Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Chine : capitalisme ou socialisme ? 

 le 20e congrès du PCC

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17565 messages postés
   Posté le 03-09-2022 à 16:40:21   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le 20e Congrès du PCC : un événement national de dimension planétaire

3 SEPTEMBRE 2022

https://histoireetsociete.com/2022/09/03/le-20e-congres-du-pcc-un-evenement-national-de-dimension-planetaire/

Nous remercions notre correspondant italien de nous avoir envoyé cet interview. Il s’avère que dans les cadres des préoccupations de ce blog nous nous intéressons à la guerre de l’information, aux mécanismes du consensus planétaire par lequel un pouvoir du capital de plus en plus contesté tente sa survie par la guerre y compris civile. Comment organiser une rupture avec cette illusion de “savoir” qui favorise la xénophobie, la guerre? En tant que sociologue, la rupture avec cette illusion passe souvent par les faits et les faits chiffrés dans une société de masse sont un élément de la réflexion, d’où l’intérêt de cette approche par un universitaire spécialiste des statistiques qui nous parle de la Chine. (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop)

https://www.lariscossa.info/xx-congresso-del-pcc-un-evento-nazionale-portata-globale/

Interview d’Alberto Lombardo, chef du département des affaires étrangères du Parti communiste – Italie

par Pietro Fiocchi et Chen Ji


Le Professeur Alfredo Lombardo

“Comme l’a dit le président Xi Jinping, le Parti communiste a été le moteur et est l’architecte de cette voie…”

La réalité perçue et la réalité réelle sont deux choses différentes. Si nous aspirons à un réel progrès, nous devons toujours prêter attention à la réalité effective, et non à ce que, par ignorance, nous croyons ou pensons être vrai.

Les informations diffusées par les médias de masse ne sont pas toujours impartiales et désintéressées. En outre, on parle de plus en plus du danger que représentent les “fake news” pour orienter l’opinion publique pour ou contre quelque chose, selon la manière dont elles servent…

Essayons de prêter attention à ceux qui savent interpréter la réalité, et surtout ses chiffres et ses données, avec des outils scientifiques, tels que les mathématiques, les statistiques, etc. Nous pouvons commencer à voir des perspectives complètement nouvelles.

Cette fois, nous en parlons avec le professeur Alberto Lombardo. Le professeur Lombardo est professeur titulaire de statistiques à la faculté d’ingénierie de l’université de Palerme. Il est l’auteur ou le co-auteur de publications scientifiques sur des sujets importants tels que la planification des expériences dans l’industrie et l’agronomie.

Le professeur Lombardo est membre du Comité central et du Bureau politique du Parti communiste italien, où il occupe les fonctions de chef du département international, de responsable des études et de la formation et de directeur de l’organe du parti, La Riscossa (www.lariscossa.info).

Professeur, le 20e Congrès national du PCC en Chine est un moment important pour tout le peuple. Selon vous, en dehors de la Chine, quelle signification et quelle importance cet événement pourrait-il avoir pour les habitants d’autres pays ?

Le Parti communiste chinois est le plus grand parti politique du monde (après le Parti populaire de l’Inde) avec plus de 90 millions de membres. Ce chiffre est impressionnant en soi. Mais nous devons le rapporter à la taille énorme de la population chinoise, qui est de 1,4 milliard, soit seulement 6,4 % de la population. Malgré les grands nombres, c’est un parti qui ne rassemble que la partie d’avant-garde des travailleurs, selon l’esprit du parti léniniste. Cependant, la quantité est en soi une qualité et, par conséquent, le poids de ce que fait le PCC a des répercussions sur l’ensemble du monde communiste et, en tant que parti dirigeant du peuple chinois, sur le monde entier.

Le 18e Congrès du PCC en novembre 2012 et surtout le 19e Congrès du PCC en 2017 – où ont été énoncées les réflexions de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère – ont constitué une accélération marquée vers la construction du socialisme en Chine en théorie et en pratique.

Les célébrations du premier centenaire de ce siècle – la fondation du PCC – ont fourni une occasion de réflexion et peuvent être considérées comme certaines des étapes clés vers le Congrès.

Notre Parti a récemment été invité à participer à d’importantes conférences, malheureusement encore en ligne pour les raisons évidentes liées à la pandémie, organisées par le CC du PCC et l’Académie des sciences sociales.

À ces occasions, les camarades chinois ont présenté des documents sur les progrès de la construction du socialisme. J’ai été particulièrement impressionné par l’attention méticuleuse que porte le PCC à la lutte contre la corruption et à la sortie de la pauvreté des dernières poches de la population chinoise. Je me souviens de l’ardeur révolutionnaire que le PCC a véhiculée dans ses “campagnes” politiques depuis sa création et la fondation de la République populaire. Et ces campagnes font écho à la glorieuse tradition révolutionnaire et de masse. Des campagnes qui non seulement mobilisent le cœur et l’esprit de millions de personnes – y compris évidemment et surtout les non-communistes – mais qui répondent aussi aux besoins profondément ressentis par le peuple dans son ensemble.

Aujourd’hui, les dangers d’une guerre généralisée sont de plus en plus graves et, comme l’a rappelé notre secrétaire général, Marco Rizzo, lors de la conférence du 24 juillet [1], la RPC est à la fois le plus grand pôle de stabilité et le plus puissant rempart de la paix mondiale. Nous voyons comment, en ce moment même, une grave provocation est menée contre la RPC, le peuple chinois et le monde entier par les protagonistes imprudents de l’aile la plus belliqueuse des États-Unis, une aile qui se cache sous le déguisement de “démocratie” et de “défense des droits de l’homme”.

Par conséquent, les répercussions des travaux du 20e Congrès du PCC ne peuvent qu’avoir une influence importante et positive sur tous les peuples et toutes les personnes qui aspirent à la paix et à une prospérité partagée.

L’initiative “la Ceinture et la Route” ne se résume pas à de vastes infrastructures et à d’énormes échanges commerciaux. C’est aussi une grande opportunité pour le développement de la coopération universitaire et scientifique, comme l’a proposé le président Xi. Comment voyez-vous et évaluez-vous les collaborations dans le cadre de l’initiative “la Ceinture et la Route” ?

L’initiative “la Ceinture et la Route est une idée extraordinaire qui pourrait mettre tous les peuples sur la voie du développement partagé pour un monde meilleur. Le monde ne s’améliore pas avec de belles paroles ou des manifestations qui prônent la paix, la préservation de l’environnement ou l’éradication de la faim dans le monde. Toutes choses précieuses, mais que nous voyons depuis trop d’années dans nos propres pays comme l’occasion d’une colossale opération de maquillage par le capitalisme et l’impérialisme occidental. Le monde est amélioré par des actes concrets qui utilisent les outils sociaux et économiques réels dont on dispose. On améliore le monde en commençant à sortir les pays arriérés de la vassalité et des conditions d’exploitation du néocolonialisme.

La politique “gagnant-gagnant” pratiquée par la RPC à l’égard des nations avec lesquelles elle commerce et traite va dans ce sens et présente deux avantages : 1) elle est durable, dans la mesure où elle fournit à ces nations les outils nécessaires pour devenir autonomes de manière progressive et stable dans le temps ; “je ne vous donne pas le poisson, mais je vous apprends à pêcher” ; 2) elle permet à ces nations, tout en respectant leur indépendance politique, de créer les conditions de leur émancipation sociale. Ces deux éléments ne peuvent être “exportés”, il n’existe pas de modèle de système unique et imposable. La Chine le sait bien, elle qui a été victime de ce système colonialiste pendant des décennies, jusqu’à l’avènement de la République populaire.

Malheureusement, les forces obscures de la réaction ne se résignent pas et aggravent les provocations, les mensonges et les actes illégitimes de sabotage. La coopération scientifique entre la Chine et les pays occidentaux pourrait également subir un revers, en raison de l’hostilité que les pays impérialistes exacerbent à l’encontre de la Chine. C’est pourquoi il est important pour les académies, les instituts de recherche, de renforcer les liens amicaux avec les chercheurs chinois, en augmentant les échanges mutuels. En tant que parti communiste, nous nous efforcerons de respecter cet engagement dans toute la mesure du possible.

En tant qu’expert de la théorie marxiste, comment évaluez-vous la sinisation de la théorie marxiste ?

“Plus vous en savez sur la Chine, plus vous savez que vous n’en savez rien”. En m’en tenant à cette maxime, j’essaie de contourner certaines idées. En d’autres occasions, j’ai fait référence au travail de Matteo Ricci sur la “sinisation” du christianisme. Une œuvre qui fut couronnée d’un certain succès, mais qui fut mal vue par la papauté. Eh bien, la civilisation chinoise est une civilisation beaucoup plus ancienne que celle qui a produit le marxisme et il serait impensable d’importer une vision du monde – car il s’agit avant tout du marxisme – sans tenir compte du temps et de la géographie.

Comme le dit Lénine : “Le marxisme a trois sources : le socialisme français, l’économie politique anglaise et la philosophie allemande”. Comment ces héritages, tous européens, peuvent-ils être transférés dans une société si différente par la langue, la tradition, l’histoire sociale ? Par conséquent, l’engagement des marxistes chinois – du président Mao au président Xi – a été d’étudier, de comprendre et d’actualiser la pensée profonde de Karl Marx. Actualiser signifie non seulement adapter à l’époque contemporaine, mais aussi “mettre en œuvre”, c’est-à-dire mettre en pratique.

Les principales sources indépendantes de démoscopie [2] indiquent que pas moins de 91 % des citoyens chinois font confiance aux performances de leur gouvernement, soit une augmentation de 9 % par rapport à l’année précédente. C’est la meilleure preuve que les dirigeants du PCC ont été capables d’interpréter les souhaits les plus profonds de l’ensemble du peuple chinois.

Dans tous les discours que le PCC prononce, le marxisme est toujours au premier plan. Pourquoi les Chinois auraient-ils besoin de dire une telle chose si elle n’était pas vraie ? Aujourd’hui, le marxisme n’attire pas la sympathie comme il y a quelques décennies, la faucille et le marteau sont souvent mal vus : nous, communistes italiens, en savons quelque chose et nous devons travailler dur pour renverser la propagande anticommuniste empoisonnée. Il ne peut donc y avoir d’autre raison que le fait que c’est la pure vérité.

Voir les photos des brigades médicales qui sont arrivées en Italie avec le drapeau rouge avec le marteau et la faucille et le poing levé signifie certainement quelque chose d’important : “Nous ne sommes pas là pour vous aider parce que vous êtes Italiens, mais parce que nous sommes communistes, et les communistes aident sans arrière-pensée !” .

Nous, Européens, avons peut-être l’habitude de lire tout ce qui se passe et se dit dans le monde à travers nos propres lunettes. Nous cherchons les “précédents” du marxisme chinois dans les livres de nos classiques. Mais ceux qui construisent le socialisme pour de vrai, et non dans les livres, savent que les solutions ne se trouvent pas là. “Le marxisme est un guide pour l’action”, pour citer à nouveau Lénine, qui a peut-être mieux compris les révolutions que nous.

Ainsi, à mon avis, la question n’est pas de savoir dans quelle mesure le marxisme chinois est conforme aux livres, mais dans quelle mesure il a concrètement guidé et guide le PCC vers le socialisme.

A la même occasion déjà mentionnée [1], j’ai souligné des éléments de continuité et d’innovation dans le socialisme chinois, par rapport à ce que Marx a pu voir de son vivant. J’ai mentionné comment le socialisme aux caractéristiques chinoises ne peut pas être considéré seulement comme une sorte de Grande NEP, ce serait injuste et surtout injuste envers les efforts du peuple chinois, dirigé par le PCC : c’est une chose nouvelle, adaptée à la Chine, dont nous pouvons apprendre beaucoup, mais certainement pas copier comme des écoliers. J’ai mentionné l’importance que la révolution sociale en Afrique et en Amérique latine, ainsi qu’en Asie bien sûr, peut avoir pour provoquer l’effondrement du capitalisme en Europe, comme Marx l’avait déjà prédit, en regardant la situation en Irlande par rapport au bastion impérialiste de l’Angleterre.

Il y a donc une continuité qui se développe dans l’innovation théorique et pratique.

Le 10 juillet, une exposition sur la Rome antique a été inaugurée au Musée d’État de la République populaire, à laquelle le président chinois Xi et le président italien Mattarella ont adressé un message de salutation. Quel rôle ces échanges culturels jouent-ils dans l’intensification des relations entre les deux pays et comment ces échanges stimulent-ils la coopération économique entre l’Italie et la Chine ?

L’espoir est que ces échanges puissent freiner et prévenir les tendances belliqueuses atlantistes. Elles sont très importantes pour que les classes politiques des différents pays gagnent en confiance mutuelle. Malheureusement – et je me répète – l’Italie répond à des diktats politiques qui ne reculent devant rien. Les projets lancés par le premier gouvernement Conte ont été jetés par-dessus bord après que l’administration américaine a demandé aux ministres italiens de se justifier.

Je me souviens qu’en mars 2019, le président Xi Jinping est venu dans ma Sicile. Cela aurait pu être une opportunité pour la renaissance économique de la Sicile. Une main tendue très importante que le plus grand pays du monde a offerte à cette petite île en proie à la crise économique. Les principaux décideurs de la politique sicilienne se sont empressés de dire que “l’on ne parlait pas d’affaires” et que, de plus, tout était soumis au placet du gouvernement national pour les investissements futurs. Cette occasion importante a donc été gâchée par une classe politique italienne inepte et distraite.

J’admire la patience et la persévérance proverbiale des dirigeants chinois dans la poursuite de cette politique, mais il faut chercher à savoir qui dirige réellement l’Italie au-delà des Alpes et peut-être au-delà de l’océan. Cette classe politique nous a plongés après le 24 février dans une situation très dangereuse d’un point de vue économique et militaire, et presque tous les parlementaires – de la droite à la gauche – rivalisent pour s’accréditer auprès de Washington.

Le pessimisme de la raison et l’optimisme de la volonté”, disait notre cher Antonio Gramsci. Persévérons donc dans cette direction sans nous laisser abattre par les déceptions.

La Chine s’oriente désormais vers la construction intégrale d’un pays socialiste moderne. Comment évaluez-vous l’évolution et le développement économique du pays ?

L’évaluation réside dans les chiffres. Il ne s’agit pas ici d’égrener des statistiques sur le PIB, la pauvreté, l’espérance de vie et le bien-être, les réalisations universitaires et technologiques, l’import-export, etc. Autant de chiffres qui témoignent du bond en avant vers une société prospère et rajeunie, comme le dit le président Xi.

En fait, nous sommes aujourd’hui en mesure d’embrasser d’un seul coup d’œil toute l’évolution de la construction du socialisme en Chine : de la révolution de Mao, des réformes de Deng et du socialisme aux caractéristiques chinoises à la nouvelle ère de Xi. En comparant ce parcours à celui d’un sauteur, on peut appeler la première phase l’accumulation des forces, la deuxième l’élan et la troisième le déploiement. Le deuxième s’articule sur le premier et le troisième sur les deux premiers. Malgré les profondes différences entre les politiques, leur continuité ne peut être comprise par nous que maintenant.

Erreurs, lacunes, retards, inégalités, distorsions ? Le PCC ne nie rien et ne cache rien. “Le Parti est grand non pas parce qu’il ne fait jamais d’erreurs, mais parce qu’il reconnaît et corrige ses erreurs”, disent les camarades chinois. Mais l’image doit être jugée après coup, néanmoins le développement des sociétés humaines est là pour tous. Après tout, on fait en Chine quelque chose que l’humanité n’a jamais fait auparavant.

Les différences avec les conditions de départ par rapport à l’expérience du socialisme soviétique sont fondamentales, plus que les similitudes : de la disponibilité des terres arables à celle des ressources minérales, des conditions semi-coloniales dont la Chine est sortie par rapport à celles d’une grande puissance impérialiste, quoi que déficiente, qu’était la Russie tsariste. Des conditions différentes et donc des solutions différentes, nouvelles, auparavant impensables et risquées. Mais aujourd’hui nous pouvons parler, avec le tableau déjà largement esquissé, d’un chemin à parcourir mais un chemin réussi.

La Chine a fait beaucoup plus en moins de cent ans que nous, Italiens, en cinq cents ans : de l’Humanisme, à la Renaissance, du Risorgimento à la Résistance, nous avons recréé un sens national, nous nous sommes libérés de la domination étrangère, nous avons vaincu le féodalisme et unifié la nation, nous étions en route vers le socialisme. Toutes ces étapes étant à moitié accomplies ou avortées. Eh bien, la Chine a pris et accompli toutes ces mesures et entre maintenant dans une nouvelle ère.

Comme l’a dit le président Xi Jinping, le Parti communiste a été le moteur et l’architecte de ce voyage. Sans lui, ce qui a été fait et ce qui doit encore être fait ne serait pas possible. Et cela a été fait grâce à l’unité indissoluble entre le Parti et le peuple chinois.

Le 20e Congrès du PCC élira ses nouveaux dirigeants. Quels sont vos souhaits, vos attentes à l’égard du nouveau groupe de dirigeants ? (par exemple, les relations et la coopération entre la Chine et l’Italie, les relations avec le PC d’Italie, etc.)

Je crois interpréter les sentiments de tout mon parti en disant que nous souhaitons non seulement au PCC le meilleur succès pour son Congrès, mais aussi que les relations déjà fructueuses entre nos partis s’approfondissent.

Le travail que nous pouvons faire à notre petite échelle est de contrer la campagne anti-chinoise empoisonnée que l’Occident exacerbe, pour faire comprendre que cela est profondément contraire aux souhaits et aux intérêts des peuples, en premier lieu ceux de l’Europe. Que les perspectives économiques de l’égalité des échanges sont une opportunité à ne pas manquer pour les petits et grands opérateurs vers un pays qui est déjà le pôle d’attraction le plus puissant du monde. Apprendre à connaître la grande culture chinoise est une opportunité qui ne se présente qu’une fois dans une vie. L’histoire va dans ce sens et n’a pas l’habitude d’attendre ceux qui s’attardent sur de vieux schémas déjà obsolètes.

C’est pourquoi chaque occasion de rencontre, chaque proposition de collaboration scientifique, culturelle avec les autorités chinoises est un devoir internationaliste pour notre pays, ainsi qu’un plaisir inestimable.

[1] https://www.lariscossa.info/comunisti-italiani-svizzeri-cinesi-discutono-sullinnovazione-marxista/

[2] https://www.edelman.com/sites/g/files/aatuss191/files/2022-01/2022%20Edelman%20Trust%20Barometer%20FINAL_Jan25.pdf

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17565 messages postés
   Posté le 20-09-2022 à 20:12:13   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le 20e Congrès du PCC et l’avenir de la Chine. Entretien avec Fabio Massimo Parenti

20 SEPTEMBRE 2022


De notre correspondant italien cet article sur l’importance du Congrès du parti communiste chinois vu par un professeur italien qui actuellement assure des enseignements à l’Université de Pékin. Notons ce qui est souligné ici outre le leadership de Xi Jinping comment ce congrès constitue “un événement très important, surtout pour les pays dits non-alignés, qui représentent la majorité de la population mondiale et qui trouvent et voient en la Chine un partenaire de plus en plus fondamental et irremplaçable pour aspirer à des processus d’émancipation, sinon similaires à ceux de la Chine, en tout cas significatifs pour toute l’Afrique, une grande partie de l’Asie, ainsi que pour l’Amérique du Sud”. A ce titre il note également que la route de la soie évolue : “Par rapport au début, l’initiative “Belt & Road” se concentre de plus en plus sur des investissements qui vont au-delà des infrastructures. Je veux parler des investissements dans les écoles, les hôpitaux et pas seulement dans les chemins de fer, les ports et la fibre optique” avec un type d’échange d’un mode entièrement nouveau. (note de Danielle Bleitrach, traduction de Marianne Dunlop)

https://histoireetsociete.com/2022/09/20/le-20e-congres-du-pcc-et-lavenir-de-la-chine-entretien-avec-fabio-massimo-parenti/

https://www.lantidiplomatico.it/dettnews-il_20_congresso_del_pcc_e_il_futuro_della_cina_intervista_a_fabio_massimo_parenti/5496_47337/

par Pietro Fiocchi et Chen Ji

“Le leadership de Xi Jinping a assuré la projection internationale de la Chine et un extraordinaire développement à l’intérieur du pays”

À l’occasion du prochain Congrès national du Parti communiste chinois, un événement politique que nous considérons comme particulièrement important, et afin de comprendre son potentiel et ses éventuelles répercussions sur les dynamiques et les équilibres internationaux, nous nous tournons vers un expert en la matière, le professeur Fabio Massimo Parenti.

Fabio Massimo Parenti, docteur en géopolitique, géostratégie et géoéconomie, est actuellement professeur associé à l’Université des affaires étrangères de Chine à Pékin, où il enseigne l’économie politique internationale, et donne des cours à l’Institut international italien Lorenzo de Medici à Florence. Il est membre du Laboratoire Eurispes BRICS (un organisme italien privé qui mène des recherches politiques, économiques et sociales) et chercheur à l’Institut de recherche sur la région économique de la Chine centrale.

Le professeur Parenti est l’auteur d’essais fondamentaux tels que Mutamento del sistema-mondo (2009), Geofinanza e geopolitica (2016), Il socialismo prospero (2017) et plus récemment La via cinese – sfida per un futuro condiviso (2021).

Professeur, le 20e Congrès national du PCC est un moment important en Chine pour tout le peuple. À votre avis, en dehors de la Chine, quelle signification et quelle importance cet événement pourrait-il avoir pour les populations et les dirigeants politiques d’autres pays ?

Tout le monde attend avec impatience ce Congrès, qui devrait reconfirmer le leadership de Xi Jinping. Il s’agirait d’une grande nouveauté dans l’histoire de la République populaire, car ce serait la première fois depuis l’expérience maoïste qu’un président est confirmé pour un troisième mandat sur la base des changements apportés ces dernières années. C’est donc la première nouveauté.

Le leadership de Xi Jinping a assuré la projection internationale de la Chine et son extraordinaire développement intérieur, avec une accélération de la réalisation des principaux objectifs du Parti et du pays, à savoir réduire et vaincre la pauvreté absolue en Chine. Sous Xi Jinping, le processus de modernisation du pays a été accéléré et des objectifs sociaux très importants et très significatifs, uniques dans l’histoire du pays et dans le monde, ont été assurés.

Cette confirmation et les nouvelles lignes et objectifs qui émergeront du 20e Congrès représentent un événement très important, surtout pour les pays dits non-alignés, qui représentent la majorité de la population mondiale et qui trouvent et voient en la Chine un partenaire de plus en plus fondamental et irremplaçable pour aspirer à des processus d’émancipation, sinon similaires à ceux de la Chine, en tout cas significatifs pour toute l’Afrique, une grande partie de l’Asie, ainsi que pour l’Amérique du Sud.

Il y aura une attention enthousiaste de la part des anciens pays du tiers monde, en même temps qu’une attention toujours sectaire de la sphère occidentale, qui tentera certainement de souligner les caractéristiques autocratiques du système, en spéculant sur ce troisième mandat, et qui continuera à souligner et à manipuler certains aspects qui émergeront du Congrès afin de consolider une image négative de la Chine.

Au niveau de la communauté internationale, cette transition sera cruciale car la Chine reste le moteur de l’économie mondiale. Il faut espérer que les nouvelles orientations, qui seront certainement dans la continuité de ce qui a déjà été établi depuis un certain temps, donneront encore plus de confiance et d’espoir dans la consolidation de ce rôle constructif que, par exemple, à travers l’initiative Belt & Road, la Chine joue pour assurer un rééquilibrage vis-à-vis de l’hégémonisme occidental et en particulier celui des États-Unis.

Les politiques américaines sont de plus en plus rejetées et tenues à distance en dehors de l’Occident, dans le monde dit “émergent”, comme on le voit par exemple dans le cas de l’expérience des pays BRICS, qui reçoivent de plus en plus de demandes d’adhésion de nouveaux pays émergents d’Asie et d’Amérique latine.

Professeur, vous avez beaucoup écrit sur les questions mondiales, sur l’initiative “Belt and Road”. Vous avez souvent prédit l’évolution des faits et des tendances. Selon vous, en cette période post-pandémique, quelles stratégies politiques internationales devraient être mises en place, au niveau de la société et de l’économie, pour faire repartir les choses ? Quelles opportunités la Ceinture et la Route nous offrent-elles dans ce sens ?

Je pense que les “nouvelles routes de la soie” représentent un modèle unique qui est encore en cours de développement. Par rapport au début, l’initiative “Belt & Road” se concentre de plus en plus sur des investissements qui vont au-delà des infrastructures. Je veux parler des investissements dans les écoles, les hôpitaux et pas seulement dans les chemins de fer, les ports et la fibre optique.

Cette initiative est en train de devenir un modèle pour les pays non-alignés parce qu’elle offre des opportunités pour les économies réelles des différentes régions du monde que nous ne trouvons pas ailleurs : dans le sens où le bloc dit de l’Atlantique Nord occidental a essayé et essaie de reproduire des initiatives similaires mais en fait n’a pas encore avancé de plans d’investissement particulièrement significatifs.

Certains plans d’investissement occidentaux ont été lancés comme des slogans, dans quelques cas les ressources prévues sont plutôt limitées, et en fait on ne sait rien de la capacité de ces initiatives à avoir un impact réel comme celui de l’initiative Belt & Road, qui est à mon avis le modèle à suivre face aux crises mondiales, le modèle centré sur la coopération économique et culturelle, le dialogue et le respect mutuel. Ces principes doivent être rappelés, car ce sont les seuls qui peuvent garantir la reprise là où elle est en souffrance et ils doivent être placés avant toute initiative mondiale.

Je vois dans cette action et projection chinoise à l’étranger, d’un point de vue économico-politique, une croissance continue, de même que le nombre de pays demandant à participer à ce projet a augmenté, malgré les tentatives de l’Occident de discréditer cette initiative.

L’initiative “Belt & Road” est un laboratoire, elle s’est toujours articulée dans de nouveaux domaines d’intervention, en partant de l’objectif de relier plus étroitement les régions du monde, même à l’intérieur de celles-ci, et en arrivant à un mode de coopération pacifique entre les pays qui n’implique pas une forte ingérence politique, sauf dans la dimension de la coordination politique pour gérer les affaires mondiales et les grands problèmes internationaux : le terrorisme, le changement climatique, maintenant la récession ou la coopération dans le domaine de la santé.

La “Belt & Road” est ouverte aux suggestions, ses créateurs et promoteurs seraient heureux que l’Occident investisse réellement dans l’économie réelle dans ses processus de projection internationale. En fait, alors que de notre côté nous essayons de créer des projets antagonistes à la BRI, la Chine rejette ce genre d’approche et est prête à applaudir des initiatives du même type que “la Ceinture et la Route” qui visent à combler les écarts de développement et à réformer la gouvernance mondiale.

Parfois, les médias occidentaux se méprennent sur les bonnes intentions de la Chine. Que pensez-vous de la philosophie de la Chine en matière de coopération et de développement ?

Le malentendu est presque toujours un malentendu instrumentalisé et intentionnel, ce n’est donc pas un véritable malentendu, c’est la volonté de présenter la Chine comme une menace. C’est ce qui se passe depuis le début des années 2000 et qui s’accélère aujourd’hui dans la construction d’imaginaires collectifs à l’intérieur de l’Occident et dans la tentative que fait l’Occident de diffuser ces imaginaires à l’extérieur afin d’éloigner le monde de la Chine.

De toute évidence, il s’agit d’opérations défensives menées par l’Occident en déclin, qui sont exécutées avec des pratiques très violentes, combinant la censure avec une ingérence politique lourde pour éloigner les amis de la Chine des activités politiques, des contextes institutionnels.

Le système USA-OTAN tente de s’engager dans cette voie avec des stratégies offensives, mais il s’agit finalement d’une réaction défensive, même si cela n’enlève rien aux dangers qu’ils génèrent dans le monde, depuis le cœur de l’Europe, avec l’ingérence dans le conflit russo-ukrainien, et aussi avec la question de Taïwan et les nombreuses et croissantes provocations en mer de Chine orientale et méridionale.

Le malentendu est l’apanage de cette partie importante de l’opinion publique occidentale et, dans une certaine mesure, non occidentale, qui tombe dans le piège de la propagande de la manipulation occidentale moderne de l’information, laquelle a un objectif géopolitique très précis : isoler la Chine, ce qui est presque impossible, ou en tout cas détériorer son image internationale, qui s’est pourtant améliorée de façon constante et régulière, surtout au cours des vingt dernières années.

Il est également vrai qu’aujourd’hui la Chine a un sérieux problème interne, à savoir la gestion très rigide de la pandémie, et que si elle n’est pas revue pour assurer une plus grande flexibilité, elle pourrait également commencer à miner son bien-être interne et donc le processus même de développement, tant au niveau interne qu’en termes d’interconnexion avec le reste du monde.

Tout cela pourrait donc faire de la Chine un pays plus fermé que d’autres régions du monde, même si la République populaire a des traditions philosophiques qui s’incarnent dans sa culture diplomatique, dans ses politiques d’internationalisation. Des traditions philosophiques absolument constructives et toujours en faveur de la coopération, en faveur des compromis qui peuvent éviter de nuire aux personnes impliquées et à la dynamique globale.

La Chine possède un patrimoine culturel qui est un atout pour tous les peuples du monde, il en a été ainsi dans l’histoire et il en est ainsi aujourd’hui que la Chine a un grand poids économique et politique. Ces traditions sont fondées sur la solidarité, la coexistence pacifique et la non-ingérence, ce qui ne signifie pas qu’il ne faut pas avoir d’influence politique, mais qu’il ne faut pas avoir la volonté de manipuler les processus politiques en interne.

Il est évident que la présence d’institutions culturelles et autres a également un impact sur la coordination politique, mais cela fait partie de la bonne coopération, de l’avancement de la coopération entre les régions du monde et entre les peuples. Les stratégies occidentales d’ingérence dans les processus électoraux, ou celles qui conduisent à financer des groupes politiques à des fins de déstabilisation, comme dans le cas des tentatives plus ou moins réussies des révolutions colorées, sont différentes.

La politique de Pékin et sa façon de traiter avec le reste du monde, toutes deux fondées sur les principes de la philosophie chinoise, sont absolument partageables, je dirais même universelles, et expriment le meilleur de l’internationalisme socialiste, non pas sous une forme idéologique, mais sous la forme de la coexistence, de la recherche constante par le dialogue de toute forme de compromis permettant d’obtenir des résultats gagnant-gagnant.

C’est le contraire de ce que nous offrent aujourd’hui la philosophie et la culture politiques occidentales, qui recherchent finalement la domination, comme le monde anglo-saxon, au sommet de la pyramide hégémonique internationale, mais aussi les autres pays européens qui semblent suivre cet exemple même contre leurs propres intérêts.

Cette philosophie chinoise peut être mise à profit. Mais je ne vois aucune possibilité à court terme pour qu’une telle philosophie politique puisse résoudre les tensions internationales actuelles, parce que de l’autre côté il y a des groupes d’élites absolument fous, qui, pour défendre un millimètre d’hégémonisme en voie d’évaporation, sont prêts à opérer exclusivement dans le domaine de l’irrationnel, quelles que soient les bonnes suggestions venant de la Chine, par exemple, sur la question russo-ukrainienne dès le départ.

Si du côté européen, sous la houlette de Washington, il n’y a en fait aucune volonté de dialogue parce qu’on continue à alimenter l’image d’un ennemi qu’il faut vaincre et que pour ce faire on intervient, directement ou indirectement, avec un soutien militaire en alimentant la guerre, il est évident que les références chinoises visant à dialoguer, à trouver des solutions alternatives, à baisser le ton, à essayer de penser à une Europe plus autonome, voire à organiser son propre plan de sécurité régionale, ce que la Chine propose, reste absolument lettre morte.

Tandis que nous faisons la sourde oreille devant ces bonnes intentions universelles suggérées par la Chine, d’un autre côté, la Chine est obligée de faire face à de graves provocations de la part des États-Unis en ce qui concerne Taïwan.

La référence idéologique dominante en Occident est notre suprématie, une forme de racisme selon laquelle, même si le monde a changé, nous restons des peuples supérieurs.

En ce qui concerne le 20e congrès du PCC, quel est votre message aux dirigeants chinois ?

Le message que je leur adresse est de continuer sur la voie du développement interne, qui ne peut être séparé de l’intégration internationale, et donc d’éviter de se fermer à cause de ces provocations.

Il est important de poursuivre sur la voie de la double circulation, cette formule développée dans les plans quinquennaux par les dirigeants chinois et qui concerne la nécessité de trouver un équilibre entre le développement intérieur et international. C’est une voie que les Chinois suivent depuis les années 1980 et qu’ils ont affinée ces dix dernières années, en essayant d’accélérer, compte tenu des tensions internationales, des boycotts et des sanctions, la modernisation et l’indépendance économico-technologique du pays en misant fortement sur la construction d’un marché intérieur très fort.

La Chine n’est plus l’usine du monde et n’est plus dépendante des exportations. Aujourd’hui, la Chine est un pays inventeur, à l’avant-garde. Le pays connaît une augmentation constante des importations, comme le montre l’exposition internationale des importations de Chine.

Je conseillerais de continuer à travailler sur les aspects qui ont encore beaucoup de chemin à parcourir, comme la réalisation d’une civilisation écologique, la recherche et la réalisation de projets aussi durables que possible à long terme en termes écologiques. Ne jamais perdre l’inspiration socialiste et accorder toujours plus d’attention au développement social du pays.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Chine : capitalisme ou socialisme ?  le 20e congrès du PCCNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum