Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 manœuvre d'encerclement de la Chine

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 Page suivante
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 24-03-2016 à 23:16:00   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Al Manar reprend un article de Mondialisation

Les États-Unis accélèrent leur encerclement militaire de la Chine

Les États-Unis et les Philippines ont annoncé vendredi dernier que cinq des bases militaires du pays seraient ouvertes aux forces américaines en vertu de l’Accord de la coopération renforcée de défense (EDCA). La mise en œuvre de l’accord sur les bases militaires aux Philippines n’est qu’un des composants de l’accélération du renforcement militaire des États-Unis dans la région Indo-Pacifique dans le cadre de l’encerclement et des préparatifs de guerre contre la Chine.

Les deux pays ont signé l’accord EDCA en 2014, mais la Cour suprême des Philippines vient seulement de rejeter les contestations judiciaires à l’accord en janvier. L’annonce de la semaine dernière faisait suite à deux jours de discussions de haut niveau à Washington autour d’une offre par l’administration philippine faite en février pour rendre huit bases militaires disponibles aux militaires américaines.

Les cinq « lieux convenus » comprennent la base militaire aérienne Antonio Bautista, sur l’île de Palawan, directement adjacente aux îles contestées de Spratley dans la mer de Chine méridionale. Au cours de la dernière année, Washington a considérablement accru les tensions avec Pékin, en dénonçant ses activités de remblaiement dans les îles et la « militarisation » de la mer de Chine méridionale. En octobre dernier et à nouveau en janvier, les destroyers de la marine des États-Unis ont directement contesté les revendications maritimes chinoises par intrusion dans la limite territoriale de 12 milles marins autour des îlots administrés par la Chine.

L’armée américaine aura également accès à la base aérienne de Basa au nord de Manille, le Fort Magsaysay (une base militaire énorme), la base aérienne de Lumbia au Cebu et la base aérienne de Mactan-Benito Ebuen à Mindanao. Le Secrétaire à la Défense américain, Ashton Carter, doit se rendre à Manille le mois prochain pour finaliser les arrangements. Cependant, l’ambassadeur américain aux Philippines, Philip Goldberg, a déclaré aux médias qu’il s’attendait à ce que le mouvement initial des fournitures et du personnel commence « très bientôt. » Le Congrès américain a mis de côté 66 millions de dollars pour la construction d’installations militaires aux Philippines.

Pékin a condamné la nouvelle entente sur les bases militaires et a mis en garde contre le risque de conflit. Un commentaire publié samedi par l’agence de presse Xinhua appartenant à l’État a accusé Washington de « troubler les eaux de la mer de Chine méridionale et de faire de l’Asie-Pacifique un second Moyen-Orient. »
Le lundi, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hua Chunying a souligné l’hypocrisie des États-Unis, accusant la Chine de « militariser » la mer de Chine méridionale, en criant : « n’est-ce pas ce genre de renforcement continu des déploiements militaires en mer de Chine méridionale et dans les régions avoisinantes qu’ils considéraient comme de la militarisation ? » .

Au moment où les États-Unis se préparaient à redéployer les forces militaires dans leur ancienne colonie, le général Dennis Via, chef du Materiel Command de l’armée américaine, a révélé aux médias la semaine dernière que Washington avait obtenu d’autres accords sur des bases militaires en Asie, dont le Vietnam, le Cambodge et d’autres pays qui n’ont pas été nommés. En vertu de ces accords, l’armée américaine sera en mesure de stocker des équipements pour permettre à ses troupes d’être déployées plus rapidement dans la région.

Via a souligné que les « ensembles d’activités » seraient axés sur les opérations de faible intensité telles que les exercices multinationaux de formation et les opérations de secours. « Nous regardons, par exemple, vers le Cambodge pour le placement d’un hôpital de soutien au combat » , a-t-il dit.

Les assurances qu’une présence militaire américaine sera bénigne sont sans valeur. Comme aux Philippines, le Pentagone avance avec précaution afin de ne pas enflammer immédiatement une opposition à une présence militaire étrangère. Dans le cas du Cambodge et du Vietnam, la mort et la destruction causées dans les deux pays par la guerre néocoloniale de Washington dans les années 1960 et 1970 sont profondément gravées dans la conscience populaire.
Washington a déjà noué des relations plus étroites diplomatiques, économiques et militaires avec le régime vietnamien, y compris le soutien de sa position plus agressive dans ses différends avec la Chine en mer de Chine méridionale.

Les États-Unis ont levé l’embargo sur la vente d’armes au Vietnam, ont mené des exercices militaires conjoints et cherchent un meilleur accès aux installations portuaires. Toutefois, le placement des fournitures de l’armée américaine à l’intérieur du Vietnam pour la première fois depuis que les troupes américaines ont été contraintes de se retirer en 1975 marque un tournant dans la collaboration du régime avec l’impérialisme américain.

Beijing sera encore plus préoccupé par la décision du Cambodge d’accueillir des équipements militaires américains. Le régime cambodgien a des liens étroits avec la Chine et a tenté de bloquer les efforts américains visant à faire pression sur l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) pour qu’elle prenne une position plus conflictuelle contre la Chine sur la mer de Chine méridionale.

Néanmoins, les États-Unis ont développé des liens de défense avec le Cambodge depuis 2006. Ceux-ci comprennent un peu d’entraînement, des droits de faire escale, et des exercices conjoints. Washington a également exploité l’Initiative du sud du Mékong (LMI) afin d’enfoncer un coin entre d’une part le Cambodge, le Vietnam, le Laos et la Thaïlande, et de l’autre, la Chine qui construit des barrages sur le cours supérieur du fleuve Mékong.

Les accords de bases militaires les plus récents avec les Philippines, le Vietnam et le Cambodge viennent conforter le stationnement des navires de combat côtier de la marine des États-Unis à Singapour et la collaboration militaire plus étroite avec l’Indonésie et la Malaisie. L’expansion rapide de la présence militaire américaine en Asie du Sud-Est va de pair avec la restructuration des bases militaires américaines permanentes en Corée du Sud, au Japon et à Guam, la mise à niveau du partenariat stratégique des États-Unis avec l’Inde, et les préparatifs du stationnement de bombardiers stratégiques de longue portée dans le nord de l’Australie.

Ce renforcement militaire de la part des États-Unis fait partie du « pivot vers l’Asie » que l’Administration Obama avait annoncé officiellement en 2011, une stratégie globale diplomatique, économique et militaire visant à subordonner la Chine aux intérêts de Washington. Le « pivot » a considérablement enflammé les poudrières potentielles de la guerre dans toute la région, et en particulier à travers ses activités provocatrices dans la mer de Chine méridionale.

À Canberra la semaine dernière, l’amiral Scott Swift, commandant de la Flotte du Pacifique des États-Unis, a lancé une autre bordée contre la Chine, déclarant que « la liberté des mers » était « de plus en plus vulnérable à une résurgence menée par un état du principe que la force fait le droit. » Il a déclaré qu’il était troublé par « les signes indéniables de militarisation dans certaines parties de la région, sans précédent par leur étendue et leur échelle. »

Le cynisme de ces déclarations ne connaît aucune limite. La marine américaine a non seulement réalisé deux opérations de « liberté de navigation » dans les eaux territoriales revendiquées par la Chine, mais aussi, plus tôt ce mois-ci, elle a envoyé le porte-avions nucléaire, le USS John C Stennis, avec son groupe d’attaque associé, en mer de Chine méridionale pendant quatre jours d’exercices et de patrouilles. Au cours du dernier quart de siècle, les États-Unis sont passés oute et ont foulé aux pieds le droit international sur la base de « la force fait le droit » en se livrant à une succession continue de guerres, interventions militaires et provocations.

Maintenant, Washington se prépare à la guerre à une échelle encore plus terrible avec la Chine en mettant les pays de la région sous pression afin de les faire rentrer dans les rangs. La visite de Swift à Canberra coïncide avec une campagne concertée pour faire pression sur le gouvernement australien pour monter sa propre opération « liberté de navigation » dans la mer de Chine méridionale – un exercice militaire téméraire qui implique toujours le risque d’une erreur de calcul ou une erreur déclenchant un conflit plus large.

Peter Symonds

Article paru d’abord en anglais, WSWS, le 22 mars 2016

La source originale de cet article est wsws.org
Copyright © Peter Symonds, wsws.org, 2016

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 25-03-2016 à 00:16:17   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Accuser la Chine de militariser la mer de Chine méridionale vise à déstabiliser la situation régionale


French.xinhuanet.com - Publié le 2016-03-11 à 21:50
BEIJING, 11 mars (Xinhua) --

Les allégations affirmant que la Chine militarise les îles et récifs de la mer de Chine méridionale via ses projets de construction visent à faire monter les tensions et à déstabiliser la situation dans la région Asie-Pacifique.

Premièrement, la Chine n'a jamais cherché à militariser ces îles et récifs via ses projets de construction. En effet, les projets de construction réalisés par la Chine comprennent non seulement des installations de défense nécessaires mais également un grand nombre d'infrastructures civiles qui devraient aider à faciliter la navigation des avions et navires civils dans la région.

Un tel objectif se conforme aussi aux obligations et aux devoirs internationaux de la Chine en tant que grande puissance dans la région mais aussi dans le monde.

Deuxièmement, ne pas chercher à militariser les îles et les récifs de la mer de Chine méridionale ne signifie pas renoncer à la construction d'installations de défense. En construisant des installations de défense sur ses propres îles et récifs, la Chine exerce en réalité ses droits d'auto-préservation et d'auto-défense, comme garantis par le droit international.

Les îles Nansha sont des territoires inhérents de la Chine et tous les descendants chinois ont l'obligation de défendre la souveraineté de leur terre. L'ampleur des installations de défense sur les îles dépendra de la mesure de la menace qui pèse sur la souveraineté du pays.

Troisièmement, contrairement aux activités normales de la Chine sur son propre territoire, la construction d'infrastructures et même le déploiement d'armes par certains pays sur les îles et les récifs de la Chine sont illégaux et inacceptables.

Par exemple, les Philippines ont construit et développé un aéroport sur l'île chinoise de Zhongye, et ont construit un quai ainsi que d'autres installations sur l'île. Elles ont également construit des installations soit-disant touristiques sur les îles chinoises de Zhongye, Mahuan, Feixin et sur d'autres îles et récifs.

Certains pays, notamment les Etats-Unis, ont négligé les faits mentionnés ci-dessus mais ont critiqué la Chine pour ses efforts de construction sur ses propres îles. Leur but réel est de déstabiliser la situation régionale et d'atteindre leurs propres objectifs stratégiques.

En exagérant l'influence des activités normales de la Chine, les Etats-Unis ont l'intention de forcer les autres pays de la région à se concentrer sur ce problème et à engager des préparations militaires concernant des risques "potentiels". Cette escalade des tensions donnera à l'Oncle Sam un pivot stratégique pour son rééquilibrage vers l'Asie-Pacifique, situation à laquelle tout pays épris de paix ne voudrait pas assister.

Pour résoudre les disputes territoriales maritimes, il est souhaitable que les pays concernés cherchent des moyens pacifiques via la négociation tout en préservant ensemble la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale.

La Chine et la plupart des pays de la région n'autoriseront aucune tentative de perturbation de la situation en mer de Chine méridionale et de déstabilisation de l'Asie. En outre, brouiller les cartes en Asie-Pacifique, région qui est une des principales forces motrices de l'économie mondiale, sera au final contre-productif pour Washington.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 02-04-2016 à 22:48:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Xi avertit Obama contre tout ce qui menacerait la souveraineté et les intérêts nationaux de la Chine


02
APR

sur Histoire et société

Les tensions en mer de Chine ne sont pas moindre que celles qui existent en Europe avec l’OTAN. La Chine discute « fermement » alors que la Russie a renoncé à aller discuter (note de Danielle Bleitrach).

temps Publié: 1 avril 2016 05:38


Le président américain Barack Obama (non représenté et le président Xi Jinping de la Chine participent à une rencontre bilatérale en marge du Sommet sur la sécurité nucléaire au Walter E. Washington Convention Center le 31 Mars, 2016 Washington, DC. © Mandel Ngan / AFP

La Chine a mis en garde les Etats-Unis en expliquant qu’elle allait protéger sa souveraineté dans les eaux contestées de la mer de Chine méridionale et qu’elle rejetait les tentatives visant à utiliser les lois et la liberté de navigation internationales comme prétexte pour porter atteinte à ses intérêts de sécurité nationale.
Lors d’une rencontre avec le président américain Barack Obama lors du quatrième Sommet sur la sécurité nucléaire à Washington DC, son homologue chinois Xi Jinping a déclaré qu’alors même qu’il croit en la résolution pacifique des conflits par le biais de négociations directes, la Chine prendrait des mesures pour protéger ses intérêts nationaux et sa souveraineté.

» La Chine va fermement sauvegarder sa souveraineté et ses droits en mer de Chine du Sud, » a déclaré Xi dans une réunion, selon l’agence Xinhua.

Tout en affirmant que Pékin « respecte et protège la liberté de navigation et de survol d’autres pays au regard du droit international, » Xi a souligné que la Chine «ne peut pas accepter que la liberté de navigation devienne une excuse pour porter atteinte à la souveraineté de la Chine et à ses intérêts de sécurité nationale. »

Les États-Unis ont pris des mesures pour contrer l’influence croissante de la Chine dans la région et ont accru leurs patrouilles navales régulières en mer de Chine du Sud dans le cadre de la « liberté de navigation » près de la chaîne des îles contestées.Washington a également augmenté sa surveillance aérienne, en plus de l’intensification de jeux de guerre américaine avec ses alliés asiatiques. En réponse la Chine a déployé ses systèmes surface-air missiles sur l’ île Woody cette année, en plus des avions militaires.

Woody Island est la plus grande île dans la chaîne Paracel de la mer de Chine méridionale. La Chine a revendiqué l’île dans les années 1950, mais ses droits dans la région, qui est au cœur des routes maritimes économiquement importantes dans la mer de Chine du Sud, sont contestés par Taiwan, les Philippines, Brunei, la Malaisie et le Vietnam.

En plus de l’intrusion américaine dans cette question de la mer de Chine méridionale, la Chine est inquiète de l’installation d’un système d’anti-missile Terminal High Altitude Area Defense (THAAD) sur la péninsule coréenne.

Selon le vice – ministre chinois Zheng Zeguang, lors de la réunion, Xi a dit que la Chine était « fermement opposée » au déploiement par les Etats-Unis » de THAAD.

En février, les États-Unis et la Corée du Sud ont convenu d’entamer des pourparlers sur le déploiement du système THAAD pour contrer la menace de la Corée du Nord, qui a récemment vanté l’augmentation de ses capacités nucléaires. L’essai nucléaire de la Corée du Nord le 6 janvier et le lancement d’un satellite le 7 février étaient des violations des interdictions des Nations Unies.

Bien qu’aucune décision officielle n’ait été prise pour placer THAAD en Corée du Sud, la Chine à plusieurs reprises au cours des derniers mois a continué de souligner que le déploiement par les Etats-Unis d’un complexe de missiles anti-balistiques, conçu pour détruire des missiles balistiques à courte et moyenne portée, pourrait mettre en péril sa sécurité nationale.

Avant le Sommet sur la sécurité nucléaire, Tony Blinken, secrétaire adjoint à la Défense, a exhorté la Chine à une entente avec les États-Unis sur le déploiement de THAAD.

« Si la Chine cherche à s’assurer que nous ne soyons pas obligés de prendre des mesures supplémentaires pour notre propre sécurité et celle de nos partenaires et alliés, la meilleure chose qu’elle peut faire est de s’engager à nos côtés pour contraindre la Corée du Nord , « a déclaré Blinken mardi à la Brookings Institution.

«Nous sommes conscients que la Chine peut ne pas nous croire et nous proposons également de négocier la technologie avec eux … et nous sommes prêts à nous expliquer [ à propos de] ce que la technologie fait et ce qu’elle ne fait pas et nous espérons qu’ils vont accepter cette proposition, « a ajouté Blinken

Le ministère chinois des Affaires étrangères mercredi a répondu aux commentaires de Blinken en répétant encore une fois que le système de défense antimissile nuirait à la sécurité de la Chine.

» L’installation du système THAAD est étendu bien au-delà de la nécessité de la défense contre la Corée du Nord, et causera un préjudice direct aux intérêts stratégiques et de sécurité de la Chine, ainsi que l’équilibre régional, » a déclaré Hong Lei, porte – parole du ministère.

La Russie a également mis en garde contre le déploiement de THAAD sur la péninsule coréenne. Fin mars l’ambassadeur de Russie en Chine Andrey Denisov a déclaré que THAAD « crée des défis considérables pour la sécurité des autres pays, dont la Russie … [et] ne peut être considéré comme autre chose que la création d’une certaine menace pour la Chine et la Russie. »

Lors du sommet de jeudi Obama et Xi Jinping ont convenu de travailler ensemble sur la menace nord-coréenne et ont appelé Pyongyang à renoncer à son arsenal nucléaire. La Chine a également accepté de mettre pleinement en œuvre les dernières restrictions économiques imposées par le Conseil de sécurité contre le Nord.

Les deux dirigeants ont également publié des déclarations conjointes promettant d’améliorer la sécurité nucléaire, mettre en œuvre un accord global sur le changement climatique, et lutter contre les menaces de sécurité cybernétique.

Source RT


Edité le 02-04-2016 à 22:50:03 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6221 messages postés
   Posté le 04-04-2016 à 20:42:11   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

reste l inconnue birmane;le Myanmar restera t il allié à la Chine,ou fera t il allegeance à l impérialisme américain?

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6221 messages postés
   Posté le 05-04-2016 à 22:55:34   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2016-04/06/content_38182092.htm

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6221 messages postés
   Posté le 05-04-2016 à 22:57:03   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

la réponse à ma question posée précédemment.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 06-04-2016 à 09:58:50   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

demande au consulat du Myanmar...

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6221 messages postés
   Posté le 06-04-2016 à 13:33:12   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

[flash][flash][/flash][/flash]
Xuan a écrit :

demande au consulat du Myanmar...


pas besoin,le lien trois posts avant indique clairement que le Myanmar va rester du coté de la Chine-donc,j imagine bien les Etats Unis réarmer les "guérillas ethniques" de l ancienne Birmanie.à noter que le Népal est également pro-chinois depuis l entrée des maoïstes au Parlement-et l abolition de la monarchie,suivie de la laicisation du royaume où l hindouisme était la religion d état-,ainsi que le Bangladesh,le Sri Lanka et le Pakistan-ce dernier pays étant lié à la fois aux intérêts chinois et u.s,ce qui explique le peu d empressement d Obama de quitter l Afghanistan.reste l inconnue indienne....pro usa ou pro chine?pour l Iran,la victoire des chiites en Syrie confortera l alliance Pékin-Téhéran.concernant la RPD de Corée,la Chine l a définitivement laché.....

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 07-04-2016 à 14:46:19   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine et le Myanmar promettent de développer leur amitié traditionnelle


French.xinhuanet.com - Publié le 2016-04-07 à 03:48



Le ministre chinois des Affaires étrangère Wang Yi serre la main au président birman U Htin Kyaw lors de leur rencontre à Nay Pyi Taw, capitale du Myanmar, le 6 avril 2016. (Xinhua/U Aung)

NAY PYI TAW, 6 avril (Xinhua) -- La Chine et le Myanmar ont promis mercredi à Nay Pyi Taw, capitale du Myanmar, de développer davantage l'amitié traditionnelle et d'approfondir la coopération entre les deux pays.

Lors de sa rencontre avec le président birman U Htin Kyaw, le ministre chinois des Affaires étrangère Wang Yi, actuellement en visite dans le pays, lui a transmis les voeux du président chinois Xi Jinping.

"Le Myanmar a réussi un transfert en douceur du gouvernement et le leadership chinois m'a confié la visite de ce pays dès le premier instant, soulignant ainsi l'importance que la Chine accorde au nouveau gouvernement birman" , a déclaré M. Wang.

La Chine espère et pense que la Ligue Nationale pour la Démocratie du Myanmar (parti au pouvoir) coopèrera avec sincérité et collaborera avec toutes les parties pour ouvrir un nouveau chapitre du pays, a indiqué le ministre chinois des Affaires étrangères.

La Chine adoptera toujours une politique de bon voisinage vis-à-vis du Myanmar et souhaite développer les relations amicales traditionnelles avec le nouveau gouvernement birman, renforcer les échanges de haut-niveau, augmenter la confiance politique et approfondir davantage le partenariat de coopération stratégique global entre les deux pays, a fait savoir M. Wang.

Les deux pays, liés par des rivières et des montagnes et qui sont complémentaires dans l'économie, sont des partenaires naturels à la coopération, et la Chine, sur la base des exigences de développement réelles du Myanmar, est prête à assembler ses propres stratégies de développement à celles du Myanmar et à s'engager activement dans la coopération dans les secteurs des moyens de subsistance des peuples, de la capacité de production et des infrastructures, a souligné le ministre chinois des Affaires étrangères.

La Chine souhaite également jouer un rôle positif dans les négociations de paix dans le nord du Myanmar en respectant le désir du pays, a ajouté M. Wang.

Pour sa part, le président birman U Htin Kyaw a demandé à M. Wang de transmettre ses meilleurs voeux au président chinois Xi Jinping.

"Le Myanmar apprécie beaucoup que le président chinois Xi Jinping m'envoie un message de félicitation juste après mon élection et que le ministre chinois des Affaires étrangères visite le Myanmar immédiatement après la formation du nouveau gouvernement, ce qui montre le soutien apporté par la Chine au nouveau gouvernement birman" , a déclaré le président.

"Les bonnes propositions sur l'augmentation de la coopération pragmatique entre les deux pays énoncées par le ministre chinois des Affaires étrangères montrent que la Chine souhaite développer davantage les relations avec le Myanmar" , a-t-il indiqué.

Le nouveau gouvernement du Myanmar a maintenant beaucoup de travail à faire pour développer l'économie et améliorer les conditions de vie de ses habitants, et le potentiel de coopération des deux pays est grand, a poursuivi le président.

Le nouveau gouvernement birman souhaite travailler avec la Chine pour promouvoir les bonnes relations entre les pays, approfondir la coopération dans tous les domaines, renforcer la communication et la collaboration dans les affaires régionales et internationales, a-t-il fait savoir.

Le Myanmar souhaite également continuer à coopérer avec la Chine afin de maintenir la paix et la stabilité dans les régions frontalières entre les deux pays, a ajouté le président.


Le ministre chinois des Affaires étrangère Wang Yi (3e à gauche), le président birman U Htin Kyaw (4e à droite) et la ministre birmane des Affaires étrangères Aung San Suu Kyi (3e à droite) posent pour une photo de groupe à Nay Pyi Taw, capitale du Myanmar, le 6 avril 2016. (Xinhua/U Aung)

Lire aussi :

Myanmar: la visite de Wang Yi illustre la détermination sans faille de la Chine à renouveler l'amitié bilatérale (COMMENTAIRE)

BEIJING, 5 avril (Xinhua) -- Le ministre chinois des Affaires Wang Yi est arrivé mardi au Myanmar pour une visite de deux jours à l'invitation de son homologue Aung San Suu Kyi, signe d'une politique chinoise active qui vise à améliorer ses liens avec ce pays d'Asie du Sud-Est.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 09-04-2016 à 09:07:41   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sputnik

Hillary Clinton prétend mettre la Chine au pas




"Moi présidente, la Chine rentrera dans le rang"


Peut être se prend-elle pour une nouvelle Thatcher, mais le courant de l'histoire s'est inversé aujourd'hui.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6221 messages postés
   Posté le 12-04-2016 à 13:16:34   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Hillary Clinton dispose d alliés de poids en plus de Taiwan pour affaiblir et diviser la Chine Populaire:les indépendantistes hong kongais ,qui se renforcent http://www.courrierinternational.com/article/hong-kong-desormais-deux-partis-pronent-lautodetermination

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6221 messages postés
   Posté le 12-04-2016 à 18:22:58   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

il est possible que Hong Kong fasse secession et devienne une nouvelle Singapour.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 30-04-2016 à 20:52:20   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine interdit à un porte-avions US d'entrer dans le port de Hong Kong


29.04.2016 sputnik


Le gouvernement chinois a interdit au porte-avions américain USS John C. Stennis, qui effectuait une patrouille en mer de Chine méridionale, l'entrée dans le port de Hong Kong.

Le ministère chinois des Affaires étrangères n'entend pas livrer le permis d'entrée au commandant du porte-avions, a déclaré un représentant du consulat américain à Hong Kong au South China Morning Post.

"Le ministère prend les décisions sur tous les navires entrant à Hong Kong. Il a dit +non+ à ce porte-avions", a-t-il précisé, ajoutant que le motif du refus n'avait pas été indiqué.

Toute entrée de navires militaires américains dans les ports chinois, ainsi que l'atterrissage d'avions militaires sur le territoire du pays, est examinée "à titre individuel en vertu du principe de souveraineté et des circonstances particulières", a précisé le ministère.


USS John C. Stennis
© AP PHOTO/ RONEN ZILBERMAN

Le consulat américain à Hong Kong avait d'ailleurs signalé que des excursions d'étude sur le porte-avions étaient prévues jeudi, vendredi et samedi, mais qu'il a fallu les suspendre.

Plus tôt en avril, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter avait visité le porte-avions USS John C. Stennis en mer de Chine méridionale, après avoir déclaré que les Etats-Unis se joindraient aux Philippines pour patrouiller la mer.

La Chine et plusieurs pays de la région, dont le Japon, le Vietnam et les Philippines, entretiennent des différends sur les frontières marines et sur les zones de responsabilité en mers de Chine méridionale et orientale. La Chine croit que les pays comme les Philippines et le Vietnam se servent délibérément du soutien américain pour accentuer les tensions dans la région.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 30-04-2016 à 20:56:32   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

l'Orient le jour 29/4/2016

La Chine refuse qu'un porte-avion américain fasse escale à Hong Kong


La Chine a refusé que le porte-avion américain USS Stennis et ses navires d'accompagnement fassent escale dans le port de Hong Kong, a révélé un porte-parole du Pentagone vendredi.

"Nous avons été récemment informés qu'une demande d'escale à Hong Kong par l'USS Stennis et ses vaisseaux d'accompagnement avait été refusée" , a expliqué ce porte-parole, le commandant Bill Urban.
On ne sait pas ce qui a poussé la Chine à refuser cette requête, mais cet incident intervient à un moment de fortes tensions entre les deux pays à propos des revendications territoriales de Pékin en mer de Chine méridionale.

"Nos navires ont déjà fait de nombreuses escales à Hong Kong sans problèmes, et nous y sommes même présents en ce moment avec le (bateau de commandement) USS Blue Ridge. Nous espérons que cela pourra continuer" , a repris M. Urban.
C'est le premier refus d'escale pour un navire américain à Hong Kong depuis août 2014.

Le ministre de la Défense Ashton Carter s'est rendu sur le USS Stennis le 15 avril alors qu'il naviguait au large des Philippines, non loin des zones disputées où la Chine est en train d'aménager des îlots en y construisant des infrastructures, dont des pistes d'atterrissage.

A cette occasion, M. Carter avait affirmé que les Etats-Unis allaient continuer "à jouer un rôle pour conserver la paix et la stabilité" dans la région, malgré les ambitions de Pékin sur cette zone stratégique pour le commerce mondial. Il avait promis le soutien américain aux Philippines et à d'autres pays de la région qui font face à des "intimidations" et à de la "coercition".

La Chine considère comme son "territoire national" la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale et mène, dans l'archipel des Spratleys (sud), d'énormes travaux de remblaiement, transformant des récifs coralliens en ports, pistes d'atterrissage et infrastructures diverses.
Le Vietnam, Brunei, la Malaisie et Taïwan ont également des revendications, qui se chevauchent parfois, sur une partie de la zone.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 12-07-2016 à 19:34:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine refuse la décision arbitrale sur la mer de la Chine méridionale



2016-07-12 22:04:32 xinhua

La Chine a déclaré mardi qu'elle n'accepterait ni ne reconnaîtrait la décision d'un tribunal arbitral établi à la demande des Philippines concernant la mer de Chine méridionale.
"Cette décision est nulle et non avenue" , a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué.

La souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine en mer de Chine méridionale ne seront en aucun cas affectés par ces décisions. La Chine s'oppose aux revendications ou actions de quelque nature que ce soit basées sur ces décisions et ne les acceptera jamais, selon le communiqué.

Le tribunal chargé de traiter l'arbitrage sur la mer de Chine méridionale lancé unilatéralement par l'ancien gouvernement des Philippines a rendu mardi sa décision finale, alors que de nombreuses voix à travers le monde estiment que ce comité n'a pas de juridiction sur cette affaire.

Dans un communiqué accompagnant la décision de 479 pages, le tribunal de cinq membres résume ses décisions, lesquelles vont largement dans le sens des réclamations soumises par l'administration de l'ancien président philippin, Benigno S. Aquino III.

L'arbitrage est une farce politique sous prétexte de la loi, a indiqué le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

"La Chine possède une souveraineté territoriale et des droits et intérêts maritimes en mer de Chine méridionale" , affirme un communiqué séparé intitulé "Déclaration du gouvernement de la République populaire de Chine sur la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine en mer de Chine méridionale" .

La Chine est depuis toujours fermement opposée à l'invasion et à l'occupation illégale par certains États de quelques îles et récifs de ses Nansha Qundao (îles Nansha) et aux activités transgressant les droits et intérêts chinois dans les zones maritimes concernées sous la juridiction de la Chine, selon le deuxième communiqué.

La Chine possède la souveraineté sur les Nanhai Zhudao (îles en mer de Chine méridionale), y compris les Dongsha Qundao (îles Dongsha), les Xisha Qundao (îles Xisha), les Zhongsha Qundao (îles Zhongsha) et les Nansha Qundao, précise le communiqué du gouvernement chinois.

La Chine possède des eaux intérieures, une mer territoriale et une zone contiguë basées sur les Nanhai Zhudao. Elle possède également une zone économique exclusive et un plateau continental basés sur les Nanhai Zhudao, selon le communiqué.

La Chine dispose de droits historiques sur la mer de Chine méridionale, a-t-il indiqué.

La Chine respecte et maintient la liberté de navigation et de survol en mer de Chine méridionale dont jouissent tous les Etats en vertu du droit international et reste prête à travailler avec d'autres nations côtières et la communauté internationale pour assurer la sécurité des voies maritimes internationales en mer de Chine méridionale et l'accès sans entraves à ces dernières, a indiqué le communiqué.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 12-07-2016 à 19:41:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Mer de Chine méridionale : l'arbitrage ne changera pas les faits et l'histoire


Xinhua 12.07.2016 18h21

La Cour permanente d'arbitrage de La Haye, dont la compétence pour trancher un différend territorial est largement contestée, a publié mardi son arbitrage sur le litige qui oppose les Philippines à la Chine en mer de Chine méridionale, en rendant une décision en faveur des Philippines qui avaient unilatéralement demandé cette procédure.

Dès le début des préparatifs de saisine de la Cour permanente d'arbitrage par les Philippines, les médias américains ont eu du mal à dissimuler leur envie de s'engager dans une guerre de propagande. De hauts responsables américains ont témoigné un soutien infaillible à Manille en tentant d'accroître leur influence sur le tribunal et de renforcer son autorité.

Les Etats-Unis et les Philippines ont visiblement préparé cela de longue date et comptent profiter de cet arbitrage.

Pour commencer, les deux pays ont nié la souveraineté territoriale et les droits maritimes de la Chine. Les Philippines ont pris soin de contourner le droit d'exception invoqué par la Chine au titre de l'article 298 de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM), mais tout observateur avisé peut voir que Manille a utilisé la CNUDM pour s'en prendre aux intérêts et aux droits chinois en mer de Chine méridionale. De leur côté, les Etats-Unis se sont attribué le rôle d'arbitre extrajudiciaire, quels que soient leurs arguments.

Deuxièmement, les Etats-Unis et les Philippines ont essayé d'attribuer à la sentence arbitrale une valeur exemplaire qui est tout à fait injustifiée. Manille et Washington considèrent cet arbitrage comme un nouveau moyen de défier Beijing en mer de Chine méridionale. De nombreux médias occidentaux ont ainsi incité les pays riverains de cette mer à suivre l'exemple des Philippines. Une fois la décision arbitrale rendue, les Etats-Unis envisagent également de prendre d'autres mesures afin d'orienter davantage l'opinion publique contre la Chine. De plus, ils pourraient qualifier toutes les activités légitimes et souveraines de la Chine en mer de Chine méridionale de contraires à l'arbitrage.

Troisièmement, les Etats-Unis et les Philippines profitent de cet arbitrage pour renforcer leur alliance. Les Etats-Unis et les Philippines ont renforcé leur coopération militaire sous prétexte de faire face ensemble à la "menace" chinoise. Les Etats-Unis veulent renforcer leurs relations avec leurs alliés régionaux afin de déployer davantage de navires et d'avions en Asie-Pacifique, ce qui leur permettrait de promouvoir leur stratégie de pivot vers l'Asie pour servir leurs propres intérêts en s'imposant dans la région et en dissimulant leurs mesures d'endiguement de la Chine derrière le masque de la justice.

Face à cette parodie d'arbitrage, la Chine gérera la situation avec calme, déjouera leurs plans et dévoilera leurs motifs malveillants.

Cet arbitrage concerne essentiellement un différend territorial et maritime pour montrer à la communauté internationale les motivations malveillantes de la saisine philippine. Les faits et les preuves prouvent que les accusations contre la Chine sont sans fondement.

L'Occident, qui a l'avantage de maîtriser les flux d'information internationaux, trompe l'opinion publique sur cette question. Pour rétablir la vérité, des diplomates chinois ont publié une série de tribunes dans des médias occidentaux pour aider les étrangers à mieux comprendre la question de la mer de Chine méridionale ainsi que la position et les propositions de la Chine.

Si les Etats-Unis et les Philippines veulent utiliser l'arbitrage pour bloquer la Chine, cette dernière ne se laissera pas mener par le bout du nez. D'une part, elle favorisera une "double approche" en empêchant l'internationalisation du différend et en demandant aux pays extérieurs à la région de ne pas intervenir.
D'autre part, elle insiste sur une résolution pacifique des différends et clarifier sa position de fond, à savoir qu'aucun pays ne doit s'imaginer que la Chine abandonnera ses intérêts légitimes.
La Chine ne provoquera personne, mais ne laissera personne la piétiner. Le principe de base pour résoudre cette question de la mer de Chine méridionale est de respecter l'histoire et les faits.

Toute décision opportuniste, que ce soit de la part des Etats-Unis, des Philippines ou de la Cour permanente d'arbitrage, s'avérera vaine en définitive.

(Rédacteurs :Guangqi CUI, Wei SHAN)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6221 messages postés
   Posté le 12-07-2016 à 19:55:50   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

le fait est que les Etats Unis veulent dresser en Asie les pays socialistes les uns contre les autres,il ne faut pas oublier quer Duterte veut faire entrer des membres de la guérilla de la New's People Army dans le gouvernement et à des postes-clefs.de la manière manière que l Empire exacerbe les tensions entre le Vietnam et la Chine,il attise les braises entre Duterte et la Chine.


Edité le 12-07-2016 à 20:04:08 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 12-07-2016 à 21:10:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine rejette toute proposition ou action basée sur la décision d'arbitrage concernant la mer de Chine méridionale


(Xinhua/Liu Weibing)

BEIJING, 12 juillet (Xinhua) -- Le président chinois, Xi Jinping, a déclaré que la Chine n'accepterait aucune proposition ou action basée sur la décision du tribunal arbitral sur la question de la mer de Chine méridionale.



Les îles en mer de Chine méridionale font partie du territoire de la Chine depuis l'antiquité. La souveraineté territoriale et les intérêts maritimes de la Chine concernant la mer de Chine méridionale ne sauraient sous aucune circonstance être affectés par cette décision, a indiqué M. Xi.

Il s'est ainsi exprimé mardi après-midi lors d'une rencontre avec le président du Conseil européen, Donald Tusk, et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, à Beijing.

La Chine est depuis toujours un défenseur de l'état de droit, de l'égalité et de la justice internationale et s'en tiendra à une voie de développement pacifique, a indiqué le président chinois.

La Chine est fermement attachée à la paix et à la stabilité en mer de Chine méridionale et à résoudre les différends avec les pays directement concernés au travers de négociations, sur la base du respect des faits historiques et conformément au droit international, a-t-il poursuivi.

Lire aussi:

>>> La Chine refuse la décision arbitrale sur la mer de la Chine méridionale

BEIJING, 12 juillet (Xinhua) -- La Chine a déclaré mardi qu'elle n'accepterait ni ne reconnaîtrait la décision d'un tribunal arbitral établi à la demande des Philippines concernant la mer de Chine méridionale.

>>> Déclaration du gouvernement chinois sur la souveraineté et les droits et intérêts maritimes de la Chine en mer de Chine méridionale

BEIJING, 12 juillet (Xinhua) -- Voici le texte intégral d'un communiqué publié mardi par le gouvernement chinois concernant la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine en mer de Chine méridionale.

>>> Déclaration du ministère chinois des AE sur la décision d'arbitrage concernant la mer de Chine méridionale

BEIJING, 12 juillet (Xinhua) -- Voici le texte intégral, publié mardi, de la Déclaration du ministère chinois des Affaires étrangères de la République populaire de Chine sur la décision rendue le 12 juillet 2016 par le tribunal arbitral concernant l'arbitrage sur la mer de Chine méridionale à la requête de la République des Philippines.

>>> L'armée chinoise protégera fermement la souveraineté nationale et les intérêts maritimes

BEIJING, 12 juillet (Xinhua) -- Le porte-parole du ministère chinois de la Défense nationale, Yang Yujun, a déclaré que l'armée protégerait résolument la souveraineté et la sécurité nationales, les droits et les intérêts maritimes du pays et traiterait les menaces et défis.

>>> Wang Yi qualifie l'arbitrage sur la mer de Chine méridionale de farce politique

BEIJING, 12 juillet (Xinhua) -- L'arbitrage sur la mer de Chine méridionale, unilatéralement lancé par les Philippines, est une farce politique faite sous le prétexte de la loi, a déclaré mardi le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

>>> Il est temps de mettre un terme à la farce d'arbitrage sur la mer de Chine méridionale(COMMENTAIRE)

BEIJING, 12 juillet (Xinhua) -- La Cour permanente d'arbitrage (CPA) de La Haye a rendu mardi son verdict sur la mer de Chine méridionale, mais ce jugement est nul et non avenu et ne sert qu'à compliquer la situation dans la région.

>>> Le tribunal arbitral bafoue le droit international en rendant son verdict sur le litige en mer de Chine méridionale

MANILLE, 12 juillet (Xinhua) -- Le tribunal gérant la procédure arbitrale initiée unilatéralement par l'ancien gouvernement des Philippines sur le litige en mer de Chine méridionale a rendu son verdict final mardi, alors que l'opinion mondiale estime que sa décision est nulle et non avenue, le tribunal n'ayant aucune juridiction sur cette affaire.

>>> Mer de Chine méridionale : l'arbitrage ne changera pas les faits et l'histoire (COMMENTAIRE)

BEIJING, 12 juillet (Xinhua) -- La Cour permanente d'arbitrage de La Haye, dont la compétence pour trancher un différend territorial est largement contestée, a publié mardi son arbitrage sur le litige qui oppose les Philippines à la Chine en mer de Chine méridionale, en rendant une décision en faveur des Philippines qui avaient unilatéralement demandé cette procédure.

>>> Rétrospective sur la procédure d'arbitrage du différend en mer de Chine méridionale (ENCADRE)

>>> Les mensonges du gouvernement Aquino III sur la mer de Chine méridionale (ENCADRE)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 12-07-2016 à 21:12:21   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Déclaration du gouvernement chinois sur la souveraineté et les droits et intérêts maritimes de la Chine en mer de Chine méridionale


BEIJING, 12 juillet (Xinhua) -- Voici le texte intégral d'un communiqué publié mardi par le gouvernement chinois concernant la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine en mer de Chine méridionale.

Déclaration du gouvernement de la République populaire de Chine sur la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine en mer de Chine méridionale

En vue de réaffirmer la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine en mer de Chine méridionale, de renforcer la coopération avec les autres pays en mer de Chine méridionale et de maintenir la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale, le gouvernement de la République populaire de Chine fait la déclaration suivante :

I. Les Nanhai Zhudao (îles en mer de Chine méridionale) de la Chine comprennent les Dongsha Qundao (îles Dongsha ), les Xisha Qundao (îles Xisha), les Zhongsha Qundao (îles Zhongsha) et les Nansha Qundao (îles Nansha). Les activités du peuple chinois en mer de Chine méridionale remontent à plus de 2.000 ans. La Chine est la première a avoir découvert, nommé, exploré et exploité les Nanhai Zhudao et leurs eaux adjacentes, et la première à avoir exercé sa souveraineté et sa juridiction sur ces îles de manière continue, pacifique et effective, établissant ainsi sa souveraineté territoriale et ses droits et intérêts concernés sur la mer de Chine méridionale.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Chine a récupéré et recommencé l'exercice de sa souveraineté sur les Nanhai Zhudao, qui avaient été illégalement occupées par le Japon lors de sa guerre d'agression contre la Chine. Pour renforcer l'administration sur les Nanhai Zhudao, le gouvernement chinois a révisé et mis à jour, en 1947, les noms géographiques des Nanhai Zhudao, compilés le Nan Hai Zhu Dao Di Li Zhi Lue (Bref compte rendu de la géographie des îles en mer de Chine méridionale) et dressé la Nan Hai Zhu Dao Wei Zhi Tu (Carte de localisation des îles en mer de Chine méridionale), sur laquelle la ligne en pointillés est marquée. Cette carte a été officiellement publiée par le gouvernement chinois et présentée au monde en février 1948.

II. Depuis sa fondation le 1er octobre 1949, la République populaire de Chine est restée ferme au sujet du maintien de la souveraineté territoriale et des droits et intérêts maritimes de la Chine en mer de Chine méridionale. Une série d'instruments juridiques, tels que la Déclaration du gouvernement de la République populaire de Chine sur la mer territoriale de la Chine de 1958, la Loi de la République populaire de Chine sur la mer territoriale et la zone contiguë de 1992, la Loi de la République populaire de Chine sur la zone économique exclusive et le plateau continental de 1998 et la Décision du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale de la République populaire de Chine sur la ratification de la convention des Nations unies sur le droit de la mer de 1996, ont réaffirmé encore davantage la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine en mer de Chine méridionale.

III. Sur la base des pratiques du peuple chinois et du gouvernement chinois tout au long de l'histoire et de la position maintenue constamment par les gouvernements chinois successifs, et conformément au droit national et au droit international, dont la convention des Nations unies sur le droit de la mer, la Chine possède une souveraineté territoriale et des droits et intérêts maritimes en mer de Chine méridionale. Entre autres :

i. la Chine possède la souveraineté sur les Nanhai Zhudao, composant les Dongsha Qundao, les Xisha Qundao, les Zhongsha Qundao et les Nansha Qundao;

ii. la Chine possède des eaux intérieures, une mer territoriale et une zone contiguë basées sur les Nanhai Zhudao ;

iii. la Chine possède une zone économique exclusive et un plateau continental basés sur les Nanhai Zhudao ;

iv. la Chine possède des droits historiques en mer de Chine méridionale.

Les positions ci-dessus sont conformes au droit international et aux pratiques internationales.

IV. La Chine est depuis toujours fermement opposée à l'invasion et à l'occupation illégale par certains Etats de quelques îles et récifs des Nansha Qundao chinoises et aux activités transgressant les droits et intérêts de la Chine dans les zones maritimes concernées sous la juridiction chinoise. La Chine est prête à continuer à résoudre les différends de manière pacifique au travers de négociations et consultations avec les pays directement concernés, sur la base du respect des faits historiques et conformément au droit international. En attendant une résolution finale, la Chine est également prête à déployer tous les efforts avec les pays directement concernés pour trouver des accords provisoires de nature pratique, dont le développement conjoint dans les zones maritimes concernées, afin d'obtenir des résultats gagnant-gagnant et de maintenir conjointement la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale.

V. La Chine respecte et maintient la liberté de navigation et de survol en mer de Chine méridionale dont jouissent tous les Etats en vertu du droit international et reste prête à travailler avec d'autres nations côtières et la communauté internationale pour assurer la sécurité des voies maritimes internationales en mer de Chine méridionale et l'accès sans entraves à ces dernières.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 12-07-2016 à 23:28:12   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

marquetalia a écrit :

la Chine aura dans cinq mois le statut d économie de marché,alors que les Philippines de Duterte va se radicaliser,le Parti Communiste se hissera au rang de principal parti dans très peu de temps;il faut soutenir Duterte,meme si les Usa soutiennent Manille,les peshmergas en Syrie sont bien eux aussi soutenus par les Etats Unis d Amérique contre Daech.



Les Philippines nient les droits territoriaux chinois pour satisfaire les ambitions US et toi tu veux soutenir Duterte

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6221 messages postés
   Posté le 13-07-2016 à 00:13:31   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Evidemment,on ne peut comparer la Chine à Daech!honte à moi!mais il faut esperer que l entrée de ministres communistes dans le gouvernement philippin issus de la guérilla rapprochera Pékin et Manille,qui se liberera de la domination de Washington;ce qui prouve,Xuan,que tu n es pas alllé vers le lien du Prcf sur Duterte que j ai ajouté sur un autre topic.


Edité le 13-07-2016 à 00:27:38 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6221 messages postés
   Posté le 13-07-2016 à 01:09:50   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

le parti révisionniste prend clairement parti contre la Chine http://www.humanite.fr/mer-de-chine-spratly-les-iles-de-toutes-les-tensions-576725

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 15-07-2016 à 23:48:38   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

marquetalia a écrit :

Evidemment,on ne peut comparer la Chine à Daech!honte à moi!mais il faut esperer que l entrée de ministres communistes dans le gouvernement philippin issus de la guérilla rapprochera Pékin et Manille,qui se liberera de la domination de Washington;ce qui prouve,Xuan,que tu n es pas alllé vers le lien du Prcf sur Duterte que j ai ajouté sur un autre topic.


Laisse l'ex président Ramos faire un tour en Chine et on avisera si la situation a changé.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
6221 messages postés
   Posté le 16-07-2016 à 08:16:16   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Si les Philippines adoptent la voie du marxisme-léninisme,Obama et Hillary Clinton l auront dans le baba,ils perdont une base arrière primordiale pour contrer la montée en puissance du dragon chinois.


Edité le 19-08-2016 à 10:40:53 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9423 messages postés
   Posté le 20-07-2016 à 00:16:17   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine adhère au concept de « pensée à deux voies » pour traiter la question de la mer de Chine méridionale



le Quotidien du Peuple en ligne 19.07.2016 16h04


Le 18 juillet, un séminaire des groupes de réflexion de haut niveau sur le problème de la mer de Chine méridionale et la coopération régionale et le développement a eu lieu à Singapour, auquel des universitaires et chercheurs de renom chinois et de nombreux pays d'Asie du Sud-est, qui ont travaillé et dialogué ensemble sur un « mécanisme de règlement des différends en mer de Chine méridionale », des « canaux de solution aux litiges sur la mer de Chine méridionale » et le « développement et la coopération sur la mer de Chine méridionale » et d'autres sujets. Les experts ont convenu que les parties devraient revenir au dialogue sur les questions relatives à la mer de Chine méridionale pour résoudre les différends par une voie saine, et travailler ensemble pour promouvoir la coopération et le développement régional.

A l'occasion de ce séminaire, le Quotidien du Peuple a publié un article de commentaires, qui souligne que, dans le contexte d'interférences sur la situation en mer de Chine méridionale par la demande d'arbitrage initiée par les Philippines, ce genre de séminaires peut aider les gens à discerner exactement de quelle façon faire face à la question de la mer de Chine méridionale, quelle direction prendre pour promouvoir les relations Chine-ASEAN, et là réside vraiment le bon choix pour la stabilité à long terme de la région.

L'article estime que, tout au long du processus d'arbitrage initié par les Philippines sur la mer de Chine méridionale, une série de faits montrent que les Philippines ont, sous l'influence des Etats-Unis, fait monter la tension sur la question de la mer de Chine méridionale, non pas pour régler le différend entre les Philippines et la Chine, mais pour tenter de nier la souveraineté territoriale et les droits et intérêts maritimes de la Chine en mer de Chine méridionale, et que le point de départ était entièrement malveillant.

L'article souligne également que le différend entre les Philippines et la Chine sur la mer de Chine méridionale existe depuis des décennies, et que sur la façon de contrôler celui-ci, la Chine et les Philippines étaient parvenues à objectif, un consensus, une stabilisation claire de la situation, et une résolution du différend par la négociation. En août 1995, les Philippines ont publié une déclaration conjointe aux termes de laquelle « les différends doivent être résolus par les pays directement concernés » ; « Les deux parties se sont engagées à faire progresser la coopération étape par étape à des négociations finales sur le règlement des différends entre les deux parties » .

En 2002, les Philippines, la Chine et les 10 pays de l'ASEAN ont signé la « Déclaration sur la conduite des parties en mer de Chine méridionale » par laquelle ils se sont engagés à régler les différends sur la mer de Chine méridionale par le biais de négociations et de consultations.
Depuis lors, une série de documents politiques entre la Chine et les Philippines ont confirmé à plusieurs reprises les engagements de la « Déclaration sur la conduite des parties en mer de Chine méridionale ». C'est pourquoi il est évident que le fait que les Philippines aient demandé unilatéralement un arbitrage illégal relève purement et simplement de l'abus de confiance, et est manifestement contraire aux principes du droit international, selon lesquels « Les conventions doivent être respectées ».

L'article a également souligné que, après l'annonce des soi-disant résultats de l'arbitrage, le gouvernement chinois a publié un livre blanc intitulé « La Chine adhère au principe de résolution des différend entre la Chine et les Philippines en mer de Chine méridionale par le biais de négociations » . Le titre même du Livre blanc montre bien que la Chine adhère à une position constructive, celle de la table de négociations.
Enfin, l'article a souligné que la Chine a toujours adhéré à une « pensée à deux voies » pour traiter la question de la mer de Chine méridionale. La « pensée à deux voies » est un concept directement lié à la résolution des différends spécifiques par les parties concernées dans le respect des faits historiques et sur la base du droit international, et de parvenir à un règlement pacifique par des négociations et des consultations.

La question de la mer de Chine méridionale n'est pas un problème entre la Chine et l'ASEAN. L'ASEAN s'est toujours engagée à n'adopter une position neutre sur la question de la mer de Chine du Sud, et à ne s'impliquer dans aucun différend. La Chine est le plus important des pays riverains de la mer de Chine méridionale, et parvenir à la stabilité et à la paix et à la prospérité et au développement en mer de Chine méridionale est dans l'intérêt de la Chine, qui est prête à s'engager le long de la route de la coopération gagnant-gagnant avec les pays de l'ASEAN.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 Page suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  manœuvre d'encerclement de la ChineNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum