Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités Internationales 

 La grève étudiante au Québec

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12525 messages postés
   Posté le 08-06-2012 à 00:23:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Alain Poitras a écrit :

Les faillites ne profitent jamais à personne, ce sont des pertes nettes, des sommes irrécupérables.


Faux, les faillites accélèrent le mouvement naturel de la concentration du capital.
De sorte que le capitaliste vainqueur bénéficie d’une situation dominante qui lui permet de décupler ses profits.
Et puisque tu parles de la crise de 2008, elle a donné l'occasion à la BNP de bouffer Fortis, en Allemagne Commerzbank et Dresdner
Bank of America s’est emparée de Merril Lynch et Countrywide
Wells Fargo a mangé Wachovia
J.P. Morgan Chase a avalé Washington Mutual
Il ne s’agit pas de surestimer ou de sous estimer le capitalisme mais d’en comprendre les lois. Celle de la concentration a été exposée très clairement et chiffres à l’appui par Lénine dans ‘l’impérialisme stade suprême du capitalisme’, il y a bientôt cent ans. Et l’actualité la confirme encore contrairement à ce que prétendent les économistes bourgeois.

Alain Poitras a écrit :

Les banques Européennes seront les prochaines à tomber en commençant par celles de la Grèce et l'Espagne ...

Si c’était le cas, elles seraient rachetées par des banques françaises ou allemandes à qui elles doivent des ronds.
Les exploiteurs sont bien une infime minorité et leur pouvoir est fragile. Mais il repose sur l’appareil d’Etat et cet appareil doit être brisé. Il ne tombe pas tout seul
L’expérience du « printemps arabe » montre que la révolution n’est pas nécessairement victorieuse, surtout si le prolétariat ne la dirige pas .

Alain Poitras a écrit :

L'état bourgeois disparaitra avec la bourgeoisie qui est la classe moyenne et cette dernière disparait actuellement à toute vitesse. Tous les travailleurs grassement payés perdent actuellement leurs emplois et seront forcé d'en accepter à une fraction du salaire qu'ils avaient. Les entreprises canadiennes font toutes faillite les unes après les autres, c'est une véritable catastrophe.

Tu confonds. La bourgeoisie n’est pas la classe moyenne mais la classe dominante, celle qui tire profit du travail d’autrui par la possession des moyens de production.
La bourgeoisie elle-même comprend à sa tête la grande bourgeoisie qui possède les monopoles industriels, financiers et commerçants, ainsi que les plus grands propriétaires terriens.
Si certains éléments disparaissent elle ne disparaît pas pour autant en tant que classe.
Certaines catégories intermédiaires supérieures peuvent être rangées dans le camp de la bourgeoisie comme des professions libérales ou des artisans. Ils peuvent aussi être déclassés, mais cela n’affecte pas la division de la société en deux classes fondamentalement opposées : la classe ouvrière et la bourgeoisie.

D’autre part, les « travailleurs grassement payés » le sont par rapport à ceux qui sont sous-payés, mais ils ne font pas partie de la bourgeoisie car ils ne sont pas propriétaires des moyens de production. On parle d’aristocratie ouvrière, l’INSEE de catégories intermédiaires, des classes moyennes etc. mais ce n’est pas la bourgeoisie, même s’ils adoptent un train de vie, une idéologie et des mœurs qui singent ceux des capitalistes.


Alain Poitras a écrit :

Tu compare le capitalisme actuel avec celui du siècle dernier alors qu'il était florissant, en pleine forme et en pleine expansion ... La situation aujourd'hui est tout à fait différente car c'est un système à l'agonie , il ne fonctionne plus. Tout ce que tu as lu de Marx, Lénine ou Staline à propos du capitalisme ne tient donc plus la route, ils ne parlaient pas du même capitalisme.

Tu ne m’as toujours pas dit si tu avais lu l’Etat et la révolution, avant de tirer ces conclusions hâtives. Mais si c’est vraiment ton opinion, je ne vois pas ce que tu fais ici.

Alain Poitras a écrit :

Tu connais les signes chinois mais pas leurs caractéristiques, c'est dommage car ça te permettrait d'en connaitre beaucoup plus sur les gens.

Je connais aussi leurs caractéristiques mais j’ai un système bien plus pratique pour reconnaître ceux qui sont dans le camp de la bourgeoisie et ceux qui sont dans le camp du prolétariat, et ça marche même sans discuter : rien qu’à voir la trombine on sait qu’il va en sortir des fleurs ou des vipères. Ça s’appelle l’instinct de classe.



Alain Poitras a écrit :

Ce qui a été la grande erreur de Mao est de ne pas avoir pris assez vite les moyens pour suivre l'évolution du reste du monde, il n'y avait presque pas de livres dans les écoles chinoises, mais son petit livre rouge trainait partout ... Les Russes furent beaucoup plus débrouillards et organisés. La preuve est qu'ils ont conquis l'espace avant les Américains, lançant le premier satellite et y envoyant le premier homme.

D’où sors-tu qu’il n’y avait « presque pas de livres » dans les écoles chinoises ?
Dans histoire de la Chine et ses incidences linguistiques on lit :
« Dès l'arrivée des communistes au pouvoir en 1949, le gouvernement prôna le réaménagement des caractères chinois, diffusa le putonghua (la «langue commune» comme langue officielle et établit leSystème d'alphabet phonétique chinois appelé pynyin. Ces trois grandes réalisations visaient à jeter les bases de modernisation de la langue et de l'écriture afin de les diffuser dans la population. »… « Dès le début des années cinquante, le putonghua devint obligatoire dans les classes de langue chinoise des écoles primaires et secondaires à travers toute la Chine. Il ne faut pas oublier qu'une bonne partie de la population ignorait la langue officielle, les langues et les dialectes foisonnant à profusion »..
La politique du PCC a connu des aléas dans ce domaine comme dans d’autres, mais aujourd’hui le taux d’alphabétisation est proche de 92 %.
Quand au progrès technologique ce n’est pas une question de débrouillardise car la Chine était encore quasi féodale en 1949 lors de la prise du pouvoir.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Alain Poitras
Jeune Communiste
Alain Poitras
84 messages postés
   Posté le 08-06-2012 à 11:28:08   Voir le profil de Alain Poitras (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Alain Poitras   

Xuan a écrit :

Faux, les faillites accélèrent le mouvement naturel de la concentration du capital.
De sorte que le capitaliste vainqueur bénéficie d’une situation dominante qui lui permet de décupler ses profits.
Et puisque tu parles de la crise de 2008, elle a donné l'occasion à la BNP de bouffer Fortis, en Allemagne Commerzbank et Dresdner
Bank of America s’est emparée de Merril Lynch et Countrywide
Wells Fargo a mangé Wachovia
J.P. Morgan Chase a avalé Washington Mutual
Il ne s’agit pas de surestimer ou de sous estimer le capitalisme mais d’en comprendre les lois. Celle de la concentration a été exposée très clairement et chiffres à l’appui par Lénine dans ‘l’impérialisme stade suprême du capitalisme’, il y a bientôt cent ans. Et l’actualité la confirme encore contrairement à ce que prétendent les économistes bourgeois.

Je comprend que les plus grosses banques mangent les plus petites qui font faillite mais ils mangent en même temps les problèmes de solvabilité des clients qui les font vivre.

La production monétaire des pays est basée sur les reconnaissances de dettes des individus, entreprises et gouvernements, non plus sur les réserves d'or des pays comme il y a une centaine d'année. C'est globalement que le système capitaliste ne fonctionne plus donc la concentration des richesses ne peut que mener à l'appauvrissement des masses et une grande révolution mondiale car les gens aujourd'hui sont instruits et ne se laisseront pas faire comme il y a plus de 60 ans.

Xuan a écrit :

Si c’était le cas, elles seraient rachetées par des banques françaises ou allemandes à qui elles doivent des ronds.
Les exploiteurs sont bien une infime minorité et leur pouvoir est fragile. Mais il repose sur l’appareil d’Etat et cet appareil doit être brisé. Il ne tombe pas tout seul
L’expérience du « printemps arabe » montre que la révolution n’est pas nécessairement victorieuse, surtout si le prolétariat ne la dirige pas.

Les banques de l'Islande ont fait faillite au début de la crise, ils n'ont pas été "rachetées" par d'autres banques. Elles ont été rachetée par le peuple Islandais, nationalisées, c'est un exemple à suivre pour tous les pays. Quoi qu'il en soit, nous verrons très bientôt ce qu'il adviendra des banques des pays en grave difficulté financière.

L'appareil d'état ne tombera pas par lui-même mais se modifiera graduellement pour devenir de plus en plus socialiste car dans les pays démocratiques, il n'aura pas d'autres choix.

C'est certain par contre que les révolutions arabes ne sont pas un bon exemple, ils se trompent de cibles. Ils ne sont pas communistes mais veulent une place au soleil dans le capitalisme et ce n'est pas possible.

Xuan a écrit :

Tu confonds. La bourgeoisie n’est pas la classe moyenne mais la classe dominante, celle qui tire profit du travail d’autrui par la possession des moyens de production.
La bourgeoisie elle-même comprend à sa tête la grande bourgeoisie qui possède les monopoles industriels, financiers et commerçants, ainsi que les plus grands propriétaires terriens.
Si certains éléments disparaissent elle ne disparaît pas pour autant en tant que classe.
Certaines catégories intermédiaires supérieures peuvent être rangées dans le camp de la bourgeoisie comme des professions libérales ou des artisans. Ils peuvent aussi être déclassés, mais cela n’affecte pas la division de la société en deux classes fondamentalement opposées : la classe ouvrière et la bourgeoisie.

D’autre part, les « travailleurs grassement payés » le sont par rapport à ceux qui sont sous-payés, mais ils ne font pas partie de la bourgeoisie car ils ne sont pas propriétaires des moyens de production. On parle d’aristocratie ouvrière, l’INSEE de catégories intermédiaires, des classes moyennes etc. mais ce n’est pas la bourgeoisie, même s’ils adoptent un train de vie, une idéologie et des mœurs qui singent ceux des capitalistes.

La "petite bourgeoisie", c'est la classe moyenne, ils sont aussi propriétaires foncier et de moyens de production par l'entremise de leur placements en bourse et REER entre autres. La plupart des propriétaires de petites entreprises sont des petits bourgeois même si ils ont des revenus moindre qu'un grand nombre de salariés, ils sont habituellement capitalistes dans l'âme mais il y a quand même beaucoup exceptions.

Plusieurs entrepreneurs qui ont acquéri "des moyens de production" le font parce qu'ils aiment leur métier et non pour l'argent. Au Québec, être propriétaire d'une petite entreprise privée est souvent le seul moyen de travailler car les emplois sont plutôt rares, c'est une question de survie.

Les cultivateurs ici ne sont vraiment pas riches, ils doivent pourtant acquérir des machines agricoles valant des dizaines de milliers de dollars pour faire leur boulot et s'endetter jusqu'au cou, sinon, c'est la faillite ... Les bonnes terres agricoles sont aussi très dispendieuses, il faut trouver le moyen de les acheter pour exercer ce métier.

La ligne entre prolétaires et bourgeois est très floue et comme tu le mentionne, ceux qui sont dans la zone grise sont candidats au déclassement ... L’aristocratie ouvrière qui "singe" la grande bourgeoisie et la vénère, on appelle ça ici des larbins, j'en connais des centaines et ce sont mes pires ennemis.

Xuan a écrit :

Tu ne m’as toujours pas dit si tu avais lu l’Etat et la révolution, avant de tirer ces conclusions hâtives. Mais si c’est vraiment ton opinion, je ne vois pas ce que tu fais ici.

Non je ne l'ai pas encore lu, pourquoi ne pas le scanner et le mettre en fichier PDF sur ce forum à la disposition de tous gratuitement ...

Je viens sur ce forum pour discuter de communisme et communiquer des informations sur la grève étudiante au Québec, mais je vois qu'il n'y a pas beaucoup de participation des autres membres à part toi. Je n'ai pas encore lu les idées de Lénine mais je le ferai d'une façon critique , je mentirais si je disais que je serai d'accord avec tout ce qu'il a écrit. Lénine n'était pas un dieu mais un humain bien normal et aucun humain sur terre ne peut se vanter d'avoir la vérité absolu infuse.

Xuan a écrit :

Je connais aussi leurs caractéristiques mais j’ai un système bien plus pratique pour reconnaître ceux qui sont dans le camp de la bourgeoisie et ceux qui sont dans le camp du prolétariat, et ça marche même sans discuter : rien qu’à voir la trombine on sait qu’il va en sortir des fleurs ou des vipères. Ça s’appelle l’instinct de classe.

Il y a évidement plusieurs autres moyens pour savoir comment les gens pensent et pourquoi. Au Québec, grâce à la grève étudiante, ça parait clairement, les gens "de droite" sont contre les étudiants en grève et les gens "de gauche" sont pour. Le fossé entre les deux groupes devient de plus en plus large, il n'y a pas de milieu, c'est le Yin et le Yang.

Je mentionnais que je pouvais souvent deviner le signe chinois des gens juste en discutant avec eux ... Je peux évidement me tromper mais vais me risquer à deviner le tien ...

Je crois que ton signe chinois est "le chien", comme pour Lénine ... Principalement parce que tu me semble un peu pessimiste et toujours sur le qui-vive - surtout qu'on est l'année du dragon, le signe opposé au chien - et c'est un signe de politicien. De la politique, c'est bien ce que tu fais sur ce forum.

Les chiens sont souvent contre l'injustice, s'extériorisent quand c'est nécessaire, ont tendance à se noyer dans les détails, à critiquer à tout propos et chercher la faille d'une façon systématique.

Il y a un très grand nombre de politicien qui sont de ce signe, également énormément de buffles et de cochons. D'autres signes comme le coq et le dragon font très rarement de la politique.

Alors, est-ce que j'ai deviné juste ?

Xuan a écrit :

D’où sors-tu qu’il n’y avait « presque pas de livres » dans les écoles chinoises ?
Dans histoire de la Chine et ses incidences linguistiques on lit :
« Dès l'arrivée des communistes au pouvoir en 1949, le gouvernement prôna le réaménagement des caractères chinois, diffusa le putonghua (la «langue commune» comme langue officielle et établit leSystème d'alphabet phonétique chinois appelé pynyin. Ces trois grandes réalisations visaient à jeter les bases de modernisation de la langue et de l'écriture afin de les diffuser dans la population. »… « Dès le début des années cinquante, le putonghua devint obligatoire dans les classes de langue chinoise des écoles primaires et secondaires à travers toute la Chine. Il ne faut pas oublier qu'une bonne partie de la population ignorait la langue officielle, les langues et les dialectes foisonnant à profusion »..
La politique du PCC a connu des aléas dans ce domaine comme dans d’autres, mais aujourd’hui le taux d’alphabétisation est proche de 92 %.
Quand au progrès technologique ce n’est pas une question de débrouillardise car la Chine était encore quasi féodale en 1949 lors de la prise du pouvoir.

Divers observateurs occidentaux ont rapporté ne pas avoir vu beaucoup de livres dans les écoles chinoises qu'ils ont visité dans les années '60 ...

Mais comme tu le mentionne, il devait y en avoir pour enseigner la lecture et l'écriture de la "langue officielle" au peuple. Il faut évidement bien connaitre la langue avant d'étudier les mathématiques, les sciences et diverses technologies. Disons que Mao a fait ce qu'il a pu.

Tu as raison à ce propos car comme tu le mentionnais, la Chine est partie de très loin, pratiquement du moyen âge, ce qui n'était pas le cas des Russes dont l'industrie avait déjà atteint un certain niveau de développement en 1917.

Ça n'enlève rien au fait que les chinois sont très brillants, ils ont inventé et découvert bien des choses dans le passé, comme le charbon qu'ils appelaient la pierre qui brûle, ils en sont d'ailleurs toujours été de grands producteurs. Ils étaient aussi de bons fabriquants de textile, d'habiles artistes et artisans.

Mais toi, comment crois-tu que la révolution communiste pourra se faire ?


Edité le 08-06-2012 à 11:39:09 par Alain Poitras




--------------------
**********************************************
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12525 messages postés
   Posté le 08-06-2012 à 14:35:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Alain Poitras a écrit :

la concentration des richesses ne peut que mener à l'appauvrissement des masses et une grande révolution mondiale car les gens aujourd'hui sont instruits et ne se laisseront pas faire comme il y a plus de 60 ans.

La classe ouvrière est plus instruite mais elle n'a pas de parti communiste, manque de confiance en elle, doute de la possibilité d'une révolution prolétarienne et croit en la possibilité de passer au socialisme en douceur.

Alain Poitras a écrit :

Les banques de l'Islande ont fait faillite au début de la crise, ils n'ont pas été "rachetées" par d'autres banques. Elles ont été rachetée par le peuple Islandais, nationalisées, c'est un exemple à suivre pour tous les pays.

Tu cites un cas particulier, mais pour qui a connu les nationalisations de 1981 en France, il y a fort à parier que les islandais ont en fait racheté les dettes de leurs banques, et que celles-ci redeviendront privées dès que la dette sera soldée.
C’est un procédé courant dans le système capitaliste, et ce depuis fort longtemps.

Alain Poitras a écrit :

L'appareil d'état ne tombera pas par lui-même mais se modifiera graduellement pour devenir de plus en plus socialiste car dans les pays démocratiques, il n'aura pas d'autres choix.


Explique-moi comment la classe des capitalistes pourrait modifier graduellement son appareil d’Etat afin de s’en déposséder ? Et pourquoi la démocratie qu’elle a créée elle-même afin de perpétuer son pouvoir pourrait la contraindre à y renoncer ?

Encore une fois, je t'invite à lire ‘l’Etat et la Révolution’, en ligne sous plusieurs formats comme ici.
Parce que les théories « nouvelles » que tu avances ont plus de cent ans et que les théoriciens du marxisme que tu crois dépassés les ont battues en brèche alors que nous n’étions pas encore nés.

En ce qui concerne le "comment", il y a un résumé dans message flash de la page d'accueil.



Pour le chien c’est raté …

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Alain Poitras
Jeune Communiste
Alain Poitras
84 messages postés
   Posté le 09-06-2012 à 00:18:23   Voir le profil de Alain Poitras (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Alain Poitras   

Xuan a écrit :

La classe ouvrière est plus instruite mais elle n'a pas de parti communiste, manque de confiance en elle, doute de la possibilité d'une révolution prolétarienne et croit en la possibilité de passer au socialisme en douceur.

Pourtant, il y a déjà trois partis plus ou moins communistes en France, le Front de gauche, le parti Ouvrier et le parti Anti-Capitaliste ... Ils ont tous en commun de combattre le capitalisme et devraient s'unir. La grande révolution universelle, elle est commencée, mais elle n'aboutira pas au communisme demain matin, ça va peut-être prendre dix ou vingt ans. Ça prend beaucoup de temps pour que la mentalité de la majorité change.

Karl Marx l'a lui-même dit : "Cette transformation est inéluctable , elle est la conséquence logique des contradictions internes du régime capitaliste" ... Ça ne peux donc qu'arriver selon lui.

Xuan a écrit :

Explique-moi comment la classe des capitalistes pourrait modifier graduellement son appareil d’Etat afin de s’en déposséder ? Et pourquoi la démocratie qu’elle a créée elle-même afin de perpétuer son pouvoir pourrait la contraindre à y renoncer ?

Encore une fois, je t'invite à lire ‘l’Etat et la Révolution’, en ligne sous plusieurs formats comme ici.
Parce que les théories « nouvelles » que tu avances ont plus de cent ans et que les théoriciens du marxisme que tu crois dépassés les ont battues en brèche alors que nous n’étions pas encore nés.

En ce qui concerne le "comment", il y a un résumé dans message flash de la page d'accueil.

La démocratie a été inventée il y a environ 2360 ans par Démosthène, pas par les capitalistes. Les peuples occidentaux y tiennent bien plus qu'au capitalisme car sans elle, nous serions dirigé par des dictateurs comme en Syrie ... Un dictateur ne survivrait pas longtemps en Amérique, il recevrait très vite une balle entre les deux yeux. La démocratie n'est aucunement un synonyme du capitalisme, ce sont deux choses très différentes.

Je vais regarder ce message flash dans la page d'accueil probablement demain car je reviens d'un enterrement et je n'ai pas dormi depuis 36 heures ... Merci aussi pour le lien du bouquin de 144 pages de Lénine en PDF, je l'ai téléchargé. J'espère que ça se lit mieux que les oeuvres choisies de Karl Marx, il m'en reste encore 580 pages à lire, ça va me prendre encore quelques semaines.

Xuan a écrit :

Pour le chien c’est raté …

Alors comme ça, monsieur est tigre ... Un grand chef !

--------------------
**********************************************
Alain Poitras
Jeune Communiste
Alain Poitras
84 messages postés
   Posté le 09-06-2012 à 12:15:23   Voir le profil de Alain Poitras (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Alain Poitras   

J'ai terminé de lire le premier chapitre du bouquin de Lénine en PDF et c'est vraiment intéressant ... C'est beaucoup plus facile à lire que Karl Marx dont les passages philosophiques sont pour moi du vrai chinois, je suis un individu très terre à terre et j'aime les explications claires.

Par chance, Lénine est un vulgarisateur des théories de Marx et Engels, il les cite mais les expliques immédiatement. Il dit par exemple que l'abolition de l'État bourgeois signifie en fait sa transformation en État prolétaire. Le pouvoir spécial de répression du prolétariat devient alors un pouvoir spécial de répression de la bourgeoisie ... C'est en sorte le retour du grand balancier.

Lénine n'était absolument pas contre la démocratie comme on peut le lire des pages 25 à 27 du fichier PDF. Il mentionne que la "sociale-démocratie" est la moins pire des organisations sociales dans un pays capitaliste ... Il mentionne également que l'État prolétaire est la forme "la plus pure" de la démocratie.

La démocratie est nécessaire dans tout système pour que le peuple puisse participer aux décisions de l'État, surtout dans un État prolétaire dont la fonction principale est de gérer les choses et les moyens de production ... Je m'intéresse beaucoup au tout nouveau concept de "démocratie directe" maintenant possible grâce à la technologie informatique sans laquelle ce forum n'existerait même pas.

J'ai hâte de lire la suite de ce bouquin mais surtout ceux que Lénine a écrit "après" 1918 car celui-ci ne concerne que la révolution de 1917 et ce qui l'a précédé. La révolution est une chose mais la gestion de l'État prolétaire en est une toute autre et selon moi infiniment plus complexe. J'aimerai bien savoir pourquoi le communisme n'a pas fonctionné dans ce pays, pour ne pas répéter les erreurs du passé.

--------------------
**********************************************
Alain Poitras
Jeune Communiste
Alain Poitras
84 messages postés
   Posté le 09-06-2012 à 12:35:40   Voir le profil de Alain Poitras (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Alain Poitras   

Message Flash ... a écrit :

• Le forum ouvre ses colonnes à la vie et aux luttes des masses populaires et s’adresse en priorité aux plus exploités.
• Le forum a pour but de favoriser la création d’ un nouveau parti communiste marxiste-léniniste .
• Dans ce but, le forum marxiste-léniniste s’emploie à unir les marxistes-léninistes qui souhaitent réellement l’unité sur la base du marxisme-léninisme et s’opposent à la trahison révisionniste et au réformisme.

C'est ça le message flash, c'est tout ... Ça ne répond pas vraiment à ma question :

Comment crois-tu que la révolution communiste se fera ?

--------------------
**********************************************
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12525 messages postés
   Posté le 09-06-2012 à 14:35:19   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Alain Poitras a écrit :

Pourtant, il y a déjà trois partis plus ou moins communistes en France….

Plus ou moins communiste… connais pas. Parti communiste ou parti bourgeois c’est du binaire, pas de la logique floue.
Ce qui compte c’est leur comportement lors des choix importants.
Ceux qui ont appelé à voter Hollande en sachant qu’il appliquerait une politique d’austérité ne méritent pas de s’appeler communiste.

Il y a plusieurs posts sur le révisionnisme ou le Front de Gauche sur ce forum.

Alain Poitras a écrit :

La démocratie a été inventée il y a environ 2360 ans par Démosthène.

La démocratie porte un caractère de classe dans chaque société, elle n’existe pas dans l’absolu, au-dessus de la société, de l’histoire et des classes sociales, contrairement à ce qu’on fait croire aux écoliers. Et puisque tu es « très terre-à-terre » ceci devrait te parler.
Ainsi la démocratie de Démosthène ne concernait pas les esclaves .
La démocratie bourgeoise autorise les salariés à voter …entre deux représentants de la bourgeoisie. Voilà le progrès.
La démocratie prolétarienne doit s’exercer à la base et envoyer au pouvoir des représentants du peuple. Les ministres de la Commune de Paris était élus et révocables à chaque instant et touchaient le salaire d’un ouvrier.

Quant aux dictateurs les USA s’en accommodent très bien ; ils les ont largement financés et armés dans le monde entier.
Les dirigeants américains sont eux-mêmes « élus » grâce à un barnum financé par les monopoles du pétrole et de grands intérêts financiers.
Qui pourrait être élu en dehors des « champions » choisis et désignés par ces derniers ?
En Syrie les USA soutiennent des bandes terroristes qui massacrent des civils, mettent leurs exactions sur le compte d’Assad, et bombardent les missions d’observation de l’ONU.
Quel modèle de démocratie les USA prétendent-ils exporter ?

Message flash .
Pas besoin de faire un long discours : sans parti révolutionnaire on ne peut pas faire de révolution.
Commençons donc par là.
Quant à savoir si le communisme existera, je ne le verrai peut-être pas. Peut-être ne verrai-je même pas la révolution socialiste.
Dans les passé, les contradictions des systèmes précédents ont imposé l’avènement du capitalisme. Et comme tu le constates toi-même, les contradictions du capitalisme condamnent ce système et imposent tôt ou tard la propriété collective des moyens de production.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Alain Poitras
Jeune Communiste
Alain Poitras
84 messages postés
   Posté le 10-06-2012 à 04:30:47   Voir le profil de Alain Poitras (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Alain Poitras   

Xuan a écrit :

La démocratie prolétarienne doit s’exercer à la base et envoyer au pouvoir des représentants du peuple. Les ministres de la Commune de Paris était élus et révocables à chaque instant et touchaient le salaire d’un ouvrier.

C'est justement le genre de démocratie que je crois indispensable. Lénine parle de la Commune de Paris dans son bouquin mais je n'en suis pas encore rendu là dans ma lecture.

Pour ce qui est d'un "vrai" parti communiste, je crois que l'important est de bien renseigner les prolétaires sur ce que ça signifie au juste pour qu'ils y soient intéressés. Très rares sont ceux qui prendront la peine de lire les oeuvres de Karl Marx ou de Lénine mais ils lisent quelquefois ce qu'on en dit sur Internet.

Je n'ai pas été chanceux aujourd'hui, le disque dur sur lequel se trouve tous mes documents techniques, mes photographies et les logiciels que j'utilise le plus ne fonctionne plus, c'est comme si il était complètement disparu ... Je devrai ouvrir ma tour pour voir ce qui ne va pas, j'espère que c'est juste un problème de connexion ou au pire, une défectuosité du bloc d’alimentation ...

Au moins, je peux naviguer sur Internet et lire le document de Lénine en ligne en attendant de trouver la source de mon problème et y remédier.

--------------------
**********************************************
osiris
Visiteur
1 message posté
   Posté le 10-06-2012 à 20:38:47   Voir le profil de osiris (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à osiris   

Le sens du message que les étudiants du Québec veulent projeter auront plus d'impact d'ici une décennie. D'ici-là, ils ne font que nuire à eux-mêmes car la santé économique de la province est encore à un niveau acceptable et la conscience collective n'a pas encore changée. Il faut beaucoup plus que de simples mauvaises nouvelles à la télé et une bande de clowns dans les rues pour 'réveiller' la bête qui sommeil dans chacun des honnêtes travailleurs qui verront le prix de leur nourriture tripler. Hélas, au rythme où la dette nationale américaine augmente, il ne suffit que de bien connaître l'histoire des derniers siècles pour comprendre qu'une telle issue ne peut qu'aboutir en une catastrophe économique, et comme les marchés sont plus reliés que jamais, le désastre va être mondial. C'est à ce moment là que leur message se faufilera parmi leur filet social afin de les unir dans un esprit collectif. LE TIMING N'EST PAS BON, mais votre message passera mieux dans l'avenir proche.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12525 messages postés
   Posté le 10-06-2012 à 22:44:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Merci de te présenter dans la rubrique prévue Osiris.
Je ne crois pas que les étudiants qui manifestent au Québec soient des clowns , même s'ils mettent des masques de carnaval.
S'ils n'arrivent plus à payer leurs études ça ne doit pas les amuser, ça signifie le chômage ou l'usine ou bien des boulots de larbin à temps partiel, des "emplois de service" comme on dit.
Il n'y a jamais de timing quand on est en colère, c'est comme le soufflé au fromage : si on attend il est foutu.

@ Alain, si ton disque de données est coincé, la récup coûte un bras et l'ouvrir c'est risqué.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8516 messages postés
   Posté le 11-06-2012 à 10:36:45   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

à signaler que le "monde diplomatique" consacre tout un article dans le numéro de ce mois ci sur les évènements au québec,intitulé "ténacité des étudiants quebecois"
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12525 messages postés
   Posté le 20-06-2012 à 23:46:29   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article paru sur solidarité internationale-pcf :


Entretien avec Gabriel Nadeau-Dubois, leader du mouvement étudiant québécois :
« La meilleure des solidarités avec notre mouvement, c'est de mener la lutte aussi ailleurs »


Entretien avec Gabriel Nadeau-Dubois, leader du mouvement étudiant québécois

Traduction AC pour http://jeunescommunistes-paris15.over-blog.com/ et http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


Gabriel Nadeau-Dubois est le porte-parole de CLASSE (Coalition large de l'ASSE), une des organisations-clés du mouvement de grève étudiant que connaît le Québec. Etudiant à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), il a été élu Secrétaire à la communication de l'ASSE en avril 2010, et est devenu co-porte-parole de CLASSE, avec Jeanne Reynols, cette année-là. Depuis le début de la grève étudiante au Québec de 2012, il est devenu la voix de l'aile-gauche du mouvement étudiant, une personnalité médiatique, et un symbole de la résistance contre le gouvernement. Une disposition particulièrement vicieuse de la Loi 78 a été renommée « clause Gabriel Nadeau-Dubois » car elle permet à la loi de se greffer sur des accusations déjà existantes, et il a déjà des charges contre lui qui pourraient lui valoir une amende de 50 000 $ ou un séjour en prison si il était déclaré coupable.


People's Voice, organe du Parti communiste du Canada, a interviewé Gabriel Nadeau-Dubois à la sortie du dernier congrès de CLASSE

Sur quoi ont porté les travaux de votre Congrès ?

Le principal débat, en tant qu'organisation, c'était de savoir si nous voulions défier publiquement cette loi ? Voulons-nous respecter cette loi ? Si nous voulons la défier, comment ? C'est un congrès important, une décision importante pour le mouvement étudiant que de décider de se mettre ouvertement hors-la-loi.

Pouvez-nous dire quelques mots sur cette loi ?

Je pense que c'est la dernière carte du gouvernement pour arrêter notre mouvement. Ils ont essayé de nous diviser, ils ont usé de la brutalité policière, il ont réalisé des offres médiatiques espérant que les étudiants dans les assemblées générales arrêteraient la grève, et ils encouragent les étudiants qui sont contre la grève à demander des injonctions devant les tribunaux pour forcer les enseignants à donner cours. Toutes ces tentatives ont échoué. Donc, désormais, le gouvernement essaie désespérément de tuer le mouvement au moment où il se renforce.

Pouvez-vous nous expliquer votre slogan – grève étudiante, lutte populaire ?

Nous sommes partis sur cette question particulière de la hausse des frais de scolarité, mais rapidement les étudiants ont commencé à parler dans les AG sur le fait que la hausse des frais s'inscrivait dans une vague bien plus large de réformes néo-libérales, pas seulement au Québec mais dans le monde entier. Nous avons de plus en plus de citoyens venant à nos manifestations et qui ne sont pas étudiants. Nous avons lancé un appel aux travailleurs afin qu'ils nous rejoignent, et ça a marché – travailleurs, citoyens, populations des quartiers, jeunes non-étudiants. La grève porte sur la possibilité pour les mouvements sociaux de continuer à contester les décisions du gouvernement... Cela a donné naissance au mot d'ordre selon lequel la grève est une question étudiante mais une lutte qui concerne tout le monde.

Qu'est-ce que la Coalition de la Main Rouge ?

On l'a fondé il y a trois au moment du budget Bachand, le premier budget qui s'est réellement attaqué aux services publics, dans un climat de terreur et de privatisations. Dans le même budget, nous avions la hausse des frais, et l'imposition d'une taxe annuelle sur la santé de 200 $ par citoyen. Cette vaste coalition a été créé, regroupant le mouvement étudiant, les syndicats d'enseignant et de la santé, les associations de quartier, pour protester non seulement contre ces mesures spécifiques mais aussi contre la vision de la société et de l'Etat qui se trouvait au cœur de ce budget. Depuis, il s'agit du principal lieu de coordination des mouvements sociaux.

De quel soutien avez-vous besoin de la part du Canada anglophone ?

Au Québec, nous avons un mouvement étudiant très actif. Le meilleur soutien que nous puissions avoir, c'est que les étudiants ailleurs au Canada et dans le monde se mobilisent contre les hausses des frais. Nous l'observons de plus en plus, et nous recevons de plus en plus de courriers, mails et appels téléphoniques allant dans ce sens.


Edité le 20-06-2012 à 23:48:47 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités Internationales  La grève étudiante au QuébecNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum