Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Chine : capitalisme ou socialisme ? 

 la Chine est rouge

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14361 messages postés
   Posté le 23-06-2020 à 13:17:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Eh bien le communisme de guerre répond à la guerre par la guerre, sinon il n'y a plus de communisme.

Voici un exemple de l'application de la dictature du prolétariat.


______________________


Du socialisme de marché avec dictature du prolétariat



https://histoireetsociete.com/2020/06/22/du-socialisme-de-marche-avec-dictature-du-proletariat/?fbclid=IwAR1BH0I2r391pnNtUr5udYAhfIkv_MeMbW-g-n_xokeZZXoTl9eO7IjxFv4
DANIELLE BLEITRACH 22 JUIN 2020

Deng Xiao Ping disait il ne faut pas étrangler l’oiseau capitaliste mais il faut le laisser voler dans une cage…

La Chine condamne à mort un banquier pour détournement de fonds de 110 millions de dollars

L’entité qu’il dirigeait, la Hengfeng Bank, est l’une des trois banques régionales secourues par Pékin en 2019 et qui possède des actifs d’une valeur de 1400 milliards de yuans (180,281 milliards d’euros).
Jian Xiyun, ancien président de la Hengfeng Bank, une banque régionale qui a dû être secourue l’été dernier par le gouvernement chinois, a été condamné à mort pour un délit de détournement de fonds, bien que la peine soit suspendue pour deux ans. Des délais après lesquels, la peine maximale est généralement commuée en une peine d’emprisonnement à perpétuité, selon le Financial Times.

Le banquier, accusé d’avoir détourné environ 110 millions de dollars (99 millions d’euros), a également été condamné par le tribunal populaire intermédiaire de Yantai pour la destruction illégale de documents financiers.

La banque Hengfeng est la plus grande des trois banques régionales secourues par Pékin en 2019, avec des actifs d’une valeur de 1,4 billion de yuans (180,281 milliards d’euros). Outre cette entité, le gouvernement chinois est également intervenu auprès des entités Baoshang Bank et Bank of Jinzhou.


Edité le 23-06-2020 à 13:18:17 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14361 messages postés
   Posté le 01-07-2020 à 09:15:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Cruelle désillusion pour les Think Tank US

https://histoireetsociete.com/2020/06/30/et-si-on-voulait-comprendre-la-chine/

Et si on voulait comprendre la Chine

DANIELLE BLEITRACH30 JUIN 2020

encore un texte de mon sinologue capitaliste mais qui nous invite à travers les mécomptes des USA à nous interroger : et si le pouvoir chinois était tout simplement communiste? (note de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)
Certains passages du discours de Robert C. O’Brien du 24 juin, conseiller à la Sécurité Nationale à la Maison Blanche, m’ont fait sourire. Faucon parmi les faucons, il est venu remplacer Bolton qui compte les millions de dollars sur son compte après la parution de son livre, The Room Where it Happened.
Si on avait voulu comprendre la Chine, « on n’en serait pas là? »

Doux optimisme

Ces lignes me rappellent ce doux optimisme occidental qui croit souvent avoir tout compris en Chine et qui veut enseigner à la Chine comment il faut faire. O’Brien reconnaît la naïveté américaine face à la Chine, le plus grand échec dans la politique étrangère américaine depuis 1930 et l’incompréhension sur la véritable nature du gouvernement chinois.


Fast food et démocratie

Les Etats-Unis pensaient que la démocratie américaine allait s’exporter avec l’ouverture économique. Oui, Monsieur, exporter une démocratie à l’américaine en Chine n’est pas la même chose que de développer un réseau de fast food ! Ne rions pas des Américains, les Européens ne sont pas plus clairvoyants.
Je ne reprends pas le reste du discours qui est une charge dans la ligne des sorties de Pompeo et Pence. Autre propagande, cette fois américaine, répétée des dizaines de fois ces derniers mois !

Volonté de comprendre?

Au-delà de l’aspect politique, cet aveu d’échec permet de rappeler la difficulté occidentale à vouloir comprendre la Chine. On vient avec notre grille de lecture, nos fantasmes et nos désirs et on les applique sur le pays. On n’essaie pas vraiment de se mettre à la place de l’autre. Il y a ce sentiment de supériorité conscient ou inconscient, long héritage de notre histoire économique, culturelle et religieuse. Nous nous prenions pour la civilisation et il était difficile de concevoir qu’il y ait de meilleurs modèles à l’extérieur; les missionnaires avaient bien retenu le « Hors de l’Eglise, point de salut » de Saint Paul. Bien entendu, les mentalités évoluent, les failles du modèle de démocratie occidental obligent à se remettre en question. Les échanges avec la Chine et la connaissance s’amplifient. Fort heureusement, tout bouge! Mais que de temps perdu par manque d’humilité et d’un véritable désir de comprendre!


J’avais écrit un article sur le pari perdu américain ici.
Les passages du texte de O’Brien ci-dessous et le discours sur le site de la Maison Blanche ici.

“As China grew richer and stronger, we believed, the Chinese Communist Party would liberalize to meet the rising democratic aspirations of its people. This was a bold, quintessentially American idea, born of our innate optimism and by the experience of our triumph over Soviet Communism. Unfortunately, it turned out to be very naïve.

Nous n’aurions pas pu nous tromper davantage – et cette erreur de calcul est le plus grand échec de la politique étrangère américaine depuis les années 1930. Comment avons-nous fait une telle erreur? Comment avons-nous échoué à comprendre la nature du Parti communiste chinois?

La réponse est simple: parce que nous n’avons pas prêté attention à l’idéologie du PCC. Au lieu d’écouter ce que les dirigeants du PCC disaient et de lire ce qu’ils ont écrit dans leurs documents clés, nous avons fermé les oreilles et les yeux. Nous avons cru ce que nous voulions croire – que les membres du Parti n’étaient communistes que de nom. »

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14361 messages postés
   Posté le 01-07-2020 à 22:41:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le PCC a 99 ans


Deux vidéos :

99e anniversaire de la fondation du PCC : le PCC grandit à travers vents et marées



Robert Lawrence Kuhn démontre la supériorité de l'économie publique en Chine.

Quel sont les avantages du système politique dirigé par le PCC en Chine?

Je suis Robert Lawrence Kuhn et voici ce qui m'inspire : A l'occasion du 99e anniversaire du Parti communiste chinois, (PCC), le secrétaire général du PCC, XiJinping, déclare "Notre plus grand avantage est que dans notre système socialiste, nous pouvons concentrer notre force pour mener de grandes entreprises." Cela signifie que le Parti peut recruter et concentrer des ressources humaines et économiques, mobiliser et organiser des forces sociales, pour mettre en œuvre des projets nationaux de grande envergure,qui nécessitent aussi des engagements à long terme.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14361 messages postés
   Posté le 02-07-2020 à 00:03:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le parti communiste chinois fête ses 99 ans … et J.CL. Delaunay nous parle du socialisme de marché…

DANIELLE BLEITRACH1 JUILLET 2020


https://histoireetsociete.com/2020/07/01/le-parti-communiste-chinois-fete-ses-99-ans-et-j-cl-delaunay-nous-parle-du-socialisme-de-marche/?fbclid=IwAR3AK9-XXFhZcdIWIGF_gfpZKct5CWDEgeUs5AMf3NjLOWo8dbPMGbqV6gI
CRI – China International Radio



Aujourd’hui, 1er juillet, le Parti communiste chinois (PCC) a 99 ans. Au début, le Parti ne comptait que 50 membres, aujourd’hui il a près de 92 millions de membres. De nos jours, c’est déjà le plus grand parti au monde au pouvoir. Rester toujours humble, prudent, pas arrogant et pas impétueux et persévérer dans un travail acharné et l’esprit de réforme et d’innovation sont les secrets du développement et du succès du PCC.

Le 31 octobre 2017, Xi Jinping, accompagné du nouveau groupe de direction du PCC, a visité Shanghai, le siège du premier congrès du parti, et Jiaxing, province du Zhejiang, lieu de naissance du parti, pour passer en revue l’histoire de la construction du Parti et revoir le serment d’adhérer au Parti.

Xi Jinping souligne toujours l’importance de garder à l’esprit l’aspiration et la mission originales du Parti, c’est-à-dire toujours rechercher le bonheur pour le peuple et pour la nation chinoise.

Tout orienter vers le peuple est le principe de gouvernance du nouveau groupe de direction du PCC. Xi Jinping a évoqué l’éradication de la pauvreté pendant six années consécutives dans ses discours du Nouvel An. Malgré les graves répercussions de l’épidémie, le PCC reste sur la bonne voie pour achever l’éradication de la pauvreté dans le pays d’ici la fin de 2020.

Dans la lutte contre Covid-19, Xi Jinping a toujours souligné que la vie des gens était la plus haute priorité.

Depuis le 18e Congrès national, le PCC a mené une lutte sans précédent contre la corruption et a obtenu des succès remarquables. Demain 1er juillet, le parti communiste chinois (PCCh) aura 99 ans. Au début, le Parti n’avait que 50 membres et peu de membres. De nos jours, c’est déjà le plus grand parti du monde au pouvoir. Rester toujours humble, prudent, non arrogant et non impétueux et persister dans le travail dur et dans l’esprit de réforme et d’innovation sont les secrets du développement et du succès du PCCh.


JEAN CLAUDE DELAUNAY REAGIT DEVANT LA SURPRISE DES USA DÉCOUVRANT QUE LA CHINE EST COMMUNISTE

Ces individus estiment que tout est idéologie. Comme ils ont appris, depuis Gustave le Bon, à manipuler avec succès les opinions publiques et les désirs de consommation, ils se croient en mesure de tout contrôler. La science sociale est pour eux manipulation. Elle n’est pas d’abord et fondamentalement observation, repérage des faits, théorisation, contrôle par la pratique. Je crois que nous devons, nous, marxistes, tirer en permanence leçon de leurs erreurs. Le marxisme, c’est sans doute la lecture des auteurs. Mais c’est, à mon avis encore, l’observation simultanée de la société, et la mise en œuvre de tout ce qui en découle au plan de la méthode scientifique. Évidemment, l’observation dont je parle est une forme très pointue de l’observation.

Je vais rappeler deux séries de faits auxquels l’article que publie Danièle Bleitrach me font penser.

La première série, ce sont des dates. Entre 1989 et 1992, soit dans un intervalle de 4 ans, il me semble, a posteriori, que l’histoire du monde contemporain s’est condensée.

1989 : révolte étudiante, surtout à Beijing.
1989 : chute du mur de Berlin
1989-1991 : disparition des démocraties populaires d’Europe centrale
1991 dissolution de l’URSS
1992 réunion du comité central du PCC et promotion du concept “d’économie de marché socialiste”
1992 signature du Traité de Maastricht

Voici mon interprétation des faits de ces 4 années :
1) La grande bourgeoise nord-américaine réussit un “joli coup” (la liquidation de l’URSS et des démocraties populaires),
2) Aussitôt, les grandes bourgeoisies d’Europe se mettent en ordre de bataille (Maastricht), car elles sont alliées et concurrentes de leur homologue américaine,
3) Deng Xiaoping comprend que la Chine socialiste doit vraiment se réformer pour résister et cela non seulement pour des raisons internes (Tian anmen) mais aussi pour des raisons externes (le renforcement de l’impérialisme sous conduite américaine).

La deuxième série de faits est l’apparition du concept “d’économie de marché socialiste”. C’est “un fait théorique”, ce n’est pas un fait de l’actualité ordinaire. Mais c’est un fait et, à mon avis, quand le PCC l’a adopté, ceux qui en ont défendu la formulation n’ont vraisemblablement pas eu l’intuition complète de ce dont il était porteur.

Je dirai même que, de façon générale, la portée révolutionnaire de ce concept n’a pas été perçue. Les Américains ont seulement vu Tian anmen. Ils se sont alors frotté les mains en se disant : “Chouette, ça va bouillir”.
Quant à nombre de marxistes en France, je crois que la portée, les potentialités, et donc aussi les obscurités, de ce concept leur ont échappé. Mais l’important est que cela ait échappé aux penseurs de la grande bourgeoisie américaine. Pour eux, il n’existe qu’un seul marché, le vrai, le marché capitaliste, en sorte que, quand on met la main dans la machine marchande, c’est le corps tout entier qui s’y engage et cela ne peut être que le marché capitaliste.

Bref, en l’espace de 4 ans, le monde d’après 1917 et 1945 a été refaçonné. L’impérialisme sous conduite américaine a cru que désormais le monde entier était à nouveau sous sa coupe. En réalité, ce n’était qu’une rémission, car il était déjà fort malade.
Cela dit, s’il existe des déterminismes, il existe aussi une liberté humaine. A tout instant, les Hommes peuvent prendre de bonnes ou de mauvaises décisions. En 1992, les dirigeants de la Chine et Deng Xiaoping en premier lieu, ont mis le socialisme sur les bons rails. Pour savoir ce que sont de bons rails, il faut disposer d’un critère dont les idéologues de la grande bourgeoisie américaine sont bien incapables de penser la rationalité et les formes. Ce critère est celui de la satisfaction prioritaire et permanente des intérêts économiques, politiques, et culturels des classes ouvrières et populaires.

Jean-Claude Delaunay

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14361 messages postés
   Posté le 15-07-2020 à 20:30:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article de Contrepoint qui rejoint le livre d'Alice Ekman “Rouge vif – l’idéal communiste chinois” :



« “La Chine n’est plus communiste” : la rumeur s’est répandue, comme une évidence. Mais ne serait-ce pas le plus grand malentendu de notre époque ?

Malgré l’ouverture économique de 1978, les mesures d’internationalisation des entreprises d’État, l’établissement de relations diplomatiques avec les puissances occidentales, la Chine demeure fidèle à ses racines rouges. “Le communisme est un idéal vers lequel nous devons tous tendre” affirment aujourd’hui encore les cadres du Parti.

Renforcé par l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2013, le Parti communiste chinois s’infiltre au quotidien dans toutes les strates de la société : politique et économique, bien sûr, mais aussi culturelle, artistique, éducative, sociale ou religieuse, et ambitionne d’étendre cette influence à l’international.

Il fallait bien sept années d’observation et plus de 400 entretiens menés par Alice Ekman auprès de hauts cadres du Parti et fonctionnaires, diplomates, représentants d’entreprises, chercheurs et étudiants pour parvenir à comprendre la Chine contemporaine, son fonctionnement, ses évolutions récentes et sa stratégie de puissance, dans un contexte périlleux de tensions avec les États-Unis et de rapprochement avec la Russie. Car, alors que l’idéal libéral est de plus en plus contesté, la Chine cherche désormais à s’imposer comme une puissance de référence, une “solution” pour le monde, selon les propres mots de Xi Jinping, pour un jour parvenir à la “disparition ultime du capitalisme et la victoire finale du socialisme”.



__________________________



Si certains membres du PCF et de la CGT se trompent sur la Chine, les multinationales savent où est leur devoir…


DANIELLE BLEITRACH 15 JUILLET 2020

https://histoireetsociete.com/2020/07/15/si-certains-membres-du-pcf-et-de-la-cgt-se-trompent-sur-la-chine-les-multinationales-savent-ou-est-leur-devoir/?fbclid=IwAR1MHMmt1sTromrbHmxNl8JjtXOdyeY5iUf9fpaxzpsYzdUSTDFuC9LXZYc


Contrepoints, un site qui ne cache pas ses liens avec le monde de l’entreprise, nous dit ce qu’est la démocratie, celle défendue par eux à Hong Kong. Nous savions déjà que la propagande anti-chinoise était dirigée par une internationale des milliardaires, selon les propres aveux de Guo Wiming sur Arte, le complice de Steve Bannon et de Igor Kolomoiski, l’ukrainien, le tout organisant la secte Falun Gong. La liberté du libre renard dans le libre poulailler. Leur ennemi : Lénine… Et le territoire qui symbolise la guerre de l’opium doit leur revenir… être un pion dans la guerre contre la Chine… (note de danielle Bleitrach)

___________________


LIBERTÉS PUBLIQUES 14 JUILLET 2020

Hong Kong : quand des multinationales défendent la démocratie

Par Lionel Chanel.

Facebook, Twitter et Google se sont érigés contre le pouvoir communiste chinois en défenseurs de la liberté d’expression à Hong Kong.
« Il n’y a pas de liberté politique sans liberté économique. » Jean-François Revel

La loi sur la sécurité nationale qui s’est abattue sur Hong Kong la semaine dernière s’est heurtée à la résistance de quelques géants mondiaux de l’économie, Facebook, Google et Twitter. En effet, suite à l’entrée en vigueur des mesures liberticides de Pékin ces entreprises ont décidé qu’elles « ne répondaient plus aux demandes d’informations sur leurs utilisateurs émanant du gouvernement et des autorités de Hong Kong » , nous apprenait le journal 20 minutes. L’enjeu ? La défense de la liberté d’expression.

LES ORIGINES LÉNINISTES DE LA HAINE CHINOISE POUR LA LIBERTÉ D’EXPRESSION

C’est une banalité confondante d’affirmer que toute dictature déteste la liberté d’expression. Dans le cas chinois, cette aversion pour la parole d’autrui tire son origine dans la nature même du régime, qui est resté léniniste à certains égards.

On le sait, la Chine de Xi Jinping se caractérise par son parti unique, son idéologie officielle, sa direction unique et sa censure, auxquels s’ajoute, différence par rapport au léninisme pur, un nationalisme décomplexé qui prend pour cible l’Occident et envisage la conquête de territoires qu’il convoite : Hong Kong, bien évidemment, mais aussi Taïwan.

Il faut donc se référer à Lénine et à son Que faire ? paru en 1902 pour comprendre la haine de Pékin pour la liberté d’expression. Dans cet ouvrage, le théoricien russe de la révolution marxiste proclamait que l’avant-garde du prolétariat, constituée en parti, détenait la Vérité qu’il devait se charger de répandre dans la classe ouvrière.

Or, dans cette optique, puisque le parti détient le Savoir absolu, toute critique est non seulement inutile mais représente aussi une hérésie. La parole de l’autre n’a aucune valeur. Le dialogue avec un pouvoir communiste est inconcevable. C’est Lénine qui déclara un jour :

« Les mencheviks me disent : “Permettez-nous de dialoguer avec vous” et moi je leur dis : “Permettez-nous de vous coller au mur.” »

Aussi, le joug que la dictature communiste inflige à Hong Kong s’accompagne d’une tentative de juguler les critiques et les protestations exprimées sur les réseaux sociaux, à laquelle se sont opposés Facebook, Twitter et Google.

Il faut dire que Hong Kong autorise les critiques du régime néo-léniniste à se faire entendre : la liberté d’expression qui y a cours ne permet donc pas de renvoyer une image flatteuse du pouvoir chinois.

En 2011, par exemple, c’est dans un quotidien hongkongais que l’avocat Jiang Tianyong put relater le martyre qu’il endura en raison de son activisme en faveur des droits de l’Homme : torture psychologique, menaces sur sa famille et ses activités, rupture de ses relations professionnelles…

L’ENTREPRISE PRIVÉE, ALLIÉE DE LA DÉMOCRATIE

En principe, la communauté internationale, les pays occidentaux en tête, aurait dû s’indigner vivement contre ce que certains n’hésitent pas à qualifier de coup d’État. Les condamnations furent bien timides.

Ici, il faut souligner que ce sont des entreprises privées — Google, Facebook et Twitter — qui agissent, dans la mesure de leurs moyens, pour la préservation des droits humains. Autrement dit, la liberté économique — dont l’un des critères essentiels est l’indépendance totale des entrepreneurs à l’égard du pouvoir politique — se fait l’alliée de la démocratie.

En réponse à cette assertion scandaleuse, les antilibéraux objecteront certainement que l’adhésion de la Chine au capitalisme, couronnée par son entrée à l’Organisation mondiale du commerce en 2001, n’a nullement apporté la démocratie dans le pays. C’est oublier que capitalisme n’est pas synonyme de libéralisme.

En Chine règne un capitalisme d’État, caractérisé par une mainmise du parti sur une très grande partie du secteur privé, des entraves de toutes sortes aux entrepreneurs étrangers, des mesures protectionnistes adoptées au mépris des règles édictées par l’OMC, la direction de puissantes entreprises publiques par des nomenklaturistes du régime, la soumission des petits entrepreneurs à une association professionnelle acquise au régime, l’interdiction des syndicats et on en passe.

Voilà pourquoi la prétendue libéralisation économique de la Chine n’a pas démocratisé le régime : ce dernier s’appuie sur un capitalisme antilibéral, où le secteur privé est étroitement corseté et surveillé par le parti.

Ce dernier est bien conscient que l’entreprise privée et l’économie de marché est l’une des facettes de l’autonomie de la société civile à l’égard de l’État. Un entrepreneur, c’est d’abord et avant tout un individu libre, autrement dit la hantise de toute dictature.

La résistance de Twitter, Facebook et Google contre les prétentions des communistes chinois à surveiller leurs utilisateurs reflètent cette autonomie, qui représente ainsi un bastion de la liberté face aux exigences d’un État despotique.

OUVERTURE VERSUS FERMETURE

La Chine communiste, malgré son intégration aux circuits mondiaux des échanges, demeure l’incarnation de la fermeture — elle n’a entrepris d’entrer dans la mondialisation que pour servir ses propres intérêts, c’est-à-dire ceux du parti, tout en empêchant ses partenaires de bénéficier en retour d’une vraie liberté économique sur son territoire.

Hong Kong, au contraire, incarne un îlot d’ouverture sur le monde, aussi bien économique que politique, cependant mis à mal depuis au moins une décennie par la Chine. Les Hongkongais sont fortement attachés à l’État de droit, au suffrage universel et aux libertés publiques.

Ce qui se passe, finalement, entre la Chine et Hong Kong, est une illustration du conflit pluriséculaire analysé par Karl Popper entre société ouverte et société close.

Par Lionel Chanel



Edité le 15-07-2020 à 20:42:04 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14361 messages postés
   Posté le 23-07-2020 à 10:40:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Xi insiste sur la poursuite de la cause socialiste fondée par le PCC
Source: Xinhua Publié: 2020/7/23 10:29:39
https://www.globaltimes.cn/content/1195386.shtml


Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a insisté sur le fait de défendre la grande cause socialiste fondée par le PCC et de la faire progresser de génération en génération.

Xi a tenu ces propos mercredi après-midi lors de sa visite à la salle commémorative de la bataille de Siping dans la guerre de libération du peuple chinois dans la province de Jilin, dans le nord-est de la Chine.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14361 messages postés
   Posté le 26-07-2020 à 10:24:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L’Etat chinois garde la main sur l’économie

DANIELLE BLEITRACH 25 JUILLET 2020

https://histoireetsociete.com/2020/07/25/letat-chinois-garde-la-main-sur-leconomie/

Dans la revue Alternative économique, un article bien documenté sur le socialisme de marché chinois et sur l’évolution actuelle qui selon l’auteur renforce à la fois le secteur public et le rôle du parti communiste. Un complément aux textes parus ici, en particulier ceux de J.Cl. Delaunay sur le socialisme en Chine (note de Danielle Bleitrach pour histoire et société).

MARY-FRANÇOISE RENARD 31/12/2019

https://www.alternatives-economiques.fr/users/mary-francoise-renard

L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping marque le renforcement du poids du Parti communiste à tous les niveaux de prises de décision des entreprises publiques.

L’évolution de l’économie chinoise au cours des quatre dernières décennies interroge les rôles respectifs de l’Etat et du marché dans sa forte croissance. En effet, paradoxalement, après un développement indiscutable des marchés et du poids des entreprises privées, l’Etat apparaît toujours comme un acteur omniprésent.

En 1978, au moment des premières réformes de l’économie chinoise, les entreprises appartiennent à l’Etat. L’objectif des réformes impulsées par Deng Xiaoping est d’introduire des éléments de marché dans une économie centralement planifiée. Pour cela, les prix de marché remplacent progressivement les prix administrés. Des firmes privées se développent dans les services comme les restaurants ou les commerces, mais ce sont de toutes petites entités.

Le secteur privé ne sera officiellement reconnu qu’en 1988. Les entreprises collectives qui apparaissent lors de l’affaiblissement des monopoles d’Etat sont des actrices cruciales de la forte croissance de l’économie chinoise au cours des années 1980 et 1990. Bien qu’elles appartiennent à une collectivité locale, elles sont, par leur statut, soumises à une logique de concurrence et ne survivent que si elles dégagent des profits.

Champions nationaux
Cette expérience assez originale met en évidence le rôle de la concurrence dans la croissance, sans privatisations puisque celles-ci ne se produisent qu’au début des années 2000. En 2003, la Sasac, une commission chargée de la supervision des entreprises publiques, est créée, avec pour mission de faire émerger des champions nationaux. De nombreuses PME d’Etat sont privatisées, entraînant des licenciements importants. Mais les firmes publiques restent dominantes dans les secteurs clés où elles vont pratiquement éliminer les entreprises privées : charbon, pétrole, gaz, électricité…

Pendant dix ans, les concentrations se multiplient, et pour 2014 le classement « Fortune » des 500 plus grandes entreprises mondiales donne trois entreprises d’Etat chinoises parmi les quatre plus grandes en matière de chiffre d’affaires : State Grid (gestionnaire de réseaux électriques), China National Petroleum et Sinopec Group, respectivement aux 2e, 3e et 4e places. Dans le même temps, l’ouverture du capital des firmes publiques au secteur privé, surtout chinois mais pas seulement, est encouragée par les autorités. Elle permet à la fois d’améliorer la compétence en matière de gouvernance et de bénéficier d’un apport de fonds, tout en maintenant le contrôle de l’Etat qui reste majoritaire et garde le pouvoir sur les décisions stratégiques.

Après la crise financière mondiale de 2008, les entreprises publiques sont le vecteur de la mise en place du plan de stimulation décidé par le gouvernement pour faire face à la forte baisse de la demande étrangère. Elles forment le pivot de la politique d’investissement dans les infra­structures qui visent à soutenir la crois­sance économique. En conservant dans leur effectif plus de personnel que ce dont elles ont réellement besoin, les entreprises publiques jouent par ailleurs un rôle central en amortissant les conséquences de la concurrence sur l’emploi.

Ceci n’est faisable que parce qu’elles ont la possibilité d’être renflouées lorsqu’elles sont déficitaires. Les banques, en effet, préfèrent prêter aux entreprises publiques et bénéficier ainsi de la garantie de l’Etat, ce qui pénalise le secteur privé. Les facilités dont bénéficient les entreprises publiques conduisent à un certain nombre de déséquilibres, particulièrement au niveau provincial : surinvestissement pour soutenir la croissance ou surendettement. Cela se traduit notamment par l’existence de « firmes zombies », c’est-à-dire de firmes insolvables, maintenues artificiellement en activité. Par ailleurs, le faible contrôle exercé par l’Etat actionnaire sur les dirigeants des entreprises publiques permet le développement d’une forte corruption.
SUR LE MÊME SUJET CHINE

Chine : les contradictions de l’économie socialiste de marché
La logique politique prime
En 2013, l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping s’accompagne d’une nouvelle vague de réformes visant à améliorer l’efficacité des firmes publiques. Annoncées en 2014, ces réformes ne sont effectives qu’à partir de 2016, sans doute en raison de résistances et de négociations difficiles au sein du gouvernement. Leur objectif est de renforcer la rentabilité des firmes publiques tout en maintenant la primauté de la logique politique sur la logique de marché, le pouvoir décisionnel du Parti communiste chinois (PCC) étant renforcé.

Deux sortes de firmes sont ainsi définies : les firmes dédiées aux services publics et celles dédiées aux activités commerciales. Ces dernières sont elles-mêmes divisées en deux catégories : celles qui sont dans des secteurs appelés à devenir complètement concurrentiels, très ouvertes aux capitaux privés, dans lesquelles l’Etat pourrait devenir minoritaire, et celles situées dans des activités qui peuvent être liées à des secteurs clés ou à la sécurité nationale. Ces dernières doivent servir les stratégies nationales, notamment en matière de politique économique.

Le problème majeur des entreprises d’Etat tient à la multiplicité des objectifs qui leur sont assignés. Elles doivent aujourd’hui soutenir la politique industrielle de développement de l’innovation et de la technologie nationales, tout en améliorant leurs performances et en accompagnant la politique macroéconomique. L’importance de la réforme actuelle dépendra de la proportion d’entreprises publiques affectées à la catégorie « complètement concurrentielle ». Elle dépendra aussi de la latitude laissée aux firmes dans leurs choix de gestion et d’investissement. Si celle-ci est significative, la réforme pourrait conduire à un véritable progrès.

On assiste par ailleurs depuis quelques mois à une « nationalisation » de certaines entreprises privées qui sont en partie rachetées par des firmes publiques, notamment pour bénéficier des avantages de celles-ci, la distinction entre privé et public étant parfois peu claire. Mais dans le même temps, le gouvernement incite les banques à accorder davantage de prêts aux entreprises privées, car la croissance chinoise a aussi besoin de la dynamique du secteur privé.

Si l’Etat s’est bien désengagé depuis 1978, autorisant une économie beaucoup plus fondée sur les mécanismes de marché, et ouvrant les entreprises d’Etat aux capitaux privés, il garde une position stratégique en matière de propriété. Le secteur public est concentré dans les activités intensives en capital (ressources naturelles, industries lourdes, transports), bien sûr dans les services publics, et présent de façon marginale dans l’agroalimentaire, le textile et l’habillement… Mais surtout, il contrôle environ 85 % du secteur bancaire, la majeure partie du réseau de transport et télécommunications et des services liés à l’éducation, à la science et à la technologie. En outre, le PCC possède et contrôle l’ensemble des médias publics.

Ainsi, bien que globalement minoritaires par rapport aux entreprises privées en matière de production, d’emploi et d’investissement, les entreprises d’Etat se trouvent en situation de monopole dans les secteurs centraux de l’économie et ont donc un pouvoir beaucoup plus important que ne le suggère une observation rapide des statistiques. A ceci s’ajoute, depuis la présidence de Xi Jinping, le renforcement du poids du Parti à tous les niveaux des prises de décision des firmes publiques. Le maintien au pouvoir du PCC est l’objectif premier du gouvernement, qui a pour cela besoin de conforter sa légitimité économique, tant aux yeux de la population que des investisseurs, en s’appuyant sur les firmes publiques, tout en soutenant le développement du secteur privé.

Mary-Françoise Renard est professeure d’économie à l’université Clermont-Auvergne et responsable de l’Institut de recherche sur l’économie de la Chine au Cerdi (Centre d’études et de recherche en développement international).

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14361 messages postés
   Posté le 16-08-2020 à 23:50:55   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Dans les conditions de la guerre hors limites de Trump contre la Chine, la réponse de la RPC est la plupart du temps asymétrique.
La RPC considère que ce conflit est temporaire et de l'ordre de la tactique, de même que le repli nationaliste qu'on peut observer ailleurs.
Tandis que la tendance générale à la mondialisation multipolaire est irréversible, se poursuivra et relève de la stratégie.

Ainsi Xi Jinping ne s'est pratiquement pas exprimé sur les mesures hostiles des USA et concentre son activité sur l'élimination de la pauvreté, la réorientation économique et l'unité du peuple autour du Parti Communiste.
De même la Chine riposte à certaines mesures des USA mais de façon dosée et non systématique, et ne pratique pas la surenchère.
L'objectif est de marquer les limites à ne pas franchir tout en évitant d'acculer les USA à la guerre ouverte, en appelant régulièrement au dialogue et en rappelant aux USA que leur intérêt n'est pas dans le conflit.

Aujourd'hui Qiushi publie un discours de Xi Jinping prononcé en 2015, qui fait le point sur le marxisme en Chine.
On remarquera que pour l'essentiel il correspond toujours à la réalité actuelle, même si la guerre économique n'était pas encore déclenchée.
On peut penser qu'il s'agit d'un rappel sur les principes, et d'un appel à l'unité du PCC sur les questions fondamentales de la réforme, des types de propriété, de la propriété dominante, du maintien du socialisme, et d'une politique tournée vers les intérêts des masses.


Ouvrir constamment de nouveaux domaines de l'économie politique marxiste chinoise contemporaine

[discours du secrétaire général Xi Jinping lors de la 28e session d'étude collective du Bureau politique du 18e Comité central le 23 novembre 2015.]

Xi Jinping

Aujourd'hui, le Bureau politique du Comité central mène l'étude collective 28. Le contenu de l'étude est les principes de base et la méthodologie de l'économie politique marxiste. Le but de l'organisation de cette étude est de renforcer l'étude et la compréhension des principes de base du marxisme. Auparavant, nous nous sommes arrangés pour étudier les thèmes du matérialisme historique et du matérialisme dialectique. Cette fois, nous approfondirons notre compréhension et notre compréhension des lois du développement économique en examinant l'économie politique marxiste, et améliorerons notre capacité et notre niveau de direction du développement économique de notre pays.

Ensuite, permettez-moi de parler de quelques expériences.
L'économie politique marxiste est une partie importante du marxisme, et c'est aussi un cours obligatoire pour nous pour soutenir et développer le marxisme. Sur la base de la vision du monde et de la méthodologie du matérialisme dialectique et du matérialisme historique, Marx et Engels ont critiqué et hérité des réalisations idéologiques de l'économie historique, en particulier de l'économie politique classique britannique, et ont établi l'économie politique marxiste grâce à une recherche approfondie sur les activités économiques humaines. Il révèle les lois du mouvement économique dans la société humaine, en particulier la société capitaliste. Engels a déclaré que "toutes les théories des partis prolétariens proviennent de l'étude de l'économie politique". Lénine considérait l'économie politique comme «la preuve et l'application les plus profondes, les plus complètes et les plus détaillées» de la théorie marxiste. De nos jours, il existe différents types de théories économiques, mais le fondement de notre économie politique ne peut être que l'économie politique marxiste, pas d'autres théories économiques.

Certaines personnes pensent que l'économie politique marxiste est dépassée et que le capital est dépassé. Cette conclusion est arbitraire et erronée. Pour mettre cela de côté, du point de vue de la crise financière internationale, de nombreux pays capitalistes ont continué de subir des ralentissements économiques, de graves problèmes de chômage, une polarisation accrue et une aggravation des conflits sociaux. Les faits montrent que la contradiction inhérente entre la socialisation de la production et la possession privée des moyens de production existe toujours dans le capitalisme, mais les manifestations et les caractéristiques de son existence sont différentes.
Après la crise financière internationale, de nombreux chercheurs occidentaux réétudient également l'économie politique marxiste et «Das Kapital» pour réfléchir aux inconvénients du capitalisme. L'année dernière, «Le capital du 21e siècle», rédigé par le savant français Thomas Piketty, a suscité de nombreuses discussions dans la communauté universitaire internationale. Il a utilisé des données détaillées pour prouver que le degré d'inégalité aux États-Unis et dans d'autres pays occidentaux a atteint ou dépassé le plus haut niveau de l'histoire. Il estime qu'un capitalisme incontrôlé a exacerbé les inégalités de richesse et continuera de se détériorer. Son analyse a été principalement menée dans le domaine de la distribution et n'a pas impliqué de questions de propriété beaucoup plus fondamentales, mais les conclusions auxquelles il est parvenu méritent notre profonde considération.


Notre parti a toujours attaché une grande importance à l'étude, à la recherche et à l'application de l'économie politique marxiste. Le camarade Mao Zedong a étudié intensivement "Das Kapital" quatre fois et a accueilli plusieurs séminaires sur le "Manuel d'économie politique" soviétique, soulignant que "l'étude des questions d'économie politique a une grande signification théorique et pratique."
Le camarade Mao Zedong a proposé de manière créative le nouveau programme économique démocratique pendant la période de la nouvelle démocratie.
Dans le cadre de son exploration de la voie de la construction socialiste, il a présenté des vues originales sur le développement de l'économie de notre pays, comme la proposition de la théorie fondamentale de la contradiction de la société socialiste, la mise en avant d'une planification globale : prêtez attention aux points de vue importants de l'équilibre global, de l'agriculture comme fondement, de l'industrie comme facteur principal et du développement coordonné de l'agriculture, légère et lourde. Il s’agit du développement créatif de l’économie politique marxiste de notre parti.

Depuis la troisième session plénière du onzième comité central du Parti, notre parti a combiné les principes de base de l'économie politique marxiste avec la nouvelle pratique de réforme et d'ouverture, et a continuellement enrichi et développé l'économie politique marxiste. Après l'adoption de la "Décision du Comité central du Parti communiste chinois sur la réforme du système économique" en octobre 1984, le camarade Deng Xiaoping a commenté: "J'ai rédigé un premier projet d'économie politique, qui est une économie politique qui combine les principes de base du marxisme et la pratique du socialisme chinois."
Pendant plus de 30 ans, avec l'approfondissement continu de la réforme et de l'ouverture, nous avons formé de nombreux résultats théoriques importants de l'économie politique marxiste chinoise contemporaine, tels que des théories sur l'essence du socialisme, des théories sur le système économique de base du stade primaire du socialisme, l'établissement et la mise en œuvre de la théorie des concepts de développement innovants, coordonnés, verts, ouverts et partagés, la théorie du développement d'une économie de marché socialiste, permettant au marché de jouer un rôle décisif dans l'allocation des ressources et de mieux faire jouer le rôle du gouvernement, et la théorie du développement économique de la Chine entrant dans une nouvelle normalité, des théories sur la promotion de la coordination de la nouvelle industrialisation, de l'informatisation, de l'urbanisation et de la modernisation agricole, des théories sur les formes de propriété, les droits de sous-traitance et droits de gestion pour les terres contractées par les agriculteurs, et des théories sur la bonne utilisation des marchés nationaux et internationaux et des deux ressources, des théories sur la promotion de l'équité sociale et de la justice et la réalisation progressive d'une prospérité commune pour tous, etc.

Ces résultats théoriques n’ont pas été discutés par les écrivains marxistes classiques, et nous n’avions pas de pratique ni de connaissances dans ce domaine avant la réforme et l’ouverture. Il s’agit d’une économie politique adaptée aux conditions nationales et aux caractéristiques de l’époque de la Chine contemporaine. Ils guident non seulement puissamment la pratique de développement économique de la Chine, mais s’ouvrent également Le nouveau royaume de l'économie politique marxiste.

Maintenant, dans la marée changeante de l'économie mondiale, savoir si nous pouvons bien diriger le grand navire de l'économie de notre pays est un test majeur pour notre parti. Face à la situation économique nationale et internationale extrêmement complexe et aux divers phénomènes économiques, l'apprentissage des principes de base et de la méthodologie de l'économie politique marxiste nous aidera à maîtriser les méthodes d'analyse économique scientifique, à comprendre le processus du mouvement économique et à saisir les lois du développement social et économique. Améliorer la capacité à contrôler l'économie de marché socialiste et mieux répondre aux questions théoriques et pratiques du développement économique de la Chine.

Le but de l'étude de l'économie politique marxiste est de mieux guider la pratique du développement économique dans notre pays. Nous devons non seulement adhérer à ses principes de base et à sa méthodologie, mais aussi nous intégrer au développement économique actuel de notre pays pour former continuellement de nouveaux résultats théoriques.

Tout d'abord, adhérez à la pensée du développement centrée sur les masses.

Se développer pour le peuple est la position fondamentale de l'économie politique marxiste. Marx et Engels ont souligné: "Le mouvement du prolétariat est un mouvement indépendant pour l'écrasante majorité du peuple et au profit de l'écrasante majorité." A l'avenir, "la production visera la prospérité de tous." Le camarade Deng Xiaoping a souligné que l'essence du socialisme est de libérer les forces productives, de développer les forces productives, d'éliminer l'exploitation, d'éliminer la polarisation et, finalement, d'atteindre la prospérité commune.

La cinquième session plénière du 18e Comité central du Parti communiste chinois a clairement déclaré qu'il était nécessaire d'adhérer au concept de développement centré sur les masses, de promouvoir le bien-être de la population, de promouvoir le développement global de la population et de progresser régulièrement dans la direction de la prospérité commune comme point de départ et objectif du développement économique.
Nous ne devons jamais oublier ce point. Nous devons adhérer fermement à cette position fondamentale lors du déploiement du travail économique, de la formulation des politiques économiques et de la promotion du développement économique.


Deuxièmement, adhérez au nouveau concept de développement.

En réponse aux nouveaux changements dans l'environnement de développement économique de la Chine, les conditions, les tâches, les exigences, etc., la cinquième session plénière du 18e Comité central du PCC a proposé d'établir et d'adhérer au concept de développement d'innovation, de coordination, de vert, d'ouverture et de partage. Ces cinq concepts de développement sont fondés sur un résumé approfondi de l’expérience et des leçons du développement national et étranger, et sur une analyse approfondie de la tendance générale du développement au pays et à l’étranger. Ils reflètent collectivement la nouvelle compréhension de notre parti des lois du développement économique de la Chine et sont similaires à celles de l’économie politique marxiste.
Les vues sont les mêmes. Par exemple, Marx et Engels ont envisagé que dans la société future, «tout le monde partage le bien-être créé par tout le monde», «les gens sont directement des existences naturelles» et «l'histoire naturelle et l'histoire humaine se restreignent» .
En même temps, ces cinq concepts de développement sont aussi une sublimation des connaissances perceptuelles que nous avons acquises dans la promotion du développement économique et un résumé théorique de notre pratique de promotion du développement économique. Nous devons persister à utiliser de nouveaux concepts de développement pour guider et promouvoir le développement économique de la Chine, résoudre en permanence les problèmes de développement économique et créer une nouvelle situation de développement économique.

Troisièmement, maintenir et améliorer le système économique socialiste de base.

L'économie politique marxiste estime que la propriété des moyens de production est au cœur des relations de production et détermine la nature fondamentale et l'orientation du développement de la société.
Depuis la réforme et l'ouverture, notre parti a résumé les expériences positives et négatives, établi le système économique de base au stade primaire du socialisme, souligné l'adhésion à la propriété publique en tant que pilier et développement commun des économies de propriété multiple, et a clairement indiqué que les économies de propriété publique et non publique sont des économies de marché socialistes.

Un élément important du développement économique et social de la Chine est une base importante. Nous devons consolider et développer sans relâche l'économie publique, encourager, soutenir et guider le développement de l'économie non publique et promouvoir divers systèmes de propriété pour compléter les forces de l'autre, qu'elles se promeuvent mutuellement et se développent ensemble.
Dans le même temps, nous devons également être très clairs : le système économique de base de la Chine est un pilier important du système socialiste avec des caractéristiques chinoises et le fondement du système économique socialiste de marché. La position dominante de la propriété publique ne peut être ébranlée et le rôle de chef de file de l'économie d'État ne peut être ébranlé. C'est une garantie institutionnelle pour assurer que les peuples de tous les groupes ethniques de notre pays partagent les fruits du développement, c'est aussi une garantie importante pour consolider la position au pouvoir du parti et adhérer au système socialiste chinois.

Quatrièmement, maintenir et améliorer le système de distribution de base socialiste.

L'économie politique marxiste croit que la distribution est déterminée par la production, et qu'elle est contre-productive, «et ce qui peut le mieux promouvoir la production, c'est le type de distribution qui permet à tous les membres de la société de développer, maintenir et exercer leurs capacités aussi largement que possible» .
Partant de la réalité de notre pays, nous avons mis en place un système de distribution dans lequel la distribution selon le travail est le corps principal et de multiples modes de distribution coexistent.
La pratique a prouvé que cet arrangement institutionnel est propice à la mobilisation des polarités de toutes les parties et est propice à la réalisation d'une unité organique d'efficacité et d'équité. Pour diverses raisons, il existe encore des problèmes en suspens dans la répartition des revenus de notre pays, principalement l'élargissement de l'écart de revenu, la faible proportion de la rémunération du travail dans la distribution primaire et la faible proportion des revenus des résidents dans la distribution nationale des revenus.
À cet égard, nous devons attacher une grande importance aux efforts visant à promouvoir la synchronisation de la croissance des revenus des résidents avec la croissance économique, l’augmentation de la rémunération du travail et l’augmentation de la productivité du travail, continuer d’améliorer les systèmes, les mécanismes et les politiques spécifiques, ajuster le modèle de répartition des revenus nationaux, continuer d’augmenter les revenus des résidents urbains et ruraux et continuer à réduire les revenus. écart.

Cinquièmement, adhérez à la direction de la réforme de l'économie de marché socialiste.

Développer une économie de marché dans des conditions socialistes est une grande innovation de notre parti. Un facteur clé pour le grand succès du développement économique de la Chine est que nous avons non seulement mis en jeu les forces de l'économie de marché, mais aussi les avantages du système socialiste. Nous développons une économie de marché sous la prémisse majeure de la direction du Parti communiste chinois et du système socialiste.
Nous ne devons jamais oublier l'attribut "socialisme". La raison pour laquelle il s'agit d'une économie de marché socialiste est de maintenir la supériorité de notre système et de prévenir efficacement les inconvénients de l'économie de marché capitaliste.
Nous devons adhérer à la dialectique et à la théorie en deux points, continuer à travailler dur sur la combinaison du système socialiste de base et de l'économie de marché, et faire jouer pleinement les avantages des deux aspects. Nous voulons non seulement "un marché efficace", mais aussi "un gouvernement prometteur", et nous efforcer de pratiquer la résolution de ce problème mondial en économie.

Sixièmement, adhérez à la politique nationale de base d'ouverture.

L'économie politique marxiste croit que la société humaine finira par passer de l'histoire de toutes les nations à l'histoire du monde. Aujourd'hui, notre pays entretient des relations étroites sans précédent avec le monde. L'influence de notre économie sur l'économie mondiale et celle de l'économie mondiale sur notre économie sont sans précédent. Dans les conditions du développement en profondeur de la mondialisation économique, nous ne pouvons pas nous engager dans la construction à huis clos. Au lieu de cela, nous devons être doués pour coordonner les situations nationales et internationales globales et faire bon usage des deux marchés internationaux et nationaux et des deux ressources.
Il est nécessaire de suivre la tendance de l'intégration profonde de l'économie chinoise dans l'économie mondiale, de développer une économie ouverte de plus haut niveau, de participer activement à la gouvernance économique mondiale et de promouvoir le développement de l'ordre économique international dans le sens de l'égalité, de la justice et de la coopération gagnant-gagnant. Dans le même temps, nous devons protéger résolument les intérêts de développement de notre pays, nous prémunir activement contre divers risques et assurer la sécurité économique nationale. Il existe de nombreuses questions théoriques et pratiques qui nécessitent une étude approfondie.

En bref, nous adhérons aux principes de base et à la méthodologie de l'économie politique marxiste et n'excluons pas les éléments raisonnables des théories économiques étrangères. Les connaissances de l'économie occidentale sur la finance, les prix, la monnaie, les marchés, la concurrence, le commerce, les taux de change, les industries, les entreprises, la croissance, la gestion, etc., reflètent les lois générales de la production socialisée et de l'économie de marché, nous devrions donc en tirer des leçons.
Dans le même temps, pour l’économie étrangère, en particulier l’économie occidentale, nous devons insister sur la suppression du brut et de l’essence, la suppression du faux et la conservation de la vérité, en insistant pour la prendre comme aspect principal et l’utiliser pour nous.
Pour le contenu qui reflète les attributs et les valeurs du système capitaliste, et pour le contenu qui a la couleur de l’idéologie occidentale, nous ne pouvons pas les copier. Bien que l’économie soit l’étude des problèmes économiques, elle ne peut être séparée de la politique sociale, pure et pure. Dans notre enseignement d'économie, nous devons parler d'économie politique marxiste, nous devons parler d'économie politique du socialisme dans la Chine contemporaine, et nous ne devons pas être marginalisés.

Pour que l'économie politique marxiste ait de la vitalité, elle doit évoluer avec le temps. La pratique est la source de la théorie. Nous avons passé des décennies à achever le processus de développement que les pays développés traversent depuis des centaines d'années. Le processus de développement économique de la Chine est magnifique et ses réalisations ont attiré l'attention du monde entier. Il contient une grande motivation, une vitalité et un potentiel de création théorique.
À l'heure actuelle, tant l'économie mondiale que l'économie chinoise sont confrontées à de nombreux nouveaux problèmes majeurs, qui nécessitent des réponses théoriques scientifiques. Sur la base des conditions nationales de la Chine et de nos pratiques de développement, nous devons étudier en profondeur l’économie mondiale et les nouvelles conditions et problèmes auxquels l’économie chinoise est confrontée, révéler de nouvelles caractéristiques et de nouvelles lois, affiner et résumer les résultats réguliers des pratiques de développement économique de la Chine et mettre à niveau l’expérience pratique vers la systématisation.
La théorie de l'économie en Chine continue d'ouvrir de nouveaux domaines dans l'économie politique marxiste chinoise contemporaine et contribue à la sagesse chinoise à l'innovation et au développement de l'économie politique marxiste.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14361 messages postés
   Posté le 11-10-2020 à 09:11:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Discours de Xi aux jeunes cadres [trad automatique].
On remarquera que les directives de Xi Jinping reprennent pratiquement la pensée maotsétoung sur la pratique, l'enquête et la liaison aux masses, le matérialisme dialectique et le matérialisme historique, la direction du parti et l'orientation socialiste.



Xi Jinping: Les jeunes cadres doivent améliorer leur capacité à résoudre des problèmes pratiques et veulent pouvoir bien faire les choses


Source: Xinhuanet 2020-10-10 20:45:18
Xi Jinping a prononcé un discours important lors de la cérémonie d'ouverture du cours de formation pour les cadres jeunes et d'âge moyen à l'École centrale du Parti (École nationale d'administration)

Les jeunes cadres devraient améliorer leur capacité à résoudre des problèmes pratiques

Je veux pouvoir faire des choses

Wang Huning était présent

Agence de presse Xinhua, Pékin, 10 octobre. Le cours de formation pour les cadres jeunes et d'âge moyen à l'École centrale du Parti (École nationale d'administration) pour le semestre d'automne 2020 se tiendra à l'École centrale du Parti le matin du 10 octobre. Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, président de l'État et président de la Commission militaire centrale a prononcé un discours important lors de la cérémonie d'ouverture et a souligné que l'histoire avance toujours dans la résolution des problèmes. Notre parti mène le peuple dans la révolution, la construction et la réforme, tout cela afin de résoudre les problèmes réels de notre pays. Améliorer la capacité de résoudre des problèmes pratiques est un besoin urgent de répondre à la situation complexe actuelle et d'accomplir des tâches ardues, et c'est aussi une condition inévitable pour la croissance des jeunes cadres. Face à des situations complexes et à des tâches ardues, nous devons développer des opportunités en cas de crise et créer de nouvelles opportunités au milieu des changements. Les cadres, en particulier les jeunes cadres, doivent améliorer les capacités politiques, les capacités d'enquête et de recherche, les capacités de prise de décisions scientifiques, les capacités de réforme et les capacités d'intervention d'urgence. , La capacité de travailler avec les masses, la capacité de saisir la mise en œuvre, le courage d'affronter directement les problèmes, de penser et de faire les choses, de bien faire les choses, de résoudre constamment les problèmes et de résoudre les problèmes.

Wang Huning, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC et secrétaire du Secrétariat central, a assisté à la cérémonie d'ouverture.

Xi Jinping a souligné que depuis le 18e Congrès national du Parti communiste chinois, le parti et le pays ont réalisé des réalisations historiques et subi des changements historiques. L'une des leçons les plus importantes est d'adhérer à l'approche axée sur les problèmes et de considérer la résolution de problèmes pratiques comme une percée dans l'ouverture de la situation de travail. Le monde d'aujourd'hui subit des changements majeurs jamais vus depuis un siècle, et il y a plus d'incertitudes dans l'environnement extérieur. L'année prochaine, nous entrerons dans la période du «14e plan quinquennal» et nous nous embarquerons dans un nouveau voyage de construction globale d'un pays socialiste moderne. En entrant dans une nouvelle étape de développement, en mettant en œuvre de nouveaux concepts de développement et en construisant un nouveau modèle de développement, les problèmes qui doivent être résolus deviendront plus diversifiés et plus complexes. La Chine a de nombreux avantages et conditions pour un développement continu, mais le problème d'un développement déséquilibré et insuffisant demeure important. La lutte contre la nouvelle épidémie de pneumonie à couronne a atteint des résultats stratégiques majeurs. Cependant, nous devons faire des efforts continus pour gagner la construction d'une société moyennement prospère à tous égards, lutter contre la réduction de la pauvreté, faire un travail solide de << six stabilité >>, exécuter pleinement les tâches des << six garanties >> et remporter la victoire générale.

Xi Jinping a souligné que les jeunes cadres doivent améliorer leurs capacités politiques. Parmi les diverses capacités requises pour qu'un cadre fasse un bon travail, la capacité politique passe avant tout. Ce n’est qu’avec une forte capacité politique que nous pourrons consciemment maintenir un haut degré de cohérence avec le Comité central du Parti en termes d’actions idéologiques et politiques, et pouvoir «craindre les nuages &#8203;&#8203;et se couvrir les yeux» et «les nuages &#8203;&#8203;volent à travers le chaos tout en restant calmes» à tout moment et en toutes circonstances. . Pour améliorer les capacités politiques, nous devons d'abord saisir la bonne direction politique et maintenir la direction du Parti communiste chinois et de notre système socialiste. Sur cette question, il ne doit y avoir ni confusion ni hésitation! La pratique de cette lutte contre la nouvelle épidémie de pneumonie à couronne a une fois de plus prouvé que le Parti communiste chinois est l'épine dorsale la plus fiable du peuple chinois lorsque les tempêtes frappent, et le système socialiste chinois est la garantie institutionnelle la plus puissante contre les risques et les défis. Les jeunes cadres doivent s'en tenir à un point et faire tout ce qui est propice au maintien de la direction du parti et du système socialiste chinois, et s'abstenir résolument de faire tout ce qui n'est pas propice au maintien de la direction du parti et du système socialiste chinois! Pour améliorer continuellement la perspicacité politique et le discernement politique, pour observer et analyser la situation, il faut d'abord saisir les facteurs politiques, surtout pour pouvoir voir l'essence à travers le phénomène, afin d'avoir un œil brillant, voir les choses tôt et agir rapidement. Pour améliorer la capacité politique, nous devons être en admiration devant la discipline et les règles politiques du parti. Nous devons consciemment renforcer l'expérience politique, renforcer la maîtrise de soi politique et toujours être une personne «compréhensible» et «honnête» en politique. Nous devons veiller à améliorer le niveau de la théorie marxiste, apprendre profondément et complètement, maîtriser le matérialisme dialectique et le matérialisme historique, maîtriser les points de vue et les méthodes marxistes qui les traversent, maîtriser le marxisme en Chine et être un partisan ferme et fidèle du marxisme. Les pratiquants.

Xi Jinping a souligné que les jeunes cadres devraient améliorer leurs capacités d'enquête et de recherche. L'enquête et la recherche sont les compétences de base pour faire un bon travail. Nous devons apprendre à enquêter et à rechercher, et à améliorer nos compétences professionnelles en matière d’enquête et de recherche. Les enquêtes et recherches doivent être régulières. Nous devons insister pour aller parmi les masses, entrer dans la pratique, écouter ce que veulent les cadres de base et les masses, ce qu'ils sont anxieux et attendus, et comprendre et saisir la situation réelle. Il est nécessaire d'étudier et d'analyser soigneusement la grande quantité de matériaux et de situations obtenus de l'enquête, de l'extérieur vers l'intérieur. Pour les résultats de recherche qui ont fait l'objet de recherches approfondies et relativement matures, ils doivent être rapidement mis à niveau vers des déploiements décisionnels et transformés en mesures spécifiques; pour les résultats de recherche qui n'ont pas fait l'objet de recherches approfondies, les avis doivent être écoutés plus profondément, puis mis en œuvre après amélioration; pour les mesures qui ont été formées, S'il est mis en œuvre, il doit être suivi et évalué dans le temps, ajusté et optimisé en fonction de la situation.

Xi Jinping a souligné que les jeunes cadres doivent améliorer leurs capacités de prise de décision scientifique. Pour parvenir à une prise de décision scientifique, il faut d'abord avoir une vision stratégique, voir loin et réfléchir profondément. Les cadres dirigeants doivent réfléchir aux problèmes et prendre des décisions. Ils doivent avoir une bonne idée des grands dans le pays. Ils doivent faire plus de gros bouliers, calculer les grands comptes et moins petits et petits comptes, et être doués pour intégrer le travail régional et départemental dans le grand jeu du parti et du pays. Atteindre non seulement la gloire d'un domaine, mais aussi ajouter du lustre à la situation générale. Il est nécessaire de mener des recherches approfondies et des analyses complètes pour voir si les choses valent la peine d'être faites et si elles sont conformes à la réalité, etc., peser et prendre des décisions scientifiques de manière exhaustive. Pour prendre des décisions, nous devons mener des études de faisabilité, écouter les opinions de plusieurs parties, émettre des jugements complets et faire des choix scientifiques pour prendre la décision en fonction de la situation réelle.

Xi Jinping a souligné que les jeunes cadres doivent améliorer leur capacité à s'attaquer aux problèmes difficiles de la réforme. Face à l'avenir, nous devons faire progresser globalement le travail du parti et de l'État, en particulier pour mettre en œuvre de nouveaux concepts de développement, promouvoir un développement de haute qualité et construire un nouveau modèle de développement, continuer à être à l'avant-garde du temps et continuer à approfondir les réformes de manière globale pour donner un élan et rechercher des percées. Les réformistes doivent avoir du courage et de la détermination, et maintenir le courage et le courage que plus il est difficile et dangereux, plus il avance. Il faut allier l'enthousiasme des officiers à l'esprit scientifique, pour que les diverses mesures de réforme introduites soient conformes aux lois objectives, aux besoins du travail et aux intérêts des masses. Pour s'attaquer aux problèmes difficiles de la réforme, nous devons avoir des méthodes correctes, adhérer à une pensée innovante, suivre le problème, courir vers le problème, reconnaître avec précision les changements, répondre scientifiquement aux changements, rechercher activement des changements et réaliser des réformes et des innovations sur la base de la compréhension du droit. Il est nécessaire de respecter l'esprit pionnier des masses, d'unifier le renforcement de la conception de haut niveau et la persistance des enquêtes auprès du peuple, et de tirer la sagesse de pratiques vivantes et vivantes de la base. Nous devons nous concentrer sur le renforcement de la systémicité, de l'intégrité et de la coordination, afin que diverses mesures de réforme puissent se coordonner, se promouvoir et se compléter.

Xi Jinping a souligné que les jeunes cadres devraient améliorer leurs capacités d'intervention d'urgence. L'anticipation des risques est la condition préalable à la prévention des risques et la compréhension de l'évolution des risques est la clé pour rechercher une initiative stratégique. Il est nécessaire de mieux prendre conscience des risques, de bien jouer dès le premier pas et d'être prêt à répondre à tout moment à divers risques et défis. Nous devons nous efforcer de devenir un expert dans le domaine du travail, améliorer continuellement nos connaissances et notre courage dans les interventions d'urgence, être conscients des différents risques et défis qui peuvent survenir, mettre en œuvre des politiques classifiées et démanteler avec précision les bombes, contrôler efficacement la situation et résoudre les crises. Il est nécessaire d'intégrer étroitement les pratiques de réponse aux risques, de trouver des lacunes dans le travail, les systèmes et les mécanismes et de les améliorer en temps opportun.

Xi Jinping a souligné que les jeunes cadres devraient améliorer leur capacité à travailler avec les masses. Nous devons insister pour venir et aller vers les masses, et devenir vraiment le peuple attentionné des masses. Nous devons avoir les masses à l’esprit, garder toujours les masses en sécurité et chaleureuses, appliquer sérieusement les politiques du Comité central du Parti au profit du peuple, traiter les petites questions comme des problèmes majeurs et résoudre efficacement les problèmes de «l’urgence et de l’inquiétude» des masses. Il est nécessaire de mettre en œuvre les exigences du Comité central du Parti pour réaliser progressivement la prospérité commune de tous, amener le peuple à travailler dur et à travailler dur pour devenir riche et à obtenir en permanence des résultats tangibles en termes de revenu, d'emploi, d'éducation, de sécurité sociale, d'assurance médicale, de médecine et de santé, et de logement. Une attention particulière devrait être accordée à la publicité et à l'éducation des masses, en utilisant des méthodes que les masses aiment entendre et accepter, pour effectuer le travail, élever la conscience idéologique des masses et leur faire de l'enthousiasme et de l'action. Nous devons consciemment utiliser la pensée et les méthodes de l'état de droit pour approfondir les réformes, promouvoir le développement, résoudre les contradictions et maintenir l'équité et la justice sociales.

Xi Jinping a souligné que les jeunes cadres doivent améliorer leur capacité de mise en œuvre. Vous ne pouvez pas faire les choses comme vous le faites dans votre carrière, vous devez être terre-à-terre et travailler dur pour atteindre le taux ci-dessus et travailler dur. En particulier, les principaux cadres dirigeants doivent amener chacun à mettre le plat, à dégager la voie et à ouvrir les uns les autres les opposants. Ils doivent également déployer personnellement des tâches importantes, vérifier personnellement les liens clés et superviser personnellement la mise en œuvre. Soyez juste en charge et ne sortez pas. Pour faire des affaires, nous devons avoir l'esprit de clouer des clous, de saisir du fer pour faire des marques, de marcher sur des pierres pour laisser des marques, d'avancer régulièrement, de traverser une montagne puis d'escalader un autre sommet, de traverser un fossé et une autre gorge, et de résoudre constamment les problèmes pour créer une nouvelle situation de travail.

Xi Jinping a souligné que nous sommes dans une nouvelle ère prometteuse. Les jeunes cadres doivent prendre l'initiative, assumer de lourdes responsabilités et participer activement à la grande pratique du socialisme aux caractéristiques chinoises dans la nouvelle ère. Les organisations du parti à tous les niveaux devraient renforcer la formation idéologique, l'expérience politique, la formation pratique et la formation professionnelle des jeunes cadres de manière ciblée, clarifier la manière correcte de former les jeunes cadres, surmonter résolument le formalisme dans la formation des cadres et les aider à améliorer et à résoudre des problèmes pratiques. Capacité à leur permettre de mieux assumer les responsabilités et les missions de la nouvelle ère.

Chen Xi a présidé la cérémonie d'ouverture et a souligné qu'il était nécessaire d'étudier en profondeur et de mettre en œuvre les pensées de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises dans la nouvelle ère, de renforcer les «quatre consciences», de renforcer les «quatre confidences», d'obtenir «deux garanties» et de participer activement à une société aux caractéristiques chinoises dans la nouvelle ère. La grande pratique du isme, persévérez dans le renforcement du raffinement idéologique, l'expérience politique, la formation pratique et la formation professionnelle, et améliorez constamment la capacité à résoudre des problèmes pratiques, gardez à l'esprit la mission originale, soyez courageux pour agir, soyez doué pour surmonter les difficultés et assumez consciemment les tâches importantes du temps données par le parti et le peuple.

Ding Xuexiang et Huang Kunming ont assisté à la cérémonie d'ouverture.

Au semestre d'automne 2020, les stagiaires des cadres jeunes et d'âge moyen de l'École centrale du Parti (École nationale d'administration) ont participé à la cérémonie d'ouverture, et les camarades responsables des départements centraux concernés ont assisté à la cérémonie d'ouverture.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Chine : capitalisme ou socialisme ?  la Chine est rougeNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum