Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Divers  lectures 

 A propos du "modèle chinois et nous"

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11201 messages postés
   Posté le 11-03-2019 à 10:32:23   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

A propos du compte-rendu d’Hervé Fuyet sur le livre de Tony Andréani
« Le modèle chinois et nous »


Mercredi 6 mars 2019, par Jean-Claude Delaunay
http://lepcf.fr/A-propos-du-compte-rendu-d-Herve-Fuyet-sur-le-livre-de-Tony-Andreani-Le-modele

J’ai également rédigé un compte-rendu du bouquin d’Andréani (« Le modèle chinois et nous » ) pour une revue française. Bien que ne partageant pas tout l’enthousiasme de Hervé Fuyet pour ce livre, et lui trouvant même des défauts tant de forme que de contenu, que j’ai mentionnés dans le dit compte-rendu, j’ai évité d’insister sur ces aspects. J’ai agi ainsi non seulement parce que Tony Andréani était en train de rédiger un CR sur celui que je venais de publier sur la Chine (hi hi hi), non seulement parce qu’un CR de livre doit être rédigé en utilisant environ 1800 signes, espaces compris, ce qui est très court, mais encore et surtout, pour la raison que, tout en étant éloigné de la Chine contemporaine, TA dit sur elle des choses que j’ai trouvées sympathiques et justifiées. Enfin, le style de TA est agréable à lire. Il ne traite pas de la Chine. Il cause sur elle. Cette publication est très plaisante.

Ayant ainsi planté le décor, j’affirme que je trouve sain de lire un avis que je ne partage pas du tout. En temps ordinaire, je serais resté silencieux si l’article d’HF avait concerné, que sais-je, l’Inde, le Burundi ou l’Argentine : mes connaissances sont très limitées. Mais comme la Chine socialiste est pour moi un thème encore tout chaud, comme le pain sorti du four, et qu’HF tire du livre de TA des conclusions que j’estime erronées pour la France (cf. l’article de H.Fuyet), j’ai la faiblesse d’intervenir sans agressivité dans ce débat. Je vais dire quelques mots sur 4 points.

1) Le régime chinois actuel serait celui d’un keynésianisme de gauche qui pourrait stimuler l’imagination des gouvernements tant de la France que de l’Union européenne.

Pour TA, la Chine n’est pas un pays socialiste. C’est un pays qui vient du socialisme maoïste et dont les dirigeants veulent aller vers un futur socialiste... à la chinoise (p.11). Mais la nature actuelle de son régime est celle d’un keynésianisme de gauche (p.11). C’est un capitalisme d’Etat adapté à la mondialisation. Je simplifie mais, je l’espère, sans déformer.

Ce que je souhaite discuter ci-après est le bien-fondé de ce que pourrait être l’application, aujourd’hui, d’une politique économique inspirée d’un keynésianisme de gauche, tant en France que dans l’Union européenne. Qu’est-ce donc qu’un système économique de type keynésien ?

TA le dit au début de son chapitre 1 : « Une politique keynésienne consiste à agir sur la demande effective » (p.15). Certes, TA a une vue plutôt courte de Keynes, dont l’œuvre ne se limite pas, et de loin, à « La Théorie Générale » . Mais bon, TA est un philosophe professionnel, ce n’est pas un économiste, et c’est ainsi que l’on définit généralement « le keynésisme standard » . Or la demande peut porter soit sur les biens d’investissement soit sur les biens de consommation finale. De cela on peut déduire qu’une politique économique keynésienne de gauche est une politique économique qui met l’accent sur la consommation finale plus que sur l’investissement des entreprises et repose sur tout un dispositif de redistribution du revenu global. Une politique keynésienne de droite aurait, au contraire, une tendance marquée à stimuler la demande d’investissements des entreprises et à mettre de côté la demande des ménages, surtout celle des ménages pauvres ou modestes. Elle redistribuerait du revenu et ouvrirait du crédit, mais au profit des entreprises.

En bref, une politique keynésienne de gauche serait celle d’un pays capitaliste situé à un moment particulier de son histoire, comme le fut la France en 1945. Mais ce serait toujours celle d’un pays capitaliste, où la grande bourgeoisie a le pouvoir. Celles et ceux qui ont vécu en France pendant la deuxième moitié du 20ème siècle ont fait l’expérience de ce que peut engendrer le keynésianisme de gauche.

Tout d’abord, cette politique économique, parce qu’elle prend place au sein du mode de production capitaliste, n’élimine pas les crises économiques du Capital, même si elle les atténue momentanément. Nous sommes aujourd’hui dominés par une vaste et durable crise de suraccumulation du capital, productif et financier. Cette crise a commencé au tout début des années 1970, qui marquent la fin du keynésianisme français de gauche.

Ensuite, elle a eu pour prolongement la mondialisation capitaliste, laquelle a engendré et nourri le processus observable sous nos yeux de destruction complète de l’Etat social. La crise économique a pour complément quasiment mécanique, toutes choses égales par ailleurs en ce qui concerne la capacité de résistance des masses populaires, une crise sociale considérable.

Enfin, elle s’épanouit dans la mise en crise brutale et répétée de la démocratie bourgeoise. A un moment donné, la crise économique et la crise sociale conjuguent leurs effets, et deviennent crise politique. La grande bourgeoisie elle-même ne respecte plus les règles qu’elle s’était donnée de suivre.

Je suis donc désolé de dire à HF, que je respecte infiniment, et à TA, que je ne respecte pas moins, que la proposition qui consisterait à mettre en œuvre en France et dans l’Union européenne une politique keynésienne de gauche, me paraît située hors de l’épure de notre époque. Cela se discute évidemment.

Mais sans se gargariser de mots réjouissants, je crois que notre époque n’est pas celle du keynésianisme de gauche. C’est soit celle de l’écrasement des peuples, soit celle des tempêtes et des révolutions. C’est cela que, à mon avis, un parti révolutionnaire doit expliquer aujourd’hui aux masses populaires. Je n’ai pas la stupidité de prétendre, de là où je me trouve, dire quoi que ce soit sur ce que le mouvement des gilets jaunes en France devrait dire ou faire. Concernant le PCF, je n’ai qu’un avis personnel. Je n’ai aucune leçon à donner à qui que ce soit.

A la suite de mon analyse, même sommaire, sur ce que fut le keynésianisme de gauche en France et sur les crises actuelles du capitalisme et de l’impérialisme, il me paraît clair, cependant, que le mouvement des gilets jaunes, et tous ceux qui l’accompagnent, ne déboucheront sur des solutions durables que s’ils ont la possibilité et la conviction d’attaquer ouvertement, non seulement les décisions institutionnelles mais le système capitaliste.

Ils peuvent gagner sans cela et ce serait une énorme victoire. Ils peuvent gagner car la bourgeoisie mondialisée, qui aujourd’hui domine l’économie et la politique en France, peut décider, à un moment donné, d’arrêter les frais. Ses représentants politiques feront tout ce qu’ils peuvent, cela va de soi, pour éviter cette issue. Toutefois, une fois signés d’éventuels accords de cessation momentanée du combat de classe, ils chercheront aussitôt à reprendre la mise. Le keynésianisme de gauche, c’est une baliverne.

2) La nature du rapport pouvant exister entre socialisme et marché doit être clarifiée. Le livre de TA ne la clarifie pas.

A mon avis, le mouvement ouvrier et le peuple français, qu’ils le veuillent ou non, sont aujourd’hui directement confrontés au problème de l’abolition du mode de production capitaliste. Il y a d’autres problèmes auxquels il sont confrontés, en France et dans le monde. Mais celui-là est très pressant à résoudre. Je ne prétends pas que cela va se faire dans les 5 minutes voire dans les 5 ans ou les 50 ans. Ce que je crois est que c’est le problème d’aujourd’hui et que le dit-problème continuera à se poser directement et de manière évidente tant qu’il n’aura pas été résolu. Par conséquent, tout en contribuant au développement des luttes, les marxistes de ce pays ont le devoir moral de réfléchir théoriquement aux divers aspects que cette exigence révolutionnaire met en avant.

La compréhension de ce que pourrait être, en France, le rapport entre socialisme et marché dans le cadre de l’abolition du mode de production capitaliste est l’un de ces aspects. Il doit dès lors être discuté et clarifié théoriquement. Deux questions sont, à mon avis, posées à son propos.

La première est celle de savoir si le socialisme et le marché doivent être associés dans la durée. Si la réponse à cette question est "oui" , la deuxième question est celle de savoir quel type de marché est compatible avec le socialisme et doit être instauré.

TA ne procède pas de cette manière. Certes, affirme-t-il, existerait en Chine un « socialisme de marché » (p.47). Mais après tout (c’est moi qui commente), on peut très bien concevoir que cette liaison, observée en Chine, soit de circonstance, qu’elle soit la conséquence du sous-développement chinois. TA aurait dû, me semble-t-il, poser explicitement la question de savoir si, compte-tenu des différences de niveaux de développement économique entre la France et la Chine, le modèle chinois, comme il dit, pourrait, sous cet angle, s’appliquer à la France et pour quelles raisons.

Cela dit, je pense que pour TA, le socialisme d’un pays développé devra être marchand (ce qu’il écrit, par exemple p.93-103, le confirme). Je pense également que, pour lui, il n’existe qu’une seule sorte de marché, le marché capitaliste. Il ne s’exprime pas ainsi, mais cela découle logiquement de son texte. Le socialisme de marché chinois, est, pour lui, un socialisme avec le marché (expression qu’il utilise par exemple p.37 ou p.95). De cela, on peut déduire que le socialisme pourrait, toujours selon lui, se construire avec le marché, ou sans le marché. Mais dans les deux cas, sa conception du marché repose sur un concept unique, c’est celle du marché capitaliste.

Par conséquent, ce qui différencierait du « marché capitaliste » le marché appartenant à cette réalité globale qu’il appelle le « socialisme avec le marché » , serait, dans le cas de la Chine, que le marché fut contrôlé. Autrement dit, si le marché du « socialisme avec le marché » n’est pas contrôlé, le « socialisme avec le marché » devient le capitalisme ou risque de le devenir.

La conséquence en est la suivante. S’il était question d’appliquer le modèle chinois à la France, il conviendrait alors, selon TA, de « déprivatiser le marché » et d’y introduire un certain nombre de pratiques (la planification par exemple) ou de législations significatives du socialisme (p. 95 et sq.). Je crois traduire ainsi de manière approchée mais exacte, le raisonnement de cet auteur. Ce raisonnement est intéressant. Je crois cependant qu’il doit être discuté, au moins sur 2 points.

Le premier est que TA invente un concept de marché pour la Chine. Les Chinois ne parlent pas de « socialisme de marché » , pas plus qu’ils ne parlent de « socialisme avec un marché » . Ils parlent d’économie de marché socialiste (Shehui zhuyi shichang Jingji). Par conséquent, si TA veut parler du modèle chinois, il doit notamment partir de ce que disent ou font les Chinois quitte à montrer ensuite la distance existant entre les paroles et les actes. Or les Chinois d’aujourd’hui ne viennent pas de rien. Ils ont une histoire et dans cette histoire, les marchands ont à peine eu un strapontin. Il n’y a pas eu d’Etienne Marcel dans l’histoire de la Chine.

Cette observation m’a personnellement donné l’idée, quand j’ai écrit mon bouquin ( « Les trajectoires chinoises de modernisation et de développement » aux éditions Delga, 2018), que le marché étant dual par nature, combinant d’une part des propriétaires privés de marchandises, et d’autre part une autorité, un Etat, qui assure la sécurité et la qualité des transactions. Il m’a semblé raisonnable de faire l’hypothèse qu’existait, dans le monde et dans l’histoire, deux sortes de marchés [1].

Il y aurait eu, d’une part, un type de marché avec tous les Etienne Marcel possibles et imaginables. Cela aurait donné le marché capitaliste, avec une composante étatique non nulle mais réduite. Il y aurait eu d’autre part, un type de marché avec tous les mandarins possibles et imaginables. Cela aurait donné le marché de type asiatique, avec un forte composante étatique. Je fais évidemment abstraction ici de l’histoire de ces évolutions. Comme me l’a suggéré Francis Velain, il faudrait se plonger dans les travaux des historiens ayant étudié les marchés et leur évolution depuis les temps anciens.

Le deuxième grand point à discuter dans l’approche du marché développée par TA est de ne rien dire de la dictature démocratique du peuple. L’économie de marché socialiste des Chinois vient, d’une part, selon moi, de leur histoire (celle de la formation asiatique aux caractéristiques chinoises) et d’autre part du socialisme et de son exigence de dictature démocratique du peuple. Je vais maintenant m’exprimer de façon carrée. Parle de déprivatiser le marché, relancer la planification, etc., c’est insuffisant. Je vais reprendre le thème de la dictature démocratique du peuple dans le quatrième point du présent papier. Mais une question vient naturellement à l’esprit, me semble-t-il, en lisant ce que dit TA là-dessus. Cette question est : Comment concevoir que les partisans du socialisme en France puissent déprivatiser le marché à partir de l’exemple chinois alors que cet exemple est celui de la croissance de la propriété non publique et de l’entreprise privée ? Je reviendrai sur ce sujet dans le 4ème point. Pour l’instant, je vais évoquer, dans un troisième point, ce qui constitue aujourd’hui le cœur du débat actuel, en France, parmi les communistes.

3) Le cœur du débat actuel entre les communistes français : réforme ou révolution ?

Le thème de ce débat n’est pas nouveau. On pense évidemment aux écrits de Rosa Luxemburg. Il se produit, à la fin du 19ème siècle, dans le contexte d’une crise économique qui n’en finit pas, un affrontement sans concession entre les marxistes (avec leurs variantes) et les autres, les possibilistes, les allémanistes, les millerandistes, les bersteiniens, etc. Les termes du débat fondamental de l’époque étaient celui de savoir s’il était nécessaire, souhaitable, de faire une révolution pour changer la société en profondeur.

Par exemple, pour les "possibilistes" et leur chef, le médecin Paul Brousse, dont le nom a été donné à un grand hôpital de Villejuif, n’était-il pas suffisant d’appuyer le développement, alors tout à fait visible, des services publics ? Et pourquoi ne pas conquérir les municipalités, ce précieux héritage de l’histoire française, et donc peser sur les élections municipales pour en faire un levier de la transformation sociale, plutôt que de faire la révolution ?

A cette époque, le réformisme avait, en France, une audience de masse, une audience dont la social-démocratie de la IIème Internationale fut le reflet et l’héritière. Mais simultanément, le mouvement révolutionnaire se développait, ainsi que les forces productives et la socialisation de la production, car la classe ouvrière se développait elle aussi. A Chicago, par exemple, sont construits à cette époque les célèbres abattoirs, gigantesques usines à tuer et à préparer la viande des animaux pour la consommation finale. Comme l’a dit je ne sais plus qui, des cochons entrant dans ces abattoirs, on utilisait tout, sauf les cris. Dans cet environnement, le terme de masses ouvrières avait un sens concret, observable. La social-démocratie réformiste avait une audience de masse mais la social-démocratie révolutionnaire pouvait estimer, à bon droit, qu’elle avait aussi de l’avenir.

Notre époque est également une époque de crise très profonde, du système capitaliste, mais elle revêt d’autres formes qu’à la fin du 19ème siècle. Et puis, ce n’est pas seulement le capitalisme en tant que système économique qui est touché, c’est l’impérialisme, système politique mondial de domination et d’exploitation des peuples. Toutefois, dans le contexte un peu différent de cette « grande crise », nous sommes aujourd’hui, en France, en train de retrouver l’opposition et la confrontation entre réformisme et révolution. Cela dit, cette opposition repose sur des données sociologiques et techniques qui sont, elles-aussi, différentes de celles du 19ème siècle.

J’ai, sur ce site, rendu-compte l’année passée d’un ouvrage écrit par Pierre Blotin et Michel Maso ( « Pour un Printemps de la Politique » ). Pour ces auteurs, la société actuelle est en crise et sera changée en profondeur lorsque le mouvement social sera en mesure de prendre appui sur la fraction moderniste du capitalisme et d’en faire s’épanouir les potentialités modernes. Ce sont des réformistes en cela qu’ils estiment pouvoir tout à la fois changer le capitalisme et le conserver en partie (le segment moderniste).

Pour un autre auteur, Lucien Sève, le vrai problème aujourd’hui, n’est pas d’abolir le capitalisme, c’est de le dépasser. Or ce qu’il nomme le dépassement, s’il vise d’une part à se rendre vers autre chose que ce système, vise d’autre part à le conserver. Blottin/Maso ont donc cherché à illustrer de manière concrète ce que Sève avait développé de manière abstraite et philosophique. Ils sont tous les trois critiques du capitalisme mais ils estiment qu’il faut en conserver, et sans doute développer, le segment moderniste, tout en donnant plus de pouvoir aux salariés.

A mon avis, ces auteurs expriment l’existence d’un processus idéologique réformiste en cours de formation dans notre pays depuis une vingtaine d’années. Je vais dire encore quelques mots à ce propos et ensuite, en conclusion de ce 3ème point, je ferai le raccord de mon développement avec le livre de TA.

Patrick Theuret a bien analysé la pensée de Sève dans son livre sur « l’Esprit de la révolution » (Le Temps des Cerises, 2016), un livre dont un compte rendu de TA est d’ailleurs paru sur ce site. Theuret a mis en lumière le rôle du philosophe dans le processus contemporain de cristallisation du nouveau réformisme français (Sève, le Refondateur, a donné du corps aux Rénovateurs) et dans le processus de sa transformation interne (il a cherché une Refondation en se situant au niveau des concepts) par rapport à ce qu’il était il y a un siècle.

A la fin du 19ème siècle, le réformisme était hostile au marxisme. En ce début de 21ème siècle, le réformisme se marxise. Simultanément, la classe ouvrière ne disparaît pas, mais elle est disloquée, affaiblie par la mondialisation capitaliste. De nouvelles catégories sociales urbaines se font jour. Ces catégories sont prêtes à recevoir cette idéologie réformiste renouvelée. Le réformisme classique s’est en effet strictement confondu avec le capitalisme. Il a perdu sa raison d’être et sa base populaire ancienne.

D’un côté, le réformisme contemporain peut donc espérer, avec son renouvellement interne, bénéficier du soutien massif de ces nouvelles couches salariées urbaines, tout en ramassant la mise abandonnée par le réformisme ancien. D’un autre côté, les partisans de la révolution peuvent croire que leur base ouvrière traditionnelle est en contraction, en repli, et qu’elle s’est éloignée du communisme. Ils se doivent d’en reconquérir les esprits comme ils se doivent de conquérir l’audience des nouvelles couches salariées, à la fois critiques du capitalisme et anxieuses de conserver leur place dominante dans la société. Les anticipations de ces 2 groupes idéologiques, réformistes et révolutionnaires, ne vont donc pas dans la même direction, comme cela s’était produit au 19ème siècle. Elles ne reposent pas sur les mêmes espérances. La question centrale au cours de ces deux époques est toutefois toujours la même : est-il possible de changer un mode de production tout en le conservant ?

Ma conviction est que ce n’est pas possible. Le keynésianisme de gauche, précisément, a prétendu réaliser la conciliation des inconciliables. Ses partisans ont cru résoudre le problème de la suraccumulation du Capital sans mettre en cause le rapport Social/Capital. En réalité, ils n’ont résolu le problème de la suraccumulation du capital marchandises qu’en accroissant le problème de la suraccumulation du capital productif. Certes, ce fut sans doute le climax de la social-démocratie réformiste de la IIème Internationale. Mais comme le disaient les anciens, post coïtum, animal triste. Par ailleurs, il y a eu très vraisemblablement une dérive réformiste au sein du parti communiste français pendant ces années de relative prospérité de l’après-guerre. Il reviendra aux historiens d’éclairer et d’appréhender concrètement le processus de cette dérive, dont la compréhension ne devient possible qu’à la nuit tombée. Au total, ces deux forces sociales que furent, en France, la social-démocratie réformiste (à l’ancienne) et le parti communiste ont fait alliance. Les premiers ont cru qu’ils avaient atteint le stade suprême de la jouissance politique et de leur reproduction à l’infini. Les seconds ont cru que, sur la base de cette alliance, ils pourraient révolutionner la société française en douceur. En réalité, les communistes ont été plumés par la volaille socialiste. Les communistes n’ont rien révolutionné du tout. Quant aux socialistes, ils ont été soumis à la douche froide et Strauss-Kahn a été renvoyé à ses bordels.

Les objectifs de long terme des uns et des autres n’ont pas été atteints. L’alliance a échoué. Aujourd’hui, les conquêtes sociales de l’après-guerre sont en voie d’anéantissement. La position de la France dans un monde lui-même profondément modifié, a changé et s’est affaiblie. La sociologie de ce pays est devenue très différente de ce qu’elle était il y a un siècle. L’échec des stratégies réformistes évoquées ci-dessus est désormais évident, et le capitalisme est toujours en place. La grande bourgeoisie mondialisée est aux commandes et poursuit un travail acharné de défense de son système. La crise de la société s’épanouit sous nos yeux.

Tout cela oblige à jeter un regard froid sur les enlisements antérieurs. Dans ce contexte de crise généralisée, comme indiqué ci-dessus, les deux options se font jour parmi les communistes : réforme ou révolution. Et, comme je l’ai dit également, le nouveau réformisme se prétend critique du réformisme ancien. De là, il tire sa crédibilité auprès des catégories sociales nouvelles de la société française. C’est un réformisme critique et qui plus est, un réformisme d’ambition marxiste. En même temps, il veut ne pas brusquer les évolutions, ne rien imposer. Il faut que la révolution se fasse sans que l’on s’en aperçoive et presque sans y penser. Je dirai également, mais sans du tout développer ou argumenter ce point, que le nouveau réformisme s’est européanisé. Le nouveau réformisme aurait donc trois branches. Il serait critique du réformisme ancien. Il serait en cours de marxisation. Il serait « européen » . Produira-t-il autre chose que le réformisme ancien ? Personnellement, je ne le crois pas. Je suis même certain du contraire. Car on a beau faire et beau dire, la dialectique n’est pas une variante de l’acrobatie. Cela dit, c’est mon avis et c’est uniquement un avis.

Je vais donc expliquer pourquoi il m’a semblé utile de développer ce que j’ai dit concernant le nouveau réformisme tout en discutant du livre de TA.

L’intérêt pratique de cette discussion est de montrer que tout débat fondamental engagé par les communistes français sur l’avenir de leur pays prend place aujourd’hui dans un débat interne plus général, dont le contenu est celui de l’affrontement entre deux lignes idéologiques opposées, celle du réformisme renouvelé et celle de la théorie révolutionnaire.

A partir de là, découlent diverses exigences concernant le travail intellectuel de référence marxiste. Je m’exprime évidemment à l’intérieur de ma paroisse, si je puis dire, et je prends tout d’abord en compte la contradiction fondamentale prolétariat/bourgeoisie. Compte-tenu des changements intervenus dans les forces productives et la sociologie propre à notre époque, il me semble que le travail intellectuel, le travail théorique, deviennent des composantes dont l’importance est grandissante pour le bon déroulement de la lutte des classes en faveur des exploités. La grande bourgeoisie mène aussi quotidiennement la lutte sur ce terrain. Elle voudrait le dominer complètement. Elle possède et contrôle les grands moyens d’information.

Cela dit, la lutte contre la grande bourgeoisie est aujourd’hui obérée par la présence, au sein des forces sociales de contestation et de combat, de la dualité que je viens d’indiquer : réformisme et révolution. La contradiction principale prolétariat/bourgeoisie est pervertie par la contradiction dominante, réformisme/révolution. Entre ces deux dernières composantes de la contradiction dominante, il n’y aura pas de dialogue fraternel. La contradiction dominante est antagonique en raison de la nature même de la contradiction principale. C’est une lutte à mort qui se prépare, une lutte subtile, mais une lutte à mort en ce qui concerne les idées. Les uns et les autres n’ont pas du tout la même conception du socialisme, du communisme, du combat syndical, de l’action politique, de ses modalités, de sa finalité. De cette analyse, certainement sommaire, je déduis néanmoins 2 conséquences.

La première conséquence est que la part des idées dans le combat politique et syndical prendra de plus en d’importance, non seulement au niveau de l’affrontement avec la bourgeoisie, mais au niveau de l’affrontement interne, entre réformistes et révolutionnaires.

Cela tient d’une part à ce que l’adhésion des nouvelles classes salariées urbaines à l’idéal communiste, classes de plus en plus intellectuallisées, sera l’un des enjeux de la bataille. Cela tient d’autre part à ce que la reconquête de la classe ouvrière concerne des populations dont le travail s’est lui aussi fortement intellectualisé depuis un siècle. Je crois que la branche réformiste a tiré un trait sur cette classe sociale mais que la branche révolutionnaire se doit, au contraire, de lui redonner confiance en elle-même et de la réintroduire dans le combat révolutionnaire. Cela ne s’accomplira pas sans un haut niveau de réflexion et de maturité théorique.

La deuxième conséquence découle de la pénétration du réformisme nouveau par le marxisme. Ce phénomène implique que l’approfondissement des concepts de cette théorie soit aujourd’hui une nécessité absolue pour tous ceux qui s’opposent au réformisme. La bataille des idées devra non seulement prendre une plus grande place dans le combat de classe. Elle devra être menée à un niveau qualitativement supérieur.

Je reviens maintenant au livre de TA et au compte rendu qu’en a fait HF. Il me semble que l’on doit avoir en tête les phénomènes que je viens juste d’évoquer même lorsque l’on parle de la Chine, et que l’on s’interroge sur la stimulation qu’elle peut offrir à notre propre combat. Il convient, sur tous ces sujets, d’être le plus pointu possible, si possible collectivement, et de se situer le plus précisément possible relativement à la contradiction dominante. Je ne mets pas en cause les convictions communistes de HF et de TA. Je cherche seulement à intégrer dans l’analyse les éventuelles exigences du contexte socio-politique.

4) La dictature démocratique du peuple

Parce qu’il ne conçoit le marché que sous la forme unique de marché capitaliste, TA est, selon moi, très réservé pour qualifier le régime économico-politique chinois de socialiste puisque ce dernier a largement recours au marché, et donc, selon TA, au marché capitaliste.

Ainsi écrit-il, dans son annexe 1, qui a la dimension d’un chapitre et qui porte sur « Le système politique chinois... et le nôtre » (p.105-140), que « le socialisme ne disposant pas de ses propres bases, il fallait faire un grand détour par l’introduction du capitalisme, sans pour autant abandonner le socle de départ » (p. 107). Et, ajoute-t-il, « d’où la théorie d’une première phase du socialisme encore très marquée par le mode de production capitaliste... » (p.107). Un peu plus loin, il parle de « la nouvelle bourgeoisie » (p.110).

« Le capitalisme, un mode de production capitaliste, une nouvelle bourgeoisie... » , de cette accumulation de notations, je tire à nouveau la conclusion que ce pays n’est pas, pour TA, un pays socialiste. Comme je l’ai déjà écrit, c’est pour lui un capitalisme d’État qui ne serait socialiste que grâce à la bonne volonté de ses dirigeants et à la morale (annexe III).

La Chine serait une société capitaliste en réalité, mais ce serait une société socialiste en idée. Pour l’instant, l’idée l’emporterait sur la réalité. Telle est, me semble-t-il, la conception que TA a globalement de la Chine nouvelle. L’idéel y contrebalancerait le matériel dans la mesure où il prendrait appui sur un secteur public important. Le lecteur sera tenté d’ajouter : « Pour combien de temps ? » , puisque la part relative de l’emploi dans ce secteur décroît constamment en importance.

Il est vrai que la Chine correspond à un système très complexe d’équations. Puisque, selon moi, la solution qu’en donne TA n’est pas la bonne, quelle autre solution proposer ? Je fais deux remarques pour répondre à cette question.

La première a trait au fait que le concept utilisé par les Chinois pour caractériser leur système est celui « d’économie de marché socialiste » , ce qui est tout à fait différent de l’expression « socialisme de marché » et, a fortiori, de celle de « socialisme avec marché » . Un marché socialiste n’est pas un marché capitaliste. J’ai déjà souligné ce point.

La deuxième consiste à noter que, ce qui différencie un marché socialiste d’un marché capitaliste est, selon moi, un ensemble de facteurs, unis entre eux par la dictature démocratique du peuple. Selon mon interprétation, le marché socialiste chinois est le marché de la Chine, orienté et structuré par la dictature démocratique du peuple chinois.

Quel est donc le sens de la dictature démocratique du peuple ? La réponse est simple. Ce sens est d’une part celui de la mise au pas définitive du régime socio-économique précédent, c’est-à-dire le capitalisme, qui agit contrairement aux intérêts du peuple. C’est d’autre part celui de la mise en œuvre résolue de tout ce qui peut, dans l’instant, compte-tenu des moyens disponibles, satisfaire les besoins du peuple pour aujourd’hui et pour demain. En vérité, dans le cas de la Chine, les choses ont été un peu plus compliquées dans la mesure où le régime socio-économique ayant précédé le socialisme n’a pas été seulement le capitalisme mais la formation sociale asiatique. Cela dit, je remarque que dans cette annexe consacrée au « système politique de la Chine... et le nôtre » , TA dit peu de choses sur la dictature démocratique du peuple.

Conclusion

Je vais conclure ce commentaire du compte rendu effectué par HF d’abord en renvoyant au texte que j’ai publié récemment sur le site « Faire Vivre et Renforcer le PCF » , concernant « Marché et socialisme, en général et à la mode chinoise » . Ce texte, qui a également été diffusé par les sites de « L’Humanité rouge » et de « Ça n’empêche pas Nicolas » , apporte quelques éléments supplémentaires de réflexion par rapport à la présente publication. Je remercie donc ces divers sites pour la bienveillante attention qu’ils ont accordée à ce papier. D’autres personnes pourront ainsi reprendre cette réflexion et l’améliorer à leur manière, car il y a encore beaucoup à dire sur la dictature démocratique du peuple, dont le principe est inscrit dans la Constitution chinoise.

Au terme de ce texte, je crois possible de donner en toute clarté deux versions de l’interprétation du régime chinois actuel.

Pour l’une, le marché qui a été introduit en Chine dans le cadre du socialisme est un marché de type capitaliste. Les dirigeants, par leur volonté, exercent un certain contrôle sur le marché et sur ses agents. On pourrait concevoir que le mouvement social fût à l’origine d’un tel contrôle. Quoiqu’il en soit, grâce à ce contrôle et quelle que soit son origine, est mis en œuvre un keynésianisme de gauche prenant appui sur un secteur public ayant une certaine dimension. Celle-ci est, en Chine, en voie de réduction. La réduction ne doit cependant pas être trop forte et le contrôle doit continuer à s’exercer, notamment dans le secteur financier, pour que l’option socialiste soit préservée.

Pour l’autre version (c’est celle à laquelle je suis parvenu au terme de mon analyse de l’économie chinoise), le marché qui a été introduit en Chine dans le cadre du socialisme est un marché de type socialiste. Les facteurs contribuant à donner au marché sa configuration socialiste sont l’existence d’un État fort, un secteur public dominant, une idéologie nationale couplée à une conviction sociale puissante. Ces 3 facteurs sont adossés à la dictature démocratique du peuple. Il n’est pas question de laisser les capitalistes revenir au pouvoir.

Ce qui veut dire, d’une part, que le capitalisme n’existe plus en Chine en tant que mode de production, que les capitalistes n’existent plus en Chine en tant que classe bourgeoise, que les comportements de corruption qui s’épanouissent à l’ombre du capitalisme sont vigoureusement pourchassés. C’est l’aspect dictatorial du dispositif. Ce qui veut dire, d’autre part, que cette procédure est mise en œuvre pour le peuple et pour la satisfaction de ses besoins. C’est son aspect de démocratie populaire.

J’en viens maintenant à ce qui, de l’exemple chinois, et selon moi, peut servir positivement à la réflexion des communistes français. Je pense que c’est la dictature démocratique du peuple. Il n’est pas possible de rompre avec le capitalisme tout en le maintenant en place. Ce système doit être mis en demeure de quitter les lieux dès le début du processus socialiste, sans billet de retour. Cette exigence est incontournable et doit être totalement prise en compte tant par les nouvelles couches salariées urbaines que par la classe ouvrière, sous peine, pour elles, de patauger indéfiniment dans leur gadoue.

Cela ne signifie pas l’extinction de toutes les entreprises capitalistes et pas davantage une menace contre les libertés individuelles et collectives, au contraire. Dans le cadre de la dictature démocratique du peuple, le capitalisme perd sa qualité de mode de production et ne fonctionne plus que comme mode de gestion, les capitalistes perdent leur qualité de membres de la classe bourgeoise et ne fonctionnent plus que comme dirigeants d’entreprises. Ils existent comme gestionnaires jusqu’à ce que les travailleurs aient acquis la maturité de gérer toutes les affaires. Cela prendra certainement du temps, un certain temps, même dans les pays développés, mais cela viendra.

______________________


[1] Ce n’est pas d’aujourd’hui que je me suis posé la question de savoir si les expressions « économie socialiste de marché » et « économie de marché socialiste » étaient équivalentes. Je me la suis à nouveau posée quand j’ai écrit mon livre sur la Chine. J’ai souhaité ne retenir qu’une seule de ces expressions, par souci de cohérence et parce que l’expression « économie de marché socialiste » m’apparaissait comme étant la meilleure. Mais que disent les Chinois ? Ce que je crois observer, dans la littérature chinoise courante, est l’expression « shehui zhuyi shichang jingji » , ce qui se traduit, à mon avis sans équivoque, par « économie de marché socialiste » . TA aurait dû s’expliquer sur les raisons pour lesquelles il préférait parler du « socialisme avec marché » pour décrire l’économie de la Chine contemporaine plutôt que d’ « économie de marché socialiste » .


Edité le 11-03-2019 à 11:28:15 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11201 messages postés
   Posté le 11-03-2019 à 11:08:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Deux commentaires sur cet article (voir le site "fairevivre" cité précédemment pour l'ensemble des interventions)

___________________


Voilà un débat fort intéressant entre amis de la Chine socialiste.
Pour poursuivre cet échange, vous pouvez lire l’article suivant. Je ne l’ai pas mis en commentaire, car il est un peu long ! - Hervé Fuyet


http://lepcf.fr/A-propos-de-l-interaction-entre-l-economie-de-marche-et-le-socialisme


___________________



Un seul exemple : L’équipementier télécom devenu n°1 mondial là où la Chine communiste est partie de rien il y a 3à ans, et dont la N°2 vient d’être arrêtée au Canada par Trump, est une coopérative détenue à 100%% par ses salariés du monde entier et est effectivement et heureusement financée massivement par l’Etat communiste Chinois comme les 3 opérateurs publics sur un seul réseau financé lui aussi massivement par l’Etat. Tous ses équipement sont d’une qualité 2 fois supérieure à celle de Nokia, Erickson, et Cisco et ont une avance technologique sans nom et cela va s’accélérer dans toutes les technologies industrielles surtout avec les ultralibéraux Trump et Macron qui conduisent l’occident capitaliste mafieux au suicide.
La Chine communiste prouve par à + B la supériorité de l’économie socialiste planifiée sur le capitalisme issue de la révolution ultralibérale de Reagan et Thatcher et appliquée en France par Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron. - SNOWDEN



Edité le 11-03-2019 à 11:21:44 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant de valeur
317 messages postés
   Posté le 11-03-2019 à 14:50:57   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

"La Chine communiste prouve par A + B la supériorité de l’économie socialiste planifiée sur le capitalisme issue de la révolution ultralibérale de Reagan et Thatcher et appliquée en France par Mitterrand, Chirac, Sarkozy, Hollande et Macron." SNOWDEN

Si Snowden considère que c'est prouvé en s'appuyant sur un monopole industriel et technologique, il est bien imprudent dans ses conclusions, résultats d'une analyse un peu rapide faisant l'impasse sur la nature réelle de l'entreprise considérée.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11201 messages postés
   Posté le 14-03-2019 à 23:38:46   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

D'après ce qu'il dit il s'agit d'une coopérative.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11201 messages postés
   Posté le 15-03-2019 à 08:14:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ci-dessous un article d'Hervé Fuyet mis en ligne le 9/3, qiu fait suite à celui de JC Delaunay

A propos de l’interaction entre l’économie de marché et le socialisme En Chine et ailleurs dans le monde.



http://lepcf.fr/A-propos-de-l-interaction-entre-l-economie-de-marche-et-le-socialisme
Samedi 9 mars 2019, par Hervé Fuyet,


Le sujet passionne des sinologues français amis de la Chine comme Toni Andreani ou Jean-Claude Delaunay, ou encore Rémy Herrera, qui s’accordent sur l’essentiel, mais polémiquent aussi à l’occasion sur plusieurs aspects du problème ! ( http://lepcf.fr/A-propos-du-compte-rendu-d-Herve-Fuyet-sur-le-livre-de-Tony-Andreani-Le-modele
Ce sujet a fait l’objet en 2010 d’un ouvrage de base en Chine par Cui Jianhua intitulé Économie de marché socialiste dont s’inspirent beaucoup nos sinologues français .
Il est intéressant de voir à l’aide de Baidu et des sinologues chinois comment on comprend la question de l’économie socialiste de marché en Chine en 2019. Cet article devrait se modifier au fil des ans en fonction de l’évolution de la conjoncture chinoise et de la conjoncture mondiale. Nous mettons l’accent dans cet article sur l’interaction entre l’historique et la logique.


Ma faible connaissance du chinois m’a contraint à utiliser une traduction automatique très imparfaite des textes en chinois

L’économie socialiste de marché

L’économie socialiste de marché est une économie de marché intégrée à la base du système social socialiste qui reflète la nature fondamentale du socialisme. C’est un système économique qui permet au marché de jouer un rôle décisif dans l’allocation des ressources sous le macro-contrôle des pays socialistes. Il permet aux activités économiques de respecter les exigences de la loi de la valeur, de s’adapter à l’évolution des relations entre l’offre et la demande, grâce à des mécanismes d’effet de levier des prix et de la concurrence, d’allouer des ressources aux maillons économiques les plus performants et de garder les entreprises les plus concurrentielles ; d’utiliser le marché pour répondre aux divers signaux économiques et de favoriser la coordination immédiate de la production et de la demande. [1]

L’économie socialiste de marché fait référence à un système qui joue un rôle déterminant dans la répartition des ressources sociales par le biais des mécanismes de l’offre et de la demande, des prix et de la concurrence du marché. L’économie de marché est le produit de la division économique du travail et de la coopération et constitue une étape inévitable de la socialisation et de la modernisation de la production. L’économie planifiée reste l’un des moyens importants dont dispose l’État pour réguler le marché et l’offre. [2]

Économie socialiste de marché
Table des matières

1- Concept de base
2- Socialisme
3- Caractéristiques de base

>la propriété publique comme fondement principal
>le plan comme guide
>la prospérité commune comme objectif
>la direction du Parti comme garantie politique
4- Former les acteurs du marché
>Les entités les plus fondamentales
>Le système d’entreprise
5- Historique de la formation
6- Fonctions du gouvernement
7- Approfondir la compréhension


1- Concept de base
L’ économie socialiste de marché est intégrée au système social socialiste de base et joue un rôle déterminant dans la répartition des ressources dans le cadre de la règlementation et du contrôle macroéconomiques de l’ État.

La théorie de l’économie socialiste de marché est une composante innovante du système théorique de Deng Xiaoping et une révision de la théorie économique traditionnelle. Sur la base de cette théorie, le gouvernement chinois a défini l’objectif de réforme consistant à établir un système économique de marché et a mené une exploration sans précédent dans l’histoire de la construction nationale de la Chine.

L’économie de marché est une économie marchande hautement socialisée et orientée vers le marché. C’est une économie dans laquelle le marché joue un rôle décisif dans l’allocation des ressources.

L’économie de marché présente les caractéristiques générales d’égalité, de légalité, de compétitivité et d’ ouverture, etc.

L’économie de marché est un moyen efficace d’obtenir une configuration optimale.

L’économie de marché peut mettre en valeur la supériorité du système socialiste.

La transition d’une économie planifiée à une économie de marché.

Pendant longtemps, les hommes politiques et les universitaires ont considéré l’économie de marché comme une forme économique unique au capitalisme, soulignant que l’économie de marché ne pouvait être liée qu’au système de la propriété privée et que l’économie de marché et le socialisme étaient fondamentalement opposés. Ils ont toujours niés la possibilité que l’économie de marché existe et se développe dans le système socialiste. Le fait que l’objectif de la réforme du système économique chinois ait été de choisir l’économie de marché a percé le concept traditionnel, et le système économique chinois est passé d’une économie planifiée à une économie de marché.

Premièrement, la réforme du système économique est le seul moyen de développer la productivité.

Afin de développer les forces productives, il est nécessaire d’abandonner complètement le système qui fait que les forces productives deviennent un poids ou une entrave, et de procéder à des réformes audacieuses. La libération et le développement des forces productives constituent les points de départ fondamentaux mis en avant par Deng Xiaoping pour prendre le chemin de l’économie de marché.

Deng Xiaoping a un jour souligné : « Le problème est de savoir quelle méthode peut être utilisée pour développer plus efficacement les forces productives sociales. Nous nous sommes engagés dans une économie planifiée dans le passé, mais des années de pratique ont prouvé, dans un certain sens, qu’utiliser uniquement la planification économique entrave le développement des forces productives ».

La Chine a copié le modèle de planification centralisée pendant une longue période. Le modèle de planification centrale est le système économique planifié de manière centralisée qui repose sur la théorie d’une économie entièrement planifiée du stalinisme russe. Celle-ci a eu une influence large et profonde sur les autres pays à économie planifiée, notamment sur notre pays. Il s’agissait de considérez l’économie planifiée comme l’élément fondamental du socialisme, d’assimiler l’économie de marché au capitalisme et de limiter ou nier le rôle du marché. Nous ne pouvons nier que le système économique planifié traditionnel, dans la période de construction socialisme cela ait pu être un passage obligé, car cela favorisait la mobilisation rapide des ressources sociales et la construction des secteurs clés de l’économie. Cela a joué un rôle actif dans la promotion de l’industrialisation socialiste et du développement des forces productives, ce qui a entraîné de profonds changements dans l’économie chinoise. Cependant, avec le changement d’époque et de conditions, avec l’achèvement de nos premières tâches de construction socialiste, l’échelle économique de la Chine a continué de s’élargir, les liens économiques se sont resserrés et la prise de décision du système économique planifié a été fortement unifiée et a exclu l’utilisation du marché, reposant uniquement sur des ordres administratifs. L’allocation des ressources et les inconvénients de l’égalitarisme ont été de plus en plus manifestes, et ont finalement conduit à la stagnation de l’économie nationale.

Dans le système de l’économie planifiée, d’une part, cela restreint l’initiative des collectivités locales et des entreprises et limite la vitalité des entreprises ;
D’autre part, les salariés mangent dans "le grand bol de riz" de l’entreprise et l’entreprise mange le "grand bol de riz" de l’État. L’enthousiasme des gestionnaires et des producteurs ne peut pas se réaliser pleinement. Ces deux aspects limitent le développement des forces productives. Pour éliminer ces entraves, nous devons fondamentalement changer le système économique par le biais de réformes et établir un système économique plein de vitalité et de dynamisme pour libérer et développer les forces productives.

2- Socialisme
Tout pays peut et doit choisir de développer ses propres moyens et suivre son propre chemin en fonction de l’état du développement de ses forces productives sociales et de l’état réel du développement de son économie sur le plan national, de manière à assurer son développement. Mais durant de nombreuses années, notre pays a considéré l’économie planifiée comme socialiste, l’économie de marché comme capitaliste et avons écarté l’économie de marché pour adhérer au socialisme. Cette compréhension traditionnelle provient principalement de la copie mot à mot de la théorie sans tenir compte des conditions et des circonstances. Par exemple, Marx et Engels ont envisagé jadis que la future société socialiste mettrait en œuvre une économie planifiée et n’aurait plus de relation marchandise-monnaie.
Lorsque nous prendrons le contrôle, cela se produira inévitablement comme indiqué ci-dessus.
Cependant, tant que nous réfléchissons sérieusement, nous pouvons considérer que ce n’était qu’une idée de Marx et Engels, et que ce n’est pas un absolu. La société future dont ils parlent n’est pas notre socialisme du début du XXIe siècle. Parce que Marx et Engels analysent une société capitaliste développée et imagine la construction d’une future société socialiste sur cette base. Il y a un grand fossé entre celui-ci et la société socialiste que nous connaissons aujourd’hui. Les fondements sont différents et la réalité est différente. Il n’est donc pas souhaitable d’appliquer à la lettre leurs mots. De plus, le marxisme évolue constamment, il doit s’enrichir et se développer en permanence à travers des pratiques nouvelles, et ce n’est qu’alors qu’il peut être qualifié de science.
Dans le passé, nous n’avons fait que copier, ce qui a conduit à l’utilisation de la pensée traditionnelle, sans compter la pensée "de gauche" (gauchiste), le manque de recherche de la vérité dans les faits, ce qui a entraîné de lourdes pertes économiques. Les erreurs et les revers ont poussé notre Parti à réfléchir sur le système traditionnel de l’économie planifiée, à chercher à le connaître à nouveau et à explorer de nouvelles façons de développer l’économie socialiste en théorie et en pratique.

Dès 1979, Deng Xiaoping avait souligné : « Il n’est certainement pas vrai que l’économie de marché n’existe que dans la société capitaliste, et que seule l’économie de marché capitaliste existe. Pourquoi le socialisme ne peut-il pas s’engager dans une économie de marché ? On ne peut pas dire que ce soit le capitalisme. C’est une économie basée sur la planification qui est intégrée à l’économie de marché, mais c’est une économie de marché socialiste » . En 1979, Deng Xiaoping a proposé la politique de réforme et d’ouverture et la création d’une économie socialiste de marché en Chine. Au printemps 1992, Deng Xiaoping a en outre souligné dans ses entretiens dans le Sud : « Qu’il y ait plus de plan ou plus de marché, là n’est pas la différence essentielle entre le socialisme et le capitalisme. Planification n’est pas l’exclusivité du socialisme ; dans le capitalisme il y a de la planification ; l’économie de marché n’est pas l’exclusivité du capitalisme, car dans le socialisme il y a aussi le marché. L’économie de marché est neutre. À l’étranger, il est capitaliste, en Chine, il est socialiste » .

Les réflexions de Deng Xiaoping sur l’économie de marché socialiste ont fondamentalement supprimé l’opposition entre socialisme et économie de marché, et ont grandement favorisé les réformes économiques en Chine. Elles sont devenues la théorie de base pour que notre Parti formule des orientations et des objectifs de réforme.

Plus précisément, la direction de Deng Xiaoping en matière d’économie socialiste de marché, qui a rompu le lien avec l’idéologisme pour en arriver à une compréhension correcte, puis réformé la pratique, devrait se divise en trois étapes :

- Première étape : casser le concept d’économie planifiée qui exclut totalement la régulation du marché et promouvoir l’idée que « l’économie planifiée est le pilier économique et que l’économie de marché est un complément à celle-ci ».

- La deuxième étape : confirmer que « l’économie socialiste est une économie marchande planifiée dont la base est la propriété publique » et briser le concept traditionnel de longue date qui consiste à opposer l’économie planifiée à l’économie marchande, réinterprétant le sens de l’économie planifiée.

- La troisième étape : briser fondamentalement les contraintes idéologiques de l’économie planifiée et de l’économie de marché comme faisant partie du système social de base et confirmer l’objectif de la réforme consistant à établir le "système de l’économie socialiste de marché ".

La pratique de la réforme en Chine visant à établir un système économique socialiste de marché a prouvée, et prouvera à l’avenir que l’économie de marché est neutre ; à l’étranger il est lié au capitalisme et en Chine, il est lié au socialisme, et le socialisme peut également utiliser l’économie de marché. [1]

3- Caractéristiques de base
En tant que mécanisme économique, l’économie de marché a ses caractéristiques fondamentales ou ses exigences intrinsèques : allouer des ressources par le biais de l’autonomie, de l’égalité, de la compétitivité et de l’efficacité des opérations, sans attributs institutionnels et pouvant être combinées à différents systèmes sociaux. Nature différente. L’économie socialiste de marché, c’est-à-dire l’économie de marché dans des conditions socialistes, met l’accent sur le développement d’une économie de marché dans l’économie socialiste, au lieu de dire que l’économie de marché distingue le capitalisme du socialisme.

L’économie de marché est une forme économique déterminée par le niveau de développement de la productivité et d’intérêts différents, de même que par sa nature normative, qui est la similitude ou la généralité de l’économie de marché dans différents systèmes socio-économiques ; Le développement de l’économie de marché présente des caractéristiques différentes, qui se manifestent par la particularité de l’économie de marché dans différentes conditions sociales.

Le développement d’une économie de marché dans des conditions socialistes sera inévitablement limité et influencé par le système économique de base socialiste, donnant ainsi à l’économie socialiste de marché un élément de base unique.

La propriété publique comme fondement principal

Le camarade Deng Xiaoping a déclaré un jour : « Seul le socialisme peut sauver la Chine. Telle est la conclusion historique inébranlable tirée par le peuple chinois du Mouvement du 4 mai aux soixante années d’expérience. La révolution socialiste a considérablement raccourci le fossé du développement économique de notre pays avec les pays capitalistes développés » . Le système socialiste repose essentiellement sur la propriété publique des moyens de production, la combinaison du socialisme et de l’économie de marché étant en réalité une question de combinaison entre la propriété publique et l’économie de marché. Adhérer à la propriété publique est la garantie fondamentale de la direction du socialisme. Celui qui possède les moyens de production est celui qui peut décider à qui les richesses de la production sont destinés.
Engels estime que « si la richesse contient la domination de l’homme, sa principale, dépend presque exclusivement de la domination des choses par la domination des choses » . La propriété des moyens de production est une base importante des relations sociales de production. Si la propriété publique est théoriquement affaiblie et que le fondement de la propriété publique n’est pas respecté dans la pratique, le socialisme deviendra un discours vide de sens. Bien entendu, à ce stade, le concept de « propriété publique en tant que fondement principal » devrait abandonner le concept dit « plus grand, plus public, plus pur et meilleur » .
L’économie de propriété publique inclut non seulement l’économie d’État, l’économie collective, mais également la composante publique de l’économie mixte. La position fondamentale principale de l’économie de propriété publique se reflète non seulement en quantité, mais elle est surtout concurrentielle au niveau de la qualité, du contrôle, de l’influence et en tant que force motrice.

Sous le principe de la propriété publique en tant que pilier, l’économie non publique est également un élément important de l’économie de marché socialiste. Au stade primaire du socialisme, le niveau de développement de la productivité est faible et très inégale, ce qui suppose objectivement le développement d’une économie à types de propriété multiple. En outre, l’économie non publique a un lien naturel avec l’économie de marché, notamment des droits de propriété clairs, des mécanismes souples et une forte capacité d’adaptation, qui peuvent jouer un rôle important dans le développement économique. Par conséquent, nous devons encourager, soutenir et orienter le développement du secteur non public de l’économie vers un niveau plus élevé et plus sain, afin que le secteur non public de l’économie puisse jouer un rôle plus important dans la construction socialiste.

Le plan comme guide

Selon le concept traditionnel, le socialisme est lié à la propriété publique et l’économie planifiée, et le capitalisme à la propriété privée et l’économie de marché. Par conséquent, entre 1956 et 1978, la Chine a toujours considéré la propriété non publique et l’économie de marché comme des forces ennemies à exclure. C’est une incompréhension du marxisme. En réalité, l’économie socialiste de marché en Chine a accompli des succès mondiaux en un peu plus de 20 ans. Depuis plus de 20 ans, l’économie chinoise a connu une croissance moyenne de 9,5%, supérieure à celle de l’économie mondiale et supérieure à celle des pays développés, une des économies à la croissance la plus rapide au monde.

Le plan et le marché ont leurs avantages et leurs forces, ainsi que leurs propres limites et faiblesses. Les avantages du plan sont principalement le contrôle macroéconomique, qui permet de contrôler efficacement le volume économique total, mais il est difficile de réguler efficacement les activités micro-économiques. L’avantage du marché est principalement le contrôle microéconomique, qui peut efficacement stimuler la vitalité des entités économiques. Cependant, il n’est pas efficace quant à l’ajustement de la balance des agrégats économiques, l’ajustement de la structure macroéconomique, l’équilibre écologique et la protection de l’environnement.

L’économie marxiste a prouvé que le moyen fondamental de surmonter l’aveuglement et l’anarchie de l’économie de marché était la planification, et non une réglementation macroéconomique qui n’est en rien comparable au plan. Pour que le socialisme ne fonctionne pas dans une économie de marché aveugle et désordonnée, il ne peut être que planifié. Si le plan est abandonné, quel que soit le degré de développement du système de marché et la solidité des mécanismes de marché, l’économie de marché sera toujours aveugle et anarchique, car elle n’a qu’une "main invisible". Une économie de marché qui exclue le plan ne peut pas être qualifiée d’économie socialiste de marché.

Dans le développement de l’économie socialiste de marché en Chine, le marché et le plans ont leur propre statut objectif et leur propre champ d’action : le premier est fondamental, le second est global et directionnel. La relation raisonnable entre les deux dans des conditions socialistes se reflète principalement dans les aspects suivants :
(1) le marché et le plan se complètent et s’appuient l’un sur l’autre ;
(2) le marché est guidé par le plan et le plan est basé sur la loi de la valeur et les deux sont interdépendants ;
(3) les activités microéconomiques dépendent du marché et les activités macroéconomiques dépendent du plan. La relation ou le type de relation susmentionné n’a pas la nature d’une opposition, d’une négation mutuelle, ni d’une succession.
Ces relations constituent le sens de la relation entre le marché et le plan. Par conséquent, l’économie socialiste de marché devrait combiner organiquement le macro-plan et le mécanisme du marché sous la direction du macro-plan, afin que les intérêts immédiats et partiels des entreprises puissent être combinés aux intérêts à long terme et globaux de l’État, et que le premier obéisse au second. Ceux qui considèrent que le mécanisme du marché est le moyen le plus efficace d’allocation des ressources, que tant que le mécanisme du marché est pleinement utilisé, l’économie nationale peut être maintenue et développée rapidement, et que même s’il existe un plan, il ne peut être autorisé que si le marché est "en échec", jouant alors un rôle complémentaire, de sorte que le marché se trouve au-dessus du plan nient fondamentalement le rôle dominant du plan pour le développement de l’économie nationale, effaçant ainsi la différence essentielle entre l’économie de marché socialiste et l’économie de marché capitaliste.

La prospérité commune comme objectif

L’économie de marché capitaliste se combine avec le système de base du capitalisme, qui conduit inévitablement à la production d’anarchie, de polarisation, de demande insuffisante et de crise économique cyclique. Le chômage est un partenaire inévitable et une condition nécessaire à une économie de marché capitaliste.

Réaliser la prospérité commune de tous les peuples est l’essence même du socialisme et doit être la caractéristique fondamentale de l’économie de marché socialiste. Le camarade Deng Xiaoping a mis en avant "la libération des forces productives, le développement des forces productives, l’élimination de l’exploitation, de la polarisation et finalement la réalisation de la prospérité commune". « En fin de compte, réaliser la prospérité commune » et utiliser « finalement » pour expliquer la phase et le but de la « richesse commune » .

L’économie de marché peut favoriser un développement plus rapide des forces productives, contribuer à accroître la richesse et contribuer à la prospérité commune. En même temps, cela provoquera inévitablement une polarisation et non une prospérité commune. Depuis la mise en place de l’économie de marché dans notre pays, l’écart entre les riches et les pauvres s’est creusé. Ainsi, d’un point de vue culturel, nous pouvons conclure que les fonctions de l’économie de marché en Chine sont similaires à celles de l’économie de marché dans des conditions capitalistes. L’économie de marché socialiste en Chine, au sens strict et profond, doit avoir les caractéristiques inhérentes à la prospérité commune et peut la réaliser. Pouvoir réaliser une prospérité commune est la clé de la pleine réalisation de l’économie de marché en Chine en tant qu’économie de marché socialiste et, marque sa différence d’avec l’économie de marché capitaliste.

L’économie de marché en Chine peut être réalisée de deux manières différentes : premièrement, utiliser le principe socialiste pour transformer l’économie de marché, par exemple en renforçant et en développant le secteur public, en empêchant la privatisation et la propriété privée et faisant en sorte que le marché et le plan se coordonnent et répondent aux intérêts fondamentaux de l’ensemble des membres de la société. Deuxièmement, prendre des mesures en dehors de l’économie de marché, telles que l’utilisation d’un système fiscal et d’un système de sécurité sociale sains pour ralentir et réduire le fossé entre riches et pauvres et prévenir la polarisation.

En dehors de ce qui vient d’être dit ci-dessus, la Chine est maintenant un pays socialiste dans lequel les paysans sont majoritaires. Par conséquent, l’économie de marché socialiste en Chine doit accorder une attention particulière aux agriculteurs, qui sont beaucoup plus axés sur le marché que toute autre entité du marché. Le développement d’une économie de marché a créé une prospérité commune pour le peuple, dont le principal et difficile consiste à rendre les paysans plus riches.

Partant de la réalité de notre pays et permettant aux agriculteurs de s’enrichir par le biais de l’économie de marché, la solution fondamentale consiste à : insister sur le développement des entreprises des cantons et à transformer l’économie naturelle en une économie de marché, et à utiliser les systèmes de transport, de communication et de circulation mis au point pour rapprocher les agriculteurs dispersés et les connecter à l’ensemble de l’économie nationale. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons vraiment atteindre l’objectif de prospérité commune.

La direction du Parti comme garantie politique

L’objectif le plus élevé du Parti communiste chinois est de réaliser une société communiste et de diriger actuellement la construction d’un socialisme aux caractéristiques chinoises. Désormais, la population de tout le pays s’efforce d’atteindre l’objectif de la construction d’une société prospère dans son ensemble, avec la construction économique au centre de ses préoccupations, la construction économique étant au premier plan comme tâche principale du parti.

Développer une économie de marché dans des conditions socialistes est un grand travail pionnier des communistes chinois. La différence importante entre l’économie de marché socialiste et l’économie de marché en général réside dans la combinaison du mécanisme de marché et la supériorité du système socialiste. Deng Xiaoping a déclaré : "Où est la supériorité de l’économie de marché socialiste ? C’est dans les quatre adhésions" , c’est-à-dire, adhérer à la route socialiste, défendre la dictature démocratique du peuple, défendre la direction du parti et défendre le marxisme. Le camarade Deng Xiaoping a attribué la supériorité de l’économie de marché socialiste aux "quatre adhésions" et l’a considérée comme un ensemble d’équipement complet" . Parce que cet "ensemble d’équipement" est la manifestation d’un ensemble organique comprenant un système économique, un système politique et une idéologie dominante, incarnant l’essence des relations économiques, soulignant la direction socialiste de cette économie de marché, et la direction du Parti avec ses "quatre adhésions" .
Dans la Chine contemporaine, seul le Parti communiste chinois peut analyser en permanence les nouvelles situations, résoudre les nouveaux problèmes, coordonner les divers intérêts, gérer correctement les diverses contradictions actuelles et organiser et diriger efficacement le pays conformément aux principes les plus favorables au développement de la production et à la prospérité commune. Les peuples de tous les groupes ethniques procèdent ensemble à la modernisation et favorisent le développement de l’économie de marché socialiste.

Bien entendu, dans les nouvelles conditions historiques, la direction du Parti doit occuper une nouvelle position dans la construction économique. Pour perfectionner le nouveau système, le nouveau mécanisme et la nouvelle façon de diriger l’économie de marché, nous devons respecter les lois économiques objectives, adhérer aux principes démocratiques, donner libre cours à l’enthousiasme des départements gouvernementaux, des unités économiques et des masses et faire fonctionner l’économie conformément à la Constitution et à la loi, et à la responsabilité du leadership pour la construction économique.

4- Former les acteurs du marché
Les entités les plus fondamentales


La clé pour construire un système économique de marché socialiste et maintenir un développement durable, stable et sain de l’économie nationale réside dans la refonte de l’entité principale de l’économie de marché socialiste. Quel sont les entités les plus fondamentales de l’économie de marché ? Dans les conditions de l’économie de marché, les entreprises constituent les entités principales des activités du marché les plus fondamentales et les plus importantes, ainsi que le micro-fondement du fonctionnement des mécanismes du marché. Les entreprises de l’économie de marché doivent suivre les règles de l’économie de marché, fonctionner de manière indépendante, être responsables de leurs propres profits et pertes, exercer directement des activités de production, de circulation et de services, rechercher le maximum de profits et payer des impôts conformément à la loi.

Quelles sont les caractéristiques d’une entreprise qui est le pilier du marché ?

1. Le but direct de l’offre de produits ou de services est de rechercher des bénéfices ;
2. Les entreprises doivent effectuer une comptabilité indépendante et être responsables de leurs propres profits et pertes ;
3. Les entreprises sont autonomes ;
4. Les entreprises sont des contribuables.

C’est ce qui caractérise les entreprises dans l’économie de marché et c’est aussi l’obligation de l’économie de marché pour son entité principale. Par conséquent, dans les conditions de l’économie de marché, il est nécessaire de former des entités de marché propices au développement de l’économie de marché socialiste, en faisant de ces entités le moteur du développement des forces productives et du progrès scientifique et technologique, devenant ainsi des piliers importants de la modernisation, revitalisant et dynamisant l’économie.
La force et le potentiel économiques seront pleinement exploités pour mieux faire jouer leurs fonctions économiques et sociales aux entreprises dans l’économie de marché. Il s’agit de transformer la productivité potentielle des entreprises en une productivité réelle, de créer continuellement plus de richesse sociale, de promouvoir l’expansion continue de l’échelle de production sociale, d’améliorer l’efficacité de la production, de promouvoir le progrès de la productivité sociale, d’améliorer les compétences des employés et de créer des technologies spécialisées et de former des talents pour promouvoir le développement de la productivité sociale. La fonction dite sociale signifie que les entreprises jouent un rôle majeur en répondant aux besoins de la population en lui fournissant des produits et services, créant des emplois, enrichissant le pays, promouvant le développement d’autres entreprises sociales et publiques et améliorant le développement de l’économie nationale ainsi que la vie matérielle et culturelle de la population.

Le système d’entreprise

Le système d’entreprise fait référence à l’organisation et au système de gestion de l’entreprise basés sur le système du droit de propriété . Dans l’économie de marché moderne, le système d’entreprise moderne est un système d’entreprise qui répond aux exigences de l’économie de marché et qui est réglementé par la loi. Il adopte généralement un système d’entreprise. Le système d’entreprise s’adapte mieux aux exigences de l’économie de marché que d’autres formes d’organisation d’entreprise. L’établissement d’un système d’entreprise moderne est un élément important de l’économie de marché socialiste.

5- Historique de la formation
La mise en place du système économique de marché socialiste en Chine a connu un processus long et tortueux. Ce processus a débuté au milieu des années 50 avec l’exploration de la première génération de collectifs de dirigeants centraux dont le camarade Mao Zedong était le centre.

(I) 1949-1978 : la période embryonnaire de la réforme du système économique

En octobre 1949, lors de la fondation de la Chine nouvelle, concernant le choix du système économique pour construire le socialisme, la Chine s’inspirait initialement du modèle soviétique. L’achèvement fondamental des " trois réformes majeures" à la fin de 1956 a marqué la formation d’un système économique planifié hautement centralisé.
Il faut dire qu’après la fondation de la République populaire de Chine, la période de reprise de l’économie nationale, en particulier l’achèvement du "Premier plan quinquennal" , le système économique planifié fortement centralisé a joué un rôle positif.
Cependant, ce type de système économique centralisé présente de nombreux inconvénients. Ainsi, depuis le milieu des années 50, il a fallu explorer comment changer ce système. Mao Zedong, en particulier, connaissait depuis longtemps les inconvénients de ce système. Il a proposé d’utiliser l’expérience et les enseignements de l’Union soviétique comme guide pour explorer la route qui convient aux conditions nationales. En cherchant à apprendre de l’Union soviétique et à mettre en place un système économique planifié à la chinoise, Mao Zedong et d’autres ont évoqué et envisagé sérieusement cinq relations principales :
la relation entre le gouvernement central et les gouvernements locaux,
la relation entre le gouvernement et les unités de production,
la relation entre les unités de production et les producteurs,
la relation entre l’économie publique et non publique,
et la relation entre le plan et le marché.
L’idée est que les collectivités locales, les unités de production et les producteurs devraient jouir d’une certaine autonomie économique par rapport au gouvernement central, au gouvernements locaux et aux unités de production, et que l’économie non publique et le marché libre devraient leur permettre d’exister dans certaines limites. Cette analyse est d’une grande importance, mais malheureusement, en raison des conditions historiques, elle n’a pas été poursuivie dans la bonne direction. Cependant, la signification théorique et pratique de cette analyse ne peut être niée. On peut dire que c’est le stade embryonnaire de l’exploration et du développement de l’économie de marché socialiste et la source et le point de départ de la théorie de l’économie de marché socialiste.

(II) 1978-1992 : période d’exploration et de l’établissement de l’objectif de réforme du système économique

Après avoir éliminé la "bande des quatre", du gouvernement au théoriciens, de nombreuses personnes repoussent les idées traditionnelles rigides et réfléchissent d’un chemin de développement pour la Chine. La contribution remarquable de cette période a été d’établir l’objectif de la mise en place d’un système économique de marché socialiste, objectif qui s’est manifesté par une confrontation idéologique répétée et aiguë. Cette période se divise en trois étapes :

- 1. 1978 à 1984 , l’idée de réforme selon laquelle « l’économie planifiée était le fondement et la régulation du marché était un complément » naît.
Après la "Révolution culturelle" , la question de la réforme a été évoquée pour la première fois lors de la "Retraite du Conseil de l’Etat" de juillet à septembre 1978. Sous l’impulsion de toutes les couches de la société, la troisième session plénière du onzième Comité central, tenue le 18 décembre 1978, a proposé de "faire les choses en conformité avec les lois économiques et d’attacher de l’importance au rôle de la loi de la valeur" .
Mais quelle est la direction de la réforme ? À l’époque, la majorité des partisans de l’opinion avaient compris que, dans le but de mettre en place une économie planifiée, des mesures d’ajustement du marché avaient été ajoutées pour répondre aux besoins de la population. Ainsi, la quatrième session du cinquième Congrès national du peuple, tenue en novembre 1981, a proposé que l’objectif de la restructuration économique soit "une économie planifiée et une régulation du marché" .
Le douzième Congrès national du parti a été convoqué avec succès en septembre 1982. L’Assemblée générale a de nouveau souligné que "la mise en œuvre correcte du principe de planification de l’économie et de la régulation du marché est une question fondamentale dans la réforme du système économique" . Il s’agit d’un progrès historique, car il reconnaît le rôle de la réglementation du marché dans le principe de l’adhésion au système économique. Mais il n’existe pas de cadre permettant de sortir de l’économie planifiée, soulignant que la réglementation du marché ne peut être limitée que dans la mesure permise par le plan.

- 2. De 1984 à 1988, l’objectif de la réforme a été défini comme "une économie planifiée de marchandise fondée sur la propriété publique" . La troisième séance plénière du douzième Comité central, tenue le 20 octobre 1984, a adopté la "Décision du Comité central du Parti communiste chinois sur la réforme du système économique" , soulignant que l’économie socialiste est "une économie planifiée de marchandises fondée sur la propriété publique" . Il s’agit d’une avancée majeure dans l’objectif de réforme.
Pourquoi y a-t-il eu une si grande avancée en peu de temps ? La raison est, premièrement, qu’il faut répondre théoriquement aux nouvelles situations et aux nouveaux problèmes engendrés par la pratique des réformes. Après la réforme et l’ouverture, la vie des paysans s’est considérablement améliorée et l’économie individuelle a beaucoup progressé, développant ainsi les entreprises privées employant des salariés.

Pendant un certain temps, certaines personnes pensent que l’emploi de travailleurs est une exploitation, leurs idées sont devenues confuses et leurs diverses opinions incohérentes. Ces nouvelles questions c’est à la théorie d’y répondre pour les clarifier. Deuxièmement, les théoriciens ont joué un rôle important dans la promotion de la formation de cet objectif de la réforme. En septembre 1984, un séminaire sur le thème "économie et sciences chez les jeunes" a été organisé sur le mont Mogan, dans le comté de Deqing, dans la province du Zhejiang. Plusieurs points de vue théoriques et contre-mesures présentés par la réunion ont joué un rôle important dans la promotion de la réforme du gouvernement central axée sur le marché et la prise de décision centrale.

Dans ce contexte, la troisième session plénière du XIIe Comité central a permis de comprendre la contradiction entre l’économie de marché et l’économie planifiée socialiste et de définir l’orientation correcte de la réforme en Chine. Deng Xiaoping a appelé cela "une économie politique qui combine les principes de base du marxisme avec la pratique du socialisme chinois" .

- 3. De 1989 à 1992 , l’établissement final de l’objectif du système économique de marché socialiste. Au moment du succès initial de la réforme du système économique, à la fin des années 80 et au début des années 90, il y avait deux événements historiques majeurs dans le monde :
le premier était les changements radicaux en Union soviétique et à l’Est,
le second était la tourmente politique survenue à la fin des années 80 en Chine.
À cette époque, ceux qui étaient mécontents de la réforme et de l’ouverture ont blâmé la réforme et l’ouverture, l’accent étant mis sur la question des relations de marché et de planification.
À ce stade critique, Deng Xiaoping a bien saisi la clé du problème, c’est-à-dire que le développement est le dernier mot. Son discours continu aux moments clés a joué un rôle clé dans l’inversion de la situation. Dans ce contexte, le 14ème Congrès national du Parti communiste chinois tenu en octobre 1992 déclara clairement que l’objectif de la réforme du système économique chinois était d’établir un système économique de marché socialiste, ce qui indique que tout le Parti était parvenu à un consensus sur l’objectif de la réforme du système économique.

(III) 1993-2002 : période de mise en place de l’économie de marché socialiste

Au cours de cette période, deux problèmes majeurs ont été résolus :

1. La construction du cadre de base du système économique de marché socialiste. La troisième session plénière du 14ème Comité central du PCC a été convoquée en novembre 1993. L’Assemblée générale a adopté la « Décision du Comité central du Parti communiste chinois sur plusieurs questions relatives à la mise en place d’un système économique de marché socialiste », qui définit le cadre de base du système de l’économie de marché socialiste et prend en compte l’économie de marché, le cadre de base du système comprenant le fondement principal du marché, le système du marché, le système de macro-contrôle, le système de répartition du revenu et les "cinq piliers" du système de sécurité sociale, et le plan général de mise en œuvre est formulé.

2. La question de la combinaison du socialisme et de l’économie de marché. En décembre 1994, le secrétaire général Jiang Zemin a souligné dans son travail d’inspection à Tianjin : « Nous sommes engagés dans une économie de marché socialiste. Le mot "socialisme" ne peut pas être absent. Ce n’est pas un terme superflu. C’est ce que nous appelons "l’économie de marché combiné au système socialiste de base" proposé par la troisième session plénière du XIVe Comité central. » . Et cette combinaison doit d’abord être associée au système économique socialiste de base.
Quel est le système économique socialiste de base ? Le rapport du 15e Congrès national du Parti communiste chinois a souligné :
« La propriété publique est le pilier et les types de propriété se développent ensemble. C’est le système économique de base à la première phase du socialisme en Chine » .
Les secteurs privé et non publique de l’économie ont du mal à s’intégrer au système économique de base. Elle est générée par le marché et la propriété publique, en particulier la propriété de l’État, a de la difficulté à s’intégrer à l’économie de marché. Étant donné que les entreprises d’État ne constituent pas une entité de marché qualifiée, fonctionnant de manière indépendante et étant responsable des profits et des pertes pendant une longue période, il est nécessaire de trouver une combinaison de propriété publique et d’économie de marché.
Après un examen approfondi, la troisième session plénière du 14e Comité central en 1993 a déterminé l’orientation de la réforme et a clairement indiqué : "La mise en place d’un système d’entreprise moderne est une nécessité inévitable pour le développement d’une production socialisée à grande échelle et d’une économie de marché, et constitue l’orientation de la réforme de l’entreprise chinoise par l’État" . Le système d’actionnariat est une forme organisationnelle importante du système d’entreprise moderne.
Par conséquent, la troisième séance plénière du 16e Comité central du PCC a clairement indiqué ce qui suit :
"Développer le développement d’une économie à propriété mixte avec capital d’État, capital collectif et capital non public, et réaliser la diversification des entités d’investissement, de sorte que les actions deviennent la principale forme de réalisation de la propriété publique" .
La pratique de la réforme prouve que la promotion de la réforme du système d’actionnariat des entreprises à capitaux publics peut permettre aux entreprises à capitaux publics de s’adapter au développement de l’économie de marché et de devenir le principal marché des travailleurs indépendants et autofinancés. On peut constater que, grâce à la mise en œuvre du système d’actionnariat, la propriété publique de la Chine, en particulier les entreprises publiques, a trouvé une forme et une approche qui se combinent avec l’économie de marché. Cela a brisé la prophétie de Mme Thatcher : "Le socialisme et l’économie de marché ne peuvent pas être compatibles. Le socialisme ne peut pas être une économie de marché. Pour s’engager dans une économie de marché, le capitalisme doit être mis en œuvre et la privatisation doit être mise en œuvre” .

(IV) De 2003 à nos jours : période de perfection de l’économie de marché socialiste

En octobre 2002, le 16e Congrès national a déclaré que le système économique de marché socialiste chinois avait été mis en place. La troisième session plénière du 16e Comité central du PCC, tenue en 2003, a adopté la « Décision du Comité central du Parti communiste chinois sur plusieurs questions majeures relatives à l’amélioration du système économique de marché socialiste » , ouvrant une nouvelle ère dans la réforme de l’économie chinoise en une économie de marché socialiste solide. Comment pouvons-nous améliorer le système économique de marché socialiste ? La solution est d’approfondir les réformes. La réforme actuelle est une réforme qui se situe à un nouveau point de départ historique.

Le premier point est la réforme du développement économique en une nouvelle norme.
Le second point est la période de réforme et la réforme de la zone des eaux profondes. Les problèmes qui doivent être résolus dans le cadre de la réforme globale actuelle d’approfondissement sont beaucoup plus sensibles et compliqués que jamais. Les anciens problèmes et les nouveaux problèmes sont étroitement liés, et des facteurs nationaux et internationaux les affectent, ce qui nécessite « des os durs » et des « plages à l’abri des risques » .
Le troisième point est la réforme à un nouveau niveau de développement. La Chine est déjà la deuxième plus grande économie du monde et fait actuellement face à un "dilemme croissant" .

En ce qui concerne les relations sino-américaines, le cœur du problème consiste à éviter le "piège de Thucydide" *. À cette fin, le président Xi Jinping a souligné dans un entretien exclusif avec le journal américain "Huffington Post", "World Post" , que nous devrions tous essayer d’éviter de tomber dans le piège de "Thucydide" et que le puissant pays ne peut que poursuivre l’hégémonie. Applicable à la Chine, la Chine n’a pas de gènes pour mener de telles actions. Aujourd’hui, au nouveau point de départ historique, la transformation des avantages économiques en avantages stratégiques et politiques et le maintien effectif d’une relation gagnant-gagnant avec les grandes puissances constituent un défi majeur.

Depuis plus de 10 ans que la réforme du système économique est entrée dans une période de perfection, l’économie chinoise s’est initialement engagée dans la voie du développement scientifique.
Dans la « Décision du Comité central du Parti communiste chinois sur plusieurs questions majeures relatives à l’amélioration du système économique de marché socialiste » adoptée par la troisième session plénière du 16ème Comité central du PCC, le concept de développement scientifique a été clairement présenté pour la première fois, et le "Onzième plan quinquennal" a été formulé en tant que concept de développement scientifique.
Dans le premier plan quinquennal, du point de vue des principaux objectifs et du taux de réalisation des indicateurs, le mode de développement économique a été initialement intégré à la piste de développement scientifique.Cela est principalement dû aux progrès continus des macro-réformes dans une série de domaines importants et à des liens essentiels, en particulier le gouvernement en tant que principal organe de régulation et de contrôle macro-économiques, et sa propre réforme a réalisé des avancées majeures.
Depuis le 18ème Congrès national du Parti communiste chinois, dans la stratégie de gouvernement du pays dans le nouveau collectif de dirigeants, l’idée de réforme du système économique est devenue de plus en plus claire. En construisant globalement une société moyennement prospère, en approfondissant de manière approfondie les réformes, en faisant progresser de manière globale l’état de droit et en administrant le Parti de manière à gouverner le pays, des réformes globales et approfondies sont un moteur fondamental pour la construction d’une société moyennement prospère de manière globale, et l’approfondissement global de la réforme du système économique. La réforme du système économique sert à gérer les relations entre le gouvernement et le marché.
La Troisième séance plénière du 18ème Comité central du PCC a souligné que « le marché joue un rôle décisif dans l’allocation des ressources et permettre au gouvernement de mieux jouer son rôle » . Il clarifie l’idée générale de perfectionner le système d’économie de marché socialiste chinois à un nouveau point de départ historique.

[suite post suivant]

_____________________________


*Le piège de Thucydide est, en matière de relations internationales, une situation historique qui voit une puissance dominante entrer en guerre avec une puissance émergente sous la contrainte de la peur que suscite chez la première le surgissement de la seconde. Ce concept polémologique a été nommé par Graham Allison (en) en référence à un passage de La Guerre du Péloponnèse dans lequel Thucydide considère comme un casus belli majeur mais non avoué de ladite guerre du Péloponnèse la crainte que connurent les Lacédémoniens en constatant le rapide développement d'Athènes. Pour le spécialiste américain, l'histoire du monde depuis ce conflit antique regorge d'affrontements armés déclenchés par la paranoïa d'un acteur établi et l'hybris de son nouveau rival et il considère que les États-Unis et la Chine, du fait du développement de cette dernière, sont d'ores et déjà, au début du xxie siècle, engagés dans une pente presque inéluctable qui les mènera à se mesurer militairement. [note Xuan]


Edité le 15-03-2019 à 11:45:39 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11201 messages postés
   Posté le 15-03-2019 à 11:51:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

6- Fonction du gouvernement
La régulation macroéconomique et le contrôle du socialisme sont effectués par l’État. La réglementation et le contrôle macroéconomiques ont deux formes principales : l’un est la réglementation et le contrôle macroéconomiques directs, c’est-à-dire que l’État utilise directement des moyens administratifs pour coordonner et contrôler directement le comportement économique d’entités micro-économiques, et l’autre est la régulation et le contrôle macro-économiques indirects, c’est-à-dire qu’il utilise principalement des moyens et influences économiques par le biais des mécanismes du marché et en orientant le comportement économique des entreprises pour atteindre l’objectif de régulation et de contrôle macroéconomiques. Dans le système d’économie planifié, l’État règlemente directement les entreprises par le biais de plans directeurs et de moyens administratifs, et les entreprises deviennent des filiales d’agences gouvernementales. Ce type de macro-contrôle est sérieusement dévié de l’économie de marché et doit être réformé et transformé : d’une part, il passe de la gestion directe à une gestion indirecte, d’autre part, il passe de la micro-gestion à une macro-gestion ; L’examen et l’approbation, la répartition de l’argent et la répartition des matériaux entre les principaux moyens économiques mis en œuvre pour bien planifier, coordonner, superviser et fournir des services.

Le résumé ci-dessus montre clairement que pour réaliser les changements proposés ci-dessus, les fonctions gouvernementales doivent d’abord être transformées. Dans les conditions d’une économie de marché socialiste, les assemblées populaires à tous les niveaux sont propriétaires d’actifs appartenant à l’État, et le gouvernement populaire est l’administrateur de l’administration sociale, réunissant des régulateurs macro-économiques à tous les niveaux. Plus précisément, la transformation des fonctions gouvernementales comporte trois aspects principaux :

Tout d’abord , réalisez la séparation du gouvernement et des entreprises. Autrement dit, les responsabilités du gouvernement et de l’entreprise sont séparées. Le gouvernement exerce uniquement ses fonctions administratives et crée des conditions équitables pour l’économie de marché socialiste. Toutes les entreprises ont des droits de production et de gestion indépendants en tant que producteurs et exploitants de produits de base. C’est la clé de la transformation des fonctions gouvernementales.

Deuxièmement , la séparation des fonctions de gestion sociale du gouvernement et des fonctions des détenteurs d’actifs appartenant à l’État : les assemblées populaires à tous les niveaux représentant directement les intérêts fondamentaux de tous les peuples, il constitue le conseil d’administration naturel des entreprises détenues par l’ ensemble du peuple et des entreprises appartenant à la collectivité , de sorte que la gestion des actifs appartenant à l’État appartient au gouvernement. Les institutions qui assurent la gestion de base des biens appartenant à l’État, supervisent la préservation et l’appréciation des biens de l’ État et ont un statut juridique naturel dans la formulation et l’application des lois et règlements régissant l’exploitation et la gestion des biens de l’ État, ainsi que des entreprises publiques pour l’ensemble de la population. Les dividendes représentent une étape importante dans la phase de l’économie de marché socialiste vers la prospérité commune, ainsi qu’une mesure clé reflétant la supériorité du socialisme.

Troisièmement , conformément aux principes de rationalisation, d’unification et d’efficacité, les agences gouvernementales devraient être réformées pour répondre aux besoins du transfert progressif des actifs appartenant à l’État et des droits de contrôle macroéconomiques aux congrès du peuple à tous les niveaux. Selon les lois de l’économie de marché, le statut de gouvernement en tant que dirigeant ne peut participer directement ou indirectement à la concurrence du marché. Le transfert d’actifs appartenant à l’ensemble du peuple et aux entreprises collectives aux congrès du peuple à tous les niveaux est la nécessité d’établir une économie de marché socialiste et de réaliser le socialisme. La nécessité d’un objectif commun de prospérité. Étant donné que le L’ANP est vraiment fort sur le plan économique, le peuple participera plus activement au processus électoral et votera plus prudemment, ce qui le rendra politiquement plus capable de superviser les actions du gouvernement, ce qui renforcera les réformes politiques et économiques et don aussi la démocratie socialiste.

En octobre 2008, le professeur Cui Zhiyuan de l’École d’administration publique de l’Université Tsinghua a prononcé un discours lors de la réunion inaugurale du 30e anniversaire de la réforme et de l’ouverture et de l’Institut national de développement, soulignant que l’économie de marché socialiste était souvent considérée comme un slogan purement politique en Occident et en Chine et que le Parti au pouvoir n’a ajouté que le terme “socialiste” à l’économie de marché. Or, en réalité, l’économie de marché socialiste a un contenu riche, qui fait référence au revenu des actifs publics dans l’économie de marché, et revêt également une plus grande signification encore.

7- Approfondir la compréhension
Depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois, le secrétaire général Xi Jinping a présenté une série d’idées importantes, de conclusions importantes et de mesures importantes pour approfondir les réformes, « adhérer à l’orientation de la réforme de l’économie de marché socialiste » , ainsi que de la réflexion théorique et pratique pour approfondir la réforme du système économique. Explorer les deux aspects c’est aller dans la bonne direction.

"Main invisible" et "main visible" doivent être bien utilisés. La réforme du système économique est la clé pour approfondir les réformes de manière approfondie, la question centrale étant de gérer la relation entre le gouvernement et le marché, afin que le marché joue un rôle décisif dans l’allocation des ressources et joue mieux le rôle du gouvernement. A cet égard, le secrétaire général Xi Jinping a souligné que « le marché joue un rôle décisif dans l’allocation des ressources et joue mieux le rôle du gouvernement. Les deux sont organiquement unifiés, ne sont pas mutuellement niés, et ne peuvent pas séparer et opposer les deux » . Il faut « apprendre à utiliser correctement la "main invisible" et la "main visible" » .

Il est clair que « le marché joue un rôle déterminant dans l’affectation des ressources » est une innovation théorique majeure de Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti, qui résume l’expérience historique du développement économique et social depuis la réforme et l’ouverture ainsi que l’expérience historique de la réforme du système économique de marché socialiste. De l’économie planifiée à « l’économie planifiée des produits de base » , en passant par le « rôle fondamental du marché dans l’allocation des ressources » et ensuite par « le marché joue un rôle déterminant dans l’allocation des ressources », ce qui montre que notre compréhension du marché s’est progressivement approfondie.

Le processus de fonctionnement économique est le processus d’optimisation de l’allocation de diverses ressources économiques. Le Secrétaire général, Xi Jinping, a souligné que « le marché détermine que l’allocation des ressources est la loi générale de l’économie de marché et que l’économie de marché est essentiellement le marché qui détermine l’économie d’allocation des ressources ». « Le marché joue un rôle décisif dans l’allocation des ressources » , définissant plus avant l’orientation et les exigences principales de la future réforme du système économique du marché, ce qui signifie une réduction de l’intervention directe du gouvernement dans les activités micro-économiques et la création d’activités économiques capables de réguler efficacement les mécanismes du marché. Le marché permet au marché de jouer pleinement son rôle dans tous les domaines où il peut jouer un rôle, en favorisant l’allocation de ressources afin de maximiser les avantages et d’optimiser l’efficacité.

Dans le même temps, le secrétaire général Xi Jinping a souligné que « le marché joue un rôle décisif dans l’allocation des ressources et ne joue pas un rôle complet » . La "main invisible" du marché n’est pas une "main de Dieu" polyvalente.

Premièrement, la régulation spontanée du marché est aveugle. Dans l’économie de marché, les ressources s’adaptent spontanément en fonction de la loi de la valeur et du rapport entre l’offre et la demande mais, en raison du décalage de la transmission de l’information et des limites de la rationalité personnelle, cet ajustement spontané a inévitablement un certain degré de cécité.
Deuxièmement, le marché lui-même ne peut pas surmonter "l’externalité" . Dans le contexte de l’économie de marché, toutes les activités économiques sont fondées sur le principe coûts-avantages : des produits publics tels que l’environnement de développement, le maintien de l’ordre public et une bonne écologie, qui manquent clairement d’entités coûts-avantages clairement définies.
Troisièmement, le marché ne peut pas concilier efficacité et équité.
L’économie de marché prône la libre concurrence et la survie du plus apte. En raison de "l’effet Matthew", "le fort est fort, le faible est faible" et la libre concurrence finira par aller à son contraire et à former un monopole. En même temps, cela conduira également à la polarisation sociale, au fossé entre riches et pauvres, ainsi qu’aux intérêts généraux de la société et aux intérêts à long terme. On peut voir que cette "main invisible" sur le marché ne peut pas être utilisée pour combattre le monde.
Lors de "l’échec du marché" , il est nécessaire de jouer le rôle de "main voyant" du gouvernement. A cet égard, le secrétaire général Xi Jinping a déclaré : « La Chine met en place un système économique de marché socialiste. Nous devons toujours continuer à exercer la supériorité de notre système socialiste et à faire jouer le rôle positif du parti et du gouvernement ». « Les responsabilités et les fonctions du gouvernement consistent principalement à maintenir la stabilité macro-économique, à renforcer et à optimiser les services publics, à garantir une concurrence loyale, à renforcer la surveillance des marchés, à maintenir l’ordre du marché, à promouvoir le développement durable, à promouvoir la prospérité commune et à compenser les défaillances du marché » .

Améliorer le niveau d’économie ouverte et promouvoir les réformes avec ouverture

Au cours des 30 dernières années de réformes et d’ouvertures, réformes et ouvertures se sont mutuellement favorisées, et des interactions bénéfiques ont permis de grandes avancées et de grands progrès dans la réforme du système économique dans le sens de la mise en place d’une économie de marché. Pour approfondir la réforme du système économique, nous devons accroître encore l’ouverture sur le monde extérieur et relever le niveau d’une économie ouverte. À cet égard, le secrétaire général Xi Jinping a souligné que « il ne s’agissait pas d’ouvrir ou non, mais de relever notre niveau d’ouverture » et soulignant que « doit être mise en œuvre une stratégie d’ouverture plus proactive et créer de nouveaux avantages concurrentiels. Améliorer le niveau d’économie ouverte dans un éventail plus large, dans un domaine plus vaste et plus en profondeur » .

L’économie de marché doit être une économie ouverte. En élargissant l’ouverture vers le monde extérieur, différents éléments du marché peuvent obtenir un espace de circulation plus important et un choix de méthodes d’allocation des ressources, ce qui nous aidera non seulement à mieux coordonner les deux situations nationale et internationale, mais également à faire bon usage de deux marchés et de deux ressources. Renforcer la motivation externe de la réforme du système économique, contraindre le système juridique, la gouvernance, l’environnement de marché et même l’ensemble de la société à mieux s’adapter aux besoins du développement de l’économie de marché, briser la résistance idéologique et pratique qui entrave le développement de l’économie de marché et accélérer le développement du socialisme. Système économique de marché.
Depuis le 18ème Congrès national du Parti communiste chinois, le secrétaire général Xi Jinping a profondément saisi les nouvelles exigences en matière de réforme et de développement internes, et a été plus actif dans la promotion d’une plus grande ouverture sur le monde extérieur et a toujours « pris l’initiative de s’ouvrir au monde extérieur pour prendre l’initiative de gagner le développement économique et la concurrence internationale » . Les concepts stratégiques majeurs tels que "la communauté du destin humain", "Une ceinture et une route" et "une stratégie de zone de libre échange" ont non seulement considérablement renforcé le droit de la Chine à s’exprimer dans la coopération économique et commerciale internationale, mais ont également encouragé le développement de l’ordre économique international dans un sens plus juste et rationnel. Cela a également ouvert une nouvelle fenêtre pour que la Chine approfondisse sa restructuration économique.

Lorsqu’on s’ouvre plus largement au monde extérieur, il faut aussi mettre l’accent sur l’ouverture interne. Au début de la réforme et de l’ouverture, le camarade Xiaoping a souligné qu’il était nécessaire de « respecter la loi du développement social et économique, de faire preuve de deux ouvertures, l’une ouverte sur le monde extérieur et l’autre ouverte sur l’intérieur ». "La réforme dynamise et l’internalisation s’ouvre sur l’intérieur" . Que ce soit "vivifiant à l’intérieur" ou "ouverture à l’intérieur" peut être compris comme "ouverture".
A cet égard, le secrétaire général Xi Jinping a souligné : « Bien que le système économique de marché socialiste chinois ait été établi à l’origine, mais que le système de marché ne soit toujours pas parfait, le marché n’est pas encore pleinement développé, en particulier la relation entre le gouvernement et le marché n’a pas été redressée et le marché dépend de l’allocation des ressources. L’utilisation efficace du rôle est soumise à de nombreuses contraintes ».
"De nombreuses contraintes"
ont une forte pertinence et une orientation problème.

Par exemple, étant donné que les marchés financiers ne sont pas assez ouverts et que le seuil est élevé, les PME les plus dynamiques et les plus créatives de l’économie de marché, les besoins de financement dans le processus de développement et de croissance sont difficiles à satisfaire, en raison du double schéma urbain-rural et de la gestion de l’enregistrement des ménages urbains.
Les restrictions, la nouvelle génération de travailleurs migrants de la ville ne peuvent pas rester dans la ville, les villages ne peuvent pas revenir en arrière, deviennent le goulot d’étranglement et la dysenterie du développement de l’urbanisation ;
dans certains secteurs et secteurs économiques importants qui ne sont pas vitaux pour l’économie nationale, en raison de diverses restrictions ou du manque d’un système d’accès au marché unifié, une discrimination invisible formée objectivement contre l’économie non publique, forme une "barrière de la consolidation des intérêts" .
Par conséquent, tout en augmentant l’intensité de l’ouverture sur le monde extérieur, il est nécessaire d’ouvrir l’intérieur à une position plus dominante. En approfondissant l’ouverture interne, nous favoriserons le renforcement des réformes dans tous les domaines, éliminerons diverses restrictions non conformes aux lois et aux exigences de l’économie de marché et favoriserons l’amélioration et le développement continus du système économique du marché.

L’état de droit garantit également un leadership moral

La loi et la moralité sont des moyens importants de maintenir l’ordre social et d’assurer le bon fonctionnement de la société. Pour approfondir davantage la réforme du système économique de marché, nous devons non seulement jouer le rôle de garant de l’état de droit, mais aussi renforcer la construction morale. À cet égard, le secrétaire général Xi Jinping a souligné :
« Nous devons adhérer à la combinaison de gouverner le pays par la loi et gouverner le pays par la moralité, en combinant étroitement la règle de droit et la construction morale, et en combinant étroitement le droit et l’autodiscipline, de sorte que la règle de droit et la règle de vertu se complètent et se renforcent mutuellement » .

L’économie de marché est l’économie de la règle de droit. Les principes de base et les exigences de l’économie de marché sont des droits de propriété clairs et stables, une exécution juste des contrats et des règles uniformes et équitables. L’état de droit peut, d’une part, garantir les droits et intérêts légitimes de divers acteurs de l’économie de marché, maintenir un ordre commercial du marché unifié et équitable et constituer une attente sociale du fonctionnement normal de l’économie de marché, de l’autre, l’état de droit peut réglementer le fonctionnement du pouvoir, diviser les frontières entre le gouvernement et le marché Chacun d’entre eux joue un rôle dans le domaine et le champ d’application, fournissant ainsi des principes de base et un respect des règles « pour les deux mains » . Comme l’a souligné le secrétaire général Xi Jinping, « l’économie de marché socialiste est essentiellement une économie de droit. Pour que le marché joue un rôle décisif dans l’allocation des ressources et joue mieux le rôle du gouvernement, nous devons protéger les droits de propriété, maintenir les contrats, unifier le marché, égaliser les échanges et être juste. La concurrence et une surveillance efficace constituent l’orientation de base et le système juridique de l’économie de marché socialiste est amélioré » .

L’économie de marché appelle à la moralité. D’une part, l’économie de marché est une économie de crédit, fondée sur l’esprit de contrat, le principe d’honnêteté et de fiabilité. Une économie de marché manquant d’éthique conduira inévitablement à une concurrence désordonnée, à une amplification du risque, à une augmentation des coûts de transaction et à une réduction de l’efficacité des mécanismes de marché. North, lauréat du prix Nobel d’économie, a déclaré un jour : « Un système de marché efficace doit être bon en termes d’honnêteté, d’intégrité, de coopération, d’équité, de justice, etc., ainsi que de droits de propriété et d’un système juridique efficaces. Les gens éthiques opèrent ce marché » .
D’autre part, dans l’économie de marché, le capital à la recherche de profits et celui d’individus peuvent facilement conduire à une anomie morale telle que le culte de l’argent et un intérêt personnel extrême, sapant ainsi le fondement moral du développement à long terme de la société dans son ensemble. Par conséquent, tout en améliorant et en développant l’économie de marché, nous devons renforcer la construction morale compatible avec l’économie de marché moderne. A cet égard, le secrétaire général Xi Jinping a souligné que « la moralité est la pierre angulaire des relations sociales ». « Tout en développant l’économie socialiste marchande, nous ne devons pas oublier de renforcer le travail idéologique et politique, et de renforcer la culture de l’esprit socialiste et des qualités morales et de former progressivement des concepts idéologiques, des qualités morales et des modes de vie compatibles avec les besoins de la production et de la vie modernes. Nous ne devons pas être physiquement hors de la pauvreté, mais mentalement ignorants » .
C’est sur cette base que le Comité central du Parti, avec Xi Jinping en tant que secrétaire général, préconise avec vigueur la construction de valeurs fondamentales socialistes, ce qui est clairement énoncé dans les « Avis sur la culture et la mise en pratique des valeurs socialistes fondamentales » que « les diverses activités de production et de gestion doivent être menées. Conformément aux exigences des valeurs socialistes fondamentales, nous devons parler de responsabilité sociale, d’avantages sociaux, d’une gestion respectueuse de la loi, de concurrence loyale, d’honnêteté et de conformité…, prêter attention à l’unité organique du comportement économique et de l’orientation axée sur les valeurs, et intégrer organiquement les avantages économiques et sociaux. Réaliser l’interaction bénigne entre l’économie de marché et la construction morale » .

Maintenir les "deux inébranlables"

Le système économique de base dans lequel la propriété publique constitue le corps principal et les économies de propriété multiple développées ensemble est un pilier important du système socialiste aux caractéristiques chinoises et le fondement du système économique de marché socialiste. Pour approfondir les réformes et améliorer encore le système économique de marché socialiste, nous devons impérativement « adhérer au statut principal du système de propriété publique » et « encourager, soutenir et orienter sans relâche le développement de l’économie non publique » .

D’une part, nous devons impérativement adhérer au statut du secteur public. La propriété publique des moyens de production est une caractéristique essentielle du socialisme, un choix inévitable pour adhérer à la direction du socialisme, "libérer et développer les forces productives" et réaliser la "prospérité commune" . Abandonner le statut d’économie de propriété publique signifie s’éloigner de la direction correcte du socialisme aux caractéristiques chinoises et commettre des "erreurs subversives" . La pratique depuis la réforme et l’ouverture prouve également que le système économique de marché socialiste basé sur le système économique de base dans lequel la propriété publique est le corps principal et que l’économie multi-propriété se développe ensemble offre un avantage de développement plus grand que la société capitaliste basée sur l’économie privée.

Dans le processus d’approfondissement de la réforme du système économique de marché, l’économie de propriété publique est confrontée au test de l’accélération du rythme des réformes, de la consolidation de sa position principale et de l’amélioration des fonctions et des avantages. A cet égard, le secrétaire général Xi Jinping a déclaré :
« Comment mieux incarner et adhérer au statut principal du système de propriété publique et explorer davantage la réalisation effective du système économique de base est un problème majeur à nos yeux » . À cet égard, une insistance unilatérale sur "le recul et l’avancement nationaux" ou même sur la "privatisation totale" est totalement contraire au principe de "maintien de la position dominante de la propriété publique" . Elle est non seulement théoriquement insoutenable, mais également très préjudiciable dans la pratique. Comme l’a souligné le secrétaire général Xi Jinping, l’économie de la propriété publique « occupe une position dominante dans les principaux secteurs d’activité liés à la sécurité nationale et à la survie de l’économie nationale. Elle constitue un pilier important de l’économie nationale et constitue le fondement économique de la gouvernance de notre parti et du pouvoir politique de nos pays socialistes. C’est aussi un pilier, et il faut bien le faire » . Par conséquent, en approfondissant la réforme du système économique de marché socialiste, le corps principal de l’économie à propriété publique ne peut être que renforcé et ne peut être affaibli.

D’autre part, nous ne devons pas hésiter à encourager, soutenir et orienter le développement de l’économie non publique. L’économie non publique a un lien naturel avec l’économie de marché et est associée à de multiples niveaux de productivité, ce qui permet non seulement de jouer pleinement le rôle décisif de la répartition des ressources sur le marché, de promouvoir l’efficacité du secteur public de l’économie, mais aussi de promouvoir l’innovation, la fiscalité et la vitalité économique ont montré de grands avantages. Le secrétaire général Xi Jinping a souligné :
« Depuis la réforme et l’ouverture, la structure de propriété de la Chine a été progressivement ajustée. La part de l’économie publique et de l’économie non publique dans les domaines du développement économique et de la promotion de l’emploi a constamment évolué et la vitalité du développement économique et social a été renforcée » . Selon les statistiques, à la fin de l’année 2012, le taux de contribution de l’économie non publique au PIB dépassait 60%, ce qui constitue une véritable « moitié du pays » . À cette fin, la "décision" de la troisième session plénière du 18ème Comité central du PCC proposait des innovations théoriques et des mesures de réforme majeures pour le développement de l’économie non publique : sur la protection des droits de propriété, elle indiquait clairement que "deux inviolabilités" , c’est-à-dire "l’économie de propriété publique" . Les droits de propriété sont inviolables et les droits de propriété économique non publics sont également inviolables. En termes de concurrence loyale, l’accent est mis sur "trois égalités" , c’est-à-dire "l’égalité des droits, l’égalité des chances et des règles égales" , en guidant l’intégration des économies appartenant à l’État et à l’économie non publique. Les entreprises à capitaux publics participent à la réforme des entreprises à capitaux publics, voire à la détention de capitaux non publics. Il ne fait aucun doute que ces innovations et réformes théoriques majeures fourniront certainement un élan plus puissant et un espace de développement plus vaste pour accélérer le développement de l’économie non publique. [3]

Références

1- Économie de marché socialiste. People’s Network [date de référence 2016-09-29].
2- Zhang Guangjie. Introduction au droit chinois : Fudan University Press, 2005.
3- Approfondir la compréhension de l’économie de marché socialiste. Réseau populaire. 2015-8-27 [date de référence 2015-08-31].


Edité le 15-03-2019 à 12:47:29 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
11201 messages postés
   Posté le 15-03-2019 à 13:19:31   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ce dernier article définit essentiellement "l’interaction entre l’économie de marché et le socialisme En Chine" .
On ne peut pas dire qu'une telle interaction doive s'appliquer de façon identique "dans le monde" , même si l'interaction "entre l’économie de marché et le socialisme" soit bien un sujet à résoudre dans le cadre des conditions spécifiques à notre pays, par exemple.

D'une part il est probable que la révolution prolétarienne ne peut pas raser toute forme de propriété privée des moyens de production et qu'elle vise avant tout et dans un premier temps les grands monopoles capitalistes.
Par contre il serait nécessaire de préciser ce qu'on entend par capitalisme "au bout du rouleau" , sa capacité ou non à permettre le développement des forces productives, à éviter les crises.
La réalité montre que dans bien des domaines le tournant libéral a détruit les forces productrices et les services publics. Il semble même qu'une correction n'est plus possible dans ce cadre.

D'autre part, si les contradictions internes sont les causes fondamentales des transformations, on ne peut pas faire abstraction des conditions économiques et financières internationales, c'est-à-dire des échanges économiques existants, et prôner l'autarcie.
Si ces questions ne sont pas encore d'actualité, elles nécessitent quand même une étude fondée avant tout sur les faits

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Divers  lectures  A propos du "modèle chinois et nous"Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum