Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'autre versant de la mondialisation 

 sur la "communauté de destin"

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10535 messages postés
   Posté le 09-05-2018 à 23:30:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'article doit signé par Luo Siyi - John Ross, Observateur en ligne Auteur spécial, Chercheur principal, Chongyang Institute of Finance, qui publie des articles de fond sur http://www.guancha.cn/LuoSiYi/list_1.shtml notamment.

Sur le fond et d'un point de vue stratégique, la communauté de destin l'emporte sur les contradictions dues aux dominations impérialistes, ce qui n'exclut en rien ni les conflits locaux ni le risque d'une guerre mondiale, et l'article le dit très clairement.

On notera cependant que cette appréciation en fin d'article "Le même principe sous-tend le niveau international et le niveau national." peut laisser entendre que la tendance au niveau national est aussi la "communauté de destin", ou que la "communauté des destin" l'emporte sur la lutte des classes ce qui ne concerne que les pays socialistes.

A l'échelle nationale la division du travail est une des sources du progrès et simultanément une source d'oppression pour ce qui concerne le travail intellectuel et le travail manuel, la division homme-femme, la division ville campagne, immigré et indigène, etc. parce que la division du travail se déroule dans le cadre de l'esclavagisme, du féodalisme ou du capitalisme. Le passage à une autre division du travail nécessite la révolution prolétarienne.


Comment le marxisme de Xi Jinping dépasse l’Occident

06
MAI

http://histoireetsociete.wordpress.com/2018/05/06/comment-le-marxisme-de-xi-jinping-depasse-loccident/




Apprendre de Chine
Voici un article remarquable que je viens de découvrir et de traduire de l’anglais. Il confirme cette intuition qui m’a fait opérer un retour à la dialectique hégélienne pour comprendre l’actualité de Marx.
La manière dont la Chine interprétait Marx pour le peu que je puisse en comprendre exigeait ce retour à l’origine de la pensée de marx, si l’on voulait ne pas s’inscrire dans une vision du communisme chinois comme un simple capitalisme d’Etat, vision diffusée par une « idéalisation » du marxisme et une conception de l’émancipation que Marx a du dépasser par la pratique politique autant que par l’approfondissement de l’économie.
Au titre de la critique d’un tel texte, il faut poser le fait que Marx ne se contente pas d’analyser la division du travail, il le fait par rapport à l’accumulation du capital, la marchandisation et la loi du profit.
C’est sur ce point qu’on aimerait voir développer la conception du marxisme chinois, le rôle joué par la planification, par l’Etat et par le parti communiste, l’allusion ici est essentiellement faire à travers la réduction de la pauvreté au niveau mondial, le progrès et le développement des forces productives y compris humaines en Chine. Sans parler bien sur de la contribution à la paix mondiale.
A lire donc avec attention (note et traducion de danielle Bleitrach)



Le sommet du G20 à Hambourg a été une nouvelle étape dans un processus qui en forte croissance au cours de l’année 2017: la reconnaissance qu’une nouvelle étape du «leadership» international de la Chine est en train de se développer. Pendant des décennies, la Chine a connu la croissance économique la plus rapide du monde, l’augmentation la plus rapide du niveau de vie au monde et elle a été à l’origine de plus de 80% de la réduction du nombre de personnes vivant dans la pauvreté. Mais maintenant, comme Edward Luce, le correspondant en chef du Financial Times à Washington l’a déclaré : « C’est au cours du second mandat d’Obama que la Chine a dépassé les Etats-Unis en tant que première économie mondiale en termes de parité de pouvoir d’achat. Il est susceptible de dépasser les États-Unis en termes de dollars au cours du prochain mandat présidentiel, peu importe qui est au pouvoir. Ce développement économique gigantesque a inévitablement eu un impact global croissant. Mais la nouvelle étape, analysée ci-dessous, fait que même les analystes occidentaux notent que la Chine, ou plus exactement le Parti communiste chinois (PCC) et le président Xi Jinping, sont en train de gagner la «bataille d’idées» mondiale. Il est donc important d’en analyser les raisons .

Un tel examen marque clairement la supériorité de l’analyse marxiste de Xi Jinping sur la pensée occidentale. Cela peut être démontré clairement en examinant le large débat international qu’ont suscité les principales initiatives mondiales récentes de la Chine, comme le discours de Xi Jinping au Forum économique mondial de Davos et le sommet One Belt One Road à Pékin, par rapport aux tentatives américaines d’élaborer une alternative générale à leur politique étrangère face à la Chine.
Une telle analyse a l’avantage de démontrer clairement la manière dont ces concepts mis en avant par Xi Jinping découlent des idées marxistes parce qu’ils se développent dans une nouvelle situation internationale – et pourquoi ils peuvent être clairement compris par un auditoire non marxiste. En résumé, c’est ce que nous voulons examiner ici.

La Chine se relève

Immédiatement après l’investiture de Donald Trump en tant que président américain, Steve Bannon, son stratège en chef, a admis en pratique les deux points de vue les plus influents: «Je pense que ce serait bien si les gens comparaient le discours de Xi à celui de l’inauguration de Trump… Vous verrez deux visions du monde différentes.
En effet, les médias occidentaux ont largement compris que la dernière période a vu un changement majeur sur le plan international tant dans les initiatives politiques pratiques que dans la «direction éclairée» de la Chine. Martin Wolf, commentateur économique en chef du Financial Times et l’un des journalistes les plus influents de l’Ouest, a déclaré sans ambages à la fin du mois de mai que la question qui se posait dans tous les pays était: «Ne serait-il pas sage de se rapprocher de la Chine? Ian Bremmer, président d’Eurasia Group, l’entreprise d’analyse des risques la plus influente de l’Ouest, a noté l’un des indicateurs clés du succès de la Chine dans la projection non seulement du pouvoir pratique mais aussi des idées: Réaction de Davos au discours de Xi .

Simplement pour prendre dans l’ordre chronologique quelques-uns des points de repère de la forte influence croissante de la Chine:

> L’initiative de la Chine pour la création de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) a été couronnée de succès – des alliés américains proches, comme le Royaume-Uni et l’Allemagne, ayant participé et ayant refusé de soutenir les appels américains au boycott.

> Le discours de Xi Jinping au Forum économique mondial de Davos a été presque universellement analysé en Occident comme révélant un succès stratégique majeur. En plus de la conclusion de Bremmer déjà citée, Hans-Paul Buerkner, président du Boston Consulting Group, a noté: «Le président Xi a souligné l’importance de la poursuite de la mondialisation, de la croissance et de l’équité, est celui qui m’a le plus impressionné » .
Khalid Al Rumaihi, directeur exécutif du Conseil de développement économique de Bahreïn, a conclu: «L’insistance du président Xi à approfondir la mondialisation, à renforcer la croissance économique et ses mises en garde contre l’isolationnisme sont extrêmement réconfortantes et fortement approuvées .

> La signification récente du sommet de Beijing One Belt One Road (B & R) a été bien comprise en Occident. Le Financial Times, sous un titre auto-explicatif «L’Europe doit répondre à l’initiative ceinture et route de la Chine», analyse: «Pékin utilise les lois de la gravité économique et physique pour façonner l’économie mondiale … La métaphore de la gravité est bien établie dans le soi-disant » modèles de gravité « du commerce international, qui relient la taille des flux commerciaux à la » masse « (taille économique) et la distance entre les partenaires commerciaux.
La conclusion incontestable est que la distance physique reste monumentale dans l’économie internationale … alors que les chaînes d’approvisionnement internationales se sont développées au cours des dernières décennies, les plus complexes sont plus régionales que globales … Quant aux métaphores de physique, le concept pertinent est la friction.
La gravité affecte tous les corps également dans le vide; la friction, cependant, peut changer la vitesse à laquelle ils tombent. De même, en économie, où les frictions sont les coûts du commerce. Ceux-ci peuvent être physiques – dans le cas de pays enclavés avec des infrastructures médiocres, disons – et artificielles.
Les coûts commerciaux les plus importants imputables à l’homme ne sont plus des tarifs douaniers mais des barrières réglementaires, administratives et culturelles qui empêchent de faire des affaires au-delà des frontières nationales. Ils restent élevés … La Chine … comprend très bien les deux concepts. La ceinture et la route visent à surmonter les limites de la gravité en réduisant les frictions, et à utiliser les forces d’attraction qui se dégagent pour centrer une part croissante de l’activité économique mondiale sur la Chine. Ils restent élevés …

> La Chine a longtemps été influente parmi les pays en développement, mais le Financial Times a maintenant noté que l’influence globale de la Chine s’étend même aux alliés traditionnels des États-Unis. Les fonctionnaires de l’UE ont noté par exemple: «la création d’un bloc de 16 pays d’Europe centrale et orientale – dont beaucoup sont membres de l’UE.
Le bloc est parfois utilisé pour contrecarrer les décisions de l’UE qui pourraient désavantager la Chine, ont déclaré les responsables. En ce qui concerne Singapour, un autre allié traditionnel des Etats-Unis, le FT analysé rapportant le récent dialogue Shangri-La, Ng Eng Hen, le ministre de la défense de Singapour, était désireux de construire des ponts avec Pékin quand il a parlé aux généraux assemblés, diplomates et bailleurs de fonds politiques à l’hôtel Shangri-La ce week-end. Il n’a fait aucune mention de la mer de Chine méridionale et a vanté le projet Belt and Road … « La Chine a pris les devants avec ses plans d’être un leader pour le commerce dans la région Asie-Pacifique, sinon pour le monde. » « En ce qui concerne l’Australie, un autre allié traditionnel des Etats-Unis, Edward Luce« Bien avant la victoire de Trump, les Australiens se demandaient aussi si leur pays devait prendre ses distances vis-à-vis des Etats-Unis pour accueillir une Chine montante – un partenaire économique plus important que les Etats-Unis. Maintenant, de tels arguments sont devenus courants. Les anciens premiers ministres, tels que Paul Keating, font valoir que l’Australie devrait couvrir ses paris. «


La forte influence internationale de la Chine a certainement été favorisée par des blessures que ce sont auto-infligées les États-Unis, comme la décision presque universellement condamnée par Trump de se retirer de l’Accord de Paris sur le climat. Même aux États-Unis, cette décision a été attaquée comme affaiblissant les États-Unis – un pilier de l’establishment américain tel que le PDG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, déclarant pour la première fois: «La décision d’aujourd’hui est un échec pour l’environnement et pour la position de leadership des États-Unis dans le monde. Mais, comme il ressort des faits déjà mentionnés, l’affaiblissement de la position internationale américaine par la position de Trump sur l’Accord de Paris sur le climat vient tout juste d’une période où la position mondiale de la Chine était déjà fortement renforcée. Comme l’a résumé Edward Luce:

«Le monde faisait déjà des ajustements avant Trump … Près de deux ans avant le référendum britannique sur le Brexit, David Cameron, alors Premier ministre britannique, a dévoilé le tapis rouge devant de Xi Jinping lors d’une visite d’Etat au Royaume-Uni. La Grande-Bretagne a également provoqué le courroux de la Maison Blanche d’Obama en se hâtant de rejoindre la Chine Infrastructure Investment Bank en Chine … D’autres, comme l’Australie et l’Allemagne, ont hésité mais ont emboîté le pas. Presque toutes les puissances occidentales ont envoyé des délégations, dont 29 chefs d’État, au récent sommet chinois «Une ceinture, une route» à Beijing. Quand la Chine parle, les gouvernements étrangers écoutent.

Le déplacement du centre des initiatives globales et de la pensée vers la Chine, analysé du point de vue du développement interne chinois dans Wang Wen est donc pleinement confirmé par l’analyse des médias occidentaux eux-mêmes.

Une ‘doctrine Trump’?

Presque certainement en réaction à l’augmentation de l’impact de la Chine et au scepticisme accru à l’égard de la politique étrangère des États-Unis, le conseiller à la sécurité nationale McMaster et son directeur du National Economic Council Cohn dans Article du Wall Street Journal ont élaboré un recensement des principes de la politique étrangère américaine. L’importance de cet article commun, qui ne pouvait être publié par des personnalités de haut rang sans l’approbation du Président, fut immédiatement reconnue – Fareed Zakaria de CNN, l’un des commentateurs les plus importants des Etats-Unis en matière de politique étrangère a déclaré : « Nous avons maintenant une doctrine Trump . ‘

Avec deux points de vue globaux et cohérents, il est donc possible d’analyser systématiquement les points de vue du président Xi Jinping et du PCC d’une part et de l’autre de l’administration Trump. Il est particulièrement révélateur, en traitant des questions les plus fondamentales, de faire une comparaison entre le concept de «communauté de destin commun» de Xi Jinping, qui constitue le cœur de la politique étrangère chinoise, et les idées exprimées dans la «doctrine Trump» par McMaster et Cohn. Faire une analyse détaillée de ce contraste montre clairement la supériorité des idées marxistes du PCC sur celles de l’Occident.

McMaster et Cohn

Le point de départ de McMaster et Cohn est une réaffirmation, et une tentative de défendre au plan international, la vision de l’économie occidentale néoclassique qui analyse l’économie et la société comme étant simplement composée d’unités individuelles. Comme l’a déclaré Margaret Thatcher sur le terrain national: «La société n’existe pas. Il y a des hommes et des femmes individuels. [1] Comme McMaster et Cohn l’ont déclaré sur la scène internationale: «Le président a entrepris son premier voyage à l’étranger avec une vision claire que le monde n’est pas une« communauté mondiale »mais une arène où les nations, les acteurs non gouvernementaux et les entreprises concourrent pour avoir l’avantage. [2]McMaster et Cohn tirent ensuite les conclusions qui découlent de cette lutte entre les unités: «America First signale la restauration du leadership américain et le rôle traditionnel de notre gouvernement à l’étranger – pour utiliser les ressources diplomatiques, économiques et militaires des États-Unis pour renforcer la sécurité américaine, promouvoir la prospérité américaine et étendre l’influence américaine à travers le monde. Il est, évidemment, inconcevable qu’une telle déclaration générale de la politique étrangère américaine ait pu être faite par deux des plus hauts fonctionnaires de Trump s’il l’avait désapprouvée.
Cette affirmation selon laquelle «le monde n’est pas une« communauté mondiale »est évidemment directement opposée au concept explicite de Xi Jinping d’une« communauté de destin commun »- et les idées qui lui sont associées de solutions« gagnant-gagnant ». plus un est supérieur à deux ‘etc. Ces concepts de Xi Jinping sont, bien sûr, dérivés du marxisme – ceci sera analysé plus en détail ci-dessous. Plus précisément, pour reprendre les termes précis de Xi Jinping: «L’humanité … est devenue de plus en plus une communauté de destin commun». [3] Concernant les solutions « gagnant-gagnant » vis-à-vis des Etats-Unis, dans sa première déclaration concernant l’élection de Trump, Xi Jinping a précisé le 9 novembre: « Je me réjouis de travailler avec vous pour défendre les principes de non-conflit. de non-confrontation, de respect mutuel et de coopération gagnant-gagnant. De même, en ce qui concerneL’Afrique Xi Jinping a noté: «Nous travaillerons avec l’Afrique pour embrasser une nouvelle ère de coopération gagnant-gagnant et de développement commun. Ce concept fondamental est populairement exprimé dans le concept «un plus un est supérieur à deux». Comme l’a dit Xi Jinping: «En établissant une coopération étroite et en tirant parti des forces de chacun pour compenser les faiblesses respectives, nous pouvons montrer au monde qu’un + un peut être supérieur à deux». [4]

Il n’est pas difficile en psychologie de comprendre pourquoi d’autres pays préfèrent le concept d’une relation «gagnant-gagnant», c’est-à-dire que leur pays gagne comme que la Chine gagne , à l’objectif de McMaster et Cohn selon lequel l’objectif américain est «America First » qui signale la restauration du leadership américain et le rôle traditionnel de notre gouvernement à l’étranger – pour utiliser les ressources diplomatiques, économiques et militaires des États-Unis pour renforcer la sécurité américaine, promouvoir la prospérité américaine et étendre l’influence américaine dans le monde. « . ‘
Mais les relations internationales, et les idées qui en découlent, ne peuvent pas être fondées sur de belles paroles, qui peuvent être mensongères ou sur la psychologie – qui est notoirement changeante. Une politique ne peut être puissante et avoir un grand effet international que si elle correspond à des intérêts réels. Par conséquent, il est nécessaire d’examiner objectivement lequel de ces concepts est correct: l’opinion de McMaster & Cohn US selon laquelle «le monde n’est pas une« communauté mondiale »ou« l’humanité de Xi Jinping qui est devenue une communauté de destin commun »?

Est-ce qu’une communauté mondiale existe?

La différence de McMaster / Cohn par rapport à l’idée de «communauté» mondiale, et leur affirmation selon laquelle il y a simplement «une arène où les nations se disputent l’avantage», contre la «communauté de destin commun» de Xi Jinping, est en fait au niveau international, une manière de poser les problèmes dont la force est le fondement – l’individu ou le social? Xi Jinping évidemment ne nie pas qu’il n’y a jamais d’affrontements entre les intérêts particuliers – si cela était vrai, la Chine n’aurait guère besoin d’un département des affaires étrangères, sauf pour organiser des rencontres conviviales avec d’autres pays où tout le monde pourrait se mettre d’accord! En réalité, la Chine, comme tous les pays, est constamment confrontée à des différences spécifiques de politique étrangère (conflits sur le protectionnisme avec l’UE et les États-Unis, la mer de Chine du Sud, les relations avec l’Inde, etc.).

McMaster / Cohn ne prétendent pas non plus que les États-Unis n’ont aucun intérêt commun avec les autres pays – au contraire, ils affirment que les États-Unis peuvent en avoir avec d’ autres pays: «Là où nos intérêts s’accordent, nous sommes prêts à travailler ensemble pour résoudre les problèmes. » Ce que McMaster / Cohn affirment, c’est que le choc des intérêts individuels est le plus important et qu’il n’y a pas de «communauté» – le monde n’est pas une «communauté mondiale» mais une scène où s’affrontent les nations, les acteurs non gouvernementaux et les entreprises. Xi Jinping affirme en revanche que s’il existe certes des conflits d’intérêts spécifiques, le plus fondamental est la communauté.

On peut maintenant analyser laquelle de ces positions est correcte d’un point de vue théorique? Une telle analyse détaillée de ce qui sera montré parmi les questions les plus fondamentales de la pensée «occidentale» et marxiste montre non seulement la supériorité des idées de Xi Jinping sur la question particulière de la «communauté du destin commun» mais aussi la la supériorité du marxisme sur les idées occidentales les plus récentes dans «l’économie néo-classique» et la relation avec les idées occidentales les plus avancées en général.

Adam Smith

L’analyse de la relation entre les intérêts individuels et les intérêts communs, ou «communauté», remonte à l’origine de l’économie moderne – et inclut non seulement les aspects économiques mais aussi les aspects moraux et de politique étrangère de cette question. C’était, en effet, l’une des questions les plus fondamentales analysées par le fondateur de l’économie moderne Adam Smith. En examinant en détail les énoncés fondamentaux et originaux , on en déduit clairement la signification et la solution – Adam Smith et Karl Marx étaient pour ainsi dire des penseurs beaucoup plus clairs que McMaster et Cohn.

Alors que l’on se souvient de Smith pour The Wealth of Nations, il a lui-même publié plus tôt, et constamment révisé jusqu’à sa mort, un second livre – Theory of Moral Sentiments. Cet écrit sur les questions morales a précédé les écrits de Smith sur l’économie – l’une des professions antérieures de Smith, avant qu’il écrive The Wealth of Nations , a été d’être professeur de la chaire de philosophie morale à l’Université de Glasgow.

La première phrase de The Theory of the Moral Sentiments précise que le problème que Smith voulait étudier dans le livre était la relation entre les intérêts individuels et ceux de la société en général – c’est précisément le problème analysé par McMaster / Cohn et Xi Jinping. Ou, dans le langage du milieu du XVIIIe siècle, Smith voulait analyser pourquoi: «Quel que soit l’égoïsme qu’on puisse supposer, il y a évidemment quelques principes suceptible d’interesser dans la fortune des autres. [5]Cependant, bien qu’il ait consacré tout son livre à la question, Smith n’a pas donné d’explication satisfaisante sur la raison pour laquelle un être humain s’intéresserait aux intérêts des autres. Il a simplement conclu que c’était «dans sa nature». [6] Parce que la Théorie des Sentiments Moraux a échoué à répondre à la question qu’elle se pose, elle est aujourd’hui largement oubliée, sauf par les historiens, tandis que La Richesse des Nations est considérée à juste titre comme l’un des livres les plus importants jamais écrits.

Ce qui est ironique, c’est que Smith a résolu la question qu’il a posée dans The Theory of the Moral Sentiments dans son véritable chef-d’œuvre The Wealth of Nations.Le problème était que Smith ne réalisait pas qu’il avait résolu le problème! Cependant, la raison pour laquelle Smith ne réalisait pas qu’il avait résolu son propre problème concernant la relation entre les actions intéressées et les intérêts communs découlait d’une méthode d’analyse commune non seulement à son livre sur la morale, mais à La richesse des nations elle-même.

Le cadre d’Adam Smith

Dans la richesse des nations Smith a analysé les conséquences qui découlaient du fait que les êtres humains s’engageaient dans l’échange social de produits entre eux, fondant ainsi l’économie moderne. Mais Smith a tenté d’expliquer cet échange objectif de produits à partir d’idées qu’il avait sur les êtres humains – en débattant simplement du fait que pour lui si ces idées étaient inhérentes à la nature des êtres humains ou découlaient de la «raison et de la parole»:

Cette division du travail, dont découlent tant d’avantages, est la conséquence nécessaire d’une certaine propension à la nature humaine, la propension à faire du troc, à troquer et à échanger une chose contre une autre. Que cette propension soit un de ces principes originels de la nature humaine, indiscutables, ou que, comme cela semble plus probable, elle soit la conséquence nécessaire des facultés de la raison et de la parole, il n’est pas dans notre analyse ici de se le demander. » [7]
La réalité est, bien sûr, exactement le contraire. L’échange social objectif des biens n’existe pas à cause des idées, qu’elles soient inhérentes ou dues à la «raison et à la parole», mais les idées sont créées par l’échange social objectif des biens. Ce fait, que les idées ont été créées par la réalité sociale était bien sûr un concept fondamental introduit par Marx.

Marx lui-même, dans l’après de la deuxième édition allemande du Capital, a décrit sa propre relation à Hegel par la phrase qui consiste à remettre Hegel debout , Marx a retourné Hegel – mais exactement le même parallèle existe sur ce question dans la relation de Marx à Adam Smith. En ce qui concerne Hegel, Marx a noté:
« Pour Hegel, le processus de la pensée est le créateur du monde réel, et le monde réel n’est que l’apparence extérieure de l’idée. Chez moi l’inverse est vrai: l’idéal n’est que le monde matériel reflété dans l’esprit de l’homme et traduit en formes de pensée.

«J’ai critiqué le côté mystificateur de la dialectique hégélienne il y a près de trente ans, à une époque où c’était encore la mode. Mais juste au moment où je travaillais dans le premier volume du Capital, les épigones malchanceux, arrogants et médiocres qui parlent maintenant en grand dans les cercles allemands cultivés ont commencé à prendre plaisir à traiter de Hegel comme d’un «chien mort». Je me suis ouvertement proclamé l’élève de ce puissant penseur … La mystification dont la dialectique souffre dans les mains de Hegel ne l’empêche nullement d’être le premier à présenter ses formes générales de mouvement d’une manière complète et consciente. Avec lui, la dialectique se tient debout sur sa tête. Elle doit être inversé, afin de découvrir le noyau rationnel dans la coquille mystique.

Le même processus appliqué par Marx à Hegel s’applique à Smith. Smith a expliqué l’échange de produits à partir d’idées, en réalité les idées ont été expliquées par la structure sociale de l’échange de produits. Mais une fois cette «inversion» accomplie, c’est-à-dire que Marx élimina le problème qui faisait que Smith, comme Hegel, «se dressait sur sa tête», la question de la relation entre intérêts individuels et intérêt commun est immédiatement résolue. En retraçant soigneusement l’analyse de Smith et la reformulation de Marx, il est possible de voir clairement l’erreur de McMaster / Cord sur la politique étrangère, l’erreur fondamentale de l’économie néoclassique et la supériorité du concept marxiste de Xi Jinping. «communauté de destin commun» – et ainsi la supériorité globale de l’analyse marxiste.

Division du travail

Le titre La richesse des nations indiquait que Smith souhaitait analyser pourquoi les gens ordinaires des pays européens avancés de son époque jouissaient d’un niveau de vie si élevé par rapport à beaucoup d’autres parties du monde – en résumé, pourquoi les nations européennes avancées étaient » plus riche que la plupart des autres parties du monde. Smith a commencé à analyser cette question fondamentale longtemps avant d’écrire The Wealth of Nations . Dans les conférences de Smith sur la jurisprudence prononcées en 1763, 13 ans avant la publication de The Wealth of Nations , Smith le notait, en utilisant le langage extrêmement plein de préjugés et raciste de son époque:

sans l’aide de ‘industrie un sauvage ne peut en aucun cas se procurer les choses qui deviennent maintenant nécessaires au plus méchant artiste. Nous pouvons voir cela en comparant le mode de vie d’un journalier ordinaire en Angleterre ou en Hollande à celui d’un prince sauvage, qui a la vie et les libertés de mille ou 10000 sauvages nus à sa disposition. Il paraît évident que cet homme, que nous prétendons faussement vivre d’une manière simple , est beaucoup mieux pourvu que le monarque lui-même. Chaque partie de ses vêtements, ustensiles et nourriture a été produite par le travail conjoint d’un nombre infini de mains, et ceux-ci ont encore besoin d’un grand nombre pour leur fournir les outils nécessaire à leurs emplois respectifs. Pour que ce travailleur puisse vivre de cette manière simple (comme nous l’appelons) il a besoin du concours de quelque 1.000 mains.

« Sa vie est en effet simple comparée au luxe et à la profusion d’un grand homme européen. Mais peut-être la richesse et le luxe des plus riches ne dépassent pas si loin l’abondance et l’abondance d’un fermier industrieux comme ce dernier a un mode de vie bien supérieur à celle du sauvage le plus respecté … De quelle manière alors devons-nous expliquer ce qui lui est dévolu et le niveau plus bas du peuple en matière des commodités de la vie. [8]
Les conférences de Smith sur la jurisprudence ont donné la réponse à cette question qu’il posait, du niveau de vie beaucoup plus élevé de l’Europe sous cette forme, comme le montre The Wealth of Nations , à partir du développement systématique de la fondation de l’économie moderne. :

«La division du travail entre différentes mains peut seule expliquer cela. [9]
Cette question, et la réponse donnée, ont été le point de départ de The Wealth of Nations . Comme Smith l’a dit en concluant le chapitre I de La richesse des nations , en résumant ses propres conférences sur la jurisprudence, il demandait dans son grand chef pourquoi:

«l eniveau de vie d’un prince européen ne dépasse pas toujours celui d’un paysan frugal d’un pays industrieux , car le logement de ce dernier dépasse celui de beaucoup de rois africains. [10]
Smith a énoncé la réponse, créant ainsi la science de l’économie, dans la première phrase du premier chapitre de The Wealth of Nations– D’où la totalité de son livre a découlé :
«La plus grande amélioration des forces productives du travail, et la plus grande partie de l’habileté, de la dextérité et du jugement avec lesquels il est dirigé ou appliqué, semblent avoir été l’effet de la division du travail. [11]
Le célèbre exemple de division du travail que Smith a analysé au début de The Wealth of Nations , une usine à épingles, illustrait en réalité tout le processus qui a conduit à la mondialisation. Smith a analysé pourquoi, en termes quantitatifs prosaïques, la division du travail incarnée dans l’usine à épingles augmentait la productivité d’au moins 24 000%.

«Pour prendre un exemple, par conséquent, d’une fabrication très minime, mais dans laquelle la division du travail a été très souvent prise en compte, le métier d’un fabricant d’épingles: . Mais dans la façon dont cette affaire est maintenant réalisée, non seulement l’ensemble du travail est un métier particulier, mais il est divisé en un certain nombre de branches … [le] métier de faire une épingle est, de cette manière, divisé dans environ dix-huit opérations distinctes … J’ai vu une petite manufacture de ce genre, où dix hommes seulement étaient employés … Ces dix personnes … pouvaient faire à eux tous plus de quarante-huit mille épingles par jour. Chaque personne, donc, faisant une dixième partie de quarante-huit mille épingles, pourrait être considérée comme faisant quatre mille huit cents épingles dans un jour. Mais s’ils avaient tous travaillé séparément et indépendamment, et qu’aucun d’eux n’avait été éduqué à cette affaire particulière, ils n’auraient certainement pas pu en faire vingt, peut-être pas une, par jour.[12]

Ce principe fondamental de la division du travail, appliqué à des opérations beaucoup plus complexes que l’épinglage, a créé l’énorme division internationale du travail qui relie des continents différents. Mais il s’ensuivait que plus la productivité était créée par une plus grande division du travail, plus le pays serait avancé, plus la division du travail, y compris la division internationale du travail, sur laquelle reposerait ce développement et cette prospérité. Par conséquent, comme Smith l’a noté:
«La division du travail, cependant, dans la mesure où elle peut être introduite, occasionne, dans chaque art, une augmentation proportionnelle des forces productives du travail. Cette séparation est aussi généralement la plus poussée dans les pays qui jouissent du plus haut degré d’industrie . [13]

Ce fait en réalité résolvait simultanément le problème de la relation entre intérêt «individuel» et intérêt «commun» ou «social». Comme le notait Smith, ce n’était pas sur l’effort individuel mais sur cette division massive du travail que dépendait nécessairement la prospérité et le bien-être de chaque individu:
«C’est la grande multiplication des productions de tous les arts, par suite du partage des le travail, qui donne lieu, dans une société bien gouvernée, à cette opulence universelle qui s’étend aux derniers rangs du peuple. [14]
La prospérité de l’individu ne pouvait donc exister sans cette division sociale du travail et en dépendait. [15]C’est le bien-être de l’individu qui dépend de cette division du travail / socialisation du travail – dont les effets sont beaucoup plus puissants que les efforts de l’individu lui-même. Comme Smith le résume:

«Si nous examinons, disons-nous, toutes ces choses, et considérons quelle variété de travail est employée pour chacun d’eux, nous serons conscients que, sans l’aide et la collaboration de milliers de personnes, la plus pauvre personne dans un pays civilisé ne pourrait être fourni, même selon, alors que nous imaginons très faussement, la manière facile et simple dans laquelle généralement est son niveau de vie. [16]
Le résultat était donc que le bien-être fondamental de chaque individu ne dépendait pas de lui-même mais de cette division sociale du travail:

Dans la société civilisée, il a toujours besoin de la coopération et de l’assistance de grandes multitudes. [17]
Sans cette division sociale du travail avec les autres, c’est-à-dire sans la «société» ou la «communauté», les êtres humains vivraient encore dans les conditions les plus primitives, sans installations et conditions de vie avancées et avec une espérance de vie moyenne. autour de 30 ans – comme les premiers humains. Le mythe de «l’individu autosuffisant» est précisément un mythe à l’état pur. En réalité, le bien-être de l’individu dépend le plus fondamentalement de la société.
Ou, comme l’a noté Smith dans ses précédents Lectures on Jurisprudence , qui ont préparé les idées de The Wealth of Nations :

«Dans la conférence d’hier, j’ai essayé d’expliquer les causes qui poussent l’homme à l’industrie et lui sont particulières parmi tous les animaux … Ceux-là se contentent d’être un sauvage solitaire, mais pas dans ce qui est absolument nécessaire dans tous les pays. et qui a été établi depuis longtemps. [18]
Comme sans cette division sociale du travail et de la société, l’individu ne vivrait que très mal pendant très peu de temps, les intérêts de l’individu ne sont donc pas au sens fondamental opposé aux intérêts de la société, au contraire le bien-être être le plus fondamentalement de l’individu dépend du développement de la division sociale du travail, de la société.

Marx division du travail

Marx a résolu le problème qu’Adam Smith avait posé de la relation entre l’intérêt individuel et les intérêts sociaux en inversant la situation par laquelle Smith «se tenait sur sa tête» – n’expliquant pas la structure sociale objective des idées, mais expliquant les idées de la structure sociale. Cela montre en même temps pourquoi il n’y a pas de contradiction fondamentale entre l’intérêt personnel et l’intérêt social et ce qui est le plus fondamental. En mettant Smith sur sa tête, en termes de causalité, Marx a résolu le problème qu’Adam Smith avait t posé, mais auquel Smith lui-même ne pouvait répondre.

Marx, au même titre que Smith, analysait le principe de la division du travail, de l’usine de broche que Smith avait étudiée, c’est-à-dire Marx commente : « la division du travail non par une seule personne qui fait tout, mais par beaucoup qui font un peu.’[19] Comme avec Smith, Marx a noté que c’était cette division du travail qui a provoqué le développement énorme de production et de productivité: «Le pouvoir social, c.-à-d., La force productive multipliée, qui surgit par la coopération des différents individus comme a été causée par la division du travail. [20]

Marx remarqua, encore plus clairement que Smith lui-même, que la division du travail donne immédiatement lieu à cette question sur la relation entre intérêts individuels et intérêts généraux – question que Smith avait justement posée mais s’est avéré incapable d’y répondre dans La Théorie des sentiments moraux. .Comme Marx l’a noté:
Car, dès que la division du travail a pris naissance, chaque homme a une sphère d’activité particulière et exclusive qui lui est imposée et dont il ne peut échapper. Il est un chasseur, un pêcheur, un berger ou un critique critique, et il doit le rester s’il ne veut pas perdre ses moyens de subsistance.
Donc, en termes généraux, la division du travail soulève nécessairement et immédiatement la question de la relation entre intérêts individuels et intérêts généraux / sociaux:

«la division du travail implique aussi la contradiction entre l’intérêt de l’individu séparé ou de la famille individuelle et l’intérêt commun de tous les individus qui ont des relations les uns avec les autres. [21]
Mais cette contradiction était en termes fondamentaux résolus parce que, comme déjà analysé, le haut niveau de vie d’une société de plus en plus avancée, et les individus en son sein, n’est possible qu’à cause de l’énorme division du travail qui crée la dépendance du bien-être de chaque individu sur la société – la dépendance de «l’individu» au «général» ou au «tout». Comme Marx l’a noté:
«cet intérêt commun n’existe pas seulement dans l’imagination, comme« intérêt général », mais d’abord dans la réalité, comme l’interdépendance mutuelle des individus parmi lesquels le travail est divisé. [22]
Ceci créa à son tour des structures, y compris l’État, qui organisa la relation entre les intérêts particuliers et les intérêts généraux:
«De cette contradiction même entre les intérêts particuliers et communs, l’intérêt commun prend une forme indépendante en tant qu’Etat». [23]
La conséquence, étant donné le rôle fondamental de la division du travail dans le développement de la productivité, est que la division du travail par la société se développe de plus en plus. C’est-à-dire:
«La division du travail élève le pouvoir productif du travail et augmente la richesse et le raffinement de la société» [24]
Ou, comme Marx le résume succinctement dans les termes les plus généraux:
«La division du travail augmente avec la civilisation. [25]
Une telle division croissante du travail a précisément créé la mondialisation, la division internationale du travail, ou comme Marx l’a formulé ce qui est créé:
« le développement universel des forces productives et les rapports mondiaux sont liés à eux ». [26]
Une telle division internationale du travail crée en effet une communauté mondiale d ‘«intérêt général» – c’est-à-dire que la prospérité maximale des individus dans un pays dépend de la production de ceux d’autres pays. Ou, comme le dit Marx:
«Ce n’est que par ce développement universel des forces productives que se produisent des rapports universels entre des hommes établis .et qui mettent des individus historiquement universels, empiriquement universels, à la place des individus locaux. [27]
Par conséquent, cette dépendance internationale mutuelle du bien-être des individus dans chaque pays par rapport à ceux d’autres pays, crée pour la première fois un être humain véritablement «connecté globalement». Ou, comme Marx l’a formulé, cela produit:
«ce développement des forces productives … qui implique en même temps l’existence empirique actuelle des hommes dans leur être historique mondial, au lieu d’être local». [28]
Une telle connexion internationale se développe non seulement dans la production mais aussi dans les idées:

«la richesse intellectuelle réelle de l’individu dépend entièrement de la richesse de ses connexions réelles. ce qui libérera les individus séparés des diverses barrières nationales et locales, les mettra en relation pratique avec la production (y compris la production intellectuelle) du monde entier et leur permettra d’acquérir la capacité de profiter de cette production unilatérale de la terre entière (les créations de l’homme). [29]
En effet, la division internationale du travail est particulièrement claire et transparente dans le domaine des idées. Aucun pays n’a le monopole des idées – et tous les pays adoptent des idées d’autres pays. La civilisation humaine n’aurait pas pu atteindre son niveau actuel sans les quatre grandes inventions chinoises, sans la contribution des scientifiques britanniques (Newton, Darwin), la contribution des scientifiques et mathématiciens allemands (Gauss, Einstein), etc.
Mais, si de tels grands génies et inventions «individuels» sont célébrés avec raison, ils sont en réalité eux-mêmes le produit de la division sociale du travail et du développement des idées par d’autres qui sont indispensables aux leurs. A la connaissance de l’auteur actuel, personne ne sait exactement quels individus ont créé les quatre grandes inventions de la Chine; ce furent les inventeurs du télescope aux Pays-Bas, au début du XVIIe siècle, qui permirent aux observations du Galilée italien d’en finir définitivement avec l’idée que le soleil tournait autour de la Terre et ce faisant il corroborait les concepts fondamentaux du Polonais Copernic; si l’Anglais Newton n’avait pas développé le calcul et la loi de la gravitation que quelqu’un d’autre l’aurait fait (le Leibniz allemand a développé le calcul presque exactement au même moment),L’origine des espèces a failli être coiffé au poteau par la publication par Alfred Russel Wallace qui a développé l’idée après Darwin, mais s’est contenté de publier avec infiniment moins des preuves à l’appui .
En plus de ces processus sociaux fondamentaux, l’économie détaillée de Smith et de Marx découle également des implications des processus analysés ci-dessus. Comme cet article traite des développements sociaux internationaux fondamentaux, ces questions économiques plus détaillées ne sont pas traitées ici – une anecdote peut être trouvée dans mon livre. http://book.douban.com/subject/26771310/

Xi Jinping et la «communauté du destin commun»

Évidemment, la «communauté du destin commun» de Xi Jinping, et ses concepts associés, sont l’expression dans un langage plus populaire des conclusions fondamentales analysées ci-dessus. Parce que Xi Jinping est le président d’un pays, s’adressant à un public de masse, y compris des pays où le marxisme est à peine compris, et il n’est pas un universitaire qui donne un séminaire universitaire, Xi Jinping n’interrompt naturellement pas les discours. comme Davos ou le séminaire One Belt One Road avec de longues citations de Marx. Mais, parlant dans un langage compréhensible à une masse, y compris un non-marxiste, Xi Jinping exprime et développe précisément ces idées de Marx.

L’idée fréquemment exprimée dans les discours de Xi Jinping selon laquelle «un plus un est supérieur à deux» exprime précisément d’une manière compréhensible le concept fondamental de la division de la productivité du travail: «En coopérant étroitement et en tirant parti des forces de chacun pour compenser les insuffisances respectives, nous pouvons montrer au monde qu’un plus un peut être plus grand que deux. [30]
· Le concept de «gagnant-gagnant» n’est pas une expression psychologique «se sentir bien» vide mais exprime le fait que la division du travail, y compris la division internationale du travail, augmente la productivité de tous ceux qui y participent – la division du travail n’est littéralement pas un jeu à somme nulle au niveau national ou international. Les commentaires de Xi Jinping à ce sujet sur les États-Unis et l’Afrique ont déjà été notés, alors on peut ajouter ici ses commentaires sur les BRICS. «La coopération des BRICS est une innovation qui transcende l’ancien modèle d’alliance politique et militaire et recherche des partenariats plutôt que des alliances.» Et: «Le mécanisme des BRICS dépasse l’ancienne mentalité du jeu à somme nulle et met en pratique un nouveau concept de bénéfice mutuel. coopération gagnant-gagnant. » [31]

· Il ressort clairement de l’analyse ci-dessus que la Chine soutient la mondialisation – l’expression internationale de la division du travail. Encore une fois, exprimé sous forme populaire dans le discours de Xi Jinping Davos: «Que cela vous plaise ou non, l’économie mondiale est le grand océan auquel vous ne pouvez pas échapper. Toute tentative de couper le flux de capitaux, de technologies, de produits, d’industries et de personnes entre les économies, et de ramener les eaux de l’océan dans les lacs et les criques isolés n’est tout simplement pas possible. En effet, cela va à l’encontre de la tendance historique. [32] Ou, dans une contreposition largement analysée dans les médias internationaux, comme Martin Wolfa noté: « Donald Trump, président des États-Unis, affirme que » la protection mènera à une grande prospérité et à la force « . En revanche, le président chinois Xi Jinping insiste sur le fait que «nous devons promouvoir le commerce et l’investissement, la libéralisation et la facilitation en ouvrant et en refusant le protectionnisme».

Xi Jinping note clairement, à la suite de l’analyse de Marx et Smith, que Comme l’a dit Xi Jinping au sommet OBOR de Beijing: «Jamais nous n’avons vu une interdépendance aussi étroite entre les pays qu’aujourd’hui, un tel désir fervent des gens pour une vie meilleure, et nous n’avons jamais eu tant de moyens pour l’emporter sur les difficultés. [33]
· Des initiatives spécifiques telles que l’OBOR font évidemment partie de la manière contemporaine pratique de la Chine de promouvoir la mondialisation. Comme l’a dit Xi Jinping au sommet OBOR de Beijing: «À l’automne 2013, respectivement au Kazakhstan et en Indonésie, j’ai proposé la construction de la ceinture économique de la route de la soie et de la route de la soie maritime du 21ème siècle. … Quatre ans plus tard, plus de 100 pays et organisations internationales ont soutenu et participé à cette initiative … Grâce à nos efforts, la vision de l’Initiative Belt and Road devient réalité et porte ses fruits … l’initiative Belt and Road répond à tendance de l’époque, conforme à la loi du développement, et répond aux intérêts du peuple … »Et:[34]
· Ce point démontre clairement que les initiatives actuelles de la Chine comme OBOR ou la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) ne sont pas séparées ou isolées – elles sont liées par les idées fondamentales sous-jacentes de la «communauté du destin commun». concepts associés à cela mis en avant par Xi Jinping.
Le renforcement majeur de la position internationale de la Chine susmentionnée réside donc justement dans l’interrelation du succès économique de la Chine, qui résulte à son tour de la justesse des concepts de réforme économique chinoise et du succès de la Chine dans la «bataille des idées» internationale. de nouvelles initiatives pratiques et idéologiques depuis que Xi Jinping est devenu président. On peut également voir pourquoi les concepts présentés par le PCC, Xi Jinping, et le marxisme chinois ont été démontrés dans les discussions internationales comme étant de loin supérieurs et plus corrects que ceux de l’Occident.

Xi Jinping et le développement du marxisme en Chine

Les points ci-dessus illustrent clairement le développement et la dynamique générale du marxisme chinois. Les idées de «communauté de destin commun», de «gagnant-gagnant», d’OBOR, etc. sont clairement formulées dans des concepts issus de Marx – comme déjà analysés. Mais ils ne sont pas simplement une réaffirmation de Marx – qui naturellement n’a jamais développé d’idées liées à OBOR, les relations actuelles entre la Chine et les Etats-Unis etc. Ces concepts de Xi Jinping sont une application et un développement du marxisme dans la nouvelle période de la Chine et du monde. économie. Ils découlent donc d’une analyse correcte de la situation et de la dynamique de la Chine et de la situation internationale. Cette correspondance avec la dynamique pratique de la situation internationale, et donc leur impact international analysé ci-dessus, confirme que le marxisme chinois est le cadre de pensée le plus avancé du monde aujourd’hui. Une analyse de quelques aspects économiques de ces nouvelles conditions est faite dans mon article http://www.m4.cn/opinion/2017-05/1326205.shtml

Les erreurs de McMaster / Cohn

L’analyse ci-dessus montre clairement la justesse des idées de Xi Jinping et du marxisme en Chine, en particulier de la « communauté de destin commun », et les erreurs de McMaster / Cohn, la «doctrine Trump», et les idées de l’économie néo-classique occidentale qui les sous-tendent. Comme indiqué, le même principe s’applique au niveau national et international:

Loin d’être une contradiction fondamentale entre les intérêts de l’individu et les intérêts de la société, le bien-être de chaque individu dépend en réalité de la division sociale massive du travail – de la société. Cela ne signifie naturellement pas qu’il n’y ait pas de conflits d’intérêts individuels, mais cette division sociale du travail est beaucoup plus puissante pour produire le bien-être de l’individu que tout effort de l’individu lui-même – sans cette division sociale du travail. l’individu serait «primitif, brutal et très limité». Le bien-être maximum de l’individu ne peut donc être atteint qu’en développant cette division sociale du travail: les intérêts fondamentaux de l’individu ne contredisent pas, mais coïncident fondamentalement, avec l’intérêt commun de développer cette division sociale du travail.

Le même principe sous-tend le niveau international et le niveau national. La prospérité maximale d’un seul pays dépend d’une division internationale du travail. Plus l’économie est développée et plus l’économie mondiale est développée, plus cette division internationale du travail est grande – et donc la dépendance d’un pays à l’égard de celle-ci. Cela ne signifie pas, bien sûr, qu’il ne peut y avoir de contradictions particulières entre les intérêts individuels de chaque pays, ou entre des pays individuels et des intérêts généraux, mais cela signifie que garantir la prospérité et le bien-être maximum d’un pays coïncide avec l’intérêt commun. de développer cette division internationale du travail. Il y a donc, justement, des intérêts internationaux communs – une communauté internationale d’intérêts. Les intérêts de l’humanité, et de pays internationaux, en maximisant leur bien-être réside donc dans le développement de cette division internationale commune du travail. L’affirmation de McMaster / Cohn selon laquelle «le monde n’est pas une« communauté mondiale », mais il y a simplement« une arène où les nations, les acteurs non gouvernementaux et les entreprises s’engagent et se font concurrence pour obtenir des avantages »est fausse. Ou comme Xi Jinping » L’humanité, en vivant dans le même village global à la même époque où l’histoire et la réalité se rencontrent, est de plus en plus apparue comme une communauté de destin commun dans laquelle chacun a en soi un peu d’autres. » [35]

[à suivre]


Edité le 10-05-2018 à 18:05:13 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10535 messages postés
   Posté le 10-05-2018 à 14:34:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Conclusion

La conclusion pratique de ce qui précède est clair. Xi Jinping a raison dans le concept d’une «communauté de destin commun», et McMaster / Cohn a tort d’affirmer qu’il n’existe pas de communauté. McMaster / Cohn se contente de répéter sur le plan national que Thatcher a prétendu que «la société n’existe pas. Il y a des hommes et des femmes individuels. Dans le choc des idées internationales, le marxisme de Chine et Xi Jinping se montre clairement supérieur à l’Occident dans sa pensée.
Cette différence fondamentale dans les idées sous-tend et aide conduit à l’influence croissante de la Chine analysée ci-dessus. Les implications pratiques qui affectent d’autres pays, et donc leurs effets sur la politique étrangère et les relations avec d’autres pays, peuvent être résumées simplement.

Pour McMaster / Cohn, le rôle de la politique étrangère des États-Unis est simplement d’exprimer les intérêts américains: «Le monde n’est pas une« communauté mondiale », mais un espace où les nations, les acteurs non gouvernementaux et les entreprises se livrent une concurrence. Par conséquent: «America First signale la restauration du leadership américain et le rôle traditionnel de notre gouvernement à l’étranger – pour utiliser les ressources diplomatiques, économiques et militaires des États-Unis pour renforcer la sécurité américaine, promouvoir la prospérité américaine et étendre l’influence américaine dans le monde.
Pour la Chine, au contraire, elle doit simultanément bénéficier et contribuer à la société humaine. Comme l’a dit Xi Jinping: «Tout au long de 5 000 ans de développement, la nation chinoise a contribué de manière significative au progrès de la civilisation humaine … Notre responsabilité est de poursuivre l’objectif du rajeunissement de la nation chinoise.la rendre plus forte parmi les nations du monde, et faire de nouvelles et plus grandes contributions à l’humanité. [36]
Ces mots de Xi Jinping sont éloquents, mais d’autant plus importants qu’ils sont vrais. Le bien-être et la prospérité maximum de la Chine ne peuvent être atteints sans une participation à la division internationale du travail, à la fois économique et intellectuelle, et simultanément et de manière réciproque, la maximisation de son propre développement profite à d’autres pays. C’est pourquoi les relations de la Chine avec les autres pays sont avantageuses pour tous – et aussi pourquoi le marxisme chinois gagne de plus en plus ouvertement la «bataille des idées».

Enfin, sur une question plus mineure, cela pose problème. Étant donné que les idées du néo-classicisme occidental et du néo-libéralisme sont clairement fausses pour les raisons données, pourquoi certaines universités chinoises continuent-elles à enseigner ces erreurs alors que la Chine elle-même possède des idées beaucoup plus avancées? Il est plutôt ridicule que lorsque la Chine remporte globalement la «bataille des idées», de telles idées manifestement fausses continuent d’être enseignées en Chine. Cela correspond apparemment à la logique selon laquelle «la Chine ne peut pas être assassinée, il faut donc la persuader de se suicider». Tandis que les idées du néolibéralisme perdent à juste titre la bataille avec les idées marxistes de la Chine et son influence sur le terrain international, il est plutôt stupide et ce genre d’idées soient enseignées en Chine.
Cependant, ce n’est pas le point principal. Le point principal, tel qu’analysé ici, est que la Chine gagne non seulement la lutte pour l’influence internationale en raison de sa force économique. Il est maintenant clairement gagnant dans la «bataille des idées» internationale – en particulier en raison du développement ultérieur du marxisme chinois sous Xi Jinping.

Annexe

Cet article a été finalisé en anglais à la fin du mois de juin. La publication a été retardée pendant qu’elle était traduite et éditée en chinois. Le 12 juillet, Martin Wolf, commentateur économique en chef du Financial Times, a publié un article analysant également l’article de McMaster and Cohn et les concepts de la politique étrangère des États-Unis «Le choc des civilisations entre Donald Trump et la communauté mondiale».

Martin Wolf a parfaitement raison de comprendre la nature fondamentale de l’article de McMaster and Cohn et de ses concepts. Ce que Wolf n’a pas fait, c’est d’affirmer que l’opposition la plus fondamentale et l’alternative aux idées de McMaster et Cohn, et la «doctrine Trump», sont les concepts de Xi Jinping. La Chine et Xi Jinping ont déclaré que ces idées étaient centrales pendant des années avant Martin Wolf. La Chine faisait preuve de «leadership éclairé» et le Financial Times suit.

Bibliographie Marx, K. (1844). Commentaires sur James Mill, Élémens d’Économie Politique. Dans K. Marx, Karl Marx et Frederich Engels Collected Works (1975 éd., Volume 3, pages 211-228). Moscou: Éditeurs de Progrès.
McMaster, HR, & Cohn, GD (2017, 30 mai). L’Amérique d’abord ne signifie pas l’Amérique seule. Extrait le 4 juin 2017 du Wall Street Journal: http://www.wsj.com/articles/america-first-doesnt-mean-america-alone-1496187426
Smith, A. (1776). Une enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations (1981 ed.). Indianapolis: Liberty Edition Volume 1.
Smith, A. (nd). Conférences sur la jurisprudence.
Thatcher, M. (1987, 31 octobre). Epitaph pour les années quatre-vingt? « il n’y a pas une telle chose que la société « propre des femmes . Récupérée de http://briandeer.com/social/thatcher-society.htm

note

[1] Thatcher, M. (1987 31 Octobre). » Epitaph pour les années quatre – vingt « Il n’existe pas de société » « . Femmes propres. Récupérée de http://briandeer.com/social/thatcher-society.htm

[2]McMaster, HR, & Cohn, GD «L’Amérique d’abord ne signifie pas l’Amérique seule», Wall Street Journal 2017, 30 mai

[3] Xi Jinping, «Suivez la tendance du temps et encouragez la paix et le développement», 23 mars 2013 .

[4] Xi Jinping, ‘Suivre la tendance du temps et promouvoir la paix mondiale et le développement’, le 23 Mars 2013.

[5] Smith, A. (1790). La théorie des sentiments moraux (1982 ed.). Indianapolis: Liberty Fund Inc p9.

[6] Smith, A. (1790). La théorie des sentiments moraux (1982 ed.). Indianapolis: Liberty Fund Inc p9.

[7] Smith, Adam. Richesse des nations (optimisé pour Kindle) (Kindle Emplacements 314-319). Édition Kindle.

[8](Smith, Lectures on Jurisprudence, 29 mars 1763 p.340-341 – Modernisation de l’orthographe anglaise)

[9] (Smith, Lectures on Jurisprudence, 29 mars 1763, page 341 – Modernisation de l’orthographe anglaise)

[10] Smith, A. (1776 ). Une enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations (1981 ed.). Indianapolis: Liberty Edition Volume 1 p24.

[11] (Smith, 1776, p.13).

[12]Plus précisément, l’analyse de Smith se lit comme suit: «Pour prendre un exemple, par conséquent, d’une fabrication très minime, mais dans laquelle la division du travail a été très souvent prise en compte, le métier d’épinglette: un ouvrier non éduqué à cette affaire (que la division du travail a rendue un commerce distinct), ni l’usage de la machine employée dans celle-ci (à l’invention de laquelle la même division du travail a probablement donné occasion), pourrait peut-être manquer avec son la plus grande industrie, faites une épingle dans un jour, et certainement ne pourrait pas faire vingt. Mais dans la façon dont cette affaire est maintenant menée, non seulement l’ensemble du travail est un commerce particulier, mais il est divisé en un certain nombre de branches, dont la plupart sont également des métiers particuliers. Un homme tire le fil; un autre le fait valoir; un troisième le coupe; un quatrième le pointe; un cinquième le broie en haut pour recevoir la tête; faire la tête nécessite deux ou trois opérations distinctes; le mettre dessus est une affaire particulière; blanchir les épingles en est une autre; c’est même un commerce à part pour les mettre dans le journal; et l’affaire importante de faire une épingle est, de cette manière, divisée en environ dix-huit opérations distinctes … ont vu une petite manufacture de ce genre, où dix hommes seulement ont été employés … Ces dix personnes … pourraient faire parmi eux plus de quarante-huit mille épingles en un jour. Chaque personne, donc, faisant une dixième partie de quarante-huit mille épingles, pourrait être considérée comme faisant quatre mille huit cents épingles dans un jour. Mais s’ils avaient tous travaillé séparément et indépendamment, et qu’aucun d’eux n’avait été éduqué à cette affaire particulière, ils ne pouvaient certainement pas en avoir fait vingt, peut-être pas une épingle par jour. Smith, A. (1776). Une enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations (1981 ed.). Indianapolis: Liberty Edition Volume 1 p14-15

[13] Smith, A. (1776). Une enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations (1981 ed.). Indianapolis: Liberty Edition Volume 1 p15

[14] Smith, A. (1776). Une enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations (1981 ed.). Indianapolis: Liberty Edition Volume 1 p22.

[15]Comme Smith l’a analysé en détail: «Observez le logement de l’ouvrier ou du journalier le plus commun dans un pays civilisé et prospère, et vous vous apercevrez que le nombre de personnes, de l’industrie dont une partie, mais une petite partie, a été employé en lui procurant cet accommodement, dépasse tout calcul. L’habit de laine, par exemple, qui couvre le journalier, aussi grossier et rude qu’il puisse paraître, est le produit du travail commun d’une grande multitude d’ouvriers. Le berger, le trieur de laine, le lainier ou le cardeur, le teinturier, le scribouilleur, le fileur, le tisserand, le plus vif, l’habilleur, avec beaucoup d’autres, doivent tous se joindre à leurs différents arts pour compléter même cette production familiale. Combien de marchands et de transporteurs, d’ailleurs, a-t-il été employé pour transporter le matériel de certains de ces ouvriers à d’autres qui vivent souvent dans une partie très éloignée du pays? Combien de commerce et de navigation en particulier, combien de constructeurs de navires, de marins, de voiliers, de fabricants de cordes, ont dû employer pour réunir les différents médicaments utilisés par le teinturier, qui viennent souvent des coins les plus reculés? du monde? Quelle variété de travail aussi est nécessaire pour produire les outils du plus méchant de ces ouvriers! Pour ne rien dire de machines aussi compliquées que le navire du marin, le moulin de la pleine, ou même le métier de tisserand, ne considérons que la variété de travail nécessaire pour former cette machine très simple, les cisailles. avec lequel le berger pince la laine. Le mineur, le constructeur de la fournaise pour fondre le minerai, l’abatteur du bois, le brûleur du charbon dont on se sert dans la fonderie, la briqueterie, le briqueteur, les ouvriers qui assistent à la fournaise, le charron, le faussaire, le forgeron, tous doivent se joindre à leurs différents arts afin de les produire. Devrions-nous examiner de la même manière toutes les parties de sa robe et de ses meubles, la grosse chemise de lin qu’il porte à côté de sa peau, les souliers qui couvrent ses pieds, le lit sur lequel il repose, et tous les différents les parties qui le composent, la grille de cuisine à laquelle il prépare ses victuailles, les charbons dont il se sert à cet effet, creusés dans les entrailles de la terre, et amenés peut-être par une longue mer et une longue terre le chariot, tous les autres ustensiles de sa cuisine, tous les meubles de sa table ,
Smith, A. (1776). Une enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations (1981 ed.). Indianapolis: Liberty Edition Volume 1 p22.

[16] Smith, A. (1776). Une enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations (1981 ed.). Indianapolis: Liberty Edition Volume 1 p22.

[17] Smith, A. (1776). Une enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations (1981 ed.). Indianapolis: Liberty Edition Volume 1 p15

[18] (. Smith, des conférences sur la jurisprudence, le 29 Mars 1763 p 341 – l’ orthographe anglaise modernisé

[19] (. Marx, ‘Justification du correspondant de la Moselle’ Works Vol1 Collected p 333)

[ 20] (Marx & Engels, L’idéologie allemande, 1845, pp. 46-48)

[21](Marx & Engels, L’Idéologie allemande, 1845, pp. 46-48)

[22] (Marx & Engels, L’Idéologie allemande, 1845, pp. 46-48)

[23] (Marx & Engels, L’Idéologie allemande, 1845 , pp. 46-48)

[24] (Marx, Economic and Philosophical Manuscripts de 1844, 1844 , p.240 )

[25] (Commentaires de Marx sur James Mill, Élémens d’Économie Politique, dans K. Marx, Karl Marx et Frederich Engels Collected Works (1975 édition, volume 3, pp 211-228) .Moscou: Progress Publishers.

[26] (Marx & Engels, l’idéologie allemande, 1845, pp. 48-49)

[27] (Marx & Engels, The German Idéology, 1845, pp. 48-49)

[28] (Marx & Engels, L’idéologie allemande, 1845, pp. 48-49)

[29](Marx & Engels, The German Idéology, 1845, pp. 51-52)

[30] Xi, J. (2014). Suivez la tendance des temps et de promouvoir la paix mondiale et le développement. En J. Xi, La gouvernance de la Chine (Kindle Edition) (pp. Lieu 4059-4060). Beijing: Presse des langues étrangères.

[31] Cité dans ‘Xi: la coopération des BRICS marquera le début d’une nouvelle’ décennie d’or ‘ http://china.org.cn/world/2017-06/20/content_41059451.htm

[32] ‘ Le discours du président Xi à Davos dans son intégralité ‘ http://www.weforum.org/agenda/2017/01/full-text-of-xi-jinping-keynote-at-the-world-economic-forum

[33] ‘ Texte intégral du discours du président Xi à l’ouverture du forum de la ceinture et de la route ‘ http://www.globaltimes.cn/content/1046925.shtml

[34]Xi, J. (2014). Suivez la tendance des temps et de promouvoir la paix mondiale et le développement. Dans J. Xi, The Governance of China (Édition Kindle) (pp. Location 4000). Beijing: Presse des langues étrangères.

[35] Xi, J. (2014). Suivez la tendance des temps et de promouvoir la paix mondiale et le développement. Dans J. Xi, The Governance of China (édition Kindle) (pp. Lieu 3993). Beijing: Presse des langues étrangères.

[36] (Le juge Xi, Le vœu du peuple pour une bonne vie est notre but, 2014, pp. Emplacement 137-144)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10535 messages postés
   Posté le 15-06-2018 à 22:44:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sommet de l'OCS à Qingdao : le discours de Xi Jinping salué par le monde entier


(Xinhua/Li Xueren)

BEIJING, 10 juin (Xinhua) -- Le discours du président chinois Xi Jinping, prononcé dimanche au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), dans la ville balnéaire de Qingdao, dans l'est de la Chine, a séduit des experts et responsables du monde entier.

Dans son discours, M. Xi a appelé les pays impliqués dans le bloc régional à travailler en étroite collaboration pour construire l'avenir commun de l'OCS, développer un nouveau type de relations internationales et construire un monde ouvert, inclusif, propre et beau, bénéficiant d'une paix durable, de la sécurité universelle et d'une prospérité commune.

Asanga Abeyagoonasekera, directeur général de l'Institut d'études de sécurité nationale du Sri Lanka, a indiqué que l'appel de M. Xi à développer un nouveau type de relations internationales avait "saisi l'air du temps du développement de l'ordre mondial moderne".

"Les nations asiatiques, dont le Sri Lanka, devraient appuyer pleinement cet effort pour créer un environnement plus stable et un meilleur ordre mondial", a estimé l'expert.

Zivadin Jovanovic, expert en relations internationales à Belgrade, en Serbie, a affirmé que M. Xi avait présenté "une opinion positive, visionnaire sur l'approche des défis économiques, sociaux et sécuritaires mondiaux".

"Xi a montré au monde le rôle de l'OCS dans la gouvernance mondiale et a ouvert la voie au renforcement de la paix et de la coopération mutuellement bénéfique dans un monde multipolaire, sans contraintes géopolitiques et sans vestiges de l'isolationnisme", a-t-il ajouté.

M. Jovanovic est le fondateur du Belgrade Forum for a World of Equals et du Centre de recherche sur la connectivité de la Route de la Soie, deux groupes de réflexion.

Maria Guleva, professeur agrégé d'histoire présidant la chaire d'études du développement social des pays d'Asie et d'Afrique à l'Université d'Etat de Saint-Pétersbourg, a noté que la Chine cherchait à assumer des obligations internationales sérieuses consolidant son statut de grand pays.

"C'est évident dans un certain nombre de déclarations de M. Xi, qui insiste sur la nécessité de combler l'écart de niveau de développement entre les pays, et dans son annonce sur la contribution (de la Chine) au consortium interbancaire de l'OCS", a déclaré Mme Guleva.

M. Xi a déclaré dans son discours que la Chine mettrait en place une facilité équivalente de prêt spéciale de 30 milliards de yuans (4,7 milliards de dollars) dans le cadre du consortium interbancaire de l'OCS.

Commentant le discours de M. Xi, où il a affirmé que l'OCS devrait "soutenir l'égalité, l'apprentissage mutuel, le dialogue et l'inclusion entre les civilisations" et "chercher à parvenir à une croissance partagée via la discussion et la collaboration dans l'engagement au sein de la gouvernance mondiale", Tigran Sarkissian, l'ancien Premier ministre de l'Arménie a indiqué que ces remarques montraient que la Chine était à la fois confiante en elle-même et consciente de ses forces et de ses faiblesses.

M. Sarkissian, aujourd'hui président du conseil d'administration de la Commission économique eurasienne, a souligné qu'une telle attitude était utile pour résoudre efficacement les problèmes et rechercher des solutions dans la coopération extérieure fondées sur l'égalité et la réciprocité des bénéfices.

Elle permettra également d'obtenir la confiance de la communauté internationale et d'établir des relations de coopération à long terme avec d'autres pays pour une prospérité commune, a-t-il ajouté.

B.R. Deepak, sinologue et professeur d'études chinoises à l'Université de Jawaharlal Nehru, basé à New Delhi, pense que l'accent mis par M. Xi sur "l'esprit de Shanghai" est très opportun puisque les approches protectionnistes et les approches politiques unilatérales ont tendance à "perturber l'ordre régional et international actuel" et à créer des conflits entre les nations.

L'"Esprit de Shanghai", un ensemble de principes fondamentaux englobant la confiance mutuelle, les avantages réciproques, l'égalité et la consultation, "pourrait par nature être considéré comme un antidote" à ces approches, a déclaré M. Deepak.

Alina Grishikevich, vice-présidente de la Société de l'amitié Biélorussie-Chine, a souligné les remarques de M. Xi sur le renforcement de l'unité et du respect mutuel.

"Nous devons respecter nos choix respectifs en termes de développement et nous adapter à nos préoccupations et à nos intérêts fondamentaux mutuels. Nous devons renforcer la compréhension mutuelle en nous mettant à la place des autres et renforcer l'harmonie et l'unité en cherchant un terrain d'entente et en mettant de côté nos différences", a indiqué M. Xi dans son discours au sommet de l'OCS.

Le sommet de Qingdao revêt une grande importance, car il stimule la coopération entre les Etats membres et les observateurs, a déclaré Grishikevich.

Sheetal Babu Regmi, ancien secrétaire général du gouvernement népalais, s'est dit impressionné par la mention des échanges culturels et du développement des ressources humaines dans le discours de M. Xi.

Si les propositions de M. Xi dans ces deux domaines sont sérieusement mises en œuvre, la région réalisera des progrès substantiel dans sa mise à niveau industrielle et deviendra peut-être le centre de l'économie mondiale, a déclaré M. Regmi.

Avtandil Otinashvili, rédacteur en chef de l'Agence de presse géorgienne Newsday, a déclaré que le discours de M. Xi était imprégné d'un esprit de coopération, de consultation et d'inclusion et "traçait le parcours" du développement futur du bloc.

Les propositions de M. Xi pour améliorer la gouvernance mondiale et sa vision d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité reflètent les aspirations communes de différentes parties du monde. Elles ont offert une nouvelle perspective quant aux raisons pour lesquelles le monde doit abandonner la mentalité de la guerre froide et s'orienter vers la coopération globale.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10535 messages postés
   Posté le 10-07-2018 à 20:38:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Vigilance nécessaire contre le terrorisme économique américain


Par Liu Shangxi Source: Global Times Publié le: 2018/7/10 22:23:42
http://www.globaltimes.cn/content/1110265.shtml


Il est à noter que le monde actuel est plein d'incertitudes, avec des risques publics globaux aggravés. L'économie mondiale est sur le point de devenir déséquilibrée et insoutenable. L'écart entre les riches et les pauvres a ajouté au risque, avec les chocs indigènes qui viennent avec le progrès technologique. Les pays du monde entier doivent s'unir pour faire face aux risques. Cependant, certains pays, les États-Unis en particulier, ont entraîné d'autres personnes dans des difficultés plus profondes en adoptant le terrorisme économique.

Le «terrorisme économique» est une description appropriée de la conduite unilatérale que les États-Unis ont prise contre d'autres pays. Tout comme dans d'autres formes de terrorisme, les actions unilatérales des États-Unis sont imprévisibles, menaçantes et intimidantes. Parmi ces initiatives, les États-Unis ont imposé des sanctions à d'autres pays chaque fois qu'ils le souhaitent.

Le terrorisme utilise la violence. Le terrorisme économique, sans recourir directement à la violence, génère des effets similaires, voire pires. De plus, le terrorisme économique a jeté une ombre sur la sécurité publique et la situation déjà incertaine dans le monde entier. La panique provoquée par le terrorisme économique s'est répandue dans le monde entier. Il a provoqué des chocs sur les marchés mondiaux, en particulier sur le marché des actions. Ce que les États-Unis ont fait va à l'encontre de l'idée de gérer conjointement les risques publics.

Le monde est devenu une communauté et la Chine participe activement et agit sur la gouvernance mondiale. Lutter ensemble contre les risques mondiaux cachés est le seul débouché possible. L'unilatéralisme ne mènera pas les pays nulle part. Les récents mouvements des États-Unis ont révélé l'unilatéralisme du pays et montrent qu'il s'éloigne davantage de la communauté mondiale.

La mondialisation a pris effet à deux niveaux. Au niveau de l'économie réelle, la mondialisation a créé une chaîne d'approvisionnement qui intègre l'allocation mondiale des ressources et la division du travail. La chaîne d'approvisionnement a relié les pays et il leur est impossible de survivre s'ils sont séparés. C'est la raison derrière le terme "village global".

L'autre est sur le plan financier, dans lequel la mondialisation a relié les bilans des États, des entreprises et des citoyens au moyen de relations entre créanciers et débiteurs. La crise financière de 2008 s'est rapidement propagée dans le monde entier car les obligations de crédit lient les pays.

À ces deux niveaux, le monde a été réuni avec un destin commun. Certains pays, même ceux qui sont aussi forts que les États-Unis, ne l'ont pas compris, déterminés à obtenir la part du lion en blessant les autres par des menaces et des manœuvres d'intimidation. Cette ligne de pensée ne fera que mettre en péril l'économie mondiale et les États-Unis.

Le terrorisme économique va amplifier les risques publics à travers sa nature aléatoire et imprévisible. De plus, il sape la chaîne d'approvisionnement mondiale et le système financier existants, les rendant plus fragiles et vulnérables aux dépressions financières et économiques.

Une panique pourrait facilement se répandre dans le monde entier en modifiant les anticipations des gens. Les gens seraient susceptibles de se retourner les uns contre les autres, renforçant la panique. Cette logique est présente à la fois dans les bousculades et les crises financières.

Par conséquent, les pays doivent non seulement prêter attention aux mouvements des États-Unis, mais doivent également comprendre que ces actions constituent un terrorisme économique. Les pays doivent rester vigilants face à cette tendance et réagir ensemble pour maintenir le monde en ordre.

L'auteur est un membre académique du Centre pour les BRICS et la gouvernance mondiale (CBGG) basé à Beijing. L'article est basé sur son discours au World Finance Forum organisé par CBGG en juin à Beijing. bizopinion@globaltimes.com.cn

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10535 messages postés
   Posté le 20-07-2018 à 07:32:21   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Xi Jinping rencontre le président de la Banque mondiale à Beijing


(Xinhua/Li Xueren)

BEIJING, 17 juillet (Xinhua) -- Le président chinois, Xi Jinping, a rencontré lundi à Beijing le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim.

Saluant la coopération saine et à long terme entre la Chine et la Banque mondiale, M. Xi a indiqué que la Chine appréciait la Banque mondiale pour son soutien à l'initiative "la Ceinture et la Route", sa promotion de l'augmentation du capital et des réformes de l'actionnariat ces dernières années et son amélioration de la représentation et du pouvoir de vote des marchés émergents et des pays en développement, y compris la Chine.

"La Banque mondiale est une force importante dans la sauvegarde du multilatéralisme et de la mondialisation économique", a affirmé M. Xi. "La Chine est prête à approfondir le partenariat de développement global avec la Banque mondiale, à renforcer la libéralisation et la facilitation commerciales, à promouvoir conjointement la réduction de la pauvreté et le développement durable du monde, à sauvegarder une économie mondiale ouverte et à construire une communauté de destin pour l'humanité."

Le monde d'aujourd'hui est un village mondial. Malgré l'apparition constante de l'unilatéralisme et du protectionnisme, les intérêts mêlés et le destin partagé des différents pays et la mondialisation économiques sont irréversibles, tandis que la coopération gagnant-gagnant représente la tendance générale, a souligné M. Xi.

"Le développement de la Chine a bénéficié de la mondialisation économique et de la libération commerciale et a largement contribué à la croissance économique mondiale", a rappelé M. Xi. "Nous nous opposons aux fausses accusations contre la Chine et sauvegarderons fermement ses intérêts légitimes."

"Nous faisons progresser l'initiative 'la Ceinture et la Route' afin de faciliter le développement et la coopération internationaux en réalisant une croissance partagée par voie de discussion et de collaboration sur la base des règles internationales", a noté M. Xi, soulignant que la Chine était prête à coopérer davantage avec la Banque mondiale dans le cadre de l'initiative "la Ceinture et la Route".

M. Kim a exprimé sa gratitude envers la Chine pour son important soutien à long terme à la Banque mondiale. Notant que tous les pays devaient éviter de se refermer sur eux-mêmes et respecter les règles durant l'ère de la mondialisation, M. Kim a remarqué que la Banque mondiale appréciait le soutien de la Chine au multilatéralisme et à la mondialisation économique, ainsi qu'à l'augmentation du capital et aux réformes de l'actionnariat au sein de la Banque mondiale.

"L'initiative 'la Ceinture et la Route' proposée par le président Xi reflète de la prévoyance et contribue de manière significative au développement et à la coopération internationaux et à la cause de la réduction de la pauvreté", a estimé M. Kim. "La Banque mondiale est prête à approfondir la coopération en lien avec cette initiative."

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10535 messages postés
   Posté le 26-07-2018 à 23:14:55   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les BRICS prêts à entrer dans une deuxième décennie d'or


French.xinhuanet.com http://french.xinhuanet.com/2018-07/26/c_137349757.htm

BEIJING, 26 juillet (Xinhua) -- Avec le 10e sommet des BRICS qui s'est ouvert mercredi en Afrique du Sud, le bloc des économies émergentes inaugure un nouveau chapitre dans l'histoire de sa coopération tous azimuts au terme d'une première décennie fructueuse.

Lors de ce rendez-vous du 25 au 27 juillet à Johannesburg, les dirigeants du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud vont unir leurs efforts pour promouvoir davantage encore un développement commun dans une conjoncture internationale changeante.

En outre, dans la foulée des résultats du dernier sommet des BRICS de septembre dernier à Xiamen (sud-est de la Chine), les pays membres vont chercher à trouver les moyens de garantir que leur propre croissance profitera à d'autres pays en développement.

UNE COOPERATION APPRECIABLE

Au cours de la décennie écoulée, les BRICS ont coopéré de façon substantielle dans toute une série de domaines, donnant au bloc des bases solides pour jouer un rôle plus grand sur la scène internationale, notamment dans le cadre des efforts internationaux pour gérer le changement climatique et promouvoir un développement durable.

La Nouvelle banque de développement (NBD), le bras financier des BRICS, en offre un aperçu. Depuis son lancement en juillet 2015, cet établissement basé à Shanghai a approuvé 21 projets totalisant 5,1 milliards de dollars.

Cette année, la NBD va ouvrir son antenne sur le continent américain à Sao Paulo, la capitale économique du Brésil, tandis que son antenne africaine basée à Johannesburg a commencé à fonctionner en 2017. Cette implantation au Brésil va élargir et faciliter les services financiers qu'elle offre, en faisant d'elle un acteur majeur de la coopération Sud-Sud.

La NBD va se concentrer tout particulièrement sur les infrastructures et le développement durable. Elle a ainsi financé quatre projets d'énergie durable en 2016 dans le cadre de ses premiers prêts destinés à réduire les émissions de CO2.

Par de telles décisions, la banque aide les membres des BRICS à honorer leurs engagements envers l'Accord de Paris sur le changement climatique et l'Agenda 2030 de l'ONU pour le développement durable, à promouvoir un développement commun et à bâtir leur leadership dans la coopération Sud-Sud.

Parallèlement, les BRICS n'ont cessé ces dernières années d'accroître les liens entre leurs peuples, que ce soit par des expositions, des festivals de cinéma ou encore des programmes éducatifs, en vue de stimuler la compréhension et la confiance entre les Etats membres et de consolider son socle de partenariats plus étroits.

Ils ont aussi créé des mécanismes de consultation à différents niveaux et dans différents domaines, cherchant à parler d'une seule et forte voix sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun.

Les BRICS illustrent comment des pays du Sud peuvent travailler ensemble de façon productive, estime Yazini April, chercheuse au Conseil de recherche en sciences humaines (HSRC) en Afrique du Sud.

UNE GOUVERNANCE AMELIOREE

"Les BRICS ont érigé une nouvelle scène pour les économies émergentes, ce dont on avait besoin" , dit-elle.

Un sentiment partagé par Reginah Mhaule, la ministre sud-africaine déléguée aux Relations internationales et à la Coopération. "Ces pays sont unis par une volonté forte de changer le système international avec l'ambition de refléter la diversité des puissances mondiales, des économies, des cultures et des sociétés en général" , avait-elle confié lors d'un séminaire organisé en juin dernier.

"Nous sommes tous d'accord sur le fait que c'est une force avec laquelle il faut compter sur la scène internationale et qui a contribué à une plus grande ventilation de la puissance économique et politique dans le monde", a ajouté Mme Mhaule.

Les BRICS sont aussi devenus une force non négligeable en matière de protection de la justice et de l'équité dans le monde.

Ainsi, ses membres ont aidé à accroître ces dernières la représentativité des pays émergents au sein du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, faisant de ce bloc -qui représente environ 40% de la population de la planète et un quart de l'économie mondiale- un accélérateur en matière de réforme du système de gouvernance économique globale.

"Bien positionnés, les BRICS pourront faciliter l'émergence continue des plus grands pays émergents en vue de participer pleinement à un nouveau type de gouvernance mondiale, dont l'humanité a grandement besoin au XXIe siècle" , avait un jour noté Robert Lawrence Kuhn, président de la Fondation Kuhn et expert de longue date de la Chine.

Aux yeux de Richard Levin, directeur de l'Ecole nationale d'administration (NSG) d'Afrique du Sud, les BRICS peuvent améliorer cette gouvernance mondiale en réduisant simplement la pauvreté, l'une des priorités de l'Agenda 2030 de l'ONU.

"C'est l'un des instruments les plus importants pour combattre la pauvreté. Les BRICS veulent jouer un rôle dans la transformation de la gouvernance non pas pour la transformation elle-même, mais pour les populations" , résume-t-il.

GERER DE NOUVEAUX DEFIS

Réunis en juin dernier à Pretoria, la capitale sud-africaine, les chefs de la diplomatie des BRICS ont lancé un appel en faveur de la préservation du multilatéralisme et d'un ordre mondial s'appuyant sur des règles.

Dans un communiqué conjoint, ils ont "réaffirmé la centralité" des Nations Unies, de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et du droit international. Ils ont aussi souhaité une plus grande voix au chapitre pour les économies en développement et émergentes dans les processus de décision, notamment en matière de gouvernance économique, afin de mieux refléter le paysage international.

Les ministres ont aussi apporté leur soutien à "une économie mondiale ouverte et inclusive qui permette à tous les pays et à leurs peuples de partager les fruits de la mondialisation, "avec un engagement ferme envers le libre-échange et un système commercial multilatéral reposant sur des règles".

Les Etats membres des BRICS, en particulier, ont affiché leur opposition à "la nouvelle vague de protectionnisme et à l'impact systémique de mesures unilatérales qui sont incompatibles avec les règles de l'OMC". Et de souligner le rôle que doit jouer l'OMC pour "renforcer la sécurité et la prévisibilité dans le commerce international".

A l'aube de cette deuxième décennie de coopération au sein des BRICS, et comme l'a souligné le président chinois Xi Jinping, si les cinq pays membres veulent gagner de la force, ils doivent travailler ensemble tels les doigts d'une main pour former un poing capable d'être percutant.

En quête d'une croissance commune face à de nouveaux défis, la Chine a exhorté les autres membres des BRICS à trouver de nouveaux moteurs de croissance, tout en coordonnant leurs politiques macroéconomiques, et à accroître leurs échanges culturels et entre peuples afin de renforcer le socle de la solidarité et de la coordination du bloc.

Chen Fengying, chercheuse à l'Institut chinois des relations internationales contemporaines, pense elle aussi que renforcer les échanges entre peuples et entre think tanks aidera les BRICS à promouvoir ensemble une réforme de la gouvernance mondiale et à faire face à l'unilatéralisme commercial.

Sur la coopération en matière de sécurité, outre la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme, l'experte chinoise propose que les BRICS étendent leur coopération vers des secteurs tels l'internet, l'énergie et la finance.

Notant que le fléau du développement mondial déséquilibré pèse toujours sur la croissance mondiale, Mme Chen souligne le besoin d'une coopération économique accrue entre les pays en développement et émergents dans des domaines comme le financement, le commerce électronique, la protection des droits de propriété intellectuelle et la facilitation des investissements.

"C'est exactement en quoi une plateforme telle que les BRICS peut jouer un meilleur rôle" , selon elle, ajoutant : "Si elle se développe bien, elle peut prendre la tête de la coopération Sud-Sud afin que davantage de pays en bénéficient" .

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10535 messages postés
   Posté le 16-08-2018 à 13:21:15   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine et la Russie s'engagent à préserver un ordre international "juste et équitable"


French.xinhuanet.com
http://french.xinhuanet.com/2018-08/15/c_137393169.htm
(Xinhua/Evgeny Sinitsyn)

MOSCOU, 15 août (Xinhua) -- De hauts responsables chinois et russe se sont engagés mercredi à préserver ensemble un ordre international "juste et équitable" et à promouvoir la paix et la stabilité dans la région et dans le monde.

Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), et le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev, se sont exprimés à ce propos lors de la 14e consultation sur la sécurité stratégique sino-russe tenue à Moscou.

M. Yang, également directeur du Bureau de la Commission des Affaires étrangères du Comité central du PCC, a déclaré que les deux pays devraient se soutenir fermement dans les grands dossiers, renforcer la coordination dans les cadres multilatéraux et œuvrer conjointement pour la résolution des crises internationales.

Il a noté que les relations sino-russes se développaient à haut niveau et étaient entrées dans leur âge d'or sous le leadership du président chinois Xi Jinping et du président russe Vladimir Poutine.

M. Yang a rappelé que MM. Xi et Poutine s'étaient déjà rencontrés deux fois cette année et avaient déjà atteint d'importants consensus.

Les deux pays devraient faire en sorte d'appliquer ces consensus et de continuer à cimenter et enrichir leur partenariat de coordination stratégique global, a-t-il poursuivi.

La Chine et la Russie devraient approfondir la coopération dans différents domaines pour en faire bénéficier leurs deux peuples, a ajouté M. Yang.

M. Patrouchev a pour sa part déclaré que les relations russo-chinoises se développaient à un niveau plus élevé que jamais grâce aux efforts des deux présidents.

La Russie est prête à poursuivre les contacts de haut niveau, à renforcer la coordination stratégique et à œuvrer à améliorer les résultats de la coopération pratique, a-t-il fait savoir.

Les deux parties ont également évoqué la péninsule coréenne, le Moyen-Orient et l'accord sur le nucléaire iranien, sujets sur lesquels ils ont atteint de vastes consensus.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10535 messages postés
   Posté le 27-08-2018 à 17:18:19   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un réseau électrique mondial ?


je mets l'information au conditionnel. Selon Geab :


[...]nous avons récemment découvert l’existence d’un incroyable projet de Réseau électrique mondial que les Chinois ont déjà largement commencé à mettre en place Un projet qui nous semble à même de servir, au niveau mondial cette fois, les mêmes ambitions que feue la CECA.

Sur la base d’une technologie de câblage à ultra-haut voltage (UHV) que les Chinois ont développée et qui permet de transporter d’énormes quantités d’électricité pour un très faible coût – de pose notamment –, les compagnies électriques chinoises déploient désormais un immense réseau électrique qui, bien au-delà de la Nouvelle route de la soie, traverse déjà la planète, circulant en Asie, aux quatre coins de l’Afrique, en Amérique du Nord et du Sud, dans les Caraïbes, en Europe du Sud et en Russie, en Australie aussi. Ce réseau est organisé autour de hubs de production connectés entre eux et redistribuant l’électricité chacun autour d’eux.

Le Laos, par exemple, où les Chinois ont construit de gigantesques barrages, mais qui était un piège à électricité compte tenu de l’exiguïté de son marché domestique, est ainsi devenu le carrefour de distribution d’électricité vers toute l’Asie du Sud-Est.

Les défenseurs du projet insistent sur le fait que la Chine ne contrôle pas pour autant le réseau. Il s’agit en fait d’un Internet de l’électricité (ou worldwideweb de l’électricité ) dans lequel le principal mérite des Chinois est de mettre à disposition leur technologie de câblage auquel tout fournisseur d’énergie peut contribuer et tout opérateur avoir accès. C’est en cela que notre équipe y voit une mise en commun de l’électricité multi-énergétique produite dans le monde. Une telle mise en réseau des producteurs et des consommateurs est de nature à garantir la stabilité et l’équité des prix de l’électricité, nous semble-t-il. Dites-nous si nous vous paraissons naïfs…



En outre, il nous semble qu’une telle infrastructure pourrait transformer radicalement la logique de l’approvisionnement des matières énergétiques puisque les producteurs d’énergie n’auraient plus qu’à transformer en électricité leurs ressources, quelles qu’elles soient, et les charger sur le réseau. Quelle économie d’énergie et axe de préservation de la nature en perspective ! Et si nous voyons juste, quelle belle série d’anticipations à poser sur l’avenir de l’industrie des pétroliers, pipelines et autres gazoducs (soit un beau down)… Et celle, en revanche, des constructeurs d’usines électriques (un superbe up). Voire encore sur le passage au tout électrique au cours des prochaines vingt années (voiture, chauffage, etc.), déjà bien amorcé.

source Financial Times, 07/06/2018 (sous le titre « China eyes role as world’s power supplier »

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Jeune Communiste
175 messages postés
   Posté le 28-08-2018 à 05:24:52   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Les écolos vont pouvoir la ramener avec leurs éoliennes sur terre, en mer et bientôt souterraines.
De là à dire que les voitures 100% électriques vont se développer, il y a de la route à faire pour disposer de batteries, de bornes de rechargement et d'usines de recyclage desdites batteries. Le bon virage, serait d'envisager moins de déplacements pour la vie quotidienne, vaste sujet pour écolos...

--------------------
Finimore
Grand classique (ou très bavard)
Finimore
2082 messages postés
   Posté le 28-08-2018 à 06:48:56   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

pzorba75 a écrit :

Les écolos vont pouvoir la ramener avec leurs éoliennes sur terre, en mer et bientôt souterraines.
De là à dire que les voitures 100% électriques vont se développer, il y a de la route à faire pour disposer de batteries, de bornes de rechargement et d'usines de recyclage desdites batteries. Le bon virage, serait d'envisager moins de déplacements pour la vie quotidienne, vaste sujet pour écolos...


en effet la voiture électrique n'est pas une solution ni sur la forme -pollution : batteries et électricité- ni sur le fond -organisation des villes, des campagnes, économie etc...

--------------------
Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
10535 messages postés
   Posté le 28-08-2018 à 13:21:32   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je ne crois pas que ces écolos-là se préoccupent des capacités énergétiques en Afrique ou le long de la route de la soie. Il s'agit du décollage économique de ce continent qui est aujourd'hui réduit à alimenter les pays riches en minerais.

Mais il est vrai que les progrès en matière de transport électrique sont très minces.
Et cela ne résout pas les transports dans les campagnes où les dessertes locales SNCF sont supprimées, tandis que la péréquation financière grandes lignes > lignes locales est supprimée. Les transports collectifs devraient être privilégiés.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'autre versant de la mondialisation  sur la "communauté de destin"Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum