Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  la crise du capitalisme 

 nouvelle crise financière mondiale

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédentePage suivante
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 04-04-2008 à 13:34:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La fed éponge les dettes



"Une récession est possible" aux Etats-Unis mais il est trop tôt pour dire si l'économie américaine en subira une, a estimé, mercredi 2 avril, le président de la Fed, Ben Bernanke, lors d'une séance de questions-réponses à l'issue d'un discours au Congrès. "Le produit intérieur brut ne va pas croître beaucoup, si tant est qu'il croisse, au cours du premier semestre de 2008, et il pourrait même se contracter légèrement" , a-t-il dit devant le Congrès. Bernanke a souligné que les prévisions à court terme s'étaient affaiblies par rapport à ce qu'elles étaient encore fin janvier. La banque centrale américaine tablait alors sur une croissance de 1,3 % à 2 % cette année.
Bernanke s’est également justifié de l’intervention de la Fed en faveur de la banque Bear Stearns, qu'elle a sauvée de la banqueroute en organisant son rachat par sa consœur JP Morgan à la mi-mars . "Normalement, le marché décide quelles entreprises survivent et quelles autres échouent" , mais "les problèmes posés dans ce cas allaient bien au-delà du sort d'une entreprise" , a-t-il affirmé, ajoutant qu’une faillite de Bear Stearns n'aurait pas pesé seulement sur le système financier "mais aurait été ressentie largement dans l'économie" , avec des conséquences "imprévisibles mais sans doute sévères" pour le fonctionnement des marchés et l'ensemble de l'économie.
La Banque centrale américaine a notamment accepté de financer l'opération en fournissant 30 milliards de dollars (19,3 milliards d'euros) de liquidités à JP Morgan, en échange de titres fournis Bear Stearns. Les pertes qui pourraient être générées par ces titres seront assumées jusqu'au premier milliard par JP Morgan, la Fed acceptant l'intégralité du risque au-delà. A l'inverse, elle empochera également d'éventuels bénéfices. La Fed n'a pas non plus tiqué devant une modalité des plus originales de ce sauvetage : l'opération s'effectuera par la vente d'une bloc d'actions donnant droit à 39,5 % du capital, sans que les actionnaires n'aient été consultés.
Bref, la Fed efface l’ardoise de Bear Stearns. En d’autres termes le libéralisme voire l’ ultra libéralisme n’ont pas cours aux USA. C’est une illustration exacte du capitalisme monopoliste d’Etat, où l'Etat capitaliste est entièrement au service des grands monopoles et du capital financier.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 22-04-2008 à 18:42:01   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

la banque d'Angleterre blanchit 63 milliards


Plusieurs Banques centrales occidentales ont injecté de nouvelles liquidités pour "détendre le marché du crédit", en clair, blanchir l'argent des crédits de surexploitation ou "crédits à risques".

A la demande du gouvernement britannique, la Bank of England a lancé aujourd'hui un plan de sauvetage historique de 63 milliards d'euros , tandis que la Nothern Rock deuxième banque britannique (sauvée in-extrémis par une nationalisation) se trouve en quasi faillite, et que la Banque of Scotland, également en difficulté, s'apprête à lancer une augmentation de capital record de 12 à 15 milliards d'euros.

Sur le continent, la Banque centrale européene a lancé un nouvel appel d'offres de 9,5 milliards d'euros. La BCE avait déjà mis, le 8 avril, 15 milliards de liquidités à la disposition des établissements de crédit.

La Banque nationale suisse, quant à elle, a procédé aussi à une nouvelle injection de liquidités dans le système bancaire pour un montant de 3,8 milliards d'euros.

La crise financière s'étend donc à l'Europe, comme on pouvait s'en douter. Dans le même temps la crise économique se confirme aux USA.

Les experts financiers ne tiennent pas à annoncer cette crise afin d'éviter une panique en Bourse.
Cependant, malgré les acclamations qui accompagnent chaque mesure de sauvetage des banques, la situation des masses continue de se dégrader dans les pays riches et la consommatio diminue.

Des groupes industriels ont intégré dans le calcul des profits le remboursement des dettes au titre de l'investissement. cela conduit naturellement à diminuer l'investissement.

Dans les pays pauvres, la crise économique mondiale s'accompagne d'une hausse très importante du prix des produits de première nécessité, due à une mauvaise conjoncture agricole, ajoutée à l'utilisation des bio carburants et pire encore à la spéculation sur les produits alimentaires !

La crise financière et économique mondiale est un élément essentiel pour expliquer l'attitude de la bourgeoisie et des différents impérialismes, en particulier leur attitude envers le Tiers Monde et les pays émergents.
Les contradictions entre les pays impérialistes et le Tiers Monde s'accentuent.
Les émeutes fomentées par le Dalaï Lama au Tibet en sont un exemple.
Les contradictions entre les pays impérialistes ne manqueront pas de s'aiguiser également.
Il est important d'examiner les alliances qui vont se nouer, les antagonismes qui vont se creuser et les conflits qui en naîtront.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 25-06-2008 à 22:15:03   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

le ministre algérien a mis en cause la crise des subprimes dans la hausse des cours du pétrole :


OPEP : la crise des subprimes, une des causes de la cherté du pétrole


ALGER, 24 juin (Xinhua) -- Le ministre algérien de l'Energie et des Mines, Chakib Khelil, qui assure la présidence de l'OPEP, a indiqué mardi à Bruxelles que la crise des subprimes était l'une des causes essentielles entraînant la flambée des cours du pétrole, a rapporté l'Agence de presse algérienne APS.
Selon M. Khelil, qui est à Bruxelles pour participer à la réunion annuelle OPEP-UE, la disponibilité en 2008 du pétrole brut sur le marché international est meilleure qu'en 2007, mais on a connu un retournement de conjoncture à partir du second semestre, suite à l'apparition des effets néfastes de la crise des " subprimes" aux Etats-Unis, et consécutivement, à la baisse de la valeur du dollar.
Pendant les sept premiers mois de 2007, les prix étaient relativement stables et à partir de septembre, avec l'apparition des effets de la crise des subprimes, le cycle volatil des hausses des prix du brut s'est enclenché, a fait remarquer M. Khelil à l'APS.
Cette crise financière aux Etats-Unis a non seulement provoqué la chute du dollar, mais aussi incité les fonds d'investissements et autres spéculateurs à rechercher des placements plus rentables à court et long termes comme celui des hydrocarbures, a-t-il estimé.
Selon M. Khelil, les facteurs qui ont poussé les prix du pétrole à la hausse comprennent aussi les tensions géopolitiques, notamment les menaces d'intervention militaire contre l'Iran, grand producteur de pétrole, la baisse de la production des pays hors-OPEP, les crises dans différentes régions sensibles du monde, et les goulots d'étranglement du secteur du raffinage.
L'absence de baisse des cours mondiaux suite à l'accroissement de la production de l'Arabie Saoudite, et l'annonce par ce pays de sa disponibilité à fournir une offre supplémentaire pour répondre à toute demande qui s'exprimerait, est une illustration "par le négatif" que le niveau élevé et la volatilité des cours du brut ne sont pas le fait de l'OPEP, ni du niveau de l'offre qui est plus que suffisant, a souligné M. Khelil.
M. Khelil estime que les prix du pétrole "ne vont pas baisser" et l'OPEP "a déjà fait ce qu'elle peut faire" pour assurer l'approvisionnement.
Lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion OPEP-UE, il a déclaré que les prix du pétrole dépendrait également de l'évolution du dollar dans les prochains mois.
De son côte, le commissaire européen à l'énergie, Andris Piebalgs, a toutefois soutenu que le principal problème résidait dans l'insuffisance de l'offre, non pas dans la spéculation sur les marchés.
"Il n'y a pas de raison de conserver des plafonds de production ", a-t-il estimé.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 12-07-2008 à 18:46:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Fannie Mae et Freddic Mac mis sous tutelle ?

[11 juillet 2008 - 06h53 - Agence France-Presse]

L'administration Bush envisage de placer sous tutelle les deux géants américains du refinancement hypothécaire Fannie Mae (FNA) et Freddie Mac (FRE), très affaiblis par la crise des hypothèques risquées.
C'est ce que rapporte vendredi le New York Times, citant des sources proches du dossier.
Selon le schéma envisagé par le gouvernement, l'une de ces sociétés ou les deux pourraient être placées sous la tutelle de l'État américain, qui assumerait alors toutes les pertes enregistrées par Fannie Mae et Freddie Mac à compter de la prise de contrôle.
L'administration étudierait également le vote d'une loi exprimant de manière explicite la garantie de l'État aux deux établissements. Cette solution n'aurait néanmoins pas la faveur du gouvernement, car elle équivaudrait à doubler la taille de la dette publique des États-Unis, selon le quotidien.
Les mêmes sources ont indiqué au New York Times qu'aucune décision n'était imminente et ont affirmé que les deux établissements n'étaient pas en situation de crise.
Les deux sociétés sont des «GSE», (Government Sponsored Enterprises) qui ne sont pas liées formellement au gouvernement mais disposent d'une ligne de crédit garantie par ce dernier, qui les autorise à emprunter de l'argent sur le marché à des taux bien plus faibles qu'une banque ou d'autres organismes de crédit immobilier.

Fannie Mae et Freddie Mac ont pour mission de racheter aux banques leurs créances hypothécaires. Les banques dégagent ainsi des fonds propres qui leur permettent d'accorder de nouveaux prêts, contribuant à soutenir le marché immobilier dont une stabilisation est vitale pour relancer l'économie.
À fin de mai, leurs portefeuilles de prêts atteignaient au total 5200 G$, soit un tiers de la capitalisation de la Bourse de New York et plus d'un tiers du Produit intérieur brut américain.
Malgré le statut particulier des deux sociétés, qui les protège théoriquement de la faillite, les investisseurs s'en sont massivement détournés ces dernières semaines.
Le titre de Freddie Mac a encore perdu 22% à la clôture de la séance de jeudi, pour tomber à 8 $ US. Son recul atteint 40% sur la semaine et 75% sur l'année. Fannie Mae a pour sa part concédé 12,6%, à 13,20 $ US.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 09-09-2008 à 13:33:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

« Les Bourses mondiales soulagées par le sauvetage de Fannie et Freddie »

titre la dépêche de l’AFP du 08/09
Sauvetage, ou plutôt nationalisation de fait des deux géants américains du refinancement de crédits immobiliers.
Les petits porteurs sont les premiers à voir leurs économies fondre comme la neige, les actions étant tombées de 80 à 85%. Washington a en effet annoncé pouvoir investir jusqu'à 100 milliards de dollars dans l'achat d'actions des deux groupes, ce qui se traduirait par une très forte dilution des porteurs d'actions actuels. Par contre les détenteurs d'obligations émises par les deux groupes bénéficieront désormais de la garantie de l'Etat fédéral.

D’autre part le peuple américain sera la principale victime de cette mise sous tutelle. Fannie Mae et Freddie Mac, qui garantissent environ la moitié des 12.000 milliards de dollars de crédits immobiliers contractés aux États-Unis, ont perdu en tout 14 milliards de dollars sur les quatre derniers trimestres et sont endettés à hauteur de 1.600 milliards.
Le directeur de l'autorité qui les supervise, la Federal Housing Finance Agency, James Lockhart, et le secrétaire au Trésor, Henry Paulson, n’osent même pas imaginer le montant de la facture et avouent qu’ils ne peuvent toujours pas l’estimer.

Voilà qui éclaire la nature réelle d’une nationalisation capitaliste, au cœur du « temple du néolibéralisme ».

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 16-09-2008 à 00:47:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur le radeau de la crise : les cannibales


Après la dégringolade de Merryl Lynch rachetée par Bank of America et la déconfiture de Lehman Brothers, c’est AIG qui est clouée au pilori.

Les économistes bourgeois ont des sueurs froides, non seulement pour leurs dividendes mais pour le modèle économique et idéologique qu’ils ont cru définitivement triomphant après la chute de l’URSS révisionniste.

A son échelle, Bernard Tapie s’insurge que son nom soit devenu synonyme d’escroc, après avoir été adulé et présenté comme le modèle du gagnant durant le gouvernement « de gauche ».

A présent, la FED invite les survivants cannibaliser les plus faibles.
"On est revenu au capitalisme le plus pur: la survie des plus forts." , explique Justin Urquhart Stewart, directeur de l'investissement de 7 Investment Management à Londres.
Greenspan a laissé entendre qu'il y aurait d'autres vénérables institutions financières transformées en casse-croûte : étant donné "le degré jamais connu d'interconnexion à l'échelle internationale" , la stabilisation des marchés exigera de passer par "une série d'événements dans le monde entier" .

Bref, la concentration inégalée du capitalisme financier à l’échelle mondiale.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 17-09-2008 à 00:31:29   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le taux de profit maximum


Jamais, dans l'histoire financière, deux institutions majeures n'ont disparu simultanément six mois après une troisième.
En juillet 1931, la Danat Bank (Darmstädter und Nationalbank) et la Dresdner Bank, se déclarent en faillite. L'Etat allemand prend le contrôle du secteur bancaire : à la fin de la crise il détient 91% de la Dresdner Bank (résultat de la fusion avec la Danat Bank) 50% de Commerzbank et 35% de Deutsche Bank.
Suite à cette crise les Etats-Unis avaient protégé les activités des banques d'affaires avec le Glass-Steagall Act de 1933. Assouplies à la fin des années 70, ces règles avaient été abolies en 1999.

Le 11 juillet Indymac, l'un des plus gros prêteurs hypothécaires américains, passait sous la tutelle de la fed. En un an son action était tombée de 28 dollars à 28 cents.
Puis la fed nationalise les deux piliers du refinancement Fannie Mae et Freddie Mac. Elles garantissaient 5.200 milliards de dollars de prêts immobiliers, soit environ 40 % de l'encours de crédit hypothécaire des Etats-Unis.
Preuve est faite que M. Paulson ne laissera pas couler le système financier et maîtrise la situation…aux frais du peuple américain et pour la bagatelle d’une dizaine de milliards de dollars.

La bourse remonte ! Tous les canards boiteux de la finance rêvent de se refaire en enfilant les haillons du poulbot par-dessus leur costume trois-pièces.
Devant cette cour des miracles, la fed se ressaisit et jure ses grands dieux qu’on ne l’y reprendra plus et que ceux qui ont fauté doivent être punis selon la loi intangible du marché.
Dans la foulée Paulson encourage la vampirisation de Merryll Lynch, première maison de courtage du monde, par la Bank of America, pour 50 millions de dollars.
Fin pitoyable de la vénérable Lehman Brothers.

Bravo ! Les docteurs en économie applaudissent le retour salutaire à la morale économique. Les bourses plongent derechef.
Tout ce beau monde lorgne désormais le prochain sur la liste, l’assureur AIG.
La fed envoie pour la nième fois une rallonge aux financiers : 50 milliards de dollars pour calmer les esprits…C’est bien, sage décision selon les experts économistes bourgeois.

Chacun aura compris qu’il n’y a pas plus de morale que de beurre en branche, et que les décisions désordonnées et contradictoires de l’administration américaine relèvent davantage de la noyade que du 100 mètres papillon.

Mais en Europe, La ministre Lagarde jure ses grands dieux que les effets de la crise seront minimes... pour se contredire quelques heures plus tard :

La première banque française BNP Paribas a déjà fait ouvertement son deuil de 70 millions d’euros de crédits non garantis à Lehman Brothers. On se souvient que BNP avait déclenché le feu d’artifice en 2007, en retirant quelques billes plombées du marché boursier…

Dexia annonce environ 500 millions d’euros d’obligations à long terme non garanties chez Lehman Brothers, avec des dégâts collatéraux probables de 1,5 milliards d’euros sous forme de conventions de cession rétrocession (échanges, pour une durée déterminée, de liquidités
contre des titres financiers) et un petit trou de 282 millions d’euros en transaction de prêt de bilan (« negative trade basis » notée AAA. Ahhh, sale temps pour Dexia.

Au Crédit Agricole comme à la Société Générale, tout va bien car les chiffres ne sont pas annoncés.
Un distingué analyste financier expliquait à propos de la Société Générale que « Sur certains marchés réglementés, comme les marchés de dérivés, les chambres de compensation procèdent régulièrement à des appels de marge en demandant aux intervenants de couvrir leurs pertes potentielles. Jusqu’à vendredi dernier, Lehman couvrait ses appels de marge, mais il va falloir suivre désormais l’évolution de ses positions et celle des dépôts de garantie qui y sont liées. » On suivra donc avec attention cette évolution en forme de chute libre sans parachute…au cas où les règles de la pesanteur et les lois de la faillite seraient contrariées.

Enfin Natixis a rassuré tout le monde en précisant mardi matin ne pas avoir d'exposition sous forme de dépôts ou de prêts interbancaires, sauf un risque net sur la signature Lehman de 21 millions d'euros, une exposition en "mark to market" de 34 millions d'euros et des opérations de prêts-emprunts de titres pour un montant nominal de 267 millions d'euros. Tout va bien pour Natixis.

Comme « les animaux malades de la peste », chacun vient confesser ses écarts de conduite, mais de fait aucun n’a échappé au SIDA des crédits à risque. C’est un secret de Polichinelle qui conduit tous les organismes de crédit à se regarder en chiens de faïence, sachant pertinemment que chacun d’entre eux a son cadavre dans le placard.

La simple raison en est simple : en se tenant à l’écart de ces surbénéfices ils se seraient mis inévitablement hors jeu, puisque la loi fondamentale du capitalisme monopoliste est la recherche du taux de profit maximum.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 20-09-2008 à 00:44:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Bilan provisoire :

AIG est nationalisée, les banques centrales occidentales ont promis de se "cotiser" pour calmer le jeu, et les pertes estimées jusqu'à 1000 milliards de dollars par le sénateur républicain Richard Shelby pour l'ensemble des titres invendables seront épongée par le peuple américain.

L'administration américaine envisagerait de rééditer ce qui avait été fait dans les années 80, après l'effondrement de centaines de caisses d'épargne. Une structure, baptisée Resolution Trust Corporation, avait alors été mise en place pour reprendre les actifs des banques faillies.
Cependant, le déficit budgétaire n'a cessé de se creuser depuis huit ans, jusqu'à un trou de 407 milliards de dollars attendu pour 2008 par le Bureau budgétaire du Congrès.


La presse titre :
"Wall Street finit en fanfare une semaine pleine de rebondissements"
"Les Bourses applaudissent Washington"

Mais si quelque chose est susceptible de changer dans les mois à venir, c'est la situation hégémonique de la finance américaine.
A présent qu’il s’agit de payer les pots cassés, évidemment aucun pays ne veut renflouer les affairistes américains.
Le secrétaire au Trésor Henry Paulson a décidé de demander à ses « collègues à travers le monde de concevoir des programmes similaires pour leurs banques et leurs institutions quand c’est opportun ».
Mais quelques failles apparaissent entre les pays impérialistes. Samedi 20 septembre, Angela Merkel a accusé les Etats-Unis et la Grande-Bretagne d'avoir entravé les efforts de son pays les six premiers mois de 2007 pour apporter plus de transparence au marché financier.


Certains économistes bourgeois annoncent la fin du néo libéralisme. En fait « libéralisme » et « dirigisme » sont deux faces du système capitaliste, où les liens du capital et de l’administration d’Etat sont quasi familiaux.
De fait, l’administration Bush ne s’embarrasse pas de principes « libéraux » : quand il s’agit de récupérer les fruits pourris de la spéculation, elle nationalise d’un côté et jette aux chiens les restes les plus avariés.

Les nationalisations effectuées dans le cadre du capitalisme servent essentiellement à faire éponger les dettes des affairistes par le peuple. La crise de 1929 en est un exemple mais il y en a eu de nombreux autres depuis.
La nationalisation des banques sous Mitterrand a permis de concentrer davantage les monopoles financiers sans rien changer à la nature de l’Etat.
Les nationalisations réalisées par l’administration Bush s’accompagnent d’une concentration inégalée des monopoles financiers, en particulier dans les mains de la Bank of America, de Freddy Mac et Fanny Mae et de l’assureur AIG.

Face à la débandade retentissante de l’escroquerie du siècle, le parti révisionniste oppose le capitalisme industriel au capitalisme financier et propose de : « réduire la place de la finance » et « limiter les mouvements de capitaux » !
L’Humanité se fait même l’écho d’une pétition en faveur de ce cet objectif.
On reste pantois devant un programme aussi ridiculement pusillanime et naïvement enfantin, cosigné par d’éminents économistes. La solution aux crises économiques et à l’appropriation des richesses par les golden boys serait donc de revenir au capitalisme primitif.
En réalité l’absurdité d’un tel programme masque difficilement la démagogie qui le sous tend.

Lénine expliquait déjà – en 1920 ! – dans « l’impérialisme stade suprême du capitalisme », que la domination du capital financier sur le capital commercial et industriel n’est pas une préférence ou un choix délibéré des capitalistes et de leurs politiciens, mais l’aboutissement logique et inévitable du système capitaliste.
De même il observait la transformation progressive des pays colonisateurs en états rentiers vivant des dividendes du labeur d’autres nations.
Il s’opposait ainsi à ceux qui prétendaient pouvoir réformer le capitalisme ou rêvaient d’une forme adoucie de ce système.
S’agissant d’un parti autrefois communiste, la reprise des thèses de Kautsky et consorts n’a absolument rien d’innocent.


Edité le 21-09-2008 à 20:51:03 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 14-10-2008 à 00:00:49   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Plus fort que Paulson


Avec Londres 380 milliards, Berlin 480 milliards, Paris 360 milliards, La Haye 200 milliards, Madrid et Vienne 100 milliards chacun, Lisbonne 20 milliards et Rome "autant que nécessaire" : l’Europe injecte un sédatif de 1 700 milliards d’euros pour calmer la « folie » des marchés...qui vont nettement mieux ce matin.
Comme un seul homme, tous les pays européens ont donc choisi la même solution : rembourser les escrocs.
Même Paulson en reste béat d’admiration, lui qui a eu tant de difficultés à faire avaler sa couleuvre de 700 milliards de dollars.
Pas de quoi s’affoler donc, ni de s’inquiéter désormais, on sait où trouver l’argent.

En France, Monsieur Luc Chatel nous en donne un petit aperçu en remettant le couvert sur le travail dominical.
Le même jour le JDD nous apprend – mais c’est pure coïncidence – que 67% des français aimeraient bien travailler le dimanche.
Voilà une première mesure pour gratter les 360 milliards de Sarkozy : exploiter jusqu’au trognon les employés de la grande distribution et vider le fonds des poches des salariés en les envoyant en villégiature dans les grandes surfaces.
Etonnamment la Bourse a fait un bond de 11 % à Paris, les affaires reprennent !

Il ne reste plus qu’à régler un détail : les mauvaises affaires des banques ont pour cause l’endettement des masses. Autrement dit le tonneau est toujours troué.
Jusqu’ici la crise s’est soldée par une concentration inégalée des banques et des entreprises.
Un grand nombre d’entre elles mettent leurs salariés en chômage technique jusqu’à début janvier…pour voir, et ont déjà calculé de tourner à mi-régime en 2009 avec les réductions d’effectifs à la clé. D’autres ferment leurs portes, se restructurent et ferment des sites. D’autres encore fusionnent.
Bien évidemment les rodomontades de Sarkozy envers les financiers n’ont qu’un but : faire oublier que l’économie « réelle » s’apprête à écraser la classe ouvrière dans un gant de fer.
Les « chevaliers d’industrie » eux aussi doivent rembourser les banques, et payer leurs propres actionnaires par-dessus le marché.
Bien avant la crise, les bénéfices escomptés devaient déjà intégrer le remboursement des investissements auprès des banques.
Tout cela se solde par l’augmentation de la productivité, c’est-à-dire une exploitation sans cesse accrue de la classe ouvrière et de l’ensemble des salariés, et un appauvrissement des masses au regard des richesses produites.
La quasi nationalisation de RBS, HBOS et Lloyds TSB en Grande Bretagne, les concentrations déjà en œuvre et celles à venir n’apportent aucune solution à cette contradiction.

Les conditions d’une grave crise économique sont donc créées.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 29-03-2009 à 00:01:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Dans le cadre de la préparation du G20, la Chine insiste pour la création d'une nouvelle monnaie internationale, où le dollar ne serait plus la seule monnaie internationale.
Le Brésil et la Russie ont soutenu cette initiative.


La Chine appelle à la restructuration complète du système financier

Le ministre chinois des Finances Xie Xuren a souligné mercredi l'importance de la réforme générale du système financier mondial pour diversifier les devises internationales, améliorer la réglementation et permettre aux pays en développement d'avoir une plus grande participation dans les décisions économiques.

La crise financière mondiale a révélé certains écueils du système financier actuel et a souligné l'urgence d'une action de révision efficace et à grande échelle, a affirmé Xie dans une déclaration sur le site web du ministère des finances mercredi soir.

Ses commentaires surviennent avant l'ouverture du sommet du groupe des 20 (G 20) qui doit se tenir à Londres la semaine prochaine. Lors de cette réunion, les dirigeants des 19 pays développés, avec notamment ceux de l'UE, et des pays en développement discuteront des solutions pour remédier à la crise.

Les mesures devraient être prises pour diversifier le système monétaire international et coordonner les politiques monétaires des différents pays pour maintenir la stabilité des taux de change des principales monnaies, a dit Xie.

Ses remarques surviennent après la proposition du gouverneur de la Banque centrale Zhou Xiaochuan concernant la création d'une monnaie de réserve internationale.

Lorsque la monnaie d'un pays est utilisée comme monnaie de réserve mondiale, il y a souvent des contradictions entre les objectifs de la politique monétaire de ce pays et les besoins des autres pays, a mentionné Zhou dans un article publié sur le site web de la Banque populaire de Chine.

Xie a dit que la réforme devrait en particulier renforcer la surveillance des politiques économiques et des marchés financiers des pays dont les devises sont les principales monnaies de réserve.

Il a également appelé à un meilleur suivi des flux mondiaux de capitaux et du règlement des institutions financières et les intermédiaires.

Par ailleurs, Xie a insisté que le calendrier des projets dans ce sens doit être mis en place dès que possible pour réformer le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale. Ainsi, les pays en développement auront une plus large participation dans ces institutions.

La Chine soutient les efforts du FMI et d'autres institutions financières internationales pour mobiliser des fonds plus importants, mais l'augmentation de la masse de financement doit trouver un bon équilibre entre les droits et les obligations, et être utilisée plus efficacement pour aider les pays en développement à faire face à la crise, a-t-il noté.

La gestion des institutions financières internationales devrait inclure une plus grande proportion de fonctionnaires des pays en développement, a dit Xie.

Il a appelé à avoir plus d'aide financière et technologique de la part des pays développés pour les régions frappées par la pauvreté afin d'atténuer l'impact qu'a eu la crise financière sur elles.

"La crise financière mondiale n'a pas encore atteint le point le plus bas... Elle a freiné l'économie mondiale et a fait plonger certains pays dans la récession, en lançant un grand défi à leur développement", a-t-il dit. "Les pays de la communauté internationale doivent se donner la main et augmenter leur confiance mutuelle pour faire face aux difficultés."


Source: le Quotidien du Peuple en ligne - Mise à jour 28.03.2009 13h02


Edité le 29-03-2009 à 23:27:44 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 29-03-2009 à 23:26:59   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Pour une monnaie internationale de réserve


Le Quotidien du Peuple a publié récemment - et en rapport avec la réunion du G20 - un article sur la proposition chinoise d'utiliser les Droits de Tirage Spéciaux comme monnaie internationale à la place du dollar :


Les Etats-Unis doivent résoudre le problème du dollar
Le président des Etats-Unis Barack Obama a rejeté la nécessité de remplacer le billet vert par une monnaie de réserve, mais les économistes ont déclaré le 25 mars qu'il devait adopter plus de mesures pour rétablir la confiance dans le dollar, en particulier à court terme.

Le président Obama a déclaré à une conférence de presse à la Maison Blanche mardi soir [24/03/09] (hier matin, heure de Beijing) que la confiance dans l'économie américaine et dans le dollar était "extrêmement forte", et qu'il ne croit pas en la nécessité d'introduire une monnaie de réserve mondiale.

Le discours d'Obama a été fait après que gouverneur de la Banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan a évoqué dans un article la nécessité de créer "une monnaie de réserve supra-souveraine" pour pouvoir restructurer le système monétaire international actuel qui utilise la monnaie d'une nation en tant que la monnaie de réserve mondiale.

Zhou Xiaochuan a suggéré que les droits de tirage spéciaux (DTS) du Fonds monétaire international (FMI), qui représentent un panier de monnaies internationales dont le dollar, l'euro, la livre sterling et le yen, a le potentiel de servir de monnaie supra-souveraine de réserve. Les DTS ont été utilisés comme des unités de compte entre les membres du FMI et d'autres organisations internationales depuis leur introduction en 1969.

Même avant les remarques de M.Zhou, un panel d'experts financiers de l'ONU avait déjà proposé d'abandonner le dollar en faveur d'un panier de devises, a indiqué Reuters. Cette suggestion a été suivie par la proposition de la Russie, affirmant qu'elle se prononcerait pour une nouvelle monnaie de réserve au sommet du G20 qui se tiendra à Londres le 2 avril prochain.

"Malgré tous ces discours sur la "confiance", les investisseurs sont toujours très préoccupés par leurs capitaux en dollars américains et leurs détentions des bons du Trésor des Etats-Unis, et ce, non seulement en Chine, mais aussi dans d'autres pays du monde", a déclaré Erh-Cheng Hwa, économiste en chef de la Banque des Communications qui est aussi un ancien économiste du FMI.

"La proposition de M.Zhou, tout comme celles des représentants des autres pays, mettrait le gouvernement américain sous une pression encore plus importante pour qu'il assume sa responsabilité et répare les dégâts qu'il a causés."

La monnaie américaine et les bons du Trésor des Etats-Unis représentent une grande partie des fonds de réserve des banques centrales du monde entier. Ces détentions sont estimées à 70% pour la Chine avec 1,95 milliards de dollars des réserves en devises américaines, qui sont investis dans des actifs libellés en dollars. C'est pourquoi une dépréciation du billet vert devrait influencer le bilant de la banque centrale.

Les Etats-Unis ont accumulé un important déficit budgétaire et un déficit extérieur pendant des années en stimulant la folie de la consommation grâce au statut du dollar qui était celui de la monnaie de réserve. Mais cela a aussi affaibli la monnaie américaine au cours de cette période.

Certains analystes estiment que le plan de renflouement massif de l'administration d'Obama avec un déficit budgétaire plus élevé est susceptible d'affaiblir davantage le dollar, et de générer l'inflation mondiale.

M.Hwa a déclaré que les propositions évoquées par Zhou Xiaochuan et d'autres spécialistes financiers pourraient contribuer à la tempête qui remodèlerait le système monétaire international à long terme. Mais cela pourrait prendre des années pour convaincre les entreprises privées d'utiliser les DTS pour le commerce international et l'attribution des prix. Par ailleurs, l'opposition de la part des Etats-Unis est un obstacle majeur.

"L'actuel système monétaire international est dépassé", a déclaré Wang Jianye, économiste en chef de la Banque chinoise des importations et des exportations, qui est aussi un ancien économiste du FMI. "Il ne reflète plus les changements profonds subis par le monde économique et par conséquent, il n'est plus viable."

M.Wang a dit que la problématique de l'article de Zhou était de "trouver des mécanismes appropriés" pour faire en sorte que les Etats-Unis prennent en compte l'effet global de leur politique monétaire à court terme et puissent contribuer au déplacement vers un nouveau système monétaire mondial qui conduirait à une croissance durable à long terme.

[Source: le Quotidien du Peuple en ligne]

NB : Le DTS est un instrument de réserve international créé par le FMI en 1969 pour compléter les réserves officielles existantes des pays membres. Les DTS sont alloués aux pays membres proportionnellement à leur quote-part au FMI. Le DTS sert aussi d'unité de compte au FMI et à certains autres organismes internationaux. Sa valeur est déterminée à partir d'un panier de monnaies.

On trouvera les détails techniques concernant le DTS sur le site du FMI :

http://www.imf.org/external/np/exr/facts/fre/sdrf.htm

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 10-04-2009 à 23:47:05   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

en marge du G20 :

La Chine en faveur d'une monnaie mondiale unique
PUBLIÉ LE 01/04/2009 À 16:01 | © 2009 XINHUA / CHINE INFORMATIONS

Au cours de la semaine écoulée, le vice-Premier ministre Wang Qishang, le gouverneur de la banque centrale Zhou Xiaochuan et le ministre des Finances Xie Xuren se sont prononcés pour une réforme du système financier international.

Pour Zhang Xiaoji, un chercheur du Centre de Recherche et de Développement auprès du Conseil des Affaires d'Etat (le gouvernement), les débats qu'induisent les déclarations des dirigeants chinois prouvent qu'à l'approche du sommet, les prises de position de la Chine ont un effet sensible.

Le vice-Premier ministre Wang Qishan s'est clairement prononcé pour que les pays en voie de développement soient mieux entendus quand il s'agira de savoir de quelle manière le système financier international doit être régi.

Sur le site de la banque centrale, Zhou Xiaochuan a publié trois commentaires en faveur de la création d'une monnaie mondiale, pour expliquer le haut taux d'épargne en Chine, et les raisons cachées de la crise financière.

Dans une interview accordée la semaine dernière à l'agence Xinhua, Le ministre des Finances Xie Xuren a réclamé une réforme de fond en comble du système financier mondial et une diversification des monnaies de réserve.

Pour Zhang Xiaoji, à constater les réactions qu'elles ont engendrées, toutes ces propositions se sont avérées "réussies et efficaces".

Le directeur général du Fonds Monétaire international, Dominique Strauss-Kahn a déclaré que la proposition chinoise de créer une nouvelle monnaie de réserve pour remplacer le dollar était "raisonnable".

Le président américain, Barack Obama, le secrétaire au Trésor, Timothy Geithner et le président de la réserve fédérale Ben Bernanke ont rapidement réagi aux articles du gouverneur de la banque centrale chinoise et fait savoir qu'il n'y avait pas besoin d'une nouvelle monnaie de réserve pour remplacer le dollar.

Selon les analystes, les commentaires chinois ont eu au moins le mérite de mettre le problème de la monnaie de réserve au premier plan.

"La proposition de la Chine de créer une super-monnaie de réserve peut ne pas être approuvée par l'ensemble des participants au sommet, mais il ne sera pas mauvais d'entendre l'idée discutée lors de cette réunion et cela peut servir de base aux réformes à venir" a déclaré à l'Agence Xinhua, Tao Wenzhao, un chercheur spécialiste des Etats-Unis à l'Académie chinoise des sciences sociales.

Le président chinois, Hu Jintao, a quitté Beijing mercredi pour Londres où il participera au sommet.

Avant de partir, il a appelé tous les pays à coordonner leurs actions pour stabiliser le marché financier international "le plus tôt possible", à varier leurs plans de relance économique et à lutter contre le protectionnisme commercial et financier. Il a aussi insisté pour l'adoption de ce qu'il a appelé " les réformes nécessaires" du système financier international.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 24-04-2009 à 20:51:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine alerte sur les répercussions de la crise dans le Tiers Monde :

La crise financière se transforme en une crise humaine et du développement (BM, FMI)

2009-04-24 22:30:15 cri

La crise financière mondiale, la plus grave depuis la Grande dépression des années 1930, se transforme rapidement en une crise humaine et du développement, a mis en garde un rapport du FMI et de la Banque mondiale publié vendredi.

La crise tire son origine dans le monde développé, mais s'est rapidement et inexorablement propagée au monde en voie de développement, n'épargnant aucun pays, a indiqué le Rapport 2009 de surveillance mondiale : une urgence pour le développement.

La crise met en péril la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et crée une urgence pour le développement car les pays pauvres sont spécialement vulnérables et ils "manquent de ressources à répondre avec des actions améliorées".

Il est peu probable que les OMD soient atteints d'ici 2015, y compris ceux liés à la famine, la mortalité infantile et maternelle, l'éducation et les progrès dans la lutte contre le VIH/ Sida, le paludisme et les autres majeures maladies, a mis en garde le rapport.

Il est également indiqué que, bien que le premier objectif de réduire de moitié la pauvreté d'ici 2015 par rapport à son niveau de 1990 soit toujours possible selon les projections actuelles, les risques abondent.

Les nouvelles estimations montrent que plus de la moitié de tous les pays en voie de développement pourrait enregistrer une augmentation du nombre de personnes très pauvres en 2009.

Cette proportion pourrait être encore plus élevée parmi les pays à bas-revenu et les pays d'Afrique sub-saharienne, soit deux tiers et trois quarts respectivement.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 24-05-2009 à 20:24:38   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

article paru sur voltairenet.org
http://www.voltairenet.org/article160222.html



La Chine commence à s’écarter du dollar




L’accord monétaire tacite entre Washington et Pékin est désormais rompu. Au cours des dernières années, la banque Goldman Sachs avait joué les bons offices pour convaincre le gouvernement US d’accepter la sous-évaluation du yuan, et pour convaincre en échange le gouvernement chinois d’investir en bons du Trésor US. Dés le début de la crise économique aux États-Unis, le directeur de Goldman Sachs, Henry Paulson, avait été nommé par le président Bush secrétaire au Trésor avec toute latitude pour maintenir cet accord. Plus récemment, le président Obama a nommé le lobbyiste pro-Chinois Gary Locke secrétaire au Commerce afin de poursuivre coûte que coûte cette coopération. Pourtant :

- en janvier la Chine a interrompu ses achats de bons du Trésor US, puis les a finalement repris mais en bien plus petite quantité, fin mars, en échange du renoncement de Washington à porter la question de la sous-évaluation du yuan dans les instances internationales.

- en mars, le Premier ministre et le gouverneur de la Banque centrale chinoise, Zhou Xiaochuan, plaident publiquement pour que le dollar ne soit plus la monnaie de réserve et que ce rôle échoit à une monnaie non-nationale émise par une institution internationale.

- le 2 avril, lors du G20, les États-Unis et la Chine mettent en place un mécanisme de concertation en matière d’économie et de politique étrangère. Loin de relancer l’accord tacite entre les deux capitale, cette initiative a plutôt donné l’impression de la recherche d’une séparation à l’amiable.

- en avril, les autorités chinoises annoncent que, du fait de la crise aux États-Unis, les échanges sino-américains ont baissé de 6,8 % en un an, tandis que les investissements US en Chine ont chuté de 19,4 %.

- le 24 avril, la Banque centrale chinoise indique avoir quasi-doublé ses réserves en or. Elle détient 1 054 tonnes du précieux métal, ce qui la place au 5e rang mondial en la matière, tandis que ses réserves en devises s’élèvent à 1 946 milliards de dollars, ce qui la place au 1er rang mondial. Sur ces liquidités, —dont la part exacte en dollar n’est pas connue —elle transforme 95 milliards de dollars en monnaies diverses lors d’échanges avec des partenaires variés (Belarus, Malaisie, Argentine…).

- le 26 avril, la délégation chinoise à la conférence annuelle du FMI et de la Banque mondiale intervient avec insistance pour accélérer le processus de réforme de ces institutions et limiter le droit de vote des USA au profit des pays émergents.

- le 13 mai, des parlementaires US, soutenus par des syndicats, accusent la Chine de manipuler ses taux de change. Ils déposent une proposition de loi visant à modifier d’autorité le taux de change du dollar avec le yuan. Bien que le secrétaire au Trésor ait désapprouvé leur démarche, leur initiative apparaît comme une menace de l’administration Obama à l’égard de Pékin.

- le 18 mai, la Chine et le Brésil déclarent renoncer au dollar pour leurs échanges bilatéraux. Pékin est devenu le premier partenaire commercial de Brasilia, avant Washington.

Les autorités chinoises se sont dotées d’une stratégie à long terme visant à développer le système bancaire national, à accroître le marché obligataire intérieur et, en définitive, à libéraliser les échanges monétaires. Elles espèrent faire de Shanghai l’une des plus importantes places boursières mondiales à l’horizon 2020 et estiment qu’en 2030 l’économie chinoise aura dépassé celle des États-Unis.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 30-05-2009 à 00:13:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le Quotidien du Peuple publie le 29 mai cet article émanant de deux chercheurs de Singapour sur les risques de dépréciation du dollar et ses conséquences.

La Chine peut-elle réduire les risques liés à ses réserves de change?



La Réserve fédérale américaine a annoncé en mars l'achat de 300 milliards de dollars d'obligations à long terme et de 850 milliards de dollars d'obligations institutionnelles dans les six mois qui suivent. La nouvelle a rapidement suscité des inquiétudes concernant les risques d'inflation à moyen et à long terme et des spéculations sur la dépréciation du dollar américain dans le monde entier, en particulier en Chine, qui possède 2 milliards de dollars de réserves de change.

Le gouvernement américain pourrait très probablement transmettre ses lourdes dettes à tous les pays détenant les réserves en dollars américains par le biais de la dépréciation de la monnaie grâce au rôle central dont jouit le dollar dans le système monétaire mondial. Certains responsables américains et les économistes soutiennent la position que la Chine et certains autres pays devraient être responsables de la crise financière desEtats-Unis en raison de leurs réserves excessives.

Mais la Chine et d'autres pays ne pensent pas de cette façon. Actuellement, ces réserves en devises étrangères représentent près de 5 trillions de dollars, avec la plupart de fonds concentrés en Asie orientale. Les pays de l'Asie orientale augmentaient leurs réserves de change depuis 1990, notamment après la crise financière asiatique de 1997 pour parer des attaques spéculatives sur les monnaies souveraines. Cette accumulation de réserves en devises étrangères est également une conséquence de la carence actuelle du système monétaire international où lesEtats-Unis ne rencontrent pas de pression de la balance commerciale en raison du statut particulier du dollar américain et des tendances à la consommation excessive à la fois du gouvernement et des particuliers.

Dans le cas où le dollar sera dévalué considérablement, ce qui est va à son tour conduire à la dépréciation de l'euro, de la livre sterling, du yen et du dollar, que devraient faire les détenteurs de grandes réserves de change pour que leurs réserves soient sauvegardées?

Zhou Xiaochuan, gouverneur de la Banque populaire de Chine, propose d'établir une monnaie de réserve supra-souveraine sur la base des droits de tirage spéciaux (DTS) dans son article "Réflexions sur la réforme du système monétaire international», qui a été publié une semaine avant le sommet du G20 à Londres. Sa proposition de remplacer le dollar américain avec les DTS a obtenu le soutien de pays de la BRIC, comme le Brésil et la Russie. Toutefois, l'idée a été immédiatement rejetée par le président américain Barack Obama. Par ailleurs, le secrétaire au Trésor desEtats-Unis Tim Geithner et le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke ont affirmé que le dollar américain restera solide et ont rejeté la proposition de créer une "monnaie de réserve supra-souveraine". La position desEtats-Unis a été soutenue par l'Union européenne et d'autres pays développés.

Pour qu'il y ait un consensus sur la mise en place d'une monnaie de réserve supra-souveraine entre les grandes puissances mondiales il faut fournir beaucoup d'efforts, et l'histoire montre qu'il est extrêmement difficile de réaliser toute action collective dans ce domaine. Les DTS actuels sont évalués selon quatre types de monnaies. Toute adjonction à cette liste nécessite un respect strict des critères de sélection.Etant donné que le yuan chinois n'a pas été pleinement convertible jusqu'à présent, quelles seraient les innovations institutionnelles nécessaires pour que le yuan chinois soit accepté par les autres pays? Comment la Chine doit négocier avec le FMI? Ou, comme l'a suggéré Joseph Stigliz, un lauréat du prix Nobel, la nouvelle organisation, devrait-elle être mise en place pour la supervision de la monnaie internationale?

La Chine et d'autres pays avec d'énormes réserves de change sont plus soucieux de trouver des moyens de réduire les risques de dévalorisation de leurs réserves plutôt que de remplacer le dollar américain par une monnaie de réserve supra-souveraine, ce qui est beaucoup plus complexe.

Il y a d'autres options plus pratiques pour réduire les risques de dévalorisation des réserves de change. Tout d'abord, le G2, le mécanisme de dialogue sino-américain, qui peut être utilisé pour atteindre cet objectif. En fait le G2, ou une organisation similaire a été initialement proposé par les groupes de réflexion démocratiques américains avant l'investiture du président Obama, et la première visite de la secrétaire d'État Hillary Clinton en Asie était considérée comme la première étape vers le G2. Néanmoins, le rôle de la Chine dans le G2, dans le contexte mentionné plus haut ne se réfère pas à un statut d'une puissance comparable à celle desEtats-Unis. Il est celui d'un pays avec 2 milliards de dollars de réserves de change, soit 40 % du total mondial des réserves de change. Dans un article intitulé «Le piège du dollar chinois», publié dans le New York Times, Paul Krugman, un lauréat du prix Nobel, a souligné que la proposition de la monnaie supra-souveraine faite par Zhou Xiaochun « était un « aveu de faiblesse» de la part de la Chine, car « La Chine s'est retrouvée elle-même dans le piège du dollar ", mais" elle ne peut ni en sortir toute seule, ni modifier son cours économique qui l'a amené dans ce piège ". De la même manière, les Etats-Unis, eux aussi, sont tombés dans ce piège. La dépréciation du dollar et la transmission de la dette aux autres pays nuira non seulement à la Chine, mais aussi à d'autres pays d'Asie orientale, les nouveaux marchés émergents, les pays exportateurs de pétrole ainsi que certains pays développés, et, éventuellement, lesEtats-Unis eux-mêmes.

Pour éviter ces conséquences, lesEtats-Unis doivent persuader la Chine de continuer à utiliser le dollar comme monnaie de réserve internationale, en attendant que le yuan chinois puisse devenir librement convertible et l'économie chinoise continue à sa développer davantage. D'autres pays d'Asie orientale et les nouveaux marchés émergents sont susceptibles de se tourner vers la Chine en lui suggérant de prendre la place du leader avant de continuer avec l'accumulation de leurs actifs libellés en dollars. Au moment où le yuan chinois sera librement convertible, un nouveau système monétaire international pourra émerger naturellement.

Le respect par la Chine des conditions posées par les Etats-Unis ne sera pas sans conditions. LesEtats-Unis devraient accepter de ne pas adopter des mesures politiques qui conduiraient à l'éventuelle dépréciation du dollar. LesEtats-Unis ne doivent pas s'attendre au fait que la Chine puisse continuer à acheter les bons du Trésor américain si le risque lié à la dévaluation du dollar n'est pas abaissé. Et plus précisément, lesEtats-Unis pourront-ils vendre les obligations libellés en yuans à la Chine et de se faire rembourser en yuans à la date d'échéance? Ou alors, lesEtats-Unis peuvent-ils lier les taux d'intérêt obligataires à leur taux d'inflation ou autoriser la Chine à acheter des obligations convertibles en actions donnant droit aux propriétaires d'obligations à convertir ces obligations en parts des sociétés américaines et / ou des actions bancaires?

Pour éviter l'instabilité provoquée par les fluctuations du dollar américain, la Chine avait récemment fait des échanges de devises avec les principaux pays exportateurs de matières premières et des partenaires commerciaux, comme la Corée du Sud, la Russie, la Malaisie, l'Indonésie et l'Argentine. Le montant qui a déjà été échangé a dépassé les 650 milliards de yuans (soit l'équivalent de 93 milliards de dollars). En même temps, la Chine s'efforce de promouvoir le commerce transfrontalier en yuans, et faire de Hong Kong le premier centre offshore pour les transactions en yuans chinois.

Les efforts ne s'arrêtent pas là. La Chine devrait adopter d'autres mesures à l'avenir. Par exemple, elle pourrait tirer pleinement avantage de son rôle de la plus grande base de fabrication et du pays importateur des matières premières pour que l'essentiel des transactions concernant les matières premières soit effectué en yuans chinois.

En comparaison avec lesEtats-Unis, qui se sont retrouvés dans le piège du dollar, la Chine a plus d'options dans l'adoption des mesures économiques et plus d'espace de manœuvre. Pour réduire les risques liés à ses réserves, la Chine doit non seulement adopter une stratégie internationale à long terme, mais également faire preuve du courage et montrer les compétences nécessaires pour tirer pleinement parti de la plate-forme de discussion que représente le G2.


Les auteurs de cet article sont Yang Mu & Chen Shaofeng, chercheurs de l'Institut de l'Asie orientale, Université nationale de Singapour.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 18-07-2009 à 22:27:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Chine: retour à une croissance à deux chiffres pour la production industrielle en juin avec 10,7%



Publié le 17/07/2009 dans Pékin Information

La production industrielle a progressé de 10,7% en Chine en juin par rapport à la même période de 2008. Cette hausse est plus forte que les 8,9% enregistrés en mai, a annoncé jeudi le Bureau national des Statistiques (BNS).

Il s'agit de la première croissance à deux chiffres enregistrée depuis septembre dernier, après l'adoption par le pays d'un plan de relance de 4 000 milliards de yuans (588,24 milliards de dollars) et de mesures facilitant l'accès au crédit bancaire afin de stimuler l'économie.

Li Xiaochao, porte-parole du BNS, a indiqué lors d'une conférence de presse que la production industrielle s'était accélérée et que la chute des bénéfices avait ralenti.

Au total, la production industrielle a augmenté de 7% durant le premier semestre de l'année, soit une chute du taux de croissance de 9,3 points de pourcentage par rapport à la même période de 2008. La production industrielle avait augmenté de 5,1% au premier trimestre et de 9,1% au deuxième.

Selon Li, les grandes entreprises industrielles (aux revenus annuels supérieurs à 5 millions de yuans) ont engrangé un bénéfice total de 850,2 milliards de yuans pendant la période de janvier à mai, soit un déclin de 22,9% par rapport à la même période de 2008.


Source: Xinhua

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 27-07-2009 à 22:56:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'économie chinoise est la première à remonter la pente.
Tous les économistes s'accordent à le dire. La presse chinoise reste prudente, en tenant compte des contradictions non encore résolues.

Accélération de la croissance de l'économie chinoise au deuxième trimestre




publié dans Beijing Information le 24/07/2009

par Wu Yanfei



Dans ce contexte de crise financière internationale, la Chine a mis fin, avec succès, à la chute de son taux de croissance économique, enregistrée durant sept trimestres consécutifs. Une augmentation de 7,9 % au deuxième trimestre par rapport à la même période de l'année dernière (+1,8 % par rapport au premier trimestre) a dessiné une jolie courbe économique en forme de V, ce qui témoigne du redressement de l'économie chinoise.

« Sous l'impulsion d'une politique monétaire active et souple, l'augmentation rapide des crédits et le soutien financier ont fortement contribué à la croissance de l'économie chinoise », a déclaré l'économiste chinois Lian Ping. De surcroît, la construction des infrastructures et l'équilibrage du niveau de développement économique entre les régions de l'Est et de l'Ouest fournissent un vaste espace pour la relance de l'économie nationale. Selon M. Lian, le taux de croissance annuel de l'économie devrait atteindre 8 % si le gouvernement déploie tout son potentiel.

Le maintien d'une croissance à 8 % constitue l'un des principaux objectifs du gouvernement chinois. En fait, le lancement de cet objectif a pris en compte la demande de l'ensemble de la société. Dans un grand pays en développement qui compte une population de 1,3 milliard d'habitants, il est important de maintenir une croissance rapide afin de garantir l'emploi et de maintenir la stabilité sociale. Hu Xingdou, professeur à l'Université des Sciences et des Techniques de Beijing, a précisé que l'état global de l'économie chinoise était bon et que le maintien d'une croissance à 8 % était possible. Néanmoins dans certains secteurs, les tendances économiques sont défavorables. En ce qui concerne l'optimalisation industrielle, la Chine a rencontré certaines difficultés. Les gigantesques investissements ont principalement été dirigés dans le secteur à forte consommation d'énergie. La Chine n'est pas parvenue à profiter efficacement de ce contexte de crise économique pour résoudre le problème de la surproduction. En même temps, la plupart des investissements ont été versés dans les entreprises étatiques qui s'emparent ainsi d'une part importante des ressources publiques tandis que les sociétés privées ne bénéficient que de petites aides.

Selon les médias, les bénéfices des entreprises privées chinoises ont connu une chute consécutive de 5 % à 1 %. Plus de 40 % des moyennes et petites entreprises privées ont du mal à survivre dans ce contexte de crise financière internationale. Cependant, sans la participation des investissements civils, la régulation et l'optimisation industrielle de la Chine sont impossibles à réaliser. Lorsque de plus en plus d'entreprises étatiques se classent parmi les 500 plus grandes entreprises du monde, l'espace des sociétés privées ne cesse de diminuer.

Malgré ces insuffisances en matière de croissance économique, l'opinion étrangère dans son ensemble demeure confiante vis-à-vis de l'économie chinoise. Des fonds flottants internationaux ont été introduits sur le marché chinois sous forme d'investissements dans le secteur de l'immobilier et le marché boursier. Le prix des logements dans les villes de premier et de deuxième rang a de nouveau créé un accord après une courte chute en début d'année.

Le rebond incompréhensible du marché de l'immobilier a suscité l'inquiétude de la population qui redoute un phénomène d'inflation. Selon le professeur Hu, une inflation douce contribue à la croissance de l'économie, à la garantie de l'emploi et à la diminution de l'écart entre les riches et les pauvres. Cependant, si l'indice des prix à la consommation est consécutivement supérieur à 5 %, il faut faire attention à ce qu'un phénomène d'inflation négative ne se produise pas. Actuellement, le crédit de l'industrie bancaire de la Chine a dépassé les 7 000 milliards de yuans et la réserve des devises étrangères les 2 000 milliards de dollars. Toutefois, la vitesse de débloquement des fonds est nettement supérieure à la croissance du PIB. Dans l'optique de maintenir un environnement économique stable, la vitesse de débloquement des fonds et la croissance de l'économie doivent rester à un rythme égal.

Lors d'une conférence de presse qui a eu lieu le 16 juillet, le porte-parole du Bureau national des Statistiques Li Xiaochao a déclaré que la base de la relance de l'économie chinoise n'était pas encore solide dans la mesure où persistaient des facteurs incertains. Dans ce contexte de crise financière, la croissance de l'économie chinoise se poursuivra-t-elle ? La réponse de Hu Xingdou est assez prudente. Selon lui, la récente amélioration des indicateurs économiques est principalement due aux importants investissements gouvernementaux. Malgré la mise en application de politiques préférentielles destinées à stimuler la consommation de la population, les faibles revenus et l'assurance sociale incomplète ont restreint le pouvoir d'achat des Chinois. Si l'on prend en compte le problème de la surproduction et de la chute des bénéfices des entreprises, le redressement de l'économie chinoise demeure assez fragile.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 28-08-2009 à 00:14:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

L'économie automobile US toujours dans le rouge : la prime à la casse n'a pas relancé la consommation :


Trois grands constructeurs automobiles américains voient leurs parts de marché s'effondrer sur la fin du programme « cash for clunkers »


CHICAGO, 26 août (Xinhua) – Trois grands constructeurs automobiles américains ont vu leur part de marché dans les ventes liées au programme « cash for clunkers » s'effondrer au cours des dernières semaines de ce programme de prime à la casse.

Selon le Detroit News, les compagnies General Motors Co., Ford Motor Co. et Chrysler Group LLC ont représenté une part de 38, 6 pourcent seulement des ventes soutenues par ce programme, soit bien moins qu'en juillet où elles représentaient 45,1 pourcent des ventes automobiles. Chrysler a terminé sur une part de 6,6 pourcent des ventes seulement, derrière Nissan Motor Co. et Hyundai Motor, avec 8,7 % et 7,2 % respectivement.

GM a réalisé une part de 17,6 pourcent des ventes liées à ce programme, derrière Toyota Motor Co. qui en a réalisé 19,4 pourcent. Enfin, Ford Motor Co. représentait 14,4 pourcent du total des ventes sur cette dernière longueur, devançant Honda Motor Co. avec une part de 13 pourcent.

Au total, 690 114 demandes de bons d'achat pour un montant total de 2 878 milliards de dollars ont été déposés avant la date limite, fixée à aujourd'hui 20h. Les demandes d'échange de véhicule portaient sur des camionnettes dans 84 pourcent des cas, tandis que les voitures représentaient 59 % des achats de nouveaux véhicules.

Avec la fin des transactions liées à ce programme, le département américain des Transports a renforcé son équipe de plus de 2 000 employés gouvernementaux et sous-traitants chargés du traitement des demandes de remises renvoyées par les concessionnaires.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 22-10-2009 à 00:01:00   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Malgré la baisse conséquente de la demande dans les pays occidentaux la Chine est le premier pays à être sorti de la crise.
Le gouvernement chinois reste prudent mais confirme cette tendance.

Selon le gouvernement chinois, la tendance à la reprise est "consolidée"

[2009-10-21 18:50:25 cri]

Le développement économique et social de la Chine est meilleur que prévu, avec une reprise de la croissance "consolidée", a indiqué mercredi le gouvernement chinois.

La Chine a renversé la tendance à la baisse de sa croissance économique, grâce à la mise en application opportune du plan de relance du gouvernement dans tous les domaines, et d'autres politiques pour faire face à la crise financière internationale, indique un communiqué publié mercredi à l'issue d'une réunion du Conseil des affaires d'Etat (gouvernement central), présidée par le Premier ministre Wen Jiabao.

La croissance économique trimestrielle s'est accélérée durant les trois premiers trimestres 2009, et la contribution de la demande intérieure à la croissance économique a été renforcée, ajoute le communiqué.

L'économie chinoise a cru de 6,1% au premier trimestre et de 7,9% au deuxième trimestre. Les statistiques pour le troisième trimestre seront publiées jeudi.

Le pays a pris des mesures actives pour promouvoir la restructuration industrielle tout en économisant l'énergie et en réduisant les émissions. Des progrès ont été obtenus dans l'optimisation de la structure de la demande, dans l'amélioration des conditions de vie des habitants et dans le renforcement de l'emploi dans les zones urbaines, indique le communiqué.

Un point clé dans la régulation macro-économique de la Chine pour les prochains mois à venir sera d'équilibrer les tâches pour assurer une croissance économique à la fois stable et relativement rapide, réajuster la structure économique et régulariser les perspectives d'inflation, affirme le communiqué.

Le pays poursuivra une politique fiscale proactive et une politique monétaire modérée tout en maintenant la continuité et la stabilité de sa politique macro-économique.

Selon le communiqué, le développement économique et social de la Chine se trouve dans une période critique. Le gouvernement doit se rendre compte de toutes les difficultés et se préparer à tout défi, souligne le communiqué.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 08-01-2010 à 18:10:02   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Tandis que le taux officiel du chômage atteint 10% en Europe, le Point, les Echos et plusieurs sites économiques annoncent des suppressions d'emploi "imprévues" aux USA.
Certains sites signalent que la crise immobilière risque de rebondir aux USA à cause d'autres montages financiers, les "Pay Option ARM"
Enfin, l'endettement des états a atteint des sommets tandis que la masse monétaire mise en circulation ne correspond pas à la production mondiale.


Année noire pour l'emploi aux États-Unis


AFP

Les États-Unis ont conclu sur une note morose une année 2009 terrible pour l'emploi, décembre ayant été marqué de nouveau par de forts licenciements nets après un retour fugace à la création d'emplois le mois précédent.

La première économie mondiale a détruit 85.000 emplois en décembre (en données corrigées des variations saisonnières), après avoir été créatrice nette de postes (4.000) en novembre pour la première fois en près de deux ans, indique le rapport mensuel sur l'emploi du département du Travail américain publié vendredi. La dégradation de décembre est bien pire que ne l'attendaient les analystes, qui tablaient, selon leur consensus médian, sur une destruction d'emplois nette de zéro. Les chiffres du ministère révèlent par ailleurs que l'emploi a baissé de 3,0 % aux États-Unis en 2009, du jamais vu depuis 1949. En valeur absolue, le nombre des emplois détruits pendant l'année (4,6 millions) est le plus élevé dans les annales du département du Travail, qui remontent à 1939.

Malgré la hausse des destructions d'emplois, le taux de chômage américain est resté stable à 10,0 % en décembre, du fait d'une baisse de la population active liée notamment à l'exclusion de nombreux chômeurs dits "découragés".

Ce taux de chômage officiel ne donne qu'une idée partielle du fléau : si l'on tient compte de la population active véritable et des personnes que la conjoncture contraint de travailler à temps partiel, le taux de chômage réel atteint 17,3 %, ce que donne une idée de l'ampleur des difficultés éprouvées par de nombreux Américains. Une enquête publiée cette semaine par le cercle de réflexion Brookings a montré une hausse préoccupante du nombre d'enfants vivant dans la pauvreté : ils étaient 3,4 millions en août à dépendre des bons alimentaires publics pour se nourrir soit 24 % de plus qu'un an plus tôt.

Les services résistent mieux que l'industrie

La quasi-totalité des destructions d'emplois nettes de décembre ont eu lieu dans l'industrie, en déclin depuis plusieurs années. Les services, qui représentent environ 80 % du PIB américain ont détruit 4.000 emplois après être parvenu à créer 62.000 postes en novembre.

Comme le mois précédent, les services aux entreprises, l'éducation et la santé ont créé plus d'emplois qu'ils n'en ont détruit. Ils ont été rejoints par la finance (+4.000) : à l'origine de la crise, ce secteur est l'un des premiers à en sortir. Les créations d'emplois temporaires (première étape avant la création d'emplois définitifs) ont encore augmenté en décembre, mais moins que le mois précédent. En revanche, la hausse tant attendue des heures travaillées n'a pas eu lieu.

Cela va dans le sens du pronostic publié vendredi par la banque centrale américaine (Fed). Notant une "faiblesse aggravée du marché du travail", celle-ci s'est inquiétée du fait que "le ralentissement de la baisse de l'emploi" observé depuis le printemps reflète "surtout un ralentissement du rythme des licenciements" : peu d'entreprises embauchent. Christina Romer, conseillère économique du président américain Barack Obama a reconnu sur la télévision CNBC que les chiffres de décembre étaient un "revers", mais a rappelé qu'au début de l'année, les Etats-Unis perdaient plus de 650.000 emplois par mois.

Les États-Unis sont sortis en août de la récession dans laquelle ils étaient entrés en décembre 2007. La Fed prévoit que la reprise sera très longue, entravée notamment par la persistance d'un chômage qui devrait augmenter encore au cours des mois à venir. Pour tenter de gagner la bataille de l'emploi, le gouvernement Obama veut réorienter une partie de l'aide prévue initialement pour les banques au profit des petites entreprises, qui sont le moteur de la création de postes.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 23-01-2010 à 01:31:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un commentaire du Quotidien du Peuple le 22/01/10 :

Il est possible que l'économie mondiale retombe dans le marasme



La Banque mondiale vient de publier le 20 janvier un rapport intitulé « L'économie mondiale 2010 en perspective », dans lequel il est donné l'avertissement suivant : la période la plus mauvaise de la crise financière est peut-être dépassée, mais le relèvement de l'économie mondiale semble toujours assez faible, c'est pourquoi il est important pour tous les pays du monde de redoubler de vigilance pour éviter que leur économie retombe dans le marasme et que la bulle spéculative des capitaux réapparaisse. Le rapport prévoit que les impacts dus à la présente crise financière changeront dans les dix années à venir les perspectives d'avenir des finances et de la croissance économique.

Il est fort probable que l'économie chinoise puisse maintenir sa croissance rapide.


Le rapport indique que suite à l'application d'une série de mesures visant à stimuler l'économie, « la période la plus dure et la plus difficile de la crise financière est déjà dépassée et l'économie mondiale est en voie de relèvement » et que la situation désespérante, caractérisée par le gel du marché des crédits et l'inverse complète de la circulation des capitaux, a complètement disparu.

Il y est dit que de mars 2009 jusqu'à maintenant, les marchés boursiers de tous les pays ont presque récupérer la moitié du terrain perdu et que le redressement économique est apparu en premier chez les entités économiques émergentes et qu'à l'heure actuelle il s'est étendu vers presque toutes les entités économiques développées.

D'après ce dernier rapport de la Banque mondiale, le PIB (Produit intérieur brut) mondial a baissé de 2,2% en 2009 alors que selon les prévisions, il doit connaître une croissance de 2,7% cette année et une croissance de 3,2% l'année prochaine. Toujours d'après les prévisions, les pays en voie de développement connaîtront un relèvement plus vigoureux pour réaliser une croissance de 5,2% cette année et de 5,8% l'année prochaine, ce qui est également plus élevé par rapport à 2009 (1,2%.

Parmi tout cela, l'économie chinoise s'est accrue de 8,4% en 2009 et il est prévu que d'ici deux ans, elle maintiendra une croissance rapide à la hauteur de 9%. Cet exploit est unique dans le monde et plus élevée que celle de l'Inde qui est de 7,5% cette année et sera de 8,0% l'année prochaine.

Quant aux pays développés, leur PIB a diminué de 3,3% en 2009, tandis que leur avance vers le redressement est relativement plus lente. Il est prévu que leur croissance atteindra respectivement 1,8% en 2010 et 2,3% en 2011. Pour l'économie américaine, elle a baissé de 2,5% en 2009 et il est prévu qu'elle augmentera respectivement de 2,5% cette année et de 2,7% l'année prochaine. Quant au Japon, son économie a connu une baisse de 5,4% cette année et il est prévu qu'elle pourra augmenter de 1,3% cette année et de 1,8% l'année prochaine.

Selon la Banque mondiale, le volume commercial mondial a baissé dans de fortes proportions en 2009 (14,4%), mais son état sera meilleur cette année et l'année prochaine au cours desquelles il pourra s'accroître respectivement de 4,3% et de 6,2%. Vu du prix du pétrole, il sera maintenu cette année à 76 dollars US par baril et les prix des autres produits en grande quantité ne pourront croître dans de fortes proportions d'ici l'année prochaine et il est prévu que la hausse sera de 3% environ.

Une reprise du déclin n'est pas exclue.

La Banque mondiale indique que les prévisions ci-dessus sont tout à fait sûres, mais qu'en même temps le redressement de économie mondiale est toujours relativement faible et fléchissant et que l'avenir de celle-ci est toujours confronté à plusieurs facteurs indéterminés.

Il est prévu dans son rapport que sous les effets de la décision de certains pays de mettre fin graduellement au programme de stimulation économique, la croissance de l'économie mondiale pourrait ralentir une nouvelle fois durant la deuxième moitié de cette année. D'autre part, le marché des emplois est toujours dans une situation stagnante et le taux de chômage continuera à être élevé dans les années à venir. Quant au marché financier, bien qu'il soit stabilisé quelque peu, mais elle est toujours faible. Parallèlement, l'incident de remboursement de dettes de Dubaï et le réajustement à la baisse de l'appréciation fiduciaire souveraine en Grèce et en Mexique rappellent aux gens le risque financier potentiel.

Il est estimé dans le rapport que la durabilité du relèvement ultérieur de l'économie mondiale dépend en grande partie de la demande de la consommation personnelle et privée. Dans le cas où les mesures prises à cet effet sont rationnelles et adéquates, la consommation privée pourrait remplacer efficacement la consommation gouvernementale pour devenir la force motrice de la croissance économique, ce qui permettra à l'économie mondiale de connaître en 2011 une croissance à la hauteur de 3,4%. Sinon, cette croissance sera seulement de 2,5%.

On peut dire que l'économie mondiale se trouve actuellement à la croisée d'un chemin. C'est pourquoi, est-il indiqué dans le rapport, bien que les prévisions indiquent que l'économie mondiale pourrait connaître une croissance respective de 2,7% et de 3,2% en 2010 et en 2011, mais « l'apparition possible de la situation des ‘deux fonds', c'est-à-dire un grand ralentissement de la croissance ou bien un redressement vigoureux en 2011, n'est pas exclue. »

Il faut redoubler de vigilance envers la bulle des biens capitaux.


Le rapport indique que pour les pays en voie de développement, parmi les divers facteurs indéterminés qui subsistent actuellement, le problème clé c'est de savoir le moment propice pour appliquer la « stratégie de retrait ».

C'est un problème extrêmement difficile à saisir et à maîtriser. Il est souligné dans le rapport que si l'on applique trop tôt la « stratégie de retrait », c'est-à-dire que l'on décide et applique le retrait avant que la consommation privée et l'investissement personnel puissent devenir efficacement la force motrice contribuant au relèvement économique, il sera possible que ce dernier se termine prématurément de ce fait. Dans ce cas-là, les pays en voie de développement dans leur ensemble ne pourront connaître en 2010 une croissance économique de 5,1% seulement et de 5,4% l'année prochaine, tandis que pour certains pays, il sera possible qu'ils connaîtront « une croissance négative ultérieure durant un ou plusieurs trimestres ».

Mais si l'on applique trop tard la « stratégie de retrait », il y aura également un risque. La cause profonde de l'éclatement de la présente crise financière internationale c'est le volume excessif et débordé de l'offre de monnaie qui a provoqué la bulle des biens capitaux, alors que l'amorce qui a provoqué la crise c'est le dégonflement de la bulle du marché immobilier américain, lequel a déclenché au début la crise des « sub-primes » aux Etats-Unis qui s'est étendue par la suite à l'ensemble des entités économiques.

Il est souligné dans le rapport qu'en cas où l'on ne peut pas appliquer à temps la « stratégie de retrait », le volume excessif d'offre de monnaie provoquera en temps voulu l'inflation dans l'économie mondiale et en même temps une nouvelle bulle des biens capitaux, ce qui obligera certains pays à adopter la politique de contraction monétaire, ce qui aura pour résultat de ramener le « déclin économique ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 17-02-2010 à 23:19:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine cède au Japon le rang de plus important détenteur de titres du Trésor américain


Publié le 2010-02-17 par Xinhua

Les avoirs du Trésor américain détenus par le Japon ont augmenté de 11,5 milliards de dollars en décembre, s'élevant ainsi à 768,8 milliards de dollars tandis que le montant détenu par la Chine totalisait 755,4 milliards de dollars.



WASHINGTON, 16 février (Xinhua) – La Chine a réduit de 34,2 milliards de dollars de la dette fédérale américaine qu'elle détenait en décembre 2009, cédant au Japon le titre de plus important détenteur du Trésor des États-Unis, a rapporté mardi le département américain du Trésor.

Ces chiffres reflètent la demande d'obligations du Trésor américain et d'autres avoirs tels que titres et part de la dette d'agences du gouvernement, un élément clé du financement de l'important déficit de la balance des paiements courants des États- Unis avec le reste du monde.

Les avoirs étrangers de titres du Trésor américain ont reculé de 53 milliards de dollars en décembre, surpassant le précédent record de baisse de 44,5 milliards de dollars en avril 2009, selon le rapport sur la détention internationale du capital du Trésor.

Cette baisse de 53 milliards de dollars est principalement liée à la détention de titres par des gouvernements, qui chutent de 52,3 milliards de dollars. La part de ce capital détenue par des investisseurs privés étrangers marquait pour sa part un repli de 700 millions de dollars au mois de décembre.

Tandis que la Chine a diminué ses avoirs de titres de long- terme américains, le Japon et le Royaume-Uni ont en revanche augmenté les leurs.

Juste derrière vient le Royaume-Uni, qui a augmenté sa part dans ce capital à 302,5 milliards de dollars, contre 277,6 milliards en novembre. Le Brésil suit une tendance similaire puisque ses avoirs passent de 157,1 milliards à 160,6 milliards de dollars en décembre.

Le prochain rapport, qui détaillera les chiffres de décembre 2009, est attendu pour le 15 mars.

Si le recul de ces avoirs se poursuit, le gouvernement américain pourrait se trouver contraint de verser des intérêts plus élevés à un moment où le déficit de son budget fédéral atteint des records.

Sur l'ensemble de 2009, les avoirs du Trésor détenus à l' étranger ont reculé de 500 millions de dollars. En 2008, les investisseurs étrangers avaient accru de 456 milliards de dollars leur participation dans les avoirs du Trésor américain, la dette fédérale des États-Unis étant perçue comme une valeur refuge dans le contexte de la crise financière mondiale.

Le gouvernement américain a publié au 1er février un nouveau plan budgétaire prévoyant un déficit, sur l'exercice courant jusqu' en septembre 2010, d'un montant record de 1 560 milliards de dollars.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 17-02-2010 à 23:23:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

les licenciements toujours à l'horizon en France :

Reprise des défaillances d'entreprises en janvier


article des Echos le 17/02/10 - 11H24

Après la baisse constatée au dernier trimestre 2009, les défaillances d'entreprises ont de nouveau progressé en janvier en France, de même que le nombre d'emplois menacés, souligne une étude de l'assureur-crédit Coface publiée mercredi.

Le nombre de faillites a augmenté de 23% à 6.313 en janvier par rapport à décembre, qui était le mois le plus bas de 2009 en nombre de défaillances, indique la Coface. Par rapport à janvier 2009, la hausse est de 6,6%. Le nombre cumulé de faillites sur les douze derniers mois dépasse pour la première fois 67.000. Les régions les plus touchées sont l'Alsace ( 26,6% sur douze mois) et Rhône-Alpes ( 26,4%).

Le coût de ces faillites pour les fournisseurs des entreprises défaillantes a également augmenté en janvier, progressant de 18,5% par rapport à janvier 2009. Les défaillances de janvier représentent 21.298 emplois menacés, soit une hausse de 27,1% par rapport à décembre, mais un chiffre inférieur au pic de juillet (26.301 emplois menacés), note la Coface.

"Cette remontée des défaillances est une alerte sur le radar" , même si elle ne remet pas en cause à elle seule la prévision d'une décrue en 2010, a commenté Jérôme Caze, directeur général de Coface, rappelant que plusieurs indicateurs ont récemment montré "un certain ralentissement de la reprise". "La décrue touche d'abord les entreprises les plus importantes" , a-t-il précisé. "Il faut sans doute se préparer à une hausse des défaillances des très petites entreprises" , plus fragiles, a-t-il ajouté.

En 2009, le succès du nouveau statut de l'auto-entrepreneur a fait exploser le nombre de créations d'entreprises, qui ont atteint un niveau record. Mais les défaillances n'ont parallèlement jamais été aussi nombreuses depuis 1993.

Les Echos (Source AFP)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 17-02-2010 à 23:47:14   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un article technique mais intéressant et qui en dit long sur la fragilité de la "reprise" :


Bourses : pourquoi le succès des « dark pools » inquiète


Mathieu Rosemain (journaliste au service marchés des « Echos »).[ 17/02/10 ]


D'étranges créatures servent aujourd'hui de lieux d'échange aux marchés financiers européens. Ces Bourses d'un nouveau genre, purement électroniques, n'ont plus rien à voir avec les parquets et autres corbeilles d'il y a vingt ans. Affublées d'obscurs noms par les professionnels de la finance, elles effraient le non-initié. L'espèce la plus connue, le « dark pool », offre aux investisseurs qui le désirent la part d'ombre dont ils ont besoin pour leurs échanges. Digne représentante du jargon boursier, l'expression anglo-saxonne a rencontré un grand succès dès son apparition : elle évoque l'opacité et, pour certains, une trilogie cinématographique de la fin des années 1970. Plus trivialement, elle désigne des lieux d'échange dématérialisés où les intervenants peuvent vendre ou acheter des blocs de titres à l'abri du regard des autres participants. Leur intérêt : pouvoir céder ou acquérir en peu de temps des paquets d'actions -plusieurs milliers ou centaines de milliers -sans rendre publique sa position sur les marchés réglementés ou prendre le risque de faire brusquement bouger le prix de la valeur visée. Leur origine : une directive européenne de 2007, dite MIF (marchés d'instrument financiers), qui a cassé le monopole des Bourses au nom de la concurrence et autorisé ces nouveaux services boursiers à se défaire de la traditionnelle obligation de transparence avant l'exécution des ordres. Une facilité de plus en plus prisée par les teneurs de marché.

En Europe, les « dark pools » pullulent. Le Vieux Continent en compte pas moins de onze, aux noms tout aussi poétiques que Chi-Delta, SmartPool, Turquoise Mid-Point, Neuro Dark ou encore Xetra Mid-Point. Les régulateurs américains et européens redoutent maintenant que les « dark pools » ne finissent par altérer la fixation des prix des titres à force d'empiéter sur le terrain de jeu des marchés réglementés. Un comble pour les marchés financiers, ces illustres représentants de la concurrence libre et non faussée, où l'offre et la demande se rencontrent en temps réel sur des tissus informatiques de plus en plus denses ! Les bruits courent que les « dark pools » capteraient environ 5 % des volumes d'actions échangées au niveau paneuropéen. Le cabinet de recherches américain Tabb avance 7 % pour les principaux marchés d'Europe. Rien d'inquiétant pour l'heure, mais cette proportion progresse à vive allure. Du coup, les professionnels s'emparent de cette nouvelle niche. « Dans un contexte de fragmentation croissante de la liquidité, la formation des prix se fait de plus en plus sur les marchés alternatifs », estime ainsi CA Cheuvreux dans un communiqué. Le courtier sur actions de Crédit Agricole en fait un argument de vente pour ses solutions algorithmiques, ces subtiles formules informatisées chargées de chercher, de manière systématique, le meilleur ordre dans un paysage boursier éclaté.

Car les « dark pools » ne représentent qu'un élément de cet univers dématérialisé. Certains les considèrent comme un détail, face au développement d'autres formes d'échanges encore plus « dark », à l'instar des « crossing networks ». Ces réseaux d'échange de titres mis en place entre institutions financières ont profité des zones de flou existant dans les textes européens pour s'imposer. Eux aussi grossissent et, à la différence des « dark pools », ils échappent totalement à la supervision des régulateurs. Leurs opérateurs en chef -les banques -dominent aussi souvent le capital des « dark pools », quand ils n'en sont pas propriétaires. Dernière en date : la japonaise Nomura, dont le « dark pool » NX MTF « donne un accès à une liquidité naturelle, qui trouve son origine dans les activités de la division equities [actions, NDLR] » de l'établissement. Cette affirmation peut laisser perplexe. Historiquement, les banques n'ont pas pratiqué ce métier. Et pourtant, « [elles] sont devenues les concurrentes des Bourses », affirmait ainsi le patron du London Stock Exchange (LSE), Xavier Rolet, dans une interview aux « Echos ». Une opinion partagée par un autre dirigeant boursier qui nous a récemment confié que « les banques anglo-saxonnes étaient derrière la MIF ». Partant de ce constat, le directeur exécutif de la Bourse de Londres a décidé d'étroitement associer les grands établissements bancaires de la City à sa future plate-forme opaque.

Ces initiatives laissent entière la question des conflits d'intérêts qui pourraient naître du fait que les plates-formes sont contrôlées et alimentées par les mêmes institutions. C'est un épineux sujet de discussions entre régulateurs, en Europe comme aux Etats-Unis, où les « dark pools » sont plus développés. Entre les systèmes algorithmiques, les « dark pools » et la multiplication des lieux d'exécution d'ordres, les marchés sont aujourd'hui encore plus complexes qu'en 2007. Le Comité européen des régulateurs de Bourse (CESR), qui rassemble les autorités des Vingt-Sept, en a bien conscience. Mais, avant de prendre des initiatives, l'organisation insiste sur la nécessité d'établir des données de marché consolidées, les chiffres évoqués n'étant que des estimations. Manifestement, elle a du mal à le faire, en l'absence d'un registre unique et centralisé de l'ensemble des ordres passés en Europe.


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9270 messages postés
   Posté le 11-03-2010 à 23:35:00   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un nouvel épisode de la guerre des banques, ou comment l'Europe supranationale n'est rien d'autre que l'Europe des impérialistes européens dominants :



BNP Paribas a racheté Fortis « pour rien »

samedi 16 janvier 2010, 11:04


Un rapport de la banque d’affaires américaine Morgan Stanley rédigé en octobre 2008 assure que BNP Paribas était en train d’acheter les activités bancaires de Fortis « pour rien ». Maître Modrikamen estime que ce rapport démontre que les Français ont abusé de la situation et que le gouvernement belge a une part de responsabilités.

Compte tenu d’une surcapitalisation alors estimée à 6,8 milliards causée par le rachat des activités néerlandaises par l’Etat néerlandais et de synergies estimées à 5 ou 6 milliards d’euros, les Français ont fait la bonne affaire en mettant la main sur Fortis, commente L’Echo sur base de ce rapport.

L’avocat Mischaël Modrikamen, qui représente 2.300 actionnaires de Fortis, estime que ce rapport démontre que la banque a été vendue pour rien, ou du moins pour une valeur inférieure à sa valeur réelle, que les Français ont abusé de la situation et que le gouvernement belge a une part de responsabilités.


Par Le Fennec


Edité le 11-03-2010 à 23:35:44 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédentePage suivante
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  la crise du capitalisme  nouvelle crise financière mondialeNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum