Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Subversion, balkanisation et guerre en Europe 

 UNITÉ DE COMBAT CHINE- RUSSIE CONTRE L'HEGEMONISME

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 19-03-2024 à 19:29:28   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Poutine réélu ; 'Les liens sino-russe vont continuer à progresser'


Par Yang Sheng
Publié le : 18 mars 2024 16:57
https://www.globaltimes.cn/page/202403/1309026.shtml?fbclid=IwAR1z0IWQFnxPv-zK1UGcRuu5aHS_WRZZDb8XH5jVtkXOUVErbvotgwyMGqQ

Le président chinois Xi Jinping a félicité lundi Vladimir Poutine pour sa réélection en tant que président russe, alors que Poutine s'est adressé à ses partisans et a déclaré sa victoire de réélection plus tôt le même jour après la victoire de l'élection présidentielle avec plus de 87 pour cent des voix en sa faveur.
Les analystes chinois ont déclaré que plusieurs grandes puissances organiseront des élections cette année, et le résultat de l'élection présidentielle russe a fourni la certitude à un monde en turbulence, car la victoire de Poutine prouve que le peuple russe soutient largement sa gouvernance et les politiques et positions de la Russie sur des questions clés comme la crise ukrainienne et ses relations avec d'autres grandes puissances ne connaîtront probablement pas de changement radical.
La réélection de Poutine apportera une certitude au développement futur des relations sino-russes, car le consensus atteint par les principaux dirigeants des deux pays sera mis en œuvre et davantage promu, selon les experts, ajoutant que la Chine maintient sa position objective sur la crise ukrainienne et poursuivra ses efforts pour aider les parties concernées à trouver une solution en vue d'un règlement politique.
Liens stratégiques Chine-Russie

Selon l'agence de presse Xinhua, dans un message de félicitations à Poutine pour sa réélection à la présidence russe, le président Xi a déclaré que la Chine attache une grande importance au développement des relations sino-russes. La Chine est prête à maintenir une communication étroite avec la Russie afin de promouvoir le développement durable, solide, stable et en profondeur d'un partenariat stratégique global Chine-Russie de coordination pour une nouvelle ère au profit des deux nations et de leur peuple.

Ces dernières années, le peuple russe s'est uni comme un seul homme, a surmonté les défis et a fait des progrès constants vers le développement national et la revitalisation, a déclaré Xi, ajoutant que la réélection de Poutine à la présidence russe reflète pleinement le soutien du peuple russe à lui. La Russie fera sûrement de plus grandes réalisations en matière de développement national et de construction sous la direction de Poutine, a déclaré M. Xi.
Les experts chinois ont déclaré que le message de félicitations de Xi montre que la Chine a confiance dans la stabilité interne et le développement de la Russie, et la Chine continuera à développer activement des liens bilatéraux au profit des deux peuples sans cibler aucune tierce partie.

Tout en gardant une position objective et en faisant des efforts de médiation dans la crise ukrainienne, la Chine continuera à coordonner avec la Russie sur les questions internationales que les deux parties partagent les préoccupations et sauvegardera conjointement l'ordre international et l'équilibre stratégique mondial, ont déclaré les analystes.
Cui Heng, un chercheur de l'Institut national chinois pour les échanges internationaux et la coopération judiciaire de l'OCS basé à Shanghai, a déclaré lundi au Global Times que l'amitié entre les dirigeants des deux pays est la garantie de la stabilité des relations sino-russes.
Les deux pays célébreront cette année le 75e anniversaire de l'établissement de liens diplomatiques, et ils devraient promouvoir leurs liens à un niveau plus élevé et coordonner davantage leurs positions sur les mécanismes multilatéraux. Le développement des relations sino-russes voit une grande certitude, et la stabilité à long terme des liens peut être attendue, Cui a noté.

Lors de son discours lundi, Poutine a déclaré . "Taïwan est une partie inhérente de la République populaire de Chine (RPC)," et la Chine a beaucoup d'amis sur la scène internationale, et ceux qui ne considèrent pas la Chine comme un ami sont voués à échouer à provoquer la Chine sur la question de Taiwan et à imposer des sanctions contre la Chine.

Les analystes ont déclaré que les remarques de Poutine montraient que la Russie avait également une grande confiance dans le développement de la Chine et dans la force nationale de la Chine pour sauvegarder ses propres intérêts malgré les pressions et les menaces des États-Unis, en d'autres termes, La Russie est confiante et optimiste dans sa décision d'établir et de promouvoir des liens stratégiques étroits avec la Chine.
La Chine salue vivement la déclaration du Président Poutine. Il n'y a qu'une seule Chine au monde, le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légal représentant l'ensemble de la Chine, et Taiwan est une partie inaliénable du territoire chinois. Il s'agit d'un consensus international dominant et d'une norme de base régissant les relations internationales, a déclaré Lin Jian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères lors de la conférence de presse de routine lundi.

L'avenir de la crise en Ukraine
Selon TASS, avec 99,43 pour cent des bulletins de vote dépouillés à 7h00 heure de Moscou (4h00 GMT), le favori de la course à la présidence russe et président sortant Poutine mène la course à la présidentielle de 2024 avec 87,32 pour cent des voix, selon des informations publiées sur le site officiel de la Commission électorale centrale russe.
Ce résultat prouve que les tentatives occidentales de contester le pouvoir de l'administration Poutine par des sanctions et le soutien des forces anti-Poutine en Russie a échoué, car la grande majorité du peuple russe continue à soutenir Poutine et son gouvernement, ont déclaré les experts.

Poutine aura un autre mandat de six ans, et que les États-Unis et leurs alliés aiment ce résultat ou non, ils devront faire face à la réalité et ils devront peut-être trouver une façon plus pragmatique et flexible de traiter avec la Russie sur la crise ukrainienne, Yang Jin, un chercheur associé à l'Institut des études russes, de l'Europe de l'Est et de l'Asie centrale de l'Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré lundi au Global Times.
Poutine a déclaré lundi que Moscou a toujours favorisé les pourparlers de paix, tant que les opposants sont sérieux sur l'établissement de relations de bon voisinage à long terme, pas seulement parce que "l'adversaire est à court de munitions", a rapporté RT.
Le président russe a également déclaré que la Russie est prête à envisager divers scénarios, à condition qu'ils s'alignent avec l'intérêt national de la Russie. "Mais puisque Kiev a interdit les pourparlers avec les dirigeants actuels à Moscou, et que le président Vladimir Zelensky n'a pas l'intention d'organiser des élections", il faudra "des recherches laborieuses" pour savoir "avec qui négocier là-bas", a déclaré M. Poutine, selon RT.
Cui a déclaré que la Russie a une fois de plus exprimé son attitude ouverte pour les pourparlers, mais du point de vue de la Russie, les dirigeants actuels à Kiev pourraient ne pas être traités comme une contrepartie idéale, donc maintenant la balle est dans le camp de l'Occident et de l'Ukraine.

Soulignant la possibilité d'une confrontation directe entre l'OTAN et la Russie, Poutine a déclaré que "tout est possible dans le monde moderne" et a averti que cela "serait un pas loin d'une troisième guerre mondiale à grande échelle".

C'est un avertissement à l'Occident, en particulier aux États-Unis, et puisque Poutine est réélu, Washington doit examiner s'il faut maintenir la confrontation coûteuse et dangereuse avec la Russie ou trouver une issue par la négociation et accepter la médiation fournie par d'autres tiers, y compris la Chine, et si la Russie obtient plus de victoires sur le champ de bataille, la situation sera pire pour l'Occident et l'Ukraine, ont déclaré les experts .

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 02-04-2024 à 12:32:35   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Après deux ans de sanctions, la Russie n’a pas été vaincue, sur quoi se fonde-t-elle ? par Xu Poling
2 AVRIL 2024

https://histoireetsociete.com/2024/04/02/apres-deux-ans-de-sanctions-la-russie-na-pas-ete-vaincue-sur-quoi-se-fonde-t-elle-par-xu-poling/

Nous avons utilisé la traduction espagnole de ce texte très documenté d’un observateur chinois. Il s’interroge sur l’héritage de l’URSS et la manière dont le conflit a forcé à prendre des mesures financières mais il insiste sur l’héritage en matière de développement scientifique et sur la part de l’économie qui reste contrôlée par l’Etat. Alors que nous avons coutume d’avoir des textes qui, émanant du KPRF, insistent sur le rôle de la Chine, nous avons ici un regard chinois qui insiste sur le fait que la Chine ne peut pas imaginer rester dans la “neutralité” et qu’elle doit se préparer à tirer des leçons de la résistance russe, en filigrane l’idée est celle d’un engagement inévitable vu le bellicisme occidental dans une confrontation. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et société

Vendredi, Mars 29, 2024 par CEPRID

Xu Poling

Guancha

Il y a deux ans, le 24 février, le conflit entre la Russie et l’Ukraine a éclaté ; au cours des deux années suivantes, la Russie a fait l’objet de près de 20 000 sanctions de la part de 48 pays, l’Europe et les États-Unis en tête. Les sanctions ont été sans précédent dans un grand nombre de pays, de projets et de domaines. Cependant, l’économie et le système financier russes se sont stabilisés après une brève période de chaos, chutant de 2,1 % en 2022 ; mais en 2023, l’économie russe a atteint une croissance de 3,6%, se classant parmi les meilleures parmi les grandes puissances mondiales et, sur la base de la parité de pouvoir d’achat, elle est devenue la plus grande économie d’Europe.

En juin 2023, j’ai visité Moscou et Saint-Pétersbourg, et je suis également allé en Arménie ; en novembre 2023, je suis allé à Khabarovsk et à Ekaterinbourg. J’ai visité un total de cinq endroits à deux reprises, juste pour comprendre l’opinion publique et la situation économique de la Russie sous sanctions. J’ai constaté que l’ordre de vie et l’ordre social des Russes sont stables et que les perspectives mentales des gens ne sont pas aussi tendues qu’elles devraient l’être lorsque le pays est en état de guerre ; L’anxiété et la vie normale des gens ordinaires n’ont pas été grandement affectées. Khabarovsk, une région frontalière, et Ekaterinbourg sont deux des centres économiques. Chaque district fédéral de la Russie a son centre économique, le district fédéral du nord-ouest est à Saint-Pétersbourg, le district fédéral central est à Moscou, le district fédéral de la Volga est au centre de Kazan et le district fédéral de l’Oural est à Ekaterinbourg. Dans le passé, ces quatre districts fédéraux étaient les centres économiques les plus importants de la Russie, bien que le plus actif et le plus développé ait été, bien sûr, le district fédéral du Nord-Ouest.

Après les sanctions, l’activité économique du District fédéral du Nord-Ouest a diminué, car les coentreprises et les entreprises liées au commerce les plus importantes entre la Russie et l’Europe sont concentrées dans cette région, de sorte que l’économie a été affectée après les sanctions.

Cependant, plus d’un an après les sanctions, la situation de l’industrie manufacturière dans le district fédéral de l’Oural, où se trouve Ekaterinbourg, s’est rapidement améliorée. À Ekaterinbourg en particulier, le niveau de vie des gens ordinaires s’améliore, y compris en Extrême-Orient, et le niveau de revenu des habitants a également augmenté. À l’origine, le niveau de revenu des chauffeurs de transport russes était relativement élevé. Sur le chemin de l’aéroport à l’hôtel, notre chauffeur a déclaré que son revenu mensuel atteignait plus de 200 000 roubles (équivalent à environ 20 000 yuans). Il est évident que leur mentalité et leurs émotions consuméristes sont très optimistes et positives, et qu’ils n’ont pas l’impression que c’est une société qui souffre de la souffrance de la guerre.

Après l’annonce de « l’opération militaire spéciale », le président Poutine a énoncé trois principes : premièrement, la guerre doit être contrôlée en dehors de la Russie et ne pas s’étendre au sol russe ; Deuxièmement, le fardeau financier causé par la guerre ne doit pas affecter la vie de base des habitants. Troisièmement, essayez d’éviter les pertes à grande échelle de civils et de soldats sur le champ de bataille.

Ces trois principes ont joué un rôle important dans le contrôle de l’impact négatif de la guerre sur la société et l’économie russes.

Dans ce cas, même après deux ans de guerre, la chute de l’économie russe n’a pas été significative. Le PIB de la Russie a chuté de 2,1 % en 2022. De juillet à août 2022, la croissance économique a commencé à devenir positive d’un mois sur l’autre. Après 9 à 13 semaines consécutives de déflation, les prix ont été maîtrisés et la vie des habitants a commencé à revenir à la normale.

En 2023, l’économie a progressé de 3,6 %, le revenu disponible réel des résidents a augmenté de 5,4 % en glissement annuel (hors facteurs de prix) et les salaires ont augmenté de 7,6 % en termes réels. Le revenu disponible réel des résidents a atteint 98,6 % du sommet de 2013. Dans le contexte de la guerre, le niveau de vie des habitants n’a pas été grandement affecté : au contraire, le revenu réel et la consommation ont augmenté. Je ne pense pas que la société russe ait connu trop de difficultés à cause de la guerre.

Comment la Russie peut-elle résister aux sanctions ?

Les universitaires russes divisent les sanctions européennes et américaines en six niveaux. Le premier est un embargo sur les matières premières, le deuxième est un blocus technologique, le troisième est des sanctions contre les entreprises impliquées dans la guerre, le quatrième est des sanctions contre les grands hommes d’affaires et les politiciens, le cinquième est des sanctions contre le système financier et le sixième est l’énergie. J’ai vu les six niveaux de sanctions mis en œuvre.

Parmi eux, l’impact le plus important sur l’économie russe est celui des sanctions financières. L’objectif des pays européens et américains est de provoquer une fuite des capitaux, un épuisement des ressources financières et, en fin de compte, une crise financière en Russie. De toute évidence, cela s’est produit dans les premiers jours.

La guerre a commencé le 24 février 2022. Les pays européens et américains ont introduit des sanctions pendant quatre jours consécutifs, et le marché boursier russe et le taux de change du rouble ont fluctué de manière significative. Lorsque le rouble a été dévalué à nouveau, les taux de change sur les trois marchés ont fortement chuté : sur le marché de Londres, ils étaient de 150 roubles pour un dollar américain, sur le marché de Moscou, de plus de 120 roubles pour un dollar américain, et sur d’autres marchés offshore, ils sont également tombés à 120-130 roubles pour 1 dollar. Ainsi, les sanctions ont d’abord entraîné une fuite massive des capitaux et une pénurie de devises étrangères sur le marché de Moscou, ce qui a rendu beaucoup plus coûteux l’achat de devises étrangères en roubles.

Le système financier intérieur de la Russie était également en grave difficulté. Au début, les gens ne savaient pas à quoi ressemblerait la situation future, ils ne faisaient donc pas confiance aux dépôts bancaires, et les entreprises n’avaient pas confiance dans l’utilisation des devises étrangères ou des accords commerciaux internationaux. À l’époque, il y a eu une vague de crises financières à court terme, des crises de confiance.

Cependant, le gouvernement russe a réagi rapidement et les trois mesures de contre-sanctions introduites par la Russie ont été très efficaces pour contrôler la situation.

Le premier était le contrôle des sorties de capitaux, qui imposait des restrictions sur les envois de fonds et les prêts extérieurs, aucun prêt en espèces de plus de 10 000 dollars n’était autorisé et le paiement de la dette extérieure était suspendu.

La seconde était la liquidation et la vente forcées de devises étrangères. La Russie a stipulé que 80 % des recettes en devises provenant des contrats de commerce extérieur signés après le 1er janvier 2022 devaient être vendues à la banque centrale afin d’améliorer sa capacité à fournir des devises étrangères sur le marché de Moscou. À l’époque, la Russie avait besoin d’environ 1 milliard de dollars de devises étrangères par jour, ce qui atténuait le problème des pénuries de devises étrangères.

En réponse aux inquiétudes du public, la Russie a appris la méthode du système de Bretton Woods consistant à rattacher le dollar américain à l’or et a stipulé que 5 000 roubles (l’équivalent de plus de 400 yuans à l’époque) devaient être échangés contre 1 gramme d’or, rattachant le rouble à l’or. De cette façon, qu’il s’agisse d’une entreprise ou d’un particulier, s’ils n’étaient pas sûrs de détenir des roubles, ils pouvaient les apporter à la banque et les échanger contre une quantité égale d’or, ce qui stabilisait rapidement la confiance du marché financier russe.

Surtout après l’annonce de l’« ordre de liquidation du rouble gazier » le 19 mars 2022, le marché a rapidement rétabli la confiance dans le rouble. Le 9 avril, le rouble avait atteint plus de 70 pour un dollar américain, culminant à 53 pour un dollar américain.

L’« ordre de liquidation du rouble gazier » est un coup d’État. Il est interdit à la Russie d’utiliser l’euro, le dollar américain, le yen japonais et la livre sterling pour les règlements. Cependant, l’achat de gaz naturel russe par l’Europe n’avait pas été interrompu à l’époque. La Russie a annoncé qu’elle n’accepterait que des roubles. L’Europe a dit qu’il n’y avait pas de roubles. Que faire ? C’est pourquoi la Russie a donné une idée aux pays européens : leur permettre d’ouvrir un compte en roubles et un compte en euros auprès de Gazprombank, la banque chargée de régler le commerce du gaz naturel entre la Russie et l’Europe. Les commerçants européens déposent des euros sur des comptes en euros, et la Russie apporte les euros au marché de Moscou pour les échanger contre des roubles, puis les transfère sur des comptes en roubles. Les négociants européens peuvent utiliser des roubles pour régler le coût du gaz naturel.

La Russie a exigé qu’à partir du 1er avril 2022, l’ordre de règlement en rouble pour les ventes de gaz naturel soit appliqué. De cette façon, la Russie a ancré la valeur du rouble avec du gaz naturel et le rythme des devises sur le marché a également été contrôlé par la Russie, de sorte que le taux de change du rouble s’est rapidement redressé et que le système financier russe s’est stabilisé.

Le plus grand impact des sanctions européennes et américaines contre la Russie est le contrôle des exportations et les restrictions techniques, qui ont perturbé la chaîne d’approvisionnement internationale de la Russie. La Russie a connu un grave chaos de production entre mars et mai 2022. Les produits intermédiaires, tels que les équipements et les matières premières importés d’Europe, ont soudainement disparu et les entreprises russes ont dû reconstruire leurs chaînes d’approvisionnement et trouver à nouveau des fournisseurs sur le marché national ou international.

Après trois mois de chaos, la Russie s’est d’abord stabilisée. Le 31 mai 2022, la Russie a signé un décret sur « l’importation parallèle », qui concerne plus de 1 300 matières premières. En fait, il s’agit d’une « contrebande officielle », c’est-à-dire que les commerçants étrangers ne sont pas autorisés à vendre des marchandises en Russie, et que la Russie achète des marchandises par d’autres canaux. Par la suite, elle a annoncé qu’elle ne protégerait plus ses droits de marque et ses droits de propriété intellectuelle sur le marché russe. De cette façon, la Russie a acheté des produits par le biais d’importations parallèles à l’échelle internationale et a développé des fournisseurs nationaux. Il a fallu beaucoup de temps pour rétablir la chaîne industrielle.

Un autre domaine fortement touché par les sanctions est celui de la logistique et du transport international. Les exportations russes de pétrole brut et de gaz naturel liquéfié pénètrent sur le marché international via la mer Baltique et l’océan Atlantique, mais 95 % des activités d’assurance pour le transport maritime international sont monopolisées par des entreprises européennes. L’une des sanctions financières est qu’il n’est pas autorisé à fournir une assurance aux navires marchands engagés dans des affaires russes. Les trois pays baltes ont adhéré aux sanctions pour la première fois et le transport terrestre par rail et par gazoduc a également été restreint, de sorte que la logistique internationale de la Russie a également été perturbée.

Lorsque l’Europe et les États-Unis ont lancé des sanctions, ils ont menacé de transformer le rouble en vieux papiers, mais ils n’ont pas réussi. Lorsque nous examinons la résilience économique de la Russie, nous résumons quelques raisons.

Premièrement, la construction de la sécurité financière, comme la construction du système bancaire lui-même. La Russie ne comptait que 329 banques et 34 institutions financières non bancaires au 1er juillet 2022. C’est le résultat de la construction d’une sécurité financière à long terme. Après la transformation de la Russie, le système bancaire était plongé dans un grand chaos : à son apogée, il y avait plus de 10 000 banques et il y en avait encore plus de 1 500 dans le plan anti-crise de 2015. Par la suite, les banques qui ont enfreint la réglementation ont été rectifiées chaque année. Si leur ratio d’adéquation des fonds propres ne répondait pas aux normes, ou s’ils opéraient en violation de la réglementation, leurs licences commerciales étaient révoquées. Chaque année, les licences commerciales de 90 à 100 banques sont révoquées, il n’y a donc pas de problème de santé des banques russes. Par conséquent, face à ce choc financier, le système bancaire n’a pas fait faillite ou fermé, et le secteur financier s’est rapidement stabilisé.

Deuxièmement, la Russie s’est dédollarisée depuis 2014, ce qui a joué un rôle important dans la lutte contre les sanctions financières. La Russie voit que l’hostilité des États-Unis à l’égard de la Russie s’accroît et reconnaît qu’il n’est pas sûr de compter sur le dollar américain. Mais à l’époque, la dédollarisation s’est heurtée à des défis majeurs : le peuple russe ne faisait pas confiance au rouble en raison de sa dépréciation répétée, il était donc prêt à échanger des roubles contre des dollars américains. L’épargne des résidents nationaux a été dollarisée et le commerce international a été réglé en dollars américains. Les réserves internationales de la Russie sont également investies dans de nombreux actifs en dollars, et les actifs de la banque centrale sont également dollarisés.

L’internationalisation de l’euro offre simplement à la Russie l’occasion de se dédollariser. Au début, l’euro fonctionnait principalement en Europe, il n’y avait pas beaucoup de pays qui avaient des euros, et le montant n’était pas important. Étant donné que les exportations d’énergie de la Russie sont principalement destinées à l’Europe, la Russie a progressivement adopté le règlement en euros sur ses exportations d’énergie. Depuis lors, l’euro a commencé à sortir de l’Europe à grande échelle et est devenu une monnaie internationale. Après que l’Occident a imposé des sanctions à la Russie en 2022 et que l’euro n’a pas pu être utilisé en Russie, la part de l’euro dans les accords internationaux a diminué et est redevenue une monnaie locale.

Troisièmement, il y a la diversification des conditions budgétaires et des réserves internationales. De 2019 à 2021, un rapport de recherche a révélé que les avoirs de réserve de la Banque centrale de Russie ont considérablement augmenté en yens et en RMB. De plus, la Russie a considérablement augmenté ses réserves d’or depuis 2019. Au cours des quatre années qui ont suivi, la Russie a été le plus grand acheteur d’or au monde. Lorsque les avoirs de la Banque centrale de Russie ont été gelés en 2022, la Russie disposait de réserves de près de 600 milliards de dollars, dont une grande partie sont des réserves d’or. Des réserves internationales diversifiées assureront la stabilité financière de la Russie.

En termes de mesures de réponse, la Russie a mis en place des contrôles sur les sorties de capitaux, signé un ordre de liquidation du rouble de gaz naturel et arrimé le rouble à l’or pour renforcer la confiance des résidents – toutes des décisions très intelligentes. Il existe également une coopération entre la banque centrale et le ministère des Finances. Lorsque les ressources financières sont affectées, la banque centrale réaffecte certains actifs au ministère des Finances par le biais de privatisations.

La résilience économique de la Russie et l’héritage soviétique en action ?

Certains chercheurs ont analysé que la raison pour laquelle l’économie russe est si résiliente et peut résister aux sanctions est due à l’héritage hérité de l’ère soviétique, comme le système industriel et la discipline financière. Je ne pense pas qu’on puisse dire ça. Si l’Union soviétique a un héritage, elle n’en a certainement pas beaucoup en termes financiers. Une raison très importante de l’effondrement de l’Union soviétique a été l’expansion de la dette. À l’époque, les systèmes financiers et fiscaux de la Russie étaient très faibles. S’il y a un héritage, c’est que la faiblesse budgétaire a réduit la capacité du gouvernement, ce qui a donné à la Russie une très profonde leçon.

Le chaos financier des premières années de la transition a redistribué les richesses de la Russie et a eu un impact très grave sur la vie des habitants. Depuis 2000, la Russie renforce sa construction de la sécurité financière, y compris la sécurité fiscale et la sécurité financière. Sa tâche principale est de réduire continuellement le taux d’endettement.

Au début de sa transformation, la Russie a hérité de l’ex-Union soviétique une dette exorbitante de 99,6 milliards de dollars, qui a également été la principale raison de la crise du rouble russe et de l’effondrement du crédit national en 1998. L’arrivée au pouvoir du président Poutine en 2000 a coïncidé avec la hausse progressive des prix du pétrole. L’afflux de grandes quantités de pétrodollars a été très bénéfique pour le paiement des dettes. Le ratio dette/PIB a continué de baisser jusqu’en 2017, date à laquelle la Russie a remboursé l’intégralité des dettes de l’Union soviétique.

Avant les sanctions, la principale dette extérieure souveraine de la Russie, c’est-à-dire la dette extérieure que le gouvernement central fédéral est chargé de rembourser, ne dépassait pas 35 milliards de dollars, soit un peu plus de 3 % du PIB. Si l’on tient compte des dettes des entités fédérales et des entreprises d’État, le ratio total est de 13,4 %. Parmi les 89 économies du monde supervisées par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, le niveau d’endettement de la Russie est le plus bas. Nous savons que les pays qui ont des ratios d’endettement relativement élevés dans le monde, comme le Japon, ont un ratio de la dette nationale au PIB de plus de 200 %, et les États-Unis ont plus de 130 %. Si la dette d’un pays qui n’a pas la pleine souveraineté monétaire s’élève à plus de 70 % du PIB, des risques d’endettement peuvent survenir. Par exemple, la crise de la dette grecque et la crise de la dette des pays d’Amérique latine ont toutes eu lieu lorsque le niveau d’endettement ne dépassait pas 100 % du PIB. Le contre-exemple le plus typique de ces deux dernières années est celui du Sri Lanka. En raison de son ratio d’endettement extérieur élevé, après que la Réserve fédérale a relevé les taux d’intérêt à plusieurs reprises, l’indice du dollar américain s’est apprécié, la monnaie locale s’est dépréciée et les coûts de remboursement ont considérablement augmenté, ce qui a entraîné une crise de la dette.

Le niveau d’endettement de la Russie a été contrôlé à environ 15 %. Parfois, on dit même que les finances de la Russie sont trop conservatrices depuis longtemps : elle n’a pas emprunté de dette extérieure, sa capacité de financement intérieur est limitée et sa dette intérieure n’est pas élevée. Mais cela rend toutes les finances de la Russie très sûres : il n’y a pas de financement déficitaire et la plupart du temps, il s’agit d’un financement équilibré et excédentaire. Après 2021, en réponse à l’épidémie et à la construction de projets nationaux, les financements ont commencé à être activés.

En 2023, le PIB de la Russie a atteint 171 000 milliards de roubles et le niveau de la dette intérieure a oscillé autour de 24 000 milliards de roubles. Le niveau de la dette intérieure au cours des années précédentes se situait entre 18 000 et 23 000 milliards de roubles. Même si l’on additionne les dettes intérieure et extérieure, le niveau d’endettement global de la Russie est très faible. On peut dire qu’elle a tiré les leçons de l’ex-Union soviétique. S’il y a une chose qui reste de l’ex-Union soviétique, c’est que la force scientifique de base de la Russie est relativement forte et que le potentiel de développement scientifique et technologique de la Russie est grand. Après l’éclatement de l’Union soviétique, la Russie a connu une période de fuite des cerveaux. La Russie a continué de réformer ses institutions de recherche scientifique, d’améliorer l’efficacité de la recherche et d’augmenter ou du moins de maintenir les allocations financières aux institutions de recherche scientifique. C’est pourquoi la Russie a réussi à faire face aux sanctions et à maintenir son économie dans le contexte du conflit russo-ukrainien.

L’économie sera-t-elle bien portée, tirée par l’économie de guerre ?

La croissance économique de la Russie a atteint de manière inattendue 3,6 % en 2023. Lorsque les médias occidentaux ont rapporté cette nouvelle, ils ont généralement cru qu’il s’agissait d’une croissance causée par l’économie de guerre. Je pense que les médias occidentaux donnent le ton, estimant que la bonne économie de la Russie est due à sa forte industrie militaire. Je ne pense pas. En fait, la Russie n’a commencé à renforcer la substitution des importations dans l’industrie militaire qu’en 2014. À cette époque, les fondations de l’industrie militaire étaient encore relativement fragiles.

Pendant la période soviétique, la division du travail dans l’industrie militaire dans chaque région était différente : les turbines à gaz étaient produites en Ukraine, les moteurs de fusée étaient produits en Ukraine et les gros avions étaient fabriqués en Ouzbékistan. La Russie a hérité de certains actifs militaro-industriels de l’Union soviétique, mais n’a pas formé un système complet.

L’industrie militaire russe, ou secteur des ressources stratégiques, a été le plus durement touché au cours de la première décennie qui a suivi l’effondrement de l’Union soviétique. Ce n’est qu’après l’an 2000 que la Russie a commencé à rectifier et à restaurer l’industrie militaire russe. L’incident Ioukos-Khodorkovski en 2003 a marqué un tournant, et ce n’est qu’à ce moment-là que l’oligopole dans le secteur des ressources stratégiques de la Russie a commencé à s’inverser.

L’industrie militaire est un domaine de force traditionnel, mais elle est aussi très faible. À cette époque, la Russie a été touchée par la guerre du Golfe des États-Unis et les opérations militaires antiterroristes en termes de construction militaire. La Russie croyait que des conflits interétatiques à grande échelle étaient peu probables, de sorte que la défense nationale et la production militaire à grande échelle n’étaient pas nécessaires. Si l’on inclut les opérations antiterroristes ultérieures de la Russie en Syrie, il ne s’agissait pas d’affrontements à grande échelle entre pays.

La réforme de la militarisation de la Russie a été menée sur la base de ce concept. Dans ces circonstances, la Russie a peu de commandes dans l’industrie militaire et son échelle globale n’est pas grande. De 2008 à 2012, lorsque Medvedev était président, il a noté qu’il y avait des problèmes avec la pleine autonomie de l’industrie militaire russe.

Je ne pense donc pas que le complexe militaro-industriel russe dominait l’économie avant la guerre ; En réalité, c’est le secteur des ressources naturelles qui a dominé l’économie russe. C’est aussi la raison pour laquelle la Russie a eu des problèmes d’approvisionnement en armes et en munitions pendant le conflit russo-ukrainien.

Bien que la Russie ait mis en œuvre une politique de substitution des importations dans l’industrie militaire après 2014 et ait rapidement atteint une production indépendante de 98 % des produits militaires, l’approvisionnement en armes et en équipements ne commencera à s’accélérer qu’après juillet 2022. Le troisième changement de l’industrie militaro-industrielle, la production inversée, a commencé après l’ordre de mobilisation locale d’octobre 2022. De novembre à décembre 2022, après que Poutine, Medvedev et Choïgou ont successivement inspecté les entreprises militaro-industrielles, les commandes de défense ont commencé à augmenter considérablement et la Russie a pleinement investi ses ressources économiques dans le complexe militaro-industriel.

Ainsi, l’industrie militaire russe est une revitalisation après le déclin, plutôt qu’un secteur qui a toujours été fort. Lorsque les économistes russes se sont penchés sur la croissance économique passée, ils ont clairement indiqué que ce n’était pas l’industrie militaire qui était le moteur de la croissance économique en Russie, mais le secteur des ressources. En outre, les commandes de l’industrie militaire ont connu une croissance explosive au second semestre 2022, mais ont diminué après avril 2023.

Après l’expansion de l’échelle de production des entreprises de l’industrie militaire, la demande d’équipements, de matériaux et de pièces d’entreprises de transformation a considérablement augmenté, la demande d’investissements dans les machines et les équipements a augmenté et la production industrielle s’est étendue des produits militaires purs à d’autres industries manufacturières de transformation liées à la production de produits militaires.

Passer d’une économie dépendante de l’énergie à une économie équilibrée investissement-consommation

Il est contesté qu’au cours des deux années de guerre, l’économie russe non seulement ne s’est pas effondrée, mais a réussi à transformer sa structure économique. Il est encore difficile de conclure que cette transformation a été couronnée de succès. Cependant, nous constatons que la croissance économique de la Russie rompt sa dépendance initiale à l’égard de l’industrie de l’énergie. En 2023, la contribution du complexe énergétique et énergétique russe aux recettes budgétaires a diminué de 22,8 %, tandis que la contribution du secteur non pétrolier et gazier aux recettes fiscales a augmenté de 26,5 %. Malgré la baisse des recettes pétrolières et gazières, la contribution aux recettes fiscales est demeurée la même que l’année précédente, soit environ un tiers. La contribution du secteur de l’énergie et des matières premières au PIB a diminué, tandis que la part du secteur manufacturier a augmenté, reflétant la transformation de la structure économique de la Russie, qui est passée d’une économie dépendante de l’énergie à une économie équilibrée entre investissement et consommation.

Le taux d’accumulation du capital en Russie a longtemps été faible, avec une accumulation nette de capital inférieure à 20 % et, y compris l’accumulation des stocks, entre 20 % et 22 %. La Russie a proposé d’augmenter le taux d’accumulation du capital (le rapport entre les fonds d’accumulation et l’utilisation totale du revenu national) à plus de 25 %, mais cela n’a jamais été réalisé.

Le 7 février de cette année, les données publiées par le Service statistique d’État russe ont montré que le taux d’accumulation du capital de la Russie a atteint 27 % en 2023, la consommation finale représentait 68,7 % et les importations et les exportations représentaient 4,3 %, ce qui résout le problème du faible taux d’accumulation du capital à long terme.

Il ne faut pas sous-estimer l’importance de l’augmentation des taux d’accumulation du capital. L’augmentation des taux d’accumulation du capital offre la possibilité d’une expansion économique future. Selon le « Das Kapital » de Marx, une accumulation de capital de 20 % est la norme minimale pour la reproduction simple ; Si l’économie veut se développer, le taux d’accumulation du capital doit être supérieur à 20 % ; Si l’économie veut accélérer, il faut qu’elle soit supérieure à 25 % ; Si l’économie veut décoller, le taux d’accumulation du capital doit atteindre 35%.

Le secteur de l’énergie a été très important pour l’économie russe dans le passé, les exportations d’énergie et de matières premières représentant 70 % à 80 % du PIB. Son importance sociale réside dans le fait que la richesse sociale est principalement concentrée dans le secteur de l’énergie, où les salaires, les profits et les autres revenus sont très élevés, ce qui a formé une structure sociale dans laquelle la richesse sociale de la Russie est concentrée entre les mains de quelques personnes. Les exportations d’énergie sont devenues la principale source d’excédent commercial de la Russie. Une fois que le pays a obtenu des recettes fiscales du secteur de l’énergie et reçu un afflux de pétrodollars, ceux-ci sont injectés dans le secteur public par le biais de transferts fiscaux et de dépenses de politique sociale, formant des revenus pour le personnel gouvernemental et l’industrie des services. Ce type de revenu est de nature sociale et n’a pas d’effet incitatif au travail.

L’économie du pays est fortement dépendante du secteur de l’énergie, ce qui a entravé le développement du secteur manufacturier. En 2012, la principale valeur ajoutée manufacturière de la Russie ne représentait que 12,8 % du PIB, et l’extraction et la transformation ne représentaient qu’environ 16 %, seulement au niveau de l’Allemagne (le principal secteur manufacturier représentait 17,8 % à l’époque) et les États-Unis étaient déjà dans l’ère postindustrielle.

L’expansion de l’industrie manufacturière après le conflit russo-ukrainien présente un phénomène très intéressant. Les salaires dans les secteurs de l’industrie légère, de la construction de machines et de l’électronique de l’information ont augmenté rapidement. La répartition des salaires et traitements a créé une très forte incitation au travail.

Dans le passé, les gens ordinaires dans les secteurs non énergétiques n’avaient peut-être pas beaucoup d’occasions de gagner de l’argent en participant à un travail, et ne pouvaient que s’asseoir et recevoir de l’aide sociale. Maintenant, les gens peuvent aller travailler dans les usines et gagner de l’argent. Les entreprises ont également lancé des « concours d’employeurs » pour embaucher des employés compétents et offrir des salaires très attractifs. De cette façon, les incitations au travail sont réalisées par le biais d’une distribution unique, ce qui est une raison importante du changement dans la perspective spirituelle de la société russe.

Par conséquent, le conflit entre la Russie et l’Ukraine revient à injecter des hormones à une personne gonflée pour la rendre plus forte et plus énergique. On peut même en déduire que le président Poutine n’est peut-être pas pressé de mettre fin au conflit russo-ukrainien. Parce que la croissance des investissements provoquée par les ordres militaires dans ce conflit s’est étendue aux domaines non militaires, elle a fourni à la société de meilleures opportunités d’emploi et de revenus, rendant la société russe plus active.

D’après les données des deuxième et troisième trimestres de 2023, nous constatons que les investissements dans les industries liées à la production de produits militaires, notamment le cuir, la fabrication de machines et l’électronique, ont augmenté rapidement, ce qui a fait que le taux de croissance des investissements en immobilisations de la Russie a atteint 12,9 % au deuxième trimestre. 13,3% au troisième trimestre. L’accumulation totale (y compris les stocks) pour l’exercice s’est établie à 19,8 % et l’investissement net en immobilisations a augmenté de 10,5 %.

La croissance de l’investissement a conduit à la croissance de la production. Les données publiées par le Service national des statistiques de Russie le 7 février ont montré que l’industrie manufacturière a connu la croissance la plus rapide. Parmi celles-ci, la production de produits informatiques, électroniques et optiques a augmenté de 32,8 %, celle des produits de transformation des métaux de 27,8 %, celle des autres véhicules et équipements de 25,5 % et celle de l’industrie alimentaire de 5,9 %. L’entreposage et le transport au service de la production ont également augmenté de 12,8 %. Ces secteurs à croissance rapide peuvent être étroitement liés à l’industrie militaire, mais tous ne sont pas des usines militaires, mais des industries civiles, mais les produits qu’ils fabriquent peuvent soutenir la production d’entreprises industrielles militaires. En fait, il s’agit de la diffusion des investissements de l’industrie militaire vers la chaîne de production.

Alors pourquoi les investissements dans le secteur de l’énergie de la Russie, toujours aussi fort, n’ont-ils pas augmenté ? Étant donné que l’équipement d’extraction de pétrole et de gaz russe est importé, l’investissement est un investissement ponctuel. Mais il y a une caractéristique de l’industrie manufacturière : chaque fois qu’une machine est fabriquée, il faut des machines-outils, des matériaux, des équipements électroniques, de l’énergie et des centrales électriques, ce qui forme une très longue chaîne industrielle. La production d’un boulet de canon nécessite des dizaines de maillons, et ces dizaines de maillons représentent des dizaines d’usines. Ces usines ont peut-être produit des produits civils au début, mais en raison de la division industrielle du travail et de la collaboration, l’investissement dans la production non militaire s’est généralisé.

Si l’on surveille encore six mois, si le taux d’investissement continue d’être aussi élevé, la transformation structurelle de la Russie sera efficace.

L’économie d’État a joué un rôle important

La croissance de l’investissement en 2023 est liée à une politique budgétaire et monétaire active. Les principales sources sont les frais de financement et les prêts hypothécaires de premier ordre. Comme mentionné ci-dessus, la politique macroéconomique de la Russie avant 2015 a toujours été une politique budgétaire équilibrée et non interventionniste. Après la réforme du taux de change du rouble le 1er janvier 2015, la politique monétaire de la Banque centrale de Russie est passée de la stabilité du taux de change à un système de ciblage de l’inflation. Les objectifs politiques sont plus ciblés et l’effet est plus important, mais le principe de non-ingérence dans la croissance économique n’a pas changé.

Après que Michoustine soit devenu Premier ministre, il s’est donné beaucoup de mal pour mettre en œuvre les projets nationaux proposés par le président Poutine dans le « décret présidentiel de mai » de 2018. Il convient de noter qu’avant de devenir Premier ministre, Michoustine était le directeur du ministère des Finances de la Fédération de Russie et a apporté des contributions exceptionnelles à l’amélioration de l’efficacité des recettes budgétaires, ce qui signifie qu’il a une bonne façon de gérer l’argent. De plus, avant qu’il ne devienne Premier ministre, les 13 projets nationaux proposés par le « décret présidentiel de mai » n’ont pas été bien mis en œuvre. La clé était le manque d’argent.

Après l’arrivée au pouvoir de Michoustine, il a mené des réformes drastiques, réorganisé la Banque économique étrangère en Groupe fédéral de développement russe et fusionné d’autres institutions de développement à long terme peu performantes dans le Groupe de développement national ; Pour mettre en œuvre la construction, une usine de financement des grands projets nationaux et un mécanisme d’appui à la construction de grands projets composés du ministère du Développement économique et du Groupe de développement national, équivalent de notre Commission nationale du développement et de la réforme et de la Banque chinoise de développement, ont été mis en place.

Pendant l’épidémie de COVID-19, Michoustine a combiné de manière organique la lutte contre la crise et la construction de projets à grande échelle, atteignant un taux de croissance économique de 4,7 % en 2021. Après l’éclatement du conflit russo-ukrainien en 2022, l’augmentation des budgets alloués aux opérations militaires, la poursuite du soutien à la construction de grands projets, la maîtrise du rythme de la croissance économique et la restauration rapide de l’économie ont été les principales tâches politiques de Michoustine, qui ont également jeté les bases d’un rétablissement rapide de la stabilité économique en 2022. Dans le même temps, la banque centrale a également mis en place un certain nombre de politiques pour coopérer avec la reprise économique, même si la Réserve fédérale a augmenté les taux d’intérêt en 2022, la Banque centrale de Russie réduit les taux d’intérêt pour soutenir les entreprises qui ont perdu leurs finances extérieures, leurs financements, etc.

En 2022, la Russie a reçu une grande partie des recettes de primes provenant de la hausse des prix de l’énergie et sa situation financière est très bonne. Pour compléter le plan budgétaire 2022, les dépenses budgétaires en décembre de cette année-là se sont élevées à 6,5 billions de roubles, soit 22,5 % des dépenses annuelles, qui sont devenues un capital de départ important pour la croissance des investissements en 2023. En 2023, les dépenses budgétaires de la Fédération de Russie ont continué d’augmenter. Les recettes budgétaires annuelles se sont élevées à 29,1 billions de roubles, soit une augmentation de 4,7 % par rapport à 2022 ; Les dépenses budgétaires ont dépassé 32,3 billions de roubles, soit une augmentation de 4 % par rapport à 2022. Parmi eux, ce sont les dépenses pour les marchés publics et la construction de projets nationaux à grande échelle qui ont augmenté le plus rapidement.

Dans le même temps, la banque centrale a accordé un grand nombre de prêts hypothécaires préférentiels pour le développement des régions d’Extrême-Orient et de l’Arctique et pour des investissements dans de grands projets. La part de la consommation de crédit dans la consommation des résidents a augmenté de plus de 10 points de pourcentage, passant de 37 % à 48 %. Le taux d’intérêt sur les prêts pour les maisons auto-construites en Extrême-Orient n’est que de 3%. Il faut savoir que pour freiner l’inflation, le taux d’intérêt officiel en Russie a été porté à 16% en décembre 2023. Les prêts hypothécaires à prix réduit deviennent des subventions pour les entreprises et les résidents.

Les grands investissements dans les projets sont soutenus et financés par l’usine de financement de projets et ne sont pas sensibles aux hausses de taux directeurs. Par conséquent, le relèvement du taux directeur affecte l’investissement social qui ne bénéficie pas d’un soutien politique.

En outre, la capacité de la Russie à résister à la pression après avoir été sanctionnée et bloquée et à atteindre une croissance rapide en 2023 est également inséparable du contrôle de l’économie d’État russe sur l’économie et les investissements.

Depuis 2000, bien que la Russie se soit engagée dans de multiples cycles de privatisation et ait vendu des entreprises d’État ou des actions, la contribution de l’économie d’État à la production du PIB a augmenté plutôt que diminué, passant de 31,2 % en 2000 à 56,23 % avant la guerre. Il y a deux raisons à cette augmentation. L’une d’entre elles est que le gouvernement russe a réduit de plus de 50 % la proportion d’entreprises contrôlées, mais a augmenté la proportion d’entreprises d’État contrôlées de 25 % pour la porter à plus de 75 % des actifs appartenant à l’État.

En outre, l’économie d’État russe occupe une position de monopole dans divers secteurs : il y a 2 045 (données de 2021) et 2 587 sociétés cotées contrôlées par l’État, souvent avec des dizaines de milliers de filiales, et elles ont une position dominante dans les activités commerciales de diverses industries. Les ordres de mobilisation militaire et les politiques de guerre ont encore accru l’importance de l’économie d’État dans l’investissement et la production. C’est la base pour que les dépenses budgétaires et les prêts hypothécaires de premier ordre jouent rapidement un rôle.

À qui profite le conflit russo-ukrainien ?

Certains médias occidentaux pensent que la Chine utilise la Russie pour faire la guerre et en récolter les bénéfices dans les coulisses. Wang Yi a déclaré lors de la Conférence de Munich sur la sécurité que la Chine et la Russie entretenaient des relations normales entre les principaux pays voisins. Nous insistons sur le non-alignement, la non-confrontation et la non-agression contre les tiers. C’est une question très importante.

Bien sûr, après que la Russie a été sanctionnée par l’Occident, certaines entreprises à capitaux étrangers dans des marques, des machines, des automobiles et d’autres industries célèbres se sont retirées. Ces produits ne sont plus disponibles pour les Russes, mais la société en a besoin, et la Chine peut les produire, donc la Chine les exporte vers la Russie. L’Occident n’importe plus d’énergie russe, mais elle est bon marché et bonne. Bien sûr, la Chine l’importe vigoureusement. La Chine et la Russie ont obtenu des avantages mutuels et des résultats gagnant-gagnant.

Le volume total des échanges commerciaux entre la Chine et la Russie a atteint 190,27 milliards de dollars en 2022 et 240,11 milliards de dollars en 2023, soit environ 39 % du volume total des échanges commerciaux de la Russie, soit une très forte augmentation. Le commerce extérieur de la Russie a également subi une transformation structurelle majeure : la part du commerce européen dans l’ensemble du commerce extérieur est passée de 40 % à 20 %, le commerce avec l’Asie est passé à 72 % et la part du commerce avec l’Afrique et l’Amérique latine est passée à 8 %.

L’augmentation du commerce extérieur entre la Russie et l’Asie provient principalement de la Chine. En 2023, les importations russes en provenance de Chine ont atteint 110,97 milliards de dollars et les exportations vers la Chine ont atteint 129,14 milliards de dollars. Le déséquilibre commercial entre la Chine et la Russie a commencé à se réduire, et l’excédent de la Russie avec la Chine s’est réduit. De nombreuses exportations chinoises vers la Russie ne peuvent pas être achetées sur le marché occidental, ce qui compense les postes vacants dans la chaîne industrielle causés par la déconnexion de la Russie de l’Occident après les sanctions de la Russie.

Les exportations d’énergie russe vers la Chine sont également en augmentation. Les exportations de pétrole brut de la Russie vers la Chine ont augmenté de 24 % l’année dernière pour atteindre 107 millions de tonnes, mais les prix ont chuté, de sorte que les paiements n’ont augmenté que de 4 % par rapport à avant. Cela montre que le pétrole brut russe est bon marché et de bonne qualité, et qu’il est sûr de le transporter par oléoducs. L’année dernière, la Chine a importé plus de 34 milliards de mètres cubes de gaz naturel de Russie, dont 22,7 milliards de mètres cubes de gaz naturel par gazoduc, ce qui représente plus d’un tiers des exportations totales de gaz naturel de la Russie l’année dernière.

Les exportations d’énergie de la Russie vers la Chine sont une garantie pour la stabilité financière de la Russie, qui est d’une grande importance. Les exportations de produits de base de la Chine vers la Russie constituent un soutien important pour la reprise de la production dans ses chaînes industrielles et d’approvisionnement, et les deux parties en bénéficient.

Le commerce entre la Russie et l’Europe a diminué, tandis que le commerce entre la Chine et la Russie a augmenté, en raison de la pan-titrisation dans le monde occidental. L’affirmation des médias occidentaux selon laquelle « la Chine profite du conflit russo-ukrainien » est déraisonnable.

Wang Yi a très bien dit à la Conférence de Munich que les relations entre la Chine et l’UE sont des relations entre des pays importants, et que les relations entre la Chine et la Russie sont également des relations entre des pays importants. La responsabilité de la crise ukrainienne ne peut pas être imputée aux Chinois. L’Occident le sait vraiment. Et il sait très bien comment cet incident a été provoqué. La Russie a des préoccupations en matière de sécurité, tout comme l’Ukraine, qui peuvent en fait être résolues par des consultations et des moyens pacifiques. Il y a beaucoup de fenêtres de paix et il y a beaucoup de projets.

Si nous parlons de politique, qui bénéficiera le plus de cette bataille, ce sont les États-Unis qui en bénéficieront le plus. Les Américains eux-mêmes ont dit que l’argent dépensé pour aider l’Ukraine en valait la peine. Il a permis aux États-Unis de réduire l’efficacité au combat de la Russie de 50 % sans perdre un seul soldat. Il s’agit du retour sur investissement le plus réussi de l’histoire des États-Unis. États. C’est ce que le sénateur américain Graham a dit publiquement.

D’ailleurs, ce n’est pas la Chine mais les États-Unis qui gagnent beaucoup d’argent sur le marché européen de l’énergie au gaz naturel. Après l’interdiction de l’achat d’énergie russe, les États-Unis ont exporté du gaz naturel liquéfié à un prix élevé de 2 200 dollars le millier de mètres cubes (8 à 9 fois le prix habituel), ce qui leur a permis de gagner beaucoup d’argent.

L’élite américaine et l’État profond américain ont reconsolidé leur système d’alliances et leur système d’hégémonie, ils gagnent de l’argent dans les coulisses, ou en d’autres termes, ils voulaient atteindre cet objectif depuis le début, c’est pourquoi ils ont provoqué la Russie. En fin de compte, il a atteint son objectif comme prévu. Non seulement il a réussi, mais il a également vaincu les industries, la technologie, le capital et l’euro européens qui menaçaient les États-Unis. Bien sûr, cela a également freiné la Russie.

Cependant, le conflit en tant qu’événement peut être à la fois une crise et une opportunité pour chaque pays et chaque acteur. Pour l’Europe, le conflit a conduit à une crise de sécurité en Europe et, bien sûr, c’est aussi l’occasion pour l’Europe de retrouver son identité. Il en va de même pour les États-Unis.

Je pense que pour la Russie, le président Poutine a peut-être transformé le conflit russo-ukrainien en une injection de stéroïdes et a restructuré la société et l’économie russes. Pour la Chine, objectivement, l’augmentation du commerce sino-russe est certainement liée aux sanctions occidentales contre la Russie. Cependant, au fur et à mesure que la crise progressait, la Chine a continué d’adhérer aux principes de non-alignement, de non-confrontation et de non-attaque contre les tiers dans les relations sino-russes. La Chine a fourni une assistance, des solutions et une force constructive pour une résolution pacifique.

Quelles leçons la Chine peut-elle tirer des sanctions contre la Russie ?

Après les sanctions imposées à la Russie, il y a eu plusieurs discussions dans les cercles universitaires chinois. Parmi eux, ce qui inquiète le plus tout le monde, c’est : que faire une fois que la Chine sera sanctionnée ? Du point de vue de la réponse de la Russie aux sanctions, quelles leçons la Chine peut-elle en tirer ? Le conflit entre la Russie et l’Ukraine est un facteur stimulant conduisant à un changement soudain de l’ordre international. Les changements dans les relations sino-américaines, de coopération et de concurrence dans le passé, ont une certaine nature conflictuelle, ils sont liés au fait que les États-Unis et l’Europe ont choisi leur camp après la guerre entre la Russie et l’Ukraine. L’insistance de la Chine sur la neutralité est également devenue un péché, et donc les États-Unis ont augmenté leur niveau de confrontation. Mais ce n’est pas la stratégie que la Chine veut choisir.

La Chine a toujours voulu se concentrer sur le développement à l’intérieur du pays et ne veut pas causer de problèmes à l’étranger. Par conséquent, la stratégie de développement extérieur de la Chine a toujours été la paix, le développement, la coopération et le bénéfice mutuel. Même aujourd’hui, notre description de l’environnement international est que la Chine connaît « de grands changements jamais vus depuis un siècle » et que l’insécurité et les incertitudes augmentent.

Les États-Unis estiment que leur hégémonie est menacée et veulent reconstruire un système d’alliance hégémonique pour contenir la Chine, ce qui pourrait en effet entraîner une forte augmentation des risques pour la sécurité en raison de certains événements chauds, conduisant à l’imposition de sanctions à la Chine.

L’expérience importante de la Russie en matière de réponse efficace aux sanctions consiste à disposer de dispositifs de sécurité sûrs en termes de sécurité financière, de réserves internationales, de systèmes de règlement internationaux, de technologies clés et de chaînes de production et d’approvisionnement liées à la sécurité nationale.

En plus de la défense passive, certaines mesures volontaristes sont à réserver : par exemple, la Russie a par la suite transféré de l’énergie, de l’alimentation, des métaux rares (titane pour la production de moteurs d’avion), des engrais potassiques (plus de 80 % des importations européennes), de l’uranium (les États-Unis importent encore à grande échelle de Russie), etc., comme outils stratégiques pour mettre en œuvre la gestion des importations et des exportations. Ce sont les raisons pour lesquelles les États-Unis et l’Europe ne peuvent pas imposer de sanctions globales à la Russie et doivent même parvenir à un accord. Pour le dire crûment, la sécurité ne signifie pas construire une Grande Muraille et ne pas s’étendre au monde extérieur.

La leçon que la Russie nous a apprise, c’est que les chaînes de production technologiques et la faiblesse des systèmes financiers subiront de lourdes pertes. Par conséquent, lorsque la Russie a été initialement sanctionnée par l’Occident, elle était pressée. Bien sûr, à partir de 2014, la Russie s’est préparée à renforcer sa sécurité économique au cours des huit dernières années.

Quant à la Chine, il faut aussi se préparer à un jour de pluie, réfléchir aux risques et se réserver des moyens suffisants. Nous ne provoquerons pas de problèmes et nous ne les craindrons pas.

Xu Poling est directeur du Bureau économique de la Russie, de l’Institut d’études russes, d’Europe de l’Est et de l’Asie centrale, de l’Académie chinoise des sciences sociales.

Le CEPRID


Edité le 02-04-2024 à 12:34:18 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18371 messages postés
   Posté le 04-04-2024 à 23:59:51   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Youri Afonine :

- Les commanditaires seront punis et ce sont les terroristes eux-mêmes qui les livreront
- Les dirigeants des pays capitalistes européens ruinent leurs propres perspectives de développement.


___________________________



Youri Afonine à l'antenne de « Russie-1 » : les évaluations des événements mondiaux auxquelles le gouvernement russe arrive aujourd'hui ont été formulées il y a longtemps par Guennadi Ziouganov
https://kprf.ru/party-live/cknews/225404.html


Le premier vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, Yu. V. Afonin, a participé à l'émission « 60 minutes » sur la chaîne de télévision « Russie-1 ».


Service de presse du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie
2024-04-04 19:45

Afonin Youri Viatcheslavovitch
Premier vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, député à la Douma d'État

Le premier sujet de discussion a été les déclarations importantes du président russe faites au sein du conseil élargi du ministère de l'Intérieur.
En particulier, V.V. Poutine a déclaré qu'il était important d'établir non seulement les auteurs directs de l'attaque terroriste contre l'hôtel de ville de Crocus, mais également tous les maillons, chaînes et bénéficiaires criminels ultimes de ce crime. "Nous y parviendrons certainement", a assuré le chef de l'Etat. Dans le même temps, il a noté que la morale qui prévaut dans l'environnement terroriste aidera à identifier les commanditaires de l'attaque terroriste.
Youri Afonine a déclaré que le président avait donné une évaluation très précise de l’« internationale » terroriste créée par les services de renseignement occidentaux au cours des dernières décennies. La plupart de ces criminels ne sont pas du tout des fanatiques du suicide, mais des mercenaires et des « gestionnaires » du terrorisme. Et ces ordures qui ont commis un monstrueux attentat terroriste dans la région de Moscou ne voulaient pas du tout mourir, ils ont fui, essayant de sauver leur peau. Ces types d’entités sont prêts non seulement à commettre un crime contractuel contre de l’argent, mais également à vendre n’importe quelle information. En conséquence, ils nous mèneront à tous les organisateurs de l’attentat terroriste. Et tous les organisateurs du terrorisme subiront le châtiment mérité.
Le premier vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie a rappelé qu'un certain nombre de criminels nazis et de complices d'Hitler avaient été punis plusieurs années après avoir commis leurs crimes. Malgré le fait que l’Occident en a couvert et caché beaucoup. Ils ont été retrouvés et détruits aussi bien sur le territoire de l'URSS, comme Roman Shukhevych, qu'en Occident, comme Lev Rebet et Stepan Bandera. Et dans les années 1930, les services secrets soviétiques ont parfois kidnappé les dirigeants de la Garde blanche en Occident qui ne parvenaient pas à se calmer et tentaient d'organiser des attaques terroristes et des sabotages contre l'URSS depuis l'étranger. Rappelons que les services de renseignement israéliens ont également kidnappé des criminels nazis cachés dans d’autres pays afin de les juger en Israël.
Si les organisateurs et les cerveaux de l’attentat terroriste que nous identifions ne sont pas extradés vers notre pays, ils seront quand même punis d’une manière ou d’une autre. Personne ne devrait penser qu’il peut perpétrer des attentats terroristes en Russie en toute impunité.

Youri Afonine a également attiré l’attention sur les déclarations de Vladimir Poutine sur la politique mondiale. Le président a déclaré : « Après l'effondrement de l'URSS, nos méchants géopolitiques se sont bien entendu fixés pour objectif d'achever l'effondrement de ce qui restait de la Russie historique, c'est-à-dire d'achever l'effondrement de son noyau, la Russie elle-même. La fédération Russe. Et subordonnez tout ce qui reste à vos intérêts géopolitiques. Curieusement, quelqu’un veut se venger des échecs de la lutte contre la Russie au cours des périodes historiques, des campagnes infructueuses d’Hitler et de Napoléon contre la Russie. Et quelqu’un s’efforce de maintenir son hégémonie dans le monde actuel en évolution rapide, y compris à nos dépens. Naturellement, il faudra un territoire immense, des ressources humaines, des ressources naturelles, etc., pour y parvenir, y compris aux dépens de la Russie après son éventuel pillage.»

Youri Viatcheslavovitch a souligné que ces évaluations des événements historiques et de la situation internationale sont très proches de celles formulées il y a longtemps par le chef du Parti communiste de la Fédération de Russie Gennady Andreevich Zyuganov. Il a rappelé des œuvres aussi fondamentales et à bien des égards visionnaires de Ziouganov que « La mondialisation et le destin de l’humanité » (2002) et « La Russie sous la ligne de mire du mondialisme » (2018).
Les communistes dénoncent depuis longtemps les actions subversives de l’Occident visant à détruire la Russie. Youri Afonine a souligné que l’Union soviétique était la forme d’existence de la Russie historique et celle qui garantissait les taux de progrès les plus élevés. L’Occident tente de détruire l’URSS depuis de nombreuses décennies et, aujourd’hui, il tente tout aussi systématiquement de détruire la Fédération de Russie.

Le premier vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie a également parlé de personnalités telles que Napoléon et Hitler, que le président a évoquées dans le contexte de la politique anti-russe actuelle de l'Occident. On peut bien sûr considérer Napoléon et Hitler simplement comme des sortes de méchants qui, pour une raison inconnue, cherchaient à conquérir ou à détruire la Russie. Mais en réalité, tous deux n’étaient pas du tout des personnalités supra-classes, mais des dirigeants politiques de la grande bourgeoisie de leur pays. Au début du XIXe siècle, la bourgeoisie française revendiquait la domination mondiale, et dans les années 40 du XXe siècle, la bourgeoisie allemande. Dans l’ensemble, les hordes de Napoléon et d’Hitler ont marché sur notre pays au nom des profits de leurs capitalistes. Et maintenant, les aspirations agressives de l’Occident reposent sur le fait que l’Occident n’est rien d’autre que le plus grand groupe de capitalistes de la planète.

Yuri Afonin a proposé de comparer la politique étrangère des pays socialistes modernes et celle des plus grandes puissances capitalistes. La Chine socialiste n’a mené aucune opération militaire depuis plus de 40 ans. Et pendant ce même temps, l’impérialisme occidental a mené plusieurs dizaines de guerres dans diverses parties de la planète. « Le capitalisme est la guerre », a conclu Youri Viatcheslavovitch.
Le premier vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie a également commenté le remarquable numéro de l'influent magazine britannique The Economist, consacré au « triple choc » pour l'économie européenne. Le magazine cite comme premier choc la crise énergétique qui a suivi le conflit qui a éclaté en Ukraine en 2022. Le deuxième choc, selon The Economist, est l’afflux de produits bon marché en provenance de Chine, qui nuit aux producteurs européens. Le magazine considère le troisième choc comme « une menace venant de l’Occident ». Il convient de souligner que lors de son dernier mandat présidentiel, Donald Trump a introduit des droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium, ce qui a affecté les importations en provenance d'Europe. Trump menace désormais d’imposer des droits de douane de 10 % sur toutes les importations, et certains de ses conseillers suggèrent d’aller encore plus loin.
Selon les auteurs du magazine, le moment de la crise européenne est « mal choisi », car l'Europe a cruellement besoin de croissance économique pour financer des dépenses de défense supplémentaires.

Yuri Afonin a noté que dans l'analyse de la presse occidentale, la vérité, comme d'habitude, est mêlée de mensonges.
La vérité est que l’Europe, en introduisant des sanctions massives contre la Russie, s’est privée de la plupart des ressources énergétiques russes relativement bon marché, ce qui provoque la stagnation de l’économie européenne. Pour elle, ces vecteurs énergétiques étaient très importants.
Il est également vrai que la politique économique américaine à l’égard de l’Europe devient de plus en plus hostile. En effet, on peut s’attendre à l’instauration de plus en plus de restrictions douanières du côté américain, mettant à mal les exportations européennes vers les Etats-Unis.
Mais il y a aussi des tronçons évidents. L’une des menaces qui pèsent sur l’Europe est la Chine, avec ses énormes exportations de biens industriels.
Mais excusez-moi, pourquoi les élites européennes elles-mêmes ont-elles commencé à désindustrialiser l’Europe ? Et cela a commencé il y a longtemps – dans les années 80 du 20e siècle. Les capitalistes européens eux-mêmes ont déplacé la production d’Europe vers des pays où la main-d’œuvre est bon marché afin d’augmenter leurs profits. En Grande-Bretagne et en France, par rapport aux années 1970, la production d’acier, de voitures et de nombreux autres types de produits d’ingénierie a chuté à plusieurs reprises.
Et maintenant les analystes occidentaux se lamentent : ah, la Chine a inondé l’Europe de ses marchandises ! Ainsi, la Chine socialiste a tout fait au cours des dernières décennies pour développer son industrie, et vous avez ruiné votre propre industrie. Alors, quelle est la faute de la Chine ici ?

Le premier vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie a également qualifié de fausse la déclaration du The Economist selon laquelle l’Europe aurait désormais besoin d’augmenter ses dépenses militaires. Pourquoi les Européens devraient-ils consacrer davantage d’argent aux besoins militaires ? La Russie les menace-t-elle ? C'est une connerie. Depuis 30 ans, l’Occident déplace les frontières de l’OTAN vers l’est et crée des infrastructures militaires à proximité des frontières russes. Finalement, elle a même décidé de faire de l’Ukraine un tremplin anti-russe. En conséquence, ils ont amené la Russie au point de devoir se défendre. Et maintenant, ils crient : la Russie nous menace, nous devons dépenser plus d’argent en armes, pour nourrir les fabricants d’armes capitalistes.
Pas besoin de dépenser quoi que ce soit. Il nous suffit de résoudre le conflit en Ukraine en tenant compte des intérêts de sécurité de la Russie. Et il sera possible de revenir à des relations normales et bénéfiques pour tous.
Mais au lieu de cela, l’OTAN s’oriente encore plus vers l’Est, notamment en Finlande et en Suède, et gonfle ses dépenses militaires. Il s’avère qu’une fois de plus, comme dans le cas de la désindustrialisation, que les élites capitalistes européennes elles-mêmes ruinent les perspectives de développement de leurs pays.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Subversion, balkanisation et guerre en Europe  UNITÉ DE COMBAT CHINE- RUSSIE CONTRE L'HEGEMONISMENouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum