Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Idéologie 

 Vous nous avez rendus faibles

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17102 messages postés
   Posté le 02-05-2022 à 23:31:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

VOUS NOUS AVEZ RENDUS FAIBLES
2 MAI 2022
https://histoireetsociete.com/2022/05/02/vous-nous-avez-rendu-faibles/

C’est ce que ma génération peut dire, nous les “soixante-huitards” qui découvrons le monde de facilité que nos parents nous ont laissé et qui nous a rendu faibles, égoïstes et incapables d’un effort collectif. Ils nous ont tant aimés ceux qui imaginaient que l’école feraient de nous des princes et qui voyons se profiler à l’horizon ce que nous n’avons pas réussi à éloigner pour nos propres enfants qui sont encore plus démunis que nous, encore plus gâtés, encore plus capricieux et qui nous engouffrons dans les “luttes” sans la moindre idée de ce que cela exige, dans des pitreries et des modes. Excusez-nous si vous le pouvez, notre responsabilité est grande dans le fait que c’est vous qui allez payer l’addition alors que vous n’avez pas la moindre idée de comment vous y prendre et que vous n’êtes que parodie, libéralisme libertaire et caricature, prêts à être cueillis par d’autres caricatures celles de l’obscénité d’un pouvoir qui ressemble à votre égoïsme et vos enfantillages, Elon Musk est devenu notre maître et vous suivez n’importe quel joueur de flute parce que dans notre génération il n’y a rien eu d’autre à vous proposer. (Note de danielle Bleitrach pour histoireetsociete)


Vous nous aimiez tellement que vous nous avez rendus faibles.


Vous avez réservé pour vous les mauvaises boissons, les valises en carton, les mauvaises semelles sur les chaussures. Vous avez enduré les guerres et l’après-guerres, la faim dans la misère, les poux, les outils, la peur collée au judas, les maisons pleines de photos tristes.

Vous portiez un deuil après l’autre, les yeux baissés, les mains glacées. Vous avez pris des trains sombres, des kilomètres en wagon de troisième, des vendanges, des usines immenses, des pluies qui reliaient à plus de pluie, des hivers qui duraient toute l’année

.Et tout ça c’était pour survivre et obtenir l’entrée d’un appartement, pour nous offrir un lit bébé avec matelas en laine, un couvert avec nos initiales, un bureau à l’école, des patins, un gâteau d’anniversaire, un jouet – ou deux – des Rois mages, une quinzaine à la plage. Et tout ça c’était pour qu’on ait un paquet de friandises, des bottes imperméables, une chanson dédiée à la radio.

Vous nous avez gâtés comme vous ne saviez pas que vous pouviez aimer.

Vous nous avez rempli la poche de pourboires de cinq sous, vous nous avez appris le verbe nouveau pour Ramos dimanche, pour les mariages et les communions, vous nous avez acheté le sac à dos pour les camps et vous vous êtes rompus pour nous inscrire aux activités extras Scolaires.

Vous avez enterré vos morts avec des pelles de pleurs et de silence.

Vous nous avez facilité la tâche avec une assurance-vie pour vous dire au revoir sans nous souiller de terre. Vous nous avez inondés de ColaCao le bol du petit-déjeuner et d’orangeade le verre du goûter

.Nous, les écoliers de brioches et de chocolat, n’avons jamais su ce que c’était de partager un œuf frit au dîner, et nous n’avons pas soupçonné que les gens sortent de la maison il y a quelques décennies avec un sandwich enveloppé dans du journal en route vers labeur des champs puis, fatigué de la journée, encore étudier dans des cours du soir pour adultes.

Nous sommes sortis gâtés. Les forces restaient dans vos chaussettes, dans les manteaux que vous retourniez pour prolonger leur vie. Nous nous sortions sans résistance à la frustrations.

Pour nous, l’aspérité de la survie était une aventure de personnages de film qui se terminait toujours bien. Nous pensions que se battre et revendiquer se limitait à sortir dans la rue à certaines dates avec une bannière.

Nous pensions que le bien-être hérité de vous était une conquête à vie. Nous pensions manger des feuilles tendres toute notre vie, puisque vous aviez déjà mâché les dures.

Nous pensions que nos enfants auraient le monde à leurs pieds sans effort, dans une ascension inarrêtable pour profiter de plus de confort et de services et, en plus, avant tout le monde.

Vous nous aimiez tellement que vous nous avez rendus faibles

.La musculature des dossiers plastifiés ne nous aide pas à affronter la difficulté. Nous avons besoin de prothèses de synergies, d’empathie et de ces soutiens que vous, appeliez simplement solidarité, camaraderie et engagement collectif.

Mais pour nous, ivres de master et de diplômes, le rôle de la responsabilité est grand. C’est pourquoi il nous est si difficile d’assumer ce virage énorme de la cohabitation au niveau mondial où nos règles égoïstes échouent, de vivre chacun pour soi et, si possible, de voler le voisin le plus impuissant.

De là où vous vous trouvez, parents et grands-parents, si vous faites un tour ici, vous serez scandalisé par nos prisons gesticulées en conventions de poltrone et perte de droits. Vous serez sans doute indignés que nous soyons si doux et manipulables et que du conformisme de ce que nous allons lui faire et de la confortable non-confortable, nous ayons permis que le bien public soit écrasé.

Et vous qui nous aimiez tant, vous retournerez dans vos tombes heureux de ne pas dépendre de nous, de nos putains de mobiles, de notre inculture académique et de notre insensibilité fondamentale.

Victoria Blé Bello( écrivain, Saragosse)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Idéologie  Vous nous avez rendus faiblesNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum