Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine 

 le trio Iran - Russie - Turquie

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 24-06-2021 à 19:04:53   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Titre original "un modèle eurasionnniste" . J'ai remplacé par eurasien.
La bio de l'auteur dit notamment :
Le Dr Avdaliani est spécialisé dans les questions politiques et militaires modernes dans le Caucase du Sud et en Eurasie au sens large, avec un accent particulier sur l'Iran, la Turquie, la Chine et les questions régionales du Moyen-Orient en général, la culture stratégique et les aspirations géopolitiques de ses principaux acteurs.
Ses explications sont factuelles, sans jugement moral, et on se rend compte que les pays impérialistes avec les USA à leur tête créent un front du refus par des sanctions répétées, des rejets et diverses humiliations.


_____________


L’Iran, la Russie et la Turquie : un modèle eurasien de relations étrangères


DANIELLE BLEITRACH 23 JUIN 2021SI ON VOUS LE DIT
https://histoireetsociete.com/2021/06/23/liran-la-russie-et-la-turquie-un-modele-eurasionniste-de-relations-etrangeres/#

Comme souvent ce site israélien s’avère bien informé sur l’évolution géopolitique. Ici il décrit avec beaucoup de pertinence un jeu stratégique qui ne concerne pas seulement la résistance face à l’occident mais l’occident lui-même. L’Europe est-elle trés éloignée de ce nouveau modèle et l’impuissance du G7 ne consacre-t-elle pas cette nouvelle diplomatie dans laquelle mine de rien chacun reprend son indépendance en fonction de son intérêt avec des jeux diplomatiques. Le fait que la Turquie qui appartient à l’OTAN soit entrée dans ce jeu est révélateur également, en tous les cas c’est ça ou la guerre parce que le modèle occidental en crise d’hégémonie avec ses sanctions, ses blocus, son idéologie impériale autant qu’impérialiste est devenu insupportable. (note de danielle Bleitrach dans histoireetsociete)
By Emil Avdaliani Juin 22, 2021


Besa Center Perspectives Paper n° 2 078, 22 juin 2021

RÉSUMÉ : L’Iran, la Turquie et la Russie construisent un nouveau modèle de relations bilatérales. Sans être entravé par des alliances formelles, le trio montre qu’il peut travailler ensemble pour limiter l’influence occidentale tout en évitant une dépendance excessive les uns envers les autres. Ce mélange d’intérêts corrélatifs et contradictoires, qui caractérise le nouveau modèle eurasien de relations bilatérales, est le produit de l’évolution de l’ordre mondial.

Parce que les Occidentaux ont tendance à placer l’idée de coopération entre les nations sous un parapluie normatif, qu’il s’agisse d’une alliance ou d’un autre mécanisme juridique (comme c’est souvent le cas en Occident), les analystes et les experts ont mal décrit la coopération en cours entre la Russie, la Turquie et l’Iran comme une alliance. Cela sous-estime et exagère à la fois l’interaction entre les trois États eurasiens pivots.

Les joueurs n’ont pas formé d’alliance; en fait, c’est le contraire qui est en place. Ils coopèrent, rivalisent, cherchent l’aide de l’autre et se tournent le dos comme ils l’entendent. Ce type d’interaction est très similaire au 19ième siècle de concert de puissances européennes dans lequel la méfiance était grande, mais les puissances souhaitaient néanmoins trouver un terrain d’entente là où c’était nécessaire et parvenir à un équilibre pour éviter l’imposition de la volonté d’une puissance aux autres. Ils partageaient également la conviction générale qu’un ordre mondial en mutation est quelque chose à craindre.

Plusieurs menaces ont rapproché l’Iran, la Turquie et la Russie : la guerre en Syrie ; le terrorisme et l’extrémisme; et, dans une certaine mesure, le séparatisme kurde (la Russie partage les préoccupations d’Ankara et de Téhéran à ce sujet). Il est crucial que les pressions américaines à des degrés divers sur chacune des trois puissances servent de ciment pour promouvoir leur coopération dans la résistance à l’ordre mondial libéral. Les trois cherchent à refaire l’ordre mondial car ils ne bénéficient plus suffisamment des arrangements de l’après-guerre froide. Chacun veut un nouvel espace pour l’équilibre.

Leurs idées varient toutefois en ce qui concerne la profondeur et l’ampleur des changements nécessaires. L’Iran cherche une refonte complète, car sa ferveur révolutionnaire et ses perspectives géopolitiques sont diamétralement opposées à l’ordre mondial dirigé par les États-Unis. La Russie est également une puissance révisionniste, mais ses demandes de changements fondamentaux sont moins radicales, car elle obtient certains avantages grâce à l’ordre mondial libéral.

La Turquie cherche à trouver un équilibre entre les États-Unis et la Russie. C’est devenu l’un des aspects les plus importants de la politique méditerranéenne et du Moyen-Orient d’Ankara. La Turquie fait valoir que, dans l’ordre mondial en évolution, elle devrait être libre de coopérer avec tout acteur mondial dépendant de ses intérêts, mais qu’aucune de ces relations ne devrait être considérée comme fixe.

De manière significative, les peuples russe, turc et iranien ont tous une expérience historique similaire de la lutte anti-impérialiste. Ils croient que « l’Eurasie » peut fournir une alternative à la domination culturelle, historique, politique et économique de l’Occident.

Plus important encore pour les petits pays, les trois pays font également progresser le concept d’« appropriation régionale », qui donne la priorité à la coopération bilatérale dans les problèmes régionaux sans la participation de tierces parties. De cette manière, la Turquie et la Russie ont poursuivi une vision commune en mer Noire et ont coopéré dans le Caucase du Sud après la deuxième guerre du Karabakh. Des efforts ont également été déployés en Libye et des idées similaires ont été exprimées (du moins rhétoriquement) sur la récente crise entre Israël et l’organisation Hamas.

L’Iran a des aspirations similaires à celles de la Russie en ce qui concerne la mer Caspienne. Aucune puissance étrangère n’est autorisée à entrer dans la région, et les petits États ayant accès à la mer doivent reconnaître les intérêts énergétiques et sécuritaires vitaux de Téhéran et de Moscou.

L’aspiration du trio à mettre l’Occident sur la touche est visible dans des initiatives concrètes. Les pourparlers d’Astana ne sont rien d’autre qu’une tentative de promouvoir une vision alternative au problème syrien. Des tentatives similaires ont été faites dans le Caucase du Sud, lorsque la Turquie et l’Iran ont proposé et soutenu l’idée de créer un pacte régional sur la sécurité et la coopération qui n’a pas sa place pour l’Occident.

La Russie aspire depuis longtemps à de meilleurs liens avec la Turquie et l’Iran. Même pendant la période soviétique, Moscou tentait périodiquement de promouvoir une forme de coopération avec ces deux pays qui exclurait l’Occident. Les deux États sont progressivement apparus comme des piliers des aspirations post-soviétiques de la Russie à construire une politique étrangère plus active au Moyen-Orient et ont réamé l’ordre mondial existant.

Bien que l’eurasianisme turc soit hostile à la version russe, à partir de la fin des années 1990, les néo-eurasiens russes ont commencé à regarder la Turquie sous un jour plus positif. Les dirigeants russes actuels ne sont peut-être pas radicalement néo-eurasiens, mais les germes de la dépendance moderne à l’égard de la Turquie trouvent leurs racines dans la ferveur idéologique des années 1990.

Bien que les courants sous-jacents aux niveaux régional et mondial rapprochent le trio, cela ne signifie pas que les parties tenteront de créer un groupement officiel avec des obligations formelles d’alliance. C’est ce qui les distingue de l’Occident. L’Iran, la Russie et la Turquie considèrent l’absence d’une alliance formelle comme une aubaine. Cela leur permet de manœuvrer, d’équilibrer et d’honorer les sphères d’influence vitales de chacun.

Cette tendance à trouver un terrain d’entente sans obligations formelles est caractéristique du monde post-unipolaire. La Russie et la Chine refusent officiellement d’avoir une alliance – en fait, elles affirment qu’une alliance saperait leurs intentions prétendument bienveillantes l’une envers l’autre. Bien qu’il ne s’agisse en grande partie que de rhétorique pour dissimuler l’absence de toute caractéristique culturelle commune ou autrement importante nécessaire à une alliance géopolitique, ce comportement fait partie d’une tendance émergente dans laquelle les États eurasiens préfèrent la maniabilité aux chaînes des obligations formelles.

Pour la Russie, une coopération intensive avec la Turquie et l’Iran est bénéfique dans la mesure où elle fournit un levier sur l’Occident et permet à Moscou de résoudre des problèmes critiques dans les régions de la mer Noire, du Caucase et de la mer Caspienne, ainsi qu’en Syrie. Cela dit, il est douteux que la Russie souhaite que la Turquie rompe complètement ses liens avec l’OTAN. D’une certaine manière, la position de la Turquie en tant que membre de l’alliance – une position qui génère des tensions continues au sein de l’alliance – profite à la Russie plus qu’une Turquie déchaînée ne le ferait. Ce dernier scénario atténuerait les problèmes internes de l’OTAN et réduirait peut-être même l’importance de la Turquie dans le calcul géopolitique de la Russie.

En ce qui concerne l’Iran, la Russie cherche à rendre la République islamique dépendante de son influence diplomatique. Une solution à long terme à l’impasse nucléaire de l’Iran est le scénario le moins souhaitable du Kremlin. Bien que cela permettrait aux entreprises russes de pénétrer le marché iranien, ce marché serait également ouvert à des entreprises occidentales plus compétitives. Une interaction plus étroite au-delà du partenariat n’est pas non plus une option pour la Russie.

Pour Moscou, garder Ankara et Téhéran proches sera un poids géopolitique contraignant, mais s’en éloigner serait également préjudiciable. La Russie essaie de maintenir un équilibre délicat avec les deux.

La Turquie et l’Iran ont naturellement leurs propres agendas. Chacun joue la carte russe pour obtenir des concessions de l’Occident, et pour chacun, une rupture complète des liens avec l’Occident dans un non-starter. La Turquie comprend que si sa dépendance excessive à l’égard de l’Occident comme équilibre contre l’Union soviétique à l’époque de la guerre froide a coûté cher à Ankara, sa dépendance à l’égard de la Russie comme équilibre contre les États-Unis pourrait être tout aussi inquiétante. L’Iran, lui aussi, n’est pas disposé à s’engager uniquement sur la carte russe. L’équilibre entre l’Occident, la Chine et la Russie est sans doute le meilleur choix.

Ce mélange d’intérêts différents rend l’interaction entre les trois d’autant plus surprenante. Mais le trio partage des objectifs similaires, et chacun a besoin des deux autres pour l’aider à manœuvrer dans ses relations avec l’Occident.

Le trio a introduit un nouveau modèle de liens , qui n’est pas limité par les formalités, mais qui reste motivé par des intérêts communs à long terme. Ce modèle eurasien est un sous-produit d’un ordre mondial en évolution dans lequel chaque État ayant une influence géopolitique recalibre ses liens de politique étrangère. La Russie est critique à cet égard, et ses efforts pour que la Turquie et l’Iran jouent le rôle de perturbateurs ont porté leurs fruits. Mais nous avons également vu Ankara et Téhéran poursuivre leur propre jeu en ne s’en tenant à la Russie que par intermittence.


Emil Avdaliani enseigne l’histoire et les relations internationales à l’Université d’État de Tbilissi et à l’Université d’État d’Ilia. Il a travaillé pour diverses sociétés de conseil internationales et publie actuellement des articles sur les développements militaires et politiques dans l’ancien espace soviétique.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
17909 messages postés
   Posté le 10-02-2022 à 13:59:07   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Xi Jinping et Poutine écrivent un texte majeur, qui définit les relations internationales dans un monde multipolaire, tout en attirant l'attention sur les risques de guerre


Déclaration conjointe de la Russie et de la Chine

DANIELLE BLEITRACH 8 FÉVRIER 2022

https://histoireetsociete.com/2022/02/08/declaration-conjointe-de-la-russie-et-de-la-chine/

Sur les relations internationales qui entrent dans une nouvelle ère et le développement durable mondial. À la suite de la rencontre très attendue entre le président chinois Xi Jinping et le président russe Vladimir Poutine vendredi, la Chine et la Russie ont publié une longue déclaration commune qui développait des points de vue et des consensus partagés sur les principales questions mondiales et régionales et rejetait catégoriquement l’hégémonie occidentale dirigée par les États-Unis qui menace de plus en plus la sécurité et la stabilité mondiales, une décision qui, selon les experts, inaugure une nouvelle ère de relations internationales.
06/02/202

4 février 2022

À l’invitation du président de la République populaire de Chine Xi Jinping, le président de la Fédération de Russie Vladimir V. Poutine s’est rendu en Chine le 4 février 2022. Les chefs d’État se sont entretenus à Beijing et ont participé à la cérémonie d’ouverture des XXIVe Jeux Olympiques d’hiver.

La Fédération de Russie et la République populaire de Chine, ci-après dénommées les parties, déclarent ce qui suit :

Aujourd’hui, le monde traverse des changements importants et l’humanité entre dans une nouvelle ère de développement rapide et de transformation profonde. Il voit le développement de processus et de phénomènes tels que la multipolarité, la mondialisation économique, l’avènement de la société de l’information, la diversité culturelle, la transformation de l’architecture de la gouvernance mondiale et de l’ordre mondial; il y a de plus en plus d’interrelations et d’interdépendances entre les États; une tendance à la redistribution du pouvoir dans le monde a émergé; et la communauté internationale montre une demande croissante pour un leadership visant un développement pacifique et progressif. Dans le même temps, alors que la pandémie de nouvelle infection par le coronavirus se poursuit, la situation sécuritaire internationale et régionale se complique et le nombre de défis et de menaces mondiaux augmente de jour en jour. Certains acteurs représentant la minorité à l’échelle internationale continuent de préconiser des approches unilatérales pour aborder les questions internationales et recourir à la force ; ils s’ingèrent dans les affaires intérieures d’autres États, violant leurs droits et intérêts légitimes, et incitent à la contradiction, aux différences et à la confrontation, entravant ainsi le développement et le progrès de l’humanité, contre l’opposition de la communauté internationale.

Les parties appellent tous les États à rechercher le bien-être pour tous et, à ces fins, à instaurer le dialogue et la confiance mutuelle, à renforcer la compréhension mutuelle, à défendre des valeurs humaines universelles telles que la paix, le développement, l’égalité, la justice, la démocratie et la liberté, à respecter le droit des peuples à déterminer de manière indépendante les voies de développement de leurs pays et la souveraineté et les intérêts des États en matière de sécurité et de développement, protéger l’architecture internationale des Nations Unies et l’ordre mondial fondé sur le droit international, rechercher une véritable multipolarité avec l’ONU et son Conseil de sécurité jouant un rôle central et de coordination, promouvoir des relations internationales plus démocratiques et assurer la paix, la stabilité et le développement durable dans le monde entier.

I.

Les parties partagent la compréhension que la démocratie est une valeur humaine universelle, plutôt qu’un privilège d’un nombre limité d’États, et que sa promotion et sa protection sont une responsabilité commune de l’ensemble de la communauté mondiale.

Les parties estiment que la démocratie est un moyen de participation des citoyens au gouvernement de leur pays en vue d’améliorer le bien-être de la population et de mettre en œuvre le principe du gouvernement populaire. La démocratie s’exerce dans toutes les sphères de la vie publique dans le cadre d’un processus national et reflète les intérêts de tout le peuple, sa volonté, garantit ses droits, répond à ses besoins et protège ses intérêts. Il n’existe pas de modèle unique pour guider les pays dans l’établissement de la démocratie. Une nation peut choisir les formes et les méthodes de mise en œuvre de la démocratie qui conviendraient le mieux à son État particulier, en fonction de son système social et politique, de son contexte historique, de ses traditions et de ses caractéristiques culturelles uniques. Il appartient seulement au peuple du pays de décider si son État est démocratique.

Les parties notent que la Russie et la Chine, en tant que puissances mondiales dotées d’un riche patrimoine culturel et historique, ont des traditions démocratiques de longue date, qui reposent sur des milliers d’années d’expérience en matière de développement, un large soutien populaire et la prise en compte des besoins et des intérêts des citoyens. La Russie et la Chine garantissent à leurs peuples le droit de participer par divers moyens et sous diverses formes à l’administration de l’État et à la vie publique conformément à la loi. Les peuples des deux pays sont certains de la voie qu’ils ont choisie et respectent les systèmes démocratiques et les traditions des autres États.

Les parties notent que les principes démocratiques sont mis en œuvre au niveau mondial, ainsi que dans l’administration de l’État. Les tentatives de certains États d’imposer leurs propres « normes démocratiques » à d’autres pays, de monopoliser le droit d’évaluer le niveau de respect des critères démocratiques, de tracer des lignes de démarcation fondées sur l’idéologie, y compris en établissant des blocs exclusifs et des alliances de complaisance, ne sont rien d’autre que du mépris de la démocratie et vont à l’encontre de l’esprit et des vraies valeurs de la démocratie. De telles tentatives d’hégémonie constituent de graves menaces pour la paix et la stabilité mondiales et régionales et compromettent la stabilité de l’ordre mondial.

Les parties estiment que la défense de la démocratie et des droits de l’homme ne doit pas être utilisée pour faire pression sur d’autres pays. Ils s’opposent à l’abus des valeurs démocratiques et à l’ingérence dans les affaires intérieures d’États souverains sous prétexte de protéger la démocratie et les droits de l’homme, ainsi qu’à toute tentative d’incitation à la division et à la confrontation dans le monde. Les parties appellent la communauté internationale à respecter la diversité culturelle et civilisationnelle et les droits des peuples de différents pays à l’autodétermination. Ils sont prêts à travailler avec tous les partenaires intéressés pour promouvoir une véritable démocratie.

Les parties notent que la Charte des Nations Unies et la Déclaration universelle des droits de l’homme fixent de nobles objectifs dans le domaine des droits de l’homme universels, énoncent des principes fondamentaux que tous les États doivent respecter et observer en fait. Dans le même temps, étant donné que chaque nation a ses propres caractéristiques nationales, son histoire, sa culture, son système social et son niveau de développement social et économique, la nature universelle des droits de l’homme doit être considérée à travers le prisme de la situation réelle dans chaque pays particulier, et les droits de l’homme doivent être protégés en fonction de la situation spécifique de chaque pays et des besoins de sa population. La promotion et la protection des droits de l’homme relèvent de la responsabilité partagée de la communauté internationale. Les États devraient également donner la priorité à toutes les catégories de droits de l’homme et les promouvoir de manière systémique. La coopération internationale en matière de droits de l’homme devrait se faire sous la forme d’un dialogue entre égaux impliquant tous les pays. Tous les États doivent avoir un accès égal au droit au développement. L’interaction et la coopération en matière de droits de l’homme devraient être fondées sur le principe de l’égalité de tous les pays et du respect mutuel afin de renforcer l’architecture internationale des droits de l’homme.

II.

Les parties estiment que la paix, le développement et la coopération sont au cœur du système international moderne. Le développement est un moteur essentiel pour assurer la prospérité des nations. La pandémie actuelle de nouvelle infection par le coronavirus pose un sérieux défi à la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies. Il est essentiel de renforcer les relations de partenariat dans l’intérêt du développement mondial et de veiller à ce que la nouvelle étape du développement mondial soit définie par l’équilibre, l’harmonie et l’inclusion.

Les parties cherchent à faire progresser leurs travaux visant à relier les plans de développement de l’Union économique eurasienne et de l’initiative « la Ceinture et la Route » en vue d’intensifier la coopération pratique entre l’UEE et la Chine dans divers domaines et de promouvoir une plus grande interconnexion entre les régions Asie-Pacifique et Eurasienne. Les parties réaffirment leur accent sur la construction du Grand Partenariat eurasien en parallèle et en coordination avec la construction de « la Ceinture et la Route » pour favoriser le développement d’associations régionales ainsi que les processus d’intégration bilatérale et multilatérale au profit des peuples du continent eurasien.

Les parties sont convenues de continuer à intensifier constamment la coopération pratique pour le développement durable de l’Arctique.

Les parties renforceront la coopération au sein des mécanismes multilatéraux, y compris les Nations Unies, et encourageront la communauté internationale à donner la priorité aux questions de développement dans la coordination macroéconomique mondiale. Ils appellent les pays développés à mettre en œuvre de bonne foi leurs engagements officiels en matière d’aide au développement, à fournir davantage de ressources aux pays en développement, à s’attaquer au développement inégal des États, à s’efforcer de compenser ces déséquilibres au sein des États et à faire progresser la coopération mondiale et internationale pour le développement. La partie russe confirme qu’elle est prête à continuer de travailler sur l’Initiative de développement mondial proposée par la Chine, y compris la participation aux activités du Groupe des Amis de l’Initiative mondiale pour le développement sous les auspices de l’ONU. Afin d’accélérer la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies, les parties appellent la communauté internationale à prendre des mesures pratiques dans des domaines clés de coopération tels que la réduction de la pauvreté, la sécurité alimentaire, les vaccins et la lutte contre les épidémies, le financement du développement, le changement climatique, le développement durable, y compris le développement vert, l’industrialisation, l’économie numérique et la connectivité des infrastructures.

Les parties appellent la communauté internationale à créer des conditions ouvertes, égales, équitables et non discriminatoires pour le développement scientifique et technologique, à intensifier la mise en œuvre pratique des progrès scientifiques et technologiques afin d’identifier de nouveaux moteurs de croissance économique.

Les parties appellent tous les pays à renforcer la coopération en matière de transport durable, à établir activement des contacts et à partager des connaissances dans la construction d’installations de transport, y compris le transport intelligent et le transport durable, le développement et l’utilisation des routes arctiques, ainsi qu’à développer d’autres domaines pour soutenir le relèvement mondial post-épidémique.

Les parties prennent des mesures sérieuses et apportent une contribution importante à la lutte contre le changement climatique. Célébrant conjointement le 30e anniversaire de l’adoption de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, ils réaffirment leur attachement à cette Convention ainsi qu’aux buts, principes et dispositions de l’Accord de Paris, y compris le principe des responsabilités communes mais différenciées. Les parties travaillent ensemble pour assurer la mise en œuvre complète et effective de l’Accord de Paris, restent déterminées à remplir les obligations qu’elles ont contractées et s’attendent à ce que les pays développés assurent effectivement la fourniture annuelle de 100 milliards de dollars de financement climatique aux États en développement. Les parties s’opposent à la mise en place de nouvelles barrières dans le commerce international sous prétexte de lutter contre le changement climatique.

Les parties soutiennent fermement le développement de la coopération et des échanges internationaux dans le domaine de la diversité biologique, en participant activement au processus de gouvernance mondiale pertinent, et ont l’intention de promouvoir conjointement le développement harmonieux de l’humanité et de la nature ainsi que la transformation verte pour assurer un développement mondial durable.

Les chefs d’État évaluent positivement l’interaction efficace entre la Russie et la Chine dans les formats bilatéraux et multilatéraux axés sur la lutte contre la pandémie de COVID-19, la protection de la vie et de la santé de la population des deux pays et des peuples du monde. Ils renforceront encore la coopération dans le développement et la fabrication de vaccins contre la nouvelle infection à coronavirus, ainsi que de médicaments pour son traitement, et renforceront la collaboration en matière de santé publique et de médecine moderne. Les parties prévoient de renforcer la coordination sur les mesures épidémiologiques afin d’assurer une forte protection de la santé, de la sécurité et de l’ordre dans les contacts entre les citoyens des deux pays. Les parties ont salué le travail des autorités compétentes et des régions des deux pays sur la mise en œuvre de mesures de quarantaine dans les zones frontalières et la garantie du fonctionnement stable des points de passage frontaliers, et ont l’intention d’envisager la mise en place d’un mécanisme conjoint de contrôle et de prévention des épidémies dans les zones frontalières afin de planifier conjointement des mesures anti-épidémiques à prendre aux points de contrôle frontaliers, partager l’information, construire des infrastructures et améliorer l’efficacité du dédouanement des marchandises.

Les parties soulignent que la détermination de l’origine de la nouvelle infection par le coronavirus est une question de science. La recherche sur ce sujet doit être basée sur des connaissances mondiales, ce qui nécessite une coopération entre scientifiques du monde entier. Les parties s’opposent à la politisation de cette question. La partie russe se félicite du travail mené conjointement par la Chine et l’OMS pour identifier la source de la nouvelle infection par le coronavirus et soutient le rapport conjoint Chine-OMS sur la question. Les parties appellent la communauté mondiale à promouvoir conjointement une approche scientifique sérieuse de l’étude de l’origine du coronavirus.

La partie russe soutient une organisation réussie par la partie chinoise des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver à Beijing en 2022.

Les parties apprécient hautement le niveau de coopération bilatérale dans le domaine du sport et du Mouvement olympique et se déclarent prêtes à contribuer à son développement progressif.

III.

Les parties sont gravement préoccupées par les graves problèmes de sécurité internationale et estiment que les destins de toutes les nations sont interconnectés. Aucun État ne peut ou ne doit assurer sa propre sécurité séparément de la sécurité du reste du monde et au détriment de la sécurité des autres États. La communauté internationale devrait s’engager activement dans la gouvernance mondiale pour assurer une sécurité universelle, globale, indivisible et durable.

Les parties réaffirment leur ferme soutien mutuel à la protection de leurs intérêts fondamentaux, de la souveraineté de l’État et de l’intégrité territoriale, et s’opposent à l’ingérence de forces extérieures dans leurs affaires intérieures.

La partie russe réaffirme son soutien au principe d’une seule Chine, confirme que Taiwan est une partie inaliénable de la Chine et s’oppose à toute forme d’indépendance de Taiwan.

La Russie et la Chine s’opposent aux tentatives de forces extérieures de saper la sécurité et la stabilité dans leurs régions adjacentes communes, ont l’intention de contrer l’ingérence de forces extérieures dans les affaires intérieures de pays souverains sous quelque prétexte que ce soit, s’opposent aux révolutions de couleur et renforceront la coopération dans les domaines susmentionnés.

Les parties condamnent le terrorisme dans toutes ses manifestations, promeuvent l’idée de créer un front mondial unique de lutte contre le terrorisme, avec l’ONU jouant un rôle central, préconisent une coordination politique plus forte et un engagement constructif dans les efforts multilatéraux de lutte contre le terrorisme. Les parties s’opposent à la politisation des questions de lutte contre le terrorisme et à leur utilisation comme instruments de politique de deux poids, deux mesures, condamnent la pratique de l’ingérence dans les affaires intérieures d’autres États à des fins géopolitiques par l’utilisation de groupes terroristes et extrémistes ainsi que sous le couvert de la lutte contre le terrorisme international et l’extrémisme.

Les parties estiment que certains États, alliances et coalitions militaires et politiques cherchent à obtenir, directement ou indirectement, des avantages militaires unilatéraux au détriment de la sécurité des autres, notamment en recourant à des pratiques de concurrence déloyale, en intensifiant les rivalités géopolitiques, en alimentant l’antagonisme et la confrontation, et en sapant gravement l’ordre de sécurité international et la stabilité stratégique mondiale. Les parties s’opposent à un nouvel élargissement de l’OTAN et appellent l’Alliance de l’Atlantique Nord à abandonner ses approches idéologisées de la guerre froide, à respecter la souveraineté, la sécurité et les intérêts des autres pays, la diversité de leurs origines civilisationnelles, culturelles et historiques, et à adopter une attitude juste et objective à l’égard du développement pacifique des autres États. Les parties s’opposent à la formation de structures de blocs fermés et de camps opposés dans la région Asie-Pacifique et restent très vigilantes quant à l’impact négatif de la stratégie indo-pacifique des États-Unis sur la paix et la stabilité dans la région. La Russie et la Chine ont déployé des efforts constants pour mettre en place un système de sécurité équitable, ouvert et inclusif dans la région Asie-Pacifique (APR) qui ne soit pas dirigé contre les pays tiers et qui favorise la paix, la stabilité et la prospérité.

Les parties se félicitent de la déclaration conjointe des dirigeants des cinq États dotés d’armes nucléaires sur la prévention de la guerre nucléaire et la prévention de la course aux armements et estiment que tous les États dotés d’armes nucléaires devraient abandonner la mentalité de la guerre froide et les jeux à somme nulle, réduire le rôle des armes nucléaires dans leurs politiques de sécurité nationale, retirer les armes nucléaires déployées à l’étranger, éliminer le développement sans restriction du système mondial de défense antimissile balistique (ABM), et prendre des mesures efficaces pour réduire les risques de guerres nucléaires et de tout conflit armé entre pays dotés de capacités nucléaires militaires.

Les parties réaffirment que le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires est la pierre angulaire du système international de désarmement et de non-prolifération nucléaire, qu’il joue un rôle important dans le système de sécurité international d’après-guerre et qu’il joue un rôle indispensable dans la paix et le développement dans le monde. La communauté internationale devrait promouvoir la mise en œuvre équilibrée des trois piliers du Traité et œuvrer ensemble pour protéger la crédibilité, l’efficacité et le caractère universel de l’instrument.

Les parties sont gravement préoccupées par le partenariat trilatéral en matière de sécurité entre l’Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni (AUKUS), qui prévoit une coopération plus étroite entre ses membres dans les domaines impliquant la stabilité stratégique, en particulier leur décision d’initier une coopération dans le domaine des sous-marins à propulsion nucléaire. La Russie et la Chine estiment que de telles actions sont contraires aux objectifs de sécurité et de développement durable de la région Asie-Pacifique, augmentent le danger d’une course aux armements dans la région et posent de graves risques de prolifération nucléaire. Les parties condamnent fermement ces mesures et appellent les participants à l’AUKUS à respecter de bonne foi leurs engagements en matière de non-prolifération nucléaire et de missiles et à travailler ensemble pour préserver la paix, la stabilité et le développement dans la région.

Les plans du Japon visant à rejeter dans l’océan l’eau contaminée par le nucléaire de la centrale nucléaire détruite de Fukushima et l’impact environnemental potentiel de telles actions préoccupent profondément les parties. Les parties soulignent que l’élimination de l’eau contaminée par le nucléaire devrait être gérée avec responsabilité et menée de manière appropriée sur la base d’arrangements entre la partie japonaise et les États voisins, les autres parties intéressées et les organismes internationaux compétents, tout en garantissant la transparence, le raisonnement scientifique et conformément au droit international.

Les parties estiment que le retrait des États-Unis du Traité sur l’élimination des missiles à portée intermédiaire et à courte portée, l’accélération de la recherche et du développement de missiles terrestres à portée intermédiaire et à courte portée et le désir de les déployer dans les régions Asie-Pacifique et européenne, ainsi que leur transfert aux alliés, entraînent une augmentation de la tension et de la méfiance, accroît les risques pour la sécurité internationale et régionale, conduit à l’affaiblissement du système international de non-prolifération et de contrôle des armements, ce qui compromet la stabilité stratégique mondiale. Les parties appellent les États-Unis à répondre positivement à l’initiative russe et à abandonner leurs plans de déploiement de missiles terrestres à portée intermédiaire et à courte portée dans la région Asie-Pacifique et en Europe. Les parties continueront de maintenir des contacts et de renforcer la coordination sur cette question.

La partie chinoise est favorable et soutient les propositions avancées par la Fédération de Russie visant à créer des garanties de sécurité juridiquement contraignantes à long terme en Europe.

Les parties notent que la dénonciation par les États-Unis d’un certain nombre d’accords internationaux importants sur le contrôle des armements a un impact extrêmement négatif sur la sécurité et la stabilité internationales et régionales. Les parties expriment leur préoccupation quant à l’avancement des plans des États-Unis visant à développer la défense antimissile mondiale et à déployer ses éléments dans diverses régions du monde, combinés au renforcement des capacités d’armes non nucléaires de haute précision pour les frappes de désarmement et d’autres objectifs stratégiques. Les parties soulignent l’importance des utilisations pacifiques de l’espace extra-atmosphérique et soutiennent fermement le rôle central du Comité des utilisations pacifiques de l’espace des Nations Unies dans la promotion de la coopération internationale, le maintien et le développement du droit et de la réglementation internationaux de l’espace dans le domaine des activités spatiales. La Russie et la Chine continueront d’accroître leur coopération sur des questions d’intérêt mutuel telles que la viabilité à long terme des activités spatiales et le développement et l’utilisation des ressources spatiales. Les parties s’opposent aux tentatives de certains États de transformer l’espace extra-atmosphérique en une arène de confrontation armée et réitèrent leur intention de faire tous les efforts nécessaires pour empêcher la militarisation de l’espace et une course aux armements dans l’espace. Ils contrecarreront les activités visant à atteindre la supériorité militaire dans l’espace et à l’utiliser pour des opérations de combat. Les parties affirment la nécessité d’entamer rapidement des négociations en vue de conclure un instrument multilatéral juridiquement contraignant fondé sur le projet de traité russo-chinois sur la prévention du placement d’armes dans l’espace et l’emploi ou la menace de la force contre des objets spatiaux qui fournirait des garanties fondamentales et fiables contre une course aux armements et la militarisation de l’espace.

La Russie et la Chine soulignent que des mesures appropriées de transparence et de confiance, y compris une initiative internationale/un engagement politique de ne pas être les premiers à placer des armes dans l’espace, peuvent également contribuer à l’objectif de prévenir une course aux armements dans l’espace, mais ces mesures devraient compléter et non remplacer le régime juridiquement contraignant efficace régissant les activités spatiales.

Les parties réaffirment leur conviction que la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la production et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) et à toxines et sur leur destruction est un pilier essentiel de la paix et de la sécurité internationales. La Russie et la Chine soulignent leur détermination à préserver la crédibilité et l’efficacité de la Convention.

Les parties affirment la nécessité de respecter pleinement et de renforcer davantage la Convention sur les armes biologiques, notamment en l’institutionnalisant, en renforçant ses mécanismes et en adoptant un Protocole juridiquement contraignant à la Convention doté d’un mécanisme de vérification efficace, ainsi que par des consultations et une coopération régulières pour traiter toute question liée à la mise en œuvre de la Convention.

Les parties soulignent que les activités nationales et étrangères des États-Unis et de leurs alliés en matière d’armes biologiques soulèvent de sérieuses préoccupations et questions pour la communauté internationale quant à leur respect de la Convention sur les armes biologiques. Les parties partagent l’avis que de telles activités constituent une menace sérieuse pour la sécurité nationale de la Fédération de Russie et de la Chine et nuisent à la sécurité des régions respectives. Les parties appellent les États-Unis et leurs alliés à agir de manière ouverte, transparente et responsable en rendant compte correctement de leurs activités biologiques militaires menées à l’étranger et sur leur territoire national, et en soutenant la reprise des négociations sur un protocole de la Convention sur la Convention sur les armes biologiques juridiquement contraignant doté d’un mécanisme de vérification efficace.

Les parties, réaffirmant leur attachement à l’objectif d’un monde exempt d’armes chimiques, appellent toutes les parties à la Convention sur les armes chimiques à travailler ensemble pour maintenir sa crédibilité et son efficacité. La Russie et la Chine sont profondément préoccupées par la politisation de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques et appellent tous ses membres à renforcer la solidarité et la coopération et à protéger la tradition de prise de décision consensuelle. La Russie et la Chine insistent pour que les États-Unis, en tant que seul État partie à la Convention qui n’ait pas encore achevé le processus d’élimination des armes chimiques, accélèrent l’élimination de leurs stocks d’armes chimiques. Les parties soulignent qu’il importe d’équilibrer les obligations des États en matière de non-prolifération avec les intérêts d’une coopération internationale légitime dans l’utilisation de technologies de pointe et de matériaux et équipements connexes à des fins pacifiques. Les parties prennent note de la résolution intitulée « Promouvoir la coopération internationale sur les utilisations pacifiques dans le contexte de la sécurité internationale » adoptée lors de la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies à l’initiative de la Chine et coparrainée par la Russie, et attendent avec intérêt sa mise en œuvre cohérente conformément aux objectifs qui y sont énoncés.

Les parties attachent une grande importance aux questions de gouvernance dans le domaine de l’intelligence artificielle. Les parties sont prêtes à renforcer le dialogue et les contacts sur l’intelligence artificielle.

Les parties réaffirment qu’elles sont prêtes à approfondir la coopération dans le domaine de la sécurité internationale de l’information et à contribuer à la mise en place d’un environnement TIC ouvert, sûr, durable et accessible. Les parties soulignent que les principes de non-recours à la force, de respect de la souveraineté nationale et des droits et libertés de l’homme fondamentaux, ainsi que de non-ingérence dans les affaires intérieures d’autres États, tels qu’ils sont consacrés dans la Charte des Nations Unies, sont applicables à l’espace de l’information. La Russie et la Chine réaffirment le rôle clé de l’ONU dans la réponse aux menaces à la sécurité internationale de l’information et expriment leur soutien à l’Organisation dans l’élaboration de nouvelles normes de conduite des États dans ce domaine.

Les parties se félicitent de la mise en œuvre du processus de négociation mondial sur la sécurité internationale de l’information dans le cadre d’un mécanisme unique et soutiennent dans ce contexte les travaux du Groupe de travail à composition non limitée des Nations Unies sur la sécurité et l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) 2021-2025 (GTCNL) et expriment leur volonté de parler d’une seule voix en son sein. Les parties estiment qu’il est nécessaire de consolider les efforts de la communauté internationale pour élaborer de nouvelles normes de comportement responsable des États, y compris juridiques, ainsi qu’un instrument juridique international universel réglementant les activités des États dans le domaine des TIC. Les parties estiment que l’Initiative mondiale sur la sécurité des données, proposée par la partie chinoise et soutenue, en principe, par la partie russe, fournit une base au Groupe de travail pour discuter et élaborer des réponses aux menaces à la sécurité des données et autres menaces à la sécurité internationale de l’information.

Les parties réitèrent leur soutien aux résolutions 74/247 et 75/282 de l’Assemblée générale des Nations Unies, appuient les travaux du Comité spécial d’experts gouvernementaux compétent et facilitent les négociations au sein de l’Organisation des Nations Unies en vue de l’élaboration d’une convention internationale sur la lutte contre l’utilisation des TIC à des fins criminelles. Les parties encouragent la participation constructive de toutes les parties aux négociations afin de convenir dès que possible d’une convention crédible, universelle et globale et de la fournir à l’Assemblée générale des Nations Unies à sa 78ème session dans le strict respect de la résolution 75/282. À ces fins, la Russie et la Chine ont présenté un projet de convention commune comme base de négociation.

Les parties soutiennent l’internationalisation de la gouvernance de l’Internet, préconisent l’égalité des droits à sa gouvernance, estiment que toute tentative de limiter leur droit souverain de réglementer les segments nationaux de l’Internet et d’assurer leur sécurité est inacceptable, sont intéressées par une plus grande participation de l’Union internationale des télécommunications à la résolution de ces problèmes.

Les parties ont l’intention d’approfondir la coopération bilatérale en matière de sécurité internationale de l’information sur la base de l’accord intergouvernemental pertinent de 2015. À cette fin, les parties ont convenu d’adopter dans un proche avenir un plan de coopération entre la Russie et la Chine dans ce domaine.

IV.

Les parties soulignent que la Russie et la Chine, en tant que puissances mondiales et membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, ont l’intention d’adhérer fermement aux principes moraux et d’accepter leur responsabilité, de défendre fermement le système international avec le rôle central de coordination des Nations Unies dans les affaires internationales, de défendre l’ordre mondial fondé sur le droit international, y compris les buts et principes de la Charte des Nations Unies, faire progresser la multipolarité et promouvoir la démocratisation des relations internationales, créer ensemble un monde encore plus prospère, stable et juste, construire ensemble des relations internationales d’un nouveau type.

La partie russe note l’importance du concept de construction d’une « communauté de destin commun pour l’humanité » proposé par la partie chinoise pour assurer une plus grande solidarité de la communauté internationale et la consolidation des efforts pour répondre aux défis communs. La partie chinoise note l’importance des efforts déployés par la partie russe pour établir un système multipolaire juste de relations internationales.

Les parties ont l’intention de défendre fermement les résultats de la Seconde Guerre mondiale et l’ordre mondial existant d’après-guerre, de défendre l’autorité des Nations Unies et la justice dans les relations internationales, de résister aux tentatives de nier, de déformer et de falsifier l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Afin d’éviter que la tragédie de la guerre mondiale ne se reproduise, les parties condamneront fermement les actions visant à nier la responsabilité des atrocités commises par les agresseurs nazis, les envahisseurs militaristes et leurs complices, à salir et ternir l’honneur des pays victorieux.

Les parties appellent à l’établissement d’un nouveau type de relations entre les puissances mondiales sur la base du respect mutuel, de la coexistence pacifique et de la coopération mutuellement bénéfique. Ils réaffirment que les nouvelles relations interétatiques entre la Russie et la Chine sont supérieures aux alliances politiques et militaires de l’époque de la guerre froide. L’amitié entre les deux États n’a pas de limites, il n’y a pas de domaines de coopération « interdits », le renforcement de la coopération stratégique bilatérale n’est ni dirigé contre les pays tiers ni affecté par l’évolution de l’environnement international et les changements circonstanciels dans les pays tiers.

Les parties réaffirment la nécessité de la consolidation, et non de la division de la communauté internationale, de la nécessité de la coopération et non de la confrontation. Les parties s’opposent au retour des relations internationales à l’état de confrontation entre grandes puissances, lorsque les faibles deviennent la proie des forts. Les parties ont l’intention de résister aux tentatives de substituer à des formats et des mécanismes universellement reconnus qui sont conformes au droit international, des règles élaborées en privé par certaines nations ou blocs de nations, et sont contre la résolution des problèmes internationaux indirectement et sans consensus, s’opposent à la politique de pouvoir, à l’intimidation, aux sanctions unilatérales et à l’application extraterritoriale de la compétence, ainsi qu’à l’abus des politiques de contrôle des exportations, et soutiennent la facilitation des échanges conformément aux règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Les parties ont réaffirmé leur intention de renforcer la coordination des politiques étrangères, de poursuivre un véritable multilatéralisme, de renforcer la coopération sur les plateformes multilatérales, de défendre des intérêts communs, de soutenir les rapports de force internationaux et régionaux et d’améliorer la gouvernance mondiale.

Les parties soutiennent et défendent le système commercial multilatéral fondé sur le rôle central de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), participent activement à la réforme de l’OMC, s’opposant aux approches unilatérales et au protectionnisme. Les parties sont prêtes à renforcer le dialogue entre les partenaires et à coordonner leurs positions sur les questions commerciales et économiques d’intérêt commun, à contribuer à assurer le fonctionnement durable et stable des chaînes de valeur mondiales et régionales, à promouvoir un système plus ouvert, inclusif, transparent et non discriminatoire de règles commerciales et économiques internationales.

Les parties soutiennent le format du G20 en tant que forum important pour discuter des questions de coopération économique internationale et des mesures de réponse anti-crise, promeuvent conjointement l’esprit revigoré de solidarité et de coopération au sein du G20, soutiennent le rôle de premier plan de l’association dans des domaines tels que la lutte internationale contre les épidémies, la reprise économique mondiale, le développement durable inclusif, l’amélioration du système de gouvernance économique mondiale de manière juste et rationnelle pour aborder collectivement les défis mondiaux.

Les parties soutiennent le partenariat stratégique approfondi au sein des BRICS, promeuvent la coopération élargie dans trois domaines principaux : la politique et la sécurité, l’économie et la finance, et les échanges humanitaires. En particulier, la Russie et la Chine ont l’intention d’encourager l’interaction dans les domaines de la santé publique, de l’économie numérique, de la science, de l’innovation et de la technologie, y compris les technologies d’intelligence artificielle, ainsi que la coordination accrue entre les pays BRICS sur les plateformes internationales. Les parties s’efforcent de renforcer davantage le format BRICS Plus/Outreach en tant que mécanisme efficace de dialogue avec les associations d’intégration régionale et les organisations des pays en développement et des États avec les marchés émergents.

La partie russe soutiendra pleinement la partie chinoise qui présidera l’association en 2022 et contribuera à la tenue fructueuse du XIVe sommet des BRICS.

La Russie et la Chine visent à renforcer de manière globale l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et à renforcer encore son rôle dans la formation d’un ordre mondial polycentrique fondé sur les principes universellement reconnus du droit international, du multilatéralisme, de la sécurité égale, conjointe, indivisible, globale et durable.

Ils considèrent qu’il est important de mettre en œuvre de manière cohérente les accords sur des mécanismes améliorés pour contrer les défis et les menaces à la sécurité des États membres de l’OCS et, dans le contexte de cette tâche, préconisent une fonctionnalité élargie de la structure antiterroriste régionale de l’OCS.

Les parties contribueront à donner une nouvelle qualité et une nouvelle dynamique à l’interaction économique entre les États membres de l’OCS dans les domaines du commerce, de la fabrication, des transports, de l’énergie, de la finance, de l’investissement, de l’agriculture, des douanes, des télécommunications, de l’innovation et d’autres domaines d’intérêt mutuel, notamment par l’utilisation de technologies avancées, économes en ressources, économes en énergie et « vertes ».

Les parties notent l’interaction fructueuse au sein de l’OCS dans le cadre de l’Accord de 2009 entre les gouvernements des États membres de l’Organisation de coopération de Shanghai sur la coopération dans le domaine de la sécurité internationale de l’information, ainsi qu’au sein du Groupe d’experts spécialisé. Dans ce contexte, ils se félicitent de l’adoption du Plan d’action conjoint de l’OCS pour assurer la sécurité internationale de l’information pour 2022-2023 par le Conseil des chefs d’État des États membres de l’OCS le 17 septembre 2021 à Douchanbé.

La Russie et la Chine partent de l’importance toujours croissante de la coopération culturelle et humanitaire pour le développement progressif de l’OCS. Afin de renforcer la compréhension mutuelle entre les peuples des États membres de l’OCS, ils continueront à favoriser efficacement l’interaction dans des domaines tels que les liens culturels, l’éducation, la science et la technologie, les soins de santé, la protection de l’environnement, le tourisme, les contacts interpersonnels, les sports.

La Russie et la Chine continueront de travailler pour renforcer le rôle de l’APEC en tant que principale plate-forme de dialogue multilatéral sur les questions économiques dans la région Asie-Pacifique. Les parties ont l’intention d’intensifier l’action coordonnée pour mettre en œuvre avec succès les « Lignes directrices de Putrajaya pour le développement de l’APEC jusqu’en 2040 » en mettant l’accent sur la création d’un environnement commercial et d’investissement libre, ouvert, équitable, non discriminatoire, transparent et prévisible dans la région. Un accent particulier sera mis sur la lutte contre la pandémie d’infection par le nouveau coronavirus et la reprise économique, la numérisation d’un large éventail de sphères de la vie différentes, la croissance économique dans les territoires éloignés et l’établissement d’une interaction entre l’APEC et d’autres associations multilatérales régionales ayant un programme similaire.

Les parties ont l’intention de développer la coopération dans le cadre du format « Russie-Inde-Chine », ainsi que de renforcer l’interaction sur des sites tels que le Sommet de l’Asie de l’Est, le Forum régional de l’ASEAN sur la sécurité, la réunion des ministres de la Défense des États membres de l’ASEAN et les partenaires de dialogue. La Russie et la Chine soutiennent le rôle central de l’ASEAN dans le développement de la coopération en Asie de l’Est, continuent d’accroître la coordination en matière de coopération approfondie avec l’ASEAN et promeuvent conjointement la coopération dans les domaines de la santé publique, du développement durable, de la lutte contre le terrorisme et de la lutte contre la criminalité transnationale. Les parties ont l’intention de continuer à travailler dans l’intérêt d’un rôle renforcé de l’ASEAN en tant qu’élément clé de l’architecture régionale.

Publié sur en.kremlin.ru

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  l'impérialisme, le Tiers Monde et la Chine  le trio Iran - Russie - TurquieNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum