Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  enquêtes et analyses 

 sur le front de la santé

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 08-09-2017 à 09:00:34   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Des voix se lèvent pour promouvoir l'accouchement sans douleur



Par : LIANG Chen
French.china.org.cn Mis à jour le 07-09-2017


Le suicide d'une femme enceinte après sa demande refusée de césarienne a déclenché un vif débat public en Chine sur la promotion d’options pour accoucher sans douleur.

Ma Rongrong, âgée de 26 ans, était à une semaine du terme lorsqu’elle a sauté du cinquième étage d'un immeuble de l’hôpital no 1 de Yulin dans la province du Shaanxi, après s’être plainte de douleurs insupportables. Elle est décédée jeudi soir, selon un communiqué de l’hôpital.

L'hôpital et Yan Zhuangzhuang, le mari de la jeune femme, se rejettent désormais la faute quant au refus de la césarienne demandée par la patiente en salle de travail.

Avant leur arrivée à l’hôpital, Ma Rongrong et son mari avaient insisté pour un accouchement naturel, a déclaré l’établissement.

Le médecin de la jeune femme, Li Ruiqin, a été suspendu après l’incident et a annoncé sa coopération avec la police dans le cadre de l’enquête, a indiqué un responsable de l'hôpital cité par ThePaper.cn.

Quelques jours après l'incident, le débat faisait rage sur Sina Weibo. L’article d’origine a été lu 56 millions de fois.

Une internaute qui a accouché il y a un mois a écrit dans un commentaire qu'elle a également ressenti une douleur insupportable en salle de travail et que sa demande de péridurale a été rejetée par son médecin. Elle a dû se contenter d’une anesthésie locale minime.

Song Xingrong, directeur du département d'anesthésie du Centre médical des femmes et des enfants de Guangzhou, confirme qu'un accouchement naturel peut engendrer les pires douleurs qu'une femme connaîtra dans sa vie.

La plupart des naissances en Chine ont lieu par voie basse sans intervention pour calmer la douleur ou par césarienne sous anesthésie.

Les accouchements par voie basse sans douleur, grâce à une anesthésie péridurale ou locale au niveau du périnée, représentent moins de 5 % des naissances en Chine. Dans la province du Guangdong, ils représentent environ 10 % des accouchements, selon M. Song.

Le travail sans douleur grâce à la péridurale est sans danger pour la mère et l'enfant, a-t-il souligné.

« Un facteur majeur qui incite les hôpitaux à ne pas proposer de péridurale est que cet acte n'est pas couvert par l'assurance médicale de base en Chine » , a-t-il expliqué.

« Beaucoup de gens en Chine n'ont pas entendu parler d’accouchement par voie basse sans douleur, car cela est peu encouragé. Seulement 20 % des femmes enceintes qui viennent dans notre hôpital savent que cela est une possibilité » , a-t-il déclaré.

Aux Etats-Unis, 85 % des naissances par voie basse sont accompagnées de mesures antidouleur, selon M. Song. A Beijing, c'est le cas pour moins de 30 % des accouchements vaginaux.

Yue Hongli, anesthésiste à l'hôpital Tiantan de Beijing, précise cependant que toutes les femmes enceintes ne peuvent pas avoir recours à la péridurale, notamment en cas de troubles pulmonaires ou cardiaques graves, ou de contre-indications à l’accouchement naturel qui rendent la césarienne nécessaire.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 09-09-2017 à 20:12:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un hôpital reconnu responsable de négligence dans le suicide d'une femme enceinte


Xinhua-09.09.2017 10h28

D'après une enquête officielle menée dans la province chinoise du Shaanxi (nord-ouest), un hôpital local a fait preuve de négligence dans un incident ayant entraîné le suicide d'une femme enceinte.
L'équipe chargée de l'enquête, composée de responsables des départements de la santé et de la sécurité publique de la ville de Yulin, au Shaanxi, a qualifié cet incident de suicide, et non d'homicide. D'après l'enquête, l'hôpital a fait preuve de négligence dans les soins prodigués à cette patiente.
La patiente s'est rendue à l'hôpital le 30 août alors qu'elle était sur le point d'accoucher. L'hôpital lui a proposé une césarienne, car la "large circonférence de la tête foetale [représentait] un risque élevé en cas d'accouchement vaginal" .
Cependant, la famille de la patiente a insisté pour procéder à un accouchement vaginal et a signé les papiers en ce sens.
A partir de 17h50 le 31 août, la femme est sortie à deux reprises de la salle d'accouchement pour dire à sa famille que sa douleur était insupportable, mais elle a été à chaque fois reconduite à la salle d'accouchement.
A 20h00, des infirmières ont constaté que la femme avait sauté de la fenêtre d'une salle d'opération chirurgicale et ont appelé les secours. La mort de la femme a été confirmée à 21h25 des suites de graves blessures cérébrales, de fractures multiples et de choc hémorragique. Le bébé de la femme enceinte est également décédé.
D'après les enquêteurs, les procédures médicales de l'hôpital étaient irréprochables, mais le personnel n'a pas accordé les soins requis et n'était pas préparé à une situation d'urgence.
Cet incident a attisé les débats sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes se demandent pourquoi la femme n'a pas pu choisir elle-même la méthode d'accouchement.

(Rédacteurs :Wei SHAN, Guangqi CUI)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10826 messages postés
   Posté le 05-01-2018 à 23:39:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les vaccins c'est la santé… pour les laboratoires aussi !



Modifié le 12/10/2017 à 17:56 - Publié le 12/10/2017 à 17:56 - 0
ouest-france


En rendant obligatoires huit vaccins de plus pour la petite enfance, le ministère de la santé sert les intérêts des laboratoires pharmaceutiques.- MaxPPP
Stéphane GALLOIS.

En rendant obligatoires huit vaccins de plus pour la petite enfance, le ministère de la Santé sert les intérêts des laboratoires pharmaceutiques. Dans une très faible mesure, estiment la plupart des observateurs. Les ventes de vaccins se révèlent pourtant stratégiques pour les fabricants.

"On ne peut pas réduire la question de la vaccination à l’intérêt des laboratoires" , se défend la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, depuis l’annonce, en juin, de son projet de rendre obligatoires onze vaccins infantiles.

Lire aussi :Sanofi investit 170 millions d’euros dans l’Eure

"Les gains pour des laboratoires internationaux sont infimes en regard d’un marché mondial des vaccins de plus de 35 milliards d’euros" , confirme, sur son blog, l’économiste spécialisé Frédéric Bizard. "Le problème est ailleurs" .
Le point de vue est abondamment repris dans la presse qui soutient que "passer à onze vaccins obligatoires n’est pas un jackpot pour les labos pharmaceutiques" . Pour savoir ce qu’il en est réellement, nous avons épluché les comptes des principaux laboratoires concernés.

Qui fabrique les "onze vaccins"?
Les "onze vaccins" ne sont en réalité que quatre car l’un est hexavalent (il protège contre six maladies) tandis qu’un autre est trivalent (trois maladies). Comme chacun doit faire l’objet de deux ou trois injections espacées de quelques mois, ce sont au total dix injections que recevront les nourrissons entre 2 et 18 mois.
Le vaccin hexavalent (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche, bactérie Hæmophilus Influenzae et hépatite B) est distribué par Sanofi (Hexyon) ou par GSK (Infanrix Hexa). Pour le trivalent (rougeole, oreillons et rubéole ou ROR), GSK domine le marché avec le Priorix.
Les deux autres vaccins contre les pneumocoques (Prevenar 13) et contre les méningocoques de type C (Neisvac) sont essentiellement distribués par Pfizer. Même si GSK propose aussi une formule contre les méningocoques C :Menjugate.

Les vaccins, une activité pharmaceutique insignifiante ?
Si on en croit les rapports annuels des trois groupes pharmaceutiques cités, c’est loin d’être le cas. En 2016, la branche GSK Vaccines a réalisé 4,59 milliards de livres de CA (5,09 milliards d’euros), soit 16,5 % du chiffre d’affaires global du groupe qui a atteint 27,9 milliards de livres (30,9 milliards d’euros).
Du côté de Sanofi, les vaccins comptent pour près de 13,5 % du chiffre d’affaires : 4,58 milliards d’euros sur 33,8 milliards de CA global. Tandis que chez Pfizer, ce chiffre est de 11,5 % soit 6,07 milliards de dollars (5,12 milliards d’euros) pour un CA global de 52,8 milliards de dollars (44,6 millions d’euros).

Des perspectives de croissance qui font rêver
L’intérêt des vaccins pour l’industrie pharmaceutique est renforcé par la forte croissance du secteur : "14 % par an depuis 2002" , selon un rapport de la Cour des comptes de 2012 qui ne précise pas s’il s’agit du marché mondial, européen ou français.
Ce qui est sûr, en revanche, c’est que, de 2011 à 2016, les ventes mondiales de vaccins sont passées de 26 milliards de dollars à 42,3 milliards. Et elles vont "doubler d’ici à 2025" , estime encore Frédéric Bizard, pour atteindre près de 80 milliards de dollars.


Evolution du CA, de la marge brute et du résultat opérationnel (dans cet ordre) de la filière vaccins de Sanofi de 2011 à 2016 en millions d'euros. Sanofi

Le chiffre d’affaires de GSK Vaccines en est l’illustration avec une croissance de 14 % entre 2015 et 2016. Croissance particulièrement marquée en Europe (18%) par rapport au reste du monde (10%).
Celui de la branche vaccin de Sanofi, en retrait de 3,5 % cette année, a progressé de 37 % de 2011 à 2015. Quant au CA des vaccins Pfizer, il est plombé (-6%) en 2016 par le recul des ventes du Prevenar 13 aux États-Unis (-9 %). L’obligation de vaccination en France lui fera au moins un peu de bien.

Des vaccins très rentables
Dans tous les cas, les bilans annuels des fabricants de vaccins montrent une rentabilité très forte. Chez Sanofi, la marge brute de la filière vaccins atteint 62 % du CA en 2016, son meilleur niveau depuis six ans.
Mieux encore, le résultat opérationnel représente 34,4 % du CA alors qu’il n’a jamais dépassé 30 % sur la même période et que le résultat moyen de l’ensemble du groupe n’est que de 27,5 % de son chiffre d'affaires.
Même constat chez GSK dont la marge opérationnelle moyenne est de 28,9 % tandis que celle de GSK Vaccines atteint 31,7 %. De quoi intéresser des actionnaires que l’existence d’une législation favorable à la vaccination ne peut que rassurer.


Edité le 05-01-2018 à 23:40:17 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  enquêtes et analyses  sur le front de la santéNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum