Forum Marxiste-Léniniste
Forum Marxiste-Léniniste
Administrateurs : Finimore, ossip, Xuan
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Le tournant du mouvement communiste international 

 LE KKE TRAHIT LA LUTTE CONTRE L'HEGEMONISME US

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18448 messages postés
   Posté le 26-05-2022 à 20:42:22   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

LE KKE TRAHIT LA LUTTE CONTRE L'HEGEMONISME US ET DIVISE LE MOUVEMENT COMMUNISTE INTERNATIONAL



Je reviendrai sur ce texte qui divise le mouvement communiste international, salit la Chine Populaire et choisit la neutralité voire l'hostilité envers le front uni mondial antihégémonique, au moment où les USA s'engagent dans une guerre totale contre la Russie et la Chine.

________________



Ci-dessous

La déclaration du KKE à l'issue de la réunion internationale des partis communistes et ouvriers :

Récemment, alors que la cinquième vague de la pandémie est en cours, une téléconférence extraordinaire de la Réunion internationale des partis communistes et ouvriers s'est tenue sous la responsabilité du Parti communiste de Grèce (KKE) et du Parti communiste de Turquie (TKP).
Les développements confirment que les gouvernements bourgeois n'ont pas été capables de gérer la pandémie du coronavirus dans l'intérêt des travailleurs. En outre, les restrictions de déplacement d'un pays à l'autre rendent les réunions en direct difficiles. Cette évolution négative trouve son origine dans les énormes lacunes des systèmes de santé publique, résultat de la politique anti-populaire mise en œuvre par tous les gouvernements au service du capital. C'est la politique de commercialisation et de privatisation des soins de santé, de soutien à la rentabilité des groupes monopolistiques, ainsi que le refus de répondre à la demande des partis communistes d'abolir le brevet sur les vaccins et les médicaments, ce qui permettrait d'accélérer la vaccination et de prévenir de nouvelles mutations du coronavirus.

Dans ces conditions, les partis communistes et ouvriers qui continuent à lutter pour la vie et les droits de la classe ouvrière et des autres couches populaires doivent échanger leurs points de vue et les expériences de leur action par d'autres moyens. Ces dernières années, plusieurs activités de ce type ont eu lieu. La téléconférence internationale extraordinaire, qui a nécessité un mode de réalisation spécial et bien élaboré, afin que des parties situées dans des fuseaux horaires différents puissent y participer, a contribué à l'échange d'opinions sur des questions brûlantes d'actualité.
Une fois de plus, l'étroite coopération entre le KKE et le TKP pour le succès de cet effort a été un autre exemple pratique de l'internationalisme prolétarien.

Les principaux sujets de la réunion
Les contributions des parties ont mis en évidence des aspects de leur action ainsi que la position de chaque partie par rapport aux principaux développements nationaux et internationaux. Les partis ont exprimé leur solidarité avec le parti communiste de Cuba, avec le peuple cubain dans son ensemble, qui lutte depuis des décennies contre le blocus imposé par les impérialistes. Ils ont également exprimé leur solidarité avec le peuple palestinien qui lutte pour ses droits.

Toutes les interventions des partis sont publiées sur le site de SOLIDNET, ainsi que les actions communes qui ont été approuvées et proposent des actions communes et convergentes à développer par les partis communistes en 2022. Ces actions concernent les droits des travailleurs et des peuples, le renforcement des systèmes de santé publique, la lutte contre l'anticommunisme et la déformation de l'apport historique de l'URSS et du socialisme, la célébration d'anniversaires - des jalons tels que la fondation de l'URSS le 30 décembre 1922, ainsi que des actions de solidarité avec les communistes et autres combattants qui subissent des persécutions et des interdictions, des actions contre les guerres et interventions impérialistes, contre l'OTAN et autres alliances militaires impérialistes, contre les bases militaires étrangères, pour promouvoir la nécessité, la validité et l'actualité du socialisme comme seule alternative au capitalisme.

Tout ceci ainsi que les discours d'introduction du Secrétaire général du KKE, le camarade D.Koutsoumba, et du Secrétaire général du TKP, le camarade K.Okuyan, ont été publiés dans SOLIDNET ainsi que dans le quotidien Rizospastis et sur le portail 902.gr traduit en grec.
Le reflet du débat idéologico-politique dans le mouvement communiste international
Bien sûr, d'importantes questions idéologico-politiques continuent de tourmenter le mouvement communiste international. Il faut dire que des partis comme le Parti communiste français ou le Parti communiste espagnol, qui ont joué un rôle de premier plan dans le courant opportuniste du soi-disant "eurocommunisme", ainsi que d'autres partis qui participent au "pilier" du centre opportuniste européen actuel, le soi-disant "Parti de la gauche européenne" (PIE) et la GUE/NGL, le groupe de "gauche" européenne au Parlement européen, qui, comme nous l'avons évalué, en est venu à fonctionner comme une sorte de représentation du PIE au Parlement européen, participent aux réunions internationales.
Même les partis qui ont rejeté le marxisme-léninisme, le marteau et la faucille et qui en rejettent la responsabilité sur la construction du socialisme en URSS sont impliqués.

Le débat sur la question de la participation aux gouvernements bourgeois
La question de la participation ou du soutien des partis communistes aux gouvernements de "gauche", "progressistes", qui émergent sur le terrain de la gestion capitaliste, reste un point clé de la controverse idéologico-politique.
Tout d'abord, parce que les partis qui ont cette position politique avec diverses constructions idéologiques telles que l'"humanisation" du capitalisme, la "démocratisation" de l'UE ou les "étapes vers le socialisme", la soi-disant "rupture avec la politique de droite" entretiennent des illusions sur la gestion du système. Ils blanchissent le rôle sale de la social-démocratie et concentrent leurs critiques sur une forme de gestion bourgeoise, le néo-libéralisme. Ces forces ignorent et sous-estiment les lois qui régissent l'économie capitaliste et le caractère concret et irréversiblement réactionnaire de l'État bourgeois qui n'est annulé par aucune forme de gestion bourgeoise. Ces forces renvoient la lutte pour le socialisme à la "perspective à long terme" et assument en pratique de grandes responsabilités envers les peuples car elles refusent d'effectuer le dur travail quotidien de rassemblement des forces sociales qu'il est dans leur intérêt d'affronter les monopoles et le capitalisme.

Par conséquent, nous constatons qu'ils se concentrent sur les solutions de gestion gouvernementale en votant même en faveur des dépenses militaires pour les besoins de l'OTAN, des missions impérialistes par exemple dans la zone du Sahel, ou en remplaçant la demande de retrait du pays de l'OTAN par la demande de sa "dissolution" indéfinie et abstraite. Le résultat d'une telle politique est visible en Espagne, où le Parti communiste espagnol participe à un gouvernement qui gère la pandémie de manière barbare et antipopulaire, prend de nouvelles mesures contre la classe ouvrière sur la base des orientations de l'UE, tout en allant jusqu'à prendre des mesures pour saper Cuba et, bien sûr, participe aux plans de l'OTAN.

La confusion autour du concept d'impérialisme
Au fond, ce sont les mêmes forces qui traitent l'impérialisme non pas avec les critères léninistes, c'est-à-dire comme le capitalisme dans sa phase monopoliste, mais simplement comme une politique étrangère agressive. Ainsi, ils négligent le fait qu'à notre époque, les monopoles, les États capitalistes et leurs associations sont en conflit pour les matières premières, l'énergie, les ressources minérales, les voies de transport, les parts de marché. De plus, certains partis rejettent le fait que l'antagonisme entre les monopoles est la base de l'aggravation des contradictions à l'échelle internationale.

Sur cette question, ces partis se concentrent sur la politique étrangère agressive des États-Unis, de l'OTAN ou d'autres puissances fortes, interprétant unilatéralement l'"agression impérialiste" et proposant le soi-disant "monde multipolaire" comme solution. Cependant, la position qui limite l'impérialisme aux seuls Etats-Unis, ainsi que la position selon laquelle la coexistence de nombreux "pôles" internationaux où un pôle contrôlera l'autre, aboutissant à un "monde pacifique", est complètement désorientante pour les peuples. Il masque la réalité. Il entretient l'illusion qu'il peut y avoir un impérialisme "non agressif", un capitalisme dit "pacifique".

Le KKE et les autres partis ont critiqué des points de vue similaires qui ont été avancés au siècle dernier, tant par les forces opportunistes en Europe que par le PCUS, surtout après son virage opportuniste lors de son 20e Congrès, lorsque la ligne de la "concurrence pacifique" des deux systèmes sociopolitiques a prévalu.

Coopération "antifasciste" avec les forces bourgeoises
Certains partis sont déroutés par le fait que le système capitaliste utilise dans divers cas le chien de garde du système, c'est-à-dire diverses forces fascistes, et les utilise pour promouvoir divers plans des classes bourgeoises, comme cela s'est produit en Ukraine. Même certaines forces qui reconnaissent que le fascisme est "né et élevé" dans le capitalisme, ont tendance à détourner cette question de la lutte contre le capitalisme ; elles sont conduites à la perception d'une coopération "antifasciste" avec certaines forces bourgeoises ou même à leur soutien.

Aujourd'hui, en ce qui concerne les développements internationaux, on souligne l'importance capitale de l'évaluation du KKE résultant de l'étude de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Que cette guerre était impérialiste et injuste pour les puissances capitalistes fascistes ainsi que pour les pays capitalistes "démocratiques", qu'ils ont eux aussi commis de grands crimes contre l'humanité, comme le bombardement nucléaire d'Hiroshima et de Nagasaki. Que cette guerre n'était que pour l'URSS et les mouvements de guérilla et de libération populaire dans les pays occupés, où les communistes ont joué un rôle de premier plan.
Cette position est directement liée au présent, avec la manifestation des contradictions inter-impérialistes en Ukraine, lorsque les États-Unis, l'OTAN et l'UE utilisent les forces fascistes en Ukraine pour leurs plans géopolitiques, et que d'autre part la Russie capitaliste promeut les intérêts de ses propres monopoles.

Il est évident que les Etats-Unis, les alliances impérialistes de l'OTAN et de l'UE, ainsi que les classes bourgeoises qui les ont constituées, ont d'énormes responsabilités par rapport à ces développements. Dans le même temps, la bourgeoisie russe porte également d'énormes responsabilités dans la situation actuelle. Tous ceux qui en font actuellement partie ont joué un rôle de premier plan dans la dissolution de l'URSS. Le 30e anniversaire de sa dissolution a été récemment célébré. Ensuite, Eltsine et les forces sociales et politiques qui l'ont suivi se sont souciés de faire tomber l'URSS ; ils ne se sont pas souciés, par exemple, de ce qu'il adviendrait de la Crimée, des millions de Russes et de russophones qui se retrouveraient en dehors des frontières de la Russie, de ce qu'il leur arriverait. Il est donc provocateur de voir des hommes politiques qui, à l'époque, soutenaient Eltsine pour renverser l'URSS, dénoncer sans cesse aujourd'hui Lénine pour la dissolution de l'URSS et appeler à une "lutte antifasciste" en Ukraine.

L'approche de la Chine aujourd'hui
En outre, la question de la confrontation idéologico-politique sur ce qu'est le socialisme est de la plus haute importance. Il existe plusieurs partis qui "appellent le poisson viande". Il y a quelques années, il existait diverses théories sur le "socialisme du XXIe siècle" ou le "socialisme de la bonne vie", comme s'appelaient divers gouvernements sociaux-démocrates d'Amérique latine, qui tentaient de gérer le système capitaliste avec des slogans présentés comme "radicaux" et des mesures visant à atténuer l'extrême misère de la population. Aujourd'hui, l'accent est mis sur la Chine, qui prétend construire le "socialisme aux caractéristiques chinoises", mais ce qui est construit là-bas n'a rien à voir avec le socialisme, avec les principes et les lois scientifiques de la construction socialiste. Le socialisme consiste en la socialisation des moyens de production, le pouvoir des travailleurs, la planification centrale. Rien de tout cela n'existe dans la Chine d'aujourd'hui, où les monopoles chinois déterminent les développements, promeuvent par le biais du parti communiste chinois leurs décisions, qui conduisent entre autres à d'énormes inégalités et injustices sociales.
Cette question a non seulement une dimension théorique, mais aussi une dimension directement politique et est liée à la lutte pour la suprématie dans le système impérialiste entre les États-Unis et la Chine.

La question de la lutte pour la suprématie dans le système impérialiste
Cette question n'est pas simple, car il a été pratiquement prouvé que dans des conditions similaires, lorsque la suprématie du système impérialiste a été contestée, de grandes confrontations militaires ont eu lieu, avec l'implication de dizaines de pays, avec de nombreux morts pour les profits des capitalistes en conflit.

Aujourd'hui, les États-Unis sont toujours la plus grande puissance politique, économique et militaire de l'impérialisme dans le monde, suivis de près par la Chine. En raison de la loi du développement inégal du capitalisme, nous constatons que les monopoles chinois gagnent des positions importantes sur le marché capitaliste mondial, dans l'exportation de biens et de capitaux.

Malheureusement, certains partis communistes tentent par erreur de réutiliser les formes du passé, en parlant d'une nouvelle "guerre froide", à la différence qu'à la place de l'URSS contre les États-Unis, ils mettent maintenant la Chine. Cependant, la situation actuelle n'a rien à voir avec la confrontation entre l'URSS et les États-Unis, car il y a aujourd'hui une confrontation dans le domaine du conflit des monopoles, c'est-à-dire une confrontation intra-impérialiste. Le KKE, par sa position, a souligné cette différence, tandis que d'autres partis comme le Parti communiste du Mexique, le Parti communiste du Pakistan ont souligné le caractère capitaliste actuel de la Chine, tandis que le Parti communiste des Philippines-1930 a ouvertement parlé de l'hégémonisme expansionniste de la Chine contre les pays voisins du Pacifique, qui sert de prétexte aux Etats-Unis pour intervenir dans la région.

Il ne s'agit en aucun cas d'une confrontation entre le capitalisme et le socialisme, comme l'ont affirmé à tort certains partis comme le Parti communiste du Brésil. Il est insensé que les communistes prennent la tête de campagnes politiques telles que celle du Parti communiste du Canada pour la libération de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, fille du président du monopole chinois, dont la fortune personnelle dépasse 3,4 milliards de dollars, qui a été détenue pendant un certain temps en raison du dur conflit entre les monopoles de haute technologie. Il n'est pas approprié pour un parti communiste d'organiser une mobilisation pour une femme d'affaires, dont la caution atteint 7,5 millions de dollars, et ce alors que dans des dizaines de pays du monde entier, des communistes sont aujourd'hui poursuivis en justice (par exemple en Ukraine, en Pologne), arrêtés (par exemple au Swaziland, etc.), persécutés (par exemple au Kazakhstan), assassinés de sang-froid (par exemple au Pakistan, en Inde) et ont besoin de notre solidarité internationaliste.

Il convient de préciser à ce stade que le KKE a envoyé des députés, des députés européens et d'autres cadres aux procès de communistes et de partis persécutés, en Ukraine, en Pologne, il y a quelques années dans les pays baltes, a dénoncé les meurtres et les persécutions de communistes dans d'autres pays comme le Pakistan, le Kazakhstan, le Soudan, l'Inde, le Venezuela et d'autres pays, soulevant de telles questions au Parlement européen.

Sur la question de "l'unité
Dans les rangs du Mouvement communiste international, il ne peut y avoir une "unité" artificielle avec des forces qui remettent en question et révisent les "fondamentaux" du marxisme-léninisme, tels que les principes de la révolution socialiste et de la construction socialiste, au nom du "maintien de ce qui nous unit pour le moment". Une telle "unité", outre l'image fausse et désorientante qu'elle donnerait aux communistes du monde entier, est également dangereuse, car "la moitié de la vérité est toujours un mensonge". De plus, elle dissimule les désaccords qui existent au sein du mouvement communiste et entrave la discussion pour les surmonter. Si les communistes n'ont pas une vue d'ensemble du monde impérialiste et ne se concentrent que sur les USA-OTAN, ou le néo-libéralisme, ou le fascisme, et se détournent de la "matrice" qui les engendre, c'est-à-dire le capitalisme et la nécessité de le renverser, ils seront conduits à des choix tragiques.

Le KKE, conscient de cette situation et éclairant le peuple à ce sujet, dirige actuellement le mouvement anti-impérialiste dans notre pays contre les bases américaines et de l'OTAN, contre les soi-disant "accords de défense" de la Grèce avec les États-Unis et la France, contre l'implication des forces armées grecques dans des missions au-delà des frontières, pour le retrait des alliances impérialistes de l'OTAN et de l'UE, avec le peuple au pouvoir. Prenant tout cela en compte, le KKE donne toutes ses forces contre les politiques anti-peuple du gouvernement ND, de SYRIZA et des autres partis bourgeois, ainsi que la lutte contre les formations criminelles fascistes, cherchant à créer les conditions préalables à l'Alliance sociale, au renversement du capitalisme, à mettre fin au cercle vicieux de l'exploitation de classe et des guerres impérialistes.

Sur le cours du regroupement révolutionnaire du mouvement communiste international
Il est nécessaire de poursuivre et d'approfondir le débat idéologico-politique et de clarifier les choses. Nous ne sommes pas d'accord avec l'échange de caractérisations entre les parties, mais nous avons l'intention de développer une discussion substantielle. En outre, nous cherchons à réaliser des actions communes et convergentes sur les questions où cela est possible, et en particulier à exprimer la solidarité internationaliste.

Nous soutenons les formes existantes d'échange de vues et de coopération entre les partis communistes, telles que les réunions internationales, régionales et thématiques des partis communistes.
Nous soutenons les formes les plus avancées de coopération du mouvement communiste international telles que l'"Initiative Communiste Européenne" (ICE) et la "Revue Communiste Internationale" (RCI) pour la formation d'un pôle communiste qui luttera pour le regroupement révolutionnaire et l'unité du mouvement communiste armé de notre vision du monde, le marxisme-léninisme.

Le récent 21ème Congrès de notre Parti a élaboré des critères importants pour notre coopération plus étroite avec les partis communistes que : (a) défendre le marxisme-léninisme et l'internationalisme prolétarien, la nécessité de former un pôle communiste international, (b) affronter l'opportunisme, le réformisme, rejeter la gestion de centre-gauche et toute variation de la stratégie d'étape, (c) défendre les lois scientifiques de la révolution socialiste avec lesquelles ils évaluent le cours de la construction socialiste, cherchent à enquêter et à tirer des conclusions des problèmes et des erreurs, d) ils ont un front idéologique contre les perceptions erronées de l'impérialisme, notamment celles qui séparent son agression militaire guerrière de son contenu économique, ils affrontent toute alliance impérialiste, e) ils développent des liens avec la classe ouvrière, ils essaient d'agir dans le mouvement syndical, dans les mouvements des secteurs populaires des couches moyennes, ils cherchent à intégrer la lutte quotidienne pour les droits ouvriers et populaires dans une stratégie révolutionnaire contemporaine pour le pouvoir des travailleurs.

La téléconférence internationale des partis communistes, les téléconférences de l'Initiative Communiste Européenne et de la Revue Communiste Internationale, qui ont également eu lieu au cours de la dernière période, aident notre Parti à mieux étudier la situation exacte du mouvement communiste international et toutes les formes de coopération, en mettant en évidence, sur la base des critères susmentionnés, les priorités et les activités communes avec les autres partis.

Publié dans le journal "Rizospastis" le 22.01.22.


Edité le 27-05-2022 à 20:41:13 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18448 messages postés
   Posté le 26-05-2022 à 23:25:14   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

http://www.editions-proletariennes.fr/Actu/ep27mai2022.htm

Dans le mouvement communiste international et sur la question de la lutte contre l’hégémonisme US, le KKE s’oppose frontalement à la lutte menée par le KPRF et le PCC contre l’hégémonisme US, au moment où le conflit a pris la forme de la guerre ouverte contre la Russie et de la guerre hors limites contre la Chine Populaire.

1 – Le KKE déforme la notion de monde multipolaire

« la position selon laquelle la coexistence de nombreux "pôles" internationaux où un pôle contrôlera l'autre, aboutissant à un "monde pacifique", est complètement désorientante pour les peuples. Il masque la réalité. Il entretient l'illusion qu'il peut y avoir un impérialisme "non agressif", un capitalisme dit "pacifique". »

La fin de la domination hégémonique des USA et son remplacement par un monde multipolaire aboutira à une situation où aucun des anciens impérialismes ne peut remplacer les USA. Cela ne signifie pas que le capitalisme cessera d’être agressif, ceci est une pure invention du KKE.
Si cette situation « désoriente » le KKE cela signifie qu’il ne tient pas compte de la réalité et qu’il a lui-même perdu le nord.

2 – Le KKE révise l’histoire du front uni mondial antifasciste et la nature du fascisme

« l'importance capitale de l'évaluation du KKE résultant de l'étude de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Que cette guerre était impérialiste et injuste pour les puissances capitalistes fascistes ainsi que pour les pays capitalistes "démocratiques", qu'ils ont eux aussi commis de grands crimes contre l'humanité, comme le bombardement nucléaire d'Hiroshima et de Nagasaki. »

Cette présentation est profondément erronée. D’une part il a réellement existé un front uni mondial anti fasciste parce que la principale contradiction mondiale se situait entre fascisme et anti fascisme. Staline et le PCUS ont insisté à plusieurs reprises pour que les pays impérialistes se joignent à la lutte contre le nazisme. Comme aujourd’hui le PCC met l’accent sur les oppositions entre l’hégémonisme US et les pays du second monde.
D’autre part la nature impérialiste des pays capitalistes n’a jamais cessé et s’est manifestée à plusieurs reprises, mais elle est restée secondaire jusqu’à la défaite des nazis. A la Libération ces pays se sont déchaînés contre l’émancipation des peuples, c’est-à-dire que la contradiction principale dans le monde s’est transformée.
Le KKE nie l’existence de contradiction dominante et ses transformations.
Ici le KKE nie aussi le caractère spécifique du nazisme, « dictature terroriste ouverte des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvins, les plus impérialistes du capital financier » suivant la définition de Dimitrov. Les nazis ont tué plus de 20 millions de soviétique, et les fascistes japonais plus de 20 millions de chinois.


3 – Le KKE met l’OTAN et la Russie sur le même plan.

« Il est évident que les Etats-Unis, les alliances impérialistes de l'OTAN et de l'UE, ainsi que les classes bourgeoises qui les ont constituées, ont d'énormes responsabilités par rapport à ces développements. Dans le même temps, la bourgeoisie russe porte également d'énormes responsabilités dans la situation actuelle. »

Que la bourgeoisie russe ait engagé une contre-révolution en s’appuyant sur les révisionnistes soviétiques n’empêche pas une partie d’entre elle de s’opposer à l’encerclement de l’OTAN, de réhabiliter la victoire de l’URSS sur le nazisme et de combattre la nazification de l’Ukraine et le massacre des russophones.
Face à l'hégémonisme US la défense de leurs intérêts par les bourgeoisies de différents pays joue un rôle positif parce qu'elles contribuent à la défaite de l'hégémonisme. Lorsqu'elles renoncent à cette résistance elles deviennent le jouet des USA, creusent les contradictions de classes dans leur propre pays et précipitent leur propre fin.


4 – Le KKE ment en attaquant le socialisme à la chinoise

« Aujourd'hui, l'accent est mis sur la Chine, qui prétend construire le "socialisme aux caractéristiques chinoises", mais ce qui est construit là-bas n'a rien à voir avec le socialisme, avec les principes et les lois scientifiques de la construction socialiste. Le socialisme consiste en la socialisation des moyens de production, le pouvoir des travailleurs, la planification centrale. Rien de tout cela n'existe dans la Chine d'aujourd'hui, où les monopoles chinois déterminent les développements, promeuvent par le biais du parti communiste chinois leurs décisions, qui conduisent entre autres à d'énormes inégalités et injustices sociales.
Cette question a non seulement une dimension théorique, mais aussi une dimension directement politique et est liée à la lutte pour la suprématie dans le système impérialiste entre les États-Unis et la Chine. »


Il existe en Chine plusieurs formes de propriété sociale. La socialisation des moyens de production existe, à travers la propriété publique et la propriété collective.
La planification existe, le 14e plan a commencé.
La situation de monopole capitaliste est combattue et ce ne sont pas eux qui déterminent les développements, comme le démontrent plusieurs exemples récents.
Les inégalités existent dans le système socialiste et les excès sont combattus par la lutte contre la pauvreté et les revenus excessifs.
En fait les progrès sociaux enregistrés en Chine sont visibles et dépassent par leur rapidité tout ce qui a été réalisé par les pays industrialisés, qui eux ont bénéficié de l’exploitation des colonies.
D'ailleurs le KKE écrit que "Les développements confirment que les gouvernements bourgeois n'ont pas été capables de gérer la pandémie du coronavirus dans l'intérêt des travailleurs". Or les chiffres des décès dus au Covid en Chine et dans les pays impérialistes sont éloquents et démontrent l'inanité des accusations du KKE.

Les mensonges du KKE sur la Chine servent à défendre une position « neutre » face à l’hégémonisme et à la guerre "hors limites" déclenchée particulièrement depuis Trump.
Le KKE s'oppose à l'ennemi principal désigné par les USA.

5 – Le KKE se veut le centre du mouvement communiste international.

« Le récent 21ème Congrès de notre Parti a élaboré des critères importants pour notre coopération plus étroite avec les partis communistes que : (a) défendre le marxisme-léninisme et l'internationalisme prolétarien, la nécessité de former un pôle communiste international… »

Personne n’a mandaté le KKE pour diriger le mouvement communiste international. De sa propre autorité il prétend « former un pôle communiste international » .
Or le PCC, qui a vaincu le féodalisme et l’occupation japonaise, instauré le socialisme et commencé son édification, et qui compte plus de 90 millions de membres, n’a jamais prétendu diriger le mouvement communiste international. Au contraire il s’est toujours opposé à la notion de « parti père ».

Non seulement le KKE nie la nécessité de former un front uni mondial contre l’hégémonisme US, pilier de l’impérialisme mondial et donneur d’ordre du terrorisme et du fascisme, non seulement il met dans le camp des ennemis ceux qui s’opposent le plus directement à cet hégémonisme, mais il prétend diriger le mouvement communisme international, c’est-à-dire diviser et décapiter la direction prolétarienne du front uni mondial anti hégémonique.
Et on observera qu'elle aboutit, sur la guerre en Ukraine et sur la Chine, aux positions défendues par les directions les plus réformistes de certains partis communistes.

Tout en prétendant combattre l'OTAN, le KKE s'oppose aux pays directement en conflit avec les USA et s’allie de fait avec la plus grande puissance impérialiste.


Edité le 27-05-2022 à 20:38:50 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18448 messages postés
   Posté le 27-06-2022 à 17:57:33   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

La position du KKE, reprise par Solidarité internationale PCF', qui définit une guerre "inter-imperialiste" et condamne simultanément le KPRF et le PCC :

A propos de la guerre impérialiste et de la position du Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF)

Publié le 27/06/2022 à 12:22
Par Solidarité Internationale PCF

Couverture de l'article "A propos de la guerre impérialiste et de la position du Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF)"
A propos de la guerre impérialiste et de la position du Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF)
Document de la Section des Relations Internationales du CC du KKE. Publié dans Rizospastis, journal officiel du KKE, le 23-24 avril 2022. Traduction FS pour Solidarité Internationale PCF

"La lutte pour les marchés et le pillage des pays étrangers, la tendance à étouffer le mouvement révolutionnaire du prolétariat et de la démocratie à l’intérieur des pays, la tendance à endormir, fragmenter et pourchasser les prolétaires de tous les pays, en poussant les esclaves salariés d’une nation contre les esclaves salariés d’une autre nation pour le bénéfice de la bourgeoisie, c’est tout cela le véritable contenu, l’unique et le vrai sens de la guerre." (V.I Lénine, t. 26, p.1)

Tout ce qu'observait, il y a plus de 100 ans, le chef de la Révolution d’Octobre s’applique totalement à la guerre actuelle qui se mène en Ukraine. Dans de nombreux articles récents, nous avons insisté la part prise par la lutte pour les marchés, les matières premières, les voies de transport des marchandises. Le KKE a également exprimé des positions claires dans le cadre du Mouvement Communiste International.

Malheureusement certains PC, comme le Parti Communiste de la Fédération de Russie (KPRF) soutiennent des positions diamétralement opposées aux nôtres.

Quelques éléments au sujet du KPRF
Le KPRF, créé en 1993, est une force significative de la vie politique de la Russie capitaliste. Lors des dernières élections parlementaires en 2021, il a recueilli 18,9% des suffrages devenant ainsi la 2ème force politique avec 56 députés (sur un total de 450 sièges). Depuis la dissolution de l’URSS, le KPRF a exercé des positions gouvernementales, notamment en 1998-1999 : le premier Ministre G. Primakov avait géré la crise capitaliste qui frappait alors le pays. Le programme du KPRF, qui soutient une « ligne » de transition progressive du capitalisme au socialisme en de nombreuses étapes, prône des solutions gouvernementales de « centre-gauche ». Le KPRF, malgré son importante force parlementaire, n’apporte aucune contribution substantielle à la reconstruction du mouvement syndical ouvrier de Russie, comptant des forces déterminantes désormais passées sous contrôle de l’état et des employeurs.

La position que prônait le KPRF avant le début de l’invasion russe était une ligne de coexistence avec le parti gouvernemental Russie Unie et le président V. Poutine. C’est sur proposition du KPRF que fut approuvée à la Douma la reconnaissance de l’« indépendance » des dites « Républiques Populaires » du Dombass (Donetsk et Lougansk), reconnaissance qui fut d'ailleurs l'« effet déclencheur » de l’intervention russe en Ukraine. Le KPRF « régurgite » les arguments officiels du gouvernement russe sur la nécessité pour l’Etat russe d’écraser le fascisme en Ukraine, en y menant une « opération militaire spéciale », terminologie imposée en Russie, pour éviter d’employer le mot guerre. En fait, le KPRF considère que cette politique extérieure « antifasciste » doit aussi s’accompagner d’un « virage à gauche » en Russie, réclamant pour la énième fois un remaniement ministériel et leur participation au gouvernement.

1. La « guerre des civilisations » : le « milliard doré » face au « monde russe »
Mais le pire de tous les services rendus par le KPRF est son silence total sur les causes réelles des guerres impérialistes qui, comme celle en Ukraine, sont menées au profit des intérêts des monopoles et des bourgeoisies, et non au profit des peuples. Ce sont des guerres pour les matières premières, les richesses minérales, pour les voies de transport de marchandises, pour des points d’appuis géopolitiques, pour les parts de marché. Il n’est pas possible que le KPRF ignore l’importance pour le capital - tant russe qu’occidental - qu’ont les riches potentialités de l’Ukraine : ses richesses minérales (le titane par exemple, indispensable pour l’industrie aéronautique), les ports de Marioupol et d’Odessa, ses fertiles terres arables, les acquis des années du socialisme, mais également son importante base industrielle, l’énorme réseau de gazoducs qui quadrille le pays. Il n’est pas non plus possible que le KPRF puisse ignorer la farouche compétition que se livrent les Etats bourgeois dans de nombreuses régions du globe, pour les ressources, pour les voies de transport et les pipelines énergétiques, pour les parts des monopoles dans le marché de l’Énergie en Europe, pour les parts de marché des armes, etc. Une compétition impérialiste, dans laquelle interfèrent les monopoles et les Etats des USA, de l’UE, de la Russie, de la Chine, mais aussi d’autres « acteurs » périphériques comme la Turquie, Israël, les monarchies du Golfe, etc.

Par ses positions, le KPRF se place du côté des monopoles russes et chinois dans leur compétition avec les monopoles occidentaux qui ont tous transformé le peuple ukrainien en « punching ball ». Ce parti, depuis déjà de nombreuses années, « flirte » avec une approche nationaliste et avec des mouvements se présentant comme « patriotiques ».
Dans son livre Mondialisation et le sort de l’humanité (2002), le président du KPRF a repris la thèse de l’américain Samuel Philip Huntington sur le « choc des civilisations » ; une thèse selon laquelle le conflit ne s’applique plus entre Etats mais entre des forces de traditions culturelles différentes. Il voit ainsi dans les manœuvres d’encerclement de la Russie par l’OTAN, l’UE et les USA une « guerre totale » contre la Russie, lancée par les pays du prétendu « milliard doré », comme sont qualifiés les 30 pays membres de l'OCDE (Organisation pour la Coopération Économique et le Développement), dont fait partie la Grèce, totalisant une population de près d’un milliard d’habitants. Selon cette conception, il y a une « modération » des oppositions sociales et de classe au sein des sociétés du « milliard doré » mais il y a surtout une opposition fondamentale s’exprimant au niveau international « sur la base d’un axe Nord riche – Sud pauvre, non moins radicale que celle qui séparait auparavant le prolétariat de ses exploiteurs au sein d’un même pays»1 . Dans un document programmatique du KPRF, le caractère impérialiste de la Russie d’aujourd’hui n’est pas mis en avant, alors qu’il considère que « la Fédération de Russie s’est transformée en l’objet d’un nouveau partage du monde, en une annexe de matières premières pour les états impérialistes », remarquant aussi que « dans la deuxième moitié du 20ème siècle grâce à l’exploitation prédatrice des stocks de la planète, via la spéculation financière, les guerres et l’emploi de nouveaux modes sophistiqués de colonialisme, un groupe de pays capitalistes développés, le dénommé « milliard doré » est passé au stade de la « société de consommation », dans laquelle la consommation transforme le fonctionnement naturel d’une organisation humaine en une « obligation sacrée » dont la pleine réalisation détermine totalement son statut social…»2.

Selon cette approche fallacieuse dénuée de classes, au « milliard doré » s’oppose le prétendu « monde russe » qui est aujourd’hui un des axes fondamentaux de la politique extérieure de l’état bourgeois russe. Sous ce concept se cache la manipulation par la Russie de millions de russes et russophones, au gré des options du capitalisme russe. « Nous sommes tous obligés de défendre le « monde russe » (...) Le monde russe est rassemblé ici depuis des milliers d’années. Et l’on accueille non seulement les russes mais aussi les ukrainiens et les biélorusses. Nous avons une foi commune, des victoires communes, une même langue, une même culture » , a dit le président du KPRF dans son discours au Parlement russe au cours des débats sur la reconnaissance de l’indépendance des dites « Républiques populaires»3. Sur cette base-là, le KPRF fournit un soutien total à la politique extérieure de la classe dirigeante russe et à la constitution d’unions capitalistes transnationales telles que l’Union Économique Européenne et l’Organisation du Traité de Sécurité Collective (OTSC) sur le sol de l’ex-URSS. Il est significatif qu’en janvier dernier le KPRF ait soutenu la mission militaire des forces de l’OTSC au Kazakhstan envoyée réprimer le soulèvement populaire et ouvrier.
En conclusion, tout en déclarant que son objectif est le socialisme, le KPRF envisage d’y parvenir par la voie électorale et parlementaire, préconisant un programme réformiste de gestion du système capitaliste qui s’accorde pleinement avec les objectifs de la bourgeoisie russe et avec les projets de l’Etat russe. Cela se reflète aussi dans les questions de politique extérieure.

2. Silence sur la responsabilité du gouvernement russe
Le KPRF, en ne pointant que les grandes et indéniables responsabilités des autres forces impérialistes (USA, OTAN, UE), celles du « fascisme libéral » comme il les nomme, n’évoque nullement les responsabilités de la bourgeoisie russe. Pourtant, après la dissolution de l’URSS, des millions de Russes et de russophones se sont retrouvés hors des frontières de la Fédération de Russie, comme par exemple dans les régions de Crimée et du Donbass. Alors qu’elles démantelaient l’URSS, les forces contre-révolutionnaires russes se sont-elles préoccupées des droits de ces gens, à quel pays allaient désormais appartenir les régions dans lesquelles ils vivaient ? Non, bien sûr que non ! Ces populations étaient considérées par la toute nouvelle bourgeoisie russe comme des « pions » pour ses projets géopolitiques sur les territoires de l’ex-URSS.
En même temps, et ce depuis 30 ans, la bourgeoisie ukrainienne « abreuve » méthodiquement le peuple ukrainien du « poison » de l'anticommunisme, de la propagande à la Goebbels sur le « génocide » du peuple ukrainien par les bolcheviks, les communistes ou les Russes. En 1998, le président de l'époque, L. Koutchma, a signé le premier décret présidentiel effectif officialisant cette propagande, la répandant dans tout le système éducatif. Dès 2006, sous le président V. Iouchtchenko, débuta l’entreprise de « reconnaissance internationale » du prétendu « génocide », tandis qu’à l’intérieur toute opinion le refutant était passible de poursuites peinales. En 2010, le président pro-russe V. Ianoukovitch – c’est ainsi qu’on le qualifie –, tout en conservant ces dispositions, déclara qu'il ne s'agissait pas d'un génocide du peuple ukrainien mais d'un « crime du régime totalitaire stalinien ». C’est sur ce mythe qu’a grandi toute une génération d'Ukrainiens. Et sur ce plan-là les organisations fascistes l'ont « doublé » pour se reconstruire idéologiquement et politiquement.

Qu’ont fait, durant toute ces années, les autorités russes actuelles pour empêcher cette évolution inacceptable ? Du business, comme l'a fièrement déclaré V. Poutine : « en 2011 la balance du commerce bilatéral dépassait les 50 milliards de dollars »4 . À l’heure où se développait en Ukraine une propagande digne de Goebbels, la Russie lui apportait un « soutien matériel » : rien que pour la période 1991- 2013 (où les idées fascistes se sont enracinées) le budget ukrainien était excédentaire de 250 milliards, grâce à un prêt préférentiel de la Russie et aux tarifs spéciaux de l’énergie russe. Quant aux dettes de l’Ukraine contractées du temps de l’URSS, elles furent entièrement garanties par la Russie.
La renaissance de la propagande fasciste et nazie en Ukraine est-elle donc de la seule responsabilité des ukrainiens ? La bourgeoisie russe n’en est-elle pas aussi responsable ? Le KPRF ignorait-il tout de cela ?

3. A propos de la lutte contre le fascisme
Depuis des années, l’Etat russe dépose chaque année à l’ONU un projet de résolution condamnant la « glorification » du nazisme et invitant à des mesures de restriction du phénomène nazi, particulièrement dans les Etats baltes et en Ukraine. Les USA ont systématiquement voté contre tandis que les pays de l’UE se sont abstenus. Parallèlement, une fois par an le 9 mai, jour de la Victoire Antifasciste des Peuples, le drapeau rouge flotte en Russie. La bourgeoise dirigeante de Russie s’efforce ainsi de détourner la victoire et les sentiments antifascistes du peuple russe.

Au même moment, dans les écoles de Russie, on « abreuve » les enfants du le poison de l’anticommunisme, en citant par exemple l’antisoviétique bien connu Soljenitsyne qui justifiait la collaboration des russes avec les nazis, admirait Franco et soutenait Pinochet. Les médias tant publics que privés débordent d’anticommunisme, et la victoire contre l’Allemagne fasciste y est présentée comme un exploit qui fut réalisé sans et parfois malgré l’action du parti des bolchéviks. V. Poutine lui-même a publiquement déclaré qu’il étudiait l’œuvre d’Ivan Iline, un idéologue russe du fascisme et la recommandait à la jeunesse. Il s’est d’ailleurs rendu sur sa tombe pour y déposer des fleurs.

Cela démontre une fois encore que lorsque la lutte contre le fascisme se détourne de la « matrice » qui l’a engendré, du combat contre le capitalisme, il s’agit alors d’une posture totalement hypocrite dans le but de promouvoir d’autres objectifs, comme c’est le cas aujourd’hui en Ukraine, où l’intervention militaire russe a soi-disant pour objectif la « dénazification » de l’Ukraine. Qui va la faire cette dénazification ? L’admirateur du fasciste I. Iline, avec le drapeau et les emblèmes de l’empire tsariste, cette « prison des peuples » comme l’appelait Lénine ? Il n’est pas possible pour le KPRF de ne pas être conscient de l’hypocrisie de cette posture.

4. Silence sur l’anticommunisme du gouvernement
Le KPRF constate l’anticommunisme des « autorités fascistes » ukrainiennes, comme il les qualifie, mais ne remarque absolument pas celui qui émane de la plus officielle des voix de Russie, celle du président V. Poutine, lors de son discours justifiant la guerre imminente. Rappelons-nous comment celui-ci a utilisé ces mêmes qualificatifs nauséabonds, qu’utilisent l’UE et les USA à propos de l’Union Soviétique : « dictature stalinienne », « régime totalitaire », « terrorisme rouge », etc.
Il est très significatif que le KPRF n’ait pas réagi à cette inacceptable attaque anticommuniste lancée par le président russe V. Poutine. Il n’a pas même répondu à ses accusations tout autant inacceptables, rendant Lénine et les bolchéviques responsables de la désintégration de l’URSS et non les forces économiques et politiques de la contre-révolution, auxquelles Poutine a lui-même participé aux côtés du maire de Léningrad (A. Sobtchak, bras droit de B. Eltsine qui, avec M. Gorbatchev, a mené l’offensive anticommuniste et antisoviétique contre les forces qui luttaient pour sauver le socialisme et l’URSS).

5. La falsification des thèses du KKE à propos de la guerre
Dans les circonstances actuelles le KPRF s’est efforcé de tromper le peuple russe sur la position du KKE quant aux événements en Ukraine. Il lui a caché que, dès les premiers instants, le KKE avait condamné l’invasion en Ukraine, qu’il avait organisé une manifestation à Athènes depuis l’ambassade russe jusqu’à l’ambassade américaine, qu’il s’est prononcé contre les deux camps de ce conflit impérialiste, appelant les deux peuples à ne pas choisir entre des « brigands », qu’il mobilise contre l’extension de l’« incendie » de la guerre impérialiste et l’implication permanente et toujours plus profonde de la Grèce, notamment par le transit d’armes meurtrières vers le lieu du conflit.
Au contraire, Le KPRF a cherché à tirer profit de la mobilisation de masse du KKE, pour continuer à manipuler le peuple russe. Ainsi, sur les réseaux sociaux G. Ziouganov a republié une photo de la mobilisation du KKE en la présentant comme un soutien au prétendu « monde russe ». En outre, dans un message de solidarité qu’il a envoyé à la suite de l’arrestation de responsables du KKE et de la répression de la manifestation de Thessalonique, le KPRF s’est efforcé d’y intégrer sa thèse sur la « guerre totale de l’OTAN contre la Russie ». Thèse qui cherche à justifier l’invasion russe en Ukraine. Ce message a trouvé l’« hospitalité » d’un journal bourgeois de notre pays, qui s’en est servi pour accuser le KKE de double langage et d'un soi-disant soutien à la Russie capitaliste.
Or, si dans notre pays des mobilisations populaires se déroulent devant les bases, camps, ports et gares ferroviaires d’où partent les forces américano-otaniennes, c’est bien parce que que notre pays est déjà engagé dans l'un des camps de ce conflit : celui de l’OTAN et des américains. Nous réclamons ainsi que la Grèce se désengage de la guerre, des projets criminels de l’euro-atlantisme qui menacent notre peuple. Personne ne peut « traduire » cela comme un soutien à la Russie capitaliste, sauf le KPRF et quelques autres partis communistes qui fournissent un alibi politique et idéologique aux projets de la bourgeoisie russe.
Le KKE et 40 autres partis communistes et 30 organisations de jeunesse communiste du monde entier ont déclaré que :
- Ils condamnent la guerre impérialiste en soulignant que « les événements en Ukraine, qui se déroulent sur le sol du capitalisme monopoliste, sont liés aux visées des USA, de l’OTAN, de l’UE, et à leur ingérence dans la région dans le cadre de la féroce compétition de ces forces avec la Russie capitaliste.
- Ils manifestent leur solidarité « aux communistes et aux peuples de Russie et d’Ukraine », appelant à renforcer le front contre le nationalisme que cultivent toutes les bourgeoisies. Les peuples de ces deux pays qui ont vécu ensemble en paix dans le cadre de l’URSS, mais aussi tous les autres peuples n’ont aucuns intérêts à se ranger dans le camp de l’un ou l’autre des impérialismes, dans l’une ou l’autre des alliances qui ne servent que les intérêts des monopoles.

- Ils soulignent : « Les intérêts de la classe ouvrière et des couches populaires nécessitent de renforcer les critères de classe dans l’analyse des événements, de suivre notre propre route indépendante contre les monopoles et les bourgeoisies, pour renverser le capitalisme, pour intensifier le combat de classe contre la guerre impérialiste et pour le socialisme qui reste toujours d’actualité et nécessaire. »

Références
1. G. Ziouganov : «Mondialisation : impasse ou sortie ?» (2001)
2. Programme du KPRF ΚΚΡΟ. https://kprf.ru/party/program
3. G. Ziouganov : La reconnaissance des Républiques Populaires du Dombas est une question de principes. https://kprf.ru/party-live/cknews/208757.html
4. V. Poutine. Message du président de la Fédération de Russie du 21/02/22 http://kremlin.ru/events/president/news/67828

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18448 messages postés
   Posté le 27-06-2022 à 18:01:04   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

NB : solidarité internationale PCF est Paris XVe, branche trotskiste du PCF.


URGENT ! DÉCLARATION COMMUNE DES PARTIS COMMUNISTES ET DES TRAVAILLEURS, NON À LA GUERRE IMPÉRIALISTE EN UKRAINE !

Solidarité Internationale PCF
Ukraine, Russie et ex-URSS, Impérialisme
28 FÉVR. 2022

http://solidarite-internationale-pcf.fr/2022/02/urgent-declaration-commune-des-partis-communistes-et-des-travailleurs-non-a-la-guerre-imperialiste-en-ukraine.html

Déclaration commune des Partis communistes et des Travailleurs.
Non à la guerre impérialiste en Ukraine

Une lutte indépendante est nécessaire pour faire face aux monopoles privés et aux classes bourgeoises pour renverser le capitalisme, pour renforcer la lutte des classes contre la guerre impérialiste, pour le socialisme !

1. Les partis communistes et partis des travailleurs qui signent cette déclaration commune s’opposent au conflit impérialiste en Ukraine : une des conséquences tragiques de l’état des peuples suite au renversement du socialisme et à la dissolution de l’Union soviétique. Les forces bourgeoises et opportunistes sont complètement à découvert. Ces forces ont toujours œuvré contre l’URSS et ont récemment célébré les 30 ans de sa dissolution, passant sous silence le fait que la restauration du capitalisme a entraîné le démantèlement des acquis historiques des travailleurs et des peuples, renvoyant le peuple soviétique à une ère d’exploitation et de guerres impérialistes.

2. Les développements en Ukraine, qui entrent dans le cadre du capitalisme monopolistique, sont liés aux plans des États-Unis, de l’OTAN et de l’UE et à leur intervention dans la région dans le contexte d’une compétition acharnée avec la Russie capitaliste pour le contrôle des marchés, des matières premières et des réseaux de transport du pays. Ces desseins sont cachés par les puissances impérialistes qui se contredisent avec leurs prétextes de « défense de la démocratie », « autodéfense », droit à « choisir ses alliances », l’application des principes de l’ONU ou de l’OSCE face au prétendu « fascisme » alors même qu’ils séparent volontairement le fascisme du système capitaliste qui en est la source et qui l’instrumentalise.

3. Nous dénonçons l’activité des forces fascistes et nationalistes en Ukraine, l’anti-communisme et la persécution des communistes, la discrimination de la population russophone, les attaques armées du gouvernement ukrainien contre le peuple du Donbass. Nous condamnons l’instrumentalisation des forces politiques réactionnaires en Ukraine, y compris les groupes fascistes, par les puissances euro-atlantiques pour parvenir à leurs fins. En outre, le recours à la rhétorique anti-communiste contre Lénine, les bolcheviques et l’Union soviétique par les dirigeants russes pour justifier leurs plans stratégiques dans la région est inacceptable. Cela étant, rien ne peut ternir l’énorme contribution du socialisme en Union soviétique, une union multinationale de républiques socialistes égales.

4. La décision du gouvernement russe de reconnaître l’« indépendance » des soi-disant « Républiques populaires »dans le Donbass avant de lancer une intervention militaire russe sous le prétexte d’« autodéfense » de la Russie, de « démilitarisation » et de « défascisation » de l’Ukraine n’a pas été prise dans le but de protéger le peuple de la région ou d’obtenir la paix, mais de promouvoir les intérêts des monopoles russes en territoire ukrainien dans leur compétition acharnée face aux monopoles occidentaux. Nous exprimons notre solidarité avec les communistes et les peuples de Russie et d’Ukraine et nous tenons à leurs côtés pour renforcer la lutte contre le nationalisme, nourri des deux côtés par la bourgeoisie. Les peuples des deux pays, qui au temps de l’URSS vivaient en paix et prospéraient, de même que tous les autres peuples n’ont aucun intérêt à se rallier à l’une ou l’autre des alliances impérialistes qui servent les intérêts des monopoles.

5. Nous soulignons que les illusions portées par les forces bourgeoises selon lesquelles il serait possible d’obtenir une « meilleure architecture de la sécurité » en Europe par l’intervention de l’UE, une OTAN « sans plans militaires ni systèmes d’armement agressif sur son territoire », une « UE pour la paix » ou un « monde multipolaire pacifique », etc. sont extrêmement dangereuses. Toutes ces hypothèses n’ont rien à voir avec la réalité et sont trompeuses dans la lutte anticapitaliste et anti-impérialiste, cherchant à cultiver l’idée qu’un « impérialisme pacifique » est possible. La réalité, c’est que l’OTAN et l’UE, comme toutes les unions multinationales capitalistes, sont des alliances prédatrices de nature profondément réactionnaire qui n’œuvreront jamais pour les peuples et continueront à attaquer les droits des peuples et des travailleurs : le capitalisme va de pair avec les guerres impérialistes.

6. Nous appelons les peuples des pays dont les gouvernements sont impliqués dans les développements, principalement à travers l’action de l’OTAN et de l’UE, mais aussi le peuple russe à lutter contre la propagande des forces bourgeoises qui attire les peuples dans le hachoir à viande de la guerre impérialiste en usant de prétextes fallacieux, à exiger la fermeture des bases militaires, le retour des troupes de leurs missions à l’étranger, à renforcer la lutte pour le désengagement des pays de toute organisation et alliance impérialistes telles que l’OTAN ou l’UE.

7. L’intérêt de la classe ouvrière et des couches populaires nécessite que nous renforcions les critères de classe pour analyser les développements, que nous dessinions notre propre chemin contre les monopoles privés et classes bourgeoises, pour le renversement du capitalisme, pour le renforcement de la lutte des classes face à la guerre impérialiste, pour le socialisme, qui demeure plus que jamais nécessaire.

Partis Solidnet signataires de cette déclaration commune

Parti algérien pour la démocratie et le socialisme, Parti des communistes algériens (PADS)
Parti communiste d’Azerbaïdjan
Parti des travailleurs d’Autriche (PdA)
Parti communiste du Bangladesh
Parti communiste de Belgique (PCB-CPB)
Parti communiste du Danemark (KPiD)
Parti communiste du Salvador (PCS)
Parti communiste de Finlande
Parti communiste de Grèce (KKE)
Parti communiste du Kurdistan/Iraq
Parti des travailleurs d’Irlande
Parti communiste jordanien (PCJ)​
Mouvement socialiste du Kazakhstan
Parti socialiste de Lettonie
Parti communiste mexicain (PCM)
Nouveau Parti Communiste des Pays-Bas (NCPN)
Parti communiste norvégien (NKP)
Parti communiste du Pakistan (CPP)
Parti communiste paraguayen (PCP)
Parti communiste péruvien
Parti communiste des Philippines (PKP-1930)
Parti socialiste roumain (PSR)
Parti communiste sud-africain (SACP)
Parti communiste des travailleurs d'Espagne (PCTE)
Parti communiste soudanais
Parti communiste du Swaziland (CPS)
Parti communiste de Suède
Parti communiste de Syrie
Parti communiste de Turquie (TKP)
Union des communistes d’Ukraine

Les jeunesses communistes signant la déclaration commune

Jeunesse communiste du Danemark
Jeunesse communiste de Grèce
Front de la jeunesse communiste, Italie
Mouvement de la jeunesse communiste, Pays-Bas
Union de la jeunesse socialiste, Roumanie
Ligue de la jeunesse communiste révolutionnaire (bolcheviks), Russie
Collectifs de jeunes communistes, Espagne
Union de la jeunesse socialiste, Sri Lanka
Jeunesse communiste de Suède
Union de la jeunesse communiste léniniste du Tadjikistan
Jeunesse communiste de Turquie
Ligue des jeunes communistes des Etats-Unis
Autres partis signataires de la déclaration commune :

Mouvement « Che Guevara » (Union des communistes en Bulgarie)
Front communiste (Italie)
Parti communiste révolutionnaire de France (PCRF)

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18448 messages postés
   Posté le 07-11-2022 à 20:55:39   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Le KKE en vient à nier l'opportunité du front uni anti fasciste contre l'Allemagne et le Japon.


KKE (PC de Grèce) sur La Chute de L’URSS, La Lutte Anti-Fasciste, l’Impérialisme, la Guerre en Ukraine, la Chine.
Contribution écrite du PC de Grèce (KKE) au 3ème Séminaire idéologique international du PC du Venezuela. Nov. 2022. [trad. Nic Enet]

100e anniversaire de la fondation de l'URSS :
Les conclusions tirées de la révolution socialiste, de la construction du socialisme et de leur renversement en URSS sont d'une grande importance pour les partis communistes et ouvriers dans la lutte de classe contemporaine et dans les conditions de la guerre impérialiste.

Chers camarades,
Je vous remercie pour l'invitation à votre séminaire.
A l'occasion de notre présence ici, nous voudrions exprimer une fois de plus la ferme solidarité du KKE avec les communistes, le Parti communiste et le peuple du Venezuela.
Aujourd'hui, les communistes du monde entier sont confrontés à de nouvelles questions, à de nouvelles conditions de la lutte des classes et à de nouvelles tâches que nous ne serons pas en mesure d'accomplir avec succès pour la cause du pouvoir des travailleurs et du socialisme si nous ne tirons pas d'importantes leçons de l'histoire.
Le 100e anniversaire de la création du premier État ouvrier, l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), se prête à la discussion des conclusions tirées de l'étude de la révolution et de la construction socialistes en URSS et en général.
De nos jours, certaines personnes invoquent, entre autres, une citation d'un discours de Fidel Castro pour nous convaincre que le socialisme n'a pas de lois et pas de principes. Fidel a déclaré que "parmi toutes les erreurs que nous avons pu commettre, la plus grande d'entre elles a été de croire que quelqu'un savait vraiment quelque chose sur le socialisme, ou que quelqu'un savait réellement comment construire le socialisme. Cela semblait être un fait certain, aussi connu que le système électrique conçu par ceux qui se croyaient experts en systèmes électriques. Chaque fois qu'ils disaient : 'C'est la formule', nous pensions qu'ils savaient." [1]

Pour notre part, nous devons noter que lorsque nous nous référons à des citations, nous devons examiner quand, où et pour quelle raison elles ont été énoncées afin d'en comprendre le sens. Cela ne signifie pas que nous devons être d'accord avec tout ce qu'une figure révolutionnaire a écrit ou dit ; ainsi, par exemple, notre Parti a une vision différente du concept d'"empire", qui est utilisé pour définir la position des États-Unis dans le monde — comme nous le montrerons plus loin, cela ne reflète pas une représentation exacte du monde contemporain, où domine le capitalisme monopoliste, c'est-à-dire l'impérialisme, et cela peut conduire à des illusions.

Pour revenir, toutefois, à cette citation particulière de Fidel Castro, il faut dire qu'elle est tirée d'un discours prononcé devant des étudiants de l'université de La Havane en 2005. Les principaux sujets de ce discours étaient les problèmes liés au manque de responsabilité et de conscience sociale, à la mauvaise gestion économique, aux décisions gouvernementales erronées, à l'appropriation individuelle et abusive de la richesse sociale, à la corruption, etc. Fidel a mis en évidence les questions susmentionnées dans son discours aux jeunes, aux étudiants, en commençant par la nécessité pour Cuba d'éviter de répéter les développements de l'URSS. Ainsi, à notre avis, il parlait des problèmes que la tentative de construction socialiste à Cuba rencontrait dans des eaux nouvelles et inconnues, qui étaient également dus au blocus impérialiste de Cuba par les États-Unis et non aux lois de la construction socialiste. D'ailleurs, dans un passage du même discours, Fidel critique le fait que "certains ont pensé que le socialisme pouvait être construit avec des méthodes capitalistes", soulignant que "c'est l'une des grandes erreurs historiques."

Comme l'ont montré les développements en URSS, les problèmes sans précédent qui se posent au cours de la construction du socialisme doivent être résolus de manière prospective par le Parti de la classe ouvrière. Cela ne signifie certainement pas qu'il n'y a pas de principes sur la base desquels les solutions aux nouveaux problèmes doivent être recherchées. Je crois que c'est un lieu commun pour les communistes de dire que : "La révolution, c'est comme faire de la bicyclette. Si nous arrêtons de pédaler, nous tomberons" ; et "pédaler" pour nous n'est pas différent des principes de la révolution et de la construction socialistes. Tout retrait inconditionnel de ces principes, ainsi que leur révision et leur négation, nuit à notre cause et devient — comme l'a prouvé le cours de l'URSS — un véhicule de la contre-révolution. Ce n'est pas un hasard si les dirigeants de l'État bourgeois et les opportunistes de toutes sortes ont fait des adieux honorables à Gorbatchev il y a quelques mois.

Dans sa longue étude de la révolution, de la construction et du renversement du socialisme, le KKE se concentre sur trois aspects essentiels : l'économie, la superstructure politique et la stratégie du PCUS et du Mouvement communiste international (MCI). Nous cherchons toujours à tirer les conclusions nécessaires pour renforcer le MCI et notre Parti en tant que partie intégrante de celui-ci. Le processus d'élaboration des conclusions est particulièrement crucial dans les conditions actuelles de recul du mouvement communiste et de corrélation internationale défavorable des forces pour le mouvement ouvrier.

Camarades,
Ceux qui abusent du mot socialisme et lui accolent divers qualificatifs, tels que "socialisme démocratique" ou "socialisme du XXIe siècle", afin de transformer le noir en blanc et de promouvoir la gestion social-démocrate du capitalisme comme le socialisme ou même comme une étape vers celui-ci, cherchent à tromper les masses populaires.
Or, le socialisme, comme l'a montré la Révolution d'Octobre, signifie une révolution sociale, un changement de la classe au pouvoir et non pas une ou plusieurs victoires électorales, un référendum pour apporter des changements constitutionnels ou la formation d'un gouvernement de gauche dans le cadre du capitalisme. Cela signifie le démantèlement de l'appareil d'État bourgeois, qui doit inévitablement s'accompagner de la socialisation des moyens de production, de nouvelles institutions du pouvoir ouvrier et de la planification scientifique centrale de l'économie.

La Révolution d'Octobre et la construction du socialisme ont mis en évidence le rôle de la classe ouvrière, seule classe révolutionnaire, qui, bien que très minoritaire en Russie à l'époque, a tracé une ligne d'alliance sociale avec les paysans pauvres et moyens et, en quelques décennies, a développé les forces productives et porté les acquis sociaux, culturels et politiques de tout le peuple à un degré impressionnant. Elle a ainsi donné une réponse réelle aux conceptions opportunistes selon lesquelles la Russie arriérée n'était pas encore prête pour l'édification du socialisme et que d'autres "étapes" étaient nécessaires avant qu'elle n'atteigne un niveau plus élevé de développement des forces productives.

La révolution a mis en évidence de nouvelles formes de pouvoir des travailleurs. Pour la première fois dans l'histoire, des institutions ont été créées afin d'assurer la participation effective des travailleurs à la gestion de certains aspects de leur société, introduisant les masses dans la vie politique et sociale. Les soviets incarnaient la dictature du prolétariat. Le recul de cette dernière a conduit à la conception d'un "parti du peuple tout entier" et d'un "État du peuple tout entier" qui a prévalu au sein du PCUS dans les années 1960 et 1970, ce qui, avec le changement du mode d'élection des soviets en 1936, des élections tenues dans les collectifs de travailleurs aux élections tenues sur une base territoriale, a été un facteur important dans l'affaiblissement et finalement la dégénérescence du caractère révolutionnaire du pouvoir ouvrier. Le 20e congrès du PCUS a été un « tournant négatif ».

La construction du socialisme en URSS a montré l'énorme potentiel de l'économie populaire, dont les pierres angulaires sont la socialisation des moyens de production, la planification centrale de l'économie et la participation des travailleurs. Les erreurs commises au cours de la construction du socialisme, telles que le démantèlement des stations de machines-tracteurs en 1958, les réformes de Kosygin (1965), l'affaiblissement de la planification centrale, par exemple par l'abolition des ministères sectoriels (1957), l'adoption du profit comme motif de production et le renforcement des relations marchandes en général, ont eu des conséquences tragiques pour le socialisme. La tentative de "remédier" à certains problèmes existants, apparus au cours de la construction socialiste, en utilisant le marché comme "remède" a conduit à l'émergence du marché noir, de la corruption, de l'extraction et de l'appropriation d'une partie du produit social, et finalement à des forces sociales au sein de la société et du PC qui ont cherché à renverser le socialisme ; ce qu'elles ont réalisé par le biais du véhicule de la "perestroïka".

LE RENVERSEMENT DU SOCIALISME EN URSS ET LA question RÉVOLUTIONNAIRE CONTEMPORAINE

Camarades,
Après le renversement du socialisme en URSS et la prévalence des rapports capitalistes en Chine, on peut dire que le mode de production capitaliste a de nouveau dominé le monde, entraînant une aggravation de toutes les impasses sociales que ce système entraîne pour les peuples : pauvreté, chômage, misère sociale, marchandisation des besoins sociaux, guerres impérialistes, etc.
Malgré ce recul social provoqué par les renversements contre-révolutionnaires, le KKE estime que notre époque reste une époque de transition du capitalisme au socialisme puisque la contradiction fondamentale entre le capital et le travail continue de s'approfondir, du fait de la maturation du caractère social du travail et de l'accentuation de sa contradiction avec la propriété capitaliste. Cette contradiction a amené le mode de production capitaliste à s'opposer fortement aux besoins sociaux contemporains. Cette contradiction ne peut être résolue que par la lutte révolutionnaire de la classe ouvrière, qui est aujourd'hui plus nombreuse et nettement plus instruite qu'en 1917 et qui reste la seule classe révolutionnaire.

Il existe, bien sûr, des forces qui parlent au nom de la révolution et rêvent d'autres sujets révolutionnaires. Cependant, l'analyse marxiste, dialectique et matérialiste de l'histoire de l'évolution sociale identifie à chaque fois le sujet révolutionnaire comme la classe sociale qui peut objectivement diriger la formation et le développement de la nouvelle formation socio-économique. En Grèce, pendant les crises capitalistes, un slogan a été inventé au milieu des luttes et des grèves, qui reflète cette vérité. Ce slogan dit : "Travailleur, sans toi aucun rouage ne peut tourner, tu peux te passer des patrons !". Il guide avec justesse l'orientation de notre lutte pour résoudre la contradiction sociale fondamentale, qui ne peut être atteinte que par l'abolition de la classe des exploiteurs, c'est-à-dire les capitalistes, par la classe ouvrière.

Le recul et la désorganisation du mouvement syndical ouvrier, sous les coups coordonnés de l'Etat bourgeois et du réformisme, ainsi que la situation difficile dans laquelle se trouvent les partis de la classe ouvrière dans le monde entier, ne doivent pas conduire à une démobilisation idéologique et à la recherche de prétendus "nouveaux" sujets révolutionnaires. Ce qu'il faut, c'est un travail méthodique et patient pour le regroupement du mouvement et l'assimilation des leçons tirées de la lutte de classe menée au cours du siècle dernier, ainsi que l'adhésion aux principes fondamentaux de la vision marxiste-léniniste du monde. Le KKE en Grèce a pris des initiatives importantes pour le regroupement du mouvement syndical. Ces initiatives ont porté leurs fruits, à travers la formation du Front militant de tous les travailleurs (PAME), la lutte pour la revitalisation des syndicats, l'extension de leur contenu de travail et des formes de lutte visant à renforcer la lutte de classe.

SUR LE CARACTÈRE DE LA RÉVOLUTION ET LA POLITIQUE D'ALLIANCES

Bien sûr, notre Parti, qui se considère comme "une section consciente, organisée et d'avant-garde de la classe ouvrière", non seulement a été à l'origine de chaque petite ou grande lutte et réalisation de la classe ouvrière au cours des 104 dernières années, mais aussi "a pour objectif stratégique le renversement du capitalisme et la construction du socialisme-communisme[2]". Notre Parti, étudiant son histoire et celle de l'URSS ainsi que la stratégie qui a dominé le MCI, a abandonné les approches erronées — à notre avis — concernant les étapes intermédiaires vers le socialisme ou un "passage pacifique" vers le socialisme, ainsi que la fausse division de la social-démocratie en "droite" et "gauche" et la division tout aussi fausse de la bourgeoisie en "compradore" et "patriote". Non seulement ces approches n'ont pas été confirmées, mais pendant une longue période, elles ont privé les PC de stratégie révolutionnaire. Elles ont conduit à des reculs inacceptables par rapport aux principes du marxisme-léninisme, ont chargé les PC avec des responsabilités de gestion bourgeoise au sein de gouvernements bourgeois de "gauche" ou de "centre-gauche" qui ont fini par adopter des mesures anti-populaires sévères, ont participé à des interventions et des guerres impérialistes et ont perpétué la barbarie capitaliste.

Le KKE a conclu que le caractère de la révolution en Grèce sera socialiste et nous travaillons dans le sens de préparer le facteur subjectif à la perspective d'une révolution socialiste. Bien sûr, la période de sa manifestation est déterminée par les conditions objectives, c'est-à-dire la situation révolutionnaire.

Aujourd'hui, parallèlement au regroupement du mouvement ouvrier, la formation de l'alliance sociale entre la classe ouvrière, les paysans pauvres et les couches populaires urbaines est nécessaire. Une alliance non pas de "dirigeants politiques" ou de forces politiques de toutes nuances avec des forces opportunistes et sociales-démocrates, qui annulent le rôle du PC, mais de forces sociales. Une alliance sociale qui luttera pour les problèmes du peuple et qui, dans des conditions de situation révolutionnaire, se transformera en un Front populaire révolutionnaire, qui renversera la barbarie capitaliste, désengagera le pays des unions impérialistes de l'OTAN et de l'UE, et construira les nouvelles institutions de pouvoir révolutionnaires des travailleurs.

LE MOUVEMENT COMMUNISTE ET LA GUERRE IMPERIALISTE

Chers camarades,
Je me suis référé à certaines conclusions fondamentales de l'étude de la révolution et de la construction socialistes en URSS, à travers le prisme des élaborations du KKE. Ces élaborations ont été menées par notre Parti au cours des dernières décennies, après 1989-1991, lorsque la tentative de l'opportunisme de liquider notre Parti de l'intérieur a échoué une fois de plus, et que le Parti a traversé un processus de regroupement organisationnel et idéologico-politique profond pour restaurer son caractère révolutionnaire. Les étapes importantes de cet effort ont été le 18e Congrès du KKE, où la résolution pertinente du Congrès[3] a été discutée et approuvée, ainsi que le 19e Congrès de notre Parti, qui a approuvé le nouveau Programme du Parti.

Les 20e et 21e Congrès suivants ont étudié les développements contemporains en Grèce et au niveau international sur cette base solide. Cet effort a été un atout précieux et nous pensons qu'aujourd'hui nous sommes en mesure de prendre position sur les questions qui se présentent à nous, comme, entre autres, la guerre impérialiste qui se déroule en Ukraine.

La guerre, dans laquelle des dizaines de pays sont impliqués d'une manière ou d'une autre, est une question cruciale pour le MCI. En l'occurrence, la guerre a mis en évidence d'importantes faiblesses dans la base théorique des positions de plusieurs PC, même de certains qui prétendent se fonder sur le marxisme-léninisme.
Certains partis se sont limités à des déclarations sur la nécessité de respecter le droit international, l'inviolabilité des frontières, la résolution pacifique des problèmes, etc. Ces déclarations, qui évitent de se concentrer sur les causes de la guerre, promeuvent souvent une conception pacifiste, procèdent à une condamnation verbale de la guerre et soulignent la possibilité d'un "monde multipolaire" qui pourrait soi-disant remplacer le "monde unipolaire" de l'"hégémonie" américaine dans le système impérialiste. Ils prétendent ainsi, de manière intenable, qu'il peut y avoir divers "systèmes de sécurité", "accords internationaux" et "tables rondes" dans le cadre du capitalisme, qui libéreront le monde des guerres sans changer la nature socio-économique et politique des sociétés actuelles, à condition qu'il n'y ait pas une seule puissance impérialiste, mais plusieurs. Cette approche, qui trouve ses racines à la fois dans la théorie de l'ultra-impérialisme de Kautsky et dans les notions opportunistes du PCUS de "coexistence pacifique et de concurrence" entre les deux systèmes, rêve d'un impérialisme pacifique. La vérité est que le mode de production capitaliste, qu'il ait un ou plusieurs "pôles", est inhérent à la guerre ; il est imbriqué avec elle, comme avec les crises économiques capitalistes.

À notre avis, les positions soutenant l'émergence d'un "monde multipolaire", censé faire contrepoids à l'"empire" des États-Unis en "purgeant" les organisations internationales, sont totalement erronées. Il s'agit d'illusions dangereuses qui n'ont rien à voir avec la réalité.

LE RÉALIGNEMENT DU SYSTÈME IMPÉRIALISTE

Lénine notait que "le développement économique et politique inégal est une loi absolue du capitalisme" et de cette loi découle à la fois que "la victoire du socialisme est possible d'abord dans plusieurs ou même dans un seul pays capitaliste[4]" et qu'il y a des réalignements constants concernant le pouvoir des classes bourgeoises. La puissance de chaque pays, fondée également sur le développement inégal du capitalisme, détermine le degré de participation de sa bourgeoisie au partage du butin, à travers un réseau d'interdépendances inégales, qui caractérise la "pyramide" impérialiste. Au fil du temps, nous constatons qu'en raison du développement capitaliste inégal, les classes bourgeoises de certains pays qui étaient autrefois en tête, comme la Grande-Bretagne, ont aujourd'hui reculé, tandis que leurs anciennes colonies, comme l'Inde et l'Australie, ont émergé comme des puissances puissantes dans le monde capitaliste moderne. Il est caractéristique qu'aujourd'hui le pôle des pays de l'Organisation de coopération de Shanghai et des BRICS, qui ont commencé à se former autour de la Chine en 2001 et 2009 respectivement, puisse être comparé au G7, l'alliance impérialiste la plus forte en termes de puissance économique et militaire qui a commencé à se former autour des États-Unis en 1975.

Dans le même temps, cependant, les travailleurs du monde entier voient ces puissances, qui peuvent détruire l'humanité avec leur force nucléaire, échanger pour la première fois des accusations et réajuster leurs doctrines nucléaires, en renonçant à leur engagement envers la politique de non-recours en premier. Nous voyons que le nouveau "monde multipolaire" émergent est un monde de contradictions encore plus aiguës, menant à de nouvelles guerres et à de nouveaux dangers pour les peuples.

Récemment, face aux développements et surtout à la guerre impérialiste en Ukraine, d'autres PC se sont concentrés uniquement sur les responsabilités évidentes des États-Unis, de l'UE et de l'OTAN, qui avancent et encerclent la Russie depuis des années. En fait, cela a été combiné avec l'approche selon laquelle la Russie est une puissance capitaliste mais pas impérialiste. Cette approche est détachée du fait que l'impérialisme n'est pas seulement une politique agressive mais le capitalisme dans sa phase moderne, la phase monopolistique. Aujourd'hui, les grands monopoles dominent dans le monde entier et en Russie. Les plans de l'OTAN, des États-Unis et de l'UE au cours des 30 dernières années ont clairement constitué une poudrière pour ce conflit, mais quand cette poudrière a-t-elle commencé à s'accumuler ? N'a-t-elle pas commencé avec le renversement du socialisme, la dissolution de l'URSS - en fait par un coup d'État - contre la volonté de la majorité de ses peuples ? N'est-ce pas alors que les usines, les mines, le pétrole, le gaz naturel, les métaux précieux et la force de travail sont redevenus des marchandises ? N'était-ce pas alors que, après sept décennies de construction socialiste, tout ce qui précède est redevenu une pomme de discorde pour les capitalistes, pour les grandes entreprises monopolistiques ? Tous ceux qui détiennent aujourd'hui le pouvoir économique et politique en Russie n'ont-ils pas contribué à cette évolution ? Que défendaient Poutine et tous les capitalistes russes, les soi-disant "oligarques", qu'il représente ? Étaient-ils en faveur du courant sociopolitique qui cherchait à sauver le socialisme et l'URSS ou en faveur de ceux qui voulaient le renverser ? Ils étaient clairement en faveur de ces derniers, même si aujourd'hui ils versent des larmes de crocodile pour la dissolution de l'URSS et cherchent même à tirer profit de Staline, en l'"aseptisant", lui et son œuvre, de sa nature révolutionnaire. La bourgeoisie russe est-elle aujourd'hui "l'agneau" dans un monde de "loups" impérialistes, comme certains le disent pour décrire la situation ? Aucune bourgeoisie n'est innocente. Chacune manifeste son agressivité d'abord contre les travailleurs et les couches populaires de son pays, qu'elle exploite, et ensuite, sur la base de sa force politico-économique et militaire, elle favorise l'exploitation d'autres peuples. Nous avons vu, par exemple, que "les aspirations de la bourgeoisie russe ont été clairement démontrées en janvier dernier lors de l'intervention de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) au Kazakhstan pour protéger le pouvoir de la bourgeoisie contre le soulèvement populaire dans ce pays d'Asie centrale"[5].

Les forces qui n'ont pas clarifié le rôle de la Russie et de la Chine ainsi que le caractère de classe des syndicats transnationaux qu'elles forment, ont tenté d'attribuer les manifestations populaires à l'intervention impérialiste "occidentale". Bien sûr, "la concurrence inter-impérialiste et inter-bourgeoise est un fait, mais cela ne peut pas éclipser l'importance des manifestations populaires et de la lutte de classe ou minimiser sa signification. Au contraire, ce fait souligne encore plus l'importance des luttes qui se sont développées dans ces conditions difficiles (...) Les communistes ont l'obligation de distinguer quels sont les éléments nouveaux à chaque fois et de prendre position sur la base de critères de classe, d'exprimer leur soutien à la lutte des travailleurs - du peuple.... " [6]

L'analyse, par conséquent, qui limite l'impérialisme exclusivement aux États-Unis ou qui n'inclut que certains pays puissants de l'UE n'a rien à voir avec le marxisme-léninisme.

LA SÉPARATION ET LE CHOIX ENTRE UN IMPÉRIALISTE OU UN AUTRE

Certains partis considèrent que le régime russe, bien qu'il soit bourgeois, promeut une politique "antifasciste", affronte les "fascistes ukrainiens" et tente de "sauver" la population du Donbas de ces derniers. Certaines personnes se sont souvenues de la politique des "fronts antifascistes" de l'Internationale communiste (IC) et tentent de la faire revivre à l'heure actuelle.

Ils négligent le fait que la ligne des fronts antifascistes prévalait lorsque l'URSS existait, alors qu'aujourd'hui une forte puissance capitaliste a pris sa place.
En outre, cette position manque de toute approche critique du cours historique du MCI. Grâce à l'étude de l'histoire, le KKE et d'autres PC sont arrivés à la conclusion que la ligne des fronts antifascistes s'est avérée préjudiciable au MCI. Aujourd'hui, nous évaluons que la soi-disant stratégie des étapes vers la conquête du pouvoir ouvrier révolutionnaire a dominé la ligne de l'IC.

Ainsi, un tremplin gouvernemental bourgeois a été fixé comme objectif principal, qui avait parfois les caractéristiques d'une libération-indépendance nationale et parfois d'une étape antifasciste et démocratique bourgeoise dans le cadre du capitalisme.
Cette orientation a été définie lors du 7e Congrès de l'IC, qui a adopté la stratégie des Fronts populaires antifascistes, orientant les PC à coopérer avec les forces politiques sociales-démocrates et "démocratiques bourgeoises" en général.
En pratique, ils ont détaché le fascisme du système qui l'engendre et de la bourgeoisie qui choisit cette forme de dictature du capital.

— Permettez-moi d'ouvrir une parenthèse pour dire que dans le discours susmentionné de Fidel Castro en 2005, Fidel critique l'IC et personnellement Staline pour la direction donnée au PC de Cuba en 1934, l'amenant à conclure une "alliance antifasciste" avec Batista, qui, entre autres, avait à l'époque réprimé une manifestation ouvrière de masse — Pour le KKE, comme pour d'autres partis d'Europe occidentale qui ont joué un rôle important dans la résistance contre l'occupation fasciste étrangère, le problème principal est qu'en raison de cette orientation "ils n'ont pas été en mesure de lier la lutte de libération armée antifasciste à la lutte pour la conquête du pouvoir ouvrier, et l'autodissolution de l'IC n'a pas contribué à cette orientation" [7].

La confusion est également née de "l'approche consistant à faire une séparation politique des alliances impérialistes en alliances agressives, qui incluaient les forces fascistes, et en alliances défensives, qui incluaient les forces démocratiques bourgeoises (...) De même, la séparation des centres impérialistes en centres pro-paix et pro-guerre a dissimulé la véritable cause des guerres impérialistes et de la montée du fascisme, à savoir le capitalisme monopoliste[8]".

Aujourd'hui, des points de vue bourgeois et nuisibles se développent, comme celui du "fascisme exporté", qui attribue le qualificatif de "fasciste" à certaines des plus grandes puissances impérialistes (les États-Unis et l'UE), ce qui entraîne une confusion supplémentaire à la fois sur la cause de l'émergence et du renforcement du courant fasciste, qui réside dans le capitalisme monopoliste au sein de chaque pays, et sur les causes de la guerre impérialiste. Les appels à la formation de "fronts antifascistes" dans une direction non-classiste, c'est-à-dire des alliances sans critères de classe sociale, et à l'alignement sur les soi-disant États antifascistes, cherchent à amener les communistes à soutenir la guerre impérialiste, à se ranger du côté d'un des "voleurs" et à lutter sous un faux drapeau ; ils doivent donc être rejetés !

L'IMPORTANCE DES PRINCIPES DE LA CONSTRUCTION SOCIALISTE POUR LA POSITION À L'ÉGARD DE LA CHINE

D'autres parties estiment à juste titre que le conflit militaire en Ukraine fait partie d'un conflit plus général entre les forces euro-atlantiques et la Chine. Cette évaluation est correcte, sauf que certains, n'ayant tiré aucune conclusion du renversement du socialisme en URSS, considèrent toujours la Chine comme un "pays socialiste" ou "un pays construisant le socialisme avec des caractéristiques chinoises". Sur cette base, ils reproduisent les conditions du passé, telles que la soi-disant guerre froide ou la confrontation entre deux formations sociopolitiques, le capitalisme et le socialisme. Néanmoins, ces partis passent à côté du fait que le système socio-économique et politique d'un pays ne dépend pas du nom du parti au pouvoir et de ses déclarations, mais de sa nature de classe. La violation des principes de la construction socialiste en URSS et sa fin auraient dû être une leçon pour tous les PC. Aujourd'hui, les rapports de production capitalistes prévalent en Chine, la force de travail est une marchandise et les besoins sociaux ont été marchandisés, comme dans le reste du monde capitaliste. Des millions de personnes sont condamnées à la pauvreté alors que la Chine est le premier pays au monde en nombre de milliardaires. Depuis 2012 et jusqu'à aujourd'hui, plus de 60 % du PIB de la Chine est généré par le secteur privé[9]. L'État chinois a créé un "arsenal" complet pour soutenir les capitalistes chinois, y compris des mesures similaires à celles en place dans le reste du monde capitaliste. Ce n'est donc pas un hasard si, en 2020, dans les conditions de la crise capitaliste en cours pour laquelle la pandémie a servi de catalyseur, le nombre de milliardaires chinois a atteint 799, dépassant pour la première fois les États-Unis qui en comptaient 626. Les capitalistes chinois les plus puissants ont à leur disposition des groupes commerciaux colossaux de commerce électronique, des banques, des usines, des hôtels, des centres commerciaux, des cinémas, des médias sociaux, des sociétés de téléphonie mobile, etc[10]. Dans le même temps, des dizaines de millions de migrants internes itinérants (estimés à 290 millions), qui occupent des emplois temporaires et peuvent rester sans emploi, ne sont pas comptabilisés dans les statistiques officielles et peuvent représenter jusqu'à 30 % de la population active du pays[11]. Des dizaines de millions de personnes sont exclues des services sociaux modernes tels que l'enseignement technique et supérieur et les services de santé en raison de leur marchandisation et de leurs faibles revenus[12].
Il est caractéristique que nous ayons récemment assisté à la démolition d'immeubles d'habitation entiers nouvellement construits en Chine (plus de 3 milliards de mètres carrés, qui pourraient abriter 75 millions de personnes), car les monopoles de ce secteur particulier tentent de limiter les effets de la soi-disant bulle immobilière[13]. Cela se produit à un moment où environ 200 millions de personnes pauvres sont sans abri en raison de la vague d'urbanisation.
Puisque certaines personnes comparent la situation actuelle en Chine à la Nouvelle politique économique (NEP), nous devons souligner qu'il n'y a aucune comparaison entre les deux, en ce qui concerne par exemple la durée de la NEP ou le fait qu'elle avait un caractère de "retraite", comme Lénine[14] l'a souvent souligné. En outre, la NEP n'a pas été idéologisée comme un élément de la construction socialiste, comme c'est le cas de la prévalence des relations capitalistes en Chine et de la construction idéologique du "socialisme aux caractéristiques chinoises". En outre, pendant la période de la NEP, les hommes d'affaires non seulement n'étaient pas autorisés à être membres du parti bolchevique mais, sur la base des deux constitutions soviétiques (1918 et 1925) adoptées à cette époque, ils étaient privés de leurs droits politiques ; contrairement à la Chine d'aujourd'hui, où des dizaines d'hommes d'affaires occupent des postes au parlement et au PC.
Aujourd'hui, le pouvoir en Chine est aux mains du capital et exprime ses intérêts. Le conflit international ne se déroule donc pas entre les forces du capitalisme et du socialisme, mais entre les forces du monde capitaliste moderne, en concurrence les unes avec les autres pour la suprématie dans le système impérialiste mondial. Ceci, malheureusement, ne peut être facilement réalisé que si nous tirons les conclusions de la construction socialiste et du renversement du socialisme en URSS, et si nous cessons de nous accrocher à l'idée que le marché peut être combiné avec le socialisme. De nombreux partis maintiennent encore l'approche théorique erronée selon laquelle la loi de la valeur est une loi du mouvement du mode de production communiste dans sa première étape (socialiste), une approche qui a prévalu à partir du milieu des années 1950 en URSS et dans la majorité des PC. Cette position était renforcée en raison du maintien des relations marchandes pendant la transition planifiée de la production individuelle à la production coopérative. Dans ce cadre, les insuffisances théoriques et les faiblesses politiques pesaient à chaque fois sur la formulation et la mise en œuvre du plan central. Bien sûr, comme nous l'avons déjà noté, la politique opportuniste qui a été menée dans les dernières décennies de l'existence de l'URSS a encore affaibli le plan central, corrodé la propriété sociale et renforcé les forces de la contre-révolution.
Dans la confrontation idéologique qui a eu lieu au sein du PCUS, les positions et les orientations correctes de Staline et des économistes et cadres "anti-marché" du PC n'ont pas été en mesure de conduire à la formation d'une élaboration théorique globale et d'une ligne politique correspondante, capable de s'attaquer aux positions théoriques et aux choix politiques pro-marché qui se renforçaient et finissaient par prévaloir.
Les théories de la "production socialiste de marchandises" ou du "socialisme de marché" et l'acceptation de la loi de la valeur comme loi du mode de production socialiste (communiste immature), qui pouvait également être appliquée dans la phase de développement socialiste, ont dominé au niveau théorique. Ces théories ont servi de base à la formulation de la politique économique qui a conduit au renversement contre-révolutionnaire.
Cependant, la contre-révolution et le renversement du socialisme en URSS ne prouvent pas la supériorité du marché sur la planification centrale. Au contraire ! Ils ont été la conséquence de la violation des lois de la construction socialiste. Ils ont été le résultat d'un recul de l'effort pour étendre et approfondir les relations de production socialistes — communistes immatures — pour atteindre leur pleine prévalence. Les approches cherchant à prouver la supériorité du marché sur la planification centrale à travers l'exemple de la croissance économique rapide de la Chine au cours des trois dernières décennies sont totalement infondées ; en effet, la planification centrale scientifique de l'économie n'a jamais été appliquée en Chine, où le renforcement rapide actuel de ses caractéristiques capitalistes a accablé le peuple d'exploitation et de toutes les impasses sociales auxquelles sont confrontées les autres sociétés capitalistes. Selon les mots du Che, "il n'y a pas d'autre définition du socialisme valable pour nous que l'abolition de l'exploitation de l'homme par l'homme"[15].

Camarades,
En Grèce, le KKE mène la lutte contre les syndicats anti-populaires, l'OTAN et l'UE ; contre l'alliance stratégique de la bourgeoisie et de ses partis avec les Etats-Unis ; contre les bases US-OTAN ; contre les politiques anti-populaires des gouvernements, soit néolibéraux, soit sociaux-démocrates, qui se sont succédé au pouvoir ces dernières années. Nous cherchons à ce que la lutte du peuple prenne une direction antimonopoliste et anticapitaliste, rassemble de nouvelles forces pour renverser la corrélation négative des forces, et ouvre la voie au socialisme.
Dans le même temps, nous pensons que le MCI doit également tirer les conclusions de la défaite temporaire du socialisme en URSS afin de trouver son "rythme" révolutionnaire et d'être en mesure de faire face aux tâches contemporaines qui l'attendent. C'est pourquoi le KKE a pris l'initiative de la Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers (IMCWP), qui se tient chaque année, et d'autres formes de coopération multilatérale des PC, comme la Revue communiste internationale (RCI), à laquelle nous participons avec le PC du Venezuela, et l'Initiative communiste européenne (ICE). Nous pensons qu'aujourd'hui, la discussion nécessaire peut être ouverte, ce qui favorisera l'objectif de former une stratégie révolutionnaire unifiée qui contribuera au regroupement révolutionnaire de l'ICM.


[1] Discours prononcé par Fidel Castro Ruz à l'Université de La Havane le 17/11/2005, http://www. fidelcastro. cu/en/discursos/speech-delivered-commemoration-60th-anniversary-his-admission-university-havana-aula-magna
[2] Programme du KKE, 2013.
[3] Résolution du 18e congrès du KKE, "Évaluations et conclusions sur la construction socialiste au 20e siècle, en se concentrant sur l'URSS". La perception du KKE sur le socialisme", Athènes, 18-22 février 2009.
[4] V. I. Lénine, "Sur le slogan pour les États-Unis d'Europe", Œuvres collectives, vol. 26, pp. 362-363, Synchroni Epochi.
[5] Giorgos Marinos, "Les impérialistes redivisent le monde, ils redessinent les frontières avec le sang des peuples", publié dans Rizospastis le 5-6/3/2022.
[6] Giorgos Marinos, "La lutte des classes ne peut être dénigrée - elle est et restera le moteur du développement social", publié dans Rizospastis les 22-23/1/2022.
[7] Eleni Bellou, " Conclusions sur la révolution-construction socialiste au XXe siècle ", Revue communiste numéro 2, 2019.
[8] Déclaration du Comité central du KKE à l'occasion du 100e anniversaire de la Grande Révolution socialiste d'Octobre, 8/5/2017.
[9] Quotidien du peuple, http://russian. people. com. cn/n3/2019/0306/c31518-9553049.html, 6/3/2019.
[10] Source: https://www. rbc. ru/finances/26/02/2020/5e5647b49a79470edfc0f58d
[11] Sources : https:// regnum. ru/news/society/2972959.html
https://www .vedomosti. ru/economics/articles/2020/06/16/832721-kitayu-borba-bednostyu
[12] On constate, par exemple, une énorme augmentation des entreprises médicales privées, qui exploitent le besoin des travailleurs en soins de santé modernes. De 2005 à 2016, le nombre de lits dans les cliniques privées est passé de 6 % à 22 %. Source : https:// carnegie. ru/commentary/81082
[13] "Les nouveaux bâtiments des villes fantômes sont démolis en Chine parce que personne ne veut les acheter. La crise du logement en Chine est entrée dans une phase aiguë". Source : https://www .kp. ru /daily/27437/4639434/
[14] V. I. Lénine, "Neuvième Congrès panrusse des Soviets", Œuvres collectives, vol. 44, p.310, Synchroni Epochi.
[15] Ernesto Che Guevara, Discours à la conférence afro-asiatique en Algérie, 24/2/1965.


Edité le 07-11-2022 à 20:57:42 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18448 messages postés
   Posté le 06-12-2022 à 16:19:44   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

KKE : le masque tombe et apparaît le visage du trotskisme atlantiste


Le KKE se moque de savoir qui opprime qui, qui domine le monde et qui prétend conserver son hégémonie à tout prix.
voir la question 4 et sa réponse et on notera la réunion à Athènes "des 4 partis"

Entretien de Lefteris Nikolaou-Alavanos, député européen du KKE (Parti Communiste de Grèce), sur la guerre impérialiste en Ukraine (IV)
01/09/2022

http://fr.kke.gr/fr/articles/Entretien-de-Lefteris-Nikolaou-Alavanos-depute-europeen-du-KKE-sur-la-guerre-imperialiste-en-Ukraine/?fbclid=IwAR0pigGijtijCmJ6qsdgLRvCRxsyGE3bYwzzc1v8PLEGBduhEoGxcZkfwqs

1 - Question: J'aimerais que vous commentiez l'atmosphère politique qui règne en Occident à l'égard de la Russie, la "russophobie", comme l'a appelée le journaliste italien Giulietto Chiesa. Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, nous voyons des personnes persécutées en Europe uniquement sur la base de leur origine ethnique et de leur nationalité, des ministres européens qui appellent à l'assassinat de Poutine et au renversement du régime russe, des efforts sont déployés pour imposer un climat de néo-McCarthysme sur tout le continent. A quel point pensez-vous que les droits démocratiques en Occident et la paix mondiale sont menacés par ce climat international?

Réponse: Chaque intervention et guerre impérialiste, comme celle qui se déroule depuis 7 mois en Ukraine, est "masquée" par de récits idéologiques destinés à convaincre les gens de la nécessité de la participation de leur pays. Historiquement, nous avons connu dans de nombreux pays les "grandes idées", les "guerres contre le terrorisme", les "missions de paix", les "révolutions de couleur", etc. Le conflit entre les États-Unis, l'OTAN et l'UE, d'une part, et le bloc euro-asiatique en cours de développement de Russie-Chine, d'autre part, ne saurait faire exception. Le conflit, qui se déroule dans de nombreux endroits, a transformé le peuple ukrainien en "sac de frappe".

Le KKE a rejeté et dénoncé comme inacceptable et dangereuse la décision de l'UE et des gouvernements de ses pays d'interdire les médias russes ou la promotion de la culture russe, ainsi que toute division sur la base de l'origine ethnique, dans une tentative de "diaboliser" les Russes et la Russie. Nous sommes également opposés aux mesures similaires prises par les autorités russes, ainsi qu'à la tentative de diabolisation des Ukrainiens et de l'Ukraine, allant jusqu'à nier le droit d'exister en tant que nation ou pays. En outre, nous nous opposons aux mesures et à la propagande anticommunistes, à l'attaque contre le leader de la Révolution d'Octobre, V.I. Lénine, menée à la fois par la direction politique réactionnaire ukrainienne et par la direction politique actuelle de la Russie.

Ce développement porte un coup aux droits démocratiques des travailleurs dans les pays occidentaux, ainsi qu'en Russie, dans les autres pays impliqués dans le conflit impérialiste, tout d'abord parce qu'elle réduit leur droit à l'information. En outre, elle cherche à diviser les travailleurs, à augmenter l'hystérie nationaliste et, entre autres choses, elle transforme la culture en un outil de guerre impérialiste.

Le KKE lutte contre le nationalisme, le racisme, promeut la lutte conjointe des travailleurs, quelle que soit leur origine ethnique, contre les exploiteurs, les monopoles, le capitalisme, pour une société sans exploitation et sans guerres impérialistes, la société du socialisme-communisme.


2 - Question: Vous avez demandé à plusieurs reprises la levée des sanctions contre la Russie. Quelle est la raison de votre demande?

Réponse: Pendant de nombreuses années, notre peuple ainsi que d'autres peuples ont payé à la fois le développement capitaliste et la crise capitaliste. Maintenant, ils leur imposent le fardeau de leur "frère jumeau", la guerre impérialiste. Et ce ne sont pas seulement les dépenses de guerre exorbitantes pour renforcer le "système de sécurité" de l'OTAN qui créent de nouveaux déficits et dettes publics énormes, pour lesquels les peuples paieront jusqu'au dernier centime, mais il y a aussi les sanctions.

D'une part, les sanctions font également partie de la guerre impérialiste, que les peuples des forces impliquées dans le conflit doivent payer. D'autre part, l'UE, en menant sa politique de sanctions, promeut ses propres intérêts, la stratégie de "transitions verte et numérique" qu'elle a élaborée au profit de ses monopoles.

Ainsi, par exemple, les travailleurs de notre pays, qui payaient de toute façon l'énergie au prix fort, au nom des "rabais" pour les armateurs et au nom de la "compétitivité de l'économie", la paieraient plus cher à cause de la dé-lignification et de la "transition verte". La transition verte n'a rien à voir avec la protection de l'environnement, mais avec l'augmentation de la rentabilité des capitalistes. Maintenant, les travailleurs paieront l’énergie beaucoup plus cher aussi à cause de la guerre. C'est une histoire bien connue pour les petits agriculteurs qui ont payé le prix pour les sanctions de 2014. À part les carburants, les fournitures agricoles et les matières premières plus chères auxquelles ils devaient faire face avant la guerre, les dégâts seront encore plus importants si on calcule que l'embargo imposé à la Russie par l'UE à l'époque leur coûte environ 160 millions chaque année.

Le KKE s'oppose aux sanctions contre la Russie, demande leur levée et appelle le gouvernement à ne pas les appliquer, car elles alourdissent la charge économique qui pèse sur les poches des couches populaires; un fardeau qui ne peut être allégé par des mesures qui sont comme un sparadrap sur un bras cassé, prises par le gouvernement et l'UE.


3 - Question: À votre avis, quelle devrait être la position de la gauche grecque et européenne sur la question de la guerre en Ukraine et de la guerre sui generis de l'OTAN contre la Russie (au moins)? Récemment, deux personnalités de la gauche chypriote, l'ancien Secrétaire Général de l'AKEL, Andros Kyprianou, et le Président du parti socialiste EDEK, Marinos Sizopoulos, ont appelé à un cessez-le-feu immédiat et simultané, à l'ouverture de négociations, à la levée des sanctions et de l'armement de l'Ukraine. Êtes-vous d'accord avec ces objectifs? Pourraient-ils devenir la base d'une action unie des forces anti-guerre de la gauche, pas seulement en Europe, indépendamment de toute différence sur d'autres questions ? Avez-vous l'intention de prendre une initiative dans ce sens?

Réponse: Le KKE, ainsi que 41 autres partis communistes et ouvriers du monde entier, ont pris position sur les causes et le caractère de la guerre menée en Ukraine. Nous avons vu dans un passé récent comment des accords de paix, tels que ceux de Minsk, qui comprenaient beaucoup d'"ambiguïté diplomatique", se sont effondrés. Nous avons vu comment des organisations internationales telles que l'OSCE, malgré leurs diverses déclarations sur la "sécurité" en Europe, n'ont pas été en mesure d'empêcher une nouvelle guerre, la mort de milliers de personnes et le déplacement de millions d'autres. Nous avons vu la faillite des "conseils OTAN-Russie" et des "canaux" respectifs de la Russie avec l'UE.

Notre évaluation est que la guerre est menée pour des intérêts économiques et politiques spécifiques de la bourgeoisie et qu'elle conduit à l'effusion de sang des peuples. La guerre est née du mode de production capitaliste et est "la continuation de la politique par d'autres moyens, violents". Elles sont menées pour les matières premières, les voies de transport des marchandises, l’appui géopolitique, la force ouvrière, les parts de marché. En conclusion, la condamnation massive et populaire de la guerre doit être liée à la solution qui doit être donnée par l'abolition de sa cause. Aujourd'hui, l'action anti-guerre est de plus en plus liée à la lutte contre le capitalisme.

Le KKE met en avant ces aspects auprès des travailleurs de Grèce et mène en même temps des mobilisations de masse contre la participation de notre pays à la guerre. Contre l'envoi de forces militaires, d'armes et de munitions pour les plans de l'OTAN, dont la Grèce est membre. Contre l'existence et l'utilisation des installations militaires par les États-Unis et l'OTAN à Souda, Alexandroupolis, Stefanovikio, Larissa, etc. Contre l'installation d'armes nucléaires des États-Unis à Araxos ou toute autre région. Contre l'"alliance stratégique" avec les États-Unis. Pour le désengagement de notre pays non seulement des plans agressifs de l'OTAN et de l'UE, mais aussi de ces unions impérialistes elles-mêmes, ce qui, à notre avis, le pouvoir ouvrier peut garantir en Grèce.

Pour cette action pionnière contre l'OTAN, contre le gouvernement de la Nouvelle Démocratie et d'autres forces politiques, comme le parti "de gauche" SYRIZA, qui soutiennent la guerre impérialiste, les communistes sont arrêtés par la police et traînés devant les tribunaux bourgeois. Bien entendu, l'action anti-impérialiste du KKE, tant en Grèce qu'au niveau international, se poursuivra, par le biais d'une coordination avec d'autres PC, comme le montre la participation de notre parti aux événement anti-OTAN en Turquie, ou dans la manifestation anti-OTAN à Madrid lors du sommet de l'OTAN ou encore dans la récente réunion conjointe à Athènes des Secrétaires Généraux de quatre partis communistes, le KKE, le Parti Communiste de Turquie, le Parti Communiste des Travailleurs d’Espagne et le Parti Communiste du Mexique et leur déclaration sur ce sujet.


4 - Question: Vous avez soutenu que l'Ukraine est le théâtre d'un conflit "intra-impérialiste", une opinion qui place pratiquement l'OTAN sur un pied d’égalité avec la Russie. Mais depuis 30 ans, ce n'est pas la Russie qui mène une politique agressive envers l'Occident, mais bien l'OTAN. Étant donné que la Russie a subi de terribles invasions de l'Ouest, à travers l'Ukraine et la Biélorussie, n'est-il pas naturel que Moscou craigne l'expansion de l'OTAN et y réagisse? Pourquoi s'agit-il d'impérialisme ?

Réponse: Votre question renverse l'argument que nous entendons depuis 7 mois de la part des principales forces politiques en Grèce, qui se demandent ce qui suit: "La Russie est celle qui a aboli les frontières de l'Ukraine, qui annexe les territoires ukrainiens, elle est l'agresseur et l'Ukraine est le défenseur. Nous devons nous tenir aux côtés du défenseur, faire preuve de solidarité" ou l'autre argument: "La Russie est une force révisionniste, comme la Turquie d'Erdogan. Notre ennemi est le révisionnisme. S’il prévaut, nous le trouverons devant nous dans la mer Égée et à Chypre depuis la Turquie. Comment pouvons-nous ensuite demander le soutien de nos alliés si nous ne soutenons pas l'Ukraine maintenant?"

Mais la vérité est que toute bourgeoisie est agressive, d'abord contre les travailleurs de son propre pays, qu'elle opprime et exploite, et ensuite, sur la base de son pouvoir politico-militaire, contre les peuples des autres pays. Il n'existe pas de bourgeoisie "pacifiste". Le "loup" ne peut pas devenir un "petit mouton". Les accords internationaux et bilatéraux sont formés sur la base du pouvoir de chaque bourgeoisie, et sont révisés de manière pacifique ou belliqueuse lorsqu'ils jugent que c'est dans leur intérêt.

En ce qui concerne l'impérialisme, il n'est pas correct de le concevoir simplement comme une politique "agressive", mais comme le stade auquel se trouve aujourd'hui le capitalisme, c'est-à-dire le capitalisme monopoliste. La Russie est un pays aux monopoles très puissants: elle est 5e en nombre de milliardaires dans le monde, elle est 11e en termes de part nominale du PIB mondial et 6e en termes de part du PIB mondial réel, ainsi que de production industrielle dans le monde. Elle a une énorme capacité énergétique et l'utilise dans le contexte de la confrontation capitaliste. Elle a la capacité de promouvoir sa politique étrangère en exerçant son droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU.

Le KKE ne met pas sur un pied d'égalité les forces impérialistes. Après tout, chacune d'entre elles a sa place dans les compétitions féroces qui se déroulent. Les États-Unis sont aujourd'hui la plus forte puissance impérialiste de la planète, mais cette primauté dans le système capitaliste mondial est aujourd'hui contestée par la Chine, la plus forte puissance économique du capitalisme moderne, qui développe également rapidement sa puissance militaire et établit des relations d'alliance avec la Russie capitaliste, deuxième puissance militaire du monde et seul pays capitaliste capable aujourd'hui de menacer de destruction nucléaire la plus forte puissance impérialiste de la planète, les États-Unis. Nous parlons donc d'un conflit de forces dans le monde impérialiste moderne, un conflit de "voleurs" entre lesquels les peuples ne doivent pas choisir de camp. Le bon côté de l'histoire réside dans la lutte des peuples contre les monopoles, contre le capitalisme, pour l'abolition de l'exploitation de l'homme par l'homme.



5 - Question: Les Ukrainiens ont certainement, comme tous les peuples du monde, le droit à l'autodétermination. Mais l'exercice de ce droit ne devrait-il pas être réalisé par des dirigeants qui sont en quelque sorte représentatifs des peuples et qui ne mettent pas en danger la sécurité des autres peuples? Si les Ukrainiens ont le droit à l'autodétermination, pourquoi les Russes, qui sont une forte majorité en Crimée et dans le Donbass, régions historiquement russes, ne l'ont-ils pas?

Réponse: Vraiment, qui peut trouver de "balance" pour peser la représentativité des régimes bourgeois? Par exemple, le régime réactionnaire actuel en Ukraine est issu du coup d'État qui a renversé le gouvernement de M. Ianoukovitch en 2014, tandis que le régime actuel en Russie est issu des actions du coup d'État d'Eltsine en 1993, lorsque des chars ont bombardé le parlement russe. Tous deux sont issus de la dissolution de l'URSS, tout aussi semblable à un coup d'État, du renversement du socialisme, contre la volonté de la majorité des peuples de l'URSS, telle qu'exprimée lors du référendum correspondant. En conséquence, aujourd'hui, deux peuples qui ont vécu et prospéré ensemble pendant 70 ans, durant les années du socialisme, s'entretuent aujourd'hui, sous la direction de la bourgeoisie.

En ce qui concerne la question de l'autodétermination, nous devons noter qu'aujourd'hui, son utilisation est devenue très "flexible" pour les gouvernements bourgeois. Elle est même utilisée pour justifier l'adhésion de pays comme la Macédoine du Nord ou l'Ukraine aux organisations impérialistes de l'OTAN et de l'UE.

Les communistes doivent aborder cette question, comme l'a fait le leader de la Révolution d'Octobre, Lénine, il y a 100 ans, lorsqu'il a noté, entre autres, que: "Les diverses revendications démocratiques, y compris l'autodétermination, ne sont pas quelque chose d'absolu, mais une "partie" du mouvement "mondial" pan-démocratique (aujourd'hui: pan-socialiste)"[1]. En d'autres termes, Lénine nous appelait à voir l'autodétermination dans une unité dialectique avec le renversement du pouvoir de la bourgeoisie.

Le KKE aujourd'hui voit la question de la même manière: Il défend les droits des minorités nationales et religieuses et s’oppose aux nationalismes qui se développent de diverses parts; il défend les frontières, l'intégrité territoriale des pays, les accords qui les définissent; il met en avant la lutte conjointe des travailleurs contre l'adversaire commun: le capitalisme, les bourgeoisies et leurs intérêts.

Les territoires que vous appelez "régions historiquement russes" après la dissolution de l'État uni, l'URSS, ont été incorporés dans l'État bourgeois d'Ukraine, ce qui n'a été contesté ni à l'époque ni plus tard par les dirigeants russes, et il n'y a même pas eu de demande de référendum dans ces régions sur l'État que leur population voulait rejoindre.

Vous savez, bien sûr, que les peuples grec et chypriote font l'amère expérience, passée et présente, des prétextes qui ont été utilisées au fil du temps par la bourgeoisie de Turquie et ses représentants politiques pour l'invasion et l'occupation de 40% de Chypre, la remise en cause de la souveraineté de la Grèce sur ses îles, des droits souverains de la Grèce et de Chypre, les "jeux" d'exploitation dans des plans dangereux de la minorité musulmane de la Thrace occidentale.

Ainsi, quels que soient les prétextes que la bourgeoisie puisse utiliser, les travailleurs n'ont aucun intérêt dans les plans des capitalistes, dans les changements de frontières qui se font par des effusions de sang, comme maintenant en Ukraine, augmentent les haines nationalistes et font obstacle à la nécessaire action conjointe des peuples. Pour que le slogan "Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !" soit mis en pratique, pour mettre fin à la barbarie capitaliste.


[1] Lénine, V. I., "Résultats de la discussion sur l’autodétermination",Œuvres Complètes, Vol. 30, Synchroni Epohi, p. 39

L’entretien a été donné au journaliste Dimitris Konstantakopoulos et publié sur "Kosmodromio".

01.09.2022


Edité le 06-12-2022 à 17:02:33 par Xuan




--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Xuan
Grand classique (ou très bavard)
18448 messages postés
   Posté le 10-12-2022 à 20:59:50   Voir le profil de Xuan (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Xuan   

Ci-dessous la résolution transmise par le PCRF, adoptée par une vingtaine de partis et de groupes autour du KKE.
Cette déclaration prétend opposer la lutte de classe des prolétariats russe et ukrainien à la guerre.

Aucun de ces partis, à part l'Union des communistes d'Ukraine (voir déclaration ci-dessous), n'est en mesure d'intervenir sur place, à supposer que cette organisation soit encore en Ukraine. Or tous les partis d'opposition sont interdits et le site de l'UCU n'est pas référencé en Ukraine. L'UCU revendique une action d'agit prop après Maïdan, mais aucune participation à la lutte armée contre les néo nazis. La déclaration qu'elle produit trahit de profondes divisions internes et une position "ni-ni" entre les belligérants, qui ne répond pas à l'oppression néo nazie.

Autant dire que cette résolution équivaut à pisser dans un violon.
Mais surtout elle reprend la théorie néo trotskistes des "deux impérialismes" comme en 14, niant la nécessité d'un front uni mondial anti hégémonique.

En apparence cette théorie vise la bourgeoisie russe, mais en réalité elle s'oppose aussi à l'"impérialisme chinois". C'est-à-dire qu'elle rejoint les objectifs de l'OTAN.

Au delà de ça il ressort que ce groupe constitue une petite minorité dans le mouvement communiste international.



RÉSOLUTION


sur la guerre impérialiste sur le territoire de l'Ukraine
Nous, les participants à la 22ème Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers à La Havane du 27 au 29 octobre 2022, reconfirmons notre ferme engagement dans la lutte du prolétariat à l'échelle mondiale, ainsi que notre soutien aux nombreuses années de lutte antifasciste héroïque des prolétaires du Donbass et à la résistance des travailleurs d'Ukraine et de Russie aux politiques militaristes de l'impérialisme.

1. Nous condamnons toutes les actions criminelles des représentants du capital mondial : les ÉtatsUnis, les alliances et blocs impérialistes, la Fédération de Russie et les cercles dirigeants de l'Ukraine elle-même, qui ont utilisé le dernier moyen de résoudre leurs contradictions à l'ère de l'impérialisme - la guerre - sur le territoire de l'Ukraine. À l'heure actuelle, ces contradictions ont atteint une telle profondeur qu'il semble impossible de prédire combien de temps cette guerre va durer.

2. Nous soutenons les sentiments et les actions antimilitaristes en Ukraine et dans la Fédération de Russie en tant que lutte de la classe exploitée contre la classe exploiteuse. Non seulement la logique de l'analyse marxiste, mais aussi les huit mois de guerre en cours montrent la fausseté des objectifs déclarés par le gouvernement russe, car leur mise en œuvre conduit évidemment à des résultats directement opposés : désastre humanitaire, des milliers de morts civils, militarisation de l'Ukraine avec la destruction de ses entreprises industrielles et de ses villes, augmentation du sentiment anti-russe et
du nombre de militants fascistes. Ainsi, comme auparavant dans l'histoire, les élites dirigeantes des deux pays manipulent les slogans d'une "guerre juste" pour leurs intérêts politiques, leurs profits économiques et la mobilisation des peuples trompés pour atteindre des objectifs qui leur sont étrangers.

3. Nous rejetons fermement toute implication de la politique du gouvernement russe dans le mouvement antifasciste ou, plus encore, dans le sentiment "pro-soviétique". La Fédération de Russie, en tant qu’État bourgeois, n'est que nominalement, dans le cadre du droit bourgeois, l'héritière de l'URSS, mais elle n'a rien en commun avec l'URSS, ni dans sa base ni dans sa superstructure. Au cours des 30 années d'"indépendance" de la Fédération de Russie, un capital financier et monopolistique a été créé ; les secteurs de l'industrie, de l'éducation et des soins de santé ont été systématiquement détruits ; le chômage a augmenté, et le fossé entre les riches et les pauvres s'est
creusé, les droits des travailleurs et les libertés démocratiques ont été éliminés.
Les mandataires des milieux dirigeants bourgeois de la Fédération de Russie ont pris le pouvoir dans les républiques populaires de Lougansk et de Donetsk, les commandants rouges sur le terrain - les candidats du peuple - ont été éliminés, et les activités politiques des organisations communistes ont été interdites. Tous les objectifs énoncés par Poutine et par les autorités officielles de la Fédération de Russie concernant l'"opération militaire spéciale" ont échoué. Cette "opération spéciale" est non
seulement fausse mais aussi criminelle, ce qui est confirmé par la catastrophe humanitaire qui touche la population civile d'Ukraine.

4. Nous condamnons fermement la militarisation de l'Ukraine, la promotion d'une idéologie nationaliste extrêmement réactionnaire, l'incitation à la haine interethnique, la création de groupes nationalistes militants. L'évacuation des civils de la zone de guerre est essentiellement effectuée par la population elle-même. Les droits des travailleurs et la liberté d'expression ont été considérablement restreints ; la persécution et la répression des opposants politiques n'ont pas cessé.

5. Nous sommes convaincus que seule la classe ouvrière ukrainienne, unie au prolétariat russe et soutenue par le mouvement ouvrier mondial, est capable de mettre un terme au massacre impérialiste.
La bourgeoisie ukrainienne, russe et mondiale a mobilisé et armé les travailleurs.
Il importe aujourd’hui de retourner ces armements contre les gouvernements de guerre, afin de transformer la guerre impérialiste entre les peuples en une guerre civile entre les classes. Ce n'est qu'ainsi que la classe ouvrière pourra mettre fin à l'impérialisme en tant que source des guerres, former des organes du pouvoir ouvrier et transformer les pays en guerre selon les intérêts des travailleurs.

6. Il est honteux et criminel pour les communistes du monde entier de se ranger derrière les gouvernements des pays bourgeois et de travailler pour les intérêts de leur bourgeoisie nationale, de soutenir tel ou tel bloc de pays bourgeois. Notre tâche immuable est d'aider les travailleurs du monde entier à se rendre compte que les guerres impérialistes ne conduisent pas à l'émancipation du travail, mais qu'au contraire, elles l'asservissent encore plus ; que dans le conflit impérialiste, la classe ouvrière n'a pas d'alliés parmi les cercles dirigeants, mais seulement des ennemis ; que ses amis sont uniquement les prolétaires, quelle que soit leur nationalité.
Le devoir des communistes est de provoquer la fin du capitalisme en tant que tel, tant au niveau national qu'international : mettre fin au capitalisme, c'est mettre fin aux guerres.
Pour cette noble cause, communistes du monde entier, unissez-vous à vos prolétaires !
Partis du réseau SolidNet signataires de la Déclaration Commune :

1. PADS, Algérie
2. Parti des travailleurs d'Autriche
3. Parti communiste de Belgique
4. Parti communiste au Danemark
5. Parti communiste du Danemark
6. Parti communiste de Grèce
7. Parti des travailleurs d'Irlande
8. Mouvement socialiste du Kazakhstan
9. Parti communiste de Malte
10. Parti communiste du Mexique
11. Nouveau parti communiste des Pays-Bas
12. Parti communiste du Pakistan
13. Parti communiste palestinien
14. Parti du peuple Palestinien
15. Parti communiste paraguayen
16. Parti communiste des Philippines [PKP 1930]
17. Parti communiste sud-africain
18. Parti communiste des travailleurs d'Espagne
19. Parti communiste du Swaziland
20. Parti communiste de Suède
21. Parti communiste de Turquie
22. Union des communistes d'Ukraine

Autres partis :
1. Parti révolutionnaire COMMUNISTES (France)
2. Front Communiste (Italie)
3. Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF)

_________________



Vendredi, 2 décembre 2022
Union des Communistes d'Ukraine : Lettre aux camarades du Parti communiste ouvrier russe



Union des communistes d'Ukraine, Lettre de l'Union des communistes d'Ukraine aux camarades du Parti communiste ouvrier russe.
En ce moment critique, où les instigateurs de la guerre impérialiste ont réussi à dresser l'un contre l'autre les peuples des deux républiques, jusqu'à récemment fraternelles, qui ont fondé l'Union soviétique, la République socialiste soviétique fédérative de Russie et la République socialiste soviétique d'Ukraine. Les républiques qui ont le plus contribué à ses grandes réalisations - l'industrialisation, la victoire sur le nazisme allemand, la conquête de l'espace, le développement de relations sociales soviétiques uniques, la création d'une culture soviétique exceptionnelle - nous nous adressons à vous, les communistes de base, qui, tout comme nous, ne cherchent pas de sièges confortables à la Douma, à la Verkhovna Rada ou dans les parlements locaux ; qui n'attendent pas l'approbation de ceux qui sont au pouvoir ; avec qui nous "partagerons la gloire" et pour qui "le socialisme, construit dans les batailles, sera un mémorial commun".

Pendant près de trois décennies, professant les principes de l'internationalisme prolétarien, du marxisme révolutionnaire et de la continuité historique, l'Union des communistes d'Ukraine a été à la fois un allié et une unité structurelle du Parti communiste ouvrier russe.

Nous étions ensemble lorsque, au sein du Mouvement d'initiative communiste et de la Plate-forme marxiste du PCUS, au début des années 1990, nous avons essayé, mais échoué, à sauver le Parti et notre patrie soviétique de la destruction. Ensemble, nous partageons cette culpabilité historique de n'avoir pas réussi à lever le peuple pour lutter et nous portons tous les deux la pire punition possible - la perte de notre Patrie socialiste.

Au cours des deux décennies suivantes, nous sommes restés ensemble, bien que chacun dans son propre morceau de l'URSS, lors des rassemblements et des manifestations, aux points de contrôle des usines, dans les piquets de grève, lors des conférences dans les collectifs de travail ; dans nos appartements personnels, transformés en bureaux de rédaction pour produire des tracts, des bulletins, le magazine Marxisme et Modernité, le journal La Russie des travailleurs, et d'autres publications.

Nous étions unis pour ne pas reconnaître comme communistes les partis parlementaires du Parti communiste de la Fédération de Russie et du Parti communiste d'Ukraine, pour démystifier leur conformisme politique et leur révisionnisme idéologique. Nous étions unis dans la dénonciation de ces partis comme opportunistes ; nous partagions tous deux l'évaluation de ces partis comme "petits-bourgeois à la botte de la grande bourgeoisie". Le temps a confirmé notre justesse commune : la route de ces partis est celle d'un glissement progressif dans la fange du parlementarisme bourgeois et du rejet des principes de classe ; les noms de leurs dirigeants sont devenus nominatifs, symbolisant la trahison de la cause du prolétariat.

Nous étions unis dans nos évaluations et nos actions (bien qu'avec un certain décalage dans le temps de la part de la direction du RCWP) lorsque le rouleau de Maidan a traversé l'Ukraine en 2014, vers lequel la classe ouvrière du Donbass s'est levée et a arrêté le rouleau dans sa course. Lorsque les masses du Donbass ont mis en avant des commandants de terrain pro-soviétiques issus de leurs rangs, organisateurs d'unités de combat : des gens du peuple - ce même peuple soviétique qui, restant fidèle à son flair prolétarien et à la tradition héroïque de la résistance antifasciste du Donbass, ne s'est pas soumis à l'offensive de l'extrême réaction, payant pour cela le prix ultime - la vie de milliers de héros.

Les membres du RCWP qui avaient correctement évalué la situation dans le feu de l'action, ont rejoint le Groupe de travail et ont apporté une contribution significative à la résistance antifasciste du Donbass, tant en paroles qu'en actes : en effectuant des dizaines de voyages dans ses villes et sur ses lignes de front, en propageant les idées communistes, en créant des groupes et des organisations communistes, en distribuant la presse communiste et en fournissant une assistance polyvalente aux combattants. Les membres du groupe de travail se sont rendus dans le Donbass comme s'ils allaient sur leur lieu de travail, et non par simple curiosité, ou comme des touristes de l'extrême 1 - non pas pour tirer sur des cibles avec des armes de combat et boire un verre ou deux chez leurs hôtes hospitaliers : nos camarades ont voyagé dans le Donbass sous les bombardements, dans la chaleur par 20 degrés de froid, sous la pluie battante et la neige, parfois à travers trois frontières, pliant sous la charge de journaux, de magazines et de vêtements chauds pour les combattants, avec l'argent collecté par les travailleurs. C'est le fruit de leur travail, leurs contacts qui sont maintenant utilisés par ceux qui se cachent derrière l'opinion de certains habitants de Donetsk et de Louhansk, encore accrochés à la toile d'araignée d'un espoir fantomatique pour "Big Brother" pour justifier leur soutien à l'agression militaire de la Fédération russe bourgeoise.

Qu'est-ce qui ne va pas avec la direction du Parti communiste ouvrier russe aujourd'hui ? Où sont passées l'intégrité révolutionnaire, l'internationalisme, la conviction et l'honnêteté ? Où est passé l'honneur communiste ? Nous avons honte en observant leurs actions politiques : conclure des alliances avec des forces politiques douteuses et ouvertement réactionnaires, des actions incohérentes, non communistes, conduisant le parti à perdre son image de parti prolétarien. Nous vous écrivons face à la menace imminente d'une dégénérescence politique complète du RCWP, de son abandon définitif de ses positions de classe et, par conséquent, d'une menace immédiate de dégradation idéologique complète et de la désintégration inévitable du Parti.

Cette dégradation est également perceptible au niveau de la moralité personnelle de la direction - la manipulation éhontée du nom de Tamila Yabrova, camarade Rose ; les tentatives de se cacher derrière son autorité indéniable, son nom brillant et ses actions glorieuses pour soutenir leur position, à notre avis, fondamentalement erronée. Même dans l'éloge funèbre publié après sa mort, son nom a été utilisé par la direction pour régler un vieux compte avec Cherepanov (on y lit que Yabrova a dénoncé la position du PTCR, en omettant, dans le même temps, de mentionner qu'elle a également blâmé dans cette scission la haute direction du PTCR également) ; entre-temps, lors d'une conversation Skype avec elle en présence de témoins, fin 2020-début 2021, le camarade Tyulkin a fait la remarque offensante qu'elle s'était prétendument "vendue à Cherepanov" (étant donné que l'organisation Tyumen avait aidé à publier la revue "Marxism and the Present Day", la seule revue théorique et pratique marxiste militante dans tout l'espace post-soviétique, à plusieurs reprises).

V.A. Tyulkin espère que la camarade Yabrova ne sera plus en mesure d'empêcher de telles manipulations, mais ce n'est pas le cas. Toute la dialectique marxiste de son approche dans ses évaluations des événements mondiaux et des affaires du Parti, si pleinement et si vivement réalisée dans ses discours lors des événements théoriques internes du Parti et internationaux, dans les discussions avec les figures de proue du mouvement communiste international, montre quelle position elle aurait prise maintenant : la condamnation résolue de la guerre impérialiste déclenchée et de la lutte contre l'impérialisme qui en découle.

Le camarade Tyulkin est silencieux sur les graves désaccords entre la direction du RCWP et l'UCU, qui ont duré toutes les dernières années de la vie de T. Yabrova - à la fois en ce qui concerne le travail théorique, le travail organisationnel, l'accent mis sur les élections, et le travail tiède et incohérent avec les camarades de Donbas. Ces désaccords sont devenus si profonds que le camarade Tyulkin a annoncé qu'il démissionnait du comité de rédaction de Marxisme et actualité, et la camarade Yabrova a annoncé qu'elle démissionnait du Comité central. De plus, ayant pris la situation du Parti à bras le corps, elle a soulevé plusieurs fois devant nous la question de savoir si l'UCU devait quitter le RCWP, et à chaque fois elle a décidé, pour préserver l'unité du Parti, d'attendre et d'essayer une fois de plus de faire changer d'avis d'anciens camarades partageant les mêmes idées.

Ce n'est pas la première fois dans l'histoire qu'une guerre impérialiste est devenue plus qu'une épreuve - un tournant, à l'approche duquel des personnalités politiques de gauche et des partis entiers sont tombés dans l'oubli (comme les partis sociaux-démocrates de l'époque de la Première Guerre mondiale et les partis parlementaires qui ont émergé dans les anciennes républiques soviétiques dans les années 1990), ou sont restés en ligne dans les batailles révolutionnaires.

Les dispositions avancées par le RCWP sur "l'impérialisme absolument mauvais et moins mauvais" constituent une distorsion complète de la doctrine léniniste du COMINTERN sur la guerre impérialiste et de la position des partis. La direction du RCWP a repris avec une obstination inébranlable le slogan de la "dénazification" si habilement manipulé par les autorités bourgeoises russes, qui sympathisent ouvertement avec les philosophes, politiciens et criminels de guerre fascistes. Tout cela au nom d'une alliance préélectorale honteuse avec les opportunistes PCFR et KPU, et de plus - avec les Limonovites et autres saletés "patriotiques" réactionnaires et pro-fascistes ?

Camarades ! En soutenant cette pseudo-dénazification, vous soutenez la destruction des villes ukrainiennes et des infrastructures civiles, et la mort de civils. Était-ce là la tactique militaire de l'Armée rouge soviétique lors de la libération de l'Allemagne en 1945 ? Non, c'était diamétralement opposé aux actions des alliés de la coalition anti-Hitler, qui ont bombardé des dizaines de villes allemandes - Dresde, Hambourg, Magdeburg, Bonn, Dortmund, Miesburg, Nuremberg, etc. Aujourd'hui, en Ukraine, des dizaines de villes ont été détruites ou semi-détruites à la suite de l'invasion : Kharkiv, Mariupol, Irpen, Volnovakha, Izyum, Popasna, Rubizhne, Severodonetsk, Artemivsk...

Qui, à Kiev, a été dénazifié par la destruction des systèmes d'approvisionnement en énergie et en eau ? Les autorités ukrainiennes fascistes ? Pas du tout - elles sont très à l'aise avec leur approvisionnement autonome en ressources. Le problème se situe au niveau des habitants de la ville, des plus démunis : ceux qui n'ont pas de moyens de transport personnels, d'économies et surtout de santé pour apporter de l'eau au n-ième étage d'une tour soviétique sans ascenseur en état de marche, ou pour s'emparer de générateurs électriques ; ceux qui n'ont pas de chalets, ni même de petites maisons d'été avec des fours pour s'éloigner de la ville et attendre le froid. Ces familles sont nombreuses dans la capitale, notamment les retraités qui ont travaillé dans des entreprises soviétiques pendant la majeure partie de leur vie active et qui n'ont pas accepté les nouvelles "valeurs" nationalistes ukrainiennes.

Que soutiennent encore les partisans patriotiques "antifascistes" de la guerre ? Soutiennent-ils par hasard le déni du droit du peuple ukrainien à une identité nationale ? Tout comme dans la Russie tsariste, et pas du tout comme dans la Russie soviétique. Le RCWP n'a pas officiellement commenté ces passages dégoûtants du président russe.

Nous, la majorité de l'UCU, que la direction du RCWP a affublée (parfois plusieurs fois sur la même page) des étiquettes de "retour en arrière par rapport aux positions de classe", "opportunistes", "partisans de l'anti-guerre", etc. c'est à partir d'une position de classe, internationaliste, que nous nous déclarons :

Nous nions toute accusation de ce genre à notre encontre, considérant qu'il s'agit d'un jésuite passant d'une tête malade à une tête saine. Nous considérons également qu'il est contraire à l'éthique camarade, voire inacceptable, que dans une discussion sur les questions fondamentales les plus sérieuses de notre époque, les opposants deviennent personnels, et surtout discutent des détails de biographies personnelles avec des tiers à des moments où cela menace la sécurité personnelle des camarades ukrainiens.

Nous avons épuisé toutes les possibilités de discussion avec la direction du parti RCWP (nous avons tenté de le faire lors de plusieurs événements internationaux publics et par correspondance personnelle). Nous n'avons pas reçu une seule réponse substantielle à nos arguments, à part le fait que nous avons "trop de mots" ou l'accusation absolument absurde et insultante que nous aurions prétendument "souhaité la défaite du Donbass".
Nous considérons qu'il nous est impossible de rester dans les rangs d'un parti qui s'est entaché de la tactique consistant à talonner son gouvernement bourgeois et qui soutient le massacre fratricide déclenché par 3 les impérialistes dans une compétition brutale pour les ressources et l'hégémonie politique, dans laquelle les représentants du prolétariat des deux côtés du front meurent en premier lieu.

Nous poursuivons la lutte contre l'impérialisme dans les rangs du mouvement communiste mondial. Surtout au coude à coude avec les partis révolutionnaires dont la glorieuse histoire d'intransigeance en matière d'accord avec la bourgeoisie et l'autorité permettent de mobiliser les masses ouvrières pour une action active contre les livraisons d'armes qui attisent le foyer de la guerre impérialiste sur le territoire de l'Ukraine.

Nous savons qu'il y a des camarades au sein du RCWP qui ont un point de vue différent, et au cas où leur position prévaudrait, et où le parti changerait son évaluation de la situation actuelle, et plus important encore, sa tactique actuelle, nous serons à nouveau ensemble au service du prolétariat sous les formes qui correspondent à la période historique dans laquelle nous avons eu l'opportunité de vivre et d'agir. D'ici là, nos chemins divergent.

En raison du changement répété de l'accent mis par les écoles d'été du parti de la formation pour les batailles de classe à la formation pour les élections générales et locales - en termes simples, un changement de la formation pour l'avenir - à la formation pour le moment - nous prenons la responsabilité du développement, de la préparation et de la mise en œuvre de la formation du parti pour les jeunes camarades.

Les camarades sont priés de prendre note que puisque notre ancien camarade en charge du site web de l'UCU reste fidèle à la direction du RCWP et publie des documents qui contredisent notre ligne de pensée, ce site web n'est plus le site officiel de l'UCU. Nous avons créé un nouveau site web appelé "Rosengarten" (Jardin de roses) à l'adresse
https://rosengartenjournal.com.

Approuvé par décision de l'assemblée générale de l'UCU.

03-28 novembre 2022.


source : https://www.idcommunism.com/2022/12/union-of-communists-of-ukraine-letter-to-the-russian-communist-workers-party.html

Tag(s) : #UCU, #RCWP

--------------------
contrairement à une opinion répandue, le soleil brille aussi la nuit
Haut de pagePages : 1  
 
 Forum Marxiste-Léniniste  Théorie  Le tournant du mouvement communiste international  LE KKE TRAHIT LA LUTTE CONTRE L'HEGEMONISME USNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
créer forum