Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises 

 Pas de trève face aux capitalistes !

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 02-05-2020 à 19:10:09   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La politique anti populaire de la bourgeoisie s'est étalée au grand jour à travers l'incurie criminelle du gouvernement pendant l'épidémie de covid-19.
Il est parfaitement clair que la volonté de la bourgeoisie de ne rien faire a été rejetée avec force et qu'elle a été obligée de reculer à plusieurs reprises, notamment en arrêtant la production.
Ses mensonges sur les protections individuelles ont été battus en brèche et elle s'est contredite plusieurs fois.

A présent la fin du confinement impose le dépistage, qui n'a jamais été abordé jusqu'ici.
Il ne s'agit pas d'erreurs ou d'amateurisme, ou de négligence. La lutte de la Chine socialiste contre le coronavirus a donné à tous les pays des méthodes tirées de sa propre expérience, pour dépister le virus dans la population et déconfiner en toute sécurité.
Mais la bourgeoisie rejette ces méthodes, critique la Chine pour dissimuler sa propre incurie, et ne daigne les appliquer qu'en dernier recours et trop tard.

Ceci ne concerne que l'aspect sanitaire. La lutte des classes n'a pas cessé durant le confinement malgré les promesses faites, et de nombreuses voix s'élèvent maintenant que la reprise est annoncée.

On remarque que la lutte entre la collaboration de classe et la lutte de classe n'a absolument pas cessé.
Dans Capital, Marc Touati, économiste et président du cabinet ACDEFI agite le drapeau de la récession pour sortir de la lutte des classes et appeler à l'union sacrée :

"Face à cette descente aux enfers de notre beau pays, une question demeure : est-il encore possible d’inverser la vapeur et de sortir par le haut de cette spirale infernale ? Étant de nature optimiste (en dépit de certaines apparences), je dirai que c’est encore faisable si une prise de conscience nationale s’opère et qu’une sorte d’union sacrée s’impose tant au niveau de la classe politique que des partenaires sociaux et de la société française dans son ensemble.
Le problème est que cette dernière est tellement engoncée dans la culture de la “lutte des classes”, dans l’absence de patriotisme et dans l’inculture économique que la probabilité d’une telle sortie de crise est particulièrement faible. En d’autres termes, nous risquons désormais de payer des décennies d’erreurs stratégiques et de déni de réalité."


Mais sous les apparences de la défense des intérêts sociaux, on retrouve les mêmes collabos :




La CGT relève "une énorme différence de points de vue entre OS, entre celles qui pointent le fait que le gouvernement s’exonère de ses responsabilités et les autres, qui se félicitent que le déconfinement soit négocié au cas par cas, sur le terrain" .
La CFDT se distingue en revendiquant une négociation locale et non nationale, prétend que "tout ne peut pas se négocier d'en haut" , et se fait chaudement féliciter par Pénicaud.

Dans une pleine page de l'Express du 30 avril, intitulée "Sans changement de boussole le pays explose", L. Berger dit aussi :
« Demain, si on ne retient aucune leçon de cette séquence, si le seul indicateur qui vaille est le taux de croissance, je ne donne pas trois mois avant que le pays explose. Et comme la CFDT veut l’éviter, la seule boussole possible, c’est la solidarité » .

Rien n'a changé avec le covid-19, sinon la colère du peuple qui est encore monté d'un étage. Tout le monde le sait.
La lutte de classe est la seule boussole qui permette de défendre les intérêts des masses. Mais la nécessité de renverser le capitalisme apparaît de plus en plus et avec elle la question du comment et vers quoi.
Seul le socialisme, dans les conditions économiques, sociales et historiques de notre pays, peut nous permettre de "dépasser" le capitalisme.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant expérimenté
795 messages postés
   Posté le 02-05-2020 à 19:48:27   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Les pays européens ne sont pas prêts à un mouvement révolutionnaire, les militants sont devenus des "partenaires" pour l'application de la doctrine sociale de l'Eglise, la CFDT-ex CFTC étant la plus active et la plus expérimentée dans ce travail, sous la coupe de la Commission Européenne et des syndicats sociaux démocrates. L'effondrement du bloc soviétique a brisé les efforts des militants adhérents aux thèses marxistes - léninistes, aussi bien dans les anciens pays dits de l'est que dans les pays où les partis communistes étaient influents, France, Espagne et Italie. Les querelles secondaires entre révisionnistes pro soviétiques et les pro-chinois ont aussi usé de nombreux militants et les ont éloignés des luttes sociales aux profit de débats théoriques assurant la stérilité des actions.
Tant que le peuple américain ne prendra pas la mesure de la crise profonde du système impérialiste américain et tant qu'il supportera ce que lui impose la poignée de capitalistes alternant au pouvoir à la Maison Blanche, rien ne changera dans l'ordre mondial. Ce ne sont pas les communistes chinois qui abattront un système qui absorbe les produits de ses usines et remboursent (en monnaie de singe) ses gigantesques dettes après avoir pillé ses voisins américains ainsi que ses alliés dans le monde.
Pour avoir suivi des grèves menées par le syndicat UAW dans les années 1990 dans l'Illinois et les défaites subies par les ouvriers trahis par leurs dirigeants, souvent liés au parti démocrate (à la Sanders), le travail militant est énorme, c'est à mon avis le seul espoir de voir le système s'effondrer et faire du passé table rase.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 02-05-2020 à 22:47:48   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Bien évidemment l'effondrement du capitalisme aux USA ne peut être avant tout le résultat que de ses contradictions internes, de la lutte des classes.
Et le Parti Communiste US est davantage actuellement dans la constitution d'un front antifasciste que dans la préparation de la révolution prolétarienne, s'il est convaincu qu'il faut faire une révolution prolétarienne.

A l'échelle mondiale le sujet n'est pas la révolution aux USA mais la fin de l'hégémonisme US, c'est très différent même si la révolution aux USA dépend de près de la fin de l'hégémonisme US. La fin de l'hégémonisme US dépend à la fois des USA et des peuples et des nations du monde contre les USA.

En ce qui concerne l'actualité en France, c'est la lutte de classe. Le sujet ouvert ici paraît purement économique ou social, de fait c'est bien l'actualité et la nécessité du moment. Mais les revendications immédiates et les luttes contre le patronat n'ont pas de fin si on ne vise pas le socialisme, et nous savons tous qu'il n'existe pas de parti communiste capable de diriger une révolution dans notre pays.

Beaucoup dans les masses s'opposent au capitalisme dans les faits, mais de plus en plus le font nommément. La volonté de changer de système a grandi, par contre une des causes profonde de cette absence c'est la censure du socialisme, et notre rôle est de rappeler à chaque occasion que seul le socialisme permet de "dépasser le capitalisme". Et c'est la seule orientation que peut prendre un parti communiste.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant expérimenté
795 messages postés
   Posté le 03-05-2020 à 07:38:39   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

"notre rôle est de rappeler à chaque occasion que seul le socialisme permet de dépasser le capitalisme", mais les faits avérés sont têtus et (ce qui s'est appelé l'expérience socialiste a été rejetée par les peuples dans quasiment tous les pays européens. Alors que l'expérience capitaliste n'a ps été ébranlée par ses propres peuples, les dirigeants ont toujours soigneusement muselé les militants communistes et même les progressistes conciliants et développé le mythe du sociétal - droits de l'hommiste à tour de bras, moyen très subtil pour divertir ceux qui aspirent à un changement de société, limité au moeurs et à la consommation de préférence, l'écologie se préparant à prendre le relais du sociétal.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 03-05-2020 à 21:08:20   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Les faits sont ainsi mais ils sont aussi une grande révolte.
Il y a trente ans l'impérialisme US était tout puissant. Aujourd'hui il est menacé dans son existence et l'opinion publique dans la monde lui est hostile. Même ses alliés se méfient de lui. Quand la situation change les idées changent aussi.
Aujourd'hui les masses ne veulent plus du capitalisme et cherchent une issue. C'est à nous de montrer la nécessité du socialisme.
Après tout la révolution bourgeoise dans notre pays a connu aussi des aléas et des luttes d'idées, et même des restaurations.

Aucun parti révolutionnaire ne peut voir le jour qui n'ait pas pour objectif la révolution prolétarienne et le socialisme.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant expérimenté
795 messages postés
   Posté le 04-05-2020 à 07:50:04   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Le plus grand danger pour les militants révolutionnaires, disons en accord avec le marxisme léninisme et le maoïsme, semble être le mouvement écologique. Aujourd'hui, la résolution de la crise est présentée comme seulement possible dans une perspective anti-climatique et écologique, avec union nationale ou européenne. Il est affligeant de voir les militants se disant révolutionnaires et "de gauche" prêcher l'écologie sociale, y compris avec les syndicats réformistes, tous prêts pour une union nationale, les manches retroussées et les bobos-écolos dans leurs maisons de campagne dans le Lubéron.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 04-05-2020 à 19:59:42   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

C'est vrai. L'écologie apolitique intéresse surtout des franges de la petite et moyenne bourgeoisie, qui rejette Macron et l'extrême droite, mais ne veut pas s'engager à côté de la classe ouvrière.
Mais il est de plus en plus net que l'écologie est incompatible avec le capitalisme, d'ailleurs le patronat a annoncé que la sortie de crise se ferait au détriment de l'écologie.
Du coup déclarations et manifestes divers et variés ont plaidé une sortie de crise écologique, mais c'est incompatible avec le libéralisme.
Les thèses de la décroissance font aussi florès, sauf que pour la plupart des gens le budget est déjà en mode décroissant et que l'objectif est inversement de l'améliorer.

Par conséquent les thèses écologiques "apolitiques" comme décroissantes vont à l'encontre des intérêts des masses et n'ont aucun avenir.

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
pzorba75
Militant expérimenté
795 messages postés
   Posté le 05-05-2020 à 08:01:03   Voir le profil de pzorba75 (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pzorba75   

Xuan a écrit :

C'est vrai.
Par conséquent les thèses écologiques "apolitiques" comme décroissantes vont à l'encontre des intérêts des masses et n'ont aucun avenir.


Et il va y avoir un sacré travail d'éducation militante pour retirer des têtes des militants l'alignement écologique et la priorité climatique. La priorité écologique, conjuguée à l'intégration européiste, va bientôt montrer ses limites, avec la hausse du chômage, la baisse des revenus et salaires et la casse des services publics essentiels (pas Air France bien sur).

Les conditions de la révolte seront plus favorables, la première étape devrait dégager le paysage des meneurs et de leurs suiveurs naifs dans l'impasse climatique et écologique pour affronter dans une seconde étape la situation sociale sur des bases de classe, ceux d'en bas contre ceux d'en haut.

--------------------
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 05-05-2020 à 15:12:52   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Je signale, mais j'y reviendrai en détail, une initiative du réseau "faire vivre et renforcer le pcf", une série de visio conférences sur le thème :

Si le "monde d’après" n’est pas le capitalisme, alors parlons du socialisme !

La première de ces conférences s'est tenue ce matin avec Jean-Claude Delaunay, économiste, " qui vit en Chine depuis des années et a réalisé un très gros travail sur l’histoire de cet immense pays et les "caractéristiques chinoises" de ce "socialisme de marché" qui fait tant discuter, y compris par ceux qui le considèrent comme au mieux un capitalisme d’état. Les rencontres internationalistes de Vénissieux ont permis deux fois de rencontrer des communistes chinois et de mieux comprendre leur position. Et il suffit de comparer l’évolution des salaires ouvriers en Chine et dans les pays de l’OCDE pour se dire qu’il y a bien quelque chose en Chine qui ne se résume pas au capitalisme.
[...]
Nous lançons un appel à tous ceux qui veulent contribuer à ce cycle de conférences, proposer des intervenants, des sujets ou des questions à poser."


J'ai signalé plus haut que l'objectif initial du socialisme est vraiment un axe de notre action. La direction révisionniste du PCF a effacé cet objectif et ne peut proposer à ses militants et aux masses que le "dépassement du capitalisme", en courant comme un coq sans tête.
Cette initiative du réseau FVR va exactement dans le bon sens, qui est aussi celui de l'unité des marxistes-léninistes.

Le premier exposé sur le socialisme "à la chinoise" est certainement une conséquence de la lutte contre le coronavirus, où le contraste entre pays impérialistes et pays socialistes est flagrant.
Il marque aussi un tournant dans l'attitude des communistes envers le socialisme chinois.
Ce n'est pas la première fois que FVR s'intéresse au socialisme chinois puisqu'il a invité des représentants de la Chine aux rencontres internationalistes de Vénissieux.

Mais bien au-delà de ce réseau, j'ai pu constater sur les réseaux sociaux que des communistes du PCF changent de point de vue sur la Chine, la défendent contre les attaques impérialistes et saluent ses succès.
La présentation de JC Delaunay n'a pas pour but de présenter la Chine comme un modèle ou un exemple, mais de montrer que le socialisme existe en s'adaptant à la réalité nationale et historique de chaque pays.
A nous d'inventer le socialisme à la française.


Edité le 05-05-2020 à 15:26:36 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Plaristes
Communiste et Français !
Militant expérimenté
863 messages postés
   Posté le 20-05-2020 à 03:20:34   Voir le profil de Plaristes (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Plaristes   

Personnellement "le socialisme" de marché à la chinoise en me fait pas envie, c'est plus un hybride entre socialisme et capitalisme qu'autre chose. Et je crois que j'ai eu le temps de m'exprimer sur la stratégie terre à terre et réaliste chinoise ses risques et inconvénients dans d'autres sujets.



Je vous propose donc dalors, d’écouter ces salaud de révisionnistes de réseau salariat qui proposent un socialisme de marché à la Française, qui serait surtout un hybride de formes étatiques et forme locale de socialisme.


https://youtu.be/2KRFoQLcon8

pzorba75 a écrit :

[citation=Xuan] C'est vrai.
Par conséquent les thèses écologiques "apolitiques" comme décroissantes vont à l'encontre des intérêts des masses et n'ont aucun avenir.
/citation]

Et il va y avoir un sacré travail d'éducation militante pour retirer des têtes des militants l'alignement écologique et la priorité climatique. La priorité écologique, conjuguée à l'intégration européiste, va bientôt montrer ses limites, avec la hausse du chômage, la baisse des revenus et salaires et la casse des services publics essentiels (pas Air France bien sur).

Les conditions de la révolte seront plus favorables, la première étape devrait dégager le paysage des meneurs et de leurs suiveurs naifs dans l'impasse climatique et écologique pour affronter dans une seconde étape la situation sociale sur des bases de classe, ceux d'en bas contre ceux d'en haut.


Et si on leur flanquait la trouille en les amalgamant au fascisme en prenant les pires cas Style Caroline Fourest? Le financement des rockfellers derrière extinction rébellion.
Qu'on montrait en quoi la décroissance n'avait aucun sens dans un paradigme socialiste etc etc etc.. Et que c'était une manipulation capitaliste, qui concerne la caissière du coin mais par Bernard Arnaud.


Edité le 20-05-2020 à 03:28:41 par Plaristes




--------------------
https://humaniterouge.alloforum.com/image/7img.net/users/4212/27/99/67/avatars/3-76.png
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 20-05-2020 à 07:40:49   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Personnellement "le socialisme" de marché à la chinoise en me fait pas envie, c'est plus un hybride entre socialisme et capitalisme qu'autre chose. Et je crois que j'ai eu le temps de m'exprimer sur la stratégie terre à terre et réaliste chinoise ses risques et inconvénients dans d'autres sujets.
Effectivement tu as eu le temps de t'exprimer sur ce sujet.


La forme de socialisme est spécifique à chaque pays en fonction du degré de développement des forces productives, de son histoire, de ses traditions, etc.
Ce qui est général au socialisme c'est la dictature du prolétariat et la démocratie populaire, la transition au communisme en partant de ce qui existe.
C'est-à-dire en opposition à ce qui existe et sur la base de ce qui existe.

Sur la question de l'économie de marché socialiste, il existe une expérience soviétique et chinoise. Il en ressort que le marché existe encore sous le socialisme, la question est son rapport avec la planification et le contrôle macroéconomique d'une part, et son existence ou non jusqu'à la phase du communisme.
Pour nous c'est un sujet de théorie pour le moment.

L'actualité est la crise du capitalisme, le chômage, la hausse des prix et la lutte contre les mesures que le medef veut mettre en place.


Edité le 20-05-2020 à 07:41:04 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
14416 messages postés
   Posté le 21-05-2020 à 00:10:41   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

la loi "urgence coronavirus" va revenir sur les droits aux congés, les 35 heures... et sans date limite

Les 3.520 ménages les plus riches de France planquent… 140 milliards d'euros dans les paradis fiscaux

Renault envisagerait de fermer plusieurs sites en France, dont deux dans l’Ouest

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Actualités  Actualités françaises  Pas de trève face aux capitalistes !Nouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum