Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 le trio Iran - Russie - Turquie

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
15934 messages postés
   Posté le 24-06-2021 à 19:04:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Titre original "un modèle eurasionnniste" . J'ai remplacé par eurasien.
La bio de l'auteur dit notamment :
Le Dr Avdaliani est spécialisé dans les questions politiques et militaires modernes dans le Caucase du Sud et en Eurasie au sens large, avec un accent particulier sur l'Iran, la Turquie, la Chine et les questions régionales du Moyen-Orient en général, la culture stratégique et les aspirations géopolitiques de ses principaux acteurs.
Ses explications sont factuelles, sans jugement moral, et on se rend compte que les pays impérialistes avec les USA à leur tête créent un front du refus par des sanctions répétées, des rejets et diverses humiliations.


_____________


L’Iran, la Russie et la Turquie : un modèle eurasien de relations étrangères


DANIELLE BLEITRACH 23 JUIN 2021SI ON VOUS LE DIT
https://histoireetsociete.com/2021/06/23/liran-la-russie-et-la-turquie-un-modele-eurasionniste-de-relations-etrangeres/#

Comme souvent ce site israélien s’avère bien informé sur l’évolution géopolitique. Ici il décrit avec beaucoup de pertinence un jeu stratégique qui ne concerne pas seulement la résistance face à l’occident mais l’occident lui-même. L’Europe est-elle trés éloignée de ce nouveau modèle et l’impuissance du G7 ne consacre-t-elle pas cette nouvelle diplomatie dans laquelle mine de rien chacun reprend son indépendance en fonction de son intérêt avec des jeux diplomatiques. Le fait que la Turquie qui appartient à l’OTAN soit entrée dans ce jeu est révélateur également, en tous les cas c’est ça ou la guerre parce que le modèle occidental en crise d’hégémonie avec ses sanctions, ses blocus, son idéologie impériale autant qu’impérialiste est devenu insupportable. (note de danielle Bleitrach dans histoireetsociete)
By Emil Avdaliani Juin 22, 2021


Besa Center Perspectives Paper n° 2 078, 22 juin 2021

RÉSUMÉ : L’Iran, la Turquie et la Russie construisent un nouveau modèle de relations bilatérales. Sans être entravé par des alliances formelles, le trio montre qu’il peut travailler ensemble pour limiter l’influence occidentale tout en évitant une dépendance excessive les uns envers les autres. Ce mélange d’intérêts corrélatifs et contradictoires, qui caractérise le nouveau modèle eurasien de relations bilatérales, est le produit de l’évolution de l’ordre mondial.

Parce que les Occidentaux ont tendance à placer l’idée de coopération entre les nations sous un parapluie normatif, qu’il s’agisse d’une alliance ou d’un autre mécanisme juridique (comme c’est souvent le cas en Occident), les analystes et les experts ont mal décrit la coopération en cours entre la Russie, la Turquie et l’Iran comme une alliance. Cela sous-estime et exagère à la fois l’interaction entre les trois États eurasiens pivots.

Les joueurs n’ont pas formé d’alliance; en fait, c’est le contraire qui est en place. Ils coopèrent, rivalisent, cherchent l’aide de l’autre et se tournent le dos comme ils l’entendent. Ce type d’interaction est très similaire au 19ième siècle de concert de puissances européennes dans lequel la méfiance était grande, mais les puissances souhaitaient néanmoins trouver un terrain d’entente là où c’était nécessaire et parvenir à un équilibre pour éviter l’imposition de la volonté d’une puissance aux autres. Ils partageaient également la conviction générale qu’un ordre mondial en mutation est quelque chose à craindre.

Plusieurs menaces ont rapproché l’Iran, la Turquie et la Russie : la guerre en Syrie ; le terrorisme et l’extrémisme; et, dans une certaine mesure, le séparatisme kurde (la Russie partage les préoccupations d’Ankara et de Téhéran à ce sujet). Il est crucial que les pressions américaines à des degrés divers sur chacune des trois puissances servent de ciment pour promouvoir leur coopération dans la résistance à l’ordre mondial libéral. Les trois cherchent à refaire l’ordre mondial car ils ne bénéficient plus suffisamment des arrangements de l’après-guerre froide. Chacun veut un nouvel espace pour l’équilibre.

Leurs idées varient toutefois en ce qui concerne la profondeur et l’ampleur des changements nécessaires. L’Iran cherche une refonte complète, car sa ferveur révolutionnaire et ses perspectives géopolitiques sont diamétralement opposées à l’ordre mondial dirigé par les États-Unis. La Russie est également une puissance révisionniste, mais ses demandes de changements fondamentaux sont moins radicales, car elle obtient certains avantages grâce à l’ordre mondial libéral.

La Turquie cherche à trouver un équilibre entre les États-Unis et la Russie. C’est devenu l’un des aspects les plus importants de la politique méditerranéenne et du Moyen-Orient d’Ankara. La Turquie fait valoir que, dans l’ordre mondial en évolution, elle devrait être libre de coopérer avec tout acteur mondial dépendant de ses intérêts, mais qu’aucune de ces relations ne devrait être considérée comme fixe.

De manière significative, les peuples russe, turc et iranien ont tous une expérience historique similaire de la lutte anti-impérialiste. Ils croient que « l’Eurasie » peut fournir une alternative à la domination culturelle, historique, politique et économique de l’Occident.

Plus important encore pour les petits pays, les trois pays font également progresser le concept d’« appropriation régionale », qui donne la priorité à la coopération bilatérale dans les problèmes régionaux sans la participation de tierces parties. De cette manière, la Turquie et la Russie ont poursuivi une vision commune en mer Noire et ont coopéré dans le Caucase du Sud après la deuxième guerre du Karabakh. Des efforts ont également été déployés en Libye et des idées similaires ont été exprimées (du moins rhétoriquement) sur la récente crise entre Israël et l’organisation Hamas.

L’Iran a des aspirations similaires à celles de la Russie en ce qui concerne la mer Caspienne. Aucune puissance étrangère n’est autorisée à entrer dans la région, et les petits États ayant accès à la mer doivent reconnaître les intérêts énergétiques et sécuritaires vitaux de Téhéran et de Moscou.

L’aspiration du trio à mettre l’Occident sur la touche est visible dans des initiatives concrètes. Les pourparlers d’Astana ne sont rien d’autre qu’une tentative de promouvoir une vision alternative au problème syrien. Des tentatives similaires ont été faites dans le Caucase du Sud, lorsque la Turquie et l’Iran ont proposé et soutenu l’idée de créer un pacte régional sur la sécurité et la coopération qui n’a pas sa place pour l’Occident.

La Russie aspire depuis longtemps à de meilleurs liens avec la Turquie et l’Iran. Même pendant la période soviétique, Moscou tentait périodiquement de promouvoir une forme de coopération avec ces deux pays qui exclurait l’Occident. Les deux États sont progressivement apparus comme des piliers des aspirations post-soviétiques de la Russie à construire une politique étrangère plus active au Moyen-Orient et ont réamé l’ordre mondial existant.

Bien que l’eurasianisme turc soit hostile à la version russe, à partir de la fin des années 1990, les néo-eurasiens russes ont commencé à regarder la Turquie sous un jour plus positif. Les dirigeants russes actuels ne sont peut-être pas radicalement néo-eurasiens, mais les germes de la dépendance moderne à l’égard de la Turquie trouvent leurs racines dans la ferveur idéologique des années 1990.

Bien que les courants sous-jacents aux niveaux régional et mondial rapprochent le trio, cela ne signifie pas que les parties tenteront de créer un groupement officiel avec des obligations formelles d’alliance. C’est ce qui les distingue de l’Occident. L’Iran, la Russie et la Turquie considèrent l’absence d’une alliance formelle comme une aubaine. Cela leur permet de manœuvrer, d’équilibrer et d’honorer les sphères d’influence vitales de chacun.

Cette tendance à trouver un terrain d’entente sans obligations formelles est caractéristique du monde post-unipolaire. La Russie et la Chine refusent officiellement d’avoir une alliance – en fait, elles affirment qu’une alliance saperait leurs intentions prétendument bienveillantes l’une envers l’autre. Bien qu’il ne s’agisse en grande partie que de rhétorique pour dissimuler l’absence de toute caractéristique culturelle commune ou autrement importante nécessaire à une alliance géopolitique, ce comportement fait partie d’une tendance émergente dans laquelle les États eurasiens préfèrent la maniabilité aux chaînes des obligations formelles.

Pour la Russie, une coopération intensive avec la Turquie et l’Iran est bénéfique dans la mesure où elle fournit un levier sur l’Occident et permet à Moscou de résoudre des problèmes critiques dans les régions de la mer Noire, du Caucase et de la mer Caspienne, ainsi qu’en Syrie. Cela dit, il est douteux que la Russie souhaite que la Turquie rompe complètement ses liens avec l’OTAN. D’une certaine manière, la position de la Turquie en tant que membre de l’alliance – une position qui génère des tensions continues au sein de l’alliance – profite à la Russie plus qu’une Turquie déchaînée ne le ferait. Ce dernier scénario atténuerait les problèmes internes de l’OTAN et réduirait peut-être même l’importance de la Turquie dans le calcul géopolitique de la Russie.

En ce qui concerne l’Iran, la Russie cherche à rendre la République islamique dépendante de son influence diplomatique. Une solution à long terme à l’impasse nucléaire de l’Iran est le scénario le moins souhaitable du Kremlin. Bien que cela permettrait aux entreprises russes de pénétrer le marché iranien, ce marché serait également ouvert à des entreprises occidentales plus compétitives. Une interaction plus étroite au-delà du partenariat n’est pas non plus une option pour la Russie.

Pour Moscou, garder Ankara et Téhéran proches sera un poids géopolitique contraignant, mais s’en éloigner serait également préjudiciable. La Russie essaie de maintenir un équilibre délicat avec les deux.

La Turquie et l’Iran ont naturellement leurs propres agendas. Chacun joue la carte russe pour obtenir des concessions de l’Occident, et pour chacun, une rupture complète des liens avec l’Occident dans un non-starter. La Turquie comprend que si sa dépendance excessive à l’égard de l’Occident comme équilibre contre l’Union soviétique à l’époque de la guerre froide a coûté cher à Ankara, sa dépendance à l’égard de la Russie comme équilibre contre les États-Unis pourrait être tout aussi inquiétante. L’Iran, lui aussi, n’est pas disposé à s’engager uniquement sur la carte russe. L’équilibre entre l’Occident, la Chine et la Russie est sans doute le meilleur choix.

Ce mélange d’intérêts différents rend l’interaction entre les trois d’autant plus surprenante. Mais le trio partage des objectifs similaires, et chacun a besoin des deux autres pour l’aider à manœuvrer dans ses relations avec l’Occident.

Le trio a introduit un nouveau modèle de liens , qui n’est pas limité par les formalités, mais qui reste motivé par des intérêts communs à long terme. Ce modèle eurasien est un sous-produit d’un ordre mondial en évolution dans lequel chaque État ayant une influence géopolitique recalibre ses liens de politique étrangère. La Russie est critique à cet égard, et ses efforts pour que la Turquie et l’Iran jouent le rôle de perturbateurs ont porté leurs fruits. Mais nous avons également vu Ankara et Téhéran poursuivre leur propre jeu en ne s’en tenant à la Russie que par intermittence.


Emil Avdaliani enseigne l’histoire et les relations internationales à l’Université d’État de Tbilissi et à l’Université d’État d’Ilia. Il a travaillé pour diverses sociétés de conseil internationales et publie actuellement des articles sur les développements militaires et politiques dans l’ancien espace soviétique.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  le trio Iran - Russie - TurquieNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum