Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Palestine vaincra ! Les luttes au Moyen Orient 

 La Turquie tâtonne entre Occident et Islam

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 13-02-2019 à 18:16:16   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Turquie tâtonne entre Occident et Islam


Par Ding Gang Source: Global Times Publié le 2019/2/13 17:56:33
http://www.globaltimes.cn/content/1138723.shtml

Le célèbre écrivain turc Ferit Orhan Pamuk a utilisé le mot hüzün pour exprimer la mélancolie de la Turquie moderne. Il s'en est servi pour indiquer la douleur et le chagrin causés par une perte.

Il aime profondément Istanbul, qui chevauche l’Europe et l’Asie de l’autre côté du détroit du Bosphore. Le pont peut servir à la circulation des personnes et des véhicules, mais qu'en est-il de l'esprit? Depuis plus de 100 ans, la Turquie n'a jamais traversé ce pont pour se rendre en Europe. Confronté à un conflit entre la tradition et la modernité, l’Occident et les musulmans, la laïcité et la religion, elle s’est tourné vers l’islam pour réaliser le rêve d’un grand pays.

Du point de vue religieux ou culturel, la Turquie n’entre pas dans la catégorie de la civilisation occidentale. Cependant, elle s'est rangé du côté de l'Ouest. C'est le pays musulman le plus influencé par l'Occident.

Les réformes de Mustafa Kemal Atatürk ont ​​commencé dans les années vingt. Considéré comme le fondateur de la Turquie moderne, Atatürk a initié une série de changements de politique destinées à transformer la Turquie en un État-nation moderne, laïque et occidentalisé. Apprendre de l’Occident et de l’Europe a été considéré comme le seul moyen de devenir prospère et de devenir militairement puissant.

Ces réformes ont presque ouvert la porte à l'entrée de la Turquie dans l'orbite occidentale. Elle a copié le modèle européen pour son système judiciaire et a supprimé l'utilisation de l'alphabet arabe pour l'écriture latine. Elle est également devenue le seul pays musulman à être membre de l'OTAN, dirigée par les États-Unis.

Mais la religion et les traditions culturelles, comme une malédiction, ne peuvent pas être facilement ébranlées. Atatürk voulait que la Turquie soit occidentalisée, mais ne devienne pas un vassal occidental, et il voulait faire de la Turquie une puissance musulmane moderne sur un pied d'égalité avec l'Occident.

Viennent ensuite les défis communs auxquels de nombreux pays émergents ont été confrontés après la Seconde Guerre mondiale. Dans leurs politiques fondatrices, presque tous ces pays émergents non occidentaux ont été confrontés à la question de l'unité nationale. Ils devaient mettre l'accent sur le nationalisme ou recourir à des croyances religieuses pour renforcer la conscience nationale et consolider la "communauté imaginée".

Lorsque ces pays sont confrontés à des conflits multiples avec les valeurs occidentales et occidentales, ils ont tendance à recourir à la tradition et à la religion pour contrecarrer l'influence occidentale. D'un côté, la Turquie veut être un pays pro-occidental ou occidentalisé en supprimant l'influence de la religion sur la politique et la modernisation. D'autre part, la plupart des Turcs estiment que les valeurs islamiques sont supérieures aux pratiques occidentales et que l'histoire de la Turquie est plus glorieuse.

Dans un système électoral de type occidental, la religion est devenue un facteur à prendre en compte pour obtenir un vote. Ceux qui vivent à l'intérieur des terres et dans les zones rurales sont souvent des électeurs plus conservateurs.

Le retour de la Turquie à l'islam et l'éloignement croissant de l'occidentalisation au cours des dernières années ont conduit à la prédominance du conservatisme, ce qui est particulièrement évident dans le domaine de l'éducation.

Depuis 2012, année où l'enseignement de l'Imam Hatip a été étendu aux collèges pour les élèves âgés de 10 à 14 ans, le nombre total d'élèves a été multiplié par cinq pour atteindre 1,3 million dans plus de 4 000 écoles.

En octobre dernier, The Economist a publié un article intitulé "Pourquoi les dissidents se rassemblent-il à Istanbul" avec le sous-titre "Un siècle après la perte du Moyen-Orient par la Turquie, Istanbul est redevenue une capitale arabe".

La Turquie veut maintenant retourner dans le monde musulman et la diriger après avoir été rejetée par l’Occident. Bien que cela semble avoir été imposé par l’Occident, il s’agit essentiellement de l’histoire, de la tradition et de la religion de la Turquie.
L'aliénation de la Turquie par l'Occident est un processus que les pays non occidentalisés subiront inévitablement pour se moderniser.
Le véritable défi est de savoir comment éviter de sombrer dans l'isolement et le conservatisme au cours du processus.

La Turquie peut-elle poursuivre la laïcisation et trouver son propre chemin de modernisation tout en luttant avec l’Occident? Comme le disait Orhan Pamuk, la Turquie doit construire ou inventer un nouvel esprit national.


L'auteur est un rédacteur en chef du People's Daily et est actuellement chercheur principal à l'Institut d'études financières de Chongyang à l'Université Renmin de Chine. dinggang@globaltimes.com.cn. Suivez-le sur Twitter @dinggangchina


Edité le 13-02-2019 à 23:17:30 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant de valeur
430 messages postés
   Posté le 13-02-2019 à 19:40:38   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Je crois que l'essentiel n'est pas dit dans cette analyse : la Turquie est une pièce centrale de l'impérialisme germano américain idéalement placée pour contrer l'expansion de l'impérialisme russo-soviétique dans le Moyen Orient si précieux avec ses ressources pétrolières.
Que la Turquie soit occidentalisée, laïque ou islamisée n'a pas d'importance pour les marchands d'armes allemands ou américains, l'essentiel est de la tenir armée et prête à faire face aux velléités russes. Les dirigeants se moquent des positions sur le religion, l'important c'est le pétrole et d'en garder le contrôle. Et pour contrôler le Moyen Orient, La Turquie et Israël sont indispensables, quoiqu'il advienne pour les 100 millions de turcs.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7936 messages postés
   Posté le 13-02-2019 à 23:02:08   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Quelle sera la réaction d Ankara quand la Syrie excercera son contrôle à tout le pays,et decidera,avec l appui de l Iran,de récupérer le plateau du Golan ?ce sera la Seconde Guerre du Golan

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 13-02-2019 à 23:16:16   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Cette situation d'une Turquie pièce centrale de l'impérialisme germano américain a changé en quelques années, c'est pourquoi l'article n'en parle pas.

La Turquie n'est pas actuellement une pièce aisément manipulable. L'Europe - la France en particulier - a rejeté son adhésion, l'occident l'a traitée comme un bâtard, et la tentative de coup d'Etat en Turquie le 15 juillet 2016 a fait déborder le vase.
L'an dernier elle s'est opposée à plusieurs reprises à l'occident, par exemple sur l'afflux de réfugiés syriens et la fermeture des frontières européennes (comme en Italie).
Voir le fil dégradation des relations Turquie/OTAN, ou bien guerre économique US contre la Turquie
Fin 2018 la Turquie a accru sa liaison au gaz russe à travers le Turkish Stream qui entrerait en exploitation au 1er janvier 2020.
On a vu aussi que sur la question kurde, la Turquie s'opposait aux USA et à la France, et plus récemment elle soutient le Venezuela.


Par contre à d'autres occasions ses intérêts ont rejoint ceux de l'impérialisme, c'est le cas sur la répression du terrorisme islamiste et la rééducation des islamistes en Chine, chez les Ouïgours (*).
Selon La Croix, "Cette solidarité repose en grande partie sur le « panturquisme », qui exalte les liens de la Turquie avec les peuples d’Asie centrale au nom d’une parenté linguistique et culturelle. Une idéologie dominante au sein du MHP, parti ultra-nationaliste et allié du parti de la justice et du développement (AKP) de Recep Tayyip Erdogan. « Erdogan a besoin de ce parti car sans lui, il n’a pas de majorité au parlement », rappelle Jean Marcou, spécialiste de la Turquie et chercheur à Sciences-Po Grenoble.
Un besoin d’autant plus fort à l’approche des élections municipales, le 31 mars. « Ce ne sont que des élections locales, mais le pouvoir de Recep Tayyip Erdogan se nourrit des scrutins, il faut qu’il en gagne en permanence », poursuit Jean Marcou"
.


Donc effectivement, la question religieuse a de l'importance, mais le même site ajoute :
Jusqu’où les dénonciations d’Ankara peuvent-elles aller ?
Sans surprise, les déclarations turques ont irrité Pékin, qui a démenti la mort du poète Abdurehim Heyit, en publiant une vidéo sur Twitter d’un homme se présentant comme étant l’artiste. Une porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois a également rappelé que « la Turquie est un pays multiethnique, qui fait également face à la menace du terrorisme ». Une allusion à la guérilla du PKK, le parti des travailleurs du Kurdistan, et à la répression d’Ankara dans l’est du pays, à majorité kurde.
« Recep Tayyip Erdogan sera prudent car les relations commerciales sont importantes », assure aussi Jean Marcou, rappelant que « les satellites turcs sont lancés par des lanceurs chinois ».


C'est-à-dire que sur le fond dans l'époque actuelle, et une fois passé l'épisode électoral, les contradictions les plus importantes se situent entre la Turquie et l'impérialisme occidental.

__________________


(*) Au passage il est cocasse de voir ici les bonnes âmes libéral-humanitaires s'indigner du traitement de l'islamisme en Chine, et s'interroger simultanément sur le retour des islamistes syriens sans qu'aucune décision ne soit prise pour rectifier leur radicalisation.
Et quand je dis "cocasse", je devrais plutôt dire inquiétant parce que des terroristes réhabilités qui se prétendent ignorants des exécutions et des décapitations, ça me laisse très dubitatif...


Edité le 13-02-2019 à 23:17:10 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7936 messages postés
   Posté le 14-02-2019 à 15:19:06   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Le gazoduc turkish stream est compromis par l entrée prochaine de la Macédoine du Nord dans l Alliance Atlantique.les États Unis veulent rester les maîtres du jeu.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11930 messages postés
   Posté le 14-02-2019 à 20:19:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Bien entendu, mais ça occasionnerait d'autres différends au sein même de l'Europe.
En fait toutes les manœuvres US contre la Russie se traduisent par des problèmes pour les alliés des USA, en particulier au niveau des échanges économiques.
Autant mettre un couvercle sur la marmite, en dernier ressort la circulation des marchandises s'impose.



"...Pour la Russie, une éventuelle adhésion de Skopje à l’Otan isolerait la Serbie [candidate à l’UE, ndlr] dans la région des Balkans occidentaux et pourrait contrecarrer le projet de gazoduc « Turkish Stream » qui, passant par la Turquie, la mer Noire, et le territoire macédonien, permettrait de livrer 31,5 milliards de mètres cubes de gaz vers l’Europe (en particulier l’Autriche et la Hongrie). D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, s’oppose à l’accord sur le nom de la Macédoine du Nord…"
http://www.opex360.com/2018/07/12/possible-adhesion-de-macedoine-nord-a-lotan-provoque-tensions-diplomatiques-entre-grece-russie/


Cela dit, en novembre il était annoncé que le gazoduc Turkish Stream pourrait passer par la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie et la Slovaquie.


Edité le 14-02-2019 à 20:33:16 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
7936 messages postés
   Posté le 14-02-2019 à 20:50:06   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Les relations ne sont pas au beau fixe entre la Serbie et la Turquie-c est le moins qu on puisse dire....

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Palestine vaincra ! Les luttes au Moyen Orient  La Turquie tâtonne entre Occident et IslamNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum