Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  la crise du capitalisme 

 contradictions du marché mondial

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 07-01-2022 à 18:27:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Il est courant de présenter la crise de surproduction, contradiction entre la production effrénée et la sous consommation, comme une constante du capitalisme.
On observe actuellement que l'inflation grève lourdement les budgets du peuple, et ce n'est pas la situation de notre seul pays.

Mais dans la situation d'une économie mondialisée, et du développement de la crise sanitaire, l'arrêt d'un process de production provoque le surproduction en amont et la sous production en aval.
D'autres contradictions apparaissent.
Par exemple la pénurie de composants entrave la production automobile, mais simultanément le coût des véhicules a significativement augmenté de sorte que le parc vieillit à cause de l'achat de véhicules d'occasion.

Nous devons étudier avec attention la situation économique en partant des faits, en étudiant les relations entre eux et la transformation des diverses contradictions.
Je posterai ici des articles économiques sur le sujet.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 07-01-2022 à 18:51:13   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ici la cause origine est la dépréciation du dollar liée à la marche accélérée de la planche à billets, notamment dans le plan d'investissement de Biden.
La domination mondiale du dollar a donc provoqué la hausse du prix du charbon.
Le redémarrage des industries après la crise sanitaire en 2021 a accru la demande en charbon.
Le système socialiste permet de surmonter les désordres.


L'interdiction des exportations de charbon par l'Indonésie alimente la crise énergétique mondiale, la Chine en fait les frais

Chine
Écrit par Ebara
2022-01-07 19:44:01
Dernière mise à jour : 2022-01-07 19:44

dnews

Le 1er janvier, l'Indonésie, premier exportateur mondial de charbon de force motrice, a interrompu ses exportations de charbon au motif "d'alléger les contraintes d'approvisionnement en charbon au niveau national et d'éviter les pénuries d'électricité dans le pays" . En tant que principale source d'importations de charbon de la Chine, comment l'arrêt des exportations de charbon par l'Indonésie affectera-t-il la Chine ?

L'impact de l'arrêt des exportations de charbon de l'Indonésie sur la Chine peut être analysé à la fois au niveau international et national. Au niveau international, le prix mondial du charbon s'est envolé depuis 2021, d'une part en raison de la dépréciation relative du dollar américain due au découvert de la devise américaine, qui a déclenché une hausse des prix mondiaux des matières premières et une hausse des prix du charbon ; d'autre part, l'économie mondiale a commencé à se remettre de l'impact de l'épidémie depuis 2021, augmentant la demande d'énergie, y compris de charbon.

Aux États-Unis, par exemple, le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) devrait se situer entre 5,2 % et 5,8 % en 2021. C'est la première fois depuis 1984 que le taux de croissance du PIB américain dépasse 5 %, et depuis 2001, le taux de croissance du PIB américain n'a pas dépassé 4 %. La demande mondiale de charbon devrait encore augmenter en 2022 en raison de la reprise économique mondiale. Le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit même que la "ruée vers le charbon" de 2021 se poursuivra jusqu'en 2024.


voir illustration sur site
Production de charbon de la Chine d'octobre 2020 à novembre 2021 (en millions de tonnes). On peut constater que la production de charbon de la Chine a oscillé à un faible niveau avant que les restrictions de septembre 2021 ne soient révélées, puis a commencé à augmenter en octobre sous la pression du gouvernement chinois pour "préserver l'offre". (CEICDATA)


Dans le même temps, l'envolée des prix de l'électricité, provoquée par la flambée des prix du gaz, a conduit le monde à se tourner vers le charbon pour produire de l'électricité, ce qui a encore stimulé la demande mondiale de charbon. Selon l'AFP, le ministère français de l'environnement a déclaré le 5 janvier dernier que le gouvernement français envisageait d'assouplir les restrictions imposées aux centrales électriques au charbon en janvier et février afin de permettre à ces centrales de brûler davantage de charbon pour produire de l'électricité en raison de l'insuffisance de l'approvisionnement en électricité en hiver.

Selon le rapport Coal 2021 de l'AIE, la consommation mondiale de charbon devrait augmenter en 2021 après deux années consécutives de déclin, les États-Unis et l'Union européenne devant connaître une croissance allant jusqu'à 21 % et l'Inde 12 %, ce qui alimentera une augmentation de 6 % de la demande mondiale totale de charbon en 2021. En 2022, la demande mondiale de charbon devrait atteindre 8,025 milliards de tonnes, dépassant le record de 2013 et le plus haut niveau jamais atteint. Il s'agit du niveau le plus élevé jamais enregistré. Dans le même temps, les données montrent également que les stocks de charbon américains sont désormais à leur niveau le plus bas depuis le début des années 1970.

L'interdiction des exportations de charbon par l'Indonésie a été motivée par la flambée des prix due à l'augmentation de la demande mondiale de charbon, ce qui a conduit les négociants en charbon indonésiens à se concentrer sur l'exportation de charbon pour réaliser d'énormes bénéfices, ignorant la politique du gouvernement selon laquelle 25 % du charbon doit être vendu à parité aux centrales électriques nationales, "sans une interdiction obligatoire des exportations, 20 centrales électriques d'une capacité de 10 850 mégawatts seraient en crise et perturberaient la stabilité économique du pays" . L'interdiction des exportations de charbon par l'Indonésie est logiquement cohérente avec l'interdiction précédente des exportations d'urée par la Chine, toutes deux destinées à garantir un approvisionnement stable sur le marché intérieur et, bien entendu, à exacerber le déséquilibre entre l'offre et la demande sur le marché mondial.

Sur la demande mondiale de charbon, la Chine étant le plus grand producteur et consommateur de charbon au monde, il est difficile pour elle de ne pas être affectée, l'impact dépend du marché intérieur chinois du charbon qui doit être analysé. Du point de vue du marché intérieur chinois du charbon, depuis le second semestre 2021, en raison du manque de stockage de charbon dans les centrales électriques au charbon, qui a conduit à l'exposition de coupures de courant à grande échelle dans de nombreux endroits, le gouvernement chinois a rapidement pris des mesures pour " assurer la stabilité de l'approvisionnement et des prix ", exigeant des entreprises de charbon qu'elles augmentent leur production. En particulier, les centrales thermiques étaient tenues de stocker suffisamment de charbon avant l'arrivée de l'hiver afin de répondre aux besoins de chauffage des habitants.

Grâce à la mobilisation du gouvernement chinois, l'industrie du charbon, dominée par des entreprises d'État, a commencé à augmenter sa production, et le système ferroviaire a accru sa capacité à assurer le transport du charbon. Dans le Shanxi, premier producteur de charbon de Chine, par exemple, la production quotidienne moyenne de charbon est restée supérieure à 3,3 millions de tonnes depuis octobre 2021 ; la production de charbon brut a atteint 1,097 milliard de tonnes au cours des 11 premiers mois, soit une augmentation de 120 millions de tonnes ou 12,4 % en glissement annuel. Les données du Bureau provincial de l'énergie du Shanxi montrent qu'au 28 décembre 2021, le Shanxi a achevé les ajouts de capacité de 49 mines de charbon, avec une augmentation nette de la capacité de 56,8 millions de tonnes par an.

Voir l'illustration
Importations totales de charbon en Chine de décembre 2020 à novembre 2021 (en millions de dollars US) (CEICDATA)

Dans le même temps, les entreprises charbonnières d'État ont pris l'initiative de prendre des engagements en matière de stabilisation des prix et de réduire les prix au comptant, deux entreprises centrales, China National Energy Group et China Coal Group, ayant offert plus de 50 milliards de RMB de concessions aux entreprises en aval pour le seul mois d'octobre 2021. Le 10 novembre 2021, la production quotidienne de charbon de la Chine a atteint un niveau record de 12,05 millions de tonnes, et en décembre, la production quotidienne moyenne de charbon a augmenté de 2 millions de tonnes par rapport à septembre, tandis que les stocks de charbon dans les centrales électriques réglementées du pays ont augmenté de 90 millions de tonnes par rapport à la fin septembre, dépassant le niveau le plus élevé en 2020. Au 23 décembre 2021, les stocks de charbon des sociétés de production d'électricité incluses dans les statistiques s'élevaient à 109,49 millions de tonnes, le nombre de jours disponibles pour les centrales électriques étant supérieur à 20 jours.

On peut dire que la crise des stocks de charbon des centrales électriques au charbon chinoises et la sécurité du chauffage hivernal ont été résolues grâce aux efforts du gouvernement chinois, ce qui a influencé la baisse du prix élevé du marché du charbon en Chine. Les données publiées par le Bureau national des statistiques de Chine montrent que les prix du charbon électrique et du charbon anthracite en Chine ont continué à baisser au cours de la seconde moitié de décembre. Le prix du charbon ordinaire mélangé avec un pouvoir calorifique de 4 500 kcal était de 617,5 RMB par tonne, en baisse de 184,2 RMB par tonne ou 23,0 % par rapport à la période précédente ; le prix du charbon mélangé Shanxi avec un pouvoir calorifique de 5 000 kcal était de 788,1 RMB par tonne, en baisse de 138,6 RMB par tonne ou 15,0 % par rapport à la période précédente ; le prix du charbon mélangé Shanxi avec un pouvoir calorifique de 5 500 kcal était de 895,0 RMB par tonne, en baisse de 178,3 RMB par tonne ou 16,6 % par rapport à la période précédente. Le prix du charbon mélangé de Datong avec un pouvoir calorifique de 5 800 kcal était de 964,4 RMB par tonne, en baisse de 188,9 RMB par tonne, soit 16,4 %, par rapport à la période précédente.

Après que l'Indonésie a interdit les exportations de charbon le 1er janvier, les prix du charbon chinois ont immédiatement augmenté, mais il reste à voir comment le marché va s'en sortir. Selon l'analyse des experts, le transport du charbon de l'Indonésie vers la Chine nécessite environ deux semaines. Le 1er janvier, l'interdiction effective des exportations aura un impact sur le marché chinois principalement entre la mi-janvier et la mi-février de cette année, pendant les vacances du Nouvel An chinois, la demande de charbon industriel sera réduite, ce qui laissera un peu de place à la demande de charbon de chauffage. Bien sûr, en tant que principal consommateur de charbon indonésien sur le marché du sud de la Chine, l'impact sera un peu plus important.

L'annonce de l'interdiction de l'Indonésie sur les exportations de charbon pour une période d'un mois, devrait se terminer le 1er février, à deux semaines de temps de transport, le charbon indonésien arrivera en Chine après le 15e jour du premier mois du calendrier lunaire chinois, et la plupart de l'industrie manufacturière de la Chine dans le premier mois du calendrier lunaire chinois après le 15e jour de travail en ligne avec l'industrie manufacturière dans le sud de la Chine, en particulier. Toutefois, étant donné la forte demande mondiale de charbon au cours des prochaines années, la question fondamentale de la sécurisation de l'approvisionnement en charbon de la Chine résidera également dans l'augmentation de la production nationale en Chine.

voir illustration
La production de charbon de la Chine de 2010 à 2020 (en millions de tonnes). (CEICDATA)

Il est rapporté que le ministère chinois de l'écologie et de l'environnement a approuvé ou est en train d'approuver des EIE pour des projets d'extraction de charbon impliquant une nouvelle capacité de production de plus de 127 millions de tonnes par an depuis le seul mois d'octobre 2021. Sur la base des 300 millions de tonnes de charbon importées par la Chine en 2020, 127 millions de tonnes représentent déjà plus de 40 % du volume total des importations. En fait, depuis que la production de charbon de la Chine a atteint son point le plus bas à 3,41 milliards de tonnes en 2016, l'augmentation annuelle de la production de charbon de la Chine a été supérieure à 100 millions de tonnes en 2017, 2018 et 2019, et a atteint 3,9 milliards de tonnes en 2020, se rapprochant du sommet historique de 3,974 milliards de tonnes en 2013. Le potentiel d'augmentation de la production de l'industrie charbonnière chinoise est encore très important, et il n'y a aucun problème pour satisfaire la demande intérieure de la Chine si l'on ne tient pas compte de ce que l'on appelle le facteur vert.

En outre, afin de garantir un approvisionnement stable et de réduire les incertitudes, la Chine s'est efforcée de promouvoir la signature de contrats d'approvisionnement à long terme entre les entreprises charbonnières et les centrales électriques. Selon la Foire du charbon de Chine 2022, la signature de ce contrat de charbon à moyen et long terme a permis d'obtenir pour la première fois une couverture complète du charbon pour la production d'électricité et de chaleur. Le contrat précise que les producteurs de charbon ayant une capacité de production approuvée de 300 000 tonnes par an et plus sont en principe inclus dans le champ de la signature, tandis que 100 % du charbon utilisé par les entreprises de production d'électricité et de fourniture de chaleur en fonction de la demande, autre que le charbon importé, doit faire l'objet de contrats à moyen et long terme, le premier lot de contrats dépassant 260 millions de tonnes.

Dans l'ensemble, l'interdiction d'un mois des exportations de charbon par l'Indonésie a un impact sur la Chine, mais il reste dans des limites gérables et l'augmentation future attendue de la demande grâce à une production accrue est suffisante pour y faire face. D'une certaine manière, en tant que premier producteur et consommateur de charbon au monde, la question de l'approvisionnement en charbon de la Chine est tout aussi fausse que la question de la sécurité alimentaire de la Chine.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 09-01-2022 à 00:16:40   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Chine : démarrage des projets d'infrastructure

Le démarrage en masse de grands projets dans de nombreux endroits en Chine a annoncé que l'investissement total du projet dépasse 3 000 milliards de RMB


Écrit par : Wu Yue
2022-01-07 10:49:02
dnews

Au début de la nouvelle année, la construction de grands projets dans de nombreux endroits en Chine a commencé avec enthousiasme. Selon des statistiques incomplètes, du 4 au 6 janvier, l'investissement total annoncé dans les grands projets a dépassé les 3 000 milliards de RMB.

Le "China Securities Journal" a rapporté le 7 janvier qu'à en juger par les rapports de travail du gouvernement publiés par diverses localités et le plan de travail 2022 annoncé par les commissions locales de développement et de réforme, il est devenu une tâche clé de promouvoir activement la construction de projets et de garantir que l'investissement du premier trimestre réalise un « bon départ ».

Le 6 janvier, le premier lot de grands projets dans les cinq nouvelles villes de Shanghai débutera en 2022. Il y a un total de 40 projets avec un investissement total de 132,82 milliards de yuans. Le même jour, le premier lot du projet de construction du port de libre-échange de Hainan en 2022 se tiendra dans la cité scientifique et technologique de la baie de Yazhou, dans la ville de Sanya. Cette fois, 142 projets seront lancés pour un investissement total de 37,3 milliards de yuans.

Le 5 janvier, la construction de 358 grands projets dans la province du Zhejiang a démarré de manière intensive, avec un investissement total de 638,6 milliards de yuans.

Le 4 janvier, la réunion de mobilisation pour le premier lot de grands projets de la province d'Anhui en 2022 se tiendra à Hefei, impliquant 731 grands projets pour un investissement total de 376,06 milliards de yuans.

Selon les statistiques incomplètes de Mysteel, l'investissement total dans des activités telles que le démarrage et la production concentrés de grands projets détenus dans de nombreux endroits en Chine a dépassé 3 000 milliards de yuans.

Les initiés de l'industrie ont souligné que les investissements dans les infrastructures au premier trimestre de 2022 augmenteront considérablement, principalement parce que le report budgétaire et la dette spéciale émise à l'avance dépassent les années précédentes. Les infrastructures atteindront un niveau élevé au premier trimestre.Le taux de croissance de la construction d'infrastructures tout au long de l'année affichera également des performances fulgurantes.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 09-01-2022 à 00:18:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Prédiction de l'agence : les ventes mondiales de semi-conducteurs augmenteront de 11 % en 2022 et dépasseront les 680 milliards de dollars américains

Écrit par : Sun Wei
2022-01-07 15:56:00

Après que les revenus mondiaux des semi-conducteurs aient augmenté de 25 % en glissement annuel en 2021, les instituts de recherche prévoient que les ventes mondiales de semi-conducteurs en 2022 atteindront un record de 680,6 milliards de dollars.
Selon un rapport du média chinois Jiwei Net du 7 janvier 2022, le rapport January Semiconductor Industry Express publié par l'organisme de recherche IC Insights montre que les ventes totales de semi-conducteurs en 2022 devraient augmenter de 11% et atteindre un record de 680,6 milliards de dollars. .

Selon les prévisions d'IC Insights dans Semiconductor Industry Express, les revenus mondiaux des circuits intégrés devraient augmenter de 11 % en 2022, atteignant un niveau record de 565,1 milliards de dollars US. Les marchés restants des semi-conducteurs, y compris l'optoélectronique, les capteurs/actionneurs et les dispositifs discrets ( collectivement appelés OSD) Equipment) devrait également augmenter de 11 % cette année, atteignant un record de 115,5 milliards de dollars US.

Le taux de croissance de 11% en glissement annuel est le même qu'en 2020, mais bien inférieur aux 25% en 2021. Poussées par la reprise économique, les ventes mondiales de semi-conducteurs ont atteint 614 milliards de dollars US en 2021, soit une augmentation de 121,4 milliards de dollars US par rapport à 492,6 milliards de dollars US en 2020, soit une augmentation de 25 % en glissement annuel.


Edité le 09-01-2022 à 20:44:07 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 09-01-2022 à 20:19:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le variant Omicron “fait des dégâts" aux Etats-Unis, la croissance de l’économie menacée ?


Pixabay
https://www.capital.fr/economie-politique/le-variant-omicron-fait-des-degats-aux-etats-unis-la-croissance-de-leconomie-menacee-1424792

A quoi s'attendre après le tsunami économique provoqué début 2020 par l'apparition du Covid-19 et le trou d'air de la première moitié de 2021? La flambée des contaminations au variant Omicron inquiète, même si les économies mondiales se sont habituées à vivre avec la pandémie.
Publié le 07/01/2022 à 9h23

L'ampleur des dégâts économiques causés par le variant est incertaine, mais la croissance pourrait en pâtir tant les restrictions sanitaires et la contagiosité d'Omicron perturbent les entreprises. La patronne du Fonds monétaire international Kristalina Georgieva a alerté dès début décembre d'une possible révision à la baisse de ses prévisions de croissance mondiale, actuellement à 5,9% pour 2021 et 4,9% pour 2022. Elle pourrait survenir d'ici à la fin janvier.
Aux Etats-Unis, "Omicron fait déjà des dégâts" , constate l'économiste en chef de l'agence de notation Moody's, Mark Zandi, tablant sur 2,2% de croissance au premier trimestre dans la première économie mondiale, contre 5,2% avant qu'Omicron ne fasse les gros titres. Ces perturbations devraient se dissiper dès le deuxième trimestre, affirme-t-il toutefois.

En zone euro, Andrew Kenningham, chef économiste pour l'Europe au centre de recherche Capital Economics, estime aussi que des restrictions comme les confinements hollandais et autrichien vont engendrer un ralentissement au premier trimestre puis un rebond, surtout si le pic épidémique a lieu en janvier.

"Chaque vague fait moins de dommages au système de santé et à l'économie que la précédente" , résume Mark Zandi. L'incertitude est plus grande pour les pays émergents et la Chine, les premiers étant moins vaccinés et la seconde appliquant des confinements locaux draconiens au nom de sa stratégie zéro Covid.

Quels sont les secteurs les plus touchés?

Milliers de vols annulés pendant les fêtes, bateaux de croisière détournés ou annulés, réservations d'hôtels en berne: Omicron entrave la reprise espérée d'un secteur du voyage qui a beaucoup souffert des vagues précédentes. Les spécialistes du divertissement craignent également que l'explosion des cas ne freine l'ardeur des clients à retourner au casino, au théâtre ou au cinéma. Sur les Bourses mondiales, ces secteurs ont pourtant le vent en poupe depuis quelques semaines. "Le marché semblait se projeter sur l'après Omicron" , explique Alexandre Baradez, analyste de la société d'investissements IG France.

Depuis le 20 décembre, l'action du croisiériste Carnival a grimpé de près de 20%, celle d'Air France d'environ 15% et celle du fabricant d'engins et de matériels de chantier Caterpillar de presque 25%. Ces valeurs, qui dépendent fortement de la conjoncture, profitent de l'espoir d'une normalisation imminente de l'économie.

L'inflation va-t-elle s'aggraver?

Avant Omicron, l'inflation aux Etats-Unis et en zone euro était au plus haut depuis plusieurs décennies. Son rythme pourrait encore s'accélérer. "Les gens qui restent chez eux à cause du variant sont plus susceptibles de dépenser leur argent pour des biens de consommation plutôt que pour des services comme les restaurants ou les loisirs en présentiel" , souligne Jack Kleinhenz, économiste en chef de la fédération américaine des commerçants (NRF).

Les chaînes mondiales d'approvisionnement étant déjà en surchauffe, ce qui conduit à des pénuries de matériaux et de matières premières, une hausse de la demande pourrait faire encore plus grimper les prix. C'est le scénario craint par la Réserve fédérale américaine, qui envisage d'avancer son calendrier de hausse des taux, selon le compte-rendu de sa dernière réunion. Ailleurs, les ménages brésiliens ou nigérians voient leur pouvoir d'achat plombé par une inflation à deux chiffres, et l'économie britannique est au bord de la contraction selon les Chambres de commerce britanniques (BCC).

Le retour du "quoi qu'il en coûte"?

Les programmes massifs d'aide aux entreprises du printemps 2020, qui ont creusé à 226.000 milliards de dollars la dette mondiale l'an dernier selon le FMI, semblent de l'histoire ancienne. "Le recours aux dispositifs comme le chômage partiel avait du sens au moment où l'incertitude était totale, toute l'industrie était à l'arrêt", rappelle Niclas Poitiers, chercheur à l'institut Bruegel, en référence aux premiers confinements.

Mais la planète a appris à vivre avec le Covid-19 et "on parle désormais de mettre en place des dispositifs d'aide plus structurels tels que Build Back Better (qui prévoit notamment des réformes sociales et environnementales aux Etats-Unis) ou Next Generation EU" , le plan de transition écologique et numérique de l'Union européenne, ajoute-t-il. Des aides plus ciblées restent toutefois d'actualité pour les secteurs les plus sinistrés, à l'instar des programmes français ou britanniques à destination du tourisme et de l'hôtellerie-restauration.

__________________


La dette des cartes de crédit aux États-Unis enregistre sa plus forte augmentation record en novembre


Écrit par : Su Zimo sur dnews
2022-01-09 17:07:00
Date de la dernière mise à jour :2022-01-09 17:07

Malgré le faible niveau d'attention dans le passé, les données de novembre sur le crédit à la consommation publiées par la Réserve fédérale (Fed) aux premières heures du 8 janvier, heure de Pékin, ont attiré l'attention de l'industrie. Les dernières performances de ces données semblent confirmer les spéculations précédentes de nombreux économistes selon lesquelles l'épargne excédentaire accumulée par la classe moyenne aux États-Unis depuis le déclenchement de la nouvelle épidémie de pneumonie de la couronne (COVID-19) a progressivement été consommée. ils lancent maintenant. Il y a une frénésie de consommation entraînée par la dette de carte de crédit.

Les chiffres suivants sont choquants :

En novembre, le crédit à la consommation aux États-Unis a bondi de 39,99 milliards de dollars, soit le double des 19,5 milliards attendus. Il a également plus que doublé par rapport aux 16,89 milliards d'octobre, établissant un record.
Parmi eux, le crédit non renouvelable, y compris les prêts automobiles et les prêts étudiants, a augmenté de 20 milliards de dollars américains, la septième augmentation la plus importante jamais enregistrée.
Mais le véritable tollé, ce sont les crédits renouvelables et la croissance de la dette des cartes de crédit. Ce chiffre a plus que triplé en novembre, passant de 6,6 milliards de dollars américains en octobre à 19,8 milliards de dollars américains, un record à ce jour.
Comme nous le savons tous, Thanksgiving et Black Friday fin novembre marquent souvent le début de la fin de la saison des achats aux États-Unis. Par conséquent, l'augmentation des données de crédit à la consommation en novembre aurait dû être naturelle. Cependant, l'augmentation des chiffres mentionnée ci-dessus est si alarmant que de nombreuses personnes dans l'industrie continuent de manière inattendue.
Le célèbre site de blog financier Zerohedge a déclaré que cela semble prouver une fois de plus que, pour la classe moyenne américaine, tout « excès d'épargne » précédemment provoqué par le stimulus fiscal américain, etc., a maintenant progressivement disparu...

Selon une enquête menée par LendingTree fin 2021, lors de la saison des achats de novembre-décembre 2021, plus d'un tiers des Américains ont choisi la "consommation de crédit". Parmi eux, 62 % des emprunteurs utilisent des cartes de crédit pour emprunter de l'argent, et près de 40 % des Américains utilisent « Buy First Pay Later » (BNPL) pour acheter des produits de vacances en 2022, ce qui représente une nouvelle augmentation par rapport aux 37 % de 2020.
Zerohedge a souligné que bien que les données de crédit ci-dessus indiquent que l'épidémie n'a peut-être pas affecté la forte demande des consommateurs pendant la saison des vacances aux États-Unis 2021, l'envie de dépenser a fait augmenter la dette de carte de crédit des consommateurs américains. Mais cela peut encore changer les inférences précédentes de nombreux économistes sur l'économie américaine : tout modèle qui prédisait auparavant que les dépenses de consommation des États-Unis seraient motivées par « l'épargne » peut maintenant être renversé. Alors que la Réserve fédérale commence désormais à réduire ses achats de dettes, voire à se préparer à relever ses taux d'intérêt et à réduire son bilan, la perspective d'un resserrement des liquidités et d'une hausse des taux d'intérêt sera sans aucun doute très vigilante.


Edité le 09-01-2022 à 20:43:44 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 09-01-2022 à 20:31:23   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Différents exemples montrent que, dans l'accélération historique provoquée par la pandémie, les contradictions du capitalisme s'exacerbent.

Contrairement aux affirmations taillées à la serpe du "cercle ouvrier Léo Frankel", la surproduction n'est pas l'aspect immédiat de cette crise, où on observe dans plusieurs domaines des pénuries (voir également les conséquences de l'insurrection et des troubles au Kazakhstan sur le pétrole et l'uranium).
Ces pénuries provoquent à leur tout une hausse des prix, qui s'ajoute à l'inflation due à de nombreux quantitative easings US et européens.

Par contre le dernier exemple ci-dessus montre que la dette des particuliers risque de s'accroître aux USA.
D'autre part la hausse des prix peut aboutir au même résultat, une baisse rapide de la consommation des ménages. Dans ce cas nous serions devant une crise de surproduction classique.



Edité le 09-01-2022 à 20:47:26 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 09-01-2022 à 20:40:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

En 2021, l'afflux de capitaux vers le nord dépasse les 430 milliards de yuans, les capitaux étrangers embrassent avec enthousiasme les actifs chinois


Écrit par : Su Zimo sur dnews
2022-01-09 18:33:01

Malgré de multiples facteurs défavorables tels que les nouvelles épidémies répétées de pneumonie coronaire (COVID-19), l'afflux de capitaux étrangers en 2021 restera important. Les données montrent qu'en 2021, l'afflux net de fonds vers le nord pendant 12 mois consécutifs, l'afflux net cumulé est d'environ 432,2 milliards de yuans, un record d'afflux nets annuels. Alors que le volume total bat de nouveaux records, la structure des investissements est plus intéressante et l'allocation de la fabrication a été considérablement augmentée, indiquant que le capital étranger est très préoccupé et approuve le développement de haute qualité de l'économie réelle de la Chine.

Les experts ont déclaré qu'alors que le marché des capitaux chinois continue de s'ouvrir au monde extérieur et que la macroéconomie continue de se redresser régulièrement, en 2022, les capitaux étrangers continueront d'embrasser activement les actifs chinois et de partager les réalisations et les opportunités de développement de la Chine.

Essentiellement destiné à attirer des entrées de capitaux étrangers

En regardant en arrière au début de 2021, les épidémies à l'étranger se sont répétées et les grandes sociétés indicielles internationales ont pratiquement terminé l'inclusion des actions A. L'échelle incrémentielle des fonds passifs a progressivement diminué. les entrées de capitaux dans les actions A. Cependant, les résultats statistiques depuis lors Il montre que la force des entrées de capitaux vers le nord est complètement au-delà des attentes du marché.

Pourquoi l'afflux de capitaux vers le nord a-t-il atteint un nouveau sommet contre la tendance ? Les experts estiment que cela est principalement dû aux performances économiques stables de la Chine, à l'amélioration continue de l'environnement politique et à l'amélioration continue de l'écologie du marché.

"Notre pays a pris l'initiative de contrôler l'épidémie à l'échelle mondiale, l'économie a été la première à se redresser, la résilience du développement a continué de se montrer et l'afflux continu de capitaux étrangers a été attiré" , a déclaré Tian Lihui, doyen de l'Institut de développement financier de l'Université de Nankai. Les dernières données publiées par le Bureau national des statistiques de Chine confirment également ce point : en novembre 2021, l'économie nationale a continué de se redresser, la production industrielle et agricole a augmenté régulièrement, la situation de l'emploi était généralement stable et le développement de haute qualité progressait régulièrement. .

Li Qiusuo, directeur général exécutif du département de recherche du CICC, a déclaré que sous l'impact de l'épidémie, la croissance économique de la Chine est plus stable que les autres marchés. La Chine reste le principal lieu de rassemblement pour les objectifs de croissance mondiale et les valorisations des grandes entreprises. sont plus attractives que des entreprises internationales comparables.

En revanche, outre-mer, touchés par les épidémies à répétition et d'autres facteurs, les problèmes économiques et sociaux de certains pays sont très graves. "En réponse à l'impact de l'épidémie, certains pays ont mis en œuvre des politiques d'assouplissement quantitatif à grande échelle, qui ont entraîné une réévaluation de la valeur des actifs. L'argent intelligent international doit rechercher activement des refuges", a déclaré Tian Lihui.

Une série de nouvelles mesures d'ouverture dans les deux sens lancées par le marché des capitaux chinois, notamment l'abaissement des barrières à l'entrée pour les investissements étrangers, la promotion de la facilitation et de la libéralisation des investissements transfrontaliers et l'enrichissement des produits financiers internationaux, ont facilité les investissements de capitaux vers le nord. En outre, l'appréciation globale du taux de change du RMB au cours de l'année écoulée, associée à la faible valorisation des actions A, a attiré des capitaux internationaux pour entrer sur le marché des capitaux chinois.

« Le marché des capitaux s'ouvre au monde extérieur à un niveau élevé et de manière ordonnée, la réforme du système d'enregistrement progresse régulièrement et l'écologie du marché continue de s'améliorer. Soutenue par de multiples facteurs, la volonté des capitaux étrangers d'entrer dans la capitale chinoise marché continue d'augmenter. » Li Zhan, économiste en chef du China Merchants Fund Research Department Express.

Optimiste quant au développement de l'industrie manufacturière chinoise
En général, en 2021, les fonds en direction du nord présenteront les caractéristiques d'une échelle croissante, d'une augmentation active de l'allocation et d'une concentration sur la fabrication. "La proportion de fonds d'allocation active dans les fonds en direction du nord a augmenté." Li Zhan a déclaré qu'en 2019, les trois principaux indices internationaux MSCI, FTSE Russell et S&P Dow Jones se sont concentrés sur l'inclusion ou l'expansion des facteurs d'inclusion des actions A. Dans Dans ce contexte, l'afflux de capitaux vers le nord cette année-là a dépassé 350 milliards de yuans.

En 2021, les sociétés indicielles internationales n'ont pas encore augmenté le facteur d'inclusion des actions A. "Cela signifie que l'afflux de plus de 400 milliards de yuans de capitaux étrangers en 2021 n'est pas le résultat d'un capital passif suivant l'allocation mécanique de l'indice, mais de l'allocation de capital proactive d'actions A, indiquant que la valeur d'allocation et l'attractivité du marché des capitaux chinois s'améliorent constamment ", a déclaré Li Cham.

Les fonds Northbound ont toujours été appelés « argent intelligent », et leurs tendances d'allocation peuvent non seulement montrer le jugement des investissements étrangers sur les perspectives d'une certaine industrie, mais peuvent également voir des changements dans le développement macroéconomique. Les données de la CCPI montrent que les positions étrangères absolues actuelles sont toujours concentrées dans les valeurs de consommation, telles que les appareils ménagers, les services de loisirs et les industries de l'alimentation et des boissons. Dans le même temps, l'attention des fonds en direction du nord à l'industrie manufacturière de mon pays continue d'augmenter. En 2021, plus de la moitié des achats nets des fonds en direction du nord iront à l'industrie manufacturière intermédiaire. Parmi les achats nets de plus de 400 milliards de yuans, plus de 100 milliards de yuans ont été consacrés à l'industrie des équipements électriques.Les industries chimique et électronique ont également reçu respectivement 56,7 milliards de yuans et 47,2 milliards de yuans d'achats nets.

« L'industrie manufacturière de mon pays possède des avantages concurrentiels uniques tels qu'une chaîne industrielle « grande, longue et complète » et les dividendes des ingénieurs. En 2021, l'industrie manufacturière chinoise continuera à maintenir un développement rapide face à divers défis, et sa compétitivité sera progressivement reconnue, ce qui stimulera les investissements étrangers dans l'industrie manufacturière chinoise. La configuration s'est accrue" , a déclaré Li Qiusuo.

Li Zhan pense que les changements dans l'industrie de l'allocation des capitaux vers le nord montrent que la logique de l'investissement étranger en Chine a doucement changé. dans des domaines émergents comme la neutralité carbone Et le droit de parole s'est progressivement amélioré. Dans le même temps, l'afflux important de capitaux vers le nord favorisera également le développement ultérieur de ces industries, ce qui est propice à la promotion du développement de haute qualité de l'économie réelle.

un afflux important devrait se maintenir
Dans la perspective de 2022, le marché est généralement optimiste quant à l'afflux de fonds vers le nord.
« Les investissements étrangers continueront d'embrasser les actifs chinois » . améliorer les conditions de vie des gens, se concentrer sur la stabilisation du marché macroéconomique et maintenir les opérations économiques. Dans une fourchette raisonnable. Avec le ferme soutien des politiques macroéconomiques, l'économie chinoise devrait poursuivre sa reprise régulière en 2022, les fondamentaux des entreprises continueront de s'améliorer et l'attrait pour les investissements étrangers augmentera encore.

Le bureau d'études du CICC estime que les risques des chaînes d'approvisionnement à l'étranger en 2022 pourraient faire pression sur l'appréciation du renminbi et favoriser l'allocation des actifs chinois par les capitaux étrangers. Dans le même temps, la croissance économique rapide de la Chine, sa compétitivité élevée dans le secteur manufacturier et la poursuite de l'ouverture du marché des capitaux devraient continuer d'attirer les investissements étrangers.
"Bien qu'elle ait connu des afflux continus depuis de nombreuses années, la propriété étrangère actuelle d'actions A est encore faible, la croissance économique de la Chine est toujours résiliente, l'avantage manufacturier restera à long terme et l'afflux de capitaux vers le nord continuera de se développer. " Tian Lihui a déclaré qu'actuellement, le marché des capitaux chinois est devenu un important marché financier mondial. La valeur marchande totale des actions A a dépassé 90 000 milliards de yuans et le nombre de sociétés cotées a dépassé les 4 000. L'économie dans son ensemble a une forte capacité à accepter fonds.

Afin d'attirer davantage d'investisseurs étrangers sur le marché chinois et de promouvoir un plus grand développement du marché des actions A, ces dernières années, la Chine a élargi la porte à l'ouverture, et d'autre part, elle s'est efforcée de supprimer divers obstacles à l'investissement étranger. Il n'y a pas si longtemps, la Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières a sollicité publiquement des avis sur la révision des « règlements sur l'interconnexion et le mécanisme d'interconnexion des transactions boursières sur le continent et à Hong Kong » , et a mis en place une surveillance stricte des soi-disant « faux capitaux étrangers » pour promouvoir la régulation et la transparence continues du marché, et pour mieux faciliter les capitaux étrangers réels.

D'autres mesures d'ouverture se préparent. Le président de la Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières, Yi Huiman, a déclaré publiquement il y a quelques jours qu'il étudiait et lançait des mesures pertinentes pour élargir davantage l'ouverture conformément au nouveau cycle d'ouverture de haut niveau du pays sur le monde extérieur, y compris continuer à élargir la portée du Shanghai-Shenzhen-Hong Kong Stock Connect, et étendre et optimiser le système Shanghai-London Stock Connect, étendre l'offre de variétés internationalisées de matières premières et de contrats à terme financiers, et promouvoir la mise en place de mécanismes de certification de qualification pour les pratiquants étrangers.

"Alors que le marché des capitaux de mon pays continue de s'ouvrir au monde extérieur, le rythme d'entrée des fonds vers le nord continuera de s'accélérer à l'avenir et la participation des capitaux étrangers au marché des capitaux chinois deviendra de plus en plus profonde" , a suggéré Tian Lihui. que tout en mettant en œuvre une série de nouvelles mesures d'ouverture dès que possible, nous devons être attentifs à la relation entre l'ouverture et la prévention des risques. Les services concernés devraient renforcer la recherche et le jugement, améliorer le suivi des flux de capitaux transfrontaliers et prévenir risques financiers causés par les entrées et sorties importantes de capitaux étrangers.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 13-01-2022 à 20:39:01   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La flambée des prix et les sorties de capitaux des marchés émergents pourraient provoquer des troubles


dnews

Selon les données publiées par l'Institute of International Finance (IIF) le 11 janvier 2022, l'intérêt d'investissement des investisseurs étrangers dans les marchés émergents en décembre 2021 connaît un "ciel à deux niveaux". Le montant total des fonds non-résidents affluant vers les marchés émergents au cours du mois a atteint 16,8 milliards de dollars, dont l'ampleur des capitaux étrangers entrant en Chine s'élevait à 22,6 milliards de dollars. sorties de capitaux de 5,8 milliards de dollars.
Dans le détail, en décembre de l'année dernière, les investisseurs étrangers ont augmenté leurs avoirs en obligations chinoises de 10,1 milliards de dollars US, et 12,5 milliards de dollars US supplémentaires ont afflué sur le marché boursier chinois. 9,6 milliards de dollars ont été retirés des marchés obligataires émergents hors de Chine, la plus importante sortie depuis le premier tour de l'épidémie a durement touché le marché en mars 2020, et le marché boursier n'a ajouté que 3,8 milliards de dollars.
Le 12 janvier, le rendement des obligations d'État à 10 ans de la Turquie atteignait 24,9 %, celui du Brésil de 11,2 %, celui de la Russie de 8,7 % et celui de l'Inde de 6,6 %. En termes de rendements nominaux, les rendements des obligations d'État des principaux marchés émergents hors de Chine ne sont pas faibles. Cependant, la Réserve fédérale est sur le point de commencer à augmenter les taux d'intérêt. Les rendements des obligations américaines ont augmenté lors des cycles de hausse des taux d'intérêt précédents. Les capitaux internationaux ont toujours tendance à revenir vers les États-Unis. Les marchés émergents manquent de liquidités et les taux de change se sont dépréciés. . Par conséquent, la principale raison pour laquelle les capitaux internationaux abandonnent les obligations des marchés émergents est l'incertitude de la macroéconomie des marchés émergents et les fluctuations des taux de change.

Outre les sorties de capitaux et la dépréciation du taux de change, la forte inflation mondiale a également exercé une pression énorme sur les économies de marché émergentes. Depuis avril 2020, les prix mondiaux du charbon, du gaz naturel, du pétrole brut et d'autres énergies ont continué d'augmenter. La hausse des prix de l'énergie augmentera les coûts de fusion de divers métaux, et les prix des métaux qui ne sont pas beaucoup en stock ont fortement augmenté par rapport à avant l'épidémie. En outre, les prix élevés de l'énergie augmentent également le coût des engrais, entraînant des prix agricoles élevés. Le président de la Banque mondiale, Malpass, a déclaré que les hausses de taux attendues dans les économies avancées exerceraient une pression sur les économies en développement, qui risquent d'augmenter les taux d'intérêt, de dévaluation de la monnaie et d'insécurité alimentaire.

La chaîne industrielle et la structure industrielle des économies émergentes sont simples, l'efficacité de la production est faible et la capacité à résister à l'inflation est faible. La combinaison de la flambée des prix et des sorties de capitaux aura un impact négatif sérieux sur les économies des économies émergentes, suivie d'une détérioration de l'environnement politique. Les récentes manifestations déclenchées par la hausse des prix du carburant se sont transformées en les pires troubles des 30 ans d'indépendance du Kazakhstan. Le Kazakhstan, le plus grand pays producteur de pétrole d'Asie centrale, est vaste et peu peuplé, et les transports publics dépendent davantage du pétrole à bas prix.
Le pays ne manque généralement pas de pétrole. Cependant, en 2021, les prix internationaux de l'énergie augmenteront et les intérêts évoluent. Le gouvernement kazakh n'est pas disposé à vendre de l'énergie à sa propre population à bas prix, ce qui entraînera une augmentation du coût de la vie et une escalade des conflits. Couplé à "l'évolution pacifique" des forces étrangères, cela a finalement conduit à des troubles sociaux.

La livre libanaise s'est récemment fortement dépréciée.
Le 11 janvier, le taux de change du marché noir par rapport au dollar américain est tombé en dessous de 33.000 contre 1. Avant la dévaluation de la livre libanaise, la livre turque s'était déjà dépréciée. La situation en Inde, le plus grand marché émergent en dehors de la Chine, n'est pas non plus optimiste. L'Inde a toujours considéré la Chine comme un « vieil ennemi » et scrute strictement les investissements chinois, mais elle a récemment envisagé d'assouplir les restrictions sur certains investissements chinois pour la croissance économique. Il est prévisible qu'après le début du cycle de hausse des taux d'intérêt par la Fed, la dépréciation du taux de change sur les marchés émergents apparaîtra à grande échelle.

Lors des précédents cycles de hausse des taux d'intérêt, il y avait eu une vague de baisse des prix de l'or avant la première hausse des taux de la Réserve fédérale. Les marchés parient désormais sur plus de 90 % de chances que la Fed relève ses taux lors de sa réunion de mars. Le prix de l'or est toujours relativement élevé, restant au-dessus de 1 800 $ l'once, ce qui indique que de nombreuses personnes utilisent l'or comme valeur refuge.

La meilleure façon pour les marchés émergents de faire face aux chocs externes, tels que l'inflation importée et les sorties de capitaux, est d'abord de restreindre les flux de capitaux, puis de s'efforcer d'améliorer l'efficacité de la production.

Les vieux pays capitalistes comme la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et les États-Unis sont tous passés par des étapes de mercantilisme et de protectionnisme commercial et n'ont ouvert que lentement leurs marchés des matières premières et financiers après que leurs fondements économiques eurent atteint un certain niveau.
Le RMB est toujours un système de taux de change flottant géré.
L'expérience de développement de la Chine a prouvé qu'un marché financier et des changes géré peut servir d'escorte pour l'économie réelle.
Cependant, les économies émergentes ont des structures industrielles fragiles et une faible stabilité du système financier, et n'ont pas la base économique pour ouvrir le marché des changes. Les économies émergentes qui ouvrent imprudemment leurs propres marchés financiers sont induites en erreur par la rhétorique de l'économie libérale occidentale, ou elles peuvent être coopérées par le capital international avec leurs propres compradores pour récolter la richesse nationale.

Ce mercredi 12 janvier, les États-Unis annonceront les données de l'IPC de décembre Le marché s'attend généralement à ce que l'inflation continue d'être élevée. Avant novembre, l'IPC américain atteignait 6,8 %, atteignant un nouveau sommet en près de 40 ans ; il a augmenté de 0,8 % en glissement mensuel.
Les économistes interrogés par FactSet s'attendent à ce que l'IPC américain augmente de 0,5% en glissement mensuel en décembre et de 7,1% par rapport à l'année précédente, ce qui serait le gain annuel le plus important depuis février 1982.

UBS s'attend à ce que l'inflation globale de l'IPC aux États-Unis dépasse 7 % en décembre et culmine à environ 7,3 % en janvier et février avant de poursuivre sa tendance à la baisse au printemps. Selon une étude d'UBS, bien que les prix des aliments et de l'énergie aient ralenti en décembre, les prix de base devraient continuer à augmenter rapidement au cours des prochains mois. Parmi eux, les prix des véhicules automobiles restent élevés, les prix à l'importation augmentent régulièrement et les loyers des locataires devraient encore connaître de fortes augmentations.

D'importantes contributions positives sont également attendues des billets d'avion et des services médicaux (tous deux tirés par la flambée des prix de l'assurance-maladie).
Barclays s'attend à ce que l'IPC global augmente de 0,4% en glissement mensuel et de 6,9% en glissement annuel en décembre, dont les pressions inflationnistes dans le secteur de l'énergie se sont légèrement atténuées et les prix alimentaires restent élevés ; l'IPC de base a augmenté de 0,5% sur un mois et 5,4 % sur un an, principalement en raison du marché des biens et services. Plus précisément, Barclays s'attend à ce que les prix de l'énergie baissent de 0,7% en décembre, la première baisse en six mois. Alors que l'économie continue de rouvrir, une reprise de la demande de services d'accueil pourrait exercer une nouvelle pression à la hausse sur les prix des services, y compris les restaurants et autres catégories de plats à emporter. Les pénuries de main-d'œuvre ont également contribué à accroître les pressions sur les prix dans certaines catégories de services.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 19-01-2022 à 21:02:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les marchés émergents sont confrontés à une dette massive à l'approche du cycle de hausse des taux et de la fin du programme d'aide à la pandémie
.

dnews
Selon la Banque mondiale, 74 pays à faible revenu devront rembourser environ 35 milliards de dollars aux prêteurs des secteurs public et privé en 2022, soit une augmentation de 45 % par rapport à 2020.
Les économies émergentes se sont endettées davantage pendant la pandémie de Covid-19, mais les prêts suspendus en raison de la pandémie sont sur le point de reprendre et le coût du refinancement augmente.

L'un des plus vulnérables est le Sri Lanka, où l'agence de notation S&P Global a mis en garde la semaine dernière contre un éventuel défaut cette année et a dégradé sa dette souveraine. Les investisseurs sont également préoccupés par des pays comme le Ghana, El Salvador et la Tunisie, a déclaré le Financial Times.

Dans des prévisions économiques publiées la semaine dernière, la Banque mondiale a averti qu'environ 60 % des pays à faible revenu ont besoin ou risquent d'avoir besoin de restructurer leur dette, et qu'une nouvelle crise de la dette souveraine pourrait émerger.
Le président de la Banque mondiale, David Malpass, a déclaré que "l'extraction de ressources par les créanciers" signifie que "le risque de défauts de paiement désordonnés augmente" :

"Les pays sont confrontés à une situation où ils peuvent reprendre le remboursement de leurs dettes, mais à ce stade, ils n'ont pas les ressources pour payer leurs dettes."
En 2020 et 2021, les gouvernements et les entreprises des pays à revenu faible et intermédiaire émettront environ 300 milliards de dollars d'obligations chaque année, soit trois points de plus que les niveaux d'avant la pandémie, selon l'Institute of International Finance, une association du secteur financier. ou plus.
En avril 2020, le G20 a lancé l'Initiative de suspension du service de la dette, qui a prolongé la dette de 20 milliards de dollars de 73 pays entre mai 2020 et décembre 2020 jusqu'à la fin de 2021.

Ces pays doivent reprendre les remboursements cette année et commencer à rembourser les dettes suspendues par le programme.
Dans le même temps, les coûts d'emprunt augmentent.
Les baisses généralisées des taux des banques centrales au cours des deux premières années de la pandémie ont permis aux gouvernements d'emprunter à relativement bon marché, mais avec les conditions monétaires mondiales qui devraient se resserrer cette année, il devient plus coûteux de refinancer la dette existante.

Les économies menées par le Brésil et la Russie ont relevé leurs taux d'intérêt de manière agressive pendant des mois pour endiguer une poussée de l'inflation. Mais dans de nombreux pays, les taux d'intérêt sont toujours inférieurs au rythme de l'inflation et les capitaux transfrontaliers sortent des actions et des obligations des marchés émergents.

Rebecca Grynspan, Secrétaire générale de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, a déclaré :
"Le problème de la dette s'aggrave et l'espace budgétaire dans les pays en développement continuera de se rétrécir. Ces pays risquent vraiment de connaître une autre 'décennie perdue'" .

_________________


On observe que les dérèglements provoqués essentiellement par les USA, en lâchant les vannes puis en récupérant leurs milliards de dollars par la hausse des taux, provoquent des catastrophes dans les pays émergents s'ils ne sont pas assez indépendants de la monnaie américaine. Ceci devrait accélérer la dédollarisation.

D'autre part il ressort aussi que l'économie mondiale ne peut pas être interprétée à l'aide de citations et de généralités comme le « cercle ouvrier Léo Frankel » sur la "crise de surproduction".
A l'heure actuelle la plupart des problèmes sont dus à la pénurie, et on voit à quel point elle peut affecter le budget des ménages quand il s'agit du diesel ou du chauffage.
C'est lorsque la production commencera à tourner de nouveau à plein régime que la surproduction pourra apparaître, à cause des salaires trop bas.
Ensuite il faut examiner la situation pays par pays ou du moins en différenciant l'hégémonisme, le second monde et le tiers monde, et les relations entre eux.



Edité le 19-01-2022 à 21:13:42 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 19-01-2022 à 21:22:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Hausse du prix du pétrole


dnews
Dans les échanges intrajournaliers du 19 janvier, le prix du principal contrat à terme sur le pétrole brut Brent a dépassé 89 $ le baril, et le prix du principal contrat à terme sur le pétrole brut WTI a dépassé 86 $ le baril, atteignant tous deux des sommets en sept ans. D'un point de vue hebdomadaire, les prix internationaux du pétrole ont augmenté pendant 5 semaines consécutives, l'augmentation cumulée du pétrole brut Brent et du pétrole brut WTI dépassant toutes deux les 20 %.

Récemment, le principal moteur de la hausse continue des prix du pétrole est la situation géopolitique tendue. En Europe, la Russie et le camp occidental se sont affrontés sur la question de l'Ukraine, et de nombreuses négociations n'ont pas abouti à un consensus ; au Moyen-Orient, le 17 janvier, les Houthis ont lancé plusieurs attaques contre les Émirats arabes unis, situés dans la capitale des Émirats arabes unis, Abu Dhabi Oil La raffinerie et d'autres installations ont été détruites. En tant que troisième producteur de pétrole de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), l'attaque contre les installations de production de pétrole aux Émirats arabes unis a encore accru les attentes d'une hausse des prix du pétrole.

Cependant, la nature de la hausse des prix du pétrole est une question d'offre et de demande. Après l'apparition de la nouvelle pneumonie de la couronne (COVID-19) au début de 2020, la demande de pétrole brut a fortement chuté et la capacité de production de pétrole brut a été réduite. Maintenant que deux ans se sont écoulés, l'économie mondiale continue de se redresser et la demande est revenue au niveau d'avant l'épidémie, mais l'offre de pétrole brut n'a pas été en mesure de suivre la demande.

La raison en est que, d'une part, la direction générale des énergies renouvelables remplaçant les énergies fossiles traditionnelles devient de plus en plus claire, et le capital ne veut pas continuer à investir dans le domaine minier de l'énergie traditionnelle qui pourrait faire face à des excès à l'avenir. Christopher Wood, responsable de la stratégie actions mondiales chez Jefferies, a déclaré dans une interview que l'offre de pétrole restera tendue à l'avenir alors que les sociétés énergétiques se retirent des investissements dans la production de combustibles fossiles, dont le prix s'élèvera à 150 dollars américains / baril.

D'autre part, l'OPEP et l'Energy Information Administration (EIA) des États-Unis prévoient que la production mondiale de pétrole brut dépassera la consommation mondiale de pétrole brut en 2022. Par conséquent, l'alliance "OPEP+" composée de pays de l'OPEP et de pays producteurs de pétrole non membres de l'OPEP, ainsi que les entreprises américaines d'extraction de pétrole brut manquent d'intérêt pour une augmentation significative de la production. Dans ses perspectives énergétiques à court terme (STEO) de janvier, l'EIA prévoit que le marché du pétrole brut continuera d'être excédentaire au cours des deux prochaines années, le Brent tombant à 67,50 $ le baril et le WTI à 63,50 $ le baril d'ici 2023. Pour les sociétés minières de pétrole brut, augmenter aveuglément la capacité de production dans une telle situation pourrait avoir des conséquences catastrophiques.

Par conséquent, dans le processus de reprise économique, la lente croissance de la capacité de production a fait que le marché du pétrole brut est toujours dans un état de pénurie. Cela est devenu la base de la hausse continue des prix du pétrole.
En fait, à en juger par le niveau historique des prix internationaux du pétrole et le coût de l'extraction, les prix du pétrole autour de 80 dollars le baril ne sont pas trop élevés. Cependant, l'inflation mondiale actuelle est à un niveau relativement élevé, en particulier dans les pays développés d'Europe et des États-Unis, et la hausse des prix internationaux du pétrole aggravera sans aucun doute la situation des pays qui souffrent d'une inflation élevée.

Le pétrole brut n'est pas seulement une source d'énergie, mais aussi une matière première chimique de base, qui peut affecter le niveau des prix à plusieurs niveaux. Les recherches d'UBS montrent l'existence d'une forte corrélation positive entre les prix du pétrole brut WTI et le point mort d'inflation américain sur 10 ans entre 2015 et 2018. En d'autres termes, la hausse des prix du pétrole augmentera inévitablement l'inflation.
Afin de freiner l'inflation, en novembre 2021, le président américain Joe Biden a demandé à la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis d'enquêter sur "la possibilité que les sociétés pétrolières et gazières américaines provoquent des prix de l'essence constamment élevés par des actes illégaux", tout en s'associant au Japon. , la Corée du Sud et d'autres pays ont libéré des réserves de pétrole brut (SPR), pesant sur les prix du pétrole. Cependant, le prix international du pétrole n'a pas stagné, car la relation entre l'offre et la demande est le facteur clé dans la détermination du niveau des prix du pétrole.

À l'heure actuelle, une grande incertitude plane toujours sur l'évolution des cours internationaux du pétrole. Si les prévisions de l'OPEP et de l'EIA sont exactes, la relation offre-demande sur le marché du pétrole brut s'améliorera progressivement en 2022, et il y aura même une tendance générale à l'offre excédentaire, et les prix du pétrole finiront par baisser. Cependant, si la croissance de la capacité de production de pétrole brut est inférieure aux attentes, les prix internationaux du pétrole continueront de grimper et la plupart des pays du monde continueront de subir d'énormes pressions inflationnistes en 2022.

__________________


Pour ce qui concerne notre pays, on se rappelle que pour des motifs "écologiques", le prix du gasoil a rattrapé celui du super
https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-eco/l-edito-eco-27-novembre-2018
C'est-à-dire que les péquenots de la cambrousse qui avaient acheté des diesels pour économiser, et qui font l'essentiel des trajets à cause du manque de transports en commun et de la fermeture des lignes locales, se retrouvent au tarif fort. Et ils ne peuvent même plus acheter un nouveau véhicule compte tenu de l'augmentation du prix des voitures. A présent le diesel ordinaire est à plus de 2,6 € et ce budget devient un vrai casse-tête pour les masses.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 19-01-2022 à 23:22:50   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les revenus de 99% de la population mondiale ont diminué sous l'épidémie, et les avoirs des dix personnes les plus riches du monde ont doublé



Selon un rapport publié par l'organisation non gouvernementale internationale Oxfam, après la propagation de la nouvelle épidémie de pneumonie de la couronne (COVID-19), les actifs des dix personnes les plus riches du monde, y compris les opérateurs des grandes entreprises informatiques américaines, ont plus que doublé. Compte tenu de l'élargissement progressif de l'écart entre les riches et les pauvres en raison de la nouvelle épidémie de couronne, l'organisation a appelé les gouvernements à réduire l'écart entre les riches et les pauvres par des mesures telles que l'augmentation des impôts sur les riches.

Selon le site Web de la Japan Broadcasting Association (NHK) du 19 janvier, le rapport a souligné qu'au cours des deux années qui ont suivi la propagation de la nouvelle épidémie de couronne, les actifs des dix personnes les plus riches du monde ont plus que doublé, passant d'environ 80 billions de yens à environ 170 billions de yens JPY. Les dix milliardaires incluent le PDG de Tesla, Elon Musk, le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, etc. Les opérateurs occupent la majorité.

Le rapport a souligné que 99% de la population mondiale est prise dans la situation difficile d'un revenu réduit, un tel écart entre les riches et les pauvres est de la "violence économique". Le rapport montre également qu'au moins 21 000 personnes perdent la vie chaque jour parce qu'elles ne peuvent pas recevoir les soins médicaux nécessaires et sont confrontées à la faim.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 28-01-2022 à 17:52:34   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Nous sommes encore dans une situation non pas de crise de surproduction, mais de pénurie.
La hausse du prix des matières premières peut se poursuivre - une série d'articles tirés de dnews :


Les craintes d'inflation se propagent en Ukraine, l'indice des matières premières atteint un niveau record

Écrit par : Hume
2022-01-27 15:49:00

Un indice des matières premières a atteint un niveau record alors que l'escalade des tensions en Ukraine a fait grimper les prix de l'énergie et accru les inquiétudes concernant l'inflation mondiale.
L'indice Bloomberg Commodity Spot, qui suit 23 contrats à terme sur l'énergie, les métaux et les cultures, a augmenté de 1 % mercredi 26 janvier, dépassant son record d'octobre 2021, selon un rapport de Bloomberg du 26 janvier. L'indice a doublé depuis qu'il a atteint un creux de quatre ans en mars 2020.

Le pétrole brut, le gaz naturel, le diesel et l'essence connaîtront les gains les plus importants en 2022, avec une reprise de la demande et une atténuation des craintes concernant les variantes omicron se heurtant à la crise énergétique européenne, aux contraintes d'approvisionnement et à la crise russo-ukrainienne. Le soja, l'aluminium et le nickel étaient également plus élevés.

La flambée des prix de l'énergie et des produits agricoles est une épine aux yeux des décideurs politiques contraints d'envisager d'augmenter les taux d'intérêt pour maîtriser l'inflation alors que les économies se remettent encore d'un effondrement causé par la pandémie. Le président américain Joe Biden a ordonné aux États-Unis de libérer des réserves stratégiques de pétrole brut pour alléger les coûts énergétiques des Américains, mais les prix du pétrole et du gaz ont continué de grimper.

_______________________


La position relative des prix internationaux du pétrole est relativement faible et le potentiel de hausse est énorme


Écrit par : Shen Zhou
2022-01-27 19:00:01

Le 26 janvier, le prix du Brent est passé à 90 dollars le baril pour la première fois depuis octobre 2014.
Le déséquilibre entre l'offre et la demande est la cause directe de la hausse des prix du pétrole. Alors que l'épidémie s'atténue progressivement et que la demande de pétrole brut se redresse, la croissance de l'offre a été relativement modeste. Le 18 juillet 2021, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP+) a décidé d'augmenter la production de 400 000 barils par jour et par mois à partir d'août 2021 jusqu'à ce que la réduction de 5,8 millions de barils par jour soit entièrement couverte. Les responsables d'environ la moitié des membres de l'OPEP+ ont déclaré qu'il y avait une forte probabilité que l'augmentation prévue de la production en mars soit encore de 400 000 barils par jour.
Alors que le taux de chômage dans les pays développés continue de baisser, la demande de consommation de pétrole brut du marché a fortement augmenté. La semaine dernière, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a déclaré que l'offre et la demande sur le marché pétrolier semblaient plus serrées que prévu. Malgré la propagation rapide de la variante Omicron, la demande américaine reste soutenue, les approvisionnements en pétrole raffiné atteignant leur plus haut niveau pour la même période depuis au moins 30 ans. De plus, la consommation mondiale de carburant est revenue aux niveaux d'avant la pandémie.
Le 26 janvier, le département américain de l'énergie a annoncé la libération de 13,4 millions de barils de pétrole brut de la réserve stratégique. Il s'agit de la deuxième plus grande transaction pétrolière de l'histoire de la réserve stratégique de pétrole des États-Unis et porte la quantité totale de pétrole libérée de la réserve stratégique de pétrole à près de 40 millions de barils. Malheureusement, il n'est toujours pas en mesure de répondre à la demande du marché.
La hausse des prix du pétrole a exercé une pression énorme sur l'inflation aux États-Unis, et le président américain Joe Biden a tenté de maîtriser les prix de l'essence avec peu de succès. Le démarrage rapide d'une capacité de production inutilisée et l'augmentation des investissements dans l'exploration du pétrole brut peuvent accroître l'offre de pétrole brut et stabiliser les prix du pétrole.

Cependant, à mesure que l'économie verte progresse, les investissements dans l'augmentation de la capacité de production de pétrole ont diminué. Même si les États-Unis sont une superpuissance, ils ne peuvent pas obliger les pays producteurs de pétrole à augmenter leurs investissements. De plus, lorsque la demande du marché est si importante, même si les pays producteurs de pétrole vendent à bas prix, les bénéfices qu'ils abandonnent ne sont transférés qu'aux intermédiaires et les consommateurs ne peuvent pas non plus utiliser de carburant bon marché.
Avant la crise des prêts hypothécaires à risque, le prix à terme du pétrole brut américain a atteint un maximum de 147 USD/baril, et après la crise, il a atteint un maximum de 114 USD/baril. Le 27 janvier, le prix intrajournalier du pétrole était inférieur à 90 dollars américains le baril, ce qui n'est pas élevé par rapport à l'histoire. Ce n'est que maintenant que les grandes économies mondiales sont soumises à de fortes pressions inflationnistes, ce qui rend la hausse des prix du pétrole inacceptable pour les pays consommateurs.

Comparée aux prix élevés du pétrole et aux perturbations de la chaîne industrielle, la Réserve fédérale est le cerveau derrière une inflation élevée. Après la pandémie, la Fed a émis 4 billions de dollars en bases monétaires qui ont la capacité de multiplier la masse monétaire totale. À en juger par les variations relatives des actions en dollars américains et des stocks de pétrole brut sur le marché, les prix du pétrole brut ont encore beaucoup de marge de progression.
Goldman Sachs prévoit que le Brent atteindra 100 dollars le baril d'ici la fin du troisième trimestre. Morgan Stanley s'attend à ce que le Brent atteigne 100 dollars le baril plus tard cette année. Compte tenu de la faible capacité de réserve de l'OPEP+, des faibles stocks et de la montée des tensions géopolitiques, nous nous attendons à nouveau à ce que le Brent atteigne 120 dollars le baril d'ici la mi-2022, selon le rapport de Bank of America Global Research.
Outre les écarts de production et de demande, les perturbations indirectes des transports ont également provoqué une flambée des prix du pétrole. Les perturbations récentes des oléoducs en Irak et en Turquie, ainsi que les attaques contre les infrastructures aux Émirats arabes unis, ont exposé le risque de pénuries persistantes d'approvisionnement. Dans le même temps, il existe une incertitude quant aux sanctions auxquelles la Russie pourrait être confrontée suite à son invasion de l'Ukraine et si cela affectera ses exportations de pétrole. Dans l'ensemble, le bon moment et le bon endroit feront encore grimper les prix du pétrole.

_______________________


World Gold Council : Forte demande mondiale d'or en 2021, en hausse de 50 % en glissement annuel au quatrième trimestre

économieÉcrit par : Hume
2022-01-28 14:18:00

Selon le "Global Gold Demand Trend Report" (rapport en abrégé publié par le World Gold Council, la demande mondiale totale d'or (hors transactions OTC) en 2021 atteindra 4 021 tonnes.
Selon le site officiel du World Gold Council du 28 janvier, la forte performance de l'or en 2021 a compensé l'essentiel de la perte de demande totale en 2020 due à la nouvelle épidémie de couronne. Parmi eux, le quatrième trimestre a largement contribué : sur ce trimestre, la demande mondiale d'or a augmenté de près de 50 % en glissement annuel, le niveau le plus élevé des dix derniers trimestres.
La demande mondiale de lingots et de pièces d'or a augmenté de 31% en glissement annuel pour atteindre un sommet de huit ans de 1 180 tonnes, les investisseurs de détail recherchant la sécurité face aux pressions inflationnistes croissantes et à l'incertitude économique persistante causée par la pandémie de COVID-19, selon le rapport.
La fabrication de bijoux en or a connu une forte reprise en 2021, avec une augmentation annuelle de 67 % à 2 221 tonnes. La demande des consommateurs pour les bijoux a augmenté de 52 % d'une année sur l'autre pour atteindre 2 124 tonnes, ce qui était pratiquement le même qu'en 2019 avant la pandémie. Selon le rapport, le quatrième trimestre est la clé de l'augmentation significative de la consommation de bijoux en or tout au long de l'année : au quatrième trimestre 2021, la consommation de bijoux en or a atteint 713 tonnes, le niveau le plus élevé depuis le deuxième trimestre 2013.
Les investissements dans les lingots et les pièces d'or ont continué de gagner du terrain, augmentant de 31 % en glissement annuel en 2021 pour atteindre un sommet en huit ans de 1 180 tonnes, note le rapport. Dans le même temps, les 318 tonnes du quatrième trimestre étaient également le niveau le plus élevé du quatrième trimestre de l'année civile depuis 2016...

_______________________


Le déficit commercial américain atteint de manière inattendue un record en décembre, le déficit de 2021 atteint également un niveau record

Selon les données publiées par le département américain du Commerce le 26 janvier, le déficit du commerce américain des marchandises a augmenté de manière inattendue en décembre pour atteindre 100,96 milliards de dollars, dépassant largement les attentes du marché de 96 milliards de dollars.Le déficit en novembre était de 97,8 milliards de dollars, un record à l'époque. . Les chiffres ne sont pas corrigés de l'inflation.
Selon un rapport du média chinois Wall Street News du 27 janvier, les importations ont continué de croître fortement, ce qui est à l'origine de la hausse inattendue du déficit commercial américain en décembre. Les importations ont augmenté de 2 % en décembre pour atteindre un nouveau sommet de 258,3 milliards de dollars. Parmi elles, les importations de biens de consommation ont atteint un niveau record, ce qui constitue un moteur important de la croissance des importations.En outre, les importations de biens d'équipement et de véhicules à moteur ont également rebondi. Les exportations ont également augmenté en décembre, atteignant 157,3 milliards de dollars.
Pour l'ensemble de l'année, le déficit commercial des biens des États-Unis a atteint un nouveau record en 2021, ce qui est cohérent avec la solidité de la demande des consommateurs et des investissements des entreprises.
L'analyse prédit qu'à mesure que l'épidémie de COVID-19 s'améliorera à l'avenir, l'écart d'importation et d'exportation des États-Unis finira par s'équilibrer. Dans l'ensemble, cependant, le déficit commercial des États-Unis devrait rester élevé pendant de nombreuses années.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 27-03-2022 à 09:31:06   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ukraine : L'autre "F" : l'effet d'entraînement de la crise alimentaire mondiale


Écrit par : Ye Dehao
2022-03-27 07:14:02
Date de la dernière mise à jour :2022-03-27 07:14
dnews

voir les illustrations sur site

Écrit par : Yeh De Ho
2022-03-27

Alors que la guerre en Ukraine entre dans son premier mois, la bataille risque de se poursuivre alors que les deux camps s'affrontent. En ce qui concerne l'impact matériel mondial de la guerre entre la Russie et l'Ukraine, les analystes internationaux se concentrent sur la dynamique des deux "F", l'un étant le carburant (Fuel) et l'autre la nourriture (Food). Alors que les prix des carburants s'envolent, la crise alimentaire pourrait entraîner une instabilité politique dans de nombreux pays du monde.

Actuellement, l'Ukraine et la Russie, connues sous le nom de "grenier de l'Europe", représentent ensemble 12 % du total des calories alimentaires dans le commerce mondial. La Russie est le premier exportateur de blé et l'Ukraine le cinquième, ce qui représente 27 % du commerce mondial total (chiffres de 2020). Les deux pays détiennent également une part importante des marchés alimentaires importants tels que le maïs, le canola, l'orge et les graines/huiles de tournesol, se classant parmi les premiers au monde.

L'impact immédiat de la guerre sur les exportations de céréales russes et ukrainiennes se situe à deux niveaux : premièrement, les céréales existantes sont bloquées dans les deux pays sans voies de transport appropriées, adéquates ou viables hors du pays ; et deuxièmement, les récoltes futures risquent de diminuer.

Il y a des aliments qui ne peuvent pas être expédiés

Premièrement, selon le ministère ukrainien de l'agriculture, 85 % des exportations de produits agricoles du pays dépendent du transport maritime. Or, les exportations maritimes de l'Ukraine dépendent principalement des routes de la mer d'Azov et de la mer Noire, et aujourd'hui, Mairupol, sur la mer d'Azov, est assiégée et bombardée par les Russes, sans eau ni électricité, tandis que parmi les villes portuaires situées à l'embouchure de la mer Noire, Kherson est tombée aux mains des forces russes. Parmi les villes portuaires situées à l'embouchure de la mer Noire, Kherson est tombée aux mains des Russes et Odessa est la principale cible de la prise russe, tous les ports étant inopérants, bien que l'infrastructure soit toujours en place.

En outre, depuis le début de la guerre, des navires de différents pays ont été touchés par des missiles en mer Noire. Ainsi, à la mi-mars, les autorités panaméennes ont déclaré que trois navires avaient été touchés par des missiles russes depuis le début de la guerre. En raison de ce risque élevé, les coûts d'assurance et les frais de transport ont augmenté de manière exponentielle, et il arrive même que les navires ne soient pas assurés. L'agence Reuters a rapporté le 19 mars que la compagnie maritime bangladaise cherchait à obtenir une indemnisation de 22,4 millions de dollars auprès de ses assureurs pour un tir de missile sur l'un de ses navires. L'Égypte, premier importateur mondial de blé, voit le blé ukrainien bloqué dans ses ports et ne peut être expédié.

Le transport maritime étant difficile, les chemins de fer vers la Roumanie, la Pologne et la Slovaquie constituent une solution de rechange. Le ministère ukrainien de l'agriculture, par exemple, affirme qu'entre 25 et 30 % des exportations de cultures sont détournées par la route. Cependant, le fret ferroviaire ne peut pas traiter le même volume et les spécifications soviétiques des chemins de fer ukrainiens diffèrent de celles de l'UE dans les pays voisins. Le coût du changement de train à la frontière augmente le prix à l'exportation de la récolte de 10 à 15 % supplémentaires. À un moment donné, si l'on considère uniquement les contrats à terme sur le blé, le prix a presque doublé depuis le début de l'année, un sommet qui n'avait pas été atteint depuis 2008.

Bien entendu, la culture russe, qui a également besoin d'utiliser la mer Noire comme plaque tournante pour le commerce mondial des céréales, est confrontée aux mêmes problèmes que l'Ukraine.

Les semailles comme les récoltes souffrent

Pire encore, si la guerre se poursuit, les problèmes d'approvisionnement alimentaire mondial ne découleront pas seulement des difficultés de transport, mais pourraient aussi entraîner directement une baisse des approvisionnements.

Selon les chiffres de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'Ukraine possède un tiers des terres noires fertiles du monde et 70 % des terres du pays sont également utilisées pour l'agriculture. Des pays comme la Chine, l'Inde, les Pays-Bas, le Moyen-Orient et l'Afrique dépendent tous de ses produits agricoles dans une mesure relativement ou absolument élevée.

La guerre risque toutefois d'entraîner une forte baisse de la production agricole ukrainienne. Pour le blé et l'orge (qui représentent respectivement 9 % et 11 % du commerce mondial), les semis sont achevés dès le mois d'octobre. Le problème est que l'Ukraine importe la plupart de ses engrais agricoles de Russie et de Biélorussie (respectivement premier et sixième exportateurs mondiaux d'engrais), et qu'en cas de guerre, même si les agriculteurs ukrainiens étaient prêts à se tourner vers ces "États ennemis" pour obtenir de l'aide, il serait difficile de s'approvisionner sous le feu de l'ennemi. La Russie a également annoncé un moratoire sur les exportations d'engrais au début du mois. Les agriculteurs de toute l'Ukraine ont désormais des difficultés à obtenir les engrais dont ils ont besoin. Cela entraînera une réduction du rendement des cultures.

Dans le même temps, bien que les autorités ukrainiennes aient exempté les travailleurs agricoles du service militaire, de nombreux travailleurs patriotes continuent de déposer leurs outils agricoles et de prendre les armes, ce qui entraîne une pénurie de main-d'œuvre agricole en Ukraine. En outre, le carburant nécessaire aux machines agricoles fait également cruellement défaut. Un questionnaire en ligne du gouvernement ukrainien a en effet révélé que les quelque 1 700 agriculteurs interrogés (15 % des terres arables du pays) n'ont pu obtenir en moyenne que 20 % du carburant dont ils avaient besoin.

Pour les graines de maïs et de tournesol, qui doivent être semées au printemps, il est encore plus probable que les semailles ne commenceront pas à cause de la guerre. L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a prévenu que le conflit en Ukraine pourrait avoir pour conséquence que 30 % de ses terres agricoles ne soient ni semées ni récoltées cette année. Un agriculteur néerlandais en Ukraine, Kees Huizinga, a déclaré que le principal problème pour beaucoup de ses collègues est de savoir s'il faut planter ou non.

En termes de répartition des cultures en Ukraine, le blé, l'orge, les graines de tournesol et le maïs sont concentrés dans les régions les plus déchirées par la guerre, à l'est, au sud ou au nord de l'Ukraine, et si le conflit n'est pas résolu, ces champs pourraient également être détruits par les combats.

Bien que les agriculteurs russes n'aient pas à subir la pression directe de la guerre, la poursuite des sanctions occidentales, les difficultés de transport et les éventuels problèmes de financement du commerce alimentaire dus à l'"auto-sanction" des opérateurs pourraient également faire pression sur leur production. L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture a souligné qu'à moyen terme, la perte des marchés d'exportation aura un impact négatif sur les décisions de production des agriculteurs russes.

Au milieu de l'incertitude de la guerre, le protectionnisme est également de nouveau en hausse, la Russie, la Turquie, l'Argentine, la Hongrie, la Serbie, l'Égypte et d'autres pays ayant mis en œuvre ou se préparant à mettre en œuvre diverses interdictions d'exportation de denrées alimentaires, en plus de l'interdiction d'exportation de certaines cultures en raison de la guerre en Ukraine. Cela va encore resserrer l'offre mondiale.

Un choc mondial

Lorsque les exportations de céréales de la Russie et de l'Ukraine seront réduites, l'impact immédiat sera mondial. Selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), les cinq pays qui dépendent le plus de ces deux cultures en termes de blé, de maïs, de canola, d'orge et de graines/huiles de tournesol sont la Turquie (25 %), la Chine (23 %, dont 17,4 % pour l'Ukraine), l'Égypte (22,6 %), l'Inde (12 %) et les Pays-Bas (8,9 %).

Si l'on considère uniquement les exportations de blé, qui constituent la base de l'alimentation de base de nombreux pays de la région MENA, on constate que ces derniers sont particulièrement touchés. Par exemple, au Liban, qui connaît une crise économique depuis de nombreuses années, 80 % de ses importations de blé proviennent d'Ukraine et 15 % de Russie. À la suite de l'explosion du port de Beyrouth en 2020, les principaux silos à blé du pays ont été détruits, laissant le pays avec la capacité de stocker seulement un mois de blé. Alors que 80 % du pays vit déjà dans la pauvreté dans le contexte de la crise économique et que l'indice des prix alimentaires des Nations unies a déjà atteint un niveau record en février en raison de la reprise post-épidémique et des chaînes d'approvisionnement serrées, la guerre russo-ukrainienne devrait entraîner une nouvelle hausse de l'indice. Le gouvernement libanais, qui finançait les importations de blé, a montré qu'il ne pouvait plus se permettre d'acheter du blé à des prix plus élevés.

L'Égypte, le plus grand importateur de blé au monde, est un autre pays qui sera durement touché. Les subventions au pain, qui ont été fondamentales pour la stabilité politique de l'Égypte, ont bénéficié à 70 % de la population du pays, et le prix de 20 pièces de Aish Baladi à 1 EGP (qui équivaut aujourd'hui à 0,43 HK$) n'a pas changé depuis 1989 (lorsque 1 EGP équivalait à près de 8 HK$). Bien que le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi soit mécontent que le gouvernement consacre près de 1 % du PIB du pays aux subventions pour le pain et qu'il ait proposé l'an dernier de les supprimer, l'Égypte a déjà connu par le passé des troubles causés par des tentatives du gouvernement de supprimer les subventions pour le pain, et Sisi peut difficilement oublier que les prix élevés des denrées alimentaires ont été la toile de fond matérielle du printemps arabe, il ne prendra donc probablement pas l'initiative d'appliquer cette décision. Sisi ne prendra probablement pas l'initiative d'appliquer cette décision.

Bien que l'on estime que les pays d'Afrique du Nord disposent de réserves de blé suffisantes pour répondre à leurs besoins pendant six mois, si la guerre entre la Russie et l'Ukraine se poursuit, d'autres gouvernements d'Afrique du Nord, dont l'Égypte, pourraient être contraints de choisir entre l'instabilité financière et l'instabilité politique alors que les prix des denrées alimentaires continuent d'augmenter. En Tunisie, par exemple, berceau du printemps arabe, le président Kais Saied a perdu le pouvoir au parlement l'année dernière, a tenté de modifier la constitution et négocie actuellement une aide du Fonds monétaire international (FMI). La hausse des prix des denrées alimentaires entraînera une instabilité économique et politique.

En outre, les pays de la région, notamment le Yémen, la Syrie et la Libye, qui sont en guerre ou en proie à des troubles politiques depuis des années, sont également extrêmement dépendants des importations de denrées alimentaires en provenance de Russie et d'Ukraine. Les pays subsahariens, où les denrées alimentaires représentent près de 40 % du panier des prix à la consommation, seront également durement touchés en cette période de hausse des prix alimentaires.

David Beasley, directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, a averti que si les pays se concentrent sur l'Europe et ignorent l'impact de la situation entre la Russie et l'Ukraine sur les approvisionnements alimentaires mondiaux, ils se préparent à un scénario pire que "l'enfer". Il a souligné que le plus grand fournisseur de denrées alimentaires du Programme alimentaire mondial est l'Ukraine, qui représente 9 % du total de ses achats alimentaires, et que s'il ne reçoit pas davantage de dons, il devra inévitablement réduire son aide à des pays comme le Yémen.

Certains pays africains et les pays les moins avancés sont dépendants de la Russie et de l'Ukraine pour leurs importations de blé. (CNUCED)
Dépendance de certains pays africains et des pays les moins avancés vis-à-vis des importations de blé en provenance de Russie et d'Ukraine. (CNUCED)

Difficile de voir une issue

Face à l'insuffisance de l'offre alimentaire en provenance de Russie et d'Ukraine, la capacité d'augmenter l'offre dans le monde est très limitée. Bien que l'UE ait annoncé sa politique de sécurité alimentaire le 23 mars, y compris des plans d'urgence permettant de planter sur des terres en jachère, la grande majorité du blé en Europe et aux États-Unis est en fait semée à l'automne, ce qui rend difficile l'augmentation des approvisionnements à court terme.

Pour aggraver les choses, la guerre entre la Russie et l'Ukraine affecte à la fois l'approvisionnement et les prix des carburants et des engrais, et la pression exercée sur les deux aura un impact négatif sur la production alimentaire mondiale. D'après les entretiens menés par Reuters avec des dizaines d'initiés du secteur sur tous les continents, tous ont exprimé leur inquiétude quant aux prix et à l'approvisionnement en engrais. (Comme la production d'engrais représente environ 1 à 2 % de la consommation mondiale d'énergie, les prix élevés des carburants sont également un facteur fondamental des prix élevés des engrais).

Par exemple, au Brésil, où la plupart de la potasse, qui représente près de 40 % des engrais utilisés, provient de Russie ou du Belarus, les agriculteurs du Mato Grosso, un important État agricole, ont déclaré à Reuters qu'ils allaient réduire leur utilisation d'engrais, ce qui devrait réduire leurs récoltes de 8 %. Dans des pays africains comme le Zimbabwe et le Kenya, les agriculteurs ont été contraints de passer au fumier parce qu'ils ne peuvent pas se permettre le prix élevé des engrais. Certains producteurs de maïs américains ont également décidé de réduire leurs superficies de près de la moitié, car les prix des engrais ont plus que triplé.

Dans un contexte d'approvisionnement alimentaire limité et de hausse des prix des carburants et des engrais, un changement dans l'utilisation des aliments pourrait être la solution. Actuellement, de nombreuses cultures sont effectivement utilisées comme aliments pour animaux ou comme biocarburant. Par exemple, entre 2018 et 2020, en moyenne un cinquième de la production mondiale de blé et plus de la moitié de la production de maïs seront utilisés comme aliments pour animaux, et près de 16 % de la production de maïs sera utilisée comme biocarburant. Ces cultures pourraient en fait être converties à des fins alimentaires si l'humanité devait connaître des pénuries alimentaires, bien que ce soit un jeu de la main gauche de la main droite et que cela ne ferait qu'augmenter les prix des autres céréales, de la viande et des carburants si les autres facteurs restent les mêmes.

Ainsi, sous la triple pression du carburant, des engrais et des denrées alimentaires dans la guerre russo-ukrainienne, le problème des prix élevés et des pénuries d'approvisionnement n'est qu'un simple cycle de cause à effet auto entretenu, qui a peu de chances d'être résolu si la guerre ne prend pas fin dans un avenir proche.


Edité le 27-03-2022 à 10:42:43 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 06-06-2022 à 15:57:21   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article intéressant, qui indique un nouvel aspect de la crise économique, passant de la pénurie à la surproduction. C'est donc un tournant.
Il est important de partir des faits et ne pas s'en tenir aux généralités mille fois répétées. Ce qui ressort ici est la mévente, même si elle reste locale, et les licenciements qui s'en suivent surtout chez les employés..
Les capitalistes US commencent à s'inquiéter.



Analyse - L'avertissement de Musk pourrait être le moment du "canari dans la mine de charbon" de l'industrie automobile

04/06/2022 | 21:59

https://www.zonebourse.com/barons-bourse/Elon-Musk-1364/actualites/Analyse-L-avertissement-de-Musk-pourrait-etre-le-moment-du-canari-dans-la-mine-de-charbon-de-l-i--40635320/

Le "super mauvais pressentiment" du PDG de Tesla, Elon Musk, concernant l'économie pourrait être le moment du "canari dans la mine de charbon" de l'industrie automobile, signalant une récession pour une industrie dont les patrons n'ont montré aucun signe d'inquiétude.
Musk a déclaré que le constructeur de voitures électriques devait réduire environ 10 % de ses effectifs dans un courriel adressé aux cadres et vu par Reuters. Il a ensuite déclaré au personnel que les rangs des cols blancs étaient gonflés et qu'il continuerait à embaucher des travailleurs pour fabriquer des voitures et des batteries.

L'avertissement de Musk est la première dissidence publique et bruyante dans une position unie de l'industrie automobile selon laquelle la demande sous-jacente de voitures et de camions reste forte malgré deux années de pandémie mondiale. Cette semaine, un dirigeant a qualifié la demande de "très élevée".

"Tesla n'est pas votre canari moyen dans la mine de charbon. C'est plutôt une baleine dans la mine de lithium", a déclaré Adam Jonas, analyste chez Morgan Stanley, dans une obligation de recherche, en faisant référence au métal utilisé dans les batteries des VE.

"Si la plus grande entreprise de VE au monde émet des avertissements sur les emplois et l'économie, les investisseurs devraient reconsidérer leurs prévisions sur les marges et la croissance de la ligne supérieure", a-t-il ajouté. L'action Tesla a chuté de 9 %.

Le secteur automobile a été touché il y a deux ans par le début de la pandémie de COVID-19, qui a forcé la fermeture d'usines. Cette fermeture a ensuite joué un rôle dans la pénurie de puces à semi-conducteurs qui a entravé davantage la production de véhicules.

Maintenant, les embouteillages de la chaîne d'approvisionnement, exacerbés par l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ont tiré les ventes vers le bas. Les ventes de voitures neuves aux États-Unis en mai ont atteint un faible taux annualisé de 12,68 millions, selon Wards Intelligence. C'est bien loin des jours de gloire de 17 millions par an d'avant le COVID.

Mais ces problèmes touchent surtout l'offre, tandis que l'inflation est une menace pour la demande.

"Le risque de récession est élevé, donc ce qu'il dit n'est certainement pas extrême", a déclaré Jeff Schuster, président des prévisions mondiales chez LMC Automotive, à propos de Musk.

Les sociétés de covoiturage Uber Technologies Inc et Lyft Inc ont déclaré le mois dernier qu'elles allaient réduire leurs embauches et leurs dépenses, tandis que le détaillant de voitures d'occasion en ligne Carvana a déclaré qu'il allait supprimer 12 % de ses effectifs.

D'autres entreprises surveillent de près la situation.

"Nous ne sommes pas aussi pessimistes qu'Elon Musk, mais nous sommes prudents en ce qui concerne nos embauches et nos dépenses", a déclaré John Dunn, PDG pour les Amériques de Clean Energy Systems, une unité de Plastic Omnium qui fabrique des systèmes de réduction des carburants et des émissions.

Les responsables de l'industrie s'inquiètent d'une éventuelle récession.

"L'industrie automobile se précipite vers le port sûr de la demande refoulée qui pourrait soutenir les ventes pour les années à venir, alors que les nuages de la tempête économique imminente s'amoncellent et pourraient détruire une grande partie de cette demande", a déclaré Tyson Jominy, vice-président de J.D. Power pour les données et les analyses automobiles.

ENCLIN À L'ACTION

Josh Sandbulte, directeur des investissements de Greenhaven Associates, une société de gestion financière qui investit beaucoup dans les actions de General Motors Co, était à New York cette semaine pour assister à une conférence de l'Alliance Bernstein. Il a déclaré que les PDG du secteur financier y avaient des perspectives beaucoup plus sombres que les autres chefs d'entreprise.

Bien que le courriel de Musk semble beaucoup plus pessimiste que celui d'autres dirigeants du secteur manufacturier, M. Sandbulte a déclaré qu'il avait appris à ne pas écarter le PDG de Tesla, car "il a fait des zigs quand d'autres faisaient des zigs et on lui a donné raison."

"Nous sommes dans une période de déconfiture, et franchement, le monde financier et le monde des dirigeants d'entreprise ne sont pas d'accord", a déclaré Sandbulte. "À un moment donné, nous obtiendrons la réponse qui est correcte."

Publiquement, de nombreux autres constructeurs automobiles affirment toujours que la demande sous-jacente reste forte. Jeudi, Ford Motor Co, tout en faisant état de ses ventes mensuelles aux États-Unis, a déclaré que ses stocks continuaient de tourner à un rythme record.

"La demande des consommateurs est très élevée en ce moment. Les constructeurs n'ont pas les stocks nécessaires", a déclaré mercredi Allyson Witherspoon, chef du marketing de Nissan Motor Co aux États-Unis, lors de la conférence Reuters Automotive Retail à Las Vegas.

Les responsables de l'industrie soulignent également que Tesla a ses propres problèmes, y compris la possibilité d'embaucher trop rapidement par rapport à sa croissance.

L'emploi chez Tesla a doublé depuis la fin de l'année 2019 selon les rapports annuels de l'entreprise, et M. Jonas de Morgan Stanley a fait remarquer que le revenu de Tesla par employé de 853 000 $ n'est pas beaucoup plus élevé que celui de Ford, beaucoup plus grand, qui est de 757 000 $.

De plus, les ventes américaines de Tesla sont fortement concentrées en Californie, et surtout dans la région de la baie de San Francisco qui abrite les entreprises de la Silicon Valley.

Les travailleurs du secteur de la haute technologie disposant d'une fortune en actions constituent une clientèle essentielle pour Tesla. Mais aujourd'hui, certaines grandes entreprises technologiques réduisent leur personnel, et les petites startups ont plus de mal à obtenir des financements.

Tout cela est peut-être vrai, mais les craintes de Musk ne peuvent être ignorées, a déclaré Barry Engle, un ancien cadre de Ford et GM qui a fondé Qell, une société d'investissement axée sur les transports.

"Un ralentissement économique est de plus en plus probable", a-t-il déclaré. "Elon et tout le monde le sait, à la différence qu'en tant qu'entrepreneur, il est naturellement plus enclin à agir et à dire la vérité, même si elle est impopulaire."


© Zonebourse avec Reuters 2022

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 07-06-2022 à 16:37:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un autre aspect concernant la production du pétrole, mais spécifiquement aux USA :

Réserves américaines de pétrole : une chute deux fois plus grande que prévue

6 JUIN 2022

https://histoireetsociete.com/2022/06/06/reserves-americaines-de-petrole-une-chute-deux-fois-plus-grande-que-prevue/


information fournie par BOURSORAMA AVEC MEDIA SERVICES•03/06/2022 à 12:42
Cette spectaculaire baisse témoigne de l’étroitesse du marché et risque d’engendrer une nouvelle hausse du prix du pétrole. Cela est bénéfique pour les pays producteurs et pour la Russie en particulier qui continue à être le fournisseur le meilleur marché. Ceux qui font les frais de l’opération ce sont les consommateurs en particulier européen parce que ce que les gouvernants et les politiciens européens définissent comme une plus grande “souveraineté énergétique” face à la Russie s’avère être une soumission plus drastique aux Etats-Unis et ceci est particulièrement vrai de la part des pourfendeurs du nucléaire civil (qui n’ont rien semble-t-il contre une bonne petite troisième guerre mondiale nucléaire). (note de danielle Bleitrach pour histoireetsociete)
Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont chuté beaucoup plus que prévu la semaine dernière tandis que les réserves stratégiques ont aussi fortement diminué, selon les chiffres publiés jeudi 2 juin par l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA).

______________


Durant la semaine achevée le 27 mai, les stocks d’or noir ont diminué de 5,1 millions de barils , alors que les analystes attendaient un repli de 2,1 millions. Ils se sont établis à 414,7 millions, selon ces chiffres publiés avec un jour de retard pour cause de jour férié lundi aux Etats-Unis.
Dans le même temps, les réserves stratégiques de pétrole brut ont de nouveau fortement baissé, de 5,4 millions de barils durant la même période.
L’administration avait déjà puisé 6 millions de barils dans ces réserves la semaine précédente alors que le président américain Joe Biden a décidé d’utiliser massivement les réserves stratégiques pour tenter de soulager les prix.

Des réserves au plus bas depuis 21 ans

Depuis septembre, elles ont fondu de plus de presque 90 millions de barils. Elles se situent actuellement à leur plus bas niveau depuis 21 ans.
Quant aux stocks d’essence, ils sont ressortis inférieurs de 700.000 barils à ceux de la semaine précédente, une diminution supérieure aux 100.000 barils anticipés par les analyses.
Les réserves de produits distillés (fioul, gasoil) ont également reculé de 500.000 barils alors que les prévisions misaient sur un gonflement de ces stocks.
“Une combinaison d’exportations plus fortes et d’importations plus faibles a encouragé un prélèvement solide sur les stocks de brut en plus du transfert de 5,4 millions de barils de réserves stratégiques vers les stocks commerciaux” , a indiqué Matt Smith, analyste pour Kpler.
“Les stocks d’essence ont aussi affiché une baisse alors que la demande a augmenté malgré des prix records à la pompe” , a souligné l’expert.

La production américaine de brut est restée stable à 11,9 millions de barils par jour. La demande, sur une moyenne de quatre semaines, s’élève à 19,5 millions de barils par jour, de 3% supérieure à ce qu’elle était il y a un an.
Le taux d’utilisation des capacités de raffinage restait élevé à 92,6% contre 93,2%, la semaine d’avant qui était son plus haut niveau depuis décembre 2019, avant la pandémie.
Alors qu’ils étaient orientés à la baisse après l’annonce par l’Opep+ d’une accélération de la production de 648.000 barils par jour les mois d’été, les cours du brut sont repartis à la hausse avec la publication des stocks.

Devant cette forte diminution des réserves qui témoigne de l’étroitesse du marché, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août gagnait 1,26% à 117,73 dollars tandis que le West Texas Intermediate (WTI) américain, pour livraison en juillet, prenait lui 1,53% à 117,03 dollars.

______________


Commentaire de Daniel Arias :

Le prix du pétrole importé calcul avec un déflateur de PIB (base 1970, prix calculé sans tenir compte de l’inflation).
https://data.oecd.org/fr/energy/prix-du-petrole-brut-a-l-importation.htm

Un tableau des prix du pétrole moyens depuis 1970 avec les causes
https://www.thebalance.com/oil-price-history-3306200#toc-oil-prices-by-year-average-high-low-and-events

Vous pourrez remarquer que la baisse spéculaire de 2020 à 37$ le baril ne s’est pas traduite par une baisse à la pompe contrairement à la hausse.
Pour l’instant les estimations pour 2022(q1) sont à $94.68, c’est à dire un peu au dessus de la hausse due à la crise financière de 2008 et moins qu’en 2011 2012.
Les prix à la pompe eux n’ont jamais monté aussi vite et sans corrélation avec les hausses précédentes et les cours du pétrole brut.

Un début d’explication par ici:
https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/prix-de-lessence-la-guerre-en-ukraine-ravit-les-actionnaires/ar-AAXk5X5
La marge brute de raffinage explose passant de 29€ en février à 156€ en Avril.
Mais c’est la faute aux vilains russes qui sont sortis de swift et se sont sanctionnés eux-même !
Si l’industrie pétrolière française était totalement nationalisée soit cette marge serait restée constante soit les excédents auraient servi la France au lieu des actionnaires.

Un cours d’économie par le professeur V.Poutine (sous-titres FR):
https://youtu.be/WgroF4eTZVo
Source chaîne de télé Россия censurée en UE.
Il faut croire que les écoles du KGB étaient d’un sacré bon niveau ainsi que le système scolaire et social soviétique qui ont fait d’un enfant quasi délinquant un président d’une grande puissance.


Edité le 08-06-2022 à 19:00:33 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 08-06-2022 à 20:40:18   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Prix de l’essence : la guerre en Ukraine ravit les actionnaires

Sylvain Gauthier - 16 mai
https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/prix-de-lessence-la-guerre-en-ukraine-ravit-les-actionnaires/ar-AAXk5X5

L'augmentation des prix de l'essence profite largement aux actionnaires. Nombre d'entreprises pétrolières affichent en effet d'excellents résultats en ce début d'année.
La flambée des prix des produits pétroliers fait le bonheur des actionnaire des compagnies pétrolières. Depuis le début de la crise en Ukraine, menant à un arrêt progressif des approvisionnements en pétrole russe dans plusieurs pays, les marges de raffinage explosent. Et les dividendes par action aussi.

Le ministère de la Transition écologique a ainsi calculé l'évolution du prix de la marge brute de raffinage sur une tonne de pétrole Brent. Cette dernière est passée de 29€ en février dernier à 84€ le mois suivant, puis 156€ le mois dernier. Des calculs certes théoriques, mais qui reflètent la réalité de la situation actuelle.

Les groupes pétroliers ont de bons résultats
Cette augmentation des marges est liée à celle des bénéfices. En présentant ses résultats pour le premier trimestre de l'année en cours, TotalEnergies a évoqué une "surperformance des activités de négoce pétrolier" . Les chiffres parlaient également dans ce sens, avec un résultat net IFRS en hausse de 48% par rapport à l'an passé. Ce dernier culmine donc à 4,9 milliards de dollars. Le résultat opérationnel, à 1,4 milliard de dollars, a été multiplié par 2,6 sur un an. Soit une progression de 35% par rapport au 4e trimestre de 2021.

Total n'est pas seul à avancer pareilles augmentations. Shell affiche 9,1 milliards de dollars de résultat net lors des quatre premiers mois de l'année (+182,3% sur un an). Pour la même période, BP a de son côté présenté un bilan financier négatif. La faute à la cessation de ses activités en Russie. Néanmoins, la firme britannique vient de réaliser son meilleur trimestre en 10 ans, avec un "bénéfice récurrent" de 6,2 milliards de dollars (4,1 milliards sur un an).

Actionnaires et pays producteurs profitent de l'augmentation des prix de l'énergie
Et avec cela, les actionnaires ont été récompensés. Total a ainsi choisi d'augmenter de 5% "le premier acompte sur dividende au titre de l'exercice 2022" . Pour BP, le cours de l'action a progressé à la hausse de 4%. Il est passé de 5,23 cents à 5,46 cents. Situation similaire pour Shell, avec un dividende par action augmenté de 4%.

Les actionnaires ne sont pas les seuls à profiter de l'augmentation du cours. Les pays producteurs y gagnent aussi. Ainsi, un rapport de l'Inspection générale des finances daté de 2012 rappelle que les pays producteurs captent entre 60% et la totalité de cette rente.
D'où la décision de l'organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) de ne pas augmenter fortement la production. Ceci malgré le constat d'une "hausse notable et disproportionnée des revenus nets des produits par rapport aux prix du brut" , rapporte Que Choisir.
"Les prix du pétrole sont au plus haut depuis des années et les politiciens veulent que les entreprises en pompent davantage, explique le Wall Street Journal. Mais [ces dernières| ne bougent pas, voire laissent la production diminuer et distribuent plutôt de l'argent aux investisseurs." Tout simplement.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 09-06-2022 à 10:52:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

GT Voice: Les hausses de taux d’intérêt menées par les États-Unis pourraient risquer de déclencher une récession mondiale

Par Global Times
Publié: Jun 08, 2022 09:08 PM


La banque centrale indienne a relevé mercredi son taux directeur de 50 points de base à 4,90%, la deuxième hausse en plus d’un mois. Cette décision est intervenue juste un jour après que la banque centrale australienne a augmenté mardi les taux d’intérêt de la plus forte hausse en 22 ans.

Les hausses de taux agressives dans les deux économies de l’Asie-Pacifique indiquent clairement que la flambée de l’inflation mondiale n’a pas été maîtrisée, même si plus de 50 banques centrales mondiales ont déjà relevé les taux d’intérêt pour lutter contre les pressions inflationnistes pires que prévu cette année.

La Banque mondiale a réduit mardi ses prévisions de croissance économique mondiale en 2022, citant l’inflation élevée et la faible croissance comme principales raisons. S’exprimant lors d’une audience de la commission des finances du Sénat américain le même jour, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a déclaré que l’inflation « inacceptable » n’était pas un problème exclusif aux États-Unis, tout en attribuant la hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires au conflit russo-ukrainien.

Bien que l’inflation puisse devenir un problème mondial, ce n’est pas une raison pour que les États-Unis se dérobent à leurs responsabilités en matière d’inflation mondiale. Les États-Unis sont derrière ou même ont causé diverses crises, y compris le conflit russo-ukrainien et les crises alimentaires et énergétiques imminentes.

La détente monétaire excessive des États-Unis au cours des deux dernières années a également fait grimper les prix. Ensuite, la Fed a mal évalué la situation de l’inflation et a été réticente à prendre l’intervention nécessaire jusqu’à ce qu’il soit trop tard et que l’inflation mondiale devienne maintenant incontrôlable.

Maintenant, afin de freiner la flambée des prix, les États-Unis ont dû augmenter les taux d’intérêt. Ce faisant, les États-Unis exportent leur propre crise vers le reste du monde. Étant donné que le dollar américain est la première monnaie de réserve au monde et la monnaie la plus importante pour le règlement, le resserrement de la politique monétaire des États-Unis aura des conséquences mondiales. L’assouplissement quantitatif et le resserrement monétaire soudain pourraient être des moyens pour les États-Unis d’utiliser leur hégémonie du dollar pour transmettre leur propre crise au reste du monde.

La réduction du bilan de la Fed signifie qu’une grande quantité d’actifs en dollars sera inévitablement retirée des marchés mondiaux, transférant ainsi indirectement les risques de dette et d’inflation aux économies vulnérables. Même avant le changement de politique de la Fed, certains pays en développement étaient déjà confrontés à de graves dettes. Ainsi, les hausses de taux dans les pays développés précipiteront davantage le risque de sorties de capitaux et de dépréciation de la monnaie dans ces économies, aggravant ainsi leurs risques d’endettement.

Cette semaine, la Banque centrale européenne devrait renforcer son engagement à soutenir les marchés de la dette des pays vulnérables de la zone euro s’ils sont frappés par une liquidation à la suite de futures hausses de taux d’intérêt, a rapporté lundi le Financial Times.

Par rapport à ces pays de la zone euro, un plus grand nombre d’économies émergentes sont encore plus vulnérables et la hausse du coût d’emprunt devrait poser de sérieux défis à leur développement.

Dans de telles circonstances, la vague de hausses de taux d’intérêt menées par les États-Unis pourrait risquer de déclencher une récession mondiale. Le monde doit être vigilant face au risque d’une crise de la dette à la suite de taux plus élevés.

Face aux changements majeurs de l’environnement de la politique monétaire mondiale, la Chine doit également être pleinement préparée aux chocs extérieurs. Avec sa reprise économique plus forte que les autres parties du monde, la Chine dispose encore d’une marge de manœuvre suffisante pour ajuster ses outils politiques. Une approche prudente et souple du choix de la politique monétaire apportera un soutien accru à l’économie réelle tout en se couvrant contre les risques éventuels.

GT Voice: US-led interest rate hikes may risk triggering global recession - Global Times


Edité le 09-06-2022 à 12:54:18 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 09-06-2022 à 12:53:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article sur les causes économiques de la guerre, qui indique le double objectif des USA


Ressources essentielles, impérialisme et guerre contre la Russie

9 JUIN 2022

https://histoireetsociete.com/2022/06/09/ressources-essentielles-imperialisme-et-guerre-contre-la-russie/

Comment serait-il possible qu’aux États-Unis — un pays où tout tourne autour de l’argent — la guerre, l’une des plus grandes exportations du pays, soit une exception? Et pourtant a propagande vend toujours les dites guerres comme des nécessités “morales”. Marx disait en se moquant que le capitalisme fonctionnait entre les “eaux glacés du calcul égoïste”, la marchandisation des êtres humains comme toute chose et il disait que Ricardo (l’économiste) transformait les hommes en chapeaux. Mais cela s’accompagnait d’une philosophie morale, théologique qui faisait que Hegel lui les transformait en “idées”. Nous en sommes là et quand les êtres humains perdent toute foi en quoique ce soit et ne vivent plus que pour la marchandise celle-ci devient le nouvel opium accompagné de mythes délirants accompagnant le fascisme sur le surhomme (1). Alors comme on ne sort pas de l’idéologie par l’idéologie, le plus simple pour comprendre cet apparent paradoxe de dévoiement des droits de l’homme en leur contraire le droit du profit par la marchandisation, le plus sur est comme le fait cet article un retour aux fondamentaux de classe sur l’impérialisme. (Note de danielle Bleitrach pour histoireetsociete)



Gabriel Black
Toutes les grandes guerres et interventions militaires des États-Unis au cours du dernier quart de siècle ont commencé avec la prétention d’un grand objectif moral.

En Irak, on a dit à la population américaine qu’un fou développait des armes de destruction massive. En Afghanistan, on devait éliminer les djihadistes talibans pour libérer le pays et trouver Oussama Ben Laden. En Libye, Mouammar Kadhafi a fait obstacle à l’aspiration du pays à la «démocratie» et aux «droits de l’homme».

Selon des estimations prudentes, entre 755.000 et 786.000 personnes sont mortes directement du fait des combats en Afghanistan, en Irak, en Syrie, au Pakistan et au Yémen. Depuis le début des conflits menés par les États-Unis dans ces pays, il s’agit en grande partie de civils. En Libye, où on a tué des dizaines de milliers de personnes, le pays a été ruiné par une décennie de guerre civile. Les estimations totales des décès dus aux conflits dirigés par les États-Unis au cours du dernier quart de siècle sont bien plus élevées. Cela va de 3 millions à 12 millions, en raison des conséquences catastrophiques de l’effondrement des services médicaux, nutritionnels et des infrastructures.

Cette destruction stupéfiante dément la prétention de ces guerres d’agression à être fondées sur quelque chose qui ressemble de près ou de loin à un objectif moral.

Ce n’est un secret pour personne que la guerre est basée sur des causes économiques et géopolitiques plus fondamentales.

Comment serait-il possible qu’aux États-Unis — un pays où tout tourne autour de l’argent — la guerre, l’une des plus grandes exportations du pays, soit une exception? Le Moyen-Orient, pièce maîtresse de la «guerre contre le terrorisme», se trouve-t-il par hasard être le point focal mondial des futures réserves de pétrole et de gaz les moins chères? Est-ce simplement une heureuse coïncidence pour le Pentagone que Kadhafi et Hussein soient assis sur deux des plus grandes réserves inexploitées de ces matières premières recherchées?

Comme l’a déclaré Alan Greenspan, ancien président de la Réserve fédérale et principal architecte de la politique économique américaine, dans ses mémoires en 2007, «Je suis attristé qu’il soit politiquement gênant de reconnaître ce que tout le monde sait: la guerre en Irak est en grande partie liée au pétrole». Greenspan a été sévèrement réprimandé pour avoir fait cette simple observation.

Les guerres, bien sûr, nécessitent de vastes mobilisations de ressources économiques et politiques. Les États-Unis ont dépensé des dizaines de milliers de milliards de dollars pour mener des guerres au cours des vingt-cinq dernières années. Et, bien que certains s’enrichissent de façon épouvantable grâce à ces dépenses, ces coûts élevés ne seraient pas payés s’ils ne récoltaient pas un résultat.

L’impérialisme et les forces motrices de l’encerclement de la Russie par les États-Unis et l’OTAN
C’est dans ce contexte qu’on doit comprendre la tendance actuelle à la guerre contre la Russie. Une compréhension sérieuse de tout conflit militaire majeur doit analyser ces forces économiques et géopolitiques. Or, la couverture médiatique de l’escalade de la guerre en Ukraine est dépourvue d’une telle analyse.

Dans la mesure où ces questions sont mentionnées, c’est de la manière la plus puérile et unilatérale qui soit: La Russie intimide ses voisins par le biais de son important approvisionnement en gaz naturel, et les États-Unis et l’Europe cherchent à intervenir héroïquement pour y mettre fin. Aucune question, cependant, n’est posée quant aux intérêts que les États-Unis et leurs alliés européens ont en Ukraine ou, d’ailleurs, en Russie.

Si un historien de la guerre honnête cherchait à comprendre ce conflit, il serait contraint, quelles que soient ses conclusions, de poser au moins les questions suivantes:

Quels sont les intérêts économiques et géopolitiques d’une expansion de l’OTAN et de l’UE vers l’Est?
Quelle est l’importance du contrôle géopolitique et économique de l’Ukraine?
Quel intérêt les États-Unis auraient-ils à démembrer la Russie en petits États sans forces militaires? Comment pourraient-ils chercher à y parvenir?
Quelle est la relation entre la guerre actuelle en Ukraine et les objectifs géopolitiques des États-Unis en Eurasie?
La classe dirigeante américaine a des réponses à ces questions, mais elle préfère ne pas les partager trop publiquement.

Dès 1997, Zbigniew Brzezinski, ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis et architecte de la politique étrangère américaine en Ukraine a déclaré que «la capacité de l’Amérique à exercer sa primauté mondiale» dépend de la capacité des États-Unis à empêcher «l’émergence d’une puissance eurasienne dominante et antagoniste».


Zbigniew Brzezinski
Brzezinski, qui s’exprimait au nom de l’impérialisme américain au lendemain de la dissolution de l’URSS, avait spécifiquement à l’esprit la Russie. Il soutenait que l’Ukraine était cruciale pour que les États-Unis affirment leur hégémonie sur la Russie en Eurasie. «Sans l’Ukraine», écrivait-il, «la Russie cesse d’être un empire eurasien». Bien sûr, les amis de Brzezinski au Département d’État et au Pentagone n’ont jamais remis en question le postulat central que les États-Unis ont le droit à «exercer une primauté mondiale». De surcroit ils n’ont jamais comptabilisé les cadavres produits par cette ambition.

Après le coup d’État de 2014 en Ukraine, au cours duquel les États-Unis et l’Allemagne sont intervenus pour destituer le président pro-russe, Viktor Ianoukovitch, Brzezinski a exposé l’intention de l’armée américaine d’entraîner la Russie dans une invasion prolongée et coûteuse de l’Ukraine.

Dans un article intitulé «L’Occident devrait armer l’Ukraine» (The West Should Arm Ukraine), publié par le «Conseil atlantique» (the Atlantic Council) en 2014, Brzezinski parle d’une invasion russe de l’Ukraine comme d’une quasi-certitude. Il souligne que les États-Unis et les pays de l’OTAN devraient fournir

des armes conçues particulièrement pour permettre aux Ukrainiens de s’engager dans une guerre urbainede résistance efficace. Ça ne sert à rien d’essayer d’armer les Ukrainiens pour qu’ils affrontent l’armée russe en rase campagne… Si les grandes villes, disons Kharkiv, disons Kiev, devaient résister et que le combat de rue devenait nécessaire, il serait prolongé et coûteux. Et le fait est que — et c’est là que le choix du moment de déclenchement de toute cette crise est important — la Russie n’est pas encore prête à entreprendre ce genre d’effort. [Souligné dans l’original]

En fin de compte, les États-Unis et l’UE ont donné plus de 18,6 milliards d’Euros (20 milliards de dollars) d’aide militaire et économique à l’Ukraine entre le coup d’État de 2014 et 2019. Ils ont soutenu la guerre de l’Ukraine contre les séparatistes russes dans le Donbas qui a coûté la vie à treize mille personnes, principalement des civils ethniquement russes, un autre fait commodément absent de la couverture de la guerre. Aujourd’hui, les États-Unis sont en train d’inonder l’Ukraine d’armements, notamment de missiles antichars avancés, d’artillerie et d’autres équipements. Les États-Unis sont en passe de dépenser plus de 40 milliards de dollars rien que cette année, sans compter les armes fournies par les États européens.

L’anticipation remarquablement précise de Brzezinski de la présente guerre «prolongée et coûteuse», en grande partie urbaine, contredit, dans son anticipation logique de ce qui allait arriver, la propagande bidimensionnelle selon laquelle Poutine, un homme fou, a envahi l’Ukraine en raison d’ambitions irrationnelles et impériales. Aussi désespérée et réactionnaire qu’ait été la décision de Poutine d’envahir l’Ukraine, les causes fondamentales de la guerre se trouvent dans ces ambitions plus profondes et calculées de l’impérialisme américain en Eurasie, suite à la dissolution de l’URSS. Leur calculs impliquaient l’expansion agressive de l’OTAN vers l’Est.

Lénine sur l’impérialisme
Dans son ouvrage intitulé «L’impérialisme: le stade suprême du capitalisme», écrit en 1916, Lénine affirmait que le développement technique croissant du capitalisme mondial — la socialisation et la concentration des forces de production — avait ouvert une nouvelle et dernière ère pour le capitalisme, l’ère impérialiste. Alors que l’incroyable développement, ou socialisation, des forces productives demandait la propriété socialiste, une poignée de plus en plus étroite d’oligarques financiers contrôlaient les forces productives, sous la forme de cartels et de monopoles étroitement contrôlés et dirigés par le capital financier. C’est ce qui apparaît aujourd’hui comme les gigantesques sociétés multinationales, reliées par un réseau de liens aux grandes banques et institutions financières.

Lénine a souligné que l’impérialisme n’était pas un choix politique, mais un moteur inéluctable de la production capitaliste avancée à l’époque impérialiste. «La domination, écrivait Lénine, et la violence qui lui est associée — telles sont les relations les plus typiques de la “dernière phase du développement capitaliste”; c’est ce qui doit inévitablement résulter, et a résulté, de la formation de monopoles économiques tout-puissants».


Vladimir Lénine
Lénine a souligné que, entre autres choses, ce développement et cette concentration des forces productives sous l’égide du capital financier motiveraient une chasse rapace pour contrôler les ressources clés du monde. «Plus le capitalisme se développe, écrivait-il, plus le besoin de matières premières se fait sentir. Plus la concurrence devient âpre. Plus la chasse aux matières premières se poursuit fébrilement dans le monde entier. Plus la lutte pour l’acquisition de colonies devient désespérée».

Les transformations de l’économie mondiale identifiées par Lénine en 1916 n’ont fait que s’intensifier. Le développement des forces productives au cours des 100 dernières années fait que l’économie capitaliste du début du siècle ne semble être que l’ombre de sa taille et de sa complexité actuelle.

Le contrôle des matières premières ne consiste pas simplement pour un pays à thésauriser des ressources pour son propre usage. Il s’agit également, sinon plus, de s’assurer que les matières premières et les marchés clés restent entre les mains d’une alliance de puissances impérialistes dirigée, dans le monde d’aujourd’hui, par les États-Unis.

Dans ce contexte, l’importance de refuser l’accès à ces matériaux (ou d’avoir la capacité de le refuser en cas de guerre) aux adversaires est également cruciale. Dans l’analyse détaillée de la RAND Corporation sur la façon dont les États-Unis pourraient gagner une guerre contre la Chine, par exemple, on peut lire: «Si la Chine est vulnérable à des pénuries cruciales dans une guerre avec les États-Unis, ce pourrait être… dans l’approvisionnement en pétrole. Elle importe environ 60 pour cent de ses besoins en pétrole et dont elle a une réserve stratégique déclarée qui n’est que de dix jours.» La majeure partie du pétrole de la Chine provient de la région du golfe Persique, que dominent les États-Unis.

Fait important, Lénine a également noté que ce n’était pas seulement une question de production actuelle de matières premières. Lénine a expliqué que le capital financier «s’intéresse également aux sources possibles de matières premières, parce que le développement technique actuel est extrêmement rapide, et parce que les terres qui sont inutiles aujourd’hui peuvent être fertiles demain…».

En d’autres termes, les principales entreprises capitalistes s’efforcent d’anticiper leurs besoins futurs en matières premières qui proviennent du monde entier, afin de se préparer au rythme incessant du développement technique.

Les immenses richesses de la Russie
L’objectif de cet essai est de contribuer à l’analyse, par le World Socialist Web Site, des origines historiques et politiques de l’escalade de la menace de conflit armé entre les États-Unis et la Russie. Il examine en particulier le rôle des ressources géostratégiques dans la volonté des forces américaines et de l’OTAN de dominer la masse continentale eurasienne.

La Russie est le plus grand pays du monde. Bien que son économie soit relativement minuscule par rapport aux puissances impérialistes, sa masse continentale s’étend sur deux continents, avec une taille totale de 17 millions de kilomètres carrés. Les suivants en superficie, le Canada (9,8 millions km²), la Chine (9,6 millions km² et les États-Unis (9,3 millions km² sont nettement devancés en terme de surface. À elle seule, la Russie représente 11 pour cent de la masse continentale du monde entier.


Carte montrant l’expansion de l’OTAN vers l’est depuis 1949 (Credit : Wikimedia)
Cette vaste masse continentale renferme un éventail de minéraux et de ressources importantes.

La Russie produit environ 40 pour cent du gaz naturel de l’UE et près de 12 pour cent du pétrole mondial. La Russie est également le deuxième plus grand détenteur de réserves de charbon au monde, soit 159 millions de tonnes. Ces ressources jouent un rôle clé dans le conflit actuel. Dans un contexte de resserrement des approvisionnements énergétiques mondiaux, ces ressources constituent un obstacle majeur pour l’impérialisme américain dans le monde entier, mais surtout dans ses efforts pour lutter contre la montée en puissance de la Chine. Cette question fera l’objet d’un prochain article.

Outre les hydrocarbures, la Russie contient des quantités massives de métaux de base. La Russie est le troisième plus grand détenteur de réserves de fer, avec 22,7 milliards de tonnes métriques. Elle détient également la deuxième plus grande réserve d’or de 6.800 tonnes métriques et est presque à égalité pour la cinquième place en ce qui concerne l’argent. Le pays est également le plus grand producteur de diamants, produisant, en moyenne, environ un tiers des diamants du monde au cours de la dernière décennie.

Chacune de ces ressources mérite que l’on s’y attarde pour comprendre les ambitions géostratégiques des États-Unis et de leurs alliés. Mais, cet article se penche sur un aspect moins connu de la politique mondiale des ressources: les minéraux critiques. Les minéraux cruciaux désignent une série de métaux et de minéraux de plus en plus essentiels à la production mondiale et dont la demande devrait exploser au cours des deux prochaines décennies. La Russie dispose de sources importantes d’un large éventail de minéraux cruciaux qui, selon les États-Unis, seront essentiels à la puissance économique et politique mondiale au XXIe siècle.

Les minéraux cruciaux et la croissance des forces productives
Les États-Unis et leurs alliés impérialistes s’arrachent les minéraux et les métaux dits «cruciaux». Les États-Unis disposent actuellement d’une liste de cinquante minéraux qu’ils jugent cruciaux. Certains, comme l’aluminium ou le platine, sont relativement bien connus. D’autres, comme le néodyme, une terre rare, ou le rhodium, un membre du groupe des métaux du platine, sont à peine connus alors qu’ils sont de plus en plus vitaux pour l’économie mondiale.

L’importance croissante de ces minéraux s’explique par les progrès de l’industrie électronique et son intégration dans de nombreux autres processus de fabrication et produits finis.

Des industries autrefois conçues comme distinctes de l’électronique ont suscité une nouvelle demande pour toutes sortes d’équipements numériques avancés et à haute performance. Les voitures, par exemple, «contiennent désormais plus de technologie que les ordinateurs», selon un rapport de la société de logistique DHL. McKinsey, le cabinet de conseil mondial, prévoit que l’industrie des semi-conducteurs passera de 550 milliards d’Euros (590 milliards de dollars) en 2021 à plus de 932 milliards d’euros (1.000 milliards de dollars) en 2030. Les semi-conducteurs automobiles vont tripler de taille, passant de 46,6 à 140 milliards d’euros (50 à 150 milliards de dollars).

Les minéraux cruciaux sont nécessaires à cette explosion de gadgets de haute technologie. Comme l’écrit la Semiconductor Industry Association, «dans de nombreux cas, des alternatives connues à ces matériaux qui répondent à nos besoins fonctionnels n’existent pas. Par conséquent, un approvisionnement sûr et continu en matériaux critiques est d’une importance cruciale pour notre industrie.» Rien que pour l’industrie des semi-conducteurs, on consomme quelque 37,7 milliards d’euros (40,4 milliards de dollars) de minéraux chaque année.

La transition vers les énergies renouvelables est une autre force clé derrière la ruée vers ces ressources. Bien qu’insuffisante pour les changements spectaculaires nécessaires à la lutte contre le changement climatique, une augmentation substantielle de la demande a commencé dans les technologies renouvelables. Le marché des véhicules électroniques (VE) et celui du stockage en batteries devrait connaître une croissance explosive, passant de 172 milliards d’euros en 2021 à 913 milliards d’euros en 2028.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a publié en 2021 un rapport intitulé «Le rôle des minéraux cruciaux dans les transitions énergétiques propres» (The Role of Crucial Minerals in Clean Energy Transitions). Cette agence relève de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Dans le rapport, elle a soigneusement estimé la croissance future de la demande pour une série de minéraux. L’AIE a noté que même dans son scénario de développement durable moins ambitieux, la demande mondiale de lithium va être multipliée par 42 entre 2020 et 2040. Dans le même temps, l’agence prévoit que la demande mondiale de graphite va être multipliée par 25; celle de cobalt par 21, celle de nickel par 19 et celle de métaux de terres rares par 7.

Ces estimations étonnantes ont de quoi inquiéter l’OCDE et l’ordre géopolitique dirigé par les États-Unis qu’elle représente. L’année dernière déjà, Fatih Birol, directeur de l’AIE, a déclaré que «les données montrent un décalage imminent entre les ambitions climatiques renforcées du monde et la disponibilité des minéraux cruciaux qui sont essentiels à la réalisation de ces ambitions». Ce «décalage» a le potentiel de plonger les économies dans le désarroi et, surtout, de limiter les ambitions impérialistes des États-Unis.

Les États-Unis, la Chine et les minéraux critiques
Parmi les cinquante minéraux cruciaux cités par le gouvernement américain, ce qui est remarquable, c’est que pratiquement aucun d’entre eux n’est principalement produit aux États-Unis. En raison d’un mélange de géologie et d’économie, les États-Unis ne produisent la majorité de leur approvisionnement que pour cinq des cinquante minéraux de la liste. Vingt-neuf de ces cinquante minéraux sont importés à 100 pour cent et quarante le sont à 75 pour cent ou plus.

Cette dépendance des États-Unis à l’égard des approvisionnements étrangers en minéraux cruciaux est une source d’inquiétude croissante au sein de la classe dirigeante américaine, en particulier alors qu’elle se prépare à une confrontation militaire avec la Chine.

En septembre 2020, le gouvernement Trump a promulgué le décret 13953 qui déclare l’urgence nationale pour la situation à laquelle sont confrontés les États-Unis en matière d’approvisionnement en minéraux critiques. Le décret stipule que «ces minéraux sont indispensables à notre pays», mais «nous n’avons actuellement pas la capacité de les produire sous forme transformée dans les quantités dont nous avons besoin… Pour 31 des 35 minéraux critiques, les États-Unis importent plus de la moitié de leur consommation annuelle. Les États-Unis n’ont pas de production nationale pour 14 des minéraux critiques et sont complètement dépendants des importations pour satisfaire leur demande».

Près de six mois plus tard, en février 2021, le gouvernement Biden a signé le décret EO14017 qui vise à «renforcer la résilience des chaînes d’approvisionnement américaines.» L’ordre s’ajoutait à l’Ordre Executive EO13953 de Trump, donnant compétence au ministère de l’Énergie pour enquêter sur les risques liés aux chaînes d’approvisionnement et offrir des recommandations.


Le président Joe Biden écoute lors d’un événement dans l’auditorium de la cour sud, du Bâtiment du bureau exécutif Eisenhower (Eisenhower Executive Office Building) sur le complexe de la Maison-Blanche, mardi 22 février 2022, à Washington. (AP Photo/Alex Brandon)
Les résultats de la première année de cet ordre ont été publiées le 24 février 2022, le même jour que l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Cela faisait partie d’un «Plan pour revitaliser la fabrication américaine et sécuriser les chaînes d’approvisionnement cruciales». Deux jours auparavant, une réunion de promotion des mesures relatives aux minéraux cruciaux a eu lieu. Le chef du syndicat des métallurgistes, Tom Conway, était présent. Biden l’a ensuite rencontré en privé pour s’assurer que le syndicat mettrait fin à une grève nationale du pétrole et soutiendrait la campagne de guerre. Au cours de cette réunion, Biden a déclaré que son gouvernement avait contribué à faciliter des milliards de dollars de nouveaux investissements. Il parlait: «des minéraux cruciaux comme le lithium, le graphite, les terres rares… dont on a cruellement besoin pour tant de produits américains».

Le 31 mars 2022, Biden a invoqué la loi sur la production de défense pour garantir un approvisionnement «fiable» de ces minéraux. Cette loi est un décret du temps de guerre qui date de la guerre de Corée. Cela permet au gouvernement, au nom de la défense nationale, de contrôler et d’orienter les investissements privés.

La préoccupation de l’impérialisme américain n’est pas seulement qu’il ne produit pas et ne contrôle pas ces ressources vitales. La préoccupation de l’État américain est plutôt que la Chine, principale cible de ses ambitions géostratégiques, puisse le faire.

La Chine domine le traitement des minéraux cruciaux. Elle joue également un rôle majeur dans l’extraction (minière) de nombreux minéraux. En revanche, les États-Unis ne se trouvent à la tête ni de l’extraction ni du traitement d’aucun de ces minéraux majeurs. L’exemple le plus frappant est celui des terres rares. Cet ensemble de 17 minéraux, désormais vital pour l’industrie mondiale de l’électronique et de la défense, est presque exclusivement traité en Chine. Les États-Unis produisent plus de 10 pour cent des terres rares dans le monde, mais ils sont éclipsés par la Chine.

Pendant un certain temps, les États-Unis se sont satisfait de permettre à la Chine de dominer le traitement et, dans une moindre mesure, l’extraction de ces minéraux. L’extraction et le traitement des métaux et des minéraux font partie des aspects les plus dangereux pour l’environnement de l’industrie mondiale. Le faire à bas prix entraine une pollution rampante et des déchets toxiques qui constituent un problème majeur pour la santé humaine. La Chine a servi d’atelier de misère à l’économie capitaliste pendant plusieurs décennies. Les opérations productives des nations impérialistes étaient concentrées dans les immenses villes-usines de Chine, y compris l’électronique. C’était logique d’y concentrer le traitement des minerais de l’économie mondiale, y compris ses déchets.

Cependant, au cours des quinze dernières années, les États-Unis ont de plus en plus considéré la Chine comme une menace existentielle pour leur hégémonie mondiale. Ils ont commencé à réorienter leur stratégie militaire mondiale pour «contenir», c’est-à-dire enserrer et soumettre la Chine. La création de chaînes d’approvisionnement concurrentes pour ces matériaux vitaux est un élément clé de cet effort.

Sous le gouvernement Obama, un pivotement massif des forces armées américaines a effectué, afin d’encercler la Chine et affirmer la puissance politique et économique américaine dans la région Asie-Pacifique. En 2016, le général Mark A. Milley, alors chef d’état-major de l’armée, constatant une «Chine montante» a déclaré que, dans les décennies à venir, une guerre entre les États-Unis et un adversaire majeur «est presque garantie». En mars 2021, le chef du commandement américain pour l’Indo-Pacifique, qui prenait sa retraite, l’amiral Phil Davidson, a mis en garde contre la possibilité d’une guerre avec la Chine dans les six ans. Quelques mois plus tard, en novembre, le général Milley, désormais président des chefs d’état-major interarmées, a déclaré qu’une guerre pourrait même survenir dans les deux prochaines années.

Il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup d’imagination pour envisager comment une guerre — qui concerne directement 40 pour cent de l’économie mondiale et près de deux milliards de personnes — pourrait rapidement dégénérer en une troisième guerre mondiale aux proportions catastrophiques.

L’armée américaine dépense des milliers de milliards de dollars pour se préparer à ce conflit. Mais, elle est particulièrement préoccupée par la question des terres rares et autres minéraux cruciaux qui sont vitaux pour l’économie générale ainsi que pour les armes sophistiquées. La stratégie générale de l’impérialisme américain vise à arrêter la montée en puissance de la Chine et à soumettre son vaste marché intérieur au capital financier américain. Mais le Pentagone considère que cela ne pourra réussir sans des chaînes d’approvisionnement plus importantes et mieux protégées pour ces minéraux cruciaux. Les États-Unis ont une influence considérable sur la Chine en ce qui concerne les importations de pétrole, mais la Chine a une influence sur les États-Unis en ce qui concerne les minéraux cruciaux.

Lors d’une conférence de presse à la Maison-Blanche du 31 mars, l’utilisation de la loi sur la protection de la défense pour sécuriser les minéraux critiques, il a été annoncé que «les États-Unis dépendent de sources étrangères peu fiables pour un grand nombre de matériaux stratégiques et critiques nécessaires à la transition vers une énergie propre. Il s’agit de matières primaires telles que le lithium, le nickel, le cobalt, le graphite et le manganèse pour les batteries de grande capacité… Nous avons dû en importer une part importante — près de 100 pour cent — d’autres pays, en particulier de la Chine».

Un sentiment similaire a été exprimé dans la presse européenne, avec un article du Telegraph qui affirmait que «la domination de la Chine sur les minéraux critiques peut être aussi dangereuse pour l’Europe que l’arme énergétique de la Russie… L’Europe s’est réveillée très tard dans la course mondiale aux matériaux critiques».

Les minéraux cruciaux de la Russie
Le besoin profond du capital financier américain de dominer les sources actuelles et futures de minéraux cruciaux, ainsi que le contrôle disproportionné qu’exerce la Chine sur celles-ci, constitue une partie importante de la toile de fond de la volonté de guerre contre la Russie.

Bien que la Russie ne soit pas le fournisseur exclusif d’un minéral critique majeur, l’analyse ci-dessous explique en détail comment elle joue un rôle de premier plan dans la production d’une variété de minéraux clés, détenant une part importante des réserves mondiales. Pour comprendre la volonté générale des États-Unis de dominer l’Eurasie et de soumettre la Russie, on ne doit pas négliger le rôle de ces ressources clés.

Ci-dessous sont détaillés plusieurs minéraux cruciaux majeurs, leur utilisation, et le rôle de la Russie dans leur production et leurs réserves.

[***sub-subhead*** (normal text plus Bold)] Nickel [/***sub-subhead*** (normal text plus Bold)]

La Russie est l’un des plus grands extracteurs de nickel au monde. Elle se trouve généralement classée troisième ou quatrième, après l’Indonésie, les Philippines, et presque à égalité avec l’Afrique du Sud.

Le monde extrait près de 2,5 millions de tonnes de nickel chaque année. La plus grande utilisation de ce métal crucial est l’acier. La production d’acier inoxydable nécessite d’infuser l’acier avec d’autres éléments pour créer un alliage. Le nickel dit de classe 1, la forme la plus pure du nickel, rend l’acier plus solide et plus dur, notamment à basse température. Il offre également une résistance à la chaleur et à la rouille.

Les deux tiers de la production de nickel entrent dans la fabrication de l’acier inoxydable. À son tour, ce dernier s’utilise dans la construction, les navires, certaines voitures, l’industrie médicale (pour une variété d’instruments). L’énergie et l’industrie (en particulier lorsqu’un stockage léger et résistant à la corrosion est nécessaire), ainsi que dans les ustensiles de cuisine. Le nickel forme également une variété d’alliages plus sophistiqués utilisés dans la production d’aubes de turbine (pour les moteurs à réaction, l’industrie maritime et les centrales électriques). Enfin, l’électronique l’utilise (les ordinateurs portables, les téléphones, les appareils photo numériques) et les outils de mesure de haute précision.

L’AIE prévoit que la production mondiale de nickel devra être multipliée par 19 au cours des 18 prochaines années pour atteindre son scénario de développement durable (SDD), soit une multiplication vertigineuse de la production actuelle. La poudre de sulfate de nickel est un composant clé des batteries lithium-ion, constituant la partie principale de la cathode de la batterie.

Le rôle de la Russie dans la production mondiale de nickel se reflète dans l’envolée du prix du nickel depuis le début de la guerre. Le nickel se négociait à moins de 20.500 euros la tonne métrique en 2021. Aujourd’hui, il se négocie à un peu moins de 30.860 euros la tonne métrique. Dans les premières semaines de la guerre, le prix a brièvement augmenté de 100 pour cent. La Russie possède 6,3 millions de tonnes métriques de réserves de nickel, soit 7 pour cent du total mondial. La Russie est le quatrième plus grand détenteur de réserves.

La quasi-totalité de la production russe a lieu dans la région du cercle arctique de Norilsk. C’est sous la direction de la société Nornickel, la plus grande entreprise métallurgique de Russie (à l’exclusion du fer et de l’acier). Nornickel est fréquemment classée comme l’une des deux premières sociétés productrices de nickel au monde. La division de Kola de Nornickel, sa principale source de production, est située près de la frontière de la Finlande dans le cercle arctique. C’est une frontière qui pourrait rapidement se militariser suite à la demande de la Finlande de rejoindre l’OTAN. La région est également le siège d’une importante production de cuivre et de palladium.

La qualité du nickel russe est également à noter. Alors que la Russie ne produit que 10 pour cent du nickel mondial, elle produit 20 pour cent de son nickel de classe 1 — la forme raffinée la plus précieuse. Elle est utilisée dans la production d’acier et d’alliages avancés — en raison des réserves de meilleure qualité que l’on trouve en Russie.

Métaux du groupe du platine (MGP)
La Russie est l’un des principaux producteurs de métaux du groupe du platine (MGP). Les MGP comprennent six métaux qui ont des propriétés chimiques et physiques similaires et que l’on retrouve fréquemment ensemble dans les gisements minéraux. Bien que distincts du nickel, les MGP se trouvent dans le même minerai et sont parfois extraits en tandem. Les trois plus importants sont le palladium, le platine et le rhodium. Les autres sont l’osmium, l’iridium et le ruthénium. Selon la société de conseil en matières premières, Agiboo, 25 pour cent de tous les produits manufacturés contiennent des PMG ou en ont besoin dans leur processus de fabrication.


Rhodium (Wikimedia)
La Russie est à peu près à égalité avec l’Afrique du Sud en tant que premier producteur de palladium. Toutefois, l’université de Columbia a publié un rapport sur les minéraux cruciaux, qui indique que l’approvisionnement en palladium de l’Afrique du Sud a été «perturbé par des grèves au cours de la dernière décennie», ce qui le rend moins fiable. Le monde a produit environ 210.000 kilogrammes de palladium en 2019, selon l’US Geologic Survey. La Russie en a produit 40 pour cent.

Comme pour la production de nickel, l’extraction de ce minéral crucial par la Russie est centrée sur Nornickel, qui est le plus grand producteur privé de palladium au monde. La production se trouve dominée par deux mines spécifiques exploitées par la société, Oktyabrsky et Taimyrsky, toutes deux situées dans le cercle arctique, à l’extrême nord de la Sibérie. Ces deux mines sont si importantes qu’une inondation qui les a touchées l’année dernière a interrompu un cinquième de l’approvisionnement mondial en palladium. Les deux mines produisent du rhodium et du platine dans le cadre du même processus général d’extraction.

Le prix du palladium a bondi ces dernières années. Avant 2019, le prix oscillait autour de 28.000 euros le kilogramme. Au cours des deux dernières années, il a augmenté pour atteindre une moyenne d’environ 70.000 euros par kilogramme. Au début de la guerre, il a brièvement dépassé les 93,200 euros le kilo, parce que les négociants en matières premières ont réagi à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

La principale utilisation du palladium est celle de catalyseur. La moitié de l’offre mondiale de palladium et de platine s’utilise pour les convertisseurs catalytiques. Les convertisseurs catalytiques transforment les gaz d’échappement toxiques des voitures (monoxyde de carbone, dioxyde d’azote) et d’autres véhicules en dioxyde de carbone et en eau. Ils se trouvent dans pratiquement tous les véhicules modernes et sont essentiels pour réduire la pollution. Les deux autres principaux «PMG», le platine et le rhodium, sont également utilisés dans le même but. Les réglementations plus strictes sur les gaz d’échappement exigent des quantités plus importantes de ces MGP.

Le rhodium a connu une flambée des prix encore plus importante ces dernières années. Le rhodium est passé de 82.205 euros (88.250 dollars) le kilo début 2019 à 785.300 euros le kilo en 2021 (après la frayeur des inondations d’Oktyabrsky et de Taimyrsky en Russie). Il est désormais plus proche de 559.000 euros le kilo, soit environ sept fois son prix d’il y a quelques années.

La flambée des prix du rhodium et du palladium est si forte qu’elle a entraîné une augmentation massive des vols de pots catalytiques. Selon l’État américain du Colorado, les vols de pots catalytiques dans cet État ont augmenté de plus de cinq mille pour cent entre 2019 et 2021. La Russie est le deuxième plus grand producteur de rhodium et de platine au monde. Cependant, contrairement au palladium, l’Afrique du Sud devance sensiblement la Russie dans la production en raison des réserves plus importantes de l’Afrique du Sud.

Au-delà des convertisseurs catalytiques, les platinoïdes sont utilisés dans pratiquement tous les appareils électroniques et dans une grande variété d’autres appareils et industries. Bien qu’ils soient utilisés en petites quantités, leur omniprésence dans l’électronique entraîne une forte demande. Quatre des platinoïdes sont utilisés pour recouvrir les électrodes, ce qui les rend essentiels pour l’industrie électronique. Le platine et le ruthénium sont nécessaires à la composante magnétique des disques durs, qui représentent encore la majeure partie du stockage électronique mondial.

Le platine est également utilisé dans les câbles à fibres optiques et dans les turbines d’avion (revêtement des pales pour les protéger de la corrosion). L’industrie médicale a besoin de platinoïdes. Par exemple, le palladium s’utilise dans les couronnes dentaires et les MGP sont généralement utilisés dans les médicaments de chimiothérapie et la radiothérapie. Les autres utilisations des MGP comprennent l’hydrocraquage du pétrole; les capteurs, le traitement de l’eau; les stimulateurs cardiaques et les défibrillateurs; les bijoux, les écrans LCD, les piles à combustible et les creusets industriels haut de gamme dans l’industrie métallurgique.

Minéraux de terres rares
À l’heure actuelle, la Chine domine la production et le traitement des minéraux de terres rares dans le monde. Les éléments de terres rares (ETR) sont une collection de 17 minéraux différents de plus en plus importants pour la production d’électronique de pointe. Ils ne sont pas rares à proprement parler, mais ils sont rares à trouver en concentration suffisante pour que leur extraction soit économique.

Habituellement divisés entre les ETR lourds et légers, ces minéraux se trouvent en combinaison les uns avec les autres. La Chine extrait 60 pour cent des terres rares et en traite près de 90 pour cent. Leur application est courante dans l’électronique de pointe, y compris le matériel militaire. Cela a incité la classe dirigeante américaine à tirer la sonnette d’alarme face à la mainmise de la Chine sur la chaîne de valeur des terres rares. En 2022, le gouvernement Biden a annoncé une initiative majeure qui vise à stimuler par des milliards de dollars d’investissement la production et le traitement des terres rares au niveau national.

La Russie ne constitue pas encore une partie substantielle de la chaîne de traitement ou de production des terres rares. Cependant, elle possède d’importantes réserves qui, si on les exploite, pourraient contribuer à la production mondiale d’ETR. La Russie possède environ 10 pour cent des réserves mondiales d’ETR, ce qui la place en quatrième position après la Chine, le Vietnam et le Brésil. Les terres rares s’utilisent dans les moteurs des voitures électriques, les appareils électroniques portables, les aimants (souvent nécessaires pour l’électronique), les générateurs des éoliennes et le matériel militaire. Par exemple, on estime qu’un sous-marin nucléaire de classe Virginia nécessite 4,2 tonnes de terres rares, et un avion de chasse F-35 a besoin de 427 kg.


Carte des gisements de minéraux de terres rares et des importations (US Congressional Research Service, 2013)
Il y a beaucoup d’entraves à des projets de terres rares en Russie: le climat extrême des localisations des gisements de terres rares, la technologie requise pour les traiter et le haut niveau d’investissement nécessaire. Tout cela a interdit le développement des terres rares en Russie jusqu’à présent. Un consultant en recherche de premier plan chez Deloitte, Dimitry Kasatkin, a été interviewé par S&P Global Market Intelligence en 2019. Il a expliqué que «la Russie aura besoin de temps et de conditions extérieures favorables, telles que des risques géopolitiques et économiques faibles» pour développer son potentiel en matière d’ETR. Cependant, l’éclatement de la Russie en petits États qui seraient sous le contrôle économique étroit des États-Unis et d’autres nations impérialistes permettrait de fournir l’investissement et le «faible risque géopolitique et économique» nécessaires pour développer ces projets d’ETR.

Niobium
Le niobium, numéro atomique 41 sur la table des éléments, est un autre minéral crucial dont la Russie est dotée. Il est utilisé principalement comme alliage pour renforcer d’importantes structures. Une petite quantité — 0,1 pour cent du produit final — peut être ajoutée à l’acier pour en augmenter la résistance. Cet acier spécial peut s’utilise dans les conduites de gaz et d’autres projets d’infrastructure cruciaux. Le niobium s’utilise également pour créer ce qu’on appelle des superalliages — des alliages extrêmement performants qui vont au-delà du meilleur acier — pour les moteurs de fusée. Sous sa forme de ferroniobium (utilisé pour l’acier), le marché du niobium devrait doubler entre 2015 et 2025.

La production de niobium est dominée par le Brésil, qui produit 66 des quelque 68.000 tonnes métriques produites chaque année. L’année dernière, cependant, Polymetal, le plus grand producteur d’or et d’argent de Russie, a annoncé que le projet minier «Tomtor» dans l’extrême est de la Russie ajouterait 68.000 tonnes métriques d’oxyde de niobium aux réserves mondiales. C’est environ quatre fois la quantité de réserves que possèdent les États-Unis, mais bien moins que les 16 millions de tonnes de réserves prouvées du Brésil.

Tomtor est déjà connu pour ses réserves massives de phosphate, l’un des trois principaux engrais utilisés en agriculture. La mine de Tomtor est également le siège des plus importantes réserves d’ETR de Russie. Polymetal affirme que la mine est le troisième plus grand gisement de minéraux de terres rares. Il est devancé seulement par le mont Weld en Australie occidentale et le site inexploité de Kvanefjeld au Groenland, qui devrait être développé au cours de cette décennie pour devenir un site majeur d’extraction de terres rares.

Cobalt
La production mondiale de cobalt est dominée par la République démocratique du Congo (RDC), qui en produit 70 pour cent. La production de cobalt de la RDC est connue pour son recours à l’esclavage des enfants. Il y a un peu plus de deux ans, le groupe «Défenseurs internationaux des droits» (International Rights Advocates) a poursuivi Apple, Alphabet, Dell, Microsoft et Tesla. Le groupe a allégué que ces entreprises étaient complices de la mort de 14 enfants mineurs congolais. Cet incident n’est que la partie émergée de l’iceberg d’ atrocités qui sont commises pour produire cette substance.

Comme les ETR, le cobalt est essentiel pour de nombreux appareils électroniques en petites quantités. Le cobalt est particulièrement important pour la transition vers les énergies renouvelables. L’AIE suggère que la production de cobalt devrait augmenter de 21 pour cent dans son scénario de développement durable (SDD).

La Russie est le deuxième plus grand pays producteur de cobalt. Elle a produit environ 5.450 tonnes métriques, soit quatre pour cent de la part mondiale, en 2019. Bien que loin derrière le rôle imposant de la RDC, la Russie a précédemment déclaré vouloir augmenter sa production de 2.000 tonnes supplémentaires par an, portant ainsi sa part de la production mondiale à huit pour cent cette année. Certaines de ces réserves sont situées dans les fonds marins au large de la côte Pacifique de la Russie, au nord du Japon.

Graphite
La Russie est le sixième plus grand producteur de graphite au monde. Le graphite, après le lithium, devrait connaître la plus forte augmentation pendant la transition vers les énergies renouvelables.

Le graphite s’utilise dans une variété d’industries. Comme il est hautement conducteur, il s’utilise fréquemment dans les panneaux solaires, les électrodes et les batteries. Le graphite n’est pas aussi rare ou cher que les autres minéraux et produits chimiques énumérés ci-dessus. Sa production est également plus étendue géographiquement, puisque cette substance — une forme cristalline du carbone, couramment utilisée dans les crayons — est relativement abondante dans le monde entier.

Cependant, il est principalement extrait en Chine (650.000 tonnes), ce qui crée un profond malaise dans la classe dirigeante américaine. Les producteurs suivants sont le Mozambique (120.000 tonnes), le Brésil (95.000), Madagascar (47.000), l’Inde (34.000), la Russie (24.000) et l’Ukraine (19.000).

La Russie, cependant, essaie d’augmenter sa production de manière spectaculaire. Elle compte deux grandes entreprises, Dalgraphite et Uralgraphite. Toutes les deux cherchent à augmenter leur production en raison de l’explosion de la demande, du fait des batteries de véhicules électriques qui utilisent le graphite en grande quantité.

Lithium
Si la Russie n’est pas un producteur important de lithium, la région orientale de l’Ukraine, à prédominance russe, possède des réserves substantielles. Le lithium est l’ingrédient clé des batteries lithium-ion utilisées pour les voitures électriques, les téléphones cellulaires, les ordinateurs portables et d’autres appareils électroniques. Une Tesla contient une quantité de lithium équivalente en poids à une boule de bowling.

Selon un document publié en 2022 par l’Académie nationale ukrainienne des sciences, l’Ukraine dispose d’environ 500.000 tonnes de lithium qui pourraient être exploités de manière rentable dans sa seule région orientale. Bien que les réserves soient des estimations qui se trouvent souvent réévaluées une fois que la production commence, cela ferait néanmoins de l’Ukraine le cinquième plus grand détenteur de réserves de lithium au monde, après le Chili, l’Australie, l’Argentine et la Chine.


Lithium (Wikimedia)
En novembre 2021, une entreprise australienne appelée European Lithium a annoncé qu’elle avait accepté d’acheter une société pétrolière ukrainienne, Petro Consulting. Cette dernière avait entamé le processus d’obtention de permis pour explorer et potentiellement extraire de deux de plus grands gisements de lithium d’Ukraine. Beaucoup de ces gisements se trouvent dans l’Est contesté de l’Ukraine où le gouvernement ukrainien mène une guerre civile contre les séparatistes russes. La façon dont ces réserves seront développées est donc liée au sort de la guerre actuelle. Dans son annonce, la société a toutefois précisé que ces réserves étaient encore considérées comme «conceptuelles» par nature et qu’une exploration plus poussée était nécessaire pour évaluer leur potentiel.

Autres minéraux cruciaux importants

Autres minéraux cruciaux importants
La Russie est le troisième plus grand producteur de scandium, un minéral parfois classé parmi les terres rares. Le scandium s’utilise principalement dans la production d’alliages ultralégers pour les articles métalliques à haute performance.

Selon un rapport de l’université de Columbia, le scandium «est largement utilisé dans les secteurs de l’aérospatiale et de la défense», notamment sous la forme d’un alliage aluminium-scandium. Les équipements sportifs de haute performance font également appel à cet alliage. Ces alliages ne contiennent que moins d’un pour cent de scandium, mais cela suffit à renforcer considérablement le matériau. De ce fait, on n’en produit que 15 à 25 tonnes par an dans le monde.

Selon l’US Geological Survey, la Russie est en train de déterminer si elle peut produire du scandium de manière efficace en tant que produit du raffinage de l’alumine dans les montagnes de l’Oural. Ce qui pourrait augmenter considérablement sa production.

La Russie est le troisième plus grand producteur d’éponge de titane. Le titane est produit de deux manières: comme éponge pour son utilisation dans la métallurgie ou comme pigment. Si la Russie ne joue pas un rôle de premier plan dans la production de pigments de titane, qui est géographiquement dispersée, elle joue un rôle majeur dans la production d’éponges, plus précieuses. À la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Boeing a annoncé qu’il cesserait d’acheter du titane russe pour ses avions.

La Russie produit environ 6 pour cent de l’aluminium mondial. Tesla a été un client important de cet aluminium, principalement produit par la société RusAl. Une grande partie des activités de RusAl repose sur l’importation de bauxite et d’alumine depuis l’Australie où elles sont extraites. Le processus de raffinage, comme pour d’autres minéraux, est extrêmement toxique et nécessite des usines de plusieurs centaines de millions ou milliards de dollars.

La Russie est l’un des principaux producteurs de polysilicium. Le polysilicium est la forme la plus raffinée du silicium, utilisée dans les cellules photovoltaïques, ou panneaux solaires. Le polysilicium est surtout le résultat du traitement du minerai de silicium et n’est donc pas particulièrement rare. La Chine domine plus de 80 pour cent de l’offre de polysilicium. Toutefois, auparavant, jusqu’en 2009, la Russie était le leader. Plusieurs projets, dont celui de la société russe Nitol Solar, ont échoué en raison de la volatilité des prix et de l’insuffisance des capitaux, mais avec des investissements, la Russie pourrait augmenter sa production. Le prix a triplé depuis 2019 en raison de l’utilisation solaire en plein essor.

Conclusions
Dans la préface de «Un quart de siècle de guerre: la volonté d’hégémonie mondiale des États-Unis 1990-2016» (A Quarter Century of War: The US Drive for Global Hegemony 1990–2016), le président du comité éditorial international de WSWS, David North, écrit:

L’existence de l’Union soviétique et d’un régime anticapitaliste en Chine a privé les États-Unis de la possibilité d’accéder sans restriction et d’exploiter la main-d’œuvre, les matières premières et les marchés potentiels d’une grande partie du globe; en particulier de la masse terrestre eurasienne. Cela a contraint les États-Unis à faire des compromis dans une plus large mesure qu’ils ne l’auraient voulu. Il s’agissait des négociations sur les questions économiques et stratégiques avec leurs principaux alliés en Europe et en Asie. Des pays plus petits ont également exploité les opportunités tactiques offertes par la guerre froide américano-soviétique.

La dissolution de l’Union soviétique en décembre 1991, combinée à la restauration du capitalisme en Chine après le massacre de la place Tiananmen en juin 1989 a été considérée par la classe dirigeante américaine comme une occasion de répudier les compromis de l’ère post-Seconde Guerre mondiale et de procéder à une restructuration de la géopolitique mondiale, dans le but d’établir l’hégémonie des États-Unis.

L’escalade de la guerre entre l’OTAN et la Russie est le résultat dévastateur de ce processus. Aujourd’hui, les militaires et les stratèges politiques ont les yeux rivés sur une seule question: le démembrement total de la Russie.

Anders Östlund, un chercheur au Centre d’analyse de la politique européenne, financé par le département d’État américain et résident de Kiev, écrit que «La guerre de la Russie contre l’Ukraine se terminera par l’éclatement de la Fédération de Russie. Elle sera remplacée par de petites républiques démilitarisées et sans pouvoir, dont la neutralité sera inscrite dans leur constitution». La vision d’Östlund d’une série d’États éclatés et «impuissants» est une fenêtre sur les ambitions générales des États-Unis et de leurs alliés européens en Russie.

Au milieu de l’incroyable développement de l’électronique de pointe et des technologies des énergies renouvelables, les minéraux cruciaux devraient connaître un essor considérable au cours des prochaines décennies. La Russie se trouve être l’une des principales sources de ces matériaux. À l’avenir, elle pourrait jouer un rôle encore plus important si les investissements sont suffisants.

L’éclatement de la Russie et sa domination par le capital américain constituerait une étape stratégique dans les efforts de la classe dirigeante américaine pour imposer un «nouveau siècle américain». En même temps, elle cherche à subordonner la Chine et plus largement l’Eurasie à ses objectifs. Les ressources jouent un rôle à cet égard. Dans un contexte de besoin permanent de pétrole et de gaz naturel, ainsi que de besoin rapidement croissant de minéraux cruciaux, la Russie est considérée comme une masse continentale vitale qui possède un vaste éventail de richesses.

Le devoir des socialistes est de s’opposer à ces démarches réactionnaires. La quête d’hégémonie et de ressources par les États-Unis, leur tentative de compenser leur déclin économique de plusieurs décennies, représente une catastrophe pour la classe ouvrière internationale.

Mais comme le WSWS l’a expliqué dans sa célébration du 1er mai 2022, «Les contradictions qui menacent de déboucher en une guerre mondiale créent également les conditions d’une révolution socialiste mondiale. Le défi qui se pose à la classe ouvrière est le suivant: renforcer et accélérer les tendances objectives qui mènent à la révolution, tout en sapant et en affaiblissant celles qui mènent à la guerre mondiale». Telles sont les tâches des partis de l’égalité socialiste dans le monde entier.

(Article paru d’abord en anglais le 28 mai 2022)

Ainsi après Azov, voici Kraken dont le chef porte le pseudonyme de “Viking” dont on sait que ce sont des brutes recrutées dans les prisons chez les pires délinquants qui font régner la terreur du côté de Kharkiv. Comme on découvre que la plupart des mercenaires soit on été recrutés comme les escadrons de la mort colombien dans les grandes compagnies de mercenaires aux ordres des capitalistes locaux alliés aux USA, soit des groupes aux sympathies nazies affirmées comme le Français tu&eacu

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 23-06-2022 à 21:41:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le tsunami financier mondial planifié ne fait que commencer | Histoire et société
https://histoireetsociete.com/2022/06/22/le-tsunami-financier-mondial-planifie-ne-fait-que-commencer/

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 01-07-2022 à 17:53:20   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   



Robert Kissous - La prochaine crise ne ressemblera pas à celles qui l'ont précédée.
Dans les années 1970, nous avons connu la stagflation mais pas de crise de la dette massive parce que les niveaux d'endettement étaient faibles.
Après 2008, nous avons connu une crise de la dette suivie d'une faible inflation ou d'une déflation parce que le resserrement du crédit avait généré un choc de demande négatif.
Aujourd'hui, nous sommes confrontés à des chocs d'offre dans un contexte de niveaux d'endettement beaucoup plus élevés, ce qui implique que nous nous dirigeons vers une combinaison de la stagflation des années 1970 et des crises de la dette de 2008 - c'est-à-dire une crise de la dette stagflationniste.


La crise mondiale de la dette stagflationniste se profile – et les choses vont empirer


https://www.theguardian.com/business/2022/jun/30/stagflationary-debt-crisis-us-recession?fbclid=IwAR1CVf36dgH80N9WEjb83zCVhSMFcm7SBwAWeLsRgj8K0wx46Ie-bUy3cxs

Nouriel Roubini

Il y a de bonnes raisons de craindre que les grandes économies telles que les États-Unis ne soient confrontées à la récession et aux turbulences financières


jeu. 30 juin 2022
Les perspectives financières et économiques mondiales pour l'année à venir se sont rapidement détériorées ces derniers mois, les décideurs politiques, les investisseurs et les ménages se demandant désormais dans quelle mesure ils devraient revoir leurs attentes et pour combien de temps. Cela dépend des réponses à six questions.

Premièrement, la hausse de l'inflation dans la plupart des économies avancées sera-t-elle temporaire ou plus persistante ?
Ce débat fait rage depuis un an mais il est désormais largement tranché : « Team Persistent » a gagné, et « Team Transitory » – qui comprenait auparavant la plupart des banques centrales et des autorités fiscales – doit admettre s'être trompé.

La deuxième question est de savoir si l'augmentation de l'inflation a été davantage motivée par une demande globale excessive (politiques monétaires, de crédit et budgétaires relâchées) ou par des chocs négatifs stagflationnistes de l'offre globale (y compris les blocages initiaux de Covid-19, les goulots d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement, une réduction des États-Unis l'offre de main-d'œuvre, l'impact de la guerre russe en Ukraine sur les prix des matières premières et la politique « zéro Covid » de la Chine). Alors que les facteurs de l'offre et de la demande faisaient partie du mélange, il est maintenant largement reconnu que les facteurs de l'offre ont joué un rôle de plus en plus décisif. Cela est important parce que l'inflation induite par l'offre est stagflationniste et augmente donc le risque d'un atterrissage brutal (augmentation du chômage et potentiellement une récession) lorsque la politique monétaire est resserrée.

Plusieurs institutions importantes de Wall Street ont maintenant décidé qu'une récession était leur scénario de base

Cela mène directement à la troisième question : le resserrement de la politique monétaire par la Réserve fédérale américaine et les autres grandes banques centrales entraînera-t-il un atterrissage brutal ou en douceur ?
Jusqu'à récemment, la plupart des banques centrales et la majeure partie de Wall Street occupaient la «Team Soft Landing». Mais le consensus a rapidement changé, même le président de la Fed, Jerome Powell, reconnaissant qu'une récession est possible et qu'un atterrissage en douceur sera « très difficile ».

De plus, un modèle utilisé par la Federal Reserve Bank de New York montre une forte probabilité d'un atterrissage brutal, et la Banque d'Angleterre a exprimé des opinions similaires. Plusieurs institutions importantes de Wall Street ont maintenant décidé qu'une récession était leur scénario de base (le résultat le plus probable si toutes les autres variables sont maintenues constantes). Aux États-Unis et en Europe, les indicateurs prospectifs de l'activité économique et de la confiance des entreprises et des consommateurs se dirigent fortement vers le bas .


La quatrième question est de savoir si un atterrissage brutal affaiblirait la résolution belliciste des banques centrales sur l'inflation. S'ils cessent de resserrer leur politique une fois qu'un atterrissage brutal devient probable, nous pouvons nous attendre à une hausse persistante de l'inflation et à une surchauffe économique (inflation supérieure à l'objectif et croissance potentielle supérieure) ou à une stagflation (inflation supérieure à l'objectif et récession), selon si les chocs de demande ou les chocs d'offre sont dominants.

La plupart des analystes de marché semblent penser que les banques centrales resteront bellicistes, mais je n'en suis pas si sûr. J'ai soutenu qu'elles finiront par s'affaiblir et accepteront une inflation plus élevée - suivie d'une stagflation - une fois qu'un atterrissage brutal deviendra imminent, car elles s'inquiéteront des dommages d'une récession et d'un piège de la dette, en raison d'une accumulation excessive de dettes privées et publiques. après des années de faibles taux d'intérêt.

Maintenant qu'un atterrissage brutal devient une référence pour de plus en plus d'analystes, une nouvelle (cinquième) question émerge : la récession à venir sera-t-elle légère et de courte durée, ou sera-t-elle plus sévère et caractérisée par une profonde détresse financière ?
La plupart de ceux qui sont arrivés tardivement et à contrecœur à la ligne de base de l'atterrissage brutal soutiennent toujours que toute récession sera superficielle et brève. Ils affirment que les déséquilibres financiers actuels ne sont pas aussi graves que ceux qui ont précédé la crise financière mondiale de 2008 et que le risque d'une récession accompagnée d'une grave crise de la dette et financière est donc faible. Mais ce point de vue est dangereusement naïf.

Il y a de bonnes raisons de croire que la prochaine récession sera marquée par une grave crise de la dette stagflationniste. En pourcentage du PIB mondial, les niveaux d'endettement privé et public sont beaucoup plus élevés aujourd'hui que par le passé, passant de 200 % en 1999 à 350 % aujourd'hui (avec une augmentation particulièrement forte depuis le début de la pandémie). Dans ces conditions, la normalisation rapide de la politique monétaire et la hausse des taux d'intérêt conduiront les ménages, les entreprises, les institutions financières et les gouvernements zombies fortement endettés à la faillite et au défaut de paiement.

La prochaine crise ne sera pas comme les précédentes. Dans les années 1970, nous avons connu la stagflation, mais pas de crises massives de la dette parce que les niveaux d'endettement étaient faibles. Après 2008, nous avons eu une crise de la dette suivie d'une faible inflation ou d'une déflation parce que le resserrement du crédit avait généré un choc de demande négatif. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à des chocs d'offre dans un contexte de niveaux d'endettement beaucoup plus élevés, ce qui implique que nous nous dirigeons vers une combinaison de stagflation à la manière des années 1970 et de crises de la dette à la manière de 2008, c'est-à-dire une crise de la dette stagflationniste.



Face à des chocs stagflationnistes, une banque centrale doit resserrer sa politique alors même que l'économie se dirige vers une récession. La situation actuelle est donc fondamentalement différente de la crise financière mondiale ou des premiers mois de la pandémie, lorsque les banques centrales pouvaient assouplir agressivement leur politique monétaire en réponse à la baisse de la demande globale et aux pressions déflationnistes. L'espace d'expansion budgétaire sera également plus limité cette fois. La plupart des munitions budgétaires ont été utilisées et les dettes publiques deviennent insoutenables.



De plus, comme la hausse de l'inflation d'aujourd'hui est un phénomène mondial, la plupart des banques centrales se resserrent en même temps, augmentant ainsi la probabilité d'une récession mondiale synchronisée. Ce resserrement a déjà un effet : les bulles se dégonflent partout - y compris dans les actions publiques et privées, l'immobilier, le logement, les actions meme, la crypto, les Spacs (sociétés d'acquisition à vocation spéciale), les obligations et les instruments de crédit. La richesse réelle et financière diminue, et les dettes et les ratios du service de la dette augmentent.

Cela nous amène à la dernière question : les marchés boursiers rebondiront-ils après le marché baissier actuel (une baisse d'au moins 20 % depuis le dernier sommet) ou plongeront-ils encore plus bas ?
Très probablement, ils plongeront plus bas. Après tout, dans les récessions typiques à la vanille, les actions américaines et mondiales ont tendance à chuter d'environ 35 %. Mais comme la prochaine récession sera stagflationniste et accompagnée d'une crise financière, le krach boursier pourrait être plus proche de 50 %.

Que la récession soit légère ou grave, l'histoire suggère que le marché boursier a beaucoup plus de marge de chute avant d'atteindre le creux. Dans le contexte actuel, tout rebond – comme celui des deux dernières semaines – doit être considéré comme un rebond du chat mort, plutôt que comme l'habituelle opportunité d'achat de la baisse. Bien que la situation mondiale actuelle nous confronte à de nombreuses questions, il n'y a pas vraiment d'énigme à résoudre. Les choses vont empirer avant de s'améliorer.

Nouriel Roubini, professeur émérite d'économie à la Stern School of Business de l'Université de New York, a travaillé pour le FMI, la Réserve fédérale américaine et la Banque mondiale

© Projet Syndicat


Edité le 01-07-2022 à 17:54:44 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 03-07-2022 à 22:27:10   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

REMONTÉE SPECTACULAIRE DES TAUX : LE SCÉNARIO CATASTROPHE

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 30-10-2022 à 18:41:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine maintiendra une politique monétaire "normale" et renforcera le soutien financier à l'économie réelle : source officielle
Le rapport met l'accent sur la continuité et la stabilité dans un contexte mondial difficile.
30 oct. 2022
https://www.globaltimes.cn/page/202210/1278292.shtml

La Chine en a les moyens et maintiendra une politique monétaire "normale" pour assurer la stabilité de la valeur du yuan chinois et accroître le soutien financier à l'économie réelle, selon un rapport officiel sur le travail financier du pays soumis à la législature supérieure.

Il s'agit d'un autre signal indiquant que la Chine mettra l'accent sur la stabilité dans sa politique financière, à un moment où les marchés financiers mondiaux sont confrontés à des turbulences croissantes en raison de la politique monétaire radicale des États-Unis, selon les experts.

Selon un rapport soumis par le Conseil d'État, le cabinet chinois, à la 37e session du Comité permanent de la 13e Assemblée nationale populaire, la Chine dispose des conditions nécessaires pour maintenir une "politique monétaire normale" aussi longtemps que possible et préserver la stabilité de la monnaie.

Le rapport a été présenté par Yi Gang, chef de la Banque populaire de Chine (BPC), la banque centrale de Chine.

La Chine maintiendra la croissance de la masse monétaire et l'ampleur du financement social à un rythme proche de celui de la croissance économique nominale, débloquera le mécanisme de transmission de la politique monétaire et renforcera la stabilité de la croissance du crédit afin de concrétiser les effets globaux de la finance dans l'expansion des investissements, la stimulation de la consommation et le soutien de l'emploi, indique le rapport.

Le pays continuera également à approfondir les réformes des taux d'intérêt axées sur le marché afin d'encourager les institutions financières à réduire les taux d'intérêt réels de leurs prêts, tout en améliorant la flexibilité du taux de change du yuan pour le maintenir à un niveau raisonnable et équilibré.

Dong Shaopeng, chercheur principal à l'Institut Chongyang d'études financières de l'Université Renmin de Chine, a déclaré que la politique monétaire "normale" signifie qu'elle ne sera ni trop souple ni trop stricte, ce qui pourrait entraîner une déflation de la monnaie et ne pas suivre le rythme du développement économique du pays.

Selon M. Dong, la croissance de la masse monétaire M2 au sens large s'est stabilisée à environ 8 % ces dernières années, les autorités ayant pris en considération des facteurs tels qu'une inflation modérée et une croissance stable du PIB. La Chine a également renforcé la gestion des banques spéculatives et des bulles financières depuis 2015.

"L'économie réelle de la Chine est la plus stable au monde, ce qui constitue la base fondamentale de la stabilité de la monnaie", a déclaré Dong au Global Times dimanche.

La décision de la Chine de maintenir une politique monétaire stable contraste fortement avec les politiques monétaires "anormales" adoptées par les principales banques centrales du monde, après que la Réserve fédérale américaine a augmenté les taux d'intérêt à une vitesse supérieure à la normale pour juguler l'inflation, tandis que la Banque centrale européenne lui a emboîté le pas.

"En comparaison, la politique monétaire de la Chine a maintenu la continuité et la stabilité, évitant à la fois les inondations et atteignant l'objectif de stabilisation de l'économie. Cela revêt une importance considérable pour la stabilisation des marchés financiers et le maintien de la stabilité du yuan offshore et onshore", a déclaré Chen Jia, chercheur indépendant en stratégie internationale, au Global Times.

Le yuan a subi quelques fluctuations ces dernières semaines à la suite des hausses de taux d'intérêt de la Fed. Le yuan offshore a récemment franchi le niveau de 7,35 par dollar, et il se situe désormais à environ 7,26 par rapport au dollar américain.

M. Chen a également souligné la flexibilité de la politique monétaire chinoise. Si l'économie réelle et les fondamentaux financiers subissent des changements qualitatifs, il est nécessaire que la Chine améliore et ajuste sa politique monétaire en conséquence, a-t-il déclaré.

Les responsables ont également souligné que la Chine adhérerait à la politique de "la finance au service de l'économie réelle" et augmenterait la force du soutien financier à l'économie réelle pour maintenir l'économie dans une fourchette raisonnable.

Cela se fera par le biais de méthodes multiples, telles que l'encouragement des prêteurs à augmenter l'offre de crédit à un rythme raisonnable et l'orientation de plus de capitaux vers la fabrication avancée et les industries émergentes stratégiques.

Il existe encore des problèmes dans le financement de l'économie réelle, comme le manque d'outils financiers, a noté M. Dong.

"Les canaux de financement qui ont émergé ces dernières années, tels que le prêt entre pairs et les banques rurales, ont également révélé de nombreux problèmes. Il est donc important d'optimiser les évaluations de crédit pour les petites et moyennes entreprises, afin qu'elles puissent accéder plus facilement aux capitaux d'investissement et maintenir un faible taux de créances douteuses", a-t-il ajouté.

Dans le rapport, les responsables ont également souligné que la Chine continuerait à approfondir la réforme et l'ouverture du secteur financier, notamment en aidant les entreprises qualifiées à se faire coter à l'étranger.

Chen a déclaré que la promotion des cotations à l'étranger est importante pour stabiliser le marché financier mondial.

"À l'heure où les marchés de capitaux américains sont en proie à la volatilité et où le conseil d'administration des technologies est coincé dans une crise de liquidité, la stabilisation des perspectives des actions chinoises cotées à l'étranger est le plus grand effort pour stabiliser les marchés mondiaux financiers et d'investissements", a-t-il déclaré.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 30-10-2022 à 18:44:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Face au découplage impérialiste et à la crise de l'impérialisme, qui pèse d'abord sur les pays pauvres, la Chine montre la voie d'un monde multipolaire et la met en pratique.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  la crise du capitalisme  contradictions du marché mondialNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum