Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine 

 Visite de Macron en Chine

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 06-04-2023 à 23:34:54   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Xi Jinping s'entretient avec le président français Emmanuel Macron

Source : Xinhua Net Auteur : Reporter Liu Hua 2023-04-06 20:57:13
http://www.qstheory.cn/yaowen/2023-04/06/c_1129499988.htm

Agence de presse Xinhua, Pékin, 6 avril (Reporter Liu Hua) Dans l'après-midi du 6 avril, le président Xi Jinping s'est entretenu avec le président français Emmanuel Macron, qui était en visite d'État en Chine, au Grand Palais du Peuple.

Xi Jinping invite Macron à se rendre à nouveau en Chine. Xi Jinping a souligné que le monde d'aujourd'hui connaît de profondes mutations historiques. En tant que membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et grands pays ayant une tradition d'indépendance, la Chine et la France, en tant que fervents promoteurs de la multipolarisation du monde et de la démocratisation des relations internationales relations, ont la capacité et la responsabilité de transcender les différences, d'adhérer à la direction générale du partenariat stratégique global sino-français qui est stable, réciproque, pionnier et ascendant, de pratiquer un véritable multilatéralisme et de maintenir la paix, la stabilité et la prospérité dans le monde.

Xi Jinping a parlé positivement de la dynamique de développement positive et régulière des relations sino-françaises, soulignant que la stabilité est une caractéristique importante et un atout précieux des relations sino-françaises, qui mérite une attention particulière des deux parties. Les deux parties doivent faire bon usage des voies de communication globales et de haut niveau entre les deux pays, maintenir une communication étroite entre les chefs d'État des deux pays et organiser une nouvelle réunion des trois mécanismes de dialogue de haut niveau entre la Chine. et la France sur la stratégie, l'économie et la finance, et les échanges interpersonnels et culturels au cours de cette année. Les deux parties doivent respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'autre, respecter les intérêts fondamentaux de l'autre et gérer correctement les différences. Adhérer au bénéfice mutuel et au développement commun.
La Chine promeut vigoureusement un développement de qualité et une ouverture de haut niveau, qui offriront à la France des opportunités de marché plus larges. La Chine est disposée à travailler avec la France pour approfondir la coopération dans des domaines tels que l'agriculture, l'alimentation, l'aérospatiale et l'énergie nucléaire civile, pour cultiver de nouveaux points de croissance pour la coopération dans le commerce des services, le développement vert et l'innovation technologique, et pour soutenir les deux parties dans co-construire un centre neutre en carbone et renforcer la formation commune des talents.
La France est la bienvenue en tant que pays invité du Salon international du commerce des services de Chine 2024 et de la 7e Exposition internationale d'importation de Chine. Il est à espérer que la partie française offrira aux entreprises chinoises un environnement commercial équitable, juste et non discriminatoire.
La partie chinoise souhaite, avec la partie française, saisir le 60e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France l'année prochaine, l'Année de la culture et du tourisme Chine-France et les Jeux olympiques de Paris comme des occasions de renforcer la coopération dans domaines connexes.

Xi Jinping a souligné que la Chine est disposée à maintenir une attitude ouverte et à maintenir une communication et une coordination étroites avec la France dans les mécanismes multilatéraux tels que les Nations Unies, le Groupe des Vingt et l'Organisation mondiale du commerce, à pratiquer conjointement un véritable multilatéralisme et à relever ensemble le changement climatique, les enjeux énergétiques… défi mondial. La Chine soutient la France dans l'accueil réussi de la Conférence des Nations Unies sur les océans de 2025 et invite la France à participer au troisième Forum de la Ceinture et de la Route pour la coopération internationale.

Xi Jinping a souligné qu'en tant que deux grandes puissances mondiales, deux grands marchés et deux grandes civilisations, les relations Chine-UE sont liées au bien-être des deux parties, ainsi qu'à la stabilité et à la prospérité mondiales. La politique de la Chine envers l'Europe maintiendra la stabilité à long terme, considère toujours l'Europe comme un pôle indépendant dans le monde multipolaire et insiste sur le fait que les relations Chine-UE ne sont pas ciblées, dépendantes ou contrôlées par une tierce partie.
La partie chinoise est disposée à travailler avec la partie européenne pour faire du 20e anniversaire de l'établissement du partenariat stratégique global entre la Chine et l'UE cette année une occasion de relancer globalement les échanges et les dialogues, de stabiliser le ton principal de la coopération amicale Chine-UE , et discuter de la construction d'un partenariat de chaîne d'approvisionnement stable et digne de confiance pour obtenir des avantages mutuels et des résultats gagnant-gagnant. On espère que la partie française jouera un rôle moteur actif.

Emmanuel Macron a déclaré que j'avais encore de nouveaux souvenirs de ma visite en Chine il y a plus de trois ans, et je suis très heureux de me rendre à nouveau en Chine pour discuter avec le président Xi Jinping de la manière de renforcer davantage le partenariat stratégique global France-Chine. Je partage pleinement les propos positifs du président Xi Jinping sur les relations franco-chinoises et ses importantes suggestions sur le développement des relations bilatérales.
L'année prochaine, la France et la Chine célébreront ensemble le 60e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques. Au cours des 60 dernières années, les relations franco-chinoises ont maintenu un développement stable et sain. Bien que les modèles de développement de la France et de la Chine soient différents, les deux parties se respectent et communiquent franchement. La coopération dans divers domaines a permis d'obtenir des avantages et une réciprocité mutuels. Dans le même temps, des progrès importants ont été réalisés dans la coopération pour faire face aux défis mondiaux. face au monde d'aujourd'hui.

La partie française respecte et adhère à la politique d'une seule Chine. Je conduis une importante délégation pour visiter la Chine cette fois-ci parce que j'espère renforcer la coopération avec la Chine et promouvoir les échanges interpersonnels et culturels. La partie française a félicité la partie chinoise d'avoir accueilli avec succès la 15e Conférence des Partis à la Convention de Kunming-Montréal sur la diversité biologique, et espère continuer à communiquer et à coopérer étroitement avec la Chine sur des questions telles que le changement climatique et la sécurité alimentaire. La Chine accueillera le troisième Forum du sommet sur la coopération internationale "la Ceinture et la Route", et la France est disposée à coopérer avec la Chine à cet égard. La partie française apprécie que la Chine ait toujours respecté les objectifs de la Charte des Nations Unies et ait joué un rôle positif dans la résolution des problèmes internationaux et régionaux brûlants, et attend avec impatience une communication et une coordination étroites avec la Chine pour lutter pour une paix et une stabilité durables dans le monde.

Macron a déclaré que la partie française adhère à une diplomatie indépendante, prône l'autonomie stratégique européenne et s'oppose à la confrontation et à la division, ainsi qu'à la confrontation entre les camps. La France ne choisira pas son camp, mais prône l'unité et la coopération, et les relations entre les grandes puissances restent stables. La partie française est disposée à maintenir une communication franche et approfondie avec la partie chinoise, à renforcer la confiance mutuelle, à rechercher un terrain d'entente tout en réservant les divergences et à coopérer ouvertement. La partie française est disposée à promouvoir activement le développement des relations UE-Chine.

Les deux chefs d'Etat ont également échangé sur la crise en Ukraine. Xi Jinping a souligné que la position de la Chine sur la question ukrainienne était cohérente et claire, et que l'essentiel était de promouvoir les pourparlers de paix et le règlement politique. Il n'y a pas de panacée pour résoudre la crise. Toutes les parties doivent partir d'elles-mêmes et créer les conditions pour mettre fin à la guerre et aux pourparlers de paix en accumulant la confiance mutuelle.
La Chine soutient la partie européenne dans son rôle dans le règlement politique de la crise et est disposée à travailler avec la partie française pour appeler la communauté internationale à maintenir une retenue rationnelle et à éviter de prendre des mesures qui aggraveront davantage la crise ou même en sortiront de contrôle ; respecter strictement le droit international humanitaire, éviter les attaques contre les civils et les installations civiles, protéger les femmes, les enfants et les autres victimes des conflits ; tenir sérieusement la promesse que les armes nucléaires et les guerres nucléaires ne seront pas utilisées, s'opposer à l'utilisation des armes biologiques et chimiques armes en toutes circonstances, et de s'opposer aux attaques armées contre les centrales nucléaires et autres installations nucléaires civiles ; reprendre les pourparlers de paix dès que possible, conformément aux buts et principes de la Charte des Nations Unies, en tenant compte de tous les aspects pour rechercher un accord solution politique pour construire un cadre de sécurité européen équilibré, efficace et durable ; coopérer pour faire face aux retombées de la crise ukrainienne dans les domaines de l'alimentation, de l'énergie, de la finance et des transports, et réduire l'impact de la crise ukrainienne sur le monde, en particulier les pays en développement, impact négatif sur le pays.
La Chine est disposée à maintenir la communication avec la France à ce sujet et à jouer un rôle constructif dans le règlement politique de la crise.

Macron a présenté le point de vue de la partie française et apprécié le rôle important de la Chine dans le règlement politique de la crise ukrainienne. Il a déclaré que la partie française prône la reprise des négociations politiques, la résolution de la crise par des moyens diplomatiques et la réalisation d'une paix durable en Europe. renforcer la communication avec la Chine et faire des efforts conjoints pour la paix.

A l'issue des entretiens, les deux chefs d'Etat ont assisté conjointement à la signature de plusieurs documents de coopération bilatérale dans les domaines de l'agriculture, de l'alimentation, des sciences et technologies, de l'aviation, du nucléaire civil, du développement durable et de la culture.

Les deux chefs d'Etat ont également rencontré conjointement des journalistes chinois et étrangers.

Avant les pourparlers, Xi Jinping a organisé une cérémonie de bienvenue pour Macron sur la place devant la porte est du Grand Palais du Peuple.

À l'arrivée de Macron, la haie d'honneur s'est alignée pour lui rendre hommage. Les deux chefs d'État sont montés sur la tribune, la fanfare militaire a joué les hymnes nationaux de la Chine et de la France et une salve de 21 coups de canon a été tirée sur la place Tiananmen. Accompagné de Xi Jinping, Macron a passé en revue la haie d'honneur de l'Armée populaire de libération chinoise et a regardé le défilé.

Wang Yi, Qin Gang et d'autres ont participé aux activités ci-dessus.


Edité le 06-04-2023 à 23:35:14 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 06-04-2023 à 23:39:27   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les pourparlers trilatéraux Chine-France-UE donnent le bon cap pour les relations

L'appel de Pékin à l'Ukraine fait preuve de sagesse et de capacité à négocier la paix
Par les journalistes du personnel de GT
Publié: 07 avril 2023 00:31

https://www.globaltimes.cn/page/202304/1288674.shtml

Le président chinois Xi Jinping (au centre) tient une réunion trilatérale avec le président français Emmanuel Macron (à gauche) et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à Pékin le 6 avril 2023. Photo : Xinhua


Lors de discussions avec le président français en visite Emmanuel Macron et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen jeudi, le président chinois Xi Jinping a souligné que la coopération et le terrain d'entente entre la Chine et l'UE l'emportaient sur la concurrence et les différences, et la Chine est prête à travailler avec l'UE pour définir la bonne direction et le bon ton pour les relations Chine-UE, reprendre pleinement les échanges à tous les niveaux et revitaliser la coopération mutuellement bénéfique dans divers domaines, en insufflant un nouvel élan aux relations Chine-UE et à la paix, la stabilité et la prospérité mondiales.

Les observateurs ont déclaré que le signal de la Chine pour renforcer la coopération lors de la visite des deux dirigeants européens devrait stabiliser les relations et dissiper certaines inquiétudes de l'Europe, à un moment où les relations doivent être relancées et renforcées après les différences de ces dernières années et le manque de communication directe. . En outre, l'appel conjoint proposé par Xi Jinping avec la France sur le règlement politique de la crise ukrainienne marque une étape importante pour que la Chine et la France fassent conjointement pression en faveur d'une résolution pacifique de la crise en cours, et montre la sagesse et la capacité de la Chine à négocier des pourparlers de paix.

Lors d'une rencontre avec Macron qui est en visite d'Etat en Chine jeudi, Xi a déclaré que la Chine et la France étaient des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et de grands pays ayant une tradition d'indépendance. Ils sont de fervents défenseurs d'un monde multipolaire et d'une plus grande démocratie dans les relations internationales.

Ils ont la capacité et la responsabilité de surmonter les différences et les obstacles, de maintenir l'orientation générale d'un partenariat stratégique global stable, mutuellement bénéfique, entreprenant et dynamique, et de pratiquer un véritable multilatéralisme pour la paix, la stabilité et la prospérité mondiales, a déclaré le président chinois. .

Xi a déclaré que la visite de Macron en Chine était la première d'un chef d'Etat européen après la reprise complète des échanges de la Chine avec le monde et la conclusion réussie des "deux sessions" de la Chine. Cette visite insufflera un nouvel élan et apportera une nouvelle vitalité aux relations sino-européennes.

La Chine soutient l'Europe dans la réalisation de son autonomie stratégique, soutient que les relations sino-européennes ne sont ciblées, soumises ou contrôlées par aucun tiers, et estime que l'Europe adoptera une approche indépendante pour développer ses relations avec la Chine, a déclaré M. Xi.

Jeudi après-midi, Xi a également eu une réunion trilatérale avec Macron et Ursula von der Leyen au Grand Palais du Peuple.

M. Xi a souligné que la visite simultanée en Chine du président Macron et de la présidente von der Leyen démontre la volonté positive de l'Union européenne (UE) de développer ses relations avec la Chine et de faire progresser les intérêts communs de la Chine et de l'UE.

Dans un monde complexe et volatil marqué par la crise ukrainienne prolongée, la reprise mondiale chancelante, les marchés financiers volatils et les difficultés croissantes auxquelles sont confrontés les pays en développement, la Chine et l'UE doivent rester attachées au dialogue et à la coopération, maintenir la paix et la stabilité mondiales, favoriser le développement commun et la prospérité, promouvoir le progrès humain et relever ensemble les défis mondiaux, a déclaré M. Xi.

Dans un contexte de turbulences au sein de la communauté internationale, les signaux positifs de la rencontre entre les dirigeants de la Chine, de la France et de l'UE ont contribué à stabiliser les relations et à dissiper les inquiétudes et les doutes de l'Europe au cours des trois dernières années en raison du manque de communication en face à face, Cui Hongjian, directeur du département des études européennes à l'Institut chinois des études internationales, a déclaré au Global Times.

Les experts estiment que l'appel de la Chine à l'Europe de maintenir son indépendance stratégique est également un signe pour le continent que se débarrasser de l'influence américaine et se forger une opinion objective sur la Chine seront essentiels pour travailler ensemble afin de remettre les liens sur la bonne voie.

Appel conjoint pour résoudre la crise en Ukraine

Lors des entretiens avec Macron, le président Xi a réaffirmé l'engagement de la Chine à faciliter les pourparlers de paix et le règlement politique de la crise ukrainienne, et a déclaré que la Chine était prête à lancer un appel conjoint avec la France à la communauté internationale pour qu'elle reste rationnelle, fasse preuve de retenue et évite de prendre des mesures qui pourrait aggraver la crise ou même devenir incontrôlable.

Il a également appelé à la reprise des pourparlers pacifiques dès que possible et à la recherche d'un règlement politique de la crise.

Lors de la réunion trilatérale avec Macron et von der Leyen, Xi a également souligné que la crise ukrainienne n'était pas un problème entre la Chine et l'UE. La Chine continuera de jouer un rôle positif dans la facilitation des pourparlers de paix.

La Chine soutient les efforts de l'UE pour proposer des approches et des plans pour un règlement politique de la crise ukrainienne, et pour construire un cadre de sécurité européen équilibré, efficace et durable, qui sert les intérêts fondamentaux et à long terme de l'UE, a déclaré M. Xi.

L'appel commun représente le terrain d'entente entre la Chine et la France en ce qui concerne la résolution de la crise ukrainienne et constitue le contenu d'un document de position en 12 points sur le règlement politique de la crise ukrainienne publié par la Chine en février, a déclaré M. Cui.

Il a estimé que l'appel commun pourrait marquer une étape importante pour que la Chine coopère avec l'Europe en faisant pression pour une résolution pacifique de la crise actuelle. "De plus, cela montre que la sagesse et la capacité de la Chine à négocier des négociations continuent de s'améliorer", a noté M. Cui.

Von der Leyen et Macron ont également partagé la perspective européenne sur la crise lors de leur rencontre avec le président chinois.

Ils ont convenu que la Chine n'était pas à l'origine de la crise ukrainienne et ont déclaré qu'ils appréciaient les efforts de la Chine pour promouvoir un règlement politique et attendaient avec impatience que la Chine joue un rôle plus important. Ils ont également déclaré qu'ils étaient prêts à travailler avec la Chine pour trouver un moyen de faciliter les pourparlers de paix.

Zheng Ruolin, un professionnel des médias chinois et expert en études européennes, a déclaré au Global Times que la principale préoccupation de la France était que la Chine ne fournisse pas d'aide militaire à la Russie, ce que la Chine a expressément démenti.

La France et l'Europe sont épuisées alors que la crise s'éternise, et les États-Unis exploitent leurs gains tandis que l'Europe souffre, a déclaré Zheng, ajoutant que dans un tel contexte, la Chine et la France peuvent travailler conjointement pour faire pression pour que la crise soit réglée par des moyens diplomatiques.

Malgré la volonté de certains pays européens, comme la France, de discuter avec la Chine de la crise ukrainienne, certaines forces de la région sont déterminées à déformer le rôle de la Chine dans la crise. Avant la rencontre de Macron avec Xi, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré mercredi à Bruxelles, en Belgique, que la Chine commettrait une "erreur historique" si elle fournissait une aide létale à la Russie.

En réponse, Mao Ning, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré jeudi que la Chine avait toujours adopté une position objective et impartiale sur la crise ukrainienne. "Quand on parle de responsabilité dans la crise ukrainienne, je pense que les Etats-Unis et l'OTAN devraient assumer leurs responsabilités. L'OTAN n'est pas qualifiée pour faire pression sur la Chine", a déclaré Mao.

Pendant la crise ukrainienne, les pays européens ont tenté de comprendre les intentions de la Chine et craignent que la Chine et la Russie ne s'unissent pour "défier l'ordre mondial", comme certains médias américains l'ont annoncé, a déclaré Cui. Il a noté qu'après un an, ce scénario ne s'est pas produit et qu'au lieu de cela, le monde est témoin des efforts constants de la Chine pour faire pression pour des pourparlers de paix. "Les efforts de la Chine ont renforcé la confiance de la France, c'est pourquoi cette dernière redouble d'efforts dans sa coopération avec la Chine sur la gouvernance de la sécurité", a déclaré Cui.

Coopération, les pourparlers l'emportent sur les divergences

Au terme de leurs entretiens, Xi et Macron ont assisté à la signature de documents de coopération bilatérale couvrant l'agroalimentaire, la science et la technologie, l'aviation, le nucléaire civil, le développement durable et la culture.

Macron voyage avec une délégation commerciale de 50 personnes comprenant des représentants d'Airbus, du géant du luxe LVMH et du producteur d'énergie nucléaire EDF, et devrait également annoncer des accords avec la Chine, a rapporté Reuters. "Nous ne devons pas nous dissocier, nous séparer de la Chine", a déclaré Macron à la communauté française de Pékin à son arrivée, affirmant que la France "s'engagerait de manière proactive à continuer d'avoir une relation commerciale avec la Chine".

La visite de Macron aura pour effet de montrer que la coopération l'emporte sur le découplage, et cet effet sera certainement accepté par d'autres pays européens, ont déclaré des experts.

Interrogé sur ce que les fréquentes visites de dirigeants européens, dont Macron et le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez, qui se sont rendus en Chine à la fin du mois dernier, apporteront aux relations sino-européennes, Mao Ning a déclaré jeudi que la Chine menait actuellement des négociations politiques avec des pays européens. presque chaque semaine pour ouvrir la voie à la prochaine étape des interactions de haut niveau entre la Chine et l'Europe.

Les récentes interactions fréquentes montrent que malgré les différences, la volonté de communiquer est plus forte des deux côtés, a déclaré Mao.

Tant que l'Europe ne suivra pas les États-Unis, n'exercera pas de découplage ou ne coupera pas les chaînes d'approvisionnement et ne s'engagera pas dans une nouvelle guerre froide initiée par les États-Unis, les relations sino-européennes reviendront sur la bonne voie, a déclaré Wang Yiwei, directeur de l'Institut des affaires internationales de l'Université Renmin de Chine, au Global Times.

Les visites des dirigeants de la France et de l'UE sont importantes et considérées comme très réussies, et indiquent que les relations sino-européennes sont prêtes à secouer l'ombre du COVID-19 et de la crise ukrainienne, a déclaré M. Wang. Il a ajouté que l'Europe avait pris connaissance du développement actuel de haute qualité de la Chine, de sa large ouverture et des opportunités qui pourraient être offertes à l'Europe, et avait également constaté par elle-même la volonté de la Chine de jouer un rôle actif dans la résolution de la crise ukrainienne.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 08-04-2023 à 21:39:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Déclaration conjointe entre la République française et la République populaire de Chine


7 avril 2023 CGTN
https://histoireetsociete.com/2023/04/09/declaration-conjointe-entre-la-republique-francaise-et-la-republique-populaire-de-chine/


Voici le texte intégral de la "Déclaration conjointe entre la République française et la République populaire de Chine" publiée vendredi par les deux pays :

A l'invitation de M. Xi Jinping, Président de la République populaire de Chine, M. Emmanuel Macron, Président de la République française, a effectué, du 5 au 7 avril 2023, une visite d'État en République populaire de Chine. A l'approche du 60e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France, les deux Chefs d'État ont rappelé la solidité du fondement des relations entre les deux pays et l'amitié entre les deux peuples. Ils ont évoqué en profondeur leurs vues sur la relation bilatérale, la relation UE-Chine et les grandes questions régionales et internationales et décidé de lancer de nouvelles perspectives pour la coopération franco-chinoise, et de rechercher une nouvelle impulsion pour les relations entre l’Union Européenne et la Chine, dans la continuité des déclarations conjointes adoptées le 9 janvier 2018, le 25 mars 2019 et le 6 novembre 2019.

I.Renforcer le dialogue politique et promouvoir la confiance politique mutuelle

1.La France et la Chine maintiendront des rencontres annuelles entre les deux Chefs d'État.

2.La France et la Chine soulignent l'importance des échanges de haut niveau, de leur dialogue stratégique, de leur dialogue économique et financier de haut niveau et de leur dialogue de haut niveau sur les échanges humains pour favoriser le développement de leur coopération bilatérale, et conviennent de tenir une nouvelle session desdits dialogues avant la fin de l'année.

3.La France et la Chine réaffirment leur volonté de poursuivre le développement continu de leur partenariat global stratégique étroit et solide, sur la base du respect mutuel de leur souveraineté, et de leur intégrité territoriale et de leurs intérêts majeurs.

4.La France et la Chine s'accordent à approfondir les échanges sur les questions stratégiques et notamment à approfondir le dialogue entre le Théâtre Sud de l'Armée populaire de libération de la Chine et le Commandement des forces françaises en Zone Asie-Pacifique (ALPACI), afin de renforcer la compréhension mutuelle des enjeux de sécurité régionaux et internationaux.

5.La Chine, en cette année du 20ème anniversaire de l'établissement du partenariat stratégique global Chine-UE, réaffirme son engagement dans le développement des relations UE-Chine, encourage les échanges à haut niveau afin de favoriser les convergences de vues sur les enjeux stratégiques, d'accroître les échanges humains, de répondre ensemble aux enjeux globaux et de promouvoir une coopération économique de façon proactive et équilibrée. La France, en tant qu'État membre de l'Union européenne, partage ces orientations et y apportera sa contribution.

6.La France réaffirme son attachement à la politique d'une seule Chine.

II.Promouvoir ensemble la sécurité et la stabilité dans le monde

7.La France et la Chine, membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies, œuvrent ensemble à la recherche de solutions constructives, fondées sur le droit international, aux défis et aux menaces qui pèsent sur la sécurité et la stabilité internationales. Elles estiment que les divergences et les différends entre Etats doivent être réglés de manière pacifique par le dialogue et les consultations. Elles cherchent à renforcer le système international multilatéral sous l'égide des Nations Unies, dans un monde multipolaire.

8.La France et la Chine réitèrent leur endossement de la Déclaration conjointe des Chefs d'État et de gouvernement de la Chine, de la France, de la Russie, du Royaume-Uni et des États-Unis (P5) du 3 janvier 2022 pour prévenir la guerre nucléaire et éviter les courses aux armements. Comme le rappelle cette déclaration, « une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée ». Les deux pays appellent à s'abstenir de toute action susceptible d'agraver les risques de tensions.

9.Les deux pays entendent renforcer la coordination et la coopération pour préserver ensemble l'autorité et l'efficacité du régime de contrôle des armements et de non-prolifération et faire avancer le processus international de contrôle des armements. La France et la Chine réaffirment leur engagement à promouvoir de manière équilibrée les trois piliers du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) que sont le désarmement nucléaire, la non-prolifération nucléaire et l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire, et à renforcer sans cesse l'universalité, l'autorité et l'efficacité du TNP.

10.Les deux parties soutiennent tout effort en faveur du retour de la paix en Ukraine sur la base du droit international et des buts et principes de la Charte des Nations Unies.

11.Les deux parties s'opposent aux attaques armées contre les centrales nucléaires et les autres installations nucléaires pacifiques, soutiennent l'Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dans ses efforts pour jouer un rôle constructif dans la promotion de la sûreté et de la sécurité des installations nucléaires pacifiques y compris pour assurer la sureté et la sécurité de la centrale de Zaporijjia.

12.Les deux pays soulignent l'importance que toutes les parties au conflit doivent observer scrupuleusement le droit international humanitaire. Ils appellent en particulier à protéger les femmes et les enfants, victimes du conflit, et à accroître les aides humanitaires aux zones de conflit, et à fournir un accès sûr, rapide et sans entrave de l’aide humanitaire conformément aux engagements internationaux.

13.Les deux pays poursuivront leurs consultations dans le cadre du dialogue stratégique franco-chinois.

14.La conclusion du Plan d'action global commun sur le nucléaire iranien (JCPoA) en 2015 a constitué un acquis important de la diplomatie multilatérale. La France et la Chine réitèrent leur engagement à promouvoir un règlement politique et diplomatique sur le dossier nucléaire iranien. Elles réitèrent leur engagement à œuvrer à la préservation du régime international de non-prolifération nucléaire ainsi que de l'autorité et de l'efficacité des résolutions du Conseil de Sécurité. Elles réitèrent leur soutien à l'Agence internationale de l'énergie atomique dans ce cadre.

15.La France et la Chine poursuivront des consultations étroites sur la péninsule coréenne.

16.Les deux pays conviennent de continuer leurs échanges via le dialogue franco-chinois sur les questions cyber.

III.Promouvoir les échanges économiques

17.La France et la Chine s'engagent à accorder des conditions de concurrence équitables et non-discriminatoires aux entreprises, notamment dans les domaines des cosmétiques, des produits agricoles et agroalimentaires, de la gestion du trafic aérien, de la finance (banques, assurances, gestionnaires d’actifs), de la santé (matériel médical, vaccins), et encore de l'énergie, des investissements et du développement durable. Pour ce faire, les deux pays travaillent à fournir un bon environnement à la coopération des entreprises, à améliorer l'accès des entreprises au marché de l'autre, à améliorer l'environnement d'affaires, et à garantir le respect des droits de propriété intellectuelle de l'ensemble des entreprises des deux pays. Dans le domaine de l'économie numérique, y compris en matière de 5G, la partie française s'engage à poursuivre le traitement équitable et non-discriminatoire des demandes de licences des entreprises chinoises sur la base des lois et règlements y compris en matière de sécurité nationale des deux pays.

18.La France et la Chine entendent continuer de renforcer leur coopération pragmatique dans tous les domaines du secteur des services, et soutiennent les échanges économiques et commerciaux entre les institutions et les entreprises des deux pays sur la base du bénéfice mutuel, en vue de promouvoir le développement du commerce des services. La France est prête à accepter l’invitation à participer à la Foire internationale du commerce des services en Chine (CIFTIS) de 2024 en tant que pays invité d'honneur.

19.La France et la Chine souhaitent intensifier leur partenariat dans les domaines agricole, agroalimentaire, vétérinaire et phytosanitaire. Elles se félicitent de la sécurisation de l'accès au marché des produits porcins, de l'ouverture de marché pour le baby kiwi et pour les protéines laitières en alimentation animale, ainsi que de l'agrément délivré à 15 établissements exportateurs de viande porcine. Les autorités compétentes des deux pays répondront dans les meilleurs délais aux futures demandes d'agrément des entreprises exportatrices de produits agricoles et agroalimentaires, notamment de viande et d'aquaculture, aux demandes d'enregistrement des recettes de lait infantile, qui répondent aux exigences prévues par leurs lois et règlements sur la sécurité sanitaire des aliments, ainsi qu'aux demandes d’ouverture de marché formulées par leurs autorités respectives. Les deux parties poursuivront leurs échanges et leur coopération dans les filières des bovins allaitants et de la viticulture, ainsi que sur les indications géographiques (IG), en particulier pour l'enregistrement des IG des vins de Bourgogne. La France soutiendra la demande que la Chine déposera pour adhérer à l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) dans les meilleurs délais, ainsi que l'organisation par la Chine d'une conférence internationale sur la filière vitivinicole.

20.La France et la Chine saluent la conclusion d'un « General Terms Agreement » concrétisant l'acquisition par les compagnies chinoises de 160 aéronefs Airbus. Elles étudieront en temps opportun les besoins des compagnies aériennes chinois, notamment en matière de fret et de long-courrier, en fonction de la reprise et du développement du marché du transport et du parc aérien chinoises. Les deux parties saluent le renforcement de la coopération entre l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) et l'Administration de l’aviation civile de Chine (CAAC), et poursuivront l’accélération du processus de certification sur la base de standards de sécurité internationaux reconnus mutuellement, notamment s'agissant des programmes H175, Falcon 8X et Y12F. Elles saluent la conclusion d'un accord entre les entreprises des deux pays sur les carburants d'avion durables. Elles poursuivent par ailleurs la coopération industrielle engagée, notamment le projet de la nouvelle chaîne d'assemblage d'Airbus à Tianjin.

21.La France et la Chine soutiennent la reprise dans le meilleur délai de la connectivité aérienne à son niveau pré-pandémique, de manière coordonnée entre les autorités de l'aviation civile et dans la perspective d'un retour à l'application de l'Accord entre le gouvernement de la République populaire de Chine et le gouvernement de la République française relatif au transport aérien signé le 1er juin 1966 et aux arrangements concernés sur les libertés aériennes. Les compagnies des deux pavillons doivent bénéficier de possibilités justes et égales dans l'exploitation de vols entre les deux pays. Elles soutiennent l’approfondissement des échanges humains et économiques, y compris la facilitation de la délivrance de visas pour les acteurs du secteur privé et de la communauté d'affaires.

22.Les deux parties se félicitent de la coopération entre les institutions spatiales des deux pays concernant la sonde Chang'e 6 et les études conjointes des échantillons extraterrestres.

23.Dans leur volonté commune d'une transition vers un système énergétique décarboné, la France et la Chine développent une coopération pragmatique dans le domaine du nucléaire civil dans le cadre de l'Accord de coopération pour les utilisations pacifiques de l'énergie nucléaire entre les deux gouvernements. Les deux pays s'attachent à poursuivre leur coopération nucléaire sur des sujets de pointe en matière de recherche et de développement, notamment sur la base de l'accord entre l'Autorité de l'énergie atomique de Chine (CAEA) et le Commissariat à l'Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA). Les deux pays soutiennent l'étude par les entreprises des deux pays de la possibilité de renforcer leurs coopérations industrielles et technologiques, notamment sur la question du retraitement des déchets nucléaires.

24.La France et la Chine saluent les résultats obtenus par l'accord intergouvernemental de 2015 sur les partenariats en marchés tiers. Les deux parties œuvrent au suivi et à la mise en œuvre des projets de coopération en marché tiers déjà identifiés. Les deux gouvernements encouragent les entreprises, les institutions financières et d'autres acteurs à explorer de nouveaux projets de coopération économique structurants sur les marchés tiers, sur la base de standards internationaux élevés applicables.

IV.Relancer les échanges humains et culturels

25.Soucieuses de promouvoir la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles dans le monde, la France et la Chine soutiennent I'approfondissement de leur coopération dans le domaine de la création et de la valorisation des œuvres culturelles et favoriseront une reprise dynamique des échanges et coopérations dans les domaines culturel et touristique. Les deux pays saluent la conclusion d'une déclaration d'intention relative à la coopération dans le domaine de la culture entre les deux ministères de la Culture.

26.Les deux parties coorganiseront l'Année franco-chinoise du tourisme culturel en 2024 et soutiennent l'organisation en France et en Chine d'évènements de haute qualité, notamment entre le Château de Versailles et la Cité Interdite ainsi qu'entre le Centre Pompidou et le Musée West Bund. Les deux parties s'engagent à faciliter la circulation des expositions dans le respect des lois des deux pays, notamment dans les aspects douaniers et logistiques, et s'efforceront de garantir l'intégrité et le retour des œuvres exposées au public dans le cadre des expositions soutenues.

27.Les deux parties réaffirment leur volonté de renforcer la coopération dans le domaine des industries culturelles et créatives, et leur potentiel de diffusion au public le plus large, en particulier dans les secteurs de la littérature, du cinéma, du documentaire télévisé, de l'Edition (jeu vidéo compris), de la musique, de l'architecture et du numérique au travers de coproductions, de partenariats en matière de droit d'auteur, de concours et d'échanges d'artistes.

28.La France et la Chine s'engagent à intensifier leur coopération bilatérale dans le domaine de la protection, de la restauration et de la valorisation du patrimoine culturel. Les deux pays saluent la conclusion d'une feuille de route sur la coopération patrimoniale portant notamment sur la présence d’experts chinois aux côtés des équipes françaises sur le chantier de restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris, sur la coopération en matière de protection, de restauration et d’étude de l’armée de terre cuite, sur les projets de coopération autour du temple de Gongshutang et du tombeau Maoling et sur la promotion du jumelage de sites français et chinois du patrimoine mondial. Les deux pays poursuivront des efforts conjoints pour la prévention et la lutte contre le vol, les fouilles clandestines, l'importation et l'exportation illicites des biens culturels. Ils réaffirment leur plein soutien à la fondation ALIPH pour la protection du patrimoine dans les zones de conflit.

29.La France et la Chine réaffirment l'importance qu'elles attachent à la coopération sur l’enseignement de la langue de l’autre, par laquelle se forgent l’amitié et la compréhension mutuelles. Elles travailleront au renouvellement de l’Accord de coopération linguistique entre les deux gouvernements signé en juin 2015, encourageront le développement de l'enseignement des deux langues dans les établissements scolaires des deux parties et la multiplication des filières bilingues et favoriseront les échanges et la formation de professeurs de langues.

30.La France et la Chine réitèrent leur attachement au renforcement de la coopération en matière d'enseignement supérieur et de formation professionnelle. Elles encourageront le développement des partenariats entre les établissements d’enseignement supérieur, tels que les instituts franco-chinois, et favoriseront ensemble la reprise réciproque de la mobilité des étudiants et des enseignants. Elles faciliteront également les échanges entre les établissements scolaires. A ces fins, les deux parties établissent une procédure facilitée d'obtention de visas pour ces publics. Les deux parties organiseront au plus tôt une nouvelle session de la commission mixte franco-chinoise en matière d’éducation.

31.Les deux Chefs d'État s'accordent pour que se tienne dans les meilleurs délais la prochaine Commission mixte franco-chinoise en matière de science et technologie pour définir les grandes orientations de la coopération scientifique bilatérale mais aussi du « centre conjoint franco-chinois pour la neutralité carbone », destiné à favoriser les coopérations scientifiques et technologiques dans le domaine de la neutralité carbone. La France et la Chine souhaitent promouvoir les échanges de chercheurs, notamment à travers le programme de partenariat scientifique franco-chinois (le partenariat Hubert Curien – Cai Yuanpei). Les deux parties entendent également poursuivre la mise en œuvre du programme « Jeunes Talents France-Chine » afin de renforcer les échanges entre jeunes chercheurs des deux pays et promouvoir la coopération dans les domaines prioritaires et le développement d'activités de recherche conjointes.

32.Dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024, les deux Chefs d'États souhaitent faire du sport un élément important de la relation bilatérale, notamment en matière d'échanges de jeunes sportifs, de développement d'infrastructures sportives et de partage d'expertise en matière d'industrie du sport.

V.Répondre conjointement aux défis planétaires

33.Dans le contexte de crises alimentaires ayant touché 323 millions de personnes en 2022 selon les Nations Unies, les deux parties s'engagent à préserver la stabilité des marchés, à éviter les restrictions d’exportations injustifiées d’intrants ainsi que de produits agricoles et à fluidifier les chaînes d’approvisionnement alimentaires mondiales, à commencer par la facilitation des exportations de produits céréaliers et d'engrais. Les deux parties œuvrent à la réalisation de ces objectifs, notamment à travers l'initiative Food and Agriculture Resilience Mission (FARM) et l'initiative chinoise pour la sécurité alimentaire globale.

34.La France et la Chine sont convenues de l'importance d'accroître l'appui apporté aux pays les plus affectés par la crise alimentaire, dont leurs partenaires africains, pour construire des systèmes alimentaires résilients et durables. Les deux parties entendent à ce titre promouvoir la coopération internationale contre les pertes et le gaspillage alimentaires et pour la production locale. Elles apportent dans cette perspective un soutien conjoint aux organisations compétentes pour le règlement du problème de l'insécurité alimentaire, notamment l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds international pour le développement agricole (FIDA), et le Programme alimentaire mondial (PAM) ainsi qu'aux institutions financières et aux bailleurs multilatéraux et bilatéraux.

35.La France et la Chine soulignent leur soutien au système commercial multilatéral centré sur l'OMC et reposant sur des règles, s'engagent à construire un environnement de commerce et d'investissement libre, ouvert, transparent, inclusif et non-discriminatoire, soutiennent la réforme nécessaire de l'OMC et soutiennent que la 13e Conférence ministérielle de l'OMC aboutisse à des résultats positifs.

36.La France et la Chine entendent coopérer pour remédier aux difficultés d'accès aux financements dans les économies en développement et émergentes et pour encourager une accélération de leur transition énergétique et climatique tout en soutenant leur développement durable. La Chine participera au Sommet pour un nouveau pacte financier mondial à Paris en juin 2023. La France participera au troisième Forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale.

37.Les deux pays conviennent de renforcer la coopération dans le cadre du G20 pour que le G20 joue son rôle en tant que forum majeur de la coopération économique mondiale et travaille, conformément aux engagements pris par les dirigeants lors du Sommet de Bali, à faire avancer la réforme du système monétaire et financier international.

38.La France et la Chine soutiennent, dans un contexte de fragilisation des pays en développement la mise en œuvre du Cadre commun pour les traitements de dette adopté par le G20 et le Club de Paris qu'elles ont rejoint en novembre 2020. Les deux parties réitèrent leur engagement à la mise en oeuvre du cadre commun en temps opportun, de manière prévisible, ordonnée et coordonnée, ainsi que leur soutien à l'agenda de la dette adopté lors de la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G20 en février 2023.

39.Les deux parties apprécient que le Sommet du G20 de Bali ait salué les engagements d'affectation volontaires des droits de tirage spéciaux (DTS) et appellent les États-membres du G20 et les États volontaires à accroître leur mobilisation, avec un relèvement de l'effort à hauteur de 30% de DTS mobilisés pour les pays du G20, afin d’atteindre rapidement l'objectif de 100 milliards de dollars américains adopté lors du Sommet du G20 de Rome.

40.Le climat, la biodiversité et la lutte contre la dégradation des terres comptent parmi les priorités partagées par la France et la Chine. Les deux pays s'engagent à poursuivre un haut niveau d'ambition dans la continuité de l'Appel de Pékin lancé en novembre 2019 et dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et de son Accord de Paris, ainsi que du Cadre mondial de la biodiversité de Kunming-Montréal (dénommé ci-après « Cadre de Kunming-Montréal »), dont les deux parties saluent l'adoption lors de la deuxième partie de la Convention sur la diversité biologique (COP15). La Chine, assumant la présidence de la COP15 pour les deux ans à venir, entend travailler activement avec la France à la mise en œuvre totale et efficace du Cadre de Kunming-Montréal. La France et la Chine saluent la contribution active du Fonds de Kunming et de la facilité qui sera créée sous le Fonds pour l'environnement mondial au financement de la biodiversité. Les deux pays saluent les travaux qui ont été présentés lors du One Forest Summit à Libreville.

41.La France et la Chine s'engagent à communiquer d'ici la COP16 leurs stratégies et plans d'actions nationaux révisés et alignés sur le cadre mondial pour la biodiversité. La Chine examinera favorablement la possibilité de rejoindre la Coalition de la haute ambition pour la nature et les peuples. Les deux pays contribuent à l'objectif de réduction de 500 milliards de dollars américains par an des subventions néfastes pour la biodiversité.

42.La France et la Chine réaffirment leurs engagements respectifs de neutralité climat/neutralité carbone. La France s'engage à réaliser la neutralité climat d'ici 2050. La Chine s'engage à atteindre le pic des émissions de CO2 avant 2030 et s'efforce de réaliser la neutralité carbone avant 2060. Les deux pays adopteront des politiques et des mesures pour mettre en œuvre leurs objectifs fixés en matière de contributions déterminées au niveau national alignées avec les objectifs de l'Accord de Paris.

43.Les deux parties apprécient hautement les acquis obtenus lors de la COP27 sur le changement climatique, et s'engagent à maintenir d'étroits échanges et coordinations sur le chemin vers la COP28, pour que le premier bilan mondial de l'Accord de Paris soit un succès et que des avancées encourageantes soient enregistrées sur les sujets tels que l'atténuation, l'adaptation, les pertes et les préjudices, ainsi que les moyens de mise en œuvre.

44.La France et la Chine soutiennent la promotion et le développement de financements contribuant à la transition écologique. Elles encouragent leurs secteurs financiers (dont les banques, assureurs, gestionnaires et propriétaires d’actifs) à aligner leurs activités sur les objectifs d'atténuation et d'adaptation au changement climatique, ainsi que ceux de préservation de la biodiversité, de développement de l'économie circulaire, de gestion, de contrôle et de réduction de la pollution ou la finance bleue. La France et la Chine encouragent également les échanges entre les agences et banques de développement, les banques centrales, les régulateurs et les autorités financières en matière de finance verte et durable, dans l’objectif de partager leurs expériences et de promouvoir la mise en place et le perfectionnement des standards, y compris en matière de normalisation de l'information extra-financière. Elles s'engagent à soutenir le développement des marchés de capitaux durables.

45.La France et la Chine, conscientes de la part importante du secteur du bâtiment dans leurs émissions de gaz à effet de serre, étudient activement l'adhésion à l'initiative Buildings breakthrough. Les deux pays renforcent leur coopération pour promouvoir la réduction de la consommation d'énergie et la décarbonation des bâtiments et favoriser un développement urbain durable.

46.La France et la Chine se mobilisent pour la protection de l'Océan. Les deux pays se félicitent de la finalisation par la Conférence intergouvernementale sur la biodiversité marine des zones situées au-delà de la juridiction nationale (BBNJ) d'un texte visant à assurer la conservation et l'utilisation durable de la biodiversité marine des zones ne relevant pas de la juridiction nationale et continuent à renforcer leurs échanges et leur coordination dans le cadre du processus de suivi de ce texte. Les deux Chefs d’États réaffirment que les deux parties œuvreront à promouvoir la conservation des ressources marines vivantes de l'Antarctique conformément à la Convention sur la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique et poursuivent les discussions sur l'établissement d'aires marines protégées en Antarctique. La France et la Chine s'engagent dans la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable et ont créé un comité national, respectivement en 2021 et en 2022, afin de souligner l'importance de la connaissance pour mieux protéger les océans. Elles reconnaissent l'importance de la lutte contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée.

47.La France et la Chine se mobilisent pour le succès de la Conférence des Nations Unies sur les océans en 2025 co-présidée par la France et le Costa Rica. La partie chinoise examinera la feuille de route proposée par la partie française et liant leurs présidences respectives de la COP15 de Kunming sur la biodiversité et la troisième Conférence des Nations Unies sur les Océans qui se tiendra à Nice en 2025.

48.La France et la Chine luttent contre la pollution générée par les plastiques (y compris les microplastiques), soutiennent et s'engagent dans les travaux du Comité intergouvernemental de négociations mandaté par les résolutions 5/14 adoptées lors de la reprise de la cinquième session de l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement (ANUE-5.2), œuvrent à l'adoption d'un instrument international juridiquement contraignant.

49.La France et la Chine s'engagent à protéger et gérer durablement les écosystèmes forestiers, à soutenir la recherche scientifique sur des chaînes de valeur plus durables et à lutter contre l'exploitation forestière illégale et le commerce qui y est associé. Elles entendent faire avancer la coopération sur la conservation de la nature ainsi que la protection, la restauration et l'utilisation durable de la steppe. La France et la Chine se réjouissent dans ce cadre de la coopération active entre l'Office français de la biodiversité (OFB) et l'Administration nationale des forêts et des prairies (NFGA) de la Chine.

50.La France et la Chine travailleront de concert pour une transition énergétique plus juste dans les pays en développement à travers des partenariats de transition énergétique juste et d'autres outils.

51.La France et la Chine soulignent l'importance, pour le développement de chaque pays, de la promotion et de la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales conformément aux buts et principes de la Charte des Nations Unies.

(Source : fmprc.gov.cn)


Edité le 11-04-2023 à 21:00:50 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1200 messages postés
   Posté le 09-04-2023 à 04:46:16   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Le point 51 peut-il s'appliquer au peuple syrien dont le pays est occupé par des troupes étrangères sans mandat des Nations Unies?
Macron et sa ministre des Affaires étrangères vont pouvoir se mettre au travail et promouvoir et protéger les droits de l'homme dans ce pays.
Heureuse conclusion pour un si beau voyage?

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 10-04-2023 à 23:59:36   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Macron a signé des clauses qui le dépassent..
voir l'article de Danielle Bleitrach La Chine sourit face aux tentatives de Macron

A noter qu'au moment où la Chine déploie sa marine autour de Taïwan, Macron fait une déclaration à Politico qui fait grincer quelques dents, où il appelle à ne pas s'inféoder ni à la Chine ni aux USA, en refusant d' « entrer dans une logique de bloc à bloc » , et appelant l’Europe à ne pas « être suiviste » vis-à-vis des Etats-Unis ou de la Chine. « La pire des choses serait de penser que nous, Européens, devrions être suivistes » et « nous adapter au rythme américain et à une surréaction chinoise ».
Il invitait l’Europe à se « réveiller », car « notre priorité n’est pas de nous adapter à l’agenda des autres dans toutes les régions du monde »...« Pourquoi devrions-nous aller au rythme choisi par les autres ? A un moment donné, nous devons nous poser la question de notre intérêt » , sachant que « nous ne voulons pas entrer dans une logique de bloc à bloc » :


______________


L'Europe doit résister aux pressions pour devenir "les partisans de l'Amérique" , déclare Macron

Le " grand risque " auquel l'Europe est confrontée est de se "prendre dans des crises qui ne sont pas les nôtres" , a déclaré le président français dans une interview.

À BORD DE COTAM UNITÉ (FRANCE'S AIR FORCE ONE) - L'Europe doit réduire sa dépendance vis-à-vis des États-Unis et éviter de se laisser entraîner dans une confrontation entre la Chine et les États-Unis à propos de Taïwan, a déclaré le président français Emmanuel Macron dans une interview dans son avion de retour d'un trois- visite d'Etat d'une journée en Chine.

S'adressant à POLITICO et à deux journalistes français après avoir passé environ six heures avec le président chinois Xi Jinping lors de son voyage, Macron a souligné sa théorie favorite de "l'autonomie stratégique" pour que l'Europe, vraisemblablement dirigée par la France, devienne une "troisième superpuissance" .

Il a déclaré que "le grand risque" auquel l'Europe est confrontée est qu'elle "se retrouve prise dans des crises qui ne sont pas les nôtres, ce qui l'empêche de construire son autonomie stratégique" , alors qu'elle vole de Pékin à Guangzhou, dans le sud de la Chine, à bord de COTAM Unité, la compagnie aérienne française. Force Un.

Xi Jinping et le Parti communiste chinois ont approuvé avec enthousiasme le concept d'autonomie stratégique de Macron et les responsables chinois s'y réfèrent constamment dans leurs relations avec les pays européens. Les chefs de parti et les théoriciens de Pékin sont convaincus que l'Occident est en déclin et que la Chine est en plein essor et que l'affaiblissement de la relation transatlantique contribuera à accélérer cette tendance.

"Le paradoxe serait que, pris de panique, nous croyons que nous ne sommes que des partisans de l'Amérique" , a déclaré Macron dans l'interview. « La question à laquelle les Européens doivent répondre... est-ce dans notre intérêt d'accélérer [une crise] à Taïwan ? Non. Le pire serait de penser que nous, Européens, devons devenir des partisans sur ce sujet et nous inspirer de l'agenda américain et d'une réaction excessive de la Chine » , a-t-il déclaré.

Quelques heures seulement après que son vol a quitté Guangzhou pour rentrer à Paris, la Chine a lancé de grands exercices militaires autour de l'île autonome de Taiwan, que la Chine revendique comme son territoire mais que les États-Unis ont promis d'armer et de défendre.
Ces exercices étaient une réponse à la tournée diplomatique de 10 jours du président taïwanais Tsai Ing-Wen dans les pays d'Amérique centrale, qui comprenait une rencontre avec le président républicain de la Chambre des États-Unis, Kevin McCarthy, lors de son transit en Californie. Des personnes familières avec la pensée de Macron ont déclaré qu'il était heureux que Pékin ait au moins attendu qu'il soit hors de l'espace aérien chinois avant de lancer l'exercice simulé "d'encerclement de Taiwan".
Pékin a menacé à plusieurs reprises d'envahir ces dernières années et a pour politique d'isoler l'île démocratique en forçant les autres pays à la reconnaître comme faisant partie d'"une seule Chine".

Taïwan pourparlers

Macron et Xi ont discuté de Taiwan "intensément", selon des responsables français accompagnant le président, qui semble avoir adopté une approche plus conciliante que les États-Unis ou même l'Union européenne.

"La stabilité dans le détroit de Taïwan est d'une importance capitale" , a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui a accompagné Macron pendant une partie de sa visite, à Xi lors de leur réunion à Pékin jeudi dernier. "La menace [de] recours à la force pour changer le statu quo est inacceptable."
Xi a répondu en disant que quiconque pensait pouvoir influencer Pékin sur Taiwan était trompé.

Macron semble être d'accord avec cette évaluation.

« Les Européens ne peuvent pas résoudre la crise en Ukraine ; comment pouvons-nous dire de façon crédible à Taïwan, « attention, si vous faites quelque chose de mal, nous serons là » ? Si vous voulez vraiment augmenter les tensions, c'est la bonne façon de le faire » , a-t-il déclaré.

"L'Europe est plus disposée à accepter un monde dans lequel la Chine devient un hégémon régional" , a déclaré Yanmei Xie, analyste géopolitique chez Gavekal Dragonomics. "Certains de ses dirigeants pensent même qu'un tel ordre mondial pourrait être plus avantageux pour l'Europe."

Lors de sa réunion trilatérale avec Macron et von der Leyen jeudi dernier à Pékin, Xi Jinping a déraillé sur seulement deux sujets – l'Ukraine et Taïwan – selon une personne présente dans la salle.
"Xi était visiblement agacé d'être tenu pour responsable du conflit ukrainien et il a minimisé sa récente visite à Moscou" , a déclaré cette personne. "Il était clairement enragé par les États-Unis et très contrarié par Taïwan, par le transit du président taïwanais par les États-Unis et [le fait que] les questions de politique étrangère soient soulevées par les Européens."
Lors de cette réunion, Macron et von der Leyen ont adopté des lignes similaires sur Taïwan, a déclaré cette personne. Mais Macron a ensuite passé plus de quatre heures avec le dirigeant chinois, dont une grande partie avec uniquement des traducteurs présents, et son ton était beaucoup plus conciliant que celui de von der Leyen lorsqu'il s'est entretenu avec des journalistes.

Avertissement « vassaux »

Macron a également fait valoir que l'Europe avait accru sa dépendance vis-à-vis des États-Unis pour les armes et l'énergie et devait désormais se concentrer sur le renforcement des industries de défense européennes.

Il a également suggéré que l'Europe devrait réduire sa dépendance vis-à-vis de «l'extraterritorialité du dollar américain» , un objectif politique clé de Moscou et de Pékin.

Macron est depuis longtemps un partisan de l'autonomie stratégique pour l'Europe | Ludovic Marin/AFP via Getty Images
« Si les tensions entre les deux superpuissances s'intensifient… nous n'aurons ni le temps ni les ressources pour financer notre autonomie stratégique et nous deviendrons des vassaux » , a-t-il déclaré.

La Russie, la Chine, l'Iran et d'autres pays ont été frappés ces dernières années par des sanctions américaines fondées sur le refus d'accès au système financier mondial dominant libellé en dollars. Certains en Europe se sont plaints de la « militarisation » du dollar par Washington, qui oblige les entreprises européennes à abandonner leurs activités et à couper les liens avec les pays tiers ou à faire face à des sanctions secondaires paralysantes.

Alors qu'il était assis dans la cabine de son A330 dans un sweat à capuche avec les mots "French Tech" gravés sur la poitrine, Macron a affirmé avoir déjà "gagné la bataille idéologique sur l'autonomie stratégique" pour l'Europe.

Il n'a pas abordé la question des garanties de sécurité américaines en cours pour le continent, qui dépend fortement de l'aide américaine à la défense au milieu de la première grande guerre terrestre en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

En tant que l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et seule puissance nucléaire de l'UE, la France occupe une position unique sur le plan militaire. Cependant, le pays a beaucoup moins contribué à la défense de l'Ukraine contre l'invasion russe que de nombreux autres pays.

Comme il est courant en France et dans de nombreux autres pays européens, le bureau du président français, connu sous le nom de Palais de l'Élysée, a insisté pour vérifier et « relire » toutes les citations du président à publier dans cet article comme condition d'accorder l'interview. Cela viole les normes éditoriales et la politique de POLITICO, mais nous avons accepté les termes afin de parler directement avec le président français.

POLITICO a insisté sur le fait qu'il ne pouvait pas tromper ses lecteurs et ne publierait rien que le président n'ait dit. Les citations de cet article ont toutes été effectivement prononcées par le président, mais certaines parties de l'interview dans lesquelles le président a parlé encore plus franchement de Taïwan et de l'autonomie stratégique de l'Europe ont été coupées par l'Elysée.


________________________


Ni une ni deux. Le Huffington Post se hâte de répertorier les admonestations "du monde" contre les dérives inadmissibles de Macron :

citant ici Marco Rubio, l’ancien rival de Donald Trump en 2016 au sein du parti républicain qui demande aux Européens si Emmanuel Macron parlait en leur nom, tout en moquant un revirement diplomatique après « six heures de visite. »
« Nous avons besoin de savoir si Macron parle pour Macron, ou s’il parle pour l’Europe. Nous avons besoin de le savoir rapidement, parce que la Chine est très enthousiaste à propos de ce qu’il a dit » .

Mais également le parlementaire estonien Marko Mihkelson, membre de la Commission des Affaires étrangères du Riigikogu (parlement estonien).

Puis Garry Kasparov, opposant russe au pouvoir de Vladimir Poutine, en exil à New York, qui écrit : « Pathétique de la part de Macron, comme d’habitude » ... « alors qu’il vient de rencontrer le dictateur chinois. » ... « l’Europe est en guerre aujourd’hui précisément parce qu’elle a essayé d’éviter de s’impliquer dans une crise, lorsque Vladimir Poutine a envahi l’Ukraine pour la première fois en 2014. »

Et plus près de chez nous Antoine Bondaz « Au retour d’une visite d’État en Chine, Macron ne trouve rien de mieux que de critiquer les États-Unis. Ce qui conforte les doutes appuyés de nos partenaires d’une équidistance de Paris entre Washington et Pékin » , et l'accuse de faire des Américains « les seuls responsables de la tension » autour de Taïwan. En " totale contradiction » avec « les documents officiels français » et les « positions multilatérales » décidées par exemple par le G7.
« Au prétexte de réalisme (...) Macron ne fait qu’amener de l’incohérence et de l’ambiguïté dans sa politique étrangère, fragilisant ainsi la coopération avec nos partenaires affinitaires ».

J'en passe quelques autres, qui prennent encore l'occident pour le centre du monde et qui serrent les fesses.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 11-04-2023 à 08:50:01   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le malaise des États-Unis face à la déclaration d'« autonomie stratégique » d'Emmanuel Macron montre la baisse de la capacité de Washington à maintenir son hégémonie
Par les journalistes du personnel de GT
Publié: 10 Avr 2023 10:03 PM

[url]https://www.globaltimes.cn/page/202304/1288825.shtml[url]
Le président chinois Xi Jinping tient une réunion informelle avec le président français Emmanuel Macron à Songyuan, à Guangzhou, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine, le 7 avril. Photo: Xinhua


Les propos du président français Emmanuel Macron exhortant l'Europe à réduire sa dépendance vis-à-vis des États-Unis et à faire preuve de prudence quant à la possibilité d'être entraînée dans un conflit entre Pékin et Washington sur la question de Taïwan sont perçus par les observateurs comme brouillant les freins à l'Europe qui est contrainte à devenir profondément impliqué dans la question taïwanaise, et signe une impasse pour la stratégie américaine visant à attirer l'Europe pour contenir la Chine.

Cette mise en garde rationnelle et pragmatique a semblé alarmer les responsables politiques et les médias américains, qui ont immédiatement critiqué le président français. Cet inconfort reflétait la diminution de la capacité de Washington à freiner ses alliés et l'inquiétude croissante à maintenir l'hégémonie.

S'exprimant avec le média Politico et deux journalistes français lors d'une interview dans son avion de retour après avoir conclu sa visite en Chine, Macron a souligné que "le grand risque" auquel l'Europe est confrontée est de "se retrouver dans des crises qui ne sont pas les nôtres, qui l'empêche de construire son autonomie stratégique", selon Politico.

"Le paradoxe serait que, surmontés par la panique, nous croyons que nous ne sommes que les suiveurs de l'Amérique", a déclaré Emmanuel Macron dans l'interview. "La question que les Européens doivent répondre à … est-il dans notre intérêt d'accélérer [une crise] à Taïwan? Non."

Il a également noté que l'Europe avait accru sa dépendance vis-à-vis des États-Unis en matière d'armement et d'énergie et qu'elle devait désormais se concentrer sur le renforcement des industries européennes de défense.

En réponse à la dernière prise de position de Macron sur Taïwan, Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré lors d'un briefing lundi que la Chine espère que toutes les parties peuvent reconnaître l'essence de la question taïwanaise, continuer à s'en tenir au principe d'une seule Chine et s'opposer à toute forme d'activités sécessionnistes à Taiwan. La plus grande menace pour la paix entre les deux rives du détroit sont les activités sécessionnistes de Taïwan et la collusion des États-Unis avec eux, a déclaré le porte-parole.

L'appel d'Emmanuel Macron pour que l'Europe ne soit pas prise dans un conflit sur la question de Taïwan L'Armée populaire de libération chinoise (APL) a mené des exercices autour de l'île de Taïwan après son retour sur l'île après sa rencontre avec le président de la Chambre des représentants des États-Unis Kevin McCarthy en Californie.

Le plaidoyer rationnel du président français en faveur de l'Europe bloque les freins de certaines nations d'Europe de l'Est et du Parlement européen, attirés par les États-Unis, dans leur tentative d'égarer le continent et de s'impliquer davantage dans la question de Taiwan, Sun Keqin, un chercheur au China Institutes of Contemporary International Relations, a déclaré au Global Times. Macron avertit l'Europe de ne pas aller si loin sur cette question et risque de nuire aux propres intérêts de l'Europe, a déclaré Sun.

Sun a noté que l'accent mis par Macron sur la nécessité de l'autonomie stratégique de l'Europe était le résultat d'un réveil sobre de la politique égoïste des Etats-Unis à l'égard de l'Europe, en particulier depuis la crise Russie-Ukraine, et aussi d'être enhardi par sa visite "très réussie" en Chine, au cours de laquelle il a vu la bonne volonté de la Chine envers la France et l'énorme potentiel de coopération avec la Chine, a déclaré Sun.

Certains aux Etats-Unis ont été alarmés par le message d'Emmanuel Macron. Le sénateur républicain et faucon chinois notoire Marco Rubio a exhorté les pays européens à clarifier "assez rapidement" si Macron parlait pour l'Europe ou la France seule.

Un éditorial sévère intitulé « Macron s'attaque à Taïwan et à l'Ukraine » publié par le Wall Street Journal dimanche affirme que « Il [Macron] affaiblit la dissuasion contre l'agression chinoise et sape le soutien des États-Unis à l'Europe ».

Après l'arrivée au pouvoir du président américain Joe Biden, il a fait de la fixation des liens avec l'Europe l'une de ses priorités, puis après une série d'événements turbulents tels que la crise ukrainienne et la rupture de l'approvisionnement énergétique, les États-Unis ont fermement cru que l'Europe était prête à être rassemblée sous son parapluie, Lü Xiang, chercheur à l'Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré au Global Times, ajoutant : "Cependant, la déclaration de Macron suggère le contraire."

"La déclaration de Macron signale que la stratégie américaine d'attirer l'Europe pour contenir la Chine est dans une impasse." selon Lü.

Faisant écho à Lü, Cui Hongjian, directeur du département d'études européennes de l'Institut chinois d'études internationales, a déclaré que l'inconfort des politiciens et des médias américains reflétait l'inquiétude croissante des États-Unis face à leur hégémonie, ainsi que sa capacité décroissante à freiner ses alliés.

Dans un article publié par le New York Times, le journal américain a déclaré que Macron jouait "la carte gaulliste", une référence à l'affirmation de l'ancien président français Charles de Gaulle de son indépendance vis-à-vis des États-Unis une fois la Seconde Guerre mondiale gagnée.

"Certains médias américains ont tendance à utiliser le terme 'gaulliste' pour critiquer Macron. Mais à mon avis, le gaullisme a aidé la France à briser l'antagonisme pendant la guerre froide, et a gagné de l'espace pour l'Est et l'Ouest, la France et la Chine", a déclaré Cui au Global Times.

« La France a déjà fait le bon choix. Avec une seconde chance, il est encore possible de faire le bon choix », a dit Cui.


Edité le 11-04-2023 à 08:53:22 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 11-04-2023 à 15:23:14   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Déchaînement de l'Alliance interparlementaire sur la Chine (Inter-Parliamentary Alliance on China) :


« Alors que Pékin intensifie les exercices militaires dans la mer de Chine méridionale et montre son soutien continu à l'agression russe en Ukraine, c'est le pire moment possible pour envoyer un signal d'indifférence à l'égard de Taïwan. Les remarques malavisées du président Macron non seulement ne tiennent pas compte de la place vitale de Taïwan dans l'économie mondiale, mais sapent l'engagement de plusieurs décennies de la communauté internationale à maintenir la paix dans le détroit de Taïwan. L'histoire est un juge sévère des efforts passés pour apaiser les autoritaires. »

https://twitter.com/ipacglobal/status/1645402308476387328?t=QbQlHNFaRKQh6-MSrWqJqw&s=19


Edité le 11-04-2023 à 16:59:19 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 11-04-2023 à 18:38:43   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je reprends une citation de Staline signalée par Mathieu Nercessian sur fb :

Staline, 1952 :

" Notons que les U.S.A. et la Grande-Bretagne avec la France ont contribué eux-mêmes, bien entendu, indépendamment de leur volonté, à former et à consolider un nouveau marché mondial parallèle. Ils ont soumis au blocus économique l'U.R.S.S., la Chine et les pays de démocratie populaire en Europe, qui ne faisaient pas partie du "plan Marshall", croyant ainsi pouvoir les étrangler. En réalité, loin d'être étranglé, le marché mondial nouveau a été consolidé.

L'essentiel pourtant ne consiste pas ici dans le blocus économique, mais en ce que, dans l'après-guerre, ces pays se sont associés économiquement et ont organisé la collaboration et l'entraide économiques. L'expérience de cette coopération montre qu'aucun pays capitaliste n'aurait pu prêter aux pays de démocratie populaire une aide aussi efficace et techniquement qualifiée que celle qu'ils reçoivent de l'Union soviétique.
Il ne s'agit pas seulement du fait que cette aide est très peu dispendieuse et de premier ordre au point de vue technique. Il s'agit avant tout qu'à la base de cette collaboration se trouve le désir sincère de s'entraider et de réaliser un essor économique général.
Résultat : nous enregistrons des rythmes de développement élevés dans ces pays. On peut dire avec assurance qu'avec de tels rythmes de développement de l'industrie, ces pays n'auront bientôt plus besoin d'importer des marchandises provenant des pays capitalistes, mais éprouveront eux-mêmes la nécessité de vendre à l'étranger les excédents de leur production.

Mais il s'ensuit que la sphère d'application des forces des principaux pays capitalistes (U.S.A., Grande-Bretagne, France) aux ressources mondiales, ne s'étendra pas mais diminuera ; que les conditions, quant aux débouchés mondiaux, s'aggraveront pour ces pays, et que la sous-production des entreprises y augmentera. C'est en cela que consiste proprement l'aggravation de la crise générale du système capitaliste universel, à la suite de la désagrégation du marché mondial.

C'est ce que les capitalistes comprennent fort bien, car il est difficile de ne pas ressentir la perte de marchés tels que l'U.R.S.S., la Chine. Ils s'attachent à remédier à ces difficultés par le "plan Marshall", par la guerre en Corée, par la course aux armements, par la militarisation de l'industrie. Mais cela ressemble fort au noyé qui
s'accroche à un brin de paille."
...

"Certains camarades affirment qu'étant donné les nouvelles conditions internationales, après la deuxième guerre mondiale, les guerres entre pays capitalistes ne sont plus inévitables. Ils estiment que les contradictions entre le camp du socialisme et celui du capitalisme sont plus fortes que les contradictions entre pays capitalistes ; que les Etats-Unis d'Amérique se sont suffisamment soumis les autres pays capitalistes pour les empêcher de se faire la guerre et de s'affaiblir mutuellement ; que les hommes avancés du capitalisme sont assez instruits par l'expérience des deux guerres mondiales, qui ont porté un sérieux préjudice à l'ensemble du monde capitaliste, pour se permettre d'entraîner à nouveau les pays capitalistes dans une guerre entre eux ; que, de ce fait, les guerres entre pays capitalistes ne sont plus inévitables.

Ces camarades se trompent. Ils voient les phénomènes extérieurs affleurant à la surface, mais ils n'aperçoivent pas les forces profondes qui, bien qu'agissant momentanément de façon invisible, n'en détermineront pas moins le cours des événements.

En apparence, la "sérénité" règne partout : les Etats-Unis d'Amérique ont réduit à la portion congrue l'Europe occidentale, le Japon et les autres pays capitalistes ;
l'Allemagne (de l'Ouest), la Grande-Bretagne, la France, l'Italie, le Japon, tombés dans les griffes des U.S.A., exécutent docilement leurs injonctions. Mais on aurait tort de croire que cette "sérénité" puisse se maintenir "pour l'éternité" ; que ces pays supporteront sans fin la domination et le joug des Etats-Unis d'Amérique ; qu'ils n'essaieront pas de s'arracher du joug américain pour s'engager sur le chemin de l'indépendance."


--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 11-04-2023 à 20:14:55   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le commentaire de mondafrique : un ton complètement différent.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 11-04-2023 à 20:57:16   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Sur le site Euractiv:

Du côté allemand, Metin Hakverdi, un législateur SPD de centre gauche, a été le premier à parler de la situation.
«Macron recommence. Il s’exprime à Pékin sans aucune autorisation de l’UE. Il organisera alors certainement des garanties de sécurité pour l’Ukraine tout seul» , a déclaré le haut législateur. Il a ensuite déclaré au Tagesspiegel que «c’est une grave erreur pour l’Occident de se laisser diviser dans ses relations avec Pékin» .

Norbert Röttgen, du parti de centre-droit CDU, est l’homme politique allemand qui a le plus critiqué M. Macron. M. Röttgen, ancien ministre et candidat à la direction du parti, a mis en garde contre la politique française qui mène à une «impasse géopolitique» pour l’Europe.

L’Ukraine a montré que la dépendance de l’Europe à l’égard des États-Unis en matière de politique de sécurité persistait. « Il est presque ironique que Macron, qui fait encore moins pour l’Ukraine que Scholz, s’aliène les États-Unis avec ses déclarations sur la Chine» , a-t-il indiqué.

«Si les Américains avaient pensé de la même manière depuis le 24 février 2022, l’Ukraine n’existerait plus et Poutine se tiendrait probablement déjà devant Paris» , a déclaré Tilman Kuban, législateur de la CDU. Il est généralement admis que l’Ukraine n’aurait pas pu résister à l’invasion russe de février 2022 sans l’aide des États-Unis.

Les législateurs du FDP, favorable aux entreprises, et des Verts n’ont pas encore fait de commentaires.


Edité le 11-04-2023 à 20:58:08 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1200 messages postés
   Posté le 12-04-2023 à 05:26:03   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Xuan a écrit :

Sur le site Euractiv:

Les législateurs du FDP, favorable aux entreprises, et des Verts n’ont pas encore fait de commentaires.


Les Verts sont les premiers militants de la politique des États-Unis contre la Russie et contre la Chine, Verts aussi bien allemands que français, cachés dans l'union de la gauche en France et avec la droite dans toutes les institutions européennes pour criminaliser ce qui fut L'Union soviétique et encourager la résurgences des groupuscules néo-nazis en Europe de l'Est, comme en Yougoslavie, en Ukraine et dans les pays baltes.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10814 messages postés
   Posté le 12-04-2023 à 06:24:54   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

La Yougoslavie n existe plus depuis l indépendance du Monténégro en 2006.Dans les Balkans, le neonazisme provient principalement de Croatie, pas en Serbie, ayant été elle même victime du III eme Reich.


Edité le 12-04-2023 à 06:25:35 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 12-04-2023 à 23:12:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Macron essaie de se rattraper aux branches
vidéo https://www.dailymotion.com/video/x8k0x7w

"nous sommes pour le statu quo...c'est la politique d'une seule Chine et d'un règlement pacifique de la question"

Où l'on voit toute l'ambigüité de sa position puisque les USA disent aussi "statu quo" et une seule Chine.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1200 messages postés
   Posté le 13-04-2023 à 05:02:49   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

La ministre allemande des Affaires étrangères Baerbock, écologiste et va-t-en guerre otanienne va faire un tour à Pékin. Notre Macron européen a du oublier quelque chose lors de son voyage ou tout simplement pour remettre les pendules à l'heure allemande, c'est-à-dire américaine : contre la Chine et contre la Russie.
L'ambiance semble chaude dans le couple franco - allemand, heureusement Macron semble stérile.

--------------------
marquetalia
Grand classique (ou très bavard)
10814 messages postés
   Posté le 13-04-2023 à 16:52:05   Voir le profil de marquetalia (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à marquetalia   

pzorba75 a écrit :

La ministre allemande des Affaires étrangères Baerbock, écologiste et va-t-en guerre otanienne va faire un tour à Pékin. Notre Macron européen a du oublier quelque chose lors de son voyage ou tout simplement pour remettre les pendules à l'heure allemande, c'est-à-dire américaine : contre la Chine et contre la Russie.
L'ambiance semble chaude dans le couple franco - allemand, heureusement Macron semble stérile.
Ce que tu racontes est absolument faux ! Ce n est pas l Allemagne le boutefeu de la guerre contre la Chine populaire, c est le Japon ! Ces trente dernières années, Berlin n a fomenté qu un seul conflit, en soutenant les Oustachis croates contre la Fédération de Yougoslavie. Il y aussi le soutien inconditionnel à Israël du fait de la Shoah, ou encore la livraison d armes à la Turquie en 1995 pour faire la guerre contre le Pkk, qui s explique par le poids de la diaspora turque outre rhin.Mais il n y a aucun bellicisme allemand contre la Chine communiste !si la guerre eclate entre l Axe New Dehli-Canberra-Tokyo-Washington et Pekin, Biden forcera ses vassaux, a fortiori l Allemagne, à rompre ses liens économiques avec la Chine, où Berlin a énormément d usines, le capitalisme rhénan en prendrait un coup, la première puissance économique européen serait fortement affaiblie, ce, qui s ajouterait à la fin de la livraison de gaz russe depuis un an,avec la guerre entre les banderistes ukrainiens et la Russie de Poutine. Il faut se baser sur des faits avérés, pas des inepties du genre de Melenchon dans son livre "Le poison allemand, le hareng de Bismarck".


Edité le 13-04-2023 à 17:08:45 par marquetalia




--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 13-04-2023 à 20:12:05   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Quoi que fasse Macron, nous sommes sans doute à un point de bascule. Cette semaine Lula est en Chine. Les BRICS un moment ralentis par la contre révolution brésilienne reprennent leur course.
A noter : le 13/04 Dilma Rousseff devient présidente de la Nouvelle Banque de développement (populairement connue sous le nom de Banque des BRICS).
Voir (Une opportunité bancaire pour les grands dirigeants d’améliorer le développement mondial).
L'enjeu est la fin du monopole du dollar.

Mais la visite de la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock peut aussi confirmer un changement en Europe. Nous serons rapidement fixés.
Au fond, les capitalistes européens s'intéressent davantage à leurs profits qu'aux discours atlantistes, surtout si ces bénéfices se font sur leur dos. Et en définitive ce sont les rapports économiques sociaux qui déterminent les choix politiques des classes en présence.

_____________________



L’appel de Macron entendu par les responsables européens selon la Chine

13 AVRIL 2023

https://histoireetsociete.com/2023/04/13/lappel-de-macron-entendu-par-les-responsables-europeens-selon-la-chine/

L’ennui c’est que l’appel “gaullien” de Macron perd de sa force quand on mesure l’impopularité que sa politique sociale a en France. Toute politique d’indépendance à l’égard du bellicisme des Etats-Unis doit s’accompagne d’une politique qui s’appuie sur la souveraineté nationale et le bien être du peuple. C’est au moins ce compromis social démocrate qui devrait se mettre en place ou alors c’est le fascisme. Quant à Macron il est clair que son “destin” européen l’intéresse plus que la France mais dans ce cas la logique est la même, et toute une partie du patronat français inquiet devant la contestation française est prêt à voir dans le leader de la CFDT l’homme providentiel. C’est dans ce contexte qu’il faut également mesurer la carte de rechange que représente pour les USA, le couple ukrainien-polonais.
La gauche, celle de Hollande et Caseneuve est déjà avec une partie de la droite sur ces enjeux-là.
Voilà qui eut été nettement plus intéressant de discuter au Congrès au lieu d’appuyer les conneries de défense des Ouïghours émanant de l’extrême-droite des USA et des socialistes les plus atlantistes à la Glucksman… peut-être que le parti communiste est devenu simplement social-démocrate incapable de se donner pour but le socialisme, c’est le résultat le plus évident de ce congrès et de l’impulsion de Roussel dans le sillage de l’eurocommunisme, alors qu’il aille au moins dans le sens d’un Lula. Mais bon dieu que ces gens-là aient au moins l’intelligence de voir ce qui se joue et ce qu’ils sont. De plus en plus de hauts responsables européens se rendront en Chine alors que l’appel de Macron à « l’autonomie stratégique » gagne plus de soutien


------------------


Par les journalistes du personnel de GTPublié: 12 avril 2023 08:52 Relations Chine-UE Photo: VCG



Dans la foulée du président français Emmanuel Macron et de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell et la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock se rendront en Chine, a annoncé mercredi le ministère chinois des Affaires étrangères.

Les experts estiment que davantage de responsables européens continueront à se rendre en Chine, en améliorant les relations de Pékin avec l’Europe par le dialogue, en particulier alors que certains dirigeants ont fait écho au dernier appel de Macron pour une « autonomie stratégique » européenne, ce qui peut aider l’Europe à concevoir une vision objective de la Chine.

Les remarques de Macron ont provoqué un réflexe négatif de la part de certains politiciens américains, qui craignent que de tels appels ne réveillent davantage de pays européens et ne portent un coup dur à la politique étrangère centrée sur l’hégémonie de l’administration Biden, ont déclaré des experts, tout en croyant que « l’acte coercitif » des États-Unis faisant pression sur l’Europe pour qu’elle agisse en tant que vassal dans un jeu géopolitique ne fera que conforter la détermination de l’Europe à poursuivre son indépendance vis-à-vis de Washington.

Visites intensives

A l’invitation du conseiller d’Etat et ministre chinois des Affaires étrangères Qin Gang, Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-président de la Commission européenne, effectuera une visite en Chine et tiendra le 12e cycle du dialogue stratégique de haut niveau Chine-UE du 13 au 15 avril, a annoncé mercredi le ministère chinois des Affaires étrangères.

Cependant, ce même mercredi, Borrell a déclaré sur Twitter qu’il avait reporté le voyage prévu en Chine, après avoir été testé positif à la COVID-19.

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, effectuera une visite officielle en Chine du 13 au 15 avril. Au cours de la visite, MM. Qin et Baerbock coprésideront le sixième cycle du Dialogue stratégique sino-allemand sur la diplomatie et la sécurité, a annoncé mercredi le ministère chinois des Affaires étrangères.

Les visites de Borrell et Baerbock ont lieu après que Macron et von der Leyen aient conclu leurs voyages la semaine dernière.

Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré lors de la conférence de presse de routine de mercredi que MM. Qin et Baerbock tiendraient une conversation approfondie sur les relations sino-allemandes et sino-européennes, ainsi que sur les questions régionales et internationales brûlantes.

Au sujet de la visite de M. Borrell, M. Wang a noté que la Chine et l’Europe devaient renforcer la communication et la coordination stratégiques, renforcer la confiance mutuelle, se concentrer sur la coopération et surmonter les perturbations, et unir leurs efforts pour faire face aux défis mondiaux.

L’un des programmes importants des visites de MM. Borrell et Baerbock est de stabiliser davantage les relations sino-européennes, a déclaré mercredi au Global Times Cui Hongjian, directeur du Département des études européennes de l’Institut chinois d’études internationales.

M. Cui a déclaré que la véritable importance des visites successives de responsables européens en Chine était que les deux parties puissent maintenir la communication et le dialogue malgré toutes les différences. « Tant que nous nous dirigeons dans la même direction, les problèmes que nous avons seront résolus tôt ou tard. »

L’Europe est maintenant engagée dans un débat houleux sur « l’autonomie stratégique » , stimulé par les remarques initiales de Macron exhortant l’Europe à réduire sa dépendance vis-à-vis des États-Unis et à se méfier d’être entraîné dans un conflit entre Pékin et Washington sur la question de Taiwan.

En défiant certaines critiques sur ses remarques, Macron a de nouveau souligné le concept d’« autonomie stratégique » pour l’Europe dans un discours prononcé mardi à l’Institut Nexus à La Haye, aux Pays-Bas.

La réitération de « l’autonomie stratégique » au milieu de la controverse croissante en Europe démontre la vision claire de Macron pour l’avenir de l’Europe et pour un monde multipolaire, et sa détermination à faire avancer un tel objectif, a déclaré Cui.

Il y a un fort soutien pour le plaidoyer de Macron en Europe. Le président du Conseil européen, Charles Michel, a déclaré mercredi aux médias que les dirigeants européens devenaient de plus en plus favorables à la plaidoirie de Macron pour une « autonomie stratégique » loin des États-Unis.

La voix de Macron a bloqué le frein lorsque l’Europe, dirigée par les États-Unis à suivre son sillage, déclinait progressivement pour devenir l’une des roues de Washington, a déclaré mercredi au Global Times Sun Keqin, chercheur à l’Institut chinois des relations internationales contemporaines.

Le débat sur « l’autonomie stratégique » en Europe est féroce, et Sun a déclaré qu’un tel débat aiderait finalement les pays européens à avoir une vision plus objective et plus complète de la Chine et de l’ordre international.

Des États-Unis coercitifs

Bien que le débat porte sur l’avenir de l’Europe, l’un des critiques les plus virulents ont été États-Unis. Plusieurs politiciens américains ont condamné les remarques de Macron ou ont eu recours à des menaces. Mike Gallagher, président du Comité spécial de la Chambre sur la Chine, a déclaré lundi à Fox News que les déclarations de Macron « étaient embarrassantes, elles étaient honteuses … et très naïves géopolitiquement. »

Le sénateur américain Marco Rubio a déclaré dimanche dans un tweet que « si Macron parle au nom de toute l’Europe, et si leur position maintenant est qu’ils ne vont pas choisir leur camp entre les États-Unis et la Chine sur Taïwan… peut-être devrions-nous leur dire que nous allons nous nous concentrer fondamentalement sur Taïwan et sur les menaces que représente la Chine, et vous vous occuperez de l’Ukraine et de l’Europe. »

En réponse à la dénonciation de Washington, Wang Wenbin a déclaré mercredi qu’un certain pays ne veut pas que les autres soient indépendants et veut toujours plier la volonté des autres à obéir à ses ordres. Insister sur l’autonomie stratégique en revanche gagnera plus de respect et d’amis et celui qui prétend réprimer les autres ne rencontrera que plus de résistance et d’opposition, a déclaré M. Wang.

L’appel bruyant de Macron va réveiller de plus en plus de pays européens à se distancier publiquement des États-Unis – la voix de l’Europe appelant à l’indépendance a longtemps été étouffée, et maintenant sa patience s’épuise, a déclaré Lü Xiang, chercheur à l’Académie chinoise des sciences sociales, au Global Times. L’appel collectif de l’Europe portera un coup dur aux politiques diplomatiques de l’administration Biden, a déclaré Lü.

Les politiques coercitives des États-Unis et le traitement inégal et injuste de l’Europe ont été mis à nu par le malaise de Washington à voir l’Europe poursuivre son autonomie, a déclaré Cui.

La réaction américaine devrait ouvrir grand les yeux de l’Europe pour voir ce que les alliés transatlantiques signifient vraiment pour les États-Unis et encourager la détermination du continent à réduire davantage sa dépendance à l’égard de Washington, a déclaré Cui.


Edité le 13-04-2023 à 20:42:14 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 14-04-2023 à 23:06:11   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La Chine réfute les remarques erronées des politiciens européens sur la question de Taiwan alors que le camp pro-américain réagit à l'appel à "l'autonomie stratégique" de Macron

ParWang Qi
Publié : 14 avril 2023 21:52 Mis à jour : 14 avril 2023 22:18

https://www.globaltimes.cn/page/202304/1289172.shtml

Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors d'un sommet de l'UE à Bruxelles le 15 décembre 2022, où les dirigeants ont discuté de questions telles que la réponse à la loi américaine sur la réduction de l'inflation. L'UE devrait agir plus rapidement pour écarter la menace que représentent pour son industrie les subventions américaines prévues, a déclaré Macron. Photo: VCG
Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors d'un sommet européen à Bruxelles le 15 décembre 2022. Photo : VCG



Vendredi, la Chine a réfuté les remarques erronées sur la question de Taiwan faites par certains politiciens européens, dont les propos provocateurs ont également été considérés comme des réactions du camp pro-américain aux récents commentaires du président français Emmanuel Macron selon lesquels l'Europe doit résister à la pression pour devenir les partisans des États-Unis et éviter entraînés dans une confrontation entre la Chine et les États-Unis sur la question de Taiwan.

Les experts chinois ont déclaré que la question de Taiwan est une affaire intérieure de la Chine et n'est pas liée aux intérêts fondamentaux entre la Chine et l'Europe. Du conflit russo-ukrainien et des explosions du Nord Stream à la récente révélation que Washington espionnait ses alliés, les faits montrent que la véritable source de préjudice pour l'Europe sont les États-Unis, et sous la coercition de Washington, l'Europe pourrait devenir plus divisée et donc dériver Loin d'une véritable indépendance.

Par le biais des déclarations d'un porte-parole publiées sur leurs sites Internet, les ambassades de Chine en Pologne et en Belgique ont exprimé vendredi une forte opposition aux propos erronés tenus par des hommes politiques polonais et belges sur la question de Taiwan, soulignant toutes deux que le principe d'une seule Chine est le fondement politique de l'accord bilatéral.

Les plus grandes menaces à la paix à travers le détroit de Taiwan sont les activités séparatistes des forces de "l'indépendance de Taiwan" et l'indulgence et le soutien qui leur sont accordés par des forces extérieures, a déclaré un porte-parole de l'ambassade de Chine en Belgique, soulignant que les exercices de l'APL autour de l'île de Taiwan sont un sérieux avertissement contre les provocations des sécessionnistes et des forces extérieures, et une action nécessaire pour sauvegarder la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine.

La question taïwanaise relève entièrement de l'affaire intérieure de la Chine et est fondamentalement différente de la question ukrainienne. Il n'y a aucune comparaison entre les deux… Toute tentative de lier implicitement la crise ukrainienne à la question de Taiwan est une forme de manipulation politique avec des arrière-pensées, une violation gratuite du principe de respect de la souveraineté nationale et de l'intégrité territoriale, et une ingérence grossière dans les affaires intérieures de la Chine, lit la déclaration de l'ambassade de Chine en Pologne.

Jeudi, le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a affirmé que la partie continentale de la Chine "pourrait attaquer Taïwan si l'Ukraine tombait" , et a implicitement accusé Macron de rechercher des liens plus étroits avec la Chine, ce qui serait une " erreur dramatique " et une décision " à courte vue" , pendant une visite à Washington,

Le ministre lituanien des Affaires étrangères, Gabrielius Landsbergis, a également tweeté mercredi : " Nous sommes capables de défendre l'Europe sans l'aide de la Chine ".

Cependant, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a déclaré mercredi lors d'une réunion avec Macron qu'il convenait qu'une Europe ouverte et stratégiquement autonome devrait également être capable de développer ces relations avec d'autres parties du monde, ajoutant que l'Europe devrait " être un acteur, et non le terrain de jeu » , a déclaré Rutte.

Song Luzheng, chercheur à l'Université de Fudan, a déclaré vendredi au Global Times que certains pays d'Europe centrale et orientale ne soutiennent pas la vision de Macron sur l'autonomie stratégique car ils estiment qu'ils ne peuvent pas obtenir de garanties de sécurité de l'Europe et se tournent donc vers les États-Unis.

"Mais l'Europe est trop éloignée de la région de Taïwan et la question de Taïwan n'est pas au cœur des intérêts européens" , a déclaré Song, " Macron rappelait en fait à l'Europe qu'elle ne devrait pas s'impliquer dans un jeu stratégique sino-américain" .

Malgré le débat atlantisme contre européanisme en Europe, la réaction aux commentaires de Macron dans certains pays européens montre à quel point les États-Unis ont pénétré et contrôlé l'Europe , a déclaré Wang Yiwei, directeur de l'Institut des affaires internationales de l'Université Renmin de Chine.

Les États-Unis exercent leur influence sur l'Europe à travers la discorde interne des Européens et à travers la coopération des factions pro-américaines en Europe, a déclaré vendredi M. Wang au Global Times.

L'Europe doit comprendre que ce sont les États-Unis qui leur font encore du mal, a déclaré Wang, prenant comme exemples le conflit russo-ukrainien, les explosions du Nord Stream et la récente révélation de l'espionnage américain de ses alliés.

L'Europe saigne et les États-Unis profitent de la fuite de leur industrie et de leurs capitaux, ce qui entraîne des prix élevés de l'énergie et une dépréciation de l'euro. Macron essaie simplement de sortir de cette situation chaotique causée par l'ingérence américaine, a déclaré Wang.

Après la crise ukrainienne, Washington cherche à prendre davantage ses alliés européens en otage sur la question de Taiwan, ce qui conduira à une Europe plus divisée, a déclaré Wang.

Les Américains ne veulent pas voir une Europe avec une autonomie stratégique, ce qui signifie que Macron et la France ont un long chemin à parcourir, a déclaré Wang.

Dans une vidéo publiée sur Twitter, le sénateur républicain américain Marco Rubio a demandé à plusieurs reprises si Macron parlait au nom de toute l'Europe, affirmant que s'il ne prenait pas parti sur la question de Taiwan, les États-Unis devraient envisager de concentrer leur politique étrangère sur la maîtrise de la Chine et laisser l'Europe gérer la crise ukrainienne.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 15-04-2023 à 15:24:37   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les ministres des AE chinois et allemand tiennent des pourparlers complets et approfondis alors que les appels de Macron à l'autonomie stratégique de l'Europe font des vagues
Par Zhang Han et Yu Xi
Publié : 14 avril 2023 22:27
https://www.globaltimes.cn/page/202304/1289175.shtml

Le conseiller d'État chinois et ministre des Affaires étrangères Qin Gang et la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock se serrent la main à la maison d'hôtes d'État Diaoyutai à Pékin le 14 avril 2023. Photo : IC
Le conseiller d'État chinois et ministre des Affaires étrangères Qin Gang et la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock se serrent la main à la maison d'hôtes d'État Diaoyutai à Pékin le 14 avril 2023. Photo : IC


Le conseiller d'État chinois et ministre des Affaires étrangères Qin Gang et la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock ont ​​eu vendredi une communication complète, franche et approfondie sur les relations Chine-Allemagne et Chine-UE ainsi que sur les questions internationales et régionales, alors que Macron appelle à l'autonomie stratégique de l'Europe. fait des vagues sur le continent et outre-Atlantique.

Bien que les différences entre les deux pays restent importantes, les analystes ont partagé l'espoir que, grâce à des communications en face à face, l'Allemagne, un grand pays de l'UE, traitera avec la Chine en fonction de ses intérêts et de son pragmatisme, car ce n'est qu'ainsi qu'elle pourra ouvrir une voie piste durable et plus indépendante par rapport à son rôle dans l'UE et dans le monde.

Qin et Baerbock ont ​​rendu visite vendredi à des entreprises allemandes à Tianjin et, après avoir pris ensemble un train à grande vitesse pour Pékin, ont coprésidé le sixième cycle du dialogue stratégique sino-allemand sur la diplomatie et la sécurité.

La Chine et l'Allemagne sont des partenaires, pas des rivaux, a souligné M. Qin, soulignant que la clé d'un développement sain des relations bilatérales réside dans le renforcement de la confiance mutuelle et la prévention des erreurs de jugement stratégiques.

Qin a appelé l'Allemagne à formuler sa stratégie chinoise basée sur les intérêts des deux pays et le bien-être des deux peuples. "La Chine et l'Allemagne ont besoin de coopération, pas de confrontation, qu'il s'agisse d'une confrontation à somme nulle ou d'un bloc."

Qin a également déclaré que l'interdépendance bilatérale dans la chaîne industrielle est le résultat de la mondialisation économique et le meilleur choix selon les règles du marché. Le commerce sino-allemand représente depuis longtemps 30% du volume des échanges entre la Chine et l'Europe. Un freinage forcé serait contre-productif et les pertes l'emporteraient sur les gains, a déclaré Qin.

Qin a également systématiquement élaboré sur la position de la Chine sur la question de Taiwan - la paix et "l'indépendance de Taiwan" ne peuvent pas coexister et c'est l'affaire intérieure de la Chine qui ne permet aucune ingérence extérieure.

Baerbock a répété la nécessité de "dérisquer" au lieu de "découpler" dans le domaine économique. Elle a réitéré son soutien à la politique d'une seule Chine tout en affirmant que la déstabilisation de Taiwan serait un "scénario d'horreur".

Le ton des remarques de Baerbock n'est pas surprenant compte tenu de son affiliation à un parti et de son attitude belliciste passée envers la Chine, ont déclaré des analystes.

Bien que le voyage de Baerbock ne réchauffe pas les relations sino-allemandes, "sa valeur réside dans les échanges en personne et le dialogue lui-même", montrant la reprise du dialogue à différents niveaux, notamment stratégique, commercial et commercial, ainsi que culturel et interpersonnel. personnes, a déclaré Cui Hongjian, directeur du département des études européennes à l'Institut chinois des études internationales, au Global Times.

On pense que Baerbock, à travers l'itinéraire à Tianjin, peut avoir une impression vivante et directe du développement de la Chine et de la coopération gagnant-gagnant entre la Chine et l'Allemagne, a déclaré Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors de la conférence de presse de routine de vendredi.

Cui a déclaré que Baerbock, en tant que ministre des Affaires étrangères responsable, devait se renseigner attentivement sur la Chine et comprendre la réalité, la valeur et l'importance des relations sino-allemandes.

Sun Keqin, chercheur aux Instituts chinois des relations internationales contemporaines, a déclaré au Global Times qu'une approche pragmatique envers la Chine reste un consensus au niveau gouvernemental.

Les expressions de Baerbock constituent également un contraste frappant avec les appels éloquents de Macron à l'autonomie stratégique de l'Europe qui ont fait des vagues sur le continent et aussi outre-Atlantique.

Cui a noté que l'Allemagne est actuellement engagée dans un débat intérieur féroce, sinon une lutte, entre les partisans d'une alliance transatlantique et d'une autonomie stratégique. Il y a aussi des raisons historiques qui ne permettent pas à Berlin d'être aussi franc que Paris sur la question de l'autonomie.

Cependant, Cui a souligné l'importance de la cohérence et de la stabilité lorsque l'Allemagne veut démontrer ses propres caractéristiques en politique étrangère et recalibrer sa stratégie chinoise après l'ère Merkel. L'Allemagne devrait apporter des changements "de manière prudente et raisonnable" plutôt que "changer pour changer".

Les analystes ont prédit que des voix des deux côtés continueraient d'émerger, ce qui pourrait injecter de la positivité dans la formation d'une opinion publique saine et plus équilibrée sur la Chine en Europe.

Une vision biaisée ou inclinée de la Chine découle d'une communication insuffisante et "plus la vérité est argumentée, plus elle devient claire".

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Grand classique (ou très bavard)
1200 messages postés
   Posté le 15-04-2023 à 16:23:57   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Baerbock n'est pas assez âgée pour former un couple franco-allemand avec Macron, couple qui paraît bien oublié après les voyages séparés en Chine où seules les allemandes ont défendu les intérêts allemands, oubliant soigneusement ceux des français. Finalement, du déjà vu en matière de solidarité internationale, d'abord ses propres intérêts.

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualité en Chine  Visite de Macron en ChineNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum