Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  A bas l'impérialisme français ! 

 dessein colonialiste français au Mali

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3 Page suivante
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 11-01-2013 à 22:39:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sources :
J. Tourtaux :
LE MALI, RAMPE DE LANCEMENT DE LA FRANCE COLONIALE POUR AGRESSER L'ALGERIE ET LA DEPOUILLER DE SES IMMENSES RESSOURCES NATURELLES?


IRIB : Derrière l'enjeu malien : la France coloniale cherche à punir l'Algérie, par Laid Seraghni

Cameroon voice : Derrière l'enjeu malien : la France coloniale cherche à punir l'Algérie

vendredi, 11 janvier 2013 10:11

Derrière l'enjeu malien : la France coloniale cherche à punir l'Algérie, par Laid Seraghni



IRIB- « La France historique salue l’Algérie indépendante » Valéry Giscard d’Estain.

« Une page est tournée, l’Algérie est d’abord fille de son histoire, qu’elle ait surmonté l’épreuve coloniale et même défié l’éclipse, atteste, s’il en était besoin de cette volonté inextinguible de vivre sans laquelle les peuples sont menacés parfois de disparition » Houari Boumediene .

Deux mois après le putsch militaire au Mali de mars 2012, les rebelles touaregs s’emparent du nord de ce pays, une région plus vaste que la France, et déclarent l’indépendance de l’Azawade*. Le Mali est coupé en deux. La junte militaire, qui n’est pas inféodée à la France, tente de négocier. Mais avec qui ?

Les rebelles appartiennent à des groupes aux liens complexes et nébuleux. Ils combattent côte à côte mais pour des objectifs différents. Ces groupes sont au nombre de quatre (1), et leur financement dépend en partie des rançons versées par les européens pour la libération des personnes prises en otage. La Suisse finance également ces mouvements : « le département fédéral des affaires étrangères suisse a participé à l’organisation et au financement d’une réunion politique des rebelles touaregs indépendants du MNLA les 25, 26 et 27 juillet 2012 à Ouagadougou » . (2)

La France se mobilise pour une intervention militaire

Sous le prétexte fallacieux du rétablissement de l’ordre constitutionnel au Mali, n’étant en réalité que l’ordre colonial établi pour préserver ses intérêts, la France pousse à une intervention militaire. L’Algérie, qui partage une frontière de près de 1.500 km avec le Mali, s’y oppose et par la voix de son Premier ministre se dit « favorable au dialogue » (3) afin de régler la crise.
De toute évidence, une intervention étrangère militaire au Mali affectera et déstabilisera tous les pays de la région du Sahel. Et notamment l’Algérie dont les frontières sont si grandes que l’Etat ne peut contrer les infiltrations des groupes terroristes d’Al Qaida et l’afflux des populations à la recherche d’un refuge sur son territoire.
Cette intervention contraindrait l’Algérie à envisager l’option militaire pour protéger ses frontières et les populations algériennes dans la région de Kidal (Mali). L’armée algérienne aura en face les rebelles d’Ansar Eddine, Al Qaida au Maghreb islamique et du Mouvement pour l’unicité et le djihad. L’Algérie privilégie le dialogue pour résoudre cette crise avec le groupe Ansar Eddine espérant éviter l’intervention militaire. L’Occident semble douter des visées algériennes, et soupçonne les dirigeants de vouloir faire passer sous contrôle algérien la région de Kidal, une région convoitée pour ses gisements d’uranium et d’or.
Pourquoi cet Occident, qui ailleurs cherche à démembrer les États, n’encourage-t-il pas les Touaregs à constituer un « État dépendant » au nord du Mali dans une région riche ?

L’intégrité territoriale du Mali ou le démembrement de l’Algérie ?

La France est impliquée de manière directe dans la question malienne, notamment depuis les années 1990.
Cette crise n’est qu’une étape pour atteindre in fine l’Algérie, dont le sud est cerné par l’armée française qui opère en Libye, en Côte d’Ivoire, au Niger, en Mauritanie, au Tchad et au Mali.
Sarkozy , faisant abstraction des accords de paix signés à Tamanrasset le 6 janvier 1991 sous l’égide de l’Algérie entre le gouvernement malien et le MNLA, a affirmé, une semaine après la déclaration de l’indépendance de l’Azawade, vouloir « travailler avec les Touaregs pour voir comment ils peuvent avoir un minimum d’autonomie » (4). Il ignore l’autonomie accordée aux populations des trois régions du nord du Mali « qui géreront leurs affaires régionales et locales par le bais de leurs représentants dans des assemblées élues, selon un statut particulier consacré par la loi » (5).
La France torpille ainsi cet accord qui ne fait qu’éloigner totalement le projet de création de l’Organisation Commune des Régions Sahariennes(6) « cette chose étrange qui s’appelait OCRS, une machinerie juridique à travers laquelle la France avait espéré maintenir une souveraineté sur le Sahara » . (7)
L’entremise française dans l’armement des terroristes du Sahel a été soulevée par le Le temps d’Algérie, du 11 septembre 2011. « Les services de renseignements français qui organisent le trafic des missiles libyens ; un lot de 20.000 Sam 7 russes ou stringer américains sont passés aux mains d’Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) » (9).

La France cherche par les armes à réaliser un rêve colonial

Les prédateurs occidentaux, notamment la France, trouvent dans la crise malienne une occasion pour mettre l’Algérie dans sa ligne de mire.
Dans cette région l’Algérie est incontestablement le pays le plus puissant et le plus important en termes économique, militaire et/ou géographique. L’Algérie, depuis la colonisation, avait toujours revendiqué son indépendance et sa souveraineté. La révolution algérienne de 1957 a fait avorter le projet de création d’un Etat indépendant touareg contrôlé par la puissance coloniale. L’Algérie refuse de recevoir sur son territoire des bases françaises dont la mission principale consiste en une surveillance et des pressions sur l’Etat algérien.

Depuis les années 60, la France a toujours voulu installer une base militaire à Mopti, chose que les autorités maliennes ont refusé depuis le président Modibo Keïta, dont De Gaulle disait « qu’il est le seul chef devant lequel il n’était pas obligé de baisser la tête pour lui parler » (10). L’affaiblissement de ce pays est envisagé par Paris en permettant à la MNLA de conquérir le nord du Mali, en venant de la Libye. La France, dont les mirages survolaient la Libye, qui dispose de bases militaires au Tchad et contrôle le Niger, aurait pu facilement intercepter les colonnes des rebelles puissamment armés grâce aux arsenaux libyens se dirigeant de la Libye vers le Mali, si elle tenait vraiment à l’intégrité de ce pays.

Selon le docteur Assadek Aboubacrine , universitaire malien, la France aurait passé un deal avec le MNLA : « La France s’engage à soutenir financièrement, diplomatiquement et stratégiquement les séparatistes jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à ce qu’ils atteignent leurs objectifs. En contrepartie, les séparatistes s’engagent à éradiquer l’AQMI du Nord du Mali et aussi à confier aux sociétés françaises l’exploitation du pétrole du Nord » (11).
Pour que les projets des États-Unis et des Européens se réalisent dans cette région, il faut impérativement déstabiliser l’Algérie, en permettant aux Touaregs de s’équiper en armement, à partir des stocks libyens, et en les laissant transiter librement par le Niger, sous contrôle de la France, pour rejoindre le Nord du Mali, proche de la ville algérienne de Tamanrasset. Quatre objectifs sont fixés dont l’aboutissement serait d’amputer le pays de sa partie saharienne :

1- Affaiblir le Mali et l’amener à recevoir sur son sol des militaires français à Mopti ;
2- Confier l’exploitation des gisements d’or, du pétrole et autres minerais à la France;
3- Briser les relations algéro-maliennes ;
4- Contrôler la région saharo-sahélienne géostratégique et riche en minerais stratégiques.

Pourquoi la France cherche-t-elle à affaiblir l’Algérie ?

Quiconque suit les relations entre l’Algérie et la France comprendra que ce n’est pas le Mali qui suscite l’attention de la puissance française, mais bien l’Algérie.
La classe politique française n’a jamais pardonné l’indépendance de l’Algérie ayant ouvert la voie à la décolonisation en Afrique. Depuis juillet 1962, La France entretient des relations avec l’Algérie qui s’inscrivent dans le prolongement de la pensée coloniale. L’Algérie historique doit être punie pour les raisons suivantes :
1- Lors des négociations, l’Algérie n’a pas voulu d’une indépendance avec une souveraineté réduite et une intégrité territoriale amputée du Sahara.
2- Elle n’a pas accordé à la France ce que certains pays africains avaient concédé au titre du pacte colonial de 1961. Ces derniers facilitaient « au profit des forces armées françaises, le stockage des matières premières et produits stratégiques **, lorsque les intérêts de la Défense l’exigent, elles limitent ou interdisent leur exportation à destination d’autres pays » (12)
3- L’Algérie n’a pas voulu faire partie de la zone monétaire CEFA (13). Les pays africains qui appartiennent à cette zone, dirigée par la France, placent 65 % de leurs recettes d’exportation sur un compte du trésor français. Ainsi, la Banque de France dispose d’importantes réserves en devises pour faire face à ses dépenses courantes au moment où des millions d’Africains ne perçoivent pas leurs salaires par manque de liquidités.
De Gaulle avait raison quand il déclarait que « la France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts » .


____________________


Références :

* Azawade : trois régions du Mali Gao, Tombouctou et Kidal population arabo-berbère.

** Les matières premières et les produits stratégiques sont classés en deux catégories :
· La première catégorie : les hydrocarbures liquides ou gazeux.
· La deuxième catégorie : l’uranium, le thorium, le béryllium, leurs minerais et composés.

(1) Les groupes armés au sahel.
· Le Mouvement national de libération de l’Azawade (MNLA) d’obédience laïque est le plus important, il se bat pour l’indépendance de l’Azawade depuis 1990
· Les groupes islamistes composés essentiellement des touaregs revenants de Libye. Leur retour est encouragé par l’OTAN qui a fermé les yeux sur le transit par le Niger, sous contrôle de la France, d’une partie de l’arsenal libyen.
· Le groupe islamiste salafistes Ansar eddine (l’armée de la religion) . Il se bat pour l’application de la charia, loi islamique, sur tout le territoire malien. Il aurait reçu un renfort des combattants de l’Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI) dont la base est le Nord du Mali.
· Le groupe pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’ouest (MUJAO) , dissident de l’AQMI.

(2) Courrier international du 8 décembre 2012.
(3) LeFigaro.fr du 6 avril 2012.
(4) Le Monde du 13 avril 2012.
(5) Alter Info du 8 décembre 2012
(6) Cette organisation consistait à rassembler les régions sahariennes d’Algérie, du mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad. L’Algérie a empêché la réalisation de ce projet et le contrôle de la bande saharo-sahélienne riche en minerais stratégiques pour l’Occident.
(7) Terrain n° 28 mars 1997. Miroir du colonialisme « Charles de Foucault face aux touaregs. Rencontre et malentendu »
(8) Le Grand Soir du 1er mai 2012.
(9) Le temps d’Algérie du 11 septembre 2011
(10) Site Modibo Keita
(11) Mediapart du 18 avril 2012.
(12) AFRICA HUMAIN VOICE-Fédération africaine.
(13) Franc des colonies françaises d’Afrique crée le 26 décembre 1945 par la France, devenu depuis 1958 franc de la communauté française d’Afrique.

_________________________


On lira également sur le site de l'AFSPA (Association Française des Peuples d'Afrique) :
NON A L’AVENTURE MILITAIRE AU MALI du 11/11/2012
L’aventure guerrière continue. Après la Libye, le Mali... à qui la suite ? du 17/10/2012

Et enfin sur le site de Mondialisation.ca : Le conseil de sécurité de l’ONU donne son accord pour une intervention militaire au Mali


Edité le 12-01-2013 à 00:15:53 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 14-01-2013 à 00:28:09   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ci-dessous la déclaration du PRCF :

LE PRCF CONDAMNE L'INTERVENTION DE L’IMPÉRIALISME FRANÇAIS AU MALI.


L'intervention d'un impérialisme en Afrique ou partout dans le monde n'est jamais une initiative positive.
C 'est au peuple malien et rien qu'à lui de forger son destin et d'imposer sa souveraineté contre l'action de groupes fondamentalistes qui se sont armés grâce à l'intervention de Sarkozy en Libye. Si Hollande voulait réellement aider le Mali, il commencerait par mettre fin au pillage du Mali par les monopoles capitalistes français.
Ib
Dans un rapport des forces désastreux, le gouvernement malien a lui-même requis « l’aide » de la France. Mais rien de bon pour un peuple ne peut sortir à moyen ou à long terme de l'intervention militaire des impérialismes, ni au Mali, ni en Syrie, ni en Iran. Au demeurant, comment Hollande et la fausse gauche peuvent-ils à la fois intervenir contre les affreux djihadistes au Mali alors qu’en Syrie, il faudrait se réjouir des avancées sur le terrain des troupes liées à Al Qaida et soutenues militairement par la France officielle ? Que l’on commence donc par ne pas déstabiliser les peuples souverains au lieu de leur « venir en aide » une fois qu’on a créé la panique chez eux ! En l’occurrence, l'impérialisme français est un pompier pyromane !
Comme Irak ou ailleurs ces guerres n'apportent aucune solution et ne font qu'ajouter du malheur aux pays concernés.
Que dirions nous si un pays, mécontent du pouvoir français ou anglais ou si des troubles éclataient dans notre pays, intervenait militairement chez nous, même s’il est appelé par le gouvernement légal – ce gouvernement légal que les impérialistes ont tout fait pour déstabiliser à Damas ou à Kaboul à l’époque où, très légalement, le pouvoir populaire avait requis l’aide de l’URSS en prenant appui sur des traités internationaux parfaitement valides ? En fait c'est un rapport de forces favorable aux impérialistes qui autorise ces interventions dont le seul but est la préservation des intérêts des grandes sociétés capitalistes.


Les groupes terroristes que le gouvernement de François Hollande prétend combattre sont le résultat de l'intervention en Libye et les mêmes groupes que les pouvoirs UMP et PS, avec le soutien du FN qui montre sa nature impérialiste, soutiennent en Syrie contre l'indépendance de ce pays.
Répétons-le ce sont les peuples qui doivent régler leurs problèmes SANS intervention militaire étrangère.
Comme le disait Karl Liebknecht " l'ennemi principal est dans ton propre pays! ".

Commission internationale du PRCF.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 14-01-2013 à 00:34:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Cameroon voice met en ligne l'article de J-P Dubois
A quoi sert l'armée française ? :

A quoi sert l'armée française ?


A quoi sert l'armée française ? Voilà une question qui n'encombre guère le débat public. Pourtant, à un moment où l'on ne parle que de discipline budgétaire, il n'est pas superflu de rappeler que l'État consacre 30 milliards d'euros chaque année à l'entretien d'une armée dont les missions sont franchement détestables.
Irib





A quoi sert l'armée française ? Voilà une question qui n'encombre guère le débat public. Pourtant, à un moment où l'on ne parle que de discipline budgétaire, il n'est pas superflu de rappeler que l'État consacre 30 milliards d'euros chaque année à l'entretien d'une armée dont les missions sont franchement détestables.

En complicité avec celle des Etats-Unis, cette armée est, essentiellement, employée à des opérations de combat et de subversion contre des pays qui n'ont souvent comme seul tort celui de posséder des ressources naturelles convoitées.

La doctrine officielle voudrait que l'armée française soit destinée à la défense du territoire, ce qui est parfaitement contradictoire avec le fait que ses effectifs, notamment ceux de l'armée de terre, sont en constante diminution. En réalité, les unités opérationnelles qui sont au centre de l'attention de l'État sont les forces spéciales auxquelles on confie à l’extérieur « des missions qu'on ne peut confier aux autres unités ». Elles comptent aujourd'hui près de 4.000 hommes. [1]

Quant à la coûteuse force nucléaire, dont la destination stratégique reste ambigüe, elle n'a pour seule finalité que de permettre au complexe militaro-industriel d’engranger des superprofits de monopoles avec la construction de tout un arsenal de sous-marins, missiles, porte-avions et autres chasseurs-bombardiers Rafale… [2]

Pour ajouter à la confusion qui entoure les questions militaires, Hollande parle de « défense européenne », alors que celle-ci n'existe pratiquement pas et que le peu qui a été mis en place se trouve sous la dépendance stratégique des Etats-Unis. Dépendance des États-Unis qui, pour la France, s'est confirmée avec sa réintégration, en 2009, dans le commandement intégré de l'OTAN. [3]

La rhétorique républicaine de « défense nationale » est un leurre. La France, par les intérêts de sa classe dirigeante, appartient à la triade impérialiste Etats-Unis/Europe de l'Ouest/Japon qui n'a de cesse d'assurer ou de consolider sa domination économique et politique sur les pays de sa périphérie.

Au service d'une telle politique, l'armée se verra toujours confier des missions de police et de répression aux conséquences sanglantes pour les peuples concernés, comme elles l'ont été hier au Vietnam et en Algérie, et comme elles le sont aujourd'hui en Afghanistan, en Libye ou en Côte d'Ivoire...

Comment, après un tel constat, ne pas renouer avec le combat antimilitariste qui a été longtemps celui du mouvement ouvrier ?

Amédée Dunois écrivait en 1921 : « Nous ne pouvons renoncer à la propagande antimilitariste. Capitalisme, impérialisme, militarisme - en d'autres termes, Capital et État - forment un tout indivisible ». [4]

Jean-Pierre Dubois

__________________

[1] Déclaration du général Bertrand Ract Madoux, chef d'état-major de l'armée de terre. Ce sont des éléments de ces forces spéciales qui sont intervenus secrètement sur le terrain en Libye pour aider les « rebelles », contrevenant ainsi à la résolution de l'ONU.

[2] Ce complexe, avec ses pratiques mercantiles et opaques, dispose d'ailleurs de son représentant au sein même du ministère avec la présence du délégué général pour l’armement. Ce poste est actuellement occupé par Laurent Collet-Billon qui, en 2006, a rejoint Alcatel comme conseiller pour les affaires de défense et de sécurité du groupe. Conflit d’intérêts ?

[3] Un coût d'environ 175 millions d'euros par an pour le contribuable français, mais l'assurance d'emplois de prestige pour quelques centaines d'officiers « OTAN-compatibles ».

[4] Amédée Dunois, Bulletin communiste n° 27 (deuxième année), 30 juin 1921. http://www.marxists.org/francais/dunois/works/1921/06/conquete.htm

Adhérent du Parti socialiste (SFIO) en 1912, Amédée Dunois intègre la rédaction de L'Humanité et devient un proche de Jean Jaurès. Opposant à la guerre de 14-18 et à son acceptation par la majorité de son parti, il milite avec différents minoritaires pacifistes, comme Pierre Monatte, Alfred Rosmer, Boris Souvarine. En décembre 1920, il participe à la création du Parti communiste - Section française de l'Internationale communiste (SFIC) dont il devient membre du comité directeur.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 14-01-2013 à 00:37:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur IRIB :

La France, au Mali, pour : l’ OR, le Quartz, les Carbonates, le bois silicifié, les minéraux ..
...et le Pétrole Francafrique, mon amour


Peut-être l’intervention éclair de la France est-elle motivée par un accord entre le gouvernement malien et la France pour exploiter ses ressources minières ? Le sous-sol malien fait partie des plus riches du continent noir. Il contient des ressources minières variées comme l’or, le quartz, les carbonates, le bois silicifié, les minéraux liés aux pegmatites et aux métamorphismes, ainsi que du pétrole. N’assisterait-on pas à une politique néo-coloniale ?

RESSOURCES MINIERES AU MALI : Un potentiel non négligeable Ouestaf News
| Mercredi 19 Novembre 2008



Les Echos (Mali)- Le sous-sol malien fait partie des plus riches du continent noir. Selon la direction nationale de la géologie et des mines (DNGM), notre sous-sol regorge d’une importante variété de pierres précieuses et de matières fossiles.

Selon le projet d’assistance technique au secteur minier du Mali, la dernière carte des gîtes et indices minéraux du Mali est celle préparée par Traoré, Méloux et Bassot, dans le cadre du Plan minéral, en 1978. Aussi, le sous-sol malien fait-il partie des plus riches du continent noir. Un jeu de dépliants publié récemment par la DNGM confirme que notre sous-sol regorge d’une importante variété de pierres précieuses et de matières fossiles.
Dans la carte géologique de notre pays, il apparaît que les cercles de Nioro et Bafoulabé (1re région) sont riches en grenats et en minéraux de métamorphisme de contact.
Dans le cercle de Bougouni et le bassin de la Falémé, il y a les minéraux liés aux pegmatites.
On retrouve les fossiles dans le Tilemsi à Bourem (région de Gao), les grenats et corindons dans le Gourma (Nord du Mali). L’Adrar des Iforas et ses environs sont riches en bois silicifiés et en minéraux liés aux pegmatites et aux métamorphismes. Dans la zone de Hombori-Douentza, il y a le quartz, les carbonates. Parmi ces pierres et fossiles, les grenats ont fait l’objet d’un projet d’exploitation industrielle par la DNGM ; les fossiles du Tilemsi ont été exploités par l’Usine de phosphate de Bourem qui n’est plus fonctionnelle depuis plus d’une décennie.
« L’exploitation des autres matières est encore au stade artisanal. Certains ne sont même pas exploités », témoigne Waly Diawara, directeur adjoint de la géologie et des mines. Quatre autres régions minières sont répertoriées dans la carte établie par la DNGM. Dans la région de Kayes, il y a le Guidimaka au nord, les environs de Nioro au nord-est, Kéniéba au sud et Bafoulabé au sud-est.

« Les investigations dans le Guidimaka ont permis de mettre en évidence des indices d’or qui sont actuellement en cours d’études par différentes sociétés minières étrangères», souligne le document. En plus de l’or, qui est exploité, des indices de pétrole sont localisés dans le bassin de Nara (région de Koulikoro). Ils se prolongent jusqu’à Gao, la bauxite dans la région de Kayes, les phosphates identifiés dans la vallée du Tillant.

Selon le département des Mines, de l’Energie et de l’Eau «le seul qui a été suffisamment étudié, le gisement de Tamaguilelt, dispose de réserves d’environ 20 millions de tonnes. Il est exploité de façon semi-industrielle depuis 1986 et a produit en moyenne 15.000 tonnes par an.

Ses activités ont été interrompues pendant la rébellion et actuellement sont arrêtées, depuis 1996». En ce qui concerne le calcaire, on trouve des gisements à Goundam (Bad el Héré et à Bafoulabé (Gangontéry Diamou).
Ils sont exploités pour la production de carreaux et de ciment.
« Les réserves sont évaluées à plus de 122 millions de tonnes reparties dans plusieurs zones. Les potentialités existent, mais les difficultés sont liées au développement des infrastructures et aux besoins du Mali dans le secteur du bâtiment et des travaux publics ».
Le marbre (plus de 11 millions de tonnes), le granit et la dolérite sont exploités par deux entreprises européennes et quelques artisans maliens.
«Il y a d’autres minéraux importants tels que le kaolin, l’argile réfractaire, le gypse, le sel gemme, le manganèse, le lithium, le fer, les schistes bitumeux, le lignite, le nickel, l’étain, le zinc, le plomb et l’uranium».

Les perspectives actuelles pour le développement d’une industrie minière basée sur l’exploitation de l’or sont très prometteuses comme le témoignent les accords conclus pour l’exploitation des mines d’or de Syama-II, Loulo et Sadiola.
Le secteur des mines est l’un des moteurs de la stratégie actuelle de développement du Mali.
Conformément aux orientations du programme gouvernemental, la politique minière s’articulera autour des principaux axes suivants : la poursuite et l’intensification des travaux de prospection et d’évaluation des indices (notamment l’or) et leur mise en exploitation, la mobilisation des moyens matériels et financiers et leur utilisation à travers des structures adaptées, l’élaboration d’un cadre législatif, réglementaire et institutionnel adéquat définissant, entre autres, le rôle de l’Etat, ses formes d’intervention, la place du secteur privé et ses relations avec l’Etat, le développement d’infrastructures de base adéquates (énergie et voies de transport). (Dossier réalisé par Idrissa Sako)

Le bourbier hollandais N’y a-t-il donc pas d’armée en Afrique ? Malgré les nombreuses manipulations de langage pour justifier cette intervention, on ne trompe personne. Le président met la France dans une position extrêmement délicate puisqu’elle doit aussi régler la question des six otages français détenus au Mali, pour lesquels le montant des rançons demandées avoisine 150 millions d’euros. Elle n’est donc pas en position de force pour s’engager au Nord en prenant le risque de sacrifier les otages. Mais qu’à cela ne tienne François Hollande veut son bourbier malien et il l’aura.

Les va t’en guerre vont faire pleuvoir sur nos "merdias" une grêle de sophismes pour justifier des bombardements, de l’ingérence, des opérations commandos ratées, des chasses a l’homme en terres étrangères, des massacres divers, des gabegies militaires etc... Ca va être drôle : Ceux qui avaient raison de dire que les américains n’ont rien a foutre en Irak vont nous expliquer pourquoi ce socialiste en "trompe couillons" de Hollande a raison d’ engager la France pour garantir les profits des compagnies minières...
http://zebuzzeo.blogspot.fr/2013/01/la-france-au-mali-pour-l-or-le-quartz.html


Edité le 14-01-2013 à 00:39:19 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 14-01-2013 à 08:17:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Deux articles parus sur "vivre et faire vivre le pcf" :

Les aventures crapoteuses du général Hollande

dimanche 13 janvier 2013

Dans la droite ligne de Nicolas Sarkozy qui a eu recours aux aventures coloniales à chaque fois qu’il était en difficulté en politique intérieure, le président Hollande vient coup sur coup de décider une expédition punitive en Somalie et l’intervention officielle de l’armée française au nord du Mali.
La rhétorique est identique à celle de Nicolas Sarkozy, matinée de G. W. Bush : la France, sous mandat des Nations Unies, part en guerre pour défendre les « droits de l’homme » et combattre le « terrorisme ».

On n’en attendait pas moins d’un président de la République en échec dans pratiquement tous les domaines de politique intérieure, abandonnant les unes après les autres ses promesses de campagne au nom du réalisme politique et des contraintes budgétaires imposées par le TSCG. Et pour marquer l’opinion publique et développer un climat de paranoïa collective afin d’obtenir le consentement de la nation, on nous annonce le soutien « unanime » de la classe politique française, à savoir la droite et l’extrême droite, et le relèvement du niveau d’alerte du « plan Vigipirate ». Ce n’est pas pour rien que Manuel Valls est ministre de l’Intérieur !

En attendant, force est de constater que l’austérité appliquée aux collectivités territoriales, aux fonctionnaires d’Etat, au logement, à la santé, à l’éducation, à la recherche, etc. ne s’applique pas au ministère de la Défense. Et si les experts discutaillent à l’envi sur de pseudos organisations terroristes aux noms tous plus exotiques les uns que les autres, œuvrant à des milliers de kilomètres du territoire nationale, ils nous informent beaucoup moins sur le coup financier et humain de ces expéditions.

Comme le disent pudiquement certains journalistes, les « victimes civiles » se compteraient déjà par dizaines. Voilà qui relativise fortement les prétextes droits-de-l’hommistes du général Hollande.

Ce dernier prétendait il y a quelques temps vouloir rompre avec les traditions néo-coloniales de ses prédécesseurs. Soyons rassurés, il n’en est rien !
Rappelons tout de même à « papa Hollande » que les petites aventures coloniales crapoteuses se soldent parfois par de graves revers. La tentative de libération de l’otage français de la DGSE qui se solde par un mort avéré, un mort présumé et un disparu montre qu’il n’est pas si simple de jouer les Rambo. Quant à l’opération militaire française au Mali, on ne peut que lui prédire le même succès.

Caroline ANDREANI



Les chiens de guerre sont de retour !


lundi 14 janvier 2013
par polex-collectif-communiste

Ce que nous avons redouté depuis quelques mois, hélas, est enclenché. Quand un gouvernement est en chute libre dans l’opinion parce que sa politique d’austérité condamne le pays à la récession, à l’aggravation du chômage, il peut choisir de mener une guerre à l’extérieur sous des prétextes « humanitaires », pour se refaire ainsi une popularité.

Depuis hier, les forces françaises sont engagées au Mali, dans une guerre pour le Sahara et ses richesses qui risque de durer autant que celle menée par l’Occident en Afghanistan.

Le prétexte de l’engagement est de stopper l’avancée vers le sud des groupes intégristes qui occupent le Nord Saharien, à la demande d’un gouvernement malien désemparé – prétexte d’autant plus fallacieux que les intégristes du Nord-Mali sont financés et armés par les monarchies du Golfe, alliées de la France.

En fait, l’intervention française ne se fixe pas de limites dans le temps ni dans l’espace, et ses responsables ne cachent pas leur volonté de conquérir le Nord-Mali, espace désertique grand plusieurs fois comme la France.
Ils font état du soutien de la « communauté internationale », et les grands médias français de service public et privés emboîtent le pas, en cachant la réalité : Les USA soutiennent certes la guerre française, et les dirigeants pro-occidentaux de la CEDEAO aussi, bien contents que la France agisse à leur place.

Mais une bonne partie des pays africains riverains y sont opposés (Algérie, Sénégal, etc.). Bien des pays européens sont réticents, et les pays les plus peuplés du globe encore plus (Chine, Russie, Inde, Brésil, etc.).
A l’inverse de ce que matraquent nos télévisions, porte-voix de l’impérialisme occidental, la France est isolée en cette affaire, et s’engage dans un bourbier guerrier pour de longues années, avec des résultats aussi négatifs qu’en Irak ou Afghanistan. Cela se double déjà d’opérations aventurières en Somalie, et pourquoi pas au Moyen-Orient !

Hollande, qui se disait disciple de Jaurès, restera-t-il dans l’histoire comme le Président qui a parrainé la destruction de l’industrie française, et transformé notre pays en machine de guerre, dans la foulée de Sarkozy ?

Collectif communiste Polex
Paris, le 12 janvier 2013



Edité le 14-01-2013 à 08:52:49 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 14-01-2013 à 08:31:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Mention spéciale pour l'Humanité révisionniste qui titre "la France en première ligne" et qui s'inquiète des ...risques de guerre :

Mali : « L' intervention militaire française comporte de grands risques de guerre » (PCF)



--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 14-01-2013 à 08:49:41   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ci-dessous, la position du PCF Paris 15e et de solidarite-internationale-pcf.

Le dessin qui figure seulement dans le second blog aurait davantage sa place dans Charlie Hebdo.

Non à l’aventure guerrière de l’impérialisme français au Mali !




Déclaration du PCF Paris 15 reprise par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Le pays et la représentation nationale sont devant le fait accompli.
François Hollande a déclaré que la France était en guerre au Mali le lendemain des premiers affrontements. Depuis des semaines, il préparait l’opinion à cette intervention. Mais il promettait de placer de la chair à canon africaine en première ligne, ce qui s’est révélé impossible. Il y a déjà un soldat français mort au Mali et au moins deux dans le ratage de l’opération coordonnée en Somalie . Hollande se réjouit de « lourdes pertes chez les adversaires ». Oui la guerre, ça coûte et ça tue !

Personne ne peut être dupe des raisons avancées le Président . On connaît trop les refrains à la George Bush sur la guerre « humanitaire » et la « lutte contre le terrorisme » et les résultats des guerres d’Irak, d’Afghanistan ou d’ailleurs.
En Libye, les impérialistes français et britanniques ont servi de sous-traitants à l’impérialisme américain pour des questions principalement de pétrole. Cette guerre a décomposé le pays, ravivé et militarisé des conflits préexistants dans plusieurs pays d’Afrique noire dont le Mali. Elle a fait le lit d’une radicalisation politique « islamiste ».

Maintenant, les intérêts impérialistes, notamment français, l’accès aux minerais, à l’uranium du Niger par exemple, se trouvent menacés par la déstabilisation de toute la région .C’est là qu’il faut chercher les vrais objectifs de guerre de l’Etat français. Certainement pas dans les appels à l’aide du président fantoche placé par l’Occident à Bamako.

Le déroulement militaire et les conséquences politiques de cette nouvelle aventure guerrière , en Afrique mais aussi ailleurs , sont imprévisibles. Afghanistan, Irak, Libye : la terreur de la guerre n’a fait que renforcer les « terroristes » ou les « islamistes » que l’OTAN prétendait combattre. La population du Mali, dans toutes ses composantes, du nord et du sud, vit des heures sombres. Mais l’issue d’une guerre menée par la puissance néocoloniale qui poursuit l’exploitation du pays, le maintient dans une extrême pauvreté et une dépendance politique, condamne une partie de sa jeunesse à l’émigration est douteuse.

François Hollande se prévaut d’un appui international général. Les puissances impérialistes chinoise et russe n’ont pas d’intérêts économiques et géopolitiques divergents avec les Etats-Unis et l’UE , dans le cas du Mali, contrairement à celui de la Syrie. Elles ne bloqueront pas les résolutions de l’ONU.

En France, les médias prétendent qu’il existe un consensus en faveur de cette guerre, de la gauche à l’extrême-droite. Là encore, le changement, ce n’est vraiment pas pour maintenant. Hollande met ses pas dans ceux de ses prédécesseurs, Sarkozy en Libye et en Côte d’Ivoire, Jospin en Afghanistan, sans remonter la sinistre guerre mitterrandienne au Tchad.

Communistes, nous ne rentrerons pas dans cette « Union sacrée », pas plus aujourd’hui qu’hier.

Nous demandons l’arrêt immédiat des opérations militaires françaises au Mali et l’ouverture de pourparlers de paix entre tous les belligérants.

Plus que jamais, nous demandons le retour en France de tous les soldats déployés en « opérations extérieures » : Plus un seul soldat français hors de France !

Nous demandons la sortie de la France de l’OTAN et de la politique extérieure intégrée de l’Union européenne.

Plus un homme, plus un sou pour la guerre impérialiste !


Edité le 14-01-2013 à 13:32:06 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 14-01-2013 à 13:31:13   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Hollande est arrivé a surclasser les anti-mariage avec les performances des mirages, ( et autres rafales), au moment où les faux mirages du progressisme servant d'écran aux véritables désastres du libéralisme, risquaient d'être effacés par la mobilisation de la réaction restauratrice.
Face à cette guerre de l'information qui se livre dans "les coulisses de l'exploit" existe cependant ces quelques petites recommandations d'usage pour garder le bon pied de la raison.
Soit comme cela est écrit plus bas "une voix dissonante bien venue" .

Gilbert Remond


Une voix dissonante bienvenue


Arrêt sur image met en garde contre la propagande de guerre :


09h15 le neuf-quinze

MALI : PROPAGANDE SUPERSONIQUE


Par Daniel Schneidermann le 14/01/2013

Plus rapide encore que le déclenchement de la guerre , la propagande de guerre française a démarré à vitesse supersonique.

Attendez-vous donc à apprendre chaque soir, chaque matin, que les raids français se sont intensifiés au Mali, que l'ennemi a subi de lourdes pertes, qu'on a frappé ses bases arrières, qu'un coup d'arrêt décisif a été marqué à sa progression.
Attendez-vous à en bouffer, des marsouins qui débarquent à l'aéroport de Bamako, et des interviews de gradés enthousiastes.

Pour les informations, en revanche, mieux vaudra varier les sources: dans les premières heures de la guerre, c'est le New York Times qui indiquait, une demi-journée avant que ce soit confirmé à Paris, qu'un hélicoptère Gazelle avait été abattu (c'était d'ailleurs une semi-erreur: l'hélicoptère est en fait rentré indemne, mais le pilote a succombé à ses blessures).

L'enregimentement inconscient des envoyés spéciaux français , le journal de France 2 en donnait un avant-goût dimanche soir.
Dans cette guerre sans images (le front proprement dit étant interdit à la presse), comment illustrer les longues reprises des communiqués et des confidences de l'état-major ?
Avec des images d'archives. Il en existe de plusieurs sources.

Ainsi, une courte séquence de musulmans en prière était bien identifiée comme "images de propagande Internet" , tandis que les nombreuses images fournies par l'armée française des exploits techniques des Jaguar et autres Mirage, n'étaient identifiées "images de l'armée française" qu'avec de longues secondes de retard.
Ce bégaiement était comme un aveu: les images de l'ennemi sont, par définition, des images de propagande. Les nôtres ne sont que d'innocentes images d'illustration, transparentes comme de l'eau de source.

Attention: au-dessus, image de propagande de l'ennemi. En dessous, pure image d'illustration .




Déplorant ensuite d'être cantonné à Bamako et de ne pas pouvoir s'élancer vers le Nord ( "impossible de faire notre métier" ) l'envoyé spécial de France 2 renforçait encore la distinction.
Déplorant n'avoir aucune image à se mettre sous la dent, il évoquait d'autres guerres du passé, dans lesquelles abondaient les "vidéos de propagande" de l'ennemi et, côté français, les "clichés soigneusement choisis par l'Etat Major, mais qui avaient au moins le mérite d'exister" .
Comprendre: le cliché-soigneusement-choisi-par-l'état-major-mais-qui-a-le-mérite-d'exister représente un moindre mal, un compromis acceptable entre l'état-major et les médias nationaux. Tant que les images de propagande de l'Armée ne seront pas siglées "images de propagande de l'armée française", tant qu'elle n'appellera pas un chat un chat, comment croire à cette information-là ?


Edité le 16-01-2013 à 16:49:52 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
SMT2
Jeune Communiste
64 messages postés
   Posté le 14-01-2013 à 20:51:33   Voir le profil de SMT2 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à SMT2   

11 janvier : sur le site de l'URCF, déclaration de l'URCF sur le Mali (2 pages) :

http://urcf.net/spip.php?article558


Edité le 14-01-2013 à 21:09:24 par SMT2




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 14-01-2013 à 22:50:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Merci de l'avoir signalé, l'URCF s'est systématiquement opposée aux aventures militaires de l'impérialisme français et sa dénonciation de la social-démocratie est d'autant plus conséquente qu'elle avait appelé au boycott des présidentielles.
Sa déclaration ci-dessous présente aussi l'avantage d'être longuement argumentée :



L’URCF CONDAMNE L’INTERVENTION ARMÉE FRANÇAISE AU MALI
NON à la Françafrique !
Stoppons l’agression au Mali, retrait des corps expéditionnaires français !


Vendredi 11 janvier, l’aviation et les troupes françaises sont intervenues en première ligne dans le conflit malien.
L’URCF condamne totalement cette nouvelle guerre de l’impérialisme français dont le but est simplement d’assurer la présence et les profits des monopoles nationaux et internationaux dans la région.
Le Mali connaît depuis plusieurs années une crise dans tous les domaines. La source de cette dernière se trouve dans le pillage sans frein de ses ressources importantes, notamment en minerais, par les grandes sociétés multinationales (françaises, américaines, allemandes). Conséquence de cela, le Mali souffre d’un important surendettement, d’une crise alimentaire, en particulier dans le nord du pays, touchant 4,6 millions de personnes, surtout les enfants. Cela a justifié, aux yeux des grandes puissances impérialistes, la mise sous tutelle du Mali par le FMI, avec son cortège habituel de plans d’ajustements structurels aggravant la aupérisation de la population et la mainmise des monopoles sur le pays. Résultat, le Mali est un des pays les plus pauvres de la planète.

Autre source des aspects politiques de la crise au Mali : la guerre impérialiste en Libye contre le régime de Kadhafi, où l’OTAN s’est ouvertement alliée aux éléments clérico-islamistes financés et appuyés par le Qatar, y compris les islamo-fascistes(*) d’Al Qaîda, pour renverser la direction d’un pays qui constituait un obstacle au plein déploiement de la stratégie impérialiste dans la région. De nombreux arsenaux d’armes ont été livrés à ces groupes ce qui leur a permis de conquérir de solides positions dans la direction de l’État fantoche libyen, dans l’envoi de mercenaires-terroristes en Syrie qui reste dans la région le dernier grand bastion anti-impérialiste ; enfin dans l’équipement des groupes armés comme Amsar Dine et Al Qaîda au Maghreb (AQMI) pour favoriser leur prise de contrôle du Nord du Mali. Ces groupes, dans un premier temps alliés aux groupes Touaregs, les ont ensuite écrasés, puis ont pu instaurer la charia, mettre au pouvoir la réaction moyenâgeuse et prendre le contrôle total du nord du Mali. Cela a eu pour résultat d’accélérer l’exode forcé de 393 000 personnes vers les pays frontaliers et de 118 000 autres vers le sud du pays, sur fond de désarroi d’une population passant d’une oppression à l’autre.

Avant et pendant ces évènements, l’État malien et son armée se sont effondrés, un putsch a été organisé par le capitaine Sanogo, chassant le président Touré du pouvoir et après bien des tergiversations sous la pression de la France, installant Dioncouda Traoré à la Présidence, dont la particularité est de bénéficier de la double nationalité américaine et malienne ce qui atteste de la confiance de l’impérialisme US.

Le « Washington Post » du 6 avril 2012 prévenait : « L’OTAN doit remettre de l’ordre dans les affaires du Mali » .
En effet, le Mali et le Sahel sont une pièce importante du dispositif visant au pillage capitalistique des matières premières dans le nord de l’Afrique. Le Sahel est riche en minerais : uranium au Niger (d’où la présence du groupe Areva ce qui a eu pour conséquence des prises d’otages de certains de ses salariés par des groupes islamo-fascistes) ; une nouvelle mine exploitée au Niger qui accroîtra de 166 % la livraison d’uranium à la France ; un sous-sol malien qui contient pour sa part surtout de l’or mais aussi du pétrole encore peu exploité. Ajoutons que le monopole allemand Siemens et ses concurrents français sont en lice pour l’exploitation de l’énergie solaire au Sahel.
Cette région étant une source importante de revenus pour les multinationales, les États impérialistes cherchent à renforcer constamment leur présence militaire dans l’ensemble du Sahel pour assurer leur approvisionnement.

L’administration Bush a créé la « Trans Sahara Counter Terrorism Initiativ » avec 2 000 hommes de l’US Army qui organisent des manœuvres annuelles au Sahel auxquelles les armées des pays suivants ont participé : États-Unis, Canada, France, PaysBas, Espagne, Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie, Niger, Nigeria, Sénégal.
Parallèlement existe et agit l’Africom sous l’égide des États-Unis dont le siège est à … Stuttgart ! Sous d’autres dénominations et organigrammes, on assiste à l’extension du champ d’intervention de l’OTAN, renforçant plus que jamais son rôle de gendarme et de bras armé des intérêts impérialistes partout dans le monde.

Voilà la dimension réelle de la guerre déclenchée par l’impérialisme français et son gouvernement social-démocrate.

Preuve supplémentaire de la nature de parti des monopoles incarné par la social-démocratie, alors que tout le système de dictature du capital est fondé sur la prétendue et mystificatrice opposition entre droite et gauche, cette dernière conduit bien une politique aux mêmes orientations de classe que celle de la réaction. De la guerre d’Indochine à la guerre d’Algérie, puis à celle du Golfe et de l’Afghanistan, la social-démocratie a engagé le pays dans des conflits barbares et meurtriers pour le seul intérêt de la classe capitaliste.

Lénine avait vraiment correctement analysé l’orientation de classe des partis de la Seconde Internationale (sociaux-démocrates) en les qualifiant de social-impérialiste (socialiste en paroles, impérialiste dans les faits).

L’URCF appelle les travailleurs à lier leurs revendications sociales à la lutte contre la guerre, à un moment où le gouvernement justifie l’austérité pour les travailleurs à la « nécessaire résorption de la dette », où le gouvernement laisse le capital fermer les entreprises et licencier à tour de bras, chacun est à même de voir que l’argent existe pour les expéditions bellicistes.

Nous devons démasquer les mensonges du pouvoir social-démocrate concernant cette sale guerre en cours :
« La France combat le terrorisme et agit pour sauver la démocratie et le Mali » .

L’URCF a toujours condamné et condamne la collusion entre États impérialistes et groupes terroristes islamo-fascistes comme en Libye et aujourd’hui contre le régime anti-impérialiste d’Assad. Récemment, des directives émanant de plusieurs grandes puissances capitalistes ont permis la livraison continue d’armes et de moyens logistiques à des groupes terroristes intégristes en Syrie, les mêmes que Hollande prétend combattre au Mali.

Ensuite la France n’a pas vocation ni aucune légitimité à faire le bonheur des peuples malgré eux. C’est bien comme ancienne puissance coloniale, comme force hégémonique de la Françafrique, que la France a choisi d’intervenir pour sauver les intérêts de ses monopoles, y compris au prix du sang des populations africaines et de ses soldats ou otages.

Comment parler de « démocratie » quand la France reconnaît ou inspire putsch après putsch au Mali comme l’année dernière en Côte d’Ivoire? Est « démocratique », selon Paris, ce qui est jugé conforme à l’intérêt de l’impérialisme français.

« La France agit avec la légitimité internationale de l’ONU ».

Obama et les autres responsables d’États impérialistes ont donné leur accord à l’intervention française, mais le mandat de l’ONU était confié à « une mission africaine », non à un État d’Europe, a fortiori l’ancienne puissance coloniale. Cela change peu de choses sur le fond, car cette mission aurait été téléguidée par Washington et Paris, mais cela montre l’enjeu économique et stratégique que constituent le Mali et le Sahel pour le capital financier et les craintes des États impérialistes devant la poussée du groupe Ansar Dine inspiré et financé par le Qatar, avec qui Paris fait pourtant des courbettes !

La réalité est plus saumâtre : les États impérialistes ont besoin de ces groupes pour planifier et réaliser la stratégie de conquête de nouveaux marchés et de partage du monde entre monopoles. La relation entre États impérialistes et groupes islamo-fascistes est faite d’interdépendance quand il s’agit d’éliminer l’ennemi commun comme l’État anti-impérialiste et laïque de Syrie, et de rivalités quand chacun chasse dans la même zone d’influence. Dans cette guerre, aucune coalition ne conduit un combat juste, clérico-islamistes et impérialistes conduisent des projets différents, mais de même nature réactionnaire.

L’URCF soutient et exprime sa solidarité avec les patriotes et démocrates maliens qui manifestaient récemment en dénonçant toute ingérence dans les affaires du Mali ! Solidarité avec la population qui sera la principale victime de combats étrangers à ses préoccupations réelles, et avec les révolutionnaires qui se battent pour l’indépendance politique et économique du pays en rupture avec le système impérialiste.

Dans notre pays, à la fois les partis bourgeois et les médias affichent le soutien à la guerre impérialiste et pratiquent l’union sacrée autour du pouvoir de Hollande : « C’est un moment où il faut être solidaire envers les Maliens et unis derrière nos forces » (Harlem Désir PS) ; « La France se montre fidèle à ses valeurs universelles, celles-là mêmes qui ont justifié
l’intervention en Afghanistan »
(JF Copé ) ; Fillon n’est pas en reste : «La lutte contre le terrorisme exige l’unité de la nation audelà des clivages partisans » ; les néofascistes du FN, par la bouche de Marine le Pen, déclarent : « L’intervention doit être soutenue en application d’une coopération de défense entre nos deux pays dans une zone francophone» .
On a là toute la gamme des arguments qui justifient les guerres de conquête : nationalisme, universalisme, francophonie et rayonnement de la France, mais en réalité le mobile de ce consensus est la défense de la classe dominante et de ses intérêts.

Les opportunistes, dans la lignée de Kautsky en 1914, tentent le grand écart entre le soutien à « leur » impérialisme et la pose de « gauche », et sont dans l’impuissance totale pour condamner clairement et franchement la guerre impérialiste que conduit le pouvoir social-démocrate de Hollande au nom de la défense de l’impérialisme français. Le Front de gauche
déclare : « En décider seul (de la guerre) sans saisir préalablement ni le gouvernement ni le Parlement est condamnable » . Ici est condamnée la forme pas le fond, c’est la marque de l’incapacité du réformisme à rompre avec l’impérialisme français.

L’URCF appelle ses militants à agir dans les entreprises pour condamner la guerre impérialiste au Mali et impulser la bataille revendicative : de l’argent pour le travail, pas pour les guerres du capital !
L’URCF amplifiera sa campagne de soutien au régime anti-impérialiste de Syrie, en montrant que les terroristes islamistes qui ont déclenché la guerre civile internationalisée en Syrie sont présentés comme des alliés de la France dans ce pays et prétendument ses « ennemis » au Mali ! Ce sont les ennemis de la démocratie partout, quels que soit les intérêts ici et là de la finance !
Dans sa presse, l’URCF opèrera le lien entre la crise du mode de production capitaliste et la montée de la politique de guerre, qui appelle à renforcer le combat pour la paix, contre l’OTAN et contre le capitalisme, en liant cette tâche au combat général pour renverser le capitalisme et établir le socialisme.
L’URCF est prête à rencontrer toute organisation progressiste ou communiste d’Afrique pour des actions communes contre la politique de guerre de l’impérialisme français.


L’URCF, le 11 janvier 2013

____________________


*les islamo-fascistes sont au service de l'impérialisme et des classes exploiteuses qui, à l'instar des intégristes catholiques ou sionistes, utilisent la religion pour tromper les masses

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 14-01-2013 à 23:02:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur le site de l'AFASPA (Association Française d'Amitié et de Solidarité avec les Peuples d'Afrique) figure aussi un important Appel des femmes du Mali et de RDC, en date du 29 novembre 2012.
Notamment "Femmes du Mali : Disons "NON !" à la guerre par procuration"


Edité le 14-01-2013 à 23:04:06 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 14-01-2013 à 23:07:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le blog Resistance :



Lundi 14 janvier 2013

Il a sa guerre !
Notre petit président est fier de lui : il a déclenché sa propre guerre !

La source de ce nouveau conflit est certainement l’agression précédente contre la Libye. En effet, cette dernière avait d’importants projets de coopération avec le Mali. L’abandon forcé de ces projets a probablement contribué aux difficultés du Mali. La conséquence est une déstabilisation politique du pays, la désorganisation de son économie et, entre autres, de ses forces armées. D’autre part, les terroristes dont on nous parle semblent bien être d’anciens miliciens qui ont fait le coup de feu en Libye contre le gouvernement du colonel Kadhafi. La presse nous les dit « bien équipés », sans préciser que l’équipement en question provient du pillage des arsenaux libyens et des armes que le camp des agresseurs leur a généreusement livrées pour mener leur sinistre projet.

Tous les partis politiques soutiennent cette nouvelle guerre. C’est l’union sacrée contre les peuples ! Cela montre que toutes les nuances du grand capital la souhaitaient. Pour eux, l’enjeu est colossal. L’Afrique est un immense continent, immensément riche. Cependant, le colonialiste, puis néocolonialiste d’après les années 60, a empêché les pays qui la composent de se développer normalement. Au fur et à mesure de leur déclin, les anciennes puissances coloniales (France, Angleterre, Belgique, Portugal, etc.) ont tenté de se piquer les richesses africaines. Puis les USA ont essayé de mettre tout le monde d’accord en cherchant à ramasser la mise. Toutes ces manœuvres ont engendré d’immenses conflits et d’immenses souffrances pour les peuples africains.

Mais une arrivée inattendue a bouleversé la donne. La Chine impose peu à peu ses méthodes : pas de préalable politique aux actes commerciaux (donc pas de conflits, pas de rétro-commissions, pas de corruption), possibilité de paiement en nature (des matières premières contre des infrastructures), et échanges à avantages mutuels. Pour les colonialistes, il y a là une intolérable concurrence !

Donc, de l’ingérence, le capital passe à la guerre.

D.R.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 15-01-2013 à 13:28:12   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur le site de FILPAC.CGT (Fédération des travailleurs des Industries du Livre, du Papier et de la Communication Cgt) :



Mali - A deux pas des combats, Areva et sa mine d’uranium d’Imouraren, mise en service fin 2013 au Niger, 6e producteur mondial d’uranium


dimanche 13 janvier 2013

La mine d’uranium d’Imouraren devrait devenir la deuxième du monde.
Le groupe nucléaire public français Areva espère mettre en service la future mine géante d’uranium d’Imouraren, au nord du Niger, "fin 2013", a déclaré mardi Sébastien de Montessus, directeur des activités minières du groupe.
"Le projet continue au même rythme", a ajouté M. de Montessus lors d’une rencontre avec la presse, ajoutant qu’environ 500 personnes travaillaient actuellement sur le site.

Présentée par le groupe comme la "deuxième du monde", cette mine doit produire 5.000 tonnes d’uranium par an à plein régime et représente un investissement de plus de 1,2 milliard d’euros.

Evoquant par ailleurs la crise alimentaire qui sévit au Niger, M. de Montessus a déclaré que le groupe avait mis en place une "aide d’urgence" d’un montant total d’environ 1 million d’euros.

Concernant la crise budgétaire "aiguë" qu’il traverse, M. de Montessus a affirmé qu’Areva était "en train de regarder" ce que le groupe pouvait faire pour apporter son aide au pays.

"Le gouvernement est dans une situation qui fait qu’il a besoin d’être aidé par ses partenaires" , a-t-il estimé, rappelant notamment que l’organisation des élections (locales en novembre, présidentielles en janvier 2011) avait un "coût élevé" .

Présent depuis 40 ans au Niger, où il extrait près de la moitié de son uranium, Areva a récemment enterré la hache de guerre avec les autorités de Niamey, qui l’avaient un temps accusé de soutenir la rébellion touareg.
Le conflit a été définitivement règlé en mai 2009, avec le lancement des travaux sur la mine géante d’Imouraren, en présence de la présidente d’Areva, Anne Lauvergeon, et du président nigérien Mamadou Tandja, renversé depuis par un coup d’Etat.

Le groupe exploite pour le moment au Niger deux gisements, situés à 1.200 km au nord de Niamey, la capitale. Le premier à ciel ouvert à Arlit et l’autre souterrain à Akokan.
Le Niger est le sixième producteur mondial d’uranium. Premier produit d’exportation, le minerai représente 5% de son produit intérieur brut (PIB) et génère plus de 5% des recettes fiscales.

Jeune Afrique


Edité le 15-01-2013 à 18:03:36 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 15-01-2013 à 13:36:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A lire aussi sur ce forum, la déclaration du Comité anti-impérialiste http://anti-imperialiste.over-blog.org/

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 15-01-2013 à 15:57:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur El Watan le 15.01.13 :


L'intervention au Mali "sous la couverture de la lutte antiterroriste est un alibi infondé"


a estimé ce mardi, la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Mme Louisa Hanoune, qui a affirmé en outre que la position algérienne "doit être clairement hostile à toute intervention étrangère" .

L'intervention militaire française au Mali sous couvert de la lutte antiterroriste est un "prétexte auquel recourt l'impérialisme français comme ce fut le cas des Etats-Unis en Afghanistan en 2001" , a-t-elle indiqué.
Hanoune a par ailleurs souligné la nécessité de l' "attachement aux positions de principe" de l'Algérie concernant la situation au Mali .
L'Algérie doit rester attachée à ses positions de principe de non ingérence étrangère dans les affaires des pays , a indiqué Mme Hanoune à l'ouverture de la session extraordinaire du bureau politique du PT consacrée à la situation au Mali et ses retombées sur la région.

Elle a affirmé, à ce propos, que le peuple algérien "soucieux de la souveraineté nationale soutient l'Armée nationale populaire (ANP) dans la défense de l'intégrité territoriale du pays et refuse que celle-ci soit entraînée dans le cercle de l'intervention étrangère" .

Mme Hanoune a indiqué par ailleurs que la position de sa formation, qui rejette l'intervention étrangère au Mali, représentait une "défense de l'entité de l'Algérie, de sa souveraineté nationale et de décision pour préserver la région du Sahel et le Nord de l'Afrique actuellement visée" .

La première responsable du PT a relevé, enfin, que la lutte contre le terrorisme "doit intervenir sans ingérence étrangère" , rappelant que l'Algérie "a triomphé du terrorisme sans intervention étrangère aucune" .

______________________


Cette déclaration intervient deux jours après que Dimanche, l’Algérie «a autorisé sans limite le survol de son territoire aux avions français» , une décision rendue publique par... le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius. [L'Humanité)


Edité le 15-01-2013 à 15:59:47 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 15-01-2013 à 16:59:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je reproduis ici l'article de Robert Bibeau qui apporte un éclairage sur les différences d'appréciation qui traversent la bourgeoisie impérialiste :

OUI, LA GUERRE, C’EST LA FRANCE... IMPÉRIALISTE


robertbibeau@hotmail.com

15.01.2013


Quand un grand ponte de l’establishment doit descendre dans l’arène se colleter avec ses acolytes c’est qu’il y a de l’eau dans l’essence, dit-on par ici.


Le citoyen Dominique de Villepin, ex-commis de la ploutocratie de Paris, particulièrement guerrière ces temps-ci, a publiquement pris parti contre l’aventure militaire française au Mali. L’ex-ministre Dominique de Villepin, héritier de l’ère Raffarin, rentier de l’ère Chirac et prostré de l’ère Sarkozy, s’est commis d’un écrit plein de finesse et d’hypocrisie. Son propos, tout de fil blanc cousu, va comme suit: Ne refaites pas les erreurs du passé et apprenez de vos billevesées, bande de demeurés –… Non, la guerre ce n’est pas la France déclame-t-il.


Tout cela coule de source ma foi. L’impérialisme français arrogant, revanchard et pédant, après avoir été complice dans la destruction de la Serbie, du Kosovo, de l’Afghanistan, de Djibouti, de la Côte d’Ivoire, de la Libye, de la Syrie, de la Somalie, s’attaque aujourd’hui au Mali… pensant probablement que, la proie étant plus démunie, le chacal (ou le Rafale!) en aura vite fini.


Dominique sait d’expérience l’engrenage de la dépendance à la souffrance (des peuples néo-colonisés) et il le dit d’un air déconfit : « Tirons les leçons de la décennie des guerres perdues, en Afghanistan, en Irak, en Libye. Jamais ces guerres n’ont bâti un État solide et démocratique.
Au contraire, elles favorisent les séparatismes, les États faillis, la loi d’airain des milices armées. Jamais ces guerres n’ont permis de venir à bout de terroristes essaimant dans la région.
Au contraire, elles légitiment les plus radicaux. Jamais ces guerres n’ont permis la paix régionale.
Au contraire, l’intervention occidentale permet à chacun de se défausser de ses responsabilités.
Pire encore, ces guerres sont un engrenage. Chacune crée les conditions de la suivante.
Elles sont les batailles d’une seule et même guerre qui fait tache d’huile, de l’Irak vers la Libye et la Syrie, de la Libye vers le Mali en inondant le Sahara d’armes de contrebande. Il faut en finir.»
(1).


Que de sagesse ! Notez que monsieur de Villepin ne dit pas que les impérialistes français devraient s’abstenir de s’immiscer dans les affaires intérieures de leurs néo-colonies d’Afrique; en effet, ce n’est pas ce que l’ex-candidat à la candidature suprême préconise.
Il dit simplement que l’espionnage, le magouillage, la manipulation des pions dans la région, quelques strapontins et quelques valises diplomatiques bien garnies sont plus payantes que force ni que rage.


La recette militaire a été essayée sans succès, elle n’a donné que révoltés enragés, destruction des infrastructures, famine chez les futurs esclaves salariés à bientôt exploiter, moins d’affaires, moins de ressources minières à exproprier et moins de marchés à s’emparer. Pourquoi ne pas tenter la solution toute de diplomatie emberlificotée ?


Lisez plutôt : «Il faut aussi une dynamique régionale, en mobilisant l’acteur central qu’est l’Algérie et la CEDEAO en faveur d’un plan de stabilisation du Sahel. Il faut enfin une dynamique politique pour négocier en isolant les islamistes en ralliant les Touaregs à une solution raisonnable. (…) Telle est la responsabilité de la France devant l’histoire.» (2). Autrement dit, faire faire la guerre de la «mère patrie» par les soldats des néo-colonies. Africains contre africains pour le bien des métropolitains.


Les pontifes français sont prompts à charger leur nation des missions du trublion que personne pourtant ne souhaite leur voir assumer. Bien entendu quelques «mécréants» diront que les intérêts de la France au Mali sont plus immédiats, plus sonnants et trébuchants et plus pressants que le ponte ne veut bien l’avouer. Ces éternels palabres africains où le maître doit à la fin, de toute façon, donner de la cravache et du goupillon, ne garantissent nullement que les pillards pourront conclure leur larcin.


« L’intervention française, baptisée « Opération Serval », du nom d’un félin africain, a été décidée après que les islamistes d’Ansar Edine eurent pris plusieurs positions dans le sud du pays, notamment la région de Komma, et menacé de prendre la capitale Bamako, et donc d’avoir un contrôle total du pays (ce qui aurait placé cette organisation – qui est sous le contrôle dont on ne sait qui dans la région – en position de force pour les négociations de la cession du butin de radiation. NDLR). »


« Une situation qui posait un problème à la France, non pas pour les raisons «humanitaire» si chères à Bernard Kouchner et autres BHL de ce monde, mais plus vraisemblablement parce que la société Areva, groupe industriel français spécialisé dans les métiers du nucléaire, en particulier l’extraction de minerai d’uranium, bataille depuis plusieurs années pour obtenir l’exploitation de quelques 5,000 tonnes de minerai qui se trouvent à Faléa, une commune de 21 villages et 17,000 habitants, située dans une région isolée à 350 kilomètres de Bamako, capitale du Mali. » (3).


Ah si tous ces politiciens, ces militaires et ces terroristes-djihadistes à leur solde – le problème avec les mercenaires djihadistes c’est qu’ils se vendent au plus offrant et que comme les soldats ils sont sans foi ni loi – seule l’odeur de l’argent les fait changer de camp; si tous ces gens avaient entendu le chaman du Nord Mali que nous avons interviewé récemment : « Mes frères, déclara le sorcier malien, croyez-vous que le nouveau Président puissant, ce monsieur Hollande de France, tirera leçon des massacres afghan et irakien et syrien et libyen ? Aucunement, et nous les attendons bientôt avec leurs armées et leur équipement de mort, venir engraisser les ploutocrates obséquieux qui tiennent lieu de Président-polichinelle à Bamako notre capitale, entouré de son armée de pacotille en guenille, toujours prête à faire feu sur les paysans maliens, à violer les femmes et à recruter leurs enfants-soldats. »


Et le vieux marabout de conclure assis dans sa case de l’Azawad envahi : « Que tous ces preux demeurent chez eux parmi les leurs en pleurs et qu’ils laissent le malien palabrer avec le malien, le noir discuter avec le blanc, le Touareg avec le Bambara, le Bobo et le Dogon. Qu’ils laissent le chrétien africain négocier avec le musulman africain et qu’ils nous laissent en paix. Tous ces étrangers ont assez saccagé nos contrées pour ne pas insister et blesser davantage notre fierté. Dites au Président à Paris, fils de colonialistes proscrits, ce monsieur Hollande «socialiste», de ne plus s’en faire : nous Maliens nous saurons régler cette affaire sans détruire la terre-mère qui nous appartient. » (4).

La France hors du Mali.
L’Afrique aux Africains.


_______________________________________________

(1) Non, la guerre, ce n’est pas la France. 12.01.2013.
(2) Non, la guerre ce n’est pas la France. 12.01.2013.
(3) Spencer Delane. L’intervention militaire française au Mali. Mécanopolis. 13.01.2013.
(4) Légende du nouvel an au Mali 5.01.2013.


Edité le 15-01-2013 à 17:10:43 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Resistance
Jeune Communiste
Resistance
193 messages postés
   Posté le 15-01-2013 à 23:47:38   Voir le profil de Resistance (Offline)   Répondre à ce message   http://www.resistance-politique.fr/   Envoyer un message privé à Resistance   

La puissance médiatique s’est rapidement mise en branle pour apporter son soutien à l’intervention militaire de la France au Mali. L’article du Time : « the crises in Mali : will french air stries stop the islamist avance ? » montre décidément que les vieilles ficelles ont toujours cours, en l’occurrence « la guerre au terrorisme ». Le Time soutient que cette intervention a pour but d’empêcher les terroristes islamistes de s’emparer d’une partie de l’Afrique avant d’étendre leur influence jusqu’en Europe. Dans ce même article, le journaliste affirme « qu’il y a une crainte, particulièrement fondée, que le Mali, devenu islamiste radical, menace par-dessus tout la France dans la mesure où la plupart des islamistes sont francophones et qu’ils ont des parents en France. (Des indications issues des milieux du renseignement à Paris laissent entendre que des candidats au djihad, partant de la France pour rejoindre le Mali afin de s’entraîner et y combattre, avaient été identifiés. AQMI (Al-Qaïda au Maghreb islamique), un des trois groupes qui composent l’alliance islamiste au Mali et qui en constitue une grande partie de l’encadrement, a également désigné la France, la représentante de la puissance occidentale dans la région, comme objectif premier pour les attaques ».

Ce que le Time ne raconte pas au lecteur, c’est qu’AQMI est étroitement lié au Groupe islamique combattant en Libye (que la France a soutenu durant l’invasion de la Libye par l’OTAN en 2011, en lui fournissant des armes, assurant sa formation, et l’appuyant même de ses forces spéciales et de ses moyens aériens). Bruce Riedel, qui a travaillé à la CIA de 1977 à 1990 et qui est aujourd’hui un des experts de l’association Brookings Institution, écrivait en août 2011 un article intitulé « l’Algérie sera la prochaine à tomber », dans lequel il prédisait que le succès des coalisés en Libye encouragerait les éléments radicaux en Algérie, et AQMI en particulier. Entre les violences extrémistes et la perspective des frappes aériennes françaises, Riedel espérait en fait voir la chute du gouvernement algérien. Ironie du sort, il observait que « l’Algérie exprimait des préoccupations selon lesquelles la crise libyenne pouvait conduire à la création d’un sanctuaire important pour Al-Qaïda et d’autres extrémistes djihadistes ». Et c’est précisément grâce à l’OTAN que la Libye est devenue ce qu’elle est aujourd’hui, à savoir un refuge sponsorisé par l’OTAN… pour Al-Qaïda. Avec la présence d’AQMI au nord du Mali et la participation française aux frappes dans ce secteur, nous saurons très rapidement si le conflit ne s’étendra pas à l’Algérie limitrophe.

Il est à noter que Riedel, qui est coauteur du livre « which path to Persia ? », pousse ouvertement à armer un autre groupe défini comme terroriste par le département d’État américain, l’organisation Mujahedin-e-Khalq, dans le but de provoquer le chaos en Iran et aider à faire pression sur l’administration locale, ce qui illustre clairement l’usage qui peut être fait des formations terroristes dans l’exécution des basses œuvres en matière de politique étrangère des pays occidentaux.

Selon un autre analyste géopolitique, Pepe Escobar, un lien très étroit unit le Groupe islamique combattant en Libye et AQMI. Dans un de ses articles intitulé « How-Qaeda got to rule in Tripoli », il écrit : « le numéro deux d’Al-Qaïda, Zawahiri, a annoncé officiellement la fusion entre les deux groupes. Á partir de là, le Groupe islamique combattant en Libye et AQMI sont les deux faces d’une même pièce, dont Belhadj en est l’émir ». Abdelhakim Belhadj, chef du Groupe islamique combattant en Libye, a obtenu des armes, de l’argent et la reconnaissance de l’OTAN lors de la tentative de renversement de la Jamahiriya arabe libyenne, et il a depuis jeté le pays dans la guerre civile. Cette intervention a vu aussi l’épicentre de la révolte, Benghazi, se détacher lentement mais sûrement de Tripoli pour devenir une région aujourd’hui semi-autonome, « l’émirat du terrorisme ». La dernière campagne de Belhadj doit probablement se dérouler aux confins de la frontière turco-syrienne, où il participe à la logistique de l’armée syrienne libre… avec la bénédiction de l’OTAN.

L’intervention des coalisés en Libye a ainsi ressuscité le Groupe islamique combattant en Libye, une formation affiliée à Al-Qaïda. Il avait déjà combattu en Irak et en Afghanistan. Il envoie aujourd’hui des combattants, de l’argent et des armes à partir du Mali vers la Syrie, là encore grâce aux bonnes faveurs de l’OTAN. Le redoutable « califat » dont les néoconservateurs nous ont rebattu les oreilles pendant une bonne dizaine d’années est en train de prendre réellement forme du fait des intrigues menées par les États-Unis, l’Arabie saoudite, le Qatar et Israël… et non de l’islam, régulièrement instrumentalisé par ces derniers.

Le Groupe islamique combattant en Libye, qui est en train de mener la bataille en Syrie avec l’assentiment de la diplomatie française, a donc officiellement fusionné avec Al-Qaïda selon le combatting terrorism center de West Point. Selon ce centre, AQMI et le Groupe islamique combattant en Libye n’ont pas seulement des objectifs idéologiques, mais aussi stratégiques et tactiques. Les armes que le groupe a reçues proviennent d’AQMI et ont probablement passé à travers les frontières poreuses du Sahara et du nord du Mali. En effet, ABC News a relaté dans un article en date du 10 novembre 2011 qu’un important représentant d’un groupe affilié à Al-Qaïda avait affirmé que l’organisation avait fait main basse sur quelques milliers d’armes disparues durant les événements libyens, alimentant les craintes des Occidentaux. « Nous (Al-Qaïda, NDLR) sommes les premiers bénéficiaires des révolutions arabes », a dit à l’agence de presse mauritanienne ANI Mokhtar Belmokhtar, un des leaders nord-africains d’AQMI.

Un autre conflit éclatait donc au nord du Mali dès la fin des combats en Libye. Ce n’est pas un hasard. Cela fait partie d’une vaste entreprise préméditée de réorganisation géopolitique qui a commencé avec la chute de Kadhafi. La Libye est utilisée aujourd’hui comme tremplin pour envahir d’autres pays bien ciblés, tels le Mali, l’Algérie et la Syrie. Les terroristes armés jusqu’aux dents, financés et appuyés par l’OTAN, ne sont rien moins que les mercenaires de ce projet. L’Algérie a réussi jusque-là à déjouer les plans subversifs échafaudés par les États-Unis en 2011 dont les révolutions arabes ont été la partie visible de l’iceberg, mais elle n’a certainement pas échappé à l’attention de l’Empire, qui aimerait bien transformer toute une région qui s’étendrait de l’Afrique jusqu’aux abords de Pékin et Moscou, en utilisant les terroristes tantôt comme casus belli à de futures invasions, tantôt comme mercenaires de leurs sombres besognes.

L’Empire apporte la guerre comme la nuée l’orage. Lui résister, de quelque manière que ce soit, est un véritable acte de Résistance.

Capitaine Martin

Le texte avec tous les liens est disponible en suivant le lien qui suit : http://www.resistance-politique.fr/article-le-terrorisme-islamique-est-une-creation-des-etats-unis-114413502.html

--------------------
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2223 messages postés
   Posté le 16-01-2013 à 06:09:44   Voir le profil de Finimore (Online à la racine du forum)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Lu sur http://drapeaurouge.over-blog.com/article-a-bas-les-interventions-imperialistes-en-afrique-114397504.html

A bas les interventions impérialistes en Afrique !

A peine les troupes combattantes d’Afghanistan retirées (1400 restent tout de même sur place pour la « formation » et la « logistique »), l’impérialisme français intervient au Mali.

Lorsque nous parlons d’intervention militaire :

Nous ne saurions oublier que ce sont les impérialistes américains qui ont soutenu les forces réactionnaires en Afghanistan pour lutter contre l’invasion du social-impérialisme soviétique.


Nous ne saurions oublier l’intervention impérialiste américaine qui a détruit l’Irak et qui laisse le chaos.


Nous ne saurions oublier les résolutions jamais appliquées de l’ONU contre la politique colonialiste d’Israël en Palestine.


Nous ne saurions oublier l’intervention des différents impérialistes dans les pays arabes pour soutenir de nouvelles forces réactionnaires, conquérir des marchés et des zones d’influence et dévoyer la juste révolte populaire.

L’Afrique est devenu le champ de bataille économique entre les impérialistes occidentaux et les nouveaux impérialistes (Chine, Russie) et grands pays émergents (Brésil et Inde). Les anciens impérialistes qui détiennent des intérêts en Afrique grâce à la colonisation et au colonialisme moderne veulent les défendre jusqu’au bout, tandis que les nouveaux impérialistes et les émergents cherchent à tout prix à en conquérir de nouveaux.

C’est dans ce contexte que l’impérialisme français intervient régulièrement en Afrique sous différentes formes pour préserver ses intérêts, comme récemment en Côte d’Ivoire. Il se prépare aussi à renforcer sa présence en Somalie. Plusieurs pays sont même concernés par des clauses confidentielles d’intervention française en cas de déstabilisation du pouvoir.

Aujourd’hui l’impérialisme français, qui soutient les anciens chiens de garde au Mali, a pour objectif de préserver les intérêts de la France, c’est-à-dire poursuivre et développer le pillage organisé des matières premières. L’intervention contre les groupes islamistes est le prétexte qui sert à la France pour justifier l’intervention militaire.

Bien sûr, les forces islamistes fondamentalistes sont réactionnaires et sont des ennemis du peuple qui s’appuient sur la misère causée par l’impérialisme. Mais ce qu’il faut voir ici c’est que le « danger islamiste » est utilisé comme prétexte par les impérialistes pour combattre les révoltes populaires en Afrique et dévier la colère du peuple en Europe et dans les autres pays. Cette manœuvre participe à dresser une partie de la classe ouvrière contre l’autre et à préparer ainsi les solutions fascistes à la crise. A terme, la mobilisation pour une nouvelle guerre de repartage au niveau mondial n’est pas à exclure. L’objectif des gouvernements, de droite ou de gauche, est de maintenir à tout prix la domination du capitalisme sur l’ensemble des peuples du monde.

Mais dans le monde des forces se dressent contre les exploiteurs et les oppresseurs et mènent la guerre populaire sous la direction des partis communistes maoïstes comme en Inde, aux Philippines, en Turquie, pendant que dans de nombreux pays se développent et se reconstruisent les nouveaux partis communistes maoïstes pour préparer et étendre la guerre populaire contre les impérialistes et les chiens de garde, quel que soit le masque sous lequel ils se dissimulent, laïcs ou religieux.

Comme il a été déclaré à la Conférence Internationale de Soutien à la Guerre Populaire en Inde, qui a regroupé des représentants des forces révolutionnaires de 20 pays, le meilleur soutien aux peuples en lutte que nous pouvons apporter est de développer la lutte révolutionnaire dans nos pays respectifs. Ici en France, notre tâche première est de nous opposer à notre propre impérialisme. C’est la seule façon d’en finir avec l’impérialisme, le système capitaliste d’exploitation et d’oppression, la seule façon d’en finir avec la guerre.

A bas les interventions et les manœuvres de l’impérialisme en Afrique !

Vive la lutte des peuples contre les chiens de garde et les réactionnaires de tous bords !


PC maoïste de France

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 16-01-2013 à 19:24:24   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le ROC ml et la cellule de Pau de la JCML publient ce communiqué Mali dont je souligne le dernier passage particulièrement important :

Mercredi 16 janvier 2013
Communiqué MALI


HALTE A LA RECOLONISATION DE L’AFRIQUE
PAR L’IMPÉRIALISME FRANÇAIS



Après l’intervention armée en Côte d’ivoire pour écarter Laurent Gbagbo, après l’agression militaire contre la Libye pour éliminer Mouammar Kadhafi, après la guerre internationale menée pour se débarrasser de Bachar El Assad, c’est maintenant le tour du Mali d’être reconquis militairement par l’impérialisme occidental avec l’Etat impérialiste français aux premiers postes.

Les prétextes sont toujours les mêmes : combattre les dictatures, combattre les terroristes, installer la démocratie. Qu’en Libye et en Syrie on arme les groupes terroristes de même obédience que ceux qu’on pourchasse au Mali permet pourtant de douter des intentions et des buts réels des puissances impérialistes occidentales.

Les vraies raisons sont différentes en effet, géostratégiques et économiques. Il s’agit de contrôler l’exploitation (en fait le pillage) des richesses naturelles et humaines des régions du monde où elles se trouvent et leurs voies d’acheminement vers les métropoles impérialistes.

Le Mali est le troisième producteur d’or d’Afrique, et récemment on a découvert dans le nord du pays d’importantes réserves de gaz et de pétrole. Proche du Niger, le sous-sol du Mali contient sans doute aussi des réserves d’uranium.

La vraie raison de l’intervention française au Mali est là : rétablir sa domination coloniale sur ce pays africain qui fait partie de son pré carré et où les monopoles français comme TOTAL et AREVA pourront à piller le sol et le sous-sol.

Dans la situation de crise générale où se trouve désormais l’impérialisme mondial, le contrôle des richesses de la planète est devenu une question de vie ou de mort pour les puissances impérialistes, et la guerre est devenue pour eux la seule solution pour atteindre ce but.

Le ROCML condamne cette nouvelle aventure militaire menée par l’Etat français en Afrique. et dénonce les mensonges du gouvernement socialiste qui prétend combattre les terroristes djihadistes au Mali alors que c’est l’Etat impérialiste français qui les a armés en Libye pour supprimer Khadafi, et alors qu’il les soutient maintenant financièrement et militairement en Syrie.

Le ROCML observe que des organisations communistes et anti-impérialistes s’opposent à cette nouvelle aventure militaire africaine de l’Etat impérialiste français. Il souhaite que ces organisations manifestent leur volonté de la combattre dans l’unité d’action. Le ROCML, pour sa part, est prêt à participer à toute initiative allant dans ce sens.


Paris Le 13 janvier 2013


Edité le 16-01-2013 à 19:28:43 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 16-01-2013 à 23:38:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ci-dessous un article provenant de Mediapart et du blog de J. Tourtaux, soulève une hypothèse sur la précipitation de Hollande, alors qu'il avait déclaré que la France ne s'engagerait jamais seule au Mali.


PAR YANNICK TOUTAIN - HOLLANDEGATE : LE PRESIDENT A MENTI AUX FRANCAIS ! L'INVASION DU MALI ETAIT POUR SAUVER LE PANTIN FRANCAFRIC DIOUCOUNDA TRAORE


Yanick Toutain
16 janvier 01:48


Un commentateur informé signalait la plainte de militaires français de la précipitation à intervenir .
Rien d'étonnant : il ne s'agissait pas d'aller combattre des islamistes dont le vrai patron - le Qatar - recevait aujourd'hui la visite de Hollande !

Il s'agissait de sauver le nième pantin Franceàfric que le peuple allait, à nouveau chasser pour son incapacité à combattre les islamofascistes.
Au moins celui-là - ce faux président qu'est Dioncouda Traoré - n'avait pas été pris la main dans le sac à coordonner l'attaque Ançar Eddine au téléphone satellitaire Thuraya ! Ce que faisait son prédécesseur - ATT - Amadou Toumani Touré, cette trahison qui est la cause unique du coup d'Etat du capitaine Sanogo (poussé dans le dos par des militaires sankaristes de gauche - mais discrets et modestes)

Le but de l'intervention - certains médias commencent à le reconnaitre honnêtement - après trois jours de mensonges - avait pour unique but d'empêcher le peuple malien de DEGAGER DIONCOUNDA TRAORE !

HOLLANDE EST UN MENTEUR !
DOUBLE D'UN CRIMINEL qui a délibérément sacrifié les otages !


Hollande a menti aux Français pour sauver son copain Franceàfric !!!


J'écrivais, IL Y A TROIS JOURS

Hollande est intervenu parce ses agents d'espionnage fascistes
ont compris, à Bamako, que la gauche malienne allait relever
trois défis. Le premier étant de construire une mobilisation
populaire efficace.Le deuxième de pousser l'armée malienne
à agir efficacement et rapidement - ce fut le cas à Konna.
Et le troisième allait être de commencer la construction
d'un pouvoir du peuple sans ces élections truquées.
C'est cela la raison de l'intervention direct de
la Franceàfric militaire.Et rien d'autre !



... en conclusion de mon article

Mali : François Hollande est un menteur. Les islamistes sont les pantins du Qatar, membre de la Franceàfric- Francophonie

J'écrivais tout à l'heure, dans un article sur la nouvelle stratégie des esclavagistes, en conclusion

CÔTE D'IVOIRE 2002 :" LA PARTITION SALVATRICE"

7° Le scénario adopté devint donc celui de la "partition salvatrice" : on casse un pays en deux et on arrive, tel le le chevalier blanc , pour le sauver....
Avec, un fois sur place, la mise en place directe de troupes d'occupation qui permettront de "nettoyer" le pays de toute sa gauche rebelle.
L'apogée de cette tactique étant la mise en place d'élections truquées en 2010 suivies de l'attaque du palais présidentiel et le remplacement du président Gbagbo par un fantoche FMI.

C'est ce plan qui a été adopté et réalisé en accéléré pour le Mali : partition du pays par les mercenaires du Qatar.
Assassinat ciblé de militants de gauche (gauche civile ou militaire comme le capitaine Sékou Traoré ex-leader du syndicat étudiant). Blocage des armes par la CEDEAO pour empêcher l'armée de se défendre et laisser le temps aux fascistes de se regrouper au nord du Mali.
Campagnes diffamatoires organisées contre la gauche du pays.....

etc etc....
C'est l'objet de mes texte précédents...

La méthode qui pointe le bout de son nez, c'est la généralisation - y compris en France et donc dans toute l'Europe, à terme - de la construction de "coupeurs de mains". La bourgeoisie esclavagiste demande ouvertement à son agence de mercenaires - le Qatar - de venir dans les quartiers pauvres de France financer des AnçarDine pour y faire la loi.


L'invasion actuelle fut précipitée.....
La cause la plus probable reste à élucider précisément : Hollande a probablement cru que Dioncounda Traoré allait être renversé par la mobilisation populaire.

http://blogs.mediapart.fr/blog/yanick-toutain/150113/mali-pourquoi-cette-4-guerre-contre-lafrique-apres-abidjan-bamako

"WHEN IT SEEMS THAT THE GOVERNMENT IN BAMAKO MIGHT COLLAPSE"

Il y a trois jours, le New York Times publiait la même analyse, mais sans y donner plus d'importance


"France has a long history of expeditionary military actions in its former African colonies. Mr. Hollande had said that France would not send troops into combat in Mali until Friday, when it seemed that the government in Bamako might collapse . But the French had positioned military contingents near Mali, with deployments in Senegal, Burkina Faso and the Ivory Coast, for example. There were also persistent reports that French special forces were in Mali. "

Jean-Philippe Rémy,sur place à Bamako confirmait mon analyse et titrait dans Le Monde :
"Le pouvoir malien sauvé des putschistes par les militaires français"

Il confirme ce qu'écrivait le New York Times qui parlait du "collapse"

Tout ce que je répète depuis trois jours commence à arriver sous les projecteurs des médias : HOLLANDE EST UN MENTEUR QUI EST ALLE SAUVER DIONCOUDA PAR UNE ATTAQUE FASCISTE CONTRE LE MALI !!!

Jean-Philippe Rémy ajoute :


Loin du nord du pays, il y a un homme que l'armée française a contribué à sauver , au moins temporairement : le président par intérim, Dioncounda Traoré . Quelques jours avant que l'armée française ne déploie des troupes au Mali, notamment à Bamako, le renversement des fragiles autorités locales qu'il dirige semblait "pratiquement programmé" , selon un proche du président. Selon la même source, des militaires auraient même envisagé d'arrêter ce dernier dans la nuit du 9 au 10 janvier, la veille de la prise de Konna par la coalition islamiste.

Dans les jours précédant le début des affrontements entre djihadistes et armée régulière, qui allaient déclencher les premières frappes aériennes françaises, Bamako était au bord du gouffre.

Les groupes politiques qui soutiennent l'ex-junte du capitaine Sanogo avaient lancé une série de manifestations en faveur de l'organisation d'une concertation nationale dont le but était de remettre en question le pouvoir de M. Traoré. Ils affirmaient aussi leur hostilité à une intervention extérieure, y compris française, au Mali, laissant le soin de reprendre le Nord à la seule armée malienne.


L'AMBIANCE ÉTAIT ÉLECTRIQUE À BAMAKO

Tandis que les groupes armés islamistes se mettaient en ordre de bataille pour organiser leur percée vers le Sud, des manifestations hostiles étaient organisées à Bamako entraînant des violences. Des organisations politiques, un syndicat d'écoliers et d'étudiants (AEEM) avaient appelé à la grève. Dans les rues, on avait dressé des barrages, enflammé des pneus, bloqué le passage de deux ponts. L'ambiance était électrique.

La chute de Konna semblait ouvrir la voie à celle de Mopti et de la base voisine de Sévaré. Un début de réaction en chaîne qui aurait pu emporter le pouvoir civil. "Si Mopti avait été prise, les islamistes se seraient trouvés avec un boulevard ouvert en direction de Bamako", analyse Tiébilé Dramé, président du Parena, et pilier du FDR, une coalition hostile à l'ex-junte du capitaine Sanogo. Il conclut : "C'est le syndrome de Tessalit."


CE QUE HOLLANDEGATE VIENT DE FAIRE AU MALI PORTE UN NOM : UN COUP D'ETAT FASCISTE !

Et dans une démocratie, l'inculpation et la condamnation porte aussi un nom : CRIME DE FORFAITURE !

Nulle doute que les pantins corrompus qui portent le nom de députés se montreront à la hauteur de la réputation qui est la leur : De petis larbins puants de la Franceàfric esclavagiste ! De petits laquais de Vincent Bolloré et de toute la bourgeoisie esclavagiste !
Il adviendra de ce crime de forfaiture commis par François Hollandegate, la même chose que du crime de forfaiture commis par son prédécesseur Nicolas Sarkozy qui avait été acheté en public par son maitre Bolloré pour le prix de vacances à Malte sur un yacht et un voyage en avion en Egypte !


Yanick Toutain


Edité le 16-01-2013 à 23:49:10 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 17-01-2013 à 16:22:12   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Dans la presse africaine :

Sur Afrique-Asie, une analyse détaillée du coup d’état au Mali avec l’appui des forces armées Touaregs formées par les USA, qui ont fait rapidement défection pour rallier les djihadistes.

Sur Afrique-Démocratie : "Le bombardement du Mali met en lumière toutes les leçons à tirer des interventions occidentales"

Extraits :

« Premièrement, ainsi que le rend clair l’article de fond du New York Times de ce matin, la plus grande part de l’instabilité au Mali est le résultat direct de l’intervention de l’OTAN en Libye. Précisément, « des combattants islamistes lourdement armés et aguerris sont revenus des combats en Libye » et « l’armement lourd sortant de Libye et les combattants différents, plus islamistes qui sont revenus » ont joué le rôle principal dans la chute du gouvernement central, soutenu par les USA. Comme Owen Jones l’a écrit dans une excellente colonne aujourd’hui dans The Independent: »

… « Deuxièmement, le renversement du gouvernement malien a été rendu possible par des soldats entraînées et armés par les USA, qui ont fait défection. Du New York Times: « des officiers des unités d’élite de cette nation, le fruit d’années d’entraînement états-unien attentif, ont fait défection lorsqu’il y avait le plus besoin d’eux – emportant des troupes, des armes, des camions et leurs aptitudes nouvellement acquises à l’ennemi au pic de la bataille, selon des officiels haut-gradés militaires maliens. » Et ensuite, « un officier entraîné par les USA a renversé le gouvernement élu du Mali, posant le décor pour que plus de la moitié du pays tombe aux mains d’extrémistes islamistes. »

… « Troisièmement, le bombardement occidental de Musulmans dans encore un autre pays va évidemment provoquer encore plus de ressentiment anti-occidental. Déjà, comme le rapporte The Guardian, les avions militaires français au Mali ont tué « au moins 11 civils dont trois enfants » .
La longue histoire de colonialisme français au Mali ne fait qu’exacerber la colère inévitable. En décembre, après que le Conseil de Sécurité de l’ONU ait autorisé l’intervention au Mali, le chercheur d’Amnesty International pour l’Afrique de l’ouest Salvatore Saguès, avertissait : « Une intervention armée internationale va certainement augmenter l’étendue des violations des droits de l’homme que nous voyons déjà dans ce conflit. »


Et plusieurs articles sur cameroonvoice

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 17-01-2013 à 23:58:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur le site solidarité internationale pcf :

Le Conseil mondial de la paix dénonce l'intervention militaire française au Mali

Le Conseil mondial de la paix (CMP) dénonce l'intervention militaire brutale de la France au Mali, menée avec le soutien intégral de l'Union européenne et de l'OTAN. Elle constitue la poursuite de la mise en œuvre des plans impérialistes pour le contrôle géo-stratégique de régions entières du continent Africain, comme nous avons pu le voir en 2011 avec l'intervention sanglante et le bombardement de la Libye.

Leur objectif, ce sont les ressources énergétiques qui sont l'objet d'une lutte acharnée entre des forces et centres impérialistes qui se retrouvent néanmoins tous ensemble pour massacrer les populations, avec des prétextes variant selon les circonstances.


Le CMP exprime son indignation devant ce nouveau crime d'un impérialisme français qui se prépare également à intervenir, avec ses alliés de l'OTAN, en Syrie tout en menaçant l'Iran.


Nous demandons l'arrêt immédiat de l'agression et le retrait des forces militaires françaises ainsi que celles de l'armée européenne et de l'OTAN.


L'immense majorité de l'humanité et des peuples rejette les missions de « paix » de l'Union européenne et de l'OTAN qui ne défendent que les intérêts des multi-nationales tout en semant la mort et la misère parmi les peuples.


Nous dénonçons le massacre du peuple Malien par les forces impérialistes et lançons un appel à tous ceux épris du paix afin qu'ils s'opposent, en menant toutes les actions nécessaires, aux projets impérialistes en Afrique.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 18-01-2013 à 00:18:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Rassemblement des Cercles Communistes :

Hollande sur les traces de Sarkozy fait la guerre pour le compte de Total et Areva !

Déclaration RCC sur la guerre impérialiste au Mali




Sarkozy, Cameron et Obama ont instrumentalisé les « révolutions Arabes » pour lancer l’OTAN et ses mercenaires (Aqmi et autres salafistes financés par les Emirs saoudiens, qataris, koweitiens et émiratis) pour mettre la Libye sous la coupe des bandits fascistes islamistes et monarchistes, et assassiner Khadafi. Pour se débarrasser de la Jamahiriya Libyenne, l’OTAN et les monarchies intégristes fascistes du Golfe ont littéralement acheté les services d’une partie de l’armée nationale libyenne, formée de ressortissants Touaregs venant notamment du Mali.
Une fois le sale boulot exécuté, les Touaregs armés de l’ex-armée libyenne sont alors revenus dans le nord-Mali avec la complicité de l’ex-président Amadou Toumani Touré (balayé par le coup d’état du 22 mars 2012 lors d’une rébellion populaire et de la base de l’armée malienne). Trahi par son propre président, le Mali va se retrouver divisé, avec une mainmise sur le nord du pays des groupes dits Touaregs des séparatistes du MNLA, d’Ansar Dine et des terroristes d’Aqmi, du Mujao, de Boko Haram.

C’est alors que Sarkozy fait entrer en scène son valet Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire) qu’il venait de hisser au pouvoir sur les chars militaires français à Abidjan, nouveau président de la CEDEAO, cette communauté économique ouest-africaine dans laquelle les Etats de l’UEMOA et de la zone franc sont des semi-colonies de la Françafric. Cette entrée en scène de la CEDEAO s’est traduite par le blocage des armes commandées par l’armée malienne dans les ports de Dakar, Conakry, Abidjan, et par la nomination de Dioncounda comme président malien d’une transition anticonstitutionnelle et imposée d’un an.
Hollande élu, l’impérialisme Français, dans le sillage du « frère aîné » US, gère la défaite d’Afghanistan par le retrait et se lance parallèlement dans le soutien à la guerre d’agression contre la Syrie par mercenaires djihadistes interposés. Mais là aussi l’échec de la stratégie de libyannisation de la Syrie est annoncé, comme le discours à l’Opéra de Damas (janvier) de Bachar El-Assad le laisse penser.

Hollande élu, le capitalisme Français, toujours en crise, renforce les politiques d’austérité qui ont pour but de baisser drastiquement les salaires en utilisant le chômage de masse et le travail clandestin (utilisant les sans-papiers comme moyens de déréglementation du marché du travail et de liquidation des acquis sociaux conquis de haute lutte par le monde du travail en 36, en 45 et 68).
Hollande élu, la Françafric qui méprise « l’homme africain [qui] n’est pas encore entré dans l’Histoire» (Sarkozy), qui a récemment capturé avec une barbarie éhontée le président ivoirien Laurent Gbagbo comme au temps de la traite des noirs, qui a participé directement à l’assassinat de Khadafi, reste décriée de partout en Afrique.

La guerre déclenchée par Hollande dans le Sahara malien, dans la droite ligne de Sarkozy, est une guerre sur commande de TOTAL et AREVA dont l’objectif majeur est de réaliser un vieux projet du colonialisme français mis en échec dans les années 60 : L’Organisation Commune des Régions Sahariennes (OCRS), projet de colonie détachant et rassemblant les régions sahariennes des futurs Etats indépendants de l’Algérie, du Mali, du Niger, du Tchad, de la Mauritanie. C’est en 1952 qu’une mission de l’Assemblée Nationale française avait formulé la nécessité de créer un tel « Territoire d’Outre-Mer » (TOM) dès que commencerait l’exploitation du pétrole à Edjélé et à Hassi Messaoud en Algérie. Le gouvernement Français avait même déposé à l’époque un projet de loi faisant des régions sahariennes « un territoire autonome ».

Le ministre Max Lejeune devait déclarer, inaugurant le pipeline n°1 à Toggourt en Algérie, que « dans quelques années, la France, aidée par des concours extérieurs arrivera à obtenir son ravitaillement en carburant et deviendra directement après les USA et l’URSS la troisième puissance énergétique mondiale » (maliweb.net du 15/10/2012). Ce projet sécessionniste visant en particulier l’Algérie à l’époque avait échoué parce que le Mali de Modibo Keita (notamment) avait tenu bon sur la solidarité panafricaine avec la lutte de libération armée du peuple Algérien.

C’est cette idée d’« autonomie » et de la « régionalisation » impérialiste suggérée et imposée au Mali par Edgar Pisani sous Mitterand dans les années 80, qui va préparer à travers le tristement célèbre rallye « Paris-Dakar », la ré-émergence de la question des nationalités du nord Mali, et surtout de la minorité Touareg.
Confronté à la double difficulté interne des effets sociaux de la crise, et externe avec la défaite en Afghanistan et celle qui semble se profiler en Syrie, Hollande vient de lancer la guerre françafricaine du Sahara en se mettant carrément en première ligne et en faisant appel, comme en Libye, à Cameron et à la logistique US.

Hollande cherche là aussi à sauver son président-laquais « de transition » Dioncounda, imposé au peuple Malien. Hollande fait d’une pierre trois coups : divertir le peuple Français, cacher les défaites en Afghanistan et en Syrie (en cours), et tromper le peuple Malien en offrant les richesses du sous sol de ce grand pays africain à Total (hydrocarbures) et Areva (uranium).

Non à L’embargo de la CEDEAO et de la Françafric sur les armes commandées par l’armée Malienne ! Troupes Françaises hors du Mali ! Non à la guerre pour les intérêts de Total et d’Areva !

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 19-01-2013 à 00:29:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur le blog de J. Tourtaux :

L'AMBASSADEUR RUSSE A L'ONU, A BALAYE LES ALLEGATIONS DE SON HOMOLOGUE FRANCAIS QUANT AU PLEIN SOUTIEN D'UNE INTERVENTION MILITAIRE PAR L'ONU AU MALI. QU'ATTEND L'ONU POUR CONDAMNER LA FRANCE?


Churkin:"La France n’a pas reçu le plein soutien de l’ONU".

L’équipe du site

L’ambassadeur russe, auprès de l’ONU, a balayé d’un revers de main les allégations de son homologue français, selon lesquelles tous les membres du Conseil de sécurité de l’ONU soutiendraient une intervention militaire, au Mali.

En allusion à la position de Moscou, hostile à une intervention militaire des troupes françaises, au Mali, le représentant permanent de la Russie auprès de l’ONU, Vitaly Churkin, a déclaré que "la France avait pris cette décision, sans le feu vert de tous les membres du Conseil de sécurité".

Churkin a ensuite jugé "exagérées" les déclarations de son homologue français.
Il est à noter que l’armée française a lancé une attaque militaire contre le Mali, avant même que les membres du Conseil de sécurité se réunissent, pour approuver cette décision.

A l’issue de la réunion de lundi du Conseil de sécurité, le représentant permanent de la France, auprès de l’ONU, Gérard Araud, a prétendu que "la France aurait reçu le plein soutien de tous les membres du Conseil de sécurité, en ce qui concerne une intervention militaire, au Mali". Il a, aussi, estimé que "cette intervention était conforme aux résolutions du Conseil de sécurité".

La situation humanitaire se dégrade: 700.000 personnes pourraient quitter leurs foyers (Onu)


Le conflit militaire au Mali pourrait contraindre quelque 700.000 personnes à quitter leurs foyers, a annoncé vendredi aux journalistes à Genève Melissa Fleming, porte-parole du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

"Nous supposons qu'il pourrait y avoir, dans un proche avenir, quelque 300.000 déplacés supplémentaires au Mali et 400.000 réfugiés supplémentaires dans les pays voisins", a indiqué Mme Fleming.

Selon le HCR, 147.000 Maliens se sont déjà réfugiés dans les pays voisins, y compris en Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso et en Algérie.

.
Source: Agences
18-01-2013 - 16:57 Dernière mise à jour 18-01-2013 - 17:31

source Al Manar

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12262 messages postés
   Posté le 19-01-2013 à 18:57:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur le blog de J. Tourtaux :

LA FEDERATION SYNDICALE MONDIALE (FSM) DENONCE L'INTERVENTION IMPERIALISTE AU MALI



source

18 janvier 2013

La Fédération Syndicale Mondiale dénonce vigoureusement l’intervention militaire du gouvernement Français «socialiste» de François Hollande au Mali avec l’appui d’autres forces impérialistes, sous le prétexte de l’intensification des conflits entre l’armée malienne et les organisations militantes qui apparaissent se battre pour l’indépendance du nord du Mali à Azawad.

L’intervention militaire a été présentée comme réponse à la demande du Président Malien, Dioncounda Traoré, le Président qui a été nommé à son poste après le Coup d’Etat Militaire du mois de Mars dernier.

Cette opération militaire, menée par les Français dans leur ancienne colonie, a été jointe par la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Union Européenne ainsi que les USA, le Canada et la CEDEAO. Ils ont déjà tous envoyé des troupes et des forces aériennes au Mali et ont fourni leur soutien selon la Résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies du mois du Décembre.

Après le génocide au Rwanda et la démolition de la Libye, la France continue à s’en servir des bases militaires qu’elle entretient en Afrique afin de renforcer son rôle dans la concurrence inter-impérialiste et pour servir les intérêts de ses groupes monopolistes qui pillent les ressources de production des richesses (or, uranium, etc.)

Ce conflit, orchestré entre tous les belligérants, est un autre spectacle sanglant sur le continent africain blessé, où les Africains paient un lourd tribut. Il vise la protection des intérêts français dans les mines d’uranium trouvés dans les régions touarègues de la région ouest-africaine, les concurrences inter-impérialiste pour le contrôle des ressources productrices de richesses du Mali et la mise en place des gouvernements marionnettes dans les pays africains qui desservent les principales forces impérialistes.

La Fédération Syndicale Mondiale, en solidarité avec les travailleurs, les pauvres du Mali et les pays ouest-africains, dénoncent fortement l’agressivité intensive des forces impérialistes dans la région qui sont en outre en train de détériorer les conditions de vie déjà difficiles de la population dans la région et visent le maintien et l’amélioration du pillage des ressources productrices de richesses qui appartiennent et qui doivent être utilisées pour satisfaire les besoins de la population.

Enfin, nous appelons les fédérations syndicales, d’abord et avant tout, des pays belligérants à dénoncer et agir contre la participation de leurs gouvernements à cette guerre. La position de chaque syndicat sur la question des guerres impérialistes est cruciale et redresse le critère de chaque type d’organisation syndicale. Les travailleurs des pays impérialistes doivent exprimer leur solidarité internationale avec leurs frères des autres pays.

LE SECRÉTARIAT

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3 Page suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  A bas l'impérialisme français !  dessein colonialiste français au MaliNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum