Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Palestine vaincra ! Les luttes au Moyen Orient 

 conséquences des sanctions

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10821 messages postés
   Posté le 06-08-2018 à 07:14:43   Voir le profil de Xuan (Online à la racine du forum)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sanctions contre l'Iran : "les entreprises européennes s'en vont, les chinoises, indiennes et turques restent"



Azadeh Kian, professeure de sociologie à l'université Paris Diderot et spécialiste de l'Iran a réagi sur franceinfo à l'entrée en vigueur des sanctions américaines.


Mohammad Javad Zarif et Sushma SwarajMohammad Javad Zarif et Sushma Swaraj (MONEY SHARMA / AFP)
http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/sanctions-contre-l-iran-les-entreprises-europeennes-s-en-vont-les-chinoises-indiennes-et-turques-restent_2883385.html

Mis à jour le 05/08/2018

Cinq avions ATR assemblés à Toulouse se sont posés en Iran dimanche 5 août. C'est la dernière livraison pour la compagnie Iran Air avant l'entrée en vigueur des sanctions américaines promises par Donald Trump. Des sanctions économiques pour Téhéran mais aussi pour les entreprises qui commerceraient avec l'Iran. Azadeh Kian, professeure de sociologie à l'université Paris Diderot et spécialiste de l'Iran a analysé l'impact de ces sanctions sur franceinfo.

franceinfo : Que risquent les entreprises françaises qui continueraient à commercer avec l'Iran après lundi, date de l'entrée en vigueur des sanctions ?

Azadeh Kian : Elles seront sanctionnées, notamment les entreprises qui commercent également avec les États-Unis, qui y ont des intérêts. Ce n'est pas le cas des petites et moyennes entreprises françaises ou européennes. C'est surtout le secteur industriel iranien qui sera affecté par ces sanctions, en particulier le secteur de l'automobile, où Peugeot et Renault avaient de nouveau investi après la levée des sanctions internationales en janvier 2016. Peugeot a déjà déclaré partir de l'Iran même s'il s'agit d'un marché de 400 000 automobiles par an. Même l'échange des métaux, y compris l'or, sera interdit. L'Iran voulait aussi acheter une centaine d'Airbus, dont trois seulement ont été livrés. Cette transaction va être suspendue. D'autres grandes entreprises françaises comme le pétrolier Total ont également quitté le pays au profit des entreprises chinoises. En effet, si les entreprises européennes s'en vont, les entreprises chinoises, indiennes ou encore turques restent.

Comment les Européens réagissent-ils à ces sanctions ?

Les échanges commerciaux ne représentent pas grand chose en Europe. Ce qui inquiète surtout les Européens, c'est que l'Iran sorte de l'accord sur le nucléaire. La question principale reste celle de la non-prolifération nucléaire, en particulier pour la France. C'est la raison pour laquelle les Français tentent d'offrir aux Iraniens des facilités afin que les entreprises européennes puissent continuer à exister en Iran.

Quels impacts ont ces retraits sur l'économie réelle, beaucoup de gens vont se retrouver au chômage ?

Les Iraniens sont très inquiets, il y a déjà tous les jours des manifestations pour protester contre la vie chère, la crise économique, la dévalorisation importante de la monnaie iranienne. À partir du moment où les sanctions américaines seront appliquées, le ministre iranien du travail a annoncé qu'il risquerait d'y avoir plus d'un million de personnes au chômage et un taux d'inflation très important, de l'ordre de 110%. Cela dit, l'Iran a une dizaine de voisins à qui elle va pouvoir continuer de vendre son pétrole. Même si l'utilisation de dollars sera interdite, les échanges en lyres turques, en roupies indiennes ou en monnaie chinoise continueront très vraisemblablement à exister. L'essentiel de l'économie iranienne pourrait subsister grâce à la Chine.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10821 messages postés
   Posté le 13-08-2018 à 17:43:19   Voir le profil de Xuan (Online à la racine du forum)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les problèmes économiques de l'Iran sont "internes, pas seulement dus aux sanctions"

AFP 13/08/2018 à 11:58
http://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/les-problemes-economiques-de-l-iran-sont-internes-pas-seulement-dus-aux-sanctions-0368ca9924b114f132a635d50114405b


Le guide suprême d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei à Téhéran, le 13 août 2018 ( KHAMENEI.IR/AFP/Archives / - )

Le guide suprême d'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, a affirmé lundi que les problèmes économiques auxquels fait face son pays étaient dus à une mauvaise gestion interne et pas seulement aux pressions américaines.
"Experts économiques et responsables pensent que la cause de ce problème n'est pas externe, mais interne" , a-t-il dit lors d'un discours à Téhéran, selon son compte officiel sur Twitter.

"Je ne dis pas que les sanctions n'ont pas d'impact, mais il s'agit principalement de la manière dont nous y faisons face" , a-t-il souligné.

Il a fait spécifiquement référence à l'effondrement de la monnaie, qui a perdu près de la moitié de sa valeur depuis avril.

"Si notre performance est meilleure, plus prudente, précise et efficace, les sanctions n'auront pas autant d'effet et on pourra y résister" , a ajouté l'ayatollah Khamenei.

Le discours n'était pas immédiatement retransmis par la télévision. Habituellement de tels évènements sont diffusés plus tard dans la journée.

Le retrait unilatéral des Etats-Unis de l'accord conclu en 2015 avec les grandes puissances sur le nucléaire iranien a été suivi d'une première salve de sanctions entrées en vigueur le 7 août.

Mais l'économie iranienne était déjà à la peine, souffrant d'un taux de chômage élevé et d'une forte inflation. Le rial iranien a plongé, perdant près des deux tiers de sa valeur en six mois.

Et beaucoup d'Iraniens tiennent leur propre gouvernement pour responsable de cette situation.

Plusieurs villes ont récemment été le théâtre de manifestations sporadiques et de grèves, fruits de l'inquiétude croissante et d'un sentiment de colère envers le système politique.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10821 messages postés
   Posté le 18-08-2018 à 22:28:44   Voir le profil de Xuan (Online à la racine du forum)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Washington dévoile le «prix» des importations de pétrole iranien pour Pékin


Sputnik . Dmitry Korobeinikov http://fr.sputniknews.com/international/201808181037714740-washington-pekin-petrole-iranien-sanctions/

11:02 18.08.2018

La Chine, comme tous les pays qui ne renoncent pas au pétrole iranien, risque de se voir imposer des sanctions américaines, écrit The Wall Street Journal. Washington estime que Pékin pourrait même augmenter ses livraisons d’hydrocarbures depuis l’Iran.

Washington est prêt à imposer des sanctions à tous les pays qui continueront d'acheter du pétrole iranien après le rétablissement complet des sanctions contre Téhéran en novembre, informe The Wall Street Journal en se référant à Brian Hook, nouveau représentant spécial américain pour l'Iran. Ces mesures pourraient toucher en premier lieu la Chine, acheteur majeur de pétrole iranien et qui a rejeté les demandes américaines de cesser ses importations.

«Les États-Unis comptent sur le plein respect [des sanctions, ndlr] par toutes les nations sous peine de sanctions secondaires américaines s'ils poursuivent leurs transactions» , a déclaré le responsable américain.

Il a ajouté que les États-Unis accorderaient des dérogations aux pays qui tenteront au moins de réduire leurs livraisons de pétrole iranien.
Le 6 août, le Président Trump a signé un décret réinstaurant un certain nombre de sanctions à l'encontre de l'Iran, en affirmant chercher à imposer une «pression économique maximale» sur la République islamique. La deuxième partie des sanctions doivent être rétablies le 4 novembre.

Pékin résiste aux demandes de Washington de soutenir l'embargo du pétrole iranien en soulignant que ses liens économiques avec l'Iran ne peuvent léser les intérêts de personne.
Auparavant, la diplomatie chinoise avait déclaré que la coopération sino-iranienne était «conforme aux résolutions du Conseil de Sécurité des Nations unies» .

En juillet un responsable américain haut placé cité par The Wall Street Journal avait déclaré que Pékin pouvait augmenter ses achats de pétrole iranien malgré le rétablissement des sanctions américaines.
Le 8 mai dernier, le Président américain Donald Trump a annoncé que son pays se retirait de l'accord signé en 2015 entre des grandes puissances et l'Iran, qui avait alors accepté de brider son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10821 messages postés
   Posté le 18-08-2018 à 22:59:18   Voir le profil de Xuan (Online à la racine du forum)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Pékin et Téhéran poursuivent leurs relations et leurs coopérations


Fri Aug 3, 2018 3:28PM

Faisant fi des sanctions unilatérales américaines, l’Iran et la Chine poursuivront leurs échanges commerciaux et leurs coopérations ordinaires conformément aux engagements internationaux.

Interrogé, lors d’une conférence de presse, sur le refus de Pékin de se plier aux exigences des États-Unis qui les somment de réduire l’achat de pétrole iranien, Geng Shuang, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, s’est exprimé en ces termes : « La Chine a une vision claire et décisive de ses relations avec l’Iran et a exprimé à plusieurs reprises sa position sur cette question de manière transparente. »


PressTV-Sanctions US : contre-offensive Chine/Iran
La Chine, fidèle allié de l’Iran pendant la période des sanctions, coopérera une fois de plus avec Téhéran sur le marché économique dont boursier.

"Les deux pays entretiennent des relations raisonnables et conformes à la loi internationale et rien de plus" , a ajouté Shuang.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que la Chine s’était toujours opposée aux sanctions unilatérales et aux exigences imposées par un pays tiers à un autre pays, y compris contre l’Iran.


Iran : la Chine refuse le diktat US

La Chine continue d’acheter du brut iranien malgré les sanctions des USA.
Selon lui, les droits et les intérêts de la Chine devraient être protégés dans les relations internationales, et cela est la position forte et claire de Pékin.

"Washington n’a pas réussi à persuader la Chine de suspendre les importations chinoises de brut iranien lors des négociations, et Pékin a rejeté la demande des États-Unis", a annoncé ce vendredi 3 août le site de l’agence Bloomberg citant deux autorités américaines, membres de l’équipe négociatrice.


La Chine « se lie » à l’Iran

La décision américaine de se retirer de l’accord nucléaire de 2015 a accentué la tendance déjà affichée : l’Iran se rapproche encore plus de la Chine et de la Russie et partant de l’Eurasie.
Bloomberg a écrit que le rejet par la Chine de la demande formulée par les États-Unis, alors que les deux pays se livrent une guerre commerciale, sabotera les efforts déployés par Donald Trump, président américain, pour isoler l’Iran après son retrait de l’accord nucléaire.


PressTV-Escalade USA/Iran : Pékin inquiet
Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères s’est penché sur les évolutions internationales et les tweets menaçants du président américain.
Deux responsables américains ont déclaré, sous le sceau de l’anonymat, que Pékin avait augmenté ses achats de pétrole à l’Iran au lieu de les réduire.

L’administration américaine a négocié la semaine dernière avec les acheteurs de brut iranien, notamment le Japon, l’Inde, la Corée du Sud et la Turquie, en vue de les convaincre d’arrêter leurs importations de pétrole en provenance d’Iran d’ici novembre, mais elle a échoué.

Après le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire, les autorités américaines ont déclaré que les acheteurs de brut iranien avaient jusqu’au 4 novembre pour stopper leurs importations de pétrole iranien, faute de quoi ils feront l’objet de sanctions américaines supplémentaires.

Les sanctions supplémentaires américaines imposées aux acheteurs de pétrole iranien, qui interviennent en violation de la loi sur le commerce international, ont suscité des réactions négatives de plusieurs pays, à tel point que certains d’entre eux ont demandé à être exemptés de sanctions et que d’autres s’y sont opposés.


PressTV-Iran/sanctions US : l’UE ose-t-elle riposter ?

Dans une lettre très prudente, l’UE demande à Washington une exemption de sanctions pour ses entreprises actives en Iran. Est-ce suffisant alors que les USA ont déclaré une vraie guerre contre le vieux continent ?
Le volume des échanges commerciaux en 2017 entre l’Iran et la Chine s’est élevé à 37,3 milliards de dollars, accusant une hausse de 19,3 % par rapport à l’année précédente.

Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays au cours des quatre premiers mois de 2018 s’élève à 13,2 milliards de dollars, en hausse de 9,3 % par rapport à la même période l’année dernière.


Iran : Moscou/Pékin font bloc
Selon Foreign Policy, la Russie et la Chine causeront l’échec du plan anti-iranien de Trump.
Les exportations de l’Iran vers la Chine s’élevaient à 630 000 barils par jour en 2017. Au cours des quatre premiers mois de 2018, les ventes de pétrole iranien sont restées au même niveau, mais le volume des échanges commerciaux a augmenté d’environ 10 %.


Iran : record des importations indiennes
Les importations du pétrole iranien en Inde ont augmenté de 30 % par rapport au mois de juin, pour atteindre un record de 768 000 barils par jour en juillet.


_____________________



La Chine développe sa coopération avec l’Iran

Sat Aug 18, 2018 6:29AM

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/08/18/571501/La-coopration-IranChine-slargit(chaîne d'information iranienne)


Le président iranien Hassan Rohani (G) et le président Xi Jinping (D), Téhéran, 2017. © Boston Herald

Vendredi, le ministre chinois des Affaires étrangères, dans un entretien téléphonique avec son homologue iranien, a de nouveau apporté son soutien à l’accord sur le programme nucléaire iranien et a mis l’accent sur l’essor des interactions de part et d’autre.

Lors de son entretien téléphonique avec son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, vendredi 17 août 2018, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a considéré l’accord sur le nucléaire iranien comme un acquis important, multilatéral et tout à fait compatible avec les intérêts internationaux.

Wang Yi a réitéré le respect par Pékin de l’accord de Genève, en ajoutant :
"Nous avons explicitement dit être opposés à l’adoption inappropriée des sanctions unilatérales et l’application extraterritoriale du système de justice d’un pays."
Et d’ajouter :
"Pékin rend hommage aux relations bilatérales avec Téhéran et vu les dernières évolutions au niveau international, œuvre pour développer la coopération bilatérale dans le but d’assurer les intérêts de part et d’autre."

Zarif a pour sa part informé son homologue chinois des dernières évolutions concernant le plan global d’action conjointe "PGAC", en remerciant la Chine pour ses positions constructives envers l’accord de 2015.

Bloomberg s’est penché dans un rapport sur le retrait de Total du projet gazier de Pars-Sud et la reprise par l’entreprise chinoise CNPC de ses parts au sein de ce consortium.
La Chine, le plus grand client du pétrole iranien, a annoncé ne pas suivre les sanctions américaines.
Selon les récentes statistiques, Pékin a acheté en moyenne 718.000 barils par jour à l’Iran entre janvier et mai. Ce chiffre montre un taux d’augmentation de 10 % par rapport à la même période en 2017.
Alors que la compagnie pétrolière française Total s’est vue obligée de se retirer de l’Iran après l’annonce des sanctions américaines, la compagnie nationale chinoise CNPC a repris la part détenue par le français Total dans le gisement gazier iranien Pars-Sud.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10821 messages postés
   Posté le 19-08-2018 à 20:24:17   Voir le profil de Xuan (Online à la racine du forum)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

LES SANCTIONS ÉCONOMIQUES, UNE ARME DIRIGÉE CONTRE LE PEUPLE - DÉCLARATION DU PARTI COMMUNISTE IRAKIE
N



Déclaration du Rédacteur politique de "Tareeq Al-Shaab" (Chemin du peuple), quotidien publié par le Parti communiste irakien.

13 août 2018


Traduction NK pour Solidarité Internationale PCF
http://solidarite-internationale-pcf.fr/2018/08/les-sanctions-economiques-une-arme-dirigee-contre-le-peuple-declaration-du-parti-communiste-irakien.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

La région du Moyen-Orient est confrontée à une multitude de défis et de problèmes, tandis que ses peuples aspirent ardemment à la stabilité, à la liberté et à des conditions de vie minimales descentes. Il existe de nombreux foyers de conflit, qui se traduisent par des personnes tuées, blessées, handicapées, déplacées et réfugiées en raison des guerres et des conflits militaires permanents et de la détérioration des conditions de vie et des conditions humanitaires.

Cette région est témoin de l'incitation et de l'extrémisme sectaires et chauvinistes, ainsi que de l'activité frénétique de groupes terroristes, avec une dissémination incontrôlée des armes. Les interventions étrangères et les efforts visant à imposer l'hégémonie et le contrôle des capacités de la région entraînent d'autres complications. Plusieurs parties interviennent pour pousser la région dans des conflits militaires destructeurs et encourager la fragmentation interne. Pendant ce temps, Israël poursuit ses pratiques agressives et viole les résolutions de l'ONU qui défendent le droit du peuple palestinien au retour dans son pays et à l'autodétermination, ainsi que son droit d'établir un État national indépendant avec Jérusalem-Est comme capitale.

Dans ce climat instable, les États-Unis ont décidé de réimposer des sanctions économiques contre l'Iran unilatéralement et sans couverture juridique internationale. Cette action des États-Unis fait suite à leur décision de se retirer de l'accord nucléaire iranien, dans le cadre de la politique adoptée par l'administration du Président Trump d'escalade et de tension afin d'intensifier la pression sur le régime de la République islamique.

Cependant, les expériences d'imposition de sanctions économiques, telles que celles qui ont été imposées à notre pays dans les années 1990, qui sont censées être une punition contre les régimes et une pression sur eux pour qu'ils changent leurs politiques, deviennent dès lors dans la pratique une punition contre le peuple avec de graves conséquences humanitaires, sociales et économiques qui aggravent leurs souffrances, exacerbent leurs difficultés de vie et menacent le tissu social et les piliers de l'État.

Alors que les deux parties échangent des menaces, les parties internationales et régionales expriment leur crainte que la situation ne dégénère en un conflit militaire dévastateur. Cela ajouterait de nouveaux fardeaux aux peuples de la région qui souffrent déjà du cauchemar de la guerre contre le terrorisme, du conflit sanglant et insensé en Syrie et au Yémen et de l'instabilité dans plusieurs de leurs pays.

Les peuples de la région, y compris le peuple iranien, recherchent des conditions stables dans lesquelles ils peuvent utiliser leurs ressources et leurs richesses pour leur bien-être et construire leur propre pays. Ils aspirent à des relations égales avec les autres pays sur la base de la légitimité internationale, des lois et des normes internationales et de la non-ingérence dans les affaires intérieures de tout pays.

Ces peuples ont le droit de jouir de la liberté, de la démocratie et d'une vie décente, et de choisir leur propre système politique en fonction de leur volonté, sans guerre, sans sanctions ou siège économiques.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Palestine vaincra ! Les luttes au Moyen Orient  conséquences des sanctionsNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum