Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 Vers la guerre ?

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 03-08-2014 à 22:39:15   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

je mets en ligne ici quelques articles qui illustrent l'exacerbation des contradictions entre l'hégémonisme US et le reste du monde, notamment les pays émergents.
Parallèlement la Russie et la Chine se préparent à la guerre.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 03-08-2014 à 22:39:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le monde est entré dans la Troisième Guerre mondiale



MOSCOU, 30 juillet - RIA Novosti

Les tensions internationales sur fond de crise en Ukraine ne sont pas une escalade de la guerre froide, mais le début de la Troisième Guerre mondiale, considère Vladimir Chtol, docteur en sciences politiques à l'Académie russe de l'économie nationale.
"La guerre froide dont tout le monde parle a pris fin au début des années 1990. Ce à quoi nous assistons aujourd'hui est une véritable Troisième Guerre mondiale, dont les racines plongent dans la tragédie yougoslave de 1999 (bombardement de la Yougoslavie par les forces de l'Otan dans le cadre de l'opération Force alliée)", a souligné M.Chtol lors de la table ronde intitulée "Russie-USA-UE-Otan: garantie de notre sécurité commune ou nouvelle guerre froide?".
Selon l'expert, l'entrée des troupes de l'Otan en Ukraine et l'octroi à cette dernière du statut du partenaire principal en dehors de l'Alliance pourraient constituer l'événement déclencheur d'un conflit d'envergure internationale.
"Une zone morte est en train de voir le jour en Ukraine. Personne n'y veut d'un peuple autonome, cette terre voyant s'entremêler les intérêts d'acteurs qui y sont complètement étrangers", considère Vladimir Chtol.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 03-08-2014 à 22:45:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine met au point un nouveau missile balistique

10:24 01/08/2014
PEKIN, 1er août - RIA Novosti


La Chine met au point une nouvelle génération de missiles balistiques intercontinentaux Dong Feng-41 (DF-41), annonce vendredi l'agence Chine nouvelle.

Selon l'agence, elle a obtenu copie d'un document annonçant qu'un institut de recherches mettait au point un nouveau missile à ogives multiples.

Toujours selon l'agence, un expert militaire a confié dans une interview accordée à un journal local que la mise au point de missiles balistiques de troisième génération était dictée par l'évolution de systèmes antimissiles américains. Par ailleurs, plusieurs experts estiment que la mise au point du nouveau missile est directement liée à l'existence de systèmes antimissiles américains tels que THAAD et Patriot.

Le missile balistique intercontinental à propergol solide Dong Feng-41 (DF-41) est capable de couvrir une distance allant jusqu'à 12.000 kilomètres et porte dix ogives nucléaires.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 03-08-2014 à 22:50:01   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A lire l'article Adhérer au concept de sécurité globale du pays, qui liste les dangers militaires intérieurs et extérieurs et d'une manière générale toutes les sources d'insécurité.
Malheureusement la traduction automatique du chinois laisse beaucoup à désirer.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8291 messages postés
   Posté le 03-08-2014 à 23:02:23   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

il faut s attendre à des pogroms en occident contre les communautés chinoises,à des autodafés de livres de russe,et à la surenchère des mystico-esotericopaiens disciples du dalai-lama en faveur de l indépendance du Tibet et le Manchukuo que veulent créer les fafs nippons.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 03-08-2014 à 23:09:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A lire sur DeDefensa.org : “Qu’importe... Puisqu’une guerre se prépare en Europe”

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8291 messages postés
   Posté le 04-08-2014 à 20:43:25   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

il ne faut pas non plus annoncer la guerre mondiale à chaque fois que big brother montre ses muscles-l eschatologie relève des sectes apocalyptiques tels les "témoins de jehovah",pas du marxisme léninisme-un exemple de 2011 http://rustyjames.canalblog.com/archives/2011/05/24/21220902.html

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 06-08-2014 à 20:20:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

marquetalia a écrit :

le Npa jouera un riole important dans le cadre de la guerre américaine contre la chine populaire,olivier besancenot et philippe poutou étant pour l amputation de la nécrose tibétaine de l Empire du Milieu.


Un rôle important le NPA ? Même pas en France

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 06-08-2014 à 20:27:19   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ce fil n' annonce pas la guerre mondiale.
C'est une question qui revient sur le tapis actuellement, certains parlent même de guerre nucléaire. Cela ne veut pas dire qu'il y aura effectivement une guerre nucléaire, ni même une guerre conventionnelle à l'échelle mondiale.

Par contre il apparaît que les contradictions entre les USA et les émergents deviennent antagoniques.
C'est la forme que peut prendre ce conflit qui n'est pas déterminée, du reste la guerre est déjà commencée y compris sur le plan militaire, mais elle est localisée.
Sur le terrain économique, diplomatique, juridique, etc. elle est de plus en plus évidente.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8291 messages postés
   Posté le 06-08-2014 à 20:33:32   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

la guerre en Ukraine des mercenaires-nazis de blackwater contre le peuple russe n est plus vraiment critiquée par le Monde Diplomatique,mais bien par l Humanité;face à l expansionnisme et l impérialisme criminel us en europe meme,il ne faut pas faire dans le fractionnisme,l Europe est occupée par les Etats Unis depuis 70 ans,et il faudra bien un jour rejeter les Ricains à la mer!

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 09-08-2014 à 20:06:19   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Cite tes sources marquetalia, les commentaires de l'Humanité sur l'Ukraine sont très contradictoires.

En ce qui concerne la guerre économique, Ria Novosti publie un article intéressant où il ressort que c'est l'Europe qui est la plus touchée.
Il est remarquable qu'aussitôt après le retour de bâton russe Obama ne se manifeste pas et intervient ailleurs : dans l'adversité le faible s'en prend souvent à plus faible que lui.

Le conflit commercial accélère le rapprochement des pays du Tiers Monde et des BRICS.
Le Brésil s'est dit prêt à fournir 150 000 tonnes de viande de volaille supplémentaires au courant de l'année (la Russie en importe actuellement près de 60 000 tonnes par an). Et les autorités russes sont en consultations sur l’élargissement des importations avec des représentants commerciaux d'Argentine, du Brésil, de Chili et de l'Equateur.

En représailles l'Europe cherche à punir la Russie au sein de l'OMC. Inévitablement cela précipitera un regroupement économique parallèle et concurrent à l'OMC si les impérialismes occidentaux conservent leur mainmise sur cette organisation.
Un nouveau visage du monde se dessine.

A lire aussi l'article de Xinhua Embargo russe : le président français évoque les conséquences sur les filières agroalimentaires du pays


__________________


Guerre des sanctions: les gagnants sont au-dessus de la mêlée


Alexander Kryazhev
MOSCOU, 7 août - La Voix de la Russie/RIA Novosti


Poussée par les États-Unis, l’Europe s’est retrouvée à l’avant-garde de la guerre des sanctions avec la Russie. Or, on sait qu’à la guerre, c’est l’avant-garde qui subit les plus lourdes pertes, estime Hasan Selim Özertem, du Centre turc d’études stratégiques internationales.

"Il est évident que les pertes subies par les États - Unis seront insignifiantes parce que les échanges russo -américains représentent 40 milliards de dollars tout au plus. Par contre, la valeur des échanges entre l’Europe et la Russie est de l’ordre de 450 milliards de dollars et, par conséquent, les sanctions frapperont de plein fouet l’Europe et la Russie. Certes, les pertes en question se répartiront inégalement suivant les pays. Comme la Russie entretient les relations très serrées avec l’Allemagne, la France et l’Italie, les sanctions les pénaliseront en tout premier lieu" .

Les sanctions imposées par l’UE qui prévoient l’interdiction des livraisons des produits duales, des équipements et du matériel de production de pétrole, affectent aussi le secteur financier russe. En effet, 5 banques russes à savoir Sberbank, VTB, Gazprombank, VEB et Rosselkhozbank sont touchées par les sanctions. Pourtant, selon Ali Ari, directeur du Centre d’études européennes de l’Université Kirklareli, c’est la City de Londres et d’autres grandes places financières qui subiront le contrecoup des sanctions imposées aux banques russes.

"Ces mesures se répercuteront surtout sur le marché britannique des valeurs et sur le secteur financier français et allemand. C’est pour cette raison qu’on peut dire que les sanctions auront un impact négatif tant sur l’économie russe que sur celle de l’UE. J’attire cependant votre attention sur le fait que les sanctions ne touchent pas le secteur de l’énergie et l’importation du gaz naturel qui est le volet de loin le plus important des échanges entre la Russie et l’UE. Les sanctions européennes évitent soigneusement la vache sacrée que représente le gaz russe pour la bonne raison que l’Europe ne veut pas se nuire. J’en conclus que l’effet des sanctions européennes sera limité" .

En décrétant des sanctions contre la Russie, les États-Unis et l’Europe déclarent qu’elles sont appelées à résorber " la crise en Ukraine " et à faire cesser le bain de sang dans ce pays.
Selon monsieur Ali Ari, les sanctions n’ont en réalité rien à voir avec la guerre en Ukraine. C’est que d’aucuns voulaient absolument imposer des sanctions contre la Russie et ceci sous n’importe quel prétexte. En même temps, les conséquences politiques de ce jeu peuvent être diamétralement opposées à l’objectif initial.



Edité le 09-08-2014 à 20:23:40 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 09-08-2014 à 20:54:13   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Regain de manoeuvres militaires : les opérations d'intimidation se multiplient.

Sur 'zone militaire - apex 360.com' :

"L’activité des bombardiers russes augmente près de l’Alaska tandis que Moscou dit avoir chassé un sous-marin américain en mer de Barents"

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8291 messages postés
   Posté le 09-08-2014 à 22:28:16   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

un article de l Humanité qui condamne la guerre américaine contre la Russie http://www.humanite.fr/nous-sommes-sur-une-poudriere-549093

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 09-08-2014 à 23:36:41   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Et Roustel écrit aussi dans l'Huma :

"D’une façon générale, ni les dirigeants de Kiev (et leur irresponsable illusion d’une solution militaire au conflit ukrainien) , ni les aventuriers armés de la partie orientale du pays (qui plongent chaque jour un peu plus profondément la population de la région dans une dramatique impasse) ne méritent notre confiance ou notre sympathie. C’est d’abord à leur niveau que se situe la cause des derniers développements du plus grand désastre que notre continent ait connu depuis la guerre en ex-Yougoslavie" .

Lire aussi le commentaire de Bernard Trannoy sur le torchon de Francis Wirtz dans l'Humanité Dimanche "Ukraine : la négociation ou le chaos"

Il ressort que la ligne éditoriale de l'Humanité change aussi vite que la météo de cet été pourri .
Quand le parti révisionniste sera décidé et cessera de renvoyer les deux camps dos à dos on avisera mais actuellement il ne soutient absolument pas les insurgés du Dombass.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
8291 messages postés
   Posté le 10-08-2014 à 00:10:05   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

evidemment,ce sont les petites orgas sans influence syndicale qui défendent les insurgés du donbass-l urcf n est pas présent dans l est de la france,et le prcf sont ultraminoritaires,quant aux revues passées comme le RCU ou les trotskystes de "lutte communiste",n en parlons pas...

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 11-08-2014 à 23:31:23   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article d'Amélie Poinssot paru sur Médiapart (sauf les hyperliens) :

Embargo sur l'agroalimentaire: derrière la riposte russe, une nouvelle carte se dessine


08 août 2014 | Par Amélie Poinssot (Mediapart)

Comme il l'avait annoncé, le Kremlin a pris des mesures de rétorsion en réponse à la politique de sanctions menée par les États-Unis et l'Union européenne à l'égard de la Russie. Depuis ce jeudi 7 août, tous les produits agroalimentaires en provenance des pays à l'origine des sanctions sont interdits sur le sol russe. La tension est à son comble entre Bruxelles et Washington d'un côté, Moscou de l'autre – qui se tourne, désormais, vers l'Amérique du Sud.

La réponse russe ne s'est pas fait attendre : après la signature ce mercredi, par Vladimir Poutine, d'un décret « sur l'application de certaines mesures économiques spéciales pour assurer la sécurité de la Fédération russe » , le premier ministre Dmitri Medvedev a proclamé ce jeudi une « interdiction totale » de la plupart des produits alimentaires en provenance de l'Union européenne, des États-Unis, de l'Australie, du Canada et de la Norvège – autrement dit, tous les pays ayant pris des mesures ces dernières semaines à l'encontre de la Russie. À Bruxelles, cette politique de sanctions graduées avait été mise au point au moment de l'annexion de la Crimée, en mars, et elle était passée de mesures touchant des individus à des sanctions économiques ciblant des secteurs plus larges après le crash de la Malaysia Airlines, le 17 juillet 2014.

La liste des produits, sous embargo pour un an, a été publiée sur le site du gouvernement russe ce jeudi 7 août 2014 : sont interdits, dès à présent, bœuf, porc, volaille, poisson, fromage, lait et produits laitiers, légumes et fruits en provenance des Vingt-Huit, des États-Unis, du Canada, de l'Australie et de la Norvège. Les aliments pour bébé sont toutefois exclus de l'embargo.

« Pendant longtemps, la Russie n'a pas répondu aux dites sanctions déclarées contre elle par certains pays. Jusqu'au dernier moment, nous avons espéré que nos collègues étrangers allaient réaliser que les sanctions conduisaient à une impasse aveugle, et que personne n'allait en bénéficier. Mais ils n'ont pas compris cela, et à présent nous sommes forcés de répondre » , s'est justifié le premier ministre russe, tout en précisant : « Mais si nos partenaires font preuve d'une approche constructive en termes de coopération, alors le gouvernement sera prêt à réviser les échéances spécifiques pour la mise en place de ces mesures. »

Dmitri Medvedev menace cependant de prendre de nouvelles mesures, comme une interdiction de vol pour la compagnie Ukrainian Airlines au-dessus de l'espace aérien russe ou même la suppression de l'usage du couloir transsibérien pour toutes les compagnies européennes et américaines. Une mesure qui contraindrait à d'importants détours les vols à destination de l'Asie et aurait un impact sur leur consommation de carburant.

« Nous ne voulions pas que cela arrive , a toutefois temporisé le premier ministre russe, et j'espère sincèrement que le pragmatisme économique de nos partenaires va prévaloir sur des considérations politiques malveillantes, qu'ils vont penser autrement que vouloir intimider ou imposer des restrictions à la Russie, et que le commerce mutuellement bénéfique et la coopération économique seront restaurés à leur niveau antérieur. »

Dmitri Medvedev détaille, ce jeudi 7 août, la liste des produits sous embargo
Conséquence immédiate de cet embargo « total » , pour les supermarchés russes : de nombreux rayons vont se vider et les commerçants vont devoir trouver de nouvelles sources d'approvisionnement. Comme l'indique ce reportage télévisé de la BBC, plus de 60 % des produits alimentaires à Moscou seraient importés. À titre d'exemple, le journaliste remplit un caddie avec des haricots de Grande-Bretagne, du fromage de Lituanie, des nectarines de Grèce, des tomates des Pays-Bas, et du bacon espagnol. De fait, la Russie est déjà à la recherche de circuits alternatifs : dès jeudi, elle s'est tournée vers l'Amérique latine pour négocier une augmentation de ses exportations, et en particulier vers le Brésil, le Chili, l’Argentine et l’Équateur avec qui elle a déjà entamé des discussions.

Pour ces pays, c'est une aubaine : « Il est évident que nous avons devant nous de nouvelles opportunités commerciales, reconnaît Sebastian Pillado, attaché commercial de l’ambassade du Chili à Moscou, cité par RFI. Le Chili est déjà un fournisseur important d’aliments et de boissons pour la Russie, mais nous pourrions désormais élargir notre offre en produits et en volume. » Sachant que les importations russes en produits agroalimentaires ont représenté au total près de 17 milliards de dollars pour les cinq premiers mois 2014, comme le précise l'antenne francophone, il y a effectivement des parts de marché à conquérir pour ces pays du sous-continent américain…

En réalité, le président russe préparait ses arrières depuis quelque temps. À la mi-juillet, il avait effectué une tournée en Amérique latine et il s'était rendu, comme le rappelle le site d'information francophone sur l'Amérique latine, Actu Latino, au Nicaragua, à Cuba, en Argentine et au Brésil – cherchant de nouveaux appuis tandis qu'il se trouvait de plus en plus isolé sur la scène internationale. « Nous sommes intéressés par une Amérique latine unie, forte, économiquement viable et politiquement indépendante, qui est en train de devenir une partie importante du monde polycentrique émergent » , avait alors déclaré Vladimir Poutine.

À noter que la présidente de l'Argentine, Cristina Kirchner, n'a jamais condamné l'annexion de la Crimée par la Fédération de Russie. Après le simulacre de référendum organisé à une vitesse éclair par Moscou en mars dernier, Cristina Kirchner a en effet choisi de condamner plutôt « les doubles standards de l’Occident » , qui d'un côté avait reconnu le référendum sur les îles Malouines en 2013 (qui a eu pour résultat le maintien du statut de territoire britannique d'outre-mer) et, de l'autre, rejetait celui sur la péninsule ukrainienne... À Cuba, Poutine a par ailleurs annoncé l'annulation de 90 % de la dette de l'île envers l'ex-URSS, ce qui représente quelque 31 milliards de dollars, et il a promis des investissements dans le port de La Havane pour développer les échanges avec la Fédération de Russie.


Inquiétude en France

C'est donc une nouvelle carte des échanges qui se dessine à l'aune de cette guerre économique que se livrent désormais Bruxelles et Washington d'un côté, Moscou de l'autre. Aujourd'hui, l'Union européenne risque bel et bien de se voir confisquer le marché russe par l'Asie ou l'Amérique latine. D'après le représentant de l'UE à Moscou, cité par l'agence de presse progouvernementale Ria Novosti, les pertes pour l'Union européenne découlant de cet embargo pourraient s'élever à 12 milliards d'euros. « Les produits agroalimentaires constituent 10 % de nos exportations vers la Russie » , a déclaré Vygaudas Ušackas, le délégué permanent de l'UE dans la capitale russe. Les produits touchés en première ligne ? Le saumon norvégien et les pommes polonaises, entre autres.

Mais la France, gros producteur agricole, ne sortira pas indemne de cet embargo et l'inquiétude est de mise chez les professionnels du secteur. En 2013, la France se plaçait en effet au 9e rang des fournisseurs en agroalimentaire de la Russie derrière l'Allemagne et la Pologne et devant l'Italie et l'Espagne. Selon un document du ministère de l'agriculture qui reprend des statistiques russes, l'Hexagone a exporté en 2013 vers la Russie plus d'un milliard d'euros de produits alimentaires. Le président de la FNSEA, le grand syndicat agricole français, a ainsi demandé ce jeudi à rencontrer « dans les meilleurs délais » François Hollande, à qui il a adressé un courrier, cité par l'AFP, dans lequel il souligne que « ces exportations annulées vont se traduire par la commercialisation de produits initialement destinés au marché russe dans les pays européens, dont la France » .

Autrement dit, le marché risque d'être saturé, ce qui pourrait tirer les prix vers le bas, et les pertes des parts de marché en Russie au profit de nouveaux partenaires comme les pays asiatiques ou latino-américains nécessiteront des années pour se reconquérir, même après la levée de l'embargo. La France pourrait toutefois être relativement épargnée par rapport à ses voisins : la majorité des exportations françaises vers la Russie sont en effet constituées de vins et de spiritueux, qui ne sont pas touchés, pour l'heure, par l'interdiction russe (ils représentaient 145 millions d'euros en 2012 selon Ubifrance, l'organisme chargé d'aider au développement des entreprises françaises à l'international).

Les principaux fournisseurs de la Russie, par Radio Free Europe, d'après des chiffres de Reuters
Certains pays que l'on pourrait penser les plus touchés par la riposte russe jouent au contraire l'apaisement. Ainsi l'éditorialiste de Verslo žinios, journal économique lituanien, persuadé que l'embargo russe aura peu d'impact, écrit-il ce vendredi 8 août : « Le bilan économique de la Lituanie est positif, ce qui n'a pas été souvent le cas dans l'histoire récente du pays. Si 20 % des exportations lituaniennes sont destinées à la Russie, 15 % de celles-ci reviennent ensuite en Lituanie sous forme de réexportations. La Lituanie exporte principalement des produits alimentaires vers la Russie, mais aussi des matériaux de construction, du papier et de la nourriture pour chats. Dans le cas de réelles perturbations des relations commerciales, seuls certains secteurs et entreprises connaîtraient de véritables difficultés. »

Côté américain, on joue l'indifférence. Dans une déclaration reprise par l'AFP, David Cohen, secrétaire adjoint au Trésor chargé du terrorisme, a estimé que les mesures annoncées par la Russie auraient un impact « insignifiant » sur l'économie américaine. Pour le journal critique Novaïa Gazeta, c'est en définitive une guerre économique mondiale qui s'annonce, et qui profitera surtout à la Chine et aux États-Unis. « Nous sommes à l'aube de la première guerre économique mondiale, dans laquelle des protagonistes du monde entier se sont laissé entraîner par leurs actions irresponsables et hostiles, écrit la journaliste Julia Latynina dans l'édition du 7 août 2014. Dans cette guerre, au lieu des canons il y aura des sanctions, et tout comme les canons, elles nuiront aux deux camps. Il est évident que c'est la Russie qui en pâtira le plus. La Chine profitera le plus de cette guerre économique mondiale, ainsi que tous les autres pays qui n'y sont pas impliqués. Un autre profiteur, qui avait déjà largement bénéficié des deux guerres mondiales, sera l'Amérique. D'une part parce que l'économie et le système bancaire s'y portent mieux qu'en Europe, de l'autre parce que l'échec de la Russie et la faiblesse de l'UE généreront une fuite des cerveaux vers les États-Unis. »

Les autorités russes, elles, estiment que les conséquences de l'embargo seront minimes sur son marché intérieur. Outre le développement des liens avec l'Amérique du Sud, elle entend booster la production nationale et, sans surprise, renforcer les échanges avec son fidèle voisin, la Biélorussie, qui est déjà son premier fournisseur de nourriture (à hauteur de 2,7 milliards de dollars par an). D'après la radio gouvernementale "La Voix de la Russie", le premier vice-ministre de l’agriculture et de l'alimentation biélorusse Leonid Marinitch a déclaré que son pays était prêt à livrer à la Russie les produits agroalimentaires à la place des pays frappés par les sanctions de Moscou. Minsk peut notamment augmenter ses exportations de fromages, viande et lait, mais aussi de légumes et de fruits. « Nous allons remplacer les pommes de terre hollandaises et les pommes polonaises » , a-t-il assuré.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 16-09-2014 à 23:59:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Vers un nouvel équilibre militaire ?


J-31 Chinois vs F-35 américain


Par Valentin Vasilescu
Mondialisation.ca, 16 septembre 2014
reseauinternational.net

La Russie est intéressée à encourager l’exportation de l’avion Chinois J-31, de sorte qu’il devienne, avec l’avion Su-T 50, concurrent du coûteux appareil américain le F-35.

La Chine est dotée de 580 avions pour s’assurer de la suprématie aérienne, avec des avions de 4ème génération dérivés des Su-27SK/ Su-30 MKK (J-11, J-16 ) et J-10.. Alors que la Corée du Sud et le Japon disposent, à eux deux, de 590 avions, supérieurs en terme d’avionique et d’armement à la Chine, ajoutés au contingent américain avec 260 avions déployés dans les deux pays ou embarqués sur un ou deux porte-avions affectés à la 7ème flotte US. En outre, la Corée du Sud et le Japon ont déjà commandé 40-50 avions furtifs américains F-35.

De son côté, l’industrie aéronautique indienne est en cours d’assimilation de la technologie de l’avion furtif russe, le Sukhoi T-50, qui sera produit sous le nom de HAL FGFA (250-280 avions). C’est la raison pour laquelle, ces derniers mois, une aide discrète a été fournie aux chinois par les russes pour un transfert de technologie russe pour faire avancer les tests, et passer immédiatement à la production de série du prototype de l’avion furtif J-31. Dans les prochaines années, au moins 500 avions J-31 équiperont les forces aériennes Chinoises.

vidéo

Pour compenser la très grande puissance de l’unique moteur du F-35 (Pratt & Whitney F135 19.000 kgf.), le J-31 est actuellement équipé de deux moteurs WS-13 de 8700 kgf, copiés sur le moteur russe RD-93 des MiG-29 K / MiG-35. Afin de rivaliser avec le F-35 sur le marché mondial, les Chinois avaient besoin que les russes leur permettent de fabriquer sous licence le moteur Saturne 117 S du Su-35, beaucoup plus puissant, avec une poussée de 15 800 kgf. Le méga contrat de 400 milliards de dollars signé avec la Russie au début du mois de mai, avait montré de quel le côté était la Chine dès ce moment, dans l’imposition de sanctions par l’Occident à la partie russe. Les deux superpuissances mondiales ont convenu de ne pas rivaliser sur le marché de l’aéronautique.

Le J-31 est une alternative plus modeste du point de vue avionique, mais est à 60% du prix d’un F-35 américain. Les deux avions ont deux compartiments dans des coques pour porter deux missiles air-air de moyenne portée ou des bombes. Ils ont, tous les deux, 6 coques externes, d’une capacité maximale de 6-8 tonnes

La stratégie de la Chine pour la commercialisation de l’avion J-31 est également intéressante. En plus des 500 avions de la force aérienne de la Chine, 120 autres J-31 sont destinés aux trois porte-avions chinois. Le porte-avions chinois Liaoning, qui s’appelait Variag à l’origine, dispose actuellement de 30 avions J-15 (similaires aux Su-33) et est utilisé comme navire école pour la formation des pilotes sur porte-avions. Une copie modifiée du Liaoning est à un stade avancé de construction dans les chantiers navals de Dalian, tandis que le troisième porte-avions, beaucoup plus grand, est en construction dans les chantiers navals de Shanghai.

vidéo

La Chine qui va devenir,à la fin de cette année, la première économie mondiale est prête à investir autant d’argent que les Américains dans le projet de la furtivité et dans l’industrie aéronautique, étant donné qu’il est prévu d’exporter au moins 600 avions J-31. Le prix d’un avion américain F-35 est supérieur à 120 millions de dollars. A ce prix, en dehors des Etats-Unis, seuls les pays riches parmi les pays de l’OTAN comme l’Italie, l’Angleterre, les Pays-Bas, la Norvège et la Turquie peuvent se permettre de l’acheter. L’Espagne, le Portugal et la Grèce, confrontés à une profonde crise financière, n’ont pas l’intention d’acheter des F-35.

Les anciens pays communistes voisins de la Russie, devenus membres de l’OTAN, ne peuvent ni rêver d’une telle chose, ni obtenir des Etats-Unis l’autorisation d’acheter des avions chinois similaires. Dès l’année prochaine la Russie va doter massivement son armée d’avions furtifs Su T-50, équivalents américains du F-22, qui seront également exportés dans les pays de la CEI (Communauté des Etats Indépendants). L’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie viennent de rejoindre l’UE. Par conséquent, contrairement aux anciens pays communistes, les pays non-alignés jouissent de la liberté de choix et constituent une cible pour les chinois avec cet avion.

Le Pakistan, le partenaire le plus proche de la Chine, a récemment renoncé à l’achat de 36-70 avions J-10, pour se réorienter vers le J-31. Comme Israël a déjà commandé 75 F-35 américains, l’Iran semble également très intéressé à l’achat du même nombre d’avions J-31. Parmi les acheteurs potentiels on pourrait inclure l’Afrique du Sud (membre des BRICS comme la Chine) qui s’est désengagé des avions suédois JAS-39 Gripen. L’Angola, l’état avec le plus haut taux de croissance économique du monde durant la dernière décennie (20% entre 2005-2007) grâce au pétrole, au gaz et au diamant, a pris des actions dans la Banque Portugaise afin de sauver l’ancienne métropole, le Portugal, du spectre de la faillite. L’Angola a commencé un plan d’achat de 12 avions Su-30 MKI, 7 Su-27 SM, 15 Su-25 et a mis de l’argent de côté pour continuer avec des J-31. Avec ce plan d’achat, l’équilibre des forces en Afrique australe et occidentale est en train de changer au détriment des anciennes métropoles occidentales.

L’Egypte, à qui les Etats-Unis ont coupé l’aide militaire annuelle qui consistait en des livraisons d’avions F-16, et l’Azerbaïdjan, qui a, depuis quelques années, un excédent pour ses exportations de de gaz qu’il exploite dans la zone de la Mer Caspienne, ont des relations étroites avec le Pakistan et seraient intéressés par cet avion. Le Venezuela avec le Brésil (autre État des BRICS, constructeur de plusieurs types d’avions Embraer) veulent non seulement acheter, mais aussi produire cet avion sous licence, afin de concurrencer les avions militaires produits par les américains sur le marché de l’Amérique centrale et du Sud.

Valentin Vasilescu

mondialisation CA
Traduit du roumain par Avic – Réseau International

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  Vers la guerre ?Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum