Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises 

 Elections anticipées

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédentePage suivante
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9266 messages postés
   Posté le 24-03-2017 à 16:45:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

On sait la politique antisociale de Fillon, ses affaires l'ont plombé, peu importe que Hollande soit derrière ou pas, Sarkozy avait fait le même plan avec DSK.

Maintenant le PS soutient quasi ouvertement Macron contre le vainqueur des primaires socialistes. Il se profile un duel Macron / Le Pen dans lequel Hollande escompte réaliser une nouvelle Union Sacrée contre le FN.

Ces calculs ne nous intéressent pas. La majorité des ouvriers s'abstient et nous appelons à l'abstention ou à un vote nul affichant la faucille et le marteau.



Edité le 24-03-2017 à 16:50:33 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
5980 messages postés
   Posté le 24-03-2017 à 16:55:39   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Il faut rappeller que Francois Fillon prônait le rapprochement avec la Russie de Poutine;c est pour cela que Hollande l a mis hors course des présidentielles,et il en sera de meme à d autres échéances avec Mélenchon,qui veut l alliance de la France avec les pays émergents,surtout avec la Fédération de Russie et la République Populaire de Chine.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9266 messages postés
   Posté le 24-03-2017 à 17:03:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

C'est possible que le clan Hollande s'enferre, ça ne durera pas plus longtemps que la musique.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9266 messages postés
   Posté le 21-04-2017 à 23:37:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Surenchère de chauvinisme pour l'Union Sacrée
Marine noyée dans le tricolore


L'attentat a servi de tremplin à une surenchère de chauvinisme où le mitterrandien Mélenchon n’est pas en reste. De fait il avait déjà annoncé les couleurs en bannissant le drapeau rouge des cortèges et des meetings.

A deux jours du vote les tripatouillages et les caisses noires n'ont plus d'effet. L'assassinat d'un policier sert doublement à appeler aux urnes citoyens les indécis et les abstentionnistes, et à faire plus français que le FN.
Les médias ont bien intégré le message et le Pen est noyée dans les drapeaux tricolores.

Cette mise en scène a aussi pour but de dissimuler le foutoir sans nom de ces élections :
Le PS envoie son candidat au casse pipe, tout en soutenant Macron.
Mélenchon promet le paradis au "peuple de gauche", contraint ses alliés à la soumission et affiche son mitterrandisme pour rassurer la classe dominante.
Les amis de Fillon à deux doigts de le lâcher ont déjà avalé pas mal de couleuvres. Ajouter à ça « Sens commun » et certains lorgnent déjà vers Macron.

Pourquoi cette confusion ? Parce que la question de l’Union Sacrée n’est toujours pas résolue. Sans elle la guerre de classe est compromise ainsi que toutes les réformes antisociales trop longtemps ajournées pour le medef. Ensuite sur les questions internationales le nouvel ordre multipolaire n’est pas encore digéré par nos bourgeois.
Cette cacophonie de chacun contre chacun doit accoucher enfin d’un candidat consensuel capable de réaliser l’Union Sacrée et de réaliser un périlleux retournement de veste sur la scène internationale.
Le choix est finalement assez limité, il ne reste plus que le bouche-trou et remplaçant de service Macron, même si personne ne peut l'encadrer, qui puisse incarner le « vote utile républicain » contre le FN.

Boycottons ces élections !


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9266 messages postés
   Posté le 22-04-2017 à 07:45:08   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Un précédent le 21 avril 2002 : l'affaire Paul Voise.
Monté en épingle par TF1 et la municipalité UMP, ce fait divers crapuleux avait servi à écarter Jospin et faire monter le FN.


Edité le 22-04-2017 à 07:47:10 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9266 messages postés
   Posté le 23-04-2017 à 23:12:26   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les élections étaient effectivement anticipées par la bourgeoisie monopoliste.
Le PS se sacrifie sur l'autel de l'union sacrée. Les Républicains n'ont plus qu'à exécuter Fillon et se ranger.
Les questions sociales sont sur le tapis maintenant. Exit le keynésianisme de Mélenchon, la guerre de classe peut commencer.
Par contre la politique étrangère n'est pas définie.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9266 messages postés
   Posté le 26-04-2017 à 18:56:41   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je lis sur vive la révolution :

Le PCF prend conscience qu’il s’est fait baiser par Mélenchon : Trop tard !


mercredi 26 avril 2017, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 26 avril 2017).

Reuters : Le Parti communiste français a appelé mardi 25 avril 2017 le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon à une discussion commune sur les élections législatives des 11 et 18 juin 2017, mettant en garde contre une concurrence qui pourrait s’avérer "mortelle".



Note de do :

Regardez Pierre Laurent, avec son écharpe bleu-blanc-rouge, accepter les ordres de Mélenchon, qui interdit les drapeaux rouges et l’Internationale dans ses meetings et autres rassemblements.

En coupant le son dans la vidéo de Mélenchon à Marseille, on voit avant tout une forêt de drapeaux bleu-blanc-rouge ! On se croirait à un meeting de Le Pen ! et quand on rallume le son vers la fin, on en a la confirmation : c’est la Marseillaise qui est entonnée en coeur !

D’ailleurs tous deux, Mélenchon comme la le Pen, parlent de "peuple" ! alors que Karl Marx disait : « Quand j’entends parler de peuple, je me demande ce qui se trame contre le prolétariat ! » . Le slogan d’Hitler était : « Ein volk, ein Reich, ein Führer » ! (Un seul peuple, un seul royaume, un seul guide !)

Les gens à Mélenchon prétendaient, pendant la campagne, que le but de Mélenchon était la destruction du P"S" afin de préparer 2022 et, cette fois, de gagner. Je leur répondais que ce trotskiste, et donc antistalinien primaire alors que pourtant le PCF n’a plus rien de stalinien, allait aussi et peut-être surtout détruire le PCF.

Les militants du PCF, principaux colleurs d’affiches dans leur soutien stupide à Mélenchon, n’ont eu droit ni à leur drapeau rouge ni à leur Internationale ; mais, maintenant, ils vont avoir droit à un représentant de Mélenchon dans chacune des circonscriptions où ils vont présenter un candidat. Mélenchon leur a mis dans le cul ! Et en 2022, c’est pas Mélenchon, mais la le Pen qui risque fort de régner sur le royaume de France !

__________________


PARIS (Reuters) - Le Parti communiste français a appelé mardi le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon à une discussion commune sur les élections législatives des 11 et 18 juin, mettant en garde contre une concurrence qui pourrait s’avérer "mortelle".

"Si nous sommes ensemble, la victoire est possible dans des dizaines et dizaines de circonscriptions, si nous sommes divisés nous n’en gagnerons qu’une poignée", a dit le secrétaire national du PCF Pierre Laurent lors d’une conférence de presse à Paris.

"J’appelle les forces qui ont contribué au score de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle à envoyer très vite un signal fort de mise en commun de leurs énergies dans cette nouvelle bataille législative", a-t-il ajouté. "Nous en appelons à la responsabilité face à une concurrence qui s’avérerait mortelle."

"Je lance un appel notamment à la France insoumise dont je ne comprends pas le silence à nos appels pour une discussion commune sur les législatives depuis dimanche et c’est l’appel que je lance à toutes les forces de gauche qui sont prêtent à s’en saisir".

Les discussions sur un tel rapprochement ont achoppé ces derniers mois sur la question d’une charte que le mouvement de Jean-Luc Mélenchon souhaite faire signer à tous les candidats. Le PCF, hostile à toute logique de "fusion", a dénoncé en janvier l’attitude "rigide" de ses partenaires.

L’équipe de Jean-Luc Mélenchon, qui a remporté 19,6% des voix dimanche au premier tour de la présidentielle, écarte pour l’heure tout "arrangement" avec d’autres formations politiques au nom de la "cohérence" du mouvement.

(Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)


Edité le 26-04-2017 à 19:46:57 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9266 messages postés
   Posté le 26-04-2017 à 19:06:25   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je me suis trompé en prétendant que M. Mélenchon se désisterait pour se joindre à un front républicain face à Marine Le Pen. Il a davantage de nez.
Mélenchon sait qu’elle ne sera pas élue et se veut chef incontesté de l’opposition.

Il ne soutient donc pas Macron et c’est un calcul indispensable pour l’après élections également : un leader intransigeant face au pouvoir, ralliant les syndicalistes les plus combatifs et la gauche radicale, le leader de toute la gauche, ce qui signifie aussi écarter les autres. Mélenchon a Mitterrand pour modèle et s’en inspire à sa manière. Le fond est le même, utiliser les bras du parti communiste, mettre ses drapeaux au placard et siphonner ses voix.

Il faut remarquer que Marine LP présente sa campagne comme une lutte de classe, avec en écho de Zemmour, le Figaro
On ne peut pas briguer le poste de « président de tous les français » avec un tel discours. Elle vise donc après élection la place d’opposante au « système », ce qui signifie écarter les autres, en priorité les organisations qui se battent tous les jours pour défendre les intérêts de classe des salariés et des plus démunis.
Or Marine Le Pen a placé la CGT en tête de sa diatribe contre « l’oligarchie ». C’est extrêmement significatif. Bien entendu dans cette « lutte de classe » le FN sera du même côté que Macron. Cela veut dire que nous aurons face à nous à la fois l’Etat des monopoles et les nervis du FN pour casser les « cocos » et la CGT.

Il existe ainsi entre Mélenchon et Le Pen à la fois unité et contradiction. Contradiction entre les discours de gauche radicale et d’extrême-droite, et unité contre le pcf.

Que le pcf se tienne sur des positions aussi timorées ne lui épargnera ni les coups de batte des spadassins du FN ni le travail de sape de cet « allié ».

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9266 messages postés
   Posté le 27-04-2017 à 11:44:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Reviens en 2017. Il y a des milliers de salariés qui sont abusés par les fascistes parce qu'il n'y a pas de parti communiste en face. Le fascisme trouve ses fantassins chez les chômeurs.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
5980 messages postés
   Posté le 27-04-2017 à 17:47:51   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

En effet,il vaut mieux analyser les causes sociales de la montée du fascisme que de faire comme ces idiots de la Cnt de Metz qui scandent"eh,facho,à mort".le chômage était massif dans l Allemagne des années 20-30,facteur qui a permis la victoire du Nsdap.et l amalgame entre nazisme et communisme permet aux fascistes de réhabiliter le régime de Vichy et l O.a.s,qui commence par le constat confusionniste d admitateurs de Marine Lepen -ou pas-selon lesquels Melenchon=Lepen,ou Mélenchon "Lepen de gauche",même si la France Insoumise n est pas un mouvement communiste.


Edité le 27-04-2017 à 18:25:38 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9266 messages postés
   Posté le 29-04-2017 à 00:00:58   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Mélenchon n'est pas un Le Pen de gauche et il faut rejeter la thèse "les extrêmes se rejoignent".
Pour autant il faut se demander pourquoi Le Pen lui fait des appels du pied.
Il ne s'agit pas seulement de racoler des électeurs perdus.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
5980 messages postés
   Posté le 29-04-2017 à 00:49:10   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

Cette mascarade d appels au pied vers les électeurs de Mélenchon,et qui n'auront aucun effet,est une stratégie confusinniste de Marine Lepen;il est impossible qu un communiste orthodoxe du Pcf et/ou du Prcf vote pour pour la chienlit fasciste!

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
9266 messages postés
   Posté le 02-05-2017 à 16:50:30   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le candidat de la classe bourgeoise


Nous avons indiqué que Macron était le choix de Gattaz dès 2016, et que Le Pen n'était pas une solution d'actualité pour la grande bourgeoisie. Bien qu'elle ait manifesté quelque souplesse concernant la sortie de l'Euro et de l'Europe, pour obtenir le soutien de N. Dupont-Aignan, elle n'a pas renoncé définitivement à ce projet.

Pour les grands monopoles dont les banques, et y compris pour les PME, la sortie de l'Euro signifierait la fin de la domination financière sur une partie de l'Europe et une position de faiblesse vis à vis du dollar.

Ci-dessous un article de France Inter dont la ligne éditoriale est gouvernementale comme on le sait



Le soutien des petites et grandes entreprises à Emmanuel Macron


De plus en plus de patrons de grandes entreprises et de start-up appellent à faire barrage au FN et à soutenir le candidat d'En Marche! pour le deuxième tour de la présidentielle.

Emmanuel Macron propose de transformer en allègements de charges le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) et promet "d'autres allègements et suppressions de cotisations sociales patronales" , financés par des économies sur la dépense publique et une fiscalité sur la pollution ou la consommation.

Il compte réduire les cotisations salariales ou payées par les travailleurs indépendants pour "augmenter sensiblement les salaires nets sans alourdir le coût du travail ni détériorer la compétitivité ou l'emploi" .

Le soutien de grands noms du monde de l'entreprise

Plusieurs grands patrons signent un appel dans les Echos ce mardi intitulé "Projet FN : le cri d'alarme des chefs d'entreprise" .

Par exemple, pour Antoine Frérot (Veolia) : Le programme du FN ferait peser un risque sur la stabilité politique de notre pays
Alors que pour Michel-Edouard Leclerc (Leclerc) : Revenir au franc serait une ineptie irresponsable
Et pour Jean-Baptiste Rudelle (Criteo) : Avec le FN, les délocalisations vont se multiplier

Le premier soutien d'Emmanuel Macron dans le milieu de l'entreprise, c'est l’homme d’affaires Henry Hermand (décédé en 2016), qui l'a découvert alors qu'il était stagiaire à la préfecture de l'Oise en 2002.

De son coté, le patron du Medef, Pierre Gattaz, a dit sur France Inter le 6 avril 2016 :

J’aime bien l’initiative d’Emmanuel Macron, je trouve que c’est rafraîchissant, ça permet de sortir de la politique politicienne


  • Pour le second tour de l'élection présidentielle, Tom Enders, PDG d'Airbus, apporte son soutien écrit à Emmanuel Macron dans une lettre publiée le 30 avril sur les réseaux sociaux :



    Dans ce courrier, le patron d'Airbus assure Emmanuel Macron de son "plein soutien pour le deuxième tour de l'élection ainsi que pour les élections législatives qui suivront" ... L'engouement que tu as réussi à susciter est pleinement mérité : tu incarnes de manière très concrète le changement

    Plusieurs grands noms comme Bernard Arnault (LVMH), mais aussi Renaud Dutreil, ancien ministre des PME de Chirac et dirigeant du groupe LVMH, Alexandre Bompard (Darty et la Fnac), Marc Simoncini (Meetic) et Yannick Bolloré, fils de Vincent Bolloré, Président d'Havas, se sont montrés à un moment aux cotés d'Emmanuel Macron.

    Les start-up derrière Macron

    La galaxie start-up est forcément pro-européenne. Logique donc de se ranger derrière Emmanuel Macron, candidat pro-Europe. D'autant qu'Emmanuel Macron est apparu comme le promoteur de la French Tech au CES de Las Vegas en janvier 2016. A tel point qu'il a été ovationné par les patrons du numérique.
    Quentin Sannier, PDG de Devialet, start-up qui a mis au point une nouvelle technologie qui améliore la qualité du son sur les chaînes hi-fi de haute qualité.
    "Une des choses qu'il peut apporter c'est de libérer tout ce qui peut l'être pour faciliter les relations contractuelles avec les salariés dans la création d'accords d'entreprises"

    Les programmes économiques des deux candidats du second tour, avec Bernard Monot et Marc Ferracci
    Anne-Charlotte Vuccino, PDG de Yogist, spécialiste du yoga au bureau :
    "Emmanuel Macron a fait une très grande place au financement de la nouvelle économie, à l'innovation dans son programme. Les mesures qu'il propose concernent aussi les tout petits comme nous".


    ________________________


  • On écoutera avec intérêt sur cette page son interview par Léa Salamé, où Gattaz explique très clairement la nécessité d'arrêter de faire "des zigs et des zags" .
    Il désigne là le temps perdu en discussions stériles entre gauche et droite, qui paralysent les trains de réformes antisociaux, et il justifie ainsi la candidature "ni gauche ni droite" de Macron.
    La bourgeoise a enregistré le fait que cette pseudo opposition est démasquée par l'immense majorité du peuple et n'apporte que des inconvénients dont une insupportable lourdeur parlementaire et administrative.
    La recomposition politique que nous observons est la conséquence de la volonté des monopoles capitalistes.



    Edité le 02-05-2017 à 16:55:53 par Xuan




    --------------------
    contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
  • Xuan
    Grand classique (ou très bavard)
    9266 messages postés
       Posté le 02-05-2017 à 17:17:21   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

    boursorama reprend ce thème :

    PARIS (Reuters) - Plusieurs chefs d'entreprises, allant de grands groupes du CAC 40 à des PME, s'alarment des conséquences du programme de Marine Le Pen mardi dans les colonnes des Echos, évoquant des conséquences "mortifères" ou "catastrophiques" de la sortie de l'euro.

    " C'est une ineptie irresponsable de dire que l'on pourrait revenir au franc sans délai et sans dommage ", déclare Michel-Edouard Leclerc, président du groupe Leclerc.

    Le président de Michelin, Jean-Dominique Senard, évoque de son côté, avec le retour au franc, un facteur de "complexité" générateur de nouveaux coûts et une dégradation de la valeur de la monnaie qui conduirait son groupe à relever ses prix en France pour protéger ses marges.

    Le PDG de Veolia, Antoine Frérot, prédit une "catastrophe pour les entreprises françaises et les habitants" avec la sortie de la France de l'euro.

    Marie-Hélène Radigon, vice-présidente d'ESP Groupe, une PME qui fabrique des équipements pour pompes hydrauliques, évoque aussi une "catastrophe" pour son entreprise de 15 salariés, ajoutant : "Dans un tel scénario, je mets la clé sous la porte et je vais ailleurs" .

    Pour Frédéric Coirier, président du directoire des Cheminées Poujoulat, une entreprise qui exporte 25% de ses produits, le programme de Marine Le Pen est "mortifère, il nous coupe de nos marchés et il enchérit nos coûts" .

    Martin Bouygues, PDG du groupe Bouygues, dit ne pas envisager l'élection de Marine Le Pen, ajoutant : "Les catastrophes économiques, très peu pour moi. Le monde est déjà assez dur comme ça" .

    (Yann Le Guernigou, édité par Pascale Denis)


    _______________


    A la fin de l'article on trouve une vidéo où Bernard Monot, responsable du programme économique du FN répond notamment à cette levée de boucliers :

    "Ces grands patrons et même les petits et les moyens n’ont rien à craindre du Front National, le Front National est l’ami de toutes les entreprises. Justement le modèle économique de patriotisme et de protectionnisme intelligent a été construit sur ces bases-là....
    Ils s’affolent de manière anormale. Je pense qu’ils ont tout intérêt à avoir confiance en nous. Alors c’est sûr que nous allons privilégier les petites, moyennes et ETI d’abord, mais dans un deuxième temps, on verra de continuer à soutenir dans la concurrence mondiale, parce que l’objectif c’est ça, c’est soutenir les grandes entreprises dans la concurrence mondiale"



    Edité le 02-05-2017 à 17:34:54 par Xuan




    --------------------
    contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
    Xuan
    Grand classique (ou très bavard)
    9266 messages postés
       Posté le 02-05-2017 à 23:03:49   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

    Que sont les insoumis devenus ?


    Sur les 7 millions d'électeurs rassemblés sur le nom de Mélenchon, un vote électronique a donné les résultats suivants :

    "Le vote blanc arrive en tête avec 36,12 %, devant le vote pour Emmanuel Macron (34,83 %) et l'abstention (29,05 %). «Étant donné l’attachement profond de la France insoumise aux principes d’égalité, de liberté et de fraternité, le vote Front National ne constituait pas une option de la consultation», précise La France Insoumise.
    ...Le recueil des réponses, anonymes, été clos à 12 heures, mardi. Quelques 243 128 personnes, sur les 430 000 personnes qui avaient apporté leur soutien à Jean-Luc Mélenchon sur sa plateforme internet, ont participé à la consultation. Ils représentent 3,44 % des 7,06 millions de votants qui avaient glissé le bulletin du candidat de la France Insoumise dans l'urne."


    Malgré l'exclusion du vote Le Pen, les médias répètent que "17% à 19% d'insoumis voteraient Le Pen au 2e !" selon divers sondages

    On ne spéculera rien sur la réalité de ces pourcentages. Pour autant il reste que :

    > la moitié des insoumis actifs n'a pas répondu au questionnaire
    > le reste, soit 3 % de son électorat, se partage en 3

    Il en résulte que l'électorat de Mélenchon s'est volatilisé dans la nature et vote de façon quasi aléatoire. De fait il a disparu.

    On pouvait s'en douter dans la mesure où la plupart de ses soutiens sont déjà organisés ailleurs.

    Aussi lorsqu'il menace Macron d'un ridicule chantage , lui demandant de "faire un geste" et rêvant d'être le premier ministre de l'hyper finance , ses rodomontades ne reposent que sur du sable, car ses troupes sont déjà démobilisées, ont quitté armes et bagages et rejoint leurs foyers. Qui peut dire combien voteront ou pas pour Macron ?

    Ceci ne l'empêche pas d'imposer ses candidats aux législatives au pcf, et de se faufiler en tête des défilés CGT.
    Ce comportement de coucou n'ira pas loin.

    --------------------
    contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
    Xuan
    Grand classique (ou très bavard)
    9266 messages postés
       Posté le 04-05-2017 à 08:33:49   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

    Le Pen est déjà dans l’opposition


    Volontairement ou pas elle s’est placée dans le registre qu’occupait son père. C’est la place du perdant.
    Nous avons montré depuis longtemps que Macron était le candidat choisi par le CAC 40. Il y a un an Gattaz expliquait dans une interview son soutien à Macron par la nécessité d’éviter les « zigs et les zags » c’est-à-dire les entraves parlementaires gauche-droite aux projets de réforme, d’où la recomposition politique que nous observons. Plus récemment ce soutien s’est confirmé.

    La droite est divisée, Macron la met en demeure de renoncer à son parti et de même avec le PS. J’ai vraiment l’impression de me retrouver en face d’un putain de RH avec ce type.

    Quant à Mélenchon, il veut gober le pcf après l’avoir piqué, mais l’avenir qu’il propose a déjà explosé puisque le noyau dur de ses insoumis est déjà divisé en trois sur les présidentielles.

    En ce qui concerne le pcf, le calvaire qu’ont vécu ses militants à l’occasion de ces élections se prolonge aux législatives. Même les cortèges de la CGT au premier mai se font snober par les insoumis, qui se faufilent et se plantent devant les banderoles syndicales !

    Nous allons vers une dictature « démocratique », où l’opposition fasciste se sert de la colère ouvrière pour réclamer un soutien aux patrons. Les accords d’entreprise ad hoc seront signés par un syndicat d’état, tandis que le FN va commencer à développer ce que Le Pen vient d’annoncer récemment : "libérer les syndicats, je veux qu'il y ait de nombreux syndicats qui soient représentatifs" . En français dans le texte : coucou revoilà la CFT. Après la négociation par entreprise, un syndicat par entreprise.

    Sur boursorama, Bernard Monot responsable du programme économique du FN :
    « Ces grands patrons et même les petits et les moyens n’ont rien à craindre du Front National, le Front National est l’ami de toutes les entreprises. Justement le modèle économique de patriotisme et de protectionnisme intelligent a été construit sur ces bases-là....
    Ils s’affolent de manière anormale. Je pense qu’ils ont tout intérêt à avoir confiance en nous. Alors c’est sûr que nous allons privilégier les petites, moyennes et ETI d’abord, mais dans un deuxième temps, on verra de continuer à soutenir dans la concurrence mondiale, parce que l’objectif c’est ça, c’est soutenir les grandes entreprises dans la concurrence mondiale »


    Ne nous faisons aucune illusion, Macron avec sa bonne mine de premier de la classe ne manquera pas de satisfaire les revendications du FN qui conviennent au patronat, y compris en laissant se développer un syndicalisme de nervis.

    C’est significatif comme l’essentiel du débat a tourné autour de la classe ouvrière.
    Depuis des mois l’alarme sonne sur la colère des masses.
    La lutte contre la loi travail a laissé un très mauvais souvenir à nos deux protagonistes, comme à toute la bourgeoisie. Les mesures anti sociales qui vont tomber finiront par soulever la colère. A nous de calculer la forme que doit prendre notre opposition indépendante des partis bourgeois. La reconstruction du parti viendra de la masse, de ses éléments les plus combatifs, pas seulement des communistes ou des ml et de nos discussions.

    Il faut aussi lier les revendications immédiates à notre objectif final.
    Macron a eu l’habileté de signaler à plusieurs reprises que Le Pen n’avait rien à proposer et que ses solutions étaient irréalistes. Il faudrait nous interroger sur les mesures que prendrait une société socialiste. En particulier beaucoup de confusions existent sur des réformes de type keynésien, ou bien sur la possibilité d’accéder au socialisme par la sortie de l’euro.

    Ces credo ne sont pas viables. Nous devons définir nos objectifs avec clarté dans le cadre d’une démocratie populaire. Sinon nous ne pourrons pas entraîner les masses.

    --------------------
    contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
    Xuan
    Grand classique (ou très bavard)
    9266 messages postés
       Posté le 04-05-2017 à 22:06:47   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

    Le choix de la grande bourgeoisie étant fait - rendu public en fait - depuis un an, la candidature de Le Pen ne pouvait que constituer un repoussoir, caricature nationale-socialiste d'un parti communiste.

    Les soutiens de la bourgeoisie envers Macron se sont multipliés, comme celui de la Banque de France, sans parler de l'ingérence manifeste d'Obama.

    On remarquera qu'en dehors des appels à l'Unité Nationale, « réconcilier nos classes sociales » comme l'a dit Macron à Albi, et les flatteries à l'endroit des insoumis , Macron n'entend passer aucun compromis avec les autres partis, exigeant la démission de ceux qui le soutiennent.
    Macron exprime exactement le pouvoir dictatorial de la grande bourgeoisie, le FN n'est pas nécessaire, sinon pour faire régner la terreur dans les rues.

    Ces élections signent aussi l' échec de la sortie de l'Euro dans le cadre du capitalisme .

    Certains camarades ont depuis plusieurs années imaginé que le socialisme pourrait être atteint en commençant par quittant l'Euro. Cette thèse s'appuie en fait sur l'espoir de réaliser une unité avec des souverainistes partisans eux aussi d'une sortie de l'Euro.
    Il s'avère que ces souverainistes font partie de la nébuleuse du FN ou bien la servent indirectement. Les thèses du PRCF se sont heurtées à des lignes politiques qui reflétaient au fond les intérêts de la bourgeoisie, et il a dû dénoncer ces organisation, renoncer à réaliser les alliances envisagées.

    échec des thèses keynésiennes
    Les thèses keynésiennes, défendues par exemple par Mélenchon, ont également échoué. Elles aussi ont inspiré des programmes pour les communistes, et la CGT.
    Ces thèses s'appuyaient sur la croyance qu'un mode keynésien était compatible avec le capitalisme aujourd'hui. C'est une erreur, le capitalisme tourne sur un autre modèle, celui de la abaisse des salaires. Exit Keynes.
    Ceci ne nous dispense pas de faire la critique de ces théories. Là encore le capitalisme fait sans elles.
    La seule issue c'est le socialisme.


    Edité le 04-05-2017 à 22:07:15 par Xuan




    --------------------
    contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
    Xuan
    Grand classique (ou très bavard)
    9266 messages postés
       Posté le 08-05-2017 à 00:01:20   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

    Quelques enseignements des présidentielles 2017


    La bourgeoisie monopoliste ne désigne qu’un seul candidat.
    Gattaz et le medef avaient défini il y a un an Macron comme candidat des grands monopoles, afin de mettre fin aux « zigs » et aux « zags » parlementaires, c’est-à-dire aux atermoiements dans la mise en œuvre des mesures antisociales.
    Le Pen, qui défendait réellement une ligne fasciste pour l’union du capital et du travail, ne correspondait pas à ces objectifs. Elle ne permettait pas réellement de réaliser l’Union Sacrée autour du capital et contrariait les objectifs des monopoles capitalistes en Europe.

    Plusieurs d’entre nous avaient identifié cette stratégie depuis longtemps et démasqué le croquemitaine fasciste destiné à abuser les masses, ou les intimider pour rallier un soutien « républicain » au candidat de la bourgeoisie, et le plébisciter.
    Pour cette raison nous avons appelé à une "abstention révolutionnaire" ou à un vote rouge avec un bulletin marqué de la faucille et du marteau et du mot d'ordre "je vote communiste !"
    Malgré les errements du pcf et de certains groupes comme les cercles communistes, appelant encore une fois à voter pour le candidat des monopoles pour faire prétendument « barrage au fascisme » , la fraction la plus consciente de la classe ouvrière et du peuple n’a pas accordé aveuglément son soutien à Macron et l’a dénoncé publiquement ; 26 % - plus d’un quart des électeurs - se sont abstenus et 8 % ont déposé un bulletin blanc ou nul, signifiant leur rejet des deux politiciens.

    Enfin les électeurs de Macron ne sont pas tous des supporters inconditionnels. Un nombre indéterminé d'entre eux a voté par défaut pour "faire barrage au fascisme" , mais en sachant que Macron était un ennemi du peuple. Le plébiscite dont il a bénéficié est donc très relatif et l'Union Sacrée qu'il a pu réaliser de façon artificielle entre les anciens partis bourgeois ne représente pas la majorité des masses, mais certaines catégories des classes intermédiaires.


    Macron ne représente pas la continuité comme l’a prétendu Le Pen, mais un saut qualitatif dans l’exploitation, l’oppression et la fascisation.
    Son objectif annoncé est l’Union Sacrée pour « réconcilier nos classes sociales » , qu’il a initiée par la mise au pas des partis gauche –droite. Les résidus de ces partis se demandent à quelle sauce ils seront mangés et s’apprêtent à rentrer dans le rang ou à disparaître. Mais avant tout il s’agit de la mise au pas de la société.
    Macron dispose ainsi de la quasi-totalité de la presse, du Monde au Figaro, et des chaines privées et publiques. Cette Union Sacrée a été anticipée par une surenchère chauvine de drapeaux tricolores et de Marseillaises chez la quasi-totalité des candidats, y compris dans une « gauche radicale » de français « insoumis », mais farouchement hostile au drapeau rouge et à l’Internationale, censurés par Mélenchon le 18 mars, insultant la Commune de Paris et ses martyrs en arborant le drapeau des versaillais.

    Macron a pour feuille de route sur le terrain national la mise au pas ou la destruction de la CGT, la division par deux des salaires, une privatisation généralisée, la destruction de la protection sociale, l’asservissement financier des communautés locales, et un grand nombre de nombre de réformes anti sociales destinées à accroître les profits capitalistes par tous les moyens. D’ores et déjà le peuple s’apprête à un durcissement de la lutte de classe contre un président détesté avant même son élection, tandis que lui-même a prévenu qu’il gouvernerait par ordonnance, c’est-à-dire qu’il ne veut rien négocier mais compte bien utiliser la force et les institutions de l’Etat pour la classe capitaliste.

    Sur le terrain international il entend poursuivre ligne atlantiste et belliciste, promettant même d’agresser la Syrie sans l’accord de l’ONU, l’oppression des pays pauvres d’Europe, la dispute avec l’Allemagne pour le leadership de l’Europe, et la guerre économique avec la Chine socialiste et les pays émergents. Dans le monde multipolaire qui a vu le jour en 2016, cette politique ne peut que générer des tensions et accroître le risque d’un conflit de grande ampleur, mais elle est vouée à l’échec au même titre que les rodomontades de Trump.

    Lors du débat du second tour le mercredi 3 mai, Le Pen s’est positionnée d’emblée non comme future présidente mais comme chef de l’opposition, qu’elle prétend diriger en s’appuyant sur le score du second tour. Le FN entend prendre la tête des « patriotes » c’est-à-dire de la nébuleuse souverainiste qui va des rouge-bruns à la vieille réaction, de Dupont-Aignan à Asselineau, et jusqu’à une partie de la gauche radicale, en utilisant le chauvinisme, les confusions actuelles au sein des progressistes sur la lutte anti impérialiste, sur la nature de l’Europe et la place de l’impérialisme français.

    Bien que la classe ouvrière ait été au centre des débats électoraux, à travers la paupérisation désormais visible et la lutte contre la loi travail, l’absence d’un authentique parti communiste a été utilisée par le FN pour afficher une caricature de communisme, abuser le peuple, mais aussi pour museler toute forme d’expression réellement communiste ainsi que la lutte de classe. Il est à noter que Marine Le Pen a classé la CGT dans « l’oligarchie », la désignant ainsi comme cible à ses nervis. Elle a aussi annoncé sa volonté de créer plusieurs « syndicats libres », c’est-à-dire des syndicats d’entreprise sur le modèle de la CFT, soudoyés par le patronat pour faire la chasse aux grévistes, agresser et terroriser les syndicalistes.

    La sortie de l’Europe dans le cadre maintenu du capitalisme a subi un revers lors du débat Macron-LePen. Il est apparu que les thèses développées par des économistes « atterrés » comme Sapir et Lordon, thèses reprises simultanément pas l’ensemble des souverainistes dont Mélenchon, ne résistent pas à la critique. De fait elles étaient censées réaliser en « externe » par la dévaluation la baisse des salaires prévue en « interne » par Macron, pénalisant les capitalistes eux-mêmes. De telle sorte que le candidat du medef n’a eu aucun mal à démontrer que le montage mal ficelé par Le Pen et Dupont-Aignan n’était pas viable dans le cadre capitaliste.
    De même la bourgeoisie a rejeté la sortie de l’OTAN et un rapprochement d’avec la Russie.

    Les insoumis sont défaits eux aussi. L’échec théorique de la sortie de l’Euro pèse également sur une sortie « de gauche » de l’Euro, l’échec du souverainisme implique l’échec du souverainiste Mélenchon.
    On a observé que la petite-bourgeoisie n’a pas su adopter une position de principes et que les insoumis se sont partagés en trois sur la tactique à adopter au second tour. Il est clair que la classe ainsi représentée ne peut pas prétendre diriger la révolution.

    La direction du pcf porte une lourde responsabilité en se dissimulant dans le Front de Gauche pour ne pas avouer un score électoral ridiculement faible, mais ce stratagème fera long feu. Au lieu de cacher ce pourcentage ridicule, la direction révisionniste a encouragé Mélenchon à poursuivre de plus en plus la destruction du pcf, tout en utilisant ses bras et ses voix.

    Ces élections ont aussi été l'occasion de passer à la trappe la notion de parti et de la remplacer par un mouvement. Ce tour de passe-passe est ridicule car derrière l'étiquette de mouvement, les partis s'imposent tôt ou tard comme représentation des classes.

    Il est urgent d’avancer dans l’unité des communistes et les marxistes-léninistes.

    Notre ennemi principal est l'Etat bourgeois et l'impérialisme français.
    La social-démocratie, l'Union de la Gauche et la ligne révisionniste de passage pacifique au socialisme par des stratégies électoralistes ont échoué.
    Le PS est écartelé et désavoué par les larges masses.
    Le parti révisionniste continue de dégringoler dans les abysses, mais sa direction continue sa liquidation.
    C'est une propagande ouvertement réactionnaire et chauvine qui défendra les intérêts de la classe bourgeoise.

    Sur le plan idéologique la défense de l'Etat bourgeois, l'anticommunisme et le chauvinisme de grande puissance caractérisent à la fois l'Union Sacrée autour de Macron, l'opposition d'une certaine "gauche radicale" et le parti fasciste.
    Notre unité devrait progresser sur ces points, entre les groupes marxistes-léninistes et aussi parmi les adhérents du pcf qui s'opposent à la clique révisionniste.

    Notamment nous devrions mettre nos pendules à l'heure sur l'illusion d'un passage au socialisme par le biais d'un ‘frexit’ capitaliste.
    Nous devrions rejeter la défense des intérêts impérialistes français et promouvoir l’unité de classe entre les prolétariats d’Europe.
    Nous devrions combattre l’anticommunisme et les liaisons ouvertes ou dissimulées entre ses promoteurs, pour faire valoir la nécessité du socialisme dans notre pays.



    Edité le 08-05-2017 à 13:12:39 par Xuan




    --------------------
    contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
    Finimore
    Grand classique (ou très bavard)
    Finimore
    1925 messages postés
       Posté le 08-05-2017 à 16:57:49   Voir le profil de Finimore (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Finimore   

    Je suis en gros d'accord avec le texte de Xuan.
    Concernant le choix de Macron par le capital, je pense qu'il a été le résultat de contradictions en son sein, car le premier choix du Medef c'était Fillon. Cependant, le choix de Macron correspond totalement à la situation dans le cadre de la crise, de la recomposition politique en rapport avec le débat sur l'effondrement du clivage gauche/droite.

    Le passage du texte ci-dessous me semble très important, car le discours dominant sur ces élections son "caractère imprévisible", sa "nouveauté", sa "surprise", cache la réalité c'est à dire le contrôle complet et la cohérence de l'ensemble de la phase électorale par la classe dominante.

    Xuan a écrit :

    Macron ne représente pas la continuité comme l’a prétendu Le Pen, mais un saut qualitatif dans l’exploitation, l’oppression et la fascisation.
    Son objectif annoncé est l’Union Sacrée pour « réconcilier nos classes sociales » , qu’il a initiée par la mise au pas des partis gauche –droite. Les résidus de ces partis se demandent à quelle sauce ils seront mangés et s’apprêtent à rentrer dans le rang ou à disparaître. Mais avant tout il s’agit de la mise au pas de la société.

    Macron a pour feuille de route sur le terrain national la mise au pas ou la destruction de la CGT, la division par deux des salaires, une privatisation généralisée, la destruction de la protection sociale, l’asservissement financier des communautés locales, et un grand nombre de nombre de réformes anti sociales destinées à accroître les profits capitalistes par tous les moyens. D’ores et déjà le peuple s’apprête à un durcissement de la lutte de classe contre un président détesté avant même son élection, tandis que lui-même a prévenu qu’il gouvernerait par ordonnance, c’est-à-dire qu’il ne veut rien négocier mais compte bien utiliser la force et les institutions de l’Etat pour la classe capitaliste.


    --------------------
    Ni révisionnisme, Ni gauchisme UNE SEULE VOIE:celle du MARXISME-LENINISME (François MARTY) Pratiquer le marxisme, non le révisionnisme; travailler à l'unité, non à la scission; faire preuve de franchise de droiture ne tramer ni intrigues ni complots (MAO)
    Xuan
    Grand classique (ou très bavard)
    9266 messages postés
       Posté le 08-05-2017 à 23:52:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

    Je reviens sur la question du parti .

    C’est un sujet important, il apparaît à l’occasion des élections mais c’est un courant idéologique qui prend racine dans les tréfonds de notre société.

    La petite-bourgeoisie en France est allergique à la discipline d’un parti et rêve d’une organisation où chacun pourrait constituer sa faction personnelle. Ces conceptions ont inspiré les tendances et les pseudos « synthèses » du PS, mais aussi nombre de groupes, le penchant à la scission, au sectarisme et à la liquidation.
    Cette conception est exactement à l’opposé de celle du prolétariat, pour qui l’action collective et disciplinée est la seule qui permette d'obtenir la victoire.
    La conception petite-bourgeoise est farouchement opposée au centralisme démocratique, qui a été en butte à toutes les critiques et rendu responsable de la dérive révisionniste. Mais en fait c’est l’abandon du centralisme démocratique qui a permis au révisionnisme de s’imposer.

    Des idéologues petit-bourgeois ont accrédité l’idée que les casseroles des politiciens bourgeois provenaient du caractère partisan de la politique et que des mouvements « citoyens » pouvaient résoudre une corruption endémique aux partis politique, en présentant des candidats « en dehors » des partis. Parmi ces « théoriciens » Etienne Chouard a même lancé l’idée d’une constitution entièrement rédigée par des citoyens pris au hasard au coin de la rue, et dont la virginité politique aurait garanti l’intégrité et le caractère démocratique.
    Ces conceptions parfaitement irréalistes reposent sur l’illusion d’une société sans classe. Il est remarquable que la démocratie athénienne leur serve de modèle alors que cette société reposait sur l’esclavage et que la « démocratie » ne concernait qu’une fraction privilégiée.

    Les primaires avaient déjà montré que le personnel traditionnel des partis républicain et socialiste était complètement discrédité. D’autres politiciens se sont empressés de repeindre la façade de leur parti en « mouvement ». Mélenchon a remplacé le Parti de Gauche par la France Insoumise , Marine Le Pen a baptisé son parti « bleu Marine » puis a prétendu que le FN ne lui apportait qu’un soutien.
    La candidature de Macron est arrivée à point nommé sous l’étiquette en marche !
    Enfin un candidat blanc de toute corruption … au détail près qu’il est directement financé par le MEDEF et les plus grands trusts capitalistes.

    On voit ici que la société de classe bourgeoise résout facilement la question de l’indépendance et de la corruption, c’est-à-dire que les représentants politiques de la bourgeoisie dépendent financièrement et idéologiquement d’elle dans tous les cas.

    Ensuite la question de la liberté individuelle par rapport au centralisme démocratique est aussi aisément résolue, y compris pour la petite-bourgeoisie « démocrate » qui s’est précipitée aux urnes comme un seul homme dès qu’elle a flairé un danger pour la république, danger largement enflé par les médias. Elle a alors chanté la Marseillaise le doigt sur la couture du pantalon, à l’image de ce chanteur bobo qui se piquait d’anarchisme avant de se piquer la ruche et d’aller embrasser un flic .
    Quant à la démocratie façon Mélenchon, elle aboutit soit à une décision du chef annoncée par voie de presse, soit à un référendum interne sans autre conséquence que la division en trois parties égales.

    En réalité les partis politiques représentent les classes sociales, et les formes « nouvelles » de représentation aboutissent de fait à de nouveaux partis.

    --------------------
    contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
    Xuan
    Grand classique (ou très bavard)
    9266 messages postés
       Posté le 17-05-2017 à 23:06:56   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

    Déclaration de l'OCML VP :

    Macron, nouveau visage de l’impérialisme français ! Plus que jamais, prenons nos affaires en main !



    Emmanuel Macron a été élu (20 millions de voix), sans surprise face à Marine Le Pen (11 millions de voix). Le taux d’abstention à 25% est un record depuis 1969 (12 millions d’inscrits), de même que les votes blancs et nuls (4 millions de votants), sans même parler des non-inscrits et de nos camarades immigrés qui n’avaient pas le droit de vote. Beaucoup de gens ne se sont pas résignés à voter Macron pour faire « barrage au FN ». Ce n’est pas faute d’injonctions quotidiennes des médias et des politiciens bourgeois, ceux-là mêmes qui propagent à longueur d’année les idées réactionnaires.
    Cette contestation est politique et même les médias bourgeois sont contraints de le reconnaître ! Elle est loin d’être « irresponsable » comme on nous l’a rabâché, au contraire, elle exprime la conscience embryonnaire, notamment des prolétaires et dans les quartiers populaires, de l’impasse que représente la démocratie bourgeoise pour notre avenir. Avec tous ceux et celles qui sont venues discuter et agir avec nous dans notre campagne pour le boycott, nous avons pu le mesurer.

    Macron au pouvoir, tout va continuer pire comme avant : exploitation, répression, racisme, militarisme... Car chaque gouvernement, qu’il soit de gauche, de droite ou du milieu, fait toujours pire que le précédent. Le capitalisme c’est la guerre économique. La guerre économique c’est l’exploitation au travail, la pénibilité, la précarité, le chômage, la concurrence entre travailleurs...
    Nous sommes déjà dans la rue, ce lundi 8 mai, preuve que des illusions de « renouvellement » n’ont pas fait long feu. Macron c’est vraiment le président de l’opportunisme, un pur « produit » du capitalisme, une étiquette à multiples appartenances, pour mieux se faire élire, aux présidentielles comme aux législatives à venir. C’est un bourgeois, le représentant parfait validé par tous, de Gattaz à Robert Hue en passant par les médias, de cette classe exploiteuse qui gère ce système, et qui va assurer le recyclage tranquille et la continuité des plus vieux requins de la politique bourgeoise du PS comme des LR.

    Le Pen battue, c’est un soulagement pour beaucoup. Personne ne savait ce que son élection aurait pu déclencher, au-delà des mesures promises encore plus réactionnaires, islamophobes et rétrogrades. La crainte aussi, que les fascistes, comme après l’élection de Trump se sentent invincibles et que les agressions racistes, sexistes, homophobes se multiplient. Elles sont déjà répétées à l’égard des migrant.e.s, ou de militants dans le Nord ou le Sud-Est où le FN a déjà une assise locale. Mais élue ou pas, le combat continue, dans les quartiers, au travail, contre tous les racismes.

    Avec les élections législatives qui arrivent, c’est reparti pour un tour : débats entre politiciens bourgeois, déferlantes de drapeaux bleu-blanc-rouge, rivalités et concurrence y compris chez les Insoumis. Nous le disions dès le début de notre campagne : l’enjeu des élections pour la bourgeoisie, c’est de confisquer notre force collective, nous laisser croire que notre seul choix se résume à voter puis subir notre sort. On ne peut pas changer le système en réformant ses institutions de l’intérieur. Nous refusons de nous ranger derrière une bannière « patriotique » impérialiste quelle quel soit.

    Alors aujourd’hui, refusons que tout continue comme avant, refusons à nouveau de nous laisser engluer dans le système parlementaire, prenons nos affaires en main et organisons-nous !

    OCML Voie Prolétarienne, 9 mai 2017

    --------------------
    contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
    Xuan
    Grand classique (ou très bavard)
    9266 messages postés
       Posté le 15-06-2017 à 23:17:34   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

    Ci-dessous l'article du ROCML. Il faut noter que Macron a aussi été rapporteur de la commission Attali dans le gouvernement Sarkozy et que son cahier des charges, comme celui de Hollande, en est directement inspiré.
    On peut ajouter que se joue à la faveur de cette élection la mise en place d'un parti unique et la fin de l'alternance.
    L'abstention record et majoritaire aux législatives montre que la farce électorale n'abuse plus guère de monde, ce qui inquiète beaucoup les commentateurs politiques.
    Ce qui met en relief une grave contradiction entre la colère grandissante des masses et l'absence de parti communiste. Il est certain que cette révolte jouera un rôle essentiel dans la reconstruction du parti révolutionnaire. Notre tâche est de résoudre cette contradiction.



    15 juin 2017
    LES ELECTIONS DANS LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE BOURGEOISE


    Article de notre site ICI

    Quand ils glissent leur bulletin dans l’urne, les électeurs s’imaginent qu’ils font un libre choix et que ce libre choix entre des candidats, des partis et des programmes est une chance que leur donne la démocratie. Ils acceptent en échange la règle républicaine qui oblige « les minoritaires » à s’incliner devant le « verdict des urnes » et à accepter d’être dirigés par la « majorité » jusqu’aux élections suivantes.

    Certes, le suffrage universel est un droit démocratique fondamental, une conquête historique du peuple face à la monarchie, à l’autocratie et aux diverses formes de dictatures terroristes de la bourgeoisie comme le fascisme.

    L’expérience de l’exercice de ce droit nous conduit cependant à poser des questions : le choix de l’électeur est-il vraiment libre ? Dans la république démocratique bourgeoise, cette liberté n’est-elle pas qu’apparente ? Le choix n’est-il pas influencé (pour ne pas dire dicté pour faire élire des représentants de la bourgeoisie ? Par quel mystère la classe ouvrière et les larges couches du peuple, pourtant majoritaires, n’ont-elles jamais porté au pouvoir leurs représentants ? Pourquoi la politique capitaliste se répète-t-elle d’élections en élections ? Pourquoi le libéral Macron, ex conseiller et ministre de l’économie de François Hollande succède-t-il « démocratiquement » au libéral ex président de la République François Hollande ? Comment cela est-il possible ? Voilà des questions que tout ouvrier conscient doit se poser et auxquelles les communistes marxistes-léninistes doivent répondre.

    Ces questions ne sont pas nouvelles. Les dirigeants et penseurs révolutionnaires comme Marx, Engels et Lénine y ont été confrontés. Dans son œuvre L’ETAT ET LA REVOLUTION, Lénine expose la théorie issue de leur expérience. Voilà quelques passages :

    La toute puissance de la « richesse » est plus sûre en république bourgeoise, parce qu’elle ne dépend pas des défauts de l’enveloppe politique du capitalisme. La république démocratique est la meilleure forme politique possible du capitalisme. Aussi bien le capital, après s’en être emparé (…) asseoit son pouvoir si solidement, si sûrement, que celui-ci ne peut être ébranlé par aucun changement de personnes, d’institutions ou de partis dans la république démocratique bourgeoise.

    Cette simple citation contient le noyau de la critique du marxisme-léninisme sur les élections dans la république démocratique bourgeoise. En direction des opportunistes qui attribuent au parlementarisme bourgeois des vertus qu’il n’a pas, Lénine poursuit :

    Il faut noter qu’Engels est tout à fait catégorique lorsqu’il qualifie le suffrage universel comme instrument de la bourgeoisie. Le suffrage universel, dit-il, tenant manifestement compte de la longue expérience de la social-démocratie allemande, est… L’indice qui permet de mesurer la maturité de la classe ouvrière. Il ne peut être rien de plus, il ne sera jamais rien de plus. »

    A l’adresse de ceux qui attribuent d’autres vertus à la république démocratique bourgeoise, Lénine poursuit :

    Les démocrates petits-bourgeois tels que nos socialistes révolutionnaires et nos menchéviks, de même que leurs frères jumeaux, tous les social-chauvins et opportunistes d’Europe occidentale, attendent précisément quelque chose « de plus » du suffrage universel. Ils partagent eux-mêmes et inculquent au peuple cette idée fausse que le suffrage universel, « dans l’Etat actuel », est capable de traduire réellement la volonté de la majorité des travailleurs et d’en assurer l’accomplissement.

    Voilà pour la théorie. Certains opportunistes rétorqueront que la référence à la théorie, c’est du dogmatisme, qu’il faut partir de la réalité, du niveau de conscience politique actuel des masses, qu’il ne faut pas heurter des éléments « avancés » du mouvement revendicatif qui croient pouvoir utiliser leur bulletin de vote pour résister à l’offensive anti-ouvrière de la bourgeoisie, ou faire barrage au fascisme…

    Les marxistes-léninistes, en aucun cas ne se contentent de réciter la théorie et partent toujours de la situation concrète dans leur analyse de la situation politique. Ils articulent les deux. Ils affirment que l’analyse concrète de la situation concrète doit être éclairée par la théorie, sous peine de sombrer dans l’observation externe des phénomènes et dans leur critique empirique. C’est dans cette logique matérialiste dialectique qu’ils analysent le processus politique actuel, afin d’en tirer la ligne à suivre pour instruire le prolétariat.

    Ce qui suit vise à expliquer, aux ouvriers combatifs dans les luttes de classe mais non encore parvenus à une conscience claire de la nécessité de la révolution et du parti du prolétariat, comment il faut comprendre la dernière période électorale, de la démission de Macron du gouvernement Valls Hollande jusqu’à son élection comme président de la république, et son achèvement par l’élection législative de Juin. Il vise à convaincre que tout ce processus a été pensé, planifié et réalisé par les centres dirigeants de la bourgeoisie et que les électeurs ont été manipulés de A à Z pour arriver au résultat final.

    Le point de départ de l’opération Macron a été le constat, par les milieux politiques dirigeants que le gouvernement Hollande était cuit et que la traditionnelle alternance droite gauche organisée autour de l’alternance PS-UMP (rebaptisée au passage LR) était discréditée, impossible d’être proposée encore une fois aux électeurs. Il fallait lui trouver un substitut en apparence encore inédit, mais garantissant la continuité de la politique libérale bourgeoise pratiquée par le gouvernement Valls Hollande. Il fallait trouver quelque chose de « nouveau » à la place, sous peine de donner lieu à un scénario difficile à gérer par les monopoles capitalistes (Mélenchon ou Marine Le Pen) . Ce « nouveau », ce fut Macron et le mouvement « en marche ».

    On aurait tort de croire que Macron a démissionné du gouvernement Valls et s’est lancé seul, pour l’amour de la France, dans l’aventure des élections présidentielles. Au départ seul, en apparence, et ne s’appuyant sur aucun parti, il n’avait en théorie aucune chance. MAIS…

    Nous en venons au centre de nos questions : Comment, dans la république démocratique bourgeoise, en cachette de l’opinion publique, se fabrique, se lance et se vend avec succès un « nouveau produit » politique, dans une situation « nouvelle » (le rejet des deux principaux partis de « l’alternance républicaine) capable d’assurer la continuité de la politique des monopoles capitalistes ?

    La vérité cachée, c’est que les représentants du patronat et du CAC 40, les dirigeants des banques et des monopoles industriels et commerciaux, les médias, des délégués des partis « de gouvernements » sont organisés dans des « think tank» ( boîte à idées ) et que c’est dans ces organismes que se définissent les politiques économiques et sociales intérieures et extérieures à mener, pour faire prospérer les « intérêts de la France », c’est-à dire les intérêts des groupes monopolistes français en France et dans le monde.

    Ainsi, c’est l’Institut Montaigne qui a tracé la feuille de route du processus politique qui a lancé, en accord avec François Hollande, la fondation du mouvement En Marche le 6 avril 2016, la démission de Macron en août 2016, l’éclatement du PS et de LR par la tragi-comédie des primaires de la droite et du PS. Sponsorisé financièrement par tous les milieux de la bourgeoisie libérale relayés par une campagne médiatique sans précédent, Macron ne pouvait pas perdre. Il devait être élu président de la république. Il l’a été.
    Des preuves de ce scénario planifié ? C’est Médiapart qui les a éventées.

    L’express du 7 avril publie :
    En Marche n’est peut-être ni de droite ni de gauche, mais il est très proche de l’idéologie libérale de l’Institut Montaigne, lui-même parfaitement compatible avec les idées du MEDEF. Découvert par Médiapart, le lien était à chercher dans les mentions légales du titre du mouvement. Elles ont été modifiées depuis la publication de l’article, mais Médiapart en a conservé une capture d’écran. Celles-ci faisaient apparaître le nom du directeur de publication du site, Véronique Bolhuis, et son éditeur, En Marche, association loi 1901 domiciliée 33 rue Danton 94270 Kremlin Bicêtre. Véronique Bolhuis est la compagne de Laurent Bigorgne, le directeur de l’Institut Montaigne. Et l’adresse de l’association est le domicile privé du couple… Laurent Bigorgne faisait partie en 2015 de la dizaine de Français invités à participer au très restreint groupe de Bilderberg, qui passe pour être une version top de Davos. De son côté, le président du MEDEF, Pierre Gattaz, a déclaré sur France Inter « bien aimer l’initiative de Macron qu’il juge « rafraîchissante ».

    L’Institut Montaigne n’est pas le seul forum existant. Citons encore l’Institut ASPEN, l’IFRI, la Fondation pour l’innovation politique (FONDAPOL)1, En Temps Réel, la République des idées. On y retrouve les grands chefs d’entreprise, des économistes, des dirigeants de médias, des dirigeants politiques. C’est dans ces cercles que sont élaborés les lignes et les programmes économiques, politiques et sociaux que les gouvernements auront pour mission d’appliquer.1
    Non, Macron n’est pas l’ange descendu du ciel qu’on présente au bon peuple. C’est tout simplement l’agent du capital créé de toutes pièces pour remplacer le PS et LR devenus inutilisables. Cela, dans le secret des cercles politiques restreints.

    Elu président comme prévu, Macron doit maintenant gouverner dans le cadre des institutions de la Vème République.
    Après son élection, Il a constitué un conseil des ministres au-dessus des structures des anciens partis de gouvernement. A côté d’adhérents d’En Marche, on y retrouve pourtant des socialistes, des LR, des centristes, des Verts, et des « novices » de la société civile (pour le décor novateur). Bref, une nébuleuse dont le point commun est la mise en œuvre accélérée des mesures libérales anti-ouvrières et antipopulaires.

    Mais pour clore le processus électoral, il doit encore franchir l’étape des élections législatives. Les candidats d’En Marche auront-ils la majorité des députés à l’Assemblée Nationale ? Rien n’est moins sûr. Contredit sur sa gauche par Les Insoumis, quelques PCF et quelques socialistes « canal historique », sur sa droite par le Front National et une partie des Républicains, il semble cependant assuré, en plus des élus En Marche, d’un large soutien de la gauche libérale, du centre et de la droite modérée. Il fera passer au coup par coup sa politique de cadeaux financiers au capital et de régression sociale aux forces du travail, soit par une majorité au parlement, soit par ordonnances. Voilà le scénario écrit dans les règles de la République démocratique bourgeoise pour les cinq ans à venir. Et ainsi de suite… Sauf si…

    Les seules forces capables de perturber les mécanismes du système électoral bourgeois, ce sont les luttes de classe extra-parlementaires, à condition qu’elles ne soient pas dévoyées de leurs buts dans l’ornière réformiste ou dans l’anarcho-syndicalisme. La Parti « communiste » (PCF) porte une grande responsabilité dans l’illusion que le prolétariat pourrait réaliser ses objectifs par la voie pacifique électorale. Ce parti a abandonné sa mission historique. C’est pourquoi la classe ouvrière (et le prolétariat en général) doit reconstruire son indépendance politique au travers d’un parti révolutionnaire dans le but de renverser le système capitaliste, en commençant par le prise du pouvoir politique par la révolution.

    L’accentuation des attaques contre les classes travailleuses exploitées et en premier lieu de la classe ouvrière va conduire à des manifestations de plus en plus dures de la lutte des classes. Dans cette perspective, les communistes seront dans et à la tête des luttes ouvrières au travers de leur syndicat. Mais ils diffuseront en même temps, ouvertement la perspective politique révolutionnaire du renversement du système capitaliste, sans concession à l’égard des illusions encore présentes dans la tête des travailleurs : Les communistes ne s’abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs projets. Ils proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de tout l’ordre social passé. Karl Marx, LE MANIFESTE DU PARTI COMMUNISTE.

    1 Les lecteurs qui veulent en savoir plus sur les « Think tank » et leur pouvoir occulte peuvent rechercher sur internet « Le rôle des think tank en France. »


    Edité le 15-06-2017 à 23:27:04 par Xuan




    --------------------
    contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
    DUROC
    Jeune Communiste
    195 messages postés
       Posté le 16-06-2017 à 18:33:39   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

    La fin de l'alternance ? Attention, Xuan, les stratèges de la bougeoisie ont plus d'un tour dans leur sac !

    --------------------
    Xuan
    Grand classique (ou très bavard)
    9266 messages postés
       Posté le 16-06-2017 à 20:50:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

    Bien entendu, à long terme cette stratégie peut échouer.
    Mais jusqu'ici c'est l'alternance gauche-droite qui n'a plus l'effet escompté et qui apporte au grand capital plus d'inconvénients que d'avantages, avec les va et vient à l'assemblée , motions de censures, amendements et tout le tremblement.
    Gattaz critiquait il y a un an ces zigs et ces zags .
    Evidemment c'est un handicap dans la course à la déréglementation. Et la fin des chasses gardées occidentales agit comme un fouet sur les capitalistes.
    La concurrence, le retard accumulé dans les investissements, tout cela impose de passer outre les formes établies, voire les lois et les institutions, et de trouver une autre sorte de dictature démocratique du capital.

    Toute la difficulté consiste à faire passer ce pas supplémentaire dans la fascisation comme une forme de progrès, de "révolution", de "courant d'air frais", une expression du dégagisme , du nettoyage des vieux partis corrompus, politiciens, etc. tout en dissimulant qu'à l'évidence l'osmose du grand capital et de ses représentants est plus intriquée que jamais, et que les bonnes habitudes seront préservées.

    Des incohérences apparentes opposent des candidats "majorité présidentielle" face à des candidats "République En Marche". L'objectif ici est clairement de monopoliser le débat et de laisser les électeurs trancher entre le gouvernement et ses larbins.
    Ceci ne supprime pas l'opposition, celle du FN et des insoumis, mais c'est une opposition pas une alternance. Les capitalistes savent que ni Le Pen ni Mélenchon ne représentent un danger et qu'il est aisé de les discréditer le moment voulu.


    Edité le 16-06-2017 à 21:02:00 par Xuan




    --------------------
    contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
    DUROC
    Jeune Communiste
    195 messages postés
       Posté le 17-06-2017 à 13:52:36   Voir le profil de DUROC (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à DUROC   

    Quand je parle d'une hypothèse d' une nouvelle alternance, cela exclut la vieille alternance droite-gauche, telle qu'on l'a connue depuis des dizaines d'années. Mais quand En Marche sera discrédité, et en cas de mouvement anticapitaliste puissant, un autre bloc "plus à gauche " peut très bien être reconstitué et, pourquoi pas "alterner" ! La social démocratie (Mélenchon inclus) est actuellement déglinguée du point de vue organisationnel, mais si c'est nécessaire, la bourgeoisie pourra en recoller les morceau, pour sauver son pouvoir. Impossible?

    --------------------
    Haut de pagePages : 1 - 2 - 3Page précédentePage suivante
     
     Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises  Elections anticipéesNouveau sujet   Répondre
     
    Identification rapide :         
     
    Divers
    Imprimer ce sujet
    Aller à :   
     
    créer forum