Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Pratique  Actions en communs des membres 

 Pourquoi la polémique antichinoise...

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14411 messages postés
   Posté le 05-04-2020 à 18:02:50   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur le réseau faire vivre

Pourquoi la polémique antichinoise, où va la Chine et où vont les USA ?


Dimanche 5 avril 2020, par jean


Xi Jinpin à Wuhan le 10 mars 2020
La polémique a rebondi cette semaine à propos des enterrements des victimes du covid-19 .

Des photos montrant plusieurs dizaines de personnes attendant devant les crématoriums ont été légendées « Des centaines, voire des milliers de personnes font la queue devant les salons funéraires de Wuhan » . Sans tenir aucun compte des décès hors covid-19, qu’on peut estimer à 10 000 selon les statistiques de 2019, des calculs au doigt mouillé ont supputé plus de 45 000 décès sur Asianews, qui deviennent 59 000 sur France Inter, puis sur tous les médias une évidence qui ne doit plus être remise en question, rappelée à chaque occasion.

Ce feuilleton n’est pas neuf, les erreurs initiales commises par certains fonctionnaires par crainte d’une panique généralisée ont aussitôt été exploitées par nos médias lors du décès du Dr Li. Le Monde, le Huffington Post ou Libé ont spéculé sur la possibilité d’une révolte populaire ’contre le régime’. Alors que Li Wenliang était membre du PCC, il est devenu un héros de l’opposition au régime, Le Point du 7 février titrait « le docteur Li, martyr de la liberté » , et les médias, sociaux-démocrates et atlantistes en tête, rêvaient déjà d’un Tchernobyl chinois.
- Sylvie Kauffmann : « Pour l’instant, la gestion du coronavirus par la Chine relève plus d’Orwell que de la glasnost » - Il y a bien des similitudes entre l’épidémie actuelle et la catastrophe de Tchernobyl en 1986. Même dissimulation par le pouvoir, même propagande et même doutes d’une partie des citoyens
- France Culture : « L’épidémie de coronavirus peut-elle être le Tchernobyl de Xi Jinping ? »
- Le Point : Coronavirus : le Tchernobyl de la mondialisation chinoise
- France Info : pour éviter un ’Tchernobyl chinois’, Pékin mène une ’guerre de l’information’ sur les réseaux sociaux

On peut se demander pourquoi de telles calomnies prennent le pas sur la recherche scientifique des faits, l’examen de l’expérience acquise dans d’autres pays afin de ne pas renouveler des erreurs ou de profiter de leurs avancées. L’incurie de l’Etat bourgeois ne peut pas se dissimuler derrière un doigt accusateur. Mais peut-on simplement parler d’incurie pour comparer les résultats de la lutte contre le covid-19 en Chine et dans les pays occidentaux ?

Certains camarades soulignent ’l’exemplarité et ... l’intelligence de la bourgeoisie chinoise’ , opposée à ’l’incompétence criminelle de la nôtre’. Peut-on s’en tenir là ?

Deux voies et deux systèmes dans la lutte contre l’épidémie

Peut-on parler de « l’exemplarité et ... l’intelligence de la bourgeoisie chinoise » ?

Les autorités chinoises ont transmis le 8 janvier la séquence génétique du virus. Le 20 janvier des cas sporadiques étaient déclarés en Chine, mais la perspective des déplacements très importants pour la fête du Nouvel an ont conduit Xi Jinping et le CC du PCC à « ordonner des efforts résolus pour freiner la propagation du nouveau coronavirus qui a provoqué des cas de pneumonie », en soulignant que « la sécurité et la santé du peuple étaient la priorité absolue » . Il y avait alors 224 cas en Chine, un cas au Japon, deux en Thaïlande et un en République de Corée.

Le 22 janvier on déplorait deux morts dans le Hubei. Le 24 janvier le bilan s’élevait à 44. Alors que la Chine construisait déjà son premier hôpital préfabriqué à Wuhan, Xi Jinping déclarait « Face à la situation grave d’une épidémie qui s’accélère (...) il est nécessaire de renforcer la direction centralisée et unifiée du Comité central du Parti » .

Puis le 27 janvier il appelait à « s’appuyer sur le peuple pour remporter la bataille contre l’épidémie »

Garder l’intérêt du peuple à l’esprit est la plus grande priorité dans l’actuelle bataille ardue de prévention et de contrôle de l’épidémie de pneumonie causée par le nouveau coronavirus…

Les comités du Parti à tous les niveaux doivent porter des jugements scientifiques et précis sur la situation épidémiologique, a fait remarquer M. Xi, demandant l’unité dans la direction, le commandement et l’action concernant le travail de prévention et de contrôle.

…les responsables des organisations du Parti, notamment les responsables principaux, [doivent] toujours rester à leur poste, à commander en première ligne et à assumer leurs responsabilités de gouvernance.

Les organisations et membres du Parti au niveau de base doivent jouer le rôle d’avant-garde pour largement mobiliser, organiser et unir le peuple dans la prévention et le contrôle collectifs afin de fortifier une défense puissante basée sur la participation de masse.


Est-ce qu’une « bourgeoisie » s’exprime et agit ainsi ?

La stratégie suivie par la Chine consistait à isoler sévèrement la province du Hubei équivalente en population à l’Italie, concentrer les efforts de toute la Chine pour soutenir l’épicentre suivant le slogan « Wuhan vaincra ! Le Hubei Vaincra ! Et la Chine vaincra ! » .

Plus de 3 000 arrondissements, plus de 7000 quartiers résidentiels, et plus de 13800 communautés ont été mobilisés. Plus de 40 000 cadres, employés et membres du PCC venant des organes gouvernementaux, des entreprises et des institutions à Wuhan ont été déployés dans les communautés. Dans les ruelles et les immeubles les bénévoles ont parcouru des kilomètres et gravi des centaines d’escaliers. Des dizaines de milliers de soignants sont venus de toute la Chine porter secours à Wuhan, et parmi eux au premier rang les communistes chinois.

Je ne détaille pas ici l’ensemble des mesures prise par la Chine, rejetées sous des prétextes divers par les pays occidentaux, qui font marche arrière ensuite dans le plus grand désordre.

Le Monde du 25 janvier signalait alors trois cas en France, un en Australie, deux aux Etats Unis « Contrairement à d’autres pays, la France n’a pas mis en place de mesures particulières aux frontières pour les passagers venant de Chine, avec contrôle de température notamment, méthode jugée peu fiable par la ministre de la santé… »

Quelle « stratégie » a guidé la bourgeoise française ?

A travers les mensonges et les revirements une petite musique est revenu avec insistance, elle refait surface à propos du déconfinement : la thèse de « l’immunité collective » a été plusieurs fois sous entendue, voire défendue ouvertement par Boris Johnson ou Blanquer ici, qui ajoutait « Comme vous le savez, depuis le début, la stratégie ce n’est pas d’empêcher que le virus passe – on sait qu’il passera probablement par plus de la moitié d’entre nous –, mais c’est de faire en sorte qu’il passe de la manière la plus étalée possible dans le temps. »

Macron a repris plusieurs fois cette stratégie attentiste prétendant « repousser le pic de l’épidémie » .

Or, à raison de 2 % de mortalité, attendre que 60 % de la population soit contaminée au prétexte de l’immuniser, aboutit à sacrifier près de 800 000 personnes dans notre pays.

L’incurie ou « l’incompétence » de l’Etat Français face à l’épidémie n’est pas le fait du seul gouvernement Macron, elle remonte à plusieurs mandats en arrière. Les communistes ont dénoncé depuis fort longtemps la destruction volontaire de la santé publique, depuis un an les urgentistes sont en lutte et soulignent aujourd’hui les conséquences criminelles de ces choix uniquement dictés par la soif du profit.

D’autres pays que la Chine ont mieux réagi que le notre, mais au ratio de sa population ses résultats sont exemplaires. Le Figaro écrit que Le confinement chinois a possiblement évité 700 000 cas de coronavirus.

Il ressort que deux voies se sont opposées dans la lutte contre le covid-19. Malheureusement le développement du virus dans certains pays, notoirement aux USA montre que le mépris des leçons tirées par la Chine aboutit à un drame. Nous sommes loin ici de la seule « incompétence criminelle » : ce sont les conséquences de la recherche du profit capitaliste à tout prix.

Sous cet aspect, la polémique antichinoise ne relève pas de la simple volonté de se justifier, mais d’une nouvelle guerre froide opposant deux systèmes.

On lit sur France Inter un commentaire qui défie le bon sens, ouvertement anti communiste :

’Le régime communiste annonce seulement 3.200 victimes, là où des journalistes lanceurs d’alerte comptabilisent 97.000 morts dont 59.000 rien que pour la ville de Wuhan… pour l’ensemble de la Chine… il pourrait y avoir 1,2 millions de Chinois touchés’.

On savait déjà que la Chine avait menti sur les dates du début de l’épidémie, et il est de plus en plus évident aujourd’hui qu’elle a aussi menti sur le nombre de victimes. Et il n’y a pas que les lanceurs d’alerte qui en sont convaincus : médecins, ONG, institution internationale, tous disent la même chose.

La semaine dernière, dans une déclaration, les pays du G7 ont accusé le régime chinois d’avoir mené une campagne intentionnelle de désinformation. Ils ont également accusé la Chine d’être, avec cette attitude, une menace pour la santé mondiale.
Même tonalité pour Reporter sans frontière : l’ONG estime que la dictature chinoise est responsable de la situation actuelle, et explique que cette censure chinoise a provoqué et amplifié la crise.

L’outil d’une propagande à échelle mondiale

Une attitude qui vient renforcer la stratégie diplomatique de la Chine partie à la conquête du monde. L’histoire retiendra qu’il y aura eu, dans cette épidémie, des dizaines de milliers de morts en Europe, des centaines de milliers dans le monde.... pour 3200 victimes seulement en Chine. Et ce, au service d’un message inconscient : celui qu’une dictature protègerait mieux ses concitoyens que les démocraties.

Un message de propagande qui en rappelle un autre : à l’époque des manifestations de la place Tian’anmen, au printemps 1989, la dictature chinoise avait annoncé que les affrontements avaient fait 241 victimes, alors que de nombreux observateurs parlaient déjà de plusieurs milliers de morts. »


Si la barre des 100 000 morts était dépassée aux USA, faudrait-il ajouter un ou deux zéros en Chine pour « sauver le monde libre » ?

Où va la Chine ?

Nous ne devons pas oublier que le socialisme n’est pas la société sans classe communiste, c’est une phase de transition où la lutte de classe se poursuit.

La réforme et l’ouverture de Deng Siaoping et sa phrase emblématique « Peu importe qu’un chat soit noir ou blanc, s’il attrape la souris, c’est un bon chat » avaient convaincu beaucoup d’entre nous que la Chine suivait le chemin de la Russie vers la restauration du capitalisme.

Chacun a pu constater la prolifération des entreprises privées, l’afflux de capitaux et d’entreprises étrangers, l’interpénétration capitaliste avec les USA, avec leur cortège d’accidents du travail, de destruction d’acquis sociaux, de pollution et de corruption. Et les médias nous l’ont régulièrement rappelé « la Chine est capitaliste ».

L’importation des technologies, la formation des intellectuels à l’étranger se sont accompagnées de l’importation des théories politiques « démocratiques » sur les trois pouvoirs, des théories économiques bourgeoises, et la chute de l’URSS a encouragé un courant libéral dans le PCC. Au fil du temps des élites intellectuelles et économiques se sont constituées, une nouvelle bourgeoisie, suivant l’observation de Staline :

« … la petite bourgeoisie urbaine et rurale, comme l’a dit Lénine, engendre dans son sein chaque jour et à chaque heure, capitalistes et tout petits capitalistes, et ceux-ci - ces éléments capitalistes - prennent toutes les mesures pour sauvegarder leur existence ».
[Les questions du léninisme – de la déviation de droite dans le PC(b) de l’URSS].

Cependant la chute de l’URSS a aussi averti les communistes chinois. On a peu parlé des quatre principes de base de Deng Siaoping : ’Les autorités centrales estiment que si nous voulons réaliser les quatre modernisations en Chine, nous devons adhérer aux quatre principes de base de l’idéologie et de la politique. C’est la condition préalable fondamentale pour réaliser les quatre modernisations.’ Ni de ses avertissements « Vous ne pouvez pas copier l’Occident et vous ne pouvez pas libéraliser ... Le système des congrès populaires est mis en place à la place du système américain à trois pouvoirs ».

Ces quatre principes soulignés le 27 mars 1979 sont : la route socialiste, la dictature du prolétariat, la direction du parti et les principes de base du marxisme-léninisme et de la pensée de Mao Zedong.

Un article récent rappelle que Deng Siaoping dénonçait la libéralisation bourgeoise et le risque de création d’une nouvelle bourgeoisie . La répression place Tien An Men, cinq mois avant l’ouverture du mur de Berlin a montré aux capitalistes que tout n’était pas joué en Chine. Bien que l’expérience négative de la révolution culturelle ait atténué le débat politique, la lutte idéologique entre la voie capitaliste et la voie socialiste n’y a jamais cessé.

Nous avons pu observer comment la restauration du capitalisme en URSS n’a pas rassasié les ambitions impérialistes, qui se sont employées à démanteler et annexer par tous les moyens l’ancien Comecon. L’objectif de l’hégémonisme US ne se contenterait certainement pas de restaurer le capitalisme en Chine, mais la dépècerait aussitôt.

La guerre commerciale déclenchée par Trump a enseigné à toute la société chinoise que les USA ne sont pas un modèle à copier mais un ogre assoiffé de profit, et le courant libéral n’a pas résisté à cette « révélation ». Le 25 septembre 2018 Global Times annonçait les « Nouvelles règles du PCC pour expulser les membres qui expriment leur soutien à la libéralisation bourgeoise en ligne »

Une « décision » prise fin octobre 2019, lors de la quatrième session plénière du 19e Comité central du Parti communiste chinois a finalisé sur le terrain institutionnel une lutte de plusieurs années contre la corruption, pour l’étude du marxisme, la suppression de la pauvreté, rappelant les principes de la penséemaotsétoung servir le peuple et partir des faits , puis ne pas oublier le cœur d’origine et garder la mission à l’esprit , la direction du Parti, etc.

Désormais les textes théoriques chinois dénoncent régulièrement l’impérialisme, le libéralisme et la social-démocratie, les intellectuels qui nient le rôle dominant de la propriété publique, ils rappellent la critique de l’école de Déborine par Staline, etc.

La bourgeoise n’a pas manqué de relever cette nouvelle orientation. Dans « Rouge vif, l’idéal communiste chinois » Alice Ekman dresse l’inventaire de ce tournant idéologique : en relevant que « le débat économique existant en Chine ne laisse que très peu de place aux économistes de tendance libérale. Aucun dirigeant du Parti n’affirme aujourd’hui publiquement que l’économie chinoise doit être réformée en profondeur….Le gouvernement chinois actuel semble considérer que l’étape du capitalisme, même partiel, n’était qu’un détour pour l’économie chinoise, limité dans le temps, pour mieux revenir aujourd’hui au « socialisme », qui demeure la voie naturelle et légitime à emprunter par la Chine. »



Les communistes marxistes-léninistes, qu’ils soient organisés ou non, devraient reconsidérer leur point de vue sur la Chine en étudiant ces changements, pour parvenir à une unité de pensée sur la Chine.

Où vont les USA ?

La Chine relève que l’hégémonie US repose sur un système de Ponzi qui parvient en bout de course. La pandémie a accéléré ce processus. La sortie de crise de la Chine a piqué au vif le capitalisme US pour lequel il est impératif de reprendre au plus tôt la production.

Les chiffres de l’infection explosent, l’absence de couverture sociale, la misère réelle sont le terreau d’une catastrophe sanitaire provoquée par la bourgeoisie elle-même, amplifiée par le bipartisme, l’indécision, les revirements et l’arrogance. Notre presse bourgeoise décrit un pays « dépassé par les événements ».

Le nombre de chômeurs explose aussi. La désindustrialisation et l’inflation de l’économie des services pèsent lourdement sur l’activité du pays. La somme inédite mais insuffisante de 2000 milliards de dollars, comme la quasi suppression des taux, ont à peine fait frémir la Bourse, la baisse des prix du pétrole menace l’onéreux gaz de schiste. A l’échelle internationale, les économistes bourgeois sont convaincus que la récession en cours va déboucher sur une crise inégalée.

Les capitalistes américains, qu’ils soient démocrates ou républicains, se trouvent maintenant dans une situation absolument inacceptable qui est la perte de l’hégémonie, c’est-à-dire l’écroulement de la pyramide de Ponzi du dollar.

C’est une situation comparable à celle de l’Allemagne de l’entre-deux guerres. Les textes théoriques chinois avertissent sur le risque de guerre, une guerre dirigée contre le principal ennemi des USA et à plusieurs titres, la Chine. Elle associerait guerre financière et militaire, et devrait intervenir avant que le potentiel militaire de la Chine soit équivalent à celui des USA, c’est- à-dire d’ici 2022.

Quelle sera l’attitude de la bourgeoise française ? Bien qu’elle soit dominée, méprisée et sanctionnée par l’hégémonisme, elle rejette avec force la « dictature » chinoise.

Que sera notre attitude dans ces circonstances ? Bien sûr nous avons toujours milité pour la paix. Pouvons-nous considérer qu’il s’agit d’un conflit entre deux impérialismes, l’un déclinant et l’autre venant prendre sa place, ou bien entre la Chine socialiste et la plus grande puissance impérialiste, le plus grand parasite de l’économie mondiale, le principal fauteur de guerre et de subversion dans le monde, écrasant tout sur son passage y compris ses propres alliés ?

Les communistes marxistes-léninistes devraient unir leurs positions sur la base des faits, s’opposer résolument à l’hégémonisme US et soutenir avec fermeté la Chine socialiste.


Edité le 05-04-2020 à 18:18:49 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14411 messages postés
   Posté le 21-04-2020 à 23:04:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le PRCF sur la campagne anti chinoise :

Une campagne de désinformation massive aux accents racistes contre les Chinois, la Chine, ses gouvernants et le PCC .



La Chine mobilisée contre le coronavirus COV-SARS-2

Une campagne fangeuse, belliqueuse, dangereuse est lancée contre la Chine. Trump attaquant, Macron aboyant à ses basques accompagné de BoJoh. Ce Boris Johnson qui appelait à rester dans les pubs et à serrer les mains il y a quelques jours encore avant de se retrouver en soin intensif. Ce Trump appelant à remplir les églises à Paque, et ce Macron appelant le 7 mars à remplir les théatres et les terrasses. Cela bien plus d’un mois après que l’OMS a déclaré une urgence sanitaire de portée internationale contre le Coronavirus. Cela plus de deux mois après que la Chine a sonné l’alarme le 1er janvier 2020 auprès de l’OMS en détectant l’émergeance d’une épidémie d’un nouveau virus le COV-SARS-2. Virus isolé et dont le génome est séquencé dans un temps records dans les premiers jours de janvier, avant que la Chine ne sonne un coup d’alerte retentissant en plaçant en quarantaine totale 60 millions de ses habitants de la province du Hubei, isolant totalement la ville de Hubei centre névralgique de son industrie automobile et de ses communications terrestres.

IC vous propose de revenir sur cette campagne de désinformation massive avec une tribune publiée sur son blog par notre ami Michel Aymerich, et également de reprendre connaissance de l’expression du PRCF avec un extrait de la résolution de sa 5e conférence Nationale tenue en juin dernier à Paris, consacrée à la Chine Populaire.

______________________


NB : l'article de Michel Aymerich est déjà en ligne sur le forum, dans le fil la lutte contre le coronavirus est politique (posté le 20/04 à 15h07'), ou sur son site contre l'air du temps.

______________________


EXTRAIT DU DOCUMENT PREPARATOIRE A LA 5e CN DU PRCF CONSACRÉ A LA CHINE POPULAIRE



7 – S’agissant de la Chine populaire , il nous faut porter plus que jamais une approche dialectique à son sujet :

D’un côté, les réformes introduites par Deng Xiaoping en vue d’insérer la Chine dans la mondialisation capitaliste ont creusé les inégalités de classes. Elles ont favorisé l’émergence d’une classe capitaliste ou précapitaliste pratiquant la corruption à vaste échelle, provoqué de graves déséquilibres environnementaux et régionaux, rétabli l’exploitation capitaliste sous l’égide des transnationales, amoindri les valeurs collectivistes dans une partie de la jeunesse. Sans pratiquer pour l’heure l’ingérence politique et le pillage néocolonial de l’Afrique et d’autres parties du monde qui caractérisent le néocolonialisme occidental, en se réclamant tout au contraire, ici et maintenant, d’échanges internationaux mutuellement avantageux, la Chine exporte désormais de plus en plus de capitaux vers d’autres pays et d’autres continents que l’Asie, surtout en Afrique, mais aussi en Europe – notamment en France.

Pourtant, la Chine populaire n’a pas cédé d’un pouce sur la question de sa souveraineté nationale et de son unité territoriale, et Xi Jinping a souligné l’ancrage idéologique marxiste de la République populaire de Chine. La maîtrise d’Etat des secteurs stratégiques, du sol et de la majorité des industries a été maintenue ainsi qu’une efficace planification macro-économique. La grande pauvreté a globalement reculé en Chine, les transnationales ont été fermement recadrées par l’Etat chinois, et, sous l’impact des foisonnantes luttes paysannes et des grandes grèves ouvrières – dont beaucoup se réclament de Mao et du drapeau rouge –, l’Etat chinois a fini par s’attaquer aux dégâts environnementaux, il a refondé la protection sociale, augmenté sensiblement les salaires ouvriers, privilégié la création d’un marché national qui sert de base économique à une alliance patriotique entre prolétariat, paysannerie et nouvelle bourgeoisie nationale. Il s’agit d’une forme de compromis historique national et international dans lequel la bourgeoisie nationale chinoise tolère le pouvoir du PCC parce qu’elle sait que, sans lui, l’immense et très diverse Chine serait de nouveau divisée, colonisée, pillée, dépecée par le grand capital étranger qui la livrerait aux séparatismes réactionnaires ( tibétain, ouïgour …) ; symétriquement, le PCC prend appui sur l’insertion chinoise dans la mondialisation capitaliste pour développer l’industrie, liquider les poches d’arriération et de grande pauvreté, porter la Chine à l’avant-garde de la recherche technico-scientifique mondiale, en faire la première économie mondiale, et étendre ses liens avec les BRICS, Cuba et l’ALBA. L’avenir dira si ce développement social d’aspect contradictoire finira par pencher dans le sens d’une restauration capitaliste intégrale menaçant l’unité du pays, ou si au contraire, sortant de la mondialisation capitaliste par le haut, les communistes chinois et la classe ouvrière finiront par maîtriser pleinement les nouvelles forces productives afin d’ouvrir une nouvelle page de la transformation socialiste nationale et mondiale.

Par conséquent, les militants authentiquement communistes de France doivent s’abstenir de donner des leçons au grand peuple chinois : rejetant la propagande impérialiste sur le « nouveau péril chinois » et ses évidents relents racistes, le PRCF dénonce le soutien lamentable qu’apporte l’Occident « progressiste » au Dalaï-Lama et à d’autres nostalgiques de l’obscurantisme et du séparatisme féodal. Le PRCF n’en est pas moins solidaire des ouvriers et des paysans chinois qui combattent la corruption, les spoliations et l’exploitation sauvage que leur font subir les transnationales et certains millionnaires chinois, parfois aidés dans cette besogne antinationale par des dirigeants locaux corrompus qui salissent auprès des masses le beau titre de communiste. A l’écoute des militants communistes et des marxistes chinois qui veulent que triomphe définitivement la voie socialiste-communiste dans le pays le plus peuplé du monde, le PRCF condamne toute forme de « sanctions » occidentales, d’encerclement militaire ou de menées guerrières à l’encontre du peuple chinois et de ses alliés.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2427 messages postés
   Posté le 22-04-2020 à 05:50:11   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Covid 19 et Propagande antichinoise

https://www.youtube.com/watch?v=KzbUNsv2dlk

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14411 messages postés
   Posté le 22-04-2020 à 22:31:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

C'est une bande son de "patriotes communistes".

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14411 messages postés
   Posté le 26-04-2020 à 18:58:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Lettre commune du PRCF et de RC, signée également par :

les Editions Prolétariennes,
Michel AYMERICH, créateur et auteur du blogue « A contre-air du temps »
Gilliatt de Staërck, responsable des JEUNES POUR LA RENAISSANCE COMMUNISTE EN FRANCE (JRCF)
Vincent Flament, pour le Comité Internationaliste pour la Solidarité de Classe (C.I.S.C.)


______________________________


dimanche 26 avril 2020

HALTE A L’INTOX ANTICHINOISE ET AUX MENACES DES DIRIGEANTS IMPERIALISTES OCCIDENTAUX CONTRE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE




Déclaration commune du Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF) et du Rassemblement Communiste (RC)
26 avril 2020


Confrontées au discrédit populaire qui frappe les gouvernants néolibéraux des Etats-Unis, de l’UE et de ses Etats-membres (au premier rang desquels le gouvernement français), toutes plus incapables les unes que les autres de traiter la crise sanitaire, inquiètes de voir la République populaire de Chine, la République socialiste du Vietnam ou la République de Cuba, tous rescapés du camp socialiste, obtenir des résultats remarquables dans la lutte contre le virus, rageuses de voir que les Italiens, les habitants des Antilles, etc. accueillent avec gratitude l’aide des médecins cubains, chinois et vénézuéliens ainsi que l’envoi de matériel sanitaire fourni par la Chine et la Russie, cherchant en permanence de nouveaux prétextes pour augmenter les dépenses de l’OTAN, prêtes à tout pour attirer dans une fallacieuse « union sacrée » les couches populaires qu’elles exposent sans vergogne à la contagion, les oligarchies capitalistes ont engagé une ignoble campagne médiatique visant à calomnier la Chine populaire en l’accusant d’être la principale fauteuse de pandémie alors qu’elle en fut la première victime et qu’elle a, dès qu’elle l’a pu, transmis au monde entier ses observations scientifiques (notamment le séquençage du virus) et ses résultats thérapeutiques.



Pourtant, nombre de professeurs français de médecine travaillant en France ou exerçant à Wuhan, point de départ de l’épidémie, ont salué l’effort de l’Etat chinois pour casser la contagion ; ils ont en vain appelé Macron à étudier le précédent chinois au lieu de stigmatiser, par préjugé anticommuniste assorti de racisme anti-asiatique, le « comportement du régime chinois » ; sans parler de Trump, qui a lancé l’ignoble expression de « virus du PC chinois »*, les présidents français et anglais ont rivalisé d’irresponsabilité diplomatique à l’égard de la Chine, la prévenant même, sur un mode dérisoirement belliqueux, qu’elle « devrait rendre des comptes le moment venu »… Tel est le cas de Macron, qui appelait encore le 6 mars dernier les Parisiens à faire la fête et à multiplier les sorties, et du premier ministre anglais : il ose pointer du doigt… Pékin, alors qu’il a lui-même minimisé l’épidémie jusqu’à la fin mars (et qu’il a failli en mourir !) ! En réalité, ce n’est pas à « Pékin » que les travailleurs français et anglais se préparent à « demander des comptes » : c’est à leurs gouvernements respectifs, qui ont cassé l’hôpital public et qui n’avaient ni masques ni tests pour protéger la population, ainsi qu’à l’UE dont les critères d’austérité ont détruit les services publics et dont « l’économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée » (Traité de Maastricht) a ouvert une voie royale à la diffusion planétaire des crises sociales, écologiques et sanitaires !



Profiter de la situation pour augmenter les crédits de l’OTAN et de la future « armée européenne », alors que le monde a tant de besoins sanitaires, sociaux, environnementaux et éducatifs ;
Plomber les efforts de coopération sanitaire mondiale en coupant les crédits de l’O.M.S. (décision de Trump), aggraver le blocus de Cuba, du Venezuela et de l’Iran et désigner nommément la Chine et la Russie comme les « ennemies stratégiques ». En réalité, au lieu de forcer une union sacrée humaniste et pacifique des peuples contre la pandémie, les gouvernants impérialistes de l’UE et de l’OTAN veulent exploiter le traumatisme vécu par des milliards de gens pour accentuer la guerre sociale contre les peuples et amorcer la guerre tout court contre les peuples chinois, russe, cubain, vénézuélien, nicaraguayen, iranien, syrien, etc.



Organisations appelant à la reconstruction du parti communiste en France, nous appelons les travailleurs à ne pas « marcher » dans cette croisade antichinoise irresponsable. Toutes les ressources disponibles doivent être consacrées à la santé publique, à la recherche médicale et aux services publics et non à la guerre impérialiste, que prépare l’indécente intoxication médiatique actuelle à l’encontre de la Chine et d’autres pays ciblés par la propagande euro-atlantique. Plus que jamais, – la pandémie actuelle en est l’effarant révélateur – le capitalisme-impérialisme, ses Etats et ses institutions, parmi lesquelles l’UE, l’OTAN et l’OMC, FMI et Banque Mondiale, n’apportent plus que désorganisation, angoisse et mort. Plus que jamais, face au virus mortel du capitalisme, de l’impérialisme et de l’UE/OTAN, doit être repris le mot d’ordre de Fidel, « la patrie ou la mort, le socialisme ou mourir, nous vaincrons ».




Edité le 27-04-2020 à 08:08:52 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2427 messages postés
   Posté le 02-05-2020 à 06:11:29   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

Lu sur : https://www.legrandsoir.info/les-etats-unis-mentent-effrontement-quand-ils-s-en-prennent-a-la-cooperation-medicale-internationale-de-cuba-cubadebate.html

1er mai 2020

Les Etats-Unis mentent effrontément quand ils s’en prennent à la coopération médicale internationale de Cuba (CubaDebate)

Johana Tablada

À propos du document diffusé par le département d’État des Etats-Unis pour exercer des pressions sur les pays ayant accueilli des brigades médicales cubaines ou ayant signé des conventions de coopération avec Cuba.
Le nouveau pamphlet du département d’État, intitulé sans vergogne « La vérité sur les missions médicales de Cuba », est bourré de mensonges.
La seule vérité, en l’occurrence, c’est qu’il s’efforce d’occulter le fiasco de la campagne de pressions que l’administration étasunienne a engagée voilà plus d’un an pour torpiller la coopération internationale de Cuba dans n’importe quel pays, en faisant l’impossible pour en dénaturer la nature et la présenter comme ce qu’elle n’est pas.

Or, c’est tout le contraire qui est arrivé.

Ce document méprisable prétend aussi détourner l’attention de la façon dont l’administration étasunienne a géré la pandémie aux échelons national et multilatéral, une gestion laissant beaucoup à désirer et critiquée dans le monde entier.

Voilà un an, John Bolton avait promis d’en finir avec les « mythes » de la Révolution cubaine, comme celui de la santé, et de durcir le blocus. Il avait aussi parlé de liquider ce que la Révolution cubaine pouvait avoir de romantique, d’annuler les voyages et de bloquer les revenus de notre économie. Beaucoup de gens se rappellent sans aucun doute les mesures prises dans ce but : application totale de la Loi Helms-Burton ; élimination des voyages de croisière et des catégories, déjà limitées, d’échanges interpersonnels ; réduction des vols et des voyageurs en provenance des Etats-Unis ; traque du carburant que Cuba achète sur le marché international, parmi bien d’autres.

Et là, l’administration étasunienne s’est distinguée pour ce qui dépendait d’elle. Rien qu’en 2019, elle a adopté 86 nouvelles mesures de blocus qui nous font beaucoup de mal et entravent jusqu’à notre capacité d’affronter le Covid-19 aussi bien que nous le pourrions dans d’autres conditions. Et même ainsi, nous le faisons bien…

Mais il lui a été impossible d’en finir avec le « mythe » de la santé et de la coopération de Cuba. Ce sont des décennies d’efforts et de résultats. Ses calomnies – inscrites dans des campagnes largement financées – confondent encore beaucoup de gens, mais rendent plus intense l’éclat de la contribution des personnels de santé, ainsi que la nature et la portée véritables du système de santé publique de Cuba.

Sa campagne, qui vise à justifier aux yeux du monde une politique de blocus dépourvue de la moindre assise légale ni morale, a échoué misérablement.

Car cette coopération est aujourd’hui plus vaste que jamais et bénéficie de la reconnaissance mondiale par sa qualité professionnelle et humaniste. Elle pourrait être plus importante, n’était-ce la priorité logique de garantir la protection et l’assistance médicales à la population cubaine, elle aussi en butte à la pandémie. Nous recevons plus de demandes que celles auxquelles nous pouvons répondre actuellement, et le pays compte bien plus de médecins et de personnels infirmiers prêts à participer à des missions de coopération.

Actuellement, compte tenu de l’expérience positive et des résultats atteints, bien plus de pays réclament les services médicaux cubains dans leurs différentes modalités

Aucune de ces modalités ne saurait être considérée comme de la « traite des êtres humains » ou du « trafic d’esclaves », comme les taxe de manière malintentionnée l’administration étasunienne, dont les intentions n’ont d’ailleurs pas grand-chose à voir avec celles que proclame le département d’État. En fait, tout ce que prouve cette vision des choses, c’est le manque de sérieux avec lequel cette administration envisage la lutte contre la criminalité internationale, un domaine où Cuba est exemplaire.
Et ça, le département d’État le sait pertinemment puisque les deux pays ont eu, à un moment donné, cinq cycles d’échanges bilatéraux en vue de concerter leur coopération dans le combat contre ce fléau. Malheureusement, Trump ayant cédé la politique cubaine aux personnages les plus réactionnaires du lobby anticubain, ces échanges ont été annulés.
Les fonctionnaires des Nations Unies responsables du combat contre la traite des êtres humains n’ont jamais osé affirmer de telles choses, qui sont une offense aux Cubaines et aux Cubains et qui, en fin de compte, discréditent davantage celui qui les soutient.

En tout cas, les déclarations d’hommage, les éloges, les prix, les distinctions, les reconnaissances et même des nominations au prix Nobel pour les brigades médicales cubaines se sont accumulés.
Bien que les pressions des Etats-Unis soient parvenues à interrompre les services médicaux prêtés par Cuba à des peuples comme ceux de Bolivie et du Brésil où ils ont orchestrés des coups d’État, la grande majorité des pays soit a repoussé les menaces, soit ne s’est pas laissé séduire par les propositions de la diplomatie brutale qu’impose l’équipe de démolition qui contrôle la politique cubaine de la Maison-Blanche. Ces procédés font d’ailleurs honte à de nombreux diplomates étasuniens qui connaissent, par expérience directe dans ces pays, la contribution positive et le prestige des missions médicales cubaines. Oui, la diplomatie étasunienne, dont la priorité est de poursuivre et de torpiller une coopération qu’elle devrait promouvoir, n’est jamais tombée aussi bas sur le plan moral.

Mais la vie continue et se charge de prouver, douloureusement, que ces médecins qu’on a traités de tous les noms – depuis espions jusqu’à activistes politiques et électoraux – sont de vrais médecins, et des bons, qu’ils ont offert des millions de consultations et qu’ils ont sauvé de nombreuses vies ! Rares sont ceux qui doutent à présent que ce sont les Etats-Unis qui ont dirigé, politisé et manipulé la campagne de harcèlement et d’incitation à la violence qui a conduit au départ de la brigade médicale cubaine en Bolivie (*) et à la perte regrettable des précieux services qu’elle prêtait dans les communautés, lesquelles se retrouvent aujourd’hui absolument démunies de protection.

On a offensé nos médecins à deux titres : en les accusant et en mettant en danger leur intégrité physique. On les a accusés vulgairement, non de venir soigner la population, mais de s’immiscer dans la politique du pays. Mais il y a pire, car sans précédent : des fonctionnaires du département d’État ont dirigé personnellement des opérations d’enlèvement de médecins, de fouilles et de détentions illégales, de perquisitions de domiciles de coopérants, comme le prouvent les vidéos et les photos prises sur les lieux mêmes et comme Cuba l’a dénoncé opportunément.
L’administration étasunienne et les oligarchies relancent cette campagne grossière dans certains pays qui ont demandé la présence de médecins cubains pour appuyer le combat contre le Covid-19

Depuis le départ de la pandémie, vingt-quatre brigades médicales cubaines sont parties pour d’autres terres, toujours à la demande des gouvernements concernés, venant ainsi s’ajouter aux plus de 28 000 coopérants qui travaillaient déjà dans cinquante-neuf autre pays avant cette urgence sanitaire.
Des médecins, des personnels infirmiers et des conseillers de santé sont partis ces dernières semaines dans plus de vingt pays qui ont demandé notre aide : l’Italie, Andorre, le Nicaragua, le Venezuela, le Suriname, la Jamaïque, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, la Grenade, Antigua et Barbuda, le Bélize, Sainte-Lucie, la Dominique, Saint Kitts-et-Nevis, Haïti, la Barbade, le Qatar, l’Angola, l’Afrique du Sud, le Honduras, entre autres.
Répondons à la calomnie permanente et vicieuse selon laquelle Cuba exploite ses médecins : dans tous les cas, le gouvernement cubain verse la totalité de leurs salaires aux médecins prêtant service dans d’autres pays où ils rendent d’ailleurs après avoir signé des contrats individuels d’une façon absolument volontaire.

De plus, ils touchent des honoraires dans le pays où ils coopèrent.
Je les ai vus personnellement travailler, beaucoup et bien, au Bélize et au Portugal, et j’en ressens un orgueil immense. Dans ces deux pays, les médecins étaient libres de se déplacer où ils voulaient ; à bien des endroits, ils étaient seuls tout le temps ou presque, loin de leurs compagnons et de leurs foyers. Ils étaient très souvent le seul médecin de la communauté, sans la surveillance de chefs ou de fonctionnaires cubains, auprès de populations où d’autres médecins du pays ne pouvaient pas arriver ou alors faute de personnels locaux suffisants. Dans tous les cas, les Cubains offraient un service apprécié et respecté par la population et par les équipes, les institutions et les services médicaux du pays d’accueil auxquels ils s’intègrent respectueusement et naturellement en une seule équipe de santé, apprenant aussi chaque jour d’eux, et eux de nous.
Cuba n’est pas un pays riche ; nous ressources sont limitées, et nous sommes en butte à un blocus atroce qui frappe toute notre population, sans faire de distinction entre secteur public, secteur coopératif et secteur privé, le but étant d’étouffer toute l’économie et de provoquer l’instauration d’un gouvernement qui réponde aux intérêts des Etats-Unis.
Des pays disposant de plus grandes ressources économiques que Cuba paient ces services médicaux. Dans certains cas, à la suite d’une catastrophe naturelle ou face à de grands besoins dans des pays sans ressources économiques, le gouvernement d’accueil paie uniquement les frais du personnel cubain, sans rien verser aux partenaires et entités médicales ou de services médicaux de Cuba avec lesquels l’accord est établi. Ça s’est passé ainsi en Amérique centrale, à la suite du cyclone Mitch, et ça se passe maintenant en Italie, compte tenu de la terrible urgence en cours. Il existe d’autres exemples de désintéressement, comme l’aide de la Brigade Henry Reeve après des séismes au Pakistan, en Haïti, au Chili et au Pérou, ou l’offre aux Etats-Unis après le cyclone Katrina, l’Opération Miracle et bien d’autres.

Avec les pays qui disposent de ressources mais manquent de personnel, Cuba souscrit une convention en vertu de laquelle les services prêtés sont rétribués et constituent donc un apport au budget national. Dans le contrat individuel qu’il signe à son tour, chaque médecin connaît d’avance quelle sera sa propre part de revenus, et quelle sera la part destinée au système de santé publique de Cuba, qui est gratuit et accessible à tous, un service dont il bénéficie d’ailleurs lui-même. Il en est de même dans d’autres secteurs engendrant des devises convertibles, destinées au budget social. Quel dommage que ce soit un pays soumis à un blocus, où tous les habitants ont un accès garanti aux services et aux droits, qui fasse voir rouge à l’administration étasunienne, et non d’autres pays où ces services sont l’apanage d’une minorité qui peut les payer ! Et que dire de l’enseignement qui est absolument gratuit à Cuba, y compris l’enseignement supérieur et les études de médecine, ce que des millions de personnes réclament justement dans le monde !
Les Etats-Unis, dont le blocus entrave la santé publique cubaine et qui travaillent à asphyxier l’économie et les revenus de toute nature de notre peuple – dont ceux provenant de nos exportations pharmaceutiques et biotechnologiques ou de nos services médicaux – n’ont aucun droit de se mêler des mécanismes de coopération cubaine. C’est d’ailleurs le comble de l’hypocrisie de leur part que de faire semblant de s’inquiéter du salaire de ceux qu’ils méprisent, qu’ils insultent jour après jour et auxquels ils imposent des sanctions !
Une partie des revenus que fournissent les services médicaux de Cuba, absolument légitimes dans le cadre de la coopération Sud-Sud des Nations Unies qui les régit, permet d’acquérir de coûteux intrants destinés à toute la population, dont des tests diagnostiques, et à l’industrie pharmaceutique et biotechnologique, des traitements contre le cancer, etc. Ce sont des ressources auxquelles les médecins engagés à l’étranger et leurs familles ont aussi accès gratuitement.
Nous vivons dans un pays où nous travaillons entre tous pour améliorer la vie de tous, et non de quelques-uns seulement. Il en est ainsi dans tous les domaines. Et s’il est vrai que les salaires cubains sont bas, il est tout aussi vrai que d’autres services coûteux qui, de pair avec la santé, représentent plus de 80 p. 100 du budget de n’importe quelle famille dans le monde, sont absolument gratuits à Cuba.
Personne n’est obligé de vivre à Cuba où l’émigration est un droit reconnu, mais une minorité ne peut prétendre imposer à la majorité de vivre dans un autre type de société, ou vice-versa, à plus forte raison un gouvernement étranger qui fait donner de la voix et des fonds à ses Cubains favoris pour monter de toutes pièces un simulacre d’ « opposition », une opposition qui consent et obéit aux ordre de Washington, que notre peuple ne respecte pas parce qu’elle représente les visées de domination et les abus du pays qui le châtie. S’il y a quelque chose qui caractérise parfaitement l’histoire de Cuba, c’est la lutte que nous livrons pour nous délivrer du joug d’un pays étranger.
L’administration étasunienne a obtenu, en échange de visas et de promesses, si souvent violées ensuite, qu’une minorité de médecins se prononce contre le programme auquel appartient l’immense majorité, autrement dit des dizaines de milliers de volontaires dont le dévouement est à toute épreuve. Certains sont même allés au Congrès des Etats-Unis rendre visite à Marco Rubio et Cie et se faire prendre en photo pour doter le scénario de la calomnie d’un brin de contenu.
Une poignée de médecins soumise au chantage a rejoint ceux que des programmes comme le Medical Parole avaient incités à abandonner leurs missions en échange d’avantages donnés et au détriment des populations qu’ils servaient et du pays qui les a formés et préparés ensuite à ces missions. Certains en sont même arrivés à dire des choses qui ne peuvent sortir que du cerveau dérangé des fonctionnaires qui les coachent maintenant. C’est tout juste s’ils n’ont pas dit que les médecins cubains dévorent des enfants… !
Diplomates cubains, nous connaissons l’altruisme et la sensibilité des femmes et des hommes qui font partie des brigades médicales cubaines.
Je connais aussi de nombreux médecins cubains qui ont choisi de vivre légalement hors de Cuba après avoir conclu leurs missions, attirés par des salaires plus élevés et par de meilleures conditions de vie pour eux et leurs familles dans des sociétés développés. D’autres sont partis par amour. La grande majorité de ces médecins ne lèvera jamais la main pour demander le durcissement du blocus ou pour attaquer le système de santé publique de Cuba ou le pays qui les a formés et préparés à travailler à l’étranger, un pays où vivent encore par ailleurs leurs collègues, exerçant la médecine pour le peuple soumis au blocus. Et ce sont eux aussi des médecins cubains qui luttent contre le Covid-19. Leurs familles vivent ici, reçoivent des soins médicaux gratuits, avec le malheur d’avoir pour plus proche voisin un pays dont le gouvernement ne permet pas au leur de souffler et de se consacrer à l’amélioration de son projet de société sans mesures abusives, sans pressions, sans ingérence, sans campagnes de diabolisation
comme celle-ci.

Les Etats-Unis mentent quand ils taxent la coopération cubaine d’exploitation et de traite des êtres humains.

Les Etats-Unis dépensent plus d’argent que n’importe quel pays au monde pour un système de soins médicaux paralysé et dominé par le négoce privé des compagnies d’assurances, un système qui ne peut offrir des services décents à 28 millions de personnes sans assurance, tandis que 50 millions d’autres personnes ne reçoivent que des services incomplets ou des programmes d’assurances-maladies défectueux basés sur le profit.
La santé ne doit pas être du business. L’accès aux soins médicaux est un droit de l’homme. Les Etats-Unis bernent délibérément le public quand ils attaquent la coopération médicale internationale, tout à fait légitime.
Notre expérience se base sur la notion que l’accès aux soins de santé pour tous est un droit de l’homme et que garantir ce droit est une obligation de tous les États ayant un minimum de sens de la justice sociale. Dans notre cas, cette obligation est inscrite dans la Constitution. Ce n’est que par un engagement honnête et une volonté politique résolue du gouvernement qu’un pays relativement petit, aux ressources naturelles et aux richesses limitées, en butte à un blocus économique brutal, peut atteindre les indicateurs de santé notables que le monde reconnaît à Cuba. Ce n’est qu’ainsi que nous avons pu garantir à toute notre population des indicateurs de bien-être et de santé comparables à ceux des sociétés avancées du monde, et nous savons ce que nous pourrions atteindre sans un blocus si brutal qui ôte l’oxygène à notre économie et constitue le principal obstacle au développement de Cuba et de son peuple, indépendamment de nos propres insuffisances que nous connaissons bien.
Cuba compte environ cent mille médecins en exercice. En soixante ans, elle a formé presque 380 000 médecins cubains, et, gratuitement, 35 600 docteurs et personnels de santé de 138 pays. De nombreux diplômés de l’École latino-américaine de médecine sont justement en train de sauver des vies dans de nombreux pays.

L’administration étasunienne s’acharne à mettre la lumière sous le boisseau. Il est honteux que ce soit là sa priorité, et non la coopération !
Nous avons des conventions, des échanges, le respect de nos communautés médicale et scientifique, prêtes à coopérer en faveur de nos peuples et de la communauté internationale.
Johana Tablada
Sous-directrice général de la division Etats-Unis au ministère cubain des Relations extérieures.
Twitter : @JohanaTablada
http://www.cubadebate.cu/autor/johana-tablada/

29 avril 2020

https://www.voanoticias.com/a/pompeo-aplaude-expulsion-de-personal-cubano-de-bolivia/5171779.html
URL de cet article 36075
https://www.legrandsoir.info/les-etats-unis-mentent-effrontement-quand-ils-s-en-prennent-a-la-cooperation-medicale-internationale-de-cuba-cubadebate.html

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9436 messages postés
   Posté le 24-06-2020 à 17:51:12   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Pourquoi "faire vivre le PCF"ne se détache t il pas du parti sclérosé pour rejoindre le Prcf, puisqu'il s agit effectivement d une tendance marxiste-léniniste?par contre,sur un topic de "faire vivre le PCF" sur le racisme,ils mentent,le PCF n a pas toujours été pour l indépendance algérienne,tout le monde sait qu en 1956,le parti à voté les crédits de guerre pour la dite "pacification",et, même en 1936,lors du Front Populaire,le parti, encore attaché au Petit Père des Peuples,a mis ses idées anticolonialistes dans un mouchoir de poche quand ils firent de la collaboration de classe de avec la social démocratie.il semblerait qu en 1954,un instituteur pied noir communiste soit tombé lors du soulèvement de la Toussaint Rouge.par contre,le Parti communiste algérien a vraiment été pour l indépendance dès le début, y compris des pieds noirs qui rejoignirent l insurrection, à commencer par Maurice Audin.


Edité le 24-06-2020 à 17:54:54 par marquetalia




--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9436 messages postés
   Posté le 24-06-2020 à 17:57:48   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

On verra bien ce qu il en sera des tendances m-l au sein du PCF après le score encore plus misérable qu il fera en 2022,lors des prochaines présidentielles.le PCF va eclater,l aile réformiste rejoindra la France Insoumise,les marxistes léninistes rejoindront le Prcf.

--------------------
pzorba75
Militant expérimenté
795 messages postés
   Posté le 24-06-2020 à 18:29:41   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Quels rapports avec le politique anti-chinoise?

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
9436 messages postés
   Posté le 24-06-2020 à 20:16:34   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

pzorba75 a écrit :

Quels rapports avec le politique anti-chinoise?
l article en question provient du réseau"Faire vivre le PCF"

--------------------
pzorba75
Militant expérimenté
795 messages postés
   Posté le 25-06-2020 à 05:51:04   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

marquetalia a écrit :

[citation=pzorba75]Quels rapports avec le politique anti-chinoise?
l article en question provient du réseau"Faire vivre le PCF"[/citation]
Je m'en tape de l'origine de l'article qui n' a rien à faire dans ce sujet sur la politique anti chinoise. Cesse de tout tambouiller.

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Pratique  Actions en communs des membres  Pourquoi la polémique antichinoise...Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum