Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Chine : capitalisme ou socialisme ? 

 âpre tempête antilibérale après "la décision"

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2Page précédente 
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15424 messages postés
   Posté le 19-08-2020 à 23:55:14   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La lutte idéologique "sort" du PCC et Cai Xia fait son coming out


La presse française s'en est peu fait l'écho, sauf "les Echos" peut-être, sous le titre Jinping de plus en plus contesté au sein du PC chinois.

Le « Guardian » publie l'entretien de Cai Xia, une professeure réputée. Expulsée de l'Ecole centrale du Parti pour avoir tenu des propos critiques contre Xi Jinping, elle est un nouveau visage du mécontentement de certains cadres du régime contre les méthodes autoritaires du leader chinois.

Par
Daniel Fortin
Publié le 18 août 2020 à 17:34Mis à jour le 18 août 2020 à 19:25

Cai Xia était depuis 1992 et jusqu'à lundi dernier une professeure en vue à l'Ecole centrale du Parti qui forme les hauts responsables politiques chinois. Elle vient d'en être expulsée à la suite de propos critiques tenus contre le président chinois Xi Jinping dans un enregistrement audio. Motif : « Atteinte grave à la réputation du pays » .

Le « Guardian » a publié mardi un entretien avec cette nouvelle dissidente, qui vient grossir les rangs des membres du Parti hostiles à l'autoritarisme de Xi. « Sous sa direction, le Parti communiste chinois n'est plus une force de progrès pour le pays, dit-elle. Et je suis loin d'être la seule à vouloir le quitter. »

Déjà, en juin dernier, la professeure avait accordé un entretien au « Guardian » critiquant vertement la pratique du pouvoir du leader chinois. Elle avait demandé à ne pas le diffuser, craignant des représailles contre elle et sa famille. Désormais libérée des contraintes de sa charge, elle manifeste l'intention de s'exprimer librement sur la tournure de plus en plus dictatoriale prise par le pouvoir chinois.

« Nous sommes plusieurs cadres du Parti à avoir accédé à nos fonctions il y a vingt ou trente ans, quand le régime s'ouvrait. Nous savons parfaitement déceler les moments où le pays va dans la mauvaise direction », ajoute Cai Xia. Particulièrement critique sur la façon dont Pékin a géré la crise de coronavirus, accusant Xi d'avoir volontairement masqué la gravité de la situation à Wuhan pendant une quinzaine de jours début janvier, elle n'a manifestement pas l'intention d'en rester là de ses protestations. « Désormais, je suis libre de parler » , affirme-t-elle....


________________



Il est assez clair que ce différend relève non d'un conflit personnel, mais de la lutte de lignes au sein du PCC, et que sous la "critique de l'autoritarisme de Xi" se cache la défaite du courant libéral dans le PCC.
Il faut certainement lire les multiples appels à étudier le marxisme, à garder l'objectif du communisme au coeur, etc. comme autant d'attaques contre le courant libéral au sein du PCC.
Ce courant né de la réforme et des relations économiques de plus en plus étroites avec l'occident s'est traduit par la formation d'intellectuels du PCC dans les écoles US et l'acquisition de l'idéologie bourgeoise, également par une admiration aveugle envers les réussites technologiques et scientifiques US, et finalement non pas par l'importation du positif en rejetant le négatif, mais par l'assimilation de tout l'attirail idéologique capitaliste et de ses théories politico-économiques, entièrement ingurgités.

A présent ce courant se rebiffe. La guerre hors limites des USA accentue les contradictions dans le PCC et pousse davantage dans les cordes les libéraux. Ils finissent par se détacher complètement du parti et révèlent le fond de leur pensée.
C'est le cas de Cai Xia.


________________________


La trahison flagrante de Cai Xia est totalement indéfendable: éditorial du Global Times


Source: Global Times Publié: 2020/8/19 22:13:40
https://www.globaltimes.cn/content/1198283.shtml


Après que l'École du Parti du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) ait annoncé lundi qu'elle avait annulé l'adhésion au Parti de la professeure à la retraite Cai Xia et révoqué ses prestations de retraite, Cai est rapidement devenue la personne aux yeux bleus des médias occidentaux.

Elle a accepté les demandes d'interview des médias occidentaux tels que Voice of America, "Radio Free Asia" et The Guardian.

Dans les interviews, elle a lancé des attaques incroyablement malveillantes sur le système chinois. Elle ne l'aurait pas fait si elle n'avait pas eu l'intention de s'entendre avec des forces extérieures pour nuire aux intérêts de sa patrie.

Auparavant, Cai jouissait d'une certaine notoriété dans les cercles intellectuels chinois. Elle était largement considérée comme une intellectuelle libérale et a publié des opinions anti-système sévères qui ont de temps en temps influencé les résultats de la Chine. Les médias américains ont rapporté qu'elle vivait aux États-Unis «depuis l'année dernière» .

Peu importe comment Cai définit la liberté d'expression, en tant que professeur à la retraite de l'école du Parti, elle était censée soutenir la direction du PCC du pays au lieu de s'opposer à la clause constitutionnelle. Maintenant que les États-Unis ont lancé diverses attaques contre le PCC, Cai, bien que retraitée, devrait s'en tenir à l'essentiel en tant que membre du Parti et en tant que citoyen chinois en refusant de s'aligner sur ces attaquants chinois malveillants.

Avant que l'école du Parti n'annonce la punition de Cai, le message audio est sorti en ligne d'un rassemblement où Cai a prononcé un discours. D'après les rapports des médias occidentaux, ce monceau de remarques anti-système est lié à une punition sévère, et Cai aurait dû s'y préparer.

Mais Cai a répondu avec acharnement à la punition qu'elle mérite. Elle n'était pas du tout repentante, mais a attaqué encore plus le PCC, se transformant en la dernière "superstar" des médias occidentaux.

Cai Xia était un spécialiste de la construction du Parti, mais a adopté une vision totalement opposée du PCC. Cela lui a valu une valeur particulière pour les forces d'opinion publique occidentales extrêmes. Il semble que Cai connaisse sa «valeur», et ce qu'elle a dit pendant les interviews correspond au goût des forces extrêmes aux États-Unis et en Occident. Elle a trahi son serment lorsqu'elle a choisi de devenir membre du PCC et a donné un exemple extrême en tant que personne qui est maintenant contre le drapeau rouge en tant que traître.

Les gens ont toutes les raisons de douter que Cai, qui vit aux États-Unis, le fasse pour des raisons égoïstes en tant que dissidente extrême, et qu'elle se consacre à en récolter les avantages aux États-Unis.

Ce que Cai a fait a aidé les forces anti-chinoises et anti-PCC aux Etats-Unis. Plus précisément, Cai a agi comme leur complice.

Elle a trahi non seulement le serment du Parti, mais aussi les intérêts de la Chine et du peuple chinois. L'administration américaine actuelle a réprimé la Chine d'une manière folle, avec une cible majeure étant le PCC. Cai a choisi le côté des forces anti-chinoises aux États-Unis. Rien ne peut la défendre.

Les gens ont des valeurs différentes, qui conduisent à des jugements subjectifs différents sur le bien et le mal. Pourtant, on pense que la trahison de Cai ne gagnera le respect ni de la société chinoise ni de la société américaine. La plupart des Chinois qui connaissent ses paroles et ses actes la rejetteraient. La partie américaine qui l'utilise la méprisera également.

Il y a des dissidents chinois radicaux aux États-Unis. Ils ont progressivement rompu leurs liens avec les intérêts du développement pacifique de la Chine et ont commencé à souhaiter la subversion en Chine, quelle que soit la douleur que cela représente pour le peuple chinois, mais quelques-uns d'entre eux pourraient atteindre un tournant dans leur vie.

Mais ces exilés ont perdu leur temps dans une telle poursuite. La plupart d'entre eux ont retenu l'attention aux États-Unis pendant une courte période et ont rapidement été oubliés. Ils ne seraient rappelés qu'occasionnellement dans le but d'appuyer certaines forces à certaines occasions spéciales. Cai a fait le mauvais choix et elle devra également faire face à un tel sort.


Edité le 19-08-2020 à 23:56:07 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15424 messages postés
   Posté le 20-08-2020 à 20:58:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Dernières nouvelles : Cai Xia a suivi les traces de Ren Zhiqiang, pourquoi ces deuxièmes générations rouges ont-elles changé de couleur ?


Dnews
2020-08-20 21:22:01

Finalement Cai Xia, enseignante à la retraite à l'École du Parti du Comité central du Parti communiste chinois (École nationale d'administration), a été expulsée du Parti communiste chinois pour avoir fait des remarques inappropriées et annulé les prestations de retraite dont elle bénéficiait.

Le 19 août, heure de Pékin, l'École du Parti du Comité central du Parti communiste chinois a notifié l'incident avec un libellé strict. Le rapport déclare: Les remarques de Cai Xia, qui posent de graves problèmes politiques et portent atteinte à la réputation du pays, sont d’une nature extrêmement mauvaise et graves dans les circonstances. Elles ont gravement violé la discipline politique et organisationnelle du parti et violé les normes de comportement du personnel des institutions étatiques.

Cai Xia a été expulsé du parti pour avoir fait des remarques inappropriées Cette punition rappelle inévitablement aux gens Ren Zhiqiang, l'ancien président du Beijing Huayuan Group.
En fait, Cai Xia et Ren Zhiqiang ont une relation étroite.
Dès 2016, lorsque Ren Zhiqiang a remis en question le principe de «gestion des médias par le parti» , Cai Xia s'est manifesté pour «appeler à la justice» pour Ren Zhiqiang.
À cet égard, le site officiel du Guangming Daily du Comité central du Parti communiste chinois a remis en question la question de la défense des personnes qui publient un discours anti-parti. Professeur d'école du Parti Cai Xia, où est votre esprit de parti?

En plus du "front uni" dans la conscience, Cai Xia et Ren Zhiqiang ont également l'étiquette de "Red Second Generation".
Comme nous le savons tous, en raison de leurs antécédents familiaux particuliers, les "Red Second Generations" ont souvent grandi dans le mur rouge depuis leur plus jeune âge. Comparées à d'autres pairs, elles ont souvent un accès plus pratique à davantage de ressources d'information, elles sont donc devenues le monde extérieur. Un groupe avec une plus grande attention. Mais c'est précisément à cause du manque de compréhension spécifique de ce groupe que le monde extérieur peut facilement le considérer comme une vague image de groupe et leur donner du mystère.
Indépendamment de la spéculation du monde extérieur, dans la perception de la «deuxième génération rouge», le monde extérieur croit généralement que, comparé à la classe ordinaire en Chine, le groupe de la «deuxième génération rouge» a une tendance «naturelle» au maintien du régime communiste chinois.
Mais en fait, après des décennies de changements historiques, les différentes expériences de vie et les perceptions de la vie de la «deuxième génération rouge» ont déjà créé leurs propres perspectives différentes sur la vie et les valeurs.

Parmi eux, Cai Xia et Ren Zhiqiang ont tous deux pris la «route du non-retour» et sont devenus le «modèle négatif» de ce groupe.
Dès 2015, Cai Xia, professeur à l'École du Parti du Comité central, a publié un article sur son Weibo, "Tourner à gauche et régresser, c'est déformer les idéaux du communisme" , affirmant que le communisme signifie liberté et démocratie, c'est-à-dire démocratie et liberté occidentales. Le système politique: « Association du peuple libre » signifie des personnes libres et ayant des droits démocratiques, et des élections conjointes déterminent qui est au pouvoir. Et "pendant de nombreuses années, l'interprétation du PCC et de la société chinoise a été ambiguë" .
En fait, ces dernières années, les remarques de Cai Xia ont été plus audacieuses et scandaleuses, et couvrent de multiples domaines.

En août 2013, lorsque Weibo big V Xue Manzi a été arrêté pour prostitution, Cai Xia s'en est plaint; après que la célébrité chinoise de l'internet "Qin Huohuo" ait été arrêtée parce qu'elle était soupçonnée de répandre des rumeurs, elle s'est également plainte pour sa plateforme et a déclaré avoir été attaquée. Les actions des rumeurs sur Internet sont que "les pouvoirs publics empiètent sur les citoyens et se livrent à des présomptions de culpabilité."

Après 2020, les commentaires de Cai Xia sur le système chinois sont encore pires que ceux mentionnés ci-dessus.
Hu Xijin, rédacteur en chef du média d'Etat chinois "Global Times", a publié le 19 août que Cai Xia était la "nouvelle star" des médias occidentaux attaquant le système chinois.
Comment Cai Xia et Ren Zhiqiang sont-ils entrés dans «l'impasse»? Certains analystes disent que cela est probablement dû à leur confusion dans leur compréhension rationnelle de la frontière de la «liberté», à leur aveuglement sélectif face aux conditions nationales réelles de la Chine et à leur profond culte du constitutionnalisme et de la démocratie occidentaux. Le résultat.

"Manger et frapper le pot."
En plus de Cai Xia, il existe des «vers» de corruption.
L'école du Parti communiste chinois dénombre les crimes de Cai Xia et He Yiting trace une ligne rouge
Le 11 août, Lai Xiaomin, l'ancien président de China Huarong, est convoqué au tribunal pour corruption, corruption et bigamie. Lai Xiaomin a été accusé d'avoir accumulé plus de 1,788 milliard de yuans (1 yuan égal à 0,14 dollar américain), dont plus de 104 millions de yuans n'ont pas encore été acceptés.
C'était plus de 1,788 milliard de yuans, ce qui dépassait le record de corruption établi par Zhao Zhengyong, l'ancien secrétaire du Comité provincial du Parti du Shaanxi. En mai 2020, Zhao Zhengyong a été accusé d'avoir accumulé plus de 717 millions de yuans, dont plus de 291 millions de yuans n'ont pas été effectivement obtenus.

Lai Xiaomin se classe fermement en tête dans la liste de la corruption en Chine. Il doit y avoir de nombreux «facteurs favorables» pour réussir à rechercher autant de personnes. Hu Xijin a déclaré le 12 août: "(Lai Xiaomin) peut être avide de tant d'argent. Ce n'est en aucun cas le problème d'une seule personne. Cela montre qu'il y a un problème avec son environnement environnant. Il a complètement corrigé cet environnement et promu cette correction à tous les niveaux de la Chine. C'est pourquoi la Chine veut lutter contre la corruption et pourquoi cela doit être une tâche à long terme pour ce pays. "
[...]


Edité le 20-08-2020 à 20:59:33 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15424 messages postés
   Posté le 24-08-2020 à 16:58:00   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Violente lutte entre deux lignes au sein du PCC entre la ligne marxiste-léniniste et la ligne libérale -
Les campagnes du PCC et de Xi Jinping "garder l'objectif initial au coeur", "servir le peuple" et les références répétées au marxisme traduisent la critique de la ligne libérale.
Depuis le déclenchement de la guerre hors limites des USA, la ligne libérale est prise en étau et isolée. Le coming out de la professeur Cai Xia réfugiée aux USA est un épisode remarquable du renforcement idéologique du PCC.



Au milieu de la compétition sino-américaine, les intellectuels chinois devraient être clairs sur les conséquences de leurs actes

Par Hu Xijin Source: Global Times Publié: 2020/8/24 16:50:22
https://www.globaltimes.cn/content/1198679.shtml

Les médias occidentaux fournissent constamment des plates-formes de bienvenue à Cai Xia, une ancienne professeur de l'École du Parti du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), pour lancer des attaques vicieuses contre le PCC.

Dans une dernière interview avec CNN, Cai a fait de nouvelles remarques. Elle a déclaré qu'elle soutenait l'interdiction par l'administration Trump du géant des télécommunications Huawei. Elle a également déclaré: "La relation entre la Chine et les États-Unis n'est pas un conflit entre les deux peuples, mais une lutte et une confrontation entre deux systèmes et deux idéologies" .

C'est identique à ce que disent le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et ses semblables lorsqu'ils demandent aux pays occidentaux de considérer le choix entre la Chine et les États-Unis comme «entre la liberté et la tyrannie» .

Cai a également appelé Washington à doubler son approche radicale envers Pékin. Elle a appelé à des sanctions contre les hauts responsables chinois et a appelé la communauté internationale à s'unir pour empêcher le PCC «d'infiltrer» les institutions mondiales et de répandre des idéaux «totalitaires».

Tout ce qui précède est tiré du rapport CNN. Je dois dire qu'à un moment où la Chine est soumise à un confinement stratégique total de la part des États-Unis, Cai est devenu un traître aux intérêts de la Chine et du peuple chinois, et est tombé dans l'orbite des forces anti-chinoises américaines. .

Je n'ai aucune idée de l'état psychologique de Cai. Je ne comprends pas pourquoi elle a fini par être une traître. Sans aucun doute, ce qu'elle a dit et fait, c'est prêter de l'aide à Washington tout en portant atteinte aux intérêts de son propre pays. Il est tout simplement incroyable qu'une personne puisse être si insensée sur les questions de principe. Elle a dû calculer ses propres pertes et gains pour encaisser. Peut-être que cela fait partie d'un trouble mental, ou même celui d'un accro au jeu espérant gagner gros. Quoi qu'il en soit, elle a fait un choix insensé.

Dans la lutte actuelle sino-américaine, la ligne de fond éthique de tous les intellectuels chinois devrait être de se tenir du côté chinois plutôt que de s'asseoir du côté américain. Ils peuvent avoir différentes interprétations du «côté chinois». Mais la différence entre le «côté chinois» et le «côté américain» est limpide. Il ne faut pas le confondre.

Quelle que soit la manière dont Cai défend et justifie sa trahison, il est évident qu'elle s'est rangée du côté et aide les États-Unis à attaquer la Chine. Par conséquent, je dois dire que Cai est une grande honte pour les intellectuels chinois. Elle fait aussi honte aux soi-disant libéraux.

L'auteur est rédacteur en chef du Global Times. opinion@globaltimes.com.cn


Edité le 24-08-2020 à 17:13:09 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15424 messages postés
   Posté le 11-09-2020 à 09:25:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article intéressant par la négative : une interview d'un universitaire libéral sur le site dnews que je qualifierais de national-libéral.
Je cite quelques extraits significatifs que la traduction rend compréhensible.
Il en ressort un profond pessimisme, la compréhension que le courant libéral en Chine, né des réformes, a été battu en brèche depuis cinq ans.
D'une part à cause de la réaffirmation du marxisme contre le libéralisme, d'autre part à cause des tentatives de subversion US à Hong Kong et de la guerre commerciale, et pour finir parce que la lutte contre le covid a démontré la supériorité de l'économie publique.
On remarquera qu'il essaie de recentrer sur les combats "sociétaux" et de rallier divers courants y compris "gauchistes".


Chen Chun : … Comme je l'ai mentionné dans le livre, depuis 2015, la répression des libéraux par les autorités s'est en fait intensifiée. … Cet article est un résumé de la conférence «Libéralisme de gauche et Chine» qui s'est tenue à Hong Kong cette année-là et certaines de mes propres perspectives. À cette époque, j'avais encore certaines attentes optimistes. J'espère que le libéralisme pourra dialoguer avec différentes écoles de pensée telles que le nationalisme, le néoconfucianisme et les straussiens. …
Cependant, après 2015, le nationalisme a complètement supprimé le libéralisme au niveau politique, plaçant le libéralisme dans une situation difficile. La suppression du pouvoir est la principale raison de la disparition du libéralisme au niveau de l'opinion publique et au niveau académique.
… dans " Pourquoi les libéralistes chinois ont échoué?""Il est mentionné dans l'article que le libéralisme ne peut pas correspondre à la réalité de la Chine, et il n'a pas suivi le rythme des temps. C'est l'une des raisons pour lesquelles les libéraux sont marginalisés.
…Je pense personnellement que le centralisme occidental doit être abandonné. Mais le traitement des présupposés du progressisme et de l'illumination, parce que les temps ont beaucoup changé, doit être réexaminé. Quand j'ai écrit cet article en 2014, je voulais engager un dialogue avec Shi Pai, le néo-confucianisme, les gauchistes, etc. Maintenant, la situation est différente, la «guerre civile spirituelle» est déjà sérieuse et les libéraux abandonnent le progressisme et les lumières. Le présupposé de la doctrine équivaut en fait à perdre beaucoup d'armes qui vous sont plus bénéfiques, de sorte que vous ne pouvez rien retirer pour combattre vos adversaires.
D'un autre côté, dans la situation actuelle, le progressisme et les lumières peuvent unir davantage de personnes enclines à s'opposer au nationalisme, comme les féministes, mais aussi certaines gauchistes anti-nationalistes. Si le libéralisme abandonne ces deux choses, il sera difficile de bien communiquer avec la gauche et le féminisme.
…J'insiste donc particulièrement sur le fait que les temps ont changé. En 2014, je m'attendais à parler à Shi Pai, au néo-confucianisme, etc. Je ne pensais pas à la nécessité d'unir le féminisme, la gauche, etc., mais maintenant la situation est différente.Le soi-disant nationalisme n'est plus possible pour aucun dialogue. Peut-être, pensent-ils que la Chine est dans une bonne situation maintenant, et remplacera bientôt l'Occident en tant qu'hégémon du monde. Ils pensent que plus la répression du libéralisme est lourde, mieux c'est, et aucune pitié n'est nécessaire. Le libéralisme n'a donc pas de place pour le dialogue avec eux.
Quel est l'objet du dialogue pour le libéralisme aujourd'hui? C'est l'aile gauche du non-étatisme, certaines personnes dans le féminisme, et même certaines personnes dans le christianisme. Dans l'ensemble, ce sont les différents groupes sociaux qui sont supprimés dans cet environnement. Ce sont les objets pour lesquels les libéraux doivent se battre maintenant.

[débat sur l’attitude extrémiste des manifestants de Hong Kong]
Les libéraux ont en fait commencé à avoir beaucoup de doutes quant à la violence, et certaines personnes ont même choisi de l'ouvrir (la condamnant), y compris moi-même. Il y a eu un incident dans le mouvement où un vieil homme a été incendié par des manifestants, à ce moment-là, j'ai directement envoyé un message à mon cercle d'amis pour le condamner, et je pense que la plupart des libéraux ont une position similaire à moi.


Dans ce processus, pour être honnête - bien que je regrette un peu de dire que - les libéraux du continent ont un rôle très insignifiant. La manière dont les libéraux du continent se tiennent en équipe a très peu d'impact sur l'évolution ultérieure de la situation. Dans ce cas, les libéraux du continent ne possèdent aucune ressource pouvant participer au jeu, et ne peuvent pas représenter le gouvernement du continent, et les démocrates de Hong Kong ne peuvent pas non plus s'engager avec le gouvernement central...



Edité le 11-09-2020 à 13:02:47 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15424 messages postés
   Posté le 12-12-2020 à 23:43:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La nouvelle vague de pop. histoires qui rend le socialisme cool à nouveau par Wang Rui

DANIELLE BLEITRACH12 DÉCEMBRE 2020
http://www.sixthtone.com/news/1006522/the-new-style-pop-histories-making-socialism-cool-again

(Image d’en-tête: Ding Yining / Sixième ton)

En ligne et sur les réseaux sociaux, des historiens populaires aident les jeunes Chinois à recomposer sous un jour plus positif le passé de gauche du pays.

Wang Rui

01 déc.2020

Wang RuiWang RuiHistorien

Wang Rui est professeur agrégé d’histoire à l’Université normale de Chine orientale.

Je ne voudrais pas que cet article induise la seule idée que l’histoire serait affaire de propagande sous le socialisme, il faut bien se rendre compte qu’elle a toujours été formation à la citoyenneté et la France républicaine devrait le savoir plus que quiconque. Quand j’ai passé mes examens d’histoire j’ai eu la chance d’avoir comme professeur le très grand Duby qui m’a permis d’avoir une passion pour l’histoire et d’en relativiser les conforts académiques. Il faut d’abord mesurer l’excellence des formations sous le socialisme qu’il s’agisse de l’URSS ou de Cuba, en particulier sur le plan scientifique mais aussi la manière dont l’histoire suivant ce prisme et celui d’une conception du progrès sont revus certaines connaissances. Le PCF portait cette réflexion et la lecture d’un historien comme Charles Parrain, pour donner un exemple m’a fait revoir entièrement ma vision de Marc Aurèle, l’empereur dit philosophe, en fait un parfait réac qui ne rêvait qu’au sénat alors que les barbares provoqués par les conquêtes esclavagistes envahissaient les frontières de l’empire sur son déclin. La lecture d’une histoire de l’antiquité aux éditions de Moscou m’a fait percevoir le fait que tous les élèves de Socrate avaient collaboré avec Sparte quand cette cité avait imposé son modèle à Athènes sous les trente tyrans, tous élèves de Socrate, sans parler d’Alcibiade et Platon, lui-même. Ce qui se passe avec l’histoire en Chine est simplement de l’ordre d’une réappropriation passionnante (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Cet article est le premier d’une série comprenant trois parties sur la manière dont les historiens et écrivains 2.0 façonnent les visions du monde et les mentalités des jeunes Chinois.

Quelle est la plus grande figure de l’histoire chinoise moderne ?

Pour les historiens, il n’y a pas de réponse facile. Sun Yat-sen a passé des années à organiser rébellion après rébellion, sapant le régime impérial Qing jusqu’à ce qu’il soit finalement renversé en 1912; Lu Xun a indifféremment révolutionné la littérature vernaculaire chinoise et les jeunes esprits; le leader du Kuomintang, Chiang Kai-shek, a assujetti une multitude de chefs de guerre et a combattu une invasion japonaise; Mao Zedong a passé des décennies à mener une lutte de guérilla avant d’établir une «nouvelle Chine» en 1949; et Deng Xiaoping s’est appuyé sur les fondations établies par Mao, en l’unissant à une nouvelle politique économique qui a continué à produire des résultats époustouflants.

Par contre, sur le site populaire de questions-réponses Zhihu, il n’y a apparemment qu’un seul choix correct : le président Mao. En réponse à un important sondage à question ouverte– «En Chine, qui a été le plus grand individu à émerger depuis la fin de la période moderne?» – plus de 95% des répondants ont choisi le Grand Timonier.

Tout bien considéré, cela peut sembler une réponse raisonnable venant des citoyens du pays que Mao a aidé à fonder, mais un tel degré de consensus aurait été impensable il y a même quelques années, lorsque Zhihu était sur l’internet chinois un bastion patenté du Libéralisme avec un grand L. Une place bien plus importante y était faite aux arguments en faveur du philosophe-écrivain Hu Shih ou même du rival de Mao, Chiang.

‘Le nouveau consensus reflète un changement idéologique plus large chez les jeunes Chinois, en particulier ceux nés à l’époque du boom économique des années 1990 et 2000.’– Wang Rui, historien

Le nouveau consensus reflète un changement idéologique plus large chez les jeunes Chinois, en particulier ceux nés à l’époque du boom économique des années 1990 et 2000. À la fois confiants dans l’essor de la Chine et nostalgiques du relatif égalitarisme, de l’égalité et de l’enthousiasme révolutionnaire de l’ère Mao, ils sont prêts à regarder au-delà de la tourmente de son règne en soutient du travail qu’il a accompli pour jeter les bases de la résurgence de la Chine.

À la base de ce changement d’attitude se trouve l’émergence d’Internet en tant que source et offre de travaux d’histoire. Les connaissances historiques ne sont plus transmises uniquement par le biais de livres universitaires, de revues et de périodiques, ni même par les services de messageries électroniques, forums et blogs dominés par les amateurs des débuts d’Internet. A la place, la demande croissante d’un contenu historique renouvelé, correspondant aux aspirations des jeunes Chinois, est de plus en plus pourvues par les médias sociaux, les sites de partage de vidéos et les plateformes de questions-réponses comme Zhihu.Ces espaces donnent aux historiens rompus aux nouvelles technologies, aux caractéristiques à la fois académiques et populaires, une plate-forme d’expression beaucoup plus étendue que jamais auparavant.

Sur l’application de messagerie et le réseau de médias sociaux WeChat, par exemple, des comptes publics axés sur l’histoire tels que Jinglue (Consilium), Science and Industry Power et New Wave Meditations ont conquis un large public de jeunes lecteurs en publiant des articles intéressants sur des sujets historiques. Renonçant à la prose lyrique et à l’emphase petite bourgeoise sur l’humanisme dans de nombreuses histoires post-70, ils mettent l’accent sur les modes de pensée« scientifiques » et adoptent un ton détaché. Lourds en données et en analyse matérielle, ils racontent un récit macroéconomique global mettant l’accent sur la montée et la chute des régimes politiques, des économies et des « grands hommes » qui façonnent l’histoire.

Beaucoup de ces articles ne concernent même pas la Chine – du moins pas directement. Un certain nombre d’auteurs et de récits se concentrent sur un sujet fréquemment négligé dans les histoires produites en Chine à partir des années 1980 : ce que Mao a appelé le « tiers-monde ». Au 19e siècle, des pays et régions allant de l’Afrique à l’Amérique du Sud et même la Chine elle-même étaient confrontés face à l’ennemi commun de l’impérialisme et de la menace de colonisation par l’Occident. Mais comme peu de ces régions ont suivi le même chemin révolutionnaire que la Chine, expliquent les auteurs de ces histoires de style nouveau, elles restent opprimées et appauvries alors même que la Chine est devenue forte. C’est l’histoire comparée comme cristallisation d’une leçon de morale : les Chinois doivent rester vigilants, sinon ils seront à nouveau soumis par les impérialistes.

Sur le plan thématique, sinon stylistique, leur travail ressemble fortement à celui de la fin de la dynastie Qing (1644-1912) et du savant de l’ère républicaine Liang Qichao. Dans des essais sur des sujets aussi divers que l’histoire de l’ancienne cité-état de Sparte à la colonisation de la Corée, Liang a cherché à fournir aux lecteurs chinois une introduction accessible aux tendances et à l’histoire mondiales, les éveiller aux dangers posés par l’impérialisme occidental et inculquer en eux un sentiment de patriotisme.

De nombreuses histoires contemporaines prennent leurs propres rôles et arguments très au sérieux. Du reste, on verra des vidéos d’histoire animées et des conférences sur des œuvres historiques majeures devenir populaires à travers des plateformes de streaming telles que Bilibili, tandis que sur Zhihu, les internautes – certains avec des bagages académiques d’autres sans – s’engagent dans des débats animés sur des sujets historiques.

Le tout réuni de ces articles, vidéos et publications, incarnent et façonnent les compréhensions et positions de base de la jeunesse chinoise d’aujourd’hui sur l’histoire de la Chine et d’autres pays, contribuant ainsi à la formation de nouvelles visions de l’histoire entièrement différentes de celles des enfants des années 50, 60 et 70.

La caractéristique la plus saillante de cette nouvelle vague est la reconnaissance et la valorisation grandissantes de la « période socialiste » chinoise (1949-1979). A l’inverse de la tendance qui s’amorce peu de temps après la mort de Mao en 1976 et s’étalant sur les années 80 et 90, avec de nombreux intellectuels et historiens chinois ayant ouvertement adopté l’Occident, le libéralisme et l’humanisme comme l’avenir de la Chine, tout en rejetant leurs propres traditions chinoises et la révolution que Mao a provoquée. Leur œuvre reflète naturellement cette disposition et est souvent remplie de clins d’œil au « phare » des États-Unis et d’attitudes méprisantes envers la Chine.

Pour les jeunes Chinois, qui ont grandi dans un milieu international, politique et économique très différent, il est de plus en plus difficile de s’associer à cette vision. Plutôt que de considérer l’ère Mao comme un projet utopique raté, ils attribuent de plus en plus à ces trois décennies – et aux hommes et aux femmes qui les ont vécues – les avancées majeures dans la base industrielle, la construction de la société, l’espérance de vie, la santé, la production culturelle et la sécurité nationale, assise sur laquelle est fondée leur vie et leur prospérité.

‘Rejetant l’humanisme tendre de ce qu’ils appellent le « Parti sentimental », ils soulignent à quel point l’industrialisation a été une aubaine pour les sociétés du monde entier.’– Wang Rui, historien

L’histoire comprise avec l’approche du « Parti industriel » est un exemple de ce à quoi cela ressemble dans la pratique. Un tissu lâche de penseurs partageant les mêmes idées – certains avec une formation académique mais beaucoup sans – l’école du Parti industriel centre ses récits sur le travail de construction et les réalisations matérielles de l’ère socialiste de la Chine, en étant particulièrement dithyrambique concernant l’impact des premières infrastructures, développement de l’industrie et des réseaux de transport inclus, sur la croissance économique ultérieure de la Chine. Ecartant l’humanisme au cœur tendre qu’ils appellent le « Parti sentimental », ils soulignent à quel point l’industrialisation a été une aubaine pour les sociétés du monde entier, et en tant que telle, justifie largement son prix.


Travailleurs d’une usine à Anshan, province du Liaoning, 1958. Sui Piyong via Wikimedia Commons
La progression du Parti industriel s’est accompagnée d’un réexamen du statut de l’intellectuel. Ses partisans estiment que le terme ne devrait pas être limité aux penseurs humanistes qui ont longtemps dominé la sphère publique chinoise . Au lieu de cela, il devrait être élargi pour inclure des personnes talentueuses du champs cientifique et de l’ingénierie qui ont contribué à l’avancement de la science et de la technologie dans la Chine nouvelle. Les figures favorites qui ressortent sont Deng Jiaxian et Guo Yonghuai, deux scientifiques qui ont joué un rôle clé dans le développement des programmes nucléaires et spatiaux de la Chine. De nombreux jeunes Chinois affirment désormais que ces personnages ont contribué beaucoup plus au développement national, possédaient une bien plus grande vertu politique et incarnaient mieux l’esprit« se consacrant aux gens ordinaires » que tous les officiers des sciences molles.

Bien sûr, aucune réévaluation de la période socialiste chinoise ne peut éviter la question de Mao, et le Parti industriel et d’autres produits similaires sont souvent inondés de commentaires de lecteurs décrivant leurs changements d’attitudes envers l’ancien président.

Ils expliquent la façon dont ils avaient l’habitude d’accepter les récits libéraux et de l’aile droite qui dépeignait son mandat comme un désastre. Toutefois en avançant en âge, ils ont commencé à considérer non seulement les problèmes de la Chine, mais aussi les problèmes mondiaux d’un point de vue vraiment indépendant. Ils disent qu’ils ont réalisé à quel point il fut important pour construire les fondations d’une Chine forte et garder le pays libre de l’impérialisme.

Pour emprunter un terme, ce qui se passe ici, c’est la maturation politique des jeunes Chinois. La «maturité politique» fait référence à la capacité des citoyens à analyser de manière critique et à réfléchir sur les problèmes et les questions dans leur propre contexte historique et culturel. Au lieu de romantiser aveuglément l’Occident, le libéralisme et le capitalisme tout en rejetant l’héritage de la révolution chinoise – comme l’a fait la génération précédente – les jeunes Chinois reconsidèrent leur histoire, leur civilisation et leur politique sur la base d’après laquelle la révolution était un succès majeur, bien qu’incomplet.

Evidemment, reconsidérer ne suffit pas à lui seul. Il appartient à la prochaine génération – d’internautes, mais aussi d’universitaires, de médias et de créateurs de contenu – de continuer à faire progresser leur compréhension du passé de la Chine d’une manière rationnelle et logique. Ce n’est qu’alors que nous pourrons développer un discours sur la Chine à la fois conscient et digne de ce nom.

Traducteur anglais : David Ball ; éditeurs : Wu Haiyun et Kilian O’Donnell; portraitiste: Wang Zhenhao.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15424 messages postés
   Posté le 13-12-2020 à 08:43:34   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Intéressante insistance sur la lutte de classe, dont l'intensité diffère selon les situations dans la société socialiste. Elle ne disparaît pas jusqu'à la disparition des classes, c'est-à-dire jusqu'au communisme, mais elle peut prendre plus ou moins d'acuité, devenir secondaire ou principale en fonction des conditions intérieures ou extérieures. Après la liquidation des débris boukhariniens et trotskistes et l'élection des députés au suffrage universel, Staline considéra que la lutte des classes en Union Soviétique n'avait plus un caractère antagonique, sans cesser pour autant.
En 1929, par suite de l'aggravation des rapports de classe en URSS et dans les pays capitalistes, Staline insistait ainsi :


..."On n'a encore jamais vu dans l'histoire que des classes agonisantes aient quitté la scène de bon gré. On n'a encore jamais vu dans l'histoire que la bourgeoisie agonisante n'ait pas mis en oeuvre tout ce qui lui restait de force pour essayer de sauvegarder son existence. Que notre appareil soviétique de base soit bon ou mauvais, notre progression, notre offensive réduiront le nombre des éléments capitalistes et les évinceront; et les classes agonisantes, elles, résisteront envers et contre tout. Telle est la base sociale de l'aggravation de la lutte de classes. » [J. Staline - les questions du léninisme - de la déviation de droite dans le PC(b) de l'URSS]

...Cette position était dans tous les cas aux antipodes de la position révisionniste qui fut défendue ensuite au XXIIe congrès du PCUS par Khrouchtchev, selon qui la dictature du prolétariat n'était plus nécessaire en Union Soviétique, où l'Etat serait devenu un "Etat du peuple tout entier" et le parti communiste un "parti du peuple tout entier'' . Il proclamait alors l'entrée de l'Union soviétique dans la phase de l'édification en grand de la société communiste. "...nous construirons la société communiste pour l'essentiel en 20 ans" . [Rapport sur le programme présenté par Khrouchtchev au XXIIe Congrès du PCUS]. Dans ce cas l'Etat aurait cessé de constituer un instrument de domination dune classe sur une autre et aurait perdu sa raison d'être. De toute évidence la contre-révolution khrouchtchévienne et la restauration du capitalisme qui s'en est suivie en URSS prouve que l'observation de Lénine et de Staline était fondée.

Lors des 8èmes rencontres internationalistes 2017 de Vénissieux, Tatiana Desiatova représentante du KPFR, critiqua dans ses réponses aux questions du public l'abandon par Khrouchtchev de la dictature du prolétariat et la négation de la lutte des classes. « Quand on oublie des concepts comme la dictature du prolétariat dans l'histoire de mon pays malheureusement cela a joué un rôle destructeur après la mort de Staline. Khrouchtchev a commencé à renoncer à la dictature du prolétariat, à nier le concept de lutte des classes » . [25'45 de l'enregistrement]
...
Lors des 8èmes rencontres internationalistes de Vénissieux, le représentant du PCC Youping Cui, fit cette réponse à propos de la lutte des classes dans la société socialiste :
« En 1978 nous avons déjà abandonné l’idée erronée qui considère la lutte des classes comme la contradiction principale. Nous avons concentré nos efforts sur l’édification économique parce que nous pensons que seules des forces productives développées permettent de dépasser ou de démontrer la supériorité du système socialiste. Et dans le rapport du 19e congrès on dit que la contradiction principale s’est transformée pour devenir la contradiction entre les aspirations de la population pour une vie meilleure et le développement déséquilibré et insuffisant.

Mais cela ne signifie pas que la lutte des classes a déjà disparu. En raison de la situation intérieure et extérieure la lutte des classes en Chine existe dans certains champs ou dans certains domaines parce que sur le plan international il existe l’impérialisme et aussi l’hégémonie et à l’intérieur du pays il y a aussi beaucoup de contradictions.

Donc la lutte des classes peut se manifester de temps en temps. Mais nous pensons que grâce au développement des forces productives ce genre de contradictions va être réglé. »
[15’50 de l’enregistrement]


[extraits de "Contrairement à une idée répandue, le soleil brille aussi la nuit - VIII l'antagonisme dans la contradiction"]

__________________________


L’opinion consistant à nier la lutte des classes est un frère jumeaux du nihilisme historique


DANIELLE BLEITRACH 13 DÉCEMBRE 2020
Toujours selon l’historien dont Baran nous a traduit d’autres textes, voici une attaque encore plus directe contre la faction du parti communiste qui a prétendu installer le libéralisme en Chine. (traduction de Baran)

Espoir à l’est Source: Wuyouzhixiang.com Compte officiel WeChat 20/02/2016Pour le site Web original, veuillez consulter ici .

Article arguing that denying class struggle and historical nihilism are identical twins « History, Ethics and Faith in China (wordpress.com)

Le bon sens du marxisme nous dit que l’opposition des intérêts matériels est la racine de la lutte des classes. Dans une société basée sur la propriété privée des moyens de production, la classe exploiteuse utilise les moyens de production qu’elle possède pour occuper le surplus de travail de la classe exploitée, et mettre la classe exploitée en position d’être exploitée et opprimée, voire mener une vie d’extrême pauvreté; Afin de maintenir leur statut économique, la classe exploiteuse doit également occuper une position dominante dans la gouvernance socialisme et imposer la gouvernance socialisme et l’oppression aux classes exploitées. Ce n’est qu’en combattant que la classe exploitée peut améliorer son statut économique et son statut de gouvernance et se libérer. Le rôle de la lutte des classes dans la promotion du développement social se manifeste le plus clairement dans le processus de transformation sociale. Les rapports de production doivent être adaptés à la nature de la productivité et la superstructure doit être adaptée à la loi du développement économique. C’est la loi universelle du développement de la société humaine.

Ces lois ne peuvent pas être réalisées spontanément, elles ne peuvent être réalisées que par les activités humaines, et uniquement par la lutte de classe dans une société de classe. C’est-à-dire que dans une société de classe, lorsque les rapports de production entravent le développement des forces productives et que la superstructure entrave la transformation du fondement économique, cela conduira inévitablement à un aiguisement de la lutte de classe entre la classe révolutionnaire et la classe dirigeante réactionnaire.

Le printemps socialisme est le but de socialisme gouvernant la révolution, et une fois que la révolution gouvernante socialisme aura réussi, se réalisera le remplacement de la forme sociale, poussant la société humaine d’une forme sociale inférieure à une forme supérieure.

Deuxièmement, le rôle de la lutte des classes dans la promotion du développement social se reflète également dans le changement quantitatif de la même forme sociale. Dans une société de classe basée sur la propriété privée des moyens de production, la classe exploiteuse, de par sa sa nature, exploite et opprime toujours cruellement les masses ouvrières, s’emparant gratuitement de leur surplus de travail et envahissant parfois même leur travail nécessaire pour exploiter les masses ouvrières. Sans vie, la reproduction sociale ne se déroulera pas normalement. Dans de telles circonstances, ce n’est que lorsque la classe exploitée résiste qu’elle peut forcer la classe exploiteuse à restreindre son désir d’exploitation, assurer le progrès normal de la reproduction sociale et promouvoir le développement de la société à des degrés divers.

Le parti communiste a été créé pour diriger la classe ouvrière dans la lutte contre la bourgeoisie. Avant la victoire de la révolution, il dirige la classe ouvrière dans la lutte pour s’emparer du printemps socialisme. Après avoir capturé le printemps socialisme, il continue à diriger la classe ouvrière dans la lutte contre la bourgeoisie, il empêche la restauration du capitalisme et construit le socialisme jusqu’à la réalisation du communisme. Ce n’est que lorsque le communisme sera réalisé que la lutte des classes cessera. Une fois la lutte des classes terminée, le communisme n’a plus besoin de continuer à exister. Par conséquent, la lutte des classes est également la base objective de l’existence du communisme.

Puisque la base de la division de classe est la suivante: différents groupes de personnes «ont des positions différentes dans une certaine structure socio-économique, et un groupe peut s’emparer du travail d’un autre groupe». Ainsi, la situation des classes sociales aujourd’hui est fondamentalement la même que celle des classes avant 1949. Par conséquent, nier la lutte de classe et de classe d’aujourd’hui, c’est aussi nier la lutte de classe et de classe d’hier. Nier l’objectivité de la lutte de classe et de classe d’aujourd’hui, c’est nier l’objectivité de la lutte de classe et des classe d’hier.

Cela montre que le déni de la lutte de classe et de classe dans la société réelle est une faute grave. Plus précisément, ses erreurs se manifestent sous les aspects suivants:

Premièrement, le point de vue qui nie la lutte des classes est un frère jumeau du nihilisme historique et il est plus nuisible que le nihilisme historique. Il nie la conformité historique du communisme et la conformité réaliste du communisme. Parce qu’il provient directement de hauts personnages respectés il est encore plus trompeur et nuisible.

Deuxièmement, non seulement cela viole fondamentalement la théorie de base de la pensée marxiste-léniniste Mao Zedong, et provoque des erreurs et des défauts majeurs dans la théorie et l’idéologie directrice de Deng, mais viole aussi gravement la réalité objective.

Troisièmement, cette théorie fournit une justification et une justification à ceux qui tentent d’abolir le communisme et de renverser la direction du communisme. Pour cette raison, au cours des 30 dernières années, des personnes ayant des arrière-pensées en Chine ont appelé à la démission du dirigeant communiste. Ces dernières années, certains fonctionnaires sont venus dans la salle pour demander officiellement au gouvernement de parti et socialisme. Par exemple, quelqu’un a ouvertement proposé une motion de réforme telle que «une personne, une voix, plusieurs voix». La prémisse est qu’il n’y a pas de lutte de classe. Le déni de la lutte des classes a imprégné tous les aspects de la vie sociale: par exemple, certains médias, drames cinématographiques et télévisés et ouvrages littéraires ne reconnaissent que la lutte entre le Kuomintang et le Parti communiste, mais pas la lutte des classes. Cela nie essentiellement la compatibilité de la prise armée par le Parti communiste chinois du printemps de socialisme hier et de la détention à long terme de socialisme aujourd’hui.

Quatrièmement, créer une grave confusion idéologique parmi le peuple, mettre en danger la direction du parti, la consolidation du système socialiste et la réalisation du rêve chinois. Certaines masses inconnues ont été induites en erreur, ébranlant ainsi leur foi dans la direction du parti, ce qui a entraîné la propagation de l’opinion publique refusant la direction du parti.

Cinquièmement, mettre gravement en danger la construction et le développement sain du parti. La raison pour laquelle le problème de la corruption est devenu de plus en plus sérieux au cours des 30 dernières années, et il est difficile d’y revenir, est étroitement liée au déni de la position dominante de la lutte des classes. Dans un environnement social qui ne parle pas de lutte de classe, le grand nombre de cadres ne peut résister à la corruption des idées bourgeoises et du style de vie bourgeois.

En bref, lorsque la lutte de classe existe objectivement dans la société, si le communisme ne reconnaît pas la lutte de classe et abandonne la lutte de classe, il abolira les arts martiaux et détruira son avenir, et il ruinera la cause du communisme socialiste. Le déni de la lutte de classe est un grand préjudice à la fois aux intérêts fondamentaux à long terme du parti et à la lutte actuelle à laquelle il fait face. Si ce problème reste longtemps sans solution, s’il se poursuit , le Parti et le socialisme tomberont en grave danger. Par conséquent, j’appelle vivement les hauts dirigeants du parti et le département théorique du parti à y attacher une grande importance, à organiser des recherches et des discussions sérieuses, à distinguer le bien du mal et à tirer des conclusions correctes au profit de la cause de parti et de la cause du socialisme.

https://youtu.be/QZleHdPxFyo

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2Page précédente 
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Chine : capitalisme ou socialisme ?  âpre tempête antilibérale après "la décision"Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum