE contre les activités malveillantes dans le cyberespace, notamment en matière de protection de la propriété intellectuelle. Le réseau 5G constituera la base du développement économique et social futur. La Chine et l'UE se félicitent des progrès et des échanges à venir dans le dialogue et le mécanisme de travail UE-Chine sur la 5G sur la base de la déclaration commune de 5G de 2015, y compris sur la coopération technologique entre les milieux d'affaires respectifs.

12. La Chine et l'Union européenne se félicitent du succès du 4ème dialogue de coopération en matière d'innovation Chine-UE. Les deux parties ont également confirmé leur intention de renouveler l'accord de coopération scientifique et technologique Chine-UE.

Les deux parties se sont engagées à renforcer davantage les échanges et la coopération dans les domaines de l'éducation, du tourisme, de la mobilité des chercheurs, de la culture, des médias, de la jeunesse et du sport par le biais du dialogue de haut niveau entre les peuples. La Chine et l'UE ont hâte de tenir le 5e dialogue de haut niveau entre les peuples Chine-UE à Bruxelles. Ils se sont félicités des résultats positifs de l'Année du tourisme Chine-UE 2018 et se sont engagés à faciliter davantage la coopération entre leurs industries du tourisme et leurs échanges bilatéraux.

Défis mondiaux et gouvernance

13. La Chine et l'UE reconnaissent leur responsabilité de donner l'exemple, de mener des politiques favorables à une économie mondiale ouverte, équilibrée et inclusive bénéfique pour tous, et d'encourager le commerce et les investissements. La Chine et l'Union européenne soutiennent fermement le système commercial multilatéral fondé sur des règles, en particulier l'OMC, luttent contre l'unilatéralisme et le protectionnisme et s'engagent à se conformer aux règles de l'OMC.

Les deux parties réaffirment leur engagement commun à coopérer à la réforme de l'OMC afin de garantir sa pertinence et de lui permettre de relever les défis du commerce mondial. À cette fin, les deux parties intensifieront les discussions dans le but de renforcer les règles internationales en matière de subventions à l'industrie, en s'appuyant sur les travaux du groupe de travail conjoint Chine-UE sur la réforme de l'OMC. Les deux parties continueront également à échanger leurs points de vue sur d'autres questions relevant de la compétence de l'OMC.

Les deux parties se félicitent des travaux menés jusqu'à présent au sein du groupe de travail conjoint Chine-UE sur la réforme de l'OMC. Les deux parties sont également convenues de continuer à travailler pour résoudre la crise de l'Organe d'appel de l'OMC et à favoriser la convergence dans d'autres domaines de la réforme de l'OMC.

Les deux parties conviennent qu'il ne devrait pas y avoir de transfert forcé de technologie.

Les deux parties soutiennent les travaux de la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international sur la réforme du système de règlement des différends relatifs aux investissements et s'engageront de manière coopérative dans ce processus.

14. La Chine et l'UE réaffirment leur soutien au G20en continuant de jouer son rôle actif en tant que premier forum de la coopération économique et financière internationale et d'accepter de mettre en œuvre les engagements du G20 en faveur d'une croissance forte, durable, équilibrée et inclusive. Les deux parties sont convenues de promouvoir le G20, dans un esprit de partenariat et selon le principe du consensus, afin de contribuer davantage à la défense du multilatéralisme, à l'amélioration de la gouvernance économique mondiale et à la croissance économique mondiale. Les deux parties appellent tous les membres du G20 à garantir un commerce mondial libre, ouvert et non discriminatoire grâce à une communication et une coopération renforcées. Les deux parties œuvreront en faveur d'un sommet du G20 à Osaka positif et axé sur les résultats.

Les deux parties conviennent que la surcapacité de l'acier est un défi mondial qui nécessite des réponses collectives. À cette fin, la Chine et l'UE conviennent de maintenir la communication au sein du Forum mondial sur la capacité excédentaire de l'acier. Les deux parties attendent avec intérêt un rapport de fond d'ici à juin 2019. La

Chine et l'UE continueront de promouvoir activement le processus de réforme du système monétaire et financier international et achèveront, au plus tard lors des réunions annuelles de 2019, le quinzième réexamen général des quotas. du Fonds monétaire international.

15. La Chine et l'UE sont convenues d'intensifier leurs efforts pour élaborer un nouvel ensemble de directives pour les crédits à l'exportation bénéficiant d'un soutien public au sein du Groupe de travail international sur les crédits à l'exportation.

16. La Chine et l'UE soulignent leur ferme volonté de mettre en œuvre l' accord de Paris et le Protocole de Montréal et, vu l'urgence de prendre des mesures aux niveaux national et international pour apporter efficacement une réponse mondiale à la menace du changement climatique, d'intensifier encore leur coopération sur la base de la déclaration conjointe des dirigeants de 2018 sur le changement climatique et l'énergie propre. La Chine et l'UE rappellent que la tarification du carbone et la réforme de la subvention des combustibles fossiles sont des étapes clés à cet égard. Dans ce contexte, la Chine et l'UE renforceront leur coopération en matière de finance verte afin de canaliser les flux de capitaux privés vers une économie plus durable sur le plan environnemental. Les deux parties travailleront ensemble pour que les résultats des Sommets sur les objectifs de développement durable et les actions pour le climat de l'ONU en septembre 2019 soient couronnés de succès.

La Chine et l'Union européenne soulignent qu'il est important de faire preuve de détermination quant à la transition vers une énergie propre et d'assumer un rôle plus actif dans le programme environnemental mondial. Les deux parties appliqueront activement le protocole d'accord sur la coopération en matière d'économie circulaire et encourageront la coopération concrète entre les industries.

Les deux parties reconnaissent l'importance de la coopération pour relever les défis environnementaux mondiaux, notamment la pollution et les déchets marins. Les deux parties sont disposées à renforcer leur coopération sur des questions telles que la lutte contre la perte de biodiversité, la mise en œuvre et l'application de la CITES, la lutte contre le commerce illicite d'espèces sauvages et de produits dérivés d'animaux sauvages, la gestion durable des forêts, la lutte contre l'exploitation illégale des forêts et le commerce associé, ainsi que la désertification et la dégradation des sols.

La Chine et l'UE se réjouissent de la réussite et de la tenue d'une conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique à Kunming en 2020. Les deux parties travailleront ensemble pour un cadre mondial ambitieux et réaliste pour la biodiversité après 2020 à la Conférence sur la diversité biologique de la les Parties accueillies par la Chine en 2020.

La Chine et l'UE réaffirment également leur engagement en faveur de la mise en œuvre effective du partenariat bleu pour les océans, y compris la coopération pour la promotion d'une pêche durable et la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, ainsi que des échanges sur la conservation et l'utilisation durable des ressources marines vivantes de l'Antarctique, notamment: l'établissement d'aires marines protégées dans l'océan Antarctique. Les deux parties ont souscrit aux principes financiers de l'économie bleue durable favorisant des investissements durables dans les océans.

Les deux parties se félicitent également de la première réunion du dialogue Chine-UE sur la politique de l'eau.

17. La Chine et l'UE coopéreront pour améliorer la durabilité économique, sociale, fiscale, financière et environnementale de la connectivité et de l'interopérabilité Europe-Asie. Une telle coopération devrait respecter les principes communs des règles du marché, de la transparence, des marchés publics ouverts, des conditions de concurrence équitables et équitables, et se conformer aux normes et standards internationaux en vigueur, ainsi qu'au droit des pays bénéficiaires des projets, tout en tenant tenir compte de leurs politiques et de leurs situations individuelles.

Les deux parties vont continuer à créer des synergies entre la ceinture chinoise et la routeL’initiative et la stratégie de l’UE sur la connexion entre l’Europe et l’Asie, ainsi que sur les réseaux de transport transeuropéens, et se félicitent de l’accord conclu dans le cadre de la plate-forme de connectivité Chine-UE sur le mandat de l’étude commune sur le développement durable des chemins de fer. couloirs entre la Chine et l’Europe. Les deux parties renforceront la communication dans le cadre de la plateforme de connectivité Chine-UE.

Politique étrangère et de sécurité

18. La Chine et l'UE réaffirment leur intention de contribuer conjointement à la paix et à la stabilité internationales par le biais d'un dialogue et d'une coopération renforcés, dans le respect du droit international. Ils soutiennent le règlement pacifique des différends et conflits régionaux par le dialogue et la consultation.

En ce qui concerne l'Iran, les deux parties ont rappelé que le plan d'action global commun (JCPOA) constituait un élément essentiel de l'architecture mondiale de la non-prolifération et une réalisation diplomatique importante approuvée à l'unanimité par le Conseil de sécurité des Nations unies dans sa résolution 2231, et réaffirment leur engagement à sa mise en œuvre continue, complète et efficace, ainsi que leurs efforts pour préserver les retombées économiques pour l'Iran. La Chine et l'UE rappellent l'importance du projet de modernisation Arak et la nécessité de poursuivre leurs efforts communs à cet égard. Les deux parties se sont félicitées du fait que l’AIEA ait confirmé dans 14 rapports consécutifs que l’Iran continuait de respecter ses engagements en matière nucléaire.

La Chine et l'UE soutiennent la RPDC et les États-Unis dans la poursuite du dialogue en vue d'une solution pacifique, ainsi que de la poursuite de la réconciliation intercoréenne. UE: les deux parties ont souligné l'importance de la mise en œuvre intégrale des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies par toutes les parties.

19. La Chine et l'UE sont résolues à travailler ensemble et à coordonner étroitement le processus de paix en évolution en Afghanistan, qui doit être un processus politique global et inclusif, dirigé et contrôlé par les Afghans, qui conduira à une paix durable. Les deux parties sont également convenues de soutenir les efforts internationaux et régionaux en faveur de la stabilité et de la sécurité afin de faciliter le développement économique et social de l'Afghanistan et de renforcer la connectivité économique régionale avant, pendant et après un accord de paix.

20. La Chine et l'Union européenne suivent de près l'évolution de la situation au Venezuela et sont disposées à collaborer avec d'autres parties pour trouver une solution politique, pacifique et démocratique décidée par le peuple du Venezuela.

21. La Chine, l'Union européenne et ses États membres sont parties à la convention des Nations unies sur le droit de la mer. Ils respectent l'ordre maritime fondé sur le droit international et respectent les libertés de navigation et de survol de tous les États, conformément au droit international. L'UE se félicite des consultations en cours entre la Chine et les pays de l' ANASE en vue de la conclusion d'un code de conduite effectif pour la mer de Chine méridionale. La Chine et l'UE appellent toutes les parties concernées à engager un dialogue, à régler pacifiquement leurs différends et à s'abstenir de tout acte susceptible d'accroître les tensions.

22. La Chine et l'UE conviennent de renforcer la coopération et les échanges de haut niveau en matière de paix, de sécurité et de défense, y compris en matière de sécurité maritime et de lutte contre la piraterie, de soutenir les solutions africaines aux problèmes africains afin de maintenir la paix et la sécurité en Afrique, ainsi que l'échange d'informations. sur la gestion de crise et les opérations de maintien de la paix des Nations Unies.

23. En ce qui concerne l'Ukraine et rappelant la résolution 2202 (2015) du Conseil de sécurité des Nations Unies, la Chine et l'UE appellent à la mise en œuvre intégrale des accords de Minsk.

24. Ils ont également procédé à un échange de vues sur la situation au Myanmar et aux alentours.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine  visite de Xi en FranceNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum