Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Palestine vaincra ! Les luttes au Moyen Orient 

 Syrie

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
ocfr
Pionnier
6 messages postés
   Posté le 31-08-2013 à 20:31:06   Voir le profil de ocfr (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à ocfr   

http://futur-rouge.overblog.com/a-propos-de-la-situation-en-syrie

PAS DE BOMBE SUR DAMAS!



Depuis quelques jours, sans même attendre les conclusions des experts de l'ONU sur ce qui s'est vraiment passé à la Ghouta, les dirigeant-e-s impérialistes de France et des USA (les britanniques étant neutralisés par leur opposition interne) concentrent leurs forces navales et aériennes en direction de la Syrie...Il s'agit selon François Hollande de « punir » le régime de Bachar El Assad... La réalité, c'est que ces frappes seront là pour causer des dégats suffisamment importants aux infrastructures et forces militaires syriennes pour forcer Bachar Al Assad a accepté un compromis, non avec son opposition interne, mais surtout avec les impérialistes du camp franco-américain.

A l'heure où nous écrivons ces lignes, nous ignorons si les impérialistes se contenteront comme ils/elles l'annoncent d'une simple agression (comme en ex-Yougoslavie en 1995 et au Soudan en 1998) où « nos » aviateurs regarderont d'en haut « nos » bombes semer un peu plus de deuils et de destruction sur un malheureux peuple qui n'en a vraiment pas besoin. Nous ignorons si les impérialistes se parjureront comme ils/elles l'ont fait pour la Libye, s'ils risqueront des troupes au sol et s'engageront dans une entreprise d'invasion du pays. Dans ce cas ils braveront la colère de l'Iran, des impérialistes rivaux russe et chinois et feront un pas de plus sur la voie de la guerre mondiale.



L'Impérialisme français

Depuis le début de la crise syrienne, l'impérialisme français apparaît comme un des impérialismes les plus agressifs. L'impérialisme français est une puissance en déclin, un tigre blessé à mort qui n'en est que plus dangereux. Il se verrait bien volontiers sortir de la crise où il est plongé en prenant le contrôle de ce point nodal pour le gaz et le pétrole qu'est la Syrie.



De plus la France a une longue histoire avec la Syrie: de 1920 à 1946, la Syrie a été sous occupation française (mandat français). Dès cette époque, l'Etat français s'est efforcé de diviser la Syrie pour mieux la contrôler, notamment en la séparant du Liban (1926) et en essayant de créer un micro- Etat des Alaouites (1924). Depuis, le démantèlement de la Syrie a toujours été un projet de l'impérialisme français. Aujourd'hui, la situation dramatique des Kurdes de Syrie (pris entre deux feux entre le régime et l'opposition armée) et les dangers mortels que courent la minorité alaouite en cas de victoire de l'opposition peuvent permettre à la France de ressortir son projet, mais elle a besoin que la Syrie s'enfonce toujours plus dans le chaos pour que le démantèlement devienne peu à peu une évidence (comme en Irak).

A l'été 2004, Chirac a profité du soixantième anniversaire du débarquement de Normandie pour mettre un marché dans la main de George W. Bush: mettre les réseaux de l'impérialisme français en Syrie au service d'une politique de déstabilisation du régime de Damas. Un marché de vautours qui a scellé la réconciliation des impérialismes français et US, qui venaient de s'affronter violemment en Irak et en Côte d'Ivoire. On a beaucoup entendu les « démocrates syrien-ne-s » lié-e-s à l'impérialisme français au début du conflit, avant qu'ils/elles ne soient progressivement évincé-e-s de la scène par les frères musulmans financé-e-s par le Qatar et les salafistes financé-e-s par l'Arabie Saoudite. Pour autant l'impérialisme français n'a jamais complètement disparu de la scène et l'armé française a continué à armer l'opposition armée et à former ses cadres.



Aujourd'hui, alors que l'armée du régime syrien gagne du terrain et que les protégé-e-s du Qatar et de l'Arabie saoudite commencent à s'entretuer, l'impérialisme français cherche à reprendre la main.



Le régime syrien



Les ennemi-e-s de nos ennemi-e-s ne sont pas forcément nos ami-e-s.

Nous savons très bien ce qu'est le régime syrien. Nous connaissons le sort qu'il reserve aux militant-e-s progressiste, syndicalistes et communistes (en tout cas celles et ceux qui refusent de servir de caution démocratique au sein du « Front Populaire », vitrine du régime et chambre d'enregistrement des décisions du Parti Baath).

La Syrie n'est pas le monde des bisounours socialiste, mais un fourrier de contradictions sociales violentes : sociales, religieuses, claniques. Ces contradictions se sont faites de plus en plus violentes depuis que Bachar Al-Assad est arrivé au pouvoir (2000) et a travaillé à mettre en pièces les anciens acquis sociaux au nom de la « voie chinoise » (libéralisme économique, autoritarisme politique). Nous savons que la « voie chinoise » a entraîné un creusement des inégalités et d'importants mouvements de mécontentement dans la classe ouvrière, chez les étudiant-e-s et les privé-e-s d'emploi (sans parler des Kurdes, privé-e-s de toute citoyenneté). Le régime a ainsi fragilisé son assise populaire.

De telles manifestations ont eu lieu au printemps 2011 et qu'elles ont été réprimées avec férocité. Cette opposition progressiste et patriote a été réduite au silence par l'opposition pro-occidentale, puis par les djihadistes de l'armée syrienne libre, puis par les salafistes du Front Al Nosra. Nous sommes de tout coeur avec les communistes, les syndicalistes, les progressistes, les féministes, les patriotes arabes et kurdes de Syrie. Ils/elles tiennent l'avenir de la Syrie entre leurs mains. Nous souhaitons à terme l'effondrement du « socialisme » de carton plâtre du parti Baath et son remplacement par un socialisme réel s'appuyant non plus sur le bloc impérialiste russo-chinois mais sur la mobilisation des masses populaire pour lutter contre les tentatives de déstabilisation et de partition de l'OTAN et de la réaction arabe. En attendant, tant que le pays restera plongé dans la guerre inter-communautaire, clanique, il sera impossible de mener la lutte des classes, et d'avancer sur la voie du socialisme véritable.



L'opposition armée



Nous ne sommes pas des adeptes du grand complot. Nous ne voyons pas dans l'opposition armée syrienne (armée syrienne libre, Front Al Nosra)une simple bande de mercenaires internationaux créée de toute pièce par l'Impérialisme français, la Turquie et la réaction arabe (Arabie Saoudite, Qatar...). Une poignée d'agent et de mercenaires ne peuvent pas déstabiliser un régime de l'extérieur (sans quoi comment expliquer que nous ayons tant de mal à faire la révolution dans notre propre pays!). Les scolopendres ne s'infiltrent jamais que dans des murs déjà pourris. L'impérialisme a soufflé sur des braises mais il n'aurait jamais mis le feu à la Syrie si il n'y avait trouvé que des cendres. L'opposition armée à une base sociale en Syrie: elle s'appuie sur les 25% de jeunes chômeur-euse-s auxquel-le-s le « socialisme » syrien est incapable de fournir un emploi, elle s'appuie sur les vieux rapports sociaux féodaux et clientélisme que le parti Baath a été incapable de déraciner en quarante ans de pouvoir, elle s'appuie sur des ressentiments ethniques et religieux...

De même, nous ne pensons pas que les capacités de résistance du régime syrien sont dues uniquement à la puissance de son appareil policier et militaire ni à l'aide militaire de l'Iran, de l'impérialisme russe et de l'impérialisme chinois. Moubarak et Ben Ali ont été renversés par leur peuple en quelques jours, malgré un appareil policier et militaire au moins aussi performant et le soutien des impérialismes français et US. Nous pensons que la résistance du régime est due aussi à la terreur des minorités (Alaouites, Chrétien-ne-s, Druzes, Chiites, etc.) face aux massacres déjà commis par l'opposition armée et aux risques de génocide en cas de chute du régime. Nous pensons que la résistance du régime est due aussi à la peur de la classe ouvrière, de la paysannerie pauvre et des femmes de perdre leurs derniers acquis en cas de chute du régime. La résistance du régime est due aussi à la révulsion croissante d'importantes fractions de la population syrienne (et tout spécialement de la minorité kurde) face aux méthodes de guerre de l'opposition armée.

Massacres de civil-e-s, viols de guerre et autre tortures, attaques chimiques... Certaines fractions du pouvoir syrien sont capable du pire contre le peuple, même si elles ne s'en vantent pas. En revanche, le pire est clairement assumé par l'opposition armée. Les « révolutionnaires » soutenu-e-s par l'impérialisme français le revendiquent avec candeur devant les caméras que leur tendent complaisamment les médias occidentaux et postent avec fierté leurs sanglants exploits sur You Tube. Massacres de civil-e-s, viols de guerre et autres tortures, attaques chimiques...tout cela fait partie de leur programme, de leur projet de société, de leur vision du monde.

Nous sommes attaché-e-s à l'unité syrienne que l'impérialisme français a toujours cherché à démanteler. Après avoir contribué à coloniser la Palestine, à détruire le Liban et l'Irak, les impérialistes occidentaux s'apprêtent à noyer sous les bombes ce dernier fragment fragile de l'orient mosaïque, ce dernier espace de coexistence des cultures.



NE LAISSONS PAS LES IMPERIALISTES ATTAQUER LA SYRIE!

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
13036 messages postés
   Posté le 31-08-2013 à 20:44:56   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le texte de Futur Rouge est déjà en ligne dans le post NON A L'INTERVENTION EN SYRIE et dans la rubrique "Actions en communs des membres" .
Bien que tous les avis exprimés ne soient pas identiques, des actions en commun peuvent être réalisées contre l'intervention impérialiste.

Sur la question de l’impérialisme ce sont les actes qui doivent être pris en compte, et non les intentions que nous pouvons prêter aux uns et aux autres.
Il y a aujourd’hui un camp impérialiste dont l’activité consiste à déstabiliser et dépecer des nations par l’ingérence, la subversion, et pour finir l’intervention armée directe.
Ce camp sous les ordres de l’hégémonie US bat de l’aile mais la puissance militaire des USA reste dangereuse et son agressivité est directement liée à la crise économique du capitalisme.

Tous les communistes et les anti impérialistes doivent s'unir contre l'intervention en Syrie, en particulier contre l’impérialisme français.


Edité le 31-08-2013 à 23:21:39 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
ocfr
Pionnier
6 messages postés
   Posté le 01-09-2013 à 21:59:07   Voir le profil de ocfr (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à ocfr   

Merci je n'avais pas vu.

--------------------
Resistance
Jeune Communiste
Resistance
193 messages postés
   Posté le 17-09-2013 à 00:04:15   Voir le profil de Resistance (Offline)   Répondre à ce message   http://www.resistance-politique.fr/   Envoyer un message privé à Resistance   




La protestation contre la guerre qu’Obama voudrait bien mener contre la Syrie enfle jusque dans les rangs de sa propre armée. On peut ainsi trouver sur le web communautaire Reddit toutes sortes de témoignages inédits, parmi lesquels celui d’un soldat américain qui se cache le visage à l’aide d’une pancarte. Sur cette dernière, un message surprenant : « Je n’ai pas rejoint la Navy pour combattre pour al-Qaïda dans une guerre civile syrienne ». Un peu plus loin, sur une autre pancarte, une déclaration tout aussi surprenante : « je n’ai pas signé pour tuer les pauvres pour les riches. Non à la guerre en Syrie ! ».

Obama feint toujours d’ignorer cette opposition qui a le vent en poupe. Pourtant, des manifestations ont eu lieu un peu partout aux États-Unis, y compris devant la Maison blanche et le Congrès. Le mouvement anti-guerre prend même des dimensions originales. Le mouvement « International human shields », créé par des citoyens britanniques et étasuniens, projettent ainsi d’envoyer des centaines, voire des milliers de militants pacifistes en Syrie, pour former des boucliers humains en cas de frappes de l’OTAN.  

Le journaliste-avocat Franklin Lamb, assistant juridique au sein du mouvement, affirme littéralement crouler sous les courriels et les lettres de militants en provenance du Canada, de France, des États-Unis, de Grande-Bretagne et d’Italie.

À la pointe de cet engagement, on trouve Ken O’Keefe, un ancien U.S Marine qui a renoncé à la nationalité étasunienne en signe de dégoût pour la guerre menée en Irak. « La ligne des États-Unis et de la Grande-Bretagne n’a pas de sens ; elle est inféodée aux forces qui disaient déjà à l’époque vouloir combattre Saddam Hussein sous le prétexte des armes de destruction massive », a déclaré Ken O’Keefe. Le vétéran pacifiste de la Guerre du Golfe prévoit que « si les autorités syriennes accordent leur autorisation, il y aura un flot de volontaires pour s’opposer à une nouvelle tragédie ».

Capitaine Martin

http://www.resistance-politique.fr/article-aux-etats-unis-des-militaires-s-opposent-a-la-guerre-contre-la-syrie-120092168.html

--------------------
Resistance
Jeune Communiste
Resistance
193 messages postés
   Posté le 22-09-2013 à 18:45:30   Voir le profil de Resistance (Offline)   Répondre à ce message   http://www.resistance-politique.fr/   Envoyer un message privé à Resistance   




La Syrie est une tragédie : des dizaines de milliers de victimes innocentes ont été massacrées et un pays qui se trouvait au cœur de la civilisation arabe est en train d’être anéanti. Notre cœur saigne pour la souffrance du peuple syrien. Rage et tristesse, cependant, ne sont pas incompatibles avec une lecture critique de l’information dont nous sommes abreuvés par les médias grands publics.

Ces médias accusent le régime de tous les crimes perpétrés durant l’année écoulée, en particulier de l’usage prétendu d’armes chimiques.

Avant même que la commission d’enquête des Nations-Unies n’arrive à Damas, il paraissait, semble-t-il, entendu que des armes chimiques avaient été utilisées, et que c’était l’armée syrienne qui les avait utilisées contre la population syrienne. Une dictature sanguinaire et folle contre un mouvement de libération composé d’anges ?

Commençons par l’Armée de libération syrienne (ALS) : ce n’est pas un corps homogène – en fait, ils se battent entre eux – et alors qu’elle comportait à l’origine de véritables démocrates syriens, la plupart de ceux-ci ont quitté le mouvement, lequel s’est trouvé progressivement dirigé par des fondamentalistes musulmans, des bandes de criminels et des agents étrangers. Les puissances internationales qui soutiennent l’ALS pourraient bien rapidement regretter leur choix de partenaires, comme cela est arrivé avec Al Qaïda en Afghanistan…

Ensuite, la question du nombre. Des centaines ou même des milliers de victimes, rapportent les médias. Qui les a comptées ? Où ? Tuées par quelles armes et par qui ? Et les armes chimiques : selon un article récent du Washington Post, à au moins une occasion, des armes chimiques ont été utilisées… par des unités de rebelles, pas par le régime.

En réalité, nous ne savons rien de sûr à cet instant, sauf qu’une fois encore, nous sommes la cible d’une campagne majeure de désinformation.

Il nous faut avoir une lecture critique de l’information dont nous sommes abreuvés, sans aucun doute les « armes de destruction massive » qui ont servi de prétexte pour l’agression américaine contre l’Iraq n’ont jamais existé : des dizaines de millions de personnes à travers la planète ont été abusées par George W. Bush et sa cynique équipe de menteurs qui ont voulu briser l’énorme mouvement anti-guerre, et notamment celui aux États-Unis.

La capacité pour les mensonges de masse a en fait été testée par la machine de propagande US à la fin des années quatre-vingt, contre le régime de Ceausescu en Roumanie. Un massacre prétendu était dit avoir été commis par le régime dans la ville de Timisoara, et le monde entier a été trompé par les « images » du massacre. Cette indignation universelle a été le début de la fin de la dictature Ceausescu.

Pourtant, le massacre de Timisoara n’avait jamais eu lieu, et les charniers étaient des faux : Timisoara n’était qu’une invention de la CIA et de l’opposition roumaine.

Depuis, j’ai appris à être extrêmement sceptique devant les informations dramatiques, spécialement quand l’on sait pertinemment que ce sont les États-Unis et leurs alliés qui recherchent des prétextes pour lancer une agression militaire.

Michel Warschawski

L’article est paru initialement le 5 septembre sur le site Info-Palestine.eu

http://www.resistance-politique.fr/article-syrie-se-mefier-de-la-desinformation-120192772.html

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Palestine vaincra ! Les luttes au Moyen Orient  SyrieNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum