Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Divers  Espace détente 

 Comment est né "Le chant des Marais"

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
12263 messages postés
   Posté le 14-01-2013 à 17:11:19   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le site du PCF Paris XV met en ligne :

Le Chant des Marais : comment est né un chant ouvrier.


Le « Chant des Marais » a été composé en 1933 par des antifascistes allemands détenus dans les premiers camps de concentration nazis. Il est devenu une expression de la résistance des déportés dans de nombreux camps, de la solidarité avec eux, maintenant une forme d’hymne de la Déportation.

Le compositeur allemand Hanns Eisler (auteur, entre bien d’autres œuvres, de l’hymne de la RDA) a adapté le Chant des Marais dès 1935. Il explique l’origine de chant ouvrier dans un article passionnant que nous avons fait traduire. Comment, au cœur de la barbarie nazie, sous la pression permanente des SA et des SS, mais en usant de leur contradiction, en partant du vécu extrême des détenus, une musique et des paroles ont pu devenir une aide précieuse, un instrument de résistance collective et politique.



Le Chant des Marais chanté en Français

Le Chant des Marais : comment est né un chant ouvrier.

Article de Hanns Eisler, 1948, traduit de l’allemand par JV pour vivelepcf.fr ©

Papenburg est un camp de concentration situé en Frise orientale. On y a emprisonné cinq mille travailleurs allemands. Les environs du camp sont sinistres et d’une extrême tristesse – aux alentours ce ne sont que marais et landes. Les prisonniers étaient employés à travailler dans les marais – en l’occurrence, à ouvrir des tranchées de drainage. Ils devaient marcher, au pas et en colonnes, deux heures pour se rendre sur le lieu de travail, et deux heures pour revenir à leurs baraquements.

Leur tâche était effroyablement difficile : toute la journée les prisonniers devaient ouvrir les tranchées avec de lourdes pelles, de l’eau jusqu’aux genoux.
C’est un des travaux manuels les plus durs qui soient.
Comme on n’avait donné aux prisonniers ni bottes en caoutchouc ni gants, des maladies se répandirent très vite parmi eux : rhumatismes, goutte, maladies du cœur, eczéma, abcès.
Le traitement des prisonniers par les surveillants était des plus durs, et la nourriture déplorable.
Torture supplémentaire infligée aux prisonniers, il leur était interdit de fumer ; cela ne leur était permis que deux après-midi dans la semaine, le mercredi et le dimanche.
La marche pour aller travailler et pour s’en retourner aux baraquements était épouvantable. Celle du retour en particulier, où il fallait porter les lourds outils, était terrible : beaucoup s’effondraient, poussés cependant à avancer par les coups de crosse des surveillants.

Telle était la situation des cinq mille prolétaires, communistes, socialistes, sans-parti, et de la poignée d’intellectuels, qui ont composé un magnifique chant ouvrier.
La chanson née là-bas s’appelle le Chant des Marais[1]. Le texte devait être composé de manière à pouvoir être chanté devant les surveillants : il devait donc être « camouflé ». Le chant n’est pas né spontanément, comme les spécialistes bourgeois de la chanson populaire pourraient le croire : les cadres politiques des prisonniers l’ont composé de manière organisée.

Quelle était la visée principale de ce chant ? Comment se fait-il que cinq mille prolétaires, qui n’ont pu étudier ni la poésie ni la musique, se soient donné la peine de composer cette chanson ? Pourquoi s’y sont-ils sentis poussés, et pourquoi ont-ils composé un chant tellement magnifique, que nous, compositeurs révolutionnaires, ne puissions que leur tirer notre chapeau, avec admiration et respect ?

Ce chant compte selon moi parmi les plus belles chansons révolutionnaires du mouvement ouvrier international. Il n’est pas surprenant pour nous, révolutionnaires, de voir la force considérable que peut avoir, y compris sur le front de la culture, un collectif de prolétaires conscients.

Cette chanson visait à relever de leur abattement les camarades du camp encore peu assurés politiquement, de leur redonner courage, et de faire que lors des marches tous les prisonniers avancent d’un même pas.

Les premiers mois, on devait chanter au camp les chansons proposées aux prisonniers par les S.A.[2] Il s’agissait de chants patriotiques, de chansons de soldats, et autres du même genre.
Le joyeux ton de pioupiou de ces chansons était en totale contradiction avec l’effroyable moral des prisonniers encore peu assurés politiquement.

Avant la composition de la chanson, on a d’abord essayé de trouver de nouvelles paroles aux mélodies de soldats. Cela ne fut pas suffisant : furent ainsi rédigés dans plusieurs groupes de camarades politiquement avancés un certain nombre d’ébauches de textes.
Nous citons plus bas celui qui fut jugé le meilleur :
qui le lirait sans savoir ni dans quel but ni comment il est né, se demanderait ce qu’il a de révolutionnaire.
Ce que l’on peut répondre, c’est qu’il est tout à fait bouleversant de voir comment nos camarades emprisonnés sont parvenus à résoudre le problème pratique du « camouflage » d’une chanson révolutionnaire.

Les premiers couplets de la chanson ne parlent que de la tristesse et de l’absence d’espoir qu’offre leur situation. Le dernier dit cependant :

« Il n’est pas question pour nous de nous plaindre :
L’hiver ne peut durer toujours.
Un jour, tout emplis de joie, nous dirons :
‘Ma patrie, tu es à nouveau mienne !’
Et ce jour-là, les soldats n’iront plus aux marais,
Ployant sous le poids de leurs bêches. »
[3]

Les prisonniers accentuent tout particulièrement les négations. De la même manière, ils font bien ressortir les mots « Ma patrie, tu es à nouveau mienne ! » .

Ce texte ne peut être séparé de sa mélodie, vraiment superbe, qui se rattache à la tradition des vieilles chansons allemandes des XVIe et XVIIe siècles.

Comment se fait-il donc, se demandera-t-on, que le prolétariat industriel d’aujourd’hui connaisse si bien les chansons du Moyen Âge, que sans formation musicale spécifique il puisse s’inspirer de ce style de musique ?
C’est que dans le mouvement de la jeunesse ouvrière on chantait volontiers des chants des soulèvements paysans du XVIe siècle[4], et d’autres du temps de la Guerre de Trente Ans[5] qui s’insurgeaient contre les incursions des pillards suédois. Les quatre premières mesures de la mélodie sont tirées à la note près d’une chanson de [6]l’époque de la Guerre de Trente Ans, dont les paroles étaient les suivantes :

« Enfants ! Ecoutez gronder le vent de la tempête !
Il gronde à la fenêtre.
Enfants ! Là où Tilly[7] vient loger,
Ne logent plus que des spectres »


La suite de la chanson reprend, un peu différemment, ces quelques mesures. Le refrain est quant à lui une composition plus originale, inspirée cependant de certains chants militaires – ce qui du reste correspond bien au contenu du Chant des Marais. La construction très particulière du refrain, en majeur, alors que les couplets sont en mineur, se rattache, et d’une manière remarquable, aux marches funèbres révolutionnaires russes.

On peut dire pour résumer que la chanson, dans sa forme musicale, est une sorte de montage de différents éléments, mais qu’une chanson combinée de la sorte n’exclut pas qu’elle puisse être neuve, ni qu’elle puisse avoir une force nouvelle.
Chanté avec cette mélodie, le texte prend un caractère lugubre, voire parfois très violent. Il est tout à fait remarquable que malgré la tristesse qui régnait dans le camp, de l’optimisme pointe dans le refrain – tout particulièrement à la fin, avec les mots « ployant sous le poids de leurs bêches » .

Les camarades qui m’ont transmis cette chanson me racontaient que ce passage était chanté avec une force particulière, et qu’il faisait la puissance d’attraction de la chanson toute entière.

Ce chant a aidé lors des marches les camarades blessés par les coups, épuisés et affamés, et a donné d’eux à la population et aux surveillants une image imposante de défi, de force et d’endurance.
Quand une troupe de prisonniers se mettait à chanter, la chanson était interdite par le commandant de troupe, même si sa signification politique n’était pas apparente.

Cette chanson-ci cependant ne peut plus être interdite : les travailleurs d’Allemagne la connaissent, même en dehors du camp ; beaucoup de travailleurs, de plusieurs pays, la connaissent déjà, et elle va se répandre dans le monde entier. Le Chant des Marais est un document révolutionnaire d’une grande importance ; c’est également une des plus belles chansons révolutionnaires jamais composée par la classe ouvrière révolutionnaire.


Notes :

1 Dans sa traduction française ; la version allemande s’intitule « Les soldats des marais » (Die Moorsoldaten).

2 Sturmabteilungen : « Sections d’Assaut ». Miliciens du parti nazi.

3 Traduction libre du texte original allemand. La version française de cette dernière strophe est la suivante :

« Mais un jour dans notre vie
Le printemps refleurira.
Libre enfin, ô ma patrie,
Je dirai : ‘tu es à moi’.
Ô terre d’allégresse
Où nous pourrons sans cesse,
Aimer, aimer »


4 Référence notamment à la « Guerre des Paysans », vaste soulèvement antiseigneurial des paysans d’Allemagne centrale et de Rhénanie (1524/1525).

5 Suite d’affrontements armés, opposant de 1618 à 1648 sur le sol du Saint-Empire Romain Germanique (grossièrement, l’Allemagne, l’Autriche et la République Tchèque actuelle) différentes puissances protestantes européennes, soutenues par la France, et des forces catholiques appuyées par l’Empereur et l’Espagne.

6 Commandant des troupes catholiques pendant la Guerre de Trente Ans.


Edité le 14-01-2013 à 17:12:48 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Divers  Espace détente  Comment est né "Le chant des Marais"Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum