Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises 

 Le gouvernement socialo contre la classe ouvrière

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédentePage suivante
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 05-02-2013 à 23:13:15   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

LA GUERRE DE CLASSE EST DECLAREE


Tandis que Hollande et ses ministres nous serinent que des "solutions" de reprise s'offrent pour la reprises des sites en danger "y compris des prises de participation minoritaires de l'Etat", et après avoir dénigré les syndicalistes de lutte de classe, la DST est diligentée pour surveiller l'activité des grévistes et tout particulièrement la radicalisation des mouvements sociaux.
La liste des mouvements susceptibles de semer la pagaille est assez fantaisiste, à la lire on croirait que l'Etat a peur de tout, mais il est vrai que le Figaro n'en donne pas la liste complète...
Cet article repris par toute la presse montre surtout que l'Etat veut intimider les grévistes .


Le Figaro écrit le 4 février : Radicalisation: les entreprises surveillées :

Les services de renseignement de la police ont reçu récemment comme instruction de suivre "au plus près" les entreprises en difficulté afin d'anticiper une éventuelle "radicalisation" de mouvements sociaux, selon une note de service. "Dans un contexte économique dégradé qui touche l'ensemble des territoires, il est important de suivre au plus près la situation des entreprises et filières fragilisées, ou susceptibles de le devenir" , explique cette note du directeur central de la sécurité publique (DCSP), qui fixe les objectifs prioritaires de la sous-direction d'information générale (SDIG, ex-RG).

Ce document, daté du 30 janvier et transmis aux différents directeurs départementaux de la sécurité publique (DDSP), souligne la nécessité "d'anticiper" les mobilisations, ainsi que "les risques d'incidents" ou d'éventuelles "menaces sur l'outil de production en cas de radicalisation d'un conflit" . Depuis plusieurs mois, le contexte social s'est détérioré en France, avec plusieurs annonces de suppressions de postes dans différents secteurs (PSA, Renault, Petroplus...).

Les services de renseignement, selon des sources policières, craignent une "radicalisation" de salariés de ces entreprises en difficulté, qui pourrait notamment apparaître lors d'une manifestation le 12 février à Paris. Des réunions ont eu lieu à cet égard, notamment à la préfecture de police de Paris (PP), et ce mouvement, "s'il est confirmé" , est "suivi de très près" , selon les sources. La note "insiste" notamment sur la "nécessité de préserver et renforcer au besoin le potentiel d'analyse et de couverture des territoires dans ce domaine" .

Concernant les quartiers sensibles, la note précise que le travail de veille doit être "prioritairement" orienté vers les zones de sécurité prioritaires (ZSP) lancées par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls. Les fonctionnaires de la SDIG sont également invités, avec leurs homologues du renseignement intérieur, à détecter des "groupes ou individus à risque" qui graviteraient dans les milieux islamiques en France.

Parmi les groupes ou milieux à suivre "avec constance" , la note évoque "les sectes apocalyptiques, les groupes survivalistes, tout comme les nouvelles thérapies" . Les mouvements de défense de l'environnement, qui peuvent être amenées à conduire des "actions fortes" sur les thèmes du nucléaire ou du gaz de schiste, doivent également "faire l'objet d'une veille permanente" , explique cette note.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 07-02-2013 à 20:10:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ecoutez les Mittal :
"on va brûler l'Elysée s'il le faut !"


Edité le 07-02-2013 à 20:11:18 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 07-02-2013 à 23:30:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ci-dessous un article de Nicolas Maury sur Arcelor Mittal.
La "maîtrise publique de la sidérurgie" relève des thèses révisionnistes sur la possibilité pour la classe ouvrière de maîtriser les moyens de production dans un système capitaliste, mais l'article reflète l'accentuation de la lutte de classe et l'unité naturelles des prolétaires des pays d'Europe.

source

ArcelorMittal: les travailleurs reçus "comme des terroristes" à Strasbourg


Jeudi 7 Février 2013

Des confrontations ont eu lieu avec la police, faisant plusieurs blessés



La présence de 1.500 travailleurs d'ArcelorMittal, mercredi à Strasbourg, a conduit à une confrontation avec la police. Selon les syndicats, leur membres ont été reçus "comme des terroristes" et plusieurs personnes ont été blessées. Il y a aussi eu des interpellations.

Les syndicats sont venus à Strasbourg, d'une part pour exposer leurs revendications au Parlement européen à la suite des pertes d'emplois massives annoncées par ArcelorMittal et d'autre part pour défendre l'industrie sidérurgique en Europe. Ils avaient rendez-vous avec plusieurs parlementaires, représentants de la Commission européenne et le président du Parlement européen Martin Schultz.

Alors que des délégués syndicaux belges, français et luxembourgeois rencontraient leurs interlocuteurs, les travailleurs présents en dehors du Parlement sont entrés en confrontation avec la police.

"Cela ne me surprend pas. Dès notre arrivée, nous avons été traités comme une bande de criminels. C'est inacceptable" , explique David Camerini de la CSC.
Des panneaux de signalisation et des bouteilles auraient été jetés contre les services d'ordre qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. Plusieurs manifestants ont été interpellés.

Au total, environ 1.500 métallos d'ArcelorMittal dont une majorité provenant de Liège se sont rendus à Strasbourg. Les travailleurs voulaient manifester mais ils n'ont pas reçu d'autorisation en raison de la présence du président tunisien au Parlement européen.

Le communiqué du PCF 67 :

"Près de 1500 métallurgistes français, belges et luxembourgeois ont manifesté [..] devant le Parlement européen pour défendre la sidérurgie européenne mis à mal par les vautours de la finance notamment par le multimilliardaire Lakshmi Mittal. Depuis ce matin les autorités ont choisi la stratégie de la tension : bus de manifestants arrêtés à la frontière, manifestants fouillés et empêchés de défiler.

Ainsi, des affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre entrainant de violentes charges policières avec trois blessés parmi les ouvriers. Après les coups de matraques de l’Elysée, les canons à eau de Namur, des syndicalistes sont envoyés à l’hôpital à Strasbourg…C’est donc ça le message que l’Europe envoie aux sidérurgistes, inscrits sur les flash-ball ?

Le PCF67 tient à dénoncer cette tentative de décrédibiliser les syndicalistes et de criminaliser leurs actions porteuses d’intérêt général. Nous demandons que la facture des dégâts perpétrés à Strasbourg soit remboursée par Lakshmi Mittal, principal responsable de la colère sociale qui s’est exprimée dans nos rues.

Enfin, nous nous félicitons de la convergence des luttes entre les travailleurs français et les travailleurs d’autres pays européen : tous ensemble dans toute l’Europe pour la maitrise publique de la sidérurgie !


_________________



photo FR3 Alsace

Voir la vidéo sur le même site :
http://alsace.france3.fr/2013/02/07/retour-sur-la-manifestation-des-arcelor-mittal-strasbourg-195829.html

_________________








photos républicain lorrain


Edité le 07-02-2013 à 23:46:24 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 08-02-2013 à 00:49:21   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Que font les dirigeants CGT ?


Suite à un échange de courriers, un syndiqué CGT m'envoie ce commentaire, dont la partie citée mérite parfaitement sa place ici :

[...] concernant Monsieur Thibautl je ne changerai pas d'avis car, si il n'est pas reçu par les médias comme nous cégétistes le souhaiteriont; qui est ce qui l'empêche de se rendre sur les sites mital, goodier et partout où l'on jette les ouvriers comme des klinex usagés, là dans tous ces sites et tous ceux que j'oublie tellement il y en a où tout va de mal en pis, là sur les lieux de luttes personne ne peut l'empècher de s'exprimer et sauf si je n'y comprends plus rien là je pense et j'en suis sûr pas mal de français apprécieraient son rôle qui doit être le sien d'être là où il faut et quand il le faut et; de ce constat comprendraient surement mieux pourquoi on ne le voit pas ou on ne l'entend pas
par ce que ces médiats de quelles sortes qu'ils soient; sont à la botte du gouvernement et quelque soit sa couleur politique du moment que l'on ne touche pas à leur revenu salariaux, ainsi qu'à la prime que vient de leur octroyer le président qui se dit normal

Je souhaite que le nouveau secrétaire général sera plus pré de la base que dis-je beaucoup plus pré et aussi mais surtout à l'écoute des travailleurs qui le sont encore et de ceux que nous avons été, sinon à quoi cela servira si nous n'avons plus demain quelqu'un sur qui s'appuyer et avoir une totale confiance.

Je me suis exprimé [...] sur l'attitude quasi absente depuis le mois de mai 2012 sur le secrétaire actuel de la CGT, si le faut je redirais mon fond de pensée si cette situation devait perdurer, car je pense qu'à la CGT nous sommes en démocratie et même si des fois les réactions comme la mienne déplaisent, à mon humble avis il n'y a que de cette façon que nous sortiront de l'immobilisme et vaincront les lobies financiers et que notre victoire de syndicaliste gagnera et sera surtout une victoire reconnue par tous et même les plus septiques.
[...]


Edité le 08-02-2013 à 00:54:07 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 11-02-2013 à 20:50:05   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ci-dessous un article de J. Lacaze

REPRESSION: LE POUVOIR HOLLANDAIS DECLARE LA GUERRE AU PEUPLE


Le Figaro écrit le 4 février :

RADICALISATION:
LES ENTREPRISES SURVEILLEES!


Les services de renseignement de la police ont reçu récemment comme instruction de suivre "au plus près" les entreprises en difficulté afin d'anticiper une éventuelle "radicalisation" de mouvements sociaux , selon une note de service. "Dans un contexte économique dégradé qui touche l'ensemble des territoires, il est important de suivre au plus près la situation des entreprises et filières fragilisées, ou susceptibles de le devenir" , explique cette note du directeur central de la sécurité publique (DCSP), qui fixe les objectifs prioritaires de la sous-direction d'information générale (SDIG, ex-RG).

Ce document, daté du 30 janvier et transmis aux différents directeurs départementaux de la sécurité publique (DDSP), souligne la nécessité "d'anticiper" les mobilisations, ainsi que "les risques d'incidents" ou d'éventuelles "menaces sur l'outil de production en cas de radicalisation d'un conflit" . Depuis plusieurs mois, le contexte social s'est détérioré en France, avec plusieurs annonces de suppressions de postes dans différents secteurs (PSA, Renault, Petroplus...).

Les services de renseignement, selon des sources policières, craignent une "radicalisation" de salariés de ces entreprises en difficulté , qui pourrait notamment apparaître lors d'une manifestation le 12 février à Paris. Des réunions ont eu lieu à cet égard, notamment à la préfecture de police de Paris (PP), et ce mouvement, "s'il est confirmé" , est "suivi de très près" , selon les sources. La note "insiste"notamment sur la "nécessité de préserver et renforcer au besoin le potentiel d'analyse et de couverture des territoires dans ce domaine" .

Concernant les quartiers sensibles , la note précise que le travail de veille doit être "prioritairement" orienté vers les zones de sécurité prioritaires (ZSP) lancées par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls. Les fonctionnaires de la SDIG sont également invités, avec leurs homologues du renseignement intérieur, à détecter des "groupes ou individus à risque" qui graviteraient dans les milieux islamiques en France.

Parmi les groupes ou milieux à suivre "avec constance" , la note évoque "les sectes apocalyptiques, les groupes survivalistes, tout comme les nouvelles thérapies" . Les mouvements de défense de l'environnement , qui peuvent être amenées à conduire des "actions fortes" sur les thèmes du nucléaire ou du gaz de schiste, doivent également "faire l'objet d'une veille permanente" , explique cette note.

________________


J'avais relevé dans un post précédent la déclaration de guerre de classe faite par Valls aux ouvriers en lutte.
Je dois dire que j'avais négligé d'autres aspects tout aussi importants sur lesquels J. Lacaze met ici l'accent :
cette répression ne vise pas seulement la classe ouvrière en grève pour défendre son emploi, mais notamment les jeunes des quartiers pauvres et les paysans modestes, ceux qui luttent sincèrement contre le désastre écologique ou qui se battent pour une médecine différente contre l'accaparement du droit à la santé au profit des monopoles pharmaceutiques.
Xuan



Edité le 11-02-2013 à 20:52:20 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 14-02-2013 à 17:06:12   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un an après, J. Lacaze revient sur sa lettre de démission du conseil municipale de Liévin

COMMENT J'ANALYSE LA SITUATION
LETTRE DU 20 FEVRIER 2012 A Mr J.P. KUCHEIDA


J'ai démissionné du Conseil Municipal de Liévin le 1er mars 2012, il y a donc un an. Je n'ai ni un mot ni une virgule à changer à la lettre que j'ai envoyé à Monsieur Jean-Pierre Kucheida, l'ancien maire de Liévin, pour en expliquer le motif.
Je propose de la relire, en cliquant sur:
link


Et n'oublions pas: en 2012: 66 800 emplois salariés ont été supprimés, mais les entreprises du CAC 40 ont enregistré des bénéfices records.

Déjà le gouvernement Hollande prépare une nouvelle réforme des retraites, accepte des baisses généralisées des salaires dans la fonction publique et le privé, considère comme historique un accord signé entre le patronat et des confédérations syndicales qui se sont toujours comportées comme des alliés serviles du MEDEF.... Et ce n'est que le début!

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 17-02-2013 à 19:16:55   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Cet article de La Cause du Peuple dénonce particulièrement l'offensive anti ouvrière des médias.
Il va de soi qu'il n'y a pas de différence fondamentale entre eux et l'appareil d'Etat puisque les uns et les autres sont - à travers mille liens financiers, idéologiques, familiaux ou personnels - les instruments d'oppression de la classe bourgeoise, la matérialisation de sa dictature.

La bande audio de France Inter ici.
A écouter en boucle, le cri du coeur de Pascale Clark :
« Pire que Sarkozy ?! Un gouvernement de gauche ? C’est pire qu’un gouvernement de droite ?! »

Et la réponse du tac au tac de Mickaël Wamen, remonté comme une pendule :
« Quand on est allés au mondial de l’automobile l’année dernière on a été accueillis par les forces de l’ordre. Et les quatre ans auparavant on y est allés sous Sarkozy il n’y avait pas de forces de l’ordre
Il faut appeler un chien un chien et le gouvernement se trouve de combat
ça sert à rien d’essayer de criminaliser l’action des syndicats par contre à côté de ça j’entends jamais qu’on condamne les patrons des multinationales comme Continental à Clairvoix qui a fermé l’entreprise alors qu’ils avaient fait des promesses aux salariés.
Le patron de Continental se dore la pilule dans des paradis et pendant ce temps-là il y a des salariés qui sont dans des situations catastrophiques financièrement et humainement…La violence elle n’est pas du côté de ceux qui se battent pour garder leur emploi, elle est du côté de ceux qui comme l’Oréal vient d’annoncer une hausse de ses bénéfices scandaleuse et d’ici peu de temps vous verrez il va falloir serrer la ceinture et licencier. Le patron de Goodyear est passé d’une rémunération de 5 millions de dollars à 12 millions de dollars en deux ans, pour un groupe qui est soi-disant en difficulté… »





VENDREDI 15 FÉVRIER 2013

Offensive médiatique contre les ouvriers en lutte et nouvelles photos du rassemblement Goodyear à Rueil


Tous les médias ont encensé les accords rétrogrades de Wagram sur la flexibilité qui fragilisent le statut de salarié et qui entérinent la régression sociale. Au service du patronat, les merdias crachent leur fiel sur tous-tes celles qui relèvent la tête, tendent leur poing et s’organisent.

Lu sur le site d’Acrimed
L’interrogatoire d’un syndicaliste de Goodyear par Pascale Clark (France Inter)
par Frédéric Lemaire, Henri Maler, le 14 février 2013







Mardi 12 février. Il est 7h51 sur France Inter. Pascale Clark interroge le syndicaliste Mickaël Wamen de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord, à l’occasion de l’action engagée ce matin-là par les salariés de plusieurs entreprises en lutte devant le siège de Goodyear à Rambouillet.

Rapidement, l’interview tourne au réquisitoire contre le délégué syndical CGT. Présumé « belliqueux » , en raison de terrifiants « actes de vandalisme » et présenté comme responsable du blocage des négociations, le syndicaliste est sommé de s’expliquer devant un tribunal médiatique imaginaire…

L’interview semble de premier abord cordiale : « Où êtes-vous exactement ? Il paraît que vous êtes bloqués par les forces de l’ordre ? » , interroge la journaliste. Mais lorsque Wamen évoque un dispositif policier disproportionné, Pascale Clark l’interpelle sur les bonnes dispositions des manifestants et sur le caractère pacifique de ses intentions : « Mickaël Wamen, il paraît que les forces de l’ordre craignent des débordements, votre état d’esprit est belliqueux ? »

Le délégué syndical a beau se défendre d’un tel « état d’esprit » , la procureure Clark ne lâche pas le morceau. Et lorsque Wamen en vient à critiquer le traitement médiatique de la contestation syndicale ( « ça commence à bien faire sans cesse de nous pointer du doigt en disant, que ce soit sur votre antenne ou sur d’autres médias, vous êtes belliqueux, vous voulez en découdre » ) elle finit par l’interrompre et s’exclame : « Ouais, mais Strasbourg la semaine dernière, Mickaël Wamen, Strasbourg la semaine dernière, on a vu des actes de vandalisme »

L’interview prend ainsi le tour d’un rappel à l’ordre public. Un ordre public que certains journalistes - suivant en cela l’exemple désormais inoubliable de David Pujadas face à Xavier Mathieu - prétendent contribuer à maintenir… Les salariés en lutte sont-ils des vandales belliqueux ? Clark semble suivre la trace de son confrère quand il lançait à Xavier Mathieu : « On comprend bien sûr votre désarroi, mais est-ce que ça ne va pas trop loin ? Est-ce que vous regrettez ces violences ? »

Mais à l’instar de Xavier Mathieu, Mickaël Wamen ne se laisse pas faire. Il rappelle que c’est un salarié qui a perdu un œil dans les échauffourées avec les forces de l’ordre, et finit par fustiger un gouvernement dont la politique, parce qu’elle est marquée par un déploiement policier répressif, est « pire que Sarkozy » . Il s’attire alors une réplique immédiate destinée à souligner l’extrémisme attribué au syndicaliste : « Pire que Sarkozy ? Un gouvernement de gauche ? C’est pire qu’un gouvernement de droite ? »

Wamen a beau expliquer qu’il dénonce entre autres la criminalisation des actions syndicales et l’impunité des chefs d’entreprises, Pascale Clark l’invite, sous une forme faussement interrogative, à la modération : « François Hollande qui a confirmé hier une prochaine loi sur la reprise des sites rentables, la loi dite Florange, apparemment ça ne vous calme pas ? » Nul doute que Pascale Clark s’adressant à Laurence Parisot ne manquerait pas de lui dire : « François Hollande a annoncé la transposition dans la loi d’un certain nombre de revendications du MEDEF, apparemment ça ne vous calme pas ? »

Et comme Wamen ne « se calme pas » et soutient vigoureusement que, à ses yeux, la politique du gouvernement est incohérente, Pascale Clark après un long soupir conclut l’intervention du syndicaliste par ce fin commentaire : « Vous les aimez pas beaucoup finalement. » Le conflit, une question d’affect, « finalement » !

Mais le réquisitoire n’est pas terminé, et la procureure de France Inter lance à l’accusé : « Mickaël Wamen, vous avez choisi la ligne dure à la CGT, cinq ans que vous refusez la reprise par le groupe américain Titan pour la partie pneus agricoles. » Et d’ajouter sur un ton désapprobateur : « 500 emplois seraient sauvés, vous dites toujours les 1173 salariés ou rien ? »

Le délégué syndical précise-t-il que l’opposition sur les conditions d’une éventuelle reprise dure, non pas depuis cinq ans, mais depuis trois ans ? La procureure, agacée mais magnanime, lui concède : « Bon, trois ans, je vous les accorde... » . Mickaël Wamen indique que ce n’est pas la CGT mais la justice qui bloque la reprise de Titan. Mais sur cet aspect de son réquisitoire, Pascale Clark ne reviendra pas…

Elle se contente de poser une ultime question : « Dernière chose, Mickaël Wamen, que se passera-t-il en marge du comité d’entreprise exceptionnel de Goodyear, est-ce que vous comptez, vous les manifestants, entrer dans Paris ? » De quoi parle-t-elle ? D’une marche de Rambouillet à Notre-Dame ? Se souvient-elle de la chanson interprétée par Serge Reggiani « Les loups sont entrés dans Paris » ? Imagine-t-elle qu’une foule de vandales belliqueux va fondre sur la capitale (et peut-être sur les locaux de France Inter) pour pendre les aristocrates à la lanterne ?

Wamen doit, une fois de plus, se défendre contre l’accusation de vouloir tout casser : « Ecoutez pour l’instant on n’est pas pour entrer dans Paris ou quoi, on est devant le siège social de Goodyear, avec 700 salariés, qui sont motivés à garder leur emploi, certainement pas rentrer dans le jeu de la direction et des autres qui disent aujourd’hui qu’on est des casseurs. » Des « autres » ? Suivez son regard…

La fin de l’interview est à la hauteur de son déroulement. Alors que Wamen souligne la fierté des salariés mobilisés, Clark le coupe une fois, puis lui lance un long « Merciiii » pour congédier l’ouvrier (qui aura tout juste le temps de terminer sa phrase), avant de conclure en beauté :
- « Le délégué CGT de Goodyear Amiens Nord Mickaël Wamen,très en forme, merci et bonne journée, Patrick Cohen. »

Et Patrick Cohen « très en forme » d’apporter son soutien à la journaliste malmenée :
- « Merci Pascale Clark et à tout à l’heure 9h10 par qui allez-vous vous faire engueuler à 9h10 ? »

Assis au chaud derrière son micro, le présentateur de France Inter disqualifie comme une engueulade les réponses sans complaisance d’un syndicaliste en lutte qui répond depuis un site entouré par un important dispositif policier.

Frédéric Lemaire et Henri Maler

Source : acrimed

Voir les photos mises en ligne sur le site de la Cause du Peuple

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 26-03-2013 à 22:10:17   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Jean-Pierre Raffarin : «La France risque d'avoir un printemps agité»

Dans une interview aux Echos où il commente le nouveau pic de chômage et l'actualité récente, Raffarin avertit ses amis : "Personne aujourd'hui n'a intérêt à l'échec du président de la République. Même l'opposition ne peut se réjouir de l'affaissement de notre pays."


[extrait]
Dans ce contexte, que pensez-vous du climat social ?

Le climat social se tend et la colère gronde. D'abord parce que les menaces sur l'emploi industriel sont vécues douloureusement dans l'ensemble des départements français. Ensuite l'exécutif ne donne pas le sentiment d'avoir suffisamment conscience de l'ampleur de la crise. Les sujets comme le mariage pour tous,le droit de vote des étrangers le cumul des mandats, la réforme des conseils généraux,... apparaissent comme relevant d'une stratégie de « distraction de l'essentiel ». Si la grogne sociale rejoint la colère sociétale, nous risquons d'avoir un printemps agité.

Mais comment expliquez-vous que pour l'instant, les syndicats mobilisent peu, il n'y a pas d'explosion sociale. La résignation ?

La vision de Français résignés est une vision qui ressemble à celle que certains avaient du pays en janvier 1968. La colère aujourd'hui est sourde. Elle est très personnelle et elle ne se déclenchera que sur des événements exceptionnels;mais dans tous les départements français il existe un dossier du type de « Vilvoorde, Lu ou Moulinex » qui peut enflammer la situation. Le gouvernement aurait intérêt à crédibiliser son action face à la crise, une explosion sociale n'étant l'intérêt de personne.

L'article comprend plusieurs extraits vidéos.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 14-04-2013 à 00:19:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Après l'intervention des PSA interrompant le Conseil national du PS samedi, l'ami du peuple en marinière Montebourg "met en garde contre toute radicalisation".

Faisant mine d'ignorer les licenciements, Montebourg déclare :
Nous ne souhaitons ni la radicalisation des ouvriers d'Aulnay ni celle de la direction du site. Cela ne profitera à personne, ni aux 80.000 salariés de PSA, qui ont besoin que leur entreprise retrouve des couleurs"

"Je tiens à leur redire qu'il y a déjà un conciliateur nommé par Michel Sapin. Et demander un médiateur pour remettre en cause un accord déjà signé -et, je le rappelle, très largement majoritaire- n'est pas acceptable"


Aux cris d’ « Aucune usine ne doit fermer » ou « Interdiction des licenciements » , une cinquantaine de salariés de PSA Aulnay ont manifesté. Photo Fred Dufour / AFP [sur le Progrès.fr]



--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 27-04-2013 à 23:04:50   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur le site de la CGT, cet article dénonce le rejet de la loi d'amnistie par le gouvernement.



Criminalisation de l’action syndicale
Rejet de la loi d’amnistie : ils ont osé !


mercredi 24 avril 2013

Certains droits sont essentiels à la Démocratie : défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale, le droit de grève, participer à la détermination collective des conditions de travail… (alinéas 6, 7 et 8 du préambule de 1946).

C’est donc légitimement que nombre de salariés manifestent au travers de mouvements sociaux pour défendre les conditions de travail, préserver l’emploi et les services publics ainsi qu’un système de protection sociale efficace et solidaire.

Pendant la période gouvernementale précédente, la violence des relations sociales s’est accentuée, les plans de licenciements se sont multipliés entrainant pour les salariés de véritables traumatismes auxquels ils n’ont pas toujours pu faire face. Dans ces situations, les syndicalistes se retrouvent en première ligne de la défense de l’ensemble des salariés qui les mandatent.

La loi d’amnistie proposée par les élus du groupe démocrates et républicains s’inspire de la dernière loi d’amnistie de 2002 proposée par Jacques Chirac et votée par la droite. Cette loi n’avait provoqué aucun encouragement à des actes de violence, au contraire elle avait contribué à apaiser le climat social.

En comparaison, la proposition de loi de 2013 a été considérablement « allégée » par l’Assemblée nationale et le Sénat. Malgré cela droite et patronat n’ont eu de cesse de tenir des propos extrêmement virulents, alarmistes en accusant cette loi d’être une incitation à la violence.

Le patronat cherche continuellement à museler le monde du travail, notamment en criminalisant l’action syndicale, mais aussi en tentant d’éviter pour lui-même toutes possibilités de sanctions comme en témoigne le récent texte sur « la sécurisation de l’emploi ».

On s’attendait à ce qu’un gouvernement à majorité socialiste soutienne cette loi d’amnistie a minima. Il n’en n’est rien ! La Commission des lois, sur demande du gouvernement, vient de rejeter ce matin la proposition de loi.

Le gouvernement et l’Assemblée nationale, en acceptant la criminalisation des salariés et syndicalistes, envoient un message désastreux au monde du travail. Plutôt que de s’en prendre à eux, ils feraient mieux de contribuer par une politique volontariste à empêcher les licenciements et la violence qui les accompagnent.

Montreuil, le 24 avril 2013

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 28-04-2013 à 00:03:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il est intéressant d'y comparer la déclaration de Pierre Laurent dans l'Humanité et sur le site du P"C"F, ci-dessous.

Les dirigeants révisionnistes, certains sénateurs socialos ou écolos s'imaginent créer une bronca socialiste, ce qui est parfaitement irréaliste.
A cette fin, et pour pistonner leur 6e République, ils appellent à la mobilisation des masses, à signer des pétitions dans les défilés.

On lit aussi cette phrase ahurissante : "La décision du gouvernement de ne pas voter la proposition de loi d'amnistie sociale est incompréhensible" . Cette décision est incompréhensible pour qui ne veut pas ou feint de ne pas comprendre que le PS est un parti de la bourgeoisie monopoliste.

La position des dirigeants révisionnistes est très compliquée : d'une part ils veulent rester dans la majorité et appuyer la candidature du premier ministre Mélenchon, et d'autre part la base de leur parti ainsi que la celle de la CGT considèrent que les socialos font partie de la droite et sont des ennemis.
Evidemment ces politiciens manœuvriers sont assis le cul entre deux chaises, et les mesures anti sociales de la droite PS, tout comme la colère populaire ne leur sont que des prétexte pour accéder à un strapontin.

La classe ouvrière n'a rien à gagner à soutenir la manifestation du 5 mai qui appelle à une 5e République bourgeoise.
Le 1er mai il faut combattre l'ANI et réclamer l'amnistie des syndicalistes, creuser la fracture sociale entre les masses et la bourgeoisie socialo.

______________________


Amnistie sociale : Respecter le vote du Sénat !


La décision du gouvernement de ne pas voter la proposition de loi d'amnistie sociale est incompréhensible. Elle s'apparente à un désaveu cinglant du Sénat et de sa majorité de gauche. Elle est une volte face par rapport aux positions exprimées par Madame Taubira, Ministre de la Justice lors des débats sur le texte au Sénat. Surtout, cette proposition de loi constitue un acte de justice à l'égard de l'ensemble des salariés et des syndicalistes qui luttent pour le maintien de leur emploi à l'heure où le chômage atteint un record dramatiquement historique.
Le rejet de ce texte, quelques jours seulement après l'adoption de l'ANI qui instaure une amnistie patronale en limitant les délais de recours contre les licenciements abusifs est un nouveau coup dur contre le monde du travail.

Comble du calendrier, la discussion dans l’hémicycle de l'Assemblée des propositions de loi du Front de gauche sur l'amnistie sociale et sur les licenciements boursiers interviendra le 16 mai, quelques jours après le vote définitif de l'ANI.

Dès aujourd’hui, j'appelle à ne pas laisser faire ce mauvais coup. La parole doit revenir aux députés de gauche qui peuvent, comme leurs collègues du Sénat, voter cette loi le 16 mai. J'appelle à la levée d'un mouvement pétitionnaire de soutien à la proposition de loi des parlementaires du Front de gauche.
Cette mobilisation doit venir renforcer les cortèges, qui le 1er mai, défileront dans tout le pays pour défendre les droits des travailleurs.
Le 5 mai, la marche citoyenne à l'appel du Front de gauche doit être un moment fort de la mobilisation pour l'amnistie sociale.
Cette dernière doit enfin se prolonger jusqu'au 16 mai, jour du vote des propositions de loi du Front de gauche, où j'appelle au rassemblement.

Indéniablement, seule la mobilisation citoyenne et populaire peut contraindre le gouvernement à faire machine arrière et à respecter le vote du Sénat .

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 19-06-2013 à 13:44:13   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ci-dessous un article du blog oùvalacgt sur le nouvelle réforme des retraites.
On peut y ajouter qu'à la différence de la première, et à part la passivité calculée de la confédération CGT, elle a le vent de l'opposition en poupe et l'aval déclaré de la CFDT et de la CGC.
Quant au Medef son futur président annonce la couleur : "Le Medef devra accompagner encore plus l'inflexion vers la social-démocratie menée par le gouvernement français." [Pierre Gattaz].

__________________




Mercredi 19 juin 2013 - oùvalacgt

La "Conférence sociale" dans la foulée de l'ANI


Depuis des semaines, la confédération ne parle plus que de cela. Demain, pour le début de la "Conférence", elle organise avec la CFDT et l'UNSA (!!) un rassemblement avec la présence de Thierry Lepaon et de la secrétaire de la CES, rien que ça... Rien que l'idée de se retrouver à côté de la CFDT après l'ANI et les annonces tonitruantes de Berger sur les retraites...
Comme si cette négociation de ministères pouvait produire autre chose qu'une nouvelle régression, que de nouvelles attaques contre les travailleurs. D'ailleurs, la couleur est annoncée : nouvelle réforme sur les retraites, dans la foulée de celles de Balladur et Fillon.
La crise s'approfondit, les nuages s'assombrissent, mais ce ne sont que les prolétaires, au travail, au chômage ou à la retraite qui trinquent - comme d'hab, dans cette société d'exploités, le capitalisme, c'est ça.

Nous publions ci-dessous un tract de la CGT Renault Cléon qui sera diffusé demain qui fait le point, pour l'ouverture de la Conférence, mais cette fois sans ambiguité par rapport au gouvernement, à la différence de la Confédération qui passe désormais son temps dans les fauteuils des ministères et dans des mobilisations symboliques qui n'ont comme objectif que le rêve dérisoire de peser sur ces discussions... On a vu ce que ça a donné en 2010 ("A propos de retraites", tous les articles de ce blog sur le sujet), alors que la mobilisation était, là, véritable pour le coup, mais sans perspective autre que d'imaginer impressionner Sarkozy !
Ce tract pose correctement le problème face au gouvernement.

Reste la question fondamentale : pour pouvoir réellement mobiliser, il faut être clair sur ce qu'est le gouvernement Sapin/Hollande, un gouvernement bourgeois en temps de crise, comme l'était le gouvernement Fillon/Sarkozy, mais cette fois avec les fleurs et la pommade pour faire avaler les couleuvres !
Et cette compréhension, c'est pas gagné dans nos rangs... et c'est le travail que nous devons faire, dans le cadre de cette indispensable mobilisation !




Edité le 19-06-2013 à 13:50:26 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 20-06-2013 à 14:19:24   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Voilà la riposte d'envergure nationale attendue :



Thierry Lepaon secrétaire Général de la CGT
s’adressera aux syndiqués de la CGT en direct de la Conférence sociale
sur notre site, le 20 juin à 16h30


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Eric
Jeune Communiste
160 messages postés
   Posté le 20-06-2013 à 16:24:56   Voir le profil de Eric (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Eric   

A coup sur çà va faire trembler de peur la patronat et la bourgeoisie .
Sarkosy en rêvait , Hollande va le faire .


Edité le 20-06-2013 à 16:25:56 par Eric




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 21-06-2013 à 00:09:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Paon suit les traces de son prédécesseur.
Pour ceux qui n'ont pas regardé la vidéo la riposte d'envergure nationale s'annonce implacable :
Quatre grands meeting nationaux ... en septembre.
Et en attendant il construit l'unité avec les syndicats jaunes.
Tremblez patrons ! Comme tu dis.
Si on s'en souvient bien Thibaut avait douché le mouvement de masse de 2010 en déclarant qu'il ne voulait pas "bloquer le pays" .
Après quoi les dirigeants CGT avaient calmé les esprits butés en appelant l'échec une grande victoire car l'objectif de Sarkozy était de détruire la retraite par répartition . Tous les syndiqués se rappellent ces justifications foireuses.

Voilà pour le volet syndical. Pendant ce temps le Front de Gauche attendait que les carottes soient cuites en mijotant son plan B : avec Mélenchon alias Hollande, la réforme des retraites serait enterrée.

Alors que c'est l'opposition à cette réforme qui est enterrée, Pierre Laurent dénonce dans la Conférence sociale... "une erreur stratégique de calendrier et de méthode" .
Le Medef peut se tordre de rire.

Une belle tête d'erreur stratégique



Edité le 21-06-2013 à 00:23:39 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 11-09-2013 à 13:22:16   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Mercredi 11 septembre 2013

Il y a les retraites, il y a aussi les accords ANI...



oùvalacgt

Hier, nous étions dans la rue contre la nouvelle réforme des retraites Hollande/Sapin ("Après 2010, 2013 : Hollande dans la foulée de Sarkozy sur les retraites"). Mobilisation réelle des équipes syndicales, mobilisation en demi-teinte des larges secteurs de travailleurs, beaucoup de colère mais pour l'instant stérilisée par le fatalisme de la gauche au gouvernement qui fait comme la droite...
Nous verrons ce qu'il en deviendra pour la suite.

Mais pour ce qui est des attaques AUJOURD'HUI, le tintamarre autour des retraites et les bruits de bottes au niveau international laissent sous silence les plans compétitivité-emploi qui se mettent en place suite à l'ANI du 11 janvier ("Emploi : un accord dans la droite (!) ligne des précédents"), retranscrit sous forme de loi le 14 juin dernier - pile poil le même jour que la publication du rapport Moreau sur les retraites, il y a des coïncidences qui n'en sont pas...

Depuis, dans tous les grands groupes, c'est la marche forcée : STX Saint-Nazaire, où la CGT se bat en ce moment contre un accord de compétitivité, la Française de Mécanique à Douvrin dès le 21 juin (voir la présentation), Ascométal, Behr France où la CGT a fini par signer l'accord alors que CFDT et CFTC s'y opposaient, la SBFM à Caudan (groupe Renault) où la CGT hostile à l'accord a fini par le signer sous la pression de la maîtrise et des cadres, le groupe ELBA où la direction profite des mesures de l'ANI pour accélérer les licenciements (voir aussi l'article de Mediapart à ce propos), Michelin, où un accord cadre de groupe a été signé par CFDT et CGC, le groupe Renault où un accord est en cours de négociation etc. comme le dit la FTM , "les chantages continuent" (au Conseil Fédéral début juillet)... mais "les salariés ne se laissent pas faire"...
Encore qu'on voit bien que ce n'est pas facile et que pour tenir face à la pression et au discours capitaliste, il faut être clair dans sa tête sur "la défense des intérêts ouvriers, et rien d'autre", en rompant nettement avec la défense de l'industrie, de l'entreprise ou de la nation...

C'est à PSA que se cristallisent toutes les tensions en ce début septembre. A peine la fermeture d'Aulnay enregistrée, la direction se lançait dans la "négociation" d'un nouveau plan de restructurations dans le cadre de la nouvelle loi du 14 juin. Après des discussions au niveau du groupe, les déclinaisons locales arrivent et cela devient concret, une attaque frontale.
On trouvera ci-dessus un tract de la CGT de Sochaux qui montre l'ampleur de la régression.
A Mulhouse, usine voisine, des débrayages ont eu lieu cette nuit à la Forge, et ce matin sur les chaînes de production quasi bloquées, aux cris de "Non à la baisse des salaires, non à la flexibilité", les plus gros débrayages depuis 1989...
Soyons vigilants : la loi n'a été validée et publiée que mi-juin, c'est à partir de maintenant qu'elle va se mettre en place !




Edité le 11-09-2013 à 13:39:26 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 11-09-2013 à 13:42:48   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A noter un débrayage ce matin chez PSA.

Les Echos 'Entreprises & Marchés' des 6 et 7 septembre titraient :

PSA veut imposer une très sévère cure d'austérité à ses salariés


Par Les Echos | 06/09

La direction propose un gel des salaires et l'abandon de nombreux avantages sociaux.


Des salariés de PSA travaillent sur une ligne de montage à l\'usine Peugeot-Citroën d\'Aulnay-sous-Bois.Les concessions qui leur sont demandées par la direction sont particulièrement lourdes. - Photo Lionel Bonaventure/AFP

Les négociations chez PSA sur la compétitivité des usines françaises sont maintenant entrées dans le vif du sujet. Après une série de réunions avant l'été, la direction a maintenant abattu ses cartes concernant les sujets sensibles de la modération salariale et de la flexibilité. Et les concessions demandées sont lourdes. Le groupe veut imposer un gel des augmentations générales en 2014, voire même en 2015 et 2016, en fonction des résultats du plan de redressement. Autre mesure qui pourrait toucher au pouvoir d'achat des salariés : il est question d'annualiser le temps de travail. Plus précisément, le temps de travail serait calculé sur une année entière, pour mieux encaisser les aléas de l'activité. Jusqu'à présent, Peugeot contribuait au salaire des employés dans les périodes de chômage technique et payait ensuite des heures supplémentaires en cas de reprise de la production. Ce dispositif pourrait être simplifié pour faire des économies.

Contreparties à négocier ?

Enfin, le groupe veut remettre en cause une série d'avantages pour se caler sur la convention collective de la métallurgie. Par exemple, la prime d'ancienneté au-delà de 15 ans de présence disparaîtrait, celle de rentrée scolaire de 187 euros serait supprimée. La majoration pour les horaires de nuit passerait de 18 % à 15 %, tandis que les heures supplémentaires seraient rémunérées 25 % de plus et non 45 %, comme c'est le cas actuellement. En revanche, le salaire de base serait maintenu, tout comme le treizième mois et l'essentiel des primes d'horaires. Il s'agit pour l'instant des propositions de la direction, qui vont maintenant être négociées dans le cadre de réunions hebdomadaires jusqu'à fin octobre. Les syndicats s'interrogent sur les contreparties que la direction pourrait accepter. Au cours de la réunion d'hier, celle-ci n'a pas pris d'engagement sur le maintien des usines en France.
La direction a rappelé hier soir que « ce travail sur la compétitivité avait déjà été effectué » en Espagne et sur les sites de Sevelnord et de la Française de Mécanique. Elle laisse entendre que ces mesures sont « nécessaires pour assurer l'avenir » de toutes les usines françaises. En difficulté financière, le premier constructeur automobile français veut porter à 100 % le taux d'utilisation moyen de ses usines sur le continent d'ici à 2016, dans le cadre d'un pacte de compétitivité inspiré de l'accord signé en mars chez Renault.

M. At et In. F.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 11-09-2013 à 18:57:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

MERCREDI 11 SEPTEMBRE 2013

Grève à PSA Mulhouse
Contre l'accord de compétitivité à PSA Mulhouse, 500 grévistes ce matin ! Les lignes de montage sont à l'arrêt et les grévistes ont défilé au montage.
La Cause du Peuple

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 12-09-2013 à 16:39:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

JEUDI 12 SEPTEMBRE 2013


La Cause du Peuple

Poursuite du mouvement à PSA sur plusieurs sites
Plusieurs nouvelles du côté de la mobilisation à PSA contre l'accord de compétitivité :

A Mulhouse cette nuit, débrayage à l'emboutissage : 50 ouvriers sur 60 pendant 1 heure malgré les pressions et le baratin de la direction. Les presses sont à l'arrêt.

Hier à Poissy, débrayage de 17 caristes au montage pendant 2 heures.

A Valenciennes et Borny, les prises de parole dans les briefings et aires d'UEP rencontrent du succès.

A Vesoul, un débrayage en atelier peinture a commencé. La grève s'est étendue : plus de 300 ouvriers. Vesoul est à l'arrêt !

Cette première mobilisation anti accord compétitivité préparée en express est positive : 1210 grévistes répartis sur les sites de Mulhouse, Sochaux, Poissy, Valenciennes, Vesoul, Saint Ouen, Rennes, Caen, Aulnay, Tremery, Charleville, FM (Française de Mécanique), Sept Fons.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 13-09-2013 à 12:47:29   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ce matin mercredi 11/09, de 5 H 30 à 7 H 00, gros débrayage de 500 salariés à Peugeot-Mulhouse, les deux chaînes de production quasi bloquées, aux cris de "non à la baisse des salaires", "Non à la flexibilité" (par différentes mesures, les salaires son baissés d'environ 1 200 euros annuellement, les salariés peuvent être mutés à Sochaux ou Vesoul ); le plus gros débrayage depuis 1989. Débrayage la nuit passée également dans l'atelier de Forge. Nouveau débrayage cet après-midi .

Au total, 850 salariés ont débrayé aujourd'hui mercredi 11 septembre à Peugeot Mulhouse aux cris de "non au travail du samedi", "non aux baisses de salaires", "non à la flexibilité"... dans une chaude ambiance. La direction a annoncé aussitôt quelques petits reculs. Mais les discussions compétitivité reprennent demain...

A Peugeot Sochaux, le même jour, dans le cadre du lancement de la nouvelle 308, le directeur de Sochaux a réuni aujourd'hui dans des espèces d'immenses meetings, 7 000 ouvriers en deux fois. Il s'est fait hué, conspué, et a dû partir en n'ayant pas pu finir de parler. Hier à la manifestation pour les retraites, de jeunes salariés de Sochaux criaient "Hollande à la chaîne".


--
La Cause du Peuple

http://lacausedupeuple.blogspot.fr/2013/09/plus-de-news-sur-la-mobilisation-psa.html
lacausedupeuple@gmail.com


Edité le 13-09-2013 à 12:47:47 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 14-09-2013 à 09:46:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Cause du Peuple

VENDREDI 13 SEPTEMBRE 2013

La mobilisation à PSA s'étend




A Sochaux, en ce moment, un débrayage a lieu au secteur Montage, depuis 9h30 à l'appel de la CGT, sur le même ras le bol salaire/compétitivité qu'à Mulhouse mercredi (800 à 900 grévistes) et à Vesoul hier (environ 300 gréviste) et les autres usines du groupe notamment Valenciennes et Borny.

Environ 200 grévistes sont donc en train de défiler, dans une ambiance combative, le cortège ayant tendance à grossir ...

Une grève s'organise pour le 18 septembre, date à laquelle la direction propose aussi des négociations qu'elle avait prévu pour le 25, mais qu'elle a avancé face au mouvement de grève.

Voir le tract de la CGT sur la grève à Mulhouse : http://www.aht.li/2144240/Succes_debrayage_11-09-2013.doc

Ci-dessous, quelques réactions d'ouvriers sur la grève à Vesoul :

"Rien n’entre, rien ne sort ! Il y en a marre de trimer dur et de voir que l’argent, il n‘est que pour les actionnaires…"

" Ce sont bien les salariés qui ont décidé d’arrêter le travail" (Martial Mérat, délégué central cégétiste) "Nous, nous soutenons et encadrons l’action pour dire clairement : ça suffit ! La direction qui veut nous imposer son nouveau contrat social doit prendre en compte le ras-le-bol de nombreux salariés devant les attaques sur leur pouvoir d’achat."

"Ajoutez le gel des salaires jusqu’en 2016, la perte de certaines primes et le tableau est complet !" "Avant, en travaillant quelques samedis, on pouvait s’acheter une télé ! Maintenant..."

"Demain, un salarié pourra être muté entre Vesoul, Sochaux et Mulhouse par une simple lettre recommandée. S’il ne répond pas dans le mois, il subira un licenciement économique individuel sans indemnité. Vous croyez que l’on va accepter ça sans broncher ?"

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 14-10-2013 à 09:36:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les socialos et l'UMP ne se distinguent ni par les mesures anti populaires, ni par les guerres d'agression colonialistes ni par la xénophobie qu'ils pratiquent l'un et l'autre. A ce compte-là le "Front Républicain" n'est rien d'autre que le front des monopoles et n'importe quel démagogue peut rassembler des mécontents.
Le seul Front Uni qui peut s'envisager est celui du peuple autour de la classe ouvrière contre les monopoles capitalistes.


Reuter écrit :

Pierre Moscovici s'efforce d'amadouer le patronat

lundi 14 octobre 2013

PARIS (Reuters) - Le ministre français de l'Economie promet une "fiscalité des entreprises plus intelligente" et s'efforce, dans une interview au Journal du Dimanche (JDD), d'amadouer le patronat, qui n'a de cesse d'exprimer ces derniers temps son "ras-le-bol" .
Pierre Moscovici assure que l'objectif prioritaire du gouvernement est l'emploi, donc le développement des entreprises, ce qui suppose une fiscalité "adaptée" .
"La clé d'une reprise solide, c'est avant tout l'investissement" , dit-il. "Nous voulons déclencher ce mouvement. Je le revendique. C'est par l'entreprise que la croissance redémarrera."
Quelque 3.000 chefs d'entreprises réunis mardi dernier à Lyon par le Medef et la CGPME ont brandi un carton jaune exprimant leur exaspération vis-à-vis d'une politique qui entrave selon eux l'investissement.
"On gère ce pays en créant de nouvelles taxes et de nouvelles pages au code du travail. C'est le problème numéro un à régler dans les mois qui viennent" , a résumé le président du Medef, Pierre Gattaz, en appelant les chefs d'entreprise à une "immense mobilisation" .


Edité le 14-10-2013 à 09:36:21 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 17-10-2013 à 15:10:01   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Figaro "s'inquiète" des revenus des français, on sait pourquoi.
Mais il reste que l'austérité se poursuit réellement sous le pouvoir socialo et que la baisse du pouvoir d'achat et le renchérissement des marchandises est sur toutes les lèvres.

La situation doit encore se dégrader avec la mise en place de l'écotaxe, alourdissant la facture sur toutes les marchandises grâce aux excellentes idées des "verts" et de Borloo, pour qui les taxes sont à l'évidence le plus démocratique des impôts.

La facture du chauffage a été particulièrement élevée cet hiver. Mais d'autres dépenses viennent s'y greffer, par exemple la loi "écologique" de 2009 impose que les chaudières et les conduits de cheminée soient vérifiées par des professionnels, lesquels ne se privent pas de saler la facture, etc.

______________________


Il manque 540 euros aux Français pour boucler leurs fins de mois



La hausse des prix et des charges conjuguée à un gel des salaires en 2013 explique ce résultat, selon le baromètre Sofinscope.

540 euros, c'est le montant moyen qui manquerait chaque mois aux Français pour vivre correctement. Il s'agit d'un des principaux enseignements de la dernière édition du baromètre Sofinscope établi par Sofinco, la marque de Crédit Agricole Consumer Finance.

Ce chiffre est en hausse de 3% par rapport à l'an passé. Les familles nombreuses souhaiteraient disposer d'un peu plus et avancent la somme de 706 euros, et celles dont les revenus sont inférieurs à 1000 euros, estiment manquer chaque mois de 618 euros.

Les «dépenses plaisir» sacrifiées

Il est vrai qu'au cours des derniers mois, les factures des ménages n'ont cessé de s'emballer, alors que les salaires ont au contraire fait du surplace, crise oblige... L'augmentation des prix est d'ailleurs la première raison avancée par 66% des personnes interrogées, pour expliquer qu'elles n'arrivent pas à joindre les deux bouts. Selon Sofinscope, «elle demeure une véritable préoccupation pour 75% des habitants de la Région parisienne et 63% des provinciaux». Le coût des charges arrive en seconde position et est cité par 64% des Français, soit 5 points de plus en un an. Les personnes âgées sont plus sensibles à ce critère que le reste de la population (73%). Quant au «gel des salaires», il est mis en avant par 28% des Français (+ 3 points).

Pour boucler leurs fins de mois, les Français déclarent sacrifier les «dépenses plaisir». Près de 60% estiment que leurs dépenses de loisirs ont diminué (+8 points en deux ans), 42% restreignent leurs budget nouvelles technologies et web (+4 pts en un an) et 35% leurs sorties (+ 4 points par rappport à 2012).
En revanche, ils sont nombreux à juger que certains postes de leur budget sont stables: 44% affirment que les dépenses de logement n'évoluent pas sur les derniers mois et ils sont 31% à penser la même chose des dépenses alimentaires.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13976 messages postés
   Posté le 30-11-2013 à 19:49:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les Français envisagent une explosion sociale


L'Express | 30.11.2013


Manifestation d'agriculteurs et d'horticulteurs à Toulon, le 29 novembre 2013.



Dans le contexte actuel "marqué par un chômage très élevé et une impopularité record du couple exécutif", 76% des Français jugent certaine ou probable une explosion sociale dans les prochains mois, révèle un sondage Ifop à paraître dans Dimanche Ouest-France.

Selon les sondeurs, "jamais cette anticipation n'avait été aussi importante puisque nous atteignions 64% en janvier 1998, 66% en avril 2009 et 70% en avril dernier" . Par rapport à avril dernier, le pourcentage de ceux qui pensent " que nous assisterons 'certainement' à une explosion sociale dans les prochains mois progresse de 8 points pour s'établir à 27% et ceci constitue un signe supplémentaire que la situation sociale est très tendue dans le pays" , précisent-ils.

Les 35-49 ans sont les plus sûrs de la survenue d'une "déflagration sociale" (ils sont 32% à en être certains et 48% à l'estimer probable, soit 80% au total). La tranche d'âge à y croire le moins sont les 18-24 ans qui sont quand même 70% à estimer cette explosion sociale certaine ou probable.

"On n'observe pas dans cette enquête de spécificités régionales, comme si c'était la majeure partie de la société qui s'attendait désormais à un mouvement social d'ampleur" , note l'institut.

Le risque d'explosion sociale est nettement plus ressenti aux extrêmes, avec 84% de réponses positives chez les sympathisants LO ou NPA et 89% parmi les proches du FN (dont 51% sont certains que ce scénario va se produire), mais aussi dans l'électorat de droite avec 85% de réponses positives à l'UMP et même 89% à l'UDI.

En revanche, seulement 56% des sympathisants socialistes jugent probable ou certaine une telle issue. Un chiffre en évolution de cinq points par rapport à avril dernier alors que dans le reste de la gauche il a beaucoup plus progressé avec +14 points au Front de Gauche (78% croient aujourd'hui à une explosion sociale dans les prochains mois) et +19 points chez Europe Ecologie/Les Verts (68% désormais à y croire).

Ce sondage a été réalisé du 22 au 27 novembre 2013 par questionnaire auto-administré en ligne sur un échantillon de 2.874 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.



Edité le 30-11-2013 à 19:54:34 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9069 messages postés
   Posté le 30-11-2013 à 21:17:02   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

le problème est que les adhérents des verts et du front de gauche vont à nouveau se faire berner par leurs partis sociaux-démocrates qui ne manqueront pas de réaliser"l union sacrée"autour de la guerre impérialiste en centrafrique voire des préparatifs bellicistes de l alliance atlantique en transnistrie,pour renverser les régimes ukrainien et belarusse et y placer des marionettes comme en europe centrale,dans les balkans et dans les pays baltes depuis l annexion de la rda par l autre allemagne-celle heritière du nazisme-.il ne faut pas que la lutte des classes en france débouche sur un recentrage du gouvernement plus à gauche,qui avaliserait le traité transatlantique et interviendrait quand meme contre les "états voyous" aux cotés des etats unis-soudan du nord,erythrée,somalie,iran,rpd de corée,cuba,...-et ferait de simples réformes sociétales comme la légalisation du chanvre indien,plus de droits pour les minorités sexuelles,plus de rigueur sur le racisme,la xénophobie et l antisémitisme.la lutte des classes doit aboutir sur l élimination de tous les réactionnaires,des catholiques traditionnalistes de philippe de villiers aux paganistes de pierre vial et de bruno megret en passant par les sionistes du betar france,la sortie de l otan et de l ue,la fin de tout lien avec israel,l alliance avec la russie,la turquie et la chine,la ligue arabe et les pays latinoaméricains,la nationalisation des secteurs clefs de l industrie,puis la mise en place de la dictature du prolétariat.
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédentePage suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises  Le gouvernement socialo contre la classe ouvrièreNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum